Version classiqueVersion mobile

Entre l'État et l'usine

 | 
Anne-Françoise Garçon

Deuxième partie. Le temps de l’ingénieur expérimentateur (des années 1840 aux années 1880)

Chapitre 6. L’École, les gardes-mines et l’industrie

Texte intégral

1« L’industrie privée… » prenons-nous suffisamment la mesure de cette expression qui fut courante au xixe siècle sous la plume des ingénieurs, tant civils que ceux du gouvernement, prenons-nous la mesure de ce qu’elle exprime ? Comme si, vu du côté de l’ingénieur, du spécialiste en technique et administration industrielle, il y avait deux lieux possibles pour exercer ses compétences techniques, les compléter et les parfaire, le public et le privé. Dans les catégories qui sont les nôtres, où statuts et fonctions s’épousent et s’entremêlent au point qu’il est parfois difficile de déterminer lequel légitime l’autre, l’affirmation paraît incongrue. Pour les hommes du xixe siècle, qui apprenaient à vivre avec l’industrie, qui construisaient ce monde industriel, il en allait autrement. L’industrie émergeait comme puissance sociale, comme lieu possible de déroulement d’une carrière professionnelle, comme lieu de valorisation des compétences, d’acquisition de compétences nouvelles ; comme lieu enfin, si ce n’est d’enrichissement, du moins de spéculation à cet égard. En regard, la fonction publique n’était guère plus âgée, quelques décennies de plus, et elle proposait des emplois de type industriel. Jouissait-elle auprès du public d’une image fixée au point d’amener le jeune homme formé à la pratique industrielle, art des mines, art de la métallurgie, mécanique et autres, à se déterminer en posant deux pôles contradictoires, presque antagonistes, le public ou le privé ? Cela est improbable.

  • 1 A. Picon, L’invention…, op. cit., p. 609, ébauche une utile comparaison avec le corps des conducte (...)

2Nul aujourd’hui ne prétendrait que les quelques cent soixante gardes-mines qui ont fait carrière entre 1840 et 1880, ont été des hommes d’industrie. L’histoire de ce corps de techniciens de l’état a été parfois évoquée, elle n’a jamais fait l’objet d’une étude spécifique1. Esquissée ici, elle met à jour une réalité fluide qui conduit à nuancer notre vision de la relation État/industrie. Le futur garde-mines pouvait avoir été formé dans une école, Saint-Étienne au premier chef, mais il pouvait aussi avoir été formé sur le tas. Dans l’un ou l’autre cas, muni d’un savoir qu’il savait ne pas être une compétence, le jeune homme proposait ses services à l’administration ou à « l’industrie privée », non indifféremment bien sûr mais en fonction des appréciations qu’il portait sur le marché du travail et sur son aptitude à s’y inscrire. L’essentiel était d’étoffer son « savoir pratique ». Ce souci d’acquérir coûte que coûte une expérience à faire valoir ultérieurement revient constamment dans les propos des jeunes gens qui cherchent à se placer, et dans les appréciations des ingénieurs qui les recrutent. Par contre, on ne rencontre aucun a priori sur-valorisant ou dévalorisant tel lieu d’exercice, privilégiant le public par rapport au privé, ou l’inverse. Le pragmatisme prime. La négociation n’oppose pas ; elle ménage, elle apprécie, elle évalue. Les carrières étaient moins établies, moins rigides que de nos jours, et il était aisé, on le verra, de passer du public au privé et réciproquement ; il était naturel aussi de « faire du privé » dans le public. À la recherche d’un emploi, le jeune homme naviguait au plus près entre la nécessité dans laquelle il se trouvait de transformer son savoir en pratique professionnelle et les besoins qu’avaient la jeune industrie et la non moins jeune administration de disposer d’un personnel technique compétent, l’une et l’autre pour assurer ordre et sécurité dans le foisonnement métallurgique, mécanique et minier. On apprenait « à l’État » (propos d’un élève des Arts et Métiers de Châlons, devenu garde-mines) ou « à l’usine », et, dans les dix premières années de la carrière professionnelle, on passait de l’un à l’autre, de l’exploitation minière au corps des gardes-mines, sans avoir l’impression de quitter l’industrie. Ainsi, jusque dans les années 1870, le choix s’effectua entre état et industrie, également demandeurs de compétences.

Un Corps en lien organique avec l’industrie

  • 2 AN F14 2741 à 2751. 169 en vérité mais le dossier Saran est vide. Ces cartons concernent le person (...)

3Les 168 dossiers de gardes-mines répertoriés aux Archives nationales ne représentent pas la totalité du personnel. Le corpus étudié, à la fois conséquent et ramassé, correspond au personnel ayant fait carrière dans l’administration entre 1830 et 1890, avant qu’apparaisse le titre de « contrôleur des mines ». Bien sûr, il y a des dossiers égarés, des chemises vides, des confusions entre personnes, Gilbert, par exemple, versé dans le dossier Etienne, en raison d’une confusion faite autour du prénom. La déperdition est faible cependant et il est raisonnable de considérer que le corpus représente 85 à 90 % des gardes-mines qui exercèrent à ce moment. L’intérêt de l’approche est renforcé du fait qu’il s’agit de dossiers de nomination, qui deviennent des dossiers de carrière après acceptation du poste. Le détail importe : 29 des 168 demandeurs (17,5 %) démissionnèrent d’entrée de jeu. Ce chiffre, peu élevé en apparence, prend toute son importance lorsque l’on découvre que la très grande majorité de ces démissionnaires d’office (72,5 %) venaient de l’École des Mineurs2.

  • 3 Circulaire du Directeur général des ponts et chaussées et des mines aux ingénieurs en chef des min (...)

4Le plus ancien des gardes-mines fut, de l’avis même de l’administration, Jean Lendroit devenu garde-mines aux minières de Saint-Pancré le 1er janvier 1810, en remplacement de son frère. La profession naquit de la nécessité de procurer un personnel de direction aux quelques exploitations qui étaient sans concessionnaire attitré, du fait de la tradition. Ces « mines aux mineurs », au nombre de trois, Saint-Pancré en Meurthe-et-Moselle, Aumetz en Moselle, Rancié en Ariège, étaient contrôlées par les collectivités publiques, souvent des communautés locales, et la rémunération du garde-mines était prélevée sur la valeur du produit obtenu, le chiffre d’affaires. Généralisant l’expérience acquise en la matière, la loi d’avril 1810, soucieuse autant que l’Ancien régime d’associer concession et bonne gestion, consacra leur existence en faisant obligation aux exploitants d’employer du personnel compétent et d’exploiter selon les formes requises, à défaut de quoi ils étaient condamnés à entretenir à leurs frais, « un garde-mines chargé de vérifier le bon déroulement des travaux ». C’est en raison de cette disposition qu’en novembre 1820, le préfet des Bouches-du-Rhône fixait par arrêté la répartition du traitement du garde-mines entre les concessionnaires proportionnellement au revenu des exploitants3. Entre 1810 et 1840, ils furent une dizaine à exercer cette forme de direction par défaut, cette forme de contrôle qui ne faisait pas d’eux des fonctionnaires. Jusqu’en 1840, ils restèrent « des agents […] créés à l’aide de fonds spéciaux votés dans plusieurs localités où leur concours est très utile ».

  • 4 L’instruction fut précédée par la loi de finances du 10 août 1839 portant allocation au chapitre V (...)

5L’institutionnalisation vint avec l’industrialisation, qui accrut les besoins d’encadrement des entreprises par l’administration. L’instruction ministérielle du 18 février 1840 donna pour la première fois un cadre à cette structure embryonnaire. Les gardes-mines devenaient des « agents spéciaux institués pour seconder les ingénieurs des mines dans les divers détails de leur service » (art. 1). Le texte définissait avec précision les domaines d’intervention qui leur étaient attribués ainsi que le rôle qu’ils devaient y jouer. Il y avait les carrières où ils devaient surveiller à la sûreté des personnes et des choses ; les minières et tourbières où ils devaient en régulariser les travaux par l’application du régime des permissions ; les usines où ils devaient surveiller à la stricte exécution des clauses des permissions d’installation ; éprouver les chaudières d’appareil à vapeur et veiller à ce que les appareils ne soient pas mis en surpression ; les mines enfin, où ils devaient reconnaître comment chaque partie de l’exploitation était conduite, signaler les dangers, constater les infractions, prendre les mesures provisoires nécessaires en cas de péril imminent, vérifier les plans et lever ceux dont l’exécution était ordonnée d’office. Enfin, point important pour la suite, ils devaient « exécuter les opérations trigonométriques et les travaux de recherches qui sont entrepris pour définir les gîtes minéraux utiles » (art. 3)4. L’arrêté renforçait le caractère technique de l’institution en élargissant sa mission à l’ensemble du secteur de base dont les usines ne pouvaient être mises en place sans avoir obtenu autorisation de l’administration, ainsi qu’à tous les ateliers mécanisés.

6L’arrêté précisait aussi avec soin ce que devait être leur origine professionnelle, les connaissances et la pratique qu’ils devaient posséder, de manière à apporter toutes garanties quant à leurs aptitudes à remplir la mission impartie. Les « aspirants aux places de gardes-mines préposés à la police souterraine » devaient posséder la géométrie souterraine, devaient savoir lever des plans et les dessiner « avec netteté », et justifier en outre d’une « certaine pratique de l’exploitation des mines et de la conduite des machines à vapeur ». Pour cette raison, l’instruction proposait de les choisir, « autant que possible parmi les élèves des écoles de Paris et Saint-Étienne, les mineurs, les carriers et les machinistes expérimentés ayant exercé pendant un certain temps la profession de chef d’atelier dans les mines, les grandes carrières souterraines, dans les usines ou les fabriques de machines ». À côté d’eux, les « aspirants aux places de gardes-mines surveillant des minières, tourbières et usines » devaient posséder une certaine familiarité avec le milieu et « entre autres, […] [connaîtra] dans tous ces détails la préparation mécanique des minerais et particulièrement des minerais de fer ». Ils devaient être recrutés autant que possible « parmi les arpenteurs, les voyeurs et les ouvriers intelligents des travaux d’exploitation ou des ateliers de lavage » (art. 5). L’ordonnance du 15 juin 1844 accrut leur responsabilité en matière d’appareils à vapeur. Elle complétait le texte de mai 1843 qui avait astreint les industriels à l’instruction d’un dossier technique très lourd avant l’installation de toutes machines et chaudières à vapeur. C’est aux gardes-mines qu’il revint de les instruire. Parallèlement, ils devinrent des agents secondaires du contrôle de l’exploitation des chemins de fer. À l’instar des mines, il s’agissait moins d’une surveillance administrative que d’un contrôle technique destiné à prévenir les défauts de construction et d’installation, pour limiter les accidents. Ces multiples missions donnèrent sa matérialité à l’institution et la confortèrent dans une mission d’encadrement de la mécanisation en cours.

  • 5 Les 1re et 2e classes devaient comprendre 2/10e de l’effectif, les 3e et 4e classes, 6/10e, la 5e (...)

7En 1845, ils obtinrent le droit à la retraite. Mais c’est en 1851, qu’ils devinrent des fonctionnaires à part entière, en vertu du décret du 24 décembre portant organisation du Corps des Mines qui les intégra officiellement dans le cadre du service des Mines. Leur nombre fut fixé à 75 agents et le déroulement de leur carrière, leur avancement, se trouva déterminé par une répartition proportionnelle dans cinq classes hiérarchiquement posées5. Le texte insistait de nouveau sur la préférence à donner dans le recrutement aux agents d’origine industrielle, « maîtres-mineurs, gouverneurs ou directeurs de mines, contre-maîtres d’ateliers, d’usines ou de manufactures, et les élèves des écoles professionnelles » (art. 35). Il n’était donc pas obligé qu’ils sortent d’une école, mais pour vérifier leur aptitude, un examen était institué dont seuls pouvaient être exemptés que « les élèves brevetés de l’école nationale des mines de Paris, et de l’école des mineurs de Saint-Étienne » (art. 39). Quelques mesures complémentaires confortèrent la place de ces agents dans l’administration. En 1852, on leur attribua un uniforme et une classe supplémentaire fut créée, la classe de garde-mine principal. En juillet 1856, ils furent assimilés aux conducteurs des Ponts et Chaussées « pour les grades, la répartition entre les diverses classes et le taux des traitements », une mesure de « justice » qui eut pour principal effet de relever les traitements, dont la fourchette s’établit de 1 500 F annuel pour le garde-mine de 5e classe – l’équivalent du traitement d’un élève ingénieur – à 2500 F annuel pour le gardes-mines principal – l’équivalent du traitement d’un ingénieur ordinaire de 2e classe. Enfin, et c’est là un autre point important dans l’histoire des relations entre les deux corps du service des Mines, le décret ministériel du 25 mars 1857 les autorisa à bénéficier de congés illimités au même titre que les ingénieurs des mines.

8Pour illustrer ce propos et lui donner quelque vie, retraçons à grands traits la biographie de Faugière. Ce fils de bonne famille, originaire de Gannat dans l’Allier, Annet Gaspard de ses prénoms, avait fait ses humanités, et décidé, à la vingtaine passée, en 1838, de suivre les cours de l’École des Mineurs à Saint-Étienne en qualité d’élève libre. En 1840, il se proposa pour la place de garde-mines qui venait d’être créée à La Charité sur Loire, dans la Nièvre. « Je l’ai examiné avant son départ pour Saint-Étienne, indique Burdin qui était à la tête de l’arrondissement, il m’a paru avoir de l’intelligence, je n’ai que de bons renseignements sur sa conduite. » L’ingénieur attendait impatiemment ce nouvel agent secondaire : « Dès son début, je me propose de [l’]envoyer au moins trois mois sur les minières de Merreton et autres des environs de la Guerche… ». Il incombait au jeune Faugière de rationaliser, de moraliser presque, une exploitation du sous-sol jusque-là totalement anarchique. C’est dire que le travail ne manquait pas :

« Il suffit d’observer que les précieux et trop épuisables gîtes de minerais sur lesquels repose dans la Nièvre et l’industrie du Cher l’industrie si important des forges, se trouvent dans ce moment fouillées sans suite, sans ordre par des ouvriers payés à tant la tonne par un chef d’usine fermier du propriétaire du sol, lequel chef n’ayant aucun intérêt de conservation se bornera à enlever les parties les plus riches et les plus apparentes des minières pour ensuite se porter dans d’autres champs, en laissant derrière soi ensevelis sous les eaux et sous les décombres d’importantes ressources qu’il ne sera plus possible de retrouver par la suite ».

9Le garde-mines fit merveille. À peine nommé, il fut transféré de la Charité à Montluçon et c’est là qu’il fit carrière : garde-mines de troisième classe en 1845, avec un salaire annuel de 1 600 F, il se marie en 1849, accède à la deuxième classe la même année avec un salaire annuel de 1 800 F ; à la première classe en 1859 et touche alors 2 000 F. Ses supérieurs appréciaient son travail :

« Il continue de faire montre de zèle et d’intelligence dans un service dont l’importance grandit incessamment et se mesure aujourd’hui pour son objet capital par une production houillère de neuf millions de quintaux métriques… les procès-verbaux d’accident accusent particulièrement par leur disposition et leur lucidité un soin d’appréciation et de rédaction que l’Administration centrale aura sans nul doute remarqué » (Baudin, 1865).

10L’homme demeurait alors à Néris-les-Bains, en Allier donc, et travaillait essentiellement au contrôle des exploitations minières de Châtillon-Commentry. À l’orée des années 1870, Faugière était au faîte de sa carrière. Chevalier de la Légion d’honneur depuis 1866, son traitement avoisinait les 3 000 F annuel. Son fils était au lycée, et lui-même vivait dans une « modeste aisance ». Il continuait de fournir « de nombreuses d’intelligence et de sagacité dans l’étude des gisements. » Son activité « se chiffrait » en 1868 « par 130 jours de déplacement et 8 375 km parcourus ». Eut-il vent de la discussion que ses talents provoquèrent chez ses supérieurs ? « Il est depuis huit ans garde-mines principal, il est depuis sept ans chevalier de la légion d’honneur… Si le grade de sous-ingénieur existait dans les Mines comme dans les Ponts et Chaussées, il mériterait assurément d’être promu à ce grade. Ce serait une récompense bien méritée de longs et excellents services », écrit Pigeon, son supérieur hiérarchique. Mais déjà Baudin, l’inspecteur général, avait anticipé sur une demande qu’il jugeait exagérée :

« M. l’ingénieur en chef Pigeon va jusqu’à prendre texte des mérites de cet agent dont l’activité se chiffre en 1868 par 150 jours de déplacement et 8 375 km parcourus pour exprimer le regret qu’il ne puisse être récompensé comme dans les Ponts et Chaussées par un avancement au grade de sous-ingénieur ; c’est peut-être aller un peu loin. Pour me tenir au domaine des choses réalisables, je me bornerai à demander pour M. Faugière comme témoignage de ma satisfaction une gratification de 200 F ».

