Version classiqueVersion mobile

Francis de Pressensé et la défense des Droits de l'homme

 | 
Rémi Fabre

Chapitre II. Les années libérales

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Jeunesse

Un brillant lycéen

  • 1 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 133.
  • 2 AN, AJ 16 777

1Au début de l'été 1870, Francis de Pressensé achève sa rhétorique au lycée Bonaparte. C'est le moment où il cueille « les lauriers les plus enviables » en remportant plusieurs succès au concours général. À cette époque, le concours général avait une grande importance et faisait l'objet d'une intense compétition entre lycées parisiens. Un prix apportait donc « la gloire », et Francis de Pressensé ne semble pas avoir beaucoup résisté au sentiment de vanité contre lequel sa mère l'avait pourtant mis en garde ! Victor Basch, dans son discours aux obsèques de Pressensé, indique que son ami « aimait à rappeler ses succès scolaires », et « racontait volontiers qu'en rhétorique, son rival Vandal, l'historien, lui fut préféré par notre vieux maître, Maxime Vaucher, mais qu'il prit sa revanche au concours général1 ». Francis de Pressensé remporte, de fait, le premier prix d'histoire devant Albert Vandal. Il n'est pas sans intérêt de regarder sa copie qui a été conservée aux archives nationales2. II s'agissait d'exposer l'état intérieur de la France à l'avènement de Louis XVI et d'analyser les diverses tentatives de réforme jusqu'à l'assemblée des notables de 1787. On est impressionné par la remarquable abondance et la non moins remarquable précision des connaissances, qu'on jugerait exceptionnelles aujourd'hui, même pour un prix du concours général. On est frappé aussi par la clarté et la vigueur du récit dans un devoir de vingt-cinq pages, dont, le fil, s'il épouse parfois des courbes sinueuses, ne se perd jamais.

2Francis de Pressensé recueille par ailleurs le premier accessit de discours français pour un travail sur l'œuvre de Racine, et le quatrième accessit de version grecque. Il a été primé dans trois domaines qui continueront à le passionner à l'âge adulte : l'histoire, la tragédie, la littérature grecque. Il n'aura toutefois guère le temps, en cet été 1870, de s'endormir sur ses lauriers, projeté qu'il se trouve en même temps que son pays dans une vraie tragédie : pour une fois, l'action allait se révéler la (brutale) sœur du rêve...

Le volontaire de la guerre de 1870

  • 3 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 193-194.

3Né en septembre 1853, Francis de Pressensé avait à peine 17 ans en 1870. Malgré sa jeunesse, il va être le troisième homme de sa famille à participer à la guerre. Edmond de Pressensé, on l'a dit, avait été ambulancier dans l'armée de Mac Mahon. Son fils aîné, Victor, né en 1851, était aspirant de marine au moment du déclenchement du conflit. Embarqué sur la flotte de guerre pendant la guerre impériale, il s'engage dans l'armée de la Loire après le 4 septembre. Selon Marie Dutoit, qui a disposé des témoignages et des papiers familiaux, « il se battit comme un lion, conduisant ses 300 marins à une véritable boucherie dans la journée de Freteval et recevant ensuite les félicitations de son amiral, Jaurès, lequel crut devoir informer la famille d'une si brillante conduite3 ».

  • 4 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 134.
  • 5 Extrait de l'Ami chrétien des familles, Journal populaire d'instruction et d'édification, 13e anné (...)

4Ce n'est pas de gaieté de cœur qu'Edmond et Élise de Pressensé ont accepté que leur second fils rejoigne, lui aussi, l'armée de la Loire. Victor Basch, qui tenait certainement ces détails de son ami lui-même, indique que « son père lui défendit de s'engager » et que « sa mère le supplia de renoncer à son désir ». « Mais son grand-père intercéda pour lui et obtint qu'on le laissât partir4 ». Il y avait, semble-t-il, un lien particulier entre le grand-père et le petit fils. L'adolescent et le vieillard ont dû faire la route ensemble de Paris à Tours, en septembre, quelques jours avant le début du siège. Victor de Pressensé voulait continuer à diriger les colporteurs bibliques « qui travaillaient encore dans les provinces du Nord, du Centre et du Midi5 ». Il va mourir à Tours quelques mois plus tard, le 5 janvier 1871.

  • 6 Il a été tiré à part de cet article une brochure : E de Pressensé, Extrait de journal d'ambulance (...)

5Francis de Pressensé, pour sa part, était bien parti à la guerre, mais trop jeune pour servir dans une unité combattante, il avait été affecté au service des ambulances, et bientôt rattaché à la 21e division commandée par le général Chanzy. Nous disposons de son propre témoignage sur le déroulement de sa campagne : le journal qu'il a tenu pendant cette période a été publié après coup dans la Revue chrétienne, dans le numéro du 5 septembre 18726.

  • 7 Ibid., p. 16.

6Sa division avait d'abord stationné pendant plus d'un mois à l'Est du Mans. A la mi-novembre elle est confrontée à l'expérience du Feu, l'offensive allemande vers Le Mans amenant les troupes à se porter à leur rencontre. Les combats se déplacent vers Vendôme en décembre, bataille marquée par l'épisode de Fretenval où s'illustrent Victor de Pressensé et ses marins. On ne sait si les deux frères se sont réunis à cette occasion ; en tout cas l'ambulance du plus jeune est placée aux avant-postes, où elle recueille abondance de blessés. Après une succession de combats et de retraites, le corps d'armée se replie vers Le Mans. C'est là, au camp d'Yvré-l'Évêque, que Francis de Pressensé trouve « une triste nouvelle7 », celle du décès de son grand-père. Une permission lui permet de lui rendre les derniers hommages, mais il rejoint rapidement sa division en pleine bataille du Mans, qui tourne à la déroute le 12 janvier.

  • 8 Victor Basch, dans son discours aux obsèques mentionne le tait : « C'est pendant ce terrible hiver (...)
  • 9 F. de Pressensé, Extrait de journal d'ambulance de l'armée de la Loire, op. cit., p. 18.
  • 10 Ibid., p. 19.
  • 11 Ibid., p. 21.

7Ce sont là les heures les plus dures de sa campagne, et, sans doute, le moment où il ressent les premiers symptômes de la maladie rhumatismale qui le handicapera toute sa vie. Le fait est attesté par plusieurs de ses biographes et par plusieurs allusions sous sa propre plume8. Si on décrypte la prose très stoïcienne de son Journal d'ambulance, on peut dater cette première atteinte de la nuit du 12 au 13 janvier 1871, qu'il passe dans un grenier par une température polaire : « Ayant laissé au Mans couverture et manteau, je pensai, par cette nuit exceptionnelle, avoir les pieds gelés ; ne pouvant fermer l'œil, je descendis vers quatre heures pour secouer le froid mortel qui m'avait envahi9. » Il réussit néanmoins à gagner, avec les restes de l'armée, Alençon, mais la ville est investie par l'armée prussienne commandée par le grand duc de Mecklembourg, et il est fait prisonnier. Au moment où les soldats allemands pénètrent dans la maison où il était logé, il était, semble-t-il, plongé dans un ouvrage en grec, la Politique d'Aristote. Dans son Journal d'ambulance, il évoque la joie qu'il avait éprouvée pendant cette lecture : « Je goûtai le plaisir suprême qu'il y a à retrouver la région sereine des idées et de la science quand on sort du contact grossier du plus brutal des faits, la guerre10. » Mais il évoque aussi sa rage devant l'irruption des représentants d'un pays qui n'était plus la patrie pacifique et aimée de la poésie, de la théologie et de la science. « Quand j'ouvris les yeux, écrit-il, j'entendis les sons harmonieux de la langue tudesque [...] Jamais je n'éprouvai une impression de rage et de douleur analogue à celle que je ressentis en voyant défiler fièrement les soldats de l avant-garde, précédés d'un officier qui brandissait son épée... Ils chantaient un de leurs lieds qui m'était bien connu11. »

  • 12 Ibid., p. 21.

8Cela dit, Francis de Pressensé a certainement utilisé, en ces jours amers de défaite, sa connaissance de « la langue tudesque ». Il réussit à avoir une entrevue avec le grand-duc de Mecklembourg, qui le reçoit « avec affabilité12 » et lui fournit un laisser-passer qui lui permet de retrouver son ambulance peu avant l'armistice.

  • 13 Ibid., p. 10.
  • 14 M. Dutoit, MmeF. de Pressensé, op. cit., p. 194.

9Au total ce Journal d'ambulance constitue un document qui n'est pas sans intérêt. Il nous renseigne, tout d'abord, sur les sentiments et l'état d'esprit du jeune volontaire : son patriotisme est sans taille. On chercherait en vain chez lui une trace de non-violence évangélique. Il évoque au contraire « tous les sentiments de haine qui bouillonnent en nous aux récits des méfaits des ennemis13 ». Il regrette, du même coup, de ne pouvoir se battre plus directement. Marie Dutoit cite même le passage d'une lettre à ses parents où il explique qu'il voudrait prendre une part plus active aux combats dont il est le témoin, « en détruisant plutôt qu'en reconstruisant14 ». On peut déceler ici une autre facette de la personnalité de Pressensé : cet intellectuel est attiré par l'action, même violente, et possède, à défaut d'un corps de sportif, un courage physique indéniable.

10Mais le Journal d'ambulance est aussi un témoignage significatif sur la situation qui règne à l'armée de la Loire, dans les campagnes et les villes de l'Ouest, au cours de ce dernier baroud d'honneur de l'hiver 1870-1871. Le sentiment patriotique est loin d'être unanimement partagé, et on est aussi loin du grand élan national de 1914-1918 que du mythe des soldats de l'an II. Le parti du défaitisme, de la lâcheté et du sauve-qui-peut est largement représenté, tant dans la population civile qu'au sein de l'armée où certains officiers, cyniques ou alcooliques, sont particulièrement « indignes ».

  • 15 Ibid., p. 17.

11Dans l'ensemble, Pressensé est plus indulgent pour les hommes de troupe et suggère que ces soldats improvisés et totalement inexpérimentés ont su taire preuve de courage quand ils étaient correctement encadrés. Il a surtout été frappé par l'héroïsme, de trois groupes qui se sont battus jusqu'au bout dans des conditions d'infériorité flagrante : les marins, on l'a dit, mais aussi les zouaves pontificaux et les francs-tireurs de Paris... « L'admirable courage15 » des zouaves, croisés du catholicisme intransigeant, est égalé par celui des volontaires parisiens dont le chef, le colonel La Cécilia, devait être ensuite un dirigeant de la Commune. L'admiration pour l'héroïsme transcende les barrières idéologiques. Mais les sentiments de Pressensé à l'égard de la Commune ne sont pas douteux. La dernière phrase du Journal le dit sans ambiguïté : « Nous rejoignîmes Paris dont les portes nous étaient ouvertes par l'armistice, et qui n'était pas encore déshonoré par ses folies démagogiques. »

  • 16 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 330.

12À la différence de ses parents, Francis de Pressensé n'a d'ailleurs pas assisté lui-même à ces « folies démagogiques », puisqu'il a quitté Paris le 7 avril 1871. Henri Cordey indique qu'Edmond de Pressensé « réussit à faire partir son fils Francis par le dernier train non surveillé ». Il s'agissait d'éviter « la levée forcée d'hommes de 17 à 35 ans pour faire partie des bataillons de marche décidée ce jour-là par la Commune16 ».

13On peut donc considérer que la guerre de 1870-1871 constitue, avant l'affaire Dreyfus, le premier événement historique qui a façonné la personnalité de Francis de Pressensé. Il y fera d'autant plus souvent et fièrement allusion qu'il sera après 1900 dans sa vie publique de socialiste couramment traité de « sans patrie ». Mais le jeune patriote de 1871 est encore bien éloigné idéologiquement du choix socialiste de son âge mur. C'est sous le signe des idées libérales de son père qu'il va parcourir après 1871 les étapes de la carrière d'un « héritier ».

Les premiers pas d'un « héritier »

14Francis de Pressensé n'est pas retourné au lycée après la guerre de 1870. Il prépare seul son baccalauréat puis, successivement, et avec une égale réussite, une licence de lettres puis une licence de droit. Cette double licence est l'indice de l'éclectisme de son esprit, mais aussi de son hésitation entre deux vocations, la carrière des lettres et la politique.

  • 17 E. de Pressensé, « Gladstone » Revue des Deux Mondes, juillet 1898, p. 48.

15Faute de documents, nous savons bien peu de choses sur cette jeunesse étudiante. Est seulement attesté un long séjour à Londres au milieu des années 1870. C'est à cette occasion que Francis de Pressensé semble avoir fait ses débuts de journaliste en suivant la politique anglaise de l'époque comme correspondant particulier du Journal de Genève. En bon protestant français, il disposait d'un réseau de relations aussi bien en Suisse que dans les pays anglo-saxons. Il a été fortement marqué par la vie politique britannique, dont il a fait l'expérience en une période, celle des années 1870, qui a constitué une sorte d'âge d'or du libéralisme, en même temps que de point culminant du grand affrontement parlementaire entre Gladstone et Disraeli. Entre les deux grands leaders politiques Francis de Pressensé n'a pas d'hésitation : il est un partisan et un admirateur convaincu de Gladstone. On peut dire qu'il a fait du chef libéral, du grand idéaliste chrétien, une sorte de modèle politique et humain à qui il se référera toujours, non seulement dans sa période libérale, mais même dans sa période socialiste. En juillet 1898, à la charnière de ces deux engagements, il lui consacrera le dernier article qu'il pourra publier dans la Revue des Deux Mondes article destiné avant tout à « rendre un suprême hommage au plus illustre des fils de l'Angleterre politique en ce siècle17 ».

  • 18 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 143.
  • 19 « Francis de Pressensé », Le Temps, 21 janvier 1914.

16En même temps que sa passion pour la vie politique britannique Pressensé a développé lors de ce séjour à Londres de sa jeunesse, selon les témoignages de ses biographes, ce goût passionné pour la culture et la littérature anglaise qui l'accompagnera toute sa vie. Selon Victor Basch, « il préférait si partialement la littérature anglaise à toutes les autres littératures modernes que ses amis lui disaient, en plaisantant, qu'il ne lisait Pascal et Voltaire que traduits en anglais18 ». Le même ami ajoute qu'un des drames de Shakespeare l'accompagnait dans tous ses voyages ; on souhaiterait savoir lequel : on a l'impression que Pressensé devait retrouver en Shakespeare quelques-uns uns des tourments de l'âme qui l'ont habité ; il y a de l'Hamlet dans certains de ses accès de mélancolie. Mais on peut penser que les grandes fresques historiques anglaises ne l'ont pas moins fasciné que les « tragédies noires ». Ses études et son initiation britannique achevées, Francis de Pressensé commence à s'orienter plus nettement vers la politique. Ses années de jeunesse et d'apprentissage avaient coïncidé avec le sommet de la carrière politique de son père. En bon héritier, Francis de Pressensé avait côtoyé alors un certain nombre des familiers, des amis politiques d'Edmond de Pressensé. Le Temps mentionne parmi ses « premiers maîtres » Guizot qui « sur la fin de sa vie l'avait pris en amitié et lui confiait volontiers les résultats et les réflexions de sa longue expérience19 ». François Guizot est mort le 12 septembre 1874 à l'âge de 87 ans. C'est donc un grand vieillard qu'a connu le jeune étudiant. Guizot doit être situé quelque peu à droite par rapport à l'héritage politique familial : il n'avait pas suivi l'évolution du parti du centre gauche d'Edmond de Pressensé et était resté fidèle à l'idée monarchiste et à la famille des Orléans. Toutefois entre notables de cette époque, gens importants, cultivés et libéraux, des divergences politiques n'empêchaient pas de maintenir des liens non seulement de relations mondaines mais d'amitié. Par ailleurs, Guizot était un retraité de la chose publique, et il s'était beaucoup engagé dans la vie religieuse, défendant des positions évangéliques proches de celles d'Edmond de Pressensé. Pour un homme aussi féru d'histoire que Francis de Pressensé, on peut penser que la fréquentation d'un personnage historique aussi important a dû s'avérer passionnante. Nous ne connaissons pas de texte où il ait parlé longuement de Guizot. En revanche, il tait assez souvent allusion à lui, et, en général de façon positive.

  • 20 Ibidem.

17Mais le grand homme de ce temps était évidemment M. Thiers, le « libérateur du territoire ». Grâce à son père Francis de Pressensé, s'est trouvé également « en relations étroites avec M. Thiers et avec les hommes d'État du centre gauche20 ».

18Lorsque l'héritier entre dans la carrière, en 1877, ces glorieux aînés n'y sont plus. Son père lui-même, sans avoir achevé son action politique, a été placé en réserve par les électeurs, puisqu'il a été battu aux élections de 1876. En même temps pourtant, après les événements du 13 mai et la victoire des républicains à l'automne 1877 sur la droite et le président Mac Mahon, les amis d'Edmond de Pressensé sont installés au pouvoir ; le centre gauche domine en effet le gouvernement jusqu'à la fin de 1879, au cours de deux années qu'on a pu considérer après coup comme des années de transition entre la « République des ducs » et la « République républicaine ».

  • 21 Voir P. Cordonnier, » Francis de Pressensé », op. cit., p. 5.
  • 22 Sur cette période d'apogée, il tant consulter les actes du colloque de 1978 : A. Encrevé, M. Richa (...)

19Francis de Pressensé peut donc, à 24 ans, être nommé « chef adjoint du cabinet du ministre de l'Instruction publique21 », Agénor Bardoux, en décembre 1877. Agénor Bardoux occupait le portefeuille de l'Instruction dans le ministère Dufaure. Présidé par un octogénaire rescapé du parti de l'Ordre de la deuxième République et de l'opposition libérale sous l'Empire, le gouvernement Dufaure regroupait plusieurs représentants des grandes dynasties bourgeoises, tels Léon Say aux Finances ou Jean Casimir-Périer comme sous-secrétaire d'État à l'Instruction publique. Il comptait aussi plusieurs protestants comme William Waddington aux Affaires étrangères, Léon Say, déjà cité, ou Freycinet au ministère des travaux publics. Nous sommes presque au point culminant de l'influence protestante sous la troisième République, qui sera atteint dans le gouvernement Waddington, qui succédera au cabinet Dufaure et dirigera la France du 4 février au 26 décembre 1879 ; on comptera alors cinq protestants sur dix ministres22.

  • 23 La disparition des archives du temps rend toutefois impossible d'en apporter la preuve, l'article (...)

20Agénor Bardoux, le premier « patron » de Francis de Pressensé n'était pas protestant, mais c'était un proche d'Edmond de Pressensé ; il avait mené en commun avec lui tous les combats du groupe du centre gauche à l'Assemblée nationale entre 1871 et 1876. Gendre de Montalivet, il avait, lui aussi, des racines orléanistes. La tradition du « parti libéral » qu'il a incarnée a été poursuivie dans sa propre famille jusqu'à son descendant direct Valéry Giscard d'Estaing. L'hommage ému que rend à Agénor Bardoux le journal Le Temps du 28 novembre 1897 au lendemain de sa disparition est très probablement écrit par Francis de Pressensé23. II évoque avec respect la mémoire des « fondateurs de la République », tout ce milieu auprès duquel Francis de Pressensé a vécu ses années d'apprentissage. Il exalte « ces modérés, ces sages, ces conciliants, parmi lesquels l'honorable M. Bardoux fut au premier rang ». « Par sa haute culture, par la distinction de son langage et de ses manières, par son aménité souriante, il était en quelque sorte l'incarnation de la République aimable, de la République athénienne, et pour attirer ceux que le nom seul du régime épouvantait, pour dissiper les préventions et les préjugés, c'était bien cette République qu'il fallait montrer. » Et l'auteur de l'article de déplorer que des « hommes d'intelligence et de cœur, des démocrates convaincus » tels qu'Agénor Bardoux soient « couramment traités, à l'heure actuelle, de réactionnaires par les dilettantes du radical-socialisme ».

  • 24 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 361-362.

