Version classiqueVersion mobile

Des fruits et des hommes

 | 
Florent Quellier

Première partie. Environnement

Chapitre II. Le dynamisme géographique des cultures fruitières

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

« Quoique nulle part, aux environs de
Paris, on n'ait cultivé les fruits avec autant
d'intelligence qu'à Montreuil, partout
cependant on s'y applique avec émulation,
et même succès, parce que partout [...] on
y avait le même avantage et la même assurance
de débit. Cette culture y est devenue,
pour la plupart des villages voisins, et des
maisons de campagne bourgeoises, un des
meilleurs revenus. Les cantons plus éloignés,
mais à portée de l'Oise, de la Marne, ou de
la Seine, s'en occupent utilement aussi ».
Le Grand d'Aussy,
Histoire de la vie privée des Français,
Paris, 1782, t. 1, p. 189.

1Une modélisation classique d'un finage occidental présentera trois cercles concentriques, dont le point central est le village : Yhortus, la zone des jardins autour des habitations, puis l'amer, les champs labourés, et enfin le lointain saltus, constitué de bois et de friches ; dans tous les villages, des arbres fruitiers sont cultivés dans la zone des jardins. Cependant, le développement de l'arboriculture fruitière dans les campagnes parisiennes de l'époque moderne brouille ce schéma en propulsant des arbres fruitiers hors de Xhortus. Ce mouvement, que ce soit à l'échelle régionale ou locale, n'est ni uniforme, ni régulier. Autour de Paris, certains terroirs accueillent des arbres fruitiers alors que d'autres ne les tolèrent que le long des routes et près des habitations. Ainsi la production massive de fruits, loin d'être répandue, concerne quatre à cinq foyers circumparisiens dont la réputation évolue d'un siècle à l'autre.

  • 1 Georges Bertrand, « Le naturel des terroirs », Histoire de la France rurale, t. 1, 1975, rééd. 199 (...)
  • 2 Ibid., p. 59.

2Dès lors, les raisons de ce choix de terroirs reposent cette question essentielle qui ouvre Y Histoire de la France rurale, celle des liens entre l'homme et « le naturel des terroirs1 ». Il ne s'agit donc pas de simplement situer la vallée de Montmorency dans un contexte régional plus vaste mais bien de comprendre les raisons de la géographie parisienne de l'arboriculture en ayant conscience que les cultures fruitières, comme tous les secteurs de l'agriculture, sont « à la fois une transformation du milieu et une adaptation à certaines de ses potentialités2 » ; ce principe clairement admis permettra d'éviter les excès d'un déterminisme naturel absolu ou d'un possibilisme tout-puissant.

  • 3 Joan Thisk, Alternative Agriculture : A History from Black Death to the Present Day, 1997.

3Une présentation de la localisation des cultures fruitières dans les campagnes parisiennes, sous le règne de Louis XVI, permet d'étudier les facteurs naturels et humains responsables de cette géographie. Parmi ces grands foyers producteurs de fruits, certains terroirs jouissent d'une grande renommée mais d'une ancienneté variable voire mythique, d'autres acquièrent leurs lettres de noblesse par le développement de pépinières bien que chaque village élève de jeunes arbres. Cette géographie est bien évidemment vivante et évolue pendant les deux derniers siècles de l'Ancien Régime, selon une chronologie qui n'est pas sans rappeler celle de Xalternative agriculture proposée par Joan Thisk3 ; cette coïncidence nous invite à rechercher les raisons de l'essor des cultures fruitières à partir du xviie siècle.

Des conditions naturelles et humaines favorables au développement de l'arboriculture fruitière

Localisation de l'arboriculture fruitière dans les campagnes parisiennes

  • 4 Hurtaut et Magny, op. cit, 1779, 4 vol. ; Lebeuf, Histoire de la ville et de tout le diocèse de Pa (...)
  • 5 Marc Bloch, « Les plans cadastraux de l’Ancien Régime », Mélanges d’histoire sociale, t. III, 1943 (...)
  • 6 Mireille Touzery, Atlas de la généralité de Paris au xviiie siècle, un paysage retrouvé, 1995, p. (...)
  • 7 Procès-verbal d’arpentage de Sannois, AD 95, C6 ; Sannois, dépt. 95, arr. Argenteuil, ch. l. de ca (...)

4Une documentation exceptionnelle, le cadastre Bertier de Sauvigny, complétée par les terroirs renommés cités dans les traités arboricoles et dans les descriptions des environs de Paris4, permet de dresser une carte des cultures fruitières parisiennes sous le règne de Louis XVI. La série C des Archives départementales conserve les procès-verbaux d'arpentage de ce cadastre et les plans qui ont été dressés pour plus de deux mille deux cents paroisses de la généralité de Paris entre 1776 et 1791. Ces plans, « admirablement lisibles, dont les dessinateurs de l'intendant Bertier nous ont laissé le cadeau5 », ne permettent pas l'étude de la propriété, n'étant pas parcellaires. Par contre, levés par masse de culture, ils indiquent, par une couleur en à-plat et par des figurés, la nature de l'occupation du sol. L'opération cadastrale s'effectuant sans l'implication individuelle des taillables et sous la direction d'un personnel compétent, « l'exactitude des relevés des plans d'intendance apparaît à peu près certaine6 ». Malheureusement, les cultures fruitières ne permettent pas de partager cet enthousiasme car elles y sont rarement indiquées. Nous touchons là un des problèmes majeurs de l'étude de l'arboriculture à l'époque moderne : contrairement à la vigne ou aux céréales, non seulement l'arbre fruitier ne domine jamais un finage, mais en plus il y est toujours cultivé en association avec d'autres cultures. Pour un procès-verbal indiquant « vigne et ceriseraies7 » combien se contentent de « vigne » pour recenser l'arpentage de vignes pourtant souvent complan-tées d'arbres fruitiers ?

  • 8 Mireille Touzery, L’invention de l’impôt sur le revenu. La taille tarifée, 1715-1789, 1994.
  • 9 Mireille Touzery, op. cit., 1995.
  • 10 Mireille Touzery, Dictionnaire des paroisses fiscales…, Caen, 1995.

5Ce corpus a été étudié par Mireille Touzery comme une source d'histoire fiscale8, mais aussi comme une source d'histoire du paysage des campagnes circumparisiennes9. Son Dictionnaire des paroisses fiscales de la généralité de Paris10 offre les résultats du dépouillement des procès-verbaux d'arpentage répartis entre dix-sept dépôts d'archives. Cependant, le traitement de cette recherche sous-estime l'arboriculture fruitière : la catégorie « prés et vergers », pourtant présente dans quelques procès-verbaux, n'apparaît pas dans ses fiches de dépouillement qui la conduisent logiquement à présenter « un paysage retrouvé » qui entre les emblavures, les prairies naturelles, les forêts et la vigne, oublie l'arboriculture fruitière.

  • 11 Bougival, dépt. 78, arr. Saint-Germain-en-Laye, cant. La Celle-Saint-Cloud ; 25,53 ha d’arbres fru (...)
  • 12 Louveciennes, dépt. 78, arr. Saint-Germain-en-Laye, cant. Marly-le-Roi ; 15,33 ha d’arbres fruitie (...)
  • 13 Mireille Touzery, op. cit., 1995, p. 25.

6Si l'indication « arbres fruitiers » est extrêmement rare dans les procès-verbaux, la consultation des plans d'intendance rectifie souvent la réalité paysagère. Pour retrouver l'arboriculture fruitière à partir du cadastre Bertier de Sauvigny, il faut confronter les procès-verbaux d'arpentage aux plans, et surtout aller la rechercher dans les « prés et vergers » et dans les « bâtis, cours, clos, jardins ». Ainsi, une lecture trop rapide du procès-verbal d'arpentage de Montreuil-sous-Bois laisserait penser que l'arboriculture fruitière est absente d'un finage pourtant unanimement célébré depuis les années 1740 pour ses pêchers. Toutefois, à y regarder de plus près, la catégorie « bâti, clos, cour et jardin » couvre un quart de la superficie de ce terroir, 242,4 ha sur 972,2 ha : nous avons retrouvé nos cultures fruitières à l'abri des clos. Or, si les intitulés « arbres fruitiers » et « arbres fruitiers et groseilliers » n'ont été rencontrés qu'une seule fois, respectivement pour Bougival11 et Louveciennes12, « jardin » apparaît 1993 fois13.

  • 14 Andilly, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Soisy ; Margency, dépt. 95, arr. et cant. Montmorency.
  • 15 Bethemont-la-Forêt, dépt. 95, arr. Pontoise, cant. Taverny ; Lebeuf, op. cit., t. II, p. 140.
  • 16 Bouffémont, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Domont ; ibid., t. II, p. 151.
  • 17 Ibid., t. II, p. 159.
  • 18 Montsoult, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Viarmes.
  • 19 Lebeuf, op. cit., t. II, p. 164.
  • 20 Presles, dépt. 95., arr. Pontoise, cant. L’Isle-Adam.
  • 21 Par exemple les arbres fruitiers ne sont pas représentés sur le plan d’intendance du Mesnil-le-Roi (...)

7Pour la vallée de Montmorency, les catégories « bâti, cour, jardin » et « prés et vergers » représentent 25 % de la superficie du finage d'Andilly-Margency14, 13 % à Bethemont-la-Forêt, « pays [...] couvert d'arbres et arbrisseaux15 », 17 % à Bouffémont où « on y voit des labourages et des vergers et bocages16 », 20 % à Domont où « les fruits y viennent plus heureusement17 », 26 % à Montsoult18, 19 % à Piscop où « on y cultive tout ce que la terre produit communément19 », et 21 % à Presles20. Ces chiffres ne donnent qu'un ordre de grandeur maximal — il faudrait pouvoir retirer les superficies bâties et les prés non plantés d'arbres fruitiers —, mais l'arpenteur a jugé bon de rapporter la présence d'arbres fruitiers, dénotant ainsi de nombreuses plantations. Le dépouillement des procès-verbaux permet donc de faire une première sélection de finages où l'arboriculture fruitière a marqué le voyer-arpenteur. Le recours aux plans, beaucoup plus instructifs sur les réalités paysagères — ils semblent même parfois jouer le rôle d'un repentir par rapport aux procès-verbaux — permet de faire une seconde sélection. Cependant l'utilisation d'un figuré pour indiquer les prés-vergers n'est pas systématique21, il convient donc d'être très prudent quant à ces résultats et de les croiser avec les traités horticoles contemporains qui ne manquent pas de citer des terroirs réputés. Les descriptions de Paris et de ses environs apportent aussi des informations lorsque, sous la plume de l'abbé Lebeuf ou d'Hurtaut et Magny, elles précisent les principales productions de villages circumparisiens. Enfin, la consultation des cahiers de doléances des paroisses de 1789 fournit un indicateur supplémentaire qui a l'indéniable avantage de présenter des préoccupations locales : la prise en compte des articles évoquant les arbres fruitiers permet de dresser une liste de communautés d'habitants pour lesquelles l'arboriculture fruitière joue un rôle économique non négligeable. La critique classique de l'existence de modèles de cahier circulant depuis les villes et les bourgs vers les villages met d'autant plus en valeur un article abordant des problèmes liés aux arbres fruitiers comme étant réellement un souci des habitants.

  • 22 Daniel Roche, Le peuple de Paris, 1981, rééd. 1998, p. 17-51.
  • 23 Arlette Farge, Le vol d’aliments à Paris au xviiie siècle, 1974, p. 180.

8Ainsi déterminée, la géographie des cultures fruitières en Île-de-France met en évidence une ceinture discontinue de jardins et de vergers autour de Paris. À vrai dire, ces jardins sont même présents à l'intérieur du tissu urbain parisien qui grignote sans cesse les villages limitrophes dans les deux derniers siècles de l'Ancien Régime22. Ces jardins de la banlieue, appelés couramment des marais, produisent surtout des légumes pour le marché parisien, mais des arbres fruitiers y sont aussi cultivés : la nuit du 29 juillet 1766, deux garçons y sont pris en flagrant délit de vol d'abricots23.

  • 24 Charonne, dépt. 75.
  • 25 Thomery, dépt. 77, arr. Melun, cant. Moret-sur-Loing.

9Au-delà de la zone des marais, quatre principaux foyers, s'articulant le long des voies de communications et sur les versants de buttes et de vallées, peuvent être délimités dans un rayon d'une trentaine de kilomètres autour de Paris : à l'ouest, la vallée de la Seine et les terroirs proches de Versailles, au nord-ouest, la vallée de Montmorency, à l'est, Montreuil et les villages limitrophes de Bagnolet et Charonne24, et au sud, la région de Corbeil. Enfin un cinquième grand foyer, une soixantaine de kilomètres au sud de la capitale, s'organise sur la rive gauche de la Seine autour de Thomery25, à proximité de Fontainebleau.

  • 26 Johann Heinrich von Thünen, Der isolierte Staat in Beziehung auf Landwirtschaft und Nationalökonom (...)
  • 27 Pour le cas parisien : Michel Phlipponneau, op. cit., 1956, p. 19.

10La spécificité des campagnes parisiennes ne réside pas dans la présence d'une ceinture de jardins et de vergers autour de la capitale : toute ville de quelque importance la possède à l'intérieur de sa zone nourricière, tout comme chaque village, afin de produire des denrées périssables que les conditions techniques et les prix ne permettent pas de faire venir de plus loin. Ce modèle de cercles concentriques d'aires d'approvisionnement, partant des proches fruits et légumes jusqu'aux lointains bois, a nourri, depuis les travaux novateurs de Johann Heinrich Von Thunen26, de nombreux travaux de géographes27 et d'historiens sur l'influence de la ville sur l'organisation des campagnes.

  • 28 Tarif du 12/08/1654, AD 95, archives municipales de Pontoise, FF7C4.
  • 29 Caen, dépt. 14, ch. l. de dépt.
  • 30 Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne, Caen au xviiie siècle, 1974, p. 225-228.
  • 31 Sylvie Depatie, art. cit., 1998, p. 226-253.
  • 32 L’approvisionnement des Villes de l’Europe occidentale au Moyen Âge et aux Temps Modernes, Flaran (...)
  • 33 Jean-Claude Perrot a demontré que le modèle de von Thünen s’applique à Caen au xviiie siècle contr (...)

11À Pontoise, les religieuses de l'Hôtel-Dieu ont le droit de percevoir deux deniers parisis par bête de somme chargée de cerises entrant dans la cité, mais aussi pour chaque charrette chargée de fruits, oignons, choux et autres, quatre pièces de l'un ou de l'autre, et « sur chacune hottée de fruits, comme pommes, poires, abricots, prunes, cerises, noix et autre sorte, une poignée28 » : les moyens de transport utilisés traduisent la production locale de ces fruits et légumes. À Caen29, au xviiie siècle, les fruits et les légumes sont produits dans des jardins à l'intérieur même du tissu urbain et dans une aire, modelée par les voies de communications disponibles, qui ne s'éloigne jamais à plus d'une lieue et demi de la ville car les maraîchers viennent vendre à pied leur production30. Et, rapidement autour des créations urbaines se constitue une ceinture de terrains réservés à la production de fruits et de légumes comme à Montréal au xviiie siècle31. On pourrait multiplier à loisir les exemples français et étrangers32, mais si ce modèle se retrouve à Paris, au moins pour les légumes et les fruits33, l'originalité de l'aire d'approvisionnement parisienne tient à ses dimensions exceptionnelles. Seul le « monstre » parisien, fort de ses 604 000 habitants en 1780, peut expliquer un tel développement des cultures fruitières.

  • 34 Xavier de Planhol, Géographie historique de la France, 1988, p. 299.

« La présence d'une telle masse de population urbaine, dans une France restée encore essentiellement rurale, a eu de bonne heure des effets géographiques considérables, esquissant notamment une véritable région agricole, orientée vers Paris, pour l'alimentation de la ville, qui se découpe dans le monde rural traditionnel34 ».

  • 35 Ordonnance du 01/04/1774, AD 77, 16C13.

12Ainsi l'intendant de la généralité de Paris peut souligner, dans une ordonnance imposant l'échenillage des arbres dans les finages de son ressort, que les fruits sont « pour les habitans des paroisses situées aux environs de la capitale [...] la principale et presque l'unique ressource, et pour leur subsistance, et pour le payement de leurs impositions35 ».

  • 36 Jouy-le-Moûtier, dépt. 95 arr. et cant. Pontoise.

13L'importance de ces foyers producteurs s'explique aussi par la présence de foyers urbains secondaires à approvisionner. Pontoise se nourrit des cultures fruitières de Jouy-le-Moûtier36 et de celles des terroirs de la vallée de Montmorency alimentant aussi les villes de Saint-Denis-en-France et d'Enghien, Versailles drainent ceux de Louveciennes. Le réseau des grands foyers de productions fruitières prend ainsi appui sur des centres urbains secondaires, parfois anciens et/ou fortement aristocratiques.

  • 37 « Les prairies de Limagne sont garnies d’arbres fruitiers, et principalement de pommiers ; ils fou (...)
  • 38 « les Marchands Fruitiers de Normandie et d’Auvergne font leurs voitures par eau », Savary des Bru (...)
  • 39 Ibid., t. 2, article « pomme ».
  • 40 Abel Poitrineau, La vie rurale en Basse Auvergne, 1965, t. 1, p. 278 et 306 ; Arthur Young, op.
    cit (...)
  • 41 Ibid., t. 3, p. 1148.
  • 42 « La plus grande quantité [de pruneaux] vient de Touraine, particulièrement de Tours, de S. Maur e (...)
  • 43 Rouen, dépt. 76, ch. l. de dépt. « Ils vendent aussi quantité de ces poires (les gros Rousselets d (...)
  • 44 Patricia Bouchenot-Déchin, Henry Dupuis, jardinier de Louis XIV, 2001, p. 90-91.

