Version classiqueVersion mobile

Des criminelles au village

 | 
Annick Tillier

Chapitre IX. Les alternatives au crime

Texte intégral

  • 1 Cette métaphore, employée par Bernhard dans l’affaire Huguet (Ille-et-Vilaine, 1855), semble surto (...)

1Bien peu de solutions s’offrent aux femmes qui refusent leur grossesse. Paradoxalement, dans cette terre de Bretagne réputée très religieuse, c’est à l’avortement que nombre d’entre elles songent tout d’abord. Il ne serait guère excessif de prétendre que pratiquement toutes les femmes qui ont été accusées d’infanticide ont cherché à « faire couler leur fruit1 ». On recense quelques réseaux d’avortement associant professionnels de la santé et rabatteurs, mais les avortements opérés par des professionnels à l’aide de moyens mécaniques sont à la fois très chers et très dangereux, car ils font intervenir des instruments perforants.

  • 2 Guérisseurs ruraux.

2Aussi les rurales se tournent-elles plutôt vers le circuit parallèle des matrones de village et des « empiriques2 ». Elles recourent également, de façon massive, aux remèdes traditionnels : plantes, saignées et sangsues. Sans préjuger de l’efficacité de ces thérapeutiques, il convient de rappeler qu’elles ont échoué pour la majorité des femmes qui ont été mises en accusation pour infanticide.

3Le projet d’abandonner son enfant à la naissance vient dans un second temps, quand les tentatives d’avortement sont demeurées vaines. L’abandon anonyme est rendu de plus en plus difficile, au cours du siècle, par la fermeture des tours d’exposition. Il faut alors s’adresser à une sage-femme qui a ses entrées à l’hospice et qui, moyennant finances, se charge d’y déposer l’enfant, solution qui n’est guère accessible aux servantes rurales.

4Quand la naissance d’un bâtard ne semble pas devoir être acceptée par la communauté villageoise, il ne reste aux filles et aux veuves enceintes que deux solutions : l’errance ou le crime.

Les avortements dénoncés à la justice

5Sans rechercher l’exhaustivité, nous avons trouvé 18 accusations d’avortement concernant la Bretagne dans la série BB/20 des Archives nationales. C’est bien peu par rapport aux affaires d’infanticide, mais la tolérance à l’égard de l’avortement paraît assez générale en France dans les premières décennies du xixe siècle.

  • 3 Fine A., « Savoirs sur le corps et procédés abortifs au xixe siècle », Communications, n° 44, 1986 (...)
  • 4 « Il semblerait, écrit A. Fine, que la justice ne puisse définir réellement le crime d’avortement (...)

6Ce n’est qu’à partir de 1850 qu’Agnès Fine, pour la Haute-Garonne, constate une nette augmentation des accusations. Elle y voit un « changement d’attitude de la justice à l’égard de l’avortement et peut-être dans la pratique de l’avortement elle-même3 ». La criminalisation croissante de l’avortement serait liée à la généralisation de l’usage des instruments obstétricaux (sondes, ciseaux, seringues, canules à injection…), conséquence de l’implication d’un nombre croissant d’hommes de l’art et de sages-femmes dans cette pratique ou encore à la diffusion des techniques obstétricales parmi les guérisseurs ruraux4.

  • 5 Gagnon G., La Criminalité en France : le phénomène homicide dans la famille en Seine-Inférieure de (...)

7Pour la Seine-Inférieure, Gemma Gagnon signale une égale tolérance. « Il n’y a guère, écrit-elle, que les avorteurs qui finissent par succomber à la vindicte, après de nombreuses années de pratique, lorsque leurs bavardages peuvent devenir gênants pour une partie de la commune. La répression judiciaire s’exerce d’une façon sélective, pour limiter la publicité des actes, empêcher leur prolifération au vu et au su de tous et, pour un nombre non négligeable, en sanctionner les dérapages. » L’avortement serait toléré par les élites, qui y verraient « les signes d’une bonne gestion, par les classes laborieuses “évoluées”, de leur comportement sexuel5 ».

  • 6 Marie-Jeanne Menguy, Thérèse Blancho, Jeanne Guy.

8En Bretagne, la majorité des procès (11 sur 18) ont impliqué des professionnels ou quasi-professionnels : hommes et femmes appartenant aux métiers de la santé ou ayant fait de l’avortement une profession. Les autres accusations mettaient en scène des gens du peuple ayant usé avec plus ou moins de bonheur de divers remèdes. De nombreux cas seraient sans doute à ajouter à cette seconde catégorie. Parmi les accusées d’infanticide plusieurs ont réussi un avortement6 et innombrables sont les femmes qui se sont essayé, par des moyens plus ou moins violents, aux techniques abortives.

Les réseaux de professionnels

  • 7 AN/BB/20/256/2, M, 3e trim. 1863, Dupuy, 30 octobre 1863.

9Les avorteurs qui pratiquent de manière régulière et organisée appartiennent en majorité au milieu médical. Parmi eux figurent un pharmacien, deux sages-femmes, trois officiers de santé. Il convient d’y ajouter un médecin relaxé, faute de preuves. Mais ces accusations ne représentent indubitablement que la partie émergée de l’iceberg. Au lendemain de l’acquittement de Joseph Le Crom, l’un des trois officiers de santé évoqués, Dupuy écrivait en effet : « Leur culpabilité [Joseph Le Crom était jugé conjointement avec un agriculteur] était certaine et prouvée jusqu’à l’évidence. Il y a donc eu là un acquittement scandaleux, d’autant plus déplorable que la croyance paraît très répandue dans les campagnes du Morbihan qu’il est facile de trouver des hommes de l’art qui, moyennant salaire, consentent à se livrer à la pratique des avortements7. »

  • 8 Cette jeune fille a même prétendu que « pour se payer de sa condescendance, le médecin de Redon l’ (...)
  • 9 Pontivy.

10Les praticiens mis en accusation sont souvent installés dans des villes relativement importantes (4 sur 7). Prosper Regnault, pharmacien, âgé de 46 ans, jugé en février et en mai 1853 par la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine, pour deux affaires différentes, possède une officine à Saint-Malo. Un médecin de Redon, dont le nom n’est pas indiqué, est soupçonné d’avoir procuré un avortement à une jeune fille à l’aide d’ergot de seigle et de rue. Bien qu’aucune charge n’ait pu être retenue à son encontre le procureur de Nantes considère qu’il demeure contre lui des « présomptions morales8 ». Joseph Le Crom, âgé de 46 ans, est installé à Napoléonville9. L’une des deux sages-femmes, Jeanne Fournier, âgée de 44 ans, exerce à Fougères.

  • 10 AN/BB/20/168/2, I-V, 2e trim. 1853, Taslé, 23 mai 1853.

11Les avortements effectués par des professionnels se caractérisent par des tarifs élevés. Prosper Regnault exigeait une rémunération variant, selon la fortune de ses clients, de 80 à 300 F. Pour l’avortement qui a été jugé en février 1853, il avait demandé à sa « patiente », une femme de chambre nommée Marie Boujet, une somme de 80 à 100 F. Il réclamait 300 F pour le second avortement, jugé en mai, et pratiqué sur une domestique de campagne, Marguerite Fresleau, engrossée par son maître, Gilles Jouenne, laboureur à Paramé. En raison du caractère particulier et clandestin de ces prestations, les tarifs paraissent négociables. Gilles Jouenne n’a accepté de payer que 150 F sur les 300 qui lui étaient demandés, mais il a donné en sus deux barriques de cidre. L’acte ayant échoué, il a exigé de récupérer sa mise, qui a servi à payer l’accoucheuse et les frais de gésine de Marguerite Fresleau10. Prosper Regnault disposait d’une rabatteuse, la femme Roger, fileuse de laine à Saint-Malo, âgée de 61 ans. Il lui donnait 5 F par cliente et partageait avec elle quelques bouteilles. La femme Roger prospectait tant à Saint-Malo qu’à la campagne. Prosper Regnault était surveillé depuis longtemps :

  • 11 AN/BB/20/165/2, I-V, 1er trim. 1853, Hüe, 15 mars 1853.

« Le parquet et la police de Saint-Malo avaient l’œil ouvert sur le pharmacien Regnault que la rumeur publique accusait de se livrer à la pratique des avortements. On savait qu’à plusieurs reprises il avait fait à un voyageur d’une maison de droguerie de Paris, la demande d’un instrument à l’aide duquel on pût faire avorter les femmes enceintes. On savait que la Commission d’examen des pharmacies du département avait constaté l’existence dans la pharmacie de Regnault d’une quantité de substances abortives beaucoup plus considérable que celle dont sont ordinairement munies les pharmacies11. »

  • 12 AN/BB/20/256/2, M, 3e trim. 1863, Dupuy, 30 octobre 1863.

12Joseph Le Crom a procuré l’avortement – et la mort – à Marguerite Le Maistre, une domestique de Bieuzy, pour 100 F. Cette somme a été versée par son maître, Joseph Bellair, propriétaire-cultivateur, auteur de sa grossesse. Dupuy juge l’acquittement de Le Crom d’autant plus scandaleux qu’il n’en était manifestement pas à son premier avortement : « Pour que Bellair, qui habite Bieuzy, se soit adressé à lui, il faut qu’il ait appris qu’en matière d’avortement il n’en était pas à son coup d’essai. » Mais Le Crom est soutenu par les notables des environs et notamment par le maire de Pontivy, le Dr Carrel, qui, appelé au chevet de Marguerite Le Maistre agonisante, a gardé le silence sur cet avortement : « Son conseil était parvenu à obtenir de tous les maires de l’arrondissement de Napoléonville des certificats attestant sa bonne moralité. Le maire du chef-lieu de l’arrondissement, Mr Carrel, homme jouissant d’une grande considération, celui-là même que Le Crom avait appelé pour donner des soins à la fille Le Maistre, avait délivré un certificat très élogieux12. »

13On ne connaît pas le prix des services de Jeanne Fournier, installée à Fougères, mais elle possède une vaste clientèle. Elle est jugée en 1849 avec sept de ses patientes et avec Julien Taillandier, contremaître dans une filature de laine, âgé de 53 ans, qui lui a servi d’entremetteur. La plupart de ses clientes sont ouvrières du textile ou domestiques, mais quelques ménagères et une veuve figurent aussi au banc des accusés. D’après Tarot, la méthode employée par cette sage-femme est des plus efficaces :

  • 13 AN/BB/20/147/2, I-V, 3e trim. 1849, Tarot, 9 septembre 1849.

« Les moyens qu’elle employait étaient si simples et si sûrs qu’en les pratiquant elle les a malheureusement enseignés et que, depuis, d’autres en ont fait un malheureux usage. Elle se servait d’un breuvage dont la base était le seigle ergoté et l’armoise. Elle piquait le fœtus dans le sein de la mère, avec une aiguille à tricoter ou tout autre instrument pointu. Rien ne l’arrêtait dans la perpétration d’un crime dont elle, plus que tout autre, devait connaître et connaissait la gravité13. »

14Les tarifs de Gabrielle Le Bert, sage-femme à Broons, âgée de 48 ans, sont de 60 F. Elle s’est acoquinée avec Jean-Marie Leroy, un menuisier de 46 ans qui pratique clandestinement la médecine à Dolo. Il lui adresse ses clientes quand il ne parvient pas lui-même à les faire avorter. En 1862, il lui envoie Jeanne Pellan, une lingère de Bréhand, âgée de 21 ans, à qui il a procuré des remèdes abortifs qui n’ont pas produit les résultats désirés :

« Vers la fin de 1862, la fille Pellan étant enceinte, sa mère la conduisit chez le sieur Jean-Marie Le Roy, menuisier au bourg de Dolo, déjà quatre fois condamné pour exercice illégal de la médecine et qui est signalé dans le pays comme se livrant à la pratique des avortements. Il visita la fille Pellan, reconnut son état de grossesse et lui remit, moyennant une somme de cinquante centimes un breuvage qui, disait-il, devait, dans [les] vingt-quatre heures, la débarrasser de son enfant. “Si cependant, ajoutait-il, ce breuvage ne produit pas son effet, venez me retrouver et je vous indiquerai une sage-femme qui vous délivrera.” Après avoir bu la potion qui lui avait été remise par Leroy, la fille Pellan éprouva de violentes coliques ; mais l’avortement ne s’étant pas produit, elle revint avec sa mère trouver Le Roy, qui la conduisit chez la femme Le Bert, sage-femme à Broons. Là, Leroy se livra sur la personne de la fille Pellan à des actes obscènes qui devaient, prétendait-il, avoir pour effet de faciliter l’avortement. »

  • 14 AN/BB/20/256/2, C-N, 2e trim. 1863, Grolleau-Villegueury, [s. d.].

15Gabrielle Le Bert procède alors à des manipulations sur le corps de Jeanne Pellan, mais le président de la cour d’assises se montre relativement imprécis sur la technique utilisée : « La sage-femme, après avoir exigé 60 francs qui lui furent comptés par Jeanne Pellan, mère, introduisit le doigt dans les parties sexuelles de la fille Pellan, l’agita violemment et le retira tout ensanglanté. La fille Pellan ressentit une vive douleur et accoucha le lendemain d’un enfant mort-né, ainsi que le lui avait annoncé la femme Le Bert14. » Ce type d’intervention manuelle n’est habituellement pas opéré par les professionnels. Il relève davantage des praticiens empiriques.

16D’ordinaire, les avortements pratiqués par les professionnels se font à l’aide d’instruments perforants. Le pharmacien Regnault utilise à la fois des moyens mécaniques et des drogues. La méthode pratiquée sur Marguerite Fresleau est décrite :

  • 15 AN/BB/20/168/2, I-V, 2e trim. 1853, Taslé, 23 mai 1853.

« Il la conduisit dans son arrière-boutique où il lui fit un lit, sur lequel il lui dit de se coucher, après lui avoir expliqué ce qu’il allait lui faire. La jeune fille, effrayée de l’opération qu’il fallait subir, refusa longtemps de s’y prêter et ne céda que vaincue par les menaces de Regnault, qui lui fit voir que les portes étaient barricadées et l’assura que toutes les précautions étaient prises pour que ses cris, si elle appelait, ne pussent pas être entendus. Ayant ainsi triomphé de sa résistance, il lui introduisit dans les parties sexuelles, un instrument long, mince et pointu avec lequel il la piqua. La douleur lui fit jeter un cri et le sang coula aussitôt. Afin de rendre la perte de sang plus abondante, Regnault lui apprêta un bain de pieds et l’y fit rester 1/4 d’heure. Il lui fît boire ensuite un breuvage amer et lui dit de se coucher. Le lendemain matin il la congédia et lui dit : “Tout est fini désormais : s’il vient quelque chose, tu le couperas avec tes ciseaux, si rien ne vient, il faudra revenir me trouver15.” »

17Regnault avait pratiqué à peu près de la même manière pour l’avortement de Marie Boujet. Les officiers de santé Vassal et Le Crom procèdent également par percement de la poche amniotique et administration de drogues.

18Curieusement, en dépit de tarifs prohibitifs, la clientèle des avorteurs professionnels – du moins celle qui a eu affaire à la justice – ne paraît guère se distinguer, d’un point de vue sociologique, des accusées d’infanticide, si ce n’est qu’il s’agit en majorité de femmes urbaines. Parmi les domestiques rurales, seules celles dont le séducteur accepte de verser les sommes importantes demandées par les hommes de l’art sont susceptibles d’avoir accès à l’avortement, mais au péril de leur vie, car l’utilisation d’instruments engendre d’importants risques d’infection.

Les « faiseurs d’anges16 » :
les non professionnels voués à l’avortement

  • 16 Cette expression n’apparaît que dans les années 1880.
  • 17 Voir à ce sujet Le Mée R., « Une affaire de “faiseuses d’anges” à la fin du xixe siècle »,
  • 18 AN/BB/20/226/2, I-V, 3e trim. 1860, le procureur général de Rennes au garde des Sceaux, 29 août 18 (...)

19À ces hommes de l’art et sages-femmes, il convient d’adjoindre plusieurs femmes qui ont fait de l’avortement un véritable métier17. La première, déjà évoquée, Marie-Jeanne Martin, âgée de 44 ans, « sans profession avouable », est installée à Pleurtuit. Elle a déjà été condamnée deux fois pour vol en 1855. L’avortement est un prolongement en quelque sorte naturel de ses activités de proxénète. Le procureur général de Rennes écrit à son sujet, qu’elle « ne se bornait pas à livrer, sous les yeux de sa jeune enfant, des filles et des femmes mariées à des libertins de tout âge et de toute condition, elle passait pour procurer des avortements18 ». Elle est effectivement signalée dans l’arrondissement de Saint-Malo comme procurant des remèdes abortifs aux filles enceintes.