11Il ne restait plus à Faugière qu’à vieillir doucement. L’administration en prit acte, avec cette froideur qui est sienne. Qu’écrit-on de lui en 1879 alors qu’il a 64 ans ? « Excellent garde-mines, fait quelques expertises ; est attaché comme observateur à la commission météorologique de l’Allier », où l’on sent l’homme en place. « S’occupe de la surveillance des mines du département de l’Allier, constatant des accidents, épreuves et surveillance des appareils à vapeur, statistique minérale, contrôle du chemin de fer d’Orléans », où l’on sent la charge de travail. « La marche le fatigue de plus en plus. Il se ménage beaucoup et l’on ne peut plus compter sur lui comme autrefois pour les visites des mines. Le service de l’Allier étant très chargé sous ce rapport, il y aura avantage à remplacer M. Faugière par un garde-mines jeune et vigoureux », où l’on sent l’homme vieilli et en passe d’être déconsidéré. En février 1881, il fut admis à faire valoir ses droits à la retraite, sans autres formes de procès, après quarante années de bons services dans l’Allier.

12Les origines professionnelles des gardes-mines étaient très diverses. Presque tout l’éventail de la formation professionnelle disponible à ce moment en France y est représenté depuis les grandes écoles, Centrale, école des Mines de Paris – et quelques admissibles à l’École Polytechnique, jusqu’aux cours professionnels, La Martinière à Lyon, l’institution Dubois à Saint-Étienne, l’école Tabellion à Nancy, en passant par les Écoles d’Arts et Métiers, Châlons, Aix, Angers ; sans oublier, après sa création par Victor Duruy, l’enseignement spécial, secondaire et supérieur, Nancy, Metz, Dunkerque. L’école des Mineurs dont les élèves étaient admis d’office pour peu qu’ils en fassent la demande, fournit le plus gros contingent, 41 % des gardes-mines recrutés sur la période. Par comparaison, l’intérêt apporté à ce métier par les élèves brevetés de l’école des Mines de Paris fut tout à fait marginal, inférieur même au nombre des gardes-mines venus de Centrale. Un autre contingent important fut fourni par les Écoles d’Arts et Métiers. Au total, 64 % des demandes émanèrent de jeunes gens sortis d’écoles professionnelles. Mais ils furent nombreux aussi à venir en droite ligne de l’usine, et un groupe plus qu’honorable fut formé dans les bureaux des ingénieurs des mines qui les embauchaient à titre d’agents temporaires et les préparaient à l’examen. Cet ensemble, qu’on qualifiera de « formés sur le tas », représente un peu moins de 36 % du recrutement.

  • 6 La législation autorisait les militaires à poser leur candidature jusqu’à l’âge de 35 ans.

13Ainsi, conformément aux termes de l’arrêté fondateur, 79 % des gardes-mines recrutés provenaient du milieu industriel, directement ou indirectement, raison pour laquelle nous les qualifierons d’« industriels ». Les autres vinrent de l’administration, soit militaires à la retraite6 ou anciens instituteurs, soit conducteurs des Ponts et Chaussées, ou agents de services municipaux, raison pour laquelle nous les qualifierons, d’« administratifs ». Les lignes de force de ce recrutement sont donc en première analyse : 1) une répartition du groupe autour de deux axes, le premier séparant l’ensemble du groupe en deux catégories, les « industriels » et les « administratifs » ; le second, séparant le groupe des « industriels » en deux catégories, les « scolarisés » et les « formés sur le tas » ; 2) une forte adéquation entre le but et la formation puisque plus de 56 % des gardes-mines (95 sujets) avaient reçu une formation en matière d’exploitation minière ; 3) une présence massive de l’École des Mineurs ; 4) pour l’ensemble du groupe un niveau culturel plus qu’honorable qui se remarque à la pratique de la langue étrangère et à la pratique d’une activité scientifique. Ce ne fut pas la moindre des surprises, en effet, de constater qu’un tiers des gardes-mines pratiquaient ou avaient pratiqué une langue autre que le français (anglais, allemand, espagnol, italien voire l’arabe pour quelques-uns) et qu’ils furent plus d’une trentaine à avoir exercé une activité scientifique répertoriée (participation à une société savante, publications, etc.).

  • 7 La graphie ancienne, qui court sur toute la période étudiée, sera conservée pour désigner l’école.

14Mais cette première photographie ne saisit pas complètement le groupe dans sa complexité, et surtout elle ne dit rien des dynamiques qui le caractérisèrent. Ajoutons donc, parmi les lignes de force qui le structurèrent, une forte tendance centrifuge, qu’on repère au taux de défection. Un peu plus du quart de l’effectif (25,5 %), démissionna dans les trois premières années d’exercice, ce qui est beaucoup. Or, cette tendance affecta diversement les groupes professionnels concernés. Les plus stables furent les « formés sur le tas » (aucune démission) et les « administratifs » (taux de défection très faible). Stables encore, les quelques Centraliens, Arts et Métiers et élèves de l’École des Mines de Paris qui entrèrent dans la profession. À l’opposé, plus on se rapproche du noyau central du recrutement, c’est-à-dire de la catégorie « mineurs », plus on observe une forte tendance à l’évasion. Les moins désireux de faire carrière furent dans l’ordre les quelques élèves de l’École des Maîtres-mineurs d’Alais (33 %) et ceux de Saint-Étienne (29 %)7. Ces derniers, au total, ne représentent que 35 % du groupe des actifs réels, c’est-à-dire de ceux qui firent carrière.

  • 8 3 anciens instituteurs, 7 anciens militaires dont, 3 anciens officiers de l’armée polonaise, Kiens (...)

15La tendance à l’érosion du groupe des « industriels » dans la longue durée s’explique à la fois par la facilité avec laquelle il démissionne et par l’évolution du recrutement. Le gros du corps, presque 60 %, fut recruté entre 1840 et 1860, en effet. Par la suite, les créations de postes furent très rares, et le recrutement s’effectua en fonction du renouvellement des cadres défaillants ou démissionnaires, décédés ou partis en retraites. On enregistre alors un lent déplacement de l’origine professionnelle des recrutés. Ils n’avaient été que 10 sur les 54 gardes-mines recrutés entre 1840 et 1849 à venir de l’administration8. À partir des années 1860, le recrutement devint de plus en plus « administratif », avec un glissement certain vers les cadres intermédiaires des Ponts et Chaussées, et ceux des services municipaux, sans effacer la dominante « industrielle » néanmoins. Au total, le groupe des gardes-mines actifs adopte les contours suivants : 60 % d’« industriels scolarisés », 17 % d’« industriels formés sur le tas » et 23 % d’« administratifs ».

  • 9 J. Dupâquier et J.-P. Pelissier, « Mutations d’une société : la mobilité professionnelle », in J. (...)

16Jacques Dupâquier et Jean-Pierre Pelissier, dans La Société française au xixe siècle, observent la très grande mobilité socio-professionnelle de la population française au xixe siècle, une mobilité qui les conduit à parler de la société française comme d’une « société en devenir ». Il ressort de leur étude sur la mobilité professionnelle que les commerçants et les artisans, comme les exploitants et les travailleurs agricoles, n’ont pas constitué des « masses dormantes », mais des « catégories réservoirs », des « catégories intermédiaires autour desquelles s’articulent de puissants flux de mobilité sociale, orientés dans tous les sens. En tout cas, rien ne permet de les considérer comme souches spécifiques de la classe ouvrière ». Même dans les professions libérales, ajoutent-ils, la dispersion est assez poussée9. C’est très exactement ce que l’on ressent à l’étude du petit groupe professionnel qui nous occupe, l’impression de catégories intermédiaires marquées par une forte aptitude à la mobilité. Nous avons la chance de disposer de l’origine sociale pour 62 % du groupe, soit une centaine de personnes. On y découvre un éventail de catégories socio-professionnelles plutôt orienté vers le haut puisque seulement 7 % du groupe est d’origine franchement populaire, et qu’il n’y a qu’un seul fils d’ouvrier répertorié, Gaspard Rouzaud, un mineur originaire de Rancié. À l’opposé, les fils de propriétaires, d’officiers ou d’ingénieurs d’État représentent 28 % du groupe. Ce fut la seconde surprise de l’étude, encore que cela conforte et explique le bon niveau culturel enregistré. La troisième surprise vint de la place tenue par la classe « intermédiaire » et provinciale, un sous-groupe qui représente pas moins de 65 % des gardes-mines dont l’origine sociale est connue, c’est-à-dire 46 % des gardes-mines en activité. Qui plus est, la répartition en son sein des catégories socio-professionnelle qui le constitue est remarquablement équilibrée entre les fils de professions libérales, ceux de négociants, marchands, petits entrepreneurs et banquiers, les fils d’employés, les fils d’artisans et les fils de cultivateurs. Enfin, si l’on individualise artificiellement, toutes catégories sociales confondues, les « mineurs », c’est-à-dire les gardes-mines en lien organique avec le Corps des Mines (fils, frère, neveu, beau-frère etc.), on trouve onze sujets.

17L’échantillon nous plonge pour l’essentiel dans les arcanes de la petite et moyenne bourgeoisie de province, celle assez fortunée et/ou assez téméraire pour envoyer pour envoyer un ou plusieurs de ses fils dans une école, mais pas assez riche ou pas assez téméraire pour l’envoyer dans une grande école parisienne. Le taux de scolarisation professionnelle est supérieur à 90 % pour deux catégories, celle des officiers supérieurs et ingénieurs et celle des négociants, il dépasse 80 % pour les fils de propriétaires et rentiers ; 60 % pour les professions libérales, les employés et les artisans. Rapporté à l’École des Mineurs, cela éclaire singulièrement le recrutement. Encore qu’à son propos, le comportement soit nettement différencié. Lesquelles de ces catégories sociales choisirent l’école stéphanoise comme lieu de formation ? Les catégories supérieures majoritairement : tous les fils de professions libérales présents dans l’échantillon, 84 % des fils de propriétaires ou de rentiers, 71 % des fils de négociants, 50 % des fils d’officiers et d’ingénieurs recensés dans l’échantillon. Telles étaient les catégories sociales auprès desquelles l’École avait du crédit. Vue sous cet angle, l’école stéphanoise fait nettement figure de « grande école provinciale », et l’outil d’un transfert pour le moins intéressant à observer d’une frange non négligeable de bacheliers vers l’industrie.

  • 10 « Cette forge composée de deux hauts-fourneaux au bois, dont un seul est en activité, travaille ex (...)

18Le groupe qui se distingue par son éclectisme, c’est celui des artisans. C’est en son sein que se trouve l’éventail de scolarisation le plus large, de Centrale jusqu’à l’enseignement spécial, en passant par l’École des Mineurs, Alais, et les écoles normales d’instituteurs. Deux professions dominent étonnamment, celle des cordonniers (5 sujets) et celle des tailleurs (3 sujets). Les autres sont fils de carrier, fils de batteur d’or, de dessinateur en broderie, d’ébéniste, de maçon, de potier de grès, de typographe. Ces hommes manifestent une ouverture d’esprit, alliée à une volonté de réussite, un désir de faire carrière qui tranche avec le comportement plus guindé de la bourgeoisie moyenne. Ce qui se dévoile ici est un groupe intellectuellement disponible à la transformation industrielle. Les cultivateurs – le plus souvent des propriétaires exploitants – parviennent au même résultat mais sur un autre mode. Ils forment le gros du groupe des « formés sur le tas », un mode d’apprentissage, dont ils sont proches de par leur culture, et qu’ils pratiquent à bon escient et avec fruit. Quatre des treize gardes-mines formés directement par les ingénieurs des Mines sont issus de ce milieu. N’y voyons nulle routine, encore moins de régression, peut-être une malléabilité plus grande, surtout un autre rapport à l’apprentissage. Il y eut de magnifiques réussites paysannes, celle par exemple, de Jean-Baptiste Guillet l’Ardennais, fils de laboureur, employé à partir de 1839 au laboratoire de chimie du service des mines – il a seize ans – et formé par l’ingénieur des Mines Sauvage qui « s’est attaché à diriger les études du Sr. Guillet dans la pensée que l’administration créerait un emploi de gardes-mines ». Guillet exerça trois ans de 1843 à 1846 en qualité de gardes-mines, puis entra au service métallurgique de la Compagnie de l’Est, et après un passage au Paris-Lyon, après quoi, il devint propriétaire de la Forge d’Araucourt en 1849 et y fit fortune10. Citons encore celle non moins probante d’Auguste Pomel, venu, lui, du Puy-de-Dôme. « Il a accompagné comme enfant, dans ses excursions l’abbé Croizet à l’époque où il a publié son grand ouvrage sur les ossements fossiles d’Issoire. Actif et intelligent, il a pris un goût particulier aux recherches de M. l’abbé Croizet et il est devenu un ostéologue distingué ». Le propos est de Dufrénoy qui dirigeait l’école des Mines de Paris. « Pris par la conscription, son régiment est venu à Paris. M. Elie de Beaumont, M. Alexandre Brongniart et moi l’avons accueilli avec bienveillance et présenté à la Société de Géologie, où il a présenté plusieurs mémoires intéressant l’ostéologie et la botanique fossile ». De tels soutiens ne lui épargnèrent pas les déboires. Attaché à l’École des mines de Paris comme garde-mines en 1846, il perdit son emploi en 1848 et pire, en 1852, « compris dans les mesures d’ordre prises par le gouvernement, il fut expulsé de France ». Pas découragé, il demanda et obtint de demeurer en Algérie, fut relevé de l’internement, et réintégra les cadres en 1856 à la demande de l’administration locale, alors qu’il travaillait en qualité d’ingénieur aux mines de Gar-Roubau. Chef du service de la carte géologique, il publia un ouvrage important sur les fossiles de la province d’Oran, devint conseiller général d’Oran, puis sénateur, reçut en 1875 une médaille à l’Exposition universelle de Vienne et devint l’agent-conseil de la Société générale Algérienne pour les travaux d’études et de recherches sur les gîtes miniers. En écho à ces belles réussites industrielles et savantes, nous pourrions en citer d’autres plus discrètes, plus modestes à l’échelle sociale, mais non moins importantes à l’échelle des hommes que nous observons ici.

  • 11 Fils d’un serrurier, il avait fait ses études à l’école industrielle de Metz. Nommé garde-mines en (...)

19Les plus spéculateurs, par rapport au titre ou par rapport à leur formation, furent les fils de propriétaires, de professions libérales et de négociants. Ceux-là abandonnèrent vite la carrière, voire démissionnèrent dès la première nomination pour peu qu’elle fût une nomination de « cinquième classe », ou qu’elle obligeât à se rendre dans une province éloignée de leur province d’origine. Le taux de défection, nul ou presque pour les enfants d’artisans, de cultivateurs et de « femmes seules », grimpe à presque plus de 37 % pour les fils de propriétaires, 30 % pour les fils de professions libérales (rappelons que le taux moyen est de 25,5 %). Ces catégories étaient peut-être moins « flexibles » en matière d’adaptation, elles étaient surtout plus aisées, moins susceptibles d’accepter un travail dur et mal payé. Ce sont celles aussi qui usent le plus facilement du titre de gardes-mines comme d’un tremplin. C’était un titre en effet, du moins c’était ainsi que chacun l’entendait. Charles Thirion, fils de serrurier, l’exprime sans ambages en 1880 lorsque l’administration le déclare démissionnaire au motif qu’il était administrateur-directeur de la « Société des terrains, carrières et construction La Communale ». Sa réaction fut immédiate – et vaine : « aussitôt que j’eus connu que ma position d’administrateur et non point celle de directeur fût un obstacle au renouvellement de mon congé, j’en avisais ma société, et dès l’assemblée générale annuelle […] ma démission d’administrateur devrait être et sera acceptée ». Et il explique ce qui le motive à agir ainsi : « je désirerais garder avec un soin jaloux le titre que j’avais gagné dans l’admnistration11 ».

20Devenir garde-mines, c’était s’abriter, se protéger des difficultés économiques. Mais il est d’autres raisons, plus difficiles à cerner quantitativement, que l’on pressent aux explications données par les uns et les autres, en particulier, le désir de se rapprocher géographiquement de sa famille, de retourner dans son « pays ». En quoi, il y avait adéquation avec l’administration. Les ingénieurs des Mines préconisaient en effet un recrutement local pour la majorité des résidences et donnaient la préférence aux gardes-mines grandis dans le pays et susceptibles pour cette raison d’y rester. C’est presque un point de doctrine qu’exprime l’ingénieur Lachat, lorsqu’il propose le recrutement du jeune Goddard à Chambéry, en Savoie en 1864 :

« Il connaît le pays ; par son séjour dans nos bureaux, il a appris le mécanisme et les exigences du service ; demeurant dans sa famille, on n’aurait point à craindre pour lui ces écarts de conduite qu’une surveillance purement administrative ne parvient pas toujours à prévenir chez les jeunes gens ; enfin, si, comme je l’ai toujours reconnu, le service des mines plus que tout autre exige que ses agents consacrent leurs études et leurs carrières à une circonscription déterminée et partant ne se laissent point aller à des velléités de changement, on peut être certain que M. Goddard ne désirera jamais changer de résidence ».

