Version classiqueVersion mobile

Familles en Révolution

 | 
Philippe Daumas

Chapitre VI. Entre contrainte et liberté : Le choix des prénoms

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Le Prénom, mode et histoire (Actes des entretiens de Malher, novembre 1980), Paris, 1984, 398 p.
  • 2 L. Perouas (Dir.), Léonard, Marie, Jean et les autres... Les prénoms en Limousin depuis un milléna (...)

1Longtemps versée au domaine du folklore, abordée de manière descriptive ou même anecdotique, l’étude des prénoms doit aux progrès de l’histoire culturelle d’être aujourd’hui reconnue comme un domaine de recherche pertinent. Première manifestation collective et moment décisif de cette prise de conscience, les Entretiens de Malher (Paris, 1980)1 apparaissent comme le premier colloque scientifique consacré au prénom envisagé dans sa dimension sociale et culturelle. À partir de multiples questionnements et d’une fructueuse confrontation entre historiens et sociologues, ils ont amorcé une importante réflexion méthodologique et suscité de nombreuses recherches. Comme dans bien d’autres domaines, la problématique du choix met en cause l’individu dans son rapport avec la société. L’attribution d’un prénom n’est pas un acte gratuit, et ne doit rien au hasard. Elle témoigne aussi bien des conditions sociales, religieuses, politiques ou idéologiques pesant sur les choix personnels, que des réponses des individus ou des groupes sociaux à ces pressions ou à ces sollicitations. Comme le souligne Louis Pérouas au terme d’une remarquable enquête collective, « le choix du prénom apparaît bien comme un acte culturel qui engage les pratiques familiales et sociales. Aucun doute possible pour l’historien : les transformations de la prénomination constituent à la fois un élément et un indicateur précis, car quantifiable, du changement socioculturel2 ».

  • 3 Cité par J. Dupâquier, dans Le Prénom, mode et histoire, ouvr. cité, p. 5.
  • 4 F. Zonabend, « Prénom et identité », dans Le Prénom, mode et histoire, ouvr. cité, p. 24.
  • 5 D. Schnapper, « Essai de lecture sociologique », dans Le Prénom, mode et histoire, ouvr. cité, p. (...)

2À la veille de la Révolution, le choix des prénoms est soumis à des contraintes pesantes, liées à sa fonction sociale et à sa valeur symbolique. Exprimé au moment du baptême, il est strictement contrôlé par l’Église qui interdit en principe tout prénom étranger au martyrologe chrétien. Le catéchisme du Concile de Trente prescrit de donner à un enfant baptisé « un nom qui doit être celui de quelqu’un qui ait mérité, par l’excellence de sa piété et de sa fidélité pour Dieu, d’être mis au nombre des saints, afin que par la ressemblance du nom qu’il a avec lui il puisse être excité davantage à imiter sa vertu et sa sainteté ; qu’en s’efforçant de l’imiter il le prie, et qu’il espère qu’il lui servira de protecteur et d’avocat auprès de Dieu pour le salut de son âme et de son corps3 ». Rite de passage, le baptême introduit l’enfant dans la communauté des chrétiens, dont il devra durant toute sa vie accepter les règles. Mais il consacre également, à la fois par leur présence physique et par le choix des prénoms, l’importance des parents et des parrains, initiateurs et garants de l’intégration de l’enfant dans le réseau des relations familiales. La transmission des prénoms prend alors toute sa valeur symbolique. Comme le suggère Françoise Zonabend, « donner à un nouveau- né le prénom d’un parent, ce n’est pas seulement accomplir un acte de piété filiale, mais prédestiner l’enfant à perpétuer son parent et, au-delà, prolonger une lignée4 ». Dominique Schnapper en souligne la dimension psychologique, par le désir plus ou moins conscient « de faire survivre la famille ou la lignée par-delà la mort des individus qui successivement la composent, ou tout simplement d’assurer une forme symbolique de survie5 ».

3Le rôle des parrains et marraines est davantage tourné vers la socialisation de l’enfant. Si la parenté spirituelle constitue avant tout un lien de caractère religieux, leur fonction de protecteur et de référent tend à intégrer l’enfant à un réseau de relations élargi, débordant parfois du cadre de la famille, sphère intermédiaire entre le noyau familial et l’ensemble de la communauté. La transmission de leurs prénoms exprime donc simultanément la relation personnelle, le lien social et l’adhésion religieuse, ce qui lui confère toute son importance. La double exigence de donner à l’enfant des prénoms empruntés à la fois à ses parents et à ses parrains a sans doute imposé progressivement aux xviie et xviiie siècles l’usage de la prénomination double, déjà nettement majoritaire à la veille de la Révolution.

  • 6 A. Burguière, « Un nom pour soi : le choix du nom de baptême en France sous l’Ancien Régime (xvie-(...)

4En regard de ces multiples contraintes, quelle est la part de liberté des parents dans le choix des prénoms de leurs enfants ? L’hypothèse discutable du choix des parrains et marraines en fonction des prénoms que l’on veut donner à l’enfant, suggérée par André Burguière6, offrirait aux parents une liberté toute relative, limitée par l’étendue du cercle familial et du nombre des protecteurs potentiels, bien modeste et étroitement confinée dans le cadre du système. En fait, la véritable liberté de choix ne peut s’exercer qu’en marge des règles de transmission traditionnelles, ou en opposition avec elles. Au principe d’identification, qui permet d’appliquer à l’enfant un modèle qui l’intègre symboliquement à son milieu, elle substitue le principe d’individualisation, qui vise au contraire à distinguer l’enfant parmi ses semblables, à l’intérieur de sa famille comme dans la société. L’attribution d’un troisième, ou même d’un quatrième prénom offre cette liberté sans bousculer le système traditionnel de transmission, en l’y ajoutant simplement. Mais dans le cas de prénominations simples ou doubles, la liberté de choix s’exerce cette fois-ci en opposition avec les usages, puisque le prénom librement choisi prend la place d’un prénom hérité des membres de la famille, qui de ce fait ne sera pas transmis. C’est donc une démarche radicalement différente, plus fortement innovante, mettant en cause non seulement la pratique religieuse mais aussi le rapport entre l’individu et son milieu familial.

  • 7 D. Schnapper, « Essai de lecture sociologique », dans Le Prénom, mode et histoire, ouvr. cité, p. (...)
  • 8 A. Burguière, « Un nom pour soi... », ouvr. cité, p. 27.

5Il convient cependant de souligner les limites de cette liberté. Comme le rappelle Dominique Schnapper, « le goût, même s’il est vécu comme individuel, est socialement déterminé7 ». Il ne peut échapper aux normes et aux valeurs esthétiques de l’époque et du milieu social, de même qu’aux effets de la mode, forme insidieuse de la contrainte collective, qui ne laisse à l’individu que l’illusion du libre choix. Ainsi, pour André Burguière, « le paradoxe de la tyrannie de l’originalité est qu’elle renforce le conformisme social8 »... Ces importantes réserves ne privent pas l’indicateur de sa pertinence : moins que des manifestations d’une totale liberté d’esprit, l’objet de cette enquête est de rechercher, à travers l’évolution du système de prénomination, des changements significatifs concernant les motivations des choix, les modes de transmission et, au-delà, l’influence de la religion et la nature des relations entre l’individu et la famille. À travers les comportements individuels se dessinent en effet des changements culturels qui concernent la société toute entière.

Problèmes méthodologiques

Terminologie, formules et systèmes

  • 9 Présentation et analyse de ces divergences méthodologiques par C. Klapisch-Zuber, « Constitution e (...)

6Compter, classer ou identifier des prénoms implique la définition de critères précis. Les études réalisées à ce jour présentent une grande diversité de méthodes et de terminologies, à commercer par la définition du concept même de prénom9, ce qui ne facilite pas la synthèse des résultats obtenus, ni même leur comparaison, et peut amener les différents chercheurs à des conclusions radicalement différentes. Il convient donc, en préalable à toute étude sur les prénoms, d’en préciser les concepts et la terminologie.

  • 10 Voir en particulier : A. Burguièrf., « Prénoms et parenté », dans Le Prénom, mode et histoire, ouv (...)

7Le mot « prénom » qualifie ici l’unité prénominale simple, le mot « prénomination » l’ensemble des prénoms attribués à un enfant. L’expression « formule de prénomination » désigne, pour l’attribution des prénoms d’un enfant, une combinaison de choix répondant à des exigences différentes et visant à les concilier, comme par exemple le choix de deux prénoms empruntés l’un aux parents, l’autre aux parrains, ou celui de deux prénoms dont l’un est emprunté aux parrains et l’autre librement choisi. Enfin l’expression « système de prénomination » qualifie l’ensemble des règles qui régissent, sur une période et en un lieu donnés, les modes d’attribution ou de transmission des prénoms. Un prénom est considéré comme « librement choisi » lorsqu’il ne semble pas relever d’un principe de transmission, n’étant emprunté ni aux parents, ni aux parrains de l’enfant. En l’absence d’une reconstitution des familles, il est impossible de prendre en compte les emprunts éventuels aux grands-parents ou aux collatéraux. Il en résulte sans doute une marge d’erreur non négligeable, diverses études en ayant à juste titre souligné l’importance10.

8Une prénomination peut donc comporter un ou plusieurs prénoms. L’idée directrice est la nécessité de prendre en compte chaque prénom attribué. Un enfant pourvu de trois prénoms fournira donc une occurrence à chacun d’eux, ce qui répond au souci de privilégier la notion de choix. En effet, chaque prénom, même s’il fait partie d’un ensemble, fait l’objet d’un choix répondant à des critères précis, et deux ou trois prénoms attribués au même enfant peuvent résulter de choix très différents, d’où l’intérêt de les dissocier. L’existence de prénominations comme Marie Antoinette Victoire ou Jean Marie Marat justifie parfaitement cette préoccupation, qui bien sûr ne fait en rien obstacle à une enquête approfondie sur les associations de prénoms, indispensable notamment pour l’étude des prénoms républicains, ou encore pour la mise en évidence de formules de prénomination consacrées par l’usage.

  • 11 Ce renoncement était déjà proposé par J. Dupâquier, dans Le Prénom, mode et histoire, ouvr. cité, (...)

9Ces choix méthodologiques impliquent le renoncement absolu à la notion de prénom composé11 : lorsqu’une prénomination comporte deux unités ou plus, rien ne permet d’affirmer que deux prénoms doivent être associés pour n’en former qu’un seul. De plus, il est impossible de délimiter clairement cette catégorie et d’en définir les composants. En fait, le recours à ce concept constitue sans doute un anachronisme : si le prénom composé est de nos jours d’un usage courant et reconnu, rien ne permet d’affirmer qu’il en était ainsi au xviiie siècle et même au début du xixe siècle. Les archives ne fournissent aucune indication dans ce sens : l’expression « prénom composé » n’est jamais utilisée, aucun trait d’union ni autre signe de liaison ne permet d’associer deux prénoms pour n’en former qu’un seul. Au contraire, les rédacteurs des actes utilisent systématiquement le pluriel lorsqu’ils font allusion à un ensemble de deux prénoms attribués à un enfant. L’utilisation fréquente comme premier prénom de Jean pour les garçons et de Marie pour les filles n’implique pas l’existence de prénoms composés, d’autant qu’ils apparaissent également en deuxième ou troisième position, et souvent même sans aucun autre à leur suite. Ainsi le prénom Jean, qui compte 1 351 occurrences dans le corpus étudié, apparaît 302 fois en deuxième ou troisième prénom, dont 150 fois en dernière position ! Le renoncement au concept de prénom composé implique naturellement une étude attentive des associations de prénoms, et lui donne toute son importance.

10L’orthographe des prénoms n’est pas invariable dans les actes, ce qui pose le problème de la normalisation orthographique. Il peut être tentant de considérer que deux ou trois formulations différentes recouvrent en fait le même prénom, orthographié selon l’inspiration des parents ou du rédacteur de l’acte. Mais la correction systématique risque de masquer de réelles évolutions du système de prénomination. Toute normalisation visant à simplifier la classification risque de s’avérer réductrice, surtout si elle se réfère toujours aux valeurs initiales. Il convient donc, par souci d’une vision dynamique d’un système en constante évolution, d’opérer le moins possible de corrections orthographiques, et uniquement sur des variations de faible importance. Le choix des limites, naturellement arbitraire, se décide cas par cas en fonction du sens et de la sonorité du prénom. Ainsi, on peut considérer que Fénicie et Phénicie ne représentent qu’un seul prénom, de même qu’Émilie et Émelie, ou Aimable et Amable. En revanche, les variantes à sonorité nettement différente ou les prénoms reconstruits à partir d’un autre ne doivent pas être assimilés. Par exemple, Luce, Lucie, Lussine et Lucette sont considérés comme quatre prénoms différents. Dans le même esprit, les diminutifs sont reconnus comme prénoms lorsqu’ils sont attribués et figurent en tant que tels dans les actes d’état civil.

  • 12 L’écart d’une unité avec le corpus initial s’explique par l’existence d’un acte de naissance « d’u (...)

11Toute étude sur l’ensemble des prénoms exige à partir de 1792 une mise en relation de l’état civil avec les registres de catholicité. Non seulement d’éventuelles différences entre les prénoms attribués de part et d’autre peuvent mettre en évidence des phénomènes significatifs, mais les actes de baptêmes fournissent également de précieuses indications sur les parrains et marraines, indispensables à l’étude des critères de choix et des modes de transmission. Le relevé de 10 862 naissances12 et 9 545 baptêmes a fourni pour les 51 années étudiées un corpus de 22 227 prénoms, dont 11 400 attribués à des filles et 10 827 à des garçons. Pour de nombreux indicateurs, le traitement comprend une étude par sexes, par secteurs géographiques et par catégories socioprofessionnelles. Pour améliorer la fiabilité des statistiques et la lisibilité des graphiques, les données sont le plus souvent traitées par périodes de cinq ans, mais également par années lorsque cela semblait nécessaire, et même par mois pour les prénoms de l’an II. Dans le souci de ne pas dissimuler, ou même simplement atténuer les variations observées, les pourcentages et leur représentation graphique sont établis d’après les données brutes, sans coefficients de pondération, avec les formules les plus simples possibles. Si l’enquête repose essentiellement sur des statistiques directement lisibles, leur analyse pose bien des problèmes méthodologiques. Les motivations d’un choix individuel étant par définition insaisissables, le nombre est pour le chercheur la seule garantie de fiabilité, et les incertitudes de l’interprétation imposent de « croiser » les informations fournies par les différents indicateurs.

L’impossible quête du prénom usuel

12Un prénom n’est pas seulement donné, il est avant tout destiné à être porté. Mais la personne qui en reçoit plusieurs ne les porte généralement pas tous. Or, dans les cas de prénominations multiples, qui sont largement majoritaires tout au long de la période étudiée, il est impossible de savoir quels prénoms sont réellement utilisés dans la vie courante. Il semble que le premier prénom soit fréquemment le prénom usuel, mais ce n’est pas systématique, rien n’interdisant de se faire appeler par son deuxième ou son troisième prénom, ou même par un diminutif ou un surnom... Ainsi le prénom Marie, souvent placé en première position chez les filles, est-il souvent ignoré au profit du deuxième prénom, qui permet une meilleure identification de la personne. Le décalage entre le prénom usuel et la prénomination « officielle », qu’il s’agisse de l’état civil ou du baptême, peut influer sur le résultat de certaines recherches. L’emprunt d’un prénom à un parent ou à un parrain a-t-il la même signification s’il s’agit de son prénom usuel ou d’un prénom qu’il n’utilise pas ? A-t-il la même importance si l’enfant porte ce prénom ensuite ou s’il ne le porte pas ? Enfin dans le cas d’une prénomination différente à l’état civil et au baptême, ou lorsqu’un enfant reçoit à la fois des prénoms originaux et des prénoms traditionnels, comment savoir lesquels il portera ensuite ? Si ces incertitudes ne pèsent que faiblement sur la problématique des critères de choix ou des modes de transmission, elles compliquent sérieusement toute entreprise de suivi, concernant par exemple les prénoms républicains ou ceux qui présentent un caractère d’originalité.

13Les sources disponibles ne permettent pas d’y remédier de manière satisfaisante. Les institutions se référant toujours à elles-mêmes, les individus apparaissent toujours avec leur prénomination officielle dans les actes qui les concernent directement : mariages, décès, déclarations d’enfants à l’état civil, etc. L’Église ne procède pas différemment pour les actes de baptêmes ou de mariages religieux. On ne peut donc recourir qu’à des sources où les individus ne seraient nommés que de manière sommaire, de telle sorte qu’ils n’y apparaissent qu’avec leurs prénoms usuels : archives judiciaires ou notariales, listes de recensement ou de conscription, actes d’état civil où ils ne figurent que comme simples témoins. Il est bien sûr impossible d’entreprendre une telle recherche pour un grand nombre de personnes, d’autant qu’elle se heurte rapidement à une nouvelle difficulté : l’existence de très nombreux homonymes rend impossible une identification précise en l’absence de renseignements supplémentaires tels que l’âge ou la filiation, très rares dans les actes. Dernière possibilité, l’étude des signatures peut apporter des éléments de réponse, mais de manière très limitée. Elle n’est possible que sur des documents originaux, excluant donc les tables et les actes retranscrits, et ignore de nombreux cas : individus ne sachant pas signer, dont la signature est illisible ou ne comporte ni les prénoms, ni les initiales. Ici encore, la tâche paraît démesurée à l’égard du résultat obtenu. Il faut donc accepter a priori l’idée d’un décalage entre la réalité vécue et l’image que nous en donnent les actes. Si la perception d’ensemble du système de prénomination peut s’en trouver altérée, cela n’exclut pas de manière ponctuelle, et avec toutes les réserves qui s’imposent, une recherche des prénoms usuels pour un nombre limité d’individus, comme par exemple les porteurs de prénoms républicains, dont le suivi dans le temps ne peut être réalisé d’une autre manière. Mis à part ce cas particulier, de telles investigations ne se justifient guère dans une étude consacrée avant tout aux critères de choix et aux modes de transmission, conçus comme révélateurs d’attitudes parentales. Le devenir d’un prénom dépend ensuite de celui qui le porte. Il relève donc d’une problématique entièrement différente, et constitue à ce titre une toute autre direction de recherche.

