Version classiqueVersion mobile

Henri de Kerillis

 | 
Jean-Yves Boulic
, 
Annik Lavaure

Chapitre 6. Le grand levier moderne de la politique

Texte intégral

1À son retour, Kerillis publie une série d'articles intitulée : « Les leçons d'un échec ». Il y constate l'absence totale d'organisation électorale des partis de droite, singulièrement ressentie face à l'efficacité et la discipline des bataillons communistes. L'ascension du petit pâtissier Duclos, formé par le PCF, est un exemple frappant de la réussite d'une technique qui manque aux formations politiques de droite. Certes les ligues nationales, créées en réaction à la victoire du Cartel des gauches, « ont arraché le pays à sa torpeur et à ses indifférences », et les partis politiques semblent avoir trouvé une nouvelle vigueur ; mais aucun de ces mouvements n'a mis sur pied une organisation électorale digne de ce nom.

2Des témoignages montrent en outre que la fraude a enlevé des voix aux battus du second tour. Or, il aurait suffi de 751 voix pour inverser le résultat ! Pratique, Kerillis constate : « Une organisation manque. Il y a un trou. C'est déjà quelque chose de montrer ce trou du doigt et de crier « gare », ou de mettre la pancarte « attention ». C'est encore mieux d'essayer de le combler ».

3Sitôt dit, sitôt fait, Reynaud et Kerillis s'embarquent pour l'Angleterre. Ils y découvrent avec « émerveillement » l'organisation du parti conservateur dont le seul budget de propagande s'élève à deux millions de livres, soit plus de 300 millions de francs 1925. Le tempérament pragmatique des Britanniques les épate : « Les Français se lamentent, se plaignent, se désolent et se fâchent, s'insurgent au milieu d'extraordinaires bouillonnements contre leur régime politique, remarque Kerillis. Les Anglais s'emploient avec une froide méthode et une extraordinaire obstination à l'utiliser au mieux ».

4De retour à Paris, les deux compagnons exposent leurs projets devant 6 000 personnes réunies salle Wagram. L'Écho de Paris a été mis largement à contribution pour annoncer le meeting et en faire un succès. Les deux candidats battus annoncent la création d'un organisme de propagande politique dont l'action se concentrera d'abord sur la capitale avant de s'étendre vers la province. L'adresse provisoire est celle du journal qu'Henry Simond engage dans la bataille, gagné par la fougue de son collaborateur.

5Pressentant les incompréhensions et les jalousies, Kerillis précise qu'il n'est pas question de fonder une nouvelle formation politique. « Il existe déjà trop de partis et leur nombre rend impossible l'efficacité nécessaire, explique-t-il. Au contraire, on cherchera à créer des liens avec tous les partis et ligues existants qui luttent contre le Cartel et le communisme : Fédération républicaine, Ligue Millerand, Ligue des patriotes, JP, Alliance démocratique, Redressement français, Démocrates chrétiens, etc... ».

6Le rôle assigné à cet organisme est triple :

  • la propagande : affichage massif, distribution de tracts à domicile, création dans les usines, les banques, les administrations, les ateliers, les magasins, de véritables « contre-cellules » opposées aux cellules communistes ;
  • le recueil de toute la documentation électorale ;
  • la préparation matérielle des élections : contrôle des listes électorales, mesures contre les fraudes, formation d'orateurs, de personnel bénévole etc...

7Kerillis innove en osant affirmer que l'idée politique se défend et se propage par des moyens de publicité voisins de ceux utilisés pour les produits commerciaux : « De la même manière que Citroën et Renault, Cadum et Monsavon, Rivoire et Carret, Bozon-Verduraz, Coty et Houbigant, Meunier et tous les chocolats se poursuivent et se combattent, nous devons poursuivre et combattre les littératures empoisonnées des journaux et des tracts cartellistes et révolutionnaires, sous peine d'être fatalement écrasés et submergés par eux ». Dans les mois qui suivent, Kerillis consacre une grande partie de son temps à la mise en place de ce qui devient le Centre de propagande des républicains nationaux (CPRN).

Une nouvelle arme

8Lorsque Kerillis relève un défi –et celui-ci est de taille- il se donne à fond. Il s'informe, lit, questionne, regarde, voyage jusqu'à devenir l'un des meilleurs spécialistes du sujet. Ainsi acquiert-il le sentiment que, dans tous les grands pays, la vie politique est de plus en plus fondée sur la propagande. « Voyez, dit-il, le communisme et le fascisme en ont fait de véritables institutions d'État, et les démocraties d'Amérique et d'Angleterre font reposer sur elle toute la machine électorale. Dans le monde nouveau où les anciennes élites ont perdu leur influence, où les masses ont prodigieusement évolué grâce à l'instruction publique obligatoire, à la radio, et à d'innombrables moyens de publicité, la propagande est une nécessité absolue. C'est le grand levier moderne de la politique ».

9En France, les partis de droite n'ont pas encore pris conscience de cette nécessaire évolution. Ils vivent comme avant 1914. Malgré le bouleversement créé par la guerre, les partis et les hommes de l avant-guerre ont réapparu aux élections de 1919 : « La guerre avait changé la face du monde, regrette Kerillis, mais le Palais-Bourbon était toujours au bout du pont de la Concorde ; les vieux politiciens en reprirent le chemin. Les tentatives de renouveau ont été limitées, partielles, vaines et parfois dérisoires ». À son avis, les partis devraient fournir des cadres au suffrage universel, attirer les talents et les énergies éparses pour constituer une pépinière de propagandistes et de candidats aux élections. Un parti devrait également être un instrument de contrôle des élus et de soutien des gouvernements amis, par le prolongement et l'explication de leur action dans le pays. Enfin, un parti a pour mission, à ses yeux, d'organiser sa propagande pour défendre sa politique, combattre celle des adversaires et répandre dans l'opinion publique des idées fortes.

10On est bien loin de l'attitude de la Fédération républicaine -le principal parti de droite à l'époque– engluée dans sa léthargie et ses divisions. « En France, un parti républicain national, constate Kerillis, est une sorte de petite principauté politique dans laquelle règne un tyran plus ou moins débonnaire, assisté d'un conseil des anciens ». Il n'y existe aucune vie démocratique interne. Les congrès ne sont que des « simulacres » : « Vient qui peut, vote qui veut ».