  • 19 AN/BB/20/226/2, I-V, 3e trim. 1860, Dupuy, 29 août 1860.

20Elle est inculpée à l’occasion de la mort du nouveau-né de l’une de ses protégées, Marie-Jeanne Menguy, et l’instruction apprend qu’elle ne se contentait pas de fournir des breuvages. Après quelques tergiversations, Marie-Jeanne Menguy avait fini par décrire les manœuvres auxquelles Marie-Jeanne Martin s’était livrée sur elle. Elle déclarait que, le 2 février 1860 : « Marie Benoît, femme Martin, qui n’ignorait point qu’elle était enceinte, l’avait fait monter dans un grenier puis, après l’avoir à demi renversée sur un faix de paille, lui avait introduit dans le vagin une aiguille assez longue à l’aide de laquelle elle lui avait fait deux piqûres qui lui occasionnèrent de vives douleurs. Pendant que la femme Martin pratiquait d’une main cette opération, elle comprimait de l’autre, avec force, le ventre de Jeanne Menguy19. » Celle-ci était alors au huitième mois de sa grossesse. Elle accouche une semaine plus tard d’un enfant qui n’a pas respiré et qui porte à la tête des blessures qui semblent provenir de l’aiguille dont s’est servie la femme Martin.

  • 20 Ou Procop.
  • 21 Cette commune a été rattachée à Brest.

21La seconde accusée qui fait profession d’avorter sévit à Brest. Il s’agit de Marie-Françoise Brunet, femme Procope20, âgée de 60 ans. La mort d’une de ses clientes, Annette Loyer, âgée de 23 ans, entraîne l’ouverture d’une enquête. On apprend que cette matrone qui se vantait d’avoir fait avorter tantôt plus de 3 000, tantôt plus de 10 000 femmes, recrutait sa clientèle dans les cafés de Brest et des environs. Une crêpière de Lambézellec21 explique comment Annette Loyer a entendu parler pour la première fois de Marie-Françoise Procope :

  • 22 AD F 4U2/104, Jeannie Kerboul, 32 ans, crêpière, 10 octobre 1847.

« Il y a sept ou huit mois, après avoir accouché la femme Le Bihan, la dame Procop me dit que si je connaissais des femmes enceintes, je pourrais les lui adresser. Le jour même où elle avait tenu ce langage, les demoiselles Elisa, Jeannie et Annette, qui, assez souvent, venaient manger des crêpes et boire du lait chez moi, étant entrées dans l’après-midi à la maison, je leur fis part, dans la conversation, de ce que j’avais appris de la dame Procop, mais j’ignorais absolument que l’une d’elles se trouvait enceinte. Deux ou trois mois peut-être après, Annette, servante au café de l’Europe, vint chez la dame Procop, et, un jeudi, autant que je puis croire, elle entra pour manger des crêpes avec son bourgeois. J’entendis celui-ci lui demander si elle allait mieux, et elle répondit que sa jambe était bientôt guérie. Sur quoi, elle la lui fit voir ainsi qu’à moi22. »

  • 23 Idem, acte d’accusation, 23 mars 1848.

22Une commerçante de Brest dira aussi que « dans le mois de septembre 1847, la femme Procop entra chez elle et lui demanda avant de sortir si elle ne connaissait point de jeunes filles enceintes qui voudraient faire descendre leurs enfants, ajoutant qu’elle pourrait leur faire cela23 ».

  • 24 Id. interrogatoire, 10 octobre 1847.
  • 25 Id., acte d’accusation, 23 mars 1848.

23Annette Loyer racontera peu avant de mourir que, désespérée par sa grossesse, elle s’était résolue à s’adresser à Marie-Françoise Procope, qui avait déjà fait avorter une de ses amies : « J’ai été chez cette vieille, la femme Procope, sur la route de la Vierge, j’y suis allée, il y a à peu près un mois, un jeudi, je me trouvais sans ressource, je me rendis chez elle parce que j’avais entendu dire indirectement par une femme nommée La Caillebotte, partie pour rejoindre son amant plus loin que Paris, qu’elle délivrait, en crevant avec son ongle, le sac de l’enfant24. » Elle était enceinte de trois à quatre mois. L’avortement a été pratiqué à la main. Il est présenté comme une longue séance de torture : « Pendant plusieurs jours, à cinq ou six reprises chaque jour, et autant de fois chaque nuit, la femme Procop lui introduisit les doigts dans le corps et la grattait à l’intérieur : Annette Loyer souffrait cruellement et quoiqu’elle ait payé trente francs d’avance, elle lui dit qu’elle aimait mieux perdre son argent et s’en aller ; mais la femme Procop la détermina à rester, et elle finit par la faire avorter et par retirer de son corps un enfant grand comme la main25. »

  • 26 Id., interrogatoire, 10 octobre 1847.

24Annette Loyer précise que ces séances ont duré huit jours et que son avortement lui a coûté au total 40 F : « Ce n’est qu’après une huitaine de jours que l’avortement a eu lieu, et au moment qu’il s’est effectué cette femme m’a dit : “Le voilà enfin ! Vous êtes délivrée ! J’en ai fait rendre comme cela plus de trois mille !” J’ai donné à cette femme pour cette opération une somme de trente francs, plus dix francs pour le temps que je suis restée chez elle26. » Elle meurt un mois plus tard, le 12 octobre 1848, d’une métro-péritonite. C’est de la même maladie qu’est décédée Marie Le Maistre, l’une des patientes de Le Crom.

25La dernière accusation relève du semi-professionnalisme. Elle concerne Guillemette Le Guen, Vve Leroux, présentée comme une « misérable empirique, qui passe pour procurer l’avortement aux filles enceintes » Cette femme, âgée de 60 ans, a déjà été condamnée six fois pour exercice illégal de la médecine. Elle poursuit cependant ses activités en toute tranquillité. Elle ne sera inquiétée qu’à la suite du décès de Jacquette Trétel, une jeune fille de Landivisiau, âgée de 19 ans, à qui elle a fait ingurgiter des produits à base de souffre.

  • 27 AN/BB/20/268, F, 4e trim. 1864, Taslé, 9 novembre 1864.

26C’est la mère de Jacquette Trétel, une matrone de village, qui est allée lui demander à deux reprises un remède abortif pour sa fille. « L’effet de cette drogue, écrit Taslé, fut terrible : Jacquette Trétel fut aussitôt prise de vomissements convulsifs accompagnés d’affreuses douleurs d’entrailles. La mère effrayée, dit-elle, jeta la fiole et son contenu, de sorte qu’il n’a pas été possible de savoir quelle était la drogue qui y avait été renfermée. Depuis ce jour, la santé de Jacquette Trétel, excellente jusqu’alors, déclina : elle souffrait de douleurs intolérables, se plaignait de brûler intérieurement et se jetait sur l’eau et les boissons acides, comme avec rage, a dit sa mère27. »

27Quelques jours plus tard, Jacquette Trétel accouche d’un fœtus mort. Elle décède peu après d’une « péritonite amenée par l’usage de drogues extrêmement irritantes ». Jugée en novembre 1864 par la cour d’assises du Finistère, la Vve Leroux est condamnée à cinq ans de prison. Mais le procureur de Quimper suggère au procureur général d’entreprendre des poursuites contre la mère de Jacquette Trétel. Les débats en cour d’assises ont démontré qu’elle était au moins aussi coupable que l’avorteuse. Elle avait laissé sa fille sans secours, refusant d’appeler un médecin et préférant la voir mourir plutôt que d’accepter la venue d’un enfant naturel :

  • 28 AN/BB/20/268, F, 4e trim. 1864, le procureur de Quimper, 3 novembre 1864.

« La Vve Trétel exerce la profession de garde-malade ; elle a l’habitude de soigner les femmes en couches ; elle avait remarqué que depuis quatre mois les règles de la fille avaient cessé de paraître ; elle a avoué à une de ses voisines que depuis un mois, elle n’avait pas parlé à sa fille, tant était grand son mécontentement. Cependant elle s’est adressée, au sujet de sa fille, à la veuve Leroux ; et elle a avoué qu’elle avait fait cette démarche, sachant que cette femme faisait revenir les menstrues […]. Les habitants de Landivisiau sont convaincus que la veuve Trétel est l’auteur principal de l’avortement et de la mort de sa fille. Cette femme, qui a toujours prétendu ne pas connaître la grossesse de sa fille, ou du moins n’en être pas certaine, avait à cet égard une conviction si bien établie, qu’elle aurait dit à un témoin (connu sous le nom de la Jardinière) : “J’aimerai mieux que ma fille crevât que de la voir mettre au monde un enfant28 !” »

28Sa fille à peine morte, elle s’empresse de dissimuler le fœtus et de demander au maire un permis d’inhumer, afin d’effacer au plus vite les traces de l’avortement. Elle sera également condamnée à cinq ans de prison.

  • 29 C. pén., art. 317.

29La plupart des avorteurs jugés aux assises ont été sévèrement condamnés, mais c’est à l’égard des femmes, et particulièrement des « empiriques », que la justice a eu la main la plus lourde. Marie-Françoise Procope, Marie-Jeanne Martin, ainsi que l’une des sages-femmes, Jeanne Fournier, ont été condamnées au maximum de la peine (les deux premières à dix ans de réclusion, la dernière à dix ans de travaux forcés)29. Prosper Regnault a été frappé d’une peine de six ans de travaux forcés lors de son premier procès. À sa seconde mise en jugement, la cour s’est contentée de le condamner solidairement avec ses coïnculpés, Gilles Jouenne et Marguerite Roger, aux frais de la procédure. Marguerite Roger, simple rabatteuse, a été condamnée à six ans de réclusion et Gilles Jouenne à trois ans de prison. La seconde sage-femme, Gabrielle Le Bert, et l’officier de santé Vassal, se sont vus infliger cinq années de réclusion. Les deux autres officiers de santé ont été acquittés.

30Les sept dernières accusations d’avortement recensées mettent presque toutes en scène des ruraux qui exercent plus ou moins occasionnellement l’art d’avorter ou des femmes qui se sont fait avorter seules à l’aide de remèdes traditionnels. Ces faits ne se distinguent guère des tentatives opérées par les femmes infanticides auprès de matrones ou de guérisseurs de village pour se procurer des potions ou breuvages abortifs. La seule différence est que, pour la plupart, ces tentatives ont réussi.

Tentatives d’avortement opérées par les accusées d’infanticide

31Les méthodes les plus variées sont employées par les femmes qui souhaitent mettre un terme à leur grossesse. Elles reposent sur la médecine des simples, les saignées et les sangsues et ont pour visée de « faire revenir » les règles. Les femmes sont généralement aidées dans leurs entreprises par des guérisseurs, sages-femmes ou médecins. Parfois, à l’instigation de leur séducteur, sont essayés des moyens plus violents, destinés à « décrocher » le fruit. Il ne s’agit plus alors de le faire « couler », en obtenant le retour du sang menstruel, mais de le tuer dans le ventre de sa mère, à l’aide de coups, de secousses et de chutes.

32Les méthodes traditionnelles sont basées sur les plantes, les saignées et les sangsues. La phytothérapie traditionnelle n’est pas totalement dépourvue d’efficacité : parmi les avortements jugés dans le ressort de Rennes, trois ont été obtenus à l’aide d’herbes, mais ils concernaient des grossesses ne dépassant jamais trois ou quatre mois. La croyance en la propriété abortive de certaines plantes est grande, même au sein du corps médical. En revanche, il est plus difficile de connaître les résultats des sangsues et saignées qui n’apparaissent que rarement dans les accusations d’avortement, et jamais comme seules thérapeutiques. Elles sont pourtant largement utilisées par les rurales.

« Boire sur les herbes »

33Le premier mouvement des femmes qui constatent la suppression de leurs menstrues est de recourir à l’automédication, et plus précisément à la phytothérapie traditionnelle. Certaines plantes étant dotées de vertus emménagogues, de nombreuses accusées se mettent à « boire sur les herbes ». Cette expression est employée dans le Morbihan, en 1827, par plusieurs témoins entendus dans l’affaire Michelle Dano. Son maître déclare :

  • 30 AD M U1997, François Allioux, cultivateur et charretier, 10 juin 1827.

« depuis environ trois ou quatre mois, j’ai remarqué que sa taille présentait plus d’ampleur. Plusieurs fois je lui ai dit qu’il me semblait qu’elle était enceinte, elle a toujours contesté ce fait ; elle me disait que sa taille s’était grossie [sic] parce qu’elle buvait beaucoup d’eau ; elle en buvait en effet, mêlée d’une petite quantité de vin blanc. Je l’ai vue, plusieurs fois, même dès l’hiver dernier, et aussi depuis un mois boire sur des herbes. Je ne connais pas ces herbes, c’est elle qui les cherchait et les choisissait, il est toutefois à ma connaissance qu’elle buvait aussi sur l’herbe mère, c’est la plante connue sous le nom d’absinthe, en breton : er-vann lézeux30. »

34Mais « boire sur les herbes » n’est pas une locution propre au Morbihan. Elle est employée en 1834, sous une forme légèrement différente, par le juge d’instruction de Nantes, dans l’interrogatoire qu’il fait subir à Marie-Agathe Jamet, domestique chez un capitaine de navire :

  • 31 AD L-A 5U87, interrogatoire, 26 décembre 1834.

« N’aviez-vous pas bu quelque temps auparavant sur des graines qui, selon vous, devaient ramener vos règles ? – Je n’ai pris qu’une tisane d’orge et de chiendent, sachant bien que cela ne pouvait produire aucun mauvais effet. – Qui vous avait ordonné cette tisane ? – C’est de moi-même que je l’avais prise, parce que je pensais que cela pourrait dissiper les douleurs que j’éprouvais dans le corps31. »

35Toujours en Loire-Inférieure, on apprend de la bouche d’une sage-femme, proche voisine de Marie-Rose Chartier, lingère à Nantes, que celle-ci avait « bu sur de la rue » :

  • 32 AD L-A 5U119/2, Irma Chesneau, 28 ans, sage-femme, 27 [ ?] avril 1842.

« J’avais reproché à la fille Chartier, en l’abordant, d’avoir tant tardé à réclamer du secours, elle me répondit qu’elle ne se croyait pas enceinte, la mère m’expliqua alors diverses circonstances relatives à cet événement. Elle me dit que sa fille s’était aperçue de la disparition de ses règles, qu’elle avait eu recours à divers moyens pour les faire revenir ; qu’elle s’était fait des applications de sang-sues, qu’elle avait pris des bains de pieds, qu’elle avait bu sur de la rue et de la boule de Mars et qu’au troisième mois, elle avait revu ses règles ; qu’elle avait recommencé les mêmes remèdes parce que ses règles étaient disparues [sic] de nouveau, que quant à elle, elle ne soupçonnait pas du tout que sa fille fût enceinte32. »

  • 33 Sabine.
  • 34 Variété de menthe.
  • 35 AD L-A 5U/123, interrogatoire, 23 avril 1843.

36Les femmes utilisent les plantes les plus diverses. Marie Lambert, accusée en 1843 d’infanticide sur des jumeaux, reconnaît avoir absorbé de nombreuses infusions au cours de sa grossesse : « J’avais pris beaucoup de breuvages pour me procurer un avortement, ces breuvages étaient composés de savigné [sic]33 et de poulliot [sic]34 que je faisais bouillir dans du lait doux. » C’est, ajoute-t-elle, son amant, Julien Boudet, charpentier à Saint-Aubin, qui lui a indiqué ces breuvages : « Il m’a lui-même apporté, à deux fois différentes, le savigné, et le poulliot dont j’ai fait usage. Boudet était l’auteur de ma grossesse et m’avait dit qu’en faisant usage de ces plantes ma grossesse disparaîtrait35. »

37L’usage de la phytothérapie à visée abortive est si courant que la recherche et la consommation de certaines plantes peuvent être considérées comme des démarches suspectes. Ainsi la Vve Le Trou, soupçonnée par les habitants de son village d’être enceinte ne fait, en demandant le prêt d’une simple casserole, que renforcer leurs soupçons. Le refus qu’elle se voit opposer par sa voisine est à l’origine d’une brouille. Cette voisine s’explique d’abord en termes vagues sur l’origine de cette soudaine mésentente :

« depuis septembre dernier, je m’apercevais que la veuve Le Trou, ma voisine, était enceinte et cela à l’embonpoint qu’elle prenait et à l’état de sa physionomie. Jusque là j’avais été en assez bons termes avec cette femme, mais ayant été obligée de refuser de lui prêter un instrument aratoire dont elle disait avoir besoin, je vis cette femme s’éloigner de moi. Depuis nous ne nous sommes plus parlé, cependant je la voyais de temps en temps passer pour aller à l’eau, j’avais la certitude qu’elle était enceinte, je m’en entretenais de temps en temps avec mes voisins. »

  • 36 Cette « herbe sainte » est également désignée par certains témoins herbe de Loriol. Il s’agit sans (...)
  • 37 AD C-A 2U/641, Marie-Louise Le Vacon, ménagère, 38 ans, 9 mars 1842.
  • 38 Idem, Jeanne Allenic, 29 ans, domestique, [même jour].

