Version classiqueVersion mobile

Familles en Révolution

 | 
Philippe Daumas

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1De toutes les périodes de notre histoire, la Révolution française est sans doute celle qui a connu l’activité législative la plus intense. Pendant plus de dix ans, Assemblées et Comités ont travaillé sans relâche à élaborer un système institutionnel entièrement nouveau, fondement d’une société plus juste et plus humaine. Mais à travers l’application de ces lois, les législateurs révolutionnaires ne cherchaient pas seulement à faire disparaître l’organisation politique et sociale de l’Ancien Régime. Ils exprimaient aussi une volonté politique d’une étonnante modernité : celle d’éduquer le peuple par l’exercice d’une citoyenneté active, de changer radicalement les règles de la vie sociale, les habitudes séculaires, les mentalités. L’idée essentielle de ce projet politique audacieux, clairement exprimée à travers le concept de régénération, est celle d’une nécessité absolue de changer l’homme lui- même pour mener à son terme le progrès social et le rendre irréversible.

  • 1 . M. Vovelle, La mentalité révolutionnaire, Paris, 1985, p. 267.

2Suffisait-il de promulguer des lois pour atteindre cet objectif ? Plus encore qu’à la contre-révolution ou à toute forme de résistance consciente et volontaire, cet effort se heurtait nécessairement à de terribles pesanteurs culturelles : le poids des traditions, la force des habitudes, l’immobilisme des mentalités. À travers cet affrontement diffus mais permanent, la Révolution française constitue donc une confrontation sans précédent, pour reprendre la formule de Michel Vovelle, entre le « temps court » et la « longue durée1 ». Par des mesures immédiates et radicales, des hommes et des femmes animés d’une ferme volonté politique ont tenté de bousculer un ordre social et des mentalités en place depuis des siècles. Un tel bouleversement était-il possible ? Quelle pouvait en être l’issue ? Les effets pouvaient- ils en être durables ? C’est à partir de telles questions qu’il peut être pertinent de dresser un bilan social et culturel de la Révolution française : quels changements réels a-t-elle pu réaliser ? Comment a-t-elle modifié les conditions de vie des citoyens, leurs rapports, leurs mentalités ? Enfin et surtout, qu’en est-il resté une fois la Révolution interrompue ?

  • 2 . Procès-verbaux de l’Assemblée Législative, séance du 7 septembre 1792 (Archives nationales, AD XV (...)

3Dans la perspective d’un tel bilan, le thème de la famille présente un double intérêt. Tout d’abord, il a fait l’objet d’importants débats et de profonds changements institutionnels, témoignant d’une forte volonté politique. Comment transformer les rapports sociaux, promouvoir partout la liberté individuelle et faire pénétrer la Révolution jusque dans la vie quotidienne, sans élaborer une conception nouvelle de la famille, cellule de base de la société ? L’importance de cet enjeu n’a pas échappé aux révolutionnaires. Loin d’être hostiles au principe même de la famille, conscients au contraire de son utilité sociale, ils se sont simplement attachés à la penser et à la vivre autrement. La conception de la famille sous l’Ancien Régime, fondée sur les prescriptions de l’Église et — à l’image de l’État — sur le principe d’autorité, était incompatible avec les bases idéologiques des nouvelles institutions. Au terme d’un effort législatif sans précédent touchant à tous les domaines de la vie familiale, de la laïcisation de l’état civil à la transmission des patrimoines en passant par la majorité civile, les conditions du mariage, le divorce, l’adoption ou les droits des enfants naturels, l’œuvre accomplie ne mettait pas seulement les lois en accord avec les principes moraux et idéologiques du nouveau régime. En transformant radicalement la condition de la femme, les relations entre époux, entre parents et enfants, entre les personnes et les biens, elle contribuait à jeter les bases d’une nouvelle société. Le député Léonard Robin exprime clairement cette volonté en déclarant à l’Assemblée législative : « Votre amour de la liberté vous faisait désirer depuis longtemps de l’établir au milieu même des familles, et vous avez décrété que le divorce aurait lieu en France2... »

