Version classiqueVersion mobile

Familles en Révolution

 | 
Philippe Daumas

Chapitre II. La révolution au village

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Les milieux ruraux : une réalité complexe

Diversité des milieux ruraux

  • 1 P. Goubert et D. Roche, Les Français et l’Ancien Régime, tome I : La Société et l’État, Paris, 198 (...)
  • 2 G. Audisio, Les Français d’hier : des paysans (xve-xixe siècles), Paris, 1993, p. 258.
  • 3 J.-M. Moriceau et G. Postel-Vinay, Ferme, entreprise, famille : grande exploitation et changements (...)
  • 4 63 journaliers et manouvriers sur 130 taillables à Aulnay et Sevran en 1789.

1« L’extraordinaire variété des terroirs français a de quoi décourager - ou passionner - l’historien1 » : Pierre Goubert résume ainsi parfaitement les difficultés à appréhender un milieu hétérogène et complexe, mais qu’on représente le plus souvent comme le domaine de l’unité et de l’immobilité, qu’on ne peut définir en termes simples sans qu’ils soient réducteurs, où les idées générales se heurtent toujours sur le terrain à des réalités qui les contredisent en grande partie. Comme le constate Gabriel Audisio, « tout tableau d’un village, d’une paroisse, d’une seigneurie, court le risque de ne pas être représentatif. Il le sera au mieux du type auquel il appartient. De fait, il existe des communautés socialement très différentes, comme des terroirs économiquement très divers2 ». C’est donc bien au pluriel qu’il faut parler de milieux ruraux si on veut rendre compte d’une variété de situations, liée non seulement aux conditions naturelles et aux formes d’exploitation des terroirs, mais aussi à la composition sociale et aux réseaux de relations, conditions elles-mêmes soumises à d’importantes variations selon les régions, et plus encore selon les périodes. Les campagnes d’Île-de-France ne font pas exception à la règle, et les villages étudiés ici présentent une grande diversité de caractères. Facteur d’unité seulement en apparence, la nette prédominance des terres labourables et de la culture céréalière - plus de 80 % sur tous les terroirs - ne recouvre pas partout les mêmes productions, les mêmes activités ni la même organisation de l’économie. À Aulnay et Sevran, au cœur de la plaine de France, s’étendent d’immenses champs ouverts entièrement voués à la culture des « bleds ». Quelques grandes fermes y concentrent la propriété foncière, assurant la fortune de quelques familles, en particulier celle des Chartier, dont la réussite exemplaire a fait l’objet d’une importante monographie3. L’activité agricole y prédomine d’autant plus aisément que l’éloignement de Paris et l’absence de grands axes de circulation, facteurs d’un isolement relatif, n’y favorisent pas le commerce et l’artisanat. La main d’œuvre agricole -journaliers et manouvriers-y représente à la veille de la Révolution près de la moitié des taillables4. Dans tous les autres villages, à des degrés divers, la propriété est plus morcelée, les cultures plus variées : jardins et vergers à Thiais et Orly, pâturages à Ivry constituent, bien que de manière modeste, une spécialisation de la production agricole.

  • 5 D’après les états de situation de 1784 et les plans d’intendance de Bertier de Sauvigny (1782-1789 (...)
  • 6 62 vignerons sur 148 taillables en 1789 dans ces deux paroisses.
  • 7 53 % en 1770, 51 % en 1780, 50 % en 1789.
  • 8 M. Lachiver, Vin, vigne et vignerons en région parisienne, du xviie au xixe siècle, Pontoise, 1982 (...)

2La vigne est encore présente, dans la deuxième moitié du xviiie siècle, partout où le permettent le relief, la nature du sol et les conditions de son exploitation, c’est-à-dire dans tous les villages, à l’exception d’Aulnay et Sevran où elle semble inexistante. La partie du terroir qui lui est consacrée ne rend pas compte de son importance en termes d’activité, de productivité, de main d’œuvre mobilisée et d’influence sur les conditions de vie au village. Elle ne représente jamais plus de 10 % des terres exploitées, même dans les villages dont elle constitue l’activité dominante. À Chennevières et Ormesson, deux paroisses situées à l’extrémité du plateau de Brie, entre les méandres de la Marne et du Morbras, la vigne ne couvre à la veille de la Révolution que 8 % du terroir5. On y compte pourtant, à la même époque, 42 % de vignerons parmi les taillables6. La même situation peut être observée à Gennevilliers, une paroisse enserrée dans une boucle de la Seine : 3 % des terres consacrées à la vigne, mais environ 50 % de vignerons dans les rôles de taille entre 1770 et 17897.Sur les terroirs où elle est fortement implantée, la présence de la vigne marque généralement les communautés villageoises d’une manière très spécifique : forte parcellisation de la propriété foncière, rythme et nature des activités différents des autres cultures, nature des relations sociales dans les villages où dominent les vignerons, une population agricole originale par sa relative aisance financière, la technicité particulière de ses travaux, son taux d’alphabétisation élevé, son implantation souvent ancienne sur le terroir, la spécialisation de familles entières dans cette activité. Selon un adage en vigueur à cette époque, « il faut au moins trois générations pour devenir vigneron8 ». Ces caractères originaux déterminent une sorte d’esprit de caste, qui ne peut être sans effet sur les conditions de vie et la sociabilité au village.

  • 9 Pour une étude plus détaillée de la crise viticole, voir F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoi (...)
  • 10 F. Leriche et J. Varin, Ivry-sur-Seine, le souffle de l’Histoire, Paris, 1984, p. 71.
  • 11 Description détaillée des transformations économiques et sociales de la commune d’Ivry à la fin du (...)

3Cependant, le recul de la vigne dans toute l’Île-de-France est un des faits marquants de la période que nous étudions. Amorcé dès 1777-1778 avec le brusque effondrement des cours du vin, il s’accélère à partir de la Révolution, sous l’effet d’une conjoncture marquée par les problèmes de subsistances et les réquisitions de blé pour les armées et la population de Paris, donnant la priorité aux cultures céréalières9. Enfin au début du xixe siècle, les progrès des transports confrontent les vignobles d’île-de- France à la concurrence des vins du midi, moins coûteux et de meilleure qualité. La disparition rapide des vignerons de Gennevilliers, déjà évoquée plus haut, n’est pas un cas isolé : à Ivry, Thiais, Saint-Rémy, Chennevières, le même recul se produit avec, là aussi, une amorce du processus bien avant la Révolution. Le cas d’Ivry est toutefois très particulier : la disparition des vignerons s’y inscrit dans un mouvement de recul de l’ensemble de l’activité agricole, amorcé dès le milieu du xviiie siècle et fortement accéléré à partir de la Révolution, sous l’effet du développement des activités industrielles. Dans un village dont la production laitière était réputée au point qu’il soit considéré comme « la laiterie de Paris10 » et dont les jardins écoulaient vers la capitale une importante production, l’implantation d’usines -verreries, briqueteries- modifie totalement en un quart de siècle les conditions de la vie économique et sociale : rapide essor démographique, apparition et accroissement d’une population ouvrière, sectorisation géographique des activités, développement des échanges avec la capitale11. Ce processus d’industrialisation est cependant un cas unique parmi les communes étudiées ici.

4Le cas d’Ivry met en évidence l’importance de la proximité de Paris comme facteur de diversité des conditions de vie dans les campagnes d’île- de-France. Cette influence, qui ne se limite pas aux effets de l’industrialisation naissante, était déjà très sensible sous d’autres formes bien avant la Révolution. Toutes les études d’histoire locale décrivent les voyages à Paris des ruraux allant y vendre leur production, notamment les produits de l’élevage et du jardinage, mais les échanges ne sont pas seulement commerciaux. De nombreux Parisiens mettent leurs enfants en nourrice dans les villages les plus proches de la capitale, d’autres - les plus fortunés, bourgeois ou aristocrates - y possèdent des terres ou de riches demeures où ils résident périodiquement, et y emploient une domesticité souvent recrutée sur place. Il en résulte un mouvement permanent de population dans les deux sens, des contacts réguliers, un ensemble de réseaux de relations personnelles qui contribuent fortement à l’influence de Paris sur ses campagnes. Mais la distance, l’accessibilité, la proximité des voies de communication favorisent de manière très variable ces relations, et avec elles la circulation des informations et des idées, donc les échanges culturels.

5Aux multiples facteurs de diversité résultant des conditions naturelles, de l’économie et des relations avec l’extérieur, s’ajoute enfin - et le plus souvent en rapport direct avec eux - la diversité de la population villageoise elle-même. Une communauté n’est jamais homogène et les différences entre individus ou groupes sociaux peuvent aller jusqu’à l’antagonisme. Le pouvoir, la propriété, la richesse, mais aussi l’instruction, les croyances, les traditions, les solidarités et les relations personnelles ou familiales, déterminent au sein des villages non seulement des clivages et des conflits d’intérêts, mais aussi d’importantes différences culturelles. Comment peut-on, dans ces conditions, considérer le milieu rural comme une entité culturelle ? Comment définir une « culture paysanne » alors que la principale caractéristique du milieu semble être la diversité, et que les facteurs d’unité -le lieu, la langue, la soumission aux mêmes pouvoirs, aux mêmes institutions, à la même religion - paraissent finalement discutables, vécus et perçus très différemment par les intéressés ? Au cœur de cette problématique se trouve la notion de « communauté rurale ». L’expression est riche de significations : elle définit à la fois une entité géographique, un cadre juridique, religieux, économique, elle suggère l’existence d’intérêts convergents, de solidarités, enfin d’un patrimoine culturel commun forgé au fil des générations par le fonctionnement de la structure elle-même. Cependant, les études réalisées à ce jour, comme la réflexion des historiens et des sociologues, imposent de porter un regard critique sur cette notion de communauté, et plus encore sur ses implications culturelles : le cadre communautaire a-t-il pesé plus lourdement sur la vie sociale que les clivages, les conflits ou les différences ? A-t-il imposé une organisation sociale stable, voire immobile ? A-t-il pu déterminer des pratiques culturelles, des manières de penser communes à tous ses membres ? Peut-on alors parler d’une culture paysanne dont le cadre communautaire serait le ciment, ou même le fondement ? Si la question mérite déjà d’être posée aux xvie et xviie siècles, elle prend un intérêt accru à partir du moment où de profonds changements affectent la vie du monde rural, dès le milieu du xviiie siècle, et surtout pendant la Révolution : dans des villages confrontés aux changements institutionnels, aux difficultés économiques, aux affrontements politiques et religieux, aux mouvements des hommes et des idées, qu’ad- viendra-t-il du cadre communautaire, de ses réseaux de sociabilité, de ses retombées culturelles ?

La communauté villageoise, un cadre immobile ?

6L’image du « village immobile » repose essentiellement sur sa représentation communautaire. L’attachement du paysan à la terre fonde son appartenance à la communauté, dont la cohésion et le mode de fonctionnement imposent l’enracinement et l’immobilisme. Dans cet univers clos et figé, le changement ne peut venir que de l’extérieur. Il y a donc, dans cette vision du monde rural, une relation étroite entre l’immobilisme de la communauté villageoise, sa cohésion et son repli sur elle-même.

  • 12 M. Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Paris, 1931, p. 184.
  • 13 G. Lefèbvre, « La Révolution française et les paysans », dans Cahiers de la Révolution française, (...)
  • 14 A. Soboul, « La Communauté rurale (XVIIe-XVIIIe), problèmes de base », dans Revue de synthèse, t. (...)
  • 15 En particulier : J.-B. Collins, « Geographic and Social Mobility in Early-Modern France », dans Jo (...)

7Cette image a été depuis longtemps contestée, notamment à partir de l’analyse marxiste des rapports de production et des conflits de classes. Déjà en 1931, Marc Bloch soutenait que « les communautés rurales ont toujours présenté, avec d’inévitables fluctuations dans les lignes de clivage, des divisions de classes assez tranchées12 ». Trois ans plus tard, Georges Lefebvre affine cette analyse : « la communauté rurale ne constituait pas une classe, elle réunissait en son sein des éléments dont les intérêts divergeaient ou même se contredisaient13 ». En 1957, Albert Soboul consacre un article au problème des communautés rurales, dont il montre l’hétérogénéité et les clivages internes. Il y souligne « l’importance des oppositions des divers groupes qui constituaient la communauté rurale14 », engendrées par le capitalisme naissant. Depuis, la multiplication des recherches menées sur le terrain et la publication de nombreuses monographies locales ont fortement remis en cause la thèse du « village immobile », mais la synthèse des deux orientations reste difficile. De plus, sa problématique s’est modifiée, subissant les effets du renouvellement des centres d’intérêt, glissant du domaine strictement économique et social à celui des mentalités. L’ouverture du village sur l’extérieur, principal facteur du changement culturel, est aujourd’hui un fait reconnu par tous les historiens, au moins pour la seconde moitié du xviiie siècle, même si de récentes recherches permettent de l’en visager beaucoup plus tôt encore15. L’idée d’un « tournant » opéré au cours du xviiie siècle sous l’effet du développement des échanges économiques, entraînant une ouverture sur l’extérieur des communautés villageoises, doit donc être envisagée avec prudence : si des changements aussi importants se réalisent alors, peut-être s’agit-il moins de l’amorce proprement dite d’un processus d’ouverture que de l’accentuation et de l’élargissement de phénomènes déjà existants.

  • 16 D. Roche, La France des Lumières, Paris, 1993, p. 53-58.
  • 17 G. Audisio, Les Français d’hier : des paysans..., ouvr. cité, p. 326-327.
  • 18 G. Bouchard, Le village immobile: Sennely-en-Sologne au xviiie siècle, Paris, 1972, p. 348.
  • 19 G. Bouchard, ouvr. cité, p. 262.
  • 20 G. Bouchard, ouvr. cité, p. 272.
  • 21 G. Audisio, ouvr. cité, p. 258.

