Version classiqueVersion mobile

Familles en Révolution

 | 
Philippe Daumas

Chapitre IV. Mariage et sociabilité : le choix du conjoint

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 F. Lebrun, ouvr. cité, p. 25.

1Les exigences de la religion ne sont pas seules à peser sur les actes de la vie familiale, et plus particulièrement sur les conditions du mariage. Tout un ensemble de traditions, d’obligations et d’interdits moraux, confirmés ou non par le droit, caractérisent les usages matrimoniaux sous l’Ancien Régime, quel que soit le milieu social des conjoints. Pour les classes populaires, François Lebrun résume clairement la situation : « le mariage de raison reste la règle, et il est le plus souvent dicté par les parents. [...] Mais le choix peut relever, moins exceptionnellement que dans les classes supérieures, de l’initiative des intéressés, tout du moins des garçons, dans la mesure où ceux- ci obéissent d’eux-mêmes aux lois du clan sur l’homogamie sociale et géographique et aux impératifs économiques qui conditionnent toute union, dans la mesure aussi où, dans la plupart des cas, le dernier mot reste aux parents1 ».

  • 2 J.-P. Gutton, La sociabilité villageoise dans la France d’Ancien Régime, Paris, 1979, p. 48.

2S’il convient d’observer dans quelle mesure la Révolution, au-delà de son important effort législatif, a pu modifier profondément ces règles et ces impératifs, la signification de ces évolutions doit être analysée avec prudence. La simple opposition entre raison et sentiment, mariage imposé ou librement choisi, relève d’une problématique trop simpliste. Comme le souligne Jean-Pierre Gutton, « on ne peut opposer choix personnel et convenance sociale, droits du cœur et nécessité de la raison. Le choix du conjoint repose sur un ensemble de critères fait d’attrait personnel, de traditions sociales, d’interdits villageois, d’intériorisations de conduites collectives, d’intérêts, chacune de ces réalités pouvant être acceptée ou rejetée2 ».

3Cependant, certaines des contraintes qui pèsent sur le choix du conjoint concernent davantage les conditions de vie que les conventions sociales notamment dans le domaine de l’endogamie et de l’homogamie : comment trouver son conjoint dans des milieux qu’on ne fréquente pas, ou en des lieux où on ne va jamais ? De plus, la relation entre contrainte et liberté est souvent complexe. Des contraintes peuvent être acceptées librement, de manière consciente ou inconsciente, tout comme un apparent libre arbitre peut avoir intégré préalablement des conventions sociales. Enfin la problématique de la contrainte et de la liberté ne recouvre pas obligatoirement celle de la raison et du sentiment. Les actes ne nous apportent aucune indication sur ce que ressentent les conjoints : s’aiment-ils ? de quoi cet amour est-il fait ? quelles ont été leurs relations avant leur mariage ? qu’en attendent-ils ? quelle signification a-t-il pour eux ? Sauf exception, nous n’en saurons jamais rien.

4En l’absence de toute forme d’expression directe des motivations ou des sentiments, il est tentant de considérer que plus un mariage transgresse les conventions sociales, plus il a de chances d’être déterminé par les sentiments. Encore faut-il pouvoir apprécier dans quelle mesure la multiplication de telles unions ne révèle pas tout autant une évolution des règles de la vie sociale que la capacité des couples à les transgresser. Ainsi, les multiples indicateurs concernant les conditions du mariage et le choix du conjoint ne peuvent guère éclairer la problématique des rapports entre raison, intérêts et sentiments. Ils ne peuvent que faire apparaître des évolutions générales, des changements dans les attitudes collectives, à mettre en relation avec le contexte politique, social et culturel.

Endogamie géographique

  • 3 Sur les 2 895 mariages de la période, deux actes seulement ne comportent pas la commune d’origine (...)

5L’enquête porte sur 2893 mariages des onze communes étudiées3. Si l’endogamie est définie simplement par l’appartenance de deux conjoints à la commune, il semble évident que le choix d’un conjoint originaire du village le plus proche ou d’une autre région de France ne relève pas de la même démarche. Les mariages exogames ont donc été répartis en deux catégories :

6Exogamie relative : les deux conjoints sont originaires de communes limitrophes ;

7Exogamie absolue : les deux conjoints sont originaires de communes non limitrophes.

8Le graphique ci-dessous montre l’évolution des taux de mariages endogames et exogames, par périodes de cinq ans. Une première constatation s’impose : l’importance de l’exogamie, qui ne concerne jamais moins de 30 % des mariages. L’exogamie absolue est loin d’être un phénomène marginal. Avec des taux de 18 à 22%, elle est presque toujours supérieure à l’exogamie relative. Même si l’endogamie reste majoritaire, il paraît difficile de la considérer comme la règle générale alors qu’un mariage sur trois est exogame, et un sur cinq conclu au-delà des communes environnantes.

9Deuxième constatation : la relative stabilité de la répartition tout au long de la période étudiée. Le taux d’endogamie, très stable entre 64 et 67%, ne connaît que deux variations sensibles : une hausse à 70% en 1790-1794, période perturbée par les guerres et les événements politiques, et un fléchissement à 61 % en 1800-1804, période de calme relatif marquée par la signature du Concordat et la diminution d’ampleur des campagnes militaires. Le contexte événementiel semble donc exercer une influence modeste mais réelle, les périodes de troubles et d’insécurité semblant inciter les communautés villageoises à se replier sur elles-mêmes. Cependant, il s’agit toujours d’écarts très faibles, ne remettant pas en cause la stabilité d’ensemble de la répartition. Il est bien sûr important de relever que les taux élevés d’exogamie étaient déjà acquis à la fin de l’Ancien Régime et que la Révolution ne les a pas modifiés de manière significative. Toutefois, une étude plus précise des vagues de mariages suscités par les grandes levées d’hommes de 1793, 1809 et 1813 y révèle un taux très élevé de mariages endogames. Il semble que pour ces unions conclues à la hâte et en fonction des circonstances, on ne se soit pas donné la peine d’aller bien loin chercher l’heureuse élue... Mais il s’agit de phénomènes très ponctuels, qui n’affectent que faiblement les tendances générales. En fait, le rapport entre endogamie et exogamie semble résulter beaucoup moins du contexte événementiel que des conditions géographiques.

10L’analyse des statistiques par communes fait apparaître des différences notables, et le caractère permanent de certains phénomènes incite à rechercher des causes plus structurelles que conjoncturelles. Ainsi l’importance de l’exogamie relative à Ivry s’explique par la présence de Paris parmi les communes limitrophes. La faible exogamie absolue montre que les activités d’Ivry sont essentiellement tournées vers la capitale. Inversement, à Gennevilliers, le faible taux d’exogamie - et plus particulièrement d’exogamie relative - s’explique par la situation géographique de la commune, largement entourée par une boucle de la Seine avec un seul point de passage, ce qui ne facilite pas les relations avec les communes avoisinantes. Il faut enfin considérer la taille des communes comme un des facteurs déterminants de l’exogamie. Dans les villages les moins peuplés, la saturation du marché matrimonial intervient plus rapidement, ce qui impose une ouverture sur l’extérieur, et en premier lieu les communes limitrophes. Le cas de Noiseau et Ormesson en fournit une parfaite illustration. À l’inverse, Gennevilliers, une des plus peuplées des onze communes, connaît un taux d’exogamie très bas. À Ivry, le recul sensible de l’exogamie à partir de 1800-1804 coïncide avec un accroissement important de la population de la commune. Certaines communes connaissent en 1790-1794 un recul marqué de l’exogamie : très important à Chennevières, Noiseau et Ormesson, il est plus modeste mais bien réel à Orly, Thiais, Saint-Rémy ou Trappes. À Aulnay et Sevran, le recul de l’exogamie pendant la Révolution n’affecte que l’exogamie absolue. Mais à Ivry ou Gennevilliers, on observe la tendance inverse.

11On peut y voir un effet des différentes réactions des communautés villageoises face à la Révolution. Si certaines la ressentent comme une période troublée et incertaine, les incitant à se replier sur elles-mêmes et à réduire leurs activités d’échanges avec l’extérieur, d’autres y voient au contraire une occasion de les développer, en particulier en relation avec la capitale. Le contexte local, qu’il soit économique, politique ou religieux, n’est sans doute pas étranger à ces attitudes collectives. On trouve ici une illustration de la manière avec laquelle les mêmes événements peuvent influer sur les comportements, en des lieux et des contextes différents, de manière variable ou même résolument inverse.

  • 4 Voir F. Lebrun, ouvr. cité, p. 27-29.
  • 5 Voir J. Dupâquier et D. Kessler, La société française au xviiesiècle : tradition, transition, tran (...)

12Pour replacer ces données dans une perspective plus générale, il faut rappeler que les taux d’endogamie les plus fréquemment observés sous l’Ancien Régime varient entre 70 et 80%, même encore au xviiie siècle4. Au xixe siècle, l’enquête dite des 3 000 familles montre un taux d’endogamie moyen de 60 % pour toute la France5. Nos onze communes d’Île-de-France se situent donc en décalage par rapport à cette évolution. L’accroissement de l’exogamie, effet direct mais aussi facteur de l’ouverture sur l’extérieur des communautés villageoises, des progrès de la mobilité humaine et des échanges, semble ici déjà réalisé avant la Révolution. C’est sans doute une des spécificités du milieu rural d’Île-de-France à cette époque.