4Les adversaires de la Révolution ne s’y sont pas trompés eux non plus. Les lois sur la famille ont fait l’objet d’âpres discussions, ont été souvent modifiées au gré des événements politiques, souvent restreintes, dénaturées ou abandonnées, que ce soit dans les dernières années de la Révolution, à la promulgation du code civil de 1804 ou sous la Restauration. Sur le plan strictement idéologique, elles ont fait depuis 1792 — et jusqu’à nos jours ! - l’objet des plus violentes attaques. De Louis de Bonald à Pierre Gaxotte, en passant par Joseph de Maistre, Taine ou Banville, tous les pourfendeurs de la Révolution lui ont reproché d’avoir « assassiné la famille ». L’importance de l’enjeu fonde ainsi l’intérêt de la recherche : comment apprécier la portée d’un changement politique sans savoir ce qu’il en est advenu dans les faits, si les lois promulguées ont bien été appliquées, et dans quelle mesure elles ont réellement transformé la société ?

5Le second intérêt d’une étude sur la famille est de permettre une approche trop souvent négligée de la Révolution française : celle d’une observation de la société « au ras du sol », à travers la vie quotidienne des simples gens. C’est pourtant bien sur ce terrain que peut s’apprécier le plus justement la réalité du changement social. Une telle étude exige de porter un intérêt tout particulier au milieu rural. La Révolution française a été souvent présentée comme un phénomène urbain, parfois même comme un affrontement entre ville et campagne. Le peuple des villes a fait l’objet de nombreuses et parfois remarquables études, à tel point que dans la plupart des esprits, le sans-culotte ou simplement le révolutionnaire sont des citadins, pour ne pas dire des Parisiens. Pourtant, à la fin du xviiie siècle, 80 % de la population française est rurale. Le peuple des campagnes a vécu lui aussi la Révolution, que ce soit de manière active ou passive, favorable ou hostile. Et la Révolution l’a nécessairement influencé autant que celui des villes, mais certainement pas de la même manière. Le milieu rural, plus attaché aux traditions que la population urbaine, plus soumis aux anciennes formes de pouvoir, plus difficile à atteindre matériellement, était peut-être moins réceptif aux idées nouvelles et aux changements de toute nature. Il n’en est que plus intéressant d’observer comment et dans quelle mesure la Révolution a pu transformer sa manière de vivre et de penser.

  • 3 P. Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, contribution à l’histoire sociale de la Fran (...)
  • 4 M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation, attitudes provençales devant la mort au Siècle de (...)
  • 5 D. Roche, Le Peuple de Paris, essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, 1981, 288 p.

6L’intérêt pour les gens du peuple n’est pas une idée nouvelle. Pierre Goubert écrivait, en introduction à une thèse sur le Beauvaisis soutenue en 1958 et publiée en 19603, « J’ai éprouvé le désir et presque le besoin de m’intéresser à tous les hommes, et non pas seulement à ceux qui brillèrent par leur naissance, leur état, leur fonction, leur richesse ou leur intelligence. En une France d’abord paysanne, j’ai essayé de connaître les paysans ». La même préoccupation devait animer les historiens dans la découverte et l’exploitation de nouvelles sources, à la rencontre des « oubliés de l’Histoire ». Les multiples travaux suscités par les chantiers de la démographie historique, les ouvrages exemplaires de Michel Vovelle sur les testaments4 ou de Daniel Roche sur les inventaires après décès5, ont ouvert aux chercheurs l’accès à une immense réserve d’informations, dont une petite partie seulement a été exploitée à ce jour. Ils ont suscité dans le même temps une relecture de ces sources à la recherche des « mentalités », ensemble de pratiques attitudes ou représentations par lesquelles les comportements individuels traduisent les règles de la vie collective et les rapports sociaux. Notre enquête se situe à la rencontre de ces deux préoccupations : rechercher dans des sources variées les indicateurs d’une observation de la vie familiale, et en croiser les informations dans une « lecture culturelle » visant à percevoir des évolutions, des changements, mais aussi des continuités et des résistances, tout au long d’un demi-siècle marqué par l’événement révolutionnaire.

