Version classiqueVersion mobile

Henri de Kerillis

 | 
Jean-Yves Boulic
, 
Annik Lavaure

Chapitre 4. Naissance d'un journaliste politique

Texte intégral

1« On les a eus ! », « La guerre est finie ! ». La France fête sa victoire et panse ses plaies. Paris est en liesse, une foule cosmopolite s'égaye dans les rues de la capitale. La vue des uniformes étrangers -anglais, belges, russes, américains, indiens, néo-zélandais– suscite des élans d'amitié de la part des Parisiens soulagés de l'arrêt des bombardements et des cannonades de la grosse Bertha, qui ont fait plus de 500 morts. Les plus admirés, les plus fêtés des soldats sont les aviateurs. Ils ont payé un lourd tribut à la guerre. Un tiers d'entre eux sont morts ou ont disparu depuis 1914. Les survivants ont un succès fou : leurs tuniques à larges revers et leurs bottes hautes lacées sont synonymes de prestige et d'audace. Mais aussi de fantaisie, car ils sont, pour plupart, très gais.

2En poste depuis plus d'un an au ministère de la guerre, à Paris, Kerillis est déjà habitué à cet engouement. Ses compagnons revenant du front se laissent griser par cette frénésie de vie qui les aide à oublier le froid, la peur, la mort. Il est trop tôt pour penser à demain, à cet avenir peu exaltant qui les attend, loin de la fraternité de la lutte ou de l'ivresse du danger. Le temps est fini où l'on comptabilisait, au moyen de croix sur un tableau noir, les avions ennemis abattus. Le combat a cessé, savourons le présent.

3Personne ne souhaite plus entendre parler de tragédie, ni même de gloire ou d'héroïsme. À Paris, les affaires reprennent. Le commerce -de luxe en particulier- prospère. La mode a retrouvé un nouvel éclat. Les bars prolifèrent. On y découvre l'art des cocktails et la musique importés d'outre Atlantique. L'alcool aide à lutter, du moins veut-on le croire, contre ce nouvel ennemi : la grippe espagnole, qui emporte Guillaume Apollinaire et Edmond Rostand en cette fin d'année 1918.

4Clemenceau, toujours président du conseil, visite les régions dévastées. On découvre alors l'étendue des dégâts subis par la France : les pertes humaines -1 325 000 morts pour les seuls militaires, 3 millions de blessés– la production industrielle en chute libre, mais aussi des dommages artistiques irréparables. Kerillis est particulièrement sensible à l'état de désolation de la cathédrale de Reims, éventrée, mutilée, incendiée. Le président des Etats- Unis, Thomas Woodrow Wilson, ne cache pas lui non plus son émotion en visitant la ville martyr au début du mois de janvier 1919.

5Le 19 janvier s'ouvre à Paris la conférence de la paix. Les divergences de vues entre les principaux alliés seront la source de maintes déconvenues. Clemenceau, « le père la Victoire », est obsédé par la protection des frontières de la France. Il veut avant tout obtenir de ses alliés des garanties là-dessus et s'assurer que l'Allemagne, reconnue coupable d'agression, financera les frais de la reconstruction ainsi que le paiement des pensions aux mutilés, aux veuves et aux orphelins de la guerre. « L'Allemagne paiera » devient la promesse à la mode et... le prétexte à dépenser sans trop compter.

6Les Britanniques, eux, sont d'abord soucieux de retrouver leur supériorité navale un moment menacée par le Reich, mais ne souhaitent pas voir l'Allemagne trop affaiblie : ils ont besoin de partenaires pour reprendre leurs activités commerciales. Ils préfèrent un équilibre économique entre les principaux pays européens plutôt que voir s'instituer la suprématie de l'un ou de l'autre. Il est loin le temps où Lloyd George jurait que le Kaiser serait « promené dans une cage à travers les rues de Londres avant d'être pendu et que l'Allemagne, pour réparer les pertes qu'elle a causées, serait pressée jusqu'à ce que l'on entende craquer les pépins »...

7Le président Wilson arrive avec la certitude d'être porteur d'une grande idée : la « nouvelle diplomatie ». Il propose un règlement des conflits territoriaux (Alsace-Lorraine, Belgique, Russie, Autriche-Hongrie, Roumanie, Pologne etc...) qui inspirera les grandes lignes du traité de Versailles. Mais surtout il trace des objectifs que Clemenceau en particulier juge parfaitement irréalistes : la création de la Société des Nations où les pays se donneraient mutuellement des garanties d'indépendance et d'intégrité territoriale ; le règlement impartial des questions coloniales ; la réduction des armements ; la suppression des barrières commerciales ; la liberté de navigation, etc.

8Quant aux Allemands, dont le territoire n'a pas été envahi, ils s'estiment victimes du blocus allié qui les a contraints à l'armistice et espèrent négocier le traité de paix d'égal à égal. Ils considèrent le texte qu'on leur propose début mai comme un « diktat », mais finissent par le signer le 28 juin : les troubles intérieurs qui bouleversent le pays et l'effondrement de leur armée leur interdisent d'obtenir mieux.

9Toujours affecté au cabinet du sous-secrétaire d'État à l'aéronautique Dumesnil (qui a pour chef de cabinet le prestigieux commandant Brocard, l'ancien patron de l'escadrille des « Cigognes »), Kerillis suit de près les tractations de paix. Mais il n'est encore qu'un chroniqueur occasionnel de l'Écho de Paris. La censure, surnommée Anastasie, veille impitoyablement à ne laisser passer que d'anodines informations. Georges Mandel, collaborateur de Clemenceau, statue en derniers recours sur les articles jugés trop audacieux ou tendancieux. Il appelle lui-même au téléphone l'auteur des papiers litigieux, ou le directeur du journal, argumente longuement et n'hésite pas à trancher de façon brutale si son interlocuteur lui résiste. Devant cette disette de nouvelles, les journalistes et les parlementaires qui ont donné, un peu contraints et forcés, carte blanche à Clemenceau pour négocier la paix, rongent leur frein.

L'affaire de Briey

10Kerillis ne se plaint pas du gouvernement, ou du moins pas encore. Sans être titulaire de la rubrique, il écrit sur ce qu'il connaît le mieux et continue à le passionner : l'aviation. Ainsi rend-t-il compte -sous le pseudonyme d'Henry Alain-en février 1919, de l'affaire de Briey. Le bruit court que de « puissants intérêts » seraient intervenus pendant la guerre, auprès des chefs militaires, dans le but d'épargner des usines métallurgiques françaises situées en Lorraine annexée ou occupée. Cette situation aurait permis aux Allemands d'exploiter le bassin minier de Briey en toute tranquillité, aucun bombardement de l'aviation française ne venant perturber leurs activités. Les « puissants intérêts » visés sont ceux du maître de forges François de Wendel, figure emblématique de ces « 200 familles » que dénoncera plus tard Daladier. Le chef de la « maison » de Wendel réfute immédiatement cette accusation :

« Je ne suis pas intervenu dans la question des bombardements des mines du bassin de Briey. Je me suis borné, tout en fournissant quelques indications utiles, à dire qu'il n'y avait pas lieu d'épargner nos usines d'Hayange et de Moyeuvre, situées en Alsace-Lorraine, que je savais être exploitée par les Allemands. Mon collègue, M. Maurice Barres, qui a eu l'occasion de m'écrire à ce sujet, pourra confirmer cette assertion ».

