Version classiqueVersion mobile

Des criminelles au village

 | 
Annick Tillier

Chapitre VII. Le village et la paroisse : les instances du contrôle social

Texte intégral

  • 1 « La loi générale est le manque de construction organique des hameaux. Leurs maisons sont souvent (...)

1À la différence des accusées urbaines qui vivent dans un relatif anonymat, l’inscription des accusées rurales dans la vie collective est très forte. Le « village », en effet, dans son acception bretonne – c’est-à-dire le hameau ou l’écart – s’il ne possède pas vraiment de rationalité géographique, est doté d’une forte personnalité morale1. Il est non seulement le cadre de l’entraide qu’organisent les villageois pour les travaux agraires, mais aussi celui de la solidarité qui s’organise pour triompher des difficultés de la vie quotidienne. Mais les secours versés par les communes aux indigents, les services rendus par les plus généreux, la charité pratiquée par les plus aisés ont comme contrepartie un droit de regard sur les conduites individuelles. Comme la famille, le village possède donc la caractéristique d’être pour les accusées à la fois une source de solidarité et de tensions.

2Le village conserve en mémoire tous les événements marquants de la vie des familles. C’est en son sein que se font et se défont les réputations. L’ensemble des itinéraires familiaux construit l’histoire morale du village, qui se transmet au cours des veillées et dans tous les lieux de sociabilité. La somme des réputations familiales fonde à son tour la renommée du village. C’est peut-être pourquoi le contrôle social, garant de cette renommée, s’exerce de manière aussi impérative sur l’honneur des femmes.

Le village, cadre du contrôle social

3Le contrôle des conduites privées, et tout particulièrement de la morale sexuelle, est opéré par les instances les plus diverses. Celles-ci sont d’ordre privé (voisins, employeurs, famille), médical (sages-femmes, médecins), public (maires) ou religieux (prêtres). Maires et prêtres n’interviennent ordinairement que quand les proches ne sont pas parvenus à mettre fin aux écarts. Le premier alerté – mais le choix de l’un ou de l’autre n’est sans doute pas indifférent – intervient alors pour rappeler les normes et sanctionner les infractions à la morale.

4Le regard porté sur les femmes déviantes varie sensiblement d’une affaire à l’autre, selon la mentalité des villageois et la personnalité des contrevenantes. Les écarts de conduites sont tolérés ou combattus suivant des critères qu’il n’est pas toujours facile de déchiffrer. Il convient de se remémorer à ce sujet l’ambiguïté des témoins qui, face à la justice, ne s’expriment pas toujours de la manière la plus franche, comme s’il leur importait avant tout, en taisant certains aspects de la vie collective, de ne pas ternir l’image de leur village.

Tolérance ou exclusion des filles-mères

5Les sources judiciaires ne révèlent pas d’emblée la réaction des villageois face aux comportements déviants, comme le démontre le cas de Marie-Anne Robin, journalière à Moëlan. Les dépositions des témoins donnent à penser qu’une solidarité s’est organisée en sa faveur lors de la naissance de son deuxième enfant, plusieurs villageoises lui ayant offert les linges et vêtements qui lui étaient nécessaires. Mais les magistrats la présentent comme totalement rejetée par le groupe social. Cette accusée, poursuivie pour infanticide en 1858, vit chez ses parents. Elle a déjà eu deux enfants naturels : une fille, âgée de sept ans, qu’elle élève, et un petit garçon, mort à l’âge de trois mois en 1856. La rumeur l’accuse d’avoir eu des intentions homicides lors de la naissance de ce petit garçon, dont elle était allée accoucher secrètement dans une étable. Il n’aurait été sauvé que par l’arrivée des voisins qui avaient entendu ses vagissements.

  • 2 AD F 4U2/158, Marguerite Drénou, 32 ans, cultivatrice, 2 mars 1858.

6La femme Drénou, principal témoin de cet épisode, ne fait aucune allusion dans sa déposition de 1858 à la tentative d’infanticide qui avait été imputée deux ans plus tôt à Marie-Anne Robin. Elle se contente de déclarer : « J’avais entendu dans la crèche les cris d’un enfant, je vins avertir mon mari qui vint avec moi dans la crèche. Nous prîmes l’enfant et le portâmes chez nous pour le soigner. » Elle marque néanmoins de l’incompréhension face à la mort subite de cet enfant : « Son fils était fort et bien portant, il est mort subitement et sans maladie2. »

  • 3 Idem, Marie-Noële Lyver, 29 ans, cultivatrice, [même jour].

7Les deux autres villageoises entendues par le juge d’instruction ne manifestent pas non plus d’hostilité apparente à son égard. Toutefois la première relève incidemment que Marie-Anne Robin n’avait rien préparé pour son nouveau-né : « C’est la femme Drénou et moi qui avons donné des soins à l’enfant, et qui avons fourni les linges et vêtements nécessaires, car la fille Robin n’avait rien préparé. » Mais elle ajoute, sans doute pour contrebalancer les effets négatifs de cette déclaration : « La fille Robin a eu soin de ses enfants, elle a même été bonne pour l’enfant de sa sœur3. »

8Le 20 février 1858, Marie-Anne Robin donne naissance à un troisième enfant qu’elle étrangle immédiatement. Sa mère et sa sœur seront d’abord poursuivies comme complices avant d’être mises hors de prévention. Ce n’est que lorsque sa mère sera arrêtée que Marie-Anne Robin passera aux aveux.

  • 4 Id., acte d’accusation, 18 mars 1858.
  • 5 Id., le procureur de Quimperlé au procureur de Quimper, 15 mai 1858.

9Si les dépositions des voisins frappent par leur modération, l’acte d’accusation, en revanche, évoque la grande animosité des villageois à son endroit : « Sa réputation est mauvaise. Elle donne depuis longtemps l’exemple de l’immoralité et passe, dans sa commune, pour avoir déjà donné la mort à un autre de ses enfants4. » Absoute de l’accusation d’infanticide en avril 1858, elle est comparaît le mois suivant devant le tribunal correctionnel pour homicide par imprudence. Le procureur de Quimperlé évoque alors le scandale que son acquittement en cour d’assises avait provoqué dans sa commune : « Cette fille a été condamnée à deux années d’emprisonnement pour délit d’homicide involontaire, et ainsi se trouve en partie réparé le scandale que son acquittement déplorable avait produit dans le pays5. »

10Une telle distorsion entre les déclarations consensuelles, lénifiantes ou simplement dépassionnées des témoins et l’âpreté de la rumeur n’est pas exceptionnelle. Dans le cas de Marie-Anne Robin, qui vit avec ses parents, il est possible que les témoins aient hésité à exprimer publiquement leur réprobation parce que le village, souvent composé de quelques foyers, constitue une sorte de famille élargie, dont les membres se doivent une certaine solidarité.

Entraide et solidarité

11Toutes les mères illégitimes ne font pas l’objet d’animosité. Du moins convient-il de remarquer que la désapprobation de l’entourage ne s’exprime pas ouvertement quand elles sont placées sous la protection de leur famille. Les voisins de Joséphine Le Breton, une tailleuse de Liffré, âgée de 35 ans, paraissent fermer les yeux sur la disparition subite de son embonpoint. Mais cet aveuglement peut s’expliquer par les menaces proférées par sa famille à l’encontre des personnes qui ont fait allusion à son état :

  • 6 AN/BB/20/174/2, I-V, 2e trim. 1854, Hüe, s. d.

« Vers la fin de l’année 1853, les voisins de Joséphine Le Breton, soupçonnent, au développement de sa taille, qu’elle était enceinte : quelques propos circulent à ce sujet : mais sa mère ayant annoncé qu’elle ferait un procès à quiconque répéterait ces propos, on garde le silence. La réputation de Joséphine était bonne, elle était laborieuse, on continua à la traiter avec bienveillance, et lorsqu’à la fin du mois de février on s’aperçut que sa taille avait repris ses proportions ordinaires, on fut sobre de commentaires, et les soupçons qu’on avait conçus furent promptement oubliés6. »

  • 7 Idem.

12Ce n’est que quand des lambeaux de son enfant seront retrouvés dans la gueule d’un chien qu’une enquête judiciaire sera ouverte. Le silence des villageois pourrait presque être interprété comme une absolution, car Joséphine Le Breton a été abusée par des promesses de mariage. Le président de la cour d’assises lui-même écrit : « La condamnée, jusque là irréprochable, lâchement trahie par un misérable, poussée par le désespoir à la fatale résolution qui l’a perdue, a manifesté un repentir sincère et est digne d’un véritable intérêt7. »

13La Vve Le Dû est également épargnée par son entourage. Son père témoigne de la remarquable discrétion du voisinage :

  • 8 AD F 4U2/173, Allain Le Grand, 56 ans, cultivateur, 29 mars 1862.

« Moi je la consolais en lui disant que, bien que par sa faute elle eût porté atteinte à l’honneur de la famille, néanmoins, s’il plaisait à Dieu que son enfant vînt au monde en vie, elle avait de quoi le nourrir et qu’il serait élevé comme les autres. Son état de grossesse n’était pas très apparent. Elle n’en a parlé à personne d’autre que moi. Je ne crois pas d’ailleurs qu’aucun de nos voisins lui ait jamais demandé aucune explication à ce sujet, dans la crainte de lui faire honte ; de façon qu’elle n’a été mise en demeure, ni de reconnaître, ni de nier sa grossesse8. »

14Mais la tolérance du père, qui paraît accepter la venue d’un bâtard, comme celle du voisinage sont peut-être illusoires, puisque Marie-Jeanne Le Dû prendra la résolution de se défaire de son nouveau-né.

15Si leur comportement privé ne constitue pas une source de scandale, les mères illégitimes qui élèvent des enfants dans des conditions difficiles peuvent aussi bénéficier de la tolérance du groupe. Marie-Françoise Lavenant, journalière à Larré, âgée de 27 ans, déjà mère de trois enfants naturels, semble très appréciée. Mais elle a l’habileté de ne rien laisser transparaître de sa vie sexuelle :

  • 9 AN/BB/20/218/2, M, 4e trim. 1859, Le Beschu de Champsavin, 20 décembre 1859.

« Le maire a dit qu’elle était d’un caractère doux, laborieux, et probe. Elle se faisait aimer dans les maisons où elle était admise à travailler. Ses enfants naturels constataient l’irrégularité de ses mœurs ; mais jamais elle n’avait laissé paraître une vie scandaleuse9. »

16Le Beschu de Champsavin souligne même l’intérêt que pouvait inspirer cette accusée, qui manifestait un vif repentir et demandait à être punie :

  • 10 Idem.

« Le jury a déclaré l’accusée coupable, mais avec circonstances atténuantes, l’intérêt et la pitié que cette femme avait inspirés aux jurés ont été partagés par la cour : elle n’a prononcé que cinq années de travaux forcés10. »

  • 11 Id. Pierre Rollo, 57 ans, laboureur, 14 mars 1829.

17Même après plusieurs maternités illégitimes, les femmes ne sont donc pas systématiquement privées de secours. Les voisines de Marie Audié, journalière et mendiante, déjà mère d’une petite fille, vont peu après la tentative d’infanticide à laquelle elle s’est livrée sur son nouveau-né lui porter de la soupe. Pourtant, elle n’est pas originaire de Saint-Martin, elle n’y est installée que depuis deux ans, logeant dans une pauvre « masure ». Son nouveau-né n’a échappé à sa volonté homicide que par l’intervention de témoins qui ont entendu les cris qu’il a poussés en naissant. Aucun des témoignages ne lui est franchement défavorable. L’homme qui a sauvé son enfant lui reconnaît même des qualités : « Je connais Marie Audié depuis qu’elle demeure au village de Boisneuf ; elle est dans la misère, mais je n’en avais point entendu dire de mal et elle s’est toujours montrée bonne mère envers sa fille11. »

  • 12 AN/BB/20/47, M, 2e trim. 1829, Carron, s. d.

18Elle n’est donc pas rejetée par la collectivité villageoise malgré ses diverses maternités. Mais il n’est pas interdit de s’interroger sur la portée de cette mansuétude, car le motif qu’elle invoque pour expliquer sa tentative de meurtre est la crainte « de ne plus trouver de moyens d’existence, ni dans son travail, ni dans la charité publique12 ».

19On relève de nombreux témoignages d’aide apportée aux femmes en couches, du moins à celles qui les acceptent. Car ici réside toute l’ambiguïté de cette solidarité. Même si elles sont motivées par le souci de préserver la vie de l’enfant à naître, les offres de secours sont une manière de contraindre les femmes suspectées de grossesse à reconnaître leur état.

  • 13 AN/BB/20/256/2, C-N, 1er trim. 1863, Hüe, 9 février 1863.

20C’est pourquoi celles qui sont fermement déterminées à commettre un crime ferment leur porte à la charité. « Les bons conseils, écrit Hüe à propos de Marie-Louise Rondel, journalière-lingère à Andel, ne lui avaient pas manqué : des amies, parentes, qui prévoyaient son mauvais dessein, avaient essayé de l’en détourner et lui avaient offert des ressources et des facilités pour soigner et élever son enfant : elle n’avait accueilli ces propositions bienveillantes que par d’énergiques dénégations13. »

  • 14 AN/BB/20/182, C-N, 2e trim. 1855, Robinot Saint-Cyr, 28 avril 1855.

21Marie-Françoise Leverger, tisserand à Trévé, âgée de 31 ans, nie, elle aussi, obstinément sa grossesse. Elle a déjà eu un nouveau-né dont le sort a longtemps fait l’objet de conjectures et ses voisines craignent qu’elle n’ait de mauvais desseins à l’égard de son futur enfant. En 1855, peu avant son second accouchement, l’une d’elles lui propose des langes. Elle les refuse vivement parce que, dit-elle, on se méprend sur son état. Une autre villageoise, qui la surprend dans les douleurs de l’enfantement, lui propose vainement d’appeler une sage-femme. Alors, pour la dissuader de commettre un crime, elle « l’engagea à lui avouer qu’elle allait devenir mère, lui offrant de nommer son enfant, de l’emporter même chez elle où ses propres enfants le berceraient14 ».

Offres de parrainage

  • 15 AN/BB/20/47, I-V, 2e trim. 1829, Gaudiche, s. d.
  • 16 Idem.

22L’ultime argument employé par les proches des femmes enceintes pour les persuader de reconnaître leur état est de leur proposer le parrainage de l’enfant à venir. « Marie, vous partez, vous feriez bien mieux de rester ici. Malheureuse, vous allez encore faire de celui-ci comme des autres ! Restez, je serai la marraine, mon mari sera le parrain, je vous donnerai deux boisseaux de farine et tout ce qu’il faudra pour les premiers besoins de l’enfant15 ! » se serait écriée une des voisines de la Vve Vallée, une fileuse de 37 ans, de Louvigné-de-Bais. L’insistance de cette voisine est motivée par la rumeur qui attribue déjà deux infanticides à la Vve Vallée. Mais dédaignant les conseils de cette « honnête fermière dont la charité vraiement [sic] angélique a trop peu d’imitation dans les campagnes » écrit Gaudiche16, elle quittera sa demeure au moment des douleurs et ira demander l’hospitalité dans une commune distante de quelques kilomètres. Elle accouchera secrètement dans une étable, puis enterrera son nouveau-né dans un jardin.

  • 17 Fine A., « Le Parrain, son filleul et l’au-delà », Études rurales, janvier-juin 1987, n° 105-106, (...)

23L’attachement des populations rurales au sacrement de baptême, sensible dans de nombreux dossiers, s’explique bien entendu par des considérations religieuses, auxquelles les accusées ne sont pas toutes indifférentes, mais aussi par le fait que ce rite consacre la naissance sociale de l’enfant. Il crée entre lui et ses parrains une parenté spirituelle dont la « nomination » est le premier acte et qui entraîne des obligations réciproques de solidarité17.

  • 18 AD C-A 2U/720, le juge de paix de Lanvollon au juge d’instruction de Saint-Brieuc, 3 avril 1847.
  • 19 Idem, Armand de Floyd, propriétaire et maire de Pommerit-le-Vicomte, 22 mars 1847.

24On assiste, dans l’affaire d’Yves-Marie Jézéquel, un journalier-laboureur de 39 ans, de Pommerit-le-Vicomte, à la recherche quasi désespérée d’un parrain et d’une marraine pour un enfant appartenant à Marguerite Le Floch. Jézéquel, oncle et parrain de cette fille, est accusé d’infanticide sur ce nouveau-né qu’il a été chargé de déposer au tour de l’hôpital de Saint-Brieuc, moyennant une somme de 6 francs que lui avait remise Marie-Jeanne Le Floch, grand-mère de l’enfant. Cette ménagère, âgée de 47 ans, a huit enfants, dont le dernier n’a que trois mois. Son mari émarge à l’atelier de charité. Elle a déjà comparu devant la cour d’assises des Côtes-du-Nord pour vol de vêtements18. Sa fille Marguerite passe pour « être de mauvaise vie » et « suivre les garnisons19 ». Parce qu’elle craint de ternir davantage la renommée de sa maisonnée, ou parce que l’entretien de son petit-fils représenterait une charge trop lourde, Marie-Jeanne Le Floch ne souhaite pas s’en embarrasser. Elle décide le faire déposer à l’hospice aussitôt après son baptême.

  • 20 Voir Belmont N., Mythes et croyances dans l’ancienne France, Paris, 1973, et Loux F., Le Jeune enf (...)

25Mais les antécédents de sa fille rendent particulièrement difficile la recherche de parents spirituels pour un enfant qu’on s’apprête de plus, et assez paradoxalement, à dépouiller de son identité en l’abandonnant à l’hospice. Même au sein de sa propre famille, les défections ne manquent pas. Sa belle-sœur décline l’honneur de devenir marraine. Quant au parrain initialement prévu, un de ses neveux, il demeure introuvable au moment de se présenter à l’église. Elle se rabattra finalement sur son fils et sur une domestique avec laquelle elle a travaillé autrefois. C’est la sage-femme qui porte le nouveau-né à l’église, et le rituel traditionnel est respecté puisque l’enfant porte les trois bonnets de baptême20.

26En considérant les réticences des parents de Marie-Jeanne Le Floch à accepter les obligations particulières créées par le parrainage, on imagine quelle volonté de sauver des vies peut guider les propositions de « nomination » qui sont faites aux femmes enceintes, et combien leur refus peut être significatif d’une intention criminelle.

  • 21 AD I-V 2U4/635, le juge de paix de Pleine-Fougères au procureur de Saint-Malo, 28 mai 1828.

27Les enfants qui ont été baptisés deviennent pratiquement inaccessibles aux manœuvres criminelles de leur mère puisque leur existence sociale est reconnue et qu’ils sont placés sous la protection symbolique d’un parrain et d’une marraine. Ce n’est que parce que son ancienne maîtresse a fait « passer cet enfant au baptême », que le premier enfant de Marie Trécan, servante à Saint-Méloir-des-Ondes, a pu conserver la vie. Elle était allée accoucher clandestinement dans un champ, mais avait été surprise par des témoins au moment où elle appelait les cochons de la ferme pour leur donner son enfant à dévorer et effacer ainsi toute trace de sa naissance21.

Les limites de la tolérance

28Même quand les mères illégitimes ne font pas l’objet de franches procédures d’exclusion, il est, semble-t-il, aussi bien aux yeux du village que de la famille, un seuil de tolérance à ne pas dépasser. Quand la mère sait conserver la bienveillance de ses proches, la naissance d’un premier enfant naturel peut être considérée comme un simple écart, qu’une bonne conduite ultérieure peut faire oublier.

  • 22 AD C-A 2U/641, Françoise Colombel, 36 ans, ménagère, 15 mars 1842.