11Chez les socialistes, en revanche, on sait faire preuve de dynamisme et d'esprit démocratique, constate Kerillis. La discussion est intense, incessante. Tout est prétexte à controverses. « Les tréteaux sont perpétuellement dressés au sein même du parti ». Les débats trouvent leur épanouissement au congrès national annuel qui fait bénéficier le mouvement d'une publicité gratuite dans la presse alors que, selon le journaliste de l'Écho de Paris, « le congrès d'un grand parti national se morfond à la septième page des journaux, entre le cours des haricots et le compte-rendu de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres ». Grâce à cette animation, les partis de gauche ont su créer un réservoir de propagandistes, d'orateurs et de candidats entourés d'une équipe solidaire et bien préparés à affronter l'adversaire, pendant que « le candidat républicain national s'en va, seul et triste, vers des réunions où il trouvera devant lui, tous les soirs, les mêmes contradicteurs qui le suivent comme son ombre ».

12Instruit par ses voyages et ses observations, notamment en Angleterre, Kerillis voit de mieux en mieux ce qu'il faut faire : « La démocratie exige qu'on mette les idées sur la place publique et qu'on les présente sous une forme accessible à tous ». En Angleterre, on utilise de façon simultanée et coordonnée tous les moyens existants de propagande : l'affiche, la conférence, le tract. Chacune de ces armes a sa valeur spécifique, mais leur effet est décuplé si on les utilise ensemble. « Les électeurs ne sont pas bâtis sur un type unique, lit-on dans ses notes de 1929 ; il en est chez qui la mémoire visuelle est la plus développée ; chez d'autres, c'est la mémoire auditive. Les-uns sont sensibles à l'impression vive qui résulte de l'affiche, et surtout de l'affiche illustrée ; les autres se rendent mieux à l'argumentation plus complète et plus élaborée permise par le tract. D'autres enfin puisent leur conviction dans l'atmosphère passionnelle de la réunion publique ».

Une organisation décentralisée

13Le Centre de propagande des Républicains nationaux (CPRN) prend son essor très rapidement, réalise et diffuse toute la panoplie de documents nécessaires à l'action politique. Le nœud stratégique de cette toile d'araignée tissée dans toute la France est situé 102 rue Amelot, dans le 11e arrondissement de Paris, un grand immeuble proche de la place de la République. Kerillis se lance à corps perdu dans cette nouvelle aventure. Il sait qu'il entreprend là une œuvre de pionnier, à contre-courant des usages en vigueur dans les partis de droite. Cela ne fait qu'aiguiser son ardeur. Il recrute des collaborateurs bénévoles ou rémunérés, les utilise selon leurs compétences et leurs spécialités, assure les financements et les contacts extérieurs. Rien ne le rebute. Seule sa santé (son asthme surtout) ralentit quelque peu cette activité vibrionnante.

14Lors de l'élection partielle de 1926, le « nerf de la guerre » avait manqué dans le camp des Républicains Nationaux. Kerillis entreprit de remédier aussi à cela. Soucieux de lancer une action non seulement efficace mais durable, il se charge lui-même de rechercher les fonds nécessaires à son entreprise. La mode est aux souscriptions. Les principaux journaux des années 30 avaient fréquemment recours à ces « appels au peuple » auprès de leurs lecteurs, pour venir en aide aux causes les plus diverses : secours destinés aux victimes d'inondations, dots apportées à des jeunes filles méritantes... ou financement de mouvements politiques. Le Populaire, quotidien socialiste, utilisait abondamment cette formule.

15Kerillis la reprit à son compte et y excella. Le premier appel de fonds parut dans les colonnes de l'Écho de Paris en 1926. Par la suite, chaque année, Kerillis réitéra sa demande au mois de janvier. « Que serais-je si je parvenais à émouvoir chaque lecteur de l'Écho de Paris ? » rêvait-il.

16Pour entretenir l'ardeur des généreux bienfaiteurs, il publiait chaque jour le bilan des sommes reçues. Il signait ces petits articles de ses seules initiales « H de K », qui devinrent une dénomination courante pour ses collaborateurs. Périodiquement, des pages entières de listes de souscripteurs, parfois cocasses, agrémentaient le journal. On y lisait par exemple :

  • modeste offrande d'un retraité : 20 F.
  • l'union fait la force : 50 F.
  • trois petits Français reconnaissants : 100 F.
  • Bravo Kerillis : 50 F.

17Quelques noms connus apparaissaient au fil des lignes, tel le général de Castelnau ou Alexandre Millerand qui, chaque année, envoyait son obole. D'autres personnalités apportaient leur contribution de façon plus secrète, comme les industriels André Michelin, Lesieur ou Deutsch de la Meurthe.

18Seize mille donateurs financèrent le CPRN pendant les cinq premières années de son existence, avec une énorme majorité de sommes inférieures à 500 F. Au total, les petits et les gros versements atteignirent annuellement la somme d'environ 2 millions de Francs (trois millions en 1928, année d'élections législatives victorieuses pour la droite) gérée par un comité financier dont Henry Simond et Henri de Kerillis étaient membres. Raymond Cartier racontera que Kerillis assurait une « tenue de caisse irréprochable et conduite avec un esprit frôlant parfois l'avarice ».

19À partir de 1927, un collaborateur d'André Maginot, Georges Gautier, ami précieux des bons et des mauvais jours, le seconde à la tête du CPRN et prend le relais de l'organisation quotidienne. C'est lui qui met en place méthodiquement et dirige en fait les différents services. La région parisienne est confiée à Marcel Delion assisté de Louis de Chauvigny et de Robert Voisenet. Ils sont installés au rez-de-chaussée de l'immeuble de la rue Amelot. À l'étage supérieur, le commandant Sayet supervise le service de province assisté d'Aurélien Rome. Une animation de ruche règne dans ces bureaux, et surtout dans la vaste salle de manutention encombrée de documents empaquetés, ficelés et expédiés par des employés et des bénévoles. C'est de là que partiront, pour la seule année 1932, 1 097 00 affiches, 400 000 tracts, 5 millions de papillons et 225 000 brochures, soit environ quelques 100 tonnes de papier !