Les transformations du système

14Les multiples indicateurs possibles orientent la recherche dans deux directions différentes : l’évolution du stock et les critères de choix. Dans les deux cas, si les données quantitatives fournissent l’essentiel des matériaux, l’approche qualitative s’avère souvent utile ou même nécessaire, pour nuancer l’analyse ou fournir des exemples concrets, parfois plus parlants que les statistiques. Dans tous les cas, l’objectif est de faire apparaître le rapport entre tradition et innovation, contrainte et liberté, mais aussi de montrer comment s’exerce l’influence de la religion ou du contexte politique, dans une période marquée par des événements exceptionnels et d’importants changements sociaux et culturels.

Aspects quantitatifs

Nombre de prénoms attribués

15Pour en observer l’évolution, la méthode la plus simple est le calcul d’une moyenne annuelle ou périodique, obtenue en divisant le nombre de prénoms attribués par le nombre d’enfants. Cependant, une moyenne peut recouvrir des réalités fort différentes, et il paraît plus probant d’effectuer un comptage des enfants ayant reçu respectivement un, deux ou trois prénoms ou plus, suivi d’un calcul de répartition en pourcentage.

  • 13 Voir en particulier J. Dupâquier, « Prénoms, parrains, parenté », dans Mémoires de la société d’hi (...)

16Le graphique ci-dessous montre que le nombre moyen de prénoms attribués varie faiblement durant la période étudiée. Une légère tendance à la hausse est toutefois perceptible, puisque seules les valeurs antérieures à la Révolution sont inférieures à deux prénoms. Si la courbe est ascendante jusqu’en 1800-1804, elle marque ensuite un léger fléchissement, mais les valeurs restent toujours supérieures à deux prénoms. La faible amplitude de ces variations suggère une relative stabilité du système, l’attribution de deux prénoms paraissant un usage bien établi dans la région dans la deuxième moitié du xviiie siècle, comme l’ont déjà montré d’autres études13.

RÉPARTITION PAR NOMBRE DE PRÉNOMS

RÉPARTITION PAR NOMBRE DE PRÉNOMS

17L’évolution des proportions d’enfants ayant reçu respectivement un, deux, trois prénoms ou plus, permet d’expliquer les variations de la moyenne, mais aussi d’en affiner l’analyse. L’attribution d’un seul prénom, pratique déjà très minoritaire à la fin de l’Ancien Régime, tend à se raréfier encore après la Révolution, et obtient ses taux les plus bas entre 1800 et 1815. Puis elle connaît un léger regain d’intérêt dans les dix dernières années de la période, à rapprocher de la légère baisse des moyennes au même moment. À l’opposé de l’échelle, les enfants dotés de trois prénoms ou plus voient leur nombre augmenter constamment de 1775 aux années 1800-1804, passant de 10% à 22% du total des naissances. Un léger recul à partir de 1815 est sans doute à mettre en relation avec la progression au même moment du prénom unique. Les enfants pourvus de deux prénoms sont les plus nombreux tout au long de la période. Les taux observés sont stables autour de 70% et ne connaissent que des variations modérées, directement liées à celles des deux autres valeurs, en particulier pendant la Révolution et après 1815.

NOMBRES DE PRENOMS ATTRIBUS (MOYENNES PAR SEXE)

NOMBRES DE PRENOMS ATTRIBUS (MOYENNES PAR SEXE)

18L’étude séparée des deux sexes fait apparaître entre filles et garçons des écarts significatifs. Si le graphique ci-dessus montre deux courbes de même physionomie, régulièrement ascendantes de 1775-1779 à 1800-1804 puis marquant un léger recul jusqu’en 1825, les moyennes sont toujours plus élevées pour les filles, à qui on attribue donc globalement plus de prénoms qu’aux garçons. Toutefois, l’écart diminue régulièrement, passant de 0,22 en 1775-1779 à 0,02 en 1820-1825, et la progression étant nettement plus marquée pour les garçons.

19L’étude de la répartition par groupes de communes fait apparaître peu de disparités. On retrouve partout les mêmes évolutions, avec une hausse modérée des moyennes jusque vers 1800-1810, liées à l’augmentation du nombre d’enfants ayant trois prénoms, la raréfaction de ceux qui n’en ont qu’un, et presque partout un léger renversement de tendance en fin de période.

20L’analyse sociologique révèle des écarts modestes entre les différentes catégories, mais ceux-ci dissimulent en fait des évolutions plus significatives, qui apparaissent lorsqu’on dissocie les quatre périodes. Ainsi les enfants n’ayant qu’un seul prénom paraissent un peu plus rares chez les artisans et commerçants, et légèrement plus nombreux au contraire parmi les ouvriers employés et domestiques. Mais l’évolution de ces données dans le temps est intéressante : les taux subissent une baisse sensible et continue pour les commerçants et artisans (de 27 % à 18%), et moins marquée pour les ruraux (de 62% à 53%) ; en revanche, ils connaissent une hausse très importante pour les ouvriers et domestiques, passant de 8 % sous l’Ancien Régime à 26 % en fin de période, une évolution sans doute accélérée par l’augmentation rapide de la population ouvrière à Ivry à partir de 1810-1815. Pour les enfants ayant reçu trois prénoms ou plus, les variations significatives concernent les ruraux, légèrement sous-représentés malgré une progression sensible pendant la Révolution, et surtout la catégorie des bourgeois et notables, dont la forte sur-représentation avant la Révolution montre qu’ils ont joué un rôle moteur dans le phénomène de multiplication des prénoms.

21Des évolutions non linéaires, et plus encore des renversements de tendances, même modestes, suggèrent de prime abord l’idée de « retours en arrière » suscités par les variations du contexte politique, institutionnel ou culturel. Si on considère que l’augmentation du nombre des prénoms représente l’innovation et la prise d’une plus grande liberté vis-à-vis des contraintes sociales, les évolutions observées jusqu’en 1800-1804 confirment l’idée d’un changement culturel amorcé dans les dernières années de l’Ancien Régime sous l’impulsion des élites sociales, puis favorisé et étendu à la société entière sous l’effet de la Révolution. Mais ensuite ? L’idée d’un retour en arrière sous l’Empire et la Restauration, effet d’un rétablissement de l’influence religieuse et de l’ordre moral, n’est-elle pas trop simple ? Il faut envisager aussi que la liberté de choix des prénoms puisse prendre une autre forme que l’ajout aux emprunts traditionnels, et aille jusqu’à la négation même de ces modes de transmission. Il est intéressant d’observer que sur 278 enfants n’ayant reçu qu’un prénom entre 1815 et 1825, 67 (soit 24%) n’ont pas été baptisés, et 70 (soit 25%) ont reçu des prénoms différents de ceux de leurs parents et parrains. Ces taux très supérieurs à ceux de l’ensemble des naissances semblent indiquer que le prénom unique ne manifeste pas seulement un renoncement à la liberté de choix, mais peut constituer aussi, lorsque ce prénom est choisi hors de tout héritage familial, une prise de liberté à l’égard du système plus radicale encore que le simple ajout. Explication alternative aux taux élevés de prénoms uniques observés en fin de période, l’hypothèse pourrait être confirmée par le succès inattendu de cette forme de prénomination parmi la population ouvrière, peu suspecte de traditionalisme au vu de nombreux autres indicateurs. De toute évidence, le nombre de prénoms attribué ne peut suffire à évaluer dans le système de prénomination le rapport entre contrainte et liberté, encore moins identification et individualisation, toutes ces notions mettant en cause également l’évolution du stock et les critères de choix.

Evolution du stock

22Sur une période donnée, le stock est l’ensemble des prénoms utilisés pour la prénomination de tous les enfants de la période. Ses variations constituent un indicateur de la diversité des prénoms, donc de la latitude de choix offerte aux familles, mais aussi de leur aptitude à l’originalité ou à l’innovation.

23Comme le montre le graphique ci-dessous, le fait le plus marquant est l’accroissement considérable du stock : de 182 prénoms pour les deux sexes en 1775, on passe à 319 prénoms en 1825, soit une augmentation de 75% en cinquante ans. La progression est constante, avec une pointe en 1790- 1794 due en grande partie à l’enrichissement momentané du corpus par les prénoms républicains, et qui affecte davantage les prénoms masculins. Sur l’ensemble de la période, la progression est plus régulière et plus importante pour les prénoms féminins (114%) que pour les prénoms masculins (47%), ce qui détermine le deuxième fait marquant de la période, le renversement de l’écart entre les deux sexes : à partir de 1795-1799, le stock des prénoms féminins devient supérieur à celui des prénoms masculins, et le restera jusqu’en 1825.

VARIATION DU STOCK DES PRENOMS

VARIATION DU STOCK DES PRENOMS

24Le rapprochement de cet indicateur avec le nombre de prénoms attribués montre l’importance du concept de diversité. Sur la période étudiée, les filles ont reçu constamment en moyenne davantage de prénoms que les garçons. Mais le stock des prénoms féminins n’est devenu supérieur à celui des prénoms masculins qu’à partir de 1795-1799. On peut en déduire qu’avant la Révolution les prénominations des filles recouraient davantage aux mêmes prénoms que celles des garçons. À l’accroissement du stock des prénoms féminins correspond donc une diversité accrue, dont on devra rechercher les éléments dans l’étude des critères de choix. Mais d’un point de vue strictement quantitatif, un enrichissement aussi considérable du stock sur une période aussi courte s’explique avant tout par l’effet des apparitions et des disparitions de prénoms.

25Seule l’observation de l’ensemble du stock permet d’apprécier ces mouvements à leur juste mesure. Afin de limiter la prise en compte de variations à court terme dans les deux sens, un délai de dix ans a paru nécessaire pour considérer un changement comme significatif. Les apparitions ou réapparitions concernent donc des prénoms totalement absents du corpus avant 1785 et apparaissant par la suite, les disparitions concernent des prénoms présents dans le corpus avant 1785 et totalement absents après 1815. Entre ces deux dates, des variations concernant une seule période de cinq ans sont considérées comme aléatoires, et ne sont donc pas prises en compte.

  • 14 Voir annexe 4.
  • 15 Voir en particulier J. Dupâquier (dir.), Le temps des Jules, les prénoms en France au xixe siècle,(...)

26Les disparitions sont très peu nombreuses : trois prénoms féminins seulement, et quinze prénoms masculins14. Elles sont temporaires dans la plupart des cas, puisque à l’exception de deux seulement, Leu et Frambour, tous ces prénoms réapparaissent dans le corpus des enquêtes concernant le xixe siècle15. On remarque la forte connotation religieuse des prénoms masculins disparus, où figurent les saints patrons des paroisses d’Ivry (Frambour) et de Thiais (Leu), ainsi que bon nombre de papes évêques et abbés, dont la notoriété récente semble plus fragile que celles des saints et martyrs les plus anciens. Deux disparitions semblent directement liées au contexte, celle de Maximilien après 1809 et celle de François de Paule, un prénom porté dans la famille des marquis d’Ormesson et qui, après la Révolution, n’est plus attribué dans la population de Chennevières, Noiseau et Ormesson. Hormis le fait qu’Opportune et Radegonde sont des saintes d’origine médiévale, donc de notoriété assez récente, les disparitions de prénoms féminins n’appellent aucun commentaire particulier.

  • 16 Voir annexes 5 et 6.

27Les apparitions de prénoms sont en revanche extrêmement nombreuses: sur les 323 prénoms féminins utilisés entre 1775 et 1825, 212 ne figuraient pas dans le stock avant 1785 ; de même, sur les 340 prénoms masculins utilisés durant cette période, 201 sont apparus après 1785. L’étude de cet enrichissement du stock par périodes de cinq ans16 montre la permanence de ce mouvement : chaque période voit apparaître au moins une trentaine de prénoms nouveaux, c’est-à-dire n’ayant jamais figuré dans le stock depuis 1775.

28Le graphique ci-dessous met en évidence la période 1790-1794, de loin la plus féconde avec 26 nouveaux prénoms pour les filles et 33 pour les garçons, sans tenir compte des prénoms républicains attribués en l’an II, qui feront l’objet d’une étude séparée. Comme le suggérait l’évolution du stock utilisé à chaque période, l’apport de prénoms nouveaux est plus régulier et plus conséquent pour les filles que pour les garçons. Les deux indicateurs sont donc étroitement liés.

APPARITIONS DE PRENOMS

APPARITIONS DE PRENOMS
  • 17 Voir annexe 7.
  • 18 Voir J. Dupâquier (dir.), Le temps des Jules..., ouvr. cité, p. 46-63.

29Ces nouveautés connaissent ensuite des évolutions très variables : sur les 168 prénoms féminins apparus entre 1785 et 1815, 77 seulement (46%) figurent encore dans le stock entre 1815 et 1825 ; sur les 170 prénoms masculins apparus dans le même temps, 48 seulement (28%) sont encore utilisés après 1815. Si on fait abstraction des prénoms républicains de l’an II, l’écart entre les deux sexes diminue, mais les proportions de créations « durables » n’augmentent guère : 51% chez les filles, 37% chez les garçons. Quelques prénoms, portés par un évident phénomène de mode, connaissent jusqu’à 1825 une progression spectaculaire qui semble devoir se poursuivre par la suite. C’est le cas par exemple de Virginie, Caroline, Augustine, Clémence ou Élisa pour les filles, Alphonse, Adolphe, Eugène ou Jules pour les garçons17. Mais la plupart ont un nombre d’occurrences très modeste et limité dans le temps. Visiblement, ils n’ont pas vocation à être transmis ni à identifier, mais au contraire à singulariser ceux et celles qui les ont reçus, comme le confirme leur présence fréquente en deuxième ou troisième position. On les retrouve le plus souvent avec un petit nombre d’occurrences parmi les prénoms dits « de rang 2 » ou « de rang 3 » dans l’enquête des 3 000 familles18, tout au long du xixe siècle.

  • 19 A. Burguière, « Un nom pour soi. Le choix du nom de baptême en France sous l’Ancien Régime (xvie-x (...)
  • 20 Les 58 enfants concernés se répartissent dans toutes les communes, avec des écarts assez proches d (...)
  • 21 Sur les 58 enfants concernés, six ont reçu ce prénom de leur père, seize de leur parrain ou marrai (...)

30L’écart entre prénoms féminins et masculins n’est pas seulement quantitatif. Les deux typologies sont également très différentes. Les nouveaux prénoms masculins sont en majorité des noms de saints, donc parfaitement acceptables au baptême, même si certains d’entre eux, rares ou depuis longtemps inutilisés, semblent remis au goût du jour par leur consonance ou leur contenu : référence à l’Antiquité (Cassien, Fabius, Flavien), au Moyen Âge (Arnould, Geoffroy, Olivier), influences étrangères (Gustave, Edouard, Stanislas). La recherche de noms de saints rares ou à la consonance inhabituelle, comme Agoard, Aglibert, Badilon ou Philéas ne répond-elle pas à une recherche d’originalité ? Un afflux important de prénoms tirés de l’Ancien Testament peut révéler dans un état civil laïcisé la présence de familles protestantes, qui utilisent fréquemment ces prénoms théoriquement bannis par l’Église post-tridentine19. Mais il peut résulter aussi, plus simplement, d’un attrait pour des prénoms rarement utilisés jusqu’alors et à la sonorité un peu « exotique ». L’éparpillement géographique20 et la rareté des transmissions21 plaident plutôt pour la deuxième hypothèse. Nettement minoritaires, les prénoms étrangers au martyrologe chrétien ont des origines diverses. Les références antiques (Achille, Ulysse, Polynice) y côtoient les influences étrangères (Jesse, Koenig) ou des prénoms construits à partir de qualificatifs (Désiré, Fortuné, peut-être Eman, réduction phonétique de « aimant » ?) ou de noms communs, un peu dans l’esprit du calendrier républicain (Francisque, Hermine). Parmi les quelques curiosités restantes et dont la signification nous échappe souvent (Olinde, Balaguère), signalons un Dorothe, cas unique de « masculinisation » d’un prénom féminin. Mais l’originalité reste dans l’ensemble très minoritaire. L’élargissement du stock des prénoms masculins se fait pour l’essentiel dans le cadre du martyrologe chrétien. Il en va tout autrement pour les filles : si certaines nouveautés ne sont en fait que des prénoms anciens momentanément inutilisés (Adèle Barbe, Luce par exemple), une large majorité apparaissent comme de véritables innovations et présentent des caractères originaux. On voit ainsi apparaître en tant que prénoms d’anciens diminutifs, tels que Jeannette, Annette ou Nanette. Les variantes se multiplient : à partir d’Élisabeth apparaissent Élisa, Élise, Lisa, Lise; à partir de Céline, on trouve Célina et Célinie; à partir de Flore, Florine et Floride... Mais le phénomène le plus marquant est la création de prénoms féminins à partir de prénoms masculins déjà existants, par l’adjonction d’un suffixe (ie, ine, ette). Ainsi se multiplient les Alber- tine, Pascaline, Sébastienne, Ambroisie, Guillaumette, etc. On trouve même une Toussine, surprenante féminisation d’un prénom envisagé d’un point de vue strictement phonétique, sans aucun égard pour sa signification religieuse, et qui montre à quel point ces créations de prénoms, tout comme celles des variantes, relèvent souvent d’une démarche purement esthétique. On retrouve en grande partie dans ces nouveaux prénoms les mêmes sources d’inspiration que pour les garçons : l’Antiquité (Ida, Olympe, Palmyre), les qualités morales (Fortunée, Prudente, Prospère), des consonances étrangères (Jenny) souvent teintées d’exotisme (Mélina, Zaïre, Zélia, Zulma). Les prénoms d’origine biblique y sont plus rares (deux seulement, Esther et Sara), mais le retour de certains noms de saintes semble parfois répondre à un souci d’originalité (Avoye, Basilide) et s’accorde le plus souvent avec les sonorités à la mode (Adeline, Lussine, Félicie par exemple). Comme pour les garçons, quelques prénoms demeurent inclassables et inexplicables : Cléo- phile ou Philogain par exemple, étrangers ou martyrologe, ont sans doute une référence ou une signification, mais celle-ci nous échappe totalement. L’accroissement du corpus des prénoms féminins se réalise donc en grande partie en dehors du martyrologe chrétien, par la création de nouveaux prénoms obtenus en modifiant les anciens. Cette prise de liberté à l’égard du corpus traditionnel a pour conséquence directe d’en modifier les caractères dominants dans le domaine de la forme et de la sonorité. Mais elle pose également le problème de la réaction de l’Église face à des prénoms qui ne sont pas des noms de saints, même s’ils en dérivent souvent, et sortent ainsi des critères de la normalité.

