Version classiqueVersion mobile

Entre l'État et l'usine

 | 
Anne-Françoise Garçon

Deuxième partie. Le temps de l’ingénieur expérimentateur (des années 1840 aux années 1880)

Chapitre 7. Bataille entre écoles

Texte intégral

« Je n’ai reçu aucune réponse du ministère au sujet de notre demande des trois ans d’études. Cependant c’est là une question de vie ou de mort pour notre école. Veut-on ou ne veut-on pas la conserver ? […] Si l’on veut la conserver, il faut lui donner un caractère propre ; chercher à former des ingénieurs praticiens, les placer en un mot entre l’école de Paris et celle d’Alais. Il faut lui donner les moyens de marcher. […]. Il faut pouvoir occuper les élèves aux travaux même des mines. Et cela n’est vraiment possible que si on nous accorde une année de plus ».

1Le propos, tranchant, est de Grüner, qui venait d’être nommé directeur de l’École des Mineurs.

2C’était en 1852. L’École, plus que jamais, se nourrissait du dynamisme industriel pour édifier sa substance pédagogique et dispenser un enseignement convenable. L’industrie stéphanoise était en pleine expansion, avec des entreprises de toutes tailles, manufactures d’État ou industrie privée, impliquées dans les deux secteurs de base et de transformation. Mais la relation s’était inversée. Fondée pour transformer le milieu industriel, pour répandre en son sein les germes du renouvellement, la rigueur scientifique, l’école se voyait désormais dans l’obligation de recueillir auprès d’une industrie qui marchait de son propre pas, les méthodes et procédés nouvellement mis au point pour les transmettre aux générations nouvelles. Lucidement, Grüner en fait état ;

« Peut-on aujourd’hui se borner aux matières enseignées en 1817 ? Ne faudrait-il rien dire aux futurs directeurs des mines et d’usines, des chemins de fer, des machines à vapeur, des appareils de ventilation et de sondage perfectionnés, de l’emploi de l’air chaud dans les usines, des laminoirs substitués aux marteaux, etc. ? Tout est modifié autour de nous ; et nous seuls devrions rester stationnaires ? ».

  • 1 A. Lodin, « Notice nécrologique sur L. E. Grüner, inspecteur général des mines », Annales des Mine (...)
  • 2 L. Aguillon, Notice historique…, op. cit., p. 182 ; « dans toutes les occasions où le conseil géné (...)

3L’ingénieur connaissait parfaitement l’école pour y avoir enseigné entre 1835 et 1845. Et comme elle correspondait bien à sa personnalité d’ingénieur de terrain, il l’aimait. Il avait quitté l’Université de Genève en 1827 pour préparer l’École Polytechnique qu’il intégra, puis l’École des Mines de Paris. En 1831, il avait visité le Tyrol, Styrie, Carinthie, grands pays du fer et de l’acier, et le Harz et Freiberg, grands pays de mines où il séjourna « pour s’imprégner parfaitement de la pratique des Arts des Mines ». Berthier vainement chercha à garder cet élève particulièrement doué au laboratoire de l’École des Mines de Paris ; Grüner, qui n’imaginait pas dissocier sa pratique scientifique de la pratique industrielle, demanda et obtint d’être nommé professeur à Saint-Étienne. Deux tâches l’occupèrent de ce moment, la confection de la carte géologique de la Loire qu’on lui imposa ; la théorie de l’acier, de l’affinage de la fonte, et celle connexe des hauts-fourneaux qu’il s’imposa1. L’école dont il prenait la direction après sept ans d’absence était affaiblie. Refusant qu’il en soit ainsi, il mit l’administration au pied du mur et engagea un bras de fer avec le Conseil des Mines qui dura un an, une éternité lorsqu’il s’agit d’un conflit. Quand vint l’apaisement en mars-avril 1853, aucune des deux parties n’avait gagné, mais aucune n’avait perdu non plus. Grüner n’avait pas obtenu la troisième année d’études, mais l’école reçut des dotations convenables pour continuer d’exister. Léopold Babu et Louis Aguillon s’accordent dans leur historique pour faire de l’épisode, une lutte d’influence entre les deux Écoles des Mines, celle de Saint-Étienne et celle de Paris2. Cela est juste, à condition toutefois de comprendre qu’en arrière-plan se posaient aux Parisiens deux questions cruciales autant que liées ; comment résister à la concurrence de Centrale ? Quelle définition donner de l’ingénieur civil formé chez eux ?

Mines Paris, Centrale, Saint-Étienne

  • 3 A. Thépot, Les ingénieurs…, op. cit., p. 271 ; A. Lodin, ibidem. Cette « querelle de l’acier » tro (...)

4L’homogénéité du Corps des Mines était bien plus que de façade, l’esprit d’un corps technique voué à l’industrie au nom de l’État. Mais cela n’interdisait nullement les tensions, les divergences, les désaccords et les conflits dont on trouve traces au comité de lecture des Annales des Mines par exemple, où la querelle y fut notoire entre F. Le Play et L. E. Grüner sur la nature de l’acier et la difficulté à traiter les minerais français3. Cette manière de porter le débat sur la place publique fut l’exception toutefois. Les divergences s’exprimèrent rarement avec tant d’évidence, leur expression fut le plus souvent ténue, seulement marquée par un déplacement, un changement brutal d’appréciation d’un inférieur par un supérieur après une mutation, ou encore l’échange de quelques courriers… Bref, des indices plutôt qu’une expression franche, ce qui les rend malaisées à saisir.

  • 4 AN F14 2742, dossier Chambrette. Drouot fut déplacé en 1849, pour avoir « parlé deux ou trois fois (...)

5Comment qualifier ce qui se repère ainsi ? Évitons le terme « clan », trop marqué, trop agressif ; évitons aussi le terme « réseau » trop neutre pour être utile, qui certes exprime des liens dynamiques mais sans les définir et n’est en somme qu’une manière de présenter une réalité sans la caractériser. Optons donc, provisoirement pour le terme « famille », désuet à n’en pas douter, mais plus approprié. Je ne sais s’il y eut des familles politiques quoique tout séparât un Migneron légitimiste d’un Drouot connu « comme professant des opinions presque communistes4 ». Mais il y eut des familles confessionnelles, la plus discernable étant la famille protestante à laquelle appartenaient Combes, Grüner, Lan, Parran. On repère aussi des familles professionnelles ; celle des légistes et des administrateurs dont les ténors furent Dufrénoy, Dupont, Lamé-Fleury, Aguillon ; celles des « industrialistes » avec de Billy, Callon, Dusouich, Lan, Parran qui jouèrent un rôle particulièrement actif dans la fondation et le suivi de l’École des Mineurs. Il y eut la famille des ingénieurs-professeurs, Combes, Dufrénoy, Le Play, Grüner, Lodin, H. Le Châtelier… ; celle encore, très aristocratique, des ingénieurs-savants, Berthier, Brochant de Villiers, Elie de Beaumont, G. Friedel, Mallard, Tournaire, Massieu, E. Vicaire… Les dynamiques de ces « familles » symboliques se croisèrent jusqu’à tisser pour certaines d’authentiques liens de parenté ; Parran, par exemple, était lié à Lan qui épousa la fille d’Auguste Serres, le maire d’Alais et le promoteur de l’École des Maîtres-Mineurs. Lan lui-même était originaire d’une famille apparentée à celle de Combes… Pourquoi dans ce cas ne pas parler de clan ? Parce que le terme suppose une rigidité dans l’établissement des liens, un automatisme dans les comportements qui paraissent absents, dont rien ne permet de penser qu’ils existaient. Le corps avait ses originaux enfin – ou jugés tels ; Furiet dont ce fut la grande réputation ; ses caractériels, Drouot ; ses ambitieux, Charles Ledoux, Rateau… Toutes choses que chacun connaissait et avec lesquelles il composait.

  • 5 Michel Chevalier lui-même s’y fourvoya qui plaida pour Giromagny. AN F 14 1302b, Notes sur une Éco (...)
  • 6 Décision ministérielle du 22 décembre 1841, L. Aguillon, Notice…, op. cit., p. 158. P. A. Dufrénoy (...)

6L’opposition classique entre générations existait aussi. Elle fut vive dans les années 1840 entre la vieille garde, les Brochant, Brongniart, Berthier, Cordier le vice-président du conseil général des Mines de 1832 à 1861, et la génération montante, celle qui arrivait aux honneurs, les Combes, Dufrénoy, Le Play. La divergence porta entre autres sur la formation pratique des élèves. Les écoles professionnelles se multipliaient ; côté Arts et Métiers, Aix, Angers ouvraient leurs portes ; côté Mines, c’était l’École des Maîtres-Mineurs d’Alais. Les Anciens tentèrent-ils de s’insérer dans le mouvement, d’en user à leur profit, ou eurent-ils à répondre du caractère trop intellectuel de la formation parisienne ? Toujours est-il qu’ils se lancèrent dans des tentatives parfaitement désuètes pour mettre en place des écoles pratiques, à Allemond en 1843, à Giromagny en 1848, en s’accrochant à la conception héritée de l’Ancien Régime qui faisait de la structure publique le lieu unique, le sanctuaire de la formation et du renouvellement technique en matière de mines et de métallurgie5. Ce « tout État » n’était plus crédible pour les ingénieurs de la jeune génération habitués à la mixité, à l’hybridation public/privé, et d’autant plus favorables à la montée en puissance du capital qu’ils en étaient partie prenante. Et puis, Paris bougeait sous la houlette active de Dufrénoy, devenu inspecteur de l’École des Mines en 1837 et le premier directeur à exercer ès qualité à partir de 1848. Forte de nouveaux locaux à l’Hôtel de Vendôme, l’École des Mines pouvait envisager d’un autre œil la formation pratique des élèves. En 1841, son conseil obtint que la troisième année, facultative jusque-là et considérée comme une année de « noviciat administratif » fut entièrement consacrée à l’enseignement pratique, durant laquelle les élèves devaient réaliser deux projets mis au concours, l’un de métallurgie, l’autre d’exploitation de mines ou de machines6. En 1844, une nouvelle étape avait été franchie dans la consolidation de la formation parisienne ; après quatre années de combat ardu, Dufrénoy avait obtenu de l’administration la mise en place de cours préparatoires à l’intention des élèves externes.

  • 7 « Liste générale des élèves entrés à l’École », Annuaire, Association amicale des élèves de l’Écol (...)

7L’École des Mines parisienne renforçait ainsi la qualité de son enseignement en même temps qu’elle ouvrait définitivement ses portes à un public autre que polytechnicien. On proposa aux élèves des cours d’analyse et de mécanique rationnelle, de géométrie descriptive et de physique et l’opération réussit ; le nombre moyen d’élèves externes qui avait été de 6 à 8 dans la décennie 1830-1840 atteignit en moyenne la vingtaine dans la décennie suivante7. C’était rejoindre enfin le niveau de recrutement des écoles rivales ! Mais pour arriver à un tel résultat, Dufrénoy dut batailler ; il dut s’imposer, imposer son point de vue tant vis-à-vis du Conseil des mines que vis-à-vis de l’administration centrale. Le tour pris par la rivalité entre les écoles parisienne et stéphanoise s’éclaire ainsi ; Saint-Étienne dans les années 1840 perd vis-à-vis de l’administration, le terrain que Paris gagne. En 1847, Dufrénoy emporta définitivement la donne lorsqu’il obtint du ministère des Travaux publics la publication d’un additif au programme d’admission des élèves externes qui donnait pour contenu de la formation, « un enseignement fondé sur la physique, la chimie, la mécanique, sur les sciences naturelles, sur la technologie minérale et les exercices pratiques de l’art de l’ingénieur, enfin les notions générales appliquées à la science administrative ». Le but principal de l’institution des élèves externes demeurait bien « de former des directeurs d’exploitation et d’usines métallurgiques », mais « l’élévation et la variété de l’enseignement », était-il affirmé en complément, « sont éminemment propres à compléter toute éducation libérale, à préparer aux positions diverses du commerce et de l’industrie ». L’École proposait des débouchés plus prestigieux encore ; « les élèves brevetés de l’École des Mines de Paris figurent parmi les candidats qui seront appelés à concourir pour les fonctions d’auditeur du Conseil d’État ». Le pari audacieux était celui de l’élargissement. À l’image de Centrale, l’école adoptait un modèle généraliste pour ses élèves externes, et par contre-coup abandonnait à Saint-Étienne la voie d’une adéquation stricte aux mines et à la métallurgie. La hiérarchie implicite que la décision installait, ne manqua pas de satisfaire les détracteurs de l’École des Mineurs. Gageons néanmoins que ce fut un effet secondaire. La décision prise en juillet 1848 de transformer le conseil de l’École des Mines de Paris en conseil central des écoles des Mines, sanctionna d’abord la victoire définitive de la tendance Dufrénoy au conseil général des Mines, ensuite mais seulement ensuite la primauté de Paris sur Saint-Étienne et Alais.