11Trois jours après la parution de cette lettre dans le quotidien Le Matin, Kerillis donne son point de vue dans l'Écho de Paris en se plaçant sous l'angle technique de l'aviateur. Pour lui, l'explication du « mystère de Briey » est simple : en 1914 et 1915, les Zeppelins allemands faisaient de nombreuses victimes en France. L'opinion publique réclamait des représailles. Mais si le haut commandement avait réagi « en tuant des Français à Briey, il eut provoqué des réprobations compréhensibles ». L'année suivante, l'aviation allemande était maîtresse de l'air et l'armée de Falkenhayn disposait d'une artillerie formidable. « Elle barrait la route de Briey en même temps qu'elle enserrait Verdun. Notre aviation de bombardement était impuissante. Il n'était pas question de pouvoir attaquer Briey pour la bonne raison qu'il n'y avait pratiquement plus d'aviation de bombardement » affirme Kerillis.

12En 1917, réorganisée, l'aviation française de bombardement l'aurait- elle pu ? Briey se trouvait alors à 40 km au-delà des lignes françaises. Les appareils, de jour comme de nuit, étaient lents et peu chargés en explosifs : « Quarante kilos par avion... Quarante kilos, en quatre petits pétards pour détruire des machineries, des hauts fourneaux, des ateliers... ! Par la force des choses, poursuit Kerillis, le Grand quartier Général porta l'effort de son aviation de bombardement sur des objectifs vulnérables et rapprochés. On attaqua les gares, les trains, les aérodromes, les dépôts de ravitaillement, les campements, les bivouacs, les convois, etc... »

13Ce n'est qu'en 1918, grâce à 1 « infatigable énergie et à l'ardente volonté du chef de l'aviation d'alors, Jeacques-Louis Dumesnil » –Kerillis en profite au passage pour rendre hommage à son patron- que la France disposa d'un matériel amélioré et de projectiles à grande puissance. « Des bombes de 1 à 25 kilos, on passa à celles de 50, puis de 100, puis de 120 kilos. Mais la guerre avait pris une autre tournure, il fallut porter secours aux armées défaillantes, puis soutenir l effort de reconquête. On oublia Briey ».

14L'affaire de Briey est la première polémique publique dans laquelle s'engage l'apprenti journaliste. On perçoit déjà sous sa plume le goût du rappel des faits historiques qu'il affectionnera toujours, la certitude d'avoir raison, la volonté de convaincre, et le plaisir du bretteur qui conclut avec ironie : « Ce sont là des faits que le pays doit connaître ; ils le mettront en garde contre de louches suggestions et contre les plus inoffensives confidences de certains pilotaillons, voltigeant peut-être jadis aux alentours de Paris, qui eussent –à les entendre– depuis longtemps sauvé la France à eux seuls... si... si... on ne les avait pas retenus » !

15Kerillis suivra avec attention le débat qui aura lieu sur ce sujet à la chambre des députés et témoignera devant la commission d'enquête parlementaire créée pour tenter d'y voir plus clair. Chaque rencontre nouvelle, dans la politique, l'armée, les assemblées d'anciens combattants, ou l'industrie, lui donne l'occasion de tisser des liens, d'amorcer des réseaux qu'il saura parfaitement entretenir tout au long de sa vie.

L'aventure du Goliath

16Mais sa passion reste l'aviation. Il suit ses progrès quotidiens : il ne se passe pas un seul jour sans que la presse ne relate une nouvelle performance. Le 19 janvier, deux mois seulement après l'armistice, Jules Védrines, l'un des « As » les plus populaires de la guerre, atterrit, en plein cœur de Paris, sur la terrasse des Galeries Lafayette. Avant guerre, le grand magasin avait offert une prime de 25 000F à l'audacieux qui réussirait l'exploit. Védrines s'exclamera à sa descente d'avion : « J'aurai 16F d'amende, mais je gagne le prix ». Quelques semaines plus tard, la chance l'abandonnera : il s'écrasera aux commandes de son appareil dans le raid Paris-Rome.

17Au même moment, les Français Roget et Coli traversent pour la première fois la Méditerranée en cinq heures. Plus au nord, la Grande-Bretagne lance un dirigeable qui parcourt 5 000 km au-dessus de l'océan. Quant aux frères Farman, ils n'hésitent pas à commémorer l' « entente cordiale » et leur ascendance britannique en lançant le premier vol commercial Paris- Londres sur un Goliath de leur fabrication, le jour même de l'ouverture de la conférence de la Paix ! Kerillis est du voyage. Il en fait un récit enthousiaste dans l'Écho de Paris. Quel bon fantastique depuis le 11 janvier 1908 qui avait vu Henry Farman, l'un des trois frères, franchir le premier kilomètre en circuit fermé à Issy-les-Moulineaux ! La France a commencé la guerre avec à peine 160 avions de 10 marques différentes. Elle la termine avec plusieurs milliers en état de marche après en avoir fabriqué 5 000 en quatre ans ! L'industrie aéronautique qui n'employait pas 10 000 salariés en 1914 en compte 200 000 en 1919.

18Que faire désormais de tous ces appareils qui commencent déjà à se détériorer sur les terrains de fortune ou sous les hangars dressés hâtivement au hasard des nécessités de la guerre ? Mais surtout, comment reconvertir ces pilotes jeunes et audacieux qui éprouvent pour la plupart un sentiment de malaise et d'inutilité au retour du front ? Pour comble de maladresse, voilà que Clemenceau, par crainte d'accidents, décide que l'aviation ne participera pas au défilé du 14 juillet 1919. Le vieux « Tigre » redoute le goût du risque de ces pilotes habitués à côtoyer la mort tous les jours ! Pas question d'endeuiller « son » défilé par une catastrophe aérienne. Les aviateurs sont donc privés du survol de l'Arc de triomphe et doivent se contenter de défiler, à pied, derrière l'un de leurs héros, le capitaine René Fonck, 25 ans, et pas moins de 75 victoires homologuées.

19En signe de protestation et de revanche, le jeune sergent Charles Godefroy provoquera deux mois plus tard la frayeur des promeneurs en survolant l'avenue de la grande Armée à 15 mètres du sol, avant de passer sous l'Arc de triomphe puis de continuer jusqu'à la place de la Concorde. Revenu au sol il expliquera : « Le défilé du 14 juillet ne comprenait pas nos « oiseaux ». J'ai voulu que l'avion ait sa part du triomphe ».

20À 30 ans, Kerillis partage la fougue de ces jeunes gens qui craignent que la France ne s'assoupisse dans l'euphorie de sa victoire et ne sache profiter de l'atout incomparable de développement économique que constitue cette aviation victorieuse. Persuadé que l'aviation française peut servir de modèle à de nombreux pays, il encourage dans l'Écho de Paris les Potez, les Farman, les Nieuport, ces créateurs de génie, à devenir de véritables chefs d'entreprise, à recruter les meilleurs vendeurs pour commercialiser leurs appareils, car l'armée n'est plus leur unique client. Douze compagnies aériennes vont voir le jour d'ici 1920 ouvrant de nouvelles lignes à destination de villes de plus en plus lointaines. Pour cela il faut oser, innover et prendre des risques. Kerillis se lie avec les frères Farman propriétaires du Goliath, qui confirme chaque jour son succès. Il transporte 25 passagers à 160 km à l'heure, tout en battant des records d'altitude. L'ancien capitaine d'escadrille pressent qu'un avenir prodigieux s'ouvre devant cet avion dans tous les ciels du monde. Appointé par la firme Farman pour vanter les qualités de l'appareil aux acheteurs potentiels, il devient l'un de ses plus ardents propagandistes.