8Mais indépendamment de ce débat, il est tout à fait troublant d’observer que l’importance de ces changements, et plus encore celle de leurs conséquences culturelles, sont toujours relativisées, minimisées, même dans les synthèses les plus récentes et sous la plume des historiens les plus éminents. Serait-il admis une fois pour toutes que les mentalités doivent évoluer moins vite que la vie économique ou les cadres sociaux, et toujours avec un temps de retard ? Même lorsque les changements sont soulignés avec vigueur, il est toujours rappelé que, finalement, l’immobilisme reste la tendance dominante. Deux exemples empruntés à des ouvrages récents suffisent à le montrer. Daniel Roche, traitant de la France des Lumières, décrit « une société paysanne où l’expérience de la mobilité existe, mais sur fond de stabilité globale ». Il montre « une société plus largement mobile qu’on ne l’a décrite, où le mouvement est une composante de la vie sociale », mais affirme par ailleurs que cette société « se conçoit organiquement comme une société stable et fixe, où chacun doit être à sa place. Son idéal est l’immobilité dans l’espace, et la référence au passé dans le temps [...] La France est ainsi constituée par l’horizon étale de 36 000 paroisses enracinées à un terroir, avec ses usages et ses solidarités ; ce sont autant de « villages immobiles », où le changement ne peut venir que de l’extérieur16 ». Dans une synthèse tout aussi récente, Gabriel Audisio souligne, lui aussi, l’importance de ce tournant du xviiie siècle : « après des siècles d’immobilisme, entre 1760 et 1780, tout changea [...] Le décloisonnement de l’espace français, et plus particulièrement des campagnes, constitue un fait majeur de la période ». Mais l’impression dominante reste à ses yeux celle de « l’étroite étendue de l’aire des relations sociales à la campagne 17 ». Ouverture et immobilité coexisteraient donc, non de manière contradictoire, mais sur des plans différents : le changement économique et social ne remet pas en cause l’immobilisme des mentalités. Dans une monographie qui a fortement contribué à ancrer dans les esprits le concept de « village immobile », Gérard Bouchard pose clairement le problème : « la vie des collectivités rurale se trouverait polarisée entre deux états, dont l’un serait un repli obstiné sur soi, et l’autre un réseau complexe de solidarités externes18 ». La même attitude peut être observée à propos de la vie communautaire et des solidarités villageoises. Gérard Bouchard, par exemple, décrit en détail « les affrontements de tous ordres qui survenaient entre les membres de la communauté19 », l’hostilité des paysans envers le seigneur, attestée par de nombreux témoignages allant des archives judiciaires aux cahiers de doléances, les attitudes antireligieuses, les conflits liés aux réseaux d’obligations et de dépendances, notamment à l’endettement. Puis il conclut, avec une grande prudence : « on aurait tort de trouver dans ces conflits, quelles qu’aient été leur fréquence et leur acuité, une signification lourde [...] Les inégalités coexistaient assez passivement : ni le clivage journaliers-laboureurs, ni le clivage paysans-propriétaires, n’étaient le siège d’une effervescence propre à remettre en question la structure sociale20 ». Gabriel Audisio souligne la complexité et les aspects contradictoires du problème : traitant des usages communautaires liés à l’organisation du travail, aux fêtes et aux pratiques religieuses, il estime que « tous ces éléments ont contribué à créer, développer et maintenir un esprit communautaire, marqué parfois jusqu’à l’excès, jusqu’à l’esprit de clocher [...] Mais on peut deviner que, sous cette solidarité de façade, gisaient et parfois perçaient des rancœurs, des divisions et des hostilités qui fracturaient ce bloc villageois, lequel n’avait rien de monolithique21 ».

  • 22 M. Jollivet et H. Mendras, Les collectivités rurales françaises, tome I : Études comparatives de c (...)
  • 23 N. Eizner, « De la communauté rurale à la collectivité locale », dans Jollivet m. et Mendras H. (d (...)

9Même si la prudence est toujours de rigueur face à des sources trop souvent incertaines et indirectement parlantes, même si le souci de nuancer l’analyse reste louable en toutes circonstances, on peut s’étonner que les historiens manifestent aujourd’hui encore autant de réticences à considérer que le village du xviiie siècle n’était ni replié sur lui-même, ni immobile, et que la communauté rurale n’était certainement pas un bloc homogène. Mais s’agit-il réellement d’une simple affaire de nuances, de « dosage » entre l’importance respective de la tradition et du changement, des solidarités et des conflits ? Les différentes approches de la communauté rurale ne sont pas dépourvues d’implications idéologiques, et peut-être les sociologues ont-ils moins de scrupules à l’avouer que les historiens. Le problème est très clairement posé dans un ouvrage collectif dirigé en 1974 par Marcel Jollivet et Henri Mendras22. La contribution de Nicole Eizner à cette enquête le résume parfaitement : « On pourrait dire de la notion de communauté qu’elle joue comme un écran, qui cache le fonctionnement réel des groupes sociaux locaux, et notamment les conflits, les contradictions, les antagonismes, les jeux sociaux de groupes opposés qui, seuls, peuvent permettre de comprendre pourquoi et comment le changement se produit, les groupes sociaux évoluent, se déstructurent et se restructurent [...] Elle suggère de manière plus ou moins implicite l’idée d’une harmonie globale plus forte que les tensions, d’une cohésion qui, par-delà les oppositions, est en définitive le régulateur du groupe. Ainsi disparaissent les antagonismes et les conflits de classes, ainsi sont occultés les conflits économiques et les conflits du pouvoir, ainsi les divergences idéologiques éventuelles et les conflits de valeurs ne sont pas explicités, ainsi l’émergence de la nouveauté devient difficile à comprendre23 ».

  • 24 N. Eizner, ouvr. cité, p. 140-141.

10Ce n’est pas seulement l’aspect idéologique du débat qui est suggéré ici, mais une autre vision de la relation entre les structures sociales et les mentalités. Le changement culturel n’apparaît plus seulement en fin de processus, comme simple conséquence du changement social, intervenant toujours avec un retard considéré comme le rapport naturel entre l’événement et le « temps long ». Il s’accomplit simultanément au changement social, dont il est une composante, mais aussi un facteur déterminant. De plus, la notion même de culture paysanne doit être fortement nuancée, quelle que soit l’époque et quel que soit le lieu. Comme le précise encore Nicole Eizner, « à partir du moment et là où existent à l’intérieur de la communauté des inégalités sociales, à partir du moment où des classes sociales se différencient des unes des autres, peut-on encore parler d’une culture et d’un système de valeurs ? [...] Peut-on dire qu’à l’intérieur de chaque communauté la même culture et le même système de valeurs étaient partagés par tous ? Par exemple, entre ceux qui avaient le savoir et ceux qui ne l’avaient pas ? Entre ceux qui partageaient leur vie entre la ville et la campagne, et ceux qui n’avaient jamais quitté leur village ? Entre ceux qui introduisaient le « progrès » et ceux qui défendaient la tradition et l’ordre ? Entre ceux qui asseyaient leur puissance sur l’exploitation des paysans et les opprimés24 ? » Ces questions déterminent de manière fondamentale notre perception de la communauté rurale, donc l’orientation de toute recherche portant sur l’histoire culturelle, que ce soit avant, pendant ou après la Révolution.

11Ces quelques références historiographiques ne prétendent pas fournir une analyse détaillée, à plus forte raison exhaustive, des différentes visions de la communauté rurale. Elles visent simplement à souligner la complexité d’une problématique marquée par l’incertitude de la lecture des sources, l’importance de la part d’interprétation et les enjeux idéologiques, auxquels il convient d’ajouter l’immense diversité des contextes, selon les régions et les époques. Nos objectifs resteront donc modestes et concrets : rechercher des indicateurs fiables et en croiser les informations pour obtenir un aperçu des rapports sociaux et de leur évolution dans quelques villages d’Île-de- France ; tenter dans le même temps d’y faire apparaître les changements, les immobilismes, et d’en comprendre les mécanismes, en insistant sur les notions d’ouverture et d’unité ; souligner enfin l’importance des problèmes méthodologiques de cette enquête.

Le village, milieu ouvert

12Pour la période antérieure à la Révolution, les sources actuellement disponibles permettent d’envisager deux directions de recherche : la mobilité des populations et les interventions extérieures dans la vie de la communauté. La notion de mobilité est ici définie en terme d’implantation, c’est- à-dire de résidence dans le village, dont les rôles de taille rendent compte assez fidèlement. Quant aux interventions extérieures, témoignages des relations du village avec un environnement proche ou éloigné, on les recherchera sous de multiples formes à travers des sources très variées : état civil, archives judiciaires, notariales, rôles de taille encore, etc.

  • 25 D. Roche et P. Goubert, ouvr. cité, tome I, p. 48.

13Sur le plan méthodologique, une remarque s’impose : si des phénomènes peuvent être aisément mis en évidence, leur interprétation échappe à toute objectivité. Une même série de données peut venir étayer des arguments totalement contradictoires. Ainsi, Pierre Goubert illustre un chapitre intitulé « Enracinement, sédentarité, stabilité » par une statistique sur le choix du conjoint : « dans une paroisse rurale d’un bon millier d’habitants, au moins les deux tiers des nouveaux époux sont nés et résident au lieu de leur union ; du dernier tiers, la moitié vient des villages limitrophes25 ». On peut retourner l’argument : si un tiers des villageois se marie hors du village et un sixième au-delà des villages voisins, peut-on vraiment parler d’un milieu fermé et replié sur lui-même ? Le choix des indicateurs et la manière de les présenter, tout comme l’analyse des données, ne sont jamais innocents.

Mobilité des populations

  • 26 Aulnay-sous-Bois, Gennevilliers, Ivry, Orly, Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Sevran et Thiais. Effectif (...)

14Cette étude a été réalisée d’après les rôles de taille de sept paroisses parmi les onze étudiées26. Ils font apparaître les noms des habitants, leurs professions et le montant de leurs contributions. À partir de 1776, ils comportent également le relevé détaillé de leurs biens immobiliers.

15La comparaison des effectifs des rôles de taille des années 1770, 1780 et 1789 fait apparaître d’importants mouvements de population :

16Disparitions : 44,4 % des taillables de 1770 ont disparu en 1780

1741,7 % des taillables de 1780 ont disparu en 1789

1865,2 % des taillables de 1770 ont disparu en 1789

19Apparitions : 41,2 % des taillables de 1780 ne l’étaient pas en 1770

2043 % des taillables de 1789 ne l’étaient pas en 1780

2148 % des nouveaux taillables de 1780 ont disparu en 1789

22Le taux de renouvellement de l’effectif, supérieur à 40 % en dix ans et à 60 % en vingt ans, paraît très important. Il ne peut s’expliquer seulement par les décès et l’installation de jeunes originaires du village, surtout si on considère que pratiquement la moitié des nouveaux taillables de 1780 ont déjà disparu en 1789 ! Il faut donc bien admettre la réalité d’une mobilité de la population durant cette période. Une étude plus fine sur des critères sociaux peut permettre de déterminer quels types de population sont les plus mobiles. Nous avons travaillé sur les noms à occurrences multiples et sur les montants des contributions, ce dernier critère paraissant plus fiable que celui des catégories socioprofessionnelles, fluctuantes et pouvant recouvrir une très grande variété de situations.

23Certains noms reviennent souvent dans les rôles de taille, attestant de la présence de familles aux nombreuses ramifications, fortement implantées sur le terroir. Les noms figurant cinq fois ou plus dans les rôles de taille représentent 29 % de l’effectif en 1770, 30 % en 1780, 25 % en 1789. Le taux de maintien d’un rôle à l’autre pour ces familles est nettement supérieur à celui de l’ensemble de la paroisse :

2465,8 % contre 55,6 % de 1770 à 1780

2560,2 % contre 58,2 % de 1780 à 1789

2640,9 % contre 34,8 % de 1770 à 1789

27Bien qu’on observe une réduction sensible de l’écart sur la deuxième décennie, il est évident que les familles les plus largement implantées et les mieux ancrées dans le village par la propriété du sol sont celles qui connaissent la plus faible mobilité. L’étude des contributions des taillables montre des écarts significatifs :

281770 à 1780 : taille moyenne des disparus : 19 livres

29taille moyenne des maintenus : 32 livres

301780 à 1789 : taille moyenne des disparus : 15 livres

31taille moyenne des maintenus : 24 livres

32taille moyenne des nouveaux taillables : 15 livres

33taille moyenne des apparus en 1780, disparus en 1789 : 13 livres

34Il apparaît clairement que la population la plus mobile est celle dont les revenus sont les moins élevés. Cette impression est confirmée par la mise en relation des mouvements d’effectifs avec les montants de la contribution. Les taillables les plus modestes (0 à 10 livres de contribution) représentent près des deux tiers des disparus en 1780 et 1789, et seulement 25 % des maintenus sans interruption de 1770 à 1789. Plus les revenus sont élevés, plus les proportions tendent à s’inverser : les taillables les plus riches (contribution supérieure à 60 livres) sont largement plus représentés dans l’effectif maintenu que dans celui des disparus, même si encore une fois l’écart tend à se réduire sur la deuxième décade. Dans l’effectif le plus mobile, celui des taillables apparus en 1780 et déjà disparus en 1789, la tranche la plus modeste représente 71 % et la plus élevée seulement 3 %...

35La mise en relation de ces multiples données fait apparaître deux types de population rurale : l’une constituée de grandes familles fortement attachées au terroir par la propriété, les liens de parenté, et sans doute une position sociale dans le village ; l’autre composée d’une paysannerie plus pauvre constituée de familles plus isolées, moins confortablement installées dans le village. C’est visiblement cette seconde catégorie qui représente la population la plus mobile. Il faut toutefois remarquer qu’entre 1780 et 1789, si la mobilité de la population reste aussi élevée, la différenciation sociale tend à s’atténuer, comme si le phénomène tendait à gagner de nouvelles catégories. Une étude plus approfondie, prenant en compte les professions, permettrait peut-être de déterminer lesquelles.

36Il serait par ailleurs souhaitable d’étendre la période étudiée en amont, par exemple jusqu’en 1750, pour mettre en évidence un type d’évolution : accroissement régulier ? existence d’un « tournant » dans le dernier quart de siècle ? À défaut, l’étude réalisée sur les vingt années précédant la Révolution met au moins en évidence, dans les paroisses étudiées, un phénomène de mobilité des populations rurales absolument incontestable.

  • 27 Étude détaillée de toutes les sources relatives à la population dans M. Reinhard, Étude de la popu (...)
  • 28 Ph. Daumas, Justice et Révolution en Val-de-Marne, ouvr. cité, p. 198.

