Version classiqueVersion mobile

Francis de Pressensé et la défense des Droits de l'homme

 | 
Rémi Fabre

Conclusion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 A. Dunois, « Un grand Esprit et un grand Cœur ; du libéralisme bourgeois au socialisme prolétarien (...)

1Francis de Pressensé est mort le 19 janvier 1914 : une mort soudaine qui ne semble pas avoir eu de lien direct avec sa maladie rhumatismale. Il a été frappé d'apoplexie le vendredi 16 janvier, alors qu'il terminait son repas. L'article d'Amédée Dunois qui rapporte dans l'Humanité les circonstances de la disparition de Pressensé1 ajoute qu'il a à peine repris connaissance pour reconnaître le dimanche les membres de sa famille à son chevet, et qu'il s'est éteint le lundi soir aux alentours de minuit. Une mort apparemment sans souffrances pour un homme qui savait ce qu'était la souffrance physique.

2Les obsèques de Pressensé ont été l'occasion d'une grande manifestation ligueuse, socialiste, et internationaliste, que Pressensé semble avoir souhaitée, ainsi que l'indique Victor Basch au début de son discours :

  • 2 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 131.

« Lui-même avait voulu qu'il en fût ainsi. Cet automne, en nous promenant le long de cette baie de Cancale que j'eus la joie de lui faire aimer [...] nous parlâmes de la mort et des funérailles qu'il convenait de faire à un militant de la Ligue et du socialisme. Il n'était pas permis, me disait-il, à un lutteur de s'en aller discrètement, obscurément, sans cortège, ni discours. Il fallait que les causes auxquelles il s'était voué fussent célébrées, les idées pour lesquelles il avait vécu, magnifiées, et que ses obsèques fussent une solennelle et suprême œuvre de propagande2. »

  • 3 Brutalités policières », Bataille syndicaliste, 23 janvier 1914.
  • 4 AN F7 15 9931, dossier Pressensé (fonds dit « du Panthéon »). Nous avons déjà signalé l'intérêt du (...)
  • 5 La Ligue des Droits de l'Homme ne consacre dans son numéro spécial sur la mort de Pressensé qu'un (...)
  • 6 Voir pour l'ensemble des personnalités citées : « Les obsèques de Francis de Pressensé », L'Humani (...)

3Cette volonté de rester jusqu'à la fin un homme public, et de faire de ses obsèques une manifestation politique, a été largement respectée. Il semble que n'aient même pas manqué à la manifestation quelques bavures policières aux alentours du cimetière Montparnasse, violences que rapporte avec indignation la Bataille syndicaliste3. La surveillance policière a, en tout cas, été étroite comme l'atteste l'important compte-rendu assorti de coupures de presse qui clôture le dossier Pressensé des renseignements généraux4. Cette surveillance s'explique par l'importance du cortège qui a suivi avec ses drapeaux rouges le bref trajet du corbillard entre le boulevard de Port-Royal et le cimetière Montparnasse. Mais elle a certainement surtout été motivée par la présence de révolutionnaires sur qui s'exerçait une vigilance constante, moins, évidemment, les représentants de la Ligue des Droits de l'Homme et du parti socialiste, que ceux de la CGT, qui étaient venus en nombre, et que les étrangers, plus de trois cents Arméniens liés au parti Dachnak, mais aussi des Russes, avec Roubanovitch au nom des SR, des Polonais, des Serbes, des Bulgares etc. Le compte rendu de L'Humanité fait également mention de la présence d'un certain nombre de personnalités célèbres à divers titres. On peut citer le commandant Alfred Dreyfus, son frère Mathieu, ainsi que Louis Leblois. Un autre des héros de l'Affaire n'était pas présent, puisque Georges Picquart était décédé la veille de la disparition de Pressensé à la suite d'une chute de cheval. La mort a réuni les deux hommes, qui avaient été si proches, avant de diverger5. Parmi les personnalités politiques présentes on trouve, en dehors des socialistes, des familiers de Pressensé à différents titres, comme Ferdinand Buisson ou d'Estournelles de Constant, mais aussi, d'anciens amis comme Joseph Reinach, et encore Emile Combes, et un représentant de Joseph Caillaux; Viviani, ministre de l'Instruction publique, et le ministre de l'Intérieur René Renoult s'étaient déplacés en personne6.

  • 7 Ibidem.

