Version classiqueVersion mobile

Francis de Pressensé et la défense des Droits de l'homme

 | 
Rémi Fabre

Chapitre I. Les Pressensé

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Une ascendance aristocratique

  • 1 Le Salut Public de Lyon, « Une lettre de M. de Pressensé », 12 octobre 1898. (La lettre est datée (...)

1Francis de Pressensé est né à Paris, le 30 septembre 1853. Il vient au monde dans une famille notable du protestantisme français, qui possède, du côté paternel comme du côté maternel, une ascendance aristocratique. Si cette origine nobiliaire a certainement laissé des traces dans la personnalité de Francis de Pressensé, elle a aussi suscité la verve et les attaques de ses adversaires politiques dans la dernière période de sa vie, un socialiste au « sang bleu » n'étant pas chose si courante. Dès l'époque de l'affaire Dreyfus, Pressensé a lui-même fait le point sur ses origines pour répondre à un article du quotidien lyonnais Le Salut Public, journal antidreyfusard catholique proche de la démocratie chrétienne, qui l'accusait de ne pas être de souche française1.

  • 2 Selon H. Cordey, Edmond de Pressensé..., op. cit.. p. 3.

2La famille de Hault de Pressensé — c'est là le patronyme complet - est originaire du comté d'Ostrevant2 aux environs de Valenciennes. Les fonctions occupées par tel ou tel ancêtre au service du roi, à l'échelon local du Hainaut ou de la province de Flandre, mais aussi dans l'armée et à l'échelon national, ont été notables. Francis de Pressensé cite dans sa mise au point un arrière-grand-oncle, Laurent de Villedeuil, qui fut ministre de la marine de Louis XVI. En ligne directe, le trisaïeul, né en 1714, est « maire royal héréditaire de la bonne ville et place forte de Bouchain ». À la génération suivante, l'arrière-grand-père de Francis, Pierre-Marie de Pressensé, né en 1753, avait quitté la région de Valenciennes pour celle de La Rochelle. Il avait épousé en 1792 une protestante issue de la bourgeoisie rochelaise, Marie-Henriette Perry, tout en restant lui-même « fervent catholique ». Il avait dû émigrer à la fin de la Révolution, et avait regagné la France au moment de la Restauration pour y retrouver fortune et réputation.

  • 3 Basch qualifie Francis de Pressensc de « digne descendant de Du Guesclin qui était le lointain aïe (...)

3Du côté maternel, la famille Gouret du Plessis, apparentée, semble-t-il, à Bertrand du Guesclin3, s'était convertie au protestantisme au xvie siècle. Elle avait quitté la France au xviie siècle pour s'établir en pays calviniste, aux Pays-Bas, puis en Suisse. Élise du Plessis Gouret, mère de Francis de Pressensé est née en 1826 à Nyon dans le canton de Vaud.

4L'ascendance nobiliaire française, incontestable, est donc teintée d'une touche helvétique. Nette du côté maternel, la mère d'Élise de Pressensé, Caroline Dutoit, étant une pure vaudoise, elle n'est pas absente du côté paternel : Victoire Hollard de Pressensé, la grand-mère paternelle, était issue d'une importante famille protestante de Lausanne. Mais la Suisse n'a été fréquentée par Francis de Pressensé que pour quelques vacances. Pur parisien, il a été élevé dans le quartier de la Chaussée d'Antin, où sa famille paternelle était solidement établie depuis la génération de son grand-père, Victor de Pressensé.

Victor de Pressensé, une figure importante du Réveil

5Victor de Pressensé, le grand père paternel, qui était né à La Rochelle en 1796, et a vécu jusqu'au début de l'année 1871, est un personnage essentiel. On peut le considérer comme le « refondateur » de la lignée des Pressensé au xixe siècle, celui qui a donné à la famille son identité, sa position sociale et religieuse.

  • 4 H. Cordey, Edmond de Pressensé.... op. cit.. p. 438.
  • 5 Ibid., p. 438.
  • 6 Ibid.

6Commençons par en dessiner les contours matériels. Au décès de son père, en 1835, Victor a hérité de revenus importants « qui le classaient, indique Henri Cordey, dans la bonne bourgeoisie parisienne4 ». Parmi ces revenus, figurait un « denier d'Anzin » qui pouvait rapporter dans les années fastes de la monarchie de Juillet et du second Empire plusieurs dizaines de milliers de francs de rente5. Nous n'avons pourtant pas exactement affaire à une famille d'argent. Victor de Pressensé n'a pas augmenté sa fortune et aurait même fait « vers la fin de sa vie des placements malheureux6 ». À la génération suivante le capital symbolique et intellectuel tendra à l'emporter dans la famille sur le capital financier. Il reste que, pendant l'essentiel de sa vie, la fortune, les relations sociales et le train de vie de Victor de Pressensé, qu'atteste par exemple l'appel à un précepteur particulier pour l'éducation de son fils, permettent de le situer un peu plus haut que la simple « bonne bourgeoisie », au sein de la « haute société protestante ». Il a disposé en tout cas d'une fortune suffisante pour consacrer l'essentiel de son activité à ce qui était pour lui fondamental, l'action religieuse, l'œuvre d'évangélisation. Il a joué un rôle important au sein du Réveil, cet important courant de renaissance évangélique qui anime — et divise — le protestantisme français dans les années de la Restauration et de la monarchie de Juillet.

  • 7 Ibid., p. 23.
  • 8 Notice nécrologique de Victor de Pressensé, Revue Chrétienne. 1871, p. 109.
  • 9 Ibidem.

7Victor de Pressensé est un « converti » en un double sens : selon l'acception courante, puisqu'il est passé du catholicisme, la religion de son père, dans laquelle il avait été élevé, au protestantisme, religion de sa mère, dans laquelle ses sœurs avaient été éduquées ; mais aussi dans le sens du Réveil, celui d'une « régénération » par la grâce, d'une « nouvelle naissance » dans la foi. Beaucoup de « réveillés » ont cru pouvoir dater d'un jour, voire d'une heure particulière, ce moment de la naissance en eux de l'homme nouveau : « C'est alors, écrit Henri Cordey qu'on était passé de la mort à la vie par une conversion qui Faisait date7. » Dans le cas de Victor de Pressensé, la Revue chrétienne dit simplement qu'« après un mémorable événement qui le jeta aux pieds du Sauveur, lui et d'autres membres de sa famille, il se rangea ouvertement du côté de la foi évangélique8 ». Henri Cordey éclaire un peu plus la maturation de cette conversion. Victor de Pressensé avait été instruit chez les Jésuites mais très tôt l'influence de sa mère et de ses sœurs avait constitué un contrepoids. Par la suite, son mariage en 1823 avec une protestante, Victoire Hollard, issue d'une famille vaudoise déjà fortement engagée dans le Réveil, a constitué un tournant, et Victor de Pressensé « se range ouvertement du côté de la foi évangélique9 ». Il fréquente dans le temple de l'Oratoire du Louvre, vraisemblablement à partir de 1828, l'Ecole du Dimanche du pasteur Frédéric Monod, le fils aîné du fondateur de la célèbre famille, et un des chefs religieux du mouvement revivaliste français. Cette influence et celle du pasteur Grandpierre, un autre important prédicateur du Réveil, ont été pour lui décisives.

8Ayant achevé son instruction religieuse à trente-trois ans, Victor de Pressensé se lance à partir de 1830, dans de multiples activités destinées à manifester la gloire de Dieu. Cet engagement se situe au point culminant de l'activité des hommes et des femmes du Réveil, en même temps qu'il coïncide avec le climat d'effervescence du lendemain des « Trois Glorieuses », comme le souligne Henri Cordey :

  • 10 H. Cordey, Edmond de Pressensé..., op. cit., p. 11-12.

« Après la tourmente de la première République, les enivrements, puis les écroulements de l'Empire, suivis de l'éphémère Restauration, d'immenses aspirations se faisaient jour dans les esprits. S'affranchissant des influences desséchantes du siècle de Voltaire et de Rousseau, des hommes enthousiastes redemandaient au christianisme dédaigné par les philosophes de nouvelles raisons de vivre. Un vent mystérieux soulevait les âmes et communiquait à la génération de 1830 quelque chose de généreux, d'entre prenant et de fort. La résurrection de 1789 allait trouver en eux des continuateurs. Alors, on se plut à concevoir des systèmes grandioses et à prêcher des théories absolues, qu'on voulait appliquer sans retard. Le romantisme montait comme une fièvre10... »

  • 11 Voir G. de Felice. Histoire des protestants de France, 2e éd., Paris, Cherbuliez, Ducloux et Grass (...)
  • 12 Revue chrétienne, 1871, p. 109 (notice nécrologique de Victor de Pressensé).
  • 13 L'Ami chrétien des Familles, 13e année, n° 6, 1er août 1871, p. 76.

9L'élan qui saisit les hommes du Réveil les porte à prêcher la bonne nouvelle, à multiplier leurs œuvres de piété et de « prosélytisme11 ». Victor de Pressensé joue un rôle important dans la plupart de ces œuvres. Il est membre du Comité de la Société évangélique de France, et de celui de la Société des Missions évangéliques de Paris. Il s'attache en tout premier lieu à la diffusion de la Bible et des ouvrages religieux. Il prend la tête en 1833 du « dépôt » français de la Société biblique britannique et étrangère ; jusqu'à sa mort en 1871 il en sera l'inlassable et efficace directeur. On connaît l'envergure mondiale qu'ont prise en ce siècle victorien les grandes œuvres évangéliques britanniques. La British and Foreign Bible Society est une des plus puissantes. Elle a diffusé au cours du xixe siècle des dizaines de millions d'exemplaires du Livre saint, traduit dans presque toutes les langues de la terre. Le « dépôt » qui avait été implanté à Paris en 1820 sur l'initiative de la maison mère de Londres, est devenu, sous l'impulsion de Victor de Pressensé, une entreprise d'envergure, employant de 1 300 à 1 400 colporteurs, pour les 3/4 convertis du catholicisme12. Selon le dernier rapport présenté par Victor de Pressensé en 1870, les ventes de la Bible par colportage s'étaient élevées depuis 1833 à 2 880 810 exemplaires ; « il n'était peut-être pas, ajoutait-il, un village, pas un hameau de France qui n'aient été visités13 ».

  • 14 Lettre de Victor de Pressensé à son fils en date du 5 décembre. Archives privées de M. Vincent Sch (...)

10La fonction des colporteurs, ces anonymes, ces « soutiers de la Bible » était loin d'être de tout repos, exposés qu'ils étaient aux intempéries, aux dangers, et aux « persécutions », comme l'écrit Victor de Pressensé en 1839. Le dynamisme évangélisateur du Réveil se heurtait, dans la France profonde où il opérait, à une solide réaction d'hostilité catholique et aux fortes réticences des pouvoirs administratifs locaux, surtout soucieux du maintien de l'ordre et des équilibres religieux concordataires. Il inquiétait même, d'ailleurs, l'Église réformée officiellement reconnue, plutôt centrée sur le « petit troupeau » à préserver, et où le courant hostile au Réveil restait dominant. À l'inverse, Victor de Pressensé s'est montré pour le moins critique à l'égard de cette Église concordataire comme l'atteste ce passage d'une lettre adressée à son fils en décembre 1844 : « Dieu soit loué que tu sois au clair sur la question d'église, d'indépendance de l'Église. C'est là la voie du progrès ; tous ceux qui y entreront feront vraiment quelque chose ! Ailleurs tout est petit et mesquin ; en effet, qu'est-ce que l'Église réformée de France aujourd'hui ? ? [sic] Que font nos célèbres consistoires ?? L'intérêt personnel, des vues étroites... de tous côtés14. »

  • 15 André Encrevé parle d'une « aristocratie du nom ou (et) de la fortune et Daniel Robert souligne la (...)

11Ce point de vue reflète bien la position « séparatiste » du courant revivaliste parisien dont Victor de Pressensé était un des animateurs. Les membres de ce courant formaient un groupe très fervent, et, socialement, très choisi15, qui, après sa structuration aux alentours de 1830, a imprimé sa marque sur plusieurs générations ; on pourrait le comparer à une famille élargie, vu la fréquence des alliances matrimoniales qui y ont été contractées et la vigueur de la pieuse sociabilité qui l'animait.

Le « milieu Semeur-Taitbout » : la famille élargie des Pressensé

  • 16 H. Cordey, Edmond de Pressensé..., op. cit., p. 15.
  • 17 Ibid., p. 19.

12Le biographe d'Edmond de Pressensé, Henri Cordey, évoque avec ferveur le « milieu béni16 », constitué par le courant du Réveil parisien favorable à l'indépendance de l'Église par rapport à l'État. Il décrit « les hommes éminents qui s'y mouvaient », une « admirable pléiade d'hommes distingués réunis dans un même milieu, rapprochés par les mêmes aspirations, soulevés par la même foi et le même zèle pour le service de Dieu. Les dons de l'esprit, du cœur, de l'éducation, et, pour quelques-uns uns de la fortune donnaient une puissance rare à leur commune activité17 ».

13Parmi les plus proches compagnons de Victor de Pressensé, on peut citer Henri Lutteroth, fils d'un banquier allemand installé à Paris sous le premier Empire, Thomas Waddington, manufacturier, dont le fils William Waddington, ami et condisciple d'Edmond de Pressensé, sera Président du Conseil en 1879, le comte Jules Delaborde, avocat et fils d'un général de Napoléon, le naturaliste Henri Hollard, ou l'architecte de Valcourt. Ce groupe de pieux et riches laïcs nés au tournant du siècle était épaulé par des personnalités plus âgées, tel l'amiral Verhuell, pair de France, et par des pasteurs, tel Frédéric Monod, ou le ministre congrégationaliste anglais Marc Wilks installé à Paris depuis 1816.

14En plus de l'animation de multiples sociétés évangéliques, ce groupe s'est surtout consacré à deux œuvres inaugurées à quelques mois de distance au lendemain de la révolution de juillet 1830, le lieu de culte de la Chapelle Taitbout, qui se transformera en Église évangélique du culte réformé indépendante en 1839, et le journal Le Semeur qui paraîtra de 1831 à 1851.

La Chapelle Taitbout

15La dénomination de « chapelle » peut surprendre au sein du protestantisme. Elle a été utilisée pour indiquer qu'on ne se situait pas dans le cadre de l'Église « officielle » concordataire. Le mot suggère en même temps une certaine « intimité familiale » que recherchait la spiritualité du Réveil, parfois tentée par l'effusion lyrique et « romantique » du sentiment religieux. La chapelle Taitbout a été à l'origine un simple lieu de prières et de réunions religieuses comme les hommes du Réveil ont cherché à en ouvrir dans divers quartiers de Paris après 1830 en profitant de la plus grande tolérance des autorités. Mais le « culte évangélique indépendant non salarié par l'État » inauguré en octobre 1830 rue Taitbout avait connu rapidement un succès et un auditoire importants ; il a continué à être désigné par le nom de Taitbout, alors même qu'il avait dû déménager plusieurs fois, dans un périmètre il est vrai restreint, de quelques dizaines de mètres, pour s'installer finalement dans des locaux suffisamment vastes au 42, rue de Provence. Il faut insister sur cette localisation : nous sommes au cœur de la chaussée d'Antin, quartier de la bourgeoisie d'affaires et de la banque, qui tendait à supplanter sous la monarchie de Juillet le quartier de la vieille noblesse, le faubourg Saint-Germain.

16Le comité de la chapelle Taitbout avait cherché dès sa fondation à s'adresser à ce public choisi environnant en taisant appel à des prédicateurs renommés. On peut citer d'abord le pasteur Jean-Henri Grandpierre, parfois surnommé « le Bourdaloue protestant », et parmi ses successeurs, Louis Bridel, puis, à partir de 1847, Edmond de Pressensé. L'intérêt un peu mondain pour l'éloquence du sermon fait partie de la sensibilité de l'époque. Le succès de Taitbout ne s'est pas démenti pendant de longues années, malgré la rivalité avec le temple « concordataire » de l'Oratoire du Louvre, l'autre pôle du protestantisme bourgeois parisien.

  • 18 Ibid., p. 17.

17Parmi les fidèles les plus notoires de Taitbout sous la monarchie de Juillet, on peut citer le comte Pelet de la Lozère, pair de France et ministre de l'instruction publique puis des finances en 1836 et en 1840 ; jusqu'à sa mort en 1838, la duchesse de Broglie, Albertine de Staël, véritable militante du Réveil et de l'évangélisation, est aussi particulièrement attachée à Taitbout et au pasteur Grandpierre18. Parmi les autres grandes dames du Réveil, on mentionne les épouses des principaux banquiers protestants, Mesdames Jules Mallet, André-Walther et François Delessert.

  • 19 Ibid., p. 116.

18La chapelle Taitbout a constitué un véritable « territoire familial » pour les Pressensé. Victor de Pressensé en est un des fondateurs, faisant partie avec Marc Wilks, Henri Lutteroth, Thomas Waddington et de Valcourt du premier Comité directeur. Il est aussi le trésorier de l'association, poste important dans une Église « privée » vivant uniquement des dons volontaires. Henri Cordey le qualifie de « cheville ouvrière » et de « patron familial » de la chapelle Taitbout19. Il faut dire que son domicile, au 47, rue de Clichy, qui est devenu au xxe siècle le siège de la Fédération protestante de France, se situait à quelques centaines de mètres du lieu de culte. Il pouvait jouer le rôle d'une annexe, en accueillant diverses réunions religieuses ainsi que des rassemblements « pieusement festifs ». C'est chez les Pressensé, par exemple, qu'on donne en 1856 une réception en l'honneur de Madame Beecher Stowe, dont le livre La case de l'oncle Tom avait profondément ému en France les consciences protestantes.

Le Semeur

19Il faut aussi mentionner dans le « berceau spirituel » et intellectuel familial des Pressensé la présence d'un journal, Le Semeur. L'initiative de lancer un journal « religieux, politique, philosophique et littéraire » est prise en 1831 par le « groupe revivaliste Taitbout » un an après la fondation de la chapelle. On retrouve dans le comité les mêmes personnalités que dans l'animation de la chapelle, Henri Hollard, Henri Lutteroth, Victor de Pressensé. Leur but était de s'adresser à un public cultivé non protestant, et d'intervenir sur les différents sujets qui le préoccupaient, moins pour parler politique ou littérature en soi, que pour « défendre en ces domaines un point de vue chrétien » (et plus précisément protestant, réformé, et évangélique).

  • 20 G. de Felice, Histoire des protestants de France, 2e éd., Paris, Cherbuliez, Ducloux et Grassart, (...)
  • 21 Ibidem.
  • 22 L'indication est donnée par H. Cordey, Edmond de Pressensé..., op. cit,. p. 20. Les articles du Se (...)
  • 23 G. de Felice, Histoire des protestants de France, op. cit., p. 619-620.

20Comme pour la chapelle Taitbout et les sociétés bibliques, on peut sans conteste déceler dans l'initiative de publier Le Semeur une intention de « prosélytisme », qui cherchait à tirer parti de la situation historique, en particulier de « l'hostilité au parti clérical », très répandue après Juillet 183020. Dans le bouillonnement d'idées qui s'était produit au lendemain des Trois Glorieuses, il s'agissait aussi, comme l'atteste nettement le contenu des premiers numéros, de s'opposer à un certain nombre de systèmes philosophiques et sociaux en vogue, et en particulier à la « menace » du saint-simonisme, alors au zénith, avec « ses journaux, ses assemblées publiques, son culte, sa hiérarchie, ses missionnaires21 », comme le rappelle le pasteur Guillaume de Félice, auteur de bon nombre des articles consacrés à « des questions de politique et de morale sociale22 ». Les rédacteurs du Semeur s'adressaient donc à la fois « aux déserteurs de l'Église catholique » et « aux disciples des écoles qui ne leur paraissaient avoir que la vaine apparence d'une religion23 ».

