Version classiqueVersion mobile

Henri de Kerillis

 | 
Jean-Yves Boulic
, 
Annik Lavaure

Chapitre 5. Dans l'arène avec Paul Reynaud

Texte intégral

1À la fin de l'année 1925, les accords de Locarno ont couronné la politique étrangère menée par Aristide Briand. En revanche, la situation intérieure de la France n'engendre pas les mêmes espérances. Les conséquences de la guerre et la politique du Cartel, pendant 18 mois, ont suscité une double crise de confiance et financière. Les Français, inquiets de la déficience des gouvernements exigent le remboursement immédiat de leurs « coupons », symboles des 152 milliards d'emprunt émis par l'État depuis 1914. L'exode des capitaux s'intensifie, la cote du franc est au plus bas.

2Après la chute de Paul Painlevé, en novembre 1925, « l'enchanteur Briand » a constitué un gouvernement dit de concentration. Le nouveau président du conseil, auréolé d'un prestige grandissant du moins aux yeux de la gauche car la droite, soucieuse de l'exécution intégrale du traité de Versailles, lui reproche son « pacifisme » entend bien se consacrer à la poursuite de sa politique de rapprochement avec l'Allemagne, et laisse le soin de résoudre la crise intérieure à ses ministres des finances. Quatre s'y épuiseront sans succès jusqu'au mois de juillet 1926.

3En février, l'inquiétude des épargnants devant la dégringolade accélérée du franc éclipse quelque peu l'élection à Belfort d'André Tardieu, l'un des négociateurs du traité de Versailles. À quoi bon un député de plus ou de moins ? Les Français n'ont plus confiance dans l'État et guère davantage dans leur parlement. Pourtant, il faut bien remplacer les députés décédés. A Paris, la disparition, en quelques mois, de deux d'entre eux, MM. Bonnet et Ignace, entraîne une élection partielle, dont le premier tour est fixé au 14 mars 1926. C'est à cette occasion, qu'Henri de Kerillis entre de plain pied dans l'arène politique.

4Paris est alors divisé en trois secteurs électoraux. Le second, où doit se dérouler le vote, comprend le centre et le nord-est de la capitale, un secteur difficile pour la droite. Le soin de choisir les candidats conservateurs revient au congrès de l'Union républicaine et sociale, émanation des partis de droite. Membre de la puissante Fédération républicaine dirigée par Louis Marin, Kerillis reçoit son soutien auprès des « sages » qui décernent les investitures électorales.

5Au même moment, Alexandre Millerand, qui a créé après son départ de l'Élysée la Ligue républicaine nationale, suggère à Paul Reynaud de se présenter en tandem avec le journaliste de l'Écho de Paris puisqu'il y a deux sièges à pourvoir. « Je ne le connais pas, objecte Paul Reynaud, mais n'est- il pas bien à droite ? ». « Il a sa clientèle. Vous y joindrez la vôtre » rétorque l'ancien président de la République.

6Paul Reynaud, élu en 1919 député des Basses Alpes, a été battu en 1924 sur la liste d'Andrieux, doyen de la Chambre, qui disait de ses co-listiers : « Mes jeunes collègues sont charmants pour moi. D'ailleurs, je pourrais être leur grand-père, si leurs grands-mères avaient voulu... ». Reynaud est membre de l'Alliance démocratique qui constitue, avec la Fédération républicaine, le Bloc national chassé du pouvoir le 11 mai 1924 par la victoire du Cartel des gauches.

7L'une des divergences idéologiques entre les deux formations concerne la question religieuse : les partisans de l'Alliance démocratique sont farouchement attachés à la laïcité de l'État et refusent d'envisager la remise en cause de la législation scolaire. La Fédération républicaine, au contraire, héritière de la droite conservatrice influencée par la hiérarchie catholique, est violemment opposée au projet d'école unique du Cartel.

8Le 24 février, Paul Reynaud et Henri de Kerillis sont convoqués devant le congrès de l'Union républicaine nationale et sociale, dans la salle du syndicat de l'Épicerie, 12 rue du Renard. Deux autres postulants participent à la réunion : Erlich, ancien député, et Victor Constant. Ils vont devoir, chacun leur tour, plaider leur dossier afin que les « juges » puissent les départager. Le tirage au sort a désigné Kerillis comme premier orateur. Son intervention suscite un mouvement de curiosité, car sa plume acérée lui vaut une certaine notoriété. Ému, grave, il se présente, évoque ses années de guerre, ses citations, ses blessures. Son programme ? C'est celui de l'Union républicaine. Il ne s'y attarde pas. Avant tout, il est patriote et social.

