Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des fruits et des hommes

 | 
Florent Quellier

Troisième partie. Des fruits et des hommes

Chapitre VIII. Ouvertures

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

« A sept heures du matin, tous les jardiniers, paniers vides, regagnent leurs marais, affourchés sur leurs haridelles. […] A une heure du matin, six mille paysans arrivent, portant la provision des légumes, du fruit et des fleurs. Ils s’acheminent vers la Halle ; leurs montures sont lasses et fatiguées ; ils viennent de sept à huit lieues. […] L’eau-de- vie alors coule à gros flots dans les tavernes. Cette eau-de-vie est mélangée d’eau, mais fortement aiguisée par du poivre long. Les forts de la halle et les paysans s’abreuvent de cette liqueur ; les plus sobres boivent du vin ».

Louis-Sébastin Mercier, Le tableau de Paris, 1781-1789, chapitre CCCXXX « Les heures du jour ».

  • 1 Contrat de mariage, 01/06/1700, AD 95, 2E7/529.

1Le premier juin 1700, les familles Chevillot et Fournier, du village de Saint-Brice, se réunissent pour signer le contrat de mariage de leurs enfants. Dominique Chevillot, futur marchand-fruitier, et fils d’un marchand-fruitier, doit épouser Geneviève Fournier, fille d’un marchand-fruitier. Le document pourrait illustrer une leçon classique sur l’art de bien choisir son conjoint sous l’Ancien Régime. Cependant, l’intérêt de cet acte réside ailleurs. Parmi la proche famille présente, pour accepter cette union, un oncle mérite toute notre attention : non seulement il n’est pas, ou n’est plus, marchand-fruitier mais surtout il réside à Paris. Devant ce document, l’historien se trouve face à un choix de lecture : sur les neuf couples présents, il peut souligner les sept respectant l’endogamie géographique, ou mettre l’accent sur les deux qui se sont installés ailleurs – ici à la ville, que ce soit Saint-Denis-en-France ou Paris – tout en gardant, au moins pour la première génération, un contact avec leur village d’origine puisqu’ils sont venus pour signer ce contrat de mariage1. C’est cette dernière optique que je compte suivre dans une approche plus qualitative que quantitative.

  • 2 Marcel Lachiver, La population de Meulan du xviie au xixe siècle. Etude de démographie historique, (...)

2C’est pourquoi, dans le cadre d’une étude sur l’ouverture, ce chapitre assume le choix de ne pas travailler les aspects démographiques d’une population donnée. Ce choix clairement revendiqué naît d’un double constat : non seulement les comportements démographiques des campagnes parisiennes sont, maintenant, bien connus2, mais surtout l’étude classique sur l’homogamie socioprofessionnelle et sur l’endogamie géographique, loin d’apporter un nouvel éclairage sur les sociétés rurales parisiennes, reviendrait à dresser un écran de fumée sécurisant mais masquant trop souvent la mobilité.

  • 3 Anne Radeff, dans une récente mise au point sur la question de la mobilité, souligne la controvers (...)
  • 4 Alain Croix, « “L’ouverture des villages sur l’extérieur fut un fait éclatant dans l’ancienne Fran (...)
  • 5 Hugues Neveux, « De l’horizon borné des paysans français aux Temps modernes », L’histoire grande o (...)

3Pour éviter l’amalgame dominant d’une analyse généralisatrice assimilant rapidement endogamie et homogamie avec immobilité et routine, un nouveau questionnement s’impose. L’enjeu est important car il nous place face à un probable mythe de l’historiographie, celui du « village immobile », involontairement nourri par les travaux de la démographie historique française, et notamment par la méthode de la reconstitution des familles qui privilégie les sédentaires3. Depuis peu, quelques voix s’élèvent contre cette représentation commune du monde paysan4 en formulant la séduisante hypothèse de travail suivante : « malgré vraisemblablement des différences de région à région, le repliement de la paysannerie sur elle-même pourrait bien être un mythe à reléguer auprès de celui du rustre stupide, borné et routinier5 ».

4Dans cette optique, la nature des cultures pratiquées par la communauté villageoise, leurs destinations, entre marché et autoconsommation, et la structure des exploitations ainsi que celle des réseaux de commercialisation, joueraient un rôle important pour déterminer le degré d’ouverture d’une société rurale. La culture des arbres fruitiers offre le profil idéal pour étudier ce rôle. Pour le cas parisien, il convient de travailler l’hypothèse suivante : les modes de production et de commercialisation des fruits ont eu pour conséquence directe de développer et entretenir une ouverture socioculturelle doublée d’une forte mobilité d’une population « pourtant » majoritairement sédentaire.

5Cette ouverture se marque d’abord par les nombreux contacts socioéconomiques que multiplient les cultures fruitières entre bailleurs et preneurs, entre vendeurs et acheteurs, entre propriétaires privilégiés et villageois. Ces contacts ne se limitent pas aux bornes du village, mais ils les débordent largement pour préférer à la timorée logique de finage, une logique de terroir, et pour prospecter, au loin, l’achat de fruits, tout en entretenant des relations avec les autres foyers arboricoles parisiens. Mais surtout, le point d’orgue de cette ouverture guidée par le commerce des fruits réside dans la fréquentation régulière de Paris, dans l’appropriation d’un quartier des Halles intégré à un espace pleinement vécu à tel point que l’installation y devient concevable, tout en gardant des liens avec sa communauté d’origine renforçant ainsi l’ouverture du village.

De nombreuses rencontres sociales à l’ombre des arbres fruitiers

Les cultures fruitières, un puissant vecteur de rencontres sociales

6Bien qu’échappant, en grande partie, aux contraintes collectives et contribuant à entretenir un sentiment de propriété, les cultures fruitières concourent fortement aux rencontres entre les viagers d’un finage, notamment lors des achats de récoltes. L’étude des fournisseurs de fruits aux marchands-fruitiers des villages de Saint-Brice et de Piscop met en valeur une des grandes spécificités culturelles des cultures fruitières en Île-de-France : elles sont un grand vecteur de rencontres sociales.

7En effet, les marchands-fruitiers, en tant qu’intermédiaires marchands entre les producteurs de la vallée et les Halles parisiennes, vont rechercher les fruits aussi bien dans les clos de la noblesse que dans les jardins des manouvriers. Paradoxalement, l’arboriculture fruitière présente la double spécificité d’être un marqueur social conjuguant distinction et exclusion, tout en contribuant aux rencontres sociales. En effet, l’origine socioculturelle du vendeur traduit bien l’absence de monopole organisé sur la production des fruits, c’est autour de la commercialisation qu’il tend à se constituer.

Figure n° 20 : Origine socioculturelle des fournisseurs de fruits aux marchands-fruitiers de Saint-Brice d’après les contrats de vente (1640-1691)

Figure n° 20 : Origine socioculturelle des fournisseurs de fruits aux marchands-fruitiers de Saint-Brice d’après les contrats de vente (1640-1691)
  • 6 Terrier de Maffliers, 1752, AD 95, E/28.

8Ce tableau prend en considération la profession, ou l’état, accolé au nom du vendeur dans les contrats de vente de fruits passés localement devant le notariat de Saint-Brice ; il faut donc tout de suite souligner la sous-estimation de la part parisienne, car des contrats peuvent avoir été conclus devant des notaires parisiens. Pour éviter le non-sens que représenterait la constitution d’une catégorie « veuve » réunissant la veuve d’un seigneur à celle d’un marchand-fruitier, ces femmes ont été comptabilisées sous la condition sociale de leur défunt mari. De surcroît, les résultats de ce tableau reflètent la structure sociale de la communauté rurale, ce qui explique les chiffres respectifs des vignerons et des laboureurs. La présence, au nord et à l’est du finage de Saint-Brice, d’un prolongement de la plaine de France explique la forte proportion de laboureurs. Ceux-ci ne se trouvent pas exclus de la production de fruits ; au contraire, les arbres fruitiers des clos des fermes, des ceintures de pièces de terre, voire d’une ou de deux rangées à l’intérieur des emblavures, des prés et des luzernières, leur permettent de disposer de fruits. Dans le finage voisin de Maffliers, présentant aussi un profil charnière entre le Pays de France et la vallée de Montmorency, les bâtiments de la ferme seigneuriale sont accompagnés d’un jardin potager de soixante-quinze perches, et de six cent quatre-vingt-huit perches de pré planté d’arbres fruitiers, de bois et de buissons6.

  • 7 Contrat de vente du 22/06/1654, AD 95, 2E7/510.

9Ces arbres fruitiers offrent un revenu supplémentaire non négligeable. En effet, les laboureurs ne se chargent pas de l’acheminement et de la commercialisation des fruits, mais ils vendent la récolte sur pied à des marchands-fruitiers locaux. Non seulement ils économisent les frais de cueillette, mais en plus les arbres fruitiers n’entraînent pas un surplus de frais de culture puisqu’ils bénéficient des façons culturales apportées aux autres cultures – emblavures, prairies artificielles, pâturage des moutons dans les prés – tout en ayant la sécurité de toujours trouver des acheteurs locaux. Tout en conservant une part autoconsommée, bon an, mal an, les marchands-laboureurs peuvent se procurer des centaines de livres grâce à la vente des récoltes. Ainsi, Didier Beaugrand, fruitier, achète à la veuve d’un marchand-laboureur de Saint-Brice, « tous et ung chacuns les fruits à noyau qui sont à despouiller l’année présente » pour la somme de 280 livres et six paniers de belles cerises pesant chacun huit livres7.

10La fréquente association vigne/arbres fruitiers apporte, sans surprise, son contingent de vignerons. Que la vigne soit complantée d’arbres fruitiers ou/et que le vigneron cultive quelques parcelles plantées d’arbres fruitiers, l’exploitation vigneronne, en région parisienne, est intimement liée à l’arboriculture fruitière. Plus de la moitié (56 %) des preneurs des 401 baux étudiés, passés devant le notariat d’Enghien de 1630 à 1810 et concernant, au moins en partie, la culture des arbres fruitiers, sont présentés comme étant des vignerons. À n’en pas douter, la part des vignerons aurait été plus importante si nous avions choisi un notariat de la dépression viticole.

11La forte proportion de marchands, sans autres précisions, n’apporte pas réellement de renseignements sur les contacts sociaux ; le terme est trop vague, et ne trouve son origine que dans l’acte de vente : c’est parce qu’ils sont en train de vendre des fruits qu’on les qualifie ainsi. Les autres cas sont beaucoup plus intéressants car, au-delà de la présente vente, ils revendiquent, et ont, aux yeux des autres, une profession et un état suffisamment établis et reconnus pour dépasser la simple appellation de « marchand ».

12Pour travailler sur les conséquences de l’arboriculture fruitière sur l’ouverture de la communauté rurale, le contact social le plus intéressant réside dans la présence de propriétaires privilégiés. En effet, nous avons déjà noté le prestige social de la possession d’un jardin fruitier ; même en prenant en compte la part autoconsommée pour fournir la table de la maison des champs et la table parisienne, ces propriétaires disposent de surplus commercialisables. Ces propriétaires, adeptes du bon goût et de la distinction sociale, ne rechignent pas à vendre leurs fruits à des marchands-fruitiers issus de la communauté villageoise. Les arboristes, à la suite du Jardinier françois, admettent ce commerce qui n’avilit pas le jardin puisque les fruits bénéficient de l’image d’un produit noble qui plus est, produit à l’abri de la dérogeance. De surcroît, ce sont les marchands-fruitiers qui viennent les récolter et qui se chargent de l’acheminement et de la vente avilissante aux Halles. Ce contact est important car il ouvre régulièrement les clos des privilégiés à la communauté villageoise : il n’y a donc pas uniquement le jardinier et ses aides qui ont connaissance du clos, de ses arbres taillés et de ses productions.

13À côté des fournisseurs réguliers, comme les laboureurs et les propriétaires privilégiés, le reste de la communauté villageoise fournit des vendeurs occasionnels. Un veuvage, une succession, une année à fruits ou une difficulté pécuniaire, peuvent conduire des villageois à vendre, une année, des fruits. La vente de fruits saisis par des créanciers offre une autre occasion de contact social mais qui risque fort d’être conflictuelle.

L’emprise économique de Paris sur ses campagnes n’épargne pas les cultures fruitières

  • 8 24 demandes sur 40 conservées entre 1690 et 1701, AD 95, B95/1 177 à B95/1 197.
  • 9 Acte de vente, AD 95, 2E7/104.

14L’emprise parisienne est forte sur la vallée de Montmorency. De 1690 à 1701, plus de la moitié des créanciers demandant la saisie des fruits, ou d’héritages plantés d’arbres fruitiers, appartenant à des villageois pour se rembourser des arriérés de loyers et de rentes, sont des Parisiens8. Le non-recouvrement des créances aboutit à renforcer l’expropriation paysanne ; le 29 décembre 1670, Simon Guyard, marchand à Soisy, se résout à vendre un arpent de terre planté en cerisiers et guigniers pour rembourser une créance de 1 000 livres qu’il devait à un bourgeois parisien9.

  • 10 Marc Venard, Bourgeois et Paysans au xviie siècle. Recherche sur le rôle des bourgeois parisiens d (...)
  • 11 Marcel Lachiver, op. cit., 1982, p. 362-365.
  • 12 Ibid., p. 367.