29Les maîtres de Marie Lécriou sont parfaitement informés de sa première grossesse, mais sa « faute » passée ne constitue pas un obstacle à son engagement : « Je la connaissais depuis longtemps, déclare sa maîtresse, et j’avais su par sa mère qu’elle avait eu un enfant naturel il y a environ une dixaine [sic] d’années, mais cela ne m’empêcha pas de la prendre, car cela pouvait n’être qu’une faute de jeunesse et je n’avais point entendu parler mal d’elle depuis. Je vis dès son arrivée chez nous qu’elle était très épaisse, mais cela ne me fit point soupçonner sa grossesse car c’est une fille forte de corps22. »

  • 23 AD M U2143, Marie Dunot, 62 ans, cultivatrice, 26 février 1845.

30Une seconde naissance est rarement accueillie avec la même bienveillance. Elle devient un signe évident de libertinage. La réitération de la « faute » compromet la position de la mère naturelle au sein du groupe social et peut être ressentie comme une trahison. Quand Marie Burel se retrouve enceinte de son second enfant, la matrone qui l’avait assistée lors de ses premières couches – une cultivatrice des environs – lui reproche de ne pas avoir respecté la promesse qu’elle lui avait faite de ne plus s’exposer à une nouvelle grossesse : « Il y aura deux ans vers le mois de juin que je dis à Marie Burel : “Tu es enceinte, tu ne t’es pas contentée de ton premier enfant comme tu m’avais promis de le faire lorsque je t’accouchai de ce premier enfant”, à quoi elle me répondit qu’il y avait onze mois qu’elle était dans cet état-là et qu’elle était menacée d’hydropisie23. »

31C’est par crainte de son père et de l’opinion publique que Marie-Jeanne Amisse, ménagère à Peillac, âgée de 29 ans, ne pouvant se résoudre à avouer une seconde faute, dissimule sa grossesse. Ce nouvel accroc à son image intervient alors que son apparente bonne conduite avait fini par faire oublier l’atteinte que la naissance d’un premier bâtard lui avait déjà portée :

  • 24 AN/BB/20/168/2, M, 2e trim. 1853, Robinot Saint-Cyr, 25 juin 1853.

« Dans le mois de juin 1850, elle donna le jour à un enfant qui ne vécut que six à sept semaines : il était élevé au sein de la famille, et les voisins de la demeure de la fille Amisse se faisaient un devoir de l’aider à élever son enfant. Dans le courant de 1852, alors qu’on la considérait comme réhabilitée de sa faute, elle devint enceinte une seconde fois. Elle cacha sa grossesse, comme elle l’avait fait lors de sa première gestation et menaçait du juge de paix les personnes qui lui parlaient de l’état dans lequel elle se trouvait24. »

32Aussi le troisième enfant naturel est-il presque toujours un enfant de trop. Il témoigne d’une obstination dans le libertinage, voire d’un glissement vers la débauche. Sa mère le sacrifie presque toujours aux lambeaux d’honorabilité qu’elle entend sauvegarder. Les affaires d’infanticide démontrent que bien peu de femmes osent franchir le cap d’une troisième naissance illégitime. Parmi les 128 accusées célibataires pour lesquelles on possède des indications de maternités antérieures, on note en effet que 6 seulement ont eu trois enfants.

33Le seuil du deuxième ou du troisième enfant naturel correspond aussi, pour des femmes qui sont proches de l’indigence, à une limite pécuniaire. Plusieurs accusées expliquent le meurtre de leur troisième enfant par des considérations économiques. Elles craignent notamment de voir supprimer les revenus qu’elles tirent de la charité ou de leur inscription au rôle des indigents.

  • 25 AN/BB/20/256/2, C-N, 2e trim. 1863, Grolleau-Villegueury, s. d.
  • 26 AN/BB/20/128, L-I, 3e trim. 1844, Le Meur, s.d.

34Anne-Marie Gautard, de Trélévern, âgée de 30 ans, présentée comme « journalière, mais le plus souvent mendiante », déclare « qu’elle avait toujours eu l’intention de se défaire de son enfant parce que le maire de la commune lui avait dit qu’il ne lui donnerait plus de pain si elle devenait mère pour la troisième fois25 ». Julie Pouvreau, tailleuse à Viellevigne, invoque le même motif : « Cette fille, qui avait déjà eu deux enfants naturels, a avoué qu’étant devenue une troisième fois enceinte, elle avait craint que cette troisième faute ne la privât des ressources qu’elle retirait de la charité publique, qu’elle avait en conséquence caché sa grossesse à tout le monde26. »

  • 27 AD L-A 5U/129, p.-v. de descente du juge de paix d’Aigrefeuille, 8 juillet 1844.

35Mais elle allègue aussi, devant le juge de paix, la crainte de ne pouvoir subvenir par son travail à l’existence de ce nouvel enfant : « Elle nous a répondu [qu’elle n’avait appelé aucun secours lors de son accouchement de] crainte que la faute qu’elle avait commise venant à être connue, cette connaissance ne la mît dans l’impossibilité de pouvoir par la suite trouver de l’occupation et gagner sa vie27. »

Les modes d’exclusion

  • 28 AD M U2013, p.-v. de transport du juge de paix de Locminé, 7 mai 1829.
  • 29 Idem, Guillemette Dériou, [même jour].

36La tolérance à l’égard des filles-mères est loin d’être générale et de nombreuses accusées ont fait l’objet, de la part des habitants de leur village, de procédures plus ou moins violentes d’exclusion. Les femmes seules, qui ne sont installées que depuis peu dans une commune, sont considérées avec une grande méfiance. C’est parce qu’elle est « étrangère à la commune28 », « qu’elle n’était pas de la paroisse29 », et qu’on « ne connaît pas son nom », que Vincente Le Gall est immédiatement, et non sans fondement, suspectée du meurtre du nouveau-né qui a été trouvé dans une rivière voisine.

  • 30 AD F 4U2/112, Marie-Vincente Bégor, 46 ans, cultivatrice, 30 avril 1849.

37C’est aussi parce qu’elle est « étrangère au village », d’un caractère « bizarre » et peu communicatif, que Marie-Jeanne Talarmin, une domestique-cultivatrice de 39 ans, qui demeure avec son père au village de Tréouré, commune de Plouguin, est mal tolérée par les autres habitants : « Marie-Jeanne Talarmin habite, avec son père, depuis environ cinq ans notre village de Tréouré. Nous avions très peu de rapports avec elle, car cette fille nous paraissait d’un caractère sournois, elle fréquentait peu l’église et n’inspirait pas de confiance et de sympathie aux habitants du village30. »

  • 31 AD M U1994, Jean Nicolas, 49 ans, laboureur, 2 mars 1827.

38Même Jeanne Brunet, née à Malansac, et demeurant au village de Tréhouma, commune de Saint-Gravé, distant seulement de quelques kilomètres, ne parvient pas à être vraiment acceptée et vit dans un relatif isolement. Elle partage une modeste chambre avec sa fille naturelle, âgée de dix ans. Si la femme Labbé, qui l’emploie de temps à autre, accepte par charité qu’elle vienne se chauffer chez elle et lui rend quelques services, son nouvel état de grossesse paraît lui fermer bien des portes. Jean Nicolas, laboureur et trésorier de la fabrique, qui se chargera d’avertir le recteur des soupçons d’infanticide qui pèsent sur elle, déclare en effet « qu’elle jouit d’une mauvaise réputation sous le rapport des mœurs, que pour cette raison les personnes du village ne la fréquentaient pas et ne la recevaient pas chez elles31 ».

39Les villageois sont cependant bienveillants pour sa petite fille et Jeanne Brunet n’est pas frappée « d’excommunication », comme pourra l’être, en 1842, Marie-Jeanne Pélion qui, elle, est soupçonnée de récidive. Poulizac soulignait en effet la vive réaction de rejet dont Marie-Jeanne Pélion avait fait l’objet de la part des habitants de Plémet :

  • 32 AN/BB/20/120, C-N, 4e trim. 1842, Poulizac, s.d.

« Pour mieux apprécier le présent, il faut souvent interroger d’abord le passé et le passé, au début de la procédure, répondait ici que déjà, dans le mois de janvier 1841, la fille Pélion était accouchée d’un enfant qui avait disparu ; c’était le bruit public dans le pays et les femmes, surtout, se trompent rarement, dans ces circonstances ; aussi une espèce d’excommunication frappait alors l’accusée ; on lui interdisait l’entrée de certaines maisons dans la crainte d’une souillure ; ce sont les propres expressions des témoins ; expressions qui prouvaient bien énergiquement l’indignation qui les animait32. »

40La privation de logement ou de travail sont les moyens les plus courants dont usent les habitants pour exclure progressivement du groupe les éléments dissonants. C’est en expulsant Anne-Marie Guilloux de la chambre qu’elle occupe chez la Vve Tricot, une commerçante de Matignon, que l’on essaie de se débarrasser de sa présence, jugée déshonorante pour la commune.

  • 33 AD C-A 2U/743, le juge de paix de Matignon au procureur de Dinan, 26 janvier 1849.

41La manière dont Anne-Marie Guilloux est perçue par les habitants est assez complexe. Le juge de paix signale d’emblée qu’elle n’est pas « originaire de ce pays-ci », bien qu’elle y vive depuis dix-huit ans33. Cette remarque reflète sans doute le sentiment commun des habitants de Matignon qui tiennent à se démarquer de sa conduite et de l’acte criminel qu’elle a commis. « Étrangère », Anne-Marie Guilloux l’est doublement, puisqu’il s’agit d’une fille naturelle ; elle ignore jusqu’à son lieu de naissance et n’a pas connu sa mère, elle est sans attache et sans généalogie. Elle a été retirée de l’hospice de Vannes par une famille de Matignon qui l’a gardée quelques années. Puis elle a servi comme domestique dans d’autres maisons, d’où elle a été renvoyée pour son « inconduite ». Depuis 1842, elle est devenue couturière-brodeuse à la journée.

42Malgré son « immoralité » le travail ne lui a jamais manqué car elle est bonne ouvrière. Mais elle éprouve de réelles difficultés à se loger. Enceinte une première fois en 1842, elle se fait renvoyer par le cordonnier qui la logeait alors. Elle s’installe chez la Vve Tricot, où elle accouche d’un enfant qui ne vivra que quelques jours. En 1849, quand les bruits de sa nouvelle grossesse deviennent trop insistants, sa logeuse menace de la chasser :

« La fille Annette me proposa de garder seulement ses effets, me disant qu’elle irait rejoindre à Cancale Madame Autems dont elle me montra une lettre par laquelle réellement elle la demandait. Ce voyage devait même s’effectuer le lundi qui précéda son accouchement, car j’avais parlé à Monsieur le maire et au juge du pays qui m’avaient encouragée à la traiter avec humanité. Eu égard à sa position, je cherchai plusieurs logements mais personne ne voulut la recevoir. »

43Cette expulsion semble avoir été concertée avec le maire de Matignon et l’humanité dont il est question est toute relative :

  • 34 Idem, Vve Tricot, 59 ans, marchande, 2 mars 1849.

« Dans le cours de cette conversation, je lui dis que le bruit courait qu’elle avait étouffé son premier enfant ; elle répondit : “Ce n’est pas vous qui pourriez dire une chose pareille. Qui est-ce donc ?” Je ne voulus pas parler de la dame Pitet, qui avait été la première à m’entretenir de cette circonstance, non plus que de Monsieur le maire qui m’en avait parlé lorsque je fus peindre mon embarras dans ces dernières circonstances. C’est à cette époque qu’il me dit : “Lorsque vous lui aurez donné huit jours de délai, j’irai, s’il le faut, avec les gendarmes, pour vous en débarrasser.” Ce dernier propos, je le répétai à la fille Annette. C’est de cette menace que je conclus qu’est parvenu tout le mal qui est survenu depuis34. »

  • 35 Id., Louise Minic, 37 ans, ménagère, 8 mars 1849.

44Depuis que son état est devenu apparent Anne-Marie Guilloux fait, elle aussi, l’objet de procédures d’évitement. Les portes se ferment devant elle. Même une de ses anciennes amies, avec laquelle elle a servi longtemps comme domestique, finit par ne plus la recevoir : « Il y a bien quatre mois que nous ne la recevions plus, d’après les mauvais bruits qui couraient sur son compte et qui ont mécontenté mon mari35. »

45Eulalie Pellerin et sa mère sont pareillement menacées d’expulsion quand leur logeuse apprend la nouvelle grossesse d’Eulalie :

  • 36 AD L-A 5U100/1, Vve Arnaud, 76 ans, rentière, 24 octobre 1837.

« À la sollicitation de Mademoiselle Derenne, demi-sœur de la veuve Pellerin, j’ai consenti à louer une petite chambre dans la cour de ma maison à cette dernière et à sa fille Eulalie Pellerin. Je me suis aperçue vers le mois de juillet dernier que cette fille prenait un embonpoint extraordinaire, que son visage était coulé et taché et je ne doutai point qu’elle ne fût enceinte. Il y a environ deux mois, j’en parlai à sa mère à qui je reprochai la conduite de sa fille en lui témoignant le regret que j’avais de les avoir reçues chez moi, et en lui faisant sentir que le public ne manquerait pas de lui faire des reproches. Elle me répondit que déjà lorsqu’elle se présentait aux portes, plusieurs personnes lui avaient dit que sa fille était enceinte36. »

46Mais ces femmes peinent à vivre de leur état et la logeuse n’osera finalement les chasser. Peut-être craint-elle de nuire à l’enfant à naître, dont le sort paraît préoccuper la Vve Pellerin :

  • 37 Idem.

« Enfin, il y a environ trois semaines ou un mois, la veuve Pellerin me parlant encore de la grossesse de sa fille me dit qu’elle ne trouverait pas pour celui-là (parlant de l’enfant qu’elle portait) ce qu’elle avait trouvé pour l’autre, que les personnes qui lui fournissaient pour celui-ci des platées de farine n’existaient plus. Ce matin même, la veuve Pellerin étant entrée chez moi pour prendre du feu, je lui reprochai tous les désagréments que me faisaient éprouver les poursuites dirigées contre sa fille. “Que voulez-vous, me répondit-elle, elle n’a pas le même bonheur que la Dupont. Je n’appelle point un bonheur, répartis-je, qu’on ne puisse découvrir le crime. Il vaudrait bien mieux qu’on pût le découvrir, il ne s’en commettrait pas tant37 !” »

  • 38 AN/BB/20/163/1, F, 3e trim. 1852, Le Beschu de Champsavin, 22 septembre 1852.

47La privation de travail est plus désastreuse encore. C’est presque une tragédie que nous narre Le Beschu de Champsavin en rendant compte des tribulations de Marie-Marguerite Bosser. Cette accusée originaire de Plozévet, âgée de 27 ans, a été chassée de Pouldreuzic où elle servait comme domestique. Après son accouchement, elle erre jusqu’à la plage de Tréguennec où elle enfouit son nouveau-né, encore vivant, dans le sable : « Son état de grossesse connu, elle avait été chassée de partout ; nulle porte ne s’ouvrait pour elle ; elle était sans pain et sans asile : elle avait d’abord eu l’intention de conserver l’enfant, mais arrivée dans le palud le démon s’était emparé d’elle, et elle avait abandonné cette bonne idée38. »

48L’enfant est sauvé par des passants et confié à des habitants du hameau le plus proche, les Goascos, qui recueillent aussi Marie-Marguerite Bosser. Au moment de sa tentative d’infanticide cette fille, qui n’avait pas mangé depuis plusieurs jours, était au désespoir : « Je comptais bien mourir auprès de lui, à la place où on m’a trouvée », a-t-elle déclaré.

« Cette plage, précise Le Beschu, est si éloignée de toute habitation et de toute fréquentation, que sans l’intervention des pâtres [qui ont découvert le nouveau-né], on aurait été bien longtemps peut-être, sans soupçonner qu’il y avait à cet endroit un être vivant ou mort. C’est bien réellement la fin de la terre. »

49Et il souligne la rigueur des habitants du canton de Pont-Labbé envers les filles-mères :

  • 39 Idem.

« La sévérité des habitants de ce canton envers une fille enceinte prouve la pureté de leurs mœurs, de même que la conduite sublime des époux Le Goascos envers l’enfant et surtout envers la mère prouve leur humanité. Ils ne pouvaient concevoir que je leur donnasse des éloges, tant ils trouvaient naturels l’hospitalité et les soins qu’ils avaient donnés39. »

50Cette intransigeance n’est pas propre au Finistère. En 1834, commentant l’acquittement de Vincente Le Bourvellec, une domestique de Pluvigner, âgée de 22 ans, Cavan faisait à peu près la même remarque :

  • 40 AN/BB/20/76, M, 1er trim. 1834, Cavan, 1er avril 1834.

« Cet acquittement, que l’on ne peut s’empêcher de regarder comme scandaleux, doit peut-être moins étonner dans le Morbihan que partout ailleurs : car il ne se passe guère de session qui ne présente quelque exemple de ce genre d’absence de justice répressive que l’on ne saurait expliquer autrement que par cette considération que, dans ce pays, une fille qui a manqué aux règles de pudeur imposées à son sexe ne peut, par quelque laps de temps que ce soit, reconquérir l’estime publique ni même réparer l’oubli d’une faute40. »

Honneur et réputation :
« les filles de la paroisse déhonteront notre pays »

  • 41 AN/BB 20/168/2, I-V, 3e trim. 1853, Lambert, 19 août 1853.

51Quand on leur demande le motif de leur crime, les accusées allèguent plus souvent la honte que la misère. « Cacher sa honte », « sa faute » semble être leur première préoccupation. Cette crainte du déshonneur relève sans nul doute de considérations économiques. « J’avais honte, ma réputation était mon gagne-pain » dit ainsi, pour expliquer son crime, Marie Piriot, une domestique de Grand-Fougeray41. Il est évident que pour des accusées qui exercent des métiers qui n’exigent pas un grand savoir-faire, la réputation revêt une importance toute particulière.

  • 42 AD M U2052, interrogatoire, 10 mars 1834.

52Mais le souci de « cacher sa honte » est partagé par des séducteurs qui ne connaissent pas la même impécuniosité. Job Le Moing, cultivateur à Languidic, tente à diverses reprises de procurer un avortement à sa domestique Anne Le Goff, car il redoute plus que tout le jugement l’opinion publique : « Job Le Moing m’a plusieurs fois engagée à le laisser me presser le ventre parce qu’il fallait, disait-il, étouffer l’enfant d’une manière quelconque. Il me disait : “S’il vient à terme, comment pourrons-nous tous les deux paraître la tête levée42 ?” »

  • 43 AN/BB/20/218/2, F, 4e trim. 1859, Dupuy, 17 novembre 1859.

53Cet homme était célibataire, il songeait sans doute à se marier et pouvait craindre que la naissance d’un enfant naturel ne nuisît à ses projets. C’est par ce motif, du moins, que Dupuy explique le crime commis par Jean-Marie Jourden, un autre célibataire qui, lui aussi, avait séduit sa domestique : « Jourden fils voulait conserver sa réputation intacte et savait bien que si ses relations avec sa domestique étaient divulguées, elles mettraient obstacle à ce qu’il pût contracter un bon mariage43. »

  • 44 AN/BB/20/218/2, M, 3e trim. 1859, Baudouin, 26 septembre 1859.
  • 45 AN/BB/20/200/1, I-V, 4e trim. 1857, Jollivet, 21 novembre 1857.