21La démission de Mac Mahon le 30 janvier 1879 a entraîné celle du cabinet Dufaure. Si le ministère Waddington, le premier formé sous la présidence de Jules Grévy, constitue une « acmé » protestante, il fait une place à côté du centre gauche à des républicains moins « modérés et conciliants », et Jules Ferry remplace Bardoux au ministère de l'Instruction publique. Francis de Pressensé n'a pas conservé ses fonctions au cabinet de Jules Ferry. Trop à gauche, trop libre penseur malgré son épouse protestante, Ferry n'avait apparemment pas de liens avec les Pressensé. Edmond de Pressensé était en revanche lié depuis l'enfance avec William Waddington. Le président du Conseil, qui était en même temps ministre des Affaires étrangères, a donc proposé une autre affectation au fils de son ami. Henri Cordey cite une lettre d'Edmond de Pressensé en date du 15 avril 1879, où il parle à propos de son fils Francis de « la très belle position que lui a faite Waddington au ministère des Affaires étrangères, en le nommant rédacteur politique avec grade de second secrétaire d'ambassade24 ».

Une carrière diplomatique vite interrompue

22La nomination de Waddington inaugure la première carrière de Francis de Pressensé, la diplomatie. Après avoir travaillé quelques mois au quai d'Orsay, il va occuper successivement deux postes de secrétaire d'ambassade, tout d'abord à l'ambassade de France à Constantinople, puis, plus longuement, à la légation de Washington où il est promu au grade de premier secrétaire.

23Ces deux expériences sur lesquelles on dispose de peu de sources directes furent, à n'en pas douter très contrastées, et plusieurs allusions ultérieures suggèrent qu'elles ont été marquantes. L'ambassade de Constantinople constituait un dispositif essentiel dans la diplomatie française, vu l'importance de la question d'Orient, les intérêts et les responsabilités de la France dans l'Empire ottoman. Les archives de l'ambassade montrent que les diplomates de tous rangs ont souvent, en plus de leurs charges habituelles, joué un rôle de documentalistes, presque d'historiens, rassemblant des informations de tous ordres, allant de « reportages » sur le vif sur les guerres et les drames multiples à des analyses en profondeur, des études ethnologiques, sociologiques ou religieuses sur la mosaïque des peuples, des coutumes et des croyances. C'est logiquement que par la suite, Francis de Pressensé passera pour un spécialiste de ce monde complexe.

  • 25 P. Cordonnier, « Francis de Pressensé », op. cit., p. 5.
  • 26 Ibidem.
  • 27 Ibidem.
  • 28 E. de Pressensé, « Lettres de Russie », Le Temps, 27 août 1897.

24Même si elle a pu entrer en conflit avec lui en Tunisie, la France cherchait plutôt en ces années 1880 à aider le régime ottoman, affaibli par ses reculades de la fin des années 1870, de la défaite contre la Russie au traité de Berlin. Le sultan Abd-ul-Hamid II, qui avait mis en sommeil dès son accession au trône en août 1876 la constitution libérale octroyée au mois de mai précédent, cherchait à restaurer par ses procédés dictatoriaux la force de l'État. La France des droits de l'homme ne l'a pas beaucoup freiné et les relations diplomatiques, au moins officiellement, sont cordiales. Francis de Pressensé a certainement rencontré à l'ambassade ou au palais de Yildiz, celui qu'on n'appelle pas encore le « sultan rouge ». Un passage de sa « biographie autorisée » publiée en 1902 à Lyon sous la signature de Pierre Cordonnier l'atteste : « Il faut entendre de Pressensé lorsqu'il fait en paroles le portrait de la “bête rouge” qu'il a vue de près25 » Jeune secrétaire d'ambassade, Francis de Pressensé n'était certainement pas encore vers 1881 dans ses dispositions de 1902, où, devenu socialiste et champion de la cause arménienne, il fera comparer les crimes du sultan à ceux de Néron et de Caligula26. On peut penser néanmoins qu'il n'a pas dû avoir une grande sympathie pour le personnage, qui était bien souvent en privé l'objet du mépris des diplomates français et occidentaux. Il est probable, d'un autre côté, qu'il a aimé le séjour en Turquie, surtout dans un lieu si chargé d'histoire et d'hellénisme que Constantinople. Quelques allusions ultérieures à « l'Orient charmeur27 » ou au « Levant éclatant fataliste et amoral28 » suggèrent les sentiments contrastés qu'a dû lui inspirer son séjour.

  • 29 P. Cordonnier, « Francis de Pressensé », op. cit., p. 6.

25Passant de Turquie aux États-Unis, Francis de Pressensé a changé non seulement de continent et de civilisation, mais d'époque, comme cela arrive aux diplomates. Son séjour de deux années a certainement été plus calme, moins dépaysant aussi. Un Pressensé n'était pas un Tocqueville, et pour lui le milieu anglo-saxon et protestant était familier, à l'image de cette statue de la Liberté qui avait été conçue par un ancien condisciple de son père à l'Institution Keller. La brochure de Pierre Cordonnier évoque pourtant un jeune diplomate tout aussi attentif que l'auteur de La démocratie en Amérique : « Il profita de son séjour pour étudier complètement non seulement la Constitution des États-Unis mais les institutions diverses de l'Amérique, ses usages, ses mœurs, son histoire, ses légendes, et surtout ses espoirs économiques, politiques et sociaux29. » Il n'y a pas eu d'ouvrage érudit ou scientifique tiré de ces études, et la brochure, sur ce plan comme sur les autres, n'est pas avare en éloges. Mais la lecture du Temps des années où Pressensé en assurera le Bulletin de l'Étranger permet bien de vérifier le profit qui a été tiré de ces observations : les articles consacrés aux États-Unis sont fréquents, et frappent par l'étendue de leur information. On en retrouvera encore les traces dans l'Humanité après 1904.

  • 30 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 362.
  • 31 Ibidem.
  • 32 Pierre Guillen dans l'Expansion estime que ce cliché doit être sérieusement nuancé. Il n'en cite p (...)

26Après ces deux expériences diplomatiques, Francis de Pressensé a pourtant abandonné la carrière dans laquelle il s'était engagé. Les raisons n'en sont pas nettement données par ses biographes. On peut faire l'hypothèse que les problèmes de santé ont pu jouer pour faire préférer le séjour dans la mère patrie à des postes éloignés. Henri Cordey précise que « déjà à cette époque, Francis de Pressensé souffrait de violentes crises de rhumatisme goutteux30 ». Mais il semble aussi que les relations avec une partie des membres du corps diplomatique aient été difficiles. Une indication en ce sens nous est fournie par le passage d'une lettre d'Edmond de Pressensé en date d'août 1881 que cite Henri Cordey31 : « Le père se plaignait fréquemment, indique le biographe, des dénis de justice dont le jeune écrivain [son fils] avait à souffrir. » Il parle d'une « franc-maçonnerie de diplomates qui n'ont pas pardonné à mon fils d'être entré dans la carrière comme républicain et comme mon fils. Il en coûte de soutenir les causes que j'ai soutenues, mais c'est ce qui en fait le prix ». Cette remarque suggère que la réputation de l'institution diplomatique française, citadelle de la réaction, peuplée de réactionnaires monarchistes ou bonapartistes, en tout cas d'ennemis jurés de la République, n'était pas totalement usurpée ou légendaire32.

27Rentré à Paris, Pressensé va donc passer de la diplomatie au journalisme, en y utilisant sa connaissance du monde et des relations internationales.

Un journaliste reconnu

Premiers pas

  • 33 Le Parlement, éditorial du 22 février 1883.

28Les orientations du premier journal auquel Francis de Pressensé a collaboré, Le Parlement de Ribot, sont conformes à la tradition familiale des Pressensé, comme l'atteste le sous-titre : Journal de la République libérale. En l'absence de la signature des articles, on peut donner la tonalité globale, la « ligne politique » du Parlement en 1883, l'année où Francis de Pressensé y a participé. Le journal réclame avant tout « la stabilité, l'ordre, la tranquillité » pour l'avenir, et souhaite vigoureusement au moment de la fondation du nouveau ministère Ferry que celui-ci s'appuie sur sa droite et non pas sur sa gauche. Il l'invite à se garder de toutes les aventures vers lesquelles « les radicaux veulent entraîner la République » : « bouleverser la magistrature », « ranimer les querelles religieuses », « porter la main sur la constitution33 ».

  • 34 Le Parlement, mardi 2 et mercredi 3 janvier 1883.

29« Homme d'ordre et de bon sens », Alexandre Ribot était lui-même issu du centre gauche. Il s'était en particulier opposé à diverses reprises à Gambetta. Au moment de la disparition du grand tribun, l'hommage nécrologique publié par Le Parlement est assez caractéristique ; certes, il s'incline devant le patriote de 1870 et l'homme des situations difficiles. Mais le rédacteur n'éprouve visiblement aucune sympathie pour « les origines de tribun du peuple » de Gambetta et fait un éloge très mitigé de sa « chaude mais incorrecte éloquence » en soulignant qu'il « n'avait pas l'instinct, le sens du régime parlementaire34 ».

30Quand Le Parlement de Ribot interrompt sa publication en 1884, c'est pourtant bien au journal de Gambetta, La République française, que collabore pendant quelque temps Francis de Pressensé. Mais il serait fort excessif de parler d'un virage idéologique : le journal et le milieu qui avaient entouré le grand homme tendaient à se fondre presque complètement dans la nébuleuse des « républicains de gouvernement », et à s'éloigner du radicalisme que combattait Ribot. L'entrée de Francis de Pressensé à la République française a-t-elle été facilitée par des relations paternelles ou personnelles ? Le protestant le plus notoire qui y écrivait était Timothée Colani, l'ancien directeur de la revue théologique libérale dite « de Strasbourg ».

  • 35 « Francis de Pressensé », Le Temps, 21 janvier 1914.
  • 36 Voir C. Lepdor et C. Follonier, « Mathias Morhardt : “La bonne guerre en faveur des vrais artistes (...)

31Comme pour le Parlement, on se heurte à l'absence de signature des articles de La République française. On peut juste supposer que Francis de Pressensé s'y est occupé de politique extérieure. Il est cependant possible de connaître assez précisément ses idées de l'époque en politique intérieure grâce à quelques articles d'analyse et de réflexion qu'il donne en 1885 à La Revue contemporaine. La Revue contemporaine a certainement représenté une matrice importante pour Francis de Pressensé dans sa vie de journaliste. Il fait partie du petit groupe qui l'anime avec Adrien Remacle, Charles Vignier, et Emile Hennequin qui entrera au temps en même temps que lui, mais disparaîtra prématurément en juillet 188835. On peut citer aussi dans ce groupe un jeune écrivain suisse né en 1863, Mathias Morhardt36.

L'entrée au Temps ; relations et influences

  • 37 « Francis de Pressensé », Le Temps, 21 janvier 1914.

32À partir de 1888 Francis de Pressensé peut donner sa pleine mesure de journaliste comme éditorialiste du Temps. Il avait commencé à collaborer au Temps en 1887. En juillet 1888, à la suite de la mort d'Emile Hennequin, il est chargé du Bulletin de l'Etranger, plus tard rebaptisé Bulletin du Jour37. Il s'agit du premier et plus développé article de la Une, qui passe en revue les événements du monde.

Du Temps de Nefftzer à celui d'Hébrard

33On peut considérer l'intégration de Francis de Pressensé dans le groupe du Temps comme assez naturelle : il y est dans son milieu, on pourrait presque dire en famille. Le Temps avait été fondé en 1861 par Auguste Nefftzer ; bon représentant du rayonnement intellectuel du protestantisme libéral, très ouvert à l'influence de la science et des universités allemandes, Nefftzer avait également animé conjointement avec Charles Dolfuss la Revue germanique de 1858 à 1868. Dans le Temps, il avait pris fermement position jusqu'en 1870 en faveur de l'opposition libérale et républicaine. Malgré les divergences qui pouvaient exister sur le plan strictement religieux entre un quasi agnostique comme Neffzer et un défenseur de l'orthodoxie réformée comme Edmond de Pressensé, les liens politiques et amicaux entre les deux hommes sont avérés et importants. Edmond de Pressensé avait ses entrées au Temps et y a collaboré à diverses reprises. C'est lui qui a présidé au moment du décès de Nefftzer à Bâle en 1875 le service religieux que le fondateur du Temps avait souhaité. Depuis 1871, Auguste Nefftzer, très affecté par la perte de son Alsace natale s'était détaché de son journal et de la vie active.

  • 38 Nous adoptons ici le niveau de langage du Temps et non celui d'Hébrard. dont le mot célèbre et res (...)

34Le successeur d'Auguste Nefftzer, Adrien Hébrard, était bien davantage un patron, un homme d'affaires. Ses liens avec les milieux d'argent sont connus, et il a été « le principal artisan et le plus sûr appui de la prospérité de l'entreprise commune » comme le dit Edmond Schérer en janvier 1889. Tout en écrivant très rarement lui-même, Adrien Hébrard a beaucoup contribué à façonner le style du journal, à lui donner cette coloration modérée, ce ton impartial, bien pensant et légèrement ennuyeux38 qui deviendront une sorte de marque de fabrique. Jaurès parlera à propos du Temps de « la bourgeoisie faite journal » et le parallèle avec le Times britannique a été développé bien souvent.

Edmond Schérer, un protecteur admiré

  • 39 Sur toute révolution religieuse de Schérer et les débats contemporains, on se référera à A. Encrev (...)

35Malgré le changement entraîné par la succession de Nefftzer, la composante protestante libérale des origines restait encore très présente dans le journal des années 1880. Parmi les rédacteurs protestants ou d'origine protestante, on citera Auguste Sabatier, professeur à la faculté de théologie de Paris, et Edmond Schérer qui fut un des fondateurs du journal, et en est demeuré une des principales plumes jusqu'à sa mort en 1889. Schérer avait joué par ailleurs un rôle essentiel dans l'histoire du protestantisme francophone entre 1850 et 1860. C'était lui qui avait déclenché en 1850 le grand mouvement de contestation de la théologie libérale. Il avait été ensuite la personnalité la plus forte du groupe de jeunes théologiens qui, dans la Revue de Strasbourg, avaient mené au nom de la science, de l'histoire, de la raison, une critique de plus en plus radicale de tous les dogmes chrétiens. Lui-même était passé en quelques années de l'évangélisme le plus strict à un agnosticisme sceptique bien proche de l'athéisme39.

  • 40 Souvenirs de Camille Pariset (recueillis par Gabriel Maurel) : « le Temps, A. Nefftzer et Adrien H (...)

36Son évolution religieuse s'était achevée vers 1860, et le journaliste du Temps n'intervient jamais sur des questions religieuses. Il se consacre, pour l'essentiel, à la critique littéraire. II est aussi avant 1870, « le bras droit, le confident intellectuel et l'ami de Nefftzer40 ». Après la retraite du fondateur il continue à jouer un rôle essentiel au Temps.

37Le parcours politique de Schérer après 1870 est parallèle à celui d'Edmond de Pressensé. II est élu député à l'Assemblée nationale en juillet 1871. Il siège au centre gauche et contribue au vote des lois constitutionnelles de 1875. Mais il joue en même temps le rôle de l'observateur critique : les « lettres de Versailles » qu'il fait paraître dans le Temps de 1871 à 1875 sont une chronique parlementaire souvent acide, doublée d'une série de considérations sur le destin et l'avenir de la France. Sa vision politique, assez élitiste, est teintée de méfiance à l'égard du peuple et de la démocratie où Schérer voit souvent percer la « sottise démagogique ». C'est sous la protection et l'influence de ce « père fondateur de la République » quelque peu aristocratique que Francis de Pressensé est entré au Temps et y a fait ses débuts. Quand son mentor disparaît le 16 mars 1889, il lui rend un hommage au ton ému et personnel :

  • 41 Le Temps, 17 mars 1889.

« Pour moi, s'il est permis à cette place de parler de soi-même, qui l'ai beaucoup connu, beaucoup aimé, qui lui ai dû quelques unes des impressions intellectuelles les plus fortes de ma vie, je ne pouvais le voir sans me sentir encouragé, excité à l'effort mental, à cette probité de l'intelligence qui consiste à ne jamais se contenter sciemment du médiocre ou du faux, à cette aspiration incessante vers cet idéal de clarté, de logique et de vérité, qui est si français, et qui était sien41. »

  • 42 Revue chrétienne. 1890, 2e semestre, p. 391.
  • 43 E. de Pressensé, « Edmond Schérer », Le Temps, 17 mars 1889.

38Francis de Pressensé porte même un jugement plus favorable que son père à l'égard de l'itinéraire intellectuel et religieux de Schérer : Edmond de Pressensé écrit à propos de celui qui fut son condisciple, son adversaire en théologie, et néanmoins son ami : « Le point de départ de ce scepticisme désolant — et heureusement, dirai-je, désolé — [a sa source dans] l'abandon sans réserve à l'orgueil de la pensée et l'élimination de la certitude morale par un acte de volonté42... » Sans affirmer son accord avec l'évolution religieuse de Schérer, Francis de Pressensé est sensible pour sa part à « l'unité tragique de sa pensée » ; là où le père parle « d'orgueil de la pensée », le fils décèle une forme d'héroïsme de la part d'un homme qui « laisse le souvenir ineffaçable de l'un des plus grands amants de la vérité, telle qu'il l'a comprise et servie43 ».

Le principal rédacteur du Temps

  • 44 Voir : « Discours de M. Victor Basch ». BOLDH, 1er février 1914, p. 135, et P. Bernus, « Francis d (...)

39La disparition de Schérer marque la fin de la première génération du Temps, et l'affirmation d'une génération nouvelle dont Francis de Pressensé est le chef de file. Sa carrière au Temps a été assez longue, puisqu'il y est resté dix-sept ans, soit jusqu'en 190544. La césure de l'affaire Dreyfus incite cependant à séparer ces dix-sept années en deux blocs : jusqu'en 1898, il est l'éditorialiste-phare d'un journal dont il partage pleinement les orientations. À partir de cette date, sa lumière brille davantage ailleurs.

  • 45 P. Bernus, « Francis de Pressensé », Pro Armenia, 10 février 1914, p. 3. On pourrait estimer que c (...)

40C'est son rôle dans la première période que nous voudrions mettre ici en évidence. Tous les témoignages s'accordent à souligner son importance. Pierre Bernus le fait de façon particulièrement élogieuse : « Sa vaste érudition, sa connaissance approfondie de l'Europe, sa puissance extraordinaire de travail lui valurent rapidement dans le monde diplomatique européen une grande autorité, on peut presque dire une autorité sans rivale. C'est à lui pour la plus grande part que Le Temps doit d'avoir conquis dans la presse française une situation toute particulière, qui n'est plus tout à fait la même à certains égards depuis qu'il l'a quitté45. »

  • 46 Souvenirs de Camille Pariset, op. cit., p. 70.

41Pour avoir une idée plus impartiale du rôle de Pressensé à la rédaction du Temps, on peut faire appel à un témoignage « de première main », les souvenirs de Camille Pariset, secrétaire à la rédaction du Temps de 1865 à 1919. Ses propos recueillis par Gabriel Maurel ont une saveur anecdotique et un peu terre à terre qui n'est pas sans charme. Ce protestant entré au Temps peu après sa fondation évoque le souvenir d'Edmond de Pressensé, le décrivant comme un ami de Nefftzer et un familier du journal. Passant du père au fils, Pariset peut donc écrire : « Francis de Pressensé a respiré, peut-on dire, dès sa plus tendre enfance l'air du Temps46

  • 47 Ibidem.
  • 48 Ibidem.
  • 49 Ibid., p. 71.
  • 50 Ibid., p. 70.

42Pariset a été très frappé par les capacités professionnelles de Francis de Pressensé, en qui il voit « le type même du journaliste de race », « celui qui peut mettre sur pied séance tenante, et dans le temps qu'il faut pour l'écrire, un article qui ne sera pas nécessairement remarquable mais honorable. Lorsque cette spontanéité s'applique aux questions qui lui sont familières, l'article peut être un chef d'œuvre47 ». Pariset admire particulièrement les compétences presque universelles de Francis de Pressensé et son incroyable capacité de travail : « Doué d'une mémoire remarquable et d'une culture générale très étendue, il n'était pas un sujet d'ordre politique, historique, parlementaire ou social qu'il ne pût traiter sans préparation. Il pouvait écrire l'éditorial du Temps en une demi-heure48. » Pendant les mois de vacances, Francis de Pressensé suppléait les absents et était « capable le même jour avec la plus grande facilité de se charger des rubriques les plus différentes49 ». Ayant vu à l'œuvre successivement les deux journalistes, Pariset considère encore que « sur le terrain professionnel Francis de Pressensé n'a guère été égalé que par son successeur M. André Tardieu dont le talent de journaliste, la facilité et les facultés indéfinies de travail sont restées légendaires50 ». Il y avait toutefois, a-t-on envie d'ajouter, un sérieux contraste entre le côté élégant et mondain d'André Tardieu, et la personnalité de Francis de Pressensé, qui fréquentait plus volontiers les bibliothèques que les salons.