21Cela, les postulants le savaient. Une partie des gardes-mines incorpora les cadres de l’administration ou chercha à le faire parce que cela leur permettait de rester en contact avec leur famille (parents autant que femme) et de contribuer à son existence tout en valorisant leurs compétences. Émile Chevalier fut de ceux-là. Cet élève de l’école des Mineurs, sorti major de sa promotion en 1843, « sujet très distingué sous tous les rapports… de ces sortes de sujets qui sont rares aujourd’hui », avait été nommé garde-mines à Saint-Étienne en 1844. Un an plus tard, il démissionne de ce poste, « pour entrer au service de la compagnie des mines de la Loire », qu’il quitte en 1847 pour devenir directeur de la houillère de Génonval près l’Isle dans le Doubs. En 1852, nouveau changement, nouvelle volte-face : il supplie l’administration de le réintégrer, malgré, ajoute-t-il l’énorme différence qui existe entre les appointements de garde-mines et ses émoluments actuels. Quelles raisons invoque-t-il ? « Des considérations personnelles et surtout l’espoir de se rapprocher de sa famille ». Mais l’administration n’avait de poste vacant qu’en Isère. Chevalier refusa le déplacement, et trouva à se « caser » – c’était le terme consacré – au Creusot, près de son Puy-de-Dôme natal où il fit carrière. Le cas Chevallier renvoie à une réalité du xixe siècle qui joua dans le sens d’une contrainte. Nombreux furent les jeunes gens obligés d’assurer l’existence de leur famille, père et mère dans le dénuement, mère veuve, sœur infirme et/ou sans ressources. Souvent cette réalité familiale empêcha la mobilité que requérait l’emploi industriel.

22L’autre fonction d’abri était liée directement à la profession. On devenait gardes-mines pour éviter le chômage. La carrière d’un Victor Royer, cet ancien de Chalons, sorti en 1845 avec une médaille d’argent qui intégra le service des mines en 1849, incite à le penser. Frais émoulu de l’école, il était entré dans les ateliers du chemin de fer de Saint-Germain où il avait exercé en tant qu’ouvrier-monteur, puis en tant que dessinateur. En 1847, à 22 ans, il prenait la « direction des travaux mécaniques exécutés par Muel, Whal & Cie à la fonderie de Tusey », poste qu’il quittait deux ans plus tard, en décembre 1848, « par suite de la stagnation des affaires de cet établissement ». Admis comme « élève-mécanicien sur le chemin de Saint-Germain », il opta pour une position de gardes-mines et intégra les cadres sans difficulté car ils étaient bien peu à disposer d’une compétence ferroviaire à ce moment. Il en sortit en 1854 – dès qu’il le put ? – mais n’oublia pas d’institutionnaliser sa position en demandant un congé illimité quand le règlement l’y autorisa. Il fit carrière à la compagnie d’Orléans, où il devint successivement, chef de l’atelier de construction, mécanicien sur locomotive, chef de dépôt, chef de traction. En 1888, Royer était sous-ingénieur du matériel. Manifestement, l’entrée dans le corps des gardes-mines l’aida à négocier au mieux la crise de milieu de siècle. Et sa position de congé illimité faisait qu’il gardait le titre et la possibilité – toute théorique, on l’a vu avec Émile Chevalier, mais en tout cas rassurante – d’y trouver à nouveau refuge.

23La demande de recrutement pouvait enfin anticiper un recul des affaires. C’est ce qu’exprime le père de Jules Deit, propriétaire d’une forge à la catalane, à son ami Vernier, au Conseil d’État, en 1862 :

« Mon fils, le plus jeune est sorti de l’École des Mines (sic), il y a trois ans avec un brevet de capacité de deuxième classe (ce qui lui donne droit à une place de garde-mines) et il s’est placé aux forges de Stenay dans le département de la Meuse. Mais comme les forges ne vont pas assez bien, il voudrait quitter et tâcher d’obtenir une place de garde-mines… ».

24Son fils obtint la place… sept années plus tard ! Pour le compte, il la refuse et s’en explique :

« Je le regrette d’autant plus vivement que j’étais bien décidé à accepter tout poste qui par son milieu, m’aurait permis de faire de sérieuses études sur la métallurgie, que j’aurais pu plus tard appliquer à mon pays, pour mon compte personnel. Albi (poste qu’il avait reçu), à cause du voisinage des hauts-fourneaux des Alvarez, je crois, aurait parfaitement rempli mon but, mais me trouvant actuellement à la tête d’une forge catalane, je ne puis, en pareille circonstance abandonner l’usine que le grand âge de mon frère empêchait de diriger ».

  • 12 Constantin Czykowski (le futur directeur des Forges d’Alès), Auguste Bouilly, Félix Cherblanc et P (...)

25Rien en définitive n’indique un quelconque dégoût qui aurait amené ces jeunes gens à se détourner de l’industrie. C’est même le sentiment inverse qui domine, lorsqu’on observe le déroulement de leur carrière dans la durée. Deux différences apparaissent à cet endroit, la première chronologique, la seconde professionnelle. Quatre seulement des cent gardes-mines recrutés entre 1840 et 1860 démissionnèrent sitôt nommés12. En fin de période, le mouvement s’amplifie mais la démission change de nature. Jusqu’au milieu des années 1860 – la césure se fait en 1863 – les démissions sont le fait d’hommes chevronnés – Jean-Pierre Vitoux, Paul Desbiefs, Victor Coeuilthe, etc. – qui profitent de l’allant des affaires pour prendre un poste de direction dans l’industrie privée. À partir de 1865, les chevronnés plutôt que d’engager une procédure qui les éloignaient irrémédiablement des cadres, optèrent pour le congé illimité auquel ils avaient droit désormais. Les démissions concernèrent alors ceux qui refusaient des conditions de travail ou de rémunération jugées mauvaises, ou tout simplement ceux qui avaient trouvé une place plus alléchante dans le privé. Dans certains cas, pour certains postes, la démission devint presque automatique. Les résidences de Briançon, Châlons sur Marne, Le Mans, Marseille et Nevers par exemple, avaient très mauvaise presse, et les candidats ne s’y bousculaient pas. Il devint fréquent, dans les années 1880, de démissionner immédiatement lorsque la nomination concernait un poste réputé difficile pour des raisons de climat ou de charge de travail.

  • 13 C’est-à-dire la durée effective d’activité dans le corps, obtenue en retranchant de la durée globa (...)

26L’observation de la durée moyenne d’exercice pour chaque catégorie13 confirme les tendances de comportement relevé entre les « industriels » et les « administratifs ». À deux exceptions près, l’École des Mines de Paris et Centrale (cela concerne 9 personnes au total sur 168), les durées d’exercice les plus longues sont du côté des « administratifs », la fonction publique appelant la fonction publique, en quelque sorte. La durée moyenne d’exercice des anciens militaires est de 23 ans, ce qui est tout à fait remarquable quand on pense que l’âge moyen d’entrée dans le corps de cette catégorie professionnelle était de 32 ans. La durée moyenne d’exercice des gardes-mines spécialisés, c’est-à-dire ceux venus de l’École d’Alais ou de celle de Saint-Étienne était beaucoup plus brève : 11 ans pour les garde-mines venus de l’École d’Alais (âge moyen de recrutement, 22 ans) ; 10 ans, qui est la durée d’exercice la plus courte, pour ceux venus de l’École des Mineurs (âge moyen de recrutement, 26 ans). Indiquons toutefois, que la cause première de raccourcissement des carrières vient du décès prématuré, la disparition avant l’âge de la retraite. La mort en exercice frappa certains groupes plutôt que d’autres au point que, par son intermédiaire, se dessine une hiérarchie assez saisissante de la fragilité professionnelle, de l’inégalité des résistances face à un métier très dur, très exigeant physiquement. Ainsi, 87 % des gardes-mines venus des cours professionnels disparurent prématurément contre seulement 20 à 22 % de leurs collègues « anciens instituteurs ». Sans préjuger des causes (encore que la corrélation semble très forte avec l’entrée précoce en activité), il importait de souligner cette différence de destin entre les sous-groupes professionnels constitutifs du corps des gardes-mines. Ceci étant, l’habitude prise par les gardes-mines « industriels » d’effectuer des va-et-vient entre l’administration et l’industrie en fonction de leurs besoins personnels et des offres faites par l’industrie ou si l’on préfère, l’habitude prise par les industriels de puiser dans le vivier des gardes-mines lorsqu’ils avaient besoin temporairement d’un encadrement, constitue l’autre grande cause de raccourcissement des carrières. Avant la fonctionnarisation complète du corps, cela prenait la forme de démissions suivies de réintégrations. À partir de 1864, ces passages momentanés dans l’industrie s’effectuèrent dans le cadre du congé illimité qui les réglementa avec plus en plus de sévérité. Un tiers des gardes-mines partirent en congé illimité, c’est-à-dire 46 % des anciens élèves de Saint-Étienne, plus de la moitié des gardes-mines formés par leurs ingénieurs, la moitié des élèves d’Alais, enfin, 60 % des Centraliens. Les « administratifs » manquent à l’appel, de même que les « industriels formés sur le tas » et les anciens des Arts et Métiers. On obtient ainsi un tableau tout à fait homogène : les départs eurent lieu vers les exploitations minières. Ceci explique pourquoi les gardes-mines formés dans les services municipaux, dans les Ponts et Chaussées ou anciens instituteurs quittèrent eux aussi relativement aisément les cadres : ces jeunes hommes étaient souvent des géomètres ce qui les rendait compétents pour effectuer des levées de plans dans les mines.

27La propension à quitter l’administration pour rejoindre l’industrie fut donc d’autant plus forte que le garde-mines était proche du lieu géométrique de la compétence recherchée, la mine essentiellement. Plus de 74 % des congés des Stéphanois s’effectuèrent dans des compagnies minières, et dans la majorité des cas, dans des compagnies houillères. Un petit contingent quitta momentanément l’administration pour exercer ses talents dans les compagnies de chemin de fer, dans une forge ou dans une aciérie (10 % globalement pour chacun des cas). Ces congés étaient le plus souvent de courte durée : sur les 76 congés illimités dont bénéficièrent les Stéphanois (certains en profitèrent à plusieurs reprises), un peu plus de 60 % ne durèrent qu’une année, et seulement 8 % près de dix ans. Mais les fonctions exercées étaient importantes : à l’exception des compagnies ferroviaires – ce fut surtout le PLM – qui les recrutaient pour exercer des fonctions d’employés ou de chef de section, les gardes-mines étaient appelés pour exercer comme directeurs d’exploitation ou d’ateliers, pour être ingénieurs chargés de travaux de recherches, de travaux d’exploitation, chef de travaux, ou ingénieurs sous-divisionnaires.

28Ce personnel compétent était donc considéré comme tel. Le législateur n’avait-il pas fait de cet agent secondaire beaucoup plus qu’un surveillant, un directeur par intérim en cas d’incapacité des exploitants, fonction que les ingénieurs des Mines prétendaient devoir exercer au début du siècle ? Et de fait cela advint. En sus des directions consacrées des mines de Rancié et des minières d’Aumetz et de Saint-Pancré, certains dirigèrent des exploitations dans le cadre de leurs fonctions. En poste à Angers, Stanislas Orlowski, un Stéphanois, qui était par ailleurs préparateur de chimie à l’école d’enseignement supérieur, devint en 1865 le régisseur provisoire des ardoisières d’Angers à la demande des propriétaires. Jules Toulza, un autodidacte formé chez Armengaud, dirigea les travaux de recherche de marne en Sologne, à titre de régisseur également, de 1854 à 1863. Bayon, qui débuta ouvrier mineur puis devint gouverneur de mines, puis garde-mines à Saint-Étienne entre 1837 et 1867, fut chargé par arrêté préfectoral du 21 juillet 1864 de la surveillance directe des mines du Mouillon, dont la « direction était tombée dans l’anarchie », et rapporte l’ingénieur en chef « sa fermeté seule parvint à maintenir l’exploitation malgré les difficultés que lui fit l’ancien directeur, qui avait été révoqué de ses fonctions ». Observons que de telles directions n’incombaient pas obligatoirement à d’anciens élèves d’écoles professionnelles.

29Dans le privé, ces hommes exercèrent à des niveaux analogues, et ils le firent grâce au titre de gardes-mines, dont il se confirme par la sorte qu’il était négociable sur le marché du travail. Pagès, un Stéphanois qui pendant six ans avait été chargé du cours de mécanique à l’École d’Alais à titre de répétiteur signale à son administration en 1863 : « il y a près de deux ans que je suis ingénieur des mines du bassin houiller de Graissesac avec mon titre de gardes-mines en congé illimité ». Antoine Gayet, un Stéphanois lui aussi, recruté en 1838 dans le département des Bouches-du-Rhône, démissionne en 1841 pour devenir directeur des Mines de lignites de Ferpin et Saint Savourin, le resta jusqu’en 1853, date à laquelle il réintégra les cadres à la résidence d’Allevard. Mizienvicz, lui aussi de l’école des Mineurs, passa au service des concessionnaires des mines d’anthracite de Sablé en 1849 et réintègra les cadres en 1853. Pénelon, nommé garde-mines à Guéret en 1854, devint ingénieur-directeur de la Mine de Bostmoreau dans la Creuse, et occupa ce poste de 1856 à 1868. Gaspard Rouzaud de l’École des Maîtres Mineurs d’Alais, dirigea les mines de la Société métallurgique de l’Ariège pendant près de vingt ans, de 1868 à la fin des années 1880. Son homonyme, Calixte Rouzaud, d’Alais également, entra comme ingénieur au service de la Compagnie des forges et aciéries de la marine à St-Chamond (Loire), et devint directeur de l’exploitation minière que celle-ci ouvrit en Sardaigne. Frédéric Durbach, Centralien, fut deux ans ingénieur au service de la Compagnie des chemins de fer autrichiens, de 1857 à 1861. Antoine Wolski, autre Centralien devenu garde-mines en 1840, devint ingénieur des mines de houille de Bert en Allier de 1856 à 1862, et directeur des mines de lignite d’Auriol entre 1864 et 1866, après quoi il réintégra le cadre et termina sa carrière en Loire-Atlantique.

30Estienvrot, un ancien des Arts et Métiers d’Angers qui avait participé assidûment aux travaux de la commission centrale de machines à vapeur, se mit en congé illimité en 1865 et y resta. Il exerçait comme agent d’affaires en s’appuyant sur son titre de garde-mines. Interrogée en 1870 par un industriel qui s’était plaint du fait, l’administration centrale loin de désavouer le fait, en fixa clairement la règle :

« L’administration n’est pas fondée à blâmer un garde-mines dans cette situation de s’appuyer sur son titre comme d’un certificat de capacité pour inspirer confiance et faire accepter son concours… Je crois même pouvoir dire que si elle déniait à un garde-mines en congé le droit de solliciter en s’appuyant sur son titre des affaires du genre de celle qui a donné lieu à la plainte, l’administration s’exposerait à de justes réclamations comme tendant à réserver un privilège aux gardes-mines en activité ».

31C’était, par la jurisprudence, reconnaître le droit des gardes-mines à user de leur titre pour exercer des fonctions d’ingénieurs civils.

  • 14 Ch. Combes, le premier responsable du service spécial des machines et appareil à vapeur créé dans (...)

32Le congé illimité ne valorisait pas la scolarisation par rapport à la formation sur le tas. Mieux, le plus fort taux après Centrale, Alais et Saint-Étienne appartient au groupe des gardes-mines formés par les ingénieurs des Mines. On a là un bel exemple de la réussite d’une formation sur le tas, en l’occurrence conférée par les ingénieurs d’état. Donnons l’exemple de Jean-Baptiste Salzard, devenu gardes-mines en 1861 à Chaumont après avoir été formé par Drouot, et connu pour être l’inventeur d’un système de chaudières verticales aujourd’hui employé dans beaucoup d’usines à fer ». En 1873, il entra aux usines d’Eurville, en Haute-Marne donc, comme directeur des hauts-fourneaux de cette usine. Cette direction étant supprimée, il demanda à rentrer dans le corps. La plus éclatante de ces réussites fut certainement celle de Frédéric Bougarel. Après avoir servi comme dessinateur chez Combes, il fut introduit par lui en 1842 à la commission centrale des appareils à vapeur14, obtint une médaille de 2e classe à l’Exposition universelle de 1855 pour avoir rendu « aussi parfait que possible l’essai des chaudières à vapeur à l’aide de manomètres à vapeur. Il paraît aussi avoir été le premier qui ait appliqué à l’épreuve des chaudières à vapeur le principe de dilatation de l’eau par un accroissement graduel de température ». Secrétaire élu de la Chambre syndicale des mécaniciens de Paris à partir de 1863, il continua néanmoins d’opérer dans le cadre du congé illimité et de se recommander de son titre. En 1870 il usait d’un papier à lettre à en-tête mentionnant : « Bougarel, garde-mines en congé, conseil spécial en matière d’appareils à vapeur, vérification, arbitrage, etc. ».