Forme et sonorité

31Pas plus que le choix d’un contenu idéologique, celui de la sonorité d’un prénom ne saurait être gratuit et dépourvu de signification. Une étude phonologique approfondie pourrait mettre en évidence de multiples relations entre les sonorités et les attitudes que révèlent leur choix. Même si ces associations peuvent paraître arbitraires et parfois discutables, la force de suggestion de certains types de sons est évidente, surtout lorsqu’ils sortent de la typologie courante. Ainsi, on ressent aisément le caractère « étranger » ou même « exotique » de prénoms contenant certains sons : des consonnes inhabituelles (k, w, z ou x par exemple), certaines diphtongues (oa, ia, oé, aé) ou des terminaisons (a, ia, y), ou les consonnes finales prononcées, comme dans im ou ior par exemple, et plus encore la combinaison de ces divers éléments comme dans Zélia, Zulma, Joachim ou Melchior. Mais l’image d’un prénom est également liée à la nature et à la combinaison des éléments phoniques qui le composent. Ainsi l’utilisation de consonnes sourdes ou sonores, occlusives ou nasales, détermine à l’audition des impressions différentes et suggère des représentations mentales : force, douceur, austérité, sensualité, agressivité par exemple. Patrick et Emmanuel ne relèvent pas des mêmes choix en la matière, de même qu’Esther, Guillaumette et Léonie. Au-delà de cette perception sommaire, le relevé précis des évolutions phonologiques de la période et leur interprétation exigeraient la compétence d’un linguiste, c’est pourquoi nous avons renoncé à l’entreprendre. Toutefois, deux phénomènes marquants de la période méritent d’être signalés : la multiplication des terminaisons en ie et ine pour les prénoms féminins, et la tendance à l’allongement des prénoms pour les enfants des deux sexes.

PRENOMS FEMININS TERMINES EN IE ET INE (%)

PRENOMS FEMININS TERMINES EN IE ET INE (%)

32Le graphique ci-dessus montre que la progression des terminaisons en ie et ine est constante et régulière, avant même la Révolution. Le prénom Marie n’y est pas pris en compte, afin de valoriser la notion de choix esthétique, dont il ne relève sans doute que faiblement. La progression est identique pour les deux valeurs observées, qui sont multipliées par trois en cinquante ans. Le principal facteur d’évolution est l’apparition, durant cette période, de nombreux prénoms féminins composés à partir de prénoms masculins avec ajout d’un suffixe, mais il n’explique pas tout. Certains prénoms empruntés à d’autres sources d’inspiration, comme Virginie, Sylvie ou Aspasie, ne sont pas des féminisations, de même que les variantes de prénoms féminins, telles que Lucie, Célinie ou Cornélie. Il faut donc admettre le succès grandissant de terminaisons qui, du seul fait de leur sonorité, s’imposent de plus en plus comme un attribut de la féminité.

TAUX DE PRENOMS TRISYLLABIQUES

TAUX DE PRENOMS TRISYLLABIQUES

33L’allongement des prénoms se matérialise par l’attribution de prénoms trisyllabiques ou quadrisyllabiques. Sont considérés comme tels les prénoms comportant trois ou quatre syllabes effectivement prononcées, donc sans prise en compte des finales muettes : Célinie est trisyllabique, mais pas Céline. Le graphique ci-dessus fait apparaître une progression régulière pour les deux sexes : de 33 à 46 % pour les filles, 10 à 16 % pour les garçons.

34L’écart important entre les deux courbes s’explique partiellement par l’afflux de prénoms féminins composés à partir de prénoms masculins augmentés d’un suffixe, donc forcément plus longs. Mais cette explication ne peut suffire, puisque la longueur des prénoms masculins tend à augmenter elle aussi, et que bien des prénoms féminins ont une toute autre origine, comme Isabelle, Églantine ou Athénaïse. Bien sûr, les prénoms trisyllabiques existaient bien avant la Révolution, c’est donc la fréquence de leur utilisation qui constitue le fait nouveau. Cette évolution exige l’acceptation de la complication relative que représente à l’usage l’allongement des prénoms. Elle témoigne peut-être ainsi d’une élévation du niveau de culture générale. Mais l’adhésion à un goût nouveau pour des formes plus complexes et plus esthétisantes révèle surtout l’importance reconnue à la sonorité du prénom par rapport à son caractère pratique et à sa fonction sociale, un rééquilibrage partiel entre utilité et gratuité.

Nouveauté et normalité

35Pouvait-on donner à un enfant un prénom original ou étranger au martyrologe sans susciter de réactions dans son entourage, sans qu’il soit jugé ridicule ou inconvenant ? L’adéquation s’apprécie par rapport à des normes sociales, soit consacrées par l’usage, soit imposées par les institutions, dont la transgression peut entraîner le conflit ou la marginalisation. Ces normes ne sont pas établies une fois pour toutes : elles peuvent évoluer, soit du fait d’une volonté politique, soit sous la pression de la pratique quotidienne, soit de la conjonction des deux. L’étude des prénoms en fournit quelques exemples.

36L’attribution à un enfant d’un prénom appartenant habituellement au sexe opposé est au xviiie siècle une pratique assez courante. Elle résulte le plus souvent de la transmission pure et simple de son prénom par un parrain ou une marraine, sans chercher à l’adapter au sexe de l’enfant, alors que dans une majorité de cas cette possibilité existait. Un tel choix atteste clairement d’une volonté de privilégier le principe de la transmission par rapport à celui de l’individualisation de l’enfant. Dans cette pratique encore minoritaire durant la période étudiée, Marie pose un problème particulier. La fréquence relative de son attribution à des garçons est sans doute la conséquence de sa position dominante dans le corpus des prénoms féminins, donc parmi les marraines des garçons baptisés. Cette fréquence est en partie contredite par son positionnement dans les prénominations : sur 365 garçons ayant reçu ce prénom, 46 seulement l’ont en première position, preuve qu’il est rarement destiné à être porté. Pour les autres prénoms, le phénomène est très minoritaire et essentiellement féminin. Sa disparition progressive montre que l’attribution d’un prénom masculin à une fille est de moins en moins concevable, une évolution peut-être modeste, mais significative de la progression d’idées nouvelles : l’adéquation du prénom à la personnalité de l’enfant, l’exigence de l’individualisation, la reconnaissance d’un statut féminin.

  • 22 A. Burguière, « Un nom pour soi... », ouvr. cité, p. 40, rappelle ce rôle du prénom comme « médiat (...)
  • 23 Voir annexe 8.

37Le choix de prénoms étrangers au martyrologe pose un double problème, culturel dans la mesure où il rompt avec les usages traditionnels, religieux du fait que ces prénoms ne sont pas, en principe, autorisés au baptême. Le recensement de ces prénoms est toujours délicat : faut-il ranger parmi les prénoms admis, ceux qui dérivent de noms de saints mais avec d’importantes modifications, à commercer par les féminisations si fréquentes durant la période étudiée ? La confrontation de l’état civil avec les registres de catholicité nous apporte une réponse : l’effet immédiat de la progression de ces prénoms est un décalage de plus en plus profond entre les deux systèmes de prénomination. Le nombre des remplacements, omissions ou rectifications orthographiques dans les actes de baptême atteste que, dans un premier temps au moins, les curés des paroisses ont refusé ces prénoms, conformément aux statuts synodaux prescrivant de placer « les filles sous le patronage d’une sainte et les garçons sous le patronage d’un saint22 ». Nous les avons donc intégrés à la liste des prénoms étrangers au martyrologe23.

38L’Église elle-même n’a pas eu à cet égard la même attitude en tous temps et en tous lieux, puisque bien avant la Révolution, certaines personnes ont été baptisées avec des prénoms non admis, notamment inspirés de la mythologie ou de l’histoire antique. César ; Pompée, Olympe ou Aglaé sont déjà portés parmi les notables de certaines paroisses, par quelques enfants nés avant la Révolution ou par leurs parents. Cette prise de liberté envers les usages et les prescriptions de l’Église était alors assez rare et constituait un privilège des classes les plus favorisées. Avec la Révolution, le phénomène s’amplifie, et surtout s’étend à toutes les classes sociales.

39Comme le montre le graphique ci-dessous, le phénomène est essentiellement féminin, puisque sur les 662 enfants concernés, 628 sont des filles, soit près de 95%. L’écart est très supérieur à celui qu’on pouvait attendre au vu de la liste des prénoms étrangers au martyrologe, qui comprend 123 prénoms féminins (84%) et 22 prénoms masculins (16%). Ainsi les prénoms féminins de cette catégorie sont non seulement plus nombreux, mais également plus fréquemment utilisés, ce qui s’explique par la vague des créations de prénoms spécifiquement féminins, en grande partie étrangers au martyrologe. La progression numérique est constante, et connaît deux périodes d’accélération, l’une pendant la Révolution, l’autre en 1810-1814. L’ampleur du phénomène impose une recherche sur les donneurs de ces prénoms, acteurs privilégiés du changement culturel.

TAUX DE PRENOMS ETRANGES AU MARTYROLOGE CHRETIEN

TAUX DE PRENOMS ETRANGES AU MARTYROLOGE CHRETIEN

40L’étude géographique ne suggère aucune explication d’ordre structurel : ni la taille des communes, ni leur profil sociologique, ni leur éloignement de Paris ne semblent déterminants. Le seul écart significatif à la moyenne touche Saint-Rémy et Trappes, des communes dont la forte ruralité et l’isolement relatif ne favorisent sans doute pas l’innovation. À l’inverse, les taux relativement élevés semblent toucher des communes dont nous avons déjà signalé le détachement, pour des raisons diverses, à l’égard de l’autorité religieuse : Gennevilliers, Aulnay, Sevran, Thiais. Mais ce ne sont pas nécessairement celles qui ont connu la plus intense activité révolutionnaire.

41L’étude socioprofessionnelle montre une répartition entre les différents groupes assez proche de celle de l’ensemble des naissances. Quelques écarts méritent d’être relevés, même s’ils sont modestes : la sous-représentation des ruraux, contrepartie d’une légère sur-représentation des trois autres groupes de catégories, correspond à un schéma souvent rencontré pour d’autres indicateurs. L’évolution dans le temps, si elle comporte une grande part de variations aléatoires, montre clairement le rôle d’avant-garde des classes dirigeantes : avant la Révolution, elles ont donné 19% des prénoms étrangers au martyrologe, un taux six fois supérieur à celui de leur représentativité dans la population. Ce décalage important disparaît avec la Révolution, alors que le phénomène inverse se produit pour les ruraux, très fortement sous- représentés avant 1790. L’effet majeur de la Révolution est donc bien le rééquilibrage de la répartition socioprofessionnelle : un comportement innovant ou contestataire, qui était au xviiie siècle le privilège d’une minorité socialement et culturellement favorisée, s’étend à l’ensemble de la société.

42Une pratique qui touche à partir de 1810-1814 plus de 10 % des naissances et se répand dans toutes les classes sociales ne peut plus être considérée comme marginale, même si elle demeure minoritaire. Elle franchit ainsi le seuil de la normalité, dont elle remet en cause et modifie en même temps les critères et les mécanismes. Elle incite à s’interroger sur la force réelle des pouvoirs constitués, et notamment celui d’une Église affaiblie à la fois par les changements institutionnels et par l’irruption d’idées nouvelles, en contradiction avec ses préceptes et sa morale. Elle montre enfin une évolution sensible du rapport entre règles de transmission et latitude de choix, entre contrainte sociale et liberté individuelle.

Références et critères de choix

43Les raisons d’un choix sont propres à son auteur. Sauf déclaration explicite, exclue dans les sources utilisées ici, elles ne sont connues que de lui seul. L’historien ne peut spéculer sur les états d’âme. Il doit reprendre le processus à contresens et partir des choix existants pour en dégager quelques règles et tenter d’en comprendre les mécanismes, en s’appuyant à la fois sur les données statistiques et sur les pratiques culturelles dont il a déjà connaissance. Cette étude part donc logiquement des principaux types de choix connus : l’inspiration religieuse, l’influence du contexte politique ou de la production littéraire et artistique, l’emprunt des prénoms aux parents ou aux parrains. Il ne s’agit pas seulement d’évaluer l’importance respective des différents critères de choix ou d’en suivre l’évolution, mais aussi d’observer comment ils peuvent être associés dans des formules de prénomination, et constituer un système où s’affrontent - mais coexistent - contrainte et liberté, tradition et innovation.

Jean, Marie et autres saints

  • 24 B. Garnot, Les prénoms populaires à Chartres au xviiie siècle, ouvr. cité, p. 6.
  • 25 Voir annexe 9.

44Avant la Révolution, deux filles sur trois s’appellent Marie. Ce prénom figure le plus souvent en première position, mais sa disparition fréquente dans les actes montre qu’il est peu utilisé comme prénom usuel. Son choix n’est sans doute pas une manifestation directe du culte mariai mais plutôt, comme le suggère Benoît Garnot24, une simple « habitude socialisée », signe de reconnaissance, symbole de l’intégration de l’enfant à la communauté des chrétiens. Cependant, même dans ce cadre, il paraît difficile d’en nier l’inspiration religieuse. Celle-ci est confirmée par l’importance, derrière Marie, des prénoms Anne, Marguerite et Geneviève, trois saintes particulièrement célébrées dans la région25. Louise, Françoise et Jeanne connaissent un succès sans doute lié à celui de Jean, Louis et François, trois des prénoms les plus souvent attribués aux garçons. Le phénomène de concentration est alors très fort, puisque entre 1775 et 1789 les cinq premiers prénoms féminins représentent à eux seuls 52 % des attributions, et les dix premiers près de 70%.

  • 26 Voir annexe 10.

45La répartition des prénoms masculins présente, de manière légèrement atténuée, les mêmes caractères26. Jean y prédomine, mais moins largement que Marie pour les filles, puisque 36% des garçons nés avant 1790 reçoivent ce prénom. Viennent ensuite Pierre, François et Louis, nettement devant tous les autres prénoms, parmi lesquels Baptiste apparaît le plus souvent associé à Jean. Les cinq prénoms les plus utilisés représentent 49 % des attributions et les dix premiers 66%, des valeurs sensiblement inférieures à celles observées chez les filles. On peut voir une confirmation de la vigueur du culte mariai dans la fréquence du prénom Marie, qui entre en 1785-1789 parmi les dix prénoms masculins les plus attribués, et n’en sortira plus par la suite.

46À partir de la Révolution, on observe tout d’abord une forte diversification des choix. Pour les deux sexes, l’importance des principaux prénoms décroît constamment : de 55% à 34% des attributions pour les cinq premiers prénoms et de 74% à 47% pour les dix premiers chez les filles ; de 49% à 37% pour les cinq premiers prénoms et de 66% à 51% pour les dix premiers chez les garçons. Moins marquée à l’origine, la concentration des prénoms masculins diminue moins vite et moins fortement que celle des prénoms féminins. Ces variations importantes paraissent liées à l’élargissement du stock par l’apparition de nouveaux prénoms, en particulier pour les filles. Toutefois, l’évolution n’est pas seulement quantitative : la liste des prénoms les plus attribués subit dans le même temps des transformations très significatives.

47Pour les prénoms masculins, une impression de stabilité résulte du maintien des mêmes prénoms aux quatre premières places tout au long de la période. Leur perte d’influence n’en est pas moins réelle, notamment pour Jean qui perd 44 % de son influence (voir graphique ci-dessus) au point de céder la première place à Louis à partir de 1810-1814. Ensuite, le renouvellement du corpus et les effets de mode se matérialisent : audiences variables (Étienne, Antoine), reculs (Denis, Jacques, Nicolas) ou progressions rapides (Victor, Alexandre) modifient la liste à chaque période.

48Pour les prénoms féminins, les transformations sont encore plus spectaculaires. Marie perd en cinquante ans 60 % de son audience (voir graphique ci-dessous), passant de 31 % à 12 % des attributions, et ne doit de conserver la première place qu’au recul simultané des prénoms qui le suivent. Anne, Geneviève et Marguerite, qui représentaient ensemble 18% des prénoms attribués en 1775-1779, tombent à moins de 7% en 1820-1825. Anne disparaît dès 1810-814 de la liste des dix prénoms les plus utilisés. Louise et Françoise conservent une audience constante, l’un sans doute stimulé par le retour à la mode du prénom Louis, l’autre par sa reconversion en prénom à connotation patriotique à partir de la Révolution. Ensuite, comme pour les prénoms masculins, la liste varie d’une période à l’autre, en fonction des reculs (Jeanne, Madeleine), et des progressions (Joséphine, Augustine, Virginie).

49Ce n’est certainement pas un hasard si les prénoms à forte connotation religieuse sont les plus touchés par les effets de l’accroissement du corpus et de sa diversification. Les exemples en sont nombreux : aux reculs spectaculaires de Jean et Marie, il faut ajouter ceux d Anne et Jean Baptiste, mais encore, bien qu’à une moindre échelle, ceux des noms des archanges (Michel, Gabriel), des évangélistes (Mathieu) ou des saints patrons des paroisses. L’influence de la Révolution paraît ici déterminante : recul de l’emprise religieuse sur la vie familiale, attrait de nouvelles sources d’inspiration, stimulé par le contexte idéologique et la vie culturelle, ouverture des villages sur l’extérieur. Dans la mesure où les références religieuses ont longtemps dominé le système de prénomination, le renouvellement des critères de choix ne pouvait s’opérer qu’à leur détriment.