37La Révolution semble amplifier cette mobilité, bien qu’il soit difficile d’évaluer le phénomène de manière précise. En effet, si les bureaux de statistiques ont multiplié les enquêtes sur la population pendant toute la période révolutionnaire, il en reste principalement des données chiffrées, sous forme de tableaux récapitulatifs. Les listes nominatives sont extrêmement rares, soit parce que les communes n’ont pas répondu aux enquêtes, soit parce que ces archives ont été détruites ou perdues. Ainsi les recensements de 1793, 1801, 1806 et 1811 n’ont laissé quasiment aucune trace dans les départements de la Seine et de la Seine-et-Oise27. Les données disponibles font apparaître une relative stabilité du nombre d’habitants des communes étudiées, avec une tendance à la hausse très faiblement marquée. Mais l’importance de la mobilité nous est révélée par d’autres sources. Dans les registres d’état civil, par exemple, les actes de naissances font apparaître de nouveaux noms, de nouvelles familles, pour une période souvent de courte durée, et en font disparaître d’autres aussi subitement. Ainsi, l’enquête sur le suivi des enfants pourvus de prénoms révolutionnaires se heurte aux nombreux départs de familles de la commune de naissance : 30 cas sur 66 pour les communes étudiées. Dans les archives judiciaires, le nombre de validations de congés s’accroît de manière considérable, notamment à partir de l’an II. Pour la seule justice de paix de Sucy, on relève 5 validations de congés en 1791, 6 en 1792, 55 en l’an II, 143 en l’an III, 85 en l’an IV et 77 en l’an V28. Dans les deux cas, les familles concernées appartiennent aux classes sociales les plus modestes, ce qui souligne la rigueur des conditions de vie. Les mouvements de population liés à la conjoncture politique paraissent beaucoup plus réduits : émigration, emprisonnements, recrutement dans les armées en particulier. Il semble que les « remues d’hommes » de la période révolutionnaire aient eu principalement des causes économiques.

Ouverture sur l’extérieur

38Les sources ne peuvent être que multiples. Seul le recoupement des données tirées de sources différentes et tendant aux mêmes conclusions peut être probant. Le principal problème méthodologique est donc la recherche du plus grand nombre de sources d’information.

39Le choix du conjoint est sans doute l’indicateur qui a été le plus utilisé à ce jour. Sa fiabilité est cependant contestable, car le taux d’endogamie peut être influencé très fortement par de multiples éléments du contexte. La taille du village joue un rôle important : plus elle est modeste, plus il devient difficile d’y trouver un conjoint dans les conditions de consanguinité fixées par l’Église, ce qui impose une ouverture vers les villages voisins. L’homogamie socioprofessionnelle prend souvent le pas sur l’endogamie géographique, dont elle tend à atténuer l’importance. Certaines catégories particulièrement homogames, comme les fermiers, les meuniers, les notaires, certains types de commerçants, n’existent qu’en faible effectif dans chaque village. Elles sont donc contraintes à des mariages en dehors de la communauté, d’autant plus facilement que leurs activités les attirent fréquemment hors du village. Notons enfin l’importance du contexte événementiel : périodes de crise économique, affrontements politiques, guerres en particulier, sur lesquels nous reviendrons.

40L’endogamie géographique fera plus loin l’objet d’une étude plus approfondie, dont il n’est pas utile de livrer ici les détails. Portant sur les onze villages étudiés, elle évalue le phénomène à partir de trois taux distincts :

  • Endogamie absolue : les deux conjoints viennent du même village
  • Exogamie relative : les deux conjoints viennent de villages limitrophes
  • Exogamie absolue : les deux conjoints viennent de villages non limitrophes

41Les résultats obtenus confirment l’importance de l’exogamie entre 1775 et 1789 : environ un tiers des mariages sont conclus avec des conjoints extérieurs au village, 20 % avec des conjoints choisis au-delà des villages limitrophes. Pendant la Révolution, l’évolution des taux d’ensemble est assez modérée. L’endogamie reste stable autour de deux tiers de mariages, et ne connaît que deux périodes de variation sensible : une poussée à 70 % en 1790-1794, une chute à 61 % en 1800-1804. La première s’explique à la fois par le caractère troublé d’une période marquée par les événements révolutionnaires et la guerre, la seconde est à l’inverse une période de calme relatif, aussi bien intérieur après la signature du Concordat, qu’extérieur avec la diminution d’ampleur des campagnes militaires. Dans l’ensemble, on n’observe pas de rupture nette entre la période d’Ancien Régime et celle de la Révolution. Si on excepte quelques écarts conjoncturels assez modestes, les tendances dominantes sont la stabilité et la permanence d’un taux d’exogamie élevé.

42Un autre indicateur fiable est le nombre des « horsins », personnes extérieures au village et y possédant des biens immobiliers, mentionnés sur tous les rôles de taille à partir de 1780. On peut y voir un effet indirect de l’exogamie, mais aussi un indice d’ouverture de l’activité économique du village sur l’extérieur. Ici encore, les taux sont très stables, mais conséquents : 32 % de horsins en 1780, 33 % en 1789. Signalons l’importance des habitants des communes limitrophes parmi les horsins, notamment dans les paroisses où domine la vigne : Gennevilliers, Orly, Thiais. Notons également à Ivry le petit nombre de horsins parisiens, les relations avec la capitale concernant plus le commerce et l’exploitation des carrières que l’activité agricole. Si on peut ressentir ici les effets d’une tendance au regroupement des biens fonciers, limitant l’importance des horsins non limitrophes, l’intervention extérieure demeure toutefois importante. Naturellement, cette source n’est pas exploitable pour la Révolution, les derniers rôles de taille datant de 1790.

  • 29 Voir Ph. Daumas, Justice et Révolution en Val-de-Marne, ouvr. cité, p. 82-83.

43À travers les conflits, les justices seigneuriales rendent compte indirectement de l’activité économique et sociale, donc de l’ouverture du village sur le monde extérieur. Le domicile des justiciables, presque toujours indiqué, permet une enquête sur les communes d’origine. Nous ne disposons ici que des statistiques concernant deux ressorts judiciaires : la Prévôté de Sucy et le Bailliage du Marquisat d’Ormesson29. Sur 486 affaires traitées dans les deux juridictions entre 1782 et 1790, 29 % opposent des habitants de paroisses différentes, 8 % de paroisses non limitrophes. Si on limite la recherche aux affaires de règlements financiers et commerciaux (ventes, dettes, salaires, etc.), ces proportions passent respectivement à 33 % et 11 %. Certes, l’étroitesse de l’échantillon incite à considérer ces résultats avec prudence, et on se gardera d’en tirer des conclusions générales. Ces chiffres sont cependant intéressants dans la mesure où ils font apparaître, même de manière localisée, une vie économique et sociale débordant largement le cadre du village. La Justice de Paix de Sucy fonctionne à partir de 1791 sur le même espace géographique que les justices seigneuriales de Sucy et Ormesson. Présumée à la fois moins coûteuse et plus équitable, elle attire davantage de requérants : durant ses huit années de fonctionnement, 1 195 affaires y sont jugées, y compris les affaires de simple police. L’enquête sur les communes d’origine des plaignants montre une dispersion accrue par rapport à la période précédente : 37 % des affaires opposent des habitants de communes différentes, 18 % de communes non limitrophes. Sur les affaires de règlements financiers et commerciaux, ces taux passent respectivement à 47 % et 18 %. Avec les mêmes réserves que précédemment, on observe donc pendant la période révolutionnaire un accroissement des relations du village avec l’extérieur, en particulier dans le cadre de l’activité économique.

44Un dernier indicateur concerne, dans le même esprit que l’étude de l’origine des justiciables, la clientèle des notaires. En l’absence d’un dépouillement systématique de la totalité des archives notariales, nous ne disposons pas de données chiffrées pour cet indicateur. Il convient toutefois d’en signaler l’intérêt. Tous les notaires dont nous avons étudié les actes ont une clientèle répartie sur plusieurs paroisses tout autour de leur résidence, y compris venant de paroisses où exerce un de leurs confrères. On trouve ainsi chez les notaires de Sucy des clients originaires de tous les villages limitrophes et dépourvus de notaires, mais aussi de lieux plus éloignés tels que Créteil, Villeneuve-St-Georges, Charenton, Villejuif, et même Paris. Le phénomène semble varier avec la nature des actes : si les affaires relatives à la gestion des biens immobiliers et des rentes ont une clientèle de proximité, visiblement liée à celle des terres concernées, les actes de caractère familial ont souvent une clientèle plus dispersée. On retrouve logiquement dans les actes de mariages les effets de l’exogamie déjà signalée. Mais les règlements de successions, des donations ou les actes de tutelle amènent souvent à l’étude du notaire des parents géographiquement éloignés, mettant ainsi en évidence la dispersion des familles, mais également le maintien des réseaux de relations malgré l’éloignement. Il ne semble pas que la Révolution ait modifié la situation de manière sensible. La multiplication des actes et l’augmentation du nombre des clients sont les phénomènes marquants de la période. Les variations de répartition entre les différents types d’actes semblent liées à la conjoncture et aux changements institutionnels, mais le recrutement géographique des comparants reste large et diversifié, dans des proportions assez constantes. Dans l’ensemble, les notaires semblent avoir conservé le type de clientèle et les réseaux de relations qu’ils avaient avant la Révolution.

45Nous avons donné ici un aperçu des recherches possibles, dans les types d’archives les mieux connus. Les résultats obtenus paraissent cependant très probants, et incitent à ne pas considérer les villages étudiés comme repliés sur eux-mêmes. Les relations avec l’extérieur existent, et touchent tous les aspects de la vie sociale. Elles sont bien sûr liées à l’activité économique, comme en attestent les archives judiciaires et notariales pour les échanges commerciaux, les rôles de taille pour l’exploitation de la terre. Mais elles concernent aussi - et c’est sans doute leur aspect le plus riche de conséquences sur l’histoire culturelle— le réseau des relations familiales. Effet des mouvements de population et d’une exogamie assez importante, la dispersion des familles et l’établissement de liens de parenté en dehors du village ne sont pas un obstacle aux relations familiales, comme le montrent clairement l’origine géographique des comparants chez le notaire, celle des parrains et marraines aux baptêmes, des témoins des actes d’état civil, des membres des conseils de famille... Tous les types de sources en apportent des exemples.

46Au-delà des querelles d’interprétation toujours possibles sur la fiabilité des sources ou les seuils statistiques, l’existence et la permanence de ces réseaux de relations interdisent de considérer les villages d’Île-de-France, dans le dernier quart du xviiie siècle, comme des milieux fermés. Du même coup, les effets de la Révolution dans ce domaine paraissent quelque peu atténués. Son apport est avant tout qualitatif : davantage de mouvements de populations sans doute, provoqués par la crise économique et les événements politiques, davantage d’occasions données à la sociabilité villageoise de s’ouvrir sur l’extérieur, touchant aussi bien la vie publique que la vie privée. Mais si les flux s’accroissent, même fortement, les réseaux existaient déjà auparavant. La Révolution semble avoir moins influencé la vie communautaire du point de vue de l’ouverture sur l’extérieur que de celui des relations sociales et de la cohésion interne.

Antagonismes, conflits et solidarités

47La notion de communauté dépasse le simple cadre géographique, économique ou administratif. Elle implique un réseau de relations sociales fondées sur des solidarités, dans lequel ce qui unit l’emporte sur ce qui divise : des lieux tout d’abord, des biens communs, des intérêts communs, des conditions de vie et de travail partagées, mais aussi une même perception du temps et de l’espace, une histoire, des traditions, des rites, un patrimoine culturel commun... Ces liens permanents ont-ils pu souder un bloc pourtant socialement hétérogène, en y insufflant un esprit communautaire ?

Fondements et limites de l’esprit communautaire

  • 30 A. Soboul, « La Communauté rurale (xviie-xviiie), problèmes de base »..., ouvr. cité, p. 285-287.
  • 31 M. Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française..., ouvr. cité, p. 186.

48La plupart des historiens insistent sur les fondements économiques de la communauté. Albert Soboul la définit comme « une structure administrative, et plus encore un système économique et social fondé sur le jeu des contraintes communautaires ». Il souligne l’importance du lien « entre l’exploitation collective des biens communaux, et le terme même de communauté ». Mais elle est également « une œuvre de création continue » depuis le Moyen Âge, non seulement par la conquête et l’exploitation du terroir, mais aussi et surtout par les luttes menées depuis des siècles pour sa survie et pour ses droits, face au pouvoir seigneurial30. Ce long « combat pour le communal », fait principalement de « luttes patientes et sourdes », dont Marc Bloch montrait déjà l’importance31, aurait forgé l’unité et la cohésion de la communauté rurale. Le cadre institutionnel impose lui aussi des solidarités, des lois et un système judiciaire subis par tous, un système fiscal qui fixe le montant de la taille pour la paroisse solidaire, des assemblées de paroissiens où sont élus syndics, marguilliers, messiers et collecteurs de la taille, mais qui peuvent être aussi lieux d’expression ou terrains d’affrontements.

  • 32 R. Laporte, Histoire de Thiais, tome III : La vie à Thiais sous la Révolution, Paris, 1984, p. 231
  • 33 R. Quinot, Gennevilliers, évocation historique..., ouvr. cité, p. 118-119.

49Tout au long du xviiie siècle et jusqu’à la Révolution, les conflits d’intérêts avec le seigneur pèsent encore lourdement sur la vie des villageois, comme en attestent les ordonnances et règlements de police sans cesse réitérés, ou plus directement encore les actes des justices seigneuriales : affrontements directs à travers les contestations sur les impôts ou les rentes, le bornage des terres, l’exploitation des communaux, mais aussi sous une forme plus diffuse, à travers les délits de pêche, de chasse ou de chien, les coupes de bois vert, de bois mort ou d’herbe... autant de manifestations d’un conflit permanent entre l’effort de survie des plus démunis et la défense intransigeante de la richesse et des privilèges. S’il s’agit le plus souvent d’actions individuelles, certaines manifestations collectives peuvent exprimer une solidarité villageoise : résistance passive à Thiais, par exemple, où Roger Laporte relève de forts taux d’absentéisme aux assemblées annuelles de prestation du serment de fidélité au seigneur32, résistance active à Gennevilliers en janvier 1789, pour n’en donner qu’un exemple, lorsque des habitants du village, excédés par les dégâts commis par le gibier, organisent eux-mêmes une chasse et empêchent physiquement l’arrestation des contrevenants33.

