Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Francis de Pressensé et la défense des Droits de l'homme

 | 
Rémi Fabre

Chapitre III. Une rupture décisive, l'affaire Dreyfus

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

L'entrée en dreyfusisme

Genèse d'un engagement

1Francis de Pressensé ne s'est engagé dans l'affaire Dreyfus qu'au début de l'année 1898, au moment où s'est déclenchée, au lendemain de l'acquittement d'Esterhazy, la mobilisation des intellectuels. On ne peut faire que des conjectures sur sa sensibilisation antérieure à la cause de Dreyfus. Par ses antécédents, par ses liens familiaux et protestants, par sa position au Temps, il ne pouvait qu'avoir des contacts avec les premiers défenseurs du capitaine. C'est dans Le Temps que paraît le 5 novembre 1897 la prise de position dreyfusarde de Gabriel Monod, l'ami de la famille Pressensé, l'ancien pensionnaire d'Edmond et d'Élise. Si des liens avec Scheurer-Kestner ne sont pas attestés, ceux que Pressensé entretenait avec Ludovic Trarieux sont certains. Ami d'Edmond de Pressensé, Trarieux en avait prononcé l'éloge au nom du Sénat lors de ses obsèques. Il avait été le seul sénateur à défendre Scheurer lors de la séance du 7 décembre 1897, où la haute assemblée avait massivement désavoué son vice-président. Parmi les premiers défenseurs de Dreyfus, qui se situent souvent dans la mouvance libérale, on peut citer aussi Joseph Reinach avec qui Pressensé avait noué des relations à la fin des années 1880.

  • 1 « Dreyfusards ! », Souvenirs de Mathieu Dreyfus et autres inédits présentés par Robert Gauthier, C (...)
  • 2 Ibid., p. 184.

2Francis de Pressensé a aussi pu être sollicité comme rédacteur du Temps par la famille Dreyfus, d'autant plus qu'il avait, par les familles Boegner et Fallot, des liens tout particuliers avec l'Alsace. Dans ses souvenirs, Mathieu Dreyfus ne parle, à propos des premières démarches qu'il effectue juste après la condamnation de son frère, que de contacts indirects pris par des amis au Temps1. Mais parlant du groupe de L'Aurore, qu'il fréquente à partir de l'automne 1898, le « frère admirable » précise : « J'y avais retrouvé Pressensé, que je connaissais déjà2... »

3Mais, si des contacts avec les dreyfusards de la première heure sont plus que vraisemblables, il faut rappeler que Francis de Pressensé, devenu « compagnon de route » du catholicisme, s'était un peu écarté, dans les années qui précèdent son entrée en dreyfusisme, des sphères protestantes ou « judéo-protestantes ». On peut aussi penser qu'il s'était davantage tourné vers la contemplation religieuse que vers l'engagement.

  • 3 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 138.

4C'est ce que suggère nettement le témoignage de Victor Basch, qui, dans le discours qu'il prononce aux obsèques de son ami en janvier 1914 retrace la façon dont, selon lui, Francis de Pressensé était devenu dreyfusard : « Francis de Pressensé, enfoncé dans ses études, ne s'en préoccupa tout d'abord pas. Mais alors, un homme que je vois près de moi, et qu'il ne faut jamais oublier quand on parle de Francis de Pressensé et de La Ligue, Mathias Morhardt, entra un jour dans le cabinet de Pressensé et lui dit : “Fermez vos livres. L'heure n'est pas à la contemplation. Le crime est dans nos murs. Étudiez l'affaire Dreyfus3”. »

Mathias Morhardt

  • 4 C. Lepdor et C. Follonnier, « Mathias Morhardt : la bonne guerre en faveur des vrais artistes », o (...)

5II faut présenter un peu mieux Mathias Morhardt, que nous avons déjà mentionné. Suisse, protestant, né en 1863, il était le fils d'une personnalité politique de Genève. Après quelques premiers essais de journalisme dans son pays natal, il était arrivé à Paris en 1883, avec une vocation littéraire bien arrêtée4. Il fréquente les milieux symbolistes, publie en 1890 un drame lyrique en vers, Hénor, qui « reçoit un accueil mitigé », se consacre à la critique d'art, défendant des artistes comme Puvis de Chavannes, ou comme Rodin.

6S'il n'est jamais devenu un écrivain de premier plan, Morhardt a joué un rôle important dans notre perspective, celui du collaborateur le plus proche et le plus fidèle de Francis de Pressensé. Il avait commencé à le fréquenter en 1885, au sein du groupe de la Revue contemporaine, qui semble avoir été une matrice importante pour Pressensé. C'est grâce à Pressensé que Morhardt est entré au Temps, en 1888, pour y occuper un poste de rédacteur, qu'il a conservé jusqu'en 1914 ; charge de l'organisation de diverses rubriques, il n'est pas devenu, comme son ami et « maître », une « grande plume » du journal, il en a plutôt été un employé indispensable, une « cheville ouvrière ».

  • 5 Ibid., p. 239.

7Les quelques indications que donnent Catherine Lepdor et Claude Follonnier confirment en tout cas la vigueur de son engagement pour Dreyfus, et la dimension affective qui l'a accompagné. Dans une lettre du 30 décembre 1897, à la veille du procès Esterhazy, Morhardt se dit « désespéré » de voir la France, « ce malheureux pays », « abdiquer si honteusement son droit à la justice et à la lumière » ; il se sent également « comme accablé » devant « le mal, l'obscurité, le crime5 ».

Le tournant du procès Zola

  • 6 BNF (Manuscrits), N.A.Fr. n° 109, lettre en date du 2 février 1898.

8Si Francis de Pressensé a donc sans doute été mis en mouvement par l'intervention de son ami Morhardt, peut-être à l'extrême fin de 1897, et s'il a adhéré à la pétition des intellectuels qui paraît dans L'Aurore en plusieurs listes successives à partir du 14 janvier 1898, il semble bien avoir pris un certain temps pour « étudier l'affaire Dreyfus ». On peut en voir l'indice dans la lettre qu'il adresse le 2 février 1898 à Emile Zola à propos de sa citation comme témoin au procès de l'auteur de « J'accuse ». Sans récuser cette citation, Pressensé se montre circonspect, priant Zola de lui faire savoir « sur quels points vous entendez me faire rendre témoignage ». C'est que, précise-t-il, « ignorant absolument tout de l'affaire Dreyfus, sauf ce que le public a appris dans la presse, et qui a suffi à provoquer une protestation comme celle de bien d'autres, je ne voudrais pas risquer de desservir plutôt que de servir par une déposition votre cause6 ».

  • 7 J. Psichari, « Les origines de la Ligue des Droits de l'Homme ». BOLDH, 15 juillet 1904, p. 896.

9Finalement, Pressensé n'a pas témoigné au procès Zola. Il semble ne pas avoir pu non plus assister aux débats, à cause d'une crise de goutte. Jean Psichari, dans l'exposé qu'il présente sur les origines de la Ligue des Doits de l'Homme à une réunion commémorative tenue le 4 juin 1904 évoque ainsi cette abstention forcée : « Pressensé, pendant les débats du Palais de Justice, s'impatientait, s'agaçait, s'exaspérait d'un rhumatisme qui le clouait chez lui ; il se faisait même des remords de ce rhumatisme, craignant de ne pas être assez tôt sur le champ de bataille, d'arriver trop tard7 ! »

  • 8 BNF (Manuscrits), N.A.Fr. n° 110, lettre en date du 26 février 1898. Sur cette première « acmé » d (...)
  • 9 De la même façon sans doute que Pressensé, Jaurès a été convaincu par les révélations du procès Zo (...)

10Malgré la maladie, l'impatience et l'exaspération, Pressensé a dû prendre le temps, pendant les seize jours du procès, du 7 au 23 février, d'étudier en détail les compte-rendus des débats que publiaient intégralement L'Aurore et Le Siècle. On peut penser aussi que sa détermination a été trempée de sentiments de révolte à l'égard des virulentes et haineuses manifestations contre Zola et contre les Juifs. Il était assez bien placé boulevard de Port-Royal, bon nombre de manifestants antidreyfusards parcourant le Quartier Latin et ses environs, pour entendre résonner sous ses fenêtres les cris de « Mort aux Juifs ». Il fera part à Zola le 26 février de son indignation et de son mépris pour « les bandes hurlantes qui rappellent les blouses blanches de 1870 et les camelots de la Boulange8 ». Dans cette deuxième lettre écrite au lendemain du procès, son ton a radicalement changé. Pour Pressensé comme pour nombre de dreyfusards9, le procès Zola a donc représenté un tournant décisif. Grâce aux révélations des débats, les doutes et les simples réactions contre les violations du droit ont dû se changer en certitudes.

Les premiers pas en dreyfusisme

  • 10 J. Psichari, « Les origines de la Ligue des Droits de l'Homme », op. cit., p. 896.
  • 11 BNF, N.A.Fr. n° 110, lettre citée, 26 février 1898.

11La lettre adressée par Pressensé à Zola en date du 26 février 1898 a été rendue publique. Elle constitue la véritable et « retentissante10 » entrée en dreyfusisme de Francis de Pressensé. Par ce message, Pressensé félicite Zola « d'avoir noblement incarné la protestation de la conscience nationale » et « d'avoir eu l'honneur d'être frappé pour le droit ». Annonçant « l'infaillible revanche du droit et de l'humanité », il certifie au condamné que son exemple « portera ses fruits ». « Il y aura en France, lui assure-t-il encore, pendant que vous expierez le crime d'avoir parlé haut et net au nom de l'imprescriptible conscience et de ce que l'on appelait jadis les immortels principes de 89, des hommes pour poursuivre votre œuvre, pour monter à la brèche à leur tour et pour réclamer sans relâche la lumière, la justice et la vérité11. »

  • 12 J. Psichari, « Les origines de la Ligue des Droits de l'Homme », op. cit., p. 896.
  • 13 Voir le « rapport d'activité » présenté par Georges Bourdon à l'AG de la LDH du 23 décembre 1898. (...)

12Au cours du printemps et du début de l'été 1898, les engagements de Pressensé pour la cause de Dreyfus se multiplient, même s'il n'émerge pas encore de la masse un peu touffue des intellectuels, journalistes et hommes politiques dreyfusards. S'il n'a pas été présent à la première réunion du groupe fondateur de la Ligue des Droits de l'Homme que réunit Ludovic Trarieux à son domicile le 20 février 1898, « dès qu'il fut libre d'un de ses mouvements12 », il s'associa à la mise sur pied de l'organisation. À l'assemblée fondatrice du 4 juin 1898 il est élu « naturellement » au Comité central de l'association présidée par Ludovic Trarieux. Il n'est pas membre du bureau où figurent comme vice-présidents les deux savants Duclaux et Grimaux, Lucien Fontaine étant trésorier, et Jean Psichari, qui sera remplacé dès le 17 juin par Mathias Morhardt, secrétaire général. Mais Pressensé participe à la rédaction du premier manifeste de la LDH le 7 juin aux côtés de Ludovic Trarieux, des membres du bureau, ainsi que de Ferdinand Buisson, Arthur Ranc, Yves Guyot et Louis Havet13.

  • 14 J. Psichari, « Les origines de la Ligue des Droits de l'Homme », op. cit., p. 896.

13Au printemps 1898, Pressensé lance, en même temps que se prépare la Ligue, une initiative parallèle et complémentaire, un Comité Zola. On y retrouve Emile Duclaux, Yves Guyot, Jean Psichari, Mathias Morhardt, mais aussi le docteur Georges Hervé et Ernest Vaughan, le directeur de L'Aurore14. Le but du comité était non seulement de défendre l'écrivain, au point culminant du déferlement de la haine contre lui, mais de faire frapper une médaille en son honneur. Ce projet allait bien avec le culte de l'héroïsme que Pressensé pratiquait si volontiers.

  • 15 Ibid., p. 897.

14Autre initiative du printemps, un Appel aux Femmes de France en faveur de Dreyfus est lancé le 24 mars dans Le Siècle par Jean Psichari. Le nom qui s'inscrit en tête est celui d'Élise de Pressensé15.

Une mère dreyfusarde

  • 16 M. Dutoit, Mme E de Pressensé, op. cit.. p. 278.
  • 17 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, tome IV, Paris, Fasquelle, s.d. (1905 ?), p. 273.
  • 18 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit.. p. 278.

15Élise de Pressensé a été ardemment dreyfusarde. Sa biographe, Marie Dutoit, insiste sur cet ultime engagement, la dernière des grandes causes à laquelle Mme de Pressensé se soit vouée, avec « toute son ardeur, parfois intempérante, de sentiment16 ». Malgré son âge et le handicap de la cataracte elle a été bien souvent au premier rang des meetings où parlait son fils. Joseph Reinach, décrivant « l'apostolat » dreyfusard de Francis de Pressensé, a noté la présence de cette « vieille mère aveugle » qui « venait l'entendre et l'applaudir17 ». Marie Dutoit la présente encore, quand elle ne pouvait assister aux réunions, « deux fois solidaire des dangers courus par son fils, et les soirées et les nuits d'attente dans l'ombre du boulevard de Port-Royal ont dû paraître longues au cœur de cette “mère spartiate” (le mot est d'elle)18 ».

  • 19 Ibid., p. 279.
  • 20 Ibid.

16Sa biographe met en rapport ce choix dreyfusard de Mme de Pressensé avec ceux qu'elle avait faits entre 1869 et 1871, « en plaidant passionnément la cause du peuple », « du temps de son amitié avec André Léo et les socialistes », du temps aussi de la Commune : « Une fois de plus, la dernière, son cœur battait puissamment avec le cœur, non plus de la France unifiée comme en 1870, mais d'une fraction de la France comme en 187119. » « Il faut dire aussi, écrit Marie Dutoit, même empressement à trouver beaux et grands les caractères qui se révélaient à elle dans l'effort commun ; elle satisfaisait ainsi, comme en 1869 dans les ateliers ou les mansardes, la soif d'admiration que ses contemporains lui avaient donné trop rarement l'occasion d'étancher20. »

17C'est, parmi d'autres, le caractère de son propre fils qui va se révéler à elle « dans l'effort commun ». À partir de l'été 1898, Francis de Pressensé donne un tour plus absolu à son engagement, en même temps qu'il devient une des figures les plus en vue du camp dreyfusard l'acte symbolique qui va le propulser au premier plan est sa démission de la Légion d'honneur à la fin du mois de juillet 1898.

La démission de la Légion d'honneur : une rupture symbolique

18On rappellera d'un mot le contexte du début de l'été 1898, celui du triomphe apparent des anti-dreyfusards après l'intervention de Cavaignac à la Chambre le 7 juillet, ce grand tournant de l'Affaire. Pendant qu'on affiche dans toutes les mairies le discours révélant le contenu du dossier secret, « les preuves irréfutables de la culpabilité de Dreyfus », les choses s'accélèrent. Picquart est arrêté le 13 juillet. Le 26, Emile Zola est suspendu de son grade dans l'ordre de la Légion d'honneur. Quand la nouvelle est connue, on voit se produire un certain nombre de gestes de solidarité. Le premier légionnaire dont la démission est rendue publique dans la presse est Jules Barbier, écrivain un peu obscur, auteur en particulier de livrets d'opéra-comique. Les journaux anti-dreyfusards mettent au défi d'autres légionnaires de l'imiter.

  • 21 J. Psichari, Les origines de la Ligue, BOLDH, 15 juillet 1904, p. 904-905.

19Contrairement à leurs prévisions sarcastiques, d'autres démissions suivent la première. Le 31 juillet, on annonce celles de deux autres chevaliers de la Légion d'honneur, Georges Bourdon et Francis de Pressensé. Georges Bourdon, lui aussi auteur dramatique, a été un dreyfusard fort actif. Personnalité entière, c'est lui qui avait levé le tabou qui présidait aux débats de l'assemblée fondatrice de la LDH le 4 juin 1898 en « disant avec carrure » : « Mais pardon ! personne n'a soufflé mot de l'affaire Dreyfus. Il me semble pourtant que nous ne sommes ici que par elle et pour elle21 ! » Cependant l'attention de la presse va surtout se focaliser sur Francis de Pressensé. Il était par sa position au Temps une personnalité plus connue, un « confrère » de surcroît, mais qui faisait partie de « l'aristocratie » d'une profession journalistique exercée assez souvent par des personnages un peu plus faméliques.

20Par ailleurs, il assortit sa démission d'une lettre cinglante, datée du 29 juillet, adressée au grand chancelier de la Légion d'honneur, Davout d'Auerstadt. Pressensé y déplore que cette « triste affaire » ait entraîné « le naufrage de tant de consciences ». Il y écrit surtout, c'est la « petite phrase » qui frappera l'opinion : « Il me répugnerait de continuer à m'orner la boutonnière d'un petit morceau de ruban rouge devenu apparemment le symbole du mépris de la légalité et de la violation des principes de 1789, puisque le conseil de l'ordre en retire le port à un écrivain qui n'a fait que réclamer le respect des garanties élémentaires du droit. »

  • 22 Le Jour, 31 juillet 1898.

21Bien entendu, la presse antidreyfusarde ne lui donne pas acte de son « désintéressement ». Le Jour, qui avait prévu le 30 juillet de considérer les démissionnaires comme des « dreyfusards sincères », souligne le lendemain que, selon les statuts et les traditions de l'ordre de la Légion d'honneur les démissions n'étaient pas possibles : « Le principal collaborateur du Temps s'est donc offert le luxe d'une “fumisterie” peu compromettante. [...] M. de Pressensé ne veut plus orner sa boutonnière d'un petit morceau de ruban rouge devenu le symbole du mépris de la légalité. Ça, c'est son affaire ! Qu'il ne la porte plus, [...] mais qu'il nous fasse la grâce d'une prose aussi ridicule que prétentieuse22! »

22« Manifestation platonique ! » renchérit L'Intransigeant du 1er août : « M. de Pressensé, protestant notable et dreyfusard a pensé que le moment était bien choisi pour s'offrir une manifestation gratuite et peu coûteuse. » Rappelant que l'agence Havas avait bien prévenu que le conseil de l'ordre ne tiendrait aucun compte de la démission de Jules Barbier, le quotidien de Rochefort caractérise en deux mots, « battage et chiqué », l'acte « révolutionnaire » de Pressensé. « Quant aux scrupules qui ont hier bouleversé M. de Pressensé au point de lui faire rendre sa croix comme d'autres leurs déjeuners, ils sont bien tardifs » : Pressensé n'avait-il pas laissé rougir sa boutonnière sans ignorer qu'il aurait pour collègues Wilson, Cornélius Herz, Joseph Reinach, Gustave Eiffel etc. ?

  • 23 La lettre est publiée dans L'Aurore du 20 septembre.

23L'acte symbolique de Pressensé continuera à alimenter la chronique pendant quelques mois, prenant une importance un peu disproportionnée. C'est que contrairement aux prévisions des antidreyfusards la démission n'était pas restée lettre morte. A la mi-septembre, le conseil de l'ordre décide d'ouvrir une procédure disciplinaire. Dans une lettre en date du 18 septembre 189823. Davout d'Auerstadt avertit « M. Charles-Francis de Hault de Pressensé » qu'il est déféré devant une commission d'enquête composée de trois officiers de la Légion d'honneur. Les reproches qui lui sont adressés sont de trois ordres : la publicité donnée à sa lettre de démission avec la phrase insultante sur le ruban rouge à la boutonnière ; le fait de s'être prévalu « du titre de chevalier de la Légion d'honneur démissionnaire à la suite de la radiation d'Émile Zola » dans un meeting du 6 septembre salle du Pré aux Clercs ; avoir enfin dans ce meeting et quelques autres prononcé des paroles, ou approuvé des déclarations et des ordres du jour outrageants pour des officiers de l'armée. « Par là, ajoute la lettre, M. de Hault de Pressensé paraît avoir compromis le respect qu'il doit à l'ordre auquel il n'a cessé d'appartenir malgré sa démission ». Le but de la commission sera de « faire connaître si, à son avis, les faits ci-dessus visés constituent des actes portant atteinte à l'honneur de M. de Hault de Pressensé ».

  • 24 Vervoort, directeur du journal Le jour était le beau frère de Rochefort, l'ancien communard devenu (...)
  • 25 Il s'agit d'Alphonse Humbert ancien rédacteur du journal le Père Duchêne sous la Commune.

24Nous aurons le loisir d'examiner le rôle tenu par Pressensé dans les meetings. Mais précisons tout d'abord que le processus de radiation de la Légion d'honneur est allé à son terme. On peut en suivre les étapes dans plusieurs éditoriaux et articles de L'Aurore. Sous le titre « Au grand chancelier » L'Aurore publie le 20 octobre la lettre en date du 18 du même mois expédiée par Francis de Pressensé au président de la commission d'enquête. C'est un véritable petit mémoire où il revient sur les raisons de sa démission et s'en prend avec la dernière vigueur au Conseil de l'ordre de la Légion d'honneur : dans ses accusations celui-ci s'inspirerait directement du contenu de « la presse immonde », « La Libre Parole, L'Intransigeant, Le Jour de M. Vervoort24 et L'Éclair de l'ex-Père Duchêne25 ». En protestant contre « l'esclavage » qui rendrait impossible une démission de la Légion d'honneur, « seule qualité qui restât, comme une tunique de Nessus irrévocablement attachée, collée au corps d'un Français », Pressensé déclare récuser la juridiction d'un corps auquel il a cessé d'appartenir. Cela ne l'empêche pas de répondre point par point et très longuement sur les faits qui lui sont reprochés, en particulier sur la phrase concernant « le colonel Picquart seul officier honnête » dont on verra l'importance. Refusant évidemment que le corps de la Légion d'honneur puisse s'ériger en juge de son honneur, il précise : « Mon honneur est à moi, [...] le mien est de telle sorte qu'il ne peut souffrir, même un instant, de rester dans un ordre soi-disant honorifique avec un Esterhazy auteur des lettres à Mme de Boulancy, chassé de l'armée, traître de son propre aveu et qui n'a point été traduit devant le conseil devant lequel je comparais après M. Zola. »

25Les « explications » de Pressensé n'ont évidemment pas incité la commission d'enquête à la clémence. Un décret en date du 8 novembre 1898, signé du grand chancelier Davout et du président Félix Faure, radie Francis de Pressensé de l'ordre de la Légion d'honneur pour « atteinte portée à l'honneur du corps ». Environ une semaine avant, le conseil de l'ordre avait pris la précaution de radier Esterhazy...

  • 26 « Discours de M Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 139.
  • 27 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, tome IV. op. cit., p. 272.

26On peut sourire de l'importance prise par l'événement, qu'on pourrait juger un peu mineur, de la démission de Presssensé de la Légion d'honneur. Mais cet acte a certainement une signification symbolique forte : il matérialise la rupture qui s'opère dans la vie et la personnalité de Pressensé ; bourgeois défroqué, il jette aux orties son ruban rouge pour entrer en révolution dreyfusarde. C'est une façon de rejeter, pour reprendre les expressions utilisées par Victor Basch « l'édifice social et politique au milieu duquel il avait vécu douillettement », et qui, à ses yeux, « se révélait caduc, vermoulu pourri26 ». Beaucoup moins enthousiaste que Basch sur les engagements révolutionnaires que prend dès lors Pressensé, Joseph Reinach en fait néanmoins une description à peu près identique, celle d'un homme « tournant le dos à son propre passé mort, et s'élançant vers la vie nouvelle27 ».

27À partir du mois d'août 1898, dans les semaines qui suivent sa démission de la Légion d'honneur, Pressensé va en effet se lancer dans la campagne des meetings dreyfusards, et y consacrer toute son énergie.

Le combattant dreyfusard

La campagne des meetings

  • 28 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 140.