15L’emprise foncière des bourgeoisies urbaines sur leur plat pays, et l’expropriation paysanne qui en résulte, sont un fait bien connu pour la France moderne et notamment pour les campagnes parisiennes10. Marcel Lachiver, à partir des états de subdélégation dressés à la fin de l’Ancien Régime, estime que dans les pays de vignoble, le monde rural possédait en propre dans les subdélégations de Choisy, d’Enghien, de Saint-Denis, de Saint-Germain et de Versailles, ainsi que dans l’élection de Pontoise, 53,8 % de l’ensemble des biens contre 46,2 % aux propriétaires privilégiés ; dans les pays de grande culture, la part des propriétaires privilégiés s’élève à 73,5 % et celle du monde rural s’abaisse à 26,5 %11. L’arboriculture fruitière prospère dans les pays de vignoble où la présence de la forêt et des maisons des champs entourées de parc constituent les propriétés des privilégiés ; par contre, la grande majorité des vignes de la région parisienne, auxquelles sont fréquemment associés des arbres fruitiers, reste possédée par le monde rural12. Il est évident que ce n’est pas la plantation d’une rangée d’arbres fruitiers dans un pré ou dans une vigne qui va bouleverser cette répartition de la propriété.

16Les terriers, avec les précautions d’usage soulignant qu’il s’agit des terres d’une seigneurie qui ne coïncident que rarement avec celle du finage et que la réserve seigneuriale n’est pas forcément prise en compte, ont souvent été utilisés pour étudier la propriété des terres et la répartition des cultures. Les terriers existent pour la vallée de Montmorency, mais leur utilité pour étudier la propriété des parcelles plantées en arbres fruitiers se heurte au problème essentiel de la sous-estimation de l’arbre fruitier. En effet, même pour ceux précisant, dans la nature des parcelles, les terres plantées en arbres fruitiers, se pose la question du seuil de densité de plantation à partir duquel une vigne ou une terre passe de la catégorie « vigne » à « vigne plantée en arbres fruitiers », de terre à « terre plantée en arbres fruitiers ». Sans parler des arbres isolés, qu’en est-il des arbres plantés en ceinture autour des pièces de terre labourable ou de ces quelques arbres fruitiers disséminés dans les vignes ? De surcroît, on retrouve, comme pour les procès-verbaux du cadastre de Bertier de Sauvigny, la difficile prise en compte de la catégorie « bâtiment-cour-jardin » qui accueille des arbres fruitiers, mais sur une partie seulement de sa superficie. Le problème se pose pour les maisons paysannes et plus encore pour les maisons des champs dont le parc, à côté du potager-fruitier voire du verger, comprend aussi un jardin d’agrément, des parterres et des bois. Sur les 2 181 perches couvertes par la maison, cour, jardin et clos de madame Poussepin à Maffliers, quelle est la superficie réservée aux arbres fruitiers ? Ainsi, la diversité des espaces accueillant l’arbre et les cultures qui lui sont associées rendent l’étude de la propriété, à partir d’un terrier, des parcelles plantées en arbres fruitiers particulièrement discutable ; elle risquerait de conduire à un leurre scientifique tant les marges d’incertitudes sont importantes, contrairement à une étude s’intéressant à la vigne ou aux emblavures. Par contre, un terrier peut fournir une idée des terroirs où les arbres fruitiers sont suffisamment présents pour être précisés dans la nature de l’occupation des sols, et pour être représentés dans les plans accompagnant les recensements par triages, mais on ne peut guère aller plus loin qu’un ordre de grandeur.

17Il est certain que les terres plantées en arbres fruitiers n’échappent pas au mécanisme de l’expropriation paysanne. L’étude de l’origine géographique des bailleurs ayant loué des héritages qui, au moins pour une partie, sont plantés d’arbres fruitiers, devant le notariat d’Enghien est révélatrice d’une forte emprise parisienne :

Figure n° 21 : Origine géographique des bailleurs ayant conclus un bail concernant l’arboriculture fruitière devant le notariat d’Enghien de 1630 à 1810

Figure n° 21 : Origine géographique des bailleurs ayant conclus un bail concernant l’arboriculture fruitière devant le notariat d’Enghien de 1630 à 1810

18Les principaux bailleurs de la vallée de Montmorency sont des Parisiens. En moyenne, 40 % des baux passés localement sont le fait de bailleurs parisiens. Ce chiffre peut même monter jusqu’à 75 % en 1710. Ce fort pourcentage trouve son explication dans la rapide réaction parisienne après les massives destructions de l’hiver 1709 imposant la renégociation des baux ; il confirme ainsi la forte emprise parisienne sur le marché de la location de parcelles plantées d’arbres fruitiers. Or, ces résultats sont d’autant plus révélateurs qu’ils portent sur un notariat local qui ne peut que renforcer la part des bailleurs originaires de la vallée de Montmorency ; ce graphique n’offre donc qu’un ordre de grandeur minimal d’autant plus significatif de l’emprise foncière parisienne qu’il ne peut être entaché d’un soupçon de sur-représentation. On peut remarquer que la seconde moitié du xviie siècle est marquée par une augmentation constante du pourcentage de bailleurs d’origine parisienne, pour atteindre, à partir des années 1680-1690, un niveau qui se maintiendra au siècle suivant. Cet intérêt croissant des Parisiens pour les terres plantées en arbres fruitiers, coïncidant avec l’essor de l’arboriculture fruitière, correspond bien à l’engouement que laissait présager la publication des traités horticoles à partir de Nicolas de Bonnefons et de Le Gendre. La bourgeoisie parisienne a donc participé au développement des cultures fruitières autrement que par les potagers-fruitiers de ses maisons des champs.

19Cependant, plus que par la possession de terres louées, l’emprise foncière des privilégiés horsains, dans la vallée de Montmorency, se marque surtout par la constitution de parcs, ou d’un ensemble de jardins et de clos, autour des maisons de plaisance par achats d’héritages et par échanges de terrains avec des membres de la communauté villageoise, dont les minutes notariales offrent de nombreux exemples.

La maison des champs, un point de rencontre essentiel entre la Ville, la Cour et le Village

  • 13 Francis Arzalier, op. cit., 1996, p. 67.

« Dans les rôles de la taille de 1789 et 1790, à l’inventaire précis des biens des “Privilégiés”, les noms de ces bourgeois d’ancien régime dominent en nombre, leur part des terres n’est pas négligeable ; mais c’est le nombre de leurs résidences, dont la valeur annuelle est estimée parfois à plusieurs centaines de livres qui frappe. A l’inverse du Vexin céréalier, la bourgeoisie parisienne a ici investi dans la résidence de loisir plus que dans la terre de rapport13 ».

  • 14 A. P. Faugère, éd., op. cit., 1862, p. 26-27.
  • 15 Pierrefitte-sur-Seine, dépt. 93, arr. Bobigny, cant. Stains.

20En 1657 déjà, en se rendant de Beaumont-sur-Oise à Paris, les deux jeunes Hollandais déjà évoqués, notaient « la quantité de belles maisons qui sont comme semées par toute la campagne14 ». Au siècle suivant, les descriptions de Paris et de ses environs n’oublient pas de préciser ces lieux de villégiature, et de décrire les maisons remarquables. Ainsi Pierrefitte15, à une demi-lieue de Saint-Denis-en-France, est situé sur

  • 16 Hurtaut et Magny, op. cit., 1779, t. 4, p. 26.

« un grand passage pour le Beauvoisis, la Picardie, et pour une bonne partie de la Haute Normandie. Toute cette route est charmante […] La beauté et la commodité de ce chemin a invité differens bourgeois à se former dans ce village des maisons de plaisance, et a pareillement déterminé ceux qui y en avoient déjà, à y faire des embellissemens dont elles étoient susceptibles16 ».

  • 17 Demande du 04/08/1780, AD 95, B95/1 276.
  • 18 Demande du 05/04/1696, AD 95, B95/1 188.
  • 19 Plainte du 28/08/1692, AD 95, B95/1 181.
  • 20 Hurtaut et Magny, op. cit., 1779, t. 3, p. 444.
  • 21 Le Prieur, op. cit., 1784, éd. utilisée 1788, p. 3-10.

21De la noblesse de cour à la bourgeoisie parisienne en voie d’anoblissement par le jeu des offices, des marchands en quête d’honorabilité aux gens de finances, le portrait social des propriétaires privilégiés de la vallée de Montmorency est représentatif des élites de la naissance et de la fortune de l’époque moderne. Là, un écuyer, fermier général et seigneur de Margency, désire faire bâtir un mur sur une pièce de terre joignant son potager17, ici, c’est un « m(aître) masson bourgeois de Paris » qui demande l’autorisation d’abattre et de rebâtir un mur du jardin d’une maison qui lui appartient à Deuil18, ailleurs un « con(seille)r du roy en ses cours des aydes » porte plainte contre des vols nocturnes de fruits et d’artichauts dans les clos de son château de Saint-Leu19… La seigneurie et le château du Luat, sur le finage de Piscop, appartiennent à la famille de Braque jusqu’en 1752, avant d’être vendus à la veuve d’un « receveur de la capitation de la cour20 ». À la veille de la Révolution, Le Prieur rédige une Description d’une partie de la vallée de Montmorenci, et de ses plus agréables Jardin ; sur les finages d’Eaubonne, Franconville, Montmorency, Saint-Leu et Soisy, pas moins de douze maisons des champs trouvent grâce à ses yeux dont celle de M. de Mezières, à Eaubonne, ornée d’un « des plus beaux potagers qu’on puisse voir ». Ces « campagnes » appartiennent à des aristocrates – le duc de Chartres, madame la maréchal de Luxembourg, le comte de Tressan –, à des officiers de justice et à des ecclésiastiques21.

22Sous le règne de Louis XIV, le maréchal de Catinat se retire à Saint-Gratien où il se plaît à planter et conduire un espalier, passe temps noble et vertueux dont Le mercure galant se fait l’écho :

  • 22 Hurtaut et Magny, op. cit., 1779, t. 3, p. 182-183.

« Jeunes plantes, croissez à loisir,
Fleurissez sous d’heureux auspices,
D’un héros insensibles à tout autre plaisir
Vous devez être les délices…22 ».

  • 23 Jardins en Val-d’Oise, 1993, p. 114-117.
  • 24 Contrats des 07/05/1670, 30/10/1670, 26/10/1670, 14/10/1670, 13/10/1670, 08/10/1670, 08/10/1670, 0 (...)

23Dans la seule année 1670, Charles Le Brun, propriétaire d’une maison à Montmorency23, a conclu, devant le notaire d’Enghien, pas moins de douze contrats d’achats de terrain24 afin de se constituer un parc digne d’un premier peintre du roi. Un arpent trente-sept perches ont été acquis pour une somme totale de 1814 livres ; que Charles Le Brun puisse se payer des terres jusqu’au prix de dix-huit livres dix sols la perche permet de comprendre l’attitude d’une paysannerie qui ne peut résister et encore moins rivaliser.

  • 25 « C’est surtout aux xviie et xviiie siècles que toute cette région immédiatement au sud de Paris d (...)

24Cette forte présence « bourgeoise » se retrouve aussi dans les autres foyers producteurs de fruits. En effet, aux xviie et xviiie siècles, l’ensemble de la région parisienne est touchée par une véritable fièvre bâtisseuse des élites, de l’aristocratie à la bourgeoisie urbaine aisée, y multipliant les maisons de plaisance25. La proximité et l’accessibilité de Paris, le sillage des résidences royales et princières, et la forêt, pour le noble plaisir de la chasse, guident la localisation de ces résidences. Ces proximités sont aussi celles qui caractérisent les principaux foyers arboricoles parisiens.

  • 26 Hurtaut et Magny, op. cit., 1779, t. 1, p. 252.
  • 27 Férolles-Attily, dépt. 77, arr. Melun, cant. Brie-Comte-Robert.
  • 28 Hurtaut et Magny, op. cit., 1779, t. 3, p. 6.
  • 29 Ibid., t. 3, p. 182.
  • 30 Ibid., t. 4, p. 593.
  • 31 Ibid., t. 4, p. 808.

25Ces maisons des champs, pour être agréables, doivent être construites dans des terroirs plaisants ; justement les descriptions contemporaines des environs de Paris insistent particulièrement sur les paysages riants des finages accueillant des cultures fruitières hors de la traditionnelle zone des jardins. Pour Hurtaut et Magny, la situation d’Andilly, « qui regarde le midi, fait un aspect très agréable du côté de Paris, qui n’est qu’à quatre lieues26 » ; l’environnement de Férolles27 est constitué d’un coteau « fort couvert d’arbres et de bocages (qui) rend(ent) le vallon fort gai en été28 » ; le château de Saint-Gratien « est remarquable par la beauté de sa situation dans un pays délicieux29 » ; Saulx, « à la droite du grand chemin de Paris à Orléans » se trouve dans des « coteaux et vallons […] diversifiés en vignes, labourages, et arbres fruitiers, surtout des pommiers30 » ; Villebon, village à quatre lieues de Paris, profite d’une campagne « agréablement varié(e) de toutes les productions de la nature, vignes, prairies, arbres fruitiers, et quelques labourages31 »…

26Les terroirs de coteau accueillant les cultures fruitières offrent la possibilité pour les maisons des champs de profiter de ces points de vue si essentiels à la constitution d’un beau jardin ; de surcroît le paysage créé par l’arboriculture fruitière, bien loin de provoquer une franche rupture avec les jardins servant d’écrin à la maison des champs, peut y démultiplier l’espace à l’image des grandes résidences aristocratiques où le petit parc s’inscrit dans le grand parc. Dans le plan des jardins de Mme Loyseau à Saint-Brice, on retrouve cette appropriation de l’espace : on passe progressivement du jardin compartimenté, proche de l’habitation, aux clos puis à la campagne environnante, comme pour souligner l’appartenance à un tout.

  • 32 Article cité par Marcel Picard, op. cit., 1980, p. 144.
  • 33 Le temps des jardins, 1992, p. 521.