Les noms des souverains

50Donner à son enfant le prénom du roi ou d’un membre de sa famille doit-il être considéré comme un acte d’allégeance, ou même d’adhésion au principe de la monarchie ? Ce n’est pas la seule interprétation possible. Au-delà de la simple familiarité avec des prénoms souvent entendus et généralement respectés, on peut supposer que le roi et sa famille constituent, de par leur fonction même, une « référence » au sens strict du terme, et que l’attribution d’un prénom appartenant aux personnages les plus hauts placés peut être de bon augure pour l’enfant qu’on baptise. L’expérience montre pourtant que les noms des rois connaissent des fortunes diverses, selon leur degré de popularité ou les fluctuations de la mode.

  • 27 Voir annexe 11.
  • 28 Voir annexe 11.

51Louis est le nom des rois de France depuis le début du xviie siècle. À l’attrait qu’il peut présenter à ce titre s’ajoute un effet cumulatif lié à la transmission du prénom par les parents et parrains depuis plusieurs générations. À la veille de la Révolution il est, avec près de 10% des attributions, un des prénoms les plus attribués. Contre toute attente, la Révolution n’affaiblit pas son audience. Une étude par année27 montre tout juste un léger fléchissement en 1794, où le taux descend à 7,9%. Sur toutes les autres années, il est supérieur à 10% et connaît même un succès inattendu en 1792, avec 14,3% des prénoms attribués dans l’année (graphique ci-dessous). Si les sentiments exprimés par les membres de la société républicaine de Pinsac ou le citoyen Obrumier28 ont sans doute été partagés par certains républicains d’Île-de-France, il s’est trouvé pendant toute la durée de la Révolution, puis jusqu’en 1825, des citoyens que ce prénom ne saisissait pas « d’horreur et d’effroi », partie non négligeable d’une opinion publique très partagée.

  • 29 Voir en particulier à ce sujet : L. Hunt, Le roman familial de la Révolution française, Paris, 199 (...)

52L’association de prénoms Marie Antoinette n’a pas connu un succès comparable. Avec seulement 54 occurrences en cinquante ans, elle ne dépasse jamais 1% des prénoms attribués. Moins ancrés dans la tradition que Louis, les prénoms de la reine ont très certainement souffert de sa forte impopularité dans l’ensemble du pays29. Comme pour Louis, une légère hausse dans la deuxième moitié du demi-siècle pourrait être considérée comme une manifestation d’attachement à la monarchie. Mais on peut également envisager, a contrario, que la disparition du couple royal, puis la fin de la Révolution, aient levé toute ambiguïté dans ce domaine et débarrassé ces prénoms de leur connotation politique, ce qui a permis de les donner plus facilement, sans crainte ni arrière-pensée.

  • 30 Voir à ce sujet: J. Tulard, L’anti-Napoléon, la légende noire de l’Empereur, Paris, 1965, p. 9-12, (...)

53De tous les noms des souverains, Napoléon est celui qui a été le moins attribué : 7 occurrences seulement entre 1804 et 1812. L’insuffisance de la durée du règne et la sonorité inhabituelle de ce prénom ne suffisent pas à expliquer une telle désaffection. Il faut également invoquer l’impopularité de l’empereur dans un milieu rural très touché par la crise économique et les levées d’hommes30.

54Les prénoms des impératrices n’ont pas subi le même rejet. Joséphine, très rare en début de période (0,2 % des prénoms donnés en 1775-1779), connaît ensuite une progression constante. La nette accélération de cette hausse en 1805-1809, entre son sacre et sa répudiation, témoigne d’une influence qui n’est pas forcément la preuve d’une adhésion politique. La notoriété du personnage a pu contribuer à faire connaître le prénom, mais si son succès a survécu au règne de l’éphémère impératrice, il le doit sans doute à un phénomène de mode et à l’attrait des terminaisons en ine. L’influence de Marie Louise est impossible à apprécier. L’association des deux prénoms les plus fréquemment donnés, déjà bien avant la Révolution, ne peut guère connaître d’évolutions clairement imputables au contexte politique.

55À l’exception de Louis, bien ancré dans la longue durée, et dans une moindre mesure de Joséphine, en partie bénéficiaire d’un effet de mode, les souverains français n’ont que modestement influencé l’attribution des prénoms. Durant la période révolutionnaire, les personnalités politiques n’y sont pas davantage parvenues, à en juger par le nombre infime des Maxi- milien, Georges ou Camille. Curieusement, le premier quart du xixe siècle connaît un afflux, modeste mais significatif, de prénoms empruntés aux monarques étrangers : Adolphe, Amédée, Emmanuel, Frédéric, Guillaume, Gustave, Léopold, Stanislas... Dans la mesure où elle est volontaire, la démarche est intéressante, car à l’idée de donner le nom d’un roi s’ajoute l’attrait d’une influence étrangère. Toutefois, il n’est plus question ici d’adhésion ou d’identification, mais au contraire de singularité et d’originalité. En fait, la signification de ces choix relève moins de leur contenu que de leur processus. Il semble que les souverains, et plus généralement les personnalités politiques de premier plan, ne suscitent guère d’attributions de prénoms par attachement à leur personne, leur fonction ou leur action. Simplement, leur notoriété contribue à faire connaître les prénoms qu’ils portent, laissant à chacun la possibilité de s’en saisir ou non, selon des besoins ou des motivations tout à fait autres. S’ils constituent une source d’inspiration, ils semblent être de moins en moins, au sens strict du terme, une référence.

Arts et lettres, vertus et sentiments

56L’emprunt des prénoms à la production littéraire et artistique est difficile à appréhender. Les choix n’étant jamais explicités, on ne peut procéder que par rapprochement, ce qui entraîne approximations et incertitudes. Tout d’abord, la relation entre l’œuvre et le donneur du prénom n’est jamais prouvée. On peut appeler son fils Adolphe sans avoir lu le roman de Benjamin Constant, ni même en connaître l’existence. De plus, nous raisonnons à partir de notre propre système de références, c’est-à-dire de la connaissance que nous avons aujourd’hui de la production littéraire de l’époque. La marge d’erreur est importante dans les deux sens : un lien peut nous échapper simplement parce que nous avons perdu la trace d’une œuvre ou de ses représentations ; inversement, un rapprochement peut nous paraître évident alors que l’œuvre était en réalité méconnue lorsque le prénom a été attribué. Peut-on retrouver dans chaque Clarisse l’héroïne du roman de Richardson, dont la traduction française par l’abbé Prévost remonte à 1748, dans chaque Herminie celle de la « Jérusalem délivrée », poème épique du Tasse écrit au xvie siècle ? Plus l’œuvre est ancienne, plus le rapprochement est incertain : ce n’est pas la date de sa création qui est importante, mais l’éventualité de sa diffusion dans la période étudiée. Certains cas ne posent aucun problème, comme celui d’Émile : le roman de Jean-Jacques Rousseau date de 1762, mais a bénéficié d’une nouvelle diffusion pendant la Révolution, ce qui explique la réapparition du prénom en 1794 et ses 27 occurrences dans les années qui ont suivi. De même, il semble évident que l’hommage rendu à Voltaire, concrétisé notamment par le retour de ses cendres au Panthéon en septembre 1791, a suscité la réimpression de ses écrits et la représentation de ses œuvres théâtrales, ce qui explique l’apparition de quelques Zaïre, Zulma ou Athénaïse...

  • 31 A. Croix et P. Scilbo, Brutus, Désir de la Paix et Jonquille..., ouvr. cité, p. 34-36.
  • 32 A. Tissier, Les spectacles à Paris pendant la Révolution : répertoire analytique, chronologique et (...)
  • 33 E. Kennedy, M.L. Netter, J. Mac Gregor and M. Olsen, Theater, Opera and Audience in Revolutionary (...)
  • 34 Voir en particulier : http://www.operone.de/index.html (revue de musicologie, site en allemand), h (...)
  • 35 Écho et Narcisse, drame lyrique de C.W. Gluck, livret de L.T. Von Tschudi, première représentation (...)

57Comment savoir avec précision ce qui a été lu, joué ou chanté durant la période étudiée ? Les recherches dirigées par Alain Croix et Pascale Scilbo sur la région nantaise ont bénéficié des archives du principal théâtre de la ville31. Il ne semble pas qu’une source d’une telle richesse soit accessible pour Paris. Le répertoire établi par André Tissier32 ne traite que les années 1789-1792, et ne fournit pas les noms des personnages des œuvres représentées. Celui d’un groupe de chercheurs de l’Université de Chicago33 couvre les dix années de la Révolution, mais n’indique pas non plus les noms des personnages. Pour les œuvres lyriques des sites internet proposent des informations plus complètes, comprenant notamment la liste des personnages et même parfois le texte du livret34, mais ne traitent qu’une partie des œuvres. À défaut d’un système de références précis et complet, le nombre et la chronologie pourraient une fois encore constituer des indications probantes, mais ce n’est guère le cas ici : non seulement les prénoms concernés, bien que nombreux, ont chacun un nombre réduit d’occurrences, mais certains d’entre eux peuvent également relever de modes de transmission ou de références multiples. Ainsi, Angélique renvoie à l’héroïne du « Roland furieux » de l’Arioste, mais c’est aussi une plante figurant au calendrier républicain, et le prénom d’Angélique Arnauld, abbesse de Port-Royal au xviie siècle. Il est admis par l’Église, puisqu’il figure dans le corpus sans interruption de 1775 à 1825. Narcisse, personnage de la mythologie grecque, est le héros d’un opéra de Gluck joué en 177935, mais aussi un saint évêque, et une fleur figurant au calendrier républicain. L’unique occurrence de ce prénom se situant en 1785, cette dernière hypothèse ne peut être retenue, mais il reste pour ce prénom trois sources d’inspiration possibles ! Nous sommes donc en présence d’un indicateur aux contours extrêmement imprécis, et dont une évaluation quantitative globale paraît irréalisable.

  • 36 Brutus, pièce de Voltaire, 1730.
  • 37 J.-L. David, Les licteurs rapportant à Brutus les corps de ses fils, 1789, Paris, Musée du Louvre.
  • 38 L’Île des esclaves, pièce de Marivaux, 1725.
  • 39 Euphrosine ou le tyran corrigé, opéra-comique d’E. Mehul, livret de F.B. Hoffmann, première représ (...)
  • 40 Paul et Virginie, opéra de R. Kreutzer, livret d’E. Favière, première représentation à Paris en ja (...)
  • 41 Paul et Virginie ou le triomphe de la vertu, drame lyrique de J.-F. Le Sueur, livret d’E. Dubreuil(...)
  • 42 Élisa ou le voyage aux glaciers du Mont Saint-Bernard, opéra de L. Cherubini, livret de V. R. Sain (...)
  • 43 Lucile, opéra d’A. Gretry, livret de J. F. Marmontel, première représentation à Paris en janvier 1 (...)
  • 44 Julie ou la nouvelle Héloïse, roman de J.-J. Rousseau publié en 1761, a été souvent réédité pendan (...)
  • 45 Le roman Adolphe, de Benjamin Constant, est publié en 1816. Le prénom figure dans le corpus depuis (...)

58L’importance de la production artistique pendant la Révolution témoigne de l’engagement politique des créateurs stimulés par l’événement, mais aussi de leur rôle actif dans la diffusion des idées nouvelles. L’exaltation d’un héros dont l’histoire présente un caractère exemplaire ou exprime les valeurs républicaines, peut s’exprimer à travers des formes d’art différentes. Brutus, fondateur de la république romaine et incarnation de l’intégrité politique, est le héros d’une pièce de Voltaire, souvent jouée pendant la Révolution36, mais aussi le personnage principal d’une célèbre toile de David37. Euphrosine, héroïne de la lutte contre l’esclavage, intervient dans une pièce de Marivaux38 mais aussi dans un opéra-comique de Méhul créé en 179039. Le succès d’une œuvre peut aussi créer une dynamique et susciter d’autres créations : l’engouement pour le roman Paul et Virginie, paru en 1787, n’est-il pas à l’origine des deux opéras composés par Kreutzer en 179140 et Le Sueur en 179441 ? Les vertus mises à l’honneur ne relèvent pas toujours de la vie politique, mais aussi de la vie domestique et de la sociabilité : innocence (Virginie), fidélité (Élisa)42, simplicité (Lucile)43, vertu et respectabilité (Héloïse)44.Les prénoms constituent un « effet retour », témoignage de l’efficacité du procédé : l’identification à un personnage n’implique-t-elle pas la reconnaissance de ses vertus et la volonté de les reproduire ? Ces différents prénoms connaissent après la Révolution des fortunes diverses. Pour les filles, seuls Virginie et dans une moindre mesure Héloïse connaissent une progression continue jusqu’en 1825, favorisée par une sonorité à la mode, mais aussi par le caractère romanesque d’une œuvre sans doute davantage diffusée que les écrits philosophiques ou politiques. Pour les garçons, le seul succès durable est celui d’Adolphe à partir de 181845. Les autres prénoms ont un nombre d’occurrences beaucoup plus réduit. Il reste à s’interroger sur la possible origine littéraire de prénoms à la sonorité particulièrement originale, sans référence apparente, mais dont on imagine mal qu’ils aient été totalement inventés par les donneurs : Clorise, Cléophile ou Balaguère, par exemple, sont peut-être des personnages d’œuvres qui n’ont pas été conservées.

59Si l’influence de la production littéraire et artistique sur la prénomination était déjà perceptible au xviiie siècle, elle était alors bien modeste, et limitée aux milieux socialement et culturellement favorisés. Avec la Révolution, elle prend une ampleur sans précédent, et surtout s’étend à toutes les classes sociales et à tous les milieux géographiques. Ainsi les 116 Virginie se répartissent entre dix communes ; 55 d’entre elles ont des parents paysans (47%), 45 des parents artisans ou commerçants (39%). Les 33 Élisa se répartissent également entre dix communes ; 18 d’entre elles ont des parents paysans (54%), 11 ont des parents artisans ou commerçants (33%). Dans les deux cas, les enfants issus des classes sociales favorisées sont très minoritaires. La même recherche sur Adolphe, Lucile ou Emile donne des résultats strictement comparables. Cet élargissement, à la fois important et durable, pose le problème du mode de transmission de l’information : pour qu’un jardinier d’Ormesson ou un manouvrier d’Aulnay donne à sa fille le prénom de l’héroïne d’une pièce de théâtre jouée à Paris et qu’il n’a probablement pas vue lui-même, il faut qu’il en ait entendu parler, ou qu’il connaisse quelqu’un ayant donné ou reçu ce prénom. Les modes de transmission peuvent être multiples. On pense bien sûr aux réunions publiques, aux fêtes, aux discours, enfin à la relation personnelle qui peut être déterminante : dans les mêmes communautés entre les élites cultivées et les autres classes sociales, dans un cadre géographique plus large entre citadins et ruraux, sédentaires et itinérants. Cela implique dans tous les cas une ouverture du milieu villageois sur l’extérieur, une aptitude accrue à la communication et à la transmission des idées et des connaissances, enfin la levée de barrières mentales, d’inhibitions et de préjugés, sans lesquelles une telle liberté d’expression n’aurait jamais été possible.

Le goût de l’antique: mode et idéologie

  • 46 Cité (sans référence de pagination) par C. Mossé, L’Antiquité dans la Révolution française, Paris1 (...)

60« Une tempête nouvelle, emportant les esprits dans un extrême contraire, a renversé l’édifice naissant de la Raison... Je veux parler de cette manie de citations et d’imitations grecques et romaines qui, ces derniers temps, nous ont comme frappés de vertige. Noms, surnoms, vêtements, usages, lois, tout a voulu être Spartiate ou romain ». Si ce jugement négatif porté par Volney en 1803 dans ses Leçons d’histoire46 donne bien la mesure des multiples manifestations du goût de l’antique, il en présente une vision réductrice, en associant dans un même processus une démarche politique et un phénomène de mode. Si le lien entre l’une et l’autre est incontestable, il est loin d’être aussi simple, et ramener l’esprit des lois ou leurs références anciennes au rang des usages vestimentaires est une manière d’en nier la signification politique.

61L’intérêt pour l’Antiquité grecque et romaine s’est manifesté bien avant la Révolution. Stimulé par le courant artistique néoclassique du xviiie siècle, mais aussi par les écrits des philosophes et par un enseignement universitaire appuyé sur les textes anciens, il imprègne fortement la vie publique, comme en atteste la production littéraire et artistique de la seconde moitié du siècle. On en retrouve la trace dans les prénoms jusque dans les villages d’Île-de-France, malgré le contrôle exercé par l’Église par l’intermédiaire du baptême. Rappelons tout d’abord que certains saints relèvent de l’histoire romaine ou présentent une homonymie avec de grands personnages de l’Antiquité. C’est le cas par exemple d’Auguste ou d’Alexandre, présents dans le corpus de 1775 à 1825, sans interruption, avec respectivement 124 et 162 occurrences. Mais les prénoms étrangers au martyrologe apparaissent eux aussi avant la Révolution. À Sucy par exemple, le seigneur du lieu s’appelle César Ginoux, le notaire se nomme Pompée Dufour, deux hommes nés dans la première moitié du siècle, en un temps où le goût de l’antique se limitait aux élites cultivées. Dans les villages étudiés ici, on trouve déjà entre 1775 et 1789 des enfants d’origine plus modeste gratifiés de prénoms comme Aglaé, César ou Hercule. Même s’ils ne représentent au total qu’une dizaine d’occurrences, ils constituent l’amorce d’un phénomène appelé à se développer considérablement par la suite.

  • 47 Socrate, pièce de Voltaire, 1759.
  • 48 J.-L. David, Socrate prenant la ciguë, 1787, New York, Metropolitan Museum of Art.