9M. Erlich lui succède et, sentant que la fougue de l'ancien dragon a séduit les assistants, suggère de lui adjoindre un homme d'expérience, habitué aux roueries parlementaires, lui-même par exemple. Victor Constant s'exécute à son tour en quelques mots. Paul Reynaud prend la parole le dernier et répond aux questions d'un délégué qui veut savoir « ce qu'il a fait pendant la guerre » : cinq années de service en Sibérie et sur les fronts extérieurs apparaissent comme un bon brevet de courage, sinon de patriotisme.

10Les résultats du vote d'investiture sont sans surprise : Erlich recueille 64 voix, Constant 61, Kerillis en obtient 161 et Reynaud 164 sur 236 votants. Le duo « Reynaud-Kerillis » est plébiscité.

11Paul Reynaud racontera dans ses Mémoires que cette campagne électorale est l'un des plus beaux souvenirs de sa carrière politique. Évoquant son co-listier, il écrit : « Breton mâtiné de Bordelais, il était de taille moyenne, la démarche un peu indolente, des yeux ardents dans un visage mobile dont la bouche était souvent tordue par l'anxiété ou par la joie ». Une amitié exigeante naît alors entre les deux hommes au tempérament pourtant peu enclin à la familiarité. Jusqu'à la mort de Kerillis, ils échangeront une correspondance, sans chercher à dissimuler leurs éventuelles divergences d'opinion.

Un tandem de choc

12Dans l'immédiat, l'heure est à la mobilisation de toutes les énergies. Kerillis présente sans complexe sa candidature dans l'Écho de Paris en remerciant les personnalités qui l'ont encouragé à se lancer dans cette bataille : Louis Marin et Pierre Taittinger notamment. S'il veut entrer à la Chambre, « c'est pour y combattre de toutes (ses) forces le Cartel démagogique et menteur, responsable des malheurs du pays ».

13Le combat s'annonce rude. En 1924, le second secteur avait délégué à l'Assemblée nationale 6 députés d'Union nationale (droite), dont Ignace et Bonnet aujourd'hui décédés, mais aussi trois élus se réclamant du Cartel (radicaux et socialistes) et deux du parti communiste. Au total, les différents partis de gauche ont obtenu 30 000 voix de plus que les « Nationaux ». Dès le lendemain de son investiture, l'équipe Reynaud-Kerillis se met au travail et le journaliste réclame à ses amis, par l'intermédiaire de l'Écho de Paris -un précieux relais tout au long des semaines suivantes- « des coups de téléphone, lettres, démarches et visites pour déclencher un dévouement actif ». Avec des accents de chef de guerre plus que d'homme politique, Henri de Kerillis n'hésite pas à bousculer les lecteurs du vénérable journal : « On peut agir sur des parents, des amis, des employés, des compagnons de travail, d'atelier ou de bureau. Il faut de l'ordre, de la méthode, de la discipline. Que chacun fasse son devoir et l'on vaincra ! ». Un appel vigoureux et insolite de la part d'un candidat de droite à une époque où la gauche détient pratiquement le monopole de la propagande politique.

14Kerillis et Reynaud vont d'ailleurs faire une campagne qui ne ressemble en rien à celle des modérés traditionnels : elle évoquerait plutôt une charge de cavalerie dans la campagne picarde ! Deux réunions publiques chaque soir et dans les lieux les plus divers : salles de spectacle, préaux d'écoles, cafés, palais des fêtes, gymnases... Kerillis prend la parole le premier et pourfend le Cartel. Emporté par son élan, il descend de la tribune, marche dans les allées et, les deux mains dans les poches de son veston, allant de l'un à l'autre, parle, dénonce, fustige et prend à témoin l'assistance. L'officier journaliste se révèle un redoutable tribun. La bataille à laquelle il se donne tout entier n'est pas un combat pour un programme politique : « Il s'agit de savoir si Paris va dire aux hommes qui poussent la France jusqu'au seuil de l'abîme : « Assez, nous n'en voulons plus ! ». Il offre la parole aux contradicteurs, leur répond avec passion et s'éclipse vers une autre réunion, passant le relais à Paul Reynaud qui le rejoindra plus tard.