13Certaines catégories socioprofessionnelles sont-elles davantage portées que d’autres à l’exogamie ? Ici les statistiques souffrent de l’insuffisance de certaines données, produit du morcellement du corpus en dix catégories dont certaines sont, inévitablement, peu nombreuses. Dès lors, les fluctuations aléatoires influent fortement sur les taux et l’analyse devient délicate. On peut donc cependant relever quelques tendances générales, d’ailleurs parfaitement prévisibles. Les catégories liées à l’agriculture présentent des taux d’exogamie uniformément bas, ce qui confirme que l’attachement à la terre ne favorise pas l’ouverture du cadre de vie. À l’inverse, les catégories sociales les plus favorisées - bourgeois, négociants, propriétaires - connaissent des taux d’exogamie beaucoup plus élevés, signe d’une plus grande mobilité et d’un réseau de relations beaucoup plus étendu. Dans une moindre mesure et de manière plus irrégulière, les commerçants présentent la même caractéristique, sans doute en raison de la nature même de leurs activités. L’évolution chronologique pour chaque catégorie ne semble révéler ni tendance générale, ni phénomène particulier de manière claire et incontestable. Les fluctuations semblent aléatoires, ce qui révèle non seulement une relative insuffisance du corpus, au moins pour certaines catégories, mais aussi l’absence d’évolutions profondes et structurelles.

14Il convient enfin de souligner le lien étroit entre endogamie géographique et homogamie professionnelle, notamment pour les catégories à faible effectif. Si un vigneron veut épouser une fille de vigneron, il en trouvera autant qu’il veut dans son village. Un meunier, un fermier ou un notaire n’auront pas la même facilité, et devront donc élargir le champ de la recherche. Ils le feront d’autant plus aisément que dans bien des cas la nature même de leurs activités professionnelles implique une ouverture sur l’extérieur et un réseau de relations débordant largement le cadre du village. Il est donc indispensable d’associer étroitement ces deux indicateurs.

Homogamie professionnelle

  • 6 J. Dupâquier et D. Kessler, ouvr. cité, p. 50.

15Dans les actes de mariages, la profession des conjoints, et notamment celle du père de la mariée, est l’indication la plus souvent manquante. Bien que le recoupement des actes ait permis de combler une grande partie des lacunes, 186 mariages n’ont pu être pris en compte pour cette enquête qui met en relation l’origine socioprofessionnelle des deux conjoints. Un choix méthodologique important concerne la profession à prendre en considération. Pour les mariées, la question ne se pose quasiment pas : elles n’ont pratiquement jamais de profession et c’est toujours celle du père qui est indiquée dans les actes. Après 1800, les filles sont fréquemment qualifiées de couturières, mais il ne s’agit sans doute pas d’une profession au sens strict du terme, impliquant des revenus et une autonomie financière, puisque la plupart habitent encore chez leurs parents. On peut y voir plutôt le désir de reconnaître une activité très répandue en milieu rural et spécifiquement féminine, mais aussi de conférer un statut social à des jeunes femmes non indépendantes, en vue d’une union prenant, au moins dans sa forme, un aspect plus égalitaire. La profession de couturière n’est donc prise en compte que lorsqu’il est clairement précisé que la jeune fille n’habite plus chez ses parents. Dans tous les autres cas, c’est la profession du père qui est retenue pour situer l’origine sociale. Les veuves ont parfois une profession, qui fait apparaître que bien des métiers s’écrivent déjà au féminin au xviiie siècle : fermière, meunière, journalière, boulangère par exemple. Mais dans la majorité des cas, c’est la profession du défunt mari qui est indiquée dans l’acte, donc retenue pour notre enquête. Pour le marié, une possibilité de choix est offerte dans la mesure où les actes mentionnent non seulement sa profession mais aussi le plus souvent celle de son père. Laquelle faut-il retenir lorsqu’elles sont différentes ? Jacques Dupâquier estime que la profession du père du marié, « bien enraciné dans la vie active » est plus représentative que celle de l’époux lui-même, « qui n’est souvent qu’un état provisoire, peu significatif d’un statut social réel6 ». Un tel raisonnement présente le risque de masquer volontairement la mobilité sociale. Un homme qui se marie à 30 ans est-il encore à cet âge dans un état provisoire ? Doit-on considérer que si à ce moment il n’exerce pas la profession de son père, il y reviendra nécessairement un jour ou l’autre ? Et a contrario, pourquoi ne pas considérer qu’un jeune homme exerçant la même profession que son père avant son mariage va ensuite « s’installer » et en exercer une autre ? Dans le souci de prendre en compte une réalité sociale en devenir et de ne pas privilégier l’immobilité, notre choix est de retenir systématiquement la profession du marié lorsqu’elle est différente de celle de son père. Le risque d’erreur ne semble pas plus important dans un cas que dans l’autre.

16Le calcul des taux d’homogamie est effectué par périodes de cinq années, sur la base de deux indices :

17Homogamie absolue : les deux conjoints sont issus de la même catégorie socioprofessionnelle ;

  • 7 Voir définition des catégories et groupes de catégories p. 42.

18Homogamie relative : les deux conjoints sont issus du même groupe de catégories socioprofessionnelles7.

19Cette différenciation se justifie par la diversité des écarts possibles entre les origines socioprofessionnelles dans les mariages non homogames. Un vigneron qui épouse une fille de jardinier s’éloigne beaucoup moins de son milieu d’origine que s’il épouse une fille de notaire ou une domestique. Ce désir d’affiner l’analyse augmente les risques d’erreurs, car aux marges des catégories les points communs et les différences ne sont plus les mêmes. Un manouvrier pauvre est socialement plus proche d’un ouvrier ou d’un domestique que d’un riche fermier. De même, certains commerçants fortunés mériteraient davantage d’être associés aux bourgeois et propriétaires qu’à de modestes artisans. Tout regroupement, toute classification sont par définition imparfaits, et le problème se pose pour chaque catégorie. Il ne peut être question dans ce domaine de supprimer tout risque d’erreur, mais simplement de le contenir dans des limites compatibles avec la fiabilité de l’enquête.

TAUX DE MARIAGES HOMOGAMES (HOMOGAMIE RELATIVE ET ABSOLUE)

TAUX DE MARIAGES HOMOGAMES (HOMOGAMIE RELATIVE ET ABSOLUE)

20Le graphique ci-dessus met en évidence des taux d’homogamie globalement peu élevés et relativement stables : autour de 40% pour l’homogamie absolue, 60% pour l’homogamie relative. Les variations dans le temps sont difficiles à interpréter. De 1775 à 1799, les courbes sont irrégulières et la période révolutionnaire n’apparaît pas de manière significative. Les valeurs maximales sont observées pour les deux taux en 1795-1799, puis s’amorce une baisse tendancielle qui se prolonge jusqu’en 1825. Durant ce quart de siècle, les deux taux accusent une diminution supérieure à 10%. On peut donc considérer que l’homogamie professionnelle, tout comme l’endogamie géographique, n’était déjà plus la règle générale en Ile-de-France à la fin de l’Ancien Régime. Si le demi-siècle étudié ici voit se poursuivre un mouvement de recul progressif, il semble que ni la Révolution, ni les autres événements de la période y jouent un rôle directement déterminant.

21L’étude des taux par catégories ou groupes de catégories, malgré les incertitudes qui pèsent sur certaines données, montre des écarts significatifs. Les agriculteurs présentent des taux d’homogamie constamment élevés, oscillant entre 70 et 80%. Dans ce groupe, la catégorie des vignerons connaît une évolution originale : des taux très élevés d’homogamie relative et absolue jusqu’à la Révolution, s’affaiblissant ensuite de manière très rapide pour descendre en dessous de 20% en 1820-1825. Il faut y voir la conséquence de la disparition progressive de la catégorie. Plus les vignerons sont rares, plus il devient difficile de se marier entre vignerons. Toutes les catégories à faible effectif sont confrontées à ce problème et vouées à la recherche du conjoint soit dans d’autres milieux, soit dans d’autres lieux, un choix souvent imposé par les activités et les conditions de vie. Ainsi les vignerons, en se raréfiant, peu disposés à l’exogamie par les contraintes de leur activité liée à la terre, abandonnent peu à peu leur homogamie traditionnelle. Si les commerçants et artisans constituent le groupe le moins homogame, avec des taux oscillant entre 40 et 50%, cela ne tient pas à des considérations d’effectif et de marché matrimonial, mais plus vraisemblablement à l’exercice d’une activité qui favorise les contacts avec tous les milieux sociaux. Les taux d’homogamie des autres catégories connaissent des variations trop importantes et trop aléatoires pour être significatives. Remarquons simplement que la catégorie des employés et ouvriers présente des taux d’homogamie élevés dans les dix dernières années de la période, alors qu’elle connaît un fort accroissement numérique mais une implantation géographique très localisée, et des conditions de vie qui ne favorisent guère le contact avec les autres milieux sociaux.