  • 51 C'est par exemple le thème d'un article de la Kölnische Volkszeitung, quotidien catholique rhénan, (...)
  • 52 G. Sorel, la Révolution dreyfusienne, Paris, Marcel Rivière, 1909, p. 18
  • 53 Ibid., p. 20.

43L'hommage aux grandes capacités intellectuelles de Francis de Pressensé et à son rôle éminent au Temps se retrouve sous d'autres plumes, non seulement après son décès, mais de son vivant, ne fût-ce que pour déplorer, quand il sera devenu socialiste, qu'un esprit si distingué ait si mal tourné51. On peut trouver néanmoins des jugements moins élogieux, comme celui de Georges Sorel. Dans son pamphlet, La Révolution dreyfusienne, Sorel ironise sur Pressensé, qui « était depuis longtemps un des oracles des bourgeois modérés ; les ministres du saint Évangile n'arrivaient pas à comprendre l'aveuglement des ministères qui n'appelaient point un si grand diplomate à diriger notre politique extérieure ; ils le tenaient pour un Richelieu52 ». Georges Sorel condamne sans appel « la vanité incommensurable d'un médiocre barbouilleur de lourdes chroniques, parvenu, grâce à des coteries protestantes, à une situation qui était hors de proportion avec son petit talent53 ». Un tel jugement relève toutefois davantage du règlement de comptes post-dreyfusard que d'une analyse circonstanciée des chroniques du Temps des années 1890.

44Cette analyse, nous ne ferons ici que l'esquisser. L'étude exhaustive de la contribution de Pressensé au Temps poserait d'ailleurs problème : même si on sait qu'il est le responsable et le rédacteur le plus fréquent du Bulletin du jour, on ne peut lui donner avec certitude la paternité de tel où tel article particulier, le Bulletin n'étant jamais signé. On a l'impression au bout d'un certain temps de « pratique » de reconnaître son style, mais on ne peut dépasser la très grande probabilité dans l'attribution.

45Par ailleurs, si on décidait de faire endosser la responsabilité intégrale du contenu du journal en matière internationale à son principal rédacteur, on se heurterait à la surabondance de la matière. On serait ramené en même temps vers une histoire globale des relations internationales de la fin du xixe siècle qui est depuis longtemps écrite. C'est plus modestement la touche particulière qu'a pu donner Pressensé au commentaire de cette actualité qu'il faut tenter de dégager. On pourra l'approcher en utilisant l'exemple de quelques questions particulières pour lesquelles nous disposons en plus des Bulletins du Jour d'articles, de travaux, ou d'ouvrages signés par Pressensé, qu'ils soient parus dans le Temps ou qu'ils aient été édités ailleurs. Il sera légitime de confronter ces études, plus personnelles et souvent plus fouillées, aux analyses quotidiennes, au « corpus anonyme » du journal.

46Mais avant d'en venir à ces thèmes particuliers, un problème général doit être posé, celui des rapports entretenus par la rédaction du Temps, et par Pressensé lui-même, avec le quai d'Orsay.

Une voix officieuse du quai d'Orsay ?

  • 54 Souvenirs de Camille Pariset, op. cit., p. 56.

47Le Temps a eu la réputation d'être une sorte de quotidien officieux, de voix autorisée du ministère des Affaires étrangères. Cette réputation était-elle justifiée ? Le témoignage de Camille Pariset s'inscrit en faux contre ce qu'il considère comme une légende : « Rien n'est moins exact... L'examen de la politique étrangère du journal démontrerait qu'il fut à diverses reprises en conflit de doctrine et d'attitude avec les gouvernements54. »

48La lecture du journal nous suggère néanmoins que les nettes divergences avec le quai d'Orsay sont assez rares en cette période. Le Temps puise à la source de la diplomatie française, puisque le ministère lui remet quotidiennement les principales dépêches et communiqués reçus ou envoyés. Il n'est évidemment pas obligé de se contenter d'en faire la glose, et on accordera à Camille Pariset que le journal a eu « une conception propre et directe des intérêts politiques de la France et n'était pas seulement le reflet des gouvernements qui passent »...

  • 55 E. de Pressensé, « La question arménienne ». Revue des Deux Mondes, 1er décembre 1895, p. 682.

49En ces années 1890, on ne relève toutefois guère qu'un gouvernement à l'égard duquel la prise de distances soit sensible, le cabinet Léon Bourgeois entre novembre 1895 et avril 1896 ; dans cette courte période le portefeuille des Affaires étrangères est occupé pendant les deux premiers mois par Marcellin Berthelot, puis par le président du Conseil lui-même. Encore est-ce dans la Revue des Deux Mondes, où il publie en décembre 1895 un article sur l'Arménie, que Francis de Pressensé laisse percer ses préférences en évoquant avec nostalgie le prédécesseur de Berthelot, Gabriel Hanotaux, « de qui l'on n'a jamais mesuré mieux la place qu'il tenait en Europe que depuis que ce n'est plus lui qui la remplit55 ».

50Mais en dehors de l'intermède du ministère radical, le pouvoir est exercé tout au long de cette période par des républicains de gouvernement, des « progressistes », successeurs des opportunistes de la décennie précédente. Le Temps, libéral et modéré, héritier de la tradition du centre gauche, peut trouver facilement des affinités avec eux.

51Cela ne signifie évidemment pas une approbation automatique de toute la politique gouvernementale, mais la tendance au soutien était particulièrement marquée dans le domaine de la politique extérieure ; l'idée que la politique de la France devait faire l'objet d'un consensus était partagée par une bonne partie des hommes politiques. À plus forte raison pouvait-elle constituer la doctrine d'un journal comme Le Temps, souvent considéré à l'étranger comme « la voix de la France ». Cela ne voulait pas dire que Le Temps abdiquât toute autonomie dans la recherche de l'information. Il disposait d'un réseau de correspondants personnels dans différents pays, qui pouvaient parfois lui donner un point de vue différent de celui des diplomates en poste ou des prises de position du quai d'Orsay. Mais ce n'est qu'avec la plus grande prudence et sur un ton extrêmement feutré que Le Temps pouvait se décider à faire entendre sa différence.

52Dans la période qui nous intéresse les deux principales personnalités qui ont dirigé la diplomatie française, Alexandre Ribot entre 1890 et 1893, et Gabriel Hanotaux entre 1894 et 1898 ont eu des liens particuliers avec Le Temps et avec Francis de Pressensé. On a dit que Pressensé avait fait ses premières armes de journaliste au Parlement de Ribot. On peut penser qu'il a été en plein accord avec les tentatives de détente et de rapprochement avec l'Angleterre qui marquent le passage d'Alexandre Ribot au quai d'Orsay, d'autant plus qu'elles étaient conseillées par Waddington, ambassadeur à Londres, dont on a dit les liens étroits avec les Pressensé.

  • 56 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, op. cit., t. 4, p. 270.
  • 57 P. Bernus, « Francis de Pressensé », Pro Armenia, 10 février 1914, p. 3.

53Néanmoins, après l'échec d'un véritable rapprochement et la montée dans la deuxième partie des années 1890 de multiples tensions avec les Britanniques, Le Temps ne se démarque pas de la politique beaucoup plus ferme menée par Hanotaux. C'est l'époque d'une sorte de « petite guerre » entre le Times et Le Temps, par exemple à propos de Madagascar. Même si on peut penser que Pressensé a freiné certains débordements, Le Temps étant bien plus prudent et modéré que la plupart des organes de presse français vis-à-vis de l'Angleterre, il a donné la priorité au patriotisme. Plusieurs témoignages indiquent qu'il a eu à cette époque des liens assez étroits avec Hanotaux. Joseph Reinach, dans son Histoire de l'affaire Dreyfus, écrit même qu'avant l'affaire Dreyfus, Pressensé « était l'ami » d'Hanotaux et de Méline56. Pierre Bernus, dans l'article d'hommage à son oncle paru dans Pro Armenia en 1914, précise en parlant de la crise arménienne de 1895-1896, que « Francis de Pressensé subissait alors très fortement l'influence de M. Hanotaux57 ».

  • 58 Les chiffres extrêmes font état de 20 000 morts pour les sources gouvernementales turques et de 30 (...)

54On peut rappeler à ce propos qu'entre l'été 1894 et la fin de l'année 1896 de graves massacres des populations arméniennes avaient été commis dans plusieurs régions de l'empire ottoman faisant au moins 50 000 victimes58. Pressensé et le Temps ont soutenu la position diplomatique française qui comptait sur l'intervention du « concert européen » pour persuader le sultan de mettre fin aux massacres et d'engager une politique de réformes libérales. Craignant l'interventionnisme britannique et l'enclenchement d'un processus de démembrement de l'empire ottoman, Hanotaux s'était prononcé contre le recours à la force à l'égard d'Abdul Hamid. Il avait été accusé de mollesse dans la défense des Arméniens et interpellé à la Chambre le 3 novembre 1896 par Jaurès au nom des peuples opprimés, mais aussi par Albert de Mun et Denys Cochin, chantres du soutien des populations chrétiennes contre les infidèles.

  • 59 E. de Pressensé, « La question arménienne », Revue des Deux Mondes, 1er décembre 1895, p. 682.
  • 60 P. Bernus, « Francis de Pressensé », Pro Armenia, 10 février 1914, p. 3.

55Pressensé avait déjà loué dans son article sur l'Arménie paru en 1895 « la fermeté, la hauteur de vues et la souplesse de main59 » d'Hanotaux. L'éditorial du Temps du 5 novembre 1896 exprime sa confiance dans un ministre qui a su répondre aux calomnies; l'éditorialiste se dit convaincu de l'efficacité de « l'action réfléchie menée par la France au service de la justice, de l'humanité, et du progrès ». On a bien l'impression en lisant de tels articles d'entendre la voix officieuse du quai d'Orsay. Selon Pierre Bernus, Pressensé aurait d'ailleurs donné pendant cette crise arménienne la primauté aux versions officielles édulcorées des événements par rapport aux renseignements plus alarmistes que « lui adressait Georges Gaulis, alors correspondant du Temps à Constantinople60 ».

  • 61 L'expression est de Victor Bérard dans son discours au moment des obsèques de Pressensé. Elle est (...)

56Nous reviendrons sur la découverte ultérieure faite par Francis de Pressensé de la gravité de la question arménienne, et sur ce qui fut dès lors un des grands engagements de sa vie. Mais il fallait insister sur l importance des liens intellectuels et politiques qui l'ont uni pendant plusieurs années avec un ministre dont il a été une sorte « d'avocat consultant61. »

57Partisan de la politique orientale d'Hanotaux, Pressensé l'est aussi à cette période de l'expansion coloniale. Sous la houlette d'Adrien Hébrard, Le Temps a. été très tôt et très durablement favorable à cette expansion, jouant le rôle d'une sorte de « moniteur des opérations coloniales » et s'intéressant tout particulièrement à leur dimension industrielle et commerciale. Pressensé, pour sa part, avait soutenu dès 1885 le patriotisme d'expansion de Ferry contre les attaques de Clemenceau. Dans un article paru en 1885 dans la Revue contemporaine, il écrit :

  • 62 E. de Pressensé, « De Ferry à Brisson, ou le quinzième ministère de la République », Revue contemp (...)

« Nous ne sommes pas de ceux qui blâment en principe l'élan imprimé par l'ex-président du Conseil aux entreprises d'outre-mer. À nos yeux, l'impartiale histoire ne refusera pas, tout considéré, son verdict à l'homme d'Etat qui a complété l'œuvre de la conquête de l'Algérie par l'établissement du protectorat tunisien et qui a réalisé dans l'extrême Orient les aspirations et les vœux de plusieurs générations de nos marins les plus distingués [...] Il faut fermer volontairement les yeux, poursuit-il à tout ce qui se passe autour de nous et hors de nos frontières pour ne pas voir que le monde civilisé tout entier est en proie à la fièvre coloniale, et qu'à se renfermer dans une abstention dédaigneuse la France n'aurait fait que laisser le champ libre à ses rivaux. M. Ferry n'a tait que suivre dans la mesure des forces actuelles du pays la grande politique traditionnelle et nationale que le passé a léguée et que la République a le devoir de continuer62. »

58Francis de Pressensé n'a donc pas fait partie de ces libéraux qui, par doctrine libre-échangiste, par fidélité à la tradition pacifiste de Cobden, ont blâmé l'expansion coloniale. Dans l'argumentaire de Ferry, il reprend avant tout le troisième argument, le patriotisme, qu'il enracine dans une histoire longue tout en insistant sur les rapports de force du moment et le jeu des puissances « du monde civilisé ». Partisan de l'expansion coloniale au moment où elle était violemment contestée, Francis de Pressensé n'avait pas de raison d'avoir changé d'avis dans les années 1890, au moment où le consensus s'était établi sur les bienfaits de l'Empire. Il ne pouvait qu'être en accord avec les positions « colonialistes » du Temps. Il a, en revanche été sensible aux aspirations à l'autonomie d'un peuple moins éloigné que les populations coloniales.

La question irlandaise

59C'est à l'Irlande que Francis de Pressensé a consacré le premier livre qu'il ait publié. Achevé en décembre 1888, l'ouvrage paraît chez Pion en 1889. C'est un volume de 523 pages, intitulé L'Irlande et l'Angleterre depuis l'acte d'Union jusqu'à nos jours 1800-1888. Ses expériences de jeunesse, sa grande connaissance de la langue, de la culture, de la vie politique britannique, son admiration précoce pour Gladstone, tout désignait Francis de Pressensé pour traiter à l'intention du public cultivé une question d'actualité brûlante. L'opinion internationale avait suivi la crise politique traversée par l'Angleterre en 1885-1886. Les deux élections législatives successives, l'échec du projet de Home Rule de Gladstone, la scission des Libéraux-Unionistes, la défaite électorale du grand homme d'Etat, tous ces événements avaient marqué les esprits.

  • 63 E. de Pressensé. L'Irlande et l'Angleterre depuis l'acte d'Union jusqu'à nos jours 1800-1888, Plon (...)

60En même temps, on peut estimer que la question irlandaise constituait un thème délicat pour un protestant français : décrire une minorité « papiste » opprimée n'est pas a priori chose aisée pour un héritier de la tradition des Camisards et du Refuge. Francis de Pressensé l'admet d'ailleurs sans ambages dans les premières lignes de sa préface : « J'ai entrepris cette étude avec un préjugé favorable à la suprématie anglaise, et une prétention défavorable contre l'autonomie irlandaise... Je l'achève pleinement acquis au principe de l'indépendance limitée ou du Home Rule, tel qu'il a été défini par M. Gladstone et accepté par M. Parnell63. »

  • 64 « Discours de M. Jean Jaurès », BOLDH, 1er février 1914, p. 170.
  • 65 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 135.

61Jean Jaurès dans son discours aux obsèques de Pressensé a vu dans cette démarche un premier pas dans l'émancipation intellectuelle de Francis de Pressensé, en même temps qu'une fidélité paradoxale, qu'il retrouve également dans son attirance ultérieure pour le catholicisme britannique, à la tradition du protestantisme français : « Ce qui l'avait séduit dans le catholicisme d'Angleterre, c'est, j'ose le dire, c'est que là-bas, il était protestant ; c'est que, là-bas, il était en Irlande l'opprimé64. » Victor Basch estime pour sa part que « l'Irlande fut la première cliente de Pressensé, la première de ces nations orphelines dont il sollicita la tutelle65 ».

  • 66 E. de Pressensé, L'Irlande et l'Angleterre, op. cit., p. IV.
  • 67 Ibid., p.I.
  • 68 Ibid., p. III.
  • 69 Ibid., p. 523.

62Sans contredire complètement ces visions rétrospectives, on dira que l'essentiel du livre ne donne pas une impression d'engagement militant en faveur de la cause irlandaise. C'est plutôt un ouvrage érudit, souvent minutieux, qui se rapproche de l'idéal d'impartialité défini par les historiens de « l'école méthodique ». Toutefois, l'impartialité concernant les faits et leur enchaînement n'exclut pas, surtout dans la préface, les jugements de valeur, et la sympathie pour un peuple « dont la conscience nationale a survécu à des siècles d'oppression66 ». « Heureux de constater l'accord du résultat de recherches impartiales avec l'instinct des cœurs français », Pressensé ne s'interdit donc pas dans cet « essai d'histoire politique67 » de « rassembler les éléments d'une solution conforme à l'esprit historique68 », et il formule en conclusion le vœu « que le grand âge de Gladstone ne soit pas l'obstacle sur lequel trébuche le succès rapide du Home Ride69

63Dans le cours de son récit, Francis de Pressensé explore presque un siècle d'histoire, remontant au bill d'Union décidé par Pitt en 1800. Il concentre son attention sur l'histoire parlementaire, législative et ministérielle. Le programme et le rôle des principales personnalités, le compte-rendu des débats, l'analyse des tactiques parlementaires occupent la plus grande partie du livre.

  • 70 Ibid., p. 346.

64L'histoire sociale n'est quand même pas absente, dans tel tableau de la grande famine, ou dans l'affirmation du caractère fondamental de la question agraire. Mais Pressensé ne l'étudié pas en profondeur, se contentant de « faire entrevoir à l'arrière plan l'ultima ratio des peuples opprimés70 ». Sur le devant de la scène d'une histoire plus individualiste que collective évoluent les personnages de premier plan, ministres, hommes d'État, chefs parlementaires ou leaders patriotiques irlandais.

65Quant à la question religieuse, si elle est évoquée à diverses reprises, elle n'est pas, si on peut dire, abordée de front dans une réflexion en profondeur sur les rapports entre catholiques et protestants. Pressensé insiste surtout sur l'importance du désétablissement de l'Église anglicane. Il révèle là non seulement sa sympathie pour la cause irlandaise mais sa préférence pour l'indépendance de toutes les Églises à l'égard de l'État. Ses réflexions sur l'insuffisance de l'émancipation des catholiques pour résoudre la question irlandaise suggèrent par ailleurs que la racine du problème est selon lui plus politique et nationale que proprement religieuse.

66Les deux « héros » qui ressortent de son livre, Gladstone et Parnell, sont d'ailleurs, faut-il le rappeler, tous deux des protestants. Du côté irlandais, c'est en effet avant tout au grand leader parlementaire des années 1870-1880 que Pressensé manifeste sa sympathie. Il rend à O'Connell un hommage plus tiède, décelant chez lui quelques tendances à la démagogie. Quant aux actions violentes de la « faction criminelle des Fenians », il les condamne avec la plus grande fermeté.

  • 71 Ibid., p. 350.

67Pressensé admire en revanche l'intelligence politique de Parnell jusque dans sa tactique d'obstruction : « Si l'Angleterre persistait à refuser à l'Irlande le droit de se gouverner elle-même, il prétendait que l'Irlande, à son tour, empêchât l'Angleterre de se gouverner71. »

  • 72 Ibid., p. 348.

68Les considérations de Pressensé sur la stratégie de Parnell ne sont pas extrêmement originales mais il pourrait être piquant de les mettre en rapport avec ses futurs choix politiques : le génie politique de Parnell aurait consisté selon lui à réduire l'antagonisme entre les représentants constitutionnels et les champions révolutionnaires de l'Irlande, à « greffer l'action parlementaire sur l'agitation révolutionnaire72 ».

69Au total, ce qui domine son ouvrage, c'est sa réflexion sur les responsabilités et les qualités d'un homme d'État. De ce point de vue-là, il place la figure de Gladstone au-dessus de celle de Parnell. Avec Gladstone, tel qu'il le décrit, ce n'est plus de stratégie qu'il s'agit, mais de capacité à voir loin, à se dégager non seulement de ses intérêts électoralistes immédiats, mais de ses convictions et de sa culture d'origine pour concevoir et défendre avec le Home Rule la seule politique capable de résoudre en profondeur la question irlandaise ; et Francis de Pressensé considère malgré l'échec, qu'il espère encore en 1888 ne pas être définitif, qu'il y a eu dans ce ralliement à l'autonomie irlandaise un tournant aussi important que l'acceptation au milieu du xixe siècle du libre échange par le Premier ministre conservateur Robert Peel.

  • 73 BNF, Département des Manuscrits, Correspondance de Joseph Reinach, Na fr. 13 577, lettre 127.128. (...)