15« Aviateur pendant la guerre, voyageur pendant la paix, journaliste ardent toujours, Henri de Kerillis est l'homme d'un autre âge » note un observateur. Il se lance dans la politique comme il s'est précipité dans tout, sur tout : sur les Boches comme sur ses adversaires idéologiques. Le style de l'ancien député des Basses-Alpes est différent. Agé de 48 ans, petit et fluet, il a l'éloquence vibrante de son beau-père, le bâtonnier Henri-Robert. Avocat lui-même, il sait capter l'attention des auditeurs, et manie avec maestria une ironie cinglante. Ses sarcasmes soulèvent des houles de rire. Edouard Herriot n'a-t-il pas écrit de lui, quelques mois plutôt : « Il y a un homme plus dangereux pour le Cartel que Daudet et Mandel, c'est Reynaud ! ». Celui-ci présente leur combat en ces termes : « Si vous voulez deux élus dont vous puissiez vous servir comme de béliers pour enfoncer la porte du Palais-Bourbon, cette maison sans fenêtres, pour y faire pénétrer un peu d'air frais, choisissez-nous. Il n'y a pas de crânes plus durs que les nôtres ! ». Plusieurs personnalités viennent leur apporter leur soutien : Alexandre Millerand, l'ancien président de la République, Pierre Taittinger et André François-Poncet, parmi d'autres parlementaires et conseillers municipaux de Paris.

16En face, les socialistes désignent l'ancien député du Nord, Inghels, et Léon Osmin. Les candidats radicaux se nomment Jean Bon et Lenoir. Mais les communistes sont, à coup sûr, les adversaires les plus coriaces. Le Parti a choisi un avocat : Albert Fournier, et un ancien combattant de Verdun et du « chemin des Dames » : Jacques Duclos (futur candidat à la présidence de la République en 1969). Apprenti pâtissier à 12 ans, Jacques Duclos a adhéré au PC juste après le congrès de Tours. Devenu le secrétaire de la section du 10e arrondissement de Paris en 1921, il n'en est pas, malgré ses trente ans tout juste, à sa première campagne électorale. Dans ce deuxième secteur de Paris, il a eu comme prédécesseur Boris Souvarine, auteur de la motion d'adhésion à l'Internationale communiste adoptée par le congrès de Tours en 1920.

17Très vite, la lutte va se limiter à un duel à quatre : Fournier-Duclos contre Reynaud-Kerillis. Un duel au sabre d'abordage. Paul Reynaud, dont la famille originaire de Barcelonnette a émigré au Mexique, se voit accusé de posséder « un grand bazar à Mexico » et d'être en relation avec « de gros capitalistes allemands ». Mais ce ne sont que bagatelles en regard des accusations portées contre Kerillis. Marcel Cachin, député de Paris et membre du comité directeur du Parti, donne le ton en invitant les travailleurs « à barrer la route aux chevaliers du gourdin, aux centuries tricolores qui se préparent contre eux, à tous les mauvais coups ! Que dans tous les ateliers, les usines, les maisons ouvrières de nos faubourgs commence tout de suite une campagne acharnée et incessante contre le fascisme qui se démasque ! ».

18Le grand mot est lâché : l'accusation de « fascisme » va être le leitmotiv communiste durant toute la campagne. Souvent aussi Kerillis sera interrompu dans les réunions publiques par les cris d'« assassin », en raison du bombardement sur Karlsruhe. L'Humanité commente : « La sauvagerie n'a pas de frontières. On bombardait de part et d'autre les villes ouvertes. Mais on ne bombardait pas Briey et les usines sacrées du capital franco-allemand (...) Ce qui répugne aux travailleurs, c'est d'entendre des gens se vanter d'avoir jeté des bombes sur des foules sans défense et d'avoir touché au sol 257 victimes d'un seul coup ». Jacques Duclos ajoutera dans ses Mémoires, rédigés ultérieurement : « À cette époque, un tel comportement soulevait l'indignation, mais depuis, on a fait bien pire au Vietnam ». La réplique de Kerillis arrive en boomerang : c'est le patriotisme lui-même qu'à travers lui les communistes mettent en cause : « Je suis prêt à m'expliquer de cela comme du reste devant les ouvriers parisiens. Je souhaite et je demande la contradiction de Monsieur Cachin. On verra bien s'ils me blâmeront, les ouvriers, d'avoir voulu, avec mes beaux « éperviers » protéger, de nos pauvres ailes fragiles, leurs femmes et leurs gosses... ».