14Non seulement l'aire d'approvisionnement locale est conséquente mais en plus les fruits consommés dans la capitale peuvent provenir de zones encore plus lointaines. Pour les pommes, cette zone s'agrandit à l'ouest à la Normandie, à la Picardie au nord et, au sud-est, au Bourbonnais et à l'Auvergne37 ; le bassin hydrographique de la Seine permet de drainer ces fruits vers le marché parisien38. Dans la vision parisienne de Jacques Savary des Bruslon les deux provinces de France les plus abondantes en pommes sont la Normandie, plus particulièrement la Basse-Normandie, et l'Auvergne grâce à la Limagne39 où les pommiers sont cultivés dans des prés-vergers irrigués, entre Riom et Clermont40, qui auront l'insigne honneur de plaire à l'exigeant Arthur Young41. Pour les fruits séchés, la longue durée de conservation alliée à la recherche de produits de qualité permet de privilégier la production de la Touraine42 et du sud-ouest, voire des pays méditerranéens pour les figues et les raisins secs. Il en est de même pour les confitures tant liquides que sèches que les épiciers-confiseurs parisiens feraient venir de Rouen43. Quant aux agrumes vendus par les fruitiers-orangers parisiens ils proviennent des rivages méditerranéens ; la production des orangeries aristocratiques parisiennes est plus un objet de curiosité, seules les fleurs d'oranger peuvent alimenter un commerce local44.

Des conditions naturelles globalement favorables à l'arboriculture fruitière45

  • 45 Ce passage s’appuie sur les travaux de Jean Tricart, op. cit., 1948, chapitre I, « les exigences d (...)
  • 46 Article 6 du cahier de doléances de Ménouville, Jacques Dupâquier, Ainsi commença la Révolution…
    Ma (...)

15L'arbre fruitier aime les sols bien drainés et dépérit sur des sols calcaires ou argileux. Cependant, certains, tels le cerisier, le prunier, le framboisier et le noyer sont peu exigeants quant à la nature du sol, d'autres, comme le silicicole châtaignier, prospèrent sur les sables et les meulières. Ainsi, dans les cahiers de doléances, le dépérissement des arbres fruitiers dans un finage sert à affirmer la très mauvaise qualité des terres : « le theroire est si ingrat qu'on ne peut point planter d'arbres fruitiers, plusieurs abitans en ont planté un petit nombre, mais ils ne viennent pas46 ».

16Si l'on s'en tenait aux seules exigences pédologiques des arbres fruitiers, il faudrait leur réserver les limons des plateaux ; cependant la « royauté » des blés, mal nécessaire car nourricier, les condamne à coloniser d'autres terroirs sans compter que les risques de gelées y sont beaucoup plus importants. Les éboulis des flancs de la plupart des buttes de la région parisienne étant constitués de limon remanié, de marnes gypseuses et de sables siliceux, ils offrent un terrain assez complet et bien aéré, favorable aux arbres fruitiers, d'autant plus que la pente permet un bon drainage. Ainsi la grande majorité des sols de la région parisienne, à l'exception des fonds humides des vallées et des plateaux imperméables comme celui de la Brie, lui sont favorables, notamment les sols d'éboulis de la vallée de Montmorency et du pied sud de la butte de Cormeilles, ainsi que le limon drainé des plateaux nappant aussi les pentes exposées au nord et au nord-est, et le versant sud de la vallée de la Seine de Clamart à Mantes.

17Quant au climat parisien, il répond aux exigences biologiques de la plupart des arbres fruitiers tempérés qui peuvent y fructifier en plein air. Cependant les variations inhérentes à ce climat tempéré peuvent compromettre une année-récolte par une sécheresse estivale toujours possible, d'autant plus que les campagnes parisiennes ne connaissent pas de système d'irrigation, ou par un été particulièrement humide ou froid. Surtout, la région parisienne n'est pas exempte de gelées tardives qui peuvent s'avérer dévastatrices lorsqu'elles touchent des arbres fruitiers en fleurs. Ainsi les versants exposés au nord, les plaines froides et les plateaux sujets à de fortes gelées sont défavorables à l'arboriculture fruitière.

18Jean Tricart a dressé un bilan des sites favorables aux cultures fruitières : les flancs sud des buttes bénéficiant d'un sol d'éboulis favorable et qui sont, contrairement au versant nord, plus protégés des gelées, le versant sud de la vallée de la Seine de Poissy à Paris profitant d'un sol profond, riche et bien drainé grâce au relief, le flanc sud de la butte de Montreuil, le coin sud-est de la butte de Montmorency, les pentes sud de Cormeilles, de l'Hautil et de Bondy-Carnetin, la butte du Sud du Vexin au nord de Mantes. Notons qu'il s'agit aussi de sites favorables à la vigne. Si l'on compare ces sites à la localisation des grands foyers producteurs de fruits, la concordance témoigne d'une installation dans des sites naturellement favorables.

  • 47 Hugues Neveux, « Un paysage rural d’Île-de-France au xviiie siècle. Saint-Brice vers 1760-1780 », (...)

19À l'échelle du finage, lorsque les cultures fruitières se développent à l'extérieur de l'hortus, leur localisation répond à une logique de terroir et non plus de proximité de l'habitat. Le paysage de Saint-Brice, vers 1760-1780, a pu être reconstitué à partir d'un terrier couvrant pratiquement la totalité de l'actuelle commune. Les arbres fruitiers sont quasiment exclus de l'est et du nord du finage. Or, cette zone, prolongement du Pays de France, est occupée par des emblavures reposant sur le calcaire de Saint-Ouen recouvert de limon ; au contraire, les arbres prospèrent, ainsi que les vignes, vers le sud du terroir, alors qu'à l'ouest, les bois taillis règnent sur du calcaire de Beauce47. Les conditions naturelles ont joué un rôle essentiel dans la formation de ce paysage, cependant des savoir-faire locaux ont aussi pu influencer cette localisation puisque nous sommes dans un finage charnière entre deux paysanneries, celle de la grande culture de la plaine de France à l'est, et celle du monde vigneron de la dépression de la vallée de Montmorency au sud.

20Si potentiellement ces terroirs pouvaient recevoir des cultures fruitières, les hommes, selon des critères plus économiques et historiques qu'écologiques, ont pu introduire des arbres fruitiers dans des milieux fortement artificiels à force de travail et a priori « naturellement » moins favorables quant à la nature du sol, l'exposition, le relief, l'hydrographie... Ainsi, il ne faut pas oublier que tout village, quel que soit son site, est entouré d'une ceinture de jardins, et que toute maison de campagne se doit d'avoir un jardin potager-fruitier. Ce dernier est loin de toujours se retrouver dans le site idéal décrit par les jardinistes. La Bretonnerie se plaint de l'architecte qui pour

  • 48 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 120.

« l'élégance de son plan, de son dessin, croit devoir soustraire aux yeux du maître l'ignoble potager, quoique bien placé. N'en connoissant pas les avantages, et j'ose dire les agrémens, il le relègue impitoyablement sur les derrières, et n'importe où, fut-ce sur une montagne, pourvu qu'il soit hors de la vue48 ».

21Versailles en est l'exemple le plus célèbre : Jean-Baptiste de La Quintinie n'a pu choisir le site du potager imposé par le plan d'ensemble du château et il a donc fallu totalement changer la terre. Dans la zone des jardins autour des villages, comme dans la nécessité de planter un jardin fruitier à côté des maisons des champs, c'est bien plus à l'intensif travail humain qu'au site « naturel » que l'on doit la présence de cultures fruitières.

22Cependant, il n'en demeure pas moins vrai que, dans l'ensemble, l'essor de l'arboriculture fruitière en Île-de-France a profité de conditions naturelles favorables tout comme il a bénéficié de la demande parisienne, d'une paysannerie-marchande ouverte sur ce marché et de la proximité du vignoble. En effet, la localisation des cultures fruitières autour de Paris met en valeur quatre proximités : les terroirs fruitiers sont proches d'un marché urbain, de voies de communication (routes et rivières), de la forêt, et du vignoble.

L'arboriculture fruitière, la forêt et le vignoble, des espaces complémentaires ?

  • 49 Lebeuf, op. cit., t. 2, p. 151.
  • 50 Procès-verbal d’arpentage du cadastre de Bertier de Sauvigny : 88,85 ha de « prés et vergers », 10 (...)
  • 51 Gambais, dépt. 78, arr. Mantes-la-Jolie, cant. Houdan ; procès-verbal d’arpentage du cadastre de B (...)

23Le monde viticole a accueilli les cultures fruitières en Île-de-France. Il est vrai qu'il partage la même prédisposition pour les terroirs de coteau orientés vers le sud. Il faudra donc s'interroger sur les liens techniques et culturels qui existent entre ces deux cultures et, notamment, sur le rôle joué par la viticulture dans le développement de l'arboriculture. Cependant, il faut constater que tous les vignobles d'Île-de-France ne sont pas des foyers importants de production de fruits, ou ne le sont pas encore, et que certaines zones de production fruitière se trouvent hors du vignoble à l'image des finages charnières entre la vallée de Montmorency et de la plaine de France comme Montsoult qui « n'est point un pays de vignes » ou Bouffémont dont « le terrain est froid à cause qu'il regarde le septentrion, [et] il y a peu de vignes : on y voit des labourages et des vergers et bocages49 ». À Orgeval, en 1787, les prés et vergers couvrent une superficie huit fois plus importante que celle de la vigne alors que châtaigniers et bois s'étendent sur plus de 260 hectares50. De même, le finage de Gambais consacre 111,89 hectares aux prés et vergers contre seulement 1,53 hectare à la vigne51 alors que la forêt de Rambouillet y occupe plus de 500 hectares. La lisière de la forêt n'est jamais loin des principaux foyers producteurs de fruits.

  • 52 Rapport du 20/11/1709, AD 95, B95/2061.
  • 53 Dahuron, op. cit., 1696, p. 26.
  • 54 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 19.

24Le 20 novembre 1709, Nicolas de La Roche, garde des bois dépendant de la gruerie de Maffliers, verbalise deux manouvriers qui arrachaient des sauvageons dans une vente ; cela faisait plus d'une quinzaine de jours que des merisiers y étaient pris52. Cette affaire ordinaire souligne que la forêt sert de réserve de porte-greffe. René Dahuron reconnaît cet usage : « on trouve quelquefois des sauvageons dans les bois, dont on se sert pour greffer ». Mais ce jardinier, habitué aux pépinières aristocratiques de l'Île-de-France, précise qu'il « ne les estime guère, attendu qu'étant levez dans des lieux arides, il faut bien du tems avant qu'ils soient accoutumez dans les terres cultivées53 ». Si l'abbé Le Berryais conseille, pour former une pépinière, de planter « de jeunes poiriers, pommiers, (et) merisiers levés dans les bois avec de bonnes racines », il s'empresse de reconnaître qu'il est « préférable d'élever des sujets de semences54 ». Par contre, ces préjugés sont absents chez ces jardiniers qui « plantent des pépinières de pétreaux

  • 55 Nouvelle maison rustique, éd. de 1749, t. II, p. 152.
  • 56 Villebon-sur-Yvette, dépt. 91, arr. et cant. Palaiseau.
  • 57 Palaiseau, dépt. 91. ch. l. d’arr.
  • 58 Calonne, Essais d’agriculture en forme d’entretiens…, 1778, « ils viennent ici [à Vitry] pendant l (...)
  • 59 Calvel, op. cit., an XI-1803, p. 92.

25[.], poiriers et pommiers sauvages qu'ils vont chercher dans les bois55 ». Aux dires de l'avocat au parlement Calonne, propriétaire à Vitry-sur-Seine, des habitants de Villebon56 et de Palaiseau57 lèveraient des merisiers dans les bois pour servir de porte-greffe aux cerisiers58. Au début du xixe siècle, Etienne Calvel précise encore que pour le plant d'arbres fruitiers « on peut s'en procurer de deux manières, soit en achetant celui qu'on ramasse dans les bois, ou bien celui que vendent des marchands dont l'état est de former des semis59 ».

  • 60 « Le groseillier en général est un arbrisseau peu délicat. Transporté des bois dans nos jardins, i (...)

26C'est aussi en forêt que des variétés sauvages autochtones ont pu être sélectionnées telles le néflier, le noisetier, les poiriers et les pommiers sauvages. Le groseillier serait directement issu des forêts sans qu'il soit nécessaire de le greffer60. Cette origine est clairement admise par les arboristes :

  • 61 Dahuron, op. cit., 1696 ; il recopie ici un passage de Merlet : « Bezy d’héry est une poire ronde, (...)

« l'amadotte a été trouvée dans une forest de Bourgogne. L'ambrette conserve encore les épines de son naturel sauvage. Le Besy-d'héry, porte le nom de sauvageon qu'on nomme en Bretagne et en plusieurs provinces Besy, ou bezier, et d'héry qui est le nom d'une forest en Bretagne, où elle a été trouvée. Le Bezy de Quessoy vient de la forest de Quessoy en Bretagne. La pomme d'Apie a été prise dans la forest de son nom...61».

  • 62 Coubron, dépt. 93, arr. Le Raincy, cant. Montfermeil ; « […] grains, vignes et arbres fruitiers qu (...)
  • 63 Gagny, dépt. 93, arr. Le Raincy, ch. l. cant ; « le terroir de Gagny, planté d’arbres fruitiers et (...)
  • 64 Vaujours, dépt. 93, arr. Le Raincy, cant. Montfermeil.

27Le lien entre l'arboriculture fruitière et la forêt est donc communément admis par les jardinistes, et l'appellation de certains fruits pourrait y faire référence. En Île-de-France, une des pommes les plus fréquemment citées, avec les différentes Reinettes, est la pomme de Bondy dont le nom pourrait provenir d'un massif forestier au sud du Pays de France ; d'ailleurs autour de cette forêt, les finages de Coubron62, Gagny63 et Vaujours64 accueillent des cultures fruitières.

  • 65 Contrat de vente du 09/06/1699, AD 95, 2E7/529.

28L'activité arboricole a besoin de la forêt. Quand les marchands-fruitiers François Gosselain et Nicolas Guérin achètent au seigneur du Luat des cerises, des poires, des pommes, des châtaignes et des noix, une clause précise « de ne point coeuillir des feuilles dans les bois du Luat que pour accommoder les serises du Luat au pied des vieux chastegnayes seullement65 ». Grâce aux accords de feuillées, la paysannerie-marchande y trouve les feuilles nécessaires à l'acheminement des fruits vers les marchés urbains. Pour amortir les chocs qui pourraient abîmer les fruits lors du transport jusqu'aux Halles, des feuilles tapissent l'intérieur des paniers ; elles servent aussi de protection contre les intempéries en formant un couvercle sur le panier tout en permettant d'y maintenir les fruits que les cahots risqueraient de jeter à terre.

  • 66 Louise Moillon, La marchande de fruits et légumes, 1630, toile, 120 x 165 cm, Paris, musée du Louv (...)
  • 67 Calonne, op. cit., 1779, p. 162-169.
  • 68 Louise Moillon, Coupe de cerises, prunes et melon, s. d., toile, 48 x 65 cm, Paris, musée du Louvr (...)

29La disposition de feuilles de vigne — le vignoble aussi est mis à contribution — dans le panier de pêches présenté par une marchande de fruits à une cliente dans un tableau de Louise Moillon66 confirme cet usage également décrit dans les traités contemporains67. Dans un autre tableau de ce peintre parisien, ce sont des feuilles de châtaignier qui enveloppent des cerises dans une composition qui veut mettre en valeur une impression de fraîcheur, reprise par le rameau de prunier qui vient d'être rompu, par la porcelaine blanche du compotier et par le juteux melon entamé68. Ces deux tableaux témoignent du double argument commercial induit par l'usage des feuillées : un gage de fraîcheur pour l'acheteur, et surtout une mise en valeur des coloris des fruits, grâce au contraste des teintes vertes des feuillages, parfaitement saisie par l'œil du peintre.

  • 69 Règlement du 02/07/1777, AD 95, B95/639.
  • 70 Ecouen, dépt. 95, arr. Montmorency, ch. l. cant.
  • 71 Rapport du 21/07/1776, AD 95, B95/1362.
  • 72 Rapports des 14/07/1769 et 25/07/1769, AD 95, B95/1362.

30Le règlement de police de la seigneurie de Blémur, hameau de Piscop, rappelle l'interdiction « d'entrer dans aucun des bois de laditte seigneurie pour y faire de l'herbe fougère, feuillée ou autrement sous la peine portée par l'ordonnance des eaux et forêts de l'année seize cent soixante neuf69 ». Les registres des gardes-messiers du duché-pairie de Montmorency témoignent de cet usage illicite de la forêt en verbalisant en juillet, pendant la saison des fruits rouges, « cinq ouvriers du nommé George Benard, fruitier dem(euran)t à Ecouen70 [...] qui coupoient des branches de chateigniers pour faire de la feuillée » dans un bois sur le finage de Piscop71, et ces villageois cueillant des feuilles de chêne, de noisetier et de châtaignier72.

  • 73 Soisy-sous-Montmorency, dépt. 95, arr. Montmorency, ch. l. cant.
  • 74 Rapport du 14/08/1758, AD 95, B95/1362.
  • 75 Saint-Leu-la-forêt, dépt. 95, arr. Pontoise, ch. l. cant ; plainte du 19/10/1693, AD 95, B95/1183.
  • 76 Guyot, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence…, 1784, t. 1, p. 561.

31La forêt, lieu de cueillette de fruits sauvages, offre aussi un complément de fruits, comme pour ces vingt-cinq ou trente habitants de Soisy-sous-Enghien73 surpris par un messier dans une pièce de bois taillis en train de cueillir des noisettes74 ou pour ces châtaignes gaulées sur des châtaigniers, dans la forêt d'Enghien, tenus à loyer par un marchand de Saint-Leu75. D'ailleurs, comme les baliveaux, « les arbres fruitiers qui se trouvent dans les bois des communautés des paroisses, doivent être réservés lors des coupes76 ».

  • 77 Plainte du 26/01/1700, AD 95, B95/1287.