27Situation et site, pour reprendre la terminologie des géographes, œuvrent de concert pour assurer la rencontre d’une arboriculture fruitière largement commercialisée avec les résidences des champs des privilégiés. L’influence primordiale des propriétaires privilégiés sur l’arboriculture fruitière est plus sensible dans cette forte présence de maisons des champs que dans les terres et les vignes louées. Bien évidemment la demande urbaine joue un rôle fondamental dans la spécialisation du plat pays, mais la localisation des principaux foyers circumparisiens de production fruitière coïncide parfaitement avec les fortes concentrations de résidences aristocratiques et bourgeoises. À l’élection de la vallée de Montmorency comme lieu de villégiature de la Cour et de la Ville, il convient d’ajouter un foyer à l’est de Paris autour de Vincennes – l’article 17 du cahier de doléances de Bagnolet demande « la suppression de tous les privilèges pécuniaires tant des nobles que du clergé et des bourgeois de Paris pour leurs maisons, jardins, clos et terres32 » – et un autre, autour des villes royales de Versailles et de Saint-Germain-en-Laye. Quant à Thomery, Fontainebleau n’est pas loin ; d’ailleurs, ne dit-on pas que le premier mur à espaliers pour cultiver du chasselas y aurait été bâti, en 1730, par François Charmeux qui se serait inspiré de la Treille du roi33.

28Il semble bien que la forte présence de clos bourgeois ait joué un rôle moteur dans le développement de l’arboriculture fruitière en Île-de-France. Cette proximité est essentielle car elle permet un contact entre « l’arbori-manie » des privilégiés et une paysannerie qui peut faire le choix de développer les cultures fruitières et ainsi offrir une caisse de résonance aux cultures pratiquées dans les potagers-fruitiers des maisons des champs contrairement à la paysannerie de la grande culture assujettie à la tyrannie des blés. Les propriétaires privilégiés n’ont pas créé l’arboriculture fruitière ex nihilo, mais ils l’ont nourrie et entretenue.

  • 34 01/07/1753, AD 95, 2E7/536.

29En effet, le jardin d’une maison de plaisance, bien que clôturé de murs, n’est pas un espace étranger aux villageois, au contraire il semble même bien connu. Il ouvre ses portes aux jardiniers, à des garçons-jardiniers et à des travailleurs saisonniers souvent issus de la communauté villageoise. Une partie de ses fruits est vendue à des marchands-fruitiers, parfois mise aux enchères, ce qui suppose que les acheteurs aient apprécié la récolte à venir ; quand en juillet 1753, la veuve de Jean Loizeau, met aux enchères les fruits de ses jardins et de ses cours, six marchands proposent un prix34. Une fois les fruits vendus, des équipes de cueilleurs pénètrent dans les clos et les jardins. Le jardin est aussi un espace conflictuel majeur au sein du finage, les vols et les dégradations y sont fréquents. Il est donc certain que les cultures protégées du jardin fruitier, que ce soit une nouvelle poire à la grosseur fabuleuse ou une nouvelle manière de palisser un arbre fruitier, sont connues de la communauté villageoise. De plus, pratiquant l’arboriculture fruitière à des fins commerciales, cette paysannerie peut apprécier ce qu’elle voit dans les potagers-fruitiers.

30C’est cette présence, dans un même finage, de propriétaires privilégiés et d’une paysannerie pour qui la culture des fruits représente une activité économique non marginale, qui rend possible la rencontre et la confrontation entre les savoir-faire paysans et les préceptes techniques suivis à l’intérieur des clos bourgeois et aristocratiques.

La culture des fruits à la mode, une preuve de ces rencontres socioculturelles

31Les fruits réservés, par les propriétaires parisiens, lors de la vente des récoltes de leurs clos et jardins, les compléments en nature des loyers, et la livraison de fruits aux domiciles parisiens offrent une autre voie pour connaître les fruits à la mode. Cette connaissance vient confirmer celle acquise par la fréquentation du clos bourgeois et par la prise en compte de la demande parisienne. Elle joue un rôle, non négligeable, dans le choix des espèces et des variétés plantées et greffées. L’orientation vers les cerises tardives présente une influence parisienne concrète ainsi que le développement des figuiers dans certains finages circumparisiens.

  • 35 À l’exception de la pomme de Guiarde, probable déformation locale de pommes de garde.

32Les noms des fruits cultivés dans la vallée de Montmorency sont remarquables par l’absence d’appellation abstraite inconnue des arboristes35. Même la pomme de Fournière, qui serait née dans la vallée de Montmorency, voit sa dénomination locale adoptée dans les passages pomologiques des traités contemporains. Les noms donnés aux poires nous renseignent ainsi sur le degré d’influence du monde extérieur sur la société villageoise. Au-delà du terme générique de poirier, les actes de la vallée de Montmorency font cohabiter deux systèmes d’appellations. À côté des termes locaux créés à partir de la couleur, de la forme ou de la période de maturité du fruit (poire blanche, d’été, d’hiver…), les greffiers manient aussi des désignations abstraites (Dangobert, Jargonelle, Martin-sec…). Ces dernières, que l’on retrouve dans les chapitres pomologiques des traités arboricoles contemporains et dans les catalogues des pépiniéristes, ne peuvent être rangées, au minimum, que sous l’étiquette d’une harmonisation des appellations à l’échelle du pays françois. Elles dénotent ainsi une forte influence lexicale de la ville sur le village. Lorsqu’un fermier receveur vend les fruits à récolter à des marchands-fruitiers locaux à la réserve de telles variétés nommément précisées dans le contrat de vente, les deux parties savent pertinemment quels sont les arbres concernés.

  • 36 Inventaire après décès, 27/10/1743, AD 95, B95/836.

33La présence locale des appellations abstraites citées dans les traités horticoles contemporains offre un argument supplémentaire en faveur du rôle actif des propriétaires horsains dans l’enrichissement variétal des finages et du rôle d’intermédiaire culturel joué par le jardinier d’un clos bourgeois, tout en soulignant les conséquences du contact des marchands-fruitiers villageois avec le marché parisien. Au contraire, si ces rôles avaient été négligeables, l’apparition de nouvelles variétés citées dans les actes de la pratique aurait été limitée ou caractérisée par une multiplication de noms locaux formés à partir des caractères du fruit ou d’un patronyme indigène ; or, il n’en est rien. À cet égard l’inventaire après décès des parents de Jacques Noyer, manouvrier à Domont, est particulièrement évocateur : ce sont bien les fruits d’un poirier d’Angleterre que ce manouvrier reconnaît avoir vendu36 et non de longues poires blanches. Le vocabulaire employé est aussi un indicateur de l’ouverture du village.

Par monts et par vaux, les contacts géographiques

Une logique de terroir et non de finage

  • 37 Eaubonne, dépt. 95, arr. Pontoise, ch. l. cant.
  • 38 Montlignon, dépt. 95, arr. Pontoise, cant. Saint-Leu-la-Forêt.
  • 39 Saint-Prix, dépt. 95. Mise aux enchères, 05/07/1690, AD 95, B95/1 177.
  • 40 Mise aux enchères, 14/06/1690, AD 95, B95/1 177.
  • 41 Sur 41 actes entre 1690 et 1701, AD 95, B95/1177 à B95/1 197.

34Le cinq juillet 1690, les cerises et les pommes saisies sur Toussaint Fromage, à la requête d’un bourgeois parisien, sont mises aux enchères. Ce marchand de Margency exploite des terres plantées d’arbres fruitiers sur le finage d’Andilly-Margency, bien évidemment, mais aussi sur ceux d’Eaubonne37, Montlignon38 et Saint-Prix39. Quant au vigneron Nicolas Guesdin, ses grains et ses fruits, vendus au plus offrant et dernier enchérisseur, sont à récolter sur les finages de Saint-Gratien, Deuil et Epinay-sur-Seine40. Dans plus de la moitié des cas, les mises aux enchères de fruits ou de terres plantées en arbres fruitiers, conservées pour la dernière décennie du xviie siècle, concernent des héritages répartis sur deux à quatre finages41, et encore il ne s’agit que d’un minimum puisque les actes ne précisent pas s’il s’agit de l’ensemble des héritages possédés et exploités.

  • 42 Baux du 26/09/1677 et du 15/09/1677, AD 95, 2E7/522.
  • 43 Bail du 03/03/1740, AD 95, 2E7/167.
  • 44 Bail du 21/03/1684, AD 95, 2E7/525.

35Dans les 401 baux étudiés pour le notariat d’Enghien, l’origine géographique du bailleur et celle du preneur ne sont identiques que dans 21 % des actes. Pour les trois quarts des baux, l’origine géographique du bailleur est différente de celle du preneur. Ce résultat s’explique par l’expropriation paysanne caractéristique des campagnes proches d’une ville, mais aussi par la logique de terroir, et non de finage, que suivent les exploitations de la paysannerie-marchande exclue de la grande culture. La recherche des parcelles plantées en vigne, en arbres fruitiers ou de bois taillis, ne s’arrête pas aux bornes du finage mais préfère suivre la logique écologique des terroirs. Ainsi, dans les années 1670, le marchand-fruitier Marin Lourdet, de Piscop, exploite des héritages sur les finages de Saint-Brice, de Piscop et de Domont42. Quant aux vignerons Felix et Jean Danger, demeurant au village de Groslay, en un seul bail, ils vont prendre, à titre de loyer d’une bourgeoise de Saint-Denis-en-France, des terres plantées en arbres fruitiers et des vignes situées sur les finages d’Enghien, de Groslay, de Deuil et de Montmagny43. Dans les années 1680, les terres plantées d’arbres fruitiers exploitées par Roland Cassault, vigneron à Groslay, s’étendent sur les finages voisins de Pierrefitte et de Montmagny44.

  • 45 Enchères du 16/05/1681, AD 95, B95/1 277.
  • 46 Enchères du 19/06/1782, AD 95, B95/1 278.
  • 47 Enchères du 02/06/1783, AD 95, B95/1 279.
  • 48 Enchères du 19/06/1782, AD 95, B95/1 278.
  • 49 Enchères du 21/05/1777, AD 95, B95/1 273.
  • 50 Enchères du 19/06/1782, AD 95, B95/1 278.

36L’exploitation des cultures fruitières à des fins commerciales renforce le contact avec les villages voisins. Non seulement l’exploitation des parcelles plantées d’arbres fruitiers conduit à travailler dans des terroirs limitrophes, mais en plus la recherche de marchés de fruits se fait à l’échelle de la vallée de Montmorency. Lors de la mise aux enchères des voiries fruitières de Saint-Brice, dépendantes du duché-pairie d’Enghien, on retrouve, parmi les enchérisseurs, des marchands de Saint-Brice naturellement, mais aussi d’Andilly45, de Deuil46, de Domont47, d’Enghien48, de Groslay49 et de Piscop50. Le commerce des fruits est donc l’occasion de contacts répétés entre les finages de la vallée de Montmorency, d’autant qu’aux rencontres occasionnées par les travaux dans les parcelles et par la cueillette des récoltes achetées sur pied, il faut ajouter l’acheminement régulier des fruits aux Halles parisiennes qui fait traverser, à l’aller comme au retour, les mêmes finages.

L’aire d’achat des fruits

  • 51 Gisors, dépt. 27, arr. Les Andelys, ch. l. can.
  • 52 « Martin Beaugrand march(an)d fruitier dem(euran)t à St-Brice confesse debvoir, promest et gaige p (...)

37Dans la seconde moitié du xviie siècle, l’aire d’achat des fruits des marchands-fruitiers des villages de Saint-Brice, de Piscop et de Bouffémont, dépasse largement les limites de ces trois finages, ainsi que celles de la vallée de Montmorency, pour s’inscrire dans un large demi cercle qui va du Vexin normand à la rive gauche de la Marne en passant par la Picardie. L’Oise n’est absolument pas vécue comme une limite. Ainsi, à l’ouest, les marchands-fruitiers de la vallée de Montmorency vont jusqu’aux environs de Gisors51 notamment à Lattainville52. Au nord, la Picardie fournit des pommes et des poires, ce qui prouve que la progression des arbres fruitiers dans cette région n’a pas attendu le xviiie siècle, mais est déjà acquise dans la seconde moitié du xviie siècle ; ainsi le 30 janvier 1677, François Cauchois, fruitier à Saint-Brice

  • 53 AD 95, 2E7/522.

« reconnoist et confesse avoir ceddé et transporté à Nicolas Duru, aussi fruitier dem(euran)t aud. lieu et acceptant c’est asçavoir tous et ung chacun les fruits que led. ceddant a avec Nicolas Ferrand, fruitier dem(euran)t aud. St-Brice qu’ils ont achepter ensemble en Picardie53 ».

  • 54 Anserville, dépt. 60, arr. Beauvais, cant. Méru. Contrat de vente du 17/10/1672, AD 95, 2E7/520.
  • 55 Belle-Eglise, dépt. 60, arr. Senlis, cant. Neuilly-en-Thelle ; requête pour débarquer des fruits à (...)
  • 56 Chambly, dépt. 60, arr. Senlis, cant. Neuilly-en-Thelle ; contrat de vente du 17/10/1672, AD 95, 2 (...)
  • 57 Cramoisy, dépt. 60, arr. Senlis, cant. Montataire ; inventaire après décès, 09/01/1654, AD 95, 2E7 (...)
  • 58 Soissons, dépt. 02, ch. l. arr.
  • 59 Compiègne, dépt. 60, ch. l. arr. ; requête du 29/11/1700, AD 95, B95/1 196.

38Ces fruits proviennent notamment d’Anserville54, de Belle-Eglise55, de Chambly56 et de Cramoisy57 mais il est possible que ces villages drainent des fruits produits ailleurs en Picardie. La vallée de l’Oise et celle de l’Aisne structurent cette aire d’approvisionnement : en 1700, Étienne Maillot supplie le bailli d’Enghien de lui permettre de décharger au port d’Epinay-sur-Seine des pommes achetées « aux environs de Soissons58 et de Compiègne59 ».