Japy ou la fosse aux lions

19Sept ans seulement après la fin des hostilités, le rappel de ce fait de guerre n'est pas spécialement odieux à la « sensibilité du prolétariat parisien » selon l'expression utilisée par le rédacteur en chef du quotidien communiste. Marcel Cachin comprend vite qu'un grand nombre d'anciens combattants risquent de prendre fait et cause pour l'ex-aviateur, aussi ne s'attarde-t-il pas sur la conduite d'Henri de Kerillis pendant la guerre. Il préfère l'interpeller sur son rôle chez Farman, à propos d'un marché passé par l'État au célèbre constructeur d'avions.

20Ce « scandale » avait été évoqué à la Chambre, le 23 décembre 1925, par un député socialiste, du nom de Gamard, lors du vote du budget. L'affaire remontait à 1921. Farman avait reçu commande de 175 avions de type 110. Mais, à la livraison, un an plus tard, ces avions s'étaient avérés inutilisables. La société Farman avait affirmé que ces difficultés étaient la conséquence des modifications imposées par le service technique des armées. Conforté par le sous-secrétariat d'État à l'aéronautique qui reconnaissait lui-même qu'il n'existait pas de malfaçon, le constructeur avait donc demandé que le ministère de la guerre prenne à sa charge les transformations nécessaires. Après avoir relaté les faits à la tribune de l'Assemblée nationale, le député Gamard avait conclu : « Donc, les démarches infatigables de Monsieur de Kerillis ont appuyé les thèses du sous-secrétariat d'État à l'aéronautique ».

  • 1 En 1936, candidat aux élections législatives, il expliquera dans sa profession de foi : « Après l' (...)

21Le Quotidien, journal radical farouchement opposé à Kerillis, ajouta aux accusations de l'Humanité, le témoignage d'un ancien directeur des Établissements Farman, Monsieur Goux, qui confirmait : « C'est Monsieur de Kerillis qui était alors et demeure toujours le démarcheur de la Maison ». Démarcheur ? Kerillis s'indigne devant une telle dénomination : « Je n'ai jamais été et ne suis le « démarcheur » d'aucune maison d'aviation ». Il rappelle son entrée dans l'industrie aéronautique comme « 20 ou 25 officiers aviateurs » au lendemain de la guerre ; il cite l'exemple du commandant Brocard, glorieux chef de l'escadrille des « Cigognes », devenu conseiller technique chez Blériot. Quant à lui, « spécialiste de l'aviation de bombardement, (il a) pris la direction d'un service important chez Farman, constructeur d'avions de bombardement ». Mais il n'a jamais été intéressé financièrement aux commandes passées par l'État et propose d'en faire établir la preuve par huissier. Au passage -rendez à César, etc- il spécifie que Monsieur Goux n'était pas directeur chez Farman, mais simple employé. Chacun à sa place ! La polémique se poursuit avec acharnement pendant toute la campagne. L'Humanité et e Quotidien, ainsi que l'Ère Nouvelle et l'Œuvre, journaux de gauche, reprennent en chœur l'air de « Kerillis le démarcheur ». Oser le traiter de « démarcheur » ! La trivialité de cette dénomination sonne à ses oreilles comme une insulte. Il est pilote, pas démarcheur. Kerillis ne donnera pas d'autre précision sur son rôle exact chez Farman1.

22Kerillis avait proposé de s'expliquer devant les ouvriers parisiens. Que le « candidat réactionnaire » vienne donc à la réunion communiste prévue quelques jours plus tard salle Japy, lui suggère Marcel Cachin : « Les ouvriers jugeront (...) On évoquera l'affaire de Karlsruhe, le scandale Farman, sans oublier le fascisme ». Chiche ! Reynaud et Kerillis relèvent immédiatement le défi : « Vous nous convoquez au manège Japy. Nous serons exacts au rendez-vous. Nous arriverons seuls, sans escorte, sans un ami ».

23Deux jours avant la réunion, les communistes placardent dans Paris le texte suivant : « Un pays est pourri lorsque le cœur des honnêtes gens est plus lâche que le cœur de la canaille ». Signé Paul Reynaud, candidat fasciste dans le 2e secteur. Discours prononcé le vendredi 5 mars à la salle Japy devant les JP. Dans la même salle, Reynaud parlera jeudi devant « la canaille ».