62La Révolution s’accompagne d’une floraison de références à l’Antiquité, voulue et organisée par le pouvoir politique. Le changement est qualitatif : à une simple mode limitée à la recherche d’une ambiance ou à l’évocation de personnages illustres par leurs exploits ou leur puissance, se substitue tout un système de références idéologiques, imposant l’image d’une société plus imaginaire que réelle, mais porteuse d’idéaux politiques, de valeurs morales, et jouant aux yeux des hommes du pouvoir comme de l’opinion publique le rôle d’un modèle. Les prénoms donnés aux enfants sont ceux de personnages incarnant ces valeurs, et dont toutes les formes de l’art décrivent la vie exemplaire : pièces de théâtre, œuvres lyriques, tableaux, mise en scène des fêtes révolutionnaires, s’ajoutent à d’innombrables citations ou références dans les discours des hommes politiques, diffusés par la presse et les réunions publiques. Le goût de l’antique n’est plus une mode, mais un engagement politique, et certains prénoms ont une charge symbolique si forte qu’ils se rangent résolument dans la catégorie des « prénoms républicains ». Brutus ou Mucius Scaevola rejoignent ainsi Marat et Le Peletier dans le groupe des personnages de référence. Cornélie y figure en tant que mère des Gracques, à qui elle est identifiée, plutôt que comme mère citoyenne exemplaire. Socrate y figure moins en tant que philosophe qu’en raison de sa fin héroïque, immortalisée par une pièce de Voltaire47 et un tableau de David48, qui le présentent comme une victime de la tyrannie et de l’intolérance. Athènes, conçue comme symbolisant l’idée de démocratie, va bien au-delà d’une simple recherche d’ambiance. Mais ces prénoms sont très rares, comme tous ceux de la catégorie : Brutus apparaît quatre fois, Cornélie deux fois, tous les autres une seule fois, et tous en l’an II. L’engagement politique ne se traduit dans le choix des prénoms que pour une frange extrêmement réduite de la population.

  • 49 Bélisaire, général byzantin accusé injustement de trahison, a fait l’objet d’un roman de Marmon- t (...)
  • 50 Aglaé, une des trois grâces, est un personnage d’Écho et Narcisse, drame lyrique de C.W. Glück (vo (...)

63Les autres personnages évoqués par les prénoms ont une moindre valeur démonstrative. Si quelques uns peuvent incarner des valeurs militaires (Achille, Fabius) ou domestiques (Octavie), la plupart n’ont d’autre qualité qu’une notoriété issue de l’histoire ou de la littérature : empereurs (Octave, Sévère, Justinien), personnages mythologiques incarnant la force (Hercule) ou la beauté (Adonis), personnages mis en scène dans la production littéraire ou artistique (Bélisaire49, Aglaé50). Aucun d’eux ne suscite un véritable phénomène de mode. La plupart ne comptent qu’une ou deux occurrences, à l’exception de ceux qui existaient déjà avant la Révolution : Aglaé, Achille, César, Olympe. Sur les 53 attributions relevées de ces prénoms, quatre seulement sont antérieures à 1789, douze ont lieu pendant la Révolution, 37 entre 1800 et 1825.

  • 51 C. MossÉ, L’Antiquité dans la Révolution française, ouvr. cité, p. 140.

64Le phénomène touche toutes les communes, à l’exception de Noiseau et avec une faible représentation de Saint-Rémy et Trappes, ce qui confirme le lien étroit entre l’isolement géographique et la faible réceptivité aux influences. Tous les milieux sociaux sont représentés, y compris les métiers de l’agriculture et les catégories les moins favorisées, puisqu’on y trouve des journaliers, manouvriers, voituriers, et un conducteur de bœufs... La transmission par les parents et parrains est très minoritaire : huit cas seulement sur 53 enfants, très localisés sur les dernières années de la période. Ces prénoms assez librement choisis tendent à perdre progressivement leur importance. Trois sur quatre sont en première position avant 1789, sept sur douze pendant la Révolution et seulement huit sur 37 après 1799. De plus, aucun enfant ne reçoit deux prénoms de cette catégorie. On retrouve donc ici toutes les caractéristiques du phénomène de mode : une extension progressive à tous les lieux et à toutes les classes sociales, une grande diversité des choix, une influence évidente de la production littéraire et artistique, mais des prénoms qui ne font que s’ajouter à ceux choisis de manière plus traditionnelle. Après la Révolution, le contenu idéologique se modifie également : les choix correspondant à un message politique ou des valeurs morales disparaissent pour laisser la place à des critères purement esthétiques ou à la simple évocation d’un autre âge. Comme l’écrit Claude Mossé, « la période qui suit Thermidor voit la référence à l’Antiquité se vider de son contenu politique, pour n’être plus qu’une mode51 ».

Parents et parrains : multiplication des formules

65La transmission des prénoms par les parents et parrains est avant la Révolution un modèle quasiment exclusif, auquel n’échappent que très peu d’enfants. En 1775-1779, 70% des filles et 55% des garçons reçoivent des prénoms d’un de leurs parents, 95% des filles et 90% des garçons reçoivent des prénoms de leurs parrains ou marraines. Ces chiffres traduisent bien l’importance du double héritage de la parenté naturelle et de la parenté spirituelle, dans un monde façonné et contrôlé par l’Église, avec ses croyances, ses règles et ses interdits. La Révolution remet en cause ce système par la laïcisation de l’état civil, qui rend le baptême facultatif, mais dissocie également l’acte administratif de l’acte religieux, tendant ainsi au fractionnement - donc au relâchement-des réseaux de relations familiales. Les témoins de la déclaration de l’enfant à l’état civil sont souvent son parrain et sa marraine au baptême, mais lorsque ce n’est pas le cas, on peut s’interroger sur la nature et l’importance des liens qui unissent les uns, les autres et l’enfant.

66La plus forte remise en cause du système est bien sûr le refus pur et simple du baptême. Nombreux pendant la Révolution, que ce soit volontairement ou sous l’effet de l’interruption du culte, les enfants non baptisés se raréfient ensuite, mais représentent toujours de 2 à 5% des naissances entre 1800 et 1825. Il convient de ne pas oublier ces enfants qui ne recevront pas de prénoms hérités de leurs parrains ou marraines, tout simplement parce qu’ils n’en ont pas. L’étude du mode de transmission des prénoms n’est possible que par comparaison des mêmes données tout au long de la période. Elle exclut donc les enfants non baptisés, et ceux dont les parrains et marraines n’apparaissent pas dans les actes, en particulier ceux des registres reconstitués de la période révolutionnaire. Il en résulte une baisse de l’effectif traité pour la période 1790-1799. L’enquête ne concerne donc que 8 829 enfants baptisés et dont les prénoms des parents, parrains et marraines sont connus, un corpus toutefois suffisant pour assurer la fiabilité des résultats.

67Comme le montrent les graphiques ci-après, la transmission des prénoms des parents est en constant recul de 1775 à 1825, plus fortement pour les filles (de 69 à 52%) que pour les garçons (de 55 à 48%), alors que celle des prénoms des parrains et marraines résiste mieux, enregistrant des taux très élevés tout au long de la période malgré une légère baisse tendancielle. Dans le même temps, l’importance des prénoms sans références augmente fortement pour les enfants des deux sexes. On remarque en particulier la progression constante du nombre d’enfants n’ayant reçu aucun prénom de leurs parents et parrains, un type de prénomination dont l’audience est multipliée par deux entre 1775 et 1825 (de 3,4 % à 7,1%).

ENFANTS AYANT RECU DES PRENOMS DES LEURS PARENTS

ENFANTS AYANT RECU DES PRENOMS DES LEURS PARENTS

ENFANTS AYANT RECU DES PRENOMS DE LEURS PARRAINS ET MARRAINES

ENFANTS AYANT RECU DES PRENOMS DE LEURS PARRAINS ET MARRAINES

ENFANTS N’AYANT RECU AUCUN PRENOM DE LEURS PARENTS ET PARRAINS

ENFANTS N’AYANT RECU AUCUN PRENOM DE LEURS PARENTS ET PARRAINS

68L’évolution du système de transmission semble régulière et peu influencée par le contexte, la période révolutionnaire ne marquant ni cassure, ni accélération du processus. Trois phénomènes se produisent simultanément, qu’on peut supposer très liés les uns aux autres : l’importance accrue des prénoms non transmis par les parents et parrains, le recul sensible des prénoms empruntés aux parents et celui, nettement moins marqué, des prénoms empruntés aux parrains et marraines. Si on se réfère au contenu symbolique des modes de transmission, on observe avec intérêt que le désir d’individualisation, concrétisé par les prénoms hors références, progresse au détriment du besoin d’identification et d’intégration matérialisé par les prénoms empruntés aux parents. Le maintien de l’importance des parrains et marraines semble indiquer que l’idée d’identification se déplace de la parenté naturelle vers la parenté spirituelle, en liaison étroite avec la recherche d’une protection. Mais le mode de transmission des prénoms des parrains et marraines évolue lui aussi. Les emprunts à l’un des deux seulement, généralement du même sexe que l’enfant, connaissent un recul sensible: de 76% des enfants en 1775-1779 à seulement 55% en 1820-1825. Dans le même temps, la proportion d’enfants recevant des prénoms de leur parrain et de leur marraine est presque multipliée par deux, passant de 17 % à 32%. Si on considère que le choix des prénoms concrétise de manière symbolique les liens d’identification et de protection, ceux-ci semblent alors se tisser d’une manière peut-être plus égalitaire entre parrain et marraine, en privilégiant moins qu’auparavant l’identité de sexe avec l’enfant.

69L’étude des associations de prénoms met en évidence des « formules de prénomination », combinaisons de références différentes dont la diversité s’accroît avec le nombre de prénoms attribués. Un type de prénoms présente un intérêt particulier : ceux qui appartiennent à la fois aux parents et aux parrains. Ainsi, le 21 décembre 1790 à Aulnay, est baptisée Catherine Françoise Royer, dont la mère s’appelle Marie Catherine et la marraine Catherine Nicole. L’idée de concrétiser en un seul prénom l’héritage des parents et des parrains est assez répandue avant la Révolution : plus de 20% des enfants reçoivent alors un ou deux prénoms de ce type. Mais la formule régresse ensuite régulièrement, et touche moins de 10% des enfants en 1820-1825. L’association d’un prénom emprunté aux parents et d’un prénom emprunté aux parrains concerne près de 20% des enfants en 1775- 1779. Elle aussi régresse par la suite, moins fortement toutefois que la précédente formule, mais n’est plus appliquée qu’à environ 15% des enfants en 1820-1825. Ces résultats confirment l’abandon progressif de l’emprunt des prénoms aux parents. L’attribution de deux prénoms appartenant l’un au parrain, l’autre à la marraine, est de plus en plus fréquente (13% en 1775- 1779, 19 % en 1820-1825), de même que la formule associant un prénom emprunté aux parrains à un prénom sans référence (moins de 10 % en 1775-1779, 14% en 1820-1825). Dans les deux cas, la hausse la plus nette se produit après la Révolution.

70L’étude aurait mérité d’être affinée en dissociant les aînés des autres enfants, ce qui exigeait un important travail de reconstitution des familles que nous n’avons pu entreprendre. Compte tenu de la baisse sensible de la fécondité des couples durant les cinquante années étudiées, les statistiques brutes tendent à augmenter l’importance des aînés dans l’effectif global des naissances. Or, on sait que l’attribution d’au moins un prénom transmis par les parents a toujours été plus fréquente chez les aînés, notamment les garçons. Les variations observées à ce sujet n’en sont donc que plus significatives.

71Il serait sans doute excessif de parler d’un bouleversement ou d’un renouvellement complet du système de prénomination. Si les évolutions observées ici sont importantes, elles relèvent d’une autre logique, déjà révélée par d’autres indicateurs : la coexistence entre des habitudes anciennes, en recul mais néanmoins persistantes, et des attitudes nouvelles qui progressent sans encore s’imposer totalement. La multiplication des formules de prénomination, le rôle croissant des prénoms choisis hors des modes de transmission traditionnels, attestent d’une liberté accrue dans le choix des familles. L’importance des prénoms hérités des parrains et marraines, alors que dans le même temps s’affaiblit l’influence des parents, doit être rapprochée du maintien de l’attachement au baptême, et à une forme de parenté peut-être moins tournée vers la transmission d’un héritage spirituel que vers la recherche de références et de protections pour l’avenir. Si la Révolution ne semble pas marquer une étape majeure dans ces évolutions, il ne faut pas pour autant en méconnaître l’importance : par la laïcisation de l’état civil, l’affaiblissement du contrôle religieux sur les familles et les campagnes de déchristianisation, elle en a créé les conditions les plus favorables, et peut-être accéléré le processus. Mais il est normal qu’elle n’ait guère influé de manière directe sur les transformations internes d’un système qu’elle a également permis de contester de l’extérieur et sous des formes beaucoup plus radicales : par le refus pur et simple du baptême, et par la création d’un nouveau système de références reposant sur d’autres valeurs.

Les effets directs de la Révolution

72La loi des 20-25 septembre 1792, en instituant l’état civil, substitue à un système de contrôle un système de simple enregistrement. Alors que le curé veillait à la conformité des prénoms aux règles fixées par l’Église, l’officier civil n’exerce en principe aucune contrainte. Les parents disposent ainsi d’une entière liberté de choix, qui ne peut être altérée que par des obligations voulues ou consenties par eux : engagements moraux, exigences religieuses, relations familiales ou pressions de l’entourage, par exemple. Le choix des prénoms peut alors exprimer autre chose que le sentiment religieux : engagement révolutionnaire, admiration pour des personnages illustres, amour de la nature, goût de l’antique, ou tout simplement adhésion aux phénomènes de mode. Il constitue un indicateur de ces diverses attitudes, mais aussi de la capacité des familles à se saisir de la liberté qui leur est offerte, en rupture avec des usages anciens que rien n’interdit non plus de perpétuer. En fait, ce n’est pas le choix d’un des deux systèmes qui pose problème, mais leur coexistence. Les familles souhaitant concilier liberté et tradition ne peuvent le faire que dans des limites acceptables par l’Église. Au-delà de ces limites, elles se heurtent à des refus ou subissent des pressions, et se voient alors contraintes à limiter leurs possibilités de choix, ou à rechercher des moyens de contourner l’obstacle.

Les prénoms républicains

  • 52 Bibliographie très détaillée par R. Bange, S. Bianchi et P.H. Billy dans Annales historiques de la (...)
  • 53 Par exemple : M. Garaud et R. Szramkiewicz, La Révolution française et la famille, Paris, 1978 : « (...)
  • 54 G. Cholvy, « Une révolution culturelle ? Le test des prénoms », dans Pratiques religieuses dans l’ (...)
  • 55 A. Croix et P. Scilbo (dir), Brutus, Désir de la Paix et Jonquille..., ouvr. cité, p. 7.
  • 56 G. Cholvy, « Une révolution culturelle ?... », ouvr. cité, p. 300.

73Ils constituent l’une des principales originalités de la période révolutionnaire et ont fait l’objet de nombreuses études52, d’abord purement descriptives ou anecdotiques, parfois assorties de commentaires très négatifs53 mais plus récemment orientées vers une perception de la dimension culturelle du phénomène. Les historiens d’aujourd’hui considèrent qu’on peut y voir un « test54 » ou même « un extraordinaire sondage d’opinion55 ». Cependant, les études réalisées à ce jour font apparaître une très grande diversité de méthodes de traitement et d’analyse. Il y a quinze ans déjà, Gérard Cholvy s’inquiétait d’une « recherche qui balbutie56 » et formulait d’importantes remarques méthodologiques. Les études réalisées depuis ne les ont pas toujours prises en compte : à chaque chercheur son cadre chronologique, sa classification, ses objectifs, ce qui ne facilite ni les comparaisons, ni la synthèse. Un tel trouble ne saurait être fortuit, et témoigne des difficultés de mise en œuvre inhérentes au sujet lui-même. Dans ces conditions il convient, préalablement à toute recherche, de définir et justifier les choix méthodologiques dont elle relève, même si cette réflexion critique peut inciter à s’interroger sur la pertinence même de l’indicateur.

Définition et typologie

74La définition du prénom « républicain » est déterminée avant tout par la notion de contenu idéologique. Celle-ci s’évalue au moyen de deux critères :

  • l’idée de rupture avec les pratiques de l’Ancien Régime : prénoms étrangers au martyrologe chrétien, modifications des noms des saints.
  • un caractère de nouveauté, de création spécifique de la période : noms de héros révolutionnaires, valeurs politiques ou morales, emprunts au calendrier républicain.

75Ces critères permettent aussi bien une évaluation qualitative que la définition de catégories : il est évident que Marat ou Égalité ont une connotation politique plus forte que Sincère ou Aubépine. S’il est facile de définir des catégories de prénoms en fonction du degré d’adhésion qu’ils expriment à l’idéologie révolutionnaire, il est beaucoup plus malaisé d’y ranger les prénoms existants, de fixer les limites entre les catégories, mais plus encore entre les prénoms qualifiés de « républicains » et les autres. La classification sommaire que nous proposons distingue deux catégories :

  • prénoms exprimant un engagement politique révolutionnaire, clairement exprimé par une référence directe à la Révolution, ses héros, valeurs ou personnages de référence.
  • prénoms exprimant une sensibilité révolutionnaire, c’est-à-dire apparus pendant la Révolution et inspirés de thèmes culturels ou de valeurs morales porteurs de l’idéologie révolutionnaire.

76Les difficultés de la classification apparaissent lorsque s’estompe le caractère politique des prénoms. Certains peuvent être considérés comme originaux, soit parce qu’ils sont étrangers au martyrologe chrétien (emprunts à l’Antiquité, références littéraires ou artistiques), soit parce qu’ils en dérivent sous une forme nouvelle (féminisations, diminutifs, formes étrangères). Il peut être tentant d’intégrer ces prénoms - qui sont très nombreux- dans une catégorie, aux larges contours, de prénoms relevant d’une simple « sphère d’influence culturelle » de la Révolution, et dans laquelle nous aurions rangé tous les prénoms étrangers au martyrologe, quelle que soit leur source d’inspiration.