54La naissance d’un enfant naturel est assez unanimement considérée comme un événement honteux : « Comment vais-je faire maintenant que la honte est sur la maison ? » se serait écrié Jean-Marie Delalande, propriétaire-cultivateur à Férel, lors de l’accouchement de sa domestique Jeanne-Marie Fablait44. Même la conception d’un enfant avant le mariage peut être source de déshonneur puisque Jean-Marie Vaugru, cultivateur à Saint-Gilles, âgé de 25 ans, qui reconnaissait être le père de l’enfant dont sa femme avait accouché deux mois seulement après leur mariage, motivait le crime par le souci de se soustraire à la honte : « Je redoutais la honte qui pouvait en rejaillir sur ma famille et sur moi45. »

  • 46 AN/BB/20/182, C-N, 4e trim. 1855, Le Meur, 15 décembre 1855.
  • 47 AN/BB/20/281/1, L-I, 4e trim. 1865, Baudouin, 29 décembre 1865.

55La peur de perdre sa réputation ne se réduit pas à la crainte de perdre ses moyens d’existence, car le déshonneur, loin d’être une question personnelle, rejaillit sur l’ensemble de la famille. La Vve Berger, journalière à Saint-Caradec, âgée de 39 ans, mère de deux enfants légitimes, dit avoir tué son nouveau-né pour « éviter de faire honte à ses filles et à sa famille46 ». Victorine Gauthier, âgée de 19 ans, domestique chez un pharmacien de Pornic, explique son geste par « l’abandon de celui qui avait eu des relations avec elle, le refus de tout secours, la crainte de perdre sa place et surtout la douleur de sa mère qui, peu de mois auparavant, avait vu l’aînée de ses filles, célibataire, devenir mère, et en avait éprouvé une profonde affliction47 ».

  • 48 Voir aussi Lagrée M., Religion et culture en Bretagne, op. cit., p. 29.

56Plus largement, les affaires d’honneur peuvent aussi porter atteinte à la renommée du village car l’opinion publique tend à identifier l’individu au groupe social dans lequel s’inscrit son existence quotidienne. Henri Buffet a montré, à propos du Morbihan, combien le village ou plutôt la « paroisse » – qui reste longtemps l’espace de référence – pouvait, dans l’esprit de ses habitants, être dotée d’une personnalité propre48. Les sobriquets collectifs, caractéristiques d’un « esprit de clan » né de la rivalité entre les paroisses, sont de ce point de vue très significatifs :

  • 49 Buffet H.-F., En Bretagne morbihannaise : coutumes et traditions du Vannetais bretonnant au xixe s (...)

« Les sobriquets les plus piquants ont été partout et toujours de mode. Il n’est guère de paroisses qui n’en aient eu un ou plusieurs. On s’attaquait aux défauts moraux : on se traitait de farauds, de vantards, de vaniteux, de fichaux, de canailles. Les gens de Baud et de Pluméliau étaient des ivrognes, ceux de Pluvigner, des voleurs ; et ceux de Saint-Avé, de grands voleurs. À Perret, il n’y avait que des garces ; à Saint-Jean-Brévelay on aimait la chicane […]49. »

  • 50 Segalen M., Quinze générations…, op. cit., p. 39.

57Martine Segalen relève dans le Finistère les mêmes types de représentations symboliques du territoire et de ses occupants : « Ici, comme dans de nombreuses régions, on peut recueillir des proverbes, des dictons ou des sobriquets populaires qui qualifient de façon généralement moqueuse ou méprisante l’autre et qui soulignent les oppositions entre communes50. »

  • 51 AD I-V 2U4/614, Gabrielle Galles, 31 ans, cultivatrice, 24 septembre 1822.
  • 52 Id., 30 septembre 1822.

58Lorsqu’elles méditent un crime, certaines femmes sont bien conscientes des incidences que l’événement aura sur la renommée de leur village. On peut même se demander si créer l’événement ne répond pas quelquefois à une volonté de laisser ses propres traces dans l’histoire. Julienne Godard annonce bien à l’avance à l’une de ses voisines qu’il va se produire dans son village « quelque chose de nouveau qui n’était point encore arrivé51 » ou bien encore, de manière plus explicite « qu’il y aurait un enfant de fait vers la fin de septembre, autour de la Saint-Michel, et qu’à cette époque il arriverait à Mompson un malheur qui n’y était point encore arrivé et qu’on n’avait point encore vu ». Et lorsque cette voisine, « ayant vu la mort et le feu passer » dans le village lui demande quel sera ce malheur, elle lui répète « que ce serait un malheur comme le témoin ni personne n’en avait point encore vu52 ».

59Le crime – et particulièrement le meurtre d’un nouveau-né issu de relations illégitimes – vient rompre l’harmonie de la vie collective dont le maire et ses administrés, le curé et ses paroissiens aimeraient donner l’image. La conduite des « filles enceintes » est en premier lieu blâmée parce que leur grossesse extraconjugale introduit une dissonance dans l’ordre communautaire.

  • 53 AD M U 2112, François Audrun, 55 ans, laboureur, 7 mai 1841.

60Les voisines de Marguerite Jehanno, une domestique de Moréac, lui reprochent ouvertement de faire honte à leur commune : « Le 26 mars dernier, me trouvant chez Le Roux, je vis Marguerite Jehanno travailler à faire un lit, je remarquai qu’elle était gênée et tout me porta à croire qu’elle était enceinte. Je lui reprochai alors de n’être rentrée dans notre commune que pour nous faire honte, elle se fâcha alors et je me tus craignant qu’elle ne me fît une affaire. Mais ma persuasion fut la même53. »

  • 54 AD M U 2134, Marie-Jeanne Thomazo, 69 ans, domestique, 26 mars 1844.

61Mais c’est peut-être à propos de Mathurine Gicquel, journalière à Larré, que le souci des villageois, et singulièrement des villageoises, de préserver la réputation collective, apparaît le plus clairement. Ses voisines ne cessent de l’accabler d’invectives en raison de la mauvaise image que sa grossesse donne de la paroisse : « La fille Gicquel était à travailler avec moi et les autres domestiques de Gombau. Je lui dis : “Les filles de notre paroisse déhonteront notre pays. On parle ici beaucoup.” Elle parla d’une fille de Quénahé qui était enceinte ; elle dit qu’elle était comme une charrette. Je croyais qu’elle eut dit de qui l’on parle ; je lui aurais dit qu’on parlait d’elle54. »

Les instances officieuses du contrôle social

62L’honneur des femmes ayant des incidences sur la réputation des communautés villageoises, chacun se croit autorisé à veiller à leur vertu et à leur faire des recommandations. Les femmes qui ont l’intention de perpétrer un crime doivent réussir à échapper aux réseaux de surveillance, aux pièges qui sont mis en place pour contrecarrer leur projet et faire preuve d’une grande détermination.

Le voisinage

63La principale instance du contrôle qui s’exerce officieusement sur les femmes enceintes est le voisinage et plus particulièrement la communauté féminine. Au sein de cette communauté informelle, faite de relations d’entraide, de travail en commun, de bavardage – voire de commérage – les veuves et les femmes mariées, investies d’une certaine autorité par leur statut matrimonial, jouent un rôle déterminant.

64Ce contrôle, dont le but avoué est de prévenir les crimes, est jalonné d’étapes. Il s’agit tout d’abord d’obtenir la confirmation des soupçons, c’est-à-dire de trouver le moyen d’observer attentivement la silhouette des femmes visées par la rumeur. Ensuite vient le temps des recommandations, des exhortations à ne pas « faire de malheur ». Quand le dénouement approche, la surveillance se fait plus ténue et plus systématique. Les allées et venues des suspectes sont épiées. Enfin, lorsque le drame paraît joué, vient le temps des perquisitions et des admonestations.

Lieux d’observation

  • 55 AN/BB/20/103, M, 2e trim. 1839, Tiengou de Tréfériou, 4 juillet 1839.
  • 56 AD M U2096, Françoise Josselin, 32 ans, ménagère, 11 février 1839.

65L’église, le four, le lavoir, lieux traditionnels de la sociabilité féminine, sont autant de postes d’observation de l’état d’avancement des grossesses. C’est en examinant régulièrement le linge qu’elle vient laver au « doué », ce qui suppose de leur part une grande persévérance, que les voisines de Jeanne Hilliec, âgée de 30 ans, lingère à Vannes, obtiennent la confirmation de son état : « Depuis la Saint-Jean dernière, tous les voisins de Jeanne Hilliec la croyaient enceinte, et elle niait toujours l’être. Depuis la même époque, elle ne tachait plus son linge, ses voisines lui en avaient fait l’observation55. » Sa logeuse se croit alors autorisée à l’interroger : « M’apper­cevant [sic] qu’il n’existait plus depuis quelque temps sur le linge que je lui voyais laver aucune trace de l’écoulement, je m’en étonnai et lui demandai quel était le motif de la suppression de ses règles : elle me répondit qu’elle était d’une santé délicate et qu’il lui arrivait fréquemment d’être deux ou trois mois sans voir ses règles56. »

  • 57 AN/BB/20/120, I-V, 2e trim. 1842, Tarot, 21 juin 1842.
  • 58 AD M U2124, interrogatoire, 6 septembre 1842.

66C’est aussi au lavoir que les habitantes de Guipel s’aperçoivent que Perrine Châtellier, une fileuse de 39 ans, soupçonnée d’avoir déjà commis plusieurs infanticides, a accouché : « Le 18 avril au matin, la mère et la fille furent laver des draps et des vêtements de femme. Perrine Châtellier semblait grosse depuis plusieurs mois et elle refusait de faire connaître son état à tous ceux qui lui en parlaient. Lorsqu’elle revenait du lavoir, on s’apperçut [sic] que le volume de son ventre avait singulièrement diminué57. » De même, en voyant la mère de Jeanne Le Goff, une « ménagère » de 25 ans, de Guern, déjà mère d’un enfant naturel qui n’a vécu que quelques mois, porter au lavoir des linges ensanglantés, les femmes de sa commune supposent immédiatement que sa fille vient d’accoucher58.

  • 59 Cité par D. Riet, « Infanticide et société au XVIIIe siècle : bruits publics et rumeurs dans la co (...)
  • 60 AD L-A 5U 160/3, Perrine Percevault, 51 ans, journalière, 6 juin 1851.

67L’église constitue également un des lieux traditionnels de la surveillance des ventres. Didier Riet l’avait déjà noté pour le xviiie siècle, à travers les remarques que faisait à ce sujet, en 1740, le subdélégué de l’intendant d’Ille-et-Vilaine : « Les personnes du sexe se mettent aux églises dans un lieu séparé des hommes. Aucune fille n’échappe aux regards curieux des connaisseuses59. » Il n’est donc pas étonnant que ce soit lors de la messe dominicale que l’on ait remarqué l’épaississement de la taille de Mélanie Roussel, domestique de René Plantard : « Un des dimanches qui ont précédé Carnaval, sans que je puisse préciser, j’étais à la messe, la fille Mélanie Roussel y était, lorsqu’elle s’est mise à genou, j’ai trouvé que son ventre et ses seins avaient grassés [sic], je pensai en moi-même qu’elle était enceinte60. »

  • 61 AD I-V 2U4/636, Louise Perrochon, 46 ans, laboureur, 11 juillet 1828.

68L’auberge et le cabaret, où les populations rurales aiment à se retrouver le dimanche pour échanger informations et rumeurs, peuvent aussi se transformer en postes d’observation. C’est à l’auberge que la femme Perrochon, laboureur et matrone occasionnelle, étudie la silhouette de la Vve Lépinay. Elle prend prétexte de lui offrir du tabac pour mieux l’examiner et s’assurer de son état : « Environ un mois auparavant l’accouchement, étant ainsi que la Vve Lépinay chez Guillaume Lépinais, aubergiste à Bourg-des-Comptes, dans la cour derrière la maison, la Vve Lépinay était assise sur un banc, elle, témoin, lui offrit une boîte de tabac et vit son tablier noir remuer bien distinctement. » Riche d’une longue expérience, elle conclut de cette étude que « servant ordinairement d’accoucheuse, elle pouvait assurer d’après la manière dont s’est comportée la grosseur de la Vve Lépinay, qu’elle a dû accoucher d’un enfant vivant61 ».

Recommandations

  • 62 Affaire Françoise Riou, AN/BB/20/168/2, C-N, 3e trim. 1853.

69Aussitôt que les femmes – « dont l’œil est toujours pénétrant en pareil cas », écrivait Le Beschu de Champsavin62 – se persuadent de la réalité d’une grossesse, elles se rendent chez la suspecte pour lui faire avouer sa position et la dissuader de commettre un crime. Habituellement, c’est la villageoise qui occupe la position sociale la plus prestigieuse ou celle qui, par le privilège de l’âge, a le plus d’autorité, qui se charge d’intervenir.

70C’est une cultivatrice qui, l’employant de temps à autre, dispose d’une certaine autorité sur Yvonne Le Garnec, lingère à Ambon, qui prend l’initiative de l’entretenir de sa grossesse :

  • 63 AD M U1980, Jeanne-Marie Seuillot, 16 février 1825.

« Il y a quatre à cinq mois au moins, qu’ainsi que les autres femmes de notre village, j’avais soupçonné qu’Yvonne Le Garnec était enceinte ; nous voyions son corps prendre de l’ampleur, nous nous communiquions nos inquiétudes sur le sort de l’enfant et nous convînmes de lui en parler. Je profitai de la circonstance où, environ quinze jours avant son accouchement, elle travaillait chez moi comme lingère, je lui dis qu’elle était enceinte et que tout le monde s’en appercevait [sic], que je pensais qu’elle n’irait pas jusqu’au mois de mars. Elle ne répondit pas à mon observation, elle se mit à rire. J’ajoutai que si elle avait eu le tort de s’exposer à devenir enceinte, il ne fallait pas avoir celui de détruire son enfant car celui qui tue est tué. “Non, non, répliqua-t-elle, Il ne faut pas toujours tuer63.” »

  • 64 AD M U2127, rapport du commandant de gendarmerie d’Auray, 1er juin 1843.

71La récidive dont est soupçonnée la femme Hervoch justifie l’adoption de moyens plus radicaux. Plusieurs villageois se concertent pour lui adresser un avertissement : « On était tellement certain que la femme Hervoch détruisait ses enfants lorsqu’elle se trouvait enceinte, que le sieur Thuriau Gouzer, cabaretier et une bonne sœur d’Auray dont on n’a pu dire le nom, lui auraient recommandé dans sa dernière grossesse, qui occupe en ce moment, qu’elle ait à accoucher bravement et à ne pas faire de malheur, Thuriau Gouzer même, s’était offert à être parrain64. »

  • 65 AN/BB/20/163/1, L-I, 3e trim. 1852, Robinot Saint-Cyr, 18 octobre 1852.

72L’indiscrétion et la brutalité de certaines interventions peuvent provoquer de vives réactions chez les intéressées. Jeanne Poitral, Vve Cherhal, une journalière de 39 ans, demeurant à Grand-Fougeray, ne supporte pas l’ingérence de son voisin dans sa vie privée et le met carrément à la porte : « Lorsqu’on lui parlait de l’état dans lequel elle se trouvait, ce qui arrivait fréquemment, elle répondait qu’elle prendrait par leurs langues les personnes qui tenaient de pareils propos ; elle chassa de sa demeure un de ses voisins qui lui dit que puisqu’elle cachait sa grossesse, c’est qu’elle avait les plus mauvaises intentions envers son enfant65. »

Surveillance rapprochée

73Quand les exhortations demeurent sans effet et que les « filles » et les veuves enceintes s’obstinent à nier leur état, la communauté s’organise pour garder en permanence un œil sur elles. On pénètre à l’improviste à leur domicile, sous de faux prétextes, pour maîtriser le fil des événements :

  • 66 AD M U1997, Barbe Leroux, 56 ans, 13 juin 1827.

« Depuis environ quatre à cinq mois, je soupçonnais, comme les autres femmes du village, que Michelle Dano, servante depuis à peu près deux ans chez François Allioux, était enceinte. Je ne lui en ai jamais parlé, cependant, et surtout dans les derniers temps, j’allais souvent chez son maître prendre du feu et dans l’intention de l’observer, craignant, je ne sais pour quel motif, qu’elle n’eût fait mal à l’enfant dont je croyais qu’elle était enceinte. J’ai cependant cherché à pressentir Michelle Dano sur son état : je lui disais qu’il y avait des filles qui niaient leur grossesse, elle me répondait que celles-là n’étaient pas honnêtes66. »

74Cette surveillance, pour laquelle le voisinage se relaie, devient un moyen d’unir la communauté féminine, de la cimenter autour de la sauvegarde de la renommée du village. Les voisines de Jeanne-Marie Boixel, une fileuse de 41 ans, récemment installée dans un des villages de Caulnes, renforcent leur cohésion dans leur lutte contre la « mauvaise » étrangère :

  • 67 AD C-A 2U/773, réquisitoire définitif, 3 avril 1862.

« L’inculpée habitait depuis trois ans environ le village de la Ville-es-Férets en la commune de Caulnes, elle y avait une très mauvaise réputation qui l’avait suivie depuis bien des années dans tous les villages qu’elle avait habités. Il était notoire qu’elle se livrait à la prostitution. La rumeur publique l’accusait en outre d’avoir eu plusieurs grossesses qu’elle aurait fait disparaître sans que l’on eut pu savoir ce qu’en étaient devenus les fruits […]. Par suite de ces antécédents, lorsque, il y a quelques mois, on s’aperçut que l’inculpée paraissait de nouveau enceinte, on la surveilla avec une certaine attention et ses voisins essayèrent de lui faire avouer sa position. Elle s’y refusa constamment et elle prétendit qu’elle était devenue hydropique. […] À mesure que le terme de sa grossesse approchait, l’inculpée était de plus en plus surveillée par ses voisines et, chaque jour et à chaque heure, elles entraient dans sa maison sous un prétexte quelconque, mais en réalité dans l’intention de lui porter secours et de sauver l’enfant au sujet duquel elles pressentaient ses intentions coupables67. »

  • 68 AD M U1991, Marie Bamdé, 32 ans, 29 juin 1826.

75Ces injonctions prennent parfois un caractère extrêmement impératif. Certaines femmes sont visitées de force par des matrones. Pélagie Lhermitte, « sage-femme non reconnue et dont on ne se sert que dans les cas très pressés68 », essaie d’examiner contre son gré Agnès Droual mais se voit opposer de la part de celle-ci une vive résistance :

  • 69 Idem, Vve Lhermitte, 80 ans, [même jour].

« Ayant été au village il y a environ trois mois voir une de ses amies, elle apprit que la dite Agnès Droual était enceinte. Ayant pratiqué depuis de longues années l’art d’accoucher, elle avait été chez la dite Agnès Droual qui était alors à filer et qu’elle lui avait dit que les personnes du village lui avaient dit qu’elle était enceinte, qu’Agnès lui répondit que cela était faux. Sur quoi elle lui répondit : “Puisque vous dîtes que cela est faux, laissez-moi vous visiter et je vous dirai ce qu’il en est”, mais qu’Agnès Droual s’y refusa en lui disant qu’elle n’avait pas besoin d’elle et que chacun devait se mêler de ses affaires69. »

76Les voisins de Jeanne Hilliec, qui sont persuadés qu’elle vient d’accoucher parce qu’un soir, rentrant plus tard que de coutume, elle avait échappé à leur attention, la somment d’aller consulter une sage-femme. Un cabaretier raconte :

  • 70 AD M U2096, Joseph Beauchet, 39 ans, cabaretier, 11 février 1839.