21Vif, l'œil clair, bon peintre, excellent cycliste, Henry Farman a séduit Henri de Kerillis en lui racontant les chasses au lièvre et au perdreau qu'il pratiquait avec son frère Dick, sur leurs premiers avions avant la guerre. Un jour, aux environs de Rambouillet, les deux frères qui avaient provoqué une hécatombe de perdreaux, eurent maille à partir, à l'atterrissage, avec une nuée de chasseurs et de garde-chasses surexcités leur reprochant cette concurrence déloyale !

22Dans l'immédiat, le Goliath se prépare pour de nouveaux défis : il va tenter de relier Paris à Dakar en deux étapes : Paris-Casablanca et Casablanca-Dakar. Ce ne sera pas un raid individuel destiné à mettre en valeur les qualités d'un pilote ou d'un appareil, mais une mission d'études chargée de relever les particularités de la grande route aérienne coloniale entre la France et le Sénégal.

23Quelques jours avant le départ, Kerillis publie dans l'Écho de Paris une interview du général Nivelle qui lui confie son espoir de voir améliorées les relations entre l'Algérie, le Maroc et la Tunisie ainsi qu'entre ces pays d'Afrique du Nord et le Niger à travers le Sahara : « Aujourd'hui, explique le général, les trajets sont interminables : quatre jours de chemin de fer pour aller de Rabat à Alger et deux d'Alger à Tunis au lieu de six à sept heures en avion. Il faut mettre Casablanca à une journée de Tunis au lieu de huit. Au printemps prochain, l'aviation devrait permettre de parcourir les 2 800 km qui séparent Alger de Tombouctou en trois jours au lieu de plusieurs mois ! » Kerillis, toujours prompt à railler les incrédules, termine ainsi son article : « La Méditerranée, l'Atlantique, le Sahara franchis en quelques heures ! À quelle vie prodigieuse l'aviation conduit-elle l'humanité ? Quand les aveugles verront-ils clair ? »

24Le Goliath, fin prêt, décolle de l'aérodrome de Toussus-le-Noble le 11 août, équipé d'un appareil de TSF, émetteur et récepteur. Le célèbre lieutenant Bossoutrot est aux commandes. L'équipage emporte quatre jours de vivres, des armes et des munitions. 17 heures et 20 minutes plus tard, il arrive à Casablanca après avoir couvert 2 300 km à une vitesse moyenne de 140 km à l'heure. Dans l'Écho de Paris Kerillis s'en réjouit mais laisse poindre son inquiétude dès les jours suivants : « On ne sait plus rien du Goliath qui est reparti de Casablanca le 15 août. On craint la catastrophe ». Le 23, sous le titre le mystère du Goliath, le journal publie une lettre de Bossoutrot adressée à Henry Farman pendant l'escale de Casablanca ainsi que le compte- rendu de la première étape du périple. Kerillis analyse ces documents et formule des hypothèses pour expliquer la disparition de l'avion.

25Le lendemain, l'appareil est retrouvé : il avait atterri au nord de Dakar après une rupture d'hélice. Tout l'équipage est sain et sauf. Kerillis, dont l'article voisine ce jour-là avec celui de Maurice Barrés, peut conclure, rassuré : « Le grand Sahara est franchi... Le grand désert, plein de dangers et de mystères, plus redouté que l'océan ». Il se rend à Marseille où il veut accueillir l'équipage du Goliath et lui apporter les félicitations du général Duval, inspecteur général de l'aéronautique. Mais un confrère du Matin, Robert Guérin, conteste le caractère officiel de sa mission. Il écrit : « Employé de Messieurs Farman Frères, chargé de la publicité extérieure de cette maison, M. de Kerillis était désigné par Messieurs Farman pour s'occuper matériellement de l'équipage du Goliath à son débarquement. De plus, M. de Kerillis cumule les fonctions d'employé chez Farman à celle de rédacteur chargé de l'aviation à l'Écho de Paris. À ce titre, il est venu à Marseille, simplement, comme moi ».

26Le sang de Kerillis ne fait qu'un tour. Avec le souci de la précision et le talent de polémiste qui le caractérisent déjà, il répond : « Votre muflerie n'est pas banale. Mais les erreurs dont est remplie votre lettre témoignent de lacunes dans vos informations que je dois combler :

  1. J'étais effectivement délégué du général Duval contrairement à ce que vous affirmez, non seulement pour le représenter mais pour représenter l'aéronautique. J'ai en main un télégramme de lui qui en fait foi.
  2. Je ne suis pas chargé de la publicité extérieure à la maison Farman. Vous avez été très mal renseigné. Je ne m'occupe de la publicité que tout à fait éventuellement et mon service de « petit employé » est autre.
  3. Je ne suis pas chargé de l'aviation à l'Écho de Paris. Ce journal m'a ouvert ses colonnes. J'en profite souvent. C'est tout ».

« Monsieur Henry »

27Quelques semaines plus tard, il s'embarque sur le paquebot la Lorraine à destination de New York. Il va réceptionner un premier avion Goliath, et plus tard un second pour le compte de son constructeur. Menant toujours de front deux occupations, il profite de son séjour pour prendre contact avec le correspondant américain de l'Écho de Paris, muni d'une lettre de recommandation d'André Géraud, chef du service de politique étrangère du quotidien. Tenté, semble-t-il, de se présenter aux élections législatives du 16 novembre 1919, Kerillis finalement y renonce. Le même Géraud, plus connu sous le pseudonyme de Pertinax, lui écrit aux États-Unis pour le « féliciter cordialement d'avoir eu le cœur et l'indépendance de ne pas entrer dans cette foire ».

28Il ne voit donc pas Maurice Barrés, dont le prestige est au zénith (le « cher et naïf Barrés » dira Léon Daudet), appeler à voter pour « le Bloc National » dans les colonnes du vénérable quotidien conservateur, ni son collègue, l'aviateur René Fonck, se faire élire député des Vosges comme 368 autres anciens combattants (qui vaudra à cette Chambre le surnom de « bleu horizon »). À cette date, Kerillis quitte New York pour la Havane où il organise pendant plusieurs mois les transports aériens de Cuba, « ce pays enchanteur » qu'il évoquera ainsi quelques années plus tard : « Quelle joie c'était pour nous et quelle fierté de contempler, le soir venu, de nos grands avions de France, la Havane, ville frémissante, les longues plaines qui l'entourent, coupées de plantations de sucre ou de forêts de palmiers et d'acajou. Avec mes excellents compagnons Lucien Coupet et de Roig, nous apercevions, dès que nous montions à quelque hauteur, d'un côté le golfe du Mexique, vif et agité, de l'autre le grand océan et ses longues ondulations. Et nous éprouvions de l'ivresse à promener nos cocardes tricolores dans cette féérie des crépuscules tropicaux ».