28Dès la fondation de la Ligue des Droits de l'Homme, Pressensé s'était montré partisan d'un effort de propagande en direction du peuple. Au lendemain de l'assemblée fondatrice du 4 juin 1898, s'était développée une discussion sur l'opportunité de tenir des réunions publiques. Le compte rendu manuscrit des réunions du comité directeur fait état d'un débat consacré à cette question dès le 7 juin. Trarieux et Reinach se montrent fort réticents : « Ce seront l'occasion de troubles difficiles à prévoir, le président de ces réunions risque d'être désigné par le public. » Pressensé insiste au contraire sur la nécessité de cette descente sur les tréteaux. Le rapport d'activité présenté par Georges Bourdon au nom du Comité central le 23 décembre 1898 à l'assemblée générale de la Ligue confirme que Pressensé a été « le principal initiateur » de « l'admirable campagne de réunions publiques ». Les documents de l'époque confirment donc bien les témoignages rétrospectifs comme celui de Victor Basch : « Dès les premières assemblées de la jeune Ligue des Droits de l'Homme, il émit l'idée qu'il ne suffisait pas de faire paraître des protestations dans les journaux, de publier des tracts, mais qu'il fallait aller au peuple, lui parler, lui crier la vérité, le réveiller de son sommeil, l'arracher aux criminelles suggestions de la presse immonde et l'exciter à la révolte pour la justice28. »

29Devançant son organisation et ses collègues ligueurs, Pressensé a commencé à « aller au peuple » à la fin de l'été 1898. C'est le moment où un certain nombre de groupes ouvriers parisiens ont amorcé une contre-attaque pour s'opposer aux antidreyfusards qui avaient jusque-là tenu le haut du pavé. L'offensive dreyfusarde, d'abord timide, se renforce à la suite de la révélation du faux Henry, de l'arrestation puis du suicide du colonel Henry dans la nuit du 30 au 31 août 1898. Pour une part, l'apport en militants est fourni par le Parti Ouvrier Socialiste Révolutionnaire de Jean Allemane. Les « allemanistes » ne représentaient toutefois qu'une fraction minoritaire parmi les socialistes parisiens ; ni les guesdistes, ni surtout les blanquistes, qui sont les plus nombreux, ne participent à la campagne des meetings dreyfusards. Dans les meetings dreyfusards qui se multiplient en septembre et octobre 1898, ce sont donc incontestablement les anarchistes qui sont les plus actifs, tant par le nombre de « compagnons » qui se rassemblent dans les salles que par la présence à la tribune de leurs porte-paroles reconnus.

  • 29 Un des rapports de police, en date du 19 septembre, à un meeting où, il est vrai, Pressensé n'étai (...)

30On peut citer en premier lieu Sébastien Faure, inlassable propagandiste de la cause anarchiste, comme orateur aussi bien que comme journaliste. Il avait pris précocement position en faveur de Dreyfus dans son hebdomadaire, Le Libertaire. À ses côtés on trouve souvent Antoine Cyvoct, un militant qui était revenu depuis quelques mois à peine du bagne où il avait passé plusieurs années. Il avait été condamné aux travaux forcés, très probablement de façon injustifiée, à la suite de l'explosion d'une bombe anarchiste dans un café lyonnais. De tous les « compagnons de meeting » des années dreyfusardes, c'est lui qui restera le plus fidèle à la LDH et à Pressensé. Pendant la période de l'Affaire, la popularité de Cyvoct est grande ; son prestige de victime, si on veut de Dreyfus anarchiste, lui donne une place d'honneur à la tribune. Il faudrait encore citer d'autres compagnons, plus obscurs pour les historiens, mais bien connus des services de police. On mentionnera les noms, ou les surnoms hauts en couleurs, de Boiscervoise, Broutchoux et Libertad. Ce dernier est particulièrement célèbre et surveillé par les indicateurs29. Dans les affiches de convocation aux meetings dreyfusards, les anarchistes se groupent en général sous l'étiquette du Parti d'Action Révolutionnaire Communiste.

  • 30 APP, affaire Dreyfus. BA 346 (rapport du 2 septembre 1898).

31La « jonction » de Pressensé avec les révolutionnaires allemanistes et anarchistes semble s'opérer à la fin août 1898. Il est en tout cas présent à la tribune le 1er septembre 1898 au « grand meeting de protestation » qui se tient salle Chayne et qui réunit, selon le rapport de police, 1 200 personnes dont « plus de 300 compagnons anarchistes venus de tous les quartiers de Paris30 ».

  • 31 « Les autres orateurs, d après le rapport de police, n'ont obtenu qu'un succès très relatif ». APP (...)

32C'est Cyvoct qui préside et, à la tribune, « on reconnaît Joindy, Boiscervoise, de Pressensé, Girault, Libertad ». Jean Allemane intervient également et est vivement applaudi. Mais l'orateur qui obtient le plus grand succès est incontestablement Pressensé31. II termine son discours en s'engageant auprès des travailleurs : « Lorsque nous aurons obtenu satisfaction, nous vous aiderons à obtenir une plus grande part de liberté et à la réalisation de réformes concernant le peuple. » « Pendant le discours de Pressensé, ajoute l'informateur, l auditoire avant appris qu'il avait refusé la décoration de la Légion d'honneur parce que le conseil de l'ordre avait rayé Zola, a profité de cette circonstance pour l'applaudir à outrance et lui témoigner sa sympathie. »

  • 32 APP, affaire Dreyfus, BA 346 (l'affiche et le tract d'appel figurent tons deux dans le dossier).

33Dans les meetings qui vont suivre, la présidence sera désormais le plus souvent offerte à Francis de Pressensé ; les affiches et tracts appelant aux réunions font mention de sa qualité de « Chevalier de la Légion d'honneur démissionnaire à la suite de la radiation de Zola ». C'est le cas, par exemple, pour le grand meeting qui se tient le jeudi 15 septembre à la salle des Mille Colonnes, rue de la Gaité. Sur l'affiche rouge émanant du Parti d'Action Révolutionnaire Communiste, le nom de Pressensé se détache en très grosses lettres. Tous les travailleurs de Paris et la banlieue sont appelés à venir « clouer au banc de l'infamie les traîtres de l'État major ainsi que leurs soutiens de la presse immonde32 ». Ce meeting du 15 septembre est sans doute un des plus importants numériquement avec une salle comble de 2 000 à 2 500 personnes et... une surveillance policière très étroite.

  • 33 Cette rectification est envoyée au journaliste Lasies de l'Éclair le 8 septembre. L'Aurore la publ (...)
  • 34 APP, affaire Dreyfus, BA 346, rapport en date du 11 septembre 1898.

34Mais les meetings où Pressensé figure aux côtés des anarchistes et des révolutionnaires parisiens sont à peu près quotidiens. Celui qui s'est tenu rue du Bac, salle du Pré aux Clercs, le 6 septembre semble avoir été passablement houleux. C'est, selon toute apparence, le premier dont l'affiche d'appel indique la qualité de « Chevalier démissionnaire de la Légion d'honneur » de Pressensé. C'est ce qui explique sans doute que ce document ait été par la suite retenu comme pièce à charge par Davout et le conseil de l'ordre. Dans la réunion du 6 septembre, à laquelle assistent environ 900 personnes, des bagarres assez sérieuses se produisent et les contradicteurs antisémites sont finalement expulsés. C'est de cette soirée que date la polémique que déclenche la presse antidreyfusarde contre Pressensé. L'Eclair va en effet accuser Pressensé d'avoir déclaré que « Picquart était le seul honnête homme de l'armée française », expression qui aurait été inscrite dans l'ordre du jour final. S'il n'est pas douteux qu'une telle formule pouvait rencontrer les sentiments antimilitaristes d'une bonne partie de l'auditoire, elle n'a pas frappé l'indicateur de police qui rend compte de la séance. Pressensé rectifie en tout cas avec éclat les jours suivants33. Il affirme avoir déclaré que Picquart était « le seul honnête homme de l'État major général » (et non de l'armée), un propos qu'on retrouve en effet à plusieurs reprises dans sa bouche : il le reprend par exemple au meeting qui se tient à Saint-Ouen le 10 septembre, tout en dénonçant avec vigueur la campagne menée contre lui par L'Éclair ainsi que par la Patrie de Millevoye, L'Intransigeant de Rochefort, Le Petit Journal de Judet, qui avaient repris l'information. « On m'accuse, ajoute-t-il de mener une campagne avec des anarchistes et des révolutionnaires ; c'est un honneur pour moi de mener avec ces militants une lutte pour la justice et pour la vérité34. »

35Même s'il a pu se laisser entraîner par l'atmosphère des meetings, Pressensé n'était certainement pas devenu un pur antimilitariste. Il n'empêche que sa spectaculaire présence au côté des anarchistes a beaucoup frappé ; elle a fait de lui une cible privilégiée de la presse antidreyfusarde.

Une cible privilégiée des antidreyfusards

  • 35 Le Jour, 9 septembre 1898.
  • 36 L'Intransigeant, 13 septembre 1898.
  • 37 Ibid., 10 septembre 1898.
  • 38 La Libre Parole, 25 mars 1999.

36Au début de l'automne 1898, la presse antidreyfusarde, un peu orpheline de Zola, depuis son départ en Angleterre, s'est déchaînée contre Pressensé, qui est devenu un de ses ennemis privilégiés. On pourrait dresser un florilège des insultes qui se sont déversées sur lui ; l'époque, on le sait, n'en était pas avare ; après les premières salves au moment de l'affaire de la Légion d'honneur, c'est un feu roulant qui se déclenche lors de la campagne des meetings. Pressensé a les honneurs d'éditoriaux au titre évocateur, il est « l'anarchiste de Pressensé35 », le « Ravachol du Temps36 », « un misérable37 »,  Pressensé le polisson38 » etc.

  • 39 L'Intransigeant, 10 septembre 1898.
  • 40 Ibid., 11 septembre 1898.
  • 41 Ibid., 13 septembre 1898.
  • 42 Article de Charles Roger, L'Intransigeant, 14 et 16 septembre 1898.
  • 43 Le Jour, 9 septembre 1898.

37La verve se déchaîne sur ses fréquentations douteuses et sur « son amour quelque peu forcené de la dive bouteille39 ». Il est « l'anarchiste alcoolique », le « titubant collaborateur du Temps », « le bourgeois dynamitard40 », « un obscur fils de pasteur qui a le défaut de lever le coude plus que de raison41 », « le compagnon Pressalé », « Pressensé dit Boit-sans-soif, dit Bec-salé, dit Sac-à-vin, dit Litre-à-seize42 » etc. Et les rédacteurs antidreyfusards de le décrire « courant les faubourgs aux bras des plus célèbres compagnons », [...] « et l'on ne rencontre plus par les rues excentriques, ajoute l'un d'entre eux, que le meilleur « numéro » de M. Hébrard entrant gaillardement chez les mastroquets libertaires pour y sabler les litres à seize, au son de la Ravachole43 ».

  • 44 L'Intransigeant, 12 septembre 1898.

38Il est certain que l'association d'un homme du Temps, la bourgeoisie faite journal, « le moniteur officiel de la bourgeoisie intellectuelle et capitaliste44 », aux compagnons des faubourgs était pain béni pour la presse antidreyfusarde, tout particulièrement pour le journal de Rochefort qui revendiquait la double étiquette de socialiste et de patriote et cherchait à conserver son audience populaire.

  • 45 D. Halévy, Regards sur l'affaire Dreyfus, textes réunis et présentés par Jean-Pierre Halévy. éd. d (...)

39Par ailleurs, la matérialité de la personne de Pressensé semble avoir particulièrement inspiré éditorialistes et caricaturistes. L'accusation d'alcoolisme, qui revient si souvent contre lui, est peut-être venue de sa démarche « titubante », fruit de sa maladie rhumatismale. Cette démarche a frappé le jeune Daniel Halévy le 2 octobre, quand il aperçoit Pressensé lors de l'affaire de la salle Wagram, dont on verra l'importance : « Bientôt je vois un vieillard lourd, marchant à petits pas raides avec l'aide d'une canne »... « Nous étions tous animés par le calme admirable de ce vieillard qui trébuchait sur sa canne45. »

  • 46 L'Intransigeant, 14 septembre 1898.
  • 47 La France libre, 8 décembre 1898. Ce quotidien lyonnais rendait compte avec indignation d'un meeti (...)

40Un autre trait physique qui excite la verve des ennemis de Pressensé est sa corpulence. Il est le « gros catéchumène de l'anarchie », « son encombrante et pustuleuse personne46 ». Il est encore « le bourgeois gras à lard tout fondant de graisse animant contre la patrie et la société les pâles voyous de l'anarchisme47 ».

41Quant à la morphinomanie de Pressensé, elle devient un lieu commun à partir d'octobre 1898. Elle est révélée par Adolphe Possien, éditorialiste du Jour, à la suite de l'altercation qui l'a opposé dans les locaux du Temps, où il était venu aux nouvelles le 2 octobre, à Morhardt, le second, le « valet » de Pressensé. « Pressensé-morphine » tait donc son apparition dans Le Jour et L'Intransigeant des 8 et 9 octobre, et l'appellation ne le quittera plus guère. On la retrouve sous la plume de Drumont, qui consacre tout un éditorial de La Libre Parole le 25 mars 1899 à Pressensé. L'auteur de la France juive, répondant à une attaque de Pressensé, fait état, pour les réfuter des « propos à la fois incohérents et fangeux de cet abominable morphinomane qui inspire même à ceux qui se servent de lui un dégoût trop justifié ».

  • 48 L'Intransigeant, 1er août 1898.

42Bourgeois anarchiste, alcoolique, morphinomane et ventripotent, Pressensé est, de surcroît, protestant ! C'est d'ailleurs comme protestant qu'il est tout d'abord connu et dénoncé au moment de l'affaire de la Légion d'honneur. L'Intransigeant parle alors du « huguenot Pressensé », du « calviniste austère », et l'associe à ses coreligionnaires, « les Trarieux [sic], les Monod, les Scheurer-Kestner et autres luthériens [sic]48... »

  • 49 Le Jour, 9 septembre 1898.

43Par la suite, la compromission anarchiste de Pressensé ne vient pas totalement éclipser son identité protestante : la polémique additionne, mais ne soustrait pas. On arrive à un beau syncrétisme, quand un journaliste évoque, par exemple, « le fils de pasteur Pressensé dont l'admiration pour les Ravachol et Casério n'a d'égale que son amour légèrement indiscret du petit verre »... Autant que l'appartenance à la rédaction du Temps, l'identité protestante excite la verve et l'ironie par un effet de contraste avec les fréquentations anarchistes : « Quittant la société des pasteurs, qu'il trouve sans doute peu joyeuse, M. de Pressensé court maintenant les faubourgs aux bras des plus célèbres compagnons49... »

  • 50 L'Intransigeant, 30 septembre 1898.

44Dans leur polémique avec Pressensé, Rochefort et Drumont ont repris tout particulièrement le thème de l'antiprotestantisme. Affecté par les accusations de collusion avec le cléricalisme dont il faisait l'objet, Rochefort contre-attaque dans un éditorial du 30 septembre. Visant en particulier Pressensé, il dénonce « le goupillon protestant ». « La campagne juive, on peut encore l'admettre, écrit-il... Mais les protestants, en quoi le sort de Dreyfus les intéresserait-il s'ils n'avaient pas vu là l'occasion de combattre, non pour ce condamné dont ils se moquent presque autant que je me fiche du grand Architecte de l'Univers, mais pour leur Église et leur confession50 ? »

  • 51 La Libre Parole, 25 mars 1999.

45Chez Drumont, l'antiprotestantisme, est souvent associé à l'antisémitisme. Dans l'article où il s'en prend à « Pressensé le polisson », le directeur de La Libre Parole développe une comparaison qui n'est pas à l'avantage des huguenots : « Le protestant, dès qu'il se met à polissonner devient vite le dernier des polissons. C'est le cas du sieur de Pressensé. Le juif apporte dans les polémiques les plus perfides une certaine subtilité. Le protestant, une fois roulé dans l'infamie, ment... comme le cambrioleur abruti que l'on trouve en train de fracturer un coffre-fort, et qui, la pince monseigneur encore dans la main, prétend qu'il était entré dans la maison pour éviter la pluie51 »

  • 52 Pierre Le Franc, « En retraite », éditorial, Le Jour, 23 septembre 1898.

46La presse antidreyfusarde, qui épie particulièrement Pressensé au mois de septembre 1898, va même se focaliser sur sa « retraite » à la Maison des Missions du boulevard Arago. Le fait que Pressensé allât passer quelques jours chez sa sœur et son beau frère qui vivaient à quatre pas de chez lui n'avait en soi rien d'un événement majeur. Mais les journalistes qui le repèrent ignoraient peut-être ce détail. Le séjour de Pressensé, révélé par le Petit Bleu, excite la verve de l'éditorialiste du Jour le 23 septembre52 : « M. de Pressensé est en retraite au sens ecclésiastique, au sens clérical du mot. Il est en retraite pieuse au fond d'un cloître du boulevard Arago, un joli petit cloître huguenot aux murs nus, laids, glacés, comme toutes les maisons similaires d'un cloître protestant. » À ces clichés de l'antiprotestantisme s'ajoute une attaque contre les missionnaires protestants, valets de la « perfide Albion ». Nous sommes, faut-il le rappeler, en pleine crise de Fachoda et peu de temps après la difficile conquête de Madagascar : « La pieuse maison où M. de Pressensé vit à ses moments perdus dans la macération de sa chair porte l'enseigne sympathique de « Missions évangéliques. » Mais oui, ce sont bien ces mêmes missions évangéliques si profondément françaises qui peuplent nos colonies de clergymen tout dévoués à l'Angleterre! Témoin ce qui s'est passé à Madagascar et ailleurs. »

47L'éditorialiste de L'Éclair ajoute, pour conclure, une dernière dimension à « l'antipressensisme », le rappel des origines aristocratiques : « Donc, le haut et puissant seigneur de Hault de Pressensé, protestant de cœur, anarchiste amateur, chevalier de la Légion d'honneur rayé de l'ordre, et dreyfusard de profession, ne peut recevoir les journalistes ses confrères parce que, tapi dans une cellule, il est en train d'élever ses favoris anglicans vers le ciel en demandant à Holy Lord de protéger Dreyfus et d'écraser de ses foudres tous ceux qui ont l'audace de ne pas prendre leur mot d'ordre à l'île du Diable, à Londres ou à Berlin. »

  • 53 L'Éclair, 4 octobre 1898.

48Pressensé est particulièrement visé par la presse qui se réclame d'un nationalisme populaire, socialisant et, à l'origine, anticlérical. Attaquer le cléricalisme (protestant) était pour les amis de Rochefort une façon indirecte de rejeter les accusations de collusion avec le cléricalisme (catholique) dont ils pouvaient faire l'objet. Pressensé, en tout cas est perçu comme un protestant à cent pour cent, même si son flirt antérieur avec les catholiques est parfois mentionné : L'Éclair évoque par exemple « ce fils de pasteurs délaissant ses études enthousiastes sur le giron de l'Église dans la personne de ses évêques53 »...

  • 54 « Les cléricaux écrit Joseph Reinach en voulurent beaucoup plus à Pressensé qu'aux anarchistes qui (...)
  • 55 O. Havard, « Psychologies de dreyfusards. M. Francis de Pressensé ». Le Salut public de Lyon, 10 o (...)

49La presse antidreyfusarde, surtout ses organes les plus populistes, ceux que Pressensé et ses amis qualifient de « presse immonde », était fertile en attaques et en insultes, ses « têtes de turc » étaient multiples. Néanmoins on ne peut contester que Pressensé soit devenu à l'automne 1898 une « vedette », une cible majeure. C'est à coup sûr que le personnage s'y prêtait, qu'il avait un côté exotique et piquant, que sa situation et son évolution pouvaient susciter la haine de ses « confrères de plume ». Venu du conservatisme bourgeois, il faisait figure de « renégat » aux yeux des cléricaux54 et de « pseudo-révolutionnaire » aux yeux des anciens communards passés au nationalisme. Mais s'il est tant attaqué, c'est aussi parce qu'il est réellement devenu en quelques semaines, au début de l'automne 1898, une figure majeure du dreyfusisme, et que sa campagne en direction du peuple parisien irrite particulièrement des antidreyfusards jusque-là à peu près maîtres du pavé et des salles de réunion. La renommée de Pressensé s'est aussi étendue en province. L'article du quotidien lyonnais Le Salut Publie, qui l'attaque en particulier sur ses « origines étrangères », n'hésite pas à la qualifier le 10 octobre 1898 de « nouveau chef du syndicat55 ».

50Quelques jours auparavant à Paris, l'affaire de la salle Wagram avait attesté cette qualité de « chef » attribuée à Pressensé, mais avait révélé en même temps la fragilité de la mobilisation dreyfusarde et la capacité de contre-offensive des antidreyfusards, qui avaient retrouvé la confiance un mois après l'affaire Henry.

L'affaire de la salle Wagram

51À Paris, dès la fin du mois de septembre 1898, grâce au retour au premier plan de Paul Déroulède, et à la réorganisation de sa Ligue des Patriotes, le nationalisme populaire s'était ressaisi, et n'entendait plus laisser le champ libre aux meetings dreyfusards. Le 2 octobre autour de la salle Wagram, antidreyfusards et dreyfusards s'affrontent donc au cours d'une des « journées » spectaculaires de l'affaire Dreyfus. L'initiative en revient au départ aux animateurs de la campagne des meetings dreyfusards. Leur objectif était de couronner une mobilisation quotidienne qui, depuis le début septembre, avait pris de plus en plus d'ampleur, par un meeting de grande ampleur, voire gigantesque, qui mobiliserait des milliers d'auditeurs et pourrait donner l'impression d'un basculement du peuple en faveur de la cause de Dreyfus. C'est dans cette intention qu'est retenue pour le dimanche 2 octobre la salle Wagram par Pressensé qui s'est associé avec le directeur de L'Aurore, Ernest Vaughan. Les orateurs prévus sous la présidence de Pressensé étaient Cyvoct, Allemane, Urbain Gohier, Lucien-Victor Meunier et Octave Mirbeau. Ce « programme » reflétait un certain élargissement par, rapport à la composition habituelle des tribunes. Aux côtés de la composante révolutionnaire, anarchiste et allemaniste, figuraient non le seul Pressensé mais les représentants de deux organes de la presse dreyfusarde ; Lucien-Victor Meunier, une des cibles préférées des antidreyfusards après Pressensé, était le rédacteur du Rappel ; L'Aurore était représentée par Urbain Gohier, qui ne passait pas encore pour un forcené, et par Mirbeau, anarchiste, mais que sa qualité d'écrivain rendait quelque peu différent des habituels compagnons des faubourgs.

52Sous l'impulsion de Déroulède, les antidreyfusards se décident à mobiliser pour une puissante contre-manifestation. Le Gaulois du 1er octobre indique que Déroulède, accompagné de Marcel Habert, aurait rencontré Pressensé et Vaughan devant la salle Wagram et leur aurait déclaré : « Puisque vous convoquez le peuple de Paris à votre réunion, je fais partie du peuple de Paris, et j'y serai ! »

  • 56 L'information est publiée par la Patrie le 1er octobre, il y aura toute une polémique entre l'Auro (...)

53La situation se complique d'autant plus que le directeur de la salle Wagram, Delouville, très certainement sur intervention du préfet de police, fait savoir aux organisateurs la veille du meeting qu'il ne peut leur louer la salle et qu'elle sera fermée56. Mais Pressensé comme Déroulède maintiennent leur intention de se rendre salle Wagram : les affrontements annoncés auront bien lieu, et Paris va connaître le 2 octobre des heures agitées.

  • 57 APP, affaire Dreyfus, BA 346, rapport du commissaire de police du 3 octobre 1898.

54Le premier épisode de la journée est l'arrestation de Pressensé, avec Vaughan et Morhardt. Les trois hommes s'étaient présentés aux alentours de midi devant la salle Wagram pour en réclamer l'ouverture. Ils étaient accompagnés d'une centaine de manifestants. La police intervient immédiatement pour faire face tant aux « violentes protestations » déclenchées par le refus du concierge d'ouvrir qu'aux cris de « Vive Zola ! Vive Picquart57 ! » L'intervention est musclée et, « au cours de la bagarre qui s'ensuit », Pressensé, Morhardt et Vaughan sont conduits au poste de la rue Fourcroy avec un certain nombre de manifestants.

  • 58 APP, affaire Dreyfus, BA 346, rapport du commissaire de police, « surveillance au sujet du meeting (...)
  • 59 Idem.

55Juste après l'arrestation des chefs dreyfusards se produit l'arrivée de Déroulède. Les forces nationalistes qui l'escortent sont un peu plus nombreuses : 500 à 600 manifestants, dont un grand nombre avec de grosses cannes selon le rapport de police58. Les heurts avec la police sont moins importants, et Déroulède obtient après des pourparlers l'autorisation d'arriver jusqu'à la salle, puis de se rendre au poste de police de la rue Fourcroy ; « Il était venu soi disant offrir son intervention pour faire mettre en liberté Pressensé, Vaughan et Morhardt59 » : démarche théâtrale qui correspond bien au goût du beau geste de l'auteur des Chants du soldat. Mais les prisonniers n'apprécient guère sa sollicitude, et une vive altercation les oppose à lui.

  • 60 L'Aurore. 3 octobre 1898.