70Ce premier livre de Francis de Pressensé ne semble avoir eu qu'une audience limitée. L'auteur a néanmoins reçu des marques d'approbation prestigieuses ; dans une lettre adressée à Joseph Reinach en date du 17 janvier 1889, Francis de Pressensé précise qu'il a reçu deux lettres de Gladstone à qui il avait envoyé le premier exemplaire : « [Il] m'a adressé une première lettre, trop flatteuse, où il veut bien rappeler à mon propos les grands noms de Guizot et de Mignet ». Dans la seconde lettre, précise Pressensé, « il renouvelle en les motivant des éloges qui me confondent, partant de l'homme qui connaît assurément le mieux ce problème, et où il me donne des renseignements inédits sur les négociations des Tories avec Parnell avant la chute de leur ministère en janvier 188673 ».

  • 74 Ces expressions sont empruntées au discours de Jaurès déjà cité ; BOLDH, 1er février 1914, p. 170.

71Au total, le travail sur l'Irlande de Francis de Pressensé est certainement un point de départ dans un itinéraire d'affirmation personnelle, le début de l'acquisition d'une autonomie intellectuelle par rapport à la double tradition politique et religieuse dont il était l'héritier. En 1889, les routes sont ouvertes : cette affirmation personnelle pouvait l'amener à se rapprocher du catholicisme, mais aussi, en suivant l'exemple de Gladstone, à « se libérer par degrés des entraves conservatrices de la première heure » pour « évoluer avec une hardiesse croissante vers un idéal (politique) nouveau74 ».

Un partisan déterminé de l'alliance franco-russe

  • 75 Voir par exemple J. Kayser, De Kronstadt à Khrouchtchev, voyages franco-russes 1881-1960, Paris, C (...)

72Les années où Francis de Pressensé dirige le Bulletin du Temps coïncident approximativement avec l'établissement et « l'apogée » de l'alliance franco-russe. On peut donner comme points de repère les dates de juillet 1891 avec la visite d'une escadre française à Cronstadt et l'audition de la Marseillaise par Alexandre III, et d'août-septembre 1897 avec le voyage de Félix Faure à St Pétersbourg. Entre temps, une escadre russe avait été reçue à Toulon en octobre 1893, et le voyage de Nicolas II en France en octobre 1896 avait suscité un grand enthousiasme patriotique. L'attitude de l'opinion, de la presse française, et du Temps en particulier, devant cette alliance a fait l'objet de nombreux commentaires et travaux75. Nous voudrions ajouter une dimension un peu plus individuelle en nous interrogeant sur la façon particulière dont le principal éditorialiste du Temps a analysé ce grand événement diplomatique.

  • 76 Voir N. Rullon, « L'image de la Russie dans la presse libérale française (1885-1891) », Cahiers de (...)

73Le Temps, comme les autres organes de la presse libérale, tel le Journal des Débats, avait commencé dès 1887 à infléchir dans un sens laudatif des appréciations auparavant très négatives à l'égard de l'empire des tsars76. Jusque-là, la Russie était souvent décrite comme un État despotique, une puissance barbare, agressive, tyrannique. Dès 1887 pourtant les premiers espoirs de rapprochement avec la France incitent à changer de ton. Quand il prend la direction du Bulletin, Francis de Pressensé n'a pas à piloter un virage idéologique déjà largement effectué. On dira simplement qu'il a dû opérer en lui cette petite révolution culturelle. On se souvient des pages vibrantes et des vers enflammés d'Élise de Pressensé en faveur de la Pologne. Dans sa famille, comme dans l'ensemble de la tradition libérale et républicaine, la dénonciation de l'autocratie et le soutien à la nation martyre polonaise étaient enracinés. Les admirations politiques de Francis de Pressensé pour le self government et le parlementarisme libéral étaient en opposition absolue avec l'autocratie.

  • 77 Mauriac rappelle ce souvenir dans un article du Figaro du 14 décembre 1944 au moment du voyage de (...)
  • 78 C'est Louis Aragon qui les évoque le 12 décembre 1944 dans Ce Soir.
  • 79 « Bulletin du jour », Le Temps, 15 octobre 1893.
  • 80 « Bulletin de l'étranger », Le Temps, 10 octobre 1896.

74Il n'empêche qu'il a été dans ses Bulletins du Temps un défenseur ardent de l'alliance franco-russe. Comment la justifie-t-il ? Tout d'abord, évidemment il en souligne tous les « bienfaits » et les « mérites » pour le poids de la France en Europe et dans le monde. « Mes enfants, la France n'est plus seule », la célèbre formule qu'on emprunte traditionnellement à François Mauriac77 et ses souvenirs d'enfance vaut pour Pressensé, comme elle vaut pour la quasi-totalité de l'opinion française de l'époque. Au moment de ces fêtes de Toulon qui sont restées dans la mémoire78, l'éditorialiste du Temps laisse percer la profondeur de sa joie patriotique; il prend bien soin, en même temps de distinguer ce « patriotisme digne, calme, sûr de lui-même », du chauvinisme « aveugle et impatient79 ». La fin de l'isolement français n'est pas présentée par lui comme une alliance de revers permettant de préparer la revanche, mais comme un moyen de garantir la paix grâce au rééquilibrage des relations internationales. Désormais, argumente Pressensé dans de nombreux éditoriaux, la paix ne dépend plus du bon vouloir d'une puissance dominatrice : « La paix repose sur un système de contrepoids et de mutuelles limitations80. » De tels propos se situent évidemment dans la ligne d'une diplomatie française soucieuse de rassurer les autres puissances européennes. Mais même s'il est un peu le porte-parole officieux du quai d'Orsay, il n'y a pas de raison de mettre en doute la sincérité de Pressensé.

  • 81 « Bulletin du jour », Le Temps, 30 mai 1895.
  • 82 « Bulletin de l'étranger », Le Temps, 7 octobre 1896.

75Cette alliance franco-russe qui renforce le prestige de la France tout en affermissant la paix est aussi présentée comme une victoire du régime républicain. L'idée est développée à différentes reprises dans les Bulletins du Temps. Le fait que le tsar lui-même, le « dernier représentant en Europe du droit divin complet et sans alliage81 » accepte de s'associer aux héritiers de 1789 est présenté comme la preuve que « la bataille est finie ; notre République entre dans l'histoire européenne comme un lait naturel »... « Le tsar donne à notre régime de liberté, à nos institutions et à nos mœurs nouvelles une consécration officielle et européenne82. »

  • 83 « Bulletin du jour », Le Temps, 10 septembre 1891.

76Plus précisément, c'est la République modérée des années 1890, celle des progressistes, qui est présentée comme gagnante. C'est une République « pleine de sagesse et de maturité », « forte et raisonnable » qui pouvait seule recevoir les hommages du « premier monarque de l'Europe83 ».

77Quelque modérée que lût la République des Méline, Dupuy et Hanotaux, cette argumentation gardait quelque chose de paradoxal. Si l'alliance avec la France était une sorte de reconnaissance de la République par le tsar, l'alliance avec la Russie n'était-elle pas une sorte d'acceptation de l'autocratie par le pays des droits de l'homme ? Certes, sur cette question, le consensus patriotique n'était-il que faiblement entamé par quelques attaques socialistes, et la majorité des Français n'était-elle pas trop regardante sur la situation intérieure de la Russie. Mais il fallait bien donner quand même quelques arguments en faveur du régime, présenter la Russie d'Alexandre III et de Nicolas II sous des traits favorables.

  • 84 F. de Pressensé, « Lettres de Russie », Le Temps, 27 août, 1er, 7, 10, 14, 17, 26 septembre et 1er(...)

78C'est ici que, peut-être, la position personnelle de Francis de Pressensé est la plus intéressante. L'image que donne le Temps de la Russie, de son régime et de son peuple est en partie tributaire, nous semble-t-il, de la culture, des expériences et de l'évolution intellectuelle de son principal rédacteur. On peut s'appuyer ici non seulement sur les Bulletins au jour le jour mais sur le véritable reportage qu'effectue Francis de Pressensé au cours de l'été 1897. Profitant de la visite officielle de Félix Faute à Saint-Pétersbourg fin août, il séjourne un mois et demi en Russie du 10 août au 24 septembre. Il rédige pendant cette période huit longs articles, huit lettres de Russie qui paraissent sous sa signature dans les colonnes du Temps84.

  • 85 F. de Pressensé, « Lettres de Russie », Le Temps, 27 août 1897.
  • 86 « Bulletin du jour », le Temps, 28 juillet 1891.

79On y trouve, au-delà des considérations de politique internationale, une chronique de voyage où il s'efforce de « pénétrer un peu l'âme des choses et celle des gens » à travers des descriptions du pays, de ses villes, de ses monuments et de ses peuples. Pressensé réfléchit sur la religion orthodoxe, sur la situation de la noblesse depuis l'émancipation des serfs, sur la situation économique de la Russie, sur la question polonaise etc. Il n'évite pas de s'interroger sur le système politique et ne se présente quand même pas en admirateur inconditionnel de l'autocratie. Dans sa première lettre85 où il raconte son passage de la frontière, il oppose à son premier contact un peu rude avec les douaniers de ce pays de la bureaucratie et de l'obéissance passive ses souvenirs d'Amérique, et l'impression produite par l'apparition de la statue de la Liberté dans le port de New York. Mais, selon lui, il le disait dès 1891, l'autocratie constitue la forme « naturelle » du gouvernement de la Russie et des Russes, « le couronnement naturel de leur histoire, le naturel développement de leur individualité propre et la condition de leur union86 ».

  • 87 F. de Pressensé, « Lettres de Russie », Le Temps, 27 août 1897.
  • 88 Ibid.

80À cette argumentation historiciste s'ajoute chez Francis de Pressensé une sorte de fascination sentimentale très apparente dans ses impressions de voyage. Il a l'impression de changer d'époque, de se trouver plongé en arrivant en Russie dans un monde comparable à celui de la France du Moyen Age. Quelle expérience pour ce passionné d'histoire et pour cet aristocrate ! « Nous avons dit adieu à l'Occident banal, écrit-il, à notre civilisation rationnelle et utilitaire, à tout l'attirail quotidien de notre existence mesquine et dénuée de pittoresque. C'est une sorte d'Orient sui generis, mais d'Orient chrétien, slave, par conséquent aryen, d'Orient septentrionalisé avec tout ce que le Nord rêveur et mystique peut ajouter au Levant éclatant, fataliste et amoral87. » On pourrait déceler dans cette première impression quelques clichés ou lieux communs fréquents dans les récits de voyage en Russie. Mais la fascination qu'éprouve Pressensé pour les manifestations de la religion populaire et pour leurs conséquences politiques lui est plus personnelle : « J'ai cru saisir par le vil une manifestation de ce mysticisme qui sourd dans les couches de ce peuple comme au xiiie siècle chez les sujets de saint Louis, qui adosse le trône des tsars, non pas à l'autel mais au trône du Dieu vivant, qui fait de la fidélité une vertu religieuse et relève, exalte, ennoblit l'obéissance autant qu'il affermit, consacre et consolide la puissance de l'homme ainsi exhaussé jusqu'aux portes des deux88. »

  • 89 Ibid.

81On n'est plus tout à fait, dans les thèmes qui viennent d'être abordés dans la tonalité du libéralisme classique et de la sensibilité protestante ! On verra qu'il y a là l'indice d'un moment bien particulier de l'évolution politico-religieuse de Francis de Pressensé. II est très frappé en tout cas par les cérémonies orthodoxes où s'exprime une toi « tout ensemble mystique à se perdre dans l'infini des deux et fétichiste à croire au mérite donné par le baiser à une image89 ». Cette version du christianisme lui paraît l'antithèse absolue de celle du protestantisme, le catholicisme pouvant fournir une sorte d'équilibre ou de juste milieu. Au total, cet amoureux du temps jadis, des vieilles pierres et des vieilles églises, est bien davantage séduit par Moscou que par Saint-Pétersbourg, trop froide, trop récente, trop occidentale à son goût. Il aime en Moscou non seulement son Kremlin et ses églises mais la bonhomie sentimentale de son peuple, et le foisonnement des races et des coutumes qu'il y aperçoit.

  • 90 Ibid., 26 septembre 1897.

82Francis de Pressensé regarde aussi avec une sympathie teintée de nostalgie la situation de la noblesse russe et rêve de lui voir jouer un rôle comparable à celui de la noblesse britannique. La noblesse étant le seul gage de self government, sa disparition serait pernicieuse, écrit-il90.

  • 91 Ibid., 1er septembre 1897.
  • 92 « Bulletin de l'étranger », le Temps, 3 octobre 1896.

83On est enfin frappé dans les pages que Francis de Pressensé consacre à la Russie par la fréquence des hommages qu'il rend à la personne du tsar : il vante la douceur, la bonté, la simplicité de Nicolas II, son dédain, presque son horreur, pour l'apparat... sa « simplicité patriarcale » etc91. Dans un Bulletin antérieur à ses Lettres de Russie, il s'était même risqué à écrire : « À l'heure qu'il est, il n'est peut-être pas en Europe de gouvernement, sauf celui de l'Empereur de Russie, qui survivrait à une guerre désastreuse92. » Le pronostic se vérifiera pour la première guerre désastreuse; quant à la seconde...

Un homme tourmenté

84Avant de retrouver les choix politiques de Pressensé nous voudrions nous arrêter un instant sur une dimension plus directement biographique, et dire quelques mots sur ce qu'on peut savoir de sa personnalité privée en ces années du Temps qu'on pourrait considérer sur le plan professionnel comme celles de la réussite.

  • 93 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 143.
  • 94 P. Bernus, « Francis de Pressensé », Pro Armenia, 10 février 1914, p. 3.
  • 95 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 143.
  • 96 Ibidem.
  • 97 « Francis de Pressensé ». Le Temps, 21 janvier 1914.
  • 98 L'expression figure dans son « Discours français » du concours général, AN, AJ 16 777.

85Les témoignages, les souvenirs sur Francis de Pressensé sont assez discrets. On a relevé avant tout sa passion pour les livres, celle d'un bibliophile peut-être, mais avant tout celle d'un érudit, d'un lecteur insatiable, à l'appétit et à la curiosité presque encyclopédiques... Victor Basch évoque « ces livres qu'il a tant aimés et dont il a su rassembler au prix de satisfactions matérielles que tant d'autres eussent jugé indispensables une si belle collection93 ». Pierre Bernus mentionne, lui aussi, sa très belle bibliothèque94. Parmi les livres qu'il a tant aimés, il faut faire une place à part aux ouvrages grecs, et en particulier aux tragiques, « dont la substance était devenue une partie de son âme95 » dit Victor Basch ; Euripide était pour lui « non seulement le plus pathétique mais le plus religieux des dramaturges de tous les temps96 ». Il le lisait évidemment dans le texte d'origine. Selon la notice publiée par le Temps à l'occasion de son décès, « il consacrait chaque jour quelques heures à la lecture de ses auteurs grecs préférés et était devenu l'un des hellénistes les plus érudits de son temps97 ». C'est un point commun que Francis de Pressensé partage avec Jaurès et quelques autres personnalités de cette époque que cet amour du grec, ce besoin de se plonger comme dans une source vive dans la lecture des textes antiques. Mais, en âme plus tourmentée, il préférait à l'Iliade et à l'Odyssée ces tragédies où résonne l'écho du « drame intime qui se joue dans la conscience des personnages98 », pour reprendre une expression du jeune élève de rhétorique. Helléniste, il n'en était pas moins latiniste, anglophone et passionné de littérature anglaise.

86Les quelques parties de son journal personnel qui ont pu être conservés attestent ces multiples facettes de son activité intellectuelle. On a affaire à une sorte de grimoire, d'une écriture à la fois élégante et peu déchiffrable. On imagine que Francis de Pressensé a tracé ses réflexions où se mêlent érudition, morale, religion et politique au cours des longues nuits qu'il devait passer en tête-à-tête avec ses livres. Il rapproche Bismarck de tel ou tel vers de Macbeth, tel discours à la Chambre d'un passage d'Aristophane ou de Thucydide, déniche un détail curieux dans la correspondance du grand Arnauld, cite un fragment d'Aristote en grec, puis un morceau de l'Ecclésiaste en latin, recopiant de longs passages en différentes langues avec leurs références précises. Le génie en moins, mais avec la même progression un peu sautillante de la pensée, on aurait envie de rapprocher ces fragments des Essais de Montaigne

  • 99 La maison est toujours habitée par des descendants de la famille, et nous y avons été reçu en 2000
  • 100 G. Deransart de Pressensé, Souvenirs, op. cit.

87Francis de Pressensé ne semble pas s'être constitué au cours de sa vie d'autre capital que sa bibliothèque. Il n'a pas acquis de domicile personnel. Il a habité jusqu'à la fin de sa vie, 85, boulevard de Port-Royal dans le pavillon que ses parents avaient acheté vers 1884. Dans cette maison, Francis devait certainement avoir son espace privé, ne fut-ce que pour y loger ses livres. Mais la demeure a des dimensions relativement modestes et il semble difficile d'y imaginer un véritable appartement indépendant99. En somme, Francis de Pressensé a vécu avec ses parents jusqu'à leur disparition, celle d'Edmond datant de 1891 et celle d'Élise de 1901. Ses problèmes de vie et d'organisation matérielle en ont certainement été facilités. Le train de vie familial n'était pas très luxueux, mais comme dans toute maison bourgeoise, il y avait du service domestique. La tradition familiale fait seulement état d'une « vieille bonne, Antoinette », « brave mais bougonne » qui « réussissait parfaitement les œufs brouillés et les desserts100 ».

88On peut supposer qu'après la disparition de sa mère, Francis de Pressensé a continué à bénéficier des services de cette vieille domestique, à moins qu'une autre servante n'ait pris la succession. On note également à proximité la présence d'autres membres de la famille. Le pavillon voisin de celui des Pressensé était habité par la sœur d'Edmond de Pressensé et par une fille adoptive. Tout près, boulevard Arago, à la Maison des Missions évangéliques, vivait la plus jeune sœur de Francis de Pressensé, Emilie, avec son mari, le pasteur (et directeur de la maison des missions) Alfred Boegner, et leurs neuf enfants. La présence permanente à ses côtés d'un environnement familial, pour lequel il était le fils, le frère ou l'oncle célibataire, est une caractéristique de la vie de Francis de Pressensé.

  • 101 H. Cordey, Edmond de Pressente et son temps..., op. cit., p. 531.
  • 102 Ibid., p. 531-532.

89Il est d'ailleurs possible que son état de santé, le retour de ses crises de rhumatisme aient rendu nécessaire, en tout cas préférable, cette proximité. C'est une maladie récurrente qui affecte Francis de Pressensé, et durant sa carrière publique, à partir de 1898, les interruptions d'activité de quelques heures à quelques semaines seront fréquentes. Mais certaines des crises des années 1880 et du début des années 1890 ont été particulièrement dramatiques. Henri Cordey nous renseigne de façon assez précise sur elles, en même temps qu'il suggère la complexité du mal : « Le rhumatisme goutteux revenait par périodes souvent longues et le torturait101. » A la fin de 1886, après plusieurs semaines de souffrance, « on dut imposer au malade désemparé un séjour prolongé à Préfargier près de Neuchâtel ». Les influences du grand air et d'un entourage médical et chrétien y « restaurèrent la santé physique et morale du patient102 ». C'est au cours de cette convalescence que Francis de Pressensé demanda à être baptisé. Il reçoit le baptême des mains de son père au début de l'année 1887 à Neuchâtel.

  • 103 Ibid., p. 533
  • 104 Ibidem.
  • 105 Ibid.
  • 106 Ibid., p. 535.
  • 107 Ibid., p. 533.

90Sa santé semble s'être rétablie et il entre au Temps l'année suivante. Mais il n'en a pas fini avec son mal et sa rechute de 1890 coïncide avec un moment particulièrement dramatique de l'histoire familiale. Edmond de Pressensé ressent en effet les atteintes du cancer du larynx qui l'emportera l'année suivante, le 7 avril 1891, au terme d'une longue et douloureuse maladie. Il ne peut pratiquement plus parler à partir du printemps 1890. Le père, si durement atteint, est d'autant plus sensible dans sa correspondance de 1890 aux souffrances de son fils, particulièrement aiguës fin avril et début mai : la goutte ne se contente pas d'attaquer ses membres, elle » pèse sur son cerveau103 ». Telle nuit particulièrement pénible les parents doivent entendre « pendant huit heures cette promenade de fauve en cage que provoque l'excès de la névralgie104 ». Au-delà des moments de paroxysme, la maladie suscite des états dépressifs importants. Elle se « concentre dans la nervosité à la fois surexcitée et déprimée » note le père le 24 avril 1890 ; elle « le rend déplorablement triste et silencieux... C'est comme un brouillard sur un beau paysage105 » écrit Edmond de Pressensé le 27 avril ; dans une autre lettre du 8 mai, il revient sur « le mal mystérieux de son fils Francis, aussi psychologique et nerveux que simplement physique106 ». Une des manifestations « nerveuses » se porte sur les yeux. Après telle crise, « Francis reste tout le jour la main sur ses yeux107 ». Même en temps normal, les yeux sont un de ses points faibles ; très myopes, ils semblent toujours à demi fermés, et on peut avoir l'impression que Pressensé ne regarde pas ses interlocuteurs.

