Version classiqueVersion mobile

Familles en Révolution

 | 
Philippe Daumas

Chapitre I. Méthodologie d’une enquête

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Directions de recherche : des choix imposés

Briser le mur du silence

  • 1 Sur cette question encore controversée, importante mise au point dans B. Garnot, Le peuple au Sièc (...)
  • 2 A. Fillon, Les trois bagues au doigt: amours paysannes au xviiie siècle, Paris, 1989, 527 p., et L (...)
  • 3 J. M. Goulemot, Enfance et éducation d’un paysan au xviiie siècle, les mémoires de Valentin Jamere (...)
  • 4 D. Roche, Journal de ma vie : Jacques-Louis Menetra, compagnon vitrier au xviiie siècle, Paris, 19 (...)

1L’étude des comportements et des mentalités, dans un milieu rural où prédomine encore largement l’analphabétisme1, peut difficilement s’appuyer sur des textes explicites. Si journaux, mémoires, livres de raison abondent au xviiie siècle et plus encore à partir de la Révolution, leurs auteurs appartiennent généralement aux milieux sociaux les plus favorisés, pour ne pas dire aux classes dirigeantes. Hommes et femmes de modeste condition n’ont quasiment rien écrit, faute de savoir le faire, d’en avoir les moyens ou tout simplement l’idée. L’exception existe bien sûr, et quelques documents d’une richesse exceptionnelle ont été abondamment exploités, tels les écrits de Louis Simon2, Valentin Jamerey-Duval3 ou Jacques-Louis Menetra4. Mais la rareté de telles sources, et plus encore le caractère notoirement atypique de leurs auteurs, incitent à s’interroger sur leur réelle représentativité.

  • 5 M. Vovelle, La mentalité révolutionnaire, ouvr. cité, p. 14.

2Tenter d’approcher et de comprendre les attitudes du plus grand nombre exige de recourir à des sources plus banales peut-être, mais plus abondantes, dont il faut bien accepter qu’elles ne comportent quasiment jamais d’écrits ou de discours directs, mais seulement des actes, des attitudes décrites, des propos rapportés, matériaux imposés de ce que Michel Vovelle appelle une « histoire des silences5 » : registres paroissiaux, d’état civil ou de catholicité, archives judiciaires ou notariales en particulier. Bien sûr, de telles sources ne révèlent jamais le déroulement d’une vie, ni même d’une tranche de vie, dans l’intégralité des événements, des attitudes ou des sentiments. Elles n’en décrivent que de brefs moments, importants sans doute puisqu’on a, sur le moment, jugé nécessaire de les contrôler ou de les enregistrer, mais qui ne sont peut-être pas les plus importants dans l’existence de leurs acteurs. De plus, ils ne sont décrits que de l’extérieur, d’une manière partielle et orientée vers les objectifs de l’institution qui les produit. Par conséquent, s’il est possible d’en tirer des indicateurs, ceux-ci doivent répondre à des exigences de fiabilité, diversité, pertinence, ce qui impose une importante réflexion méthodologique.

3Le choix des directions de recherches résulte ici de deux démarches simultanées : l’une part de la question étudiée et de sa problématique pour questionner les documents ; l’autre part des sources disponibles pour définir, en fonction de leur contenu, des champs d’investigation possibles. À la rencontre de ces deux démarches, la marge de manœuvre est finalement bien réduite : les thèmes de recherche sont largement déterminés par l’approche théorique du sujet, les indicateurs par les sources disponibles. L’historien est alors confronté à deux problèmes essentiels : celui des limites de sa recherche, difficile compromis entre le désir d’explorer le sujet le plus largement possible et les conditions matérielles de l’enquête ; mais aussi et surtout celui de la pertinence de ses directions de recherche et de ses méthodes d’investigation.

Thèmes significatifs, indicateurs pertinents

4L’objet de la présente recherche est d’apprécier, à travers l’observation de comportements, d’attitudes et - dans la mesure où ils sont exprimés - d’idées et de sentiments, de quelle manière la Révolution a pu influencer ce qu’il est convenu d’appeler les mentalités. Dans cette perspective peuvent être considérés comme significatifs les thèmes de recherche permettant de mettre en évidence des changements ou des continuités dans les pratiques ou les attitudes, mais également de mesurer les effets des changements institutionnels, des affrontements et des débats idéologiques, tout au long d’une période marquée par l’événement exceptionnel qu’est la Révolution.

5Les contraintes matérielles de la recherche imposent, face à un sujet aussi vaste que la famille, le choix de quelques thèmes pouvant apparaître comme les plus significatifs : la relation entre vie familiale et religion, caractère fondamental de la société d’Ancien Régime, puis objet d’importants affrontements politiques et idéologiques ; les conditions du mariage, fortement déterminées par les conditions de vie et les rapports sociaux ; l’amour et la sexualité hors mariage, où s’expriment — bien que de manière indirecte - des formes de remise en cause de la morale établie ; enfin le choix des prénoms, un point de contact évident entre pratiques culturelles et idéologie. Pour chacun de ces thèmes, l’exploration systématique des sources permet d’envisager plusieurs indicateurs.

6L’Ancien Régime a connu une très forte emprise de la religion sur la vie des familles, moyen efficace de contrôle et d’encadrement des individus au sein même de la cellule de base de la société. Le pouvoir révolutionnaire s’est attaché, au moins jusqu’au Directoire, à libérer les familles de cette influence au moyen de changements institutionnels et d’une forte pression politique, dont il est essentiel de mesurer les effets. Ce n’est pas l’évolution de la ferveur religieuse qu’il convient d’observer ici, mais celle de la soumission de la vie familiale au pouvoir religieux, à l’aide d’indicateurs liés aux instruments de ce pouvoir : respect des sacrements tout d’abord, c’est-à-dire du baptême et du mariage religieux, mais aussi de simples prescriptions, telles que l’urgence du baptême, le respect des temps clos ou les dispenses pour les mariages religieux.

  • 6 F. Lebrun, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, ouvr. cité, p. 24.

7Acte fondateur de la cellule familiale, le mariage a été considéré sous l’Ancien Régime, pour reprendre la formule de François Lebrun, comme « une chose trop sérieuse pour résulter d’un choix personnel6 », même si parfois, dans les milieux populaires en particulier, le respect des usages, des impératifs économiques et des contraintes sociales pouvait laisser un peu de place à l’initiative individuelle. L’importance de l’effort législatif, aussi bien pendant qu’après la Révolution, impose d’en apprécier les retombées sur la vie quotidienne des contemporains. Des indicateurs aussi simples et couramment utilisés par les démographes que l’endogamie, l’homogamie ou l’âge au mariage, prennent à partir de la période révolutionnaire, du fait de leurs implications, une signification différente, plus centrée sur le changement culturel, et où apparaît toujours en filigrane l’opposition fondamentale entre raison et sentiment, mariage arrangé et mariage librement décidé. Dans le même ordre d’idées, l’étude des remariages ou du mariage des filles mères peut nous renseigner sur la levée ou l’atténuation éventuelle de certains blocages sociaux. Dans tous les cas, il est évident que les notions de liberté individuelle et de contrainte sociale sont au cœur de la problématique.

8Au-delà des évolutions possibles des règles de la sociabilité, c’est au domaine de la transgression qu’appartiennent les pratiques de sexualité hors mariage. Il importe dans ce domaine de mesurer le chemin parcouru sous l’influence du contexte révolutionnaire, et plus encore des prolongements possibles, tant du point de vue de la fréquence de ces pratiques que de celui de leur tolérance au sein de la société. Si les seuls actes d’état civil permettent une enquête assez poussée sur les enfants naturels ou les conceptions prénuptiales, il faut multiplier et croiser les sources pour tenter de cerner des réalités aussi impalpables que le concubinage, l’adultère ou la contrainte sexuelle. Dans ces domaines, les informations proviennent souvent des archives judiciaires.

  • 7 En particulier : L. Perouas (dir.), Léonard, Marie, Jean et les autres, les prénoms en Limousin de (...)

9L’étude des prénoms est aujourd’hui considérée comme un indicateur culturel particulièrement pertinent, dans la mesure où elle met en évidence aussi bien les conditions sociales, religieuses ou culturelles pesant sur les choix personnels, que les réponses des individus ou des groupes sociaux à ces pressions et à ces sollicitations. Pour la période révolutionnaire, de récents travaux ont montré qu’au-delà du phénomène des « prénoms républicains », objet de passionnantes recherches mais très limité dans le temps et dans l’espace, une étude portant sur l’ensemble des prénoms pouvait s’avérer très riche d’enseignements7. Les indicateurs sont ici nombreux et variés : nombre de prénoms attribués, importance et renouvellement du stock, formes et sonorités, systèmes de références, influence des réseaux de relations familiales, du contexte politique, culturel et bien entendu religieux. Ils peuvent susciter une réflexion, non seulement sur les critères et les modalités du choix, mais aussi sur l’importance et le rôle des prénoms dans la vie sociale. Plus que toute autre, cette direction de recherche illustre le lien étroit entre les différents thèmes de réflexion : religion, tradition, contraintes sociales, ne sont pas dissociables mais au contraire dépendent étroitement les unes des autres. La dissociation des directions de recherche est donc purement artificielle et ne répond qu’à des exigences méthodologiques. Elle impose un important travail de synthèse pour dresser un bilan global des évolutions de la période.

10Enfin, un sujet aussi ancré dans les réalités de la vie quotidienne ne saurait se contenter d’approches quantitatives. Une deuxième démarche s’impose donc : la recherche, dans des sources plus narratives, de formes d’expression directe ou indirecte d’idées ou de sentiments, de récits, de situations décrites, pouvant illustrer, compléter ou nuancer l’analyse des données quantitatives. Les archives notariales s’avèrent de ce point de vue assez décevantes : à la seule exception des testaments, seuls actes rédigés assez librement, elles souffrent de l’utilisation systématique d’un langage strictement codifié, impersonnel, et finalement répondent mal aux attentes de la présente recherche. À l’inverse, les archives judiciaires apparaissent comme une source d’une étonnante richesse narrative, malheureusement trop peu exploitée aujourd’hui encore. Elles livrent au chercheur, à travers des milliers de « petites affaires » liées à la vie quotidienne, une multitude de récits, de situations, d’argumentaires, de formes d’expression de leurs différents acteurs, qui sont autant de témoignages sur les mœurs, les idées, les relations sociales. L’étude des « affaires de famille » ne constitue pas seulement une source d’information inestimable. Elle peut aussi apporter, dans une recherche qui ne saurait se limiter à des chiffres, un peu d’histoire vivante...