38Mais, dans la suite de l’interrogatoire, elle se fait plus explicite : « Il n’est peut-être pas inutile de vous dire que l’ustensile que j’avais refusé de prêter à la veuve Le Trou n’était point un instrument aratoire mais tout simplement une casserole. J’avais ouï dire que la veuve le Trou avait demandé je ne sais quelles herbes, de l’herbe sainte36, si je m’en souviens bien. Je craignais qu’elle ne voulût faire quelque breuvage pour se faire avorter aussi je lui refusai ma casserole37. » C’est une fille des environs qui procurait l’herbe sainte à la Vve Le Trou. Mais cette herbe doit être connue de tous les villageoises car un autre témoin sait qu’on la trouve « à la lande aux eaux, au-dessus de Saint-Guillaume38 ». D’après ce témoin, l’herbe sainte a la propriété de « faire descendre le sang ». Mais elle demeure inopérante sur la Vve Le Trou qui entreprend alors la consommation de vinaigre.

Efficacité de la phytothérapie abortive : le point de vue médical

39Le corps médical reconnaît à certaines plantes – emménagogues ou « hystériques » – le pouvoir de faire « couler » les règles. Ces plantes favorisent la liquéfaction du sang et agissent sur les états de pléthore de la matrice :

  • 39 Dictionnaire botanique et pharmaceutique […], Paris, an X-1802, V° Plantes emménagogues.

« L’impulsion du sang sur les vaisseaux de la matrice est la cause qui détermine l’écoulement des règles. Lorsque le sang devient trop épais et trop visqueux, il se fait une obstruction dans les vaisseaux de la matrice, ce qui occasionne la suppression de ces écoulements périodiques si nécessaires pour la santé des femmes, et par lesquels la nature se dégage de cet état de pléthore, occasionné chez elle par des sécrétions et par une transpiration moins abondante que dans l’homme, effet dépendant de la constitution de leur corps, qui est plus molle et plus lâche. Les emménagogues provoquent les règles en corrigeant l’épaississement et la viscosité du sang, en levant les obstructions et embarras de la matrice et en réveillant l’oscillation des fibres […]. Elles sont encore hystériques et soulagent beaucoup dans les accès de vapeurs39. »

  • 40 Orfila M., Traité de médecine légale, 3e éd., Paris, 1836, t. 3, p. 309.
  • 41 Ibidem, t. 2, p; 341.

40De très nombreuses plantes sont reconnues posséder de telles propriétés : armoise, tanaisie, matricaire, dictame blanc, dictame de Crète, mélisse, cataire, pouliot, romarin, rue, absinthe, aristoloche, safran, souci, sabine. La sabine est considérée comme très active et doit être employée avec précaution. Le célèbre Orfila décrit la sabine comme susceptible, à haute dose, de déterminer la mort des chiens les plus robustes en vingt-quatre heures40. Cependant, s’il cite les emménagogues parmi les principaux moyens abortifs – au même titre que la saignée au pied, les pédiluves, les vomitifs et les purgatifs drastiques – il se refuse à en détailler les usages car, écrit-il, « la malveillance pourrait s’en emparer pour commettre de nouveaux crimes41 ».

  • 42 Elle décède en prison avant son jugement.

41Les avis des médecins bretons consultés sur l’efficacité des plantes utilisées par les inculpées sont assez partagés. La plupart sont loin de leur dénier toute vertu. Renée Le Mailloux, domestique à Ambon, accusée d’infanticide en 183942, reconnaît avoir pris divers breuvages à la demande de son séducteur : « Ne voulant pas que ma grossesse soit connue, j’ai pris des infusions ou décoctions d’absinthe, d’ail et de deux autres herbes que j’ai cueillies moi-même dans le jardin de mon père, et je pense que ce sont ces breuvages qui m’ont fait accoucher ». Interrogé par le juge d’instruction sur les effets que ces plantes peuvent produire sur une femme enceinte, le docteur Dentu, médecin à Vannes, est formel :

  • 43 AD M U2094, interrogatoire, 12 novembre 1839.

« – S’il est vrai, comme me l’a déclaré la fille Le Mailloux, que son avortement ait eu lieu à la suite de breuvages composés de plantes purgatives, que d’après la description qu’elle en a fait, je crois être de la sabine, de la rue et de l’absinthe, l’accouchement n’a pas pu avoir lieu sans douleurs plus ou moins vives, et si, comme elle l’a déclaré, elle n’était grosse que de cinq mois, elle était à l’époque de la grossesse où les avortements sont les plus dangereux.
– Enfin, Monsieur, croyez-vous qu’un avortement puisse être provoqué par les infusions d’herbes et d’ail indiquées par la fille Le Mailloux ?
– Oui, on en a de fréquents exemples, malheureusement la composition de ces breuvages est très connue dans nos campagnes et ces herbes sont cultivées dans beaucoup de jardins43. »

  • 44 AD C-A 2U/640, mémoire de Pringué, pharmacien à Loudéac, 10 janvier 1842.
  • 45 Idem, Marie Tertre, ménagère, 8 janvier 1842.

42En revanche, le pharmacien consulté dans l’affaire Olive Belnard est plus que réservé sur les propriétés de la grande armoise que cette accusée faisait infuser dans du lait doux ou du cidre. Il la considère « tonique, excitante et emménagogue, mais incapable de provoquer l’avortement44 ». Pourtant la croyance en la puissance des plantes est telle à Plessala que certains des voisins d’Olive Belnard sont persuadés qu’elle a pu se débarrasser par ce moyen de plusieurs grossesses. « Le bruit court », rapporte une ménagère, « que la fille Belnard a été enceinte plusieurs fois : on va jusqu’à dire que depuis cinq ans, elle fait un enfant chaque année45 ».

  • 46 Dictionnaire botanique et pharmaceutique, op. cit.

43L’armoise est dotée par les pharmaciens de multiples propriétés : elle est détersive, vulnéraire, apéritive, fortifiante et « hystérique ». À ce titre, appliquée en cataplasme, elle peut soulager les « femmes qui se plaignent de suffocation de la matrice46 ». Mais ce sont à la sabine et à la rue que sont reconnues, tant par les populations rurales que par le corps médical, les plus grandes vertus abortives. Elles sont aussi les plus utilisées.

  • 47 L’armoise est désignée par l’inculpée « er-vann louzen », la « mère des plantes ». C’est à l’absin (...)

44Ce sont la sabine, la rue et, accessoirement, le buis, que retient, parmi toutes celles qui lui ont été confiées, le pharmacien qui a été appelé à se prononcer en 1843 dans l’affaire Marie-Joseph Puren, une journalière de Crach, âgée de 27 ans, accusée d’avortement. Une multitude d’herbes a été saisie à son domicile. Parmi elles, le pharmacien a reconnu de la rue, de l’armoise47, de l’absinthe, de la morelle, de la sabine, du mélilot, de la mauve, de la myrrhe, du buis et de la patience. Plusieurs de ces plantes, selon lui, sont susceptibles d’avoir une action néfaste : « La sabine, la rue, le buis, sont les seules plantes qui dans un cas d’avortement peuvent avoir de l’action. La sabine et la rue sont très dangereuses par leur action sur l’utérus. Le buis par ses propriétés purgatives et drastiques peut aussi être dangereux dans les cas d’avortement. Ces plantes se prennent soit en infusion, soit en décoction, soit en macération dans le vin blanc. »

  • 48 AD M U2130, rapport de Le Beaupin, pharmacien à Lorient, 18 juillet 1843.

45Il est a priori assez réservé sur leur efficacité : « Malgré l’action bien marquée de ces trois plantes, malgré le nombre de cas de réussite dans des intentions criminelles, il est arrivé encore peut-être plus souvent que leur application dans l’économie animale restât sans effet. » Mais il estime cependant que si la grossesse n’excède pas trois mois, leur ingestion est susceptible de déclencher un avortement. « D’après toutes les propriétés que j’ai analysées, je conclus qu’une femme enceinte de trois mois, et prenant de ce breuvage tous les jours par doses répétées se trouve dans les meilleures conditions pour avorter48. »

46La sabine et la rue ont été fournies à Marie-Joseph Puren par son amant, Jean-Marie Bellégo, qui les cultive dans son jardin. Marie-Joseph Puren les a fait macérer suivant ses conseils dans du vin blanc. Elle a avorté au bout de quelques jours. Au moment où cette affaire s’instruit, les magistrats s’intéressent aux rapports que Jean-Marie Bellégo entretient avec Bertrand Le Falher, l’amant de la femme Hervoch, accusée d’un double infanticide sur des jumelles, qui habite également Crach. Tous les villageois témoignent de la relation d’amitié des deux hommes. Jean-Marie Bellégo est donc fortement suspecté d’avoir procuré de la sabine et de la rue à Bertrand Le Falher.

Réseaux informels et méthodes empiriques

47En fait, Marie-Julienne Hervoch, que la rumeur publique accuse de plusieurs avortements et infanticides, disposait d’autres ressources pour tenter d’avorter. L’enquête apprend que quelques années avant les faits pour lesquels elle est poursuivie en 1843, elle cultivait elle-même de la sabine et de la rue dans son jardin et que celles-ci ont disparu à un moment où on la soupçonnait d’être enceinte. Le cultivateur qui sous-louait une petite maison aux époux Hervoch, se souvient qu’il y avait dans le jardin

  • 49 Sabine.
  • 50 AD M U2127, Michel Le Guillaudre, 46 ans, cultivateur, 24 juin 1843.

« des plantes de rue et de saperue [sic]49, et il y a trois ans passés des premiers jours de mars que, dans une seule nuit, ces plantes furent presque totalement dépouillées […]. À cette époque, le bruit circulait que la femme Hervoche était enceinte, c’était aussi mon opinion, et cependant je n’ai pas ouï dire qu’elle fût accouchée […]. Je fis connaître au curé de Crach que deux plants de rue qui étaient dans le jardin des époux Hervoche avaient été pillés dans la nuit et il me donna le conseil de les détruire, ce que je fis. C’est vers cette époque que Bertrand Falher commença à fréquenter la femme Hervoche50. »

  • 51 Idem, rapport du commandant de gendarmerie d’Auray, 1er juin 1843.

48Le commandant de gendarmerie d’Auray signale aux magistrats d’autres personnes ayant pu aider Marie-Julienne Hervoch à se procurer un avortement. Le Falher se serait notamment rendu au cours de la grossesse de sa maîtresse chez un marchand de « vieille ferraille », nommé Jean-Marie Ezanno, dit Kercoquin, « duquel il aurait reçu de la mauvaise herbe servant à exciter les avortements et qu’il l’aurait emportée chez lui, sans doute pour que la femme Hervoch, sa maîtresse, en fît usage ». En outre, une « femme de mauvaise vie » d’Auray, Françoise Oliviero, dite Vve Tartare, est soupçonnée d’avoir participé « aux divers infanticides et avortements de l’inculpée ». Cette femme, signalée comme se livrant illégalement à la médecine, « aurait eu des ramifications avec la femme Hervoch de laquelle elle s’informe tous les jours depuis son arrestation51 ».

  • 52 Voir Léonard J., Médecins, malades et société dans la France du xixe siècle, Paris, 1992.
  • 53 AN/BB/20/98, F, 1er trim. 1838, Le Minihy, [s. d.]

49Les réseaux informels d’avortement paraissent nombreux en Bretagne et la médecine empirique ne semble rencontrer aucun obstacle52. Ainsi voit-on, dans le Finistère, l’activité de Guillaume Raoul, cultivateur à Sainte-Sève, se poursuivre sans encombre, au moins entre 1838 et 1846. C’est à lui que Françoise Jourdren, domestique chez un meunier de Plougourvest, va demander des remèdes pour faire revenir ses règles53. C’est à lui encore que s’adresse, huit ans plus tard, une autre accusée d’infanticide, Marguerite Paugam. Cette domestique, âgée de 28 ans, congédiée en raison de sa grossesse, est venue vivre depuis peu chez son oncle à Pleyber-Christ. Celui-ci révèle au juge d’instruction que le dimanche précédant le crime sa nièce est allée consulter

  • 54 AD F 4U2/92, Milliau Floch, 45 ans, cultivateur, 16 mars 1846.
  • 55 Idem, Catherine Paugam, 21 ans, domestique, [même jour].

« le dénommé Guillaume Raoul, cultivateur, demeurant au village de Coat-Conval, dans la partie dépendante de la commune de Sainte-Sève. Ce Raoul passe pour se mêler de faire la médecine. Je n’ai pas entendu dire qu’il procurât aux femmes des moyens de se faire avorter. […] Marguerite m’a dit que ses menstrues étant supprimées, Guillaume Raoul lui avait conseillé, pour les faire reparaître, de boire une tisane faite avec la racine d’une plante nommée col-téol et celle d’une autre plante nommée tenc’h. Je pourrai, avant votre départ, vous montrer ces plantes54. [D’après la sœur de l’inculpée, qui en a fait des tisanes, il s’agit de racines d’oseille et de chicorée sauvage55.] »

50Oseille et chicorée sauvage entrent également dans le traitement prescrit par la Vve Le Port que Vincente Le Bourvellec, servante à Pluvigner, est allée consulter au cours de sa grossesse. Cette guérisseuse, âgée de 43 ans, qui se déclare propriétaire-cultivatrice, demeure à Pluneret. Elle s’est formée à la médecine empirique en observant son beau-père et soigne toutes sortes de maux :

« Mon beau-père était renommé pour remettre les membres démis, et guérir les blessures et contusions. L’habitude de le voir opérer et les leçons qu’il m’a données, m’ont permis, après sa mort, de soulager ceux qui dans les campagnes se blessaient ou étaient blessés. On vient souvent me consulter. Je donne des conseils. Je remets les membres démis, quand je juge pouvoir le faire. Je panse les blessures avec un onguent dont la composition m’a été donnée par mon beau-père et qui est composé d’oseille et d’oseille sauvage [sic], d’ortie, de chicorée sauvage, de quelques feuilles de petit laurier, d’une herbe appelée dans nos campagnes réveil-matin, d’une autre herbe appelée en breton drogar. Toutes ces herbes sont hachées ensemble. On y mêle une petite quantité de sel, souvent on applique cet onguent sur la tête, il fait suer et il soulage les malades. »

  • 56 AD M U2050, Vve Le Port, 43 ans, propriétaire-cultivatrice, 23 octobre 1833.
  • 57 Idem, Françoise Cailloce, 33 ans, cultivatrice, 9 octobre 1833.

51Bien qu’elle prétende tout d’abord ne pas se souvenir que Vincente Le Bourvellec soit venue lui demander des drogues pour faire revenir ses règles, elle finit par reconnaître lui avoir procuré cet onguent, dont les vertus sont manifestement très étendues. Elle lui a également prescrit de « boire du vinaigre, dans lequel elle mettrait de la cannelle, pour l’adoucir56 ». Elle soutient aussi ne pas avoir remarqué la grossesse de Vincente Le Bourvellec, mais on peut d’autant plus en douter que celle-ci avait raconté sa visite à la guérisseuse à l’une de ses voisines : « Elle me déclara que l’écoulement de ses règles avait cessé depuis longtemps, qu’elle avait été à Kerabial [?] en Pluneret pour chercher des herbes propres à les faire revenir, elle ne me dit pas qu’on lui en eût donné, mais seulement qu’on lui répondit : “Vous pouvez vous en retourner, ma fille, vos règles reparaîtront pour la lune d’octobre57.” »

  • 58 Également appelé élixir de longue vie. C’est un excitant, à base d’aloès et d’alcool thérique, Jou (...)
  • 59 AD M U2097, Pauline Blancho, 18 ans, brodeuse de souliers, 25 avril 1839.
  • 60 AN/BB/20/76, L-I, 4e trim. 1834, Hardy fils, 24 décembre 1834.