  • 60 Contrat de vente du 18/08/1701, AD 95, 2E7/529.
  • 61 Contrat de vente du 26/07/1702, AD 95, 2E7/529.
  • 62 Contrat de vente du 26/06/1678, AD 95, 2E7/522.
  • 63 Mitry (-Mory), dépt. 77, arr. Meaux, cant. Claye-Souilly ; contrat de vente du 22/09/1669, AD 95, (...)
  • 64 Gascourt, dépt. 95 ; contrat de vente du 12/03/1663, AD 95, 2E7/516.
  • 65 Presles-en-Brie, dépt. 77, arr. Melun, cant. Tournan-en-Brie ; contrat de vente du 18/10/1670, AD (...)
  • 66 Torcy-en-Brie, dépt. 77, arr. Meaux, ch. l. cant ; « pendant que tu as esté coeullir des fruits à (...)

39À l’est, cette aire englobe le Pays de France où les finages de Bouqueval60, Louvres61, Roissy62 et Mitry63 fournissent les fruits de leurs « avenues fruitières » ainsi que le village de Gascourt64, proche de Luzarches. Encore un peu plus à l’est, la Marne est franchie : Dimanche Chevillot et Pierre Renault, deux marchands-fruitiers de Saint-Brice, « ont achepté ensemble au village de Presles-en-Brie et au environs [des fruits] de plusieurs particullier65 ». Quant à Jean Baudignon, marchand à Andilly, il va cueillir des cerises à Torcy-en-Brie, une absence qu’aurait mis à profit son épouse pour le cocufier aux dires de son beau-frère66 !

  • 67 Pierre Dubois laboureur à Bornel doit au marchand Philippe Lesguillier de Saint-Brice 1400 lt « po (...)
  • 68 Béatrix de Buffévent, op. cit., 1984, p. 320.

40Bien que sédentarisée dans ses villages, la paysannerie-marchande s’adonnant au commerce des fruits connaît une grande mobilité qui la conduit des Halles parisiennes à la Picardie, de la Normandie à la Brie. Ces marchands-fruitiers peuvent ainsi jouer le rôle d’une paysannerie relais entre la Ville et les villages. Il est évident que ce contact ne se limite pas uniquement à la signature de contrats de vente de fruits, il donne aussi lieu à des prêts d’argent67, et à de nombreux autres contacts oraux et visuels qui n’ont, probablement, pas laissé de traces écrites, à moins qu’un acte de la série B, au détour d’un interrogatoire ou d’une plainte… Il serait vraiment surprenant que les pourparlers pour l’achat de fruits, la visite de la récolte sur pied ou entreposée dans des chambres, et les repas pris en commun, ou la chopine de ratafia bue dans un cabaret, n’aient pas laissé place à des discussions où la connaissance parisienne des marchands-fruitiers, de sa géographie, de ses mœurs et, surtout, de ses rumeurs, n’ait été mise à contribution. C’est en ce sens que nous pouvons parler d’une paysannerie relais tant dans l’économie monétarisée que culturellement, d’un relais d’informations autre que celui des colporteurs. Sous le règne de Louis XIV, le curé de Villiers-le-Bel, qui a la charge des âmes d’une communauté villageoise marquée par l’industrie dentellière et par le protestantisme, lie la propagation de « l’hérésie » aux déplacements réguliers des marchands de dentelle68 ; au-delà d’un discours classique sur la contamination d’une communauté saine par l’extérieur, ce contemporain a pleinement conscience de l’existence de contacts culturels entretenus par les activités marchandes de la paysannerie.

41Le rôle d’ouverture culturelle joué par cette paysannerie-marchande est d’autant plus intéressant pour fissurer le mythe de l’immobilisme des campagnes qu’elle quitte les campagnes parisiennes pour ses marges. Dès lors, l’aire géographique ainsi délimitée et la diversité des campagnes concernées rendent très discutable l’objection traditionnelle d’un particularisme parisien – qui s’inscrit dans le débat, très français, sur la centralisation et la non-représentativité parisienne – pour nuancer cette ouverture des campagnes, alors même que la Sologne était promue au rang de vrai modèle de la ruralité française.

  • 69 Pierre Brunet, « Thomery, Genèse d’une arboriculture de banlieue », Extrait des annales de l’Unive (...)

42Pour le sud de l’Île-de-France, un rôle identique a pu être joué par la paysannerie-marchande de Thomery. Au xviiie siècle, les habitants de ce village parcourraient la Basse-Bourgogne et l’Auvergne à l’est, le Nivernais, l’Orléanais et l’Anjou à l’ouest, pour acheter des fruits, notamment des pommes. Ce commerce, connu des Parisiens et des autorités parisiennes sous le nom de « bateau de Thomery », s’appuie sur le réseau hydrographique de la Seine et les canaux le rattachant à celui de la Loire tels le canal de Briare ou celui du Loing69. Malheureusement, l’activité des habitants de Thomery n’a pas donné lieu à une étude approfondie qui, pourtant, intéresserait l’étude de l’approvisionnement parisien et celle de la paysannerie-marchande.

43De la Picardie au nord, à la Limagne au sud, en passant par la Normandie et le « jardin de France » à l’ouest, le commerce de fruits, de la prospection à l’acheminement sur Paris, a multiplié les contacts géographiques des paysanneries-marchandes et a contribué à l’ouverture des villages. Aisément démontrable pour l’intellectualisation de l’espace – dans les inventaires après décès, dans les reconnaissances de dettes ou dans les demandes d’autorisation de débarquer les fruits, la paysannerie-marchande de la vallée de Montmorency est capable de citer le nom d’un village et de sa province de rattachement –, elle est probablement avant tout une ouverture géographique concrète, visuelle, acquise dans ces va-et-vient, du visage urbain de Paris au paysage de la Picardie, en passant par l’utilisation des voies de transports terrestres et fluviales. Il faudrait aussi pouvoir prendre en compte les échanges oraux qui, à n’en pas douter, colportent des impressions, des idées et des nouvelles. Ce contact est d’autant plus intéressant qu’il concerne deux paysanneries : la vision colportée de Paris sera donc une perception paysanne, un discours paysan sur la Ville. De plus, le retour au village d’origine fait de ces rencontres une vraie ouverture : loin d’être un gage d’immobilité et de routine, l’enracinement au village renforce ici l’ouverture.

44Si la Marne et l’Oise ne représentent pas une limite à la prospection de fruits par les marchands-fruitiers de la vallée de Montmorency, il n’en est pas de même pour la Seine. L’explication réside dans la position de Paris, destination finale des fruits, et dans l’existence d’autres grands foyers producteurs de fruits disposant de leurs propres réseaux d’acheminement. La recherche de fruits dans les terroirs de la rive gauche de la Seine serait aberrante pour la paysannerie-marchande de la vallée de Montmorency ; l’étude des contacts géographiques à partir des contrats d’achat de fruits ne peut qu’exclure les autres grands pôles arboricoles parisiens. Mais ces régions concurrentes ne s’ignorent pas pour autant, et un réseau régional, à l’échelle de l’Île-de-France, semble bien exister entre ces foyers.

Les contacts avec les autres zones parisiennes de production fruitière

45Les traités sur la culture des arbres fruitiers et les arboristes jouent un rôle non négligeable dans l’expansion de pratiques locales. De même, les exigences du marché parisien et la présence des maisons de campagne de la noblesse et de la bourgeoisie parisienne sont, à n’en pas douter, un élément important d’uniformisation régionale. Il serait néanmoins réducteur de limiter ces contacts uniquement aux conséquences du prestige socio-culturel de l’arbre fruitier niant ainsi les relations directes entre des communautés villageoises.

  • 70 Bail du 8/11/1700, AD 95, 2E7/136.
  • 71 Lebeuf, op. cit., t. III, p. 112.
  • 72 Procès verbal de Louveciennes, 1786, AD 78, C5 et plan C2/43 bis.

46Jacques Antoine Gillet, un garde du corps du duc d’Orléans, loue pour neuf années à un marchand-fruitier de Piscop, une maison avec cour et jardin, un autre jardin de soixante-quinze perches planté en arbres, un pré de cinquante perches et un demi-arpent de terre labourable, le tout sur les finages de Piscop et Saint-Brice70 ; acte banal si ce n’était le lieu de résidence du bailleur, le village de Louveciennes. Or ce finage, proche de Versailles, des pépinières royales et des lieux de résidence de l’aristocratie, se consacre largement à l’arboriculture fruitière. « Le paysage de cette paroisse est des plus couverts tout le long de la côte et dans les sinuosités qu’elle renferme. On n’y voit que vignes et arbres fruitiers71 ». Dans le cadre du cadastre de Bertier de Sauvigny, le procès-verbal de cette paroisse en 1786 y recense 45,94 hectares de « prés et verger », 15,33 hectares d’ » arbres fruitiers et groseilliers » et 42,89 hectares de « friches en châtaigniers » ; soit un quart de la superficie totale auquel il faudrait pouvoir rajouter les arbres plantés dans les vignes (179,26 hectares de vigne) et ceux des jardins (110,80 hectares pour la catégorie « bâti et jardin »72).

  • 73 Bail du 19/04/1750, AD 95, 2E7/535.

47De banal, ce bail devient intéressant car il met en relation deux zones où se développent fortement les cultures fruitières ; l’étude de ses clauses techniques revêt donc une importance particulière. Le preneur « s’oblige de bien et duement labourer, fumer, cultiver, entretenir les arbres » et « de faire greffer dès la présente années des sauvageons de poiriers qui sont dans le jardin ». La formule est classique, ce qui tendrait à confirmer l’existence d’une harmonisation régionale sur les façons culturales à donner aux arbres fruitiers. Afin d’éviter le vol de bois et la dégradation des arbres, le preneur ne peut « couper aucun bois vert ny sec sur aucuns desd. arbres […] sans le consentement dud. sieur bailleur » ; la possibilité d’un contact entre les deux hommes pendant le cours du bail est donc non seulement envisageable mais aussi prévue. Le bailleur joue, enfin, un rôle déterminant dans le choix des espèces fruitières plantées imposant de remplacer les arbres qui pourraient mourir dans le jardin par des noyers ou des châtaigniers, une espèce fruitière très présente sur le finage de Louveciennes. On convient même qu’ » à l’égard des places et endroits où il n’y a point d’arbres, ledit sieur bailleur en fournira sy bon luy semble tels qu’il souhaitera audit Dejardin qui sera tenu les planter pour garnir entièrement lesd. deux jardins ». Il est donc possible que des arbres élevés dans les pépinières de Louveciennes, ou à proximité, aient été plantés dans un finage de la vallée de Montmorency. Quant à Jacques Dubois, « piqueur vallet de livrée de la grande vénerie du roi », demeurant à Versailles, louant une maison et un jardin clos de murs au village de Saint-Brice, il s’engage à fournir au preneur, « dès l’hyver prochain », des arbres à planter dans le jardin73.

  • 74 AD 95, 2E7/510.

48Un peu plus à l’ouest, les communautés villageoises de la vallée de Montmorency sont aussi en relation avec la région de Chambourcy et d’Orgeval, pôle arboricole parisien en devenir. Le 11 mai 1654, Salomon Magnan habitant à Montamet, paroisse d’Orgeval, est présent à Saint-Brice pour reconnaître avoir « receu de Victor Goussé marchand demeurant à Saint-Brice, la somme de cent livres faisant moitié de deux cents pour rachapt et admortissement de six livres cinq sols de rente que led. Magnan a droit de prendre par an sur la maison et lieux dudict Goussé74 ».

  • 75 Contrat du 23/05/1663, AD 95, 2E7/516.
  • 76 Accord pour la construction d’un mur, 29/09/1670, AD 95 2E7/104.

49L’installation d’un fils dans d’autres zones de productions fruitières renforce et entretient ces contacts, d’autant plus que par le jeu des successions à tendance égalitaire de la coutume de Paris il conserve des biens dans son village d’origine. Ainsi Nicolas Demarne, installé à Chambourcy, possède un jardin à Saint-Brice qu’il compte mettre en valeur en passant un accord avec un maçon pour l’entourer d’un mur75. Alors que Nicolas Desain, l’aîné, officier de fruiterie du roi, réside à Montmorency, Nicolas Desain, le jeune, s’est installé à Saint-Germain-en-Laye, tout en conservant des biens sur le territoire de Montmorency76.

  • 77 Moichy-Saint-Eloi, dépt. 60, arr. Clermont, cant. Liancourt.
  • 78 Orsay, dépt. 91, arr. Palaiseau, ch. l. cant. ; acte de partage du 09/01/1680, AD 95, 2E7/115.
  • 79 Contrat de jardinage, 30/09/1647, AD 95, 2E7/504.

50À l’instar des réseaux d’illustres jardiniers et d’arboristes, il existe, autour de Paris, un réseau régional de jardiniers, que La Quintinie qualifierait de « vulgairement jardiniers ». Pour le partage de la succession de Jeanne Hubert, quatre jardiniers apparentés sont présents : Nicolas de Pierroir, jardinier à Moichy-Saint-Eloi-en-Beauvaisis77, Joachin Goriot à Groslay, Jean Cheron à Colombier-en-Brie, Nicolas Goriot à Corteuille paroisse d’Orsay78. Lorsque Louis Grenet s’engage à entretenir le jardin de la maison des champs d’un bourgeois parisien à Saint-Brice, son père, jardinier à Epinay-sur-Seine, est présent79. Or il est évident que les rencontres familiales doivent donner lieu à des contacts techniques et à des échanges de savoir-faire. La réputation d’un finage, en servant de carte de visite auprès des propriétaires de maison des champs, a pu faciliter la constitution de ces réseaux de jardiniers : dans la seconde moitié du xviiie siècle, cela aurait été le cas des habitants de Montreuil répondant à la mode lancée par Combles et surtout par Schabol.

