Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des fruits et des hommes

 | 
Florent Quellier

Première partie. Environnement

Chapitre III. Paysages de l'arboriculture fruitière

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

« Un amateur du jardinage,
Demi Bourgeois, demi manant
Possédait en certain Village
Un jardin assez propre, et le clos attenant.
Il avait de plant vif fermé cette étendue ».

Jean de La Fontaine, Le jardinier et son
seigneur, Livre IV, fable IV.

  • 1 Claude-Henri Watelet décrit le site dans lequel s’inscrit sa propriété de Moulin-Joli à Bezons. Le (...)

« [...] au nord1, une petite ville couronnée
de montagnes, environnée de cerisiers et de
figuiers qui s'étendent jusqu'aux bords du
fleuve, forme avec l'immense étendue d'eau
qu'on aperçoit, et de jolies habitations entourées
d'arbres, un des plus beaux aspects de cette
charmante solitude ».

Claude-Henri Watelet, Essai sur les jardins,
« le jardin françois. Lettre à un ami »,
p. 144, Paris, 1774.

1Le premier chapitre de La connaissance parfaite des arbres fruitiers de l'abbé de La Châtaigneraye tente de prouver la supériorité de l'arboriculture fruitière sur les autres productions végétales en notant qu'elle s'adresse à nos cinq sens. Pour cette culture permanente qui se donne à voir toute l'année et pour plusieurs décennies, il commence tout naturellement par évoquer la vue :

  • 2 La Châtaigneraye, op. cit., 1692, p. 4.

« mes yeux sont bien plus réjouis, lors qu'ils apperçoivent cette symétrie d'arbres, où la nature et l'art ont joué de leur reste pour les perfectionner, et où cette étendue et cette diversité envoyent des espèces capables de remplir nos puissances2 ».

  • 3 Jean-Robert Pitte, Histoire du paysage français, 1983, rééd. 1989, t. 1, p. 18.

2Son regard renvoie à une réalité paysagère, le strict alignement des arbres dans un potager-fruitier d'une maison des champs, mais aussi au plaisir de regarder une nature harmonieusement dressée par la main de l'homme ; sa vision s'inscrit donc aussi dans une perception socioculturelle. L'observation de La Châtaigneraye s'inscrit totalement dans la définition du paysage proposé par Jean-Robert Pitte : « une réalité culturelle car [le paysage] est non seulement le résultat du labeur humain, mais aussi objet d'observation3 ». Ainsi, le regard de l'historien doit non seulement tenter de reconstituer les paysages arborés des deux derniers siècles de l'Ancien Régime mais surtout rechercher et comprendre l'attention portée par les contemporains sur ces paysages ; ce second temps s'impose d'autant plus que leurs perceptions intellectuelles, techniques et sensibles risquent fort de révéler des spécificités créées par le développement de l'arboriculture fruitière dans les campagnes parisiennes.

  • 4 Pour une synthèse récente sur les regards portés sur le paysage par les géographes et les historie (...)
  • 5 Marc Bloch, « Les plans parcellaires », La terre et le paysan. Agriculture et vie rurale aux 17e e (...)
  • 6 Marc Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, 1931, rééd. 1999, p. 71-108 e (...)

3Dans un premier temps, travailler sur les paysages plantés d'arbres fruitiers revient donc à tenter une reconstitution d'un paysage disparu. Les géographes et les historiens, plus tardivement il est vrai, ont pris l'habitude d'interroger diverses sources pour retrouver un paysage4. Dès les années 1920, Marc Bloch s'est intéressé aux plans de l'Ancien Régime et leur a consacré un article dans le premier numéro des Annales dans lequel il lance une grande enquête sur ce sujet5. Cette préoccupation constante, reprise tout naturellement dans les Caractères originaux de l'histoire rurale française6, s'explique par l'espoir d'obtenir des informations pour appréhender les parcellaires et les grands types de civilisations agraires. Mais du parcellaire au paysage, le pas ne fut pas franchi par les grandes thèses françaises d'histoire rurale des années 1945-1975. Évacué dès l'introduction, ou dans un premier chapitre présentant le cadre physique de la monographie régionale, le paysage était bien souvent cantonné à une toile de fond immobile. Ainsi, malgré les nombreux travaux universitaires consacrés aux campagnes parisiennes, le paysage est loin d'y avoir été retrouvé. Si dresser une carte des emblavures, des vignobles et des forêts des campagnes parisiennes de l'époque moderne est possible, on a beaucoup plus de difficultés à voir un champ de céréales, une vigne ou une prairie artificielle, sans parler des inexistants arbres fruitiers.

  • 7 Voir les travaux de Georges Bertrand.

4Cependant, depuis une vingtaine d'années, accompagnant l'essor du mouvement écologique dans les pays occidentaux, le souci d'aménagement du territoire et l'élaboration de l'âge d'or d'une mythique « nature naturelle » d'avant l'industrialisation du xixe siècle, le paysage est à la mode. Les historiens, partis à sa recherche, bénéficient largement des travaux des géographes qui, depuis la fin des années 1970, tentent d'élaborer une approche scientifique pour étudier un paysage7 ayant longtemps pâti de l'héritage de Vidal de La Blache ; c'est d'ailleurs un géographe, Jean-Robert Pitte qui a proposé une Histoire du paysage français en 1983, suivi cinq ans plus tard par la Géographie historique de la France de Xavier de Planhol.

  • 8 Annie Antoine consacre de nombreuses pages à l’utilisation des cartes du xviiie siècle pour connaî (...)
  • 9 Bernard Quilliet, Le paysage retrouvé, 1991.

5Pour répondre à ce nouvel intérêt, les géographes et les historiens disposent de très nombreux documents. Les cartes et les plans, trop longtemps maintenus dans un rôle très secondaire de « belle illustration », peuvent prétendre à jouer un rôle essentiel dans la recherche d'un regard porteur de sens sur le paysage8. Les travaux de Bernard Quilliet9 ont mis en avant les renseignements livrés par les cartes, les plans et d'autres documents iconographiques tels que les tableaux et les gravures, mais surtout pour des paysages urbains et monumentaux.

6Outre les documents figurés, le chercheur dispose de sources plus classiques au rang desquelles figurent les contrats de vente, les baux, les rapports d'expertise, et des témoignages littéraires (mémoires, récits de voyage, correspondances, descriptions historiques et géographiques) offrant de nombreuses informations sur l'organisation d'un paysage. Ainsi un bail développé peut nous permettre de connaître la nature de l'occupation du sol, les associations de cultures, la densité de plantation des arbres fruitiers, les végétaux plantés dans une haie... Quant aux traités de jardinage, ils se révèlent être une source incontournable pour entrevoir les conduites réservées aux arbres fruitiers.

  • 10 Préface des Caractères originaux…par Pierre Toubert pour l’éd. de 1988, rééd. 1998.
  • 11 Annie Antoine, « Archéologie du paysage et histoire culturelle de l’Ouest », Annales de Bretagne e (...)
  • 12 C’est surtout le regard des élites, qu’il soit esthétique, physiocratique ou hygiéniste, qui a été (...)

7Ces documents permettent de reconstituer un paysage, cependant pour le retrouver totalement il faut se garder d'être uniquement descriptif et statique mais dépasser cette étape essentielle pour la replacer dans un contexte vivant. Cette description peut être replacée, en faisant le choix de la longue durée, dans la création et l'évolution d'un paysage dans une optique de géohistoire10 ou d'archéologie du paysage11 ; cette lecture a le mérite de mettre en avant qu'un paysage est vivant et d'interdire ce non-sens que serait la fossilisation d'un paysage patrimoine d'avant les « dégâts » de l'industrialisation. Elle peut aussi être confrontée aux regards des contemporains. Les paysans voient et perçoivent aussi le paysage : cette évidence, souvent oubliée, mérite d'être fortement soulignée. Les lectures d'un paysage par des contemporains qui ne sauraient être uniquement des élites12 constituent l'aspect qui a été le moins travaillé par les historiens du paysage. Pourtant les documents utilisés pour réaliser une description, questionnés autrement, permettent aussi de traiter de la perception ; à partir d'une carte on peut s'intéresser non plus exclusivement à la localisation des cultures mais aussi au figuré choisi pour représenter l'arbre fruitier ; analyser des rapports d'expertise revient à retrouver un regard technique très proche de l'actuel regard du géographe ; une affaire de justice concernant le mur d'un jardin ou des arbres fruitiers plantés le long d'une avenue est aussi porteuse de sens sur les manières de voir le paysage. Ici, les traités de jardinage et leurs jugements de valeur, là, les cahiers de doléances voire les décrets révolutionnaires, nombreux sont les documents qui peuvent nous renseigner sur les regards portés par l'ensemble de la communauté d'habitants sur le paysage arboré. Il est donc envisageable de travailler cette dimension mentale qui parachève l'histoire du paysage.

8Or l'arboriculture fruitière, en tant que culture permanente qui se donne à voir, se prête particulièrement à une lecture plurielle du paysage, à une lecture révélatrice de spécificités liées à la présence d'arbres fruitiers. Arbre en plein vent abandonné à son sort, arbre nain dressé en espalier, haie vive acérée., ce paysage est fortement structuré par la taille et la forme des arbres fruitiers mais aussi par les murs et les haies qui s'inscrivent dans les terroirs. Ces différents éléments se conjuguent ensemble pour former un paysage composé par l'homme, que ce soit en plein champ ou dans les jardins aux abords des habitations. Enfin ce paysage est perçu par la communauté villageoise au sens large, de l'honnête homme propriétaire d'une maison des champs au manouvrier, selon un regard qui peut être esthétique, symbolique et technique, mais aussi, et avant tout, physique.

Un paysage fortement structuré

Nain, demi-tige et haute-tige, l'arbre fruitier sous toutes ses hauteurs

  • 13 C’est la plus petite hauteur précisée, mais certains inventaires se contentent de « petite échelle (...)
  • 14 Inventaire après décès, 10/02/1725, AD 95, B95/834 ; ce marchand-fruitier possédait une seconde éc (...)
  • 15 Thierry Delahaye et Pascal Vin, Le jardin fruitier, 1994, p. 98, 130 et 134.

9Aux xviie-xviiie siècles, les campagnes parisiennes cultivent les arbres fruitiers sous trois formes : l'arbre en plein vent, l'arbre en buisson et l'arbre en espalier. Dans ses premières années, l'arbre en plein vent a été élevé pour constituer un tronc bien droit qu'on laissera monter. En l'absence de taille, cet arbre n'étant que déchargé de son bois mort — « épluché » précisent les baux — il peut atteindre une hauteur respectable dont la longueur des échelles prisées dans les inventaires après décès des marchands-fruitiers donne une idée : l'« arboriculteur » possède des échelles de neuf13 à trente pieds14 de haut (de 3 à presque 10 mètres). En effet, le pommier peut atteindre une hauteur de dix mètres, les bigarreautiers et guigniers, quinze à vingt mètres pour seulement cinq à sept mètres pour les griottiers, et le poirier s'épanouit entre douze et quinze mètres de hauteur15.

  • 16 La nouvelle maison rustique, éd. de 1749, t. 2, p. 177.
  • 17 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 45 ; Liger, op. cit., 1700, t. 2, p. 73.
  • 18 Ibid., t. 2, p. 73.

10L'arbre en plein vent peut être de haute-tige ou de demi-tige : « un bel arbre à plein vent doit avoir six à sept pieds de tige (autour de 2 m), ceux à demi-tige [...] deux à trois pieds de tige (moins d'un mètre)16 » jusqu'à quatre pieds17. Pour obtenir un beau tronc bien droit, le jeune pied sera ébourgeonné jusqu'à la hauteur voulue. Cependant les critères esthétiques contenus dans les traités ne sauraient se contenter d'une « belle tige [pour] rendre un arbre à plein vent parfait, il est encore nécessaire que la nature aidée de l'art ait pris soin de lui former une belle tête18 » ce qui implique un début de taille de formation pour constituer l'armature de l'arbre. Cet arbre se rencontre surtout dans les champs, le long des routes et en ceinture autour des pièces de terre, mais aussi à l'intérieur des jardins s'il est de demi-tige et si la superficie le permet. Outre aux noyers et aux châtaigniers, cette forme traditionnelle est réservée aux pommiers, pruniers, cerisiers, bigarreautiers, merisiers et guigniers et à quelques variétés de poirier.

  • 19 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 45.

11Au contraire, les deux autres tailles concernent surtout l'intérieur des jardins. Pour dresser un arbre nain ou de demi-tige, on laisse pousser le jet de la greffe jusqu'à la hauteur voulue, puis on le pince pour l'arrêter et le forcer à développer des branches latérales. Trois à six pouces de hauteur pour le tronc d'un arbre nain (de huit à seize centimètres19), deux à trois pieds, pour celui d'un arbre de demi-tige, telles sont les hauteurs données par les traités sur la culture des arbres fruitiers. Ces deux dernières formes vont donner naissance à des conduites développées et théorisées au xviie siècle, et exigeant, contrairement à l'arbre de haute-tige, une taille régulière : le buisson et l'espalier.

Des arbres fruitiers dressés

Buissons et espaliers

  • 20 « en le plantant on lui laisse neuf pouces hors de terre, en sorte que ses branches sortent des tr (...)
  • 21 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, p. 67.
  • 22 La nouvelle maison rustique, éd. de 1749, t. 2, p. 183.
  • 23 Laurent, op. cit., 1675, p. 43.
  • 24 La Bretonnerie, op. cit., 1784, p. 411.

12Buissons et espaliers concernent de nombreuses variétés de poirier, parfois quelques pruniers, mais surtout des fruitiers plus fragiles sous le climat parisien, tels que l'abricotier, le pêcher et le figuier. L'arbre en buisson est un arbre qui doit être bas de tige20, « taillé en rond, et dont le milieu est nétoyé de son bois pour lui donner de l'air21 ». Il faut « qu'il soit rond de tout sens ; car c'est cette rondeur qui fait sa beauté et sa bonté : pour le conserver, on le taille à mesure qu'il croît, afin qu'il s'étende plus en largeur qu'en hauteur22 », pour atteindre au plus cinq pieds de hauteur (1,6 m23). L'arbre en buisson, que La Bretonnerie préfère, à juste titre, appeler « en entonnoir24 », est l'ancêtre en ligne directe de nos actuels arbres en gobelet.

  • 25 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 45.
  • 26 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, p. 111.
  • 27 Jean-Yves Dufour, « Essai d’archéologie horticole en banlieue parisienne », Histoire et Sociétés R (...)
  • 28 Dahuron, op. cit., 1696, p. 12.

13Quant à l'espalier, arbre nain de trois à six pouces25 (de huit à seize centimètres de tronc), ou de demi-tige, il est obligatoirement associé à un mur et de forme plate palissée. Espalier « se dit des arbres fruitiers plantés le long de murailles et palissé, c'est-à-dire dont les branches sont attachées depuis le pied jusques en haut à un treillage qu'on a appliqué à des murailles26 ». L'arbre pourrait aussi être palissé sur des planches fixées sur des poteaux, l'hypothèse en a été émise lors de fouilles archéologiques à Saint-Denis dans le clos Saint-Quentin27. René Dahuron évoque cet usage : « il faut qu'il (l'espalier) soit bas de tige, parce que le pied des murailles ou des planches, contre lesquelles ont le met, ne serviroit à rien28 » ; cependant il est le seul auteur à en parler et aucun des actes dépouillés ne permet de confirmer cette pratique autour de Paris.

  • 29 La Bretonnerie, op. cit., 1783, t. 1, p. 140.

14Idéalement, le développement de l'arbre en espalier doit être régulier et symétrique. Le jardinier doit veiller à ce que l'arbre ne se dégarnisse pas du bas au profit des branches supérieures, et qu'il ne s'emporte trop d'un côté. La taille, l'ébourgeonnement et le pincement doivent permettre de supprimer les futures branches qui seraient trop proches les unes des autres ou perpendiculaires au mur. La forme classique d'un espalier au xviie siècle est celle d'un éventail ou d'une main. La découverte, au xviiie siècle, de la manière de conduire les pêchers à la Montreuil revient à supprimer le canal direct de la sève et de donner à l'arbre la forme d'un « V ». Sur ces deux branches mères prendront naissance des branches-membres et l'ensemble servira d'armature aux branches-crochets qui porteront les fruits. La sélection de deux branches de part et d'autre d'un tronc devient le symbole de cette conduite à tel point qu'« il y a beaucoup de jardiniers qui prétendent tailler les arbres à la façon, disent-ils, de Montreuil, mais ils ne sçavent, comme on le voit, que former dans nos arbres une fourche fort ouverte29 ».

  • 30 Liger, op. cit., 1700, t. 2, p. 141, 143-144, 146, 148, 150 et 152.

15Mais au-delà de ces conduites idéales, il est plus probable que la conduite des espaliers ait donné lieu à des tâtonnements, ce que montrent parfaitement les sept planches figurant des espaliers dans La nouvelle maison rustique30 ; autant les planches trop régulières de La Quintinie et de Schabol n'offrent qu'un idéal, autant, ces gravures semblent davantage évocatrices d'une réalité dont se font écho les arboristes qui se plaignent des trop nombreux arbres dégarnis du bas, de ces jardins où

  • 31 Introduction de J. P. Pictet-Mallet à sa traduction de William Forsyth, op. cit., 1803, p. VII.

« (l')on voit tous les jours de jeunes arbres dégarnis dans le milieu des deux branches mères, ou de vieux arbres dépouillés par le bas, alors on les voit s'élever rapidement, même au-dessus des murs31 ».

16À la veille de la Révolution, La Bretonnerie, après un siècle et demi de développement de l'arboriculture fruitière en région parisienne, se demande encore ce

  • 32 La Bretonnerie, op. cit., 1783, t. 1, p. 148.

« (qu')entendent ces nombreux jardiniers de la taille quand ils laissent partout des onglets qui empêchent la coupe de se recouvrir, des chicots desséchés de tous les côtés qui arrêtent la sève, des coudes, des jarrets qui la gênent on ne peut pas plus, des branches tournées à contre sens, de la façon la plus désagréable et la plus nuisible, quand on ne voit dans leurs arbres que du vide ou de la confusion, que les grosses branches comme des bâtons dégarnis32 ».

17Les propos des arboristes concordent pour souligner les nombreux espaliers « mal élevés » ; derrière une probable volonté de valoriser leur compétence — eux savent « éduquer » un arbre ! — les jardinistes témoignent de la grande diversité des manières de conduire des espaliers dans les campagnes parisiennes.

  • 33 Combles calcule le prix de revient du treillage d’un mur de 100 toises de longueur sur 9 pieds de (...)
  • 34 Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1844, rééd. 1999, p. 154.
  • 35 COMBLES, op. cit., 1745 ; SCHABOL, art. cit., 1755 ; manuscrit anonyme sur le pêcher, AN, F10 258.
  • 36 Le Gendre, op. cit., 1652, p. 180-181.
  • 37 Jacques Bernet, éd., op. cit., 2000, p. 144.

18En effet, l'époque moderne développe plusieurs manières de palisser les arbres fruitiers. Le treillage d'échalas appliqué contre le mur est jugé dans les traités d'arboriculture comme le plus esthétique mais aussi comme le plus onéreux33. Moins onéreux et plus souple, le palissage à la loque est probablement la manière la plus répandue dans les villages parisiens ; le jardinier conduit les branches de l'arbre le long du mur à l'aide de petits morceaux de tissu, les loques, ou de lanières de cuir, fixés directement dans le crépi de la muraille par un clou. Ces morceaux de tissu jouent un rôle important dans la solidité de l'ensemble, non seulement la double épaisseur du tissu qui enveloppe la branche à fixer protège le crépi en amortissant le coup du maillet, mais en plus « l'humidité, que la laine attire, fait rouiller la partie du clou qui est enfoncée dans le mur ; la rouille humide pénètre la loque et l'enduit du mur, de sorte que le clou s'y trouve comme scellé34 ». Cette méthode est particulièrement décrite à partir des années 1750 avec la multiplication des ouvrages découvrant les pêchers cultivés à la manière de Montreuil35, mais déjà en 1652 Le Gendre commençait son chapitre sur « plusieurs manières de palisser » par ce palissage sans s'y étendre. Une troisième méthode consiste à sceller des os de mouton dans le mur et d'y attacher les branches avec des brins d'osier ou de joncs. Le Gendre présente cette dernière façon comme une nouveauté en 165236, nouveauté promise à un long avenir dans les campagnes parisiennes : lors de la reconstruction du vicariat et de l'école de Silly-en-Multien en 1786, des os sont placés dans les murs de clôture du jardin37.

