Version classiqueVersion mobile

Entre l'État et l'usine

 | 
Anne-Françoise Garçon

Troisième partie. Le temps de l’ingénieur administrateur (à partir des années 1880)

Chapitre 8. Emploi et Amicale

Texte intégral

1Entre les années 1850 et les années 1880, tout ou presque de ce que la France contenait en houillères, mines métalliques, ardoisières, mines d’argiles, salines, etc., fut exploité et mis en valeur. Une multiplicité de petites et moyennes exploitations émaillèrent le territoire, ardoisières en Anjou, exploitations minières, forges dans les Pyrénées, houille et zinc en Hérault ou encore en Auvergne, houille et forges dans les Alpes, en Franche-Comté, houille en Provence, cuivre dans le pays de Nice… Beaucoup de ces initiatives vinrent d’entrepreneurs locaux ; quelques-unes relevèrent de groupes plus importants. Mais la plupart recrutèrent des ingénieurs formés à Saint-Étienne. Relevons ainsi, pris au hasard : les mines d’argiles réfractaires de la maison Lafarge en Ardèche, dirigées par Gayet, promotion 1858 ; les recherches de houille de la Clayette, en Saône et Loire, dont l’ingénieur-directeur fut Héral, promotion 1860. Jules Laromignière, de la même promotion, débuta comme ingénieur d’une exploitation de minerai de fer en grains à La Chapelle près Bourges, dans le Berry. Millet, promotion 1863, fut embauché en qualité d’ingénieur par Maurice, Franck & Cie, pour travailler aux salines, houillères et fabriques de produits chimiques de Gouhenans, près Lure en Haute-Loire. Perrot, de la promotion 1864, entra chez Roche exploitant de schistes, à Igornay ; et Ginoux travailla chez Lhuillier & Cie à la Société de charbonnages des Bouches-du-Rhône, etc. La liste pourrait s’allonger à l’envi.

2Le recrutement s’effectuait par l’entremise de l’École des Mineurs. Dans le début des années 1860 en effet, les chefs d’entreprise prirent l’habitude d’écrire à Saint-Étienne pour trouver un ingénieur. Ce genre de courrier abonde dans les archives. La manière dont les demandes sont formulées est tout à fait intéressante à observer, car elle évolue considérablement dans l’intervalle de vingt années, qui est le temps plein, le moment fort de l’existence de ces « PME » de la mine et de la métallurgie. Ce qui frappe en début de période, c’est la difficulté qu’il y eut à formuler des demandes précises. Certes les chefs d’entreprise réclament des « ingénieurs ». Mais le terme est souvent vide de sens, une sorte de mot-valise qui vient sous leur plume non pour formuler avec précision un profil de poste, mais pour exprimer une demande d’encadrement technique qu’ils sentent nécessaire sans bien savoir à quoi cela correspond dans le détail. Beaucoup de ces petits exploitants ignorent, à la vérité, de quoi ce métier-là est fait. C’est même la raison pour laquelle ils s’adressent au directeur de l’école, pour pallier cette insuffisance, pour ne pas faire d’erreurs dans leur choix, pour être certains de recevoir une réponse convenable. Couasnier, par exemple, l’actif directeur de Compagnie qui exploitait la mine de Pont-Péan en Ille-et-Vilaine, écrit ceci :

« Je désirerais un homme actif, sachant diriger et commander les ouvriers et qui eût déjà exploité une mine métallique dans le genre de celle-ci ; de plus je désirerais qu’il connût bien les machines. […]. Si vous connaissez un homme théoricien et praticien qui pourrait faire l’affaire, je vous serais infiniment reconnaissant de me l’indiquer ».

  • 1 ADL, 106 J 35. Sauf avis contraire la référence vaut pour tous les courriers. Couasnier embaucha C (...)

3Un homme actif, une mine, des machines… Nous n’en saurons pas plus. Et pour cause : si l’homme avait une réelle mentalité d’entrepreneur prêt à prendre des risques ce qu’il prouva largement, c’était à titre du négociant qu’il était et non de l’industriel qu’il n’était pas. Il ne pouvait connaître la réalité technique de l’industrie, mais il savait son importance, ce pourquoi il use d’une expression passe-partout pour définir le profil du futur candidat et réclame un « homme théoricien et praticien1 ». L’expression n’est pas rare dans les lettres. « Il faut un ingénieur expérimenté qui ait travaillé dans des mines capables d’indiquer le meilleur endroit pour ouvrir le puits et de diriger les travaux. En un mot, un praticien et un théoricien », réclame de la même manière pour des exploitations grecques, Tiopulo, un intermédiaire marseillais, en 1869.

4La difficulté à cerner de quoi est fait le métier d’ingénieur vaut pour d’autres. « Nous sommes propriétaires dans l’île de Sardaigne de deux mines de plomb, la présence d’un ingénieur nous est absolument nécessaire et le départ serait fixé à vendredi prochain », écrit étonnamment Pascal Signe, négociant en métaux de Marseille. Quel profil pour une telle urgence ? Aucun ou presque, à l’exception des qualités d’économie : « nous désirerions comme qualité spéciale un homme prudent qui ne nous jette pas dans des dépenses considérables… ». De Marseille encore, arrive en 1867 cette autre demande d’un ingénieur pour exploiter une mine de charbon près d’Alexandrie :

« Cette mine présente à sa surface une assez grande masse […] y formant une espèce de colline. On désirerait avoir des renseignements positifs sur le nombre et le genre d’ingénieurs qui seraient nécessaires pour diriger les travaux […]. Faudrait-il des machines pour le travail à sa surface, et dans ce cas combien, de quel genre et de quelle valeur ; ces mêmes machines pourraient-elles servir ensuite pour les travaux souterrains ou en faudrait-il de nouvelles et quel serait le coût ? ».

5Il nous faudrait, ajoute l’interlocuteur, « un rapport détaillé sur cette question contenant tout ce qui peut nous éclairer », en quoi, il était lucide. D’autre fois, c’est la nature de la formation qui est méconnue : « ayant à ce moment un emploi à confier dans nos établissements, nous avons reçu la demande d’un de vos anciens élèves… ». Le courrier arrive des forges de Fresnay. « Nous voulons savoir s’il peut avec succès opérer un haut-fourneau marchant au bois et à l’air chaud ; suivre et surveiller le travail des forges et des marteaux, fours à puddler, ateliers de moulage, de tours, etc. ».

  • 2 Les exploitants des salines de Varangéville près de Nancy, définirent ainsi le profil de l’ingénie (...)

6« Nous voulons savoir… », « il nous faudrait… ». La demande s’établit ainsi dans cette partie du secteur de base, de cette manière précise et floue à la fois. Précise, parce qu’on sait ce qu’on veut : un ingénieur. Floue, parce que souvent – pas toujours ; il était aussi des compétences affirmées2 –, on connaît l’existence de la fonction mais on ignore son contenu. Le paradoxe témoigne de l’évolution en cours, il témoigne de la transformation de l’entreprise industrielle. Car le travail demandé au jeune ingénieur fut le plus souvent un travail de redéfinition, de mise à niveau technique de l’exploitation. « En ce moment, mon travail consiste à lever des plans de mines et de surface, ce qu’on n’avait pas fait jusqu’ici », explique ainsi l’ingénieur Mathieu tout à son bonheur d’avoir trouvé un emploi aux mines de fer et de manganèse d’Alban, dans le Tarn.

Un marché de l’emploi se constitue

7Ces sortes de demandes émergent en 1860, au moment où Dupont prend la direction de l’École, et elles emplissent la décennie 1860-1870. Évoquons des causes économiques, une conjoncture globalement porteuse en dépit des difficultés conjoncturelles et la relative prospérité d’entreprises qui pensait à investir pour franchir un cap. Évoquons aussi des causes techniques, la prise de conscience de l’insuffisance technique des installations accélérée par le traité de libre-échange, la traduction en positif de l’invalidation technique d’une partie de l’outil de production qui en résulta, l’obligation qui suivit de se procurer un surcroît de compétences, une culture technique autre que celle des maîtres-mineurs, gouverneurs de mines ou maîtres-fondeurs avec lesquels ces chefs d’entreprise travaillaient jusque-là. S’offrir un ingénieur, c’était s’offrir ce supplément de technicité avec la garantie de qualité, le label qu’offrait l’école. Ces postes, essentiellement des postes de direction occupés auparavant par des maîtres-mineurs ou des maîtres-fondeurs étaient hautement formateurs pour les jeunes ingénieurs, en termes d’autonomie et de prise de décision.

« Tout ce que j’ai gagné ici, écrit Chauvin sorti de l’école en 1861, et deux ans plus tard, directeur des ardoisières de Trélazé, c’est d’être à une excellente école. J’ai vu ou su diriger des travaux d’exploitation de carrières, des travaux de recherches et en ce moment j’ai une trentaine de mineurs faisant des puits et des galeries, ce qui m’a complètement familiarisé avec le travail des mines. J’ai tenu longtemps les livres de la mine ; je fais tous les approvisionnements qui représentent des sommes très importantes. Quand je suis arrivé, il y avait un mécanicien qui est parti, de sorte que depuis longtemps déjà, je m’occupe des machines. […]. Je fais même de l’agriculture car nous avons une propriété de 62 hectares ».

8Trélazé, de ce point de vue, ressemblait à Pont-Péan comme à n’importe laquelle de ces exploitations de taille intermédiaire.

  • 3 ADL, id., 15 novembre 1862. « La façon dont on nous traite, moi et mes collègues, m’obligera tôt o (...)

9C’étaient aussi des postes lucratifs, beaucoup plus que ceux proposés par les grandes entreprises. Un sous-ingénieur dans une grande exploitation minière débutait à 1 800 F ou 2 000 F annuels dans les années 1860, logement, chauffage, éclairage compris. À la Grand’Combe, par exemple – qui n’était pas la plus généreuse des compagnies, il est vrai3 –, les conditions d’embauche d’un débutant étaient de « 150 F par mois soit 1 800 F d’appointements par an, plus le 1/10e à titre d’indemnités de logement que l’on retient, les sous-ingénieurs étant logés par la Compagnie. On donne aux sous-ingénieurs le chauffage et l’éclairage nécessaires au service. Enfin tous les employés sont soumis à une retenue de 3 % des appointements au profit de la caisse de secours ». À Pont-Péan, par comparaison, « les appointements sont de 6 000 F par an, plus le logement. Le chauffage et l’éclairage sont à la charge de l’ingénieur ». Prenant la demande très au sérieux, Dupont fit plusieurs propositions. « Je puis vous offrir trois candidats, savoir L. de Zeppenfeld, élève breveté de 1re classe […] qui a dirigé jusqu’en 1851 les mines de Pontgibaud ; M. Simmonet, ingénieur civil à Riom, Puy-de-Dôme […] ; M. Dyèvre, plus récemment sorti qui depuis 18 mois est ingénieur aux mines de plomb argentifère de Vialas. Un débutant ne paraît pas vous convenir… ». De tels niveaux de salaire n’étaient pas exceptionnels, y compris pour des ingénieurs moins chevronnés. Dans les Pyrénées orientales, la compagnie Holtzer qui venait d’obtenir une concession, cherche un ingénieur. « D’après M. Grüner, la place serait d’au moins cinq mille francs… Je pense qu’on me fournirait comme on le fait un peu partout : le chauffage, l’éclairage, les meubles et le logement et les frais de course s’il y en avait », commente Rivière (promotion 1856) que la place intéressait.

10En contrepartie, c’étaient des postes difficiles. Rolland, directeur des mines de La Mure en Savoie, ne le cache pas. « Nos mines présentent des difficultés réelles d’exploitation, et il faut les visiter souvent, et le directeur est obligé de faire presque un service de maître mineur, et pour cela, il faut être jeune et robuste ». Dans une longue plainte, Chauvin à Trélazé, résume les complications que les directeurs d’exploitation étaient susceptibles de rencontrer dans leur parcours.

