Version classiqueVersion mobile

Familles en Révolution

 | 
Philippe Daumas

Chapitre V. Amour et sexualité hors mariage

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Sur ce sujet voir en particulier : J. Godechot, Les institutions de la France sous la Révolution e (...)
  • 2 A. Soboul, Les sans-culottes parisiens en l'an II, Paris, 1968, p. 230-233.

1Animée d'esprit religieux, la société de l'Ancien Régime a toujours étroitement lié la sexualité à la procréation, et considéré que le mariage en était le cadre nécessaire. L'expression « enfant naturel » affirme implicitement que si l'événement ne peut être contesté dans sa réalité, il n'est pas conforme aux règles de la société. Le mot « illégitime », fréquemment utilisé dans les actes de baptême, l'exprime plus clairement encore. Le sort réservé aux filles mères atteste que l'ensemble du corps social admet ces principes et les traduit en actes. Si les législateurs de la période révolutionnaire reconnaissent les droits des « enfants de la nature », ce n'est pas sans réticences, comme en témoigne l'âpreté des débats autour de la question. Les lois promulguées sont constamment contestées et font l'objet de constants revirements1. Par ailleurs, les efforts considérables entrepris au même moment par le pouvoir politique dans le domaine de l'incitation au mariage et de l'exaltation patriotique de la famille, ne vont pas dans le sens d'une reconnaissance de l'amour libre, peut-être mieux toléré, mais en aucun cas présenté comme un modèle. Si Albert Soboul en souligne l'importance parmi les sans-culottes parisiens2, le phénomène semble très localisé dans le temps comme dans l'espace. L'Empire, comme la Restauration, réaffirment des principes moraux sans ambiguïté dans ce domaine, mêlant étroitement les exigences de la religion à celles de l'ordre social. Les relations amoureuses en dehors du mariage peuvent donc être considérées, tout au long de la période étudiée, comme une transgression des règles de la morale. Elles ont cependant toujours existé réprouvées mais tolérées, dans des limites et des conditions qui résultent - donc témoignent également - de l'évolution des mœurs et des mentalités.

  • 3 J.-L. Flandrin, Amours paysannes..., ouvr. cité, p. 205.
  • 4 Voir en particulier : J. Depauw, « Amours illégitimes... », ouvr. cité, p. 1155-1182. A. Fillon, L (...)

2Les sources disponibles ne permettent guère d'en mesurer l'importance. Elles n'y apparaissent que de manière limitée, souvent indirecte. Les registres paroissiaux et l'état civil fournissent deux indicateurs étroitement liés entre eux, les naissances d'enfants illégitimes et les conceptions prénuptiales : deux issues possibles à une même aventure, celle d'une relation consommée avant la conclusion d'un mariage, même si l'un des protagonistes au moins la conçoit dans cette perspective. Pour Jean-Louis Flandrin, qui qualifie de « tragique » toute forme d'amour illégitime, « lorsqu'une grossesse était enregistrée, c'est que la fille n'avait plus d'espoir d'échapper au déshonneur par le mariage ou l'avortement3 ». Il paraît alors évident que si elle parvient à se faire épouser, que ce soit sous la pression du sentiment, de l'obligation morale, de l'opinion publique ou de l'institution judiciaire, le résultat ne sera plus un enfant naturel, mais une conception prénuptiale... La distance entre les deux hypothèses paraît alors bien réduite, souvent conditionnée par de simples considérations de délais ou de circonstances. Un mariage suivi d'une naissance deux ou trois mois plus tard et un mariage assorti de la reconnaissance d'un enfant né quelques mois plus tôt, s'ils ne relèvent pas du même indicateur, ne témoignent-ils pas néanmoins de situations quasiment identiques ? Dans un cas comme dans l'autre, le déroulement des événements n'éclaire ni la nature des relations entre les conjoints, ni leurs motivations respectives. Le thème de la fille séduite, qu'elle soit ensuite épousée ou abandonnée, a été largement alimenté par les archives judiciaires, et notamment par les importantes recherches consacrées aux déclarations de grossesses4. Si sa pertinence est incontestable, on ne peut écarter d'autres hypothèses, moins aisément perceptibles mais tout aussi vraisemblables. C'est tout d'abord celle de la spontanéité : passion partagée, rapidement consommée et féconde, avant même que le mariage ait pu être projeté, négocié entre les familles et organisé matériellement. Ce peut être également celle d'une stratégie concertée, visant à mettre devant un fait accompli des parents réticents ou opposés à un mariage, ou tout simplement à conférer une légitimité indiscutable à une union confrontée à des obstacles majeurs. C'est enfin celle de relations amoureuses vécues sans aucune intention de mariage, dont les conséquences imprévues sont assumées de manière improvisée, soit par la fille seule, soit par le couple, sans qu'il en résulte nécessairement un mariage. Tous ces cas, s'ils échappent à la problématique de la fille trompée ou abandonnée par son séducteur, ne témoignent pas moins de situations de marginalité ou d'opposition vis-à-vis des usages et de la morale en vigueur, mais bien sûr d'une autre manière, ce qui souligne la multiplicité des formes et des contenus de la transgression.

  • 5 La loi du 12 brumaire an II reconnaît comme seule preuve de la paternité la déclaration écrite du (...)

3Si les actes d'état civil et de catholicité ne livrent qu'une vision fugitive et parcellaire de l'itinéraire du couple, les archives judiciaires semblent fournir davantage d'indications sur le déroulement des faits et les sentiments des intéressés. Les déclarations de grossesses indiquent généralement le nom du père et un bref récit des événements, mais la répétition continue du même argumentaire, voire des mêmes formulations, met en cause la crédibilité d'un discours déterminé par la démarche elle-même. Les affaires jugées, offrant parfois de longs comptes-rendus de débats et de témoignages, fournissent de manière directe ou indirecte beaucoup plus d'informations, mais elles sont malheureusement très rares : deux seulement sur l'ensemble des actes entre 1775 et 1793 dans les ressorts judiciaires étudiés. La législation révolutionnaire ayant aboli la recherche de paternité5, ce type d'affaire disparaît totalement après la loi du 12 brumaire an II (2 novembre 1793). Toutefois, certains juges continuent à enregistrer des déclarations de grossesses pendant plusieurs années. La dernière en date, pour les ressorts judiciaires étudiés ici, est reçue par le juge de paix du canton de Villejuif le 25 juin 1808. Il est possible que certains juges aient éprouvé des difficultés à changer leurs habitudes, comme le suggère la fréquente apparition dans les actes de la mention « conformément à la loi », qui après 1793 ne se justifie plus.

4Mais il semble également que la déclaration ait changé de finalité : n'étant plus imposée par la loi, elle manifeste simplement la volonté des déclarantes ou de leur famille de faire pression sur le père présumé de l'enfant, pour en obtenir soit le mariage, soit une indemnisation par la prise en charge financière des frais de gésine et de l'éducation de l'enfant. Certains actes font clairement état de cette intention. Ainsi Marie Catherine Lefèvre, déclarant sa grossesse devant le juge de paix de Pantin le 7 germinal an II, annonce qu'elle fera contre le père de l'enfant :

« toutes demandes pour en obtenir du secours, tant dans sa grossesse que pour subvenir aux frais de nourriture, entretien et éducation de l'enfant ».

5Si de telles déclarations se raréfient après la Révolution et disparaissent après 1808, on peut envisager que les juges aient été rappelés à l'ordre, ou tout simplement que face à une institution judiciaire de moins en moins disposée à leur donner gain de cause, les filles mères aient peu à peu renoncé à entreprendre des démarches a priori vouées à l'échec.

  • 6 La progression des « consentements à mariage » est spectaculaire dans les actes notariés. Pour les (...)

6Dans tous les cas, les archives judiciaires présentent une vision orientée des amours illégitimes : seules y apparaissent des situations conflictuelles, et uniquement celles qui n'ont pu être réglées par d'autres moyens, soit par des négociations devant notaire, soit simplement dans le cadre familial. L'existence dans les archives notariales des « sommations respectueuses » et des « consentements à mariage » en fournit la preuve manifeste6. Plus généralement, même en diversifiant les sources, on ne peut espérer obtenir qu'une vision très partielle des relations amoureuses hors mariage, non seulement parce que les pratiques sexuelles infécondes échappent totalement à l'enquête, mais aussi parce que les rapports sexuels n'entraînent pas toujours une grossesse. De plus, il est impossible de mesurer l'importance des pratiques anticonceptionnelles et de l'avortement, dont l'existence est avérée à cette époque, et qui ont sans doute été pratiquées dans les amours illégitimes plus encore que dans les relations conjugales. Sans chercher à mesurer un écart hypothétique entre la partie visible et la partie cachée des amours illégitimes, on se contentera ici de dégager des données mesurables quelques évolutions significatives, et d'en rechercher dans des sources plus narratives, notamment les archives judiciaires, la confirmation ou l'illustration par des situations vécues.

Les conceptions prénuptiales

7Elles sont définies par l'écart entre la date du mariage et celle de la naissance du premier enfant qui en est issu. Afin d'éviter toute confusion avec les naissances prématurées, l'écart minimal a été fixé à sept mois, au risque de minimiser le phénomène. Une marge d'erreur importante résulte également des limites géographiques de l'enquête : la mise en relation des actes de mariages et de naissances du même village exclut les couples ayant migré entre temps, une situation sans doute assez fréquente dans une population dont la mobilité est loin d'être négligeable. De plus, lorsque les deux conjoints ne sont pas originaires du même lieu, l'usage veut que le mariage soit célébré dans le village de la mariée, alors que bien souvent le couple s'établira ensuite dans celui de l'époux. C'est donc finalement une partie importante des couples qui échappe à cette enquête, puisque 1 782 cas ont pu être traités sur 2 895 mariages célébrés entre 1775 et 1825.

  • 7 A. Fillon, Les trois bagues aux doigts..., ouvr. cité, p. 221 et 226.
  • 8 J. Ganiage (dir.), Le Beauvaisis au xviiiie siècle: la campagne, Paris, 1988, p. 97-98.
  • 9 M. Lachiver, La population de Meulan du xviie au xixe siècle, Paris, 1969, p. 173-175.