L'espalier, une innovation du xviie siècle ?

  • 38 À proximité de « la maison rustique », le jardin potager est clos d’une haie vive et la clôture «  (...)
  • 39 « Puis avec des bons oziers, seront fermement attachées aux paux [pieux], des perches ou lates dro (...)
  • 40 « Plaisante est aussi telle ordonnance, par laquelle les arbres s’accommodent fort proprement en m (...)

19La technique des espaliers est inconnue des auteurs du xvie siècle, de Charles Estienne et Jean Liebault à Arnauld Landric. De manière significative, dans sa description du jardin fruitier, La maison rustique donne sa préférence à la haie vive au détriment du mur pour des raisons esthétiques38, propos qui deviendra hérétique un siècle plus tard pour les jardinistes. Quant à Olivier de Serres dans « l'espalier ou palissade », titre du chapitre XX du sixième lieu du Théâtre d'agriculture, ce qu'il nomme et décrit comme étant un espalier est en réalité un contre-espalier39 s'inspirant peut-être de la mode italienne des murailles végétales dans les jardins40.

20Le premier auteur français à définir l'espalier selon l'acception actuelle est Jacques Boyceau de La Baraudière, jardinier de Louis XIII, en 1638 dans son Traité de jardinage selon les raisons de la nature et de l'art :

  • 41 Boyceau de la Baraudière, op. cit., 1638, p. 84.

« reste de parler des espaliers, qui ne servent pas seulement à l'embellissement et ornement des jardins, mais aussi sont de profit et utilité. On en dresse, parce qu'au printemps arrivent souvent des matinées fraisches et des gelées blanches, causées, soit par la fraischeur de la terre, soit par le vent du nort, qui gastent les fleurs plus hâtives et délicates, comme sont celles des abricotiers, et de toutes sortes de peschers, et mesmes de quelques poiriers, et nous ostent le contentement de leurs fruicts. Afin donc de prévenir ces inconvéniens qui sont assez ordinaires, on s'est advisé de chercher des abris contre des murailles qui, par leur hauteur et épaisseur, garantissent du mauvais vent, et, recevans les rayons du soleil, augmentent la force de la chaleur. Et les arbres plantez contre telles murailles, treillissez et agencez convenablement sur des perches y attachées, c'est ce que l'on nomme espaliers41 ».

21Le principe est connu et compris, mais l'auteur ressent le besoin de définir précisément ce qu'est un espalier, de le différencier des palissades d'arbres qui, elles, ne servent qu'à « l'embellissement et ornement des jardins » et de le présenter comme une nouveauté sous-entendue par l'emploi de « on s'est advisé de chercher des abris » ; par contre la taille et la conduite de l'arbre y sont encore très sommaires. Il faut attendre une dizaine d'années pour avoir les premières présentations détaillées de la conduite des arbres en espalier dans le Jardinier François (1651) et dans La manière de cultiver les arbres fruitiers (1652). D'ailleurs Le Gendre

  • 42 Le Gendre, op. cit., 1652, préface non paginée.

« se vante d'avoir esté un des premiers qui ait recherché avec application la véritable méthode pour faire réussir les arbres particulièrement en espalier et en buisson [...] ceux qui se mesloient d'en planter le long des murailles, les mettoient avec la mesme confusion, que s'ils eussent planté des hayes d'espine et quant ils commençoient à s'élever, les uns les tondoient avec le croissant comme on tond les palissades de charmes, les autres les laissoient venir en liberté42 ».

  • 43 Belon, op. cit., 1558, p. 50.

22Ce passage de Le Gendre est révélateur à la fois d'une chronologie et d'une origine probable de l'espalier à partir d'une adaptation à l'arbre fruitier d'une technique qui utilisait déjà le mur mais pour un autre végétal : imitation des palissades de charmes ici, imitation des treilles de raisin ailleurs. Cette origine se retrouve dans l'emploi exclusif dans les années 1650/1660 du terme « palissadé » dans les actes de la pratique conservés dans les archives de la vallée de Montmorency pour indiquer la conduite d'un arbre le long d'un mur. Un siècle plus tôt, Pierre Belon employait le terme « espaillières » pour définir une haie vive d'arbres tondus pour former une muraille végétale ornementale dans un jardin43. Le Berryais confirme cette probable origine lorsqu'il donne l'étymologie du mot espalier qui serait formé

  • 44 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 53.

« de l'Italien Spagliera ou Spalliera, qui signifie dans notre langue espalier, treille, tapisserie, ou du latin palare, échalasser, parce qu'avant l'invention des treillages, des loques et des autres expédiens qui sont en usage, on attachoit les arbres à des échalas, pour les former, comme il se pratique encore assez fréquemment pour les contre-espaliers, palissades et éventails44 ».

23Cette définition est certes tardive, mais elle a la crédibilité d'être un écho à Pierre Belon et à Olivier de Serres.

  • 45 Georges Gibault, Notice sur un tableau du musée du Louvre et l’origine des espaliers, Paris, 1905.
  • 46 Jean-Yves Dufour, art. cit., 1997.
  • 47 Gobelin, op. cit., 1661, p. 134.

24L'espalier est l'exemple type de ces innovations, de ces « petits pas », qui apparaissent à l'abri des murs des jardins et qu'il est vain de vouloir dater avec précision. On peut en retrouver pour les xve-xvie siècles, si ce n'est des traces, tout au moins des ancêtres dans un tableau du Louvre45 ou dans les fouilles archéologiques du Stade de France à Saint-Denis46 sans qu'il soit nécessaire de faire intervenir un deus ex machina italien commode, certes, mais très discutable. Par contre, il est indéniable que cette technique devient à la mode sous le règne de Louis XIII et qu'elle sera théorisée et vulgarisée sous Louis XIV ; le Grand Siècle pour le jardinage étant avant tout celui de la généralisation d'une taille qui se veut raisonnée. Le jardinier royal confirme cet intérêt et cette chronologie ; publié en 1661, le tiers du traité est consacré aux espaliers, et l'auteur s'y met à regretter que « si on eust eu les espaliers en recommendation de mon jeune temps, au lieu des tulipes que l'on avoit trop dans la teste47 »...

  • 48 Bonnefons, op. cit., 1651, six manières, p. 13-17 ; Le Gendre, op. cit., 1652, quatre manières, p. (...)
  • 49 Contrat d’échange du 23/11/1654, AD 95, 53H4.

25On peut noter qu'aucun auteur du xviie siècle ne se présente comme l'inventeur de cette technique mais bien comme un améliorateur. Par ailleurs, la diversité des types de palissage décrits par Nicolas de Bonne fons, par Le Gendre ou par René Triquel48, traduit l'absence d'un modèle unique imité et conforte l'idée de progrès réalisés solitairement dans les clos dans la première moitié du xviie siècle, d'autant plus que leurs traités se veulent la somme d'une longue expérience. De même l'utilisation à la place du terme « espalier » de « palissadé » dans les baux et dans les contrats de vente ou d'échange de la vallée de Montmorency du début du règne de Louis XIV est un indice supplémentaire contre l'idée d'une conduite découverte puis adaptée à partir des traités horticoles. Par exemple le 23 novembre 1654, Nicolas De sain, officier de fruiterie de la maison du roy échange avec les révérends pères de l'oratoire d'Enghien, contre « un arpent de terre labourable, [...] un jardin planté en arbres partye fermé de murs et l'autre partye de haye scize audit Montmorency [...] contenant un tiers d'arpent ou environ où il y a quelques arbres en pallissadés contre les murs49 ».

Contre-espaliers et éventails

  • 50 Saussay, op. cit., 1722, p. 49.
  • 51 Schabol, op. cit., 1770, p. 155.
  • 52 Ibid., 1770, p. 154-155.

26Les contre-espaliers sont des arbres placés le long d'une ligne parallèle à un mur d'espalier ; palissés à un treillage, ils reprennent la forme des espaliers mais sans mur et d'une hauteur moindre pour que leur ombre ne nuise pas aux espaliers. Cette hauteur doit être de six pieds et demi (2,11 m) pour Saussay50, pour Schabol leur hauteur ordinaire est de quatre pieds (1,30 m51) ; en réalité elle est fonction de la largeur de l'espace les séparant des espaliers. Cette conduite est réservée principalement aux poiriers, et parfois aux pommiers et aux pruniers, quant aux pêchers « l'expérience apprend que tous les ans ils gèlent, sont cloqués, rongés de chancres, et sujets à se dépouiller du bas, à cause des humidités de la terre dont ils se ressentent, n'ayant pas, comme à l'espalier, la reflexion du soleil par le bas52 ».

  • 53 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, p. 99.
  • 54 Anet, dépt. 28, arr. Dreux, ch. l. c.

27À la fin du xviie siècle, pour La Quintinie, l'usage des contre-espaliers serait passé de mode53 au profit des arbres en buisson. Une trentaine d'années plus tard, le discours de Saussay, jardinier de la princesse de Condé à Anet54, est tout autre en reconnaissant que les contre-espaliers

  • 55 Saussay, op. cit., 1722, p. 50-51.

« sont bien plus propres que les arbres en buisson, et qu'ils procurent tout à la fois l'utilité et l'agréable, laissant toutes les vues du jardin libres, et les plates-bandes pouvant servir à planter toutes sortes de petites légumes [alors que les arbres en buisson] lorsqu'ils sont grands, gâtent les allées par les branches qui s'y étendent55 ».

28L'évolution du contenu de La nouvelle maison rustique confirme cette chronologie. Dans la première édition, publiée une dizaine d'années après l'Instruction pour les jardins fruitiers, seuls l'arbre de haute-tige, l'espalier et le buisson sont décrits par Liger. Au contraire, son continuateur, dans l'édition de 1749, précise que

  • 56 La nouvelle maison rustique, éd. de 1749, t. 2, p. 183.

« les contre-espaliers ont cessé d'être à la mode pendant quelques tems [...] on trouve aujourd'hui que ces contre espaliers sont plus propres et plus commodes : ils n'occupent point tant de terrain, ils portent des fruits également des deux côtés, et ils laissent les plates-bandes et toutes les vues du jardin libre, ce que le buisson ne fait point56 ».

29La mode n'influence pas seulement les espèces et les variétés fruitières cultivées, elle détermine aussi la bonne conduite des arbres fruitiers du jardin de l'amateur dans le cadre d'un continuel renouvellement du bon goût qui va bientôt forcer le contre-espalier à céder le pas à l'arbre en éventail.

  • 57 Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1840, rééd. 1999, p. 122 et 162.

30En effet, dans les traités de la seconde moitié du xviiie siècle, à côté des arbres en espalier et des contre-espaliers, apparaissent des arbres en éventail présentés comme une conduite particulière. La maison rustique du xixe siècle confirme cet engouement européen pour une forme particulière de contre-espaliers : « il y a un demi siècle, tous les jardins étaient remplis d'arbres en éventail, plantés en arrière des plates-bandes du potager sans être appuyés contre un mur, ni même contre un treillage57 ». Ces arbres en éventail sont, dans leur jeunesse, soutenus par un treillage de pieux et d'échalas, mais dès que les branches formant la charpente sont suffisamment résistantes, il est retiré. Cette charpente est constituée du jet de la greffe que l'on laisse montée et de la sélection de quatre/cinq bourgeons de part et d'autre du futur tronc.

Les derniers-nés : pyramide et quenouille

  • 58 Butret, Taille raisonnée des arbres fruitiers…, an III, p. 63.
  • 59 Des arbres fruitiers pyramidaux, vulgairement appelés quenouilles, an XI-1802.
  • 60 La Bretonnerie confirme cette origine allemande en 1784 : « en pyramides ou en bornes, comme des i (...)
  • 61 « Il est [Voltaire], à ce que je crois, le premier en France qui ait fait donner une forme pyramid (...)
  • 62 Butret, op. cit., an III, p. 64.
  • 63 L’appellation est encore floue pour ces auteurs, aujourd’hui on fait une distinction entre ces deu (...)
  • 64 « tige de 32 centimètres (1 pied) » soit une hauteur similaire au tronc d’un espalier ou d’un buis (...)
  • 65 Ibid. p. 58.
  • 66 Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1844, rééd. 1999, p. 124.

31À la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle, les traités de Charles Butret58 et d'Étienne Calvel59 tentent de vulgariser une nouvelle méthode de taille et de s'affranchir des formes classiques du xviie siècle, notamment des contre-espaliers et des arbres buissons : le premier est accusé d'être onéreux et les deux de prendre trop d'espace dans les jardins. Ils nous décrivent une nouveauté à la mode provenant d'Allemagne60 — l'abbé Calvel la présente comme ayant été introduite en France par Voltaire61 — que l'on peut admirer au jardin des plantes et aux environs de Paris, et acheter dans les pépinières de Vitry62 : l'arbre en quenouille ou en pyramide63. Il s'agit d'un arbre fruitier, — cerisier, pommier, poirier ou prunier —, taillé en forme de cône sur un tronc court64 dont les principales branches doivent être parallèles au sol. « Cette forme indique qu'on doit tailler un peu plus long, à proportion qu'on descend du sommet de la tige vers la base65 », et exige des soins constants et une grande technicité pour forcer les branches rayonnant autour du tronc à prendre et à conserver une position horizontale. Cette forme est promise à un bel avenir, notamment pour la conduite des poiriers : dans la première moitié du xixe siècle, « presque tous les pépiniéristes préparent leurs arbres pour cette forme66 ».

  • 67 Butret, op. cit., an III, p. 63.
  • 68 Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1844, rééd. 1999, p. 123.

32Pour Charles Butret, le choix des arbres en quenouille permet de multiplier le nombre d'arbres fruitiers dans un jardin. En effet, les arbres plantés en contre-espaliers doivent s'étendre horizontalement pour produire des fruits, une distance optimale de dix-huit pieds s'avère donc souhaitable entre deux arbres ; au contraire, les arbres en quenouille, se développant verticalement, ramènent cette distance à six ou sept pieds, voire trois si le pommier de paradis est utilisé comme porte-greffe67. De surcroît, alors que tous les auteurs admettent la supériorité gustative des fruits provenant d'arbres en plein vent, la conduite en pyramide offre la possibilité de s'en rapprocher tout en conservant les critères esthétiques propres au jardin ; ainsi le fruit reçoit de tous les côtés l'air et la lumière tout en bénéficiant de la taille. Si l'on veille à limiter sa hauteur, l'arbre en pyramide peut même se révéler supérieur à l'arbre en plein champ en protégeant ses fruits des violents coups de vent68.

L'élaboration de trois grandes familles de conduites

33Les deux derniers siècles de l'Ancien Régime sont marqués par une élaboration empirique, dans les jardins, de différents types de taille. Les traités sur l'art de bien cultiver les arbres fruitiers des xviie et xviiie siècles témoignent de ces « dressages » d'arbres fruitiers issus de tâtonnements pour concilier le développement de l'arboriculture dans des jardins aristocratiques avec les canons philosophico-esthétiques du jardin classique à la française, et entretenus par un engouement élitiste qui se doit, pour se préserver, de multiplier de nouvelles conduites. Ces formes naissent et se répandent aussi grâce à une demande en fruits précoces et tardifs à laquelle doivent répondre les jardiniers des maisons des champs tout comme une paysannerie marchande et spéculative ; la technique de l'espalier n'est pas une chasse gardée aristocratique.

  • 69 Sonnini, Veillard et Chevalier définissent l’arbre fruitier en buisson comme en arbre fruitier en (...)
  • 70 William Wheeler, op. cit., 1998, p. 52.

34Trois grandes familles, aujourd'hui encore présentes dans les vergers franciliens, y ont été développées : celle des espaliers, contre-espaliers et éventails, celle des arbres buissons qui donnera naissance aux gobelets, vases et autres corbeilles69, et la dernière née, celle des arbres en pyramide et en quenouille. Cet héritage permettra au xixe siècle d'élaborer une nomenclature précise et de continuer à multiplier les types de taille et de conduite des arbres fruitiers : cordons, palmettes en U double, palmettes Verrier, et autres vases, sans crainte des conduites aberrantes tant « au cours du xixe siècle, les formes palissées deviennent pour les arboriculteurs des morceaux de bravoure où l'on préfère la complexité à la rentabilité70 ». L'époque moderne, elle, se caractérise par les extrêmes : soit l'absence de taille pour les arbres en plein vent, soit une taille minutieuse pour l'aristocratique espalier du Grand Siècle.

L'arbre et la clôture

Il ne saurait y avoir un jardin fruitier sans murs

  • 71 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, p. 420.
  • 72 La nouvelle maison rustique, éd. de 1749, t. 2, p. 13.
  • 73 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 14.
  • 74 Calonne, op. cit., 1778, p. 155.
  • 75 Butret, op. cit., an III, p. 52.

35Les rapports de visite de jardins et surtout les marchés conclus entre un maçon et un propriétaire renseignent sur les dimensions des murs. En moyenne la hauteur, sous le chaperon, est comprise entre six et dix pieds soit entre deux et trois mètres, des hauteurs comparables à celles conseillées par les traités d'agriculture : La Quintinie « n'estime pas qu'on doivent faire des murs de closture, qui n'ayent au moins sept à huit pieds de haut71 », La nouvelle maison rustique du xviiie siècle préconise des murs « hauts de neuf pieds sous chaperon, afin que les arbres à demi-tige ayent de quoi s'étendre en espaliers72 », en 1775 l'abbé Le Berryais suppose qu'un jardin bien dressé ait des murs d'au moins huit pieds de hauteur73, « neuf pieds de hauteur ainsi que la plupart des murs de jardins » pour ce propriétaire de Vitry-sur-Seine74, murs, enfin, à « dix pieds de haut à partir du niveau du sol75 » dans les jardins de Charles Butret, partisan des espaliers à la Montreuil, en l'an III.

  • 76 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, p. 423-425.

36La hauteur du mur est essentielle car elle doit être suffisante pour protéger le jardin des voleurs, des chasseurs et des bêtes sauvages, et pour servir de support à des espaliers et à des treilles, tout en évitant de créer une ombre trop importante qui serait préjudiciable aux différentes cultures du clos. De plus, la hauteur du mur déterminera la forme des espaliers, le choix d'arbres nains ou/et de demi-tige et l'espacement entre les arbres : plus le mur est grand, plus l'espacement entre les arbres se réduit car il faut faire monter les arbres76.

  • 77 « ce chaperon n’a pas besoin d’être saillant de plus de 0 m 25 à 0 m 30 en avant de la surface du (...)
  • 78 Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural, 1997.
  • 79 Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1844, rééd. 1999, p. 152.
  • 80 Gobelin, op. cit., 1661, p. 10-13.

37Le mur est bâti avec des pierres, des cailloux, du plâtre, et de la terre, et doit être couronné d'un chaperon permanent, c'est-à-dire d'« un toit de tuiles ou de pierres plates faisant saillie77 [qui] protège les arbres fruitiers des intempéries78 » tombant perpendiculairement en éloignant « les eaux pluviales du feuillage et du fruit en été, et de la souche de l'arbre en toute saison79 » ; il sert aussi à prolonger la durée de vie d'un mur où la terre est présente, en évitant que l'eau de pluie ne s'y infiltre80. Symboliquement, il indique la propriété : chaperonné d'un seul côté, le mur appartient entièrement au propriétaire du jardin vers lequel il s'incline ; chaperonné des deux côtés, le mur est alors mitoyen.

  • 81 La Bretonnerie, op. cit., 1784, p. 123.