4Les cérémonies mortuaires ont été d'une grande simplicité. « À la demande expresse de la famille, précise l'Humanité7, le pasteur Wilfred Monod, membre de l'Union des socialistes chrétiens, était venu dans la chambre mortuaire réciter les prières de la liturgie protestante, mais cette cérémonie a gardé un caractère nettement intime. » La volonté de Francis de Pressensé de ne pas avoir d'obsèques religieuses a, pour le reste, été respectée par ses proches. Ce respect de l'autonomie individuelle en matière de foi allait d'ailleurs de soi pour les Pressensé. La seule prise de parole au cimetière a été la lecture devant la tombe par Marius Moutet du texte, daté du 7 août 1908, que nous avons déjà cité, mais qu'il est peut-être utile de reproduire intégralement :

« Je prie que l'on ne me fasse pas d'obsèques dites religieuses, non pas que je ne croie pas en un Dieu d'amour et de justice, mais je me suis délibérément séparé de toutes les Églises, et j'ai trouvé le maximum de religion dans le socialisme tel que je l'ai compris. Ma vie n'a pas donné ce qu'elle aurait dû donner. Je compte sur l'indulgence de tous. »

5Quant aux discours funéraires que nous avons mentionnés plusieurs fois, ils n'ont pas été prononcés sur la tombe mais à la salle des Sociétés savantes. C'est en ce lieu, qu'avait souvent fréquenté Pressensé, qu'ont pris la parole tour à tour Victor Basch, Mathias Morhardt, Georges Lorand, président de la Ligue belge des Droits de l'Homme, Victor Bérard, Marcel Sembat et Jean Jaurès. On peut estimer que ces obsèques, et en particulier le discours de Jaurès, ont beaucoup contribué à maintenir la mémoire de Pressensé, au moins celle de son nom. L'histoire, comme on dit, a retenu l'appel final de Jaurès à la jeunesse, avec la mention de « la vie si brève » et la question : « Qu'allez vous faire de vos vingt ans ? » La plus grande partie du discours, qui a été moins souvent lue, constitue par ailleurs, nous espérons l'avoir montré, un document et un témoignage importants dans notre perspective biographique.

6À ces hommages des obsèques, que nous avons largement utilisés, nous voulons ajouter la citation d'un article sur Pressensé paru dans La Dépêche de Rouen, que reproduit le numéro du Bulletin officiel de la Ligue des Droits de l'Homme consacré aux obsèques de Pressensé. Alain, le philosophe ennemi des pouvoirs, y exalte le « Pouvoir spirituel » du Président de la Ligue des Droits de l'Homme, chef de la « République des esprits, [...] modèle vivant et agissant de l'autre ».

  • 8 Extrait du BOLDH, 1er février 1914, p. 184-185.

« Le chef poursuit Alain, était digne de ses nobles fonctions. Chacun connaît, au moins par l'image, cette face carrée et équilibrée, symbole du Juridique. J'ai récemment vu de près ce Juge des juges ; tour imprenable. Ces yeux, comme on l'a dit, souvent fermés par crainte de la lumière qui aveugle, mais soudain découvrant leur magnifique regard et balayant toutes choses autour, comme un phare. Nul pli d'amertume ; nulle petitesse ; pas le moindre retour sur soi. Juste ce qu'il faut de mépris pour juger droit. Un beau silence, et puis une formule parfaite. Cet homme, depuis dix ans, n'a guère écrit que pour les faiblesses et contre les puissants. J'avoue qu'il m'inspira de la vénération, sentiment rare chez moi, mais délicieux. Mes amis, ne disons jamais que nous sommes moins religieux que d'autres ; nous sommes seulement plus difficiles8. »

  • 9 Ibid., p. 185.

7Et Alain exaltait, pour conclure, « ce héros si simple, si ferme » [qui] « a vaincu toutes les forces naturelles, en lui et hors de lui ; bien mieux, coupant les ponts, afin de ne jamais revenir. Profonde sagesse, qui se défie même de la sagesse9. »

8Pressensé, qui ne détestait pas, on l'a dit, les éloges, aurait sans doute apprécié cet hommage « stoïco-spiritualiste », presque pascalien dans sa dernière phrase. On comprend bien qu'Émile Chartier ait pu admirer un homme qui avait renvoyé la Légion d'honneur et préféré l'espérance socialiste aux honneurs académiques ou gouvernementaux. Même en faisant la part des conventions de l'éloge funèbre, on est quand même frappé par le caractère hyperbolique de ces lignes écrites par un philosophe plus souvent porté à la critique qu'à l'adulation.