77Mais leur étude pose un problème insurmontable, celui du positionnement dans le temps : le phénomène existait bien avant la Révolution, et s’est poursuivi longtemps après. Or, l’idée même de « prénom républicain » suggère un lien chronologique direct avec la Révolution. Dans le cas présent, comment fixer des limites ? Il est difficile d’admettre qu’il y ait eu des prénoms républicains avant la Révolution, surtout lorsqu’on sait que certains d’entre eux (emprunts à l’Antiquité romaine par exemple) étaient volontiers utilisés dans l’aristocratie... Peut-on également considérer qu’on « invente » encore des prénoms républicains en 1825 ? Dans ces conditions, faut-il renoncer à toute limite chronologique, ou ignorer volontairement les prénoms apparus avant ou après la Révolution ? Ces questions en entraînent finalement une autre : la nouveauté est-elle un critère pertinent pour considérer un prénom comme « républicain » ? Dans les quelques cas qui posaient ce problème, nous avons fait le choix, nécessairement arbitraire, de privilégier le lien chronologique avec la Révolution. Ainsi Mirabelle, attribué en l’an II, a été intégré à la liste des prénoms républicains, mais non Églantine, qui n’apparaît qu’en 1810.

78Le terme de prénom ambigu, utilisé par la quasi-totalité des historiens, qualifie des prénoms dont le contenu peut relever aussi bien de la tradition que de l’innovation, sans qu’il soit possible de déterminer clairement la motivation des parents. La plupart existaient déjà avant la Révolution, mais le contexte politique ou culturel peut leur donner un sens nouveau, éventuellement deux... C’est le cas de Victoire, de certains noms de fleurs figurant au calendrier républicain (Rose, Marguerite, Hyacinthe...) ou des prénoms des personnalités politiques. Les associations de prénoms suggèrent parfois une réponse. Rose accolé à un autre prénom du calendrier républicain a sans doute une autre signification que s’il est associé à Marie. Mais l’incertitude demeure, et la dissociation des cas contredit la notion même de classification : comment considérer un prénom comme parfois républicain ? L’augmentation sensible du nombre d’occurrences peut également avoir une signification, mais il est impossible d’en évaluer la portée avec précision : on ne peut en effet imputer toutes les Rose au calendrier républicain, ni toutes les Victoire à la bataille de Valmy, et rien ne permet en la matière de préjuger de la motivation des parents. La chronologie est un repère commode, mais ses indications ne sont guère utilisables car la signification d’un prénom peut varier au gré des circonstances : Victoire a-t-il le même sens après Valmy et après Austerlitz ? Napoléon rend-il le même hommage en 1797 et en 1810? Thermidor, attribué en l’an II, a-t-il la même signification avant et après la chute de Robespierre ? Et ne parlons pas d’Espérance...

79En fait, l’ambiguïté n’est pas une caractéristique des prénoms eux-mêmes, mais des choix de certains parents. On la retrouve dans les associations de prénoms combinant des références idéologiques contradictoires : Louis Egalité ou Jean Marie Marat sont des prénominations tout aussi ambiguës que de simples prénoms comme Marguerite ou Julienne. Elles témoignent avant tout d’une ambiguïté des attitudes politiques, où il est impossible de faire la part de l’opportunisme conscient et de l’expression spontanée d’une culture où peuvent se mêler traditions et idées nouvelles. Elles nous rappellent, s’il en était besoin, le caractère hésitant, complexe et contradictoire du changement culturel. Mais ne doivent-elles pas nous inciter aussi à manier avec la plus grande prudence la notion même de prénom républicain ?

  • 57 S Blanchi (dir), « Liberté ou Marie, une Révolution des prénoms », dans 89 en Essonne, 1990n° 6, p (...)
  • 58 G. Cholvy, « Une révolution culturelle... », ouvr. cité, p. 301.

80Les études existantes ont fourni à cette question des réponses très variées. Citons à titre d’exemple une importante recherche dirigée par Serge Bianchi dans le département de l’Essonne, qui propose une classification thématique des prénoms républicains, et y intègre - malgré des réserves de principe clairement formulées- tous les prénoms figurant au calendrier républicain57. De nombreux prénoms chrétiens traditionnels sont ainsi considérés comme républicains, et pèsent lourdement sur les statistiques :. Rose, Marguerite, Angélique, Julienne et Narcisse représentent à eux seuls plus de 60% des prénoms de la catégorie « Nature », et un tiers de l’ensemble du stock... à l’inverse, Gérard Cholvy invite à la plus grande rigueur à l’égard des prénoms empruntés à l’Antiquité ou à la nature : une bonne connaissance du martyrologe romain permet selon lui d’écarter bon nombre d’entre eux, mais aussi de ne pas considérer comme des nouveautés des prénoms existant parfois depuis plusieurs siècles58. Le raisonnement a aussi ses limites : les simples gens des campagnes d’Île-de-France, voire même leur curé, connaissent-ils tous les saints du martyrologe ? Le citoyen de Thiais qui prénomme son fils Fabius en 1812 sait-il que c’est le nom d’un martyr du IIIe siècle ? Et même si c’était le cas, ce choix cesse-t-il pour autant d’exprimer un certain goût de l’antique ?

81Plutôt que d’ambiguïté de certains prénoms, ne vaudrait-il pas mieux parler d’ambivalence ? On peut fort bien concevoir en effet que certains choix répondent à la double préoccupation de manifester une sensibilité aux idées nouvelles et de faire baptiser son enfant sans difficulté. Pour ce faire, le décalage culturel ne doit pas être trop important : Rose, Angélique ou Fabius le permettent, mais non Socrate ou Floréal. La démarche ambivalente ne comporte donc pas le caractère de rupture essentiel pour qualifier un prénom de républicain. Il nous a donc paru préférable d’éliminer tous les prénoms pouvant susciter le moindre doute quant à la motivation des parents. Ce choix ne répond pas au désir de minimiser le phénomène des prénoms républicains, mais simplement de lui conserver toute sa signification politique.

  • 59 Voir annexe 12.

82La liste59 comporte donc 60 prénoms, pour un total de 78 occurrences, concernant 66 enfants entre 1793 et 1824. Les prénoms écartés de cette catégorie n’ont pas été ignorés pour autant. La plupart d’entre eux ont été intégrés à l’étude des systèmes de références : prénoms étrangers au martyrologe, inspirés de l’Antiquité, des Arts ou des Lettres, dont la multiplication constitue elle aussi un effet de la Révolution. Il ne saurait être question de hiérarchiser la pertinence des indicateurs, mais d’en mesurer les différences et de les traiter séparément, pour une approche plus précise et nuancée du changement culturel.

Evolution et répartition

  • 60 Pour nous en tenir aux ouvrages déjà cités, voir les recherches dirigées par L. Perouas (Limousin) (...)

83Les prénoms républicains ont connu dans les onze communes étudiées un succès légèrement supérieur à celui de la plupart des autres régions de France60, mais néanmoins très limité dans le temps : sur les 66 enfants concernés, 56 sont nés en l’an II, contre seulement deux dans les premiers mois de 1793, deux en l’an III, les six derniers se répartissant sur le reste de la période à raison d’un tous les cinq ans environ. L’écart entre les deux sexes est très important, puisque seulement 14% des filles reçoivent des prénoms républicains en l’an II, contre 28% des garçons. Mais le décalage est également qualitatif. Parmi les enfants ayant reçu des prénoms républicains, 23% des filles ont exclusivement ces prénoms, contre 38% des garçons. De même, les prénoms à forte connotation militante (catégorie I) sont beaucoup plus souvent attribués aux garçons (76%) qu’aux filles (24%). Il est vrai que les héros de la Révolution ou les personnages de référence sont généralement de sexe masculin... Pour les prénoms de simple « sensibilité révolutionnaire » (catégorie II), l’écart est moins important : 65 % sont attribués aux garçons et 35 % aux filles, celles-ci étant fortement présentes dans les prénoms empruntés au calendrier républicain. Une étude plus précise sur l’an II, détaillant mois par mois les types de prénoms et de prénominations ainsi que le sexe des enfants, met en évidence deux périodes bien apparentes dans les graphiques ci-dessous.

PRENOMINATIONS REVOLUTIONNAIRES EN L’AN II REPARTITION PAR TYPE (% MENSUEL)

PRENOMINATIONS REVOLUTIONNAIRES EN L’AN II REPARTITION PAR TYPE (% MENSUEL)

PRENOMINATIONS REVOLUTIONNAIRES EN L’AN II REPARTITION PAR SEXE (% MENSUEL)

PRENOMINATIONS REVOLUTIONNAIRES EN L’AN II REPARTITION PAR SEXE (% MENSUEL)

84La première, de brumaire à ventôse, correspond à une phase de politisation dynamique. Les prénominations entièrement républicaines y sont plus nombreuses, de même que les prénoms les plus « militants » (Brutus, Marat, Égalité, Liberté...). Dans quinze cas sur 24 (62%), les prénoms républicains sont placés en première position. Les filles y sont beaucoup moins présentes que les garçons. La seconde période, de floréal à fructidor, présente une typologie très différente : les prénominations mixtes y sont majoritaires, de même que les prénoms de catégorie II. Les prénoms républicains sont beaucoup plus rarement en première position (17% des cas) et les filles y sont plus fortement représentées, à tel point que de prairial à thermidor elles sont plus nombreuses que les garçons.

85La différence entre les deux périodes s’explique aisément par leur contexte : la première apparaît comme le temps fort de l’adhésion aux idées révolutionnaires, avec les débuts de la déchristianisation, du culte de la Raison, et de la mise en application du calendrier républicain ; la seconde période semble marquer un temps d’hésitation face à un contexte politique incertain, à l’aggravation de la Terreur et aux reculs idéologiques du pouvoir (condamnation de la déchristianisation, remplacement du culte de la Raison par celui de l’Être Suprême). Le mouvement s’interrompt rapidement après Thermidor, et les rares prénoms républicains relevés entre 1795 et 1825, tous de catégorie II, sont simplement transmis par les parents et parrains. Les écarts quantitatifs entre les deux sexes ne doivent rien au hasard, et leur cohérence suggère une répartition implicite des rôles : aux garçons des prénoms plus fortement politisés, témoignant d’une forte implication dans la vie publique, aux filles des prénoms plus neutres, relevant plutôt de choix culturels ou esthétiques. Le prénom semble marquer ainsi de manière symbolique la place assignée à chacun dans la société.

86La répartition géographique, toujours pour l’an II, montre d’importantes disparités, et des écarts importants avec celle de l’ensemble des naissances. Les taux élevés de prénoms républicains à Ivry, Gennevilliers ou Chennevières, semblent faire de la taille de la commune un facteur déterminant. Mais le contexte local modifie très sensiblement cette échelle de valeurs. Il suffit de comparer les communes d’Aulnay et Saint-Rémy, qui comptent l’une et l’autre 9% des naissances de l’année, mais respectivement 2% et 13% des prénoms républicains attribués. Â Aulnay, comme à Ormesson, la présence sur place des seigneurs du lieu et de curés conservateurs a pu jouer ici un rôle déterminant, exacerbé par les conflits politiques. Deux faits méritent d’être signalés, qui donnent sérieusement à réfléchir sur la signification de certains chiffres, à Chennevières a été tenu pendant la période d’interdiction du culte un registre de baptême clandestin, sur lequel figurent une partie des enfants porteurs de prénoms républicains, avec bien sûr, une prénomination différente. Ainsi MirabelleVitasse, née le 29 nivôse an II, a été le même jour baptisée Marie par le curé de la paroisse, et les exemples de ce type ne manquent pas. À Gennevilliers, on constate qu’entre le 12 nivôse et le 4 thermidor an II, tous les enfants déclarés à l’état civil reçoivent sans exception un prénom tiré du calendrier républicain et correspondant au jour de la déclaration. La seule exception résulte peut- être d’une erreur : le 29 floréal est déclaré par le citoyen Royer un petit Denis Jacques Chariot... Or, Chariot est le nom du 29 prairial, et il est bien possible que le déclarant ou l’officier d’état civil se soient tout simplement trompés de mois ! On imagine volontiers derrière cet usage une forte pression du pouvoir local, ou une décision collective prise par la municipalité ou la société populaire. De telles situations incitent à s’interroger sur la sincérité de l’adhésion idéologique manifestée par les prénoms républicains. Mais elles montrent surtout, une fois encore, l’importance du contexte local.

Étude sociologique

87La répartition socioprofessionnelle des prénominations républicaines est assez proche de celle de l’ensemble des naissances. Les écarts observables sur certaines catégories sont trop modestes pour être significatifs, étant donnée l’étroitesse de l’échantillon. Retenons simplement que les enfants concernés appartiennent à toutes les classes sociales, et que les paysans n’en sont pas absents, bien au contraire : avec plus du quart de l’effectif, la main d’œuvre agricole (manouvriers, journaliers, charretiers) y est la catégorie la plus représentée. Si on observe plus particulièrement les enfants ayant reçu des prénoms de catégorie I, la tendance est encore plus marquée : 13 enfants sur 21 (62%) sont issus de familles d’agriculteurs, 6 (29%) sont enfants d’ouvriers ou domestiques. Les catégories sociales les plus favorisées sont quasiment absentes de l’effectif, de même que les membres du personnel révolutionnaire, ce qui est surprenant dans des communes assez proches de Paris, dont certaines ont connu une activité politique régulière.

88Une rapide enquête sur le degré d’instruction des donneurs de prénoms républicains, estimé à partir de l’observation des signatures, ne peut avoir qu’une valeur indicative. Non seulement la méthode peut être contestée, mais l’échantillon - limité aux prénoms de catégorie I - représente un bien faible effectif. Néanmoins, il est intéressant d’observer que les deux tiers des parents concernés signent d’une écriture régulière, parfois même élaborée ou surchargée, ce qui atteste au minimum d’une certaine familiarité avec l’écriture, qu’on ne retrouve pas exclusivement dans les classes sociales les plus favorisées. À défaut de manifester un engagement politique résolu, l’attribution de prénoms républicains atteste peut-être d’un degré de culture au sens large du terme, recouvrant une aptitude à la communication et une sensibilité aux influences ou aux idées nouvelles qu’on peut trouver indifféremment dans toutes les couches de la société.

89Plusieurs études ont montré, dans diverses régions de France, des taux élevés de prénoms républicains parmi les enfants naturels ou les enfants abandonnés, souvent imputables aux officiers d’état civil. L’enquête s’est avérée impossible ici, d’une part en l’absence de sources concernant les enfants abandonnés, d’autre part en raison du nombre réduit d’enfants naturels en 1793 et 1794 : quatre seulement pour les onze communes, dont un seul ayant reçu un prénom républicain. On ne peut donc rien en tirer de significatif.

Après la Révolution : un suivi difficile

90Pouvait-on encore s’appeler Liberté ou Thermidor sous l’Empire ou la Restauration ? La loi du 11 germinal an XI (1er avril 1803) interdit de donner d’autres prénoms que ceux « en usage dans les différents calendriers et ceux des personnages connus de l’histoire ancienne ». Elle autorise les personnes ayant reçu d’autres prénoms à en changer, par une simple démarche auprès du tribunal d’arrondissement. Ce texte relativement modéré concerne essentiellement les Marat, Liberté, ou toute autre référence aux personnages et aux valeurs de la Révolution. Il n’interdit ni Brutus, ni Socrate, ni les prénoms tirés du calendrier républicain, encore en usage à ce moment. Enfin et surtout, il ne présente aucun caractère de contrainte quant au changement des prénoms déjà attribués, laissant aux intéressés une entière liberté de choix. Mais indépendamment de la législation, le contexte politique et l’ambiance culturelle peuvent avoir incité à abandonner des prénoms jugés désormais compromettants ou ridicules. Même si la décision peut résulter fortement de la pression du milieu, elle situe l’individu face à son prénom en tant qu’élément d’identité, mais aussi d’héritage familial. Elle peut également attester de la survie des idées ou de l’ambiance culturelle de la Révolution, et de leur transmission d’une génération à l’autre.

  • 61 Voir annexe 13.

91Bien sûr, la démarche est incertaine : l’héritage culturel transmis avec le prénom ne lui est pas directement lié, et peut se manifester sous d’autres formes et dans d’autres domaines. De plus, les difficultés méthodologiques sont importantes : n’ayant retrouvé aucun fonds d’archives judiciaires concernant les changements de prénoms, n’ayant pas davantage trouvé dans les registres d’état civil la moindre mention marginale d’un jugement rendu en la matière, nous avons dû rechercher toutes les apparitions des porteurs de prénoms républicains dans les registres d’état civil et de catholicité, une enquête sérieusement compliquée par la mobilité de la population à cette époque. Sur les 66 porteurs recensés, 14 sont décédés avant l’âge adulte et 31 semblent avoir disparu de leur commune d’origine, ne figurant à aucun titre dans les registres d’état civil et de catholicité, même comme simples témoins. Il n’est donc resté que 21 cas à étudier, d’intérêt très variable selon le nombre et le contenu des actes où ils apparaissent. Pour chacun d’eux a été établie une « fiche de suivi » indiquant les actes retrouvés, les prénoms mentionnés et les signatures portées par les intéressés61. Même si la faiblesse de l’effectif incite à beaucoup de prudence, quelques tendances apparaissent, qu’on peut illustrer par des exemples très démonstratifs.

92Quatorze enfants sur 21 ont été baptisés sous des prénoms différents de leur état civil, soit clandestinement, soit après le rétablissement du culte en l’an III. Sur les sept autres, cinq se sont mariés religieusement par la suite, ce qui laisse entendre qu’ils ont été baptisés à un moment ou à un autre.

