Version classiqueVersion mobile

Francis de Pressensé et la défense des Droits de l'homme

 | 
Rémi Fabre

Chapitre V. Le président de la Ligue

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

De Trarieux à Pressensé

La succession de Trarieux

  • 1 BOLDH, 1903, p. 1225.
  • 2 Voir BOLDH, 1904, p. 263-274 pour le discours de Pressensé. L'essentiel des numéros 5 et 6 du BOLD (...)

1Le 26 octobre 1903, à la suite de la démission de Ludovic Trarieux, Francis de Pressensé devient président de la Ligue des Droits de l'Homme. Il est élu à l'unanimité par les vingt et un membres présents du Comité central. À la même séance, Jean Psichari a été élu à la vice-présidence devenue vacante du fait de la « promotion » de Pressensé1. L'élection de Francis de Pressensé vient clore une période de transition d'environ un an. Gravement malade depuis l'automne 1902, Ludovic Trarieux n'avait pu assurer ses fonctions. Il disparaîtra d'ailleurs rapidement après sa démission, la Ligue des Droits de l'Homme et Francis de Pressensé lui rendant un vibrant hommage le jour de ses obsèques le 15 mars 19042.

2Dans la période qui s'était écoulée de l'automne 1902 à l'automne 1903, le travail au jour le jour avait été assuré par l'inlassable secrétaire général de la Ligue, Mathias Morhardt. Par ailleurs, deux vice-présidents avaient exercé l'autorité au nom de Trarieux, Louis Havet et Ferdinand Buisson. L'un ou l'autre aurait-il pu contester la prééminence de Pressensé ?

  • 3 Voir parmi les nombreux travaux consacrés par Vincent Duclert à ce thème, et en attendant l'intégr (...)
  • 4 Voir le compte rendu de la réunion commémorative du 6e anniversaire de la LDH, tenue le 4 juin 190 (...)

3Louis Havet incarne assez bien le groupe des savants, dont l'importance dans l'action dreyfusarde et au sein de la Ligue des Droits de L'Homme a été mise en évidence par Vincent Duclert3. Issu d'une grande famille universitaire et libre-penseuse, il est lui-même professeur au Collège de France, membre de l'Institut. À la différence des scientifiques dreyfusards les plus célèbres comme Emile Duclaux ou Edouard Grimaux, c'est un littéraire, philologue et helléniste ; mais l'amour du grec qu'il pouvait partager avec Francis de Pressensé n'efface pas toutes les divergences. On a dit les liens de ce dreyfusiste intransigeant avec le groupe Labori-Picquart, alors qu'au moment de la « rupture », Pressensé était resté proche des deux frères Dreyfus. On a dit aussi que Louis Havet prendra en 1904 une position qui l'isolera quelque peu en défendant la thèse de la nécessité d'une cassation avec jugement, pour que ce soit un tribunal militaire qui réhabilite Dreyfus et reconnaisse publiquement la fausseté des condamnations précédentes4. Au moment de « l'élection présidentielle » de 1903 au sein de la LDH, la question n'était pas encore au premier plan, et Louis Havet aurait pu avoir certains atouts, en particulier des affinités avec le combisme, l'esprit radical et franc-maçon. Il n'était toutefois pas « un politique », et le précédent de Trarieux suggérait que la présidence la Ligue devait plutôt revenir à un homme politique, de préférence un parlementaire, mieux à même de s'adresser aux ministres, « ses collègues », pour obtenir satisfaction dans les multiples interventions menées au nom de la Ligue contre telle ou telle violation des droits de l'homme. Les savants pouvaient en revanche être présents en nombre au sein du Comité central pour y jouer le rôle de conscience morale et de vigilance critique qu'ils avaient assumé au temps de l'Affaire.

  • 5 Il s'agit des Dr Paul Reclus, Emile Brissaud, Gley, J. Héricourt, J.-P. Langlois, G. Hervé, Ch. Ri (...)
  • 6 Louis Havet.
  • 7 Jean Psichari.
  • 8 P. Meyer, A. Molinier.
  • 9 Louis Lapicque, Gabriel Séailles, Charles Seignobos.
  • 10 Bergougnan, Louis Leblois, Eugène Prévost.
  • 11 Georges Bourdon, Mathias Morhardt, Thadée Natanson, Gabriel Trarieux.
  • 12 Les frères Fontaine.
  • 13 E. Brochot.

4La composition du Comité central en place le 1er janvier 1904, quelques semaines après l'élection de Pressensé, montre d'ailleurs une très significative prépondérance numérique de cette composante scientifique et universitaire. Parmi les trente-sept membres ne figurent que neuf personnalités politiques : quatre sénateurs en activité, Trarieux, ancien ministre, Ranc, Delpech et Ratier, trois députés en activité, Pressensé, Buisson et Guieysse, un ancien ministre et député, Yves Guyot, un ancien député, Joseph Reinach. Le groupe des savants est beaucoup plus compact, avec dix-sept membres et une frappante prépondérance des médecins et assimilés : on peut en compter neuf, dont 3 professeurs d'Université, 5 membres de l'Académie de médecine5, et le directeur de l'institut Pasteur, le chimiste Émile Duclaux. Les universitaires des autres disciplines représentent la plupart des grands établissements prestigieux, Collège de France6. Hautes Études7, École des Chartes8, Sorbonne9. Trois avocats10 et quatre « Les Remparts d'Israël » (© musée de Bretagne - Rennes) « hommes de lettres11 » renforcent les professions intellectuelles. Le monde du travail n'est en revanche représenté que par deux industriels12 et un ouvrier13. On verra dans quelles conditions se renouvellera partiellement un sommet qui reste encore en 1904 à peu près uniquement formé par le groupe dreyfusard d'origine.

Francis de PressensÉ (© bibliothèque du Musée social)

Francis de PressensÉ (© bibliothèque du Musée social)

Élise de Pressensé âgée avec une de ses petites filles

(coll. privée, Mme Anne Marcel)

(coll. privée, Mme Anne Marcel)

Edmond de PressensÉ (Société de l'Histoire du Protestantisme Français)

Edmond de PressensÉ (Société de l'Histoire du Protestantisme Français)

Mathias Morhardt (© Bibliothèque du Musée social)

Mathias Morhardt (© Bibliothèque du Musée social)

Pierre Quillard (© Bibliothèque du Musée social)

Pierre Quillard (© Bibliothèque du Musée social)

Ludovic Trarieux (© Bibliothèque du Musée social)

Ludovic Trarieux (© Bibliothèque du Musée social)

Couverture de la brochure sur les Lois Scélérates (© Bibliothèque du Musée social)

Couverture de la brochure sur les Lois Scélérates (© Bibliothèque du Musée social)

« Société des Droits de l'Homme », Bas relief caricatural de Francis de Pressensé (Société de l'Histoire du Protestantisme Français)

« Société des Droits de l'Homme », Bas relief caricatural de Francis de Pressensé (Société de l'Histoire du Protestantisme Français)

« Pré salé », couverture du Musée des Horreurs, n° 9

« Pré salé », couverture du Musée des Horreurs, n° 9

Couverture du Bloc, n° 7 (© musée de Bretagne - Rennes)

Couverture du Bloc, n° 7 (© musée de Bretagne - Rennes)

« Les Remparts d’Israël » (© musée de Bretagne-Rennes)

« Les Remparts d’Israël » (© musée de Bretagne-Rennes)

5Dans la succession de Trarieux, Ferdinand Buisson aurait-il pu être un rival plus sérieux que Louis Havet pour Francis de Pressensé ? Depuis qu'il avait quitté la direction de l'École primaire au ministère de l'Instruction publique, en 1896, l'ancien « bras droit » de Jules Ferry avait entamé une carrière politique bien ancrée à gauche ; il était aussi passé du libéralisme théologique protestant de sa jeunesse au militantisme au sein de la Libre Pensée. Aux élections de 1902, il avait été élu député radical-socialiste du 13e arrondissement de Paris. Son engagement dreyfusard avait été notable à partir de l'été 1898 ; on pourrait penser que son radicalisme représentait un atout, puisqu'il correspondait à la position politique centrale au sein d'une Ligue des Droits de l'Homme qui rassemblait tout l'éventail du Bloc des gauches depuis les modérés « waldeckistes » jusqu'aux socialistes avancés, y compris quelques anarchistes, comme Pierre Quillard, que Francis de Pressensé fera coopter au Comité central dès le printemps 1904. Il faut toutefois rappeler qu'aux yeux d'une partie du groupe dirigeant de la Ligue, le radicalisme pouvait encore susciter une certaine méfiance. Les membres du Comité central n'avaient pas oublié les errements de la chambre élue en 1898, la trahison de Cavaignac, les atermoiements de Brisson ou le trop long antidreyfusisme de certains organes attitrés de la République radicale, comme La Dépêche de Toulouse.

6Buisson ne souffrait pas d'un « déficit en dreyfusisme », mais il n'avait pas été au tout premier plan dans les grandes batailles menées par la Ligue pendant la durée de l'Affaire. Pressensé au contraire était le chef de bataille, la personnification vivante du mythe héroïque d'où la Ligue tirait sa foi et sa légitimité. Il ne semble pas d'ailleurs que Buisson ait jamais cherché à contester la légitimité de celui à qui il succédera en 1914. II se montrera loyal à son égard, on le verra, même dans les moments difficiles. Il est vrai que les deux hommes se connaissaient pour ainsi dire depuis l'enfance, malgré leur différence d'âge de huit années : on a dit que Ferdinand Buisson adolescent a été un des « pupilles » reçu dans la maison d'Edmond et Élise de Pressensé dans les années 1860, lorsque Francis était encore enfant.

7L'élection de Francis de Pressensé à la présidence de la Ligue est donc acquise à l'unanimité dans l'atmosphère encore unitaire et ascendante du Bloc. Le rôle qu'il avait joué dans la relance de l'affaire Dreyfus, son projet de loi de séparation des Églises et de l'État, sa présence au sein de la délégation des gauches à l'assemblée renforçaient encore sa légitimité pour en faire le successeur incontestable de Ludovic Trarieux.

8Il n'empêche que dans cette grande organisation républicaine un socialiste succédait à un modéré, un peu comme si le flambeau de chef du Bloc des gauches était passé de Waldeck-Rousseau à Jaurès. La suite de l'histoire de la Ligue montrera l'importance de ce hiatus et les opposants aux orientations défendues par Pressensé ne manqueront pas de se réclamer, dès 1904 pour les premiers d'entre eux, du souvenir du fondateur.

9Avant d'aborder ces premiers conflits, on peut revenir sur les rapports qu'avaient entretenus Pressensé et Trarieux. Faut-il les opposer nettement, voir en eux presque des adversaires, en tout cas les défenseurs de deux lignes antagonistes, les chefs de file de deux courants, deux interprétations de la défense des droits de l'homme qui se seraient manifestés dès les premiers jours de la Ligue ? Il convient, nous semble-t-il, de distinguer les rapports personnels et les divergences politiques.

De bons rapports personnels

10On a dit le rôle, antérieur à l'Affaire, de Trarieux dans la lutte contre les anarchistes et le mouvement ouvrier, et le compagnonnage de Pressensé avec ces mêmes anarchistes dans le combat dreyfusard. On a dit aussi la désapprobation de Trarieux à l'égard de la campagne des meetings animée par Pressensé, et son intervention pour l'interrompre, au moins pendant quelques semaines, après l'affaire de la salle Wagram. Pourtant, même en ces journées de l'automne 1898 où les divergences étaient réelles, et où les libéraux du comité de la Ligue, Reinach et Guyot en particulier, se montrent fort sévères pour la ligne « activiste », on n'a pas de traces d'un affrontement direct entre Trarieux et Pressensé.

11Au contraire, par la suite, dans plusieurs discours, les deux hommes se sont rendus hommage. On peut citer en particulier le toast prononcé par Trarieux au banquet fêtant l'élection de Pressensé, et, dans d'autres circonstances, l'allocution de Pressensé aux obsèques de Trarieux. De telles interventions constituent un peu des « figures imposées », mais elles contiennent l'une comme l'autre des détails humains et affectifs qui suggèrent une amicale et réciproque estime.

  • 14 Pressensé cite cette profession de foi le jour des obsèques de Trarieux : BOLDH, 15 mars 1904p. 26 (...)

12On peut la mettre en rapport avec certains liens personnels antérieurs à l'affaire Dreyfus. Trarieux a été, on l'a dit, le collègue d'Edmond de Pressensé au Sénat, et le porte-parole des sénateurs au moment des obsèques du père de Francis. Avocat issu de la bourgeoisie bordelaise, Trarieux ne se rattachait pas aux Églises protestantes. Philosophiquement, il peut être considéré comme un bon représentant de la génération des républicains positivistes, la profession de foi qui est lue le jour de ses obsèques suggérant qu'il associait à la confiance en la science une sagesse stoïcienne quelque peu teintée de panthéisme14. Mais ce politique, cet homme d'État, avait été sensible à l'idéalisme moral de son collègue pasteur, au point de se laisser convaincre, malgré les objections qui pouvaient être formulées du point de vue de la police des mœurs, de la justesse du combat mené par Edmond de Pressensé contre la prostitution réglementée. Quand il célèbre avec éclat l'élection de Francis de Pressensé au banquet du 1er juin 1902, Trarieux ne manque donc pas d'évoquer le souvenir de ce père qu'il a eu « le bonheur » « de connaître et d'aimer ». Mais Trarieux n'ignorait pas non plus « le côté d'Élise » : il exalte avec plus de chaleur encore les « trésors de bonté et d'humanité qu'il y avait dans le cœur d'Élise de Pressensé », et cite un poème engagé adressé « aux heureux » de la mère de Francis, en ajoutant à l'adresse du fils : « Il m'a semblé que je trouvais là le lait pur et fortifiant [...] dont avait été nourrie votre jeunesse [...] qui a fait de vous un apôtre, un des maîtres enseignants de nos doctrines humanitaires les plus dignes d'être écoutés. »

  • 15 « Discours de M. Mathias Morhardt », BOLDH 1er février 1914, p. 155.
  • 16 BOLDH. 30 juin 1909, p. 814-815.

13Mais si Trarieux retrouve en Francis de Pressensé le souvenir de ses parents, on pourrait soutenir qu'inversement, Ludovic Trarieux constitue pour Pressensé une sorte de double de son père. À l'égard de l'un comme de l'autre, il tend à se poser en libre, mais légitime héritier. Parlant de l'attachement que conservait Francis de Pressensé au souvenir de son père, Mathias Morhardt a souligné, le jour des obsèques de son ami, qu'il cherchait toujours à se convaincre d'une sorte de convergence posthume entre ses idées et les idées paternelles : « Il voyait dans les jugements sévères que M. Edmond de Pressensé portait quelquefois contre le pharisaïsme égoïste des classes possédantes une sorte d'adhésion tacite au socialisme15. » De la même façon, quand il évoque, spontanément ou pour répondre aux critiques, la mémoire du premier président de la LDH, Francis de Pressensé, sans masquer les différences, suggère une sorte de communion entre lui et le Trarieux de la dernière période. Au congrès de Rennes de 1909, point culminant, on le verra, d'une période de contestation interne, les adversaires de Pressensé s'étaient d'autant plus réclamés du souvenir de Trarieux, que son propre fils, Gabriel, venait de manifester un important désaccord et de démissionner du Comité central de la Ligue. Dans sa réponse à ses contradicteurs, Pressensé fustige plus nettement qu'en 1904 les positions politiques prises par Ludovic Trarieux avant l'Affaire, qui l'avaient amené à se faire « l'auxiliaire, presque le complice de ceux qui travaillaient à une besogne de réaction sociale et politique », en préparant en particulier « cette loi détestable qui demeurera dans l'histoire la loi Merlin-Trarieux ». Mais, ajoute Pressensé, « il a eu ce courage et cette vertu civique de tourner le dos à cette portion de son propre passé... J'ai encore dans l'oreille ces paroles mélancoliques et graves qu'il m'adressait un jour [...] : “Oui, me disait-il, je ne suis plus à l'âge où on peut détacher son bateau du rivage et se lancer allègrement vers des horizons nouveaux... Je dois rester où je suis, bien que je ne sente que trop que j'ai perdu beaucoup de mes anciens amis et que je n'aie plus une foi entière et exclusive dans les principes où j'ai longtemps vu la formule suffisante et complète du libéralisme. Pour vous, ajoutait-il, vous êtes plus jeune que moi, d'autres horizons s'ouvrent devant vous16... »

14Au moment de la succession de 1903-1904, Pressensé suggère en des termes plus consensuels la même différence d'orientation politique, mais aussi les mêmes affinités électives entre lui et Trarieux.

Deux interprétations de la défense des droits de l'homme

  • 17 La conférence parait sous le titre, « Le programme de la Ligue des Droits de l'Homme », dans le n° (...)
  • 18 BOLDH, 1904, p. 873-886. Le discours de Pressensé est suivi par la mise au point précieuse de Jean (...)

15Au-delà des rapports personnels, peut-on mettre en évidence une différence fondamentale entre l'orientation donnée à la LDH par son premier président libéral et celle qu'a voulu lui indiquer son deuxième président socialiste ? Sur le plan doctrinal, sur la définition des droits de l'homme, il nous semble qu'il existe de fortes nuances mais pas un fossé infranchissable entre Trarieux et Pressensé. On peut mettre en parallèle deux textes, deux présentations des orientations fondamentales de la LDH : la première est formulée dans une conférence que prononce Ludovic Trarieux le 29 novembre 1900 salle des Sociétés savantes devant les quatre sections de la Ligue du 6e arrondissement de Paris17. La seconde est proposée par Francis de Pressensé dans le discours qu'il prononce le 4 juin 1904 salle du grand Orient, rue Cadet, pour la réunion commémorative du sixième anniversaire de l'assemblée constitutive de la LDH18.