  • 8 C. R. Day, Les écoles d’Arts et Métiers, 1992, p. 288-312 et passim.

8Mines Paris, Centrale, Saint-Étienne ; l’hypothèse s’impose d’une exacerbation de la concurrence entre chacune de ces écoles. Toutes les trois proposaient à l’industrie un encadrement technique et/ou administratif de haut niveau ; et prenant acte de la réalité changeante qu’imposait l’industrialisation et son impact sur le métier d’ingénieur, chacune des deux écoles parisiennes avaient mis en œuvre des formes de réponses, l’École des Mines de Paris en offrant en cursus plus complet, plus dynamique, plus compétitif sur le marché de l’emploi ; les anciens de Centrale, en fondant la Société des ingénieurs civils. L’observation rapide de la position des anciens de l’École des Mines parisienne jette quelques clartés sur la tension persistante entre les trois lieux de formation ; 15 % des anciens de l’École des Mines de Paris dont on connaît la destination en 1864 avaient rejoint le secteur que nous qualifierions aujourd’hui de « tertiaire », c’est-à-dire l’administration et l’enseignement ; le reste se répartissait de manière assez équilibrée entre le secteur de base, mines, forges, fonderies (42 %) et celui des biens d’équipement et de transformation, industries mécaniques et chemins de fer (43 %). En d’autres termes, la moitié environ des élèves externes était en concurrence directe avec les élèves sortant de l’École des Mineurs dont le secteur d’activité préférentiel était le secteur de base, et l’autre moitié en concurrence directe avec les élèves sortis de Centrale dont le secteur d’activité préférentiel était le secteur de transformation. Encore cette évaluation grossière ignore-t-elle les élèves des écoles des Arts et Métiers, dont les meilleurs devenaient ingénieurs dans l’industrie mécanique ou les chemins de fer8. C’est dire qu’entre la formation proposée aux futurs ingénieurs dans les écoles et les besoins nouveaux de l’industrie, il y avait adéquation assurément. Mais il y avait menace aussi, crainte que l’offre dépassât la demande. C’est ainsi, en tout cas, que Grüner pose le débat ;

« Depuis l’ouverture de l’École Centrale et l’établissement du cours préparatoire à l’École des Mines de Paris, l’École de Saint-Étienne n’a réellement plus de raison d’être, si on n’y fait pas une très large place aux travaux pratiques de l’art des mines, et si on ne profite pas d’une manière très spéciale de son heureuse position au centre des houillères et des usines à fer ».

9L’analyse était juste. Saint-Étienne risquait de subir de plein fouet la relance de l’École des Mines de Paris sur des bases franchement industrielles et la création de la Société des ingénieurs civils, qui donnait force et vigueur à l’image centralienne.

L’École des Mineurs dans la tourmente

10Roussel-Galle, qui succéda à Beaunier, l’avait compris dès la fin des années 1830 ; l’École des Mineurs était condamnée à se renouveler ou à péricliter. Fénéon, Grüner, Callon, le trio des professeurs, souhaitaient maintenir les élèves dans une dynamique innovante, ils désiraient continuer à leur donner les moyens de saisir les points les plus récents de la théorie et de la pratique, particulièrement en métallurgie. Or, l’enseignement en deux ans, malgré le double cursus mis en place, suffisait de moins en moins à la tâche. Les plus besogneux décrochaient ; les meilleurs peinaient à saisir ensemble le meilleur de la théorie et de la pratique.

  • 9 ADL, 9 M 216.

11Un premier succès avait été remporté avec le relèvement du programme d’entrée. L’école attirait toujours autant les candidats, et chaque année, cinquante à soixante jeunes gens se présentaient au concours pour une vingtaine de places, ce qui laissait au conseil une marge confortable pour juger des niveaux d’admission. En 1841, toute la géométrie et l’algèbre jusqu’aux équations du second degré avaient été intégrés au programme d’admission avec l’accord du conseil général des Mines. Mais la mesure ne résolvait pas le problème crucial de l’articulation entre les cours et la pratique de terrain. Dans une deuxième année surchargée, au cours de laquelle les élèves devaient assimiler la métallurgie, la mécanique appliquée, l’exploitation des mines, la minéralogie et la géologie, où et comment placer un voyage d’instruction sanctionné par un mémoire ? La question était importante au plan pédagogique, mais aussi au plan administratif du fait que le règlement exigeait le retour de tous les mémoires pour qu’ait lieu la délivrance des brevets. Faute de mieux, on décida en 1840 de le placer durant l’été, mais la mesure se révéla néfaste. Ceux des élèves qui avaient trouvé du travail dès la fin de leur scolarité, négligèrent de rédiger un journal de voyage dont ils ne voyaient plus l’intérêt. Dès 1840, l’école dut attendre six mois avant de pouvoir délivrer les brevets ; en 1841, ce fut un an ; en 1842, le délai d’attente avait dépassé l’année. Roussel-Galle tenta vainement d’intimider. Les élèves furent frappés d’ajournement jusqu’à la production de leur mémoire de voyage, une mesure qui concerna, par exemple, Maurice en 1846, Bérard et Baroulier en 1847, Luyton en 1848, tous « entrés dans l’industrie immédiatement après leurs études », et, notons-le, tous promis à d’importantes carrières. N’obtenant que de piètres résultats, le directeur brandit l’arme de la rétrogradation, pour Dange par exemple, « qui d’après un classement à sa sortie de l’école pouvait aspirer à un brevet de 2e classe, mais qui n’a pas non plus produit de mémoire de voyage, je pense avec la majorité du conseil qu’il y a lieu de délivrer à cet élève un brevet de 3e classe9 ». Il fut même question de radiation lorsque le retard devint trop important. Rien n’y fit. Les élèves attachaient peu d’importance à ce brevet qui ne contribuait en rien à améliorer leur situation. Manifestement, l’école était à un tournant.

  • 10 Roussel-Galle qui succéda à Beaunier après l’intérim de Deslsériès, mit plus d’un an avant d’accep (...)
  • 11 Rapport de Roussel-Galle au ministre, cité p. L. Babu, Histoire…, op. cit., p. 118.

12Roussel-Galle était un homme discret, mais obstiné. Il ne craignait pas de résister à la hiérarchie10 et savait avoir le soutien de Migneron, l’inspecteur général chargé de la région Centre. Or, peut-être depuis 1839, mais certainement depuis 1843, il avait un projet en tête pour sortir l’école de l’impasse où elle se trouvait. Il fallait, à son sens, quitter le local pour un plus vaste, transformer l’école en internat, ajouter une troisième année d’enseignement pour mieux conjuguer théorie et pratique. Les prétentions de plus en plus pesantes de Neyron-Desgranges, la propriétaire des locaux, lui servit d’argument pour se mettre en quête d’un lieu à acquérir. En juillet 1844, il avertissait l’administration de sa trouvaille, « la belle propriété de Chantegrillet, […] sur le flanc d’un côteau qui touche à la ville, loin du bruit qui distrait de l’étude et peut la troubler, au dessus […] de la fumée et de la poussière qui sont de véritables fléaux pour des collections minéralogiques, des bibliothèques, des modèles de dessin, des instruments de physique et de chimie11 ». Le lieu était agréable ; « dans une atmosphère salubre et exempte des brouillards malsains qui règnent dans la partie basse de la ville pendant une partie de l’hiver ; Chantegrillet avec ses jardins et ses ombrages réunirait l’agrément, la salubrité et l’utilité ». Et l’installation se présentait sous un jour moins coûteux que celle en cours ; « un puits dans la maison d’habitation et à l’extérieur, une fontaine d’eau limpide et pure qui varie peu selon les saisons, sont de précieuses ressources que n’offre point la propriété de Mme Neyron-Desgranges, où l’on ne peut avoir pour le service de l’école, et en achetant, qu’un filet d’eau assez restreint ». C’était aller sur le terrain de l’administration qui voyait avec inquiétude le gonflement des dépenses de fonctionnement.

13La propriété offrait des possibilités d’aménagement avec ses espaces verts, un « château » de deux étages pour loger le directeur et les professeurs, et un autre bâtiment de deux étages également, flanqué d’une aile perpendiculaire qui pouvait servir pour l’internat, les salles de cours, les laboratoires, la bibliothèque et la salle de collection. Le tout pour 200 000 F. Effrayé par la dépense, Legrand, le directeur des Ponts et Chaussées, répondit « qu’une construction neuve ne coûterait pas beaucoup plus et offrirait au moins l’avantage de dispositions étudiées et combinées pour l’usage spécial auquel elle serait destinée… ». Migneron prit le dossier en main. Il intervint personnellement auprès du ministre des Travaux Publics, puis il dicta à Roussel-Galle la marche à suivre ; passer un compromis provisoire avec les vendeurs et le présenter aux Chambres. Quatre années de discussions furent nécessaires néanmoins, quatre années de délai et de patience avant de parvenir au résultat escompté. Le 27 juillet 1847 enfin, les Chambres adoptèrent la loi qui autorisait l’acquisition de la propriété de Chantegrillet. Un tiers seulement du domaine fut affecté à l’école, le reste aliéné aux frais de l’État devant couvrir une partie des frais d’acquisition (230 000 F). Le budget des Travaux publics fut augmenté d’un chapitre spécial de manière à faire face aux dépenses d’acquisition et d’aménagement. Après deux années de travaux d’aménagement entre 1848 et 1850, l’école emménagea dans ses nouveaux locaux.

  • 12 ADL, 106 J 58, 1847-1851. La référence vaut pour ce qui suit. Callon entra à la direction des mine (...)

14Chantegrillet acquis, Roussel-Galle se mit en tête de réaliser la suite de son projet et entreprit des démarches pour obtenir l’enseignement en trois ans et la transformation de l’école en internat. Mais là, tout bascula. Il en avait émis l’idée en 1845 sans résultat ; il revint à la charge entre septembre 1850 et février 1851. Est-ce coïncidence ? Les tracasseries administratives se multiplièrent exactement à partir de ce moment. L’administration se mit à muter les professeurs à l’emporte-pièce, sans se soucier de l’organisation de l’année scolaire, sans se soucier même de les remplacer, et de la sorte, désorganisa les enseignements. J. Callon, titulaire de la chaire d’exploitation et de mécanique, fut « appelé à une autre destination » en février 184512 sans qu’il fut prévu de le remplacer. Reuss prit sa place en septembre 1845 et repartit… en juin 1846, à destination des Ardennes tandis que Philipps arrivait. En mai 1847, à la veille des examens, la chaire de chimie et de métallurgie fut mise à mal par la nomination étonnante autant que brutale de Grüner au grade d’ingénieur-chef responsable de l’arrondissement de Guéret (Creuse). L’obligation qui lui fut faite de rejoindre son poste pour le 1er juin provoqua la colère du directeur. Pourquoi un départ aussi prompt pour « le moins important de tous les services minéralogiques du royaume ? Cette décision qui prive l’École des Mineurs d’un professeur laborieux, capable et expérimenté et dont tous les cours sont faits d’une manière claire et méthodique, nous arrive dans un moment où la présence de M. Grüner nous est indispensable pour achever les cours de métallurgie et divers travaux commencés […] ». Les ratures abondent sur le brouillon. En rage, manifestement, Roussel-Galle peine à trouver le mot juste ;

« Dans l’intérêt de l’école, il serait aussi fortement à désirer que le successeur de M. Grüner, s’il remplit ses devoirs avec exactitude ne vînt pas ici comme en passant ainsi qu’on l’annonce pour M. Tournaire. Car indépendamment des connaissances théoriques, il faut, pour bien professeur la chimie et surtout la métallurgie une pratique qui ne peut s’acquérir qu’avec du temps, du travail et après avoir beaucoup vu ».