52La médecine empirique à visée abortive ne se limite pas aux plantes. Bien d’autres médications sont également proposées par les guérisseurs, en particulier le vinaigre et l’élixir de Suède58, qui est traditionnellement employé par les matrones pour hâter l’accouchement. C’est ce dernier remède qu’utilise la Vve Guimard pour faire avorter Thérèse Blancho, dans cette curieuse affaire d’infanticide et d’avortement jugée à Vannes en 183959. Jeanne Thébaut, journalière à Saint-Père-en-Retz, accusée d’infanticide en 1834, s’était, elle aussi, procuré de l’élixir de Suède car « les matrones du pays croyent que cette substance peut nuire à l’enfant qu’une femme porte dans son sein60 ».

  • 61 AN/BB/20/200/1, F, 3e trim. 1857, Baudouin, 23 juillet 1857.
  • 62 AN/BB/20/137, M, 2e trim. 1846, Tiengou de Tréfériou, 17 juillet 1846. L’arsenic est utilisé pour (...)

53Les femmes qui sont absolument résolues à se débarrasser de leur grossesse n’hésitent pas à absorber les produits les plus dangereux. Ainsi, la femme Broustal, de Pleyben, décède-t-elle en 1857 après avoir ingurgité un breuvage que lui avait fourni son frère et qui contenait de l’essence de térébenthine61. Quant à Marie Samson, journalière à Mohon, après avoir demandé en vain à un médecin de lui procurer un avortement, elle essaie, sous un faux nom, d’obtenir du maire de sa commune un certificat l’autorisant à acheter de l’arsenic62.

Recours à la pharmacie officielle

54Lorsque la phytothérapie traditionnelle a échoué, les inculpées se tournent quelquefois vers la pharmacie officielle. Certaines officines débitent en effet des potions abortives. Plusieurs séducteurs parviennent à s’en faire délivrer à Pontivy. Le Bourhis, cultivateur à Moëlan, qui tient absolument à débarrasser sa servante, Marie-Antoinette Grévélec, d’une grossesse dont il est responsable, se fournit dans une pharmacie de Lorient :

« – N’aviez-vous pas déclaré au gendarme Jouin, demande le juge d’instruction à Marie-Antoinette Grévélec, que pendant votre grossesse votre maître vous a fait prendre des remèdes pour vous faire avorter ?

  • 63 AD F 4U2/169, interrogatoire, 21 mai 1861.

– Oui, mon maître s’adressait à son cousin Pierre Gouyec, journalier au bourg de Clohars. Celui-ci allait prendre les remèdes à Lorient et les remettait à mon maître, qui me forçait de les prendre en sa présence. J’en prenais un peu, mais quand il tournait le dos, je jettais [sic] le reste par terre, parce que c’était mauvais. Il y a eu quatre ou cinq sortes de remèdes, les uns étaient rouges comme du vin et les autres blancs comme de l’eau. […] Il y avait des pillules [sic] grosses comme un poix [sic] et de la poudre comme du son. […]. Je ne peux dire combien de bouteilles m’ont été remises, il m’en mettait une environ tous les quinze jours, depuis le mois de novembre jusqu’au mois de mars, quoique j’eusse prévenu que c’était inutile puisque je ne les prenais pas. […]. Quand je prenais ces remèdes je vomissais63. »

55Purgatifs et vomitifs occupent une place importante dans les potions achetées par les femmes enceintes ou par leurs séducteurs dans les pharmacies. Ainsi Michelle Dano, après avoir fait usage de diverses herbes, se fait-elle apporter par sa mère des vomitifs que lui fournit un pharmacien de Vannes.

56Il est relativement difficile de mesurer quelle a été la complaisance des pharmaciens à l’égard des femmes qui cherchaient à avorter, car les inculpées ont parfois été contraintes de recourir à la ruse pour se procurer des médicaments. La Vve Biraud, de Sautron, n’hésite pas à utiliser une fausse ordonnance pour parvenir à ses fins. Elle envoie un de ses voisins, muni de ce faux document, chez un pharmacien de Nantes :

  • 64 AD L-A 5U108, Alexandre Babin, 38 ans, laboureur, 7 novembre 1839.

« Cette femme lui avait donné la commission le 26 avril 1839, jour de la foire de la Saint-Marc à Nantes, de lui rapporter deux remèdes que j’ai pris chez un pharmacien qui demeure sur la place de Bretagne à Nantes, à côté du café Nancy. L’un était en petites pierres comme de l’alun blanc, et l’autre comme du bois d’Inde menu et de couleur jaunâtre. Elle ne m’avait donné que quarante sous pour acheter ces deux remèdes, tandis que j’ai été obligé de les payer quatre francs et dix sous, elle m’avait donné un mot d’écrit sur un papier que j’ai cru que c’était un certificat d’un médecin [sic], que je crois bien qu’elle avait fait faire par une autre personne et que ces remèdes étaient pour la faire avorter, chose que j’ai pensée depuis qu’elle a fait le crime d’infanticide qui lui est inculpé [sic]64. »

57La Vve Biraud avait déjà tenté par bien d’autres moyens de se faire avorter. La journalière qui vient faire son ménage raconte en effet :

  • 65 Idem, Perrine Thomeret, 42 ans, journalière, [même jour].

« Cette femme Vve Biraud qui a cherché par tous les moyens dès le commencement de la grossesse à détruire le fruit qu’elle portait, avait fait appeler primitivement Monsieur Navez, docteur-médecin à Sautron, lui disant que ses règles s’étaient arrêtées parce qu’elle s’était mise à laver. Il lui donna un remède qu’il lui ordonna de prendre en deux ou trois fois, elle prit tout d’un coup, ce qui donna des soupçons au médecin de sa grossesse [sic], elle voulait avoir un autre remède et avoir des sangsues aux cuisses et être saignée, le médecin Navez lui promit tout cela un peu plus tard65. »

  • 66 Huile extraite du Copaifera, arbre du Brésil.
  • 67 AD F 4U2/122.

58Les accusées et leurs séducteurs n’hésitent pas à détourner les produits qui sont en leur possession des indications pour lesquelles ils leur ont été prescrits. Ainsi, Jean-Marie Quéguiner, fabricant de toile à Guiclan, âgé de 45 ans, fait-il prendre à Marie-Jeanne Potay, sa domestique et maîtresse, l’huile de Copahu qui lui a été délivrée pour soigner une maladie vénérienne66. Sans doute est-ce le goût très désagréable de ce médicament qui lui a fait penser qu’il était susceptible de déclencher un avortement. Mais le pharmacien interrogé à ce sujet dénie à l’huile de Copahu toute propriété abortive67.

  • 68 La berle ou ache d’eau est une sorte de cresson : « elle est très utile dans le scorbut, la rétent (...)
  • 69 Acide nitrique dans une solution de carbonate de potasse.

59La femme Doudard, après s’être successivement essayée à la tisane de sabine, de rue, de berle68, au sel de nitre69 et aux sangsues, se fait délivrer une ordonnance par son amant Duronceray, officier de santé, sous le nom d’une meunière de son village :

  • 70 AD I-V 2U4/614, Jean-Marie Davy, 28 ans, pharmacien, 11 décembre 1824.

« Il y a quatre ou cinq mois, raconte le pharmacien de Saint-Georges-de-Reintembault, la femme Doudard vint, avec une ordonnance du sieur Duronceray chercher des remèdes propres à procurer chez les femmes l’écoulement des règles, qu’elle me dit être pour la femme du meunier Guérin, et je crois même me rappeler que l’ordonnance portait que c’était pour cette femme. Je lui livrai ces remèdes qui consistaient en vingt pilules […], et de plus une potion emménagogue. Ces remèdes pourraient, autant que je puis le croire, produire un avortement chez une femme sujette à des fausses couches. J’ignore s’ils furent remis à la femme Guérin, que je ne connais pas70. »

60Face à ce nouvel échec, Anne Doudard tentera d’obtenir une saignée.

Saignées et sangsues

  • 71 Cette conception est liée « à la théorie bienfaitrice des émissions sanguines pour purger le mauva (...)
  • 72 Les saignées étaient préconisées sur les femmes enceintes, mais « certains accoucheurs du xviiie s (...)

61La pratique habituelle des femmes qui cherchent à tout prix à avorter est d’expérimenter successivement tous les moyens qui sont à leur disposition. Elles recourent donc également à la saignée qui est dotée de vertus emménagogues71. La saignée au pied, qui est censée faire « descendre le sang est réputée dangereuse pour les femmes enceintes72 ». Les bains de pieds chauds sont utilisés dans la même visée.

  • 73 AN/BB/20/141, I-V, 4e trim. 1847, Le Beschu, de Champsavin, 2 décembre 1847.

62L’accès à la saignée est relativement plus difficile que le recours aux plantes, c’est pourquoi nous n’en dénombrons qu’une dizaine de cas. En principe, elle doit être opérée par un homme de l’art, mais on constate que les guérisseurs la pratiquent plus ou moins librement. Léonie Blanchard, de Saint-Pierre-de-Plesguen, enceinte des œuvres de son beau-père se fait saigner par « une voisine qui fait la médecine en cachette73 ». Anne Doudard s’adresse à une agricultrice d’un village de la Manche voisine, Adélaïde Barbedette, demeurant à Saint-Martin-de-Landelles. Mais cette femme, âgée de 21 ans, qui a appris cet art avec sa mère, refuse de la saigner au pied :

  • 74 Idem, Adélaïde Barbedette, 21 ans, 6 décembre 1824.

« Comme elle me parut enceinte, je lui demandai si c’était au bras qu’elle voulait une saignée. Elle me répondit que c’était au pied, alors je lui demandai si elle avait de jeunes enfants. Elle me répondit que son plus jeune avait trois ans. Craignant qu’elle ne prît pour une insulte un refus pur et simple de ma part et cependant ne voulant pas la saigner en raison des soupçons que j’avais, je fis chauffer de l’eau et lui mis les pieds dedans. Ensuite je lui dis qu’elle n’avait pas les veines assez grosses et que je ne pouvais pas la saigner. Elle dit que déjà, pourtant, elle s’était fait saigner au pied par un chirurgien, je lui fis l’observation qu’alors elle n’était pas enceinte ou qu’il ne le savait pas, attendu que lorsqu’une femme dans cet état se fait saigner au pied, elle ou son enfant s’en ressentent. Elle me répondit qu’elle était alors enceinte et prétendit l’avoir dit au chirurgien, mais elle ne convint pas l’être actuellement74. »

  • 75 AN/BB/20/47, I-V, 3e trim. 1829, Legeard de la Diriays, 27 août 1829.

63Les hommes de l’art sont également persuadés de la dangerosité de la saignée pour les femmes enceintes. La première réaction du médecin de La Guerche que va consulter Marie Loison, une domestique de Moutiers, âgée de 31 ans, est de lui demander si elle est enceinte : « Il lui adressa quelques questions auxquelles elle répondit de manière à lui persuader qu’en effet elle ne l’était pas. Il lui fit une saignée. Quelque temps après il lui administra quelques drogues qui, n’étant données qu’à faible dose, n’eurent aucun effet. Comme elle le pressait de lui donner des remèdes plus actifs, il lui déclara que craignant toujours qu’elle ne fût enceinte, il ne lui en administrerait aucun sans s’être assuré qu’elle n’était pas grosse75. »

  • 76 AD C-A 2U/772, réquisitoire définitif, 16 juin 1861.
  • 77 AD M U1997, Vve Duvalet, 72 ans, 19 juin 1827.
  • 78 AD L-A 5U91/1, François Gérard, 33 ans, laboureur, 22 décembre 1835.

64Certains praticiens éconduisent les femmes enceintes qui demandent à être saignées. Le docteur Piedvache, de Dinan, constatant que la grossesse de Mélanie Suliac, domestique à Taden, est presque à terme refuse de céder à sa requête76. Mais d’autres ont une position beaucoup plus tolérante. Ainsi voit-on, en 1827, Lagrée accepter de saigner Marie Guillemain, qui lui affirme qu’elle a mal aux jambes et que le « sang s’est arrêté sur elle77 ». Jeanne-Marie Leroux, domestique à La Chapelle-Launay, est également parvenue, à un stade avancé de sa grossesse, à se faire saigner au pied par un homme de l’art. Son maître, François Gérard, un laboureur de 36 ans, qui l’a séduite par des promesses de mariage, déclare : « Je me suis bien apperçu [sic] que sa taille épaississait et le public disait bien qu’elle était enceinte mais lorsque je lui rapportais ce qu’on disait d’elle, elle me répondait : “Je ne suis pas enceinte, mes règles sont supprimées ce qui arrive souvent chez moi et je suis obligée de me faire saigner.” Au mois de mai dernier, elle me parla de se faire saigner et je la menai moi-même chez le Docteur Pomier qui la saigna au pied78. »

65S’il est vrai que certains hommes de l’art ont une position ambiguë, il convient de reconnaître qu’ils subissent de fortes pressions de la part des femmes enceintes. Taslé s’en fait notamment l’écho à propos de Marie Bodinier, journalière à Maumusson, âgée de 29 ans. Cette fille de « mauvaises mœurs », déjà mère de deux enfants naturels, a tenté par tous les moyens de convaincre un médecin de lui procurer un avortement :

  • 79 AN/BB/20/168/2, L-I, 4e trim. 1853, Taslé, [s. d.].

« Après avoir inutilement recouru à l’usage de plantes abortives, elle essaya de séduire un des médecins de Varades, le sieur Charles Le Biez, et fit près de lui de nombreuses démarches pour le décider à la traiter de façon à lui procurer l’avortement qu’elle désirait. Repoussée avec indignation par le médecin, à chacune de ses tentatives, et bien qu’il l’eût prévenue qu’il avait l’œil ouvert sur elle, et que le juge de paix du canton qu’il avait averti, la surveillait, elle n’en persista pas moins dans son détestable projet79. »

  • 80 AN/BB/20/218/2, F, 4e trim. 1859, Dupuy, 17 novembre 1859.

66La recherche du praticien complaisant tourne parfois à l’obsession. Françoise Le Bihan, domestique au Conquet, séduite par le fils de son maître, va dans la même journée consulter trois médecins de Saint-Renan. Elle est accompagnée dans sa quête par une vieille femme de sa commune. « Il est appris », écrit Dupuy, « qu’elle a visité, dans la ville indiquée par elle, le même jour, trois médecins auxquels elle n’a pas craint de demander, indirectement, des remèdes abortifs, qu’elle a acquis alors la certitude de sa grossesse, dont elle a donné connaissance aux Jourden [ses maîtres], et que depuis on lui a vu faire usage, en présence de ses maîtres, des breuvages obtenus à ses frais, pour se procurer un avortement80 ».

  • 81 AD F 4U2/164, interrogatoire, 20 août 1858.
  • 82 Idem, Jean-Jacques Hippolyte Guérin, 68 ans, médecin à Saint-Renan, 25 août 1858.

67L’un des médecins reconnaît, sans même la visiter, sa grossesse et refuse de répondre à sa demande. Les deux autres, après l’avoir examinée, lui donnent des remèdes qu’elle décrit comme « quelque chose qui ressemble à du sel blanc81 ». Il s’agit vraisemblablement du sel de tartre, car l’un des praticiens qu’elle a consultés ce jour-là, qui se souvient qu’à l’époque elle devait être enceinte de trois mois affirme : « Si j’ai donné quelque chose à cette femme, c’est probablement du sel de tartre, ou quelque autre remède tout à fait inoffensif et uniquement pour éconduire cette femme. J’ai dû lui recommander, suivant mon habitude, de ne point aller trouver d’autre personne et de s’en ternir au traitement que je lui prescrivais82. » Il réagit donc en médecin fort coutumier de ce genre de sollicitation.

  • 83 AN/BB/20/83, I-V, 2e trim. 1835, Le Minihy, 30 mai 1835.