32Le 26 janvier 1700, le marchand-fruitier Nicolas Bourcier sort « de chez lui en conduisant deux chevaux attelés à une charrette pour aller charger des perches dans la forest d'Anguien proche de Piscop77 ». La culture des châtaigniers illustre parfaitement la complémentarité de la vigne, des vergers et de la forêt en Île-de-France. En effet, non seulement les châtaigniers fournissent les perches nécessaires pour faire des cercles à cuve, des échalas et des treillages, ainsi qu'un supplément de cueillette, mais aussi

  • 78 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 2, p. 209.

« dans les environs de Paris on en tire encore un profit annuel assez considérable ; en attendant la coupe générale, on coupe tous les ans les rameaux les plus bas, qui seroient étouffés, et on les vend aux marchands de fruits pour garnir de feuilles le fond, les côtés et le dessus de leurs paniers78 ».

33Enfin, l'exploitation de ventes de bois taillis par les marchands-fruitiers offre une sécurité de revenu appréciable, contrairement à l'irrégularité des récoltes de fruits d'une année à l'autre, jouant le rôle d'une garantie de recette même lors d'années particulièrement mauvaises.

  • 79 Jean Tricart, op. cit., 1948, p. 24.

34Cette intégration de la forêt dans la production et le commerce des fruits, témoigne d'un univers mental fortement habitué à l'arbre. Il n'y a pas de concurrence entre les arbres fruitiers et la forêt mais bien une exploitation complémentaire, d'autant plus quand la forêt se situe sur les sommets des buttes, sur « des sols de meulière [.] froids, peu fertiles79 », comme la forêt de Montmorency ou de l'Hautil, et laisse les pentes aux cultures fruitières. Seule la chasse, inévitable par la proximité de la Cour et de la forêt, représente un danger pour les cultures fruitières ; la haine contre les capitaineries exprimée dans les cahiers de doléances de 1789 et les nombreux articles se plaignant du saccage des arbres fruitiers par les chasseurs et les bêtes sauvages témoignent des conséquences fâcheuses de la proximité forestière sur l'agriculture en général et l'arboriculture fruitière en particulier.

  • 80 Pour l’aménagement routier de l’Île-de-France à l’époque moderne, Henri Cavaillès souligne que « l (...)

35Néanmoins, le goût aristocratique pour la chasse a aussi contribué, indirectement, au développement de l'arboriculture fruitière autour de Paris et au renforcement des liens entre la forêt et les vergers. En effet, la proximité de bois et de sites agréables aux alentours des lieux de pouvoirs ne pouvait qu'attirer les résidences de villégiature de la Cour et de la Ville ; or toute maison des champs digne de ce nom doit être ornée d'un jardin fruitier-potager : la rencontre sur les mêmes terroirs entre une élite touchée de « jardinomanie » et les principaux foyers producteurs de fruits n'est certainement pas fortuite. De surcroît, la chasse a rendu nécessaire l'aménagement de routes reliant les lieux de résidence de la Cour et des Grands aux forêts80 : les cultures fruitières ont pu profiter de ces voies de communication pour se développer.

Le marché urbain et son accessibilité

  • 81 Article 4 du cahier de doléances de Bougival, Thénard éd., op. cit., 1889, p. 52-53.

36En 1789, les habitants de Bougival, considérant que « le bonheur et l'aisance du peuple dépendent autant des débouchés faciles qu'on lui procure pour le débit de ses denrées que de la modération dans les impôts », supplient le roi de leur procurer les subsides nécessaires à la construction d'un chemin qui relierait deux grandes routes de part et d'autre de leur finage : celle de Saint-Germain-en-Laye vers Paris par Rueil le long de la vallée de la Seine et celle de Saint-Germain-en-Laye vers Versailles. Ce projet serait également utile à « nombre de villages de la plaine, habitués à porter leurs denrées à Versailles 81 ». En effet, la proximité et l'accessibilité du marché urbain vont déterminer le développement des cultures fruitières sur les terroirs les plus favorables à ces cultures et hostiles aux céréales. Mais si l'accessibilité au marché urbain se comprend, bien évidemment, par la construction et l'entretien de voies de communication, elle ne devient effective que par l'existence d'une paysannerie-marchande qui a l'habitude de les utiliser.

  • 82 Franconville-la-Garenne, dépt. 95, arr. Pontoise, ch. l. cant.
  • 83 Saint-Gratien, dépt. 95, arr. Argenteuil, cant. Sannois.
  • 84 Ermont, dépt. 95, arr. Pontoise, ch. l. cant.
  • 85 Pierrefitte-sur-Seine, dépt. 93, arr. Bobigny, cant. Stains.
  • 86 Montmagny, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Enghien-les-Bains.

37La vallée de Montmorency est bien reliée à Paris grâce aux routes menant vers la Picardie et la Haute Normandie. Épinay-sur-Seine, Franconville82, Saint-Gratien83, Sannois et Ermont84 profitent de la grande route de Saint-Denis à Pontoise qui conduit à Rouen. Les finages de Pierrefitte85, Montmagny86, Saint-Brice, Piscop sont traversés par la grande route de

  • 87 Villejust, dépt. 91, arr. et cant. Palaiseau.
  • 88 Saulx-les-Chartreux, dépt. 91, arr. Palaiseau, cant. Longjumeau.
  • 89 Châtenay-en-France, dépt. 92, arr. Antony, cant. Sceaux.

38Paris à Beauvais par Beaumont-sur-Oise. Autour du massif forestier de Bondy, la paysannerie-marchande de Coubron, Gagny ou de Vaujours, utilise la route de Paris à Meaux. Et au Sud de Paris, Villebon et Villejust87 sont à proximité de la route de Chartres, alors que Saulx-les-Chartreux88 et Châtenay-les-Bagneux89, de celle d'Orléans.

39Dans son Histoire de la vie privée des Français, Le Grand d'Aussy met aussi en valeur le rôle des voies fluviales dans la localisation des cultures fruitières :

  • 90 Le Grand D’aussy, op. cit., 1782, p. 189.

« les cantons plus éloignés, mais à portée de l'Oise, de la Marne, ou de la Seine, s'en occupent utilement aussi. Celui de Fontainebleau surtout, quoiqu'à une distance assez considérable, s'en [de la culture des fruits] est formé une branche de commerce. Les fruits arrivent à Paris dans des bateaux, connus sous le nom de bateaux de Tomeri, village qui c'est fait le courtier de tout le canton90 ».

  • 91 Schabol, op. cit., 1767, p. 85.
  • 92 Etiolles, dépt. 91, arr. et cant. Evry ; Hurtaut et Magny, op. cit., 1779, t. II, p. 760.
  • 93 Poissy, dépt. 78, arr. Saint-Germain-en-Laye, ch. l. cant.
  • 94 Tarif du 12/08/1654, AD 95, archives municipales de Pontoise, FF7C4.
  • 95 « À Monsieur le bailly d’Anguien, Supplie humblement Marin Lourdet laboureur demeurant à Piscop, q (...)
  • 96 Blégny, op. cit., 1692, rééd. 1973, p. 85.
  • 97 « Notons que ce site apparaît à plusieurs reprises dans les achats d’un maître fruitier des années (...)

40Il en est de même pour les pêches de Corbeil « qu'on envoie par la rivière de Seine à Paris91 ». Le village d'Etiolles, « dont les quelques collines [sont] garnies de vignes et arbres fruitiers », situé à 6,5 lieues de Paris, n'est qu'à un quart de lieue de la Seine92. Trois des cinq principaux foyers producteurs de fruits circumparisiens suivent la vallée de la Seine, de Thomery à Poissy93 ; vergers et pépinières ourlent la rive gauche du fleuve alors que les vallées de la Marne et de l'Oise accueillent des foyers secondaires. Le tarif du 11 août 1654 en faveur des religieuses de l'Hôtel Dieu de Pontoise94 prévoit que chaque bateau chargé de fruits passant sous le pont de Pontoise devra acquitter un droit de quatre sols parisis et un cent de fruits. En effet, la descente de l'Oise permet ensuite de remonter la Seine et d'acheminer des fruits venant de Picardie vers Paris. Dans la seconde moitié du xviie siècle, les marchands-fruitiers de la vallée de Montmorency utilisent cette voie fluviale jusqu'au port d'Épinay-sur-Seine95 et terminent l'acheminement des fruits par voie terrestre, en récupérant la route de Paris à Rouen via Saint-Denis-en-France et Pontoise. D'autres bateaux vont jusqu'à Paris et déchargent leur cargaison de fruits sur la grève de l'Arsenal pour ceux descendant le fleuve, sur le quai de l'École pour les pommes et les poires provenant de Normandie96, et sur le quai du Mail97.

  • 98 Savary des Bruslon, op. cit., 1723, t. 2, p. 182.

41Quand Jacques Savary des Bruslon définit les marchands-fruitiers comme étant des « marchands forains qui apportent à Paris, ou par sommes, ou par fourgons, ou même sur des bateaux, les fruits qu'ils ont ramassez et achetez dans les jardins et vergers de la campagne98 », il souligne justement l'importance des voies de communication, tant terrestres que fluviales, pour expliquer la localisation des cultures fruitières ; de même il faut prendre en considération la diversité des moyens de transport utilisés — à pied, cheval de bât, charrette, bateau — pour comprendre l'organisation de l'aire d'approvisionnement en fruits.

Les foyers réputés de l'arboriculture fruitière

Les terroirs réputés dans la production de fruits

42Parmi les finages qui consacrent des terroirs aux cultures fruitières, certains ont acquis une grande réputation qui a parfois perduré jusqu'au xxe siècle. Ce renom, souvent associé au nom d'un village, est colporté par les traités horticoles et par les descriptions des environs de Paris. Le nom de certaines variétés de fruit rend aussi hommage à ces terroirs parisiens : la pêche de Corbeil, la blanche d'Andilly, la belle de Vitry, la prune grosse noire hâtive dite aussi noire de Montreuil, la cerise de Montmorency, la poire doyenne de Pontoise, la figue blanche d'Argenteuil et celle de Versailles.

  • 99 Mémoire d’agriculture…, Société d’agriculture du département de la Seine, t. III, an X, p. 32.
  • 100 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 2, p. 225.
  • 101 Auguste Rey, Le cahier de Saint-Prix et de la subdélégation d’Enghien en 1789, 1892, p. 1.

43Au nord de Paris, Argenteuil est réputé, aux xviiie et xixe siècles, pour ses figuiers99 ; « le terrein sableux et caillouteux d'Argenteuil près de Paris leur convient fort ; elles y sont excellentes100 ». La vallée de Montmorency est célèbre dès le xviie siècle pour sa production de fruits de haute-tige et notamment pour ses fameuses cerises ; d'ailleurs, la lettre patente de 1689 faisant part de la volonté royale de remplacer l'appellation du duché-pairie, de la vallée et de la ville de Montmorency par Enghien permet à Mme de Sévigné d'ironiser : « il faudra donc dire des cerises d'Enghien, au lieu des cerises de Montmorency ?101 ».

  • 102 Vincennes, dépt. 94, arr. Nogent-sur-Marne, ch. l. cant.

44À l'est de la capitale, Montreuil et les villages de Bagnolet, Vincennes102 et Charonne, sont renommés pour la production de pêches. À partir des années 1750, les arboristes célébreront la renommée de ces terroirs jusqu'à en faire le foyer de l'arboriculture raisonnée et le lieu de naissance du palissage à la loque, mais son ancienneté affirmée par les traités du second xviiie siècle et du xixe siècle semble très discutable.

  • 103 Christine Métayer, Au tombeau des secrets, les écrivains publics du Paris populaire, Cimetière des (...)

45Au contraire, l'ancienneté de Corbeil et du sud de Paris dans l'approvisionnement de la capitale en menues denrées ne fait aucun doute. Un mémoire anonyme du xvie siècle dénonce la circulation dans le cimetière des Saints-Innocents des marchands se rendant aux Halles : ce cimetière « en raison de ses ouvertures communiquant avec les Halles avoisinantes [...] était alors devenus le raccourci privilégié des nombreux marchands de poisson, de blés, de fruits et de "cochonnerie" qui venaient approvisionner la capitale depuis Corbeil et la région au sud de Paris103 ».

  • 104 Guillaume de Villeneuve, Crieries de Paris, vers 1545, cité par Yvonne Bezard, La vie rurale dans (...)

« Pesches de Corbeil, les pesches !
Qui en prend une l'on pesche,
Encore pesche il mieux, Celui qui en pesche deux104 ».

  • 105 Schabol, op. cit., 1767, p. 85.
  • 106 Melun, dépt. 77, ch. l. dépt.
  • 107 Farcy, dépt. 77.
  • 108 Dammarie-les-Lys, dép. 77, arr. Melun.
  • 109 Moret-sur-Loing, dépt. 77, arr. Melun, ch. l. cant.
  • 110 Saint-Mammès, dépt. 77, arr. Melun, cant. Moret-sur-Loing ; La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 2, (...)
  • 111 Lelieur, la Pomone française, 1816, éd. utilisée 1842, p. 57-71 ; « au commencement du xviiie sièc (...)
  • 112 Procès-verbal d’arpentage du 15/12/1778, AD 77, 1C10.

46Corbeil est déjà célèbre au xvie siècle pour ses pêches de plein vent. « C'est une petite ville fort ancienne à 7 lieues de Paris, et à 3 ou 4 de Melun, où il se fait un grand trafic de pêche105 ». Ces pêches dites de Corbeil sont aussi cultivées dans les vignes aux alentours de Melun106, notamment à Farcy107 et à Dammarie-les-Lys108, et plus au sud, aux alentours de Fontainebleau dans les vignes de Moret109 et de Saint-Mammès110 ; les fruits remontent la Seine vers Paris dans les bateaux dit de « Thomery » par les Parisiens. Par contre, le célèbre chasselas de Thomery, pendant qualitatif et technique des pêches de Montreuil, serait d'un développement plus récent ; l'essor de la production de raisin de table à Thomery, dans des clos multipliant des murs de refend, daterait de la fin du xviiie siècle111. Mais déjà en 1778, le procès-verbal d'arpentage de ce finage juge bon de remplacer la traditionnelle rubrique « maison, cour et jardins » par « maisons, coures, jardins plantée en vignes et en arbres à fruit clos de murs » pour le village de Thomery et les hameaux de Bry, de Montfort, de Chantoiseau, d'Efondré et de la rivière112 ; 49 hectares arpentés sont placés sous cette catégorie, soit un dixième de la superficie totale.

Le mythe des origines de « Montreuil-aux-pêches »

  • 113 Combles, op. cit., 1745.
  • 114 Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1844, rééd. 1999, p. 168-175.
  • 115 Lelieur, op. cit., 1816, éd. utilisée 1842, p. 232.
  • 116 Le maître d’école de Silly-en-Multien, évoquant la grêle du 13 juillet 1788, cite un certain nombr (...)

47Il faut attendre 1745 pour que la culture des pêches à la Montreuil soit évoquée par un arboriste113, elle sera ensuite largement décrite par l'abbé Roger Schabol. En février 1755, dans le Journal (économique, il lui consacre un article qu'il reprend et approfondit dans son Dictionnaire (1767) et dans ses deux ouvrages posthumes, La pratique du jardinage (1770) et La théorie du jardinage (1771). Il n'aura de cesse, dans ses œuvres comme dans sa correspondance, de diffuser cette culture et d'établir la réputation montreuilloise. Les traités horticoles de la seconde moitié du xviiie siècle ne sauraient oublier de consacrer d'élogieuses pages à ce foyer arboricole de l'est parisien dont on retrouve, au siècle suivant, un écho dans Y Encyclopédie d'horticulture114 et dans l'agacement de Lelieur pour qui « la culture suivie à Montreuil est très au-dessous de sa réputation115 ». Et dans la dernière décennie de l'Ancien Régime, ce village semble communément connu sous le nom de Montreuil-aux-Pêches116.

  • 117 Schabol, op. cit., 1767, préface p. XXIV.
  • 118 Ibid., 1767, préface p. XL.

48Dans la préface de son Dictionnaire pour la théorie et la pratique du jardinage, Schabol présente cette méthode comme vieille de plus d'un siècle, elle serait donc née dans les années 1650117 ; seize pages plus loin, l'ancienneté de cette culture augmente pour atteindre « plus de 150 ans », nous sommes donc à l'extrême fin du xvie siècle ou au début du xviie siècle118. Ce n'est pas la première fois que l'on peut prendre l'abbé Schabol en flagrant délit d'exagération au sujet de son cher village de Montreuil : on y produit obligatoirement les meilleurs fruits de toute l'Île-de-France, voire du royaume, les jardiniers de Montreuil sont les seuls, évidemment, à avoir compris la véritable physique des arbres fruitiers. Ce discours très manichéen sur le génie de l'industrie des habitants de Montreuil opposé aux conduites forcément mauvaises de tous les autres arboriculteurs, du jardinier du roi au vigneron, et cette présentation floue de l'origine des cultures à la Montreuil par l'auteur qui en lancera la mode, soulèvent le problème des origines des murs à pêches montreuillois.

  • 119 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 138 et 390.

49Pour La Bretonnerie, hostile à La Quintinie, non seulement la culture à la Montreuil serait plus ancienne que celle du jardinier du roi, mais en plus « le directeur des jardins du roi, eut la petite vanité de ne pas vouloir profiter de leur industrie119 ». En effet — d'après une anecdote qu'il reprend de Schabol — Pépin, un garçon jardinier dont la famille était établie à Montreuil depuis longtemps, entra au service de La Quintinie ; le jeune homme, qui n'appréciait pas la façon de conduire les arbres fruitiers à Versailles, y travailla

  • 120 Schabol, op. cit., 1770, t. 1, p. 108-109.

« suivant les principes qu'il avoit reçus dans son enfance. Le disciple n'étoit rien moins que d'accord avec son maître. Celui-ci lassé d'être toujours contredit, se débarrassa un peu brusquement d'un ouvrier indocile, et ils se séparèrent fort mécontens l'un de l'autre. Le jeune Pépin repris le chemin de Montreuil120 ».

  • 121 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 508.
  • 122 Bonnefons, op. cit., 1651, p. 16 ; Le Gendre, op. cit., 1652, p. 178.
  • 123 Bonnefons, op. cit., 1651, p. 22.