24Une mise en scène est soigneusement orchestrée pour l'arrivée des « invités » de Marcel Cachin. À 21 heures, le 11 mars, Paul Reynaud et Henri de Kerillis arrivent dans un café, place de la République. Mêlés aux consommateurs et aux masques de la mi-carême, ils attendent l'émissaire du PC chargé de les conduire jusqu'à la salle Japy. Maranne, administrateur de l'Humanité, arrive coiffé d'un sombrero qui lui donne un air de conspirateur. Paul Reynaud raconte : « Nous le suivîmes jusqu'à un coupé élégant et désuet où restait encore un porte-bouquet et une glace qui dut refléter des visages plus séduisants. Conduits par un chauffeur impeccable, le camarade Maranne nous emmena, par des rues détournées, jusqu'à une porte de secours de la salle Japy. Une double haie de solides gaillards à brassard rouge nous attendait. Portés de bras en bras, nous nous trouvâmes soudain sur la scène devant une foule immense ».

25À peine ont-ils émergé sur l'estrade que le tonnerre d'une « Internationale » chantée par huit à dix mille militants debout retentit. Impassibles, les deux hommes restent assis. Marcel Cachin a bien du mal à imposer un silence relatif dans la salle. Le premier, Kerillis se lance : « Citoyens communistes, je ne suis pas ici en accusé. Il m'a plu de venir devant vous parce que Monsieur Cachin m'insulte tous les jours et qu'il ne m'a jamais offert de se rencontrer avec moi au milieu de mes amis. Alors j'ai tenu à venir à lui, au milieu de vous, afin que, protégé par dix mille de ses ouvriers, il puisse au moins m'attaquer en face ».

26Ce préambule qui ne manque ni de culot ni de panache provoque des hurlements et des huées. Kerillis élève la voix (on parlait sans micro à cette époque) et poursuit : « J'ai dit et je maintiens que si, un jour, vous plantiez le drapeau rouge sur la barricade, moi, je serais de ceux qui marcheront à l'assaut pour l'en arracher et y planter à sa place le drapeau tricolore ». Les huées redoublent. Paul Reynaud tente de prendre le relais. « Nous sommes aujourd'hui le 11 mars 1926. Rappelez-vous bien ce que je vous dis : si le communisme triomphait, ce serait l'effondrement du franc. Or vous savez, par l'expérience des autres pays d'Europe que la chute de la monnaie, c'est la misère pour l'ouvrier et pour l'employé ». Nouvelles huées d'une foule qui se fait menaçante.

27Cachin se tourne vers lui : « Je ne réponds de rien ». « C'est votre affaire, c'est vous qui présidez ! » lui rétorque Reynaud qui, à son tour, s'élance bravement au devant de cette marée humaine trépignante et frondeuse. Hâché de cris et de sifflets, son discours est inaudible. Mieux vaut écourter une réunion qui commence à prendre, pour les deux téméraires, une allure de fosse aux lions. L'Internationale y met un point final. Les deux hommes seront raccompagnés avec le même cérémonial insolite.

Echec à droite

28Cette campagne d'une « partielle » fait décidément grand bruit dans le milieu politique. Des encouragements convergent vers les candidats de l'Union nationale. Clemenceau, retiré de la vie politique, témoigne son soutien aux deux hommes ; de même, le jeune Parti démocrate populaire appelle à voter pour eux. En revanche, l'Action française de Maurras, à la veille du premier tour, se prononce pour l'abstention. Les responsables du mouvement royaliste avaient demandé à Paul Reynaud et à Henri de Kerillis de prendre position sur deux thèmes d'actualité : le maintien ou l'abrogation des lois laïques (votées par le Cartel depuis 1924) et l'acceptation de la formule « pas d'ennemis à droite ». La Fédération républicaine et l'Alliance démocratique ne partageant pas les mêmes idées sur les questions religieuses, les deux candidats ont jugé plus prudent de ne pas répondre. L'Action française dénonce ce « défaut de réponse » et déclare : « Nos amis s'abstiendront de voter comme les candidats se sont abstenus de se prononcer ». Coup dur, car la liste de l'Action française avait obtenu 6 000 voix deux ans auparavant.

29Malgré l'agitation de la campagne et la violence des polémiques, l'élection ne passionne pas les Parisiens. On enregistrera 40 % d'abstentions. Jacques Duclos et Paul Reynaud ne sont pas encore des ténors de la politique, et l'enjeu de cette élection partielle n'est pas déterminant. « Ni Paul Reynaud, ni Monsieur de Kerillis ne peuvent rien changer aux destinées du bloc des gauches » estime l'Action française.

