Version classiqueVersion mobile

Familles en Révolution

 | 
Philippe Daumas

Préface

Alain Croix

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Familles en Révolution ! Ah oui... Le divorce... Et puis, les prénoms « révolutionnaires »... Voilà bien une question qui semble bien connue, et voilà surtout l’exemple d’une question en réalité très mal connue.

2De nombreuses études, de précieux colloques, ont en effet abordé le thème de la famille pendant la Révolution française, mais presque exclusivement sous l’angle juridique. Nous connaissons ainsi très bien les dispositions législatives nouvelles, en matière de droit des enfants naturels, en matière d’arbitrage des conflits familiaux, en matière d’état civil, en matière de transmission du patrimoine, sans parler de la création du divorce. Mais nous ne savons presque rien de ce qui demeure l’essentiel : l’application de ces lois, la réalité telle que l’ont vécue nos ancêtres.

3L’étude de Philippe Daumas se situe donc sur un terrain presque vierge, à mes yeux le plus important de ceux qui restent à explorer pour bien connaître une période qui détermine encore aujourd’hui certains de nos comportements. Comment la Révolution française a-t-elle modifié la vie quotidienne ? Et plus précisément ici, qu’a-t-elle changé dans les relations au sein des couples, dans les relations entre parents et enfants, comment nos ancêtres ont-ils utilisé, ou non, les droits nouveaux qui leur étaient accordés ?

4Pour répondre à ces questions, Philippe Daumas a choisi la meilleure et la plus difficile des voies. Évitant les villes et plus encore Paris, que l’on sait plus réceptive au changement des mentalités, il est parti à la découverte des campagnes, mais pas de n’importe lesquelles : de campagnes dont on pouvait être sûr qu’elles connaissaient réellement les dispositions nouvelles, c’est-à-dire les campagnes les plus proches de Paris. La meilleure voie donc. La plus difficile aussi : puisque le pari était de saisir la vie quotidienne, la réalité « au ras du sol », il a fallu affronter les sources les plus austères, celles qui exigent de l’historien une patience d’ange, c’est-à-dire les archives des notaires et celles de la justice, croisées avec celles de l’état civile. C’est à ce prix que nous pouvons voir les beaux-frères Michel Delauron et François Barbu rétablir la paix entre eux, François Patou se suicider par amour, la jeune Marie-Madeleine Autrechy, 17 ans, sommer son père de consentir à son mariage, voir surtout comment, parfois, doucement, la volonté révolutionnaire de changer l’homme modifie les comportements.

5La Révolution n’a évidemment pas « assassiné la famille », n’en déplaise aux fantasmes de quelques historiens des deux siècles passés. Elle n’a pas même... révolutionné les familles. Et pourtant, ses effets sont sensibles. Tout le mérite de Philippe Daumas est d’analyser avec une grande finesse ces effets et peut-être plus encore de les analyser avec tendresse.

6Car la tendresse aussi est qualité d’historien !

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search