33Le fait apporte un éclairage singulier sur la croissance industrielle du pays, suffisamment dynamique pour engendrer une demande en cadres techniques, mais pas assez soutenue pour donner à cette demande les allures de la continuité. La résultante, fut, au plan socioprofessionnel, un positionnement complexe de l’ingénieur, de tous les ingénieurs, qu’ils fussent d’État ou civil, dans le milieu du xixe siècle. Quelle pouvait être l’attitude et le comportement des uns et des autres lorsque le garde-mines au sortir d’un congé illimité réintégrait les cadres administratifs ? Nous reviendrons sur ce point. Mais on mesure la force et les raisons du tropisme industriel : outre qu’il valorisait une compétence, le garde-mines s’offrait un supplément de carrière dont il pouvait toujours espérer qu’il se transformât en carrière industrielle à part entière et dans tous les cas, améliorait un ordinaire très peu lucratif.

Un Corps à la charnière du privé et du public

34Il existait d’autres liens avec l’industrie, tout aussi forts quoique plus difficiles à saisir et à mesurer. Le garde-mines en exercice était autorisé à user de ses compétences pour rendre service aux industriels moyennant finances, pourvu que cela ne nuise pas au bon fonctionnement du service. L’histoire de ces « occupations étrangères », terme par lequel, à partir de 1854, l’administration désigna officiellement ces travaux réalisés en plus du service ordinaire, n’est pas sans surprise.

  • 15 La désignation de la résidence incombait à l’ingénieur, la seule obligation étant de « toujours pl (...)
  • 16 « Il importe dans l’intérêt général du service des mines lorsque cet intérêt peut concorder avec c (...)

35Entre 1840 et 1880, le service des gardes-mines comporta trois grandes composantes : le service ordinaire, c’est-à-dire la surveillance des mines, minières et carrières ; le service des appareils à vapeur ; enfin le contrôle de l’exploitation du chemin de fer. Mais rares étaient les résidences où ces trois composantes étaient présentes de façon égale15. La géographie industrielle, voire la géologie, imposaient la spécialisation. Le garde-mines savait qu’il aurait à s’occuper des minières de fer et de la sidérurgie s’il était nommé à Bourges (Cher), à Wassy et à Chaumont (Haute-Marne) ; des carrières et/ou du service des appareils à vapeur s’il était nommé à Paris ; du service des appareils à vapeur et des bateaux à vapeur s’il était nommé à Lyon, Toulouse, Marseille, Reims ; de la gestion des mines et minières communales, s’il était nommé à à Aumetz, Saint-Pancré, Rancié ; des ardoisières, à Angers ; des bassins houillers, à Saint-Étienne, Decize, Valenciennes, Decazeville, Alais ; des minières de fer, puis de l’industrie du ciment, à Grenoble. Certaines résidences requéraient à côté des grandes spécialisations, d’autres plus discrètes mais non moins indispensables. Par exemple, une bonne connaissance de la chimie et de la pratique des sondages pour la recherche d’eau était indispensable à qui prétendait devenir garde-mines en Algérie. Quant au contrôle du chemin de fer, il en vint à les concerner tous peu ou prou, parce que d’une part, le maillage ferroviaire ne cessa de se densifier, parce que d’autre part, cette attribution supplémentaire procurait à ces hommes mal payés, une carte de libre circulation, à partir de quoi ils accomplissaient leurs visites d’usines et d’exploitations à moindre frais16.

36Le service était lourd, astreignant physiquement, d’une pénibilité qui ne cessa de s’accroître. Les gardes-mines étaient comptables sur le terrain de l’usage croissant des machines à vapeur, et ce, dans tous les sens du terme. Tout au long du siècle, ils furent les soutiers de la statistique de l’industrie minérale. En conflit avec Drouot, son ingénieur, Charles Lauchet, garde-mines de l’arrondissement de Châtillon sur Seine, fait état de son emploi du temps journalier, dans les mois de février à avril 1850. Tout y est : visites d’usines et d’ateliers – dont la forge de Buffon – constats, plans, rapports, correspondance, essais de machines à vapeur, entretiens, expéditions, accidents du travail, tout de l’ordinaire du service dans une région à dominante industrielle jusqu’à la réalisation de tableaux statistiques sur les prix de la fonte au bois. Lauchet encore, en 1853, à Arras, cette fois, sous la direction de Boudusquié qui l’avait formé :

  • 17 La plupart des gardes-mines qui passèrent entre les mains de Drouot furent l’objet d’appréciations (...)

« Il a surveillé l’exploitation des mines du Boulonnais ; visité les établissements à vapeur et fait des essais d’appareils à vapeur. Il a vérifié les résultats de nombreux sondages qui se poursuivent dans le prolongement de la bande houillère de Valenciennes dans le Pas de Calais, et constaté la découverte de treize mines de houille. Il a concouru dans le bureau de Monsieur Sens à l’exécution de plans d’état et l’exécution de rapports17 ».

37Ainsi transparaît le caractère hybride du travail de ce fonctionnaire « technique », avec sa tonalité franchement administrative lorsqu’il s’agit d’établir rapports et statistiques, avec sa tonalité franchement industrielle lorsqu’il discute et travaille avec tel mécanicien ou contremaître au montage, ou à l’élaboration, ou l’amélioration d’une machine à vapeur.

38Ce travail exigeait de nombreux déplacements. C’est de cette manière d’ailleurs qu’était jugée son activité. Les fiches signalétiques sont autant de photographies saisissantes de la tâche accomplie, avec la quantification brute du nombre de machines à vapeur vérifiées, du nombre d’ateliers visités, de kilomètres ou de jour de tournées réalisés dans l’année. Edmond Mansy, par exemple, garde-mines à Meaux sous la direction de Michel Lévy, effectua en 1875, 85 jours de tournées avec découchés, 123 carrières visitées, 231 appareils à vapeur contrôlés, 17 épreuves d’appareil à vapeur, 22 affaires instruites, un procès-verbal d’accident du travail, 5 procès-verbaux de contraventions. Et en 1876 : 100 tournées, 21 découchés, 109 carrières visitées et 4 tourbières, 344 chaudières, 88 affaires instruites, 4 procès-verbaux, 36 épreuves de chaudières… Charles Thirion, à Wassy, dans les Ardennes, surveillait la même année « 108 usines pourvues d’appareils à vapeur ; 28 usines à fer, 32 communes où l’on exploite les minerais de fer, 54 lavages de minerai de fer, et 5 tréfileries isolées ». À Reims, Jean-Louis Barby ne chômait pas non plus, qui réalisa de janvier à mai 1870, 208 visites d’établissements à vapeur, 38 vérifications de soupapes, 23 épreuves de chaudières, 7 visites d’usines à fer, 7 visites de manufactures sans appareils à vapeur, 8 visites de carrières dont une pour accident ; et en 1872 : 412 visites d’appareils à vapeur, 62 procès-verbaux, 37 épreuves, 9 visites spéciales de manufactures pour le travail des enfants, 12 visites d’usines à fer, 16 visites de carrières, en même temps qu’il réalisait « un travail de statistique et de bureau considérable ».

39Jean Chazoulière, à Montluçon, qui avait été élève libre de l’école des Mineurs surveillait en 1884 les houillères de Bézenet (1 400 mineurs), celles de Doyet (900 mineurs), de Commentry (1 400 mineurs), des Ferrières (400) et le centre industriel de Montluçon, fort de 20 000 ouvriers et de 7 à 800 chaudières à vapeur, selon l’évaluation faite en 1882 par le député de l’Allier parti en guerre – avec succès – contre le désir de transférer la résidence du garde-mines de Montluçon à Moulins. Louis Miniscloux, également élève de Saint-Étienne, attaché au service des appareils à vapeur de la Seine depuis 1860, effectua :

  • en 1873 : l’instruction de 5 affaires, la visite de 320 établissements à vapeur, 161 ateliers à enfants, 833 épreuves de chaudières ;
  • en 1874 : l’instruction de 10 affaires, la visite de 443 établissements à vapeur, de 188 ateliers à enfants et 978 épreuves de chaudières ;
  • en 1875 : l’instruction de 9 affaires, la visite de 266 établissements à vapeur, de 110 ateliers à enfants, et 978 épreuves de chaudières ;

40À la suite de quoi, il fut jugé en 1876, inexact, négligeant et peu zélé…

  • 18 Blacher avait un diplôme d’ingénieur-mécanicien. Entre 1855 et 1859, il demanda vainement à être n (...)

41Octave Blacher, Centralien, fut l’un des rares gardes-mines, spécialiste à part entière de la surveillance ferroviaire. Lui qui avait été employé successivement à la construction et à l’exploitation des chemins de fer d’Alsace de 1838 à 1843, d’Avignon à Marseille en 1844, et qui avait été ingénieur du matériel lors de la construction du chemin de fer d’Amiens à Boulogne de 1845 à 1847, était devenu en 1856 responsable de la surveillance des ateliers et du matériel roulant du chemin de fer du Midi. « C’est sur lui que repose principalement la surveillance du matériel roulant du chemin de fer de la Méditerranée », signale alors l’ingénieur. Au nom de quoi il rédigeait des rapports mensuels aux ingénieurs du Contrôle et à l’ingénieur en chef des Mines ; il effectuait des observations sur l’arrêt des trains de toute nature sous l’action des freins ; il réalisait les expériences dynamométriques sur la puissance des véhicules à frein ; il vérifiait les manomètres de locomotives. À ces tâches s’ajoutaient les rapports particuliers sur les demandes et autorisation des machines fixes des stations de Lyon et St Rambert, et du train, les épreuves de treize chaudières de locomotives et de six chaudières d’appareil fixes et bien sûr la « coopération au travail de bureau18 ».

42Ces techniciens de haut vol, qui pratiquaient un triple contrôle, fiscal, de légalité et d’opportunité, étaient très mal payés. Mansy, par exemple, percevait 1 400 F de traitement fixe par an à titre de garde-mines de 4e classe et dépensait 600 F pour ses tournées et frais de bureau. Déjà, Denis Tournois, en 1845, notait la disproportion entre traitement et débours et soulignait le déficit :

« Le garde-mines de Dijon a l’honneur de vous exposer que depuis 5 ans qu’il est employé au service des mines, […] le chiffre de ses dépenses tant pour frais de déplacement que pour frais de bureau, logement, entretien, nourriture, et avec le plus d’économie, s’est élevé à la somme de 1 200 F, au-delà des recettes dont le montant annuel n’a été jusque là que de 900 F plus 250 F de gratification pour les deuxième et troisième années de service ».

  • 19 L’article 32 du décret du 24 décembre 1851 prévoyait que les gardes-mines recevraient « suivant la (...)

43Les compensations accordées par l’administration existaient, à titre de frais de tournées19, d’indemnités de résidence et d’indemnités exceptionnelles mais elles étaient insuffisantes pour les premières, aléatoires pour les secondes du fait que leur attribution dépendait des capacités budgétaires et des propositions des ingénieurs. L’autre solution était l’avancement, que réclame Tournois au nom de sa patience et des services rendus, que recommande aussi l’inspecteur général Harlé en 1854, pour Pénelon, élève breveté devenu garde-mines à Saint-Étienne. « M. Pénelon fait preuve de beaucoup d’aptitudes… La position de garde-mines de 5e classe donnant à peine les moyens d’existence, les ingénieurs doivent proposer M. Pénelon à l’avancement aussitôt qu’il y aura possibilité de lui accorder ». Mais l’étroitesse des cadres rendait cette solution aussi aléatoire que les précédentes et présentait de surcroît l’inconvénient de mettre les gardes-mines en concurrence. Lorieux, en 1869, forcé de choisir entre Faugières et Laplanche, désigne le premier à l’avancement au motif certes qu’il est « chargé dans l’Allier de la surveillance de mines de houilles importantes », mais surtout qu’il est « marié, père de deux enfants, sans fortune » tandis que son collègue Laplanche jouissait « d’une certaine aisance ».

44Les ingénieurs étaient les premiers à déplorer une situation qui gênait le recrutement d’hommes compétents. Lorieux, dès 1846, s’en plaint à Manta, chef du cabinet particulier de son ministre de tutelle. « M. Thouvenin ne sera certainement pas satisfait de quitter sa position de sergent des Mineurs du Génie pour prendre celle de garde-mines de 4e classe ». L’ingénieur argumente : « il ne peut être traité comme un jeune homme qui commence une carrière […] le traitement de 900 F est d’ailleurs insuffisant pour le garde-mines chargé du Nord de la Seine ; il y a beaucoup de carrières à visiter, elles sont éloignées les unes des autres ; ces visites entraînent les gardes-mines dans de grosses dépenses… ». Rollin, recruté en 1866, s’enfuit à peine arrivé :

« le soussigné à l’honneur d’exposer à votre excellence que conformément aux ordres qu’elle lui avait donnés en daignant le nomme garde-mines, il s’est rendu à Dijon pour y prendre le service qui lui était désigné, mais que depuis les quelques jours qu’il y est, il a cru s’assurer qu’il lui serait impossible d’y vivre lui et sa famille avec les appointements qui lui sont alloués moindres de 500 F environ de ceux qu’il a au service municipal de Paris… ».

45Koss, en 1856, à Saint-Étienne, la même année, « ne reçoit qu’une indemnité de 100 F, tout à fait insuffisante pour le couvrir de ses frais de tournées… l’ingénieur sous-signé (Marrot, à ce qu’il semble) demande que lui soit accordé une indemnité supplémentaire de 100 F ». L’enjeu était le maintien dans les cadres d’un personnel de qualité ; et plus encore de la crédibilité du service, ce que fait remarquer en 1865, Jaussion, ingénieur chargé de l’Aveyron.

« Pour le bassin d’Aubin et le service de l’Aveyron avec des déplacements fréquents, des tournées pénibles, on peut même dire dangereux […], les traitements de garde-mines – de ceux des trois dernières classes au moins – ne représentent pas la moyenne des émoluments accordés dans ce bassin aux maîtres-mineurs et aux géomètres. Cette situation ne saurait être sans effets sur l’influence et la considération de ces agents ».

46Le langage est franc, clair, celui d’homme de métiers que n’effrayent pas la brutalité du fait et qui savent en appeler à la raison. Mais la raison justement, quelle était-elle ? D’où vient que l’État ait pu imaginer pouvoir recruter du personnel techniquement qualifié en le rémunérant de manière aussi dérisoire ? Et d’où vient que cela ait fonctionné ? La réponse à ces questions conduit à démêler deux niveaux de réalité qui se combinèrent : la conjoncture économique et la structure du tissu industriel d’une part que nous avons précédemment évoquées ; la politique administrative d’autre part, c’est-à-dire la compréhension que se faisait l’administration de son rapport à l’industrie, sur laquelle il convient de s’appesantir.

47Canaly, ce Corse égaré en Bretagne, instituteur à Messac en Ille-et-Vilaine, qui bascula dans le contrôle industriel, força bien malgré lui l’administration à s’expliquer. Nommé garde-mines de 5e classe en 1841, en résidence à Vitré, il touche des appointements de 50 F par mois. Deux ans plus tard, il criait sa misère : « Vous connaissez ma détresse, je dépense 28 F pour ma pension et encore faut-il que je me fasse servir chez moi, et 12 F de chambre, il ne me reste plus que 10 F pour suffire à mes tournées, mon habillement, à mon chauffage, à mon éclairage, etc. Je vous demande monsieur si cela est possible […] ». Il demandait de l’avancement, ou, à défaut l’autorisation de résider à Retiers ou à Marcillé-Robert, « localités rapprochées des ardoisières qu’il doit surveiller et où il serait astreint à moins de dépenses ». L’inspecteur général chargé de la division Nord-Ouest renchérit (c’est lui qui souligne) : « Voilà dans la détresse un agent apprécié par ses chefs ; la position de garde-mines de 5e classe est par trop une position pénible. La suppression de fait au moyen de l’avancement des gardes-mines de 5e classe serait certainement une œuvre d’humanité en même temps qu’une modification utile ». La réponse du sous-secrétaire d’État fut très claire. Nul ne pensait que le traitement des gardes-mines de 5e classe, fort modique, pût suffire dans la plupart des cas pour assurer leur existence.