50Pourtant, ces ingénieux habitants auraient inventé le palissage à la loque121. Cependant, ce palissage est déjà décrit par Nicolas de Bonnefons en 1651 et par Le Gendre en 1652 sans qu'ils citent Montreuil122. Par la suite, jusqu'en 1745, les arboristes continueront à parler du palissage à la loque dans les chapitres sur les espaliers sans jamais évoquer un quelconque lieu de naissance dans les clos montreuillois. Ce silence durable ajoute un soupçon supplémentaire quant à l'ancienneté des murs à pêches de Montreuil, d'autant plus qu'il semble bien que le palissage à la loque, loin d'être une spécificité locale, soit largement répandu autour de Paris dans les finages où le plâtre est abondant. De surcroît, il faut noter que dans les années 1650 les jardiniers « aristocrates » reconnaissent avoir beaucoup de difficultés à conduire des espaliers de pêchers. Nicolas de Bonnefons en conclut même que les pêches « ne sont guères propres en espalier, à cause que les branches nuisent tantost d'un bras, tantost d'un autre123 » alors que les paysans montreuillois arriveraient à le faire depuis au moins une génération !

  • 124 Ventes du 28/07/1650, AD 93, CXXI 091, et du 28/07/1652 pour 51 livres, AD 93, CXXXI 096.
  • 125 À titre d’exemple : accord du 19/04/1650, AD 93, CXXXI 090, ou contrat de construction du 11/08/16 (...)
  • 126 Hervé Bennezon, Vivre à l’ombre de Paris : Montreuil-sous-bois de 1681 à 1689, mémoire de maîtrise (...)
  • 127 Inventaire après décès du 13/09/1650, AD 93, CXXXI 091.
  • 128 Succession, lots de partage, 11/09/1651, AD 93, CXXXI 093.
  • 129 « une chaisière d’ozier à mettre fromage », inventaire après décès du 30/04/1650, AD 93, CXXXI 090 (...)

51Face au silence des arboristes du Grand Siècle, pourtant avides de nouveautés et particulièrement intéressés par la culture des espaliers, le recours aux actes de la pratique conservés dans les archives locales s'impose. Un sondage dans les minutes notariales de Montreuil, dans les années 1650, ne permet pas de parler d'une arboriculture fruitière très marquée. Non seulement les inventaires après décès ne prisent pas le matériel spécifique à la culture des fruits, notamment les nombreux « paniers à mettre fruits » que l'on retrouve par dizaines dans les inventaires contemporains de la vallée de Montmorency, mais en plus les contrats de vente de fruits — pommes et poires — sont extrêmement rares et d'un montant dérisoire124. Enfin, si des murs, utilisant massivement le plâtre et dûment chaperonnés, sont bien bâtis dans les jardins de Montreuil en 1650125, les contrats et autres accords conservés les présentent comme des clôtures, et rien ne permet d'affirmer qu'ils soient utilisés comme support pour des espaliers et encore moins pour des pêchers. De même, une étude sur la vie quotidienne à Montreuil de 1681 à 1689 arrive au constat identique « qu'il n'y a rien qui prouve, dans les archives [...] consultées, une culture de masse [des pêches] au xviie siècle126 ». La comparaison avec le contenu des archives notariales contemporaines de la vallée de Montmorency tend à confirmer le mythe des origines des murs à la Montreuil. Néanmoins, ce finage offre un terreau économique, social et mental favorable à un développement ultérieur de l'arboriculture fruitière : un terroir viticole, des productions diversifiées (vin, céréales, pois, fèves communes et haricots127, asperges128 et fromages129), un lieu de villégiature de la Cour dans le sillage du château de Vincennes, et la proximité du marché parisien.

  • 130 Le petit guide de l’exposition « Les murs à pêches. Histoire et culture de la pêche à Montreuil, d (...)

52Ainsi, il semblerait qu'à partir des années 1750 un mythe des origines des pêchers à la Montreuil ait été construit pour légitimer une nouvelle génération d'arboristes. Dans un contexte de remise en question des préceptes de Jean-Baptiste de La Quintinie, l'éloge du savoir-faire des paysans de Montreuil permet d'affirmer clairement la rupture avec les anciens traités aristocratiques condamnés à n'être que des traités de cabinet. Et ce mythe sera entretenu et développé par des érudits locaux jusqu'à nos jours130. En effet, la renommée de Montreuil se construit parallèlement à une critique de plus en plus systématique des préceptes de La Quintinie par les jardinistes. Pourtant le jardinier du roi reste encore, pour les lecteurs du xviiie siècle, une référence essentielle de l'horticulture distinguée, un véritable oracle du jardinage. La construction de la renommée montreuilloise, sous la plume de Schabol et de ses continuateurs, a donc besoin de ce point de repère. Selon un principe rhétorique classique, l'aura du jardinier du roi va être utilisée pour grandir le mérite des Montreuillois et, en retour, rabaisser un La Quintinie que l'on veut englué dans l'arrogance de ses faux principes. Ainsi la méthode des habitants de Montreuil est, au minimum, contemporaine de La Quintinie — elle existe depuis au moins un siècle —, voire beaucoup plus ancienne, — depuis cent-cinquante ans — ; La Quintinie, ce « grand jardinier » aristocratique s'est trompé dans l'art de tailler les arbres, alors que depuis plusieurs générations, les simples paysans de Montreuil connaissaient, eux, l'art de palisser les arbres fruitiers.

  • 131 Annales de la Société d’horticulture de Paris, t. 29, 1841, p. 226-228.

53Pour que ce mythe des origines soit complet, il lui faut une reconnaissance officielle : seul le Roi Soleil peut la donner. Une cinquantaine d'années après La Bretonnerie, Héricart de Thury, président de la société d'horticulture de Paris, ajoute une pierre à l'édification d'un mythe des origines des murs à pêches de Montreuil. Girardot, ancien mousquetaire du roi et « ami intime de La Quintinie », dans sa propriété de Bagnolet, se consacrait à la culture des arbres fruitiers et notamment des pêchers. « Un jour », le Grand Condé recevant Louis XIV à Chantilly, un panier « contenant douze pêches d'un volume jusqu'alors inconnu, pêches admirables et resplendissantes du plus riche vermeil, du velouté le plus pur et le plus frais » fut déposé par un inconnu, et présenté avec une unique étiquette portant « pour le dessert du roi ». L'admiration fut générale, car de tels fruits étaient inconnus jusque dans le potager royal de Versailles ; il restait à faire découvrir au roi l'identité de ce jardinier de grand mérite. À l'occasion d'une chasse dans la forêt de Vincennes, La Quintinie parvint à faire diriger le roi vers Montreuil où l'attendait son ami Girardot, « partie en habit d'officier de mousquetaire, partie en jardinier », entouré de ses sept enfants. Louis XIV mit pied à terre, visita les jardins coupés de Girardot, admira les espaliers et lui demanda de lui apporter chaque année une corbeille de pêches avec sa simple et belle inscription : « pour le dessert du roi !131 ».

54Cette anecdote s'apparente à un conte. « Voici les renseignements que j'ai recueillis de M. de Rotrou, maire de Montreuil », les sources de l'auteur sont particulièrement floues à l'image d'une chronologie inexistante et « d'un jour » qui pourrait aisément être remplacé par « il était une fois ». D'autres éléments appartiennent au domaine du conte : les pêches sont obligatoirement « douze » dans le providentiel panier, et Girardot a évidemment « sept » enfants, quant au décor, on retrouve une fête somptueuse à Chantilly et la forêt. De surcroît, comment peut-on concilier la prétendue hostilité de La Quintinie à la manière de conduire un espalier à la Montreuil, illustrée par le renvoi de Pépin, avec l'aide fournie à Girardot pour que Louis XIV puisse goûter des pêches... conduite à la manière de Montreuil ! De même, l'absence d'amour propre de La Quintinie qui présente à son maître des pêches que celles du potager royal de Versailles n'arrivent pas à égaler, procède du même mouvement de « désacralisation » du jardinier du roi. Par ailleurs, quand bien même on accepterait l'idée d'une présentation annuelle des pêches de Montreuil au souverain, comment comprendre qu'il faille attendre 1745 pour qu'un traité évoque les pêchers de Montreuil, alors que ces fruits seraient offerts tous les ans à Louis XIV depuis 1686 ; silence très suspect quand on sait le rôle que joue le souverain dans l'élaboration du bon goût.

55À partir de Schabol, les arboristes ont donc créé un mythe de l'ancienneté des espaliers de Montreuil pour se démarquer des traités horticoles aristocratiques du Grand Siècle.

  • 132 Combles, op. cit., 1745, éd. 1770, p. 13-14.

56« Les environs de Paris sont remplis de pépinières132 »

Les pépinières réputées

  • 133 « Vitry, Fontenay-aux-Roses, Le Pré Saint-Gervais, se sont particulièrement consacrés à en élever  (...)
  • 134 Fontenay-aux-Roses, dépt. 92, arr. Antony, cant. Chatillon.
  • 135 Choisy-le-Roi, dépt. 94, arr. Créteil, cant. Ivry.

57Les pépinières les plus réputées, hormis celle du Pré-Saint-Gervais133, se trouvent sur la rive sud de la Seine. Fontenay-aux-Roses134, Choisy135 et surtout Vitry sont célèbres pour leurs pépinières. En 1777, Thomas Blaikie, jardinier écossais qui a notamment servi le comte d'Artois et le duc d'Orléans, traverse ce village « fameux pour les pépinières d'arbres fruitiers » :

  • 136 Blaikie, Sur les terres d’un jardinier. Journal de voyages 1775-1792, 1997, p. 162-163.

« Nous sommes allés de Choisy à Vitry, il y a tout le long de la route un grand nombre de pépinières éparpillées et sans clôtures, mêlées aux champs de blé. La ville de Vitry, qui semble considérable, paraît essentiellement faite d'arbres, il y en a au coin de chaque maison. Après voir traversé Vitry, il y a sur plus d'un mile [en direction de Paris] des pépinières disséminées dans les champs136 ».

  • 137 Calonne, op. cit., 1778, préface p. III.
  • 138 Blaikie, op. cit., 1997, note d’édition n° 116, p. 162.
  • 139 Ivry-sur-Seine, dépt. 94, arr. Créteil, cant. Ivry.
  • 140 Villejuif, dépt. 94., arr. Créteil, ch. l. cant.
  • 141 Calonne, op. cit., 1778, p. 10.
  • 142 Rapport sur Vitry de 1786, AN H 1515, cité par Michel Traversat, « Propriété, fiscalité, doléances (...)
  • 143 Calonne, op. cit., 1778, p. 4.

58L'avocat en parlement Louis-François Calonne consacre un traité à l'industrie des habitants de ce village, à la présentation de leurs travaux de pépiniéristes « depuis le moment où la terre les reçoit, en graine ou autrement, jusqu'au tems où ils en sont retirés pour être plantés ailleurs137 ». En 1787, cette activité occuperait deux cent cinquante hectares et plus de cent vingt marchands d'arbres138. Ivry139, Choisy et Villejuif140 participent aussi à la production de grands plants, de petits plants et de plants fruitiers141 ; à la veille de la Révolution, des abricotiers, des cerisiers et « toutes les variétés de poir[ier], de pomm[ier], de prun[ier] et de pêch[er] » y sont élevés142. Ces pépinières sont situées sur les collines et non dans la vallée à cause de l'humidité du terrain, préjudiciable aux arbres fruitiers, et des risques de crues de la Seine143.

  • 144 La Rochette, dépt. 77, arr. et cant. Melun.
  • 145 Catalogue des arbres et arbrisseaux, arbustes et plantes, élevés par Charles-Thomas Alfroy…, Paris (...)

59Au xviiie siècle, des pépinières privées commencent à se développer autour de Melun, à La Rochette144 qui à l'origine est une pépinière privée jusqu'en 1767, et le redevient en 1780, et à Lieusaint. En 1702, la famille Alfroy y a fondé une pépinière de plants forestiers et d'arbres fruitiers, située sur la route de Paris à Fontainebleau, à sept lieues de la capitale et à une lieue de la Seine ; en 1790, Charles-Thomas Alfroy, se targue de l'avoir « augmentée de plus de moitié depuis qu'[il] la possède, [et se] propose de l'augmenter annuellement ». L'argument publicitaire de ce marchand-pépiniériste se fonde sur l'ancienneté de l'installation, gage d'un savoir-faire, sur la facilité d'accès par rapport à Paris, et sur la diversité des plants proposés145.

  • 146 Calvel, op. cit., an XII-1804, p. 4.

60La réputation et les intérêts économiques de ces pépinières privées, et notamment de celles de Vitry, entrent en concurrence avec la grande pépinière parisienne des pères Chartreux, qui aurait d'ailleurs été créée, d'après Etienne Calvel, par un habitant de Vitry entré chez les Chartreux dans les années 1650 sous le nom de frère Alexis146. Le cahier de doléances de ce village n'oublie pas de demander de :

  • 147 Article 20, Christian Bouyer, René Ponthus, Les cahiers de doléances des paroisses de l’actuel Val (...)

« oter la liberté aux gens de mainmorte et moines de faire aucune espèce de commerce quelconque, par exemple : les Chartreux de Paris font, par leur commerce immense de pépinières d'arbres, un tort très considérable à notre paroisse de Vitry, qui n'a que cette seule ressource pour subsister, et qui en paye une industrie considérable, pendant qu'eux qui ont autant d'apanages qu'un prince du sang, et qui doivent mener une vie pénitente, se laissent aller à un intérêt honteux, et se dégradent jusqu'à faire des pépinières dans leur enclos147 ».

  • 148 Schabol, op. cit., 1767, article pépinière.

61Nous sommes bien loin de « ces pieux Anachoretes [qui] font commerce d'arbres pour le seul bien public !148 ».

  • 149 Le livre commode pour l’année 1692 invite ses lecteurs, qui veulent acheter des fleurs, des arbres (...)
  • 150 Le jardinier solitaire, 1704, p. 145-151.
  • 151 Georges Gibault, « L’ancienne corporation des maîtres jardiniers…», 1896, p. 20.
  • 152 Ibid., p. 18.
  • 153 Andrieux, Catalogue…, 1777.
  • 154 Gobelin, op. cit., 1661, p. 150 ; « La vallée des misères est l’ancien nom que portoit la rue Trop (...)
  • 155 Ibid, t. 2, p. 476 ; Blégny, op. cit., 1692, rééd. 1973, p. 79.

62On peut acheter des arbres fruitiers à Paris, soit dans les pépinières des Chartreux, qui ont une bonne réputation mais proposent des arbres chers, soit chez des pépiniéristes installés dans les faubourgs Saint-Antoine149, Saint-Jacques150 et Saint-Marceau151, sur le Pont-au-change152, ou au quai de la Mégisserie, comme Andrieux153, et dans son prolongement, la « vallée des misères154 ». Sur ce quai, qui s'étend depuis le Pont Neuf jusqu'à la vallée des Misères, proche du grand Châtelet, se tient chaque semaine, le mercredi et le samedi, un marché aux fleurs et aux arbustes, où sont proposés aux chalands « des fleurs de chaque saison, des oignons ou graines de ces fleurs, des arbustes de toutes espèces, fruitiers et autres charmilles155 ».

  • 156 Gentil, op. cit., 1704, p. 145-151.

63Ces arbres fruitiers viennent de pépinières de la région parisienne, mais aussi de Blois et d'Orléans156. Le livre commode contenant les adresses de la ville de Paris précise, pour l'année 1692, que :

  • 157 Blégny, op. cit., 1692, rééd. 1973, p. 80.

« les jardiniers d'Orléans qui apportent tous les ans à Paris vers la fin de septembre, une fort grande quantité d'arbres fruitiers à hautes et basses tiges, logent pour la plupart granrue du fauxbourg Saint-Antoine au nom de Jésus et aux deux clefs157 ».

  • 158 Gobelin, op. cit., 1661, p. 234. « On peut acheter et faire apporter de Normandie ces deux especes (...)
  • 159 Vernon, dépt. 27, arr. Evreux, ch. l. cant ; Gobelin, op. cit., 1661, p. 81.

64Des plants de pommiers et de poiriers s'achètent aussi en Normandie et notamment à Rouen où, « environ la fin du mois de février, [...] il en arrive des pleins basteaux de très beau et bon plan, qui ne coûte ordinairement que quatre livres le millier158 ». C'est aussi en Normandie, plus précisément à Vernon, que l'abbé Gobelin conseille d'acheter les poiriers de Bon-Chrétien159. Un siècle plus tard, à la recherche de bonnes variétés de pommiers à cidre, Turgot écrit à la duchesse d'Enville :

  • 160 Lettre du 2 octobre 1767, Joseph Ruwet éd., op. cit., 1976.

« comme La Roche-Guyon [propriété de la duchesse] est près de Vernon et que c'est le canton de Normandie où l'on fait le meilleur cidre, je vous serois très obligé de vouloir bien me mander s'il vous seroit facile de me procurer dans la saison, une certaine quantité de greffes des meilleures espèces à faire du cidre160 ».

  • 161 Chambray, op. cit., 1765, rééd. 1890, p. 11.

65Le marquis de Chambray confirme cette réputation de la Normandie en précisant qu'« il y a des cantons [...] comme le pays de Bray, celui de Caux, et plusieurs autres, où les habitans se font un revenu considérable des pépins qu'ils sèment et qu'ils vendent au bout de deux ans161 ».

  • 162 André-Jean Bourde, op. cit., 1967, p. 699.
  • 163 Maurice Bordes, « Les jardins-pépinières des intendants », Jardins et vergers, Flaran 9, 1987, p.
    2 (...)

66Le gouvernement royal contribue aux développements des pépinières au xviiie siècle, notamment pour fournir des plants pour border les « pavés du roi », mais aussi pour soutenir la sériciculture et améliorer l'arboriculture fruitière. « Les pépinières prirent dans le premier tiers du xviiie siècle une grande importance en tant qu'objet d'administration, comme en témoignent les fonds des intendances162 ». En effet, les contrôleurs généraux Orry et Machault, et les intendants créent et développent, entre 1730 et 1760, des pépinières royales dans les généralités163 ; ces pépinières, d'au moins deux arpents, devaient fournir gratuitement des plants, mais leur existence est remise en question dès la dernière décennie du règne de Louis XV. Dans la région parisienne, les pépinières royales sont plus anciennes et plus nombreuses du fait des nombreuses résidences royales autour de la capitale, de Saint-Germain-en-Laye à Fontainebleau.