15Par malchance, l’école dut également faire face au départ de ses professeurs pour la Compagnie des mines de la Loire en pleine expansion. La chaire de chimie fut attribuée à Houpeurt, mais l’arrangement dura à peine six mois ; en avril 1848, l’ingénieur quittait l’école pour prendre la direction du Monopole. Roussel-Galle commente, mi-ironique, mi-désabusé ; « Heureusement que dans la circonstance actuelle, nous avons pour guide l’excellent résumé du cours de métallurgie de M. Grüner, rédigé par ce professeur lui-même, et que j’ai fait lithographier ces années dernières avec toutes les planches ». Tournaire, récemment arrivé, reçut en partage le cours de chimie… jusqu’à la nomination en septembre 1848 de Pigeon qui, depuis quelque mois piaffait d’impatience à Rive-de-Gier, en l’attente de la chaire… de mécanique. Refus de Pigeon en novembre, court passage de Flajolot, puis départ de Tournaire en octobre 1849 ; la chaire de chimie demeura vacante jusqu’à l’arrivée en mai 1850 de Labrosse-Luuyt, qui fut autorisé en août, à « accepter pour le compte de la Compagnie des mines de la Loire, la fonction d’ingénieur du canal de Givors ». Il fut remplacé par Furiet dont il apparut rapidement qu’il ne répondait pas aux exigences pédagogiques. La géologie fut touchée à son tour, avec la mise en disponibilité de Fénéon en novembre de la même année. Couronnant le tout, le jeune Benoit qui le remplaça, fut radié du corps en décembre 1851, pour des raisons directement politiques cette fois, l’élève ingénieur ayant refusé son « adhésion aux actes du gouvernement et demandé à ce qu’il soit pourvu à son remplacement en tant que professeur ».

16Roussel-Galle assura la survie de l’École en puisant dans les ressources locales. L’enseignement des matières principales fut confié aux préparateurs, tous anciens élèves choisis parmi les meilleurs. Janicot, « très versé dans la pratique et la théorie des sciences chimiques et de la métallurgie du fer », occupa la chaire de métallurgie avec talent ; « la manière dont il a fait ses leçons a surpassé nos espérances ; il les prépare avec le plus grand soin, s’exprime clairement, procède avec méthode et n’omet rien de ce qu’il convient de connaître ». Luyton « élève très distingué de cette école » fut chargé en novembre 1850 des cours d’algèbre, trigonométrie et géométrie analytique. Mais cela affaiblissait le conseil de l’École. En mars 1851, à peu près exsangue puisqu’il se composait, outre le directeur, de Lan arrivé depuis quelques semaines, de l’étrange Furiet et du jeune Benoît, acculé par le ministre qui exigeait qu’un terme soit mis à l’irrégularité dans la délivrance des brevets, le conseil se décida à proposer trois mesures ;

  • terminer au 1er juin les cours et exercices de la seconde année ;
  • suspendre les voyages et les remplacer par des excursions ;
  • étendre le programme d’admission.

17C’était faire acte d’allégeance. Huit jours plus tard, une ordonnance réglementaire prescrivait des exercices pratiques à accomplir par les élèves dans leurs études, et le 8 avril, le ministre décidait qu’à l’avenir les voyages d’instruction seraient remplacés par ces exercices pratiques. Certainement, il pensait éteindre ainsi la question du cursus en trois ans. Et, avec la plus parfaite hypocrisie, il accorda la fin des cours au 1er juin « sous la réserve expresse de ne point modifier les conditions d’admissibilité », en arguant du fait que « le caractère spécial de l’École des Mines comporte plutôt l’extension de la partie pratique que de la partie théorique. Agir différemment serait s’écarter complètement du but de l’institution ». Tout semblait prêt pour que Saint-Étienne périclite, il ne manquait qu’à choisir entre les scénarios. Un premier, conforme aux désirs profonds des Anciens était qu’elle disparût, qu’il n’existât plus que deux écoles ; l’école supérieure à Paris ; l’école de maîtres-mineurs à Alais. Un second, conforme aux vœux de la nouvelle génération, au moins de certains, était qu’elle continuât d’exister mais avec une mission limitée à la formation des gardes-mines et des directeurs d’exploitation.

  • 13 E. Lamé-Fleury, Recueil…, op. cit., p. 559.

18L’association étonnera. Aussi bien, mesurons, par un détour, la profondeur des préjugés sur lequel l’une et l’autre des positions s’appuyaient. L’ordonnance royale de 1843 qui instituait officiellement l’École des Maîtres-Mineurs d’Alais, reconnaissait l’existence de Paris et de Saint-Étienne ; « il existe en France deux écoles fondées dans l’intérêt de l’industrie minérale. L’une établie à Paris […] ; la seconde, placée à Saint-Étienne […]13 ». Mais la manière dont elle rappelait les objectifs impartis à chacune des deux écoles est instructive de l’état d’esprit qui prévalait au ministère et au service des Mines, sur la question des Écoles. Paris était « destiné à former les ingénieurs des Mines employés par le gouvernement [et] un certain nombre d’élèves externes qui […] se livrent aux mêmes travaux que les élèves ingénieurs ». Saint-Étienne, avait « pour objet de former des directeurs d’exploitation ». L’énoncé révélait par son point aveugle le conflit de représentations qui courait en arrière-plan. Pas même Paris n’était donnée comme formant des ingénieurs civils ; l’épithète est absente. Et à supposer que les élèves externes fussent considérés comme des ingénieurs (c’est seulement dans la partie du texte consacrée à Paris que le terme « ingénieur » est présent), ils venaient, aux termes de la hiérarchie explicitement énoncée, avant les directeurs d’exploitation, avant donc leurs futurs employeurs (c’est seulement dans la partie du texte consacrée à Saint-Étienne que le terme « directeurs » est présent). On devine les raisons du brouillage, l’ampleur et la ténacité des présupposés sous-jacents. Comment placer à égalité une école provinciale et une école parisienne ? Comment placer à égalité une institution destinée à former des ingénieurs du gouvernement, et une institution destinée à former des industriels et des agents secondaires ?

19L’administration opta là encore pour le statu quo. Le règlement portant organisation du Corps des Mines, qui était en préparation et devint exécutoire en décembre 1851, assura le devenir de l’École puisque le nouveau statut officialisait l’existence des gardes-mines mais sans lever l’ambiguïté des relations avec sa rivale parisienne puisqu’il confortait les deux écoles, Paris et Saint-Étienne, dans le rôle de formation de ces agents. L’administration ne souhaitait détruire aucun des équilibres, aucun des présupposés en place, une ligne de conduite qui présentait l’avantage de ne faire pencher la balance au profit ou au détriment d’aucune famille ni tendance au sein du Corps. Est-ce en mesure d’apaisement ? En octobre 1851, le ministère interrogeait Roussel-Galle sur les « modifications qu’il conviendrait de faire à l’ordonnance réglementaire du 28 mars 1851 », et de fait, l’ordonnance ne fut pas appliquée. En décembre Parran était nommé sur la chaire de géologie ; enfin, au printemps 1852, Grüner, qui n’avait jamais caché ce qu’il pensait de la situation, revenait à l’école pour en assurer la direction.

  • 14 ADL, id., 20 juillet 1852. Parran fut efficace. « Je vous remercie pour toutes les courses et les (...)

20Aussitôt arrivé, il contre-attaqua, en affirmant par la négative le caractère indispensable de Saint-Étienne ; « Il faut supprimer l’École des Mineurs, si l’on pense que l’École des Mines de Paris peut suffire à tous les besoins de l’industrie Minérale » et rappela la spécificité stéphanoise sur le même ton ; « on pourrait fermer l’École de Saint-Étienne si elle ne devait être qu’une mauvaise doublure de celle de Paris ». L’histoire se répétait, singulièrement. Comme Beaunier, trente-cinq ans auparavant avec Gallois, Grüner en juillet 1852, envoya Parran frapper aux portes parisiennes, celle de Manta, à la direction du personnel ; celle de Dufrénoy, à l’École des Mines14. La tactique, simple, consista à mettre chacun de ces interlocuteurs au pied du mur ; « Posez hardiment la question de la conservation ou de la suppression de notre école. Qu’on la supprime si on craint que nous fassions concurrence à l’École de Paris ; mais aussi si on veut la conserver, qu’on lui accorde ce qu’il faut pour qu’elle puisse se soutenir ». Déjà à Saint-Étienne, le nouveau conseil de l’école, composé désormais de Grüner, Lan, Parran et Dubois, avait concocté une riposte qui tenait en trois mots ; un projet, une équipe, un budget.

21Le budget d’abord. Grüner savait que la question mettrait l’administration dans l’embarras car l’établissement était endetté au-delà de ce qu’on imaginait à Paris ; « Dès mon arrivée à Saint-Étienne, j’ai pu comparer aux ressources encore disponibles, sur l’exercice courant, l’importance des dettes contractées par mon prédécesseur, tant pour l’appropriation des bâtiments de Chantegrillet que pour les fournitures de laboratoire ou l’achat de livres ». Il en démontait les raisons ; « depuis quelques années, mon prédécesseur a été obligé de prendre sur les dépenses variables du budget ordinaire de l’école pour solder une partie des dépenses d’appropriation. Les collections et la bibliothèque sont négligées au profit des travaux les plus importants ». Et il proposait une solution ; « Il me semble, et le conseil de l’école dans sa séance du 5 de ce mois en a exprimé le vœu, qu’il conviendrait à tous égards d’achever en une seule fois l’ensemble des constructions plutôt que de répartir ces travaux sur 3 ou 4 années distinctes […]. Vous apprécierez sans doute les avantages qu’offrirait au double point de vue de l’économie et des études un crédit extraordinaire de 20 000 à 25 000 F ». Enfin pour faire bonne figure, il revenait à la charge sur le projet d’internat ; « il faut que l’on prenne un parti définitif pour ce qui concerne le casernement des élèves. Doit-on ou ne doit-on pas loger et nourrir les élèves dans l’établissement ? ». Il y fut répondu par la négative.

22L’équipe ensuite. Habilement, eu égard au nouveau règlement et parce que cela faisait jouer le statut des ingénieurs-professeurs, Grüner rappela l’administration à ses devoirs en matière de voyage d’études. « Une décision prise par M. Legrand vers 1840, alors directeur des Ponts et Chaussées et des Mines porte que chaque année l’un des professeurs de l’École des Mineurs de Saint-Étienne ferait un voyage d’instruction aux frais de l’administration afin de se tenir au courant des plus récents perfectionnements apportés à l’art qu’il est chargé d’enseigner ». Callon avait été le seul à avoir profité de cette décision, tandis qu’« à Paris, les professeurs de l’École des Mines de Paris sont chargés de pareils voyages chaque année. Vous ne voudrez par, M. Le Ministre que l’École de Saint-Étienne demeure sous ce rapport dans un état d’infériorité des plus regrettables ». Et, ajoutait-il, puisque confirmer la décision prise par Legrand reviendrait à rétablir un bon équilibre entre les deux institutions, il faudrait penser à compléter « les moyens d’instruction moins nombreux que ceux de Paris », savoir les collections et la bibliothèque « à tous égards fort incomplètes ».

23Le projet enfin. Le nouveau directeur savait exactement ce qu’il voulait ; « former des ingénieurs praticiens, comme il en sort d’Allemagne ». Il gardait un souvenir cuisant de l’appréciation qu’avait portée sur l’école Decker, conseiller supérieur des Mines de Prusse et « l’un des plus célèbres ingénieurs des mines d’Allemagne » lors de son passage à l’école dans le début des années 1840. Dans l’article qu’il avait rédigé à son retour, Decker avait relevé les défauts de la formation et adressé deux reproches « l’un et l’autre également fondés ; de ne point exercer les élèves aux travaux manuels de l’art des mines et d’avoir des collections et une bibliothèque des plus misérables ». Parce qu’il avait été piqué au vif, Grüner incita le conseil de l’école à dresser un programme très précis de ce qu’était à ses yeux, un bon enseignement pratique.

« La première année, les élèves prendraient en main le fleuret des mineurs. Le second été serait consacré aux maniements des machines à vapeur… Pendant les mois du troisième été, les élèves seraient chargés de faire de projets et visiteraient la plupart des établissements des départements voisins. Les mémoires et journaux de voyage seraient remis avant le 1er septembre et les propositions pour les brevets se feraient avec le classement définitif de la fin d’année. La suite n’était que moyens pour parvenir à ce résultat ; 1°) répartir sur 3 ans le cursus d’étude de l’École des Mineurs ; 2°) ajouter si possible au programme d’admission la trigonométrie ordinaire et les quelques notions d’algèbre et de géométrie analytique que l’on enseigne aujourd’hui à l’école même ».

24La politique éducative du gouvernement facilita l’argumentation. « La nouvelle loi sur l’enseignement secondaire permettrait je crois sans inconvénient, cette légère addition au programme d’admission ».