« Aussi, l’administration n’a-t-elle pas entendu les limiter aux seules ressources de leur traitement et partout où elle a créé des emplois de gardes-mines de 5e classe, elle a compté que ces emplois seraient remplis par des individus pouvant ajouter à leur modeste salaire le produit d’occupations conciliables avec le service dont ils étaient chargés ».

48Donc les appointements n’étaient par taillés pour suffire aux besoins du service. Donc en même temps qu’elle instituait la fonction, l’administration refusait d’y adjoindre un statut d’agent à part entière et mit le personnel recruté dans l’obligation de compléter ses ressources « par des occupations conciliables avec leur service », en s’appuyant sur le fait que ce corps était à l’origine financé par une redevance prélevée sur les exploitations minières. Mieux, les gardes-mines étaient choisis de manière à pouvoir le faire, à telle enseigne que le sous-secrétaire d’État reprocha quasiment à Canaly de n’y avoir pas songé : « En raison de la profession qu’il exerçait avant d’être attaché à l’administration, le Sr Canaly semble pouvoir mieux que tout autre mettre à profit les instants que ses fonctions lui laissent disponibles ». Le jeune garde-mines ne se fit pas prier. Autorisé à changer de résidence, il s’installa à Messac et trouva pour « seconde occupation », un travail aux écritures dans une maison de commerce. Le règlement de 1843 sur les machines à vapeur persista dans cette voie du financement direct, sans qu’il en résultât une amélioration de situation. Les gardes-mines facturaient l’instruction du dossier selon des barèmes établis et recevaient payement de l’industriel de la main à la main. Mais ce prélèvement à la source s’avéra insuffisant toutefois pour couvrir les frais de déplacement alourdis par la multiplication des demandes. De Billy le fait observer en 1844, à propos de Durbach en poste à Colmar : « la mise en vigueur du nouveau règlement sur les machines à vapeur exige, de la part de cet agent, des déplacements multipliés en ce moment » et « pour le mettre à même d’exercer avec une activité soutenue son service de surveillance », il proposa un avancement à la 2e classe de son grade et 300 F d’indemnité, que l’administration refusa. « Le crédit sur lequel est imputé le traitement des gardes-mines suffit à peine aux charges de l’état actuel des cadres et il n’est pas possible, monsieur, de songer à les accroître ». C’était, tacitement, généraliser à toutes les classes, l’occupation externe le plus souvent baptisée « occupation étrangère », le complément de ressources au moyen du recours à l’industrie privée. Les ingénieurs des Mines pouvaient-ils s’y opposer au bout du compte ? Admettre l’allocation de ressources autres que publiques pour le garde-mines ne revenait-il pas globalement à ne pas voir se réduire la dotation attribuée au corps pour son fonctionnement ?

49Canaly travailla aux écritures. D’autres donnèrent des leçons de dessin ou de mathématiques. Mais la plupart choisirent des activités industrielles. Étienne Chambrette, en poste à Chaumont en 1852, et obligé lui aussi de se protéger de la vindicte de Drouot, note le total de son activité depuis son entrée dans le Corps en 1845, ce qui nous vaut – c’est exceptionnel – de connaître le détail de ses « occupations étrangères » :

« – 1846 : rédaction d’un plan et d’un devis pour la construction d’une école dans la commune d’Orges.
– 1848 : délégué pour la réception des tuyaux en fonte fabriqués à la fonderie de Bussy, commune de Vecqueville pour une conduite d’eau d’Oran à Mers-el-Kébir (Afrique). La même année, délégué à la même usine pour une réception de tuyaux en fonte pour une conduite d’eau dans la ville d’Avallon (Yonne). Réception à l’usine du clos Mortier, commune de St Dizier, des coussinets destinés pour le chemin de fer de Versailles à Chartres.
– 1849 : Devis et plan pour la construction d’un pont dont les travaux ont été exécutés en 1849 et 1850. La dépense s’élève à environ 22 000 F. Plans de la demande en concession de la mine de Creux de Fée, dont l’un à l’échelle de 1 à 10 000, l’autre de 1 000 à 1 000 sur lequel toutes les propriétés de surface ont été rapportées. Suivi d’un plan de nivellement. J’ai accompagné l’ingénieur Bève aux expériences de la réception des fontaines de la ville de Chaumont, cet ingénieur a été choisi pour expert, par la ville et Mr Cordier, entrepreneur. Rédaction d’un devis pour les réparations soit aux bâtiments qui en dépendent soit aux bornes fontaines. J’ai réalisé un croquis de la tréfilerie de Gevrolles, et rédigé un rapport, pour venir en aide à Mr l’ingénieur, à la rédaction de son avis à donner sur une demande d’un nommé Mr Maire de la Côte d’Or, tendant à obtenir de la part du gouvernement une somme de cent mille francs pour mettre cette usine en activité par action, comme il y en a eu beaucoup à cette époque (j’ai conclu au rejet de la demande). Expertise d’un incendie à Brethenay dont les dégâts se sont élevés à 6 000 francs ».

50Et au sortir de ce relevé, il prend soin de préciser : « Pour l’exécution de ces divers travaux extérieurs je ne m’en suis jamais occupé sans l’autorisation de mes chefs pour le travail de bureau, soit plans, devis, etc., je m’en occupais pendant mes veillées et les jours fériés ». Cette longue énumération donne une idée des travaux susceptible d’être réalisés de même qu’elle éclaire sur l’ampleur de la demande en expertises technique et administrative.

51On reconnaît la spécificité stéphanoise aux « occupations étrangères » qu’exécutèrent Jean-François Bayon entre 1848 et 1852 et Joseph Koss dans les années 1860. Bayon, au demeurant membre du conseil municipal de Rive-de-Gier, et chevalier de la légion d’honneur depuis 1840, trouva dans la gestion des intérêts des propriétaires-exploitants, les moyens d’arrondir confortablement ses revenus.

  • 20 Drouot, l’auteur du rapport, ajoute : « Mr Bayon fait maintenant peu d’expertises. L’indépendance (...)

« Cet agent surveille les intérêts de la famille Sain, propriétaire de la majeure partie des terrains enclavés dans la concession de Sardon et propriétaire de cette concession elle-même, qui est affermée par la compagnie des mines de la Loire. Il reçoit, par an, environ, 400 F pour ce travail qui ne le détourne pas de son service. Il surveille les redevances tréfoncières, savoir : de la famille Madignier Journoud, dans la concession des Combes et Egarandes ; de la moitié de la famille Menteiller dans la concession des Combes et Egarandes ; de la famille Bertholon dans la concession de la Grand-Croix, mais cette dernière partie des gîtes est épuisée. Ces derniers travaux lui rapportent environ 200 F et le tout ensemble 600 F par an, d’après sa déclaration qui m’a paru sincère. De 1846 à 1848, il a réglé comme expert, les redevances tréfoncières de la concession de la Péronnière20 ».

  • 21 Jourdan était un ancien élève d’Alais, Augustin Huguenin était un ancien des Ponts et Chaussées.

52Koss, vingt ans plus tard, se forgea de la sorte une assez belle position de fortune. Garde-mines principal depuis 1858, il ajoutait à son traitement annuel de 2 500 F, 1 200 F de la Compagnie de chemin de fer de la Méditerranée pour la surveillance des travaux de voiries ; 300 F des Hospices de Saint-Étienne pour perception de leur rente tréfoncière. Claude-Pascal Jourdan, en poste à Guéret, à la fin des années 1860, avec un traitement de 1 800 F, s’occupait d’essais de coke pour la Compagnie de Châtillon-Commentry, moyennant 1 200 F par an. Ce pourquoi, il effectuait trois à quatre déplacements par semaine aux Forges de Saint-Jacques, à Ahun. Cette ressource dédoublée, moitié public, moitié privée, lui procurait des revenus à peu près identiques à ceux de son camarade Huguenin qui était au même moment, garde-mines en service détaché, inspecteur-chef de bureau du chemin de fer d’État, à Angoulême21. Ils furent peu nombreux toutefois à parvenir à de tels niveaux de revenu. Dans le commun, l’occupation externe se limitait à la réalisation de plans à annexer aux demandes de concession ou aux demandes en établissement d’usines. Les plus en vue pratiquaient des expertises publiques au même titre que les ingénieurs des Mines.

53L’un des effets pervers de ce système « mixte » était d’instaurer des différences entre résidence, et au sein d’une même résidence, entre gardes-mines plus ou moins débrouillards, plus ou moins aptes à inspirer confiance aux industriels, plus ou moins capables aussi de se libérer de la tutelle de leur ingénieur ordinaire. Le jeune Goddard, en 1869, n’eut pas les qualités requises :

« Astreint à un travail de bureau assidu et souvent démuni d’intérêt, il a tout son temps pris et ne peut améliorer sa position comme le font beaucoup de ses collègues par des travaux d’intérêts communs ou privés ».

54Côté résidence, Paris était du meilleur rapport, particulièrement pour les gardes-mines à connotation « mécanicienne ». Charles Vallet, qui avait été ajusteur chez Pauwels, plaide, en 1856, auprès du ministre : « j’ai passé presque toute ma vie à Paris d’où sont aussi ma femme et mes enfants… » et argue pour y retourner : « qu’aux termes du règlement, les gardes-mines peuvent avec les autorisations de MM. les ingénieurs des Mines se livrer à un travail extérieur rétribué, en tant qu’ils ne négligent pas leur service ordinaire […] ». Or, pour cela, « Paris est une ville de ressources pour tous, et particulièrement pour moi qui connaît les ateliers de construction, ayant tantôt dessiné, tantôt travaillé comme ouvrier ajusteur mécanicien dans quelques-uns ». Il obtint gain de cause et quitta Agen, où il avait été nommé, pour la capitale.

  • 22 E. Lamé-Fleury, Recueil…, op. cit., p. 266-268.
  • 23 Dossier Heuret, réponse de l’inspecteur général Baudin, à la demande faite par le garde-mines d’êt (...)

55C’est dans le milieu du siècle, que l’administration décida de tracer avec plus de netteté la barrière entre public et privé. Trois mesures furent édictées dans un premier temps. Le règlement de décembre 1851 reconnut le droit des ingénieurs des Mines à « se retirer temporairement du service de l’état pour s’attacher au service des compagnies privées, prendre du service à l’étranger, ou pour toute autre cause » (art. 18), et ce droit fut accordé par assimilation aux gardes-mines. L’occupation externe fut reconnue de droit, c’est-à-dire que les ingénieurs – et par assimilation les gardes-mines – furent autorisés à « se charger de travaux pour le compte des départements, des communes ou des particuliers ». Par contre, il fut interdit formellement aux ingénieurs « de tous grades » de devenir « entrepreneurs, ni concessionnaires de travaux publics, ni prendre un intérêt quelconque dans les exploitations de mines, minières, carrières et établissement minéralurgiques situées sur le territoire de la république sous peine d’être considérés comme démissionnaires22 ». Mais à cet endroit le législateur négligea d’émettre une pareille interdiction à l’endroit des gardes-mines. En 1864, le ministre ayant décidé par circulaire de « mettre fin en matière de travaux privés à des abus nés à l’origine de l’institution des gardes-mines d’une insuffisance de traitement qui n’existe plus23 », la réglementation devint plus exigeante. Les agents furent mis dans l’obligation de déclarer leurs occupations externes et reçurent l’ordre de n’accepter de nouvelles tâches privées qu’après avoir obtenu l’aval de leur supérieur hiérarchique. La décision, prise quelques mois plus tard, le 21 janvier 1865, de supprimer les demandes en autorisation pour les appareils à vapeur modifia totalement la donne. Car la mesure, libérale dans son esprit eut pour effet secondaire de réduire les revenus des gardes-mines sans que l’administration pensât à apporter des compensations pécuniaires. Profitant du fait que rien dans leur statut ne les en empêchaient, les agents les plus dynamiques – et les mieux placés au plan industriel – décidèrent sans plus tarder de mettre sur pied de véritables cabinets d’ingénierie civile dans lesquelles ils firent traiter en série par leurs employés les demandes techniques et administratives des industriels, comme réalisation de plans, projets d’appareils à vapeur, étude des divers combustibles, etc.

  • 24 Il est à noter que tous ces hommes occupèrent des postes de responsabilité pendant le siège de Par (...)

56L’existence de ces gardes-mines entrepreneurs émerge dans les années 1870, parfois à l’occasion d’un conflit, mais le plus souvent en raison du rajeunissement des cadres du service des Mines, les nouveaux ingénieurs étant moins disposés idéologiquement à accepter cette réalité que leurs anciens. C’est à Paris que se rencontre la majorité de ces cabinets, la plupart ouverts par des gardes-mines chevronnés et reconnus tels par leurs supérieurs. Un litige survenu en 1874, révèle l’existence du cabinet Thouvenin. L’homme « très estimé par les exploitants de carrières souterraines » y rémunérait sur ses fonds un aide-géomètre qu’il chargeait « d’opérations particulières de levées de carrières à faire dans l’intérêt et au compte d’exploitants ». Tourneur, « agent consciencieux et dévoué », au demeurant ancien géomètre au cadastre, avait fondé un cabinet où s’effectuaient « des travaux nombreux pour le compte des particuliers, savoir déclarations, levés de plans, règlements de mémoires etc., presque tous réalisés par des employés sous sa direction et responsabilité personnelle ». Il s’agissait d’installations de chaudières, de vérifications de mémoires d’entrepreneurs, de devis, d’arbitrages, etc. Plus impressionnant encore, le cabinet ouvert par Chabat. Cet ancien élève des Arts et métiers d’Angers, lui aussi fort apprécié de ses supérieurs dirigeait, à Paris toujours, « avec son gendre Hervier » (également garde-mines) un « bureau d’ingénieur civil » – c’est très exactement le terme employé dans la fiche signalétique – « où il s’occupe avec l’aide d’employés (architectes ou autres) de projets d’installations d’usines, de surveillance de travaux, de règlements de mémoires, etc.24 ». Le phénomène se retrouve en province, quoique ce fût sur un autre mode. Bernard, garde-mines « modèle » à Aubin en Aveyron était rien moins que chargé d’affaires du comte Decazes et son agent commercial. Il était chargé aussi de la réception des rails fabriqués à Decazeville, ce pourquoi, il employait un aide-receveur. Enfin, en 1864, on apprend de Jean Mercier, un ancien de l’École des Mineurs, qu’il tenait à Saint-Étienne une « sorte de cabinet d’affaires […] au moyen de documents qu’il a réunis quand il était attaché au service de Saint-Étienne ».

57Ainsi, dans les tréfonds du tissu industriel, les relations État/industrie furent plus étroites qu’on pourrait l’imaginer de prime abord. Elles le furent, en tout cas, pour ces hommes de la technique qui constituaient, à mesure de l’approfondissement de la dynamique industrielle, le champ de l’ingénierie civile. Ils usèrent des disponibilités de l’embauche, en fonction du climat économique, passant du « service privé » au service public et réciproquement, ou s’installant dans les eaux parfois troubles de la mixité. L’administration s’appuya sur ce pragmatisme pour construire son cadre d’intervention, puis le réglementa, refoulant progressivement la pratique de l’ingénieur civil en dehors du bureau du garde-mines. Ceci étant, faut-il postuler un volontarisme de sa part ? En termes de rigueur, oui, certainement. En termes de définition des statuts professionnels, certainement non, sauf à la doter d’une capacité d’anticipation qu’elle ne possédait pas. Ainsi, le titre IV du décret de 1851 qui donna de fait aux gardes-mines une latitude supérieure à celle conférée aux ingénieurs pour exercer dans l’industrie privée, fut une autorisation par défaut, fruit de la négligence du législateur et de sa tendance à sous-estimer les capacités d’agents secondaires à agir en entrepreneurs.

Un Corps mis en échec ?

58Car ni le droit c’est-à-dire le statut, ni la technique c’est-à-dire l’assignation professionnelle, n’ont fait du corps des gardes-mines un tout homogène. Du côté de la construction interne, le noyau central, la cristallisation autour des compétences ne s’est pas réalisée. Et le regard extérieur, celui que portent les groupes voisins, à partir de quoi un groupe particulier se positionne et se définit, a fait défaut. L’étayage a manqué des deux côtés. Au plan interne, le groupe des gardes-mines n’a pu – ou n’a voulu – opérer un rassemblement autour de ses compétences, autour de ce qui le distinguait aux yeux de la société environnante. Ni Joseph Lévy, ni Louis Simonin, qui devinrent des personnalités reconnues et influentes de l’industrie et du Génie civil, et qui restèrent statutairement des gardes-mines, ni même Pierre Bougarel, ne furent célébrés par le corps des gardes-mines. Et à aucun moment, celui-ci ne se dota ou même chercha à se doter d’un organe d’échange, ne fonda ou même chercha à fonder une société d’assistance mutuelle. Au plan externe, aucun des groupes sociaux qui étaient en prise directe avec lui – clientèle potentielle, ingénieurs des Mines, administration centrale, industriels – n’apporta des moyens symboliques ou matériels de valorisation. L’histoire de ces cadres intermédiaires, situés à mi-chemin de l’administration et de l’industrie, que leurs compétences techniques plaçaient à la croisée de deux mondes au nom de la volonté de l’État à encadrer et à moraliser le développement industriel, serait-elle celle d’un échec ?