  • 24 Ibid., p. 620.
  • 25 Le Semeur, décembre 1831.
  • 26 Ibid., 1840.

21À ce but évangélisateur s'ajoutait une intention politique explicitement affirmée, celle de « raffermir l'ordre menacé par les révolutions politiques24 ». On est, malgré le refus de toute prise de position « politicienne », dans une perspective orléaniste, défendant un libéralisme plus proche, selon la terminologie des premières années du régime de Louis-Philippe, de la Résistance que du Mouvement. Dans ses premiers numéros Le Semeur ne se contente pas de s'en prendre aux saint-simoniens, « faux docteurs aux excitants les plus funestes », mais il condamne fermement la révolte des canuts qui « se sont livrés à des excès qui ne peuvent qu'augmenter leur misère au lieu de la faire cesser, et se sont laissés aller comme par un aveugle entraînement à porter le meurtre et la désolation dans une ville où ils ne rencontraient que des concitoyens25 ». La défense de l'ordre social et la volonté de lutter contre toutes les idées subversives obéissent, au moins explicitement, à des motivations spirituelles et non matérielles : « Ce n'est pas en disant qu'ils menacent la propriété et l'héritage qu'il faut combattre Owen, Saint-Simon et Fourier, mais en montrant qu'ils sont hostiles au dogme chrétien et menacent de vous enlever l'espérance du bonheur éternel26. »

  • 27 Ibid., 1er janvier 1840.

22S'il fallait combattre, dans la perspective du Semeur, les maux engendrés par la société moderne, associer à l'ordre le progrès, et même envisager la participation du peuple aux affaires du pays, cette promotion ne pouvait être obtenue par des lois sociales et par l'action de l'Etat, mais par l'évangélisation et le développement des personnalités chrétiennes, par la régénération des individus qu'opère la foi seule : « Un peuple éclairé, un peuple vertueux, un peuple religieux aurait le plus puissant de tous les titres pour revendiquer sa part dans les élections politiques27. » Le modèle explicitement indiqué est celui des sociétés anglo-saxonnes, plus précisément celui des États-Unis d'Amérique, avec ses ligues de tempérance animées par l'esprit religieux.

23Victor de Pressensé, qui n'était pas un homme de plume, a surtout assuré la gérance matérielle du journal ; son fils Edmond aura, lui, l'occasion d'y écrire ses premiers articles en 1847. Si le directeur et le principal bailleur de fonds du Semeur était Henri Lutteroth, c'est surtout la collaboration régulière du philosophe et théologien de Lausanne, Alexandre Vinet, qui lui a assuré une certaine audience. Alexandre Vinet était en particulier le défenseur et le théoricien de l'individualisme religieux. On peut souligner au reste la cohérence entre cet individualisme religieux et l'individualisme politique « classique » défendu par ces libéraux de 1830 :

  • 28 H. Cordey, Edmond de Pressensé..., op. cit., p. 12.

« En ce temps s'élançait dans l'arène, écrit Henri Cordey, un puissant auxiliaire de la renaissance générale, l'individualisme. Ce fils authentique du christianisme et de la Réforme déjà choyé par Rousseau, ce bel adolescent de la Révolution française nourri des Droits de l'homme arrivait avec une sorte de frénésie à l'âge adulte. Dans le protestantisme de langue française, il s'incarnait en un penseur de génie, Alexandre Vinet. Plus de joug traditionnel ! semblait-il dire. Plus de formes desséchées dans lesquelles étouffe la vérité et périt la vie ! Rien ne vaut que ce qui jaillit des profondeurs de la personne soumise à Dieu et indépendante des hommes. La régénération de chacun est la seule garantie véritable de la renaissance de l'humanité28. »

24L'originalité de Vinet était d'associer à une théologie évangélique, orthodoxe mais non rigide, un très grand souci de la liberté et des droits imprescriptibles de la conscience. Une des conditions sur lesquelles il insistait le plus, pour que tout individu puisse faire librement son choix religieux, était la nécessité de la séparation des Églises et de l'État. Le Semeur est un des premiers périodiques en France à avoir mené campagne pour mettre fin aux « relations funestes et adultères entre la société politique et le royaume des cieux ». L'idée de la Séparation réunit ainsi, on le verra, trois générations de Pressensé.

L'éducation familiale

Le couple parental : des héritiers du Réveil

25Avec Edmond et Élise de Pressensé, les parents de Francis de Pressensé, c'est à la deuxième génération du Réveil, celle des enfants de « réveillés », que nous avons affaire.

  • 29 Ainsi le barbouillage d'Edmond de Pressensé, incurablement réfractaire à la calligraphie, est-il m (...)
  • 30 Ibid., p. 23.
  • 31 Ibid., p. 241.

26Edmond de Pressensé, né en 1824 est le seul fils de Victor et Victoire, qui ont eu également une fille, Mathilde. Henri Cordey décrit assez longuement les conditions d'une éducation particulièrement choisie, les liens affectifs très forts qui unissent le fils à ses deux parents, et la façon dont l'un et l'autre, en bons bourgeois du siècle de la famille, exercent pleinement leur action éducative. Les lettres citées attestent en particulier l'importance de l'exigence morale, située dans presque tous les domaines de la vie29. Henri Cordey souligne d'un côté une grande ouverture d'esprit et de cœur, mais de l'autre, à côté de « cette chaleur d'âme », « une certaine rigidité, commune d'ailleurs à beaucoup de chrétiens du Réveil. Ils ne pactisaient en rien avec ce qu'ils appelaient le monde30 ». Edmond de Pressensé aura par la suite l'occasion, comme le note son biographe, de trouver excessifs certains aspects de l'austérité, du rigorisme, du premier Réveil. Humaniste, il lui reprochera d'avoir refusé sa part à l'élément humain. Il n'empêche que dans ses liens affectifs avec ses parents, dans sa vocation pastorale, dans une foi chrétienne robuste que ses proches ont décrite comme presque « candide31 » ou enfantine, il s'est montré le fils idéal, réalisant pleinement les espoirs placés en lui.

  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid., p. 15.

27Élise du Plessis, née à Nyon en 1826, a été élevée, elle aussi, dans une famille du Réveil. Si on en croit sa biographe, l'atmosphère y semble avoir été plus stricte, avec moins d'ouverture culturelle, que chez les Pressensé. Dans la famille du Plessis, indique Marie Dutoit, « la grâce n'avait point triomphé de la loi dans les deux domaines étroitement liés de la religion et de l'éducation32 ». C'est peut-être surtout la dimension affective qui est en cause : la mère d'Élise, Mme du Plessis, « femme spirituelle et d'un vrai charme dans la société montrait à ses enfants un visage plutôt sévère ». Ainsi, résume la biographe d'Élise, « élevée dans un milieu un peu contraint, malgré la grande bonté de son père, elle contractait alors un pli ineffaçable de réserve et de timidité qui devait constituer un de ses charmes et rehausser sa valeur, mais qui n'en est pas moins l'indication légère laissée par la souffrance, ou du moins par l'insuffisance de joie sur sa nature d'enfant33 ». Mais la jeune fille timide avait pourtant, disent ses biographes, donné de bonne heure la preuve de sa volonté, en même temps que d'un certain esprit contestataire : elle refuse à quatorze ans de préparer sa première communion dans la petite chapelle de réveillés, à l'esprit quelque peu dissident ou sectaire, que fréquentaient ses parents, et obtient d'être instruite puis reçue « dans l'Église dite nationale, avec tous34 ».

  • 35 Ibid., p. 17.

28La rencontre entre Edmond de Pressensé et Élise du Plessis a lieu à Lausanne en 1845. Edmond y fait depuis 1842 sa théologie, et suit en particulier les cours d'Alexandre Vinet. Élise y est venue en 1845 terminer son éducation dans une pension tenue par le professeur Herzog. Jeune « bas bleu » passionnée de littérature, elle avait même obtenu la permission de suivre à l'Académie le cours de littérature de M. Vinet, « auquel les dames avaient été officiellement admises35 ».

29Ce n'est pas à un cours du maître, mais à un « souper de jeunesse » qu'Edmond et Élise se voient pour la première fois. La scène est décrite par Marie Dutoit qui cite les souvenirs de la cousine germaine d'Edmond de Pressensé, fille du professeur Henri Hollard, qui deviendra la femme du pasteur Eugène Bersier, collègue d'Edmond à la chapelle Taitbout :

  • 36 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p 20.

« Le hasard les mit l'un à côté de l'autre. La jeune fille brune, grande, élancée, était ce qu'elle resta toujours : très timide, réservée, ne se livrant guère dans la conversation générale, mais s'illuminant tout entière de la lumière intérieure, lorsque tel sujet faisait vibrer chez elle une corde intime. Le jeune homme, au contraire, animé, cordial éprouvait le besoin de faire partager chacune de ses impressions et les exprimait de cette voix chaude qui resta toujours jeune. Ils parlèrent de poésie ; il n'en fallait pas davantage : la jeune fille s'illumine soudain, au regard profond et lumineux de ses yeux bruns habituellement voilés par leurs longs cils. Ils s'étaient à peine vus et déjà compris... On peut dire que ce fut en Lamartine, le plus poète des poètes, qu'ils se devinèrent36. »

30La poésie continuera par la suite à jouer un rôle important pour ces enfants du romantisme : Edmond et Élise se dédieront des vers jusqu'à la fin de leur vie, le talent d'Élise se révélant, sur ce plan, supérieur à celui de son mari. Le « coup de foudre lamartinien » aboutit à un mariage célébré à Nyon le 26 mai 1847, deux ans après la première rencontre.

  • 37 Ibid., p. 10.
  • 38 Ibid., p. 234.

31Au lendemain du mariage les deux époux s'installent à Paris. Edmond de Pressensé qui avait achevé ses études de théologie en Allemagne, venait d'être consacré à la chapelle Taitbout en avril 1847. Il y est aussitôt nommé pasteur-suffragant et en deviendra rapidement le pasteur attitré. Il y prêchera pendant plus de quarante ans sans avoir jamais eu la charge d'une autre paroisse ou communauté. Son « berceau spirituel » était devenu son « champ clos pastoral37 ». On ajoutera qu'Edmond de Pressensé a sans doute été salarié par son père, puisque ce dernier était le trésorier de l'association Taitbout, paroisse « libriste » non reconnue par l'État. Jusqu'à la disparition de Victor de Pressensé l'étroitesse des liens et une certaine dépendance à l'égard des ascendants se marquent aussi dans la proximité du logement. Le jeune couple a habité pendant un certain nombre de mois au domicile des parents d Edmond. Ils s'installent ensuite après la naissance de leur première fille en 1849 à l'étage au-dessus, puis, ensuite, en face, au 47 rue de Clichy, où ils habitent jusqu'en 1871, année de la mort du pater familias. Malgré l'importance de cette présence de l'ancienne génération, il semble que dès la fin des années 1850 le « bâton de commandement» se soit déplacé vers Edmond et son foyer. La cécité progressive de sa femme à partir de 1859, puis sa disparition en 1865, amènent Victor de Pressensé à se renfermer de plus en plus dans ses travaux de bureau, « comme désemparé et détaché de lui-même ». « La large hospitalité » qu'il avait exercée auparavant, marquée entre autres par « l'accueil des étrangers de marque que le protestantisme attirait à Paris38 » passe désormais dans l'appartement de son fils.

32Le personnage du grand-père restera toutefois essentiel dans la vie familiale, et certains indices nous incitent à penser qu'il a été particulièrement marquant pour son second petit-fils, Francis. Après Hélène, l'aînée, née en 1849, étaient venus successivement au foyer d'Edmond et d'Élise deux garçons, Victor, né en 1851, et Francis, né en 1853. Une petite dernière, Emilie vient compléter la famille en 1857, après le décès prématuré d'un autre garçon en 1855. Comme dans la génération précédente du côté Pressensé, mais dans une atmosphère certainement plus détendue, les enfants vont faire l'objet de toute l'attention et l'activité éducatrice de leurs parents. Avant de nous attarder sur ce rôle, il faut mentionner, au moins chez les garçons, la partie de leur éducation qui se situe à l'extérieur de la sphère familiale.

Une « éducation extérieure de proximité » : l'institution Keller

33La scolarité de Victor et Francis de Pressensé s'est faite pour l'essentiel au lycée Bonaparte, actuel lycée Condorcet, fleuron éducatif des beaux quartiers. L'établissement se situant à quelques pas de leur domicile, les deux frères ont pu bénéficier de l'enviable condition d'externe. Il faut pourtant signaler trois années de pensionnat où ils se sont trouvés quelque peu excentrés par rapport au triangle de cinq cents mètres de côté constitué par le domicile parental, la chapelle Taitbout et le lycée Bonaparte. Cet exil n'était toutefois que géographique, puisqu'on restait totalement dans le sein de « la famille Taitbout » : une génération après leur père, qui avait « inauguré » la maison en 1834, Victor et Francis de Pressensé ont été élèves entre 1863 et 1866 de l'institution Keller, une « maison d'éducation pour jeunes gens » spécifiquement protestante située rue de Chevreuse à deux pas du Luxembourg.

  • 39 A. Decoppet, Le Paris protestant, Paris, Charles Unsinger imprimeur, 1874 (notice sur « l'Institut (...)

34Cet établissement apportait un complément éducatif et moral à l'enseignement secondaire public : si les classes inférieures étaient données dans la pension, à partir de la sixième les élèves suivaient les cours du lycée Saint-Louis. Mais ils restaient encadrés par l'institution, une fonction jugée particulièrement importante à l'âge tournant de la pré-adolescence : on craignait de laisser l'enfant de onze à douze ans livré à lui-même, aux mauvaises influences et aux mauvaises fréquentations lycéennes. À une époque où les heures de classe ne représentaient qu'une petite partie de la journée du lycéen, il restait une place importante pour l'institution, qui assurait les études, surveillait le travail et les devoirs, et fournissait « des répétiteurs spéciaux pour les langues et pour les sciences39 ».

35La liste des anciens élèves de la pension Keller que publie en 1874 A. Decoppet dans le Paris protestant montre que les plus grandes familles protestantes lui ont confié leurs enfants ; on y relève des noms comme Monod, de Pressensé, Waddington, de Witt, Delessert, Sautter, Alfred-André, Goguel, de Dietrich, Couve, Thierry-Mieg, et, parmi d'autres encore, celui du sculpteur Frédéric Bartholdi. La liste est particulièrement « brillante » dans les vingt premières années de la pension, qui a été fondée en 1834.

36Par la suite si la tradition « HSP » se poursuit, on remarque que, de plus en plus, la majorité des élèves sont des anglophones. Sur les dix-neuf qui arrivent à la pension en 1863, l'année de l'entrée des deux frères de Pressensé, douze sont nés en Angleterre. Dans les promotions précédentes et suivantes, les Anglais et les autres ressortissants de l'Empire britannique (Gallois, Ecossais, Irlandais, Canadiens, Australiens etc.), se taillent encore la part du lion. Il faut y ajouter bon nombre d'Américains et, à une dose plus faible, des Suisses, des Allemands, quelques Suédois ou Tchèques. Ce recrutement atteste la dimension internationale du protestantisme, plus précisément de la mouvance revivaliste autour de laquelle s'était fondée en 1846 à Londres une Alliance évangélique universelle. Jean-Jacques Keller, le fondateur de l'institution avait d'ailleurs participé à cette réunion fondatrice. Il avait aussi cherché à s'inspirer dans son établissement des méthodes des Public Schools britanniques.

37Les jeunes britanniques pouvaient ainsi s'initier à la langue et la culture française sans être totalement dépaysés sur le plan éducatif et religieux. Inversement, pour les élèves français, la présence de camarades anglophones devait représenter un « bain linguistique spontané » s'ajoutant à l'activité des « répétiteurs spéciaux » pour favoriser l'acquisition rapide de la langue anglaise. En cette époque d'apogée victorienne, la vogue de l'anglais s'était développée au sein de la haute bourgeoisie, particulièrement dans la bourgeoisie protestante. On peut d'ailleurs penser que la pension Keller, tout en suppléant aux insuffisances de l'enseignement des lycées en la matière, permettait aux familles de faire l'économie d'un précepteur, d'une institutrice ou d'une nurse anglaise.

  • 40 H. Cordey, Edmond de Pressensé..., op. cit., p. 590.

38Pour Francis de Pressensé en tout cas, dont le développement intellectuel semble avoir fait flèche de tout bois, cet apprentissage a porté ses fruits et a représenté bien davantage qu'une composante de sa « bonne éducation » ou qu'un simple critère de distinction sociale. Il a contracté une véritable passion, pour la culture, la littérature, la vie politique anglaises. Ce fait a frappé ses contemporains. La notice nécrologique que lui consacre son journal, Le Temps, précise qu'« à 17 ans à peine, il possédait déjà parfaitement la connaissance de l'anglais40 ».

39Au-delà de ce rôle culturel, les objectifs de la pension Keller étaient avant tout moraux et religieux. Le fondateur de l'institution, Jean-Jacques Keller, est un pédagogue suisse né à Zurich en 1809, et installé à Paris en 1830. Rapidement introduit dans le milieu revivaliste, il est encouragé et aidé par les notables du groupe Taitbout à ouvrir une maison pour la formation de la jeunesse dans l'esprit du Réveil. En plus de ses activités pédagogiques, il se consacre à de nombreuses œuvres religieuses et sociétés évangéliques. Il sera le principal initiateur de l'ouverture sur la rive gauche, à proximité de sa pension, d'un lieu de culte lié à la chapelle Taitbout, la chapelle du Luxembourg de la rue Madame. Conçue par l'architecte de Valcourt, elle est inaugurée en 1857. Edmond de Pressensé aura souvent l'occasion d'y prêcher, en particulier à la fin de sa vie.

  • 41 A. Gide, Si le grain ne meurt, Gallimard, 1955, p. 190 (reproduit par éd. Rombaldi, 1973).

40Le jeune André Gide a eu l'occasion de l'y entendre. Il évoque dans Si le grain ne meurt le souvenir du temple de la rue Madame où « prêchaient tour à tour M. Hollard et M. de Pressensé, un vieux pasteur sénateur, presque aussi laid que le pasteur Bavretel, père du rédacteur du Temps, prédicateur assez éloquent mais ressasseur et affligé d'un coryza perpétuel qui lui faisait rater parfois ses effets les plus pathétiques41 ».

41On peut également mentionner le témoignage d'André Gide sur l'Institution Keller, dont il a été l'élève, et qu'il a transposée sous le nom de pension Vedel-Azaïs dans Les faux monnayeurs. Il a été particulièrement frappé par la figure tutélaire du vieux fondateur, en principe retraité, mais qui continuait à imprimer sa marque sur l'établissement dirigé par son fils Jacob :

  • 42 Ibid., p. 189.

« On était introduit dans une petite pièce huguenote où le vieux installé pour tout le jour dans un grand fauteuil de reps vert, près d'une fenêtre par où il surveillait le défilé des pensionnaires dans la cour, s'excusait d'abord de ne pouvoir se lever pour vous recevoir. Son coude droit posait de biais sur le pupitre d'un bureau d'acajou, chargé de papiers ; à sa gauche je remarquais sur un petit guéridon une Bible énorme, et un bol bleu qui lui servait de crachoir, car il était très catarrheux... Il avait le regard droit, la voix sévère, et ses ordres que M. Jacob transmettait au reste de la pension, on comprenait ou sentait qu'il « les recevait, lui, directement de Dieu42. »

42Le témoignage, direct ou transposé, d'André Gide fournit un contrepoint ironique, une sorte d'envers du pieux décor. Pourtant, si on le compare avec les nombreux témoignages laudatifs, ceux qui ressortent par exemple du livre du cinquantenaire publié en 1884 par la Revue chrétienne pour la fête des « noces d'or » de l'institution, on ressent la même impression celle d'une exigence morale poussée jusqu'à l'intransigeance.