  • 164 Marly-le-Roi, dépt. 78, arr. Saint-Germain-en-Laye, ch. l. cant.
  • 165 Évocation de trois siècles de pépinières…, 1980, p. 10.
  • 166 Chaillot, dépt. 75.
  • 167 Auteuil, dépt. 75.
  • 168 Hurtaut et Magny, op. cit., 1779, t. IV, p. 12.
  • 169 « 1670 – Le roi possédait au Roule, fauxbourg S. Honoré, un très grand enclos. Colbert le destina (...)

67Les pépinières royales « sont regroupées autour de Versailles, dans les parcs des châteaux de Meudon, Marly164 et Choisy165 », ainsi qu'à Chaillot166, Auteuil167 et au Roule dans le faubourg Saint-Honoré « où l'on élève des fleurs, des arbustes et des arbres pour en fournir aux Tuileries, à Versailles et aux autres maisons royales168 » depuis les années 1670169.

  • 170 Le temps des jardins…, 1992, p. 508-511.
  • 171 Ibid., p. 511.
  • 172 Mémoire d’agriculture…, Société d’agriculture du département de la Seine, An X, t. IV, « Correspon (...)

68Dans son domaine de La Rochette, près de Melun, François-Thomas Moreau a l'ambition utilitariste, bien ancrée dans son époque, de produire des plants d'arbres forestiers et fruitiers, tout en créant une école d'agriculture qui formerait des enfants orphelins ou abandonnés170. En 1765, Louis XV accepte de financer l'école, baptisée alors École royale d'agriculture ; le 9 février 1767, un arrêt du Conseil d'état transforme le domaine de La Rochette en pépinière royale. Selon les mêmes principes que les pépinières royales créées une trentaine d'années plus tôt, y seront élevés des « plants forestiers, d'arbres fruitiers, d'arbres étrangers, d'arbres d'alignement, lesquels seront distribués gratuitement ; savoir, les arbres fruitiers, principalement aux gens de la campagne ». Ces arbres seront cultivés par cinquante enfants trouvés de l'Hôpital général de Paris. Moreau fort d'un poste d'inspecteur général des pépinières du royaume, son expérience de La Rochette est, au départ, voulue comme un modèle pour revivifier les moribondes pépinières royales provinciales, voire en créer de nouvelles. La réputation de Moreau et des pépinières de La Rochette sont vite établies, comme en témoigne sa correspondance avec Voltaire, — ce dernier lui commandera des plants pour son domaine de Ferney —, publiée par la Société d'agriculture du département de la Seine en l'an X. Entre 1767 et 1780, Moreau aurait distribué 104 880 arbres fruitiers171. Mais Necker lui fit supprimer en 1780, sous prétexte d'économie172, son statut royal et ses subventions ; affaiblies, les pépinières de La Rochette survécurent jusqu'en 1836.

69Les adresses des pépiniéristes professionnels sont diffusées par les traités sur l'art de cultiver les arbres fruitiers, par les échanges entre arboristes et par les almanachs usuels. Le jardinier prévoyant, almanach pour l'année M.DCC.LXX, informe ses lecteurs que :

  • 173 Le jardinier prévoyant…, mois d’octobre.

« on peut s'assortir de graines potagères et fleuristes chez le Sr Andrieux, quai de la Mégisserie ; d'Arbres fruitiers et autres, chez les frères Jouette, à Vitri ; d'Arbustes de fleurs curieuses et de la collection complette des fraisiers, chez le Sr Henri, rue de la Roquette, et de plantes étrangères ou de serres chaudes, chez le Sr Descenet, au Jardin des Apothicaires173 ».

  • 174 André-Jean Bourde, op. cit., 1967, p. 702.

70Si « la demande accrue [au xviiie siècle] fit sortir l'art des pépinières des "coins" de domaines particuliers et le fit prospérer dans des exploitations officielles destinées à fournir des régions entières, ou exploitées commercialement par des particuliers174 », à côté de ces pépinières réputées, et surtout destinées aux propriétaires privilégiés, perdure un réseau local de pépinières.

Des pépinières dans chaque village

  • 175 Domont, dépt. 95, arr. Montmorency, ch. l. de cant.
  • 176 Bail du 25/09/1651, AD 95, 2E7/506.

71Le 25 septembre 1651, deux marchands de Piscop louent pour six années à Nicolas Feré « une maison, cour, jardin et lieu fermé de haye [.], led. jardin planté en arbres fruitiers assis au village de Poncelles175 sur la grande rue ». Ils se réservent de « lever les esgrains ou sauvagins qui seront bon à lever l'année et les suivantes sans pouvoir toucher aux autres arbres portant fruits176 ». De même, Laurence Guy, veuve d'un chirurgien, prend soin, dans le bail conclu avec Louis Messier, pour une maison et une portion de jardin à Saint-Brice, de préciser :

  • 177 Bail du 14/08/1735, AD 95, 2E7/531.

« à l'égard des noyers qui sont dans ledit jardin au nombre de trente quatre petits, et huit moyens, qui font quarante deux, lesdits noyers resteront dans ledit jardin jusqu'à ce qu'ils soient en état de vendre et seront vendu au proffit de laditte Laurence Guy177 ».

  • 178 Mariel, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Luzarches.
  • 179 Inventaire après décès, 07/10/1723, AD 95, B95/834.

72L'inventaire après décès, malheureusement en partie déchiré, de Vincent Guedon, laboureur à Domont, livre la prisée d'une pépinière faite par un « marchand-pépinier » de Mareil178 appelé à titre d'expert, d'un montant de 2 884 livres. Il y recense « la quantité de trois mil arbres de marqué tan poirier, pommier, orme et merisier qu'[il] évalue au pris de huit sol piesse quy valle quatre cens livres le milier insy pour le trois milier c'est douse cens livres179 ».

  • 180 13/02/1640, AD 95, 2E7/64.
  • 181 13/02/1716, AD 95, B95/834.
  • 182 Deuil-la-Barre, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Enghien ; 09/01/1680, AD 95, 2E7/115.
  • 183 07/01/1697, AD 95, B95/1190.
  • 184 27/12/1680, AD 95, 2E7/115.
  • 185 « On met en pépinière des cerisiers, guigniers, pruniers, poiriers et pommiers sauvages, qu’on tro (...)
  • 186 « Un petit espace de bonne terre enclos, est suffisant pour élever tous les arbres fruitiers néces (...)
  • 187 Bail du 27/12/1680, AD 95, 2E7/115.

73Au détour d'une clause d'un bail, d'un inventaire après décès, ou d'un partage de succession, on retrouve des pépinières sur les finages d'Andilly180, de Domont181, de Deuil182, de Groslay183, de Montmorency/Enghien184, de Poncelles et de Saint-Brice. À l'abri des haies, qui elles-mêmes sont des réserves de porte-greffe185, « un petit espace de bonne terre enclos186 » ou, plus sûrement, de nombreux coins de jardin ont servi de pépinières. Ainsi Jean Esmery, marchand à Enghien, prend-il à loyer « trois quartiers de jardin planté en arbres partie en vigne dans laquelle il y a des buissons plantés en un petit coin depépignière187 ».

74Temporairement, des parcelles peuvent être transformées en pépinières dans le cadre d'une association de cycles végétatifs sur plusieurs années, notamment lors d'un changement de culture. François Denis, vigneron à Enghien, prend à titre de loyer trente perches de vigne

  • 188 Bail du 19/10/1710, AD 95, 2E7/143.

« dans laquelle il y a plusieurs arbres merisiers et guigniers et pruniers en pépinière assis au terroir de Deuil [...] à la charge par luy de bien et duement labourer, fumer, cultiver, provigner et échalasser lesd. vigne, de planter de trois rangées d'arbres guiniers [...] et le surplus des arbres qui se trouvera sur lad. pièce sera levé par le bailleur l'hiver prochain en sorte que cette pièce soit seullementgarnie desd. trois rangées d'arbres188 ».

75Le bail conclu pour dix-huit ans entre le bourgeois parisien Jacques Demichy et le jardinier Thomas Bimont prévoit qu'une pièce de terre labourable, d'un demi arpent demi quartier, située sur le finage de Bouffémont sera plantée en pépinière

  • 189 Bail du 16/10/1690, AD 95, 2E7/125.

« et de lad. perpigner sera tenu ledit preneur comme par ces présentes il s'oblige de laisser soixante arb[res] ou plus sy besoin est sçavoir moitiée poirier et moitiée pommiers, iceux faire greffer, cultiver, esplucher et fumer après que ledit preneur aura levé lad. perpigner, et ou[tre] ce sera tenu ledit preneur de fermer lad. pie[ce] de haye vive des deux bouts, et comme aussi poura ledit preneur planter les deux aut[res] costés s'il le trouve à propos189 ».

76Le bailleur a la garantie que les arbres seront bien adaptés à la nature du terrain et qu'ils n'auront pas à souffrir d'une transplantation, deux dangers mis en valeur dans les traités horticoles ; il est même probable que le preneur fera entièrement fermer la pièce pour protéger les jeunes plantations. Quant au preneur, les arbres levés produiront, dans les deux à trois ans à venir, un revenu qui lui permettra d'attendre que ceux qui seront laissés sur place soient suffisamment résistants et moins nombreux pour permettre une association avec une autre culture. Ce système de pépinières temporaires et itinérantes, difficilement saisissable, a dû jouer un rôle essentiel, mais difficilement mesurable, pour la fourniture de porte-greffe dans les terroirs s'adonnant à l'arboriculture fruitière.

  • 190 Marcel Lachiver, op. cit., 1982, p. 38.

77Enfin, la jeune vigne, dont la densité de plantation, en Île-de-France, est faible du fait de la multiplication ultérieure des ceps par provignage190, peut aussi servir de bâtardière pour des égrains de pommier et de poirier :

  • 191 Bail du 22/04/1777, AD 95, 2E7/539.

« à la charge par lesdits preneurs qu'au cas qu'ils planteront en vigne la pièce de cent douze perches, ils seront obligés de planter en même temps cent aigrins de pommiers par chacun demy arpent que led. seigneur bailleur leur fournira pour les élever et quant il en seront en état de replanter souffrir les enlever par les ordres dud. seigneur bailleur191 ».

  • 192 Schabol, op. cit., 1767, article « bâtardière ».

78Cette association offre plusieurs avantages ; elle libère de la place dans la pépinière, elle permet d'avoir des arbres en réserve pour remplacer ceux qui meurent ou pour faire de nouvelles plantations, et d'en lever pour en vendre, augmentant ainsi le revenu de la pièce de terre. Mais, bien souvent, la bâtardière et la pépinière sont dans le même espace ; l'abbé Roger Schabol note que « bâtardière est un terme de jardinage plus usité dans certains livres de jardinages, que dans le langage commun. On dit plus volontiers et plus convenablement pépinière192 ».

79Ainsi, les villages, où l'arboriculture s'est développée, ont mis en place un système de rotation des pépinières paysannes sur les parcelles des exploitations tout en conservant deux points d'appui traditionnels, la haie, réserve de porte-greffe, et un coin de jardin.

  • 193 Il devra aussi « payer et continuer à l’advenir à la descharge dud. sieur Desain vingt sols de ren (...)

80Qu'elle soit dans un coin de jardin, dans un enclos réservé, ou temporairement dans une parcelle de vigne et dans une terre nouvellement plantée en arbres fruitiers, la pépinière est essentielle dans l'économie paysanne. Elle permet d'éviter une sortie de numéraire que nécessiterait un achat d'arbres à l'extérieur, elle offre un revenu supplémentaire et peut même servir à un paiement en nature : le 21 décembre 1670, Nicolas Desain, chef de fruiterie du roi, vend au marchand Antoine Boscheron, dix perches de terre à Groslay « moyenna[nt] la quantité de vingt cinq arb[res] tant poiriers que peschers à livrer aud. sieur Desain l'année prochaine193 ». L'intérêt économique n'est donc pas négligeable pour la paysannerie ; au xviiie siècle, un jeune arbre fruitier coûte de 8 à 30 sols.

Figure n° 7 : Prix de vente des arbres fruitiers à Paris
et dans ses campagnes au xviiie siècle

Figure n° 7 : Prix de vente des arbres fruitiers à Paris et dans ses campagnes au xviiie siècle
  • 194 Combles, op. cit., 1745, éd. de 1750, p. 14.

81Note194

  • 195 Guermantes, dépt. 77, arr. Meaux, cant. Lagny-sur-Marne ; les actes concernant l’entretien du parc (...)

82Note195

  • 196 Jacques Bernet, éd., op. cit., 2000, p. 94.

83Note196

  • 197 Déclaration du 25/11/1788 des procureurs-syndics du département de Meaux, AD 77, 59 C 12.

84Note197

  • 198 Calvel, op. cit., an IX-1803, p. 20.

85Note198

  • 199 Schabol, op. cit., 1770, p. 148.
  • 200 Rapport du 20/08/1714, Domont, AD 95, B95/834.
  • 201 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 205.
  • 202 Calvel, op. cit., an XI-1803, p. 21.

86Les arbres des pépinières des Chartreux, qui ont la réputation d'être chers, sont vendus, au xviiie siècle, 15 sols pièce pour les nains, 25 sols pour des demi-tiges et 30 sols pour les tiges199. En 1714, un expert, visitant un héritage, estime le prix des arbres pommiers qui auraient dû y être plantés à 20 sols pièces200. Quant aux jardiniers fleuristes de Paris, ils vendent des arbres fruitiers, dont ils font venir le plant d'Orléans, 10 à 12 sols pièce dans les années 1780201. En l'an XI, Calvel estime le cours ordinaire d'un arbre de haute tige à 1,5 franc202.

Les pépinières des maisons des champs

87Etienne Calvel commence son Traité complet des pépinières par ce regret d'un « propriétaire qui a des biens considérables » :

  • 203 Ibid., an XI-1803, p. 9.

« si j'avois formé chez moi une pépinière, il y a vingt ans [...], ma terre seroit totalement plantée depuis long-temps, mes arbres seroient beaux et en plein rapport, et j'aurois économisé bien des frais, dont je n'ai retiré que des plantations médiocres. J'ai fait ces sacrifices à l'impatience de jouir, et les fruits que je recueille sont bien loin de me dédommager de ce qu'il m'en a coûté pour les obtenir203 ».

  • 204 29/11/1677, AD 95, 2E7/522.
  • 205 Contrat du 16/11/1659, AD 95, 2E7/514.

88Les propriétaires de maisons de campagne créent et entretiennent aussi des pépinières, à l'exemple de François de Braque, seigneur de Saint-Brice, louant à François Gallot un arpent et demi planté d'arbres fruitiers « à la charge de planter par led. preneur des arbres qui manque dans led. héritage [...] que led. seigneur bailleur fournira de sa pépignière204 ». Le 16 novembre 1659, dans le contrat qu'il passe avec Louis Marais pour qu'il entretienne « son clos et jardin de sa maison de Mauléon » à Saint-Brice, le notaire parisien Pierre Gary n'oublie pas de préciser qu'il devra « labourer et entretenir la pépinière estant dans ledit clos en temps et saison convenable205 ». Quant au seigneur du fief de Mauléon à Saint-Brice, il loue pour quinze ans au jardinier Nicolas Vicaire deux arpents de vigne à la charge :

  • 206 Bail du 17/10/1717, AD 95, 2E7/146.

« de planter dès l'hiver prochain la pièce en arbres châtaigniers de haute tige et d'un pour perche lesd. arbres le preneur [prendra] dans le jardin du sieur bailleur [...] sans payer le prix desd. arbres206 ».

  • 207 Bonnefons, op. cit., 1651, p. 40.

89Les arbres élevés ne le sont pas exclusivement pour les terres du propriétaire mais peuvent aussi être vendus. Nicolas de Bonnefons conseille à ses lecteurs de transplanter les jeunes arbres greffés de la pépinière à la bâtardière pour disposer d'arbres pour remplacer ceux qui pourraient mourir, pour faciliter l'entretien de la pépinière, mais aussi « pour en avoir à vendre207 ».

  • 208 Gentil, op. cit., 1704, p. 145-151.

90L'entretien d'une pépinière est bien le signe d'un « bon mesnager » depuis La maison rustique, et les traités arboricoles ne manquent pas d'aborder les travaux nécessaires à sa création et à sa gestion. Ils la conseillent pour deux principales raisons : avoir des arbres bien adaptés à la nature du sol et être sûr de la variété fruitière contrairement aux arbres achetés l'hiver dans d'autres pépinières, tout en évitant d'être abusé, par son jardinier, sur la somme déboursée. L'auteur du Jardinier solitaire évoque les mauvais jardiniers qui volent leur maître en faisant croire qu'ils achètent des arbres chez les révérends pères Chartreux mais qui, en réalité, les achètent ailleurs moins chers, mais de moindre qualité, et gardent la différence de prix pour eux208 ; l'auteur de ce traité est bien évidemment un frère chartreux ! Il est vrai que les arbres des pépinières parisiennes des Chartreux sont deux à trois fois plus chers que ceux des autres marchands-pépiniéristes.

  • 209 Bonnefons, op. cit., 1651, p. 20-21.

91De nombreux traités sur la culture des arbres fruitiers se méfient des pépiniéristes ; Le jardinier françois conseille de choisir ses arbres « dans les pépinières des gens qui sont en réputation d'être fidels : car la pluspart de ceux qui en vendent trompent souvent les achepteurs209 » ; un siècle plus tard, l'abbé Le Berryais est encore plus explicite, pour lui

  • 210 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 19.

« il seroit très avantageux pour les Propriétaires d'élever eux-mêmes leurs arbres [car] ils ne seroient point exposés à être trompés sur les espèces, à planter des variétés dégénérées, ou greffées sur des sujets foibles, malades, trop peu analogues aux espèces210 ».