91Comment le malade était-il soigné ? La pharmacopée de l'époque était assez peu efficace. Des remèdes naturels étaient prescrits, en particulier des cures. Francis de Pressensé prend les eaux à Marienbad après son accès du printemps 1890. Il s'y rétablit sans qu'on puisse en conclure qu'il s'agissait là d'un remède miracle. Pendant les crises on lui prescrivait des calmants particulièrement forts, et en particulier de la morphine. Des témoignages indirects, mais qui nous paraissent avoir une grande probabilité, font état d'une accoutumance au moins partielle à l'usage de la drogue. À partir de l'affaire Dreyfus parmi les multiples attaques ad hominem dont Pressensé a fait l'objet celle de morphinomanie revient avec insistance. Certes, on ne saurait y voir une preuve, car il est aussi, et tout autant, traité d'alcoolique, d'eczémateux, de pustuleux etc. Mais alors qu'il cite avec délectation toutes ces autres insultes, s'en dit honoré et flatté, il ne relève jamais ce qui concerne la drogue. Le silence peut sembler ici assez parlant. On ajoutera que le souvenir de cette dépendance (au moins partielle ?) semble s'être transmis parmi certains descendants de sa famille.

92Au-delà de ses souffrances et des remèdes auxquels il a dû faire appel, Francis de Pressensé a quand même réussi jusqu'à la fin de sa vie à affronter sa maladie, finissant toujours par surmonter à la fois la douleur physique des crises et les moments de dépression « morale » qui les suivaient, pour se retrouver pleinement lui-même et faire preuve en temps « normal » d'une activité et d'une puissance de travail peu communes.

  • 108 D. Halévy, Regards sur l'affaire Dreyfus, Paris, éd. de Fallois, 1994, p. 119 (réédition, textes r (...)
  • 109 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 150.
  • 110 L'Aurore, 10 août 1899.

93Il reste que cette maladie a certainement modelé sa personnalité et que son corps en a en tout cas été fortement marqué ; ses mains, tout particulièrement la main droite, semblent avoir été très déformées. Les membres inférieurs ne sont pas moins atteints. Il doit utiliser des cannes et se déplace assez difficilement. Le fait a frappé les témoins. Le 2 octobre 1898, lors de la manifestation de la salle Wagram, Daniel Halévy, jeune dreyfusard à qui on montre Pressensé, a vu un « vieillard lourd, marchant à petits pas raides avec l'aide d'une canne108 ». Le « vieillard », né en septembre 1853, n'a que 46 ans. L'assez forte corpulence de Pressensé accentuait peut-être l'impression de handicap physique qu'il pouvait produire, et qu'il a lui-même ressentie. Victor Basch explique à ses obsèques qu'il avait écrit à la fin de sa vie, en automne 1913, un « conte symbolique » où « il s'est représenté sous les traits de Polyphème, comme une sorte de cyclope entravé par son poids et sa matière109 »... Quelques allusions antérieures suggèrent qu'il éprouvait une sorte de complexe de laideur, même s'il sait fort bien pendant l'Affaire répondre avec ironie aux attaques visant son physique : « Nos adversaires dénoncent au dégoût des populations nos infirmités, nos tares et nos laideurs. Humblement nous courbons la tête en pensant avec mélancolie que le destin est bien inique dans ses partages et qu'il n'aurait pas dû donner au nationalisme rien que des Adonis et au révisionnisme rien que des monstres de difformité110. »

  • 111 F. de Pressensé, Le Cardinal Manning, p. 85.

94On peut penser que cet état maladif et ce handicap physique ont pesé sur la vie affective et amoureuse de ce célibataire endurci. Nous devons ici avouer notre ignorance. Francis de Pressensé a-t-il mené une existence quasi monacale ? A-t-il eu des passions, des liaisons, des déceptions amoureuses ? A-t-il eu, ce fils de pasteur défenseur des valeurs puritaines, telles ou telles pratiques « pécheresses » ? Faut-il interpréter comme l'aveu voilé de certaines transgressions les lignes de la préface de son livre sur le cardinal Manning où, se comparant à son père, il précise qu'il « ne saurait vivre de la foi qui suffisait à une âme (celle de son père) moins livrée aux puissances du mal111 » ? Ce n'est pas certain. Il semble avoir eu une réputation assez rigoriste. Parmi les nombreuses attaques dont il a fait l'objet, nous n'en avons pas relevé une seule qui l'accuserait de se livrer au démon de la chair. Il peut être l'alcoolique, le drogué, le difforme, mais pas le débauché.

  • 112 Voir E. de Pressensé, Un héros, le lieutenant-colonel Picquart, Stock, 1899, p. 251-252.

95Une autre hypothèse qu'on ne peut pas écarter a priori serait l'existence chez lui de penchants homosexuels. Elle ne nous paraît pourtant pas très vraisemblable, au moins pour une homosexualité avérée et pratiquée. Il n'a pas subi d'attaques ou d'allusions perfides à ce sujet, alors que de tels coups bas étaient assez fréquents. Il suffit de rappeler le surnom de « Georgette » dont était affublé le colonel Picquart dans la presse antidreyfusarde. Pressensé s'indigne, en les jugeant absurdes, ce qui n'était peut-être pas le cas, de ces rumeurs concernant Picquart, dans un passage du livre qu'il lui a consacré112. Aurait-il relevé ces « calomnies infâmes », s'il avait fait partie de la minorité dénoncée ?

  • 113 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914. p. 150.
  • 114 Voir F. Basch II, Victor Basch, Plon, 1994, p. 112.
  • 115 H. Cordey, Edmond de Pressensé et sou temps.... op. cit., p. 535.

96Au total, sur le plan amoureux, on a l'impression d'un homme qui a vécu dans la frustration, d'un homme qui « ayant le cœur plein d'amour ne trouve pas d'écho à sa tendresse113 » dit encore Victor Basch. Le seul sentiment attesté que nous connaissions à Pressensé est le lien platonique qui l'unit à la fin de sa vie à Yvonne Halbwachs, jeune mariée et fille de Victor Basch114. Yvonne donnera le prénom de Francis à son fils aîné. Y a-t-il eu, bien avant, un grand amour, un grand sentiment contrarié par sa famille ? Faut-il y voir une allusion (et un remords) dans ce passage d'une lettre d'Edmond de Pressensé écrite après une crise de son fils le 8 mai 1890 : « J'ai crié à Dieu avec larmes pour ce fils bien aimé, demandant le pardon pour tout ce que j'ai mêlé de contraire à sa volonté, même à ce qu'il y a de plus beau et de plus noble dans la vie115 » ?

  • 116 Souvenirs de Camille Pariset, op. cit., p. 71.

97De manière plus terre à terre c'est un célibataire fort mélancolique qu'évoquent les souvenirs de Camille Pariset : « Pariset a gardé le souvenir d'une rencontre avec Pressensé à l'Alcazar, avenue des Champs-Elysées par une splendide soirée d'été. Celui-ci, plus tunèbre et désabusé encore que d'habitude, lui fit, dans ce lieu de joie professionnelle, les confidences les plus lugubres sur sa vie manquée, sur le vide d'une existence sans but et sans intérêt... » « Cette confession amère, parmi les flonflons de la musique du café-concert, parut à Pariset très pénible : il crut qu'il n'avait rien de mieux à faire qu'à lui conseiller de se créer des obligations et des devoirs en fondant une famille. Cette perspective d'entrée dans le cadre matrimonial n'eut du reste aucun succès116. »

  • 117 Ibid., p. 70.
  • 118 Discours de M. Victor Basch, BOLDH, 1er février 1914, p. 150.

98Pariset insiste d'ailleurs lui aussi sur le handicap physique qui était peut-être une entrave à « l'entreprise matrimoniale » : « D'un physique ingrat, affligé d'une forte myopie, l'œil restant incomplètement ouvert, il laissait à ceux qui l'approchaient le sentiment d'une barrière infranchissable. » « C'était au fond un très grand timide et, à raison de sa timidité, capable dans sa conduite morale d'attitudes excessives. C'était aussi un inquiet destiné à verser dans la neurasthénie117. » Cette vision de Camille Pariset correspond assez bien à l'impression qu'avaient de Pressensé, dit Victor Basch, « ceux qui n'ont pas vécu dans son intimité » : « Il avait l'abord distant, la parole brève, la poignée de mains courte. Le sentiment qu'il inspirait tout d'abord était le respect et l'admiration plutôt que l'affection118. »

  • 119 G. Deransart de Pressensé, Souvenirs, op. cit.

99Le souvenir gardé par certains membres de la famille donne une image plus souriante. Sa nièce, Germaine Deransart de Pressensé, évoque dans ses souvenirs la grande admiration qu'elle avait pour son oncle Francis : « À Madeleine [sa cousine Madeleine Boegner] et moi, il racontait des histoires merveilleuses mi inventées mi tirées de ses lectures, ou bien il nous traduisait à livre ouvert du Shakespeare, du Wells, parfois un bout de tragédie grecque, nous adorions ça119. »

100Un passage du journal de Pressensé confirme cet amour des enfants en même temps qu'une certaine peur des relations féminines et de la sexualité :

  • 120 Il s'agit de Louis Sébastien le Nain de Tillemont, élève des Solitaires de Port-Royal et historien (...)
  • 121 IIIe Common Place Book de Francis Charles de Hault de Pressensé commencé le 21 décembre 1895. p. 3 (...)

« Les austères et les forts ont toujours été des tendres. Voyez à l'égard des enfants — c'est-à-dire là-même où ne se mêle pas, comme pour les femmes, un élément sexuel perturbateur — voyez ces hommes de rigueur et d'ascétisme, Calvin (lettres sur la mort d'une toute petite fille), St Cyran (lettres à sa petite mère [ ?] et sur la mort de cet enfant), et dans la vie de De Tillemont120, l'historien, le savant, l'érudit, le prêtre, compassé, un peu raide, un peu gauche, ce chapitre où après avoir décrit ses conversations avec les petits vachers et autres rustres pour leur faire comprendre qu'ils avaient une âme et le péché etc. on ajoute : "Il aimait leur simplicité (aux enfants) et révérait en quelque sorte leur innocence121 »

  • 122 «Discours de M. Victor Basch », BOLDH. 1er février 1914, p. 150.

101Pressensé doit un peu, nous semble-t-il, parler de lui-même à travers ce solitaire de Port-Royal, « compassé », « raide », « fort », « un peu gauche », « austère », mais « tendre » en même temps. En tout cas, le témoignage de Victor Basch va exactement dans ce sens : « Francis de Pressensé, dit-il, avait un besoin profond d'affection et de tendresse qu'ont ignoré tous ceux qui n'ont pas vécu dans son intimité [...]. Il a profondément souffert de cette désharmonie entre son allure extérieure et son être véritable122. »

102Pour terminer cette évocation de façon plus anecdotique, nous pouvons nous référer à cette silhouette de promeneur avec chien que dessine un article de journal du début du xxe siècle, par ailleurs très hostile à Pressensé ; le portrait est chargé, mais la description donne l'impression d'une « chose vue », avec un des points qui frappent dans les photos de Pressensé, ces immenses favoris, déjà bien démodés vers 1900, qui le faisaient comparer, plus souvent qu'à un homme de la Bourse comme ici, à un clergyman britannique :

  • 123 L. Teste, « Le diable du Parlement », Le Patriote 1er mai 1903. L'article figure dans les archives (...)

« Si vous vous êtes jamais promené sous la colonnade de la Bourse, vous avez dû remarquer des hommes à favoris et à moustaches, aux chairs blafardes et huileuses, à la démarche lourde, à l'air absorbé. Bien que n'ayant, je crois, jamais mis les pieds dans ces lieux-là, M. Francis de Pressensé a tout à fait le type de ceux qui les fréquentent. Il s'en distingue toutefois, en ce qu'il tient d'ordinaire un chien en laisse et, comme il a toujours la tête plongée dans un journal ou dans une brochure, on peut penser que c'est un aveugle qui se fait conduire par son caniche, mais qui veut nous faire accroire qu'il peut lire123. »

Un libéral conservateur

L'héritier du centre gauche

103Le rédacteur du Temps n'est pas qu'un observateur de la situation internationale. Il est aussi l'héritier d'une tradition politique qui a eu son heure de gloire dans la décennie fondatrice des années 1870. Les ministères Dufaure et Waddington, qui avaient coïncidé avec l'entrée en politique de Francis de Pressensé, avaient été un peu le chant du cygne du parti auquel il était attaché. Avec la République républicaine, le centre gauche s'était retrouvé déporté à droite et marginalisé. Quelles perspectives pouvait offrir à un représentant de la nouvelle génération cette nébuleuse un peu fatiguée, avec ses réseaux de notabilités bourgeoises repliées sur le sénat, avec ses académies, ses publications comme Le Temps, la Revue des Deux Mondes ou le Journal des Débats fréquentées par un lectorat restreint de gens « considérables », cultivés et modérés, avec sa difficulté à trouver le contact avec le peuple et à s'exposer au plein vent des réunions électorales et du suffrage universel ?

  • 124 Il parait en février 1885, dans le n° 2 de la Revue contemporaine, littéraire, politique et philos (...)
  • 125 F. de. Pressensé, « Physiologie du conservateur », Revue contemporaine, février 1885, p. 245-246.
  • 126 Ibid., p. 255.
  • 127 Ibid., p. 256-257.

104Francis de Pressensé a toutefois longtemps continué à s'en réclamer. Sans qu'il se soit complètement lancé dans l'arène, malgré les quelques tentatives que nous allons mentionner, il a développé dans les années 1880 et 1890 une réflexion politique pour tracer des perspectives au vieux libéralisme, pour lui permettre de sortir de l'impasse où il semblait engagé. Nous possédons un certain nombre de textes politiques datant des débuts de sa carrière. Le plus intéressant est celui qui a paru en 1885 dans la Revue contemporaine sous le titre un peu « balzacien » de « Physiologie du conservateur124 ». Il se présente moins comme un texte partisan que comme une étude de science politique qui cherche à dégager de l'histoire, et surtout de l'histoire britannique, quelques règles de fonctionnement et quelques enseignements. Il distingue trois dimensions principales du conservatisme, qui correspondent à trois familles d'esprit : une dimension un peu « ruminante » d'acceptation calme de ce qui est, une dimension plus poétique et sentimentale de nostalgie du passé, « de vénération des mœurs et des coutumes du temps jadis125 », et enfin la dimension de l'intelligence. Un parti conservateur n'a, selon Pressensé, de chances de réussir que s'il réussit à ne pas s'abandonner à la pente tracée par les deux premières dimensions, celles qui lui sont, pour ainsi dire, consubstantielles, et s'il confie sa direction à « cette force qui lui est étrangère, presque hostile en soi, à l'intelligence126 ». C'est le rôle du chef, qu'il soit venu d'ailleurs comme Disraeli, ou qu'il soit capable de s'élever au-dessus de l'esprit partisan comme Robert Peel, d'imposer à ses troupes les sacrifices, les renonciations inévitables, celles qui ont abouti en Angleterre à ce « résultat merveilleux » de « faire sortir le conservatisme plus puissant et plus grand d'un demi-siècle de concessions, de compromis, de réformes législatives et de triomphes libéraux ». Le parallèle assez classique entre l'Angleterre et la France est servi ici par une excellente connaissance de l'histoire britannique : Pressensé oppose les succès du « conservatisme intelligent, intermittent et transactionnel d'un Robert Peel ou d'un Beaconsfield » au « conservatisme inflexible d'un Guizot », à ce « doctrinarisme hautain, honnête et étroit » qui s'est plusieurs fois brisé en France sur le roc d'une révolution127.

  • 128 F. de Pressensé, « De Ferry à Brisson ou le 15e ministère de la République », Revue contemporaine,(...)
  • 129 La correspondance de Reinach est déposée à la Bibliothèque nationale, département des manuscrits.  (...)
  • 130 Lettre du 17/01/1889, BN N.A.Fr. 13 577, 127-128.
  • 131 N.A.Fr. 13 577, 131-132.

105On peut estimer que vers 1885 l'idéal de république modérée de Francis de Pressensé n'est pas très éloigné de ce conservatisme intelligent et qu'il est sensible en tout cas chez un homme d'Etat à la capacité à ne pas céder aux sirènes de la facilité et de l'esprit partisan. C'est ainsi que dans un autre article de la même revue il rend un hommage mesuré mais réel au ministère Ferry au lendemain de sa chute128. Comme Ferry et comme les vieux libéraux parlementaires du centre gauche, Pressensé est de ceux qui dans les années suivantes ont été les plus précocement et les plus irréductiblement hostiles au boulangisme. La défense du libéralisme parlementaire, l'hostilité viscérale à la démagogie, s'associent ici aux souvenirs du second Empire, et du combat paternel contre le césarisme. Attesté par le témoignage de ses proches au moment de ses obsèques cet engagement anti-boulangiste se révèle aussi dans la correspondance qu'entretient à partir de 1889 Francis de Pressensé avec Joseph Reinach129. Dès sa première prise de contact, motivée par la sortie de son livre sur l'Irlande, Pressensé y fait allusion : il exprime à Reinach son plein accord avec la « campagne courageuse et intelligente » menée par la République française « contre la syphilis [sic] boulangiste130 ». II y revient dans une lettre du 28 septembre 1889 où il félicite Joseph Reinach pour son élection à la Chambre obtenue, lui dit-il, à la suite de « la campagne que vous avez menée contre le boulangisme et aussi contre ses causes protondes, j'entends le sot radicalisme intransigeant131 ».

  • 132 N.A.Fr. 13 577, 134-135.

106C'est ce radicalisme que Pressensé continue à dénoncer en 1891 après la retombée du soufflé boulangiste. Il exprime dans une longue lettre datée du 30 janvier 1891 son soutien à Reinach à la suite du duel oratoire sur la Révolution qui l'avait opposé à la Chambre à Clemenceau. Cet épisode est surtout connu par le discours de Clemenceau et sa fameuse formule : « La Révolution est un bloc. » C'est à la fois à cette formule et à son auteur, qui n'a selon lui reçu que les « applaudissements des sots », que s'en prend Pressensé : « Pour moi qui n'ai pas besoin de vous exprimer mon sentiment sur la Terreur et sur cette théorie monstrueuse de la Révolution une et indivisible, j ai été heureux [ de voir] en cette occasion se faire une fois de plus la démonstration [...] de ce qu'est le libéralisme de M. les radicaux » [...]. « Encore une fois merci de vos paroles éloquentes et courageuses au nom de ce grand parti qui n'a pas la superstition de 93, qui hait le jacobinisme non seulement dans sa parodie misérable mais dans les grands premiers rôles de la pièce originale et qui voit en M. Clemenceau le bellatore de la troisième République132. »

Les années 1890 : crise du libéralisme, ralliement, esprit nouveau

  • 133 F de Pressensé, La France, les partis et les élections, Paris, Imprimerie Pariset, 1893.
  • 134 F de Pressensé, « La République et la crise du libéralisme », Revue des Deux Mondes, 15 février 18 (...)

107En ce début des années 1890, Francis de Pressensé éprouve le besoin de s'engager plus directement en politique et se présente aux élections de 1893. Fort malheureuse sur le plan électoral, sa tentative n'est pas sans intérêt sur le plan des idées et des propositions. Pressensé exprime à la veille des élections ses conceptions dans une brochure intitulée La France, les partis et les élections133. Après son échec, il va les reprendre de manière plus approfondie dans un long article intitulé « La République et la crise du libéralisme » que publie la Revue des Deux Mondes en février 1897134. Dans l'un comme dans l'autre texte, Pressensé appelle à une sorte de « refondation » de la République, accomplie en opérant, sous l'égide du libéralisme, l'union du centre et de la droite, des conservateurs et des modérés.

  • 135 F de Pressensé, « La République », art. cit., p. 770.

