Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des fruits et des hommes

 | 
Florent Quellier

Troisième partie. Des fruits et des hommes

Chapitre IX. La pomme de la discorde

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

« […] Chez un voisin dérobait, ce dit-on,
Et fleurs et fruits. Ce voisin, en Automne,
Des plus beaux dons que nous offre Pomone
Avait la fleur, les autres le rebut.
Chaque saison apportait son tribut :
Car au Printemps il jouissait encore
Des plus beaux dons que nous présente Flore.
Un jour dans son jardin il vit notre Ecolier
Qui grimpant sans égard sur un arbre fruitier,
Gâtait jusqu’aux boutons, douce et frêle espérance,
Avant-coureurs des biens que promet l’abondance.
Même il ébranchait l’arbre […] »
Jean de La Fontaine, « L’Écolier, le Pédant, et le Maître d’un jardin », livre IX, fable V.

1Dans les Archives départementales, la série B regroupe probablement les fonds les plus riches pour l’Ancien Régime. Qualitativement, elle se prête particulièrement à une histoire des mentalités. Ce chapitre propose un essai de lecture culturelle des actes concernant l’arboriculture fruitière conservés dans les liasses des justices de la vallée de Montmorency pour appréhender, à partir des événements anecdotiques qu’ils relatent, la perception que le fruit et l’arbre fruitier peuvent revêtir. En effet, les affaires de justice, révélatrices des tensions qui traversent toute communauté, sont probablement les plus à même de révéler les spécificités créées par l’arboriculture fruitière. Au-delà des scènes pittoresques qui font le charme de la série B, les affaires, les interrogatoires, les plaintes, les rapports, les règlements de police, témoignent indirectement du statut de l’arbre fruitier dans la communauté rurale, d’un statut qu’il faut défendre, atteindre ou posséder.

2La masse des archives judiciaires du duché-pairie de Montmorency pour les deux derniers siècles de l’Ancien Régime rend nécessaire le délicat exercice du sondage. Ce chapitre est fondé sur le traitement de cinq dépouillements complémentaires. Deux sondages ont été effectués dans les archives du bailliage d’Enghien, un de quatorze années, de 1690 à 1704, et un autre de quinze années, de 1775 à 1790. Ces deux périodes sont assez longues et assez éloignées l’une de l’autre pour éviter les dangers de l’accidentel et de l’exceptionnel. Elles répondent, aussi, au choix délibéré d’interroger deux cycles de conjonctures difficiles : une coupe dans « les années de misère » marquant la fin du règne de Louis XIV et une large décennie « pré-révolutionnaire ». En effet, le principal leurre des archives judiciaires, tel que l’ont montré Nicole et Yves Castan ou Benoît Garnot, réside dans une non prise en compte de l’infra-judiciaire et des délits tout simplement tolérés. Or les périodes difficiles, en abaissant les seuils de tolérance et en avivant les tensions, sont probablement plus révélatrices qu’une période « heureuse » ; la partie immergée de l’iceberg de l’infra-judiciaire et les non-dits auraient tendance à se réduire en période de crises, tel est en tout cas le pari de ce choix. Le même raisonnement a conduit à faire le tour des justices seigneuriales de la vallée de Montmorency autour des années 1709-1710, le grand hiver étant l’exemple type d’une conjoncture de crise révélatrice des non-dits.

  • 1 Andilly, Deuil, Eaubonne, Epinay-sur-Seine, Ermont, Franconville, Groslay, Maffliers, Margency, Mo (...)

3Le danger de cette option étant d’acquérir une vision trop conflictuelle de la société rurale, une justice seigneuriale, celle de Domont, a été complètement dépouillée, afin de pouvoir jauger l’exceptionnalité des deux premiers sondages, tout en jouant sur les échelles de la justice locale, du prévôt au bailli, afin d’apprécier les types d’actes et leur fréquence. Enfin, le dernier grand dépouillement d’archives judiciaires rend compte des hasards de la conservation : de 1756 à 1790 les rapports de messiers et de gardes-chasse( s) du duché-pairie de Montmorency ont été consignés dans douze cahiers témoignant pour vingt finages, tant de la dépression viticole que de la périphérie céréalière en marge du Pays de France1. Ces rapports couvrent un espace suffisamment vaste pour multiplier les contextes sociaux, culturels et culturaux différents, et la petite quarantaine d’années concernées évite une surestimation des délits pré-révolutionnaires. À ces rapports ont été ajoutés ceux de deux petits cahiers de la justice de Blémur pour l’année 1780, contenant aussi un règlement de police.

4L’usage des codes ruraux, des règlements de police des champs et autres traités juridiques, permet de dresser le cadre juridique protégeant l’arboriculture en Île-de-France de la coutume de Paris au « Code rural » ; cette protection est aussi assurée par les membres de la communauté villageoise, tant en influençant les règlements de police qu’en organisant la garde des arbres fruitiers. Malgré ces précautions, les arbres fruitiers sont victimes de délits dont la quotidienneté s’exprime dans des espaces conflictuels spécifiques, dans une typologie des infractions commises et dans l’analyse sociale des victimes et des contrevenants. L’interprétation de cette quotidienneté des infractions contre l’arbre fruitier révèle bien souvent des tensions sociales, culturelles et économiques qui traversent les villages : ces infractions ne sont-elles pas avant tout liées au statut que peut revêtir, à l’intérieur des communautés villageoises, l’arbre fruitier ?

La protection des arbres fruitiers

L’arbre fruitier dans les codes ruraux

5Les codes ruraux fixent, avec précision, un cadre juridique protégeant les arbres fruitiers. Ils permettent de dresser une liste des éventuelles infractions, mais surtout d’approcher d’une perception juridique de l’arbre à la fois dans une quotidienneté villageoise et à travers le regard des élites.

L’arbre fruitier dans la coutume de Paris

  • 2 Guyot, op. cit., 1784, t. 1, p. 561, Boucher d’Argis, op. cit., 1749, t. 1, p. 97, François de Bou (...)
  • 3 Boucher d’Argis, op. cit., 1749, t. 1, p. 101.
  • 4 François Bourjon, op. cit., 1747, t. 2, p. 11.

6La coutume de Paris ne fixe pas de distance limite pour planter les arbres de haute-tige à proximité d’un héritage voisin, les juristes conseillent alors de se référer à la distance minimale de cinq pieds du droit romain2. Pour compenser les éventuelles nuisances créées sur les parcelles voisines, il est d’usage d’accorder les fruits des branches au propriétaire de l’héritage sur lequel elles penchent3. Théoriquement, on peut couper les branches d’arbres qui avancent sur son terrain, mais les juristes reconnaissent prudemment qu’il vaut mieux le faire sur ordre de la justice, « autrement ce seroit exposer les concitoyens à des querelles qu’il est prudent d’éviter4 ».

  • 5 Ibid., t. 2, p. 11.
  • 6 Ibid., t. 2, p. 11.

7La coutume de Paris, à partir d’une interprétation de l’article 192, admet la plantation d’ » espaliers avec adossement contre le mur mitoyen ; c’est un avantage réciproque et usité5 ». Par contre, si le mur n’est pas mitoyen, celui qui n’en a pas la propriété ne peut y adosser des arbres ; il doit laisser deux pieds non cultivés à la base du mur afin d’éviter les dégâts qu’occasionneraient les racines des arbres6. Les codes de police rurale sont particulièrement sensibles au problème de la mitoyenneté. Pour déterminer la propriété d’un arbre entre deux héritages, on prend en considération le tronc de l’arbre et non ses racines. Si l’arbre est reconnu mitoyen à deux propriétaires ou planté dans un espace indivis, telle une cour, les fruits devront être équitablement partagés entre les copropriétaires.

  • 7 Guyot, op. cit., 1784, t. 1, p. 560.
  • 8 Ibid., t. 1, p. 566.

8La grande ordonnance des Eaux et Forêt de 1669 traduit la volonté, plus que séculaire, de protéger les arbres des destructions. D’après Guyot l’amende ordinaire sanctionnant la coupe délictueuse des arbres fruitiers est identique à celle du chêne : quatre livres pour chaque pied de tour. Comme les baliveaux, les arbres fruitiers doivent être réservés lors des coupes des bois des communautés des paroisses7. Enfin Guyot précise que « les arbres vifs abbattus par le vent, appartiennent au propriétaire du terrein sur lequel ils étoient plantés, mais il en est autrement des arbres morts : ceux-ci sont à l’usufruitier8 » ; mais les clauses des baux étudiés contredisent l’application de cet usage. On y évoque le devenir des arbres morts : ils peuvent être entièrement réservés pour le propriétaire, partagés entre le bailleur et le preneur, ou, plus rarement, laissés à l’exploitant.

  • 9 Ibid., t. 1, p. 563.
  • 10 Article 92 de la coutume de Paris, François Bourjon, op. cit., 1747, t. 2, p. 630.

9À partir du moment où les arbres ont été levés de la pépinière, ils conservent la qualité de bien meuble. Ainsi un locataire est propriétaire des arbres fruitiers qu’il a planté à moins que le bailleur ne le dédommage9 soit en lui remboursant le prix des arbres, soit en lui diminuant le montant du fermage. Pour éviter ces dédommagements, les bailleurs peuvent fournir, au preneur, les arbres à planter ; si l’arbre fourni ne reprend pas, le preneur est dans l’obligation de le remplacer à ses frais mais sans pouvoir prétendre en être propriétaire. De nature immeuble tant qu’ils « pendent par les racines », les fruits récoltés ou tombés au sol deviennent des biens meubles10.

L’arbre fruitier dans les règlements de police des champs

10Les règlements de police rappellent inlassablement les mêmes interdictions et obligations, témoignant ainsi d’une traditionnelle mauvaise application. Les défenses visent à protéger les arbres fruitiers des vols commis par les hommes et des dégâts occasionnés par les animaux, des chenilles au bétail :

  • 11 Articles 6, 7 et 8 du règlement de police de Domont du 07/09/1680 qui en comporte 10, AD 95, B95/8 (...)

« 6- Faisons aussi deffences à touttes personnes d’aller dans les jardins et bois esbrancher les arbres et hayes ny les couper et emporter aucuns en quelques temps que ce soit s’ils ne leur appartiennent pas […]/ 7- Pareillement faisons deffences aux laboureurs habitans et tous autres de laisser aller leur troupeaux et bestiaux dans les jardins et clos […] dont ils ne sont propriettaires ou locataires et que lesdits bestiaux ne soient gardées […]/ 8- Enjoignons aud. habitants conformément à nostre précédente ordonnance d’eschenillier et faire eschenilliér dans la saison […]11 ».

11Les règlements défendent le principe de la propriété individuelle des arbres fruitiers des clos et des jardins face à la communauté, ce qui ne peut que renforcer le lien entre l’arbre et le sentiment de propriété. En effet, clos et jardins n’appartiennent pas aux communes et ne sont pas assujettis aux contraintes collectives. Malgré tout le prévôt de Domont doit rappeler que :

  • 12 Règlement de police du 13/11/1713, Domont, AD 95, B95/834.

« deffenses [est faite] à tous particuliers de passer, aller et venir dans lesdits clos, jardins […], d’y faire conduire et pâturer leurs bestiaux, d’y faire passer et conduire leurs chevaux et harnois pour quelque cause et sous quelque prétexte que ce puisse estre à peine contre le contrevenant de vingt cinq livres damandes de tous dépens, dommages et interest » et de confiscation « des bestiaux, charette, et harnois quy se trouveront en flagrant délit passant dans lesd. clos et jardins12 ».

12Ces règlements répondent au développement des maisons des champs de propriétaires privilégiés recherchant à agrandir leurs jardins en y incorporant les pièces de terre limitrophes. Ces incorparations se matérialisent par la construction d’un mur qui peut avoir comme conséquence l’annexion d’une ruelle ou d’un droit de passage. Cette perspective oblige le propriétaire à demander une autorisation à la communauté villageoise moyennant un dédommagement financier ou la construction d’une nouvelle ruelle au bout du nouveau mur du jardin. Malgré tout, la privatisation d’un ancien chemin reste un élément de conflit latent, entre les propriétaires horsains et la communauté villageoise, mis en valeur par le renouvellement des mêmes interdictions par la justice rurale. Face aux nombreux risques de conflit, la clôture – haie ou mur – est naturellement particulièrement protégée. La seigneurie de Domont interdit

  • 13 Règlement de police du 27/02/1730, Domont, AD 95, B95/834.

« de faire aucuns nouveau chemin et passage ordinaire ni de s’attribuer et construire sans droits aucuns passages pour sortir des jardins déppendants de leurs maisons soit de jour ou de nuit pour former des chemins13 ».

  • 14 Article 2 du règlement de police de Blémur, 1780, AD 95, B95/639.

13L’interdiction de faire « aucune brèche14 » dans les haies, au-delà de la protection de la propriété individuelle, appartient aussi au dispositif de lutte contre le braconnage ; la brèche, dans une zone où le gibier est abondant, peut servir à tendre un collet ou à faire prisonnier un animal dans le clos ; la bonne gestion des capitaineries rend nécessaire le bon entretien des clôtures.

14La seule ingérence des règlements de Police des champs dans la culture des arbres fruitiers concerne l’échenillage. Les codes ruraux ne manquent pas de rappeler cette obligation ; pour La Bretonnerie,

  • 15 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 2, p. 306.

« si vous avés quelque auctorité à la justice des lieux, vous ferés faire commandement, à la Requeste du Procureur d’Office ; que tous ayent à écheniler leurs Arbres, pendant un jour préfix, à peine de soixante sols d’amende15 ».

  • 16 Paul M. Bondois, art. cit., 1926, p. 449-450.