22Enfin, il est intéressant d’observer d’éventuelles différences entre les comportements des deux sexes, pouvant révéler des stratégies matrimoniales particulières ou des évolutions significatives. Deux phénomènes sont clairement perceptibles. C’est tout d’abord, sur toute la période, une répartition inégale entre agriculteurs et commerçants/artisans : le nombre de filles d’agriculteurs épousant des commerçants ou artisans est beaucoup plus élevé que celui correspondant à la situation inverse. Il est tentant d’y voir la conjonction de deux tendances : celle d’un désir de se lier à la terre dans des catégories socioprofessionnelles dont la situation économique et le statut social ne dépendent pas de la propriété foncière ; celle de filles de paysans a priori peu tentées par la reprise ou le partage du patrimoine parental, à sortir de leur milieu par le biais d’un mariage « valorisant ». Mais bien sûr d’autres facteurs peuvent interférer avec cette hypothèse, tels que la fortune des deux familles, leurs relations dans la vie de la communauté villageoise, leur ancienneté dans le village, et bien entendu le sentiment qui anime les deux conjoints. L’autre phénomène apparent concerne les filles des deux catégories les plus favorisées : bourgeois, propriétaires et notables. On constate qu’à partir de 1805-1809, elles sont beaucoup plus nombreuses à épouser des hommes appartenant aux autres catégories, notamment des commerçants, artisans ou agriculteurs. Faute d’informations plus détaillées concernant notamment la situation financière des familles et la manière dont ces filles peuvent espérer être dotées, on se limitera à constater que la « mésalliance » relative semble mieux acceptée après la Révolution, sans qu’il soit possible d’apprécier dans quelle mesure cette évolution résulte des conditions du marché matrimonial ou d’une meilleure acceptation du mariage par amour. L’absence d’une telle évolution pour les garçons incite à retenir plutôt la première hypothèse, mais la seconde ne peut être totalement écartée.

23Le rapprochement entre endogamie et homogamie montre le lien étroit qui unit les deux phénomènes. L’une comme l’autre ont visiblement cessé bien avant la Révolution d’être une règle absolue pour le choix du conjoint, ce qui accrédite l’idée d’un milieu rural ouvert sur l’extérieur, comme celle d’une sociabilité villageoise dépassant le clivage entre catégories professionnelles. Mais une analyse plus détaillée des comportements montre que cette évolution n’a pas touché la population rurale de manière uniforme. Ce n’est sans doute pas un hasard si certaines catégories sont à la fois les moins endogames et les moins homogames. Bourgeois et notables, commerçants et artisans, sont par leurs activités et leur mode de vie nettement avantagés dans ce domaine, par rapport à un monde d’exploitants agricoles nécessairement davantage replié sur lui-même. Plutôt qu’une opposition entre ouverture et immobilisme, voire entre tradition et modernité, on doit y voir un effet des contraintes économiques et matérielles qui pèsent lourdement sur les conditions de choix du conjoint. La recherche de critères de choix plus subjectifs, donc plus chargés de significations culturelles, exige le recours à d’autres indicateurs.

L’âge au mariage

  • 8 Cité par J.-L. Flandrin, Les amours paysannes (xvie-xixe siècles), Paris, 1975, p. 133.
  • 9 Voir en particulier : F. Lebrun, ouvr. cité, p. 31-32. J. Dupâquier (dir.), ouvr. cité, p. 470-471(...)
  • 10 F. Lebrun, ouvr. cité, p. 33.

24« Mariage de jeunes, mariage de joie », proclame un proverbe gascon8. Pourtant, au fil des années, les mariés du xviiie siècle sont de moins en moins jeunes, en milieu rural plus encore qu’en milieu urbain. Les enquêtes de l’INED comme les monographies régionales ou locales s’accordent à relever partout en France des moyennes d’âge au mariage de plus en plus élevées, de 27 à 29 ans pour les hommes, 24 à 26 ans pour les femmes, les valeurs maximales étant couramment observées dans les actes de la seconde moitié du siècle9. Répondant d’abord à la nécessité d’attendre d’avoir les moyens de « s’établir », le mariage tardif apparaît aussi comme le moyen de réguler les naissances, « réponse malthusienne à la grande question qu’aurait posée un accroissement démographique excessif face à la stabilité de la masse des subsistances10 ».

  • 11 J.-L. Flandrin, ouvr. cité, p. 133-134.
  • 12 G. Bolleme, La Bibliothèque bleue, la littérature populaire en France (xviie-xviiie siècles), Pari (...)
  • 13 Épinal, non daté, mais ce livret semble avoir été largement diffusé au xviiie siècle.
  • 14 A. Fillon, Les trois bagues aux doigts, amours villageoises au xviiie siècle, Paris, 1989, p. 111.

25Il semble qu’à la même époque la proximité d’âge entre les époux soit considérée comme la condition d’un mariage bien assorti, comme en attestent aussi bien les proverbes11 que la littérature de colportage. Bien des historiens ont repris, après Geneviève Bollème12, la très édifiante « Instruction pour les garçons qui souhaitent se marier, ou guide nécessaire dans toutes les circonstances pour être heureux en ménage13 ». Rappelant la nécessité pour les époux d’être « bien assortis », elle recommande au garçon « d’arrêter son choix sur une personne qui compte autant de fois sept ans qu’il en a de fois neuf », et affirme qu’il n’y a que des inconvénients à se marier trop jeune. Anne Fillon rappelle enfin, s’appuyant sur les instructions à l’usage des curés et des prédicateurs, que l’Église elle-même « n’a jamais cessé, surtout dans la deuxième moitié du siècle, de déconseiller formellement les mariages désassortis sur le plan de l’âge, qu’elle estime monstrueux14... ».

26L’imbrication évidente des attitudes mentales individuelles et des contraintes sociales rend délicate l’approche de cet indicateur. Comment mesurer, face à des évolutions possibles, les influences respectives du changement culturel, déterminant de nouveaux choix individuels ou de nouvelles attitudes, et de la pression du marché matrimonial, conjonction de facteurs économiques ou démographiques ? La tâche est d’autant moins aisée qu’un lien permanent existe entre ces deux facteurs, ne serait ce que par le biais des interventions du pouvoir politique, des groupes de pression, des rapports entre les groupes sociaux. Le même indicateur peut, dans l’absolu, faire l’objet de lectures très différentes, voire contraires. Ainsi les mariages avec un écart d’âge important témoignent-ils d’un attachement personnel prenant le dessus sur les conventions sociales, ou s’agit-il au contraire d’unions sans amour possible conclues par utilité ou intérêt ? L’importance de l’écart d’âge ou les professions annoncées suffisent peut-être à orienter la réponse. Si tout semble possible entre un homme de 40 ans et une femme de 30 ans, on reste perplexe devant les plus forts écarts relevés dans cette enquête. Ainsi le 20 floréal an VII, Jacques Beaupied, cultivateur, âgé de 61 ans, épouse Marie Félicité Leriche, fille de jardinier, âgée de 17 ans ! Qu’un tel mariage relève de l’intérêt plus que d’un sentiment partagé semble évident, bien que les fortunes respectives des deux conjoints ne soient pas connues.

27Mais si des cas aussi extrêmes ne posent guère de problème d’interprétation, il n’en va pas de même pour les évolutions d’ensemble. Les phénomènes sont aisément identifiables par les chiffres et leur représentation graphique, mais leur interprétation est toujours incertaine, même si on les met en relation avec le contexte politique et économique, et avec les incidences qu’on croit pouvoir en déduire sur les tensions du marché matrimonial. Le contexte incite mais n’oblige pas, la règle n’est plus la règle quand elle est trop souvent transgressée, et la part du choix individuel, expression de sentiments ou d’idées personnelles, est toujours indiscernable. On s’en tiendra donc à de prudentes hypothèses. Dans tous les cas, la simple constatation du changement présente toujours un intérêt certain, en tant que modification de la réalité sociale. Dans la mesure où il ne se réalise à l’échelle de la collectivité que s’il est psychologiquement et socialement accepté, on peut considérer qu’il témoigne toujours d’une évolution des mentalités.

28L’enquête ne pose aucun problème méthodologique majeur. Premiers mariages et remariages ont été traités séparément, répondant à des motivations et des mécanismes trop différents pour pouvoir être comparés. À partir des deux caractères principaux de la nuptialité sous l’Ancien Régime, mariage tardif et faible écart d’âge, nous avons cherché à mesurer tout ce qui pouvait témoigner d’un changement : âge moyen au premier mariage et au remariage, mais aussi écarts d’âges, mariages de conjoints très jeunes ou au contraire âgés, mariages où la femme est plus âgée que l’homme. Pour le calcul des âges moyens au premier mariage, tous les âges disponibles sont retenus à l’exception des conjoints de plus de 50 ans, très peu nombreux et susceptibles d’influer sur les moyennes de manière disproportionnée à leur représentativité réelle. Pour celui des âges moyens au remariage, tous les conjoints sont pris en compte sans aucune restriction. Les écarts d’âge sont étudiés à partir des 2 561 actes de mariages mentionnant l’âge des deux conjoints. Pour la fiabilité des statistiques, les données sont regroupées par période de cinq ans.

  • 15 Pour la période 1800-1819, l’enquête dite des « 3000 familles » conduite par les chercheurs de l’I (...)