  • 6 P. Goubert et D. Roche, Les Français et l’Ancien Régime, t. 1: La Société et l’État, t. Il: Cultur (...)
  • 7 R. Muchembled, Culture populaire et culture des élites dans la France moderne xvie-xviiesiècles), (...)
  • 8 B. Garnot, Le peuple au Siècle des Lumières, échec d’un dressage culturel, Paris, 1990, 244 p.
  • 9 S. Blanchi, La révolution culturelle de l’an II, élites et peuple (1789-1799), Paris, 1982, 303 p.
  • 10 M. Vovelle, La mentalité révolutionnaire, Paris, 1985, 290 p.

7Si la démarche n’est pas originale en elle-même, elle n’a guère été entreprise jusqu’à présent pour cette période. Les spécialistes de la démographie historique ou de l’Histoire culturelle se sont intéressés en priorité à l’Ancien Régime, produisant un foisonnement de monographies locales ou régionales, d’études thématiques approfondies sur l’amour, la foi, la mort, la peur - pour n’en choisir que quelques exemples parmi les plus connues— et d’importantes synthèses, comme celles de Pierre Goubert et Daniel Roche6, de Robert Muchembled7 ou de Benoît Garnot8. Malgré l’intérêt de la période et la portée de l’événement, l’histoire culturelle de la Révolution française ne s’est pas développée comme on aurait pu l’espérer après la publication des ouvrages pionniers de Serge Bianchi9 et surtout de Michel Vovelle, dont le remarquable essai sur la « mentalité révolutionnaire » se voulait un « défrichement préparatoire » destiné à ouvrir la voie à de nouvelles recherches10. Si de multiples études ont été entreprises dans cet esprit, concernant par exemple les fêtes révolutionnaires, les prénoms, la condition de la femme, la sociabilité ou le comportement des foules, il reste encore de nombreuses pistes à explorer dans le domaine des pratiques culturelles. Comment expliquer ce retard, pour ne pas dire cette réticence ? Peut- être la période révolutionnaire a-t-elle paru trop courte pour alimenter une réflexion qu’on ne pouvait imaginer qu’inscrite dans la longue durée ? Peut- être l’extrême densité de la vie politique et la richesse de l’œuvre institutionnelle de la Révolution ont-elles focalisé l’attention des historiens, au détriment de l’histoire sociale ou culturelle ?

  • 11 J.-L. Flandrin, Les amours paysannes (xvie-xixe siècles), Paris, 1975, 256 p. J.-L. Flandrin, Fami (...)
  • 12 F. Lebrun, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, Paris, 1985, 182 p.
  • 13 La Révolution française et la famille, Actes du colloque de Paris-Sorbonne (janvier 1989), Paris, (...)

8Le thème de la famille est de ce point de vue tout à fait exemplaire. Au centre des préoccupations de la démographie historique, il a suscité de très nombreuses recherches sur l’Ancien Régime et d’importants ouvrages de synthèse. Mais les travaux de Jean-Louis Flandrin11 ou de François Lebrun12, résolument tournés vers l’histoire culturelle, n’ont pas d’équivalent pour la période révolutionnaire, où le thème de la famille a suscité essentiellement des ouvrages de Droit. Il est significatif que les deux colloques organisés sur la famille à l’occasion du bicentenaire de la Révolution13 privilégient les aspects politiques et juridiques de la question, ne consacrant que quelques pages à l’approche culturelle. La présente étude n’a évidemment pas l’ambition de combler à elle seule un vide aussi important, mais elle peut être l’occasion de rappeler l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir dans le domaine de l’Histoire culturelle de la Révolution, l’intérêt de fonds d’archives encore trop peu exploités, enfin l’utilité de la réflexion sur une méthodologie qui se construit dans le cours même de la recherche.