« On ferma la porte de l’allée pour s’assurer de l’heure à laquelle Jeanne Hilliec serait rentrée. À dix heures nous entendîmes frapper, c’était l’inculpée qui rentrait avec un faix de paille et qui dit qu’elle revenait du village du Prat. [Le lendemain] Jeanne Hilliec vint dans notre appartement où elle travaillait quelquefois ; ma femme lui dit qu’elle n’était pas sa dupe, qu’elle voyait bien qu’elle était accouchée dans la soirée précédente et qu’il fallait qu’elle fît connaître où elle avait placé son enfant. L’inculpée prétendit encore, et cela se passait devant plusieurs témoins, notamment Mme Bazin, marchande et M. Nordet, cabaretier, qu’elle n’était point accouchée et qu’elle n’avait jamais été enceinte et elle releva sa jupe de dessus pour faire voir, disait-elle, que si elle avait paru plus grosse qu’à l’ordinaire, on ne devait l’attribuer qu’à l’ampleur de ses vêtements70. »

77Ce témoin explique aussi comment hommes et femmes s’étaient répartis les rôles :

  • 71 Idem.

« Quelques instants avant, Nordet et moi nous étions allés à l’hôpital général savoir si dans la soirée précédente on n’avait point déposé un enfant nouveau-né dans le tour. La sœur à laquelle nous nous adressâmes nous répondit que non. Alors ma femme lui dit qu’elle allait la dénoncer au commissaire de police si elle ne consentait pas à se faire visiter par une sage-femme, par exemple par Mlle Chamaillard. La femme Josselin et Jeanne Hilliec se rendirent alors chez Madame Maillet [une autre sage-femme], mais l’inculpée seule entra, nous a dit la femme Josselin. En revenant de cette visite, Jeanne Hilliec dit à ma femme, à moi et à Nordet, qui lui reprochions toujours d’être accouchée clandestinement, qu’elle trouverait notre marche, qu’elle ferait repentir ceux qui disaient du mal d’elle et qu’elle prouverait par l’attestation de Madame Maillet qu’elle n’était point accouchée et qu’elle n’avait jamais été enceinte, que si son accouchement avait été réel, elle eût été mise en prison et ne fût pas rentrée à son domicile71. »

Investigations des voisins au domicile des femmes enceintes

78Plus l’accouchement est imminent et plus l’étau se resserre. Il suffit qu’une femme enceinte parvienne à tromper la vigilance de son voisinage pendant quelques heures pour qu’on en déduise que le meurtre a été consommé.

  • 72 AN/BB/20/24, M, 2e trim. 1825, Le Painteur de Normény, 29 juin 1825.

79La disparition d’Yvonne Le Garnec, qui réussit à s’éclipser pendant vingt-quatre heures, « sans qu’aucun voisin sût ce qu’elle était devenue » suffit à faire présumer qu’elle est accouchée72. Plusieurs villageoises pénètrent dans sa demeure, en lui disant :

  • 73 AD M U1980, interrogatoire, 9 février 1825.

« Il y a longtemps que l’on soupçonne que tu es enceinte, nous sommes venues pour le savoir ce soir [et procèdent à des perquisitions]. Elles visitèrent mon lit et y reconnurent les signes de cet accouchement, elles me demandèrent ce que j’avais fait de mon enfant. Je répondis que je l’avais enterré derrière la porte de ma maison. François Robert et mon frère Julien allèrent avertir le maire dans la même soirée ; les quatre femmes que j’ai nommées demeurèrent avec moi dans la maison jusqu’à ce que la justice y fût descendue le lendemain matin73. »

80Françoise Morin, journalière-cultivatrice à Plaintel, parvient à « se calfeutrer » chez elle pendant quelques heures pour mettre au monde son enfant. Il n’en faut pas plus pour attirer l’attention de ses voisins :

  • 74 AN/BB/20/226/2, C-N, 2e trim. 1860, Hüe, 18 mai 1860.

« Le 18 et le 19 décembre, on remarqua que la porte de la petite maison que l’accusée habite seule était restée constamment fermée et calfeutrée avec de la fougère. Dans la matinée du 20 décembre, deux femmes ouvrirent la porte, entrèrent dans la maison, trouvèrent l’accusée couchée, et remarquèrent qu’un grand feu, plus grand qu’elles n’en avaient jamais vu, était allumé dans le foyer. En les voyant, l’accusée montra beaucoup de mécontentement et leur adressa des reproches : “Bougresses, leur dit-elle, Vous vouliez un petit gars, vous n’aurez que cela !” et, découvrant son lit, elle leur montrait sa chemise ensanglantée74. »

  • 75 AN/BB/20/93, I-V, 1er trim. 1837, Brager, 20 mars 1837.

81L’irruption des voisins prend parfois des allures rocambolesques. C’est par le grenier que plusieurs habitants de Saint-Méloir pénètrent chez la femme Heurtru, âgée de 38 ans, mariée à un homme de 66 ans, et mère de deux enfants légitimes, qui refuse de leur ouvrir sa porte : « Des voisins surviennent ; frappent à sa porte ; la somment d’ouvrir, mais elle ne leur répond pas. Ils vont alors chercher de la lumière, se décident à monter au grénier [sic] par la gerbière. Ils entendent aussi les plaintes étouffées de l’enfant, et après quelques recherches, ils déplacent les paquets de paille, qui le recouvraient, et le trouvent enfin75. »

La famille

82Plusieurs accusées sont soutenues dans leur projet criminel par leurs parents, qui désirent préserver à tout prix leur réputation. C’est souvent par la menace de poursuites judiciaires pour diffamation que les familles des femmes enceintes tentent de mettre fin à la curiosité publique et aux rumeurs. Mais elles emploient aussi la ruse.

  • 76 AD L-A 5U66/2, Marie Fouineteau, 21 ans, cultivatrice, 7 avril 1828.

83Les parents de Marie Phélipeau imaginent, au moment de son accouchement, une véritable mise en scène pour occuper l’attention du voisinage. Cette accusée, âgée de 24 ans, est revenue vivre dans son village de La Blanchetière, commune de Belligné après avoir servi pendant quelques mois comme domestique chez un boucher de La Cornuaille (Maine-et-Loire). Séduite par le frère de ce boucher, qu’elle espérait épouser, elle ne parvient pas à dissimuler son état aux abitants de son village. Mais sa famille ne désespère pas de dérober son accouchement à l’attention des villageois et, peu après la naissance de l’enfant, joue à leur intention une véritable comédie, dont témoigne une voisine : « Le dimanche des Rameaux dernier, vers six heures du soir, j’entendis le père Phélipeau et sa fille Jeanne crier en dehors de leur maison que Marie Phélipeau, leur fille et sœur, était fort mal et qu’elle allait peut-être trépasser. Je courus aussitôt avec d’autres personnes chez cet homme où nous trouvâmes sa fille Marie à genoux, au pied de son coffre et se plaignant bien haut76. »

  • 77 AN/BB/20/41, L-I, 3e trim. 1828, Delabigne-Villeneuve, 18 septembre 1828.

84En fait, lorsque la famille de Marie Phélipeau ameute le voisinage, le meurtre a été accompli et le cadavre a disparu : « Lorsque je fus accouchée, avouera Marie Phélipeau, je poussai des cris afin de faire venir les voisins, pour que voyant que je ne faisais pas d’enfant, ils demeurassent convaincus par la quantité de sang que je perdais, que mon épaisseur avait pour unique cause, ainsi que je l’avais toujours maintenu, la suppression de mes règles qui venaient de reprendre leur cours77. »

85Mais le stratagème ne trompe pas les femmes accourues dans la maison qui, avec une égale duplicité, proposent aux parents Phélipeau de faire venir une sage-femme :

  • 78 AD L-A 5U66/2, Marguerite Foucher, 44 ans, métayer, 7 avril 1828.

« J’étais du nombre de ceux qui, attirés par les cris de Jeanne Phélipeau, entrèrent chez Phélipeau dimanche trente mars dernier. Marie Phélipeau était agenouillée au pied d’un coffre criant miséricorde et se plaignant de l’estomac. Je lui demandai si elle n’avait mal que là, elle me répondit : “Quelque fois ça me baisse un peu dans le ventre, mais ça n’est pas grand chose.” […] La femme Menet, […] propriétaire de la maison qu’occupe Pierre Phélipeau, se trouvait comme moi chez celui-ci lorsqu’il fut question d’envoyer chercher Monsieur le curé, la femme Menet dit à Marie Phélipeau : “Ah ! Ma pauvre fille, tu aurais bien plutôt besoin d’une sage-femme. Veux-tu que je t’en envoie une ?” Là-dessus le père Phélipeau dit qu’il ne voulait pas de sage-femme et que s’il en venait une, il la mettrait dehors à coups de pied78. »

86Toutes les familles ne sont pas solidaires des crimes. Ordinairement, lorsqu’ils prennent conscience de la position de leur fille, les parents s’emploient par tous les moyens à la lui faire avouer. Certains lui offrent même d’élever l’enfant. Si leur fille persiste dans ses dénégations, ils se résolvent quelquefois à aller déclarer sa grossesse au maire de la commune.

  • 79 AN/BB/20/210/1, F, 2e trim. 1858, Lambert, 30 avril 1858.

87Cette démarche a un double objectif. Elle est d’abord une manière de solliciter l’intervention du maire, jugé plus apte à obtenir des aveux et à contrecarrer un projet criminel. Mais c’est aussi un moyen, quand un meurtre est pressenti, de se décharger de toute responsabilité. C’est manifestement la volonté de ne pas s’attirer d’ennuis qui paraît guider la démarche de la tante de Marie-Anne Barrier, une mendiante de Gouesnou : « Marie-Anne Barrier, fille mendiante, demeurait avec sa tante, la femme Lebrun, au bourg de Gouesnou. Celle-ci crut s’apercevoir le 25 octobre 1857, à l’épaississement de sa taille, que sa nièce était enceinte, et lui en parla aussitôt. Marie-Anne Barrier non seulement nia sa grossesse mais s’emporta en injures contre sa tante qui néanmoins, pour couvrir sa responsabilité, crut devoir faire sa déclaration au maire de la commune79. »

88Si les réactions des parents sont souvent embarrassées, d’autres membres de la famille : beaux-frères, belles-sœurs, demi-frères et demi-sœurs, rivaux dans l’héritage ou dans l’affection des parents, n’hésitent pas espionner les suspectes et à dénoncer les crimes. La sauvegarde de la renommée de la famille, prétexte à leur intervention, ne vient souvent que renforcer des antagonismes préexistants. Lorsque Anne Le Bourhis, enceinte des œuvres d’un domestique rencontré pendant ses gages d’été, s’enfuit dans un champ pour accoucher secrètement, son demi-frère, François Quittic, organise une véritable battue pour la retrouver :

  • 80 AD F 4U2/113, François Quittic, 41 ans, journalier, 27 juin 1849.

« Samedi dernier, 23 de ce mois, vers sept heures du matin, j’entrai dans le parc Huellou pour chercher de l’herbe à bestiaux et j’apperçus [sic] au haut du champ, ma sœur Anne Furic se tenant contre les branches d’un arbre, tête baissée dans une position qui me parut être celle d’une femme qui accouche. Je rentrai aussitôt chez moi et je dis à Marie-Anne Le Bourhis de se rendre aussitôt près d’elle, mais ne l’ayant plus trouvée dans le lieu où je l’avais vue, je fus avec elle faire des recherches dans le même champ où nous vîmes, sous l’arbre où j’avais d’abord aperçu Anne Furic, deux mares de sang. Ne la trouvant pas, je dis à Marie-Anne Le Bourhis d’aller prévenir les gens de Croisongard pour rechercher Anne Furic. François Lemaout et Marguerite Duvail vinrent avec nous dans le champ Huellou et nous cherchâmes dans les sillons, mais inutilement80. »

Les maîtres

89Les maîtres tiennent avant tout à préserver leur réputation. Ils cherchent donc à ne pas s’exposer à la réprobation publique en conservant une domestique dont la grossesse peut devenir un objet de scandale. Mais quelques-uns, pour ne pas avoir de comptes à rendre à la justice et éviter toute tracasserie, ou par un sentiment de commisération, ferment les yeux sur sa grossesse et son accouchement et, par conséquent aussi, sur le crime qui en est résulté.

Le silence

  • 81 AD L-A 5U173/1, Ernest Dayot, 39 ans, docteur en médecine, 28 mars 1864.

90Les maîtres ne dénoncent pas toujours les crimes à la justice. Ils préfèrent parfois ignorer le caractère dramatique des événements qui se sont produits à leur domicile. Le premier infanticide commis par Jeanne-Marie Vaillant, alors domestique à Rennes, était resté impuni parce que sa maîtresse, Mme Stuart, avait gardé le silence sur son accouchement. Elle avait appelé, pour la soigner, un médecin auquel Jeanne-Marie Vaillant avait déclaré que son enfant n’était pas viable et qu’elle l’avait précipité dans les latrines. Sa maîtresse s’était contentée de ces déclarations et lui avait pardonné ce qu’elle estimait n’être qu’un regrettable écart de conduite. Au moment où l’enquête est ouverte, c’est le médecin qui rapporte les réflexions de Mme Stuart, qui est décédée : « Au bout de huit jours, Mme Stuart me demanda conseil sur ce qu’elle devait faire, ajoutant qu’elle n’avait pas à se plaindre du service de Mariette, qu’elle espérait que cette leçon lui servirait et qu’elle avait l’intention de la garder. Je n’allais point contre son projet ; j’engageai Mme Stuart à faire venir le confesseur de Mariette devant lequel cette dernière promettrait de mieux se conduire à l’avenir, ce qui fut fait81. » Madame Stuart ne parlera même pas de cet événement à son mari, sans doute parce que ces affaires de fausse-couche relèvent de la sphère féminine.

  • 82 AN/BB/20/98, I-V, 1er trim. 1838, Poulizac, 6 mars 1838.

91Jeanne Guy, domestique-cultivatrice à Janzé, poursuivie pour infanticide en 1837, avoue s’être procuré en 1835 un avortement sur lequel sa maîtresse avait consenti à garder le silence. Celle-ci avait été avertie par la blanchisseuse « de l’état suspect du linge de sa domestique et des nombreuses traces de sang qu’elle avait remarquées dans son appartement ». Pressentant un accouchement, elle avait alors interrogé Jeanne Guy, qui s’était jetée à son cou « en la suppliant de ne pas la perdre et de garder le silence sur cet avortement qu’elle s’était procuré au moyen d’herbes dont une partie se trouvait encore dans son coffre ; cette dame séduite par ses larmes ou peut-être par les menaces qu’elle proféra contre sa maîtresse lorsque celle-ci hésitait à promettre de garder le secret, promit enfin de se taire et elle a tenu sa parole jusqu’au moment où son serment de dire toute la vérité est venue la délier de sa promesse82 ».

Corps des domestiques et réputation des maîtres

92Pour sauvegarder leur propre réputation et ne pas ternir la renommée de leur maisonnée, il est d’usage que les maîtres ou, plus précisément, les maîtresses, vérifient l’état du linge de leur domestique. Cet examen paraît tellement ancré dans la tradition que le magistrat qui enquête sur les deux infanticides imputés à Rose Gobin s’étonne que la disparition de ses règles ait pu passer inaperçue :

  • 83 AD L-A 5U174/1, interrogatoire, 25 avril 1865.

« – Pendant que vous étiez chez les époux Louërac, lui demande-t-il, qui visitait votre linge ?
– Personne ne visitait mon linge, attendu que c’était moi-même qui faisais la lessive83. »

93Peu convaincu par cette réponse, il renouvelle cette question à la femme Louërac, l’une des anciennes maîtresses de Rose Gobin :

  • 84 Idem, Marie-Louise Louërac, 31 ans, cultivatrice, 26 avril 1865.

« – Qui visitait son linge pendant qu’elle était à votre service ?
– C’était elle84. »

  • 85 Id., Jean Thomas, 62 ans, commissionnaire, 27 mars 1865.

94Les maîtres peuvent avoir à s’expliquer sur la désinvolture avec laquelle ils ont contrôlé le linge de leur domestique. Aussi Jean Thomas, commissionnaire, dernier employeur de Rose Gobin, tient-il d’emblée à préciser lorsque la justice « descend » chez lui : « Je dois ajouter que je n’ai remarqué aucune trace de sang dans aucune sorte de linge, mais il est facile de comprendre que je ne vais pas regarder dans ses draps. D’un autre côté, c’est elle qui décrasse le linge chez moi et qui le coule ; comme je suis rarement à la maison, il lui fut encore facile de laver le linge sans que je pusse remarquer les traces de sang qui s’y seraient trouvées85. »

95Certaines domestiques tentent par tous les moyens d’éviter cette violation d’intimité et parviennent, par leur astuce, à abuser leurs maîtres. La femme Houillot, de Retiers révèle au juge d’instruction le subterfuge auquel a recouru sa domestique, Anne-Marie Le Breton :

  • 86 AD I-V 2U4/616, Anne Houillot, sans profession, 31 mai 1825.

« Je me rappellai également avoir différentes fois fait l’examen du linge de cette fille, et tout paraissait me prouver qu’elle était aussi bien réglée qu’une autre. Cependant d’après l’état de mon mari qui est boucher, je considère maintenant qu’elle pouvait facilement m’en imposer, vu la facilité qu’elle avait de pouvoir, quand il lui aurait plu, tacher de sang son linge. Je me rappelle que soit le dimanche ou le lundy [sic] de la Pentecôte dernière, ladite Le Breton vint me dire : “Voyez donc combien le maire se trompe en disant que je suis grosse, je suis encore présentement dans mes règles. Je vis effectivement sa juppe [sic] toute tachée de sang.” “Eh bien ! lui dis-je, Savez-vous bien ce que l’on peut dire maintenant dans le monde, que vous aurez eu une fausse couche ou véritablement un accouchement.” “Oh ! répliqua-t-elle, J’en suis bien innocente, tout autant qu’un enfant à naître.” D’après cela tous mes soupçons se dissipèrent86. »

96Celles qui sont moins habiles à dissimuler leur état doivent parfois se plier à des visites corporelles. Marie-Anne Guédès, aide-cultivatrice à Brasparts, subit de la part de sa maîtresse, au lendemain de son accouchement, une véritable inspection :

  • 87 AN/BB/20/93, F, 2e trim. 1837, Le Beschu de Champsavin, 12 juin 1837.

« Vers le mois de janvier dernier, il circula sourdement dans la commune de Brasparts que Marie-Anne Guédès était enceinte, ensuite qu’elle était accouchée. Ces bruits parvinrent aux oreilles de la fermière chez laquelle elle servait ; celle-ci questionna la fille Guédès qui protesta d’abord de son innocence, et s’emporta en menaces contre les calomniateurs : mais la fermière trouva le moyen de lui porter la main aux seins et en fit jaillir du lait ; elle alla ensuite au lit de cette fille et lui montra que ses draps portaient de larges tâches de sang. Alors la fille Guédès sortit en silence, la fermière la suivit et la vit entrer dans une grange et en retirer d’un tas de pommes de terre le cadavre d’un enfant nouveau-né87. »

  • 88 AN/BB/20/133, F 1er trim. 1845, Tarot, 12 février 1845.

97Marie Morvézen, âgée de 25 ans, domestique à Trégunc, est, elle aussi, obligée de dévoiler son anatomie : « Elle avait caché sa grossesse à tout le monde et elle voulait faire croire que son embonpoint extraordinaire était l’effet d’une suppression de ses menstrues. Elle nia à sa maîtresse son accouchement et refusa de montrer son linge. Plusieurs jours après, elle consentit à lui laisser voir ses seins. Sa maîtresse ne douta plus de la vérité que Marie Morvézen voulait en vain lui taire88. »

  • 89 AD F 4U2/102, arrêt de renvoi devant la cour d’assises, 17 juin 1847.