  • 19 BOLDH, 1904, p. 879.

16Les deux présidents prennent tout autant appui sur les principes de 1789, et c'est même le socialiste, Pressensé, qui va le plus loin en déclarant : « Notre politique est contenue tout entière dans la Déclaration des Droits de l'Homme19. » Mais la perspective de Trarieux est un peu plus défensive, celle de Pressensé plus offensive : Trarieux est soucieux avant tout de maintenir les droits de l'homme, de les faire connaître, de revenir à eux dans la mesure où ils ont été oubliés ou sont restés lettre morte. Alors que Trarieux déclare vouloir avant tout maintenir la liberté pour tous et l'égalité devant la loi, Pressensé parle plus volontiers de prolonger, de poursuivre l'œuvre de la Révolution, en particulier sur le plan de la justice sociale.

  • 20 BOLDH, 15 janvier 1901, p. 18.

17Les deux hommes manifestent toutefois un souci identique de donner une forte dimension sociale à l'action de la Ligue : « Nous nous devons, souligne Trarieux, de tendre la main aux esclaves, aux persécutés, aux victimes des illégalités et des passe-droits, impuissants à se défendre eux-mêmes, et qui nous appellent à leur secours20. » De fait, comme l'attestent les comptes rendus du BOLDH qui relatent avec précision toutes les interventions de la Ligue, dès l'époque de Trarieux la lutte contre la violation des droits individuels, la défense des « petits » ont été menées avec énergie. Il faut souligner le rôle important joué à côté de Trarieux dans cette action au quotidien par le secrétaire général de la Ligue, Mathias Morhardt, véritable « stakhanoviste des droits de l'homme ». À plus forte raison, évidemment, Morhardt poursuivra-t-il après 1903 ses travaux d'Hercule aux côtés de son maître installé au poste de commande. Sous Pressensé, le travail d'assistance juridique entamé sous Trarieux se poursuit donc en prenant simplement une ampleur de plus en plus grande. Ce ne sont plus des centaines mais des milliers d'affaires qui suscitent chaque année l'intervention de la Ligue.

  • 21 Ibid., 1904, p. 879-880.

18La continuité dans l'action se double toutefois d'un style un peu moins paternaliste et d'une certaine inflexion dans la « doctrine sociale » : « Dans toutes les questions de justice et de réforme sociale qui se présentent en nous simplement par l'étude des affaires qui nous sont confiées », précise Pressensé en 1904, « nous ne nous contentons pas d'intervenir individuellement sur tous ces points. Nous croyons que la Ligue a à prendre position au point de vue des principes et poursuivre des projets de réforme sociale21 ».

  • 22 Assemblée générale du 30 mai 1903, BOLDH, 1903, p. 671.

19Ce réformisme social fait certainement l'objet d'un assez large consensus dans la Ligue de 1903-1904. Ferdinand Buisson, « l'intérimaire », avait tenu des propos assez proches de ceux de Pressensé au cours de l'assemblée générale de 1903 en expliquant que la Ligue n'avait pas seulement pour but de réparer les injustices individuelles mais de « corriger » ou de « réviser » les injustices collectives22.

20On peut estimer que le pur libéralisme, dont on pourrait encore déceler des traces chez Trarieux, qui préférait parler des « victimes de l'illégalité » que des « victimes de l'injustice », ne représente plus qu'une position marginale dans la Ligue du temps de Pressensé. Si la dimension collective des principes de 1789 et le réformisme social sont largement admis, les débats portent toutefois sur l'ampleur du mal existant et sur les solutions à réclamer : faut-il se contenter de parler, comme le fait Buisson, adepte du réalisme ou de la litote, d'une « société très imparfaite », ou faut-il aller plus loin et dénoncer un système global « d'iniquité sociale » comme le fait régulièrement Pressensé, qui colore son vocabulaire socialiste d'une touche moraliste ?

  • 23 Pressensé, en lui rendant hommage en 1904, rappelle que Trarieux était allé a Saint-Pétersbourg pl (...)
  • 24 La résolution du Comité central, en date du 25 février 1901, est publiée dans le BOLDH de 1901 p. (...)
  • 25 BOLDH, 1904, p. 883.

21L'inflexion qu'on peut déceler entre la période de Trarieux et celle de Pressensé est donc réelle. Elle renvoie évidemment aussi, au-delà des personnalités des deux présidents, à l'évolution politique de la France et à la radicalisation du Bloc des gauches après 1902. Mais ces changements n'empêchent pas la continuité sur beaucoup de questions et d'actions concrètes. C'est le cas en particulier pour la dimension internationale de l'action de la Ligue des Droits de l'Homme. Ludovic Trarieux était intervenu en faveur de la Finlande « maltraitée » par le tsar23, s'était prononcé en faveur de la défense des Arméniens ou des Juifs de Roumanie. Le Comité central était encore intervenu en février 1901, d'ailleurs sur rapport de Pressensé, pour protester contre « les massacres et les pillages en Chine », commis par l'expédition internationale de représailles lors de la guerre des Boxers24. Devenu président, Pressensé donnera une très grande ampleur, on le verra, à ce combat pour les droits des peuples opprimés tout en l'associant à une lutte pour la paix, pour « la fraternité du genre humain ayant enfin retrouvé son unité25 ». Il développera en outre une dimension peu présente chez Trarieux, l'attention à tous les problèmes posés par la colonisation.

  • 26 Ibid., 1901, p. 20.

22On ajoutera que les deux premiers présidents ont été l'un comme l'autre très soucieux de poursuivre le combat entamé pendant l'affaire Dreyfus contre « le militarisme » et contre « la congrégation26 ». Toutefois, comme pour la question de la justice sociale, et plus rapidement encore, dès le début de la présidence de Pressensé, des divergences apparaissent à propos des limites de l'intervention politique de la Ligue, à propos de la conciliation du combat antimilitariste et anticlérical avec la défense des libertés individuelles.

23Avant d'en venir à ces épisodes qui ont marqué la présidence de Pressensé, il est toutefois nécessaire de mieux présenter cette grande organisation républicaine dont il est le chef, et de poser le problème, très présent dès 1904 dans les congrès annuels, des rapports du sommet avec une base de plus en plus étendue.

La Ligue des Droits de l'Homme au temps du Bloc des gauches

Développement, implantation et composition

24À sa fondation en juin 1898, la Ligue des Droits de l'Homme n'est qu'un petit rassemblement d'intellectuels et de savants parisiens qui, après s'être dressés pour la défense de Dreyfus, ont répondu à l'appel de Trarieux, et de quelques hommes politiques plutôt modérés ; il est significatif que des personnalités nettement marquées à gauche comme Clemenceau ou Jaurès n'en fassent pas partie. On a vu comment au cours de l'Affaire, et en particulier à partir du printemps 1899, la Ligue a commencé à grandir, à s'étendre en province en particulier sous l'action de conférenciers et d'orateurs itinérants au premier rang desquels se détache Francis de Pressensé.

  • 27 BOLDH. 1902, p. 437-438.

25Née dreyfusarde, la Ligue a fait mieux que survivre à la retombée de l'Affaire après l'automne 1899. Elle connaît même après 1900 une croissance exponentielle. Il ne s'agit plus seulement d'un mouvement d'intellectuels ou de « militants moraux ». Il s'est produit une sorte de symbiose entre la Ligue et le « sursaut républicain » qui avait débuté au printemps 1899 quand on avait vu resurgir derrière le combat pour Dreyfus les vieux thèmes du temps du boulangisme, ou du 16 mai, la lutte contre la menace « césarienne » et contre l'ennemi clérical. À côté des loges franc-maçonnes, plus élitistes, et des sociétés de la Libre Pensée, plus populaires, mais plus « spécialisées » dans le combat contre l'Église, la Ligue fait figure d'organisation à la fois unitaire et généraliste ; elle devient donc, dans beaucoup de villes et même de bourgs, un maillon important du tissu républicain, qui s'enrichit fortement en ce début de siècle, porté par le mouvement ascendant du Bloc des gauches et par les possibilités associatives nouvelles qu'offrait la loi de 1901. On a vu d'ailleurs naître nombre de sections neuves à la veille des élections législatives victorieuses de 1902. Outre les trois membres du Comité central, Buisson, Guieysse et Pressensé, cinquante et un autres députés ligueurs sont élus selon les indications données par Trarieux27. Dans la liste des cinquante-quatre, on peut discerner une nette dominante radicale et radical-socialiste. Les socialistes sont beaucoup moins nombreux, même si on relève, à côté du nom de Pressensé, ceux d'Albert-Poulain, et de Gustave Rouanet.

  • 28 Ibid., 1904, p. 510.

26Sur le plan des militants, le succès du Bloc, et, du même coup de la Ligue, aux élections de 1902 renforce encore la vague d'adhésions qui va se poursuivre pendant plusieurs années. À l'assemblée générale du 31 mai 1902, Trarieux avançait le chiffre de 28 000 ligueurs. Lors du premier congrès statutaire de la LDH qui se tient à Paris fin mars et début avril 1904, Pressensé fait état de 40 000 membres répartis dans plus de 500 sections, établies dans toutes les régions de France28.

  • 29 Ibid., p. 3-53.

27La liste complète de toutes les sections et de leurs responsables que publiait quelques semaines auparavant le BOLDH du 15 janvier 190429 mentionnait quatre cents quatre-vingt unités de base. Cela représentait, si on met à part le département de la Seine qui regroupait à lui seul soixante-treize sections, une moyenne de cinq sections par département. Le nombre de sections n'est, il est vrai, pas le seul élément à prendre en compte, car, selon les cas, les ligueurs tendaient à se regrouper dans d'assez vastes unités ou à se disperser dans de petits groupes. Ainsi, le département du Rhône pourrait sembler une zone de faiblesse avec seulement deux sections, mais on sait par ailleurs que celle de Lyon représentait, pour le nombre d'adhérents, la plus grosse section de toute la Ligue.

28Néanmoins, la carte des unités de base de la Ligue est assez significative de l'implantation nationale du Bloc. Les terres de l'Ouest constituent sans surprise des zones de faiblesse d'où n'émergent qu'un nombre limité de sections des villes bleues, Nantes et Saint-Nazaire en Loire-Inférieure, Rennes en Ille-et-Vilaine, le seul Laval dans tout le département de la Mayenne, par exemple. En revanche, la Ligue semble constituer l'organisation par excellence du Midi rouge, avec comme départements phares les Basses-Alpes (où se conjuguent les influences du député radical Alphonse Hubbard et de l'ancien député Joseph Reinach) avec vingt-et une sections, et plus encore, l'Hérault, recordman absolu avec vingt-trois sections. Le moindre bourg viticole y possède sa section avec son responsable, négociant en vin, viticulteur ou limonadier, comme à Clermont-l'Hérault, Pézenas, ou Saint-André-de-Sangonis. D'autres situations départementales attestent la forte implantation de la Ligue dans les régions protestantes ou à minorités protestantes : dix sections dans la Drôme, autant dans le Gard avec, en pays camisard, des sections à St Hippolyte et à Valleraugue, treize en Charente-Inférieure, cinq seulement dans le Tarn, mais quatre y sont concentrées dans le petit périmètre huguenot de la Montagne noire et du Sidobre, à Brassac, Castres, Mazamet et Vabre, alors qu'on peut par exemple constater l'absence d'une section de la Ligue dans la cité minière de Carmaux. D'autres fortes densités départementales sont sans doute à mettre en rapport avec l'influence de quelques personnalités marquantes : ainsi à Bordeaux et en Gironde, celle de Trarieux, mais aussi celle de Lucien-Victor Meunier, un des dreyfusards les plus engagés avec son journal Le Rappel.

29La Ligue n'est pas complètement absente des zones de la France industrielle et ouvrière avec par exemple douze sections dans le Nord et sept dans la Loire, le pasteur chrétien-social Louis Comte ayant joué un rôle particulièrement important dans celle de Saint-Étienne. Dans cette liste de 1904, on ne trouve toutefois qu'une seule mention d'un président de section ouvrier ; il s'agit du président de la section d'Aniche dans le département du Nord, l'ouvrier verrier Émile Schmidt, qui est assisté de deux vice-présidents prolétaires, l'un ouvrier verrier et l'autre ouvrier mineur. Ailleurs, même dans le Nord, ce sont plutôt des industriels, des négociants qui occupent la présidence. Le fait est patent à Mazamet où on connaît l'anomalie d'un patronat protestant et républicain votant plus à gauche que ses ouvriers issus des hautes terres catholiques.

30Au total, les professions des responsables de sections offrent un bon échantillon des « couches nouvelles » chères à Gambetta, de ces petits notables républicains qui animent la vie politique dans les bourgs et les villes moyennes. On y trouve des « intellectuels », bien sûr, mais en dehors des centres universitaires, ils sont d'un autre acabit que les sommités du Comité central : instituteurs, professeurs d'école normale ou d'écoles primaires supérieures, parfois de lycées. Les membres des professions libérales fournissent davantage de responsables que les enseignants, avec un nombre appréciable de pharmaciens et de médecins, mais aussi des avocats, avoués, clercs de notaire. Par ailleurs, les professions économiques sont nettement plus présentes à la base qu'au sommet de la Ligue, avec des négociants, de petits industriels, mais aussi des représentants du monde de la boutique, artisanale ou commerçante, artisans-coiffeurs, cafetiers-limonadiers, boulangers par exemple. Si on ajoute encore les « propriétaires-viticulteurs » languedociens, les percepteurs, agents des contributions, employés de diverses sortes, on a l'impression d'avoir une image assez fidèle de la base combiste au temps de la gloire du « petit père ». On ajoutera que le nombre impressionnant de maires et de conseillers municipaux responsables de sections suggère que, dans certains départements au moins, la jeune Ligue était devenue l'enfant chérie de Marianne au pouvoir. Le contraste avec la poignée de réfractaires au conformisme ambiant qui avaient fondé la Ligue en juin 1898 est évidemment à relever. Le titre même de « Ligue des Droits de l'Homme » pouvait d'ailleurs donner lieu à des interprétations opposées : certains ligueurs pouvaient lui donner son sens premier, son sens dreyfusard, qui correspond approximativement à l'orientation contemporaine de la Ligue, un siècle après sa création ; selon eux, la Ligue devait avant tout être la gardienne des principes universels et manifester une permanente vigilance à l'égard des pouvoirs en place, quels qu'ils fussent, en les appelant sans cesse au respect des libertés individuelles et collectives. Pour d'autres, et c'était peut-être la majorité des ligueurs « blocards », la référence aux droits de l'homme était surtout une façon d'arborer le drapeau de 1789, et la Ligue devait donc avant tout, comme l'avaient fait les différents clubs et sociétés des droits de l'homme depuis la Révolution, mener une action politique, être l avant-garde du grand parti républicain dans sa lutte contre l'ennemi contre-révolutionnaire et clérical.

Rapports de la base et du sommet

  • 30 Ibid., p. 528.

31La croissance de la Ligue atteindra son point culminant, dans la période de la présidence de Francis de Pressensé, en 1908, avec plus de 90 000 membres. Bien avant cette date, dès le premier congrès statutaire de 1904, qui prenait la suite d'assemblées générales moins structurées, la question des rapports entre la base et le sommet s'était posée. On a dit qu'à ce moment-là la direction centrale de la Ligue correspondait encore largement au noyau dreyfusard d'origine. Pressensé n'hésite d'ailleurs pas dans son intervention sur la question du recrutement du Comité central à justifier la prééminence qui avait été jusque-là la sienne : « Il y a eu une phase de l'histoire de la Ligue pendant laquelle c'était le Comité central qui se recrutait lui-même. Elle était historiquement nécessaire. Le Comité avait procédé à la création de l'association, c'était lui qui devait se recréer30. »

  • 31 Ibid., p. 530.
  • 32 Ibid., p. 527.

32Or c'est cet auto-recrutement, cette tendance à la cooptation que dénoncent à ce congrès de Paris un certain nombre de délégués de la base, plus précisément de quelques sections de la région parisienne, celles des Grandes Carrières (butte Montmartre), de Joinville-le-Pont et de Saint-Maur-des-Fossés. Le délégué de Saint-Maur, l'avocat Émile Libaude, se montre particulièrement pugnace : il dénonce comme une « usurpation de droit la tendance du Comité central à se coopter » ; « la cooptation n'est pas conforme au principe républicain », ajoute-t-il, « jamais nous n'avons autorisé le Comité central à se recruter31 ». Le débat avait porté en particulier sur les remplacements décidés au fur et à mesure, sans attendre l'Assemblée générale ou le congrès, par le Comité central en cas de décès ou de démission d'un de ses membres. C'est ainsi qu'avaient été nommés entre 1903 et 1904 le Dr Sicard de Plauzoles, et, surtout, Pierre Quillard, qui sera avec Mathias Morhardt le plus proche compagnon d'armes de Pressensé au sein de la Ligue. Les contestataires réclament donc au congrès de Paris la disparition de telles pratiques. Se défendant de lever l'étendard de la révolte contre le Comité central, le Dr Mayoux de la section des Grandes Carrières n'en souligne pas moins que ce sont « les 46 000 hommes libres qui constituent désormais la Ligue qui doivent pouvoir élire leurs dirigeants32 ».

  • 33 Ibid., p. 523.
  • 34 Ibid., p. 536.
  • 35 Ibid., p. 532.

