Version classiqueVersion mobile

Francis de Pressensé et la défense des Droits de l'homme

 | 
Rémi Fabre

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L'ouvrage que l'on va lire est né d'une curiosité. Si le nom de Francis de Pressensé reste inscrit sur les plaques de quelques rues de nos villes, il ne suggère à peu près rien à l'immense majorité de nos concitoyens. Pourtant, la fréquentation quelque peu assidue de la vie politique et intellectuelle de la France du début du xxe siècle suggère qu'il s'agit d'un acteur qui a compté pour ses contemporains. On le retrouve dans de nombreux domaines, l'affaire Dreyfus, la séparation des Église et de l'État, la question de la paix à la veille de 1914. Pressensé est en particulier exalté ou pris à partie dans deux textes célèbres, qui figurent dans de nombreuses anthologies, et qui avaient retenu notre attention dès nos années d'étudiant. D'un côté, le discours prononcé par Jaurès aux obsèques de son ami Pressensé en janvier 1914 : on en cite fréquemment la partie finale où Jaurès s'adresse à la jeunesse, et, répondant à l'enquête d'Agathon qui avait présenté des « Jeunes Gens d'aujourd'hui » enthousiasmés par la perspective de la guerre, exalte au contraire le courage de la paix dont l'engagement de Pressensé serait l'incarnation. De l'autre côté, un passage du Cahier de la Quinzaine d'avril 1913 que Charles Péguy a intitulé « L'argent, suite », qui est présenté par Raoul Girardet dans son anthologie du nationalisme français avec comme sous-titre : « Pour une politique de l'honneur. » Exaltant « celui qui ne se rend pas contre celui qui se rend », Péguy s'en prend à Pressensé. Il l'accuse de représenter « le système de la peur », qui pour sauver la paix serait prêt à sacrifier l'honneur et les principes des droits de l'homme. L'attention et l'intérêt ne peuvent qu'être éveillés par le fait que la figure, aujourd'hui si peu connue, de Francis de Pressensé soit ainsi présentée comme exemplaire, dans le positif ou le négatif, par deux personnalités majeures de notre histoire politique et culturelle, et qu'ils semblent le percevoir comme un égal.

  • 1 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps (1824-1891), Lausanne/Paris, Georges Bridel et Fischba (...)
  • 2 En particulier, dans ses tomes IV et VI. Voir J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, tome IV e (...)
  • 3 Pressensé est particulièrement présent dans P. Birnbaum (s.d.). La France de l'affaire Dreyfus, NR (...)
  • 4 Robert Burac, auteur d'une « édition critique commentée » de La chanson du roi Dagobert de Charles (...)

2Cette curiosité première a été confortée par l'impression qu'il existait à propos de Pressensé non seulement un effacement de la mémoire mais un vide historiographique, au moins relatif. À la différence de ses parents qui sont tous deux d'importantes figures de l'histoire du protestantisme français1, Francis de Pressensé n'a pas fait l'objet d'une biographie, même d'une biographie « autorisée » ou militante. Il est souvent cité dans les histoires de la France d'avant 1914. Mais son nom est rarement accompagné d'un long développement. Pressensé est évidemment présent dans le corpus historiographique de l'affaire Dreyfus, mais au total, on peut estimer que c'est encore Joseph Reinach, dans son monumental ouvrage d'histoire immédiate, qui lui a attribué le rôle le plus important dans le combat dreyfusard2. Ce rôle a peut-être été quelque peu gommé par la suite, même si on constate que la floraison de recherches nouvelles qui a accompagné le centenaire de l'Affaire, a tendu à retrouver le personnage de Pressensé3. En particulier les travaux engagés à l'initiative de Madeleine Rebérioux et de la Société d'Études Jaurésiennes, dont cet ouvrage est partie prenante, sur la naissance et le développement de la Ligue des Droits de l'Homme tendent à souligner l'importance « fondatrice » du deuxième président et « premier militant » de la grande organisation dreyfusarde et républicaine. Dans une perspective, il est vrai, assez différente, certains « péguystes » se sont récemment intéressés à la figure de Pressensé4.