  • 10 Dans l'agglomération lyonnaise, par exemple, deux voies, une dans le 8e arrondissement, une autre (...)

9Malgré l'ampleur des manifestations qui ont accompagné les obsèques, la mémoire de Francis de Pressensé semble avoir assez vite pâli. Il est tentant de voir là un effet de la grande coupure de la guerre, qui a fait basculer rapidement l avant-guerre et ses hommes, à quelque exception emblématique près, dans l'oubli ou dans une vague nostalgie. L'amnésie n'a pourtant pas été totale. La mémoire a été portée par quelques fidèles, comme Marius Moutet, qui organise pendant la Grande Guerre une réunion du souvenir pour les socialistes lyonnais que la police a surveillée d'assez près. Les rues et les voies qui portent le nom de Pressensé dans un très grand nombre de villes de France10, et qui ont pour la plupart été baptisées pendant l'entre-deux-guerres, attestent que le souvenir du deuxième président de la Ligue des Droits de l'Homme était demeuré présent ; ces appellations suggèrent aussi l'influence des ligueurs dans les municipalités républicaines. Ces hommages posthumes valorisaient le socialiste, le compagnon de Jaurès, mais aussi, dans une optique « cartelliste », le défenseur de la paix, le précurseur des espoirs de Genève, dont un mouvement comme la Paix par le Droit, très lié à la Ligue des Droits de l'Homme, se faisait le propagandiste. De ce point de vue, il faut souligner que, si elle se produit dans des conditions beaucoup moins dramatiques que celle de Jaurès, la disparition de Pressensé à la veille de la Grande Guerre a, comme celle de son ami et « maître en socialisme », valeur symbolique. Pressensé n'a pas connu ce grand conflit européen, ce « suicide de la Civilisation » qu'il avait cherché à empêcher. Il n'a pas eu à prendre position face à l'Union sacrée et à l'écroulement des espoirs internationalistes. Il n'a pas eu non plus à se déterminer face à la Révolution russe et à la grande scission du mouvement ouvrier. Nul doute que ces choix, quels qu'ils fussent, eussent été pour lui douloureux, et l'eussent obligé à renoncer à une partie de ses espérances, et de sa « compréhension » du socialisme. Sa mémoire n'a pas été un enjeu, c'est là le destin des seconds rôles, mais elle aurait pu, comme celle de Jaurès être revendiquée aussi bien par les pacifistes que par les patriotes, par les socialistes d'Union sacrée et par ceux qui ont vu se lever en 1917 une grande lueur à l'Est.

  • 11 Cité par J. Levaillant, L'évolution intellectuelle d'Anatole France, op. cit., p. 812.

10L'examen des positions qui ont été prises pendant et après la Grande guerre par ceux qui avaient été particulièrement liés à Pressensé ne fait que conforter le refus nécessaire de la démarche historique de se prêter au jeu des « hypothèses contractuelles ». Il est possible, et peut-être tentant, d'imaginer, mais rigoureusement impossible d'affirmer, ce qu'aurait fait Pressensé. De ses deux amis les plus proches au sein de la Ligue des Droits de l'Homme, qui ont parlé l'un après l'autre le jour des obsèques, l'un, Victor Basch, a été un « social-patriote » convaincu, l'autre, Mathias Morhardt un pacifiste presque absolu. Morhardt était suisse ; Basch, juif hongrois d'origine, dont le pays des Droits de l'Homme ne pouvait qu'être la patrie. Au sein du parti socialiste, nombre de ceux qui semblent avoir eu des affinités avec Pressensé, Marcel Sembat, Albert Thomas par exemple, ont maintenu jusqu'au bout du conflit leur adhésion à la Défense nationale et en ont tiré toutes les conséquences. Mais le cas de certains des proches collaborateurs de Pressensé à L'Humanité, comme Jean Longuet ou Amédée Dunois, a été différent. Parmi les écrivains avec qui Pressensé entretenait des liens d'amitié, l'anarchiste Mirbeau a fini sa trajectoire dans les bras de l'Union sacrée, mais le sceptique Anatole France a placé un ultime espoir dans la Révolution russe et l'appartenance au groupe Clarté. Pressensé, en tout cas, n'a pas eu à écrire comme France au cours de la guerre : « J'ai trop vécu d'un an11. »

