Version classiqueVersion mobile

Des criminelles au village

 | 
Annick Tillier

Chapitre VI. Les amours illégitimes

Texte intégral

1Les procès pour infanticide mettent essentiellement en scène des femmes seules ou des couples illégitimes. Il est très rare, parmi les affaires qui sont parvenues à la connaissance de la justice et qui ont abouti à un procès, que soient impliqués des couples légitimes stables, au sein desquels l’époux n’a aucune raison de contester la paternité d’un nouveau-né. Les crimes d’infanticide sont motivés par le caractère illégitime des enfants qui en ont été les victimes. Les accusées sont dans leur grande majorité des célibataires (86,37 %). Ensuite viennent les femmes mariées adultères (6,99 %) puis les veuves (6,64 %).

Les femmes infanticides

2La répartition, suivant leur statut matrimonial, des 572 mères mises en accusation aboutit au résultat suivant :

  • Célibataires 494
  • Femmes mariées 40
  • Veuves 38
  • Total 572
  • 1 Collet D., « La Population rurale du Finistère au xixe siècle (1821-1908) », Mémoires de la Sociét (...)

3Malgré l’écrasante majorité des célibataires, l’âge moyen des accusées est relativement élevé (28,04 ans). Il est sensiblement supérieur à l’âge des filles au mariage, évalué par Daniel Collet, pour les populations rurales du Finistère sous le Second Empire, à 24-25 ans dans les communes de moins de 2 000 habitants1. On peut en déduire que l’infanticide est le fait de femmes qui, en raison de la mauvaise conjoncture économique, ont été exclues du mariage. La pauvreté et la pression démographique – particulièrement forte en Bretagne – font obstacle à l’établissement de nouveaux ménages et pousse les hommes à émigrer vers des régions de meilleur emploi.

4L’âge des accusées est connu dans 539 cas. Il varie suivant leur statut matrimonial : en toute logique, les femmes mariées (29,6 ans) et les veuves (35,55 ans) ont une moyenne d’âge relativement plus élevée que les célibataires (27,05 ans).

Âge des mères accusées – (Source : BB/20).

5L’effectif des femmes infanticides est remarquablement homogène : les 3/4 (422 sur 572) ont entre 20 et 34 ans. Les jeunes filles et les femmes d’âge « mûr » sont relativement marginales : 37 accusées seulement sont âgées de 15 à 19 ans ; on n’en compte que 28 parmi les plus de 40 ans.

  • 2 AN/BB/20/235/2, C-N, 4e trim. 1861, Le Meur, 9 novembre 1861 et AD C-A 2U/772, fiche de renseignem (...)

6Une vingtaine d’accusées a des antécédents judiciaires : 17 ont déjà été condamnées à des peines de prison, principalement pour vol. Il s’agit de larcins portant sur des objets – aliments ou vêtements – de peu d’importance, mais qui ont été sévèrement réprimés. Marie Ménard, journalière à Saint-Broladre, mère de deux enfants naturels, s’est vue infliger en 1853 un an de prison pour le vol d’une andouille. Pendant la durée de sa peine, ses enfants ont été confiés à l’hospice de Rennes. Quelques condamnations relevaient de la violence ou de l’escroquerie : Véronique Poncel, ménagère à Trélivan, jugée pour infanticide en 1861, a été condamnée en 1855 à un mois de prison pour vol et de nouveau, en 1857, à la même peine, pour coups volontaires2. En 1865, quelques mois avant d’être inculpée d’infanticide, Marie-Françoise Durand, domestique de ferme à Rouans, a été poursuivie pour abus de confiance et escroquerie.

7Sur ces 17 accusées déjà condamnées pour différents délits, 5 sont des récidivistes : Angélique Frémont, qui n’a que 17 ans, a été condamnée à deux reprises pour vol, de même que Marie Grabot, dont le mari a également subi deux condamnations. Rose-Marie Mongaret, une couturière de 38 ans, a été emprisonnée deux fois pour vol et une fois pour dénonciation calomnieuse.