98Les maîtres peuvent être assistés dans la surveillance de leurs servantes par les parents des inculpées et les voisins. Il arrive aussi que leur vigilance soit mise en éveil par leurs autres serviteurs. Partageant habituellement le même lit ou la même chambre, les domestiques vivent dans une intimité qui favorise l’espionnage réciproque. Lorsqu’elle travaillait à Quéménéven, la femme Cornec, dormant avec une autre servante, n’était pas parvenue à dissimuler sa position à cette dernière : « Marie-Anne Prigent avec laquelle elle couchait pendant qu’elle était chez Yves Hascouët a dit qu’elle avait acquis la certitude qu’elle était enceinte parce qu’elle avait senti son enfant remuer dans son sein89. »

  • 90 AN/BB/20/108, I-V, 4e trim. 1840, Lagrée, 21 novembre 1841.

99Le zèle mis par les domestiques dans la surveillance de leurs camarades peut les porter à la plus grande indiscrétion. Les compagnons d’Angélique Homnée, âgée de 29 ans, domestique à Saint-Malo, vont jusqu’à interroger son médecin : « Les autres domestiques qui étaient avec elle ayant remarqué le volume de son ventre, conçurent des soupçons et s’adressèrent à son médecin pour connaître son état90. » Celui-ci convoque alors Angélique Homnée et lui propose de la faire recevoir dans une maison d’accouchement et de l’aider à se procurer les fonds nécessaires au paiement de la sage-femme, mais en vain.

Le corps médical à la rescousse

100Les médecins ruraux, particulièrement les chirurgiens et officiers de santé installés dans de petites communes, ainsi que les sages-femmes, sont également invités à participer au contrôle des femmes enceintes. Cette participation les met en contradiction avec l’obligation de discrétion à laquelle ils sont normalement tenus par l’article 378 du Code pénal qui leur interdit formellement de révéler les secrets qui leur sont confiés dans le cadre de leurs activités professionnelles.

Les médecins ruraux

  • 91 AD M U1997, Rosalie Duvalet, 19 juin 1827.

101Les médecins ruraux sont souvent sollicités par la famille ou les maîtres d’une fille enceinte, ou encore par les maires, pour confirmer la rumeur d’une grossesse. Certains refusent de trahir le secret professionnel. Les meuniers de La Trinité-sur-Mer qui emploient Marie Guillemain, l’envoient consulter le chirurgien Lagrée dès que le bruit de sa grossesse commence à circuler : « Je l’engageai, déclare sa maîtresse, à aller se faire saigner, espérant que le sieur Lagrée connaîtrait son état et m’en ferait part ; mais elle se laissa saigner au bras sans faire aucun aveu91. » On ne sait si Lagrée garde le silence par respect du secret professionnel ou parce que ses lumières sont prises en défaut. Sa position apparaît relativement ambiguë. Il accepte à plusieurs reprises de saigner Marie Guillemain à un stade avancé de grossesse, alors qu’à cette époque la saignée est parée de vertus abortives et qu’il ne pouvait prétendre ignorer son état :

« Dans le courant du mois d’octobre dernier, je fus appelé près de Marie Guillemain, domestique chez Duvalet au moulin de Saint-Gicquel. Cette fille me dit qu’elle éprouvait comme une espèce de faiblesse et que depuis quelque temps elle avait cessé d’être réglée ; enfin d’après son exposé, je crus qu’elle avait éprouvé une attaque d’épilepsie ; je la quittai jusqu’au lendemain. Ne se trouvant pas mieux alors, je la saignai au pied. Cinq à six mois après, cette fille vint me trouver chez moi et me dit que le sang était toujours arrêté. Je la questionnai sur son état et lui demandai catégoriquement si elle était enceinte : elle répondit que non. J’allai même jusqu’à lui proposer de la toucher, ce à quoi elle se refusa, protestant toujours de son innocence : elle me convainquit et je la saignai au bras : ensuite de quoi je lui donnai un léger purgatif. »

102Mais l’ampleur que prend la rumeur le fait changer d’opinion :

  • 92 Idem, Pierre-Jean-Baptiste Lagrée, 53 ans, chirurgien [même jour].

« Quinze jours après le bruit se répandit qu’elle était enceinte ; je me rendis à Saint-Gicquel pour tacher de m’en assurer : sur mes questions, elle dit qu’elle allait mieux. Cependant je m’aperçus que son ventre n’avait point diminué ; vu la présence des habitants de la maison, je ne voulus point la questionner sur les bruits qui couraient. Peu après, François Michel, propriétaire du moulin de Saint-Gicquel me fit part des soupçons qu’il concevait relativement à l’état de cette fille. Je me proposai à la visiter, si elle voulait bien y consentir, à son invitation, mais cette fille ne parut point chez moi92. »

  • 93 Id., interrogatoire, 17 juin 1827.

103Lagrée semble se placer dans une position conforme à son statut de soignant. Mais, bien qu’il ait fait preuve d’une remarquable discrétion vis-à-vis de ses maîtres, Marie Guillemain le perçoit comme un individu acharné à lui extorquer des aveux. Quand le juge de paix lui demande si le bruit de sa grossesse ne circulait pas depuis longtemps, elle répond « que pendant tout l’hiver ce bruit a effectivement couru, que même plusieurs personnes l’ont interrogée là-dessus afin de lui arracher des aveux, notamment MM. Perrin, vicaire, et Lagrée, officier de santé93 ».

104D’autres médecins trahissent plus volontiers le secret médical. Lorsque Anne-Marie Le Breton, de Retiers, va consulter le chirurgien Legeard de la Diriays, celui-ci se hâte d’informer ses maîtres de son accouchement et leur conseille même de la chasser au plus vite de leur maison :

  • 94 Id., Anne Houillot, sans profession, [même jour].

« Jeudi après midi, ledit chirurgien m’envoya un domestique pour me dire d’aller lui parler. Je m’y rendis et il me dit que je devais de suite congédier cette fille parce qu’il était bien certain qu’elle avait accouché depuis peu et qu’il me fallait visiter son linge et m’en emparer, ce que je fis, ainsi que de trois chemises m’appartenant et dont elle s’était emparée pour s’en servir, quoi qu’elles fussent déjà au salle [sic], et je trouvai tout ce linge abîmé de sang et d’après cet examen je congédiai cette fille qui persista à soutenir qu’elle était innocente94. »

Les sages-femmes

  • 95 1730, voir Gélis J., La Sage-femme ou le médecin : une nouvelle conception de la vie, Paris, 1988, (...)

105Les sages-femmes paraissent intervenir plus volontiers encore que les médecins dans le contrôle des femmes enceintes. Il s’agit peut-être, pour celles qui ne sont impliquées ni dans les réseaux d’avortement, ni dans le trafic d’enfants abandonnés, de relever l’image d’une profession qui, entre médecins et matrones, peine à trouver sa place. Les dossiers judiciaires montrent combien ces praticiennes, dont la profession est pourtant réglementée depuis plus d’un siècle95, sont encore concurrencées par les accoucheuses clandestines de village, qui viennent secourir les parturientes dans le cadre de l’entraide villageoise ou contre une faible rémunération.

106Certaines sages-femmes n’hésitent pas à sortir de leur rôle et à examiner, à la demande de tiers (employeurs, famille, voisins), les filles soupçonnées de grossesse. Ainsi, Catherine Le Fur, âgée de 32 ans, journalière-cultivatrice à Caurel, est-elle visitée de force par une sage-femme, à la demande de sa sœur et de son beau-frère chez qui est elle venue habiter depuis six mois :

  • 96 AN/BB/20/103, C-N, 3e trim. 1839, Hardy fils, 25 juillet 1839.

« Dès cette époque on la soupçonnait d’être enceinte mais elle le niait avec assurance. Le 13 mai dernier elle se plaignit le soir d’être malade, son beau-frère lui ayant demandé si ce n’était point les douleurs de l’enfantement, elle répondit négativement, cependant elle se mit au lit et, le lendemain matin, Fraval ne la voyant plus dans la chambre, fut la trouver dans un autre appartement où elle ne lui fit pas connaître la cause de son mal, mais sa sœur persuadée qu’elle avait besoin des secours d’une sage-femme fut en chercher une qui, après quelque résistance de la part de Catherine Le Fur, reconnut sur elle les traces incontestables d’un accouchement récent, elle exigea la représentation de l’enfant mort ou vivant96. »

107Marie-Françoise Olivier est traînée de force par son employeur, un fabricant de toiles de Saint-Hervé, chez une sage-femme qui l’examine également contre son gré. Il la congédie ensuite au cours d’une scène particulièrement humiliante, rapportée par le juge de paix d’Uzel :

  • 97 AD C-A 2U407, le juge de paix d’Uzel au procureur de Loudéac, 19 avril 1825.

« Il m’a dit que […] cette fille a servi chez lui l’espace de dix mois en qualité de domestique ; que s’étant aperçu, il y a environ six semaines, qu’elle était grosse, il l’avait questionnée à cet égard, que cette fille ayant nié le fait, il l’avait menée chez la sage-femme d’Uzel qui, après l’avoir visitée, avait déclaré qu’elle était enceinte ; qu’en sortant de chez la sage-femme il la conduisit chez M. le maire de Saint-Hervé pour y faire la déclaration de sa grossesse, et que de retour de chez ce magistrat, il l’avait congédiée en présence de tous ses autres domestiques97. »

108Marie-Françoise Olivier éprouvera de réelles difficultés à se procurer un nouvel emploi et devra errer, de village en village, à la recherche d’un nouvel état.

  • 98 Merlin P.-A., Répertoire universel et raisonné de jurisprudence, 3e éd., Paris, 1808, t. 5, p. 600
  • 99 Gélis J., op. cit., p. 21.
  • 100 Cet aveu leur était arraché dans les plus grandes douleurs de l’enfantement. Voir Demars-Sion V., (...)

109La pratique qui consiste à faire examiner de force les femmes enceintes par des sages-femmes ou des médecins est très ancienne mais elle a été très contestée. Au xviiie siècle, elle a été condamnée par divers parlements et Merlin de Douai la considérait comme une « inquisition révoltante98 ». Cependant, Jacques Gélis a démontré que la participation des sages-femmes au contrôle « sans cesse plus étroit et subtil » des populations avait été une des conditions de leur émergence en tant que corps professionnel99. Les sages-femmes « pensionnées » par les municipalités ont été invitées au xviiie siècle à participer activement à la surveillance des ventres : elles étaient non seulement chargées du soin des filles et des veuves qui s’étaient conformées à l’obligation de déclaration de grossesse mais étaient aussi tenues – la législation de l’Ancien Régime autorisant les actions en réparation contre les séducteurs qui avaient usé de promesses de mariage – de faire avouer aux femmes en couches le nom du père de leur enfant100.

  • 101 Riet D, L’Infanticide en Bretagne…, op. cit., p. 29.

110Le souci des municipalités était, certes, de sauver des vies, mais aussi de mettre un frein au mouvement des filles des campagnes qui venaient accoucher secrètement en ville où elles abandonnaient leurs enfants. Didier Riet a relevé, pour la Bretagne du xviiie siècle, les injonctions adressées par les officiers de police aux sages-femmes afin qu’elles dénoncent les accouchements clandestins101. Cette pratique perdure au xixe siècle. En 1826, Anne-Marie Le Floch, exerçant au Palais, se hâte de dénoncer l’accouchement d’Agnès Droual venue lui demander un certificat de non-grossesse, afin de mettre un terme à la rumeur qui se commençait à se répandre dans son village :

  • 102 AD M U1991, Anne-Marie Le Floch, sage-femme, 28 juin 1826.

« Devant nous, rapporte le juge de paix, s’est présentée demoiselle Anne-Marie Lefloch, sage-femme, demeurant en cette ville du Palais, rue de l’Hospital, laquelle nous a déclaré qu’une fille nommée Agnès Droual demeurant au village de Donnant, commune de Bangor, venait de venir chez elle où elle était encore et lui avait dit qu’elle était malade, que l’ayant visitée, elle avait reconnu qu’elle était accouchée depuis peu et que ne sachant pas ce qu’elle avait fait de son enfant, elle venait nous faire cette déclaration pour en agir ainsi que de droit102. »

111De même, Perrine Josse, sage-femme à Locminé, consultée par une domestique venue requérir, sur les instances d’un prêtre, le même certificat, s’empresse-t-elle d’alerter le juge de paix :

  • 103 AD M U2054, le juge de paix de Locminé au procureur de Ploërmel, 17 mai 1834.

« Madame Josse, sage-femme en cette ville, vient de m’informer que ce matin, environ les sept heures, la nommée Jeanne Le Roch, âgée de 25 à 26 ans, domestique […] s’est présentée chez elle pour lui demander de la part du vicaire de Saint-Allouestre un certificat qui constatât qu’elle n’a pas fait d’enfant, afin d’empêcher la clameur publique de l’accuser de l’infanticide qui a été découvert depuis peu dans cette commune. La sage-femme ayant visité cette fille, elle lui a trouvé les indices d’un accouchement récent103. »

  • 104 AD M U2096, Maurice Roschild, agent de police à Vannes, 9 février 1839.

112L’accouchement de Jeanne Hilliec, contrainte par ses voisins à aller consulter une sage-femme de Vannes, Marianne Chamaillard, est également porté à la connaissance de la police par celle-ci104.

Les maires

  • 105 C. instr. crim., art. 9, 1114, 15, 50 53.

113Les maires ont de nombreuses raisons d’intervenir dans les affaires d’infanticide : ils peuvent agir en tant que responsables de la police municipale et des registres de l’état civil ou, dans les cas de flagrant délit, en tant qu’officiers de police judiciaire105.

  • 106 Répertoire méthodique et alphabétique de législation, par M. D. Dalloz aîné, Paris, 1848, t. 9, V° (...)

114Bien que la loi ne le leur prescrive pas explicitement, ils sont aussi tenus, comme « chef de la famille communale et premier magistrat » de la cité, de veiller au respect des bonnes mœurs : « Il est de leur devoir de réprimer les atteintes aux mœurs, de quelque façon que ce soit ; d’interdire tout ce qui tendrait à les altérer, de surveiller d’une manière particulière les personnes suspectées de favoriser la débauche et de corrompre les jeunes des deux sexes106. »

115Mais les magistrats municipaux peuvent se trouver écartelés entre leurs missions répressives et leur rôle de « chef de la famille communale », gardien de la concorde publique.

Les magistrats municipaux face aux administrés

116Certains édiles, peu enclins à entrer en conflit ouvert avec leurs administrés ou trop perméables aux influences, n’exercent qu’avec réticence les pouvoirs de répression qui leur sont conférés par la loi. Il arrive même qu’ils ferment les yeux sur des crimes ou qu’ils aident les coupables à se soustraire à l’action de la justice.

L’aveuglement volontaire

  • 107 AN/BB/20/29, F 2e trim. 1826, Huon de Kermadec, 14 mai 1826.

117Ce n’est parfois que parce que les maires répugnent à dénoncer des infractions que les coupables peuvent échapper à la sanction. C’est pourquoi les magistrats de la cour de Rennes se montrent souvent critiques à leur égard. Huon de Kermadec écrit ainsi, à propos du maire de Plounéour, qu’il a été « assez ignorant » pour faire inhumer, sans ouvrir d’enquête, ni procéder à une quelconque autopsie, le nouveau-né, retrouvé dans un étang, de Marguerite Stéphane, une tailleuse de 21 ans. Il faudra que le procureur de Quimper ait écho de cet événement pour qu’une information judiciaire soit ouverte107. Et Le Beschu de Champsavin, se félicitant, en 1859, des progrès de la répression, ne pouvait s’empêcher d’ajouter :

  • 108 AN/BB/20/218, I-V, 2e trim. 1859, Le Beschu de Champsavin, 5 juillet 1859.

« Je ne peux attribuer ces progrès aux maires ruraux ; il ne faut pas compter sur eux plus que par le passé. Quand ils interviennent dans une affaire, ce n’est, trop souvent, que pour se faire conciliants et arrêter les poursuites. Il est vrai que leur position est embarrassante vis-à-vis des familles des prévenus ; ils craignent les uns ; ils portent de l’intérêt aux autres. Tout ce qu’on peut leur demander, c’est qu’ils donnent des avis secrets à la gendarmerie qui joint la discrétion à ses autres qualités108. »

  • 109 AD I-V, 2U4/816, réquisitoire introductif, 28 septembre 1852.

118En réalité, les maires ruraux, peu coutumiers des arcanes de la procédure criminelle, ne savent pas toujours comment procéder quand il leur revient, dans les cas de flagrant délit, de procéder aux premiers actes de l’instruction. Après la découverte du crime de Jeanne Bertel, une journalière-cultivatrice de 33 ans, le maire de La Selle-en-Luitré met un « louable empressement » à alerter les autorités judiciaires, mais néglige les plus élémentaires précautions. « Attendu, écrit le procureur du roi, que personne n’a reçu mission de surveiller Jeanne Bertel et son père qui habitent le même logement […], il est à craindre que cette fille et son père ne fassent disparaître et le cadavre du nouveau-né et les preuves matérielles de l’accouchement109. »

119Et, dans l’affaire Marguerite Guédès, le maire de Lopérec avoue au procureur du roi son embarras sur la manière d’agir :

  • 110 AD F 2U/84, le maire de Lopérec au procureur de Châteaulin, 22 janvier 1844.

« Plusieurs personnes du bourg de cette commune m’ont dit aujourd’hui que la nommée Marguerite Guédès, journalière, âgée d’environ 29 ans, demeurant au Meingleüz en cette commune, à une distance de 300 m. du bourg à peu près, paraissait être enceinte depuis quelques mois, et que maintenant elle ne le paraît plus. On présume que son accouchement a eu lieu le douze du courant du mois de janvier. Je vous prie de vouloir bien me dire ce que j’ai à faire relativement en cette affaire110. »

  • 111 AD L-A 5U108, Jean Moreau, 42 ans, aubergiste et maire de Sautron, 23 octobre 1839.

120Plutôt que de procéder par eux-mêmes aux premiers actes de l’instruction, les maires préfèrent laisser le règlement des affaires criminelles aux magistrats. Cette attitude prudente leur évite de devenir l’instrument du déshonneur des familles de leur commune. Ils ne parviennent pas toujours, en effet, à s’abstraire suffisamment des relations qu’ils entretiennent quotidiennement avec leurs administrés pour exercer à leur encontre un véritable pouvoir de police. Le maire de Sautron n’intervient que timidement auprès de la Vve Biraud pour lui faire avouer sa grossesse. Tous deux sont aubergistes et l’on conçoit qu’il hésite à compromettre la réputation d’une concurrente. Il demeure tout aussi prudent après la découverte du crime : « Interrogé sur la conduite morale de la veuve Biraud depuis qu’il la connaît, le témoin a répondu qu’il la connaît depuis l’âge de quinze ans et qu’il n’a pas connaissance qu’elle se soit mal comportée ; que l’on a dit que pendant son mariage elle avait des liaisons criminelles avec un homme de Couëron, mais qu’il n’en a rien su personnellement111. »

121Les maires tentent parfois d’influencer les magistrats en faveur les inculpés, surtout quand il s’agit de propriétaires, même relativement modestes. Alors que la procédure vient tout juste de s’ouvrir, le maire de Saint-Caradec s’empresse de demander au juge d’instruction l’élargissement de Louis Thominet, soupçonné de complicité dans l’infanticide dont sa belle-sœur est inculpée :

  • 112 AD C-A 2U752, le maire de Saint-Caradec au juge d’instruction, 16 janvier 1850.