38Pour éviter que le mur ne s'écroule, sa largeur diminue au fur et à mesure que l'on s'approche du faîte, et les pierres les plus grosses et les plus pesantes sont placées à la base alors que les plus légères et le plâtras forment le haut de la muraille81. Les matériaux utilisés dans la vallée de Montmorency sont semblables à ceux utilisés pour les fameux murs à pêches de Montreuil :

  • 82 Charles Butret, op. cit., an III, p. 47.

des « murs formées de très petits moellons et des plâtras, s'ils en peuvent avoir, maçonnés avec du plâtre qu'ils ont abondamment dans leur canton, et recouverts ensuite d'un enduit de plâtre d'un pouce d'épaisseur, afin de pouvoir aisément ficher partout les clous dont ils se servent pour attacher les arbres82 ».

  • 83 La nouvelle maison rustique, éd. 1749, t. 2, p. 186.

39Pour éviter que des animaux nuisibles, insectes ou petits rongeurs (rats, souris, mulots, loirs...) ne viennent se nicher près des cultures protégées du jardin, le mur doit être crépi de plâtre, de mortier ou de bauge83. Les traités d'agriculture insistent sur cette nécessité mais on ne retrouve cette indication ni dans les rapports d'experts ni dans les baux dépouillés : seul un accord de 1670, pour construire un mur, prévoit que « tous lesdits murs

  • 84 Marché du 29/09/1670, AD 95, 2E7/103.
  • 85 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 126.
  • 86 Gobelin, op. cit., 1661, p. 13

40[seront] crespis des deux costés84 » ; cependant c'est peut-être plus « des deux costés » et non le fait de crépir le mur qui explique cette clause. En effet, les avantages du crépi facilitant le palissage à la loque et le maintien des crochets sur lesquels sera fixé le treillage, tout en renforçant la solidité des murs « bâtis par économie en moitié de terre85 » et luttant contre les animaux nuisibles, rendent très probable cette opération, certainement trop évidente pour être nommément citée ; le marché pour la construction d'un mur inclut peut-être obligatoirement le crépissage. Au contraire, les accords précisent que les murs seront couronnés d'un chaperon car si « vous ne stipulés la condition de la couverture, que ladite couverture n'est pas comprise au marché, car c'est un marché à part86 ».

  • 87 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, p. 821.
  • 88 Jacques Delaplace, « La route du plâtre de Sannois à Argenteuil », Le Vieil Argenteuil, n° 34, 199 (...)
  • 89 Villetaneuse, dépt. 93, arr. Bobigny, cant. Pierrefitte-sur-Seine.
  • 90 Bail du 16/04/1673, AD 95, 2E7/521.
  • 91 Bail du 17/08/1659, AD 95, 2E7/514.
  • 92 « Pierre Surville plastrier demt. à Groslay doit à Jean Sollet machand demt. à Piscop cent livres (...)
  • 93 Combles, op. cit., 1745, éd. de 1770, p. 40.

41De surcroît, le plâtre est abondant en région parisienne. La Quintinie note qu'il faut « les faire enduire de plâtre quand on en a la facilité, telle qu'elle est aux environs de Paris87 », comme dans la vallée de Montmorency à Sannois et à Argenteuil88. La présence de lieux-dits « les plâtrières » à Piscop, Saint-Brice, Groslay et Villetaneuse89 est significative. Ainsi, en 1673, Nicolas Guesdon, marchand à Saint-Brice, prend à titre de loyer « un arpent de terre plantée en arbres fruictiers assis au terroir de Groslay au lieudit les plastrières, [.] il luy sera permis de tirer un demy cent de plastre dans une plastrière tenant à lad. pièce90 » ; quinze ans plus tôt parmi les six pièces d'héritage qu'un bourgeois parisien loue à un vigneron de Groslay, il y a « trente perches et demy de plastrière91 ». Par ailleurs, les contrats de vente de « fatrouillettes92 » et autres petits bois aux marchands-plâtriers pour qu'ils puissent chauffer leur four, prouvent le dynamisme de ces artisans dans la région étudiée. Il est vrai que les plâtres et les mortiers utilisés n'ayant « qu'une courte durée, [.] il faut tous les dix à douze ans refaire les chaperons, et quelquefois les crépis93 ».

  • 94 Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1844, rééd. 1999, p. 154.

42Enfin, la présentation comme grossière du palissage à la loque dans les traités du Grand Siècle, un coût moins onéreux que les treillages d'échalas, et la souplesse de la réalisation, étant autant d'arguments pour le présenter comme la forme la plus répandue dans les campagnes parisiennes, l'utilisation d'un crépi devient évidente. L'engouement pour la culture à la Montreuil lui ouvrira même les portes des jardins des curieux amateurs et lui décernera les éloges des auteurs de traités. Cette expansion parisienne est confirmée par la Maison rustique du xixe siècle pour qui « aux environs de Paris, le crépissage à chaux, sable et plâtre, [est] le moins cher et le plus usité », tout en regrettant que le palissage à la loque soit « circonscrit dans un rayon de quelques myriamètres autour de Paris94 » puisque c'est la présence de plâtre bon marché qui le rend possible.

Les haies

  • 95 29/12/1688, AD 95, 2E7/526 ; 17/11/1689, AD 95, B95/833 ; 30/12/1723, AD 95, 2E7/531.

43Les haies, à défaut d'être associées au renouveau de la culture fruitière sous l'Ancien Régime contrairement au mur, marquent aussi fortement le paysage arboricole. Elles sont composées d'un talus, d'un fossé et d'arbres et d'arbustes. Les marchés et les rapports de visite décrivent des fossés d'une largeur maximale de 3 à 5 pieds (1 à 1,6 m) et d'une profondeur comprise entre 1,5 et 4 pieds (0,5 à 1,3 m95).

  • 96 Dans la haie d’un clos de 944 perches à Piscop, 193 arbres « tant ormes que frenes y compris envir (...)
  • 97 Bail du 01/12/1772, AD 95, 2E7/538.
  • 98 Bail du 18/10/1773, AD 95, 2E7/538.
  • 99 « un petit jardin […] entouré en partye de haye vive dans laquelle il y a trois fresnes et deux po (...)
  • 100 « en laquelle haye luy a trois pruniers et un poirier avecq trois ou quatre souches visves de plus (...)
  • 101 Bail du 29/07/1743, AD 95, 2E7/533.
  • 102 « trois seriziers estant en la haye » d’un jardin de soixante-quinze perches à Domont, bail du 26/ (...)
  • 103 Bail du 03/10/1782 concernant une maison et un jardin à Piscop, AD 95, 2E7/541.

44Des ormes, des frênes et plus rarement des chênes constituent l'armature de la haie. On y trouve aussi des arbres fruitiers96 tels que des noyers97, des châtaigniers98, des pommiers99, des poiriers et des pruniers100, des merisiers101 et des cerisiers102. Les preneurs d'une maison avec jardin à Piscop disposeront de « la dépouille d'un néflier, d'un cornouiller, d'un prunier et d'un petit pommier étant dans lesdittes hayes103 ». Entre ces arbres, des épines, prunelliers et aubépines, et des ronces remplissent les vides.

  • 104 Annie Antoine, Fiefs et villages…, 1994, p. 115-116.

« Le prunellier mais surtout l'aubépine sont les arbustes qui offrent le plus de qualités pour la construction d'une haie : leur croissance est modérée et ils sont garnis d'une grande quantité d'épines qui restent solides et acérées même si la plante meurt ou est coupée104 ».

  • 105 29/12/1688, contrat entre François de Braque et Nicolas Betmont pour la plantation d’une haie auto (...)
  • 106 Bail du 22/04/1769, AD 95, 2E7/537.
  • 107 « employera les élagures à boucher les brèches des hayes, qu’il entretiendra d’ailleurs d’épine vi (...)
  • 108 Annie Antoine, op. cit., 2002, p. 161.

45Par contre, on se méfie des ronces qui sont trop envahissantes, soit en les interdisant dans la haie105 soit, plus souvent, en précisant dans les baux d'avoir « soin de couper les boutures, ronces et épines [...] avant le premier avril faute de quoy le sieur bailleur pourra le faire faire aud. frais et dépens desdits preneurs à raison de vingt sols par jour106 ». Les haies sèches ne semblent pas être très présentes dans les campagnes parisiennes, si ce n'est à proximité des habitations et à titre provisoire comme une haie d'échalas dans un jardin. Par contre des épines et des branches coupées sont fichées dans les haies vives pour boucher les brèches107. Ces haies ne semblent pas présenter une quelconque originalité régionale et offrent une composition variétale, si l'on fait abstraction de l'absence des ajoncs, similaire à celles de l'Ouest bocager108.

  • 109 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 2, p. 364-372.
  • 110 Bail du 21/07/1658, AD 95, 2E7/513.
  • 111 Bail du 26/12/1658, AD 95, 2E7/513.

46Parfois planté en haie au bord d'une pièce de terre peuplée de ceps et d'arbres fruitiers, ou sur les berges d'un ruisseau, l'osier appartient indéniablement au paysage de l'arboriculture fruitière. En effet, les jets de cet arbrisseau de la famille des saules sont utilisés pour palisser et attacher les arbres contre un mur et fixer les vignes sur des échalas. L'osier sert aussi à fabriquer les paniers et les hottes nécessaires à la récolte et au transport des fruits109. Ainsi Pierre Pelé prenant à loyer pour six années un pré planté d'arbres fruitiers à Saint-Brice, lieu-dit les longs prés, s'engage à « faire relle-ver les fossés de lad. pièce et y planter de l'ozier que ledit bailleur a promis lui fournir le plan110 ». Une parcelle, l'oseraie, peut aussi lui être entièrement consacrée. Pour le même finage et toujours en 1658, le marchand-fruitier Nicolas Jarlet prend à loyer plusieurs pièces de terre dont « un quartier d'osier assis aud. terroir, les préaux111 ».

47Haute-tige, demi-tige et nain, arbre en plein vent, buisson et espalier, mur et haie, tous ces éléments se conjuguent entre eux pour composer le paysage.

Un paysage composé et fortement architecturé

La diversité des espaces plantés en arbres fruitiers

Typologie des espaces accueillant les cultures fruitières

  • 112 AD 95, 27/Fi/40.

48La feuille des environs de Paris levée géométriquement par le sieur Auguste Perrache sur les observations de M. l'abbé Delagrive en 1742112 offre en couleur la campagne parisienne vue du ciel entre Paris et Montmorency : vignes et emblavures s'entremêlent, voire s'entrepénètrent, autour des villages et des forêts. À regarder de plus près, l'arbre fruitier apparaît, représenté sous la forme d'un petit arbre avec son ombre portée. Si la vigne, les terres labourables et les bois occupent des espaces bien différenciés, l'arbre fruitier, lui, est présent un peu partout : isolé dans les emblavures et les vignes, planté en ceinture autour des terres et en rangée à l'intérieur des champs, enfermé dans les jardins et les clos, présent le long des voiries et dans les haies vives. Le cartographe a parfaitement dessiné le paysage tel que les baux, les contrats de vente et les rapports d'expertise le laissent apparaître.

  • 113 Saint-Prix, dépt. 95, arr. Pontoise, cant. Saint-Leu-la-Forêt.
  • 114 AD 95, 53H1, 13/02/1767.

49Cependant un sous-enregistrement de l'arbre fruitier est sensible dans ces documents notamment pour les arbres isolés ou en quantité négligeable par rapport à la superficie de la pièce de terre. Un « état des héritages que tient Louis Le Dreux et Margueritte Queru sa femme, vigneron demeurant à Saint-Prix113, de Messieurs les chanoines Trinitaires de la Maison d'Anguien » est à ce sujet révélateur. L'acte est constitué de deux parties : une liste des héritages et dans la marge gauche une colonne observations où est rajouté le nombre d'arbres fruitiers éventuellement présents dans la pièce de terre décrite. Ainsi au regard de 250 perches de terre est rajouté « vue treize arbres » et sur 75 perches de terre labourable, « vue trois arbres »., et l'acte se termine par une injonction : « il faut faire mention dans led. bail des arbres fruitiers qui sont plantées dans les pièces114 ». Ce sous-enregistrement est aussi perceptible dans les baux additionnant les pièces de terre labourable et les parcelles de vigne sans autre précision et qui, dans les clauses techniques, invitent le preneur « a bien et duement entretenir les arbres fruitiers ».

  • 115 Les pièces ne contenant qu’un seul arbre fruitier n’ont pas été prises en compte ainsi que les arb (...)

50À l'inverse, d'autres baux se contentent de préciser « une pièce de terre plantée en arbres », « un jardin planté en arbres fruitiers » ce qui nous renseigne guère sur le paysage. Heureusement les baux prévoyant des plantations d'arbres sont beaucoup plus bavards et 319, pour plus de 1 500 contrats dépouillés, précisent le nombre d'arbres sur les héritages loués nous permettant d'avoir un ordre d'idée sur la densité de plantation. Sur la totalité de nos sondages 319 baux, 11 contrats de vente, 3 actes de partage et 2 rapports de visite nous renseignent sur la densité de plantation de 558 pièces de terre d'une superficie allant de 3 à 1 205,5 perches115 entre 1630 et 1790.

Figure n° 10 : Densité de plantation en arbres fruitiers dans la vallée de Montmorency aux xviie-xviiie siècles (valeur absolue, nombre de parcelles)

Figure n° 10 : Densité de plantation en arbres fruitiers dans la vallée de Montmorency aux xviie-xviiie siècles (valeur absolue, nombre de parcelles)
  • 116 Bail du 25/01/1682, AD 95, 2E7/524.

51Parmi les baux étudiés, trente-six, imposant une plantation d'arbres fruitiers, précisent la densité de plantation souhaitée : trente-deux veulent un arbre par perche, trois, un arbre pour deux perches et un, de « planter des pommiers à six pas l'un de l'autre et tant qu'il en faudra pour garnir lad. pièce qui consiste en deux rangées116 ». La perche commune utilisée en Île-de-France étant de 18 pieds, cela donnerait 294 arbres à l'hectare, soit une densité de plantation élevée d'autant plus qu'elle concerne des arbres de haute-tige bénéficiant, au mieux, d'une taille très sommaire. Malheureusement, les autres baux sont moins précis lorsqu'ils imposent de planter des arbres fruitiers mais l'étude des formules employées traduit la recherche d'une rationalité dans la plantation et dans la gestion de la pièce de terre.

  • 117 Bail du 01/10/1642, AD 95, 2E7/500.
  • 118 Bail du 07/11/1698, AD 95, 2E7/529.
  • 119 Bail du 24/05/1698, AD 95, 2E7/529.
  • 120 Bail du 09/12/1664, AD 95, 2E7/516.
  • 121 Bail du 04/04/1747, AD 95, 2E7/534.
  • 122 Bail du 22/03/1762, AD 95, 53H4/2.
  • 123 Bail du 04/11/1685, AD 95, 2E7/525.
  • 124 Bail du 13/12/1691, AD 95, 2E7/527.
  • 125 Bail du 01/03/1710, AD 95, 2E7/143.
  • 126 Bail du 29/07/1740, AD 95, 2E7/167.

52Les preneurs promettent « de bien et duement peupler d'arbres117 », « de bien et duement plantées en arbres118 », « de remettre des pommiers où il en manque [...] et rendre bien planté en arbres119 », de planter des arbres fruitiers « en lieux et endroit où il y en aura fault120 », « aux places convenables et aux endroits convenables121 » et « en nombre suffisant pour garnir le terrein122 », « d'en planter aux endroits nécessaires123 », et de rendre la pièce « bien planté en arbres124 », « entierement garnyes d'arbres125 » ou « suffisamment garnie126 ». Au-delà de la diversité des formules, c'est bien d'une logique d'occupation optimale du sol dont témoignent ces baux. Ils révèlent deux caractéristiques de l'arboriculture fruitière en Île-de-France : une plantation souvent étalée dans le temps puisque les baux demandent d'achever, de parachever ou de continuer de planter, et la prise en compte des exigences des cultures associées. Ainsi il serait abusif de conclure que « bien garnie » renvoie obligatoirement à un arbre par perche et de penser que toutes nos pièces tendent vers une densité idéale de 294 arbres à l'hectare. En réalité la densité de plantation est fonction du type d'espace où se trouve l'arbre.

53En effet, la grande diversité des densités de plantation, croisée avec la taille des arbres fruitiers et avec les cultures associées, révèle une typologie des espaces où l'arboriculture fruitière est présente. Ainsi considérer comme « bien garnie », « peuplée » ou « bien plantée » telle pièce de terre ne revient pas à renvoyer à une norme absolue mais au type d'espace recherché et à la réalité topographique où s'inscrit l'héritage. La forme des arbres fruitiers, la densité de plantation et les éventuelles associations de cultures déterminent une typologie où voisinent le jardin, le clos, le pré, le vignoble, la rangée d'arbres fruitiers dans une pièce de terre labourable et les avenues fruitières.

  • 127 Sur la totalité des actes de la pratique dépouillés « verger » n’a été rencontré qu’une fois, le 1 (...)
  • 128 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 140.
  • 129 Dupain de Montesson, op. cit., 1776, rééd. 1813, p. 158.

54Dans les rubriques proposées dans la figure 10, l'absence d'une entrée « verger » peut légitimement susciter une interrogation. Bien que présent dans les traités agronomiques et dans les dictionnaires contemporains, ce terme semble très peu usité dans les actes de la pratique127. À l'époque moderne le verger est défini comme étant un jardin clos d'un mur ou d'une haie et planté en arbres de haute-tige128. Contrairement au potager-fruitier des maisons des champs et de la paysannerie, le verger est entièrement planté d'arbres fruitiers disposés en quinconce ou en carré, et le sol est couvert « d'herbe ou d'une bonne pâture129 » à défaut de toute autre culture telle que des légumes ou des fleurs. De surcroît, le verger accueille les arbres fruitiers indésirables dans les jardins dignes de ce nom : les arbres de haute-tige, les pommiers, les cerisiers et les pruniers ; cet espace quitte la thématique du cabinet de curiosité en plein air au profit d'une dimension nettement plus utilitariste.

55Dans les actes de la pratique, verger est englobé dans le terme « jardin » dont les acceptions sont moins restrictives que de nos jours. Ce terme renvoie à deux réalités paysagères expliquant les grands écarts de densité de plantation. L'acception la plus commune concerne le terrain de petite superficie, clos de murs ou/et de haies vives jouxtant les habitations dans tous les villages de France. Fruits, légumes et herbes y sont intensivement cultivés créant une forte densité de plantation. Au xviie siècle on emploie encore le terme closeau, c'est-à-dire petit clos, mais son usage disparaîtra au siècle suivant. À ce type, il faut ajouter le clos aristocratique ou bourgeois qui ne saurait être absent d'une maison de campagne. Cet espace tente de lier l'agrément à l'utilité en offrant des fruits et des légumes pour la table du maître tant à la campagne que pour son domicile parisien, ainsi qu'un surplus commercialisable. Entièrement clôturé, ce jardin peut être de dimension importante.

56Jardins ou clos servent aussi à désigner des pièces de terre d'une plus grande superficie, de 25/50 perches à plusieurs arpents, ceintes de haies vives créant un paysage qualifié de « bocager » par les contemporains. Ces jardins sont plantés d'arbres fruitiers mais suivant des densités de plantation plus faibles, et sont associés à un pré de fauche. On trouve, notamment, ce paysage au nord-est de la vallée de Montmorency et, parfois, sous la catégorie « prés et vergers » des procès-verbaux du cadastre Bertier de Sauvigny. Par exemple, le marchand Denis Dejardin exploite à titre de loyer

  • 130 Bail du 27/11/1778, AD 95, 2E7/540.

« un clos planté en luizerne, contenant neuf arpents quarante quatre perches ou environ, planté aussy de trois cent quarante-sept arbres fruitiers, pommiers et poiriers, et six noyers tant ancien que moderne, entouré de haye vive et de fossées le long de laquelle haye faisant le pourtour et en dedans dudit clos il y a cent vingt sept jeunes tant ornes que fresnes, auquel clos il y a une porte chartière à deux battans de bois attachés à deux jambages de maçonnerie, et fermant à clef, scise terroir de Piscop, lieud. et appellé le désert130 ».

57On retrouve la clôture, l'association pré de fauche — arboriculture fruitière, une superficie importante et une densité de plantation moyenne d'une petite cinquantaine d'arbres à l'hectare.