30Les résultats du premier tour sont les suivants pour les deux listes principales :

31Union républicaine, sociale et nationale :

32Reynaud : 47 223 voix

33Kerillis : 47 075 voix

34Communiste :

35Duclos : 37 658 voix

36Fournier : 37 614 voix

37Le quotidien de gauche, l'Œuvre, publie ce commentaire d'une curieuse mathématique : « 40 % d'abstentionnistes, 40 % pour un fascisme plus ou moins avoué, 33 % pour les procédés révolutionnaires de Moscou et 25 % pour les partis qui constituaient le Cartel le 11 mai 1924 ». « Un diable de petit temps doux comme hier, et dix mille électeurs vont cueillir la primevère » ajoute, amèrement bucolique, l'Écho de Paris, pour expliquer la faible participation au scrutin.

38Comment inciter les promeneurs du dimanche et les amateurs de primevères à aller voter pour le second tour ? La sarabande des réunions publiques reprend de plus belle. Les candidats y perdent leur voix. Reynaud doit se faire « injecter de l'huile dans les poumons » pour pouvoir continuer à haranguer les Parisiens indifférents ! Les désistements des candidats socialistes et radicaux sont l'occasion de quelques formules bien senties : les socialistes donnent leurs suffrages aux communistes « pour faire reculer le fascisme menaçant ». Chez les radicaux, la situation est moins claire : ils décident donc... de ne rien décider !

39Reynaud et Kerillis ne peuvent guère espérer davantage de soutien sur leur droite. Henri Béraud, célèbre reporter du Petit Parisien, leur reproche d'avoir utilisé pour une affiche un extrait de son livre Ce que j'ai vu à Moscou. Et de sa retraite de l'île de Ré où il rédige les derniers chapitres de son ouvrage Mon ami Robespierre, il intervient dans le débat en publiant une dépêche qui se termine ainsi : « De toutes mes forces, je désire que la démocratie et la liberté l'emportent dimanche contre MM. de Kerillis et Reynaud. Mais, quelle que soit la raison de leur défaite, je me tiendrai pour content qu'elle soit consommée. Car, au libéralisme trompeur de ces fascistes honteux, je préfère toutes les audaces. Les erreurs même du prolétariat sont mille fois préférables aux intérêts des ventres dorés. Je tiens MM. de Kerillis et Reynaud pour des ennemis du peuple. C'est net ».

40Du côté de l'Action française, on renonce à l'abstention prônée pour le premier tour. Au cours d'un meeting à BA TA CLAN, le bâtonnier Marie de Roux, membre du comité directeur de l'AF, interroge Henri de Kerillis sur les questions religieuses. L'ancien élève de Tivoli lui répond : « Je considère comme une honte que dix femmes aient le droit de s'enfermer dans une maison pour s'y prostituer et qu'elles n'aient pas celui d'y enseigner les enfants et d'y soigner les malades ». Cette réponse audacieuse conduit les responsables du mouvement royaliste à déclarer que « l'intérêt supérieur est de battre les communistes ». L'éditorialiste de l'Action française termine son article du 28 mars, jour du second tour de scrutin, par cette déclaration... réaliste : « Voici nos voix, voici nos votes. Messieurs, débrouillez- vous ! ». L'Écho de Paris diffuse les dernières consignes : « Incitez vos amis à voter avant de partir en vacances (c'est le début des congés de Pâques). Surveillez le scrutin. Vérifiez que les urnes soient vides à l'ouverture ».

41L'attente est longue ce 28 mars. En fin d'après-midi, plusieurs milliers de militants sont massés, rue Montmartre, devant les locaux de l'Humanité. Les partisans de l'Union républicaine sont aussi nombreux, place de l'Opéra, sous les fenêtres de l'Écho de Paris. Là comme ici, des écrans géants annoncent les résultats partiels au fur et à mesure du dépouillement. La Marseillaise jaillit plusieurs fois de la foule qui a investi jusqu'au péristyle de l'Opéra. L'Internationale lui répond en écho, rue Montmartre, avec un même élan. La circulation des autobus et des voitures est arrêtée dans les deux quartiers touchés par la fièvre électorale.

42Des bordées de sifflets et de « hou-hou » saluent les chiffres favorables aux adversaires. Des spectateurs, en tenue de soirée, abandonnent l'Opéra pendant l'entracte d'Aïda et viennent se mêler à la foule, encadrée par un service d'ordre imposant et musclé. À 22 heures, les résultats définitifs s'affichent. C'est une courte victoire pour les communistes, mais c'est ainsi. Duclos et Fournier sont élus. Déçus, épuisés, Paul Reynaud et Henri de Kerillis apparaissent plusieurs fois au balcon de l'Écho de Paris et remercient leurs supporters qui conspuent Édouard Herriot et entonnent l'hymne national. Des échauffourées opposent dans la nuit des partisans des deux camps et les gardes républicains à cheval près de la place Beauvau. Un jeune militant des Jeunesses Patriotes (le mouvement de Pierre Taittinger) y est tué. l'Humanité citera quelques jours plus tard des journaux allemands se réjouissant de la défaite de « l'assassin de Karlsruhe » !