43Si on n'y imposait pas de châtiments corporels, et si les élèves « n'en gardent pas de souvenirs cuisants », précisent certains anciens, « on y moralisait beaucoup ». Frappé par le nombre de vocations pastorales suscitées, Théodore Monod précise même : « Jadis on sermonna si fort nos bons apôtres que, pour se rattraper, ils sermonnent les autres. » Cette vocation pastorale ne s'est toutefois déclenchée chez aucun des deux frères Pressensé alors que leurs deux sœurs qui n'ont pas fréquenté la pension ont chacune épousé un pasteur.

  • 43 Nous lui conserverons ce nom d'auteur. Nous renvoyons à l'édition dont nous avons disposé Mme E. d (...)
  • 44 Mme E. de Pressensé, La Maison blanche, op. cit., p. 156.

44On ajoutera que Mme de Pressensé43 a elle-même décrit dans un de ses romans, la Maison blanche, une pension pour jeunes gens qui ressemble comme deux gouttes d'eau à la pension Keller. Nous verrons l'importance de ce roman, qui est celui où Mme de Pressensé a le plus directement transposé son univers familial. La Maison blanche présente une « famille heureuse » de quatre enfants. L'histoire est centrée sur le départ des deux fils à la pension, qui peut apparaître comme une sorte de rite de passage masculin puisque les deux filles restent au foyer avec leur mère, apprenant de leur côté les « talents gracieux et utiles de la femme », tout en attendant avec impatience le retour des frères, prêtes à les admirer s'ils rapportent des prix après la distribution finale. Il est vrai que l'auteur présente avec une certaine malice une antithèse à cette éducation féminine avec le personnage de la nièce du directeur de la pension, « lutin érudit » qui a acquis clandestinement un grand nombre des connaissances « qui font l'homme instruit », et se montre bien supérieure en fait de version grecque et de thème latin aux « élèves qui se rengorgeaient en rapportant leurs prix du lycée44 ».

  • 45 Ibid., p. 147-148.

45La « pension Bertin » décrite dans le roman est présentée sous des traits positifs : on y accède « sous le signe de la conscience et du devoir aux sereines et profondes joies de l'intelligence ». Il n'empêche que dans cette maison où règne « une atmosphère de mesure, de réserve et de froideur », la description de l'environnement matériel, mi-spartiate mi-vétuste, rejoint assez exactement les notations d'André Gide ; on peut citer comme exemple l'impression laissée aux visiteurs par le grand salon de la pension, où se dressent « comme autant de gardiens sévères d'immenses fauteuils aux dossiers droits, aux formes anguleuses, recouverts de tapisseries fanées [...] bien déterminés à offrir tous leurs angles à quiconque persisterait à les faire servir à l'usage généralement assigné45... ».

Un foyer paternel an fort rayonnement éducatif

  • 46 M Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 47.

46Nous n'avons pas de témoignage direct sur la façon dont la pension Keller a pu marquer le jeune Francis. S'il a connu cette austérité, cette rigidité protestante, elle ne l'a certainement pas autant affecté qu'André Gide. C'est qu'au foyer de ses parents, où s'est fait l'essentiel de son éducation, régnait une atmosphère différente, qui était moins compassée. La maison des Pressensé, selon les nombreuses descriptions qui en ont été faites et qu'on retrouve dans l'ouvrage d'Henri Cordey, était extrêmement vivante et animée. La tradition de l'hospitalité « porte et table ouverte » du pasteur se doublait d'une sociabilité non seulement religieuse mais intellectuelle et, surtout à la fin du second Empire, politique, qui atteste la réussite sociale d'Edmond de Pressensé, bien secondé par son épouse. « La porte de sa maison s'ouvre largement, écrit Marie Dutoit, et son salon attire comme le pourrait faire un brasero allumé sur une place en hiver46. »

  • 47 Cité par H. Cordey, Edmond de Pressensé..., op. cit., p. 236. Ces souvenirs étaient parus dans la (...)

47Edmond et Élise ne se contentaient pas de la dimension un peu mondaine des réceptions, ils ouvraient aussi leur maison en accueillant des pensionnaires, souvent de jeunes protestants provinciaux venus poursuivre leurs études à Paris. Ainsi ont vécu deux années au foyer des Pressensé, de 1860 à 1862, le futur historien Gabriel Monod, et le futur pasteur et fondateur du Christianisme social, Tommy Fallot. L'un comme l'autre, issus de milieux évangéliques assez rigides, ont souligné la grande ouverture intellectuelle, le « bol d'air » que représentait le séjour chez les Pressensé. « J'ai passé sous leur toit, écrit Gabriel Monod, dans ses souvenirs d'adolescence, deux années incomparables, dans une disposition constante d'enthousiasme et de ferveur, enthousiasme pour les idées, pour la poésie, l'art, la philosophie, la politique ; ferveur au travail, ferveur religieuse, ferveur de charité47. » Ce rayonnement intellectuel s'exerçait encore sur d'autres jeunes que les pensionnaires : Edmond de Pressensé réunissait chez lui tous les 15 jours pour discuter de questions de littérature, de philosophie et de morale un certain nombre d'étudiants. On retrouve parmi eux les noms de Charles Gide, Ferdinand Buisson, Anatole Leroy-Beaulieu. La maison Pressensé est vraiment un microcosme !

48Éducateur intellectuel et moral d'un certain nombre de pupilles, Edmond de Pressensé l'a été à plus forte raison encore pour ses enfants. Il associait l'ensemble de ses proches à ses lectures, ses activités, ses préoccupations extérieures, comme le rapporte encore Gabriel Monod :

  • 48 Ibid., p. 238.

« Aux repas, ou le soir, sa conversation aussi brillante, aussi animée pour les siens qu'elle l'était dans les cercles étrangers les plus choisis, tour à tour spirituelle ou pathétique, grave ou enjouée, fréquemment mêlée de lectures à haute voix, nous ouvrait tous les jours les horizons de la vie et de la pensée... C'était en somme un merveilleux éducateur que cet homme pourtant si peu pédagogue, si peu capable de diriger le détail de la vie, d'épier les défauts des autres ou de les réprimander. C'était l'éducation par l'enthousiasme et l'exemple48... »

49Une des dimensions de cette éducation par l'enthousiasme et l'exemple était évidemment religieuse, et on peut penser que les enfants ont dû entendre bien des fois prêcher leur pasteur de père. Mais fidèle à la double perspective du Réveil, qui insistait sur la conversion, et de l'individualisme religieux de Vinet qui soulignait la nécessité du libre engagement personnel, Edmond de Pressensé a appliqué dans sa famille le principe de ne pas baptiser les enfants mais d'attendre qu'ils accomplissent eux-même la démarche. Si le second fils a tardé, on le verra, à demander le baptême, il n'en a pas moins gardé de l'éducation paternelle une forte marque religieuse et intellectuelle. L'influence de sa mère, à la fois actrice et témoin de son développement affectif et intellectuel, a été également essentielle.

Une grande pédagogue et un grand témoin de l'enfance : Elise de Pressensé

  • 49 Mme E. de PressensÉ, La Maison blanche, op. cit., p. 331.

50Plus pédagogue que son mari, Élise de Pressensé a été la première maîtresse d'œuvre du travail éducatif quotidien, qui consistait en particulier, pour reprendre une de ses définitions, à guider ses enfants « d'une main terme et tendre » pour « les habituer au travail, à la lutte, et au renoncement avant de pouvoir en comprendre le prix49 ». Mais en même temps cette mère active a été une observatrice attentive, et un grand écrivain de l'enfance. Son œuvre romanesque, qui a connu un important succès, constitue pour nous un document d'une rare richesse. Elle nous permet de mieux comprendre les formes, les valeurs, les principes qui ont gouverné l'éducation au foyer des Pressensé. La conception de l'éducation de Mme de Pressensé n'a pas la rigidité qu'on attribue parfois à la tradition culturelle protestante, la romancière se démarquant nettement, et parfois avec flamme, des préjugés et des principes en vigueur dans son milieu. Elle dénonce tout ce qui lui paraît pouvoir brimer le développement spontané des enfants dans leurs rapports affectifs et leur besoin d'être aimés. Mais elle correspond pleinement à l'image qu'on se fait habituellement du protestantisme par son exigence morale. On peut aussi considérer qu'elle est dans la tradition des moralistes du siècle de Port-Royal dans une recherche de vérité qui lui fait déceler les attitudes conventionnelles et les poses derrière certaines bonnes actions, l'égoïsme et la vanité embusqués sous l'altruisme le plus apparent.

  • 50 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 45.
  • 51 Mme H. de PressensÉ, La Maison blanche, op. cit., p. 294.
  • 52 Ibid., p. 292.

51On trouve cette inspiration dans le roman La Maison blanche, que nous avons choisi de privilégier parce qu'il date du début des années 1860, soit de la période de l'enfance de ses fils, et que Mme de Pressensé s'est fortement inspirée de leurs caractères. Le livre est d'ailleurs « dédié plus spécialement à son fils qui grandit50», c'est-à-dire selon toute vraisemblance à son second fils, Francis. Même si le personnage du frère aîné est important, c'est bien le cadet, qui est, en effet, le héros de l'histoire. Très doué pour les études, mais avec « le besoin d'être approuvé qui est le côté faible de sa nature », Eugène, c'est le nom qu'il porte dans le roman, sacrifie finalement son temps d'études pour aider son cousin Jérôme à rattraper son retard, lui permettant de cueillir à sa place les prestigieux lauriers de la distribution des prix ( !) Mais ce sacrifice n'est pas suffisant ; il faut encore qu'Eugène apprenne à en garder le secret, quitte à être blâmé par ses parents pour sa paresse : car, comme le dit la jeune Sara (le « lutin érudit ») à son compagnon dépité de ne pas pouvoir faire reconnaître et approuver son abnégation : « Les sacrifices que nous faisons à ceux que nous aimons n'ont de valeur que s'ils les ignorent. Si nous en étions récompensés par leur reconnaissance, où serait le sacrifice51 ? » Et le jeune Eugène finit par se contenter de « l'approbation de sa conscience et de celle de Dieu52 ».

  • 53 Ibid., p. 98.

52On peut sourire de cet « impératif catégorique appliqué aux écoliers ». Mais si les ouvrages de Mme de Pressensé ont systématiquement été couronnés par la Société Nationale d'Encouragement au Bien, et si certaines de ses pages choisies ont été utilisées dans les cours de morale de l'école primaire, il y a dans sa psychologie et dans son exigence un peu plus qu'une vulgate des idées morales du xixe siècle. Ce n'est pas tant parce que sa morale se relie à Dieu, car on le verra, Élise est plus prête que son mari à admettre le principe de la morale indépendante. C'est plutôt parce qu'il y a chez elle la recherche d'une sorte d'absolu affectif dans les rapports entre les êtres. Une des manifestations en est son horreur du mensonge, classique chez les moralistes et chez les protestants, mais qui prend chez elle une dimension presque physique. Le mensonge du jeune Gabriel, héros de Deux ans au lycée, un roman qui date de 1867, voile toute communication entre lui et sa mère jusqu'à l'aveu qui réhabilite et régénère. Quant à celui d'Eugène dans La Maison blanche, il ruine l'espoir caressé par ses parents que « ses lèvres restent pures de mensonge et son cœur de fausseté », mais le malaise qu'il engendre avant l'aveu constitue l'expérience salutaire de « l'amertume du péché53 ».

  • 54 Ibid., p. 119.
  • 55 Ibid., p. 198.

53L'obsession de la vérité de Mme de Pressensé s'applique d'ailleurs également au domaine intellectuel. La mère, première éducatrice et institutrice, peut commencer à dévoiler ce domaine à ses enfants, en leur montrant « la beauté de la vérité, la dignité qu'elle communique à l'âme de ceux qui la respectent et ne s'en écartent jamais ». « S'il y a une vérité pour le cœur, il y en a une aussi, ajoute Mme de Pressensé pour l'intelligence, qu'il faut rechercher avec ardeur54. » La mère du roman qui laisse entrevoir cette dimension à son neveu Jérôme écrit toutefois à son fils Eugène, qu'elle « désire plus ardemment encore le développement de son cœur que de son intelligence » et que « le moindre acte d'amour a plus de prix que les plus grands succès de l'intelligence55 ».

La mère et ses fils

  • 56 Ibid., p. 194.
  • 57 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 278.
  • 58 Ibidem.
  • 59 Ibid.

54Plusieurs romans de Mme de Pressensé mettent en scène un rapport de communication privilégiée entre une mère et son fils. Tel est le lien qu'en tretient dans la Maison blanche Mme Hervé avec son fils cadet, Eugène, un enfant, écrit la narratrice, comme pour s'excuser, « qu'elle n'aimait pas plus que les autres mais dont l'âme était liée à la sienne par un lien plus intime56 ». La phrase résonne un peu comme un aveu. Mais en même temps, Mme de Pressensé s'affirme convaincue qu'elle doit avoir à l'égard de ses fils une attitude « virile », presque « Spartiate57 », qu'elle doit se détacher d'eux pour leur permettre de devenir homme et de suivre la voie masculine. Selon Marie Dutoit, alors qu'Élise de Pressensé est « tentée de se demander en regardant sa fille adolescente : sera-t-elle heureuse ? », [...] « elle se dit de ses fils : il faut qu'ils soient forts58 ». Et « elle se montre elle-même assez forte pour prévoir le temps prochain où les intérêts supérieurs de leur éducation exigeront d'elle qu'elle s'efface devant l'autorité du père. Elle s'effacera59 ».

55Dans les livres où elle se centre sur l'éducation des garçons Mme de Pressensé insiste à diverses reprises sur un idéal héroïque et chevaleresque. Cet idéal exalte en particulier dans La Maison blanche le fils aîné, Robert, à qui on raconte l'histoire du petit mousse, capitaine de douze ans, qui sauve seul son navire abandonné par l'équipage, en même temps que le vieux marin blessé qui n'avait pu être transporté sur un canot de sauvetage.

  • 60 Mme E. de Pressensé, Deux ans au lycée, Fisbacher, s.d., 12e éd., p. 302.

56On trouve aussi chez ses personnages masculins des traces plus psychologiques de morale aristocratique, avec l'association d'un certain sens de l'honneur aux scrupules moraux. Significatif à cet égard est un épisode du roman Deux ans au lycée où le jeune héros, Gabriel, respecte la promesse de silence faite à son ami Raoul, qui l'avait entraîné un instant sur la mauvaise pente, et avait du coup altéré sa relation de confiance avec sa mère. Gabriel est d'autant plus scrupuleusement fidèle à sa promesse qu'il s'est détaché de l'influence de son ami : « Justement parce qu'il l'aimait moins, il se sentait plus strictement obligé à ne lui faire aucun tort dans l'esprit de sa mère60. »

57Au total si nous avons perdu le « Cahier brun » qui contenait le journal de mère d'Élise de Pressensé, écrit entre 1849 et 1856, qu'a pu utiliser Marie Dutoit, nous pouvons nous référer au témoignage de l'œuvre publiée de Mme de Pressensé : ses romans, mais aussi son recueil de Poésies contiennent de nombreuses indications sur ses enfants, leur caractère, les points forts et les points faibles qu'elle décèle en eux.

58Nous nous contenterons de parler ici des deux garçons qu'on retrouve transposés sous les noms de Robert et d'Eugène dans La Maison blanche, et à qui sont dédiés deux poèmes à l'occasion de leurs 15 ans.

  • 61 Mme E. de Pressensé, La Maison blanche, op. cit., p. 3
  • 62 Ibid., p. 5.

59Les deux frères du roman « ne se ressemblent nullement » : l'aîné, Robert, est blond, coloré, vigoureux, vif, actif, toujours en mouvement, gai et franc et tourné vers les autres. « Il était le favori des domestiques et des paysans qui trouvaient son frère et sa sœur trop fiers, mais qui déclaraient que pour lui, il n'y avait rien au monde qu'ils ne fissent de grand cœur61. » Suit alors le portrait du cadet : « Eugène n'était pas fier, cependant, il n'était que timide. Sa chevelure brune, son teint pâle faisaient contraste avec la chevelure blonde et les vives couleurs de son frère. Il était plus grand que lui mais bien plus frêle. On le voyait plus souvent un livre à la main que maniant, comme Robert aimait à le faire, la pioche, la bêche ou le fouet. » Rêveur, n'aimant pas les exercices violents, « son plaisir favori était de se coucher dans l'herbe et de regarder le ciel entre les branches, ou, dans le creux d'un vieux pommier, de lire ou relire pour la centième fois un des livres qu'il préférait62 ». Et la mère romancière suggère chez cet enfant introverti, timide, éprouvant quelques difficultés à entrer en relations avec le monde et ses habitants, une délicatesse de sentiment, une douceur presque féminines.

  • 63 Ibid., p. 29.
  • 64 Ibid., p. 11.

60Eugène partage toutefois avec son frère le culte de l'héroïsme ; mais l'« héroïsme » dont il rêve est plus tourné vers la défense de la veuve et de l'orphelin. « Moi, je l'aimerai, puisque personne ne veut l'aimer63 » dit Eugène à l'arrivée de son cousin, enfant mal aimé, lourd de forme, aux traits maussades, que son frère et sa sœur ne trouvent pas bien aimable. Et l'auteur insiste sur sa passion de la justice : « Supporter une injustice, c'est ce dont Eugène ne se sentait pas capable64. »

  • 65 Ibid.
  • 66 Ibid., p. 170.
  • 67 Ibid., p. 194

61Si dissemblables, « les deux frères s'aimaient d'une tendre affection, mais leurs goûts étaient trop différents pour qu'ils fussent intimement liés65 ». L'auteur insiste en particulier sur le contraste entre les deux garçons par rapport à la réussite scolaire, un contraste qu'on retrouve incontestablement entre les deux fils Pressensé. Dans le roman, l'aîné, Robert, travaille avec bonne volonté, mais, même s il a « un esprit vif et de l'intelligence, les études ne sont pas son fort », et il a « pris son parti de se laisser dépasser par son cadet66 ». Celui-ci au contraire, profondément intellectuel, est en tête de sa classe et très attaché aux lauriers scolaires. Le roman est d'ailleurs, on l'a dit, centré sur la lutte que doit mener Eugène contre l'ennemi que « comme chacun il porte en soi », « parce qu'il est lié à sa nature » : « l'orgueil, la soif de la gloire qui vient des hommes », « le désir de se distinguer, d'obtenir des louanges » : toutes choses qui, entrées dans une jeune âme, souligne la mère-écrivain, peuvent l'abaisser promptement car « l'amour du succès peut tuer l'amour du bien » et il n'est pas certain que « celui qui s'habitue à travailler toujours en vue d'une récompense sache, quand il le faudra, non seulement se passer d'approbation, mais encore encourir le blâme pour être fidèle à son devoir67 ».

  • 68 Ibid., p. 84.

62Les deux poésies qu'Élise de Pressensé dédie à ses deux fils, V. et F., à l'occasion de leurs quinze ans sont très convergentes avec les portraits de Robert et d'Eugène tracés dans la Maison blanche. On est juste frappé par la dimension « anticipatrice » du roman : la mère ne s'est guère trompée sur le caractère et l'avenir de chacun de ses deux fils, alors qu'au moment où elle écrivait La Maison blanche ils n'avaient que neuf et onze ans. C'est le cas pour la vocation de marin de Victor de Pressensé que la vie va confirmer : « Je veux être marin s'écriait le Robert de La Maison blanche, c'est une belle vie, bonne pour ceux qui ont du courage. Oui, je veux être marin et devenir amiral68. »

  • 69 Nous renvoyons à l'édition que nous avons utilisée : Mme E. de Pressensé, Poésies, neuvième éditio (...)