58L'arbre fruitier est aussi associé à des prés non protégés par des clôtures, au vignoble et, mais plus rarement, à des terres labourables dans l'alignement d'une rangée. Enfin les voiries peuvent être bordées d'arbres forestiers et fruitiers.

  • 131 Jean Tricart, op. cit., 1948, p. 73.

59Un désordre apparent, une plantation plus ordonnée qu'anarchique « Les seuls soins accordés à l'arbre consistaient à les planter, quand il ne poussait pas spontanément sur place, au bord d'un champ, d'un noyau jeté là par un passant131 », cette présentation très négative de l'arboriculture fruitière parisienne ne résiste pas à une lecture critique des sources. Non seulement les baux révèlent une véritable logique optimale d'occupation de l'espace, mais en plus les façons culturales ne permettraient à des arbres de « pousser spontanément » qu'à l'abri des haies ou au pied des arbres fruitiers ; dans ce cas les boutures seraient arrachées pour répondre aux clauses des baux imposant cet entretien ou pour être utilisées comme porte-greffe. Bien sûr la question peut se poser pour les arbres isolés, mais ils ne le sont, parfois, que dans le cadre d'une pièce de terre qu'il faut replacer dans un environnement paysager pour retrouver une logique de plantation : la parcelle peut toucher un chemin ou être issue d'un partage ayant provoqué l'isolement de l'arbre. Cependant, même en prenant les parcelles voisines, l'arbre peut sembler perdu dans des pièces de terre, dans ce cas il peut jouer le rôle d'une borne, être la réponse à un micro-accident topographique ou, grâce à sa vigueur, avoir échappé à un abattage.

  • 132 Liger, op. cit., 1700, t. 2, p. 179.

60Pour compléter notre vision paysagère de l'arboriculture fruitière en Île-de-France à l'époque moderne, il convient de se demander si la plantation des arbres fruitiers, quel que soit le type d'espace choisi, est régulière sur l'ensemble de la pièce ou chaotique et anarchique. Idéalement, quand ils abordent les arbres en plein vent, les auteurs des traités les plantent alignés, soit en carré, soit en quinconce132. Il n'est guère surprenant de retrouver le même ordre régulier sur les cartes d'Ancien Régime. Sur les cartes à petite échelle, comme la carte des chasses ou celle de Cassini, cette représentation renvoie évidemment à un signe conventionnel qui ne nous renseigne que sur la localisation des cultures fruitières, par contre sur celles à grande échelle, l'interprétation peut-être un peu différente notamment pour les plans d'intendance et surtout pour les cartes des triages accompagnant des terriers. Ainsi la représentation des arbres fruitiers dans le plan terrier de Maffliers n'offre pas la vision d'un paysage marqué par des plantations anarchiques. On peut légitimement objecter qu'il s'agit d'une vision idéalisée qui indiquerait plus la nature de l'occupation du sol que de véritables relevés. Cependant plusieurs indices pousseraient plutôt à penser à une approche plus réaliste qu'impressionniste du paysage : la densité de plantation n'est pas la même d'un héritage à l'autre et les alignements n'y sont pas au cordeau. Quant aux plans d'intendance, les routes et chemins bordés d'arbres sont indiqués, les arbres des prés-vergers sont placés alignés alors que pour marquer la présence d'arbres fruitiers dans le vignoble, ils y sont disséminés d'une manière plus irrégulière. Dans le cadastre de Bertier de Sauvigny, il semble que le pinceau du cartographe ait davantage saisi les réalités paysagères que la plume de l'arpenteur dans le procès-verbal.

  • 133 Mise aux enchères du 13/02/1716, AD 95, B95/834.
  • 134 « […] une autre portion de jardin attenant la portion sy-dessus, une haye de groseilliers entre de (...)

61La plantation en rangée est évidente dans le cadre des ceintures d'arbres fruitiers autour des pièces de terre ou dans les alignements des voiries. De même, « garnir entièrement » une parcelle en plantant un arbre par perche revient concrètement à les aligner soit en carré soit en quinconce : le preneur des pièces de terre mises aux enchères par Guyon Gavignot, maçon à Domont, devra « laisser en rangée et autant qu'il conviendra de rangées dans les pièces des arbres fruitiers à raison d'un pour perche133 ». Quant aux vigoureux mais envahissants groseilliers, ils sont plantés en haie, dans les jardins134 comme en plein champ.

62Des rangées sont aussi plantées à l'intérieur des parcelles, aussi bien dans des vignes et des prés que dans des terres labourables. Plusieurs actes de la pratique se recoupent pour confirmer une plantation qui tend à être régulière. Les baux prévoyant de faire planter des arbres fruitiers demandent de combler les places vides, de regarnir ou plus explicitement :

  • 135 Bail du 06/07/1670, AD 95, 2E7/103.

« un demy arpent de terre labourable en une pièce assize au terroir de M(ontmoren)cy au lieud(it) la fosse aux moines, à la charge par led. preneur de planter dès l'hiver prochain dans lad. pièce de terre deux rangées de meriziers135 ».

  • 136 Bail du 30/10/1719, AD 95, 2E7/332.
  • 137 Bail du 27/06/1694, AD 95, 2E7/528.
  • 138 Bail du 30/09/1681, AD 95, 2E7/523.
  • 139 Contrat de vente du 31/05/1663, AD 95, 2E7/516.
  • 140 Déclaration du 8/11/1701, AD 95, 2E7/529.

63« À la charge de planter dans ledit arpent les arbres seriziers qui manquera à proportion d'un par perche dès la première année et ce à droite ligne » prend soin de préciser le curé d'Andilly à deux vignerons prenant à loyer un arpent de vieille vigne plantée en cerisiers136. D'autres baux, décrivant le contenu des parcelles à louer, notent la présence d'une ou plusieurs rangées, ainsi la veuve de François de Braque, seigneur de Piscop, loue à un laboureur « trois arpans de terre labourable où il y a une rangée de seriziers137 » sur le finage de Piscop, et un vigneron de Saint-Brice prend à loyer « un quartier et demy ou environ de vigne dans laquelle il y a vingt-quatre seriziers en quatre rangées size au terroir de Saint-Brice, ld. le clos Béranger138 ». Les contrats de vente des fruits à récolter confirment cet ordre de plantation, ainsi le 31 mai 1663 le marchand-laboureur Pierre Fournier vend à François Demarne et Nicolas Garnier, marchands de Saint-Brice, des cerises et des bigarreaux sur plusieurs pièces de terre dont sept rangées à prendre du côté des bois sur un arpent au lieu-dit les Carnetins, et le vendeur se réserve cinq rangées de guigniers sur deux arpents au même lieu139. Le 8 novembre 1701, enfin, les habitants de Saint-Brice certifient que leur seigneur « jouit par ces mains de cinquante sept arpens où il y a des rengées d'arbres140 ».

64Loin d'être chaotique, la plantation d'arbres fruitiers répond bien à une logique d'occupation du sol et tend à respecter un alignement rationnel en rangée ; elle facilite les activités agricoles, des façons culturales destinées aux cultures associées à la vente de la dépouille des arbres fruitiers, tout en étant adaptée aux fréquents partages successoraux. Mais cet ordre peut être déformé par de micro-accidents topographiques, par l'excessive parcellisation ou par la mort d'un arbre non remplacé.

65Cependant, malgré cet alignement en rangée, l'aspect visuel des terres plantées d'arbres fruitiers est très différent de celui des vergers qui subsistent actuellement en Île-de-France. L'aspect est beaucoup plus fouillis, et en ce sens — mais en ce sens seulement — chaotique pour un observateur du début du xxie siècle comme pourrait l'être la vision d'un champ hirsute de céréales non sélectionnées et encombrées de mauvaises herbes. En effet, les arbres ne sont quasiment pas taillés et le sol accueille d'autres productions : vignes et céréales, pois et fèves, luzerne et bourgogne, sans oublier les inévitables intrusions de mauvaises herbes et autres plantes parasites (mousses, buis, champignons...). De surcroît, les arbres ne présentent pas d'uniformité car on fait cohabiter, sur les mêmes parcelles, des espèces et des variétés différentes tout en recherchant à avoir des arbres d'âges différents.

La plantation d'arbres fruitiers le long des voiries

  • 141 L’article 6 de l’arrêt du 3 mai 1720 « qui ordonne l’élargissement des grands chemins, lesquels se (...)
  • 142 Guyot, op. cit., 1784, t. 1, p. 563.
  • 143 En Flandre, Normandie et Anjou, certains seigneurs ont abusé de leur droit de voirie en obligeant (...)
  • 144 Arrêt du 17/04/1776, Guyot, op. cit., t. 1, p. 564.
  • 145 Ibid., t. 2, p. 371.
  • 146 Ibid., t. 2, p. 368-369.
  • 147 Articles 1 et 3 de la loi du 28/02/1805, cités dans Code rural, contenant le code forestier de 182 (...)

66Des arbres fruitiers de haute-tige sont plantés en ceinture autour des pièces de terres labourables et de prés, en bordure des chemins et des routes. C'est même une obligation pour les propriétaires de terrains riverains d'une grande route royale au xviiie siècle, de la border d'ormes, de hêtres, et d'arbres fruitiers « suivant la nature du terrein, à la distance de trente pieds l'un de l'autre141 ». L'article 7 de cet arrêt du 3 mai 1720 autorise les seigneurs « qui ont la voirie sur les chemins, d'y planter des arbres, si les propriétaires des héritages voisins n'y plantent pas » ; dans ce cas, en tant que voyers, les seigneurs seront propriétaires des arbres plantés et des fruits produits142. Pour limiter les tentations d'appropriations abusives liées à cette décision143, un arrêt de 1776 décide que « les seigneurs voyers ne pourroient planter les chemins dans l'étendue de leurs seigneuries, qu'à défaut par les propriétaires d'avoir fait les plantations dans un an, à compter du jour où les chemins auroient été entièrement tracés et les fossés ouverts144 ». Ainsi, si les propriétaires riverains ne respectent pas les termes de la loi, les seigneurs voyers pourront planter des arbres dont « ils auront et la propriété et même le fruit des arbres quoique nourris de la substance de la terre voisine145 » ; cette sanction paraît particulièrement être à même de motiver les plus récalcitrants qui courent le risque non seulement de perdre une bande de terrain mais en plus de ne pouvoir bénéficier que des nuisances créées par les arbres plantés. Ces règlements concernent les chemins royaux « qui conduisent de provinces à autres ». Les seigneurs hauts justiciers possèdent « les chemins de traverse qui vont de villes à autres, de bourgs, paroisses et villages en d'autres lieux, ainsi que toutes voies et sentiers à pied et à cheval [...] et font partie de leur domaine comme ayant été démembrés par l'usage et le commerce », ainsi les arbres et leurs fruits leur appartiennent146. Le Premier Empire, par la loi du 28 février 1805 renouvellera l'obligation de planter les grandes routes « en arbres forestiers ou fruitiers, suivant les localités, par les propriétaires riverains » qui en auront la propriété mais qui ne pourront « les couper, abattre ou arracher, que sur autorisation donnée par l'administration préposée à la conservation des routes147 ».

  • 148 Sentence du 07/10/1788, AD 95, B95/1284.
  • 149 Gautier, Traité de la construction des chemins, 1693, éd. utilisée 1750, p. 14 et 39-40.

67Les plantations doivent souligner le tracé d'une route et surtout le fixer tout en répondant au souci du gouvernement royal de multiplier les arbres, tant forestiers que fruitiers, pour répondre à la hantise d'une disette de bois. Pour les propriétaires et les exploitants des terrains limitrophes, les arbres protègent les cultures en évitant que les charrettes, les lourdes guimbardes et autres voitures ne mordent sur les pièces de terre, voire ne coupent à travers les champs, abus condamnés par les règlements de police des champs et fréquemment verbalisés par les messiers. Ils permettent aussi de dissimuler une usurpation de terrain sur un chemin, comme ces vignerons de Franconville-la-Garenne condamnés « à se retirer chacun en droit soy sur leurs héritages, à rendre aud. chemin les anticipations qu'ils y ont faites [.] même à faire couper et arracher les arbres, vignes et toutes autres choses qui se trouveroient sur les terres anticipés148 ». Pour les voyers, ils garantissent le tracé en interdisant les empiétements et les labours qui rognent sur la voie publique, et ils rendent la route visible même en hiver ou lors d'un dégel tout en consolidant les bas cotés par leurs racines149.

  • 150 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 183.

68Ces plantations doivent aussi rapporter un revenu complémentaire, ainsi « on fera bien de border tous les chemins de traverse d'arbres fruitiers, quand on est à la proximité des grandes villes, où le fruit se vend bien150 ». Prestigieuse affirmation d'une propriété et perspective d'un revenu supplémentaire se conjuguent pour généraliser ces plantations en Île-de-France. Cette matérialisation de l'appropriation de l'espace rural renvoie à un triple investissement social, culturel et économique ; social car les voiries plantées traduisent une propriété au sens fort du terme, une quasi-souveraineté à l'image des pavés du roi ; culturel car elles témoignent d'un ordonnancement du monde que ne manque pas de souligner les cartes et plans d'Ancien Régime ; économique enfin car les arbres sont une source de revenu non négligeable.

  • 151 Mise aux enchères du 13/07/1695, AD 95, B95/1186.

69En 1695, le marchand Grégoire Beaugrand de Saint-Brice exploite trois portions de voiries plantées en fruits rouges dont une lui appartient151 ; les fruits vendus aux enchères rapporteront à son créancier cinquante-sept livres, or nous sommes à la mi-juillet, une partie de la récolte a donc déjà été vendue. Une vingtaine d'années plus tôt, quatre marchands-fruitiers de Saint-Brice obtiennent l'autorisation du prince de Condé

  • 152 Acte enregistré le 14/07/1696, AD 95, B95/1188.

de « planter des arbres fruitiers le long des chemins mantionnés en leur plaset à la charge de les labourer et cultiver pendant vingt années quy ont commancé au mois de juillet 1678 [...] et de prendre à leur profit des fruits quyproviendront sur lesdits arbres152 ».

  • 153 Bail du 22/08/1701, AD 95, 2E7/529.
  • 154 Proclamation du 31/05/1775, AD 95, B95/1271.

70Le prince de Condé récupérera des voiries plantées d'arbres fruitiers en plein rapport. Les propriétaires, et notamment les seigneurs, peuvent louer leurs avenues fruitières à la charge « de labourer lesdits arbres de deux pieds de tour et une fois par chacun an153 » ou vendre annuellement la dépouille des arbres. Chaque année, pour les deux dernières décennies de l'Ancien Régime au moins, le régisseur des domaines du duché-pairie de Montmorency met aux enchères les fruits rouges et « quelques noyers qui sont à recueillir la présente année dans les voiries dittes de Saint-Brice dépendantes de ce duché et appartenantes à S.A.S154 ».

  • 155 Baux des 11/06/1710, 12/06/1710, 12/06/1710, 12/06/1710, 19/06/1710, 25/06/1710, 12/07/1710 et 25/ (...)
  • 156 Bail du 12/07/1710, AD 95, 2E7/143.

71Entre le 11 juin et le 25 juillet 1710155, l'exploitation et l'entretien de « la voirye des arbres cerisiers et bigarotiers scittué sur le terroir de Saint-Brice », dépendante du duché-pairie de Montmorency, donnent lieu à huit baux de neuf années conclus par le fondé de procuration du prince de Condé. Non seulement les preneurs s'engagent à « bien et duement entretenir les arbres, les esplucher du bois secq seullement sans pouvoir y coupper aucun bois vert » mais aussi « de planter pour chacun an [...] (de) jeunes arbres merisiers de haute tige aux endroits où il en manquera le long de ladite voirye, les faire greffer dans la saison convenable en fruit rouge tel quil conviendra pour le mieux156 ». Dans les neuf années à venir quatre cent cinquante « jeunes arbres merisiers » devront être plantés le long des voiries de Saint-Brice ; ce chiffre élevé et la notation des « endroits où il en manquera » se comprennent par rapport aux arbres gelés par la rigueur de l'hiver 1709, tout en révélant que pour la bonne gestion du duché on tient à ce que les voiries soient bien plantées d'arbres fruitiers. Le choix des cerisiers est bien évidemment lié à la proximité du marché parisien ainsi qu'à la réputation de la vallée de Montmorency pour cette production fruitière.

72Cependant la plantation d'arbres le long des routes et des chemins est loin d'avoir été systématique sous l'Ancien Régime. À cet égard, la lecture des plans d'intendance de la fin du xviiie siècle témoigne d'une grande diversité de cas. Cette présentation du paysage des campagnes parisiennes semble d'autant plus fiable que le tracé de voies de communication n'est pas obligatoirement souligné par un alignement d'arbres ce qui prouve l'absence d'une convention et l'impact d'une réalité paysagère. Ainsi les principales routes reliant Paris aux grandes villes provinciales sont bordées d'arbres sur les deux côtés. Pour les voies secondaires, les plantations sont moins systématiques et régulières, les arbres peuvent être plantés sur les deux côtés ou sur un seul, sur la totalité du tracé ou sur des tronçons, reflets probables d'une directive du propriétaire d'une pièce de terre mitoyenne, voire totalement absents. Ces simples alignements peuvent devenir doubles aux approches des châteaux.

  • 157 Nicolas Petitbon à Roissy-en-France « reçu et installé […] pour le bon plaisir de monsieur le comt (...)
  • 158 Bouqueval, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Ecouen. Bail du 18/08/1701, AD 95, 2E7/529.
  • 159 Louvres, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Gonesse. Le curé de Louvres-en-Parisis au nom du seigne (...)
  • 160 Roissy-en-France, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Gonesse. Le sergent de la prévôté de Roissyen- (...)
  • 161 Sarcelles, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Sarcelles.
  • 162 Hugues Neveux, op. cit., 1958, p. 114.

73Si nous comparons les plans d'intendance des villages du Pays de France à ceux de la vallée de Montmorency ou de la vallée de l'Oise, ce sont dans les finages circumparisiens voués à la céréaliculture, et non dans ceux qui accueillent vignes et arbres fruitiers, que les plantations des voiries semblent les plus importantes. Cette importance est confirmée par la nomination dans la plaine de France, parmi les gardes-messiers, de gardes des avenues fruitières157, et par les marchands-fruitiers de la vallée de Montmorency recherchant à acquérir la dépouille des fruits des voiries de Bouqueval158, de Louvres-en-Parisis159 et de Roissy-en-France160 dans la seconde moitié du xviie siècle. Le finage de Sarcelles161, charnière entre la vallée de Montmorency à l'ouest, et le pays de France à l'est, confirme cette réalité paysagère traduite par les plans d'intendance : en 1687, 1 901 arbres fruitiers étaient plantés le long des voiries à l'est contre 726 à l'ouest, auxquels devront être ajoutés au cours d'un bail de 9 années, respectivement 230 et 80 arbres162. La proximité du marché parisien, la riche terre limoneuse repoussant les arbres dans la zone des jardins et sur les bords des routes, la nécessité, en absence de cultures permanentes, de structurer l'espace et de protéger ainsi le tracé des routes et les emblavures, ainsi que la présence de dynamiques communautés de marchands-fruitiers à proximité de la plaine de France doivent se conjuguer pour expliquer ces importantes plantations. Il est probable qu'il faille aussi prendre en compte le dynamisme de la seigneurie tant la signification politique des voiries plantées d'arbres est forte.

  • 163 Bail du 03/12/1771, AD 95, 2E7/538.

74Les principales espèces fruitières concernées par ces plantations dans la vallée de Montmorency sont, dans l'ordre décroissant d'importance numérique, majoritairement des merisiers greffés en « bonnes cerises » et plus rarement en bigarreaux, des pommiers, des noyers et des châtaigniers, soit des arbres à fort développement ligneux. D'après les baux, l'intervalle souhaité entre deux arbres varie entre 18 et 22 pieds163 (5,847 et 7,146 m), soit un arbre par perche selon la mesure de Paris ou celle des eaux et forêt.

  • 164 Mollet, op. cit., 1670, p. 77.
  • 165 Merlet, op. cit., 1667, p. 144.
  • 166 Thierry Delahaye et Pascal Vin, op. cit., 1994, p. 125.
  • 167 Pièce partagée en quatre baux, 07/03/1736, AD 95, 2E7/532.
  • 168 Bail du 14/07/1748, AD 95, 2E7/535.