15Pour le bien public, l’exploitant doit détruire les chenilles présentes sur ses arbres. En effet, la négligence d’un exploitant détruit les efforts de ses voisins en entraînant la contamination de tous les arbres du voisinage par ces insectes destructeurs. Dans les environs de Paris la situation des années 1730 est telle qu’un arrêt du Parlement, le 4 février 1732, oblige les propriétaires et les locataires à détruire les chenilles sous peine d’une amende de trente livres ; cette mesure, destinée à calmer l’opinion publique inquiétée par la prolifération des chenilles __ on pense même qu’elles sont vénéneuses, qu’elles provoquent des ampoules et des enflures à tous ceux qui les touchent et qu’elles empoisonnent le bétail16 __, reprend les dispositions classiques postulées dans les baux et dans les traités horticoles. Déjà en 1731, le lieutenant de Police de Paris, René Hérault, avait promulgué un texte pour détruire ces insectes dans les jardins et les allées de la capitale et de ses environs. Le principe du bien public est mis en avant pour justifier cette intrusion de la loi :

  • 17 L’arrêt du 4 février 1732 du Parlement de Paris est intégralement retranscrit par La Poix de Fremi (...)

« quoique chaque particulier soit intéressé à prévenir un si grand mal, le Procureur Général du Roi a cru qu’il étoit du devoir de son ministère de recourir à l’autorité de la Cour, pour réveiller l’attention de ceux qui négligeroient d’y pourvoir, exciter la vigilance des Officier, et prononcer des peines contre ceux qui refuseroient de concourir à un bien également intéressant et pour eux et pour le Public17 ».

16À un niveau plus local, le bailli et les prévôts doivent régulièrement renouveler cette obligation

  • 18 30/–/1680, plainte du procureur fiscal de Domont suivie du rappel de l’obligation, AD 95, B95/832.

car des « habitans et autres particuliers qui ont des héritages […] sur le territoire dudit lieu les quels sont négligents et refusant de faire eschenillier les arbres et hayes, ensemble les chesnes et ormes, qui sont dans les jardins comme il est accoutumé et qui se pratique dans les autres lieux circonvoisiens18 ».

  • 19 « Observations sur la demande faite par le comité d’un arrété pour l’echenillage », s. d., AN, F10(...)
  • 20 Loi du 26 ventôse an IV : articles 1, 5, 6 et 8, cités dans Code rural…, 1827.

17Mais le mal reste endémique faute d’un traitement efficace, – on retire les bourses à la main puis on les brûle – ; une ordonnance de l’intendant de Paris réitère l’obligation en 1738, de nouveau en 1744, en 1774, puis les assemblées révolutionnaires prendront le relais en prescrivant « un grand nombre de réglemens », des « invitation(s) instructive(s) à tous les citoyens pour les déterminer à écheniller » voire « des ordres pour que les arbres des routes fussent échenillés […] mais que le défaut de bras n’avoit pas permis de mettre dans cette opération toute l’activité […] désirée19 ». La loi du 26 ventôse an IV (16/03/1796) reprend les mêmes dispositifs ; l’échenillage devra avoir lieu chaque année avant le premier ventôse (20 février) faute de quoi on prévoit une amende qui ne pourra être moindre de trois journées de travail et même une visite des héritages par des commissaires du Directoire20. Les projets d’échenillage du début des années 1730 prévoyaient aussi des visites de commissaires, des amendes et l’élection par l’assemblée de la communauté villageoise d’un « dixenier » pour superviser l’opération et en être responsable. Pour veiller à la bonne application de l’ordonnance royale du 6 février 1777 et de celle de l’intendant de Paris du 1er novembre 1778, des procès-verbaux pré-imprimés sont même diffusés. Las, la chenille a la vie dure !

La protection de l’arbre fruitier dans le « code rural » à l’aube du xixe siècle21

  • 21 Sur les lois rurales et les projets de code rural sous la Révolution et l’Empire, voir Françoise F (...)

18À l’image des règlements sur l’échenillage, les législations révolutionnaires, impériale, et de la Restauration, sur les arbres fruitiers, s’inscrivent dans la continuité des usages juridiques de l’Île-de-France. La loi sur la police rurale du 28 septembre 1791 reprend les interdictions contre le pâturage des animaux, contre les dégradations et contre les vols en s’appuyant sur des amendes et des peines d’emprisonnement ; par contre, la confiscation des animaux ou du matériel de culture, fréquente sous l’Ancien Régime, n’est pas reprise. Il est défendu de mener paître des bestiaux dans les prairies artificielles, dans les vignes, dans les oseraies, dans les plants d’arbres fruitiers et dans les pépinières (titre II, art. 24). Le tarif des amendes traduit la gravité des délits. Le vol intentionnel (titre II, art. 34), avec paniers et avec des bêtes de somme, est plus durement sanctionné que le maraudage (titre II, art. 35). Les individus qui se rendraient coupables de détruire les greffes des arbres fruitiers, d’écorcer ou de couper des arbres qui ne leur appartiennent pas, seront condamnés à une amende pécuniaire qui représentera le double du dédommagement dû au propriétaire et à un emprisonnement de six mois maximum (titre II, art. 14) ; mais « quiconque aura coupé ou détérioré des arbres plantés sur les routes, sera condamné à une amende du triple de la valeur des arbres » (titre II, art. 43). La peine contre la destruction de l’arbre fruitier est supérieure à celle prévue pour toute atteinte à une haie (titre II, art. 17), sauf si on supprime des bornes, des pieds corniers ou d’autres arbres plantés pour établir les limites entre deux héritages, dans ce cas le contrevenant devra payer une amende de la valeur de douze journées de travail (titre II, art. 32). Cette loi sanctionne la victoire de la propriété, la protège de toutes les atteintes et tente d’assurer la maîtrise complète de l’exploitation du sol ; elle confirme la protection des arbres fruitiers contre la vaine pâture.

19Le Code pénal reprend nombre de ces dispositions ; même si l’Empire ne parvient pas à promulguer un Code rural à proprement parler, des articles du Code civil et du Code pénal confirment de nombreuses dispositions de la loi de 1791. Le vol des fruits, même mangés sur place, induit une amende d’un franc à cinq francs et, en cas de récidive, un emprisonnement de trois jours au plus (art. 471). L’écorcement des arbres sera puni d’un emprisonnement d’au moins six mois pour chaque arbre à concurrence de cinq années (art. 446). La destruction de la greffe conduit à un emprisonnement de six jours à deux mois à raison de chaque greffe jusqu’à un maximum de six années (art. 446) ; quant à l’abattage d’un arbre qui appartient à une autre personne, la peine est de six jours à six mois d’incarcération pour chaque arbre sans pouvoir excéder cinq ans (art. 445).

Des arbres fruitiers sous protection rapprochée

20La communauté villageoise contribue directement à la protection de ses fruits par la construction de murs, par la plantation de haies, et par l’emploi de gardes. Protéger le jardin de la main des voleurs et des dents voraces des animaux, telle est la signification première de la clôture, qu’elle soit constituée d’un mur ou d’une haie acérée accompagnée d’un fossé. La coutume de Paris l’admet explicitement :

  • 22 François Bourjon, op. cit., 1747, t. 2, p. 12.

« dans la ville de Paris, et dans l’étendue des fauxbourgs, chacun peut contraindre son voisin à contribuer à la construction d’un mur de clôture pour séparer leur terrain et leur héritage ; c’est sûreté commune que le grand nombre d’habitants rend nécessaire22 ».

21La protection du mur sera renforcée par la présence d’un chien que les traités contemporains conseillent de laisser, de nuit, dans les clos.

  • 23 Gobelin, op. cit., 1661, p. 104-105.
  • 24 Les messiers « sont crus sur leur rapport, pourvu qu’ils aient prêté serment en justice en accepta (...)

22Pour protéger les précieux espaliers de Bons-Chrétiens, Le jardinier royal conseille fortement de les faire garder de nuit en octobre23. Dans les clos, et surtout en plein champ, l’approche de la période de maturité de cueillette multiplie les risques de vols. Pour veiller à la garde des récoltes, les communautés villageoises procèdent chaque année à l’élection d’un ou plusieurs gardes-messiers. Ces gardes assermentés doivent faire appliquer les règlements de police des champs en multipliant les rondes dans le finage. Tout délit constaté doit être dûment consigné dans un rapport24. Ces gardes, élus pour l’ensemble des héritages d’un finage, sont issus soit de la communauté villageoise, soit des garnisons parisiennes, notamment des gardes suisses ; le 23 mai 1785 le bailli d’Enghien reçoit

  • 25 Réception de messier, AD 95, B95/1 787.

« le serment de Nicolas Gosler, soldat suisse de la garde du roy des cazerne de Courbevoix compagnie de Senlis, à l’effet de veiller à la garde et conservation des grains foins et fruits et autres danrées à récolter la présente année sur le territoire dudit Saint-Brice à la charge par ledit Gosler de faire au greffe de ce b(aillia)ge bons et fidels rapports de tous délits et contravention qui se trouveront commis25 ».

  • 26 Interrogatoire du 26/06/1702, AD 95, B95/1 288.
  • 27 Plainte du 19/07/1701, AD 95, B95/1 287.

23La cellule familiale va aussi être mise à contribution. Les enfants sont particulièrement réquisitionnés à l’exemple de Claude Voisin, fils âgé de douze années d’un vigneron du Plessis-Bouchard, qui surprend une querelle alors qu’il gardait des cerises sur le finage de Saint-Leu26. Cette contribution classique des enfants à l’exploitation familiale à l’instar des petits pâtres, n’est pas forcément dissuasive, si ce n’est éventuellement contre les bandes d’enfants qui chapardent régulièrement des fruits, mais elle permet de connaître le nom des voleurs issus de la communauté villageoise. Cette garde n’est pas exempte de risques. Le fils de Jacques Gorgeret, marchand à Groslay « estant à garder des serizes et des groseilles […] fult maltraité par le fils d’un vigneron » sous prétexte qu’il « l’empeschoit de manger desdites cerizes et groseilles27 ».

  • 28 Plainte du 14/06/1694, AD 95, B95/1 184.
  • 29 « La fraicheur des nuicts et les pluies l’on obligé de se faire une loge cabanne couverte de paill (...)

24Cette garde n’est pas exclusivement réservée aux enfants, elle est aussi affaire des adultes. Tel marchand fait garder la dépouille des fruits qu’il vient d’acheter par sa femme28. Des cabanes sont même construites dans les vergers afin de surveiller, jour et nuit, les fruits ; il est vrai que les nuits de septembre sont plutôt fraîches et humides29 mais elles sont aussi particulièrement propices aux vols de fruits.

  • 30 Plainte du 20/08/1708, AD 95, B95/1 290.

Ainsi « la nuit du samedy […] au dimanche, sur les unze heures un quidant parut dans une pièce d’arbres fruitiers située sur les terroirs de Sannois et Franconville près d’une loge que led. Le Bout y a fait faire pour garder ses fruits, dans laq(uel)le loge estoit Regnault Le Bout frère dud. Louis avec un petit pistolet pour faire peur au voleur30 ».

  • 31 Interrogatoire du 19/10/1699, AD 95, B95/1 194.
  • 32 Plainte du 02/09/1748, AD 95, B95/270.

25On peut même recourir à des gardes privés qui trouvent là un travail saisonnier comme Nicolas Puiseux, soldat de vingt-sept ans demeurant à Montsoult, qui le samedi 10 octobre sur « les unes à deux heures du matin […] gard(ait) des fruits dans un clos31 » ou Jean Glorian, soldat invalide « ayant été requis par Jean et Louis Baron, marchands-fruitiers, pour faire la garde de leurs fruits32 » à Montsoult.

Une quotidienneté des infractions contre les arbres fruitiers

Des espaces conflictuels spécifiques

26L’organisation de la production et du commerce des fruits induit trois espaces conflictuels spécifiques : le clos, la route et la mitoyenneté. Bien plus que les champs et les vignes plantés d’arbres fruitiers, le clos est l’espace clef des délits contre la culture des arbres fruitiers. Non seulement il attise la convoitise par la diversité et la qualité des fruits qui y sont cultivés, mais il symbolise aussi l’engouement des élites pour l’arboriculture fruitière et affirme physiquement, par la clôture, sa présence privilégiée dans le village. Les nombreux cas de vols dans les clos portés devant la justice témoignent d’un espace qui attise, par ses cultures, la tentation tout en rendant possible, grâce à sa perception symbolique et physique, les règlements de compte intracommunautaire et, surtout, contre les propriétaires horsains.

27Dans deux cas, la route devient un espace conflictuel majeur pour l’arboriculture fruitière. Quotidiennement, la voirie plantée d’arbres fruitiers peut prétendre offrir un terrain favorable au délit symbolique contre un ordonnancement du monde. Mais la route sert aussi à l’acheminement nocturne des fruits vers Paris. Non seulement les mouvements de nuits occasionnés par le commerce des fruits offrent aux marchands-fruitiers un temps favorable aux délits, mais les transports permettent aussi aux règlements de compte de se dérouler hors de l’espace de la communauté villageoise et de donner lieu à de véritables courses-poursuites. La nuit du mardi au mercredi quinze août 1708 alors que Louis Le Bout conduisait des fruits à Paris, Louis Jamot

  • 33 Plainte du 20/08/1708, Franconville, AD 95, B95/1 290.

« qui en aloit aussy, dit à deux personnes de sa compagnie que sy il pouvoit joindre led. Le Bout, il l’acomoderoit de toutes pièces, l’écharperoit et le laisseroit sur le chemin ; qu’ayant enfin atteint led. Le Bout près de Paris, il témoigna du chagrin de n’avoir pu accomplir son dessin parce qu’il étoit trop près de Paris33 ».

28Troisième lieu conflictuel, les espaces mitoyens placent les arbres fruitiers au cœur de querelles de voisinage. Les arbres plantés dans une cour commune, dans une haie séparant deux héritages ou palissés le long d’un mur de séparation multiplient les sujets de discorde. Charles Ganneron, étant en train de charger du fumier dans une cour commune entre les Baudeuille et les Baudouin à Chauvry, est témoin d’une querelle entre les deux familles. Matthieu Baudeuille agresse verbalement Marguerite Baudouin :

  • 34 Information du 22/09/1708, AD 95, B95/1 290.