8Comme le montre le graphique ci-après, les statistiques révèlent l'importance des conceptions prénuptiales. Elles concernent 18% des couples sur l'ensemble de la période, un taux nettement supérieur à ceux observés dans d'autres régions de France, comme par exemple les villages du Maine étudiés par Anne Fillon, où les conceptions prénuptiales ne concernent dans le dernier quart du xviiie siècle, que 10 à 11% des mariages7. Il est en revanche assez semblable à ceux observés dans d'autres régions plus proches de Paris : 17% dans le Beauvaisis entre 1780 et 18008, 19,8 % à Meulan entre 1790 et 18399. Toutefois, les auteurs de ces deux études considèrent la Révolution comme le point de départ d'un saut qualitatif, associé à celui des naissances illégitimes dans un mouvement de remise en cause de la morale catholique. Ici, l'évolution du taux entre 1775 et 1825 ne met pas clairement en évidence un tel phénomène de rupture. Les données de la période révolutionnaire s'inscrivent dans le prolongement de celles des dernières années de l'Ancien Régime, et les hausses sensibles observées en 1800-1810 et 1820-1825 ne peuvent être expliquées ni par le contexte politique ou religieux, ni par les fluctuations du marché matrimonial. Dans un corpus relativement modeste, une variation purement aléatoire de quelques unités peut faire varier sensiblement les pourcentages, et seule peut être considérée comme indiscutable une évolution nettement marquée, soit irréversible, soit clairement liée à un événement du contexte, ce qui n'est pas le cas ici. Nous retiendrons donc comme principale donnée pertinente le taux élevé des conceptions prénuptiales, avec une moyenne de 18% sur l'ensemble de la période, et des fluctuations sensibles (entre 12 et 24%), sans lien apparent avec leur contexte immédiat, et dont l'explication devra être recherchée dans une analyse plus détaillée du phénomène.

TAUX DE CONCEPTIONS PRENUPTIALES

TAUX DE CONCEPTIONS PRENUPTIALES

9Les statistiques par groupes de communes souffrent elles aussi de la modestie de leur corpus. Les courbes y connaissent des variations importantes (entre 6 et 50% par exemple pour Aulnay-Sevran !), sans cohérence et sans lien possible avec les événements de la période. Retenons simplement que la Révolution ne marque pas un changement quantitatif dans tous les groupes de communes. Les taux moyens sur l'ensemble de la période varient sensiblement d'un groupe à l'autre : ils dépassent les 20% à Aulnay- Sevran, Gennevilliers et Ivry, mais sont partout ailleurs inférieurs à 15%. Un élément d'explication peut être trouvé dans la diversité des contextes religieux. S'il est impossible de mesurer l'attachement des populations aux préceptes de l'Église, il semble évident que l'influence du curé sur ses paroissiens est un facteur déterminant de leur soumission ou de leur capacité de transgression. Certaines situations peuvent entraîner un relâchement de cette pression morale : période de vacance de la cure (Sevran), curé très âgé et impotent (Aulnay), situation très conflictuelle entre le curé et les paroissiens (Thiais, Gennevilliers), présence d'un curé « libéral » (Ivry). Ce n'est bien sûr qu'un élément d'explication, auquel il conviendra d'ajouter des facteurs sociaux et humains révélés par l'étude de la typologie des couples auteurs de conceptions prénuptiales.

  • 10 F. Lebrun, La vie conjugale..., ouvr. cité, p. 103.

10S'appuyant sur les données de Meulan et sur une enquête de l'INED, François Lebrun voit dans l'âge de la femme un facteur déterminant du taux de conceptions prénuptiales : les femmes les plus âgées, et notamment les veuves remariées, seraient plus tentées que les autres de consommer le mariage avant la cérémonie, une tendance expliquée par le fait que les femmes déjà initiées à l'activité sexuelle accepteraient moins bien l'abstinence que les autres10. Les données des onze villages étudiés ici ne confirment pas cette hypothèse. Les couples auteurs de conceptions prénuptiales y apparaissent plus jeunes que l'ensemble des couples. L'écart entre les moyennes, supérieur à un an et demi pour les hommes comme pour les femmes, peut être considéré comme important. Les femmes âgées de moins de 20 ans y sont plus nombreuses, celles âgées de plus de 30 ans nettement plus rares. L'âge du mari connaît les mêmes variations, avec des écarts à peu près identiques. Le pourcentage des veuves, et plus encore celui des veufs, est moins élevé parmi les couples auteurs de conceptions prénuptiales que sur l'ensemble des mariages. Il semble donc que dans le milieu rural proche de Paris, la sexualité prémaritale soit plutôt une affaire de jeunes gens.

  • 11 A. Fillon, Les Trois bagues aux doigts..., ouvr. cité, p. 225-226.

11Si les couples auteurs de conceptions prénuptiales connaissent un taux d'homogamie comparable à celui de l'ensemble des mariages, ils sont en revanche beaucoup plus fortement endogames, ce qui fait apparaître la proximité comme un facteur déterminant. Il est intéressant d'observer que Gennevilliers, Aulnay et Sevran, où les conceptions prénuptiales sont nombreuses, sont aussi les villages où les taux d'endogamie sont les plus élevés. À partir d'une série de cas étudiés de manière détaillée, Anne Fillon en souligne également l'importance, conjuguée avec un autre facteur : le relâchement de la surveillance parentale11. Cette piste n'a pu être explorée, faute de sources suffisamment détaillées.

12Enfin, l'étude des origines sociales, menée à partir des professions de l'époux et du père de l'épouse, fait apparaître des écarts sensibles entre la typologie des couples auteurs de conceptions prénuptiales et celle de l'ensemble des mariages. Les catégories les plus favorisées y sont nettement sous-représentées, de même que les commerçants et artisans. En revanche, les ruraux y sont plus nombreux, notamment les moins aisés (journaliers, manouvriers, salariés agricoles) et de manière plus accentuée pendant la Révolution. Ouvriers et domestiques sont également sur-représentés, mais c'est cette fois-ci en fin de période que l'écart est le plus important, sans doute en raison du fort accroissement numérique de ces catégories. L'évolution des taux à Ivry après 1815 confirme l'importance des conceptions prénuptiales en milieu ouvrier. Il semble évident que le contrôle moral et l'influence religieuse s'exercent moins efficacement dans les milieux sociaux les plus défavorisés, d'une part en raison de leurs conditions de vie, mais aussi peut-être parce que les notions d'honneur, de vertu ou de réputation y sont moins ancrées dans les mentalités que dans les classes aisées.

  • 12 F. Lebrun, La vie conjugale..., ouvr. cité, p. 103.

13Déjà acquise dans les dernières années de l'Ancien Régime, l'importance des conceptions prénuptiales constitue bien, comme l'indique François Lebrun, la preuve « des limites de la christianisation des mœurs entreprise au xviie siècle, et du décalage entre la morale religieuse et une morale populaire plus indulgente12 ». Elle témoigne d'une évolution évidente, bien que variable selon les classes sociales, de la relation entre sexualité et mariage. Les libertés prises par certains couples indiquent peut-être aussi un détachement à l'égard des notions de moralité ou de bonne réputation : se marier-y compris à l'église - enceinte de plusieurs mois, c'est de toute évidence ne pas craindre le scandale, ou tout au moins l'assumer, à moins que l'opinion publique soit effectivement déjà devenue plus indulgente que les autorités constituées. Mais l'affaiblissement de certains principes ne signifie pas l'abandon de toute morale, et la transgression s'arrête ici à l'acceptation du mariage, qu'il ait été initialement prévu ou simplement concédé comme conséquence d'actes dont on assume finalement la responsabilité. Au-delà de cette limite, les naissances illégitimes peuvent témoigner d'attitudes sensiblement différentes.

Les enfants naturels

14La notion de légitimité étant liée au mariage, sont considérés comme « naturels » les enfants dont la mère est célibataire ou veuve non remariée, que l'acte mentionne ou non l'existence du père, même si celui-ci le reconnaît ou en fait lui-même la déclaration. L'acte d'état civil fait souvent mention de l'illégitimité, sous des formes diverses. En l'absence de père, il peut qualifier directement l'enfant de naturel ou d'illégitime, ou préciser qu'il est né de père inconnu. Lorsque l'enfant est déclaré par le père, l'acte précise le plus souvent que les parents ne sont pas mariés, ou qu'ils n'ont pas le même domicile, mais se contente parfois de ne pas mentionner que la mère de l'enfant est son épouse. Bien que le recours aux registres de baptêmes ou la comparaison avec d'autres actes concernant le même couple permettent le plus souvent de clarifier la situation, il peut résulter de ces formulations incomplètes une marge d'erreur, modeste sans doute mais inévitable.

Evolution quantitative : l'apparition du père

15L'enquête porte sur les 369 naissances d'enfants naturels recensées dans les onze villages entre 1775 et 1825. Les naissances avec père inconnu et père connu ont été dissociées, l'écart entre les deux catégories pouvant constituer un indicateur pertinent. Le graphique ci-dessous fait apparaître une tendance générale à la hausse nettement marquée. De valeurs inférieures à 2 % sous l'Ancien Régime, on passe à 7% en 1820-1825. Un « creux » peut être observé pendant la Révolution, avec des taux voisins de 1% seulement.

TAUX D’ENFANTS NATURELS

TAUX D’ENFANTS NATURELS
  • 13 J. Ganiage (dir.), Le Beauvaisis..., ouvr. cité, p. 130.
  • 14 M. Lachiver, La population de Meulan..., ouvr. cité, p. 67.
  • 15 Y. Blayo, « La proportion de naissances illégitimes en France de 1740 à 1829 », dans Population, n (...)

16Ces données sont assez proches de celles couramment observées dans la région, par exemple dans le Beauvaisis (0,8% de 1750 à 1774 et 1,5 % de 1775 à 1800)13 ou à Meulan (2,3% de 1760 à 1789 et 4,16% de 1790 à 1819)14, bien que ces deux enquêtes adoptent un découpage périodique moins détaillé. Elles sont en revanche nettement supérieures à celles de l'enquête de l'INED présentée par Yves Blayo, donnant pour les campagnes d'Île-de-France des taux de 0,5 % de 1740 à 1789 et 3,4 % de 1790 à 182915, avec toutefois un cadre chronologique encore différent.

17Le fléchissement des taux entre 1789 et 1799 peut s'expliquer par la conjonction de plusieurs facteurs. La très forte nuptialité durant cette période réduit sensiblement le nombre des célibataires, principaux auteurs des conceptions illégitimes. Le départ aux armées de bon nombre d'hommes jeunes contribue sans doute à accentuer le phénomène. Mais ces explications ne peuvent être suffisantes. Une logique un peu trop simpliste inciterait à voir dans la Révolution une période de « libération sexuelle » dont la multiplication des naissances illégitimes pourrait être une manifestation directement perceptible. Or, cette hypothèse n'est pas vérifiée dans les faits, ce qui incite à s'interroger sur la validité de ce raisonnement.

  • 16 F. Lebrun, La vie conjugale..., ouvr. cité, p. 101.