Choix individuels et pression sociale

11Pour chaque domaine de recherche, les indicateurs sont le plus souvent suggérés par le contenu des sources. Le critère unique du choix est la pertinence, une notion essentielle répondant à deux exigences : d’une part la fiabilité des sources, reposant sur le nombre, la continuité et la cohérence des données, d’autre part leur aptitude à révéler les intentions, les idées ou les sentiments des acteurs. Sur ce dernier point, la notion de choix personnel revêt une importance particulière. Un acte, une décision, ne sont véritablement parlants que si leur auteur dispose de la faculté de faire des choix par lesquels il exprimera, soit sa personnalité, soit un engagement moral ou idéologique. Un indicateur ne peut être considéré comme pertinent si la notion de choix en est absente. Par exemple, le choix de prénoms pour ses enfants ou celui d’avoir des relations sexuelles avant son mariage impliquent toujours un positionnement vis-à-vis des règles de la vie sociale. Bien sûr, la notion de pertinence varie sensiblement au gré du contexte politique ou de l’environnement social, mais elle est également délimitée par les sources elles-mêmes. Ainsi les taux de baptêmes ou de mariages religieux ne peuvent être des indicateurs tant que naissances et mariages sont enregistrés uniquement dans les registres paroissiaux. Ils le deviennent à partir de 1792, lorsque la laïcisation de l’état civil rend les sacrements religieux facultatifs, offrant ainsi la liberté d’un choix. Il convient toutefois de reconnaître les limites de ces libertés individuelles, toujours fortement soumises aux contraintes de la vie sociale, qu’elles soient directes ou indirectes, clairement exprimées ou diffuses.

12La liberté de choix n’est jamais illimitée, même si elle est reconnue comme telle par les institutions. Elle est toujours, au moment où elle s’exerce, conditionnée par une pression sociale aux multiples aspects : usages, conformisme, idéologie, modes, relations entre individus ou groupes sociaux. D’emblée, les éléments même du choix sont délimités par le contexte social et culturel : un jeune homme de la fin du xviiie ou du début du xixe siècle peut-il envisager de courtiser n’importe laquelle des filles de son village ?

13Où s’arrête la tolérance de l’Église envers le non-respect de ses prescriptions ou vis-à-vis des prénoms étrangers au martyrologe ? Jusqu’à quel point peut- on être indifférent à l’opinion des autres ? Ces limites ne sont pas toujours clairement fixées par la loi ou l’usage. Elles peuvent varier fortement d’un lieu à l’autre, d’une époque à l’autre, ou en fonction des événements. La pression du milieu peut s’exercer de manière directe, par l’action des agents du pouvoir, dont le rôle est de réglementer et d’encadrer la vie sociale : prêtres, notaires ou juges sous l’Ancien Régime, puis, à partir de Révolution, maires ou agents nationaux par exemple. Dans une moindre mesure mais de manière aussi directe, des groupes de pression peuvent jouer ce rôle : cercle de famille, voisinage bien sûr, mais aussi, pour n’en donner que quelques exemples, confréries religieuses, corps de métiers, assemblées de village, sociétés populaires... Enfin la pression sociale peut s’exercer de manière indirecte, diffuse même, à travers des processus mentaux apparemment voulus ou acceptés par l’intéressé, mais pourtant venus de l’extérieur : respect des traditions, choix idéologiques, phénomènes de mode. La liberté individuelle n’est pas nécessairement en conflit avec la pression sociale. Les individus ne se déterminent pas isolément, et l’alignement sur des normes, le ralliement à des pratiques ou à des mouvements de pensée ne sont pas toujours subis. Ils peuvent être décidés, acceptés ou même exprimés inconsciemment. Le choix individuel se rattache alors à des phénomènes collectifs, dont il est bien sûr dépendant, mais qu’il contribue aussi à produire ou à faire évoluer.

14Bien entendu, les individus ne sont pas égaux face à la pression sociale. Leur capacité à composer avec elle ou à la transgresser exige à la fois des pouvoirs et des savoirs. Elle est de toute évidence plus forte dans les classes dominantes, les milieux cultivés et ouverts aux influences, que dans les milieux populaires et notamment la paysannerie. On remarque par exemple qu’avant la Révolution, l’attribution de prénoms inspirés de l’antiquité grecque ou romaine, donc étrangers au martyrologe chrétien, comme César, Pompée ou Olympe, est exclusivement le fait de l’aristocratie ou de la bourgeoisie aisée. La liberté de choix apparaît donc souvent comme un privilège culturel, dont il est important d’apprécier comment la Révolution a pu le remettre en cause.

15Il peut paraître contradictoire de lier la notion d’indicateur pertinent à celle de choix personnel, et de montrer ensuite les limites de cette liberté de choix face à la pression sociale, au risque de remettre en cause l’idée même de pertinence... La contradiction n’est qu’apparente : un phénomène culturel n’étant significatif que s’il présente un caractère collectif, c’est justement parce qu’ils portent la marque de leur environnement que les choix individuels nous intéressent, par leur relation dialectique avec le mouvement social, leur capacité à révéler les normes, les règles de vie collective, les systèmes de références, les mouvements d’idées, que ce soit par le biais de l’adhésion ou par celui du refus. Cette exigence de représentativité nous renvoie aux critères de fiabilité, notamment l’importance du nombre. Elle justifie ainsi le choix de cadres chronologique et géographique permettant une mise en relation des pratiques culturelles avec leur contexte politique, économique et social.

Cadre chronologique et géographique

16La période étudiée se devait d’encadrer largement la décennie de la Révolution : en amont tout d’abord, afin de caractériser de manière suffisamment fiable les dernières années de l’Ancien Régime, en aval pour mesurer le plus loin possible les répercussions de l’événement révolutionnaire. Les dates limites retenues, 1775 et 1825, ne correspondent ni à des événements décisifs, ni davantage à des repères chronologiques traditionnels. Mais si leur choix est arbitraire, il ne résulte pas du hasard. Avant la Révolution, quinze années semblent offrir un corpus de données suffisamment important et sur une durée permettant d’observer les évolutions des dernières années de l’Ancien Régime. Après la Révolution, la période étudiée couvre le Consulat, l’Empire et la Restauration jusqu’à la mort de Louis XVIII. Le découpage chronologique en périodes de cinq ans pour certaines recherches présente l’avantage, non seulement d’en accroître la base statistique, mais aussi de définir des séquences correspondant souvent à un contexte politique particulier : par exemple la phase « active » de la Révolution (1789- 1794), le Directoire (1795-1799), le Consulat (1800-1804). Naturellement, l’étude par périodes ne se substitue pas à une analyse plus fine, par années dans la plupart des cas, ou même par mois pour l’an II. Les deux approches se complètent, et sont le plus souvent présentées simultanément.

17Le cadre géographique répond tout d’abord aux exigences de nos directions de recherche. Le milieu est rural, mais situé en Île-de-France et suffisamment proche de Paris pour en subir l’influence sous de multiples formes : relations économiques, mouvements de population, facilité de circulation des informations, donc des idées. Mais la présence des Parisiens dans les campagnes les plus proches de la capitale ne résulte pas seulement de mouvements et d’échanges. Elle se concrétise aussi par toutes sortes de liens concrets et permanents : les nombreuses résidences de Parisiens dans la plupart des villages, où certains séjournent parfois durablement ; la mise en nourrice de nombreux enfants parisiens, dont certains villages - Ivry, par exemple - se font une véritable spécialité ; les liens de parenté enfin, car bon nombre de villageois d’Île-de-France ont de la famille à Paris, et conservent avec elle des relations clairement attestées par de multiples sources. C’est donc un milieu rural bien particulier qui sera étudié ici : l’influence de la capitale, sensible dans tous les domaines de la vie sociale, en est une caractéristique essentielle et lui confère toute son originalité, ce qui interdit bien sûr de le considérer comme représentatif de l’ensemble des campagnes françaises, mais justifie également qu’il soit étudié en tant que tel.

18Il aurait été idéal d’observer de la manière la plus approfondie un échantillon de population constitué d’une série de villages présentant toutes les sources possibles : registres paroissiaux, d’état civil et de catholicité, archives notariales, actes des justices seigneuriales et des justices de paix, listes électorales, de recensements, de conscription, rôles de taille, registres de délibérations des municipalités, etc. L’état très lacunaire des archives en Île- de-France, fortement touchées par les destructions de la guerre de 1870, ne l’a malheureusement pas permis : les registres de catholicité sont très rares pour la période 1793-1806 ; les archives judiciaires, souvent incomplètes elles aussi, posent un délicat problème de juxtaposition des ressorts géographiques entre l’Ancien Régime et la Révolution ; les archives notariales présentent la même difficulté, bien que dans une moindre mesure du fait de leur abondance et de la dispersion géographique de la clientèle des notaires. Le choix des communes étudiées a donc moins souvent résulté de critères de pertinence ou de diversité que de la disponibilité des différents fonds d’archives. À défaut d’une correspondance parfaite - matériellement impossible — entre les différents types de sources, il convenait d’obtenir des recoupements sur la majorité des villages étudiés, et d’éviter une trop grande dispersion géographique. Au prix de quelques sacrifices quant à la cohésion ou la continuité des sources, ont été retenus pour cette enquête :

  • Les registres paroissiaux, d’état civil et de catholicité de onze villages8, soit une population variant durant la période entre 6 000 et 7 000 habitants, présentant des caractères variés : taille, éloignement de Paris, population, activités économiques, mode d’exploitation du sol, contexte politique.
  • Les actes de huit justices seigneuriales9 et de cinq justices de paix10, dont les ressorts géographiques se superposent en grande partie, et comprennent sept des onze villages étudiés.
  • Les actes de six études notariales11, répondant partiellement à la même exigence vis-à-vis de ces onze villages, bien que le recrutement de leur clientèle soit géographiquement beaucoup plus étendu.

19Les cartes ci-dessous précisent la localisation des archives explorées (registres paroissiaux, d’état civil et de catholicité ; archives judiciaires) : un ensemble de fonds importants, extrêmement riches, mais dont l’exploitation exige une analyse critique, concernant leurs apports comme leurs limites et leurs incertitudes.

COMMUNES ETUDIEES (REGISTRES)

COMMUNES ETUDIEES (REGISTRES)

RESSORTS JUDICIAIRES

RESSORTS JUDICIAIRES

JUSTICES SEIGNEURIALES

1-GENNEVILLIERS

2-PANTIN

3-VINCENNES

4-SUCY

5-CHENNEVIERES

6-IVRY

7-THIAIS ET GRIGNON

8-ORLY

JUSTICES DE PAIX

I-COLOMBES

II-PANTIN

III-VINCENNES

IV-SUCY

V-VILLEJUIF

Les sources : apports et limites

Données quantifiables et approche culturelle

  • 12 Citons, parmi beaucoup d’autres, pour leur valeur méthodologique exemplaire J. Ganiage, Trois vill (...)
  • 13 A. Soboul, Voies nouvelles pour l’histoire de la Révolution Française, Paris, 1978, p. 9.