« il avoit rencontré son fils coeuillant les pommes de dessus l’arbre pommier qui est dans la cour, il l’auroit tué d’un coup de sabre [car] ledit arbre en entier luy appartenoit. Sur quoi ladite Baudoin fit réponse que le pommier estoit commun entreux et que les pommes que son fils avoit coeuilli [ont été] partagé par moittié […] et aussy tost ledit Baudeuille reparti parlant à laditte Baudouin qu’elle estoit une bougresse de maquerelle et une sorcière, que son fils étoit un fripon, un volleur34 ».

  • 35 Rapport du 08/06/1694, interrogatoire du 14/06/1694, AD 95, B95/1 184.

29Or les cours communes sont fréquentes dans les villages, car autant on peut partager une habitation, autant la nécessité technique d’une cour pour entreposer le matériel, le prélever et le ramener, rend difficile sa division. Ces conflits de mitoyenneté concernent aussi les arbres plantés le long d’une voirie ou entre deux héritages, et les arbres plantés sur sa parcelle mais dont les branches chargées de fruits pendent chez son voisin. Claude Couet, sergent au bailliage d’Enghien, arrête trois jeunes gens suspectés d’avoir volé des guignes. Lors de l’interrogatoire, Étienne Cherlouise, fils d’un laboureur d’Enghien, reconnaît qu’il a cueilli des guignes bien qu’il n’y ait pas de guigniers sur ses héritages. « Interrogé pourquoy il a coeuilli desd. guignes puisqu’elles ne luy appartiennent pas, [il] a dit que s’est à cause qu’il penche sur son hér(ita)ge » ; apparemment sûr de son bon droit, il a cependant attendu la nuit pour les cueillir35 !

30Jacques Martineau, chirurgien à Deuil, loue pour trois années au jardinier Pierre Gastellier, deux chambres et une portion de jardin

  • 36 Bail du 30/10/1670, AD 95, 2E7/104.

« à prendre du bout du jardin dont jouie led. Regnault jusques vis-à-vis d’un poirier à deux-testes […] et encore une autre portion de jardin attenant la portion sy dessus une haye de groselliers […] qui aboutist à une autre haye de grozeilliers, lesd. grosellers non compris36 ».

  • 37 Bail du 20/11/1650, AD 95, 2E7/505.
  • 38 Bail du 01/01/1647, AD 95, 2E7/504.

31Nicolas Vacher donne à titre de loyer une petite maison et un petit jardin à verdure avec deux pommiers « sans toucher aud. fruits des autres arbres, communauté de cour et un pommier estant en icelle37 » ; Jehan Lourdet marchand-fruitier à Piscop achète pour six années « la moityée des fruits qui croistront dans la cour commune » d’une maison38. La location de « portions » de jardin, les enclaves, parfois un seul arbre fruitier, réservées pour le propriétaire, et les droits de servitude – réels ou prétendus – ne peuvent qu’être propices à la multiplication de querelles de voisinage dans un espace particulièrement surveillé et vécu quotidiennement.

Les grands types d’infractions

  • 39 Article 9 du règlement de police de Domont du 07/09/1680, AD 95, B95/832.

32Les rapports consignés par les gardes-messiers et les gardes-chasse(s) permettent d’approcher une quotidienneté des infractions sanctionnées. De 1756 à 1790, cent quatre-vingt-dix rapports concernant l’arboriculture fruitière ont été retranscrits dans douze cahiers conservés dans les archives judiciaires du duché-pairie de Montmorency. Commencés le huit octobre 1756 et terminés le 10 août 1790, ces cahiers concernent une vingtaine de finages. Deux catégories d’infractions regroupent les trois quarts des rapports : la moitié verbalise des vols de fruits, et un quart les cueillettes de fruits des jours normalement chômés ; les jours fériés dans la France du Très-Chrétien sont très nombreux et les règlements de police des champs rappellent cette interdiction « de travailler les jours de dimanche et festes si ce n’est en cas d’urgente nécessité et après le service divin les jours de feste seullem(en)t39 ».

  • 40 À partir de 190 rapports, AD 95, B95/1 362.

Figure n° 22 : infractions sur des arbres fruitiers sanctionnées par les rapports des gardes-messiers et des gardes-chasse(s) du duché-pairie de Montmorency, 1756-179040

Figure n° 22 : infractions sur des arbres fruitiers sanctionnées par les rapports des gardes-messiers et des gardes-chasse(s) du duché-pairie de Montmorency, 1756-179040
  • 41 Goussainville, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Gonesse.
  • 42 Le Thillay, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Gonesse.
  • 43 Florent Quellier, Les messiers du pays de France au xviiie siècle, mémoire de maîtrise sous la dir (...)

33La comparaison avec les infractions verbalisées par les messiers d’un Pays de France proche mais céréalier, met en valeur les spécificités induites par une culture. Au xviiie siècle les messiers de Gonesse, Louvres, Goussainville41, Le Thillay42 et Roissy sanctionnent surtout des délits de pâturage (41 %), de voiturage (36 %) et de vol de céréales43. Clairement, l’arboriculture fruitière crée des délits différents de ceux liés à la céréaliculture. Les vols y sont plus nombreux et/ou plus sanctionnés. Il est vrai que la volonté d’étaler au maximum les récoltes de fruits, en diversifiant les espèces et les variétés fruitières, élargit considérablement la période où les vols sont possibles contrairement à la culture des céréales, alors que la tolérance envers le glanage est plus sensible dans les emblavures que dans les vergers ; théoriquement le glanage ne concerne que les céréales.

  • 44 Règlement de police du 24/07/1755, AD 95, B95/2 892.

34Les contrevenants, conscients du statut alimentaire spécifique du fruit, ne se justifient jamais en parlant d’un vol lié à la nécessaire subsistance. L’absence de l’argument du glanage comme alibi ou comme circonstance atténuante illustre parfaitement ce statut du fruit. Alors que les messiers du Pays de France doivent respecter le glanage, ce droit « établi sur le fondement de la charité chrétienne44 » rappelé par les règlements de police des champs, tout en luttant contre les abus – ce qui les place dans une situation des plus délicates – les gardes de la vallée de Montmorency semblent être beaucoup plus stricts dans la répression. Dans la justification des contrevenants, le fait de ramasser des fruits tombés à terre ne semble pas suffisant puisque l’on s’empresse de rajouter qu’ils étaient gâtés donc impropres à la commercialisation. Contrairement aux champs de céréales qui viennent d’être moissonnés, à la vigne vendangée ou au pré fauché, la culture, sur une même parcelle, d’arbres fruitiers de différentes espèces et variétés étalant les périodes de maturité de cueillette et fréquemment associés à d’autres productions, ne peut que rendre suspect un « glanage » où la tentation serait grande de voler les fruits encore sur les arbres.

  • 45 La Poix de Freminville, op. cit., éd. de 1771, art. « voleurs de jardins, de raisins et autres ».

35Par ailleurs, si le fondement du glanage est la subsistance des plus nécessiteux, le fruit peut être considéré par les propriétaires, et donc par les messiers, comme étranger à ce fondement. Pour les auteurs de traités de police, « nous n’avons malheureusement que trop de libertins et de vagabonds qui s’adonnent à voler les jardins, en artichauds, melons, abricots et autres fruits45 ». Ces voleurs sont qualifiés de « libertins » car il s’agit non d’un vol pour survivre, mais bien d’un vol de fruits et de légumes qui appartiennent à la sphère du plaisir et de la gourmandise, et de « vagabonds » afin de souligner que les produits volés n’appartiennent pas à leur état. Alors que les codes ruraux reconnaissent le glanage, le grappillage et le râtelage, ils n’évoquent pas une quelconque servitude collective au sujet des arbres fruitiers ; les nombreux rapports sanctionnant le vol de fruits confirment ce silence. Cette exclusion des arbres fruitiers des servitudes collectives renforce encore un peu plus le sentiment de propriété attaché à l’arbre fruitier.

  • 46 Rapport de messier du 04/08/1773, AD 95, B95/1 362.

36Par ailleurs, alors que le cœur du Pays de France subit les nombreux dégâts liés au passage de voitures dans les champs, les délits de voiturage n’apparaissent que très rarement dans les rapports étudiés ; et ils concernent surtout les arbres des voiries, à l’image de ce vigneron qui en passant avec sa voiture sur la voirie de Villetaneuse fait tomber les fruits des pommiers plantés sur le bord46. Cette nette différence peut s’expliquer par les dissemblances structurelles entre le train de culture des marchand-laboureurs et celui des vignerons ou des marchands-fruitiers : aux lourdes guimbardes et autres voitures nécessaires aux travaux des champs dans le cadre de la grande exploitation répondent le vieux cheval borgne, l’âne et les charrettes d’une petite paysannerie-marchande. Par ailleurs, les ceps et les arbres fruitiers dressent autant d’obstacles, dont ne peuvent se prévaloir les céréales, au passage des voitures qui voudraient couper à travers champs.

  • 47 Marcel Lachiver, op. cit., 1982, p. 398.
  • 48 Jean-Marc Moriceau, op. cit., 1994, p. 379-386.

37Quant à la supériorité numérique des délits de pâturage dans la plaine de France sur ceux commis dans les terres plantées en arbres fruitiers, elle réside dans la différence d’effectifs entre les troupeaux de moutons nécessaires à la céréaliculture et ceux qui subsistent entre ceps et arbres fruitiers. « Ce qui caractérise le mieux les régions de vignoble par rapport aux régions de grande culture, c’est l’absence ou la présence du mouton. Pas ou peu de moutons là où s’étendent les vignes47 », alors que dans les pays céréaliers l’investissement en ovins est lourd48.

38Enfin, un délit se détache nettement de cette comparaison entre la céréaliculture et l’arboriculture vue à travers le message : les récoltes les jours interdits. Il ne s’agit pas ici du non-respect d’un quelconque ban contrairement aux vendanges – techniquement il ne peut pas y avoir de ban pour les arbres fruitiers car il faudrait en définir un pour chaque espèce et chaque variété en fonction de leur propre maturité de cueillette – mais des jours théoriquement chômés.

  • 49 Rapport de messier du 02/07/1780, Saint-Brice, AD 95, B95/1 362.

39Pour les fruits à maturité de cueillette proche de la maturité de consommation, la perspective de perdre une partie de la récolte entraîne une accélération du calendrier des marchands-fruitiers. Il faut se dépêcher de cueillir les cerises, les prunes, les groseilles et autres fruits rouges afin de pouvoir les acheminer rapidement aux Halles. Dans cette course contre le temps, le respect des dimanches et autres nombreux jours fériés imposés par l’Église peut compromettre une partie de la récolte. Ce risque s’avère être d’autant plus grand que le vol de fruits est très fréquent et qu’un fruit mûr est une proie bien tentante ; en tout cas telle est l’excuse donnée par Grégoire Guinier et son beau-fils Cadet Maillot, vignerons à Groslay, pris en flagrant délit de travail un dimanche par un des messiers de Saint-Brice : « nous aimons mieux […] coeuillir [les cerises] luy répondirent-ils, que de les laisser manger par les pasans49 ». Pour le 2 juillet 1764 pas moins de six rapports consignent la cueillette de fruits rouges le dimanche ; le temps des cerises ne peut attendre. Le jour chômé de l’Assomption n’est guère plus respecté que le repos dominical puisque sept rapports sanctionnent une récolte de fruits ce jour-là. Le même sort est réservé à la fête du saint patron lorsqu’elle est fixée en pleine période de maturité de fruits à noyau dont la maturité de cueillette est proche de celle de consommation : soit le 10 juillet à Saint-Brice, ou le dimanche suivant si le 10 tombe en semaine, le 12 juillet à Saint-Prix, le 5 août à Saint-Gratien, les 3 et 23 août à Ermont… Le temps de l’Église laisse le pas à la réalité économique lorsque le temps presse. Si pour les céréales ou les vendanges la perspective de mauvaises conditions climatiques peut permettre une dispense occasionnelle du respect des temps fériés, pour les fruits, l’étalement de la récolte et la vente quotidienne sur Paris de fruits qui ne peuvent se conserver longtemps posent chaque année le même problème. Et chaque année, les messiers verbalisent ces infractions du temps des hommes à celui de Dieu.

40Ces rapports sont mal perçus par une population qui n’a pas le sentiment de commettre un délit. Contrairement à ceux verbalisant des contrevenants lors de vols de fruits, ces procès-verbaux ne consignent ni fuite, ni agression physique contre le garde, mais bien une impression d’agacement :

  • 50 Rapport de messier du 02/07/1764, Saint-Leu, AD 95, B95/1 362.
  • 51 Rapport de messier du 28/08/1757, Franconville, AD 95, B95/1 362.

« leur ayant demandé s’il étoit permis de coeuillir des cerises le dimanche, ils ont répondu qu’il n’avoit que faire50 » ; « vous avez encore coeuilli des prunes icy ce matin, mr le curé vous l’a reproché et vous a défendu di retourner et vous etes assez hardis de recidiver, vous ne serez pas surpris que j’en fasse mon rapport […] Jean Larcher répondi va on se f. des messiers et de mr le curé51 ».

  • 52 Rapport de messier du 06/06/1762, Montlignon, AD 95, B95/1 362.

41Ce temps de l’Église est perçu comme une contrainte, voire comme un abus de pouvoir, une atteinte à la propriété ; tel est bien le propos de ce vigneron de Saint-Prix qui avec sa femme et trois de ses enfants récoltaient des guignes sur des arbres lui appartenant. Surpris en plein travail par un messier – trois paniers à vendange sont déjà pleins, deux vides attendent d’être remplis et cinq sont en train de l’être –, qui lui demande « de se retirer que ce n’étoit ni l’heure ni le jour de ceuillir des guignes ». Le vigneron, visiblement énervé, lui rétorque : « je suis libre de mon bien, je me f. de toi et si tu ose faire ton raport tu me le paiera52 ». Cette attitude face au délit de non respect des jours chômés souligne bien l’aspiration de la paysannerie à une entière maîtrise de l’exploitation du sol ; la loi sur la police rurale de 1791 et les projets d’un code rural sous l’Empire tenteront d’y répondre.