92Cette plainte contre les pépiniéristes peu scrupuleux revient trop fréquemment pour ne pas être le reflet d'une réalité. La grande confusion qui règne dans l'appellation des variétés fruitières doit aussi être à l'origine d'amères déconvenues pour l'amateur lorsque les fruits paraissent : les critiques contre ces fantaisies lexicales s'en font l'écho dans les traités arboricoles.

  • 211 Combles, op. cit., 1745, éd. 1770, p. 160.

93Enfin, le dernier avantage justifiant, pour les arboristes, l'entretien d'une pépinière privée réside dans la possibilité de former des arbres en mannequin, c'est-à-dire maintenu dans des paniers en osier dans l'attente de remplacer un arbre de la même variété, forme et âge, qui viendrait à périr dans le jardin, évitant ainsi de rompre un alignement ou une belle symétrie, et ce, quelle que soit la saison. Malgré toutes ces raisons, face à la multiplication des pépinières commerciales au xviiie siècle, Combles conclut qu'« il y plus d'embarras que d'œconomie à élever des arbres aux environs de Paris, où l'on à la commodité d'en trouver tant qu'on veut d'un moment à l'autre et à juste prix211 ».

  • 212 AN, F10 371.
  • 213 Calvel, op. cit., an IX-1803, p. 21.

94« Les pépinières particulières sont trop nombreuses pour qu'on ait à craindre de manquer d'arbres fruitiers » : ce constat, d'un mémoire de janvier 1808 adressé au gouvernement impérial par un membre de la société d'agriculture de Seine-et-Oise212, reflète parfaitement la réalité des campagnes parisiennes, du moins d'un point de vue quantitatif. En l'an IX, Etienne Calvel « par une approximation très modérée, [...] évalue à trois cent mille, les arbres qui sortent tous les ans des pépinières de Paris, Melun, Orléans, etc.213 ».

Le dynamisme de l'arboriculture fruitière dans la vallée de Montmorency

Une culture vivante

  • 214 AD 95, 53H4.

95Les archives des Trinitaires de Montmorency permettent de suivre de 1620 à 1777 une parcelle d'un arpent et demi, située sur le terroir de Saint-Brice, lieu-dit les préaux/chemin d'Enghien214. Un paysage est avant tout vivant, l'histoire de cette parcelle illustre parfaitement cette vérité parfois oubliée. De 1620 à 1669, des baux de neuf ans renouvellent l'exploitation d'une pièce de terre labourable. En 1669, un premier bail à longue durée de dix-huit années impose de planter cette parcelle en vigne et « de plante[r] ladite vigne en arbres [.] dans les six premières années et les rendre aagées de douze ans en fin du présent et hantez en cerize portant au moingt chacun ung pagnier de fruict ». Un second bail à longue durée de vingt années, en 1687, fait planter « dès à présent » entre les cerisiers, des pommiers. En 1707, le nouveau bail est conclu pour une durée classique de neuf années et prévoit d'achever « de rendre pleine et bien plantée » la pièce de terre. À partir de 1731, on parvient à un nouvel équilibre qui associe l'arbre fruitier à la luzerne et à la bourgogne ; les baux de neuf années se suivent et se contentent de préciser « de bien et duement entretenir ledit héritage », comme ceux de 1620 à 1652 précisaient « de bien et duement labourer, fumer et cultiver ladite pièce ».

96Une étude sérielle des baux, conservés dans le notariat de Montmorency et dans celui de Saint-Brice, imposant la plantation d'une pièce de terre ou de vigne, de continuer à « garnir » un héritage déjà planté d'arbres fruitiers, ou de les arracher, permet d'esquisser le dynamisme de l'arboriculture fruitière, dans la vallée de Montmorency, sur deux siècles. Bien que ne concernant, par définition, que les terres louées, ces clauses techniques fournissent un indicateur que me semble fiable pour juger du dynamisme des cultures fruitières pour l'ensemble des terroirs de cette région. En effet, les baux passés devant le notaire de Montmorency, concernant de nombreux finages, permettent de confirmer ou de nuancer le mouvement général dessiné pour Saint-Brice. Quant à la clause d'imitation des changements de culture des terres voisines, présente dans certains contrats de location, elle tend à confirmer que l'on peut légitimement penser que les plantations ou les arrachages prévus reflètent bien le dynamisme de la région, en le suivant ou en l'annonçant.

Figure n° 8 : Nombre de baux imposant la plantation ou l'arrachage d'arbres fruitiers conservés dans le notariat de Montmorency, tous les dix ans de 1630 à 1790

Figure n° 8 : Nombre de baux imposant la plantation ou l'arrachage d'arbres fruitiers conservés dans le notariat de Montmorency, tous les dix ans de 1630 à 1790

Figure n° 9 : Nombre de baux imposant la plantation ou l'arrachage d'arbres fruitiers conservés dans le notariat de Saint-Brice, par décennie des années 1640 aux années 1780

Figure n° 9 : Nombre de baux imposant la plantation ou l'arrachage d'arbres fruitiers conservés dans le notariat de Saint-Brice, par décennie des années 1640 aux années 1780
  • 215 AD 95, 53H1 à 4.

97Le mouvement général des deux graphiques indique un essor des cultures fruitières, à partir du règne de Louis XIV jusqu'aux années 1730, puis un net essoufflement jusqu'à la période révolutionnaire ; cette période correspond aussi à la raréfaction de l'appellation « marchand-fruitier » dans les actes de la série B et dans les minutes notariales du duché-pairie de Montmorency. Sur les cinquante-six baux conservés dans les archives des Trinitaires de Montmorency pour les deux derniers siècles de l'Ancien Régime215, quatorze, soit le quart, imposent la plantation d'arbres fruitiers. Ces derniers, concernant les terroirs de Domont, d'Enghien, de Montmagny et de Saint-Brice, confirment le mouvement révélé par nos deux principaux sondages : les deux tiers sont conclus entre 1650 et 1725.

  • 216 Jean-Michel Roy, op. cit., 1998, p. 225 ; Reynald Abad, op. cit., 2002, p. 628-629.
  • 217 Jeanne Ferté, op. cit., 1962, p. 50.
  • 218 Calvel, op. cit., an XII-1804, p. 4.
  • 219 Thomas Blaikie, op. cit., 1997, p. 162.

98Quant au conflit juridique des années 1640-1650 entre des maîtres-jardiniers jaloux de leurs privilèges et des compagnons-jardiniers qui réclament le droit, sans être passés par la maîtrise, de vendre librement leur production216, il semble bien nous fournir un indice supplémentaire pour dater cet essor des cultures fruitières et légumières dans la région parisienne. C'est aussi dans les années 1640, que des curés du diocèse de Paris revendiquent la perception de la dîme sur le sainfoin, une culture spéculative fortement associée à l'arboriculture fruitière. Or il n'est guère surprenant qu'il s'agisse de desservants de paroisses circumparisiennes et notamment de la vallée de Montmorency217. Par ailleurs, c'est justement en 1650, date probablement ronde, qu'Etienne Calvel place la création des pépinières des Chartreux sous la direction du frère Alexis218 alors que les pépinières d'arbres fruitiers de Vitry-sur-Seine se seraient développées à partir des années 1630219.

99Le début d'un accroissement des plantations imposées par les baux concorde avec le développement de conflits juridiques entre maîtres-jardiniers et compagnons-jardiniers, et entre décimateurs et paysans, voire avec la création d'une pépinière parisienne réputée, pour faire débuter l'essor des cultures fruitières autour de Paris dans les années 1640-1650. Cet essor va couvrir l'ensemble du règne de Louis XIV ; la reprise en main du milieu forestier à partir des années 1660 et les préoccupations des administrateurs face à une éventuelle disette de bois, ont pu contribuer à entretenir un climat favorable aux plantations d'arbres fruitiers.

  • 220 Marcel Lachiver, Les années de misère, 1991.
  • 221 Brigitte Maillard, op. cit., 1998, p. 59.

100Après une soixantaine d'années de développement de l'arboriculture fruitière, le devenir des parcelles plantées d'arbres fruitiers, au lendemain du destructeur hiver 1709, est particulièrement instructif pour juger du dynamisme de cette culture. Les conséquences du grand hiver 1709 sur les cultures sont bien connues220 ; les rapports d'expertise notant le nombre d'arbres morts et les demandes de diminution du montant des fermages, s'accumulent dans les liasses de la série B. Ce moment de crise est particulièrement pertinent pour apprécier le dynamisme des cultures fruitières ; en effet, le gel de nombreux arbres pourrait offrir l'occasion d'un changement de culture vers la vigne ou les céréales. En Touraine, « la campagne a perdu nombre de ses arbres fruitiers à la suite des grands hivers de 1709, 1740 ou 1789, sans en retrouver ensuite la même densité, en particulier en ce qui concerne les noyers221 ». Il n'en est rien pour la vallée de Montmorency. Force est de constater que l'essor n'est pas brisé par le grand hiver 1709, ce qui prouve le dynamisme et l'importance économique de cette culture, contrairement à l'olivier qui voit sa progression septentrionale stoppée, ou à la crise du phylloxera qui, à la fin du xixe siècle, sonnera le glas d'un vignoble parisien déclinant.

101Après une croissance séculaire, la courbe marque un net essoufflement des cultures fruitières de la vallée de Montmorency à partir des années 17301740. L'arrachage de parcelles plantées en arbres fruitiers devient plus régulier, et surtout, il n'est plus compensé par de nombreuses plantations. À la veille de la Révolution, l'arboriculture fruitière de la vallée de Montmorency est moins dynamique qu'elle ne l'était dans la seconde moitié du xviie siècle. Les professions inscrites dans les actes de la pratique passés devant les notaires de Saint-Brice et d'Enghien témoignent de cet essoufflement ; alors que dans la seconde moitié du xviie siècle, le terme « marchand-fruitier » est très fréquemment employé, même pour des actes ne concernant pas l'achat ou la vente de fruits, il est remplacé au xviiie siècle par celui de « marchand » sans autre précision. De plus, la grande majorité des contrats de vente de fruits retrouvés concernent le règne de Louis XIV. La concordance est trop grande pour pouvoir arguer du hasard de la conservation.

L'arboriculture fruitière parisienne, un exemple d'alternative agriculture ?

  • 222 Joan Thirsk, op. cit., 1997.

102On peut donc dater avec certitude l'essor de l'arboriculture fruitière en Île-de-France à partir des années 1640-1650, soit un début qui coïncide avec la seconde période de développement de Xalternative agriculture définie par Joan Thirsk222. La fin de cette période, qu'elle fixe vers le milieu du xviiie siècle, est aussi marquée par un net essoufflement des cultures fruitières dans la vallée de Montmorency. De plus, notre étude sur une arboriculture fruitière parisienne largement destinée à être vendue, s'inscrit totalement dans sa définition d'une « autre agriculture ». En effet, cette historienne met en valeur, à côté d'un système agraire dominant associant la céréaliculture à l'élevage, le dynamisme d'une « autre agriculture » regroupant l'horticulture, l'arboriculture, les plantes industrielles, la pisciculture, voire l'élevage des lapins...

  • 223 Jean-Pierre Poussou, « “l’agriculture alternative” ? À propos d’un livre de Joan Thirsk », Histoir (...)

103Les périodes de développement de cette alternative agriculture seraient une réponse à la baisse des prix des céréales et de la viande amenant les paysans, pour maintenir leurs revenus, à recourir à d'autres productions. Cependant, en admettant, pour le cas des campagnes parisiennes, l'hypothèse d'une influence de la baisse des prix de l'agriculture dominante sur le développement des cultures fruitières, ne serait-il pas plus pertinent de prendre en compte le cours du vin plutôt que les courbes des mercuriales céréalières ? En effet, l'importance du vignoble en Île-de-France, la fréquente proximité de la vigne et de l'arbre fruitier dans les terroirs, voire sur les mêmes parcelles, semblent davantage justifier une comparaison entre le dynamisme de l'arboriculture fruitière et les revenus du vignoble qu'avec les céréales. D'ailleurs, dans le cas français, le vignoble ne peut que difficilement être exclu de « l'agriculture dominante » comme l'a justement souligné Jean-Pierre Poussou223. Poser la question de l'alternative vigne ou arbres fruitiers correspond mieux à une réalité parisienne où la grande culture maintient l'arbre le long des routes et dans la zone domestique des jardins ; au contraire les principaux foyers de production de fruits appartiennent au monde de la vigne.

  • 224 Marcel Lachiver, op. cit., 1982, p. 305-309.

104À partir des muids de vin prisés dans les inventaires après décès d'Argenteuil, Marcel Lachiver a réussi à établir la courbe du prix du vin de 1623 à 1860224. Des années 1630 à 1780, le mouvement général du prix du vin est à la hausse, plus précisément, après une augmentation des prix jusqu'en 1660, on constate une baisse qui se poursuit jusque dans les années 1680, puis de nouveau une hausse brutale autour des années 1690. Il faudra attendre les années 1750-1770 pour connaître une nouvelle augmentation, suivie d'une baisse dans les années 1780 suite à la mévente des deux récoltes pléthoriques de 1781 et de 1785.

105Si l'on compare ce mouvement avec celui des plantations imposées par les baux dans la vallée de Montmorency, on s'aperçoit que l'important développement des cultures fruitières, dans la seconde moitié du xviie siècle, s'inscrit dans le contexte de baisse du prix du vin des années 1660-1680. Si cette conjoncture a pu renforcer l'extension de l'arboriculture fruitière, on peut noter que le début de l'essor des cultures fruitières coïncide avec la phase de hausse du prix du vin des années 1620-1660. De même, celle autour de 1690 est aussi une période de forte plantation d'arbres fruitiers alors que l'augmentation du prix du vin dans les années 1750-1770 se fait dans la période d'essoufflement de l'arboriculture et que la mévente des années 1780 n'entraîne pas une reconversion vers les arbres fruitiers. Clairement les rapports entre les oscillations du prix du vin et le dynamisme des cultures fruitières sont loin d'être mécaniques. Les raisons de la croissance des cultures fruitières sont donc à chercher ailleurs que dans une reconversion du vignoble vers l'arboriculture fruitière en fonction de la conjoncture.

106Plus séduisante me semble l'explication par une demande urbaine en fruits entretenue par un large engouement des élites pour l'arboriculture fruitière. En effet, le début de cet essor coïncide avec la multiplication des traités arboricoles et le développement de la mode du jardinage, aspects qui ont pu influencer les baux passés par les propriétaires parisiens, tout en reflétant une réalité économique, l'existence d'une demande urbaine en fruits. Face à celle-ci, il faut apprécier, à sa juste valeur, le dynamisme d'une paysannerie-marchande capable d'y répondre. C'est la rencontre entre le goût des élites pour le jardinage, la demande urbaine en fruits et une paysannerie-marchande apte à y répondre, qui explique le dynamisme des cultures fruitières quel que soit le prix du vin.

  • 225 Bail du 09/11/1780, Saint-Brice, AD 95, 2E7/540.

107L'arboriculture fruitière des campagnes parisiennes ne me semble pas participer à un système d'alternative agriculture, car les grands foyers producteurs de fruits ne s'inscrivent pas dans les terroirs de grande culture, mais dans des terroirs peu favorables à la production des céréales ; le lien entre le dynamisme des cultures fruitières et le prix des céréales me paraît donc très négligeable. Certes dans le cas parisien, la vigne appartient aussi à « l'agriculture dominante », mais il est à noter que tous les terroirs de vignobles n'ont pas développé des cultures fruitières et que l'essor des arbres fruitiers a pu aussi bien profiter de la hausse que de la baisse du prix du vin. En effet, lors d'une augmentation du cours du vin, le vigneron peut être tenté de planter de nouveaux ceps ; rien ne l'empêche de les accompagner de jeunes arbres fruitiers, les baux l'invite même à le faire : « au cas qu'ils la plantassent en vigne tout ou partye, ils s'obligent en même temps d'y planter par chacun arpent cinquante aigrains merisiers225 ». Ensuite il pourra maintenir les deux productions, ou en choisir une des deux. Et lors d'une baisse, l'arrachage des ceps et la plantation d'arbres, ou de sainfoin auquel est souvent associé l'arbre fruitier, offrent une autre solution.

108Plutôt que dans la reconversion d'une agriculture dominante vers une autre agriculture, en fonction de la conjoncture économique, l'extension de l'arboriculture fruitière me semble plus appartenir à un type de paysannerie-marchande dynamique offrant un terreau, au préalable favorable, qui sera fertilisé par la conjonction d'un engouement socioculturel pour les cultures fruitières et d'une demande urbaine. Autant la reconversion, au xixe siècle, du vignoble parisien vers l'arboriculture en réponse à la conjoncture est un fait avéré, autant les relations entre la vigne et l'arbre fruitier aux xviie et xviiie siècles semblent plus être marquées par une complémentarité que par une concurrence. Cette paysannerie-marchande relève plus d'une logique de diversification des productions ; c'est d'ailleurs cette diversification qui offre une garantie pour pallier l'irrégularité annuelle des rendements et des prix.

L'essoufflement d'un mode de production traditionnel

109À partir des années 1730-1740, le dynamisme des cultures fruitières, dans la vallée de Montmorency, marque le pas et connaît même un essoufflement dont les arboristes de la fin du xviiie siècle se sont fait l'écho. L'abbé Rozier, dans son dictionnaire, évoque clairement un « déclin » des cultures fruitières à la veille de la Révolution, que l'on perçoit dans la quasi-absence de clauses imposant la plantation ou de continuer à planter une parcelle. À l'article sur Montreuil, il écrit :

  • 226 Rozier, Dictionnaire, 1781-1796, t. VI, p. 577-578, article Montreuil, cité par Marie-Rose Simonia (...)

« On cultive principalement à Montreuil des pêchers, et c'est surtout pour cet arbre que ce village est renommé, comme Montmorency l'a été pour sa belle espèce de cerise. La culture des pêchers est cependant plus en vigueur à Montreuil que celle des cerises ne l'est à Montmorency, où on l'a presque tout à fait abandonnée226 ».