« J’ai été traduit deux fois en police correctionnelle pour des accidents ayant occasionné la mort d’un homme dû à la rupture de la chaîne placée au bout d’un câble d’extraction et pour lequel j’avais été acquitté, l’autre dû à la négligence des ouvriers qui avaient omis de fermer le vase d’extraction et pour lequel j’ai été condamné à une amende de 400 F qui a été réduite à 200 F en appel. J’ai encore été poursuivi depuis pour du cidre qui était vendu par l’établissement aux ouvriers à la chambre de dépense où on leur donne les choses de 1re nécessité. Le cidre a été déclaré corrompu après une expertise faite par des gens dont quelques-uns n’en avaient jamais bu, et dont l’un même n’a pas vu le cidre en question, ce qu’on a découvert après ; et comme le débit se fait en mon nom, j’ai été déclaré responsable et condamné en 1re instance à 200 F d’amende puis acquitté en appel ».

  • 4 Rivière devint directeur des mines de Rochebelle en Savoie. Chauvin termina sa carrière aux Mines (...)

11D’où il conclut, à peine philosophe, « les carrières sont avec la magistrature comme ailleurs dans les mines, mais ce qu’il y a de plus désolant, c’est que tantôt par esprit de parti, tantôt par esprit de caste, l’opinion publique nous est hostile. Quoiqu’on n’en veuille qu’aux administrations des carrières, cela retombe sur nous ». Et finit par jeter : « la place de directeur de carrières n’est pas une position sociale : ayant longtemps été occupée par des ouvriers, elle est sans considération4 ». Il y eut des directeurs heureux, pourtant : Letaut, par exemple, exprime sans retenue son plaisir de prendre en charge les usines de Conches, Breteuil et Rugles (Fonderies et Forges de l’Eure) :

« Un groupe d’usines comprenant des hauts fourneaux, des fonderies, des forges au bois, des tréfileries. Cette affaire qui a eu un passé brillant a souffert beaucoup des nouvelles conditions de l’industrie métallurgique et surtout du traité de commerce avec l’Angleterre. […] ».

12Apprécié par ses employés qui voyaient en lui un « directeur responsable », il fut manifestement embauché « pour réaliser des améliorations » :

« L’état des usines laisse beaucoup à désirer : cela ne va pas sans dire, c’est le sort de toutes les vieilles forges au bois. Notre fabrication la plus importante est celle des moulages : tuyaux, poterie, matériel d’agriculture, etc. Notre principal débouché est Paris. L’affaire est d’ailleurs en très bonne main ; l’argent ne manque pas, ce qui est une condition très ordinaire par le temps qui court ».

  • 5 Un exemple parmi d’autres : Aaron Benjaf Simon, de la promotion 1842 fut l’un des promoteurs en Fr (...)

13Cette conjoncture intermédiaire, ce moment où les « PME » minéro-métallurgiques se multiplièrent sur le territoire, ne dura guère plus de deux décennies, une réalité brève à l’échelle de l’industrialisation. Ensuite, ces entreprises disparurent ou furent absorbées par les grandes compagnies, toutes circonstances qui n’aident pas à percevoir leur existence. Pourtant, elles furent suffisamment nombreuses et elles durèrent suffisamment de temps pour participer à la construction du marché de l’emploi de l’ingénieur civil des mines. Car il y eut concordance entre l’offre et la demande. Les élèves de Saint-Étienne n’avaient pas le label « grande école parisienne », ils étaient dénués du capital symbolique qui les aurait placés en position de force dans la négociation. Mais tout revers de médaille à son endroit. En fournissant à un prix modeste aux petites et moyennes entreprises du secteur, un encadrement à fort potentiel technologique, l’École des Mines de Saint-Étienne contribua à l’industrialisation en profondeur du pays5.

  • 6 Ce « M. Constantin » n’est autre que Constantin Czyskowski, déjà rencontré alors qu’il était garde (...)

14Que dire alors des grandes compagnies, Alais et la Grand’Combe, Le Creusot, Decize, Châtillon-Commentry, Decazeville, Carmaux, Aniche, Denain-Anzin, et les autres ? Les emplois qu’elles proposaient étaient d’une autre nature, plus « modernes » dans leur facture. Employer le terme « ingénieur » dans ce cadre-là, n’était pas se réclamer d’un titre susceptible de se monnayer en tant que tel, mais définir une « occupation » au sens premier du terme, c’est-à-dire un poste que l’on occupait. En 1863, c’est ce que pense proposer Benoist d’Azy, membre du conseil d’administration des forges d’Alais au jeune Chaligny qu’il connaissait, une « occupation à laquelle, dit-il, il s’attachera avec intérêt : il serait ici sous la direction de M. Constantin pour suivre la fabrication du coke et la distillation des goudrons et comme nous construisons en ce moment de nombreux fours, je serais bien aise qu’il pût suivre cette construction6 ». À ce stade – et à ce temps – de la demande, le mot « ingénieur » n’est employé directement – activement – que par le futur employeur. Les élèves portent bien la mention « ingénieur civil » au-dessous de leur signature, mais c’est une manière d’attester du diplôme. La qualification est passive, une proposition, l’affirmation d’une adéquation à un type d’emploi. Dans le fil du courrier, le terme est très rarement mis en acte. Par la suite, une fois en poste, il arrive que les ingénieurs l’emploient lorsqu’ils conversent avec le directeur de l’école, mais c’est pour préciser leur fonction ou pour signaler une déconvenue, une occasion ratée. « Je n’ai aucune nouvelle ; je présume qu’on aura choisi un autre ingénieur, et qu’en attendant qu’il soit décidé, on me tient en suspens comme un pis-aller. Mon talent ne mérite pas mieux, j’en conviens, mais cette position est désagréable ». De Sainte-Phalle qui doute ainsi, avait bien tort : il devint le directeur des hauts-fourneaux de Mazières près de Bourges dans le Cher.

15Qu’était le brevet dans ce cadre, que valait-il, à quoi servait-il ? En fait, le directeur de l’École était le seul à le faire valoir, à le poser dans la balance de la négociation. Pour le chef d’entreprise ou l’ingénieur recruteur, ce n’était qu’un préalable susceptible de mettre en confiance, la condition nécessaire pour que s’amorce la négociation. Aux mines d’Epinac par exemple, en Saône et Loire, le directeur s’inquiète. Il a un poste disponible, il a trouvé un sujet qui lui convient, mais un autre candidat s’est présenté. « C’est M. Venoz, sorti l’an dernier. Il est actuellement chez M. Cadel, directeur de l’usine à gaz de Saint-Étienne. Il ne me dit pas s’il a son diplôme d’ingénieur ». Ce pourquoi, il interroge le directeur de l’école. Non sans raison, en l’occurrence : Venoz, vérification faite, ne figure pas sur la liste des élèves brevetés. En fait, les deux discours, celui de l’employeur et celui du formateur ne se rejoignent qu’en partie. Connaître la classe du brevet ne disait rien à l’employeur des capacités réelles de l’individu qui était pour lui l’indication essentielle, ce pourquoi il entrait en contact avec l’école. À Noeux en 1864, Bracquemont interroge : « On me recommande d’une manière particulière le jeune Brossette, élève sorti récemment de l’école de Saint-Étienne. […] Je désirerais savoir s’il est capable d’occuper une position de sous-ingénieur, s’il sait bien dessiner et travailler, enfin si ce jeune homme a une intelligence qui lui donne espoir de réussir dans le Nord ou le Pas-de-Calais ». Même chose au PLM, en 1865 : on cherche à savoir qui est exactement Vialleton, avant de l’embaucher en tant que chef de section, « son rang d’entrée et de sortie, votre appréciation sur son intelligence, sa capacité, son caractère ». À Kef-Oum-Théboul, en 1866 : « ce qu’il me faut c’est un garçon bien portant, actif, laborieux, propre à remplir là-bas les fonctions de sous-ingénieur ». À Aniche, même année, près de Douai : « nous désirerions obtenir un jeune actif, intelligent, dessinant bien et sorti dans un bon rang ». À Dourges, en 1868, après l’embauche : « MM. Grand et Devin, après trois mois passés dans nos établissements pour leur éducation pratique, viennent d’être désignés comme ingénieurs vérificateurs aux émoluments de 1 500 F. Ils sont très doux et convenables sous tous les rapports et je me plais à croire qu’ils ne tarderont pas à se rendre utiles ». Dans tous les cas, les qualités physiques, et le bon naturel, étaient autant recherchés que les qualités scientifiques et techniques.

16Enfin, et c’est là un élément essentiel dans la constitution de ce marché de l’emploi, la conséquence d’une formation technique à dominante scolaire, le recrutement ne mettait pas face à face des ingénieurs civils et des postes, mais des élèves sortant de telle ou telle école – Centrale, Mines Paris, Saint-Étienne – et des places. « Je reçois à l’instant une lettre de mon camarade Chanselle, ingénieur à Firminy. Il m’apprend que M. Luyton va prendre pour le remplacer un élève de l’école Centrale comme il l’avait dit d’abord », écrit Costier, déçu de sentir la place lui échapper. La concurrence était sévère, l’information circulait très vite dans cette course à la congruence entre bassin de recrutement propre à chaque école et marché de l’emploi. Les industriels eux-mêmes pouvaient l’observer :

« Monsieur, écrit le directeur des houillères de Montrambert, à Dupont en 1860, lorsqu’une place d’ingénieur devient vacante, les postulants abondent et il m’est arrivé parfois d’être instruit par eux de la résolution d’un démissionnaire. C’est ce qui vient de se passer à l’occasion du départ de M. Mire. Trois anciens élèves de l’école des Mineurs de Saint-Étienne se sont mis sur les rangs pour le remplacer et j’ai dû, vu l’urgence fixer mon choix sur M. Grosjean qui m’a paru, par les renseignements qui m’ont été fournis sur sa carrière d’ingénieur, répondre aux conditions de stabilité et de capacité que je mettais à l’admission du nouvel élu, avec plus de sûreté que ses camarades ».

17La répartition des tâches se faisait aussi bien en fonction d’une hiérarchie bien comprise entre les écoles, dessinant pour le compte une géographie sociale dont nous avons trace, à Ars sur Moselle, en 1867 :

« La position que j’ai acceptée aux usines de MM. Dupont et Dreyfus n’est pas désagréable quoique assez peu rétribuée relativement à mon importance. J’ai deux hauts-fourneaux au coke en marche et deux à construire à neuf avec leurs accessoires. À ce service on m’a annexé celui des mines qu’occupait M. Terrel, ceux de l’usine à gaz et des équipages, briqueterie, magasins, terrassements, etc. M. Lévy, un de mes camarades de promotion dirige pour le même établissement quatre hauts fourneaux et une fonderie ; les ateliers sont dirigés par un élève de l’école centrale et les forges par un Allemand. Le directeur général et un ancien élève de l’École des Mines de Paris ».

18On sent Rivière, qui parle ainsi, à demi-heureux seulement d’un ordonnancement socio-technique qui le plaçait en infériorité par rapport à ses camarades, tant pour le volume de travail que pour la solde.