33Porte-parole du Comité central, Pressensé fait alors adopter un vœu qui maintenait pour l'essentiel les « privilèges » du noyau historique, même si ce vœu avait été approuvé au préalable par la majorité des présidents de sections de la Seine ; il prévoyait que « le Comité central, continuant sa tradition, pourvoie provisoirement aux vacances au fur et à mesure qu'elles se produisent, et que les membres ainsi désignés soient soumis à la ratification du plus prochain congrès en même temps que le tiers sortant du Comité central33 ». Dans les débats du congrès, Pressensé fait une concession en proposant de remplacer le mot ratification par le mot élection « afin de réserver, par les termes même de la motion, les droits qu'on a prétendu atteints34 ». Mais il n'en dénonce pas moins l'esprit qui règne dans « un très petit nombre de sections », un esprit « différent », « qui viserait à substituer une action et des hommes complètement différents à ceux qui ont été, je ne dis pas à la tête, mais dans le plus tort de la lutte parmi ceux qui ont pris les responsabilités non pas en 1902 mais en 189835 ». La date de 1902 citée dans un congrès tenu en 1904 n'apparaît évidemment pas par hasard : Pressensé vise les néo-ligueurs blocards et les sections nées au lendemain des élections législatives victorieuses, comme pour voler au secours de la victoire.

34Au congrès de 1904, Pressensé et la vieille garde dreyfusarde ont donc conservé la prééminence. Si la pratique de la cooptation se fera ensuite moins visible, on peut estimer qu'elle ne disparaîtra pas totalement ; jusqu'en 1914, et sans doute au-delà, elle s'appuyait sur une légitimité plus forte que la légalité démocratique, l'engagement dans l'Affaire, cette croisade qui donnait à un dirigeant de la Ligue ses quartiers de noblesse.

35Mais si les dirigeants d'origine sont restés en place, ou ont été relayés par d'autres militants au passé dreyfusard sans tache, les problèmes et les clivages au sein de la Ligue ne sont plus, au début de la présidence de Pressensé, tout à fait les mêmes que du temps de l'Affaire. On a parlé pour les années 1898-1899 de cette opposition entre deux lignes, l'une légaliste et modérée, l'autre activiste et « révolutionnaire », l'une sensible à l'injustice faite à un individu, l'autre à la révélation de l'injustice sociale dont le cas Dreyfus était l'illustration. On pourrait juger que désormais, « deux s'est divisé en trois », et que la Ligue reflète surtout les oppositions politiques au sein du Bloc des gauches. L'organisation conserve en son sein un courant libéral ou modéré, « waldeckiste » ou, si on peut dire, « trarieuriste », qu'on peut juger néanmoins en nette perte de vitesse depuis 1902. A son autre extrémité elle comporte une sensibilité révolutionnaire, en tout cas socialiste, qu'incarne le président, un certain nombre de ses proches, mais aussi des militants de base qu'on voit s'exprimer à l'occasion des différents congrès. Cette composante reste toutefois minoritaire par rapport à l'élément central radical ou radicalisant, qui n'est pas uniquement « néoligueur » ou « post-dreyfusard », mais qui s'est évidemment renforcé en même temps que s'enflait la vague combiste.

36Les rapports entre ces trois courants peuvent se lire en filigrane dans l'autre débat qui mobilise l'attention au congrès de 1904, et qu'on retrouvera présent dans les années suivantes, celui de l'engagement politique de la Ligue au moment des élections.

L'engagement politique de la Ligue

La question de principe

37Les statuts d'origine, élaborés en pleine affaire Dreyfus et au lendemain de la consultation électorale de 1898, particulièrement décevante pour la poignée de champions du dreyfusisme qui se regroupait dans la Ligue, refusaient toute prise de position électorale de la Ligue ; l'article 16 de ces statuts énonçait que « les sections de la Ligue n'ont pas qualité pour adhérer collectivement à une société, à un congrès, ou à une candidature. Chacun de leurs membres conserve sa liberté d'action ».

  • 36 BOLDH, 1903, p. 682.
  • 37 Ibid., 1904, p. 539.

38L'assemblée générale du 30 mai 1903, présidée par Ferdinand Buisson, avait adopté à l'unanimité moins une voix de nouveaux statuts qui modifiaient cette perspective. Le contexte des élections victorieuses de l'année précédente, avec l'entrée au Parlement de plusieurs dizaines de députés ligueurs, éclaire évidemment ce changement de doctrine. L'article 16 précisait désormais : « Les sections de la Ligue n'ont pas qualité pour adhérer collectivement aux sociétés politiques. Elles ont qualité pour adhérer collectivement à un congrès électoral ou à une candidature républicaine unique au premier tour ou au deuxième tour36. » La Ligue se plaçait ainsi dans la logique du « grand parti républicain » avec son sacro-saint principe d'unité pour barrer la route à la réaction, un principe, qui, on s'en souvient, n'était guère du goût du Pressensé libéral d'avant 1898. C'était en même temps courir le risque de se muer en une « organisation électorale », et un certain nombre de voix se sont élevées au congrès de 1904 contre une dérive qui tendrait à faire de la Ligue une sorte d'organisation para-gouvernementale. Une motion présentée par la section de Pont-à-Mousson demande donc le retour à l'ancienne formulation de l'article 16, refusant toute prise de position électorale de la Ligue, que ce soit à l'échelle nationale ou au niveau d'une de ses sections. Le président de la section de Pont-à-Mousson, qui défend cette position, Oyon, est un médecin, un de ces responsables locaux sur lesquels nous avons encore trop peu de renseignements. À lire son argumentation, on est plutôt tenté de le ranger dans la catégorie des modérés : il utilise un vocabulaire assez proche de celui de Trarieux, donnant pour mission première à la Ligue « l'éducation civique des citoyens et l'effort vers le développement de la liberté individuelle et de la justice37 ». L'importance de l'éducation, la nécessité de faire davantage étudier et connaître la Déclaration des droits de l'homme dans les écoles laïques étaient des points sur lesquels insistait fortement Trarieux. Mais le docteur Oyon pourrait être aussi, moins le représentant d'une sensibilité politique, qu'un homme de science fidèle à l'esprit dreyfusard d'origine, prêt à rappeler les principes à tout pouvoir politique, affirmant, comme il le dit, la nécessité pour la Ligue de se placer « en dehors et au-dessus des partis ».

  • 38 Le compte rendu du congrès mentionne simplement la brève intervention de « M. Poulain » (BOLDH, 19 (...)
  • 39 BOLDH, 1904, p. 542-544.
  • 40 Ibid., p. 542-543.

39En tout cas, sa motion n'est pas seulement soutenue par les modérés de la Ligue. Un certain nombre de socialistes, de représentants de « la fraction la plus avancée du parti républicain » défendent la même position. C'est le cas, semble-t-il, d'Albert-Poulain, député allemaniste des Ardennes38. C'est le cas, à coup sûr, de Marius Moutet qui intervient au nom de la section de Lyon39. Celui qui sera à la Libération un ministre socialiste de la France d'Outre mer assez peu décolonisateur en est alors au début de sa carrière ; il fait partie, à Lyon, dont il n'est pas encore député, mais où il est un militant socialiste en vue, comme dans la Ligue, des plus fidèles soutiens de Francis de Pressensé. Pourquoi un militant aussi engagé en politique redoutait-t-il les prises de position politiques de la Ligue ? Dans son intervention, Marius Moutet affirme son attachement à « l'esprit initial de la Ligue », celui de la lutte exclusive pour la défense des principes qui risqueraient d'être sacrifiés à « la propagande personnelle et électorale ». Ce qu'il semble craindre surtout, c'est moins la dégradation de la mystique en politique, que la domination dans la Ligue d'une certaine orientation politique, celle du courant radical. « Nous connaissons des sections, s'indigne-t-il dans son intervention, où il est par exemple matériellement impossible à des socialistes de pénétrer dans l'organisation de la Ligue parce que celle-ci se trouve absolument fermée par un groupe d'hommes politiques qui détiennent la puissance dans le pays et qui ne permettent pas à leurs adversaires politiques d'y pénétrer40. » Sans pouvoir éclairer avec précision ces allusions, on peut considérer que « l'instrumentalisation » d'une section de la Ligue par tel ou tel notable radical, telle ou telle loge maçonnique, a dû être un phénomène relativement courant.

  • 41 Ibid., p. 545-546.
  • 42 Ibid., 1906, p. 851-852.

40Le débat ne doit pas toutefois être simplifié : sur ce point, le président socialiste de la Ligue, ne semble pas totalement en accord avec Marius Moutet. Quant au délégué Bon, qui défend avec le plus d'éclat la prise de position électorale de la Ligue, au point de développer une doctrine quelque peu sans nuances du « tout est politique41 », il semble bien que ce soit un révolutionnaire et non un radical : c'est lui qui s'en prendra en 1906 à l'inertie supposée de Pressensé face à Delcassé le « fauteur de guerre », en développant un éloge appuyé de Gustave Hervé42.

  • 43 Jean Allemane avait été élu contre Régis à une élection partielle dans le 11e arrondissement de Pa (...)
  • 44 BOLDH, 1904, p. 543. Ce délégué laisse entendre qu'il est lui méridional » exilé » à Paris et qu'i (...)

41Mais il est certain que globalement, c'est bien la sensibilité radicale ou radical-socialiste qui était la plus portée à prôner l'engagement électoral d'une Ligue perçue bien davantage comme le fer de lance du Bloc que comme une force spirituelle de contestation de tout pouvoir établi. L'argumentation des partisans de l'intervention politique de la Ligue ne reposait pas seulement sur l'exemple-type du combat électoral mené par Jean Allemane contre Max Régis en 1901, que la Ligue avait vivement soutenu, comme Pressensé l'avait fait dans L'Aurore43. Elle se référait aussi à certaines situations locales qu'analyse un délégué de la section de la Muette, Bouniol : « Dans les villages du Midi, il y a une foule de sections de la Ligue qui sont l'unique groupement républicain existant. Si on voulait empêcher ces sections de s'occuper de politique électorale républicaine, on frapperait presque de mort, d'inertie, le parti républicain dans ces communes44. »

42L'important, comme le suggère Madeleine Rebérioux, dont nous reprenons pour l'essentiel les analyses à propos de ce débat de 1904, est que Pressensé, le président de la Ligue, et avec lui le Comité central qu'il engage, « prend acte du courant [...] radical qui domine le congrès » et ne soutient pas la proposition pourtant défendue par Marius Moutet de ne pas accepter l'adhésion d'une section de la Ligue à un comité électoral. Il est peu probable toutefois que Pressensé accepte par réalisme tactique ou pur opportunisme un principe avec lequel il serait fondamentalement en désaccord. N'avait-il pas lui-même bénéficié dans son élection lyonnaise du retrait de son concurrent radical Thévenet, en application du principe de la discipline républicaine que la motion de 1904 appelle la Ligue à faire respecter ?

  • 45 Madeleine Reberioux, « Politique et société dans l'histoire de la Ligue des droits de l'homme Le M (...)

43On peut en tout cas estimer que les travaux, les débats et les votes du congrès de 1904 instaurent un certain équilibre, peut être un compromis, qui ne sera remis en cause qu'à partir de 1907, au moment où se manifestera vraiment la désagrégation du Bloc des gauches : les « héros dreyfusards d'origine », politiques et savants, obtiennent de leur base le blanc seing nécessaire pour continuer à dominer et composer le Comité central. Mais ils acceptent en retour de comprendre et soutenir les aspirations de la partie majoritaire de cette base « néo-ligueuse » qui conçoit la Ligue davantage comme une des composantes du Bloc que comme une force de contestation ; la Ligue se présenterait ainsi, pour reprendre l'expression de Madeleine Rebérioux, plutôt comme « la vigie » que comme « la conscience » de la République45.

Conséquences et litiges

  • 46 Toute une séance du congrès porte sut la « discipline républicaine » ; voir le compte rendu dans l (...)
  • 47 Ibid., 1906, p. 784.
  • 48 Ibid., p. 784.

44II était toutefois inévitable que le système prévu par les statuts, défendre seulement des principes lorsque plusieurs candidats du « parti républicain » se trouvent en présence, se prononcer pour un candidat et le soutenir fermement s'il se trouve en présence de « l'ennemi » (clérical, nationaliste, réactionnaire), faire respecter enfin la discipline républicaine, entraîne dans la pratique des contestations et des arbitrages délicats. Nous en avons un certain nombre d'exemples dans les années qui ont suivi. Ils montrent que, globalement, le président de la Ligue a exercé ses responsabilités, même quand il s'agissait de reprendre ou de blâmer certains de ses amis socialistes. C'est surtout au cours du congrès de 1906, tenu à Paris les 2 et 3 juin, quelques semaines après les élections législatives, que ces questions de discipline républicaine ont été abordées46. Le cas le plus débattu est celui du socialiste Paul Aubriot, salarié du Comité central et conférencier attitré de la Ligue, qui avait maintenu sa candidature contre le radical-socialiste arrivé en tête au premier tour de quelques voix. Les deux hommes s'étaient retrouvés face à face au second tour, le candidat nationaliste s'étant retiré. Paul Aubriot avait eu le soutien de sa section socialiste locale mais avait été désavoué par la fédération socialiste de la Seine. Pressensé désapprouve, lui aussi, ce maintien, en donnant pour argument le risque pris par Paul Aubriot d'être élu avec l'appoint des voix réactionnaires. Pressensé, qui préside la séance où le cas est débattu, demande donc que soit accomplie « l'œuvre d'harmonie et d'unité républicaine47 » prévue par les statuts, et défend la sanction décidée par le Comité central, et reprise par une commission du congrès, qui demandait aux délégués de « blâmer l'acte d'indiscipline du citoyen Paul Aubriot » et de lui retirer la délégation de conférencier de la Ligue qui lui était accordée jusque-là. Mais on peut avoir l'impression d'une sanction mesurée, puisque Pressensé précise que Paul Aubriot, qu'il présente comme un bon serviteur de la Ligue des Droits de l'Homme, faisait toujours partie de l'organisation et restait salarié du Comité central48.

  • 49 Ibid., p. 795.
  • 50 Ibid., p. 796. II s'agit peut-être d'un grandissement méridional ?

45À l'occasion d'un incident assez comparable qui s'était produit dans l'Hérault, Pressensé adopte une position similaire. Le désaccord avait cette lois gagné l'intérieur de la Ligue puisque deux sections se trouvaient en opposition, celle d'Agde et celle de Béziers. La section d'Agde avait soutenu au second tour le candidat socialiste face au radical arrivé en tête, et s'en était prise par voie d'affiche à la section de Béziers, qui avait réclamé le respect de la discipline républicaine. Celle-ci avait porté l'affaire devant le Comité central. Pressensé lui donne raison, mais modère fortement la « sanction », au point qu'on peut deviner ses sympathies cachées pour ses camarades socialistes héraultais. Il défend une motion qui « regrette l'attitude de la section d'Agde », et « la rappelle au respect des principes affirmés par la Ligue des Droits de l'Homme en matière de discipline républicaine ». Mais il s'indigne en revanche contre la proposition de radier la section d'Agde : ce serait, s'exclame-t-il, « une insanité49 » ! L'affaire, sur le plan électoral et sur celui des personnalités en présence était plus importante que celle du 15e arrondissement de Paris : dans la 2e circonscription de Béziers, le socialiste unifié Cachin avait menacé le radical-socialiste Lafferre. Le délégué de la section de la Ligue de Florensac, autre bourg viticole de l'Hérault, le voyageur de commerce Jules Mans, n'hésite pas à dénoncer la collusion de Cachin avec les comités réactionnaires, qui lui aurait rapporté « 8 à 10 000 voix50 ». Plus que Cachin, Lafferre était à ce moment-là une personnalité politique importante. Haut dignitaire de la maçonnerie, il avait été particulièrement en vue dans la lutte anti-congréganiste, dénonçant en particulier, comme d'ailleurs Pressensé lui-même, les religieuses du Bon Pasteur de Nancy, accusées d'exploiter le travail des orphelines. C'est aussi Lafferre qui avait soutenu avec vigueur à la tribune de la Chambre le général André et le ministère Combes, parlant à propos des fiches de « devoir républicain ». On peut considérer comme vraisemblable au vu de la personnalité de Lafferre que certains électeurs cléricaux lui aient préféré Cachin. Même si Lafferre l'avait finalement emporté, les passions s'étaient allumées.

  • 51 Ibid., p. 798.

46Le troisième cas d'indiscipline signalé au congrès de 1906 fait à peine l'objet d'un débat. Yves Guyot, candidat dans la circonscription de Sisteron, est condamné, presque à l'unanimité, pour ne pas avoir respecté la discipline républicaine et s'être prévalu du titre de membre du Comité central, les délégués décidant même de substituer le mot de blâme à celui de regret dans la motion votée51. Il y avait déjà longtemps que le directeur du Siècle et ami de Joseph Reinach faisait figure de contempteur de la politique du Bloc, en tout cas d'adversaire du combisme, et de marginal au sein d'une direction de la Ligue dont ses amis avaient démissionné, on va voir dans quelles circonstances. Cela ne l'empêchait pourtant pas de se maintenir, et d'être réélu au Comité central.

47Les différentes affaires qui sont discutées en 1906 suggèrent que le consensus, ou le compromis, sur l'intervention républicaine de la Ligue en matière électorale établi en 1904, ne pouvait résister très longtemps au processus de désagrégation du Bloc des gauches. Il reste que Francis de Pressensé, président socialiste d'une organisation où la composante radicale était sans doute majoritaire, a pendant plusieurs années fait appliquer des statuts qui, sur la question de la discipline républicaine, tendaient à jouer le plus souvent en faveur des radicaux et au détriment des socialistes.