20Observer « sur le terrain » les effets de la Révolution n’est pas une idée neuve. En novembre 1974 se tenait à Paris, sous le titre « Voies nouvelles pour l’histoire de la Révolution Française », un colloque en hommage à Albert Mathiez et Georges Lefebvre. Il proposait, entre autres directions de recherche, une approche de l’histoire démographique de la Révolution à partir d’études sérielles sur les registres d’état civil, en proposant quelques exemples d’une analyse de la nuptialité et de la fécondité nettement centrée sur les effets du changement révolutionnaire. Depuis quelques années déjà, le développement de la démographie historique, impulsé notamment par les chercheurs de l’INED, avait suscité de nombreuses et importantes recherches dans les registres paroissiaux et d’état civil, en particulier sous forme de monographies de villages et de régions, dont certaines constituent encore aujourd’hui d’inestimables références12. Bien que les organisateurs de ce colloque aient clairement affirmé la nécessité de regarder « d’en bas13 » les transformations sociales de la période révolutionnaire, ces voies nouvelles ont été fort peu empruntées par la suite. D’une part la majorité des chercheurs ont orienté leur activité vers des enquêtes purement démographiques, d’autre part l’utilisation des études sérielles pour l’histoire sociale ou culturelle a pris d’autres directions : l’Ancien Régime a été beaucoup plus largement exploré que la Révolution, et les registres d’état civil ont été relégués au second plan par rapport à d’autres sources mises en valeur par de brillantes recherches, en particulier les testaments et les inventaires après décès.

21Pourtant le filon est loin d’être épuisé aujourd’hui, et le lien entre matériaux quantitatifs et histoire des mentalités n’est pas encore complètement noué pour la période révolutionnaire. Les sources de l’histoire des familles ont été largement abordées sous l’angle de la démographie, de l’économie ou du droit, mais plus rarement et surtout plus sommairement sous l’angle culturel. Seule exception notable, le thème des prénoms a fait l’objet de nombreux travaux, malheureusement trop centrés sur l’an II, et dont seuls les plus récents se risquent à dépasser l’analyse statistique pour tenter une véritable approche culturelle. À la rencontre de deux préoccupations, la mesure des effets de la Révolution sur la vie des familles et la volonté d’une observation « sur le terrain », l’étude sérielle des registres paroissiaux et d’état civil paraît incontournable. La continuité et la richesse de leurs informations offrent à une recherche sur l’histoire des familles de multiples indicateurs pertinents, à condition bien sûr de ne pas en ignorer les lacunes ou les insuffisances, et de fixer en conséquence les méthodes et les limites de la recherche.

Registres paroissiaux et de catholicité

  • 14 Voir annexe 1.

22Aux xviiie et xixe siècles, ils sont régulièrement tenus, sans doute plus rigoureusement pour les baptêmes et les mariages que pour les sépultures. Les différents actes y sont mêlés, dans l’ordre chronologique mais souvent sans autre découpage que le passage d’un registre à l’autre, et sans tables annuelles ni décennales. Ils sont généralement transcrits avec la plupart des indications prescrites par les ordonnances royales et épiscopales14 :

  • Pour les baptêmes : date du baptême ; date de naissance ou âge au baptême ; prénoms de l’enfant ; nom des deux parents ; profession du père ; nom et paroisse d’origine du parrain et de la marraine, le cas échéant, lien de parenté avec l’enfant.
  • Pour les mariages : date du mariage ; date de publication des bans, parfois des fiançailles ; dispenses éventuelles et motifs ; nom et âge des deux conjoints ; paroisse d’origine des deux conjoints ; nom et paroisse d’origine des parents ; profession du marié s’il en a une, ou de son père ; profession du père de la mariée ; très rarement, identité des témoins.

23En fait, les actes ne comportent pas toujours la totalité de ces indications. Les lacunes les plus fréquentes portent sur les informations sans doute considérées comme les moins importantes pour la validité de l’acte : professions, âges, indications concernant les parrains et marraines pour les baptêmes, les parents des conjoints pour les mariages. Elles résultent souvent de la négligence des curés, d’une rédaction trop hâtive des actes, parfois tout simplement d’un manque de place au bas d’une page... Les actes sont fréquemment rédigés à l’avance et complétés au moment de leur signature, d’une encre ou d’une écriture différentes, mais il arrive qu’ils ne soient pas complétés et ils présentent alors des espaces vides à la place de précieuses indications. Tout comme la qualité de la rédaction et la lisibilité de l’écriture, la rigueur dans la tenue des actes dépend de la personnalité du curé, de son niveau d’instruction, ou parfois de son âge et de son état de santé.

24La deuxième difficulté rencontrée dans l’exploitation de ces registres, sans aucun doute la plus importante, est celle de leur discontinuité à partir de la période révolutionnaire. Le culte catholique est interdit de fait dans toute l’Île-de-France à partir du décret du 16 brumaire an II (6 novembre 1793), par lequel la Convention donne aux communes « le droit de renoncer aux cultes ». Dans de nombreuses paroisses — sept sur les onze étudiées ici - l’enregistrement des actes sur les registres paroissiaux a été interrompu avant même cette date, souvent dès la fin de l’année 1792, peut-être sous l’effet des conflits relatifs à la constitution civile du clergé. Il faut attendre le 3 ventôse an III (26 février 1795) pour que la Convention décrète la liberté des cultes, permettant une reprise qui sera progressive, inégale et désordonnée, ce qui bien sûr ne favorise pas une tenue rigoureuse des registres. Dans bien des paroisses, les sacrements n’ont pas été administrés pendant la période d’interruption du culte. Dans d’autres, ils l’ont été clandestinement et dans ce cas il a été rarement possible d’en tenir un registre. Quelques exceptions existent cependant, mais dans des conditions qui suscitent bien des réserves. Ainsi à Chennevières, un registre clandestin, constitué de feuillets non reliés, présente des lacunes trop importantes pour être exploitable. À Ormesson, le curé a tenu pour sa paroisse et celle de Noiseau une « liste des enfants baptisés après 1792 » sur un minuscule carnet, facile à dissimuler sans doute, mais ne permettant de noter que très peu d’informations : date du baptême, nom et prénoms de l’enfant. Le rapprochement avec les actes d’état civil ne permettant pas de retrouver les informations manquantes, le registre n’a pu être exploité.

25Dans tous les cas, le baptême semble avoir été considéré comme le sacrement à préserver en priorité, importance confirmée par toutes les prescriptions épiscopales postérieures à la Révolution, qui s’inquiètent bien davantage du rattrapage des baptêmes que de celui des mariages religieux, et par l’existence de registres reconstitués dans plusieurs communes après 1806 uniquement pour les baptêmes, comme à Aulnay, Saint-Rémy ou Sevran.

26La reprise du culte n’a pas lieu partout à la même date. Si elle est rapide à Ivry, Thiais ou Orly, elle doit attendre plusieurs mois à Gennevilliers ou à Trappes. Pour ces paroisses, les périodes d’interruption sont clairement délimitées, parfois même indiquées sur les registres. Le dernier cas de figure est celui des paroisses où les actes ont été reconstitués a posteriori, pour des périodes variables : de 1793 à l’an VIII à Aulnay, de 1793 à 1805 à Sevran, de 1793 à l’an VII à Saint-Rémy-lès-Chevreuse. Pour des périodes aussi longues, en l’absence de toute explication fournie par les registres, on ne peut que formuler des hypothèses : reprise du culte sans enregistrement des actes, perte des registres, vacance de la cure.

27Indépendamment de la période d’interruption et de reprise progressive du culte, les archives paroissiales présentent souvent des lacunes liées tout simplement à la perte des registres. C’est le cas à Gennevilliers (1803-1809), Thiais (1800-1801) ou Chennevières (1821-1825), sans que la cause en soit connue. Dans les villages les plus modestes, les curés ne sont remplacés qu’avec difficulté : ainsi à Sevran, où le décès du curé en 1812 ouvre une période de vacance de la cure d’environ quatre ans, on trouve dans les registres d’Aulnay et Livry, paroisses voisines, des actes concernant les habitants de Sevran, mais en nombre insuffisant pour pallier l’absence du registre manquant. Dans les mêmes circonstances à Thiais ou Ivry, paroisses beaucoup plus importantes, la présence d’un autre desservant permet, en attendant le remplacement du curé, que le culte ne soit pas interrompu.

28Ces lacunes ont influé fortement sur le choix des villages étudiés, l’existence de registres de catholicité - même reconstitués - couvrant la période révolutionnaire étant un critère déterminant. Elles ont parfois imposé, pour des recherches reposant sur les registres de catholicité ou sur leur mise en relation avec ceux de l’état civil, la neutralisation des données de certains villages pour de courtes périodes. Mais elles ne sont jamais suffisamment importantes pour compromettre la fiabilité des statistiques.

Registres d’Etat civil

  • 15 Voir annexe 2.

29La loi du 20-25 septembre 1792 fixe avec une grande précision « le mode de constater l’état civil des citoyens », témoignant d’une ferme volonté du législateur de rationaliser et d’uniformiser l’enregistrement15. Les actes y sont beaucoup plus détaillés que sur les registres paroissiaux, d’autant que la plupart des officiers municipaux semblent avoir mis un point d’honneur à y porter toutes les indications prévues par la loi, et même parfois davantage ! Ainsi certains actes de naissances peuvent couvrir plus d’une page de registre, et certains actes de mariage plus de deux pages, notamment en 1793 ou 1794. Par la suite, les actes tendent à raccourcir, la rédaction en devenant plus concise, mais la conformité aux exigences de la loi du 20-25 septembre 1792 reste la règle. À partir de l’an VIII, certaines communes disposent de registres pré-imprimés, nouvelle manifestation d’une volonté de normalisation. Le dispositif ne survit pas à l’abandon du calendrier républicain : à partir de 1806, les registres sont à nouveau entièrement manuscrits. Les différents types d’actes, inscrits depuis 1792 sur des registres distincts, sont à nouveau mélangés mais font l’objet de tables chronologiques séparées.

30De manière quasiment systématique, les renseignements fournis par les actes sont les suivants :

  • Pour les naissances : date de l’acte ; date et lieu de naissance de l’enfant ; prénoms de l’enfant ; nom, prénom et âge des deux parents ; date du mariage des parents ; adresse et profession du père ; nom, prénoms, âge, profession et adresse des témoins.
  • Pour les mariages : date du mariage ; nom, prénoms et âge des deux conjoints ; nom, prénoms et âge de leurs parents ; date de mariage de leurs parents ; profession du marié s’il en a une, ou de son père ; profession du père de la mariée ; en cas de veuvage, nom du conjoint disparu ; nom, prénoms, âge, profession et adresse des témoins.

31On retrouve en partie pour les registres d’état civil les mêmes difficultés d’exploitation que pour les registres paroissiaux, avec toutefois de sensibles différences. Les erreurs ou omissions existent, concernant notamment les âges, les professions ou les adresses, et plus fréquemment les témoins que les principaux protagonistes. Elles sont dans l’ensemble moins nombreuses que dans les registres paroissiaux ou de catholicité, avec bien sûr des variations sensibles en fonction des communes ou des périodes. Ici encore, la lisibilité et la fiabilité des registres semblent très liées à la personnalité de l’officier municipal qui les tient. Ainsi à Noiseau, entre 1793 et l’an III, les registres sont particulièrement mal tenus : grosse écriture fortement tremblée, non rectiligne, difficile à déchiffrer, nombreuses fautes d’orthographe, transcription des noms quasiment phonétique... De plus, certaines pages des registres sont couvertes de taches d’encre ou même de terre, indices d’une grande difficulté à le manipuler. Visiblement, l’officier municipal n’est pas un professionnel de l’écriture ! Mais il faut souligner que même dans ce cas presque caricatural de mauvaise tenue des registres, les actes demeurent assez complets, les erreurs y étant finalement plus nombreuses que les omissions. Le problème semble caractéristique des petites communes, puisqu’on le retrouve, dans une moindre mesure, à Ormesson et à Sevran. Dans des localités plus importantes, comme Ivry, Chennevières ou Gennevilliers, la tenue impeccable des registres montre qu’il était sans doute plus facile d’y trouver des officiers d’état civil suffisamment instruits parmi les hommes acquis au nouveau pouvoir. Les actes y sont souvent transcrits par un greffier, le maire ou son représentant se contentant de les signer.

