Version classiqueVersion mobile

Henri de Kerillis

 | 
Jean-Yves Boulic
, 
Annik Lavaure

Chapitre 7. Le flâneur salarié

Texte intégral

1Passionné par tout ce qui est nouveau, curieux de tout ce qui est différent, Kerillis est bien plus un journaliste dans l'âme qu'un homme politique, a fortiori qu'un homme de parti. Tout au long de sa vie il ne cessera en outre d'être un voyageur. Certaines de ses pérégrinations sont liées à l'actualité politique internationale. Leur intérêt à ses yeux est immédiat et il en transmet aussitôt le reflet à ses lecteurs de l'Écho de Paris. D'autres voyages, au contraire, répondent à son seul besoin de mieux comprendre le monde dans lequel il vit. Parfois il anticipe sur l'événement et visite des pays qui ne font pas encore les gros titres de la presse.

2À la fin de l'année 1924, profondément déçu de la victoire du Cartel des gauches, il s'est laissé facilement convaincre d'accompagner la seconde mission Gradis sur les pistes imprécises qui mènent de l'Algérie au Dahomey. Gaston Gradis (35 ans comme Kerillis) est l'héritier d'une puissante famille de négociants bordelais qui a choisi de mettre ses compétences de polytechnicien au service de la découverte de l'Afrique. Arrivé au Maroc en 1920, dans le sillage du maréchal Lyautey, il a créé plusieurs exploitations agricoles et entreprises industrielles. Mais surtout, il se passionne pour la traversée du Sahara, par ce qu'il appelle « le grand axe », c'est-à-dire la ligne idéale à vol d'oiseau reliant le désert du nord au sud.

3Déjà, en janvier 1924, Gaston Gradis a exploré pour la première fois ce tracé -appelé désormais route Gradis- entre Adrar (Algérie) et Tessalit (au Soudan français, aujourd'hui le Mali). Au cours de ce second voyage, Gaston Gradis veut étudier la possibilité de créer une ligne aérienne entre Colomb Béchar et Bourem au Soudan, avec trois escales intermédiaires munies de TSF, afin de secourir les avions en panne. Pour éviter de s'égarer, les avions suivraient les traces des voitures qui subsistent sur la piste pendant au moins un an. Aux yeux de Gradis, cette future liaison en avion offre tous les avantages : elle permettra de pacifier cette région par un nouveau moyen de surveillance des populations ; elle fera avancer l'étude du projet de chemin de fer transsaharien ; elle améliorera les liaisons commerciales entre l'Afrique du nord et l'Afrique noire. À terme, on pourra même envisager de relier l'Afrique australe à l'Europe par l'Algérie et non plus par l'Égypte.

4Trois véhicules Renault prennent donc le départ dans le froid vif d'une nuit de novembre à Colomb Béchar. Dans chaque voiture, un légionnaire a pris place à côté du chauffeur. Les « explorateurs », installés à l'arrière, sont armés d'un mousqueton de cavalerie au cas où il leur faudrait se défendre. Gaston Gradis et le maréchal Franchet d'Espérey, vainqueur de la Marne et de la campagne de Macédoine, viennent en tête. Suivent le commandant Ihler en compagnie de René Estienne. Le lieutenant Georges Estienne et Kerillis ferment la marche.

5En file indienne, le convoi parcourt 3 600 km en dix-huit jours par une piste en ligne droite vers le sud sur un terrain difficile et tourmenté. Tout au long du périple, les « explorateurs » font des rencontres tantôt cocasses et tantôt inquiétantes. Ainsi croisent-ils un Arabe qui porte, à dos d'âne, le courrier jusqu'au dernier poste militaire, situé à 600 km vers le sud. Les chameaux, fréquemment attaqués par les rôdeurs du désert, ne servent plus à cette tâche. Les ânes attirent moins la convoitise des pillards...

6De temps à autre, les voyageurs repèrent le feu d'un bivouac signalant la présence de méharistes postés en protection sur leur route par l'armée. Les voitures suivent des pistes de sable mou sur des oueds desséchés, parfois resserrées dans des gorges étroites, parfois dilatées sur un kilomètre de large. Ces pistes ont été ponctuées de cailloux en guise de repères par des légionnaires et des tirailleurs du sud, qui ont pris la suite des bagnards et des soldats de régiments disciplinaires. Au loin passent des caravanes. Les chameliers, impassibles, fusil au dos, les saluent sans s'arrêter. Bientôt, le convoi arrive devant l'ermitage du père de Foucauld, en partie détruit par le vent de sable.