25Recherchant l’appui du conseil de l’École des Mines de Paris, Grüner s’adressa à Dufrénoy, Combes et Le Play, et expliqua longuement de quoi il retournait à l’inspecteur général Thirria, son supérieur hiérarchique. Ni lui, ni Parran ne trouvèrent de portes closes. Manta, le directeur du personnel, accepta de se déplacer à Saint-Étienne. Dufrénoy procura à l’École 2 000 F pour ses collections et Thirria plaida la cause stéphanoise. Le ministre paya l’arriéré, les 5 000 F de dettes que Roussel-Galle avait laissées derrière lui. Lan et Dubois furent autorisés à partir en mission. Bref, Grüner obtint satisfaction sur deux des points majeurs de son argumentation ; l’assurance que Saint-Étienne continuerait à exister et la dotation de moyens suffisants, en personnel et en matériel. Mais il n’obtint ni les trois ans, ni la modification du programme d’admission, qui auraient par trop rapproché le projet stéphanois du projet parisien. Car, s’il est bien un point sur lequel tous s’accordaient, un fait dont tous étaient conscients, c’était que l’École des Mineurs formait des ingénieurs. Le terme est de tous les courriers, signe qu’il était de toutes les conversations. La querelle à ce propos fut même impitoyable, en termes d’images et de mots. Grüner tenta d’enfermer Paris dans l’image commode, lointaine d’une science dé­connec­tée des réalités de terrain ; « l’École des Mines de Paris forme des ingénieurs savants ; qu’on nous permette de fournir au pays des ingénieurs praticiens », c’est-à-dire, avait-il précisé à Thirria « des ingénieurs qui sachent si nécessaire, permettez-moi l’expression, mettre la main à la pâte et redresser des ouvriers novices ». La réponse fut cinglante, et ce fut Parran qui la reçut, oralement. On lui fit savoir que la volonté parisienne était « d’abaisser l’École de Saint-Étienne parce qu’elle produit des ingénieurs ignorants et peu capables ». Pour le compte, Grüner explosa.

« J’aime beaucoup cette nécessité d’abaisser l’École de Saint-Étienne, parce qu’elle produit des ingénieurs ignorants et peu capables. Sans doute, ils seront moins ignorants, lorsque l’école sera abaissée. Si on vous parle encore une fois d’ignorance des élèves de Saint-Étienne, ayez donc la bonté de citer quelques noms. Je ne parle pas de MM. Boussingault et Fourneyron, Hommaire de Helle qui sans doute doivent leur position actuelle moins à l’École de Saint-Étienne qu’à leurs mérites personnels. Mais nous pouvons au moins citer ; M. Méhec, à Anzin, M. Glépin, directeur du Gd Hornu, Vuillemin, directeur d’Aniche, [Séraudier], directeur de Blanzy, les directeurs et Ingénieurs des mines et usines de Terrenoire, La Voulte, L’Horme, de la Loire, de Brassac et Commentry, de MM. Paillette et Paret en Espagne, de M. Bérard l’inventeur du nouvel appareil à lever la houille ».

26Mais quelque fût sa colère et la justesse de sa pensée, le directeur était confronté à une réelle difficulté. S’il était clair que Saint-Étienne avait sa place entre Paris et Alais, comment la définir par rapport à Centrale ? En position d’infériorité ? C’eut été reconnaître l’infériorité de la formation donnée aux élèves stéphanois. En position d’égalité ? Cela plaçait de facto Saint-Étienne à égalité avec l’École des Mines de Paris. Qui, à Paris, si favorable fût-il à Saint-Étienne, pouvait l’accepter ? Grüner en était le premier gêné qui tantôt rangeait Saint-Étienne entre l’École des Mines de Paris et Centrale, tantôt « entre l’École de Paris et celle d’Alais ».

27Le conflit qui enflammait le bassin houiller de la Loire n’arrangea pas l’affaire. C’est même sur ce point que le directeur, très peu politique, perdit la partie car on le mit dans l’obligation de fournir des arguments qui se retournèrent contre lui. Déjà, il s’était avancé un peu maladroitement, en mai 1852 ; « pour les travaux pratiques, on obtiendrait certainement toutes les facilités désirables de la part des administrateurs de la compagnie des mines de la Loire et de celle des directeurs de nos principales forges ». Début août, il recevait le refus du conseil des écoles de porter l’enseignement à trois ans, avec des raisons inconsistantes à la vérité, qui tenaient en deux points ;

  • la difficulté d’obtenir des propriétaires des mines l’autorisation d’occuper les élèves d’une manière sérieuse dans les travaux souterrains ;
  • le coût du séjour en trois ans, excessif pour la plupart des élèves.

28Le directeur balaya la dernière objection d’un jet de plume ; « depuis 15 ans, la plupart de nos élèves restent trois ans à l’école, en redoublant la première année ». Puis, pour répondre à la première, il fonça tête baissée dans le piège qu’on lui tendait.

29Le ministre en effet, n’avait pas pris sa décision. Pour le convaincre, Grüner décida de réduire à néant l’argument du Conseil. Il obtint du Conseil général de la Loire, le vote d’une motion favorable aux trois ans d’études, et s’entremit auprès des exploitants afin d’obtenir d’eux l’engagement écrit qu’ils recevraient des élèves-mineurs. Ce pourquoi il sollicita les directeurs de Firminy et Roche-la-Molière, ceux des Mines du Treuil, Méons et du Quartier Gaillard, Garnier, Luyton et Courtin, des anciens élèves, G. Delahante enfin, l’administrateur-délégué de la compagnie des mines de la Loire ;

« Je viens vous demander au nom du conseil de l’École des Mineurs, s’il vous serait possible de nous accorder pour les exploitations appartenant à la Compagnie des mines de la Loire, l’autorisation d’y conduire nos élèves pour les exercer aux travaux que je viens de mentionner. Et vous pourriez en outre nous céder chaque année pour le même temps, un ou deux maîtres-mineurs ou ouvriers capables, chargés de dresser et de suivre nos jeunes gens sous la direction d’un employé spécial de l’École des Mineurs qui les accompagnerait dans toutes leurs descentes ».

30Sans doute, à ce moment, n’avait-il pas le choix, vu l’emprise de la compagnie sur le bassin. Mais avoir sur son bureau une demande qui prenait appui sur une compagnie que désignait la vindicte locale et nationale, aurait fait reculer n’importe quel ministre. Nul ne trancha donc. Grüner risqua une ultime tentative entre février et mars 1853, sur un ton beaucoup plus conciliant. Mettant de côté l’expression d’ingénieur praticien, il en revint prudemment aux termes classiques et sanctionnés de « directeurs de mines et d’usines », pour désigner les fonctions futures des élèves sortants. Mais ce fut sans plus de résultat.

  • 15 L. Babu, Histoire…, op. cit., p. 105-106. Cette même année 1862, Lan quitta l’École pour passer au (...)

31N’imaginons pas toutefois qu’il désarma. Adoptant vis-à-vis de Paris un comportement sourcilleux, il reprocha à l’administration chacun des écarts de calendrier, n’eut de cesse de réclamer de l’avancement pour son personnel, de l’argent supplémentaire pour ses collections, ses livres et ses modèles, argent que d’ailleurs, il obtint. Pendant ce temps, il imposait sa politique en matière de pédagogie. En 1855, l’instruction pratique des élèves était complétée par un second voyage ; et, en 1862, quatre ans après son départ, le conseil de l’école (Dupont, Piron, Mallard, Lan) instituait les projets de concours d’exploitation, de métallurgie et de mécanique15. Surtout, tirant le bilan de cet échec institutionnel, le directeur travailla à imposer la figure de l’ingénieur stéphanois en affichant publiquement sa valeur et sa spécificité. S’appuyant sur la politique définie par Beaunier, il en décala la donne. Il n’était plus besoin d’œuvrer à un langage commun entre ingénieurs d’État, industriels et directeurs d’exploitation puisque ce langage existait. Ce qu’il fallait désormais, c’était la reconnaissance publique des compétences des élèves sortants, de la spécificité de cette branche du Génie civil. Reprenant à son compte la Correspondance des élèves brevetés, il l’élargit, en créant à côté de l’école et dans son orbite directe, une association savante, un lieu de discussions technique et scientifique fédérant sans distinction de statut les diverses strates de la profession, autour de thèmes et d’objectifs communs.

La « Minérale », une réponse en forme de recherche-action

  • 16 ADL, 106 J 58, 6 mars 1854.

32En février 1854, naissait la Société de l’industrie minérale. Paris, un court moment, s’en offusqua. Le directeur resta sans nouvelles du ministère entre mars et avril 1854. Pendant deux mois, ses courriers restèrent sans suite et sans réponse, et c’est Thirria qui le sortit de ce mauvais pas. Aucun des deux ne fut dupe des prétextes allégués au silence, savoir le remplacement de Manta au ministère16. Mais passé ce coup de froid, nul ne jugea bon d’interdire la société, ni d’empêcher que s’exprimât la réalité dont elle était la traduction. Nul non plus n’argua désormais de la mauvaise qualité des ingénieurs formés à Saint-Étienne ; Grüner avait visé juste.

  • 17 Archives municipales de St-Étienne (AMSE), 18 S 470. La référence vaut, sauf avis contraire, pour (...)

33La relation de la réunion fondatrice est brève dans le grand livre de l’association, où s’égrènent les comptes rendus de réunion du conseil d’administration et les comptes rendus d’assemblées générales17.

« Le 4 février 1854, […] une réunion composée de 22 membres dont les noms suivent a eu lieu dans une des salles de l’École des Mines. Étaient présents M. Grüner, directeur de l’École des Mines, MM. Courtin, Evrard Maximilien, Baure, Lombard, Allimand, Vial, Forissier, Nagel, Littaud, Hospital, Robert, Mercier, Dauge, Devillaine, Koss aîné, Janoyer, Bernard et Luyton, ingénieurs civils. La réunion avait pour but la discussion du projet d’une société d’ingénieurs et d’industriels pour la publication d’un recueil industriel concernant l’Art des Mines et de la Métallurgie ».

34La relation est brève, mais les mots cinglent ; parler d’« École des Mines », qui était la manière courante de désigner l’École, c’était certifier la qualité de la formation ; évoquer un « directeur » et des « ingénieurs civils », c’était certifier la qualification des élèves ; parler d’une « société d’ingénieurs et d’industriels », c’était certifier leur fonction. Le texte se situait au-delà de la revendication, dans l’affirmation publique d’une réalité. Avec à la clé, le débat scientifique souhaité, l’enrichissement des compétences de la communauté concernée. Les précisions statutaires viennent ensuite ; formation de la société votée à l’unanimité ; élection d’un comité de cinq membres pour la rédaction des statuts définitifs (ce furent Grüner, Luyton, Courtin, Evrard et Baure) ; décision enfin de constituer la Société lorsqu’elle regroupera 50 membres et 50 souscriptions au bulletin. Un an plus tard, en avril 1855, Grüner comptabilisait 204 adhésions et proposait de lancer le bulletin avec un tirage de 500 exemplaires. La « Minérale », comme on l’appela désormais, était née.

  • 18 Annuaire de l’Amicale, année 1905, Compte rendu de l’Assemblée générale, p. 257-259 pour Baure et (...)

35Le premier cercle de ceux qu’elle regroupa fut naturellement stéphanois et houiller. À l’exception de Koss, garde-mines formé au Génie militaire, tous ceux qui signèrent l’acte de naissance de l’association étaient des élèves brevetés EMSE. Baure, Courtin, Evrard, Forissier, de la promotion 1840, Vial de la promotion 1839, Lombard de la promotion 1845 avaient eu Grüner comme professeur. Les autres ; Bernard, Janoyer, Allimand, Devillaine, Mercier (promotion 1846), Luyton (promotion 1847), Hospital, Robert, Littand (promotion 1848), Bayle (promotion 1850), Nagel (promotion 1853) avaient été formés par Janicot. À eux tous, ils ne représentaient qu’une infime partie des élèves sortis ces années-là, un peu moins de 10 %. Mais ils en représentaient la fine fleur, à juger par ce que nous savons de leur position en 1887 ; douze directeurs de mines et usines et cinq ingénieurs. Et des quatre qui travaillèrent à la rédaction des statuts, Courtin était le directeur de Houillères de Saint-Étienne ; Luyton, qui avait été admissible à Polytechnique, le directeur de Roche-la-Molière et Firminy ; Baure, major de la promotion 1840, dirigeait les mines de Reveux et Janon et Max Evrard venait de prendre en main les mines de La Chazotte18.