La crise de 1904-1905 : l'affaire des fiches

Une affaire importante, une prise de position contestée

48Il faut sans doute avoir en tête l'arrière plan du rapport des forces politiques au sein de la Ligue pour analyser la première grave crise interne qu'ait traversée la Ligue sous la présidence de Pressensé, en 1904-1905. Cette crise a été déclenchée par la fameuse affaire des fiches qui aboutit à la fin de l'année 1904 à la démission du général André, puis à la chute du gouvernement Combes début 1905. Il faut s'arrêter sur les répercussions de cette affaire au sein de la Ligue et sur la façon dont Pressensé y a été impliqué. Son importance est réelle, non seulement pour l'histoire de la Ligue des Droits de l'Homme, mais pour la carrière publique et l'histoire personnelle de Pressensé. Parmi les positions qu'il a prises au long de sa vie d'homme politique et de président de la LDH, il s'agit d'une des plus contestées, ou, au moins, des plus contestables au regard de la défense des principes de 1789.

  • 52 Il s'agit du neuvième Cahier de la sixième série en date des 6-9 janvier 1905.
  • 53 Cahiers de la Quinzaine, 6-9 janvier 1905, p. 14. On peut penser qu'entre hommes de lettres de tel (...)

49On dispose sur les remous de l'affaire des fiches au sein de la LDH d'un dossier assez complet publié dans les Cahiers de la Quinzaine52. Le point de vue de Charles Péguy, qui coordonne lui-même ce Cahier, et lait précéder le dossier d'une longue préface est une condamnation sans nuances de la position de Francis de Pressensé, comme l'atteste le titre du Cahier : « La délation aux Droits de l'Homme ». Après les premières critiques énoncées au moment de l'élection de Pressensé en 1902, on a là une nouvelle étape dans les attaques que Péguy a développées contre Pressensé. Elles atteindront leur point culminant dans L'Argent, suite, à la veille de la guerre de 1914. Le ton n'est pas tout à fait aussi dur ni aussi personnel en 1905 qu'en 1913. Péguy se plaît néanmoins dans sa préface à souligner les défauts d'écriture de Pressensé, avant de citer comme document une lettre du président de la Ligue des Droits de l'Homme : « Nous n'avons corrigé ni les fautes de français, ni les fautes de style, ni les fautes de sens, ni les fautes de goût, toujours si nombreuses dans les innombrables oeuvres de M. Francis de Pressensé53. »

  • 54 Le Cahier de la Quinzaine de janvier 1905 republie du coup à peu près complètement le BOLDH daté d (...)

50Dans ce long Cahier, Péguy manifeste en tout cas le souci - dreyfusard - de publier l'intégralité des documents, aussi bien les textes qui mettaient en cause le président de la Ligue que les prises de position de Pressensé, ses réponses à ses contradicteurs. Pressensé et son ami Morhardt ont, au reste, eu la même attitude, puisque le BOLDH publie intégralement les lettres de protestation ou de démission adressées à Pressensé ou au Comité central54.

  • 55 Il s'agit du 15e Cahier de la 2e série, 23 juillet 1901 intitulé » Mémoires et dossiers pour la li (...)
  • 56 « Introduction ; Textes faisant dossier », Cahiers de la Quinzaine, 6-9 janvier 1905, p. xvii.
  • 57 Ibid., p. xxvi-xxvii.

51Si on s'intéresse à Péguy, on notera que le Cahier consacré à la crise interne de la Ligue des Droits de l'Homme se situait dans la continuité de Cahiers antérieurs consacrés au thème des Droits de l'homme, en particulier celui qui avait pris la défense de Brunetière, évincé de ses cours à l'École normale supérieure, mais aussi de Jaurès au moment de l'affaire de la première communion de sa fille, et, faut-il le rappeler, de Gustave Hervé au moment du procès du « Pioupiou de l'Yonne55 ». Mais l'affaire de « la délation dans la Ligue des Droits de L'Homme » qui, du point de vue de l'évolution politique de Péguy se situe juste avant le réveil patriotique déclenché en lui par l'affaire de langer, a été considérée par lui comme particulièrement importante : « De tous les événements qui marquent la décomposition du dreyfusisme en France, la décomposition du régime parlementaire, et malheureusement peut-être la décomposition de la République, il était dès l'origine évident que l'une des plus graves était cette affaire de la délation56 », écrit-il dans sa présentation. On comprend que Pressensé soit devenu pour Péguy, au même titre que Jaurès, le type de ces politiciens qui ont lait dégénérer la mystique dreyfusarde en politique selon la célèbre formule employée en 1910 dans Notre Jeunesse. En 1905, Péguy emploie déjà un vocabulaire idéaliste, mais un peu moins religieux, en parlant d'une « affaire de conscience », d'une « affaire de morale », d'un « mouvement moraliste57 ».

Les premières réactions au scandale des fiches

52Mais venons-en au déroulement de cette affaire ; les faits politiques sont connus : le 28 octobre 1904, le député nationaliste de la Seine Guyot de Villeneuve révèle dans une interpellation à la Chambre qu'un proche collaborateur du général André, ministre de la guerre du gouvernement Combes, le commandant Cuignet, utilisait, lors de la nomination ou de la promotion des officiers, des renseignements fournis par le Grand Orient de France, sous forme de fiches individuelles établies par des loges maçonniques. Face à cette première attaque en règle, la majorité biocarde fait à peu près front, et Pressensé, comme Jaurès, vote la confiance au gouvernement. Dans les jours qui suivent certaines fiches sont publiées dans la presse (Le Figaro, L'Echo de Paris, Le Gaulois, etc.). Élaborées grâce aux renseignements fournis par des officiers ou sous officiers francs-maçons sur leurs collègues ou supérieurs, elles contenaient des informations d'ordre privé, fréquentation de la messe, opinions religieuses de l'intéressé ou de sa famille. Les fiches avaient été vendues aux nationalistes par un secrétaire du Grand Orient, Bidegain. Le 5 novembre 1904 a lieu la séance dramatique de la Chambre où Syveton gifle le général André et où la majorité qui soutient le gouvernement Combes s'amenuise pour ne plus tenir qu'à neuf voix. Mais Pressensé, comme Jaurès, tient bon dans la défense du gouvernement face à ce qu'il perçoit comme une manœuvre et une diversion. Le « complot » pour faire tomber le gouvernement du Bloc des gauches est dénoncé dans L'Humanité, dont Pressensé est devenu, depuis la fondation du quotidien, un collaborateur et éditorialiste attitré. Pendant ce temps, L'Aurore, son ancien journal, où Clemenceau a repris du service, prend nettement position contre les excès du combisme, qu'elle qualifie de « jésuitisme retourné ».

  • 58 Ibid., p. 12.
  • 59 Ibid., p. 12-13.

53Quelle est clans cette affaire qui concernait les libertés individuelles la réaction officielle de la Ligue des Droits de l'Homme et de son président ? Dans un premier temps, c'est le silence ; c'est seulement à la suite de l'interpellation publique de plusieurs ligueurs que le Comité central se réunit pour arrêter sa position. Les cris d'alarme, qui réclamaient une ferme condamnation de la délation, étaient venus d'un certain nombre d'intellectuels ou de protestants. C'est tout d'abord une personnalité qui cumulait ces deux caractéristiques, Charles Rist, président de la section montpelliéraine de la Ligue, qui avait adressé le 7 novembre une lettre au président de la Ligue des Droits de l'Homme. Professeur d'économie politique à l'Université de Montpellier, gendre de Gabriel Monod, il avait été un des animateurs du mouvement dreyfusard montpelliérain. Très lié à cette époque avec son collègue Charles Gide, avec qui il publiera en commun en 1909 le manuel classique d' Histoire des doctrines économiques, il avait aussi des liens avec le groupe protestant coopérateur de « l'École de Nîmes ». On sait qu'il s'orientera par la suite vers des sphères de plus en plus bourgeoises, vers une vision beaucoup plus classique et libérale de l'économie politique. Rist demandait dans sa lettre à Pressensé de rompre le silence, tant il lui paraissait impossible que « le Comité central ne dise pas s'il approuve ou non des procédés que nous qualifiions autrefois de jésuitiques, non pas seulement, je pense, parce que nos adversaires en faisaient l'usage contre nous, mais parce qu'ils sont contraires à la dignité même de la personne humaine, et, par suite, aux principes républicains58 ». Une autre lettre datée du 8 novembre est signée du pasteur Louis Comte. Animateur de la section de Saint-Étienne, apôtre du Christianisme social auprès des ouvriers de la Loire, c'était un disciple de Tommy Fallot, dont il avait pris la succession en 1893 à la tête de la Ligue pour le Relèvement de la Moralité publique. Ardent dreyfusard, il avait été un compagnon de meeting pour Francis de Pressensé. À la suite d'une de ses interventions publiques, le 26 février 1899, il avait même été suspendu de son traitement par le gouvernement de Charles Dupuy pour manquement à son devoir de réserve de ministre d'un culte concordataire. Son langage est encore plus direct que celui de Charles Rist : « La Ligue ne fait pas son devoir, elle n'a pas protesté comme elle l'aurait dû [...] contre le système de mouchardage et de fiches secrètes en honneur au ministère de la guerre. » Il parle encore de « malaria morale » et de « virus clérical59 » imprégnant la conscience républicaine. La troisième personnalité à se manifester, Célestin Bouglé, va jouer le rôle de rassembleur pour organiser la protestation au sein de la Ligue. Il est d'ailleurs le principal maître d'œuvre du Cahier de la Quinzaine que publie et préface Péguy. Il est à peine besoin de présenter le futur directeur de l'École normale supérieure, et créateur à la rue d'Ulm du Centre de Documentation sociale. Universitaire encore jeune, il enseignait en 1904 à la faculté des Lettres de Toulouse. On signalera seulement que Célestin Bouglé a été un ligueur particulièrement fidèle. À la différence d'autres contestataires de 1904-1905, il n'a pas quitté la Ligue, dont il sera un actif membre du Comité central à la fin de la présidence de Pressensé, puis dans la période de l'entre-deux-guerres.

  • 60 Ibid., p. 14.

54La position de Célestin Bouglé est, ceci dit, sur le fond identique à celles exprimées par Rist et par Comte : il réclame dans une lettre du 17 novembre un « blâme énergique », qui constitue, pour la Ligue, « une question de vie ou de mort » : « Ne sera-t-elle plus - comme beaucoup veulent le faire croire en province — qu'une annexe de la franc-maçonnerie, ne continuera-t-elle pas d'être au-dessus des partis une ligue pour le relèvement de la moralité publique60 ? »

  • 61 Ibid., p. 9.
  • 62 Ibid., p. 6.

55La réponse que Francis de Pressensé adresse à Charles Rist confirme les craintes qu'avaient exprimées ses correspondants. Datée du 5 décembre, la lettre est le résultat des délibérations du Comité central du 21 novembre. Pressensé y justifie l'absence de réaction immédiate de la Ligue par la nécessité de garder son sang froid et d'éviter « sous prétexte de demeurer pur parmi les purs », de « faire le jeu des prétoriens61 ». « L'émotion du parti républicain, ajoute-t-il, fait autant honneur à sa probité qu'elle en fait peu à son sens critique. » Dans l'analyse que Pressensé développe sur l'affaire des fiches, l'essentiel de la condamnation porte sur les procédés utilisés par les nationalistes, les « tours de passe-passe » employés pour se procurer les fiches ; il dénonce du même coup ce qui constitue selon lui le danger principal, la persistance de l'influence au sein de l'armée de « la faction cléricale62 ».

  • 63 Ibid., p. 9.

56Pressensé ne va pas jusqu'à justifier les procédés employés par les services du général André. Le Comité central, affirme-t-il, est, tout autant que ceux qui l'ont interpellé, « pénétré de la nécessité de supprimer le plus tôt possible le système des notes secrètes ». Mais il n'en déclare pas moins redouter les conséquences néfastes d'un « accès de vertu à faux » : « Sous prétexte de purifier l'armée d'une délation qui n'a jamais cessé d'y fonctionner au profit de la contre-révolution, on a déchaîné une tempête contre les officiers républicains63. »

Le développement de la contestation

  • 64 On a juste la trace d'une reprise de contact par une lettre de Pressensé à Reinach écrite après sa (...)

57On s'en doute, la position rendue publique par Pressensé au nom du Comité central ne satisfaisait pas ceux des ligueurs qui s'étaient inquiété de son silence et de son retard à défendre les libertés individuelles. On voit donc s'organiser un véritable mouvement de protestation au sein de la Ligue ; cette contestation prend un sens plus politique avec la démission de deux personnalités importantes du Comité central, Joseph Reinach et Paul Guieysse. Il faut insister en particulier sur la rupture entre Pressensé et Reinach, qui est à peu près définitive64. On a dit que les tensions s'étaient manifestées entre eux dès la période de l'Affaire et qu'elles avaient été particulièrement vives en 1901-1902, au moment de la radicalisation de L'Aurore, des polémiques de Gohier avec Le Siècle, et des attaques d'Yves Guyot contre « l'auteur du Cardinal Manning ». Mais on a dit aussi que Pressensé avait cherché à conserver, au-delà des polémiques, des relations d'estime avec un homme politique avec qui il était en contact depuis de longues années. Si Reinach était le représentant le plus important du courant modéré au sein de la Ligue, il était aussi une des plus grandes figures de l'affaire Dreyfus, en tout cas une des plus haïes, on sait pour quelles raisons, par les antidreyfusards. Du côté de Reinach une certaine estime pour Pressensé n'a jamais complètement disparu non plus, comme le suggèrent les différents passages de L'histoire de l'affaire Dreyfus que nous avons cités, et dont certains ont été rédigés après 1905.

  • 65 La lettre est datée du 19 décembre et elle est publiée dans le « dossier Péguy », Cahiers de la Qu (...)
  • 66 Ibid., p. 56.
  • 67 Ibid., p. 55.
  • 68 Ibid.
  • 69 L'Humanité, 21 décembre 1904, « La démission de M. J. Reinach. Une lettre du citoyen de Pressensé  (...)
  • 70 Cahiers de la Quinzaine, 6-9 janvier 1905, p. 60.
  • 71 Ibidem.

58Il n'empêche que la rupture publique entre les deux hommes a pris un vif éclat. Le 20 décembre 1904, Reinach fait publier dans Le Temps, ce qui n'est certainement pas un hasard, sa lettre de démission du Comité central de la Ligue65. Pressensé réagit d'autant plus vivement que la lettre est publiée par Le Temps sous le titre « Contre la délation », un titre que Pressensé dans sa lettre de réponse à Reinach, datée du même 20 décembre, considère à la fois comme « inexact » et comme « injurieux66 ». En ce qui concerne l'affaire des fiches, le point de vue de Reinach est identique à celui de Bouglé, à qui il exprime son soutien ; selon lui, « les républicains qui se sont émus devant l'organisation de la délation dans l'armée n'ont pas fait preuve seulement de probité, mais ils ont mieux servi la République que ceux qui ont essayé de couvrir de tels abus ou de plaider les circonstances atténuantes67 ». Mais Reinach va plus loin que les premiers intervenants en mettant en cause les orientations générales de la Ligue : « Depuis quelque temps déjà, [faut-il comprendre depuis le départ de Trarieux ?] le Comité central me paraît se tromper gravement sur le rôle de la Ligue des Droits de l'Homme et du Citoyen68. » Pressensé, — « classe contre classe ? » — fait paraître sa réponse dans L'Humanité69 et la fait approuver à l'unanimité par le Comité central de la Ligue. Il y réaffirme sa position sur la question des fiches en soutenant que la Ligue « a fait son devoir, en prenant sans attendre les sommations nationalistes l'initiative de la suppression promise des notes secrètes, comme en se gardant de participer à la campagne de dénonciation des acquéreurs du dossier Bidegain70 ». Mais surtout, il se saisit de la phrase de Reinach sur les orientations récentes de la Ligue des Droits de l'Homme, pour prendre l'offensive sur ce terrain où il semble plus à l'aise. Sans renier l'héritage de Trarieux, en s'en réclamant même, il justifie avec éclat les initiatives prises depuis le début de sa présidence : lutte pour la séparation des Églises et de l'État, renforcement des interventions de la Ligue pour « redresser les injustices individuelles », mais aussi défense collective des ouvriers de Neuvilly, dont on va voir l'importance. Il peut suggérer alors que, depuis la retombée de l'Affaire, les pesanteurs des opinions conservatrices ou des appartenances de classe avaient repris le dessus, chez Reinach comme chez tous « ces combattants du bon combat [...] qui n'ont pas subi une transformation profonde, [...] qui ont cru un peu superficiellement peut-être pouvoir accorder leurs illusions d'autrefois avec les devoirs d'une situation nouvelle71... »

  • 72 Le banquet républicain s'était tenu le 1er juin 1902. Voir le BOLDH n° 11 du 15 juin 1902.
  • 73 « L'Obstruction et la Révolution », L'Humanité, dimanche 25 décembre 1904.
  • 74 Cahiers de la Quinzaine, 6-9 janvier 1905, p. 70.

59L'autre démissionnaire du Comité central est le député du Morbihan Paul Guieysse, dont le succès électoral avait été joyeusement fêté deux ans auparavant par Trarieux et toute la Ligue, en même temps que ceux de Pressensé et de Buisson72. Guieysse réagit à un article publié par Pressensé dans L'Humanité le 25 décembre sous le titre : « L'Obstruction et la Révolution ». Pressensé écrivait en particulier : « Les défenseurs de la vertu qui ont nom Syveton, Guyot (de Villeneuve), Jacquey etc., ont trouvé des complices — ou des dupes — dans les rangs du parti républicain73. » Dans une lettre datée du même jour de Noël, Paul Guieysse, qui avait voté contre le gouvernement sur l'affaire des fiches, adresse sa démission à Pressensé : « “Fort de votre conscience”, vous considérez comme complices ou dupes des nationalistes les républicains qui ont voté selon leur conscience, sans se préoccuper de la raison d'État, en horreur, jadis, à la Ligue des Droits de l'Homme. Comme je ne puis accepter d'être classé dans l'une ni dans l'autre de ces deux catégories, je me vois forcé... de vous adresser ma démission de membre du Comité central74. »

  • 75 Ibid., p. 95.
  • 76 Ibid., p. 91.