50De telles manifestations traduisent-elles un sentiment unanime, et plus précisément une manière identique, chez tous les villageois, de concevoir et de défendre leurs intérêts ? Faute de connaître toujours en détail la composition sociale des groupes agissants, il est bien tentant de voir dans les multiples formes d’action des villageois, contre le pouvoir seigneurial et pour la défense de leurs intérêts, des différences sociales bien marquées, notamment dans les deux exemples que nous en avons donné. Ainsi, à Gennevilliers, était-il permis à tous de transgresser les interdits au prix d’amendes pouvant aller jusqu’à 100 livres ? De plus, qui pouvait disposer des moyens matériels d’organiser une chasse ? De même à Thiais : pour décider d’être absent volontairement à la prestation de serment, il fallait pouvoir assumer une amende de 3 à 10 livres, aggravée en cas de récidive...

51Les archives judiciaires révèlent également une forte inégalité face à l’institution : les demandeurs contre le seigneur ou ses représentants sont souvent des paysans aisés, propriétaires de terres, appartenant aux familles les mieux implantées, exerçant parfois ou ayant exercé des fonctions électives (syndic, marguillier), donc jouissant d’une position sociale bien établie. À l’inverse, ou retrouve presque toujours en position de contrevenants, pour tous les types de délits ruraux, une majorité de journaliers et de paysans pauvres. Enfin, de nombreuses monographies ont montré la faible représentativité d’assemblées villageoises fréquentées surtout par les paysans les plus aisés, les gens de pouvoir et les notables du lieu : dans tous les cas, une minorité des habitants du village. La composition des assemblées qui ont rédigé les cahiers de doléances confirme le caractère très sélectif de ce cadre d’expression de la vie communautaire.

52Il semble donc que la défense des intérêts des habitants du village, face aux privilèges et aux prétentions du seigneur comme aux conditions de vie difficiles dans les périodes de crise, passe par des voies bien différenciées selon les classes sociales : d’une part des groupes disposant de moyens financiers, matériels et culturels, capables d’utiliser les cadres institutionnels et de s’organiser collectivement, au sein desquels existe certainement un véritable esprit communautaire ; d’autre part des individus isolés et socialement défavorisés, limités à des agissements individuels qui les mettent en dehors des lois et en marge de la société. Il convient bien sûr de nuancer cette analyse. Les limites de la solidarité sont toujours mal définies, et l’importance des clivages varie sans doute selon les lieux et les circonstances. Mais il semble que ni le fonctionnement des institutions, ni la défense des intérêts des villageois, n’aient clairement exprimé une véritable identité communautaire.

La religion, facteur d’unité ?

  • 34 G. Bouchard, ouvr. cité, p. 237.

53Si les relations sociales et le fonctionnement des institutions ne constituent pas des facteurs de cohésion et d’identité communautaire, il est tentant d’attribuer ce rôle à la vie religieuse. Le cadre paroissial, l’importance de l’église comme lieu de la sociabilité villageoise, la stricte réglementation des conditions de vie par l’autorité religieuse, peuvent contribuer à forger une identité communautaire. Gérard Bouchard écrit à propos de Sennely-en-Sologne : « C’est finalement dans l’univers religieux et ses manifestations que nous avons trouvé le facteur essentiel de l’intégration sociale. Mais par-là, la religion était aussi fondement d’une soumission collective, mise en forme d’un consensus, d’un acquiescement implicite aux structures sociales34 ».

  • 35 Cité par R. Quinot, ouvr. cité, p. 158.
  • 36 Archives municipales de Gennevilliers, cité par R. Quinot, ouvr. cité, p. 97-98.
  • 37 F. Arzalier, ouvr. cité, p. 124.
  • 38 F. Arzalier, ouvr. cité, p. 130.

54Cependant, si on considère l’histoire de nos communes d’Île-de-France, il ne semble pas que ce mécanisme ait parfaitement fonctionné, comme en attestent de multiples sources. Les ordonnances et règlements de police figurent dans les archives de quasiment toutes les justices seigneuriales entre 1780 et 1789. Elles reprennent généralement des textes déjà promulgués, dont la réitération montre de manière indirecte combien ils étaient peu respectés. La religion y tient une place importante, avec l’interdiction du blasphème, du scandale dans les églises, du travail le dimanche, de la fréquentation des cabarets à l’heure des offices, l’obligation d’envoyer les enfants au catéchisme, pour ne citer que les rappels les plus courants. La fréquence dans les jugements rendus de ces comportements, souvent considérés comme des délits, confirme la réticence et parfois même l’hostilité de certains paroissiens envers les exigences de l’Église. Les ecclésiastiques s’en plaignent eux-mêmes dans bien des paroisses, et les incessantes lamentations du curé de Sennely-en-Sologne sont loin d’être un phénomène isolé. Ainsi à Gennevilliers, le curé Chapillon écrit en mars 1775 : « Le désordre se met dans la paroisse, et les habitants n’écoutent plus leur curé. Les ordres de police ne s’observent plus, les fêtes et les dimanches, les représentations du curé sont méprisées35... ». Deux mois plus tard, une « réponse des habitants de Gennevilliers » signée par plusieurs dizaines de paroissiens, reproche au curé ses prétentions, le coût excessif des sacrements, la dissimulation de titres de rentes, et une volonté d’intimidation des habitants dans les assemblées, « au point que la plus grande partie s’en retire pour éviter d’être insulté36 ». Contestations et procès se multiplient jusqu’en 1789, où le cahier de doléances de la paroisse accorde aux affaires religieuses une importance particulière. Dans la vallée de Montmorency, Francis Arzalier observe une « tradition d’opposition des paroissiens et de la fabrique aux curés37 ». L’archevêque de Paris, lors d’une tournée en mars 1786, y exhorte les curés « à ranimer le zèle et la ferveur des paroissiens », et ces derniers à « assister assidûment et avec piété à l’office divin, à envoyer leurs enfants au catéchisme, à vivre dans le respect des préceptes de l’Église38 ».

  • 39 Procès verbaux d’Assemblées établis par René-Blaize Bremont, tabellion du bailliage du Marquisat d (...)
  • 40 Cité par G. Bouchard, ouvr. cité, p. 278.
  • 41 Les deux événements sont cités par R. Laporte, ouvr. cité, tome II, p. 259.

55De telles situations s’observent dans de nombreuses paroisses, et il faut y ajouter les multiples contestations révélées par les archives judiciaires concernant le paiement des dîmes, rentes, loyers, honoraires des curés jugés trop élevés. Les pétitions ou requêtes d’assemblées d’habitants contre leurs curés ne sont pas rares. Ainsi en 1786, les assemblées de Chennevières, Ormesson et La Queue dénoncent les abus de leurs curés en matière de calcul des dîmes et mandatent des représentants pour se concerter et aller ensemble en justice39 : Un exemple d’hostilité envers les abus de l’Église, mais aussi des relations possibles entre villages voisins lorsque les circonstances l’exigent. Les conflits peuvent prendre des formes extrêmes, bien que rares, allant jusqu’à l’injure ou la violence physique. À Sennely-en-Sologne en 1756, un paroissien est condamné pour avoir « insulté de sieur curé de Brinou et même par voyes de fait en lui faisant tomber son chapeau de dessus la tête, dans la boue40... ». Un autre le sera à Thiais, deux ans plus tard, pour avoir « chanté des chansons bachiques et fait des gestes ridicules pendant la procession, avoir tourné le dos au Saint-Sacrement, insulté le curé et le syndic... ». À Thiais encore, en 1761, le maître d’école est malmené par la mère d’un de ses élèves, qui l’accuse d’avoir frappé son fils, et ajoute : « Voilà ton chien de curé qui vient de passer, c’est lui qui te commande cela41... ». On est ici bien loin de la soumission inconditionnelle des paroissiens à leur curé. Les lieux saints eux-mêmes ne sont pas toujours respectés : outre les interdictions souvent répétées par les règlements de police de faire scandale dans l’église, d’y avoir une tenue indécente ou de s’y livrer à des activités étrangères au culte, rappelons que les vols commis dans les églises sont assez fréquents (Thiais, Sucy, Vincennes), de même que les dégradations volontaires.

56Bien évidemment, ces manifestations de résistance, voire d’hostilité au pouvoir religieux, ne concernent que des individus isolés ou une partie de la population, importante en certaines circonstances mais le plus souvent minoritaire. C’est précisément ce qui contredit les idées de consensus et de soumission collective : de même que certains villageois acceptent la domination du pouvoir seigneurial alors que d’autres la contestent, on retrouve ici un clivage évident, entre des paroissiens soumis à leur curé et d’autres plus réticents, voire franchement réfractaires. Cette diversité d’attitudes ne fait guère apparaître un rôle unificateur de la vie religieuse. En fait, on n’observe pas plus dans ce domaine que dans les autres une identité d’attitudes ou de comportements parmi les membres de la communauté villageoise.

La Révolution, période de divisions et de conflits

57Première conséquence de la Révolution, les changements institutionnels brisent entièrement les anciens cadres communautaires : avec la fin du pouvoir seigneurial et de l’emprise religieuse sur la vie publique et privée, s’ouvre un espace de liberté dans lequel vont s’exprimer non seulement les différences culturelles, mais aussi les conflits, parfois préexistants, mais le plus souvent engendrés par le nouveau contexte économique, social, politique et religieux.

  • 42 Ph. Daumas, Justice et Révolution en Val-de-Marne, ouvr. cité, p. 101.

58Sur le plan économique, les effets du libéralisme ne tardent pas à creuser l’écart entre les conditions de vie des plus favorisés et celles des plus démunis, frappés par les effets de la crise monétaire, de la pénurie des denrées, de la disparition des biens communaux. Face aux paysans les plus riches, qui tendent à agrandir leurs propriétés, à les clôturer et à les protéger jalousement, les plus pauvres cherchent à maintenir quelques usages anciens, non par conservatisme mais pour assurer les moyens de leur survie. La justice de paix témoigne de ces conflits, à travers les multiples affaires d’atteinte à la propriété, qu’il s’agisse de coupes de bois, de cueillettes ou de glanages illicites, ou tout simplement de passage dans des champs ou des chemins devenus désormais propriétés privées. Les affaires d’injures font apparaître aussi une haine populaire à l’égard de nouveaux privilégiés, détenteurs des moyens de subsistance : meuniers, fermiers et propriétaires accusés de stocker les produits, de spéculer sur la pénurie et la crise monétaire. Le meunier de Vincennes est traité « d’affameur du peuple », celui de Bonneuil est accusé « de jeter du blé à la rivière pour faire du tort à la République et augmenter la misère publique42 ». Le rachat des biens nationaux par les paysans les plus aisés du village, plus souvent que par des spéculateurs venus de la ville, contribue à creuser l’écart entre les plus riches et les plus démunis. Cet antagonisme ne cesse de s’aggraver durant toute la période révolutionnaire.

  • 43 R. Monnier, « La politisation des paroisses rurales dans la Région parisienne », dans La Révolutio (...)
  • 44 R. Monnier, ouvr. cité, p. 430.
  • 45 Rapport du 27 nivôse an II, cité par F. Leriche et J. Varin, Ivry-sur-Seine, le souffle de l’Histo (...)

59Sur le plan politique, le milieu rural a connu une activité importante et des affrontements violents, même si, comme le souligne Raymonde Monnier, « la participation régulière à la vie politique fut, en banlieue comme à Paris, le fait d’une minorité43 ». À partir d’exemples concernant de nombreuses communes et montrant une faible participation aux assemblées primaires comme aux élections, même en 1793 après l’instauration du suffrage universel, elle observe que « la direction des communes reste aux mains des personnalités qui dominaient déjà le village dans les dernières années de l’Ancien Régime : bourgeoisie rurale, fermiers et laboureurs, gros commerçants44 ». L’exclusion des plus pauvres a bien sûr un fondement institutionnel, lié au système censitaire, mais sans doute également social et culturel, puisqu’elle ne disparaît pas totalement en l’an II avec l’instauration du suffrage universel et la mise en place des sociétés populaires ou des comités de surveillance. Dans la plupart des communes, ces structures de pouvoir sont investies par ceux qui détenaient déjà les municipalités. Mais ce n’est pas toujours le cas, et il en résulte alors un conflit permanent, prenant la forme d’une opposition plus politique entre les jacobins du village et des notables qualifiés de modérés, voire de contre-révolutionnaires... Les rapports des représentants en mission en donnent un aperçu. À Ivry par exemple, le représentant Robin observe en l’an II que « les citoyens paisibles sont exposés à mille insultes : on les traite de modérés, d’aristocrates, et tous les jours ces sortes de discussions se renouvellent45 ». À partir de cette période, les affrontements deviennent plus violents, entraînant démissions, arrestations, poursuites. À Gennevilliers, après Thermidor, le maire jacobin doit démissionner, la nouvelle municipalité intente des poursuites contre les dirigeants de l’ancien comité de surveillance. À Ivry, le maire, son secrétaire et l’Agent National sont arrêtés, et ne seront libérés qu’en 1797. Si le lien semble étroit entre les conflits sociaux et les clivages politiques, les dissensions sont également idéologiques et religieuses.

  • 46 Rapport du 3 pluviôse an II, cité par F. Leriche et J. Varin, ouvr. cité, p. 90.
  • 47 Cité par F. Balard, Sucy sous la Révolution (1788-1804), Sucy-en-Brie, 1989, p. 175.