18Il faut tout d'abord rappeler que l'idéologie révolutionnaire officielle n'a jamais prôné l'amour libre, même si elle a reconnu les droits des enfants qui en sont issus. Elle n'a formellement remis en cause ni la famille, ni le mariage, et son effet libérateur se situe sur un autre plan, celui d'une redéfinition des rapports entre les individus et des modalités d'un contrôle social où la religion ne tient plus le rôle principal. Par ailleurs, il n'est pas évident que toutes les naissances illégitimes résultent de situations témoignant d'une forme de libération sexuelle. Comme nous l'avons vu à propos du mariage des filles mères, leurs grossesses sont le produit d'une relation plus souvent subie que consentie, marquée par une subordination étroite vis-à-vis de leur séducteur. Souvent mineures, parfois orphelines, domestiques dans bien des cas, elles apparaissent fragiles et dépendantes, exposées à la pression morale comme à la violence physique. Ainsi, pour François Lebrun, « l'illégitimité apparaît avant tout comme l'illustration de l'infériorité féminine16 ». Dans cet esprit, le recul des naissances illégitimes pendant la Révolution peut être porté au crédit d'une société plus égalitaire, plus soucieuse du respect de la personne humaine et de l'amélioration de la condition des femmes.

  • 17 A. Fillon, Les Trois bagues aux doigts..., ouvr. cité, p. 310.

19Le taux d'enfants naturels connaît une augmentation rapide et importante de 1800 à 1809, suivie d'une période de stabilisation à un niveau élevé jusqu'en 1825. Si cette augmentation touche aussi bien les enfants de filles mères que ceux ayant un père déclaré, il s'agit cependant de deux évolutions bien distinctes et ayant des significations très différentes. Paradoxalement, la multiplication des enfants naturels sans père déclaré est peut-être un effet de la législation révolutionnaire. La loi du 12 brumaire an II (2 novembre 1793), en abolissant de fait la procédure de recherche en paternité, prive de tout recours les filles enceintes confrontées à un refus du père de reconnaître l'enfant. Anne Fillon y voit « une législation toute masculine, responsable de la multiplication dans les villages d'un personnage rare jusqu'alors : la fille mère17... ».

20Ce point de vue mérite sans doute d'être nuancé, non seulement parce que les filles mères existaient avant la Révolution et que les procédures de recherche en paternité ne leur donnaient pas toujours gain de cause, mais aussi parce que le taux d'enfants naturels sans père déclaré ne commence pas à augmenter en 1794 mais seulement quelques années plus tard, après la Révolution. En fait, il est difficile de dissocier l'effet d'un texte législatif de son contexte politique, idéologique et culturel. Pendant la Révolution, il semble que le retournement de la loi du 12 brumaire an II contre les mères d'enfants naturels ait été freiné par la pression idéologique d'un pouvoir attaché aussi bien à soutenir la nuptialité et la natalité qu'à maintenir un ordre moral fondé sur des principes nouveaux : égalité des individus, respect des lois, lien étroit entre citoyenneté et responsabilité individuelle, autant d'idées dont la conjonction ne crée sans doute pas les conditions les plus favorables à ces « tricheurs de la fin du siècle » justement dénoncés par Anne Fillon. Au lendemain de la Révolution, les conditions changent mais la loi demeure. Dans le contexte d'un important retour en arrière vis-à-vis du statut et de l'image de la femme, il est moralement plus facile à certains pères illégitimes de ne pas assumer leurs responsabilités. La conjonction malheureuse d'une loi et du renversement de son contexte amorce ainsi un mouvement dont les effets seront perceptibles tout au long du xixe siècle.

21Le second fait marquant de la période 1800-1825 est la forte augmentation du taux d'enfants naturels avec père déclaré ou déclarant : moins de 0,5 % sous l'Ancien Régime et pendant la Révolution, 2,6% en 1805- 1809, 3,7 % en 1820-1825. Il serait tentant d'y voir un changement d'attitude des hommes face à une grossesse inattendue et a priori non désirée, le choix de la reconnaissance de l'enfant pouvant témoigner d'un sens des responsabilités et d'un respect pour la femme jusque-là beaucoup plus rares. Mais la relation entre conception, reconnaissance et mariage est en fait beaucoup plus complexe et impose de nuancer cette analyse. Rappelons tout d'abord que le nombre d'enfants sans père connu a augmenté lui aussi, tant en nombre qu'en proportion, ce qui contredit l'idée d'un changement radical des mentalités. En fait les attitudes nouvelles ne remplacent pas les habitudes anciennes, mais semblent s'y ajouter. Par ailleurs, l'acceptation du fait accompli n'entraîne pas seulement la reconnaissance de l'enfant après sa naissance. Décidée rapidement, elle peut déboucher sur un mariage hâtif assorti d'une conception prénuptiale, une situation fréquente tout au long de la période. Les reconnaissances d'enfants naturels par leur père témoignent donc de situations différentes. Tout d'abord, le mariage peut être décidé tardivement, parfois après une négociation difficile ou une action en justice, parfois aussi sous l'effet de la naissance de l'enfant. Ce cas de figure demeure très rare : un cas en 1804, 8 entre 1805 et 1814, 16 entre 1815 et 1825, soit 24 cas entre 1805 et 1825 sur un total de 121 naissances d'enfants naturels avec père déclarant.

  • 18 Pour 25 mariages postérieurs à une naissance illégitime recensés entre 1804 et 1825, le délai est (...)

22Il faut donc admettre que pratiquement quatre couples sur cinq ayant donné naissance à un enfant dit illégitime entre 1805 et 1825 ne se marieront pas ensuite. La marge d'erreur éventuelle ne peut résulter que de deux facteurs : la mortalité post-natale, non prise en compte ici, et d'éventuels mariages célébrés après 1825, vraisemblablement très peu nombreux18. Par ailleurs, on constate durant la même période que 16 couples ont eu ensemble plusieurs enfants naturels sans jamais se marier. Ainsi, l'apparition du père dans les actes des naissances illégitimes apparaît moins comme l'effet de régularisations par des mariages tardifs que comme le révélateur d'une toute autre situation : le concubinage.

23Les statistiques par groupes de communes confirment les deux faits marquants de la période : les faibles taux d'enfants naturels pendant la Révolution et la hausse spectaculaire des années 1800-1825 sont observables partout, de même que la hausse sensible à partir de 1800 des reconnaissances par le père. Les variations sensibles d'une commune à l'autre peuvent être en partie aléatoires, étant donnée la modestie du corpus pour chaque groupe, mais aussi trouver quelques explications dans la typologie des villages. Ainsi, les taux élevés d'enfants naturels de père inconnu constatés à Aulnay-Sevran ou à Saint-Rémy-Trappes peuvent apparaître comme un signe de persistance des mentalités traditionnelles dans des villages à forte ruralité et éloignés de Paris. À l'inverse, le taux élevé d'enfants naturels avec père connu observé à Ivry pourrait être mis en relation avec la proximité de Paris, mais aussi les transformations économiques et sociologiques de la commune à partir de la Révolution. Ce ne sont bien sûr que des hypothèses, qui exigent d'être confrontées avec l'étude de l'origine sociale des parents d'enfants illégitimes.

Qui sont les parents ?

24Les sources disponibles fournissent très peu d'informations sur les filles mères. Les registres paroissiaux et même d'état civil se limitent le plus souvent à une simple mention du nom et du prénom, et n'en indiquent ni l'âge, ni la profession ou la situation familiale, ni les circonstances de la grossesse. Qu'un tel silence soit réprobateur ou témoigne simplement d'une gêne face à une situation jugée honteuse, il en résulte un sérieux déficit d'informations : sur 223 actes de naissance sans père déclaré, 50 seulement fournissent des indications concernant la mère. La répartition de ces actes dans le temps n'est pas dépourvue d'intérêt : on en compte 3 seulement sous l'Ancien Régime (10% des actes de ce type), 6 pendant la Révolution (25% des actes), 16 sous le Consulat et l'Empire (20 % des actes) et 25 sous la Restauration (30% des actes). Si cette évolution témoigne peut- être d'un changement des attitudes au gré du contexte politique, elle demeure cependant modeste. Le corpus de ces actes peut permettre des observations pertinentes, mais sa représentativité demeure bien incertaine. Les déclarations de grossesses sont par définition plus explicites, mais suscitent également d'importantes réserves. Elles sont tout d'abord peu nombreuses : 8 sous l'Ancien Régime, 18 pendant la Révolution, 11 enfin entre 1800 et 1808, date de leur disparition totale, soit un total de 37 déclarations en 33 ans, dans des ressorts judiciaires pourtant géographiquement très étendus. Bien qu'y figurent plusieurs des communes dont les registres paroissiaux et d'état civil ont été dépouillés, il est intéressant d'observer qu'aucune naissance d'enfant naturel ne figure dans les deux sources, même sous l'Ancien Régime. On peut en déduire que bien des grossesses n'ont pas été déclarées, ou qu'elles l'ont été ailleurs que dans le ressort judiciaire d'origine de la mère. Si les déclarations insistent généralement sur les circonstances qui ont provoqué la grossesse, d'une manière d'ailleurs très stéréotypée, elles sont peu explicites sur la situation familiale ou professionnelle de la mère et sur la nature de ses rapports avec le père présumé. Il en résulte le plus souvent une forte impression de manque de sincérité, parfois confirmée par la conclusion surprenante de certaines affaires. L'image traditionnelle de la fille mère la présente avant tout comme vulnérable : jeune, de condition modeste, souvent dans une relation de dépendance avec son séducteur, qu'elle soit domestique, provinciale déracinée ou orpheline, elle apparaît dépourvue de tout encadrement familial ou social protecteur, et se trouve ainsi livrée sans défense aux entreprises des hommes. Cette image trouve-t-elle sa confirmation ici ? Curieusement, les deux sources utilisées apportent des réponses assez différentes.