29La courbe des âges moyens au premier mariage présente un profil descendant, plus nettement marqué pour les hommes, traduisant une double tendance à l’abaissement de l’âge et à la réduction de l’écart entre les deux conjoints. La légère hausse des années 1790-1794 peut s’expliquer par la forte augmentation du nombre des mariages, effet direct de la forte incitation au mariage par le pouvoir révolutionnaire, mais aussi des périodes de levées en masse, entraînant dans le mouvement des hommes et des femmes plus âgés que la moyenne et qui pour des raisons diverses n’avaient pu se marier auparavant. Le départ aux armées de nombreux hommes jeunes peut expliquer que la hausse soit plus forte pour les conjoints masculins. La baisse sensible des années 1795-1799 ne semble pas résulter d’un relâchement de tension sur le marché matrimonial, les mariages y étant encore nombreux. C’est la multiplication des mariages entre conjoints jeunes qui fait baisser les moyennes, un phénomène peut-être favorisé par l’élargissement du domaine foncier résultant des mesures révolutionnaires (communaux, biens nationaux). Remarquons enfin que les années 1810-1814 semblent marquer un tournant décisif dans l’évolution générale. Une baisse d’un an ou un an et demi sur une moyenne d’âge en quelques années seulement est un phénomène exceptionnel, et le changement paraît d’autant plus profond que les valeurs observées par la suite restent à un niveau comparable, nettement inférieur aux résultats des enquêtes de l’INED concernant l’ensemble de la France au xixe siècle15.

AGE MOYEN AU PREMIER MARIAGE

AGE MOYEN AU PREMIER MARIAGE

30Pour les remariages, l’effectif étant nettement plus restreint, les données sont moins fiables. On observe cependant une courbe nettement ascendante à partir de la Révolution, et des moyennes élevées jusqu’à la fin de la période. La forte élévation de l’âge moyen des femmes remariées de 1795 à 1804 ne s’explique guère par les effets du contexte. On pourrait y voir une conséquence du grand nombre de mariages et de remariages depuis le début de la Révolution : les jeunes veuves ayant été épousées les premières, les plus âgées ne se seraient remariées que dans les années suivantes.

31En marge des situations les plus courantes et des valeurs moyennes, il est intéressant d’observer dans quelle mesure on peut se marier nettement plus tôt ou nettement plus tard. Le recensement des mariages où les deux conjoints sont âgés de moins de 24 ans, moins de 21 ans et plus de 35 ans fait apparaître des évolutions significatives.

AGE MOYEN AU REMARIAGE

AGE MOYEN AU REMARIAGE

32Sur le graphique ci-après, les deux courbes concernant les mariages précoces présentent le même profil, avec deux périodes de progression spectaculaire pendant la Révolution, puis entre 1810 et 1820. Cette évolution confirme celle de l’âge moyen au mariage, avec les mêmes périodes de rupture. Les mariages tardifs augmentent très fortement eux aussi pendant la Révolution : leur importance a plus que doublé entre 1785-1789 et 1795- 1799, dans un contexte de nette progression du nombre des mariages, ce qui en accentue encore la représentativité. Les taux diminuent progressivement par la suite, sans toutefois revenir aux valeurs observées sous l’Ancien Régime, un recul à rapprocher de l’abaissement régulier de l’âge moyen au mariage entre 1800 et 1825, avec le même fléchissement marqué pour la période 1810-1814.

33L’étude des différences d’âge moyennes dissocie également premiers mariages et remariages. L’écart est calculé par soustraction entre les deux âges annoncés, quel que soit le conjoint le plus âgé. Pour les premiers mariages, ceux dont l’un des époux au moins est âgé de plus de 50 ans ne sont pas pris en compte.

CONJOINTS TOUS DEUX AGES DE PLUS DE 35 ANS OU MOINS DE 24 ANS

CONJOINTS TOUS DEUX AGES DE PLUS DE 35 ANS OU MOINS DE 24 ANS

DIFFERENCE D’AGE MOYENNE

DIFFERENCE D’AGE MOYENNE
  • 16 Les remariages « simples » sont ceux où un seul des deux conjoints se remarie, les remariages « do (...)

34Les deux courbes présentent un aspect très différent : pour les remariages, la faiblesse de l’effectif peut engendrer d’importantes variations aléatoires, d’autant plus que l’échelle des âges concernés est beaucoup plus étendue que celle des premiers mariages. La dissociation entre remariages simples et remariages doubles16 n’a pas été retenue, car elle réduisait encore les effectifs traités sans montrer d’évolutions significatives. Pour les premiers mariages, les valeurs fluctuent très modestement entre quatre et cinq ans, avec une légère tendance à la baisse en fin de période. L’impression dominante est néanmoins celle de la stabilité. Pour les remariages, on peut juger significatives les hausses de moyennes observées pendant la Révolution, puis plus modestement entre 1810 et 1820. Mais ces évolutions, de fiabilité plus incertaine, sont à rapprocher d’autres indicateurs.

35Certaines situations particulières méritent d’être examinées attentivement. C’est le cas par exemple des mariages où la femme est plus âgée que l’homme, une pratique déjà existante sous l’Ancien Régime, bien qu’en rupture avec les idées et les habitudes de l’époque. Leur taux augmente sensiblement de 1775 à 1825, une évolution momentanément contrariée entre 1790 et 1805, sans doute du fait de la raréfaction relative des hommes jeunes due aux campagnes militaires. La progression peut paraître modeste en fin de compte, mais il faut remarquer que cette pratique concernait déjà environ un quart des mariages avant la Révolution. De même, les mariages entre femmes jeunes et hommes âgés ont très tôt heurté des sensibilités marquées par le modèle du mariage « assorti ». Mais la fréquence de leur dénonciation dans l’opinion publique dès le xviie siècle, notamment par le biais des proverbes ou de la production littéraire, prouve qu’ils n’étaient pas exceptionnels. Curieusement, leur importance s’accroît très fortement pendant la Révolution. En 1795-1799, les mariages avec un écart d’âge supérieur à dix ans représentent plus de 17% de l’ensemble des mariages. Le taux décroît ensuite régulièrement, pour retrouver à partir de 1815-1819 ses valeurs initiales, en dessous de 10%. L’étude des professions montre qu’il s’agit majoritairement de mariages homogames, en particulier parmi les classes dirigeantes et les agriculteurs, mais que dans le cas contraire ce sont le plus souvent les filles qui bénéficient du décalage social. Si les conditions de l’échange jeunesse-argent paraissent claires et n’ont rien de bien nouveau, la multiplication de tels mariages pendant la période révolutionnaire ne peut être aussi largement admise sans une évolution des normes sociales, qu’il s’agisse de la capacité des conjoints ou des familles à transgresser les conventions, ou de la régression des conventions elles-mêmes.

  • 17 J.-P. Bertaud, « Les mariés de l’an II », dans L’Histoire, n° 45, mai 1982, p. 43.

36Tous les indicateurs sans exception mettent en évidence de profonds changements durant les dix années de la Révolution. Comment pourrait- il en être autrement dans un contexte aussi radicalement bouleversé ? À la remise en cause de l’encadrement religieux, il faut ajouter les répercussions sur le marché matrimonial du départ aux armées de nombreux hommes jeunes, de l’abaissement de l’âge de la majorité, d’un contexte économique marqué par les crises de subsistances, l’affirmation du libéralisme économique et d’importants mouvements de fortune et de propriété foncière. L’augmentation considérable du nombre des mariages, effet de la politique familiale des premiers gouvernements révolutionnaires, ne pouvait se réaliser dans le cadre des anciens usages matrimoniaux. Elle provoque donc une véritable explosion du système traditionnel : on se marie plus jeune, mais aussi plus vieux, la différence d’âge n’est plus un obstacle. En fait, il semble que l’âge ne constitue plus un critère de choix du conjoint. En période de levée d’hommes, le phénomène s’amplifie : comme l’écrit Jean-Paul Bertaud, « une véritable chasse à la célibataire s’organise. Que la fille soit jeune et jolie, on ne s’en préoccupe guère. S’il ne reste que des femmes vieilles et laides, on leur fait la cour17 »...

37Après la Révolution, les données se stabilisent et les transformations brutales liées à un contexte exceptionnel font place à des évolutions plus progressives, plus structurelles, mais tout aussi importantes. Trois tendances nouvelles, héritage de la période révolutionnaire, rompent avec la conception traditionnelle du couple : l’abaissement de l’âge moyen au mariage, la multiplication des unions entre conjoints jeunes ou très jeunes, enfin l’augmentation des mariages où la femme est plus âgée que son mari. Une nouvelle fois, la période 1810-1820 semble marquer un tournant, avec une très nette accélération de ces évolutions. Curieusement, les valeurs observées dans les onze villages en ce début du xixe siècle diffèrent très sensiblement de celles obtenues pour la France entière par l’enquête dite « des 3 000 familles », où les âges moyens au mariage sont nettement plus élevés. Même si nous sommes confrontés ici à une particularité du milieu rural d’Île-de-France, les changements observés sont significatifs d’une évolution des mentalités.

Typologie du remariage

  • 18 A. Burguière, « Réticences théoriques et intégration pratique du remariage dans la France d’Ancien (...)
  • 19 G. Cabourdin, « Le remariage en France sous l’Ancien Régime (xvie-xviiie siècles) », dans Marriage (...)