60Bien qu’amorcé parfois depuis 1792, le conflit religieux marque plus fortement la vie des communes à partir de l’interdiction du culte en l’an II : la déchristianisation divise la population des villages et engendre de nouveaux affrontements, qui viendront s’ajouter ou se juxtaposer aux conflits sociaux et politiques. Alors qu’une partie de la population se débarrasse des « hochets de la superstition », l’autre maintient le culte dans la clandestinité : messes, baptêmes, mariages religieux sont ainsi célébrés dans bon nombre de communes. À Vincennes, la municipalité décrète même le rétablissement du culte le 22 frimaire an II ! Une décision restée sans effet, mais révélatrice des répercussions du conflit sur le pouvoir local. Les incidents sont nombreux, et émaillent l’histoire de toutes les communes. Le 30 juin 1791 à Chennevières, un sermon du curé de Champigny provoque des troubles dont est saisi le tribunal de district. À Ivry, le curé est emprisonné de brumaire an II à frimaire an III, et un rapport du représentant Bacon signale l’existence « d’une pétition fanatique des partisans du curé, qui se déclarent résolus à empêcher son éviction46 ». À Sucy, le 3 juillet 1797, l’évêque de Versailles donne la confirmation à 300 fidèles lors d’une cérémonie fastueuse, en présence des ci-devant président d’Ormesson et Thierry du Grand-Val, ex-seigneurs des lieux. Un rapport du commissaire du Directoire, Antoine Piis, précise que la cérémonie « contraria vivement les républicains de Sucy47 ». Si le rétablissement du culte a lieu dans toutes les paroisses, les modalités varient beaucoup d’une commune à l’autre, de même que l’ardeur des paroissiens au rattrapage des sacrements empêchés pendant la période d’interdiction. Une nouvelle fois, la Révolution a introduit dans la vie de la communauté villageoise des clivages irréversibles.

  • 48 L. Hennet, Histoire de Trappes, Paris, 1990, p. 45.
  • 49 F. Balard, ouvr. cité, p. 55-58.
  • 50 Archives départementales du Val-de-Marne, 4 U 2436-2443.

61Il est bien difficile, dans ce contexte, d’observer des manifestations d’unanimité ou d’esprit communautaire. Dans une période de relatif consensus politique, en 1791, les serments de fidélité au roi et à la nation ne font pas l’unanimité : 330 signatures à Gennevilliers - la plus révolutionnaire sans doute des communes étudiées-pour une population d’environ 1 200 habitants, mais seulement 65 à Trappes, pour une population d’environ 600 habitants. Le recrutement militaire suscite les mêmes attitudes contradictoires : si certains s’enrôlent avec enthousiasme, d’autres, plus nombreux encore, cherchent à échapper par tous les moyens aux levées d’hommes, comme en atteste clairement la courbe des mariages. Un phénomène mérite une attention particulière, celui des créations de « milices bourgeoises » en juillet-août 1789, souvent considérées comme une manifestation de solidarité villageoise au-delà des classes sociales. Ici encore, le détail des événements contredit cette analyse. À Trappes, une milice est créée le 2 août 1789, mais selon Léon Hennet, « l’institution paraît être restée sur le papier48 ». À Sucy, Françoise Balard voit dans la création de la milice bourgeoise une initiative consensuelle : « Rien ne pouvait motiver davantage nos villageois que la défense des propriétés. Hommes attachés à leur terre, ils vont s’organiser pour protéger à la fois les champs, les fermes et les châteaux de Sucy. Bourgeois et paysans, marchands, artisans, clercs et propriétaires nobles vont s’unir... ». Mais l’assemblée a été convoquée par un grand propriétaire du lieu, le sieur de Bénezech, et le nombre des participants n’en est pas précisé. La milice n’aura jamais d’existence réelle, puisque finalement « les brigands ne viendront pas49 ». À Vincennes, où la milice créée en juillet 1789 a fonctionné jusqu’à l’an III pour assurer un service de garde au château, le juge de paix a dû prononcer durant cette période des dizaines de condamnations contre des villageois ayant omis ou refusé d’accomplir ce service50. Il semble donc difficile de voir dans les milices bourgeoises la manifestation d’un consensus ou d’une solidarité villageoise, surtout si on veut l’étendre des plus riches propriétaires aux plus modestes paysans.

62L’histoire des onze villages étudiés ne correspond pas à l’idée communément admise d’un monde rural subissant passivement les événements révolutionnaires. L’image de communautés villageoises solidaires dans l’adversité, cherchant à traverser sans encombre la tourmente en préservant des intérêts communs, toutes classes sociales confondues, ne semble pas conforme à la réalité. Dans la plupart des villages, les habitants ont pris leur part des conflits économiques, politiques ou religieux, avec une grande diversité de choix idéologiques et de comportements, souvent déterminés par des intérêts matériels, mais également représentatifs des mouvements d’idées ou des affrontements idéologiques existants dans la nation entière. Durant toute la période révolutionnaire, la population de ces villages n’apparaît jamais unanime ni solidaire. La notion même de communauté semble n’avoir jamais été aussi fortement remise en cause.

Unité, diversité, représentativité

63Dans des villages ni fermés, ni immobiles, la population rurale n’apparaît pas comme une entité homogène, que ce soit avant ou pendant la Révolution. La communauté semble au contraire traversée par de multiples lignes de partage, tracées par la différence des conditions sociales, des réactions face aux conditions de vie, des attitudes politiques ou religieuses. Si ces différences et ces antagonismes paraissent sous l’Ancien Régime masqués ou atténués par les contraintes de la vie communautaire et la pression des pouvoirs en place, la Révolution les fait éclater au grand jour, les aggrave et les multiplie. Dans ce contexte, comportements et mentalités ne peuvent être étudiés uniquement d’une manière globale, mais aussi en relation étroite avec un milieu social considéré dans toute sa diversité. Dans une société en évolution constante, les pratiques culturelles ne peuvent rester immobiles ni jouer un rôle secondaire, comme simples retombées des changements économiques et sociaux. Leur évolution s’inscrit au cœur même du changement social, dont elles peuvent être également un élément déterminant, comme source de conflits, d’expression des différences, de prise de conscience d’une appartenance. Leur étude doit naturellement prendre en compte tous les aspects de ce contexte, mais elle permettra aussi d’en éclaircir ou d’en préciser certains aspects. Elle peut notamment, par la définition de facteurs d’unité ou de diversité culturelle observée directement sur le terrain, alimenter la réflexion sur des notions aussi complexes et variables que le milieu rural, la communauté villageoise ou la culture paysanne... La démarche repose donc sur de multiples angles d’approche des sources : à une vision globale, considérant l’ensemble du corpus, doivent nécessairement s’ajouter des analyses plus détaillées concernant d’une part des villages ou groupes de villages, d’autre part des catégories sociales ou professionnelles. Il convient toutefois d’en préciser les ambitions et les limites.

64Le village s’impose naturellement comme cadre géographique inévitable pour l’exploitation des sources, mais aussi comme repère par rapport à des conditions de vie, à un contexte économique, social et politique. Le choix des villages étudiés ne résulte pas seulement de la disponibilité des sources. Il répond aussi à une volonté de diversifier les milieux étudiés, en fonction de critères susceptibles d’influer sur les conditions de vie : dimension, population, milieu naturel, proximité de Paris, activités économiques, rapports sociaux.

65Mais il serait excessif de s’appuyer sur cette diversité pour considérer ces quelques villages comme un « échantillon représentatif » du milieu rural d’Île-de-France, ou plus encore de la France entière. Sa seule fonction est de permettre des études portant sur des groupes de population limités et nettement caractérisés, afin de nuancer les analyses d’ensemble ou de faire apparaître des liens entre des pratiques culturelles, des milieux sociaux et des contextes particuliers. Pour améliorer la fiabilité des statistiques, le volume des données a été augmenté pour certaines recherches en regroupant des villages géographiquement voisins et de caractéristiques assez proches : Chennevières, Noiseau et Ormesson ; Thiais et Orly ; Aulnay et Sevran ; Saint-Rémy-lès-Chevreuse et Trappes. Bien entendu, ces regroupements ne répondent qu’à une exigence méthodologique. Tout comme les villages pris individuellement, ils ne sauraient en aucun cas proposer une typologie des milieux ruraux applicable à un cadre plus général.

66L’objectif de nos recherches n’est pas de brosser le tableau synthétique d’un demi-siècle de comportements familiaux des paysans d’Île-de-France, encore moins du monde rural dans son ensemble. Il est plus modestement, à l’aide de quelques indicateurs appliqués à quelques villages, de contribuer à une approche des pratiques culturelles, saisies à la fois dans leur unité et leur diversité, dans leur relation avec les rapports sociaux, et surtout dans leur évolution au gré d’un contexte marqué par d’importants changements politiques et institutionnels. Quel que soit notre intérêt pour les problèmes liés à la connaissance du monde rural, c’est avant tout la Révolution et son influence sur la vie sociale et familiale qui sont au centre de nos préoccupations.

Une période troublée, des contextes variés

Les difficultés économiques

  • 51 M. Mollat (dir.), Histoire de l’Île-de-France et de Paris, (chapitres xiv et xv par m. Reinhard), (...)

67L’économie rurale sous l’Ancien Régime est caractérisée par une organisation profondément inégalitaire et, pour une large majorité de la population, des conditions de vie fragiles, soumises aux variations de la conjoncture et aux événements climatiques, où la question de la subsistance est constamment posée. La moindre perturbation déclenche un mécanisme de crise. Les difficultés de la « soudure » engendrent la pénurie des denrées, la hausse des prix, la misère, souvent la disette, et parfois de graves troubles sociaux : émeutes, pillages, et leur inévitable répression. Ainsi les récoltes désastreuses de 1774-1775 sont à l’origine des troubles connus sous le nom de « guerre des farines », celles de 1787 et 1788 considérées comme un des éléments du processus révolutionnaire. Marcel Reinhard en signale encore après la Révolution, en 1811 et surtout en 1817, avec un retour des troubles sur les marchés et une violente répression51. On trouve dans toutes les sources la trace de ces « années de misère » : augmentation des décès dans les registres paroissiaux, des atteintes à la propriété dans les archives judiciaires, des renoncements à succession dans les archives notariales. Ces difficultés ont bien sûr des conséquences politiques, mais pèsent aussi lourdement sur les conditions de vie et les mentalités.

  • 52 L’arpent, unité de surface utilisée pour l’arpentage des terres avant l’institution du système mét (...)
  • 53 Cahier de la paroisse de Gennevilliers, cité par R. Quinot, ouvr. cité, p. 153.
  • 54 M. Mollat (dir.), ouvr. cité, p. 358.

68Les privilèges seigneuriaux et la répartition inégalitaire de la propriété du sol sont de toute évidence une des données fondamentales du problème. Dans les villages d’Île-de-France, la proximité de Paris apparaît bien comme une circonstance aggravante : le seigneur du lieu, habitant le plus souvent à Paris, n’y tient généralement qu’une résidence d’été, mais y possède la majeure partie des terres, vouées soit à la chasse, soit à une mise en culture intensive confiée à des fermiers. Les conséquences de la chasse sont dramatiques pour les paysans de la région. La plupart des cahiers de doléances dénoncent les entraves à l’activité agricole, autant que les abus de pouvoirs des capitaineries ou les destructions causées dans les cultures, par le gibier plus encore que par les chasseurs. Les habitants de Gennevilliers estiment que « le gibier détruit tous les ans trois cents arpents52 de légumes. Il détruit aussi les vignes et les jeunes arbres. Il mange le sarment jusqu’au cep et rend la taille difficile. Les faisans et les perdrix mangent le raisin quand il touche à la maturité. Tous les hivers, trois cent familles sont à la mendicité53 ». Il est vrai que la paroisse ne compte pas moins de dix-huit remises de gibier sur son territoire ! Dans les campagnes de toute l’Île-de-France, Marcel Reinhard évalue à un cinquième des récoltes en moyenne les destructions causées par la chasse et le gibier54, ce qui explique pourquoi les capitaineries étaient si profondément haïes des paysans.

  • 55 J. Delarue (dir.), Histoire de la ville d’Orly, Orly, 1980, p. 128.
  • 56 Soit 408 hectares sur 1054 (cité par R. Quinot, ouvr. cité, p. 92).
  • 57 Pour une étude détaillée de la propriété foncière dans le marquisat d’Ormesson, voir: J.-M. Chevet(...)

69Dans les campagnes les plus proches de Paris, il n’est pas surprenant que la plus grande partie des terres appartienne à de grands personnages de l’État : le prince de Conti à Chennevières, le marquis d’Ormesson à Noiseau et Ormesson, le marquis de Gourgues à Aulnay, le duc d’Orléans à Gennevilliers, auxquels il faut ajouter quelques propriétaires nobles de fortune plus modeste, mais d’implantation souvent plus ancienne. Les bourgeois de Paris y possèdent souvent des maisons, plus rarement des terres. La majorité de la population se partage donc la plus petite partie du terroir. À Orly, neuf propriétaires possèdent 600 arpents, le reste des habitants se partage les 600 autres55. À Gennevilliers, les 184 propriétaires originaires de la paroisse n’exploitent que 38 % des terres56. Dans le marquisat d’Ormesson, où les seules familles de Conti et d’Ormesson possèdent 56 % du sol, 267 propriétaires sur 280 se partagent seulement 14,5 % des terres, 219 d’entre eux cultivent moins de deux arpents57. De plus, alors que les grands propriétaires tendent à accroître et regrouper leurs terres, les petits tendent à disperser les leurs, notamment par le jeu des héritages. Dans toutes les paroisses de la région, la présence sur les rôles de taille de nombreux horsins, possédant le plus souvent de minuscules parcelles, atteste d’un éparpillement extrême de la petite propriété dépassant largement les limites du village.

70Sur les grands domaines, le fermage est la forme d’exploitation la plus répandue. Les gros fermiers, par ailleurs propriétaires eux aussi, jouissent d’un statut social privilégié tenant bien sûr à leurs relations avec le seigneur et aux fonctions dont ils sont souvent investis dans le village - collecteurs de la taille, procureurs fiscaux, marguilliers, syndics, membre des municipalités mises en place en 1787- mais aussi à leur position dominante sur le marché des céréales et à leur richesse personnelle. Les rôles de taille attestent de leur fortune de manière très parlante. Ainsi à Aulnay en 1789, dans une paroisse où 70 % des habitants payent une taille égale ou inférieure à trois livres, les trois fermiers assument ensemble trois quarts de l’imposition du village : 1620 livres pour Pierre Fessart, 1573 livres pour Louis Lacour, 1379 livres pour François-Noël Chartier... raccourci saisissant d’une inégalité sociale qui explique sans doute bien des tensions et des conflits.