68Dans l’esprit des femmes rurales les sangsues sont supposées, au même titre que les saignées, faire reprendre au sang qui s’est « arrêté sur elles » son cours normal. Elles sont généralement appliquées à la jambe ou au siège. Perrine Hurault, cultivatrice à La Bouëxière, les place « aux parties de la génération », sans doute pour obtenir un résultat plus assuré83. Comme dans le cas des saignées, on constate qu’il n’existe pas de frontière étanche entre médecine officielle et médecine empirique. Les femmes qui sont à la recherche de sangsues se tournent assez indifféremment vers les hommes de l’art ou les guérisseurs.

69La Vve Mercier, une journalière de 49 ans, à qui s’adresse la Vve Lépinay après avoir en vain essayé les breuvages traditionnels, paraît collaborer régulièrement avec les praticiens des environs. Elle expose au juge de paix qu’elle a :

  • 84 AD I-V2U4/636, Vve Mercier, 49 ans, journalière, 18 juin 1828.

« l’habitude de mettre des sangsues à des personnes des environs qui en ont besoin ; que la Vve Lépinais lui demanda de les lui mettre, qu’elle refusa d’abord en lui disant qu’elle ne les mettait que sur l’ordonnance d’un chirurgien, que la Vve Lépinais lui répondit que M. Barbotin, chirurgien à Bain, lui avait ordonné d’en mettre une douzaine, qu’alors elle fut de la part de la dite veuve en demander à M. Laporte, chirurgien à Bourg-des-Comptes, qui lui en avait promis, qu’elle les apporta et lui en mit sept au siège, qu’il n’y en eut que six qui prirent, dont trois tombèrent presque tout de suite, que quand elles eurent quitté, elle la mit [la Vve Lépinay] sur de l’eau tiède, que comme elle s’était aperçue qu’elle était enceinte, elle ne l’y laissa pas longtemps, qu’elle saigna très peu84. »

70Mais, comme toujours avec les femmes rurales, la ruse n’est jamais exclue. Aussi Louise Fournard, domestique à La Chapelle, détourne-t-elle à son profit les sangsues qu’un médecin de Malestroit a prescrites à son père, qui souffre d’une fluxion de poitrine. Ce médecin, questionné avec l’un de ses confrères par le juge d’instruction de Ploërmel, est persuadé de la vertu abortive des sangsues :

  • 85 AD M U2103, mémoire de Pringué et Houeix, docteurs en médecine, 1er mars 1840.

« – 1° Des applications de sangsues, si surtout elles sont répétées pendant la grossesse peuvent-elles déterminer un avortement ?
– Réponse : oui, dans un grand nombre de circonstances.
– 2° Dans tous les cas est-ce une opinion populaire ?
– Réponse : oui.
– 3° A quelle époque de la grossesse, l’application des sangsues est-elle particulièrement nuisible ?
– Réponse : dans les trois premiers mois de la grossesse et particulièrement au début85. »

Remèdes prodigués par les séducteurs : coups, secousses et chutes

71Ce sont souvent les hommes qui, n’ayant nulle envie d’épouser les femmes qu’ils ont séduites, se mettent à la recherche de plantes ou de potions abortives. Mais lorsque celles-ci ne suffisent pas, ils s’emploient, par toutes sortes de moyens mécaniques, à empêcher la grossesse de s’accomplir jusqu’à son terme. Les procédés sont plus ou moins violents selon le degré d’affolement de ces hommes devant la perspective du déshonneur.

  • 86 AD M U2012, interrogatoire, 10 mars, 1829.

72C’est le souci de ne pas compromettre son projet de mariage avec une autre femme qui pousse Jean Diguet, amant de Marie Audié à se livrer à des violences sur elle. Il lui étreignait le ventre « si parfaitement, dit-elle, que je souffrais beaucoup, et quand je m’en plaignais, il me disait qu’il eût été bien content de me voir débarrassée ». Elle attribue les manœuvres de Jean Diguet à la crainte de l’opinion de ses parents et de sa fiancée officielle : « Il me disait que si on connaissait mon état dans le pays, ses père et mère le renverraient de chez eux et qu’il ne pourrait pas épouser la personne à laquelle il s’est marié le surlendemain de mes couches86. »

  • 87 AN/BB/20/76, M, 2e trim. 1834, Hardy fils, 28 juin 1834.
  • 88 AD M U 2052, rapport de Desmarets, professeur de chimie et Le Beaupin, pharmacien à Lorient, 18 ma (...)

73Job Le Moing, fils aîné de la maison où sert Anne Le Goff, est réputé avoir déjà engrossé deux autres domestiques. Pas plus pour Anne Le Goff que pour les précédentes, il ne parviendra à obtenir un avortement. Il lui procure tout d’abord une « liqueur », qualifiée par le président de la cour d’assises de « puissant emménagogue », qu’il achète à Pontivy87. Cette liqueur, retrouvée dans la paillasse d’Anne Le Goff, a été reconnue être « très probablement une infusion ou une décoction de sabine mal préparée et rendue opaline par la précipitation d’une partie de la gomme résine » mêlée à du carbonate de chaux88. Mais le remède étant jugé insuffisant, cet agriculteur entreprend de fouler le ventre de sa maîtresse pour « crever » l’enfant :

  • 89 Idem, interrogatoire, 10 mars 1834.

« Job Le Moing m’a plusieurs fois engagée à le laisser me presser le ventre parce qu’il fallait, disait-il, étouffer l’enfant d’une manière quelconque. Il me disait : “S’il vient à terme, comment pourrons-nous tous les deux paraître la tête levée ?” Je l’ai toujours refusé à l’exception d’une fois, trois semaines environ avant mon accouchement, il m’a conduit [sic] dans le parc à bœuf éloigné de la maison, au milieu de grands genêts. Je me suis couchée sur le dos, il est monté sur mon ventre et avec ses pieds il le foulait. Je lui dis que je ne recommencerai plus, j’en ai été souffrante plusieurs jours89. »

  • 90 AD F 4U2/152, acte d’accusation, 30 août 1837.

74Quelques hommes recommandent des moyens moins barbares, comme de se serrer le ventre avec une ceinture. C’est la solution préconisée par Jean-Marie Péron, cultivateur au Cloître, à Marie Herry, une domestique de 19 ans. Il avait tout d’abord envoyé cette jeune fille chez un médecin du Rélecq qui avait accepté de la saigner au bras, mais avait formellement refusé de lui délivrer les remèdes abortifs qu’elle lui avait demandés. Il lui avait proposé de l’accueillir chez lui à la fin de sa grossesse ou de la faire recevoir par une accoucheuse. Jean-Marie Péron avait refusé parce que : « cela coûterait trop cher, il lui conseilla au contraire de se serrer fortement le ventre ; que c’était un moyen de faire disparaître sa grossesse ; que si cela ne réussissait pas, il irait à Morlaix et se procurerait les remèdes nécessaires ». Mais cette tentative est infructueuse. Marie Herry se livre alors à des exercices nettement plus violents : « Elle se pressa fortement le ventre, elle perdit un peu de sang et il devint évident que bien qu’elle fût encore éloignée de son terme, elle ne tarderait pas à accoucher90. » Jean-Marie Péron enferme l’enfant, sitôt né, dans un sac et le laisse mourir dans sa grange, après avoir pris la précaution de le baptiser.

75L’homme qui montre le plus d’obstination à tenter de faire avorter la femme qu’il a séduite est René Plantard. Ce cultivateur de Guéméné inflige un véritable supplice à Mélanie Roussel, sa domestique. Dès qu’il avait appris sa grossesse, il l’avait adressée à un médecin, qui avait accepté à plusieurs reprises de la saigner et de lui poser des sangsues. Mais ces soins n’avaient pas suffi à faire reparaître les menstrues. Plantard s’était alors acharné sur le corps de sa domestique :

  • 91 AD L-A 5U/160/3, interrogatoire, 11 juin 1851.

« Il me dit qu’il fallait détruire cet enfant-là, qu’il ne fallait pas avoir honte de le faire avant le mariage et lorsque j’en serais débarrassée, je me marierai avec lui. Il me proposa et il me fit exécuter divers moyens qu’on lui avait indiqués pour me débarrasser de l’enfant que je portais, il m’a fait souffrir très cruellement. Ainsi il profitait du moment où les deux autres ménages qui habitent près de nous étaient aux champs, il me faisait m’appuyer contre un mur et là il me donnait des coups de genoux violents dans le ventre, il me faisait mal, je criais, alors il me disait qu’il allait suspendre son opération pour la reprendre plus tard, d’autres fois quand j’étais dans mon lit, il étreignait mon ventre avec ses mains à me faire crier par les souffrances que j’endurais, mais il me défendait de crier bien haut. Il me donnait encore souvent des coups de genoux dans le ventre dans le même but. D’autres fois Plantard se servait d’une planche longue, il me faisait appuyer le ventre dessus, il secouait ensuite la planche de manière à me faire retomber lourdement et moi dessus [sic], de manière à me faire avorter. D’autres fois, il me faisait monter dans son grenier où il y avait une échelle, il me faisait suspendre par les bras à cette échelle, il venait ensuite par derrière, mais me prenant par le ventre, il m’étreignait fortement de manière à me faire crier ; plusieurs fois encore il m’apportait des pains brûlants de douze livres qui sortaient du four et il me faisait les mettre sur le ventre, quand je ne pouvais pas les supporter à nue [sic], il me les appliquait par-dessus ma chemise91. »

76Enfin, s’étant fait montrer des pieds de sabine par un de ses amis, il va en voler à la nuit tombée. Mélanie Roussel les absorbe inutilement. Les procédés employés par Plantard doivent cependant être exceptionnels car ils ont vivement impressionné cet habitué des cours d’assises qu’est l’avocat Brillaud-Laujardière. C’est sans nul doute à cet accusé qu’il fait allusion dans son ouvrage consacré à l’avortement :

  • 92 Brillaud-Laujardière C.-C., De l’avortement provoqué considéré au point de vue médical, théologiqu (...)

« Il y a environ huit ans, nous entendions révéler, devant la cour d’assises de la Loire-Inférieure, les tristes expédients employés par un paysan qui avait séduit sa servante et qui voulait la faire avorter : cet homme, monté sur un vigoureux cheval, sur lequel il prenait sa domestique, partait au galop à travers champs, et lançait à terre cette malheureuse au plus fort de la course. Ce barbare moyen, auquel il eut recours à deux reprises, n’ayant pas produit d’effet, il imagina de lui appliquer sur l’abdomen des pains bouillants sortant du four. Cette seconde tentative fut aussi infructueuse que la première et la pauvre fille, ainsi martyrisée, accoucha à terme d’un enfant vivant et bien constitué92. »

L’abandon

  • 93 D’après Watteville du Grabe A., Statistique des établissements de bienfaisance : rapport à S. Exc. (...)

77Si l’on excepte la Loire-Inférieure qui est, avec l’Isère, le premier département à avoir accordé dès 1826 des secours aux filles-mères, l’assistance aux mères naturelles est pratiquement inexistante dans les premières décennies du siècle93.

  • 94 Gasparin A. de, Rapport au Roi sur les hôpitaux, hospices et services de bienfaisance, Paris, 1837
  • 95 Circulaire du ministère de l’intérieur, 8 février 1823.

78Les bureaux de bienfaisance, institués par la loi du 7 frimaire an VII à l’échelon des communes, sont peu nombreux. D’après Gasparin, éphémère ministre de l’Intérieur, il n’en existe que 6 275 en 1837 pour toute la France94. Seules les villes de quelque importance en sont dotées, car la circulaire qui les institue n’est nullement impérative : « Il doit être établi un bureau de bienfaisance dans chaque commune ou du moins dans toutes celles où l’autorité locale le jugerait nécessaire et utile95. »

  • 96 Lallemand L., Histoire des enfants abandonnés et délaissés…, Paris, 1885, p. 322.

79Les secours attribués aux indigents, aux malades, aux femmes en couches ou aux infirmes sont généralement versés en nature. Dans les communes rurales, l’aide publique est laissée à la bonne volonté des conseils municipaux. Ce n’est guère avant 1840 que les départements acceptent de verser une obole aux filles-mères indigentes pour les inciter à conserver leurs enfants. Mais le nombre de femmes ainsi secourues ne progresse que fort lentement. Léon Lallemand note, par exemple, qu’en 1859 : « 14614 enfants seulement étaient assistés de cette manière et dix départements [parmi lesquels les Côtes-du-Nord] n’avaient pas encore adopté ces secours96. »

80Dans la pratique, la seule solution offerte aux femmes qui ne peuvent assurer l’entretien de leur nourrisson est donc l’abandon. Or, au cours du xixe siècle, les mères qui, pour préserver leur réputation ou en raison de leur indigence, souhaitent confier leur enfant à la charité publique, rencontrent de plus en plus de difficultés. La politique officielle vise en effet à restreindre les conditions d’admission des enfants dans les hospices.

La politique de l’État

81La Révolution avait pratiqué une politique très libérale à l’égard de l’abandon : la loi du 27 frimaire an V [17 décembre 1796] offrait aux parents la possibilité de déposer les nouveau-nés qu’ils ne souhaitaient pas élever dans l’hospice le plus proche de leur domicile. Cette politique avait eu pour résultat d’accroître considérablement le nombre des enfants abandonnés. En 1800, le ministre de l’Intérieur constatait que celui-ci avait plus que doublé en quelques années, jusqu’à atteindre 63 000.

  • 97 Circulaire de Chaptal, ministre de l’Intérieur, 23 ventôse an IX (14 mars 1800).
  • 98 Décret du 19 janvier 1811, art. 2.
  • 99 Décret du 19 janvier 1811, art. 5.
  • 100 Lois des 25 mars 1817, 15 mai 1818, 17 juillet 1819, 10 mai 1838.

82Par réaction, l’Empire avait institué un système plus restrictif, redéfinissant, par le décret du 19 janvier 1811, les catégories – enfants trouvés, abandonnés et orphelins pauvres – susceptibles de bénéficier des fonds publics97. Sont qualifiés « enfants trouvés » ceux qui, « nés de pères et de mères inconnus, ont été trouvés exposés dans un lieu quelconque, ou portés dans les hospices destinés à les recevoir98 ». Les enfants abandonnés sont ceux qui « nés de père et mère inconnus, et d’abord élevés par eux ou par d’autres personnes » en ont été délaissés « sans qu’on sache ce que les pères et mères sont devenus ou sans qu’on puisse recourir à eux99 ». Ce même décret stipule qu’un seul hospice par arrondissement est désormais habilité à recevoir les enfants trouvés. Il est doté d’un tour où les nourrissons peuvent être recueillis anonymement. La loi de finances de 1817, comme celles qui lui ont succédé, ont mis les enfants assistés à la charge des départements100. Cependant, pour épargner les finances départementales, la loi du 10 juillet 1837 relative à l’organisation municipale impose aux communes de participer à leur entretien.

  • 101 Lallemand L., op. cit., p. 276.
  • 102 Circulaire du ministre de l’Intérieur, 8 février 1823.

83Malgré les dispositions restrictives du décret de 1811, le nombre des enfants placés sous la tutelle publique ne cesse d’augmenter, passant de 84 000 en 1815 à 105 000 en 1821101. Le gouvernement réagit en réglementant strictement le service des enfants trouvés. Ceux-ci ne peuvent être désormais admis que : « 1° par leur exposition au tour, 2° au moyen de leur apport à l’hospice immédiatement après leur naissance par l’officier de santé ou la sage-femme qui a fait l’accouchement ; 3° sur l’abandon de l’enfant, de la part de la mère si, admise dans l’hospice pour y faire ses couches, elle est reconnue dans l’impossibilité de s’en charger ; 4° sur la remise du procès-verbal dressé par l’officier de l’état-civil, pour les enfants exposés dans tout autre lieu que dans l’hospice102. » Curieusement, en préconisant le dépôt des enfants par les sages-femmes et officiers de santé, l’administration allait favoriser, comme on l’observe en Bretagne et dans tout le royaume, un commerce qui se révélera fort fructueux.

  • 103 Idem, t. 2, p. 159.