60Mais si la démission de ces deux personnalités politiques a été particulièrement voyante, il faut souligner que la majorité de ceux qui adhèrent au mouvement de protestation contre la position prise par le Comité central sont des intellectuels. Le mouvement s'organise autour d'un texte, signé en premier lieu par Célestin Bouglé et un certain nombre de professeurs de l'Université de Montpellier, qui est ainsi libellé : « Les membres soussignés de la Ligue des Droits de l'Homme regrettent que le Comité central n'ait pas cru devoir désavouer par une délibération formelle les pratiques de délation incontestablement introduites dans l'armée, et qu'il ait ainsi paru préférer des intérêts politiques momentanés à l'intérêt permanent de la République et à la défense des droits de l'homme75. » Parmi les universitaires qui signent le texte, on peut citer Emile Bourgeois de l'École normale supérieure, qui démissionne de son siège au Comité central, cinq enseignants de Montpellier, essentiellement de la faculté de médecine, qui se joignent à Charles Rist, quatre professeurs à l'Université de Dijon, dont Henri Hauser, Paul Lapie de l'Université de Bordeaux. En revanche Léon Brunschvig, et même Gabriel Monod, malgré ses fréquents désaccords avec Francis de Pressensé, se montrent réservés vis-à-vis de l'opportunité d'une telle protestation. Monod écrit à Bouglé son accord sur le fond, mais il n'est pas d'avis de faire une démarche nouvelle qui pourrait amener beaucoup de ligueurs à quitter la Ligue « qui rend encore et peut rendre beaucoup de services76 ».

61Parmi les signataires, le nombre de noms qui évoquent le protestantisme est remarquable : au moins quatre pasteurs, un docteur Leenhardt de Montpellier, les professeurs de la faculté de théologie protestante de Montauban Léon Maury et Henri Bois, la section de la Ligue de Clairac, des représentants du protestantisme nîmois, dont Jules Prudhommeaux, secrétaire de La Paix par le Droit, et Auguste Fabre, le chef de file de « l'école de Nîmes » et de son journal, L'Emancipation. On ajoutera à ces protestants notoires une figure issue du catholicisme, l'ex-père Hyacinthe Loison.

62Au total, cependant, c'est un très petit nombre de présidents de sections qui s'associent à l'initiative de Bouglé, Rist et leurs amis. Le plus notable, mais qui se démarque quand même avec prudence des positions du Comité central est Jean Appleton, professeur à la faculté de droit et président de la section de Lyon, en même temps que responsable de l'important service juridique de la Ligue.

Un président largement soutenu

63Le Cahier publié par Péguy donne au total quelques dizaines de signatures. Même s'il paraissait au moment où la motion proposée par Bouglé venait seulement d'être lancée, on sait qu'elle n'a été signée que par un petit nombre de ligueurs. Au congrès de la LDH qui se tiendra à Paris en juin 1905, Pressensé parlera de « quelques dizaines de départs », alors que par rapport au congrès précédent de 1904, les effectifs de la Ligue auraient augmenté de plusieurs milliers, l'organisation passant de 46 000 à environ 60 000 membres. Quant aux démissions du Comité central, elles sont compensées par la promotion de deux écrivains prestigieux, Jules Renard et, surtout, Anatole France qui « remplace » Joseph Reinach.

Anatole France

  • 77 BN (Manuscrits), N.A.Fr. 15 430 (cartes du 21 et du 26 septembre 1913).
  • 78 Voir Jean Levaillant, Les aventures du scepticisme. Essai sur l'évolution intellectuelle d'Anatole (...)

64Au sommet de sa gloire littéraire, France s'était depuis 1898 vivement lancé dans des activités politiques et ligueuses. On connaît la vigueur de l'engagement dreyfusard et la verdeur de l'anticléricalisme de l'auteur de L'Anneau d'améthyste, M. Bergeret à Paris, et L'Ile des pingouins. Ses liens personnels avec Francis de Pressensé sont réels. Ils datent peut-être d'années antérieures à l'Affaire, puisque France a tenu pendant de longues années une rubrique de critique littéraire au Temps, et qu'il y a côtoyé Francis de Pressensé. Mais ces liens se sont fortement renforcés pendant l'affaire Dreyfus, et dans les années qui ont suivi. Ils se sont confirmés en 1902-1903, quand France est devenu collaborateur de L'Aurore et membre du conseil de direction du journal. Ils ont duré enfin jusqu'en 1914, même si France a paru quelque peu s'éloigner du champ politique et traverser une crise de scepticisme à partir de 1907. Nous disposons d'une lettre de Victor Basch datant de l'automne 1913, qui donne à Anatole France des nouvelles de la santé et de l'état physique de leur ami commun : Francis de Pressensé venait d'effectuer un séjour de « thalassothérapie » à Cancale dans la maison des Basch77. C'est l'indice d'une vraie proximité avec Francis de Pressensé. L'ironie avec laquelle France évoque parfois la silhouette de son ami est à coup sûr un signe d'affection : le pyrotin Colomban qui, dans l'Ile des Pingouins, supporte les menaces « avec le calme que donnent le courage et la myopie » est directement inspiré, pour ce double trait de courage et de myopie, des aventures dreyfusardes de Pressensé, à Toulouse ou à Avignon. Un article du Cri de Paris du 8 mai 1910 révèle que France s'amusait d'ailleurs en privé à expliquer de cette façon « l'héroïsme que déploya M. de Pressensé dans certaines échauffourées de l'Affaire : Sa myopie aidait merveilleusement sa bravoure. Comme le premier coup de poing qui lui était porté cassait régulièrement son lorgnon, etc.78 ».

  • 79 Ibid., p. 578.

65Sur l'affaire des fiches de 1904, la position de France est analogue à celle de Pressensé, et opposée à celle des intellectuels qui avaient condamné la délation. Il est vrai que France personnifiait plus la satire que le moralisme, l'ironie que les bons sentiments, et qu'il avait pendant les quelques années qui ont suivi l'Affaire manifesté une grande verve, par écrit, et même, à un moindre degré, par oral, contre la coalition nationaliste, cléricale et militaire. Renouant avec le mot d'ordre voltairien : « écrasons l'infâme », France a mené pendant les années d'apogée du Bloc la lutte anticléricale avec, écrit Jean Levaillant, une « violence allègre », une « agressivité joyeuse79 ».

Un président assez bien en phase avec son Comité central

66Mais il nous faut revenir sur le point de vue de Pressensé lui-même, dont le tempérament, mais aussi les responsabilités en tant que président de la Ligue, étaient différents de ceux d'un franc-tireur comme Anatole France. La position qu'il a défendue face aux contradicteurs était-elle avant tout la sienne ou ne faisait-il que répercuter l'avis du Comité central ? Les éléments fournis par les numéros du BOLDH qui rendent compte de l'affaire, certains éditoriaux de L'Humanité, et le contenu du « dossier Péguy », convergent pour suggérer qu'en tout cas, Pressensé n'a pas eu d'états d'âme ni d'hésitations pour fustiger la « manœuvre nationaliste » et continuer à soutenir le gouvernement Combes. La plupart des membres du Comité central de la Ligue ont certainement suivi la même ligne, mais leur président les a précédés et guidés.

  • 80 Cahiers de la Quinzième. 6-9 janvier 1905, p. 71-74. L'article de Trarieux était intitulé « Pour l (...)
  • 81 Ibid., p. 73-74.
  • 82 Ibid., p. 71-72.

67Il faut d'ailleurs signaler l'existence d'une minorité quelque peu réticente. Elle constitue une sorte de « tiers parti » dont le porte-parole est Gabriel Trarieux, le fils du fondateur. Dans une lettre adressée à L'Aurore, que Clemenceau ne publie pas mais que reproduit Péguy80, il déplore que Joseph Reinach, Paul Guieysse et Emile Bourgeois n'aient pas été présents à la séance du Comité central du 25 novembre où les termes de la lettre de Francis de Pressensé ont été adoptés. Il déplore également ce qu'il considère comme des départs un peu faciles et théâtraux, préjudiciables à une Ligue « qui fait sa besogne propre, la réparation quotidienne, incessante des injustices »... « Ceux qui en sont les victimes, de ces dénis de justice sans nombre, la trouvent prodigieusement utile81. » Gabriel Trarieux suggère qu'à cette séance du Comité central, deux lignes se sont opposées : L'une était défendue par une majorité qui, « par souci de loyalisme, par excès de loyalisme [...] craignait par là de faire le jeu d'une opposition trop habile et d'une écœurante mauvaise foi, craignait de voir exploiter un blâme par des commentaires perfides [...] ». L'autre était le fait d'une minorité qui, « soucieuse avant tout de garder à la Ligue sa force, son intégrité historique, sa verdeur, sa saveur primitive, voulait coûte que coûte la dégager des contingences parlementaires, et même alors, ou alors surtout qu'il s'agissait d'amis en faute, marquer nettement cette faute pour en limiter les effets82 ». C'est, révèle Gabriel Trarieux, Paul Painlevé, un grand savant qui commençait dans la Ligue une riche carrière politique, qui a déposé en ce sens un ordre du jour qui a été repoussé par la majorité.

  • 83 Ibid., p. xii-xiiii.
  • 84 BOLDH, 1905, n° 1, p. 728.

68Il semble aussi que Ferdinand Buisson, conscience morale mais aussi politique habile et prudent, ait plutôt penché dans le sens de cette minorité. C'est du moins ce que suggère la lettre, que publient les Cahiers de la Quinzaine83, qu'avait adressée Buisson le 26 janvier 1905 au président du groupe radical-socialiste de la chambre des députés, Gouzy. Il y déplorait être le seul à réclamer au sein du groupe une condamnation de la délation. Au bout de quelques semaines, et au lendemain de la chute de Combes, il semble que sous l'influence de Trarieux, de Painlevé, de Buisson, une très légère correction du tir ait été acceptée : le Comité central du 16 janvier 1905 adopte une résolution qui affirme plus nettement la condamnation des notes secrètes, Mais la nuance par rapport à la première position adoptée par la Ligue était assez mince, car la motion ne reprenait pas à son compte le mot de délation, et se terminait par un hommage appuyé, voté sur proposition de Paul Painlevé, du Comité central à son président84.

Une base ligueuse attachée à l'esprit cambiste

  • 85 Ibid., 10 juin 1905, p. 710.
  • 86 Ibid., p. 708.

69Dans cette affaire, Pressensé n'a pas lait de distinction entre ses positions en tant que président de la Ligue et celles qu'il a exprimées dans L'Humanité ou, en tant que député socialiste, à la Chambre. Dans cette période essentielle de choix politique qu'a été pour lui le début de l'année 1905, l'affaire des fiches n'a joué aucun rôle pour l'inciter à prendre ses distances à l'égard du Bloc. Au contraire, comme cette affaire a entraîné la chute du gouvernement Combes, et qu'à partir de ce moment Pressensé quitte définitivement la délégation des gauches et soutient le processus d'unification socialiste, il lui sera possible au sein de la Ligue, où le Bloc continue tant bien que mal à fonctionner, de se réclamer de l'esprit combiste pour mieux fustiger la politique des successeurs du « petit père ». Au congrès de Paris qui se tient les 10 et 11 juin 1905, la position qu'avait prise Pressensé lors de l'affaire des fiches est en tout cas plébiscitée et aucune voix ne s'élève pour défendre les contestataires de l'hiver 1904-1905. Pressensé peut dénoncer sous les applaudissements les « attaques persistantes et perfides » de ceux qui avaient prétendu que la Ligue « avait complètement oublié ce qui avait été l'esprit de ses origines, et qu'elle avait trahi sa mission sous l'impulsion et la direction de celui qui a l'honneur à l'heure actuelle d'être son président85 ». Il rend un vibrant hommage non seulement à Combes mais au général André et, sans revenir sur la question des notes secrètes, considère que l'évolution de la situation politique des derniers mois a totalement confirmé son analyse : l'affaire des fiches n'a été selon lui qu'une manœuvre, une « conspiration » pour faire tomber le gouvernement Combes au moment oit il allait enfin pouvoir aborder « l'ère des réformes organiques86 ». Pressensé ajoute que, depuis le moment où la contestation avait été lancée, 14 000 citoyens avaient demandé à être inscrits à la Ligue. Entre l'automne 1904 et l'été 1905 les effectifs de l'organisation étaient de fait passés de 45 000 à 60 000 membres, une progression qu'il était facile d'opposer aux quelques dizaines de départ mentionnées dans les Cahiers de la Quinzaine. Force est de reconnaître que les « dissidents moraux », les universitaires, les protestants qui s'étaient groupés à l'appel de Célestin Bouglé n'ont représenté qu'une poignée lace aux gros bataillons militants de la République combiste.

70On pourrait considérer qu'au sein de la Ligue le congrès de 1905 constitue une sorte d'apogée politique pour Pressensé : il bénéficie, du Fait de sa prise de position très indulgente à l'égard des loges dans l'affaire des fiches, du soutien enthousiaste du courant radical et franc-maçon, dont l'influence dans la LDH, on l'a vu, n'avait cessé de croître. Pressensé connaîtra bien plus de difficultés lorsqu'au nom de la défense de la liberté des opinions, même religieuses, il entrera en conflit avec ce même courant.

Les motivations de Pressensé : une « juste raison oblique » ?

71Même s'il semble avoir obtenu un soutien massif de la base, en prenant une position qu'on peut quand même juger fragile sur le plan de la défense des principes, nous ne pensons pas que la motivation principale de Pressensé dans l'affaire des fiches ait été le renforcement de son autorité présidentielle au sein de la Ligue. Nous ne croyons pas non plus qu'il ait été mû uniquement par la passion anticléricale, même s'il conserve encore en 1904-1905 des souvenirs bien frais du temps de l'Affaire, et s'il n'a certainement pas eu beaucoup de mal à réactiver son hostilité aux « prétoriens faussaires », comme aux agents du « parti noir ». Une assez courte remarque « bilingue » figurant sur une page de son journal personnel nous semble suggérer qu'il « y a autre chose » que tout cela :

  • 87 C'est-à-dire approximativement : « D'abord je n'ai pas cru que tu aies apporté ton suffrage à cett (...)

« Comme devraient m'écrire, note Pressensé, ceux des membres de la Ligue des Droits de l'Homme qui, fidèles au souvenir de la grande bataille, croient devoir blâmer mon attitude dans l'affaire des fiches : Ego te suffiagium tu lisse in illa lege [ ?], primum non credidi ; deinde, si credidissent, nunquam sine obliqua justa causa existimarem te fecisse87. »

  • 88 Il nous semble qu'elle est même confortée par l'anecdote satirique dont lait état Péguy en 1913 da (...)

72Quelle pouvait donc être cette « juste raison oblique » ? Nous ne pensons pas nous avancer beaucoup en estimant que ce qui comptait avant tout à ce moment-là pour Pressensé, c'était de faire aboutir la séparation des Églises et de l'État. Or, cette réforme ne pouvait être obtenue sans le soutien du courant anticlérical, de la Libre pensée, et surtout des loges franc-maçonnes qui avaient fourni l'armature de la République combiste. Il paraissait donc nécessaire à Pressensé de maintenir à tout prix cette alliance, de ne pas briser le Bloc sur une question malgré tout secondaire, d'autant plus que Combes et une partie des radicaux avaient longuement hésité avant de se décider à se priver de l'arme concordataire pour contrôler l'Église. On notera que Pressensé semblait accepter qu'on critique sa position au nom de la fidélité au « souvenir de la grande bataille » (dreyfusarde) ; si on admet, ce qu'il ne dit quand même pas explicitement, qu'il a bien commis une infidélité, non seulement au « souvenir de la grande bataille », mais à la défense des droits de l'homme, on voit nettement que c'est par habileté politique, et non par sectarisme. La façon différente dont Pressensé agira par la suite, une fois l'Église séparée de l'État, nous renforce dans cette conviction88.

La défense des droits individuels et collectifs

Les droits des colonisés

  • 89 Voir R. Fabre, « Une prise de conscience des réalités africaines et coloniales au début du siècle  (...)
  • 90 R. Fabre, « Francis de Pressensé et les questions coloniales », communication au colloque De la co (...)

73Malgré cette prise de position contestée dans l'affaire des fiches, le dynamisme de la Ligue dans la défense des libertés se développe sous la présidence de Pressensé. C'est le cas, sur toutes les questions concernant les droits de l'homme dans les colonies, qui constituent une importante et constante préoccupation. Pressensé a vivement soutenu avec la Ligue la campagne orchestrée en 1905 par son camarade socialiste Gustave Rouanet contre le scandale du Congo, l'assassinat dans des conditions particulièrement atroces d'un indigène par deux administrateurs coloniaux, Toqué et Gaud89. Il a encore plus payé de sa personne à propos de l'Indochine, dénonçant à la Chambre le 2 février 1909 les injustices fiscales, les exactions et violences légales contre les vietnamiens et obtenant la libération d'un mandarin réformiste, Phan Tu Trinh. À la fin de son mandat encore, en 1913, Pressensé lance la Ligue dans une campagne contre le code de l'indigénat en Algérie90.

74Nous aurons l'occasion d'en dire davantage, de développer la position de fond de Pressensé sur les questions coloniales, à propos de ce qui a été un des épisodes les plus marquants de la « période des turbulences » de son mandat présidentiel, la question de Madagascar, qui agite et divise la Ligue, on le verra, en 1907 et 1908.