8Certaines accusées ont été suspectées par la rumeur publique d’avoir commis plusieurs infanticides. Ces soupçons sont sans doute relativement fondés puisque les magistrats prennent le soin d’en informer le garde des sceaux. Cinq d’entre elles ont déjà été poursuivies sur ce chef d’inculpation ou sur celui d’exposition d’enfant dans un lieu solitaire. D’autres enfin, ont avoué, au cours des débats de précédents crimes.

Les « filles »

  • 3 « Dans la société traditionnelle, la femme n’a pas de statut en dehors du mariage », M. Segalen da (...)

9Les célibataires, quel que soit leur âge, n’accèdent jamais à la dignité de femme et sont toujours qualifiées de « filles ». Ce qualificatif, à tout le moins paternaliste, ne s’applique pas seulement à la cohorte des criminelles. Même les femmes âgées d’une soixantaine d’années ou plus qui sont entendues comme simples témoins sont désignées comme des « filles » si elles n’ont jamais été mariées3.

  • 4 Elle étrangle, précisément, son enfant à l’aide d’un chiffon (Morbihan, 1844).
  • 5 Voir le chapitre IX.

10L’échantillon des célibataires recouvre une grande variété de situations, depuis la jeune Marie Riaud, âgée de 15 ans 1/2, séduite par un domestique de son oncle, jusqu’à la femme vieillissante de 48 ans, Yvonne Le Mouelle, une marchande de chiffons relativement marginale de Kergrist4. L’âge moyen des accusées célibataires (27,05 ans) pourrait dénoter un accès tardif aux pratiques sexuelles. Il convient de nuancer fortement cette hypothèse en considérant la multiplicité des manœuvres abortives auxquelles se sont livrées ces femmes. Les méthodes employées sont peu efficaces5, mais des avortements antérieurs aux crimes d’infanticide ne peuvent être totalement exclus. En outre, 130 d’entre elles (soit plus de 26 %) avaient eu un ou plusieurs enfants illégitimes, qu’elles avaient élevés ou déposés à l’hospice des enfants-trouvés.

11Les célibataires se répartissent assez inégalement entre femmes de « bonne » et de « mauvaise » réputation. Une trentaine de domestiques seulement conserve jusqu’au procès l’estime de leurs employeurs qui continuent à les considérer comme des servantes « honnêtes » et « laborieuses ». Certaines semblent avoir réussi à dissimuler leur grossesse à ces maîtres, à moins que ceux-ci, soucieux de ne pas être mêlés à un scandale et de préserver la notoriété de leur famille, aient délibérément choisi de ne pas voir que leur servante était enceinte.

12Mais, en majorité, elles sont présentées comme des filles de « mauvaises mœurs » ou de « mauvaise réputation », en particulier si elles ont déjà des enfants naturels. La grossesse extra-conjugale, plutôt qu’accidentelle, serait donc chez certaines, la conséquence d’une grande liberté de mœurs. Quelques-unes semblent d’ailleurs engagées dans une recherche compulsive de plaisirs de tous ordres.

13Olive Belnard, domestique à Plessala, s’enivre fréquemment dans les cabarets avec son maître, Mathurin Olivro, laboureur, âgé de 47 ans. Elle profite aussi, selon lui, des périodes où l’ivresse le fait sombrer dans l’inconscience pour vider quelques bouteilles de cidre avec son amant, Guillaume Lamandé, également domestique :

  • 6 AD C-A 2U/640, Mathurin Olivro, 47 ans, laboureur, 29 décembre 1841.

« Je confesse, reconnaissait Mathurin Olivro, avoir la malheureuse habitude de m’enivrer : bien des choses se sont passées chez moi dont je ne me suis aperçu qu’à la fin : une grande intimité régnait entre Guillaume Lamandé, mon domestique, et la fille Belnard. Tout était à leur disposition chez moi, mon cidre et mon lard : aussi ne l’ont-ils pas épargné. J’ai découvert dans le vêtement de la fille Belnard, depuis qu’elle est sortie, une clef qui ouvre mon armoire. Je suis porté à croire qu’elle s’en est servie et qu’elle m’a volé de l’argent : toutefois sans pouvoir l’affirmer6. »

  • 7 Idem, Joseph Veillé, 15 ans, pâtre chez Mathurin Olivro, [même jour].