20Un système astucieux permet aux correspondants provinciaux mobilisés au fil des mois de recevoir des spécimens de toute la production du CPRN. Ils choisissent sur pièce en fonction de leurs besoins, des situations spécifiques, des rapports de force politiques locaux. Par l'intermédiaire de l'Écho de Paris, où il continue à écrire chaque jour, Kerillis ne cesse de lancer des appels aux bonnes volontés soucieuses d'affirmer la présence des courants politiques nationaux dans leur ville ou leur village. Des comités s'organisent dans nombre de communes et de cantons. En 1930, le Centre affirme qu'il peut diffuser ses affiches simultanément dans 15 000 communes et qu'il coordonne l'action de 500 comités locaux.

  • 1 Jean Legendre (7 mai 1906-21 septembre 1994) : Maire de Compiègne de 1947 à 1987 (avec une interru (...)

21Dans le même temps, Kerillis engage des jeunes gens pour rédiger des brochures argumentaires sur tous les sujets d'actualité. Jean Legendre1, futur député maire de Compiègne, est l'un d'eux. Employé à plein temps par le CPRN, il dépouille chaque jour toute la presse pour écrire ces petits livres, véritables bréviaires des militants et candidats aux élections ; il devient incollable sur l'actualité.

22Kerillis s'adresse aux meilleurs affichistes de l'époque, Galland, ATO, Sennep, pour illustrer dans un style percutant l'actualité politique et propager son action. Ces affiches, ciblées suivant les nécessités, sont successivement anti-radicales, anti-socialistes et anti-communistes. Imprimées en rouge et noir sur fond blanc, elles sont facilement reconnaissables ; certaines, apposées sur les murs des grands boulevards, à Paris, sur des panneaux commerciaux loués par Kerillis –une vraie révolution !– provoquent de véritables attroupements. Les badauds s'arrêtent, commentent, critiquent, méditent...

23Au fil du temps, le thème le plus fréquemment traité, révélateur des préoccupations de Kerillis, est celui du danger allemand. Les affiches martèlent successivement la nécessité de l'occupation de la Ruhr ; le rejet de la politique de rapprochement franco-allemand préconisée par Aristide Briand ; le péril du réarmement allemand face à la passivité française ; l'urgence de l'union des forces nationales face à la menace extérieure, etc... Elles exaspéreront souvent la presse allemande, preuve d'efficacité aux yeux de Kerillis. L'une d'elles figurera longtemps au mur de son bureau, place de l'Opéra : on y voit le maréchal Hindenburg, entouré d'une armée, se tourner vers la France. Le texte précise : « Hindenburg, le dieu de la guerre, surveille les élections de 1928 comme Bethmann-Hollweg surveillait celles de mai 1914 ».

24Des hommes politiques chevronnés sont également mis à contribution selon leurs sympathies et leurs spécialités : André François-Poncet, député de Paris et futur ambassadeur à Berlin, rédige un argumentaire sur la réfutation de la doctrine socialiste, Charles de Lasteyrie écrit sur la politique financière et Paul Reynaud sur la politique intérieure. D'autres noms, connus ou inconnus, signeront ces livrets qui se compteront par dizaines. Pour éviter tout gaspillage, ce matériel est vendu au prix coûtant. En fait, il est envoyé gratuitement à certains candidats aux élections particulièrement désargentés.

25Kerillis sait s'entourer. Il confie à Raymond Cartier et à Albert Naud, tout jeunes encore, la documentation et les archives du Centre. Raymond Cartier est alors journaliste à l'Écho de Paris, spécialisé dans les débats parlementaires. Albert Naud, quant à lui, est étudiant en droit. Tous deux (ils fréquentèrent la même école à Ruffec, en Charente) bénéficient de l'amitié et de la protection d'H. de K., amitié et protection qu'ils oublieront parfois, plus tard, au temps de leur splendeur.

26Enfin, un juriste, Me de Vathaire, répond aux questions de contentieux électoral apportées quotidiennement par le courrier. Au total, les bureaux de la rue Amelot comptent une douzaine de salariés permanents, bien rémunérés (et bénéficiant déjà de cinq semaines de congés payés), auxquels s'ajoutent de nombreux collaborateurs appointés en fonction des services rendus, ainsi que des dirigeants « d'agences » de province. Kerillis, assisté de ses amis, tient régulièrement des séminaires pour réunir ses principaux correspondants, les écouter, les informer, les conseiller. Il organise également de multiples réunions publiques dans toute la France, où il explique la nécessité d'instaurer une propagande politique permanente ainsi que les moyens à mettre en œuvre.

27Il n'existe pas de genre mineur à ses yeux : le rôle de la chanson, par exemple, n'est pas négligeable dans l'histoire de la propagande. « Qu'étaient les chansons de Béranger sinon la plus populaire des propagandes contre la Restauration ? (...) C'était d'ailleurs presque exclusivement l'arme des oppositions », note-t-il. À défaut de diffuser des couplets contre Herriot ou Hitler, Kerillis n'hésite pas à brocarder les leaders des partis de gauche dans un « tract-image d'Épinal » -on ne disait pas encore bande dessinée- intitulé « Histoire du Cartel et de l'Union nationale ».

28De la même façon, il innove en réalisant des films sur l'actualité politique. Au cours de réunions publiques, il fait projeter dès 1930 et 1931, des films sur les manifestations hitlériennes, le défilé des « casques d'acier » à Coblence ou les revues fascistes en Italie. Le CPRN développe également un système de cinéma ambulant qui fait connaître, en milieu rural, les thèses des partis nationaux ainsi que les traits des principaux chefs politiques du moment.

  • 2 Radio LL sera acheté par Marcel Bleustein-Blanchet (fondateur de « Publicis » en 1926) et sera app (...)

29À partir de décembre 1931, Kerillis intervient chaque vendredi soir à la radio, sur un poste privé « Radio LL »2 du nom de son propriétaire Lucien Lévy, fabricant de postes de « TSF ». Les socialistes enragent. « La radio ne peut ignorer la politique », leur rétorque Kerillis qui se déclare partisan de la « mettre loyalement à la disposition des partis et des organisations ». Toutes ces innovations rencontrent un vif succès auprès d'hommes et de femmes qui ont cru à la fin du monde avec l'arrivée au pouvoir du Cartel des Gauches en 1924, et qui souhaitent insuffler un dynamisme nouveau aux mouvements politiques de droite.