108Il s'en prend avec la plus grande vigueur à la politique de concentration républicaine. Il s'agit, pour employer le langage de la lettre à Reinach, de casser le bloc de 89 et de 93, d'en finir avec ce que Pressensé appelle « la complicité désastreuse du centre et de l'extrême gauche » qui a eu en particulier pour résultat le noyautage de l'administration et de l'enseignement par un radicalisme sectaire et par « les commis voyageurs de la libre pensée135 ».

  • 136 Ibid., p. 773.

109C'est un euphémisme de dire que Francis de Pressensé est favorable au ralliement catholique. Il y voit une chance historique, le seul moyen d'éviter les dérives césariennes ou démagogiques, et, plus encore, d'empêcher « l'affaissement sur place » du régime dans une course cynique aux places et aux profits. On notera à titre anecdotique que, quarante-sept ans avant Pétain, il utilise pour faire allusion aux scandales financiers et souligner le contraste entre deux générations républicaines, celle de l'Empire et celle des « marécages fin de siècle », la formule : « L'esprit de jouissance tend à supplanter l'esprit de sacrifice136. »

  • 137 Ibid., p. 786

110Pour sortir du marais, il ne suffisait pas, selon Pressensé, aux républicains de gouvernement, de parler, comme l'avait fait Spuller et avait semblé l'accepter Méline, d'un « esprit nouveau », et de mettre un peu d'eau dans le vin de l'anticléricalisme. Il s'agissait d'opérer un changement complet d'alliances, de rompre avec les radicaux, avec la concentration et même avec la « République républicaine », et d'opérer une grande réconciliation historique qui associerait les catholiques au gouvernement. « La république ne sera vraiment intangible, ajoutait Francis de Pressensé, que le jour où elle aura laissé les ralliés la gouverner137. »

  • 138 Ibid., p. 789.

111Le programme de cette « nouvelle » alliance de la droite et du centre devrait être à la fois conservateur et libéral... Francis de Pressensé le formule assez nettement : maintien du système parlementaire, décentralisation pour rompre définitivement avec le système autoritaire hérité de Richelieu et de Napoléon, liberté d'association, y compris, et peut-être surtout, pour les congrégations religieuses, rapports positifs entre l'Église et l'État, réforme scolaire pour en finir avec l'intolérance anticléricale de l'enseignement laïque. Il dénonce vertement « l'injustice d'une loi scolaire qui n'a pas su comprendre que la liberté de conscience est autant et peut-être plus violée par la distribution au nom de l'État et aux frais du contribuable d'un enseignement absolument irréligieux que par l'imposition d'un enseignement confessionnel138 ».

112On pourrait estimer que le programme de Francis de Pressensé ressemblait à celui de son père avec la séparation des Églises et de l'État en moins, et que, pour tout dire, il sentait un peu la naphtaline, le retour à la république conservatrice de M. Thiers étant quand même peu probable. Il est pourtant adapté d'un autre point de vue à son temps, celui de Rerum novarum et de la poussée du socialisme.

Une ouverture sociale

  • 139 Ibid., p. 802-803.

113S'il préconise un coup de barre à droite sur le plan politique, Francis de Pressensé veut donner un coup de barre à gauche sur le plan social, rompant avec la tradition individualiste libérale. Il se prononce pour une législation sociale étendue, en partie inspirée du socialisme d'État à l'allemande. Il est indispensable selon lui de « prendre en main la législation protectrice du travail ; créer enfin des institutions sérieuses de conciliation et d'arbitrage ; toucher à la question de l'assurance obligatoire contre le chômage, la vieillesse et la maladie ; aborder la réglementation sanitaire des ateliers et des logements, l'organisation efficace de l'inspection, la limitation des heures de travail des femmes, des enfants, et de certaines industries spéciales, ainsi que le problème si ardu et si urgent du minimum vital de salaire139 ».

  • 140 Ibid., p. 803.
  • 141 Ibid., p. 804.

114On peut déceler plusieurs influences dans ce programme « de justice sociale140 ». Pressensé cite trois forces qui peuvent converger dans l'élaboration de cette législation : « Le souffle du christianisme, l'esprit du siècle et l'action de la science141. » La première est sans doute celle qui à cette époque exerce sur lui la plus forte influence. Son livre sur le cardinal Manning est contemporain de son article sur la crise du libéralisme. Il y rend hommage à l'apôtre des ouvriers et, dans sa préface, à l'encyclique Rerum novarum. Il semble aussi avoir beaucoup admiré l'action et les discours d'Albert de Mun. À côté de cette influence du catholicisme social on peut mentionner celle, plus ancienne, du christianisme social protestant. Francis de Pressensé a été très proche du fondateur du christianisme social, le pasteur Tommy Fallot. Pensionnaire des Pressensé dans sa jeunesse, prédicateur à la chapelle du Nord, une paroisse libriste très liée à Taitbout, Fallot a aussi beaucoup travaillé avec Edmond de Pressensé, en particulier dans la lutte pour l'abolition de la prostitution réglementée. Dans l'assemblée fondatrice du mouvement du christianisme social organisée à Lyon en novembre 1889, Francis de Pressensé était venu présenter une conférence et apporter son soutien. Toutefois, à la fin des années 1890, Fallot, devenu pasteur d'une paroisse rurale, a pris du recul par rapport au mouvement qu'il avait créé. Quant à Francis de Pressensé il se situe de moins en moins dans une sphère protestante.

  • 142 F. de Pressensé, « Le congrès socialiste international de Londres » Revue des Deux Mondes. 1er sep (...)
  • 143 Ibid., p. 150.
  • 144 Ibid., p. 158.
  • 145 Ibid., p. 160.

115En revanche, tenant compte de « l'esprit du temps » et de « la science », Francis de Pressensé a commencé à ce moment-là à s'interroger sur le socialisme. Il ne médite pas seulement sur les initiatives bismarckiennes ou post-bismarckiennes, sur le « socialisme d'État » à l'allemande qu'il mentionne dans nombre de Bulletins du Temps. Il s'intéresse au vrai socialisme. C'est ce qui ressort de l'étude qu'il publie dans la Revue des Deux Mondes en septembre 1896 sur le congrès socialiste international qui venait de se tenir à Londres142. Ce fut le dernier congrès de l'Internationale où des anarchistes aient été présents. L'essentiel des débats, particulièrement houleux, a d'ailleurs porté sur leur exclusion. Elle est finalement votée, sur proposition de Bebel et de la social-démocratie allemande, par la grande majorité des délégations. Sur les vingt nations représentées deux seulement, dont la France, malgré Jaurès et Millerand, ont voté contre l'exclusion. Rendant compte de ces faits, Francis de Pressensé fait un compte-rendu des débats qu'on peut qualifier de sérieux et de bien informé. S'il se veut en principe équitable et détaché, l'auteur ne peut s'empêcher d'affirmer ses antipathies et ses sympathies au moins relatives. Il préfère le « socialisme scientifique » à l'anarchisme, prend parti, si on peut dire, en faveur de Marx, « ce dialecticien incomparable, cet historien merveilleusement informé de l'évolution industrielle anglaise143 » contre Bakounine avec son « amorphisme ou son nihilisme », « qui haïssait [de Marx] autant le sens pratique que les doctrines. » II reconnaît la cohérence de la théorie socialiste « étatiste et antilibertaire144 », mais décèle une contradiction radicale entre la doctrine économique « communiste » et la doctrine politique antiétatique des anarchistes145.

  • 146 Ibid., p. 155.
  • 147 Ibid., p. 163.

116Commentant par ailleurs les tensions au sein de la délégation française, il laisse percer sa préférence pour le socialisme réformiste et parlementaire de Jaurès et Millerand contre la « méthode révolutionnaire pure et simple » et contre « cette coalition des blanquistes, des allemanistes, de quelques indépendants à tous crins et des anarchistes pur sang qui se sont opposés à eux146 ». Certes, parle-t-il avec quelque amusement des deux « sophistes », « Prodicus et Gorgias », ou des deux orateurs, « Hortensius et Cicéron », mais il reconnaît le « succès éclatant » remporté par « la parole abondante et colorée de M. Jaurès, et, à un moindre degré par la faconde d'avocat de M. Millerand147 ».

  • 148 Ibid., p. 161.
  • 149 Ibid.
  • 150 Ibid., p. 802.

117Pressensé formule à la fin de son article le souhait que les socialistes aient « le courage de dépouiller la vieille défroque révolutionnaire148 ». On pourrait estimer que cette hiérarchie des préférences et des antipathies ne faisait qu'exprimer quelques idées reçues dans le milieu bourgeois à qui s'adressait Pressensé. Il nous semble pourtant qu'il va un peu au-delà, qu'il s'est réellement intéressé aux diverses tendances du mouvement ouvrier, et aux problèmes posés par le socialisme. Par ailleurs dans son appréciation de la vie parlementaire de l'époque on a l'impression que son hostilité à l'égard de l'extrême gauche socialiste est moins forte, moins viscérale que celle qu'il continue à professer contre ses vieux ennemis radicaux. Il y a d'ailleurs cohérence entre cet intérêt pour les socialistes et le programme social tracé par Pressensé. Certes, ce programme a-t-il avant tout pour but de permettre à la « grande armée conservatrice149 » de combattre le péril socialiste. Mais quand il parle de « poser hardiment le pied dans cette voie du socialisme d'État conservateur qui peut seule d'étape en étape, nous mener sans révolution à la juste société de l'avenir150 », on n'a pas l'impression de se trouver aux antipodes du programme de Saint-Mandé.

Éclectisme et engagement

  • 151 L’expression figure dans la préface de la brochure La France, les partis et les élections, op. cit (...)
  • 152 F. de Pressensé, « La République », art. cit., p. 795.
  • 153 Ibid., p. 801.

118Le Pressensé de la fin des années 1890, à la veille de l'affaire Dreyfus, semble avoir du mal à choisir entre diverses postulations simultanées. On se demande s'il ne crée pas une chimère, une sorte de « monstre théorique », quand il ajoute l'épithète « libéral » à son « socialisme conservateur » pour préconiser un « socialisme d'État libéral et conservateur151 » ! Il garde en effet une certaine nostalgie à l'égard du vieux libéralisme dont il diagnostique la crise mondiale ; il en épie en particulier les symptômes dans le pays de Cobden, cette Angleterre désormais « démocratisée et vulgarisée » : « La patrie à jamais vénérable du régime parlementaire, la terre classique et glorieuse du libéralisme glisse sur la pente de cet impérialisme bâtard dont Disraeli avait fait le rêve malsain152. » Mais s'il n'accueille pas avec enthousiasme ce qu'on a pris l'habitude d'appeler « l'ère des masses », il est convaincu de la nécessité de s'adapter à une nouvelle donne : « L'intérêt suprême de la liberté, ce n'est pas que le régime soi-disant libéral subsiste tel quel... Après tout, rien n'est pire que la survivance de formules périmées et de partis qui ont perdu leur raison d'être153 », écrit-il à propos de la France.

  • 154 Ibid., p. 783.

119Son éclectisme théorique n'empêche pas Pressensé de formuler nettement ses préférences : il soutient globalement la politique des « progressistes », parlant avec faveur dans son article de septembre 1896 du gouvernement Méline « qui compte tant d'hommes dont les talents et les services méritent respect et gratitude154 » ; il s'oppose en revanche au cabinet Léon Bourgeois dont il approuve le renversement par le Sénat. Mais s'il loue intégralement la politique extérieure de Gabriel Hanotaux, il formule à l'égard de la politique intérieure des cabinets progressistes, de Méline comme antérieurement de Dupuy, deux critiques simultanées : une critique de droite, tout d'abord, qui leur reproche de ne pas avoir rompu définitivement avec la politique de concentration républicaine, et de ne pas avoir opéré à l'occasion du ralliement une véritable réconciliation historique avec les catholiques ; mais en même temps une critique de gauche, qui met en cause leur inertie en matière sociale. La première critique se réclame du libéralisme contre le sectarisme anticlérical. La seconde met en cause au contraire un attachement trop rigide à la doctrine du libéralisme économique. On pourrait estimer que Pressensé était, par ces positions, plus proche d'Albert de Mun que de Méline, même si l'utilisation positive du mot libéralisme n'était pas très bien portée du côté du catholicisme intransigeant.

Une première tentative électorale

120Pressensé ne s'était pas contenté de formuler ces idées, il avait cherché à les faire approuver par les électeurs en se présentant aux élections législatives de 1893 dans la 4e circonscription de la Seine, qui regroupait les deux communes de Boulogne et de Neuilly-sur-Seine. Ce premier contact avec le suffrage universel s'est avéré décevant : Francis de Pressensé obtient au premier tour 421 voix sur plus de 9000 suffrages exprimés, soit environ 4,6 %. Sa candidature n'a guère attiré l'attention et on peut penser qu'il n'a bénéficié d'aucun réseau ou comité électoral solide. Un duel sévère a opposé dans cette circonscription Maurice Barrés, député boulangiste de Nancy en 1889, mais qui avait préféré rechercher une réélection dans la Seine, au candidat républicain radical Lefoullon. Bien que Barrés soit arrivé en tête au premier tour, Lefoullon est élu de justesse au second tour après avoir axé sa campagne sur la nécessité de barrer la route au « candidat du 2 décembre ».

121C'est bien là ce qu'avait essayé de taire Pressensé au premier tour. Il a mené contre Barrés une campagne très vigoureuse, émaillée d'un incident qui constitue le tait le plus marquant de sa candidature. Au cours d'une réunion électorale, le 16 août 1893, une altercation se produisit entre Barrés et Pressensé, qui aboutit à un duel. L'éditeur des carnets de Barrés, qui rapporte cet incident, indique qu'après hésitation, la qualité d'offensé avait été reconnue à Francis de Pressensé qui, ayant le choix des armes, se prononça pour le pistolet. Deux balles furent échangées sans résultat. Tout ceci était dans la norme. Un petit fait a néanmoins alimenté la polémique : Pressensé semble avoir tiré de la main gauche, très probablement à cause du rhumatisme qui handicapait sa main droite. Il fut accusé d'avoir volontairement tiré en l'air, ce qui aurait été une façon de mépriser son adversaire ; ce soupçon, comme on le verra, a peut-être effleuré Barrés lui-même.

La tentation catholique

122Malgré son engagement politique, avec tous ses aléas, on peut considérer que dans ces années 1890, Francis de Pressensé a surtout été préoccupé par la question religieuse. Les passages qui ont été conservés de son Note book sont un témoignage particulièrement éclairant sur sa toi et sur son questionnement, sur ce qu'on pourrait appeler une double tentation catholique et mystique. Le même climat se retrouve dans le livre qu'il consacre au Cardinal Manning et qui paraît en 1896.

Le cardinal Manning

Un sujet d'actualité

  • 155 J. Lemire, Le cardinal Manning et son action sociale, Paris, Librairie Victor Lecoffre, 1893. Hemm (...)

123La biographie du cardinal Manning constitue l'ouvrage le plus important de Francis de Pressensé, celui qui en tout cas a eu le plus de résonance, et suscité le plus de débats et de polémiques. Comme pour l'Irlande, le sujet était dans l'air du temps. La médiation assurée par le cardinal, ce grand vieillard qui s'était fait le défenseur des ouvriers, lors de la dramatique grève des dockers de Londres en août et septembre 1889 avait frappé les esprits. L'émotion du peuple ouvrier britannique au moment de son décès en janvier 1892 avait aussi été remarquée. La figure du « cardinal des pauvres » pouvait sembler exemplaire au moment où l'Église formulait avec l'encyclique Rerum novarum ce qu'on allait rapidement appeler sa doctrine sociale. Dès 1892, l'abbé Lemire, qui n'allait être connu du grand public que l'année suivante comme député d'Hazebrouck, puis un peu plus tard l'abbé Hemmer, avaient publié en français des ouvrages consacrés à Manning155.

124Quoique protestant, ou parce que protestant, puisqu'il s'agissait d'évoquer la personnalité d'un prêtre qui avait quitté l'Église anglicane pour rejoindre l'Église catholique, Pressensé semblait particulièrement habilité à reprendre le sujet. Spécialiste de l'histoire des îles britanniques, il s'était déjà intéressé au catholicisme et à la question religieuse à propos de l'Irlande. Sa parfaite connaissance de l'anglais lui permettait de puiser directement aux sources. Il ne cite et n'utilise d'ailleurs dans son livre que des documents et des textes en langue anglaise, faisant un sort tout particulier à la biographie de 1 600 pages de Purcell qui venait de paraître, et qu'il critique abondamment. Mais il avait certainement amassé une documentation plus ancienne sur le mouvement d'Oxford. Il laisse d'ailleurs entendre dans sa préface que la biographie de Manning ne représentait qu'un fragment et une esquisse du grand livre qu'il rêvait d'écrire sur l'histoire de l'anglo-catholicisme.

Une biographie intégrale

125Le Manning de Pressensé est constitué de deux parties de longueurs à peu près égales intitulées : « Les années protestantes » et « Les années catholiques ». Ces deux parties avaient paru l'une après l'autre dans la Revue des Deux Mondes le 1er et le 15 mai 1896. Le prestige culturel de la revue dirigée par Ferdinand Brunetière, le contexte intellectuel global avaient sans doute donné une particulière résonance à cette double étude. Pressensé se décide rapidement à la publier en volume. Mais devant les nombreuses réactions qui s'étaient exprimées, il ajoute aux deux articles une très volumineuse préface. II y explique et justifie l'orientation de son livre et laisse entrevoir son propre itinéraire religieux. Il est vrai que le contenu des deux articles avait de quoi surprendre de la part d'un protestant, a fortiori de la part du fils d'Edmond de Pressensé, le défenseur de l'individualisme religieux et le critique vigoureux du concile de Vatican I.

126Le livre de Francis de Pressensé constitue une vraie entreprise biographique. Il cherche à comprendre et à évoquer l'itinéraire intérieur d'un homme, à retracer « l'histoire d'une âme », pourrait-on dire en employant le vocabulaire de l'ouvrage. Il se centre tout particulièrement sur le problème de la conversion. Cette approche donnait à l'œuvre une tonalité personnelle et affective, elle évitait le côté un peu pesant de l'érudition qu'on pouvait relever dans le précédent ouvrage sur l'Irlande. Si on compare le Manning de Francis de Pressensé à celui de l'abbé Lemire, les différences sautent aux yeux. Tout d'abord, l'abbé Lemire ne s'arrête pas, à la différence de Pressensé, sur les années protestantes et « expédie » en quelques lignes, comme une sorte de préalable, le moment de la conversion. S'il s'attache ensuite en quelques pages au prêtre et au patriote, il consacre plus de la moitié du livre au démocrate et à l'homme du peuple. En fait, l'étude de l'abbé Lemire est presque exclusivement centrée sur la prédication et l'action sociales de Manning.

  • 156 F. de Pressensé, Le cardinal Manning, Perrin, 1896, p. 226.

127Au contraire, dans l'ouvrage de Francis de Pressensé, l'apostolat social du cardinal n'occupe qu'une trentaine de pages à la fin du dernier chapitre. S'il en parle avec chaleur et admiration Pressensé n'en fait pas le centre de son livre. Il s'attache beaucoup plus longuement à présenter un aspect plus contesté de l'action de Manning dans ses années catholiques, son ultramontanisme intransigeant, qui en fit le champion de la papauté au sein du clergé britannique, et l'artisan enthousiaste de l'adoption du dogme de l'infaillibilité pontificale au concile de Vatican I. Il est vrai que, pour Pressensé, le cardinal Manning est un bloc : « Si paradoxale qu'en puisse sembler l'assertion, écrit-il, l'ultramontanisme de Manning fut une forme de sa piété, une étape de son progrès spirituel, et c'est en lui qu'il trouva l'inspiration de son socialisme chrétien... C'est un fait que Manning fut ultramontain dans la mesure où il fut un grand chrétien, et qu'il fut l'apôtre du catholicisme réformateur et de la réforme sociale dans la mesure où il fut ultramontain156. » La même association entre l'intransigeance ultramontaine et le réformisme social se retrouve en France chez un certain nombre de catholiques sociaux au temps d'Albert de Mun et de La Tour du Pin. Pressensé, qui puise ses références dans l'histoire évoque pour sa part le catholicisme de Joseph de Maistre et du premier Lamennais.

  • 157 Ibid., p. 66.
  • 158 Ibid., p. 263.
  • 159 Ibid., p. 265.