43Le coup est rude, mais il ne sert à rien de se lamenter. « On en recevra d'autres, sans doute, mais on en portera, et puis on vaincra », conclut le jeune « ancien combattant » Henri de Kerillis. Deux ans plus tard, Paul Reynaud deviendra député du 2e arrondissement de Paris.

L'Action française condamnée

44Quelques semaines plus tard, la crise financière va provoquer la chute du Cartel des gauches. Le budget a finalement été voté mais la situation s'aggrave tous les jours. Le gouvernement Briand -le dixième du nom- vent procéder par décrets-lois pour appliquer un nouveau plan de redressement financier. Un vote conjoint des « maringouins » (on surnommait ainsi les députés de la Fédération républicaine présidée par Louis Marin) et des radicaux d'Edouard Herriot, très attachés aux institutions parlementaires, le renverse pendant l'été 1926. Le désastre est à son comble. La livre anglaise fait des bonds. Le franc perd tous les jours de sa valeur ; les grands magasins doivent modifier plusieurs fois par jour les prix indiqués sur les étiquettes. Autour de la Chambre des députés les manifestations se multiplient.

45On fait appel à Poincaré, qui inspire confiance. Il a dirigé le ministère des Finances pour la première fois en 1893, à 33 ans. En prudente Lorraine, intriguée par l'ascension de son fils, sa mère s'était exclamée : « Ce n'est pas une situation pour un jeune homme » ! À la présidence du Conseil, il tente et réalise l'Union nationale : Édouard Herriot et Louis Marin participent au gouvernement à titre symbolique. C'est la fin du Cartel qui devait apporter à tous, selon l'expression d'Herriot, « une bibliothèque de bonheur ».

46Ainsi assuré du soutien du plus grand nombre, Poincaré peut prendre les mesures nécessaires. La livre baisse comme par enchantement. Le franc retrouve bonne contenance. Poincaré arrête sa progression en août, lorsque le cours de la livre atteint 125 F et celui du dollar 25 F, afin d'éviter l'inflation monétaire. Cette première dévaluation du 20e siècle rend nos produits plus attractifs pour les Anglais et les Américains qui « vinrent chez nous à pleins paquebots », comme l'écrit Paul Reynaud. « Poincaré-la-guerre », raillé en 1923 par les radicaux, devient « Poincaré-la-confiance ».

47Aristide Briand occupe toujours le ministère des Affaires étrangères. Son maintien dans le gouvernement signifie la poursuite de la politique de rapprochement avec l'Allemagne et le renoncement à l'application intégrale du traité de Versailles. Le 10 septembre, l'Allemagne fait son entrée à la Société des Nations conformément aux accords de Locarno. Briand laisse éclater son lyrisme : « Arrière les fusils, les mitrailleuses, les canons ! Arrière les voiles de deuil !... Place à la conciliation, à l'arbitrage, à la paix ! »

48Kerillis l'accuse de vouloir abandonner la garde militaire du Rhin, la Sarre, le contrôle des armements allemands, nos dernières garanties, nos derniers gages, « nos derniers lambeaux de victoire ». À ses yeux, Briand est un « rêveur incohérent, un gaffeur incomparable » dont « les ruminements nébuleux s'accélèrent ». L'ancien combattant Kerillis est obsédé par le danger que représente déjà le réarmement allemand. L'opinion publique, moins anxieuse, se passionne pour deux faits divers : l'arrestation en juillet de l'escroc Stavisky, qui n'a pas fini de faire parler de lui, et la mort, à 31 ans, de Rudolph Valentino, le myope au regard de velours, dont les obsèques donnent lieu à des scènes d'hystérie collective.