36L’onde s’étendit rapidement à partir de ce noyau fondateur, jusqu’à constituer un deuxième cercle. L’extension fut géographique depuis le Gard jusqu’au Nord avec l’entrée au conseil d’administration de Thormann, directeur des mines de Cessous et Trébiau (Gard), Félix de Bouchaud, directeur des mines de Bessèges (Gard), de Prévost, directeur des mines d’Unieux (Loire) et de Vuillemin directeur-administrateur des mines d’Aniche (Nord). Elle fut aussi sectorielle. Dès 1855, les métallurgistes et la construction mécanique étaient invités à prendre les commandes de la société. De fait, Revollier, constructeur à Saint-Étienne tout comme Pétin, de Pétin et Gaudet, et David directeur des Usines Verdié ; Euverte, directeur des forges de Terrenoire et Petit, directeur des forges de l’Horme (Loire) ; Moulins, directeur des forges de Port-Brillet dans la Mayenne (groupe de Chatillon-Commentry) participèrent au conseil d’Administration. En 1855 encore, la Société faisait de C. Combes son président honoraire en même temps que le réseau s’élargissait aux anciens élèves d’autres écoles ; Châlons (Pétin), l’École des Mines de Paris (Pernollet, promotion 1839 ; Pion, promotion 1851 ; Petit, promotion 1854, maître de forges à Rive-de-Gier). Autour d’eux gravitèrent les autres cadres de la société, soit membres actifs de commissions de travail, soit présidents des comités régionaux que la Société institua à partir de 1861 pour élargir son assise territoriale. C’est ainsi que Joseph Lévy, Cabany (École des Mines de Paris), Pouzat, C. Ledoux (du Corps des Mines), Crone, C. Combes puis Grüner, présidèrent les districts de l’Est, du Nord, de Saône et Loire, du Gard, du Sud-Ouest et de Paris.

37Le troisième cercle, plus extérieur, fut celui des relations tissées avec les sociétés sœurs ou avec d’autres sociétés savantes. Par ce biais, s’instaura le jeu des reconnaissances mutuelles et des appuis officiels. Ce fut aussi pour la Société un moyen de préciser l’idée qu’elle avait d’elle-même, en décidant avec qui elle souhaitait échanger. Certains choix s’imposèrent ; la société accepta sans difficulté les échanges de bulletin que lui proposèrent le Moniteur des Intérêts (belge), les Annales des Ponts et Chaussées de Prusse, la Société industrielle de Mulhouse avec laquelle elle entretint des rapports actifs, l’Institut technique de Turin, les Annales des Mines de la Sarre, l’École des Mines de Londres. Citons encore la publication des ingénieurs du pays de Galles, le bulletin de la Société littéraire et philosophique de Manchester, les Annales du Génie civil. D’autres furent souhaités ; la Minérale chercha à entrer en relations avec de la Société d’encouragement et le CNAM, avec succès dans le premier cas du fait de la présence de Combes à la tête des deux sociétés, sans succès dans le second. Par contre, elle refusa catégoriquement tous échanges avec les sociétés qui présentaient un caractère trop local ou trop éloigné de ses intérêts ; Le Commerce (ou Le cercle de commerce de Paris), la Société d’agriculture de Caen, la société des sciences naturelles de Cherbourg, la société scientifique et littéraire d’Alais, les publications du Nord relatives à la filature, la Société industrielle de Marseille, un « journal américain de manufacture et de construction », et elle ajourna sa décision pour les Sociétés de Lyon et de Colmar. Le profil que dessine l’énumération est net et attendu ; tout pour la mine et la métallurgie, mais rien que cela et une forte ouverture internationale, en quoi la société profitait de la stature de son directeur, apprécié et même célèbre à l’étranger. Enfin, elle s’accorda utilement avec le ministère de l’Instruction publique, et reçut à partir de 1859, une subvention régulière de ce ministère, en échange de quoi elle participa avec régularité à la réunion des Sociétés savantes à la Sorbonne puis, dans les années 1870, aux Congrès de l’AFAS. C’était pour l’Instruction publique l’occasion de s’ouvrir quelques portes dans le monde professionnel auquel elle destinait les élèves de l’enseignement spécial et pour les ingénieurs civils le moyen de prendre quelque distance avec les Travaux Publics dont la tutelle était parfois encombrante.

  • 19 On trouvera dans T. Veyron, L’évolution technique des houillères françaises et belges, 1800-1880, (...)

38Grüner avait fondé la société à un moment capital. Les deux secteurs auxquels elle s’intéressait en priorité étaient en pleine mutation. Le monde de la houille devait faire face à une demande de plus en plus précise, de plus en plus diversifiée et l’accroissement des quantités extraites le déstabilisait. Compagnies et ingénieurs multipliaient les procédés pour gérer au mieux des espaces souterrains que la dépilation intense malmenait. Les points noirs étaient nombreux ; les méthodes d’extraction, la ventilation, le décombrement, la circulation des ouvriers, le fonçage et l’extraction en terrain instable, presque tout en somme ! En surface, les exploitants étaient obligés d’affiner les techniques de classification, de lavage de la houille, celles de fabrication du coke et de faire progresser la technique des agglomérés. La période 1850-1880 résonne de toutes sortes de débats, expérimentations, inventions, mises au point, découvertes, fausses pistes, déconvenues, et parfois catastrophes. Il y eut de grandes réussites aussi, certaines momentanées, d’autres durables comme l’application du procédé Kind-Chaudron au fonçage des puits en terrain instable déjà mentionnée, le lavoir à houille Bérard, le ventilateur Guibal, les méthodes d’exploitation des grandes couches (Devillaine, Harmet). De tout cela, le Bulletin discuta longuement19.

  • 20 A. Lodin, « Notice… », op. cit., p. 508, qui rappelle l’incrédulité que suscita la présentation pa (...)
  • 21 Le procédé Bessemer exigeait l’emploi de fontes tenant de 1,5 à 2 % de silicium, c’est-à-dire des (...)
  • 22 Procédé utilisant le four à réverbère (four Siemens) avec refroidissement de la sole et addition d (...)
  • 23 Le procédé Thomas-Gilchrist résolut le problème de la déphosphoration. Grüner aida à sa découverte (...)
  • 24 A. Lodin, « Notice », op. cit., p. 519 -520. Entre 1861 et 1870, les maîtres de forge du Cleveland (...)
  • 25 Seuls obtinrent le nom d’acier les ferreux susceptibles de prendre la trempe, A. Lodin, « Notice…  (...)

39La sidérurgie aussi était au milieu du gué et l’acier plus que jamais sur la sellette. Entre 1835 et 1845, l’accent avait été mis en Europe continentale sur son obtention par le puddlage c’est-à-dire par le brassage manuel dans un four à réverbère. « Les recherches en ce sens pourraient avoir commencé vers 1835 en Carinthie. Dix ans plus tard, le problème était résolu dans la Loire, et on obtenait à St-Chamond, des fers à grains légèrement aciéreux par le puddlage de la fonte de Franche-Comté. C’était, on le sait, une voie intermédiaire ». La révolution vint du remplacement du brassage manuel par le brassage mécanique par insufflation d’air froid ; ce fut le procédé Bessemer, présenté en avril 1856 à Chaltenham, à la « Société britannique pour l’avancement des Sciences20 ». L’invention changea totalement la donne, et son principal effet fut de plonger le secteur industriel dans une crise technique sans précédent. Car le procédé réclamait des minerais purs, des minerais dépourvus de soufre et de phosphore21. Un clivage s’établit entre les usines qui pouvaient l’employer parce qu’elles avaient les minerais convenables, et celles qui ne le pouvaient pas, faute de minerais adéquats. Soutenus par une conjoncture économique favorable, les industriels de l’acier se lancèrent dans une recherche effrénée de minerais et de procédés de substitution. Vingt ans durant, jusqu’à la mise au point du procédé Thomas-Gilchrist, de la fin des années 1850 à la fin des années 1870, la sidérurgie vécut dans cette tension, faim de minerais purs ou manganésifères pour le procédé Bessemer, approfondissement de la théorie du puddlage et de l’usage du four à réverbère pour résoudre le problème de la déphosphoration pour les minerais « ordinaires ». Les tentatives, débats, essais se multiplièrent, dont la Société se fit abondamment écho. Au bout du chemin, il y avait la mise au point du procédé Martin-Siemens22, et enfin, en 1878 à la découverte du procédé Thomas-Gilchrist23. En amont, on en vint, à partir de l’accroissement de taille des hauts-fourneaux en particulier dans le Cleveland, entre 1861 et 1870, à reconsidérer la théorie des hauts-fourneaux et l’étude de leur bilan calorifique24 ; et en aval à opérer une classification des fers et aciers (expositions internationales de Vienne et de Philadelphie25).

  • 26 L. E. Grüner, « But et travaux de la Société », Bulletin de la Société de l’industrie minérale, 18 (...)

40La Minérale s’avéra un outil technologique puissant dans cette conjoncture technique, un outil qui autorisait autour du minerai et des procédés, le double débat de la théorie (définition de l’objet et de son fonctionnement) et de la pratique (expérimentation, spécifications), un outil collectif aussi. N’était-ce pas la manière de penser de l’ingénieur stéphanois, l’esprit dans lequel on le formait ? Grüner dans une des livraisons de 1856, y revient et insiste. L’industrie « offre un champ immense de recherches, difficiles à accomplir, sans le concours actif et simultané de tous ceux qui s’y livrent26 ». Le leitmotiv est là, dans l’affirmation réitérée de cette nécessité qu’ont les ingénieurs à s’associer pour mener des recherches productives, d’« appliquer sur une large échelle le principe fécond de l’association, échanger ses idées, communiquer ses impressions, ses observations, le fruit de ses études ». Grüner insiste abondamment sur l’importance du collectif, quasiment sa primauté. La Société est moins là pour faire publicité à des travaux isolés, que pour faire avancer des questions par le moyen de la comparaison. « Très souvent, l’ingénieur isolé néglige l’étude de questions fort importantes, ou ne saurait s’y livrer malgré son désir, parce qu’il ignore ce qui a été fait par d’autres, dans des circonstances analogues et que les termes de la comparaison lui manque ». Il faut donc moins écrire qu’enquêter, moins chercher à s’individualiser que penser en termes de collectivité, c’est-à-dire ;

« tantôt recueillir des renseignements précis sur certaines questions d’ordre général, tantôt diriger les observations sur tel appareil spécial ou telle méthode nouvelle d’exploitation, le plus souvent transmettre simplement au conseil d’administration les documents détaillés que chacun des membres est appelé à puiser dans sa propre pratique de l’art des mines ou de la métallurgie. Ces diverses notes, mises en ordre et comparées avec soin, pourront être consultées utilement par tous et auront l’avantage précieux de provoquer fréquemment l’esprit de recherches et d’activité ».

41Bref, échanger en usant de méthodes de travail communes, créer une situation de mise à disposition des savoirs acquis par l’expérience, une situation d’ouverture technologique. « Quel est le moyen le plus simple d’être fixé sur la valeur réelle de tous ces systèmes que celui d’une association qui prendrait à tâche de publier successivement des données précises sur des produits réalisés par chacun d’eux ? »

42Le directeur organisa la Société autour de trois composantes, trois commissions plus ou moins calquées sur les secteurs habituels d’embauche des ingénieurs de l’École ; l’exploitation des mines, la métallurgie, la construction des machines. Chacune fut dotée d’un programme de recherches, qui consista pour l’exploitation des Mines en six questions à traiter ;

  1. études comparatives des appareils récents, à mouvement alternatif des ingénieurs Méhu, Guibal, Schütz, système à mouvement continu, nouvel appareil à air comprimé récemment appliqué à Commentry ;
  2. les câbles et les systèmes d’enroulement (économie, commodité, fiabilité) ;
  3. le guidage (influence sur la masse des produits élevés au jour et l’importance des frais d’extraction) ;
  4. l’étude des systèmes de descentes des ouvriers (sécurité, économie, santé des ouvriers) ;
  5. les systèmes d’épuisement ; « peut-on établir une règle invariable, ou la solution variera-t-elle selon la profondeur et les autres circonstances ? » ;
  6. « Tout n’est pas dit loin s’en faut sur les meilleurs systèmes d’aérage, de sauvetage, d’éclairage souterrain, de roulage, de boisage et de muraillement, de sondage, de creusement des puits ». Enfin, il préconisait une approche normalisée des trois grands problèmes techniques de l’heure, l’exploitation des grandes couches, le lavage et la carbonisation de la houille.