19À l’exception des grandes entreprises métallurgiques ou de quelques entreprises spécialisées dans le traitement du coke et des agglomérés dont les définitions de postes, très pointues préfigurent la demande telle qu’elle s’établira à partir des années 1880, la technicité n’était guère plus forte dans les grandes compagnies que dans les PME minières et métallurgiques, j’entends la technicité requise à l’embauche. Ce que les ingénieurs-recruteurs recherchaient, était d’abord une aptitude. Ce que l’on proposait à l’élève sortant, c’était d’abord un profil de carrière, un avancement en fonction des aptitudes manifestées et de la satisfaction que pouvaient retirer ses supérieurs de son travail. La technique était de l’ordre de l’implicite, un capital disponible qu’il revenait à l’élève de faire fructifier, une potentialité qu’il devait convertir en réalité. Muni de son bagage initial, l’ingénieur débutant devait acquérir les techniques en vigueur sur le lieu, c’est-à-dire qu’il lui revenait, une fois embauché, d’apprendre sur le tas, de s’imprégner des manières de faire de l’entreprise. Et son avenir dans l’entreprise dépendait de cette aptitude à s’insérer dans la culture technique locale, qu’il pouvait transmettre ensuite à quelques camarades plus jeunes que lui, venus de la même école et recrutés dans les mêmes conditions. Les carrières étaient structurées par la structure de l’entreprise, à condition bien sûr que celle-ci n’entre pas en liquidation ou que le gérant, voire quelque membre influent du conseil d’administration, n’ait pas un fils, un neveu ou un gendre à placer. Pourquoi en 1863 Héral, à Ferfay, cherche un autre endroit où se « caser » (terme usuel sous la plume des élèves) :

« Grâce à votre appui et à celui de M. Lan, j’ai pu entrer aux mines de Ferfay où je suis encore en qualité de sous-ingénieur. J’ai ainsi fait un premier pas. On pourrait vous demander un élève de Saint-Étienne ayant une certaine pratique. J’ai passé 30 mois dans les mines. Sans frustrer un de vos jeunes élèves, vous pourriez me rendre un service signalé […]. M. Dombreuze a reçu le bâton de commandement de son père et voudrait le léguer à son fils. C’est une chose fréquente parmi les directeurs du pays ».

20Le marché de l’emploi qui se dessine là est donc un marché relativement fermé, faussement dynamique en quelque sorte, où le besoin en « sujets » l’emportait sur la recherche de compétences neuves, où les accointances jouaient pour dessiner des bassins de recrutement à l’intention de chaque école. Sevin, ingénieur à La Machine en 1863 et le futur directeur des mines de Carmaux, l’écrit crûment. Il a besoin d’un sous-ingénieur, et il aimerait recruter quelqu’un formé à Saint-Étienne. « Le Conseil d’administration a proposé un élève d’une autre école. Mais j’ai lieu d’espérer qu’il me laissera complètement le choix, sauf l’approbation du directeur… ». Et il explique pourquoi : « j’ai besoin d’un aide dévoué qui suive mes inspirations et chez lequel je pourrai trouver : instruction, zèle, fermeté, honnêteté, et aussi santé ». Bref, quelqu’un qui soit économique à l’emploi, c’est-à-dire immédiatement opérant, entendons immédiatement opérant sous ses ordres, susceptible de faire équipe naturellement parce que doté de la même approche, de la même culture technique. « Il trouvera beaucoup à apprendre ici, non pas autant par mon expérience acquise, que par les installations déjà faites et par nos projets pour l’avenir ». L’ingénieur dresse un tableau de l’exploitation qu’il veut séduisant pour son futur collègue, où se mêlent la formation par l’apprentissage et le goût pour le projet. Il n’en demeure pas moins que le futur ingénieur était moins recruté pour faire changer les habitudes et les manières de travailler que pour les faire durer.

21L’insertion, par contre-coup n’était pas aisée pour les élèves démunis de relations industrielles. Henri Fayol par exemple, dont le père était un simple employé aux fonderies de la Voulte, frappa vainement aux portes à sa sortie de l’école et posa sans succès des demandes où il put, à Villeneuve-les-Chanoines dans l’Aude, à Privas, à l’école professionnelle de Lille, à Épinac. Cela dura quelques mois, entre août et octobre 1860. Ils furent un certain nombre comme lui, mais avec moins de réussite, à « désirer ardemment se caser » et « auxquels le manque de relations » rendait le but difficile à atteindre. Quels postes attendaient ces élèves que leur origine familiale ne rapprochait pas de la grande industrie ? Garde-mines, ou ingénieur-directeur d’une petite exploitation minière ou d’une petite forge en France ou à l’étranger. Borie, autre exemple, n’était pas n’importe qui : sorti en 1835, il avait dirigé des mines de houille en Allemagne et en Amérique, inventé les briques creuses et édifié en Angleterre une fonderie de fer et un établissement de construction mécanique. Pourtant, de retour en France, au début des années 1860, il ne trouve pas d’emploi. Ses références techniques ne remplacent pas le fait de se trouver en dehors des réseaux de recrutement : « je ne suis en relation ni avec M. Callon, ni avec aucun membre des Compagnies Talabot. Conséquemment, il est peu probable que je frapperai utilement à la porte de ces messieurs » fait-il observer dans sa demande d’aide au directeur. Platon, sorti de l’école en 1858, et destiné à devenir garde-mines à Angers, découvre cette réalité à ses dépens : « Les renseignements qui m’ont été donnés pendant mon voyage ne me permettent pas d’espérer qu’une place d’ingénieur puisse devenir vacante dans le bassin du Midi ; et faute de relations, j’ignore ce qui se passe dans les autres bassins houillers ».

  • 7 Devillaine : Descreux, Dictionnaire biographique de la Loire. Villiers : Annuaire de l’Amicale, 19 (...)

22Globalement pourtant, la grande entreprise ne fut pas défavorable aux élèves de Saint-Étienne, loin s’en faut et beaucoup y firent de très belles carrières. La plus connue est sans conteste celle d’Henri Fayol, que l’on retrouve ingénieur-directeur de la mine de Commentry à la fin 1861, et qui était vingt ans plus tard, en 1888, le directeur général en titre de la compagnie de Commentry-Fourchambault. La carrière de Devillaine fut exemplaire, elle aussi : né en 1823, breveté en 1846, il fit ses premières armes en tant qu’ingénieur à la Compagnie des mines de la Loire tant que celle-ci dura de 1846 à 1854. Puis il entra à la Compagnie des mines de Montrambert et la Béraudière et gravit tout le cursus de la pratique industrielle jusqu’à devenir ingénieur principal, directeur en 1880, enfin directeur-honoraire et administrateur. Chevalier de la Légion d’honneur en 1878, administrateur des Aciéries de Saint-Étienne, il fut de l’équipe fondatrice de l’Amicale dont il devint le chef incontesté, honoré et respecté de tous, Devillaine illustre parfaitement ce que pouvait être au mieux la carrière de l’élève de Saint-Étienne avec cette montée régulière dans le cursus technique et le basculement final du côté de l’administration. Quoique plus jeune, Villiers n’en fût pas moins influent. Au faîte de sa gloire, dans les années 1890, l’homme était directeur de la Société des houillères de Saint-Étienne, vice-président de la Société de l’industrie minérale, membre de la Chambre de commerce, président du comité des houillères de la Loire (poste qu’il occupa entre 1889 et 1900), chevalier de la Légion d’honneur depuis 1895. Lui aussi donne l’image d’une carrière sans tâche ni bavure. Comme tant d’autres, il débuta en tant qu’ingénieur ordinaire à la Compagnie des mines de la Loire ; il se retira à Toulon le temps que dura la liquidation, puis revint, en 1854 pour intégrer la Société des houillères. Il y franchit toutes les étapes : ingénieur ordinaire, ingénieur divisionnaire, ingénieur principal. En 1872, à la quarantaine passée, il dirigeait la société. Sa nécrologie, le temps venu, abonde en qualificatifs élogieux : « rare distinction », « compétence administrative et technique », « ingénieur d’un rare talent » ; « esprit inventif et chercheur » ; « jugement droit et sain » ; « infatigable et productif labeur » ; « beau caractère » ; « mérite éclatant7 ». Tout était là pour l’inscrire au Panthéon de la Technique…

  • 8 L’ingénieur qui ne réintégrait pas le service, perdait son droit à la retraite.
  • 9 La retraite d’Alfred Evrard intervint-elle en 1888 ou 1889 ? Les sources divergent selon qu’elles (...)

23Les années 1860-1880 furent particulièrement bénéfiques à ce type de carrière. En pleine expansion géographique, les grandes sociétés accrurent leurs besoins en postes de direction technique. Dans les mines, les positions d’ingénieur principal et d’ingénieur divisionnaire, c’est-à-dire de responsables techniques coordonnant la production d’une gîte, de plusieurs fosses ou de plusieurs exploitations regroupées en une division, se multiplièrent. Le caractère très pratique de ces positions les fit attribuer préférentiellement aux élèves de Saint-Étienne. Mais il y eut aussi un coup de pouce, une mécanique instituée par l’administration qui accéléra le mouvement, j’entends la réglementation plus sévère des congés illimités pour les ingénieurs des Mines8. Progressivement les élèves de l’École des Mines de Saint-Étienne colonisèrent les postes de direction technique qu’abandonnaient les ingénieurs du Corps. C’est ainsi que se mit en place la filière « Châtillon-Commentry », lorsque Alfred Evrard succéda à Lan à la direction générale de cette compagnie. L’ingénieur avait fait ses classes aux forges de Framont dans les Vosges, puis à Allevard. Lan, devenu directeur général de la Compagnie des forges de Châtillon et Commentry, l’appela à la direction des hauts-fourneaux et mines de Maisonneuve (Côte d’or), et le nomma en 1865, secrétaire général de la Compagnie. Entre 1873 et 1880, Evrard réorganisa Ferfay, dans le Nord, puis Firminy entre 1880 et 1885. Enfin, « il recueillit la succession de M. Lan comme directeur général de la compagnie des forges de Châtillon et Commentry où il introduisit de nombreuses fabrications nouvelles ». Trois ans plus tard, Henri Fayol lui succédait9. L’exemple n’est pas unique. Entre 1850 et 1870, le profil des directeurs de compagnies à la recherche de jeunes ingénieurs change du tout au tout. Dans les années 1850, les ingénieurs du Corps n’étaient pas les derniers à solliciter l’École, soit à titre de directeur, soit à titre d’ingénieur-conseil, et à côté d’eux, quelques anciens de l’École des Mines de Paris, Beau à la Grand’Combe, Benoist d’Azy à Alais. Ce tableau disparaît passé 1865. Les grands patrons demandeurs sont alors et resteront des anciens de Saint-Étienne : Agniel à Aniche, Baure à Bézenet, Reydelet à Blanzy, Bérard à Campagnac, Petitjean au Creusot, etc. C’est ainsi que les houillères devinrent pour les Stéphanois, de véritables chasses gardées.

  • 10 D’autres, mêmes au-delà des anciens élèves, soit ancien d’Alais, soit anciens de l’École des Mines (...)

24Dupont le premier, songea à gérer les propositions d’emplois qu’il recevait autrement que par l’échange de lettres entre l’employeur potentiel et l’école. Il était logique que le directeur de l’école cherchât à mettre au point un mode d’approche qui lui procure une lecture plus fine de l’offre et de son évolution. C’est à lui, en effet, et à ses collègues du conseil qu’il revenait de décider chaque année du nombre d’élèves à admettre. Le calcul très empirique mettait en balance le nombre de candidats à se présenter à l’examen d’entrée et la plus ou moins grande facilité avec laquelle la promotion sortante trouvait à se caser. Le barème d’admission était fixé au vu de ces indicateurs. Tout à son souci d’ordonnancement, Dupont tenta d’organiser l’affaire de manière plus rationnelle. Il élabora, sous forme d’un registre, un véritable fichier de l’offre et de la demande qui s’avéra d’une bonne efficacité pour anticiper sur la demande et proposer parmi les élèves disponibles, celui susceptible de correspondre le mieux au poste proposé10.

  • 11 La baisse du prix des produits métallurgiques coïncida avec une hausse des prix du charbon qui mit (...)

25Brutalement toutefois, la machine se dérégla dans la deuxième moitié des années 1860. Y eut-il une erreur d’appréciation, un optimisme trop grand alors que la conjoncture défaillait ? L’école en effet, s’était décidée à admettre plus de candidats, ce qu’indique la moyenne décennale des admis qui passa de 15 à 20 élèves, un nouveau palier auquel elle resta. Le problème, c’est qu’au même moment, l’offre d’emploi fléchit. L’industrie connut une récession sévère, qui frappa tout particulièrement la sidérurgie11. « Les positions sont rares et je crains d’être obligé d’attendre quelque temps après avoir quitté Pont-Évêque pour me placer. Puisque la métallurgie est pour ainsi dire bouchée par le nombre des employés et restreinte par la diminution des usines, j’entrerais volontiers dans les mines en attendant », explique Gavet en 1865, élève breveté de 1822. Débordé par la demande – 152 entre 1866 et 1868, soit 50 demandes par an ! – Dupont fut bien incapable d’y faire face. Quarante élèves brevetés se trouvèrent sans emploi, et parmi eux, 16 des 26 élèves brevetés en 1867, 17 des 19 élèves brevetés en 1868. Touché à son tour par la crise, le bassin houiller de la Loire fit également défaut et cessa d’assurer son rôle de sas, de proposer leur premier emploi aux jeunes ingénieurs.