49Cet été-là voit aussi exploser la crise qui couve depuis plus de 10 ans entre le Vatican et l'Action française. Une autre idole de la jeunesse d'alors, Charles Maurras, personnalité politico-intellectuelle de tout premier plan, vacille de son piédestal. Sur lui, André Gide a eu cette curieuse formule : « Il était sourd comme l'Angleterre est une île, de là sa force « ... ! Incroyant mais respectueux d'une Église considérée comme une puissance de conservation sociale, Maurras avait, au Vatican comme ailleurs, ses partisans et ses détracteurs. Après avoir pourfendu les « défaitistes » et les « traîtres » pendant la guerre, il était devenu le champion du nationalisme intégral. Son audience dans les milieux conservateurs, le clergé et la jeunesse, était une source d'inquiétude pour l'Église peu disposée à voir la religion asservie à des buts politiques. La condamnation, en 1910, du Sillon créé par Marc Sangnier, avait montré la volonté du Saint-Siège de ne pas se laisser « récupérer ».

50En janvier 1914, c'est au tour de Maurras d'encourir les foudres du Vatican : sept de ses livres sont mis à l'Index en raison de « l'influence néfaste » qu'ils pouvaient exercer. Mais, mesure de clémence révélatrice de l'influence de leur auteur sur Pie X, la décision ne fut pas publiée. À la mort de Pie X, en août 1914, son successeur, Benoit XV, décida de maintenir le secret de la sentence. Comment condamner un mouvement nationaliste dans un pays en guerre ?

51L'audience de l'Action française chez les catholiques s'est développée considérablement dans les années qui ont suivi le conflit mondial. Au point qu'une enquête réalisée par les Cahiers de la Jeunesse belge en juillet 1925 place Charles Maurras en première position des écrivains contemporains considérés comme des « maîtres à penser », loin devant Paul Bourget, Maurice Barrés, Henry Bordeaux et Pierre Loti.

52Ce palmarès provoqua de nouveaux remous et alimenta la polémique qui secouait l'Église. Inquiet d'une trop grande dépendance intellectuelle des catholiques français vis-à-vis de l'Action française, le Vatican décida de mettre fin à cette confusion. Le cardinal Andrieu, évêque de Bordeaux, publia dans son bulletin diocésain d'août 1926 une mise en garde sur « l'athéisme, l'agnosticisme, l'anti-christianisme et l'amoralisme » de l'Action française. » Pas moins ! Plusieurs lettres papales et déclarations communes des évêques laissèrent prévoir la sanction. En décembre, la décision de mise à l'Index des livres de Maurras et du journal l'Action française fut rendue publique. Les idées monarchistes défendues par le Mouvement n'étaient pas concernées par la condamnation, précisa l'Osservatore Romano, chaque catholique disposant d'une « juste liberté dans le domaine des idées politiques ». Mais l'organe du Vatican fustigeait les principes contraires à la doctrine et à la morale catholique qui inspiraient leur auteur.

53L'Action française ne se releva pas du trouble profond créé ainsi dans ses rangs. Sommés de choisir entre leur religion et la fascination intellectuelle exercée par Maurras, certains catholiques vécurent de véritables drames de conscience qui aboutirent à des ruptures douloureuses. Bernanos en a laissé ce témoignage lapidaire : « Qui a été maurrassien et ne l'est plus risque fort de n'être plus rien ».

54Kerillis suivit le déroulement et l'issue de la crise de l'Action française en Suisse où il soignait l'asthme qui le faisait souffrir chaque hiver. Il y médita les causes de sa propre défaite électorale, les failles et les faiblesses des campagnes de la droite. Ses cogitations allaient bientôt porter leurs fruits.

Notes

1 En 1936, candidat aux élections législatives, il expliquera dans sa profession de foi : « Après l'armistice de 1918, mes blessures m'avaient contraint à quitter la carrière militaire. Je suis devenu, avec l'autorisation de mes chefs, un des directeurs d'une des plus grandes firmes et des plus estimées de l'aviation, celle des frères Farman. Depuis, mes adversaires politiques me l'ont reproché avec violence et une rare injustice. Je m'honore, quant à moi, d'avoir été le collaborateur des trois hommes qui ont été parmi les pionniers de l'aviation qui, partis très pauvres dans la vie, sont devenus, par leurs seuls mérites d'aviateurs et d'inventeurs, de grands industriels, et qui, riches, continuent à donner avec une magnifique énergie, l'exemple du courage, essayant eux-mêmes leurs nouveaux appareils au péril de leur vie. Auprès d'eux, j'ai acquis l'expérience des grandes entreprises industrielles et une formation pratique qui m'ont été précieuses. Je mets au défi mes adversaires de citer, preuves à l'appui, un seul fait répréhensible à mon actif au sujet de ma collaboration avec les Farman ».

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search