42Naturellement, ce délit ne se retrouve pas dans les plaintes déposées par les habitants. Par contre, vols de fruits, délits de pâturage et destructions d’arbres remplissent plaintes, interrogatoires et rapports d’expertise des affaires de justice concernant l’arboriculture fruitière. À ces infractions aux règlements de police, s’ajoutent les conflits entre bailleurs et preneurs à l’origine de nombreux rapports de visite d’héritages réalisés par des experts assermentés choisis parmi les jardiniers, les vignerons, les marchands de bois et les maçons locaux. On y recense le non respect des clauses du bail, les dégradations commises mais aussi les augmentations de la valeur foncière de l’héritage, notamment par plantation d’arbres fruitiers ; on y pourchasse les arbres non greffés, les défauts de labour, et les terres non fumées, les arbres ébranchés, abattus et non remplacés, les clôtures mal entretenues, les espaliers non palissés et les arbres de « nulle valeur ».

43Un autre grand type de conflit vient s’ajouter aux délits sanctionnés par les gardes-messiers et les gardes-chasse(s) : les problèmes liés à la mitoyenneté à l’intérieur des cours et des jardins mais aussi entre deux héritages. L’enjeu est important pour déterminer qui payera la construction du mur, qui entretiendra la clôture, et pour savoir si on aura le droit de palisser ses arbres directement sur le mur de clôture. La propriété de la dépouille des arbres fruitiers, présents dans la haie ou plantés dans une cour commune, en dépendra ainsi que le bois de la haie et les porte-greffe qui y sont élevés. Véritable nid à discordes, d’autant plus que l’enjeu économique y rencontre l’affirmation du sentiment de propriété, cette question multiplie les querelles de voisinage entre la population locale et les propriétaires horsains mais aussi entre les membres de la communauté villageoise. Les arpenteurs sont donc conviés à mesurer les héritages, à retrouver et/ou fixer les bornes matérialisées par des pierres, qui ont tendance à rouler, et par des arbres corniers.

  • 53 Sentence du 10 mars 1773, AD 95, B95/1 271.
  • 54 François Bourjon, op. cit., t. 2, 1747, p. 644.
  • 55 Ibid, t. 2, p. 18 et 23.
  • 56 Plainte et sentence du 25/09/1782, AD 95, B95/1 278.

44Antoine Sanglier, marchand-fruitier à Chauvry, se voit condamné à détruire un mur de séparation attendu qu’il a été fait en mauvais matériaux, qu’il n’a pas été mis à son ancienne hauteur et qu’il n’est chaperonné que de son côté ; ce dernier point montre qu’il dénie à son voisin, un maréchal-ferrant, la possibilité de planter des espaliers, d’ailleurs il les avait arrachés lors de la reconstruction de la clôture. Le mur devra ensuite être reconstruit à frais commun53. La justice semble fréquemment se décider pour la mitoyenneté ; elle s’appuie sur l’article 211 de la coutume de Paris reconnaissant que « tous murs séparans cours et jardins, sont réputés mitoyens, s’il n’y a titre au contraire54 ». Les usages juridiques de l’Île-de-France imposent une véritable vente forcée : le propriétaire d’un mur ne peut refuser à son voisin l’achat de la mitoyenneté du mur – dans ce cas, il rembourse la moitié des frais de construction – afin de lui permettre de cultiver l’ensemble de son terrain jusqu’au pied de la clôture55. Françoise et Charlotte Octavie Duchesnay, « filles majeures bourgeoises » propriétaires d’une maison à Moisselles, se plaignent que leur voisin « s’est permis de mettre des arbres en espaliers » le long d’un mur de clôture dont elles revendiquent la pleine et entière propriété. De plus, sans en avertir les deux sœurs, il a abattu une portion du mur. Il se voit donc condamné à reconstruire le mur puisque « la coutume de Paris veut que les maçons ne puissent ni faire toucher à un mur mitoyen pour le démolir, percer et redifier sans y appeller les voisins » mais le mur étant déclaré mitoyen, il pourra conserver ses espaliers56.

Figure n° 23 : Répartition par quinzaines des rapports des gardes du duché-pairie de Montmorency de 1756 à 1790

Figure n° 23 : Répartition par quinzaines des rapports des gardes du duché-pairie de Montmorency de 1756 à 1790

45Le calendrier des délits sanctionnés contre les arbres fruitiers met en valeur de fortes variations saisonnières avec des périodes de tension particulièrement marquées couvrant quatre bons mois de juin à septembre. La majorité des rapports concerne l’été et le début de l’automne, soit la période de maturité de cueillette des fruits. Les messiers sanctionnant surtout des vols de fruits et les récoltes les jours fériés, il est logique que le nombre de rapports augmente à partir du mois de juin et diminue fortement en octobre ; les fruits d’hiver sont cueillis au début de l’automne et vont attendre d’acquérir leur maturité de consommation dans des chambres. À l’intérieur même de l’évident pic estival, la variation des infractions verbalisées permet de préciser les orientations variétales de la vallée de Montmorency. Le plus fort pic de rapports concerne le temps des cerises en juin/première quinzaine de juillet, soulignant ainsi la spécialisation de cette région dans un fruit qui a fait sa réputation à l’époque moderne. Mais il s’agit bien d’une spécialisation et non d’une monoculture : le second pic de la deuxième quinzaine d’août et de la totalité du mois de septembre témoigne d’une diversification dans la culture des fruits à pépins, de pommes et de poires.

46Les rapports de la fin de l’automne, de l’hiver et du début du printemps sanctionnent surtout des vols de bois ou d’arbres. Les contrevenants recherchent du bois pour se chauffer mais, à ce classique larcin campagnard, l’arboriculture rajoute un vol plus spécifique : les arbres étant plantés de novembre à mars, cette période est particulièrement favorable pour dérober des arbres fruitiers récemment plantés et les replanter dans ses héritages ; c’est aussi un temps propice pour subtiliser des greffons pour une greffe en fente qui a lieu en février-mars, d’autant qu’ils peuvent se conserver, l’hiver, dans une cave.

47Un dernier type d’infraction concerne la vente des arbres fruitiers et des fruits ; ce commerce n’est pas exempt de tentatives d’escroquerie. Les traités contemporains mettent en garde les propriétaires contre les pépiniéristes indélicats qui vendent des arbres trop vieux, qui mentent sur la variété fruitière vendue ou qui arrachent une partie des racines lors de l’enlèvement du jeune arbre. Cette mise en garde figure déjà dans Le Jardinier françois qui conseille fortement de choisir ses arbres

  • 57 Bonnefons, op. cit., 1651, p. 20-21.

« dans les pépinières des gens qui sont en réputation d’être fidels : car la pluspart de ceux qui en vendent trompent souvent les achepteurs ; à ceuxcy, je ne vous conseille d’en prendre aucun que vous ne voyez le fruict dessus, et les retenir dès ce temps là, en les cachetant avec de petites bandes de parchemin, scellées de vostre cachet, pour en les levant asseuré d’avoir ce qu’aurez achepté57 ».

48Cent cinquante ans plus tard la condamnation de pépiniéristes indélicats est encore présente chez Calvel qui rapporte, dans une note en bas de page, que :

  • 58 Étienne Calvel, op. cit., an XI-1803, p. 20.

« cette année même, à la pépinière de l’enclos Saint-Fargeau à Menilmontant, gouvernée et exploitée par Norbert, ci-devant chartreux, nous vimes vendre M. R et moi, des rebuts de pépinière en pommiers et en poiriers quenouille à trois sous chacun, on en chargea deux charettes ; l’acquereur se proposoit de les mettre en bâtardière, pour les distribuer en détail pendant l’hiver à vingt et vingt-cinq sous ; voilà des propriétaires bien servis58 ».

49Cette même condamnation, parfois illustrée d’exemples concrets, revient trop fréquemment sous la plume des arboristes pour ne pas être le reflet d’une réalité.

  • 59 Rapport d’expertise du 10/03/1698, AD 95, B95/833.

50Le commerce local d’arbres fruitiers, alimenté par les pépinières villageoises, connaît aussi ces ventes délictueuses. Cyprien Deleurinont, employé dans les fermes du roi en fut victime. Il porte plainte contre Pierre Batardy, jardinier à Domont, au sujet des arbres fruitiers qu’il lui a vendu. Deux jardiniers viennent les visiter dans les jardins du plaignant : « ils ont reconnu qu’ils […] sont de nulle valleur pour avoir esté planté trop vieux et qu’ils ont trés peu de racines et qu’il en pouroit reprendre quelqu’un59 ».

  • 60 Accord de feuillée du 10/06/1681, AD 95, 2E7/523.
  • 61 Michèle Bimbenet-Privat, Ordonnances et sentences de police du Châtelet de Paris, 1668-1787, inven (...)

51Enfin, la vente de fruits dans des paniers offre la possibilité de tricher sur la qualité et la quantité vendues. Les accords de feuillées, normalement utilisées pour protéger les fruits lors du transport, prévoyant de livrer directement les feuilles à Paris60 prouvent la volonté de certains marchands-fruitiers d’abuser des clients en rafraîchissant l’écrin de feuillage de fruits pas encore vendus et/ou en apprêtant des fruits qui n’ont pas bénéficié de cette protection. On peut aussi tromper les acheteurs en disposant, sur le dessus des paniers, des fruits de très bonne qualité, et en dessous des fruits plus médiocres. Les fruits n’étant pas pesés mais estimés par panier, remplir le fond d’un panier de paille permet aussi d’escroquer l’acheteur en le trompant sur la quantité de fruits : le 23 mars 1725, sur rapport de Vincent Laurent, commissaire au quartier des Halles, une sentence de police condamne Brice et Fiacre Maillot, marchands-fruitiers à Saint-Brice, à une amende de dix livres « pour avoir rempli le fond de leurs paniers de fruits avec des bouchons et de la paille61 ».

La population concernée

  • 62 L’âge n’étant que très rarement indiqué, ont été placés sous la catégorie « jeune » les individus (...)
  • 63 Françoise Fortunet, art. cit., 1982, p. 106.

52Dans un rapport sur quatre une femme est impliquée et, surtout, dans un sur trois, un jeune62. La part des femmes et des enfants est renforcée si l’on n’étudie que les vols de fruits ; elles sont compromises dans 37 % des procès-verbaux et les jeunes, dans 41 %. Le chapardage par des enfants dans les campagnes est un fait tellement fréquent qu’il en devient même un argument pour la suppression de la vaine pâture dans les débats sur un Code rural sous l’Empire. À l’argument fondamental d’une servitude collective attentatoire à la liberté de propriété, on ajoute que « l’on ne sera [plus] obligé de faire conduire [le bétail] aux champs […] par des enfants, qui prennent ainsi le goût du désoeuvrement, causent des dégâts dans les propriétés63 ».

  • 64 À partir de l’étude de 107 vols à Paris entre 1700 et 1750, Arlette Farge conclut à une délinquanc (...)
  • 65 Ibid., p. 116.
  • 66 Rapport de messier du 09/06/1778, Groslay, AD 95, B95/1 362.

53Ces pourcentages, qui ne sont pas sans rappeler le profil des voleurs d’aliments à Paris au xviiie siècle64, sont liés à la nature des délits sanctionnés. Cependant, dans les campagnes, le vol de fruits n’a probablement pas la même signification alimentaire qu’à Paris. Dans la capitale, le vol d’aliments est lié à un manque de subsistances pour une population d’ouvriers, de gagne-deniers et de petits marchands ambulants qui ne dispose pas de terre cultivable65. Au contraire, dans les villages, les contrevenants identifiés, à l’exception des inconnus qui peuvent être des mendiants en quête de nourriture, exploitent des terres ou sont domestiques nourris à la ferme, le vol de fruits revêt donc une autre signification. Voler trois pêches ou une poignée de cerises, rejoint plus un vol de gourmandise, un vol tentation, qu’un vol de subsistance. Alors qu’il « alloit de guignier en guignier [qui ne lui appartiennent pas] pour en coeuillir et en manger » le vigneron Jean Bridault est surpris par un messier de la paroisse de Groslay. Pris sur le fait, il ne peut nier alors il lui montre une douzaine de guignes en précisant que c’est « pour régaller ses petits enfants66 ».

  • 67 Rapport de messier du 22/09/1769, Enghien, AD 95, B95/1 362.

54Autant les délits de voiturage induisent une forte masculinité, autant le vol de fruits ou les délits de pâturage s’appuient sur un public largement juvénile, d’autant plus qu’il s’agit bien souvent que de quelques pommes jetées dans son tablier retroussé, de pêches mises dans ses poches, de poires déposées à l’intérieur de son chapeau, ou de cerises directement mangées sur l’arbre. La fuite d’enfants à l’approche d’un garde, alors qu’ils étaient en train de manger des cerises ou des poires, est une scène classique dans les rapports des messiers. Louis André Viez, un messier d’Enghien surprend « trois petits garçons sous des noiers ap(partenan)t à Charles Laurent d’Anguien situés au bas du pavé de S(ain)t-Paul, terroir de Soisy à abatre des noix avec des bâtons qu’ils jetoient sur un des noiers non gaulé, lesquels à son approche s’en sont enfuis67 ».

  • 68 Sur les 190 rapports conservés, les infractions aux jours fériés ont été rétirées ainsi que les ra (...)
  • 69 Rapport de messier, AD 95, B95/1 362.
  • 70 Rapport de messier du 01/09/1758, AD 95, B95/1 362.
  • 71 20 cas sur 38 affaires, AD 95, B95/831 à B95/836.