« Vous avez cinq minutes ! »

30Mais la plus originale des créations du Centre de propagande est le cours d'orateurs. Dans les années 30, on cultivait le souvenir des grands morceaux d'éloquence parlementaire : le lyrisme de Viviani, l'âpreté de Clemenceau, le pathétique de Jaurès avaient fait vibrer l'hémicycle du Palais- Bourbon au début du siècle. Aristide Briand était le dernier survivant de cette génération. D'autres orateurs talentueux allaient lui succéder : Paul Reynaud et Jean Ybarnégaray (un député de droite) notamment. Mais la plupart du temps, les discours des hommes politiques étaient mal construits, trop longs, soporifiques. La coupe d'éloquence « Drac » (organisée par l'Association religieuse des Alsaciens combattants), la conférence de stage animée par le barreau de Paris et la conférence Molé-Tocqueville, s'efforçaient bien de cultiver l'art de Démosthène, mais leur rayonnement était trop élitiste.

31En Grande-Bretagne, Kerillis a visité l'école d'orateurs fondée par les Conservateurs à Northampton. Il a retenu ce propos : « Nul n'oserait chanter dans un salon devant 10 personnes sans avoir pris quelques cours de chant. Cependant, on voit couramment des audacieux se lancer devant un auditoire nombreux et prendre la parole sans avoir la moindre notion sur la manière dont on doit parler en public ». L'ancien élève des Jésuites se rappelle ses années d'études à Tivoli, les joutes oratoires organisées par les Pères, et leur volonté de former « des multiplicateurs d'influence ». Le 3 janvier 1928, il crée son propre cours d'orateurs. D'abord situé rue de Grenelle, à la salle des Horticulteurs, une fois par semaine, il se tiendra plus tard 34 rue Vaneau, en raison de l'affluence, puis salle Adyar, 4 square Rapp, près de la place de l'Alma.

32Albert Naud raconte dans ses Mémoires : « J'errais un soir dans Paris. Soudain j'avisais une affiche : « Jeunes gens perdus dans Paris –c'était le titre et Dieu sait si j'étais perdu !- Vous qui aimeriez participer à la vie publique, qui avez des idées à exprimer et ne disposez d'aucune tribune, venez à moi. J'ai fondé un cours d'orateurs sous la direction du professeur Émile Bergeron du Collège des sciences sociales. Venez essayer vos dons ignorés. Les sujets sont variés, mais tous appartiennent aux grandes idées- forces qui sont le fondement de notre civilisation : la patrie, l'humanité, la propriété, la liberté etc... ». C'était signé Henri de Kerillis.

« Je m'étais assis un soir, poursuit Naud, parmi une cinquantaine de bonshommes entrelardés de quelques femmes, qui avaient répondu à cet appel et se regardaient, se soupesaient, cherchaient en somme à se deviner (...) Une sorte de collégien attardé, aux épaules tombantes, à l'allure frêle, à la bouche large un peu tordue, aux yeux à la fois sombres et lumineux de croyant, tendait un visage sévère qu'adoucissait un sourire, vers l'orateur en train de plancher. Un jeune garçon à la voie fluette parlait de l'institution sacrée de l'héritage ! Brrr !... Un réveil-matin sonnait soudain et coupait le sifflet à l'orateur. « Cinq minutes, Monsieur, disait gentiment Henri de Kerillis, pas plus de cinq minutes. La sonnerie est ici pour vous le rappeler, concluez Monsieur, il faut savoir se discipliner ». « Voilà ce que je voulais dire avec bien d'autres choses... C'est trop court »

33bafouillait l'apprenti orateur en guise de conclusion. L'auditoire, bon enfant, applaudissait et riait.

34Henri de Kerillis annonçait le professeur Bergeron du Collège des Sciences Sociales qui allait « faire la critique ». Complet bleu marine, chemise blanche immaculée, col et manchettes durs, barbiche genre mouche napoléonienne, la correction faite homme, le professeur se levait. Il faisait vibrer au-dessus de nos têtes émerveillées sa voix d'Odéon, toute dans le masque : « C'est excellent, commençait-il en doublant la double consonne, un peu sommaire sans doute, mais cela tient à la brutalité inattendue d'une sonnerie dont vous n'avez pas suffisamment supputé qu'elle retentirait au bout de cinq minutes... Votre diction est parfaite (il prononçait « parfaite » en appuyant sur « te » tellement l'e muet était sonore) et vos idées sont intéressantes... » Il y avait devant lui un chapeau renversé, un très beau chapeau noir, soyeux, à bords roulés. J'ai su plus tard que c'était le sien, dans lequel les volontaires plongeaient la main pour en tirer un sujet, sur un papier plié en quatre. »

35Un soir, Albert Naud, dominant son angoisse, monta sur l'estrade et tira du chapeau ce sujet typiquement national : le drapeau. « Vous avez cinq minutes pour réfléchir Monsieur, lui dit Kerillis, et autant pour parler. Pensez à l'impitoyable sonnerie mais pas trop. Bonne chance ». Avant qu'il ne reparte, ce soir-là, Kerillis lui glissera un « Vous m'intéressez » prometteur.

  • 3 André Maurois : Romancier, historien et biographe anglophile.
  • 4 Paul Hazard : Historien, auteur de La crise de la conscience européenne, l'un des livres de référe (...)
  • 5 Le bâtonnier Henri-Robert était le beau-père de Paul Reynaud.

36Les « élèves » -comme Albert Naud- parlaient dans un silence absolu ; le cours s'animait lorsque venait le tour des orateurs un peu plus expérimentés. L'auditoire avait alors le droit de les interrompre, de les interpeller, comme dans une véritable réunion publique. Puis on assistait à un débat contradictoire où trois ou quatre élèves chevronnés s'attribuaient respectivement les rôles des partisans et adversaires politiques : l'un se glissait dans la peau du radical, le second défendait les thèses socialistes, le troisième portait les couleurs du Républicain national. Kerillis terminait généralement la soirée par un commentaire des événements intervenus pendant la semaine écoulée. Il cédait parfois la place à des personnalités amies : André Tardieu, André Maurois3, l'historien Paul Hazard4 que Kerillis admirait particulièrement, André Siegfried, le bâtonnier Henri-Robert5 et Paul Reynaud qui venait parfois assister au cours, les pouces dans les poches de son gilet.