« Le garde-champêtre, dans l’enquête qu’il a faite au sujet de Louis Thominet, n’a rien appris qui puisse le compromettre sur la complicité de l’infanticide dont il a été présumé coupable, personne ne dit qu’il était présent au moment de l’accouchement. Ainsi, si vous ne voyez dans ce jeune homme des indices de culpabilité à cet égard il serait à désirer qu’il fût élargi au plutôt [sic], attendu qu’il est le seul soutien de sa vieille mère et de toute sa famille et en même temps à la tête d’une ferme assez importante112. »

122De même, le maire de Guern prend prétexte d’une demande de renseignements que lui a adressée le procureur de Vannes sur François Baucher, accusé du meurtre de l’enfant naturel de sa domestique, pour faire son éloge. Il convient aussi de rappeler la facilité avec laquelle les maires décernent parfois des certificats de moralité aux coupables.

  • 113 AN/BB/20/103, C-N, 3e trim. 1839, Hardy fils, 25 juillet 1839.

123Certains se risquent même parfois en cour d’assises à tenter de sauver les accusés. Le maire de Plouarzel tente de venir en aide à Marie-Jeanne Labat en déclarant qu’elle ne jouissait pas de la plénitude de sa raison au moment du crime. La même tactique est adoptée par le maire de Caurel en faveur de Catherine Le Fur, qui n’est pourtant domiciliée dans sa commune que depuis six mois. C’est sans doute pour épargner la réputation de sa sœur, chez qui elle est venue se réfugier, qu’il vient déclarer à l’audience que Catherine Le Fur « était presqu’imbécile et ne savait pas ce qu’elle faisait ». Son intervention est payante puisqu’elle contribuera à l’acquittement de cette fille qui avait fracturé le crâne de son enfant113.

Pressions et tentatives d’arrangement

124Mais, inversement, les édiles font parfois l’objet de la part des inculpés, de pressions visant à les inciter au silence. Marie Lannuel, âgée de 29 ans, n’hésite pas à menacer de poursuites judiciaires le maire de Langonnet qu’elle tient pour responsable de son congédiement :

  • 114 AN/BB/20/218/2, M, 4e trim. 1859, Le Beschu de Champsavin, 20 décembre 1859.

« Au mois de juillet 1859, elle fut congédiée parce qu’on reconnut qu’elle était dans un état de grossesse avancée. Elle erra pendant deux mois sans qu’on ait pu suivre ses traces. Elle se montra alors dans la commune de Langonnet, et ayant rencontré le maire elle l’accabla de reproches, pour avoir répandu le bruit de sa grossesse, et le menaça d’une poursuite en diffamation. Le maire n’en fut point ému, et voyant que son embonpoint avait disparu, il lui demanda si elle n’était pas accouchée récemment114. »

125La Vve Dagorn réussit à obtenir du maire de Bignan le secret sur son premier infanticide ou, du moins, sur la naissance du nouveau-né qui en a été victime. L’étrange silence de cet homme est révélé par le fils Dagorn aux gendarmes venus enquêter sur le second crime commis par sa mère :

  • 115 AD M U 2122, p.-v. de constat par la gendarmerie de Saint-Jean-Brévelay, 15 mai 1842.

« Ce matin à huit heures, j’ai été chez M. le maire de Bignan et lui ai demandé s’il avait eu connaissance de l’enfant que ma mère avait eu il y a quatre ans environ. Il m’a répondu que ma mère lui avait dit que l’enfant n’était pas venu à terme, enfin qu’elle l’avait enterré derrière une armoire de sa maison. M. le maire m’a dit que ne voulant pas faire de tort à ma mère ainsi qu’à moi et à la famille, il crut ne pas devoir la déclarer [sic] à la justice ; alors moi Pierre Dagorn, j’ai adressé de vifs reproches au maire. Je lui ai dit que voulant nous faire du bien il nous avait fait beaucoup de mal, attendu que s’il avait déclaré ma mère à la justice dès sa première faute, elle n’en eût pas commis une deuxième, et par conséquent elle n’eût pas été aussi sévèrement punie ; ma mère m’a dit qu’elle avait donné un peu d’argent à M. le maire de Bignan pour se faire pardonner sa première faute, alors moi, Pierre Dagorn, j’ai dit à M. Conan : “Puisque vous ne vouliez pas dénoncer ma mère à la justice, cette première fois, vous auriez dû m’avertir de ce qu’il se passait dans notre maison ; j’aurais mis mon oncle Jean Dagorn dehors de chez nous ; j’aurais pris un autre domestique pour le remplacer et le mal aurait été arrêté dès sa source.” À cela, M. le maire de la dite commune m’a dit que ma mère lui avait bien promis que cela ne lui arriverait plus et que ce n’était qu’à cette condition qu’il lui avait pardonné sa première faute en la passant sous silence115. »

126Le maire dit aussi s’être tu pour épargner les jeunes enfants de la Vve Dagorn. Il reconnaît avoir accepté de celle-ci, en échange de sa discrétion, une petite somme qu’il a partagée entre les pauvres de la commune :

  • 116 Idem, Yves-Marie Conan, 68 ans, maire de Bignan, 23 mai 1842.

« Marie Kerdal, veuve Dagorn du village de Kermoisan en Bignan vint me trouver il y aura quatre ans à la Saint-Michel prochaine et me déclara qu’il y avait environ un mois qu’elle était accouchée d’un enfant mort au terme de quatre mois et demi ou cinq mois. Je lui fis de vifs reproches, et elle me promit qu’elle ne retomberait plus dans la même faute. Je me laissai toucher et me rendis à ses désirs pour ne pas déshonorer la famille et par considération pour ses enfants, presque tous en bas âge je consentis à laisser tomber cette affaire. Cependant, je voulus la punir et je fis compter par elle 15 F qu’elle voulait absolument donner aux pauvres. Je refusais longtemps de m’en charger et ce ne fut qu’à sa prière que je finis par les prendre huit jours après. Je les distribuai aux pauvres116. »

Le gardien de l’ordre du village

127Tous les maires ne refusent pas de surveiller les femmes enceintes, mais leurs possibilités d’action sont extrêmement limitées. Leur rôle, dans la prévention des infanticides, se réduit bien souvent à faire pression sur les femmes qui hésitent à reconnaître leur état de grossesse ou, plus rarement, à leur offrir des secours.

Les déclarations de grossesse

  • 117 Phan M.-C., « Les Déclarations de grossesse en France (xvie-xviiie siècles) », Revue d’histoire mo (...)
  • 118 Depauw J., « Amour illégitime et société à Nantes au xviiie siècle », Annales ESC, juillet-octobre (...)

128Les déclarations de grossesse ont une origine très lointaine. Pour certains historiens, en effet, l’édit de Henri II n’aurait fait qu’officialiser et rendre obligatoire une pratique fort ancienne117. Elles paraissent s’être progressivement généralisées à partir de la seconde moitié du xviie siècle118.

  • 119 Riet D., « Les Déclarations de grossesse dans la région de Dinan à la fin de l’Ancien Régime », An (...)

129L’édit de Henri II n’indiquait pas quelles étaient les autorités habilitées à recevoir ces déclarations. Les intéressées pouvaient donc accomplir cette formalité aux greffes des juridictions – si elles avaient le projet d’intenter une action en réparation contre leur séducteur ou d’obtenir des provisions pour élever leur enfant – ou devant les autorités municipales. Ces déclarations étaient généralement fort tardives. En Bretagne, au xviiie siècle, elles ne se faisaient guère avant le 6e, 7e, voire 8e mois de grossesse119.

  • 120 AD F 2U/84, p.-v. de levée du cadavre, 24 janvier 1844.
  • 121 AN/BB/20/174/2, C-N, 2e trim. 1854, Bernhard, s. d.

130Bien que le Code pénal de 1791 les ait implicitement abrogées, les déclarations de grossesse n’ont nullement disparu au xixe siècle. On en relève la trace dans une vingtaine de dossiers. Cet usage est notamment attesté par le juge de paix du canton du Faou. Dans le premier interrogatoire qu’il fait subir à Marguerite Guédès, il lui demande pourquoi « elle est restée sans prévenir M. le juge de paix [de sa grossesse], sachant pourtant que tel était l’usage car, étant enceinte de son premier enfant, elle avait été avec une de ses parentes lui faire sa déclaration de grossesse120 ». Bernhard y fait encore allusion en 1854 : « Les curés ne publient plus au prône des messes paroissiales l’édit de Henri II du mois de février 1556 ; mais, en Bretagne, les filles enceintes qui ont l’intention de conserver leur fruit vont déclarer leur grossesse au maire de leur commune121. »

  • 122 AN/BB/20/156/2, L-I, 1er trim. 1851, Androuïn, le 17 mai 1851.

131Ces déclarations émanent soit des femmes enceintes elles-mêmes, soit de leurs proches. Les maîtres de Marie Gravot, une domestique de Sucé, âgée de 24 ans, déjà mère d’un enfant naturel, prennent l’initiative de prévenir le maire de leur commune de la grossesse de leur servante122. Ils usent ainsi d’un ultime artifice pour tenter de la dissuader de commettre un crime, car Marie Gravot s’obstine à nier son état, bien qu’ils lui promettent de la reprendre à leur service après son accouchement.

132Plutôt que de recourir à un moyen aussi radical, l’entourage des femmes enceintes tente ordinairement de les persuader d’accomplir elles-mêmes cette démarche. Parents, frères et sœurs, beaux-frères ou belles sœurs interviennent fréquemment à cet effet auprès des filles enceintes, préférant rendre public leur déshonneur plutôt que d’accepter l’idée d’un crime. Faire connaître officiellement sa grossesse démontre à tous l’absence d’intention criminelle à l’égard de l’enfant à naître. Les pressions viennent aussi bien de la famille que des maîtres ou du voisinage. Deux potières de la commune de Rieux, proposent à Rose Lambert, une journalière de 31 ans, de l’aider à accomplir cette formalité. L’une d’elles lui dit :

  • 123 AD M U2146, Rose Dréan, 40 ans, potière, 8 novembre 1846.

« Si tu as honte d’aller seule faire ta déclaration à l’adjoint, je t’accompagnerai. Cette déclaration te mettra à l’abri des tracasseries de la justice dans le cas où ton enfant aurait le malheur de mourir naturellement avant ou après sa naissance. Crois-moi, renonce à tes dissimulations, qui ne servent qu’à te prêter des intentions coupables. Avoue franchement que tu es enceinte. Cet aveu ne doit pas plus te coûter qu’à bien d’autres qui comme toi ont eu cette faiblesse123. »

133Mais bien peu de femmes acceptent de faire connaître publiquement leur infortune. Les rares déclarations recensées sont bien tardives. Ainsi, la Vve Biraud ne révèle-t-elle sa grossesse au maire de sa commune que trois jours avant son accouchement et uniquement parce que celui-ci s’est déplacé une nouvelle fois à son domicile pour l’interroger.

Interventions auprès des filles enceintes

134L’absence de déclaration est le motif dont les maires se saisissent, dans une vingtaine d’affaires, pour intervenir auprès des filles enceintes. Mais leur action ne peut guère aller au-delà de l’exhortation ou de l’intimidation. Pour donner plus de poids à son intervention auprès de Marie-Jeanne Dubois, une fileuse de laine de 27 ans, le maire de Caurel, se fait d’accompagner de la mère de cette fille, mais sans succès :

  • 124 AD C-A 2U/772, réquisitoire définitif, 1er juin 1861.

« Depuis plusieurs mois, la rumeur publique accusait la fille Marie-Jeanne Dubois d’être enceinte : à toutes les questions qu’on lui adressait à cet égard, elle répondait que le bruit que l’on faisait courir sur son compte était mal fondé et qu’il fallait laisser parler le monde. Monsieur le Maire de Caurel, partageant l’opinion générale, crut même devoir lui adresser des observations à ce sujet, et le 21 mai ; il se rendit chez elle, accompagné de sa mère, et lui conseilla d’avouer sa position qu’il était inutile de vouloir cacher puisqu’elle était notoire dans la commune. La fille Dubois persista dans ses dénégations124. »

135Face au déni de grossesse, le seul argument dont les maires peuvent user est la menace de poursuites en cas de non-déclaration de la naissance de l’enfant. Ils invitent parfois aussi les gardes-champêtres, les voisins ou la famille des femmes enceintes à la vigilance. Quelques-uns accompagnent leurs recommandations de propositions de secours. Le maire de Janzé, après avoir réussi à faire avouer sa grossesse à la Vve Bouillaux, lui propose de la faire admettre gratuitement chez une sage-femme ou à l’hôpital pour faire ses couches :

  • 125 AN/BB/20/108, I-V, 1er trim. 1840, Potier, 21 février 1840.

« Rose Pâris, veuve depuis plus d’un an, présentait dès la fin du mois de juin dernier tous les signes extérieurs d’un état de grossesse. Ses voisins en avaient averti le maire de la commune, et ce dernier s’était transporté chez elle le 17 octobre dernier, pour savoir d’elle-même la vérité, elle avait obstinément nié qu’elle fût enceinte, et même elle avait consenti, sur la proposition du maire, à se laisser visiter le lendemain par un officier de santé ; mais au moment fixé pour cette visite, elle avait avoué sa grossesse et refusé d’aller faire ses couches à Rennes sans qu’il lui en coutât rien, disant qu’elle préférait élever son enfant avec ceux qu’elle avait eus de son mari ; seulement, elle avait demandé à être portée au rôle des indigents de la commune pour obtenir les secours que sa position allait lui rendre nécessaires125. »

136Inversement, certains maires sont parfois sollicités pour faire expulser une fille enceinte. Le maire d’Ambon évoque les multiples plaintes qu’il a reçues à propos de la conduite d’Yvonne Le Garnec, une lingère installée depuis dix-huit ans dans sa commune :

  • 126 AD M U1980, Cyr Juhel, 55 ans, propriétaire et maire d’Ambon, 26 février 1825.

« Je connais depuis bien des années Yvonne Le Garnec. Je l’ai remarquée particulièrement depuis deux ou trois ans, par les rapports qui m’étaient faits sur sa conduite, qu’on présentait comme celle d’une fille de mauvaises mœurs, sans cependant que j’aie pu vérifier, ni même entendre citer contre elle aucun fait positif et circonstancié. Je lui donnai même et par cette raison, un certificat, il y a quelques années, lorsqu’il fut question de son mariage avec un préposé des douanes, mais que l’administration des douanes ne voulut pas autoriser. Depuis, il y a environ sept à huit mois, la femme de Pierre Le Bert, du village de Bavalan, laquelle est estimée dans sa commune, comme une personne honnête et une bonne mère de famille, vint me trouver. Elle me dit, en pleurant, qu’elle avait à se plaindre de la fréquentation que son mari faisait avec Yvonne Le Garnec, elle ne me donna pas de détails sur la nature de cette fréquentation. Je ne crus pas devoir les lui demander, mais elle ajouta que cette fréquentation occasionnait du trouble dans son ménage, elle m’invita à renvoyer Yvonne Le Garnec de la commune d’Ambon où elle n’est pas née. Je ne crus pas devoir accéder à cette demande et je me bornai à répondre à la femme Le Bert qu’il fallait s’en rapporter à la justice, qui punirait Yvonne Le Garnec s’il y avait lieu. Monsieur le curé d’Ambon me parla aussi dans le même temps de la conduite scandaleuse de la fille Le Garnec, je lui présentai les mêmes observations que j’avais faites à la femme Le Bert126. »

  • 127 AN/BB/20/98, F, 1er trim. 1838, Le Minihy, s. d.

137Certains magistrats municipaux cèdent plus volontiers à ces demandes de bannissement, ils prennent même parfois l’initiative des mesures d’exclusion. Mais de telles mesures ne sont guère possibles que lorsque les intéressées ont un statut social précaire et, à l’instar des domestiques, sont facilement congédiables. C’est la mésaventure qui arrive à Françoise Jourdren, une domestique de 20 ans, qui est renvoyée du moulin de Plougourvest où elle servait, parce que le maire avait fait dire à son maître « qu’il avait chez lui une personne de trop qui ne devait pas s’y trouver127 ». Cependant peu de maires vont jusqu’à une telle extrémité. Ils se contentent habituellement d’interroger les maîtres sur la réalité des bruits qui circulent à propos de leur domestique et de leur recommander de les faire examiner par un médecin.

138Ce n’est que quand l’accouchement s’est produit et qu’il y a présomption de crime, que les maires peuvent véritablement intervenir et exercer la plénitude de leurs pouvoirs. Ils le font plus ou moins volontiers, selon la nature des rapports qu’ils entretiennent avec les inculpés. Cette intervention leur est plus aisée quand les suspectes sont étrangères à la commune. Lorsqu’il soupçonne l’accouchement de Jeanne Ruffault, âgée de 27 ans, indigente, originaire de Liffré, le maire de Cesson se livre, pour connaître le sort de l’enfant, à des investigations qui sont tout à fait exceptionnelles :

  • 128 AD I-V 2U4/621, le maire de Cesson au procureur du roi à Rennes, 29 mars 1826.

« Je fus informé hier que la fille Ruffault connue publiquement pour être enceinte et sur le point d’accoucher avait disparu samedi dernier, qu’on l’avait vue revenir le lendemain dimanche, vers quatre heures, délivrée de son enfant, disant qu’elle était allée accoucher à Rennes, chez la Guillard, sage-femme, rue de Toussaint, qu’elle avait eu un garçon qui avait été porté à l’hôpital. Son prompt retour et l’état d’indigence de cette malheureuse m’inquiéta. Je fis de suite demander chez la Guillard si elle avait accouché la dite Ruffault. Sa réponse fut négative. J’ai fait demander à l’hôpital si on y avait reçu un enfant du sexe masculin du 25 au 26, la réponse a encore été négative. L’enfant n’a point non plus été baptisé à la paroisse Toussaint, toutes choses qui m’ont rendu indispensable d’envoyer sur les lieux le garde-champêtre pour y rapporter le procès-verbal ci-joint128. »

139Les seuls autres exemples que l’on rencontre d’un tel zèle à rassembler des preuves d’un infanticide concernent des femmes qui, en raison de leur mauvaise réputation ou de leur vie dissolue, sont déjà mises au ban de la communauté villageoise.

Le clergé

  • 129 Quéniart J., « Recteurs et régulation sociale en Bretagne au xviiie siècle », L’infra-judiciaire d (...)

140Le clergé occupe lui aussi une place importante dans le contrôle des conduites privées. Il semble avoir conservé au xixe siècle le rôle prépondérant qui était le sien sous l’Ancien Régime. Jean Quéniart a souligné l’autorité morale attachée à la personne du prêtre et sa position centrale dans la société rurale du xviiie siècle. Ces traits, communs à toutes les provinces, seraient renforcés en Bretagne du fait de l’origine locale et souvent rurale du clergé129.

  • 130 Idem.

141Le recteur exerce à l’égard de ses paroissiens, une sorte de « police des mœurs » : non seulement il joue un rôle de conciliation dans les conflits qui opposent un membre de la communauté villageoise à une personne étrangère à la paroisse, mais il apparaît aussi comme un « régulateur entre les formes internes de règlement des conflits et les procédures officielles de la justice ou de l’administration130 ».