55Quant aux victimes de ces délits, l’étude de leur origine sociale et géographique nous offre la possibilité d’appréhender la cohésion de la communauté rurale par le biais d’une culture fortement marquée par la présence de propriétaires privilégiés et d’exploitants horsains. Sur les cent quarante-et-un rapports impliquant une atteinte à la propriété68, 29 % concernent des propriétaires privilégiés, dont les seigneurs, et 20 % des propriétaires ou/et des exploitants vivant dans les finages limitrophes. Le 22 septembre 1773, Jacques Hubert, vigneron à Deuil, vole des pommes sur un héritage situé à Deuil mais appartenant à un habitant de Pierrefitte69, alors que les trois fils de Jean Moineau, de Montlignon, sont surpris en train de gauler, avec des pierres, des noix sur un héritage situé à Saint- Brice70 ; la présence d’un panier témoigne que le vol était intentionnel. La moitié des rapports des gardes-messiers et des gardes-chasse(s) verbalise des infractions commises sur des héritages possédés ou exploités par des étrangers à la communauté villageoise. Face à la présence de horsains, la solidarité villageoise semble se manifester. Un constat identique ressort du dépouillement des archives judiciaires de Domont. De 1644 à 1738, plus de la moitié des plaintes et des demandes de visite d’héritages est déposée devant le prévôt par des propriétaires privilégiés71.

  • 72 Benoît Garnot, art. cit., 1996, p. 71.

56Ces chiffres traduisent un recours plus fréquent des propriétaires étrangers à la justice alors que les membres de la communauté villageoise font « une sorte de tri entre ce qui reste confiné (voire étouffé) à l’intérieur de la communauté et ce qui est porté en justice72 ». De même, l’étude des infractions rapportées par les gardes-chasse(s) par définition, ne peut que renforcer la part des atteintes aux propriétés bourgeoises. Même si le fonctionnement de la police rurale, à l’époque moderne, conduit certainement à une sureprésentation des méfaits contre les propriétaires privilégiés, il n’en demeure pas moins vrai que les motifs des plaintes et les rapports existent.

  • 73 Plainte du 04/04/1693, AD 95, B95/1 183.

57Véritable lieu commun des traités contemporains, le jardinier voleur, de mauvaise vie et mœurs, n’est pas absent des plaintes déposées devant le bailli du duché-pairie de Montmorency mais pas dans une proportion telle qu’elle puisse justifier cette légende noire du jardinier. Vol domestique et mauvais entretien du jardin, sous ces deux méfaits se dessine l’image du mauvais jardinier dans des plaintes stéréotypées, où le maître se montre d’une grande patience et le jardinier d’une malignité incroyable. Ainsi « par un mauvais dessein », Louis Bourgeois, jardinier de Catherine Gary, dame du fief de Mauléon, lui a dérobé la clef d’une chambre pour lui voler du foin. Non content de ce larcin, il a aussi dérobé des pigeons du colombier et des fruits « qui estoient sur les arbres du clos et lors qu’ils ont esté coeuillir » ; la notation dans la même phrase du colombier et du clos d’arbres fruitiers, deux marqueurs sociaux du gentilhomme, ne peut que souligner l’effronterie du jardinier. Il ne manque plus que le vol d’argent pour parachever le portrait de ce serviteur d’autant plus indigne de sa maîtresse que celle-ci « est demeurée véritablement dans le silence sans se plaindre, croyant que ledit Bourgeois se corigeoit de ses mauvaises vices et mœurs, mais il n’a pu se contenir plus qu’auparavant ses meschantes habittudes » ; or lui ayant confié de l’argent pour acheter trois boisseaux de vesces, il n’en aurait acheté que deux et conservé le reste de l’argent73.

58Cependant, la vision largement faussée qu’offrent les délits ayant laissés des traces dans les archives judiciaires ne doit pas nous faire sombrer dans l’optimisme nostalgique d’une idyllique communauté villageoise solidaire. En effet, il faut prendre en compte l’éventuelle connivence entre le messier issu du village et ses connaissances. De plus, l’existence de l’infra-judiciaire et des seuils mouvants de tolérance nous invitent à être particulièrement prudents dans le maniement de ces résultats. Certains rapports de messiers révèlent aussi des tensions intracommunautaires : quatre compagnons sont surpris en train de manger des cerises directement sur un arbre, le garde leur fait remarquer « le tort qu’ils y faisoient » ; ils rétorquent que si « ils y étaient monté c’étoit de l’ordre et par permission de Madelaine ». Dans la suite du rapport on apprend que la femme d’un vigneron de Sannois a bien donné son autorisation, cependant cette terre et les cerisiers qui y sont plantés ne lui appartiennent pas mais sont à deux frères vignerons du village ; le messier lui a donc

  • 74 Rapport de messier du 22/06/1775, Sannois, AD 95, B95/1 362.

« demandé pourquoy elle avoit permis de pillier le bien d’autruy, les cerize ny le cerizier dont il s’agit ne luy appartenant point, et soit que cette f(emm)e fut faché que le comp(aran)t eut rencontré les quatre particuliers à manger et prendre lesd. cerize elle luy soutenant toujours qu’elle en avoit fait manger et qu’elle en feroit encore manger, elle luy donna un soufflet que sur le champ le comparant luy rendit74 ».

  • 75 Plainte du 18/07/1703, AD 95.

59Ailleurs, c’est le vol de cerises qui donne lieu à un échange de copieuses injures entre un homme et une femme appartenant à la même communauté villageoise75.

Les tensions socio-économiques villageoises à l’ombre de l’arbre fruitier

L’infraction au prisme de la défense et de l’accusation

  • 76 Plainte de Jacques Roger du 18/08/1704, AD 95, B95/1 288.

60Le 18 août 1704, Jacques Roger, marchand d’Andilly, porte plainte au non de son fils contre Jean Baudignon. Le jour de l’Assomption, son fils, âgé de dix ans, est entré, par une brèche, dans le jardin de Jean Baudignon pour y ramasser des poires tombées comme le font d’autres enfants. Or Jean Baudignon et son fils le surprennent et « ils ont battu et maltraité le pauvre petit enfant pour avoir amassé quelques poires molles et gâtés dans son chapeau, que led. Baudignon a donné à des porcs ». Le jeune François Roger ne serait que la victime d’un lâche règlement de compte car « led. Baudignon a toujours regardé [Jacques Roger] comme son ennemy mortel76 ».

  • 77 Plainte de Jean Baudignon du 18/08/1704, AD 95, B95/1 288.

61Le 18 août 1704, Jean Baudignon, marchand à Andilly, porte plainte contre le fils de Jacques Roger. Depuis trois semaines « certains quidans » escaladent les murs d’un jardin pour y voler des groseilles et des poires. Or hier, pendant les vêpres, François Roger, après être passé par-dessus le mur, fut surpris sous un poirier de Deux-têtes dont il venait juste de descendre après y avoir cueilli près de cent cinquante poires déposées dans son chapeau, dans sa chemise et dans ses poches, « et il avoit encore environ cinquante de poires d’eau rose qu’il avoit coeuilli à un autre arbre poirier qui est au bout dud. jardin77 ».

  • 78 Arlette Farge, Le goût de l’archive, 1989, rééd. 1997, p. 39.

« L’important n’est plus ici de savoir si les faits racontés ont eu exactement lieu de cette façon, mais de comprendre comment la narration s’est articulée entre un pouvoir qui l’y oblige, un désir de convaincre et une pratique des mots dont on peut chercher à savoir si elle emprunte ou non des modèles culturels ambiants78 ».

  • 79 Boucher d’Argis, op. cit., 1749, t. 1, p. 141.
  • 80 Les ouvertures entretenues dans les murs et les haies des clos et des jardins proches des zones gi (...)

62En effet, ces deux plaintes, à partir d’un même événement, tentent l’une d’atténuer le vol de fruits, l’autre de l’aggraver, toutes deux créent du réel. Dans le rappel des faits, le ramassage de fruits tombés à terre pour s’inscrire dans le principe chrétien du glanage, la mauvaise qualité des fruits pris, la clôture mal entretenue ou la jeunesse du voleur – théoriquement la tolérance du glanage n’existe que pour les gens âgés, les enfants, et autres personnes faibles79 – sont autant de circonstances atténuantes. Pour le père, la violation de la propriété est discutable puisqu’elle n’est pas entièrement clôturée. Bien plus, la notation de la brèche tend à prouver que Jean Baudignon est un mauvais exploitant puisqu’il n’entretient pas la clôture du jardin malgré les réitérations des baux et des règlements de police, à moins que cette ouverture ne lui serve à prendre au piège du gibier80… Quant au prétendu vol de fruits, il s’agit plus d’un jeu d’enfants – les enfants sont en effet très impliqués dans les vols de fruits – qui ne porte absolument pas atteinte aux biens de Jean Baudignon puisque les poires sont blettes et gâtées, seulement bonnes pour des porcs. Au contraire, l’intention de voler suffit à transformer un simple passe-temps de gamins en grave délit. Or, dans la version de Jean Baudignon, cette intention existe puisqu’il a fallu escalader le mur et en plus pendant les vêpres pour ne pas être dérangé ; vol de fruits intentionnel aussi car il laisse entendre que l’enfant est probablement récidiviste, d’autant plus qu’il semble avoir déjà repéré les lieux puisqu’il en avait aussi cueilli sur un autre poirier qui est « au bout dud. jardin » ; vol enfin car, non seulement il a cueilli les poires sur deux arbres mais la quantité cueillie prouve qu’il ne peut avoir agi que pour revendre les fruits, d’ailleurs, pour donner plus de valeur aux poires, il cite les deux variétés : ce ne sont pas de vulgaires poires de curé mais des poires de Deux-têtes et d’Eau de rose.

  • 81 Arlette Farge, op. cit., 1974, p. 130.

63Le délit commis de nuit ou pendant une fête religieuse, la clôture violée, les exactions répétées, les branches cassées et les fruits endommagés, sont autant de circonstances aggravantes. Les plaintes et les rapports des gardes mettent en valeur les délits intentionnels et prémédités. Si les messiers précisent l’utilisation d’échelles et de paniers, voire d’un cheval, c’est pour mettre en valeur la gravité d’un vol prévu, contrairement à l’individu qui jette deux-trois poignées de cerises dans sa chemise. De même, le mur escaladé, la haie arrachée et le fossé comblé sont des circonstances aggravantes car ils conjuguent un vol intentionnel, préparé, avec une violation physique d’une propriété. Quant au vol de nuit, « cette condition accentue la peine puisque le vol de nuit est mieux protégé que le vol simple. C’est un vol qualifié, poursuivi plus sévèrement par la justice81 ».

  • 82 Rapport d’un messier d’Enghien, 12/06/1774, AD 95, B95/1 362.
  • 83 Acte de nomination d’un messier du Thillay, 17/04/1764, AD 95, B95/2 909.
  • 84 Mémoires d’agriculture, d’économie rurale et domestique, publié par la Société Royale d’Agricultur (...)

64Le délit le plus grave, tant pour les juristes que pour la population locale, concerne la destruction des arbres fruitiers. Dans les rapports sanctionnant un vol de fruits, les messiers n’oublieront pas de préciser les dégâts occasionnés sur les arbres fruitiers comme circonstance accablante : « non contents de coeuillir lesd. guignes et les mettre dans leur poches, led. Herbet cassoit les branches82 ». « Les loix de l’humanité [ne] deffendent [-elles pas] de gâter et détruire ce qui sert à la subsistance de l’homme83 » ? La gravité attachée à ce délit tient à une société qui sait le prix humain d’une cherté ; mentalement elle a totalement intériorisé la peur de la famine. La destruction d’un arbre fruitier est d’autant plus grave qu’elle réveille cette peur de la disette alimentaire associée au spectre de la déforestation. « Tout le monde sait que le bois devient tous les jours de plus en plus rare, et que l’on est à la veille d’en manquer pour presque tous les usages de la vie84 » ; l’époque moderne est marquée, dans la population comme chez les administrateurs, par une véritable crainte d’une disette de bois dont on retrouvera un écho, en 1789, dans les cahiers de doléances se plaignant de sa rareté et de sa cherté. Par ailleurs, le passage d’une voiture dans un champ semé en céréales ne va compromettre « qu’une » année récolte ; un arbre fruitier détruit revient à rompre un cycle végétatif de plusieurs années. Non seulement on brise la perspective de récoltes croissantes pour les années à venir, mais on doit regreffer l’arbre rompu ou remplacer l’arbre coupé à sa base soit recommencer un cycle de plusieurs années où l’arbre ne fructifiera pas. À toute autre échelle, la politique de la terre brûlée ne s’y trompe pas en détruisant les arbres fruitiers.

65Plus que le vol de bois des arbres forestiers, c’est celui des arbres fruitiers qui révolte la communauté villageoise quand il concerne tous les héritages d’un finage, et non plus seulement ceux d’un propriétaire bourgeois. Remarquable à cet égard est l’attitude des habitants de Saint-Brice face au vol de bois dans leurs exploitations pendant l’hiver 1709-1710. Le procureur fiscal de Saint-Brice fait part au bailli d’Enghien d’une

« dénonciation contre certains quidans et quidannes habitans de Saint-Brice quy rodent sans cesse, tant de jour que de nuit, dans les campagnes sur ledit terroir et autres voisins où il commettent des délits et dégats très considérables couppants les bois taillis, les arbres fruits vifs et morts emportants les eschallats des vignes ».

66Visiblement excédée contre les vols quotidiens sur ses héritages, la communauté n’hésite pas à faire bloc pour condamner nommément certains de ses membres ; trois laboureurs, deux marchands, un vigneron, un charron, un couvreur, un menuisier et un vitrier, ainsi qu’une femme, témoignent précisément contre dix habitants de Saint-Brice et un Picard « qui ne font autres métiers de voller du bois » ; l’âge des témoins, de 23 à 53 ans, montre qu’il ne s’agit pas d’un conflit de générations, et la précision des professions témoigne qu’une réaction de la seule sanior pars villageoise est aussi à exclure. L’acte en est d’autant plus remarquable car non seulement il ne concerne que la communauté villageoise, mais en plus toutes les dépositions concordent.

  • 85 Benoît Garnot, art. cit., 1996, p. 71.
  • 86 Plainte et interrogatoire du 02/04/1710, AD 95, B95/1 290.