26Structure et conjoncture potentialisèrent leurs effets. Non seulement l’emploi vint à manquer, mais le type d’emploi proposé changea. La quantification est malaisée, car les photographies qu’offre l’Annuaire de l’Amicale de part et d’autre des années 1870 n’est pas exactement la même. Ce que l’on capte dans les années 1870-1890, c’est un dynamisme, l’évolution en cours des carrières. Ce que l’on saisit auparavant, c’est un état, le meilleur niveau atteint par des ingénieurs dont beaucoup n’étaient plus en exercice. La différence est suffisamment nette toutefois pour qu’on la considère significative : le tiers des élèves formés dans les deux décennies 1840 et 1850 occupait des postes de direction ; ce chiffre passe au quart dans les années 1860, à 20 % ensuite. D’où l’on conclura que le nombre de postes de directeur proposés par les petites et moyennes exploitations minéro-métallurgiques, l’une des raisons historiquement assignées à l’existence de l’école, régressa sévèrement. C’est ainsi que deux des assises majeures du recrutement des élèves, le bassin de la Loire, la direction d’entreprise, se dérobèrent dans la fin des années 1860.

  • 12 AMSE, 18 S 2. Sauf mention contraire, cette référence vaut pour les citations d’Assemblées général (...)

27L’Amicale naquit exactement à ce moment, en décembre 1866, lors d’un banquet qui regroupait 37 anciens élèves avec, dans le comité provisoire d’organisation, Isidore Dyèvre, administrateur des Houillères de Montrambert qu’on nomma président, Villiers qui était à ce moment ingénieur principal aux Houillères de Saint-Étienne, Pinel, ingénieur divisionnaire des Houillères de Montrambert, Ozier, directeur des mines de Montaud, Desbiefs, ingénieur principal à Firminy : des Stéphanois donc, soucieux d’une évolution qui les concernait au premier chef puisqu’ils se trouvaient obligés de réduire leur propre niveau d’embauche, et qui, tirant enseignement de ce coup de semonce, ils décidaient de prendre en main le sort des anciens élèves. Un an plus tard, le conseil d’administration fut choisi « parmi les ingénieurs du bassin de la Loire » et Janicot nommé président en remplacement de Dyèvre qui venait de disparaître. En 1869, l’Amicale forte de 271 membres fit son premier geste officiel, sa première démarche auprès des autorités. « Le conseil, convaincu de l’utilité d’ouvrir plus largement à nos camarades la carrière des chemins de fer a fait auprès de M. Carcarrié, Directeur de l’école de Saint-Étienne, une démarche tendant à obtenir le développement de cette partie du cours de construction12 ».

28En mai 1870, l’association renforçait ses moyens d’actions en se dotant d’un capital social pour venir en aide aux membres en difficulté. Un an plus tard, elle affichait des premiers résultats.

« […] Nos revenus […] sont encore fort modestes, nous avons pu cependant assister trois sociétaires ou leur famille en leur allouant des subsides annuels que nous nous sommes réservés de renouveler et de modifier suivant nos ressources. Nous nous sommes occupés aussi de la partie si intéressante du programme de notre Société, qui consiste à faciliter le placement des sociétaires sans position. Vous comprenez combien cette mission a été difficile pendant les jours agités qui se sont écoulés. Le conseil y a porté tous ses soins et a contribué par sa participation collective ou individuelle au placement de 19 de nos camarades : nul doute que la reprise toute récente des affaires ne permette d’espérer dans l’avenir des meilleurs résultats ».

29Le nombre de camarades assistés, le nombre d’ingénieurs placés : tels furent pendant longtemps les deux baromètres de l’activité de l’association. Le but de l’Amicale était moins de se substituer à la direction de l’école que d’en compléter l’action en organisant le réseau d’information sur les places disponibles ou susceptibles de le devenir.

30Faut-il considérer, eu égard à la conjoncture, que la mise sur pied de l’association allait de soi ? L’étude des discours déployés durant les dix premières années d’existence amène à en douter. La rhétorique fondatrice fut classiquement celle de la « grande famille ». « Amitié », « solidarité », « fraternité », « affection », « force », « puissance des souvenirs », « berceau commun », tel fut le registre employé pour mobiliser les énergies.

« Notre but, chers camarades, a été de réunir dans une même famille, tous les élèves sortis de l’école de Saint-Étienne, sans distinction d’âge, ni de position et d’établir ou de conserver dans cette grande famille des liens d’amitiés et de solidarité qui nous permettent de nous aider dans les difficultés de notre carrière et si au milieu de la tourmente de la vie, quelques-uns de nous succombent de leur tendre une main de frère et d’ami […] ».

31Usant pour pivot de la « fraternité » et de la « solidarité », le discours rejoignait tout aussi classiquement le registre de l’association, de la « corporation », de la « puissance irrésistible ».

« Notre association s’est proposée de constituer une grande famille composée de tous les élèves de l’école de Saint-Étienne, et d’entretenir et de développer entre eux ces liens de fraternité et de solidarité qui font la force des corporations au profit des individualités souvent impuissantes si elles restent isolées ».

32L’harangue court, sans faiblir, de 1870 à 1875, signe qu’il ne fut pas si facile que cela de convaincre.

33Devillaine en 1875 fait les comptes, lucidement et déplore une progression trop lente à ses yeux :

« Vous voyez messieurs que le nombre de nos sociétaires continue à augmenter mais trop lentement. Nous aimerions le voir grossir chaque année au moins d’un chiffre égal à celui des élèves sortant de l’école, car nos jeunes camarades doivent déjà savoir que notre Société s’occupe avec sollicitude du succès de leur placement et de leur avancement, lorsqu’on lui demande des ingénieurs plus expérimentés, ce qui entre de plus en plus dans les habitudes. […]. Le nombre total des élèves brevetés sortis de l’école depuis 1869 est de 733 ; 70 environ sont morts et sur les 663 qui vivent probablement encore, notre Société n’en comprend que 331, et il y en a encore 332 que nous devons décider à entrer dans nos rangs. Il nous reste donc beaucoup à faire de ce côté ».

34Il y avait risque pour la jeune société de ne pas faire le plein.

35Un troisième motif s’ajouta en renfort pour mobiliser les énergies et renforcer l’association, celui de la lutte, du combat pour un monde neuf. Luyton l’exprime avec force, en 1870 :

« La période agitée que traverse en ce moment la Société, nous démontre d’une manière évidente que les individualités isolées, si vaillantes qu’elles soient, restent souvent stériles, tandis qu’elles trouvent dans l’association et la solidarité une puissance irrésistible. Voyez autour de nous les idées, les passions, les intérêts se groupent et se coalisent et l’association apparaît sur notre vieille terre comme le levier immense qui doit soulever un monde nouveau ».

36En 1875, Devillaine de nouveau entonne l’antienne : « N’oublions pas messieurs qu’à notre époque où les grandes compagnies et les grandes sociétés se multiplient de jour en jour et tendent à faire disparaître les influences personnelles, il est plus utile que jamais de mettre en pratique cette maxime que l’union fait la force ». Pouvait-on mieux faire en matière de rhétorique destinée à forcer l’adhésion ? La représentation qui ordonne le discours est simple qui met face à face, le groupe des anciens élèves de Saint-Étienne et celui des « grandes sociétés, les grandes compagnies ». La réalité était autrement brouillée, et l’appel à l’union n’était pas sans d’amères saveurs. Les structures de l’emploi se modifiaient du fait de l’évolution des modes de gestion et de l’évolution des techniques dans l’entreprise. Qui, des jeunes ingénieurs, pouvaient négliger que dans le « eux » des Grandes compagnies, et bien souvent à leur tête, il y avait les fondateurs de l’Amicale ? Mais, qui, parmi les grands ingénieurs fondateurs de l’Amicale, pouvait négliger la résistance croissante que leur opposaient les conseils d’administration des grandes compagnies ?

L’industrie fait de la technique, un capital

  • 13 Trop peu analysé, hélas. C’est le reproche que je ferai à cette belle étude, car y figuraient des (...)

37Dans l’ouvrage qu’il consacre aux Aciéries de Saint-Étienne entre 1865 et 1884, Daniel Colson porte un regard neuf sur l’entreprise industrielle. Le champ qu’il explore n’est pas celui des résultats mais celui du dialogue entre les trois grands agents de direction : le conseil d’administration13 ; l’administrateur-délégué, et la direction technique. Cela nous fournit un fil directeur pour observer l’évolution interne du rapport à la technique dans les entreprises, ce qui revient à envisager successivement la réalité des tensions entre le facteur technique et le facteur administratif et commercial des entreprises, la manière dont les entreprises apprirent à incorporer la technique, c’est-à-dire à la gérer comme toute forme de capital au lieu de l’utiliser passivement, et comment cela prit la forme de laboratoire d’entreprises et de travail en réseau, bien plus précocement qu’il est souvent dit, c’est-à-dire dans ce temps qui nous préoccupe, entre 1860 et 1880.

Aciéries de Saint-Étienne : quand la technique fait retour

38Comment expliquer ce paradoxe, qu’une usine administrée pendant près de trois quarts de siècle, de 1880 à 1954, par les Cholat père et fils – une grande famille stéphanoise – ait toujours été appelée à Saint-Étienne, l’« usine Barrouin », du nom de son fondateur et directeur technique, alors que Barrouin se trouva écarté de tout poste de responsabilité en 1880 et qu’il disparut en 1889 ? Un siècle plus tard, on continuait d’aller « travailler chez Barrouin », d’habiter dans les « cités Barrouin ». Prenant ce paradoxe comme point de départ de sa réflexion, Daniel Colson discerne deux faits majeurs.

39Entreprise de taille modeste, les Aciéries de Saint-Étienne gagnèrent leur place dans un marché dominé par les puissantes aciéries du Creusot et des Forges et Aciéries de la Marine, en multipliant les branches d’activité, en passant d’un marché à l’autre, en produisant tantôt pour le marché public, tantôt pour le marché civil, blindages, tôles, bandages, frettes, tubes pour canons, montage des roues, etc. « tous nécessaires, mais à des moments différents ». C’est pourquoi, le souci fut constant de ne pas perdre le capital ouvrier, constitué d’équipes chevronnées, capables de s’adapter à la diversité de la demande. Mais, second fait, le conseil d’administration n’eut de cesse de tenir à distance sa direction technique, Barrouin d’abord, pourtant le fondateur de l’entreprise qui la dirigea jusqu’en 1880, un ancien de Châlons qui avait été directeur au Creusot, puis ingénieur-chef des Aciéries de la marine et des chemins de fer ; un métallurgiste de renom aussi, au demeurant inventeur du train à tôles de grande dimension et du train de blindage. Harmet ensuite, élève breveté de Saint-Étienne, qui fut pourtant recruté pour assurer la transition du fer à l’acier, « perçue par tous, même confusément comme un changement d’époque ». On s’interdisait de considérer qu’il était possible de gérer les ressources techniques comme on gérait les ressources humaines, ou plus exactement on considérait qu’il n’était de technique que dans le savoir-faire de l’ouvrier qu’il revenait à l’ingénieur d’organiser au mieux, sans aller au-delà dans la prospective, et cela au nom de la « sainteté des dividendes ».

  • 14 J. Roux, Faire de la métallurgie une science. Les laboratoires d’usines et les cercles d’ingénieur (...)