56La presse antidreyfusarde opposera la générosité du chef de la Ligue des Patriotes à l'ignominie de ceux qu'il venait libérer. L'Aurore ne voit dans cette démarche que « poudre aux veux » et « intermède comique60 ».

  • 61 APP, affaire Dreyfus, BA 346, rapport manuscrit, 2 octobre.
  • 62 Idem ; c'est le policier qui souligne. Il signale également un groupe d'étudiants qui conspuent Br (...)
  • 63 Il est amené an commissariat du 8e arrondissement pour violences envers un agent. Il est remis en (...)

57Mais, pendant ce temps les manifestations enflent et tournent assez largement à l'avantage des antidreyfusards. Bousculades, bagarres entre manifestants se développent dans tout le quartier de l'avenue de Wagram, avenue et place des Ternes, faubourg Saint-Honoré, place de l'Etoile. On peut juger de l'atmosphère par certains détails anecdotiques : « Une femme, la dompteuse des Folies Bergères, dit-on, demeurant avenue de Wagram, 34, vient d'accrocher aux grilles de la salle un drapeau tricolore avec ces mots : “Mort aux traîtres ! Vive la France! Vive l'armée61 !” » Font également partie du « folklore » du pavé parisien de l'époque les « cent à cent-cinquante garçons bouchers de la Villette escortés par des journalistes de la Libre Parole » et les « cinq groupes distincts de cent personnes environ chaque » qui « faisaient la chasse aux juifs62 ». Les manifestants nationalistes, antidreyfusards, antisémites etc. sont évalués aux alentours de trois mille, voire de cinq mille, car leur flot s'est grossi d'un certain nombre d'auditeurs et de passants. S'il y a eu cinquante arrestations supplémentaires de dreyfusards, dont l'anarchiste Broutchoux, on ne mentionne guère qu'un antidreyfusard conduit au poste, le député Paulin-Méry, à la suite d'une altercation avec un agent63. Assez tolérantes à l'égard des nationalistes, les forces de l'ordre ont toutefois efficacement protégé les ministères et la Chambre des députés.

  • 64 L'Aurore, 3 octobre 1898.
  • 65 Le Jour, 4 octobre 1898.
  • 66 L'Éclair, 4 octobre 1898.
  • 67 B. Joly, Déroulède, Perrin, 1998, p. 270.

58Au total, le 2 octobre 1898 n'est pas le 6 février 1934 : quelques dégâts, quelques arrestations, beaucoup d'injures et pas mal d'empoignades... On peut parler d'une victoire aux points (aux poings ?) des antidreyfusards. Les dreyfusards minoritaires ont quand même réussi à se regrouper : ils sont plusieurs centaines en fin d'après midi devant le siège de L'Aurore, et là, écrit le quotidien le lendemain, « on sent que la rue est à nous ». On acclame Pressensé qui a été libéré au bout de quelques heures : « Tout à coup, sur un rythme régulier, montent jusqu'à nous ce cri sorti de toutes les poitrines : Pressensé ! Pressensé ! M. de Pressensé se montre. C'est le hourra de la fin64 ! » Mais si, dans un article un peu volontariste, L'Aurore met en exergue ce baroud d'honneur, il est difficile pour les dreyfusards de crier victoire. Au contraire, dans le camp d'en face on célèbre le triomphe de Déroulède et du peuple de Paris sur les traîtres, on se gausse de « la fuite de Pressensé65 » et de la déroute des défenseurs de Dreyfus qui « s'entraînaient à mettre à feu et à sang la rue66 ». La journée du 2 octobre entre en particulier dans les annales de la Ligue des Patriotes comme un de ses hauts faits, ainsi que le relève Bertrand Joly. Mais le même auteur en réduit fortement l'importance, parlant d'une « fausse journée » et d'une « mince victoire au cours de laquelle les affrontements entre dreyfusards et antidreyfusards sont restés modérés67 ».

  • 68 D. Halévy, Regards sur l'affaire Dreyfus, op. cit.. p. 121.

59On pourrait laisser l'impression finale à Daniel Halévy. Il a admiré le « calme admirable de ce vieillard », Pressensé, « au milieu de l'émeute ». Mais, emporté par le torrent antidreyfusard, il a senti l'hostilité d'une bonne partie des assistants et « s'est rendu compte des conditions d'une manifestation : son succès dépend des indifférents ». « Je ne puis comparer l'avenue et sa foule mieux qu'à une mer montante qui jette des épaves sur la berge. Les épaves, c'était nous, et d'instant en instant, quelque autre en sortait, poursuivie, violemment rejetée... » Halévy achève la journée sur une impression de défaite : « J'étais rompu, j'avais les reins brisés, la voix cassée, j'étais déprimé par l'affreux spectacle de férocité. Par-dessus tout, j'avais été lâche ; il faut que je l'avoue : pour me tirer d'affaire, ce qui est moins aisé que de l'écrire en cinq mots, il avait fallu que je crie : Vive l'armée68! »

La « pause » et les débats au sein de la Ligue des Droits de l'Homme

  • 69 Archives de la LDH, Cahier manuscrit 1898-1899, C.R. du Comité du mercredi 19 octobre.
  • 70 Idem.

60Après l'échec de la journée du 2 octobre 1898, Pressensé a interrompu sa participation aux meetings parisiens, alors que les militants ouvriers continuaient la campagne. Il a accepté de marquer cette « pause » à la demande de Trarieux, en fonction du débat qui s'était tenu au sein de la Ligue des Droits de l'Homme. Le procès verbal de la séance du Comité central de la Ligue du 17 octobre éclaire la discussion. Francis de Pressensé fait un compte rendu de la journée de l'avenue de Wagram et justifie son insistance pour demander l'ouverture de la salle ; sans cela, ajoute-t-il, c'était l'abandon du droit de réunion. Deux lignes, une « activiste », l'autre modérée se font jour dans la discussion. La première est défendue par Georges Bourdon et par Avronsart, un ouvrier tailleur, le seul prolétaire du premier Comité de la Ligue. Ils demandent qu'on « organise des bandes pour répondre aux patriotes et aux antisémites ». Trarieux leur répond que « l'agitation n'est plus nécessaire puisque la Cour de cassation est saisie de la révision et va la faire69 » ; Reinach insiste sur la nécessité de la réserve et de la modération pour ne pas donner au gouvernement un prétexte pour dissoudre la Ligue. Pour clore le débat qui évoque également la menace d'un coup d'État nationaliste, une commission composée de Trarieux, Vaughan, Pressensé, Reinach et du docteur Hervé, adopte un texte de compromis où la Ligue des Droits de l'Homme se présente comme une force d'ordre et de liberté désireuse de respecter la légalité. Tout en affirmant son dédain pour les « fanfaronnades de coup d'État », elle se déclare prête en cas de tentative sérieuse à défendre la République70.

61Les divergences au sein de la Ligue doivent être mises en rapport avec la situation politique de ce début octobre. Il n'est pas douteux que des hommes comme Trarieux et Reinach faisaient confiance à Brisson, qui s'était finalement décidé à engager le processus de révision, et étaient soucieux d'éviter des débordements qui pouvaient entraîner la chute de son gouvernement.

  • 71 Œuvres de Jaurès, t. 7, l'affaire Dreyfus, Fayard, 2001, p. 20.
  • 72 Archives de la LDH. Cahier manuscrit 1898-1899, 26 octobre 1898.

62D'un autre côté, la rumeur de la préparation d'un coup d'État nationaliste et militaire s'était répandue au cours du mois d'octobre, et la vigilance républicaine commence à se développer. Au Comité central de la Ligue du 26 octobre 1898, Pressensé propose que la LDH participe en tant que telle au Comité de Vigilance qui s'était formé, regroupant les différentes forces politiques prêtes à défendre la République. Cette union était réclamée et animée en particulier par Jaurès, qui lors de son discours de Trianon du 1er octobre avait proclamé la nécessité de ne pas désarmer et de ne pas écouter ceux qui « nous disent qu'à présent que la Cour de cassation est saisie, il faut l'apaisement71 ». Pressensé n'obtient pas satisfaction : Trarieux fait repousser son vœu, estimant nécessaire que la LDH demeure dans un strict cadre juridique et légaliste, pour ne pas, ajoute-t-il, « provoquer l'agitation qui tournerait contre notre but72 ».

  • 73 « Dreyfusards ! », Souvenirs de Mathieu Dreyfus et autres inédits présentés par Robert GauthierCol (...)

63S'il a fait preuve d'une certaine discipline par rapport à son organisation en suspendant, au moins partiellement, sa participation aux réunions publiques au cours du mois d'octobre, Pressensé n'a donc pas changé de stratégie. Cette interruption lui permet surtout d'achever son livre consacré au colonel Picquart. Le volume, qui compte 385 pages, paraît chez Stock en novembre sous le titre : Un héros, le colonel Picquart. La préface qui l'accompagne porte la date du 15 octobre 1898. Pressensé est au même moment un des grands animateurs de la campagne de pétition en faveur du prisonnier du Cherche-Midi, campagne qui se développe en particulier dans les colonnes de L'Aurore. Le quotidien publie de longues listes de soutien à Picquart, souvent assorties de commentaires, qui forment une sorte de « contre-monument Henry ». Pressensé s'est, de fait, intégré à l'équipe de rédaction de L'Aurore. Sa collaboration devient régulière à partir de la fin du mois d'octobre, et cela pour de longues années. Tous ses articles sont consacrés à l'affaire Dreyfus et à la lutte politique intérieure. Il n'intervient pas en revanche en politique étrangère puisqu'il continue à assurer au Temps le « Bulletin de l'Étranger ». On se retrouve chaque soir en cet automne 1898 dans les bureaux du journal, qui constituent un véritable état-major du dreyfusisme. Mathieu Dreyfus en a décrit dans ses Souvenirs l'atmosphère chaleureuse « au milieu d'amis passionnés et vibrants ». Parmi eux, il cite en particulier Clemenceau, Jaurès, qui passait fréquemment des bureaux de La Petite République à ceux de L'Aurore, Octave Mirbeau, « le plus dévoué des hommes sous ses dehors violents », « le bon et gros Psichari », Quillard, « doux et érudit anarchiste à la voix tranquille », et, évidemment Pressensé, « le meilleur des hommes et le cerveau le plus universel73... » L'orientation de L'Aurore était beaucoup plus militante que celle d'un journal comme Le Siècle, le journal d'Yves Guyot, que fréquentaient les modérés de la Ligue.

  • 74 Archives de la LDH, Cahier manuscrit 1898-1899, p. 11 à 13.
  • 75 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, tome IV, op. cit., p. 271-272.
  • 76 Ibid., p. 272.

64Début novembre, Pressensé reprend à plein temps une campagne de meetings que le public, amis comme ennemis, avait largement associée à son nom. II semble qu'à ce moment-là, les « légalistes » de la LDH l'aient acceptée, sans doute parce qu'ils n'espéraient plus grand-chose du gouvernement depuis la chute de Brisson et la formation du ministère Dupuy le 4 novembre. À l'assemblée générale de la Ligue en décembre Georges Bourdon exalte la réussite de cette campagne en même temps que l'héroïsme de ceux qui l'ont conduite : « Par la campagne des réunions publiques [...] nous avons conquis et soulevé le peuple de Paris... Lorsque Pressensé et Morhardt, avec son apparente impassibilité, sont partis en guerre, les nationalistes étaient les maîtres, et ils risquaient leur vie dans les faubourgs et les banlieues74. » Joseph Reinach qui incarne la ligne légaliste, voire « timorée », revient, dans son histoire de l'affaire Dreyfus, sur ces réunions qui « se multiplièrent » du fait d'une « colère nécessaire, légitime et fâcheuse ». S'il en déplore les violences il leur reconnaît après coup une certaine utilité : « Les gens paisibles, bousculés dans la rue à la sortie de ces séances, ou quand ils en lisaient les comptes rendus, prenaient peur. Cela prêtait d'autre part à réfléchir aux césariens : le trottoir n'appartient plus aux anti-juifs ; des soldats, s'il s'en trouve pour un mauvais coup, les faubourgs ne les laisseront pas faire75. » Et Reinach balance également, entre réserves et admiration, son jugement sur Pressensé : « Pressensé devint l'un des orateurs favoris de ces clubs... Il ne tendit pas seulement la main aux ouvriers, mais aux agitateurs professionnels, aux exaltés, et à d'autres qui étaient moins purs. On le vit tous les soirs, pendant près d'un an, sur les estrades à Paris et en province, d'une passion et d'une intrépidité infatigables76... »

Les tournées en province

  • 77 L'Aurore publie un certain nombre de compte-rendus de ces voyages ; voir en particulier les « Impr (...)
  • 78 L'Aurore, « Impressions de voyage », 10 décembre 1898.
  • 79 Pour l'épisode de la salle Chaynes voir B. Joly, Déroulède, op. cit., p. 275-276.
  • 80 L'Aurore, « Impressions de voyage », 1er avril 1899.
  • 81 Ibid., 14 mai 1899.
  • 82 Ibid., 23 juillet 1899 (allusion au meeting de Lille dans son article, « Le pays et l'Affaire »).

65Dès le mois d'octobre, le « retard » de la province sur Paris préoccupait Pressensé. Quand il reprend les meetings, il entreprend de porter la bonne parole dreyfusarde dans tout le pays, en compagnie de ligueurs et de rédacteurs de L'Aurore comme Morhardt, Mirbeau, Quillard, Vaughan ou Gohier. Faute d'un compte rendu exhaustif de ces voyages, qui demanderait un véritable tour de France des archives, on en signalera quelques étapes et quelques épisodes marquants77. Pressensé effectue au cours du mois de décembre un périple particulièrement long; il est à Lyon le 3 décembre 1898, puis à Montpellier, à Béziers, à Marseille78. De retour à Paris où il participe à un certain nombre de meetings, comme celui de la salle Chaynes le 10 décembre, marqué par l'intervention et l'expulsion de Déroulède79, Pressensé repart pour Toulouse le 22 décembre, un voyage particulièrement marquant comme on va le voir. En janvier 1899, on peut signaler sa venue à Orléans, en février son passage à Rouen, et sa deuxième visite à Lyon le 23. En mars, il effectue un voyage de plusieurs jours dans le Midi, où il ne s'arrête pas seulement dans les grandes villes, mais fréquente les sous-préfectures et même les bourgs et les villages du Gard, des Bouches-du-Rhône et du Var. Il parle à Lédignan, Anduze, Arles, La Ciotat, Toulon, Saint-Jean-du-Gard, et à Mialet, « devant 500 montagnards debout au pied des roches où se réfugiaient leurs pères traqués par les dragons de Vilars80 ». En avril il est signalé à Avignon, autre incident notable. Le 14 mai 1899 il est avec Jaurès la « vedette » de la grande manifestation organisée en commun par La Petite République et par L'Aurore à l'Alhambra de Marseille pour la délivrance de Picquart. Pendant un quart d'heure, selon le compte rendu de L'Aurore, l'ovation est indescriptible : on crie Vive Jaurès ! Vive Pressensé ! Vive L'Aurore ! Vive La Petite République81 ! En juillet, on retrouve encore Pressensé à Lille, en terre guesdiste cette lois82, puis dans Le Sud-Ouest, à Bordeaux, Pessac, Sainte-Foy etc. Selon les périodes et selon les circonstances locales, ces voyages sont tantôt presque triomphaux et tantôt beaucoup plus difficiles.

L'exemple lyonnais

66Nous avons choisi de développer plus particulièrement l'exemple lyonnais, à cause de l'importance qu'auront les interventions que vient y faire Pressensé pendant l'affaire Dreyfus pour la suite de sa carrière politique. On peut considérer qu'à Lyon, le mouvement dreyfusard a été particulièrement précoce et actif. II s'appuie en particulier sur la Ligue de Défense républicaine, qui s'est formée à la fin de l'été 1898. La cheville ouvrière en a été le socialiste Anthelme Simond directeur du journal Le Peuple. Guesdiste, mais ardent dreyfusard, il est partisan de l'unité socialiste et admirateur de Jaurès. Les militants de la Ligue de Défense républicaine se recrutent en grande partie dans les différentes familles du mouvement ouvrier, guesdistes, socialistes indépendants comme le député Colliard, et libertaires. Une grave dissidence soulève pourtant les passions : c'est celle des « blanquistes », qui suivent le député de la Guillotière, Alexandre Bonard, antidreyfusard et proche de Rochefort.

  • 83 Le Courrier de Lyon, 4 déc. 1898, article intitulé « M. de Pressensé à Lyon

67La Ligue de Défense républicaine compte aussi dans ses rangs des républicains bourgeois. La figure la plus marquante est incontestablement le docteur Victor Augagneur. Professeur à la faculté de médecine, il était venu du courant modéré. Franc-maçon, il était avant l'Affaire un collaborateur du Lyon républicain, le quotidien opportuniste rival du Progrès radical. L'affaire Dreyfus l'amène à radicaliser ses positions. Il résiste victorieusement aux manifestations antidreyfusardes d'une partie de ses étudiants, et se rapproche du mouvement ouvrier. Il devient le porte-parole du dreyfusisme lyonnais et occupe le plus souvent la présidence dans les meetings. S'il effectue ainsi une percée politique, il se défend de toute ambition politicienne, comme il l'affirme par exemple à la Croix Rousse le 3 décembre 1898 : « On m'a accusé d'avoir la nostalgie de l'écharpe municipale ; qu'on sache bien qu'aucun mobile autre que la Vérité, le Droit et la Justice ne m'a fait agir83. »

  • 84 Ibid., 14 novembre 1898, « Chronique lyonnaise ».

68À côté de la Ligue de Défense républicaine, le groupe lyonnais de la Ligue des Droits de l'Homme qui se fonde également au cours de l'été 1898, semble plus modeste, plus discret. Présidé par le professeur de médecine Lépine, collègue d'Augagneur, il a pour secrétaire Jean Appleton, avocat et chargé de cours à la faculté de droit. Interviewé par le journal Le Courrier de Lyon, Jean Appleton affiche des positions modérées. Prêt à une convergence avec l'action de la Ligue de Défense républicaine, il insiste néanmoins sur l'indépendance de la LDH et sur son refus de voir se former « un parti unique84 ».

  • 85 ADR, 4M254, commissariat spécial, rapport du 18 décembre 1898.

69Si elle semble nettement plus bourgeoise et intellectuelle qu'ouvrière, la section lyonnaise de la LDH peut être considérée comme une des premières réussites de la Ligue en province par sa précocité et ses effectifs. Ainsi réussit-elle à rassembler dans une réunion privée du 17 décembre 1898 une centaine de personnes dont 20 à 25 étudiants85. La venue de Francis de Pressensé quelques jours avant, le 3 décembre, lui avait insufflé de l'énergie.

  • 86 Le Nouvelliste de Lyon, 17 oct. 1898, article : » La ligue dreyfusarde ».

70Le premier rendez-vous de Pressensé avec les Lyonnais avait pourtant été manqué. Il était attendu avec impatience le 16 octobre à La Croix Rousse pour un grand meeting organisé par la Ligue de Défense républicaine. Partisans comme adversaires s'étaient mobilisés ; la défection de dernière minute du « citoyen E de Hault de Pressensé renégat de sa religion et de son parti » soulève l'ironie du Nouvelliste, quotidien nationaliste et catholique : « Mais oit sont les favoris de noble de Hault de Pressensé, le pasteur anarchiste ? On dit qu'il ne vient pas. À sa place nous avons eu Mathias Morhardt86... » Et le chroniqueur ironique de décrire la déception dans la salle, et les demandes de remboursement des vingt sous du droit d'entrée devant la défection de la vedette de la soirée.

  • 87 ADR, 4M254, commissariat spécial, 4 décembre 1898.
  • 88 L'Express, 3 décembre 1898, « réunion de Pressensé ».
  • 89 Le Courrier de Lyon, « M. de Pressensé à Lyon », 4 décembre 1898.
  • 90 ADR, 4M254, commissariat spécial, 4 décembre 1898.

71L'absence de Pressensé le 16 octobre était liée à la « pause » dont nous avons parlé. Le 3 décembre 1898, lors du premier meeting auquel il participe à Lyon, il commence par déclarer : « Nous avons repris la campagne que nous avions interrompue à regret87. » Cette réunion du 3 décembre à la Croix Rousse est un succès. Il semble qu'elle n'ait été annoncée que la veille, si bien que les antidreyfusards n'ont pu s'organiser pour porter la contradiction. Une brève de L'Express, un de leurs organes, indique le 3 décembre que, du coup, Pressensé a pu plaider sa cause devant « quelques centaines de nez crochus » à la Brasserie des Ecoles88, une assistance que Le Courrier de Lyon, dreyfusard, évalue « à plus de deux mille personnes89 », et la police à 1 500 environ90.

  • 91 Idem.

72La réunion est, pour l'essentiel, consacrée à Picquart, le colonel prisonnier étant proclamé président d'honneur par acclamations. Pressensé résume d'ailleurs dans son intervention l'essentiel du livre qu'il lui a consacré. Son discours est par ailleurs très politique et une bonne partie du développement souligne la faillite quasi universelle des partis et des hommes, des gouvernements, des deux Chambres et du président de la République : « Nous voulons, s'écrie-t-il, que la France soit débarrassée de tous ces parasites car nous sommes dans un abîme d'iniquités ! » En revanche Pressensé rend publiquement hommage aux anarchistes « qui n'ont pas hésité à prendre la défense d'hommes n'appartenant pas à leur classe91 ».

  • 92 ADR, 4M255, rapport du commissariat spécial, 26 février 1899.
  • 93 Le Nouvelliste de Lyon, 26 février 1899, article intitulé : « Réunion révolutionnaire ».
  • 94 ADR, 4M255, rapport 97, « réunion publique et contradictoire », 26 février 1899.
  • 95 Idem.
  • 96 Le Nouvelliste de Lyon, 26 février 1899, article intitulé : « Réunion révolutionnaire ».

73La deuxième venue à Lyon de Pressensé a été un peu plus agitée que la première. Il parle à la salle des Ambassadeurs le 25 février 1899 sous la présidence de Victor Augagneur. Le meeting se tient quelques jours après la mort de Félix Faure et la tentative de coup de force de Déroulède. L'équipée de la caserne de Reuilly est raillée par Pressensé. Mais il réserve son attaque la plus virulente à Félix Faure ; analysant le rôle de bout en bout néfaste du « grand coupable », il conclut par cette épitaphe : « Nous avons un ennemi de moins à l'Élysée92. « Cette » petite phrase » est relevée avec horreur et délectation par la presse nationaliste lyonnaise : « Il s'est acharné sur ce cadavre, s'indigne Le Nouvelliste, en essayant de salir la mémoire de celui auquel on faisait hier des funérailles nationales. L'assemblée composée cependant de juifs et de révolutionnaires a accueilli avec dégoût ces paroles haineuses93. » Un incident émaille le meeting : la contradiction est apportée par un « blanquiste », qui réussit dans le tumulte à dénoncer les bourgeois de la tribune : « Nous socialistes qui peinons du matin au soir nous ne pouvons marcher main dans la main avec l'opportuniste Augagneur et un de Pressensé94 ». Interpellé pour savoir s'il était partisan de l'abolition des armées permanentes, Pressensé donne une réponse affirmative. Il a également l'occasion de préciser, en accord avec Augagneur, que « de libéral il était devenu socialiste95 ». Le Nouvelliste relève également cette double profession de toi : « Le compagnon Augagneur et l'ex-pasteur [sic] de Pressensé se sont enfin décidés à avouer hier soir, en réunion publique, leurs véritables sentiments : l'ancien rédacteur du Lyon républicain et l'ancien rédacteur du Temps ont fait nettement profession de foi socialiste et révolutionnaire96. »

  • 97 F. de Pressensé, « Impressions de voyage », L'Aurore, 10 décembre 1898.

74Dans les autres villes de province où il passe, Pressensé refait plus ou moins les mêmes discours et sa venue soulève peu ou prou les mêmes passions. En même temps, comme l'attestent les impressions de voyage qu'il fait paraître dans L'Aurore, il y a une grande variété des situations locales. À Saint-Etienne par exemple, où il se rend après son passage à Lyon de décembre, l'élément ouvrier est dominant. Mais c'est un pasteur chrétien-social, Louis Comte, qui est la cheville ouvrière du mouvement dreyfusard, et sera le fondateur de la section locale de la LDH, qui revendique une centaine de membres à la mi-décembre, après le passage de Pressensé. À Montpellier l'appui est trouvé plutôt parmi les intellectuels, les professeurs d'Université et aussi parmi les protestants face aux « meneurs en soutane97 ».