75Pour Claude Mollet le noyer, « ennemy de tous les autres arbres fruitiers », est « fort propre pour faire les avenues d'une maison estans plantez en droite ligne, espacez de cinq toises l'un de l'autre164 ». Cet arbre traîne la réputation d'être un arbre de « chemins et de voiries » car il aimerait « a estre battu, pour donner moins de bois et plus de fruits » ; surtout l'empirisme paysan sait que « cet arbre ne souffre point de voisin d'autre nature, tant pour sa grandeur qui l'étouffe, et luy oste l'air, que pour ses grandes et longues racines qui mangent bien la terre165 ». Non seulement le noyer peut dépasser les vingt mètres de hauteur166, mais, sujet au chancre, il supporte mal la taille ; de surcroît, vigoureux et vivant aisément plusieurs siècles, il cumule les avantages pour être planté le long d'une route ! Ainsi Jean Rigaut, marchand à Saint-Brice, fait planter en vigne et arbres pommiers deux arpents seize perches de terre aux champs Saint-Denis, sur les finages de Groslay et de Saint-Brice, mais ce sont des noyers qui seront plantés, un par perche, le long du grand chemin de Sarcelles à Paris qui traverse ses possessions167. De même, ce sont vingt noyers et un pommier que l'on retrouve planté au bord d'une pièce de sept arpents de terre labourable à Piscop168.

L'arbre fruitier à proximité de l'habitat

  • 169 Liger, op. cit., 1700, t. 1, p. 3.

76L'arrivée dans un village par la route se fait donc souvent sous les ombrages des arbres plantés de part et d'autre de la voirie selon un alignement régulier. Un peu à l'écart des habitations des « manants » du village, idéalement sur le versant d'une petite colline orientée vers le midi169, trône fièrement, derrière ses grilles et ses murs, une de ces maisons de campagne que la noblesse et la bourgeoisie jouant au gentilhomme font construire autour de Paris et des résidences royales. L'arbre fruitier dressé en espalier, bien élevé en éventail ou en quenouille, en est un attribut essentiel. Si le maître des lieux est présent, il se fera un plaisir de vous accompagner dans ses jardins.

  • 170 Description d’une maison des champs idéale, ibid., t. 1, p. 19.

« Un jardin, qui sera derrière la Maison, et dans lequel on ira par un vestibule : il sera composé [...] de Parterre, embelli de toute sorte de Fleurs, de belles Allées de charmes, accompagné d'un grand potager d'où l'on t(ire) une partie de la nourriture pour la Maison. On n'oubliera pas au-dessous, d'y [visiter le] verger, afin de jouir du plaisir d'avoir beaucoup de Fruits, qui est une douceur bien grande en quelque endroit qu'on puisse les rencontrer. De l'autre côté du Verger se verra la Pépinière, et la Bâtardière au-dessous170 ».

  • 171 « aura seullement ledit preneur les tontures desdites hayes et les élagueur des arbres qui sont da (...)
  • 172 Estienne et Liebault, op. cit., éd. 1586, p. 87.
  • 173 Merlet, op. cit., 1667, p. 146-147 ; Calvel, op. cit., 1802, p. 97.
  • 174 Estienne et Liebault, op. cit., éd. 1586, p. 85.
  • 175 AD 95, 2E7/539.
  • 176 Rapport de visite d’un jardin, 28/02/1699, AD 95, B95/833.

77Après avoir goûté aux fruits offerts par notre hôte, reprenons la route du village. Plus on s'en approche, et plus les murs sont nombreux, alors qu'en s'éloignant seules subsistent les haies. Dans la zone des jardins en périphérie des habitations, haies et murs cohabitent et il est fréquent que le jardin d'un villageois unisse ces deux manières de clôturer. Cependant, il n'y a pas de rivalité entre le mur et la haie, mais bien une complémentarité. En effet, le mur est plus cher à construire et à entretenir, mais il « mange » moins d'espace et, bien exposé, il permet de cultiver des arbres en espalier, de supporter une treille, alors que la haie constitue une réserve de bois de chauffage171, « de pieux et de perches à treille172 », et un supplément de cueillette. Pour la culture des arbres fruitiers, la haie offre aussi une précieuse réserve de porte-greffe, et ce d'autant plus que la haie protège le jeune plant sauvage des façons culturales : merisiers, boutures de prunier et sauvageons, mais aussi épines blanches pour greffer le néflier et l'azerolier173. La maison rustique du XVIe plantait dans les haies, outre les espèces fruitières ci-dessus citées, « des pommiers sauvages et de paradis174 ». Il semblerait que la paysannerie ait fait migrer les porte-greffe sauvages de la forêt seigneuriale vers les haies privées de ses clos, tout comme elle s'est constituée des pépinières dans ses jardins et des bâtardières dans ses vignes. Ainsi un bail du 23 novembre 1777 permet aux preneurs de conserver « l'émondage de la haye et des arbres qu'ils lèveront dans la haye175 ». Les villageois ont donc intérêt à conserver des haies vives autour de leurs jardins, au moins au « septentrion », l'exposition la moins favorable aux cultures protégées par un mur, et ce d'autant plus que bien « raccommodée » d'épines176, la haie vive est une clôture aussi efficace qu'un mur contre les voleurs, les animaux ou le vent. Cependant, la présence d'une haie ou son absence revêt une signification socio-économique particulièrement visible : seuls les plus riches exploitants et les propriétaires privilégiés peuvent se permettre de clôturer entièrement leur jardin d'un mur ; ils en ont les moyens financiers et non pas d'intérêts économiques à conserver une haie.

78Dans le village, l'arbre disparaît car les habitations ou les murs des jardins s'installent le long des routes et des ruelles. Pour retrouver les arbres fruitiers, il faut pénétrer dans les cours où sont entreposés le matériel agricole et le tas de fumier ; là, à la lecture des baux, des actes de vente et des partages de succession, il n'est pas rare de rencontrer un pommier, un noyer, des pruniers, voire des espaliers, un pêcher, un abricotier et même un figuier. D'ailleurs ces cours, étant souvent communes, créent des querelles de voisinage pour le partage des fruits, néanmoins cet espace reste chaudement recommandé par les arboristes dont La Bretonnerie qui a placé

  • 177 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 167-168.

79« des arbres de toute espèce, sous le pavé des cours, le long des murs, dans la bordure marginale du pavé autour des bâtimens, [...] poiriers, pommiers, pruniers, pêchers, abricotiers, figuiers, et vignes, tout a toujours réussi dans quelque terrein que ce soit, sans engrais comme sans labour, et sans autre culture que la taille ; ces arbres dans cette position ont le pied frais en été, sont moins exposés aux gelées en hiver177 » et aux vents.

80Mais le domaine privilégié de l'arbre fruitier est le jardin situé à l'arrière des habitations : espaliers et buissons, arbres nains, demi-tige et éventuellement haute-tige y supportent des densités de plantation parfois élevées.

  • 178 Le Grand D’aussy, op. cit., 1782, t. 1, p. 186.

« C'est réellement un spectacle intéressant, quand on se promène sur les hauteurs du voisinage, de contempler cette multitude immense de jardins, coupés en tout sens par les murailles couvertes d'arbres et tapissées de verdure. On croit voir les cellules d'une ruche d'abeilles178 ».

81Si Montreuil, au xviiie siècle, présente un cas extrême, tout village est entouré d'un îlot de verdure compartimenté par des murs et des haies et ce, même dans les finages consacrés à la céréaliculture.

82Pour conclure cette évocation paysagère, il faudrait prendre en compte l'évolution de ce paysage d'année en année au gré des changements de culture, mais aussi d'une saison à l'autre. Le regard peut alors prendre plaisir à la floraison des arbres, à la nouaison, promesse d'une bonne récolte, ou aux coloris des fruits mûrs, revendiquant pleinement une perception sensible du paysage arboré.

Un paysage perçu

  • 179 Georges Bertrand, « Pas de territoire sans terre », Histoire et Sociétés Rurales, n° 3, 1er semest (...)

83« Le paysage naît quand un regard croise un territoire. À la fois objet matériel et sujet de représentation il est, par essence, un produit d'interface entre la nature et la société179 ». Il convient donc de dépasser la description des paysages de l'arboriculture fruitière pour aller vers sa lecture par les contemporains. Si la description d'un paysage de l'époque moderne est relativement aisée, l'étude de sa perception est beaucoup plus ardue car il n'y a que peu de sources qui l'abordent directement et, bien souvent, elles ne concernent que la sensibilité esthétique, physiocratique ou hygiéniste des élites. Il nous faut questionner autrement nos sources en posant la question du regard, d'une perception qui peut être intellectuelle, technique, symbolique mais aussi, et sûrement avant tout, physique.

Les sensibilités intellectuelles et la perception de l'arbre fruitier

  • 180 Michel Baridon, op. cit., 1999, p. 697-936.

84Le verger est une des figures de l'art des jardins qui, au cours de la période envisagée, se décline selon deux grands modèles : du xviie au début du xviiie siècle selon les règles du jardin classique dit à « la française », héritier des jardins architecturés de la Renaissance, puis, en réaction, le jardin paysager dit à « l'anglaise180 ». La perception de l'arbre fruitier chez les élites devrait se faire l'écho de ces deux sensibilités.

  • 181 Le Gendre, op. cit., 1652, préface non paginée.
  • 182 Bonnefons, op. cit., 1651, p. 9.
  • 183 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, p. 539.
  • 184 Ibid., p. 66.

85Les traités contemporains de jardinage traduisent bien une évolution de la perception des formes de l'arbre fruitier chez les élites. Les ouvrages du xviie siècle s'intéressent aux formes nobles que sont les buissons et surtout les espaliers. Dans sa préface de 1652, Le Gendre se présente comme « un des premiers qui ait recherché avec application la véritable méthode pour faire réussir les arbres particulièrement en espalier et en buisson181 ». Pour Nicolas de Bonnefons « les espaliers, estans le principal ornement des jardins, il est raisonnable de leur donner le premier lieu, et en traitter amplement182 ». Et La Quintinie valorise la technicité de la taille, « chef-d'œuvre du jardinage183 », par rapport à la greffe, en lui reconnaissant deux intérêts : avoir de plus beaux fruits et « rendre [les arbres] en tout temps plus agréables à la vue qu'ils ne seraient s'ils n'étaient pas taillés184 ».

  • 185 Ibid., p. 67-71.
  • 186 Boyceau de la Baraudière, op. cit., 1638 ; Mollet, Le Jardin de plaisir, 1651 ; Dézallier D’Argenv (...)

86« Plus agréables à la vue », le regard croise le paysage, et l'arbre en buisson se doit d'avoir « une belle figure » et d'être « également garni sur les cotés ». Quant à « la beauté de palisser [elle] consiste à ranger avec ordre à droite et à gauche les branches qui peuvent venir de chaque côté, en sorte qu'il n'y ait rien ni de confus, ni de vide, ni de croisé185 ». Harmonie, ordre, symétrie et rigueur, les maîtres mots du jardin classique à la française théorisé par Boyceau, les Mollet, et Dezallier d'Argenville186, associé au nom de Le Nôtre, pénètrent jusque dans les jardins fruitiers. La faveur dont jouissent les arbres en espaliers dans les traités du xviie siècle et dans les clos du potager royal à Versailles, tout comme dans ceux des maisons des champs des campagnes parisiennes, outre de répondre à une demande pour des fruits hâtifs et/ou fragiles, reflète l'inclination des élites françaises pour un paysage fortement architecturé, pour une domination bien visible de la nature par l'homme.

87Avancer ou prolonger la période de maturité des fruits, tout comme tailler et dresser un arbre en espalier, décline la même relation idéale entre l'Homme et la Nature domestiquée et contrôlée qui préside à l'ordonnancement de Versailles ou au creusement du canal du midi. Ce regard sur la nature est parfaitement illustré par Jean-Baptiste de La Quintinie :

  • 187 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, épître au roi, p. 8.

« La nature qui (ce semble) prend plaisir à ne rien refuser à Votre Majesté, et qui la regarde en effet comme le plus parfait de ses ouvrages, a sans doute réservé pour son auguste règne ce que la terre a caché à tous les siècles passés. Ce n'est qu'à force de sueurs que les hommes ordinaires arrachent du sein de cette mère commune ce qu'ils sont obligés de lui demander tous les jours pour leur subsistance, parce que sa plus forte inclination ne va qu'à produire des chardons et des épines ; mais pour peu, que Votre Majesté continue à favoriser de ses regards ceux qui ont l'honneur de la cultiver dans ses jardins, nous verrons à la gloire de notre monarque, et à l'avantage du genre humain, que ce qui a été inconnu à toute l'Antiquité ne le sera plus pour personne. Cette terre, qui paraît si opiniâtre à l'égard de tout le monde, cédera enfin, et même, pour ainsi dire, avec quelque joie, aux moindres commandement d'un grand prince, à qui tous les autres éléments font gloire d'obéir187 ».

88Le plaisir de la vue d'un espalier bien dressé renvoie à une vision « absolutiste » d'un monde bien ordonné, bien réglé qui obéit à la volonté du maître des lieux, que ce soit le monarque sur son royaume ou un bourgeois sur le potager-fruitier de son jardin.

89Dans le Spectacle de la nature, le jeune chevalier Du Breuil est saisi par la beauté du potager qu'il visite en compagnie de son hôte, le comte de Jonval, et du prieur-curé du lieu :

  • 188 Pluche, op. cit., 1735, t. 2, p. 105-106.

« Le chevalier. Ce n'est pas seulement l'ordre qui fait ici l'objet de mon admiration, j'y trouve une beauté dont je ne suis pas moins touché.
Le Prieur. Hé ! c'est de l'ordre même que résulte la beauté.
Le chevalier. Je remarque effectivement que ces espaliers qui couvre le haut et le bas des murailles, sont exactement arrêtés à une même hauteur : une feuille n'y passe pas l'autre.
Le Prieur. On les prendroit pour des tapisseries proprement tendues.
Le chevalier. Les buissons qui bordent les quarrés semblent faits au tour.
Le Prieur. Ce sont autant de vases naturels qui embellissent ces allées, et qui me paroissent incomparablement plus beaux que ceux qu'on fait de marbre et de métal bronzé...188 ».

  • 189 Laurent, op. cit., 1675, préface non paginée.
  • 190 Vente du 18/07/1721, AD 95, 2E7/437.

90Nul doute que les élites du xviie siècle et de la première moitié du xviiie siècle préfèrent un arbre taillé, forcé, artificiel - dans le sens de transformé par la main d'un habile jardinier — à un arbre en plein vent qui sent sa roture. D'ailleurs on ne se préoccupe des arbres en plein champ que de la pépinière à la greffe, ensuite on s'en désintéresse ; d'autant plus que plantés dans un jardin à proximité des bâtiments de La maison rustique, les arbres de haute-tige briseraient les perspectives et la vue. Ainsi, Jean Laurent se justifie d'avoir consacré, en 1675, un traité aux arbres nains « pour la propreté, gentillesse, et beauté des jardins, plus que pour toute autre chose, parce que les grands arbres en plein air défigurent les jardins à fleurs, et ôtent la veue de leurs parterres189 ». Ainsi, quand le seigneur de Montmagny vend à des bourgeois parisiens une maison et ses dépendances à proximité de son château, il prend bien soin de préciser que les acquéreurs « ne pouront planter aucuns arbres hault de tiche dans ledit jardin vis-à-vis les veues dudit chasteau de Montmagny mais pourront seullement en planter dans ledit jardin vis-à-vis les bastiments desdits lieux la haulteur desquels ne pouront excedder ladite maison190 ». N'oublions pas que la vue et la perspective sont des éléments majeurs d'un jardin à la française et qu'une terrasse offrira un point de vue sur un potager-fruitier quand bien même il serait coupé de murs.

91Répondant à cet idéal d'une nature domestiquée, Rousseau, dans la seconde moitié du xviiie siècle, présentera l'homme comme le tyran de la nature. Dans l'Emile, il écrit que :

  • 191 Emile, 1762, cité par Isabelle Richefort, « Métaphores et représentations de la nature sous la Rév (...)

« tout dégénère entre les mains de l'homme. Il force une terre à nourrir les productions d'une autre ; il mêle et confond les climats, les éléments, les saisons ; il mutile son chien, son cheval, son esclave ; il bouleverse tout, défigure tout [...] il ne veut rien tel que l'a fait la nature, pas même l'homme ; il le fait dresser pour lui, comme un cheval de manège191 ».

  • 192 Chambray, op. cit., 1765, p. 22.

92Sans être aussi extrémistes, les traités novateurs du xviiie siècle vont valoriser l'arbre en plein vent ; sans pour autant abandonner les arbres en espalier, « l'arbre à hautes branches [y devient] plus agréable à la vue192 ». Dans le chapitre qu'il consacre aux espaliers, Duhamel du Monceau note

  • 193 Duhamel du Monceau, op. cit., 1768, p. 52-53.

qu'« il n'y a point d'espalier sans un mur, ou autre rempart propre à soutenir les arbres, les défendre des mauvais vents, et réfléchir la chaleur du soleil sur les fruits, pour en avancer et en perfectionner la maturité. Je dis la maturité, et non pas la qualité ; car les fruits des arbres en buisson sont préférables pour le goût à ceux des arbres en espalier ; et ceux des arbres en plein-vent sont supérieurs à tous les autres193 ».

93La perception de l'arbre en plein vent devient celle d'un être vivant, animé, changeant avec le temps, et où la main de l'homme se doit de ne pas être visible.

  • 194 Ibid., p. 66.

« Cet arbre, à moins qu'on veuille lui donner une forme régulière, n'aura plus besoin que du retranchement du bois mort, et de quelques élagages [...] Abandonné aux soins et à la conduite de la nature, il étend de tous côtés les branches et ses racines. Sa sève se portant avec force et abondance aux extrémités, y fortifie, y multiplie les branches nécessaires à l'agrandissement et à la solidité de l'arbre194 ».

94On perçoit ici un écho d'une nouvelle sensibilité apparue Outre-Manche :

  • 195 Joseph Addison, Le Spectateur…, 1714, cité par Michel Baridon, op. cit., 1999, p. 844.

« Nous voyons la marque des ciseaux sur chaque plante et le moindre buisson. Je ne sais si c'est un goût singulier ; mais j'aimerais mieux voir un arbre avec tout le superflu et toute l'étendue de ses branches, que lorsqu'il est taillé en une figure mathématique [...]195 ».

95Mais cet écho reste français avec sa vision quasiment géométrique du développement « naturel » de l'arbre. Ces nouveaux critères esthétiques, combinés à des progrès dans la sélection des espèces induisant de nouvelles exigences à l'égard du goût du fruit, expliquent l'engouement des arboristes de la fin du xviiie siècle pour un arbre conduit en quenouille ou en pyramide offrant un véritable compromis entre l'arbre de plein vent et les contraintes spatiales du jardin.

  • 196 Lebeuf, op. cit., t. III, p. 112.
  • 197 Ibid., t. II, p. 161.
  • 198 Ibid., t. II, p. 164.
  • 199 Ibid., t. II, p. 151.
  • 200 Marie-Vic Ozouf-Marignier, « L’environnement vu par des notables locaux à la fin du xviiie siècle  (...)
  • 201 Yves Luginbuhl, « Nature, paysage, environnement, obscurs objets du désir de totalité », Du milieu (...)
  • 202 Girardin, De la composition des paysages, 1777, cité par Michel Baridon, op. cit, 1999, p. 903.
  • 203 Ibid., 1999, p. 901.