  • 12 « Discours de M. Victor Basch ». BOLDH, 1er février 1914, p. 131

11Les périodisations historiques font souvent s'achever en 1914 « le xixe siècle ». En ce sens, on peut affirmer que Pressensé a disparu avec son siècle. On peut ajouter qu'il a été pleinement un homme de son siècle, au point d'avoir épousé les deux grandes idéologies qui ont caractérisé le siècle de l'industrialisation, et d'avoir adhéré successivement au libéralisme puis au socialisme. On dira même, pour se situer dans la perspective de Sombart, que les deux systèmes de pensée ont pu en partie coexister chez lui, une dimension sociale se faisant jour de plus en plus nettement au cours de ses années libérales, et surtout, un certain nombre des traits et des modes de pensée du libéralisme se maintenant dans son esprit dans ses années socialistes. C'est le sens de sa volonté de faire de la Déclaration des Droits de l'Homme, non seulement comme le dit Victor Basch, le nouvel Évangile, la « grande charte de la pensée moderne12 », mais le fondement de la réorganisation sociale. Il a du coup, et c'est sans doute là une de ses originalités par rapport à la plupart des socialistes, revendiqué l'héritage libéral, dénonçant dans le développement de l'impérialisme qui caractérisait la fin du xixe siècle, que ce soit sous la forme coloniale, financière, ou nationaliste, une « contre-révolution libérale ». C'est un fait, même si cela peut parfois surprendre, que cet homme, qui a manifesté dans ses choix et ses engagements un esprit de décision allant parfois jusqu'à l'intransigeance, a fait preuve par ailleurs d'un certain éclectisme dans la spéculation intellectuelle.

12À côté de la mise en évidence de cette originalité de Pressensé, nous espérons avoir apporté un certain nombre de confirmations ou d'illustrations de nos connaissances sur la vie politique de l'époque, sur les formes du débat idéologique et leur renouvellement au moins partiel par l'affaire Dreyfus, sur les racines culturelles des conflits. Comme toute biographie, celle de Pressensé peut apporter une touche supplémentaire au tableau d'une époque, a fortiori s'il s'agit de la fin du xixe siècle qui a vu le développement de l'Impressionnisme. On serait aussi tenté de suggérer quelque correspondance entre les lignes brisées de ce parcours et de cette personnalité, telles qu'elles nous sont apparues, et les portraits cubistes d'avant 1914.

13Conscient des risques de « majoration » que comporte le genre et l'entreprise biographique, nous voulons malgré tout souligner l'importance de Pressensé. Pressensé, nous l'avons suggéré, est resté pour l'histoire et pour la mémoire un second rôle. Ce n'était pas pour autant une personnalité de second plan, et son action, insérée dans des entreprises collectives qu'il contribuait à orienter, a pesé à différents moments. Il a été un des chefs du dreyfusisme, un de ceux qui ont contribué par leurs écrits, par leurs paroles, et par leurs actes, non seulement à la révision du procès Dreyfus, mais au retournement de l'opinion, et au changement politique, non négligeable dans l'histoire de la Troisième République, qui se produit entre l'été 1898 et l'été 1899. Il a été, de 1903 à 1914, le chef d'une importante association républicaine, la Ligue des Droits de l'Homme, qu'on peut considérer en particulier entre 1902 et 1905, ou 1906, comme un des moteurs de la politique du Bloc des Gauches. Député socialiste, membre de la délégation des Gauches, très proche de Jaurès, Pressensé a par ailleurs apporté sa contribution personnelle à cette politique dans trois domaines essentiellement. Il est un des acteurs de la relance de l'affaire Dreyfus qui aboutira à la réhabilitation de 1906. Dans le domaine de la politique étrangère, il a quelque peu contribué à la chute de Delcassé et au choix de l'apaisement à l'égard de l'Allemagne fait par le gouvernement Rouvier en 1905. Il peut surtout être considéré comme un des pères de la séparation des Églises et de l'État. L'aboutissement de cette réforme, qu'on peut considérer comme la plus importante et la plus durable de l'œuvre de la République radicale, a eu pour Pressensé une importance toute particulière, au point de l'amener, au moment de l'affaire des fiches, à commettre quelques entorses au principe de la défense des Droits de l'Homme pour ne pas se couper du courant libre-penseur intransigeant, sans qui, estimait-il, la loi de Séparation ne pouvait aboutir. Si Pressensé s'est à ce point attaché à l'œuvre de la Séparation, ce n'est pas seulement parce que, comme beaucoup de socialistes, il y voyait un préalable nécessaire, une hypothèque à lever avant de pouvoir mettre au premier plan la question des réformes sociales. Ce n'est pas non plus essentiellement, en tout cas pas uniquement, par hostilité à l'Église catholique, qu'il a poussé à la réforme. C'est aussi parce qu'il était l'héritier d'une tradition pour qui la séparation des Églises et de l'État représentait le fondement nécessaire de la liberté de conscience. On peut d'ailleurs estimer qu'une fois la Séparation obtenue, Pressensé a su renouer, mieux qu'au temps du « petit père Combes », avec cette tradition paternelle, dans l'affaire de Madagascar comme dans celle de Laon. Opposant, battu aux élections de 1910, Pressensé ne pèse plus à la fin de sa carrière du même poids politique, mais il demeure une figure, une « conscience » de la République, pour parler le langage qui était le sien.