32La continuité des archives d’état civil est très supérieure à celle des archives paroissiales. La seule difficulté dans ce domaine concerne les mariages célébrés entre le 1er vendémiaire an VII et le 7 thermidor an VIII. Durant cette période, en application de la loi du 13 fructidor an VI, les mariages devaient être célébrés exclusivement les jours de décadi et au chef-lieu du canton. Les actes devaient être enregistrés sur les registres du chef-lieu, puis recopiés sur ceux des communes d’origine des conjoints. Mais dans les onze communes étudiées, le nombre d’actes de mariage pour cette période ne représente que 40 % de la moyenne des cinq années précédentes ou des cinq années suivantes. On ne retrouve aucun acte de mariage dans les registres d’Aulnay (canton de Gonesse), Sevran (canton de Livry), Chennevières, Noiseau et Ormesson (canton de Sucy). Dans les autres communes, toutes les dates des mariages enregistrés sont des jours de décadi, preuve qu’ils ont bien été recopiés à partir des registres du chef-lieu de canton. Une recherche dans les registres de Gonesse, Livry et Sucy s’est avérée infructueuse : ni acte de mariage, ni registre spécifique concernant les autres communes du canton.

33L’hypothèse la plus vraisemblable est la perte de ces documents. L’idée d’un refus des cérémonies décadaires peut expliquer une diminution temporaire du nombre des mariages, mais certainement pas leur disparition totale dans les communes où les actes sont totalement absents. De plus, on n’observe après le rétablissement du mariage dans les communes aucun phénomène de « rattrapage », concrétisé par une augmentation sensible du nombre des mariages. Enfin, dans les cinq communes concernées, les actes de naissance entre le début de l’an VII et la fin de l’an IX font apparaître bon nombre d’enfants de couples sans mariage constaté dans la commune, mais y demeurant, et qui auront d’autres enfants dans les années suivantes. Tout semble donc indiquer que les mariages de ces communes ont bien été célébrés au chef-lieu de canton, et que les actes en ont été perdus. S’agissant -à l’exception de Chennevières - des plus petites communes de notre enquête, les incidences de cette lacune sur la fiabilité des statistiques restent assez modestes : le nombre de mariages accuse simplement une baisse sensible pour les années 1799, 1800 et 1801.

34Entre 1775 et 1825 ont été enregistrés à l’état civil des onze communes étudiées, 2 895 mariages et 10 863 naissances, soit une moyenne de 57 mariages et 213 naissances par années, de 284 mariages et 1 065 naissances par périodes de cinq ans. Les naissances ont donné lieu à l’attribution de 22 227 prénoms, soit une moyenne de 436 par année et de 2 179 par périodes de cinq ans. Les archives paroissiales comportent 9 545 baptêmes et 2 185 mariages religieux, mais dans ces archives l’importance des lacunes prive de toute signification les variations dans le temps des données brutes.

35Pour les mariages et les naissances, les écarts aux moyennes sont importants, traduisant une forte influence du contexte. Leur amplitude est plus forte pour les valeurs annuelles que pour les périodes de cinq ans, ce qui ne peut s’expliquer uniquement par l’élargissement du corpus. Dans une période aussi riche en événements politiques et en changements institutionnels, aussi instable sur le plan économique et social, il est inévitable que le contexte immédiat détermine de fortes variations de la nuptialité et de la natalité. Ces variations à court terme, témoignages directs des réactions des individus ou des groupes sociaux aux événements, sont aussi importantes ou significatives que les grandes évolutions d’ensemble. Leur interrelation est constante, même si elle paraît complexe et parfois contradictoire. Elles sont donc indissociables, et méritent d’être examinées avec la même attention.

À la recherche d’une expression directe

36Dans les archives judiciaires ou notariales, l’analyse de séries de données n’est pas la seule approche possible, même si les variations en nombre des différents types d’actes, notamment en fonction des changements institutionnels, peuvent être significatives. Ces archives peuvent également rendre compte des comportements ou des situations vécues d’une manière tout à fait différente.

37La comparution devant le juge ou le notaire n’est pas systématique, imposée par la loi ou le respect des coutumes. C’est un acte volontaire, motivé, donc significatif. Dans un cas comme dans l’autre, les archives livrent souvent la description détaillée de situations vécues, la transcription de déclarations recueillies oralement, parfois même des documents écrits de la main des protagonistes : lettres, déclarations sur l’honneur, contrats par exemple. Dans tous les cas, ils offrent matière à la recherche d’une expression d’idées, de sentiments, de réactions plus directement lisible que l’analyse de données chiffrées. Naturellement, les deux démarches sont complémentaires, s’éclairent et s’enrichissent mutuellement. Enfin, archives judiciaires et notariales offrent pour la période étudiée des fonds importants dans lesquels la recherche ne peut être que fructueuse.

38La seule réserve importante sur le plan méthodologique concerne la représentativité des témoignages recueillis dans ces archives. La clientèle des notaires, comme l’effectif des justiciables, ne recouvrent pas la totalité de l’échelle sociale. De multiples études ont montré que la fortune et le niveau culturel sont, sous l’Ancien Régime, des facteurs discriminants. La Révolution modifie-t-elle radicalement cette situation ? Si la clientèle des notaires connaît un élargissement spectaculaire, il semble plus quantitatif que qualitatif. De même, l’institution de la Justice de paix, plus accessible, moins coûteuse et surtout plus équitable que les anciennes justices seigneuriales, démocratise indiscutablement l’accès aux tribunaux civils. Mais ces évolutions restent tempérées par la persistance de fortes inégalités sociales : l’action en justice ou le recours au notaire demeurent très liés, par leur nature même, à la possession de biens et à un minimum de conscience de ses droits et de ses intérêts. Cependant, même si elles y sont fortement sous- représentées, les classes sociales les plus modestes ne sont pas absentes des archives judiciaires ou notariales. Il convient simplement de toujours associer une information à sa source, en prenant en compte l’origine sociale des protagonistes. On peut alors tenter d’apprécier dans quelle mesure les différences sociales peuvent déterminer des clivages culturels, ce qui revient à situer leur importance par rapport à celle d’autres facteurs tels que l’influence de l’esprit communautaire, le poids des coutumes locales ou la force des engagements idéologiques. La question met directement en cause la notion même de communauté villageoise, peut-être excessivement considérée comme un facteur d’unité culturelle et d’immobilisme, mais aussi l’effort législatif de la Révolution Française, dont les objectifs de rationalisation et d’unification ont toujours été clairement affirmés.

Archives notariales

39Les fonds d’archives notariales sont particulièrement riches en Île-de- France. Les études y sont nombreuses, leurs minutes ont été entièrement reclassées par les services d’archives départementaux. La tenue de répertoires, obligatoire depuis 1793, semble avoir été l’usage dans la plupart des études dès le xviiie siècle, ce qui facilite grandement les recherches.

40Les ressorts géographiques ne peuvent en être clairement définis : l’actuelle classification des archives notariales repose sur les études définies par la loi du 25 ventôse an XI (15 mai 1803), mais entre l’Ancien Régime et la Restauration le nombre des notaires et le cadre géographique de leur activité ont sensiblement varié, au gré des restructurations et des changements de statut. Ainsi, par exemple, dans la région de Sucy et Chennevières, cinq notaires royaux ou seigneuriaux exerçaient avant la Révolution. La loi du 29 septembre 1791, instituant les notaires publics, n’en laisse subsister que deux : Louis-François Guilbert à Sucy et Jacques-Médard Serpillon à Chennevières. À partir de 1806, date de la mort de Serpillon, Guilbert reste seul à exercer dans la région. Par ailleurs, si le nombre des notaires et leur désignation sont strictement réglementés par le pouvoir à partir de la loi du 25 ventôse an XI, le choix d’un notaire demeure entièrement libre, et conditionné sans aucun doute par d’autres critères que la proximité géographique : réputation, spécialisation, réseaux de relations ou de dépendance, liens familiaux notamment. La présence continuelle dans les actes notariés de personnes résidant fort loin de l’étude montre clairement que ces réseaux de relations résistent aux événements politiques comme aux mouvements de population. La définition de tout ressort géographique devient alors pratiquement impossible. Les cinq études notariales retenues couvrent un territoire étendu, englobant neuf des onze communes dont nous avons exploité l’état civil, et recoupant largement les ressorts des cinq justices de paix étudiées. Elles offrent ainsi un corpus de plusieurs milliers d’actes, dont la majeure partie concerne des « affaires de famille »... L’impossibilité d’en réaliser une étude exhaustive imposait des choix restrictifs, dictés par la nature et le contenu des actes eux-mêmes.

41Investi d’une mission de rédaction et d’enregistrement d’actes privés, le notaire joue également un rôle de conseil et de conciliation entre les particuliers. Par ses compétences et sa position privilégiée dans le réseau des relations sociales, il est l’agent quasiment incontournable des règlements amiables dans les affaires de famille, le traitement des situations conflictuelles revenant aux institutions judiciaires. La plupart des actes notariés concernent des tractations commerciales ou des affaires ayant des implications financières, touchant notamment la gestion et la transmission des patrimoines : contrats de mariages, donations entre vifs, testaments, partages de successions, renoncements à successions, comptes de tutelles, demandes de consentements à mariage, inventaires après décès... Si l’énumération paraît impressionnante, une première approche de ces documents, menée dans chacune des études notariales, a très vite montré qu’ils ne répondaient guère à nos attentes.

42N’envisageant d’étudier ni la gestion des patrimoines familiaux à partir des opérations financières, ni l’évolution du cadre de vie à travers les inventaires après décès, ni les manifestations de la foi dans les clauses des testaments-pistes de recherches passionnantes, mais déjà largement explorées par de nombreux chercheurs - nous ne souhaitions trouver dans cet important corpus que des formes d’expression directe des individus ou la description de situations vécues. De ce point de vue, les archives notariales se sont avérées très décevantes : la plupart des actes sont rédigés par le notaire dans un style neutre, quasiment normalisé, où les considérations matérielles et financières ne laissent qu’une très faible place à l’intervention personnelle des protagonistes. Seuls les testaments - particulièrement lorsqu’ils sont olographes-contiennent parfois des considérations sur les situations familiales, l’expression d’idées ou de sentiments concernant les relations entre parents ou la foi religieuse. Nous avons donc finalement renoncé à l’exploration systématique de cet immense corpus, l’ampleur de la tâche paraissant disproportionnée par rapport aux résultats prévisibles pour la présente recherche. Seuls ont été conservés le recensement précis des différents types d’actes, révélateur d’évolutions significatives, et quelques impressions d’ensemble, sans données statistiques, dont on trouvera la mention à plusieurs reprises, concernant par exemple le recrutement de la clientèle des notaires, le règlement amiable des conflits, la fréquence de certains types d’actes... un choix restrictif, bien sûr extrêmement frustrant, mais visant à concilier les conditions matérielles de l’enquête avec des objectifs centrés en priorité sur les comportements et les mentalités.