96Les élites du xviiie siècle, décrivant les campagnes parisiennes, mettent en avant l'idée d'abondance car la beauté d'un paysage rural réside dans les richesses qu'il produit. Ainsi « on ne voit que vignes et arbres fruitiers196 » à Louveciennes ; Saint-Brice « est un pays [...] dans lequel il y a terres, labourages, vignes, prairies, bocages197 » ; à Piscop « on cultive de tout ce que la terre produit communément198 », et « des labourages et des vergers et bocages199 » se partagent le finage de Bouffémont. Cette sensibilité à l'abondance, à la diversité des productions peut se comprendre comme un écho des idées physiocratiques à la fin du xviiie siècle200 mais aussi par l'acception positive du terme « jardin » pendant l'ensemble de la période. De même, ces descriptions abusent du terme bocage. La perception est probablement marquée par la présence peu commune, hors de l'hortus, de haies dans les campagnes parisiennes, d'autant plus que les bocages dont parle l'abbé Lebeuf sont à la lisière du céréalier Pays de France. Mais ce peut être aussi une influence des débats sur les progrès de l'agriculture dans la seconde moitié du xviiie siècle201, l'acception positive du terme « jardin » s'enrichissant du regard bienveillant des économistes envers les enclosures. En tout cas, quand René-Louis de Girardin se met à rêver qu'« un simple chemin à travers les haies et les ombrages des enclos pourrait conduire successivement à jouir d'une manière intéressante et variée tantôt des différents aspects du paysage, tantôt du spectacle toujours animé de la culture des champs202 », ce paysage pourrait être celui de la vallée de Montmorency ou des coteaux d'Orgeval/Chambourcy tout en étant celui d'un physiocrate disciple de Jean-Jacques Rousseau203.

  • 204 Isabelle Richefort, art. cit., 1995, p. 3-27.

97Débats esthétiques, politiques et philosophiques modèlent le regard posé par les élites sur un paysage arboré et le font évoluer204. Au contraire, la perception plus symbolique et affective de l'arbre semble avoir été constante durant les deux derniers siècles de l'Ancien Régime ; de surcroît elle concerne l'ensemble de la population.

Une perception symbolique et affective du paysage arboré

  • 205 Dupain de Montesson, La science de l’arpenteur…, 1776, 4e éd. 1813, p. 114.
  • 206 « Les sapins se représentent hauts, la tête longue et étroite […] On ne fait pas les arbres fruiti (...)

98En l'absence de légende, la représentation cartographique de l'arbre fruitier doit être tout de suite intelligible : « un plan est composé de signes qui parlent aux yeux, et qui s'explique d'eux-mêmes, sans nul discours205 ». Le choix du figuré est donc particulièrement porteur de sens pour étudier la perception de l'arbre par les regards contemporains. Si les traités théoriques poussent le raffinement du « spectacle cartographique » jusqu'à différencier les sapins, les chênes, les ormes et les arbres fruitiers206, concrètement, quand ils représentent les arbres, les cartographes ne font pas de distinction entre les différentes espèces. Seul le recoupement avec des actes manuscrits - bail, vente de fruits, rapport d'expertise, liste détaillée des parcelles dans un terrier... — permet de distinguer les ormes, les chênes, les saules ou les châtaigniers, des cerisiers, des pommiers et des poiriers. Quant aux variétés fruitières, seules des informations manuscrites permettent de les repérer dans les plans de jardins et de potagers-fruitiers.

  • 207 AD 95, E/28, in f°, 201 FF., 46 cartes, 1752.
  • 208 Par exemple le plan de la maison des champs et des jardins de madame Loyseau à Saint-Brice dressé (...)
  • 209 Dupain de Montesson, op. cit., 1776, éd. utilisée 1813, p. 116-117 et 156.

99La représentation de l'arbre fruitier dans les documents figurés, tels que les cartes et les plans, semble toujours être celle de sa période de maturité productive. Dans les plans dits d'intendance, levés dans le cadre du cadastre de Bertier de Sauvigny à la fin du xviiie siècle, l'arbre fruitier, en plein vent, le long des voiries ou dans le clos, est représenté non seulement à un stade adulte mais aussi avec du feuillage vert, soit pendant le printemps ou l'été, alors que des couleurs en à-plat sont utilisées pour la forêt et les terres parfois qualifiées de nues dans les baux. Un constat identique peut être fait pour les cartes des triages dans le terrier de la baronnie de Maffliers207. Quant aux plans de clos et de jardins, même dressés à la seule encre noire, ils notent le feuillage autour d'arbres adultes208. Les cartes parisiennes dessinent l'arbre selon le modèle présenté par Dupain de Montesson dans le Spectacle de la campagne. Ils sont représentés en élévation selon une échelle qui leur est propre. À l'aide d'une plume trempée dans de l'encre de Chine, on délimite les contours de la tête de l'arbre, « la feuillée », et on dresse un tronc bien droit. Ensuite, avec un pinceau, de l'encre pâle est déposée à la droite du pied de chaque arbre afin de porter l'ombre produite sur le terrain — dans les plans et cartes de l'époque moderne la lumière vient de la gauche et ce quelle que soit la position des points cardinaux — puis leurs têtes sont emplies avec du « vert gai » pour rappeler le feuillage, « et au cas que ces arbres ayent une certaine grandeur, on met différens verts dans leur feuillée, et un peu de jaune pâle dans les parties les plus exposées à la lumière209 ».

100Ce souci de représenter l'arbre dans sa période productive, outre de renvoyer à l'arbre culture permanente, et à un indéniable souci esthétique, se comprend aussi par la portée symbolique d'un plan qui est, pour le propriétaire d'un clos, l'équivalent de la carte miroir du prince ou du plan terrier pour un seigneur ; il doit mettre en valeur si ce n'est la puissance, au moins l'idée d'abondance, de production. Il est remarquable que les cartes consultées ne représentent jamais l'arbre dans le repos dépouillé de l'hiver.

  • 210 Baillet-en-France, dépt 95, arr. Montmorency, cant. Viarmes.
  • 211 16/06/1743, AD 95, B95/271.
  • 212 Extrait d’une lettre patente du roi sur un décret de l’Assemblée Nationale retranscrit le 15/08/17 (...)

101Symboliquement, l'arboriculture fruitière, en tant que culture permanente pouvant revêtir un fort prestige social, inscrit dans le paysage un pouvoir et une réussite sociale parfaitement perçus par l'ensemble de la communauté villageoise au sens large : quand le seigneur de Baillet-en-France210 fait proclamer que « les fruits qui sont à récolter cette présente année sur tout les arbres de voiries, avenues et enceintes des terres de la seigneurie211 » sont à vendre, le vocabulaire employé transforme les arbres fruitiers de simples végétaux plantés au bord d'un chemin ou autour d'une pièce de terre, en manifestation d'une souveraineté non seulement inscrite dans le paysage mais qui en plus le domine. L'alignement d'arbres formant ces « avenues fruitières », seigneuriales ou royales, trace de belles perspectives et offre au regard une allure de régularité qui sont autant de manifestations d'un ordre social triomphateur. D'ailleurs, les premières décisions révolutionnaires ne s'y trompent pas quand, arguant de la suppression du régime féodal et de la justice seigneuriale, elles interdisent tous droits de propriété ou de voiries sur les chemins publics abolissant « le droit de planter des arbres [...] sur les lieux publics, rues et places des villages, bourgs et villes où il était attribué que ci-devant seigneur par les coutumes, statuts et usages212 ».

102Les affaires de justice et les attitudes des autorités locales — le seigneur et la communauté d'habitants — concernant le mur d'un clos ou l'allée plantée d'arbres révèlent cette perception du paysage dans le contexte socioculturel des xviie et xviiie siècles où le gentilhomme se doit de jardiner et où le pouvoir royal lie la route à l'arbre. Ainsi les liasses de la série B de la vallée de Montmorency conservent pour l'ensemble de la période de petits dossiers provenant souvent de propriétaires nobles et de bourgeois en voie d'anoblissement par les offices de justice, désirant agrandir les jardins de leur maison des champs. Ces petits dossiers sont constitués de plusieurs documents : une demande d'autorisation pour clôturer une pièce de terre, la décision du bailli et de la communauté d'habitants quand un droit d'usage, comme une ruelle immémoriale, est concerné, un procès-verbal d'alignement signé par un voyer-arpenteur et parfois un plan pour parachever le dossier.

103Cet ensemble de documents est précieux pour analyser la perception du jardin potager-fruitier des maisons des champs. Premièrement, il confirme l'attrait des élites, de la noblesse au « demi-bourgeois, demi-manant » de La Fontaine, pour la possession de jardins. Deuxièmement, la démarche suivie pour clôturer son jardin montre que le mur est une interface entre la sphère privée et la sphère publique, et est vécu ainsi. Troisièmement, le mur du clos d'un bourgeois est une double affirmation d'une réussite sociale qui se donne à voir par la présence matérielle et quotidienne du mur mais aussi par l'autorisation de clôturer et d'agrandir son jardin donnée par une autorité publique. D'ailleurs, la possession d'un plan, fait par un voyer-arpenteur, renforce symboliquement cette confirmation publique.

  • 213 Plainte de Pierre Louvet du 11 et 20 août 1696, AD 95, B95/1189.

104Les villageois ont parfaitement conscience de la signification de ce mur. Ainsi, quand en 1696 des habitants d'Enghien interviennent pour qu'un bourgeois de Paris ne fasse pas construire un mur autour de son jardin sous prétexte que « le mur leur bornera leur veue213 », la perception est bien physique mais elle est aussi liée au fait qu'il s'agisse du mur d'un bourgeois parisien marquant ainsi sa propriété ou plutôt une perte d'héritages pour la communauté. Les arbres fruitiers plantés en lisière d'un héritage peuvent revêtir la même signification. Des Condé, faisant planter des avenues fruitières dans leur duché, au simple bourgeois délimitant par des pommiers une pièce de terre, l'arbre en tant que culture permanente est utilisé pour inscrire dans le paysage une possession, une présence sociale et un ordre voulu. Sur les vingt-huit baux conservés dans le notariat de Saint-Brice imposant, entre 1718 et 1750, la plantation d'une ceinture d'arbres fruitiers ou d'arbres pour compléter une bordure, dix-neuf sont passés par des bourgeois parisiens et trois autres par le prêtre et la fabrique.

  • 214 Caubert, « Rapport sur les cultures de Cerisiers de la vallée de Montmorency », Mémoires de la soc (...)
  • 215 Frédéric Deloffre, éd., Agréables conférences de deux paysans de Saint-Ouen et de Montmorency sur (...)

105Localement, l'arbre fruitier ou forestier a pu jouer, pour une communauté, le rôle d'un « lieu de mémoire ». Au début du xixe siècle, une commission de la société d'horticulture du département de la Seine-et-Oise se rend dans la vallée de Montmorency pour y répertorier « les précieuses variétés de cerisiers, [...] ces arbres séculaires [...] qui avaient leurs noms [ ?], qui servaient de point de rendez-vous, et de limites aux habitants214 ». Dans la deuxième « conférence de deux paysans de Saint-Ouen et de Montmorency sur les affaires du temps », Janin revient de Paris après huit jours d'absence et « dans un moment tout le village s'assemble sous l'orme215 » ; l'arbre symbolise ici la communauté villageoise. « Lieu de mémoire », l'arbre est matériellement présent par son tronc, ses branches et son feuillage ; fonctionnellement, il sert de borne dans un paysage et, symboliquement, il marque une appartenance. D'ailleurs les villageois ne s'y trompent pas : en sciant à la base des arbres et en laissant les troncs gisants sur place, ce n'est pas le vol de bois qui les intéresse ici mais bien la destruction d'un ordre et l'affirmation d'un sentiment de spoliation et de mécontentement.

  • 216 « Sous l’effet de la pluie qui dégoutte sur ses feuilles […] un composé actif, la juglone, se répa (...)

106En effet, pour protéger les racines, les paysans ne peuvent utiliser la charrue qu'au-delà de trois pieds des arbres. De plus, le développement des racines et l'ombrage créé par les arbres compromettent les rendements des cultures pratiquées à proximité des bordures, surtout s'il s'agit de noyers216. Ces inconvénients sont d'autant plus mal supportés que le paysan ne possède pas ces arbres, voire ne peut même pas profiter de leur production car les arbres des voiries ne sont pas loués avec les terres mais dans des baux à part. Ainsi ces arbres, quotidiennement visibles, peuvent focaliser des rancœurs et des envies exprimées dans le cinquième article du cahier de doléances de Saint-Brice :

  • 217 Article 5 du cahier de doléances de Saint-Brice, cité par Madeleine Héry, op. cit., 1987, p. 47.

« il est prouvé que les plantations sur les bordures des chemins de travers, grands chemins et grandes routes nuisent à la propriété ; en conséquence, il est tout juste d'ordonner que les arbres appartiendront au propriétaire qui sera tenu de rembourser à celui qui les aura plantés, le prix que chaque arbre aura coûté au moment de la plantation217 ».

107La plantation d'une haie en Île-de-France est aussi la matérialisation d'une possession, d'un espace individualisé qui prolonge les jardins. C'est d'ailleurs ce terme qu'utilise la population locale pour parler des prés-vergers entourés de haies car « jardin » a une acception affective liée à l'appropriation et à l'individualisation de l'espace ; c'est avant tout la clôture qui caractérise ces parcelles. Cependant les « haies limites » marquant une propriété servent aussi de « haies obstacles », notamment pour se protéger de la chasse, des capitaineries tant haïes et des bêtes sauvages.

  • 218 Claude Scribe, Le poirier, 1999, p. 31-33.
  • 219 Atlas de l’arboriculture fruitière, vol. IV article noyer.
  • 220 Étude réalisée à partir de 73 procès-verbaux de finage de l’actuel Val-d’Oise. Le chiffre entre pa (...)

108Toutes ces perceptions et utilisations symboliques de l'arbre fruitier ont un point commun : elles naissent d'une culture permanente qui s'inscrit fortement dans le paysage pour, au moins, plusieurs décennies. L'arbre fruitier borne physiquement et symboliquement le paysage, sa perception ne peut donc qu'être plurielle. Ainsi le noyer et le poirier de haute-tige, profitant d'une longévité pluriséculaire, d'un important développement ligneux, et d'une ancienneté sur les terroirs s'offrent comme borne entre deux héritages ou pied cormier dans une haie vive. Ces points de repère sont parfois pérennisés dans les lieux-dits : lieu-dit du Poirier rouge et du Poirier de Belle Ozanne à Maffliers ; il est vrai qu'un poirier commun de plein vent peut atteindre 15 mètres de hauteur et vivre trois siècles218, et la longévité d'un noyer dépasse très facilement le siècle, pouvant même parfois atteindre 400 à 500 ans219. L'étude des noms des cantons inscrits dans les procès-verbaux d'arpentage du cadastre Bertier de Sauvigny220 confirme ce rôle de borne que pouvaient jouer les noyers (20), les poiriers (10) et anciennement les cornouillers (5). De même l'utilisation des termes clos (23), haies (14) et jardins (13) dans l'appellation de ces cantons, renvoie aussi à une réalité paysagère suffisamment forte et visible pour caractériser une appartenance.

  • 221 Requête du 29/09/1785, AD 95, B95/1281.

109L'arbre fruitier s'enracine dans le paysage pour des décennies et marque à la vue de tous l'existence du pouvoir du seigneur, parfois celui de la communauté, mais aussi la propriété d'un simple individu. Les clauses protégeant les arbres fruitiers des tailles trop importantes se comprennent en partie par la peur de vol de bois et d'une diminution de la valeur économique de la pièce de terre, mais aussi pour éviter de porter atteinte aux intérêts symboliques du propriétaire : les experts ne regardent-ils pas si les arbres ont été « déshonorés221 », mot à très forte connotation, à l'époque moderne, s'il en est.

  • 222 « Précision des mesures et cohérence de la représentation sont les deux pôles que vont retenir l’a (...)
  • 223 Gilles Sauter, « Le paysage comme connivence », Hérodote, 1979, 16, p. 41-67 ; Lucia Nuti, « Le la (...)
  • 224 Le cadastre par masse de culture du Consulat utilise des étoiles vertes pour indiquer les vergers (...)

110Fortement enraciné dans le paysage, structurant un espace et marquant un ordonnancement du monde tant pour le seigneur que pour les paysans, l'arbre « naturellement » en élévation fait de la résistance dans les cartes levées en plan. Dans l'histoire de la cartographie, le xviiie siècle représente une époque charnière entre deux regards : un regard horizontal qui triomphera dans les cartes d'état major du xixe siècle222, et un autre vertical qui dessine une vue. Aux xviie et xviiie siècles, ces deux regards coexistent sur les cartes, mais le second tend progressivement à s'effacer pour se fondre dans le plan223 à l'exception des arbres qui, même si le choix d'un figuré unique pour toutes les espèces témoigne d'une progression vers l'abstraction, continuent à se dresser fièrement comme autant de sentinelles garantes du paysage. Prenons les plans d'intendance, dernière grande réalisation cartographique de l'Ancien Régime pour les campagnes parisiennes : alors que les bâtiments des villages et des maisons des champs y sont représentés en plan, les arbres le sont en élévation. Il faut attendre le cadastre par masse de culture du Consulat pour que l'arbre fruitier soit enfin représenté par un figuré abstrait et en plan224. Le dernier lien affectif et sensible avec le paysage face à la rationalisation progressive du plan semble bien résider dans l'arbre. C'est lui qui fait de la carte un paysage ; en reconnaissant le figuré réaliste de l'arbre, le regard transforme une carte qui aurait pu n'être qu'une abstraction en une réalité paysagère sensible. Si l'arbre permet cette médiation cela ne tient-il pas avant tout au rapport sensible que l'homme entretient avec lui ? Bien sûr cette représentation figurée doit permettre de rendre esthétique l'œuvre du cartographe mais elle témoigne surtout d'une des principales spécificités de l'arbre dans la société, celle d'une empreinte pérenne de l'homme mortel.

Une perception technique des arbres fruitiers

  • 225 Le figuré utilisé dans les cartes parisiennes se retrouve sur les cartes de l’Ouest de la France é (...)
  • 226 08/06/1693, AD 95, B95/1182.

111Le choix d'un figuré, remarquable par son uniformité régionale dans une société qui multiplie à plaisir la diversité225, et la vision qu'il offre de l'arbre se retrouvent dans les documents écrits tels que les baux ou les rapports d'expertise. On n'y indique pas ce qui est normal, ce qui va de soi (un arbre produit des fruits), mais on notera la jeunesse d'un arbre greffé pour la perspective des futures récoltes, pour un avenir valorisé, et surtout on insistera sur la dégénérescence des arbres « qui sont de nul raport et ne sont propre qua arracher226 », et sur l'arbre pas encore greffé. Ainsi le regard posé sur les arbres fruitiers peut se faire prospectif et réunir dans la même perception, le maître et le jardinier, le bailleur et le preneur, mais dans une perception plus symbolique dans un cas, plus technique dans l'autre.

112En effet la perception du paysage est aussi celle d'un regard technique révélé par les nombreux rapports d'experts évaluant une récolte à venir, l'âge d'un arbre et sa durée de vie productive. Suite à un vol d'arbres fruitiers, un bourgeois parisien adresse une requête au bailli du duché-pairie d'Enghien pour

  • 227 Requête du 30/12/1709, AD 95, B95/1290.

« lui permettre de faire visiter lesdites deux pièces de pommeraye par telle personne qu'il vous plaira nommer d'office qui rapportera l'état des choses et fera mention de la quantité d'arbres arrachés dans lesdites pièces, remarquera aussy la qualité des arbres qui y reste, et visitera ensuite celuy [un pommier] qui se trouve planté dans la pièce des bruslé [...] dont il rapportera pareillement l'état et qualité pour savoir si ce n 'est pas la même espèce, écorce, aage et qualité de ceux qui restent dans les héritages du supliant227 ».

113L'œil exercé des experts nommés est celui de vignerons et de jardiniers, de marchands-fruitiers et de « marchands-pépiniers », et parfois du voyer-arpenteur puisque la route et l'arbre sont liés.

  • 228 Rapport du 21/01/1735, AD 95, B95/835.
  • 229 Rapport du 06/04/1691, AD 95, B95/1178.
  • 230 Rapport du 23/03/1780, AD 95, B95/1276.