43Engranger le maximum de données positives sur tous ces points cruciaux de la pratique de l’ingénieur ; la consigne était simple et mobilisatrice. Pour contribuer « d’une manière efficace » à élaborer des solutions définitives, il était demandé à chaque ingénieur « chargé de la direction d’une mine ou d’un atelier » d’apprécier « les conditions spéciales dans lesquelles il se trouve placé, [de] déterminer rigoureusement l’effet de ses appareils, en faisant le compte des dépenses opérées et des résultats obtenus, puis [de] la résumer sous forme de tableaux simples et concis ». La solution viendra « tôt ou tard de la comparaison judicieuse des documents », concluait le directeur. La démarche fondatrice était double ; partir du spécifique, éviter dans l’observation le général, faire reposer le raisonnement sur le particulier à des fins de précisions et d’ajustement ; « cette première discussion des chiffres observés par les personnes mêmes qui résident sur les lieux, sera toujours à désirer, car elles seules peuvent bien tenir compte de l’influence des circonstances locales qui ont pu modifier jusqu’à un certain point les résultats généraux » ; enfin parvenir au général par la communauté de pensée, qui sera, en l’occurrence, communauté de protocoles, dont les ingénieurs prendront l’habitude grâce à l’établissement et la publication régulière de statistiques techniques et économiques, à la manière des districts miniers de l’Angleterre.

44Grüner en appelait directement à l’économie de pensée ; « faire connaître la marche suivie dans ces diverses localités, avec ses résultats techniques et économiques, ses succès et ses mécomptes, ne serait-ce pas fournir à chacun des exploitants le moyen de perfectionner le mode adopté par lui jusqu’à ce jour et de lui éviter de nouvelles expériences toujours très coûteuses ? ». D’où vint la force de la structure ? De ce qu’elle n’avait d’autre but affiché que la publication de la revue. De son aptitude à multiplier les référents aussi ; les légitimations venaient conjointement des ingénieurs professeurs, des ingénieurs praticiens, des chefs d’entreprise. Enfin, de son obstination à ne jamais se départir de son objet, la pratique courante. Le directeur lui-même marquait bien cette division du travail scientifique, qui réservait aux Annales ses articles strictement théoriques. En publiant exclusivement des articles centrés sur l’analyse scientifique des pratiques, en se faisant le lieu de ce qui s’appellera beaucoup plus tard la recherche-action, le Bulletin sut s’ouvrir une voie propre dans le monde de la mine et de la métallurgie, et s’imposer comme revue de référence à côté des Annales des Mines et du Bulletin de la Société des Ingénieurs civils.

45Aussi bien, intéressons-nous à la manière dont il était élaboré, observons le mode de fonctionnement de cette société d’ingénieurs dont l’une caractéristique était de se trouver en contact étroit avec le Corps des Mines, la manière dont ils constituèrent, envers et contre tout, une identité technique commune, et comment celle-ci évolua. C’est à l’École que le conseil d’administration se réunissait sept à huit fois par an. Là, il décidait du contenu du bulletin, en s’appuyant sur le travail des commissions dont les membres étaient désignés par l’Assemblée générale. Deux fonctionnèrent remarquablement, la commission de métallurgie dont les piliers furent Grüner, Félix de Bouchaud, Janoyer, Lan, Janicot ; la commission des mines avec Imbert, Allimand, Baure, Evrard, Luyton. Toute note, tout article proposé à publication passait entre leurs mains pour examen. Et lorsqu’une question précise était posée par un industriel ou un ingénieur, une commission était créée pour y répondre, financée soit par le conseil général de la Loire soit par les industriels, quand ce n’était pas par les deux. C’est ainsi que la commission « Bodhuile » fut chargée en 1856 de visiter l’usine du même nom à Givors. La commission « Appold » destinée à rendre compte de la marche des fours à coke construit par la Société à Rive-de-Gier fonctionna de 1856 à 1859 de même que la commission « lavage de la houille » instituée pour faire des essais comparatifs entre les différentes sortes d’appareils. La commission « étude et rendement des machines d’épuisement » travailla de 1857 à 1860 ; celle sur les « bétons agglomérés Coignet » fut instituée en 1860 pour voir « s’ils peuvent recevoir une application aux travaux extérieurs ou intérieurs des mines ». La commission « sauvetage » qui fonctionna de 1860 à 1873, fut la plus importante de toutes. Elle expérimentait les appareils que les constructeurs proposaient (lampe Dumas, appareil Gallibert, appareil Rouqueyrol, appareil Ancel pour le grisou), en les achetant avec l’argent que lui allouaient le conseil général de la Loire et les industriels, par exemple, 300 F reçus du conseil général en 1860 ; 200 F en 1863 de la part de F. Chalmeton, directeur des mines de Bessèges ; 1 500 F en 1865 alloués par le comité des Houillères. Mentionnons encore dans un domaine légèrement différent, un domaine où la technique le cédait au droit, la mise sur pied à la demande de Grüner d’une « commission article 11 […] chargée d’étudier la récente interprétation de l’article 11 de la loi de 1810 par le dernier arrêt de la cour de cassation, afin, s’il y a lieu de présenter les observations les plus judicieuses qu’il sera possible à l’administration supérieure, au point de vue des exploitants ». Toutes ces commissions rapportaient par écrit des résultats et présentaient chaque année le bilan de leurs travaux à l’Assemblée générale.

46Cette belle activité dura dix ans, de 1854 à 1864, temps durant lequel la société ne cessa de progresser en adhérents, 400 en 1858, 500 en 1860, 600 en 1863. Le Bulletin progressa de même en demandes d’abonnements, 700 en 1860, 800 en 1862, 1 300 en 1866. Puis le climat s’alourdit. Quelque chose s’abîma dans le fonctionnement de la revue dont le CA prit conscience et qui l’alarma. « Le président voit péniblement avec les membres du conseil qu’une pénurie de mémoires menace la régularité de la publication ». D’où venait la décrue, ce désintérêt ? De la difficulté à faire vivre le projet dans la durée, répondra-t-on spontanément, puisque la substance de la revue était d’apprécier ou de déprécier la valeur, c’est-à-dire la validité générale et l’efficacité en toute situation, de machines ou procédés mis au point par des confrères ou des concurrents.

  • 27 Grüner travailla à une théorie du procédé dont il publia les premiers résultats dans les Annales d (...)
  • 28 Julien, de la promotion 1819, quitta les Forges de Lorette (Cie Neyrand frères) en 1859. Démission (...)

47Grüner avait donné l’exemple en proposant, dès novembre 1856, une note sur le « procédé Bessemer », dans laquelle il relevait l’erreur commise par l’Anglais qui pensait obtenir l’élimination du soufre et du phosphore par son procédé27. Les discussions foisonnèrent, proches ou lointaines. En 1857, arrive sur le bureau de la commission de métallurgie « une note du chimiste du Creuzot (sic) qui a analysé les calcaires à schistes ans le but d’y rechercher le phosphore et il n’y a pas trouvé ce métalloïde. D’après la décision du conseil, cette note ne sera pas insérée ». En avril 1858, Julien, des forges de Lorette dans la Loire et Janoyer, des forges de Vierzon dans le Cher discutent par Bulletin interposé28 ; « Julien a envoyé deux mémoires, l’un sur l’action mutuelle du phosphore et du soufre dans les fontes, l’autre sur les différents modes de combustion des combustibles. Le premier a été rendu à M. Julien pour qu’il consulte la note de Janoyer sur le même sujet ». En février 1859, c’est d’un débat sur les rails dont la publication fait état ; « Euverte ; note au sujet des obligations imposées aux forges par les compagnies de chemin de fer de fabriquer des rails de telle ou telle manière. Lecture d’une lettre de Coingt sur le même sujet. On insérera la note de Euverte si elle arrive et un extrait de la lettre de Coingt ». À l’hiver 1859-1860, Lan publie de longues « Notes sur les fonderies d’acier », tandis que Mène, chimiste à Lyon propose une analyse des minerais oolithiques. Et la discussion reprend autour des hauts-fourneaux, entre Janoyer et Gaulliard cette fois ; « Janoyer a envoyé des observations sur la note de M. Gaulliard relative à l’emploi du coke de gaz dans les hauts-fourneaux. M. Gaulliard a répondu à son tour. Le conseil décide qu’on peut insérer ces deux lettres dans le prochain bulletin, en supprimant de celle de M. Janoyer quelques mots peu convenables ». En mai 1861, arrive un nouveau mémoire sur l’acier ; « Extrait de Lombard sur la nouvelle théorie de la composition de l’acier. Le conseil décide d’insérer ce mémoire dans sa prochaine livraison ».

  • 29 Lombard, promotion 1845, était directeur des mines de Graissessac en Hérault. Mathieu, promotion 1 (...)

48À côté de ces débats, intenses certes mais menés sans anicroches, combien de plaintes, combien de pressions, qui donnent à voir les points sensibles en soulignant les difficultés du projet. Une des questions les plus brûlantes, localement, fut le prix des fers. Devait-on ou non les publier ? En avril 1856, « le conseil décide que la publication des prix courants des fers du bulletin dans le mémorial de la Loire sera supprimé pour donner satisfaction aux réclamations du commerce du pays ». Mais en novembre, se ravisant, les ingénieurs décidèrent « que les prix courants des houilles et des fers devront être insérés dans le bulletin sous la même forme que par le passé », ce qui leur valut d’affronter la colère patronale. « Lettre de Marin, directeur des forges de l’Horme qui réclame contre la publication des prix courants des fontes et des fers. Le conseil décide de continuer leur publication comme par le passé ». Réclamation encore, mais cette fois dans le domaine minier « à propos de la nationalité des ouvriers qui ont construit le cuvelage du Pré-Sardon. Ce ne sont pas des ouvriers belges, mais bien des ouvriers Français. M. Imbert promet une note supplémentaire ». Dans tous les cas, la prudence était de mise, pour juger de ce qu’il fallait publier et de ce qu’il fallait taire. « Le président a reçu un mémoire de M. Favet sur l’exploitation des mines de Blanzy, complété et renvoyé avec un tableau sur les prix du roulage. Arnoux doit consulter MM. Chagot sur l’opportunité de la publication de ce mémoire29 ». Parfois, il fallut déchanter. « La note promise par Aumont sur les sondages en Saône-et-Loire n’a pas été envoyée. L’administration du Creusot s’y oppose ».

49L’appréciation des inventions brevetées, la comparaison faite entre les appareils froissèrent souvent les susceptibilités des inventeurs. Grosrenaud en 1862, se plaint d’une note publiée par Lan, Leseure et Baldeyrou sur une nouvelle disposition de chaudière imaginée par Duvergier. « Il prétend que cette disposition rentre dans un de ses brevets. Le conseil pense que cette réclamation n’a aucun intérêt pour les lecteurs du bulletin, elle ne sera pas insérée ». Les membres du conseil orchestrèrent du mieux qu’ils le purent la discussion autour des ventilateurs, entre décembre 1860 et août 1862. « Le vice-président rappelle au conseil que M. Lemielle avait envoyé une note sur son ventilateur, ce qui avait motivé une demande à Cabany pour qu’il terminât le plus tôt possible les expériences qu’il avait promises sur le ventilateur Guibal. Cabany répond qu’il allait presser l’envoi de sa note […]. Le conseil décide d’attendre ces résultats avant d’insérer le mémoire de M. Lemielle ». Cela lui valut les protestations vigoureuses de Cabany en désaccord avec les conclusions de Lemielle sur le ventilateur Guibal, qui exigeait la publication de son courrier. Sentant la polémique monter, le conseil opta pour une procédure d’apaisement ; « ne rien insérer des discussions. Mais nommer une commission pour faire une étude comparative des deux appareils. Les comités de district dans lesquels fonctionnent ces deux appareils en sont chargés ». L’altercation fut particulièrement vive avec Bérard après la publication entre juin et septembre 1858 des résultats de la commission « lavage de la houille ». Acrimonieux, Bérard imposa la publication d’une réponse. L’affaire passa progressivement de l’échange de notes début 1859 à l’envoi d’huissier à la fin de l’année ; « Le président communique une sommation par huissier envoyée par Bérard, tendant à l’insertion dans le bulletin de ses deux dernières lettres, le conseil décide de n’insérer que la première ». Citons pour terminer, la démission de Bayle, directeur commercial de Châtillon-Commentry, membre du conseil parmi les fondateurs de la société. Il y eut au motif d’une décision qui fut irrévocable, la fatigue peut-être, mais surtout, un désaccord avec une note de Payen, un ancien de l’École des Mines de Paris, administrateur de la Compagnie d’éclairage au gaz, sur la classification de la couche de [spith-barre]. Témoignant son regret, Devillaine, Euverte, Luyton, Desbiefs et les autres tentèrent vainement de faire changer leur camarade d’avis. Et, contrits par l’échec, ils adoptèrent « pour ligne de conduite future de soumettre dorénavant les notes envoyées sur quelques questions délicates aux personnes que cela intéresse, afin qu’elles puissent ou s’opposer à leur insertion, ou rédiger une note contradictoire en même temps ».