71La Révolution modifie cette situation beaucoup moins que l’espéraient les paysans les plus pauvres. Si l’abolition des privilèges entraîne dès le 4 août 1789 la suppression des capitaineries et des réserves de chasse, la répartition de la propriété foncière demeure très inégalitaire : fermiers et notables gardent une position dominante, encore renforcée par leur mainmise sur l’exercice des nouveaux pouvoirs locaux. La vente des biens nationaux profite avant tout aux gros propriétaires du lieu et à de nouveaux arrivants, venus principalement de Paris. Pour les autres, c’est-à-dire la majorité de la population, les quelques avantages acquis du fait des réformes institutionnelles ou des décisions politiques vont être largement compensés par les effets d’un contexte économique absolument catastrophique.

  • 58 Pour un récit détaillé de la « grêle du siècle », voir les articles de S. Bianchi, N. Holzhammer e (...)
  • 59 Sur la crise de 1788-89, voir : F. Hincker, La Révolution française et l’économie..., ouvr. cité, (...)

72Après les mauvaises récoltes de 1787 dues à des pluies continuelles, l’année 1788 est marquée par une succession de calamités naturelles dont les conséquences ne seront jamais vraiment surmontées. Après une période de sécheresse au début de l’été, un orage de grêle d’une violence exceptionnelle détruit la totalité des récoltes dans une grande partie de l’Île-de- France58. L’hiver qui suit est particulièrement long et rigoureux, aggravant les effets de la pénurie, entraînant une misère et une disette plus dramatiques encore que celles de 177559. Après les très mauvaises récoltes de 1788 et 1789, celles de 1790 et 1791 sont nettement meilleures, mais le début de la dévalorisation de l’assignat et la recherche du meilleur profit incitent davantage les gros producteurs à stocker le blé qu’à le mettre en vente sur les marchés. Les prix montent, les denrées alimentaires sont de plus en plus rares, les difficultés persistent ainsi jusqu’en 1792. La guerre éclate alors, avec ses conséquences désastreuses sur l’économie. La levée des hommes perturbe le déroulement des récoltes, mais ce sont les réquisitions de grains pour les armées et la population de Paris qui ont les effets les plus dramatiques, la région étant très lourdement mise à contribution. Le « maximum » fixe le prix des denrées mais il n’est pas toujours appliqué, et ce sont désormais les réquisitions qui engendrent la rareté des produits : les marchés sont vides, la disette frappe la région entière.

  • 60 Sur les problèmes monétaires durant toute la période révolutionnaire, voir F. Hincker, ouvr. citép (...)

73Après Thermidor, la baisse du volume des réquisitions n’a pas d’effets immédiats. Les récoltes de l’an III et de l’an IV sont catastrophiques, et s’accompagnent de deux hivers extrêmement rigoureux. Dans un contexte de pénurie généralisée, la levée du maximum engendre une flambée des prix, accélérée par l’inflation due à l’effondrement de l’assignat60. La misère atteint alors dans la région une gravité sans précédent. Heureusement, les récoltes de l’an V et de l’an VI sont abondantes. Elles restent sur place, les réquisitions ayant cessé, et peuvent à nouveau alimenter le marché local. Dans le même temps, le retour à la monnaie métallique provoque une déflation rapide permettant la reprise des échanges. Cependant, la situation économique ne s’améliore vraiment qu’au cours de l’an VI.

  • 61 Vue d’ensemble de ce contexte par m. Reinhard, dans m. Mollat (dir.), ouvr. cité, p. 365-403.
  • 62 Description de la misère des campagnes par M. Reinhard, dans M. Mollat (dir.), ouvr. citép. 428-43 (...)

74Dans les années qui suivent la Révolution, la situation se stabilise, sous l’effet de multiples facteurs : amélioration de la productivité des sols, développement des moyens de transports, relâchement de la pression démographique lié à la baisse de la natalité, résolution partielle des problèmes de subsistance par l’extension de la culture de la pomme de terre61. Mais l’équilibre économique reste fragile, comme en attestent les troubles consécutifs aux mauvaises récoltes de 1811 et 1817. De plus, les guerres napoléoniennes perturbent gravement la production agricole par la lourdeur des contributions et les fréquentes levées d’hommes. Enfin en 1814-1815, une partie de l’Île-de-France est occupée par les troupes russes et prussiennes, subissant pillages, destructions, exactions contre les populations. La conjonction de ces événements avec l’aggravation de la concentration foncière et la hausse des prix accentuent les difficultés du monde rural. Les petits paysans s’appauvrissent, la mendicité se développe à nouveau dans les campagnes, les plus démunis quittent leur village pour la capitale, à la recherche d’un emploi dans les manufactures, ou plus fréquemment pour y vivre de la charité publique62. Durant cette période, les inégalités sociales ne cessent de s’aggraver. Face au pouvoir et à l’enrichissement des notables villageois et des grands propriétaires, les conditions de vie d’une large majorité de la population restent précaires, toujours centrées sur le problème de la subsistance, une réalité que n’ont finalement jamais vraiment modifiée les changements institutionnels et les événements politiques.

La Révolution : adhésions et résistances.

75La vie politique et les débats idéologiques de la période révolutionnaire ont pris dans les villages d’Île-de-France de multiples aspects, conjonction de plusieurs facteurs influant sur le contexte local : le déroulement des événements parisiens bien sûr, mais aussi les délais et les moyens de transmission des informations les concernant ; le rôle d’intervenants extérieurs, administration départementale, représentants en mission, militants de sections voisines parfois influentes, à l’image de celle de Bondy, proche des communes d’Aulnay et Sevran ; la diversité des attitudes face au problème religieux, notamment celle des différents curés ; enfin l’influence d’une aristocratie souvent restée sur place, ayant fui Paris sans avoir pour autant émigré.

76La conjonction de ces différents éléments imprime aux événements des tournures très différentes selon les lieux et les périodes, mais le rôle des villageois eux-mêmes ne doit pas être ignoré, même s’il est difficile à apprécier dans un processus révolutionnaire complexe et fortement soumis aux influences extérieures. Si les populations rurales sont souvent décrites comme prudentes ou même indifférentes à l’égard de la vie politique, toutes les sources de l’Histoire locale, notamment les registres de délibérations des municipalités, montrent partout une mobilisation permanente des villageois pour la défense de leurs intérêts, une volonté de se gouverner eux- mêmes, et finalement un engagement révolutionnaire incontestable.

  • 63 Étude détaillée dans E. Couard, L’administration départementale de Seine-et-Oise (1790-1913), Vers (...)
  • 64 Archives Nationales, AF II-152. (cité par H. Wallon, Les représentants en mission et la justice ré (...)
  • 65 Cité par H. Wallon, ouvr. cité, tome III, p. 373.

77Le contexte n’y est pourtant pas favorable. À l’exception d’Ivry, très proche de Paris, toutes les communes étudiées appartiennent au département de Seine-et-Oise, dont l’administration se distingue très vite par la faiblesse de son ardeur révolutionnaire. Si entre 1789 et 1792 règne une atmosphère de consensus politique, permettant la mise en place sans difficulté majeure des nouvelles institutions, on peut cependant observer, à tous les niveaux de responsabilités, l’élection de personnalités modérées63. La crise éclate en 1792, lorsque s’accroît la tension entre pouvoir monarchique et mouvement populaire. Après l’occupation des Tuileries par le peuple de Paris, le Directoire Départemental de Seine-et-Oise vote une motion de soutien... au roi ! Cet engagement résolu à contre-courant du mouvement populaire déchaîne une vive réaction : les sections de Versailles exigent sa démission, qui est prononcée par le Conseil du Département le 20 août 1792. Un nouveau Directoire est élu, modéré lui aussi. Il ne siégera que quelques mois, avant d’être emporté par le mouvement révolutionnaire : le 2 vendémiaire an II, les représentants en mission Delacroix et Musset prononcent la destitution du Directoire Départemental et du Conseil Général de Seine-et-Oise. Ils écrivent alors au Comité de Salut public qu’il était nécessaire « de promener le crible révolutionnaire sur toutes les autorités constituées64 ». De nouveaux représentants sont désignés, toutes les administrations sont épurées, non sans difficultés. Un mois plus tard, le 10 brumaire, le député Loiseau, en mission dans le district de Corbeil, écrit à son tour : « Dans ce lieu où ont pourtant séjourné des Représentants du Peuple, le modérantisme le plus révoltant y domine [...] On m’assure qu’à Corbeil, la ville la plus proche, c’est pis encore : l’aristocratie y domine ! ». Et il réclame l’envoi de nouveaux commissaires dans la région65.

78Les difficultés du gouvernement révolutionnaire dans ce département ne cesseront pas pour autant, comme en attestent les séjours prolongés, dans les mois qui suivent, des représentants Couturier, Charpentier et Crassous. Mais le district de Corbeil ne représente pas l’ensemble de la Seine- et-Oise, et l’administration départementale, si elle n’a guère stimulé l’action révolutionnaire dans les communes, ne l’a pas davantage entravée. Sur le terrain, le déroulement des événements révèle toutes sortes d’attitudes et d’engagements.

  • 66 J. Varin, Aulnay-sous-Bois, jeunesse d’un vieux pays, Paris, 1982, p. 73-75.
  • 67 F. Leriche et J. Varin, Ivry-sur-Seine, le souffle de l’Histoire..., ouvr. cité, p. 90.
  • 68 Ph. Varaigne, Amboile-Ormesson, la vie de ses habitants pendant huit siècles, Ormesson, 1973p. 137 (...)
  • 69 Ph. Varaigne, ouvr. cité, p. 136.
  • 70 Récit partial mais très détaillé de cette affaire dans F. Balard, ouvr. cité, p. 210-232.
  • 71 J. Varin, ouvr. cité, p. 83.

79Il faut d’abord relever la diversité des comportements de l’aristocratie. Si certains de ses représentants émigrent très rapidement, comme le comte de Provence ou le prince de Conti, de nombreux nobles restent sur place et continuent à gérer leurs domaines, souvent considérés comme un refuge loin de l’agitation parisienne. Si la plupart cherchent à se faire le plus discrets possible, d’autres n’hésitent pas à adopter une attitude constructive à l’égard du nouveau pouvoir. Tous s’efforcent en tout cas d’entretenir de bonnes relations avec la population, en multipliant actions de bienfaisance et gestes symboliques. À Aulnay, le marquis de Gourgues distribue des vivres aux indigents et fait remettre en état à ses frais la route qui traverse la commune66. À Ivry, le sieur Godard d’Hautcourt offre le drapeau de la garde nationale, fait planter un arbre de la liberté dans la cour de son château, participe à toutes les cérémonies67. Il est difficile d’apprécier les réactions des populations à ces comportements. Les ouvrages d’histoire locale, souvent hostiles à la Révolution, fournissent à ce sujet des informations tronquées ou déformées, voulant prouver à tout prix l’attachement des paysans à leur seigneur. Ainsi l’abbé Varaigne, apologiste de la famille d’Ormesson, montre le marquis regagnant son château le 7 octobre 1794, après plusieurs mois de détention, « embrassé par tous les habitants du village », qui auraient exigé sa libération dans « une pétition signée par la municipalité et la plupart des habitants de la commune68 ». Mais dans ses Mémoires, pourtant cités par le même auteur, Henri d’Ormesson lui-même laisse apparaître une autre réalité, expliquant qu’il ne sortait jamais du parc de son château « pour éviter au dehors les insultes journalières et les rassemblements jacobistes (sic) ». Il parle avec mépris du maire de la commune, venu l’arrêter quelques mois plus tôt avec un commissaire parisien, le décrivant comme « insolent, le chapeau sur la tête, parlant avec ce ton de supériorité que les paysans aiment tant à prendre vis-à-vis de leur cy-devant69 »... Qui croire ? Si on s’en tient simplement aux faits, il faut constater dans les villages la rareté des manifestations collectives d’hostilité envers les nobles. Les autorités locales participent assez passivement aux arrestations, où leur présence est exigée par la loi. À Sucy par exemple, Mme de Sainte-Amaran- the est arrêtée par des Parisiens70. À Aulnay, le marquis de Gourgues est arrêté par des représentants de la section de Bondy. Sollicité pour rendre un rapport sur ses agissements, le comité de surveillance d’Aulnay répond qu’il n’a rien à signaler à ce sujet71. Cette modération peut avoir de multiples explications. On invoquera bien sûr la mainmise sur les pouvoirs locaux d’hommes liés de longue date au seigneur du lieu, mais aussi une attitude de prudence dans un contexte politique toujours mouvementé et incertain, et peut-être une relative indifférence au sort d’individus ayant perdu leur pouvoir et leur influence, alors que les événements imposent des préoccupations d’une toute autre importance.

  • 72 Le curé Langevin, destitué, poursuivi, semble toutefois être resté dans la commune, hébergé par de (...)
  • 73 Le vicaire Georges Giroust, ouvertement royaliste, poursuivi pour ses agissements contre-révolutio (...)
  • 74 R. Quinot, ouvr. cité, p. 181.
  • 75 L. Hennet, Histoire de Trappes, ouvr. cité, p. 77-78.
  • 76 Registre des comptes de G. Dailly, procureur de la commune, cité par L. Hennet, ouvr. cité, p. 81.

80La question religieuse semble avoir suscité davantage de passions et d’affrontements. Largement majoritaire dans la région, le clergé constitutionnel domine dans les communes étudiées. Seuls ont refusé la Constitution civile du clergé le curé d’Aulnay, aussitôt remplacé72, et un vicaire de Gennevilliers73. À l’inverse, d’autres s’associent résolument au mouvement révolutionnaire. À Gennevilliers, le curé Chapillon multiplie discours et bénédictions à toutes les cérémonies, et signe le serment civique de 179374. À Trappes, le curé Desrues se présente devant la municipalité le 27 novembre 1793 pour annoncer que « se soumettant à la volonté du peuple souverain, il donne sa démission de ministre du culte catholique et se propose de vivre en simple républicain75 ». Si la vie religieuse semble se poursuivre sans conflit majeur jusqu’à l’an II, l’interdiction du culte provoque dans les populations des divisions fortes et durables, entre partisans et adversaires de la déchristianisation. Alors que les uns se conforment aux directives du pouvoir, transformant les églises en maisons communes ou en temples de la Raison, célébrant le culte de l’Être Suprême, se débarrassant des cloches et autres « hochets de la superstition » sans arrière-pensée, les autres ne font que subir les rituels du pouvoir révolutionnaire, s’y conforment le plus souvent pour éviter d’être mis en accusation, mais s’efforcent par ailleurs de protéger les prêtres réfractaires, de dissimuler les objets du culte ou d’en maintenir la pratique dans la clandestinité. Les deux attitudes peuvent bien sûr être observées dans un même village, parfois de manière simultanée, mais rarement chez les mêmes individus, même si quelques cas de duplicité ne peuvent être totalement exclus. Plutôt que d’invoquer l’opportunisme ou l’incohérence des populations, on peut y voir simplement la preuve de leurs divisions face à une question qui met en cause non seulement la vie publique, mais aussi la conscience de chacun. À Aulnay, ceux qui hébergent le curé réfractaire ne sont certainement pas les organisateurs des fêtes républicaines au temple de la Raison. À Trappes, les auteurs des « démolitions faites dans le temple pour y détruire les signes du fanatisme76 » ne sont sans doute pas ceux qui se cotisent en 1795 pour racheter les objets du culte. L’opportunisme ou la peur de la répression peuvent expliquer une attitude passive, mais certainement pas des engagements personnels aussi contradictoires.