Archives judiciaires

  • 16 La réglementation des versements judiciaires impose depuis 1959 aux services d’archives départemen (...)
  • 17 C. Coquard et C. Durand-Coquard, Société rurale et Révolution, l’apport des actes de deux Justices (...)

43L’intérêt d’une source, pour l’historien, peut dépasser très largement son objet initial. Ainsi les archives judiciaires, au-delà des recherches passionnantes qui ont pu être menées sur la criminalité, l’application des lois, le personnel ou le fonctionnement de l’institution elle-même, constituent pour l’histoire sociale et culturelle une source d’informations d’une exceptionnelle richesse. Paradoxalement, les fonds les plus riches sont ceux qui ont été à ce jour les moins utilisés : les justices seigneuriales sous l’Ancien Régime, les justices de paix pendant la Révolution et bien au-delà, présentent des milliers d’actes, de procès-verbaux, rapports, déclarations, parfois assortis de documents annexes, qui sont autant de témoignages des conditions de vie, des comportements et des mentalités d’hommes et de femmes de toutes origines, accumulés durant des siècles16. Même si ces documents présentent souvent des lacunes chronologiques ou géographiques, même si le désordre de certains fonds non triés complique parfois la tâche du chercheur, on peut s’étonner de l’extrême rareté des études ayant utilisé ces archives. Il aura fallu attendre 1998 pour voir réaliser, avec la thèse de C. Coquard et C. Durand-Coquard, la première étude sociale et culturelle exhaustive d’une justice de paix17.

44L’étude des archives judiciaires peut être abordée de deux manières. L’une consiste à dépouiller systématiquement des fonds géographiquement délimités, de façon à obtenir un aperçu des multiples aspects de la vie économique, sociale, culturelle, religieuse, sorte de « photographie » d’une société vue à travers ses conflits. L’autre consiste à considérer ces archives comme une source d’information pertinente pour toute étude d’histoire économique, sociale, culturelle ou religieuse, et à relever dans les actes, de manière non moins systématique, tous les éléments d’information sur le thème étudié, quel qu’il soit. Même si les recherches y sont souvent longues et délicates, même si une réflexion méthodologique s’impose sur les limites et la fiabilité de ces informations, l’historien qui s’y aventure, quel que soit l’objet de sa recherche, n’en revient jamais les mains vides.

45À l’inverse des archives notariales, la principale caractéristique des archives judiciaires est le désordre. Dans les registres des justices seigneuriales, le mélange des actes s’explique parfaitement : les mêmes tribunaux peuvent exercer indifféremment les basses, moyenne et parfois haute justice, il est normal de trouver dans des registres uniques un mélange de différents types d’actes, simplement enregistrés dans l’ordre chronologique, aucune législation n’imposant aux juges de procéder autrement. Dans les archives judiciaires de la période révolutionnaire, où les tribunaux civils exercent distinctement dans des domaines de compétences bien définis, cette situation est moins naturelle, et exige d’être expliquée.

  • 18 En particulier : M. Ferret, Les tribunaux de famille dans le district de Montpellier, Thèse de Dro (...)

46La loi du 16-24 août 1790 distingue - sans toutefois l’énoncer clairement- quatre degrés de la justice civile : la conciliation, l’arbitrage, le jugement et l’appel. Elle associe à chacun d’eux, sous des formes diverses, l’intervention des juges de paix, ce qui leur confère au sein d’une unique institution de multiples fonctions. Conciliateurs, juges au civil mais aussi en police correctionnelle, ils sont également officiers publics chargés d’enregistrer des actes civils : scellés, enquêtes, serments, rapports d’expertises ou d’arbitrages, tutelles, curatelles, émancipations, etc. La même loi met en place, pour le règlement des conflits familiaux, des « Tribunaux de famille » composés de parents ou amis des protagonistes et placés sous la présidence du juge de paix. Cette institution originale, caractéristique d’une justice qui se veut conciliatrice plutôt que répressive, n’a qu’une existence éphémère puisqu’elle est abolie, moins de six ans plus tard, par la loi du 9 ventôse an IV. Dans certains ressorts judiciaires, elle semble avoir fonctionné de manière régulière, et laissé des fonds d’archives bien distincts, généralement répertoriés en série L, qui ont permis localement d’intéressantes recherches18. En région parisienne, nous n’avons trouvé aucune trace de tels regroupements, ni en tant que fonds d’archives des tribunaux de districts, ni à l’intérieur des actes des justices de paix. Comme toujours en pareil cas, on peut se demander si la carence résulte de pertes ou de destructions de fonds d’archives, ou si elle révèle tout simplement que l’institution n’a pas fonctionné comme prévu. Toutefois, la disparition systématique d’un seul type d’actes dans les archives de plusieurs ressorts judiciaires paraît peu vraisemblable.

  • 19 Le fait est mentionné par Paul Viard dans son étude sur les Tribunaux de famille dans le district (...)
  • 20 P. Viard, ouvr. cité, p. 266.
  • 21 R.-G. Phillips, ouvr. cité, p. 76.

47De fait, les affaires de famille existent en grand nombre dans les archives des justices de paix, mais dans d’autres types d’actes : procès-verbaux d’arbitrage, jugements civils ou même jugements de police, lorsque ces affaires comportent des violences ou des atteintes à l’ordre public. S’il apparaît parfois une allusion à un « Tribunal de famille », notamment dans des requêtes ou des sommations concernant sa convocation, on n’en trouve aucun procès-verbal de séance. En revanche, plusieurs affaires comportent des comptes-rendus de « Conseils de famille », réunis à l’initiative du juge ou à la demande d’une des parties, le plus souvent à des fins de conciliation (conflits conjugaux), parfois d’arbitrage ou de décision (successions, litiges concernant les tutelles de mineurs). Ces documents, toujours succincts, comportent la liste des participants et la conclusion des débats, mais n’en fournissent que très rarement le détail. Leur éparpillement et leur rareté s’expliquent en partie par les procédures et les usages de l’époque. Certains procès-verbaux ont été déposés chez des notaires, soit parce qu’ils concernaient directement la gestion des patrimoines, soit tout simplement parce que le greffier était notaire de son état, les deux motifs étant parfois cumulés19. D’autres ont été adressés au Tribunal de district pour être rendus exécutoires. Cette procédure, légalement prévue pour les seuls arbitrages de droit commun, semble avoir été plus généralement appliquée dans les faits, comme en attestent les travaux de Paul Viard20 et Roderick G. Phillips21.

  • 22 La loi du 1er brumaire an II ayant décrété incompatibles les fonctions de notaire et de juge de pa (...)

48Dans la plupart des cas, les nouveaux magistrats et leurs assistants avaient été juges, greffiers ou procureurs des anciennes justices seigneuriales. On peut fort bien concevoir qu’ils aient éprouvé des difficultés à modifier leurs habitudes, à intégrer à leur pratique des notions juridiques relativement nouvelles. Dans les actes, la distinction n’est jamais très claire entre « Tribunal de famille » et « Conseil de famille », ni entre jugement, conciliation et arbitrage, enfin entre tribunal civil et tribunal de police... La qualification des différentes affaires ne correspond pas toujours à leur contenu, n’est pas toujours indiquée, et peut parfois changer pour une même affaire d’une séance à l’autre, sans raison apparente. Cette confusion des genres n’a pas facilité le classement des actes par les services d’archives : il suit le plus souvent l’ordre chronologique, mêlant dans des séries uniques des actes très différents établis lors des mêmes séances. La séparation des jugements et des actes civils, plus facile, est fréquente mais non systématique. Finalement, dans les cinq ressorts judiciaires étudiés pour la période révolutionnaire, les archives se présentent sous forme de séries de liasses où se retrouvent pêle-mêle des jugements civils, des jugements de police, des procès-verbaux d’arbitrages, de conciliation ou de conseils de famille, parfois des actes civils (conseils de tutelles, procès-verbaux de scellés, enregistrements de déclarations notamment)... On peut même trouver des documents de justice dans des archives notariales ou l’inverse, lorsque le juge de paix est également notaire, ce qui est le cas à Sucy jusqu’à l’an II22. La recherche des affaires de famille exige donc une exploration systématique de toutes les archives judiciaires de la période. Indispensable à l’analyse de leur typologie, elle permet aussi une étude des comportements et des sensibilités, à travers cette « expression directe » si difficile à obtenir pour l’historien du milieu rural, bien sûr imparfaite, souvent déformée, mais dont une recherche sur les familles ne peut en aucun cas se dispenser.

Fiabilité et pertinence : problèmes et limites

Lacunes et erreurs

49Il n’existe aucune solution au problème des actes manquants, que leur absence résulte d’une perte ou d’une tenue irrégulière des registres. Pour les baptêmes, les évêchés ont dressé à partir de 1793 des tables décennales, disponibles pour de nombreuses paroisses, mais ne comportant qu’un minimum de renseignements : date du baptême, nom et prénoms de l’enfant. De plus, s’agissant de recopies à partir des registres des paroisses, elles peuvent comporter des erreurs, des omissions, et surtout des corrections volontaires de prénoms jugés trop originaux ou non conformes aux exigences de l’Église. Il semble donc préférable de ne pas y recourir.

50Les actes existants peuvent présenter des lacunes ou des erreurs, dues principalement à la négligence du rédacteur de l’acte, ou à l’inexactitude des renseignements fournis par les intéressés eux-mêmes. Les lacunes, immédiatement perceptibles, peuvent souvent être comblées par recoupement des données avec celles d’autres actes. Par exemple, l’âge d’un des conjoints manquant dans un acte de mariage peut être retrouvé si on dispose par ailleurs de son acte de naissance. De même, on peut sans risque corriger l’orthographe d’un nom propre pour l’aligner sur celle de plusieurs autres actes concernant avec certitude la même personne. Sur une durée de plusieurs dizaines d’années, une reconstitution sommaire des familles — deux conjoints et leurs enfants — permet de corriger les variations de l’orthographe des noms, inévitables à une époque où la communication est essentiellement orale pour une large majorité de la population, et où l’analphabétisme est encore prédominant. Mais pour d’autres types de lacunes ou de discordances, de telles corrections sont risquées et peuvent même devenir abusives. C’est le cas notamment des prénoms, dont le nombre et l’ordre peuvent varier de manière importante pour une même personne. Ici, même si la simple erreur est toujours possible, l’écart peut résulter d’un choix volontaire, soit du rédacteur de l’acte, soit de l’intéressé lui-même au moment où il communique ses prénoms. Conscients ou non, certains choix peuvent être significatifs et il est essentiel de ne pas les dénaturer par des corrections abusives : désir de passer sous silence un prénom qui ne plaît pas ou qu’on n’utilise pas, d’en valoriser un autre, témoignages aussi du caractère plus ou moins virtuel de certains prénoms, plus souvent attribués qu’utilisés... On pense bien sûr à Marie, dont la disparition est très fréquente dans la rédaction des actes, mais aussi aux prénoms républicains, à des prénoms jugés trop originaux, passés de mode, ou donnés au baptême pour complaire au parrain ou à la marraine. Toutes ces situations, où les normes sociales et les convenances s’opposent aux choix personnels, incitent à s’interroger sur le décalage possible entre l’attribution des prénoms et leur usage réel. Il convient donc de ne pas considérer a priori les changements ou les interversions de prénoms comme des erreurs, mais comme le possible témoignage de l’extrême diversité des choix et des pratiques des individus. Homogénéiser dans la durée les prénominations d’une même personne conduirait à dissimuler des phénomènes significatifs, qui exigent d’être étudiées en tant que pratiques culturelles. Il convient donc de n’apporter aucune correction dans ce domaine.