7L'évocation du missionnaire français n'empêche pas les voyageurs de déguster « un bon et réconfortant déjeuner », bienvenu après la chaleur, le vent brûlant et les rudes chaos des pistes. Le soir, les membres de l'expédition dorment sur des lits de camp lorsque l'étape les amène à un fortin militaire ; mais le plus souvent ils campent en formant avec leurs voitures « un carré un peu ouvert, propice à la défense », selon les précisions du capitaine de Kerillis. Au centre du carré, on dresse la petite tente du Maréchal qui raconte volontiers ses campagnes des Balkans avant de s'enrouler dans sept ou huit mètres de ceinture de flanelle pour dormir confortablement. Au réveil, il salue invariablement ses compagnons du haut de ses 68 printemps d'un « Bonjour les gaillards ! » avant de reprendre la piste dès quatre heures du matin.

8Dans la journée, on s'arrête toutes les trois heures pour faire reposer les moteurs. On se détend, on marche, on parle, on grignote. Kerillis a obtenu la complicité de l'armée pour faire parvenir au journal des télégrammes en un temps record. Les lecteurs de l'Écho de Paris sont donc informés (avec un délai de 48 heures seulement, ce qui constitue une performance pour l'époque) de l'avancement et des péripéties du voyage. Il ne se contente pas d'envoyer de brefs messages ou de consigner des notes. Il prend également plus de 200 photos. On y voit le maréchal en uniforme, coiffé de son képi, une longue écharpe blanche autour du cou ; Kerillis abrité sous un casque colonial et chaussé de ses vieilles bottes d'aviateur « qui sentent toujours l'huile brûlée ».

9Après Adrar, ils se dirigent vers le puits d'Ouallen, au cœur du Sahara, 500 km plus au sud. Ils empruntent « la route Gradis » et retrouvent avec émotion les traces encore reconnaissables de l'expédition de janvier à travers le morne et plat Tanezrouf, désert d'argile rouge et de sable dur. Impression de néant : pas un arbuste, pas un brin d'herbe à l'horizon pendant des centaines de kilomètres. Le « désert du désert ». Avant l'expédition Gradis, aucune caravane n'avait pu le franchir. Celles qui l'avaient tenté n'étaient jamais revenues.

10À la sortie de cette contrée inhospitalière, les voyageurs sont accueillis, réconfortés, fêtés dans un village au milieu d'une palmeraie. Ils se régalent de dattes, de petits œufs durs, de mouton, de thé à la menthe et de lait de chamelle. La présence du maréchal Franchet d'Espérey confère à l'expédition un prestige incomparable. De partout, on vient le saluer et lui rendre les honneurs. Ballet fantastique d'hommes noirs en robes blanches au soleil couchant. Lorsque la fête s'achève, que le silence reprend possession de la palmeraie, Kerillis s'endort lové dans le sable sous un palmier, « loin des nuits malsaines de Paris, de l'air empesté des cinémas, des théâtres et des bars... loin de l'haleine fétide des rues et des métros ».

11À la publication de son reportage, cette appréciation peu flatteuse sur la capitale lui vaudra « une charmante protestation » du comédien Harry Baur, président de l'Union des artistes. Kerillis répondra dans les colonnes du journal : « Monsieur Harry Baur m'a pris pour un sage (je ne suis pas, hélas ! un sage), pour un moraliste (je ne le suis pas davantage) ou pour un poète (et je le suis encore moins !). Je ne gémissais pas, je ne blâmais pas, je ne rêvais pas... Je respirais ! »

12Pour n'être trop souvent que mirage l'eau, dans le désert, compte plus que la plus précieuse des pierres : elle est la vie même. Pas question de s'en servir pour faire un brin de toilette ou pour se raser. Défendu ! Sauf pour le maréchal « qui se fait chaque jour une beauté... ». Kerillis parvient parfois à en obtenir quelques gouttes pour se laver les dents. C'est meilleur que l'eau de Cologne !