Les droits des femmes91

  • 91 Nous renvoyons à l'article d'Anne-Martine Fabre sur « La LDH et les femmes au début du xxe siècle  (...)

75Comme les colonisés, les femmes risquaient de demeurer à l'écart des droits de l'homme : malgré la présence au Comité central d'une femme, Adrienne Avril de Sainte-Croix, animatrice par ailleurs du Conseil national des femmes françaises, la question féminine ne jouait qu'un rôle marginal dans les préoccupations de la grande majorité des ligueurs. Néanmoins cette question n'était pas marginale pour Pressensé, comme on peut le constater par les positions qu'il a prises au congrès de Rennes de 1909, où une des séances a été consacrée à une discussion sur le droit des femmes. La Ligue, qui avait invité à parler une grande figure du féminisme, l'avocate Maria Vérone, avait adopté des vœux pour l'égalité de salaire, pour la suppression de l'incapacité civile de la femme, et même pour la légalisation de la recherche en paternité, qui avait déjà, on s'en souvient, été demandée par Edmond de Pressensé. Sur la question du droit de vote des femmes, qui divisait la Ligue, beaucoup de sections, en particulier méridionales, s'y montrant hostiles, les débats du congrès de Rennes montrent une position audacieuse de Pressensé. Maria Vérone, devant les obstacles et les réticences, acceptait l'idée d'une procédure par étapes. Mais Francis de Pressensé, dans son intervention, demande à ce que l'on aille jusqu'au bout, faisant en particulier voter par le congrès, qui suit son président, un amendement réclamant la possibilité pour des femmes d'être élues au Sénat comme à la Chambre des députés.

76Ce président suffragiste était également abolitionniste. Une des préoccupations de Pressensé, où on retrouve encore, nous semble-t-il, l'influence paternelle, a été en effet la lutte pour l'abolition de la prostitution réglementée. La Ligue a mené une campagne particulièrement marquante en 1907 sur ce thème. Dans un certain nombre de réunions publiques, Pressensé et un autre membre du Comité central, le docteur Sicard de Plauzoles, ont dénoncé avec vigueur l'internement coercitif, l'esclavage auxquelles les filles étaient soumises, ainsi que les abus, les violences, les atteintes aux droits élémentaires commises par la police des mœurs. La Ligue est aussi intervenue dans un certain nombre d'affaires précises jugées particulièrement scandaleuses.

  • 92 F. de PressensÉ, « Les leçons de Limoges », La Vie socialiste, avril 1905, p. 714.

77Pressensé a enfin défendu des ouvrières victimes de harcèlement sexuel : c'est l'affaire de Limoges en 1905, où un contremaître avait commis divers abus sur les ouvrières, et où le patronat local avait fait Bloc pour le soutenir et réclamer l'intervention de l'armée contre le mouvement de grève qui s'était déclenché. La fusillade avait fait deux morts. Pressensé a émis de vigoureuses protestations, écrivant par exemple dans un article de la Vie socialiste d'avril 1905 : « Il s'agit de savoir si tout ce que le gouvernement républicain offre à un prolétariat qui a eu l'audace de demander pour ses femmes, ses sœurs et ses filles, l'émancipation des appétits d'un tyranneau lubrique, et qui a été jeté sur le pavé par l'oukase d'un lock out brutal, c'est du plomb, du fer et de la mort92. »

78Mais l'activité quotidienne du président de la Ligue des Droits de l'Homme ne consistait pas seulement à proclamer de grands principes, comme celui des droits des femmes, ou à intervenir quand se produisaient des drames sociaux comme celui de Limoges. Il s'agissait aussi de défendre les libertés individuelles, de plaider la cause de multiples plaignants ou victimes, hommes ou femmes, devant la justice ou les autorités administratives.

La défense des libertés individuelles

  • 93 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 145.

79Victor Basch a souligné dans son hommage de 1914 le rôle que Pressensé a joué pour développer l'organisation juridique de la Ligue et son intervention auprès des pouvoirs publics. Les plaintes individuelles de tous ceux qui s'estimaient lésés, victimes d'une injustice, étaient collectées à la base dans chaque section. Les affaires jugées recevables par le groupe local de la Ligue, après enquête et examen du cas, étaient transmises au secrétaire général, qui les soumettait au conseil juridique de la Ligue, où travaillaient un certain nombre de juristes « professionnels », comme Jean Appleton ou Maxime Leroy. C'est une fois que le conseil juridique avait rendu son rapport qu'intervenait le président. C'était lui qui « jugeait en dernière instance et rédigeait la lettre pour le Ministère dont relevait l'affaire93 ». Centralisme bien français, toute affaire, même la plus mince, la plus locale, faisait l'objet d'une correspondance personnelle entre le président de la Ligue des Droits et le ministre concerné. Selon le témoignage de Victor Basch, Pressensé recevait en moyenne 15 rapports par jour ; le BOLDH confirme ces chiffres et publie l'ensemble des correspondances échangées, plusieurs milliers de lettres rédigées par Francis de Pressensé et un nombre conséquent de réponses ministérielles, un ensemble de documents qui constitue sans conteste une très riche source pour l'histoire sociale de la Belle Époque, et que nous ne pouvons ici qu'effleurer. Pour Pressensé, en tout cas, cette activité a été essentielle, comme le souligne Victor Basch :

  • 94 Ibidem.

« Tous les jours pendant dix ans il consacra à cette besogne en moyenne deux heures... Il quittait son Euripide, son Marlowe, quelque livre passionnant sur l'Afghanistan ou la Perse, il les quittait non sans maugréer, mais il les quittait, pour étudier l'affaire du petit soldat qu'on avait puni des travaux forcés pour refus d'obéissance ou injures à un supérieur proférées dans un moment d'ivresse, qui, alors qu'il avait droit à une réforme n° 1 n'avait obtenu qu'une réforme n° 2, l'affaire du douanier injustement rétrogradé, l'affaire de l'instituteur déplacé contre son gré, pour opinions trop avancées au jugement de son député. Avec une patience inlassable - et il n'était pas patient de son naturel - il étudiait ces affaires, si petites en apparence, mais si grandes et si importantes pour l'intéressé, il rouvrait son Code et refaisait son Droit depuis si longtemps oublié94. »

80Les quelques exemples donnés par Basch reflètent assez bien la variété des cas sur lesquels portait l'intervention. Les fonctionnaires étaient particulièrement nombreux à solliciter l'intervention de la Ligue, tant à cause de la composition des sections où ils étaient très bien représentés, que du fait de l'absence de reconnaissance du syndicalisme dans la Fonction publique, qui faisait de la Ligue le seul avocat toléré par l'appareil d'État. Il s'agit assez souvent de « micro-injustices », touchant aux droits matériels et moraux des fonctionnaires, ou de leurs familles. Mais il y a aussi fréquemment des affaires graves ou dramatiques. On est frappé en particulier par le nombre de cas de soldats ou de sous officiers très lourdement sanctionnés, soumis aux Conseils de Guerre, et punis des travaux forcés, voire exécutés, pour manquement à la discipline, pour quelques paroles prononcées contre leurs supérieurs ou quelques gestes accomplis sous l'effet de la boisson. Le domaine colonial est particulièrement riche pour ce type d'affaire, et on voit revenir bien souvent la question des bataillons disciplinaires, comme dans le cas de l'affaire Rousset.

81Il n'est pas douteux que ces cas qui rappelaient le précédent de l'affaire Dreyfus aient contribué à réalimenter la méfiance et l'hostilité de Pressensé à l'encontre du corps des officiers, qui transparaît nettement dans ses prises de position de l'affaire des fiches. Il continue à réclamer dans ses interventions publiques la suppression des conseils de guerre en temps de paix, vœu qui n'aboutira jamais bien qu'il soit rappelé lors de chaque congrès de la ligue.

L'affaire de Neuvilly

82Parmi les nombreuses causes prises en mains par la Ligue sous la houlette de Pressensé, nous avons choisi de nous arrêter sur l'affaire de Neuvilly, parce qu'elle constitue un exemple particulièrement significatif d'une intervention juridique qui déborde le cadre de la défense des libertés individuelles pour poser la question de la justice sociale et des droits collectifs.

  • 95 L'ensemble de ce récit est inspiré du bilan de l'enquête de la LDH que trace Francis de Pressensé (...)

83Le point de départ de cette affaire est un conflit du travail qu'on peut trouver digne de Germinal même s'il est situé dans un autre cadre que la mine, celui de l'industrie textile. À Neuvilly, commune du département du Nord située à proximité du bourg du Cateau et à une trentaine de kilomètres à l'Est de Cambrai se déroule de décembre 1903 à mars 1904 une grève de cent vingt jours dans une usine de tissage employant environ deux cents ouvriers et ouvrières, l'entreprise Cayez. Selon les témoignages recueillis et diffusés par la Ligue95, la maison Cayez, petite entreprise dirigée par une famille patronale au pouvoir archaïque, pratiquait des salaires particulièrement bas. Pendant le conflit, le comité de grève fait état de tarifs à la pièce de l'ordre de 1,50 F à 2,50 F pour des ouvrages demandant quatre à six jours de travail. Même les salaires journaliers des trente ouvriers les mieux payés, que la direction rend publics pour se justifier, se situaient entre 2,29 F et 1,22 F, la majorité ne dépassant pas le seuil des 2 F. Le mouvement de grève se déclenche en décembre 1903 à la suite du renforcement du système des amendes et retenues. Peut-être la menace représentée par la création d'un syndicat avait-elle incité la direction à susciter une épreuve de force ? En tout cas, selon l'historique des événements qui figure dans le Bulletin de la Ligue, le responsable du syndicat avait essayé de freiner le mécontentement de ses camarades, le déclenchement de la grève lui semblant prématuré. De fait, ni la mobilisation ouvrière ni l'intervention de différents médiateurs, dont le député de la circonscription, n'ont fait fléchir l'intransigeance de l'héritière patronale, Mlle Cayez. Après plus de trois mois de lutte, les travailleurs s'étaient donc résignés à reprendre le travail.

84C'est avant cette défaite ouvrière que s'était produit l'événement qui a entraîné des poursuites judiciaires et donné à ce conflit du travail ordinaire une résonance nationale. Le 31 janvier 1904, les ouvriers en colère avaient forcé les grilles de la villa du neveu de la patronne, et jeté des pierres sur les vitres de la façade. Un incendie s'était alors déclenché dans des conditions restées, si on peut dire, obscures, et la maison avait été en grande partie détruite.

  • 96 Nous pensons qu'il s'agit du même Desmons qui participe en 1905 à la Commission d'unification du c (...)

85Une enquête judiciaire avait évidemment été déclenchée immédiatement, dans des conditions que les défenseurs des ouvriers et les instances de la Ligue jugeront après coup peu satisfaisantes. Mais c'est seulement soixante-huit jours après l'incendie et huit jours après que les ouvriers aient repris le travail, à l'exception d'une cinquantaine de licenciés, que, dans un grand déploiement de forces militaires, vingt-sept ou vingt-huit d'entre eux sont arrêtés sur leur lieu de travail ou à proximité. Il y aura finalement trente-neuf incarcérés. C'est tout d'abord la presse locale et un certain nombre de militants comme le Dr Desmons, socialiste autonome96, qui alertent l'opinion sur les anomalies constatées dans l'enquête et dans le recueil des témoignages, et sur la menace de lourdes peines qui pourraient être infligées par les assises aux accusés. Le cas pouvait sembler exemplaire, et on comprend que les instances nationales et le président socialiste de la Ligue des Droits de l'Homme se soient saisis de l'affaire. Francis de Pressensé tient donc avec Paul Painlevé le 17 juillet 1904 un grand meeting dans la salle de la maison du peuple du Cateau, où il avait déjà tenu quatre années auparavant avec Trarieux un meeting dreyfusard. Dans son intervention, il fait un compte rendu très détaillé de l'enquête et de la recherche de témoignages qu'avait menées la Ligue, comme c'était son habitude quand elle était saisie d'une affaire. Cette campagne énergique, également marquée par des interventions répétées auprès du ministère de la justice, et par la mise à disposition du défenseur des accusés de l'appui logistique des services de la Ligue, a pleinement porté ses fruits. Un complément d'information judiciaire avait permis de contredire les premiers résultats de l'instruction et les trente-neuf accusés ont été finalement acquittés.

86On comprend que cette affaire de Neuvilly, dans laquelle Pressensé avait vigoureusement payé de sa personne, soit devenue emblématique. Elle lui permet, quelques mois plus tard au moment de l'affaire des fiches, de suggérer que le véritable désaccord avec Reinach et certains des modérés de la Ligue portait sur cette orientation sociale :

  • 97 L'Humanité 21 déc. 1904 (lettre de Francis de Pressensé à Joseph Reinach).

« Notis feriez-vous un crime de l'unanimité avec laquelle nous nous sommes portés à la défense des malheureux ouvriers de Neuvilly, opprimés par un patronat qui était la honte de sa classe, accusés de crimes dont ils étaient manifestement innocents, dont la justice de leur pays vient de les acquitter en partie grâce à nous, soumis à une instruction viciée dès le début par des illégalités patentes97 ? »

  • 98 AN F7 15 9931 (fonds dit dit Panthéon), dossier Pressensé, pièce n° 20. rapport de police du 21 ju (...)
  • 99 BOLDH. oct. 1904, p. 1 285 (extrait du Discours de Francis de Pressensé au Cateau, salle de la mai (...)

87Servant de drapeau, et un peu de diversion, face aux critiques venues de la droite de la Ligue au moment de l'affaire des fiches, l'intervention de la Ligue à Neuvilly est également mise en avant par Francis de Pressensé pour répondre à des accusations venues de gauche et de l'extérieur de la Ligue, plus précisément du courant guesdiste dont on sait l'influence dans le Nord. On a dit les difficultés qu'avait connues Francis de Pressensé à Tourcoing en juin 1903 lorsqu'il avait été empêché de parler au nom de la Ligue par cinq cents à six cents manifestants guesdistes après qu'une affiche ait dénoncé sa présence en ses termes : « Depuis les deux ou trois ans qu'il se dit socialiste, M. de Pressensé insulte tous les jours le POF ainsi que ses meilleurs militants98. » Au-delà de son cas personnel, c'est l'honneur de la Ligue qu'il défend l'année suivante en soulignant devant les ouvriers de Neuvilly que la défense de leurs droits est aussi « grandement utile pour la Ligue » : « Il est bon que I on sache et que l'on sente que c'est un mensonge et une calomnie que l'on a répétée contre nous lorsqu'on a dit que nous ne nous intéressions qu'aux torts et aux griets de ceux qui étaient riches et puissants. Cela n'est pas vrai et ne peut être vrai99. »

  • 100 Gabriel Trarieux, opposé à la position prise par Pressensé dans le débat sur les fiches cite le ca (...)

88La défense des ouvriers de Neuvilly constitue donc un épisode important des premières années de la présidence de Pressensé. Elle semble d'ailleurs avoir fait l'objet d'un très large consensus au sein de la Ligue100, qui s'explique tant par l'atmosphère d'union de la gauche qui règne encore en 1904, que par le caractère indéfendable et archaïque de la position patronale. Mais cette prise position en faveur des grévistes et des syndicalistes devait-elle être systématisée ? Le débat commence à se développer dès 1905 à propos du droit syndical et du droit de grève des fonctionnaires.

Les droits des fonctionnaires

Premières prises de position de la Ligue

  • 101 Ce contexte et l'importance du débat au sein de la LDH sont analysés par Madeleine Rebérioux. Nous (...)

89Au congrès de 1905 qui se tient à Paris les 10 et 11 juin une commission a été chargée d'examiner une question d'actualité, le droit syndical des fonctionnaires. Le problème se posait en particulier dans l'enseignement où un certain nombre de groupe syndicaux d'instituteurs étaient en train de se regrouper pour constituer, quelques semaines après le congrès de la LDH, une fédération nationale101. Une telle initiative était évidemment illégale, la loi de 1884 n'étendant pas à la fonction publique la liberté de constituer des associations professionnelles. Au cours du débat qui suit le rapport présenté par le sénateur radical de l'Ariège, Auguste Delpech, membre du Comité central et dignitaire du Grand Orient, les positions les plus diverses sont prises par les différents intervenants. L'un d'entre eux, Leclerc de Puligny refuse totalement le droit syndical et le droit de grève pour les fonctionnaires en précisant que « le consommateur ne veut pas qu'on se batte sur son dos ». Un autre délégué, Bouniol, celui-là même qui avait défendu l'année précédente l'engagement politique radical des sections du midi, se dit prêt à accepter « à l'extrême rigueur » le regroupement des instituteurs, mais « en tout cas pas le droit syndical pour les professeurs ».

  • 102 BOLDH, 1905, p. 860.

90À l'inverse, certains ligueurs se montrent très favorables aux revendications des fonctionnaires. Un délégué d'Aubervilliers, Lavoipière, dénonce au nom des instituteurs en lutte la dureté particulière de l'État à l'égard de ses employés. Mettant en cause le pouvoir des hauts fonctionnaires, « tous cléricaux » selon lui, il affirme que, faute de reconnaissance du droit de grève, le recours à la violence illégale deviendrait inévitable. Quel est dans ce débat la position de Francis de Pressensé ? Elle penche nettement vers la partie gauche de son assemblée et vers les positions socialistes. Interpellé par Auguste Delpech, Pressensé répond nettement : « Le citoyen Delpech me pose une question très précise. Il me demande si en ma qualité de président j'estime que les membres de l'enseignement primaire, de l'enseignement secondaire, et de l'enseignement supérieur, ont le droit de se constituer en syndicat et d'user de tous les droits du syndicat y compris du droit de grève. Je n'hésite pas à affirmer que dans ma pensée, c'est oui102. » Le congrès de 1905 suit l'avis de son président, puisqu'il adopte un vœu réclamant que soit accordé à tous les fonctionnaires qui ne sont pas d'autorité le droit syndical incluant la possibilité de faire grève.