63Quand Victor a quinze ans, son rêve d'enfant s'est changé en décision, et sa mère y fait allusion dans sa poésie : elle prévoit pour son fils aîné une vie « de travail, de devoir et de dangers certains », et, malgré l'ombre de tristesse qu'elle éprouve à le voir « partir vers des horizons lointains », « loin de nous », elle lui donne son approbation car, lui dit-elle, « ton rêve de jeunesse est un rêve viril et je n'en rougis pas ». Elle souligne toutefois, c'est la mise en garde de la mère éducatrice à son enfant parvenu au seuil de l'âge adulte, que « pour être homme » il lui faudra « donner en entier » « à toute noble cause » « sa vie et son effort », et « pour être libre », ne pas se contenter de « croire à moitié69 ».

64Quand elle s'adresse à F. (Francis) dans le poème de ses quinze ans daté de septembre 1868, Élise de Pressensé n'a pas à lui rappeler, comme à son frère, qu'il ne faut pas songer seulement à l'action mais à la noblesse des causes que celle-ci doit servir. Il faut citer les strophes « prédreyfusardes » où la mère évoque les aspirations de son fils adolescent :

  • 70 Mme E. de Pressensé, Poésies, op. cit.,» A. F. », p. 135.

« Tu veux agir, lutter, et ton cœur se propose
De mettre ton sentier sur les sommets, bien haut,
Tu veux donner ta vie à quelque juste cause,
Et souffrir s'il le faut.
Tu veux savoir beaucoup pour donner ta science
À ceux qu'ont opprimé l'ignorance et la faim.
Et pour ouvrir leur âme à la grande espérance
D'un autre lendemain.
Tu veux avoir en toi, comme une sainte flamme,
L'amour de la justice et de la liberté,
Et ne laisser jamais ou l'éloge ou le blâme
Ébranler ta fierté70. »

  • 71 Ibid., p. 136.

65Si ces derniers vers suggèrent que certaines faiblesses indiquées dans La Maison blanche étaient en passe d'être surmontées, la mère insiste sur un autre péché d'orgueil qui pourrait guetter un fils trop cérébral : il ne doit pas oublier, à force de s'exalter en contemplant à l'horizon l'étoile de sa haute ambition, l'humble force de l'amour « sans lequel rien n'est grand71 ».

66Au total, avec les textes d'Élise de Pressensé, nous disposons d'un document « virtuel » qui compense en partie la perte des papiers de famille, car il fournit des indications et des clés dont un biographe possède rarement l'équivalent. Nous pouvons entendre une mère, qui est en même temps une psychologue et une romancière, « spécialisée » dans l'observation et la description des enfants, et particulièrement soucieuse de déceler en eux les germes d'une future identité adulte, parler de la personnalité de son second fils, avec qui elle a sans doute eu un lien affectif particulièrement fort. Nous pourrons conserver à l'esprit les évocations, directes ou transposées, du jeune Francis, et nous demander si l'homme que nous allons découvrir dans sa vie publique et intellectuelle se situe dans la continuité des portraits d'enfance et de jeunesse que sa mère a tracés ou que nous avons cru déceler sous sa plume. Même en soulignant le décalage entre la réalité et la fiction romanesque, il nous reste un décor qui n'est pas contestable : c'est le « paysage éducatif et affectif » dans lequel le jeune Francis a vécu, c'est un système de valeurs, un horizon moral qui l'ont profondément marqué.

67Avant de retrouver Francis de Pressensé au début de sa carrière, dont nous ferons débuter le parcours au moment de la guerre de 1870, il nous reste à aller plus loin dans la présentation des deux parents pour évoquer non plus seulement leur rôle affectif et éducatif direct, mais leur personnalité intellectuelle, leurs conceptions, religieuses bien sûr, mais aussi politiques, leur action sociale, et, surtout dans le cas du père, leur carrière publique. Nous n'avons pas voulu être exhaustif dans cette présentation d'Edmond et d'Élise de Pressensé, mais il nous a semblé essentiel pour mieux comprendre l'itinéraire de leur fils, ce double héritier, d'indiquer ce qui dans leur vie, dans leur pensée, dans leur action a pu l'inspirer, lui servir de référence. En même temps, dans une perspective plus sociale, nous chercherons à mieux cerner le réseau de relations dans lequel Francis a pu être engagé du fait de la notoriété et des fréquentations de ses parents.

Une grande personnalité religieuse et politique : Edmond de Pressensé

La dimension religieuse

68Edmond de Pressensé n'est pas seulement le ministre et le prédicateur de la chapelle Taitbout, il a été une personnalité essentielle du protestantisme français de la deuxième moitié du xixe siècle.

  • 72 A. Encrevé, Protestants français au milieu du xixe siècle, Genève, Labor et Fides, 1986. Voir surt (...)

69Nous rappellerons d'abord son rôle, bien mis en évidence par André Encrevé72 pour défendre les idées évangéliques lors de la grande crise fratricide qui a opposé au sein de l'Église réformée, les évangéliques, ou orthodoxes, et les libéraux. Il a mené le combat en faveur de la dogmatique réformée, mais tout en privilégiant le dialogue intellectuel, en particulier avec les animateurs de la contestataire Revue de Strasbourg, ses contemporains et, malgré tout, amis, Timothée Colani et Edmond Scherer. C'est pour leur répondre qu'il avait fondé en 1853 la Revue chrétienne, qui sera, tout au long de sa vie sa tribune privilégiée. La revue se caractérise par une incontestable ouverture d'esprit, par le parti pris d'« accepter sans crainte le libre examen de toutes les doctrines » et de se référer en particulier à tous les travaux bibliques, exégétiques et historiques de la science allemande, qu'Edmond de Pressensé, bon germaniste, et qui avait terminé ses études de théologie à Berlin auprès du professeur Neander, connaissait bien.

  • 73 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 263.

70Gabriel Monod, qui était lui-même devenu agnostique à l'École normale supérieure, situe Edmond de Pressensé et la Revue chrétienne « à égale distance entre Colani et Scherer », les libéraux contestataires, « et M. Gaussen et Grandpierre », les tenants de l'orthodoxie la plus stricte. En réalité, si Edmond de Pressensé est sur la forme, et par son parti pris d'ouverture à la pensée de son temps, relativement proche des libéraux, s'il condamne les excès de la théopneustie ou théorie de l'inspiration littérale de la Bible, sa doctrine n'est pas à mi-chemin mais nettement orthodoxe dans la défense des grands dogmes chrétiens. C'est d'ailleurs au nom même de cette orthodoxie qu'il s'inquiète de certains « effets pervers » du conservatisme à outrance : en se montrant plus étroit que l'Évangile, on risque de susciter une réaction de rejet et de provoquer les esprits à une largeur imprudente... « Là où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté » souligne-t-il dans la Revue chrétienne en 186773.

71Membre d'une Église libre, Edmond de Pressensé s'est davantage intéressé au débat doctrinal qu'aux luttes ecclésiastiques au sein de l Église réformée concordataire. Il a par ailleurs eu le souci de sortir des polémiques internes où s'enfermait le protestantisme pour dialoguer en priorité avec la culture dominante, qu'elle soit « laïque » ou catholique. Cette démarche était déjà celle du journal Le Semeur, disparu en 1851, mais dont la Revue chrétienne prend en partie la suite en 1853. Cet effort d'intervention et de dialogue est également net dans les livres que publie Edmond de Pressensé.

72Nous citerons comme exemple deux des principaux ouvrages de cet écrivain à la plume abondante, sa grande Histoire des trois premiers siècles de l'Église, en cinq volumes, et son livre sur L'Eglise et la Révolution française. S'ils peuvent apparaître par leur sujet comme des ouvrages d'érudition historique, ils sont surtout tournés vers le présent et destinés à défendre une thèse, l'auteur demandant, au moins en partie, à l'Histoire des arguments pour étayer ses combats et ses positions religieuses.

  • 74 Revue chrétienne, 1866 p. 195 (critique de l'ouvrage par le professeur C. Sehmidt).
  • 75 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 299.

73L'évocation des « premiers temps de l'Église » est en particulier pour Edmond de Pressensé l'occasion de montrer que le christianisme « peut se passer du bras séculier74 », qu'il n'a pas besoin de la protection de l'État pour accroître son influence. Il enrôle même les pères apologistes. Clément d'Alexandrie, Origène, Tertullien « eux et leurs armes dans sa troupe75 » de partisans de la séparation des Églises et de l'État. II ne manque pas, par ailleurs, de comparer le paganisme de l'antiquité et le « paganisme moderne », ce qui lui permet d'exprimer la conviction que les hommes de foi pourront en triompher au xixe siècle comme aux deux premiers siècles.

  • 76 Ibid., p. 302.

74En abordant la période de la Révolution, il cherche également à défendre le principe de la liberté religieuse. Dans l'histoire des rapports de l'Église et de l'État de 1789 à 1802, il insiste sur les « funestes erreurs » qui ont été commises selon lui par les gouvernements successifs, depuis la constitution civile du clergé jusqu'au concordat inclus. Il défend par ailleurs l'idée que ce sont les chrétiens fidèles à leur foi, en particulier les prêtres réfractaires, et non la politique de Napoléon qui ont relevé la religion : « les autels s'étaient relevés tout seuls, démontrant d'une manière irréfutable la vertu autonome de la toi76. » Sa conclusion reprend la formule de Cavour, « l'Église libre dans l'État libre », double critique implicite (nous sommes en 1863) du régime impérial et du concordat.

  • 77 Ibid., p. 214.

75Dans l'œuvre historico-religieuse d'Edmond de Pressensé, on voit donc toujours percer le pasteur apologiste sous l'historien. Son biographe le dit nettement, il ne tait pas partie de la catégorie des « érudits férus de méthodes minutieuses », mais plutôt de « celle des voyants, des prophètes, préoccupés avant tout d'interpréter l'histoire, et dont Michelet a été le type le plus génial. Edmond de Pressensé demandait au passé des lumières pour le temps présent, ambitieux qu'il fut toujours de fournir à ses contemporains des raisons de croire et de vivre conformément à la vérité77 ».

  • 78 Nouvelle Revue de Théologie, 1858. IIe volume, p. 241.
  • 79 Cité par H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 209-210. Voir Sainte-Beuve. Por (...)

76Du coup, évidemment, son œuvre pouvait prêter le flanc à certaines critiques. Elles sont moins venues de l'histoire universitaire que de critiques littéraires ou religieux qui ne partageaient pas ses choix. Son ami et adversaire Edmond Scherer a pu écrire ainsi dans la Revue de Strasbourg qu'« avec toute l'étendue de son savoir » et « les grâces de son style », il manquait « à M. de Pressensé une qualité d'un ordre très humble, [...] l'exactitude78 ». Sainte-Beuve, pour sa part, à propos d'un débat sur Pascal où Edmond de Pressensé était intervenu, a pu ironiser sur le directeur de la Revue chrétienne, le décrivant comme « un homme aimable » et « un écrivain facile, intarissable, de plus de zèle que d'exactitude, de plus de pathétique que de logique, une espèce [...] de vertueux chroniqueur à l'affût, qui voit dans chaque auteur qui paraît, dans chaque livre qui passe, le plus ou moins de christianisme qu'il contient ou qu'il affecte et qui, sur cette mesure, donne chaque mois avec émotion le tarif du siècle79 ».

  • 80 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 274.
  • 81 Ibid., p. 275.
  • 82 Ibid.

77C'était d'une autre manière souligner à quel point, dans tous les domaines où il intervenait, le pasteur et le croyant dominaient chez Edmond de Pressensé. C'est particulièrement frappant, évidemment, dans l'ouvrage le plus connu d'Edmond de Pressensé, la vie de Jésus qu'il publie en janvier 1866 sous le titre Jésus Christ, son temps, sa vie, son œuvre. Il avait conçu dès la parution et le succès triomphal de la Vie de Jésus de Renan en 1863 le projet d'un « contre-ouvrage » qui soit une riposte vigoureuse et argumentée à celui qui « osait travestir la vie du Christ en une délicieuse pastorale80 » et sapait toutes les bases de la foi chrétienne. Son projet était de substituer au « roman fantaisiste de Renan » un exposé sérieux de l'histoire81. C'est pour ne pas lui laisser « la facile supériorité d'avoir vu la Palestine82 » qu'il entreprend en 1864 un long voyage en Terre Sainte.

  • 83 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 286-287.

78Edmond de Pressensé a été inspiré par le voyage et par son sujet. Son livre a été généralement considéré comme la réponse chrétienne la plus réussie et la plus solide à Renan. Sans atteindre la diffusion du best seller de la libre pensée, le Jésus Christ d'Edmond de Pressensé est un succès de librairie, avec six éditions successives. L'auteur connaît aussi bien, et même mieux que Renan, les travaux historiques et exégétiques menés dans les Universités allemandes, mais il les utilise dans un sens opposé. Mais ce qui frappe surtout c'est la flamme de l'apostolat qui l'anime, la vigueur de la foi qu'il oppose au scepticisme, et qui culmine dans la fervente prière au Dieu sauveur qui clôture l'ouvrage. Le livre d'Edmond de Pressensé lui a valu d'assez solides amitiés chez certains catholiques libéraux ; Henri Cordey cite les éloges de Montalembert, Mgr Darboy, Mgr Dupanloup83. Il est vrai que quelques années après ses prises de position très fermes contre le concile de Vatican I vaudront à Edmond de Pressensé des inimitiés encore bien plus solides de la part du parti ultramontain.

  • 84 « Discours de M. Jean Jaurès... BOLDH. 1er février 1914. p. 171.
  • 85 Ibid., p. 172.

79Nous citerons, pour terminer ce passage sur le Jésus Christ d'Edmond de Pressensé, le point de vue d'un lecteur inattendu, Jean Jaurès. Dans le discours qu il prononce aux obsèques de Francis de Pressensé, Jaurès évoque la figure du père, « ce parfait protestant, ce libre et fervent serviteur du Christ, non pas du Christ naïvement démocratisé par nos pères de 1848, non pas du Christ édulcoré et maquillé de certaines combinaisons modernes [...], [mais] du Christ Dieu rayonnant et sanglant84 ». S'il estime que, « blessé dans sa loi », Edmond de Pressensé s'est montré « en partie injuste pour cette grande œuvre », la Vie de Jésus de Renan, Jaurès reconnaît qu il en « signalait cependant, non sans quelque raison, la part des à peu près, des équivoques et des fadeurs qui gâtent cette œuvre illustre ». Et il disait : « Dans ces balancements, dans ces compromis, dans ces ambiguïtés éternelles entre l'humain et le divin, je ne reconnais pas mon Maître, celui qui a dit dans l'Évangile : Si c'est oui, dis oui, et si c'est non, dis non85. »

80Au total, on pourrait dire que l'essentiel de la pensée religieuse d'Edmond de Pressensé, ce qu'en retiendra en tout cas particulièrement son fils, c'est qu'il n'existait pas de demi-christianisme, que la foi ne pouvait être qu'intégrale et qu'elle devait irriguer non seulement la vie intérieure et morale mais la vie de l'esprit et l'action dans le siècle.

L'éveil à la vie publique en 1848

81On peut estimer qu'Edmond de Pressensé fait partie de « la génération de 1848 », l'entrée dans le ministère et dans les responsabilités de la vie adulte ayant coïncidé pour lui, à quelques mois près, avec le grand ébranlement, lyrique et généreux, du printemps révolutionnaire.

  • 86 Cite par H. Cordey, Edmond de Pressensé, op. cit., p. 131.

82Malgré les sympathies orléanistes du milieu Semeur-Taitbout, et les réticences de la génération plus âgée, le jeune pasteur semble s'être éveillé avec enthousiasme à la démocratie. « La révolution de 1848, écrira-t-il beaucoup plus tard en 1891, fut une grande secousse pour les jeunes esprits. Ils furent jetés soudain en dehors de la politique un peu étroite qui avait trop souvent oublié qu'il existe quelque chose comme la démocratie, et que derrière ses institutions correctes, comme derrière une digue fragile, montait le flot des revendications populaires trop négligées jusqu'alors86. »

  • 87 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 131
  • 88 Ibid., p. 135. E. de Pressensé a aussi prononcé à Taitbout une série de conférences sur « le chris (...)
  • 89 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 132.
  • 90 Ibidem.

83Son biographe, Henri Cordey cite des lettres de 1848 qui corroborent cette vision rétrospective. Edmond de Pressensé, s'y dit heureux, parlant des ouvriers parisiens, « d'apprendre à connaître cette race intelligente, vive, spirituelle et bonne », et reconnaît avoir été « confondu par le talent oratoire de nos gens en blouse87 ». Avec son ami, l'évangéliste Léon Pilatte, il organise des réunions populaires au faubourg Saint-Antoine et au faubourg du Temple où il discute les « utopies socialistes d'un Fourier, d'un Louis Blanc, d'un Proudhon88 ». Heureux de dialoguer avec le peuple, Edmond de Pressensé n'adhère pas pour autant à ses idées socialistes : « Je ne crois pas au communisme, écrit Edmond de Pressensé le 21 mars 1848 à son ami Jean Monod, mais bien au socialisme de Blanc, l'État dominant complètement l'individu. L'organisation du travail y mène tout droit. Voilà contre quoi il faut lutter de toute son énergie89. » Et Edmond de Pressensé, ajoute son biographe, envisage même des jours très sombres, « se voit déjà dépouillé de ses biens et persécuté pour sa foi à l'Évangile90 ». Quelques semaines plus tard, il condamne fermement les insurgés de juin 1848, évoquant avec horreur dans le sermon qu'il prononce au lendemain des événements les « crimes perpétrés par de perfides meneurs et des malheureux que la faim a égarés. »

84Mais, sous la deuxième République, Edmond de Pressensé s'est surtout consacré à la lutte pour la séparation des Églises et de l'État. Il l'a menée avec la Société pour l'Application du Christianisme aux Questions Sociales, qui était présidée par le directeur du Semeur, Henri Lutteroth. À l'initiative de ce groupe une pétition pour la suppression du budget des cultes a été déposée à l'Assemblée Constituante. Le succès en lut médiocre : malgré sa sympathie pour le principe, Lamartine avait d'autres chats à fouetter au printemps 1848 ; par ailleurs, l'attachement de l'Église catholique au système concordataire était très fort, et dès l'été 1848, le mouvement de réaction était enclenché. Au sein même du protestantisme français, les partisans de la séparation des Eglises et de l'État étaient d'ailleurs nettement minoritaires, comme le révélèrent les débats du synode national officieux des Églises réformées tenu à Paris en octobre 1848. À la suite de cette réunion nationale, le groupe anti-concordataire dont Edmond de Pressensé était un des jeunes animateurs, se décida à s'organiser séparément, en constituant en août 1849 autour de Fédéric Monod et de la chapelle Taitbout une Union des Églises évangéliques (« libres ») de France. Ceux qu'on appela par la suite au sein du protestantisme français les « libristes » ne représentaient qu'une cinquantaine d'Églises, une partie notable des héritiers du Réveil ayant préféré rester avec Adolphe Monod au sein de l'Église concordataire. La précocité de cet engagement en faveur de la séparation des Églises et de l'État permettra en tout cas à Francis de Pressensé au début du xxe siècle de citer parmi les précurseurs de « cette grande idée » son propre père, qu'il associe à Alexandre Vinet.

Une hostilité indéfectible au second Empire

85On a la certitude de l'opposition immédiate et totale d'Edmond de Pressensé au 2 décembre et au régime de Napoléon III. Les Pressensé ont contribué au sauvetage du républicain Jules Favre, en trouvant une cachette pour le député déchu qui s'était réfugié au logis de leurs amis Coignet. Les Poésies de Mme de Pressensé se font l'écho des causes libérales pour lesquelles le couple a vibré dans les années qui ont suivi le coup d'État : cause de la liberté et de l'unité italienne avec les strophes dédiées à Manin, le patriote de Venise ; cause de la Pologne, pour laquelle on trouve également un vibrant plaidoyer dans La Maison Blanche ; cause de la lutte contre l'esclavage aux États-Unis avec les strophes dédiées à Mme Beecher Stowe. Ce poème, daté de 1857 est l'occasion de faire allusion à la situation française, présentée comme un autre esclavage :

  • 91 Mme E. de Pressensé, Poésies, op. cit., p. 13.