13Au fil des jours, la discipline se relâche un peu. Les mécaniciens ne se suivent plus à la file indienne ; ils se dépassent, s'amusent ou s'agacent. On passe du rire à l'invective. La fatigue se fait sentir. On roule vers un puits qui permettra de se rafraîchir enfin. Il est si précieux que trente méharistes le gardent. Ils ont reçu cet ordre de mission étonnant : « Tenir le puits à l'occasion du passage d'une mission automobile et rendre les honneurs à un maréchal de France... » Plus loin, le regard de Kerillis est attiré par des ossements blanchâtres, restes de chameaux calcinés par le soleil. Horreur ! Il aperçoit à proximité les squelettes d'une douzaine d'hommes « tournés vers l'Orient, vers la Mecque lointaine, momies desséchées dont les vents ont déchiré les peaux ».

14Enfin ils parviennent au puits de Tessalit, limite extrême du Tanezrouf. Après une journée de repos consacrée à la toilette, l'expédition reprend sa route à travers les villages du Soudan français. L'herbe s'épaissit à mesure que l'on avance vers le sud. La végétation grandit, des animaux apparaissent : gazelles, antilopes, pintades. Plus au sud encore, Kerillis est impressionné par la profusion de sarcelles, d'ibis, de cigognes et de hérons qu'il observe sur les rives du Niger.

15Pour faire son entrée à Gao, la voiture du maréchal est pavoisée : le fanion de soie à franges d'or flotte fièrement dans le vent. La fin du voyage approche. Les derniers jours sont plus faciles. Sous la conduite de militaires français, le convoi s'achemine tranquillement vers son point final au Dahomey où Kerillis, Gaston Gradis et le maréchal Franchet d'Espérey s'embarquent immédiatement sur le paquebot « Asie » qui rejoint Bordeaux le 26 décembre 1924.

16Mais avant de quitter l'Afrique, l'actualité politique reprend ses droits. L'annonce de l'amnistie de Joseph Caillaux par le sénat provoque la colère du journaliste : « Mon pauvre pays ! Encore cette politique, toujours cette politique ; encore et toujours ces politiciens, ces histoires de politiciens (...) Ce sera bon tout de même quand je serai revenu de chez les nègres, de recommencer à cracher de l'encre sur quelques salauds ! »

Sur le pavé de la 136e rue

17On ne naît pas impunément fils de marin breton sans éprouver le tropisme du voyage, l'attrait d'autres ciels, et plus particulièrement dans le cas de Kerillis, l'avidité de connaissances nouvelles, au-delà des mers. En dehors des voyages d'études en Grande-Bretagne (souvent avec Paul Reynaud) pour analyser l'organisation des partis politiques, il entreprend -en solitaire, son tempérament l'y incite– une série de pérégrinations qui le mènent en trois ans des États-Unis à la Palestine, de la Hollande à la Scandinavie, de l'Irlande à l'Égypte. Chaque séjour à l'étranger est l'occasion de reportages diffusés par l'Écho de Paris. Ils sont réunis dans un livre, publié en 1930 : Du Pacifique à la Mer Morte.

18Kerillis s'embarque d'abord sur le paquebot Rochambeau pour les États- Unis, qu'il parcourt de l'Atlantique au Pacifique et des frontières du Canada à celles du Mexique. Il observe la politique américaine à l'heure des élections présidentielles : Smith, gouverneur de New York, candidat démocrate, et Hoover, le républicain, sillonnent le pays à bord de trains spéciaux poursuivis par 300 journalistes. « Inutile de chercher dans le Parti républicain comme dans le Parti démocrate, note-t-il, quelque chose qui rappelle exactement cet esprit de droite ou cet esprit de gauche dont sont toujours respectivement imprégnés les partis politiques de nos pays européens ». Un parti américain sert avant tout à « faire les élections ». Pour cela, il recueille auprès des ligues, syndicats, associations, trusts, etc.... des fonds, « des munitions-dollars » et « met en marche sa merveilleuse machine de publicité politique jusqu'à ce que, l'élection terminée, il disparaisse presque de la scène (...) Tout ce que la science moderne met à la disposition de l'homme pour agir mécaniquement sur l'homme et forcer sa volonté est mis en œuvre avec une méthode et un acharnement extraordinaires. Je touche ici au cœur du problème que je suis venu étudier ».

19Les partis se servent donc de la publicité pour « lancer » un homme « comme on lancerait un grand acteur, une grande vedette de music-hall ou de cinéma, à coup de réclame, en cherchant par effets successifs d'intensité croissante à éveiller la curiosité et à exciter l'intérêt ».