  • 98 Bulletin de la Ligue des Droits de l'Homme, 1er vol. 1899, Compte rendu de l'AG du 15 juin 1899.

75Si Pressensé, on l'a vu à partir de l'exemple lyonnais, est loin de limiter son action au cadre de la Ligue des Droits de l'Homme, il n'est pas douteux, néanmoins, que dans chacune de ses visites, il s'attache à soutenir ou à faire naître une section locale. Pressensé est peut-être le « principal itinérant des droits de l'homme » pendant l'affaire Dreyfus. L'assemblée de la Ligue de juin 1899 lui reconnaît implicitement ce statut. Les délégués de province à qui on donne la parole, Jean Lépine pour Lyon, mais aussi Maurice Dumoulin pour Le Havre, Planchon pour Montpellier, soulignent tous le rôle que sa venue a joué pour l'essor de leur association. Du coup, il est réélu pratiquement par acclamations au Comité central : au moment de l'élection du tiers sortant du Comité, après la lecture de la liste des candidats où figurent avec Pressensé, Émile Duclaux, Arthur Ranc, Joseph Reinach, Charles Seignobos et quelques autres, des cris nombreux, indique le procès verbal, s'élèvent : « Pressensé! Pressensé98 ! »

  • 99 Voir Le Courrier de Lyon, 18 juin 1899, qui, dans l'article qu'il consacre à la venue de Pressensé (...)

76Mais le prestige héroïque que Pressensé s'est acquis est aussi à la mesure des risques et des dangers qu'il a affrontés. Nombre de ses voyages ont été perturbés par de graves incidents. Il a été physiquement agressé ou sérieusement mis en danger au moins cinq fois, à Toulouse, le 22 décembre 1898, à Orléans en janvier 1899, à Rouen en février, à Avignon en avril, à Paris, rue de Chàteaudun en mai 189999.

Un combat physique

77On dira seulement quelques mots des deux principales agressions, celle de Toulouse et celle d'Avignon. Au meeting organisé dans la ville rose le 22 décembre au pré Catelan, trois orateurs sont prévus : Pressensé, et ses deux compagnons de L'Aurore, Octave Mirbeau et Pierre Quillard, tous deux de sensibilité anarchiste. Mirbeau, dont les chroniques étaient bien souvent au vitriol, venait d'être assez violemment attaqué par la Libre Parole. Pour contrer ce meeting, la mobilisation a été forte dans les milieux antidreyfusards toulousains. Dans la salle, il apparaît bien vite que les dreyfusards sont en minorité. Aux cris de « Vive l'armée ! À bas Pressensé ! À bas les Juifs ! », les perturbateurs nationalistes déclenchent rapidement la bagarre, guidés par un drapeau blanc pendant qu'un clairon sonne la charge...

  • 100 Rapport de police cité par P. Birnbaum, Le moment antisémite, Fayard, 1998, p. 217.
  • 101 Ibidem.

78« La mêlée devient générale, tables, chaises, bâtons, pierres sont lancés de tous les points de la salle ; plusieurs individus sont blessés, d'autres sont piétinés. On brise tout, gradins, chaises, portes, rideaux ; les cloisons des loges sont démolies, des bouteilles et des verres sont lancés dans la salle100. » Les orateurs, et tout particulièrement Pressensé, sont roués de coups. Passant de mains en mains, il est jeté à terre, on lui casse son lorgnon sur les yeux d'un coup de canne, selon le compte rendu de L'Aurore qui ajoute qu'un coup de pistolet est tiré, le coup passant entre Pressensé et Quillard. La « protection » de la police qui fait évacuer la salle s'avère peu efficace. « Les gendarmes et les agents de police s'emparent de MM. Pressensé et Mirbeau qu'ils entraînent », mais, dans la rue ( ?), « MM. Pressensé et Mirbeau sont bousculés et renversés à terre, les nationalistes en grand nombre les entourent101 ».

  • 102 AN7 F 15 9931 (dossier Pressensé), pièce n° 162, 26 avril 1899. commissariat spécial d'Avignon...

79Au printemps suivant, Pressensé accompagné de Pierre Quillard subit une autre agression sur le pont d'Avignon - le fait est authentique - Le rapport de police en date du 26 avril 1899 fait état de « graves sévices » commis « par une bande d'environ dix individus », entraînant diverses plaies au visage, ecchymoses aux jambes etc. Les dreyfusards ont été tirés d'affaire par l'intervention d'ouvriers terrassiers mais conspués ensuite par une manifestation hostile, aux cris de « Vive l'armée, à bas les traîtres102 ! »

80Plaies et bosses n'ont pas manqué au cours de l'affaire Dreyfus. Mais, incontestablement, Pressensé, cible de choix, en a eu plus que sa part. Cette image de combattant lui restera attachée. Même au moment de ses attaques les plus virulentes contre Jaurès et Pressensé, Péguy s'en souvient :

  • 103 C. Péguy, L'Argent, suite, dans Œuvres en prose de Charles Péguy 1909-1914, NRF-Gallimard, coll. « (...)

« Il ne fait [...] aucun doute, écrit-il dans L'Argent, suite, que pendant les deux ou trois années de l'affaire Dreyfus, M. de Pressensé fut une sorte de héros. Et quand je dis une sorte, j'ai tort. Il fut un héros de toutes sortes, et particulièrement de la sorte militaire. Ceux qui ont gardé le souvenir des conférences Mirbeau-Pressensé-Quillard, et des invraisemblables tournées en province savent, et nous témoignerons toujours, que Quillard qui est mort, que Mirbeau que j'exècre, et que Pressensé, que je ne puis décidément plus souffrir, se comportèrent comme des héros103. »

Une plume acérée

81Si Pressensé s'est montré un rude combattant dans les meetings, il l'a été autant dans ses articles de L'Aurore et ses autres écrits de la période dreyfusarde ; plus agile, on le verra, par la plume que par l'épée, il ne se contentait pas ici d'encaisser, mais pouvait rendre coup pour coup. Le chroniqueur distingué du Temps s'est révélé un polémiste redoutable. Sans doute, et les témoignages confirment ici ses propres dires, a-t-il été d'abord surpris par la virulence des attaques dont il a fait l'objet.

  • 104 L'Aurore, 26 mars 1899.
  • 105 Ibidem.
  • 106 Ibid. Rappelons que Jules Guérin, leader de la Ligue antisémitique, financé par le duc d'Orléans a (...)

82Assez vite, néanmoins, il semble s'y être fait, et même, pourrait-on dire, y avoir pris goût. On peut citer comme exemple de cette attitude sa réponse à l'article de Drumont intitulé « Pressensé le polisson », qui était paru le 23 mars 1899 dans La Libre Parole : « Je reçois ce matin en pleine figure trois colonnes d'outrages qui voudraient être méchantes et perfides de la main du sieur Drumont... Si j'étais gourmand, je pourrais me lécher les babines du régal que m'offrent depuis quelques mois les insulteurs de la presse immonde. C'est en vérité un grand plaisir et un grand honneur que d'être le point de mire des fureurs de ces messieurs104. » Et il poursuit en donnant pour ainsi dire son « art satirique » : « Je dois avouer que je ne ménage point et que je n'entends pas ménager à l'avenir ces entrepreneurs de chantage et de mensonge. S'il n'est pas dans mes habitudes de verser sur la tête de mes adversaires des tombereaux d'injures - affaire d'éducation et de goût —, je reconnais que je ne mets pas toujours des gants pour traiter comme il convient ceux que leurs amis même ne touchent qu'avec des pincettes105. » De fait, Pressensé n'était guère porté à tendre l'autre joue. Il aurait plutôt tendance à puiser dans ses réserves de morale aristocratique pour privilégier un sentiment un peu hypertrophié chez lui, le mépris. C'est ainsi qu'énumérant comme des titres de noblesse ses divers avatars, la radiation de la Légion d'honneur, les agressions de Toulouse et d'ailleurs, il cite, comme l'un des plus beaux, le fait d'avoir été « condamné par le tribunal de la Seine à 3 000 F de dommages-intérêts pour avoir diffamé Guérin - risum teneatis amici106 »...

  • 107 L'Aurore, 4 janv. 1899.
  • 108 Ibid., 20 mars 1899.
  • 109 F. de Pressensé, Un héros, le colonel Picquart, Stock. 1899, p. 219.
  • 110 Ibid., p. 237.

83Son mépris est toutefois rarement aussi silencieux et les invectives fleurissent sous sa plume. Dans ses attaques ad hominem, il ne dédaigne pas tout à fait, quoi qu'il en dise, l'injure pure et simple. Drumont, « l'infâme spéculateur en guerre civile107 », est un « grossier démagogue qui n'a même pas l'élégance du vice raffiné108 ». Rochefort est un « pauvre pitre vieilli qui cherche à mener de front le culte de l'armée et celui de la Commune109 », et « la bande de l'État-major », « un troupeau de médiocrités malfaisantes et de nullités scélérates », « une coalition de faussaires, de prévaricateurs et de receleurs de trahison110 ».

  • 111 Ibid., Avant-propos, p. X.

84Malgré la rareté de l'utilisation des images par Pressensé, on notera qu'il fait parfois appel pendant l'affaire Dreyfus à des métaphores animalières. Sans composer un vrai bestiaire, il se plaît à dénoncer « les légions d'oiseaux de proie, de reptiles venimeux, d'obscènes chacals qui ont envahi et souillé la douce terre de France111 ».

  • 112 L'Aurore, 24 mars 1899, « Drumont, Boisdeffre et Cie ».
  • 113 F. de Pressensé, L'idée de patrie, Paris, librairie Paul Ollendorf, 1899, p. 22.
  • 114 L'Aurore. 24 mars 1899 (C'est un parisien qui parle !).
  • 115 Ibid., 17 mars 1899, « les arguments de M. Maurice Talmeyr ».

85L'arme la plus souvent utilisée par Pressensé est l ironie qu'il pratique avec une certaine délectation. Elle s'adresse par exemple à Drumont et aux « hommes de renommée éclatante qui collaborent à son entreprise de patriotisme et de moralité112 ». Elle fleurit lorsqu'il relève, au moment du développement de la Ligue de la Patrie française, la collusion improbable entre l'élégant académicien Jules Lemaître et l'auteur des Chants du soldat, Déroulède : sans nul doute, suggère-t-il, Lemaître a-t-il contracté le virus antidreyfusard « à force de goûter ce qu'il y a de littéraire et de fin dans la production de ce barde incorrect113 ». Pressensé s'en prend aussi, un peu dans la même veine, à la Chambre élue en 1898, « la chambre innommable avec ses Machiavels d'Auvergne et Mazarins de Tarn-et-Garonne114 ». Il ne dédaigne même pas de railler les plus obscurs, comme ce Maurice Talmeyr qui avait écrit dans « le journal d'Arthur Meyer », Le Gaulois, que, quand bien même Dreyfus serait innocent, son innocence aurait fait tant de mal à la France qu'elle en serait encore un crime. « Ainsi, commente Pressensé, Dreyfus a mis le comble à son crime en se permettant de ne pas l'avoir commis. Quand on lit ces choses, on est lier d'être le concitoyen et le confrère de cet homme éminent115. »

  • 116 Ibid., 2 septembre 1899, « Polloniais l'illettré ».

86Pressensé n'avait pas le talent d'écriture de ses amis Anatole France ou Octave Mirbeau. On peut néanmoins estimer qu'il a, dans la satire, quelque peu amélioré son style, par rapport à ce que pouvait avoir de pâteuse la touche « quai d'Orsay » de ses éditoriaux du Temps. Il ne prend pas toutefois toujours de la hauteur et il lui échappe parfois des invectives qui, en les retournant, se situent au niveau des arguments de ses adversaires ; Max Régis « Milano » est attaqué par lui sur ses origines italiennes : « Nul ne songerait à les lui reprocher, précise toutefois Pressensé, s'il ne se posait pas en « patriote » intransigeant et ne se faisait le défenseur de la pureté nationale ». De même Arthur Meyer du Gaulois et Pollonais — surnommé Polloniais l'illettré - du Soir sont-ils épinglés comme « juifs renégats116 ».

  • 117 F. de Pressensé, Un héros, le colonel Picquart, op. cit., p. 286.

87On est aussi frappé de constater que dans certaines attaques du Pressensé dreyfusard et révolutionnaire, on retrouve en filigrane le Pressensé libéral et bourgeois de sa « vie antérieure ». Ainsi s'en prend-il tout particulièrement à Alphonse Humbert et à son passé communard de directeur d'un journal « de sang », le Père Duchêne : « L'ex-père Duchêne, écrit-il par exemple, frémissait de joie à la pensée qu'il allait de nouveau tenir des otages en son pouvoir et organiser le massacre patriotique des intellectuels après avoir préparé sous la Commune le massacre démagogique des prêtres, des gendarmes et des magistrats117. »

  • 118 L'Aurore, 8 mai 1899, « Cavaignac a parle ! ».
  • 119 Ibid., 26 août 1899.

88Pressensé s'est un peu spécialisé dans la polémique avec ses confrères de plume. Cela ne l'empêche pas de s'en prendre aux figures militaires, politiques ou judiciaires de l'Affaire comme Quesnay de Beaurepaire ou Cavaignac avec « sa morne et blafarde figure de clown lugubre et désopilant118 ». Il réunit d'ailleurs les uns et les autres en un quasi syndicat, comme dans cet article écrit pendant le procès de Rennes où il fustige « la coalition de quelques scélérats en galons avec ce qu'il y a dans la presse d'aigrefins, de malandrins et de sous-Giboyer, dans le parlement de politiciens tarés et véreux, dans le pays de factieux et de flibustiers119 »...

  • 120 Ibid., 4 janvier 1899.

89Présent sur tous les fronts dreyfusards, Pressensé participe aussi à la « guerre entre les intellectuels et l'intelligence » en attaquant, on l'a dit, la Ligue de la Patrie française, avec ses « mandarins des lettres », « fourriers du prochain César120 ». S'il épargne quelque peu son ancien ami Brunetière, dont il relève simplement le tempérament dogmatique à outrance, il s'en prend très vivement à Jules Lemaître ou à François Coppée.

90Mais l'attaque ad hominem la plus virulente de toutes celles que Pressensé a lancées pendant l'Affaire a eu pour cible Barrès.

L'affrontement avec Barrès

  • 121 Ibid., 20 mars 1899.

91Le « cas Barrès » apparaît assez tardivement dans les polémiques dreyfusardes de Pressensé : Barrés est attaqué pour la première fois, à notre connaissance, en mars 1899. Pressensé s'en prend à son style, à ses « pages prétentieuses, incohérentes et lourdes » et au contenu de son œuvre, à cette « pensée qui avait tait illusion jadis à quelques hommes de valeur à cause d'un certain dandysme intellectuel et d'une incomparable aisance à piller les maîtres121 ». Mais ce ballon d'essai est encore peu de choses par rapport au feu d'artifice polémique qui éclate au moment du procès de Rennes.

  • 122 Ibid., 10 août 1899.
  • 123 Ibid., septembre 1899, Pitres, mandarins et drôles ».

92Comme Barrès avait mis en rapport le faciès juif de Dreyfus et la trahison inscrite sur son visage, Pressensé s'en prend directement au physique de l'écrivain, après avoir confessé au préalable, c'est un passage que nous avons déjà cité, sa propre laideur. Mais voici, ajoute Pressensé « un élégant sophiste qui cherche à faire un méchant réquisitoire tout physique contre Dreyfus... Lâche appel au préjugé sous la plume d'un dandy des lettres à la blême figure, à la physionomie de pédant à la fois prétentieux et constipé122 ». Pressensé va encore beaucoup plus loin dans son éditorial du 2 septembre, qu'il consacre presque uniquement au personnage de Barrés, qui lui « soulève le cœur ». L'article retrace une carrière littéraire marquée chez Barrés par « la contemplation de son nombril » et « le plagiat » : l'écrivain « pille sans les comprendre et dans des traductions Schopenhauer, Carlyle, Disraeli et Nietzsche ». Pressensé affirme par ailleurs « les origines de juif portugais » d'un homme « qui se pose en Français de vieille souche ». La description physique est particulièrement soignée : « Sec, jaune, glabre, blême, tête de vieux cheval, cou de girafe. » Enfin et surtout, Barrés est accusé de lâcheté : « Notre homme a une peur naturelle des coups... Il a pris ses jambes à son cou à la caserne de Reuilly. » Bref, conclut Pressensé, il faut faire déguerpir Barrés de Rennes : « Cela ferait un lâche de moins123. »

  • 124 C'est l'équipe de L'Aurore contre celle de la Patrie française. Il est possible que le choix de Cl (...)
  • 125 Le rapport est signé du docteur J. Légué. Un tophus est un dépôt d'urate de sodium et de calcium q (...)

93Même si on est habitué à la prose polémique du temps de l'Affaire, ces lignes donnent l'impression d'une provocation délibérée, avec l'intention de déclencher un nouveau duel. Le contentieux de 1893 est évidemment à l'arrière-plan. Toutefois, s'il a cherché l'affrontement, Pressensé n'avait peut-être pas mesuré toutes les données du problème. Barrés, qui répond au défi, est naturellement reconnu comme l'offensé, et dispose donc du choix des armes. Si on en croit l'éditeur de ses Cahiers, c'est le souvenir du « pseudotir » de Pressensé lors de leur premier duel au pistolet qui fait adopter à Barrés l'épée, un choix qu'il ne voudra pas modifier. Avait-il également à l'esprit l'impotence de Pressensé ? C'est moins certain, car les deux hommes ne s'étaient sans doute pas beaucoup fréquentés depuis 1893. Il s'ensuivra en tout cas un imbroglio tragicomique qui sera largement exploité par la presse antidreyfusarde et les ennemis de Pressensé. En ce qui concerne les faits, il vaut mieux s'en tenir au procès-verbal de la rencontre qui est daté du 8 septembre 1899. Les témoins de Pressensé étaient Georges Clemenceau et Ernest Vaughan, ceux de Barrés, L. Dumonteil et Gabriel Syveton124. Lors de leur première rencontre est abordé le problème de l'aptitude de Pressensé : « MM. Dumonteil et Syveton, ayant le choix des armes pour leur client ont proposé l'épée. MM. Clemenceau et Vaughan ont alors déclaré qu'en raison d'une ancienne affection de la main droite, ils considéraient leur client comme incapable de tenir une épée. En conséquence, ils ont demandé le pistolet. » Le procès-verbal précise alors que ce sont bien les témoins de Barrés qui ont réclamé une expertise médicale (et non Pressensé qui serait allé voir un médecin pour « se faire porter pâle », comme cela sera souvent suggéré). Le certificat du médecin est daté du 5 septembre. Il affirme après examen avoir constaté que Pressensé était « atteint de goutte au bras droit, avec tophus assez volumineux de la face palmaire de la main droite125 ». Le docteur Légué aurait ensuite fait remarquer à M. de Pressensé « qu'il lui serait également impossible de se servir de la main droite pour tenir un pistolet [...] Ce à quoi il a répondu qu'il tirerait de la main gauche ».

  • 126 BOLDH, 15 février 1909, p. 236.
  • 127 Ibid., p. 237.
  • 128 Ibid.

94Du coup, les témoins de Barrés émettent l'avis que, dans ces conditions, Pressensé devrait se battre à l'épée de la main gauche. Devant le désaccord des parties en présence, il est fait appel à un arbitre, M. Vavasseur, qui tranche en faveur de la thèse de Syveton et Dumonteil. Clemenceau et Vaughan plaident pourtant en laveur de leur client, expliquant « qu'il ne s'était jamais exercé ni au pistolet ni à l'épée, qu'il n'était donc pas gaucher et que, parce qu'il avait deux fois dans sa vie tiré un coup de pistolet en l'air de la main gauche, ils n'admettaient pas qu'on pût lui imposer l'obligation de se battre à l'épée de la main gauche126 ». Mais l'arbitre estime que « le manque d'exercice à l'escrime de cette main gauche n'est pas une raison suffisante pour qu'il récuse l'arme choisie par la partie offensée127 ». La rencontre a donc bien lieu le 8 septembre à trois heures de l'après-midi au manège de la Grande-Armée, un des lieux habituels des duels ; mais elle tourne court, car, devant l'incapacité évidente de son adversaire, Barrés renonce à se battre. Le procès-verbal précise que « MM. Dumonteil et Syveton ont déclaré, au nom de leur client, qu'en raison du procès verbal de rencontre, ils renonçaient à toute réparation128 ». Les termes sont un peu sibyllins, mais Barrés aura l'occasion de témoigner ultérieurement que c'était bien lui qui avait renoncé et non son adversaire qui s'était montré lâche.

  • 129 Pressensé rappelle ce tait dans la lettre qu il adresse à Clemenceau le 30 janvier 1904, on verra (...)

95On notera encore que le matin du duel, Pressensé, désireux de se battre, s'était rendu au domicile de Clemenceau et y avait reçu de la part de son ami le colonel Picquart « une leçon de cinq minutes pour apprendre à tenir une épée de la main gauche129 »... Une leçon d'ailleurs, semble-t-il, assez peu efficace : handicapé de la main droite - et podagre des deux pieds ? —, Pressensé se serait révélé un très médiocre tireur de la main gauche. Ce duel avorté n'est évidemment pas resté dans les annales de l'affaire Dreyfus, qui a connu des affrontements plus vigoureux comme ceux d'Henry et de Picquart, de Bernard Lazare et de Drumont, ou encore de Clemenceau et de Drumont. L'épisode n'en a pas moins une certaine importance dans la vie de Pressensé : on verra comment il resurgira bien plus tard de manière inattendue. Il ne semble pas en tout cas que Pressensé ait eu l'impression du ridicule. Il se glorifie même de ce duel, qui est mentionné, par exemple, dans la brochure de propagande qu'il fera diffuser à Lyon en 1902. Il est toutefois possible qu'un bretteur de la trempe de Clemenceau n'ait qu'à demi apprécié d'avoir été le témoin d'un impotent. Quant aux ennemis de Pressensé, on l'a dit, ils vont évidemment exploiter l'affaire : le certificat médical et le handicap à la main droite vont désormais figurer en bonne place dans l'argumentaire anti-Pressensé, dans la « boîte à sarcasmes » où on peut puiser. On citera comme exemple ce qu'écrit un hebdomadaire nantais, le Nationaliste de l'Ouest, lors de la venue à Nantes — fief du général-sénateur Mercier - de Pressensé en février 1901 :

  • 130 Le Nationaliste de l'Ouest, 3 février 1901 ; article signé « Loccidan » consacré au meeting de la (...)

« Francis, - c'est le nom éminemment gracieux de notre phénomène - possède encore un autre don extraordinaire : quand on lui offre la garde d'une épée d'acier, immédiatement il lui pousse au creux de la main deux ou trois durillons, et autant de cors au pied qui, sur le champ, le mettent dans la double impossibilité de remuer la jambe ou le bras... Mais qu'un banquier juif ou qu'un agent dreyfusard lui présente une poignée d'or, immédiatement ses phalanges se détendent, ses paumes s'arrondissent et ses jambes auparavant soudées, exécutent malgré la corpulence de son corps, le pas joyeux et délirant du grand sabbat130. »

Le sens d'un engagement

96Nous avons jusqu'ici présenté le combattant du dreyfusisme dans son labeur quotidien. Nous voudrions maintenant approfondir le sens de son engagement et de la mutation politique et personnelle qui s'est produite en lui.

La cause de Dreyfus : un choix contingent ou nécessaire ?

  • 131 G. Sorel, La révolution dreyfusienne, op. cit., p. 19.

97Était-il tout d'abord évident que Pressensé fût dreyfusard ? Georges Sorel a posé le problème dans son pamphlet, La révolution dreyfusienne : « On aurait dû s'attendre à rencontrer Francis de Pressensé parmi les adversaires de la révision ; nul n'aurait pu écrire avec une plume plus prudhommesque sur le principe de la “chose jugée” et sur la “majesté des jugements”. On ne sait par quels concours de hasards, il fut conduit à supposer que le jugement de 1894 devait être révisé131. » Georges Sorel, dont l'information repose presque exclusivement sur L'histoire de l'affaire Dreyfus de Reinach, ne semble pas très bien connaître Pressensé. Mais à côté de cette surprise rétrospective, on peut citer nombre de manifestations d'étonnement exprimées à chaud, en particulier dans les milieux catholiques, qui avaient accueilli de façon très positive le Cardinal Manning. Un homme comme Brunetière, qui s'était tourné vers le Vatican en même temps que Pressensé, n'a-t-il pas choisi l'autre camp ?