« Et sur nos bords flétris par un autre esclavage,
Que d'âmes ont frémi sous ton souffle puissant
Liberté, Liberté, n'est-ce pas ton présage ?
Ne vient-il pas pour tous, le jour du Dieu vivant91 ? »

86En ces années 1850, qui sont celles de l'Empire autoritaire, le gouvernement impérial s'est appuyé sur le parti catholique et a pris quelques mesures contre l'évangélisation protestante. Le ministre d'une communauté religieuse se réclamant de la liberté la plus totale vis-à-vis de l'État ne pouvait y voir que d'insupportables brimades. Ce sont ces questions touchant à la liberté religieuse, mais aussi la fondation de la Revue Chrétienne et les discussions polémiques avec les théologiens libéraux, qui mobilisent surtout Edmond de Pressensé dans cette période.

  • 92 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 218. Les expressions sont tirées des Var (...)
  • 93 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 218.

87Au début des années 1860, quand se soulève un peu « le couvercle de plomb » « sous lequel le pays avait étouffé92 », et que s'ébauche une opposition libérale au régime napoléonien, Edmond de Pressensé s'associe à elle. Dans un premier temps ce contact se fait essentiellement dans les salons orléanistes. « Il lia partie surtout, écrit Henri Cordey, avec les représentants du régime déchu de 1830, les Broglie, Guizot, Villemain, C. de Rémusat, le comte d'Haussonville93. » On comprend assez facilement comment la jonction a pu s'opérer vu les antécédents politiques du groupe Taitbout-Semeur et d'une fraction appréciable de la bourgeoisie protestante. Héritier de la génération de 1830, Edmond de Pressensé commençait de surcroît à être connu par lui-même ; sa notoriété culturelle va croître dans les années 1860 grâce à ses publications, en particulier son ouvrage sur l'Église et La Révolution, puis un peu plus tard son Jésus Christ. Le pasteur publiciste a ses entrées à la Revue des Deux Mondes, au Journal des Débats, au Siècle, et bien sûr au Temps que venait de fonder Auguste Nefftzer, tous organes exprimant l'opinion de gens considérables, cultivés, libéraux, partisans de plus en plus déclarés des « libertés nécessaires ».

  • 94 Voir H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 220-221.
  • 95 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 249.

88Edmond de Pressensé fréquente à partir de 1860 le salon que tient la riche anglaise Mrs Hollond, amie d'Odilon Barrot, chez qui se retrouve toute l'Union libérale94. Il publie de nombreux articles dans la Revue nationale dirigée par E. de Laboulaye qui était l'organe officieux de l'Union libérale. Il fréquente Guizot, qui défend comme lui le protestantisme orthodoxe, mais qui conseille aussi au pasteur son cadet d'entrer dans l'arène politique d'où il avait dû se retirer. Edmond de Pressensé ne se lie pas toutefois uniquement avec des nostalgiques du bon roi Louis-Philippe. L'opposition qui s'organise après 1860 tend à coaliser sous la bannière libérale orléanistes et républicains, et Pressensé s'associe également à l'action d'hommes comme Jules Havre et Jules Simon. Il va soutenir avec ardeur l'élection en 1863 de M. Thiers, et devient un proche de celui qui fait figure de chef de file des opposants. On pourrait trouver quelque peu paradoxal ce rapprochement entre le pasteur à l'âme de cristal et le vieux Rastignac agnostique et pontifiant. Nous sommes pourtant entre gens du même monde et de même culture, et M. Thiers sera à partir de cette époque le grand homme de la famille Pressensé, du moins de sa partie masculine. Henri Cordey fait état de relations étroites nouées par Edmond de Pressensé avec Thiers : « Le célèbre homme d'État le tenait pour “un des esprits distingués de son temps”, le recevait chez lui avec empressement, et lui parlait avec une liberté toute familière95. »

  • 96 Ibid., On se souvient que c'est à la même époque que sa femme entre en rapport avec les milieux so (...)
  • 97 Ibid.
  • 98 Ibid., p. 222.

89En 1869-1870, Edmond de Pressensé franchit un pas supplémentaire dans son engagement politique en participant avec fougue aux campagnes électorales et à plusieurs réunions publiques. Il soutient Thiers et les autres candidatures libérales, mais l'union sacrée des oppositions lui donne l'occasion de s'adresser à des auditoires populaires aux idées républicaines beaucoup plus avancées96. Il en admire d'ailleurs la « vivacité de compréhension », l'intelligence, le courage, tout en déplorant de voir ce peuple « vibrant trop souvent aux paroles les plus violentes dirigées contre Dieu et les bases sociales97 ». Pour sa part, il n'hésite pas à lui prêcher la « bonne parole », comme dans un discours sur la liberté de conscience prononcé devant un vaste auditoire au cirque des Champs-Élysées au début de 1870, terminé, écrit Henri Cordey, par « une admirable péroraison, où revenait en refrain lyrique ce mot appliqué à la conscience : Ne touchez pas à la reine ! Science, État, Églises, ne touchez pas à la souveraine98! » En ce début d'année 1870, Edmond de Pressensé a naturellement suivi Thiers, et non pas ceux qui avec Emile Ollivier ont accepté de se rallier à l'Empire libéral. Après la chute de Napoléon III, il pourra donc apparaître comme un ennemi irréductible d'un régime, avec lequel, il n'a, de fait, jamais pactisé. Il faut souligner l'importance de ces années-tournant de la fin du second Empire, pour l'engagement d'Edmond de Pressensé, mais aussi pour la culture de ses enfants qui ont grandi et se sont éveillés à la conscience politique dans ce climat « anticésarien ».

L'Année terrible

  • 99 Ibid., p. 314.
  • 100 Extraits du discours d'ouverture du citoyen Edmond de Pressensé in : Club de la porte Saint-Martin (...)

90Il est assez logique qu'après la chute du régime détesté Edmond de Pressensé ait décidé de s'engager plus avant, ce qui lui permettra de faire une véritable carrière politique. Dans l avant-guerre de 1870, il a été comme nombre de libéraux et de protestants germanophiles hostile aux préparatifs de guerre avec la Prusse. Il semble qu'il n'ait pas approuvé son déclenchement. Il le suggère à demi-mots dans le numéro de la Revue Chrétienne daté d'août 1870 où il écrit : « Il est bien permis, sans manquer au patriotisme de se sentir le cœur serré à la pensée de ce choc formidable qui se prépare et de crier à Dieu pour le prier d'abréger ces jours terribles99. » Il le dit bien plus nettement une fois la République proclamée dans le discours qu'il a prononcé le 17 octobre 1870 : « Je suis de ceux qui, dès les premiers jours, ont détesté cette guerre, qui l'ont maudite, qui y ont vu un attentat contre la civilisation, un nouveau crime du pouvoir personnel expirant cherchant à se rajeunir dans le sang100. »

  • 101 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 315-317.

91Entre août et octobre 1870, Edmond de Pressensé s'était engagé comme ambulancier de la Société internationale de Secours aux Blessés auprès de l'armée de Mac Mahon, avait assisté au désastre de Sedan, puis avait regagné Paris au lendemain du 4 septembre101. Il a dès lors manifesté un ardent patriotisme face à l'invasion prussienne et à l'intransigeance annexionniste de Bismarck, une politique faite selon lui de « cynisme » et de « violence insolente », « qui prétend ravir non seulement des lambeaux de terre mais des âmes vivantes ». La guerre avait changé de nature et il fallait se battre sans faiblir : « Nous devons, déclare-t-il le 17octobre, être prêts à nous donner tout entiers, nous, nos biens et nos enfants, sans refuser aucun sacrifice jusqu'à ce que le sol sacré de la France soit purgé de l'étranger. »

  • 102 Extrait du discours d'ouverture du « citoyen » Edmond de Pressensé dans : « Club de la porte Saint (...)
  • 103 Ibidem.

92Edmond de Pressensé s'exprimait ainsi devant le club de la porte Saint-Martin, qu'il avait pris l'initiative d'ouvrir dans le climat de relative union républicaine et patriotique des premières semaines qui ont suivi le 4 septembre. Tout en appelant à « l'union sacrée » pour la Défense nationale, il y a défendu ses idées politiques et sociales face à un public populaire. Dans son discours d'ouverture, il reconnaissait que « le parti libéral [...] ne s'est pas assez cordialement occupé des intérêts populaires102 ». Mais, ajoutait-il, « grâce au rapprochement fraternel [...] créé par la crise formidable que nous traversons », « les questions sociales sont désormais inscrites non seulement dans notre esprit mais dans notre cœur103 ».

  • 104 Ibid.
  • 105 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 319.

93Malgré cette ouverture sociale, il a surtout cherché à combattre les idées et l'influence de la gauche révolutionnaire. Il condamnait avec force « le jacobinisme opiniâtre qui ne sait évoquer devant nous que le fantôme sanglant du terrorisme », et qui jette aux libéraux le nom de réactionnaires : « La réaction, c'est vous, si la réaction c'est le retour au despotisme, sous quelque forme que ce soit »... et de dénoncer la « démocratie frénétique » et son « mysticisme sanglant », la « barbarie surannée des piques » pour conclure que « face au peuple-Dieu avec César ou avec Robespierre, il n'y a de nouveau que l'humanité et la liberté104 ». Le club de la porte Saint-Martin fermera ses portes le 9 novembre. Le projet de « tenir école de libéralisme régénérateur en face des folies démagogiques105 » n'avait pu être maintenu très longtemps.

  • 106 Il les a réunies en brochure sous le titre Le relèvement moral de la France. Voir H. Cordey, Edmon (...)

94Edmond de Pressensé n'en a pas moins continué ses activités politiques. Il est candidat en février 1871 pour les élections à l'Assemblée nationale, mais n'est pas élu, obtenant environ 25 000 voix. Il avait exposé ses idées quelques semaines auparavant dans une série de trois lettres adressées au journal des Débats les 10, 20 et 24 décembre 1870106. Elles formulent un programme libéral qui n'est pas ouvertement de droite puisqu'il se prononce pour la forme républicaine du gouvernement, la décentralisation administrative, l'obligation scolaire et militaire pour tous, la pleine liberté religieuse et la Séparation des Églises et de l'État.

  • 107 Ibid., p. 328. La citation est tirée d'une page du journal datée du 20 mars 1871.
  • 108 Ibid., p. 330
  • 109 Ibid.

95Après ce relatif échec électoral, Edmond de Pressensé est resté à Paris qu'il n'a pas voulu quitter pendant la Commune, malgré son opposition à l'entreprise révolutionnaire. Il en fera après coup un bilan sévère dans une brochure intitulée Les leçons du 18 mars, les faits et les idées qui paraît à Paris en juillet 1871. Les passages de son journal personnel que cite Henri Cordey attestent que son sentiment était le même pendant la Commune qu'après sa chute. Dès que le « double meurtre » (des généraux Leconte et Thomas) « est lâchement consommé », il s'indigne et analyse l'insurrection comme « l'explosion du résidu athée et démagogique qui fermente depuis quelques mois dans la constitution viciée de ce pays107 ». Dans les jours qui suivent, il a l'impression de revivre 1792-1793 et frémit devant « le spectacle le plus triste qui soit », la croix abattue et remplacée par « l'horrible chiffon108 » (le drapeau rouge). Edmond de Pressensé a été particulièrement sensible aux atteintes portées par la Commune à la religion chrétienne, fut-ce à travers le catholicisme : il est intervenu auprès du pouvoir révolutionnaire en faveur de Mgr Darboy, et a fait publier dans la presse une lettre qui défendait ouvertement l'archevêque de Paris, « pour qu'il ne soit pas dit que le protestantisme s'est terré comme un chien muet en face de ces abominations109 ».

  • 110 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 335.

96Pour lui l'entrée des Versaillais dans Paris a donc constitué, après ces « ignobles saturnales », une délivrance, qui culmine avec la défaite finale de la Commune, le dimanche 28 mai 1871, jour de la Pentecôte : « Ce jour-là, vers deux heures de l'après midi, tout d'un coup, le canon se tut. Il se fit un silence plein de solennité. Ensuite les cloches des églises sonnèrent à toute volée célébrant en même temps notre délivrance et la fête chrétienne. Les coeurs sautaient dans les poitrines. On éprouvait le besoin de serrer toutes les mains jusque dans la rue110. »

  • 111 E. de Pressensé, Les leçons du 18 mars, les faits et les idées, Paris, Michel Lévy, 1871.

97La plupart des bourgeois protestants ont réagi comme Edmond de Pressensé, et parfois avec plus de virulence. Dans les Leçons du 18 mars111 il insiste d'ailleurs sur la part de responsabilité des possédants, sur ce qu'il appelle « notre insouciance égoïste des souffrances et des misères ». Il y ajoute des éléments historiques qui fournissent des explications sinon des circonstances atténuantes à la révolte des communards. II souligne les responsabilités du second Empire, tout au long de « vingt années maudites de silence et de corruption », mais insiste plus encore sur le drame de la défaite et du siège qui ont grandement contribué à « engendrer cette folie ».

  • 112 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 339.

98Après la Commune, Edmond de Pressensé présente une seconde fois sa candidature aux élections complémentaires de l'été 1871. Selon Henri Cordey c'est « à la demande expresse de Thiers » qu'il « fut porté sur la liste de coalition des grands journaux ». « Il fut élu le sixième après Gambetta par 118 975 suffrages sur 290 823 votants, le 2 juillet 1871112. »

  • 113 Ibid., p. 582-583 (Circulaire d'Edmond de Pressensé à ses électeurs pour l'élection du 2 juillet 1 (...)

99Sa proclamation électorale indiquait très nettement ses intentions. Après avoir rappelé sa double hostilité à l'Empire, « notre honte et notre fléau », et à la Commune, « sa parodie démagogique », il réclame « le rétablissement de l'ordre » mais « point de réaction » et une action en faveur de « l'amélioration intellectuelle, morale et matérielle du sort des classes ouvrières ». Edmond de Pressensé affirme aussi fortement son soutien à Thiers, « à la politique si sage du grand citoyen qui à l'heure présente est vraiment l'homme du salut public ». Il se prononce aussi « fermement » pour « la fondation définitive de la République », une République qu'il veut « sérieusement décentralisée113 ».

100Cette profession de toi le classait au Centre gauche, et elle tendait à désigner implicitement la réaction conservatrice comme le nouveau danger. Si le pasteur est sans doute heureux de pouvoir, dans le climat de l'été 1871, terminer une proclamation électorale en affirmant attendre d'abord de Dieu la « régénération morale et religieuse » de son pays, il se présente avant tout comme un défenseur de la liberté de conscience qui « tient à mettre la religion absolument en dehors de la politique ». C'était s'opposer aux tendances cléricales et ultramontaines qui étaient en train de s'affirmer dans le pays.

Les combats de l'Assemblée nationale

  • 114 Ce point est précisé dans une note qu'avait rédigée Francis de Pressensé à l'intention du biograph (...)
  • 115 Journal officiel de la République française, 7 janvier 1872 (Annexe n° 730, séance du 19 décembre (...)
  • 116 Journal officiel de la République française, 9 février 1872, p. 941.
  • 117 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 343.
  • 118 Ibidem.
  • 119 Voir M. Dutoit. Mme E. de Pressensé. op. cit., p. 208.
  • 120 Voir 10e circonscription du Rhône. Francis de Pressensé. Propagande, avril 1902, Lyon, imprimerie (...)

101Au cours de son mandat de député, entre 1871 et 1876, Edmond de Pressensé aura, de fait, surtout l'occasion de s'opposer à la droite. Dés l'automne 1871 l'unité de l'ancienne Union libérale avait vécu et Edmond de Pressensé avait pris ses distances avec ses anciens amis orléanistes, qui se regroupent en général dans le Centre droit114. Sa première initiative importante est la proposition de loi qu'il dépose le 19 décembre 1871 « concernant les individus poursuivis ou condamnés à la suite de l'insurrection du 18 mars qui n'ont pas dépassé le grade de sous officiers et qui ne sont accusés d'aucun crime de droit commun ou d'aucun fait incriminé dans ladite insurrection115 ». Il s'agissait en tait d'une amnistie pour ces prisonniers, même si le mot n'est pas prononcé dans la loi, et si juridiquement, il ne s'agissait pas d'amnistier des condamnés mais de remettre en liberté des emprisonnés non encore jugés. Les cosignataires du projet sont des hommes du Centre gauche très proches d'Edmond de Pressensé. On relève parmi les six noms ceux d'Alfred-André, d'Agénor Bardoux, de Laboulaye. Le projet, qui est examiné en commission, reçoit un avis favorable, et l'assemblée l'adopte sans débat à la séance du 8 février 1872116. Cette adoption a certainement été facilitée par le soutien du président de la République. Il semble bien d'ailleurs, comme l'écrit Francis de Pressensé dans la note qu'il avait rédigée sur les activités politiques de son père, qu'Edmond de Pressensé ait pris cette initiative « en partie à l'instigation de Thiers, qui trouvait que les tribunaux militaires exerçaient une répression sans merci et sans distinction contre les simples comparses de la Commune117 ». Le résultat en aurait été la libération d'environ 20 000 détenus118. Malgré le caractère partiel et limité de cette amnistie, le geste d'Edmond de Pressensé a été apprécié, non seulement de son épouse119, mais de l'ensemble du parti républicain. Bien des années après, en 1902, une brochure de propagande présentant la candidature socialiste de son fils, à Lyon, pourra en faire état comme un titre de gloire120.

  • 121 L'article est repris dans le numéro spécial de la Revue chrétienne d'hommage à Edmond de Pressensé (...)

102C'est surtout à partir de 1873 qu'Edmond de Pressensé aura l'occasion de rompre des lances avec la droite, intervenant à diverses reprises avec flamme, et parfois avec véhémence, porté par la grande inquiétude qui saisit alors nombre de protestants devant la menace de restauration monarchique et de pouvoir clérical. C'est à ce moment-là qu'il sera traité, comme le rappelle Auguste Sabatier dans son article nécrologique du Temps121 de « révolutionnaire et de communard ». Nous citerons à titre d'exemple deux débats où son intervention est notable.

103En janvier 1873 dans la discussion de la loi sur le Conseil supérieur de l'Instruction publique, Edmond de Pressensé se montre aussi terme dans son refus de la présence d'évêques et d'ecclésiastiques au sein du Conseil qu'Henri Brisson, républicain avancé et franc-maçon notoire. Certes l'argumentation du pasteur-député est-elle différente, car il affirme le caractère sacré de la religion ; mais, ajoute-t-il, ce caractère sacré ne peut être que rabaissé par la compromission avec les moyens coercitifs de l'État. Le disciple de Vinet n'est donc pas en reste sur les libres penseurs pour attaquer l'ultramontanisme et refuser « que l'université soit placée dans une sorte de dépendance vis-à-vis de la congrégation de l'index ».

104Le débat sur la question des enterrements civils qui se déroule quelques mois plus tard est d'autant plus âpre que depuis la chute de Thiers, les perspectives de restauration monarchique semblaient en passe de se concrétiser. Il se déploie à partir de l'interpellation du député (protestant) Le Royer à propos de l'arrêté pris par le préfet du Rhône, Ducos, qui avait fixé pour les enterrements civils l'horaire de 6 heures du matin, avec limitation de l'itinéraire des cortèges, interdiction des quêtes etc. Edmond de Pressensé vient apporter le poids de sa parole de pasteur pour protester contre une mesure qui rappelait fortement celles qui avaient été prises en un autre temps par Louis XIV contre les religionnaires. Au nom de la liberté de conscience et de la tolérance, au nom de « l'honneur même d'une religion qui est qu'on puisse ne pas la pratiquer », il repousse énergiquement le principe de l'arrêté et demande qu'il « disparaisse au plus tôt de la législation française sous peine de la déshonorer ». Sans la liberté de ne pas croire, il n'était pas selon lui, de foi véritable.