142Au xixe siècle certains prêtres exercent, directement ou par des émissaires, un contrôle actif sur les femmes soupçonnées de grossesse extra-conjugale. Ces émissaires sont essentiellement recrutés parmi la communauté informelle des villageoises. La femme Dagorn, entendue comme témoin dans l’affaire Michelle Dano, avait été chargée par le prêtre de sa paroisse d’intervenir auprès de la mère de cette inculpée pour qu’elle empêche sa fille de commettre un crime :

« Dans la semaine de la Pentecôte, c’est-à-dire, vers le quatre ou cinq de ce mois, je priai Marie Le Roy, par suite des conseils qui m’avaient été donnés par mon directeur, de dire à la mère de Michelle Dano, que celle-ci était enceinte, qu’il fallait la surveiller. Le samedi neuf de ce mois, vers le soir, Marie Le Roy me dit que la mère de Michelle Dano lui avait déclaré que sa fille était accouchée la veille ou dans la nuit ; qu’on ne savait pas où était l’enfant, qu’elle, mère de Michelle Dano, avait été renvoyée de la maison où elle travaillait comme journalière. »

  • 131 AD M U1997, Julienne Dagorn, 38 ans, journalière, 21 juin 1827.

143En fait, la surveillance de Michelle Dano semble avoir été plus particulièrement prise en mains par deux ou trois voisines. Comme souvent, c’est à l’occasion de la messe dominicale qu’elles ont pu observer l’évolution de sa physionomie : « Le lendemain dimanche dix du courant, rapporte Julienne Dagorn, j’étais vers six heures du matin à la messe à Vannes, presque à côté de Michelle Dano, je remarquai que l’ampleur de sa taille avait disparu […]. Lorsque celle-ci rentra au village, nous fîmes, ainsi que quelques autres femmes, la remarque qu’on n’appercevait [sic] plus de signes de grossesse : nous disions avec inquiétude, entre nous : “Il n’y a plus rien131.” »

144Certains prêtres n’hésitent pas à convoquer au presbytère les femmes suspectées de grossesse ou à se rendre chez elles pour leur prodiguer de « sages conseils ». Mais nous n’en possédons que de rares témoignages car ils refusent généralement de révéler les secrets de leurs paroissiens à la justice. Cette réticence est évoquée par le juge de paix de Sarzeau, qui instruit contre Mélanie Mandelert. En désignant au procureur du roi le recteur d’Arzon et son vicaire comme des témoins susceptibles d’éclairer la justice, il ajoute :

  • 132 AD M U2047, le juge de paix de Sarzeau au procureur de Vannes, 19 mai 1833.

« Je ne puis faire notifier en temps utile la citation à MM. Torby [recteur] et Thomin [vicaire] d’Arzon, parce que mon huissier est à Vannes. Je viens d’écrire à M. Torby pour l’informer que son vicaire et lui devaient être cités à se trouver à Vannes mardi prochain, si mon huissier avait été ici. Je les invite à se rendre devant M. le juge d’instruction pour le jour et l’heure indiqués, mais il est probable qu’ils attendront la notification en forme. Il serait bon de les dispenser de la comparution, s’il est possible de faire autrement. Dans d’autres affaires, eux et leurs confrères ne donneraient que difficilement des renseignements dans la crainte de figurer comme témoins. Tâchez au moins d’exempter la corvée à M. Torby qui est vieux et lourd132. »

145Le vicaire de Pluvigner est un des rares à se montrer relativement loquace face au magistrat instructeur. Il décrit son intervention auprès de Vincente Le Bourvellec :

« Vers la fin du mois d’août dernier (je ne puis pas désigner le jour mais je me rappelle que c’était un dimanche), je vis Vincente Le Bourvellec passer dans le village de Trélécan. Je crus m’appercevoir [sic] qu’elle était enceinte. J’allai donc chez sa mère pour lui donner quelques avis qui étaient de mon devoir comme prêtre de cette section. Elle nia formellement sa grossesse devant sa mère et l’aînée de ses sœurs. Ces deux femmes nièrent également et affirmèrent que Vincente était l’objet d’une affreuse calomnie. »

146La venue du vicaire à leur domicile est perçue par ces deux femmes comme un incident grave, susceptible de ternir leur réputation. Elle les inquiète vivement :

  • 133 AD M U2050, Joseph-Marie Couëdic, 35 ans, vicaire, 9 octobre 1833.

« Ce même jour, la prévenue s’est rendue chez moi accompagnée de sa mère. Elles demandèrent avec instance de qui je tenais les renseignements qui m’avaient conduit chez elles. Je leur répondis que je n’avais à cet égard aucun compte à leur rendre et je les priai de sortir. Je dois ajouter que Vincente Le Bourvellec paraissait fort mécontente quand elle me vit entrer chez elle, elle me dit que cette démarche de ma part ferait accroire dans le village qu’elle était enceinte. Je lui recommandai cependant d’avoir soin de ne commettre aucun excès si toutefois elle était enceinte, que du reste sous peu on connaîtrait la vérité. Sur quoi, elle se mit à rire et je lui observais que peut-être plus tard elle pleurerait133. »

147Les prêtres interviennent également auprès des femmes enceintes pour les mettre en demeure de faire cesser les bruits qui annoncent leur grossesse ou leur accouchement. C’est alors qu’elles entreprennent des démarches auprès des médecins ou des sages-femmes, pour obtenir la délivrance de certificats médicaux. Mais les ecclésiastiques se montrent parfois plus impératifs. Lorsqu’il apprend par la rumeur publique la grossesse d’Anne Le Goff, le recteur de Languidic somme ses maîtres de la congédier au plus vite : « Vers la fin de février, j’appris par la voix publique que la domestique de Le Moing, qui demeure Kerdroïdic, était enceinte. Désirant éviter un scandale dans ma paroisse, je fis venir la femme Le Moing chez moi et je lui fis part des bruits qui couraient sur le compte de sa domestique. Je l’engageai même à la renvoyer chez sa mère pour faire cesser les bruits. La femme Le Moing me dit qu’elle ne croyait pas que sa domestique fût enceinte, et qu’au surplus elle l’examinerait. »

148Comme ses recommandations demeurent sans effet, il demande au maire de faire examiner Anne Le Goff par un médecin :

« Voyant au mois de mars, époque à laquelle on loue les domestiques, que la femme le Moing n’avait tenu aucun compte de mes observations, et que cependant les bruits qui couraient sur sa domestique ne cessaient point, j’écrivis à M. le Maire, pour le prier de faire examiner s’il ne serait pas possible de faire visiter cette fille. M. le maire me dit qu’il ne croyait pas qu’on en eût le droit ; son attention, éveillée par ma lettre, le détermina à se transporter lui-même au lieu de Kerdroïdic ; il obtint que la fille fût visitée par un médecin et ce n’est que par le résultat de cette visite que nous avons su qu’elle était accouchée. »

149Ce prêtre, qui tient la grossesse illégitime d’Anne Le Goff pour une source de scandale, n’ignore cependant pas qu’elle n’est pas la première domestique à être engrossée par l’un des fils de cette maison. Lorsque le juge d’instruction de Lorient lui demande « s’il n’a pas circulé des bruits sur d’autres domestiques » de cette famille, il admet y être déjà intervenu pour une affaire similaire :

« Il y a deux ans, on a dit qu’une domestique de Le Moing était devenue enceinte. On ne sut pas ce que l’enfant était devenu. Je crus devoir me transporter à cette époque chez Le Moing, mais on me nia la grossesse. Il n’y avait aucune preuve. C’était sur le bruit public que j’avais fait cette démarche. Je ne me rappelle pas le nom de la femme sur laquelle les bruits ont circulé. Je sais qu’elle est mariée à un nommé Thomas, qui demeure dans la commune, au village de Coran. »

Confesseurs et pénitents : le directeur de conscience

150Quand ils supposent qu’il vient de se commettre un infanticide, de nombreux témoins préfèrent s’adresser au prêtre de leur paroisse plutôt qu’au maire ou aux agents de la justice. Ils se conforment alors assez strictement à l’avis de leur pasteur. Ce n’est donc que si ce dernier leur conseille de révéler les faits ou s’il juge bon de les révéler lui-même que la justice en est avertie. Mais la crainte de faire éclater un scandale incite parfois les ecclésiastiques à leur demander de garder le secret sur leurs découvertes.

151L’emprise des prêtres sur les consciences est, bien entendu, difficile à discerner. Elle apparaît cependant nettement dans une vingtaine de dossiers, qui révèlent le rôle important joué par les pasteurs dans la gestion de la conduite privée de leurs paroissiens. Il est remarquable de constater que la presque totalité des affaires dans lesquelles le prêtre apparaît comme la figure tutélaire de la communauté villageoise (18 sur 24) a comme cadre le Morbihan. Les femmes paraissent plus nombreuses que les hommes, lorsqu’elles hésitent sur l’attitude à adopter face à un événement particulier, à recourir aux conseils de leur « directeur » ou de leur « confesseur ». Mais cette démarche ne leur est pas exclusive.

  • 134 Voir Lagrée M., « La Confession dans les visites pastorales et les statuts synodaux bretons aux xi (...)

152C’est par la confession et la direction de conscience que les ecclésiastiques paraissent établir une influence morale déterminante sur leurs paroissiens134. C’est peut-être pourquoi ils se réservent parfois le droit de choisir leurs pénitents. Certains prêtres, peu désireux de pénétrer dans l’univers intime de femmes à la réputation douteuse, refusent de les prendre en confession, et même d’avoir affaire à elles. Le vicaire de La Trinité hésite à confesser Marie Guillemain, domestique au moulin de Saint-Gicquel, parce qu’elle scandalise l’opinion publique :

  • 135 AD M U1997, Jean Perrin, 62 ans, prêtre, vicaire de la commune de La Trinité, 19 juin 1827.

« Quinze jours environ après Pasques [sic] dernier, Marie Guillemain se présenta à la sacristie de l’église de La Trinité, demandant à être confessée par moi, je lui objectai qu’elle n’était point une pénitente ordinaire et que même je ne la connaissais pas. Elle me dit qu’elle était domestique chez Duvalet au moulin de Saint-Gicquel et me déclina son nom. Comme il circulait dans le public que cette fille devait être enceinte je lui en fis l’observation : elle nia fortement l’existence de sa grossesse et d’après tout ce qu’elle me dit je crus que c’était une calomnie qui circulait sur son compte ; ce qui me détermina à déférer à son invitation135. »

153La même année, et dans le Morbihan également, un autre prêtre refuse de se rendre au chevet de Marie-Jeanne Le Bonzec, qui a tenté de mettre fin à ses jours en se jetant dans un puits. C’est, du moins, ce que rapporte son mari :

  • 136 AD M U1998, Jean-Marie Le Bonzec, 23 juin 1827.

« Il pouvait être environ neuf heures du soir. J’étais auprès du feu fumant ma pipe lorsqu’entendant grand bruit dans le puits j’y accourus et voyant l’eau très agitée et n’appercevant [sic] pas ma femme je ne doutai plus qu’elle ne s’y fût précipitée. Je la vouai à Sainte-Hélène et m’étant fait apporter une chandelle, je la vis revenir sur l’eau, lui ayant jetté [sic] une corde elle ne voulut pas d’abord s’en saisir ; mais enfin cédant à mon instance elle s’y accrocha et aidé de Pierre Le Doussal, mon beau-frère, […] et d’une autre personne que je n’ai pas pu remarquer tant j’étais troublé, nous la hissâmes hors du puits en présence de tous les habitants du village. Nous la plaçâmes sur une pierre près du puits, la tête en bas pour rendre l’eau qu’elle avait pu boire. Peu de moments après, les voisines la portèrent sur son lit, et je me rendis de suite chez Monsieur le curé, pour le prier de venir l’assister ; ce à quoi il se refusa, alléguant qu’elle n’était pas sa pénitente136. »

154Marie-Jeanne Perron n’avait épousé Jean-Marie Le Bonzec, qui n’était pas le père de son enfant, que depuis quelques mois. La fausse position dans laquelle elle s’est trouvée face à ce dernier, comme sa tentative de suicide expliquent le désaveu exprimé par le prêtre en lui refusant son secours moral.

  • 137 AD M U1991, Pierre Le Velsé, prêtre à Sarzeau, 21 juillet 1826.

155L’emprise du clergé sur les esprits et l’embarras des témoins à l’idée d’avoir affaire à la justice font parfois du prêtre un véritable oracle. Lorsqu’ils ont l’intuition que la femme Le Quinio a commis un infanticide, plusieurs habitants de son village se hâtent de venir consulter le prêtre. Les deux hommes qui ont trouvé le placenta dans un champ viennent tout d’abord lui demander quelle conduite ils doivent tenir : « Nous avons continué nos recherches pour savoir si nous ne découvririons pas un enfant caché. Nous avons cherché vainement. Nous venons vers vous pour vous prier de nous dire ce que nous avons à faire. » Ils en reçoivent des conseils de prudence : « Vous n’avez vu personne, vous n’avez point trouvé d’enfant ; attendez et prenez des renseignements. » Puis la tante de l’inculpée vient lui faire part des soupçons de récidive qui pèsent sur sa nièce : « Ma nièce Madeleine Le Ridant est accouchée et l’on ne sait pas ce qu’elle a fait de son enfant ; elle a fait ce qu’elle a déjà fait ; on la soupçonne d’avoir déjà détruit deux enfants137. » Le prêtre se déterminera, deux jours plus tard, à alerter le juge de paix du canton.

De la crainte du scandale au silence monnayé

  • 138 AD M U2112, Jean Picot, 38 ans, vicaire à Moréac, 7 mai 1841.

156Les prêtres sont souvent les premiers informés de la découverte d’un infanticide. C’est le vicaire que songent tout d’abord à prévenir Marie Le Roux, tailleur à Moréac et son épouse Pauline Le Priol, cabaretière, lorsqu’ils découvrent le nouveau-né que leur domestique, Marguerite Jehanno, a jeté dans le puits de leur maison : « Hier, raconte le vicaire, vers deux heures de l’après-midi, on vint me prier d’aller voir un corps que l’on appercevait dans le puits du cheval blanc, que je reconnus immédiatement pour être celui d’un enfant, je donnai le conseil d’aller chercher M. le maire. Je ne me suis jamais aperçu que Marguerite Jehanno était enceinte. Mais j’ai vu qu’elle avait une grande maigreur par suite ou de chagrin, de misère ou de honte de ne pas avoir trouvé à se placer138. »

  • 139 AD M U2042, François Cheval, 37 ans, lieutenant des douanes à Damgan, 8 novembre 1832.

157Lorsque François Cheval, lieutenant des douanes à Damgan, suppose que sa domestique vient d’accoucher secrètement, son premier mouvement est également d’aller en entretenir le recteur. Celui-ci lui conseille d’en instruire l’autorité municipale, mais « de faire au préalable visiter la fille Amicel par une sage-femme, afin de ne pas faire de scandale pour quelque chose qui ne serait rien ». François Cheval demande donc à la sage-femme du bourg de venir discrètement chez lui, « au brun de la nuit », visiter sa domestique : « Elle fut mal accueillie par la fille Amicel, mais étant survenu et ayant dit que c’était par mon ordre que la dame Houdin se présentait, elle consentit à se faire visiter extérieurement par cette femme. Celle-ci, se contentant de cet examen incomplet, n’en maintint pas moins à la fille Amicel qu’elle était récemment accouchée139. » François Cheval se détermine alors à écrire au maire.

  • 140 Riet D., thèse citée, p. 91-92.

158Dans la majorité des cas, les prêtres engagent les témoins à dénoncer les infanticides ou en informent eux-mêmes le maire ou le juge de paix. Ils s’inscrivent alors dans une certaine tradition canonique puisque les monitoires de l’Ancien Régime faisaient des prêtres, pour la résolution de certaines affaires criminelles, les auxiliaires des magistrats. Ces monitoires, mandements des juges ecclésiastiques enjoignant à toutes personnes, sous peine d’excommunication, de révéler ce qu’elles savaient sur un crime, étaient publiés au prône de la messe paroissiale trois dimanches de suite. Ils présentaient l’inconvénient de provoquer un afflux de dépositions de la part de personnes qui, effrayées par les peines encourues, n’avaient pas de véritables informations à apporter sur les faits140.

  • 141 AD I-V, 2U4/889, Joseph Saget, 42 ans, cultivateur, 24 juin 1861.

159Certains prêtres du xixe siècle demeurent fidèles à cette pratique. « J’ai consulté un prêtre, explique en 1861, le cultivateur qui vient dénoncer le crime de la femme Lepage au commissaire de police de Montfort, pour savoir si je devais donner à la justice connaissance de ce qui précède et l’honorable ecclésiastique m’a répondu affirmativement en me disant que j’accomplirai en cela, c’est-à-dire en dénonçant le fait, un devoir d’honnête homme141. » Le crime commis par cette femme, âgée de 67 ans, agricultrice à Bedée, était particulièrement affreux. Très hostile à sa belle-fille, Marie Nouyoux, âgée de 37 ans, que son fils n’avait épousée que pour la dépouiller de sa dot, elle s’était acharnée sur son petit-fils, qu’elle avait tué en lui ouvrant le crâne à l’aide d’un couteau.

160Mais d’autres ecclésiastiques ne dénoncent les crimes qu’avec réticence. Dans l’affaire Catherine Héry et Jacques Trébouta, le prêtre que va consulter la Vve Lecocq, principal témoin du crime, lui recommande la plus grande discrétion. Cette filandière de Goudelin, âgée de 53 ans, accuse Catherine Héry, une domestique de 28 ans, et Jacques Trébouta un garçon meunier de 22 ans, d’avoir commis deux infanticides. Elle dit avoir gardé le silence sur le premier crime, commis en 1825, parce que Catherine Héry lui aurait promis « d’expier sa faute par une pénitence, et le don de six francs par an, pendant douze années, à la chapelle de Notre Dame de l’Île ».

  • 142 AN/BB/20/34, C-N, 4e trim. 1827, Le Painteur de Normény, 30 novembre 1827.

161En 1827, au moment où elle découvrait le second infanticide, Jacques Trébouta l’aurait menacée de mort si elle révélait les faits à la justice. Il est, bien entendu, étrange que la Vve Lecocq se soit trouvée par hasard et à deux reprises à proximité de la rivière dans laquelle ces enfants ont été précipités par leurs parents, mais le cadavre d’un nouveau-né a bien été trouvé en 1827 à l’endroit indiqué par la Vve Lecocq. Le desservant de sa paroisse, à qui elle confie son embarras, lui conseille de garder le secret sur les événements : « Ce sage pasteur la consola, et l’engagea à continuer à se taire, jusqu’à ce qu’il lui eût communiqué la réponse de ses supérieurs ecclésiastiques, auxquels il allait écrire, pour les consulter142. »

162Dans ce cas précis, il est possible que la prudence du prêtre ait résulté d’une certaine incrédulité face à l’étrange coïncidence qui avait fait de la Vve Lecocq le seul témoin des deux infanticides. Mais dans d’autres affaires, c’est bien la crainte de déclencher un scandale qui motive les recommandations de discrétion adressées aux témoins par les ecclésiastiques.

  • 143 AD M U2043, Mathurine Picquet, domestique, 26 octobre 1832.
  • 144 Idem, audition du 6 novembre 1832.

163Quand Mathurine Picquet, domestique chez la Vve Quiban, aubergiste à Rochefort, vient informer le vicaire qu’elle suspecte sa maîtresse d’avoir commis un infanticide, celui-ci lui recommande de ne pas ébruiter ses soupçons. Mathurine Picquet affirme au cours de sa première audition que le vicaire, François Nail, lui a conseillé de se taire : « Si vous n’avez que des doutes ou des présomptions, soyez modérée, silencieuse et attendez que la justice vous interroge143. » Dans sa seconde déposition, elle ajoute même : « Il me dit qu’il ne fallait pas le dire à tout le monde, éviter le scandale, que la publicité ne ramènerait pas l’enfant : “Attendez que la justice vous interroge, et alors dîtes toute la vérité”, m’engageant à quitter le plus tôt possible la maison de la veuve Quiban144. »

164Les prêtres acceptent parfois de monnayer leur discrétion. C’est sous l’influence du recteur et de ses vicaires que le maire de Bignan a accepté de garder le silence sur le premier infanticide de la Vve Dagorn. Ce silence est le résultat d’un arrangement financier dont les dispositions ont été débattues en présence d’un notaire. La somme dont avait dû s’acquitter, en contrepartie, la Vve Dagorn, paraît avoir été bien supérieure aux 15 F que le maire disait avoir distribués aux pauvres de sa commune. La Vve Dagorn elle-même finit par dévoiler une partie des faits :

  • 145 AD M U2122, interrogatoire, 19 mai 1842.

