Version classiqueVersion mobile

Agnès Varda : le cinéma et au-delà

 | 
Antony Fiant
, 
Roxane Hamery
, 
Éric Thouvenel

2. Varda et les autres arts

La couleur et le style visuel dans Le Bonheur

Richard Neupert

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Le Bonheur est mon premier film en couleurs, c’était essentiellement une recherche de palette, au sens où j’ai cherché des combinaisons : jaune, vert, violet ou rouge, rose, orange et bleu. J’ai essayé, avec un sujet que j’ai pris très simple, de faire de l’impressionnisme ; il représente pour moi sur le plan des intentions un goût que j’avais pour les beatniks1. »
Agnès Varda

Récemment, deux théoriciens, Jacques Aumont et David Bordwell, ont chacun de leur côté conclu que les historiens du cinéma devraient prêter davantage d’attention aux fonctions de l’image et du cadrage, qui sont, après tout, les composantes fondamentales du cinéma narratif. Aumont prône « une idée du cinéma comme art d’image, comme art de la présence matérielle, comme art profondément mental2 ». Tandis que pour Bordwell : « L’image mouvante nous offre des traces qui rendent actifs nos yeux et notre esprit […]. Le cinéaste qui veut raconter une histoire est obligé de poursuivre des stratégies picturales et de na...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search