105Il est paradoxal de constater que c'est du lait même de ses conceptions religieuses plus ardentes qu'Edmond de Pressensé semble parfois plus audacieux ou plus radical que certains de ses amis du Centre gauche. Il n'hésite pas en particulier à rappeler son adhésion au principe de la séparation de l'Église et de l'État, qui, même s'il remontait à Vinet, au Semeur et à 1848, évoquait plutôt pour la majorité conservatrice le programme de Belleville et la Commune. L'homme de foi, avec des objectifs il est vrai bien différents, soutenait dans la pratique une mesure réclamée par les anticléricaux les plus virulents. Sa foi presque naïve en la force de l'Esprit l'amenait à imaginer une France post-concordataire toute baignée d'esprit chrétien, une conviction qui n'était guère partagée par les réalistes, qu'ils fussent catholiques ou simplement conservateurs.

  • 122 Voir H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 355.
  • 123 Le libérateur du territoire l'assure qu'il le regarde comme « un des plus nobles coeurs, des meill (...)

106Au total, on peut considérer qu'Edmond de Pressensé fait bien partie du groupe des fondateurs de la IIIe République : il a vaillamment combattu contre la droite, et ardemment soutenu la solution qui va s'imposer à partir du vote de l'amendement Wallon et des lois constitutionnelles de 1875. Il ne tirera pourtant guère de fruits de sa victoire. Aux élections législatives de janvier 1876, il avait posé sa candidature en Seine-et-Oise dans la circonscription de Pontoise. Malgré le soutien du parti républicain122, il est battu de quelques centaines de voix. Trop pasteur pour être un homme de masse, il est une des victimes de l'établissement du scrutin uninominal, que le Centre gauche avait pourtant soutenu. La lettre de « condoléances » extrêmement chaleureuse que lui adresse Thiers après sa défaite123 n'a sans doute pas suffi à adoucir l'amertume de la coupe, qui, prévoit-il, « sera longue à vider ».

Du « désert » au Luxembourg : la fin de la carrière

  • 124 Voir : M. Causse. « Le combat de Tommy Fallot », Études théologiques et religieuses, 1973, n° 4, p (...)

107De fait, avant de revenir en politique, Edmond de Pressensé a connu une « traversée du désert » d'autant plus difficile qu'elle est marquée par un certain nombre de désillusions sur le plan religieux. Il assiste au déclin de son « berceau » religieux, la Chapelle Taitbout, abandonnée par une partie de sa « clientèle » au profit du temple concordataire de l'Étoile. Il a par ailleurs été écarté par deux fois, en 1877 et en 1882, d'une chaire d'histoire ecclésiastique qu'il convoitait à la faculté de théologie de Paris. L'échec était d'autant plus amer qu'il semble bien qu'Edmond de Pressensé ait contribué à la décision politique prise par son ami William Waddington en 1877 d'ouvrir la faculté de Paris en lieu et place de celle de Strasbourg124.

108Edmond de Pressensé va toutefois obtenir après 7 années d'efforts un couronnement pour sa carrière. Il réussit à se faire coopter le 23 octobre 1883 sur un des derniers postes de sénateur inamovible disponibles. Il était temps, puisque la réforme constitutionnelle de 1884 décidera l'extinction progressive du corps par non-renouvellement de ses membres !

109Les difficultés et désillusions survenues dans son âge mûr ont cependant marqué un homme assez sensible aux honneurs et à la considération. Le dernier Edmond de Pressensé, le sénateur inamovible, semble moins optimiste : en religion il a moins confiance en la possibilité pour le christianisme de se dégager rapidement de ses entraves étatiques, en politique il se montre déçu par l'évolution d'une République qu'il avait contribué à fonder.

  • 125 On sait que le camarade d'enfance d'Edmond de Pressensé avait constitué un ministère dont la moiti (...)
  • 126 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 470-471.
  • 127 Ibid., p. 480.
  • 128 Ibid., p. 485.

110Il est vrai que depuis son expérience de député bien des choses avaient changé. Ses amis du Centre gauche avaient rapidement perdu le pouvoir après le brève apogée du ministère Waddington en 1879125. Au temps de la République républicaine, Edmond de Pressensé se place désormais à la droite du pouvoir en place, et, pour lui, de plus en plus, la menace principale se situe du côté du radicalisme anticlérical et antireligieux. Dès 1879, il avait pris position publiquement contre le fameux article 7. Malgré son peu de goût pour la Compagnie de Jésus, l'interdiction d'enseigner qui devait la frapper avec l'ensemble des congrégations non autorisées lui paraissait antilibérale. Il semble que cette attitude lui ait fait manquer une élection au Sénat126. Quand il entre enfin dans la haute assemblée grâce au groupe du Centre gauche et à William Waddington, il ne rompt plus guère de lances avec la droite, retrouvant même certaines affinités du temps de l'Union libérale avec une partie des conservateurs. Moins logiques que son opposition libérale à l'article 7 peuvent apparaître ses interventions et ses votes pour protester contre la diminution du budget des cultes, réclamer l'obligation pour les municipalités de pourvoir aux besoins des fabriques et consistoires ou défendre les crédits affectés aux facultés de théologie. II les justifie en expliquant que, s'il reste favorable à une séparation des Églises et de l'Etat qui se ferait dans la liberté, il ne veut pas d'un « étranglement » de l'Église, d'une politique qui ferait du concordat une « geôle où l'Église serait à la fois captive et affamée127 ». Cette attitude l'amène aussi à prendre la défense des religieuses dans les hôpitaux, à demander le maintien des crucifix à la porte des cimetières, et à combattre dans le débat sur la réforme militaire au Sénat le principe des « curés - et des pasteurs ! - sac au dos », afin d'obtenir un régime spécial d'un an pour les séminaristes, qui figure finalement dans la loi de 1889128.

  • 129 Ibid., p. 482.
  • 130 Ibid., p. 485.
  • 131 Ibid., p. 482.
  • 132 Ibid., p. 483.

111Edmond de Pressensé n'a pourtant pas changé de camp. Malgré ses réticences contre certains aspects de la politique de Ferry, il l'a soutenue sur l'essentiel, sur l'obligation scolaire comme sur la politique coloniale, et il ressent la chute du « tonkinois » le 30 mars 1885 comme une « triste journée » qui « nous laisse un mortel souvenir129 ». Il sera aussi, comme Ferry, les modérés et les libéraux, très hostile à l'aventure du général Boulanger130. Mais tous ces événements semblent avoir suscité en lui une sorte de pessimisme qui transparaît à diverses reprises dans sa correspondance. La République est moins belle que sous l'Empire, et Edmond de Pressensé décèle dans son époque un double affaissement, celui de la foi religieuse et celui du patriotisme, « qui est une sorte de religion humaine131 ». Plus pasteur que jamais, il dénonce la responsabilité du positivisme qui a fermé à l'humanité le monde supérieur, mais surtout « les basses passions », le « honteux matérialisme pratique132 », l'affaissement moral.

  • 133 A. Corbin, Les filles de noce, Aubier-Montaigne, 1978 et Flammarion 1982 (p. 315-324 pour l'éditio (...)
  • 134 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 481.

112C'est sur le terrain moral qu'Edmond de Pressensé a livré son dernier grand combat public. Dès 1876, il avait soutenu avec vigueur la « croisade » internationale pour l'abolition de la prostitution réglementée lancée par Joséphine Butler133. Il poursuit cette action jusqu'à la fin de sa vie, en défendant un abolitionnisme prohibitionniste. Il combat le « préjugé immoral que la débauche est une nécessité pour l'homme » et tonne contre « la pratique de l'impureté aussi répréhensible chez l'homme que chez la femme ». Il lance en 1887-1888 avec la Ligue française pour le Relèvement de la Moralité publique dont il assure la présidence une pétition contre « la mauvaise presse » et « la littérature infâmes », les publications à caractère pornographique, licencieux ou immoral. Pour clôturer cette campagne, il prononce le 15 juin 1888 son dernier discours au Sénat, où il recueille un succès d'estime. À côté de la perspective puritaine dans laquelle il faut incontestablement le situer, il faut souligner la dimension féministe de ses dénonciations de l'exploitation et l'oppression sexuelle de la femme. Il a en 1884 apporté son soutien au vote de la loi Naquet sur le divorce et défendu victorieusement au Sénat, au cours de la discussion, un amendement demandant que les infidélités conjugales masculines et féminines soient prises en compte de la même manière. Dans une lettre que cite Henri Cordey, il se félicite d'avoir « combattu en face l'odieux préjugé des deux morales selon les sexes134 ». Sa première intervention au Sénat se situait avec moins de succès dans la même perspective puisqu'il avait défendu avec vigueur le projet de loi sur la recherche de la paternité du sénateur Bérenger, qui fut bien vite retiré de l'ordre du jour.

Un parcours rectiligne

  • 135 Ibid., p. 489-490.

113Pour conclure cette évocation du parcours politique et public d'Edmond de Pressensé, nous voulons insister sur sa cohérence, son caractère rectiligne. Dans la note qu'il avait rédigée pour Henri Cordey, Francis de Pressensé qui était alors socialiste, soutient qu'au cours de ses dernières années, « sous l'influence de sa femme et sous une impression de dégoût grandissant pour ce qu'il appelait “les sophismes égoïstes des plus gras des économistes, champions des classes riches”, il avait fait une place de plus en plus large dans son esprit aux préoccupations sociales135 ». Mais cette reconstruction « gauchit » peut-être quelque peu les positions paternelles. On pourrait accorder que si le dernier Edmond de Presensé est un peu plus conservateur en politique qu'il ne l'avait été du temps de son combat pour la République à l'Assemblée nationale, il a en matière sociale légèrement infléchi ses positions libérales en faveur de l'intervention de l'État. Quelque puritaine qu'elle apparaisse, sa campagne contre la presse licencieuse indique qu'Edmond de Pressensé voulait s'appuyer sur la loi pour lutter contre les fléaux sociaux et faciliter la régénération des individus. Mais cet infléchissement n'est pas un changement de cap, et l'idée que le parti libéral devait se préoccuper d'une législation sociale n'est pas absente des interventions publiques des années 1870-1871.

114Pendant plus de quarante ans de vie publique, de 1848 à 1891, Edmond de Pressensé a pour l'essentiel lait profession du même Credo politique et religieux. À la différence d'autres personnalités protestantes engagées comme lui dans le combat fondateur de la IIIe République, tel son contemporain Edmond Schérer, et ses cadets Pécaut, Buisson et Steeg, il n'a jamais établi de coupure entre son engagement politique et son ministère religieux, et n'a pas cessé d'être pasteur en devenant député puis sénateur. Disciple de Vinet, il est d'un même élan individualiste en religion et libéral en politique. Son affirmation de la primauté de la conscience chrétienne sur l'organisation ecclésiastique sous-tend sa conviction de la primauté des libertés et des droits de l'homme sur l'autorité gouvernementale et la raison d'État. Héritier fidèle de la tradition politico-religieuse du milieu Semeur-Taitbout, il est en même temps un revivaliste et un libéral de la deuxième génération, du second xixe siècle. Défenseur d'une orthodoxie chrétienne plus ouverte et plus moderne que celle la première génération du Réveil, il se prononcé par ailleurs dès 1848 pour un libéralisme démocratique et républicain plus avancé que l'esprit « juste-milieu » de ses aînés.

115Au total, Charles Secrétan caractérise sans doute assez bien ce mélange de christianisme revivaliste et de kantisme volontariste qui constitue le fond de la pensée d'Edmond de Pressensé et qui nous paraît très caractéristique du siècle, individualiste, libéral et moral, de la reine Victoria et des bourgeois conquérants :

  • 136 « Lettre de M. le professeur Ch. Secrétan Revue Chrétienne, 1er mai 1891, p. 363-364.

« Nous avons cru ensemble, écrit le philosophe suisse, qui s'associe pleinement aux idées de son ami, avec Kant, avec Pascal, avec Jésus-Christ que l'homme vaut ce qu'il est et qu'il est ce qu'il veut. Nous trouvions dans la volonté sa grandeur et sa misère, parce que la volonté nous semblait le vrai nom de la vie et la source de la pensée. Nous ne comprenions les maux qui affligent le monde que comme l'effet d'une déviation de la volonté, parce que nous croyions à la perfection dont nous trouvons le désir, le besoin, la conception et l'affirmation progressives dans la conscience de l'humanité136. »

116On ajoutera que le « surmoi » suscité par un tel père semble pouvoir être qualifié de vigoureux, pour ne pas dire d'écrasant. Francis, le second fils, mais le premier héritier spirituel, en a à coup sûr porté le poids. Il faut néanmoins souligner que la personnalité et les idées passablement différentes de sa mère lui ont fourni un autre héritage, qui représente une sorte de contre-point à l'influence paternelle.

Élise de Pressensé, une socialiste chrétienne

Une foi tourmentée mais ardente

117À première vue, le christianisme d'Élise de Pressensé, auteur favori des bibliothèques familiales protestantes du début du xxe siècle, est aussi ardent que celui de son mari. Certes son métier à elle n'était-il pas « officiellement » de prêcher la Parole, mais il faut souligner que dans son œuvre littéraire, ses romans sur l'enfance et sur l'adolescence, mais aussi ses poésies, la foi évangélique, perpétuellement sous jacente, est explicitée, mise en évidence à de nombreuses reprises. Cela est du moins très sensible dans les premiers livres qu'elle publie, qui se terminent tous par une page pieuse, une « morale », une conclusion chrétienne destinée aux jeunes lecteurs.

  • 137 Nous renvoyons à Mme H. de Pressensé, Geneviève, 8e édition, Paris, Fischbacher, s.d. La première (...)

118Mais quelle interprétation, quelle vision de la foi chrétienne Élise de Pressensé donne-t-elle ? Pour commencer par des éléments un peu extérieurs, on remarquera que dans ses romans, le protestantisme n'est guère affiché. Nous n'y avons pas trouvé de personnage de pasteur, ni de descriptions de culte ou de vie paroissiale. Mme de Pressensé présente en revanche dans un de ses ouvrages, Geneviève137, des personnages de prêtres catholiques. Dans la pratique de la vie religieuse on est pourtant très largement dans la perspective protestante du culte familial, avec la lecture de la Bible, les prières en commun, le rôle de prêtres familiaux que jouent les parents ou parfois les grands-parents.

  • 138 Le roman La Maison Blanche que nous avons analysé insiste particulièrement sur ce point.

119De façon plus intérieure, Mme de Pressensé insiste sur le lien nécessaire des âmes avec Dieu. C'est le seul secours pour la faiblesse humaine, la source du courage et de l'action bonne, et la prière est une démarche essentielle138.

  • 139 Mme E. de Pressensé, Poésies, op. cit., « À Alfred de Musset », p. 19. Le recueil des Poésies cont (...)
  • 140 Nous renvoyons à Mme E. de Pressensé, Le Journal de Thérèse, 15e édition, Paris, Fischbacher, s.d. (...)

120Les situations romanesques elles-même peuvent être qualifiées d'évangéliques : amour et pardon des ennemis, « rédemption » des « méchants » à la suite du sacrifice et de la mort de l'innocent, « ouverture » du cœur de ceux chez qui il était fermé. La religion de Mme de Pressensé est une religion du cœur qu'on pourrait presque résumer à la seule force de l'amour. Mais il faut y mentionner une dimension doloriste assez frappante. Dans ses Poésies, l'ouvrage auquel elle tenait le plus, Élise de Pressensé a mis en exergue sa devise : « j'aime et je veux souffrir » ; elle exalte dans les vers qu'elle dédie à Alfred de Musset, son poète préféré, cet « ange gardien des enfants de la terre, la douleur, ici-bas notre suprême bien139 ». L'œuvre qui illustre le mieux cette tentation doloriste est peut-être un roman pour adolescentes qu'elle écrit à la fin des années 1860, le Journal de Thérèse140. La jeune Thérèse, âgée de 15 ans, prend pour guide et confidente une jeune femme, Marie Hersant, qui lui enseigne la beauté du sacrifice, l'acceptation souriante de la souffrance et de la mort.

  • 141 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 69.
  • 142 Mme E. de Pressensé, Geneviève, op. cit.. p. 171.
  • 143 Ibid., p. 182.
  • 144 Ibid., p. 179.

121Un autre roman plus tardif, Geneviève, publié en 1885, rend un son assez différent. On est frappé par la dimension critique, voire satirique à l'égard du conformisme d'une certaine bourgeoisie pieuse et bien pensante. Marie Dutoit parle même d'une « sorte de haine pour le christianisme qui n'a pas su se faire aimer141 (du peuple) ». Le morceau de bravoure, la description d'un beau dîner chez Mme de Priai tient un peu du jeu de massacre. Le dîner commence par cette belle parole évangélique prononcée juste après le bénédicité : « Combien nous devons être reconnaissants envers Dieu de ce que, tandis que beaucoup de nos frères meurent de faim, nous sommes réunis autour d'une table abondamment servie142 ! » Les convives exaltent la charité exercée par « l'aimable comtesse de B. » aux ravissantes toilettes et à la main finement gantée, et une de ses admiratrices ajoute : « On est plus content de son sort quand on a vu des malheureux143. » Le curé de la paroisse n'est pas épargné. Féru de mondanités et de belles paroissiennes, il s'indigne des audaces de son vicaire, « pauvre abbé à moitié socialiste ». « Où en serions-nous, souligne-t-il, si nous devions prendre à la lettre les enseignements de l'Évangile144 ? »

  • 145 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 184.

122Dans ce livre de la maturité, estime Marie Dutoit, Mme Pressensé a osé être pleinement elle-même et, dépassant la crainte de faire tort aux autres, mettre un peu « de ce qu'on appelle sa folie145 ». Cette « folie » comporte une dimension sociale que nous aurons l'occasion de retrouver, mais aussi une dimension proprement religieuse qui est l'aboutissement de longues années de doutes et d'interrogations. Sa biographe analyse longuement la crise religieuse et philosophique d'Élise de Pressensé, qu'elle situe en particulier entre 1853 et 1865, au moment même où Élise de Pressensé était jeune mère. Elle a été, bien davantage que son mari, saisie par le doute, et s'est montrée sensible à la grande contestation du christianisme dogmatique qui s'est développée après 1850, crise marquée à l'intérieur du protestantisme par les remises en cause de la théologie libérale, et à l'extérieur par l'essor du positivisme.

  • 146 Ibid., p. 55.
  • 147 Ibid.

123Ces doutes se greffent certainement chez elle sur des interrogations plus existentielles, et sur un rapport beaucoup moins serein que son mari avec son héritage religieux familial. Marie Dutoit fait le bilan de ces interrogations : si elle n'a pas de mal à accepter l'identification du Christ avec l'humanité souffrante, Élise de Pressensé déclare ne pouvoir comprendre le sacrifice expiatoire de la victime innocente, le dogme de la rédemption... alors même que ses romans en présentent souvent des répliques. Elle a encore du mal à accepter la résurrection du Christ, moins « sa réalité matérielle » que « son rapport avec notre vie morale ». Ses doutes concernent aussi la « persistance de l'individualité dans la vie éternelle » et il lui arrive de concevoir l'union avec Dieu comme « un océan où tout va aboutir et se résoudre » et où elle souhaite « plonger et s'abîmer146 ». « Est-ce une idée panthéiste? », s'interroge-t-elle147.

  • 148 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 241.
  • 149 Marie Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 70.
  • 150 Ibid., p. 105.
  • 151 Ibid., p. 106.
  • 152 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 289.