50Mais les difficultés rencontrées par la Minérale ne tinrent pas seulement des tensions nées de l’obligation de naviguer entre deux nécessités contradictoires, celle de garantir la propriété intellectuelle, celle de favoriser une libre circulation des essais et des expériences. Le grand intérêt de ce genre de débats, en dépit des difficultés rencontrées, ce qui faisait la force de la Minérale et le dynamisme du Bulletin, était de placer les experts à égalité, qu’ils fussent ingénieurs du corps, ingénieurs civils formés à l’École des Mineurs ou à l’École des Mines de Paris. Là réside la seconde raison de l’érosion, du désintérêt qui se manifesta progressivement. Quelque chose dans la manière de mener les débats se modifia progressivement. L’équilibre fragile qui autorisait et légitimait la société en tant qu’institution de référence s’éroda dans les années 1860. La revue se voulait un lieu ouvert et neutre de discussions, un lieu de mise à disposition des pratiques. Ce faisant, elle se plaçait en autorité ; bientôt elle devint instance de jugement. Il lui revint de prendre la mesure de ce que signifiait en termes d’organisation interne, ce rôle de tribunal des pratiques, qu’à son insu, elle endossa.

51L’étude des modalités de fonctionnement aide bien à le comprendre. Une première analyse, qui comptabilise la participation de chacun aux réunions du conseil d’administration met en évidence l’évolution du rapport ingénieur civil/ingénieur des Mines, et donne l’année 1860 pour charnière, qui fut l’année où Dupont, nommé à la direction de l’École en remplacement de Grüner, prit en mains les rênes de l’association. Jamais auparavant le nombre d’ingénieurs du corps présents aux réunions n’avait dépassé deux personnes, Grüner et Lan le plus souvent. Il y a là comme une politique, une attention à l’égard des ingénieurs civils, considérés comme des collègues. Mais avec Dupont, cette politique changea. Que ce fut de leur plein gré ou par obligation, Mallard, Vicaire, Meurgey, Leseure les ingénieurs-professeurs, investirent le conseil et participèrent aux travaux très régulièrement. Les ingénieurs des Mines représentèrent alors régulièrement 40, 50 et même parfois 60 % des membres présents. Cette présence massive eut-elle pour effet de démobiliser les ingénieurs civils ? Evrard et de Villiers voire Baroulier restèrent fidèles au poste, mais Baldeyrou, Bayle, Devillaine, Luyton, Mouline se firent plus rares.

52Or, on note, à partir de la même date, une évolution identique dans la dynamique d’acceptation ou de refus des articles, qui est le second point de l’analyse des pratiques internes à la société. De 1855 à 1860, temps des présidences de Grüner et de Lan la pratique dominante fut de multiplier les avis, de contrebalancer toute description proposée d’un outil, d’une technique ou d’un procédé par celle d’un outil, d’une technique ou d’un procédé voisin. Au final, c’est le conseil qui tranchait. C’est lui, dans la transcription des séances, qui « décide, accepte, avise, juge… » tandis que le président « donne lecture, indique, annonce, propose… ». Le dialogue, était équitable et modéré, un dialogue entre pairs. Cela aussi change, discrètement mais sûrement, passé 1860. Le président s’impose davantage, tandis que le collectif s’efface au profit des individualités ; « Courtin est d’avis… » ; « Lombard a lu… » ; « Villiers pense… » ; « Janicot propose… ». Le jugement porté sur les articles se modifie, les appréciations changent de sens. L’essentiel du travail fut pris en main par les membres du Corps, Leseure, Mallard, Piron, Meurgey ; les temps de lecture s’éternisèrent ; les refus se multiplièrent. « Deux mémoires de Roche (EMSE, 1859, ingénieur aux forges de l’Horme) sur une cisaille à vapeur et sur une installation pour la descente des remblais ; remis à Mallard » (professeur de géologie). Trois ans plus tard ; « mémoire Roche, lu par Mallard qui a remarqué que les conclusions n’étaient pas fondées sur la pratique de leurs objets […] ; il demande qu’on le renvoie à son auteur ou plutôt à Corne (EMSE, 1843, ingénieur des houillères et mines de fer de la compagnie d’Aubin) qu’il prie Roche de vouloir bien ajouter à sa notice des résultats pratiques ». Résumons l’affaire d’une phrase ; le débat entre praticiens s’était transformé en une appréciation professeurs/ élèves. Dupont n’avait pas perçu pas le risque qu’il y avait à laisser les ingénieurs-professeurs coloniser le conseil d’administration de la Société.

  • 30 La mission était destinée à fournir les bases de la fixation des droits à imposer aux produits mét (...)

53Sa démission en 1865, et les changements statutaires qui en résultèrent, modifièrent le rapport de force en faveur des ingénieurs civils. Mais le Bulletin ne s’en trouva pas immédiatement irrigué car en arrière-plan, couvait un autre conflit, qu’il fallait aussi évacuer, un conflit qui portait sur la manière de concevoir l’analyse technique des pratiques. L’entente intellectuelle avait été suffisamment bonne entre Grüner et Lan pour qu’ils publient ensemble en 1861 et 1862 un « État présent sur la métallurgie du fer en Angleterre », fruit d’une mission officielle qui préluda au traité de libre-échange30. L’un et l’autre étaient proches de la pratique, quoique ce fut différemment. Grüner demeura un savant ; Lan devint un industriel. Mais tous les deux impulsèrent les travaux de la Société en l’inscrivant dans les modes de pensée de la science expérimentale. De 1855 à 1862, dans les commissions, en conseil d’administration, la réflexion mêla intimement expérimentations pratiques et réflexion théorique. Juriste dans l’âme, Dupont fut pour l’école, un grand administrateur. Mais plus frileux dans la pratique industrielle, il usa sans imagination supplémentaire du vieux fonds de pensée de l’ingénieur du Corps. Les commissions qu’il contribua à créer, la commission « lampes de sûreté », la commission de « sauvetage », s’attachèrent à vérifier la qualité des objets proposés davantage qu’à intervenir sur l’objet lui-même ou à définir des protocoles. En quête de débats d’une autre qualité, les ingénieurs civils désertèrent le terrain, laissant les ingénieurs des Mines s’échiner à résoudre une atonie dont ils ne comprenaient pas la nature. Dupont, sincèrement soucieux du devenir de la Société, pensa relancer son dynamisme par l’attribution d’une médaille d’or d’un prix maximum de 500 F « La surabondance de ressources pécuniaires de la société pourrait avantageusement être utilisée à stimuler les membres par l’honneur d’une récompense de valeur ». Il lui fut répondu, assez vertement, en Assemblée générale, que c’était à la condition « que ce fut l’Assemblée générale elle-même qui consacrât ce choix précédemment concerté en conseil d’administration » et que « cette fondation pourrait blesser des susceptibilités et par là manquer son but ». C’est alors qu’il démissionna.

54L’évolution vint des sociétaires eux-mêmes. Le remaniement de 1866 avait rétabli la confiance et parallèlement, une hypothèque s’était levée. La même année en effet, une autre société avait fondée, à côté de la Minérale, l’Amicale des anciens élèves dont le but était de prendre en charge le destin professionnel des élèves. Cela eut pour effet d’élargir le champ de la société savante en renforçant son caractère d’investigation et d’échanges professionnels. Le conseil d’administration s’attacha dès lors à revigorer le lien entre la publication et les sociétaires. On instaura, bien avant la lettre, une veille technologique en invitant les membres de la société « à envoyer des extraits de publication… de nature à intéresser les mines et les forges et qui seraient imprimés en caractère particulier à la fin de chaque bulletin, comme une sorte de revue bibliographique ». De nouvelles méthodes de travail furent proposées qui prirent appui sur de nouveaux référents ;

« Le président donne lecture d’un procès-verbal de réunion du district de l’Est. Dans cette réunion, du genre de celle de la Société des ingénieurs civils, on a parlé de diverses questions. M. Vérioff poursuit l’abaissement du tarif des voyageurs sur les chemins de fer ; Chaudron rend compte de divers accidents de cuvelage dont il promet une description ; Keller espère donner une notice sur une nouvelle machine à vapeur ; Wohlwerth pense envoyer bientôt une traduction de l’allemand sur le bassin houiller de Saarbruck ».

55Le débat technique reprit, petitement mais sûrement, autour de la mine principalement, secteur où des innovations majeures se présentaient, comme l’emploi de la dynamite, de l’air comprimé, de l’électricité.

56La manière dont la Société dépassa la crise provoquée par la guerre de 1870 témoigne de la maturité acquise. Car, au-delà du choc patriotique, le chagrin fut profond. La Minérale était touchée physiquement puisqu’elle perdait une grande partie du district de l’Est, des camarades, des lieux de travail. Elle était atteinte moralement aussi ; faire de l’ingénieur allemand un ennemi, c’était prendre à rebours une culture technique qui depuis toujours s’était donnée l’espace technique allemand comme modèle. Quatre années furent nécessaires pour opérer la relance, pour que se reconstitue le réseau de districts. Mais le désastre ne fut pas naufrage. Dès mars 1871, Carcarrié, Devillaine, Euverte, Luyton, Vicaire, Desbiefs, Grand’Eury se retrouvaient, pour tenter de répondre aux trois préoccupations qui les animaient tous ; le bulletin, dont le retard de parution était d’une année désormais ; la guerre dont l’effet, pensaient-ils, sera de ralentir la production plutôt que de l’augmenter ; la Société, dont ils se demandaient comment lui faire reprendre une nouvelle marche. On décida d’un récapitulatif, « l’organisation d’une table générale de toutes les matières parues dans le bulletin ». Et puisque « les mêmes questions sont posées sans trouver de solution », on décida d’organiser des réunions d’ingénieurs « à la manière des ingénieurs civils ». « À la manière » c’est-à-dire en impulsant un débat ouvert sans préjuger des sujets. La défaite autorisa-t-elle le desserrement du lien au Corps ? Les gestes symboliques se multiplièrent, qui témoignent de la prise d’autonomie de la société par rapport aux institutions qui l’avaient fait naître ; organisation des réunions à la Chambre de Commerce et non plus à l’école ; décision de conserver la même cotisation pour les membres résidant en France et ceux résidant en Alsace-Lorraine malgré l’augmentation du port pour les pays annexés ; démarches pour faire reconnaître la société d’utilité publique ; admission d’un ingénieur allemand.

57Le refus, en 1875, de se procurer une collection qu’on lui proposait des 43 années des Annales des Mines, sanctionne symboliquement l’indépendance acquise. Une page se tournait. Fort d’une dynamique retrouvée, le Conseil d’administration profita d’une maladresse du gouvernement – un projet de monopole d’État sur la dynamite – pour électriser son monde. L’assemblée extraordinaire de 1875 explose littéralement d’une jeunesse retrouvée. Témoignant du fait, la page de signatures, véritable florilège, et même feu d’artifice, rassemble dans tous les sens les grands noms de l’ingénierie minière. Le collectif en finissait symboliquement avec l’alignement sage des décennies de jeunesse. La Minérale acclamait son bureau d’honneur ; Grüner, président, et autour de lui cette génération nouvelle qui avait contribué au renouveau de la société, Vuillemin, administrateur d’Aniche, Chalmeton, Administrateur des Houillères de Bessèges tous deux vices-présidents ; Pernollet, de l’École des Mines de Paris, ingénieur ; Fayol, ingénieur-chef à Commentry dans l’Allier, Jean-Baptiste Marsaut, directeur des mines de houille de Bessèges, Garnier, inventeur du nickel calédonien. La Société affirmait publiquement qu’elle était ce qu’elle avait décidé d’être, une société d’ingénieurs civils. Et renouant avec la Correspondance des années 1830-1840, elle décida de compléter le Bulletin par la publication mensuelle des Comptes rendus mensuels des séances.

En conclusion ; l’ingénieur, de la technique au social

58Dix années avaient été nécessaires, de 1865 à 1875, pour que s’opère le changement. Mais cela avait été le souhait de tous de parvenir à ce résultat. À commencer par Grüner son fondateur, le père de la Minérale. La société fut son œuvre, en ce sens qu’il sut cristalliser autour de lui et de façon durable, le besoin que ressentaient les ingénieurs d’un lieu de confrontation et d’échanges sur leurs expériences professionnelles. Transcendant sa position d’ingénieur du Corps, il usa de sa position de directeur, de sa compétence scientifique, mais aussi de son goût pour le travail de terrain, pour agir en ingénieur tout court. Son départ aurait pu mettre un terme à l’affaire. Il n’en fut rien. Dupont qui lui succéda, comprit qu’en rendant visible la qualité scientifique et technique des élèves et leur position dominante dans le champ, la Minérale renforçait l’école, justifiait son existence, assurait sa publicité. Et même si ce fut dans la difficulté, il en assura le maintien. Quant aux ingénieurs civils, ils apprirent douloureusement parfois, à se dégager de la double tutelle, celle, idéologique, du Corps des Mines, celle, territoriale, de Saint-Étienne.