38« Le paradoxe du remariage sous l’Ancien Régime est qu’il est à la fois pratiqué et décrié, à la fois facilité et mal accepté18 ». André Burguière résume ainsi parfaitement l’ambiguïté d’une situation où se contredisent fortement considérations morales et exigences matérielles, perception collective et pratique individuelle. Objet de réticences morales, de l’hostilité des jeunes du village et d’une attitude ambiguë de l’Église, le remariage apparaît comme un mal nécessaire, surtout lorsque le conjoint survivant doit assumer l’éducation de plusieurs enfants, l’exploitation de terres ou d’un fonds de commerce. Cependant, les possibilités de remariage ne dépendent pas de la seule volonté des intéressés. Elles sont également conditionnées par le marché matrimonial, dont les lois fluctuantes ne pèsent pas toujours de manière identique sur les deux sexes. Sous l’Ancien Régime, les veufs se remarient plus fréquemment que les veuves. À partir d’une synthèse de plusieurs monographies locales, concernant notamment l’Île-de-France, Guy Cabourdin observe partout un décalage variant de 5 à 10%, entre les taux de remariage des veufs et veuves19.

EVOLUTION PAR TYPES DE REMARIAGES

EVOLUTION PAR TYPES DE REMARIAGES

39Les onze villages étudiés ici ne font pas exception en la matière, comme le montre le graphique ci-dessus. Entre 1775 et 1784 les remariages de veufs concernent 10 à 15% des mariages, contre seulement 6 à 10% pour les remariages de veuves. Cet écart se maintient durant toute la période étudiée.

40Pendant la Révolution, dans une période d’accroissement important de la nuptialité, les remariages masculins se raréfient, sans doute à cause de l’arrivée massive sur le marché matrimonial d’hommes jeunes cherchant à échapper à la conscription, et prêts notamment à épouser des veuves pour y parvenir. Il en résulte une augmentation sensible des remariages féminins, alors que les remariages masculins paraissent plus difficiles. La période 1805-1809, également marquée par des campagnes militaires et les levées d’hommes, présente les mêmes caractéristiques. Entre les deux, une période de paix relative en 1800-1804 connaît une évolution inverse : alors que les veuves sont nettement moins courtisées, la relative pénurie d’hommes jeunes résultant des pertes militaires favorise le remariage des veufs. À partir de 1810, l’écart entre les taux de remariages masculins et féminins paraît se stabiliser autour de valeurs proches de celles observées sous l’Ancien Régime. Il semble que les périodes de perturbation du marché matrimonial par les événements politiques et militaires favorisent les remariages entre veufs qui connaissent leurs taux de fréquence les plus élevés entre 1789 et 1809. Remarquons enfin que ces diverses évolutions, même lorsqu’elles sont importantes, ne vont jamais jusqu’au renversement de tendance : les remariages masculins sont toujours plus nombreux que les remariages féminins, quelles que soient les circonstances.

  • 20 F. Lebrun, ouvr. cité, p. 49.

41L’âge semble être un facteur déterminant des chances de remariage, surtout pour les femmes. François Lebrun en souligne la difficulté pour les veuves, « pourvu qu’elles soient pauvres, chargées d’enfants et déjà marquées par l’âge20 ». Ce handicap de l’âge, plus marqué pour les femmes que pour les hommes, explique sans doute en partie l’écart entre les taux de remariage des deux sexes. Mais une fois encore, les mêmes phénomènes peuvent faire l’objet d’interprétations très différentes, voire contradictoires. Une baisse de l’âge moyen peut témoigner de remariages rapides concernant de jeunes veufs, mais aussi de difficultés à se remarier pour des veufs plus âgés. Inversement, une élévation de l’âge moyen peut indiquer un contexte défavorable aux remariages, imposant un temps d’attente plus long, ou au contraire un contexte très favorable permettant le remariage de veufs et de veuves plus âgés qu’à l’accoutumée. Cet indicateur ne peut donc être étudié isolément. La compréhension des évolutions observées exige de les rapprocher de leur contexte : vision d’ensemble du marché matrimonial, nombre et nature des remariages.

42Le graphique ci-après montre l’évolution de l’âge moyen au remariage, par périodes de cinq ans, de 1775 à 1825. Une première constatation s’impose sans équivoque : la courbe des âges moyens offre un profil d’ensemble nettement ascendant. Entre les dernières années de l’Ancien Régime et la période révolutionnaire, la moyenne d’âge augmente très fortement, en particulier pour les femmes. Dans le même temps, le nombre de remariages augmente lui aussi dans des proportions considérables, puisqu’il est multiplié par trois entre 1775-1779 et 1795-1799.

  • 21 J.-P. Bertaud, ouvr. cité, p. 43.

43L’observation détaillée des remariages de la période montre que l’élévation des âges moyens ne résulte pas d’un vieillissement de l’ensemble des conjoints. Les remariages de veufs et de veuves relativement jeunes (moins de 35 ans) sont plus nombreux encore que sous l’Ancien Régime, mais il s’y ajoute des remariages d’hommes et de femmes plus âgés, phénomène lié sans doute à la vague des mariages de la période révolutionnaire et à l’élargissement simultané du choix des conjoints. Les remariages subissent ainsi les effets d’un mouvement déjà observé pour les premiers mariages. On ne s’étonnera pas que l’âge moyen des remariages féminins s’élève plus fortement durant une période marquée par les campagnes militaires et les levées d’hommes, les veuves bénéficiant alors d’une plus forte demande sur le marché matrimonial. Jean-Paul Bertaud cite la lettre d’un officier écrite en 1799 demandant à un ami de lui trouver « une demoiselle de Paris qui voulût partager sa fortune avec moi [...], eut-elle une trentaine d’années. Ce serait une veuve que ça me serait encore égal21... ». À l’inverse, dans les années qui suivent les campagnes militaires, les mariages de veuves âgées tendent à se raréfier, entraînant une baisse sensible de l’âge moyen des remariages féminins. La relation entre l’évolution des taux de remariages et celle des âges moyens est beaucoup plus apparente chez les femmes que chez les hommes. Lorsque les conditions du marché matrimonial sont défavorables au remariage des veuves, il semble que seules les plus jeunes peuvent espérer trouver un conjoint, ce qui confirme que l’âge est un facteur beaucoup plus déterminant des chances de remariage pour les femmes que pour les hommes.

  • 22 8 sur 9 en 1775-1779, 11 sur 25 en 1790-1799, 32 sur 49 en 1810-1825.

44L’étude des professions dans les remariages montre que l’homogamie y prédomine assez nettement, quelle que soit la période : 68 % des remariages en 1775-1779, 61 % en 1790-1799, 59 % en 1810-1825, des taux élevés mais en baisse constante à partir de la Révolution qui semble marquer ainsi, comme pour les premiers mariages, un élargissement social du choix des conjoints. Les remariages non homogames paraissent rarement avantageux pour les hommes : dans une majorité de cas22, leur épouse appartient à un groupe social moins favorisé. Il est intéressant d’observer que les quelques cas contraires concernent des mariages où l’écart d’âge est plus réduit. Les femmes remariées semblent conclure des unions plus valorisantes, mais les statistiques globales sont ici trompeuses. L’observation détaillée de ces remariages montre une nouvelle fois l’importance de l’âge : les remariages socialement avantageux sont conclus le plus souvent avec des hommes plus âgés, les moins favorables avec des hommes plus jeunes. Les remariages féminins semblent donc relever du même rapport entre l’âge et la situation sociale que les remariages masculins, suggérant l’idée d’une sorte de contrat moral, conscient ou non, tendant à compenser le déséquilibre de l’âge par celui de la fortune.

45Si la Révolution, en modifiant profondément les conditions du marché matrimonial, suscite une ouverture du recrutement des conjoints vers d’autres classes sociales, le phénomène semble de courte durée. Dans les périodes suivantes, alors que le taux de remariage baisse fortement, tombant de 25 % en 1800-1804 à 16% en 1820-1825, on observe à la fois une diversification des combinaisons entre catégories professionnelles et une aggravation de l’inégalité au détriment du conjoint remarié. Comme pour les premiers mariages, certaines « formules » prédominent, montrant l’importance des considérations matérielles et économiques : remariage de commerçants ou d’agriculteurs avec des femmes domestiques, et plus encore de commerçants avec des femmes issues du milieu agricole, des types d’alliances peut-être considérés comme « efficaces » pour la gestion des activités du ménage. Il est intéressant d’observer que si l’homogamie tend à baisser constamment pour les remariages masculins, elle croît au contraire très régulièrement pour les remariages féminins. Bien qu’il soit difficile de mesurer la réelle liberté de choix du conjoint, déterminée tout autant par les conditions du marché matrimonial que par les motivations - d’ailleurs très diverses - des intéressés, on peut considérer que ces évolutions témoignent clairement d’un changement des comportements vis-à-vis du remariage. Si les veuves se remarient plus fréquemment dans leur milieu social, c’est non seulement parce qu’elles tendent à rechercher le rétablissement d’une situation la plus proche possible de la précédente, mais aussi parce que d’une manière générale elles se remarient plus facilement. Cela suppose un recul des préjugés qui pesaient autrefois sur ce type de mariage : en 1825, on envisage plus facilement qu’avant la Révolution d’épouser une veuve. Pour les hommes, le recul de l’homogamie au remariage, conjugué au rajeunissement des épouses, révèle peut-être une évolution des critères de choix : l’équilibre des positions sociales semble céder la priorité à l’âge. La recherche d’une épouse moins fortunée, moins conforme à des normes sociales mais plus attrayante, témoignerait-elle d’une nouvelle conception du couple ?

Les filles mères se marient-elles ?