25Les déclarations de grossesses ne donnent des filles mères qu'une image partiellement conforme au schéma traditionnel. Avant la Révolution, on y trouve bien 80 % de domestiques, mais la moyenne d'âge approche 25 ans et une seule fille est présentée comme venant de province. Une sur deux est accompagnée devant le juge par ses parents originaires du village. À l'exception de la condition de domestique, les indices de vulnérabilité ne sont guère perceptibles. Avec la Révolution, le nombre des déclarations augmente mais leur typologie évolue. L'âge des filles tend à s'abaisser, la moyenne est d'environ 21 ans. En revanche, les domestiques deviennent nettement minoritaires (6 sur 18 cas en 1790-1799, 5 sur 11 cas en 1800-1808). Plus de la moitié des filles vivent chez leurs parents, le plus souvent paysans (11 sur 18 en 1790-1799, 6 sur 11 en 1800-1808). Remarquons toutefois que la moitié au moins de ces filles sont orphelines d'au moins un parent (6 sur 11 en 1790-1799, 3 sur 5 en 1800-1808), ce qui confirme sans doute l'hypothèse avancée par Anne Fillon sur le relâchement de l'encadrement familial. Quelques cas de décalage social entre la fille mère et le père déclaré permettent de supposer une relation de dépendance ou tout au moins de forte pression morale, mais ils sont très minoritaires. Ainsi Émilie Marguerite Denis, femme de chambre, déclare le 3 décembre 1790 qu'elle est enceinte du sieur Lemaire, bourgeois de Paris, habitué de la maison de sa maîtresse, à qui elle a cédé sur la foi de promesses de « l'aider de sa fortune et de jamais l'abandonner »... ou encore Marie Joseph Amélie Matard, orpheline demeurant chez son beau-père aubergiste, se déclarant le 28 brumaire an VI enceinte du sieur Berrière, négociant et client régulier dudit beau- père, qui lui a promis le mariage mais a disparu après qu'elle se soit, selon la formule consacrée, « abandonnée à lui ». En revanche, sur les onze domestiques déclarantes, une seule attribue son enfant au maître de maison : Geneviève Quiénot, âgée de 19 ans, déclare le 22 messidor an VIII être enceinte du citoyen d'Haussy,

« qui l'a fait venir chez lui pour être fille de service, et l'a subornée en lui promettant de lui faire beaucoup de bien »...

26Trois sont enceintes d'un autre domestique de la même maison. Dans tous les autres cas, le père présumé est étranger à la maisonnée, ce qui témoigne de l'intégration des domestiques à des réseaux de sociabilité ouverts sur l'extérieur, et non confinés à une relation avec leurs maîtres et les autres serviteurs. Ces pères sont le plus souvent, comme les déclarantes elles-mêmes, d'origine sociale modeste : main d'œuvre agricole, ouvriers, soldats, beaucoup plus rarement artisans ou commerçants. Ils sont souvent de passage dans le village, une mobilité qui semble leur conférer une relative impunité. De fait, très peu de déclarations sont suivies d'une procédure dans le même ressort judiciaire, que ce soit avant, pendant ou après la Révolution.

27Les actes d'état civil donnent des mères d'enfants naturels une image assez différente. La moyenne d'âge y est plus élevée : presque 25 ans en 1800-1814, 23 ans en 1815-1825. On y voit apparaître des veuves et des femmes divorcées (11 sur 50, contre une seule parmi les déclarations de grossesse). Les domestiques y sont peu nombreuses (12 cas sur 50), notamment pendant la Révolution (2 cas seulement). Les rares indications fournies par les actes sur l'origine sociale des mères montrent qu'elles sont le plus souvent d'origine modeste : veuves non remariées, journalières, domestiques (12 cas) ou même sans ressources. Ainsi, Geneviève Coutillière, veuve et indigente, accouche le 23 août 1816 à Saint-Rémy dans une étable, d'un enfant sans père connu. Plus dramatique encore est le cas d'Aimée Grassa, indigente et sans domicile connu, dont l'enfant est trouvé à Gennevilliers le 25 août 1825,

« dans une ferme, caché dans le fumier, sans vêtement, présentant quelques contusions, et près dudit enfant à l'entrée de la grange le corps mort de sa mère, décédée à la suite de l'accouchement... ».

28Fort heureusement, toutes les situations ne sont pas aussi épouvantables. Si seulement 12 filles sur 50 sont déclarées habitant chez leurs parents, on ne retrouve que très modestement les indices habituels de vulnérabilité des filles mères : seulement deux orphelines, une provinciale, deux indigentes. Par ailleurs, cinq filles seulement sont âgées de moins de vingt ans. Il faut donc admettre qu'un grand nombre de ces mères seules ne sont ni jeunes, ni domestiques, ni dépendantes, ni même vulnérables, sinon par la modestie de leur condition sociale. Bien sûr, le grand nombre d'actes sans la moindre indication interdit toute conclusion hâtive, mais il semble évident que l'image traditionnelle de la fille mère n'est pas réellement confortée par les sources étudiées ici.

29Une seule constatation s'impose clairement : grossesses et naissances illégitimes sont avant tout l'affaire des milieux défavorisés. À l'intérieur de ce cadre, la variété des situations résulte des circonstances et la nature des sources influe elle-même sur la typologie. Ainsi n'est-il pas surprenant que les filles allant en justice pour faire une déclaration de grossesse soient les plus jeunes, les moins indépendantes, mais aussi celles qui bénéficient, par la présence de leurs parents, d'un encadrement social pouvant les y inciter et leur permettre de mieux l'assumer. L'étude détaillée des actes incite par ailleurs à une grande prudence vis-à-vis de certaines situations. Le nombre important de femmes domestiques dans le corpus peut être interprété sommairement comme l'indice d'une vulnérabilité particulière de cette catégorie, mais on constate que certaines d'entre elles étaient enceintes avant de devenir domestiques et que dans tous ces cas elles ne sont pas originaires de la commune. Ainsi Marie-Catherine Ferret, mère d'un enfant naturel né à Chennevières le 21 septembre 1816, n'est domestique chez le fermier Jean Bosseler que depuis dix jours. L'existence de plusieurs cas de ce type incite à envisager une autre situation peut-être assez fréquente : celle de filles ayant quitté leur village par suite de leur grossesse et allant se faire engager ailleurs comme domestiques pour assurer leur subsistance, alors qu'elles sont déjà enceintes. Dans ce cas, leur situation antérieure n'est pas perceptible, sinon à travers leur âge ou la mention éventuelle de leurs parents. Mais sur ce point, les actes sont trop rarement explicites pour qu'on puisse en tirer la moindre conclusion.

30Dans le cas des enfants naturels dont le père est connu, les registres paroissiaux et d'état civil sont l'unique source d'information. Pour les dix actes de baptême recensés avant la Révolution, le père est simplement mentionné, sans autre information, l'acte précisant que l'enfant est « naturel » ou « illégitime », ou que les parents sont « non mariés ». Les actes de l'état civil sont beaucoup plus explicites, le père étant presque toujours le déclarant, sauf circonstance exceptionnelle : voyage, départ aux armées, décès avant la naissance de l'enfant. Si les actes ne disent plus grand-chose sur la mère, hormis son nom et parfois son âge, ils indiquent pratiquement toujours la profession du père, ainsi que la situation du couple : « non mariés » est la mention la plus fréquente, mais il est souvent précisé si les deux parents habitent ou non le même domicile. Dans ces conditions, c'est la profession du père qui constitue pour notre enquête le seul indicateur utilisable.

31Sur les 145 pères déclarants d'enfants naturels, 139 professions sont connues. La comparaison de la répartition sociologique avec celle de l'ensemble des naissances fait apparaître des écarts positifs pour les catégories situées aux deux extrémités de l'échelle sociale : bourgeois, notables et commerçants d'une part, ouvriers, domestiques et main d'œuvre agricole d'autre part. Toutefois, l'écart ne paraît vraiment significatif que pour deux catégories : les commerçants et les ouvriers. À l'inverse, des écarts négatifs caractérisent les milieux de l'activité rurale, notamment les artisans et les vignerons. Ces observations suggèrent une analyse sociologique du problème : il est tentant de voir dans les classes sociales les plus mobiles et les plus ouvertes sur l'extérieur une force de changement, voire de contestation de l'ordre établi, le milieu purement rural apparaissant comme celui d'un conformisme ou d'un immobilisme lié à son attachement au sol et à l'étroitesse de son horizon... Traditionnelle mais simpliste, cette analyse ne peut suffire à expliquer un phénomène dont elle ne prend pas en compte toutes les données, et en particulier l'aspect général du corpus. À l'exception des fermiers, toutes les catégories sociales y sont représentées, et le milieu rural tout autant que les autres. En données brutes, les cultivateurs y sont plus nombreux que les commerçants, les artisans plus nombreux que les bourgeois et notables. L'analyse ne peut donc être purement sociologique, et se doit d'être également culturelle et politique.

32Si le fait d'avoir des enfants en dehors du mariage constitue assurément une attitude contraire aux habitudes sociales comme aux règles de la religion et de la morale, celle-ci peut répondre à des motivations très différentes sur lesquelles, une fois de plus, les actes ne nous renseignent pas. On peut y trouver l'anticonformisme proclamé ouvertement, la provocation, l'engagement politique, mais aussi la peur, la fuite devant la responsabilité de situations mal assumées, le repli sur soi dans une forme de marginalité liée à des conditions de vie précaires, à des situations de faiblesse psychologique ou de détresse sociale. On pressent parfois, sans toutefois en avoir la preuve, que le milieu social est ici un facteur déterminant, plus encore aux deux bouts de l'échelle qu'en son milieu. Mais deux indices au moins tendent à donner au phénomène une coloration idéologique.

33Tout d'abord, son évolution dans le temps : pour 8 naissances issues d'un couple non marié entre 1775 et 1789, on en compte 3 entre 1790 et 1799, mais surtout 52 entre 1800 et 1814, et 76 entre 1815 et 1825, soit plus de la moitié du corpus dans les dix dernières années de la période. Le phénomène est essentiellement postérieur à la Révolution, dont il peut apparaître comme un effet direct. Ici, la pratique culturelle rejoint peut-être l'attitude politique dans le refus d'un retour à l'ordre ancien, ou tout au moins dans l'affirmation d'une liberté individuelle face aux structures sociales contraignantes : pouvoirs, religion, morale, opinion publique. Un deuxième indice confirme cette hypothèse : la faiblesse du taux de baptêmes parmi les enfants de couples non mariés. Sur 145 naissances, on trouve 30 enfants non baptisés, soit un taux d'ensemble de 21%, très largement supérieur à celui observé sur la totalité des naissances. Entre 1800 et 1814, ce taux atteint 25% (13 enfants sur 53). Il n'est pas possible d'invoquer un éventuel refus de l'Église de baptiser les enfants issus de couples illégitimes : avant la Révolution comme après la reprise du culte en l'an III, on ne trouve trace de tels refus dans aucune paroisse. Il s'agit donc bien d'un choix des parents, qui rejoint et confirme celui qu'ils ont fait vis-à-vis du mariage.