81Il faut bien admettre que l’acceptation n’implique pas l’adhésion. À chaque moment de cette période mouvementée les agissements des uns n’ont été possibles qu’avec la résignation ou l’indifférence des autres. La reprise du culte, souvent présentée comme un élan unanime, n’a pu se dérouler que dans les mêmes conditions. Il suffit pour s’en convaincre d’observer qu’après plusieurs années, bon nombre de baptêmes et plus encore de mariages n’ont toujours pas fait l’objet d’un rattrapage. Finalement, le seul fait incontestable est l’importance prise par la question religieuse dans la vie des villageois, à travers des débats et des affrontements qui auront nécessairement marqué les consciences.

82Indépendamment de la question religieuse, l’engagement révolutionnaire a pu se manifester dans chaque village sous de multiples formes : création de sociétés populaires, serments civiques, adresses aux assemblées, organisation de fêtes, engagements volontaires dans les armées, contribution sous diverses formes à l’effort de guerre... Si des sources fiables, abondantes et déjà largement exploitées par les études d’histoire locale en rendent compte avec précision, elles font apparaître une nouvelle fois dans tous les villages une grande diversité de comportements et de réactions, qu’on ne peut apprécier que de manière nuancée.

  • 77 Un registre de la société populaire de Gennevilliers, conservé aux Archives de Paris sous la référ (...)
  • 78 Pour l’actuel Val-de-Marne, voir Y. Pierronne, Les sociétés populaires en Val-de-Marne : essai d’i (...)
  • 79 R. Quinot, ouvr. cité, p. 187-189.

83L’existence de sociétés populaires est attestée dans de nombreuses communes, malgré l’importance des destructions volontaires de documents après Thermidor, par crainte des représailles. Les registres de délibérations ayant ainsi pratiquement tous disparu77, nos seules sources d’information sont les adresses envoyées aux assemblées, conservées dans les archives parlementaires, ainsi que de multiples mentions dans d’autres documents ou des témoignages78. On sait avec certitude qu’Aulnay, Gennevilliers, Ivry, Orly, Ormesson et Thiais ont eu leur société populaire, mais toutes n’ont pas laissé trace de leur activité. Les adresses envoyées aux parlementaires et aux comités en restituent certainement une image faussée. Ce sont toujours des déclarations de principe, dictées par les circonstances et visiblement destinées à prouver le civisme et l’ardeur révolutionnaire de leurs auteurs. Dans une étonnante continuité, elles saluent avec le même enthousiasme l’élimination des modérés, puis celle des hébertistes, enfin celle de Robespierre et de ses amis... Les listes de signataires sont de longueur très variable : à Gennevilliers par exemple, on en trouve 37 au bas de l’adresse du 30 ventôse félicitant le Comité de Salut Public de l’exécution des hébertistes, mais seulement trois sur celle du 20 thermidor, après la chute de Robespierre, ce qui atteste sans doute d’un fort courant jacobin dans la commune. Le recrutement sociologique des sociétés populaires est généralement assez large, bien que les notables et propriétaires y soient fortement représentés et les journaliers assez rares. À Gennevilliers, la liste des membres figurant dans le registre de délibérations en date du 15 pluviôse an II comprend 119 noms, un effectif important dans lequel figurent tous les notables du village, mais aussi de nombreux artisans ou paysans d’origine modeste79. Si cet exemple n’est pas forcément représentatif, l’existence même des sociétés populaires, lieux de rencontres et de débats, doit être considérée comme l’indice d’un réel engagement révolutionnaire.

84Les fêtes, cérémonies officielles et déclarations de civisme occupent une place importante dans tous les registres de délibérations des municipalités. Destinées à faire la démonstration du civisme des communes, leur caractère quasiment obligatoire laisse planer un doute sur la sincérité de l’engagement, ou même sur la fiabilité de comptes-rendus insistant sur le nombre et l’enthousiasme des participants. Sans doute les innombrables plantations d’arbres de la liberté, inaugurations de statues ou commémorations des victoires militaires témoignent-elles d’un véritable élan populaire. Leur fréquence, tout comme l’importance des moyens mis en œuvre pour des communes souvent modestes, témoigne toutefois d’un volontarisme constant jusqu’à la fin de l’an II. Par la suite, la participation volontaire semble s’atténuer, les célébrations se ritualisent et perdent leur caractère festif. Les nombreuses amendes infligées à des citoyens ayant déserté les fêtes décadaires pour travailler aux champs ou aller au cabaret montrent bien les limites de l’unanimité.

  • 80 L. Hennet, ouvr. cité, p. 56.
  • 81 R. Quinot, ouvr. cité, p. 184.
  • 82 Indication mentionnée dans une pétition à l’Assemblée datée du 30 nivôse an II, citée par J. Dela- (...)
  • 83 Le décret du 23 août 1793 réquisitionne tous les célibataires et tous les veufs sans enfants âgés (...)

85Les engagements volontaires dans les armées, manifestation indiscutable de l’enthousiasme révolutionnaire, n’ont pas la même signification selon les périodes. En 1792, alors que la patrie est proclamée en danger, l’enrôlement est totalement facultatif et témoigne donc d’une démarche volontaire, par patriotisme ou ferveur révolutionnaire. Par la suite, les décrets organisant les levées d’hommes, en particulier ceux du 24 février et du 23 août 1793, fixent l’effectif du contingent et imposent aux autorités du département et du district d’en organiser la répartition entre les communes. Les engagements prennent alors un caractère obligatoire, la presque totalité des citoyens répondant aux conditions étant enrôlés pour fournir les contingents requis. Si les premiers engagements se font dans l’enthousiasme général, leurs effectifs semblent très modestes. À Trappes, on ne compte que quatre volontaires le 6 septembre 1792, et neuf en mai 179380. À Gennevilliers, le premier registre d’enrôlement, daté du 11 mars 1793, ne comporte que quatre noms81. Par la suite, les effectifs augmentent considérablement, la conscription étant contingentée : avant la fin de l’an II, Gennevilliers donne 120 recrues aux armées, Orly « un quart de ses hommes valides82 », et les engagements sont également nombreux à Thiais, Aulnay ou Ivry. Même si la conscription n’est pas toujours volontaire, elle est tout au moins acceptée par une grande partie de la population, qui semble la considérer comme un devoir. Mais des formes de résistance existent là aussi : si l’histoire des communes étudiées ne fait aucune allusion à des désertions, les registres d’état civil témoignent à leur manière des mouvements de refus. L’année 1793 connaît une augmentation spectaculaire des mariages, la plupart conclus à la hâte pour échapper à la conscription83. Dans certaines communes, l’écart est considérable par rapport à la moyenne des cinq années précédentes : le nombre est multiplié par deux à Gennevilliers, Saint- Rémy, Thiais et Orly, par trois à Chennevières. Si les considérations économiques interfèrent ici avec les motivations idéologiques, on constate que l’engagement et le refus coexistent dans les mêmes communes, témoignant une nouvelle fois de la diversité des attitudes.

  • 84 L. Hennet, ouvr. cité, p. 61.
  • 85 Adresse à la Convention du 23 brumaire an II, citée par R. Quinot, ouvr. cité, p. 186-187.
  • 86 J. Varin, ouvr. cité, p. 80-81.
  • 87 L. Hennet, ouvr. cité, p. 78-81.

86Les campagnes d’Île-de-France ont été, plus que toute autre, lourdement mises à contribution, non seulement pour l’effort de guerre, mais aussi pour la subsistance de la population de Paris. Les réactions aux réquisitions ont été très variables selon leur nature, le contexte économique et les particularités de chaque village. Au début des campagnes militaires, les collectes de vêtements, chaussures, équipements de cavalerie, voitures ou métaux divers ne semblent pas rencontrer d’opposition. Elles donnent souvent lieu à des assemblées de citoyens où s’exprime un patriotisme enthousiaste, comme à Ivry, Trappes ou Gennevilliers. Les collectes d’argent semblent fructueuses, même si les sommes ne sont pas toujours précisées. À Trappes, une collecte parmi les « bons citoyens » pour équiper les conscrits de mars 1793, au nombre de sept, produit 200 livres par volontaire84 : une somme étonnante, à moins qu’il s’agisse d’assignats... Mais la générosité et le patriotisme trouvent assez rapidement leurs limites, lorsqu’ils s’opposent trop directement aux sensibilités ou aux intérêts vitaux des villageois. La situation se dégrade dès 1793 lorsque les réquisitions touchent les églises. La question religieuse divise profondément l’opinion et suscite des attitudes extrêmement contradictoires. Les réquisitions le confirment de manière saisissante. Ainsi le 23 brumaire an II, une délégation de citoyens de Gennevilliers vient devant la Convention « afin de déposer les instruments du fanatisme et les décorations royalistes qui servaient d’ornements aux despotes, pour les convertir en fusils, en piques et en canons, plus nécessaires que des chapelets ou des reliques pour combattre les tyrans85... ». Mais dans le même temps, la municipalité d’Aulnay refuse de fournir trois de ses quatre cloches pour la fabrication des canons86, celle de Trappes livre une partie des instruments du culte mais en met une autre en lieu sûr87 : résistances symboliques peut-être, de courte durée, vite balayées par la vague déchristianisatrice de l’an II, mais notes discordantes dans les manifestations de l’ardeur révolutionnaire.

87Les résistances aux réquisitions de vivres sont beaucoup plus systématiques, même dans les communes où l’adhésion à la cause révolutionnaire est la moins contestable. Aux requêtes répétées de très nombreuses municipalités réclamant - sans effet le plus souvent - la modération de leur contribution, s’ajoutent des tentatives individuelles ou collectives d’en entraver le recouvrement. Fausses déclarations, dissimulations ou ventes clandestines de blé, de farine ou de bétail, attaques de voitures partant vers Paris, peuvent être considérées comme des actes d’incivisme, laissant resurgir une opposition latente entre ville et campagne. Mais dans un contexte de grave crise économique, on peut comprendre le mécontentement de villageois confrontés à la pénurie, parfois même à la disette, et ne comprenant pas qu’on les oblige à partager avec les Parisiens le peu de vivres qu’ils ont pu produire. La Révolution connaît ici un terrible échec politique.

88Il n’apparaît pas, à la vision de tous ces événements, que les villages d’Île- de-France aient été indifférents à la Révolution, encore moins résolument hostiles. Dans toutes les communes, les sources attestent d’une réelle participation aux grands mouvements nationaux, mais plus encore de changements profonds dans la vie politique locale. La mise en place de structures à caractère collectif - municipalités, mais aussi sociétés populaires, assemblées de citoyens - suscite un développement de la vie politique locale dans lequel sont impliqués un grand nombre de villageois, seuls les plus pauvres en étant de fait partiellement exclus. Les fêtes révolutionnaires sont instituées dans le même esprit, une volonté des législateurs de promouvoir l’exercice d’une citoyenneté fondée sur l’engagement des individus dans la vie publique.

  • 88 J. Varin, ouvr. cité, p. 89.
  • 89 M. Mollat (dir.), Histoire de l’Île-de-France et de Paris, Paris, 1971, chap. xvi par M. Reinhard  (...)

89Mais on peut observer aussi, dans le même temps, la diversité des réactions face à ces changements. Les attitudes de refus existent également un peu partout, sous de multiples formes. Divisions et conflits ne sont pas répartis selon des critères simples, qu’ils soient géographiques ou sociologiques. Il n’existe ni régions, ni villages, ni corporations entièrement révolutionnaires ou au contraire totalement hostiles. Seule une vision globale des événements peut permettre de juger, de manière tout à fait arbitraire, que Gennevilliers ou Thiais étaient peut-être plus révolutionnaires qu’Aulnay ou Ormesson. L’image conservatrice : donnée par l’administration du district de Corbeil ne doit pas faire oublier qu’il s’y trouvait sans doute des révolutionnaires convaincus, même s’ils y étaient minoritaires. Seule la diversité des idées et des comportements peut expliquer les dissensions internes, les affrontements, la facilité des retours en arrière de la vie politique et sociale. Le Directoire impose en effet avec une surprenante facilité l’image d’un pays « gouverné par les propriétaires », d’une hiérarchie sociale fondée exclusivement sur la richesse et la réussite individuelle. La période napoléonienne y ajoute le souci obsessionnel du maintien de l’ordre, et institue une vie politique dont le cadre institutionnel reste en partie hérité de la Révolution, mais où le pouvoir s’exerce désormais d’en haut. À Ivry, Thiais, Gennevilliers, les « robespierristes » sont dénoncés, exclus de la vie publique, parfois emprisonnés. Partout, alors que les mécanismes de l’économie libérale creusent à nouveau les écarts de la hiérarchie sociale, toutes les instances du pouvoir local sont reprises en mains par les plus riches propriétaires, parfois même par les aristocrates. À Aulnay, le maire désigné en 180888 n’est autre qu’Auguste François de Gourgues, fils du cy-devant marquis guillotiné en l’an II... La période qui suit paraît politiquement calme. Seules les communes de l’est de l’Ile-de-France sont affectées par les invasions étrangères de 1814 et 1815 et leurs conséquences dramatiques : destructions, pillages, exactions commises contre la population. Ainsi à Aulnay et Sevran, plusieurs actes de décès mentionnent : « tué(e) par les cosaques ». Si les populations semblent avoir subi ces événements sans pouvoir réellement y intervenir, elles n’ont cependant pas manqué d’y réagir. Marcel Reinhard remarque qu’en 1815, à l’occasion des Cent jours, « l’opinion s’était davantage manifestée qu’en 1814, et de manière différente. Des Anglais ont noté l’hostilité des paysans à l’égard des envahisseurs et des Bourbons, mais la poussée jacobine avait inquiété la bourgeoisie et les propriétaires. Le clivage devenait social plus encore que patriotique. [...] De toute évidence, la population demeurait profondément divisée ; l’Empire n’avait pu réconcilier les adversaires qui s’étaient si violemment combattus pendant la Révolution. La rupture entre deux sociétés, deux mentalités, était durable89 ». Mais les événements de 1830 montrent que, malgré les multiples changements intervenus dans la vie politique et pouvant être parfois considérés comme des retours en arrière, le sentiment révolutionnaire était loin d’avoir disparu.