  • 5 M. Larkin, Church and State after the Dreyfus Affair. The Separation Issue in France. London and B (...)
  • 6 M. Faucon, « Une élection socialiste en 1902 », Revue socialiste, I, octobre 1965, II, novembre 19 (...)

3Nous devons par ailleurs signaler dans la tradition historiographique deux exceptions notables au relatif silence concernant Pressensé. Maurice Larkin a consacré une étude extrêmement fouillée et suggestive au rôle, selon lui essentiel, joué par Pressensé dans la séparation de l'Église et de l'État5. Marcel Faucon, avec une perspective plus militante, a évoqué la figure de Pressensé dans deux articles de la Revue Socialiste consacrés aux élections législatives de 1902 dans la dixième circonscription de Lyon6. Ces deux travaux, bien différents, ont constitué pour nous un apport important, et un stimulant à la réflexion.

  • 7 M. Larkin, Church and State after the Dreyfus Affair, op. cit., p. 109.
  • 8 Grâce à l'amabilité des descendants de la famille Pressensé, et aussi à celle de Maurice Larkin, n (...)

4Mais, au total, l'espace semblait largement ouvert pour un travail de biographe, que Maurice Larkin appelait d'ailleurs de ses vœux dès la parution de son livre en 19747. Notre entreprise, qui visait à combler une lacune historiographique, s'est toutefois heurtée à une lacune bien réelle, à un vide définitif, la destruction presque complète des papiers de la famille Pressensé8.

5Une partie des caractéristiques de ce livre s'explique par cette absence, et par la nature des sources auxquelles nous avons dû faire appel. Nous dirons, plus exactement, que la faiblesse des données que nous possédions sur la partie privée de la vie de Pressensé — mais peut-être pas sur sa « personnalité profonde » — nous a conforté dans notre intention de présenter un homme public, dans sa double dimension de réflexion et d'engagement, d'intellectuel et de « combattant ». L'abondance des textes publiés par Francis de Pressensé est remarquable, et nous sommes bien loin d'avoir reconstitué ses œuvres complètes. Ce journaliste professionnel, ce publiciste à la plume abondante, était capable dans ses moments d'exaltation, comme au temps de l'affaire Dreyfus, d'écrire six à sept articles par jour. On connaît la richesse particulière de la presse dans cette période de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle où, liberté républicaine aidant, elle constitue le « medium » souverain, où elle est à la fois le vecteur essentiel de l'information, et le support obligé des luttes politiques, au point que la plupart des chefs politiques ont besoin d'avoir leur journal, pour y commenter l'actualité et répandre leurs idées. Pressensé s'est révélé particulièrement présent dans la presse, non seulement par ses multiples interventions, mais par l'attention dont il a été l'objet, en particulier de la part de ses adversaires, qui en ont fait au moment de l'affaire Dreyfus une de leurs cibles privilégiées. Le regard « ennemi » est souvent révélateur, et les duels de plume mettent en évidence les faces cachées des personnalités, en même temps qu'ils font ressortir leur énergie et leur talent polémique.

6Par ailleurs, pour l'intervention politique de Pressensé, les archives publiques se sont révélées fécondes, et l'historien est redevable au sérieux et à la compétence des informateurs de police. Ceux des services du Commissariat spécial du Rhône ont fait particulièrement œuvre d'historiens de l'immédiat, et leurs archives permettent de reconstituer avec une très grande précision le déroulement des meetings et des campagnes électorales.

  • 9 Il subsiste essentiellement un dossier, qui est consacré à l'affaire Dreyfus. Les archives de la I (...)