84Le ministère de l’Intérieur admet qu’il ne puisse exister qu’un seul hospice dépositaire d’enfants par département : « Si dans quelques départements, les préfets jugent qu’il y a plus d’avantages et qu’il est sans inconvénient d’avoir pour tout le département, un seul hospice chargé de recevoir les enfans trouvés ou abandonnés, ils peuvent proposer cette mesure au ministre103. »

85En réalité, chaque conseil général avait eu sa propre politique. Certains départements n’avaient institué qu’un seul hospice dépositaire, d’autres n’avaient jamais ouvert de tour. Assez rapidement, quelques conseils généraux ont pris l’initiative d’en supprimer : 9 tours, sur les 301 qui, selon Léon Lallemand, ont fonctionné dans les conditions prévues par le décret de 1811, ont été fermés entre 1813 et 1823. Le mouvement s’accentue ensuite, particulièrement dans les années 1830 : 35 tours sont fermés entre 1823 et 1834 ; 35 en 1835 ; 32 en 1836. Cette politique répond à des préoccupations purement financières. Il s’agit de réduire les charges induites par l’entretien des enfants qui sont à la charge des départements (layette, vêture, salaire des nourrices chez lesquelles ils sont envoyés dès leur immatriculation à l’hospice…).

86Ce mouvement est soutenu par certains administrateurs, tel Remacle, inspecteur général des établissements de bienfaisance du royaume, pour qui l’existence du tour est une incitation à l’abandon. Il serait même à l’origine d’une véritable industrie :

  • 104 Remacle B., Rapport concernant les infanticides et les mort-nés dans leur relation avec la questio (...)

« À la faveur du mystère qui entourait les abandons et du laisser-aller qui en était partout la suite, il s’était formé, dans plusieurs des chefs-lieux de départements ou d’arrondissements où étaient situés des hospices dépositaires et des tours, une industrie organisée pour l’exposition des enfants. C’étaient, en général, des sages-femmes qui, moyennant une prime convenue, se chargeaient de l’abandon, soit que l’enfant ait reçu le jour dans leur maison, soit qu’il fallait aller le chercher au dehors, chaque entreprise s’étendait sur un assez vaste rayon, au moyen des correspondants établis dans les communes rurales et avec lesquels on se mettait en rapport dès que les convois se faisaient attendre […]. Les filles-mères étaient entourées, sollicitées pour qu’elles consentissent à l’abandon de leurs enfants. Les expositions étaient au rabais. Dans un des départements de l’Ouest, les malheureux enfants confiés à ces maisons étaient dépouillés du dernier haillon qui les couvrait, du seul signe de reconnaissance qui restait à leurs parents, à eux-mêmes, et déposés nus, absolument nus au tour, même en hiver104. »

  • 105 D’après J.-J. Rapet, au contraire, l’augmentation annuelle des infanticides est de 3/5e dans les d (...)

87Remacle, se fondant sur une enquête réalisée par le ministère de l’Intérieur auprès des préfets en 1841 sur les modalités de l’application par les conseils généraux du décret de 1811, estime que la croissance des infanticides a été plus forte dans les départements qui ont ouvert des tours et dans ceux qui les ont conservés que dans ceux qui les ont fermés105. L’existence du tour encourage l’accouchement clandestin et la dissimulation des naissances qui, écrit-il, sont des « préludes » à l’infanticide.

  • 106 Terme J.-F., Monfalcon J.-B., Histoire statistique et morale des enfants trouvés, Paris/Lyon, 1837 (...)
  • 107 Gérando J.-M. de, De la bienfaisance publique, Paris, 1839.
  • 108 Gouroff, Recherches sur les enfants trouvés et les enfants illégitimes en Russie, dans le reste de (...)
  • 109 Villermé L.-R., « De la mortalité des enfants trouvés considérée dans ses rapports avec le mode d’ (...)

88L’administration a tenté par d’autres moyens de limiter les expositions d’enfants. Quelques auteurs prétendaient que de nombreux parents légitimes, par souci d’économie, se déchargeaient de leurs enfants sur les services hospitaliers. D’autres affirmaient que des mères parvenaient, moyennant salaire, à se faire confier leur propre enfant en nourrice. L’opinion selon laquelle les portes des établissements de bienfaisance s’ouvraient trop libéralement à des parents que le relâchement des mœurs dépouillait de tout sentiment, était exprimée par de nombreux observateurs. « Tous les liens moraux ont paru se relâcher, et bientôt la société a vu se tourner contre elle le charitable système qu’avait inauguré le christianisme pour fermer l’une des plaies les plus affligeantes de l’humanité » écrivent ainsi, gravement, Terme et Monfalcon106. On retrouve cette idée chez Remacle, de Gérando107, de Gouroff108, Villermé109 qui considèrent, eux aussi, que nombre d’abandons sont loin d’être provoqués par une impérieuse nécessité.

  • 110 Ibidem, p. 58.
  • 111 Lamartine A. de, Discours sur les enfants trouvés prononcé le 30 avril 1838 à la Société de morale (...)

89Afin de dissuader les parents de délaisser leurs enfants, le ministère de l’Intérieur préconisa, en 1827, puis à nouveau entre 1834 et 1837, le déplacement des enfants assistés d’un arrondissement ou d’un département à l’autre. Cette mesure, selon Villermé, visait à empêcher les mères de déposer leurs enfants au tour pour percevoir, en les élevant elles-mêmes, l’indemnité payée aux nourrices110. Mais le gouvernement dut renoncer à cette politique vivement critiquée par l’opinion publique. D’autant qu’à la même époque des hommes éminents, tels Lamartine, s’émouvaient de la fermeture des tours111.

  • 112 Instituée le 22 août 1849.
  • 113 Gaillard Abbé A.-H., Recherches administratives, statistiques et morales sur les enfants trouvés, (...)
  • 114 Benoiston de Châteauneuf L.-F., Considérations sur les enfants trouvés dans les principaux États d (...)
  • 115 Villermé L.-R., op. cit., p. 59.

90Au lendemain de la révolution de 1848, le soin de formuler des propositions pour améliorer le sort de ces enfants, qui commençait à préoccuper sérieusement l’opinion, fut confié à une Commission des enfants trouvés112. Les travaux de Terme et Monfalcon, comme ceux de l’abbé Gaillard113, avaient mis en évidence l’effroyable mortalité des enfants confiés à la charité publique. Dans un article de 1838 demeuré célèbre, Villermé, s’appuyant notamment sur les travaux de Benoiston de Châteauneuf114 qui démontrait qu’en 1824, 60 % des enfants trouvés étaient morts dans le cours de leur première année, écrivait : « Si les résultats fournis par les hospices d’enfans trouvés doivent toujours être aussi désastreux, il a eu raison celui qui a osé dire : “Ici on fait mourir les enfans aux frais du public”, et que Malthus a eu raison aussi quand il dit que pour arrêter la population un homme indifférent sur les moyens n’aurait rien de mieux à faire que de multiplier ces établissemens où les nouveau-nés seraient reçus sans distinction ni limite115. »

91La Commission des enfants trouvés avait longuement débattu des moyens de limiter l’abandon d’enfant et l’infanticide. Elle préconisait une action dissuasive auprès des filles enceintes, dont la surveillance pourrait être confiée aux inspecteurs des enfants trouvés, et la réglementation des maisons privées d’accouchement, considérées comme des officines plus que douteuses. Elle se prononçait pour la suppression des tours et l’attribution de subsides aux filles-mères et prévoyait de confier l’admission des nouveau-nés dans les hospices à des bureaux locaux. Mais l’application de ces mesures fut jugée trop complexe.

  • 116 En 1860, il ne restait plus que 25 tours sur l’ensemble du territoire. 13 d’entre eux étaient soum (...)

92Les derniers tours furent fermés dans les années 1860116. De nombreux projets de loi furent présentés entre 1849 et 1869 pour améliorer la situation des enfants assistés. La loi des 5-12 mai 1869, relative aux dépenses du service des enfants assistés, sans provoquer de véritable bouleversement, modifiait la répartition des charges entre les hospices, les départements et les communes. Les dépenses qui pesaient sur les hospices étaient allégées au détriment des départements et des communes, qui voyaient leur contribution sensiblement augmenter. Mais, élément nouveau, elle introduisait la participation de l’État aux dépenses intérieures des hospices dépositaires d’enfants (à hauteur d’1/5e), et mettait à sa charge l’inspection et de la surveillance des enfants assistés.

Les mères bretonnes face à l’abandon

93Suivant les travaux de Remacle, il existait en 1825, dans l’ensemble des départements bretons, 24 hospices d’enfants trouvés :

  • 7 dans les Côtes-du-Nord (2 disposaient d’un tour d’exposition) ;
  • 4 dans le Finistère (3 disposaient d’un tour) ;
  • 8 en Ille-et-Vilaine (1 seul tour) ;
  • 1 en Loire-Inférieure (disposant d’un tour) ;
  • 4 dans le Morbihan (2 disposaient d’un tour).
  • 117 France, Commission des enfants trouvés, Travaux…, Paris, 1850, t. 2, p. 651-660.

94Mais la Commission des enfants trouvés indiquait qu’il ne restait, au 1er janvier 1850, que dix hôpitaux dépositaires en Bretagne (Saint-Brieuc, Dinan, Brest, Quimper, Rennes, Nantes, Vannes, Lorient, Ploërmel et Pontivy). Trois d’entre eux accordaient des allocations temporaires aux filles-mères : ceux de Rennes, Nantes et Vannes. Il ne subsistait que six tours d’exposition : ceux de Saint-Brieuc, Dinan, Brest, Quimper, Nantes et Vannes117.

  • 118 Circulaire du 31 janvier 1840.

95Entre 1825 et 1850, les possibilités offertes aux mères bretonnes se sont donc trouvées considérablement réduites. Dans les années 1850, les habitantes des Côtes-du-Nord et du Finistère, disposant de deux tours, étaient relativement avantagées, tandis qu’il n’y en avait plus aucun en Ille-et-Vilaine. D’après la circulaire du 8 février 1823, trois voies étaient théoriquement ouvertes aux femmes qui désiraient délaisser leur enfant : l’exposition au tour, le dépôt par l’intermédiaire d’une sage-femme ou d’un officier de santé et, pour celles qui avaient été admises à accoucher dans les hôpitaux, l’abandon. Mais elles devaient justifier de leur incapacité à assurer la subsistance de leur nouveau-né. À partir de 1840, cette dernière solution se restreint. Le ministère de l’Intérieur incite les hospices à se montrer de plus en plus sélectifs dans l’accueil des enfants des mères indigentes qui ont été admises à faire leurs couches dans les hospices118.

  • 119 AD I-V 2U4/614, Perrine Juin, fileuse, 2 décembre 1824.
  • 120 AN/BB/20/141, I-V, 4e trim. 1847, Le Beschu de Champsavin, 21 décembre 1847.
  • 121 AD I-V 2U4/614, interrogatoire, 11 décembre 1824.
  • 122 AN/BB/20/137, I-V, 2e trim. 1846, Claret aîné, mai 1846.

96Les obstacles croissants apportés à l’abandon se lisent dans les dossiers puisque 26 au moins des accusées qui, lors de grossesses antérieures, avaient délaissé leur enfant dans un hospice finissent par se résoudre au crime. En Ille-et-Vilaine, la situation est particulièrement délicate et peut expliquer le nombre élevé des infanticides constatés dans ce département. La rareté des tours (un avant 1850, aucun ensuite) oblige les femmes qui ne veulent pas conserver leur nouveau-né à le transporter ou le faire transporter dans les départements voisins. Perrine Juin, une fileuse entendue comme témoin dans l’affaire Anne Doudard, reconnaît avoir déjà eu du frère de cette accusée deux enfants qui ont été placés à l’hôpital d’Avranches119. La femme Berthelot, originaire de l’arrondissement de Fougères, jugée en 1847, a également pu faire admettre, quelques années avant son mariage, son premier enfant dans le même hospice120. Plusieurs autres accusées d’Ille-et-Vilaine ont fait exposer un enfant dans les tours des Côtes-du-Nord (Saint-Brieuc et Dinan). Mais certaines s’adressent à des hospices bien plus lointains. Anne Doudard a fait déposer, en 1822, un enfant au tour d’Orléans121. C’est à Angers que Julienne Desprès, une cultivatrice d’Ercé, âgée de 33 ans, a fait admettre son premier enfant122.

  • 123 AN/BB/20/190/2, I-V, 3e trim. 1856, Bernhard, 5 novembre 1856.
  • 124 AD F 4U2/169, interrogatoire, 29 mai 1861.

97Généralement ce sont les pères des nouveau-nés ou les sages-femmes qui se chargent de porter les enfants au tour. Mais les tarifs de ces dernières ne sont pas à la portée de toutes les bourses. En 1856, Marie-Jeanne Le Chat, journalière à Saint-Méloir-des-Ondes, s’adresse à une sage-femme de Saint-Malo, lui demandant « si elle voulait porter au tour du département voisin, parce qu’il n’y en avait pas dans celui d’Ille-et-Vilaine, l’enfant dont elle était enceinte ». Mais le prix de ce transport est fixé à 60 F, somme que l’accusée ne possède pas123. En 1859, Jean Le Bourhis avait confié le premier enfant de sa domestique, Marie-Antoinette Grévélec, à une sage-femme de Quimperlé qui l’avait fait admettre à l’hospice. En 1861, cette domestique est de nouveau enceinte. La même sage-femme demande 200 F pour l’accouchement et le dépôt de l’enfant. Le Bourhis est disposé à verser cette somme, mais Marie-Antoinette Grévélec refuse de se rendre chez l’accoucheuse car, dit-elle au juge d’instruction : « La première fois que j’ai fait mes couches chez la sage-femme, mon enfant a disparu et je ne le verrai plus jamais. C’est ce qui fait que j’aurais préféré mendier avec mon enfant, plutôt que de venir à Quimperlé124. »

  • 125 AN/BB/20/103, I-V, 3e trim. 1839, Tarot, 20 septembre 1839.

98Certaines sages-femmes, telle Mathurine Jionne, âgée 48 ans, exerçant à Saint-Malo, mise en accusation en 1839 dans une affaire de suppression d’enfant, et déjà condamnée deux fois pour exposition d’enfant125, font de l’exposition des nouveau-nés un véritable commerce.

  • 126 AN/BB/20/69, L-I, 3e trim. 1833, Cadieu, 20 septembre 1833.
  • 127 AN/BB/20/137, M, 3e trim. 1846, Le Meur, [s. d.].
  • 128 AN/BB/20/156/2, L-I, 1er trim. 1851, Androuïn, 17 mai 1851.

99Le recours à une sage-femme n’est pas toujours accepté et de nombreuses accusées repoussent les propositions que leur font leurs parents ou leurs maîtres de les faire recevoir chez une accoucheuse. C’est notamment le cas de Jeanne Cerclier, une domestique de 17 ans, séduite par son maître. « Celui-ci, écrit Cadieu, avait voulu la placer chez une sage-femme. Elle s’y était refusée. Le sentiment de sa honte, l’idée de son déshonneur la tourmentaient au point qu’elle avait parlé de se noyer126. » Françoise Renaud, agricultrice à Plouhinec, décline également l’offre de sa mère, qui lui propose un placement chez une accoucheuse, en dépit des avertissements de cette femme, qui soupçonne chez Françoise Renaud une intention criminelle : « Prenez garde à vous, lui dit-elle, l’on vous surveillera et s’il arrive un malheur à votre enfant vous vous exposez à une peine terrible127. » C’est également en vain que la maîtresse de Marie Gravot, de Sucé, âgée de 24 ans, déjà mère d’un enfant naturel, lui conseille d’aller faire ses couches chez une sage-femme, s’engageant à la reprendre ensuite à son service128.

100Pour conserver l’anonymat, les futures mères préfèrent fuir loin de leur domicile et se faire héberger par des parents ou alliés. Ces accouchements clandestins laissent évidemment peu de traces. Sans doute sont-ils réservés aux femmes qui disposent des moyens de quitter un certain temps leur domicile et de délaisser leurs occupations.

101Jeanne Mahé, filandière à Trédaniel, fille d’agriculteurs relativement aisés, est accueillie lors de son premier accouchement par une propriétaire de Plénée qui fait déposer le nouveau-né à l’hospice de Lamballe :

  • 129 AD C-A 2U/431, Vve Durocher de Beauregard, 55 ans, propriétaire, 29 décembre 1826.