34Les parents d'enfants naturels ne peuvent être définis simplement par des critères objectifs tels que l'âge, l'origine ou la situation sociale. Les conditions dans lesquelles l'enfant a été conçu paraissent plus déterminantes, mais aussi plus difficiles à cerner. Une première différenciation s'impose, entre les enfants de filles mères et ceux de couples non mariés. À ces deux situations correspondent des typologies parentales très différentes. Si notre enquête ne confirme que très partiellement l'image d'une fille-mère socialement fragilisée, victime passive d'un séducteur sans scrupule, elle montre que les amours difficiles, conflictuelles, mal assumées, sans issue « honorable » ou sans compromis, surviennent le plus souvent dans les classes sociales les plus modestes. On pressent bien sûr le poids des conditions de vie précaires, de la fragilité de l'encadrement familial, mais aussi d'un détachement évident à l'égard des contraintes sociales. Dans le cas des couples non mariés, que ce soit de manière temporaire ou durable, l'événement résulte moins d'un concours de circonstances que d'un choix personnel même si celui-ci répond à une situation imprévue. Ici les parents se recrutent sur des critères en grande partie idéologiques et dans toutes les classes sociales, même si certains milieux, de par leurs conditions de vie et d'activité, semblent plus disposés que d'autres à transgresser les règles de la religion et de la morale. La multiplication des naissances d'enfants naturels déclarés par leur père, visiblement issus de couples non mariés, est le fait marquant du quart de siècle qui suit la Révolution. Elle constitue sans doute le meilleur moyen d'appréhender une réalité difficile à cerner avec précision mais de plus en plus sensible durant cette période : les progrès du concubinage.

Le concubinage, réalité impalpable

35N'ayant pas d'existence légale concrétisée par des actes spécifiques, le concubinage n'apparaît qu'incidemment et de manière indirecte, révélé dans les registres paroissiaux ou d'état civil par certaines formulations, dans les archives judiciaires par la mention de situations en rapport direct ou indirect avec l'affaire traitée. Le relevé systématique de ces apparitions permet de dresser un tableau assez varié des situations vécues, mais quelle en est la représentativité réelle ? Les concubins qui ne font pas d'enfants, ne se marient pas et ne passent jamais devant le juge ou le notaire, échappent totalement à l'enquête. En leur absence, il est impossible de quantifier ou de définir la typologie d'un phénomène dont la réalité paraît évidente, mais les contours indiscernables.

36Dans les registres paroissiaux ou d'état civil, les naissances sont généralement déclarées par le père de l'enfant. Le nom de la mère est en principe suivi de la mention « son épouse ». L'absence de cette formulation ne prouve pas que le couple n'est pas marié, car elle peut résulter d'un simple oubli du rédacteur de l'acte. Seules peuvent être considérées comme probantes des mentions explicites : lorsque l'enfant est dit « naturel » ou « illégitime », lorsque les parents sont déclarés « non mariés », lorsque la mère est qualifiée de « demoiselle », la situation paraît incontestable. Dans les actes de mariage, la mention « même domicile » pour les deux conjoints, fréquente en particulier en fin de période, atteste clairement d'un concubinage prémarital. Il convient de dissocier les situations temporaires, limitées à quelques semaines ou quelques mois, des situations durables ou définitives. Si les unes témoignent simplement d'un décalage entre la réalisation du couple et sa légalisation, les autres témoignent d'un véritable refus du mariage, donc d'un choix culturel ou idéologique beaucoup plus signifiant. Les actes fournissent parfois des informations sur la situation du couple. Ainsi l'acte de naissance de Jean Pierre Darblay, né le 7 juin 1809 à Orly, précise que le mariage de ses parents est en cours de publication. De même, celui de Clément Honoré Briffault, né le 11 août 1812 à Gennevilliers, est accompagné d'une déclaration du père, s'engageant à épouser la mère « dès qu'il sera libre de le faire »... Certains mariages s'accompagnent de la reconnaissance d'un enfant né auparavant, mais l'indication est moins probante : elle n'indique pas si le couple a vécu ou non en concubinage avant la naissance de l'enfant, ni combien de temps il l'a fait. De même, en l'absence de toute mention explicite, le rapprochement des actes de naissances et de mariages permet de détecter quelques cas de « régularisation » à court terme. Mais ici encore, rien ne transparaît de la situation du couple avant la naissance de l'enfant. Dans tous ces cas de figure, si le concubinage prémarital paraît une hypothèse vraisemblable, il ne peut s'agir que d'une présomption.

37Les situations durables sont beaucoup moins équivoques, mais bien sûr beaucoup plus rares. Elles apparaissent clairement lorsque le mariage s'accompagne de la reconnaissance d'un enfant déjà âgé de quelques années. Plus fréquemment que ceux de l'état civil, les registres de catholicité associent les deux actions dans le même acte, et de manière parfois très explicite. Ainsi le 14 juillet 1812, Jean Germain Dupille et Marie Louise Deprés se marient à Sevran et reconnaissent en même temps un enfant né le 13 novembre 1808, donc âgé de presque quatre ans. Il arrive que l'enfant soit présent à la cérémonie ou même qu'il y participe activement. C'est le cas, assez surprenant, du mariage religieux d'Étienne Montarlot et Jeanne Petit, célébré à Aulnay le 5 février 1824, où l'acte précise que la cérémonie a eu lieu

« en présence d'un enfant âgé d'environ 12 ans, qui a été reconnu dans l'acte d'état civil comme étant leur enfant, et qui a passé sous le poêle suivant les anciens usages de l'Eglise, et qui en cette qualité a signé avec nous »...

38Un acte fait même explicitement mention du concubinage, celui du mariage religieux de Côme Retrou et Marie Rose Leduc, célébré à Gennevilliers le 15 mars 1812,

« les parties susdites cohabitant ensemble depuis dix-huit mois pendant lesquels elles ont eu un fils qu'elles ont porté à l'église, tenu entre leurs bras et reconnu pour leur fils ».

39Une autre méthode d'approche du concubinage durable est la recherche, dans les actes de naissance, de couples ayant eu plusieurs enfants répartis sur plusieurs années sans jamais s'être mariés. Trois cas paraissent particulièrement significatifs, bien que différents les uns des autres. Le premier concerne un couple de Chennevières, Charles Belluin et Anne Bolève, qui ont eu sept enfants entre floréal an III (mai 1795) et avril 1810. Une incertitude pèse sur le premier d'entre eux, né le 27 floréal an III « de père inconnu », mais prénommé Charles... Tous les autres sont déclarés à l'état civil par leur père. Il est intéressant de noter qu'aucun de ces enfants n'a été baptisé, mais aussi qu'Anne Bolève était elle-même une enfant naturelle, née de père inconnu. Le cas de Jean Marc Matthieu Cochet, cultivateur à Ivry, est intéressant à d'autres titres. Marié en secondes noces le 20 nivôse an VIII avec Marie Marguerite Bourdilliat, celle-ci lui donne deux enfants mais meurt en couches à la naissance du second, le 23 nivôse an XI. Un an et demi plus tard, le 23 messidor an XII, il déclare à l'état civil la naissance d'un nouvel enfant, dont la mère est Marie Geneviève Bourdilliat, sœur de sa défunte épouse et marraine de leur dernier enfant. Il aura par la suite dix autres enfants avec la même femme, le dernier en janvier 1819, sans jamais l'épouser. On peut supposer que le lien de parenté entre ces deux personnes a pu constituer un obstacle - non juridique mais moral - à un éventuel mariage, d'autant plus que tous les enfants de ce couple illégitime ont néanmoins été baptisés. Mais l'état de concubinage n'en a pas moins été assumé pour autant. Le troisième cas résulte sans doute, comme le précédent, de circonstances très particulières où les considérations morales interviennent de manière déterminante. Le 24 septembre 1818 à Aulnay, Marie Anne Flore Trotin met au monde un enfant présenté comme « naturel ». Le père, qui en fait la déclaration à l'état civil, se nomme Lazare Iagouroff et l'acte précise qu'il est « russe de nation ». Il s'agit sans doute d'un soldat des troupes russes qui ont occupé la région en 1814-1815, et qui n'est jamais reparti... Après une autre naissance le 1er mars 1821, dont l'acte précise que les parents sont « non mariés » mais ont « même domicile », le couple finit par se marier le 9 février 1824, soit plus de cinq ans après la naissance de son premier enfant. Il n'y a pas de cérémonie religieuse, mais les deux enfants nés avant le mariage ont été baptisés, de même qu'un troisième né un an après. Si dans ce dernier cas le concubinage n'a pas été définitif, il a néanmoins duré plusieurs années, peut-être le temps nécessaire à l'intégration dans le village d'un étranger arrivé dans des conditions très particulières.

40Ce n'est pas le nombre d'enfants hors mariage qui constitue le critère déterminant d'une situation de concubinage durable, mais plutôt le nombre d'années écoulées entre le premier et le dernier enfant déclaré. Certains couples non mariés ont seulement deux ou trois enfants, mais à des dates qui semblent indiquer plusieurs années de vie commune. Ainsi, Jean Noël Descoingts et Jeanne Renault, de Gennevilliers, ont ensemble trois enfants naturels nés en 1814, 1816 et 1818. Pierre Marie Grangé et Angélique Pineau, d'Ivry, ont deux enfants nés en 1813 et 1816. Neuf cas du même type existent entre l'an X et 1825, dont cinq comportent une dernière naissance en 1825, ce qui permet d'envisager une continuation au-delà du terme de la période étudiée. Trois de ces couples ne font baptiser aucun de leurs enfants, soit une proportion d'un tiers, très supérieure à celle des enfants non baptisés dans l'ensemble des naissances. La relation paraît ici évidente entre le refus du mariage et celui du baptême, manifestations d'une même liberté d'esprit à l'égard de la religion et des habitudes sociales.

41La problématique des relations entre maîtres et domestiques trouve dans ce type de situations un éclairage particulier. Ainsi le 30 frimaire an XIV (21 décembre 1805) naît à Trappes un enfant déclaré par son père,

« fils naturel d'Alexis Thibout, cultivateur en cette commune, et de Marie Louise Guillery sa domestique ».

42Deux ans plus tard, le 21 septembre 1807, le même couple a un deuxième enfant et l'acte de naissance déclare les parents « non mariés » mais « ayant même domicile ». L'état de domesticité de la mère n'est plus mentionné. Plus probant encore est le cas de Louis Etienne Desauges, cultivateur à Saint- Rémy, qui déclare le 25 mars 1810 un enfant né de Madeleine Guebert, « demeurante chez lui en cette commune en qualité de domestique, et étant sa nièce », dont il reconnaît être le père. Le 2 février 1813, la jeune femme met au monde une fille, sans père déclarant, mais prénommée Louise... Elle est toujours présentée comme domestique. Un an plus tard, le 9 février 1814, naît un troisième enfant, déclaré par Louis Étienne Desauges, fils de l'intéressé et de « Madeleine Guebert, sa domestique, demeurant en sa maison audit Saint-Rémy ». Le couple finit par se marier le 30 août 1816, reconnaissant en même temps un enfant né le 9 février de la même année, mais qui ne figure pas sur les registres de naissances de la commune. De telles situations incitent à s'interroger sur la nature des relations entre maître et domestique. Il est permis d'imaginer plutôt qu'un lien de stricte dépendance pouvant entraîner des abus, un rapport plus complexe où se mêlent étroitement la proximité physique, l'attachement personnel et la communauté d'intérêts, où la frontière entre amours ancillaires et concubinage semble bien incertaine. Dans certains cas, comme celui du couple Desauges-Guebert, il est même possible que le statut de domestique ne serve qu'à couvrir une situation de concubinage inavoué. C'est alors la naissance des enfants qui peut contraindre le couple à se dévoiler.