7Si les archives de la Ligue des Droits de l'Homme, récemment rapatriées de Moscou ne comportent qu'un assez petit nombre de documents sur l'avant 19149, la source imprimée du Bulletin officiel de la Ligue des Droits de l'Homme, avec ses milliers de pages annuelles constitue une mine d'informations. Toutes les interventions présidentielles de Francis de Pressensé sont répertoriées, ainsi que les réactions, aussi bien négatives que positives, qu'elles ont pu susciter. On ne peut qu'être sensible au sens aigu du document, dans son impartialité, qu'a manifesté cette « génération dreyfusarde », souvent bien formée aux méthodes de l'histoire positive.

8Si on ajoute à ce corpus un certain nombre d'autres sources imprimées, comme les ouvrages de Francis de Pressensé, les témoignages de certains contemporains, les éloges post mortem, les brochures de propagande ou les pamphlets imprimés de son vivant, on arrive à un ensemble suffisamment vaste et varié pour fournir le support de notre entreprise.

9Ce que nous avons voulu faire, c'est essentiellement évoquer le cheminement d'une pensée et les étapes d'un engagement, en posant la double question de leur singularité et de leur exemplarité. Il nous a semblé que la biographie des seconds rôles de l'histoire, surtout quand il s'agit de fortes personnalités comme Pressensé, pouvait permettre, peut-être davantage que celle des grandes figures consacrées, ces chênes qui cachent parfois un peu la forêt, de mieux dessiner le paysage d'une époque et d'en renouveler la perspective.

10Par ailleurs, dans le cours de notre recherche, débutée par un article en 1998, il nous a vite semblé qu'il valait la peine d'approfondir un itinéraire biographique a priori peu banal. En étudiant les trajectoires individuelles dans la vie politique, on a pu émettre l'hypothèse qu'il existait des flux, des voies de circulation, voire une sorte de sens giratoire qui conduirait certains hommes d'un bout à l'autre de l'échiquier politique. Trois types de circulation pourraient être mis en évidence, de gauche à droite, de droite à gauche, et des extrêmes aux extrêmes. Pressensé fait partie, comme Jaurès, comme Victor Hugo et quelques autres encore de ceux qui sont passés de la droite à la gauche. Ce n'est pas là, à coup sûr la ligne de la plus grande pente, qui va plutôt de la gauche ou de l'extrême gauche dans la jeunesse vers la droite dans l'âge mûr. Mais ce qui interpelle surtout dans le cas de Pressensé, c'est le caractère apparemment brutal de son changement de cap. Au début de 1898, Pressensé est un homme arrivé et décoré, un bourgeois dont le libéralisme est profondément teinté de conservatisme. Quelques mois plus tard il proclame son adhésion au socialisme révolutionnaire. On a l'impression d'un itinéraire de rupture, d'une sorte de conversion.

11Dans quelle mesure cette impression serait-elle confirmée par un examen plus approfondi ? La question pourrait renvoyer à une vieille question historique, celle du pouvoir qu'auraient certains événements que ce soit, comme ici, l'affaire Dreyfus, ou, pour d'autres cas, les accords de Munich sans parler de séismes de bien plus grande ampleur, pour redistribuer les cartes et transformer les destins. Même en admettant le pouvoir de l'événement historique, il reste à comprendre, comment, par quelles médiations, il peut devenir pour certaines personnes, et seulement pour elles, un événement biographique majeur.

12Mais, par ailleurs, le mot de conversion nous interpellait ici tout particulièrement. Nous avions en effet affaire à une personnalité profondément marquée dans ses racines religieuses, celles du Réveil protestant du xixe siècle, par l'idée de conversion. Était-il légitime de reprendre ce mot en dehors de sa sphère d'origine pour l'appliquer à la mutation dreyfusarde de Francis de Pressensé ? Cette question, qui est celle du lien entre une culture religieuse et un engagement politique, constitue un des fils directeurs de cet ouvrage.