Paris, un espace vécu

De l’approvisionnement à l’apprivoisement urbain

51Dans son Essai d’agriculture, l’avocat au parlement Calonne décrit l’acheminement des pêches des villages de la banlieue aux Halles parisiennes. Les pêches sont cueillies au moins deux jours avant la pleine maturité, disposées dans des noguets – des plateaux en osier – eux-mêmes placés dans de grands paniers accrochés au bât d’un cheval. De nuit, vers une heure du matin, un paysan mène au pas le cheval à Paris.

  • 80 Calonne, op. cit., 1779, p. 162-169.

« Aussitôt, et souvent avant quatre heures, les fruitières arrivent leurs lanternes à la main, elles examinent les noguets […] puis elles font leur offre […] ; sur le midi, notre monde arrive, on leur prépare d’autres pour le lendemain, ce qui se réitère pendant tout le temps que dure la saison des pêches80 ».

  • 81 Le Pré-Saint-Gervais, dépt. 93, arr. Bobigny, ch. l. cant.
  • 82 Article 6 du cahier de doléances du Pré-Saint-Gervais, Cahiers de doléances de l’actuelle Seine-Sa (...)

52Bien sûr l’heure de départ et celle d’arrivée varient en fonction de la distance séparant les villages des Halles. Les habitants du Pré-Saint-Gervais81, « n’ayant d’autres moyens de subsister que le débit dans la capitale de leurs fruits, légumes, denrées […] partent à une heure, deux heures du matin82 » pour approvisionner les Halles.

53Les minutes notariales, et quelques affaires de justice, confirment ces descriptions pour la vallée de Montmorency. Le 20 août 1708, Louis Le Bout, marchand-fruitier de Franconville, porte plainte contre son beau-frère

  • 83 Plainte, AD 95, B95/1290.

« qui a conceu une telle haine contre les suplians q(u’i)l en donne souvent des marques avec des violences sans exemple » et rapporte que « la nuit de mardi quatorze au mercredi quinze qu[’il] conduisoit des fruits à Paris, led. Louis Jamot qui en aloit sortie aussy, dit à deux personnes de sa compagnie que sy il pouvoit joindre led. Le Bout il l’acomoderoit de toutes pièces, l’écharperoit et le laisseroit sur le chemin…83 ».

  • 84 Reynald Abad, op. cit., 2002, p. 440.
  • 85 Calonne, op. cit., 1778, p. 109.
  • 86 Accord de feuillée, 10/06/1691, AD 95, 2E7/523.
  • 87 Cahier de doléances du Pré-Saint-Gervais, Cahiers de doléances de l’actuelle Seine-Saint-Denis, 19 (...)

54Dans la vallée de Montmorency, l’acheminement des fruits vers Paris est plutôt une activité masculine, mais les femmes ne sont pas exclues des contacts directs avec la capitale : ainsi on peut rencontrer, à la fin du mois d’octobre 1764, une femme de Bethemont venue vendre des poires84. Durant le temps des cerises, pour ne pas perdre une partie de la récolte et profiter au maximum de la saison de maturité, le rythme de ces va-et-vient s’accélère pour devenir quotidien. Le paysan part vendre des paniers de fruits à Paris, puis de retour dans son village, il retrouve une quantité identique de fruits pour le lendemain. Pendant ce temps, les femmes et les enfants continuent les cueillettes. Sous le règne de Louis XVI, Calonne, propriétaire à Vitry-sur-Seine, estime que les habitants de la vallée de Montmorency « amènent souvent 7 à 8 000 paniers [de cerises] par jour » aux Halles85. Un siècle plus tôt, le 10 juin 1681, un fruitier de Saint-Brice s’est engagé à fournir pour « les trente prochains jours […] la quantité de feuillée nécessaire pour accommoder six à sept sommes de serises par jour86 ». Après la saison des fruits dont la courte maturité de consommation rend nécessaire une vente quotidienne, les fruits de garde vont diminuer les voyages à Paris, mais sans jamais les interrompre ; « la glace, la neige, les frimas, les tempêtes et la pluie n’arrêtent pas nos pas ; les halles, les marchés sont garnis87 ». L’acheminement des fruits se fait toute l’année mais avec d’évidentes variations saisonnières.

55Pour être rentable, la durée du trajet ne doit pas obliger le paysan-marchand à payer une nuit d’hébergement sur Paris. C’est pourquoi, l’accessibilité au marché parisien est essentielle dans la localisation des foyers producteurs de fruits ; dans les conditions techniques des xviie et xviiie siècles, la première aire d’approvisionnement en fruits frais ne peut donc pas dépasser une trentaine de kilomètres.

56Le départ vers Paris se fait donc de nuit, soit à pied avec une hotte sur le dos, soit avec un cheval de bât. Ces chevaux, souvent âgés, sont parfaitement adaptés à cet usage qui ne demande pas de brusques efforts, ils ont probablement mémorisé le trajet tout comme leur maître. Ce parcours se fait lentement, au pas d’un marchand-fruitier chassant devant lui un cheval de bât peu enclin à accélérer le mouvement ; il est vrai que l’obscurité de la nuit, éventuellement éclairée par la pâle lumière de la lune, et le mauvais entretien des routes et des chemins multiplient les obstacles. En août 1735, le procureur au bailliage d’Enghien est averti

  • 88 09/08/1735, AD 95, B95/835.

« que le chemin qui conduit de Domont à Poncelles pour aller à Paris, et le chemin qui conduit de Domont à Moiselles sont en sy mauvais état en la plus grande partie et sy impraticable […] ce qui est préjudiciable au public et particulièrement aux habitans de Domont quy ont interest par rapport à leur commerce que lesdits chemins soient rétablis88 ».

57Ce cas est loin d’être isolé si on en juge par le nombre de cahiers de doléances se plaignant du mauvais état des routes ; on comprend d’autant mieux l’utilisation des feuilles et du regain pour amortir les chocs entre les fragiles fruits disposés dans les paniers.

58Avec les paniers de fruits, les marchands-fruitiers peuvent éventuellement transporter quelques bottes de légumes et d’autres menues denrées produites localement comme du beurre, du fromage et des œufs. Comme il ne semble pas qu’ils ramènent des marchandises de Paris, l’emploi d’une charrette ne s’impose pas. Non seulement le cheval de bât rend probablement la progression vers les Halles, à travers les rues parisiennes grouillantes, plus facile, mais en plus, lors du retour il faudrait traîner une charrette vide.

  • 89 Calonne, op. cit., 1778, p. 110 ; Louis-Sébastien Mercier, op. cit., 1781-1789.

59Les paysans-marchands de la vallée de Montmorency arrivent donc par le nord, et traversent le faubourg Saint-Denis en descendant probablement la rue Saint-Denis ou la rue Saint-Martin pour parvenir aux Halles entre une à deux heures du matin89. Puis, ils repartent en début de matinée vers leur village. Ce va-et-vient est tellement régulier, que ces silhouettes de paysans apportant une hotte de fruits, de légumes et d’autres menues denrées appartiennent à la faune des rues parisiennes. Avant même une éventuelle sédentarisation dans le monstre urbain, la rue parisienne constitue déjà un élément de leur cadre de vie, au même titre que les chemins leur permettant d’accéder aux champs dans leur village.

  • 90 Calonne, op. cit., 1778, p. 4-7.

60Le commerce des arbres fruitiers dans les pépinières réputées va aussi conduire à un contact avec l’espace parisien, mais selon un calendrier saisonnier beaucoup plus marqué entre octobre et mars. Durant cette période, la route de Vitry-sur-Seine à Paris est encombrée de chariots remplis d’arbres, dont les racines sont enrobées de paille afin d’éviter qu’elles ne sèchent. Les charretiers y conduisent les arbres jusqu’au quai du Louvre afin qu’ils soient embarqués à destination de clients parfois fort éloignés de Paris90.

  • 91 Contrat de feuillée du 10/06/1681, AD 95, 2E7/523.

61L’espace parisien vécu par cette paysannerie marchande ne se limite pas à la rue, il englobe aussi le cabaret. Celui-ci est probablement un lieu de rendez-vous et de ralliement pour les paysans. Le perspicace observateur des rues parisiennes qu’est Louis-Sébastien Mercier note que les paysans-marchands, se rendant aux Halles, vont boire de l’eau-de-vie coupée d’eau mais « aiguisée » de poivre, ou du vin pour les plus sobres. De même, c’est dans une auberge, à l’image Saint-Nicolas, rue Montorgueil, que le fruitier Thomas Guerin, du village de Saint-Brice, doit livrer durant trente jours de la feuillée pour accommoder des cerises91.

  • 92 Bail du 01/06/1672, AN, 381/XCI.
  • 93 Bail à rente du 24/09/1722, AN, ET/CI/237.
  • 94 Daniel Roche, dir, op. cit., 2000, p. 118.

62Le passage à Paris ne se résume pas toujours à un aller-retour dans la journée, une nuit sur place se révèle parfois nécessaire pour traiter des affaires. Ainsi le premier juin 1672, Louis et Charles Rouzée, marchands-fruitiers à Blémur, dans un bail passé devant un notaire parisien, déclarent être « de présent à Paris, logez rue Montorgueil en la maison où est pour enseigne les trois roys, paroisse Saint-Eustache92 » ; c’est d’ailleurs, autour des Halles, la paroisse Saint-Eustache, qui offre la plus grande capacité d’accueil. Jean Lebel de Piscop, loge à l’Echiquier faubourg Saint-Denis93. Les marchands-fruitiers, passant au moins une nuit sur Paris, utilisent probablement les services des garnis disposés le long d’un axe allant des faubourgs nord de la ville vers les Halles au sud94. Ils peuvent aussi profiter de l’hospitalité de membres de leur famille ou de leur village installés à Paris.

  • 95 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au xviiie siècle, rééd. 1992, p. 159-163.

63À Paris, ils fréquentent les hauts lieux de la rumeur dans une société orale où même les nouvelles écrites se crient dans la rue : rue, marché et cabaret. Ils traversent les lieux propices à l’effervescence : marchés, halles, cabarets et barrières. Ils s’inscrivent dans les rues du Paris laborieux qui dessinent une géographie de la violence parisienne95. Ils participent à ce Paris matinal où retentissent

  • 96 Arlette Farge, op. cit., 1986, p. 166.

« les cris des voleurs d’aliments, les querelles d’atelier, celles de rues ou de cabarets, les défis à l’ordre, les accidents de carrosses, les noyades et les marchandages bruyants sur les places de marchés […] (qui) occupent une population, criminelle à l’occasion, violente souvent, prompte aux rassemblements, aux jeux et aux émotions96 ».

64Le paysan-marchand acquiert et propagera ainsi une expérience de la ville, de sa géographie, de sa population, de ses activités et de ses habitudes alimentaires.

Un contact régulier avec la ville dominatrice

  • 97 Bonnefons, op. cit., 1651, « épistre aux Dames » non paginée.
  • 98 Contrat de jardinage du 19/08/1697, AD 95, 2E7/528.

65La possession d’un clos, planté de beaux espaliers, participe à un jeu social qui ne saurait être complet si les fruits ne parvenaient pas à la table du propriétaire ; le second intérêt d’un jardin pour le Jardinier françois n’est-il pas « que vostre Maison en [de fruits] est fournie97 » ? Jean Baudry, jardinier de la maison des champs de Nicolas Baudin à Saint-Brice doit, par contrat, livrer au domicile parisien de son maître, rue poissonnier, paroisse Saint-Eustache des fruits, des légumes et du beurre frais98. Cette clause de livraisons de menues denrées au domicile du maître appartient aux passages obligés d’un bon contrat de jardinage. Le contrat passé le 14 octobre 1697 entre le trésorier de France Louis Desmoulin, pour sa maison des Bordes à Rubelles, et le jardinier Pierre Chardon et sa femme, prévoit que ce couple

  • 99 Contrat de jardinage du 14/10/1697, AD 77, 69 E 297, cité dans Le temps des jardins, 1992, p. 470.

« s’obligent de venir une fois par semaine à Paris depuis les premiers fruitz rouge jusqu’aux derniers. Seront nouris en arivant à Paris chez le sieur Desmoulins et le lendemain a dejeuné, et outre ce, leur sera donné 15 sols pour les nourir en chemin pour aller et venir99 ».

  • 100 Contrat du 26/08/1740, 159 J 32/4, AD 77, aimablement communiqué par Aline Scattolini.

66Une cinquantaine d’années plus tard, du château de Guermantes, le jardinier doit « envoyer ou porter à Paris avec un cheval ou deux, toutes les fois qu’il plaira à [Paulin Gabriel Pondre, seigneur de Guermantes] dans les endroits qu’il indiquera des légumes, fruits, et autre provisions100 ». Ainsi les contrats se doivent d’être très précis sur le partage des fruits et des légumes – le jardinier jouit de nombreux avantages en nature – et sur ceux exclusivement réservés à la table du propriétaire ; l’artichaut et les cerises tardives n’auront pas le même destin que le choux et les cerises communes.

  • 101 Champs-sur-Marne, dépt. 77, arr. Meaux, cant. Torcy ; Le temps des jardins, 1992, p. 459-461.

« En 1607, Pasquier Goussart, jardinier du seigneur de Champs, peut prendre la moitié des fruits à pépins et de la cerisaie, à condition qu’ils soient à maturité et qu’il en ait reçu l’autorisation, mais se voit interdire de consommer tous les autres fruits à noyau ainsi que les fraises101 ».

  • 102 Bail du 16/09/1680, AD 95, 2E7/115.

67Cette répartition contractuelle peut être reprise dans les baux de jardins. Nicolas Lavenant, bourgeois de Paris, loue au fontainier Louis Testard, une maison avec un jardin, « duquel jardin led. sieur bailleur aura la moitié des fruits et légumes qui y pourrons venir102 ».