98Faute de documents, nous ne savons pas s'il y a eu chez Pressensé un moment d'hésitation, une tentation antidreyfusarde ; il n'est pas question de présenter son choix comme fatal ou totalement prédéterminé. En revanche, il est possible de mentionner les différentes influences et les différents facteurs qui se sont révélé pour lui dominants.

99Il faut parler tout d'abord de son protestantisme. Malgré son rapprochement avec le catholicisme, Pressensé n'avait rompu ni ses liens familiaux ni sa proximité intellectuelle avec une minorité religieuse qui s'est presque totalement située du côté de la défense du capitaine Dreyfus. Dans l'épreuve de vérité qu'a été l'affaire Dreyfus, les racines familiales et religieuses ont certainement été très importantes, et elles se sont révélées plus solides que des proximités idéologiques et des fréquentations plus récentes : le fils d'Edmond de Pressensé, qui se déclarait encore fidèle à l'esprit de son père quand il semblait s'écarter de ses choix, à plus forte raison le fils d'Élise de Pressensé, pouvait-il vraiment basculer dans l'autre camp ? Comme membre, même partiellement détaché, de la minorité culturelle protestante, Pressensé était donc porté au dreyfusisme. Peut-on considérer qu'il l'était aussi en tant qu'intellectuel ?

  • 132 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH. 1er février 1914. p. 138.

100D'un point de vue « sociologique », la réponse n'est pas évidente. Si on suit la classification proposée par Christophe Charle ne serait-on pas enclin à marquer la place de Pressensé dans le « champ intellectuel » du côté du « pôle dominant » ? Héritier issu d'une vieille lignée, principal rédacteur du journal à peu près unanimement identifié à la bourgeoisie, ami de Brunetière, collaborateur attitré de la Revue des Deux Mondes, pressenti, si on en croit Victor Basch132 pour un fauteuil à l'Académie, il ne faisait partie ni du « prolétariat intellectuel », ni des avant-gardes contestataires, il cumulait bien des traits d'une « position établie dans la société intellectuelle ». Peut-être faut-il donc, de ce point de vue là, le classer parmi les exceptions, ceux qui n'ont pas suivi la pente la plus évidente.

  • 133 E. de Pressensé, Le cardinal Manning, op. cit., p. 10.
  • 134 Ibid., p. 16.

101En revanche, si on examine sa dimension d'intellectuel sur le plan du fonctionnement de son esprit, des méthodes de pensée et des valeurs dont il se réclamait, on les trouve assez peu compatibles avec l'antidreyfusisme. Il y a chez lui, dès son premier ouvrage sur l'Irlande, quelque chose de l'historien positiviste ou méthodique, un souci de l'établissement minutieux des faits. Cette attitude intellectuelle se retrouve tout autant dans son Manning, alors même que les contradicteurs auxquels il répond dans sa préface l'accusaient de trahir l'esprit du libre examen. Il relève ainsi chez Purcell, biographe malveillant de Manning, une foule « d'ignorances stupéfiantes », de « constantes falsifications », de « citations inexactes », de « documents tronqués133 ». Pour lui, les faits et les documents sont les fondements nécessaires dans la recherche d'une vérité avec laquelle on ne saurait transiger, quelles qu'en soient les conséquences. À ceux qui l'accusent d'être infidèle à la mémoire de son père, il répond, on l'a dit, que ce qu'il avait appris surtout de son père, était qu'aucun sentiment de fidélité ou de piété filiale ne pouvait être opposé à ce qu'on croyait être la vérité. Ainsi, ajoute-t-il, « je marcherai dans la voix de ma conscience [...] tant que, populaires ou impopulaires, les opinions que j'embrasserai s'imposeront à moi par leur conformité apparente avec la vérité et par elle seule134 ».

  • 135 J. Levaillant, Les aventures du scepticisme, Essai sur l'évolution intellectuelle d'Anatole France (...)

102Pour un esprit de ce type, l'établissement des faits était primordial ; on se souvient du conseil qui lui aurait été donné par Morhardt : « Étudiez l'affaire Dreyfus. » Il a étudié, et c'est après étude qu'il s'est décidé ; sa démarche est de ce point de vue là très comparable à celle des « savants dreyfusards », si importants dans l'état-major de la Ligue des Droits de l'Homme. Pour que Pressensé ait été antidreyfusard, il aurait donc fallu qu'il soit convaincu, preuves à l'appui, de la culpabilité de Dreyfus, ce qui était évidemment difficile. Ce n'est pas dans cette perspective que se sont situés la plupart des intellectuels antidreyfusards, ceux, en tout cas, qui avaient le plus de rigueur ou d'envergure, comme Barrés ou Brunetière. L'opposition que trace Jean Levaillant dans sa thèse sur l'évolution intellectuelle d'Anatole France nous semble globalement pertinente : « Pour la plupart des antidreyfusards, il ne s'agissait pas de connaître la réalité des faits, mais d'affirmer des valeurs. Pour la plupart des dreyfusards de déterminer d'abord des faits135. »

  • 136 Ibid., p. 296. La citation est extraite de l'article de Brunetière paru dans la Revue des Deux Mon (...)
  • 137 J. Levaillant, Les aventures du scepticisme.... op. cit., p. 297.
  • 138 Expression utilisée par Barrés dans sa conférence de mars 1899 destinée à la Ligue de la Patrie fr (...)
  • 139 M. Barrès, Mes Cahiers, op. cit., t. 11, p. 86.

103Malgré les liens qu'il a eus avec lui, Pressensé n'est pas de la même famille d'esprit que Brunetière, dont Levaillant rappelle les prises de position, bien avant l'affaire Dreyfus, dans la querelle qui l'avait opposé en 1889 à Anatole France à propos du Disciple de Paul Bourget. Brunetière écrivait en particulier : « Toutes les fois qu'une doctrine aboutira par voie de conséquence logique à mettre en question les principes sur lesquels la société repose, elle sera fausse136. » « En définitive, commente Jean Levaillant, selon Brunetière, la politique juge la vérité, la science est subordonnée à l'intérêt social137. » Ce relativisme du vrai — ou du moins sa subordination à un intérêt supérieur - se retrouve chez Barrés qui oppose dans Scènes et doctrines du nationalisme à la vérité « établie par la raison seule138 » une « vérité française », « celle qui est la plus utile à la nation139 ».

104Rien n'est plus étranger à la culture de Francis de Pressensé qu'un tel relativisme, qu'il soit intellectuel, ou, du reste, moral. Il a bu, si on peut dire, les principes universels et l'impératif catégorique avec le lait maternel. Là encore, on pourrait marquer une opposition avec le Barrés antikantien des Déracinés et des autres romans de l'énergie nationale. On pourrait, il est vrai, objecter que cette intransigeance se réactive chez Pressensé après son engagement dans l'affaire Dreyfus. Le chroniqueur de politique étrangère du Temps avait pu à certains moments approuver telle ou telle forme de « Realpolitik », par exemple par rapport à la question arménienne. Mais c'était certainement davantage chez lui une sorte de myopie qu'une façon délibérée de renoncer à l'idéal du vrai au nom de valeurs plus importantes. Idéaliste du vrai, Pressensé était aussi un idéaliste du droit. Les questions juridiques étaient pour lui essentielles, et les violations du droit sont le premier point sur lequel il insiste dans sa lettre « d'engagement en dreyfusisme » publiée au lendemain du procès Zola.

  • 140 Nous reprenons les expressions déjà citées qui figurent dans ses lettres à Reinach et à Zola.

105Un autre aspect qui a dû jouer dans le choix opéré par Pressensé est son passé antiboulangiste, et plus anciennement la tradition anticésarienne dans laquelle il avait été élevé. Les manifestants antidreyfusards de janvier 1898 ont été perçus par lui comme les successeurs directs de « la syphilis boulangiste », ou des « camelots de la boulange140 ». Quant à l'élément nouveau par rapport à la période de Boulanger, l'antisémitisme des nationalistes, il suscite en lui un rejet encore plus fort. Il y a une grande fermeté et une grande constance chez Pressensé dans son refus de l'antisémitisme. Même à l'époque de son « flirt » avec le catholicisme social, il n'a jamais suivi certains démocrates chrétiens sur la pente de l'hostilité aux juifs, une attitude qu'il condamne par exemple nettement dans son article de 1897 sur « la crise du libéralisme ».

106La dénonciation de l'antisémitisme va donc logiquement tenir une place importante dans les interventions dreyfusardes de Pressensé. Particulièrement significatif est l'article qu'il signe à la une de L'Aurore le 25 décembre 1898 sous le titre de « Sus à l'antisémitisme ! ». Il y développe une analyse historique pour montrer la « profondeur du mal », « l'empoisonnement systématique » opéré « depuis 15 ans » par « des malfaiteurs comme Drumont avec la complicité du parti clérical et des politiciens ». En détournant des aspirations, « au début légitimes », note-t-il, on a créé un « courant fangeux de haines et de convoitises ». « D'astucieux condottieri, précise-t-il encore, au service du capitalisme et des intérêts cléricaux, ont opéré une diversion en lançant les masses à l'assaut non plus du capital mais du juif, d'abord contre le capitaliste juif, puis contre les juifs prolétaires et miséreux d'Alger ». Pressensé s'indigne tout particulièrement de ce que l'antisémitisme puisse, « cent ans après la Révolution française » être développé par des hommes qui « se croient républicains et même socialistes ». Et, de manière plus personnelle, il ajoute : « Je ne puis oublier que je l'ai entendu retentir contre moi l'autre jour à Toulouse cette clameur sinistre : Mort aux juifs ! » Pressensé termine sa mise en garde par un appel à l'éducation populaire, à un « grand effort de conscience et de raison » qui organise la collaboration entre « ceux qui pensent et savent » et « ceux qui travaillent » pour combattre l'antisémitisme ; cela permettra « d'écraser le monstre », de « rendre à l'âme française la possession d'elle-même, pour réparer le déshonneur infligé à ce pays par les paroles et les actes d'une bande de malfaiteurs ».

107Si Pressensé parle en cette fin de 1898 des récents événements toulousains, son allusion aux émeutes et violences antisémites algéroises renvoie au début de l'année 1898, soit au moment où il s'est réellement engagé. Sans tomber dans le déterminisme a posteriori, il nous semble donc relativement facile de comprendre pourquoi Pressensé est devenu dreyfusard. Ses racines protestantes, libérales, son hostilité au césarisme et à l'antisémitisme, son mode de fonctionnement intellectuel ont pesé de plus de poids que d'autres éléments qui auraient pu le diriger vers l'autre camp, qu'il s'agisse de certaines pesanteurs bourgeoises et académiques ou de certaines influences catholiques.

Les deux phases de l'engagement

108Une fois justifiée son entrée en dreyfusisme, essayons d'approfondir l'évolution politique et intellectuelle qu'a connue Pressensé pendant l'affaire Dreyfus. On pourrait d'abord remarquer qu'il a globalement suivi la pente politique de l'Affaire et qu'on pourrait mettre en évidence chez lui deux attitudes successives : tout d'abord un constat de faillite du système en place, puis l'espoir de voir la démocratie se ressaisir et l'appel à l'union des forces républicaines.

109La première phase, qu'on pourrait considérer comme celle de la « résistance » des « purs dreyfusards », correspond approximativement à l'année 1898. À partir du début de l'année 1899, on passe progressivement dans la phase « biocarde », qui s'épanouit pleinement pendant l'été 1899 avec la formation du gouvernement Waldeck-Rousseau et les espoirs qui sont placés en l'issue du procès de Rennes, au moins avant la déception du verdict final.

Un premier dreyfusisme de rupture

110Chez le Pressensé de la première période, la dénonciation du système en place, de la trahison presque unanime des forces politiques est particulièrement virulente. On en trouve une bonne illustration dans son livre sur Picquart qu'il a, on l'a dit, achevé vers la mi-octobre 1898. C'est presque avec fureur qu'il fait à propos des élections de mai 1898 le tableau de l'attitude des partis, de « la conspiration universelle du silence » dont le président du Conseil Méline avait donné l'exemple :

  • 141 F. de Pressensé, Un héros, le colonel Picquart, op. cit., p. 263-264.

« Les monarchistes, toujours prêts à s'agenouiller devant l'idole de la force oublièrent les traditions de loyauté dont ils se vantaient. Les républicains modérés foulèrent aux pieds tous ces principes fondamentaux de notre société moderne auxquels ils devraient d'autant plus tenir comme au palladium de nos libertés qu'ils ont un credo politique plus court et moins propre à enthousiasmer. Les radicaux, surtout préoccupés de rester ministrables à la veille d'un changement probable de ministère, firent litière de leurs déclamations favorites sur l'égalité de tous devant la loi et sur les garanties élémentaires de la sécurité individuelle. Il n'y eut pas jusqu'aux socialistes qui, plus soucieux de ne pas se brouiller avec Rochefort, demeuré à leurs yeux le grand électeur de Paris, et de ménager l'alliance des antisémites et des nationalistes que de protester au nom du droit, n'observassent de Conrart le silence prudent141. »

  • 142 Ibid., p. 285.

111Cette « unanimité dans la lâcheté » n'est rompue que dans une ou deux circonscriptions, ajoute-t-il par de courageux candidats comme Jaurès. Même tableau au vitriol de l'attitude de la « chambre introuvable » au moment du discours de Cavaignac du 7 juillet : « troupeau de borgnes guidé par un aveugle142! »

112Devant cette faillite de la France officielle, Pressensé, à la fin de l'année 1898, ne semblait rien attendre que de l'action par en bas - et révolutionnaire ? - des militants de la bonne cause : « Il y a, messieurs les politiciens, écrit-il dans L'Aurore le 18 décembre 1898 des pavés sur la planche [ ?]. Les citoyens qui ne sont rien et qui ne veulent rien être dans l'organisme officiel, dans le parlement qui s'est discrédité, dans les partis qui ont fait banqueroute à leurs principes et même à leurs intérêts, ces citoyens n'entendent pas abdiquer. C'est d'eux que sortira le mouvement qui s'impose contre le monstre difforme et hideux... » Sa perspective allait progressivement s'infléchir dans les premiers mois de 1899.

Le sursaut républicain du printemps 1899

  • 143 Ce sont les termes qu'il emploie dans un meeting tenu le 24 septembre salle Chayne. APP BA 346.
  • 144 AR 4 M 254, Rapport du Commissaire spécial du 26 février 1899.
  • 145 AR 4 M 254, Rapport n° 97, « réunion publique et contradictoire du 25 février 1899. »

113Pressensé avait bien appelé dès le début de sa campagne des meetings, avant même l'affaire de la salle Wagram, à lutter contre le césarisme et les menaces de coup d'État nationaliste. Mais il le faisait à l'automne 1898 sans valoriser la République existante, sans surtout compter le moins du monde sur un sursaut de ses dirigeants : il s'en prend non seulement à Félix Faure, mais à Brisson, « dupe ou complice », « inconscient ou criminel143 ». En février 1899 au lendemain de la mort du président Faure et de la tentative avortée de Déroulède à la caserne de Reuilly, sa perspective a changé. Au meeting lyonnais du 25 février 1899, où il a prononcé l'épitaphe cinglante du président défunt, il a fait crédit à son successeur. Le Commissaire spécial résume ce passage de son discours en ces termes : « La Chambre, qui n'a commis que bêtises sur bêtises s'est enfin ressaisie ; elle a nommé à la Présidence un honnête homme144. » Un autre rapport de police est plus explicite encore : « Mettant en parallèle l'élection de Félix Faure arrivé à l'Elysée par la voix des réactionnaires puis hostile à la révision et celle de Monsieur Loubet élu par tous les suffrages républicains M. de Pressensé pense que le nouveau président de la République saura défendre les institutions républicaines en péril145. »

114Le thème de la défense de la République et de l'union des républicains devient désormais central dans les interventions et les articles de Pressensé. Cette inflexion « colle » assez étroitement à l'important tournant d'opinion qui s'est produit en ce mois de février et auquel ont contribué tant l'élection de Loubet que la tentative avortée de Déroulède de soulever les militaires. Ce qui compte dans ce dernier cas, c'est évidemment bien plus les représentations qu'on a pu se faire de l'événement et des dangers que courait la République, que l'épisode en soi de la caserne de Reuilly, à la fois mélodramatique et presque anodin.

  • 146 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, tome IV, op. cit.

115Joseph Reinach résume ainsi le changement de climat : « Maintenant une saute de vent imprévue a tout changé. Le nouvel hôte de l'Elysée ne sera plus un complice ; les républicains se sont retrouvés ; de l'autre côté, le désarroi le plus complet : Lemaître par cuistrerie, et ce méchant fou de Quesnay ont si bien fait que les plus honnêtes gens parmi leurs premiers adhérents les quittent publiquement. Déroulède s'est enlisé dans de telles sottises que les apologistes ordinaires des coups de force le désavouent146. »

  • 147 F. de Pressensé, » Impressions de voyage », L'Aurore, 19 avril 1899.

116Pressensé a lui aussi perçu un changement considérable dans l'opinion, dans la « France républicaine profonde » au printemps 1899. Rendant compte de sa tournée provençale et cévenole de la fin mars, il se dit « surpris et même confondu de l'immense changement qui est survenu au cours de ces dernières semaines dans les masses ». Ayant trouvé le même enthousiasme dans ses meetings des cités du littoral méditerranéen et dans ceux des campagnes des « âpres montagnes cévenoles », où il a prêché, pourrait-on dire, au Désert, « sous la voûte du ciel à la lueur des torches », il diagnostique « une révolution de la juste colère contre Dupuy et ses amis147 ».

  • 148 L'Aurore, 23 août 1899 (article intitulé « La loi égale »).
  • 149 Ibid., 9 août 1899 (article intitulé « Confiance »).

117Malgré l'emploi du mot « révolution », on peut estimer que Pressensé se situe désormais dans une perspective plus légaliste. Au cours de l'été 1899 il va soutenir la formation du gouvernement Waldeck-Rousseau et manifester à l'ouverture du procès de Rennes son espoir dans la « Nemesis qui se lève tardivement », sa foi dans la « puissance intrinsèque de la vérité148 » ; du coup il se démarque à la fin août de toute action illégale : « Nous ne sommes pas de ceux qui pour lutter contre l'antisémitisme et le nationalisme croient devoir faire appel aux forces de la rue149. »

118En un sens, donc, on pourrait opposer un Pressensé de la deuxième étape, plus réformiste et républicain à un Pressensé de la première étape, beaucoup plus absolu dans ses refus, incarnant l'état d'esprit à la fois élitiste et révolutionnaire des dreyfusards de la première, ou pour le moins de la deuxième heure, ce petit groupe qui s'était dressé à l'appel de Zola contre tous les pouvoirs et les institutions en place. Cette opposition ne doit pourtant pas être durcie, non seulement à cause des « retours de flamme » qui se manifesteront chez Pressensé après le verdict de Rennes, mais parce qu'on voit souvent coexister chez lui plusieurs niveaux de discours et d'intervention qui correspondent aux différentes strates de sa culture politique. C'est particulièrement frappant chez le Pressensé de l'automne 1898, une période qui semble marquer, on va le voir, l'apogée de son flirt avec les anarchistes, mais où on retrouve en même temps dans ses interventions des traces de son libéralisme à l'ancienne.

Un dreyfusisme à plusieurs faces

Un « vieux libéral » attaché à l'indépendance judiciaire

  • 150 Le Salut Public de Lyon, 12 octobre 1898, « Une lettre de M. de Pressensé ».

119En octobre 1898, dans sa réponse au quotidien lyonnais le Salut Public qui avait présenté comme une énigme son choix dreyfusard Pressensé avait eu cette formule lapidaire : « Il y a peut-être encore des Français de France que passionne une question de justice150. » Dans son Colonel Picquart, qu'il rédige à la même période, il donne en effet à la justice et au pouvoir judiciaire une place centrale, s'attardant avec minutie sur de nombreux points de procédure.

  • 151 E. de Pressensé, Un héros, le colonel Picquart, op. cit., p. 327.
  • 152 Ibid., p. 256.
  • 153 Il s'agit de l'illustration d'une chanson à 10 centimes intitulée « Les remparts d'Israël ou les d (...)

120Dans les appréciations qu'il porte sur le fonctionnement de l'appareil judiciaire, il lui arrive d'exprimer une nostalgie un peu « Ancien Régime » pour l'indépendance de la magistrature. Exaltant la démarche du juge Bertulus, dont « le courage et l'indépendance forment un si éclatant contraste avec la lâcheté et la servilité de tant de ses confrères151 », il peut écrire : « Ainsi se révoltaient jadis les grands magistrats de la vieille France, quand siégeant sur les fleurs de lys, ils rendaient des arrêts et non des services... La magistrature de la troisième République n'a point accoutumé ses chefs à de tels actes de bravoure. » Et, en cet automne 1898 où tout l'appareil de l'Etat lui paraît se situer du côté antidreyfusard, il se dit convaincu que la désignation de Bertulus pour inscrire la plainte déposée contre Esterhazy relève de l'erreur : « Ah ! si l'on avait su ! Avec quel soin l'on aurait choisi parmi les juges d'instruction au tribunal de la Seine quelque bon magistrat fin-de-siècle, l'échiné souple, tout prêt à obéir à mi-mot. De tels hommes foisonnent dans la magistrature républicaine. L'épuration a échenillé ce corps de tout ce qui pouvait s'y trouver d'indépendants152. » La culture politique de Pressensé ne répudiera jamais tout à fait à ces références, qui renvoient aux notables orléanistes de la monarchie de Juillet, la génération de son grand père, voire au souvenir plus ou moins mythifié de la noblesse parlementaire d'Ancien Régime. Une caricature antidreyfusarde représente d'ailleurs en redingote louis-philipparde et portant la bannière de Dreyfus ce « monarchiste », ce « vieux réac de Pressensé153 ».

Idéalisme moral et culte du héros

  • 154 F. de Pressensé, Un héros, le colonel Picquart, op. cit., p. 233.
  • 155 Ibid., p. 245.
  • 156 Ibid., p. 385.

121Pas plus qu'à son libéralisme à l'ancienne, Pressensé n'a renoncé en s'engageant dans l'action « révolutionnaire » dreyfusarde à son idéalisme moral. L'affaire Dreyfus n'a fait que renforcer son culte de l'héroïsme individuel et des vertus à l'antique. Le colonel Picquart, qui « pas une minute n'hésitait entre l'accomplissement d'une obligation morale — avec sa perte au bout — et les plus enivrantes promesses de succès — avec comme condition préalable, une défaillance de conscience154 », lui semble tout droit « sorti des pages de Plutarque ». C'est presque des strophes pindariques que Pressensé consacre à la gloire de « l'officier à l'apparence à la fois frêle et forte », « aux allures simples et viriles », « au regard droit et clair », « avec dans les yeux cette flamme claire qui illumine son visage155 ». Il n'omet pas de terminer son hymne par les « paroles simplement et majestueusement éloquentes d'un vieux poète grec » : « Euménides, déesses justes des sanctions, tressez pour l'un de ces hommes la couronne des héros, et marquez les autres au front du fer rouge, brûlure de l'infamie éternelle156

122Le ton exalté et dramatique de Pressensé est à mettre en rapport avec les grandes inquiétudes des défenseurs de Picquart à l'automne 1898. On sait que le colonel était aux mains de la justice militaire depuis le 22 septembre et qu'il avait déclaré quelques heures avant d'être enfermé dans son cachot du Cherche-Midi : « Je veux que l'on sache si l'on trouve dans ma cellule le lacet de Lemercier-Picard ou le rasoir d'Henry que ce sera un assassinat, car jamais un homme comme moi ne peut avoir l'idée du suicide. » Cette sentence figure évidemment en bonne place dans le livre de Pressensé avec les deux autres qui ont forgé la légende de Picquart : « Je n'ai fait que mon devoir » et « je n'emporterai pas ce secret dans la tombe. »

  • 157 Ibid., p. 247.
  • 158 Ibid., p. 248.
  • 159 Voir L'Aurore, 10 juin 1899, « la libération du colonel Picquart ».

123Pressensé sera au premier rang de la campagne pour Picquart jusqu'à sa libération le 9 juin 1899. Son héros n'était pas seulement un emblème : il avait noué avec lui depuis le printemps 1898 des liens d'amitié, qu'il évoque dans l'avant-propos de son livre : « Pour celui qui écrit ces lignes ce sera l'une des plus fières joies de sa vie, ce sera une compensation plus que suffisante, s'il fallait des compensations aux amertumes d'une lutte sans merci, que d'avoir été jugé digne d'obtenir l'amitié du colonel Picquart157. » Et Pressensé mentionne les longues promenades qu'il a eu l'occasion de faire avec Picquart avant son arrestation du 13 juillet, ses conversations avec lui sur une pièce de Shakespeare, un lied de Heine ou quelques romans à succès de d'Annunzio158. Il ira ensuite fréquemment le visiter au parloir de la Santé pendant les 71 jours de son emprisonnement civil. Quand Picquart sera finalement libéré, Pressensé sera le premier à l'accueillir à sa sortie de prison159.