67Les villageois sont bavards ; la gravité de la situation est telle – il faut replacer l’affaire dans la difficile conjoncture de la fin du règne de Louis XIV – qu’il n’est plus question de recourir à l’infra-judiciaire et encore moins à une tolérance silencieuse plus ou moins forcée. Les onze témoignages insistent sur l’intolérable pour justifier cette commune dénonciation de certains des leurs : non seulement ils volent régulièrement des branches d’arbres fruitiers mais en plus ce n’est pas pour leur usage personnel – ce qui en période de difficultés économiques aurait pu bénéficier de la tolérance de la charité chrétienne – mais pour alimenter un commerce de bois. Un seuil de tolérance a été franchi, il ne s’agit plus d’un acte isolé et ponctuel mais d’un « danger excessif qu’un individu paraît faire courir à l’ensemble de la communauté85 ». Les dépositions, contrairement à celles des propriétaires privilégiés, ne mettent pas en valeur une atteinte à l’honneur mais bien une atteinte économique86.

Une réponse à des difficultés économiques

68Les difficultés économiques, l’endettement, les arriérés de loyers et de rentes se soldent bien souvent par la vente de parcelles de terre. Lorsqu’on vend une pièce de terre labourable, les moissons qui vont se succéder devant l’ancien propriétaire seront le fruit légitime du travail du paysan qui aura semé les céréales ; au contraire, les fruits donnés par une pièce plantée d’arbres fruitiers, vendue à cause de la conjoncture, resteront les produits des arbres que l’on aura plantés : la différence est de taille et est au cœur de nombreux conflits. Agressions verbales et vols de fruits témoignent à leur façon d’un refus, d’une résistance et surtout d’un désarroi face à la conjoncture économique et à l’expropriation.

  • 87 Plainte du 24/07/1697, AD 95, B95/1 191.
  • 88 Plainte du 23/06/1701, AD 95 B95/1 197.

69Le 24 juillet 1697, un sergent de la prévôté de Sarcelles porte plainte contre la veuve Louis Cossard et Nicolas Betmont, marchands à Saint-Brice. Nommé commissaire au régime et gouvernement de trois pièces d’héritages saisies à la requête de Pierre Gillet, procureur au Parlement, sur la veuve Louis Cossart, il est confronté à une dégradation intentionnelle des pièces de terre : on y a coupé les « gros et vertueux » pommiers et arraché presque tous les ceps de vigne87. Le 23 juin 1701, à la requête du prêtre de Groslay et d’un écuyer, tous deux créanciers de Jacques Quidet, on procède à la visite de la maison qu’ils viennent de faire saisir. Là encore des dégradations ont été commises : « dans la basse cour […] il a esté coupé deux sceps de treille et un poirier » et au milieu de la cour un pommier de Rambour a été abattu88. Dans les deux cas, la destruction des arbres fruitiers, au-delà de la baisse de la valeur des biens saisis, traduit un refus de la dépossession en coupant ses arbres.

  • 89 Plainte du 23/09/1704, AD 95, B95/1 288.
  • 90 Rapport d’un messier de Montlignon du 21/09/1757, AD 95, B95/1 362.

70Parfois, les fruits vendus aux enchères, suite à une demande de saisie déposée par des créanciers, disparaissent « mystérieusement » pour se retrouver sur les carreaux des Halles. Le 23 septembre 1704, François Gosselain semble bien victime de ce procédé. Il vient de se rendre adjudicataire de raisins et de pommes saisis sur Henri Desouches ; dès le lendemain il s’aperçoit que la plus grande partie des pommes a été cueillie pendant la nuit, il a même appris que les fruits ont été acheminés et vendus à Paris. Quant aux raisins, « il est menacé qu’il ne trouvera aucun fruit de vignes avant les vendanges ouvertes ». Or Thomas Tessard, faisant sa ronde de messier, rencontre Henry Desouches le jeune chargé d’une hottée de pommes : « luy ayant demandé d’où il venoit prendre ses pommes, ledit Desouches luy auroit repondu qu’il les avoit coeuillis sur un héritage qui luy apartient89 » ! Ailleurs, c’est une veuve qui cueille des pommes dont la dépouille, dans le cadre du règlement de la succession du défunt mari, a pourtant déjà été vendue90.

71Le 6 août 1775, le garde-chasse de la terre et seigneurie de Châteauvert, à Piscop, surprend dans un clos entouré de haie vive, appartenant au seigneur du lieu, François Joly et la veuve Jean Joly en train de cueillir des prunes de Mirabelle et de Dominot. Ces manouvriers de Piscop se sont déplacés avec une échelle et des paniers ; pour le garde, le vol est donc intentionnel. Il leur demande

  • 91 Rapport de garde-chasse du 06/08/1775, Piscop, AD 95, B95/1 362.

« pourquoi ils coeuilloient ces prunes qui ne leurs appartenoient pas, ce d(erni)er lui a répondu que c’étoit à eux et que mr de Cherizy leur hotoient un bien qui leur appartenoit et lad(it)e veuve Joly a pris la parole pour dire que mr Vareuil étoit un grand voleur n’ont pas envers tout le monde mais envers elle91 ».

72Une dizaine de jours plus tard, le garde-chasse, prudemment accompagné d’André Mazurier, un marchand de bois d’Enghien, et d’un manouvrier, retourne dans le clos. Il y est accueilli par Jacques Joly qui demande à Mazurier

« s’il venoit voir ses fruits à quoi ce d(erni)er répondit que ce n’étoit pas à lui mais bien à mr de Vareuil, led. Joly luy réparty, à la bonne heure parce que si vous ou d’autres en détachiez un, il arriveroit malheur ».

73François Jolly survient et menace le garde :

  • 92 Rapport de garde-chasse du 19/08/1775, AD 95, B95/1 362.

« mr de Vareuil n’auroit pas les fruits dud. clos, il se f. de lui ainsi que de mr le sergent et dimanche prochain dès le matin il coeuilleroit le reste des prunes et qu’il ne viendroit pas seul92 ».

  • 93 Rapport de garde-chasse du 20/08/1775, AD 95, B95/1 362.

74Et le dimanche suivant, la menace fut tenue93. Un mois plus tard, les prunes sont remplacées par des noix mais la signification de l’incident reste identique. Le garde-chasse et un cabaretier de Piscop cueillent des noix pour « mr de Vareuil » dans la cour d’une maison appartenant au seigneur de Château vert. La femme de François Joly les surprend et leur interdit de cueillir des noix « sinon qu’elle alloit chercher des hommes, ce qu’elle fit en effet sur le champ ». Les Joly récupèrent les noix déjà cueillies et la mère profite de cet incident pour aller

« coeuillir les arricots dans le jardin de lad. maison […] en les coeuillant elle prenoit ceux qui étoient en maturité et les mettoit dans son tablier, et pour ceux qui n’étoient pas encore en maturité elle les coeuilloit et les jettoit par terre ».

75Enfin arrive Marguerite Joly, la fille, qui

  • 94 Rapport de garde-chasse du 07/09/1775, AD 95, B95/1 362.

« demanda [au garde] pour quoi ils coeuilloit ces noix et qui lui en avoit donné la permission puis continuant à parler elle dit aud. Nandin qu’il n’avoit qu’a descendre de dessus son échelle sinon qu’elle le fouteroit par terre ce qu’elle auroit fait à l’instant si le [garde] l’en eut empesché. […] Voyant sa colère et pour éviter quelques inconvénients désagréables le fit descendre pour s’en aller94 ».

76Ces quatre rapports illustrent un refus de l’expropriation paysanne exacerbé par les arbres fruitiers qui maintiennent le souvenir de l’ancienne possession. La menace prononcée par François Jolly témoigne d’un refus de l’ordre des choses qui pousse dans une logique de transgression ; refus de l’expropriation, refus de l’autorité d’un représentant de la justice et, enfin, pour bien signifier sa colère contre l’ordre établi, une récupération de son bien un dimanche comme pour parachever un acte de bravade désespéré.

L’arbre fruitier, un symbole assiégé

Une atteinte à l’individu

77Les 9 et 14 mai 1727, le procureur fiscal de Domont porte plainte en son nom et celui de ses neveux contre Jean Berlay, garde, et son épouse qui « menacent actuellement de tuer les suppl(ian)ts » et de leur

  • 95 Plainte du 14/05/1727, AD 95, B95/834.

« faire tous les tords imaginables sur ce qui luy appartient […] lad. femme Berlay ne sortant jamais tant de nuit que de jour, qu’avec fusils ou pistolets chargés [et le] déclare publiquement […] et mesme depuis lesd. menaces l’on a cassé dans deux jardins du supp(lian)t une grande quantité d’arbres fruitier95 ».

  • 96 Plainte du 09/05/1727, AD 95, B95/834.

78Dans l’esprit du procureur, comme dans l’attitude des agresseurs, l’atteinte contre l’individu – il serait menacé d’être tué – se projette dans la destruction volontaire des arbres fruitiers. Le motif n’est pas le vol de bois mais bien une destruction qui se veut message. Derrière l’acte de vandalisme, c’est bien l’individu qui est visé ; on détruit dans un jardin, l’espace le plus évocateur d’une propriété et d’une intimité ; on brise l’arbre fruitier qui a été élevé, dressé et gouverné par la main de l’homme – n’oublions pas l’anthropomorphisation de l’arbre fruitier dans les traités contemporains, traduction littéraire des soins et des espoirs portés à l’arbre fruitier – et qui a demandé un fort investissement en temps. Enfin, l’atteinte est d’autant plus forte qu’elle touche une culture permanente, elle s’inscrit donc dans l’espace et dans le temps ; même remplacé, sa taille soulignera la rupture qui a été créée. Le vocabulaire utilisé dans la plainte du 9 mai adressée au prévôt de Domont met en valeur l’atteinte à l’honneur de l’individu : les délinquants sont mués « par la malice la plus noire et un vray esprit d’iniquité », les arbres rompus sont « des vexations deffendues par les loix divines et humaines », des « insultes96 ».

79Un des fondements essentiels des affaires de justice de l’Ancien Régime est axé autour de la publicité. Soit qu’il faille éviter un désordre public pour la victime et la police soit que les agresseurs cherchent à provoquer un déshonneur public. Berlay et son épouse menacent publiquement le procureur fiscal et ses neveux ; les arbres fruitiers cassés renvoient au même registre d’agression publique car le délit doit être constaté, visible et connu. L’arbre fruitier devient une cible idéale puisqu’il se donne à voir structurant géographiquement et socialement le paysage. Pour souligner cette atteinte publique, il faut donc laisser sur place les arbres coupés.

Le vol de fruits, un dédommagement contre l’expropriation paysanne ?

  • 97 Information du 06/08/1691, AD 95, B95/1 178.

« Depuis quelques temps certains mal veillans de cette ville d’Anguien menassent les bourgeois de Paris quy ont des maisons en cette ville de breuller lesdites maisons, de coupper et abbattre les arbres et vignes quy sont sur lesdits herittages, voller, emporter, arracher les fruits et grains qui croissent, sont semez sur icelles et mesme d’assassiner et ampoisonner ledits bourgeois97 ».

80Les bourgeois ne furent pas empoisonnés, ni les maisons brûlées, mais les fruits, volés ; ces vols doivent être interprétés dans un contexte d’hostilité envers les propriétaires privilégiés. La seconde moitié du xviie siècle est marquée, dans la vallée de Montmorency, par une nette augmentation du nombre de bailleurs d’origine parisienne alors que les résidences de la Ville et de la Cour ne cessent de s’y bâtir et de s’agrandir durant les deux derniers siècles de l’Ancien Régime. Les paysans se trouvent donc confrontés à une expropriation fortement soulignée par la présence de propriétaires privilégiés qui réduisent le nombre de taillables dans le village.

  • 98 À partir de 41 actes.

81Face à cette réalité, parfois exacerbée par les conjonctures difficiles, la maison des champs avec son jardin clos de murs affirme, au cœur des finages, la propriété « bourgeoise » et son corollaire, l’expropriation paysanne. Le clos devient donc un espace symbolique pour marquer le refus de la propriété privilégiée : espace privé, il est lié à l’intimité du propriétaire ; espace privilégié, il doit fournir des fruits à la table du maître ; espace des nouveautés, il accueille les nouvelles variétés fruitières et de nouveaux préceptes de taille ; espace du bon goût, il marque la distinction sociale du propriétaire. L’agression contre le clos, c’est un vol contre le propriétaire dans ce qu’il a de plus spécifique – le message est beaucoup plus fort que des vols ou des dégradations en plein champ –, sur un marqueur social totalement perçu par la paysannerie. Or, les trois quarts des rapports et plaintes répondant à un vol de fruits ou/et de bois d’arbres fruitiers dans des jardins, rencontrés dans nos sondages dans les archives judiciaires de la vallée de Montmorency, concernent les propriétaires privilégiés98. Cette sureprésentation de jardins « bourgeois » dans les espaces clos violés, tend à faire de cette infraction, un délit classique comme un tribut ou un dédommagement naturel imposé par la communauté villageoise.

  • 99 Plainte du 19/03/1698, AD 95, B95/1 193.

82Dans le même esprit, le passage dans les clos marque une volonté d’affirmer une réappropriation de l’espace villageois par la communauté, une réappropriation collective. Le 23 avril 1698, un officier de la maison de Monsieur, frère du roi, seigneur d’Ormesson, se plaint que le clos joignant sa maison seigneuriale, « clos en partye de muraille et l’autre partye de fosse et hayes visves » est quotidiennement investi par les villageois qui « se sont adonnez d’en faire leur propres partyes pour leur divertissement » et qui lui volent aussi ses fruits, « et pour ce faire rompe(n)t et coupe(n)t lesd. hayes visves en sorte que lesd. fosses sont abatus99 ». La veuve du seigneur de Domont se plaint que dans

  • 100 Plainte du 13/11/1713, AD 95, B95/834.

