Version classiqueVersion mobile

Entre l'État et l'usine

 | 
Anne-Françoise Garçon

Première partie. Le temps de l’ingénieur pédagogue (des années 1780 aux années 1840)

Chapitre 4. Travail de terrain

Texte intégral

  • 1 ADL, 9 M 213, 18 novembre 1816 et AN F 14 1174, mai 1811.
  • 2 Description faite par J.-M. Harmet de la mine de Méons lors de son arrivée en 1823, cité par L.-J. (...)

1La loi minière d’avril 1810 avait versé les mines dans le domaine public sans toutefois éteindre les droits des propriétaires de surface : l’article 6 leur attribuait des droits sur les produits en dédommagement des dégâts occasionnés et l’article 42 précisait qu’ils « étaient également réglés à une somme déterminée après avoir entendu les propriétaires ou eux régulièrement et légalement prévenus du quantum de la rétribution offerte1 ». La difficulté vint à Saint-Étienne de la structure de l’économie houillère. L’intrication était forte entre le bassin houiller, l’économie locale et la notabilité qu’elle fut terrienne, négociante ou d’entreprise : certains propriétaires exploitaient eux-mêmes leurs terres à charbon ; beaucoup les amodiaient, c’est-à-dire qu’ils en confiaient l’exploitation à un entrepreneur ou une compagnie d’extraction moyennant redevances. Un même propriétaire pouvait traiter avec plusieurs entrepreneurs ou plusieurs compagnies ; un entrepreneur ou une compagnie pouvait exploiter à bail plusieurs lopins de terre à charbon appartenant à des propriétaires différents. L’extracteur, soit propriétaire-exploitant, soit entrepreneur, avait le choix entre vendre son charbon ou passer par les services d’un négociant. Enfin, un négociant pouvait être propriétaire… Les intérêts étaient multiples, enchevêtrées pour des affaires qui « marchaient sans bruit, sans embarras, mais sans bénéfice2 ». Appliquer la loi signifiait dans ce contexte opérer un découpage de la région en concessions, le faire accepter et trouver des concessionnaires, cela signifiait aussi réduire les droits coutumiers des propriétaires-exploitants.

  • 3 L. A. Beaunier, « Du territoire houiller de Saint-Étienne et de Rive-de-Gier (département de la Lo (...)

2Le 6 mai 1811, les mines stéphanoises avaient été placées sous un régime transitoire et Beaunier, on le sait, reçut la charge de « définir exactement le précieux dépôt naturel de combustible qu’elles ont pour objet ». L’ordre de mission qui s’appuyait sur « le succès de plusieurs établissements célèbres d’Allemagne, où d’habiles mineurs avaient procédé, de cette manière, à la restauration des mines longtemps livrées au désordre » précisait que le travail « ne pouvait avoir lieu qu’à l’aide des opérations de la géométrie combinées avec les observations de la géologie et avec les principes de l’art des mines3 ». On recourrait à la science et la technique, à leur caractère irréfutable en même temps que neutre, pour créer une nouvelle situation de droit. De juin 1812 à mai 1813, aidé de Guényveau, l’ingénieur prospecta, leva des plans, calcula pour aboutir à la définition de seize systèmes différents de gisement, seize « périmètres » susceptibles de constituer autant de champs d’exploitation. Puis il quitta Saint-Étienne. L’étape suivante, plus délicate, savoir la définition des concessions, impliquait théoriquement le retrait d’une partie des propriétaires-exploitants.

3Les discussions se polarisèrent sur la concession Osmond, qui regroupait les mines de Roche-la-Molière et Firminy. Il n’était pas question pour l’administration des Mines de débouter le marquis de ses droits, sauf à se dédire gravement et à compromettre l’avenir de la loi de 1810. Mais comment libérer la concession des exploitants en place ? C’est à titre de dédommagement que l’ordonnance d’octobre 1814 institua la redevance tréfoncière. Le marquis d’Osmond gardait ses droits sur la concession mais en contrepartie, il devait payer aux propriétaires-exploitants une redevance en nature « réglée d’après les usages du pays, avec les différences que motiveraient les circonstances locales plus ou moins favorables et les avances auxquelles les concessionnaires seraient tenus pour l’exploitation en grand qui lui serait prescrite » (art. 3). Cette disposition particulière contrevenait à la loi minière d’au moins trois manières : en imposant une redevance en nature ; en donnant les usages locaux pour base de l’estimation ; enfin en reconnaissant aux propriétaires le droit à percevoir une dotation annuelle, et non, comme il était légal, une dotation globale, libératrice pour le concessionnaire. Le bassin houiller s’en trouva singularisé jusqu’à sa nationalisation après la seconde Guerre mondiale.

4Dans l’immédiat, il importait de passer au plus vite à la seconde étape, c’est-à-dire de décider de la nature de cette redevance. La commission temporaire des mines de la Loire fut instituée à cette intention le 9 août 1816. Peu de temps après, Beaunier revint à Saint-Étienne, muni cette fois de deux mandats : ouvrir et diriger l’école des Mineurs, diriger l’arrondissement minier, en tant qu’ingénieur en chef, aux côtés de son collègue Gallois. Plus concrètement, on lui demandait d’en terminer avec la « question générale du partage définitif du sol houiller » et « les questions délicates que l’ordonnance rendue en faveur de M. le comte d’Osmond prescrit d’examiner » pour reprendre ses propres termes.

5L’ingénieur avait d’ores et déjà établi son diagnostic.

  • 4 L. A. Beaunier, mémoire de 1813, cité par L.-J. Gras, Mines…, op. cit., p. 68. En italique dans le (...)

« Si l’on ne peut approuver l’ordonnance générale des travaux souterrains, on doit au moins reconnaître que les entrepreneurs montrent une grande constance dans leurs recherches et qu’ils savent supporter toutes sortes de privations personnelles pour surmonter les obstacles et les incertitudes trop souvent attachées aux entreprises naissantes. C’est à cette persévérance si nécessaire au mineur que l’on est redevable de plusieurs découvertes très précieuses faites depuis quelques années4 ».

6Patiemment, il imposa une image différente du bassin à partir de ce constat. Par sa propre activité industrielle et intellectuelle, par l’activité et le savoir-faire enseigné aux élèves de l’École, il contribua à l’édification d’une approche socio-technique franchement industrielle. « Nous nous justifierons d’avoir pris la plume en traçant le tableau des causes qui agissent et des besoins nouveaux qui se manifestent dans l’arrondissement de Saint-Étienne », analyse-t-il dans le Bulletin d’industrie agricole et manufacturière en 1821, parce que :

  • 5 Bulletin d’industrie agricole et manufacturière publié par la Société d’agriculture, arts et comme (...)

« là sont de grandes richesses naturelles ; là sont des capitaux abondants ; là s’exerce une grande ambition individuelle fondée sur le travail et dont on devra tout attendre dès qu’elle sera aussi fondée sur l’étude. Non que les habitants de cette contrée soit en arrière de l’instruction répandue dans les autres provinces du royaume, notre unique pensée est que leur situation exige une masse de connaissances mesurées sur l’importance et la variété peu communes des objets qui appellent leur attention ; il est nécessaire enfin qu’ils se placent à la hauteur d’une destinée qui s’agrandit rapidement, et jusqu’ici plus encore peut-être par l’effet de l’excellente nature des éléments mis en jeu que par l’effet du calcul des hommes5 ».

7Le programme était clairement fixé, que Gallois et Beaunier réalisèrent conjointement en utilisant trois armes : un « laisser-faire » quant à la loi de 1810 dont ils acceptèrent de maintes façons le détournement ; la mise sur pied d’entreprises minières et métallurgiques et ferroviaires qui fonctionnèrent comme des lieux d’apprentissage en même temps qu’elles modifièrent l’économie locale ; la mise à disposition par le biais de l’école des Mineurs d’une communauté d’ingénieurs civils.

Transformer un pays de mines en bassin houiller

  • 6 N. Verney-Carron, Le ruban et l’acier. Les élites de la région stéphanoise au xixe siècle (1815-19 (...)

8Après quatre années de négociations, l’ordonnance du 20 août 1820 disposa « le mode suivant lequel le concessionnaire des mines de Roche-la-Molière et de Firminy […] devait payer la redevance en nature ». Outre que l’accord rendit possible la mise sur pied de la compagnie concessionnaire, une société en commandite par actions au capital de 1 800 000 F répartis entre 28 actionnaires, il pouvait faire jurisprudence. La voie était ouverte pour la répartition du bassin en concessions et leur attribution. Quatre années de discussions furent encore nécessaires pour fixer la nouvelle situation du bassin, pour en terminer avec ce gigantesque remembrement industriel. Enfin, en octobre 1824, l’ordonnance paraissait qui portait fixation d’un cahier des charges commun pour les 22 concessions de mines de houille de la région, et obligeait tout exploitant à suivre les protocoles techniques en vigueur6.

9L’administration ne put crier victoire cependant, car le milieu local fit loi et usa librement du cadre imposé : les ingénieurs des Mines échouèrent à imposer le découpage prévu en raison du nombre des demandes et ils n’eurent d’autre choix que d’autoriser la délivrance de 48 concessions entre 1824 et 1838. Signe que le foncier l’emportait à ce moment sur la technique et l’administratif, les demandes utilisèrent le cadastre de préférence à la cartographie réalisée par Beaunier et celle-ci aux dires des spécialistes actuels, fut surtout « un artifice », un outil de pensée qui aida les ingénieurs du moment à ordonner les demandes et à les ajuster aux exigences techniques de la loi. Enfin, les concessionnaires gardèrent l’habitude d’amodier tout ou partie de leur concession ou ils s’entendirent, après une demande commune, pour diviser leur concession dès son obtention en groupes d’exploitations séparées : le périmètre de La Béraudière, par exemple, fut divisé en neuf exploitations distinctes et celui de Bérard, attribué à Payet, Bréchignac, Didier, Neyron, Peyret, Vincent Descours, Berthon, Durand, et Giron frères, fut morcelé en six champs d’exploitation. En 1846, au moment où commence l’épisode de la compagnie des mines de la Loire, qui fut une tentative de regroupement généralisé, on dénombrait pas moins de 64 concessions de mine de houille dans le bassin de la Loire.

  • 7 Plus exactement le groupe Frèrejean-Roux-Blumenstein, pionnier avec Gallois et après le Creusot de (...)

10Souvent concessionnaires au titre de la loi du 28 juillet 1791, souvent permissionnaires d’exploitations en vertu du décret du 6 mai 1811, les grandes familles recueillirent la majeure partie des concessions attribuées. Trois seulement leur échappèrent : Terrenoire, qui fut attribuée à la Compagnie des mines de fer de Saint-Étienne, c’est-à-dire à Gallois ; Janon et Côte-Thiollière qui furent attribuées à la Société des Fonderies et forges de la Loire et de l’Isère, en d’autres termes aux grands métallurgistes qu’étaient les Frèrejean7. C’est dire que le patriciat stéphanois restait maître chez lui, du moins pouvait-il le penser. Quelle appréciation porter sur cette bourgeoisie locale ? Pierre Guillaume en donne une description peu amène dans son excellent ouvrage sur la compagnie des mines de la Loire qui fut entre 1846 et 1853 une vaste tentative de réorganisation économique du bassin par la fusion des différentes concessions au sein d’un ensemble unique. Car ce sont les notables locaux, au premier chef, qui se soulevèrent et menèrent combat contre ce qu’ils qualifièrent de « Monopole ». L’historien les dépeint comme « de petites fortunes qui, à Saint-Étienne, se défendirent égoïstement avec becs et ongles » ;

  • 8 P. Guillaume, La Compagnie des Mines de la Loire (1846-1854). Essai sur l’apparition de la grande (...)

« la perception des droits tréfonciers, assimilés à une rente du sol, était le moyen élégant de tirer sa richesse de la mine… Pour la bourgeoisie, voire pour l’aristocratie stéphanoise, les hommes du Monopole étaient des fâcheux, que leur avidité poussait à mettre la main à la pâte, alors qu’avant leur intervention, il était simple de tirer du sous-sol comme du sol des revenus plus modeste certes […] mais obtenus sans se salir8 ».

  • 9 P. Guillaume, « La redevance tréfoncière dans le bassin houiller de la Loire », cité par N. Verney (...)