29Lorsqu'il revient à Paris, au printemps 1921, il renoue immédiatement le contact avec l'Écho de Paris. Cinq quotidiens se partagent alors le marché en évitant de se concurrencer de manière trop directe. Ce sont le Petit Parisien, dont le propriétaire Jean Dupuy a été plusieurs fois ministre, le Matin, le Journal, le Petit Journal et l'Écho de Paris, installé 6 place de l'Opéra, face au Café de la Paix. Le propriétaire et directeur de la rédaction s'appelle Henry Simond. Il a succédé à son père, Valentin Simond, qui avait donné une tonalité plus satirique et littéraire au journal en y attirant Paul Verlaine, Alphonse Daudet, Guy de Maupassant, Octave Mirbeau, Catulle- Mendès et Anatole France.

30Depuis le début du siècle, le journal s'enorgueillit des signatures du général de Castelnau (trop « calotin » pour recevoir le bâton de maréchal), d'Albert de Mun le grand tribun de la droite, et d'écrivains comme Henry Bordeaux, Maurice Barrés et Paul Bourget. L'Écho de Paris s'adresse à la bourgeoisie catholique attachée à l'armée. C'est d'ailleurs l'une des rares lectures autorisée, voire encouragée, dans les casernes. Henry Simond dépeindra lui-même sa clientèle à Maurice Barrés sous la forme « d'une veuve en longs voiles de deuil, sortant de la messe au bras de son fils saint-cyrien » ! Kerillis voit en lui « le dernier directeur de journal de style paternel et patriarcal », par opposition à d'autres, tel Jean Prouvost, plus « industriel et commercial ». Avec la création de Paris-Soir, en 1930, ce dernier bousculera les quotidiens en panne de modernisation.

31Au début des années 20, Henry Simond règne sans partage depuis son bureau majestueux et désuet dont le balcon fait l'angle de la place de l'Opéra et du boulevard des Italiens. « Monsieur Henry », le visage mince, le regard pénétrant, la moustache soignée, n'écrit jamais une ligne mais lit et juge tous les articles de ses collaborateurs rassemblés dans la grande salle de rédaction aux tables disparates et aux sièges dépareillés. Sa sévérité, sa prudence et son sens de l'économie -pour ne pas dire son avarice- sont renommés. Ne dit-on pas que lorsqu'il se rend chaque année à Monte-Carlo en train, il déchire les exemplaires de l'Écho de Paris qu'il peut y trouver afin qu'ils ne puissent resservir ?

32Kerillis a lui-même raconté son entrée officielle dans ce quotidien qui allait tenir désormais une place centrale dans sa vie : « Après la première guerre mondiale, j'ai abandonné l'armée. Il me semblait que pendant un long répit, il y aurait mieux à faire que l'exercice dans les casernes ou des vols d'entraînement sur les prairies de France. Je suis allé à la vie civile avec la volonté de chercher l'occasion favorable d'entrer dans l'activité politique. Cette occasion n'a pas tardé. Un grand directeur de journal, un des plus grands que la France ait eu dans ces cinquante dernières années –il devait devenir président de la fédération de la presse française– mon maître, mon ami Henry Simond, m'offrit un poste de choix à l'Écho de Paris (...) J'y fus chargé de la politique. Je n'avais pas 28 ans. Le poids des responsabilités pesait lourd sur mes épaules. Je me plongeai dans le travail avec une sourde passion ».

Le chômage déjà...

33Conscient de l'insuffisance de sa formation intellectuelle, il décide de suivre les cours du Collège de France et se découvre un intérêt profond pour l'Histoire qui ne le quittera plus. Parallèlement, il se lance dans la vie parisienne, fréquente les salons, les cocktails, les congrès. Il profite de toutes les rencontres qu'il peut faire dans les bureaux du journal, véritable carrefour où se croisent hommes politiques, académiciens et responsables militaires, pour « se lier d'amitié avec quelques-uns des hommes qui exercent le plus d'influence sur la vie du pays et qui sont réputés pour avoir le plus d'expérience et de savoir... ».

34Le temps de trouver définitivement sa voie, il teste sa plume sur plusieurs sujets d'actualité. Ainsi relate-t-il les projets du sous-secrétaire d'État aux Postes et Télégraphes, Paul Laffont, qu'il a connu pendant la guerre : « M. Laffont innove : il veut remplacer le paiement des communications téléphoniques sous forme de forfait annuel par la mise en place de « compteurs automatiques des conversations qui éviteront les erreurs et les comptes d'apothicaires » !

35Toujours grâce à ses relations, il retrouve Daniel-Vincent, ex sous-secrétaire d'État à l'aéronautique en 1917, devenu ministre du Travail. Sous la rubrique « Nos grandes enquêtes », Kerillis explique son projet de création d'une « assurance sociale destinée à couvrir les risques de maladie, d'invalidité, de vieillesse et de décès. » Les patrons, explique-t-il, craignent la répercussion sur les salaires et les prix de cette charge qu'ils assumeraient pour moitié. En revanche, les syndicats sont en majorité favorables à ce nouveau système. Le journaliste proclame qu'il ne lui appartient pas de juger cette mesure. Il exprime tout de même sa crainte des augmentations d'impôt : « Je n'incarne pas le contribuable rétif, mais le contribuable est à bout ». Ses articles lui valent un abondant courrier dont il publie volontiers des extraits.

36Au même moment, il s'intéresse à la lutte contre le chômage qui frappe tous les pays. On compte 600 000 travailleurs sans emploi en France, 1 500 000 en Grande-Bretagne et 5 000 000 aux États-Unis. Bien qu'il ait découvert pendant la guerre la fraternité des armes qui transcendent la lutte des classes, Kerillis ne peut se satisfaire d'un regard paternaliste et un brin condescendant lorsqu'il constate que le chômage « frappe une majorité d'ouvriers médiocrement capables mais déborde sur la masse des bons travailleurs ».

37Poursuivant sa réflexion, il n'envisage pas l'assurance-chômage comme « une possibilité immédiate », mais il souhaite une « amélioration du principe et du fonctionnement des caisses de secours ». Il préconise « le seul remède curatif réellement efficace : l'organisation du placement ouvrier », ainsi qu'un remède préventif : « le développement des aptitudes professionnelles ». Selon lui, « le travailleur manque d'interchangeabilité, comme on dit en Amérique », et toutes ces solutions ne sont applicables que dans « l'étroite collaboration des classes qui doit être sincère dans l'esprit des uns et vraiment généreuse de la part des autres ». L'année suivante encore, en 1922, il prône « les huit heures « pour « la masse des travailleurs honnêtes dont l'humble existence, faite de dignité et de labeur, oblige au respect », puis se livre à un examen comparatif des prix de 45 articles –chiffres et tableaux statistiques à l'appui– pour constater que »le prix de la vie baisse ».

38À une époque où les préoccupations et les sources d'information des hommes politiques et des journalistes sont essentiellement hexagonales, Kerillis surprend par ses références aux actions menées à l'étranger, Etats- Unis, Angleterre, Italie, Autriche. Le virus de la curiosité l'a saisi. Il ne cessera plus d'interroger, d'enquêter, de voyager, de lire pour se documenter et comparer.