114Ainsi un villageois note que la souche d'un orme récemment abattu « a seize pouces de diamettre et de circonférence et soixante quatre pouces de tour ou circonférence qu'il croit par l'inspection de lad. souche que led. arbre orme pouvait avoir trente cinq ans ou environ, que led. arbre par la souche luy a paru estre très vif, et en estat de pouvoir subsister encore quinze années228 », tel autre a « reconnu et veu que dans les herittages qu'il y a douze jeunes arbres poiriers et pommiers agés de six ans et greffés sur pied il y a deux années229 » ou « six bons pruniers greffés de six ans et treize autres greffés de l'année et repris230 ».

115Pour noter la jeunesse d'un arbre, les experts le qualifient de « moderne », « jeune », « petit », « moyen ». Le vocabulaire n'est guère plus développé pour évoquer la maturité végétative de l'arbre : éventuellement les termes « fort », « gros » et « bon », voire « vertueux ». Au contraire, les formules concernant des arbres fruitiers qui produisent peu ou plus de fruits sont beaucoup plus variées : « mauvais », « méchant », « rabougri », « ancien », « vieux », « peu de valeur », « de nul rapport », « ne vaut aucune chose », « propre qu'à arracher ». Tout comme dans les baux, le regard de l'expert est surtout sensible aux récoltes à venir ; il s'intéresse donc à l'âge, à la vigueur et à la fructification de l'arbre.

  • 231 24/11/1718, AD 95, 2E7/530.

116L'inventaire après décès de la veuve du seigneur de Blémur contient l'estimation des terres possédées. Dans les bois taillis, des pommiers sont recensés dont une partie est qualifiée de « pommiers rabougris231 ». La définition qu'en donne l'abbé Schabol est symptomatique de la vision du vieil arbre que les baux demandent d'arracher.

  • 232 Schabol, Dictionnaire…, 1767, article « rabougri ».

« Rabougri, terme populaire. Il se dit des arbres, de toute plante et des fruits. Ratatiné et racorni sont la même chose. C'est en fait d'arbres, celui qui ne fait que rechigner, dont les pousses sont maigres, qui ne donne que des fruits mesquins, dont l'écorce est toute raboteuse, qui, au lieu de profiter, semble décroître, un arbre en un mot hideux, vilain à voir232 ».

117« L'arbre en un mot hideux, vilain » à voir est un arbre tordu, recouvert de mousse et de parasites comme le buis et qui ne fructifie plus ou pas assez, c'est cet arbre qui « n'est propre qu'à arracher ». À l'inverse, le bel arbre est celui qui a un tronc bien droit et de belles branches charpentières, qui a été nettoyé de son bois mort et émoussé comme l'indiquent les clauses techniques des baux, et qui donne, ou va donner, une bonne récolte ; soit exactement le portrait de l'arbre peint sur les cartes avec son tronc tracé à l'encre noire et son feuillage vert recouvrant une harmonieuse charpente :

  • 233 Dupain de Montesson, op. cit., 1750, p. 135.

« quoique la plupart des arbres que l'on voit ne soient pas bien à plomb sur la terre, il faut les y mettre sur le dessein, afin qu 'ils ne choquent pas le coup d'œil, et avoir grande attention à ce que la tige se trouve directement sur le milieu de la tête233 ».

  • 234 Dominique Michel, op. cit., 1999, p. 141-142.

118En un mot répond à l'arbre hideux, l'arbre qui respire la « propreté », tout comme l'ordonnancement du potager, des bâtiments ou des arts de la table234, c'est-à-dire la régularité, l'harmonie, la netteté et l'élégance. D'ailleurs, pour l'entretien des arbres fruitiers, c'est bien le verbe « nettoyer » qui est le plus souvent utilisé dans les baux. L'arbre difforme n'est beau que dans les paysages d'Hubert Robert !

Une perception avant tout physique

  • 235 La Châtaigneraye, op. cit., 1692, p. 218.

119Symbolique et technique, la perception d'un paysage, dans sa quotidienneté, est aussi, et avant tout, physique, mais c'est aussi la plus difficile à appréhender. Il faudrait pouvoir prendre en considération les épines acérées d'une haie, la hauteur d'un mur, l'ombre des arbres voire l'odeur des fruits que l'abbé de La Châtaigneraye note justement comme un indice de maturité235.

  • 236 J. P. Aron, P. Dumont, E. Le Roy Ladurie, Anthropologie du conscrit français d’après les comptes n (...)

120La hauteur d'un mur ne prend véritablement son sens physique que mise en rapport avec la taille moyenne des villageois. Malheureusement, celle-ci ne nous est pas connue pour l'époque moderne, mais les conseils de révision de la Restauration fournissent un ordre de grandeur : la taille moyenne des jeunes hommes est inférieure à 1,60 m236. Ce point est d'importance pour apprécier la perception humaine de la hauteur d'un mur. Les deux à trois mètres de haut, cette mesure froide et atemporelle, n'intéresse que l'histoire des techniques. Beaucoup plus évocateur, dans une optique culturelle, me semble le rapport entre la taille d'un individu et celle du mur : la clôture que le villageois contemporain a face à soi, le dépasse d'une cinquantaine de centimètres voire lui oppose un obstacle deux fois plus haut que lui.

121Dans La guide des chemins de France, Charles Estienne donne une étymologie fantaisiste de la Brie qui met en valeur une autre perception physique du paysage arboré :

  • 237 Estienne, La guide des chemins de France, 1553, p. 39.

« ainsi nommée pour ce que oultre la fertilité, ce pays est si plaisant et commode, que par tout te(m)ps des pluyes et chaleurs, l'on se peult mettre à l'abry, à cause de la multitude des arbres fruictiers qu'il contient237 ».

  • 238 Watelet, op. cit., 1774, p. 144.
  • 239 Accord du 24/01/1776, AD 95, 2E7/539.

122Deux siècles plus tard, Claude-Henri Watelet, dans sa description du site de Bezons, insiste sur la présence agréable des ombrages et sur la fraîcheur qui en résulte238. Au contraire, l'ombre peut être dommageable pour les cultures et la plantation d'arbres de haute-tige, dans la zone des jardins à proximité des habitations, associée à cette future nuisance. Ainsi le chirurgien Jean-Louis Gaule et le vigneron Jacques Testart concluent l'accord suivant pour leurs jardins potagers mitoyens au village de Groslay : « de ne planter dans lesd. jardins aucuns arbres à fruit à haute tige mais seulement nains et à demy tige239 ». De même, suite à une plainte de Nicolas Betmon, marchand à Saint-Brice, contre les héritiers de la succession Beaurain, des experts se rendent

  • 240 Rapport du 06/03/1696, AD 95, B95/1188.

« sur quatre perches de vignes au t(erroi)r de Saint-Brice, lieud. le clos Beranger [...] où estant [ils ont] reconnu [qu']il y a plusieurs arbres pommiers, [et] que un desd. pommiers est planté à deux pieds de l'herit-tage dudit Bettemon ce quy cause que les branches dudit arbres pende(nt) entièrement sur l'herittage dudit Bettemont auq(ue)l herittage ledit arbre fait un grand dommage240 ».

123La représentation cartographique de l'arbre à l'époque moderne reprend cette perception physique en n'oubliant pas de reporter au pied de chaque arbre dessiné son ombre sur le sol ; elle n'a pas comme unique objectif de souligner l'élévation de l'arbre, elle contribue aussi à rendre sensible le paysage. La recherche de la vraisemblance par le cartographe révèle explicitement une perception physique de l'arbre fruitier que taisent les sources manuscrites classiques : l'arbre fruitier c'est le tronc, le feuillage et les récoltes mais aussi l'ombre.

  • 241 Rapport du 13/06/1757, AD 95, B95/1362.
  • 242 Rapport du 22/06/1775, AD 95, B95/1362.
  • 243 Rapport du 29/06/1777, AD 95, B95/1362.
  • 244 Rapport du 09/09/1761, AD 95, B95/1362.
  • 245 Le règlement de police du Thillay, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Gonesse, défend à « tous homm (...)
  • 246 Affaire du 08/06/1694, AD 95, B95/1184.

124Lors de la période de maturité des fruits, la perception physique du paysage arboré recouvre la tentation/plaisir du fruit cueilli et directement consommé. Tel rapport d'un garde-messier de Villetaneuse verbalise un inconnu qui mange des guignes sur des arbres qui ne lui appartiennent pas241, tel autre de Sannois, « a trouvé sur un arbre serizier [...] quatre compagnons tant couvreurs que massons qui mangeoient des cerizes242 ». Ce chapardage de fruits est donc loin de n'être que le fait des enfants, mais on ne saurait être surpris de les retrouver grimpant aux arbres pour manger des cerises243 ou escaladant le mur d'un clos bourgeois pour y dérober des pêches244. Ces vols se caractérisent par l'absence de matériel — ni échelle, ni panier — mais on consomme directement le fruit, on en met quelques-uns dans ses poches, dans son tablier relevé ou dans sa chemise. L'arboriculture fruitière crée un vol spécifique qui est sans doute plus un vol impulsif, un « grappillage » plaisir, contrairement à un vol de gerbes de céréales ou de fruits en vue d'être vendus. Ce larcin n'est pas un vol de subsistance mais un vol que l'on pourrait, sans provocation, qualifier de « jouissif » ; la vie rurale n'est pas faite que de labeurs et de calamités, elle connaît aussi des instants de petits plaisirs auxquels peut participer l'arboriculture ; l'histoire de ces petits plaisirs quotidiens, de la chopine de ratafia bue au cabaret, à la poignée de cerises mangées, en passant par le chahut dans les vignes245, reste à écrire. Certes, ces instants sont difficilement perceptibles dans nos sources, contrairement aux crises, mais cette journée où ce jeune homme a cueilli des cerises — il a en probablement mangé aussi — puis s'est ensuite baigné dans l'étang d'Enghien illustre clairement une perception sensible du paysage246 : tout simplement un plaisir simple qui sans la découverte du vol ne serait jamais parvenu jusqu'à nous. Pourtant la perception physique de ces paysages arborés a dû bien souvent passer par la tentation du fruit mûr qui peut aussi recouvrir une perception olfactive pour certaines espèces et variétés fruitières telle l'odeur des prunes mûres ; là encore nos sources sont muettes mais le bon sens peut aussi, il me semble, être un argument.

125L'arboriculture fruitière, comme toutes les occupations humaines du sol, façonne un paysage, lui donne un visage, une texture particulière. Lorsque l'arbre quitte la zone privilégiée des jardins pour se répandre dans différents terroirs d'un finage, il convient de souligner la diversité des espaces qui l'accueillent, de la vigne au pré, des ceintures autour des emblavures aux voiries fruitières ; cette diversité est reprise par les différentes conduites réservées aux arbres fruitiers, là, un espalier le long d'un mur, ici, un arbre de haute-tige dans un pré de fauche, ailleurs, un arbre nain dans un jardin... Ainsi le développement de l'arboriculture crée une idée d'abondance, de richesse, de diversité soit un paysage de jardin selon l'acception classique du terme.

126La taille de l'arbre fruitier, sa conduite, tout comme la densité de plantation ou les associations de cultures dans lesquelles il s'inscrit, répondent à une vision du monde. Dans les potagers-fruitiers des maisons des champs, on bâtit un paysage complètement anthropomorphisé — dont on retrouve le vocabulaire dans les traités horticoles contemporains et dans les baux —, on domestique la nature, on la dresse à l'image des espaliers pour marquer un ordonnancement du monde. Dans la forte densité de plantation des jardins paysans tout comme dans les associations de cultures, c'est une rationalité de pays de cocagne que l'on veut inscrire dans les paysages comme pour exorciser les années de vaches maigres.

127L'arbre fruitier structure le paysage et le rend lisible tout en le transformant ; il sert de borne et marque une possession, il s'associe intimement à la zone des jardins et affirme même une souveraineté par les avenues fruitières seigneuriales. Dans la lecture du paysage, en tant que culture permanente à forte visibilité, il peut prétendre jouer un rôle symbolique qui risque fort d'être un enjeu au sein de la communauté villageoise et dans les relations entre cette dernière et les propriétaires privilégiés.

Notes

1 Claude-Henri Watelet décrit le site dans lequel s’inscrit sa propriété de Moulin-Joli à Bezons. Le fleuve dont il est question ici est la Seine, et le nord, l’extrémité méridionale de la vallée de Montmorency. Bezons, dépt. 95, arr. Argenteuil, ch. l. cant.

2 La Châtaigneraye, op. cit., 1692, p. 4.

3 Jean-Robert Pitte, Histoire du paysage français, 1983, rééd. 1989, t. 1, p. 18.

4 Pour une synthèse récente sur les regards portés sur le paysage par les géographes et les historiens, du début du xxe siècle à nos jours, voir Annie Antoine, op. cit., 2002, p. 17-70.

5 Marc Bloch, « Les plans parcellaires », La terre et le paysan. Agriculture et vie rurale aux 17e et 18e siècles, 1999, p. 5-70. Ce recueil reprend les principaux articles que Marc Bloch a consacré aux plans parcellaires depuis son article novateur de 1929 dans les Annales d’histoire économique et sociale.

6 Marc Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, 1931, rééd. 1999, p. 71-108 et 270-305.

7 Voir les travaux de Georges Bertrand.

8 Annie Antoine consacre de nombreuses pages à l’utilisation des cartes du xviiie siècle pour connaître le paysage bocager de l’Ouest, op. cit., 2000, p. 112-289.

9 Bernard Quilliet, Le paysage retrouvé, 1991.

10 Préface des Caractères originaux…par Pierre Toubert pour l’éd. de 1988, rééd. 1998.

11 Annie Antoine, « Archéologie du paysage et histoire culturelle de l’Ouest », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, tome 103, année 1996, n° 2, p. 7-25.

12 C’est surtout le regard des élites, qu’il soit esthétique, physiocratique ou hygiéniste, qui a été étudié dans les travaux sur l’histoire des paysages ; voir par exemple Marie-Claire Robic, Du milieu à l’environnement, Pratiques et représentations du rapport homme/nature depuis la Renaissance, 1992.

13 C’est la plus petite hauteur précisée, mais certains inventaires se contentent de « petite échelle » ou « de x échelles de différentes grandeurs ».

14 Inventaire après décès, 10/02/1725, AD 95, B95/834 ; ce marchand-fruitier possédait une seconde échelle de 24 pieds de haut et deux autres qualifiées de petites.

15 Thierry Delahaye et Pascal Vin, Le jardin fruitier, 1994, p. 98, 130 et 134.

16 La nouvelle maison rustique, éd. de 1749, t. 2, p. 177.

17 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 45 ; Liger, op. cit., 1700, t. 2, p. 73.

18 Ibid., t. 2, p. 73.

19 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 45.

20 « en le plantant on lui laisse neuf pouces hors de terre, en sorte que ses branches sortent des trois pouces d’en-haut, et que les six autres soient pour la tige », ibid., p. 183 ; « buisson sur coignassiers, ou sur paradis, elle doit être d’un pied », Laurent, op. cit., 1675, p. 45.

21 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, p. 67.

22 La nouvelle maison rustique, éd. de 1749, t. 2, p. 183.

23 Laurent, op. cit., 1675, p. 43.

24 La Bretonnerie, op. cit., 1784, p. 411.

25 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 45.

26 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, p. 111.

27 Jean-Yves Dufour, « Essai d’archéologie horticole en banlieue parisienne », Histoire et Sociétés Rurales, 1er semestre 1997, p. 24-28.

28 Dahuron, op. cit., 1696, p. 12.

29 La Bretonnerie, op. cit., 1783, t. 1, p. 140.

30 Liger, op. cit., 1700, t. 2, p. 141, 143-144, 146, 148, 150 et 152.

31 Introduction de J. P. Pictet-Mallet à sa traduction de William Forsyth, op. cit., 1803, p. VII.

32 La Bretonnerie, op. cit., 1783, t. 1, p. 148.

33 Combles calcule le prix de revient du treillage d’un mur de 100 toises de longueur sur 9 pieds de haut à 25 pistoles, Traité de la culture des pêchers, 1745, éd. de 1770, p. 50.

34 Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1844, rééd. 1999, p. 154.

35 COMBLES, op. cit., 1745 ; SCHABOL, art. cit., 1755 ; manuscrit anonyme sur le pêcher, AN, F10 258..

36 Le Gendre, op. cit., 1652, p. 180-181.

37 Jacques Bernet, éd., op. cit., 2000, p. 144.

38 À proximité de « la maison rustique », le jardin potager est clos d’une haie vive et la clôture « la plus plaisante et aggréable » d’un verger est aussi la haie vive, Estienne et Liebault, op. cit., éd. 1586, p. 87 et 188.

39 « Puis avec des bons oziers, seront fermement attachées aux paux [pieux], des perches ou lates droictes, qu’on disposera en quatre ou cinq rengées traversantes les paux, [un an après la greffe on taille avec la serpe] tout ce qui s’escartera dedans et dehors l’allée, afin de le contraindre à fournir la barrière selon l’ordonnance de l’espalier », Olivier de Serres, op. cit., 1600, rééd. 1996, p. 928-929.

40 « Plaisante est aussi telle ordonnance, par laquelle les arbres s’accommodent fort proprement en murailles et barrières, droictes, curves, en toutes figures, selon que diversement l’on les désire », ibid., p. 924, citation à rapprocher de « qui a veu, en ces pays de Rome, quelque muraille bien tapissée de Lauriers, de Grenadiers, de Troênes, et dont ne nous avisons point ? Qui empêcherait ainsi à nos hommes quand ils dressent les allées de leurs jardins, de les couvrir aussi bien de lierre que les Italiens ? Entendez celles [haies] qui sont des deux côtés, que les Italiens nomment spalières », Pierre Belon, Remonstrances…, 1558, p. 50.

41 Boyceau de la Baraudière, op. cit., 1638, p. 84.

42 Le Gendre, op. cit., 1652, préface non paginée.

43 Belon, op. cit., 1558, p. 50.

44 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 53.

45 Georges Gibault, Notice sur un tableau du musée du Louvre et l’origine des espaliers, Paris, 1905.

46 Jean-Yves Dufour, art. cit., 1997.

47 Gobelin, op. cit., 1661, p. 134.

48 Bonnefons, op. cit., 1651, six manières, p. 13-17 ; Le Gendre, op. cit., 1652, quatre manières, p. 178-184 ; Triquel, op. cit., 1653, trois manières, p. 82-84.

49 Contrat d’échange du 23/11/1654, AD 95, 53H4.

50 Saussay, op. cit., 1722, p. 49.

51 Schabol, op. cit., 1770, p. 155.

52 Ibid., 1770, p. 154-155.

53 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, p. 99.

54 Anet, dépt. 28, arr. Dreux, ch. l. c.

55 Saussay, op. cit., 1722, p. 50-51.

56 La nouvelle maison rustique, éd. de 1749, t. 2, p. 183.

57 Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1840, rééd. 1999, p. 122 et 162.

58 Butret, Taille raisonnée des arbres fruitiers…, an III, p. 63.

59 Des arbres fruitiers pyramidaux, vulgairement appelés quenouilles, an XI-1802.

60 La Bretonnerie confirme cette origine allemande en 1784 : « en pyramides ou en bornes, comme des ifs, […], tels que j’ai vu des poiriers de S. Germain chargés de fruits dans des encognures d’allées, et demi-lune du potager du château d’Eltorff, appartenant à Madame la comtesse de Spée, près de Dusseldorp ville du Palatinat, au bord du Rhin », op. cit., 1784, t. 1, p. 413.

61 « Il est [Voltaire], à ce que je crois, le premier en France qui ait fait donner une forme pyramidale ou conique aux poiriers, dans ses jardins », Calvel, op. cit., an XI-1802, p. 3.

62 Butret, op. cit., an III, p. 64.

63 L’appellation est encore floue pour ces auteurs, aujourd’hui on fait une distinction entre ces deux formes : un arbre en pyramide est moins haut qu’un arbre en quenouille (2 m au lieu de 4 m) et plus étalé du bas pour avoir la forme d’une pyramide et non d’un fuseau, Jean Tricart, op. cit., 1948, p. 38.

64 « tige de 32 centimètres (1 pied) » soit une hauteur similaire au tronc d’un espalier ou d’un buisson, Calvel, op. cit., an III, p. 49.

65 Ibid. p. 58.

66 Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1844, rééd. 1999, p. 124.