20Kerillis est enthousiasmé par cette vitalité. Elle lui fait ressentir avec d'autant plus d'acuité les faiblesses de la vieille Europe face au « splendide isolement des Américains ». C'est l'époque de la polémique sur le remboursement des dettes contractées pendant la guerre par les alliés à l'égard des États-Unis. Kerillis reviendra en France avec une certitude : « Les Américains ne comprendraient pas que les Français renient leur parole. Il faut rembourser les sommes empruntées. C'est une question d'honneur, et on ne badine pas avec l'honneur ». Dans les discussions qui agiteront bientôt l'opinion publique française sur ce thème, il défendra avec ardeur cette position partagée, une fois n'est pas coutume, par Édouard Herriot lui- même.

21Reynaud est aussi de cet avis. Il le lui dit lors d'une rencontre au fin fond du Missouri. Kerillis note pour ses lecteurs : « Je serais seul Français aujourd'hui en ce coin lointain, si Monsieur Paul Reynaud, qui faisait un bien curieux voyage en Louisiane, y cherchant les derniers vestiges de l'occupation française et y visitant les villages où l'on parle encore notre langue, n'était accouru lui aussi. Il est l'un des rares Français, probablement le seul parmi les politiciens qui assument la responsabilité de nous diriger, à savoir sortir de sa coquille, profiter des grandes occasions, et chercher dans tous les pays du globe des enseignements et des idées ». À plusieurs reprises, Kerillis rencontre aussi, hors frontières, un autre voyageur « chapeau à larges bords et barbiche en pointe ». C'est le patron de la CGT : Léon Jouhaux. Mais à droite, hormis André Tardieu et Paul Reynaud, les « globe- trotters » manquent.

22Kerillis, qui souhaite la victoire des Républicains, se réjouit du triomphe d'Edgar Hoover le 6 novembre 1928. Ce même soir, il retrouve Paul Reynaud à New-York. Les deux hommes décident d'aller visiter Harlem et se présentent au célèbre « Cotton club ». Un noir les arrête : « Où sont vos femmes ? Ici, les blancs ne sont admis qu'avec des femmes ». Kerillis raconte : « Paul Reynaud et moi étions seuls. La situation était critique. La rue grouillait de femmes, mais c'étaient des négresses. En arrêter deux nous exposait aux pires avatars. Courir dans la ville blanche, c'était perdre deux heures. Nous parlementâmes. Ce fut en vain. À onze heures de la nuit, l'ancienne liste d'Union républicaine et Sociale du second secteur de Paris était bel et bien sur le pavé de la 136e rue, à la porte du « Cotton club » et, au demeurant, fort ridicule ».

23La semaine suivante, délaissant Paul Reynaud au profit d'une charmante française, il visitera le temple du Jazz qu'il qualifiera de « bar lugubre ». Kerillis n'est pas plus amateur de musique que de peinture ou de littérature. L'histoire et la géopolitique le fascinent, mais, contrairement à sa femme, Anne, il était plus brillant que réellement cultivé.

24Quatre ans plus tard, en 1932, il suivra à nouveau la campagne présidentielle américaine après avoir répondu comme tout le monde, mais « avec perplexité » à l'étrange questionnaire de la douane américaine : « Êtes-vous bossu ? Avez-vous été enfermé dans une maison de fous ? Avez-vous été déporté ? Êtes-vous polygame ?... » Après un rapide séjour au Mexique, il rejoint New York avec Colette Reynaud, la fille de Paul, accompagnée d'une amie. Pendant le trajet, Kerillis, qui a d'étonnantes dispositions dans ce domaine, leur fait une prodigieuse démonstration de transmission de pensée. 11 leur demande de se placer dans un wagon du train et de discuter d'un sujet précis de leur choix. Lui-même s'éloigne pendant quelques minutes vers un autre compartiment. Quand il revient, il révèle aux jeunes filles stupéfaites le thème de la conversation sans qu'elles lui aient fourni le moindre indice. Plusieurs fois, en famille ou devant des amis, il renouvellera ce type d'expérience.

25À bord du paquebot Le Champlain qui le ramène en France, il tire les leçons des mois passés : « Hors la politique, le reste n'est pour moi qu'intermède. Mais mon Dieu, que cela rend plus compréhensif, plus philosophe, et plus indulgent d'aller prendre l'air au loin et de juger les choses de chez nous par comparaison et recul ».