  • 31 A. Caillaux est connu pour son ouvrage Tableau général et description des mines métalliques et des (...)

59Le Bulletin ne fut pas un doublon provincial des Annales des Mines. Ce ne fut pas non plus l’organe de l’industrie minière et métallurgique de Saint-Étienne. L’institution des comités de district, décision prise en 1860 à l’instigation de Lan, fut capitale à cet égard pour que s’opère la mutation. C’est par ce biais que la société échappa à la pression professorale, en s’appuyant sur le modèle de la Société des ingénieurs civils. Des hommes neufs, à la compétence affirmée, émergèrent ; Joseph Lévy, président du comité de l’Est, qui fut le plus ferme soutien de la société entre 1862 et 1866 ; Vuillemin, dans le Nord qui fut l’un des grands artisans de la relance autour de la question statistique. Des auteurs aussi ; Louis Simonin qui multiplia les descriptions méditerranéennes, à un moment où la Méditerranée prenait une place centrale dans le processus sidérurgique avec l’arrivée des minerais algériens de Mokta El Hadid, à un moment où la métallurgie européenne, ferreuse et non-ferreuse, se lançait à la conquête de la Sardaigne et de l’Espagne ; Jules Garnier, le spécialiste avéré des nouveaux métaux ; Alfred Caillaux, le champion de la géographie minière31, tous, est-il besoin de le préciser, anciens de Saint-Étienne.

60Mais les années 1860 firent charnière d’une autre manière. Avant 1865, la Minérale discute seulement de technique pure. Après, l’intérêt s’étend de la technique vers le social ; à côté de l’analyse des pratiques techniques émerge alors l’analyse de la pratique du métier, de la gestion du social dans l’entreprise. Les ingénieurs étaient-ils prêts à faire le pas ? Le Nord fut pionnier en la matière, sous l’impulsion de Bracquemond et Vuillemin, qui proposèrent en 1865, de lancer une enquête sur le salaire moyen des ouvriers. « Le bureau a reçu de Bracquemond un mémoire sur le salaire des ouvriers employés dans les mines du Nord. On demande insertion immédiate. Le président lit ce mémoire rédigé avec réserve. On accepte la forme et on décide d’ouvrir dans la Loire une pareille enquête ». La Société accepta, mais on sent la gêne.

« Mallard voudrait que l’on fit l’enquête du salaire moyen des ouvriers mineurs de la Loire d’après la forme de celle qui a été faite dans le nord de la France sous les auspices de Bracquemond ; il voit des objections reconnus fondées à retarder cette œuvre de statistique. Le conseil est d’accord. La décision est prise d’envoyer une circulaire aux exploitants du bassin de la Loire dans laquelle on demandera les renseignements nécessaires à l’établissement des salaires moyens des ouvriers de mines ».

61Beaucoup maugréèrent d’être ainsi dérangés. Baure, à Commentry répondit évasivement ; Arnoux directeur technique à Blanzy démissionna ; les Stéphanois gardèrent un silence prudent. Jugée trop directe, impertinente, l’approche dérouta ou elle choqua. Publier les salaires, c’était dévoiler des secrets de société. Faire du social un objet d’échanges, d’études et de débats, l’incorporer aux techniques, c’était donner aux chefs d’entreprise l’impression d’un dessaisissement qui contribua certainement à l’affaiblissement de la société dans le milieu des années 1860. À terme, cela eut pour effet de rééquilibrer les forces vives aux dépens du bassin de la Loire, moins dynamique en la matière. Plus loin encore, cela procura à la réflexion collective des outils statistiques d’analyse du processus de production et contribua à l’infléchir vers une approche raisonnée de l’administration industrielle.

Notes

1 A. Lodin, « Notice nécrologique sur L. E. Grüner, inspecteur général des mines », Annales des Mines, 1888, p. 489-525. ADL, 106 J 10 063, 5 juillet 1852 et 26 mai 1852 pour chacune des citations. Sauf mention contraire, la référence vaut pour toutes les citations de Grüner.

2 L. Aguillon, Notice historique…, op. cit., p. 182 ; « dans toutes les occasions où le conseil général des Mines s’occupa des propositions relatives à l’École de Saint-Étienne, il s’efforça de lutter contre l’extension de plus en plus grande que les directeurs de cette École tendaient continuellement à lui donner ».

3 A. Thépot, Les ingénieurs…, op. cit., p. 271 ; A. Lodin, ibidem. Cette « querelle de l’acier » trouve son origine dans les difficultés rencontrées en France entre les années 1850 et les années 1870 pour obtenir de l’acier avec les minerais indigènes. Le Play et ses élèves en conclurent à la « propension aciéreuse » des fers anglais tandis que Grüner chercha l’explication dans l’analyse des composants du métal et de ses impuretés. Lodin commente ; « on sait aujourd’hui que la propension aciéreuse n’est autre chose que l’absence de soufre et de phosphore dans les matières destinées à la fabrication de l’acier et que la pureté aciéreuse de M. Le Play correspond simplement à l’absence de scories dans la masse du fer destiné à la cémentation ; on sait enfin qu’en l’absence de soufre et de phosphore, les propriétés physiques de l’acier varient régulièrement avec la teneur en carbone ».

4 AN F14 2742, dossier Chambrette. Drouot fut déplacé en 1849, pour avoir « parlé deux ou trois fois dans les clubs avec une grande exagération », lettre du préfet de la Haute-Marne, avril 1852.

5 Michel Chevalier lui-même s’y fourvoya qui plaida pour Giromagny. AN F 14 1302b, Notes sur une École pratique des Mines, mémoire du 15 janvier 1848, cité par A. Thépot, Les ingénieurs…, op. cit., p. 217. Le mémoire critiquait l’enseignement parisien jugé trop scientifique.

6 Décision ministérielle du 22 décembre 1841, L. Aguillon, Notice…, op. cit., p. 158. P. A. Dufrénoy connut l’École des Mines de Paris sous toutes ses formes ; Moutiers, Mouchy, le petit Luxembourg, puis Vendôme. Il avait été de cette promotion de 1816/1817 composée seulement de deux élèves, lui-même et Thibaud.

7 « Liste générale des élèves entrés à l’École », Annuaire, Association amicale des élèves de l’École des Mines de Paris, 1864.

8 C. R. Day, Les écoles d’Arts et Métiers, 1992, p. 288-312 et passim.

9 ADL, 9 M 216.

10 Roussel-Galle qui succéda à Beaunier après l’intérim de Deslsériès, mit plus d’un an avant d’accepter d’occuper son poste ; « il est sans exemple, monsieur, qu’un ingénieur désigné pour un poste aussi important apporte pareil retard à en prendre possession. […] Est-ce par complaisance pour M. Delsériès ? […] je vous déclare que vous ne servez pas ses intérêts. Assurément, si ce n’était pas vous, ce ne sera pas lui qui sera appelé à diriger l’École des mineurs […] », finit par lui écrire Becquey. ADL, 106 J 58, mars 1837.

11 Rapport de Roussel-Galle au ministre, cité p. L. Babu, Histoire…, op. cit., p. 118.

12 ADL, 106 J 58, 1847-1851. La référence vaut pour ce qui suit. Callon entra à la direction des mines de la Grand’Combe en 1846, A. Thépot, Les ingénieurs…, op. cit., p. 353.

13 E. Lamé-Fleury, Recueil…, op. cit., p. 559.

14 ADL, id., 20 juillet 1852. Parran fut efficace. « Je vous remercie pour toutes les courses et les peines que vous causent nos achats. Je vois clairement que nous n’aurions rien eu si vous n’aviez pas été sur les lieux » lui écrit Grüner.

15 L. Babu, Histoire…, op. cit., p. 105-106. Cette même année 1862, Lan quitta l’École pour passer au service de la Société Anonyme des fonderies et forges de Châtillon-Commentry. Il fut remplacé par Vicaire.

16 ADL, 106 J 58, 6 mars 1854.

17 Archives municipales de St-Étienne (AMSE), 18 S 470. La référence vaut, sauf avis contraire, pour toutes les citations concernant la Société de l’Industrie Minérale.

18 Annuaire de l’Amicale, année 1905, Compte rendu de l’Assemblée générale, p. 257-259 pour Baure et Evrard, année 1887, liste des anciens élèves, pour Courtin et Luyton. Sauf avis contraire, cette dernière référence vaut pour les élèves mentionnés.

19 On trouvera dans T. Veyron, L’évolution technique des houillères françaises et belges, 1800-1880, 1999, p. 184-191, la liste des articles du Bulletin et des Comptes rendus mensuels consacrés à la question des houillères.

20 A. Lodin, « Notice… », op. cit., p. 508, qui rappelle l’incrédulité que suscita la présentation par Bessemer de son procédé. « L’idée de réaliser l’affinage de la fonte liquide en y insufflant de l’air froid paraissait absolument paradoxale à cette époque ».

21 Le procédé Bessemer exigeait l’emploi de fontes tenant de 1,5 à 2 % de silicium, c’est-à-dire des fontes plus « chaudes » que celles traditionnellement utilisées par l’affinage.

22 Procédé utilisant le four à réverbère (four Siemens) avec refroidissement de la sole et addition de riblons ou massiaux brut dans le bain de fonte liquide. Plus maniable que le procédé Bessemer, il présentait l’avantage d’autoriser l’emploi d’une certaine quantité de fonte phosphoreuse.

23 Le procédé Thomas-Gilchrist résolut le problème de la déphosphoration. Grüner aida à sa découverte en montrant que seules les scories basiques permettaient l’élimination du phosphore (sous forme d’acide phosphorique). Dans son Traité de métallurgie, t. 1, p. 199, il proposait de substituer au pisé siliceux employé pour former la paroi interne des convertisseurs « un aluminate basique de fer, de chaux et de magnésie qui, à part son infusibilité, aurait aussi l’avantage de retenir l’acide phosphorique ».

24 A. Lodin, « Notice », op. cit., p. 519 -520. Entre 1861 et 1870, les maîtres de forge du Cleveland édifièrent des fourneaux de plus de trente mètres de haut, à but d’obtenir une économie de consommation de coke par tonne de fonte. Mais, passée une certaine hauteur, les résultats s’inversèrent, l’économie de coke devint surconsommation. Les métallurgistes cherchèrent à comprendre les raisons de ce phénomène et découvrirent, au début des années 1870, que l’inversion puisait son origine dans le dédoublement de l’oxyde de carbone au-dessous du rouge sombre, entre 300 et 400.

25 Seuls obtinrent le nom d’acier les ferreux susceptibles de prendre la trempe, A. Lodin, « Notice… », op. cit., p. 517 et Annales des Mines, 7e série, t. X, p. 209. Nous reviendrons sur le problème posé par la nomenclature des aciers, à propos d’Alexandre Pourcel, chapitre 9.

26 L. E. Grüner, « But et travaux de la Société », Bulletin de la Société de l’industrie minérale, 1856, p. 1-12. Grüner donne la liste des sociétés susceptibles de faire modèle et de légitimer la démarche ; les académies pour les savants, les médecins et les artistes ; les réunions périodiques pour les géologues, les agriculteurs et les météorologistes, la Société d’encouragement pour l’industrie générale et enfin, la Société des ingénieurs civils pour les constructeurs de chemins de fer (p. 1).

27 Grüner travailla à une théorie du procédé dont il publia les premiers résultats dans les Annales des Mines, 5e série, tome XVIII.

28 Julien, de la promotion 1819, quitta les Forges de Lorette (Cie Neyrand frères) en 1859. Démissionnaire du CA, il fut remplacé par Petit, maître de forges à Rive-de-Gier. Janoyer, de la promotion 1846, était entré en 1856 aux forges de Vierzon, dont il devint directeur Il avait été auparavant ingénieur à la compagnie des Forges de l’Horme, Annuaire de l’Amicale, 1895, p. 68 et S. Chassagne (dir.), Dictionnaire…, op. cit., art. Neyrand.

29 Lombard, promotion 1845, était directeur des mines de Graissessac en Hérault. Mathieu, promotion 1825, était directeur des mines de Thivencelles et Fresnes-Midi dans le Nord, Arnoux, dont on a enregistré le bref passage à l’École, en congé illimité, était directeur des mines de Blanzy.

30 La mission était destinée à fournir les bases de la fixation des droits à imposer aux produits métallurgiques anglais, A. Lodin, « Notice… », op. cit., p. 59.

31 A. Caillaux est connu pour son ouvrage Tableau général et description des mines métalliques et des combustibles minéraux de la France, 1875.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search