« plusieurs clos plantés d’arbres fruitiers fermés de hayes vives et autres hérittages […] certains particuliers se donnent la liberté de passer, aller et venir, et y faire conduire et passer leurs chevaux et harnois et du nombre de ses particuliers il y en a quy passent par dessus les hayes, en rompent une partie et mesme des arbres fruitiers qu’ils emportent100 ».

83En y cueillant des fruits et en y coupant du bois, les paysans font, au nom de leur commune, acte de propriété selon la même signification que la vive pâture.

84Vol de fruits et de bois d’arbres fruitiers dans les jardins des propriétaires bourgeois, passages et activités ostentatoires à l’intérieur des clos, avec destruction des haies vives et comblement des fossés, sont autant de réactions de la communauté villageoise face au propriétaire horsain. Dans un cas il s’agit d’un dédommagement, le vol de fruits dans un jardin bourgeois n’a pas la même signification qu’un vol dans un jardin villageois et le regard de la communauté n’est certainement pas le même d’un vol à l’autre. Dans un autre cas, le refus est mis en valeur par une réappropriation collective marquée dans le paysage par l’ouverture d’une brèche, d’un chemin à travers haies et jardins, marquée quotidiennement par des va-et-vient comme pour fixer une tradition et légitimer un droit de passage – les plaintes insistent sur les passages répétés – ; cette réappropriation est aussi manifeste quand le clos devient un lieu public d’amusement, le transformant en un espace de la sociabilité villageoise. Dans les deux cas, l’arbre fruitier, constitutif du clos et culture permanente structurant l’espace vécu quotidiennement, permet un délit bien évidemment économique mais surtout politique.

Le refus d’un ordonnancement du monde

85N’oublions pas la position de marqueur social acquise par l’arbre fruitier dans un clos ni sa fonction structurante dans un paysage pour comprendre la portée d’un acte le touchant. L’arbre fruitier donne un sens social à l’espace, il l’organise et ponctue la lecture du paysage. Le toucher intentionnellement revient à vouloir détourner une signification comprise par l’ensemble de la communauté villageoise au sens large. Cet acte s’approprie la spécificité socioculturelle attachée à l’arbre fruitier pour détruire symboliquement un ordre social inscrit dans le paysage.

  • 101 Plainte du 15/12/1786, AD 95, B95/1 282.

86Le 15 décembre 1786 le procureur fiscal général du bailliage du duché-pairie d’Enghien informe le bailli que dans une allée récemment plantée, « deux peupliers coupés à la hauteur de la main, les troncs demeurés en terre » ont été trouvés101. Et le cinq septembre 1789, Pierre Joly, l’un des messiers et garde des voiries du prince de Condé, rapporte

  • 102 Rapport du 05/09/1789, AD 95, B95/1 362.

qu’ » étant sur la voirie d’Anguien à Luzarches, terroir de Saint-Brice, il s’est apperçu que l’on a coupé cinq pommiers par le milieu du corps de l’âge de deux ans de greffe et trois autres pommiers du même âge de greffe a qui l’on a retiré l’écorche tout autour de la longueur d’environ deux pouces de cinq autres pommiers aussi du même âge de greffe et que l’on a cassé et arraché les greffes102 ».

  • 103 Arlette Farge, op. cit., 1979, rééd. 1992, p. 102.
  • 104 Robert Muchembled, « Pour une histoire des gestes (xve-xviiie siècle) », RHMC, vol. XXXIV, n° 1, j (...)

87Il s’agit d’actes symboliques. Non seulement la coupe d’un arbre laissé sur place renvoie à la destruction d’un ordre voulu, au refus de l’affirmation d’une possession mais, mis à terre, l’arbre devient un affront, un déshonneur. En effet l’arbre s’élance vers le ciel, alors qu’à terre, on rampe, on se traîne, on est vaincu ; la noblesse de l’arbre et du fruit tient à son développement aérien. L’honorabilité brisée de la verticalité est soulignée par l’arbre laissé à terre. De la verticalité à l’horizontalité, le geste qui déshonore est le même dans la canne103 ou le chapeau104 que l’on fait tomber et dans l’arbre scié ostensiblement laissé à terre. Dans les trois cas, un symbole de la respectabilité, un marqueur social, est renversé. Mais pour l’arbre, l’affront est d’autant plus fort qu’il s’appuie sur le temps.

  • 105 Abbé Pluche, op. cit., 1735, t. 2, p. 174.

88La destruction de la jeune greffe des pommiers plantés sur les voiries seigneuriales peut aussi revêtir une autre signification symbolique. Détruire la greffe revient à maintenir le caractère sauvage, rustique du porte-greffe, à détruire les espérances dans la variété fruitière désirée. La greffe détruite est comme la manifestation d’une révolte de la nature contre « la culture », de la ruralité contre la civilité ; la greffe ne doit-elle pas, pour l’abbé Pluche et ses lecteurs, substituer « partout, à la barbarie et à la rusticité, […] la politesse, la bonté et la douceur105 » ? La portée et la raison d’être de ce délit résident dans la double lecture, à la fois économique et symbolique, qu’il offre publiquement.

89Le 5 juillet 1790, le garde-chasse de la terre et seigneurie de Maffliers dépose aux greffes deux rapports montrant que l’arbre fruitier planté au bord des voiries a gardé son statut de symbole, mais les débuts de la Révolution ont changé ses « propriétaires ».

  • 106 Rapport du 05/07/1790, Maffliers, AD 95, B95/1 362.

« Il a vu deux particuliers qui ceuilloient des cerises et montés sur chacun un arbre dépendant de ceux plantés le long de la voirie conduisant de la route de Paris au moulin neuf […], a représenté à ces deux particuliers qu’ils ne deuvoient pas se permettre de ceuillir et s’emparer des fruits de ses arbres, qu’ils appartenoient à mr Chrétien, seigneur ou cy-devant seigneur dud. Maffliers, que c’étoit ses prédécesseurs qui les avoit plantés à quoy led. Dupré [un couvreur habitant le village] lui a répondu que les arbres étant plantés sur les communes de la p(aroi)sse il avoit droit [de les] ceuillir. Que le même jour, sur les cinq heures aussy de relevé, passant sur les communes dudit Maffliers, il a rencontré Germain Dupuis dem(euran)t aud. Maffliers […] (lequel) a pris une échelle qui étoit posé et dressé sur un arbre cerisier, la reposée sur un autre coté des cerisiers et s’est mis en devoir de ceuillir des cerises, qu’au même endroit [il] à aussy trouver quatre autres particuliers monter sur des cerisiers et bigarotiers de ladite voiries de Behu qui ceuilloient des cerises et bigarots que les ayant reconnu être de Maffliers et se nommer Louis Mangot, Louis Garnier tous deux manouvriers monté sur le cerisier ou monté ledit Dupuis et qui ceuilloient tous trois ensemble des cerises, et les deux autres des quatres particuliers l’un le nommé Dupuis l’aîné frère dud. Germain Dupuis maçon dem(euran)t aud. Maffliers monté sur un bigarotier qui ceuilloit des bigarots, et le nommé cadet Dupré fils du père Dupré cy-devant nommé couvreur en paille dem(euran)t aud. Mafflier monté sur une échelle posée sur un autre cerisier qui ceuilloit des cerises que le comparant ayant aussy représenté à ces cinq particuliers qu’ils étoient en contravention que les cerises et bigarotiers appartenoient aud. Sr Cretien que c’étoit ces prédécesseurs qui lui avoient fait plantés et que jusqu’à présent la possession ne lui en avoit pas été retirer, ils lui ont répondu tous ensemble que ces arbres appartenoient à la commune de Maffliers et lesd. habitans dudit lieu ils avoient droit de ceuillir les fruits106 ».

90Ces deux rapports placent l’arbre fruitier planté le long d’une voirie entre deux logiques. Celle du garde-chasse s’appuie sur une tradition, sur une légitimité qui se veut immémoriale – « qu’ils appartenoient à Mr Chrétien seigneur […] que c’étoit ses prédécesseurs qui les avoit plantés » – et qui fait de la voirie plantée une affirmation quotidienne de la seigneurie. Au contraire, les réponses des habitants de Maffliers, dans la lignée du droit révolutionnaire naissant, sanctionnent concrètement la réappropriation villageoise des voiries « publiques ». Les événements rapportés témoignent que les paysans sont sûrs de leur bon droit. Loin d’un vol à la sauvette de nuit, sans matériel et du voleur prêt à fuir au bruit des pas d’un éventuel garde, il semble que l’on ait affaire à une mise en scène pour affirmer la prise de possession communautaire. La cueille se déroule en plein jour, un après-midi d’été ; on est venu avec des échelles pour cueillir ostensiblement les fruits aux yeux des passants et surtout du représentant d’une ci-devant autorité seigneuriale : « ledit Dupuis a pris une échelle qui étoit posés et dresse sur un arbre cerisier, la reposée sur un autre coté des cerisiers et s’est mis en devoir de ceuillir des cerises ». Enfin, il n’y a aucune agression verbale ou physique contre le garde, pourtant cette agression traditionnelle était une forme classique de défense contre le messier et de défoulement contre un ordre établi ; au contraire, on justifie calmement son attitude par l’appartenance des arbres aux communes de Maffliers et en tant qu’habitants « dudit lieu ils avoient droit de ceuillir les fruits ». Cette affaire souligne que cette population proche de Paris, proche d’un axe majeur de communication, et composée en partie de marchands-paysans faisant des va-et-vient réguliers jusqu’aux Halles, est parfaitement au courant de l’évolution politique du royaume.

91De l’affirmation d’une possession seigneuriale à celle de la communauté villageoise, l’arbre planté le long des voiries continue à être vécu comme un symbole par la population locale. Même si pour ces villageois l’enjeu est aussi économique, la mise en scène de la cueille traduit bien une lecture politique accessible à tous ; une des grandes spécificités des cultures fruitières réside bien dans ce référent socioculturel qui n’existe pas pour les autres occupations du sol. Enfin, ce rapport souligne la grande frustration de la paysannerie face aux voiries plantées d’arbres : le sentiment d’une dépossession et l’exclusion d’une source de bois et de fruits qui pourtant se nourrissait de leur terre, y multipliait les contraintes culturales en protégeant les racines du passage de la charrue et en projetant une ombre jugée nocive sur les champs et les vignes.

92Le 19 juin 1787, dans une séance publique de la Société Royale d’Agriculture de Paris, le marquis de Turgot prononce, devant Brienne, Malesherbes, Villedeuil et d’Ormesson, un discours « sur les dégâts que font dans les plantations les habitans des campagnes » :

  • 107 Mémoires d’agriculture, d’économie rurale et domestique, publiés par la Société Royale d’Agricultu (...)

« il n’est que trop vrai que, dans beaucoup de provinces, il existe des hommes assez méchans, qui, sans aucun intérêt que celui de faire le mal, détruisent les arbres que l’on plante, de quelque nature qu’ils soient, forestiers ou fruitiers, soit qu’ils forment des avenues, soit qu’ils soient plantés dans les champs, ou sur les revers des fossés qui servent à les enclorre ; et que plus les arbres sont d’une espèce rare, et peuvent servir à l’ornement des campagnes, plus leur destruction est certaine et prochaine ; les baliveaux, de quelqu’âge qu’ils soient, sont exposés à la même destruction, et les arbres plantés sur les grandes routes, n’en sont point exempts. Un malfaiteur, armé d’un instrument tranchant détruit en peu d’instans les plus belles plantations. Les brigands qui s’occupent à la destruction des arbres, emploient aussi des petits pâtres à peler les arbres presqu’au niveau du sol ; ils leur apprennent à enlever un anneau de l’écorce du tronc, et les arbres périssent certainement l’année qui suit cette opération. Lorsque les arbres sont destinés à porter du fruit, les malfaiteurs tordent les greffes lorsqu’elles donnent les plus grandes espérances, et ils les laissent pendre à l’arbre sur lequel elles avaient été appliquées […] La facilité qu’ont les coupables d’exécuter leurs mauvais desseins dans l’obscurité des nuits qui choisissent pour commettre leurs délits, met dans l’impossibilité de les connaître […] Tout le monde sait que le bois devient tous les jours de plus en plus rare, et que l’on est à la veille d’en manquer pour presque tous les usages de la vie107 ».

  • 108 Rapport de messier, 20/05/1773, AD 95, B95/1 362.
  • 109 Rapport, AD 95, B95/1 362.
  • 110 Rapport du 05/09/1789, AD 95, B95/1 362.

93Ce discours traduit la sensibilité des élites face aux dégâts commis sur les arbres fruitiers ; il est vrai qu’en tant que propriétaire de maisons des champs et de seigneuries, ils sont confrontés à ces infractions. Nourrie d’expériences personnelles et/ou d’échanges avec d’autres propriétaires, cette allocution reflète bien les infractions commises dans les campagnes parisiennes. On y retrouve ces « malfaiteurs » qui retirent un anneau à l’écorce des arbres fruitiers pour les faire mourir ; le 20 mai 1773 un des messiers d’Enghien surprend le fils d’un boucher, un berger et un manouvrier « qui faisoient un trou à un arbre pommier […] avec une serpe qui leur servait chacun à leur tour108 » alors que le 5 septembre 1789 un des gardes des voiries du prince de Condé découvre trois pommiers « à qui l’on a retiré l’écorche tout autour de la longueur d’environ deux pouces109 ». On y détruit des greffes comme le constate encore ce garde des voiries du prince de Condé sur cinq pommiers « que l’on a cassé et arraché les greffes110 ».

  • 111 Jean Boissière, « La grande disette de bois à Paris des années 1783-1785 », Flaran V, Auch, 1983-1 (...)