  • 23 J. Depauw, « Les filles mères se marient-elles ? L’exemple de Nantes au xviiie siècle », dans Aime (...)
  • 24 M.-C. Phan, « Les déclarations de grossesse en France (xvie-xvliie siècles), essai institutionnel  (...)
  • 25 J.-L. Flandrin, Familles : parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, 1976, p. 180
  • 26 G. Audisio, Les Français d’hier : Des paysans..., ouvr. cité, p. 214.
  • 27 J. Depauw, ouvr. cité, p. 530.
  • 28 G. Arbellot, Cinq paroisses du Vallage (xvie-xviiie siècles), Microfiche AUDIR n° 73-944-1, étude (...)

46La question posée il y a plus de vingt ans par Jacques Depauw à propos des mères d’enfants illégitimes de la région nantaise au xviiie siècle23 concernait l’attitude de ces femmes à l’égard du mariage, et s’inscrivait dans une étude des comportements liés à l’illégitimité. Mais la question peut également être posée avec un autre sens, pour ne pas dire dans l’autre sens. On pourrait la reformuler ainsi : qui veut bien épouser une fille mère ? Quelles sont les chances de mariage de femmes ayant eu auparavant un ou plusieurs enfants dans des conditions considérées comme illégitimes ? Ce n’est plus l’attitude de ces femmes envers le mariage qui est ici en question, mais celle des hommes à leur égard, et celle de la société face à des comportements et des pratiques jusqu’alors fermement réprouvés. La plupart des études concernant la famille ou la sexualité sous l’Ancien Régime montrent les filles mères « accablées, rejetées par l’opinion publique, ne pouvant espérer davantage d’indulgence de leur famille24 », « souvent chassées de leur village, sans ressources pour élever l’enfant du péché25 », contraintes de « gagner la ville afin d’accoucher dans la clandestinité, abandonner le nourrisson dans quelque hôpital et retourner dans leur village, tout honneur perdu26... ». Plus circonspect, Jacques Depauw s’interroge sur la réalité de cette vision dramatique et sur la capacité du milieu social-famille, village, institutions - à imposer à ces femmes « un véritable ostracisme27 », une question sans doute plus pertinente en milieu urbain qu’en milieu rural. La simple observation des faits montre à quel point au xviiie siècle le passé des filles mères pèse sur leur avenir : bien peu parviennent à se marier, tout au moins sur le lieu de naissance de leur(s) enfant(s). À Nantes, Jacques Depauw ne retrouve que 59 mariages pour 757 filles ayant déclaré une grossesse illégitime entre 1772 et 1775. Dans cinq paroisses du Vallage (Haute-Marne), sur 39 filles mères recensées entre 1681 et 1790, cinq se marient peu après la naissance de leur enfant, sept dans les années qui suivent, mais 26 ont fui leur village, dont 14 en abandonnant leur enfant à la charité publique28. Dans les onze villages étudiés ici, entre 1775 et 1789, 36 naissances d’enfants illégitimes sans père déclarant sont imputables à 27 filles célibataires. Parmi elles, dix seulement se marient dans les cinq années suivant la naissance de l’enfant. Toutefois, la mise en relation des actes de naissances et de mariages fait apparaître une telle diversité de situations qu’il paraît impossible de travailler sur des comptages aussi sommaires. La typologie variée de ces mariages et, plus encore son évolution dans les périodes ultérieures, imposent de définir très précisément la méthodologie de cette enquête.

47Le relevé des 369 naissances d’enfants naturels entre 1775 et 1825 permet d’établir une liste de 303 mères célibataires, les veuves et divorcées en étant exclues, et 42 d’entre elles ayant eu plus d’un enfant. La recherche de ces femmes dans les actes de mariage de la même commune montre que 62 d’entre elles, soit 21%, se sont mariées. Ce chiffre peut paraître conséquent mais doit être assorti de sérieuses réserves. La méthode utilisée laisse en dehors du corpus trois catégories non négligeables : d’une part celles qui ont accouché ailleurs que dans leur village, d’autre part celles qui en sont parties définitivement après leur accouchement, enfin celles qui sont allées se marier en d’autres lieux par crainte du scandale. Elle y intègre en revanche des femmes de passage dans le village ou venues y accoucher, mais qui ont peu de chances d’y être restées ensuite. Toutefois, la reconnaissance des patronymes et l’énoncé des actes incitent à considérer cette situation comme très rare. Enfin, la méthode ne reconnaît que le mariage comme signe lisible de l’insertion des filles mères dans le tissu social, laissant de côté a priori le concubinage, mais aussi l’existence de relations en dehors du couple. Cette enquête ne peut donc offrir qu’une vision très partielle du problème. Son principal intérêt réside dans la recherche d’évolutions significatives. En supposant que la marge d’erreur et la proportion de données perdues n’évoluent guère durant la période étudiée, on peut envisager qu’une augmentation sensible des mariages de filles mères, à partir de la Révolution et dans les années qui suivent, témoigne d’une évolution des attitudes à leur égard : moins de réprobation, moins d’exclusion, peut-être moins de honte et de focalisation sur « l’honneur perdu »... Cela constituerait une remise en cause non seulement de la morale traditionnelle, mais aussi de l’influence des réseaux de sociabilité sur les choix individuels. Encore faut-il analyser ces évolutions en tenant compte de la pression du marché matrimonial, et de la diversité des situations révélées par ces mariages.

  • 29 En raison de la modestie du corpus, les données numériques ont été préférées aux pourcentages pour (...)

48De fait, certains cas de figure indiquent ou suggèrent entre la fille mère et celui qui l’épouse une relation antérieure à la naissance de l’enfant. Lors- qu’aucun père n’est déclaré dans l’acte de naissance mais que le mariage a lieu dans les semaines ou les mois qui suivent, on peut supposer qu’il s’agit d’une simple régularisation, soit parce que le couple a « pris de l’avance » dans la relation conjugale, soit parce que le père a accepté tardivement d’assumer les conséquences de ses actes. De même, lorsque l’époux est le père déclaré de l’enfant ou lorsque le couple en fait la reconnaissance au moment du mariage : l’aveu de la relation est alors explicite et peut révéler soit un concubinage prémarital, soit une relation consommée avant que le couple ait eu la possibilité matérielle, financière ou juridique de s’installer. Ces différents cas présentent un intérêt certain du point de vue des relations extraconjugales, mais n’apportent rien à la problématique du choix d’une fille mère comme épouse. Seuls répondent réellement à ces exigences les mariages dont les conditions permettent de supposer que l’époux n’est pas le père de l’enfant né antérieurement : absence de déclaration, délai suffisant entre la naissance de l’enfant (ou du dernier s’il y en a plus d’un) et le mariage. Nous avons fixé ce délai arbitrairement à un an. Si ces conditions n’excluent pas que l’époux soit le père de l’enfant, au moins en réduisent- elles fortement l’éventualité. Sur les 62 mariages de filles mères relevés entre 1775 et 1825, 27 répondent à ces conditions. Pour cette catégorie comme pour l’ensemble, la répartition dans le temps n’est pas homogène, comme le montre le graphique ci-après29.

  • 30 J. Depauw, ouvr. cité, p. 528.
  • 31 Seuls sont pris en compte ici les mariages où l’âge des deux conjoints est connu, soit 58 sur les (...)

49On observe tout d’abord en 1800-1804 une totale absence de mariages de filles mères, qu’il serait sans doute abusif d’expliquer uniquement par le contexte d’une reprise en mains idéologique sous le Consulat, étant donnée l’étroitesse de l’échantillon. Ce creux mis à part, les données connaissent sur l’ensemble de la période une progression régulière, nettement marquée à partir de 1805 pour les deux séries de valeurs, toutes proportions gardées. Toutefois, le fait marquant de la période 1805-1825 est la forte progression des mariages dont l’époux est le père déclaré de l’enfant. Si on considère qu’il s’agit essentiellement de la régularisation de situations illégitimes, qu’elle soit volontaire ou non, le phénomène témoigne davantage des relations amoureuses hors mariage ou prémaritales que d’un éventuel remariage des filles mères. Les caractéristiques de ces unions diffèrent peu de celles de l’ensemble des mariages. On n’y retrouve pas les phénomènes observés par Jacques Depauw dans la région nantaise : nombreux mariages de filles mères avec des hommes nettement plus âgés, et notamment avec des veufs30. Ici, bien que les époux soient plus âgés dans 39 cas sur 58, l’écart est rarement égal ou supérieur à dix ans : six cas seulement dont quatre pendant la période révolutionnaire31. À l’inverse, les mariages de filles mères avec des hommes plus jeunes qu’elles ne sont pas rares (19 cas sur 58 mariages), notamment entre 1805 et 1825. Les mariages de filles mères avec des veufs (9 cas en 50 ans soit 15% de ce corpus) ne sont guère plus fréquents que les remariages de veufs dans l’ensemble des mariages (13%). Sur un échantillon si réduit, un écart aussi modeste ne peut être considéré comme significatif.