124On ne pourrait parler chez elle de scepticisme, ni même d'agnosticisme, car elle conserve en Dieu une foi ardente. Néanmoins on n'est plus chez elle dans le cadre du protestantisme orthodoxe et son mari, indique Henri Cordey « avait de la peine à la comprendre148 ». Gabriel Monod, dont l'évolution religieuse a été plus loin vers l'agnosticisme a pu écrire que « Mme de Pressensé avait l'âme profondément religieuse », mais qu'en même temps « Rien n'était plus étranger à sa manière de penser que les conceptions anthropomorphiques du christianisme traditionnel, même protestant, et que les formules dogmatiques par lesquelles elles s'expriment ». Elle trouvera dans la philosophie chrétienne de Charles Secrétan une réponse à un certain nombre de ses questions. Mais cela ne l'empêchera pas d'affirmer, si on en croit sa biographe, que « s'il lui fallait absolument opter pour l'un de ces deux termes, chrétien, humain, elle n'hésiterait pas à placer le second au-dessus du premier, choix, qui, certes, n'aurait rien de profane149 ». La même source indique qu'Élise de Pressensé a longuement dialogué avec Félix Pécaut. Si elle n'a pas compté parmi « les néophytes de la religion laïque150 », elle n'en a pas moins été impressionnée par son système, « généreux et pur », et parlé avec sympathie de la morale indépendante : « Si l'on ne croit pas en Dieu, si même, sans le nier, il n'est pas l'objet d'une affirmation vivante, n'est-il pas heureux que l'on puisse trouver ailleurs que dans cette idée la loi du bien151 ? ». Cette position est beaucoup plus souple que celle d'Edmond de Pressensé, qui, dans sa Revue chrétienne a dénoncé la morale indépendante au nom d'une morale « étroitement unie à la toi au Dieu vivant152 ».

L'éveil à la question sociale

  • 153 Cité par M. Dutoit, Mme. de Pressensé, op. cit., p. 34.

125Sur la question sociale, les idées d'Élise de Pressensé semblent très tôt avoir été différentes de celles de son mari. On dispose à propos de ses réactions au moment de la Seconde République du témoignage rétrospectif d'une de ses amies, Clarisse Coignet. Protestante elle aussi, mais en même temps très liée à la franc-maçonnerie parisienne, Clarisse Coignet avait quelques attaches avec les milieux fouriéristes, du moins par sa famille, puisque Victor Considérant était un de ses cousins. Relatant sa première rencontre avec Élise de Pressensé en 1849, dans une page qui comporte un portrait physique et moral particulièrement frappant, Clarisse Coignet explique comment la timide Élise s'éveille, non aux compliments sur un sermon patriotique d'Edmond de Pressensé, mais en entendant prononcer le nom socialiste de Considérant ; dès lors, « l'entretien passant des personnes aux idées, elle s'anime, s'échauffe ». Clarisse Coignet précise aussi que « parlant de la lutte, elle se montre tout entière acquise aux vaincus et prononce sur les vainqueurs des jugements sommaires et terribles153 ». Il est vraisemblable que Clarisse Coignet fait ici allusion, non aux insurgés de juin 1848, mais aux vaincus du 13 juin 1849, Ledru-Rollin et ses amis de la gauche, démis ou arrêtés après l'échec de la manifestation contre l'expédition de Rome.

  • 154 Ibid., p. 33.

126Le rétablissement du pape par une armée française ne pouvait guère susciter l'enthousiasme des protestants. Mais il n'empêche qu'une prise de position en faveur des opinions avancées et du parti des « montagnards » n'était « guère de mise pour une femme de pasteur154 ».

  • 155 C'est ce qu'affirmait Élise de Pressensé selon sa biographe. Voir M. dutoit, Mme E. de Pressensé, (...)
  • 156 Nous renvoyons à l'édition que nous avons utilisée : Mmede Pressensé, Rosa, trentième édition, Par (...)
  • 157 Mme E. de Pressensé, Rosa, op. cit., p. 133.

127Dans cette sympathie pour les vaincus et les causes généreuses on a toutefois peut-être davantage affaire à cette époque au romantisme spontané d'une jeune femme « née solidaire155 » qu'à un véritable engagement démocrate-socialiste. On ne dénote pas en tout cas dans les premiers romans de Mme de Pressensé, qui paraissent une dizaine d'années plus tard, de remise en cause fondamentale de l'ordre social ou des formes de charité que pratiquaient les femmes de sa condition, du moins pour celles qui accomplissaient cette tâche féminine avec le cœur et non par conformisme ou ostentation. Les leçons de charité que donne sa première œuvre pour la jeunesse, Rosa156, incitent plutôt à l'acceptation des différences sociales, inessentielles aux yeux de Dieu : « Nous ne devons pas désirer d'être pauvres mais seulement désirer de savoir aimer, quelle que soit notre position. Chacun de nous, pauvres et riches, jeunes et vieux, a sa mission d'amour à accomplir157 »

128C'est progressivement, et surtout au sortir de sa crise philosophique et religieuse, quand elle transfère son élan contestataire sur l'action sociale, qu'Élise cie Pressensé va modifier ses positions. Elle ne semble plus se contenter d'une « égalité affective aux yeux de Dieu », et elle légitime désormais le « désir d'être pauvre ». C'est le thème du Journal de Thérèse dont on a dit la tonalité doloriste. La souffrance y est présentée comme une épreuve bienfaisante, source d'amour et de progrès moral, mais aussi aiguillon pour la charité. Marie Hersant, la jeune femme qui sert de guide à la jeune héroïne, veut évangéliser les pauvres en partageant toutes les misères de leur vie. Un peu avant d'écrire le Journal de Thérèse, Mme de Pressensé a exprimé des idées similaires dans un certain nombre de ses poèmes. C'est le cas dans cet « Appel à tous » daté de 1863 qu'elle dédie aux ouvriers cotonniers britanniques réduits au chômage du fait de la guerre de Sécession :

  • 158 Mme E. de Pressensé, Poésies, op. cit., « Appel à tous », p. 83.

« Sachons le, ce qu'il faut à ce peuple qui souffre,
Ce n'est pas un peu d'or qu'on jette dans le gouffre
Et ce n'est pas non plus notre froide pitié,
Non, c'est que de son mal nous prenions la moitié158. »

129Si Mme de Pressensé semble ainsi être passée de la sympathie affective entre conditions inégales à la sympathie au sens d'origine, c'est-à-dire au partage des souffrances, on peut estimer toutefois que, dans ses écrits d'avant 1868, elle se situe encore plutôt dans une perspective « armée du salut » que dans une optique socialiste.

Des amitiés révolutionnaires

  • 159 Marie Dutoit consacre presque un chapitre de sa biographie à l'histoire de cette amitié. M. Dutoit(...)
  • 160 Ibid., p. 118.
  • 161 Ibid., p. 158.
  • 162 Ibid., p. 113.
  • 163 L'original de la lettre figure dans les archives familiales (papiers de M. Vincent Schoen).

130C'est en sortant de son milieu, en prenant contact avec d'authentiques militants populaires qu'Élise de Pressensé va accomplir un pas supplémentaire. Une rencontre a été décisive, celle de Mme Champseix, femme de lettres comme Élise de Pressensé, qui avait publié plusieurs romans sous le pseudonyme d'André Léo159. L'inspiration d'André Léo était nettement socialiste, et dans ses livres la foi dans le progrès et dans l'humanité se doublait d'une hostilité déclarée, voire d'une « haine vivace160 » pour le christianisme. En 1868-1869, quand Élise de Pressensé fait sa rencontre, elle était la compagne de Benoît Malon et recevait dans son « bizarre intérieur161 » bon nombre de militants et dirigeants ouvriers, de membres de l'Internationale. L'amitié entre les deux femmes sera très vive, en particulier du côté d'Elise de Pressensé qui, selon Marie Dutoit, se prend d'une véritable passion pour cette femme « intéressante et dangereuse162 ». Le dernier adjectif employé par une biographe par ailleurs très compréhensive et chaleureuse suggère bien à quel point ces fréquentations révolutionnaires d'Élise de Pressensé ont pu surprendre et inquiéter dans son milieu. On peut le lire aussi en filigrane dans une lettre conservée dans les papiers familiaux que le grand-père Victor de Pressensé adressait à sa petite fille Hélène, qui venait d'être mère, le 9 juillet 1870 : « J'espère, écrit le beau-père d'Élise, que le doux repos de ma chère belle fille n'a pas été troublé par le procès de l'Internationale163. »

131En tout cas, le dialogue intellectuel, philosophique et politique a été animé entre Élise de Pressensé et Mme Champseix. La « socialiste un peu rude » n'est pas très tendre avec le contenu évangélique des romans d'Élise de Pressensé, quand bien même elle en apprécie la psychologie :

  • 164 M. Dutoit, MmeE. de Pressensé. op. cit., p. 123-124.

« Dans tous les rapports humains, lui écrit-elle à propos du Journal de Thérèse, vous êtes aussi vraie que touchante... Mais ce qui gâte ce charmant livre, c'est ce mysticisme faux qui enlève l'âme humaine à son objet véritable, la vie. Toutes ces aspirations vers le beau et le bien, c'est ici qu'elles ont leur milieu réalisable. En les plaçant dans les nuages, ce sont des trésors que vous gaspillez164. »

  • 165 Henri Cordey n'indique pas la date de rédaction de cette note. Mais comme sa biographie d'Edmond p (...)
  • 166 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 489.
  • 167 Mme E. de Pressensé, Poésies, op. cit., « A un ouvrier », p. 153-154.
  • 168 Ibid., p. 154.
  • 169 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 154.

132Mme de Pressensé n'a pas renoncé au contact de Mme Champseix à sa loi chrétienne. En revanche cette relation et la rencontre de Benoît Malon ont été décisifs pour qu'elle se considère désormais comme socialiste. Henri Cordey cite à ce propos une note que lui avait rédigée pour son travail de biographe Francis de Pressensé. Le fils, qui était alors lui-même socialiste165, indique, parlant de sa mère, que son « âme généreuse s'était donnée sans retour au socialisme dès 1868166 ». Cette vision rétrospective est confirmée non seulement par Marie Dutoit mais par les écrits d'Élise de Pressensé. Les vers qu'elle dédie en juillet 1869 à Benoît Malon et qui figurent dans son recueil parmi les « Poésies nouvelles » sous le titre « À un ouvrier167 », semblent approuver et même envier l'action révolutionnaire de celui qui se tient aux côtés des « martyrs », des « victimes de l'égoïsme humain orgueilleux de ses crimes qu'il a nommés des lois ». Mme de Pressensé admire en tout cas profondément celui qui tient de sa « main vaillante l'outil et le drapeau », tout en gardant « au cœur cette sainte chimère d'un jour où la justice aura changé la terre en un monde nouveau168 ». Élise de Pressensé va donc, selon sa biographe, à partir de cette même année 1869, considérer que la question sociale primait tout, et qu'elle devait défendre la cause de ceux auxquels appartenait « chaque battement de son cœur169 ».

  • 170 G. Deransart de Pressensé, Souvenirs, op. cit.
  • 171 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 155.
  • 172 Mme E. de Pressensé, Geneviève, op. cit., p. 194.

133Elle ne se contente plus de faire la « grève de la bourgeoisie » en s'abstenant par exemple, comme le raconte sa petite fille, de desserts, ou de feu dans sa chambre en hiver, parce que les « pauvres gens » n'en avaient pas170. Si elle continue à se mortifier ainsi, elle n'accepte plus de légitimer la souffrance des autres. Marie Dutoit cite un fragment de ses lettres où elle écrit : « Quand j'aurai légitimé la souffrance devant ma conscience et ma raison, en sera-t-elle moins là, poignante, inégale, purifiant les uns, corrompant les autres ? Dirai-je [...] à ceux qui portent le faix de notre horrible désordre [...] : Vous êtes les heureux, les privilégiés. D'autres ont la terre, vous avez le ciel ?... » « Non, voyez-vous, tout cela j'en suis lasse et dégoûtée171 ». Le vrai contact avec le monde ouvrier lui fait aussi comprendre, comme elle l'écrit dans un de ses romans en 1885, que « la pauvreté vue de loin sous une sorte d'auréole, et la misère vue de près avec ses affreuses et presque inévitables conséquences, ce sont deux choses bien différentes172 ». C'est dans cet ouvrage, Geneviève, que nous avons déjà eu l'occasion de citer qu'Élise de Pressensé laisse voir le plus explicitement ses idées. On a dit la dimension satirique qu'y prend la peinture de la bourgeoisie bien pensante et la dénonciation de la religion mise au service des possédants.

  • 173 Ibid., p. 90.
  • 174 Ibid., p. 91.
  • 175 Ibid., p. 361.

134Il faut mentionner comme antithèse le personnage de Savigny, qui est fortement inspiré de Benoît Malon. Enfant trouvé et révolutionnaire itinérant, Savigny ne croit ni à Dieu ni au diable, mais affirme « revenir de l'enfer173 » en parlant du bagne industriel. Lors de sa première apparition dans le roman, Elise de Pressensé met ces paroles dans sa bouche : « Je ne veux avoir ni repos, ni foyer, ni bien-être, tant que mes frères sont écrasés, broyés, torturés, et ne savent pas même qu'ils ont droit à la révolte174. » Certes Mme de Pressensé oppose-t-elle à cette figure une autre figure d'apôtre, celle de l'abbé Hardouin, un prêtre chrétien social. Mais elle ne choisit pas explicitement entre les deux démarches, unies, selon elle, par un lien puissant, « l'amour de l'humanité175 », et ne prononce nulle condamnation à l'égard du rêve de Savigny « d'écroulement formidable de la société moderne ».

  • 176 Ibid., p. 360.
  • 177 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 155.
  • 178 Ibid., p. 156.

135La position de Mme de Pressensé doit être recherchée quelque part entre les deux porte-parole de l'action sociale figurant dans son roman. Il s'agit d'une sorte de socialisme affectif qui cherche à concilier une double dimension de justice et de compassion, un mot qu'elle préfère à celui de charité. Dans le roman, elle fait déclarer à Savigny qu'il « place la justice au-dessus de la charité » car : « La justice, ce n'est plus une affaire de sentiments, c'est une loi inflexible, à laquelle personne ne peut se soustraire176 ». Mais Élise pour sa part écrit dans une lettre que cite sa biographe : « Je n'ai pas l'étroitesse de vouloir bannir le mot de compassion au profit de celui de justice, car dans ce monde de désordre, la justice ne peut exister sans compassion, mais je ne puis me contenter de solutions métaphysiques ni de solutions religieuses, il me faut du plus palpable177. » C'est dans cette perspective qu'elle s'efforce de repenser l'évangélisation et la réhabilitation du christianisme aux yeux des masses : « Quand les rapports seraient établis sur une base d'équité, il resterait encore à amener chaque âme individuelle à une union voulue avec Dieu ; mais Dieu ne serait-il pas moins absent, moins invisible, moins lointain178? »

  • 179 Ibid., p. 158.

136On peut considérer que le premier « disciple » de Mme de Pressensé au sein du protestantisme a été le fondateur du christianisme social protestant, le pasteur Tommy Fallot. Celui qui lancera la formule du « droit au salut », voyant dans l'établissement de la justice sociale un préalable nécessaire pour le retour du monde ouvrier à la foi chrétienne, avait d'ailleurs des liens très étroits avec les Pressensé. On a dit son séjour de jeunesse au foyer d'Edmond et d'Élise. Sa sœur sera par ailleurs l'épouse de leur fils aîné, Victor. Marc Boegner insiste dans sa biographie de Fallot sur l'influence qu'avait exercée sur lui Élise de Pressensé. Celle-ci cependant est sans doute allée un peu plus loin dans l'audace que Fallot et les hommes de Dieu de la génération venue après elle, par exemple quand elle déclare comprendre certaines formes de haine de la religion. Parlant de réunions populaires auxquelles elle assiste à la fin des années 1860, elle écrit : « Il y a dans cette foule un grand sentiment du droit, de la liberté, de la justice, une haine de la religion qui éclate en toute occasion... Peut-on leur en vouloir de détester ce qu'on a rendu si haïssable179 ? »

  • 180 Marie Dutoit insiste sur ce point dans son chapitre II, p. 162-181.

137On ajoutera que le contact avec le peuple inauguré en 1869, et renforcé par le succès qu'aurait rencontré la même année dans les chaumières son livre de poésies180, sera maintenu par la suite par Mme de Pressensé. C'est le cas en particulier pendant la période de « l'année terrible ».

  • 181 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 191.

138Élise de Pressensé a pu écrire à son ami le philosophe Charles Secrétan : « J'appellerai le siège de Paris le plus beau temps de ma vie181. » Elle a eu l'impression que dans cette situation exceptionnelle, les privations et la famine aidant, les barrières de classe s'estompaient et que les riches pouvaient partager les souffrances des pauvres.

  • 182 Mme E. de Pressensé, Geneviève, op. cit., p. 317-318.

139Elle évoque ce bonheur du siège dans son roman, Geneviève, où la jeune-héroïne s'est engagée comme ambulancière : « C'était une vie sévère, pleine et riche où il n'y avait place ni pour l'ennui, ni pour les inutilités. Il n'y avait pas jusqu'aux privations qui fussent pour elle une source de joie : dormir dans une chambre glacée, se passer de beaucoup de choses qu'elle avait cru nécessaires182. » La biographe de Mme de Pressensé détaille pour sa part ses activités à l'ambulance installée au collège Chaptal. Certes n'y a-t-il pas eu pendant le siège beaucoup de blessés ; mais les maladies contagieuses se sont développées et Élise de Pressensé a eu en charge la salle où étaient soignés les gardes mobiles, frappés en particulier par la variole, s'occupant également de visiter et prévenir les familles. Elle poursuivra ses activités d'ambulancière sous la Commune.

Du drame de la Commune à l'assistance sociale

  • 183 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 326-327.
  • 184 M. Dutoit, M. E. de Pressensé, op. cit., p. 203.

140Sur la guerre civile du printemps 1871 Élise de Pressensé a porté un jugement différent de celui de son mari, alors que les deux époux étaient pleinement solidaires dans la communion patriotique de la période du siège. Nous n'avons pas toutefois de prise de position explicite de Mme de Pressensé en faveur de la Commune. Dans ses romans qui parlent du siège de Paris, Geneviève, mais aussi Gertrude de Chanzane, elle n'aborde pas directement le moment de la Commune, faisant partir ses héroïnes de la capitale avant que n'éclate l'insurrection du 18 mars. C'est par allusions ou dans les souvenirs de ceux qui l'ont connue qu'on peut reconstituer sa position de solidarité critique et douloureuse avec les communards : « Pour Mme de Pressensé, écrit dans ses Souvenirs Mme Eugène Bersier, la cousine germaine de sou mari et son amie intime, avec qui elle a vécu sous le même toit pendant les journées de la Commune, la cause de la Commune de Paris quoique bien mal défendue et déjà souillée par tant de crimes restait celle des opprimés et des déshérités183.» Marie Dutoit cite un extrait de lettre d'Élise de Pressensé à Charles Secrétan en date du 24 mars 1871 qui corrobore très exactement le témoignage de Mme Bersier : « Je suis profondément seule, écrit-elle, dans ma manière de souffrir, je ne puis partager les haines des autres, et le crime de notre peuple me semble être notre crime avant d'être le sien184. »

  • 185 C'est-à-dire, évidemment la semaine sanglante de l'écrasement de la Commune.
  • 186 Mmede Pressensé, Geneviève, op. cit., p. 377

141Dans Geneviève, si elle ne met pas en scène la Commune on la voit déplorer « la semaine infernale185 » avec ses « flammes sinistres » et ses « ruisseaux de sang » et elle met dans la bouche de son héroïne des mots de douleur et de sympathie : « Oh ! Ce peuple qu'elle aimait... ces coupables... ces égarés... ces victimes186... »

  • 187 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit.. p. 206.