14Pressensé est encore un témoin engagé de la situation internationale dans les années d'« apogée de l'Europe » qui ont précédé la première guerre mondiale. Internationaliste, il ne refusait pas l'étiquette de « cosmopolite », même si on peut estimer que c'est celle d'« européen » qui lui conviendrait le mieux. Cette ouverture internationale, un peu exceptionnelle parmi les hommes politiques, sinon les intellectuels, de son temps, s'explique par sa double expérience de diplomate et d'éditorialiste du Temps, mais aussi, plus fondamentalement, par sa formation, son milieu d'origine.

  • 13 « Discours de M. Jean Jaurès », BOLDH, 1er février 1914, p. 167. Jaurès ne cite pas le nom de Mari (...)

15Cette culture plus européenne qu'hexagonale, avec sa touche particulière de familiarité avec le monde anglo-saxon, ne constitue qu'un des aspects de l'héritage protestant qui a très fortement marqué Francis de Pressensé. Détaché de tout lien avec les Églises de la Réforme à partir de 1898, et même un peu avant, si on prend en compte son excursus du côté du catholicisme, il n'en est pas moins resté, aux yeux de ses adversaires, mais aussi de ses amis, un protestant. Ceux qui ont parlé le plus longuement de lui, Jaurès, Basch, Reinach par exemple, ont tous présenté ce fils de pasteur comme un prédicateur-né, un héritier des huguenots et du Désert, et indiqué que cette tradition avait structuré sa personnalité, marqué son style, et alimenté ses engagements. Jaurès, qui en fait le « frère » de Marie Durand, peut déclarer le jour de ses obsèques : « Pour lui, les droits de l'homme étaient tout ensemble le patrimoine commun de tous les citoyens de France, et, dans ce patrimoine commun, le bien particulier, la propriété intime et sacrée de la race des persécutés qui avaient subi sous l'ancien régime le supplice de l'intolérance13. »

16Inversement, parmi les très nombreuses attaques dont Pressensé a fait l'objet, un bon nombre de celles que nous avons eu l'occasion de citer relèvent de l'antiprotestantisme le plus classique, et bien souvent le plus virulent.

17On pourrait estimer que ceux qui ne font pas partie de la (petite) famille protestante, qu'ils soient philoprotestants ou antiprotestants, ont parfois tendance, au moins à l'époque, à majorer légèrement l'importance de son particularisme. On pourrait noter aussi que chez les Pressensé, l'héritage du Réveil, moins connu des « profanes », a joué certainement un rôle structurant plus fort que le souvenir des Camisards ou l'esprit « vieux-huguenot ». Francis de Pressensé s'est, pour sa part, à certains moments, vigoureusement défendu d'agir par atavisme confessionnel. Il n'en a pas moins assumé et revendiqué, jusqu'à la fin de sa carrière publique, parfois avec éclat, l'intégralité de son héritage protestant sur le plan historique et culturel.