MARIAGE DES FILLES-MERES

MARIAGE DES FILLES-MERES

50L’étude de l’origine sociale des conjoints montre que ces mariages concernent principalement les catégories les moins favorisées. Bourgeois et notables en sont quasiment absents (2%), ouvriers et domestiques plus fortement présents que dans l’ensemble des mariages (16% contre 11%). Parmi les ruraux, journaliers et manouvriers y représentent 35% des conjoints, contre 23 % sur l’ensemble des mariages. Les remariages de filles mères apparaissent donc comme un phénomène concentré sur les classes sociales les plus modestes. Si la moitié environ de ces mariages est strictement homogame, les autres présentent une typologie assez particulière. Les femmes y épousent le plus souvent des hommes de condition inférieure : filles d’artisans épousant des ruraux, de cultivateurs épousant des manouvriers ou des ouvriers. À l’inverse, quelques filles domestiques épousent des commerçants ou des artisans, mais dans ce cas une grande partie des mariages présentent un écart d’âge important, ce qui renvoie aux problématiques déjà évoquées du mariage utilitaire et du rapport entre jeunesse et fortune. Enfin, l’origine géographique des conjoints n’appelle aucune remarque, le taux d’endogamie observé (63%) étant très proche de celui de l’ensemble des mariages (65%). Ces phénomènes ne connaissent pas d’évolution marquante d’une période à l’autre.

51Si on observe particulièrement les vingt-sept mariages pouvant être considérés plus sûrement comme ceux de véritables filles mères, on y observe des variations sensibles par rapport au corpus initial. Les écarts d’âge y sont plus importants, et on y trouve sept des neuf mariages avec des veufs. Le milieu social y est plus modeste encore, puisque ouvriers et domestiques y représentent 21% des conjoints. Enfin, l’exogamie y est plus importante passant de 37% à 48%, une donnée difficile à analyser : montre-t-elle que de nombreuses filles mères quittent leur village et n’y reviennent que pour s’y marier avec un homme qu’elles ont connu ailleurs ? Témoigne-t-elle d’un rejet par les hommes du village de filles considérées comme déshonorées ? Ou faut-il simplement souligner un lien, plus diffus et plus culturel, entre la mobilité sociale ou géographique et une certaine liberté des mœurs ? Les trois hypothèses ne sont d’ailleurs pas inconciliables.

52Ces difficultés d’interprétation s’ajoutent à bien des incertitudes, aux zones d’ombre déjà évoquées, enfin à l’étroitesse de l’échantillon, autant de conditions qui pèsent de manière négative sur la fiabilité de l’indicateur. Nous avons par ailleurs volontairement éludé une question importante : les mères célibataires ont-elles encore leur enfant lorsqu’elles se marient, et si ce n’est pas le cas, peuvent-elles encore être considérées comme des filles mères ? Faute d’avoir entrepris une recherche sur la mortalité post-natale et les abandons d’enfants, il est impossible de répondre à cette question, d’ailleurs relativement secondaire pour la présente enquête. En effet, son objet n’est pas l’observation d’une situation matérielle, mais celle d’un statut social, d’un jugement moral et des attitudes qui en résultent. Une fille mère restée ou revenue dans son village, même si elle s’en est momentanément éloignée, même si elle a perdu ou abandonné son enfant, ne peut effacer son passé. Celui qui l’épouse en a nécessairement connaissance et l’accepte, ce qui constitue une prise de position morale. La prise en compte de la diversité des situations, dans ce domaine comme dans tout autre, conduirait finalement à réduire ou à fractionner un corpus déjà bien modeste, au détriment de la pertinence des observations. L’étude porte donc sur l’ensemble des données, avec la modeste ambition de percevoir, à défaut de phénomènes aisément quantifiables et explicables, des évolutions significatives.

53Paradoxalement, le phénomène le plus marquant, tout au moins le plus clairement observable, est celui qui ne doit pas être pris en compte. Les mariages de mères célibataires avec le père déclaré de leur enfant, dont l’importance croît fortement à partir de 1805-1809, témoignent de relations prémaritales, avec ou sans concubinage, mais ne concernent en rien des femmes reconnues comme filles mères au sens strict du terme. Si on en fait abstraction, les évolutions observées sont extrêmement modestes : dans un corpus ramené à 31 mariages, les valeurs n’excèdent jamais six unités. Les mariages de filles mères demeurent donc très rares, leur rapport avec le nombre d’enfants naturels sans père déclaré reste quasiment constant tout au long de la période. Le faible taux d’endogamie de ces mariages confirme la difficulté de ces femmes à se marier dans leur milieu d’origine. En fait, les variations observées semblent faiblement déterminées par le contexte politique. La période révolutionnaire suscite peut-être un assouplissement des conditions d’âge et de milieu social, mais pas de véritable changement quantitatif. Dans ce domaine, les pointes observées en 1795-1799 et en 1805-1809 semblent déterminées avant tout par les tensions du marché matrimonial, dans des périodes marquées par les campagnes militaires et les levées d’hommes. Enfin, les conditions d’âge et de fortune résultent constamment pour ces mariages d’une logique d’échange où le statut de mère célibataire semble peser de manière négative, de la même manière que celui des veuves chargées d’enfants.

54Le bilan paraît donc globalement négatif, sans qu’il soit cependant possible d’en établir clairement la raison. Le célibat subi par les filles mères confirmant leur exclusion et leur image négative, tendrait à montrer que la Révolution n’a pas modifié les comportements à leur égard. Mais un célibat librement choisi révélerait à l’inverse l’émergence d’une catégorie de femmes « libres » assumant sexualité et enfants en dehors du cadre de la famille. Une fois encore, les deux hypothèses ne sont pas incompatibles, et la confrontation à d’autres indicateurs ou même à d’autres sources, n’incite pas à un choix restrictif. Ainsi les archives judiciaires, à travers la persistance de déclarations volontaires de grossesses, montrent jusqu’en 1808 des filles enceintes cherchant à se faire épouser. Mais bon nombre d’entre elles sont prêtes à y renoncer en échange d’une contribution financière à l’éducation de leur enfant : ainsi affirme-t-on simultanément qu’on a besoin d’un époux et qu’on peut s’en passer... En fait, le maintien des filles mères dans le célibat ne peut prendre un sens différent que dans un contexte différent. L’apparition d’attitudes nouvelles face à la nécessité du mariage, à des notions telles que la vertu ou le déshonneur, ne peut être envisagée à partir de ce seul indicateur. Le comportement des filles mères à l’égard du mariage, comme celui de la société à l’égard des filles mères, ne sont que des éléments d’un ensemble de pratiques et d’attitudes concernant les relations entre la sexualité, le couple, la famille et le mariage, dont le problème central est celui de la légitimité.

Choix, contexte et marché matrimonial

55L’union de deux personnes ne résulte pas d’un processus rationnel, dont le déroulement pourrait être rigoureusement analysé. Rencontres, opportunités, disponibilités, résultent en partie du hasard. L’attrait, le sentiment, sont naturellement indéfinissables et subjectifs. Ces éléments du processus échappent totalement à l’observation. L’étude des actes, ne révélant que certaines conditions objectives du mariage, permet d’entrevoir - et encore, souvent de manière indirecte - une partie des facteurs déterminants du choix du conjoint, ceux qui relèvent de la vie sociale et de l’influence du milieu. Les critères de moralité, d’harmonie ou d’efficacité, plus ou moins intégrés par les individus dans l’idée qu’ils se font du conjoint idéal, objets des pressions exercées par l’entourage ou les institutions, tendent essentiellement à fixer les limites de ce choix.

56De manière plus concrète, l’état du marché matrimonial ouvre un éventail de possibilités variables, en fonction du contexte démographique, mais aussi économique, politique, religieux ou culturel. Le choix du conjoint résulte donc nécessairement d’une adaptation des critères et motivations personnels aux exigences du marché matrimonial, les deux éléments pouvant d’ailleurs s’influencer mutuellement. Ainsi la restriction des possibilités de mariage peut amener les individus à assouplir leurs exigences pour le choix d’un conjoint, ou inversement. De même, l’évolution des critères de choix dans le sens de l’élargissement ou de la restriction peut accroître ou réduire les possibilités offertes par le marché matrimonial. Cette influence réciproque est clairement observable durant la période étudiée ici, et son évolution paraît fortement marquée par l’événement révolutionnaire.

57De 1775 à 1789, on retrouve en grande partie dans les onze villages étudiés la typologie des mariages la plus couramment décrite en milieu rural sous l’Ancien Régime : on se marie le plus souvent entre 25 et 30 ans l’homme étant plus âgé que son épouse ; les remariages sont fréquents, mais plus faciles pour les hommes que pour les femmes. Seuls les taux d’endogamie et d’homogamie, nettement inférieurs à la moyenne et variables en fonction des conditions géographiques et économiques, semblent témoigner de la spécificité d’un milieu rural influencé par la proximité de Paris, ouvert à la mobilité géographique et même, bien que plus modestement, à la mobilité sociale. À cette réserve près, le marché matrimonial y semble régi par des habitudes sociales bien ancrées, consacrant l’idée du mariage « bien assorti », conclu dans le but de « s’établir ».

  • 32 J.-R Bertaud, ouvr. cité, p. 38.