11L’opposition rente tréfoncière/profit industriel séduit à tout le moins, comme séduit cette description du baron de Rochetaillée, président de la Chambre de commerce entre 1848 et 1856, parmi les plus importants des propriétaires de surface et parmi les plus virulents contre la compagnie : « il ne fut jamais un industriel. De ses mines, il retirait le bénéfice que lui donnaient ses redevances tréfoncières et ceux que pouvaient lui réserver les traites passées avec les différents exploitants ». De fait, tout plaide en défaveur des tréfonciers : les revenus qu’ils tiraient de la rente, environ 10 % du prix de revient du charbon vers 1850, leur refus de toute fermeture de puits parce qu’elle réduisait cette rente à néant et plus encore la spéculation engendrée par l’étroitesse des concessions, la quantification de la rente en fonction de la nature des couches et de la profondeur des terrains et l’habitude prise de céder le droit à exploiter au sein d’une concession. L’exemple de la concession de Chaney, petite concession de 150 hectares, qui changea cinq fois de main entre 1837 et 1838 et dont la valeur bondit de 60 000 F à 2 700 000 F a marqué les esprits. Pour Gras, historien avisé du bassin, l’épisode montre à quel point les droits historiques des propriétaires avaient dégénéré « en un abus légal et manifeste au préjudice des exploitants9 ».

  • 10 Nom donné à Saint-Étienne aux puits obliques.
  • 11 Le but du rapport était de détecter les zones faibles du bassin, de mettre leur présence en relati (...)

12On ne peut toutefois s’en tenir à ce seul aspect pour comprendre et définir la bourgeoisie locale car sa relation au bassin houiller ne se limita pas à la prédation. De nombreux indices donnent à penser au contraire que le conflit entre la Chambre de commerce de Saint-Étienne et la compagnie des mines de la Loire eut pour objet le prix et la commercialisation des houilles autant sinon plus que les risques que le « monopole » faisait courir à la redevance tréfoncière. La mise sur pied de la compagnie en menaçait toute l’économie locale, en définitive. Opérons un détour pour le comprendre. Dans sa Note sur les puits, achevée en 1882, le garde-mine Michel dresse un état technique très complet des travaux réalisés dans la concession de la Société des houillères de Saint-Étienne. Très rigoureux, ce travail exceptionnel qui consiste en un historique de chacun des 224 puits et « fendues10 » répertoriés sur le domaine régi par la Société, renseigne abondamment sur la culture technique et les modes de fonctionnement du bassin houiller stéphanois à partir des années 1780. Ce qui frappe, à sa lecture, c’est l’incertitude qui pèse sur la description : bien que la concession de la Société des houillères de Saint-Étienne ait été soumise à la surveillance approfondie du service des Mines, gardes-mines, ingénieurs et élèves de l’école des Mineurs réunis, quelque chose de son organisation échappe à toute description, reste dans l’indétermination. Michel lui-même avoue son impuissance à tout comprendre, en dépit du fait qu’il ait « consulté un nombre incalculable de documents » et qu’il ait « fait appel aux souvenirs de toutes les personnes qui ont participé ou assisté à l’exécution des travaux d’exploitation11 ».

  • 12 La compagnie des Mines de fer, après le départ de Gallois, apura ses comptes en mettant sa concess (...)

13Le contrôleur des mines explique sans fard l’origine des lacunes : « il suffit de remarquer que les travaux des mines sont souvent exécutés sans l’accomplissement d’aucune formalité administrative et qu’il est à peu près impossible de trouver des registres d’avancement remontant au-delà de 1850 ». En clair : une bonne partie des travaux réalisés à partir des années 1820 le furent dans l’illégalité la plus totale, c’est-à-dire sans autorisation et cela dura jusqu’en 1880… L’autre fait notable, en parallèle, est le recours régulier, constant, à la sous-traitance. Plutôt que d’effectuer les travaux eux-mêmes, avec leurs propres moyens et leurs propres équipes, les concessionnaires les amodiaient à une compagnie sous-traitante et/ou confiaient le fonçage des puits à un entrepreneur, une manière de faire était encore très vivace dans les années 1860. Priest, par exemple, un entrepreneur spécialisé en la matière, fonça deux puits dans la concession du Grand’Rouzy, l’un en association avec Tardy, l’autre en association avec Montbrun. De même, Motta, en 1862, à Méons12. On découvre encore que chacun, propriétaire et/ou exploitant, était susceptible d’occuper des positions diverses d’une concession à l’autre. Qu’en est-il par exemple, de la dizaine de personnes mentionnées pour la période 1810-1840 ? Tous, du plus humble (Javelle, ancien propriétaire-exploitant, failli avec sa compagnie) au plus prestigieux (Roux, beau-frère de Blumenstein, associé aux Frèrejean dans la compagnie des Forges et fonderies de la Loire et de l’Ardèche), étaient ou avaient été propriétaires, ce qui leur donnait le droit d’exploiter. Tous ceux d’entre eux qui étaient concessionnaires exerçaient leurs talents dans d’autres concessions que la leur, à divers titres : exploitants, amodiateurs, certains mêmes en tant que sous-amodiateur ! Bref, tout le monde exploitait ou faisait exploiter en profitant de la rente tréfoncière en sus… Les propriétaires-exploitants étaient des professionnels de la mine, susceptibles d’ouvrir de nouveaux champs d’exploitation, capables à l’instar des marchands-fabricants de recruter des équipes ou d’en constituer, capables donc d’investir et de rentabiliser leur investissement en supportant les coûts de l’amodiation. Des professionnels taillés sur mesure en somme, si ce n’est techniquement à l’aune du Corps des Mines ou à celle de la compagnie des Mines de la Loire, du moins pratiquement à l’aune de l’exploitation et de la vente telle qu’elles s’étaient instituées depuis des siècles.

14Comment s’effectua la rencontre avec l’École des Mineurs ? D’abord, elle dérangea. « L’opinion générale de cet arrondissement et tout particulièrement de la partie de la minéralogie, est bien loin d’être en faveur de l’administration des Mines. On reproche à MM. les ingénieurs leur prétendue inutilité, on les accuse de ne s’occuper que de théorie et de n’avoir rien fait encore pour la pratique qui doit, ajoute-t-on, tous les perfectionnements qu’elle a obtenu depuis quelques temps aux extracteurs du pays et nullement à ces messieurs » note l’ingénieur Desrozière en 1817. Mais rapidement, elle intéressa ; les plus avisés des propriétaires-exploitants et des métallurgistes y envoyèrent leurs fils. L’étude des patronymes des élèves entre 1817 à 1834 montre un afflux régulier de candidats provenant de ce milieu avec un pic dans les années 1821-1825. On relève en 1817, le nom de Jean Antoine Magdinier, d’une grande famille d’extracteurs de Rive-de-Gier qui avait investi à partir des années 1780 dans le commerce de charbon. En 1820, entrent à l’école Pierre Dumaine, héritier de Flachat, de la concession de Reveux ; François Gillibert, fils du propriétaire-concessionnaire-exploitant de la Roche ; Antoine Maniquet, fils d’un concessionnaire à Rive-de-Gier ; Barthélemy Vachier, fils d’un propriétaire à Bérard et à Côte-Thiollière. Ils furent rejoints en 1821 par Charles Besson de la Compagnie Besson frères qui exploitait la concession Reveux ; par Gaspard Bréchignac, le fils du banquier, propriétaire-exploitant de la concession de Bérardet Louis May dont le père, verrier, était intéressé dans les mines de Collones Grands Flachats, la Borne et la Frêche à Rive-de-Gier. En 1823, on relève les noms de Louis Desjoyaux, concession du Treuil et Joseph Aimé Gonyn ; puis ce fut au tour de Merle en 1825, concession de la Côte-Thiollière, associé de H. Roux, de Gratien Sauzéat en 1828, d’Ernest Locart en 1829, de Clément Auguste Osmond enfin en 1832. Tous profitèrent des services proposés par l’école et perfectionnèrent leur savoir-faire minier que ce soit pour traiter au mieux les contrats d’amodiation ou pour exploiter directement, voire les deux comme il était courant.

  • 13 ADL, 9 M 217. Frédéric Dorian entra dans la famille Holtzer en épousant la fille de Jacob et devin (...)

15D’autres vinrent, parmi la jeunesse stéphanoise, qui étaient fils de rubaniers ou de métallurgistes de vieille souche ou nouvellement arrivés. On a déjà cité Charles Jackson, l’un des fils de l’aciériste qui entra à l’école en 1822 ; ajoutons Philippe Boggio d’une grande famille de rubaniers et Pierre Frédéric Dorian, futur ministre des Travaux publics, l’un et l’autre admis en 1831. Ils furent peu, à dire vrai, de tous ces noms cités, à sortir élèves brevetés. Pire, Jackson et Dorian furent renvoyés, le premier parce que « jeune, léger, [il] ne montre point de zèle et tient une conduite irrégulière » ; le second « pour les grands reproches qui lui furent adressés ». Peu rancuniers, ils gardèrent des liens forts avec l’École : Jackson devint le gendre de Gallois et Dorian, entré dans la famille des Holtzer et lié par ce biais à Boussingault, prit la défense de ses intérêts lorsqu’il devint député13. Incontestablement, l’école fut entre 1818 et 1830 le lieu de la confluence du patronat minier et métallurgique stéphanois, d’ancienne et nouvelle facture. Fonctionnant à la manière d’un melting pot local, elle fut un outil d’intégration pour les nouveaux venus, d’innovation pour les autres. Les motivations ne manquaient pas, au rang desquelles, outre la gratuité de l’enseignement, une gestion bien comprise du contrôle technique, de la vérification de conformité que leur imposait l’administration. Le plus simple, en bonne économie, n’était-il pas d’envoyer les enfants se former à la source ?

  • 14 L. A. Beaunier, rapport du 29 octobre 1817 cité par P. Baché, De l’école…, op. cit., p. 53-54 et L (...)

16Beaunier, de son côté, fit tout ce qui était en son pouvoir pour insérer l’institution le plus profondément possible dans le milieu stéphanois, allant jusqu’à proposer en octobre 1817, la création de deux « réserves » l’une située dans la concession qui comprenait les mines de Méons, du Treuil et de Cros, l’autre dans celle qui regroupait les mines du Cluzel, de Bois-Montel, Montand et Villars, qui auraient été un terrain d’entraînement pour les élèves et un moyen d’autofinancement. « Puiser à deux sources […], répartir les champs d’exploitation sur deux compagnies devenues concessionnaires », tel était le moyen qu’avait imaginé l’ingénieur pour que les industriels « ne puissent en aucun cas trouver une rivalité dangereuse dans un établissement de l’état destiné à la seule propagation des bonnes méthodes ». Persuadé d’obtenir l’accord de ses supérieurs, il s’accorda avec les Jovin père et fils qui exploitaient Méons et le Treuil : aucune réserve n’aurait excédée en surface le quart de la surface totale de la concession dont elle faisait partie ni renfermer plus d’un centre d’exploitation ; l’école s’engageait à ne pas dépasser une extraction annuelle de 120 000 hectolitres et, point capital, elle laissait aux concessionnaires la faculté de se charger de la vente de toute la qualité de houille au prix courant de la contrée. Enfin, pour l’acquisition du fond d’exploitation et l’installation du matériel, il était prévu que les concessionnaires fassent une avance de 50 000 F à l’école, avec remboursement du capital en dix ans, et versement d’intérêt annuel à 6 %. Autrement prudent, Becquey choisit de « laisser en suspens » la question sans entériner un accord qui plaçait l’institution sous la coupe des professionnels stéphanois de la houille, en faisant d’eux à la fois ses créditeurs et ses négociants14.

  • 15 C. Chaut-Morel Journel, De la construction…, op. cit., p. 142-147.

17Arrêtons-nous quelque peu sur cette notion de « réserve », un terme emprunté symboliquement au passé, qui servit à désigner la présence d’exploitations anciennes, leur enkystement, dans les concessions nouvelles, car elle donne une idée de l’âpreté des discussions qui se menèrent autour de la transformation juridique du bassin. Le débat fut vif à leur égard entre 1818 et 1823 lorsqu’il s’agit d’attribuer des périmètres d’exploitation aux compagnies Gallois et Frèrejean, la compagnie des Mines de Fer de Saint-Étienne et celle des Fonderies et forges de l’Isère et de la Loire, qui, chacune en comportait. Contre son collègue Delsériès, Beaunier considéra tout en nuances et avec un zeste d’hypocrisie qu’il n’était pas concevable de « créer sous le nom de réserves des titres particuliers et inaliénables à l’exploitation des mines », mais qu’il n’était pas interdit « d’admettre le cas où une concession pourra être grevée de l’obligation de laisser subsister une exploitation jusqu’à épuisement du gîte minéral dans les mêmes mains qui la possèdent aujourd’hui15 ». En d’autres termes, pourquoi priver brutalement quelqu’un d’un bien promis à disparition naturelle ? Le même état d’esprit – libéral dans son fondement – prévalut dans les négociations destinées à réduire les pratiques coutumières en matière d’exploitation. Là aussi, l’ingénieur en chef laissa s’instaurer une situation intermédiaire parce qu’il la savait transitoire. Seule différence, le motif de disparition résidait cette fois non dans l’extinction physique mais dans le changement technique induit par la compétence, celle-là précisément qui était produite à l’école des Mineurs sous la houlette du service des Mines. « L’établissement de Saint-Étienne deviendra alors, nous l’espérons, un foyer de lumière pour cette contrée industrieuse et intéressante appelée à jouer un grand rôle un jour dans les arts et manufactures, et qui n’a peut-être besoin pour prendre son essor que d’être initiée dans les sciences qui éclairent les arts », rappelait le conseil de l’École en 1819.

