Version classiqueVersion mobile

Francis de Pressensé et la défense des Droits de l'homme

 | 
Rémi Fabre

Préface

Madeleine Rebérioux

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La Ligue des Droits de l'Homme a eu deux grands présidents : Victor Basch (1863-1944) à qui son assassinat, sa longévité militante hachée de mille difficultés, son apport à l'histoire culturelle, valent aujourd'hui, enfin, reconnaissance. Et Francis de Pressensé, plus âgé de dix ans, mort jeune encore à la veille de la très grande guerre : du coup il n'a été soumis ni aux interrogations passionnées qu'elle a suscitées, ni, bien évidemment, aux tragédies associées au nazisme. Il a été tenu à l'écart des controverses majeures du xxe siècle. Parmi les grands hommes, devenus grands à l'heure de l'affaire Dreyfus, il est resté longtemps un des moins étudiés, un de ceux sur la tête de qui ne se sont pas empilés, ou, du moins, rarement, affirmations péremptoires, jugements contradictoires.

2C'est une des raisons pour lesquelles je suis reconnaissante à Rémi Fabre d'avoir travaillé sur « le grand Francis », d'avoir écrit ce livre. À dire vrai, je m'étais déjà intéressée à Pressensé et à son combat pour le syndicalisme, à ses affrontements malgaches, du temps qu'il présidait la Ligue entre 1903 et 1914, et la transformait profondément. Mais il me manquait l'essentiel : l'enracinement de « Fr. de P. » (appelons le ainsi désormais) dans une culture, les raisons de son acharnement et, parfois, de ses ruses, la compréhension d'un homme, d'un être humain, gravement malade depuis 1897, accoutumé à la souffrance et à la perspective de la mort; celle-ci vient le saisir, six mois avant l'assassinat de Jaurès, dont il était l'ami, Jaurès qui, sur sa tombe, sut évoquer ces jeunes qui croyaient courir à la guerre créatrice d'héroïsme, et qui sut aussi suggérer, en quelques mots plus rarement cités, la dimension métaphysique, religieuse pour tout dire, que Fr. de P. avait conservée et consacrée dans une organisation aussi profondément politique et laïque que la Ligue des Droits de l'Homme.

3Comment cette rencontre s'est-elle produite? Pourquoi suis-je amenée à écrire ces quelques mots en guise de préface? Il se trouve que, jeune professeur à Mulhouse, au lendemain de la guerre, j'ai eu comme élève au lycée de jeunes filles, la tante de Rémi et connu sa mère : famille protestante, fermement républicaine et, cela allait de soi, antinazie. Il se trouve qu'après le mariage de sa mère et les enfances de Rémi, entre autres, je l'ai retrouvé dans le séminaire que j'animais alors entre l'université « expérimentale » de Vincennes, l'École des hautes études en sciences sociales, et le musée d'Orsay. Il se trouve que nos positions, éthiques, sociales, et, pourquoi pas ? politiques n'étaient guère éloignées. Il se trouve que je lui fis et qu'il me fit confiance : ainsi naquit un long compagnonnage inscrit dans son cursus universitaire. Je fus heureuse de le voir travailler, à partir de sources tout à fait neuves sur la « Fédé » (les étudiants protestants), puis sur « les jeunesses », puis sur « le protestantisme » et sur une femme exceptionnelle, Élise de Pressensé, la mère de Francis. Et pourquoi pas sur Fr. de P., ce grand méconnu ? Telle est l'origine, vue par une historienne non protestante, du livre que vous allez découvrir.

4Il s'agit d'une biographie intellectuelle et politique. Regardons la vie et les réseaux complexes qui la font advenir. Peut-être, Rémi Fabre aurait-il pu en souligner plus fortement les contradictions. Tel ne fut pas son choix, et je le remercie de l'avoir assumé. Il y a plus d'une demeure dans la maison de l'histoire, au vaste toit. Pour sa part, Rémi scrute, il construit la chronologie de son personnage ; il aide ses lecteurs à découvrir la complexité du protestantisme, les facilités qu'offre à une jeune carrière le fait d'être protestant en République, et, au-delà du choc dreyfusiste, la difficulté de se maintenir dreyfusard et de faire évoluer le dreyfusisme non pas selon le rythme baptisé mystique dont Péguy se réclama, mais à l'heure où la France se démocratisait, se divisait en partis, et où s'organisait la jeune CGT.

5Voilà ce qui m'a fascinée chez celui que les dreyfusards considéraient comme un héros et les militants du parti socialiste français comme leur candidat. Mystique, politique ? Non, obligation, en France où la politique est première, d'assumer non seulement des choix, mais des positions. En métropole : travailleurs d'abord. Outremer : scolarisation de tous et dénonciation des crimes. Dans le vaste monde : « Je suis devenu et je resterai socialiste » : c'est ce que déclare Francis de Pressensé le 26 novembre 1908 à la Chambre dont il est encore membre. À l'horizon, la question d'Orient, les « jeunes turcs », l'Europe d'aujourd'hui et de demain.

6Un drôle d'homme, quand même, ce Francis de Pressensé : si profondément protestant et qui fut proche du catholicisme, en Angleterre il est vrai. Si résistant sur l'essentiel, et parfois si souple quand la tactique était en cause; si compétent en politique internationale (depuis les temps du Temps) et si désireux de trouver une réponse aux menaces de guerre non pas comme Jaurès, grâce à l'action militante du prolétariat international, mais, comme Jaurès toujours, par l'organisation systématique de la paix. Il y a cru. Il est mort avant qu'elle ne révèle son inefficacité - à cette date ? Plus tard ? Aujourd'hui ?

« Ma vie n'a pas donné ce qu'elle aurait du donner. Je compte sur l'indulgence de tous » (7 août 1908).

7On peut remercier celui qui a eu le courage de s'exprimer ainsi et féliciter celui qui a éclairé les raisons et l'histoire de ce courage.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search