L'avocat du parachute

39Ses préoccupations sociales n'émoussent en rien son enthousiasme pour l'évolution de l'aéronautique française. « Trop d'aviateurs militaires se tuent » proclame-t-il à la Une de l'Écho de Paris le 14 juillet 1921. On a dénombré 35 morts et autant de blessés depuis le début de l'année. Kerillis y voit la conséquence des restrictions de personnel et d'entraînement imposées à l'aviation militaire : « Désormais, on prévoit moins de temps pour former un pilote d'avion de guerre que les anciens règlements n'en imposaient pour mettre en selle un jeune cavalier ! » Une crise de confiance sévit dans l'aviation qui n'attire plus les jeunes recrues en nombre suffisant : 1 % seulement des Saint-Cyriens sont volontaires en 1921 pour servir dans l'aviation qui n'est pas encore reconnue comme une « arme » autonome. Appelé à la rescousse, René Fonck renchérit dans les colonnes du journal : juste après la guerre, l'armée aurait dû, pense-t-il, vendre ses stocks pour les reconstituer avec du matériel neuf, améliorer les conditions de vie matérielles des pilotes et créer une structure administrative qui coordonne les efforts disséminés entre les quatre ministères de la guerre, de la marine, des colonies et des transports aériens.

  • 1 André Maginot (1877-1932) : Député de la Meuse en 1910. Spécialiste des questions militaires. Plus (...)

40Ministre de la guerre du gouvernement Poincaré, André Maginot1, avec qui Kerillis conservera par la suite des relations très cordiales, les rassure : il annonce une augmentation de 50 % de la solde des aviateurs et une véritable organisation de l'aviation destinée à en faire la « cinquième arme ». En attendant la réalisation de ces promesses, Kerillis s'enflamme pour les nouvelles inventions, l'hélicoptère, le vol à voile, les dirigeables, et surtout le parachute qui pourrait sauver la vie de nombreux pilotes. Les salons de l'Écho de Paris se transforment pendant quelques semaines en une officine spécialisée dans la mise au point de ces « bouées aériennes » dont l'ancien aviateur cherche à assurer le développement et la promotion. Son bureau ne désemplit pas d'inventeurs venus lui présenter leurs derniers modèles. L'un de ses visiteurs, l'aviateur Maurice Blanquier, ne passe pas inaperçu en arrivant sur deux béquilles à la suite d'un accident... de parachute !

41Chaque fois qu'un aviateur se tue en vol, Kerillis ne peut s'empêcher de s'écrier : « Au risque de me répéter, je le redis encore : si le pilote avait porté un parachute, il aurait été sauvé. » Son entêtement parvient à convaincre Henry Simond de lancer un concours qui récompensera l'inventeur du parachute le plus fiable. Parallèlement, il obtient de son ancien patron Jacques Laurent-Eynac, toujours sous-secrétaire d'État à l'aéronautique, de rendre le port du parachute obligatoire à partir de mai 1923. Et, quelques mois plus tard, il n'hésite pas à critiquer publiquement les organisateurs du concours aérien du Bourget qui ne prévoient pas de parachute dans les avions des concurrents !

42En revanche, il salue chaleureusement l'exploit d'une femme, Mademoiselle Colin, qui s'est jetée en parachute d'un avion volant à 180 km à l'heure. « En dépit des prévisions et des calculs, l'expérience a réussi » commente-t-il. Henry Simond sera si ébloui par la performance qu'il offrira -pour une fois : au diable l'avarice !- une montre en or à l'intrépide jeune femme, pour commémorer l'événement. Kerillis, de son côté, est tellement persuadé de l'utilité de cet instrument salvateur qu'il surmonte son aversion pour les Allemands et accepte d'assister, à Villacoublay, quelques jours plus tard, à une démonstration de parachutes fabriqués outre-Rhin. « La chute réussie du Fritz » confirme ses craintes de la supériorité du matériel germanique.

43À ses yeux, c'est là un signe parmi d'autres et, dès cette époque, Kerillis crie haut et fort son inquiétude face à l'inaction des hommes politiques français, inconscients de la remontée de l'Allemagne. À l'occasion d'un accident du dirigeable le Dixmude à la fin de 1923, il fustige « les deux ou trois députés qui n'ont jamais su faire connaître ni défendre l'aviation au parlement, qui n'ont jamais su provoquer le grand débat que le pays attendait sur l'aviation allemande, dont les voix ne se sont jamais élevées pour exposer des méthodes ou des programmes précis ».

44Quant au président de l'aéroclub de France, Pierre-Étienne Flandin, il s'attire les foudres du journaliste -première d'une longue série !- pour avoir renoncé, lors d'un banquet, à prononcer la phrase suivante écrite dans le texte de son discours : « Cette attaque possible de l'aviation allemande, serions-nous prêts à la soutenir ? Je réponds, pesant mes paroles, hélas ! non ». « Tiens, tiens, remarque Kerillis qui a le texte initial sous les yeux, à force de peser ses paroles, Monsieur Flandin les a trouvées trop lourdes. Elles sont demeurées tout au fond de son gosier ». Kerillis a trouvé le ton et le goût de la polémique : il ne la laissera pas au fond de son encrier.

45Contrairement à tant d'autres qui ont éprouvé d'énormes difficultés à se réadapter à la vie civile de l'après-guerre, le cavalier aviateur se glisse facilement dans la peau d'un journaliste et fait partager avec fougue ses idées, ses passions et ses indignations. Mais, comme la plupart des anciens combattants, il a du mal à exorciser ces années douloureuses et exaltantes à la fois. Fréquemment il évoque pour ses lecteurs des souvenirs de vols particulièrement périlleux au dessus de l'Allemagne, ou des personnages attachants rencontrés au cours des combats : Gaston de Gironde bien sûr, Guynemer, ses « chers Éperviers », Bossoutrot « seigneur de l'air », Jean Bourgeade, ancien pilote aux 18 victoires dans l'escadrille des « Crocodiles » devenu prêtre en Océanie, ou encore cet ancien aviateur, artiste lyrique avant 1914, aujourd'hui infirme et délinquant.

Signé « H de K »

46Kerillis entre alors au comité directeur de la Ligue des chefs de section et des anciens combattants. Il annonce dans l'Écho de Paris le lancement d'une souscription destinée à construire une dalle commémorative de l'armistice dans la clairière de Rethondes et exhorte ses lecteurs : « Donnez, donnez donc pour la pierre de la clairière, souvenir indestructible de la victoire et de la vengeance ». Le 11 novembre 1922 lors de l'inauguration du monument, il ne cache pas son émotion : « J'ai vu, réunie devant une simple pierre, au milieu des acclamations de 50 000 personnes, toute l'élite officielle de mon pays, mais j'ai vu bien autre chose... J'ai vu des anciens soldats qui pleuraient comme des gosses, des malheureux mutilés se traînant dans leurs charrettes ou sur leurs béquilles, de la fierté plein les yeux, une vieille femme en noir, tenant un petit par la main et lui montrant Joffre avec amour : « Regarde-le bien » disait-elle (...) J'ai vu de tout, mais surtout j'ai senti renaître, là mieux que jamais depuis la guerre, les heures terribles envolées et finies où l'on vivait dans le drame, sans espoir de connaître jamais ces lendemains ».