40Situation banale, dira-t-on, que cette domination du financier sur le technique. Ramenée à notre propos, elle aide à comprendre la place faite à l’ingénieur métallurgiste sur l’échiquier des emplois de haute technicité. Sauf que la technique échappa. Dans leur atelier ou dans leur usine, à pied d’œuvre près des fourneaux, des presses, des laminoirs ou des marteaux-pilons, les directeurs successifs ne cédèrent en rien sur la qualité des projets, la qualité du travail fourni, et bien sûr celle du produit. Barrouin mena à bien la mise en marche des fours Bessemer en 1869, vérifia et appliqua l’usage de la tourbe pour les fours Siemens, il participa aux recherches sur la compression de l’acier, « ce pourquoi il accomplit en 1875 un vaste périple qui du Cher au Nivernais, puis Paris, le conduit à l’entreprise laboratoire de la famille Martin dans la Charente à Sireuil ». Les investigations de l’ingénieur illustrent, parfaitement l’intensité et le dynamisme de la recherche en métallurgie à cette époque. Elles illustrent aussi sa qualité et sa nature, ses lieux en d’autres termes, l’usine, l’atelier « utilisé comme dispositif expérimental14 » et, en appui, la Société de l’industrie minérale, à laquelle il participa.

41Daniel Colson souligne avec raison qu’il est indispensable de déceler, d’analyser et de comprendre le feuilletage des temporalités internes à l’entreprise. Le temps le plus perceptible, celui que l’on distingue le plus aisément, parce qu’il est proclamé, parce qu’il se manifeste publiquement, c’est le temps des dividendes. L’obsession du conseil d’administration était de les voir les plus élevés possibles parce qu’à ses yeux, c’était le baromètre de l’entreprise. À l’opposé, dans les profondeurs de la production, un autre temps se perçoit quoique plus difficilement, celui de la technique, temps long de la compétence et de la mémoire des pratiques, au sein duquel le renouveau s’accomplit dans la lenteur des essais et dans la prudence expérimentale, où s’exprimèrent Barrouin, puis Harmet. Au centre enfin, court le temps intermédiaire du marché et de ses fluctuations violentes autant qu’imprévisibles. Celui-là était le domaine d’activité de Cholat. Aux Aciéries de Saint-Étienne, les administrateurs négligèrent la ligne technique, la réduisant à la personne même du directeur, qu’ils tenaient pour un simple exécutant de leur volonté. Mais négliger la compétence, la mettre à distance en même temps qu’on multipliait les marchés et la gamme des produits à fabriquer, c’était, de fait, lui donner de l’autonomie. Cette autonomie fit retour, dans les années 1890, lorsque vint le temps des « produits spéciaux » destinés aux ministères de la Guerre et de la Marine, frettes et blindages, obus et canons, tourelles « de fabrication difficile, d’un montant considérable, exigeant un outillage complexe, engageant de longs délais de mise au point et de fabrication ». La course aux armements, en modifiant la structure des marchés de l’entreprise, contraignit le conseil d’administration à « intérioriser » le fait technique, et en parallèle, à remplacer l’amortissement immédiat par la constitution de réserves.

42Le développement des « essais spéciaux » lors de la réception des produits par le client (Guerre, Marine), selon une technologie de haut vol, accrut en amont le rôle de l’ingénieur. On en prendra pour preuve, a contrario, la politique défendue par Charles Cholat, administrateur-délégué depuis 1879, l’ingénieur du conseil d’administration, qu’on ne sera pas surpris de savoir polytechnicien passé à l’École des Mines de Paris. Il revenait à ce véritable « drogman » de faire le lien, d’assurer l’interface entre le conseil, l’atelier et la clientèle ; de faire se coïncider, si ce n’est de gérer, les trois temps, des dividendes, des marchés et de l’atelier. De 1880 à 1887, Cholat navigua aisément entre marchés privés, le marché des aciers « ordinaires », et marchés publics, celui des aciers spéciaux, et il opéra la concentration technique souhaitée par le Conseil d’Administration. Puis vint le temps du choix entre les marchés, et non plus celui de la navigation à vue. Et là, Cholat se trompa : homme de la technique sans y être habitué, habitué à la gestion de marchés courts et variés, effrayé de devoir composer avec seulement deux gros clients, l’homme contrecarra les projets qu’avait Harmet autour des aciers spéciaux. Mieux en place que ce dernier, il plaida et obtint du conseil d’administration la construction d’une aciérie flambant neuve, destinée à produire des aciers ordinaires. L’échec fut cuisant. Il fallut attendre 1913 et l’apparition momentanée d’une forte demande en produits ordinaires pour que l’installation réponde durant quelque mois à l’important investissement qu’elle avait exigé sept ans plus tôt, plus de 2 millions de francs. Mais, de par sa position, de par sa formation, l’homme pouvait-il plonger aussi facilement que cela dans l’univers hautement technique, y compris du côté de la commercialisation cette fois, des aciers spéciaux ? C’est, nous dit D. Colson, en 1912 seulement et la mort dans l’âme, que C. Cholat accepta leur prédominance dans l’entreprise.

Schneider & Cie : faire de la technique une ressource

  • 15 A. D’Angio, Schneider & Cie. Des pratiques internes à l’aventure internationale, 1836-1849, 2000.

43La même erreur fut commise chez Schneider et Compagnie au début des années 1900, lors de la construction à Sète, sur l’étang de Thau, d’un complexe métallurgique destiné à la production de fonte d’acier et de produits laminés. Il s’agissait aussi de produits ordinaires pour la production desquels la compagnie voulut se rapprocher de ses approvisionnements méditerranéens. Le contexte économique aussi bien que le climat social eurent raison de l’investissement. L’usine fonctionna deux ans, de 1902 à 1904, puis on la démonta en 1905 pour finalement l’abandonner en 191415. La différence toutefois avec la mésaventure de Cholat, est qu’on ne saurait incriminer la difficulté à incorporer la technique, voire sa sous-estimation. A. d’Angio qui observe avec patience la naissance de l’ingénierie chez Schneider & Cie, et J.-P. Passaqui qui s’est intéressé de son côté à la constitution et à la gestion du domaine productif de la Compagnie, ont ajouté des pièces majeures au dossier de l’emploi des ingénieurs dans le secteur de base au xixe siècle.

  • 16 L. Bergeron, « Les Schneider : la famille et l’entreprise (1830-1942) », Les Schneider, le Creusot (...)

44Le complexe industriel du Creusot dans la seconde moitié du xixe siècle sut adopter vis-à-vis de la technique une politique de lenteur, une politique de recherche dans la durée. Il y eut au Creusot une gestion de la technique, comme il y eut une gestion des matières premières, des transports et des marchés. À dire vrai, tout était lié. Deux éléments ont joué en la faveur de cette culture qui fut à la fois technico-commerciale et technico-scientifique. D’une part, son caractère de nébuleuse productive, la multiplicité des sites de production et d’obtention des matières première, houille et minerais de fer, ensuite la manière de faire des Schneider, l’esprit de la famille. Ainsi Henri, fils d’Eugène I, commença sa carrière en 1858 par un stage au bureau des écritures. Devenu sous-directeur en 1863, « il entretint avec son père une correspondance étroite sur tous les aspects techniques et commerciaux de la marche quotidienne de l’entreprise16 ». En 1867 enfin, après neuf années de cette formation « sur le tas », au cœur des problèmes de l’entreprise, il devenait le directeur du Creusot. Un élément s’introduit ici, capital dans l’histoire technique de l’entreprise au xixe siècle, la patience des dirigeants.

  • 17 Annuaire de l’Amicale, liste des anciens élèves, 1863-1880 et 1892, p. 62. Schneider racheta Montc (...)

45Quant à la complexité de la structure, c’est la caractéristique principale de la compagnie, sa « singularité », écrit J.-P. Passaqui qui réfute à son propos la distinction amont-aval. Elle avait à proximité tout ce qui était nécessaire pour le travail du fer : houille, fer, fondants calcaires ou siliceux, fluorine, manganèse… Et elle produisait la quasi-totalité de l’équipement minier et usinier. Il fallut pourtant naviguer avec l’incertitude de minerais inappropriés et apprendre à maîtriser les flux matériels et financiers. La galaxie Schneider qui se constitua alors, mit en œuvre toutes sortes d’exploitations et embaucha toutes sortes d’ingénieurs. Pour les ingénieurs stéphanois, elle était un lieu d’embauche idéal et jugé tel. Une vingtaine d’entre eux passèrent dans ses mines et ses ateliers entre 1859 et 1879, la plupart ingénieurs aux mines de Montchanin, du Creusot, de Longpendu, de Brassac, et d’Allevard en Savoie. Déjà Ollier (promotion 1849) et, on le sait, Petitjean (promotion 1851) y avaient dirigé, le premier les mines de Montchanin, le second celles du Creusot. Citons encore Raymond (promotion 1862) également à Montchanin et Rollet (promotion 1863) qui fut embauché au laboratoire du Creusot et en devint le directeur jusqu’à sa retraite en 188017.

  • 18 Archives François Bourdon, 1865, A. 2000, cité par A. D’Angio, Schneider…, op. cit., p. 46, n. 10 (...)
  • 19 Wendel avait acquis le procédé avec exclusivité pour la Lorraine annexée (en juin 1879) puis pour (...)

46Dix années furent nécessaires, observe d’Angio, pour que s’effectue le passage du fer à l’acier. Eugène I acheta le brevet Bessemer en 1865, mais sans l’appliquer, s’offrant, c’est du moins l’image qu’il donne au conseil d’administration, le luxe du délai, de l’attente, pour « mettre à profit les essais que l’on fait ailleurs ». Ailleurs, c’était à Terrenoire, qui fut la première entreprise en France à adopter le procédé18. Henri Schneider hésita moins sur l’Aciérie Martin ouverte en 1867, technique qui correspondait aux ressources minérales disponibles. La compagnie mit au point un acier doux pour le blindage en 1873 et en 1876 un système de puddlage mécanique par four rotatif. Mais déjà le procédé Thomas-Gilchrist était dans l’air. Schneider en fit l’acquisition en 1879, quelques mois après sa mise à disposition sur le marché des techniques, avec rien moins qu’une exclusivité pour la France, ce qui eut pour effet d’induire une restructuration de l’entreprise, le regroupement avec Wendel, et la fondation de l’usine de Joeuf en Lorraine19.

  • 20 Les minerais de Chaney étaient mélangés en des proportions parfaitement déterminées avec ceux de M (...)

47À s’en tenir à l’observation de la production de métal – fontes, puis aciers – la complémentarité des décisions prises, au plan technique et commercial, révèle la capacité d’analyse de la direction. L’habitude fut prise précocement d’établir des veilles technologiques, pour préparer la décision. Des experts – des ingénieurs – furent mobilisés pour ce faire. « Pour confirmer la véracité des informations qui parviennent en abondance, les usines du Creusot recrutent des spécialistes des questions minières qui orientent les fouilles dans plusieurs directions afin de limiter l’influence des coûts de transport sur les prix de revient ». Eugène Schneider n’agit pas différemment pour décider de l’attitude à adopter vis-à-vis du procédé Bessemer. En 1862, il envoya aux aciéries de Longsdon à Sheffield, Daix un ingénieur, puis Deseilligny son directeur en leur donnant pour mission d’étudier la fabrication et les applications de l’acier. Quelque mois plus tard, il avait la réponse : « Les fontes du Creusot sont à la limite et il faut encore les modifier », signalait Daix de Londres, à la suite de quoi Schneider décida d’attendre, de patienter. Le rachat des forges d’Allevard et des mines de fer des Alpes, entre 1873 et 1878, relève de cette même capacité à observer conjointement de l’état des techniques et celui du marché. Dans le début des années 1870 en effet, la fabrication de rails d’acier atteint le stade de la compétitivité industrielle, ce qui signifiait pour tous les industriels la disparition du marché des rails en fonte et, pour Schneider en particulier, la fin de la rentabilité de Chaney, leur principale mine de fer locale20. Un redéploiement s’imposait vers de nouvelles productions métallurgiques. Les Schneider adoptèrent une « attitude très offensive » et élaborèrent une gamme de produits supplémentaires dans le but de répondre aux besoins nouveaux de l’artillerie, soit, comme aux Aciéries de Saint-Étienne, corps de canons, tubes, dispositifs de frettage et aciers pour blindage. Encore fallait-il pour cela, disposer ces minerais adéquats. Les minerais alpins, de très belle qualité, semblaient correspondre. Mais, avant que de jeter sur eux, son dévolu, la Compagnie enquêta, y compris de visu. Chosson et Judey deux ingénieurs du Creusot, le premier responsable du secteur des mines et le second du secteur des hauts-fourneaux, se rendirent en Savoie, et incidemment, ils s’invitèrent aux forges d’Allevard, à la suite de quoi, leur rapport ayant été favorable, celles-ci entrèrent dans la compagnie. Le point d’orgue de cette « veille technologique » fut la manière dont la compagnie fit main basse sur le procédé Thomas-Gilchrist, cette révolution survenue en 1879 que leurs auteurs achevèrent de mettre au point chez les Wendel, que les Schneider s’approprièrent sans coup férir, mais dont tout ingénieur spécialiste de la déphosphoration était en mesure de supposer l’arrivée à partir des années 1875.