  • 227 Mozard, op. cit., 1814, p. 96.
  • 228 Caubert, « Rapport sur les cultures de Cerisiers de la Vallée de Montmorency », Mémoires de la soc (...)

110Durant la Révolution et l'Empire, ce déclin continue et Jean Mozard, en 1814, confirme les propos de l'abbé Rozier en notant que « les cerises de Montmorency avaient le plus de célébrité ; leur culture est aujourd'hui moins étendue dans cette belle vallée227 ». Et en 1846, une commission chargée par la Société d'horticulture du département de Seine-et-Oise de s'assurer si, dans la vallée de Montmorency, « quelque cultivateur ou amateur n'avait pas conservé ou tenté de réhabiliter ou propager ces belles variétés » de cerisiers, renouvelle l'amer constat de l'abandon de ces « précieuses variétés de cerisiers, qui long temps avaient fait sa richesse et sa réputation228 ».

111Cet essoufflement peut être dû à la concurrence d'autres zones productrices plus éloignées de Paris, comme la Normandie, la Picardie, la Touraine, le Bourbonnais ou la Limagne qui envoient leurs fruits dans la capitale, mais surtout à celle d'autres foyers parisiens et notamment de Montreuil qui se développent au xviiie siècle. Là encore, le propos de l'abbé Rozier est révélateur : Montreuil est réputé pour ses pêchers « comme Montmorency l'a été pour sa belle espèce de cerise ». Du point de vue du dynamisme arboricole, la vallée de Montmorency, au xviiie siècle, appartient au passé, elle n'a pas pu, ou pas su, développer le système des clos qui fait la renommé de Montreuil et qui fera bientôt celle du chasselas de Thomery, ainsi elle est incapable de produire des pêches en quantité suffisante pour un marché parisien qui en est friand. Le second xviiie siècle correspondrait à un lent déclin d'un mode traditionnel de production.

  • 229 Mozard, op. cit., 1814, p. 96.
  • 230 Calvel, op. cit., an XI-1803, p. 90.
  • 231 Ibid., an XI-1803, p. 141.

112Mais surtout, la vallée de Montmorency semble victime de son succès : une surexploitation des variétés locales a entraîné une baisse de la qualité, et notamment un abâtardissement de ses célèbres cerises. Pour Jean Mozard, les cerises de Montmorency se seraient abâtardies à cause de l'usage immodéré des rejetons229. En l'an XI, Étienne Calvel reconnaît que l'on a trop abusé des rejetons pour multiplier les pruniers, les cerisiers, les pommiers et les poiriers, ces arbres « ne parviennent jamais à une grande hauteur, rejettent beaucoup, s'épuisent, et dévorent inutilement le terrein qui les environne230 » et pour le pommier, multiplié de cette manière, « bien des personnes se plaignent de ce qu'il s'abâtardit231 ». Sonnini, Veillard et Chevalier reprennent, dans leur Vocabulaire portatif d'agriculture, la condamnation de l'usage des rejetons, notamment pour les cerisiers :

  • 232 Sonnini, Veillard et Chevalier, op. cit., 1810, p. 294.

« les arbres que l'on élève de rejetons que l'on a séparé du pied et mis en pépinière, ne forment jamais de beaux arbres ; ils n'ont pas de pivot, leurs racines sont traçantes, et poussent un beaucoup plus grand nombre de rejetons que ceux que l'on élève de graine. On ne devrait même pas les employer comme sujet pour greffer232 ».

  • 233 Calvel, op. cit., an XII-1804, p. 8.

113En l'an XII, Étienne Calvel confirme les propos de l'abbé Rozier au sujet des cerises de Montmorency : « depuis trente ans environ [les années 1770], la belle espèce que nous connaissons sous la dénomination de cerise de Montmorency, s'était presque abatardie partout ; elle devient tous les ans plus rare233 ». Ces propos sont d'autant plus évocateurs que les actuelles cerises dites de Montmorency, des griottes à chair tendre et au jus acidulé, consommées souvent confites dans de l'eau-de-vie, semblent assez éloignées des descriptions du xviie siècle.

  • 234 Catalogue raisonné des arbres, arbrisseaux, et sous-arbrisseaux, cultivés en plein air, dans la pé (...)
  • 235 Merlet, op. cit., 1667, p. 23.
  • 236 Catalogue…, 1736, p. 12.

114Hors de la région parisienne, le catalogue des pépinières de Casimir Freycinet propose à la vente, en 1806, neuf variétés de cerisiers dont celle de « Motmorenci ». Cette dernière ne fait plus partie des cinq espèces sélectionnées comme étant les meilleures, mais ce pépiniériste la conseille pour faire des cerises « confites au sucre ou à l'eau de vie234 ». Cent cinquante ans plus tôt Merlet la présentait comme une cerise « d'une grosseur prodigieuse [...], admirable à manger et à confir, ayant une douceur particulière235 », et dans le catalogue des Chartreux, « la cerise à courte-queue ou de Montmorency, est [encore] grosse, ronde, d'un goût excellent236 ». Mais, en 1775, Le Berryais décrit deux variétés de cerisiers dits de Montmorency :

« Le cerisier de Montmorency, [ou] Gros gobet, [ou] cerise à courte queue [est] un cerisier dont la taille est médiocre, les bourgeons très menus, les feuilles petites, longuettes, les fleurs très nombreuses, [il] noue rarement beaucoup de fruit, qui est gros, applati par les extrémité, d'un rouge vif, brillant, peu foncé, d'une eau abondante et très agréable, porté par de grosses queues fort courtes. Il mûrit vers la mi-juillet ».

  • 237 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 185-186.

115À cette variété il rajoute, pour la première fois dans les traités arboricoles des xviie-xviiie siècles, un second cerisier de Montmorency, dont les fruits « sont moins gros que le gobet, mieux arrondis, d'un rouge plus foncé, d'un acide fort tempéré et agréable, plus hâtifs d'environ quinze jours237 ». Il est probable que l'apparition de deux cerisiers dit de Montmorency soit la conséquence d'un abâtardissement ; le cerisier aujourd'hui connu sous ce nom serait une forme abâtardie de la très bonne cerise de Montmorency du xviie siècle.

  • 238 Francis Arzalier, op. cit., 1996, p. 261-262.

116L'abâtardissement du cerisier de Montmorency symbolise parfaitement cette fin du xviiie siècle marqué par le déclin d'un mode de production traditionnel qui intégrait, et peut-être noyait, l'arboriculture fruitière dans un système spéculatif de diversification des productions. Malgré tout, l'habitude de cultiver les arbres fruitiers permettra aux habitants de la vallée de Montmorency, au xixe siècle, de réussir une « mutation légumière et fruitière » qui retrouvera un second souffle avec l'arrivée du chemin de fer et dans les difficultés économiques du vignoble parisien238.

117Globalement, les campagnes parisiennes de l'époque moderne offraient un milieu naturel et humain favorable au développement de l'arboriculture fruitière. Les potentialités naturelles existaient et, dans un contexte économique et technique daté, elles ont rencontré une demande urbaine traditionnelle certes, mais renforcée par un fort engouement social, et une paysannerie-marchande dynamique prête à y répondre. Plus que dans une réponse à la conjoncture, il me semble que les raisons de cet essor sont liées à la rencontre d'une tradition — l'aptitude d'une paysannerie parisienne -avec une demande.

118Les principaux foyers de production se sont donc installés près des centres urbains, dans des finages bien reliés à Paris et dans des terroirs où les cultures fruitières cohabitent fréquemment avec le monde vigneron et sylvicole. La proximité des villes, de la forêt, une accessibilité aisée et des terroirs de coteaux arborés et plaisants font aussi de ces zones des lieux de villégiature de la Ville et de la Cour ; or l'affection des élites pour l'arboriculture fruitière est telle qu'il serait très surprenant que cette rencontre soit fortuite.

119Après avoir présenté le cadre mental, puis le contexte écologique et humain dans lequel s'inscrivent les cultures fruitières, l'étude de l'environnement accompagnant et permettant l'extension de l'arboriculture fruitière ne saurait être complète sans une histoire des paysages créés par le développement de cette culture dans les campagnes parisiennes.

Notes

1 Georges Bertrand, « Le naturel des terroirs », Histoire de la France rurale, t. 1, 1975, rééd. 1992, p. 59-118.

2 Ibid., p. 59.

3 Joan Thisk, Alternative Agriculture : A History from Black Death to the Present Day, 1997.

4 Hurtaut et Magny, op. cit, 1779, 4 vol. ; Lebeuf, Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, 1883-1893, 7 vol.

5 Marc Bloch, « Les plans cadastraux de l’Ancien Régime », Mélanges d’histoire sociale, t. III, 1943, repris dans La terre et le paysan, 1999, p. 70.

6 Mireille Touzery, Atlas de la généralité de Paris au xviiie siècle, un paysage retrouvé, 1995, p. 126.

7 Procès-verbal d’arpentage de Sannois, AD 95, C6 ; Sannois, dépt. 95, arr. Argenteuil, ch. l. de cant.

8 Mireille Touzery, L’invention de l’impôt sur le revenu. La taille tarifée, 1715-1789, 1994.

9 Mireille Touzery, op. cit., 1995.

10 Mireille Touzery, Dictionnaire des paroisses fiscales…, Caen, 1995.

11 Bougival, dépt. 78, arr. Saint-Germain-en-Laye, cant. La Celle-Saint-Cloud ; 25,53 ha d’arbres fruitiers, 24/10/1786, AD 78, C 4, plan C 1/28.

12 Louveciennes, dépt. 78, arr. Saint-Germain-en-Laye, cant. Marly-le-Roi ; 15,33 ha d’arbres fruitiers et groseilliers, 25/09/1786, AD 78, C 5, plan C 2/22.

13 Mireille Touzery, op. cit., 1995, p. 25.

14 Andilly, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Soisy ; Margency, dépt. 95, arr. et cant. Montmorency.

15 Bethemont-la-Forêt, dépt. 95, arr. Pontoise, cant. Taverny ; Lebeuf, op. cit., t. II, p. 140.

16 Bouffémont, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Domont ; ibid., t. II, p. 151.

17 Ibid., t. II, p. 159.

18 Montsoult, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Viarmes.

19 Lebeuf, op. cit., t. II, p. 164.

20 Presles, dépt. 95., arr. Pontoise, cant. L’Isle-Adam.

21 Par exemple les arbres fruitiers ne sont pas représentés sur le plan d’intendance du Mesnil-le-Roi malgré un procès-verbal attribuant 136,92 ha aux « prés et vergers », AD 78, procès-verbal C 5 et plan C2/69, 1787 ; Le Mesnil-le-Roi, dépt. 78, arr. Saint-Germain-en-Laye, cant. Maisons-Lafitte.

22 Daniel Roche, Le peuple de Paris, 1981, rééd. 1998, p. 17-51.

23 Arlette Farge, Le vol d’aliments à Paris au xviiie siècle, 1974, p. 180.

24 Charonne, dépt. 75.

25 Thomery, dépt. 77, arr. Melun, cant. Moret-sur-Loing.

26 Johann Heinrich von Thünen, Der isolierte Staat in Beziehung auf Landwirtschaft und Nationalökonomie, 1842-1850, Iéna, 1910, 2nde éd.

27 Pour le cas parisien : Michel Phlipponneau, op. cit., 1956, p. 19.

28 Tarif du 12/08/1654, AD 95, archives municipales de Pontoise, FF7C4.

29 Caen, dépt. 14, ch. l. de dépt.

30 Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne, Caen au xviiie siècle, 1974, p. 225-228.

31 Sylvie Depatie, art. cit., 1998, p. 226-253.

32 L’approvisionnement des Villes de l’Europe occidentale au Moyen Âge et aux Temps Modernes, Flaran 5, 1983, Auch, 1985.

33 Jean-Claude Perrot a demontré que le modèle de von Thünen s’applique à Caen au xviiie siècle contrairement au cas parisien pour Reynald Abad, op. cit., 2002.

34 Xavier de Planhol, Géographie historique de la France, 1988, p. 299.

35 Ordonnance du 01/04/1774, AD 77, 16C13.

36 Jouy-le-Moûtier, dépt. 95 arr. et cant. Pontoise.

37 « Les prairies de Limagne sont garnies d’arbres fruitiers, et principalement de pommiers ; ils fournissent à une exportation assez considérable, surtout pour Paris, où toutes les pommes dites de bateau viennent d’Auvergne », Pradt, Voyage agronomique en Auvergne, 1828, p. 78-79. Dans la première moitié du xixe siècle, des abricots viennent à grands frais du Bourbonnais et de l’Auvergne, Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1844, rééd. 1999, p. 114, mais déjà en 1697, l’intendant d’Auvergne insistait sur les fruits à noyau de la Limagne et principalement sur l’abricot « qui est fort en réputation », Mémoire sur l’état de la généralité de Riom en 1697, Abel Poitrineau éd., Clermont-Ferrand, Publications de l’Institut d’Études du Massif Central, fascicule VII, s. d., p. 54.

38 « les Marchands Fruitiers de Normandie et d’Auvergne font leurs voitures par eau », Savary des Bruslon, op. cit., 1723, t. 2, p. 182.

39 Ibid., t. 2, article « pomme ».

40 Abel Poitrineau, La vie rurale en Basse Auvergne, 1965, t. 1, p. 278 et 306 ; Arthur Young, op.
cit., t. 2, p. 567 et 646.

41 Ibid., t. 3, p. 1148.

42 « La plus grande quantité [de pruneaux] vient de Touraine, particulièrement de Tours, de S. Maur et de Chinon, comme les gros et petits Sainte-Catherine, les Saint-Julien, les pruneaux noirs de Damas », Savary des Bruslon, op. cit., 1723, t. 2, article « pruneaux ».

43 Rouen, dépt. 76, ch. l. de dépt. « Ils vendent aussi quantité de ces poires (les gros Rousselets de Reims) en confitures liquides et sèches : celles-ci leur viennent pour la plupart de Rouen, quoiqu’ils en tirent aussi de Reims », ibid., t. 2, article « poire ».

44 Patricia Bouchenot-Déchin, Henry Dupuis, jardinier de Louis XIV, 2001, p. 90-91.

45 Ce passage s’appuie sur les travaux de Jean Tricart, op. cit., 1948, chapitre I, « les exigences de la culture fruitière ».

46 Article 6 du cahier de doléances de Ménouville, Jacques Dupâquier, Ainsi commença la Révolution…
Magny-en-Vexin, 1989 p. 231 ; Ménouville, dépt. 95, arr. Pontoise, cant. Marines.

47 Hugues Neveux, « Un paysage rural d’Île-de-France au xviiie siècle. Saint-Brice vers 1760-1780 », Paris et ses campagnes sous l’Ancien Régime, 1994, p. 1-14.

48 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 120.

49 Lebeuf, op. cit., t. 2, p. 151.

50 Procès-verbal d’arpentage du cadastre de Bertier de Sauvigny : 88,85 ha de « prés et vergers », 10,14 ha de vignes, 47,50 ha de Châtaigniers, 215,66 de bois, et 1014 ha de labours, AD 78, C 6, plan C2/95.

51 Gambais, dépt. 78, arr. Mantes-la-Jolie, cant. Houdan ; procès-verbal d’arpentage du cadastre de Bertier de Sauvigny, 1787, AD 78, plan C97/25.

52 Rapport du 20/11/1709, AD 95, B95/2061.

53 Dahuron, op. cit., 1696, p. 26.

54 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 19.

55 Nouvelle maison rustique, éd. de 1749, t. II, p. 152.

56 Villebon-sur-Yvette, dépt. 91, arr. et cant. Palaiseau.

57 Palaiseau, dépt. 91. ch. l. d’arr.

58 Calonne, Essais d’agriculture en forme d’entretiens…, 1778, « ils viennent ici [à Vitry] pendant l’hiver, les exposer les Dimanches et fêtes dans la place près de l’église ; ils les vendent 20 sols le cent », p. 111. Merlet parle des « guignes blanches, rouges et noires […] greffées sur des merisiers que l’on prend dans les bois », op. cit., 1667, p. 21.

59 Calvel, op. cit., an XI-1803, p. 92.

60 « Le groseillier en général est un arbrisseau peu délicat. Transporté des bois dans nos jardins, il y porte de plus beau fruit sans être greffé », La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 2, p. 246. Jean-Marie Pelt confirme cette origine autochtone et sylvicole des groseilles, Des fruits, 1994, p. 57-58.

61 Dahuron, op. cit., 1696 ; il recopie ici un passage de Merlet : « Bezy d’héry est une poire ronde, jaune et lice, bonne, cuite et crue, elle vient de basse Bretagne, de la forest de Hery, d’où cette poire à tiré son nom, Bezy voulant dire sauvageon, tant en Bretagne qu’en plusieurs autres provinces », op. cit., 1667, p. 79.

62 Coubron, dépt. 93, arr. Le Raincy, cant. Montfermeil ; « […] grains, vignes et arbres fruitiers qui sont en grande quantité, et sont la seule ressource des habitants pour vivre et payer toutes les impositions », article 1 du cahier de doléances de Coubron, Cahiers de doléances de l’actuelle Seine-Saint-Denis, 1989, p. 49.

63 Gagny, dépt. 93, arr. Le Raincy, ch. l. cant ; « le terroir de Gagny, planté d’arbres fruitiers et vignes », article 7 du cahier de doléances de Gagny, ibid, 1989, p. 63.

64 Vaujours, dépt. 93, arr. Le Raincy, cant. Montfermeil.

65 Contrat de vente du 09/06/1699, AD 95, 2E7/529.

66 Louise Moillon, La marchande de fruits et légumes, 1630, toile, 120 x 165 cm, Paris, musée du Louvre.

67 Calonne, op. cit., 1779, p. 162-169.

68 Louise Moillon, Coupe de cerises, prunes et melon, s. d., toile, 48 x 65 cm, Paris, musée du Louvre.

69 Règlement du 02/07/1777, AD 95, B95/639.

70 Ecouen, dépt. 95, arr. Montmorency, ch. l. cant.

71 Rapport du 21/07/1776, AD 95, B95/1362.

72 Rapports des 14/07/1769 et 25/07/1769, AD 95, B95/1362.

73 Soisy-sous-Montmorency, dépt. 95, arr. Montmorency, ch. l. cant.

74 Rapport du 14/08/1758, AD 95, B95/1362.

75 Saint-Leu-la-forêt, dépt. 95, arr. Pontoise, ch. l. cant ; plainte du 19/10/1693, AD 95, B95/1183.

76 Guyot, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence…, 1784, t. 1, p. 561.

77 Plainte du 26/01/1700, AD 95, B95/1287.

78 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 2, p. 209.