47Il abandonne le pseudonyme de ses débuts, Henry Alain, pour signer ses articles de son nom, parfois suivi de la mention « capitaine aviateur ». Bientôt, il atteindra une telle notoriété que ses seules initiales, « H de K », lui serviront de signature et de surnom. Il surprend les lecteurs par la virulence de son style et sa ténacité. Lorsqu'il croit à une idée -et il n'est pas fréquemment taraudé par le doute- il n'a de cesse de l'exposer à fond, de l'expliquer dans le moindre détail et de défendre sa cause comme si l'avenir du monde en dépendait.

48Après cette période d'apprentissage, il va se concentrer sur quelques cibles majeures. Son expérience de combattant de la grande guerre l'a marqué à vie. Il partage le souci de Clemenceau -qui vient de quitter la vie publique après son échec à l'élection présidentielle- de mettre désormais l'Allemagne hors d'état de nuire. Un vaste débat agite la classe politique et le public. Certains trouvent le traité de Versailles trop timide vis-à-vis de l'Allemagne, d'autres l'estiment trop draconien. Un homme d'État balkanique, cité par André François-Poncet, assure que « la paix est à la fois trop dure et trop faible. Elle impose des conditions napoléoniennes et veut les exécuter avec des moyens wilsoniens ». Le même personnage redoute une révolte de l'Allemagne et regrette qu'on l'ait entourée « non d'une ceinture de fer, mais des guirlandes de la Société des Nations ».

49Dans les mois qui ont suivi la signature du traité, en juin 1919 dans la Galerie des Glaces du château de Versailles, l'Allemagne a profité des troubles politiques qui agitaient encore l'Europe, et du déséquilibre économique et social qui prolongeait le conflit, pour se dérober systématiquement aux clauses de l'accord. Dans le secteur de l'aviation, Kerillis a perçu immédiatement les conséquences d'une telle attitude et l'a dénoncée : le traité de Versailles interdit à l'Allemagne de posséder une aviation de guerre mais pas une aviation civile et commerciale, pourtant facilement transformable en arme de guerre.

50Inquiet, Kerillis insiste pour que l'on maintienne à la France, alors première puissance aérienne du monde, sa supériorité et son rang : « C'est une nécessité économique, scientifique, morale et militaire, plaide-t-il, puisque le ciel, comme d'ailleurs le traité de Versailles, nous oblige à recommencer la paix armée... » Le danger que représente pour la France la renaissance de l'aviation allemande revient comme un leitmotiv obsédant sous sa plume pendant plusieurs années. Il préconise une limitation des flottes commerciales aériennes allemande et française. « Autrement, prédit-il, ce sera la course à la maîtrise de l'air, la course folle et ruineuse, et la course perdue ».

51Mais surtout, pas question de partager nos secrets militaires : la présence, dès 1921, du constructeur allemand Fokker, au salon aéronautique du Grand Palais, l'indigne : « On les a vus avec leurs croix noires ; ils tombaient du ciel, s'abattaient sur leurs proies à plusieurs, cherchaient à surprendre par derrière, et puis, envoyaient à bout portant leurs balles incendiaires. C'était la guerre. Les Fokker faisaient leur devoir et leur métier comme ils l'entendaient. Il n'y a rien à dire à cela. Mais, qu'aujourd'hui, l'un d'eux soit parmi nous avec ses décorations, en invité, en ami, je ne comprends pas. Il y a des souvenirs et des haines qui ne meurent pas en trois ans ! Garros, Baron, Beauchamps, Doumer, de la Tour, Guynemer, mille autres copains, mille autres « chics types » sont tombés du ciel dans des tourbillons de feu, victimes des Fokker ! Je commence à comprendre l'âme errante et douloureuse de ces vieux anciens combattants, des fiers invalides d'autrefois qui s'en allaient sur leurs bâtons, les habits râpés, dédaigneux de tout, la pensée ailleurs... et qui, eux, ne pardonnaient pas ».

  • 2 André Tardieu : plusieurs fois ministre après avoir été l'un des auteurs du traité de Versailles. (...)

52En 1921 et 1922, l'Allemagne se montre plus conciliante et livre les denrées diverses, charbon, bois et produits chimiques imposés au titre des réparations. Mais à nouveau, à la fin de l'année 1922, elle refuse de respecter ses engagements. À titre de représailles, le chef du gouvernement, Raymond Poincaré, fait alors occuper la Ruhr par les troupes françaises : « Nous allons chercher du charbon, voilà tout ! » explique-t-il. Cette riposte apparaît insuffisante à Kerillis qui réclame en outre la prise en gage de l'aéronautique allemande, « tant que l'Allemagne ne nous aura pas payés ». Il recueille le soutien d'anciens aviateurs : son ami René Fonck, le général Duval, le commandant Brocard, mais aussi d'hommes politiques comme André Tardieu2, Henry de Jouvenel alors sénateur de la Corrèze, Jacques Laurent- Eynac ancien sous-secrétaire d'État à l'aéronautique. Quelques semaines plus tard, il sera reçu en compagnie d'Henry Simond, du commandant Brocard, de l'industriel André Michelin et de René Fonck, par Raymond Poincaré. Il lui remettra la pétition avec ses quatre millions de signatures.

53Tenace, il ne s'arrête pas là : pendant toute l'année, sous la présidence du général de Castelnau (que l'on surnomme le « capucin botté », tant il incarne la tradition catholique dans l'armée), il organise des réunions en province qui rassembleront souvent plus de mille personnes pour rallier un maximum de compatriotes à sa thèse et apporter un soutien résolu à la politique de fermeté entreprise par le gouvernement. L'Écho de Paris rend compte de ses déplacements incessants en province. À la tribune, il évoque volontiers ses souvenirs personnels : à Bordeaux ses études chez les Jésuites de Tivoli, à Nancy ses vols de guerre à partir du plateau de Malzéville « pour venger la capitale lorraine des incursions boches », en Anjou son séjour saumurois qui fit de lui un cavalier. Un meeting est prévu à Paris pour clore cette tournée en apothéose en juin 1923, mais au dernier moment Kerillis doit être opéré d'urgence de l'appendicite et le meeting est retardé de quelques semaines. Aussitôt rétabli, il reprend son combat en diffusant une brochure de propagande sur « le danger de l'aviation allemande » qui réunit les discours de ses principaux compagnons de lutte.

54Le bilan de cette première campagne publique est très positif : elle lui a permis de prendre conscience qu'il est facile de mobiliser l'opinion pour une cause patriotique. Il a découvert l'efficacité d'un quotidien comme support de son action, ainsi que l'utilité d'associer quelques personnalités prestigieuses à sa démarche. Il a pris goût au plaisir de faire vibrer une foule par la magie du verbe et la force des arguments. Il a acquis une certaine notoriété. Le voici mûr pour l'action politique.