13Nous avons ainsi tenté de diversifier les points de vue, d'insérer la personnalité que nous présentions dans les multiples cadres de l'histoire politique, religieuse, mais aussi diplomatique, intellectuelle, et culturelle, sans négliger totalement une perspective d'histoire sociale. C'est dans un réseau de relations et d'influences, de forces collectives et d'institutions, qu'il faudrait, peut-être davantage que nous n'avons pu le faire, replacer l'itinéraire d'un individu comme Pressensé. Au moins avons-nous essayé de montrer l'importance formatrice de la première cellule sociale, la famille, et du réseau immédiat de relations qui l'entourait, si important dans le cas des Pressensé.

14Le biographe a-t-il su échapper aux pièges de l'illusion biographique, non seulement celui qui l'incite à faire de son objet d'études son « héros », mais celui qui l'amène à en faire le Sujet de l'Histoire, autour de qui tout s'ordonne ? La déformation, qui est sans doute en partie inévitable, commence avec la lecture et la reproduction sélective des textes et articles de Pressensé, de préférence à ceux des autres intervenants.

15Mais tout travail historique, et particulièrement le genre biographique, comporte inévitablement ses choix et ses conventions. Nous assumons pleinement le statut du biographe. Nul doute qu'il soit en partie du ressort des lecteurs que de savoir redresser les bâtons, ou les brindilles, que l'eau — le courant du récit biographique — aura courbés.

Notes

1 H. Cordey, Edmond de Pressensé et son temps (1824-1891), Lausanne/Paris, Georges Bridel et Fischbacher éditeurs, 1916 ; M. Dutoit, Mme E. de Pressensé, Sa vie d'après sa correspondance et son œuvre, Paris, Fischbacher, 1904.

2 En particulier, dans ses tomes IV et VI. Voir J. Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, tome IV et tome VI, Fasquelle, s.d. (1905 ?), et 1908.

3 Pressensé est particulièrement présent dans P. Birnbaum (s.d.). La France de l'affaire Dreyfus, NRF- Gallimard, 1994, avec la contribution d André Encrevé : La petite musique protestante » (voir en particulier la note 143, p. 499). Jean El Gammal, évoque dans le même ouvrage le discours de Pressensé à la Chambre en 1906, lors du débat sur la réintégration de Dreyfus et de Picquart : voir p. 320-321. Le personnage et les traits physiques de Pressensé sont par ailleurs bien présentés dans : L. Gervereau, C. Prochasson (s.d.). L'affaire Dreyfus et le tournant du siècle. Musée d'Histoire contemporaine/BDIC, 1994.

4 Robert Burac, auteur d'une « édition critique commentée » de La chanson du roi Dagobert de Charles Péguy, n'hésite pas « à voir se profiler derrière le sage et fidèle confident de Dagobert, la figure antithétique de l'austère Francis de Pressensé ». Sa démonstration, qui confronte certains couplets de la chanson avec les Cahiers de la Quinzaine où il est question de Pressensé, nous paraît dans l'ensemble solide. Robert Burac adopte, par ailleurs, le point de vue politique de Péguy sur Pressensé. Voir C. Peguy, la Chanson du roi Dagobert, Édition critique commentée par Robert Burac. Honoré Champion, 1996, p. 40-44.

5 M. Larkin, Church and State after the Dreyfus Affair. The Separation Issue in France. London and Basingstoke, Macmillan, 1974. Consulter en particulier le chapitre 6 : « The Separatist Minority ».

6 M. Faucon, « Une élection socialiste en 1902 », Revue socialiste, I, octobre 1965, II, novembre 1965.

7 M. Larkin, Church and State after the Dreyfus Affair, op. cit., p. 109.

8 Grâce à l'amabilité des descendants de la famille Pressensé, et aussi à celle de Maurice Larkin, nous avons, malgré tout, retrouvé un petit nombre de documents personnels, dont certains nous ont été fort utiles.

9 Il subsiste essentiellement un dossier, qui est consacré à l'affaire Dreyfus. Les archives de la IDH sont désormais classées et intégralement consultables à la BDIC à Nanterre.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search