93La double prénomination est donc très largement majoritaire, et les deux enfants non baptisés et non mariés religieusement ensuite sont peut-être les deux seuls cas de fidélité absolue aux origines de leur prénom. Le cas de Germinal Josse, né à Noiseau le 8 germinal an II, est de ce point de vue tout à fait exemplaire. Marié en 1817, il a deux enfants en 1827 et 1832, en perd un en 1830, et aucun de ces événements ne donne lieu à cérémonie religieuse. Longtemps instituteur à Noiseau, il s’installe ensuite à Boissy- Saint-Léger et y meurt en 1843. Sur tous les actes d’état civil le concernant, il apparaît avec son prénom, dont l’initiale figure clairement dans une signature très élaborée et comportant les signes d’une appartenance à la franc- maçonnerie. Mais la situation n’est pas toujours aussi claire : Joseph Cordeau Buquet, né à Gennevilliers le 19 ventôse an II, figure également avec ses deux prénoms dans tous les actes d’état civil, et même dans l’acte de baptême d’un de ses fils en 1817. Mais il ne sait pas signer, et ne peut donc prouver lui-même qu’il a bien gardé l’usage de ses deux prénoms. On retrouve ici les difficultés inhérentes à la recherche du prénom usuel. Pour tous les autres cas, la diversité et la complexité des situations rendent toute synthèse impossible. Pour simplifier, précisons que huit d’entre eux pratiquent une coexistence des deux systèmes, actes civils et religieux utilisant chacun de leur côté les prénoms qu’ils ont enregistrés ; deux présentent un curieux mélange des prénoms attribués à l’état civil et au baptême ; neuf abandonnent leurs prénoms républicains, dont cinq de manière progressive ou différée, et quatre immédiatement, dès le premier acte retrouvé. Plutôt qu’une classification forcément simplificatrice, quelques exemples suffisent à donner un aperçu de la diversité des situations Jacques Jasmin Poisson, né à Gennevilliers le 23 messidor an II, a sans doute été baptisé Philippe, bien qu’il n’en reste aucune trace dans les registres de la paroisse. Il se marie en 1817 et a trois enfants en 1818, 1823 et 1824. Il est témoin à la déclaration de deux naissances en 1822 et 1823. Curieusement, il apparaît avec les prénoms Jacques Philippe Jasmin dans tous les actes civils, mais aussi lors de son mariage religieux et du baptême de ses enfants. Il signe systématiquement « JPJ Poisson », et semble ainsi avoir imposé son prénom de baptême à l’état civil, et son prénom républicain à l’Église !

94François Thermidor Defforge, né à Orly le 22 thermidor an II, est baptisé François en l’an IV. Il se marie en 1815, puis religieusement un an plus tard. Il a six enfants de 1815 à 1822, tous nés et baptisés à Orly. Il ne sait malheureusement pas signer, mais figure dans tous les actes civils avec les prénoms François Thermidor et dans tous les actes religieux sous le seul prénom de François. Son acte de mariage religieux précise que la cérémonie a eu lieu le soir, « pour éviter le scandale »... L’explication n’est pas fournie, mais on constate qu’il est absent aux baptêmes de ses deux premiers enfants.

95Jean Marie Marat Magot, né à Ivry le 19 pluviôse an II, a été baptisé Jean Marie le 28 germinal an III. Marié civilement et religieusement en 1818, il a quatre enfants entre 1819 et 1829, tous baptisés. Il signe systématiquement « J.-M. Magot » les actes religieux jusqu’en 1829. Sur les actes d’état civil, il figure toujours avec ses trois prénoms, mais sa signature évolue : de 1818 à 1820, il signe « J.M.M. Magot » ; en 1825, il signe simplement « Magot » ; enfin en 1829, pour la naissance et le baptême de son dernier enfant, il figure dans les actes avec les prénoms « Jean Marie » et signe « J.-M. Magot », faisant disparaître définitivement son prénom républicain.

96Anne Cloriande Converset, née à Chennevières, a sans doute été baptisée Henriette. Sa signature porte systématiquement le prénom Henriette, même sur les actes d’état civil où elle figure avec ses prénoms d’origine. En 1811, elle donne ce prénom à une enfant dont elle est la marraine. En 1814, la rédaction de son acte de mariage civil donne lieu à un festival de ratures et de corrections dans les marges, preuve évidente que ses prénoms posent problème. Elle signe finalement « Henriette » au bas de l’acte, et c’est avec ce prénom qu’elle figure sur les listes de recensement de 1817 et 1836.

97Aucun acte ne fait apparaître un changement de prénoms décidé par l’intéressé et enregistré par les institutions. De manière systématique, les registres d’état civil se réfèrent aux prénoms officiels et l’Église aux prénoms de baptême. Les quelques exceptions à la règle semblent relever du domaine de l’erreur, et plusieurs cas en ont été relevés. On a vu de quelle manière les fonctionnaires de l’état civil de Chennevières ont refusé à Anne Cloriande Converset le prénom Henriette qu’elle semble pourtant utiliser. Mais c’est également à Chennevières que Mirabelle Vitasse, née le 9 nivôse an IV, baptisée Marie le même jour, met au monde deux enfants naturels en 1816 et 1819, et figure sur les deux actes avec l’unique prénom Marie, tout comme sur les listes du recensement de 1817. Incohérence ? Favoritisme ? Erreur répétitive ? Il semble que les institutions ne soient guère plus à l’aise que les particuliers face à ces prénoms dont on souhaite parfois se débarrasser sans avoir pour autant entrepris de démarches officielles à cet effet. L’ambiguïté des comportements révèle peut-être une contradiction entre l’attachement à un prénom perçu comme un héritage familial et dont on ne peut se débarrasser sans avoir le sentiment de désavouer ses parents, et son contenu idéologique mal assumé dans un contexte politique, culturel et religieux totalement renouvelé. Ce n’est bien sûr qu’une hypothèse, mais il semble évident que si la tendance dominante est à l’abandon des prénoms républicains, cela ne se fait ni sans difficultés, ni sans problèmes de conscience. Par ailleurs, ceux qui décident de les garder semblent l’assumer aisément, au point de pouvoir les transmettre à leurs enfants (cas de Germinal Josse) ou à d’éventuels filleuls. L’héritage des prénoms républicains est donc loin d’être toujours renié. Entre attachement et aversion, il suscite parmi ceux qui ont à le porter des attitudes très diverses, dont l’idéologie n’est évidemment pas absente.

Un héritage culturel ?

  • 62 Voir annexe 14.

98Les acteurs de la Révolution n’auraient-ils pu transmettre à leurs enfants que des prénoms ? N’est-il pas tentant de regarder les porteurs des prénoms républicains comme des enfants peut-être différents des autres, éduqués par leurs parents dans un esprit et des valeurs inspirés, tout comme leurs prénoms, par les idéaux révolutionnaires ? Ils seraient alors les détenteurs d’un héritage culturel dont on pourrait retrouver les manifestations à travers leurs actes, une fois devenus adultes. L’enquête vaut la peine d’être entreprise, car elle peut non seulement éclairer le sens des attributions de prénoms républicains, mais aussi faire apparaître certains mécanismes du prolongement des changements culturels amorcés par la Révolution. La méthode consiste simplement à reprendre les actes utilisés pour le suivi des prénoms, afin d’y rechercher des comportements significatifs du point de vue des pratiques culturelles. Les indicateurs retenus sont ceux qui nous ont paru les plus probants lors de nos recherches sur le couple, la sexualité, les pratiques religieuses ou les prénoms : situation de concubinage, absence des sacrements du mariage ou du baptême, exogamie ou hétérogamie absolues, enfants naturels, conceptions prénuptiales, baptêmes tardifs, choix de prénoms non chrétiens, transmission des prénoms républicains. Les données recueillies sont regroupées dans un tableau62 permettant de visualiser les résultats en fonction des thèmes retenus.

99Les 21 porteurs de prénoms républicains constituant un corpus très réduit, les conclusions de cette recherche doivent être considérées avec une grande prudence, et ne donner lieu qu’à des hypothèses. Les résultats sont toutefois intéressants, bien que très variables selon les thèmes abordés. Les pratiques relatives au mariage donnent des résultats très décevants : un seul cas de concubinage ; deux cas d’absence de mariage religieux, dont un seulement suivi d’enfants non baptisés ; des conditions de choix du conjoint très traditionnelles (endogamie et homogamie supérieures à la moyenne). Dans ce domaine au moins, l’échantillon ne paraît guère porteur des évolutions d’ensemble de la période. Il est vrai que dans la plupart des cas leurs parents ne l’étaient pas davantage. Dans le domaine de la sexualité hors mariage, les résultats sont plus probants : les taux observés sur l’échantillon (10% d’enfants naturels, 30% de conceptions prénuptiales) sont nettement plus élevés que la moyenne d’ensemble. La même remarque s’applique aux baptêmes tardifs (48%) et aux prénoms étrangers au martyrologe (24%). Ces chiffres laissent une impression mitigée, pour ne pas dire des impressions contradictoires. Les taux élevés de certains indicateurs pourraient accréditer la thèse d’un « héritage culturel révolutionnaire », ou tout au moins novateur. Mais il apparaît nettement que les taux les plus modestes s’observent sur les indices les plus significatifs, c’est-à-dire les choix les plus lourds de conséquences : concubinage, enfants naturels, refus des sacrements.

100Finalement, à quelques nuances près, les comportements observés sur l’échantillon ne diffèrent pas fondamentalement de ceux de l’ensemble de la société : ils expriment un détachement certain à l’égard de la religion et de la morale traditionnelle, mais qui va rarement jusqu’à une profonde remise en cause. Les résultats sont très variables d’une personne à l’autre : certains apparaissent quatre ou cinq fois dans le tableau, d’autres jamais, parmi lesquels on ne s’étonnera pas de retrouver les plus empressés à abandonner leurs prénoms républicains. Globalement, ces résultats n’ont pas suffisamment de consistance pour étayer l’hypothèse d’un héritage faisant des porteurs de prénoms républicains une sorte d’avant-garde ou de minorité active du changement culturel. Si cette notion d’héritage mérite d’être prise en considération, c’est moins du point de vue de la transmission d’idées dans le cadre de la cellule familiale que dans un sens beaucoup plus large, par la diffusion à travers la société toute entière d’une idéologie et d’une ambiance culturelle appelées à se perpétuer, simplement parce qu’elles répondent à des évolutions irréversibles.

Baptême et état civil: affrontement ou double jeu ?

101Les rattrapages de baptêmes après le rétablissement du culte en l’an III ont provoqué une situation originale du fait de l’abandon des prénoms républicains, bien évidemment refusés par l’Église, mais aussi de nombreux prénoms étrangers au martyrologe, souvent inspirés de l’Antiquité, des Arts ou des Lettres. Certains enfants ont alors fait l’objet d’une double prénomination, celle de l’état civil et celle du baptême, partiellement ou totalement différentes l’une de l’autre.

102S’il est évident que l’Église a imposé des suppressions, des remplacements de prénoms non admis ou des normalisations orthographiques, la formulation des actes semble indiquer que les familles sont bien souvent à l’initiative des doubles prénominations. Il faut toutefois les interpréter avec prudence : ceux de l’état civil indiquent généralement que les prénoms ont été donnés par le père, qui est presque toujours le déclarant, et ceux du baptême attribuent ce rôle au parrain ou à la marraine. Mais il peut s’agir de simples formules rituelles, n’excluant pas l’hypothèse d’un choix concerté, répondant à des critères variés. Cependant, l’idée semble rapidement acquise qu’on peut donner à l’état civil et au baptême des prénoms différents, les uns choisis par goût et les autres conformément aux exigences de l’Église et des traditions familiales.

103Comme le montre le graphique ci-dessous, le phénomène persiste bien après la vague des rattrapages de baptêmes en 1794-1795, et se développe rapidement à partir de 1805-1809. En fin de période, plus de 12% des enfants sont concernés. La progression est plus forte (de 5% à 13%) pour les filles, moins touchées que les garçons par les corrections liées aux prénoms de l’an II, mais ensuite davantage par celles concernant les prénoms originaux ou étrangers au martyrologe.

104Nous avons défini quatre types de modifications :

105Type I : suppression ou remplacement de prénoms non admis par l’Église,

106Type II : normalisation orthographique,

107Type III : ajout de prénoms empruntés aux parrains et marraines,

  • 63 Cette catégorie inclut notamment les erreurs dans la tenue des registres et les modifications dont (...)

108Type IV: autres modifications63.

PRENOMS DIFFERENTS AU BAPTEME ET A L’ETAT CIVIL (EVOLUTION PAR SEXES)

PRENOMS DIFFERENTS AU BAPTEME ET A L’ETAT CIVIL (EVOLUTION PAR SEXES)

PRENOMS DIFFERENTS AU BAPTEME ET A L’ETAT CIVIL (EVOLUTION PAR TYPES)

PRENOMS DIFFERENTS AU BAPTEME ET A L’ETAT CIVIL (EVOLUTION PAR TYPES)
  • 64 Acte de baptême de Franklin Puyforçat, Orly, 17 germinal an X.

109L’importance respective des quatre types de différences varie fortement selon les périodes, dont le découpage apparaît nettement dans le graphique ci-dessus. Le type I prédomine largement durant les années 1792-1795, du fait de l’élimination des prénoms républicains, mais se raréfie fortement ensuite, ce type de prénoms devenant extrêmement rare à partir de l’an III. S’il touche majoritairement les garçons durant la première période, il ne concerne quasiment plus que des filles par la suite. Les normalisations orthographiques sont peu nombreuses dans l’ensemble, mais se pratiquent tout au long de la période. Si elles apparaissent comme un moyen commode de régler le problème des prénoms hors normes, elles ne sont pas pratiquées dans toutes les paroisses. Le rôle des curés paraît ici déterminant. Celui d’Ivry, par exemple, refuse dans un premier temps de nombreux prénoms et opère des corrections orthographiques : Jenny devient Eugénie, Clorise devient Clarisse, Héloïse devient Louise, Élisa devient Élisabeth... à partir de 1810, un nouveau curé adopte une attitude plus souple, admet bien des prénoms refusés par son prédécesseur, et les corrections orthographiques disparaissent dans la paroisse. À Orly, un curé plus tolérant apparaît comme un spécialiste de la récupération des prénoms républicains : il baptise un enfant « Franklin, c’est-à-dire François64 », transforme Mélisse en Émilie, Gentiane en Jean-Antoine. Il accepte dès 1795 des prénoms étrangers au martyrologe, mais de manière sélective et progressive. La même tolérance se pratique à Ormesson, à Noiseau, et plus tardivement (vers 1810-1815) à Chennevières et Trappes. On remarque dans les normalisations orthographiques un souci permanent de retrouver la sonorité du prénom d’origine, parfois au prix d’étranges adaptations. Le cas le plus étonnant est celui d’un petit Louis Noix, décédé à Trappes en vendémiaire an XI, rebaptisé pour la circonstance Louis de Noailles\

110Si le problème s’estompe en fin de période, alors que les nouveaux prénoms tendent plutôt à se multiplier, on ne peut l’expliquer que par un changement d’attitude de l’Église, soucieuse de rétablir avant tout la pratique des sacrements et la fréquentation du catéchisme, et qui semble faire aux paroissiens des concessions dans des domaines jugés moins prioritaires, dont le choix des prénoms. Ainsi Héloïse, Florentine ou Élisa, systématiquement éliminés au lendemain de la Révolution, sont acceptés en 1820- 1825 dans la plupart des paroisses.

111Dans ce contexte, le décalage entre état civil et baptême semble résulter avant tout de la volonté des parents. Les différences de type 3 en sont la manifestations la plus évidente. De loin les plus nombreuses (46 % des cas chez les filles, 56 % chez les garçons), elles prennent une importance considérable entre 1815 et 1825. L’ajout de prénoms empruntés aux parrains et marraines devient une pratique parfaitement acceptée par l’Église, puisque certains actes de baptême y font clairement allusion. Ainsi, le 3 novembre 1806, le curé d’Ivry baptise Marie Rosalie Lamarche, née la veille, et ajoute en marge du registre la mention suivante :

  • 65 Acte de baptême de Marie Rosalie Lamarche, Ivry, 3 novembre 1806.

« Sur la prière que m’a faite la marraine de donner son nom de baptême, Antoinette, bien que ce prénom n’ait pas été donné par la municipalité à sa filleule, je déclare le lui avoir donné pour complaire à la marraine et sans qu’il en soit à conséquence65... ».

112La formule finale est sans équivoque : puisque cela ne prête pas à conséquence, on peut sans risque pratiquer un système de double prénomination permettant de sacrifier à la fois aux modes et aux traditions, de choisir des prénoms selon son goût tout en faisant baptiser ses enfants selon les règles en usage. Le plus souvent, le changement se fait sans explications, et rien ne permet de penser qu’il donne lieu à une situation conflictuelle. Il témoigne donc d’une volonté de concession à deux systèmes contradictoires, mais qu’on ne veut transgresser ni l’un, ni l’autre. Tradition et innovation s’expriment séparément lorsqu’elles ne peuvent coexister, et les auteurs de doubles prénominations font preuve, à défaut de choix idéologiques très clairs, d’une belle capacité d’adaptation aux circonstances.

Choix, modes, références : un vent de liberté ?

113Dans un système de prénomination déjà en évolution, la Révolution apporte des changements déterminants : l’institution de l’état civil sépare la déclaration légale de l’enfant et le baptême, offrant aux familles une liberté de choix dont les effets se font rapidement sentir. Si les modes de transmission traditionnels existent encore, et restent même nettement majoritaires, ils perdent leur caractère obligatoire et laissent de plus en plus de place à la diversité, à la nouveauté et à l’originalité. Sous l’effet du contexte politique et de l’ambiance culturelle, le système de références éclate littéralement, permettant aux familles de puiser dans de nouvelles sources d’inspiration, parfois même d’exprimer une inventivité tout à fait étonnante. Si ces évolutions étaient déjà perceptibles au xviiie siècle, de manière encore très modeste, seules les classes sociales les plus favorisées se permettaient de prendre quelques libertés à l’égard des usages. L’apport essentiel de la Révolution est l’élargissement à la société toute entière de pratiques jusqu’alors réservées à une élite. Les profonds changements qui en résultent concernent non seulement le prénom et sa fonction, mais également les relations entre les individus au sein de la famille.

  • 66 J.-P. Lethuillier, « Prénoms et Révolution, enquête sur le corpus falaisien », dans Annales de Nor (...)