« Dans le courant de l’été, il y a environ neuf à dix ans, une de ses intimes amies lui confia une fille enceinte sous le nom de Marguerite pour sauver sa réputation, […] cette particulière resta longtemps visible à sa maison, mais lorsque cette grossesse devint apparente, elle la fit garder un appartement nommé la chambre du bout où elle, Jean Aubault et Marie Guyot, ses domestiques, lui portaient à manger […] quelque temps après elle accoucha d’un garçon […] la déclarante reçut elle-même l’enfant auquel on fit les choses nécessaires et en même temps on eut également soin de sa mère ; […] la même déclarante s’étant précédemment entendue avec la supérieure de l’hôpital de Lamballe, elle y fit porter cet enfant dans la même nuit, par le dit Aubault, son domestique et Jacques Cornillet, son fermier de la Porte, qui, de retour, lui assurèrent l’avoir mis à l’endroit indiqué et qu’ils avaient attendu que le portier l’eut reçu129. »

102L’enfant a été placé en nourrice chez des agriculteurs de Pléneuf.

103Il est exceptionnel que les maires des communes rurales consentent à s’entendre avec l’administration hospitalière pour y faire admettre des enfants naturels. Du moins n’en rencontre-t-on que de rares exemples. Jeanne Ruffault, indigente, a pu lors d’une précédente grossesse accoucher à l’hôpital de Rennes grâce à l’intervention de l’adjoint de Cesson : « [Il] m’y fit conduire par précaution, à raison de ma position, attendu que j’étais sans parents et sans asile, étant sortie de condition il y avait deux mois. » En 1826, au lendemain de son second accouchement, elle tente de convaincre la veuve qui l’héberge dans une grange qu’elle a pu faire admettre sans difficulté son nouveau-né à l’hospice. Mais celle-ci ne cache pas son incrédulité :

  • 130 Idem, Vve Chauvel, 63 ans, fileuse, 1er avril 1826.

« [Elle me dit] qu’elle s’était rendue chez la Guillard [sage-femme à Rennes], rue de Toussaint, que cette femme l’avait accouchée et débarrassée de son enfant ; elle ajouta même qu’elle avait eu un garçon ; qu’on l’avait baptisé à Sainte-Mélaine, et qu’on l’avait déposé de suite à l’hôpital. Le lundi 27, je questionnai derechef la prévenue ; je lui dis que j’étais étonnée qu’on eût reçu si promptement son enfant à l’hospice, elle me répondit que je ne devais pas être surprise, que cela n’était plus comme autrefois qu’on y recevait les enfants sans aucune difficulté130. »

  • 131 AD L-A 5U 129, interrogatoire, 24 juillet 1840.

104Les petites communes répugnent à participer à l’entretien des enfants confiés aux hospices. Cette réticence ressort de l’interrogatoire de Julie Pouvreau, tailleuse à Vieillevigne, âgée de 28 ans, qui a eu trois enfants naturels. Le premier, né en 1836, a été admis à l’hospice de Nantes. En 1840, elle a donné naissance à un second enfant qu’elle élève. De nouveau mère en 1844, elle sera accusée d’infanticide sur ce nouveau-né : « Je me serais, dit-elle, présentée volontiers à l’hospice de Nantes pour accoucher, si les filles de la commune de Vieillevigne y étaient admises, mais elles sont refusées depuis que la commune a refusé de payer à Saint-Jacques131. »

  • 132 AD I-V 2U4/621, interrogatoire, 1er mai 1826.
  • 133 AD C-A 2U/641, interrogatoire, 17 janvier 1842.

105Bien que l’abandon soit une pratique courante, rien ne démontre que les mères se désintéressent définitivement de leur enfant. L’attitude de Jeanne Ruffault laisse place au doute. Après être restée trois semaines à l’hôpital, elle n’a jamais pu connaître le sort de son nouveau-né : « J’allai pour le voir il y a deux ans. L’économe, M. Veillard, me dit qu’il n’avait pas le temps de feuilleter ses registres, qu’il croyait bien qu’il était mort132. » Marie Lécriou, domestique à Saint-Maden, paraît regretter de n’avoir pu savoir le nom de son premier enfant, déposé au tour de Dinan, qui n’a vécu qu’une quinzaine de jours. « J’eus, explique-t-elle au juge d’instruction, un enfant naturel il y a environ onze ans. C’était une petite fille. J’étais venue faire mes couches à Dinan chez Anne Bonnier, femme Dusseron, sur la place Saint-Sauveur. Mon enfant fut exposé à l’hospice par cette sage-femme. Je n’ai point su le nom de cet enfant qui a dû mourir quinze jours ou trois semaines après, ainsi que me l’a dit la même femme Dusseron133. »

  • 134 Lallemand L., op. cit, p. 300.

106L’enfant admis à l’hospice est immatriculé et placé sous la tutelle de l’administration. La mère est dépourvue de tout droit à son égard et ignore tout de son sort : « L’enfant immatriculé n’a plus de famille, la commission administrative possède à son égard les droits attribués aux pères et aux mères par le Code civil. Il en résulte que les commissions hospitalières ont les droits de garde et de correction, d’émancipation, de consentement au mariage et aux engagements militaires et d’administration des biens134. »

  • 135 Rollet-Échalier C., La Politique à l’égard de la petite enfance sous la IIIe République, Paris, 19 (...)

107Nombre d’enfants assistés sont voués à une mort rapide : les enfants placés en nourrice à la campagne meurent dans des proportions bien supérieures à la moyenne. La différence des taux de mortalité entre enfants légitimes et enfants illégitimes a été mise en évidence par Catherine Rollet. Entre 1857 et 1865, le taux de mortalité des enfants légitimes avant l’âge d’un an avoisine 17 %, tandis qu’il atteint 32 à 33 % pour les enfants illégitimes. L’enquête réalisée en 1860 à la demande du ministère de l’Intérieur démontre que la mortalité des enfants assistés est bien plus élevée encore (57 % en 1858). Il atteint même 90,50 % en Loire-Inférieure135.

108Les conséquences de l’abandon sont drastiques : transfert de la puissance paternelle aux commissions administratives, mortalité impressionnante, absence d’information sur le sort de l’enfant. Il est difficile de savoir dans quelle mesure ces perspectives peu réjouissantes ont pu influer sur les desseins criminels des parturientes, particulièrement en cas de grossesse succédant à un premier abandon. Certes, elles ne disposaient au moment de leur prise de décision, ni d’une vue d’ensemble de la mortalité des nouveau-nés, ni d’instruments statistiques. Mais il ne faut guère s’étonner si une dizaine de femmes utilise le tour comme alibi, prétendant, pour justifier la disparition de leur enfant, l’y avoir déposé.

L’errance et la mendicité

109Il n’est souvent d’autre alternative au crime que l’errance et la mendicité. La grossesse fait toujours courir aux domestiques le risque d’une extrême précarité. D’autant que, s’ils ressentent une quelconque responsabilité dans l’avènement d’une grossesse, les maîtres n’hésitent ni les chasser, ni à ternir leur réputation.

110Ainsi, Annette Le Dot, séduite par le fils de ses maîtres, se fait-elle renvoyer sous un prétexte fallacieux. Son ancienne maîtresse, qui l’accuse de vol pour justifier son licenciement, déclare au juge d’instruction de Brest :

  • 136 AD F 4U2/85, Françoise Herlent, 45 ans, ménagère, 20 mars 1844.

« Elle entra à notre service le 11 ou le 12 février [1843]. Nous avions été très contents d’elle et ne nous étions aperçus d’aucune irrégularité dans sa conduite jusqu’au mois de décembre dernier, époque à laquelle je fus obligée de quitter ma maison pour me rendre à Plestin où j’avais perdu un de mes enfans ; je la laissai sous la garde d’Annette, avec laquelle continuèrent à demeurer mes deux garçons dont l’aîné est âgé de 17 ans. À mon retour, qui eut lieu le vendredi 26 janvier, je m’aperçus immédiatement qu’il existait du désordre dans ma maison, qu’il me manquait du vin, du sucre, du café, du beurre et beaucoup d’autres provisions. Je demandai compte de ces objets à ma domestique qui ne put me faire aucune réponse satisfaisante ; comme mes soupçons ne pouvaient se porter que sur elle, je lui déclarai que je ne la garderai pas à mon service, et qu’elle eût à chercher immédiatement une autre place. […] Après son départ, […] mon ancienne bonne me rapporta qu’elle avait entendu dire vaguement que pendant mon absence Annette avait fréquenté des hommes, qu’elle l’avait vue chez elle en compagnie d’un boulanger, qu’elle lui avait proposé du vin de ma cave, et lui avait dit qu’elle devait épouser un marin de son pays136. »

111Quant au séducteur, Jean-François Herlent, chirurgien de marine, âgé de 22 ans, son unique souci semble être de protéger la réputation de sa famille. Il conseille à Annette Le Dot de retourner dans son village et d’y accoucher à l’abri des regards :

  • 137 Idem, Jean-François Herlent, 22 ans, chirurgien de marine, 27 mars 1844.

« [Elle] me confia qu’elle était enceinte de trois mois, autant que je puisse m’en souvenir, je lui dis qu’elle ne pouvait plus dès lors rester dans la maison de mes père et mère parce que sa présence pourrait en compromettre l’honneur, et par un sentiment de pitié pour elle, je lui promis de faire ce que je pourrais pour lui procurer les moyens de faire ses couches chez une sage-femme, je l’engageai en outre, pour ne pas éveiller les soupçons, à s’en aller dans son paÿs [sic], et à revenir quelque temps après à Brest, où elle pourrait se placer chez une sage-femme137. »

112Mais il l’éconduira lorsqu’elle viendra lui demander de l’argent. L’accusation de vol dont elle a fait l’objet n’est pas sans retentir sur sa réputation. Aussi Annette Le Dot est-elle une des rares accusées pour lesquelles nous ayons trouvé trace d’un charivari.

  • 138 AD I-V 2U4 616, interrogatoire, 31 mai 1825.

113Bien que la mobilité des domestiques soit une pratique courante, il est parfois difficile, dans les cantons où le renouvellement des gages se fait à la Saint-Jean, de se procurer une place en dehors de cette période coutumière. C’est par crainte d’être congédiée et de ne pas retrouver immédiatement une autre « position » qu’Anne-Marie Le Breton, a nié sa grossesse. Engagée en 1824 par des bouchers de Retiers, elle n’a jamais voulu leur avouer son état : « Si j’ai ainsi dénié les faits c’est que je voulais absolument finir mon année de service depuis la Saint-Jean 1824, jusqu’à la Saint-Jean 1825 […] je n’aurai su où me retirer138. »

114Certaines domestiques, voulant préserver leur emploi, s’enfuient peu avant leur accouchement et errent jusqu’au moment de leur « délivrance ». Vincente Le Gall, de Naizin, s’échappe ainsi pendant une semaine de la maison de ses maîtres :

  • 139 AN/BB/20/47, M, 2e trim. 1829, Carron, 19 juillet 1829.

« Le mardi de Pâques, 21 avril, elle demande à ses maîtres la permission de s’absenter pendant quelques jours, sous le prétexte d’aller chez sa sœur, elle ne prit pas même la direction de son domicile. Elle était saisie des douleurs de l’enfantement ; elle se rend dans un champ retiré et là, isolée de tout secours et de tout témoin, elle accouche. Elle ne reparut chez les époux Pasco [ses maîtres] que six jours après. Dans cet intervalle, elle a vécu d’aumône et a reçu l’hospitalité dans divers villages, où elle était inconnue139. »

115Angélique Bertru, une tailleuse des environs de Liffré, âgée de 29 ans, déjà mère d’un enfant naturel, erre également pendant trois jours. Sans doute craint-elle qu’une nouvelle grossesse soit mal perçue par sa clientèle :

  • 140 AN/BB/20/137, I-V, 4e trim. 1846, Tarot, 30 décembre 1846.

« Depuis longtemps sa conduite n’avait donné lieu à aucun soupçon. Mais, vers le mois de mai dernier, tous ses voisins s’apperçurent qu’elle était grosse. Le 19 juillet elle annonça qu’elle allait faire une absence de huit jours. Le 21, elle confia son enfant à un habitant de la commune et, le 22, dès trois heures du matin, elle se dirigea sur Liffré, avec un petit paquet sous le bras. Le même jour, vers neuf heures, paraissant alors venir de la forêt de Rennes, elle entra dans une auberge, située à un kilomètre de cette forêt ; elle était changée et beaucoup plus mince que quelques jours auparavant. La femme de l’aubergiste crut alors qu’elle était accouchée. La fille Bertru rentra chez elle vers trois heures de l’après-midi. Pendant trois jours, elle ne se montra à personne et, à sa première sortie, le fait de son accouchement devenant évident, bientôt se propagea l’opinion qu’elle avait détruit son enfant140. »

116Chassée de chez ses parents en raison de sa grossesse, Marie Ollivier, originaire de Plouzelambre, réduite à la mendicité, est rapidement suspectée du meurtre de l’enfant qui a été retrouvé, en 1842 dans la commune de Plouaret :

  • 141 AD C-A 2U/650, p.-v. de descente du juge d’instruction de Lannion, 8 septembre 1842.

« Au moment de notre départ, écrit le magistrat qui s’est transporté sur les lieux, quelques avis nous étant donnés qu’une fille de la commune, boëteuse [sic], chassée par ses parents, s’était présentée sept ou huit jours auparavant dans diverses habitations des villages voisins pour y trouver asile et semblait en état de maladie assez apparent ; qu’elle avait même couché dans une étable de la veuve Lejean, dans un grand état d’épuisement, qu’elle courrait depuis cette époque ça et là et qu’aujourd’hui même elle avait paru dans cinq ou six lieux différents, qu’antérieurement elle avait eu un enfant naturel et que l’on soupçonnait chez elle un état de grossesse assez récent. […] Grâce au zèle de Monsieur le juge de paix de Plouaret cette fille, qui semblait fuir pas à pas devant la justice, a été enfin trouvée couchée dans un champ près du village de Troëstanc141. »

  • 142 AD M U 2029, Françoise Hennery, 35 ans, domestique, 30 juillet 1831.
  • 143 AD M U1998, Vve Le Bolay, 45 ans, journalière, 6 juillet 1827.

117La crainte de la mendicité motive nombre de crimes. La perspective de devoir « aller chercher son pain » est souvent évoquée comme une conséquence inéluctable de la grossesse illégitime, par les accusées comme par les témoins. Après son crime, Olive Cougan, domestique chez un laboureur de Séné, se fait vivement réprimander par une journalière qui, le matin même, avait remarqué l’altération de ses traits et qui lui dit : « Si ce matin tu avais voulu nous dire cela, le malheur ne serait point arrivé. Quand tu aurais dû aller chercher ton pain avec ton enfant, cela vaudrait mieux que d’avoir fait ce que tu as fait142. » Marie-Jeanne Le Bonzec, cultivatrice à Gestel, se voit adresser les mêmes remontrances. Une journalière qui est venue la veiller après sa tentative de suicide, raconte : « Comme elle fut longtemps sans me parler, je lui demandai si elle ne se sentait aucun poids sur le cœur ; elle me répondit que non. Je lui dis malheureuse, pourquoi avez-vous fait ce malheur ? à quoi elle me répondit que Rosalie était cause qu’elle avait fait çà. Je lui dis qu’elle aurait mieux fait de nourrir son enfant et d’aller chercher son pain avec lui que d’en agir ainsi143. »

  • 144 AD C-A 2U/407, Mathurin Pinsivy, 16 ans, domestique, 23 avril 1825.

118Persuadées que leur maternité illégitime ne sera pas acceptée par la communauté environnante, certaines filles se voient réduites à la mendicité jusqu’à la fin de leurs jours. Cette vision désespérée de l’avenir est exprimée par Marie-Françoise Olivier qui, après avoir été chassée de l’atelier d’un tisserand, a fini par se faire gager temporairement comme domestique à Saint-Martin-des-Prés. L’un des témoins rapporte qu’après la découverte de l’enfant, il a « entendu la fille Marie-Françoise Ollivier se désoler après qu’on lui eut apporté son enfant qu’on avait trouvé caché dans une meule de paille et dire en le chauffant : “Que sera-t-il fait de moi si mon enfant vient à mourir avant quarante jours ? Les gendarmes viendront me prendre, sans doute.” Je la consolai comme je pus et la rassurai. “D’un autre côté, ajouta-t-elle, s’il vit, je serai réduite à aller au pain toute ma vie144 !” »

  • 145 AD M U2050, interrogatoire, 25 septembre 1833.
  • 146 AD C-A 2U/697, interrogatoire, 11 février 1846.