37Au fil des années, le cours connaîtra un succès fou -y compris auprès des femmes- et deviendra une pépinière de jeunes talents. Kerillis s'attache certains d'entre eux pour aller porter la bonne parole républicaine et nationale en province : Jean Legendre, Jean Guérard, Robert Goy, Louis de Chauvigny et beaucoup d'autres goûtent ainsi aux longues et innombrables nuits blanches en train.

38D'autres anciens apprentis-tribuns conservent un souvenir ému de ces cours, tels Bernard Beck, futur Premier Président de la Cour des comptes, Louis Jacquinot et Aimé Paquet, futurs ministres, Émile Veysset, Jacques Lelièvre, futurs conseillers du président du Sénat, Edmond Nessler et Jacques de Menditte qui deviendront parlementaires. Ce dernier raconte : « Je dévorais Kerillis des yeux. J'étais frappé par la simplicité de l'homme, par la vivacité de son esprit et de son corps vibrant en même temps que ses paroles, par son regard, un regard de feu, brûlant d'une conviction et d'un enthousiasme communicatifs ».

39Cette organisation si rapidement opérationnelle laisse rêveur. Kerillis n'avait aucune expérience de la propagande politique avant 1926. Il n'avait pas un tempérament d'organisateur, mais savait s'entourer d'hommes de qualité auxquels il accordait très largement sa confiance. Il leur communiquait son ardeur et sa fougue. En quelques mois, parti de rien, il parvint à créer une structure qui perdura jusqu'à la guerre et suscite encore l'admiration des spécialistes contemporains de marketing politique.

40C'est ainsi que Kerillis devint un homme puissant. Quel chemin parcouru en quelques années ! Hier journaliste débutant, candidat battu en 1926, aujourd'hui maître ès propagande, capable de diffuser ses idées dans toute la France, grâce à l'organisation habilement mise en place dans la plupart des départements.

41Il fait et défait des carrières de députés, et n'hésite pas à le faire savoir haut et fort. Cette activité vibrionnante mais efficace lui vaut, on s'en douterait, autant d'ennemis que d'amis. Ses adversaires politiques, Édouard Herriot, Édouard Daladier (les deux « Édouard » du parti radical), Léon Blum ou Paul Faure, (secrétaire général de la SFIO) dénoncent périodiquement ses « financements occultes ». Des affiches sur le thème « D'où vient l'argent ? » sont placardées en 1930 sur les Champs-Élysées. On accuse également H de K de percevoir des fonds secrets du gouvernement. L'image du « mur d'argent » date de cette époque : elle désigne les opposants d'Édouard Herriot, soupçonnés de comploter contre le gouvernement du Cartel assailli par les difficultés financières. À chaque attaque, Kerillis répond que le CPRN utilise le même mode de financement que la SFIO : la souscription. Quant aux fonds secrets, ils étaient aux mains du Cartel lors des débuts de Kerillis au printemps de 1926. Au passage, il remercie chaleureusement ses contradicteurs dont les attaques provoquent un nouvel afflux de chèques...

42À droite, l'accueil n'est guère plus chaleureux. Depuis longtemps, deux organismes collectent des fonds dans un but politique : l'Union des Intérêts Économiques et le Redressement Français. Les ressources de l'UIE, dirigée par Ernest Billiet, proviennent principalement d'entreprises et de groupements professionnels issus de l'industrie traditionnelle, tels les compagnies d'assurance, la fédération du bâtiment, la compagnie des chemins de fer, le comité des forges, le comité des houillères. Le très puissant maître de Forges, François de Wendel, assure une part non négligeable du budget de l'UIE, qui arrose à son tour de nombreux partis, mouvements et ligues de droite.

43Un peu plus au centre, voire à gauche de l'échiquier politique, s'est installé un autre collecteur de fonds, Ernest Mercier, président du Redressement Français. Jean-Noël Jeanneney le décrit comme représentatif d'un « milieu industriel nouveau » (l'électricité et le pétrole), et désireux de supplanter l'UIE d'Ernest Billiet jugé « très défraîchi ». Les deux financiers sont donc en situation de concurrence, mais prêts à se réconcilier contre un troisième larron -H de K en l'occurrence- qui viendrait troubler un jeu déjà confus. François de Wendel lui-même, qui doit périodiquement jouer les conciliateurs entre l'UIE et le Redressement fiançais, voit d'un mauvais œil l'irruption du nouveau venu. Il lui reproche de vouloir « conduire le bal », mais lui reconnait « de l'allant et le moyen d'en tirer parti ».

44Les relations de Kerillis avec Billiet et Mercier ne seront jamais bonnes. Il leur fait grief de ne pas avoir utilisé les « fonds considérables » dont ils disposaient pour créer une organisation puissante, et de « maintenir les élus dans un isolement qui les rend plus accessibles, plus dépendants et parfois même plus corruptibles ». H de K consacrera beaucoup de temps à solliciter des personnes fortunées susceptibles de financer son œuvre, et ceci sans relâche jusqu'en 1940. Ses proches gardent le souvenir de ses méthodes : argumentation politique, pouvoir de conviction pour les hommes, sourire enjôleur et voix douce pour séduire quelques dames riches qui succombent généralement à son charme.

Politique d'abord

45Les élections législatives de 1928 fournissent aux amis de Kerillis un terrain de manœuvre idéal pour appliquer leur science toute neuve en matière de propagande politique. Des tracts et des brochures condamnant le Cartel des gauches sont distribués par milliers. Des affiches incitant à soutenir l'action salvatrice de Raymond Poincaré, président du conseil sortant, fleurissent sur les murs. La mobilisation des ardeurs stimulées par Kerillis est totale. Lui-même participe à d'innombrables réunions en province. Le voici à Arcachon attaquant Adrien Marquer, le maire socialiste de Bordeaux ; deux jours plus tard, il est à Strasbourg venu porter la contradiction à Léon Blum. Sa vie est alors, de son propre aveu, « un tourbillon inimaginable dans la bataille, la fièvre et l'action ».