  • 16 L. A. Beaunier, « Discours prononcé le 15 août 1822… », Bulletin…, op. cit., p. 32-33. En italique (...)

« En sortant d’ici, vous n’êtes ni des hommes savants, ni des hommes expérimentés. Vous avez seulement appris comment on étudie avec fruit, comment on observe. Vous êtes sur la voie, vous possédez les méthodes […]. Mais avant de vous livrer à aucune innovation manufacturière importante, vous n’aurez pas seulement à l’envisager dans ses rapports avec vos études actuelles, vous aurez à la juger comme une spéculation de commerce, à laquelle vous vous proposez d’appliquer votre savoir d’ingénieur […]. Il vous importe donc de savoir ce qui constitue une bonne spéculation, et de réunir en vous, s’il est possible, les qualités d’un commerçant et celles d’un ingénieur ; alliance d’autant plus rare que le commerçant s’exerce en multipliant au dehors ses relations avec les hommes, et que l’ingénieur se perfectionne par l’étude des choses, et en se repliant en quelque sorte sur lui-même16 ».

18À qui s’adresse ce discours, prononcé lors de la cérémonie de clôture des cours le 15 août 1822 ? Aux élèves ? À la notabilité stéphanoise rassemblée pour l’occasion ? Aux deux sans doute, puisque l’ingénieur pédagogue n’hésite pas à confronter dans leurs défauts et leurs qualités, l’exploitant et son futur employé, à proposer à chacun un portrait de ce que devait être l’idéal de l’autre.

19La rencontre entre l’école et le bassin fut donc d’abord pratique et l’effet réciproque. Particularité de l’École, les élèves n’étaient pas casernés, ce que le directeur vécut d’abord comme une gêne. L’école, écrit-il en décembre 1816 dans son projet de règlement ne dispose « ni des corrections que comporte le casernement, ni de l’apport d’emploi donné par le gouvernement au terme des études ». Les élèves venaient de régions aussi diverses que Toulouse, les Alpes, Paris, le Finistère et Saint-Étienne même. Socialement, ils étaient distincts, ils n’avaient ni la même éducation, ni le même degré de culture. Comment leur inculquer un esprit collectif ? Le directeur usa de l’esprit d’industrie, il retourna l’handicap que constituait l’hétérogénéité initiale en prenant appui sur ce qu’il y avait de commun à tous, le goût pour cette sorte de travail qui mêlait sciences, technique et pratique. L’instruction pratique fut portée au règlement, et impliqua directement les exploitations stéphanoises. « Les élèves suivront les travaux qui se font dans des mines des environs de Saint-Étienne ; et le directeur avisera au moyen de leur faire remplir successivement des emplois de charioteur, trieur, mineurs, boiseur, sondeurs, pompier et machiniste. » (art. 26). Cela fonctionna bien, à ce qu’en dit Boussingault :

« La plupart des élèves sortaient du collège, ils étaient laborieux, très gais, bienveillants. Parmi eux, quelques-uns de passablement incultes, des gouverneurs de mines, des ouvriers qui ne pouvaient pas tous suivre les études, mais qu’on gardait quand même et qui, comme ouvriers, devinrent très utiles pour l’enseignement pratique, car nous devions travailler comme mineurs et nous devions exercer successivement toutes les parties de la profession ».

20Ainsi la relation au travail, dans ce qu’elle avait de plus humble et de plus concret, l’apprentissage de ces savoir-faire qui ne s’intellectualisaient pas, avait pour effet de rapprocher les élèves entre eux, de les rendre solidaires. C’était aussi un moyen de s’insérer dans l’entreprise, à moindre coût pour celle-ci :

  • 17 J.-B. Boussingault, Mémoires, op. cit., p. 110 et p. 126-129. Sauf avis contraire, cette référence (...)

« Les élèves levaient des plans de mines pour les exploitants, ce qui leur donnait quelques profits. Le travail manuel auquel nous étions assujettis deux ou trois fois par mois rapportait fort peu. On nous avait assigné une taille pour nous exercer au métier de piqueur ; et on nous payait à la tâche. Dans mon année, j’ai eu pour ma part dix-huit francs17 ».

  • 18 ADL, 9 M 217 et P. Baché, De l’école…, op. cit., p. 59-60.

21Ce fut tout à la fois une rencontre entre tradition et nouveauté : beaucoup de jeunes gens furent envoyés par les Frèrejean, dont les usines étaient à la pointe du progrès ; une confrontation entre les diverses cultures de bassin, Littry (Calvados), Brassac (Puy-de-Dôme), Nord, Lorraine, Saint-Étienne, et au-delà entre ce qui relevait de la houille et ce qui n’en relevait pas. Ce fut surtout une rencontre entre exploitants du crû et futurs ingénieurs : en 1825, le conseil de l’école répartit les élèves en quatre sections, avec chacune une exploitation désignée […] sur laquelle ils devaient lever un plan de surface et un plan de mine, et dans ce dernier cas, « inclure au moins trente stations, le tout à l’échelle de 1 mm/m… ». Les élèves étaient incités à la critique, ils devaient « étudier avec soin l’exploitation de manière à pouvoir ensuite présenter leurs observations sur les avantages et les inconvénients du mode d’exploitation qu’ils avaient rencontré18 ». On imagine sans peine l’impact que ne manqua pas de produire leur arrivée sur des sites encore imparfaitement normés. L’effet joua positivement. Brevetés ou non, nous retrouvons les élèves à la direction de mines et d’ateliers stéphanois : Champanhet et Kerizouet à Chaney en 1831, Vachier à la Côte-Thiollière, Soulenc au Grand’Rouzy, Gillibert à la Roche, etc.

« L’homme qui fait une bonne spéculation manufacturière (nécessairement versé dans les affaires de ce monde) possède presque toujours la sagacité nécessaire pour découvrir l’artiste ou l’ingénieur capable de lui fournir les moyens d’exécution qui lui manquent ; au contraire un simple artiste – quelle que soit d’ailleurs son aptitude à produire des effets voulus en mécanique ou en chimie… qui ne sait pas spéculer en fait de commerce, engage les capitaux qui lui sont imprudemment livrés dans des chances désastreuses »,

22disait encore le directeur dans son discours au stéphanois le 15 août 1822. Et il complétait son propos d’un exposé d’économie politique – c’est le terme qu’il emploie – en expliquant ce que sont les « fonds de roulement », et la différence, qu’il y avait « dans les spéculations d’industrie, entre éléments constants et éléments variables ». De fait, embaucher un ingénieur revenait à modifier l’ordonnancement économique des compagnies exploitantes bousculait leur culture en les obligeant à comptabiliser l’investissement technique, à l’internaliser dirait-on aujourd’hui, c’est-à-dire à intégrer son financement dans la durée, et pas seulement épisodiquement comme c’était lors du fonçage d’un puits ou d’une galerie par un entrepreneur. Quel ne fut pas l’étonnement de J.-M. Harmet, major de sa promotion, et ancien répétiteur à l’École, lorsque, nommé directeur de la mine de Méons, il découvre son nouveau patron, A. A. Neyron, ancien maire de Saint-Étienne.

« Incapable de travail d’assiduité et d’application, il avait abandonné la direction d’un commerce de rubans que lui avait laissé son père, à un associé qui l’avait beaucoup amoindri et presque ruiné […]. Homme d’une intelligence médiocre et d’une confiance aveugle, il avait pris pour diriger ses mines un paysan rusé de sa localité […]. Ce factotum ignorant et intéressé ne tenait aucune note des dépenses et des produits de l’exploitation, […] il payait tout argent comptant et sans contrôle, les ouvriers et les fournitures, d’après des coches ou taille en bois sur lesquelles étaient irrégulièrement marquée les journées et les matières, et […] sa faveur pour les marchands s’achetait au plus offrant […] ».

  • 19 Propos de Harmet cités par L.-J. Gras, Mines…, op. cit., p. 271- 278 et 257.

23J.-M. Harmet le note en toute lucidité : s’il fut embauché, ce fut parce que les accidents se multipliaient dans les puits et galeries, et que cela coûtait. Le vieux système socio-technique arrivait à son point d’obsolescence, ce qu’avait escompté le directeur de l’école des Mineurs et sur quoi il avait spéculé dans son arrangement avec les Stéphanois. « De nombreux accidents, suite inévitable d’une extraction plus étendue exigèrent la présence d’un ingénieur en même temps que l’extension des affaires faisait sentir le besoin d’un peu plus d’ordre dans la comptabilité ; c’est alors que je fus appelé à l’âge de 21 ans, par M. Neyron pour diriger ses mines de Méons ». Le bassin houiller de la Loire était le premier de France, et sa production annuelle était passé de 281 000 tonnes en 1812 à 560 000 tonnes en 1826. Les accidents en contrepartie se multiplièrent dans ce bassin mal agencé : incendie en 1813 au Gourd-Martin, inondation du Couloux en 1817, des Verchères-Féloin en 1821, éboulement à la mine de la grille à Roche-la-Molière en 1817, explosion de grisou à la même époque à Firminy, explosion encore à Egarande en 1823 qui occasionna la mort de dix hommes. Et partout des inondations : aux puits du Logis et du Pré à Sardon en 1810 et 1817, aux puits Neyrand et Chavanne, en 1812 et 1822, aux Verchères entre 1819 et 1829, au puits Château à Sardon en 1821. « En quinze ans, conclut Gras qui souligne le fait, de 1817 à 1831, dans les mines de la Loire, il y eut 358 ouvriers tués, 340 blessés grièvement soit 2 % par an du nombre total des ouvriers19 ».

  • 20 Pour tout cela, ADL, 9 M 216. Fils d’un préfet, J.-J. Baude devint lui-même sous-préfet de Confole (...)

24La nécessité technique s’imposa d’où résulta un échange de services, de bons procédés, entre les exploitants locaux et l’école. Les élèves sortants prirent l’habitude de travailler quelque temps à Saint-Étienne ou Rive-de-Gier, puis, l’expérience acquise, de quitter la région pour faire carrière dans d’autres entreprises. Le bassin de la Loire devint un sas, en quelque sorte, un lieu de confirmation des compétences pour les jeunes diplômés. Ce fut le cas de Solberge de la promotion 1818, venu de l’exploitation de plomb argentifère de Vialas (Lozère) et son futur directeur. Il dirigea d’abord les houillères de Janon à Terrenoire, puis, sans doute pour se rapprocher de ce qui allait être son véritable métier, assura la direction de la mine de plomb sulfuré d’Issengeaux « pour le compte d’une société stéphanoise ». Isidore Dyèvre de la même promotion, futur administrateur des mines de Montrambert, fit ses premiers pas d’ingénieur en dirigeant les mines du Treuil. Baude, qui fut tout sauf un personnage anodin, dirigea la Compagnie des mines de Roche-la-Molière et Firminy entre 1820 et 1827. Enfin J.-M. Harmet quitta la direction de la mine de Méons en 1836 – c’est Marin, le futur directeur des forges et fonderies de l’Horme, qui prit la place – pour diriger les mines de Blanzy en Saône-et-Loire, puis celles de Monthieux. Comme beaucoup de ses camarades, il exerça au sein de la compagnie des mines de la Loire, devint ensuite directeur des Fonderies et forges de Bessèges et termina directeur des mines de la compagnie de Châtillon-Commentry20.