48L’organisation du laboratoire en 1861 fut plus discrète que l’érection de la Grande Forge, qui était et demeura le symbole de la puissance de l’entreprise. La décision fut tout aussi capitale pourtant puisque le laboratoire devint le point nodal de la prise de décision, le lieu de la patience, de la réflexion quant aux procédés à adopter, le lieu de la définition des qualités de métaux à mettre sur le marché. Tout commença dans le milieu des années 1850, période de dégradation de la conjoncture, la compagnie devant supporter simultanément l’affaiblissement des négociants avec lesquels elle traitait jusque-là pour l’écoulement de ses produits et une crise des transports qui provoqua une rupture des approvisionnements et une lutte intense avec les compagnies concurrentes pour le minerai. En réponse à cette conjoncture délicate, pour faire face aussi à la qualité médiocre des minerais de fer dont elle disposait, l’usine mit en route un processus d’analyses et de classification dont le but était de déterminer avec précision la gamme de fontes susceptibles d’être obtenues en fonction des lits de fusion. Ce travail d’analyse fine des matériaux devint la compétence reconnue des chimistes du Creusot, en même temps que cela procura aux ingénieurs une base de compétences pour les travaux à venir sur les alliages. Et l’usine, qui proposait six sortes de fontes, aciéreuses, à fer pour rail, à fer marchand, à fer pour tôles, de moulage, de coke premier choix pour forges devint une référence pour le classement des produits sidérurgiques.

49Liée à la question des aciers, la création du laboratoire renforça cette compétence. On y travailla à la définition des fontes d’affinage, puis à partir de 1867, lorsque le procédé Martin-Siemens fut disponible, on y reprit complètement la question des fers, à partir d’une étude comparée des divers minerais qui étaient à la disposition de l’entreprise. Le laboratoire travailla dans les deux directions complémentaires de l’analyse chimique et de l’étude des qualités physiques des matériaux :

  • 21 C. A. Opperman, Visites d’un ingénieur à l’Exposition universelle de 1867, cité par N. Chézeau, L’ (...)

« Plus de mille expériences ont été faites au Creusot pour l’essai rationnel des fers et l’appréciation de leurs diverses propriétés. De nombreux appareils […] ont été construits exprès pour vérifier successivement 1° la ténacité par la résistance à la traction ; 2° la résistance à la flexion à chaud et à froid ; 3° la résistance à la torsion ; 4° le mode de cassure, le grain, le nerf du métal, etc.21 ».

  • 22 Ibidem, p. 222-225. Barba était polytechnicien, ingénieur du Génie maritime, et le fils du régisse (...)
  • 23 La Marine avait décidé en 1873 d’utiliser l’acier pour l’ossature de trois navires de guerre mis e (...)

50C’est dire que l’équipe était prête pour faire face aux exigences nouvelles de l’artillerie et de la Marine, et constituer une équipe de très haut vol avec Jean Barba, spécialiste de la résistance des matériaux, à l’origine d’un important travail théorique et expérimental sur l’essai de traction, Walrand, qui travailla sur la déphosphoration et la mise au point de revêtements basiques pour les fours de fusion, Floris Osmond qui fut on le sait l’un des inventeurs de la métallographie, et Werth, qui développa les travaux sur les aciers au nickel22. Ces hommes furent recrutés – Barba en 1876, Osmond en 1880 – pour répondre aux demandes nouvelles en matières de blindages et développer la métallurgie des alliages. Pour donner, à un horizon beaucoup plus modeste, une illustration complémentaire de la qualité du travail réalisé en matière de Génie industriel au laboratoire du Creusot, évoquons la retraite plutôt heureuse de Rollet, revenu à Saint-Étienne en 1881. Là, il mit au point un procédé de désulfuration et de déphosphoration simultané des fontes au cubilot, qu’appliquèrent les Aciéries de Saint-Chamond (Petin et Gaudet), Firminy (Verdié) et Unieux (Holtzer)23.

51« Il n’y a guère en Allemagne d’établissements métallurgiques […] qui ne possèdent un laboratoire surveillant de façon régulière toute la fabrication. Il apparaît partout comme l’organe directeur, le juge indépendant également indispensable à l’élément technique et à l’élément commercial… », trouve-t-on écrit dans la « Note sur l’organisation de quelques laboratoires allemands et belges », publiée par la Revue de Métallurgie en 1910. L’hypothèse selon laquelle la Compagnie du Creusot fonctionna de cette manière à partir du milieu du xixe siècle, est très vraisemblable. Les Schneider n’avaient-ils pas tout pour agir ainsi, tant du côté des contraintes que du côté des facilités ? L’entreprise dut en permanence composer avec des minerais et des houilles de qualité médiocre ou franchement inappropriés et juguler l’insuffisance des transports. Mais elle avait, à sa portée, une main d’œuvre compétente et disponible, en la personne des élèves sortis de Centrale, Polytechnique, ou Saint-Étienne. Les Schneider en usèrent à bon escient.

La « technopole » stéphanoise

52Soulignons la convergence des travaux de Jacques Roux et Nicole Chézeau qui s’accordent à penser que la métallographie et la science des alliages prirent forme dans l’espace technique des industries européenne et nord-américaine, à partir d’une multiplicité de foyers que dynamisèrent toutes formes de concurrence, économique et intellectuelle. En France, il y eut Floris Osmond au Creusot qui dialogua avec Henry Le Chatelier et forma Léon Guillet ; il y eut à Châtillon-Commentry, le laboratoire de l’usine St Jacques, dont les travaux sur la mesure des températures critiques de l’acier furent impulsés par Alfred Evrard ; et celui d’Imphy, où Werth, à partir de 1894, mena ses recherches sur les aciers au nickel, sous l’impulsion d’Henri Fayol. Enfin, il y eut, non des moindres, Unieux et Terrenoire à Saint-Étienne.

  • 24 H. Maier, « Aluminium between Science and Practice : Some Aspects of the Rôle of Techno-Sciences f (...)
  • 25 A contrario, J. Roux propose pour cause du déclin qui intervint après la seconde guerre mondiale, (...)

53Jacques Roux s’est attaché à analyser le milieu « technico-scientifique » qui gravitait à Saint-Étienne entre usines et école des Mines. À la différence de ce que décrit Helmut Maier pour l’aluminium24, il n’y eut, en effet, aucune opposition entre l’atelier et l’école pour la mise au point des aciers spéciaux, mais au contraire une synergie de compétences autour de deux sortes d’ingénieurs, ceux que l’auteur qualifie d’ingénieurs scientifiques (Pourcel, Brustlein, le premier Stéphanois, le second Centralien) et ceux qu’il qualifie d’ingénieurs inventeurs (Barrouin, Harmet, le premier de Châlons, le second Stéphanois), à quoi s’ajoutent la réceptivité et la capacité de travail des équipes qui entouraient ces ingénieurs, et qui étaient constituées d’ingénieurs stéphanois de moindre rang. Le dynamisme des aciéristes stéphanois relève pour une part du caractère pluriel du milieu entrepreneurial25 et pour une autre de la présence voisine d’une société savante à caractère technique et d’une école professionnelle axée fondamentalement sur la pratique industrielle.

54La métallographie naquit en s’appuyant sur le savoir-faire et la pratique des métallurgistes. Daniel Colson le rappelle à juste titre :

« Savoirs nouveaux et instruments de mesure et d’observation (procédés de dosage, analyses chimiques, pyromètres, microscopes, possibilités de clichés photographiques, etc.) ont pour effets de mieux armer la production, d’augmenter son prestige et son assurance, de la rendre plus forte dans ses négociations avec l’extérieur sans jamais l’obliger à se départir du secret qu’impose la concurrence, et, surtout, sans que ces techniques et ces savoirs nouveaux prétendent remplacer un empirisme et un savoir-faire qu’ils viennent seulement assister et finalement légitimer ».

55Mais toute innovation, y compris scientifique, ne prend-elle pas ses racines dans les recherches antérieures ? Que les inventeurs et utilisateurs éprouvent ensuite le besoin de s’en détacher en désignant l’antériorité comme dépassée ou « non-scientifique » voire « empirique », relève du processus d’autonomisation de la science (ou de la technique) nouvelle et doit être apprécié en tant que tel.

  • 26 Unieux et Terrenoire, donnés ici en exemple, ne monopolisèrent pas cette sorte de recherche indust (...)
  • 27 N. Chézeau, L’émergence…, op. cit., p. 109. La rencontre avec Brustlein eut lieu par l’intermédiai (...)

56Terrenoire et Unieux furent les hauts lieux de cette recherche sur les aciers spéciaux et les alliages26. À Unieux, ce fut sous l’impulsion du vieux Boussingault. Ce conquérant infatigable, devenu une référence et l’un des fondateurs de l’agronomie, renoua en fin de vie avec sa compétence première, la science des alliages, à la demande de son gendre Jacob Holtzer. Spécialisé dans les aciers fins au creuset, Holtzer redoutait la concurrence des aciers Bessemer et Martin. Il mit à la disposition de Boussingault un laboratoire dans l’usine et celui-ci entama des recherches sur la composition et la constitution des aciers alliés. L’arrivée en 1871 d’Aimé Brustlein l’incita à approfondir la question des aciers au chrome dont il avait soupçonné la possibilité dans ses premières recherches. En compagnie d’Achille Muntz, leur chef de laboratoire – et futur membre de l’Académie des sciences –, ils travaillèrent à l’élaboration des ferrochromes de 1870 à 1875, puis à celle des aciers chromés, dont la production industrielle commença en 1878. D’abord aciers à outils comme on le conçoit, ces métaux furent utilisés pour l’armement, dans les années 188027.

57Mais la grande réussite d’Unieux et sa force, furent d’avoir su mener de front la recherche sur les produits et la recherche sur les procédés. C’est ainsi que lors de la visite effectuée à Unieux par les congressistes de la Société de l’industrie minérale en 1908, la vedette est tenue par un four électrique Keller de 10 tonnes, le premier à être installé dans la région. Roux voit dans cette capacité à mener de pair ces deux sortes de recherches, la préfiguration de « l’usine scientifique intégrée », (« l’idée scientifique y implique la totalité de l’entreprise », où l’on retrouve d’une autre manière les désirs de globalité scientifique tels qu’ils s’exprimaient au début de siècle) et souligne combien cette politique d’entreprise, qui fit d’elle un des lieux majeurs de la recherche sidérurgique de l’entre-deux-guerres, s’inscrit dans la continuité de son histoire, combien elle relevait de sa culture technique.

  • 28 J.-P. Passaqui insiste sur l’inertie et la passivité des directeurs des houillères stéphanoises vi (...)