142En tout cas, pendant toute la durée de la Commune, Mme de Pressensé est restée proche du peuple communard. Sa biographe la décrit à son ambulance auprès des blessés de la Commune, non plus les braves petits mobiles provinciaux de la période du siège, mais des « faubouriens de Paris, de pauvres êtres haineux à l'air farouche qui n'ouvrent la bouche que pour blasphémer187 ». Elle se fait aussi leur intermédiaire auprès des familles, nouant des contacts avec des mères et des femmes du peuple ouvrier. Elle sera parfois messagère de deuil auprès d'elles en mai et en juin 1871.

  • 188 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 335-336.

143Nous avons parlé du sauvetage de Benoît Malon, qui est largement dû à Élise de Pressensé, puisque c'est elle qui avait noué connaissance avec lui chez André Léo. Les Pressensé et les Bersier ont caché le chef de la Commune dans une église protestante, puis dans l'appartement des Bersier, et c'est Mme de Pressensé qui réussit à le mettre en sûreté, aux Missions catholiques, rue du Bac, avant qu'il ne puisse passer en Belgique188. On peut penser que le risque de venir en aide à un proscrit était limité par le fait qu'Edmond de Pressensé avait pris publiquement sous la Commune la défense de Mgr Darboy, et était l'ami de Thiers ; tout cela le plaçait au-dessus de tout soupçon du côté de Versailles. Cette attitude n'en est pas moins notable, moins de la part d'Élise de Pressensé que de son mari. Selon Henri Cordey, Edmond de Pressensé était prêt à faire la part parmi les communards entre ceux qu'il considérait comme de vrais criminels et ceux dont il pensait qu'ils s'étaient trompés de bonne foi.

  • 189 M. Dutoit, Mme F. de Pressensé, op. cit.. p. 209.
  • 190 C'est cette belle sœur qui a lait l'histoire de l'action charitable d'Élise de Pressensé dans son (...)
  • 191 Voir P. Rey-Herme, Les colonies de vacances eu France, origines et premiers développements (1881-1 (...)
  • 192 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 336.

144Du côté de Mme de Pressensé, il semble que les violences et l'échec de la Commune l'aient amenée à renoncer à ses espoirs de 1869 de transformation de la société par l'action révolutionnaire des militants ouvriers. « Mon mari, écrit-elle en 1873, m'a dit l'autre jour que je n'étais plus même socialiste et qu'il n'y avait plus de plaisir à causer avec moi. Hélas, c'est que je suis socialiste sans espoir189. » Mais si elle ne croit plus aux lendemains qui chantent, Mme de Pressensé va créer au lendemain de la Commune l'œuvre sociale à laquelle elle consacrera dès lors l'essentiel de sa vie. Le point de départ est une initiative de charité ou de secours populaire prise à l'automne 1871 en faveur des femmes seules et démunies, veuves de la Commune ou séparées de leur mari par la prison, avec qui elle avait déjà noué des contacts. En improvisant un ouvroir elle cherche à leur procurer un travail, en tout cas des moyens de subsistance. Très vite, Mme de Pressensé donne à ce qui va devenir l'œuvre de la Chaussée du Maine une ampleur assez grande. Avec l'aide de sa belle sœur, Mme Suchard de Pressensé190 elle fonde successivement un autre ouvroir, plus exactement un Atelier-Ecole pour les fillettes et les adolescentes, puis une Ecole maternelle pour les plus petits, et un Asile temporaire permettant d'accueillir les enfants dont les mères hospitalisées ou en difficulté ne pouvaient plus assurer la subsistance. Vient enfin comme couronnement l'œuvre des Colonies de Vacances. Mme de Pressensé en est la pionnière, son initiative prise en 1881-1882 étant une des toutes premières en France avec celle du pasteur Lorriaux191. Cette action charitable se situe dans la continuité des œuvres du xixe siècle et en particulier des œuvres protestantes. Mme de Pressensé utilise d'ailleurs les réseaux de soutien financier de la bourgeoisie protestante en même temps que les bonnes volontés de certaines dames d'œuvres. L'Œuvre de la Chaussée du Maine comporte par ailleurs une dimension évangélisatrice avec la présence dès l'origine d'une école du jeudi et du dimanche à laquelle s'ajouteront par la suite des réunions religieuses192. En même temps, on peut estimer qu'il s'agit d'une œuvre novatrice et qui tranche nettement avec le style des œuvres du Réveil. On est dans une logique nouvelle, beaucoup moins individualiste, celle du Christianisme social qui va s'organiser dans les années 1880 et à qui la personnalité d'Élise de Pressensé va servir d'exemple : l'action charitable, que Mme de Pressensé préfère désigner par le terme de solidarité s'accompagne de revendications en faveur de mesures et de lois sociales, l'injustice et les inégalités ne sont plus présentées comme le fruit de la volonté divine mais comme des phénomènes humains qu'il est nécessaire de modifier. Le style de charité qu'a voulu mettre en œuvre Mme de Pressensé se voulait aussi beaucoup plus égalitaire dans les rapports humains que la charité bourgeoise la plus fréquemment pratiquée au xixe siècle et il se rapproche davantage de ce point de vue de l'assistance sociale et de l'action des travailleurs sociaux du xxe siècle.

145Élise de Pressensé constitue vraiment une personnalité originale, un peu exceptionnelle pour son époque. Elle oriente la famille vers un pôle socialiste par opposition au pôle libéral de son mari Edmond. L'influence maternelle est, ceci dit, plus diffuse, moins facile à mettre en évidence pour les fils, plus particulièrement pour le second fils, qu'une influence paternelle que les principes éducatifs considéraient comme primordiale. Si nous aurons l'occasion de suggérer l'existence ou la réapparition à certains moments chez Francis de Pressensé du « côté d'Élise », « le côté d'Edmond », les héritages paternels vont sembler longtemps dominants.

Notes

1 Le Salut Public de Lyon, « Une lettre de M. de Pressensé », 12 octobre 1898. (La lettre est datée du 10 octobre).

2 Selon H. Cordey, Edmond de Pressensé..., op. cit.. p. 3.

3 Basch qualifie Francis de Pressensc de « digne descendant de Du Guesclin qui était le lointain aïeul de sa mère ». Voir : « Discours de M. Victor Basch », BOLDH, 1er févier 1914, p. 141.

4 H. Cordey, Edmond de Pressensé.... op. cit.. p. 438.

5 Ibid., p. 438.

6 Ibid.

7 Ibid., p. 23.

8 Notice nécrologique de Victor de Pressensé, Revue Chrétienne. 1871, p. 109.

9 Ibidem.

10 H. Cordey, Edmond de Pressensé..., op. cit., p. 11-12.

11 Voir G. de Felice. Histoire des protestants de France, 2e éd., Paris, Cherbuliez, Ducloux et Grassart1851, p. 618-619.

12 Revue chrétienne, 1871, p. 109 (notice nécrologique de Victor de Pressensé).

13 L'Ami chrétien des Familles, 13e année, n° 6, 1er août 1871, p. 76.

14 Lettre de Victor de Pressensé à son fils en date du 5 décembre. Archives privées de M. Vincent Schoen.

15 André Encrevé parle d'une « aristocratie du nom ou (et) de la fortune et Daniel Robert souligne la tonalité « de classe » de ses réunions « pieusement mondaines ». Voir A. Encrevé, Protestants français au milieu du xixe siècle, Labor et Fides, 1986, p. 135, et D. Robert, Les Églises réformées en France 1800-1830, PUF 1961, p. 500.

16 H. Cordey, Edmond de Pressensé..., op. cit., p. 15.

17 Ibid., p. 19.

18 Ibid., p. 17.

19 Ibid., p. 116.

20 G. de Felice, Histoire des protestants de France, 2e éd., Paris, Cherbuliez, Ducloux et Grassart, 1851, p. 619.

21 Ibidem.

22 L'indication est donnée par H. Cordey, Edmond de Pressensé..., op. cit,. p. 20. Les articles du Semeur ne sont pas signés.

23 G. de Felice, Histoire des protestants de France, op. cit., p. 619-620.

24 Ibid., p. 620.

25 Le Semeur, décembre 1831.

26 Ibid., 1840.

27 Ibid., 1er janvier 1840.

28 H. Cordey, Edmond de Pressensé..., op. cit., p. 12.

29 Ainsi le barbouillage d'Edmond de Pressensé, incurablement réfractaire à la calligraphie, est-il moralement condamnable. H. Cordey, Edmond de Pressensé..., op. cit., p. 72.

30 Ibid., p. 23.

31 Ibid., p. 241.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 15.

35 Ibid., p. 17.

36 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p 20.

37 Ibid., p. 10.

38 Ibid., p. 234.

39 A. Decoppet, Le Paris protestant, Paris, Charles Unsinger imprimeur, 1874 (notice sur « l'Institution de jeunes gens de M. J.-J. Keller »).

40 H. Cordey, Edmond de Pressensé..., op. cit., p. 590.

41 A. Gide, Si le grain ne meurt, Gallimard, 1955, p. 190 (reproduit par éd. Rombaldi, 1973).

42 Ibid., p. 189.

43 Nous lui conserverons ce nom d'auteur. Nous renvoyons à l'édition dont nous avons disposé Mme E. de Pressensé, La Maison blanche. Histoire pour les Écoliers, 23e édition, Paris, librairie Fischbacher, s.d. Marie Dutoit suggère que Mme de Pressensé l'aurait rédigé en 1861. Nous n'avons pas pu retrouver la première édition mais nous nous demandons si la date n'est pas un peu plus tardive parce que ses fils ne sont entrés à la pension Keller qu'en 1863 et surtout parce que le roman contient un vibrant plaidoyer en faveur de la Pologne qu'on est bien tenté de mettre en rapport avec la grande insurrection de janvier 1863.

44 Mme E. de Pressensé, La Maison blanche, op. cit., p. 156.

45 Ibid., p. 147-148.

46 M Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 47.

47 Cité par H. Cordey, Edmond de Pressensé..., op. cit., p. 236. Ces souvenirs étaient parus dans la Revue chrétienne de 1908, p. 16-22.

48 Ibid., p. 238.

49 Mme E. de PressensÉ, La Maison blanche, op. cit., p. 331.

50 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 45.

51 Mme H. de PressensÉ, La Maison blanche, op. cit., p. 294.

52 Ibid., p. 292.

53 Ibid., p. 98.

54 Ibid., p. 119.

55 Ibid., p. 198.

56 Ibid., p. 194.

57 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 278.

58 Ibidem.

59 Ibid.

60 Mme E. de Pressensé, Deux ans au lycée, Fisbacher, s.d., 12e éd., p. 302.

61 Mme E. de Pressensé, La Maison blanche, op. cit., p. 3

62 Ibid., p. 5.

63 Ibid., p. 29.

64 Ibid., p. 11.

65 Ibid.

66 Ibid., p. 170.

67 Ibid., p. 194

68 Ibid., p. 84.

69 Nous renvoyons à l'édition que nous avons utilisée : Mme E. de Pressensé, Poésies, neuvième édition, Paris, Fischbacher, s.d. p. 102-104. La première édition a été publiée en 1869. L'édition de 1975 inclut des « Poésies nouvelles » écrites jusqu'en 1871. La poésie dédiée à V. est datée de février 1866 et porte en titre « Esto vir! »

70 Mme E. de Pressensé, Poésies, op. cit.,» A. F. », p. 135.

71 Ibid., p. 136.

72 A. Encrevé, Protestants français au milieu du xixe siècle, Genève, Labor et Fides, 1986. Voir surtout le chapitre VII, « Le conflit entre les évangéliques et les libéraux, et en particulier la section 1, « La phase doctrinale », p. 601-678. André Encrevé considère Edmond de Pressensé comme « le meilleur adversaire français des libéraux extrémistes » (p. 613).

73 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 263.

74 Revue chrétienne, 1866 p. 195 (critique de l'ouvrage par le professeur C. Sehmidt).

75 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 299.

76 Ibid., p. 302.

77 Ibid., p. 214.

78 Nouvelle Revue de Théologie, 1858. IIe volume, p. 241.

79 Cité par H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 209-210. Voir Sainte-Beuve. Port-Royal, 3e éd. 1867, p. 614.

80 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 274.

81 Ibid., p. 275.

82 Ibid.

83 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 286-287.

84 « Discours de M. Jean Jaurès... BOLDH. 1er février 1914. p. 171.

85 Ibid., p. 172.

86 Cite par H. Cordey, Edmond de Pressensé, op. cit., p. 131.

87 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 131

88 Ibid., p. 135. E. de Pressensé a aussi prononcé à Taitbout une série de conférences sur « le christianisme dans son application aux questions sociales » qui sera son premier volume publié.

89 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 132.

90 Ibidem.

91 Mme E. de Pressensé, Poésies, op. cit., p. 13.

92 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 218. Les expressions sont tirées des Variétés morales et politiques d'Edmond de Pressensé.

93 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 218.

94 Voir H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 220-221.

95 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 249.

96 Ibid., On se souvient que c'est à la même époque que sa femme entre en rapport avec les milieux socialistes.

97 Ibid.

98 Ibid., p. 222.

99 Ibid., p. 314.

100 Extraits du discours d'ouverture du citoyen Edmond de Pressensé in : Club de la porte Saint-Martin, séance d'ouverture, 17 octobre I870, 31e jour du siège, discours des citoyens Desmarets et de Pressensé, se vend au profit des blessés 25 centimes, Paris, librairie Germer Baillière, 1870.

101 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 315-317.

102 Extrait du discours d'ouverture du « citoyen » Edmond de Pressensé dans : « Club de la porte Saint-Martin, séance d'ouverture, 17 octobre 1870, 31e jour du siège, discours des citoyens Desmarets et de Pressensé, se vend au profit des blessés 25 centimes », Paris, librairie Germer Baillière, 1870.

103 Ibidem.

104 Ibid.

105 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 319.

106 Il les a réunies en brochure sous le titre Le relèvement moral de la France. Voir H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 325.

107 Ibid., p. 328. La citation est tirée d'une page du journal datée du 20 mars 1871.

108 Ibid., p. 330

109 Ibid.

110 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 335.

111 E. de Pressensé, Les leçons du 18 mars, les faits et les idées, Paris, Michel Lévy, 1871.

112 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 339.

113 Ibid., p. 582-583 (Circulaire d'Edmond de Pressensé à ses électeurs pour l'élection du 2 juillet 1871 à l'Assemblée nationale).

114 Ce point est précisé dans une note qu'avait rédigée Francis de Pressensé à l'intention du biographe de son père et qu'Henri Cordey cite partiellement p. 343.

115 Journal officiel de la République française, 7 janvier 1872 (Annexe n° 730, séance du 19 décembre 1871) p. 114-115.

116 Journal officiel de la République française, 9 février 1872, p. 941.

117 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 343.

118 Ibidem.

119 Voir M. Dutoit. Mme E. de Pressensé. op. cit., p. 208.

120 Voir 10e circonscription du Rhône. Francis de Pressensé. Propagande, avril 1902, Lyon, imprimerie Victor Achard, p. 3.

121 L'article est repris dans le numéro spécial de la Revue chrétienne d'hommage à Edmond de Pressensé en date du 1er mai 1891, p. 403.

122 Voir H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 355.

123 Le libérateur du territoire l'assure qu'il le regarde comme « un des plus nobles coeurs, des meilleurs esprits de notre temps et des plus nécessaires au pays » et prévoit une réélection prochaine. H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 356.

124 Voir : M. Causse. « Le combat de Tommy Fallot », Études théologiques et religieuses, 1973, n° 4, p. 441.

125 On sait que le camarade d'enfance d'Edmond de Pressensé avait constitué un ministère dont la moitié des membres étaient protestants...

126 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 470-471.

127 Ibid., p. 480.

128 Ibid., p. 485.

129 Ibid., p. 482.

130 Ibid., p. 485.

131 Ibid., p. 482.

132 Ibid., p. 483.

133 A. Corbin, Les filles de noce, Aubier-Montaigne, 1978 et Flammarion 1982 (p. 315-324 pour l'édition Flammarion et en particulier p. 319 où Alain Corbin cite un passage d'un discours d'Edmond de Pressensé particulièrement enflammé).

134 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 481.

135 Ibid., p. 489-490.

136 « Lettre de M. le professeur Ch. Secrétan Revue Chrétienne, 1er mai 1891, p. 363-364.

137 Nous renvoyons à Mme H. de Pressensé, Geneviève, 8e édition, Paris, Fischbacher, s.d. La première édition date de 1885.

138 Le roman La Maison Blanche que nous avons analysé insiste particulièrement sur ce point.

139 Mme E. de Pressensé, Poésies, op. cit., « À Alfred de Musset », p. 19. Le recueil des Poésies contient deux longs poèmes dédiés à Musset.

140 Nous renvoyons à Mme E. de Pressensé, Le Journal de Thérèse, 15e édition, Paris, Fischbacher, s.d. La première édition date de 1869.

141 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 69.

142 Mme E. de Pressensé, Geneviève, op. cit.. p. 171.

143 Ibid., p. 182.

144 Ibid., p. 179.

145 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 184.

146 Ibid., p. 55.

147 Ibid.

148 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 241.

149 Marie Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 70.

150 Ibid., p. 105.

151 Ibid., p. 106.

152 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 289.

153 Cité par M. Dutoit, Mme. de Pressensé, op. cit., p. 34.

154 Ibid., p. 33.

155 C'est ce qu'affirmait Élise de Pressensé selon sa biographe. Voir M. dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 132.

156 Nous renvoyons à l'édition que nous avons utilisée : Mme de Pressensé, Rosa, trentième édition, Paris, Société des traités religieux, 1910. La première édition date de 1856.

157 Mme E. de Pressensé, Rosa, op. cit., p. 133.

158 Mme E. de Pressensé, Poésies, op. cit., « Appel à tous », p. 83.

159 Marie Dutoit consacre presque un chapitre de sa biographie à l'histoire de cette amitié. M. Dutoit, Mme de Pressensé, op. cit., p. 113-130.

160 Ibid., p. 118.

161 Ibid., p. 158.

162 Ibid., p. 113.

163 L'original de la lettre figure dans les archives familiales (papiers de M. Vincent Schoen).

164 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé. op. cit., p. 123-124.

165 Henri Cordey n'indique pas la date de rédaction de cette note. Mais comme sa biographie d'Edmond paraît en 1916 et qu'il a repris tardivement la succession du professeur Philippe Bridel qui avait été désigne pour écrire cette biographie, il est certain que c'est après 1900, et peut-être même après 1910 qu'il a consulté Francis de Pressensé.

166 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 489.

167 Mme E. de Pressensé, Poésies, op. cit., « A un ouvrier », p. 153-154.

168 Ibid., p. 154.

169 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 154.

170 G. Deransart de Pressensé, Souvenirs, op. cit.

171 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 155.

172 Mme E. de Pressensé, Geneviève, op. cit., p. 194.

173 Ibid., p. 90.

174 Ibid., p. 91.

175 Ibid., p. 361.

176 Ibid., p. 360.

177 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 155.

178 Ibid., p. 156.

179 Ibid., p. 158.

180 Marie Dutoit insiste sur ce point dans son chapitre II, p. 162-181.

181 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit., p. 191.

182 Mme E. de Pressensé, Geneviève, op. cit., p. 317-318.

183 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 326-327.

184 M. Dutoit, M. E. de Pressensé, op. cit., p. 203.

185 C'est-à-dire, évidemment la semaine sanglante de l'écrasement de la Commune.

186 Mme de Pressensé, Geneviève, op. cit., p. 377

187 M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, op. cit.. p. 206.

188 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 335-336.

189 M. Dutoit, Mme F. de Pressensé, op. cit.. p. 209.

190 C'est cette belle sœur qui a lait l'histoire de l'action charitable d'Élise de Pressensé dans son livre : Mme Suchard de Pressensé. L'œuvre de Mme E. de Pressensé, Paris, Fischbacher. 1903.

191 Voir P. Rey-Herme, Les colonies de vacances eu France, origines et premiers développements (1881-1906), Thèse, Fleurus.

192 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, op. cit., p. 336.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search