25En 1824, l’ingénieur Desrozière, qui faisait office de sous-directeur, dresse le bilan des emplois occupés par les anciens élèves et dénombre 23 élèves sortants employés dans le département de la Loire, soit un gouverneur de mines, sept directeurs, sept employés dans des sociétés industrielles. Trois travaillaient dans les Ponts et Chaussées, un élève enfin était devenu géomètre de la ville. Parallèlement, le bassin se modernisait, avec l’apparition de la méthode d’extraction par remblais, l’usage croissant des machines à vapeur et l’introduction des premières lampes de sûreté. Une régularisation silencieuse était en cours, qui s’appuyait sur l’école. Beaunier, en 1825, exprimait à ses élèves, la satisfaction devant le chemin accompli :

« Fort de l’appui du chef de l’administration des mines, secondé par le zèle et le talent de vos professeurs, mon unique mérite est d’avoir planté en bonne saison. La bonne saison dont je veux parler, c’est la paix, c’est le pouvoir légitime affermi ; c’est l’avancement toujours croissant des sciences naturelles ; c’est l’esprit d’association qui se développe ; c’est enfin le besoin si manifeste du temps présent de perfectionner et d’honorer les arts utiles… Félicitez-vous : l’instruction vous a été libéralement dispensée, et vous entrez dans une carrière où le succès est désormais incompatible avec l’ignorance ».

Mettre l’industrie sur ses rails

  • 21 L. Babu, L’École…, op. cit., p. 20 et L.-J. Gras, Métallurgie…, op. cit., p. 27-32. Contrairement (...)

26L’ingénieur qui avait appris à diriger une entreprise, qui était passé de l’autre côté de la barrière, y resta pour partie. En février 1817, il obtint de Molé l’autorisation de construire une entreprise industrielle à la Bérardière. Le projet ressemblait étrangement à celui de Geislautern, puisqu’il s’agissait de produire de l’acier français de bonne qualité. Beaunier se proposait d’améliorer la qualité des aciers de Rives en les faisant raffiner à la houille, selon la méthode allemande. Pour ce faire, il s’associa avec Milleret, ancien receveur général du département de la Moselle où sans doute les deux hommes avaient fait connaissance. Milleret avait des capitaux et il possédait deux usines métallurgiques à Allivet et Beaupertuis, en Isère où l’on produisait de l’acier naturel. Beaunier choisit ses ouvriers avec soin en donnant la préférence aux Allemands et aux Alsaciens, dont Jacob Holtzer, qui introduisit la technique d’acier fondu et Jean-Baptiste Bedel dit « Tête de bœuf », venu de la manufacture d’armes de Klingenthal. Entrée en roulement, l’usine produisit des aciers raffinés destinés à la fabrication de baïonnettes, de ressorts de platine, de limes et de fleurets de mines, tous objets produits localement. La reconnaissance ne tarda pas : les aciers de la Bérardière obtinrent une première médaille d’or de la part de la Société d’Encouragement pour l’industrie nationale en 1818, une seconde un an plus tard à l’Exposition des produits de l’industrie. Fait important parce que significatif d’un mode de fonctionnement venu en droite ligne des habitudes prises au contact de Hassenfratz, et qui s’installa ici durablement, le laboratoire de l’école travaillait à l’étude de l’acier – on sait que Boussignault s’y forma – et les élèves étaient impliqués dans une affaire que déjà les associés avaient élargie en fabriquant des fontes d’acier dans les hauts fourneaux de Saint-Hugon relevés pour l’occasion. Certainement, la Bérardière fut cette usine-pilote que le Corps des Mines réclamait de ses vœux depuis tant d’années. Et celui-ci l’accompagna dans l’entreprise, qui, en 1820, réclamait « l’octroi d’une mine de houille à l’école des Mineurs de Saint-Étienne et l’acquisition à son profit d’une usine à fer, gérée au besoin par les ingénieurs des Mines, pour le compte de la Marine21 ». Prudent, Becquey temporisa une nouvelle fois.

27L’usine à fer aurait dû être celle ouverte par Gallois. En 1809, le jeune Guényveau avait repéré des rognons de fer dans les gisements de charbon. L’association houille et minerai de fer était courante en Grande-Bretagne, suffisamment pour qu’on la considérât loi générale d’organisation des gisements. Or Gallois était devenu un spécialiste des mines de fer. Deux années durant, il avait travaillé à la réorganisation de celles de l’île d’Elbe, puis il avait été chargé de la modernisation des mines de Toscane. C’est lui encore, qui à titre d’ingénieur en chef, avait administré les mines de Carinthie et des provinces illyriennes en 1811 et 1814. Aussi bien, en 1814, dès sa nomination à Saint-Étienne, il s’empara de la question et commença à mobiliser le patriciat local, au motif que :

  • 22 A. H. de Bonnard, « Notice nécrologique sur M. de Gallois, décédé le 25 août », Annales des Mines, (...)

« les terrains houillers de la France devaient aussi renfermer des minerais de fer semblables aux minerais anglais, comme à ceux de Sarrebruck, et que leur aspect entièrement pierreux, tout à fait différent de celui des autres minerais métalliques, avait sans doute empêché jusqu’alors de le reconnaître comme tels ; il voulait procurer à sa patrie les immenses avantages que l’industrie anglaise retire de l’exploitation combinée de la houille et du fer, et il désirait vivement vérifier la justesse de ses présomptions dans la contrée du royaume la plus riche en houille22 ».

  • 23 Tout infirme l’hypothèse émise par N. Verney-Carron d’un clivage entre rubaniers et métallurgistes (...)

28Il mena l’affaire tambour battant. En 1817, il était en Angleterre « pour étudier les systèmes suivis dans ce pays pour la construction des usines ». En novembre 1818, quelques mois après son retour, il fondait la Société des mines de fer, société au capital de 1 500 000 F divisé en actions de 1 000 F, dont les principaux souscripteurs furent les frères Neyrand et Thiollière, maîtres de forges dans la vallée du Gier ; Neyron-Royet, Jacques Salichon, Marcellin Boggio, Hippolyte Royet, Granger-Meyrieux, J.-P. Landeret, fabricants de rubans ; Antoine Gerin, fabricant de quincaillerie, le banquier Durand-Bréchignac enfin23. En 1819, la Compagnie des mines de fer de Saint-Étienne obtenait la concession de Terrenoire en rachetant leurs droits aux deux compagnies qui l’exploitaient depuis les années 1800. Devenu directeur-administrateur, Gallois demanda l’autorisation de construire « cinq hauts-fourneaux et usines pour traiter le minerai par la houille et pour le convertir en fonte et fer » et mit à feu le premier en octobre 1822. En 1823, à son tour, il recevait une médaille d’or à l’Exposition industrielle « pour avoir importé en France les procédés anglais à l’aide desquels on opère la fusion du minerai de fer qui accompagne la houille pour convertir la fonte ». En même temps, il donnait une forte impulsion au développement de la concession houillère, y faisant installer en 1822 deux machines à vapeur, dont une de construction française.

  • 24 S. Chassagne (dir.), Dictionnaire…, op. cit., art. Jackson, Holtzer, Neyrand, et Pétin-Gaudet, L’i (...)

29Pour autant, les deux ingénieurs ne furent pas les seuls initiateurs de la métallurgie moderne à Saint-Étienne. Il y eut à côté d’eux – avec eux parfois – les Jackson, les Holtzer et les Frèrejean. Quelque chose pourtant dans la nature des projets distingue ingénieurs et entrepreneurs. Venus les premiers d’Angleterre, les seconds d’Alsace, « la tribu » Jackson et les frères Holtzer furent, au sens le plus noble du terme, des fondateurs d’entreprise. Arrivé à Calais en octobre 1814, James Jackson était en mai 1815 à Saint-Étienne ; en août, il louait le martinet de Trablaine pour y produire de l’acier fondu et cémenté et trouvait en la maison Robin, Peyret & Cie un bailleur de fonds ; en 1816, il produisait cent tonnes d’acier fondu et cémenté ; en 1817, il faisait faillite. Remis en selle avec l’aide du gouvernement, il installa de nouveaux ateliers d’abord à Monthieu puis au quartier du Soleil dans une propriété louée au banquier Bréchignac. L’affaire se stabilisa grâce à l’efficacité et à la complémentarité de ses fils, William « homme d’affaire prudent », John « robuste, travaillant le plus à la forge », James « artisan et fabricant [qui] est l’ingénieur », Charles, « habile négociateur », tandis que des liens familiaux s’étaient tissés avec les Peugeot, avec Gallois, avec la famille Coulaux (manufacture d’armes de Mützig). En 1830, l’entreprise Jackson et Cie, désormais dirigée par les quatre fils, disposait de deux usines l’une à Assailly en Rive-de-Gier, qui produisait 500 tonnes d’acier fondu et 100 tonnes d’acier cémenté brut ou laminé, l’autre à la Bérardière, qui produisait 250 tonnes d’acier corroyé. En 1849, le jury de l’exposition industrielle célébrait « les fabriques d’acier de Messieurs Jackson » en les présentant comme les « plus considérables qui existent en France ». Profitant du marché florissant des chemins de fer, la compagnie continua de s’agrandir en entrant dans le capital des usines à faux Massenet & Cie à Saint-Étienne et dans celui de l’entreprise d’Hérimoncourt en Lorraine. Restés seuls associés, William et Charles acquirent l’usine Toga près de Bastia en Corse, pour profiter des minerais de l’île d’Elbe. Au début des années 1850, la Compagnie des forges et aciéries d’Assaily-Jackson comptait trois usines et affichait un capital de 6 millions de francs avec entre autres commanditaires les Delahante, Adrien et Ferdinand, qui furent partie prenante dans la constitution de la compagnie des mines de la Loire. William représentait à Paris les fabricants d’acier de l’arrondissement en association avec Neyrand, d’une vieille famille de négociants liée aux Thiollière et au Neyron, qui avait participé à l’aventure de la compagnie des mines de fer puis à celle des Fonderies et Forges de la Loire et de l’Isère et fondé ensuite l’aciérie de Lorette. En 1854 enfin, William et Charles orchestraient la constitution de la compagnie des Hauts-fourneaux, des Forges et Aciéries de la Marine et des chemins de fer, qui regroupait outre la société Jackson, l’Aciérie de Lorette précisément, la société Petin & Gaudet, et les forges du Berry, dirigées par Parent, Shaken, Goldsmith & Cie, qui avaient trempé eux aussi dans la constitution de la compagnie des mines de la Loire24.

30La même détermination se retrouve chez Jacob Holtzer, la même opiniâtreté au travail, la même volonté d’apporter au marché les produits qui conviennent, le même souci d’adapter constamment l’appareil de production, la même solidarité familiale enfin. Ils furent deux cousins, venus d’Alsace, qui s’installèrent dans la vallée de l’Ondaine, Jean en 1815 ; Jacob en 1820 dont on sait qu’il travailla d’abord à la Bérardière. Leur premier atelier « Le Chambon », ouvert à Cotatay, en 1825 produisait de l’acier corroyé ; en 1827, une deuxième usine fondée à Unieux élargit la surface de l’affaire. Jean, à Cotatay, traitait avec la manufacture d’armes ; Jacob, à Unieux, produisait de l’acier corroyé et fondu pour un marché que l’on pressent principalement ferroviaire. Jacob ne fut pas atteint par la séparation de l’affaire qui intervint dans le début des années 1840 car la conjoncture ferroviaire s’était suffisamment élargie pour autoriser la présence des deux affaires. Il réagit en conséquence et Unieux que confortait l’alliance entre les Holtzer, les Dorian, Boussingault et Fourneyron monta en puissance, irrésistiblement : en 1852, Jacob achetait la licence Wolf & Lansgwiller pour la fabrication de l’acier puddlé dont il fut le pionnier en France ; en 1859, il suscitait la création de la Société des hauts-fourneaux de Ria dans les Pyrénées-Orientales pour mieux contrôler ses approvisionnements et chargeait Jean-Claude Fourneyron-Crozet, le neveu de Benoît Fourneyron de leur construction ; en 1862, année de sa disparition il était actionnaire des mines de Roche-la-Molière, des Aciéries et Forges du Chambon (société Claudinon & Cie) et du Comptoir d’Escompte d’Annonay.