59Les élèves des grandes écoles occupèrent les premières places en son sein. Qui, en effet, parvint au grade de garde-mines principal ? Des Stéphanois majoritairement – ils représentent le quart de l’effectif – deux des quatre gardes-mines venus de l’École des Mines de Paris, quatre des cinq Centraliens un ancien d’Alais, trois gardes-mines formés par les ingénieurs des Mines, trois venus des Ponts et Chaussées, enfin deux anciens militaires. Mais l’école d’origine n’est ni l’unique élément ni même le principal qui distingue la classe des gardes-mines principaux. Quelle que soit leur origine professionnelle en effet, tous ont en commun d’être des fils de familles fortunés. Des deux éléments, scolarisation, fortune, le plus déterminant dans la réussite de la carrière, fut le second. Ce qui domine ici, bel et bien, c’est le social.

60Le fait, massif, renvoie à la précarisation des classes intermédiaires, concernées au premier chef par cette étude. On ne peut négliger en effet la rapidité avec laquelle une famille à la limite de l’aisance, était susceptible de basculer dans la précarité. Beaucoup de gardes-mines étaient fils de familles aisées ; mais beaucoup de ces familles avaient rencontré – ou rencontrèrent – des difficultés financières que les fiches signalétiques signalent pudiquement par l’expression : « famille autrefois aisée ». Louis Simonin, l’homme de La vie souterraine, fut de ceux qui parvinrent à l’âge d’homme avec un capital culturel supérieur à l’avoir financier. Orphelin, d’une famille aisée, il devint élève de l’École des Mineurs, après des études au lycée de Marseille d’où il sortit breveté en 1852. L’administration crut trouver en lui le garde-mines qui lui faisait défaut à la ville. Ce fut peine perdue, ce que déplore son supérieur, en 1856 :

« J’ai fait tous mes efforts pour le conserver dans les cadres de l’activité. Mais son état de fortune ne lui permet pas de refuser plus longtemps les offres qu’il a reçues maintes fois de l’industrie privée et qui lui assurent une position financière bien supérieure à celle que lui créent les fonctions de garde-mines ».

61L’histoire se termina bien pour L. Simonin. Mais il s’agit d’une réussite exceptionnelle. La plupart de ses collègues, moins chanceux que lui, moins doués aussi, vécurent de difficiles retournements de situation, à commencer par ces anciens officiers polonais, la plupart fils de la noblesse, que le Corps des Mines adopta littéralement au nom de la compétence, mais aussi pour ce qu’ils représentaient de l’incertitude sociale et politique, et d’un retournement brutal de la situation familiale. D’autres, Blacher, Durbach illustrent de tels glissements familiaux sur la pente de la précarisation. Blacher, en 1867, fut « forcé de rapporter à la succession de son beau-père, adjoint au maire d’Avignon, mort insolvable et laissant quatre enfants, la dote de 25 000 F de sa femme ». Lui qui avait « quelques rentes et quelques espérances », se retrouve ruiné. Durbach, dans Strasbourg bombardé en 1870, assista à la destruction totale du pensionnat industriel qu’il avait ouvert. L’homme avait 49 ans… Quinze ans plus tard, à la veille de prendre sa retraite, il suppliait l’administration de le garder dix-huit mois encore, dans les cadres, jusqu’au retour de son fils aîné, membre de l’École française d’Athènes. « Quand il aura acquis la position à laquelle sa qualité lui donnera droit dans l’université, il pourra venir en aide à sa famille notamment pour achever l’éducation de son jeune frère de 11 ans ».

62Durbach est une exception pour la manière dont il perdit ses biens, mais pas pour l’aide reçue de ses enfants. La difficulté rencontrée pour maintenir une continuité financière est une constante de l’histoire de ces agents. Que la maladie survienne, qu’elle les frappe, eux ou leurs parents, et tout bascule. Voilà Salzard – une histoire banale en somme, combien de fois reproduite : il est marié, père de deux enfants ; il a 23 ans ; nous sommes en 1861. Il est garde-mines de 5e classe à Joinville, près de Chaumont, en Haute-Marne :

« Sa femme était souffrante ; il a dû prendre une nourrice. Son père, fermier près de Joinville, est devenu malade et a dû cesser de travailler ; son frère a apporté un mauvais numéro ; et la famille, pour se conserver un appui, a dû l’exonérer du service militaire et son beau-frère qui faisait un petit commerce, est tombé en faillite à la même époque. M. Salzard, qui est d’un bon naturel a pris à tous ces malheurs une part d’autant plus active qu’il résidait dans la localité… Jouissant d’un traitement de 1 400 F les parents, habitants de la campagne le regardaient comme étant dans l’aisance, quoiqu’il fût réellement dans la gêne et obligé de prendre sur la petite dot de sa femme pour subvenir à ses dépenses annuelles ».

63Pour cette frange inférieure de la bourgeoisie moyenne, le capital culturel, souvent engrangé au prix de l’appauvrissement, parvient difficilement à se traduire en « accumulation primitive familiale ». Pour Pénelon, Tournois, Tourneur, Noël, Rollet, Simon et tant d’autres, c’est évident. La maladie professionnelle – ou l’accident – obligeait ces hommes à réduire leur activité. Les décès prématurés du fait de maladies, d’accidents laissaient les veuves sans ressources. Terraillon, à peine âgé de 30 ans, ancien de l’école des Mineurs, chimiste de sa spécialité embauché à ce titre chez Holtzer à Unieux, tombe malade, et cela brise ses espérances industrielles : « bien que ses chefs soient complètement satisfaits de ses services, il paraît probable que lorsqu’il sera tout à fait remis, il ne sera pas employé de nouveau aux aciéries d’Unieux ». De fait, il décède quelque mois plus tard. Évoquons encore le cas « Grand » rencontré au hasard d’un dossier, parce qu’il demanda son intégration en 1841 : « bachelier ès lettres, bachelier ès sciences, il devait se présenter dans six mois pour le grade de licencié. Ce jeune homme est un sujet des plus distingués qu’ait produit l’Académie de Grenoble ; son intention était d’aller à l’école normale à Paris, mais son père ne pouvait pas faire les frais pour le faire arriver dans l’université ». Le jeune homme accepta « avec empressement » une place de garde-mines à Marseille que Gueymard, l’ingénieur qui le recruterait, souhaitait voir fixée à 1 500 F annuel.

64Dans ce groupe-là, les réussites financières et sociales furent rares et le plus souvent pré-déterminées, d’une pré-détermination qui ne vient pas de la scolarité. En d’autres termes, la scolarisation ne conduit pas à l’enrichissement, elle la conforte tout simplement. Les gardes-mines qui réussissent, c’est-à-dire ceux qui accèdent à la retraite munis de tous les honneurs, comme ce fut le cas pour Pestelard, Rouhier, Laplanche, Jusserand, disposent au départ d’une position aisée grâce à laquelle ils affrontent les aléas du métier. Comparons à ce propos Jusserand et Pestelard, l’un et l’autre également reconnus et célébrés, le premier à Brassac dans le Puy-de-Dôme, le second à Troyes. Tout les oppose a priori. Élève breveté de l’école des Mineurs, qu’il intégra après avoir été admissible à l’École Polytechnique, Eugène Jusserand, quoique garde-mines, fait figure d’entrepreneur local. Il obtint d’être nommé dans son pays, où il disposait, en fils de bonne famille, d’un capital foncier et d’un réseau d’accointances qu’il sut parfaitement cultiver. Membre de l’Académie de Clermont, maire de Brassac, conseiller général de son arrondissement, de surcroît beau-frère de l’ingénieur des Mines Tournaire, il avait tout du notable. Initiateur d’une société de recherches à laquelle souscrivirent Morny et les deux Delahante, directeur des ateliers de carbonisation du Grand Central, directeur des mines de Brassac entre 1866 et 1868, il avait tout de l’homme d’industrie. « Amateurs de roches, minéraux et livres, consacrant tous ses loisirs à la satisfaction de ce goût des collections, il avait tout de l’homme cultivé. Tutoyant les ministres, il avait tout de l’homme en place ». Au nom de quoi, les fiches signalétiques le dote d’un « diplôme d’ingénieur civil » dès 1866 !

  • 25 Jules Auguste Laplanche, également fils de cultivateur aisé, dont la carrière se déroula à Tours a (...)

65Pestelard n’est pas du même monde. Fils de cultivateurs aisés, il fit ses études au petit séminaire de Troyes « dont il était un bon élève et les a poussé jusqu’au bout ». Il n’a à son acquis aucune étude professionnelle, ne se préoccupa pas jamais de trouver des occupations étrangères et même ne quitta jamais le service de l’Aube. Et le « grand service qu’il a rendu à l’intérêt public » est, en 1858, d’avoir mis à jour dans les modes d’adjudication des tourbières communales, une supercherie qui profitait aux adjudicataires aux dépens des communes. La réussite des deux hommes est identique au final, à l’échelle du corps s’entend bien. Tous les deux terminèrent leur carrière gardes-mines principal à 3 000 F par an dans les années 1880, tous les deux furent décorés de la légion d’honneur, le premier en 1870, le second en 1885. Qu’avaient les deux hommes en commun ? Certainement « l’élégance de forme et d’extérieur », que l’ingénieur de Billy relève chez Pestelard. Et surtout, la fortune, la place dans le milieu local. Jusserand, issu d’une famille « honorable », disposait d’une fortune honnête, « quatre à cinq mille livres de rente ». Pestelard, issu d’une famille de cultivateurs-propriétaires dans l’aisance « possède conjointement avec sa femme environ 50 000 F de propriété immobilière ». L’un et l’autre firent le choix de renforcer leur inscription dans le milieu local et usèrent pour ce faire de leur statut. L’appréciation portée sur Pestelard en 1871 : « très intelligent, il pourrait satisfaire aux services d’un poste beaucoup plus important que celui de Troyes, mais il préfère cette résidence où il a gagné tous les grades et cette préférence nous paraît justifiée par sa position personnelle25 » ressemble trait pour trait à celle portée sur Jusserand en 1862 : « amené par des considérations de famille et de pays natal, il a brigué provisoirement ce poste modeste, et s’y est à la longue étroitement attaché. Autant que par sa position de famille que par sa position de fortune, M. Jusserand fait honneur au corps des gardes-mines ».

66Posons en contrepoint, le parcours professionnel d’un Eugène Rouet, qui fut aussi remarquablement réaliste et singulièrement pondéré par l’activité familiale négociante. On en vient même à penser à un complément de compétences, que s’adjugea par son biais, une famille bien en place. Bachelier, admissible à l’École Polytechnique, et (je cite les mots du courrier qu’il envoie à l’administration en 1848), « ingénieur civil breveté de 2e classe de l’école des Mines de Saint-Étienne », Rouet fut le seul garde-mines en poste à Montpellier. Il y resta trente années de 1845 à 1876, avec pour seul intermède un congé illimité, entre 1852 à 1865, durant lequel il fut d’abord chargé de la direction d’une fabrique de produits chimiques à Avignon, puis fut ingénieur de la compagnie des mines et usines de zinc et plomb de Pallières. L’homme réintégra sans difficulté son poste en 1865. Il est vrai qu’appartenant « à une famille des plus notables et des plus influentes de l’Hérault », il communiquait avec ses supérieurs hiérarchiques en utilisant le papier à en-tête familial : « Vins et spiritueux Rouet & Cie, à Lunel » et ne se fit pas faute de prévenir le ministre des Travaux publics en 1851 de son mariage « avec la fille de M. Bouzauquet, négociant de Lunel ». Nul ne le dérangea dans son abri montpelliérain, pas même Aguillon qui pourtant le jugeait « un peu mou au travail ». Mais que pouvait-il contre un « auxiliaire très dévoué des ingénieurs, qui jouit de l’estime publique et appartient par sa famille et ses relations à la bonne société » ?

67La scolarisation marque sans conteste un désir d’affirmation sociale, et quand elle est professionnelle, un désir de réussite dans le milieu industriel, une chance différente que le jeune homme se donnait, en quoi il adoptait le modèle polytechnicien ou centralien. À preuve, le surnom donné à l’école des Mineurs, réputée pour être l’École Polytechnique de province. Mais pour ce groupe professionnel-là, à cette époque-là – des hommes arrivés à la maturité dans les années 1840-1860 –, pour ce milieu-là – la « classe intermédiaire » –, l’adoption du modèle n’a pas été en soi gage de réussite. Il fallait bénéficier en plus d’un capital de relation, d’une position de fortune initiale solide.

  • 26 Huit des dix décorations attribuées, le furent à des gardes-mines principaux. Joseph Lévy et Louis (...)
  • 27 Les travaux de fonçage dans les mines de Lorraine présentaient d’énormes difficultés en raison de (...)
  • 28 Legrand ne manquait pas de compétences techniques. Il avait suivi les cours de géologie de Cordier (...)

68Que dire, à côté du matériel, de la place donnée à l’excellence technique dans l’ordre symbolique ? Les récompenses attribuées le furent rarement pour raison de bons services. Bayon, Bernard, Faugière, Jusserand, Koss, Pestelard, Rouhier, qui tous accédèrent au grade de garde-mines principal, reçurent tous la Légion d’honneur car c’était dans l’ordre des choses de distinguer les éléments parvenus au sommet de la hiérarchie26. Mais quatre seulement furent récompensés au titre de leur compétence : Joseph Lévy pour la mise au point et l’emploi d’appareils de fonçage qui permirent l’exploitation des houilles situées en terrains aquifères, ce qu’on ne savait pas faire jusque-là27 ; Philippe Rouhier, en 1887, « pour avoir participé activement à l’organisation du contrôle de l’Ouest » ; Laplanche et Pestelard, en 1879 et 1885, en qualité de « vieux fonctionnaires » blanchis sous le harnais. Tous les autres furent récompensés pour des actes de courage réalisés dans le cadre de sauvetage. Bernard, par exemple en 1851 : « dans les services pénibles et parfois dangereux dont il a été chargé, M. Bernard s’est toujours fait remarquer par son activité, son énergie, et son courage ». Ou Koss, en 1859 : « il a accompli ses fonctions de garde-mines avec zèle, intelligence et dévouement », mais surtout, « il a montré beaucoup de courage dans tous les accidents de mines et sauvetages auxquels il s’est naturellement trouvé mêlé ». Plus fréquente que la Légion d’honneur, l’attribution d’avancement exceptionnel puisait encore moins sa justification dans la compétence technique. Pour en être digne, il fallait s’être distingué, et pour cela, il n’y avait que l’acte de courage, seul répertorié au tableau de la reconnaissance sociale. Ainsi Edmond Mansy, ou Étienne Legrand, médaillés d’honneur l’un et l’autre, furent proposés à la promotion dans des termes à peu près identiques, Legrand en 1863, pour avoir sauvé deux ouvriers engloutis dans une carrière d’Argentré, Mansy, parce qu’il a « dirigé cette année, les travaux de sauvetage, à la suite d’un éboulement dans une carrière dans des conditions particulièrement difficiles et il a déployé dans ces circonstances autant de sagacité que de dévouement. J’insiste pour qu’il soit élevé à la 2e classe de son grade » explique avec sa fermeté habituelle Michel Lévy en 188228. Mais dans sa demande, il joint le « dévouement » à la « sagacité » parce que cette dernière qualité, seule, n’aurait pas suffi. Et lorsque tel ou tel des gardes-mine fût couronné par une société savante, le ministère de l’Instruction publique ou dans le cadre d’Exposition universelle, la décoration était inscrite au dossier sans jamais que cela enclenche une procédure d’accélération de la carrière. C’est qu’à la différence de la science et de la technique, le courage renvoyait à l’exemplarité sociale. Les appréciations portées lors de l’attribution des récompenses se font écho l’une l’autre. Faugière, en 1866 est proposé à la Légion d’Honneur parce que « cette distinction produira le meilleur effet à Montluçon, où ce garde-mines est aimé et apprécié, et sera bien vue de la population ouvrière de cet arrondissement qui connaît le caractère énergique de M. Faugière ». Des raisons identiques justifièrent la médaille de Bernard, en 1868 :

« Homme pratique ayant l’habitude et l’entente des travaux des mines […] ; jouit d’une grande considération dans toute l’étendue de sa circonscription […]. Sa position de fortune lui permet de prendre sa retraite sans diminuer ses ressources. Je crois qu’il serait de toute justice et de bon exemple de lui accorder avant ce terme la décoration de la Légion d’Honneur qui est demandée en sa faveur par l’ingénieur ordinaire ».