  • 160 V. Duclert, L'Affaire Dreyfus, Paris, La Découverte, 1994, p. 82-83.
  • 161 Ibid., p. 83.

124On le voit, avec la figure de Picquart, Pressensé, un peu comme sa mère « Spartiate », s'attache fortement aux caractères et aux cas individuels, et semble, au moins dans un premier temps, s'intéresser davantage aux héros, aux caractères d'exception qu'aux forces collectives. Cela ne suffit pourtant pas à le compter, pour reprendre la classification proposée par Vincent Duclert, parmi les simples « dreyfusards » (par opposition aux « dreyfusistes »), ceux qui s'intéressent essentiellement aux victimes directes des scandales judiciaires de l'Affaire et combattent avant tout pour leur réhabilitation particulière160. Son cas relèverait plutôt du « dreyfusisme », de cette « attitude qui consiste à prendre l'affaire Dreyfus comme un fait explicateur de la société, comme un événement de référence pour construire une autre politique, comme un principe de formation de la « cité rêvée161 ».

Un dreyfusisme aux implications sociales et révolutionnaires

  • 162 Nous ne l'avons pas non plus adoptée systématiquement.
  • 163 F. de Pressensé, « États dame », L'Aurore, 1er décembre 1898.
  • 164 Ibid.

125L'opposition entre « dreyfusards » et « dreyfusistes » ne fait pas partie du vocabulaire de l'époque162. Mais Pressensé a bien eu, à diverses reprises, l'occasion d'opposer deux types d'engagements dans l'Affaire, une distinction qu'il opère pour la première fois explicitement au début de décembre 1898, au moment du débat déclenché parmi les intellectuels dreyfusards par l'appel à la modération lancé par Gaston Paris et Gabriel Monod. Dans L'Aurore, Pressensé commente les scrupules de « cet ami timoré », très certainement Gabriel Monod, qui avait refusé de signer la pétition de soutien à Picquart pour ne pas cautionner un certain nombre « d'outrages à l'armée ». Cet « ami timoré », donc, estime Pressensé, fait partie des gens qui ont été révoltés par « l'iniquité faite à Dreyfus », mais qui refusent de généraliser, « d'avouer que cela a mis en lumière des vices d'ordre général ». Ces gens-là, insiste-t-il, ne voient pas que l'Affaire est le point de départ d'une « révolution morale » et d'une « vaste refonte organique163 ». En réponse à Monod, Pressensé écrit ce qu'on peut considérer comme sa première profession de foi politique de la période de l'Affaire. Son importance est soulignée par un commentaire de la rédaction de L'Aurore à la suite de l'article : « Tous les républicains avancés, tous les militants du parti révolutionnaire qui luttent pour l'avènement de la justice sociale seront heureux d'entendre la noble profession de foi que vient de formuler M. de Pressensé. » Pressensé en effet ne se contente pas de parler de « révolution morale », il affirme sa volonté de lier sa cause avec celle du mouvement ouvrier, ne serait-ce que par reconnaissance et par réciprocité : « Des hommes sont venus à notre cause qui auraient pu en quelque mesure s'en désintéresser, que l'on pressait de certains côtés d'y rester indifférents, sous prétexte qu'il s'agissait de membres des classes privilégiées. Des hommes ont bravé non seulement le péril de la répression [...] mais le péril plus grave encore d'une impopularité pour sauver une victime et défendre le droit. » S'il est certain que dans cette dernière affirmation Pressensé pense à Jaurès, l'engagement qu'il prend par la suite s'adresse surtout à « la base », à ses amis anarchistes : « Nous savons que les attentats dont ont souffert Dreyfus et Picquart, d'autres, des humbles, des petits en ont eu aussi chaque jour à souffrir. Cette affaire nous a fait entrevoir les abîmes d'iniquité dont trop souvent nous avions détourné le regard avec une coupable indifférence [...]. Il serait infâme qu'une fois la victoire remportée avec l'assistance de ces auxiliaires, nous ne leur donnions pas notre loyal concours pour les aider à réparer les injustices commises contre les leurs. » Et Pressensé s'engage à « ne pas laisser rompre le contact » et à aller au peuple pour « lui apporter virilement, loyalement, résolument, sans peur, sans faiblesse ce qu'il y a de meilleur en nous ». « À cette conduite, conclut-il, on gagne dans les feuilles immondes le surnom d'anarchiste, mais on s'en console en pensant que peut-être on a fait quelque chose pour cette rencontre, pour cette communion du peuple et des intellectuels qui est la condition sine qua non du salut de la France164. »

126Essayons d'approfondir ces rapports avec les anarchistes que nous avons déjà évoqués.

Pressensé et les anarchistes

Des rapports étroits

  • 165 F de Pressensé, L'Idée de Patrie, conférence faite à la salle d'Arras le 9 février 1899, Paris, li (...)
  • 166 Le texte a été authentifié et figure dans les Œuvres de Blum.
  • 167 Ibid., p. 5.

127Le premier point à souligner est que Francis de Pressensé a toujours revendiqué publiquement l'alliance des intellectuels dreyfusards avec les anarchistes, non seulement dans les meetings populaires ou dans les colonnes de L'Aurore, mais même devant des publics plus bourgeois, comme lors de la conférence sur l'Idée de Patrie qu'il prononce salle d'Arras le 9 février 1899 au cours d'une séance présidée par Ludovic Trarieux. Il ne se contente pas d'y affirmer « avoir été extrêmement heureux » de « serrer loyalement les mains qui lui étaient loyalement tendues » mais il manifeste « l'espoir très ferme que l'entente, qui a été absolue à un moment donné sur un terrain donné ne se rompra pas de sitôt165 ». Un des engagements que Pressensé a pris auprès de ses amis anarchistes est de participer à une campagne contre les lois scélérates. La question était névralgique, non seulement parce que Le Temps avait soutenu la législation anti-anarchiste, mais parce que Ludovic Trarieux avait pris une part importante à la rédaction de ces lois, dont il avait été le rapporteur devant le Sénat en décembre 1893 et juillet 1894. Mais Pressensé n'a pas reculé comme l'atteste la brochure intitulée « les lois scélérates de 1893-1894 » qui est publiée au printemps 1899, sous la signature de Francis de Pressensé, d'Emile Pouget et d'« un Juriste », qui est Léon Blum166. Le fascicule recueille en lait trois articles qui sont parus successivement dans la Revue blanche. L'étude de Pressensé, qui est intitulée Notre loi des suspects, était la plus récente, puisqu'elle figurait dans le numéro du 15 janvier 1899, les deux autres textes datant de juillet 1898. On note en passant avec intérêt cette intervention de Pressensé dans la revue des frères Natanson. Dans l'ensemble, la brochure défend fermement les anarchistes, mais dans une optique qu'on pourrait juger plus libérale que libertaire. La publication n'avait rien d'un brûlot, même pour l'article d'Emile Pouget, qui défendait quelques compagnons qui avaient été frappés par la répression, en les présentant comme des pauvres malheureux, comme des lampistes victimes de la volonté de faire des exemples dans l'arbitraire le plus total. Il était loin d'utiliser dans ce plaidoyer le ton de son journal anarchiste. Le Pire Peinard !. L'étude juridique de Léon Blum examine, dans leur contexte, les trois lois sur la presse, sur les associations de malfaiteurs et sur la répression des menées anarchistes. Elle peut, être qualifiée de solide, sobre et documentée Quant à Pressensé, il présente surtout une courte mise au point historique, qui compare les « lois scélérates », adoptées par la troisième République « un jour de panique », avec les « lois de septembre » de la monarchie de Juillet et les lois de sûreté générale du second Empire, instaurées en 1857 après l'attentat d'Orsini. Il affirme l'impossibilité d'accepter que figurent dans la législation d'un peuple libre des délits et des crimes d'opinion, et il avertit du danger que pourraient représenter ces lois d'exception entre les mains d'un dictateur militaire, ou même d'une « faction révolutionnaire », d'un « Comité de Salut Public jacobin167 ».

  • 168 Elle aurait été la seule brochure de la Revue Blanche diffusée sous une couverture rouge !

128Au total, c'était peut-être moins le contenu de la brochure que l'acte symbolique de soutien que sa parution représentait qui était important pour les anarchistes. La brochure semble avoir eu une assez grande difffusion et avoir été marquante parmi les publications de la Revue Blanche168.

Prise de distances et divergences

129De nettes divergences concernant la stratégie des dreyfusards, vont apparaître entre Pressensé et les anarchistes à l'été 1899, à partir de la formation du gouvernement Waldeck-Rousseau. On a dit l'adhésion de Pressensé à une ligne légaliste et républicaine, que les compagnons ne pouvaient évidemment faire leur. S'ils avaient été parmi les premiers et les rares à mener le combat dreyfusard un an plus tôt, les anarchistes se trouvaient désormais marginalisés par rapport au bloc républicain. Ils ont livré une sorte de baroud d'honneur face à la dernière flambée antisémite et nationaliste de l'Affaire.

130Pendant que se déroulait le second procès Dreyfus à Rennes, à Paris, les antidreyfusards s'étaient mobilisés et Déroulède avait préparé, ou en tout cas envisagé sérieusement, une nouvelle tentative de coup de force. Il est cette fois devancé par la police. Son arrestation le 12 août, avec celle des principaux chefs antidreyfusards, est saluée par L'Aurore qui titre le 14 : « Le gouvernement a fait son devoir. » S'il s'est révélé finalement décisif, ce « coup de filet » n'a pas calmé totalement l'agitation parisienne : c'est la célèbre équipée de Guérin, réfugié dans son « Fort-Chabrol » ; c'est une manifestation de soutien au chef de la Ligue antisémitique le 20 août qui donne lieu aux derniers affrontements de rue de l'affaire Dreyfus. L'événement est sur le plan politique et national mineur, mais L'Aurore, attentive à tout ce qui touche au pavé parisien, peut titrer le 21 août : « Paris livré aux antisémites. » On a, sur le plan de l'affrontement, un peu la répétition de ce qui s'était produit le 2 octobre précédent autour de la salle Wagram. Les libertaires et certains socialistes, sans doute les allemanistes, avaient appelé à se battre en des termes presque insurrectionnels (qui leur étaient, il est vrai, familiers). Ils s'étaient violemment affrontés avec les antisémites et la police, et avaient commis quelques dégâts comme la dévastation du mobilier d'une église. Du coup, ils ont été l'objet, eux aussi, d'un coup de filet, qui permettait au gouvernement Waldeck Rousseau de donner l'impression d'impartialité, de symétrie avec la répression antinationaliste.

  • 169 F. de PressensÉ, « La loi égale », L'Aurore, 23 août 1899.
  • 170 AN F 15 9931 (dossier Pressensé), 20 septembre 1899 (Denis).

131L'Aurore, et plus particulièrement Pressensé, prennent leurs distances avec les activistes. Le compte rendu du journal signale la présence d'agents provocateurs parmi les anarchistes. Dans son éditorial du 23 août, intitulé « La loi égale » Pressensé proteste quand même contre l'arrestation de Sébastien Faure et d'autres anarchistes connus, que Cyvoct avait appelé la veille à défendre. Il regrette le contraste entre une « indulgence inexcusable envers Guérin et sa bande » et « la rigueur outrée contre les manifestants de dimanche ». Il n'empêche que l'événement lui donne l'occasion de formuler nettement sa nouvelle attitude légaliste, son refus de faire appel aux forces de la rue : « Jamais il ne fut plus indispensable, écrit-il même, que, dans la période de trouble et d'anarchie mentale et morale que nous traversons, de se tenir ferme sur le terrain des principes et de demeurer fidèles aux postulats du libéralisme élémentaire169. » Les rapports de police confirment cette prise de distance de la fin de l'été 1899 entre Pressensé et les anarchistes : une pièce du 20 septembre 1899 fait état de « relations des plus tendues à la rédaction du Journal du Peuple avec de Pressensé et les révisionnistes de la première heure. Un intime de Sébastien Faure disait hier qu'une rupture est imminente à ce point de vue170 ».

  • 171 F. de PressensÉ, L'Idée de patrie, conférence faite à la salle d'Arras le 9 février 1899, Paris, l (...)

132Il s'agit toutefois davantage d'une prise de distances que d'un véritable divorce : tout d'abord parce que Pressensé continuera à reconnaître la légitimité de la sensibilité anarchiste, représentée au sein de la Ligue des Droits de L'Homme par Cyvoct et par ses amis les intellectuels anarchisants Pierre Quillard et Octave Mirbeau. Ensuite parce qu'on peut estimer qu'il n'y avait jamais eu de mariage de la pensée de Pressensé avec les idées anarchistes. Les divergences auxquelles il fait toujours allusion pendant sa période de « flirt », de l'été 1898 au printemps 1899, portent par exemple sur la question nationale. Pressensé est resté patriote, comme le montre la conférence qu'il donne en février 1899 sur l'Idée de Patrie. Critiquant avec force la conception « primitive » d'un patriotisme réduit au culte de la force militaire et de l'infaillibilité d'un conseil de guerre, il lui oppose une certaine idée de la France, trouvant des accents à la Michelet pour exalter l'âme de la patrie, confondue avec les principes de 1789. C'est dans l'intérêt de la France et pour préserver son rayonnement mondial qu'il faut, selon lui, mener le combat dreyfusard : Si la France, ajoute-t-il, n'est plus identifiée dans le monde avec la liberté et les droits de l'homme, si les peuples opprimés peuvent « dire non plus seulement : la France est trop loin ! mais, il n'y a plus de France ! nous pouvons mesurer l'affaissement dans lequel elle est tombée et le coup qui lui aura été porté sous le prétexte d'un vain patriotisme, d'un chauvinisme odieux et néfaste aux intérêts réels du pays171 ». Pressensé donne ici une bonne illustration du patriotisme dreyfusard. Il était sur ce point assez éloigné des antipatriotes libertaires.

133Mais ses divergences fondamentales avec les anarchistes, Pressensé les avait peut-être formulées avant même son engagement dreyfusard. Nous avons mentionné l'article qu'il avait écrit sur le congrès de l'Internationale à Londres. Il voyait une contradiction chez les anarchistes entre le refus absolu de l'État, la foi en la pure spontanéité individuelle, et la perspective messianique d'un communisme intégral pour la société future. En un sens, Pressensé n'était plus assez individualiste, et avait trop ressenti la crise d'un certain optimisme économique libéral, pour devenir anarchiste. Dès le milieu des années 1890, il avait conçu la nécessité d'une législation et d'une organisation sociales par en haut, d'une sorte de « socialisme d'État », qu'il qualifiait en même temps de « conservateur ». Quand il rompt avec le conservatisme, avec les pesanteurs de la société bourgeoise, c'est donc assez logiquement vers le socialisme qu'il se tourne.

L'adhésion au socialisme

  • 172 C.R. de « La conférence Pressensé dans le Petit Méridional, 19 janvier 1903.
  • 173 Discours de M. Jean Jaurès, BOLDH. 1er février 1914, p. 169-170.
  • 174 À moins qu'elle n'ait été écrite au printemps, après le « glorieux » échec électoral de Jaurès ?
  • 175 J. Jaurès. « Revue politique », la Revue socialiste, octobre 1898 (repris dans Oeuvres de Jean Jau (...)

134La conversion au socialisme de Pressensé a peut-être été « perturbée » pendant la première partie de son engagement dreyfusard par l'attitude d'abstention de la majorité des socialistes. A contrario, c'est certainement l'exemple inverse de Jaurès, et son influence qui l'ont incité à franchir le pas. Les deux hommes ont témoigné de cette convergence. Pressensé sous entend à diverses reprises qu'il a dû, au moins en partie, son engagement socialiste à Jaurès. Il le dit, par exemple, dans une conférence qu'il prononce à Nîmes le 18 janvier 1903 : Jaurès lui a rendu le service de « mieux éclairer sa conscience en matière politique172 ». Quant à Jaurès, il mentionne dans son discours aux obsèques de Pressensé le premier contact qu'il aurait eu avec lui : « Au début de l'Affaire, [...] il m'écrivit — ce sont les premiers mots que j'ai reçus de lui - que si sa pensée hésitait encore devant les suprêmes formules collectivistes, du moins il voulait pousser l'interventionnisme social jusqu'aux racines mêmes des iniquités et des souffrances173. » Nous ne pouvons dater avec précision cette lettre qui est malheureusement perdue. Nous pensons qu'elle se situe au plus tard au début de l'automne 1898174. C'est au lendemain de l'affaire de la salle Wagram, en octobre 1898, que Jaurès rend publiquement hommage à Pressensé en même temps qu'il appelle le « parti socialiste » à se mobiliser enfin pour défendre à la fois Dreyfus et la République menacée : « Les intellectuels, écrit-il ont déployé un admirable courage, et qui ne saluerait avec respect M. de Pressensé ? Mais la conscience individuelle, si elle suffit pour les nobles et stoïques protestations ne suffit pas pour l'action décisive et victorieuse175. »

  • 176 « Dreyfusards ! », Souvenirs de Mathieu Dreyfus et autres inédits, op. cit., p. 185.

135On peut penser qu'après leur premier échange épistolaire, les deux hommes ont eu assez vite l'occasion de se rencontrer. Le contact s'est sans doute établi dans les bureaux de L'Aurore. Selon Mathieu Dreyfus, Jaurès y vint tous les jours « pendant que l'affaire fut pendante à la Cour de Cassation176 ».

136Influence de Jaurès aidant, l'évolution intellectuelle de Pressensé vers le socialisme a abouti en quelques mois entre l'automne 1898 et le printemps 1899. On peut en marquer quelques jalons. Dès les meetings de septembre 1898, il a affirmé la nécessité de la « réciprocité sociale », et promis d'agir pour défendre les opprimés qui avaient accepté de se mobiliser pour défendre un bourgeois. Mais, on peut juger que, dans son colonel Picquart, il valorise avant tout le rôle « dirigeant » d'une élite, la poignée de héros et de caractères qui se sont dressés pour défendre l'innocent et sortir du marais de « l'avachissement » universel. La « force du prolétariat organisé » n'est encore pour lui ni le sujet de l'histoire ni l'instrument du salut.

137C'est au cours des premiers mois de l'hiver 1898-1899 que « de libéral il devient socialiste », pour reprendre l'expression qu'il emploie publiquement à Lyon à la fin du mois de février 1899. Nous dirions plus volontiers qu'il a prolongé ou complété son libéralisme par le socialisme. C'est ainsi en tout cas qu'il présente les choses dans sa conférence sur « l'Idée de Patrie » : « Et, à l'heure actuelle, je n'hésite pas à dire qu'on ne peut être libéral au sens propre de ce mot que si l'on consent à aller plus loin, à aller jusqu'au bout, que si non seulement on accepte les faits accomplis, l'héritage des libertés que nos pères ont conquises, mais encore que si l'on est résolu à compléter les premières assises de l'édifice qu'ils ont bâti et qui sont nos libertés politiques par les réformes sociales qui sont l'achèvement nécessaire de leur œuvre. » C'est la même perspective que celle de Jaurès, celle d'un socialisme qui poursuit l'œuvre de la Révolution française, mais ce n'est pas le même vocabulaire : Pressensé emploie le mot libéral, qui sépare 1789 de 1793, alors que Jaurès revendique tout autant l'héritage de l'an II que celui de 1789.

138La dernière étape du cheminement, c'est une sorte de « baptême du 1er mai », Pressensé taisant son « adhésion publique au socialisme » le jour de la fête du prolétariat. Il intervient le 1er mai 1899 au cours du meeting du Comité d'Entente socialiste, salle des Mille-Colonnes, juste après la lecture et l'adoption de l'ordre du jour. La Petite République publie un résumé de son intervention dans son compte rendu du 3 mai, et Jaurès y revient plus longuement le lendemain dans un éditorial intitulé « L'idée socialiste ».

  • 177 La Petite République, 3 mai 1899, « Le grand meeting de la salle des Mille-Colonnes ».

139Dans son intervention, telle que la présente La Petite République, le « citoyen de Pressensé » présente son adhésion comme une conséquence directe de son engagement dans l'affaire Dreyfus. « Si tout d'abord il a été guidé [...] par la seule question de justice et de vérité, il a vite compris que dans notre société moderne tout se tient, et qu'en définitive le soldat et le prêtre ne sont que les gendarmes du régime capitaliste. » Pour achever les conquêtes de la Révolution française, qui étaient menacées dans l'Affaire, le seul moyen était donc « d'entrer dans la voie de la révolution sociale ». Pressensé affirme encore sa conviction de la faillite de « la bourgeoisie actuelle », « même soi-disant libérale » : « Elle a abdiqué177. » Même s'il invoque pour finir « le peuple » et non « le prolétariat » ou « la classe ouvrière », on peut estimer que chez Pressensé les analyses socio-économiques et la pensée en termes de classes s'associent désormais à ses exigences morales.

  • 178 J. Jaurès, « L'idéal socialiste ». La Petite République, 4 mai 1899.

140C'est dans cette optique en tout cas que Jaurès commente longuement cette adhésion marquante avec une « joyeuse fierté » : « Les constatations économiques et les hautes exigences morales de la vie intérieure aboutissent donc à la même conclusion socialiste. Le socialisme est le sommet où conduisent tous les chemins qui montent178. »

141Pressensé avait fait la démarche inverse des socialistes qui étaient devenus dreyfusards : alors que ceux-ci avaient dû intégrer l'idée que la défense de tout innocent, même bourgeois, importait à la justice sociale, lui avait acquis la conviction que l'injustice individuelle faite à un bourgeois, qui avait motivé son engagement, était le symptôme d'un mal plus profond, l'injustice sociale... Son entrée en socialisme est l'aboutissement de la « révolution intérieure » qu'a déclenchée en lui l'affaire Dreyfus. C'est sur cette crise très profonde que nous voudrions nous arrêter maintenant.

Une révolution intérieure

Une mutation radicale

  • 179 O. Havard, « Psychologies de dreyfusards : M. Francis de Pressensé », Le Salut Publie de Lyon, 10 (...)

142Même si l'affaire Dreyfus a multiplié les prises de position radicales et les engagements surprenants, il nous semble qu'il y a un « cas Pressensé » : la mutation qu'opère chez lui l'Affaire a frappé ses contemporains et ne manque pas de nous intriguer encore. Le problème n'est pas qu'il ait fait le choix dreyfusard mais qu'il ait associé à ce choix un engagement révolutionnaire aussi spectaculaire. Un Pressensé conservant des positions légalistes et modérées, un Pressensé simplement revenu à sa double famille d'origine, protestante et libérale, et engagé à la manière d'un Gabriel Monod ou d'un Trarieux aurait été compréhensible. Mais le « Ravachol du Temps » ? Les lecteurs de ce chapitre se sont peut-être demandés à certains moments si c'était le même homme qu'au chapitre précédent qui leur était présenté. C'est la question qu'ont posée certains des anciens amis de Pressensé : « M. de Pressensé est un sphinx indéchiffrable » écrit le collaborateur du journal démocrate-chrétien Le Salut Public de Lyon, Oscar Havard, dans l'article du 10 octobre 1898 qui donnera l'occasion à Pressensé de faire une mise au point sur ses origines, nobiliaires et purement françaises. « Le nouveau chef du syndicat est par essence un républicain libéral » poursuit le journaliste qui rappelle les engagements de son père, la défense de Mgr Darboy et des otages sous la Commune, celle de la liberté des cultes au Sénat de la IIIe République. Bien entendu, l'article mentionne aussi le Cardinal Manning et les phrases de conclusion où Francis de Pressensé appelait sa génération à se saisir du manteau du Christ et à se placer dans l'ombre de Saint-Pierre : « Langage magnifique ! Par quel étrange maléfice M. de Pressensé ne s'en souvient-il plus, et signe-t-il un pacte d'alliance avec la secte qui adore ce qu'il brûle et qui brûle ce qu'il adore179 ?»