31On voit clairement dans les deux cas comment les appuis familiaux autorisèrent les progressions, les changements d’échelle et l’on en saisit le sens et le mouvement : positionnement d’une compétence – chez les Jackson, la fabrication de l’acier relevait du secret – dans un pays où elle faisait notoirement défaut, dans une région où l’acier était traditionnellement travaillé (fabrication d’armes, quincaillerie) alors qu’il était nécessaire (découpe des rubans, outils de mines). L’élargissement intervint sur cette base, osé et prudent à la fois, pour répondre à la conjoncture ferroviaire, qui fut locale dans les années 1820-1830, nationale dans les années 1840-1860. Par comparaison, le rapport à l’industrie des deux grands ingénieurs, Gallois et Beaunier, apparaît d’une autre nature, plus intellectualisé, moins centré sur la recherche du profit, sur la volonté d’enrichissement à partir d’un produit. Leur but fut plutôt la constitution de structures d’ensemble, d’organisation, d’espaces intégrés. Disons pour résumer que les Jackson et Holtzer pensaient produits, acier, marché, là où Gallois et Beaunier pensaient réseau, intégration, espace de production. Et aucun des deux n’eut pour appui, pour socle d’action, cette solidarité familiale, qui fut si précieuse à nos industriels de l’acier et assurément l’une des clés de leur réussite. Ils n’en étaient pas éloignés cependant : Victor Gallois, le fils de l’ingénieur, au demeurant élève de l’école des Mineurs, épousa Ellen, la plus jeune des enfants de Jacob Holtzer. Car ce qui rapprochait tous ces hommes, fondamentalement, c’était le goût pour l’aventure industrielle.

  • 25 M. Cotte, Innovation et transfert de technologies, le cas des entreprises de Marc Seguin (France 1 (...)

32Sans doute fallait-il cette assise complémentaire et conflictuelle d’hommes d’industrie et de Génie, d’entrepreneurs et d’ingénieurs pour faire apparaître en France le chemin de fer. Déjà en 1814, Moisson-Desroches, avait rédigé un mémoire « sur la possibilité d’abréger les distances en sillonnant l’Empire de sept grandes voies ferrées ». Mais c’est l’article de Gallois, publié en 1818 dans le Journal des Mines qui véritablement lança la question en France. Dans cet article l’ingénieur s’arrête longuement sur les détails techniques et l’intérêt économique des installations qu’il a vu fonctionner, de ces rails de métal dont la pose facilitait le déplacement des matériaux dans les usines et dans les bassins industriels. Un voyage en Angleterre en 1820 fut pour les deux hommes l’occasion d’affiner leurs connaissances techniques en matière de sidérurgie au coke et de chemins de fer. En mai 1821, Beaunier rassembla sa compagnie. On y rencontre Milleret, bien sûr, mais aussi le marquis de Luc Saluces, aide de camp du duc d’Angoulême, Boigues qui lançait Imphy, Cl. Hochet, secrétaire général du Conseil d’État et Bricogne, receveur des finances à Marseille, soit un assemblage judicieux d’hommes du privé et du public, de compétences administratives et industrielles. En mai 1821, la nouvelle compagnie demandait une concession pour construire une voie ferrée entre Saint-Étienne et Andrézieux. « L’engagement à réaliser ce premier tronçon jusqu’à Andrézieux, sur les bords de la Loire, est ferme et déjà assez bien étudié techniquement25 », constate Michel Cotte. On sait par Boussingault que les études de tracé furent le premier emploi de Fourneyron qui sortait de l’École ; J.-M. Harmet y travailla aussi.

33L’enquête publique, longue de deux ans, mit Beaunier une nouvelle fois sous les feux de la notabilité stéphanoise. Dans les assemblées locales, consultées à l’automne 1821 et à l’été 1822, « l’idée de chemin de fer progressa lentement ». Beaunier pour le compte s’impliqua au Conseil municipal et fonda la Société royale d’Agriculture, arts et commerce à Saint-Étienne en association avec Victor Jovin, l’entrepreneur de la manufacture d’armes, Baude, le directeur de Roche-la-Molière et Firminy, et le juge Armand Bayon. L’idée d’ouvrir le chemin de la Loire aux houilles stéphanoises séduit Becquey. L’ordonnance du 26 février 1823 accorda « une concession sans concurrence, en particulier pour l’octroi d’un droit de transport permanent et non révisable ». Le « chemin de fer d’Andrézieux » fut mis à la disposition du public en 1828 ; des embranchements le mettaient en relation avec les concessions du Treuil, Bérard, les mines de Gagne-petit qui appartenaient à la concession de Terrenoire et celles de Soleil. Mais depuis 1821, Beaunier pensait à la construction d’une autre voie ferrée, vers le Rhône cette fois. « Les deux branches du chemin de fer destinées à mettre en communication le Rhône et la Loire, ne forment réellement qu’une seule et même entreprise, laquelle doit être dirigée et exécutée par les mêmes individus sous peine d’en compromettre le succès », expliquait-il en septembre 1823. Aussi fulmine-t-il, lorsqu’en 1826, il fut évincé au profit des Seguin : « si l’on ne veut pas se préparer pour l’avenir d’immenses regrets, il faut donc dès à présent aviser aux moyens de coordonner entre elles, dans l’intérêt général et dans celui de la justice, les entreprises de chemin de fer des deux versants », plaida-t-il encore.

34Quel faisceau d’idées et de représentations soutint ces hommes saisis ainsi en flagrant délit d’industrialisation, à partir de quoi ils réalisèrent ce double processus d’hybridation entre leur culture technique et celle des stéphanois, entre secteur public et industrie privée ? D’où vient que Gallois et Beaunier, imprégnés de culture allemande de par leur formation et leur expérience, aient pu accepter les « situations intermédiaires », le « désordre » stéphanois ? D’où vient qu’ils l’acceptèrent jusqu’à l’utiliser, l’un, Gallois, dans la mise en valeur de la concession de Terrenoire, entre 1821 et 1825 ; l’autre, Beaunier, dans l’essai qu’il fit pour constituer des réserves pour l’école ? Une partie de la réponse est à rechercher du côté de l’Angleterre. Par deux fois, l’un et l’autre y séjournèrent, et bien plus que des machines, ils en ramenèrent des idées, un mode de pensée. La culture technique anglaise privilégiait la fluidité, favorisait la circulation dans l’ordonnancement. On pouvait « construire à l’anglaise » auquel cas, la machine éponyme était le laminoir. On pouvait aussi « penser à l’anglaise », c’est-à-dire intégrer le mouvement, le flux dans la structure. Les ingénieurs des Mines sous l’Ancien Régime s’y étaient refusés. Soixante années plus tard, l’évolution économique du pays conduisait les plus innovateurs des ingénieurs des Mines à franchir une étape qu’en parallèle Saint-Simon théorisait. Gallois et Beaunier, dans leurs voyages furent en mesure d’observer l’organisation des exploitations minières anglaises. Or celles-ci, quoiqu’en concessions, fonctionnaient en partie sur le mode de la sous-traitance avec l’appel marginal mais régulier à des entrepreneurs de second rang ce qu’à Saint-Étienne, précisément, on qualifiait d’amodiation. On saisit là une des clés du problème : les deux ingénieurs français acceptèrent de maintenir l’amodiation, d’abord parce qu’il semblait difficile de faire autrement, ensuite parce que cela était opérant dans un pays qui faisait modèle. Ainsi avança la pensée libérale dans le monde minier. Le désordre stéphanois fut accepté parce qu’apparenté au dynamisme anglais, il supposait le progrès.

35La pédagogie par le modèle fut capital dans l’élaboration et la justification de cette pensée à la fois projective et conceptuelle. Le passage de Geislautern à Saint-Étienne n’avait pas fait perdre à Beaunier l’idée d’usine pilote. Et l’héritage conceptuel qui était le sien n’était pas celui d’une opposition État/industrie, mais au contraire l’idée d’une relation globale à l’industrie au nom de l’utilité publique. L’ensemble que Beaunier cherche à mettre en place à Saint-Étienne entre 1817 et 1823, savoir à côté de l’école des Mineurs et de la structure administrative – le fonctionnement du sous-arrondissement minéralogique –, une aciérie, la tentative pour doter l’École d’une exploitation houillère, enfin la volonté d’ouvrir le bassin à l’économie nationale par le couplage voie ferrée/navigation sur la Loire, ressemble à s’y méprendre à cette organisation du territoire productif que le conseil des Mines avait théorisé sous le terme d’arrondissement industriel en s’inspirant des grands complexes minéro-métallurgiques allemands. Mais Beaunier l’infléchit à sa manière toute pragmatique. Il perfectionna le modèle en y incluant une nouvelle sorte d’ingénieurs, réponse apportée à la question du devenir de l’homme de la technique dans un pays d’industrie. Il lui importait peu en dernier ressort que la Bérardière ou tout autre établissement industriel, fût privé ou public. La maîtrise était ailleurs, dans la formation des hommes. L’essentiel était que l’usine ou l’entreprise minière existât, qu’elle fonctionnât, qu’elle fît modèle, qu’elle servît d’école de pensée, à partir de quoi, pensait-il, les anomalies résiduelles se résorberaient.

Forger une communauté d’ingénieurs

36Le directeur inculqua à ses élèves son goût pour le collectif, pour l’esprit d’association : « La tranquillité ne peut plus être que le résultat de la sage répartition des lumières et de la confraternité établie par le groupement des hommes qu’une même vue, qu’un même intérêt rassemble. C’est alors que les communautés naturelles se forment ; c’est alors que le respect humain bien conçu, prend toute sa force, car chacun devient responsable de ses propres actions comme individu isolé et comme membre des associations auxquelles il appartient. Ces communautés à leur tour deviennent des points d’appui et de défense pour les individus, elles sont d’autant plus multipliées dans un pays que la civilisation des temps modernes y est plus développée et que le travail moderne se prête à un plus grand nombre de divisions », écrivait-il dans le Bulletin de l’industrie.

37Les statuts de l’École aidèrent à l’intégration avec le milieu. La ville aussi qui sut accueillir les élèves. Il appartenait à chacun de se loger. Boussingault, notre principal informateur, et son ami Benoist, partagèrent d’abord une chambre « chez madame Doguent », moyennant quinze francs par mois (notre futur savant disposait de 60 F par mois que lui envoyaient ses parents). Puis Benoist se mit en pension « chez un paysan, père d’un camarade, M. Berthon, qui exploitait une mine de houille » tandis que Boussingault occupa une mansarde, et finalement, occupa « avec Lalance, de Montbéliard, pour vingt francs, une petite maison isolée et comme suspendue au-dessus du Furens ». Pour manger, il y avait une table d’hôte « chez le père Pageot ». C’est dire qu’à l’échelle de l’école, et de sa petite centaine de sujets, il s’organisa toute une économie de l’accueil, pour le repas, le logement, l’entretien. Autre moyen pour faciliter l’acquisition de la confiance en soi, la relation immédiate avec l’équipe pédagogique : « les élèves vivaient dans une grande familiarité avec les professeurs, avec les capitaines d’artillerie attachés à la manufacture d’armes de Saint-Étienne dont M. L. Jovin était alors l’entrepreneur ». De fait, la familiarité de ton s’observe dans tous les courriers adressés par les élèves sortants au directeur quel qu’il ait été et sur toute la période étudié. On lui écrit : « mon cher directeur » ; on lui raconte les mésaventures survenues dans les débuts professionnels ; on évoque les difficultés ; on le remercie des réussites. En bref, il est l’homme des confidences professionnelles, et bien sûr, celui à qui on a recours lorsqu’on souhaite changer d’emploi.

38Les souvenirs – souvent malicieux – de Boussingault donnent à voir en filigrane l’émergence de cet esprit de groupe, avec ses ressorts habituels, la paillardise, les surnoms, la rigolade, l’impertinence politique. « À l’école, sans exception, nous étions tous libéraux et anticléricaux… ». L’enthousiasme joua aussi, avec le plaisir que procure l’expérimentation, la découverte. Au printemps, « quand il faisait beau le dimanche », les jeunes gens partaient en excursion, à Rochetaillée « où se trouvent les ruines d’un château féodal bâti sur un rognon de quartz qui est placé sur la ligne de partage des eaux qui vont à la Méditerranée, à l’océan […] » ; dans les forêts du Bessat, « l’on trouvait de magnifiques pins pourris sur place que nous faisions tomber comme des capucins de cartes… » ; à Saint-Just « nous visitions des établissements de teinture de soie ; nous suivions aussi la fabrication des rubans ; plusieurs de nos amis stéphanois étaient familiers avec la haute et la basse lisse. ». Et, « dans l’étroite vallée qui mène à Rochetaillée, nous assistions à la fabrication des fusils ».

  • 26 P. Baché, De l’école…, op. cit., p. 69. C’était une dépense importante. La mère de Boussingault, p (...)