79 Jean Tricart, op. cit., 1948, p. 24.

80 Pour l’aménagement routier de l’Île-de-France à l’époque moderne, Henri Cavaillès souligne que « les premières routes aménagées furent probablement les routes de chasse. Ainsi en fut-il de celle qui conduisait à Fontainebleau […] Il en fut de même de la forêt de Sénart, des forêts de Rambouillet, de Montmorency, de Compiègne, reliées à Paris par de belles voies pavées », op. cit., 1946, p. 56.

81 Article 4 du cahier de doléances de Bougival, Thénard éd., op. cit., 1889, p. 52-53.

82 Franconville-la-Garenne, dépt. 95, arr. Pontoise, ch. l. cant.

83 Saint-Gratien, dépt. 95, arr. Argenteuil, cant. Sannois.

84 Ermont, dépt. 95, arr. Pontoise, ch. l. cant.

85 Pierrefitte-sur-Seine, dépt. 93, arr. Bobigny, cant. Stains.

86 Montmagny, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Enghien-les-Bains.

87 Villejust, dépt. 91, arr. et cant. Palaiseau.

88 Saulx-les-Chartreux, dépt. 91, arr. Palaiseau, cant. Longjumeau.

89 Châtenay-en-France, dépt. 92, arr. Antony, cant. Sceaux.

90 Le Grand D’aussy, op. cit., 1782, p. 189.

91 Schabol, op. cit., 1767, p. 85.

92 Etiolles, dépt. 91, arr. et cant. Evry ; Hurtaut et Magny, op. cit., 1779, t. II, p. 760.

93 Poissy, dépt. 78, arr. Saint-Germain-en-Laye, ch. l. cant.

94 Tarif du 12/08/1654, AD 95, archives municipales de Pontoise, FF7C4.

95 « À Monsieur le bailly d’Anguien, Supplie humblement Marin Lourdet laboureur demeurant à Piscop, qu’il vous plaise luy permettre de faire descharger sur le port d’Espinay un basteau chargé de fruit pomme et autre qui monte sur la rivière de Seine venant de Picardie pour les transporter ou le suppliant advisera », Requête du 03/11/1699, AD 95, B95/1195.

96 Blégny, op. cit., 1692, rééd. 1973, p. 85.

97 « Notons que ce site apparaît à plusieurs reprises dans les achats d’un maître fruitier des années 1770, qui note sur son livre de comptes des formules telles que “au mail 300 de pomme de rainet”, “au mail 300 de pomme d’apie” », Reynald Abad, op. cit., 2002, p. 682.

98 Savary des Bruslon, op. cit., 1723, t. 2, p. 182.

99 Mémoire d’agriculture…, Société d’agriculture du département de la Seine, t. III, an X, p. 32.

100 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 2, p. 225.

101 Auguste Rey, Le cahier de Saint-Prix et de la subdélégation d’Enghien en 1789, 1892, p. 1.

102 Vincennes, dépt. 94, arr. Nogent-sur-Marne, ch. l. cant.

103 Christine Métayer, Au tombeau des secrets, les écrivains publics du Paris populaire, Cimetière des Saints-Innocents, xvie-xviiie siècles, 2000, p. 204.

104 Guillaume de Villeneuve, Crieries de Paris, vers 1545, cité par Yvonne Bezard, La vie rurale dans le sud de la région parisienne de 1450 à 1560, 1929, p. 158.

105 Schabol, op. cit., 1767, p. 85.

106 Melun, dépt. 77, ch. l. dépt.

107 Farcy, dépt. 77.

108 Dammarie-les-Lys, dép. 77, arr. Melun.

109 Moret-sur-Loing, dépt. 77, arr. Melun, ch. l. cant.

110 Saint-Mammès, dépt. 77, arr. Melun, cant. Moret-sur-Loing ; La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 2, p. 394.

111 Lelieur, la Pomone française, 1816, éd. utilisée 1842, p. 57-71 ; « au commencement du xviiie siècle, la culture du chasselas était inconnue à Thomery […] ce ne fut réellement qu’à partir de 1800 que la nouvelle culture prit une rapide et large extension », Rose-Charmeux, Culture du chasselas à Thomery, 1863, p. 4 ; Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit, 1844, rééd. 1999, p. 110
et 175-177.

112 Procès-verbal d’arpentage du 15/12/1778, AD 77, 1C10.

113 Combles, op. cit., 1745.

114 Bailly, Bixio et Malpeyre, op. cit., 1844, rééd. 1999, p. 168-175.

115 Lelieur, op. cit., 1816, éd. utilisée 1842, p. 232.

116 Le maître d’école de Silly-en-Multien, évoquant la grêle du 13 juillet 1788, cite un certain nombre de finages touchés dont «Montreuil aux Pêches près de Paris », Jacques Bernet éd., op. cit., 2000, p. 170.

117 Schabol, op. cit., 1767, préface p. XXIV.

118 Ibid., 1767, préface p. XL.

119 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 138 et 390.

120 Schabol, op. cit., 1770, t. 1, p. 108-109.

121 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 508.

122 Bonnefons, op. cit., 1651, p. 16 ; Le Gendre, op. cit., 1652, p. 178.

123 Bonnefons, op. cit., 1651, p. 22.

124 Ventes du 28/07/1650, AD 93, CXXI 091, et du 28/07/1652 pour 51 livres, AD 93, CXXXI 096.

125 À titre d’exemple : accord du 19/04/1650, AD 93, CXXXI 090, ou contrat de construction du 11/08/1651, AD 93, CXXXI 093.

126 Hervé Bennezon, Vivre à l’ombre de Paris : Montreuil-sous-bois de 1681 à 1689, mémoire de maîtrise sous la direction de Robert Muchembled, Université de Paris-Nord, 1997, p. 44.

127 Inventaire après décès du 13/09/1650, AD 93, CXXXI 091.

128 Succession, lots de partage, 11/09/1651, AD 93, CXXXI 093.

129 « une chaisière d’ozier à mettre fromage », inventaire après décès du 30/04/1650, AD 93, CXXXI 090, « une chaisière d’ozier blond servant à mettre fromage », inventaire après décès du 23/06/1650, AD 93, CXXXI 090.

130 Le petit guide de l’exposition « Les murs à pêches. Histoire et culture de la pêche à Montreuil, du 18 septembre au 12 décembre 1999 », organisée au Musée de l’histoire vivante (Montreuil), reprend l’anecdote rapportée par Schabol comme étant véridique (p. 3) et indique que « dès la fin du xve siècle, la culture en espalier s’étendit » (p. 4) sur ce finage.

131 Annales de la Société d’horticulture de Paris, t. 29, 1841, p. 226-228.

132 Combles, op. cit., 1745, éd. 1770, p. 13-14.

133 « Vitry, Fontenay-aux-Roses, Le Pré Saint-Gervais, se sont particulièrement consacrés à en élever », Combles, op. cit., 1745, éd. 1770, p. 13-14.

134 Fontenay-aux-Roses, dépt. 92, arr. Antony, cant. Chatillon.

135 Choisy-le-Roi, dépt. 94, arr. Créteil, cant. Ivry.

136 Blaikie, Sur les terres d’un jardinier. Journal de voyages 1775-1792, 1997, p. 162-163.

137 Calonne, op. cit., 1778, préface p. III.

138 Blaikie, op. cit., 1997, note d’édition n° 116, p. 162.

139 Ivry-sur-Seine, dépt. 94, arr. Créteil, cant. Ivry.

140 Villejuif, dépt. 94., arr. Créteil, ch. l. cant.

141 Calonne, op. cit., 1778, p. 10.

142 Rapport sur Vitry de 1786, AN H 1515, cité par Michel Traversat, « Propriété, fiscalité, doléances, Vitry-sur-Seine, 1787-1789 », Paris et Île-de-France, 1989, t. 40, p. 130.

143 Calonne, op. cit., 1778, p. 4.

144 La Rochette, dépt. 77, arr. et cant. Melun.

145 Catalogue des arbres et arbrisseaux, arbustes et plantes, élevés par Charles-Thomas Alfroy…, Paris, 1790.

146 Calvel, op. cit., an XII-1804, p. 4.

147 Article 20, Christian Bouyer, René Ponthus, Les cahiers de doléances des paroisses de l’actuel Valde-Marne, 1982, p. 184.

148 Schabol, op. cit., 1767, article pépinière.

149 Le livre commode pour l’année 1692 invite ses lecteurs, qui veulent acheter des fleurs, des arbres et arbustes, à se rendre chez les jardiniers du faubourg Saint-Antoine, op. cit., rééd. 1973, p. 79.

150 Le jardinier solitaire, 1704, p. 145-151.

151 Georges Gibault, « L’ancienne corporation des maîtres jardiniers…», 1896, p. 20.

152 Ibid., p. 18.

153 Andrieux, Catalogue…, 1777.

154 Gobelin, op. cit., 1661, p. 150 ; « La vallée des misères est l’ancien nom que portoit la rue Tropva-qui-dure », Hurtaut et Magny, op. cit., 1779, t. 4, p. 767.

155 Ibid, t. 2, p. 476 ; Blégny, op. cit., 1692, rééd. 1973, p. 79.

156 Gentil, op. cit., 1704, p. 145-151.

157 Blégny, op. cit., 1692, rééd. 1973, p. 80.

158 Gobelin, op. cit., 1661, p. 234. « On peut acheter et faire apporter de Normandie ces deux especes de plant tout venu [pommier et poirier], parce que l’on y en élève quantité », Le Gendre, op. cit., 1652, p. 7.

159 Vernon, dépt. 27, arr. Evreux, ch. l. cant ; Gobelin, op. cit., 1661, p. 81.

160 Lettre du 2 octobre 1767, Joseph Ruwet éd., op. cit., 1976.

161 Chambray, op. cit., 1765, rééd. 1890, p. 11.

162 André-Jean Bourde, op. cit., 1967, p. 699.

163 Maurice Bordes, « Les jardins-pépinières des intendants », Jardins et vergers, Flaran 9, 1987, p.
251-259.

164 Marly-le-Roi, dépt. 78, arr. Saint-Germain-en-Laye, ch. l. cant.

165 Évocation de trois siècles de pépinières…, 1980, p. 10.

166 Chaillot, dépt. 75.

167 Auteuil, dépt. 75.

168 Hurtaut et Magny, op. cit., 1779, t. IV, p. 12.

169 « 1670 – Le roi possédait au Roule, fauxbourg S. Honoré, un très grand enclos. Colbert le destina à en faire une pépinière d’arbres étrangers pour les parcs des Maisons royales », Le Grand D’aussy, op. cit., 1782, t. 1, p. 157 ; pépinière créée en 1669, Patricia Bouchenot-Déchin, op. cit., 2001, p. 81.

170 Le temps des jardins…, 1992, p. 508-511.

171 Ibid., p. 511.

172 Mémoire d’agriculture…, Société d’agriculture du département de la Seine, An X, t. IV, « Correspondance de Voltaire avec feu M. Moreau de la Rochette, Inspecteur Général des Pépinières de France », p. 264 ; André-Jean Bourde, op. cit., 1967, p. 1551-1552.

173 Le jardinier prévoyant…, mois d’octobre.

174 André-Jean Bourde, op. cit., 1967, p. 702.

175 Domont, dépt. 95, arr. Montmorency, ch. l. de cant.

176 Bail du 25/09/1651, AD 95, 2E7/506.

177 Bail du 14/08/1735, AD 95, 2E7/531.

178 Mariel, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Luzarches.

179 Inventaire après décès, 07/10/1723, AD 95, B95/834.

180 13/02/1640, AD 95, 2E7/64.

181 13/02/1716, AD 95, B95/834.

182 Deuil-la-Barre, dépt. 95, arr. Montmorency, cant. Enghien ; 09/01/1680, AD 95, 2E7/115.

183 07/01/1697, AD 95, B95/1190.

184 27/12/1680, AD 95, 2E7/115.

185 « On met en pépinière des cerisiers, guigniers, pruniers, poiriers et pommiers sauvages, qu’on trouve dans les vignes et dans les haies […] on greffe dessus les meilleures qualités de chaque espèce », Mémoires d’agriculture…, Société d’agriculture du département de la Seine, t. 1, an IX, p. 188.

186 « Un petit espace de bonne terre enclos, est suffisant pour élever tous les arbres fruitiers nécessaires à un particulier », Le Berryais, op. cit., 1775, p. 19.

187 Bail du 27/12/1680, AD 95, 2E7/115.

188 Bail du 19/10/1710, AD 95, 2E7/143.

189 Bail du 16/10/1690, AD 95, 2E7/125.

190 Marcel Lachiver, op. cit., 1982, p. 38.

191 Bail du 22/04/1777, AD 95, 2E7/539.

192 Schabol, op. cit., 1767, article « bâtardière ».

193 Il devra aussi « payer et continuer à l’advenir à la descharge dud. sieur Desain vingt sols de rente deüe au Chappelin de l’esglize nostre dame de Mont (moren) cy », vente du 21/12/1670, AD 95, 2E7/104.

194 Combles, op. cit., 1745, éd. de 1750, p. 14.

195 Guermantes, dépt. 77, arr. Meaux, cant. Lagny-sur-Marne ; les actes concernant l’entretien du parc du château de Guermantes sont cités par Aline Scattolini, Le personnel employé à l’entretien des jardins et du parc du Château de Guermantes de 1740 à 1800, mémoire de maîtrise dirigé par Pascale Girard, Université de Marne-la-Vallée, 1999, annexe 17.

196 Jacques Bernet, éd., op. cit., 2000, p. 94.

197 Déclaration du 25/11/1788 des procureurs-syndics du département de Meaux, AD 77, 59 C 12.

198 Calvel, op. cit., an IX-1803, p. 20.

199 Schabol, op. cit., 1770, p. 148.

200 Rapport du 20/08/1714, Domont, AD 95, B95/834.

201 La Bretonnerie, op. cit., 1784, t. 1, p. 205.

202 Calvel, op. cit., an XI-1803, p. 21.

203 Ibid., an XI-1803, p. 9.

204 29/11/1677, AD 95, 2E7/522.

205 Contrat du 16/11/1659, AD 95, 2E7/514.

206 Bail du 17/10/1717, AD 95, 2E7/146.

207 Bonnefons, op. cit., 1651, p. 40.

208 Gentil, op. cit., 1704, p. 145-151.

209 Bonnefons, op. cit., 1651, p. 20-21.

210 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 19.

211 Combles, op. cit., 1745, éd. 1770, p. 160.

212 AN, F10 371.

213 Calvel, op. cit., an IX-1803, p. 21.

214 AD 95, 53H4.

215 AD 95, 53H1 à 4.

216 Jean-Michel Roy, op. cit., 1998, p. 225 ; Reynald Abad, op. cit., 2002, p. 628-629.

217 Jeanne Ferté, op. cit., 1962, p. 50.

218 Calvel, op. cit., an XII-1804, p. 4.

219 Thomas Blaikie, op. cit., 1997, p. 162.

220 Marcel Lachiver, Les années de misère, 1991.

221 Brigitte Maillard, op. cit., 1998, p. 59.

222 Joan Thirsk, op. cit., 1997.

223 Jean-Pierre Poussou, « “l’agriculture alternative” ? À propos d’un livre de Joan Thirsk », Histoire et Sociétés Rurales, n° 12, 2e semestre 1999, p. 131.

224 Marcel Lachiver, op. cit., 1982, p. 305-309.

225 Bail du 09/11/1780, Saint-Brice, AD 95, 2E7/540.

226 Rozier, Dictionnaire, 1781-1796, t. VI, p. 577-578, article Montreuil, cité par Marie-Rose Simoniaurembou, Parlers et jardins de la banlieue de Paris au xviiie siècle, 1982.

227 Mozard, op. cit., 1814, p. 96.

228 Caubert, « Rapport sur les cultures de Cerisiers de la Vallée de Montmorency », Mémoires de la société d’horticulture du département de Seine-et-Oise, publiés dans sa sixième année 1845, t. 5, Versailles, 1846, p. 137-138.

229 Mozard, op. cit., 1814, p. 96.

230 Calvel, op. cit., an XI-1803, p. 90.

231 Ibid., an XI-1803, p. 141.

232 Sonnini, Veillard et Chevalier, op. cit., 1810, p. 294.

233 Calvel, op. cit., an XII-1804, p. 8.

234 Catalogue raisonné des arbres, arbrisseaux, et sous-arbrisseaux, cultivés en plein air, dans la pépinière de Casimir Freycinet, à Loriol, Département de la Drôme, 1806, p. 93-94, AN, F/10/371.

235 Merlet, op. cit., 1667, p. 23.

236 Catalogue…, 1736, p. 12.

237 Le Berryais, op. cit., 1775, p. 185-186.

238 Francis Arzalier, op. cit., 1996, p. 261-262.

Table des illustrations

Titre Figure n° 7 : Prix de vente des arbres fruitiers à Paris et dans ses campagnes au xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17480/img-1.png
Fichier image/png, 236k
Titre Figure n° 8 : Nombre de baux imposant la plantation ou l'arrachage d'arbres fruitiers conservés dans le notariat de Montmorency, tous les dix ans de 1630 à 1790
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17480/img-2.png
Fichier image/png, 121k
Titre Figure n° 9 : Nombre de baux imposant la plantation ou l'arrachage d'arbres fruitiers conservés dans le notariat de Saint-Brice, par décennie des années 1640 aux années 1780
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17480/img-3.png
Fichier image/png, 131k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search