143Pour expliquer ce « maléfice », nous dirons plutôt la dimension de révolte qui a caractérisé, à un degré particulièrement élevé, le dreyfusisme de Pressensé, nous ne disposons malheureusement pas des pages de son Common Place Book de la période de l'Affaire, ni de véritables confidences postérieures. À défaut, nous devons nous appuyer sur les notations éclairantes de ceux qui l'ont bien connu. Nous invoquerons deux témoignages explicatifs, d'autant plus concordants qu'ils émanent de deux hommes dont les choix politiques sont éloignés. Joseph Reinach, qui n'a pas approuvé la radicalité des positions de Pressensé, et Victor Basch, qui la justifie pleinement, insistent l'un comme l'autre sur sa « douleur », sa « détresse » devant les positions prises par ceux en qui il avait confiance jusque-là. Reinach, toutefois s'attache plutôt à sa déception politique et Basch à sa déception religieuse.

  • 180 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, toute IV, op. cit., p. 272.
  • 181 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 138.

« La douleur qu'il éprouva, écrit Reinach, quand il vit les pouvoirs publics, les hommes dont il était l'ami, Hanotaux, Méline, qu'il avait trouvé trop faible contre les partis avancés et son propre parti, l'ancien centre gauche de son père, se cramponner à un jugement inique, cette douleur le projeta dans le socialisme révolutionnaire180. »
« Il était sûr surtout, déclare Victor Basch, que l'Église, la grande puissance de charité et de justice allait de ses mille voix plaider pour l'innocent. Le grand discours pour Dreyfus, il en était convaincu, c'est le comte de Mun qui allait le prononcer. C'est alors qu'une grande déception l'attendit. Ceux auxquels il s'adressa lui firent des réponses embarrassées, et, comme il insistait, lui tournèrent le dos. Ses compagnons de route se détachèrent de lui et cette Eglise, en qui il avait eu une foi si ardente consacra toutes ses forces à combattre la vérité et la justice. À ce moment, il y eut dans son âme une grande détresse181. »

La « déconversion » de Pressensé

144On peut estimer que plus encore que la « trahison libérale », c'est la défection catholique, où il a vu impliquée l'Église tout entière, qui a remué en profondeur Pressensé. Nous touchons ici à un point fondamental de son évolution intellectuelle. On peut parler d'une subite « déconversion », d'un total et définitif désenchantement à l'égard du catholicisme ; cette rupture brutale va de surcroît largement entamer une foi chrétienne qui semblait si ardente. Sur cette crise essentielle, ou existentielle, nous manquons malheureusement de sources directes. Si nous pouvons constater et décrire les faits, opposer un avant et un après, le moment précis de la mutation, les états d'âme qui l'ont accompagnée ne nous sont pas connus, sinon par le mot de « détresse » employé par Victor Basch. Au Pressensé mystique, presque saisi par la vocation monacale de 1896-1897, se substitue pendant l'affaire Dreyfus un Pressensé fortement anticlérical, dénonçant, brûlant presque désormais, ce qu'il avait failli adorer. Cette mutation a-t-elle été immédiate, s'est-elle produite dès les premiers jours de son engagement ? Victor Basch le suggère plus ou moins explicitement en parlant du grand discours en faveur de Dreyfus qu'il aurait espéré de la part d'Albert de Mun. On sait qu'au contraire, le comte de Mun a vivement dénoncé à la Chambre le « syndicat juif », par exemple dans la séance du 4 décembre 1897. On sait également que le 13 janvier 1898, à la suite de la parution de « J'accuse », c'est Albert de Mun qui exige et obtient à la Chambre les poursuites judiciaires contre Zola. C'est sans doute le même jour que Pressensé a signé la pétition des intellectuels.

  • 182 Certains dreyfusards, comme Daniel Halévy, ont vu dans l'anticléricalisme une dimension rapportée (...)

145Mais Pressensé est-il passé immédiatement de la déception à la dénonciation ? On pourrait avoir l'impression que ce n'est que progressivement que l'anticléricalisme émerge dans les discours dreyfusards de Pressensé, et que ce n'est qu'en 1899 qu'il y occupe une place importante. Il ne ferait que suivre ici la pente de l'Affaire182.

146Pour aller dans ce sens, on pourrait noter que les attaques contre l'Église sont très peu présentes dans le livre sur Picquart, qui réserve l'essentiel de ses coups à l'État-major et à la trahison des forces politiques. Il n'y a pas non plus beaucoup d'anticléricalisme dans les articles de L'Aurore contre la « presse infâme » à l'automne 1898. Il est vrai que certains des titres avec lesquels Pressensé polémiquait, tels L'Intransigeant ou L'Éclair, se posaient eux-mêmes en adversaires du péril clérical.

  • 183 La France Libre, 17 octobre 1898, « Réunion dreyfusarde à la Croix-Rousse ».
  • 184 Ibid., 9 décembre 1898. « L'Anarchiste Pressensé ».

147Nous pensons toutefois que les attaques contre l'Église, si elles sont moins fréquentes qu'elles ne le deviendront plus tard, existent bien chez Pressensé dès les premiers mois de son engagement dreyfusard. Elles sont d'ailleurs particulièrement relevées par ses ennemis. On peut en citer un exemple dans le compte rendu que fait le journal lyonnais La France Libre du meeting dreyfusard lyonnais du 16 octobre 1898. Pressensé n'y est pas venu, mais selon le quotidien, Augagneur y a lu, comme un phonographe, le discours que Pressensé avait préparé et qui avait été apporté par Morhardt. Toutefois, ajoute le compte rendu, « M. Mornard [sic] s'est trompé, au lieu du discours sur l'innocence de Dreyfus, il apporté un discours contre le cléricalisme183 »... Un autre article paru le 9 décembre 1898, rend compte du meeting que Pressensé avait animé la veille à Marseille avec les anarchistes, et qui aurait été ponctué par les cris de « À bas l'armée ! » et « Vive Ravachol ! », que Pressensé « buvait chaque fois comme une gorgée de lait ». « C'était un beau spectacle que ce pieux huguenot tout confit de ses retraites évangéliques, faisant hurler : “À bas le Christ184 !” », poursuit le même article. Il est vrai que La France Libre semble davantage briller par la virulence de son ton que par la fiabilité de son information : le dernier cri incriminé au moins ne nous paraît pas totalement vraisemblable. Il n'empêche que Pressensé s'en prend bien dès 1898 aux responsabilités de l'Eglise. Il les juge grandes, par exemple, dans le développement de l'antisémitisme.

148Début 1899, il va peut-être plus loin, il explicite et systématise ce qui était jusque-là latent. Il a l'occasion de le faire dans sa conférence sur l'Idée de Patrie du mois de février, où on est frappé par le passage suivant :

  • 185 F. de Pressensé, L'Idée de Patrie, op. cit., p. 44.

« Nous croyions que les puissances de mort étaient définitivement abolies, et maintenant nous avons vu ces spectres sortir de leurs sépulcres, nous les avons vu se promener au grand jour, et ils sont encore bien forts. Ils ont pris des masques, mais en vérité ils n'avaient pas grand besoin de les prendre. Car il nous importe peu qu'ils s'appellent “nationalisme”, “antisémitisme” ou “militarisme”. Tous ces noms détestés, nous savons assez qu'ils ne sont que les formes diverses de cette puissance maudite qu'on appelle le cléricalisme185. »

149Il y a de la passion, presque du dépit amoureux, dans ces quelques phrases, dans l'emploi de mots comme « détestés », ou « maudite », un dépit, presque une haine, à la mesure des espoirs qui avaient pu être placés dans l'Église quelques mois à peine auparavant.

  • 186 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, tome IV, op. cit., p. 272.

150Faut-il penser alors l'itinéraire de Pressensé uniquement en termes de rupture et estimer qu'il a d'un seul coup, comme l'écrit Reinach, « tourné le dos à son passé mort186 » ? Cette idée a été en général admise par les ennemis de Pressensé, mais de façon moins compréhensive, pour le présenter comme une girouette ou comme un renégat. D'autres témoins, et particulièrement parmi eux ceux qui l'ont défendu et ont été ses amis ont développé un point de vue assez différent.

De l'ancien au nouveau Pressensé : des continuités cachées ?

  • 187 J. JaurÈs, « l'idéal socialiste », Lu Petite République, 4 mai 1899.
  • 188 « Discours de M. Jean Jaurès ». BOLDH, 1er février 1914, p. 171.
  • 189 Ibid., p. 167.
  • 190 J. Jaurès, « L'idéal socialiste ». La Petite République, 4 mai 1899. Le Jaurès de 1914 est plus ad (...)
  • 191 Ibidem.

151Dans l'hommage qu'il a rendu à Pressensé le jour de ses obsèques, mais aussi beaucoup plus tôt, dans l'article du 4 mai 1899 où il saluait l'adhésion au socialisme de Pressensé, Jaurès a insisté sur la continuité, la cohérence de son parcours intellectuel et politique : « Cette adhésion explicite, formelle de M. de Pressensé au socialisme m'apparaît comme le résultat naturel de toute sa vie de pensée », écrit-il au lendemain du meeting des Mille-Colonnes187. Cette vie de pensée, Jaurès l'évoque plus longuement dans son discours de 1914, mentionnant l'influence de Gladstone et du libéralisme britannique, comme du modèle allemand de politique sociale ; mais il s'arrête avant tout sur l'héritage protestant reçu par Pressensé, sur les « hautes exigences morales », les « forces morales de renouvellement188 » incarnées par la figure de son père, et sur le souvenir « des persécutés qui avaient subi sous l'Ancien Régime le supplice de l'intolérance189 ». En 1899 Jaurès avait toutefois mentionné également le détachement, antérieur à l'Affaire, de Pressensé vis-à-vis de certains aspects du protestantisme : « L'individualisme protestant, qui a suscité tant de fières énergies, mais qui s'accommode trop aisément du privilège bourgeois de la propriété ne lui suffisait plus depuis longtemps190. » Dans les deux textes, en tout cas, Jaurès présente un Pressensé d'avant l'Affaire convaincu de la nécessité de réformes économiques et sociales très profondes. Il se serait seulement mépris, selon Jaurès, en croyant trouver dans l'Église de Rerum Novarum, vue à travers le prisme lui-même déformant du catholicisme anglo-saxon, cette « ample forme d'unité qui pût contenir tous les hommes sans les opposer ». « Mais, ajoute Jaurès, il savait bien que l'organisation catholique a pour base le principe d'autorité et qu'elle ne peut être qu'une force d'oppression191. »

152Jaurès, ne mentionne ici qu'un aspect du rapprochement de Pressensé avec l'Église, sa dimension extérieure d'adhésion à la doctrine sociale de Léon XIII. Par ailleurs, dans son article de La Petite République, adressé à un public de militants, il présente comme allant de soi un détachement qui ne nous paraît nullement inscrit à l'avance dans l'itinéraire de Pressensé. Il est moins catégorique dans le discours qu'il prononce au moment des obsèques de son ami.

Une transposition terrestre de la foi religieuse ?

  • 192 « Discours de M. Victor Basch ». BOLDH. 1er février 1914, p. 136.
  • 193 Ibidem.

153Mais la seule continuité entre l'auteur du Cardinal Manning et le dreyfusard révolutionnaire réside-t-elle dans un besoin d'action pour la justice sociale ? Victor Basch, tout en reconnaissant que le Pressensé de la dernière période regrettait d'avoir écrit ce livre, qu'il « a considéré dans les dernières années de sa vie comme une sorte d'aberration192 », voit pour sa part dans le Cardinal Manning un prélude, non seulement à « l'activité future », mais à ce qu'il appelle la « foi définitive193 » de Francis de Pressensé. C'est peut-être en effet dans ce sens qu'il faut aller. Il nous semble que la révolution intérieure qu'entraîne chez Pressensé l'affaire Dreyfus, bien qu'elle l'amène dans une direction opposée à celle qu'il semblait prendre en 1896-1897, peut être considérée comme un processus de même nature, en tout cas puisant aux mêmes sources affectives et mentales, que la démarche religieuse, presque mystique, qui l'avait amené à une quasi-conversion. Il s'agit pour lui de quelque chose comme la recherche d'un salut.

154Un texte dreyfusard de Pressensé est particulièrement significatif d'une vision presque religieuse de son combat, c'est l'avant-propos de son livre sur le colonel Picquart.

155On peut y lire d'abord, dans le tableau extrêmement noir de la crise « fin de siècle » qu'il dessine, comme une transposition de sa propre crise intérieure. Comme dans sa préface au Cardinal Manning, comme dans ses textes de 1896-1897, Pressensé déclare parler au nom d'une génération. Il faut entendre celle de la fin du xixe siècle, celle qui est née trop tard, et n'a pas, comme celle de ses pères, combattu sous l'Empire pour la liberté et pour une république idéale :

  • 194 F. de Pressensé, Un héros, le colonel Picquart, op. cit., p. v (avant-propos).

« Il est des générations qui ont le droit de se plaindre du destin. Elles n'ont connu que les tristesses, les amertumes, les dégoûts de la décadence... Sur elles a pesé la crépusculaire autorité des races qui finissent, qui se décomposent, des civilisations qui se meurent. Elles attendaient, elles espéraient, elles demandaient un idéal à poursuivre, une foi pour en vivre, un art pour s'en réjouir et se consoler, un génie pour lui dresser des autels, un héros pour se hausser jusqu'à lui. Et elles ne trouvaient que bassesse, laideur, égoïsme, lâcheté, violence, des nains dans un marais fangeux sous un ciel livide et un soleil pâle194... »

  • 195 Ibid., p. vii.
  • 196 Ibid., p. ix.
  • 197 Ibid., p. x.

156Pressensé analyse en particulier les aspects « politico-religieux » de cette crise : la France « s'enfonçant dans un matérialisme pratique avilissant195 » ; les principes de 1789 et les libertés « banalisés, oubliés, dénigrés » ; « un arrivisme et un cynisme froid », en particulier dans une jeunesse faisant « peine et pitié et peur196 ». « L'affaire Dreyfus, poursuit Pressensé a été le produit difforme d'une lente décomposition... Elle est le symbole vivant de tout ce qui ronge, déshonore et tue la France197. »

157Mais, en même temps, c'est grâce à l'Affaire que se produit la résurrection ; le mot n'est pas trop tort, et Pressensé l'emploie à diverses reprises, comme dans un article de L'Aurore du 18 décembre 1898...

  • 198 Ibid., p. vi.

« Et bien, écrit-il dans son livre sur Picquart, il nous restait à apprendre la grande leçon qu'ont épelée tour à tour tous ceux qui ont trop tôt désespéré de l'humanité. C'est la souffrance — la bonne souffrance, c'est le péril — le péri! suprême, tous nos droits et toutes nos libertés en danger, la justice voilée, le crime impuni, dominateur, tout-puissant, - c'est la formidable crise que traversent nos institutions, les principes éternels, les franchises élémentaires, - c'est l'épreuve redoutable à laquelle ont été soudainement mis les coeurs, les esprits, les caractères, les consciences, - qui nous aura rendu l'espoir, rouvert de larges horizons, redonné la joie de vivre et l'ardeur de combattre198. »

  • 199 Ibid., p. x.

158Ce n'est sans doute pas un hasard si pour évoquer les héros qui se sont dressés pour défendre Dreyfus, il vient alors à Pressensé une image biblique : « Si Sodome et Gomorrhe pouvaient échapper au châtiment parce qu'il s'y serait trouvé dix justes, la France de cette fin de siècle a mis en ligne un plus grand nombre de soldats de la justice199. »

  • 200 Le texte est lu par Victor Basch : « Discours de M. Victor Basch ». BOLDH. 1er février 1914. p. 13 (...)

159Désenchantement religieux, mais enchantement du politique ? Pressensé le suggère lui-même à différentes reprises, et en particulier dans les quelques lignes de « testament » qui seront lues le jour de ses obsèques, où il écrivait : « J'ai trouvé le maximum de religion dans le socialisme tel que je l'ai compris200. »

160Cette attitude relève-t-elle vraiment d'une dynamique générationnelle ? Il nous semble que la « mystique politique » de Pressensé — les deux mots dans son cas ne sauraient être opposés — renvoie d'abord à sa singularité, à son histoire familiale, religieuse et affective, et qu'il serait un peu aventureux d'en généraliser le modèle. On sent l'héritier de la tradition revivaliste dans sa façon de vivre son engagement comme une nouvelle naissance, une régénération. On sent le fils de pasteur dans le besoin qu'il a éprouvé de prêcher presque quotidiennement la bonne parole. Ce point a été mis en évidence par la plupart de ceux qui ont évoqué le Pressensé de la période dreyfusarde :

  • 201 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH. 1er février 1914, p. 140.
  • 202 J. Reinach. Histoire de l'affaire Dreyfus, tome IV, op. cit., p. 273.
  • 203 Allocution introductive de Ludovic Trarieux dans F. de Pressensé, L'Idée de Latrie, conférence fai (...)

« Après avoir trouvé une Bible, une toi, une religion nouvelle, dit Victor Basch, Francis de Pressensé qui, bien que détaché du protestantisme, était resté profondément protestant de par cette ardeur de prosélytisme qui est l'une des dominantes de l'âme protestante, qui était un pasteur du désert, qui était un descendant authentique de ces puritains d'Angleterre, lesquels plutôt que de renoncer à leur foi étaient allés chercher une patrie nouvelle par-delà les mers, et de ces Camisards qui, retranchés dans leurs montagnes, bravèrent les armées du Grand Roi, Francis de Pressensé éprouva le besoin de prêcher sa foi201. »
« Il racontait l'Affaire, en tirait des conclusions politiques ou philosophiques, poursuit Joseph Reinach, “prêchait bien”, comme disent les femmes de Provence d'un candidat éloquent ou disert. [...] Son vrai tempérament, celui des pasteurs du Désert, se réveilla en lui202. »
« Partout où il a été, déclare Trarieux qui présente le conférencier Pressensé, on a senti en lui l'apôtre, et il n'y a pas eu de plus noble et de plus bel apostolat, car ç'a été l'apostolat de la justice et de la bonté, une sorte d'apostolat héréditaire203... »

161C'est certainement à la figure du père que Trarieux pensait en parlant d'« apostolat héréditaire ». Il faut y ajouter l'influence maternelle. Il est frappant de retrouver sous la plume de Francis de Pressensé un éloge de la « bonne souffrance » qui rappelle le dolorisme d'Élise de Pressensé. Le fils de celle qui a fréquenté internationalistes et communards et adressé dans ses romans apparemment anodins quelques volées de bois vert aux bourgeois satisfaits, charitables et pieux, a pu concevoir sans horreur de se trouver de plain pied avec les anarchistes.

162Enfin, il est certain que l'aventure de l'affaire Dreyfus a été une réponse au spleen, au mal de vivre de Pressensé. L'intellectuel tourmenté, affecté par son handicap physique, a pu satisfaire un besoin d'action, de combat, qui renouait avec ses dix-sept ans, et représentait une sorte de régénération. Du même coup, il ne pouvait se contenter d'une position modérée. L'intensité de son engagement dans un combat terrestre était à la mesure de l'appétit d'absolu qui avait pris peu auparavant une forme religieuse. Mais le messianisme terrestre a éclipsé l'espérance céleste...

163En tout cas, et il le redira bien souvent par la suite dans des circonstances plus complexes ou plus sombres, il a vécu ces années de combat dreyfusard, malgré les attaques et les injures, ou peut être un peu aussi grâce à elles, comme des années de bonheur, de « joie de vivre ».

La fidélité dreyfusiste

La relance de 1903

164Il reste à évoquer la poursuite de l'action, l'inlassable dreyfusisme de Pressensé dans les années qui ont suivi l'Affaire. Au lendemain du verdict de Rennes, il ne semble pas avoir été hostile à la demande de grâce pour Dreyfus, à la différence de certains dreyfusistes intransigeants qui y voyaient une acceptation implicite de la condamnation. En revanche, sa campagne contre l'amnistie de Waldeck-Rousseau et Galliffet dans L'Aurore sera particulièrement vigoureuse.

165Élu député en 1902, Pressensé a été, aux côtés de Jaurès, qui joue le rôle principal, un des artisans de la relance de l'affaire Dreyfus en 1903, et du combat mené jusqu'à la réhabilitation. Le choix du débat sur la validation du député nationaliste Syveton, la décision d'utiliser les affirmations concernant le bordereau annoté comme un fait nouveau permettant de rouvrir l'Affaire, tout cela a été mis au point par les deux députés de Carmaux et de Lyon, en concertation avec la famille Dreyfus et avec d'autres proches comme Joseph Reinach, Louis Havet et le protestant Raoul Allier.

166Le rôle de Pressensé à la Chambre a été surtout de poser la « première banderille » quelques jours avant l'intervention décisive de Jaurès. Le 18 mars 1903, à propos de l'autorisation des congrégations, Pressensé attaque avec vigueur les Jésuites, et particulièrement le père du Lac, pour leur rôle dans l'affaire Dreyfus. Il a une assez vive altercation avec Ribot, et avec la partie droite de l'Assemblée. C'était une façon de sonner le rappel de la majorité combiste, de l'inciter à admettre que la relance de l'affaire Dreyfus était encore une façon de lutter contre le péril congréganiste.

  • 204 On sait que c'était la thèse du groupe des « dreyfusistes intransigeants de Labori, Picquart, et, (...)

167Malgré les réticences d'une partie de cette majorité - et du gouvernement lui-même —, que l'on sent bien encore au moment du grand discours de Jaurès des 6 et 7 avril 1903, qui est décisif pour la relance de l'Affaire, mais qui n'est qu'un demi-succès sur le plan parlementaire, la stratégie va se révéler payante. Malgré sa « réputation de sectaire », Pressensé a su soutenir avec diplomatie et souplesse la cause de Dreyfus. Après le débat sur l'invalidation de Syveton, et après une entrevue avec Combes, Pressensé contribue à convaincre la famille Dreyfus d'accepter que ne soit pas menée une enquête administrative officielle du gouvernement, mais une simple enquête privée du général André. Il va, par la suite, tempérer l'ardeur du professeur Louis Havet, une des grandes figures des intellectuels ligueurs, qui se prononce le 4 juin 1904 dans la réunion commémorative de la fondation de la LDH pour une campagne exigeant la cassation avec renvoi devant un tribunal, afin que Dreyfus soit rejugé et définitivement acquitté204.

168Francis de Pressensé, qui est désormais président de la Ligue, se démarque au nom du Comité centra, de cette position. Réclamer un nouveau jugement, qui aurait encore été du ressort d'un conseil de guerre, c'était évidemment aussi prendre le risque d'une troisième condamnation. Cette prudence dans la stratégie, qui va s'avérer payante, n'empêche pas le président de la Ligue des Droits de l'Homme d'être un de ceux qui poussent avec le plus d'obstination à l'achèvement de l'affaire, par la cassation définitive de la condamnation, puis la réhabilitation de la principale victime.

La réhabilitation de 1906

169Au débat du 13 juillet 1906 où la Chambre des députés vote les deux projets de loi sur la réintégration de Dreyfus et de Picquart, c'est Pressensé qui prend la parole et sait trouver les mots pour ranimer la flamme dreyfusarde, alors que l'Assemblée venait d'adopter sans phrases cette réparation, le député catholique Denys Cochin ayant juste manifesté son opposition à la promotion de Picquart. Le discours du 13 juillet fait revivre une dernière fois les deux faces du combattant dreyfusard qu'a été Pressensé : d'un côté, vers les sommets, le prophète inspiré de la juste cause, de l'autre, plus près du sol, le polémiste acerbe, impitoyable pour ses ennemis.

  • 205 Journal officiel. Débats parlementaires ; Chambre des députés, 2e séance du 13 juillet 1906 (inter (...)

170Pressensé déclare prendre la parole, non pas en son nom personnel, mais « au nom de tous ceux qui n'ont pas eu la joie et la consolation de voir le triomphe que nous saluons aujourd'hui, et dont ils ont été les bons ouvriers ». Dans un véritable « appel des morts », il rend hommage, un par un, aux combattants disparus du dreyfusisme, Bernard Lazare, Scheurer-Kestner, Grimaux, Trarieux, Zola, avant de rendre hommage encore à « une autre victime, une victime plus grande encore que tous ceux là ; ce fut la France elle-même, la France que l'on a essayé d'arracher à ses traditions, la France que l'on a essayé de tourner contre son propre génie, la France dont on a essayé de faire un instrument du bas antisémitisme et des crimes du nationalisme205 ».

171La suite du discours de Pressensé est plus polémique : regrettant bien vivement cette « amnistie qui aurait bien besoin d'être amnistiée », il attaque avec virulence les « grands criminels », qui ont été épargnés, les Mercier, Gonse, Boisdeffre, du Paty etc., rappelle « l'orgie et la saturnale de crimes » du « parti des faussaires », et réclame que soient décidées, à défaut des impossibles condamnations judiciaires, des sanctions disciplinaires contre les militaires félons.