  • 19 Conciliation Geoffroy c/Bellaire, Justice de paix de Colombes, 16 pluviôse an VIII.
  • 20 Déclaration de grossesse de la Vve Levesque, Justice de paix de Villejuif, 25 juin 1808.
  • 21 Affaire Chanitre c/Garnier, Justice de paix de Vincennes, 24 floréal an II.

43Les archives judiciaires révèlent parfois des situations de concubinage, de manière indirecte mais toujours très explicite. Les types de procédures concernées, extrêmement variés, concernent le plus souvent des enfants. Ainsi le citoyen Bellaire, reconnaissant devant le juge de paix de Colombes l'enfant dont il est le père, évoque sa liaison avec la citoyenne Marie- Anne Geoffroy, « ayant habité avec elle et vu l'amitié qu'il lui a témoigné durant des années19 ». Dans la même situation, le citoyen Duburq déclare au juge de paix de Villejuif, à propos de la veuve Levesque : « la fréquentant depuis environ deux ans, j'ai depuis environ neuf mois habité avec elle20 ». Le 24 floréal an II, devant le juge de Vincennes, c'est dans le but d'obtenir une pension alimentaire pour ses enfants que la citoyenne Chanitre déclare à propos de leur père « que depuis quatorze ans qu'elle est avec lui, elle convient quelle a vécu dans un commerce criminel avec ledit Garnier, duquel commerce il est issu trois enfants21 ». Enfin le 20 thermidor an XIII, après le décès de la mère de ses enfants, Joseph Honoré Renaud s'adresse au juge de paix de Pantin pour en réclamer la tutelle et déclare :

  • 22 Conseil de famille pour les enfants de la Vve Morlaix, Justice de paix de Pantin, 20 thermidor an (...)

« que la dame Suzanne Petit, veuve Morlaix, s'est liée d'amitié avec lui et que de leur cohabitation pendant près de quatre ans environ, il est résulté deux enfants22 ».

  • 23 Acte de notoriété pour le citoyen Schmitz, Justice de paix de Pantin, 27 janvier 1814.
  • 24 Conseil de famille pour Madeleine Lesieur, Justice de paix de Pantin, 9 frimaire an IV.

44Le mariage peut être également l'objet de la procédure, comme dans le cas du citoyen Jacques Schmitz, qui demande un acte de notoriété au juge de paix de Pantin en faisant état « de sa cohabitation depuis 5 années avec la veuve Legras23 » ou celui de Madeleine Lesieur, orpheline mineure convoquant un conseil de famille devant le même juge pour obtenir l'autorisation « d'épouser le citoyen Jean-Louis Jonnot, nourrisseur de bestiaux, chez qui elle demeure depuis plus d'un an24 ». Les affaires d'injures proposent une approche plus imagée, mais moins fiable dans la mesure où les propos tenus sont contestés par la partie adverse. Faut-il croire le citoyen Guilbaud lorsqu'il déclare :

  • 25 Affaire Guilbaud c/Denis et Sauvoy, Justice de paix de Pantin, 8 novembre 1819.

« que le sieur Denis est un mauvais sujet, un coquin, qui vit non seulement avec une misérable, la demoiselle Sauvoy, qu'il fait passer pour sa femme, mais encore que son fils âgé de huit ans est bien le fils de cette misérable25 » ?

45Si le plaignant obtient gain de cause, la modicité de la peine - cinq francs de dommages et intérêts - laisse perplexe. Au total, une dizaine d'affaires attestent de situations de concubinage, avouées par les protagonistes pour les besoins de la cause. Ici encore, la grande majorité des cas se concentre sur la période 1800-1825. Seule la relation entre Jeanne Paule Chanitre et Joseph Garnier, d'une durée de quatorze ans, est antérieure à la Révolution.

46Si le concubinage n'est pas un phénomène quantifiable, sa réalité n'en est pas moins évidente, clairement attestée par deux sources différentes. Le positionnement chronologique des témoignages montre qu'à partir de la Révolution, il apparaît d'une manière de plus en plus fréquente, mais aussi de plus en plus clairement affirmée. Cela peut indiquer une multiplication des situations de concubinage, mais aussi une capacité accrue des intéressés à l'assumer ou à en faire état, y compris publiquement. Même si elle paraît fortement minoritaire, la volonté d'affirmer une liberté individuelle et un détachement absolu des règles de la morale ou des habitudes sociales est sans doute un héritage de la période révolutionnaire, tout comme la plus grande tolérance du corps social à l'égard de ces comportements.

47On peut toutefois observer, à travers certains témoignages, des exemples d'une perception négative du concubinage, parfois même chez ceux qui le pratiquent. Le fait que l'accusation de concubinage puisse être considérée comme insultante constitue déjà en soi une vision négative de cette situation. Mais quelques expressions saisies au fil des déclarations ou des actes montrent également qu'elle est parfois mal vécue ou mal perçue par les intéressés. Ainsi Jeanne Paule Chanitre, évoquant ses quatorze années de concubinage devant le juge de paix, parle d'un « commerce criminel ». Jacques Schmitz estime quant à lui « que sa cohabitation depuis cinq années avec la veuve Legras ne s'accorde ni avec les devoirs d'un galant homme, ni avec ses principes de confiance ». Il s'agit sans doute de simples artifices de langage dictés par les circonstances, mais il faut envisager également l'expression de tendances contradictoires, d'un décalage toujours possible entre les actes, les mots et les idées. À des évolutions répondent des résistances, pas toujours exprimées ni même toujours conscientes, et les deux tendances peuvent coexister aussi bien dans les mêmes milieux sociaux que chez le même individu. Le phénomène atteste de la difficulté du changement culturel, mais ne met pas en cause sa réalité.

Témoignages de l'adultère

  • 26 Art. 223 : « Le mari pourra demander le divorce pour cause d'adultère de sa femme. » Art. 224 : «  (...)

48L'adultère n'est pas une simple transgression de principes religieux ou moraux. Il porte atteinte au mariage, sacrement mais aussi institution, dont aucun régime n'a jamais contesté le bien-fondé, même pendant la Révolution. Si les législateurs républicains ont institué le divorce et reconnu les droits des enfants naturels, aucun d'eux n'a osé légitimer l'adultère ni même en modérer la réprobation. La loi du 20 septembre 1792 sur le divorce ne mentionne parmi les causes déterminées que le « dérèglement de mœurs notoires » (art. 4), mais celle du 30 ventôse an XI, intégrée au Code civil, cite l'adultère de manière très explicite, bien qu'entachée d'une différenciation sexiste26. Condamné par la religion comme par les pouvoirs publics, mal perçu par l'opinion, l'adultère a-t-il pu connaître pendant ou après la Révolution une recrudescence favorisée par les progrès de l'individualisme et d'une libéralisation des mœurs, dont il pourrait être en retour une manifestation concrète ?

49Générateur de situations conflictuelles, en rupture avec les règles de la vie sociale, l'adultère ne peut apparaître que dans les archives judiciaires. Toutefois, n'étant pas formellement réprouvé par la loi, il ne fait pas lui- même directement l'objet de procédures. Il apparaît incidemment comme motif ou circonstance d'une autre procédure : déclaration de grossesse dont le père présumé est un homme marié, réparation d'injures comportant une accusation d'adultère, procédure de divorce motivée par l'adultère d'un des conjoints. En fait, les apparitions de l'adultère dans les actes sont très rares : aucune dans les archives des justices seigneuriales de 1775 à 1789, sept seulement dans celles des justices de paix entre 1793 et l'an VIII, une encore en 1809, puis plus rien jusqu'en 1825. Bien que peu nombreuses, ces affaires sont cependant intéressantes, aussi bien par les situations décrites que par les propos qu'elles nous livrent.

50Parmi les pères présumés des déclarations de grossesses figurent deux hommes mariés. Le 22 messidor an VIII comparaît devant le juge de paix de Villejuif la citoyenne Geneviève Queniot, âgée de 19 ans, qui déclare :

  • 27 Déclaration de grossesse de Geneviève Queniot, Justice de paix de Villejuif, 22 messidor an VIII.

« être enceinte de six mois environ du citoyen D'Haussy, époux de la cit. Marquet, absent luy et son épouse depuis plus de quinze jours, qui l'a fait venir chez luy pour être fille de service à la cuisine et l'a subornée en luy promettant de lui faire beaucoup de bien27... ».

51Outre le jeune âge de la comparante, on retiendra qu'elle a profité de l'absence du maître et de son épouse pour venir faire sa déclaration. La citation des arguments du séducteur peut paraître curieuse, mais il ne pouvait bien évidemment promettre le mariage... Trois ans plus tôt, le 26 thermidor an V, le même juge avait enregistré la déclaration de Marie Élisabeth Pichard,

  • 28 Déclaration de grossesse de Marie Elisabeth Pichard, Justice de paix de Villejuif, 26 thermidor an (...)

« âgée de dix-huit ans, demeurant à Villejuif avec sa mère, laquelle nous a déclaré être enceinte des œuvres du citoyen Bertin son beau-père, aubergiste audit Villejuif, ayant été sollicitée et pressée par ledit Bertin28 ».

52Vu l'âge de la déclarante, on peut s'interroger sur l'absence de la mère et sur son attitude dans cette affaire.

53La mise en cause d'un beau-père figure également parmi les affaires d'injures. Le 17 mars 1793 est reçue à Pantin une plainte de Jean-Baptiste Gouffé et de son épouse, accusant le citoyen Vautier d'avoir déclaré au père de leur futur gendre :

  • 29 Affaire Gouffe c/Vautier, Justice de paix de Pantin, 17 et 24 mars 1793.

« Quoi, vous mariez votre fils à une fille enceinte de huit mois ? Sa mère a toujours été une libertine, la fille fait de même... ce n'est pas de votre garçon seul que la fille est enceinte, mais le beau-père y a travaillé29 ! ».