128Mais Francis de Pressensé ne se contente pas d'établir comme un fait la cohérence et la complémentarité entre les deux dimensions, sociale et ultramontaine, qui caractérisent l'action apostolique de Manning. Il semble prendre nettement parti en faveur de ces deux choix. Dans la préface qu'il rédige quelques mois après la parution de ses articles il revient sur cette apparente sympathie, qui a déclenché un beau tollé chez ses coreligionnaires protestants. Pour justifier sa position, il souligne tout d'abord que sa présentation positive de l'ultramontanisme de Manning et de son rôle dans les débats du concile témoignait d'un effort d'impartialité et de libre examen. N'est-ce pas là, ajoute-t-il, une façon de « témoigner de mon respect pour l'esprit de la Réforme, c'est-à-dire, apparemment pour un esprit qui doit être dégagé de toute prévention sectaire157 » ? Par ailleurs, il estime utile et nécessaire à propos de l'histoire de l'adoption du dogme de « l'infaillibilité personnelle du souverain pontife » de rétablir quelque peu l'équilibre car « jusqu'ici, le grand public l'a peut-être trop vue à travers le récit des adversaires158 ». Mais Pressensé se contente-t-il vraiment d'opérer un « redressement d'image » « avec toute l'impartialité qui convient » ? Il semble quand même faire preuve d'une certaine partialité en faveur de Manning et du parti ultramontain quand il relate leur lutte au sein de l'Église d'Angleterre contre les vieux catholiques défenseurs d'une sorte de gallicanisme britannique. A propos du pape, il cite également avec faveur le point de vue de « toute une grande école » concernant le « caractère providentiel de la concentration de l'autorité spirituelle entre les mains du vicaire de Jésus Christ ». « À la veille des événements qui devaient dépouiller le Saint-Siège de son patrimoine et réduire la papauté à l'état d'une puissance purement idéale, il n'était pas indifférent qu'autour du front d'un pontife qui n'est plus qu'un vieux et faible prêtre, il y eût l'auréole d'une divine prérogative159. »

L'empathie du biographe

129Au total, comme il le reconnaît d'ailleurs lui-même, l'auteur semble avoir noué avec le « héros » de sa biographie, pour qui il professe un « tendre-respect », un lien affectif fort et presque fusionnel. Il fait de la « sympathie » le ressort essentiel de son entreprise biographique :

  • 160 Ibid., p. 66-67.

« On n'a même pas paru comprendre, écrit-il, répondant dans sa préface aux critiques venues du côté protestant, le rôle propre de l'historien, et que, quand on veut faire revivre un homme, il faut pénétrer dans son âme, y surprendre ses mouvements les plus secrets, partager ses sentiments, s'approprier ses affections, voir par son œil, parler par sa bouche, en un mot revêtir sa personnalité. La plaisante méthode en histoire, et surtout en histoire biographique, que celle qui vous renferme sous un triple cadenas dans votre moi, qui bâtit une muraille de Chine ou un rempart de glace entre votre héros et vous et qui vous interdit d'avance d'user de cette clé merveilleuse, la sympathie160 ! »

  • 161 Ibid., p. 67.
  • 162 Ibid., p. 178.
  • 163 Ibid., p. 183-184.

130Il reconnaît toutefois que ce ressort ne peut jouer vraiment que s'il existe entre le biographe et celui qu'il a choisi une « harmonie préalable » : il faut que « son héros soit vraiment pour lui un héros161 ». La lecture du Cardinal Manning donne l'impression que cette harmonie est vraiment forte : l'auteur glisse assez facilement de la sympathie à l'identification, en particulier dans le passage où il décrit les étapes de la conversion de Manning au catholicisme. Il cite avec une particulière émotion une lettre où le futur cardinal exprime ses angoisses à l'idée de sortir de l'Église anglicane : « Tous les liens de la naissance, du sang, de la mémoire, de l'affection, du bonheur, des intérêts, toutes les séductions qui peuvent agir sur une volonté m'attachent à ma croyance actuelle. En douter, c'est révoquer en doute ce qui m'est cher162. » Pressensé pense certainement aussi à sa propre expérience lorsqu'il écrit : « Une grave maladie qui le tira de force de ses occupations et le plaça en face de la mort et des réalités éternelles, au printemps de 1847, fut pour lui un renouveau spirituel163. »

  • 164 Ibid., p. 166.

131En même temps, peut-être, en choisissant pour héros le cardinal Manning, Pressensé s'est attaché à une personnalité assez différente de la sienne. Il a préféré présenter l'histoire d'un homme d'action, d'un chef d'Église, que d'un théologien comme Newman. Pressensé ne consacrera au plus grand penseur religieux du mouvement d'Oxford, puis du catholicisme britannique, qu'un court article nécrologique paru dans Le Temps. Et, dans son Manning, quand il évoque les désaccords entre Manning et Newman, il semble prendre le parti du premier, décrivant le second comme « le type-même de l'intellectualiste aux prises avec ses propres conceptions, j'ai presque dit avec les fantômes de son esprit, porté par scrupule et par subtilité à révoquer en doute ce qui l'attire, à se défier de ses propres postulats, à scier la branche sur laquelle il est assis164 ». Le « pur intellectualiste » qu'est en apparence, lui aussi, le Pressensé de cette époque, prend pour héros une personnalité plus robuste, un modèle qui puisse l'aider à chasser ses propres fantômes.

Une conversion presque aboutie

132La présentation de l'itinéraire de Manning par Pressensé a été interprétée, en particulier par ses coreligionnaires réformés, comme une critique du protestantisme et comme un appel à rejoindre l'Église catholique. Était-ce là son intention, et était-il lui-même en passe de se convertir ?

  • 165 Ibid., p. 102.

133C'est à ces questions qu'il consacre l'essentiel de sa longue préface, finissant par laisser entendre qu'il était tout près d'accomplir l'ultime démarche, et de se placer sous la houlette du successeur de Saint-Pierre : « Comme la femme de l'Évangile, plutôt que de laisser échapper le Christ, peut-être faudra-t-il que notre génération saisisse les franges de son manteau ? Peut-être même faudra-t-il qu'elle s'attache aux pas de ses disciples, quand ce ne serait que pour être touchée par cette ombre de Pierre qui guérissait les malades de Jérusalem165 ? »

134Comment interpréter cette « quasi-conversion » ?

Un phénomène de génération ?

  • 166 Ibid., p. 227.
  • 167 Ibid., p. 245.

135L'attirance de Francis de Pressensé pour le catholicisme se fonde tout d'abord sur des analyses qui dépassent son cas personnel : réflexions sur l'état respectif des Églises protestantes et catholiques, et, surtout, sur les besoins et les aspirations de ce que Francis de Pressensé appelle à diverses reprises sa « génération ». Il la décrit comme « lasse des négations du rationalisme et épouvantée des problèmes de la misère et du mal166 », faisant allusion à la fois à la crise « fin de siècle » du rationalisme et au passage au premier plan de la question sociale et de son corollaire, le socialisme. Il la perçoit encore comme une « génération sceptique, douloureuse, accablée, et pourtant éprise de son mal [...], revenue des promesses pompeuses et trompeuses de la toute-science, mais façonnée aux méthodes sévères de la science et de la critique167 ».

  • 168 E Gugelot, La conversion des intellectuels an catholicisme en France 1885-1935, CNRS éditions1998, (...)

136Que penser de l'affirmation de cette « conscience générationnelle » ? On admettra que Pressensé n'est pas tout à fait un isolé car des retours à la foi ou des rapprochements vis-à-vis de l'Eglise catholique se manifestent à la fin du xixe siècle dans la vie intellectuelle française, à commencer par la conversion de Claudel en 1886. Elle constitue, selon Frédéric Gugelot, une date-tournant : « avant 1885 une conversion d'écrivain ou d'intellectuel est rare, et à aucun moment elle ne s'intègre à un mouvement général168 ». À partir de 1886, et surtout après 1890, le phénomène commencerait à prendre une certaine ampleur. Dans la décennie fin de siècle, on peut citer les cas de Joris Karl Huysmans, Paul Bourget, François Coppée, Jules Lemaître et Ferdinand Brunetière. Francis de Pressensé a-t-il des points communs avec eux ?

137Peut-être serait-il possible de déceler quelque affinité secrète entre la démarche de Pressensé et celle d'un « décadent repenti » comme Huysmans, en mettant en évidence une sorte de spleen ou de désarroi communs ? Toutefois, il s'agirait là d'une proximité que ne revendique nullement Francis de Pressensé ; par sa culture classique et son horizon moral puritain il semble plutôt se situer aux antipodes de l'auteur d'À rebours et de Là-bas.

138Il a en revanche avec le groupe des académiciens, et, tout particulièrement avec Ferdinand Brunetière, une incontestable proximité idéologique. On dispose de plusieurs lettres adressées par Pressensé à Brunetière entre 1892 et 1898. Elles contiennent des sollicitations concernant l'acceptation par la Revue des Deux Mondes de tel ou tel article. Pressensé les assortit d'hommages, parfois appuyés, au directeur de la revue, par exemple au moment de l'élection de Brunetière à l'Académie française en juin 1893. Mais la correspondance atteste aussi, surtout à partir de 1896, l'existence de liens amicaux renforcés par des fréquentations estivales.

  • 169 F. Brunetière, « Après une visite au Vatican », Revue des Deux Mondes. 1er janvier 1895, p. 97-118

139Brunetière a publié dans la Revue des Deux Mondes en 1895 un article qui a fait date, intitulé « Après une visite au Vatican169 ». Un certain nombre de ses thèmes se retrouvent dans le « Manning » de Pressensé. Brunetière développe ainsi l'idée des limites de la science, affirmant la nécessité d'en finir avec les prétentions et les négations de l'époque de Renan et deTaine et insistant sur l'irréductibilité de la sphère religieuse par rapport au domaine scientifique. On peut relever également dans son article un hommage au message social et politique de Léon XIII, à Rerum novarum et au ralliement. On y note même un passage concernant la supériorité du catholicisme sur le protestantisme : « le catholicisme est un gouvernement, écrit Brunetière, et le protestantisme n'est que l'absence de gouvernement ».

140Néanmoins, cette question du choix entre catholicisme et protestantisme n'est qu'accessoire pour Brunetière et la plupart des convertis de la fin du siècle, alors qu'elle est essentielle pour Francis de Pressensé. On peut d'ailleurs estimer qu'il ne parle guère, quoiqu'il en dise, au nom de sa génération... protestante. Frédéric Gugelot ne trouve que sept convertis issus du protestantisme au sein du corpus de cent cinquante intellectuels qu'il a réuni. Francis de Pressensé n'en fait d'ailleurs pas partie, puisqu'il n'est pas allé jusqu'au bout de sa démarche. Mais parmi les sept protestants qui ont franchi le pas, un seul se convertit en 1892. Les six autres sont à situer dans la vague de conversions nettement plus importante qui se déclenche après 1905.

141On a donc plutôt l'impression d'une démarche de « franc-tireur ». Elle est toutefois étayée sur une solide argumentation qui oppose à la fragilité du protestantisme la solidité du catholicisme.

Solidité catholique et fragilité protestante

  • 170 F. de Pressensé, Le cardinal Manning, op. cit., p. 102.

142Tout d'abord, selon Francis de Pressensé, se tourner vers le catholicisme, c'est chercher un remède au risque de décomposition religieuse qui affecte le protestantisme. Les négations et les doutes qui s'étendent, selon lui, de plus en plus, au sein des Églises protestantes, au-delà même du seul courant libéral, tendent à « réduire à l'état nébuleux », « sous le scalpel de la haute critique », toute « religion objective ». « La théologie nous donne, écrit-il, une Bible dont les morceaux disjoints demandent à être imprimés en diverses couleurs et que les savants seuls, après force recherches, pourront encore lire avec discernement ; elle nous fait un Christ impalpable, intangible, une sorte de fantôme crépusculaire170 ». En somme, on assisterait à une sorte d'autodestruction, le principe du libre examen tendant à détruire le fondement-même de la Réforme, l'autorité scripturaire. À l'inverse de cette incertitude et de cette fragilité, le catholicisme apparaît à Francis de Pressensé comme un bloc solide, inentamé, dont l'autorité, les sacrements, la doctrine, la tradition immuable ont traverse les siècles.

  • 171 Ibid., p. 93 et 94.

143Le second point de son argumentation insiste sur le rôle social de l'Église. Moins individualiste - et moins bourgeois ? - que le protestantisme, le catholicisme lui paraît bien plus capable d'agir en faveur de « cette grande évolution sociale qui devra à tout prix s'accomplir si nos sociétés veulent s'épargner une révolution ». Dans un ordre de questions où, écrit-il, « le principe même de l'individualisme semble mis d'avance hors de combat, [...] est-ce bien le christianisme de la Réforme qui pourra jouer le rôle de levain et de ferment spirituel171 ? »

144Dernier aspect enfin, Francis de Pressensé estime que le protestantisme, parce qu'il est trop exigeant, n'est adapté qu'à des âmes d'élite. La majorité ne peut, selon lui, faire sienne une démarche de liberté absolue, telle que la préconisaient Vinet et Edmond de Pressensé, une démarche qui ne s'appuierait que sur le témoignage intérieur du Saint-Esprit. Les hommes plus ordinaires ont besoin de voies plus soigneusement frayées, d'échelles, ou d'escaliers, tels la liturgie, la confession, les sacrements, pour s'approcher de Dieu. Bref la plupart ont besoin du soutien d'une Église visible, et ne peuvent se contenter du lien idéal avec l'Église invisible.

145Ce dernier argument est peut-être le plus personnel. Il incite à s'interroger sur la nature de la « conversion » entrevue par Pressensé : s'agit-il d'une « vraie conversion » comparable à la nouvelle naissance de la tradition du Réveil, ou davantage d'une position de repli, d'une sorte de pis-aller, recherché faute de pouvoir atteindre aux sommets gravis par des âmes religieuses d'élite comme celle de son père ?

Trahison ou piété filiale ?

  • 172 Ibid., p. 84.

146La question du rapport au père est essentielle quand on cherche à cerner la personnalité de Francis de Pressensé, plus encore s'il s'agit de comprendre sa démarche religieuse. La préface du Cardinal Manning constitue à cet égard un document essentiel : c'est incontestablement le texte où Francis de Pressensé évoque le plus longuement et le plus directement la mémoire de son père. Il faut dire que nombre des « pieuses insultes » qu'il dit avoir reçues après la parution de ses articles dans la Revue des Deux Mondes l'ont accusé de trahir la pensée et l'héritage de son père. C'est sur un ton solennel, presque celui d'un homme blessé, que Pressensé répond en évoquant la mémoire de celui qui avait disparu cinq années auparavant : « S'imagine-t-on vraiment que la piété filiale s'abolisse si aisément et qu'il soit si facile de manquer de respect au souvenir de ceux à qui l'on doit tout ce qu'on peut avoir, je ne dis pas seulement de religion, mais de conscience et d'honneur172 ? »

  • 173 Cité par H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps..., op. cit., p. 534.

147Francis de Pressensé a longtemps associé la foi religieusee et la piété filiale, comme il l'écrivait encore à son père en août 1890, quelques mois avant la disparition de celui-ci : « il me semble que dans cette épreuve par laquelle nous passons tous avec toi, il y a pour moi une révélation plus directe de tout ce qu'est l'amour de Dieu »... « Je ne cois pas que ce soit abaisser ou affaiblir l'idéal chrétien que d'asseoir sa foi sur les grandes affections intimes » [...]. « Je puis bien dire que la ressource incomparable, au point de vue humain, que Dieu m'a donnée, c'est le contact direct avec toi et ma mère173. »

  • 174 F. de Pressensé, Le cardinal Manning, op. cit., p. 16-17.
  • 175 Ibid., p. 17.

148Quelques années plus tard l'empreinte du christianisme paternel reste profonde. On la retrouve jusque dans l'argumentation qu'il déploie pour justifier son rapprochement à l'égard du catholicisme : aux détracteurs qui lui reprochent d'être infidèle au souvenir d'Edmond de Pressensé, il répond que ce qu'il a retenu avant tout de son père, c'est qu'il ne fallait jamais renoncer à ce qu'on croit être la vérité par un argument d'autorité : « Qu'il me soit permis d'invoquer l'une des plus nobles et des plus généreuses recommandations qu'il ait léguées aux siens et par laquelle il les a avertis de ne jamais souffrir que l'on exploitât contre une idée adoptée pour de suffisants motifs un sentiment dû à sa mémoire174. » En somme, décidé, comme il le dit, à « marcher dans la voie de sa conscience » et à n'embrasser que les opinions qui s'imposeront à lui « par leur conformité apparente avec la vérité et par elle seule175 », Francis de Pressensé reste fidèle dans sa démarche-même de rapprochement vis-à-vis du catholicisme aux leçons du christianisme individualiste de Vinet. On peut douter que cela eût pu fournir la base d'une soumission définitive à l'Église romaine.

149Devons-nous donc minimiser l'importance de cette conversion inaboutie et n'y voir qu'une velléité - « œdipienne ? » — de prise de distance à l'égard du souvenir d'un père un peu écrasant, en même temps qu'une sorte d'empathie, littéraire et éphémère, à l'égard de la personnalité du cardinal Manning ?

150Nous ne le pensons pas, et l'examen des réflexions que Pressensé couche au jour le jour dans son journal personnel semble indiquer au contraire un rapprochement en profondeur vis-à-vis de l'Église catholique, motivé à la fois par une réflexion théologique approfondie et des aspirations existentielles presque mystiques.

Une dogmatique « conséquente et complète », des aspirations mystiques

  • 176 F de Pressensé, IIIe Common Place Book commencé le 21 décembre 1895, p. 6.
  • 177 Ibid., p. 7.

151Particulièrement significatifs de la réflexion et des aspirations religieuses de Francis de Pressensé sont les longs développements qui courent sur quinze pages de son journal datées du « dimanche dans l'octave de l'Épiphanie, 12 janvier 1896 », puis du 13 et du 15 du même mois. Pressensé y développe une critique en profondeur du protestantisme et semble s'identifier complètement aux positions catholiques. Il s'attache tout particulièrement à la question de l'Incarnation, à « la conception du rôle du Christ dans laquelle tient, en un sens, tout le christianisme176 ». La conception que se fait le protestantisme libéral de Jésus est examinée par lui en premier lieu ; après l'avoir présentée de façon assez objective comme celle de « l'homme modèle », « se rapprochant de la divinité dans ses attributs moraux et exerçant par là sur les hommes une influence bienfaisante et salutaire », il la caractérise d'une simple formule : « C'est l'abomination de la désolation », avant de dénier toute valeur chrétienne à cette « conception purement humaine » où « ni Dieu ni la grâce » n'auraient de place177.

  • 178 Ibid., p. 10.
  • 179 Ibid.
  • 180 Ibid., p. 12. C'est Pressensé qui souligne certains mots.

152Même s'il est plus dur dans ses formulations, il n'a pas sur ce point de divergence avec son père, détenseur de l'orthodoxie et de la divinité du Christ contre Renan et les libéraux. Seuls peuvent être selon lui considérés comme chrétiens ceux qui admettent « le grand fait rédempteur de l'Expiation », le sacrifice de la croix, qui « rétablit les ponts entre l'homme et Dieu », et constitue « le mystère central et suprême » du christianisme178. Mais dans les conséquences qui en sont tirées, dans ce que Pressensé appelle « l'appropriation du fait rédempteur », ou le « rapport subjectif entre l'âme et ce fait179 », il se place nettement du côté du catholicisme et non du protestantisme revivaliste ou orthodoxe : « Bien qu'en fait, écrit-il, tout Protestant qui est chrétien au sens plein et surnaturel de ce mot vive (et vive nécessairement) de la vérité en ce qui le concerne, peu, très peu, professent ou comprennent cette vérité et ceux qui l'ont professée l'ont mêlée d'étranges et déplorables erreurs. C'est l'un des points de séparation entre le Christianisme altéré et le Christianisme catholique et apostolique180. »

  • 181 Ibid., p. 18.
  • 182 Ibid.
  • 183 Ibid., p. 19.
  • 184 Ibid.
  • 185 Ibid., p. 13.
  • 186 Ibid., p. 13-14.
  • 187 Ibid., p. 15.