91Ce vœu ne constitue pourtant qu'un jalon dans un débat qui revient lors des deux congrès suivants de la Ligue, sans d'ailleurs que la « doctrine » qui est finalement adoptée en 1907 au congrès de Bordeaux aplanisse définitivement les désaccords, dont on verra l'importance dans la crise qui se développe au sein de la Ligue entre 1908 et 1910. Il est vrai que les mouvements sociaux, dans lesquels les fonctionnaires ont souvent pris une place importante, et les questions syndicales ont été dans toute cette période au centre des affrontements politiques nationaux.

  • 103 M. Reberioux, « De l'affaire Dreyfus à... », art. cit., p. 98.

92En 1906, une commission présidée par Maxime Leroy, conseil juridique de la Ligue, mais aussi conseiller et ami de syndicalistes ouvriers103, avait présenté ses conclusions à l'assemblée plénière du congrès ; elles tendaient à renouveler la demande de reconnaissance du droit syndical aux fonctionnaires de gestion, en en excluant les fonctionnaires d'autorité. Le congrès n'avait pas sur ce dernier point suivi la commission, et avait voté à une faible majorité le droit commun pour tous les fonctionnaires, en ajoutant nommément à la reconnaissance du droit syndical celle du droit de grève, qui ne figurait pas dans le texte de la commission.

  • 104 En nous intéressant aux débats du congrès de 1907, nous avons voulu compléter l'étude qui a été dé (...)

93Au lendemain du congrès de 1906 toutefois, le Comité central désireux de parvenir à une position à la fois plus approfondie et, autant que possible, plus consensuelle, avait chargé Maxime Leroy de préparer un rapport juridique sur la question du droit syndical des fonctionnaires. C'est sur la base de ce rapport que travaille la commission qui siège au congrès qui se tient à Bordeaux les 18 et 19 mai 1907104.

Vœux et débat du congrès de Bordeaux

  • 105 BOLDH, 15 juil. 1907, p. 872.
  • 106 Ibid., p. 871 (motion présentée par Lecoq).
  • 107 Ibid. (il s'agit de la même motion Lecoq qui a été divisée pour le vote en plusieurs parties).

94Les résolutions que présente en 1907, au nom de la commission, le rapporteur Maxime Leroy, sont, cette fois, entérinées par la séance plénière du congrès, mais après une longue discussion laissant apparaître d'importantes divergences. Le principal vœu finalement adopté revient légèrement en arrière par rapport au droit commun pour tous les fonctionnaires réclamé l'année précédente : il demande « le droit au syndicat pour tous les fonctionnaires à l'exception des fonctionnaires d'autorité, c'est-à-dire : les préfets et les sous préfets, les officiers et les magistrats105 ». Cette courte énumération restreignait le domaine de la fonction d'autorité en évitant la difficulté d'une délicate définition juridique, et, malgré quelques récriminations, la motion recueille une très large majorité. D'autres points restaient pourtant plus conflictuels. Ce n'est qu'à la majorité de quatre-vingt-douze voix contre soixante-treize qu'est repoussée une proposition tendant à refuser aux fonctionnaires et à leurs syndicats le bénéfice du « droit de coalition ou de grève106 ». C'est à une plus large majorité, mais non pas à l'unanimité, qu'est écartée l'interdiction pour les syndicats de fonctionnaires d'adhérer à la Confédération générale du travail107. Au total, les huit résolutions et les quelques vœux supplétifs constituaient un corps doctrinal assez précis pour mener la défense des fonctionnaires. Des garanties étaient exigées pour les notations, l'accès au dossier, les déplacements ou nominations arbitraires, et la Ligue réclamait la possibilité pour les fonctionnaires lésés de saisir le Conseil d'État.

  • 108 BOLDH, 15 juil. 1907, p. 867.
  • 109 Ibidem.

95Il faut insister sur le rôle qu'a joué Francis de Pressensé dans cette discussion, pour faire pencher la balance en faveur des droits collectifs des fonctionnaires. Le compte rendu des débats de Bordeaux est à cet égard éloquent : au moment où Pressensé, ayant terminé son discours, reprend le fauteuil de la présidence, un délégué (anonyme) déclare : « Après le discours de notre président, la clôture s'impose ; nous sommes assez éclairés. » Le même compte rendu laisse toutefois entendre que tous les délégués ne pratiquent pas un tel « culte de la personnalité », puisque cette déclaration déclenche des « interruptions108 ». Si on voit se dessiner dès cette année 1907 une opposition à Pressensé, elle demeure pourtant encore feutrée comme en témoignent les propos du délégué Zunz, qui se prononce contre la clôture : « Je viens m'élever contre la clôture, parce que j'estime qu'il est nécessaire qu'une voix, si peu autorisée et si faible qu'elle soit, comparée à la voix très prépondérante, très autorisée et très éloquente de notre président, se fasse entendre109... »

  • 110 Voir sur Clemenceau et les instituteurs : J.-B. Duroselle, Clemenceau, Fayard, 1988, p. 518, et M. (...)

96Le sens de la position de Pressensé et de celle de ses contradicteurs ne peut se comprendre que par le contexte politique et syndical de ce printemps 1907. Depuis octobre 1906, Clemenceau a remplacé Sarrien à la tête du gouvernement et commencé à imprimer sa marque autoritaire sur la direction du pays. En 1906, son prédécesseur avait autorisé, ou pour le moins toléré, les syndicats de fonctionnaires, particulièrement le syndicat des instituteurs, qui s'était formé sans attendre sa légalisation. Mais, le 6 avril 1907, Clemenceau a refusé d'autoriser l'affiliation du nouveau syndicat à la CGT, opposant une totale fin de non recevoir au mémoire que les représentants des enseignants lui avaient adressé. Le refus était d'autant plus net qu'il était accompagné d'une dénonciation des orientations de la CGT, accusée de pratiquer « l'apologie du sabotage et de l'action directe, la provocation à la haine des citoyens, l'appel à la désertion ou à la trahison110 ». Le 7 avril, par voie d'affiche, les responsables du syndicat des instituteurs proclamaient leur refus d'obtempérer et leur détermination à rejoindre la CGT, intransigeance qui déclenchait la répression : dans les jours qui suivirent, Clemenceau engagea des poursuites contre les signataires de l'affiche et fit révoquer le secrétaire du syndicat, Nègre. L'affaire avait pris une vaste résonance avec l'interpellation socialiste à la chambre le 7 mai et la grande joute oratoire entre Jaurès et Briand, ministre de tutelle des enseignants, les 8 et 9 mai. Le 20 mai, date de l'ouverture du congrès de Bordeaux, ces événements sont évidemment tout frais et présents à l'esprit de tous les congressistes, à commencer par celui du député socialiste Francis de Pressenssé. On ne peut contester que les motions adoptées par le congrès de la Ligue sur les droits des fonctionnaires soient en opposition avec la position prise par le gouvernement Clemenceau, un gouvernement pourtant de « coloration ligueuse », totalement composé de radicaux, radicaux-socialistes et socialistes indépendants, ayant à sa tête une des plus grandes figures de l'affaire Dreyfus et au ministère de la guerre le (désormais) général Picquart...

  • 111 BOLDH, 15 juil. 1907. p. 855.

97Le sens de l'intervention dans les débats de Bordeaux de Pressensé, président socialiste SFIO d'une association où la sensibilité radicale-socialiste constituait la composante la plus nombreuse, et où, jusqu'en 1906, les fissures du Bloc des gauches avaient été tant bien que mal colmatées, comme on l'a vu sur la question électorale, doit évidemment être mis en rapport avec ce contexte. En un sens, on peut estimer que Pressensé se présente en modérateur. Le début de son intervention visait à justifier le retour en arrière par rapport au vote du congrès de 1906 que constituait la réintroduction de l'exception pour les fonctionnaires d'autorité, alors que le droit commun pour tous avait été voté l'année précédente avec son approbation. Pressensé n'avait toutefois pas à redouter le développement d'une véritable opposition parmi les militants les plus à gauche de la Ligue en soutenant une motion qui limitait les droits d'un petit nombre de professions clairement identifiées, et ajoutons-le, peu appréciées des révolutionnaires. Les militaires, les préfets et les juges risqueraient selon Pressensé de former une « camarilla », selon l'exemple espagnol, et on pourrait craindre que le « syndicalisme étendu aux détenteurs du pouvoir » ne débouche sur « un pro-nunciamento autorisé par la loi111 ».

  • 112 Ibid., p. 860.
  • 113 Ibid.
  • 114 Ibid., p. 861.
  • 115 Ibid., p. 864.

98Après avoir longuement justifié cette limitation de la liberté syndicale pour les détenteurs de l'autorité régalienne, Pressensé soutient ensuite dans un développement qui se veut rassurant, destiné à la partie droite de son assemblée, que pour les autres, l'immense majorité des fonctionnaires, la liberté syndicale, loin d'entraîner un recours à la grève de plus en plus fréquent permettrait au contraire d'en réduire la fréquence. Il ajoute dans une phrase un peu lyrique qu'il n'est nullement dans les habitudes de la Ligue de jeter de l'huile sur le feu dans les conflits du travail : « Nous qui savons tous les sacrifices que la grève entraîne, nous nous couperions la main plutôt que d'intervenir prématurément dans un conflit entre le capital et le travail en donnant le conseil de déclarer la grève à ceux qui sont appelés à en supporter les conséquences112. » Mais il n'en soutient pas moins la nécessité pour la Ligue de se placer du côté des travailleurs : « Il est bien vrai d'autre part que nous estimons qu'il est également de notre devoir, quand le prolétariat dans un lieu quelconque de ce pays de France, a résolu d'exercer son droit légal et de faire grève, oui, il est de notre devoir de le soutenir, cela est trop évident113... » Dans toute la fin de cette intervention au congrès de Bordeaux, on sent percer le député socialiste sous le président de la Ligue. Pressensé proteste contre « les caricatures étranges et ridicules que l'on tait de la Confédération générale » et affirme avec éclat « le plus haut intérêt » et même le « haut devoir moral114 » pour les fonctionnaires, en particulier les instituteurs, de se rassembler avec les prolétaires ouvriers dans la « vaste fraternité du Travail115 ». Et il demande pour finir à la Ligue des Droits de l'Homme, implicitement au nom des députés socialistes, en tout cas des opposants de gauche au gouvernement Clemenceau, de « nous faciliter notre tâche dans ce grand débat qui va commencer bientôt à la Chambre ».

  • 116 Ibid., p. 867.

99À ce congrès de Bordeaux, toutefois, le débat ne s'engage pas encore directement sur les choix politiques qui divisent le pays et l'ancien Bloc des gauches, qui est mort au parlement, mais encore incarné dans la composition de la Ligue. Le délégué qui intervient après Francis de Pressensé se contente de remarquer que « le précédent discours a touché non seulement aux points en discussion, mais à des points qui n'y étaient pas soumis. Nous avions à discuter pour savoir si le congrès entendait, oui ou non, faire une différence entre les fonctionnaires de gestion et les fonctionnaires d'autorité. Notre président s'est prononcé en faveur de la différence, et il a ensuite usé de son droit de parole pour se livrer à des digressions merveilleuses, c'est entendu, mais qui ne sont pas strictement limitées au sujet qu'il s'était imposé116 ».

100Avant d'aborder la période des turbulences, où ces « digressions merveilleuses » ne susciteront plus seulement des mouvements divers parmi les participants aux congrès de la Ligue, on peut s'arrêter un instant sur la façon dont Francis de Pressensé a conçu, dirigé, et fait évoluer la Ligue pendant les quatre premières années de sa présidence, qui sont marquées du signe du Bloc des gauches.

Conceptions et pratiques présidentielles

101L'action « para-juridique » et sociale de la Ligue supposait une intervention permanente auprès des pouvoirs publics. Mais quelles formes devaient prendre les relations avec les autorités de la République ? Il nous semble qu'on a vu à ce sujet se manifester dans la période que nous venons d'analyser trois conceptions : La première tendait à insister sur le rôle contestataire, la vigilance critique d'un mouvement qui, dans la défense des droits et des libertés, devait perpétuellement être prêt à affronter les autorités en place, avec la même intransigeance à l'égard des amis politiques que des ennemis. Telle est en gros la position des universitaires, des « intellectuels », des « personnalités morales » qui se regroupent autour de Célestin Bouglé dans la dénonciation de la délation au moment de l'affaire des fiches. On peut, plus ou moins, mettre en rapport cette conception avec les réticences que certains ligueurs avaient manifestées devant la réforme des statuts qui permettait aux sections de la Ligue de prendre position dans les consultations électorales.

102Symétriquement opposée serait la tendance à considérer la Ligue, au même titre que les Loges, les comités républicains, ou certains mouvements philosophiques, comme la Libre Pensée, comme une des branches du « grand parti républicain », et, disons-le, une sorte de courroie de transmission de la République radicale.

103Si au moment de l'affaire des fiches, la position de Pressensé semble incliner dans un sens gouvernemental, elle nous paraît toutefois répondre à des objectifs différents. Il cherche à faire de la Ligue un moteur, et non une courroie de transmission. S'il défend le principe de son intervention politique, c'est surtout pour qu'elle étudie, qu'elle popularise, qu'elle réclame l'application de réformes démocratiques, de promesses trop facilement oubliées. C'est dans ce sens qu'il a utilisé le levier de la Ligue pour développer sa campagne en faveur de la séparation des Églises et de l'État, et qu'il a préparé «à l'intérieur de son organisation son projet de loi. S'il utilise largement, au temps du Bloc, son influence de membre de la délégation des gauches au parlement, c'est surtout pour obtenir des ministres, « ses collègues », la résolution positive des cas d'atteinte aux Droits de l'homme, qu'il leur soumet au nom de la Ligue et de son conseil juridique. Le fait qu'il « mélange parfois ses casquettes », qu'il ne distingue pas toujours de façon rigoureuse ses interventions en tant que président de la Ligue des Droits de l'Homme et en tant que député et propagandiste socialiste ne commence réellement à poser un problème que quand arrive l'heure de la division parmi les militants, la rupture du Bloc des gauches étant certainement plus tardive dans la conscience des masses républicaines qu'au niveau gouvernemental et parlementaire. Ce n'est que dans les premiers mois du gouvernement Clemenceau qu'elle apparaît vraiment au grand jour.

104Jusqu'à cette année 1907, la croissance de la Ligue « biocarde » s'était poursuivie sans heurts, et même de façon accélérée. Selon les chiffres donnés au congrès de Bordeaux, la LDH aurait plus que doublé ses effectifs par rapport aux débuts de la présidence de Pressensé, atteignant « 80 000 membres répartis en plus de 800 sections ». Rien que pendant les quatre premiers mois de 1907, elle aurait reçu 8437 adhésions nouvelles, contre 6796 dans la même période de l'année précédente.

105Dans cette organisation de plus en plus imposante, on perçoit des modifications par rapport à la situation des années 1903-1904. Les nouveaux statuts adoptés en 1907 ne font plus référence seulement à la déclaration des Droits de 1789, mais également à celle de 1793, signe d'une inflexion vers la gauche. Ils officialisent un échelon intermédiaire de coordination entre les sections et le Comité central, la fédération départementale, dotée en principe d'un bureau et d'un congrès annuel. Enfin ils ne reprennent plus le principe de la cooptation à titre provisoire entre l'espace des congrès de nouveaux membres au Comité central, qui avait fait l'objet de récriminations lors du premier congrès. Toutefois, si les dirigeants doivent tous faire l'objet d'une élection lors des congrès annuels, on pourrait estimer que la prééminence du sommet n'a pas disparu dans la pratique. La liste des candidatures qui est soumise au vote du congrès mentionne les sortants, mais précise aussi si les nouveaux candidats sont parrainés par le Comité central, une fédération ou une simple section. Les « candidats du Comité central » l'emportent dans la pratique sur ceux qui émanent de la base.

106Les « récriminations » de la base contre le sommet n'ont au reste pas disparu. Elles se manifestent au congrès de 1907 sur la question des cotisations. L'article 4 des nouveaux statuts fixait le montant minimal des cotisations individuelles à deux francs Or, la moitié de cette somme devait être versée à la direction centrale de la Ligue. Francis de Pressensé fait état dans son discours d'ouverture de sa correspondance avec un président de section, qui regrettait que sur un budget de 71 000 F, 57 000 soient consacrés aux frais généraux, et prétendait que la Ligue pourrait être organisée à son siège central, rue Jacob, avec « deux employés et un garçon de bureau ». Pressensé justifie évidemment l'infrastructure nettement plus lourde de la Ligue (une vingtaine de personnes appointées, trois sténodactylos à plein temps) par le volume de travail fourni, les milliers d'affaires étudiées et les milliers d'interventions, les conférences et campagnes de propagande. Il rend un hommage particulièrement vibrant à Mathias Morhardt, le secrétaire général, par qui tout passait, y compris bien des mécontentements de la base, et à qui les historiens doivent ces bulletins annuels de plusieurs milliers de pages contenant toutes les activités de la Ligue, qui disparaîtront peu après son départ du secrétariat. On sent dans les paroles d'éloge que Pressensé prononce la confiance absolue et l'affection qu'il éprouve pour son ami fidèle :

  • 117 BOLDH, 1907, p. 628-629.