46À quelques semaines du scrutin, la presse partage ses titres entre la campagne électorale et les exploits des aviateurs. Le 9 mai 1927, Nungesser et Coli se sont envolés pour relier Paris à New York « d'un seul coup d'aile », sans jamais arriver à destination. Leur disparition a soulevé une intense émotion. On a même envisagé de lancer des imprimés au-dessus de la forêt canadienne pour tenter de les retrouver. Treize jours après leur départ, 200 000 personnes accueillent, au Bourget, Lindbergh, le vainqueur de l'Atlantique, dont la première visite sera pour la mère de Nungesser.

47Tous les jours désormais la presse rapporte les tentatives de raids et de records en tous genres qui se succèdent à une cadence soutenue, occasions de liesse ou de tristesse selon la fin de l'aventure. Les pertes humaines s'additionnent. Kerillis constate avec amertume que l'aviation française a été dépassée par celles des États-Unis et de l'Allemagne. Mais dans ses préoccupations prioritaires, l'aviation a cédé le pas à la politique. Lorsque le 15 avril 1928, la capitale acclame Costes et Le Brix, l'Écho de Paris leur consacre cinq colonnes sur sa première page, mais Kerillis n'a pas un mot pour célébrer les glorieux aviateurs : il poursuit l'une de ses nombreuses polémiques électorales avec Léon Blum. Et un an plus tard, le jour des obsèques du maréchal Foch, lui, l'ancien combattant, le patriote farouche, n'aura d'yeux que pour l'élection partielle de l'Aude où Léon Blum est élu député après avoir été battu, en 1928, par... Jacques Duclos, dans le second secteur de Paris.

48En avril 1928, l'Écho de Paris publie une liste de « ses » candidats aux élections législatives. Kerillis recommande à ses lecteurs de ne voter que pour ceux-là : « Il faut de la discipline. On l'a bien souvent dit et redit. C'est le moment de passer aux actes. Les lecteurs de l'Écho de Paris tiendront à l'honneur de donner l'exemple ». Entre les deux tours de scrutin, la consigne est encore plus claire : « Votez pour le moins rouge contre le plus rouge ».

49Le créateur du CPRN constate avec plaisir que les scores des « Nationaux » ont été meilleurs là où l'affichage a été fait assez tôt : 20 000 communes ont été touchées à cette occasion. Les résultats des élections dépassent les espérances : sur 607 députés élus, 440 se réclament de la politique menée par Poincaré depuis juillet 1926. Mais ce résultat est trompeur : la majorité de centre et de droite est fragile ; Kerillis la qualifie de « jeune personne romantique ». La crise monétaire à peine surmontée, l'Union nationale se lézarde rapidement. En novembre 1928, elle s'effondre, minée par certains radicaux qui somment leurs ministres de démissionner du gouvernement. Edouard Herriot tente de calmer ses troupes et s'exclame : « Ne tirez pas sur le pianiste ! ». Il doit néanmoins céder aux instances de ses amis, Malvy, Daladier et Caillaux. Les radicaux votent désormais contre le gouvernement.

50Poincaré mène ses derniers combats de politique étrangère. Il veut faire ratifier le plan Young qui prévoit la réduction des annuités des réparations et l'accord Mellon-Bérenger sur les dettes interalliées contractées pendant la guerre. Presque tous les groupes politiques sont divisés sur ces sujets. La gauche, foncièrement favorable à la ratification, vote paradoxalement contre le texte afin de ne pas apporter son soutien à Poincaré qu'elle combat dans le domaine de la politique intérieure ; tandis qu'à droite, il faut tout le talent de Paul Reynaud pour amener les députés grincheux à voter pour le gouvernement.

51En juin 1929, Kerillis intervient en faveur de la ratification au congrès de la Fédération républicaine à Rouen, s'opposant ainsi à Louis Marin, son président. Il veut avant tout « trouver une formule de conciliation et d'union qui permettra d'apporter tout entier le concours nécessaire à M. Poincaré et d'éviter une grave crise de gouvernement ». Pour Kerillis, chaque situation de désunion ou de division offre une chance nouvelle aux adversaires radicaux et socialistes qui guettent les opportunités.

52Sept jours après le combat acharné qui aboutit à la ratification des accords contestés, Poincaré, épuisé, démissionne. Briand tente de prolonger son action mais doit s'effacer à son tour quelques mois plus tard. Une génération d'hommes d'État disparaît avec eux. Une autre prend le pouvoir : André Tardieu, l'ancien collaborateur de Clemenceau devenu ministre des Travaux Publics dans le gouvernement Poincaré, en est le symbole. Il tranche sur l'ère précédente. Partisan d'un « orléanisme à l'américaine », selon la formule de René Rémond, il ne rencontre pas l'adhésion de la droite traditionnelle déroutée par ses positions modernistes. Surnommé « le Mirobolant » par Léon Daudet, André Tardieu va diriger trois gouvernements de novembre 1929 à mai 1932.

Gare aux « brebis égarées »

53Toujours inquiet devant les risques d'une rupture d'alliance politique, Henri de Kerillis reproche à Louis Marin et à la « petite fraction d'extrême- droite de ses partisans (...) d'affaiblir Tardieu par une violente campagne de couloirs ». On ne rompt pas impunément une majorité. Il redoute « le penchant secret, presque irrésistible (des hommes d'extrême-droite) pour les alliances d'opposition avec l'extrême-gauche ». Il critique pour les mêmes raisons les députés qui quittent le groupe de la Fédération républicaine au parlement, affaiblissant par là même leur parti face aux groupes de gauche très organisés. Les 85 députés de la Fédération républicaine, et leur chef Louis Marin, ne font pas preuve en effet d'une grande cohésion en votant plusieurs fois contre le gouvernement. « N'aura-t-on pas un jour les Républicains Nationaux unifiés ? » se désole Kerillis.

54Cette nécessité de l'union l'obsède davantage encore après les élections législatives allemandes de septembre 1930 : les nazis deviennent la seconde force politique du Reichstag. « Les élections allemandes signifient que le Reich s'oriente vers un régime de force et que la politique de M. Briand a vécu » écrit Pertinax, chef du service de politique étrangère de l'Écho de Paris. Le 5 octobre, 100 000 « casques d'acier » défilent dans les rues de Coblence devant les fils du Kaiser aux accents d'une marche guerrière. Leur chef, Jeldte, proclame : « L'Allemagne ne sera libre qu'une fois débarrassée du diktat de Versailles ».