54Rien ne prouve que les accusations soient fondées, mais curieusement, le jugement étant remis à huitaine pour que chacune des parties puisse prouver sa bonne foi, les époux Gouffé ne se présentent pas à la deuxième audience et sont, par défaut, déboutés de leur plainte. Comme pour le concubinage, les accusations contestées par les intéressés n'apparaissent pas comme une source sûre. Toutefois, lorsqu'elles sont prononcées par le conjoint trompé, sont-elles peut-être plus crédibles que lorsqu'elles émanent d'une tierce personne, ce qui est précisément le cas dans les autres affaires de réparation d'injures. Le 15 floréal an V, la citoyenne Bierne, épouse Thevenot, comparaît devant le juge de paix de Villejuif, en audience de police, pour avoir déclaré publiquement :

  • 30 Affaire Jolly c/Thevenot, Justice de paix de Villejuif, 15 floréal an V.

« que la citoyenne Noëlle Jolly est la putain de son mary, qu'elle est toujours avec luy à se soûler, même à jouer au billard, qu'ils mènent une vie scandaleuse ce qui ruine son ménage30 »

55De même le 17 juin 1809, la femme Lardin comparaît devant le tribunal de police de Vincennes pour avoir insulté la femme Leroy,

  • 31 Affaire Leroy c/Lardin, Justice de paix de Vincennes, 17 juin 1809.

« la traitant de putain s'amusant à débaucher son mari, en disant qu'il était en ce moment caché chez elle... et lui dit : putain, rends-moi mon mari et mes quarante écus !... et lui dit encore qu'elle était la putain de son mari et autres injures graves que la pudeur ne permet pas de répéter31... »

56Dans cette affaire, la complice du mari est également une femme mariée, et le conflit conjugal se mêle visiblement à une affaire d'argent. Dans un cas comme dans l'autre, on relèvera la violence des mots, témoignage d'un climat très passionnel, mais aussi le curieux système de défense des accusées, ne cherchant pas à prouver le bien-fondé de leurs propos mais niant les avoir tenus, malgré la présence de témoins. La légèreté des amendes infligées montre la prudence des juges, qui de toute évidence ne souhaitent pas intervenir énergiquement dans des affaires aussi privées. Il est par ailleurs intéressant d'observer que dans toutes ces affaires, quelles que soient les circonstances de l'adultère, c'est le mari qui est en cause : un étrange décalage par rapport au sexisme de la législation en vigueur à partir de l'an XI.

57Le seul cas incontestable d'adultère féminin apparaît à Villejuif en l'an V. Le gendarme Devilliers, dont l'épouse a demandé le divorce quelques semaines plus tôt, vient faire devant le juge de paix une déclaration selon laquelle il l'a prise en flagrant délit d'adultère avec un de ses collègues. Il déclare :

  • 32 Déclaration du gendarme Devilliers c/son épouse et le gendarme Gallu, Justice de paix de Ville- ju (...)

« que sur les onze heures ne voyant pas revenir sa femme et s'estant aperçu que le citoyen Gallu, aussi gendarme son camarade était absent depuis le matin du départ de sa femme... il se serait rendu de suitte chez un traiteur où après avoir demandé s'il n'y aurait pas chez eux un gendarme avec une dame, dont il en a dépeint la figure, on luy aurait dit quelle y était avec un gendarme, que étant monté au premier étage, et dans un cabinet séparé ayant frappé à la porte l'ayant trouvée fermée, le comparant aurait trouvé son épouse avec led. citoyen Gallu son camarade assis l'un contre l'autre, son épouse toute découverte jusqu'à la poitrine, ce qui l'a mis dans la dernière surprise, jusqu'au point quil fut trouvé évanouy, que cependant le sangt luy étant revenu, il luy aurait dit quel dessein elle avait de mener une pareille conduite, que ce n'estait pas ce qu'elle luy avait promis le jour d'hyer au soir, qu'il y a eu une très grande dispute avec led. Gallu, que ce dernier luy dit quil ne le connaissait pas et quil pouvait faire avec sa femme ce quil voulait, qu'en conséquence le sabre a été tiré sans que led. Gallu ait voulu se défendre avec le sien, qu'alors il est descendu pour requerir trois citoyens honnetes de bien vouloir reconnaître en cas de besoin sa femme ainsi que le citoyen Gallu, qu'en suitte pour éviter un événement funeste il a préféré les laisser dans ledit cabinet où lesdits particuliers par luy requis sont restés avec led. Gallu et sa femme, et de suitte se serait rendu chez son capitaine pour luy en faire sa déclaration, et de suitte de retour à Villejuif il serait venu nous faire sa déclaration32... ».

58Le récit laisse apparaître chez les protagonistes des comportements assez surprenants : l'évanouissement, bien sûr, mais aussi le refus de croiser le fer, le souci du discours moraliste, enfin la volonté immédiate d'éviter « un événement funeste », privilégiant par rapport à la réaction passionnelle une attitude réfléchie, responsable et même procédurière... Il est clair que le narrateur cherche à se donner le beau rôle dans un récit élaboré « de suitte », mais néanmoins a posteriori. On peut pousser plus loin encore le questionnement, et se demander si certains détails troublants - la facilité avec laquelle le gendarme trouve le lieu du rendez-vous, la complaisance de l'aubergiste, le refus de l'affrontement, la présence opportune des trois « citoyens honnêtes » - ne révèlent pas une mise en scène bien agencée pour un piège tendu par le gendarme à son épouse, avec la complicité éventuelle de son collègue, visant soit à retourner à son avantage la procédure de divorce en cours, soit à y mettre fin. L'absence de suite à cette affaire interdit d'aller au-delà des hypothèses.

59L'inconstance et l'adultère existaient bien sûr avant la Révolution. La nouveauté de la période réside moins dans les faits que dans la manière de les évoquer. La fille enceinte qui vient devant le juge dénoncer son beau- père, le mari trompé qui raconte avec force détails sa mésaventure, la femme insultée qui, pour obtenir réparation, n'hésite pas à venir évoquer ses problèmes conjugaux en audience publique, ont en commun de faire passer la défense de leur cause avant tout réflexe de pudeur ou sentiment de honte. Face à l'adultère, vécu ou simplement évoqué, leur réaction première n'est plus de dissimuler. La réputation, le souci des apparences, semblent moins importants que les droits et les intérêts personnels. L'institution de la justice de paix, en ouvrant un espace d'expression accessible à tous, a sans doute facilité cette évolution des mentalités. Bien sûr, la portée en reste limitée : pour quelques affaires évoquées en justice, combien de situations dissimulées, combien d'arrangements amiables en secret, de pressions, de peurs, de fuites ?

Amours tragiques ? Amours libres ?

60On pouvait s'attendre à observer durant la période révolutionnaire une progression sensible des amours illégitimes. Le relâchement du contrôle religieux, l'affaiblissement de l'autorité parentale, le climat général à la fois festif, mouvementé, novateur, pouvait en créer le contexte le plus favorable. C'est pourtant l'évolution inverse que suggèrent les deux indicateurs : la période révolutionnaire connaît à la fois une baisse sensible des taux d'enfants naturels et un léger fléchissement des conceptions prénuptiales. Ce résultat n'est pas une véritable surprise, pour deux raisons au moins. Tout d'abord, le contexte révolutionnaire comporte des éléments négatifs : la guerre, la crise économique, les affrontements politiques, ont pu influer négativement sur la liberté des idées et des mœurs. Plus généralement, toute période de changements et de conflits est aussi une période d'incertitudes et de craintes. Il faut y ajouter l'effet de la politique révolutionnaire : l'incitation au mariage, la valorisation de la famille et l'élaboration d'une morale républicaine insistant sur le respect de l'individu et le sens des responsabilités, n'ont pu favoriser la montée de l'illégitimité. Si une libération des sentiments et des relations sexuelles a pu se produire sous l'effet du contexte révolutionnaire, elle a visiblement été canalisée dans le cadre de la famille, comme le montre la progression simultanée de la nuptialité et de la natalité durant cette période. L'explication semble confirmée a contrario par l'évolution des deux indicateurs dans les années qui suivent la Révolution.

61À partir de 1800-1804, les manifestations de la sexualité hors mariage se multiplient de manière spectaculaire. À l'accroissement des taux de conceptions prénuptiales et d'enfants naturels s'ajoute l'apparition de couples non mariés, de plus en plus nombreux, à tel point qu'en 1820-1825 les enfants naturels issus de ces couples deviennent plus nombreux que ceux des mères seules. Dans le même temps, les juridictions ordinaires connaissent toujours plus d'affaires liées aux relations illégitimes ou à leurs conséquences. Bien sûr, le contexte général s'est modifié. Une relative stabilité politique, l'espacement des campagnes militaires, l'amélioration de la situation économique, rendent sans doute les conditions de vie moins précaires, le climat plus serein, les individus plus libres vis-à-vis des contraintes matérielles. Dans ces conditions, le relâchement de la pression idéologique et morale exercée par le pouvoir sur les individus peut entraîner une libération des esprits et des mœurs favorables aux amours illégitimes. Cette importance déterminante du contexte semble confirmée par le renversement de tendance observé pour les deux indicateurs entre 1810 et 1819, période marquée par des événements traumatisants : défaites militaires entraînant d'importantes pertes humaines, invasion de la région par les troupes étrangères, changement de régime, crise de subsistances en 1817- 1818. Après cette période difficile, les années 1820-1825 connaissent une forte reprise de la hausse des taux pour les deux indicateurs.

62Malgré les importantes réserves déjà formulées sur la difficulté à mesurer le rapport entre partie apparente et partie cachée des amours illégitimes, les évolutions quantitatives révélées par les actes de naissance paraissent importantes et incontestables. Les archives judiciaires posent un autre problème : celui du reflet dans les actes de la réalité vécue. Si la sexualité hors mariage y est plus fréquemment évoquée, peut-on en déduire que les situations sont plus fréquentes, ou tout simplement qu'on accepte plus facilement d'en parler, y compris publiquement ? L'attitude de Louis Etienne Desauges venant déclarer au juge de paix que sa nièce est enceinte de lui, celle des concubins revendiquant publiquement leur état, étaient-elles imaginables un quart de siècle plus tôt ? Si cette question ne peut être tranchée avec certitude, elle incite à s'interroger sur l'apparition de comportements nouveaux, révélés aussi bien par les mots que par les actes, indices d'un changement significatif des mentalités. À travers cette réflexion, c'est l'association traditionnelle entre amours tragiques et amours illégitimes qui est remise en cause.