153C'est sur la question des sacrements, et plus particulièrement sur l'opposition entre l'eucharistie et la Cène qu'il trace la ligne de séparation essentielle. Selon lui, « le protestantisme a lâché la proie pour l'ombre en abandonnant la notion pleine de réalité et de substance de sacrement pour la notion vague et mince de symbole, la fécondité de l'acte tout puissant de la grâce divine pour la virtualité simple181 ». Il voit une dégradation progressive dans la « descente de la transsubstantiation catholique à la consubstantiation luthérienne, puis à la spiritualité obscure du calvinisme et enfin à la pure nudité du zwinglianisme qui prédomine dans toutes les Églises réformées de rite dit calviniste182 ». Il l'interprète comme une sorte de « judaïsation183 » du protestantisme, une régression du baptême de Jésus « où le sacrement opère ce qu'il signifie — la sanctification par la grâce de Dieu - » vers le baptême de Jean, « simple signe ou acte symbolique », « pure forme attendant son remplissement184 ». Pressensé considère donc comme essentiel le sacrifice de la messe; « l'union mystique absolue avec le Christ » qui constitue « l'alpha et l'oméga de la vie chrétienne185 » est réalisée par la foi et « par les moyens de grâce ou sacrements dont le Christ a remis l'administration à l'Église son épouse186 ». « Le catholicisme, ici comme partout, écrit-il, est le christianisme conséquent et complet187. »

  • 188 F. de Pressensé, Le Cardinal Manning, op. cit., p. 94-95.
  • 189 F. de Pressensé, IIIe Common Place Book commencé le 21 décembre 1895, p. 16.
  • 190 Ibid., p. 17.

154On voit que la conversion telle que l'envisage Pressensé doit être prise dans un sens complet et entier ; non seulement il se centre pleinement sur le vieux débat sur la présence réelle, qui alimente depuis le xvie siècle la controverse entre catholiques et protestants, mais il manifeste une véritable soif mystique que seuls les sacrements, la liturgie, la spiritualité catholique lui semblent pouvoir étancher. Son journal confirme même une sorte d'attirance monacale qu'évoquait de manière beaucoup plus terre à terre le témoignage de Camille Pariset. Pressensé fait allusion dans la préface de son Manning à un besoin « de l'âme contemporaine » de « renoncement, d'ascétisme, de discipline, d'obéissance, de vie sainte et séparée, d'activité et de contemplation réglées et cloîtrées, qui ne peuvent guère actuellement trouver de satisfaction organisée et régulière en dehors du catholicisme188 ». Les pages de son journal nous confirment que cette « âme contemporaine » était surtout la sienne ; sans être encore retiré du monde, il avait commencé à pratiquer - avec bréviaire et missel ? - une sorte de discipline spirituelle : « En pratiquant quotidiennement, pour mon culte intime et personnel, les offices de l'Église, l'Année ecclésiastique, la splendeur de ces services, leur inspiration divine, leur efficacité pour l'âme me saisissent. On n'a pas besoin de beaucoup d'arguments pour sentir la vérité quand on la touche, quand elle agit directement sur vous. Comment douter de la réalité d'un moyen de grâce quand, par son canal, la grâce abonde et surabonde et comme une pluie bienfaisante vient arroser votre âme desséchée189 ? » Saisi tant par la grandeur du service liturgique, avec sa « progression dramatique », son « action puissante » se déroulant autour de « ce centre perpétuel et immuable », le sacrifice de l'eucharistie, que par le déroulement de l'année ecclésiastique avec sa commémoration successive des grands faits chrétiens, il conclut en disant : « Je ne puis que m'incliner et dire : Ecce Ecclesin Dei190 ! »

155À lire ces lignes, on ne peut s'empêcher de penser que sans le développement de l'affaire Dreyfus, la conversion et la vie monacale auraient pu être le destin final de Francis de Pressensé.

156Il reste que ces pages de son journal ont été écrites en janvier 1896 et qu'il n'avait toujours pas franchi le pas à la fin de 1897. Il faut donc croire qu'il subsistait en lui des obstacles d'ordre intellectuel ou psychologique, même s'il ne les formule pas explicitement.

  • 191 F. de Pressensé, « Edmond Scherer ». Le Temps, 17 mars 1889. L'expression est utilisée dans cet ar (...)

157Sans méconnaître la sincérité et la profondeur de son élan catholique des années 1896-1897, on peut donc estimer que si Francis de Pressensé, sans cesser encore de respirer cet air « saturé de religion » dont il avait été imprégné depuis l'enfance, avait entamé une dérive loin des rivages paternels, c'était qu'il éprouvait avant tout un besoin psychique de rupture et aspirait à un nouveau départ. Il est frappant de constater combien dans ces années 1890, cet « héritier », qui était désormais en apparence un « homme arrivé », a pu être fasciné par des itinéraires en ligne brisée, par le destin d'hommes qui à un certain moment de leur vie, le plus souvent un peu au-delà de leur quarantième année, avaient opéré une mutation profonde, une « révolution psychologique » comme l'écrit Pressensé191, et entamé une existence nouvelle fondée sur d'autres bases que celles sur lesquelles ils s'étaient jusque-là appuyés.

158Sur le plan politique, l'évolution de Gladstone, du conservatisme à un libéralisme de plus en plus « intrépide », le retient particulièrement. Sur le plan religieux, à côté de l'itinéraire de Manning, il s'arrête, on l'a dit, sur le parcours en sens inverse de Scherer, et cite encore celui de Lamennais, « Titan foudroyé débutant par la foi et finissant par renoncer au Christ sans quitter tout à fait sa robe de prêtre ». C'est plutôt dans cette dernière direction que ses pas allaient brusquement porter Francis de Pressensé.

Notes

1 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 133.

2 AN, AJ 16 777

3 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 193-194.

4 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 134.

5 Extrait de l'Ami chrétien des familles, Journal populaire d'instruction et d'édification, 13e année, n° 6, 1er août 1871 paraissant à Montbéliard ; notice nécrologique p. 75-76 ; cit. p. 76.

6 Il a été tiré à part de cet article une brochure : E de Pressensé, Extrait de journal d'ambulance de l'armée de la Loire, Paris, Ch. Meyrueis, 1872. C'est ce texte que nous avons utilisé et auquel renvoient les citations qui suivent.

7 Ibid., p. 16.

8 Victor Basch, dans son discours aux obsèques mentionne le tait : « C'est pendant ce terrible hiver qu'il eut le premier accès de ce rhumatisme qui le tortura toute sa vie. » « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 134. Pierre Bernus, neveu de Francis de Pressensé écrit dans Pro Armenia : « De cette campagne d'hiver il rapporta ces douleurs rhumatismales et névralgiques qui le firent cruellement souffrir toute sa vie et qui parfois l'immobilisèrent complètement » : Pro Armenia, 10 février 1914, p. 3.

9 F. de Pressensé, Extrait de journal d'ambulance de l'armée de la Loire, op. cit., p. 18.

10 Ibid., p. 19.

11 Ibid., p. 21.

12 Ibid., p. 21.

13 Ibid., p. 10.

14 M. Dutoit, Mme F. de Pressensé, op. cit., p. 194.

15 Ibid., p. 17.

16 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 330.

17 E. de Pressensé, « Gladstone » Revue des Deux Mondes, juillet 1898, p. 48.

18 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 143.

19 « Francis de Pressensé », Le Temps, 21 janvier 1914.

20 Ibidem.

21 Voir P. Cordonnier, » Francis de Pressensé », op. cit., p. 5.

22 Sur cette période d'apogée, il tant consulter les actes du colloque de 1978 : A. Encrevé, M. Richard (s.d.), les protestants dans les débuts de la troisième République, BSHPE, 1979.

23 La disparition des archives du temps rend toutefois impossible d'en apporter la preuve, l'article n'est pas signé, comme la majorité des articles du journal.

24 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 361-362.

25 P. Cordonnier, « Francis de Pressensé », op. cit., p. 5.

26 Ibidem.

27 Ibidem.

28 E. de Pressensé, « Lettres de Russie », Le Temps, 27 août 1897.

29 P. Cordonnier, « Francis de Pressensé », op. cit., p. 6.

30 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 362.

31 Ibidem.

32 Pierre Guillen dans l'Expansion estime que ce cliché doit être sérieusement nuancé. Il n'en cite pas moins un ou deux textes assez clairs sur les dispositions d'esprit de certains diplomates français à l'égard de la République parlementaire ; voir P. Guillen, Politique extérieure de la France : l'Expansion. 1881-1898, Imprimerie nationale. 1984, p. 26.

33 Le Parlement, éditorial du 22 février 1883.

34 Le Parlement, mardi 2 et mercredi 3 janvier 1883.

35 « Francis de Pressensé », Le Temps, 21 janvier 1914.

36 Voir C. Lepdor et C. Follonier, « Mathias Morhardt : “La bonne guerre en faveur des vrais artistes” », dans P. Junod (s.d.), Critiques d'art de Suisse romande, Lausanne, Pavot, 1993, p. 224.

37 « Francis de Pressensé », Le Temps, 21 janvier 1914.

38 Nous adoptons ici le niveau de langage du Temps et non celui d'Hébrard. dont le mot célèbre et ressassé atteste que le vocabulaire était moins châtié.

39 Sur toute révolution religieuse de Schérer et les débats contemporains, on se référera à A. Encrevé, Protestants fiançais au milieu du xive siècle, op. cit.

40 Souvenirs de Camille Pariset (recueillis par Gabriel Maurel) : « le Temps, A. Nefftzer et Adrien Hébrard 1863-1919 », Paris, 1932.

41 Le Temps, 17 mars 1889.

42 Revue chrétienne. 1890, 2e semestre, p. 391.

43 E. de Pressensé, « Edmond Schérer », Le Temps, 17 mars 1889.

44 Voir : « Discours de M. Victor Basch ». BOLDH, 1er février 1914, p. 135, et P. Bernus, « Francis de Pressensé », Pro Armenia, 10 février 1914, p. 3.

45 P. Bernus, « Francis de Pressensé », Pro Armenia, 10 février 1914, p. 3. On pourrait estimer que cette appréciation n'est pas très aimable pour André Tardieu, qui prit la succession de Pressensé.

46 Souvenirs de Camille Pariset, op. cit., p. 70.

47 Ibidem.

48 Ibidem.

49 Ibid., p. 71.

50 Ibid., p. 70.

51 C'est par exemple le thème d'un article de la Kölnische Volkszeitung, quotidien catholique rhénan, en date du 16 mars 1903. Il rappelle la façon dont Pressensé avait, dans Le Temps, détendu les catholiques au moment du Kulturkampf « avec une intelligence et une habileté qu'on n'a rencontrées dans aucun journal de l'étranger ». Et l'article ajoute que, parmi les socialistes, Pressensé fait « l'effet d'un aigle à qui on a coupé les ailes ».

52 G. Sorel, la Révolution dreyfusienne, Paris, Marcel Rivière, 1909, p. 18

53 Ibid., p. 20.

54 Souvenirs de Camille Pariset, op. cit., p. 56.

55 E. de Pressensé, « La question arménienne ». Revue des Deux Mondes, 1er décembre 1895, p. 682.

56 J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, op. cit., t. 4, p. 270.

57 P. Bernus, « Francis de Pressensé », Pro Armenia, 10 février 1914, p. 3.

58 Les chiffres extrêmes font état de 20 000 morts pour les sources gouvernementales turques et de 300 000 pour les sources arméniennes. Jaurès parle de 100 000 victimes dans son interpellation du 3 novembre 1896.

59 E. de Pressensé, « La question arménienne », Revue des Deux Mondes, 1er décembre 1895, p. 682.

60 P. Bernus, « Francis de Pressensé », Pro Armenia, 10 février 1914, p. 3.

61 L'expression est de Victor Bérard dans son discours au moment des obsèques de Pressensé. Elle est reprise par Pierre Bernus. Voir Pro Armenia, 10 février 1914, p. 2 et 3.

62 E. de Pressensé, « De Ferry à Brisson, ou le quinzième ministère de la République », Revue contemporaine. 1885, p. 587-588.

63 E. de Pressensé. L'Irlande et l'Angleterre depuis l'acte d'Union jusqu'à nos jours 1800-1888, Plon 1889. Préface, I.

64 « Discours de M. Jean Jaurès », BOLDH, 1er février 1914, p. 170.

65 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 135.

66 E. de Pressensé, L'Irlande et l'Angleterre, op. cit., p. IV.

67 Ibid., p.I.

68 Ibid., p. III.

69 Ibid., p. 523.

70 Ibid., p. 346.

71 Ibid., p. 350.

72 Ibid., p. 348.

73 BNF, Département des Manuscrits, Correspondance de Joseph Reinach, Na fr. 13 577, lettre 127.128. Les deux lettres de Gladstone ont été publiées dans le Temps, le 12 janvier 1889 pour la première et le 20 pour la seconde.

74 Ces expressions sont empruntées au discours de Jaurès déjà cité ; BOLDH, 1er février 1914, p. 170.

75 Voir par exemple J. Kayser, De Kronstadt à Khrouchtchev, voyages franco-russes 1881-1960, Paris, Colin, 1962.

76 Voir N. Rullon, « L'image de la Russie dans la presse libérale française (1885-1891) », Cahiers de l'Institut d'histoire de la presse et de l'opinion, n° 3, Université de Tours, 1974-1975.

77 Mauriac rappelle ce souvenir dans un article du Figaro du 14 décembre 1944 au moment du voyage de de Gaulle à Moscou.

78 C'est Louis Aragon qui les évoque le 12 décembre 1944 dans Ce Soir.

79 « Bulletin du jour », Le Temps, 15 octobre 1893.

80 « Bulletin de l'étranger », Le Temps, 10 octobre 1896.

81 « Bulletin du jour », Le Temps, 30 mai 1895.

82 « Bulletin de l'étranger », Le Temps, 7 octobre 1896.

83 « Bulletin du jour », Le Temps, 10 septembre 1891.

84 F. de Pressensé, « Lettres de Russie », Le Temps, 27 août, 1er, 7, 10, 14, 17, 26 septembre et 1er octobre 1897.

85 F. de Pressensé, « Lettres de Russie », Le Temps, 27 août 1897.

86 « Bulletin du jour », le Temps, 28 juillet 1891.

87 F. de Pressensé, « Lettres de Russie », Le Temps, 27 août 1897.

88 Ibid.

89 Ibid.

90 Ibid., 26 septembre 1897.

91 Ibid., 1er septembre 1897.

92 « Bulletin de l'étranger », le Temps, 3 octobre 1896.

93 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 143.

94 P. Bernus, « Francis de Pressensé », Pro Armenia, 10 février 1914, p. 3.

95 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 143.

96 Ibidem.

97 « Francis de Pressensé ». Le Temps, 21 janvier 1914.

98 L'expression figure dans son « Discours français » du concours général, AN, AJ 16 777.

99 La maison est toujours habitée par des descendants de la famille, et nous y avons été reçu en 2000.

100 G. Deransart de Pressensé, Souvenirs, op. cit.

101 H. Cordey, Edmond de Pressente et son temps..., op. cit., p. 531.

102 Ibid., p. 531-532.

103 Ibid., p. 533

104 Ibidem.

105 Ibid.

106 Ibid., p. 535.

107 Ibid., p. 533.

108 D. Halévy, Regards sur l'affaire Dreyfus, Paris, éd. de Fallois, 1994, p. 119 (réédition, textes réunis et présentés par Jean-Pierre Halévy).

109 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914, p. 150.

110 L'Aurore, 10 août 1899.

111 F. de Pressensé, Le Cardinal Manning, p. 85.

112 Voir E. de Pressensé, Un héros, le lieutenant-colonel Picquart, Stock, 1899, p. 251-252.

113 « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er février 1914. p. 150.

114 Voir F. Basch II, Victor Basch, Plon, 1994, p. 112.

115 H. Cordey, Edmond de Pressensé et sou temps.... op. cit., p. 535.

116 Souvenirs de Camille Pariset, op. cit., p. 71.

117 Ibid., p. 70.

118 Discours de M. Victor Basch, BOLDH, 1er février 1914, p. 150.

119 G. Deransart de Pressensé, Souvenirs, op. cit.

120 Il s'agit de Louis Sébastien le Nain de Tillemont, élève des Solitaires de Port-Royal et historien des six premiers siècles de l'Église.

121 IIIe Common Place Book de Francis Charles de Hault de Pressensé commencé le 21 décembre 1895. p. 30-31. (Ce « Common book » s'étend jusqu'en 1906 et n'est pas toujours daté. Cet extrait date de la « période religieuse », sans doute de 1896.)

122 «Discours de M. Victor Basch », BOLDH. 1er février 1914, p. 150.

123 L. Teste, « Le diable du Parlement », Le Patriote 1er mai 1903. L'article figure dans les archives de la police qui précisent que le Patriote est un « journal clérical à Bruxelles ». AN F7 15 9931 (fonds dit du Panthéon, dossier Pressensé).

124 Il parait en février 1885, dans le n° 2 de la Revue contemporaine, littéraire, politique et philosophique (directeur Adrien Remacle, rédacteur Edouard Rod), p. 244-257.

125 F. de. Pressensé, « Physiologie du conservateur », Revue contemporaine, février 1885, p. 245-246.

126 Ibid., p. 255.

127 Ibid., p. 256-257.

128 F. de Pressensé, « De Ferry à Brisson ou le 15e ministère de la République », Revue contemporaine, avril 1885, p. 584-597.

129 La correspondance de Reinach est déposée à la Bibliothèque nationale, département des manuscrits. » Nouvelles acquisitions françaises ». Les lettres de Pressensé figurent sous les cotes N.A.Fr. 13577 n° 127 à 152, et N.A.Fr. 13 554 n° 13 et 14.

130 Lettre du 17/01/1889, BN N.A.Fr. 13 577, 127-128.

131 N.A.Fr. 13 577, 131-132.

132 N.A.Fr. 13 577, 134-135.

133 F de Pressensé, La France, les partis et les élections, Paris, Imprimerie Pariset, 1893.

134 F de Pressensé, « La République et la crise du libéralisme », Revue des Deux Mondes, 15 février 1897, p. 765-804.

135 F de Pressensé, « La République », art. cit., p. 770.

136 Ibid., p. 773.

137 Ibid., p. 786

138 Ibid., p. 789.

139 Ibid., p. 802-803.

140 Ibid., p. 803.

141 Ibid., p. 804.

142 F. de Pressensé, « Le congrès socialiste international de Londres » Revue des Deux Mondes. 1er septembre 1896, p. 142-165.

143 Ibid., p. 150.

144 Ibid., p. 158.

145 Ibid., p. 160.

146 Ibid., p. 155.

147 Ibid., p. 163.

148 Ibid., p. 161.

149 Ibid.

150 Ibid., p. 802.

151 L’expression figure dans la préface de la brochure La France, les partis et les élections, op. cit., p. I.

152 F. de Pressensé, « La République », art. cit., p. 795.

153 Ibid., p. 801.

154 Ibid., p. 783.

155 J. Lemire, Le cardinal Manning et son action sociale, Paris, Librairie Victor Lecoffre, 1893. Hemmer, Vie du cardinal Manning, Paris, P Lethielleux, 1898.

156 F. de Pressensé, Le cardinal Manning, Perrin, 1896, p. 226.

157 Ibid., p. 66.

158 Ibid., p. 263.

159 Ibid., p. 265.

160 Ibid., p. 66-67.

161 Ibid., p. 67.

162 Ibid., p. 178.

163 Ibid., p. 183-184.

164 Ibid., p. 166.

165 Ibid., p. 102.

166 Ibid., p. 227.

167 Ibid., p. 245.

168 E Gugelot, La conversion des intellectuels an catholicisme en France 1885-1935, CNRS éditions1998, p. 25.

169 F. Brunetière, « Après une visite au Vatican », Revue des Deux Mondes. 1er janvier 1895, p. 97-118.

170 F. de Pressensé, Le cardinal Manning, op. cit., p. 102.

171 Ibid., p. 93 et 94.

172 Ibid., p. 84.

173 Cité par H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps..., op. cit., p. 534.

174 F. de Pressensé, Le cardinal Manning, op. cit., p. 16-17.

175 Ibid., p. 17.

176 F de Pressensé, IIIe Common Place Book commencé le 21 décembre 1895, p. 6.

177 Ibid., p. 7.

178 Ibid., p. 10.

179 Ibid.

180 Ibid., p. 12. C'est Pressensé qui souligne certains mots.

181 Ibid., p. 18.

182 Ibid.

183 Ibid., p. 19.

184 Ibid.

185 Ibid., p. 13.

186 Ibid., p. 13-14.

187 Ibid., p. 15.

188 F. de Pressensé, Le Cardinal Manning, op. cit., p. 94-95.

189 F. de Pressensé, IIIe Common Place Book commencé le 21 décembre 1895, p. 16.

190 Ibid., p. 17.

191 F. de Pressensé, « Edmond Scherer ». Le Temps, 17 mars 1889. L'expression est utilisée dans cet article à la fois pour Scherer et pour Gladstone.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search