55En France, les socialistes et les radicaux se prononcent pour le désarmement. Kerillis apostrophe Édouard Herriot : « La paix fondée sur la démocratie et sur la science ? Formule déconcertante de naïveté, stupéfiante de pédantisme. Où les radicaux ont-ils vu que la démocratie était naturellement et fondamentalement pacifiste ? Les 14 millions de suffrages qui se sont portés en Allemagne sur les communistes revanchards, sur les hitlériens revanchards, sur les nationalistes revanchards, sont des suffrages populaires ».

56Le CPRN diffuse alors une profusion d'affiches et de tracts illustrant les dangers du désarmement français. Les photos des rassemblements nationalistes de Coblence sont publiées sur sept colonnes à la première page de l’Écho de Paris, toujours étroitement associé à l'action politique d'H de K, qui cherche à alerter l'opinion par tous les moyens. Devant 7 000 personnes rassemblées salle Wagram, à Paris, il présente le film qu'il a fait réaliser sur les grandes manifestations fascistes de Rome et de Berlin ; ce film circule ensuite dans toute la France grâce à un système de « cinéma au village » organisé par le Centre de propagande. Les meilleurs orateurs du CPRN, Brille, Naud, Bourin, Cartier, Delion, Goualard, Voisenet, Rome, Romazotti... participent à plus de 200 réunions sur le même thème, et l'Écho de Paris relaie leur action par une série d'articles du général Tournés intitulée « Comment l'Allemagne, au mépris des traités, reconstitue sa puissance militaire ».

57Présent sur tous les fronts à la fois, Kerillis se préoccupe de choisir, dès la fin de 1930, les candidats pour les élections législatives de 1932, afin d'éviter ce qu'il appelle « la concurrence acharnée des petits comités fictifs aux étiquettes bariolées ». Il prône des candidatures uniques avec un « arbitrage pour les cas difficiles ». Les partis politiques ne voient pas d'un bon œil cette ingérence dans leurs affaires internes, mais les moyens de propagande fournis par H de K aux candidats lui donnent voix au chapitre. Pour lui, la règle est simple : toutes les indisciplines -sources de trouble et d'affaiblissement– sont à proscrire. Et gare aux brebis égarées ! Elles sont sévèrement dénoncées. Un député de Seine-et-Oise, le Vicomte de Fels, encourt ainsi les foudres kerillisiennes en préférant, lors de l'élection présidentielle de mai 1931, Aristide Briand le pacifiste à Paul Doumer candidat de la droite. Le CPRN pourfend le « traître » de sa vindicte en organisant dans son propre département une campagne d'affiches pour dénoncer ses « manœuvres ».

58Ce vote est par ailleurs l'objet d'une lettre adressée par Henri de Kerillis à Paul Reynaud qui illustre bien leurs relations d'amitié sans concession : « Pour la première fois depuis que nous sommes liés d'amitié -cinq ans déjà–, nous nous sommes trouvés en désaccord devant un grand problème politique, écrit Kerillis. Je voudrais que vous soyez bien convaincu que mes sentiments sont à l'abri de ces petites épreuves et que si j'ai négligé de vous téléphoner ces jours-ci, c'est simplement parce que je craignais que nos divergences ne soient devenues irritantes pour vous. Sur le fond de la question, croyez que je ne suis pas sans avoir partagé certaines de vos craintes. La chute de Briand est un événement grave, mais les jeux étaient faits de telle manière, la position prise par ses partisans était telle, que sa victoire eût été un désastre pour nous. Vous planez maintenant trop haut pour l'avoir entrevu. Nous reparlerons plus tard dans le calme. Naïvement j'ai souffert de ce combat sans grandeur où la trahison s'en est donnée à cœur joie. Briand méritait mieux. Je vous redis mon affection ».

59Paul Reynaud est alors ministre des colonies du gouvernement Laval. Quelques mois plus tard, Henri de Kerillis saluera le périple de 12 000 km accompli par le ministre en Indochine : « Jamais un ministre français n'était allé visiter notre magnifique colonie d'Extrême Orient. (...) Il était admis qu'on devait diriger, décider, gouverner sans avoir vu ».

Seul marin à bord

60Il n'entretient pas avec tous les hommes politiques de si confiantes relations. La nouveauté de ses méthodes, la brutalité de ses prises de position et la véhémence de certains de ses articles étonnent, quand elles ne choquent pas. L'audace de ce journaliste révulse d'honorables parlementaires habitués à plus de modération et de respect.

61Plusieurs d'entre eux se plaignent à Louis Marin : la propagande antisocialiste ou anti-communiste que veut leur imposer le fougueux personnage « n'est pas opportune dans notre département, plaident-ils ; elle pourrait manquer son effet et provoquer des réactions dangereuses ». Kerillis leur réplique vertement dans les colonnes de l'Écho de Paris : « Dire que la propagande est inopportune, c'est proclamer que l'on n'a rien à faire savoir, rien à enseigner aux masses électorales qui vont avoir dans cinq jours à prononcer un verdict d'une gravité sans précédent (les élections législatives). C'est insoutenable ! (...) Certains parlementaires ne savent pas dans quelle mesure la propagande est applicable dans leur région. D'autres n'ont pour souci que d'éviter les organisations et les activités s'exerçant en dehors d'eux. Ce sont surtout ceux qui voient dans l'élection une combinaison savante, un louvoiement compliqué, un jeu personnel, tout sauf la manifestation forte d'idées qui ensuite les gêneraient, s'imposeraient à eux et dicteraient leur conduite et leurs votes. D'où nos consignes : propagande partout, autant que possible sous la direction ou avec l'assentiment des élus, mais s'il le faut, propagande sans eux, plutôt que pas de propagande du tout ».

62Louis Marin, député depuis 1905, est l'un de ces « anciens de la vieille politique » qui constituent, selon Kerillis, « un péril de mort pour la nation ». Les convictions des deux hommes sont en fait souvent très voisines mais leur tempérament, leur âge respectif et leurs méthodes les poussent parfois à des affrontements spectaculaires. Dans leur ouvrage Faisons le point, publié en 1930, Henri de Kerillis et Raymond Cartier décrivent ainsi le patron de la Fédération républicaine : « Louis Marin est un général qui prétend commander son armée en se plaçant en tirailleur à l'extrémité d'une des ailes, au lieu de se tenir au centre du corps de bataille. À la Chambre, il se trouve en désaccord flagrant avec l'immense majorité des députés de son groupe qui se séparent de lui dans la plupart des scrutins importants. Il lui est même arrivé d'être seul de son avis, rigoureusement seul ».