39La ville aida à cette constitution d’une culture commune. Le lieu n’était pas gratifiant et, dans cette ville laborieuse, le divertissement rarement de mise. « Pour tout divertissement dans la ville, il y a un cercle ; mais il ferme à huit heures et à neuf tout le monde est couché », note Stendhal qui y passa. Le risque n’était pas bien grand pour ces jeunes gens de se dévoyer. Mais il était normal, indique Nicole Verney-Carron, d’initier les fils de rubanier aux aspects techniques du métier, de les envoyer à l’école professionnelle quand elle existait, de les faire voyager. Les élèves-mineurs en furent d’autant plus aisément acceptés : n’étaient-ils pas pour une part, eux aussi des enfants d’industriels en formation à l’école professionnelle ? Libre aux autres, à ceux étaient d’un autre milieu social, fils d’employé ou d’ouvrier, de se couler dans le moule en suivant leurs camarades. Le port de l’uniforme fut bien utile pour ce faire. C’est à la demande des élèves que le Conseil de l’école le rendit obligatoire en 1826 « parce que souvent on attribuait dans la ville des désordres aux élèves mineurs dont ils sont innocents », au motif encore qu’il « servirait à entretenir l’union parmi les élèves26 ». Les élèves, qui tenaient absolument à cette marque de distinction, y ajoutèrent rapidement l’épée.

« Les plaisirs de la ville étaient fort limités : on jouait deux fois par semaine au théâtre ; le prix des places au parterre, debout était de soixante centimes. On y rencontrait toujours un certain nombre d’élèves mineurs reconnaissables à leur uniforme bleu-clair (bleu de ciel) orné de deux pics en croix brodés en or. Dans les grands jours, on mettait le chapeau à cornes et l’épée que j’ai portée pour la première fois ».

40Le grand jour par excellence, c’était le 15 août, où chaque année, on remettait les récompenses. « Il y avait de belles dames, comme nous disions dans l’auditoire », et la plus belle de toutes, la mère de Baude connu pour être le plus âgé de leur camarade. Intrigués, les jeunes gens discutent, enquêtent, découvrent enfin les vertus du maquillage. « Nous apprîmes que sa jeunesse tenait à du rouge, du blanc, du noir appliqué sur son visage. Ce fut pour moi et la plupart de nos camarades la première notion sur la mise en couleur des figures humaines ». Du noir de la mine aux couleurs des dames, en passant par le bleu azur de l’uniforme, n’est-ce pas l’apprentissage social dans toute sa palette, avec ce quelque chose en plus qui tient de l’Éducation sentimentale ?

41C’était l’acculturation aussi, qui se payait durement, rentrés chez soi. Boussingault, prolixe quand il s’agit de décrire l’École, passe rapidement sur des vacances difficiles : « La rue de la parcheminerie me parut bien triste… Je ne sais trop ce que je fis à Paris : promener mon costume de mineur, qui faisait grand effet dans le quartier, voir nos amis, visiter les collections géologiques, accomplir quelques excursions pour étudier le terrain de Paris ». La conclusion, sèchement, analyse l’ennui ; « Le milieu dans lequel j’avais été élevé n’était déjà plus mon milieu : cela se conçoit, j’avais beaucoup vu, l’horizon s’agrandissait ». D’autres, moins capables d’écriture, affrontèrent les mêmes difficultés, et les affrontèrent plus difficilement. L’élève Barban évoque en 1834 le malaise engendré par la transformation, le « changement de milieu ». Il se retrouve chez lui,

  • 27 ADL, 9 M 218, 12 mars 1834.

« à la fin de la première année étant en vacances et en uniforme, ne jouissant pas d’une fortune assez considérable pour suivre un certain rang. Une jalousie générale s’est élevée à Roanne contre moi… Je ne connais pas la cause pour quoi que l’on tente à mon bonheur, mais non seulement à mon bonheur seul, mais encore à celui de mon papa et maman déjà en âge et chargés de famille27 ».

42Au-delà du topos social, parents âgés et chargés de famille, la peine est réelle. Le jeune Barban vivait à ses dépens l’inversion des valeurs, les limites culturelles du symbole.

  • 28 ADL, 9 M 216.

43Dès 1826, les élèves brevetés éprouvèrent le besoin de publier une Correspondance. Ils étaient alors à peine une centaine à posséder le diplôme et la tentative échoua. Dix ans après, en 1836, une pétition arriva sur le bureau du directeur signée de cinq élèves entrés à l’École cette année-là, Barrelier, le futur directeur des mines de Saint-Bérain en Saône-et-Loire, Bouchet, destiné à devenir le directeur des mines de Fiennes, Marnes et Vendin lès Béthune dans le Pas-de-Calais ; Bignon, futur ingénieur en chef à la Société des Asturies, en Espagne, Jusserand futur garde-mines à Brassac que nous retrouverons, Darloy enfin, le moins connu de tous. Leur demande était de constituer une société « sous le titre de cercle de l’école des mineurs ». Déjà les élèves avaient entrepris de louer un local, pour y mettre « un billard, des journaux littéraires [qui] serviront de délassement à nos travaux ». Mais au-delà du délassement, le but du cercle, était-il précisé, était « d’entretenir la bonne intelligence et la fraternité entre les élèves afin que par la suite se conservent des relations qui les mettent à même de s’entraider en cas de besoin les uns les autres », c’est-à-dire « établir un esprit de corps qui par la suite, établissant des ramifications avec les élèves sortants versés dans l’industrie est entièrement basé sur l’utilité qui peut en résulter pour notre avenir28 ». On mesure la maturité gagnée en dix années. Le groupe, fort désormais d’à peu près trois cents élèves brevetés, désirait non plus se constituer par un signe extérieur d’appartenance, mais maintenir une cohésion par une adhésion volontaire qui liait les deux aspects, esprit de corps, position dans l’industrie et en conférait la prise en charge, la gestion non aux professeurs mais aux élèves. C’était intégrer l’idée de carrière – et lui donner pour postulat la défense d’une identité spécifique et négociable.

44L’ambition déplut à la nouvelle direction. Les élèves furent éconduits et renvoyés brutalement à leur statut (« ces réunions distrairaient beaucoup plus les études qu’elles ne leur seraient favorables »), à leur dépendance familiale (« d’ailleurs, elles pourraient n’être pas vues avec plaisir par les familles de beaucoup d’entr’eux »), au statut de l’école enfin (« au nom des risques politiques que cela pourrait faire courir à l’école, l’intérêt de l’école et celui des élèves s’opposent impérieusement à ce que la demande […] soit accueillie par l’autorité administrative »). Ils annulèrent sans discuter toutes les dispositions qu’ils avaient prises mais ne cédèrent pas quant au fond. Modifiant leurs projets, ils reprirent l’idée lancée en 1826 de publier une Correspondance des élèves brevetés de l’École des Mineurs de Saint-Étienne et décidèrent d’y admettre comme membre correspondant tout élève ayant suivi les cours de l’École et les élèves étrangers ayant obtenu un certificat de capacité. Trois volumes furent publiés entre février 1837 et novembre 1842, date à laquelle la société fut « reconstituée ». Le conseil d’administration patienta deux années, entre 1842 et 1844, avant de disposer de suffisamment de fonds et de mémoires pour pouvoir relancer la publication et la Correspondance reparut de nouveau quelques temps, entre 1844 et 1847. On y rencontre les plus mobilisés des Stéphanois, ceux qui jugèrent bon de militer pour une meilleure visibilité du groupe et de son niveau technique, soit environ le quart des élèves brevetés en 1836 (47 sur 221), un peu plus d’un tiers en 1844 (121 sur 334). Mais la photographie de groupe que constituent ces quelques numéros – nous sommes là dans l’archéologie de la Société de l’industrie minérale et de la Société amicale – n’en est que meilleure. Trois leçons s’en dégagent :

  • 29 Sur Fourneyron, on consultera S. Chassagne (dir.), Dictionnaire…, op. cit., le Dictionnaire de bio (...)

45La première se rapporte à la fonction d’ingénieur civil. En 1844, comme en 1836, les membres de la Correspondance se présentent en fin d’ouvrage en indiquant leur fonction comme cela deviendra habituel. Or, le lecteur est frappé de la différence qui se dégage dans chacune des deux listes, comme il est frappé par la différence entre la manière dont se présentent les membres en fonction et celle qu’utilisent les membres en recherche de position. Disons, d’une manière générale, que ces derniers se qualifient toujours d’« ingénieur civil » mais qu’ils sont à peu près les seuls, comme s’il s’agissait là d’un terme d’attente, d’une appellation générique destinée à positionner le candidat sur le marché de l’emploi. Lorsqu’un membre est embauché dans une compagnie, l’appellation générique disparaît au profit de l’énoncé de la fonction. L’exception notable fut Benoît Fourneyron qui se déclare ingénieur civil dès 1836, mais elle confirme la règle. Fourneyron est en pleine activité à ce moment, puisqu’il a déposé son brevet pour la turbine en 1832 et qu’il installe ses ateliers d’essais et de construction aux forges de Niederbronn, chez les Dietrich29. Lui exerce véritablement en tant qu’ingénieur civil, c’est-à-dire qu’il commercialise – chèrement d’ailleurs – les réalisations techniques, fruit de sa compétence. Ils sont très peu dans ce cas. Les autres, ceux qui se réclament de l’expression, (17 % en 1836, 23 % en 1844) sont en attente, tout juste sortis de l’École, désireux de négocier une compétence qui en fera des « directeurs » ou des « ingénieurs » d’exploitations, d’usines ou encore d’ateliers. Mais là, autre surprise, les élèves brevetés bénéficiant d’une occupation en 1836 n’utilisent pas le terme « ingénieur » pour définir leur fonction en entreprise. Ils sont soit directeurs soit « employés ». La fonction « ingénieur aux Mines de » n’apparaît que pour deux personnes, tous les autres se présentent comme des « employés aux Forges » ou « employés aux Mines ». Ce tableau change totalement en 1844, avec la disparition totale du terme employé, et la multiplication du terme « ingénieur » que ce soit aux dans les exploitations minières ou dans les entreprises métallurgiques ou d’autres secteurs.

  • 30 J. M. Edmonson, From Mecanicien to Ingenieur : Technical Education and the Machine Building Indust (...)
  • 31 Sobriquet désignant couramment les élèves des Écoles d’Arts et Métiers.

46Le fait requiert une explication. Dans la belle analyse qu’il consacre à l’évolution de la profession de mécanicien en France au xixe siècle, James Edmonson montre clairement comment la fonction ingénierale s’impose dans ce secteur industriel dans les années 1840. L’exemple phare est celui de l’entreprise Desrones et Cail qui, en 1844, signa son premier contrat pour la fabrication de locomotives avec la Compagnie du Nord après s’être forgée une compétence dans la production d’équipements pour le raffinage du sucre. Cail, le technicien du groupe, lui avait donné un tour franchement industriel à partir de 1836. Dans cette première phase, elle fonctionna comme il était de coutume dans l’industrie mécanique et dans la plupart des secteurs industriels, c’est-à-dire sur le mode du « marchandage ». Cail recrutait des contremaîtres (plus exactement des maîtres-ouvriers) de haut vol, il s’entendait avec eux sur le projet et le contremaître le réalisait après avoir constitué sa propre équipe. Le maître-ouvrier faisait en somme office d’ingénieur. Le changement de nature de la production, à partir de 1844, modifia la donne : la Compagnie du Nord réclama non seulement des machines fiables, mais aussi et surtout des machines réparables. Le contrat comporta l’obligation pour le constructeur d’assurer l’interchangeabilité des pièces entre les machines30. L’entreprise put contenter son client parce que depuis le début des années 1840, elle était le lieu d’une véritable « révolution managériale » sous l’égide de Jules Houel, un « gadzarts31 » sorti de Châlons. Réorganisant l’entreprise autour du bureau de dessin, Houel avait progressivement imposé aux équipes et à leur chef, de suivre la préfiguration sur le papier de la machine à construire jusqu’au plus humble de ses détails. En 1848, Armengaud saluait la réussite et la méthode qui l’avait autorisée et Houel en 1849, reçut la Légion d’honneur pour son apport à l’industrie de construction mécanique. La nécessité technique et partant la normalisation imposée par le client – les puissantes compagnies ferroviaires – légitimait ès qualité l’ingénieur civil en imposant sa présence. C’est un semblable mouvement qu’enregistre l’évolution des dénominations dans les mines et les forges, à ceci près qu’elle intéressa moins l’usage du dessin que l’approche globale du gîte, l’analyse et l’expérimentation chimiques avec des méthodes permettant l’anticipation. Signe de l’évolution, ils sont 8 (17 %) parmi les membres à exercer des fonctions d’ingénieurs en 1836, 34 (presque 28 %) en 1844. Indubitablement, les années 1840 sont celles de l’émergence de la figure de l’ingénieur civil dans l’industrie.