18Il faut, c'est le dernier point sur lequel nous voulons insister, replacer cette particularité culturelle protestante dans un cadre plus vaste, celui de la culture religieuse et savante des classes dirigeantes de l'époque de Pressensé. Pressensé est, suggérions-nous, pleinement un homme du xixe siècle. Mais il est en même temps, comme une partie des élites de son temps, mais d'une manière particulièrement consciente et fervente dans son cas, l'héritier d'une culture enracinée dans la longue durée. On pourrait presque dire qu'il s'agit d'une double culture, puisqu'elle se fonde sur deux héritages, l'héritage du christianisme, tel qu'il avait été transmis en particulier à Pressensé par la tradition protestante, et l'héritage des humanités, plus précisément pour Pressensé de l'hellénisme, dont il était un admirateur enthousiaste. Pressensé a fortement insisté sur ce qui a été pour lui une double source d'inspiration dans une page de son journal qui date de sa période socialiste, probablement de 1905 ou de 1906, dont nous avons déjà donné quelques extraits mais que nous voudrions citer plus longuement :

  • 14 « IIIe Common Place Book de Francis Charles de Hault de Pressensé », op. cit., p. 163-164.

« Nul plus que moi ne repousse l'injustice sommaire d'une certaine libre pensée envers le christianisme et son rôle social. Je ne méconnais pas l'histoire. Je ne ferme pas les yeux à tous ces mille signes d'une conception nouvelle des relations des hommes qui éclatent dès l'avènement du Christianisme comme force révolutionnaire dans un coin de l'empire romain. Je ne sais pas m'aveugler sur vingt siècles d'évolution et sur l'étroite corrélation qui subsiste malgré tout entre l'idéal le plus perturbant de l'avant-garde la plus révolutionnaire et les formules primitives de l'Evangile. Et pour tout dire, je tiens que le grand progrès et ce qui fait l'essence spécifique du socialisme, c'est qu'il a complété, ratifié et vivifié en les unissant les deux idées de Justice et de Charité [...] Je tiens pourtant à rendre aussi hommage à la pensée grecque [...] Non pas seulement parce que mon équité historique me force à reconnaître que dans le mélange chrétien bien des éléments et de ceux qu'on croit ou dit les plus authentiquement nouveaux ne sont que le résidu de la réflexion de ce génie sans pareil. Il y a plus. La Grèce est la bienfaitrice du genre humain parce qu'elle est le prophète, l'apôtre, l'artisan de la raison. C'est elle qui a non seulement organisé (cf. sa philosophie ionienne et présocratique en général) un système du monde auquel nos hypothèses les plus justement vantées (conservation de l'énergie, [...], transformation du mouvement en chaleur, évolution, transformisme etc.) ne font guère que revenir péniblement ; mais surtout, ce qui est sans égal, elle a posé les questions, toutes les questions sur tous les terrains, ou plutôt la question, l'unique, celle des connaissances scientifiques et du Pourquoi métaphysique14. »

  • 15 Ibid., p. 151. La remarque est suivie de plusieurs citations du texte grec.
  • 16 J.-H. Newman, L'Idée d'Université, t. II, PUF, 1997, p. 37... La phrase citée est extraite de la c (...)

19Il y avait certainement dans la réflexion personnelle de Pressensé, pas toujours originale, mais intensément vécue, une certaine tension entre la raison grecque et la foi chrétienne. On peut estimer que dans son évolution intellectuelle, après la grande mutation de 1898-1899, la source grecque de son inspiration a pris plus d'importance encore qu'auparavant. Il a par exemple médité sur la façon dont Euripide, le tragique grec dont il était le plus proche, prenait ses distances par rapport à la foi religieuse : « Le douloureux doute d'Euripide, écrit-il dans un mitre passage de son journal de la même époque que celui que nous venons de citer, (car rien n'est plus loin de sa pensée qu'un confortable scepticisme, que le mol oreiller de Montaigne) trouve des accents poignants15… » Mais Pressensé est aussi frappé par la façon dont Euripide a su, dans Les Bacchantes, décrire la naissance d'une religion nouvelle, et même, dénoncer la volonté de contrôle des consciences par l'État. Dans l'esprit de Presssensé il y a donc une sorte de va-et-vient permanent entre les deux pôles de sa culture savante. On peut estimer qu'il a cherché beaucoup plus à les associer, à les rendre complémentaires, qu'à les dissocier. On pourrait, de ce point de vue-là, comparer sa réflexion intellectuelle à celle d'un John-Henry Newman, qui voulait réunir les sources humaniste et chrétienne, et souligne dans son Idée d'Université que « la civilisation des temps modernes est restée ce qu'elle était jadis [...] la descendante en ligne directe, ou plutôt le prolongement, mutatis mutandis, de la civilisation qui naquit en Palestine et en Grèce16 ».