51Un dernier type d’erreur concerne la datation des actes pendant la période d’application du calendrier républicain. Peu fréquente mais assez régulièrement présente dans toutes les communes et dans tous les types d’archives, elle consiste le plus souvent en un décalage sur la dénomination des mois ou la numérotation des années. Ce manque de familiarité évident avec le système, y compris chez des personnes amenées en principe à s’y référer régulièrement, laisse supposer que le calendrier républicain, peu utilisé dans la vie courante, ne l’était que par obligation pour la datation des actes officiels. Concernant toujours des actes isolés ou groupés sur de courtes durées, ces erreurs sont faciles à rectifier en replaçant le document dans la chronologie d’ensemble de la série. Elles ne posent aucun problème méthodologique, mais attestent clairement des difficultés à réaliser dans la vie quotidienne un changement culturel important, peut-être même d’une résistance passive à ce changement, enfin d’un décalage éventuel entre la vision « officielle » des événements et la réalité vécue.

Un homme, trois métiers ?

52Les professions sont sans doute, dans tous les types d’archives, la donnée la plus variable. Si la majorité des chefs de familles présents à plusieurs reprises dans les registres paroissiaux et d’état civil y conservent toujours la même profession, environ un tiers d’entre eux apparaissent au moins une fois avec un métier différent. Certains peuvent avoir en moins d’une dizaine d’actes jusqu’à trois professions. Ainsi Jacques Broussois, de Trappes, apparaît entre 1778 et 1786 comme voiturier, puis marchand de bois et enfin aubergiste. Georges Bontemps, d’Ivry, est successivement de 1777 à 1788 boulanger, journalier, marchand de vin et, finalement, à nouveau journalier. Ces deux exemples parmi des centaines de cas montrent combien l’attribution des professions dans les actes paraît incertaine et mouvante. Des variations aussi nombreuses ne peuvent être dues à des erreurs, d’autant que leurs évolutions ne semblent pas résulter du hasard : d’une part le problème touche bien davantage les professions liées à l’activité agricole que celles du commerce ou de l’artisanat, d’autre part il prend davantage d’ampleur à partir de la période révolutionnaire. On peut donc envisager que les difficultés à définir clairement les professions de certaines personnes concernent moins le sens des mots que la perception de la réalité sociale, de sa complexité et de ses transformations.

  • 23 La population de la commune passe de 1041 à 1917 habitants en vingt ans, de 1806 à 1826.

53Le vocabulaire ne semble pas en cause : complet, détaillé, nuancé, même s’il connaît de sensibles variations dans le temps et dans l’espace au gré des coutumes locales ou des événements politiques, il permet de définir sans ambiguïté les activités et les statuts sociaux, de qualifier les professions avec précision. Ce qui est beaucoup moins clair, sur le terrain, c’est la relation entre les individus et les activités. Dans un monde rural qui semble ignorer la spécialisation absolue, les mêmes individus peuvent diversifier leurs activités productives ou leurs prestations de services. Le choix d’un mot pour qualifier l’ensemble devient alors très aléatoire. Quiconque exploite à la fois des vignes, des jardins ou des vergers peut être qualifié indifféremment de vigneron ou de jardinier. Certaines activités sont étroitement liées, soit par leur nature, soit par leurs conditions d’exercice : marchand de vin et aubergiste, voiturier et marchand de foin, barbier et perruquier, marchand mercier et tailleur d’habits par exemple. D’autres comportent une hiérarchie où les changements de dénomination recouvrent un déroulement de carrière : l’ouvrier devient contremaître, le piqueur devient écuyer, le compagnon maçon devient maçon, puis éventuellement maître maçon, des évolutions qui n’impliquent pas toujours un changement de domaine d’activité, mais bien souvent de statut social. Cependant, les reconversions professionnelles existent également, témoignant d’une mobilité sociale déjà perceptible sous l’Ancien Régime, mais qui s’accroît de manière spectaculaire à partir de la Révolution, avec des mouvements de plus en plus orientés du secteur agricole vers celui de l’artisanat ou de l’industrie naissante. Cette évolution est nettement sensible à Ivry, où l’implantation d’usines — verreries et briqueteries — à partir des premières années du xixe siècle fait apparaître une population ouvrière constituée à la fois de nouveaux arrivants23 et d’anciens paysans pauvres ou manouvriers de la commune. Les changements de profession sont parfois provisoires, périodes d’exercice d’activités contractuelles ou reconversions manquées. Ainsi Pierre Aubel, de Chennevières, cordonnier de 1788 à l’an III, puis garde champêtre en l’an V, redevient cordonnier à partir de l’an VIL Certains changements sont définitifs, comme dans le cas de Simon François Pomard, tailleur de pierres à Gennevilliers de 1791 à l’an II, puis tonnelier de l’an IV à l’an XII, date du dernier acte le concernant. Des cas de ce type existent dans toutes les communes étudiées.

  • 24 L. Hennet, Histoire de Trappes, Paris, 1990, p. 76.

54Si la diversification des activités et la mobilité professionnelle expliquent largement le caractère incertain et variable des professions, ces facteurs peuvent se conjuguer avec des phénomènes touchant le vocabulaire lui- même, et dont l’importance n’est pas toujours secondaire. Si les usages locaux ont une faible influence sur les changements, ils peuvent provoquer dans les statistiques des distorsions perceptibles d’une commune à l’autre. Ainsi le mot « laboureur », utilisé presque partout pour qualifier celui qui possède un train de labour et jouit de ce fait d’une position sociale privilégiée dans le village, est utilisé à Saint-Rémy et à Trappes pour tout paysan propriétaire de ses terres, par opposition aux simples manouvriers qui y représentent la majorité de la population. L’effectif s’en trouve bien sûr sensiblement augmenté. Dans ces deux mêmes villages, le mot « soisson », qu’on ne trouve nulle part ailleurs, qualifie des paysans associés entre eux pour l’utilisation de matériel agricole mis en commun24. Leur nombre est toutefois très réduit : seulement cinq occurrences sur l’ensemble des actes d’état civil.

  • 25 Sur le recul de la vigne en Île-de-France et plus particulièrement à Gennevilliers : M. Touzery, A (...)

55Les effets de la Révolution sur la dénomination des professions semblent plus importants, en particulier dans le secteur agricole. Le phénomène le plus marquant est la généralisation rapide du mot « cultivateur » dans les registres d’une majorité de communes. Peu utilisé sous l’Ancien Régime et dans certains villages seulement pour qualifier des paysans propriétaires de leurs terres mais sans spécialisation ni statut particulier, il ne représente alors que 1 % de l’ensemble des professions et 2 % des professions agricoles dans les actes de baptême. Au terme des dix années de la période révolutionnaire, son importance est passée à 25 % de l’ensemble des professions et 37 % des professions agricoles dans les actes naissance. Cette évolution s’explique avant tout par une évidente volonté d’uniformiser le vocabulaire dans un sens égalitaire, visant à gommer au niveau du langage la variété des statuts et des conditions dans le monde rural. Mais elle va aussi dans le sens de l’évolution générale de la production agricole dans cette période : concentration foncière, recul de la vigne et extension de la culture céréalière. Il est bien difficile d’apprécier les influences respectives des deux facteurs. Dans la commune de Gennevilliers, par exemple, la quasi- disparition des vignerons au profit des cultivateurs peut s’expliquer par un volontarisme révolutionnaire dans la tenue de l’état civil, confirmé par le style utilisé dans la rédaction des actes ou l’attribution systématique en l’an II d’un prénom républicain à chaque enfant, mais aussi par le recul important de la vigne sur le terroir de la commune25. De la même manière, la disparition du mot « laboureur » dans les actes de toutes les communes peut s’expliquer aussi bien par une volonté de faire disparaître un terme trop lié aux rapports sociaux de l’Ancien Régime, que par l’évolution des modes de production et des relations qu’ils déterminent dans le village.

56Dans le contexte d’une relation aussi complexe entre les évolutions respectives de la réalité socioprofessionnelle et du vocabulaire qui s’y rapporte, il est bien difficile d’interpréter ou plus encore de rectifier les nombreuses variations observées sur les professions dans les actes d’état civil ou de catholicité. La volonté d’en uniformiser le contenu est une démarche anachronique, risquant de fausser la perception d’une réalité sociale et culturelle beaucoup moins codifiée et beaucoup plus mouvante que celle de notre époque. Aucune correction n’a donc été faite concernant les professions, et les lacunes n’ont pas été comblées. Celles-ci sont finalement assez rares, puisqu’elles ne concernent que 129 actes de naissances et 39 actes de mariage, soit dans les deux cas moins de 1,5 % du corpus. Elles ne compromettent donc pas la fiabilité des recherches menées à partir des catégories socioprofessionnelles. Pour une meilleure adaptation aux exigences des différentes analyses statistiques, deux classifications ont été retenues pour le regroupement des 349 métiers recensés tout au long des actes. Un premier regroupement comporte dix catégories, définies à partir du domaine d’activités et du statut social : bourgeois et propriétaires ; notables et professions libérales ; commerçants ; artisans ; fermiers et laboureurs ; cultivateurs et jardiniers ; vignerons ; main d’œuvre agricole ; ouvriers et employés ; domestiques et soldats. Cette classification dissocie notamment, et de manière fatalement arbitraire, des catégories dont les contours sont souvent mal définis, notamment les commerçants et les artisans, ou les différents groupes de métiers agricoles. Pour une appréhension plus globale, par définition plus sommaire mais aussi moins sensible aux variations et aux incertitudes, a été également utilisée une classification en quatre catégories seulement, par regroupement partiel des précédentes : bourgeois et notables ; commerçants et artisans ; ruraux ; ouvriers et domestiques. Celle-ci permet non seulement de produire des statistiques sur un corpus plus large, mais aussi de résoudre une partie des difficultés liées à la pluriactivité. Les deux classifications sont presque toujours utilisées parallèlement, sauf dans le cas d’études concernant un groupe social bien précis.