  • 103 Bail du 03/10/1717, AD 95, 2E7/530.

68Les loyers des jardins et des terres plantées d’arbres fruitiers peuvent aussi comprendre un versement en nature pour approvisionner la table parisienne du propriétaire comme celle de Jeanne Mergot. Cette veuve d’un bourgeois parisien loue à Brice Demarne une maison, cour et jardin dans le village de Saint-Brice. En plus de trente-six livres annuelles de loyer, le preneur devra livrer au domicile de la propriétaire, rue de la boucherie dans la paroisse Saint-Séverin, un cueilloir de prunes de Damas et un de Monsieur, un cueilloir de poires des arbres nains et un de poire de Martin, ainsi qu’un panier de groseilles. Compte tenu des différentes périodes de maturité de cueillette, Brice Demarne se rendra plusieurs fois, chaque année, chez Jeanne Mergot103. La diversité des fruits demandés par la veuve, ainsi que les clauses techniques obligeant le preneur à planter des arbres buissons et à maintenir la treille en bon état, traduisent le goût pour les fruits et le prestige social attaché à la présentation sur sa table de fruits de qualité issus de son domaine. Dans ce jeu social, le preneur est bien souvent conduit à jouer le rôle d’un « coursier » du village à la ville.

  • 104 Bail du 07/11/1660, AD 95, 2E7/88.
  • 105 Bail du 16/06/1750, AD 95, 2E7/175.

69La spécificité socioculturelle du fruit introduit, dans une région où domine le fermage, un terme de l’échange qui n’appartient pas seulement à la sphère de l’économique mais aussi à celle du prestige et de la convenance sociale. Les cultures pratiquées pèsent d’un poids considérable sur la nature des liens entre bailleur et preneur, l’arbre fruitier ayant tendance à les renforcer ; le statut social du fruit de son jardin qui se doit d’être présent sur sa table multiplie les occasions de rencontre entre le jardinier et son maître, entre le locataire et son propriétaire. En effet, l’ajout, au fermage en argent, de paniers de fruits caractérise nombre de contrats conclus par les propriétaires parisiens et par les notables locaux. À l’évidence, cette clause ne se comprend pas uniquement par des raisons économiques, contrairement à la paysannerie locale qui peut ainsi obtenir un supplément alimentaire, mais aussi par le prestige social d’offrir à ses hôtes des fruits forcément exquis puisque issus de sa « campagne ». D’ailleurs, on se réserve et on se fait livrer dans sa maison des champs, ou directement à son domicile parisien, les fruits les plus rares, les plus gros et les plus colorés, les plus hâtifs et les plus tardifs. Jehan Porlier, lieutenant en la gruerie du duché-pairie de Montmorency, reçoit chaque année, en complément d’un loyer de cent livres, quarante-huit livres « de serizes tardives des plus belles qui croistront du jardin » et « ung boisseau de chastegnes aussy des plus belles104 ». Quant à la veuve d’un écuyer, retirée au couvent des Feuillantines, grande rue du faubourg Saint-Jacques, elle n’en oublie pas moins l’usage social des beaux fruits en se faisant livrer chaque année, par ses locataires, « trois cueuilloirs de belles guignes, autant de belles cerises, et semblables trois cueuilloirs de bigarots, le tout bien conditionné et des plus beaux fruits105 ».

70Les clauses des contrats de vente de fruits peuvent aussi prévoir des livraisons de fruits au domicile du propriétaire. Le 21 juin 1670, Elizabeth Porlier vend au marchand-fruitier Jean Lourdet du village de Piscop

  • 106 Contrat de vente du 21/06/1670, AD 95, 2E7/103.

« tous les fruitz et foings et regains quy sont la présente année sur une pièce de jardin clos de hayes et fossés contenant sept quartiers et demy, […] la couppe et faulche d’un demi-arpent de pré […] les fruitz tant rouges que pommes estant dans ung arpen de jardin […] (et) les fruicts rouges estant aussy la presante année sur deux arpens de jardin » contre cent soixantecinq livres et « à la charge par ledit Lourdet de livrer aux fils de lad(i)te veufve Huet en leur maison à Paris un pannier de serizes tardives et à elle en sa maison de Montmorency deux coeuilloirs aussy de serizes tardives106 ».

71Le lieu de résidence des bailleurs et des créanciers parisiens délimite ainsi, après les Halles et les rues y accédant depuis Saint-Denis, un deuxième visage urbain s’aventurant parfois dans les beaux quartiers des élites parisiennes.

  • 107 Par exemple le contrat de vente du 29/04/1713 d’une parcelle de terre à Saint-Brice entre Pierre P (...)
  • 108 « Anne de La Rivière, femme de Jean Testard jardinier dem(euran)te à Saint-Denis-en-France estant (...)

72Enfin, l’espace parisien vécu est aussi celui des études notariales. En effet, les minutes parisiennes ne contiennent pas uniquement des actes concernant la vallée de Montmorency passés entre Parisiens107 ; depuis au moins le xviie siècle, la paysannerie-marchande a pris l’habitude de passer des actes devant les notaires parisiens. Lié bien évidemment au contact régulier avec Paris pour acheminer les fruits et à l’emprise économique bourgeoise sur les proches campagnes, le choix d’un notaire parisien a aussi permis de contourner l’inévitable publicité du notaire local pour se fondre dans l’anonymat d’une étude parisienne. Des contrats de vente de terres, de maisons et de jardins ainsi que des baux y sont conclus, on y prépare même ses dispositions testamentaires108.

  • 109 Viarmes, dépt. 95, arr. Montmorency, ch. l. cant.
  • 110 Contrat de vente du 02/07/1734, AN, ET/XXXV/598.
  • 111 Contrat de vente du 22/08/1716, AN, ET/XXXVI/359.
  • 112 Contrat de vente du 07/06/1713, AN, ET/XXVI/341.
  • 113 Bail à rente du 01/06/1672, AN, ET/XCI/381.
  • 114 Bail à loyer du 01/06/1672, AN, ET/XCI/381.

73Paris est donc aussi l’occasion de rencontre entre bailleurs et preneurs, vendeurs et acheteurs, prêteurs et emprunteurs, et nombre de cabarets et d’auberges ont dû servir de lieu de marchandage avant le passage devant un notaire. Le marchand-fruitier Louis Pelé dit le jeune, habitant à Viarmes109, profite de sa présence à Paris pour vendre à François Bongredien, un bourrelier parisien demeurant rue Saint-Marc, paroisse Saint-Eustache, trois quartiers de terre labourable110. Louise Chéron, veuve du marchand Nicolas Lesguillier quitte Enghien pour se rendre à Paris pour vendre à Joseph Franjou, un officier du Régent, une maison située à Saint-Brice pour 850 livres111. Trois ans plus tôt, il avait acheté, au marchand-fruitier Claude Deseny, vingt-huit perches de terre plantée d’arbres fruitiers au village de Saint-Brice ; là encore, l’acte est passé devant un notaire parisien112, cet officier du duc d’Orléans se constituant un domaine à Saint-Brice à partir de Paris. Des baux à loyer et à rente sont aussi conclus devant des notaires parisiens. Le premier juin 1672, François de Braque, seigneur de Piscop, donne la jouissance à deux marchands-fruitiers de Blémur d’une maison, d’un petit closeau à verdure et d’un demi-arpent de jardin contre le payement annuel des droits seigneuriaux et d’une rente perpétuelle et non rachetable de trente-six livres113. Le même jour, il leur donne aussi à titre de loyer pour neuf années, un demi-arpent de jardin planté d’arbres fruitiers, quatre-vingts perches de terre plantée de châtaigniers et de pommiers, et un arpent de pré114.

74Le passage devant les notaires parisiens et les livraisons aux domiciles des propriétaires privilégiés contribuent à construire et entretenir l’image d’une ville dominatrice, d’une ville « bailleuse », expropriatrice et créancière.

Vers une installation logique dans un « monstre » urbain à visage humain

  • 115 Arlette Farge, op. cit., 1986, rééd. 1992, p. 28.
  • 116 Christine Métayer, op. cit, 2000.

75Pour la paysannerie-marchande, Paris ne revêt pas cette dimension angoissante d’une ville inconnue que partagent de nombreux migrants115. Sa vision de Paris pourrait se résumer à la ville grouillante, bruyante et laborieuse des Halles et des quartiers voisins à l’image de l’atmosphère du cimetière des Saints-Innocents116. À cette image se superpose celle de « la ville promise », d’une ville dominatrice, lieu de résidence des propriétaires horsains, des bailleurs et des acheteurs, des seigneurs et des bourgeois mais aussi, lieu de la réussite sociale pour quelques familles issues des communautés villageoises circumparisiennes.

  • 117 Mariage de 1701, registres paroissiaux de Saint-Brice, AD 95, 3E148/2.
  • 118 Mariage de 1744, registres paroissiaux de Saint-Brice, AD 95, 3E148/5.

76Paris n’est pas qu’un espace traversé ; la ville est intégrée dans les réseaux familiaux des marchands-fruitiers. Des mariages concrétisent ces contacts tels, en 1701, celui du marchand-fruitier François Betmont de Saint-Brice avec Barbe Mallot « après un ban publié dans cette ville [Saint-Brice] et dans celle de S(ain)t Barthelémi de Paris, paroisse de la fille117 » ou l’union de Jean Beaurain avec la parisienne Catherine Barbe Lamy118. Le choix du parrainage des enfants confirme le lien privilégié que l’on veut maintenir avec un Paris connu. D’après les actes de baptême inscrits dans les registres paroissiaux de Saint-Brice, trente-et-un parrains et marraines sont parisiens ; s’ils se répartissent entre quinze paroisses, huit viennent de la paroisse Saint-Eustache, au cœur de ce Paris apprivoisé.

  • 119 Titre nouveau, 25/06/1643, AD 95, 2E7/501.

77Les baux, les contrats de vente, les contrats de mariage, les successions, les reconnaissances de propriété et les actes de tutelle ainsi que les témoins et la parenté spirituelle inscrits dans les registres paroissiaux nous livrent une cinquantaine de membres issus de la paysannerie-marchande des villages de Saint-Brice et de Piscop ayant fait le choix de s’installer à Paris pendant les deux derniers siècles de l’Ancien Régime. Un quart de cet effectif est féminin alors que le traitement de nos sources renforce la masculinité du sondage lorsque le patronyme du gendre n’est pas suivi de celui de son épouse ; l’installation à Paris n’est pas qu’un fait masculin. De surcroît, ce chiffre n’est qu’un minimum, car il ne prend en compte que la population qui a voulu et pu conserver des liens avec son village d’origine. À chaque génération, la population locale a eu un fils ou un gendre, un neveu ou un oncle, un cousin ou un voisin installé à Paris, sans parler des familles qui ont fait souche dans la capitale. Dans la première moitié du xviie siècle, deux fils de François Vacher, marchand à Piscop, se sont installés à Paris, et à la génération suivante, ce sont encore un petit-fils et une petite-fille qui décident de quitter le village pour la capitale119.

  • 120 Mariage du 20/11/1696, registres paroissiaux de Saint-Brice, AD 95, 3E148/2.

78Sur la cinquantaine d’individus retrouvés, vingt-deux nous ont laissé, à côté de leur nom, une profession : seize sont des marchands ; leur origine socio-économique et les paroisses d’élection confortent la prédisposition commerciale de cette paysannerie. L’habitude des produits, de la demande parisienne et de la gestion de denrées périssables, mais aussi l’entretien de liens privilégiés avec un lieu de production, contribuent à une installation dans le commerce de la nourriture : marchands-fruitiers bien sûr, mais aussi marchand de vin, d’eau-de-vie, épicier et farinier. Les autres professions indiquées se répartissent entre artisan, compagnon, domestique et gagne-denier, voire la présence « exotique » dans ce tableau… d’un maître de danse120 ! Quant au gagne-denier, rencontré une seule fois, il est probablement plus fréquent mais caché derrière le silence pudique d’un acte précisant simplement la résidence parisienne ou peut-être derrière le terme marchand qui renvoie à une grande diversité de situations socio-économiques.

  • 121 Daniel Roche, op. cit., 2000, p. 11.
  • 122 Christine Legrand, op. cit., 1981.
  • 123 AN, ET/XXXV/598.
  • 124 Evelyne Saive-Lever et Jean de Viguerie, « Essai pour une géographie socio-professionnelle de Pari (...)
  • 125 Daniel Roche, op. cit., 2000, p. 115.

79La venue régulière à Paris conduit logiquement à une installation dans la capitale selon une « habitude enseignée dans la pratique des villages par d’anciens mécanismes de va-et-vient réguliers liant nécessités et aptitudes121 ». Il n’est pas question ici d’une installation impliquant un rejet de son passé, elle présente, au contraire, la double spécificité de se faire dans un lieu connu, et non dans un monstre urbain angoissant, et de garder des contacts avec les villages d’origines. L’adresse parisienne – la paroisse et la rue – de quarante-et-un de ces nouveaux habitants issus de la paysannerie-marchande des villages de Saint-Brice et de Piscop, nous est parvenue. Viennent en tête d’élection du domicile les paroisses Saint-Eustache, Saint-Laurent et Saint-Sauveur, avec respectivement, sept, sept et quatre ménages, viennent ensuite Saint-Germain-l’auxerois (3), Saint-Nicolas-des-champs (3), Saint-Jacques de la boucherie (2), Saint-Leu Saint-Gilles (2), Saint-Méderic (2), Saint-Paul (2), Saint-Sulpice (2), Saint-André des arts (1), les Saints-Innocents (1) et Saint-Symphorien (1). Cette géographie indique, au moins pour la première génération, une nette préférence pour le quartier des Halles et les paroisses périphériques, d’autant plus que le profil socioéconomique de la paroisse Saint-Eustache est marqué par une forte proportion de marchands-fruitiers-orangers122 : pour le seul premier semestre 1734, l’étude XXXV du Minutier central parisien permet de repérer douze patronymes différents de marchands-fruitiers-orangers résidant dans cette paroisse123. Rue Saint-Denis, rue Saint-Martin, rue Saint-Honoré…, les rameaux de cette paysannerie-marchande s’installent, préférentiellement, dans ces rues marchandes, peuplées de gagne-deniers et de marchands-ambulants – dont la carte a pu être dressée à partir du rôle des boues de 1637124 –, dans ces rues qui ont dû être maintes fois parcourues. Si l’on garde des relations économiques et familiales avec son village, on ne s’aventure pas dans un Paris inconnu, la Seine n’est pas franchie, la rive gauche étant probablement une terra incognita. Pourtant, un état des garnis parisiens, effectué en 1673, révèle que la rive gauche dispose de 57 % de la capacité d’accueil de la cité125 mais ces quartiers appartiennent à un autre univers, intellectuel et religieux.