47La seconde leçon se rapporte à la position de l’École sur le marché de l’emploi. L’association se donna pour but affiché, l’inscription sur le marché du travail, encore que ce fût dans la deuxième période, au cours d’une assemblée générale en août 1844.

« Bouchard expose que la Société de correspondance doit avoir un but réel d’utilité, qu’elle ne peut borner son rôle à publier un journal, qu’elle doit offrir aide et protection à tous les membres qui en font partie, et cela surtout dans les circonstances difficiles où se trouvent la plupart des anciens élèves de l’école ».

48L’assemblée approuva vivement et décida de prendre en charge la recherche d’emploi.

« Le conseil d’administration s’occupera de placer les élèves. À cet effet, il se mettra en rapport avec les propriétaires de mines, d’usines et constructeurs en leur adressant avec un des prochains numéros, une circulaire et en insérant dans chaque bulletin deux avis, l’un pour les usiniers et l’autre pour les élèves ».

49Et la revue, par l’affichage de ses abonnés dans les dernières pages, montrait les ingénieurs in situ, en poste et dans leurs occupations. On y relève une emprise croissante sur le bassin de la Loire. Le Treuil, La Chazotte, Firminy, Villars, La Béraudière, La Chauffetière, Côte-Thiollière, Gagne-Petit, Sorbiers, Chaney, Bérard, La Chaux, Beaubrun, à Saint-Étienne ; La Grand’Croix et Couzon à Rive-de-Gier : toutes ces mines étaient dirigées pas des anciens élèves. De 1836 à 1844, l’école donna au bassin 21 directeur au total, dont seulement deux fils de propriétaires-exploitants, Vachier à la Côte-Thiollière, Grangette à Beaubrun. C’est dire que l’homogénéité technique se réalisait conformément au projet de Beaunier, et certainement elle fut l’une des causes – et pas la moins complexe – de cette grande crise d’adolescence qu’a connu le bassin avec l’épisode de la compagnie des mines de la Loire entre 1846 et 1852. Ils furent nombreux de l’École des Mineurs à occuper des postes de responsabilité au sein du « Monopole ». Harmet, Dyèvre, Wéry, Evrard, Marsais, Baure, Locard : tous ces grands directeurs y firent leurs débuts d’ingénieur. Mais, seconde évidence, le cercle de l’embauche ne cessa de croître à l’horizon national. Des bastions prirent forme, des exploitations s’habituèrent à puiser dans le vivier stéphanois depuis les petites mines de charbon de l’Ouest (Montrelais, Mouzeil, Faymoreau), du Puy-de-Dôme (Brassac) et en Provence jusqu’aux grands bassins houillers, Anzin et Vicoigne dans le Nord, Decize dans la Nièvre, Aubin et Decazeville en Aveyron, Bessèges dans le Gard. Progressivement, les grands bassins houillers du pays devinrent la chasse gardée des ingénieurs stéphanois, à l’exception notables de La Grand’Combe (Gard), et de Carmaux.

50Il n’y avait cependant aucune exclusive à ce moment-là. À en juger par les lieux de travail énoncés dans la Correspondance, l’école plaçait ses élèves non dans un, mais dans trois grands secteurs, la houille, l’acier et le chemin de fer où d’ailleurs l’on reconnaît les compétences de l’équipe pédagogique. Avec 51 % des membres répertoriés, le secteur minier domine naturellement, mais la répartition est égale ensuite entre le secteur métallurgique et le secteur mécanique qui représentent chacun 20 % des membres inscrits. Cet équilibre entre la mécanique et la métallurgie reflète la tendance économique, l’importance et la diversité de la demande, à une époque où seules Saint-Étienne et les Arts et Métiers étaient en mesure d’y répondre. L’industrie mécanique vivait un premier foisonnement. Les entreprises métallurgiques connaissaient une première maturité, les usines Frèrejean à Vienne, l’acier stéphanois, les forges de Lorette, celles de Saint-Chamond, les hauts-fourneaux de Terrenoire, ceux de La Voulte ; les forges d’Alais dans le Gard ; Bichswiller dans le Bas-Rhin, Framont dans les Vosges, Audincourt dans le Doubs, Allevard et Pontalba en Isère, Oléron dans les Pyrénées, l’usine à plomb de Pontgibaud en Puy-de-Dôme. La plupart d’entre elles furent des lieux durables d’embauche pour l’École, en dépit des aléas de la conjoncture. Un dernier secteur enfin, émergea dans les années 1840, puisque dans l’ultime livraison 10 % des abonnés à la Correspondance se déclarèrent gardes-mines, conducteurs des Ponts et Chaussées ou agents-voyers. Les ingénieurs le réclamèrent d’ailleurs, qui demandèrent par pétition au ministre des Travaux la mise en concours de place de gardes-mines.

51Les articles de la Correspondance reflètent convenablement cette composante multiple du recrutement, et, c’est la troisième leçon, ils dévoilent une forte technicité. La publication répondait aussi à la nécessité d’échanges techniques et scientifiques puisque tout était neuf dans le métier d’ingénieur d’industrie. On repère trois grands domaines mis en avant et discuté dans la Correspondance : la géologie appliquée à la connaissance des gîtes, la chimie industrielle, la mécanique et les chemins de fer qui correspondent au fond à l’enseignement stéphanois et aux terrains d’embauche. Les données s’échangeaient, par exemple en matière de chemins de fer : sur un système essayé à la Grand’Croix en 1833 ; sur la manière de tracer les courbes ; sur leur construction en Angleterre ; sur la locomotive Verpilleux. En matière de houille et de métallurgie : sur la fabrication du coke à Côte-Thiollière ; sur les lavoirs à houille ; sur l’analyse des minerais de fer de l’Ardèche et leur traitement dans les hauts-fourneaux ; sur le blanchiment de la fonte aux hauts-fourneaux de Janon ; sur l’acier damassé. Enfin, en matière de construction mécanique : sur les turbines hydrauliques ; sur les systèmes de remonte de chariot dans les mines ; sur le marteau-pilon ; sur l’appareil Glépin de ventilation. La très grande diversité des faciès géologiques dans un pays où les possibilités de déplacement des matériaux bruts étaient à peu près inexistantes et où la demande n’était pas encore hégémonique en matière de spécifications techniques, autorisait cette circulation des savoirs en même temps qu’elle l’accélérait. Dans ces échanges, qui portaient principalement sur la détermination locale de procédés ou l’approche locale des gîtes à exploiter, chacun pouvait faire jouer sa compétence, user de son imagination technique et scientifique pour adapter tel procédé proposé, pour tenter quelque chose d’analogue sur le terrain qui était le sien. L’ensemble dénote le fondement d’un savoir qui se réclame moins de l’acquisition de protocoles précis et mécaniques que de la mise en œuvre raisonnée de l’expérimentation. Les ingénieurs travaillaient en réseau avec cette conviction qu’il fallait produire de la science pour avancer dans la compréhension des phénomènes et donc dans l’amélioration des procédés industriels. Et comme l’appropriation scientifique précède et environne la propriété intellectuelle, ils se situaient à côté et au-delà du dépôt de brevet.

En conclusion : Fourneyron, ingénieur-concepteur

  • 32 « Mémoire sur l’exploitation en grand dans les usines et manufactures, des turbines hydrauliques o (...)
  • 33 S. Benoît, op. cit., p. 107. Pour Juncker : A.-F. Garçon, « L’ingénieur et la machine qui n’était (...)

52Benoît Fourneyron fut l’âme de cette Correspondance. Et dans un bel article intitulé « la théorie et la description générale de quelques-unes des turbines que j’ai fait exécuter », s’il pose l’invention de la turbine en exemple, il en fait surtout un modèle de pensée32. Il est possible de comparer cet article à son équivalent que publia Juncker, l’ingénieur des Mines directeur de l’exploitation de Poullaouen, sur la machine à colonne d’eau. La comparaison met en évidence, la présence chez Fourneyron d’une culture technique où dominent l’expérimentation et la pratique, appréciation à pondérer toutefois du fait que l’efficacité de l’expression technique reflète chez l’ingénieur stéphanois une aptitude mécanique supérieure à celle du Polytechnicien. Contrairement à Juncker en effet, Fourneyron ne commence pas son exposé par une théorie générale du site. Il lui suffit à cet endroit de disposer des travaux de Burdin, de Navier et de Poncelet. Par contre, ce que ne fait pas Juncker, il s’appesantit sur ce temps capital de la conception de l’engin qu’est « la détermination par l’expérimentation préalable des caractéristiques numériques du moteur, en termes de dimensions, et de performances33 », et insiste sur la durée de la réflexion. « Occupé depuis 1823 de la réalisation du principe des turbines, ce ne fut qu’en 1827 que mes premiers essais eurent lieu et qu’ils furent couronnés d’un succès auquel je ne pouvais guère m’attendre ». Suivons-le dans cet énoncé pour juger, par ce biais, de la consistance d’un enseignement centré sur les sciences expérimentales tel qu’on le pratiquait à l’École des Mineurs.

53L’étape première est celle des expériences de pensée. Partant de la question à résoudre : obtenir d’une chute d’eau le plus grand effet possible qui « consiste comme chacun sait à recevoir l’eau sans choc dans l’appareil destiné à en transmettre la force et à l’en faire sortir sans vitesse », il analyse sur le papier une expérience fictive, savoir l’étude du trajet d’un seul filet fluide dont il déduit que l’engin doit être construit avec des aubes courbes et non avec des aubes planes. Ce résultat obtenu, il élargit la question : « maintenant, si au lieu d’un seul filet fluide indéfini, on en considère un plus grand nombre les uns à côté des autres, de manière à former une masse d’eau d’une épaisseur donnée, chacun d’eux n’étant pas sensiblement compressible » et se :

  1. de placer les aubes symétriquement et à égale distance ;
  2. de diviser l’espace de réception de l’eau en « compartiments limités par des conducteurs placés dans la direction des filets incidents » ;
  3. de ne donner aux conducteurs qu’une petite longueur, l’alimentation ayant lieu du centre à la circonférence en même temps que par-dessus ;
  4. de « mettre à profit la propriété qu’ont les corps de s’échapper suivant la tangente au dernier élément de la courbe sur laquelle ils se meuvent ».

54Ces dispositions générales arrêtées, qui étaient toutes d’ordre expérimental, il revient vers la théorie « appliquée aux roues analogues à celles des moulins de Basacle décrites par Bélidor et examinées par M. Navier » à laquelle il ajoute les observations faites par Poncelet sur les moulins de la ville de Metz « mis en mouvement par des roues en tout semblables à celles des moulins du Basacle, auxquelles on a étendu le nom de turbine ». Relevant « que ces roues loin d’atteindre ce maximum produisent moins d’effet que toutes les autres connues », il infère des imperfections relevées qu’« il est donc bien essentiel, pour éviter la même faute, de remplir aussi exactement que possible, les conditions imposées par la théorie ». Utilement, Fourneyron rappelait à son intention autant qu’à celle de possibles détracteurs, le cadrage initial, les limites et les buts de la recherche.

55Il est prêt dès lors à passer à l’étape suivante, celle de la mise au point proprement technique du moteur. Délaissant l’expérience de pensée, il se lance dans l’expérimentation proprement dite, c’est-à-dire qu’il construit un modèle en bois. Et là, multipliant les essais et les calculs, il détermine la largeur de la couronne de la roue, la position de la courbe sur la couronne, le nombre de courbes à employer, etc. L’appareil émerge progressivement de ces calculs : « Ces formules, jointes à ce qui a été dit précédemment sur la valeur de l’angle a, celle de l’angle d, la largeur des couronnes de la roue, la hauteur des aubes courbes, leur position, leur nombre et celui des diaphragmes conducteurs, complètent les données d’après lesquelles j’établis mes turbines ». Fort de ces résultats, il décide de passer du modèle à la réalité, et se lance dans la construction de prototypes sur lesquels il multipliera les expériences et les vérifications : une première turbine installée en 1827 aux usines de Pont-sur-l’Ognon, Haute-Saône, une seconde turbine établie pour mettre en jeu la machine soufflante du fourneau de Dampierre, Jura. Cette phase, qu’il appelle « suivre la marche progressive des diverses constructions exécutées », occupe la seconde partie de son exposé, On y trouve, outre la description des turbines hydrauliques « exécutées en grand d’après les principes », le détail des expériences faite au moyen du frein de Prony en 1827 et un exposé de la méthode d’installation, « l’instruction pratique sur l’établissement des turbines hydrauliques pour chaque cas particulier » ; enfin les expériences faites sur la turbine qu’il avait établie en 1834 au tissage mécanique d’Inval, dans l’Eure, « pour que l’usine ne cesse pas de fonctionner quand la rivière déborde ». Le résultat est là.