90L’appréhension d’un contexte est toujours complexe et incertaine. Dans une période riche en événements politiques et en changements institutionnels, il ne faut pas pour autant méconnaître les effets, sur les comportements ou la sociabilité, de situations aussi marquants que la disette, la crise monétaire, la guerre et l’occupation du pays par des troupes étrangères. Certains éléments du contexte peuvent apparaître comme générateurs de bien-être, de liberté, voire d’euphorie, favorables à la circulation des hommes et des idées, à l’ouverture des esprits, à l’innovation et au changement. D’autres au contraire peuvent apparaître a priori comme traumatisants, pouvant engendrer la peur, l’immobilisme ou le repli sur soi. Les uns et les autres peuvent, au gré du contexte, se succéder, se mêler, générer des comportements ou des réactions qui échappent à toute logique simple et ne sont ni constants, ni même identiques pour tous les individus ou pour tous les groupes sociaux. Les périodes troublées imposent à ceux qui les vivent des efforts d’adaptation et de réaction aux événements pouvant remettre radicalement en cause l’ordre établi. Mais la nature de ces changements est également conditionnée par les conditions de vie auxquelles ces individus sont confrontés. Le contexte économique, social et culturel de la période révolutionnaire est trop complexe et variable pour fournir un « filtre » à l’observation de nos indicateurs. Mais à l’inverse, l’étude attentive des comportements et des attitudes, de leurs changements et de leurs continuités, peuvent révéler de quelle manière ils ont pu être influencés par les multiples éléments de leur contexte. L’enquête peut ainsi contribuer, ne serait-ce que de manière modeste, à éclairer l’influence réciproque qui peut s’exercer entre les événements et leurs effets sur les comportements individuels ou collectifs.

Notes

1 P. Goubert et D. Roche, Les Français et l’Ancien Régime, tome I : La Société et l’État, Paris, 1984, p. 68.

2 G. Audisio, Les Français d’hier : des paysans (xve-xixe siècles), Paris, 1993, p. 258.

3 J.-M. Moriceau et G. Postel-Vinay, Ferme, entreprise, famille : grande exploitation et changements agricoles, les Chartier (xviie-xixe siècles), Paris, 1992, 397 p.

4 63 journaliers et manouvriers sur 130 taillables à Aulnay et Sevran en 1789.

5 D’après les états de situation de 1784 et les plans d’intendance de Bertier de Sauvigny (1782-1789), cités par C. Bouyer et R. Ponthus, L’actuel Val-de-Marne à la veille de la Révolution: notes démographiques et économiques, Créteil, 1983, p. 27 et 58.

6 62 vignerons sur 148 taillables en 1789 dans ces deux paroisses.

7 53 % en 1770, 51 % en 1780, 50 % en 1789.

8 M. Lachiver, Vin, vigne et vignerons en région parisienne, du xviie au xixe siècle, Pontoise, 1982, p. 497.

9 Pour une étude plus détaillée de la crise viticole, voir F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, tome II, Paris, 1970, p. 542. F. Hincker, La Révolution française et l’économie, Paris, 1989, p. 59.

10 F. Leriche et J. Varin, Ivry-sur-Seine, le souffle de l’Histoire, Paris, 1984, p. 71.

11 Description détaillée des transformations économiques et sociales de la commune d’Ivry à la fin du xviiie et au début du xixe siècles dans F. Leriche et J. Varin, ouvr. cité, p. 67-71.

12 M. Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Paris, 1931, p. 184.

13 G. Lefèbvre, « La Révolution française et les paysans », dans Cahiers de la Révolution française, 1934, p. 19.

14 A. Soboul, « La Communauté rurale (XVIIe-XVIIIe), problèmes de base », dans Revue de synthèse, t. 78, 1957, p. 295.

15 En particulier : J.-B. Collins, « Geographic and Social Mobility in Early-Modern France », dans Journal of Social History, 1991, p. 563-577. A. Croix, « L’ouverture des villages sur l’extérieur fut un fait éclatant dans l’ancienne France - position de thèse », dans Histoire et sociétés rurales, n° 11, 1er semestre 1999. p. 109-146.

16 D. Roche, La France des Lumières, Paris, 1993, p. 53-58.

17 G. Audisio, Les Français d’hier : des paysans..., ouvr. cité, p. 326-327.

18 G. Bouchard, Le village immobile: Sennely-en-Sologne au xviiie siècle, Paris, 1972, p. 348.

19 G. Bouchard, ouvr. cité, p. 262.

20 G. Bouchard, ouvr. cité, p. 272.

21 G. Audisio, ouvr. cité, p. 258.

22 M. Jollivet et H. Mendras, Les collectivités rurales françaises, tome I : Études comparatives de changement social, tome II : Sociétés paysannes ou luttes de classes au village, Paris, 1971 -1974, 224+272 p.

23 N. Eizner, « De la communauté rurale à la collectivité locale », dans Jollivet m. et Mendras H. (dir), ouvr. cité, tome II, p. 139-140.

24 N. Eizner, ouvr. cité, p. 140-141.

25 D. Roche et P. Goubert, ouvr. cité, tome I, p. 48.

26 Aulnay-sous-Bois, Gennevilliers, Ivry, Orly, Saint-Rémy-lès-Chevreuse, Sevran et Thiais. Effectif total : 820 taillables en 1770, 776 en 1780, 793 en 1789. Les rôles de taille de Chennevières, Noiseau, Ormesson et Trappes n’étant pas disponibles pour les trois périodes concernées, ces quatre paroisses n’ont pas été prises en compte.

27 Étude détaillée de toutes les sources relatives à la population dans M. Reinhard, Étude de la population pendant la Révolution et l’Empire, 2 vol., Paris, 1961-1963, 72 et 76 p.

28 Ph. Daumas, Justice et Révolution en Val-de-Marne, ouvr. cité, p. 198.

29 Voir Ph. Daumas, Justice et Révolution en Val-de-Marne, ouvr. cité, p. 82-83.

30 A. Soboul, « La Communauté rurale (xviie-xviiie), problèmes de base »..., ouvr. cité, p. 285-287.

31 M. Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française..., ouvr. cité, p. 186.

32 R. Laporte, Histoire de Thiais, tome III : La vie à Thiais sous la Révolution, Paris, 1984, p. 231.

33 R. Quinot, Gennevilliers, évocation historique..., ouvr. cité, p. 118-119.

34 G. Bouchard, ouvr. cité, p. 237.

35 Cité par R. Quinot, ouvr. cité, p. 158.

36 Archives municipales de Gennevilliers, cité par R. Quinot, ouvr. cité, p. 97-98.

37 F. Arzalier, ouvr. cité, p. 124.

38 F. Arzalier, ouvr. cité, p. 130.

39 Procès verbaux d’Assemblées établis par René-Blaize Bremont, tabellion du bailliage du Marquisat d’Ormesson, Archives départementales du Val-de-Marne, B 94-38

40 Cité par G. Bouchard, ouvr. cité, p. 278.

41 Les deux événements sont cités par R. Laporte, ouvr. cité, tome II, p. 259.

42 Ph. Daumas, Justice et Révolution en Val-de-Marne, ouvr. cité, p. 101.

43 R. Monnier, « La politisation des paroisses rurales dans la Région parisienne », dans La Révolution française et le monde rural actes du colloque de Paris (octobre 1987), Paris, 1989, p. 430.

44 R. Monnier, ouvr. cité, p. 430.

45 Rapport du 27 nivôse an II, cité par F. Leriche et J. Varin, Ivry-sur-Seine, le souffle de l’Histoire..., ouvr. cité, p. 90.

46 Rapport du 3 pluviôse an II, cité par F. Leriche et J. Varin, ouvr. cité, p. 90.

47 Cité par F. Balard, Sucy sous la Révolution (1788-1804), Sucy-en-Brie, 1989, p. 175.

48 L. Hennet, Histoire de Trappes, Paris, 1990, p. 45.

49 F. Balard, ouvr. cité, p. 55-58.

50 Archives départementales du Val-de-Marne, 4 U 2436-2443.

51 M. Mollat (dir.), Histoire de l’Île-de-France et de Paris, (chapitres xiv et xv par m. Reinhard), Toulouse, 1971, p. 427-428.

52 L’arpent, unité de surface utilisée pour l’arpentage des terres avant l’institution du système métrique, présente une grande diversité de valeurs selon les usages locaux. Le plus courant, l’arpent dit « du Roi », utilisé pour le cadastre de Bertier de Sauvigny de 1776 à 1791, égal à 100 perches carrées de 22 pieds, équivaut à environ51 ares, (d’après Touzery M., Atlas de la Généralité de Paris au xviiie siècle, Paris, 1995, p. 149).

53 Cahier de la paroisse de Gennevilliers, cité par R. Quinot, ouvr. cité, p. 153.

54 M. Mollat (dir.), ouvr. cité, p. 358.

55 J. Delarue (dir.), Histoire de la ville d’Orly, Orly, 1980, p. 128.

56 Soit 408 hectares sur 1054 (cité par R. Quinot, ouvr. cité, p. 92).

57 Pour une étude détaillée de la propriété foncière dans le marquisat d’Ormesson, voir: J.-M. Chevet, Le Marquisat d’Ormesson (1700-1840), essai d’analyse économique, Paris, 1982, p. 274-297.

58 Pour un récit détaillé de la « grêle du siècle », voir les articles de S. Bianchi, N. Holzhammer et C. Carenton dans 89 en Essonne, n° 1 (février-mars 1989), p. 54-60.

59 Sur la crise de 1788-89, voir : F. Hincker, La Révolution française et l’économie..., ouvr. cité, p. 59-63 E. Labrousse, La crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime, Paris, 1943, p. 34-41.

60 Sur les problèmes monétaires durant toute la période révolutionnaire, voir F. Hincker, ouvr. citép. 125-136.

61 Vue d’ensemble de ce contexte par m. Reinhard, dans m. Mollat (dir.), ouvr. cité, p. 365-403.

62 Description de la misère des campagnes par M. Reinhard, dans M. Mollat (dir.), ouvr. citép. 428-431.

63 Étude détaillée dans E. Couard, L’administration départementale de Seine-et-Oise (1790-1913), Versailles, 1913, p. 15-176.

64 Archives Nationales, AF II-152. (cité par H. Wallon, Les représentants en mission et la justice révolutionnaire dans les départements en Tan II, tome III, Paris, 1885-1890, p. 371).

65 Cité par H. Wallon, ouvr. cité, tome III, p. 373.

66 J. Varin, Aulnay-sous-Bois, jeunesse d’un vieux pays, Paris, 1982, p. 73-75.

67 F. Leriche et J. Varin, Ivry-sur-Seine, le souffle de l’Histoire..., ouvr. cité, p. 90.

68 Ph. Varaigne, Amboile-Ormesson, la vie de ses habitants pendant huit siècles, Ormesson, 1973p. 137-138.

69 Ph. Varaigne, ouvr. cité, p. 136.

70 Récit partial mais très détaillé de cette affaire dans F. Balard, ouvr. cité, p. 210-232.

71 J. Varin, ouvr. cité, p. 83.

72 Le curé Langevin, destitué, poursuivi, semble toutefois être resté dans la commune, hébergé par des habitants. Son successeur le curé Vincelet sera inquiété en l’an II, lors de l’arrestation du marquis de Gourgues (J. Varin, ouvr. cité, p. 80).

73 Le vicaire Georges Giroust, ouvertement royaliste, poursuivi pour ses agissements contre-révolutionnaires, sera exécuté à Paris le 3 septembre 1792 (R. Quinot, ouvr. cité, p. 216).

74 R. Quinot, ouvr. cité, p. 181.

75 L. Hennet, Histoire de Trappes, ouvr. cité, p. 77-78.

76 Registre des comptes de G. Dailly, procureur de la commune, cité par L. Hennet, ouvr. cité, p. 81.

77 Un registre de la société populaire de Gennevilliers, conservé aux Archives de Paris sous la référence L IV-1, couvre la période de nivôse an II à germinal an III.

78 Pour l’actuel Val-de-Marne, voir Y. Pierronne, Les sociétés populaires en Val-de-Marne : essai d’inventaire des premiers clubs politiques (1790-1795), Mémoire de maîtrise, Paris XII, 1990, 169 p.

79 R. Quinot, ouvr. cité, p. 187-189.

80 L. Hennet, ouvr. cité, p. 56.

81 R. Quinot, ouvr. cité, p. 184.

82 Indication mentionnée dans une pétition à l’Assemblée datée du 30 nivôse an II, citée par J. Dela-Rue (dir.), ouvr. cité, p. 143.

83 Le décret du 23 août 1793 réquisitionne tous les célibataires et tous les veufs sans enfants âgés de 18 à 23 ans. Les hommes mariés ne sont donc pas mobilisés.

84 L. Hennet, ouvr. cité, p. 61.

85 Adresse à la Convention du 23 brumaire an II, citée par R. Quinot, ouvr. cité, p. 186-187.

86 J. Varin, ouvr. cité, p. 80-81.

87 L. Hennet, ouvr. cité, p. 78-81.

88 J. Varin, ouvr. cité, p. 89.

89 M. Mollat (dir.), Histoire de l’Île-de-France et de Paris, Paris, 1971, chap. xvi par M. Reinhard : « Révolution démographique, Restauration politique », p. 414-415.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search