58L’histoire de Terrenoire relève de cette même culture technique, quoiqu’elle s’acheva par la fermeture et la faillite en 1888-1889. Elle témoigne, à sa manière, de ce qui fut peut-être la faiblesse des Stéphanois, à savoir, à côté d’une compétence techno-scientifique de très haute qualité, une certaine difficulté à appréhender à un niveau équivalent les aspects commerciaux de l’entreprise28. Comme à Unieux, mais plus encore, cette culture s’enracine dans le travail de renouvellement technologique et de diffusion de l’innovation impulsé par les enseignants de l’école des Mines. La filiation est directe en l’occurrence. Après tous les déboires rencontrés dans les années 1820 et le début des années 1830, la société fondée par Gallois, fut rachetée en 1835 par les Frèrejean et fusionna en 1859 avec Bessèges. Elle fut la première en France à se lancer dans la production d’acier Bessemer, en 1862. En 1867, elle détenait le quart de la capacité de production nationale en acier Bessemer et le tiers des fours Martin-Siemens installés sur le territoire national. Terrenoire fut sans conteste l’un des grands pôles de recrutement des élèves brevetés : on en compte pas moins de douze, entre 1859 et 1879, à avoir intégré la société à titre d’ingénieurs métallurgistes – dont Pourcel – et presque autant d’ingénieurs spécialisés dans l’exploitation minière pour ses houillères.

  • 29 N. Chézeau, L’émergence…, op. cit., p. 110. L’impression que fit l’ensemble sur Hadfield, une jeun (...)

59La société décida en 1866, de se reconvertir vers la production d’aciers plus élaborés pour faire face au rétrécissement du marché ferroviaire. Embauché pour cela, Alexandre Pourcel « lance un véritable programme de recherche systématique sur les alliages de fer avec d’autres métaux, tels que le manganèse, le chrome, le tungstène, le molybdène pour augmenter la dureté et la ténacité du métal fondu ». En 1876, il dépose un brevet pour un procédé d’obtention de l’acier sans soufflure par adjonction de silicium et de manganèse. Et, pour preuve de l’impulsion donnée et de la compétence acquise, à l’exposition de 1878, Terrenoire exposait 455 échantillons sur lesquels avaient été effectués des analyses et des essais mécaniques, et proposait en complément un fascicule de 40 pages d’explications29. Et c’est à Pourcel que revint l’honneur de présenter pour la première fois en France, le procédé Thomas-Gilchrist, ce qu’il fit lors d’une réunion de la Société de l’Industrie Minérale en juin 1879. Ce ne fut pas sans réactions ! La conversation, longue et animée, fut publiée dans le Comptes rendus mensuels de la Société de l’industrie minérale. « De nombreuses critiques m’ont été adressées touchant les conclusions tirées des faits que j’avais exposés… ». Calmement, Pourcel fait face et expose son point de vue :

« On m’a dit que je me trompais en affirmant qu’on ne pourrait pas obtenir au convertisseur un métal au-dessous de 0,20 de phosphore […]. C’est aussi ma conviction que j’ai cru laisser suffisamment entrevoir en disant que l’on arriverait à surmonter les difficultés pratiques de la méthode Thomas et Gilchrist ; mais en fait, j’ai pris cette méthode telle que je l’ai vu appliquer, j’ai raisonné sur les faits que j’avais observé de près, et mes conclusions s’appliquent à ces faits, et non à ceux d’une méthode modifiée suivant des vues pratiques qui peuvent offrir des nombreuses variantes ».

60Non moins calmement, il se défend des attaques qui avaient été portées contre son idée, « qu’aux fours Martin-Siemens ou Pernot-Martin pourvus d’une sole basique, on ne pourrait jamais réaliser la déphosphoration du métal doux d’une façon pratique ». La discussion révèle un ingénieur capable de théorisation, en même temps que passé maître dans l’art de l’expérimentation.

61Mais au-delà de la technique, le débat était plombé par les questions économiques, ce qu’Euverte, directeur de Terrenoire, souligna.

« Les chefs des principaux établissements métallurgiques du bassin se sont réunis pour l’étude de la déphosphoration. On s’est trouvé immédiatement en présence de plusieurs difficultés ayant surtout pour origine les intérêts différents qu’ont les diverses usines dans la solution de cette importante question. Celles-ci sont en effet liées pour leur approvisionnement par des marchés souvent très-longs qui leur assurent des minerais peu ou point phosphoreux. Ces usines, on le comprend, n’ont qu’un intérêt éloigné dans la solution de la question ».

  • 30 Mushett, dans l’Engineer du 5 décembre 1879, le prit à partie, à propos d’un procédé mis au point (...)

62C’était souligner l’existence d’autres temporalités, internes à la technique celles-là, et la difficulté qu’il y avait à conjuguer la nécessité de s’assurer un approvisionnement en minerai dans la durée et à moindre coût, et une recherche expérimentale qui pouvait rendre brutalement obsolète cet approvisionnement. C’est là que s’inscrivent en positif la réussite de Schneider, et en négatif la faillite de Terrenoire. Et c’est pour cela que la disparition de la Compagnie ne ternit en aucune manière la réputation de Pourcel. L’ingénieur, qui était une référence en matière de déphosphoration des fontes30, devint le conseil de nombreuses sociétés sidérurgiques, en particulier en Angleterre. Il fut nommé vice-président honoraire de l’Iron and Steel Institute, et, fait rarissime en France, son activité de métallurgiste fut couronnée par l’obtention de la médaille d’or Bessemer.

En conclusion : l’obtention des trois ans

63Ainsi le marché du travail bascula du côté de la technicité. Cela s’observe entre 1870 et 1890 jusque dans la mise en forme des offres et des demandes. Les employeurs continuent d’interroger le directeur de l’école sur la valeur personnelle et les aptitudes du candidat potentiel ; ils veulent toujours savoir ses notes, son cursus, son classement à la sortie. Mais le profil comporte désormais des spécifications très précises quant à la nature du poste, à côté des conditions d’âge et de traitement. Voilà la compagnie du PLM, en 1891, à la recherche d’un chimiste pour ses houillères de la Chazotte :

  • 31 « Nous ne ferions d’autre part aucune objection à ce que le chef du laboratoire profitât dans la m (...)

« Nous cherchons en ce moment un chimiste jeune encore, mais déjà assez formé pour pouvoir dans un petit nombre d’années, remplacer le chef actuel de notre laboratoire. Les travaux que nous avons à exécuter sont assez variés : nous avons à faire de nombreuses analyses rapides en vue de l’application des tarifs de transport ; des analyses industrielles des diverses matières employées ou consommées dans nos ateliers ou dans nos gares, et notamment des analyses de métaux, d’alliages, d’eaux d’alimentation et de consommation, de matières de peinture, d’huiles diverses, de pétroles31 ».

64À Montataire, on recherche pour la direction de l’usine, un ingénieur connaissant parfaitement la fabrication du fer, de la tôle et de l’acier Martin-Siemens :

  • 32 On retrouve aux conditions faites la position d’un Harmet aux Aciéries de Saint-Étienne : « Le dir (...)

« Je tiens à avoir un homme assez jeune et pouvant me prêter un concours actif. Pour cela, il doit connaître parfaitement la fabrication du fer, de la tôle en même temps que celle de l’acier ; connaître encore les machines à vapeur et les laminoirs et être apte à préparer et faire préparer par les bureaux de dessin les plans et devis reconnus nécessaires pou les changements améliorations et économies à réaliser dans les différents services », précise Normand, l’administrateur-délégué32.

65À Lyon, en 1891, les établissements Borax recherchent un ingénieur pour diriger une exploitation en Asie Mineure :

« On va procéder par piliers et galeries superposées sur plusieurs étages et ensuite par dépilages successifs. Les gisements sont de la boro-clacite et la gangue est constituée par du gypse, les travaux sont donc dans un terrain relativement solide. Tous les plans d’organisation sont faits et étudiés, tout le matériel est commandé et expédié, l’ingénieur n’aura donc qu’à surveiller la bonne installation et à prendre les déterminations que nécessiteront les circonstances ».

66L’obligation de répondre à cette technicité croissante relança la question de la durée des études. Le cursus en trois ans s’imposait désormais. En 1876, l’Amicale, qui se saisit de la question, le fit en reprenant à son compte l’argumentaire qu’avait déployé Grüner vingt ans auparavant.

« Les connaissances nécessaires à un ingénieur devenant de plus en plus étendues, l’école de Saint-Étienne ne se tiendrait plus au niveau où son enseignement et les postes occupés dans l’industrie par ses ingénieurs l’ont élevée si la durée des études n’y était promptement portée à trois ans ».

  • 33 Arrêté du 11 juillet 1867. L. Babu, ibidem, p. 93 et Annuaire de l’Amicale. « École des Mineurs. O (...)

67Devillaine, Pourcel, J. Lévy, M. Evrard, tous membres du bureau, déployèrent toute leur énergie pour donner à l’école les moyens pédagogiques qui lui convenaient. Ils le firent avec patience et obstination en profitant au mieux des atouts qu’ils avaient en main, en usant de leur influence. Ils savaient pouvoir compter sur les autorités locales : déjà, en 1866, le Conseil municipal de Saint-Étienne avait émis le vœu d’un relèvement du programme d’admission et de l’allongement de la durée des études et obtenu du ministère que les connaissances des candidats seraient celles « exigées par l’examen du baccalauréat ès sciences » pour les mathématiques et plus même pour la physique, le programme comprenant outre la pesanteur, la statique des liquides et des gaz, des notions générales sur la chaleur, l’électricité statique, le magnétisme, des notions élémentaires d’acoustique et en optique les lois de la réflexion et de la réfraction33. Et ils savaient pouvoir disposer à Paris d’un allié indéfectible autant que puissant en la personne de Grüner, désormais vice-président du Conseil général des Mines, c’est-à-dire son patron. L’Amicale sut se comporter en groupe de pression et fit preuve d’une grande habileté, en ne se posant pas en demanderesse, mais en relais d’une demande venue de l’industrie.

  • 34 AMSE, 18 S 2, 1871-1873. L’argent vint pour l’essentiel des départements de Loire, Saône et Loire, (...)

68« Votre conseil a reçu dans ces derniers temps une pétition signée par un grand nombre de sociétaires et tendant à demander au gouvernement la prolongation de la durée des cours. Elle serait portée à trois ans au lieu de deux ans et les études théoriques alterneraient la troisième année avec des exercices pratiques facilités par le voisinage des établissements industriels les plus divers, groupés autour de Saint-Étienne ». Endossant avec habileté cette position rhétorique – « Il nous a paru que cette demande méritait d’autant plus d’être prise en considération qu’elle a été formulée depuis longtemps par toutes les personnes qui portent intérêt à la prospérité de l’école » – l’Amicale entama un travail de sape des possibles oppositions. « Votre conseil a déjà commencé son étude par la comparaison des programmes d’admission à notre école avec ceux des écoles diverses plus ou moins similaires en France ou à l’étranger. Il continuera par l’examen des cours professés dans chacune d’elles et du temps qu’il a été jugé nécessaire partout ailleurs pour faire acquérir aux jeunes l’instruction sérieuse qui convient à un ingénieur ». Le ministère exprima son accord sur le fond, tout en alléguant les habituelles questions matérielles. « On nous a objecté qu’une troisième division nécessiterait une salle d’études, un amphithéâtre et un laboratoire, trois constructions coûteuses ». La riposte vint sous la forme d’une pétition signée « non seulement des ingénieurs, mais encore des directeurs des grands établissements industriels dont le personnel d’ingénieurs est généralement recruté à Saint-Étienne », qui fut remise en juin 1876, à la Chambre et au ministre, « dans une audience spéciale accordée dans ce but sur leur demande à MM. les députés de la Loire qui ont bien voulu y assister et l’appuyer énergiquement ». Réitérant son accord de principe, le ministre l’assortit cette fois d’une demande de participation « aux frais de premier établissement ». La demande fut communiquée au Conseil général du département, au Conseil municipal de Saint-Étienne, et « aux diverses sociétés industrielles intéressées » qui fournirent près des deux tiers de la somme requise, 40 000 F sur les 60 000 exigés par le devis34. L’industrie et la région emportèrent l’adhésion du ministère. L’usine poussait l’État. Le 31 janvier 1877, le ministre des Travaux publics avertissait le préfet de la Loire : « j’ai décidé, en principe, qu’il sera institué une troisième année d’études à l’école des Mineurs de Saint-Étienne ». En 1879, c’était chose faite.