114En premier lieu, le choix des prénoms abandonne de plus en plus la logique de l’identification pour celle de l’individualisation. Il ne s’agit plus de marquer de manière symbolique les liens de l’enfant avec son ascendance, donc son milieu familial, mais au contraire de le distinguer au sein de ce groupe et, au-delà, de l’ensemble de la société. C’est à cette préoccupation que répond l’élargissement exceptionnel du corpus des prénoms, sous de multiples formes : retour de prénoms anciens depuis longtemps inutilisés, mais aussi création de nouveaux prénoms, qu’il s’agisse de féminisations, de transformations de prénoms déjà existants, ou de créations pures et simples. Si le rapport semble évident entre l’allongement des prénominations et l’accroissement du stock des prénoms, les deux indicateurs n’évoluent pas de manière simultanée mais plutôt complémentaire, comme l’avait déjà observé Jean-Pierre Lethuillier lors de son enquête sur le corpus falaisien66. Le besoin d’individualisation ne peut être satisfait que par la multiplication des prénoms lorsque le corpus devient insuffisant, mais à l’inverse l’accroissement du stock répond d’une autre manière à cette exigence et rend inutile un allongement des prénominations. Cette hypothèse est ici largement vérifiée : entre 1775 et 1825, période marquée par un accroissement continu du corpus, le nombre de prénoms attribués reste relativement stable. De même, la poussée des prénominations triples ou quadruples, dans la décennie qui suit la Révolution, se produit au seul moment où le corpus régresse légèrement du fait de la disparition des prénoms républicains et du refus par le clergé des prénoms trop innovants. Enfin le nombre de prénoms attribués tend à augmenter davantage pour les garçons, dont le stock de prénoms progresse plus modérément. Ainsi, dans une période marquée avant tout par l’enrichissement du corpus et la création permanente de nouveaux prénoms, il n’est pas surprenant que le nombre de prénoms attribués ne progresse que faiblement.

115La multiplication des formules de prénomination est également une caractéristique de la période. Résultant en grande partie de l’afflux de nouveaux prénoms et de l’éclatement du système de références, elle ne doit pas être interprétée comme un indice de relâchement des liens familiaux, mais plutôt comme un indicateur de leur évolution. L’importance accrue du parrainage et l’affaiblissement du lien symbolique avec l’ascendance de l’enfant semblent indiquer que la solidarité familiale au sens le plus large tend à s’estomper au profit d’une relation plus personnelle.

116Une des conséquences du désir d’individualisation est la volonté de marquer davantage par les prénoms la différence des sexes, comme en témoignent l’accroissement du stock des prénoms féminins, la moindre utilisation des prénoms masculins ou leur féminisation, la tendance à l’allongement des prénoms ou la mode de certaines terminaisons, formes esthétiques de plus en plus considérées comme des attributs de la féminité. Cette reconnaissance implicite d’une spécificité féminine, marquée dès la naissance par le choix des prénoms, paraît témoigner d’un intérêt accru pour les enfants de sexe féminin, donc d’une évolution de l’image des filles dans un sens plus égalitaire. Le changement est loin d’être mineur, mais il n’est pas dépourvu d’ambiguïtés : les différences marquées entre la typologie, les modes d’attribution et les références des prénoms féminins et masculins, suggèrent l’ébauche d’un « statut culturel » féminin tendant au confinement des femmes dans un domaine culturellement bien délimité, celui de l’esthétisme et de la gratuité, pour ne pas dire de la futilité... Une image de la femme déjà bien présente dans l’idéologie dominante et qui s’affirmera plus encore au xixe siècle, même si elle est encore contredite par la réalité économique et sociale, notamment en milieu rural.

117Dans le déroulement de ces multiples processus d’évolution, la Révolution a joué un rôle déterminant, non seulement par les changements institutionnels qui en ont permis l’accomplissement, mais aussi par la pression d’un contexte politique, social et culturel qui les ont fortement stimulés. Si la vague des prénoms républicains n’a guère dépassé l’an II, elle n’en constitue pas moins un phénomène sans précédent qui a contribué à montrer, de manière exemplaire, les possibilités offertes par une liberté de choix nouvellement acquise. Le relâchement de l’influence religieuse, le développement de toutes les formes de la vie publique, la circulation des hommes, des informations et des idées, l’extrême richesse de la production artistique et littéraire, ont permis ou accéléré la transformation des modes de transmission et des systèmes de références, changement moins spectaculaires peut-être que la floraison des prénoms républicains, mais plus profond et plus durable. Bien sûr, ces évolutions sont encore limitées, fragiles, chargées du poids des traditions toujours présentes. Le prénom choisi par goût ne remplace pas encore le prénom emprunté aux parrains : le plus souvent, il s’y ajoute. Le prénom original peut coexister avec le prénom traditionnel, et lorsqu’on n’ose se risquer à de telles associations, il reste toujours la possibilité, « sans conséquence », de donner certains prénoms à la mairie et d’autres à l’église... Cette coexistence de l’innovation et de la tradition, sous des formes parfois surprenantes, montre la complexité des pratiques culturelles autant que les limites et les incertitudes de leurs transformations. Mais elle ne saurait dissimuler l’expression toujours plus forte d’une certaine liberté d’esprit, héritage incontestable de la Révolution.

Notes

1 Le Prénom, mode et histoire (Actes des entretiens de Malher, novembre 1980), Paris, 1984, 398 p.

2 L. Perouas (Dir.), Léonard, Marie, Jean et les autres... Les prénoms en Limousin depuis un millénaire, Paris, 1984, p. 172.

3 Cité par J. Dupâquier, dans Le Prénom, mode et histoire, ouvr. cité, p. 5.

4 F. Zonabend, « Prénom et identité », dans Le Prénom, mode et histoire, ouvr. cité, p. 24.

5 D. Schnapper, « Essai de lecture sociologique », dans Le Prénom, mode et histoire, ouvr. cité, p. 20.

6 A. Burguière, « Un nom pour soi : le choix du nom de baptême en France sous l’Ancien Régime (xvie-xviie siècles) », dans L’Homme, t. 20, 1980, p. 30-31 : « Il arrivait souvent qu’on choisisse le parrain en fonction du prénom à transmettre ou, mieux encore, qu’on prenne comme parrain le parent dont on souhaitait transmettre le prénom ».

7 D. Schnapper, « Essai de lecture sociologique », dans Le Prénom, mode et histoire, ouvr. cité, p. 14.

8 A. Burguière, « Un nom pour soi... », ouvr. cité, p. 27.

9 Présentation et analyse de ces divergences méthodologiques par C. Klapisch-Zuber, « Constitution et variation temporelle du stock des prénoms », dans Le Prénom, mode et histoire, ouvr. citép. 37-39.

10 Voir en particulier : A. Burguièrf., « Prénoms et parenté », dans Le Prénom, mode et histoire, ouvr. cité, p. 30-33. L. Perouas (Dir.), Léonard, Marie, Jean et les autres..., ouvr. cité, p. 102-103. A. Fine, Parrains, marraines : la parenté spirituelle en Europe, Paris, 1994, p. 97.

11 Ce renoncement était déjà proposé par J. Dupâquier, dans Le Prénom, mode et histoire, ouvr. cité, p. 9.

12 L’écart d’une unité avec le corpus initial s’explique par l’existence d’un acte de naissance « d’un enfant auquel il n’a pas été imposé de nom », sans explication (Aulnay, 22 pluviôse an XII).

13 Voir en particulier J. Dupâquier, « Prénoms, parrains, parenté », dans Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Pontoise, du Val d’Oise et du Vexin, t. 69, 1980, p. 62-64 B. Garnot, « Les prénoms populaires à Chartres », dans Revue historique, t. 277, 1987, p. 5-9.

14 Voir annexe 4.

15 Voir en particulier J. Dupâquier (dir.), Le temps des Jules, les prénoms en France au xixe siècle, Paris, 1987, p. 46-63, enquête dite « des 3 000 familles », dont le corpus concerne la France entière, et un échantillon de population choisi en fonction du patronyme (noms commençant par TRA).

16 Voir annexes 5 et 6.

17 Voir annexe 7.

18 Voir J. Dupâquier (dir.), Le temps des Jules..., ouvr. cité, p. 46-63.

19 A. Burguière, « Un nom pour soi. Le choix du nom de baptême en France sous l’Ancien Régime (xvie-xviiie siècles) », dans L’Homme, Revue française d’anthropologie, t. XX, octobre-décembre 1980, p. 39, le rappelle en s’appuyant sur les statuts synodaux de Paris, Bordeaux, Bourges, Besançon, Limoges.

20 Les 58 enfants concernés se répartissent dans toutes les communes, avec des écarts assez proches de ceux de la population : douze à Ivry ; dix à Gennevilliers ; huit à Aulnay et à Chennevières ; six à Trappes ; quatre à Saint-Rémy ; trois à Orly, Thiais et Ormesson ; un seul à Noiseau ; aucun à Sevran.

21 Sur les 58 enfants concernés, six ont reçu ce prénom de leur père, seize de leur parrain ou marraine. Deux seulement ont des parents, parrains ou marraines portant un autre prénom d’origine biblique. Dix n’ont pas été baptisés. Quatre enfants seulement sont dotés exclusivement de tels prénoms, tous les autres les reçoivent en association avec d’autres, et rarement en première position (16 cas sur 54).

22 A. Burguière, « Un nom pour soi... », ouvr. cité, p. 40, rappelle ce rôle du prénom comme « médiateur entre les vertus du saint patron et les capacités d’imitation de l’enfant », en se référant à plusieurs statuts synodaux, dont celui d’Amiens qui précise clairement : « Les curés ne souffriront pas qu’on impose d’autres noms que ceux des saints aux garçons et ceux des saintes aux filles » (Statuts de Mgr F. Faure. pour le diocèse d’Amiens, Amiens, 1662).

23 Voir annexe 8.

24 B. Garnot, Les prénoms populaires à Chartres au xviiie siècle, ouvr. cité, p. 6.

25 Voir annexe 9.

26 Voir annexe 10.

27 Voir annexe 11.

28 Voir annexe 11.

29 Voir en particulier à ce sujet : L. Hunt, Le roman familial de la Révolution française, Paris, 1995, p. 105-139 ; A. De Baecque, La caricature révolutionnaire, Paris, 1988, p. 173-193.

30 Voir à ce sujet: J. Tulard, L’anti-Napoléon, la légende noire de l’Empereur, Paris, 1965, p. 9-12, 27-36 et 211-214.

31 A. Croix et P. Scilbo, Brutus, Désir de la Paix et Jonquille..., ouvr. cité, p. 34-36.

32 A. Tissier, Les spectacles à Paris pendant la Révolution : répertoire analytique, chronologique et bibliographique, tome I : De la réunion des Etats généraux à la chute de la royauté (1789-1792), Genève, 1992, 528 p.

33 E. Kennedy, M.L. Netter, J. Mac Gregor and M. Olsen, Theater, Opera and Audience in Revolutionary Paris. Analysis and Repertory (Westport, 1996). L’ouvrage ne rend compte que partiellement des résultats de cette recherche, par ailleurs accessibles sur internet ainsi qu’une base de données de plus de 3 700 œuvres, indiquant notamment le nombre de représentations (http://barkov.uchicago.edu/mark/projects/theatre, accès soumis à l’autorisation des auteurs)

34 Voir en particulier : http://www.operone.de/index.html (revue de musicologie, site en allemand), http://www.intac.com/-rfrone/operas/raf-sfo. htm (Société Massenet à Londres, site en anglais).

35 Écho et Narcisse, drame lyrique de C.W. Gluck, livret de L.T. Von Tschudi, première représentation à Paris en septembre 1779.

36 Brutus, pièce de Voltaire, 1730.

37 J.-L. David, Les licteurs rapportant à Brutus les corps de ses fils, 1789, Paris, Musée du Louvre.

38 L’Île des esclaves, pièce de Marivaux, 1725.

39 Euphrosine ou le tyran corrigé, opéra-comique d’E. Mehul, livret de F.B. Hoffmann, première représentation à Paris en septembre 1790.

40 Paul et Virginie, opéra de R. Kreutzer, livret d’E. Favière, première représentation à Paris en janvier 1791.

41 Paul et Virginie ou le triomphe de la vertu, drame lyrique de J.-F. Le Sueur, livret d’E. Dubreuil, première représentation à Paris en janvier 1794.

42 Élisa ou le voyage aux glaciers du Mont Saint-Bernard, opéra de L. Cherubini, livret de V. R. Saint-Cyr, première représentation à Paris en décembre 1794.

43 Lucile, opéra d’A. Gretry, livret de J. F. Marmontel, première représentation à Paris en janvier 1769, a sans doute davantage inspiré les donneurs de ce prénom que le personnage de Lucile Desmoulins, dont la notoriété est sûrement postérieure à cette époque.

44 Julie ou la nouvelle Héloïse, roman de J.-J. Rousseau publié en 1761, a été souvent réédité pendant la Révolution. Le succès du prénom Héloïse, même limité à quinze occurrences entre 1791 et 1825, est plus aisément perceptible que celui de Julie, qui appartient au martyrologe chrétien, figure dans le corpus dès 1775, et dont la fréquence n’a évolué ni pendant la Révolution, ni après.

45 Le roman Adolphe, de Benjamin Constant, est publié en 1816. Le prénom figure dans le corpus depuis 1802, mais connaît un succès certain à partir de 1818 (17 occurrences entre 1802 et 181536 entre 1818 et 1825).

46 Cité (sans référence de pagination) par C. Mossé, L’Antiquité dans la Révolution française, Paris1989, p. 65.

47 Socrate, pièce de Voltaire, 1759.

48 J.-L. David, Socrate prenant la ciguë, 1787, New York, Metropolitan Museum of Art.

49 Bélisaire, général byzantin accusé injustement de trahison, a fait l’objet d’un roman de Marmon- tel en 1767 et d’une toile de David en 1781.

50 Aglaé, une des trois grâces, est un personnage d’Écho et Narcisse, drame lyrique de C.W. Glück (voir note 35). On peut envisager un lien entre la première représentation de l’œuvre en 1779, et l’apparition du prénom dans le corpus en 1780.

51 C. MossÉ, L’Antiquité dans la Révolution française, ouvr. cité, p. 140.

52 Bibliographie très détaillée par R. Bange, S. Bianchi et P.H. Billy dans Annales historiques de la Révolution française, n° 322, octobre-décembre 2000, p. 139-151.

53 Par exemple : M. Garaud et R. Szramkiewicz, La Révolution française et la famille, Paris, 1978 : « une fantaisie ridicule se donna libre carrière, des parents affublèrent leurs enfants des prénoms les plus bizarres » (p. 15) ; « cette liberté engendra des abus et des désordres. Les gens prirent des noms ridicules » (p. 16).

54 G. Cholvy, « Une révolution culturelle ? Le test des prénoms », dans Pratiques religieuses dans l’Europe révolutionnaire (1770-1820), Actes du Colloque de Chantilly (novembre 1988), Turnhout1988, p. 300-308.

55 A. Croix et P. Scilbo (dir), Brutus, Désir de la Paix et Jonquille..., ouvr. cité, p. 7.

56 G. Cholvy, « Une révolution culturelle ?... », ouvr. cité, p. 300.

57 S Blanchi (dir), « Liberté ou Marie, une Révolution des prénoms », dans 89 en Essonne, 1990n° 6, p. 57-70.

58 G. Cholvy, « Une révolution culturelle... », ouvr. cité, p. 301.

59 Voir annexe 12.

60 Pour nous en tenir aux ouvrages déjà cités, voir les recherches dirigées par L. Perouas (Limousin), A. Croix et P. Scilbo (Pays nantais), G. Cholvy (Languedoc), et les contributions aux entretiens de Malher de J. Bernet (Compiègne), J. Pontet (Bordelais) ou J.-F. Delord (Haute- Garonne).

61 Voir annexe 13.

62 Voir annexe 14.

63 Cette catégorie inclut notamment les erreurs dans la tenue des registres et les modifications dont les motivations ne sont pas perceptibles.

64 Acte de baptême de Franklin Puyforçat, Orly, 17 germinal an X.

65 Acte de baptême de Marie Rosalie Lamarche, Ivry, 3 novembre 1806.

66 J.-P. Lethuillier, « Prénoms et Révolution, enquête sur le corpus falaisien », dans Annales de Normandie, 1989, n° 4, p. 413-436.

Table des illustrations

Titre RÉPARTITION PAR NOMBRE DE PRÉNOMS
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-1.png
Fichier image/png, 151k
Titre NOMBRES DE PRENOMS ATTRIBUS (MOYENNES PAR SEXE)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-2.png
Fichier image/png, 444k
Titre VARIATION DU STOCK DES PRENOMS
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-3.png
Fichier image/png, 178k
Titre APPARITIONS DE PRENOMS
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-4.png
Fichier image/png, 182k
Titre PRENOMS FEMININS TERMINES EN IE ET INE (%)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-5.png
Fichier image/png, 405k
Titre TAUX DE PRENOMS TRISYLLABIQUES
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-6.png
Fichier image/png, 422k
Titre TAUX DE PRENOMS ETRANGES AU MARTYROLOGE CHRETIEN
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-7.png
Fichier image/png, 185k
Titre JEAN
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-8.png
Fichier image/png, 428k
Titre MARIE
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-9.png
Fichier image/png, 515k
Titre LOUIS
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-10.png
Fichier image/png, 499k
Titre ENFANTS AYANT RECU DES PRENOMS DES LEURS PARENTS
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-11.png
Fichier image/png, 495k
Titre ENFANTS AYANT RECU DES PRENOMS DE LEURS PARRAINS ET MARRAINES
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-12.png
Fichier image/png, 195k
Titre ENFANTS N’AYANT RECU AUCUN PRENOM DE LEURS PARENTS ET PARRAINS
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-13.png
Fichier image/png, 194k
Titre PRENOMINATIONS REVOLUTIONNAIRES EN L’AN II REPARTITION PAR TYPE (% MENSUEL)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-14.png
Fichier image/png, 561k
Titre PRENOMINATIONS REVOLUTIONNAIRES EN L’AN II REPARTITION PAR SEXE (% MENSUEL)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-15.png
Fichier image/png, 376k
Titre PRENOMS DIFFERENTS AU BAPTEME ET A L’ETAT CIVIL (EVOLUTION PAR SEXES)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-16.png
Fichier image/png, 343k
Titre PRENOMS DIFFERENTS AU BAPTEME ET A L’ETAT CIVIL (EVOLUTION PAR TYPES)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17536/img-17.png
Fichier image/png, 176k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search