56Fourneyron est sans conteste le personnage majeur de cette première période d’existence de l’École, celle qui court des années 1810 à la fin des années 1840. L’image se brouille ensuite, et même disparaît, alors même qu’il créé à Valchérie près de Saint-Étienne sa propre usine de construction mécanique. Boussingault apprécie avec finesse son refus de l’Académie des sciences après l’échec de sa candidature en 1843.

« Fourneyron était très apprécié par les hommes les plus considérables dans les sciences. Présenté comme candidat dans la section de mécanique […], il échoua à une voix contre le général Morin. Il ne se présenta plus ; il eut tort ; l’Académie l’aurait certainement nommé. Il y a dans l’échec de Fourneyron, un exemple assez fréquent du peu de discernement des corporations savantes. Que Fourneyron eût échoué devant un géomètre habile, on aurait pu le comprendre, mais entre Fourneyron et Morin, tous deux occupés de mécanique pratique expérimentale, le choix ne devait pas être douteux ».

  • 34 J.-B. Boussingault, Mémoires, op. cit., p. 125 et 110 sqq. « Le nom de Fourneyron durera tant que (...)
  • 35 G. Ribeill, « Les questions de stabilité dynamique dans les chemins de fer. Expériences et/ou théo (...)

57Le savant incrimine la corporation savante sans épargner l’ingénieur avec qui il s’était lié d’amitié et dont il dit par ailleurs : « sa physionomie, ses yeux bridés, un air moqueur dont il ne s’est pas entièrement corrigé, ne prévenaient pas en sa faveur34 ». Le vote de l’Académie, tout comme l’attitude de l’inventeur est un bon indicateur de la difficulté qu’il y eut en France, au xixe siècle et jusque dans les années 1920, à donner une légitimation à l’expérimentation scientifique, à accepter que puisse dialoguer sans déroger « un plan d’expériences raisonnées, des mesures et observations, avec des calculs et des modèles théoriques interprétatifs35 ». Ce qui se mesure aussi, du côté de l’École des Mineurs, c’est le blocage induit par le fait qu’elle était dirigée par une administration dont les cadres disposaient du titre d’ingénieur. Par exemple, était-il pensable que les ingénieurs civils qu’elle produisait, Fourneyron compris, participent ès qualité à la formation des élèves brevetés ?

Notes

1 ADL, 9 M 213, 18 novembre 1816 et AN F 14 1174, mai 1811.

2 Description faite par J.-M. Harmet de la mine de Méons lors de son arrivée en 1823, cité par L.-J. Gras, Mines…, op. cit., p. 256. En autorisant la jouissance libre des mines à tranchée ouverte ou avec « avec fosse et lumière » jusqu’à cent pieds de profondeur, la loi de 1791 avait compliqué l’affaire : « chacun fait sa taupière et cela ne fait qu’aggraver les maux de l’extraction abusive qui ruine la richesse minérale » observe le bureau des Mines qu’avait nommé l’administration départementale. La désolation était au bout de cette surexploitation de surface : « en 1800, toutes les houillères des environs de Saint-Étienne étaient noyées et un grand nombre abandonnées », note Leseure, dans son Historique des mines de houille du département de la Loire, 1901, p. 70.

3 L. A. Beaunier, « Du territoire houiller de Saint-Étienne et de Rive-de-Gier (département de la Loire) », Annales des Mines, 1816, vol. 1, cité par C. Chaut-Morel Journel, De la construction…, op. cit., p. 101-102 et 138-164.

4 L. A. Beaunier, mémoire de 1813, cité par L.-J. Gras, Mines…, op. cit., p. 68. En italique dans le texte.

5 Bulletin d’industrie agricole et manufacturière publié par la Société d’agriculture, arts et commerce de l’arrondissement de Saint-Étienne, Introduction, 1823, p. 3. Beaunier fut l’un des fondateurs de la Société.

6 N. Verney-Carron, Le ruban et l’acier. Les élites de la région stéphanoise au xixe siècle (1815-1914), 1999, p. 140 et 180 ; A. Thépot, Les ingénieurs…, op. cit., p. 169.

7 Plus exactement le groupe Frèrejean-Roux-Blumenstein, pionnier avec Gallois et après le Creusot de la fonte au coke. Les Fonderies et Forges Louis Frèrejean, père et fils & Cie (fondée en 1819), devinrent en 1821 la Société des Fonderies et Forges de la Loire et de l’Isère (SA au capital de 1 200 000 F porté à 4 millions en février 1823), puis en 1839, la Compagnie de Fonderies et Forges de la Loire et de l’Ardèche, enfin en 1859, la Compagnie des Fonderies et Forges de Terrenoire, La Voulte et Bessèges. L.-J. Gras, Histoire économique de la métallurgie, op. cit., p. 43-47. Pour l’histoire de Terrenoire, on se référera à E. Truffaut, Manganèse et Acier. Contribution à l’histoire de la sidérurgie en France, 1774-1906, Université Paris 1, 2000.

8 P. Guillaume, La Compagnie des Mines de la Loire (1846-1854). Essai sur l’apparition de la grande industrie capitaliste en France, 1966, p. 177, 169-170 et 43.

9 P. Guillaume, « La redevance tréfoncière dans le bassin houiller de la Loire », cité par N. Verneycarron, Le ruban…, op. cit., p. 69 et L.-J. GRAS, Mines…, op. cit., p. 319. En fait, Rochetaillée exploitait la mine du Cros. Le montant de la rente tréfoncière s’élevait encore à 5 % en 1900.

10 Nom donné à Saint-Étienne aux puits obliques.

11 Le but du rapport était de détecter les zones faibles du bassin, de mettre leur présence en relation avec le déroulement en cours des travaux, afin de prévenir les accidents, effondrements, arrivées d’eau, etc. ADL, 106 J 10 033, L. Michel, Notes et renseignements sur les puits creusés dans le périmètre des concessions appartenant à la société houillère de Saint-Étienne […]. La Société des Houillères de Saint-Étienne était l’une des compagnies dissidentes qui s’étaient constituées en réaction au Monopole En 1882, elle était dirigée par Max Evrard.

12 La compagnie des Mines de fer, après le départ de Gallois, apura ses comptes en mettant sa concession en amodiation. I. Dyèvre, « De l’amodiation partielle d’une mine », Correspondance des élèves brevetés, 1836-1837, p. 200-259.

13 ADL, 9 M 217. Frédéric Dorian entra dans la famille Holtzer en épousant la fille de Jacob et devint directeur avec son beau-frère de la Sté Holtzer et Cie. Il fut élu député de la Loire contre Rochetaillée en 1869, devint ministre des Travaux Publics en 1870-1871 et à ce titre engagea une politique d’armement dont profitèrent les entreprises stéphanoises. Il fut président du Conseil général de la Loire entre 1871 et 1782 et disparut en 1873. S. Chassagne (dir.), Dictionnaire…, op. cit., art. « Pierre-Frédéric Dorian ».

14 L. A. Beaunier, rapport du 29 octobre 1817 cité par P. Baché, De l’école…, op. cit., p. 53-54 et L. Babu, L’École…, op. cit., p. 19-21.

15 C. Chaut-Morel Journel, De la construction…, op. cit., p. 142-147.

16 L. A. Beaunier, « Discours prononcé le 15 août 1822… », Bulletin…, op. cit., p. 32-33. En italique dans le texte.

17 J.-B. Boussingault, Mémoires, op. cit., p. 110 et p. 126-129. Sauf avis contraire, cette référence vaut pour les citations qui suivent.

18 ADL, 9 M 217 et P. Baché, De l’école…, op. cit., p. 59-60.

19 Propos de Harmet cités par L.-J. Gras, Mines…, op. cit., p. 271- 278 et 257.

20 Pour tout cela, ADL, 9 M 216. Fils d’un préfet, J.-J. Baude devint lui-même sous-préfet de Confolens, de Roanne, puis, durant les Cent-Jours de Saint-Étienne. Revenu à la vie privée lors de la seconde Restauration, il suivit les cours de l’École des Mineurs en tant qu’élève libre. Après 1827, il devint journaliste au Temps à Paris et participa à la protestation contre les Ordonnances de juillet 1830. Nommé préfet de la Manche, il fut élu député de la Loire en octobre 1830 en même temps qu’il devint sous-secrétaire d’État à l’intérieur, puis préfet de police et conseiller d’État. Il fut élu à l’Académie des sciences morales et politiques sous le Second Empire et mourut en 1862. L.-J. Gras, Mines…, op. cit., p. 233-234. Harmet disparut en 1879, Ibidem, p. 255, n. 3.

21 L. Babu, L’École…, op. cit., p. 20 et L.-J. Gras, Métallurgie…, op. cit., p. 27-32. Contrairement à ce qu’écrit l’auteur, Beaunier ne fut pas élève de l’École Polythechnique et rien n’indique, dans les archives de Geislautern, qu’il soit parvenu à fabriquer de l’acier fondu.

22 A. H. de Bonnard, « Notice nécrologique sur M. de Gallois, décédé le 25 août », Annales des Mines, 1826, 1re série, 13, p. 523-534, Descreux, Notices biographiques stéphanoises, 1868, p. 167, L.-J. Gras, Métallurgie…, op. cit., p. 32-42.

23 Tout infirme l’hypothèse émise par N. Verney-Carron d’un clivage entre rubaniers et métallurgistes. Les relations, quelques conflictuelles qu’elles aient pu être, ont été intenses et même étroites.

24 S. Chassagne (dir.), Dictionnaire…, op. cit., art. Jackson, Holtzer, Neyrand, et Pétin-Gaudet, L’intrication entre familles et la constitution de réseaux techniques et financiers semblent s’être fait plus autour de l’acier qu’autour de la religion (réformée ou catholique).

25 M. Cotte, Innovation et transfert de technologies, le cas des entreprises de Marc Seguin (France 1815-1835), 1995, p. 592-603.

26 P. Baché, De l’école…, op. cit., p. 69. C’était une dépense importante. La mère de Boussingault, pour le confectionner avait réutilisé l’habit bleu d’officier d’un oncle. Gageons qu’elle ne fut pas la seule.

27 ADL, 9 M 218, 12 mars 1834.

28 ADL, 9 M 216.

29 Sur Fourneyron, on consultera S. Chassagne (dir.), Dictionnaire…, op. cit., le Dictionnaire de biographie française, les Mémoires de Boussingault et S. Benoît, « La recherche expérimentale en mécanique et ses conséquences industrielles : le cas de la construction française de turbines, c. 1870- c. 1950 » Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, 1998, p. 89-124.

30 J. M. Edmonson, From Mecanicien to Ingenieur : Technical Education and the Machine Building Industry in Nineteenth-Century France, 1987. Grâce à ce système, la Compagnie produisit 120 locomotives en moins de 18 mois, un résultat sans précédent dans l’industrie mécanique française.

31 Sobriquet désignant couramment les élèves des Écoles d’Arts et Métiers.

32 « Mémoire sur l’exploitation en grand dans les usines et manufactures, des turbines hydrauliques ou roue à palette courbes de Bélidor par Fourneyron, ingénieur civil à Besançon », Correspondance… op. cit., p. 128-190.

33 S. Benoît, op. cit., p. 107. Pour Juncker : A.-F. Garçon, « L’ingénieur et la machine qui n’était pas à vapeur », Cahiers d’histoire et de philosophie des Sciences, 2002. Le terme « corpsard » est un sobriquet passé dans l’usage courant pour désigner les Polytechniciens ayant choisi l’école des Mines pour école d’application. Cela les distingue des Polytechniciens qui n’étant pas sortis dans un assez bon rang pour obtenir une place à l’École des Mines, démissionnent pour suivre les cours de l’école des Mines et intégrer ensuite l’industrie.

34 J.-B. Boussingault, Mémoires, op. cit., p. 125 et 110 sqq. « Le nom de Fourneyron durera tant que les turbines tourneront, c’est-à-dire toujours : le nom de Morin finira avec son honorable carrière » conclut-il.

35 G. Ribeill, « Les questions de stabilité dynamique dans les chemins de fer. Expériences et/ou théories à l’épreuve d’un siècle à l’autre », Cahier d’histoire et de philosophie des sciences, 1998, p. 154.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search