57Par définition, toute classification est critiquable : certaines professions sont difficiles à situer dans un groupe, d’autres qualifient d’un même terme des positions sociales ou des catégories de revenus très différentes. Un jardinier, par exemple, peut être un exploitant indépendant, propriétaire de terres ou de vergers, ou un simple domestique... L’utilisation des revenus comme critère unique n’est pas plus satisfaisante : non seulement elle est malaisée à partir de la Révolution, aucune source n’étant aussi fiable et régulièrement disponible que les rôles de taille de l’Ancien Régime, mais il est également évident que la stratification sociale et les différences culturelles ne sont pas exclusivement déterminées par la fortune. À revenu égal, un notaire et un vigneron appartiennent-ils au même milieu ? Même si la combinaison des revenus, du domaine d’activités et de la position sociale relève d’une démarche arbitraire et n’écarte nullement les risques d’erreurs, elle semble toutefois le meilleur moyen de définir une classification permettant de prendre en compte dans les statistiques la variété des milieux sociaux et ses retombées sur les pratiques culturelles.

Les mots et les idées

  • 26 Déclaration de grossesse d’Elisabeth Husson, Bailliage royal de Vincennes, 7 juin 1788.
  • 27 Déclaration de grossesse d’Angélique François, Justice de paix de Villejuif, 27 vendémiaire an XIV
  • 28 Justice de Paix de Vincennes, 24 floréal an II.
  • 29 Justice de Paix de Pantin, 27 janvier 1814. De plus, le comparant déclare être d’origine étrangère (...)

58L’étude des archives judiciaires ou notariales ne présente pas les mêmes difficultés que le traitement en série des actes d’état civil ou de catholicité. La question des lacunes ne se pose ici que pour les archives judiciaires, lorsqu’un procès-verbal manquant laisse inachevée une affaire jugée sur plusieurs séances du tribunal, ce qui par ailleurs n’exclut pas que la partie disponible des actes contienne des informations intéressantes. Mais la recherche d’une expression des idées, des sentiments, des relations entre les individus, pose une autre question importante : celle d’apprécier dans quelle mesure les documents peuvent en rendre compte fidèlement. À la lecture des actes, on ne peut que remarquer un décalage quasi systématique entre la forme du discours et son objet. Alors que les situations sont le plus souvent conflictuelles, le choix des mots et la tonalité du discours semblent marquer une distanciation, un refus d’exprimer ouvertement des sentiments, qu’il s’agisse d’amour autant que d’hostilité. Le mot « amour » est d’ailleurs singulièrement absent : on parle d’inclination, d’amitié, d’attachement, un vocabulaire dont toute passion paraît exclue. Sauf exception, la sexualité n’est jamais évoquée autrement qu’en termes allusifs ou par sous-entendus, même dans des déclarations destinées à établir les faits, comme les déclarations de grossesse ou les affaires d’abus sexuels. Telle plaignante affirme « qu’elle a été abusée par la promesse du mariage et séduite, en sorte qu’elle est enceinte26... », telle autre que « de leur fréquentation mutuelle il résulte qu’elle est enceinte27 ». Ces victimes semblent n’avoir éprouvé nulle passion envers leur séducteur. Quel que soit le type d’affaire, le vocabulaire utilisé dans les déclarations des protagonistes, ou la transcription qui en est faite, suggère toujours une attitude distante, mesurée, qui ne cadre pas toujours avec les faits relatés. De plus, les récits ou déclarations sont fréquemment assortis de jugements moraux ou de qualificatifs toujours négatifs envers la relation amoureuse, consommée ou non, librement consentie ou non, toujours jugée coupable ou honteuse dès lors qu’elle existe en dehors du mariage. On en rencontre de nombreux exemples tout au long de la période, et même pendant la Révolution. Ainsi en l’an II, à l’occasion d’une reconnaissance d’enfants naturels, la citoyenne Jeanne Chambre, domestique de son état, avoue « qu’elle a vécu depuis quatorze ans dans un commerce criminel avec ledit Garnier, duquel commerce il est issu trois enfants28... ». En 1814 encore, le citoyen Jacques Schmitz, ouvrier à Belleville, déclare « que sa cohabitation depuis cinq ans avec la veuve Legros ne s’accorde pas avec les devoirs d’un galant homme29... ». Dans ces deux cas comme dans beaucoup d’autres, le langage comme l’idéologie surprennent chez des personnes issues des milieux populaires, et semblent appartenir davantage aux mœurs des classes dominantes, ce qui incite à s’interroger sur la sincérité ou même l’authenticité de telles déclarations.

  • 30 Dictionnaire de l’Académie, 1740, cité par B. Garnot, Le peuple au siècle des Lumières, ouvr. cité (...)
  • 31 B. Garnot, Le peuple au siècle des Lumières, ouvr. cité, p. 212.

59Il faut cependant souligner que les actes écrits de la main même des protagonistes utilisent le même langage, évitant soigneusement outrances et vulgarité. On peut bien sûr envisager qu’elles aient été écrites sous la dictée d’un professionnel du droit ou de l’écriture, mais il est impossible de le prouver. De toute manière, par définition, une personne capable d’écrire une ou deux pages pour formuler une requête, faire une déclaration à un juge ou rédiger elle-même un testament n’est certainement pas représentative du degré d’instruction du milieu rural dans son ensemble. Les documents de ce type montrent bien que l’éducation reçue par les élites villageoises ne s’est pas limitée aux techniques de la lecture et de l’écriture, mais a également inculqué des règles de bonne conduite et de civilité dictées par l’idéologie dominante : « modestie, modération, retenue dans les sentiments et dans tout ce qui paraît au dehors30 »... Peut-être faut-il y voir une des manifestations de l’entreprise d’acculturation que constitue l’éducation du peuple au siècle des Lumières, dans laquelle Benoît Garnot va jusqu’à reconnaître « une œuvre immense de dressage des esprits et des corps31 », et dont les effets pourraient être plus sensibles dans les mœurs des élites villageoises que dans celles des milieux populaires.

  • 32 Certaines consacrent au problème une étude détaillée, en particulier pour les communes d’Île-de Fr (...)
  • 33 J.-L. Flandrin, Les amours paysannes (xvie-xviiie siècles), Paris, 1975, p. 13.

60Les déclarations retranscrites posent un autre problème : celui des intermédiaires : juges, greffiers, notaires, presque tous issus de cette « caste de l’écritoire » depuis toujours associée à l’exercice du pouvoir, et dont la Révolution a encore accru l’influence politique, sociale et culturelle. Toutes les études d’histoire locale soulignent que la plupart des notaires pendant la Révolution et l’Empire exerçaient déjà sous l’Ancien Régime, et que les personnels des justices de paix sont quasiment tous issus des anciennes justices seigneuriales, dont ils étaient juges, greffiers, procureurs ou procureurs fiscaux32. Éléments essentiels de ce qu’il est convenu d’appeler les « élites locales », fortement imprégnés de l’idéologie des Lumières, ces hommes influents en ont bien sûr adopté le langage, les mœurs, et ont largement contribué à leur diffusion. On ne peut que partager le point de vue de Jean Louis Flandrin, pour qui « les normes juridiques entretenaient des rapports étroits avec la morale chrétienne du temps. Les prévenus, quelles que soient leur position sociale ou leur opinion propre, avaient intérêt à présenter leurs affaires conformément aux règles qui structuraient la mentalité des juges. Au besoin, leur avocat ou procureur leur avait fait la leçon33 ». Il devient alors évident que le témoignage d’un charretier ou d’un compagnon maçon, recueilli par un greffier ou un juge de paix, reflétera moins la culture du déposant que celle du professionnel du droit et de l’écriture.

61Dans ces conditions, que peut-on attendre du contenu des actes ? Rappelons tout d’abord que la communauté villageoise ne peut être ramenée, par une vision simpliste, à ses milieux les moins favorisés socialement et culturellement. Entre l’homme le plus pauvre ou le plus illettré et le notable le plus cultivé, l’échelle sociale comporte de nombreux degrés. Tous présentent le même intérêt, et il convient de ne pas oublier que le riche fermier, le chirurgien, le notaire, font eux aussi partie du village, un milieu culturel hétérogène, complexe, à étudier avec toutes ses composantes et leurs interrelations. Quant aux actes proprement dits, ils ne contiennent pas seulement des mots : ils énoncent des faits, décrivent des situations, qui peuvent être de nature à nous instruire tout autant sur les mentalités que des discours explicites mais pas toujours sincères. L’indispensable prudence à l’égard des mots ne nuit pas nécessairement à la compréhension du sens global d’un discours, ni à la connaissance d’idées ou de sentiments dont nous savons fort bien qu’en certaines circonstances ils ne sont justement perceptibles qu’au moyen d’une lecture « entre les lignes ». Le risque d’erreur, inhérent à toute analyse fondée sur des déductions ou des interprétations, doit être assumé. Il ne peut être réduit que par l’élargissement du corpus des actes étudiés, permettant la répétition des situations, la multiplication des occurrences, le recoupement des situations. Comme pour les études statistiques, le nombre est finalement le meilleur garant de la fiabilité et de la pertinence.

L’immense domaine du non-dit

62Quelles que soient la réflexion méthodologique et les moyens techniques mis en œuvre pour exploiter les archives dans les meilleures conditions possibles, des questions demeurent, inhérentes à toute recherche d’une réalité vécue à travers la lecture de différentes sources. Quelle est la représentativité réelle des archives que nous avons entre les mains ? Quelle est la part de ce qu’elles nous livrent et de ce qu’elles laissent dans l’ombre ? Le domaine du non-dit n’est ni mesurable, ni même définissable. On ne peut raisonner que par défaut, et s’interroger sur ce qui pourrait exister en dehors de notre champ de vision, sur ce que nous aurions aimé percevoir et que les sources ne nous livreront jamais.

63Les archives judiciaires sont les premières concernées par ce problème. La comparution y est volontaire, donc non systématique. Même si les affaires traitées sont nombreuses, même si l’institution de la justice de paix a sans aucun doute élargi la clientèle des justiciables, on ne peut envisager un seul instant que tous les conflits, familiaux ou autres, soient soumis à la justice. On trouve dans les archives notariales des actes attestant de règlement amiables, certains pour des affaires déjà plaidées devant les tribunaux, d’autres pour des affaires dont on ne trouve aucune trace dans les archives judiciaires. L’usage n’est pas systématique, mais confirme que bien des conflits se règlent hors des tribunaux, pour de multiples raisons : la longueur et le coût des procédures, surtout sous l’Ancien Régime, le manque de confiance en une institution souvent mal perçue en raison de son rôle répressif, enfin et surtout, même vis-à-vis de la justice de paix, un réflexe de pudeur ou de crainte du « scandale », les séances des tribunaux étant publiques. Certains types d’affaires sont particulièrement exposés à cette réticence, en particulier celles qui concernent les rapports intimes et la sexualité, ou qui mettent en cause les relations familiales. Ainsi les déclarations de grossesse, encore nombreuses pendant et après la Révolution bien que l’obligation en ait été supprimée de fait à partir de 1791, ne nous révèlent certainement pas la totalité des conceptions hors mariage : face aux grossesses déclarées que nous avons pu étudier, combien de grossesses dissimulées ?