Un métier terrible

26Toujours en 1932, il enquête en Palestine. Lui qui, toute sa vie, aura des amis juifs très proches, prendra leur défense et les aidera aux heures noires de la guerre et de l'antisémitisme, condamne le sionisme. Il rencontre des responsables des colonies hébraïques qui lui expliquent : « Nous voulons faire une renaissance juive, rendre aux Juifs la fierté d'être Juifs... Nous voulons une patrie à nous ».

27« Un cœur de pierre vibrerait en entendant ces paroles dites avec tant de conviction ardente, commente Kerillis, mais il faut savoir résister au charme des mots, à la douceurs des rêves et se placer hardiment devant le réel. Où refaire cette patrie, sur quel plan ? Sous quelles formes ? La Palestine n'est pas une terre libre demeurée déserte depuis le départ des Hébreux. Un peuple l'occupe, l'a gardée treize siècles et se déclare prêt à tout pour la conserver. Comment donc concevoir un État nouveau dans le vieil État qui demeure ? Israël veut-il de la conquête ? Oui, répondent les exaltés de la fraction « révisionniste ». Armons des légions et faisons la guerre aux Arabes (...) Le sionisme jusqu'ici n'a réussi complètement qu'une chose : réveiller des susceptibilités, des craintes ou des passions religieuses là même où elles étaient endormies ou inconnues. On voit ce que le judaïsme peut y perdre. On ne voit pas ce qu'il peut y gagner. On voit ce que tous les pays peuvent y perdre. On ne voit pas ce qu'ils peuvent y gagner. Au milieu des maux qui affligent ou qui rongent l'humanité moderne, quand l'agitation sociale menace d'ébranler l'ordre des nations, quel malheur serait pire que la résurrection plus ou moins violente, plus ou moins sourde des haines religieuses que l'on voudrait voir éteintes pour toujours ? ». Chez Kerillis, la télépathie n'était pas seulement un don à usage privé ! Elle participait d'une vision plus profonde, plus globale, qui nourrissait parfois sa lucidité de lueurs prophétiques.

28Rien ne lui est indifférent au cours de ses pérégrinations. Tout est sujet d'étude et de reportage, telle cette visite à la coopérative agricole de Frederickssund au Danemark, en 1930, qu'il raconte ainsi : « J'ai vu beaucoup de vaches dans ma vie... Sur les bords du Niger, (...) vaches à bosses cherchant dans le sable les touffes d'herbe dure (...). Dans le Far West, tout près des montagnes rocheuses, j'ai vu les grands troupeaux paisibles des planteurs américains (...). Au Danemark, j'ai vu les belles vaches rouges des îles, alignées dans les champs en longues files comme des tirailleurs et ficelées à des piquets ». Il n'imagine pas, à cette date, que les hasards de la vie et les vicissitudes de son existence se chargeront de lui faire connaître de plus près les joies de l'élevage bovin.

29La fin de son reportage prend, avec le recul du temps, un caractère prémonitoire : « Autrefois, il m'est arrivé de me dire à moi-même : « Mon vieil ami, un jour peut-être prochain, il faudra songer à la retraite. C'est un métier terrible que celui de journaliste ; toujours sur la brèche. On s'use. Fatalement, on fait des fautes. Et alors, un moment vient où le public se détourne avec indifférence ou avec colère. Les foules sont féroces. (...) Il faudra trouver un petit coin bien tranquille à la campagne. Du silence, une bicoque, un champ, des lapins, des poules, des rosiers. Tu seras peut-être trop maladroit pour tenir la charrue toi-même, n'ayant jamais manié que le manche à balai de l'aviateur et le porte-plume de l'écrivain. Tu ne connais pas grand chose à la terre, mais tu te feras aider. Il y aura bien dans ton village quelques vieux pour venir bêcher le sol en te contant de bonnes histoires qui te feront oublier pour toujours les discours et les articles politiques ».

30Dans le train du retour, il rédige ses articles annoncés à l'avance dans l'Écho de Paris pour allécher le lecteur friand d'aventure et d'exotisme. C'est l'époque des grands « reporters », vocable importé d'Angleterre par Stendhal en 1829. Leur talent de conteurs fait la fortune des grands quotidiens : Albert Londres, Joseph Kessel, Édouard Helsey sont les maîtres du genre, ainsi qu'Henri Béraud qui se qualifie lui-même de « flâneur salarié ».