80Cette population s’installe donc dans un espace urbain que la traversée régulière, pour l’acheminement des fruits du faubourg Saint-Denis vers les Halles, a apprivoisé et intégré à un vécu familial et amical. On élit domicile le long de cet axe commercial majeur, nord-sud, qui relie Paris à Saint-Denis, et qui était déjà un des hauts lieux de la géographie de l’accueil au Moyen Âge. On s’installe le long de la rue Saint-Denis et de la rue Saint-Martin qui la double, ainsi que dans les rues adjacentes, en descendant plus profondément dans le tissu urbain vers les Halles et jusqu’au bord de la Seine. Rien ne permet de parler d’une prédisposition pour des zones semi-rurales qui seraient a priori plus proches de l’univers mental paysan.

81Si l’on est à mille lieues d’une ville angoissante, d’une installation dans la ville induisant une rupture, d’une ville inhospitalière, il ne faut pas oublier que cet échantillon a été réalisé à partir des actes passés localement, ce qui exclut, obligatoirement, les individus qui ont volontairement rompu avec leur milieu d’origine. Au contraire, le choix géographique des paroisses permet de conserver un contact avec son village, de rencontrer un voisin, un cousin, voire un frère ou un beau-frère qui se rend aux Halles, pour avoir des nouvelles « du pays ». Il est même probable qu’un cabaret ait joué le rôle de point de rencontre dans le quartier. Nul doute que nous ayons ici une solidarité qui s’inscrit dans des espaces connus ; on s’y donne rendez-vous, on y traite des affaires, on y boit.

  • 126 « Le terme de l’ascension sociale locale est normalement la ville […] Certes, une branche de la fa (...)

82Ainsi, parler d’ouvertures s’impose d’autant plus que les individus installés sur Paris maintiennent les contacts avec leur village d’origine. Il ne s’agit pas d’une aventure individuelle mais d’une aventure vécue « communautairement ». De surcroît, le jeu des successions et des partages égalitaires de la coutume de Paris entretient des liens économiques. Ces parcelles de terres et de jardins, ces travées de maison, et ces rentes héritées ne sont pas obligatoirement vendues par les héritiers installés ailleurs, témoignant d’une volonté de garder un lien avec le village ; il semble bien que l’on cherche à conserver le plus longtemps possible ses biens-fonds126, d’autant plus que la résidence sur Paris n’est ni exclusive ni forcément définitive. La conclusion des baux, les successions, les reconnaissances de propriété, les constitutions de rentes offrent autant d’occasions de rencontre.

  • 127 Mariage de 1700, registres paroissiaux de Saint-Brice, AD 95, 3E148/2.
  • 128 Mariage de 1706, registres paroissiaux de Saint-Brice, AD 95, 3E148/3.
  • 129 Mariage de 1753, registres paroissiaux de Saint-Brice, AD 95, 3E148/6.

83Témoin lors d’un mariage, parrain ou marraine lors d’un baptême, présent lors de l’inhumation, ce nouveau Parisien profite des grands rites de passage pour retourner au pays. Jean Le Grain, marchand à Paris est présent à Saint-Brice pour le mariage de sa belle-sœur127, alors que Jean Joly, demeurant à Paris, rue Saint-Denis, paroisse Saint-Sauveur, retourne à Saint-Brice pour le mariage de son cousin germain128, et que Sébastien La Vigne, charcutier à Paris, est un des témoins de son neveu, le fruitier Pierre La Vigne129.

84La possession d’un clos peut même offrir la possibilité d’affirmer localement une réussite sociale passant par Paris comme pour la famille Lourdet. Pendant deux siècles, on peut suivre l’ascension sociale de cette famille de marchands-fruitiers de Piscop. Marin Lourdet, marchand-fruitier à Piscop a épousé Barbe Dequin, issue d’une famille de marchands-fruitiers du même village. De cette union classique, sont parvenus à l’âge adulte six enfants dont quatre vont s’installer à Paris : Nicolas, marchand fruitier-oranger, Marin, qualifié de « bourgeois de Paris », Marie, « fille majeure », et François, maître charcutier. Nous connaissons l’adresse parisienne de Nicolas, Marin et Marie ; ils habitent non seulement la même paroisse mais aussi la même rue : la rue Montorgueil dépendant de la paroisse Saint-Eustache. Ce choix de résidence n’est guère surprenant, car la paroisse Saint-Eustache à proximité des Halles semble bien être le principal lieu de concentration des marchands-fruitiers-orangers parisiens et surtout il témoigne du jeu de la solidarité familiale et de l’espace urbain connu dans l’élection d’un domicile. Des deux autres enfants, Jean s’est installé à Bouqueval en tant que laboureur ; notons que ce finage appartient à l’aire d’approvisionnement en fruits des marchands de la vallée de Montmorency. Le choix des professions des enfants s’inscrit bien dans la logique commerciale et diversificatrice de la paysannerie-marchande dont ils sont issus. Quant à Elizabeth Lourdet, elle a épousé Brice Huet, bedeau de Madame la duchesse de Bourgogne.

85Le commerce des fruits a permis à la famille Lourdet d’atteindre une aisance certaine puisque Elizabeth et Jean ont reçu à leur mariage la somme de 3 000 livres chacun. À la mort du père de famille, les quatre autres enfants prennent, avant partage, la somme de 3 000 livres chacun. Le reste de la succession, mise aux enchères pour éviter un partage du patrimoine, est enlevé pour 7 000 livres par Nicolas. Au total le patrimoine de Marin Lourdet atteint la somme de 25 000 livres dans les années 1693-1706, une belle somme en plein cœur des années de misère. Il y a eu un vrai enrichissement rendant possible une ascension sociale. Celle-ci est vécue en douceur sans rompre avec le commerce des fruits. Surtout, cette famille a bien intégré le code social de la maison de campagne. Au lendemain de la mort de Marin Lourdet, la décision de la famille est remarquable : « et à l’égard des autres immeubles de la succession consistant en maisons, terres, prez et bois […] ne se pouvant commodément partager entre les parties sans les ruiner » ils seront mis aux enchères entre les enfants. Il aurait été possible de faire six lots mais cela aurait entraîné la dislocation de la propriété et la probable vente d’héritages, deux perspectives que les Lourdet refusent. Cette option se comprend aisément par le respect d’un code social : la possession d’une maison des champs et de terres qui seront éventuellement louées. Or, les biens de Marin Lourdet peuvent prétendre à ce prestige ; dans les terres dominent arbres fruitiers et bois taillis ; quant au bâtiment il s’agit

  • 130 Partage de la succession Marin Lourdet, AN, ET/XXIII/394.

« d’une grande maison à porte cochère situé au village dud. Piscop, consistant en salle basse, fournil et sellier à costé, trois chambre et deux greniers au-dessus, cave, un hangard, une écurie, étable à vache, un grenier au dessus, deux étables à porcs et deux poulailliers au dessus, le tout couvert de thuile, une grande cour et un puis dans lad. cour, une grange contenant quatre travées aussi couverte de thuile, aboutissant sur la friche de Piscop, d’un bout et de l’autre à Marin Lemaire, d’un costé au chemin qui conduit au chemin de Paris, de l’autre par derrière à la marquise de Braque, un petit jardin attenant laditte maison contenant demy arpent ou environ planté d’arbres fruitiers130 ».

86Y a-t-il meilleure façon d’afficher sa réussite socio-économique dans son village que d’imiter les usages des propriétaires horsains privilégiés ? Dans ce cas la possession d’un clos et la plantation d’arbres fruitiers participent à inscrire l’ascension familiale dans son village d’origine.

87Assurément le statut social attaché aux cultures fruitières contribue à l’ouverture des campagnes. La possession d’un clos et les fruits de son jardin comme illustration du bon goût d’un hôte renforcent les liens entre la Cour, la Ville et le Village. Les cultures fruitières à l’époque moderne permettent de dépasser une relation ville/campagne qui ne serait que celui d’une domination économique. Bien sûr, l’expropriation paysanne reste un fait essentiel, mais à ce mécanisme d’une ville conquérante se constituant une emprise foncière sur ses campagnes, les cultures fruitières rajoutent une présence, un visage : celui du jardin-fruitier fièrement dressé derrière son mur de clôture dans le paysage quotidien de la communauté villageoise, celui des fruits réservés pour la table du propriétaire bourgeois. Cette facette de la domination urbaine a pu être bénéfique pour le village, notamment par l’enrichissement variétal.

88L’étude des variétés et des espèces fruitières cultivées dans un village, et celle des conduites réservées à l’arbre – espalier, buisson, pyramide… –, sont de bons indicateurs pour mesurer l’ouverture d’une communauté tant l’arboriculture fruitière de l’époque moderne est sujette à la versatilité de la mode. Cultiver essentiellement des pommiers ou des pêchers, utiliser des appellations exclusivement locales ou des noms fixés par les ouvrages pomologiques, dresser ses espaliers à la Montreuil ou les tondre comme de « vulgaires palissades » sont autant d’indices pour déterminer le degré d’ouverture du village. Or les campagnes parisiennes sont totalement perméables à ces modes ; elles les connaissent par la présence des maisons des champs bourgeoises et aristocratiques, par les livraisons de fruits au domicile des bailleurs et des vendeurs privilégiés, et par la fréquentation régulière du marché parisien.

89Cependant cette connaissance ne suffit pas, il faut aussi souligner la capacité d’adaptation d’une paysannerie-marchande suffisamment dynamique pour répondre à la demande urbaine par le développement des murs à pêches à Montreuil, du chasselas de table à Thomery, des figuiers à Argenteuil ou des cerises tardives dans la vallée de Montmorency.

90Mais l’ouverture des campagnes n’est pas uniquement sociale et technique, elle est aussi géographique ; il convient de souligner fortement cette ouverture créée par la mobilité d’une paysannerie qu’une étude démographique classique aurait caractérisée par sa forte sédentarité. Le va-et-vient régulier de cette paysannerie-marchande aux Halles fait de la capitale un espace vécu, apprivoisé, conduisant naturellement à une installation de membres de sa famille et de son voisinage dans ce « monstre urbain » à visage justement humain car habituel. Cette ouverture géographique s’enrichit aussi par la recherche de fruits à acheminer vers Paris, de la Picardie à la Touraine, de la Normandie à la Limagne. Ce contact avec d’autres communautés d’habitants éloignées de la capitale est particulièrement important car il transforme les marchands-fruitiers en relais culturel. Ce n’est pas tant la rencontre entre deux paysanneries qui nous importe dans le cadre d’une réflexion sur l’ouverture des campagnes mais le fait qu’une de celles-ci soit en contact régulier avec Paris, pouvant ainsi propager, consciemment ou inconsciemment, des nouvelles et des rumeurs, des manières de parler et de vivre urbaines ; surtout elle doit ainsi nourrir un discours paysan sur la ville qui, aujourd’hui encore, nous échappe. Aperçu ici pour le commerce de fruits, le rôle de relais culturel des paysanneries-marchandes en périphérie des aires d’approvisionnement mériterait qu’une étude entière lui soit consacrée. En tout cas, le réseau des colporteurs est doublé par celui d’une paysannerie-marchande dont le commerce des fruits n’est qu’un exemple auquel pourraient s’agréger, pour le nord de l’Île-de-France au moins, les marchands de dentelle, les marchands-boulangers et les marchands-laboureurs.

Notes

1 Contrat de mariage, 01/06/1700, AD 95, 2E7/529.

2 Marcel Lachiver, La population de Meulan du xviie au xixe siècle. Etude de démographie historique, 1969 ; Jacques Dupâquier, La population rurale du bassin parisien à l’époque de Louis XIV, 1979 ; pour les compartements démographiques des vignerons, Marcel Lachiver, op. cit., 1982, p. 503-707.

3 Anne Radeff, dans une récente mise au point sur la question de la mobilité, souligne la controverse entre le modèle de sédentarité élaboré par les démographes français et les historiens de l’Europe du Nord-Ouest, « Nouvelles controverses sur de très anciennes mobilités. Repères bibliographiques », Revue Suisse d’Histoire, vol. 49, 1999, p. 138-147.

4 Alain Croix, « “L’ouverture des villages sur l’extérieur fut un fait éclatant dans l’ancienne France” : position de thèse », Histoire et Sociétés Rurales, n° 11, 1er semestre 1999, p. 109-146.

5 Hugues Neveux, « De l’horizon borné des paysans français aux Temps modernes », L’histoire grande ouverte, hommages à Emmanuel Le Roy Ladurie, 1997, p. 80.

6 Terrier de Maffliers, 1752, AD 95, E/28.

7 Contrat de vente du 22/06/1654, AD 95, 2E7/510.

8 24 demandes sur 40 conservées entre 1690 et 1701, AD 95, B95/1 177 à B95/1 197.