69Ou celle de Bayon :

« Après avoir débuté par être simple ouvrier mineur, peu à peu et soutenu par son seul mérite, le Sr Bayon est arrivé jusqu’au poste qu’il occupe maintenant […]. Jouissant d’une véritable et puissante influence sur les ouvriers ses anciens compagnons, actuellement ses subordonnées, il l’a toujours mise au service de l’intérêt public ; il s’est fait le promoteur ardent et zélé de tous les gages donnés au bon ordre et au bien général ».

70Qu’était en définitive le « bon » garde-mines ? Un cadre aimé des ouvriers, respecté des industriels, occupant dans la représentation sociale, cette place qui symbolisait l’ordre, l’autorité, en même temps qu’une forme de réussite. Mais à la condition expresse que tout cela fût pratiqué avec mesure. Il ne convenait pas que ces fonctionnaires fussent trop indépendants, trop bons techniquement, qu’ils aient trop d’allant. Tout alors les poussaient à sortir des cadres.

71L’appréciation portée sur les gardes-mines « savants » ou « inventeurs » illustre clairement ce point. Ils furent une petite vingtaine – et parmi eux, il y eut de réels inventeurs, reconnus comme tels. Déjà, nous avons rencontré Frédéric Bougarel, Paul Jourdan, Jean-Baptiste Salzard. Plaçons à leurs côtés : Martin, droit venu de l’industrie, inventeur de l’essieu coudé « Martin », qu’adopta le réseau de l’Ouest ; Jean Rollet, ancien de l’École des Mineurs, qui déposa brevet pour l’impression des planches en verres non gravées ; Clère, fils d’ingénieur des Mines, ancien de l’École des Mines de Paris qui mit au point au Creusot un nouveau lavoir à houille ; Wolski, « ingénieur civil, ancien élève de l’École Polytechnique de Varsovie, diplômé de Centrale », inventeur d’un appareil pour travailler sous l’eau sans condensation d’air et « d’un système pour foncer les puits de mines à travers les terrains aurifères utilisé dans la concession de St Germain des Prés » ; Joseph Lévy enfin, qui donc « contribua à la mise en valeur du bassin houiller qui forme le prolongement de celui de Sarrebruck », en perfectionnant le procédé Kind-Chaudron. Ce « succès remarquable » fit de lui le directeur général des exploitations minières des Péreire en Europe. Mais l’embauche par les Péreire fut plus aisée à obtenir que la reconnaissance officielle dont il fut évincé dans un premier temps, au profit de Chaudron, l’ingénieur belge inventeur du procédé. Il fallut, pour être couronné, outre la demande expresse des administrateurs des mines de St Avold (Moselle), l’appui soutenu et même l’insistance d’un groupe important d’ingénieurs du Corps des Mines : de Billy, Blavier, Boudusquié, Combes, Grüner et Callon, ses anciens supérieurs ou professeurs.

72Le soutien apporté à J. Lévy par ces ingénieurs, témoigne de la présence au sein du corps d’une tendance industrialiste, favorable au développement de l’ingénierie civile, que ni le terme, ni la chose n’effrayaient. Tous dans leurs courriers parlent de leur collègue comme d’un ingénieur, soit ingénieur civil, soit ingénieur-directeur. Mais cela n’était pas fréquent au sein du Corps qui, dans son ensemble, ne partageait pas cette idée. Les appréciations portées sur les gardes-mines inventeurs étaient critiques, quand elles n’étaient pas cruelles. Clère fut moqué par Drouot pour ses « essais infructueux », encore qu’en marge de la fiche une main peu amène pour Drouot ait rajouté au crayon : « depuis, il a réussi ». On écrit de Jourdan, réputé pour son travail sur la flore saharienne et membre de la mission d’El-Golea en 1879-1880, qu’il « lit beaucoup de publications scientifiques dont le fond est facile », qu’il est « un esprit porté à l’érudition plutôt qu’à la science, à la bibliographie plutôt qu’au fond des choses ». On remarque de Martin, qu’il est « frondeur, qu’il s’en fait beaucoup accroire ; qu’il ne doute de rien ». On reproche à Salzard, en début de carrière il est vrai, « de faire intervenir une autorité sur des questions qui ne relèvent pas de son service ». Les exemples se multiplient de ces appréciations négatives portées sur des jeunes hommes appelés à devenir directeurs d’exploitations. Wolski, reconnu pour être un « agent de très grande expérience et très capable de rendre encore de bons services actifs » se voit malgré tout attribuer la mention négative : « il convient moins bien aux fonctions qu’il remplit aujourd’hui, parce qu’il a une mauvaise écriture […] ». Et Jean Rollet, au demeurant ancien directeur des mines de Chessy-Sainbel, titulaire à Lyon d’un cours hebdomadaire pour les chauffeurs sous le patronage de la société d’instruction secondaire, médaillé d’argent à l’Exposition Universelle de 1855 est jugé un « agent intéressant », (sous-entendu : un agent digne d’être pris en considération lorsque la question se posera de son avancement), parce qu’il est « le soutien de sa mère âgée et de sa sœur infirme ». Ces hommes sont en quelque sorte surdimensionnés pour l’administration qui les héberge.

73Paradoxalement, eu égard aux compétences recherchées, le garde-mines idéal n’est pas à rechercher de ce côté-là, pas plus d’ailleurs qu’il n’est à rechercher du côté des anciens élèves de l’École des Mineurs. Le garde-mines idéal, celui qui d’année en année emporte les suffrages de ses supérieurs et reçoit toutes sortes d’appréciations positives, n’est pas un Centralien, ce n’est pas même un ancien de l’école des Mines de Paris : ceux-là « écrivent trop mal », « trop lentement ». Ce n’est pas non plus un Stéphanois : ils sont trop inconstants. Quant aux gardes-mines formés par les ingénieurs des Mines, ils sont trop facilement obséquieux. Non. Les « bons gardes-mines » sont à rechercher plutôt du côté des « administratifs ». Les qualificatifs abondent à leur propos : zèle, intelligence, ordre, conscience, dévouement. Ainsi, Joseph Gabriel, sous-officier sorti de l’École de Saumur, qui « réunit tout ce qui constitue un bon agent : zélé, soigneux, attentif aux ordres qui lui sont donnés, désireux de bien les exécuter ». Ainsi Antoine Bouvin, ancien piqueur des Ponts et Chaussées, « agent précieux, manifestant de l’intelligence, du dévouement, une excellente tenue, une expérience pratique, qui devint expéditionnaire de secrétariat dans la commission des machines à vapeur ». Toutes les appréciations portées sur les anciens des Ponts et Chaussées ressemblent à celle-là. Mais ces hommes-là quoique loués, accédèrent rarement à la classe de garde-mines principal. Ils plafonnaient dans la catégorie juste inférieure, celle des gardes-mines de 1re classe, un sous-groupe où abondent les gardes-mines « formés sur le tas », et, quant à l’origine sociale, les fils d’employés, d’artisans.

74Il y avait donc un clivage majeur entre la réalité et sa représentation mentale. Obligés de privilégier, dans le déroulement de la carrière, les profils « industriels » et scolaires, réputés turbulents et volatils, ce type de gardes-mines qu’eux-mêmes contribuaient à former soit à l’école des Mineurs, soit dans leurs bureaux, les ingénieurs des Mines dressaient mentalement l’idéal-type du garde-mines, un homme calme, dévoué, géomètre, dessinateur et scribe. Dans la réalité, c’est-à-dire sur le terrain minier, dans les ateliers, le meilleur garde-mines était l’homme implanté, vieilli sous le harnais, parfait connaisseur des pratiques, usé à sa compétence, fort des traditions, susceptible pour tout cela de faire front aux ouvriers et aux industriels. Dans l’idéal, c’est-à-dire du côté administratif, c’était l’employé zélé, consciencieux, soumis, dessinant et rédigeant excellemment, capable aussi, de se substituer tout ou en partie à l’ingénieur ordinaire, de par ses habitudes sociales et administratives.

75Dédouanons le Corps des Mines de ce qui ne lui revient pas, savoir le conformisme social, le décalage, inévitable, entre l’évolution des structures de la société, et l’évolution des représentations beaucoup plus lente par définition. Cette société s’industrialisait sans que l’industrie devienne globalement un idéal social, un idéal de réalisation sociale. On en mesure les conséquences à l’échelle de ce petit groupe social, situé au cœur de la tourmente, à l’endroit du bouillonnement industriel, des conséquences qui prirent forme de frustrations croisées. Les gardes-mines venus de l’école des Mineurs, de l’école des Mines de Paris, de Centrale faisaient carrière sans obtenir de leurs supérieurs cette reconnaissance symbolique qu’ils étaient en droit d’attendre au nom de leurs compétences techniques. Quant aux gardes-mines « formés sur le tas », ou « administratifs », ils obtenaient cette reconnaissance symbolique, à partir de quoi ils faisaient carrière, jusqu’à un certain point. Les uns et les autres, s’ils valorisaient leurs compétences, c’était en dehors ou à côté du corps, en devenant directeur d’exploitation lors d’un congé illimité ou en montant un cabinet d’ingénierie civile.

  • 29 Brigaud et Fragonard, gardes-mines à Paris. Wolski se justifiait ainsi du petit nombre des signatu (...)

76Quant à reconnaître cette compétence dans le cadre du service des Mines, n’était-ce pas faire apparaître l’égalité qui pouvait exister à cet endroit entre ingénieurs et gardes-mines, donc entre des Polytechniciens et des hommes formés dans les autres écoles, ou même formés sur le tas ? Pire encore, n’était-ce pas courir le risque de voir l’excellence technique basculer du côté de l’ingénieur civil ? Rappelons-nous la divergence d’appréciation à propos de Faugière à qui, dans le début des années 1870, l’ingénieur en chef aurait volontiers donné le grade de sous-ingénieur au grand dam de son inspecteur général. Déjà, en 1848, Wolski, qui avait débuté chez Flachat, réclamait avec deux de ses collègues29 « une nouvelle organisation » pour les gardes-mines, « basée sur les principes républicains, afin que la capacité et le zèle leur ouvrent à l’avenir la carrière d’ingénieur du Corps national », et que soit donné « aux agents secondaires le droit d’aspirer par leurs connaissances au grade d’ingénieur ». Deux arguments étaient mis en avant pour que soit accordée aux gardes-mines « la même position sociale que celle que vous avez proposée aux conducteurs des Ponts et Chaussées » : la fonction et le statut. « Monsieur », écrivaient-ils au ministre des Travaux publics,

« Votre prédécesseur a institué à la date du 23 avril dernier une commission pour examiner s’il y a lieu de permettre aux conducteurs de devenir ingénieurs des Ponts et Chaussées, vous avez bien voulu accepter favorablement les conclusions de son rapport, et, à cet effet, vous avez présenté à l’Assemblée nationale un projet de décret contenant des améliorations dans l’organisation actuelle de ce corps. Les gardes-mines quoique d’une institution plus récente et d’un nombre plus petit, se trouvant sur la même échelle hiérarchique, osent espérer que vous daignerez étendre sur eux votre bienveillante sollicitude. […] ».

77La demande se référait à la compétence technique autant qu’au statut :

« Considérant être l’expression de notre corps, nous prenons la liberté, monsieur le ministre, de vous exposer que dans l’exercice de nos différentes fonctions, nous sommes chargés de visiter et apprécier l’état d’exploitation des mines des carrières et des tourbières, d’éprouver les appareils à vapeur, surveiller leur entretien, suivre les constructions du matériel roulant des chemins de fer. Il y en a qui sont adjoints aux commissions de surveillance des bateaux à vapeur en qualité d’agents spéciaux. […]. En conséquence, nous vous serions [obligés] de vouloir bien prendre en considération le mode de notre recrutement et de nos nominations, notre embrigadement par suite de la retenue que nous subissons au profit de la caisse des retraites, le genre de nos opérations qui exigent les capacités proportionnelles, à la responsabilité à laquelle nous participons en dressant des procès-verbaux où souvent une erreur pourrait occasionner les accidents les plus graves, et de vouloir bien nous accorder à l’avenir la faveur de la même position sociale que celle que vous avez proposée pour les conducteurs des Ponts et Chaussées ».

78La réponse, inscrite en marge du courrier : « le comité de l’Assemblée est saisi. Classer », signe un agacement et traduit une crispation. Un nœud gardien s’était constitué autour du métier d’ingénieur des mines, entre ingénieur civil et ingénieur d’État que personne ne trancha. À supposer en effet qu’on gommât la différence de statut, où placer la limite pour distinguer entre les deux catégories d’ingénieur des mines, celle relevant de l’État, celle relevant de l’industrie ? En 1841, Migneron, inspecteur général des Mines, proposait Delsériès, ingénieur en chef, à la bienveillance de l’administration, au motif qu’il avait payé de sa personne lors de la catastrophe qui avait coûté la vie à 43 mineurs à Rive-de-Gier :

« Mr Delsériès s’est montré là comme il se montre toujours quand un danger se manifeste et qu’il s’agit de faire effectivement dans les mines Métier d’ingénieur (souligné dans le texte). Alors, il est tout à fait remarquable par son activité, son sang froid, par la justesse de son coup d’œil, par la confiance qu’il a le don d’inspirer ».

  • 30 Chazoulière devient gardes-mines en 1875. Il avait été admis conducteur des Ponts et Chaussées à s (...)

79Nous avons là une définition très honorable de l’ingénieur de qualité. Mais n’étaient-ce pas ces qualités aussi qu’on requérait d’un garde-mines dans l’accomplissement de son métier ? Sur le terrain, on l’aura compris, la confusion était totale. Quand Léon Étienne, élève breveté de l’école de Saint-Étienne en 1866 et garde-mines à Nancy donne des conseils à la Compagnie Denain-Anzin à qui le fait-il sachant que la plupart des cadres de l’exploitation était formés par l’École ? Et à qui se heurte Faugière dans ses démêlés avec la compagnie de Châtillon-Commentry, en 1874, si ce n’est à Lan, son ancien professeur à l’école de Saint-Étienne, membre du corps et attaché au Conseil d’administration de la compagnie ? Jean Chazoulière, qui succéda à Faugière, ancien élève libre de Saint-Étienne, exerça une dizaine d’années aux houillères de Bézenet et Commentry, puis, après un passage de huit années à la direction des houillères de Bosmoreau dans la Creuse, devient garde-mines à partir de 1881, à Montluçon, chargé à ce titre, entre autres… des houillères de Bézenet, à l’exploitation desquelles il avait contribué30 ! Il faudrait verser aussi, à ce dossier de l’enchevêtrement, les multiples fonctions des gardes-mines de Saint-Étienne ou encore celles de Jusserand, qui lui fut tantôt contrôleur, tantôt directeur des houillères de Brassac, et bien sûr, celles de Bernard à Decazeville.

80Jusque dans les années 1880, le Corps des Mines laissa faire. La promiscuité n’était-elle pas le meilleur moyen d’assurer la sécurité recherchée, n’était-ce pas la garantie d’un déroulement des travaux en conformité avec le savoir-faire minier ? Telle fut la philosophie dominante en matière de gestion administrative. Sur le terrain, chacun y gagna la tranquillité. L’ingénieur était dégagé d’une pratique de terrain qu’il ne maîtrisait mal ; le garde-mines arrondissait ses fins de mois en traitant avec les chefs d’entreprise qu’il surveillait, voire en devenant lui-même chef d’entreprise, si l’opportunité s’en présentait. À Angoulême, en 1864, Guillebot de Nerville, l’ingénieur en chef, se félicite du travail de Ponsardin. « Prompt, actif, il connaît d’une manière précise toutes les exploitations importantes qui font partie de son service ; et il lève très bien les plans ». Mais cinq ans plus tard, Bère, le nouvel ingénieur en chef, dévoile les dessous de l’affaire. Ponsardin possédait en son nom propre l’une des carrières les plus importantes du pays et la faisait exploiter par Garlandat, ingénieur civil, architecte de la ville de Cognac. Le garde-mines fut contraint de démissionner… parce que les temps avaient changé, au grand dam de Pelletier président de la Cour des comptes, qui s’en offusqua et prit vigoureusement la défense de Ponsardin parce que « c’était une situation déjà connue de l’administration qu’elle a tolérée pendant neuf ans ».