« Vous savez avec quel zèle inlassable il s'est consacré à sa besogne, vous savez qu'il a été en vérité depuis près de dix ans l'âme de la Ligue, vous savez qu'il y a consacré non seulement ses jours mais très souvent une partie de ses nuits, vous savez avec quel désintéressement il l'a fait, et vous savez aussi quel entrain, quel enthousiasme il apporte, combien c'est pour nous d'avoir à nos côtés un pareil collaborateur un réconfort et une force incomparable117. »

  • 118 Il obtient 24 302 voix contre 27 015 pour Louis Havet, le mieux élu. Yves Guyot, qui ne s'est pas (...)

107Morhardt est un de ceux qui constituaient ce qu'on pourrait appeler la « garde rapprochée » de Francis de Pressensé au sein du Comité central. Avec lui, il faut citer Pierre Quillard, un autre des compagnons des meetings dreyfusards, qui a été la cheville ouvrière des interventions internationalistes, avec en particulier la défense de la cause arménienne, dont on verra l'importance pour Pressensé. À la suite de la démission de Morhardt, c'est Quillard qui l'a remplacé au secrétariat général de la Ligue en 1911-1912. La disparition prématurée de Quillard en 1912 a porté au secrétariat un nouveau venu, Henri Guernut, qui n'a pas eu le temps, semble-t-il, de devenir un homme de confiance, ni, d'ailleurs, un adversaire de Pressensé. Font en revanche partie du « premier cercle » du président, Marius Moutet, qui assurait également la liaison de Pressensé avec la section socialiste lyonnaise, et Victor Basch qui a été élu au Comité central de la Ligue en 1907. Son élection, difficile, a été très largement due à l'appui de Francis de Pressensé, qui l'a imposé face à un concurrent soutenu par des sections de base, le Dr Oyon. La décision a été prise dès le mois de février et elle est ratifiée par le congrès de Bordeaux, où Victor Basch est l'avant-dernier élu, avec trois mille voix de moins que Louis Havet ou Ferdinand Buisson, mais en devançant largement les candidats « illégitimes118 ».

  • 119 On a dit par ailleurs l'ancienneté des relations personnelles entre Pressensé et Buisson.

108Ces « hommes de Pressensé » sont évidemment unis à lui par des liens politiques, car ils représentent les sensibilités les plus à gauche au sein du Comité central, socialistes pour Moutet et Basch, anarchistes ou anarchisants pour Quillard et Morhardt. Mais ces liens politiques se doublent d'une proximité affective, et, du côté des disciples, de marques de fidélité et d'admiration. Avec d'autres membres du Comité central, comme Ferdinand Buisson ou Louis Havet on noterait davantage des rapports d'égalité, des relations de « collègue à collègue », question de distance politique, mais aussi d'appartenance à la même génération119. La « période des turbulences » permettra de mieux discerner le type de présidence qu'a exercée Pressensé, et les réactions d'admiration mais aussi de rejet qu'elle a suscitées. D'ores et déjà on a pu remarquer une certaine dimension charismatique de son autorité. Bien des éléments concouraient pour en faire une personnalité dominante et un peu à part : son prestige de héros de l'affaire, le contraste entre sa détermination morale et son handicap physique, l'impression de supériorité intellectuelle que pouvait susciter son immense érudition, le côté rugueux et parfois intimidant de son caractère.

109Jusqu'en 1907, en tout cas, son autorité et sa légitimité n'avaient pas réellement été mises en cause, et son prestige au sein de la Ligue dépassait certainement très largement le cercle de ceux qui se rattachaient, comme lui, au socialisme, à « la fraction la plus avancée du parti républicain ».

Notes

1 BOLDH, 1903, p. 1225.

2 Voir BOLDH, 1904, p. 263-274 pour le discours de Pressensé. L'essentiel des numéros 5 et 6 du BOLDH de 1904 est consacré à Trarieux.

3 Voir parmi les nombreux travaux consacrés par Vincent Duclert à ce thème, et en attendant l'intégralité de sa thèse, son article, « La Ligue de l'époque héroïque : la politique des savants », Le Mouvement social, avril-juin 1998 (numéro consacré aux « droits de l'homme en politique » 1898-1939).

4 Voir le compte rendu de la réunion commémorative du 6e anniversaire de la LDH, tenue le 4 juin 1904 rue Cadet, salle du Grand-Orient ; BOLDH 1904, p. 908-909.

5 Il s'agit des Dr Paul Reclus, Emile Brissaud, Gley, J. Héricourt, J.-P. Langlois, G. Hervé, Ch. Richet, Sicard de Plauzoles ; voir BOLDH, 1904, p. 3 et 4.

6 Louis Havet.

7 Jean Psichari.

8 P. Meyer, A. Molinier.

9 Louis Lapicque, Gabriel Séailles, Charles Seignobos.

10 Bergougnan, Louis Leblois, Eugène Prévost.

11 Georges Bourdon, Mathias Morhardt, Thadée Natanson, Gabriel Trarieux.

12 Les frères Fontaine.

13 E. Brochot.

14 Pressensé cite cette profession de foi le jour des obsèques de Trarieux : BOLDH, 15 mars 1904p. 264.

15 « Discours de M. Mathias Morhardt », BOLDH 1er février 1914, p. 155.

16 BOLDH. 30 juin 1909, p. 814-815.

17 La conférence parait sous le titre, « Le programme de la Ligue des Droits de l'Homme », dans le n° 1 du bulletin imprimé officiel, le BOLDH, 15 janvier 1901, p. 1-21.

18 BOLDH, 1904, p. 873-886. Le discours de Pressensé est suivi par la mise au point précieuse de Jean Psichari sur « Les origines de la LDH », p. 887-908.

19 BOLDH, 1904, p. 879.

20 BOLDH, 15 janvier 1901, p. 18.

21 Ibid., 1904, p. 879-880.

22 Assemblée générale du 30 mai 1903, BOLDH, 1903, p. 671.

23 Pressensé, en lui rendant hommage en 1904, rappelle que Trarieux était allé a Saint-Pétersbourg plaider la cause de la Finlande « avec une délégation composée des représentants des divers pays civilisés d'Europe », BOLDH, 1904, p. 880. Trarieux pour sa part, dans sa conférence de novembre 1900, citait l'Arménie, la Finlande, les Juifs de Roumanie, mais aussi le respect du droit des nationalités au Transvaal. BOLDH, 1901, p. 19.

24 La résolution du Comité central, en date du 25 février 1901, est publiée dans le BOLDH de 1901 p. 169-173.

25 BOLDH, 1904, p. 883.

26 Ibid., 1901, p. 20.

27 BOLDH. 1902, p. 437-438.

28 Ibid., 1904, p. 510.

29 Ibid., p. 3-53.

30 Ibid., p. 528.

31 Ibid., p. 530.

32 Ibid., p. 527.

33 Ibid., p. 523.

34 Ibid., p. 536.

35 Ibid., p. 532.

36 BOLDH, 1903, p. 682.

37 Ibid., 1904, p. 539.

38 Le compte rendu du congrès mentionne simplement la brève intervention de « M. Poulain » (BOLDH, 1904, p. 540). Il demande pour la Ligue « une indépendance absolue, qu'elle ne se mélange jamais à aucun parti politique ». Le contexte ne permet pas de savoir s'il s'agit bien d'Albert-Poulain, comme cela est probable, ou d'un homonyme.

39 BOLDH, 1904, p. 542-544.

40 Ibid., p. 542-543.

41 Ibid., p. 545-546.

42 Ibid., 1906, p. 851-852.

43 Jean Allemane avait été élu contre Régis à une élection partielle dans le 11e arrondissement de Paris en février 1901, alors même que les élections municipales de 1900 avaient donné la victoire aux nationalistes et à leurs alliés à Paris.

44 BOLDH, 1904, p. 543. Ce délégué laisse entendre qu'il est lui méridional » exilé » à Paris et qu'il connaît bien la sociabilité républicaine du Midi rouge : se réunir entre amis sans « parler politique », c'est-à-dire des futures échéances électorales, serait presque impossible à concevoir.

45 Madeleine Reberioux, « Politique et société dans l'histoire de la Ligue des droits de l'homme Le Mouvement social, avril-juin 1998 (numéro consacré aux droits de l'homme en politique 1898-1939), p. 16.

46 Toute une séance du congrès porte sut la « discipline républicaine » ; voir le compte rendu dans le BOLDH, 1906, p. 776-799.

47 Ibid., 1906, p. 784.

48 Ibid., p. 784.

49 Ibid., p. 795.

50 Ibid., p. 796. II s'agit peut-être d'un grandissement méridional ?

51 Ibid., p. 798.

52 Il s'agit du neuvième Cahier de la sixième série en date des 6-9 janvier 1905.

53 Cahiers de la Quinzaine, 6-9 janvier 1905, p. 14. On peut penser qu'entre hommes de lettres de telles critiques se pardonnent difficilement.

54 Le Cahier de la Quinzaine de janvier 1905 republie du coup à peu près complètement le BOLDH daté du 15 décembre 1904.

55 Il s'agit du 15e Cahier de la 2e série, 23 juillet 1901 intitulé » Mémoires et dossiers pour la liberté du personnel enseignant en France ». Le deuxième dossier, Vérité, était constitué pour la défense de Jaurès ; le troisième était intitulé « M. Brunetière historien » ; le quatrième, « attentats dans l'Yonne » (sur les libertés personnelles et civiques du personnel enseignant ; en fait, le cas Hervé).

56 « Introduction ; Textes faisant dossier », Cahiers de la Quinzaine, 6-9 janvier 1905, p. xvii.

57 Ibid., p. xxvi-xxvii.

58 Ibid., p. 12.

59 Ibid., p. 12-13.

60 Ibid., p. 14.

61 Ibid., p. 9.

62 Ibid., p. 6.

63 Ibid., p. 9.

64 On a juste la trace d'une reprise de contact par une lettre de Pressensé à Reinach écrite après sa défaite électorale de 1910. Il lui demande conseil en tant qu'historien et ancien gambettiste pour un projet d'étude historique que Pressensé souhaitait entreprendre sur les origines de la guerre de 1870. Le projet n'aboutira pas et la reprise du dialogue n'ira, semble-t-il, pas très loin. Mais Pressensé le remercie pour « la sympathie avec laquelle en dépit de nos divergences d'opinion vous avez accueilli ma double défaite électorale » ; lettre à Reinach, 28 juillet 1910 ; BN, Manuscrits, N.A.Fr. 13 554, numéros 13 et 14.

65 La lettre est datée du 19 décembre et elle est publiée dans le « dossier Péguy », Cahiers de la Quinzaine, 6-9 janvier 1905, p. 54-56.

66 Ibid., p. 56.

67 Ibid., p. 55.

68 Ibid.

69 L'Humanité, 21 décembre 1904, « La démission de M. J. Reinach. Une lettre du citoyen de Pressensé ».

70 Cahiers de la Quinzaine, 6-9 janvier 1905, p. 60.

71 Ibidem.

72 Le banquet républicain s'était tenu le 1er juin 1902. Voir le BOLDH n° 11 du 15 juin 1902.

73 « L'Obstruction et la Révolution », L'Humanité, dimanche 25 décembre 1904.

74 Cahiers de la Quinzaine, 6-9 janvier 1905, p. 70.

75 Ibid., p. 95.

76 Ibid., p. 91.

77 BN (Manuscrits), N.A.Fr. 15 430 (cartes du 21 et du 26 septembre 1913).

78 Voir Jean Levaillant, Les aventures du scepticisme. Essai sur l'évolution intellectuelle d'Anatole France Armand Colin, 1965, p. 697.

79 Ibid., p. 578.

80 Cahiers de la Quinzième. 6-9 janvier 1905, p. 71-74. L'article de Trarieux était intitulé « Pour la Ligue ».

81 Ibid., p. 73-74.

82 Ibid., p. 71-72.

83 Ibid., p. xii-xiiii.

84 BOLDH, 1905, n° 1, p. 728.

85 Ibid., 10 juin 1905, p. 710.

86 Ibid., p. 708.

87 C'est-à-dire approximativement : « D'abord je n'ai pas cru que tu aies apporté ton suffrage à cette loi ; ensuite, si je l'avais cru. je penserais que tu ne l'as pas fait sans une “juste raison oblique”. « Nous regrettons de ne pas avoir retrouvé la référence de cette citation : Pressensé ne l'indique pas. Celte note figure à la page 151 du IIIe Common place book, op. cit. La page n'est pas datée, mais elle est du début de 1905.

88 Il nous semble qu'elle est même confortée par l'anecdote satirique dont lait état Péguy en 1913 dans L'Argent, suite, et qui atteste, pour la railler, l'obsession qu'aurait eue Pressensé de la question de la Séparation : « C'est toujours la même histoire que l'on racontait de lui. On racontait il y a quelques années que Pressensé s'en allait tout volumineux par la buvette de la Chambre quand une main lui frappa sur l'épaule. De qui était cette main. On ne l'a jamais su mais nous dirons qu'elle était de Clemenceau. Quand on ne sait pas de qui est un mot, on dit qu'il est de Clemenceau. - Eh bien, lui dit Clemenceau, vous avez vu la dépêche de Rome. - Quoi, dit Pressensé. — Eh bien, le kaiser met cinq cent mille hommes à la disposition du pape. - Bon Dieu (dit Pressensé), la séparation est foutue. » C. Péguy, L'argent, suite, op. cit., p. 1 248.

89 Voir R. Fabre, « Une prise de conscience des réalités africaines et coloniales au début du siècle ? L'exemple du débat sur le Congo 1904-1907 », Enquêtes et Documents, n° 26, Nantes, janvier 2000.

90 R. Fabre, « Francis de Pressensé et les questions coloniales », communication au colloque De la colonisation à aujourd'hui, la Ligue des Droits de l'Homme, Paris, 9-10 octobre 1998.

91 Nous renvoyons à l'article d'Anne-Martine Fabre sur « La LDH et les femmes au début du xxe siècle », dans M. Lemaître, F. Naquel (coordinateurs), « Les droits de l'homme au xxe siècle combats et débats Matériaux pour l'histoire de notre temps. n° 72. oct.-déc. 2003 (Nanterre-BDKC), ainsi qu'à C. Bard, les filles de Marianne. Fayard, 1995

92 F. de PressensÉ, « Les leçons de Limoges », La Vie socialiste, avril 1905, p. 714.

93 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 145.

94 Ibidem.

95 L'ensemble de ce récit est inspiré du bilan de l'enquête de la LDH que trace Francis de Pressensé dans son discours du 1er juillet. BOLDH, 1904, p. 1262-1286.

96 Nous pensons qu'il s'agit du même Desmons qui participe en 1905 à la Commission d'unification du congrès de l'unité socialiste de Paris, au nom de la Fédération autonome du Nord.

97 L'Humanité 21 déc. 1904 (lettre de Francis de Pressensé à Joseph Reinach).

98 AN F7 15 9931 (fonds dit dit Panthéon), dossier Pressensé, pièce n° 20. rapport de police du 21 juin 1903.

99 BOLDH. oct. 1904, p. 1 285 (extrait du Discours de Francis de Pressensé au Cateau, salle de la maison du peuple, au cours du meeting tenu le 17 juin 1904 en faveur des 39 ouvriers arrêtés et détenus).

100 Gabriel Trarieux, opposé à la position prise par Pressensé dans le débat sur les fiches cite le cas de Neuvilly comme argument pour montrer que la Ligue demeure malgré tout fort utile. Ceux qui quittent la Ligue, comme Reinach, ne mettent pas en cause explicitement l'action de défense des ouvriers.

101 Ce contexte et l'importance du débat au sein de la LDH sont analysés par Madeleine Rebérioux. Nous renvoyons à son article dont les lignes suivantes sont inspirées : M. Reberioux, « De l'affaire Dreyfus à la citoyenneté sociale, l'itinéraire vers la justice sociale parcouru par la Ligue des Droits de l'Homme ». Raison Présente, n° 130.

102 BOLDH, 1905, p. 860.

103 M. Reberioux, « De l'affaire Dreyfus à... », art. cit., p. 98.

104 En nous intéressant aux débats du congrès de 1907, nous avons voulu compléter l'étude qui a été développée par Madeleine Rebérioux dans son article cité sur les congrès de 1905 et 1906.

105 BOLDH, 15 juil. 1907, p. 872.

106 Ibid., p. 871 (motion présentée par Lecoq).

107 Ibid. (il s'agit de la même motion Lecoq qui a été divisée pour le vote en plusieurs parties).

108 BOLDH, 15 juil. 1907, p. 867.

109 Ibidem.

110 Voir sur Clemenceau et les instituteurs : J.-B. Duroselle, Clemenceau, Fayard, 1988, p. 518, et M. Reberioux, La République radicale ?, Paris, Seuil, 1975, p. 102.

111 BOLDH, 15 juil. 1907. p. 855.

112 Ibid., p. 860.

113 Ibid.

114 Ibid., p. 861.

115 Ibid., p. 864.

116 Ibid., p. 867.

117 BOLDH, 1907, p. 628-629.

118 Il obtient 24 302 voix contre 27 015 pour Louis Havet, le mieux élu. Yves Guyot, qui ne s'est pas retiré de la Ligue à la différence de Reinach, est le dernier élu avec 18 346 voix. Le Dr Oyon n'en a que 312. (scrutin du 18 mai 1907, BOLDH, 1907, p. 637). Voir sur tout cela : M. Reberioux, Parcours engagés dans la France contemporaine, chap. 27, « Victor Basch et les droits de l'homme ۚ» Paris, Relin, 1999, p. 511. Voir également F. Basch, Victor Basch ou la passion de la justice, Plon, 1994, p. 105. Françoise Basch insiste fortement sur les liens d'amitié et d'admiration qui unissaient Victor Basch à « son maître », Francis de Pressensé.

119 On a dit par ailleurs l'ancienneté des relations personnelles entre Pressensé et Buisson.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search