Impressions de campagne

55Pourtant, il ne semble pas qu'il ait envisagé d'être candidat aux élections législatives de 1924, qui se préparent. Il se contente de raconter à ses lecteurs ses impressions de campagne. De l'académicien Paul Painlevé, tête de liste du Cartel des Gauches dans le troisième secteur de Paris, il écrit : « J'avoue mon incapacité à résumer, réunir, rassembler, ordonner les éléments de son discours. Mais s'il est ennuyeux à entendre, il est follement comique à regarder. Il souffle, il crache, il bave, il peste, il sue, surtout il sue. On dirait l'athlète sortant du ring. C'est un Painlevé-fontaine d'où coulent, en flots abondants et mêlés, la sueur et la parole (...) Sous les rugissements et sous les « hou-hou » d'une salle archicomble, j'ai pu m'offrir quelques minutes d'une exquise sensation et les horions que quelques lâches m'ont administré à la sortie ne m'empêcheront pas d'en garder le plus délicieux souvenir ».

56Il assiste également à une réunion de Marc Sangnier, le fondateur du Sillon, qu'il qualifie de « faiseur de mirages et marchand de rêves ». En revanche, André Tardieu, candidat en Seine-et-Oise l'impressionne : « On peut penser ce que l'on veut de l'esprit politique de Monsieur Tardieu. Son action déroute et déçoit parfois. Il est impulsif, absolu, âpre, souvent injuste. Mais nul ne peut contester son beau et souriant courage. Il tape et il encaisse. Parmi tous les pleutres, tous les neutres et tous les froussards de la politique, il fait figure d'un chef ».

57Délaissant l'agitation parisienne, il va observer ce qui se passe en province, plus précisément dans une région qu'il connait bien, le Médoc. Après un détour par Vertheuil pour embrasser ses parents qu'il ne voit guère que l'été, il rencontre l'abbé Bergey, curé de Saint-Émilion, qu'il a rencontré en 1916 dans la Marne. L'abbé Bergey est candidat sur la liste menée par Georges Mandel, maire de Soulac, « le seul maire de la Gironde qui ne boive que l'eau de Vichy, le seul maire de ville balnéaire qui, pour éviter les rhumes, n'apparaisse jamais sur la plage » écrit Kerillis. Et de brosser de celui qu'on appelle ici « Monsieur Manedelle » un curieux portrait : « Il va et vient sur l'estrade. Le voilà qui s'arrête, qui se penche, qui s'accroupit dans des craquements d'os, les mains crispées sur les cuisses. Il est laid mais d'une curieuse laideur qui plaît... Il semble insensible. On a l'impression qu'en lui enfonçant une épingle dans le pantalon, on ne le ferait pas réagir ».

58Le 11 mai 1924, jour du scrutin, l'Écho de Paris publie « les directives de sa grandeur Monseigneur l'évêque de Versailles » pour le vote, directives forcément hostiles au Cartel des gauches. Mais le sort est contraire aux intérêts de la droite défendus par le quotidien d'Henry Simond : le soir même, l'écran lumineux installé sous les fenêtres du journal, place de l'Opéra, pour projeter les résultats à la foule des badauds, annonce la victoire du Cartel des Gauches. Poincaré, qui n'a pas su tirer le profit politique qu'il aurait pu espérer de l'occupation de la Ruhr, est désavoué par les électeurs. Édouard Herriot, président du parti radical, sort grand vainqueur du scrutin.

  • 3 Marius Moutet : élu député le 7 août 1914. Avocat défenseur de Joseph Caillaux lors de son procès (...)
  • 4 Henry Chéron : député de Lisieux en 1906, puis sénateur. Occupe de nombreux postes ministériels de (...)
  • 5 Louis-Jean Malvy : député radical, plusieurs fois ministre, notamment de l'Intérieur de 1914 à 191 (...)

59Très vite, l'affrontement entre le président de la République, Alexandre Millerand, élu par la droite quelque temps plus tôt, tourne à l'avantage du récent vainqueur de la consultation électorale. Après un mois de résistance, le chef de l'État sera acculé à la démission par le bouillant maire de Lyon au nom de la formule devenue célèbre : « Nous voulons toutes les places et tout de suite ». Lorsque, quelques jours plus tard, les parlementaires choisiront Gaston Doumergue comme successeur de Millerand, Kerillis racontera qu'il a croisé dans les couloirs de la salle où se déroulait le vote « un Maginot triomphant, un Blum à plat, un Moutet3 atterré, un Chéron4 baigné de joie, un Herriot contracté, un Malvy5 décomposé... ». Dès le lendemain de la constitution du gouvernement Herriot, l'Écho de Paris se désintéresse ostensiblement de la politique intérieure et affiche en gros titre : « Pot-au-feu gagne facilement le prix du Jockey-Club ».

  • 6 Édouard de Curières de Castelnau : né à Saint-Affrique (Aveyron) le 24 décembre 1851, mort à Monta (...)

60L'échec du général de Castelnau6, battu dans son fief de l'Aveyron, désole Kerillis. Mais, en vrai combattant qui sait perdre une bataille sans renoncer à gagner la guerre, le général annonce son intention de continuer à écrire dans les colonnes du journal. Mieux encore : malgré ses 79 ans, Castelnau repart au combat. Outré par la déclaration ministérielle d'Herriot qui a évoqué la suppression de notre ambassade au Vatican et l'application stricte de la loi de 1901 sur les congrégations religieuses, il fonde la Fédération Nationale Catholique afin d'accomplir « une œuvre de restauration chrétienne ».

61La volonté affichée par le nouveau gouvernement de réaliser « l'école unique » est l'occasion de manifestations géantes -100 000 personnes à Nantes le 2 mars 1925, 50 000 à Angers, Rouen Verdun, Bordeaux- terminées par des discours enflammés du général de Castelnau. L'Écho de Paris, très hostile à la politique du Cartel, relaie amplement cette action. Lorsque le cabinet Herriot sombre dans la déroute économique et financière quelques mois plus tard, Kerillis s'associe à la « douleur des anciens combattants » face à la nomination du pacifiste Joseph Caillaux au poste de ministre des Finances du nouveau gouvernement Painlevé.

« Sarrail démission ! »

62Comme la Fédération nationale catholique, d'autres mouvements voient le jour en réaction à l'arrivée de la gauche au pouvoir. Créée par Pierre Taittinger, député de Paris, la ligue des « Jeunesses patriotes » regroupe, dans la tradition de la Ligue des Patriotes fondée au 19e siècle par Paul Déroulède, des anciens combattants et des jeunes gens « réunis pour la défense du territoire national contre les dangers de révolution intérieure, pour l'accroissement de la prospérité publique et pour le perfectionnement de nos institutions ». Leur organisation, inspirée du modèle militaire, leur discipline rigoureuse, leur uniforme (« béret, insigne et petite canne ») leur donnent une tonalité « musclée » qui les fera parfois assimiler à un parti fasciste. (À la même époque, les « Casques d'acier », anciens combattants de l'autre côté du Rhin, défilent en tenue militaire et drapeaux déployés).

63Les « JP » connaissent très rapidement un grand succès qui perdurera, inégalement, pendant une dizaine d'années. Le parti communiste constitue leur cible principale. De nombreuses échauffourées opposent violemment les partisans des deux bords. L'une d'elles tourne au drame le 23 avril 1925 à l'occasion d'une réunion des « JP », rue Damrémont à Montmartre. On relève quatre morts parmi les militants de Pierre Taittinger et 40 blessés. Kerillis dénonce aussitôt « le guet-apens communiste à Montmartre » et apporte son soutien au mouvement du député de Paris qu'il a connu en 1914 dès le début de la guerre.