81Sans doute les ingénieurs des Mines se pensaient protégés par leur statut. Les quelques conflits de compétences qui intervinrent dans les années 1870, les rendirent plus vigilants. Encore qu’il faille, avant que de les évoquer, démonter les ressorts juridiques de l’imbroglio. La loi de 1810 reconnaissait au propriétaire du sol le droit de faire des recherches de mines sans formalités préalables. Leur statut n’interdisait pas aux gardes-mines de devenir entrepreneurs. La voie était donc juridiquement libre pour l’investissement de ces fonctionnaires dans les travaux de recherche. Ils s’y lancèrent quand l’occasion se présenta, à partir du milieu des années 1860. Les compagnies ferroviaires recherchaient de la houille cokéfiable pour fournir localement aux locomotives et éviter des débours d’un transport à longue distance ; et les constructeurs avaient besoin de minerai. Le sous-sol national fut ausculté dans ses moindres recoins. Pour ces travaux, les gardes-mines furent sollicités en priorité parce qu’ils possédaient une connaissance approfondie du terrain et que leur compétence administrative laissait supposer le bon déroulement de l’étape suivante, la demande en concession ; parce qu’il était moins onéreux d’embaucher un garde-mines qu’un ingénieur civil ; parce que, les employer était un gage de ce qu’on appelle aujourd’hui la flexibilité : en cas d’échec, il n’était pas besoin de les débaucher. Il n’y a pas de vacance de poste, répond le responsable des Forges et aciéries de la marine et des chemins de fer à Dupont le directeur de l’École, à la recherche d’un poste pour un élève sortant en 1860.

  • 31 ADL, 106 j 35, 19-20 novembre 1860.

« Plusieurs des intéressés de cette mine refusent ou ne sont pas en situation de faire leur part dans la dépense de creusement d’un nouveau puits, pourtant reconnu nécessaire par tous, pour la continuation de l’extraction. […] Dans cette position l’emploi de Directeur Ingénieur de la mine de la Calaminière ne pouvait être proposé raisonnablement à personne et il a été pourvu au remplacement de M. Leyraud par une mesure provisoire et temporaire, c’est-à-dire que l’un des gardes-mines de Saint-Étienne fait fonction de Directeur à la Calaminière, où il se rend plusieurs fois par semaine seulement31 ».

82On ne pouvait être plus clair.

83Mais dans une telle situation, le conflit de compétences était susceptible d’intervenir à tout moment entre ingénieur des Mines et leurs subordonnés-entrepreneurs. C’est ce qui advint en d’Ariège, en 1874 :

« Versailles, 1874, Monsieur le dossier de la demande en concession des mines de fer de Miglos, Ariège, renferme un rapport que M. Maniglier, garde-mines à Sem, a rédigé comme directeur des travaux de recherches entrepris par M. Gauwin. Je vous prie de me faire connaître d’urgence si vous avez accordé à M. Maniglier l’autorisation de diriger ces travaux de recherches. Écrit en marge : le fait n’est pas contesté, il a été autorisé ».

84Le commentaire, acerbe, fit suite à la confirmation :

« Paris, le 30 mars 1874, […] ce rapport, daté du 25 février dernier, a été communiqué à M. le préfet de l’Ariège par le demandeur en concession, et a servi de base à M. le préfet pour combattre les propositions de MM. Les ingénieurs des mines formulées les 7 et 12 février 1874 [qui concluaient] au rejet de la demande en concession. […] Les ingénieurs des Mines reconnaîtront par les faits qui viennent de se produire le danger et les inconvénients graves de laisser un agent de leur service s’immiscer dans des travaux particuliers de recherches de mines. Aussi, monsieur le ministre, devant l’envoi de mon rapport, sur la demande en concession présentée par M. Gauwin, j’ai l’honneur de vous proposer d’inviter MM. les ingénieurs des Mines de l’Ariège à interdire sévèrement à l’avenir, à M. Maniglier toute intervention particulière dans les travaux de recherches de mines, signé l’inspecteur général de Nerville ».

85La conséquence logique, et logiquement requise par l’inspecteur général, était d’interdire aux gardes-mines en poste de faire des travaux de recherche. Maniglier démissionna en 1874, pour entrer au service de Gauwin & Cie.

En conclusion : l’ingénieur civil, figure masquée de l’industrialisation ?

86Est-ce trop d’affirmer en conclusion de ce chapitre qu’entre 1840 et 1880 en France l’ingénieur civil est partout, partout en tout cas où il peut être, et qu’il argue, pour son embauche, de titres acquis de multiples manières ? On devenait ingénieur civil en passant par Centrale ou en devenant élève externe de l’école des Mines de Paris, et dans ce cas, on trouvait embauche dans les grandes sociétés industrielles et ferroviaires, où l’on fondait un cabinet. On devenait ingénieur civil en sortant de Saint-Étienne, breveté ou non, et en entrant dans l’industrie minière et métallurgique ou dans l’industrie mécanique. On devenait ingénieur civil en sortant des Arts et Métiers ou d’Alais, à condition de suivre le cursus industriel, d’affirmer son excellence en franchissant les étapes de l’encadrement technique. On devenait encore ingénieur civil en proposant la compétence qu’impliquait le titre de garde-mines aux industriels de petite et moyenne envergure désireux de sous-traiter l’instruction de leurs dossiers administratifs, aux sociétés minières de petite envergure ou aux grandes sociétés ouvrant de petits chantiers (travaux de recherches, mise en exploitation de petits gîtes).

87Le pragmatisme prima à tous les étages de la construction industrielle et pour tous les acteurs. Pour ce qui est de l’étage inférieur de la profession, celui des gardes-mines, c’est patent. L’État, qui avait besoin de cadres techniques à caractère industriel mais qui manquait d’argent, les recruta en les obligeant à vivre de l’industrie. C’était imposer la flexibilité, le va-et-vient entre les deux services, public et privé. Les gardes-mines ne se firent pas prier qui spéculèrent sur l’État dont ils attendaient un titre et un emploi stable et sur l’entreprise privée dont ils attendaient l’enrichissement, la valorisation pécuniaire de leur compétence. Les entreprises de tout acabit puisèrent dans ce vivier technologique et usèrent de cette disponibilité quand le besoin s’en présentait soit pour la direction de chantiers ou d’exploitations temporaires ou débutantes, soit pour l’instruction de dossiers techniques et administratifs. Elles le firent d’autant plus aisément que cette main d’œuvre à fort caractère technique présentait le label « Gouvernement ».

88Ainsi ces agents dotés d’une compétence reconnue par leur recrutement, ne la valorisaient pleinement qu’à condition de s’extraire momentanément ou complètement de leur corps d’origine. Ceux des écoles professionnelles que la chance n’avait pas portés naturellement vers l’industrie, devenaient gardes-mines pour bénéficier d’un titre – d’une raison sociale – en plus de leurs diplômes. Bien malgré eux, les ingénieurs des Mines se trouvèrent au cœur de la tension entre les différentes catégories d’ingénieurs civils, y compris ceux qui se réclamaient du gouvernement. Appelés à former pour une part soit pour l’intermédiaire de l’école des Mineurs de Saint-Étienne soit même directement à titre de garde-mines, les futurs cadres techniques de l’industrie ou de l’administration, ils les retrouvaient ensuite collègues ou concurrents sur le terrain, et ce jusque dans ce qui constituait l’essence de leurs prérogatives, l’instruction des dossiers de concession. La fonction allait-elle l’emporter sur le statut ? L’environnement politique et social ne s’y prêtait pas. L’hétérogénéité qui était géographique en même temps qu’elle se rapportait aux compétences requises fut certainement l’une des causes de la passivité du corps des gardes-mines. Mais il y eut aussi la pression hiérarchique très forte, parfois violente, qu’exerça sur ses agents secondaires le Corps des Mines, qui ne leur accorda qu’au compte-goutte leur légitimité technique. Le lien organique avec l’entreprise en sortit renforcé. Car, la réponse individuelle prima et les plus dynamiques de ces agents placèrent en horizon de leur réussite l’industrie et la scolarisation des enfants.

Notes

1 A. Picon, L’invention…, op. cit., p. 609, ébauche une utile comparaison avec le corps des conducteurs des Ponts et Chaussées, Voir aussi A. Thépot, Les ingénieurs…, op. cit., p. 116-119.

2 AN F14 2741 à 2751. 169 en vérité mais le dossier Saran est vide. Ces cartons concernent le personnel administratif disparu avant la fin du xixe siècle. Les dossiers sont classés par ordre alphabétique (sauf avis contraire toutes les citations proviennent de ces dossiers). La première nomination date de 1834, la dernière de 1883. Les dossiers présents pour les années 1870-1880 sont ceux des agents démissionnaires ou décédés avant la retraite. Nous avons comptabilisé 129 dossiers de gardes-mines ayant fait carrière (c’est-à-dire n’ayant pas démissionné dans les trois premières années d’exercice) et il y eut dans ce groupe une soixantaine de décès avant la retraite.

3 Circulaire du Directeur général des ponts et chaussées et des mines aux ingénieurs en chef des mines. Projet d’institution d’agents secondaires pour le service des mines, 5 avril 1837, E. Lamé-Fleury, Recueil…, t. 2, 1856, p. 345. AD Bouches du Rhône, VII S 2/1, cité par A. Thépot, Les ingénieurs… op. cit., p. 116.

4 L’instruction fut précédée par la loi de finances du 10 août 1839 portant allocation au chapitre VII du budget du ministère des travaux publics d’un crédit destiné à la création d’un nombre d’agents secondaires pour aider les ingénieurs dans la surveillance des mines, minières, carrières, etc. et par l’arrêté ministériel du 19 octobre 1839 qui institua cinq classes de gardes-mines.

5 Les 1re et 2e classes devaient comprendre 2/10e de l’effectif, les 3e et 4e classes, 6/10e, la 5e classe 2/10e.

6 La législation autorisait les militaires à poser leur candidature jusqu’à l’âge de 35 ans.

7 La graphie ancienne, qui court sur toute la période étudiée, sera conservée pour désigner l’école.

8 3 anciens instituteurs, 7 anciens militaires dont, 3 anciens officiers de l’armée polonaise, Kienski, Koss et Golembienski. Ils furent quelques-uns de ces officiers réfugiés à suivre les cours de l’École des Mineurs.

9 J. Dupâquier et J.-P. Pelissier, « Mutations d’une société : la mobilité professionnelle », in J. Dupâquier (dir.) La société française au xixe siècle, (1992) 1995, p. 155-157.

10 « Cette forge composée de deux hauts-fourneaux au bois, dont un seul est en activité, travaille exclusivement en fonte de moulage et fabrique principalement des coussinets pour le chemin de fer de l’Est, aussi des projectiles pour l’État », Baudin, 1868.

11 Fils d’un serrurier, il avait fait ses études à l’école industrielle de Metz. Nommé garde-mines en 1868, à 23 ans, Charles Thirion avait demandé un congé illimité en 1875 pour devenir directeur à la Société des hauts-fourneaux et fonderies de la Petite Commune, Ardennes.

12 Constantin Czykowski (le futur directeur des Forges d’Alès), Auguste Bouilly, Félix Cherblanc et Paul Lepelletier.

13 C’est-à-dire la durée effective d’activité dans le corps, obtenue en retranchant de la durée globale d’activité les périodes de retraits momentanés, de démissions temporaires, de congés illimités ou les quelques radiations temporaires pour motif disciplinaire.

14 Ch. Combes, le premier responsable du service spécial des machines et appareil à vapeur créé dans la Seine dans le milieu des années 1840, en était alors le secrétaire et en fut le président de 1854 à 1872. A. Thépot, L’ingénieur…, op. cit., p. 189.

15 La désignation de la résidence incombait à l’ingénieur, la seule obligation étant de « toujours placer les gardes-mines au point le plus central des établissements qu’ils auront à surveiller » ou lorsque la surveillance comportait plusieurs établissements, « à proximité de ceux qui exigeront la surveillance la plus active ». (art. 7 de l’arrêté ministériel du 18 février 1840).

16 « Il importe dans l’intérêt général du service des mines lorsque cet intérêt peut concorder avec celui du contrôle de l’exploitation des chemins de fer que les gardes-mines soient attachés à ce dernier service afin d’avoir les facilités que leur procure pour les déplacements une carte de circulation », dossier Krummeich, note du ministre des Travaux Publics, mars 1885. C’était une source de friction entre le service des Mines et celui des Ponts et Chaussées.

17 La plupart des gardes-mines qui passèrent entre les mains de Drouot furent l’objet d’appréciations très négatives, voire de sévères reproches.

18 Blacher avait un diplôme d’ingénieur-mécanicien. Entre 1855 et 1859, il demanda vainement à être nommé au Contrôle de l’Ouest pour se rapprocher de sa famille. On note de lui en 1865 (il a 50 ans) qu’il est « vieilli avant l’âge ». Il était alors, au bout de quinze ans de carrière, garde-mines de 2e classe.

19 L’article 32 du décret du 24 décembre 1851 prévoyait que les gardes-mines recevraient « suivant la nature de leur service, des frais de tournée, fixés par un règlement particulier », E. Lamé-Fleury, Recueil…, op. cit., p. 269.

20 Drouot, l’auteur du rapport, ajoute : « Mr Bayon fait maintenant peu d’expertises. L’indépendance qu’il a montré à l’égard de la Compagnie des mines de la Loire me paraît être une des causes principales de la diminution de ce travail. On s’est abstenu de l’employer même dans les circonstances où il aurait pu être vraiment utile ».

21 Jourdan était un ancien élève d’Alais, Augustin Huguenin était un ancien des Ponts et Chaussées.

22 E. Lamé-Fleury, Recueil…, op. cit., p. 266-268.

23 Dossier Heuret, réponse de l’inspecteur général Baudin, à la demande faite par le garde-mines d’être autorisé « à lever des plans de mines de schistes bitumineux, de les tenir à jour et de donner conseils aux concessionnaires », juin 1866. On enregistre à ce moment une modification des fiches signalétiques, avec introduction de l’avis de l’ingénieur ordinaire. Auparavant, seul l’ingénieur en chef faisait un rapport confirmé ou infirmé par l’inspecteur général responsable de la division. Les divergences d’interprétation entre ingénieur ordinaire, ingénieur en chef et inspecteur général furent fréquentes jusqu’à l’abord des années 1880.

24 Il est à noter que tous ces hommes occupèrent des postes de responsabilité pendant le siège de Paris. Chabat, par exemple, dirigea la fabrication des fusées d’obus.

25 Jules Auguste Laplanche, également fils de cultivateur aisé, dont la carrière se déroula à Tours accuse un profil semblable à celui de Pestelard. Il connut les mêmes honneurs.

26 Huit des dix décorations attribuées, le furent à des gardes-mines principaux. Joseph Lévy et Louis Vassal étaient gardes-mines de 1re classe, le premier était en congé illimité et le second fut décoré « pour sa belle conduite comme capitaine d’artillerie de la mobile au combat de Vaujancourt »

27 Les travaux de fonçage dans les mines de Lorraine présentaient d’énormes difficultés en raison de l’abondance des eaux souterraines. Joseph Lévy qui en triompha aux mines de St-Avold et de l’Hôpital (Moselle) en y adaptant le procédé susnommé, fit sauter le verrou technique qui empêchait l’exploitation industrielle des mines de charbon de Lorraine. J. Lévy, « Du fonçage des puits de mines dans les terrains aquifères », Bulletin de la Société de l’industrie minérale, 1868-1869, et T. Veyron, L’évolution technique des houillères françaises et belges, 1800-1880, 1999, p. 134-139.

28 Legrand ne manquait pas de compétences techniques. Il avait suivi les cours de géologie de Cordier et de minéralogie de Brongniart au Jardin des Plantes. Spécialiste de l’extraction en carrière, il avait été missionné auprès des exploitants de Rive-de-Gier pour leur enseigner les méthodes d’exploitation par voie de remblai ou de bourrage. « Il est prouvé par la manière dont elle est pratiquée dans la concession de la Béraudière que les mineurs de la Loire y sont à peu près étrangers ». Il quitta Saint-Étienne pour Sablé en 1849.

29 Brigaud et Fragonard, gardes-mines à Paris. Wolski se justifiait ainsi du petit nombre des signatures : « les résidences des gardes-mines sont trop disséminées pour qu’ils puissent adresser une adhésion collective au gouvernement de la République, je crois être leur organe en l’assurant de notre vive sympathie ainsi que de notre dévouement illimité ». AN, F 14 2751, Nantes, mars 1848.

30 Chazoulière devient gardes-mines en 1875. Il avait été admis conducteur des Ponts et Chaussées à sa sortie de l’École des Mineurs en 1860. Un an plus tard, il entrait au service de l’industrie privée. Et de ce moment jusqu’à son entrée dans le corps des gardes-mines, l’historique des fiches signalétiques le qualifie d’ingénieur civil.

31 ADL, 106 j 35, 19-20 novembre 1860.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search