Le voyage à Moscou

31Au printemps de 1934, Kerillis apprend qu'il va être rayé des listes de pilotes de l'aviation civile pour avoir cessé son entraînement. En cas de guerre, il ne volerait donc plus et serait affecté à un état-major. Kerillis-le- baroudeur planqué comme un rond-de-cuir ? Impensable ! Il se remet à l'entraînement pour pouvoir, le cas échéant, servir dans une unité combattante. Il retrouve vite son adresse d'antan. Tant et si bien que germe en lui le projet de voyager sur son propre avion. Effectivement, le 17 août 1934, il s'envole du Bourget pour Varsovie et Moscou. Pilier de l'Écho de Paris et l'un de ses amis les plus fidèles, André Pironneau l'accompagne jusqu'à l'avion. Par sécurité, Maurice Farman, avec qui il est resté en excellentes relations, lui a recommandé un jeune pilote, Marcel Cogno, pour le seconder aux commandes de l'appareil qu'il vient d'acquérir : un F 300 Farman, bien sûr. Auprès de lui, Kerillis se sent « de la vieille école ».

32Très ému, il survole le plateau de Mortefontaine qui lui rappelle la folle épopée de l'escadron de Gironde. Il reconnaît Laon où, « 20 fois, 30 fois, pendant les froides journées d'hiver 1915, je suis venu survoler et photographier cette gare occupée par les Allemands ». « Je faisais mes débuts de pilote, note-t-il dans son livre Paris-Moscou, et mon vol était incertain. Mais... j'accomplissais cette mission avec la résolution farouche qui nous animait tous à cette époque et qui suppléait au savoir... ». Et puis, voici le Rhin franchi une première fois, 18 ans plus tôt, pour aller bombarder Karlsruhe. Que d'émotions !

33À Cologne, puis à Berlin, la technique industrielle et aéronautique allemande l'enthousiasme et l'inquiète encore plus. « De ce magnifique aérodrome de Cologne et de la plaine qui l'environne, note-t-il, 100, 500, 1 000 avions peuvent s'élancer aujourd'hui, demain, sur un ordre secret, gagner Paris avant même que l'alarme ait été donnée, semer l'épouvante, la ruine et la mort ». Après des lacs, des forêts, d'autres lacs et d'autres forêts, ils atteignent Varsovie, puis Moscou. Il a voulu voir l'Union Soviétique pour que « les milieux nationaux ne continuent plus à voir la Russie à travers les yeux des voyageurs de gauche et les récits dithyrambiques de M. Édouard Herriot et de M. Georges Bonnet ». « Bien sûr, j'aurais été plus tranquille si j'avais été enquêté en avion chez les Patagons ou chez les nègres du Centre Afrique ou si j'avais passé mes vacances à Deauville. Mais j'estime plus utile en ce moment d'avoir été jeté un premier regard à Moscou. Un pays de 170 millions d'hommes, tout près de nos portes, il faut apprendre à le connaître... »

34Pendant six semaines, il observe, et questionne sans répit. Il revient de ce périple persuadé que l'alliance de la France avec l'URSS, malgré tous les dangers qu'elle recèle, est la seule orientation politique raisonnable désormais, pour éviter que « deux géants voisins, l'un de 65 millions d'habitants (l'Allemagne), l'autre de 170 millions (l'URSS), s'unissent contre nos 40 millions de Français ». À l'évidence, son désir d'un rapprochement avec l'URSS est inspiré par le souci primordial de contrebalancer une autre coalition jugée particulièrement menaçante entre l'Allemagne et l'Italie, et non par des convergences idéologiques.

35Ces voyages constituent, pour lui, une source d'informations et de reflexions qui, bien au-delà du plaisir personnel, trouvent leur traduction dans le discours et dans l'action. Kerillis n'est ni un esthète ni un comtemplatif. À de nombreuses reprises, il expliquera ses prises de position politiques -sur la dette de la France à l'égard des États-Unis ou sur l'alliance prônée avec l'Italie et l'URSS par exemple– par ce qu'il a vu et entendu à l'étranger. Son isolement à défendre de telles idées ne tempère pas son ardeur. Au contraire, est-il seul ou presque de son avis ? Est-il d'accord avec ses adversaires communistes ? Aucune importance. Rien ne l'arrête dans son combat, même s'il doit payer cher, très cher, ses convictions souvent formulées, il est vrai, de manière péremptoire.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search