64Parallèlement, « l'Action française », qui entend rétablir la monarchie « par tous moyens, même légaux », retrouve une nouvelle jeunesse en combattant le Cartel. Les restrictions de port d'armes, conséquence de la multiplication des incidents entre factions rivales, provoquent l'ire de Charles Maurras qui, dans une algarade inimaginable aujourd'hui, menace le ministre de l'intérieur Abraham Schrameck en ces termes : « Ce serait sans haine et sans crainte que je donnerais l'ordre de répandre votre sang de chien si vous abusiez du pouvoir public pour ouvrir les vannes du sang français répandu sous les balles et les couteaux des bandits de Moscou que vous aimez ». Cet article entraîne l'inculpation de Maurras, puis sa condamnation à deux ans de prison pour insultes et menaces de mort. Kerillis accourt, prend sa défense : « Le gouvernement s'avère impuissant à protéger les militants des ligues et les catholiques, explique-t-il. Ils sont donc obligés de s'armer pour se défendre. Et la Justice ose les condamner alors que leurs assaillants sont acquittés, voire même relâchés sans poursuites. Un vrai scandale ! »

65Aucun aspect de la politique des gouvernements Herriot et Painlevé ne suscite son approbation, et surtout pas leur attitude face à l'Allemagne, qui va désormais redresser son économie grâce aux prêts consentis par les banquiers anglo-saxons. Cette décision résulte du Plan Dawes, objet d'un accord entre les puissances occidentales. Le compromis prévoit que la France recevra le paiement -revu à la baisse- des réparations décidées par le Traité de Versailles, mais ne disposera plus d'aucun moyen de recours si l'Allemagne manque à son engagement. Seule la SDN sera habilitée à régler les conflits, ce qui fait dire à Kerillis : « Le Cartel, c'est la guerre ! Il s'écrie : « Vive la paix ! » et s'endort. Jetons l'alarme dans le pays ». Pour lui, dès ce jour, pacifisme devient synonyme de faiblesse et d'indignité.

66Kerillis fait feu de tout bois. L'absence du président du conseil, également ministre de la guerre, aux obsèques du général Mangin l'un des vainqueurs de Verdun, est une nouvelle occasion de s'indigner : « Monsieur Painlevé, vous aviez à crier tout haut, hier, l'admiration et la douleur de la France devant Mangin mort. Vous aviez tout bas aussi, tout bas, seul à seul, près de son cadavre, à lui demander pardon ! Vous ne l'avez pas fait ! Quelle honte ! Quel scandale ! Quelle pitié ! »

67L'amertume et la révolte des anciens combattants sont les siennes. Les « poilus » ne comprennent pas que l'on pactise avec l'ennemi d'hier, ni que l'on renonce aux rapports de forces, encore moins que nos intérêts soient confiés à la Société des Nations au nom du slogan « Arbitrage, Sécurité, Désarmement ». « Nous devons montrer aux Français, avertit Kerillis, que l'histoire recommence, celle de 14, celle de 1869 aussi quand les gauches, après avoir fait échouer les projets du Maréchal Niel, demandaient la suppression des armées permanentes ».

68À ses yeux, la même politique de faiblesse se reproduit en Syrie après le départ du général Weygand remplacé par le général Sarrail, ancien commandant en chef de l'armée franco-anglaise en Orient, au poste de Haut Commissaire. Par sa raideur et sa méconnaissance des traditions locales, le nouveau responsable heurte la sensibilité des chefs druses. Des révoltes éclatent. En juillet 1925, les guerriers druses anéantissent les troupes envoyées par le Haut Commissaire. En guise de représailles, Sarrail fait bombarder Damas. Kerillis écrit alors une douzaine d'articles sur le thème : « Monsieur Painlevé, rappelez Monsieur Sarrail » avant que nos intérêts au Moyen- Orient ne soient définitivement compromis par les « inconséquences du proconsul ». Pour finir, il s'embarque à Marseille sur le paquebot Sphinx à destination de Beyrouth afin de « pousser son enquête plus avant ». À son retour quelques semaines plus tard, il prend la tête d'une véritable campagne de presse qui dénonce le comportement de Sarrail, rappelé finalement en octobre. Ce voyage est, pour Kerillis, l'occasion d'un premier contact avec le Moyen-Orient. Mais, totalement absorbé par sa controverse avec Sarrail, il néglige de donner ses impressions sur le pays.

69Cette année 1925 tourne une page importante de la vie de Kerillis. Il vient à tâtons, un peu par le hasard des circonstances, un peu par intuition, de trouver son chemin : le journalisme « engagé » et le combat politique. La guerre qui l'a laissé, comme tant d'autres, meurtri à jamais corps et âme, a retardé son entrée dans la vie professionnelle. Il a consacré les années qui ont suivi son retour du front à compléter sa formation et à chercher sa voie. Ses multiples activités et, il faut bien le dire, son goût de la séduction, l'éloignent peu à peu de son foyer. Désormais, c'est un homme mur, sûr de lui, combatif à l'extrême, qui prend son destin en mains.

Notes

1 André Maginot (1877-1932) : Député de la Meuse en 1910. Spécialiste des questions militaires. Plusieurs fois ministre, notamment des pensions puis de la guerre. Augmente les effectifs de l'armée de métier et lance la réalisation de la « ligne Maginot » destinée à empêcher l'invasion allemande. Meurt en 1932 de la thyphoïde.

2 André Tardieu : plusieurs fois ministre après avoir été l'un des auteurs du traité de Versailles. Président du Conseil à trois reprises entre 1929 et 1932. Renonce à la vie parlementaire en 19.32. Ecrit plusieurs ouvrages dans lesquels il propose une réforme des institutions.

3 Marius Moutet : élu député le 7 août 1914. Avocat défenseur de Joseph Caillaux lors de son procès devant la Haute Cour. Sera ministre des colonies de 1936 à 1938 dans les gouvernements Léon Blum et ministre de la France d'Outre-mer en 1946 et 1947 dans les gouvernements Gouin, Bidault, Blum et Ramadier.

4 Henry Chéron : député de Lisieux en 1906, puis sénateur. Occupe de nombreux postes ministériels de 1906 à 1934. Quitte la scène politique au lendemain du 6 février 1934.

5 Louis-Jean Malvy : député radical, plusieurs fois ministre, notamment de l'Intérieur de 1914 à 1917. Violemment attaqué par Clemenceau en 1917 pour avoir subventionné un périodique socialiste « le bonnet rouge » qui prône une attitude défaitiste. Traduit, à sa demande, devant la Haute-Cour, il est inculpé de forfaiture et condamné à cinq ans de bannissement. Il retrouvera son siège de député en 1924.

6 Édouard de Curières de Castelnau : né à Saint-Affrique (Aveyron) le 24 décembre 1851, mort à Montastruc la Conseillère (Haute-Garonne) le 19 mars 1944. Commandant de la IIe armée en 1914, chef légendaire de la « Division de fer » en Lorraine. A perdu trois de ses fils dans cette guerre. Député de l'Aveyron pendant quatre ans. Chrétien très pieux et militant, il a créé en 1924 la Fédération nationale catholique, qu'il n'a cessé d'animer lui-même.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search