Notes

1 ADL, 106 J 35. Sauf avis contraire la référence vaut pour tous les courriers. Couasnier embaucha Charles Eloy, un ingénieur belge que connaissait Grüner. D’une très grande compétence, l’ingénieur donna à l’exploitation le tour industriel qui lui convenait, A. Brulé, Mineurs de Bretagne, 1989.

2 Les exploitants des salines de Varangéville près de Nancy, définirent ainsi le profil de l’ingénieur destiné à remplacer leur directeur parti à la retraite : « un homme d’âge mûr, possédant certaines connaissances scientifiques sur les procédés pyrotechniques, de l’expérience du commandement des ouvriers, ayant une connaissance suffisante de l’art des mines pour diriger par des contremaîtres d’exploitation de notre mine de sel gemme, une probité à toute épreuve, un caractère commode, marié et bien marié », ADL, id., 4 mars 1867.

3 ADL, id., 15 novembre 1862. « La façon dont on nous traite, moi et mes collègues, m’obligera tôt ou tard, à donner ma démission. Figurez-vous, monsieur que dans 26 mois, 10 ingénieurs ont dû quitter. Ceux qui les ont remplacés ne restent que parce qu’ils ne trouvent pas autre chose. » écrivait Pierrugues.

4 Rivière devint directeur des mines de Rochebelle en Savoie. Chauvin termina sa carrière aux Mines de Gros-Ménil à Saint-Étienne et Mathieu, précédemment cité, de la promotion 1866, devint sous-directeur de mines au Nicaragua.

5 Un exemple parmi d’autres : Aaron Benjaf Simon, de la promotion 1842 fut l’un des promoteurs en France de l’industrie du zinc, A.-F. Garçon, Mine et métal, 1998, p. 135-140. Il devint directeur des mines de Graissessac.

6 Ce « M. Constantin » n’est autre que Constantin Czyskowski, déjà rencontré alors qu’il était gardemines.

7 Devillaine : Descreux, Dictionnaire biographique de la Loire. Villiers : Annuaire de l’Amicale, 1904, p. 87-88. Autre grand personnage de l’Amicale : Maximilien Evrard, dont on consultera la biographie dans S. Chassagne (dir.), Dictionnaire…, op. cit., à paraître.

8 L’ingénieur qui ne réintégrait pas le service, perdait son droit à la retraite.

9 La retraite d’Alfred Evrard intervint-elle en 1888 ou 1889 ? Les sources divergent selon qu’elles traitent d’Evrard ou de Fayol. Evrard professa un cours d’exploitation des Mines à l’Institut industriel du Nord de la France à Lille, administrateur de la Revue industrielle des Mines de Liège, membre du conseil supérieur du journal Le Génie civil, membre du conseil de perfectionnement de l’École de Saint-Étienne de 1885 à 1895, officier d’Académie, du Dragon d’Annam et chevalier de la Légion d’honneur, et ingénieur conseil d’un grand nombre de sociétés industrielles, AMSE, 18 S 315, 4 octobre 1910 (date de son décès).

10 D’autres, mêmes au-delà des anciens élèves, soit ancien d’Alais, soit anciens de l’École des Mines de Paris, ne se privèrent pas de le contacter pour un éventuel placement : les Pajot jeune et aîné, anciens d’Alais, Turbert de l’École des Mines de Paris.

11 La baisse du prix des produits métallurgiques coïncida avec une hausse des prix du charbon qui mit à mal la sidérurgie au coke. La production charbonnière connut une décélération. Son taux moyen de croissance baissa de 5 à 6 % au début des années 1860 à un peu plus de 2,5 % pour la décennie 1865-1874, J.-P. Passaqui, Intégration vers l’amont, politique d’approvisionnement en matières premières minérales et combustibles fossiles solides, au sein des établissements Schneider et Cie du Creusot, de 1836 à 1946, 2001, p. 203-204.

12 AMSE, 18 S 2. Sauf mention contraire, cette référence vaut pour les citations d’Assemblées générales de l’Amicale.

13 Trop peu analysé, hélas. C’est le reproche que je ferai à cette belle étude, car y figuraient des industriels sortis de l’École des Mineurs, D. Colson, La Compagnie des fonderies, forges et aciéries de Saint-Étienne (1865-1884). Autonomie et subjectivités techniques, 1998.

14 J. Roux, Faire de la métallurgie une science. Les laboratoires d’usines et les cercles d’ingénieurs dans le bassin métallurgique de la Loire de 1850 à 1970, 1989, p. 12. (Réf. aimable, A. Grelon).

15 A. D’Angio, Schneider & Cie. Des pratiques internes à l’aventure internationale, 1836-1849, 2000.

16 L. Bergeron, « Les Schneider : la famille et l’entreprise (1830-1942) », Les Schneider, le Creusot. Une famille, une entreprise, une ville, 1995, p. 146-167.

17 Annuaire de l’Amicale, liste des anciens élèves, 1863-1880 et 1892, p. 62. Schneider racheta Montchanin, Longpendu et Decize en 1869, les mines de Beaubrun et Montaud à Saint-Étienne, celles de Brassac, la forge d’Allevard et les mines de fer savoyardes entre 1872 et 1878.

18 Archives François Bourdon, 1865, A. 2000, cité par A. D’Angio, Schneider…, op. cit., p. 46, n. 10 et N. Chézeau, « Le rôle des laboratoires industriels dans l’émergence d’une métallurgie scientifique à l’orée du xxe siècle (1860-1914) » dans Materiels : Research, Development and applications, 2002, p. 36.

19 Wendel avait acquis le procédé avec exclusivité pour la Lorraine annexée (en juin 1879) puis pour la Meurthe-et-Moselle, en octobre 1879, D. Woronoff, François de Wendel, 2001, p. 188.

20 Les minerais de Chaney étaient mélangés en des proportions parfaitement déterminées avec ceux de Mokta-el-Hadid, J.-P. Passaqui, Intégration…, op. cit., p. 88, 132-133 et 255-262.

21 C. A. Opperman, Visites d’un ingénieur à l’Exposition universelle de 1867, cité par N. Chézeau, L’émergence d’un nouveau domaine scientifique au tournant du xxe siècle : la métallurgie physique. Une perspective internationale, 1999, p. 193. Le premier cahier des charges ayant trait à la qualité des produits fournis fut défini par la Marine, en 1868, indique l’auteur.

22 Ibidem, p. 222-225. Barba était polytechnicien, ingénieur du Génie maritime, et le fils du régisseur des forges Wendel à Hayange. Osmond et Werth était Centraliens. Floris Osmond travailla quatre années au Creusot, puis il poursuivit ses recherches à titre personnel. Werth devint le directeur d’Imphy.

23 La Marine avait décidé en 1873 d’utiliser l’acier pour l’ossature de trois navires de guerre mis en chantiers à Lorient, A. D’Angio, Schneider, op. cit., p. 53. Pour Rollet : Annuaire de l’Amicale, 1892, ibidem. Le procédé, mis au point en 1885, fut expérimenté à Saint-Chamond, « La métallurgie de la Loire », congrès de l’AFAS, 1897, p. 168.

24 H. Maier, « Aluminium between Science and Practice : Some Aspects of the Rôle of Techno-Sciences for the Introduction of a « Scientific Metal » », Materiels : Research, Development and applications, 2002, p. 116-125. J’emprunte à C. Chaut-Morel Journel cette idée de qualifier le milieu industriel et pédagogique stéphanois de « technopole ».

25 A contrario, J. Roux propose pour cause du déclin qui intervint après la seconde guerre mondiale, le regroupement des principales usines sidérurgiques de la Loire au sein de la Compagnie des ateliers et des forges de la Loire, dont la conséquence fut « de rendre moins centrales les liaisons entre ingénieurs en dehors de leurs lieux de travail ». La tendance au renfermement fut accentuée par la création à Paris de la Société Française de Métallurgie en 1944 et de l’Irsid en 1946, étudié par P. Mioche, « Un tournant dans l’histoire technique de la sidérurgie : la création de l’Irsid. Compétition et collaboration entre l’État et l’industrie », Histoire, économie, société, 1989.

26 Unieux et Terrenoire, donnés ici en exemple, ne monopolisèrent pas cette sorte de recherche industrielle. C’est aux Forges et Aciéries de Firminy (l’usine Verdié) que fut expérimenté par Martin, son premier four de dimension industrielle. Les forges de la marine à St-Chamond mirent au point un acier « le métal 33 » à 3 % de nickel et 3 % de chrome, « plus auto-trempant que les aciers Krupp », qui fut la gloire de l’usine. Harmet aux Aciéries de Saint-Étienne mit au point un procédé de compression de l’acier. En 1898, le chef de laboratoire des Aciéries (usine du Marais), publiait dans le Bulletin de la Société de l’industrie minérale, une « note sur la métallographie microscopique des aciers et l’installation faite dans ce but aux Aciéries de Saint-Étienne », dans laquelle il remerciait Osmond de l’aide apportée, J. Roux, Faire…, op. cit., p. 8-10.

27 N. Chézeau, L’émergence…, op. cit., p. 109. La rencontre avec Brustlein eut lieu par l’intermédiaire de Frédéric Dorian alors qu’il était ministre des Travaux publics chargé de la fabrication des armements. Brustlein, étendit ses recherches aux aciers au tungstène à teneur moyenne, puis, dans cette lignée, aux aciers rapides « dont il est l’un des co-inventeurs », J. Roux, Faire…, op. cit., p. 4-6.

28 J.-P. Passaqui insiste sur l’inertie et la passivité des directeurs des houillères stéphanoises vis-à-vis de la définition commerciale de leur production. Et, contrairement à la plupart de ses concurrents, dont Saint-Chamond, Euverte sous-estima la nécessité de la reconversion.

29 N. Chézeau, L’émergence…, op. cit., p. 110. L’impression que fit l’ensemble sur Hadfield, une jeune métallurgiste britannique de vingt ans, est à l’origine de ses propres recherches sur les aciers au manganèse et au silicium, signale l’auteur.

30 Mushett, dans l’Engineer du 5 décembre 1879, le prit à partie, à propos d’un procédé mis au point par Pettit à Chelthenham. « J’ai écrit à M. Pourcel, lui demandant s’il pouvait expliquer ce résultat remarquable et en élucider les conditions chimiques. Je n’ai jamais reçu de réponse ». Averti par Brustlein, Pourcel fit savoir publiquement qu’il n’avait reçu ni lettre ni communication de Mushett, et reçut en retour des excuses. Comptes rendus mensuels de la Société de l’Industrie Minérale, 1879, p. 204-205 et p. 184-187 pour la citation précédente.

31 « Nous ne ferions d’autre part aucune objection à ce que le chef du laboratoire profitât dans la mesure où ses occupations le lui permettraient des installations mises à sa disposition, pour faire quelques études personnelles en vue de se créer un nom comme chimiste », ajoutait l’ingénieur recruteur.

32 On retrouve aux conditions faites la position d’un Harmet aux Aciéries de Saint-Étienne : « Le directeur de Montataire est placé sous les ordres de l’administrateur-délégué. Il est chargé de toute la partie technique ; il fait les prix de revient des diverses productions ; il a sous les ordres le personnel de l’usine. Il exerce ses fonctions sous le contrôle de l’administration à qui il donne tous les renseignements sur la marche des divers ateliers et le fonctionnement des divers services. Le traitement fixe […] est de huit mille francs par an. Il est alloué de plus chaque année des indemnités détaillées par le CA et qui sont d’autant plus importantes que les services rendus ont été plus grands ».

33 Arrêté du 11 juillet 1867. L. Babu, ibidem, p. 93 et Annuaire de l’Amicale. « École des Mineurs. Organisation et programme », 1877, p. 47-52.

34 AMSE, 18 S 2, 1871-1873. L’argent vint pour l’essentiel des départements de Loire, Saône et Loire, Allier, concrètement de Saint-Étienne, du Creusot, de Châtillon-Commentry et de Montluçon.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search