64Plus généralement, les affaires de familles ne sont-elles pas celles qui nous échappent le plus souvent ? On peut fort bien concevoir la réticence des familles à étaler publiquement leurs dissensions ou des comportements jugés peu honorables, et par conséquent admettre qu’une partie seulement des conflits familiaux nous est révélée par les archives judiciaires. La nature même des affaires peut constituer un facteur discriminant, seules les plus « présentables » étant dévoilées devant les juges. C’est bien la représentativité du corpus qui se trouve ainsi remise en cause, et l’augmentation sensible du nombre d’affaires soumises à la justice à partir de la Révolution ne lève pas le doute, tant il est impossible de savoir si elle résulte d’une multiplication des conflits dans une période fortement troublée, ou tout simplement d’une tendance à se présenter plus facilement devant les juges.

65Les autres types d’archives sont moins exposés à cette mise en doute. Le notaire, contrairement au juge, est bien souvent incontournable : contrats de mariages, règlements de successions, donations, sont autant de circonstances où la loi elle-même impose la rédaction d’un acte. Les registres paroissiaux et d’état civil, par le caractère obligatoire de l’enregistrement des naissances, mariages et décès, offrent une relative garantie d’exhaustivité, les lacunes y étant par définition accidentelles. Pour ces sources, la question de la représentativité ne se pose donc pas. Cependant, certaines situations vécues n’ont aucune représentation directe dans les archives. Le concubinage ou l’adultère, par exemple, ne sont enregistrés nulle part en tant que tels. Il faut en rechercher de furtives apparitions, notamment dans les archives judiciaires, à l’occasion d’affaires de diverse nature : injures, déclarations de grossesses, reconnaissances d’enfants naturels, violences conjugales. Dans ces conditions, il paraît peu probable que les quelques cas recensés de cette manière soient les seuls existants. S’agissant de phénomènes dont il importe de mesurer la fréquence, la démarche paraît bien incertaine, et la zone d’ombre considérable.

66Elle l’est encore davantage lorsqu’on s’interroge sur les sentiments et leurs mécanismes psychologiques. Que sait-on de l’amour ? Quel rôle peuvent y jouer l’attirance physique et l’engagement moral ? Quels sont les éléments déterminants du désir, de la tendresse ? Plus on approfondit le questionnement et moins les sources offrent d’éléments de réponse. Que sait-on de la fidélité ? Quelle part en revient à l’affection, à l’habitude, au sens du devoir ? Comment percevoir la relation fraternelle, le respect des parents, la solidarité familiale, sinon au travers de discours convenus, souvent en contradiction avec les comportements ? Les actes eux-mêmes ne sont pas toujours dépourvus d’ambiguïtés. Le taux des mariages religieux nous renseigne-t-il sur la foi ou sur le respect des convenances ? L’acceptation des normes sociales témoigne-t-elle d’une adhésion idéologique ou d’une simple aspiration à la tranquillité ? La réalité des sentiments ou des relations entre les individus est le plus souvent complexe, et les différentes explications possibles ne s’excluent pas toujours mutuellement. Les archives ne nous livrent que des données concrètes : des mots, des actes, mais jamais le moyen de parcourir ou de comprendre le chemin qui les sépare de l’idée ou du sentiment. On ne peut alors que recouper, déduire, c’est-à-dire interpréter.

67Il est bien tentant, dans cette démarche, de se référer à l’abondante production littéraire et artistique de la période, d’autant qu’elle nous apporte fréquemment les explications ou les repères que les autres sources nous refusent. Mais la plus grande prudence s’impose dans ce domaine : même si le lien entre culture du peuple et culture des élites ne peut être contesté, malgré sa complexité et son caractère conflictuel, le danger existe toujours de porter sur le peuple le regard des élites, et de commettre ainsi de lourdes erreurs d’interprétation. Il paraît donc préférable de s’en tenir strictement à la lecture des sources qui témoignent de la vie « au ras du sol », même si un minimum de prudence et de rigueur face aux difficultés méthodologiques incite à limiter les objectifs de la recherche. L’étude des documents d’archives ne peut être conduite qu’à partir de situations vécues, mises en relation avec leur contexte au sens le plus large du terme, englobant la situation économique, les rapports sociaux, les événements politiques, la vie culturelle et religieuse.

Notes

1 Sur cette question encore controversée, importante mise au point dans B. Garnot, Le peuple au Siècle des Lumières, ouvr. cité, p. 158-160.

2 A. Fillon, Les trois bagues au doigt: amours paysannes au xviiie siècle, Paris, 1989, 527 p., et Louis Simon, villageois de l’ancienne France, Paris, 1996, 341 p.

3 J. M. Goulemot, Enfance et éducation d’un paysan au xviiie siècle, les mémoires de Valentin Jamerey-Duval Paris, 1980, 423 p.

4 D. Roche, Journal de ma vie : Jacques-Louis Menetra, compagnon vitrier au xviiie siècle, Paris, 1982, 429 p.

5 M. Vovelle, La mentalité révolutionnaire, ouvr. cité, p. 14.

6 F. Lebrun, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, ouvr. cité, p. 24.

7 En particulier : L. Perouas (dir.), Léonard, Marie, Jean et les autres, les prénoms en Limousin depuis un millénaire, Paris, 1984, 229 p. J.P Lethuillier, « Prénoms et Révolution, enquête sur le corpus falaisien », dans Annales de Norman- die, 1989, n° 4, p. 413 à 436. Ph. Daumas, « Prénoms et Révolution, propositions pour une nouvelle approche méthodologique », dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1997, n° 1, p. 109 à 132.

8 Aulnay, Chennevières-sur-Marne, Gennevilliers, Ivry, Noiseau, Orly, Ormesson, Saint-Rémy-lès-hevreuse, Sevran, Thiais et Trappes.

9 Bailliage d’Ivry et Saint Frambour (1775-1790), Bailliage de Pantin (1775-1790), Bailliage du marquisat d’Ormesson ( 1775 à 1790 ), Bailliage royal de Vincennes ( 1775-1791 ), Prévôté de Gennevilliers (1775-1790), Prévôté d’Orly (1775-1790), Prévôté de Sucy (1775-1790), Prévôté de Thiais, Choisy et Grignon (1775-1789).

10 Justices de Paix de Colombes. (1791-an X), Pantin (1791-1825), Sucy (1791-an VIII), Villejuif (1791-1825) et Vincennes (1791-1825).

11 Études de Noisy-le-Sec (1775-1820), Sucy (1775-1825), Colombes (an III-1820), Gennevilliers (1774-an III), Vincennes (1775-1825. deux études)

12 Citons, parmi beaucoup d’autres, pour leur valeur méthodologique exemplaire J. Ganiage, Trois villages de l’Île-de-France au xviiie siècle, Travaux et documents de l’INED, Paris1963, 147 p. E. Gautier et L. Henry, La population de Cru/ai, paroisse normande, Travaux et documents de l’INED, Paris, 1958, 269 p. M. Lachiver, La population de Meulan du xviie au xixe siècles, Paris, 1969, 340 p.

13 A. Soboul, Voies nouvelles pour l’histoire de la Révolution Française, Paris, 1978, p. 9.

14 Voir annexe 1.

15 Voir annexe 2.

16 La réglementation des versements judiciaires impose depuis 1959 aux services d’archives départementaux d’en éliminer les pièces annexes : scellés, notoriétés, rapports d’experts, cédules, citations, correspondances (circulaire AD 59-13). Mais certains services ont conservé, pour un ou plusieurs greffes, la totalité du fonds. C’est le cas par exemple de la justice de paix de Vincennes, aux Archives Départementales du Val-de-Marne.

17 C. Coquard et C. Durand-Coquard, Société rurale et Révolution, l’apport des actes de deux Justices de Paix de l’Allier, Thèse de Doctorat, Université de Bourgogne, février 1998, 1296 p.

18 En particulier : M. Ferret, Les tribunaux de famille dans le district de Montpellier, Thèse de Droit, Montpellier, 1926, 515 p. J. Forcioli, Les tribunaux de famille d’après les archives du district de Caen, Thèse de Droit, Caen, 1932, 108 p. R. G. Phillips, « Tribunaux de familles et assemblées de familles à Rouen sous la Révolution Française », dans Revue historique de droit français et étranger, t. 58, 1980, n° 1, p. 69-79. P. Viard, « Les tribunaux de famille dans le district de Dijon (1791-1792) », dans Nouvelle revue d’histoire du Droit, t. 45, 1921, p. 242-277.

19 Le fait est mentionné par Paul Viard dans son étude sur les Tribunaux de famille dans le district de Dijon, et nous en avons eu confirmation en trouvant des procès-verbaux de conseils de familles dans des archives notariales de Vincennes.

20 P. Viard, ouvr. cité, p. 266.

21 R.-G. Phillips, ouvr. cité, p. 76.

22 La loi du 1er brumaire an II ayant décrété incompatibles les fonctions de notaire et de juge de paix, la plupart des juges concernés semblent avoir choisi de conserver leur charge notariale, sans doute plus lucrative (le traitement d’un juge de paix était alors fixé à 600 livres par an).

23 La population de la commune passe de 1041 à 1917 habitants en vingt ans, de 1806 à 1826.

24 L. Hennet, Histoire de Trappes, Paris, 1990, p. 76.

25 Sur le recul de la vigne en Île-de-France et plus particulièrement à Gennevilliers : M. Touzery, Atlas de la Généralité de Paris au xviiie siècle, Paris, 1995, p. 124-125. R. Quinot, Gennevilliers, évocation historique, tome I: des origines à la fin du xixe siècle, Gennevilliers, 1966, p. 228.

26 Déclaration de grossesse d’Elisabeth Husson, Bailliage royal de Vincennes, 7 juin 1788.

27 Déclaration de grossesse d’Angélique François, Justice de paix de Villejuif, 27 vendémiaire an XIV.

28 Justice de Paix de Vincennes, 24 floréal an II.

29 Justice de Paix de Pantin, 27 janvier 1814. De plus, le comparant déclare être d’origine étrangère, ne résider en France que depuis quelques années, et ne savoir ni écrire, ni signer.

30 Dictionnaire de l’Académie, 1740, cité par B. Garnot, Le peuple au siècle des Lumières, ouvr. citép. 126.

31 B. Garnot, Le peuple au siècle des Lumières, ouvr. cité, p. 212.

32 Certaines consacrent au problème une étude détaillée, en particulier pour les communes d’Île-de France : F. Balard, Sucy sous la Révolution (1788-1804), Sucy-en-Brie, 1989, 318 p. Ph. Daumas, Justice et Révolution en Val-de-Marne (1782-an VI), Mémoire de maîtrise, Paris XII1990, 215 p. J. Prezeau, Montreuil-sous-Bois pendant la Révolution (1789-1795), Mémoire de Maîtrise, Paris I. non daté, 148 p.

33 J.-L. Flandrin, Les amours paysannes (xvie-xviiie siècles), Paris, 1975, p. 13.

Table des illustrations

Titre COMMUNES ETUDIEES (REGISTRES)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17531/img-1.png
Fichier image/png, 329k
Titre RESSORTS JUDICIAIRES
Légende JUSTICES SEIGNEURIALES
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17531/img-2.png
Fichier image/png, 626k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search