94Les infractions relevées dans ce discours sont donc bien réelles mais non exhaustives, elles reflètent ce qui inquiète les élites. En effet, ce n’est pas tant le vol de bois, et encore moins celui de fruits qui les préoccupent mais bien la destruction des arbres fruitiers. Relisons le discours du marquis de Turgot, il insiste surtout sur les arbres qui marquent un ordre ou une possession : « les arbres qui forment des avenues » si fortement liées à la seigneurie et aux maisons des champs, les arbres clôturant un héritage, les baliveaux que les ordonnances des Eaux et Forêt enjoignent de laisser dans les coupes de bois, les arbres « d’une espèce rare » qu’introduisent dans les campagnes les propriétaires privilégiés et les arbres que le pouvoir royal a fait planter le long des grandes routes. L’inquiétude majeure des élites, dans la décennie pré-révolutionnaire, telle qu’elle apparaît dans cette allocution prononcée devant des membres éminents du gouvernement, n’est pas tant la perspective de manquer de bois, cette crainte de nouveau prononcée ici appartient au discours convenu des administrateurs pendant tout l’Ancien Régime et est réactivée par la disette de bois qu’a connu Paris de 1783 à 1785111, mais bien l’atteinte à un ordonnancement du monde.

95« La pomme de la discorde » revêtait ici une importance capitale : comment mieux saisir les spécificités d’une société, dans ses tensions comme dans ses non-dits, qu’en étudiant les affaires de justice ? Au terme de ce chapitre, on peut affirmer que l’arboriculture fruitière a nourri des délits spécifiques qui s’inscrivent dans des espaces conflictuels créés par la production et le commerce des fruits : les fameuses disputes de cabaret, communes à tout le monde rural, sont ici concurrencées par les tentations du clos, de la voirie et de la mitoyenneté.

96Certes, de nombreux délits sont communs à d’autres occupations du sol, mais leur signification et leur perception sont différentes à l’exemple du vol de fruits qui, bien qu’étant un vol d’aliments, n’est ni vécu ni perçu comme un vol de subsistance contrairement au cas parisien ou au vol de céréales. Le vol de fruits dans les clos d’un propriétaire bourgeois peut être compris comme un dédommagement « naturel » de l’expropriation paysanne tant le jardin fruitier symbolise le cœur des maisons des champs. Il peut même signifier un refus désespéré de la conjoncture par récupération de ses fruits voire de ses arbres plantés par soi, par son père ou par son grand-père dans une pièce que l’on a été obligé de vendre ou qu’un créancier a fait saisir, tant l’arbre fruitier développe un sentiment de propriété.

97En effet, certains délits n’existent que par l’utilisation du statut socioculturel de l’arbre fruitier et de sa nature de culture permanente bien visible dans le paysage. Ainsi, les atteintes à la propriété et à un ordonnancement du monde s’en prennent logiquement à l’arbre transmué en fier étendard. Ces délits prouvent que la lecture symbolique d’un paysage ne concerne pas uniquement les propriétaires privilégiés mais que la paysannerie sait la portée économique, certes, mais aussi politique d’un arbre déshonoré, d’un tronc rompu et laissé ostensiblement à terre, d’une greffe arrachée et pendante, tout comme elle sait lire l’emprise seigneuriale dans un alignement d’arbres le long des routes, l’expropriation paysanne dans un jardin fruitier-potager d’un privilégié et le sentiment de propriété attaché à l’arbre.

Notes

1 Andilly, Deuil, Eaubonne, Epinay-sur-Seine, Ermont, Franconville, Groslay, Maffliers, Margency, Montlignon, Montmagny, Piscop, Saint-Brice, Saint-Gratien, Saint-Leu, Saint-Prix, Sannois, Soisy-sous-Montmorency, Taverny, et Villetaneuse.

2 Guyot, op. cit., 1784, t. 1, p. 561, Boucher d’Argis, op. cit., 1749, t. 1, p. 97, François de Bourjon, le droit commun de la France…, 1747, t. 2, p. 10.

3 Boucher d’Argis, op. cit., 1749, t. 1, p. 101.

4 François Bourjon, op. cit., 1747, t. 2, p. 11.

5 Ibid., t. 2, p. 11.

6 Ibid., t. 2, p. 11.

7 Guyot, op. cit., 1784, t. 1, p. 560.

8 Ibid., t. 1, p. 566.

9 Ibid., t. 1, p. 563.

10 Article 92 de la coutume de Paris, François Bourjon, op. cit., 1747, t. 2, p. 630.

11 Articles 6, 7 et 8 du règlement de police de Domont du 07/09/1680 qui en comporte 10, AD 95, B95/832.

12 Règlement de police du 13/11/1713, Domont, AD 95, B95/834.

13 Règlement de police du 27/02/1730, Domont, AD 95, B95/834.

14 Article 2 du règlement de police de Blémur, 1780, AD 95, B95/639.

15 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 2, p. 306.

16 Paul M. Bondois, art. cit., 1926, p. 449-450.

17 L’arrêt du 4 février 1732 du Parlement de Paris est intégralement retranscrit par La Poix de Freminville, Dictionnaire ou traité de la police générale…, éd. 1771, p. 208-211.

18 30/–/1680, plainte du procureur fiscal de Domont suivie du rappel de l’obligation, AD 95, B95/832.

19 « Observations sur la demande faite par le comité d’un arrété pour l’echenillage », s. d., AN, F10209/B.

20 Loi du 26 ventôse an IV : articles 1, 5, 6 et 8, cités dans Code rural…, 1827.

21 Sur les lois rurales et les projets de code rural sous la Révolution et l’Empire, voir Françoise Fortunet, « Le code rural ou l’impossible codification », Annales historiques de la Révolution française, n° 247, 54e année, janvier-mars 1982, p. 95-112.

22 François Bourjon, op. cit., 1747, t. 2, p. 12.

23 Gobelin, op. cit., 1661, p. 104-105.

24 Les messiers « sont crus sur leur rapport, pourvu qu’ils aient prêté serment en justice en acceptant leur commission », Boucher d’Argis, op. cit., 1773, t. 1, p. 130.

25 Réception de messier, AD 95, B95/1 787.

26 Interrogatoire du 26/06/1702, AD 95, B95/1 288.

27 Plainte du 19/07/1701, AD 95, B95/1 287.

28 Plainte du 14/06/1694, AD 95, B95/1 184.

29 « La fraicheur des nuicts et les pluies l’on obligé de se faire une loge cabanne couverte de paille soutenu par des batons », plainte d’un garde le 02/09/1748, AD 95, B95/270.

30 Plainte du 20/08/1708, AD 95, B95/1 290.

31 Interrogatoire du 19/10/1699, AD 95, B95/1 194.

32 Plainte du 02/09/1748, AD 95, B95/270.

33 Plainte du 20/08/1708, Franconville, AD 95, B95/1 290.

34 Information du 22/09/1708, AD 95, B95/1 290.

35 Rapport du 08/06/1694, interrogatoire du 14/06/1694, AD 95, B95/1 184.

36 Bail du 30/10/1670, AD 95, 2E7/104.

37 Bail du 20/11/1650, AD 95, 2E7/505.

38 Bail du 01/01/1647, AD 95, 2E7/504.

39 Article 9 du règlement de police de Domont du 07/09/1680, AD 95, B95/832.

40 À partir de 190 rapports, AD 95, B95/1 362.

41 Goussainville, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Gonesse.

42 Le Thillay, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Gonesse.

43 Florent Quellier, Les messiers du pays de France au xviiie siècle, mémoire de maîtrise sous la direction de Hugues Neveux, Paris-X Nanterre, 1993, p. 61-65.

44 Règlement de police du 24/07/1755, AD 95, B95/2 892.

45 La Poix de Freminville, op. cit., éd. de 1771, art. « voleurs de jardins, de raisins et autres ».

46 Rapport de messier du 04/08/1773, AD 95, B95/1 362.

47 Marcel Lachiver, op. cit., 1982, p. 398.

48 Jean-Marc Moriceau, op. cit., 1994, p. 379-386.

49 Rapport de messier du 02/07/1780, Saint-Brice, AD 95, B95/1 362.

50 Rapport de messier du 02/07/1764, Saint-Leu, AD 95, B95/1 362.

51 Rapport de messier du 28/08/1757, Franconville, AD 95, B95/1 362.

52 Rapport de messier du 06/06/1762, Montlignon, AD 95, B95/1 362.

53 Sentence du 10 mars 1773, AD 95, B95/1 271.

54 François Bourjon, op. cit., t. 2, 1747, p. 644.

55 Ibid, t. 2, p. 18 et 23.

56 Plainte et sentence du 25/09/1782, AD 95, B95/1 278.

57 Bonnefons, op. cit., 1651, p. 20-21.

58 Étienne Calvel, op. cit., an XI-1803, p. 20.

59 Rapport d’expertise du 10/03/1698, AD 95, B95/833.

60 Accord de feuillée du 10/06/1681, AD 95, 2E7/523.

61 Michèle Bimbenet-Privat, Ordonnances et sentences de police du Châtelet de Paris, 1668-1787, inventaire analytique des articles Y 9498 et 9499, Paris, 1992, p. 247.

62 L’âge n’étant que très rarement indiqué, ont été placés sous la catégorie « jeune » les individus qualifiés de : « enfants », « petits garçons », « fille de », « fils de » et « jeunes personnes ».

63 Françoise Fortunet, art. cit., 1982, p. 106.

64 À partir de l’étude de 107 vols à Paris entre 1700 et 1750, Arlette Farge conclut à une délinquance plus féminine (1 femme pour quatre voleurs) et plus juvénile (43 % des voleurs ont entre 5 et 25 ans) ; Le vol d’aliments à Paris au xviiie siècle, 1974, p. 91 à 130.

65 Ibid., p. 116.

66 Rapport de messier du 09/06/1778, Groslay, AD 95, B95/1 362.

67 Rapport de messier du 22/09/1769, Enghien, AD 95, B95/1 362.

68 Sur les 190 rapports conservés, les infractions aux jours fériés ont été rétirées ainsi que les rapports constatant des destructions sur les arbres des voiries à cause du vent et ceux constatant des délits de pâturage sans connaître le signalement du coupable.

69 Rapport de messier, AD 95, B95/1 362.

70 Rapport de messier du 01/09/1758, AD 95, B95/1 362.

71 20 cas sur 38 affaires, AD 95, B95/831 à B95/836.

72 Benoît Garnot, art. cit., 1996, p. 71.

73 Plainte du 04/04/1693, AD 95, B95/1 183.

74 Rapport de messier du 22/06/1775, Sannois, AD 95, B95/1 362.

75 Plainte du 18/07/1703, AD 95.

76 Plainte de Jacques Roger du 18/08/1704, AD 95, B95/1 288.

77 Plainte de Jean Baudignon du 18/08/1704, AD 95, B95/1 288.

78 Arlette Farge, Le goût de l’archive, 1989, rééd. 1997, p. 39.

79 Boucher d’Argis, op. cit., 1749, t. 1, p. 141.

80 Les ouvertures entretenues dans les murs et les haies des clos et des jardins proches des zones giboyeuses permettaient de prendre au piège du gibier. Bien évidemment interdite, cette forme de braconnage semble très fréquente dans la vallée de Montmorency comme dans toutes les campagnes autour de Paris, Philippe Salvadori, op. cit., 1996, p. 287.

81 Arlette Farge, op. cit., 1974, p. 130.

82 Rapport d’un messier d’Enghien, 12/06/1774, AD 95, B95/1 362.

83 Acte de nomination d’un messier du Thillay, 17/04/1764, AD 95, B95/2 909.

84 Mémoires d’agriculture, d’économie rurale et domestique, publié par la Société Royale d’Agriculture de Paris, année 1787, trimestre d’été, p. 90.

85 Benoît Garnot, art. cit., 1996, p. 71.

86 Plainte et interrogatoire du 02/04/1710, AD 95, B95/1 290.

87 Plainte du 24/07/1697, AD 95, B95/1 191.

88 Plainte du 23/06/1701, AD 95 B95/1 197.

89 Plainte du 23/09/1704, AD 95, B95/1 288.

90 Rapport d’un messier de Montlignon du 21/09/1757, AD 95, B95/1 362.

91 Rapport de garde-chasse du 06/08/1775, Piscop, AD 95, B95/1 362.

92 Rapport de garde-chasse du 19/08/1775, AD 95, B95/1 362.

93 Rapport de garde-chasse du 20/08/1775, AD 95, B95/1 362.

94 Rapport de garde-chasse du 07/09/1775, AD 95, B95/1 362.

95 Plainte du 14/05/1727, AD 95, B95/834.

96 Plainte du 09/05/1727, AD 95, B95/834.

97 Information du 06/08/1691, AD 95, B95/1 178.

98 À partir de 41 actes.

99 Plainte du 19/03/1698, AD 95, B95/1 193.

100 Plainte du 13/11/1713, AD 95, B95/834.

101 Plainte du 15/12/1786, AD 95, B95/1 282.

102 Rapport du 05/09/1789, AD 95, B95/1 362.

103 Arlette Farge, op. cit., 1979, rééd. 1992, p. 102.

104 Robert Muchembled, « Pour une histoire des gestes (xve-xviiie siècle) », RHMC, vol. XXXIV, n° 1, janvier-mars, 1987, p. 92-93.

105 Abbé Pluche, op. cit., 1735, t. 2, p. 174.

106 Rapport du 05/07/1790, Maffliers, AD 95, B95/1 362.

107 Mémoires d’agriculture, d’économie rurale et domestique, publiés par la Société Royale d’Agriculture de Paris, année 1787, trimestre d’été, p. 87-90.

108 Rapport de messier, 20/05/1773, AD 95, B95/1 362.

109 Rapport, AD 95, B95/1 362.

110 Rapport du 05/09/1789, AD 95, B95/1 362.

111 Jean Boissière, « La grande disette de bois à Paris des années 1783-1785 », Flaran V, Auch, 1983-1985, p. 237-242.

Table des illustrations

Titre Figure n° 22 : infractions sur des arbres fruitiers sanctionnées par les rapports des gardes-messiers et des gardes-chasse(s) du duché-pairie de Montmorency, 1756-179040
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17489/img-1.png
Fichier image/png, 135k
Titre Figure n° 23 : Répartition par quinzaines des rapports des gardes du duché-pairie de Montmorency de 1756 à 1790
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17489/img-2.png
Fichier image/png, 185k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540