  • 14 M. Vovelle, La mentalité révolutionnaire, ouvr. cité, p. 8.
  • 15 R. Muchembled, Culture populaire et culture des élites..., ouvr. cité, p. IX.

9Rappelons enfin qu’il est impossible d’évoquer une révolution en faisant abstraction non seulement de son contenu politique, mais aussi de ses prolongements dans le monde actuel. Les problématiques de « l’homme nouveau », de la régénération ou du changement culturel rejoignent celle de l’adhésion et du refus face à un événement dont la signification politique imprègne profondément tous les aspects de la vie. Michel Vovelle rappelle opportunément que « l’originalité du mouvement révolutionnaire est de nous confronter à une séquence de rupture où l’idéologie envahit les mentalités, les pénètre et les subvertit14 ». Il ne saurait en être autrement de la réflexion de l’historien, d’autant que ces questions demeurent très présentes dans la société du xxie siècle naissant, qu’il s’agisse des interrogations sur le sens et le devenir de la famille, de la place croissante des médias dans les rapports entre les hommes, le pouvoir et l’idéologie, ou des espoirs et des déceptions suscités par les révolutions du xxe siècle. Comme le reconnaît Robert Muchembled, « l’historien écrit au présent, dans son temps, et au cœur de sa culture15 ».

Notes

1 . M. Vovelle, La mentalité révolutionnaire, Paris, 1985, p. 267.

2 . Procès-verbaux de l’Assemblée Législative, séance du 7 septembre 1792 (Archives nationales, AD XVIIIB-104).

3 P. Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, contribution à l’histoire sociale de la France du xviie siècle, Thèse de doctorat, Paris, 1960, éditée en version écourtée sous le titre Cent mille provinciaux au xviie siècle, Paris, 1968, 439 p.

4 M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation, attitudes provençales devant la mort au Siècle des Lumières, d’après les clauses des testaments, Thèse de Doctorat, Paris, 1973, 697 p.

5 D. Roche, Le Peuple de Paris, essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, 1981, 288 p.

6 P. Goubert et D. Roche, Les Français et l’Ancien Régime, t. 1: La Société et l’État, t. Il: Culture et Société, Paris, 1984, 383+392 p., réédition - très largement ouverte à l’Histoire culturelle - de P. Goubert, L’Ancien Régime, 2 vol., Paris, 1969-1973.

7 R. Muchembled, Culture populaire et culture des élites dans la France moderne xvie-xviiesiècles), Paris, 1978, réédition 1991, 398 p. r. Muchembled, L’Invention de l’homme moderne. Sensibilités, mœurs et comportements collectifs sous l’Ancien Régime, Paris, 1988, 513 p.

8 B. Garnot, Le peuple au Siècle des Lumières, échec d’un dressage culturel, Paris, 1990, 244 p.

9 S. Blanchi, La révolution culturelle de l’an II, élites et peuple (1789-1799), Paris, 1982, 303 p.

10 M. Vovelle, La mentalité révolutionnaire, Paris, 1985, 290 p.

11 J.-L. Flandrin, Les amours paysannes (xvie-xixe siècles), Paris, 1975, 256 p. J.-L. Flandrin, Familles : parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, 1976, 287 p. et du même auteur, divers articles cités dans notre bibliographie.

12 F. Lebrun, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, Paris, 1985, 182 p.

13 La Révolution française et la famille, Actes du colloque de Paris-Sorbonne (janvier 1989), Paris, 1990, 491 p. La Famille, la loi, l’État, de la Révolution au Code civil, Actes du colloque de Paris-Centre G. Pompidou (décembre 1989), Paris, 1989, 534 p.

14 M. Vovelle, La mentalité révolutionnaire, ouvr. cité, p. 8.

15 R. Muchembled, Culture populaire et culture des élites..., ouvr. cité, p. IX.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search