119Deux autres accusées au moins ont partagé cette crainte de ne plus pouvoir trouver de moyens d’existence si leur maternité illégitime était connue. Vincente Le Bourvellec, domestique à Pluvigner, qui nie son crime et prétend que son enfant, qu’elle a jeté vivant dans une mare, n’a pas vécu, affirme : « [S’il avait vécu] j’aurais tâché de l’élever comme une bonne mère […] J’avais le projet aussitôt mon accouchement de quitter le pays avec mon enfant et d’aller de côté et d’autre145. » Jeanne-Marie Le Masson, journalière à Trédaniel, poussée au désespoir par l’obstination de son père à refuser son mariage, tient à peu près le même discours : « Mon enfant ne bougeait pas du tout, je le croyais bien mort ; en le frappant, je ne savais ce que je faisais. Si je l’avais entendu braire bien certainement je ne l’aurais pas frappé quand ensuite pour le nourrir, j’aurais dû aller chercher mon pain146. »

Notes

1 Cette métaphore, employée par Bernhard dans l’affaire Huguet (Ille-et-Vilaine, 1855), semble surtout appartenir à l’élite masculine urbaine. Elle n’apparaît que très rarement dans la bouche des femmes rurales.

2 Guérisseurs ruraux.

3 Fine A., « Savoirs sur le corps et procédés abortifs au xixe siècle », Communications, n° 44, 1986, p. 107.

4 « Il semblerait, écrit A. Fine, que la justice ne puisse définir réellement le crime d’avortement lorsque les femmes utilisent majoritairement les procédés traditionnels », Ibidem, p. 133.

5 Gagnon G., La Criminalité en France : le phénomène homicide dans la famille en Seine-Inférieure de 1811 à 1900…, Th., Histoire, EHESS, 1996, p. 235-236.

6 Marie-Jeanne Menguy, Thérèse Blancho, Jeanne Guy.

7 AN/BB/20/256/2, M, 3e trim. 1863, Dupuy, 30 octobre 1863.

8 Cette jeune fille a même prétendu que « pour se payer de sa condescendance, le médecin de Redon l’avait possédée dans son cabinet », AN/BB/20/218/2, L-I, 3e trim. 1859.

9 Pontivy.

10 AN/BB/20/168/2, I-V, 2e trim. 1853, Taslé, 23 mai 1853.

11 AN/BB/20/165/2, I-V, 1er trim. 1853, Hüe, 15 mars 1853.

12 AN/BB/20/256/2, M, 3e trim. 1863, Dupuy, 30 octobre 1863.

13 AN/BB/20/147/2, I-V, 3e trim. 1849, Tarot, 9 septembre 1849.

14 AN/BB/20/256/2, C-N, 2e trim. 1863, Grolleau-Villegueury, [s. d.].

15 AN/BB/20/168/2, I-V, 2e trim. 1853, Taslé, 23 mai 1853.

16 Cette expression n’apparaît que dans les années 1880.

17 Voir à ce sujet Le Mée R., « Une affaire de “faiseuses d’anges” à la fin du xixe siècle »,

Communications, 44, 986, p. 137-174.

18 AN/BB/20/226/2, I-V, 3e trim. 1860, le procureur général de Rennes au garde des Sceaux, 29 août 1860.

19 AN/BB/20/226/2, I-V, 3e trim. 1860, Dupuy, 29 août 1860.

20 Ou Procop.

21 Cette commune a été rattachée à Brest.

22 AD F 4U2/104, Jeannie Kerboul, 32 ans, crêpière, 10 octobre 1847.

23 Idem, acte d’accusation, 23 mars 1848.

24 Id. interrogatoire, 10 octobre 1847.

25 Id., acte d’accusation, 23 mars 1848.

26 Id., interrogatoire, 10 octobre 1847.

27 AN/BB/20/268, F, 4e trim. 1864, Taslé, 9 novembre 1864.

28 AN/BB/20/268, F, 4e trim. 1864, le procureur de Quimper, 3 novembre 1864.

29 C. pén., art. 317.

30 AD M U1997, François Allioux, cultivateur et charretier, 10 juin 1827.

31 AD L-A 5U87, interrogatoire, 26 décembre 1834.

32 AD L-A 5U119/2, Irma Chesneau, 28 ans, sage-femme, 27 [ ?] avril 1842.

33 Sabine.

34 Variété de menthe.

35 AD L-A 5U/123, interrogatoire, 23 avril 1843.

36 Cette « herbe sainte » est également désignée par certains témoins herbe de Loriol. Il s’agit sans doute d’un type de daphné mâle appelé, dans certaines régions, lauréole. Elle est également connue sous les noms de sainbois, garou, malherbe ou bois gentil. Ses graines sont toxiques.

37 AD C-A 2U/641, Marie-Louise Le Vacon, ménagère, 38 ans, 9 mars 1842.

38 Idem, Jeanne Allenic, 29 ans, domestique, [même jour].

39 Dictionnaire botanique et pharmaceutique […], Paris, an X-1802, V° Plantes emménagogues.

40 Orfila M., Traité de médecine légale, 3e éd., Paris, 1836, t. 3, p. 309.

41 Ibidem, t. 2, p; 341.

42 Elle décède en prison avant son jugement.

43 AD M U2094, interrogatoire, 12 novembre 1839.

44 AD C-A 2U/640, mémoire de Pringué, pharmacien à Loudéac, 10 janvier 1842.

45 Idem, Marie Tertre, ménagère, 8 janvier 1842.

46 Dictionnaire botanique et pharmaceutique, op. cit.

47 L’armoise est désignée par l’inculpée « er-vann louzen », la « mère des plantes ». C’est à l’absinthe que Michelle Dano attribuait les mêmes qualificatifs. En breton, le terme louzaou désigne une plante médicinale.

48 AD M U2130, rapport de Le Beaupin, pharmacien à Lorient, 18 juillet 1843.

49 Sabine.

50 AD M U2127, Michel Le Guillaudre, 46 ans, cultivateur, 24 juin 1843.

51 Idem, rapport du commandant de gendarmerie d’Auray, 1er juin 1843.

52 Voir Léonard J., Médecins, malades et société dans la France du xixe siècle, Paris, 1992.

53 AN/BB/20/98, F, 1er trim. 1838, Le Minihy, [s. d.]

54 AD F 4U2/92, Milliau Floch, 45 ans, cultivateur, 16 mars 1846.

55 Idem, Catherine Paugam, 21 ans, domestique, [même jour].

56 AD M U2050, Vve Le Port, 43 ans, propriétaire-cultivatrice, 23 octobre 1833.

57 Idem, Françoise Cailloce, 33 ans, cultivatrice, 9 octobre 1833.

58 Également appelé élixir de longue vie. C’est un excitant, à base d’aloès et d’alcool thérique, Jourdan A.-J.-L., Pharmacopée universelle…, Paris, 1840, t. 1, p. 169.

59 AD M U2097, Pauline Blancho, 18 ans, brodeuse de souliers, 25 avril 1839.

60 AN/BB/20/76, L-I, 4e trim. 1834, Hardy fils, 24 décembre 1834.

61 AN/BB/20/200/1, F, 3e trim. 1857, Baudouin, 23 juillet 1857.

62 AN/BB/20/137, M, 2e trim. 1846, Tiengou de Tréfériou, 17 juillet 1846. L’arsenic est utilisé pour empoisonner les rats.

63 AD F 4U2/169, interrogatoire, 21 mai 1861.

64 AD L-A 5U108, Alexandre Babin, 38 ans, laboureur, 7 novembre 1839.

65 Idem, Perrine Thomeret, 42 ans, journalière, [même jour].

66 Huile extraite du Copaifera, arbre du Brésil.

67 AD F 4U2/122.

68 La berle ou ache d’eau est une sorte de cresson : « elle est très utile dans le scorbut, la rétention d’urine, la suppression des ordinaires, les obstructions du bas-ventre… », Dictionnaire botanique et pharmaceutique, op. cit.

69 Acide nitrique dans une solution de carbonate de potasse.

70 AD I-V 2U4/614, Jean-Marie Davy, 28 ans, pharmacien, 11 décembre 1824.

71 Cette conception est liée « à la théorie bienfaitrice des émissions sanguines pour purger le mauvais sang. », Fine A, « Savoirs sur le corps et procédés abortifs au xixe siècle », op. cit., p. 129.

72 Les saignées étaient préconisées sur les femmes enceintes, mais « certains accoucheurs du xviiie siècle finirent par ne les prescrire que chez les femmes « pléthoriques » et somnolentes. La tradition française imposait alors la saignée au bras, tandis que la saignée au pied du 7e ou au 9e mois passait pour abortive », Léonard J., « À propos de l’histoire de la saignée (1600-1900) », Mentalités, n° 1, 1988, p. 73-94.

73 AN/BB/20/141, I-V, 4e trim. 1847, Le Beschu, de Champsavin, 2 décembre 1847.

74 Idem, Adélaïde Barbedette, 21 ans, 6 décembre 1824.

75 AN/BB/20/47, I-V, 3e trim. 1829, Legeard de la Diriays, 27 août 1829.

76 AD C-A 2U/772, réquisitoire définitif, 16 juin 1861.

77 AD M U1997, Vve Duvalet, 72 ans, 19 juin 1827.

78 AD L-A 5U91/1, François Gérard, 33 ans, laboureur, 22 décembre 1835.

79 AN/BB/20/168/2, L-I, 4e trim. 1853, Taslé, [s. d.].

80 AN/BB/20/218/2, F, 4e trim. 1859, Dupuy, 17 novembre 1859.

81 AD F 4U2/164, interrogatoire, 20 août 1858.

82 Idem, Jean-Jacques Hippolyte Guérin, 68 ans, médecin à Saint-Renan, 25 août 1858.

83 AN/BB/20/83, I-V, 2e trim. 1835, Le Minihy, 30 mai 1835.

84 AD I-V2U4/636, Vve Mercier, 49 ans, journalière, 18 juin 1828.

85 AD M U2103, mémoire de Pringué et Houeix, docteurs en médecine, 1er mars 1840.

86 AD M U2012, interrogatoire, 10 mars, 1829.

87 AN/BB/20/76, M, 2e trim. 1834, Hardy fils, 28 juin 1834.

88 AD M U 2052, rapport de Desmarets, professeur de chimie et Le Beaupin, pharmacien à Lorient, 18 mars 1834.

89 Idem, interrogatoire, 10 mars 1834.

90 AD F 4U2/152, acte d’accusation, 30 août 1837.

91 AD L-A 5U/160/3, interrogatoire, 11 juin 1851.

92 Brillaud-Laujardière C.-C., De l’avortement provoqué considéré au point de vue médical, théologique et médico-légal, Paris, 1862, p. 281.

93 D’après Watteville du Grabe A., Statistique des établissements de bienfaisance : rapport à S. Exc. Le Ministre de l’Intérieur sur les tours, les abandons, les infanticides et les mort-nés de 1826 à 1854, Paris, 1856.

94 Gasparin A. de, Rapport au Roi sur les hôpitaux, hospices et services de bienfaisance, Paris, 1837.

95 Circulaire du ministère de l’intérieur, 8 février 1823.

96 Lallemand L., Histoire des enfants abandonnés et délaissés…, Paris, 1885, p. 322.

97 Circulaire de Chaptal, ministre de l’Intérieur, 23 ventôse an IX (14 mars 1800).

98 Décret du 19 janvier 1811, art. 2.

99 Décret du 19 janvier 1811, art. 5.

100 Lois des 25 mars 1817, 15 mai 1818, 17 juillet 1819, 10 mai 1838.

101 Lallemand L., op. cit., p. 276.

102 Circulaire du ministre de l’Intérieur, 8 février 1823.

103 Idem, t. 2, p. 159.

104 Remacle B., Rapport concernant les infanticides et les mort-nés dans leur relation avec la question des enfants trouvés, Paris, 1845, p. 15.

105 D’après J.-J. Rapet, au contraire, l’augmentation annuelle des infanticides est de 3/5e dans les départements qui ont supprimé des tours et de 2/5e dans les départements qui ont conservé leurs tours, De l’influence de la suppression des tours dans les hospices d’enfants trouvés sur le nombre des infanticides, Paris, 1845.

106 Terme J.-F., Monfalcon J.-B., Histoire statistique et morale des enfants trouvés, Paris/Lyon, 1837, préface.

107 Gérando J.-M. de, De la bienfaisance publique, Paris, 1839.

108 Gouroff, Recherches sur les enfants trouvés et les enfants illégitimes en Russie, dans le reste de l’Europe, en Asie et en Amérique…, Paris, 1839.

109 Villermé L.-R., « De la mortalité des enfants trouvés considérée dans ses rapports avec le mode d’allaitement et sur l’accroissement de leur nombre en France », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, XIX, 1838, p. 47-90.

110 Ibidem, p. 58.

111 Lamartine A. de, Discours sur les enfants trouvés prononcé le 30 avril 1838 à la Société de morale chrétienne, Paris, 1838.

112 Instituée le 22 août 1849.

113 Gaillard Abbé A.-H., Recherches administratives, statistiques et morales sur les enfants trouvés, les enfants naturels et les orphelins, Paris, 1837.

114 Benoiston de Châteauneuf L.-F., Considérations sur les enfants trouvés dans les principaux États d’Europe, Paris, 1824.

115 Villermé L.-R., op. cit., p. 59.

116 En 1860, il ne restait plus que 25 tours sur l’ensemble du territoire. 13 d’entre eux étaient soumis à des conditions telles qu’ils pouvaient être considérés comme supprimés, Lallemand, L. op. cit., p. 277-278. Une circulaire ministérielle de 1860 supprime les derniers tours subsistants. Voir aussi Perrot M., « Sur la ségrégation de l’enfance au xixe siècle », La Psychiatrie de l’enfant, XXVI, 1982, 1, p. 179-206.

117 France, Commission des enfants trouvés, Travaux…, Paris, 1850, t. 2, p. 651-660.

118 Circulaire du 31 janvier 1840.

119 AD I-V 2U4/614, Perrine Juin, fileuse, 2 décembre 1824.

120 AN/BB/20/141, I-V, 4e trim. 1847, Le Beschu de Champsavin, 21 décembre 1847.

121 AD I-V 2U4/614, interrogatoire, 11 décembre 1824.

122 AN/BB/20/137, I-V, 2e trim. 1846, Claret aîné, mai 1846.

123 AN/BB/20/190/2, I-V, 3e trim. 1856, Bernhard, 5 novembre 1856.

124 AD F 4U2/169, interrogatoire, 29 mai 1861.

125 AN/BB/20/103, I-V, 3e trim. 1839, Tarot, 20 septembre 1839.

126 AN/BB/20/69, L-I, 3e trim. 1833, Cadieu, 20 septembre 1833.

127 AN/BB/20/137, M, 3e trim. 1846, Le Meur, [s. d.].

128 AN/BB/20/156/2, L-I, 1er trim. 1851, Androuïn, 17 mai 1851.

129 AD C-A 2U/431, Vve Durocher de Beauregard, 55 ans, propriétaire, 29 décembre 1826.

130 Idem, Vve Chauvel, 63 ans, fileuse, 1er avril 1826.

131 AD L-A 5U 129, interrogatoire, 24 juillet 1840.

132 AD I-V 2U4/621, interrogatoire, 1er mai 1826.

133 AD C-A 2U/641, interrogatoire, 17 janvier 1842.

134 Lallemand L., op. cit, p. 300.

135 Rollet-Échalier C., La Politique à l’égard de la petite enfance sous la IIIe République, Paris, 1990, t. 1, p. 44-45

136 AD F 4U2/85, Françoise Herlent, 45 ans, ménagère, 20 mars 1844.

137 Idem, Jean-François Herlent, 22 ans, chirurgien de marine, 27 mars 1844.

138 AD I-V 2U4 616, interrogatoire, 31 mai 1825.

139 AN/BB/20/47, M, 2e trim. 1829, Carron, 19 juillet 1829.

140 AN/BB/20/137, I-V, 4e trim. 1846, Tarot, 30 décembre 1846.

141 AD C-A 2U/650, p.-v. de descente du juge d’instruction de Lannion, 8 septembre 1842.

142 AD M U 2029, Françoise Hennery, 35 ans, domestique, 30 juillet 1831.

143 AD M U1998, Vve Le Bolay, 45 ans, journalière, 6 juillet 1827.

144 AD C-A 2U/407, Mathurin Pinsivy, 16 ans, domestique, 23 avril 1825.

145 AD M U2050, interrogatoire, 25 septembre 1833.

146 AD C-A 2U/697, interrogatoire, 11 février 1846.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search