63L'indiscipline des députés de droite est telle qu'elle frôle parfois l'anarchie, au nom « de la conscience qui primera toujours le nombre », selon la délicate formule de leur chef. Les humoristes trouvent donc là une proie facile et le journaliste Bertrand de Jouvenel n'y résiste pas : « Vous aviez 110 hommes d'équipage, raille-t-il à l'intention du président de la Fédération Républicaine. Ils ne sont plus autour de vous que 15. Bientôt, vous serez le seul Marin à votre bord. C'est un mauvais calembour que je fais, mais il évoque une image juste. L'autre jour, debout dans la travée d'extrême-droite, vous parliez, les bras croisés sur votre cœur qui battait dru, la moustache blanche toute secouée par des mots que vous précipitiez pêle- mêle, trop vite, car vous êtes de ceux qui s'émeuvent, et sont par suite maladroits à émouvoir les autres. Je vous regardais : vous étiez gauche, brutal, et sincère comme un vieux capitaine qui gronde sur sa passerelle. Les hommes de votre parti courbaient le dos, et c'est seulement lorsque votre œil tombait sur eux qu'ils esquissaient vite un petit applaudissement bien pauvret. Tout ramassés sur eux-mêmes, ils rassemblaient en frissonnant le courage de trahir... ».

64Ainsi à chaque vote important, l'autorité de Louis Marin, contestée dans son groupe, met en péril le gouvernement. Kerillis a beau tonner contre les députés qui votent avec l'opposition et contre l'absence de fermeté du président de la Fédération républicaine, rien n'y fait. Exaspéré par l'audace et l'insolence de ce donneur de leçons, Louis Marin demande qu'il soit exclu de la Fédération républicaine. Kerillis qui pouvait s'attendre à une telle sanction, se montre cependant très affecté. Il plaide pour sa défense : « Louis Marin, écrit-il à Jean Guiter secrétaire général de la Fédération républicaine, reproche souvent à Monsieur Briand, et il a raison, de se cramponner au ministère des Affaires étrangères contre la volonté des Chambres. Que dire de son propre cas ? Maître du journal et de la caisse du parti, il préside le groupe qui est l'émanation de la Fédération républicaine à la Chambre et, régulièrement, depuis trois ans, tous les députés à quatre exceptions près votent avec un ensemble touchant contre leur président. En outre, Monsieur Marin est entré dans une opposition systématique contre tous les gouvernements nationaux à partir du jour où il en a été écarté. (...) Qui a porté cette année les coups les plus rudes aux socialistes de Monsieur Marin ou de moi ? conclut-il. Qui a mené la campagne contre « le Populaire » ? contre Monsieur Blum à propos de l'affaire Oustric ? Qui a fait apposer des affiches dans plus de 16 000 communes ? Qui a organisé plus de mille réunions publiques ? »

65Déployant des trésors de diplomatie, le conseil national de la Fédération républicaine apaise le conflit, mais l'armistice ne dure guère. Quelques semaines plus tard, Louis Marin publie dans La Nation, organe de la Fédération républicaine, le portrait d'un certain « Jocrisse » qui est censé dépeindre Henri de Kerillis : « Jocrisse, sous prétexte de jeunesse débordante et de nouveauté ébouriffante, a une politique : elle consiste à penser, si l'on ose dire, que les idées sont inutiles pour agir sur les faits et les sociétés ; que les partis ou les hommes n'ont donc aucun besoin de principes ou de programmes ; qu'on peut changer de conceptions comme de gamelle, et que la tactique elle-même se passe de plan réfléchi ». L'année suivante les voit encore se critiquer, se réconcilier puis se brouiller de plus belle sous les yeux des congressistes de la Fédération républicaine qui n'ont pas fini d'applaudir les retrouvailles que la rupture est à nouveau consommée ! Et les querelles se poursuivront encore.

66Les élections législatives de 1932 approchent et le Centre de propagande s'y prépare en intensifiant son action. Sur Radio LL, où il dispose toujours d'une tribune, Kerillis invite tous les vendredis soir des parlementaires de la Fédération républicaine, de l'Alliance démocratique, des Démocrates populaires ou des Radicaux nationaux à s'exprimer. Lui-même donne fréquemment des conférences politiques reprises par plusieurs postes de province. Il ne délaisse pas pour autant les autres moyens de propagande et notamment les affiches géantes contre les socialistes.

67Mais désormais, il va de plus en plus agir en franc-tireur. Son sens aigu de l'intérêt général l'oppose avec constance aux manœuvres partisanes des hommes politiques. Il est incapable de s'intégrer dans une structure. Il y devient très vite un fauteur de troubles, un gêneur qui ne respecte pas les caciques et leur assène par voie de presse quelques vérités bien senties. Il ne prend pas garde aux conséquences de ses actes ou de ses propos. Peu importent à ses yeux les réactions qu'il suscite. Il va de l'avant. Il a tant à faire !

Notes

1 Jean Legendre (7 mai 1906-21 septembre 1994) : Maire de Compiègne de 1947 à 1987 (avec une interruption entre 1954 et 1959). Député de l'Oise de 1945 à 1962. Premier président du conseil régional de Picardie. « Il fut l'un des orateurs les plus spectaculaires de l'après-guerre » a dit de lui Jacques Isorni. Auteur de Propos d'un homme de droite.

2 Radio LL sera acheté par Marcel Bleustein-Blanchet (fondateur de « Publicis » en 1926) et sera appelé « Radio Cité » à partir de 1935. Outre Kerillis, d'autres éditorialistes : Maurras, Tabouis, Euré, Frossard etc... interviendront au cours de l'émission « La minute du groupement des journaux d'opinion ».

3 André Maurois : Romancier, historien et biographe anglophile.

4 Paul Hazard : Historien, auteur de La crise de la conscience européenne, l'un des livres de référence d'Henri de Kerillis

5 Le bâtonnier Henri-Robert était le beau-père de Paul Reynaud.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search