58La Révolution entraîne dès ses premières années une forte augmentation du nombre des mariages. Il faut rappeler tout d’abord la vigueur de l’incitation à s’unir par la diffusion de l’idéologie révolutionnaire, animée par l’obsession de la dépopulation, et qui fait du mariage une manifestation de civisme, une obligation du citoyen envers la patrie. Comme l’écrit Jean-Paul Bertaud, « de 1789 au Consulat, on se bouscule dans les maisons communes pour se marier. Le mariage est laïcisé, Dieu préside moins que la patrie à l’échange des promesses, la famille qui se forme est d’abord une école de civisme. Le mariage, une manifestation politique. Traversée par le message jacobin, celle-ci symbolise les changements de mentalité que l’on veut opérer dans la société32 ». Sans doute ce sentiment n’est-il pas unanimement partagé, mais les plus réticents à l’égard du mouvement révolutionnaire trouvent très vite une autre motivation vis-à-vis du mariage : le refus de la conscription. À partir de 1793, chaque période de levée d’hommes entraîne une vague de mariages, conclus à la hâte et dans n’importe quelles conditions, l’important étant de pouvoir échapper aux obligations militaires. Cet important accroissement du nombre de mariages dans un contexte démographique assez stable ne pouvait qu’engendrer une forte tension sur le marché matrimonial. Alors que dans le même temps s’affaiblit l’emprise religieuse sur la vie sociale et s’affirme le principe de la liberté individuelle, il n’est plus possible de perpétuer les valeurs et les critères de choix hérités de l’Ancien Régime. Tous les indicateurs font apparaître l’éclatement du système : on se marie plus jeune, mais aussi plus vieux, avec des écarts d’âge parfois importants, on épouse plus volontiers des veufs ou des veuves, on se marie plus facilement hors de son milieu social, et même l’idée de la « mésalliance » paraît mieux acceptée, dès lors qu’elle est assortie d’une contrepartie... Dans un marché matrimonial plus ouvert, moins soumis à des contraintes morales rigides, l’idée du choix individuel semble s’affirmer à travers un libre jeu de l’offre et de la demande où se combinent de manière variable âge et fortune, raison et sentiment, urgence et nécessité. Cela ne veut pas dire que les notions de moralité, d’harmonie ou d’intérêt aient disparu. Elles ont plus vraisemblablement évolué avec le système de valeurs qui leur est attaché, dans le sens d’une affirmation accrue des motivations personnelles et des sentiments, témoignage manifeste de changements culturels engendrés par la période révolutionnaire.

  • 33 Voir annexe 3.

59Sous le Consulat et l’Empire, malgré la signature du Concordat et l’ordre moral imposé par le pouvoir politique, les effets de la Révolution ne disparaissent pas totalement. Dans un contexte encore perturbé par les campagnes militaires et les levées d’hommes, les fortes variations du nombre des mariages attestent d’une tension persistante sur le marché matrimonial. On observe toutefois une baisse sensible et continue du nombre des mariages, ainsi que des unions de conjoints âgés ou présentant une grande différence d’âge. On peut l’expliquer bien sûr par l’influence du contexte politique, mais également y voir tout simplement un « creux de la vague » après l’intense activité matrimoniale de la décennie précédente. Dans les dernières années de l’Empire s’amorce le phénomène marquant de cette fin de période : une forte baisse de l’âge au mariage, suscitée en grande partie par le nombre des mariages entre conjoints jeunes, et qui s’accentue fortement sous la Restauration. L’explication simple d’un mécanisme de reprise démographique, après une période marquée par les guerres et les crises économiques, est en partie contredite par d’autres éléments du contexte. Peut- on en effet s’établir plus facilement alors que la population est en constante augmentation et que la concentration foncière appauvrit fortement la majorité de la population rurale ? Une autre explication doit être envisagée, non pour se substituer mais pour s’ajouter à la première, celle d’une évolution des mœurs : les relations amoureuses et la sexualité s’exprimeraient de manière plus précoce, entraînant des mariages suscités peut-être davantage par les sentiments que par la nécessité de s’établir. L’hypothèse repose sur la conjonction d’évolutions sensibles dans les conditions de choix du conjoint : rajeunissement des époux, recul sensible de l’endogamie et de l’exogamie. Mais elle pourrait être confirmée par l’évolution du rapport entre mariages et naissances33 : à partir de 1805-1809, on se marie davantage mais on fait moins d’enfants, ce qui suggère l’idée d’un couple devenant de plus en plus une fin en lui-même, et non seulement le moyen de fonder une famille. Ces transformations ont pour corollaire une plus grande liberté des mœurs, mais les conditions du mariage ne peuvent en témoigner à elles seules. En effet, c’est sans doute sur un autre terrain que cette liberté se manifeste le plus clairement, celui de l’amour illégitime et des relations extraconjugales.

Notes

1 F. Lebrun, ouvr. cité, p. 25.

2 J.-P. Gutton, La sociabilité villageoise dans la France d’Ancien Régime, Paris, 1979, p. 48.

3 Sur les 2 895 mariages de la période, deux actes seulement ne comportent pas la commune d’origine des deux conjoints.

4 Voir F. Lebrun, ouvr. cité, p. 27-29.

5 Voir J. Dupâquier et D. Kessler, La société française au xviiesiècle : tradition, transition, transformations, Paris, 1992, p. 345.

6 J. Dupâquier et D. Kessler, ouvr. cité, p. 50.

7 Voir définition des catégories et groupes de catégories p. 42.

8 Cité par J.-L. Flandrin, Les amours paysannes (xvie-xixe siècles), Paris, 1975, p. 133.

9 Voir en particulier : F. Lebrun, ouvr. cité, p. 31-32. J. Dupâquier (dir.), ouvr. cité, p. 470-471, se référant à l’étude réalisée par L. Henry et J. Houdaille, « Célibat et âge au mariage en France aux xviiie et xixe siècles » dans Population, n° 33-34, 1978-1979.

10 F. Lebrun, ouvr. cité, p. 33.

11 J.-L. Flandrin, ouvr. cité, p. 133-134.

12 G. Bolleme, La Bibliothèque bleue, la littérature populaire en France (xviie-xviiie siècles), Paris, 1971, p. 160.

13 Épinal, non daté, mais ce livret semble avoir été largement diffusé au xviiie siècle.

14 A. Fillon, Les trois bagues aux doigts, amours villageoises au xviiie siècle, Paris, 1989, p. 111.

15 Pour la période 1800-1819, l’enquête dite des « 3000 familles » conduite par les chercheurs de l’INED donne un âge moyen au mariage de 28,3 ans pour les hommes et 25,5 pour les femmes. Voir J. Dupâquier et D. Kessler (dir), ouvr. cité, p. 87.

16 Les remariages « simples » sont ceux où un seul des deux conjoints se remarie, les remariages « doubles » ceux où les deux conjoints se remarient.

17 J.-P. Bertaud, « Les mariés de l’an II », dans L’Histoire, n° 45, mai 1982, p. 43.

18 A. Burguière, « Réticences théoriques et intégration pratique du remariage dans la France d’Ancien Régime (xviie-xviiie siècles) », dans Marriage and Remarriage in Populations of the Past, Actes du colloque de Kristiansand (septembre 1979), Londres, 1981, p. 43.

19 G. Cabourdin, « Le remariage en France sous l’Ancien Régime (xvie-xviiie siècles) », dans Marriage and Remarriage in Populations of the Past, ouvr. cité, p. 277-278.

20 F. Lebrun, ouvr. cité, p. 49.

21 J.-P. Bertaud, ouvr. cité, p. 43.

22 8 sur 9 en 1775-1779, 11 sur 25 en 1790-1799, 32 sur 49 en 1810-1825.

23 J. Depauw, « Les filles mères se marient-elles ? L’exemple de Nantes au xviiie siècle », dans Aimer en France (1760-1860), Actes du colloque de Clermont-Ferrand (juin 1977), Clermont-Ferrand, 1980, p. 525-531.

24 M.-C. Phan, « Les déclarations de grossesse en France (xvie-xvliie siècles), essai institutionnel » dans Revue d’Histoire moderne et contemporaine, t. 17, 1970, n° 2, p. 85.

25 J.-L. Flandrin, Familles : parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, 1976, p. 180.

26 G. Audisio, Les Français d’hier : Des paysans..., ouvr. cité, p. 214.

27 J. Depauw, ouvr. cité, p. 530.

28 G. Arbellot, Cinq paroisses du Vallage (xvie-xviiie siècles), Microfiche AUDIR n° 73-944-1, étude citée par J.-L. Flandrin, Les amours paysannes, ouvr. cité, p. 233.

29 En raison de la modestie du corpus, les données numériques ont été préférées aux pourcentages pour la réalisation de ce graphique.

30 J. Depauw, ouvr. cité, p. 528.

31 Seuls sont pris en compte ici les mariages où l’âge des deux conjoints est connu, soit 58 sur les 62 précédemment recensés.

32 J.-R Bertaud, ouvr. cité, p. 38.

33 Voir annexe 3.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17534/img-1.png
Fichier image/png, 748k
Titre TAUX DE MARIAGES HOMOGAMES (HOMOGAMIE RELATIVE ET ABSOLUE)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17534/img-2.png
Fichier image/png, 178k
Titre AGE MOYEN AU PREMIER MARIAGE
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17534/img-3.png
Fichier image/png, 182k
Titre AGE MOYEN AU REMARIAGE
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17534/img-4.png
Fichier image/png, 212k
Titre CONJOINTS TOUS DEUX AGES DE PLUS DE 35 ANS OU MOINS DE 24 ANS
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17534/img-5.png
Fichier image/png, 238k
Titre DIFFERENCE D’AGE MOYENNE
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17534/img-6.png
Fichier image/png, 224k
Titre EVOLUTION PAR TYPES DE REMARIAGES
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17534/img-7.png
Fichier image/png, 204k
Titre MARIAGE DES FILLES-MERES
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17534/img-8.png
Fichier image/png, 392k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search