67 Butret, op. cit., an III, p. 63.

68 Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1844, rééd. 1999, p. 123.

69 Sonnini, Veillard et Chevalier définissent l’arbre fruitier en buisson comme en arbre fruitier en entonnoir, vase ou gobelet, op. cit., 1810, p. 35.

70 William Wheeler, op. cit., 1998, p. 52.

71 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, p. 420.

72 La nouvelle maison rustique, éd. de 1749, t. 2, p. 13.

73 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 14.

74 Calonne, op. cit., 1778, p. 155.

75 Butret, op. cit., an III, p. 52.

76 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, p. 423-425.

77 « ce chaperon n’a pas besoin d’être saillant de plus de 0 m 25 à 0 m 30 en avant de la surface du mur dans les espaliers ordinaires », Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1844, rééd. 1999, p. 152.

78 Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural, 1997.

79 Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1844, rééd. 1999, p. 152.

80 Gobelin, op. cit., 1661, p. 10-13.

81 La Bretonnerie, op. cit., 1784, p. 123.

82 Charles Butret, op. cit., an III, p. 47.

83 La nouvelle maison rustique, éd. 1749, t. 2, p. 186.

84 Marché du 29/09/1670, AD 95, 2E7/103.

85 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 126.

86 Gobelin, op. cit., 1661, p. 13

87 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, p. 821.

88 Jacques Delaplace, « La route du plâtre de Sannois à Argenteuil », Le Vieil Argenteuil, n° 34, 1996-1997, p. 31-46.

89 Villetaneuse, dépt. 93, arr. Bobigny, cant. Pierrefitte-sur-Seine.

90 Bail du 16/04/1673, AD 95, 2E7/521.

91 Bail du 17/08/1659, AD 95, 2E7/514.

92 « Pierre Surville plastrier demt. à Groslay doit à Jean Sollet machand demt. à Piscop cent livres pour vente de millier de fatrouillette à cuir plastre », reconnaissance du 29/05/1662, AD 95, 2E7/515.

93 Combles, op. cit., 1745, éd. de 1770, p. 40.

94 Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1844, rééd. 1999, p. 154.

95 29/12/1688, AD 95, 2E7/526 ; 17/11/1689, AD 95, B95/833 ; 30/12/1723, AD 95, 2E7/531.

96 Dans la haie d’un clos de 944 perches à Piscop, 193 arbres « tant ormes que frenes y compris environ vingt cinq arbres fruitiers », 16/01/1788, AD 95, 2E7/543 ; « sera permis audit sieur bailleur de retirer de dedans la haye les arbres non à fruit qui s’y trouveront » 27/12/1769, AD 95, 2E7/537.

97 Bail du 01/12/1772, AD 95, 2E7/538.

98 Bail du 18/10/1773, AD 95, 2E7/538.

99 « un petit jardin […] entouré en partye de haye vive dans laquelle il y a trois fresnes et deux pommiers », bail d’une maison à Chauvry, 11/10/1780, AD 95, 2E7/196 ; Chauvry, dépt. 95, arr.
Pontoise, cant. Taverny.

100 « en laquelle haye luy a trois pruniers et un poirier avecq trois ou quatre souches visves de plusieur sorte de bois », rapport de visite d’un jardin à Domont, 26/04/1674, AD 95, B95/832.

101 Bail du 29/07/1743, AD 95, 2E7/533.

102 « trois seriziers estant en la haye » d’un jardin de soixante-quinze perches à Domont, bail du 26/09/1641, AD 95, 2E7/500.

103 Bail du 03/10/1782 concernant une maison et un jardin à Piscop, AD 95, 2E7/541.

104 Annie Antoine, Fiefs et villages…, 1994, p. 115-116.

105 29/12/1688, contrat entre François de Braque et Nicolas Betmont pour la plantation d’une haie autour d’une pièce de dix-sept arpents : « à la charge de ne mestre dans lad. haye […] despines noir ny de ronses », AD 95, 2E7/526.

106 Bail du 22/04/1769, AD 95, 2E7/537.

107 « employera les élagures à boucher les brèches des hayes, qu’il entretiendra d’ailleurs d’épine vive », bail du 31/03/1760, AD 95, 2E7/184.

108 Annie Antoine, op. cit., 2002, p. 161.

109 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 2, p. 364-372.

110 Bail du 21/07/1658, AD 95, 2E7/513.

111 Bail du 26/12/1658, AD 95, 2E7/513.

112 AD 95, 27/Fi/40.

113 Saint-Prix, dépt. 95, arr. Pontoise, cant. Saint-Leu-la-Forêt.

114 AD 95, 53H1, 13/02/1767.

115 Les pièces ne contenant qu’un seul arbre fruitier n’ont pas été prises en compte ainsi que les arbres fruitiers plantés en bordure d’héritages à l’intérieur desquels il n’y avait pas d’arbres fruitiers.

116 Bail du 25/01/1682, AD 95, 2E7/524.

117 Bail du 01/10/1642, AD 95, 2E7/500.

118 Bail du 07/11/1698, AD 95, 2E7/529.

119 Bail du 24/05/1698, AD 95, 2E7/529.

120 Bail du 09/12/1664, AD 95, 2E7/516.

121 Bail du 04/04/1747, AD 95, 2E7/534.

122 Bail du 22/03/1762, AD 95, 53H4/2.

123 Bail du 04/11/1685, AD 95, 2E7/525.

124 Bail du 13/12/1691, AD 95, 2E7/527.

125 Bail du 01/03/1710, AD 95, 2E7/143.

126 Bail du 29/07/1740, AD 95, 2E7/167.

127 Sur la totalité des actes de la pratique dépouillés « verger » n’a été rencontré qu’une fois, le 11/07/1735, AD 95, B95/835.

128 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 140.

129 Dupain de Montesson, op. cit., 1776, rééd. 1813, p. 158.

130 Bail du 27/11/1778, AD 95, 2E7/540.

131 Jean Tricart, op. cit., 1948, p. 73.

132 Liger, op. cit., 1700, t. 2, p. 179.

133 Mise aux enchères du 13/02/1716, AD 95, B95/834.

134 « […] une autre portion de jardin attenant la portion sy-dessus, une haye de groseilliers entre deux », bail du 30/10/1670, AD 95, 2E7/104.

135 Bail du 06/07/1670, AD 95, 2E7/103.

136 Bail du 30/10/1719, AD 95, 2E7/332.

137 Bail du 27/06/1694, AD 95, 2E7/528.

138 Bail du 30/09/1681, AD 95, 2E7/523.

139 Contrat de vente du 31/05/1663, AD 95, 2E7/516.

140 Déclaration du 8/11/1701, AD 95, 2E7/529.

141 L’article 6 de l’arrêt du 3 mai 1720 « qui ordonne l’élargissement des grands chemins, lesquels seront plantés d’arbres aux frais des propriétaires riverains » reprenant les dispositions de l’article trois du titre des chemins royaux de l’ordonnance de 1669, se fonde sur « la nécessité qu’il y a de repeupler le royaume d’ormes, hêtres, châtaigniers, arbres fruitiers et autres dont l’espèce est considérablement diminuée », André-Jean Bourde, op. cit., 1967, p. 1547-1548 ; Maurice Bordes, « Les routes des intendants », L’homme et la route, Flaran 2, 1980.

142 Guyot, op. cit., 1784, t. 1, p. 563.

143 En Flandre, Normandie et Anjou, certains seigneurs ont abusé de leur droit de voirie en obligeant les paysans à planter et en empiétant sur les champs, André-Jean Bourde, op. cit., 1967, p. 1548.

144 Arrêt du 17/04/1776, Guyot, op. cit., t. 1, p. 564.

145 Ibid., t. 2, p. 371.

146 Ibid., t. 2, p. 368-369.

147 Articles 1 et 3 de la loi du 28/02/1805, cités dans Code rural, contenant le code forestier de 1827, la loi sur la police rurale du 28 septembre 1791, et autres lois, ordonnances, décrets, arrêts, instructions ministérielles, relatifs à l’agriculture, 1827.

148 Sentence du 07/10/1788, AD 95, B95/1284.

149 Gautier, Traité de la construction des chemins, 1693, éd. utilisée 1750, p. 14 et 39-40.

150 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 183.

151 Mise aux enchères du 13/07/1695, AD 95, B95/1186.

152 Acte enregistré le 14/07/1696, AD 95, B95/1188.

153 Bail du 22/08/1701, AD 95, 2E7/529.

154 Proclamation du 31/05/1775, AD 95, B95/1271.

155 Baux des 11/06/1710, 12/06/1710, 12/06/1710, 12/06/1710, 19/06/1710, 25/06/1710, 12/07/1710 et 25/07/1710, AD 95, 2E7/143.

156 Bail du 12/07/1710, AD 95, 2E7/143.

157 Nicolas Petitbon à Roissy-en-France « reçu et installé […] pour le bon plaisir de monsieur le comte de Caraman seigneur de ce lieu dans l’état et office de garde messier des avenues tant fruittière que autre dans l’étendue de la seigneurie de ce lieu », acte de réception du 9/05/1748, AD 95, B95/2847.

158 Bouqueval, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Ecouen. Bail du 18/08/1701, AD 95, 2E7/529.

159 Louvres, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Gonesse. Le curé de Louvres-en-Parisis au nom du seigneur de Louvres loue pour 9 années au marchand-fruitier François Betmont de Saint-Brice « une advenue planté en harbres poiriers et seriziers size au terroir dud. Louvre qui conduit dud. Louvre à Fontenay », bail du 21/01/1692, AD 95, 2E7/527.

160 Roissy-en-France, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Gonesse. Le sergent de la prévôté de Roissyen-France vend à François Raimond, Louis Langlois et Pierre Cheron, tous marchands-fruitiers à Saint-Brice, « tous et ung chacun les serizes et noix qui sont présentement croissant pendant par les racines […] appartenant aux avenues size au terroir de Roissy […] et outre ont aussi céddé aud vendeur toutes les pommes et poires qui sont dans la voirie qui conduit de Roissy à Villeran », contrat du 26/06/1678, AD 95, 2E7/522.

161 Sarcelles, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Sarcelles.

162 Hugues Neveux, op. cit., 1958, p. 114.

163 Bail du 03/12/1771, AD 95, 2E7/538.

164 Mollet, op. cit., 1670, p. 77.

165 Merlet, op. cit., 1667, p. 144.

166 Thierry Delahaye et Pascal Vin, op. cit., 1994, p. 125.

167 Pièce partagée en quatre baux, 07/03/1736, AD 95, 2E7/532.

168 Bail du 14/07/1748, AD 95, 2E7/535.

169 Liger, op. cit., 1700, t. 1, p. 3.

170 Description d’une maison des champs idéale, ibid., t. 1, p. 19.

171 « aura seullement ledit preneur les tontures desdites hayes et les élagueur des arbres qui sont dans icelles », bail du 12/10/1749, AD 95, 2E7/535.

172 Estienne et Liebault, op. cit., éd. 1586, p. 87.

173 Merlet, op. cit., 1667, p. 146-147 ; Calvel, op. cit., 1802, p. 97.

174 Estienne et Liebault, op. cit., éd. 1586, p. 85.

175 AD 95, 2E7/539.

176 Rapport de visite d’un jardin, 28/02/1699, AD 95, B95/833.

177 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 167-168.

178 Le Grand D’aussy, op. cit., 1782, t. 1, p. 186.

179 Georges Bertrand, « Pas de territoire sans terre », Histoire et Sociétés Rurales, n° 3, 1er semestre 1995, p. 71.

180 Michel Baridon, op. cit., 1999, p. 697-936.

181 Le Gendre, op. cit., 1652, préface non paginée.

182 Bonnefons, op. cit., 1651, p. 9.

183 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, p. 539.

184 Ibid., p. 66.

185 Ibid., p. 67-71.

186 Boyceau de la Baraudière, op. cit., 1638 ; Mollet, Le Jardin de plaisir, 1651 ; Dézallier D’Argenville, La Théorie et la pratique du jardinage, 1709.

187 La Quintinie, op. cit., 1690, rééd. 1999, épître au roi, p. 8.

188 Pluche, op. cit., 1735, t. 2, p. 105-106.

189 Laurent, op. cit., 1675, préface non paginée.

190 Vente du 18/07/1721, AD 95, 2E7/437.

191 Emile, 1762, cité par Isabelle Richefort, « Métaphores et représentations de la nature sous la Révolution », Nature, environnement et paysage, l’héritage du xviiie siècle, 1995, p. 14.

192 Chambray, op. cit., 1765, p. 22.

193 Duhamel du Monceau, op. cit., 1768, p. 52-53.

194 Ibid., p. 66.

195 Joseph Addison, Le Spectateur…, 1714, cité par Michel Baridon, op. cit., 1999, p. 844.

196 Lebeuf, op. cit., t. III, p. 112.

197 Ibid., t. II, p. 161.

198 Ibid., t. II, p. 164.

199 Ibid., t. II, p. 151.

200 Marie-Vic Ozouf-Marignier, « L’environnement vu par des notables locaux à la fin du xviiie siècle », Du milieu à l’environnement, 1992, p. 57-88.

201 Yves Luginbuhl, « Nature, paysage, environnement, obscurs objets du désir de totalité », Du milieu à l’environnement, 1992, p. 17.

202 Girardin, De la composition des paysages, 1777, cité par Michel Baridon, op. cit, 1999, p. 903.

203 Ibid., 1999, p. 901.

204 Isabelle Richefort, art. cit., 1995, p. 3-27.

205 Dupain de Montesson, La science de l’arpenteur…, 1776, 4e éd. 1813, p. 114.

206 « Les sapins se représentent hauts, la tête longue et étroite […] On ne fait pas les arbres fruitiers plus hauts que les saules, mais on donne à leur tête la figure d’un trèfle et d’un demi-ovale. Les ormes et les chênes se font plus hauts et plus gros que les arbres fruitiers et leurs têtes ressemblent assez à une pique », Dupain de Montesson, La science des ombres par rapport au dessein. Le dessinateur au cabinet et à l’armée, 1750, p. 134-135. Mais une vingtaine d’années plus tard, Dupain de Montesson progresse vers l’abstraction : « Sur les cartes, sur les plans terriers et sur tous les dessins, on ne différencie pas toutes les espèces d’arbre, comme on le fait dans un tableau, ou sur un plan construit sur grandes mesures ; c’est-à-dire que les chênes, les hêtres, les charmes, les sapins, les noyers, les châtaigniers, les palmiers, les caféiers, les cacaoyers, les cotonniers, et généralement tous les arbres fruitiers et autres qui viennent dans divers climats, se font sans distinctions d’espèces, et à peu près les uns comme les autres », op. cit., 1776, éd. de 1813, p. 148.

207 AD 95, E/28, in f°, 201 FF., 46 cartes, 1752.

208 Par exemple le plan de la maison des champs et des jardins de madame Loyseau à Saint-Brice dressé vers 1771, AD 95, E/1930.

209 Dupain de Montesson, op. cit., 1776, éd. utilisée 1813, p. 116-117 et 156.

210 Baillet-en-France, dépt 95, arr. Montmorency, cant. Viarmes.

211 16/06/1743, AD 95, B95/271.

212 Extrait d’une lettre patente du roi sur un décret de l’Assemblée Nationale retranscrit le 15/08/1790
dans le registre des délibérations de la municipalité de Saint-Brice, Madeleine Héry, op. cit., 1987, p. 65.

213 Plainte de Pierre Louvet du 11 et 20 août 1696, AD 95, B95/1189.

214 Caubert, « Rapport sur les cultures de Cerisiers de la vallée de Montmorency », Mémoires de la société d’horticulture du département de Seine-et-Oise, t. 5, 1846, p. 137-138.

215 Frédéric Deloffre, éd., Agréables conférences de deux paysans de Saint-Ouen et de Montmorency sur les affaires du temps (1649-1651), 1961, rééd. 1999, p. 61 ; dans les villages du Sud-Ouest, l’orme joue aussi le rôle d’un « lieu de mémoire » pour les communautés d’habitants, Henri Polge, « L’orme du village », Annales du Midi, 1976, p. 75-91.

216 « Sous l’effet de la pluie qui dégoutte sur ses feuilles […] un composé actif, la juglone, se répand sur le sol où elle est oxydée en hydroxyjuglone. Ce corps inhibe la germination des graines et la croissance des plantes, toujours malingres ou inexistantes sous un noyer », Jean-Marie Pelt, op. cit., 1994, p. 142.

217 Article 5 du cahier de doléances de Saint-Brice, cité par Madeleine Héry, op. cit., 1987, p. 47.

218 Claude Scribe, Le poirier, 1999, p. 31-33.

219 Atlas de l’arboriculture fruitière, vol. IV article noyer.

220 Étude réalisée à partir de 73 procès-verbaux de finage de l’actuel Val-d’Oise. Le chiffre entre parenthèses indique le nombre de finages où il y a au moins un canton qui fait référence à un arbre fruitier ou un lieu lié à l’arboriculture.

221 Requête du 29/09/1785, AD 95, B95/1281.

222 « Précision des mesures et cohérence de la représentation sont les deux pôles que vont retenir l’attention de la commission de 1802 dont les travaux fixeront les normes encore en usage en France dans la cartographie topographique […] Au critère de ressemblance se substitue celui de la vérité des mesures, en particulier du relief. L’unité de la carte est avant tout géométrique ; les signes peuvent devenir des abstractions », Catherine Bousquet-Bressolier, « L’idée de nature des Classiques et la cartographie des côtes (fin xviie-fin du xviiie siècle) », Bulletin du Comité français de cartographie, n° 130, déc. 1991, p. 11-16.

223 Gilles Sauter, « Le paysage comme connivence », Hérodote, 1979, 16, p. 41-67 ; Lucia Nuti, « Le langage de la peinture dans la cartographie topographique », L’œil du cartographe et la représentation géographique du Moyen Âge à nos jours, 1995, p. 55-70.

224 Le cadastre par masse de culture du Consulat utilise des étoiles vertes pour indiquer les vergers et les châtaigneraies comme par exemple dans le plan de Louveciennes levé en 1805, AD 78, 3P2/26.

225 Le figuré utilisé dans les cartes parisiennes se retrouve sur les cartes de l’Ouest de la France étudiées par Annie Antoine, op. cit., 2002.

226 08/06/1693, AD 95, B95/1182.

227 Requête du 30/12/1709, AD 95, B95/1290.

228 Rapport du 21/01/1735, AD 95, B95/835.

229 Rapport du 06/04/1691, AD 95, B95/1178.

230 Rapport du 23/03/1780, AD 95, B95/1276.

231 24/11/1718, AD 95, 2E7/530.

232 Schabol, Dictionnaire…, 1767, article « rabougri ».

233 Dupain de Montesson, op. cit., 1750, p. 135.

234 Dominique Michel, op. cit., 1999, p. 141-142.

235 La Châtaigneraye, op. cit., 1692, p. 218.

236 J. P. Aron, P. Dumont, E. Le Roy Ladurie, Anthropologie du conscrit français d’après les comptes numériques et sommaires du recrutement de l’armée, 1819-1826, 1972.

237 Estienne, La guide des chemins de France, 1553, p. 39.

238 Watelet, op. cit., 1774, p. 144.

239 Accord du 24/01/1776, AD 95, 2E7/539.

240 Rapport du 06/03/1696, AD 95, B95/1188.

241 Rapport du 13/06/1757, AD 95, B95/1362.

242 Rapport du 22/06/1775, AD 95, B95/1362.

243 Rapport du 29/06/1777, AD 95, B95/1362.

244 Rapport du 09/09/1761, AD 95, B95/1362.

245 Le règlement de police du Thillay, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Gonesse, défend à « tous hommes et garçons de salir avec du raisin les bonnets de personnes du sexe qui se trouveront dans les vendanges où dans les routes et chemins », 06/09/1788, AD 95, B95/2892.

246 Affaire du 08/06/1694, AD 95, B95/1184.

Table des illustrations

Titre Figure n° 10 : Densité de plantation en arbres fruitiers dans la vallée de Montmorency aux xviie-xviiie siècles (valeur absolue, nombre de parcelles)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17481/img-1.png
Fichier image/png, 127k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540