« Environ trois semaines après mon accouchement, je rencontrai le maire dans le bourg de Bignan. Je me rendis avec lui au presbytère où je lui fis ma déclaration en présence du recteur […]. Je dis au maire que trois semaines auparavant j’étais accouchée pendant la nuit, que je ne savais pas si l’enfant était mort ou vivant en venant au monde, mais que je l’avais trouvé mort le lendemain matin. Je lui déclarai que je croyais que l’enfant n’avait que sept mois et que je l’avais enterré dans ma maison derrière une armoire et jeté de l’eau bénite dessus145. »

165Elle reconnaît avoir donné 15 F à deux reprises au maire, mais conserve une remarquable discrétion sur l’accord négocié avec les ecclésiastiques. C’est le juge de paix, informé des faits par le notaire, qui fera la lumière sur la transaction.

  • 146 Idem, le juge de paix de Saint-Jean-Brévelay au procureur de Ploërmel, 24 mai 1842.

« Je viens d’apprendre à l’instant, écrit-il au procureur du roi, par Bourdillot, mon huissier, que, causant hier à Bignan avec M. de Brossard, notaire à cette résidence, ce Monsieur lui confia que l’affaire relative à l’argent qui a dû avoir été compté par Marie Kerdal, veuve Dagorn, avait été discutée et arrêtée dans son salon, en sa présence, par le Maire, le recteur et ses deux vicaires. La majeure partie de la somme paraît être restée entre les mains du recteur. Le Maire n’aurait touché que 30 francs. Ce ne serait qu’aux sollicitations du recteur et de ses vicaires que le Maire aurait gardé le silence et n’aurait pas dénoncé à la justice son premier infanticide. Elle doit avoir compté cet argent en expiation de ce crime. Comme Bourdillot ne peut m’avoir dit que ce qu’il tenait de M. de Brossard, je pense qu’il sera bon que vous entendiez ce Monsieur et les deux vicaires. Je dois vous observer que l’un d’eux vient d’être nommé recteur à Belle-Isle et qu’il est parti avant-hier pour sa destination146. »

  • 147 Id., Jean Dagorn, 2 juin 1842.

166Les 60 F remis au recteur avaient été donnés à la Vve Dagorn par son beau-frère, auteur de sa grossesse. Après son second accouchement, ne doutant pas de parvenir à un résultat aussi favorable, elle lui demandera la même somme, disant qu’elle comptait « les donner au maire, afin qu’elle se tirât plus facilement du pas où elle s’était mise en faisant un enfant147 ».

167On ne saura jamais ce qui a motivé, chez les ecclésiastiques, le traitement de faveur accordé à la Vve Dagorn. Le recteur, prétextant « un gros rhume accompagné de fièvre » refusera tout d’abord de se rendre à la convocation du juge d’instruction. Il finira par témoigner, mais se gardera bien d’aborder cette question :

  • 148 Id., Yves-Marie Coëffic, 52 ans, curé de Bignan, [même jour].

« Il y a environ trois ans, Marie Kerdal, veuve Dagorn vint chez moi accompagnée du maire de Bignan. Elle dit en ma présence qu’elle avait eu un enfant. Je lui donnai les avis d’un pasteur. Je lui observai combien elle avait manqué à ses devoirs de chrétienne et le tort qu’elle s’était fait à elle et à ses enfants. Je ne me rappelle point si elle a dit que son enfant fût venu à terme ou non, s’il était mort ou vivant en sortant du sein de sa mère. Je n’ai aucunes autres connaissances [sic] relatives aux infanticides imputés à la veuve Dagorn et à son beau-frère148. »

168Assez curieusement, comme s’il jugeait les ecclésiastiques fondés à sanctionner à leur manière les écarts de conduite de cette veuve, le juge d’instruction se montrera peu soucieux de faire la lumière sur cette transaction.

Notes

1 « La loi générale est le manque de construction organique des hameaux. Leurs maisons sont souvent très écartées et le “village” n’est guère qu’un agrégat de fermes isolées. […] En tout cas, le hameau n’a pas de vraie vie villageoise. Seuls les très gros écarts ont des artisans et commerçants. […] C’est seulement dans l’ordre moral que le village breton parvient à acquérir parfois une manière de personnalité », Le Lannou M., Géographie de la Bretagne, Rennes, 1950, t. 1, p. 209-210.

2 AD F 4U2/158, Marguerite Drénou, 32 ans, cultivatrice, 2 mars 1858.

3 Idem, Marie-Noële Lyver, 29 ans, cultivatrice, [même jour].

4 Id., acte d’accusation, 18 mars 1858.

5 Id., le procureur de Quimperlé au procureur de Quimper, 15 mai 1858.

6 AN/BB/20/174/2, I-V, 2e trim. 1854, Hüe, s. d.

7 Idem.

8 AD F 4U2/173, Allain Le Grand, 56 ans, cultivateur, 29 mars 1862.

9 AN/BB/20/218/2, M, 4e trim. 1859, Le Beschu de Champsavin, 20 décembre 1859.

10 Idem.

11 Id. Pierre Rollo, 57 ans, laboureur, 14 mars 1829.

12 AN/BB/20/47, M, 2e trim. 1829, Carron, s. d.

13 AN/BB/20/256/2, C-N, 1er trim. 1863, Hüe, 9 février 1863.

14 AN/BB/20/182, C-N, 2e trim. 1855, Robinot Saint-Cyr, 28 avril 1855.

15 AN/BB/20/47, I-V, 2e trim. 1829, Gaudiche, s. d.

16 Idem.

17 Fine A., « Le Parrain, son filleul et l’au-delà », Études rurales, janvier-juin 1987, n° 105-106, p. 123-146 et Parrains, marraines, la parenté spirituelle en Europe, Paris, 1994.

18 AD C-A 2U/720, le juge de paix de Lanvollon au juge d’instruction de Saint-Brieuc, 3 avril 1847.

19 Idem, Armand de Floyd, propriétaire et maire de Pommerit-le-Vicomte, 22 mars 1847.

20 Voir Belmont N., Mythes et croyances dans l’ancienne France, Paris, 1973, et Loux F., Le Jeune enfant et son corps dans la médecine traditionnelle, Paris, 1978.

21 AD I-V 2U4/635, le juge de paix de Pleine-Fougères au procureur de Saint-Malo, 28 mai 1828.

22 AD C-A 2U/641, Françoise Colombel, 36 ans, ménagère, 15 mars 1842.

23 AD M U2143, Marie Dunot, 62 ans, cultivatrice, 26 février 1845.

24 AN/BB/20/168/2, M, 2e trim. 1853, Robinot Saint-Cyr, 25 juin 1853.

25 AN/BB/20/256/2, C-N, 2e trim. 1863, Grolleau-Villegueury, s. d.

26 AN/BB/20/128, L-I, 3e trim. 1844, Le Meur, s.d.

27 AD L-A 5U/129, p.-v. de descente du juge de paix d’Aigrefeuille, 8 juillet 1844.

28 AD M U2013, p.-v. de transport du juge de paix de Locminé, 7 mai 1829.

29 Idem, Guillemette Dériou, [même jour].

30 AD F 4U2/112, Marie-Vincente Bégor, 46 ans, cultivatrice, 30 avril 1849.

31 AD M U1994, Jean Nicolas, 49 ans, laboureur, 2 mars 1827.

32 AN/BB/20/120, C-N, 4e trim. 1842, Poulizac, s.d.

33 AD C-A 2U/743, le juge de paix de Matignon au procureur de Dinan, 26 janvier 1849.

34 Idem, Vve Tricot, 59 ans, marchande, 2 mars 1849.

35 Id., Louise Minic, 37 ans, ménagère, 8 mars 1849.

36 AD L-A 5U100/1, Vve Arnaud, 76 ans, rentière, 24 octobre 1837.

37 Idem.

38 AN/BB/20/163/1, F, 3e trim. 1852, Le Beschu de Champsavin, 22 septembre 1852.

39 Idem.

40 AN/BB/20/76, M, 1er trim. 1834, Cavan, 1er avril 1834.

41 AN/BB 20/168/2, I-V, 3e trim. 1853, Lambert, 19 août 1853.

42 AD M U2052, interrogatoire, 10 mars 1834.

43 AN/BB/20/218/2, F, 4e trim. 1859, Dupuy, 17 novembre 1859.

44 AN/BB/20/218/2, M, 3e trim. 1859, Baudouin, 26 septembre 1859.

45 AN/BB/20/200/1, I-V, 4e trim. 1857, Jollivet, 21 novembre 1857.

46 AN/BB/20/182, C-N, 4e trim. 1855, Le Meur, 15 décembre 1855.

47 AN/BB/20/281/1, L-I, 4e trim. 1865, Baudouin, 29 décembre 1865.

48 Voir aussi Lagrée M., Religion et culture en Bretagne, op. cit., p. 29.

49 Buffet H.-F., En Bretagne morbihannaise : coutumes et traditions du Vannetais bretonnant au xixe siècle, Marseille, 1980, p. 32, [1re éd., 1947].

50 Segalen M., Quinze générations…, op. cit., p. 39.

51 AD I-V 2U4/614, Gabrielle Galles, 31 ans, cultivatrice, 24 septembre 1822.

52 Id., 30 septembre 1822.

53 AD M U 2112, François Audrun, 55 ans, laboureur, 7 mai 1841.

54 AD M U 2134, Marie-Jeanne Thomazo, 69 ans, domestique, 26 mars 1844.

55 AN/BB/20/103, M, 2e trim. 1839, Tiengou de Tréfériou, 4 juillet 1839.

56 AD M U2096, Françoise Josselin, 32 ans, ménagère, 11 février 1839.

57 AN/BB/20/120, I-V, 2e trim. 1842, Tarot, 21 juin 1842.

58 AD M U2124, interrogatoire, 6 septembre 1842.

59 Cité par D. Riet, « Infanticide et société au XVIIIe siècle : bruits publics et rumeurs dans la collectivité », Ethnologie française, XVI, 1986, 4, p. 401-406.

60 AD L-A 5U 160/3, Perrine Percevault, 51 ans, journalière, 6 juin 1851.

61 AD I-V 2U4/636, Louise Perrochon, 46 ans, laboureur, 11 juillet 1828.

62 Affaire Françoise Riou, AN/BB/20/168/2, C-N, 3e trim. 1853.

63 AD M U1980, Jeanne-Marie Seuillot, 16 février 1825.

64 AD M U2127, rapport du commandant de gendarmerie d’Auray, 1er juin 1843.

65 AN/BB/20/163/1, L-I, 3e trim. 1852, Robinot Saint-Cyr, 18 octobre 1852.

66 AD M U1997, Barbe Leroux, 56 ans, 13 juin 1827.

67 AD C-A 2U/773, réquisitoire définitif, 3 avril 1862.

68 AD M U1991, Marie Bamdé, 32 ans, 29 juin 1826.

69 Idem, Vve Lhermitte, 80 ans, [même jour].

70 AD M U2096, Joseph Beauchet, 39 ans, cabaretier, 11 février 1839.

71 Idem.

72 AN/BB/20/24, M, 2e trim. 1825, Le Painteur de Normény, 29 juin 1825.

73 AD M U1980, interrogatoire, 9 février 1825.

74 AN/BB/20/226/2, C-N, 2e trim. 1860, Hüe, 18 mai 1860.

75 AN/BB/20/93, I-V, 1er trim. 1837, Brager, 20 mars 1837.

76 AD L-A 5U66/2, Marie Fouineteau, 21 ans, cultivatrice, 7 avril 1828.

77 AN/BB/20/41, L-I, 3e trim. 1828, Delabigne-Villeneuve, 18 septembre 1828.

78 AD L-A 5U66/2, Marguerite Foucher, 44 ans, métayer, 7 avril 1828.

79 AN/BB/20/210/1, F, 2e trim. 1858, Lambert, 30 avril 1858.

80 AD F 4U2/113, François Quittic, 41 ans, journalier, 27 juin 1849.

81 AD L-A 5U173/1, Ernest Dayot, 39 ans, docteur en médecine, 28 mars 1864.

82 AN/BB/20/98, I-V, 1er trim. 1838, Poulizac, 6 mars 1838.

83 AD L-A 5U174/1, interrogatoire, 25 avril 1865.

84 Idem, Marie-Louise Louërac, 31 ans, cultivatrice, 26 avril 1865.

85 Id., Jean Thomas, 62 ans, commissionnaire, 27 mars 1865.

86 AD I-V 2U4/616, Anne Houillot, sans profession, 31 mai 1825.

87 AN/BB/20/93, F, 2e trim. 1837, Le Beschu de Champsavin, 12 juin 1837.

88 AN/BB/20/133, F 1er trim. 1845, Tarot, 12 février 1845.

89 AD F 4U2/102, arrêt de renvoi devant la cour d’assises, 17 juin 1847.

90 AN/BB/20/108, I-V, 4e trim. 1840, Lagrée, 21 novembre 1841.

91 AD M U1997, Rosalie Duvalet, 19 juin 1827.

92 Idem, Pierre-Jean-Baptiste Lagrée, 53 ans, chirurgien [même jour].

93 Id., interrogatoire, 17 juin 1827.

94 Id., Anne Houillot, sans profession, [même jour].

95 1730, voir Gélis J., La Sage-femme ou le médecin : une nouvelle conception de la vie, Paris, 1988, p. 44.

96 AN/BB/20/103, C-N, 3e trim. 1839, Hardy fils, 25 juillet 1839.

97 AD C-A 2U407, le juge de paix d’Uzel au procureur de Loudéac, 19 avril 1825.

98 Merlin P.-A., Répertoire universel et raisonné de jurisprudence, 3e éd., Paris, 1808, t. 5, p. 600.

99 Gélis J., op. cit., p. 21.

100 Cet aveu leur était arraché dans les plus grandes douleurs de l’enfantement. Voir Demars-Sion V., op. cit., p. 124-135.

101 Riet D, L’Infanticide en Bretagne…, op. cit., p. 29.

102 AD M U1991, Anne-Marie Le Floch, sage-femme, 28 juin 1826.

103 AD M U2054, le juge de paix de Locminé au procureur de Ploërmel, 17 mai 1834.

104 AD M U2096, Maurice Roschild, agent de police à Vannes, 9 février 1839.

105 C. instr. crim., art. 9, 1114, 15, 50 53.

106 Répertoire méthodique et alphabétique de législation, par M. D. Dalloz aîné, Paris, 1848, t. 9, V° Commune.

107 AN/BB/20/29, F 2e trim. 1826, Huon de Kermadec, 14 mai 1826.

108 AN/BB/20/218, I-V, 2e trim. 1859, Le Beschu de Champsavin, 5 juillet 1859.

109 AD I-V, 2U4/816, réquisitoire introductif, 28 septembre 1852.

110 AD F 2U/84, le maire de Lopérec au procureur de Châteaulin, 22 janvier 1844.

111 AD L-A 5U108, Jean Moreau, 42 ans, aubergiste et maire de Sautron, 23 octobre 1839.

112 AD C-A 2U752, le maire de Saint-Caradec au juge d’instruction, 16 janvier 1850.

113 AN/BB/20/103, C-N, 3e trim. 1839, Hardy fils, 25 juillet 1839.

114 AN/BB/20/218/2, M, 4e trim. 1859, Le Beschu de Champsavin, 20 décembre 1859.

115 AD M U 2122, p.-v. de constat par la gendarmerie de Saint-Jean-Brévelay, 15 mai 1842.

116 Idem, Yves-Marie Conan, 68 ans, maire de Bignan, 23 mai 1842.

117 Phan M.-C., « Les Déclarations de grossesse en France (xvie-xviiie siècles) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 1975, p. 61-88.

118 Depauw J., « Amour illégitime et société à Nantes au xviiie siècle », Annales ESC, juillet-octobre 1972, p. 1155-1179 ; Flandrin J.-L., Le Sexe et l’Occident, évolution des attitudes et des comportements, Paris, 1981, p 170.

119 Riet D., « Les Déclarations de grossesse dans la région de Dinan à la fin de l’Ancien Régime », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 88, 1981, 2, p. 181-187.

120 AD F 2U/84, p.-v. de levée du cadavre, 24 janvier 1844.

121 AN/BB/20/174/2, C-N, 2e trim. 1854, Bernhard, s. d.

122 AN/BB/20/156/2, L-I, 1er trim. 1851, Androuïn, le 17 mai 1851.

123 AD M U2146, Rose Dréan, 40 ans, potière, 8 novembre 1846.

124 AD C-A 2U/772, réquisitoire définitif, 1er juin 1861.

125 AN/BB/20/108, I-V, 1er trim. 1840, Potier, 21 février 1840.

126 AD M U1980, Cyr Juhel, 55 ans, propriétaire et maire d’Ambon, 26 février 1825.

127 AN/BB/20/98, F, 1er trim. 1838, Le Minihy, s. d.

128 AD I-V 2U4/621, le maire de Cesson au procureur du roi à Rennes, 29 mars 1826.

129 Quéniart J., « Recteurs et régulation sociale en Bretagne au xviiie siècle », L’infra-judiciaire du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, 1996, p. 231-239.

130 Idem.

131 AD M U1997, Julienne Dagorn, 38 ans, journalière, 21 juin 1827.

132 AD M U2047, le juge de paix de Sarzeau au procureur de Vannes, 19 mai 1833.

133 AD M U2050, Joseph-Marie Couëdic, 35 ans, vicaire, 9 octobre 1833.

134 Voir Lagrée M., « La Confession dans les visites pastorales et les statuts synodaux bretons aux xixe et xxe siècles », Pratiques de la confession au xixe siècle : quinze études d’histoire, Paris, 1983, p. 239-253 et Boutry Ph., « Réflexions sur la confession au xixe siècle : autour d’une lettre de sœur Marie-Zoë au curé d’Ars (1858) », Ibidem, p. 225-238.

135 AD M U1997, Jean Perrin, 62 ans, prêtre, vicaire de la commune de La Trinité, 19 juin 1827.

136 AD M U1998, Jean-Marie Le Bonzec, 23 juin 1827.

137 AD M U1991, Pierre Le Velsé, prêtre à Sarzeau, 21 juillet 1826.

138 AD M U2112, Jean Picot, 38 ans, vicaire à Moréac, 7 mai 1841.

139 AD M U2042, François Cheval, 37 ans, lieutenant des douanes à Damgan, 8 novembre 1832.

140 Riet D., thèse citée, p. 91-92.

141 AD I-V, 2U4/889, Joseph Saget, 42 ans, cultivateur, 24 juin 1861.

142 AN/BB/20/34, C-N, 4e trim. 1827, Le Painteur de Normény, 30 novembre 1827.

143 AD M U2043, Mathurine Picquet, domestique, 26 octobre 1832.

144 Idem, audition du 6 novembre 1832.

145 AD M U2122, interrogatoire, 19 mai 1842.

146 Idem, le juge de paix de Saint-Jean-Brévelay au procureur de Ploërmel, 24 mai 1842.

147 Id., Jean Dagorn, 2 juin 1842.

148 Id., Yves-Marie Coëffic, 52 ans, curé de Bignan, [même jour].

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search