172Par ces attaques personnelles, Pressensé a réussi à réveiller une droite nationaliste jusque-là amorphe, et à ressusciter un bref instant les affrontements de l'Affaire. Mais, cette fois, la majorité républicaine est derrière le représentant du dreyfusisme :

  • 206 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, tome VI, la Révision, Fasquelle, 1908, p. 494-495.

« Son discours, après celui de Cochin, commente Joseph Reinach, l'évocation des grands morts qui avaient été les bons ouvriers de l'œuvre enfin achevée, avaient lutté « contre une opinion presque unanime » et étaient tombés avant l'heure, sur le chemin ; puis l'évocation des grands crimes, des grandes lâchetés, des « tête-à-tête de Mercier avec lui même » en proie à l'« enfer intérieur » ; enfin l'évocation de ce qu'aurait dû être la justice dans l'Affaire, une grande leçon d'égalité devant la loi, frappant les puissants, « épargnant leur chair », les marquant d'une « inexorable flétrissure », soulagèrent les républicains. Ils lui surent gré de taire entendre un dernier écho des belles passions qui n'avaient jeté en avant, aux premières heures de la bataille qu'une poignée d'hommes, mais dont la contagion avait fini par s'étendre à tout le parti206. »

173C'est encore à propos de ce discours que Reinach a l'occasion de décrire ce singulier orateur qu'était Pressensé :

  • 207 Ibid., p. 494.

« Il y avait une singulière puissance dans l'éloquence de Pressensé. Il parlait les yeux mi-clos, comme dans un rêve, d'une voix monotone, disait du même ton calme des choses indifférentes et des choses terribles ; les phrases longues, lourdes, épaisses, se succédaient comme les morceaux d'une grosse étoffe qui se déroule mécaniquement ; il avait l'air de réciter quand il improvisait, et, pourtant, il prenait, tenait son auditoire, s'imposait, contraignait les plus récalcitrants à l'écouter, à aller avec lui jusqu'au bout de sa pensée, souvent violente, parfois fausse, mais toujours forte, robuste, profondément honnête207. »

  • 208 Nous avons pu avoir accès au dossier au lendemain du retour des archives de Moscou, quand le trava (...)

174On ajoutera que la fidélité de Pressensé et celle de la Ligue qu'il présidait à la cause dreyfusarde sont encore attestées par leur extrême vigilance dans les mois et les années qui suivent ce débat. Les archives de la Ligue des Droits de l'Homme comportent un volumineux dossier concernant la campagne qui mobilise entre octobre et décembre 1906 aux quatre coins de l'hexagone touts les sections de la Ligue pour faire saisir et interdire une affiche de l'Action Française qui invitait à une souscription en l'honneur de Mercier et dénonçait, malgré l'autorité de la chose jugée « le traître Dreyfus208 ». La LDH se mobilise encore en octobre 1908 pour mener une campagne de protestation contre l'acquittement de Grégori, celui qui avait tiré sur Dreyfus le 4 juin 1908, lors du transfert des cendres de Zola au Panthéon.

175Mais il faut dire encore que dans les nombreux autres combats politiques que va mener Pressensé, la référence de l'affaire Dreyfus sera sans cesse présente. Pour lui, elle ne s'est jamais vraiment terminée.

Notes

1 « Dreyfusards ! », Souvenirs de Mathieu Dreyfus et autres inédits présentés par Robert Gauthier, Collection Archives, Julliard, 1965, p. 30.

2 Ibid., p. 184.

3 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 138.

4 C. Lepdor et C. Follonnier, « Mathias Morhardt : la bonne guerre en faveur des vrais artistes », op. cit., p. 223. C'est cet article qui fournit la base de nos informations sur Mathias Morhardt.

5 Ibid., p. 239.

6 BNF (Manuscrits), N.A.Fr. n° 109, lettre en date du 2 février 1898.

7 J. Psichari, « Les origines de la Ligue des Droits de l'Homme ». BOLDH, 15 juillet 1904, p. 896.

8 BNF (Manuscrits), N.A.Fr. n° 110, lettre en date du 26 février 1898. Sur cette première « acmé » des manifestations antisémites, consulter P. Birnbaum, Le moment antisémite, Paris, Fayard, 1998.

9 De la même façon sans doute que Pressensé, Jaurès a été convaincu par les révélations du procès Zola que Dreyfus était innocent. Il le dit dans son article « Les prétendus aveux » publié le 12 août 1898. Voir J. Jaurès, Les Preuves, Paris, La Découverte, 1898, p. 64. Voir aussi. Œuvres de Jean Jaurès tome 6, l'Affaire Dreyfus, Paris, Fayard, 2001, p. 101.

10 J. Psichari, « Les origines de la Ligue des Droits de l'Homme », op. cit., p. 896.

11 BNF, N.A.Fr. n° 110, lettre citée, 26 février 1898.

12 J. Psichari, « Les origines de la Ligue des Droits de l'Homme », op. cit., p. 896.

13 Voir le « rapport d'activité » présenté par Georges Bourdon à l'AG de la LDH du 23 décembre 1898. Archives de la LDH, Cahier manuscrit 1898-1899, p. 11 à 13.

14 J. Psichari, « Les origines de la Ligue des Droits de l'Homme », op. cit., p. 896.

15 Ibid., p. 897.

16 M. Dutoit, Mme E de Pressensé, op. cit.. p. 278.

17 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, tome IV, Paris, Fasquelle, s.d. (1905 ?), p. 273.

18 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit.. p. 278.

19 Ibid., p. 279.

20 Ibid.

21 J. Psichari, Les origines de la Ligue, BOLDH, 15 juillet 1904, p. 904-905.

22 Le Jour, 31 juillet 1898.

23 La lettre est publiée dans L'Aurore du 20 septembre.

24 Vervoort, directeur du journal Le jour était le beau frère de Rochefort, l'ancien communard devenu nationaliste.

25 Il s'agit d'Alphonse Humbert ancien rédacteur du journal le Père Duchêne sous la Commune.

26 « Discours de M Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 139.

27 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, tome IV. op. cit., p. 272.

28 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 140.

29 Un des rapports de police, en date du 19 septembre, à un meeting où, il est vrai, Pressensé n'était pas présent, lui attribue ce genre de propos : « Libertad propose un désarmement général, et que l'on utilise la poudre, la mélinite et la dynamite qui resteront dans les arsenaux à taire sauter la bourgeoisie.» Archives de la Prélecture de Police (APP), affaire Dreyfus, BA 346. rapport du 20 septembre 1898.

30 APP, affaire Dreyfus. BA 346 (rapport du 2 septembre 1898).

31 « Les autres orateurs, d après le rapport de police, n'ont obtenu qu'un succès très relatif ». APP, affaire Dreyfus, BA 346, ibid.

32 APP, affaire Dreyfus, BA 346 (l'affiche et le tract d'appel figurent tons deux dans le dossier).

33 Cette rectification est envoyée au journaliste Lasies de l'Éclair le 8 septembre. L'Aurore la publie le 12 en même temps qu'une mise au point de Cyvoct qui endosse la responsabilité de l'ordre du jour. Consulter : J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, tome IV, op. cit., p. 273.

34 APP, affaire Dreyfus, BA 346, rapport en date du 11 septembre 1898.

35 Le Jour, 9 septembre 1898.

36 L'Intransigeant, 13 septembre 1898.

37 Ibid., 10 septembre 1898.

38 La Libre Parole, 25 mars 1999.

39 L'Intransigeant, 10 septembre 1898.

40 Ibid., 11 septembre 1898.

41 Ibid., 13 septembre 1898.

42 Article de Charles Roger, L'Intransigeant, 14 et 16 septembre 1898.

43 Le Jour, 9 septembre 1898.

44 L'Intransigeant, 12 septembre 1898.

45 D. Halévy, Regards sur l'affaire Dreyfus, textes réunis et présentés par Jean-Pierre Halévy. éd. de Fallois, 1994, p. 119.

46 L'Intransigeant, 14 septembre 1898.

47 La France libre, 8 décembre 1898. Ce quotidien lyonnais rendait compte avec indignation d'un meeting tenu la veille à Marseille par « l'anarchiste de Pressensé ».

48 L'Intransigeant, 1er août 1898.

49 Le Jour, 9 septembre 1898.

50 L'Intransigeant, 30 septembre 1898.

51 La Libre Parole, 25 mars 1999.

52 Pierre Le Franc, « En retraite », éditorial, Le Jour, 23 septembre 1898.

53 L'Éclair, 4 octobre 1898.

54 « Les cléricaux écrit Joseph Reinach en voulurent beaucoup plus à Pressensé qu'aux anarchistes qui poursuivaient la même propagande », J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, t. IV, op. cit., p. 273

55 O. Havard, « Psychologies de dreyfusards. M. Francis de Pressensé ». Le Salut public de Lyon, 10 octobre 1898.

56 L'information est publiée par la Patrie le 1er octobre, il y aura toute une polémique entre l'Aurore et Le jour, ce dernier prétendant que, dans un premier temps, Pressensé avait accepté la fermeture, avant de se raviser. Pressensé le niera avec éclat et traitera Vervoort de menteur, puis refusera de se battre avec lui le 8 octobre, ce qui était une forme de mépris.

57 APP, affaire Dreyfus, BA 346, rapport du commissaire de police du 3 octobre 1898.

58 APP, affaire Dreyfus, BA 346, rapport du commissaire de police, « surveillance au sujet du meeting qui devait avoir lieu à la salle Wagram », 3 octobre 1898.

59 Idem.

60 L'Aurore. 3 octobre 1898.

61 APP, affaire Dreyfus, BA 346, rapport manuscrit, 2 octobre.

62 Idem ; c'est le policier qui souligne. Il signale également un groupe d'étudiants qui conspuent Brisson, crient « Vive le roi ! » et « Vive Gamelle ! » ainsi, bien sur, que « Mort aux Juifs ! ».

63 Il est amené an commissariat du 8e arrondissement pour violences envers un agent. Il est remis en liberté après avoir déclaré que c'était involontairement qu'il avait atteint ce gardien de la paix au visage. Ibid., APP, affaire Dreyfus, BA 346.

64 L'Aurore, 3 octobre 1898.

65 Le Jour, 4 octobre 1898.

66 L'Éclair, 4 octobre 1898.

67 B. Joly, Déroulède, Perrin, 1998, p. 270.

68 D. Halévy, Regards sur l'affaire Dreyfus, op. cit.. p. 121.

69 Archives de la LDH, Cahier manuscrit 1898-1899, C.R. du Comité du mercredi 19 octobre.

70 Idem.

71 Œuvres de Jaurès, t. 7, l'affaire Dreyfus, Fayard, 2001, p. 20.

72 Archives de la LDH. Cahier manuscrit 1898-1899, 26 octobre 1898.

73 « Dreyfusards ! », Souvenirs de Mathieu Dreyfus et autres inédits présentés par Robert GauthierCollection Archives, Julliard, 1965, p. 183-184.

74 Archives de la LDH, Cahier manuscrit 1898-1899, p. 11 à 13.

75 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, tome IV, op. cit., p. 271-272.

76 Ibid., p. 272.

77 L'Aurore publie un certain nombre de compte-rendus de ces voyages ; voir en particulier les « Impressions de voyage » signées par Francis de Pressensé dans le quotidien les 10 décembre 1898 et 1er avril 1899.

78 L'Aurore, « Impressions de voyage », 10 décembre 1898.

79 Pour l'épisode de la salle Chaynes voir B. Joly, Déroulède, op. cit., p. 275-276.

80 L'Aurore, « Impressions de voyage », 1er avril 1899.

81 Ibid., 14 mai 1899.

82 Ibid., 23 juillet 1899 (allusion au meeting de Lille dans son article, « Le pays et l'Affaire »).

83 Le Courrier de Lyon, 4 déc. 1898, article intitulé « M. de Pressensé à Lyon

84 Ibid., 14 novembre 1898, « Chronique lyonnaise ».

85 ADR, 4M254, commissariat spécial, rapport du 18 décembre 1898.

86 Le Nouvelliste de Lyon, 17 oct. 1898, article : » La ligue dreyfusarde ».

87 ADR, 4M254, commissariat spécial, 4 décembre 1898.

88 L'Express, 3 décembre 1898, « réunion de Pressensé ».

89 Le Courrier de Lyon, « M. de Pressensé à Lyon », 4 décembre 1898.

90 ADR, 4M254, commissariat spécial, 4 décembre 1898.

91 Idem.

92 ADR, 4M255, rapport du commissariat spécial, 26 février 1899.

93 Le Nouvelliste de Lyon, 26 février 1899, article intitulé : « Réunion révolutionnaire ».

94 ADR, 4M255, rapport 97, « réunion publique et contradictoire », 26 février 1899.

95 Idem.

96 Le Nouvelliste de Lyon, 26 février 1899, article intitulé : « Réunion révolutionnaire ».

97 F. de Pressensé, « Impressions de voyage », L'Aurore, 10 décembre 1898.

98 Bulletin de la Ligue des Droits de l'Homme, 1er vol. 1899, Compte rendu de l'AG du 15 juin 1899.

99 Voir Le Courrier de Lyon, 18 juin 1899, qui, dans l'article qu'il consacre à la venue de Pressensé (« Un meeting aux Folies Bergères »), fait le bilan de ces agressions.

100 Rapport de police cité par P. Birnbaum, Le moment antisémite, Fayard, 1998, p. 217.

101 Ibidem.

102 AN7 F 15 9931 (dossier Pressensé), pièce n° 162, 26 avril 1899. commissariat spécial d'Avignon...

103 C. Péguy, L'Argent, suite, dans Œuvres en prose de Charles Péguy 1909-1914, NRF-Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1961, p. 1233.

104 L'Aurore, 26 mars 1899.

105 Ibidem.

106 Ibid. Rappelons que Jules Guérin, leader de la Ligue antisémitique, financé par le duc d'Orléans avait une réputation un peu douteuse.

107 L'Aurore, 4 janv. 1899.

108 Ibid., 20 mars 1899.

109 F. de Pressensé, Un héros, le colonel Picquart, Stock. 1899, p. 219.

110 Ibid., p. 237.

111 Ibid., Avant-propos, p. X.

112 L'Aurore, 24 mars 1899, « Drumont, Boisdeffre et Cie ».

113 F. de Pressensé, L'idée de patrie, Paris, librairie Paul Ollendorf, 1899, p. 22.

114 L'Aurore. 24 mars 1899 (C'est un parisien qui parle !).

115 Ibid., 17 mars 1899, « les arguments de M. Maurice Talmeyr ».

116 Ibid., 2 septembre 1899, « Polloniais l'illettré ».

117 F. de Pressensé, Un héros, le colonel Picquart, op. cit., p. 286.

118 L'Aurore, 8 mai 1899, « Cavaignac a parle ! ».

119 Ibid., 26 août 1899.

120 Ibid., 4 janvier 1899.

121 Ibid., 20 mars 1899.

122 Ibid., 10 août 1899.

123 Ibid., septembre 1899, Pitres, mandarins et drôles ».

124 C'est l'équipe de L'Aurore contre celle de la Patrie française. Il est possible que le choix de Clemenceau vienne de sa disponibilité. Ni lui ni Pressensé n'ont suivi l'intégralité des débats du procès de Rennes ; Clemenceau avait, selon Duroselle, rapporté une bronchite de sa cure annuelle de juillet à Carlsbad. Voir J.-B. Duroselle, Clemenceau, Fayard, 1988, p. 444.

125 Le rapport est signé du docteur J. Légué. Un tophus est un dépôt d'urate de sodium et de calcium qui se forme, en particulier autour des articulations, chez les goutteux... Publié dans L'Aurore au lendemain du duel, le procès-verbal des témoins a été reproduit dans le BOLDH du 15 février 1909 p. 235-237. Ce numéro contient tout un dossier sur l'affaire du duel. Le certificat médical figure p. 236.

126 BOLDH, 15 février 1909, p. 236.

127 Ibid., p. 237.

128 Ibid.

129 Pressensé rappelle ce tait dans la lettre qu il adresse à Clemenceau le 30 janvier 1904, on verra à quelle occasion. La lettre est publiée dans le BOLDH du 15 février 1909 p. 235.

130 Le Nationaliste de l'Ouest, 3 février 1901 ; article signé « Loccidan » consacré au meeting de la LDH qui avait eu lieu le 1er février.

131 G. Sorel, La révolution dreyfusienne, op. cit., p. 19.

132 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH. 1er février 1914. p. 138.

133 E. de Pressensé, Le cardinal Manning, op. cit., p. 10.

134 Ibid., p. 16.

135 J. Levaillant, Les aventures du scepticisme, Essai sur l'évolution intellectuelle d'Anatole France, Armand Colin, 1965, p. 509.

136 Ibid., p. 296. La citation est extraite de l'article de Brunetière paru dans la Revue des Deux Mondes le 1er juillet 1889 (« La Vie Littéraire, Paul Bourget, Le Disciple »).

137 J. Levaillant, Les aventures du scepticisme.... op. cit., p. 297.

138 Expression utilisée par Barrés dans sa conférence de mars 1899 destinée à la Ligue de la Patrie française et reprise dans Barres, Scènes et doctrines du nationalisme, Plon, Paris, éd. définitive1925 p. 84-96.

139 M. Barrès, Mes Cahiers, op. cit., t. 11, p. 86.

140 Nous reprenons les expressions déjà citées qui figurent dans ses lettres à Reinach et à Zola.

141 F. de Pressensé, Un héros, le colonel Picquart, op. cit., p. 263-264.

142 Ibid., p. 285.

143 Ce sont les termes qu'il emploie dans un meeting tenu le 24 septembre salle Chayne. APP BA 346.

144 AR 4 M 254, Rapport du Commissaire spécial du 26 février 1899.

145 AR 4 M 254, Rapport n° 97, « réunion publique et contradictoire du 25 février 1899. »

146 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, tome IV, op. cit.

147 F. de Pressensé, » Impressions de voyage », L'Aurore, 19 avril 1899.

148 L'Aurore, 23 août 1899 (article intitulé « La loi égale »).

149 Ibid., 9 août 1899 (article intitulé « Confiance »).

150 Le Salut Public de Lyon, 12 octobre 1898, « Une lettre de M. de Pressensé ».

151 E. de Pressensé, Un héros, le colonel Picquart, op. cit., p. 327.

152 Ibid., p. 256.

153 Il s'agit de l'illustration d'une chanson à 10 centimes intitulée « Les remparts d'Israël ou les douze apôtres de Dreyfus ». Le couplet consacré à Pressensé se chante ainsi (sur l'air de Cadet-Rousselle) : Le vieux réac de Pressensé/Fait un pot-au-feu insensé/Louant Dreyfus, ce monarchiste/S'allie avec les anarchistes. Cette « image populaire n° 2 » ne porte pas de nom d'auteur, (ce qu'on ne peut que regretter pour un tel chef-d'œuvre), mais émane de l'imprimerie Hayard, qui commercialise aussi un grand catalogue de farces et attrapes. Voir APP BA346.

154 F. de Pressensé, Un héros, le colonel Picquart, op. cit., p. 233.

155 Ibid., p. 245.

156 Ibid., p. 385.

157 Ibid., p. 247.

158 Ibid., p. 248.

159 Voir L'Aurore, 10 juin 1899, « la libération du colonel Picquart ».

160 V. Duclert, L'Affaire Dreyfus, Paris, La Découverte, 1994, p. 82-83.

161 Ibid., p. 83.

162 Nous ne l'avons pas non plus adoptée systématiquement.

163 F. de Pressensé, « États dame », L'Aurore, 1er décembre 1898.

164 Ibid.

165 F de Pressensé, L'Idée de Patrie, conférence faite à la salle d'Arras le 9 février 1899, Paris, librairie Paul Ollendorf, 1899, p. 18.

166 Le texte a été authentifié et figure dans les Œuvres de Blum.

167 Ibid., p. 5.

168 Elle aurait été la seule brochure de la Revue Blanche diffusée sous une couverture rouge !

169 F. de PressensÉ, « La loi égale », L'Aurore, 23 août 1899.

170 AN F 15 9931 (dossier Pressensé), 20 septembre 1899 (Denis).

171 F. de PressensÉ, L'Idée de patrie, conférence faite à la salle d'Arras le 9 février 1899, Paris, librairie Paul Ollendorf, 1899, p. 41.

172 C.R. de « La conférence Pressensé dans le Petit Méridional, 19 janvier 1903.

173 Discours de M. Jean Jaurès, BOLDH. 1er février 1914, p. 169-170.

174 À moins qu'elle n'ait été écrite au printemps, après le « glorieux » échec électoral de Jaurès ?

175 J. Jaurès. « Revue politique », la Revue socialiste, octobre 1898 (repris dans Oeuvres de Jean Jaurès, tome 7. op. cit.. p. 434).

176 « Dreyfusards ! », Souvenirs de Mathieu Dreyfus et autres inédits, op. cit., p. 185.

177 La Petite République, 3 mai 1899, « Le grand meeting de la salle des Mille-Colonnes ».

178 J. Jaurès, « L'idéal socialiste ». La Petite République, 4 mai 1899.

179 O. Havard, « Psychologies de dreyfusards : M. Francis de Pressensé », Le Salut Publie de Lyon, 10 octobre 1898.

180 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, toute IV, op. cit., p. 272.

181 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 138.

182 Certains dreyfusards, comme Daniel Halévy, ont vu dans l'anticléricalisme une dimension rapportée et tardive par rapport au pur esprit révisionniste d'origine. Dans Apologie pour notre Passé, il met en rapport le tournant de l'opinion, au printemps 1899, avec cette « force immense, mais venue d'ailleurs », l'anticléricalisme, et décrit l'apparition de légendes anticléricales, comme celle qui attribuait aux Jésuites la responsabilité souterraine de la condamnation de Dreyfus ; voir D. Halévy, « Apologie pour notre passé », Cahiers de la Quinzaine, avril 1910, p. 70.

183 La France Libre, 17 octobre 1898, « Réunion dreyfusarde à la Croix-Rousse ».

184 Ibid., 9 décembre 1898. « L'Anarchiste Pressensé ».

185 F. de Pressensé, L'Idée de Patrie, op. cit., p. 44.

186 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, tome IV, op. cit., p. 272.

187 J. JaurÈs, « l'idéal socialiste », Lu Petite République, 4 mai 1899.

188 « Discours de M. Jean Jaurès ». BOLDH, 1er février 1914, p. 171.

189 Ibid., p. 167.

190 J. Jaurès, « L'idéal socialiste ». La Petite République, 4 mai 1899. Le Jaurès de 1914 est plus admiratif à l'égard de la tradition protestante que celui de 1898. Il parle avec une certaine admiration d'Edmond de Pressensé, même de son livre sur Jésus Christ.

191 Ibidem.

192 « Discours de M. Victor Basch ». BOLDH. 1er février 1914, p. 136.

193 Ibidem.

194 F. de Pressensé, Un héros, le colonel Picquart, op. cit., p. v (avant-propos).

195 Ibid., p. vii.

196 Ibid., p. ix.

197 Ibid., p. x.

198 Ibid., p. vi.

199 Ibid., p. x.

200 Le texte est lu par Victor Basch : « Discours de M. Victor Basch ». BOLDH. 1er février 1914. p. 139-140. Il semble avoir été écrit en 1908.

201 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH. 1er février 1914, p. 140.

202 J. Reinach. Histoire de l'affaire Dreyfus, tome IV, op. cit., p. 273.

203 Allocution introductive de Ludovic Trarieux dans F. de Pressensé, L'Idée de Latrie, conférence faite à la salle d'Arras le 9 février 1899, Paris, librairie Paul Ollendorf, 1899, p. 8.

204 On sait que c'était la thèse du groupe des « dreyfusistes intransigeants de Labori, Picquart, et, au moins dans une certaine mesure. Clemenceau, de ceux qui, défavorables ou très réticents face à la grâce accordée par Loubet a la fin de l'été 1899, avaient ensuite rompu avec les deux frères Dreyfus. Voir : P. Oriol, « L'affaire de Dreyfus », Introduction aux Carnets d'Alfred Dreyfus Paris, Calmann-Lévy, p. 14 à 16.

205 Journal officiel. Débats parlementaires ; Chambre des députés, 2e séance du 13 juillet 1906 (intervention de Pressensé p. 2 359-2 363).

206 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, tome VI, la Révision, Fasquelle, 1908, p. 494-495.

207 Ibid., p. 494.

208 Nous avons pu avoir accès au dossier au lendemain du retour des archives de Moscou, quand le travail de classement de la BDIC n'était pas encore achevé.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540