63Le tragique ne résulte pas des situations proprement dites, mais des rapports entre les individus et de la manière dont ils les vivent. Il existe bien sûr sous des formes extrêmes, telles que la violence, les conflits, les abandons, le rejet du milieu familial ou de la communauté, mais aussi sous des formes plus subtiles, moins perceptibles : promesses non tenues, espoirs déçus, confiance trahie, solitude, détresse morale... Le rapport direct entre le tragique et l'illégitimité n'est pourtant pas évident. Tout d'abord, il existe des amours légitimes tragiques, détruites de l'intérieur ou de l'extérieur, pouvant connaître l'agressivité, la violence, l'alcoolisme, l'adultère, les drames conjugaux très présents dans les archives judiciaires, parfois conclus par la séparation ou le divorce. À l'inverse, les amours illégitimes ne paraissent pas toujours marqués par la discorde ou le drame. Dans les déclarations de grossesses, violence ou contrainte sont très rares. La relation semble avoir été consommée le plus souvent de manière consentie, soit dans le cadre d'une liaison clairement assumée, soit en réponse à une demande insistante certes, mais peut-être invoquée pour préserver les apparences... Si les victimes apparaissent plus souvent dupées que malmenées, on peut encore s'interroger sur la sincérité de déclarations faites à l'appui d'une demande de réparations. De plus, certaines affaires connaissent une issue inattendue laissant supposer un arrangement ou une mise en scène concertée.

  • 33 Déclarations de Marguerite Devis, Bailliage royal de Vincennes, 3 et 15 décembre 1790.

64C'est tout d'abord le cas des rétractations, parfois très rapides. Ainsi le décembre 1790, Marguerite Devis, domestique âgée de 23 ans, déclare être enceinte du Sieur Lemaire, bourgeois de Paris, qu'elle soupçonne d'être marié et qui l'a abandonnée après qu'elle se soit donnée à lui... Douze jours plus tard, le 15 décembre, elle revient déclarer que « c'est par erreur et trompée par de mauvais conseils qu'elle a dit être enceinte dudit Lemaire », et attribue l'enfant à un ancien domestique que sa patronne a renvoyé depuis plusieurs mois, et qui a disparu de la région33 ! Plus étrange encore est le désistement de Marie Adélaïde Morin : venue déclarer le matin du fructidor an VI être enceinte du citoyen Tiphaine, elle explique comment celui-ci a :

« abusé sa confiance par des promesses réitérées de mariage », puis « s'apercevant qu'elle était grosse de ses œuvres, lui donna le conseil de quitter la commune pour éviter la critique jusqu'à leur mariage »,

65avant qu'elle apprenne fortuitement qu'il s'apprêtait à épouser une autre femme... Le même jour dans l'après-midi, elle revient déclarer au juge :

  • 34 Déclarations de Marie Adélaïde Morin, Justice de paix de Pantin, 4 fructidor an VI.

« qu'elle se désiste de la déclaration par elle faite le matin même, promettant à l'avenir ne faire aucune réclamation contre le citoyen Tiphaine, voulant expressément que sa précédente déclaration soit nulle et de nul effet34 »

66Dans les deux cas, il paraît évident que, d'une manière ou d'une autre, le problème a été réglé en dehors du tribunal.

67Certaines déclarantes comparaissent devant le juge accompagnées du père de l'enfant, avec qui elles ne semblent nullement en conflit. Ainsi Elisabeth Blondeau, comparaissant le 13 août 1787 devant le juge de Vincennes, déclare :

« que depuis environ trois ans elle a reçu les soins et visittes du nommé Esterbet fils, qui lui a promis de l'épouser et des œuvres duquel elle est enceinte de huit mois », contre qui « elle se pourvoira ainsi qu'elle avisera »...

68Suit immédiatement la déclaration du père de l'enfant, qui

  • 35 Déclaration d'E. Blondeau et J. B. Esterbet, Bailliage royal de Vincennes, 13 août 1787.

« a attesté la sincérité de la déclaration de la comparante, et reconnu que s'il ne l'épousait point, il en était empêché parce qu'il n'avait pas l'âge nécessaire et que ses père et mère lui refusaient leur consentement 35 ».

69La connivence évidente entre les parties accrédite l'idée d'une démarche conjointe visant à imposer le mariage à des parents réticents. On trouve trois affaires de ce type dans les fonds étudiés.

70Ces quelques exemples de situations rompant avec le schéma traditionnel de la fille séduite et abandonnée, livrée irrémédiablement à un sort tragique, montrent que la réalité est beaucoup plus complexe. L'existence de situations conflictuelles, parfois dramatiques même, ne doit pas faire oublier que bien d'autres comportent une part de consentement mutuel ou d'arrangement sous de multiples formes, la plus fréquente étant le mariage précipité, comme en atteste l'importance des conceptions prénuptiales. Si toutes les conceptions ne se font pas dans le cadre du mariage ou de sa prévision, la situation n'en est pas nécessairement « tragique » et l'arrangement qui en résulte peut être librement accepté de part et d'autre. Le concept à opposer au « tragique » est donc finalement celui du libre choix des intéressés. Celui-ci s'exprime, à des degrés divers bien sûr, dans le règlement des conflits ou les accords amiables qui, face à une situation imprévue, permettent de les éviter. Mais certaines situations semblent relever totalement de la volonté des intéressés. Le couple dont le mariage est prévu mais qui décide de le consommer sans plus attendre, celui qui refuse de se marier mais entend néanmoins faire des enfants, sont responsables de leurs actes et les assument pleinement, même publiquement si nécessaire. Il ne s'agit plus ici d'amours tragiques, mais d'amours libres, en marge des habitudes ou des conventions, parfois même en opposition avec elles, et dont les auteurs semblent animés avant tout par leurs sentiments. Dans les années qui suivent la Révolution, la progression spectaculaire des conceptions prénuptiales et du concubinage montre que cette liberté est de plus en plus pratiquée et revendiquée. Ici encore, le changement est à la fois quantitatif et qualitatif. Alors que l'illégitimité « tragique » touchait essentiellement les classes sociales les plus défavorisées, les amours « libres » concernent toutes les catégories, y compris celles de l'activité rurale, pourtant considérées habituellement comme les plus conservatrices. Cette évolution confirme, s'il en était encore besoin, que la progression de certaines formes de l'illégitimité ne relève pas seulement des circonstances ou des conditions de vie, mais de choix idéologiques témoignant d'un véritable changement culturel.

Notes

1 Sur ce sujet voir en particulier : J. Godechot, Les institutions de la France sous la Révolution et l'Empire, Paris, 1968, p. 248 et p. 435-439. M. Garaud, La Révolution française et la Famille, Paris, 1978, p. 109-130.

2 A. Soboul, Les sans-culottes parisiens en l'an II, Paris, 1968, p. 230-233.

3 J.-L. Flandrin, Amours paysannes..., ouvr. cité, p. 205.

4 Voir en particulier : J. Depauw, « Amours illégitimes... », ouvr. cité, p. 1155-1182. A. Fillon, Les Trois bagues au doigt..., ouvr. cité, p. 260-313. m.-c. Phan, « La déclaration de grossesse... », ouvr. cité, p. 61-88.

5 La loi du 12 brumaire an II reconnaît comme seule preuve de la paternité la déclaration écrite du père, ce qui exclut de fait toute procédure de reconnaissance contre la volonté de l'intéressé.

6 La progression des « consentements à mariage » est spectaculaire dans les actes notariés. Pour les études de Boissy, Vincennes et Noisy, on en recense : 4 entre 1775 et 1789, 8 entre 1790 et 1799, 38 entre 1800 et 1809, 151 entre 1810 et 1825.

7 A. Fillon, Les trois bagues aux doigts..., ouvr. cité, p. 221 et 226.

8 J. Ganiage (dir.), Le Beauvaisis au xviiiie siècle: la campagne, Paris, 1988, p. 97-98.

9 M. Lachiver, La population de Meulan du xviie au xixe siècle, Paris, 1969, p. 173-175.

10 F. Lebrun, La vie conjugale..., ouvr. cité, p. 103.

11 A. Fillon, Les Trois bagues aux doigts..., ouvr. cité, p. 225-226.

12 F. Lebrun, La vie conjugale..., ouvr. cité, p. 103.

13 J. Ganiage (dir.), Le Beauvaisis..., ouvr. cité, p. 130.

14 M. Lachiver, La population de Meulan..., ouvr. cité, p. 67.

15 Y. Blayo, « La proportion de naissances illégitimes en France de 1740 à 1829 », dans Population, numéro spécial, novembre 1975, p. 65-69.

16 F. Lebrun, La vie conjugale..., ouvr. cité, p. 101.

17 A. Fillon, Les Trois bagues aux doigts..., ouvr. cité, p. 310.

18 Pour 25 mariages postérieurs à une naissance illégitime recensés entre 1804 et 1825, le délai est inférieur à six mois dans 17 cas, supérieur à un an dans 5 cas seulement.

19 Conciliation Geoffroy c/Bellaire, Justice de paix de Colombes, 16 pluviôse an VIII.

20 Déclaration de grossesse de la Vve Levesque, Justice de paix de Villejuif, 25 juin 1808.

21 Affaire Chanitre c/Garnier, Justice de paix de Vincennes, 24 floréal an II.

22 Conseil de famille pour les enfants de la Vve Morlaix, Justice de paix de Pantin, 20 thermidor an XIII.

23 Acte de notoriété pour le citoyen Schmitz, Justice de paix de Pantin, 27 janvier 1814.

24 Conseil de famille pour Madeleine Lesieur, Justice de paix de Pantin, 9 frimaire an IV.

25 Affaire Guilbaud c/Denis et Sauvoy, Justice de paix de Pantin, 8 novembre 1819.

26 Art. 223 : « Le mari pourra demander le divorce pour cause d'adultère de sa femme. » Art. 224 : « La femme pourra demander le divorce pour cause d'adultère de son mari, lorsqu'il aura tenu sa concubine dans la maison commune. »

27 Déclaration de grossesse de Geneviève Queniot, Justice de paix de Villejuif, 22 messidor an VIII.

28 Déclaration de grossesse de Marie Elisabeth Pichard, Justice de paix de Villejuif, 26 thermidor an V.

29 Affaire Gouffe c/Vautier, Justice de paix de Pantin, 17 et 24 mars 1793.

30 Affaire Jolly c/Thevenot, Justice de paix de Villejuif, 15 floréal an V.

31 Affaire Leroy c/Lardin, Justice de paix de Vincennes, 17 juin 1809.

32 Déclaration du gendarme Devilliers c/son épouse et le gendarme Gallu, Justice de paix de Ville- juif. 1er fructidor an V.

33 Déclarations de Marguerite Devis, Bailliage royal de Vincennes, 3 et 15 décembre 1790.

34 Déclarations de Marie Adélaïde Morin, Justice de paix de Pantin, 4 fructidor an VI.

35 Déclaration d'E. Blondeau et J. B. Esterbet, Bailliage royal de Vincennes, 13 août 1787.

Table des illustrations

Titre TAUX DE CONCEPTIONS PRENUPTIALES
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17535/img-1.png
Fichier image/png, 206k
Titre TAUX D’ENFANTS NATURELS
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17535/img-2.png
Fichier image/png, 470k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search