9 Acte de vente, AD 95, 2E7/104.

10 Marc Venard, Bourgeois et Paysans au xviie siècle. Recherche sur le rôle des bourgeois parisiens dans la vie agricole au Sud de Paris au xviie siècle, 1957 ; Jean Jacquart, op. cit., 1974.

11 Marcel Lachiver, op. cit., 1982, p. 362-365.

12 Ibid., p. 367.

13 Francis Arzalier, op. cit., 1996, p. 67.

14 A. P. Faugère, éd., op. cit., 1862, p. 26-27.

15 Pierrefitte-sur-Seine, dépt. 93, arr. Bobigny, cant. Stains.

16 Hurtaut et Magny, op. cit., 1779, t. 4, p. 26.

17 Demande du 04/08/1780, AD 95, B95/1 276.

18 Demande du 05/04/1696, AD 95, B95/1 188.

19 Plainte du 28/08/1692, AD 95, B95/1 181.

20 Hurtaut et Magny, op. cit., 1779, t. 3, p. 444.

21 Le Prieur, op. cit., 1784, éd. utilisée 1788, p. 3-10.

22 Hurtaut et Magny, op. cit., 1779, t. 3, p. 182-183.

23 Jardins en Val-d’Oise, 1993, p. 114-117.

24 Contrats des 07/05/1670, 30/10/1670, 26/10/1670, 14/10/1670, 13/10/1670, 08/10/1670, 08/10/1670, 06/10/1670, 10/09/1670, 25/08/1670, 10/08/1670, et 03/08/1670, AD 95, 2E7/103.

25 « C’est surtout aux xviie et xviiie siècles que toute cette région immédiatement au sud de Paris devient remarquable par le grand nombre de propriétés de plaisance », Jean Bastié, La croissance de la banlieue parisienne, 1964, p. 64-68 ; « Les raisons de cette prépondérance du jardinage en France sont les mêmes que celles que Fussell signale pour l’Angleterre : période de nombreuses constructions de châteaux, de maisons de campagne, de remaniements de jardins déjà existants et de leur mise au goût du jour. Phénomène particulièrement sensible dans les environs de Paris où la noblesse de cour acquiert des domaines relativement proches de la capitale et non seulement la noblesse mais le groupe riche et influent des parlementaires et des hauts fonctionnaires », André-Jean Bourde, op. cit., 1967, p. 60.

26 Hurtaut et Magny, op. cit., 1779, t. 1, p. 252.

27 Férolles-Attily, dépt. 77, arr. Melun, cant. Brie-Comte-Robert.

28 Hurtaut et Magny, op. cit., 1779, t. 3, p. 6.

29 Ibid., t. 3, p. 182.

30 Ibid., t. 4, p. 593.

31 Ibid., t. 4, p. 808.

32 Article cité par Marcel Picard, op. cit., 1980, p. 144.

33 Le temps des jardins, 1992, p. 521.

34 01/07/1753, AD 95, 2E7/536.

35 À l’exception de la pomme de Guiarde, probable déformation locale de pommes de garde.

36 Inventaire après décès, 27/10/1743, AD 95, B95/836.

37 Eaubonne, dépt. 95, arr. Pontoise, ch. l. cant.

38 Montlignon, dépt. 95, arr. Pontoise, cant. Saint-Leu-la-Forêt.

39 Saint-Prix, dépt. 95. Mise aux enchères, 05/07/1690, AD 95, B95/1 177.

40 Mise aux enchères, 14/06/1690, AD 95, B95/1 177.

41 Sur 41 actes entre 1690 et 1701, AD 95, B95/1177 à B95/1 197.

42 Baux du 26/09/1677 et du 15/09/1677, AD 95, 2E7/522.

43 Bail du 03/03/1740, AD 95, 2E7/167.

44 Bail du 21/03/1684, AD 95, 2E7/525.

45 Enchères du 16/05/1681, AD 95, B95/1 277.

46 Enchères du 19/06/1782, AD 95, B95/1 278.

47 Enchères du 02/06/1783, AD 95, B95/1 279.

48 Enchères du 19/06/1782, AD 95, B95/1 278.

49 Enchères du 21/05/1777, AD 95, B95/1 273.

50 Enchères du 19/06/1782, AD 95, B95/1 278.

51 Gisors, dépt. 27, arr. Les Andelys, ch. l. can.

52 « Martin Beaugrand march(an)d fruitier dem(euran)t à St-Brice confesse debvoir, promest et gaige payer d’huy en quinz(ai)ne prochain venant à André Murnier march(an)d dem(euran)t à Lattainville près de Gisor, présent ou au porteur la somme de deux cent vingt cinq livres restant de plus grande somme pour reste de fruicts », reconnaissance de dette du 03/03/1647, AD 95, 2E7/504 ; Lattainville, dépt. 60, arr. Beauvais, cant. Chaumont-en-Vexin.

53 AD 95, 2E7/522.

54 Anserville, dépt. 60, arr. Beauvais, cant. Méru. Contrat de vente du 17/10/1672, AD 95, 2E7/520.

55 Belle-Eglise, dépt. 60, arr. Senlis, cant. Neuilly-en-Thelle ; requête pour débarquer des fruits à Epinay-sur-Seine, 19/03/1698, AD 95, B95/1 193.

56 Chambly, dépt. 60, arr. Senlis, cant. Neuilly-en-Thelle ; contrat de vente du 17/10/1672, AD 95, 2E7/520 ; requêtes pour débarquer des fruits à Epinay-sur-Seine, 19/03/1698, AD 95, B95/119 et 22/11/1700, AD 95, B95/1 196.

57 Cramoisy, dépt. 60, arr. Senlis, cant. Montataire ; inventaire après décès, 09/01/1654, AD 95, 2E7/510.

58 Soissons, dépt. 02, ch. l. arr.

59 Compiègne, dépt. 60, ch. l. arr. ; requête du 29/11/1700, AD 95, B95/1 196.

60 Contrat de vente du 18/08/1701, AD 95, 2E7/529.

61 Contrat de vente du 26/07/1702, AD 95, 2E7/529.

62 Contrat de vente du 26/06/1678, AD 95, 2E7/522.

63 Mitry (-Mory), dépt. 77, arr. Meaux, cant. Claye-Souilly ; contrat de vente du 22/09/1669, AD 95, 2E7/519.

64 Gascourt, dépt. 95 ; contrat de vente du 12/03/1663, AD 95, 2E7/516.

65 Presles-en-Brie, dépt. 77, arr. Melun, cant. Tournan-en-Brie ; contrat de vente du 18/10/1670, AD 95, 2E7/519.

66 Torcy-en-Brie, dépt. 77, arr. Meaux, ch. l. cant ; « pendant que tu as esté coeullir des fruits à Torsyen-Brie, ta femme a tenu bordelle en ta maison », plainte du 03/05/1670, AD 95, B95/1 136.

67 Pierre Dubois laboureur à Bornel doit au marchand Philippe Lesguillier de Saint-Brice 1400 lt « pour prest et loyal prest d’argent », reconnaissance du 10/11/1642, AD 95, 2E7/500. Bornel, dépt. 60, arr. Beauvais, cant. Domont.

68 Béatrix de Buffévent, op. cit., 1984, p. 320.

69 Pierre Brunet, « Thomery, Genèse d’une arboriculture de banlieue », Extrait des annales de l’Université, deuxième série, n° 5, actes du 73e Congrès de l’AFAS, 1954, p. 1-2.

70 Bail du 8/11/1700, AD 95, 2E7/136.

71 Lebeuf, op. cit., t. III, p. 112.

72 Procès verbal de Louveciennes, 1786, AD 78, C5 et plan C2/43 bis.

73 Bail du 19/04/1750, AD 95, 2E7/535.

74 AD 95, 2E7/510.

75 Contrat du 23/05/1663, AD 95, 2E7/516.

76 Accord pour la construction d’un mur, 29/09/1670, AD 95 2E7/104.

77 Moichy-Saint-Eloi, dépt. 60, arr. Clermont, cant. Liancourt.

78 Orsay, dépt. 91, arr. Palaiseau, ch. l. cant. ; acte de partage du 09/01/1680, AD 95, 2E7/115.

79 Contrat de jardinage, 30/09/1647, AD 95, 2E7/504.

80 Calonne, op. cit., 1779, p. 162-169.

81 Le Pré-Saint-Gervais, dépt. 93, arr. Bobigny, ch. l. cant.

82 Article 6 du cahier de doléances du Pré-Saint-Gervais, Cahiers de doléances de l’actuelle Seine-Saint-Denis, 1989, p. 103.

83 Plainte, AD 95, B95/1290.

84 Reynald Abad, op. cit., 2002, p. 440.

85 Calonne, op. cit., 1778, p. 109.

86 Accord de feuillée, 10/06/1691, AD 95, 2E7/523.

87 Cahier de doléances du Pré-Saint-Gervais, Cahiers de doléances de l’actuelle Seine-Saint-Denis, 1989, p. 103.

88 09/08/1735, AD 95, B95/835.

89 Calonne, op. cit., 1778, p. 110 ; Louis-Sébastien Mercier, op. cit., 1781-1789.

90 Calonne, op. cit., 1778, p. 4-7.

91 Contrat de feuillée du 10/06/1681, AD 95, 2E7/523.

92 Bail du 01/06/1672, AN, 381/XCI.

93 Bail à rente du 24/09/1722, AN, ET/CI/237.

94 Daniel Roche, dir, op. cit., 2000, p. 118.

95 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au xviiie siècle, rééd. 1992, p. 159-163.

96 Arlette Farge, op. cit., 1986, p. 166.

97 Bonnefons, op. cit., 1651, « épistre aux Dames » non paginée.

98 Contrat de jardinage du 19/08/1697, AD 95, 2E7/528.

99 Contrat de jardinage du 14/10/1697, AD 77, 69 E 297, cité dans Le temps des jardins, 1992, p. 470.

100 Contrat du 26/08/1740, 159 J 32/4, AD 77, aimablement communiqué par Aline Scattolini.

101 Champs-sur-Marne, dépt. 77, arr. Meaux, cant. Torcy ; Le temps des jardins, 1992, p. 459-461.

102 Bail du 16/09/1680, AD 95, 2E7/115.

103 Bail du 03/10/1717, AD 95, 2E7/530.

104 Bail du 07/11/1660, AD 95, 2E7/88.

105 Bail du 16/06/1750, AD 95, 2E7/175.

106 Contrat de vente du 21/06/1670, AD 95, 2E7/103.

107 Par exemple le contrat de vente du 29/04/1713 d’une parcelle de terre à Saint-Brice entre Pierre Pillet, marchand à Paris, rue Saint-Honoré, paroisse Saint-Germain l’Auxerois et Joseph Franjou, officier du Régent, rue neuve et paroisse Saint-Eustache, AN, ET/XXVI/341.

108 « Anne de La Rivière, femme de Jean Testard jardinier dem(euran)te à Saint-Denis-en-France estant ce jour à Paris, laquelle a déclaré et déclare par ces présente quelle révoque tous testament et condicile qu’elle a eu pouvoir avoir fait jusques à ce jour », 07/06/1713, AN, ET/XXVI/341.

109 Viarmes, dépt. 95, arr. Montmorency, ch. l. cant.

110 Contrat de vente du 02/07/1734, AN, ET/XXXV/598.

111 Contrat de vente du 22/08/1716, AN, ET/XXXVI/359.

112 Contrat de vente du 07/06/1713, AN, ET/XXVI/341.

113 Bail à rente du 01/06/1672, AN, ET/XCI/381.

114 Bail à loyer du 01/06/1672, AN, ET/XCI/381.

115 Arlette Farge, op. cit., 1986, rééd. 1992, p. 28.

116 Christine Métayer, op. cit, 2000.

117 Mariage de 1701, registres paroissiaux de Saint-Brice, AD 95, 3E148/2.

118 Mariage de 1744, registres paroissiaux de Saint-Brice, AD 95, 3E148/5.

119 Titre nouveau, 25/06/1643, AD 95, 2E7/501.

120 Mariage du 20/11/1696, registres paroissiaux de Saint-Brice, AD 95, 3E148/2.

121 Daniel Roche, op. cit., 2000, p. 11.

122 Christine Legrand, op. cit., 1981.

123 AN, ET/XXXV/598.

124 Evelyne Saive-Lever et Jean de Viguerie, « Essai pour une géographie socio-professionnelle de Paris dans la 1re moitié du xviie siècle », RHMC, vol. XX, n° 3, juillet-septembre 1973, p. 424-429.

125 Daniel Roche, op. cit., 2000, p. 115.

126 « Le terme de l’ascension sociale locale est normalement la ville […] Certes, une branche de la famille reste sur place, mais celle qui émigre conserve la propriété de ses biens fonds », Bernard Garnier, art. cit., 1979-1980, p. 158.

127 Mariage de 1700, registres paroissiaux de Saint-Brice, AD 95, 3E148/2.

128 Mariage de 1706, registres paroissiaux de Saint-Brice, AD 95, 3E148/3.

129 Mariage de 1753, registres paroissiaux de Saint-Brice, AD 95, 3E148/6.

130 Partage de la succession Marin Lourdet, AN, ET/XXIII/394.

Table des illustrations

Titre Figure n° 20 : Origine socioculturelle des fournisseurs de fruits aux marchands-fruitiers de Saint-Brice d’après les contrats de vente (1640-1691)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17488/img-1.png
Fichier image/png, 265k
Titre Figure n° 21 : Origine géographique des bailleurs ayant conclus un bail concernant l’arboriculture fruitière devant le notariat d’Enghien de 1630 à 1810
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17488/img-2.png
Fichier image/png, 328k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540