20C'était presque dire une évidence que d'affirmer que la civilisation et la culture européennes étaient organisées autour de ces deux traditions. L'effort de synthèse était pourtant relativement original, dans la mesure où, dans le débat intellectuel du xixe siècle, c'était plutôt en terme d'opposition que de complémentarité que l'Église, d'un côté, la pensée laïque et anticléricale, de l'autre, présentaient ces deux héritages.

21La différence est que Newman cherche à intégrer à la perspective chrétienne l'héritage de l'humanisme grec alors que Pressensé, à la fin de sa vie, cherche à reprendre une partie de l'héritage chrétien dans une perspective politique socialiste fortement influencée par la matrice grecque. Les deux sources culturelles du socialisme de Pressensé sont les aspirations sociales de l'Évangile et la démocratie athénienne. Il a rêvé d'une cité future qui serait à la fois une nouvelle Jérusalem et une nouvelle Athènes.

Notes

1 A. Dunois, « Un grand Esprit et un grand Cœur ; du libéralisme bourgeois au socialisme prolétarien », L'Humanité, 21 janvier 1914.

2 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 131.

3 Brutalités policières », Bataille syndicaliste, 23 janvier 1914.

4 AN F7 15 9931, dossier Pressensé (fonds dit « du Panthéon »). Nous avons déjà signalé l'intérêt du préfet Hennion pour les différentes couronnes déposées.

5 La Ligue des Droits de l'Homme ne consacre dans son numéro spécial sur la mort de Pressensé qu'un entrefilet à « cet autre héros de l'Affaire », Picquart. Elle y ajoute quand même un extrait d'un article nécrologique chaleureux de Gabriel Séailles paru dans le Courrier Européen. Mais la minceur de l'hommage reflète bien la profondeur de la rupture qui s'était produite. Voir BOLDH, 1er février 1914, p. 185-186.

6 Voir pour l'ensemble des personnalités citées : « Les obsèques de Francis de Pressensé », L'Humanité, 23 janvier 1914.

7 Ibidem.

8 Extrait du BOLDH, 1er février 1914, p. 184-185.

9 Ibid., p. 185.

10 Dans l'agglomération lyonnaise, par exemple, deux voies, une dans le 8e arrondissement, une autre à Villeurbanne portent le nom de Pressensé. Elles contrastent toutefois, par leur modestie, avec l'élégance du quai Victor Augagneur qui longe le Rhône. Une enquête reste à faire, mais il semble que, le plus souvent, le « calibre » des voies attribuées à Pressensé soit resté modeste. À Paris, la rue Fràncis-de-Pressensé dans le 14e arrondissement est confidentielle. À Nantes, la rue Francis-de-Pressensé n'est pas beaucoup plus grande ; il est vrai que Ludovic Trarieux a, lui, été simplement oublié dans l'une comme dans l'autre ville. Gilles Candar dénombre dans l'agglomération parisienne, en 1995, neuf voies portant le nom de Pressensé. (C'est peu au regard des quatre-vingt-douze qui portent celui de Jean Jaurès ou des trente-cinq consacrées à Jules Guesde, mais c'est un score honorable. Voir G. candar, Jean Longuet, op. cit., p. 5.

11 Cité par J. Levaillant, L'évolution intellectuelle d'Anatole France, op. cit., p. 812.

12 « Discours de M. Victor Basch ». BOLDH, 1er février 1914, p. 131

13 « Discours de M. Jean Jaurès », BOLDH, 1er février 1914, p. 167. Jaurès ne cite pas le nom de Marie Durand, mais parle de « cette humble femme des Cévennes » qui « écrivait [...] ce seul mot Résister ! » Ibid., p. 168.

14 « IIIe Common Place Book de Francis Charles de Hault de Pressensé », op. cit., p. 163-164.

15 Ibid., p. 151. La remarque est suivie de plusieurs citations du texte grec.

16 J.-H. Newman, L'Idée d'Université, t. II, PUF, 1997, p. 37... La phrase citée est extraite de la conférence de 1858, intitulée : » Le christianisme et les lettres ».

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search