14Olive Belnard entretient des relations fort ambiguës avec Olivro, qui a pour elle de l’inclination, mais elle lui préfère Guillaume Lamandé. Le pâtre de la ferme, âgé de 15 ans, témoigne avec une fausse naïveté des ruses déployées par Olive Belnard pour s’isoler avec son amant : « Je suis jeune et j’avoue que je n’avais point l’idée d’observer ni de suivre la fille Belnard : seulement j’avais remarqué qu’elle aimait à se trouver seule avec Guillaume Lamandé. Elle nous congédiait mon maître et moi quand elle le pouvait : c’est-à-dire, elle cherchait toutes les occasions de nous faire sortir7. »

15D’autres domestiques sont accusées par leurs maîtres de recevoir des hommes en leur absence et de festoyer avec les produits du cellier. Mais ces accusations ne sont pas toujours avérées. Elles ne visent souvent qu’à noircir le portrait d’une domestique engrossée par le fils de la maison et renvoyée sous un faux prétexte de vol, d’ivrognerie ou de dévergondage.

Les femmes mariées

16Les quarante accusées qui possèdent le statut de femmes mariées, vivent des situations assez diverses :

  • 15 ne sont mariées que depuis quelques mois et avaient dissimulé leur grossesse à leur futur époux ;
  • 3 sont des femmes adultères qui cohabitent avec leur mari ;
  • 12 sont épouses de soldats ou de marins, civils ou militaires, temporairement séparées de leur mari ;
  • 6 sont définitivement séparées de leur époux ;
  • 3 sont femmes de détenus ;
  • 1 cas demeure inexpliqué.

Nouvelles mariées

17Une partie non négligeable des accusées appartient à la catégorie des nouvelles mariées. Sauf rares exceptions, leurs maris ne sont pas les auteurs de leur grossesse. Plusieurs paraissent même n’avoir remarqué que tardivement, voire ignoré, que leur femme était enceinte.

18Il est difficile de pénétrer l’état d’esprit de ces hommes naïfs et de déterminer quelles sont leurs intentions lorsqu’ils contractent ces mariages qui sont parfois de pure complaisance. L’un d’eux, René Berthelot, cultivateur à Cogles, a déjà une grande expérience de la vie : il est âgé de 55 ans et a déjà été marié trois fois. Le 11 mai 1847, il épouse Anne George, âgée de 33 ans, qui est alors enceinte de six mois. Sa grossesse est visible aux yeux de tous, mais il semble n’avoir accordé aucun crédit aux personnes bien intentionnées qui l’avaient prévenu avant son mariage qu’il épousait « une femme sur le point d’accoucher ». Sa nouvelle épouse est suffisamment habile pour le tromper sur son état et l’éloigner de la maison sous un faux prétexte, lorsque l’accouchement s’annonce :

  • 8 AN/BB/20/141, I-V, 4e trim. 1847, Le Beschu de Champsavin, 21 décembre 1847.

« Dans la nuit du 14 au 15 août, elle fut avertie par les douleurs que le moment était venu ; elle sçut [sic] se contenir, et au point du jour, elle persuada à son mari de partir pour Saint-Brice, distant de 6 kilomètres et d’y faire plusieurs commissions qui devaient absorber sa journée. Le 15 août est d’ailleurs une grande fête. Restée seule, elle accoucha vers six heures, et accomplit son infernal projet avant huit heures : vers neuf heures, des voisins, qui se rendaient à la grand-messe, la trouvèrent qui vaquait aux soins ordinaires de sa maison. Le soir, le mari rentra, et elle lui apprit qu’elle avait essuyé une fausse couche. Il y crut8. »

19Lorsque la rumeur de son accouchement se répand dans le voisinage, elle se rend avec son mari chez le juge de paix, auquel elle déclare avoir fait une fausse couche. Mais le juge de paix parvient à découvrir le cadavre du nouveau-né.

  • 9 Idem.

20L’instruction apprendra qu’Anne George avait déjà donné le jour à deux enfants naturels. Le premier avait été confié par son père à une sage-femme qui l’avait déposé à l’hospice d’Avranches. Quant au second, qu’elle s’apprêtait à tuer, et qui avait été sauvé in extremis par une voisine, il était mort quelque temps plus tard « à la nourrice ». Malgré son crime et son passé douteux, Le Beschu de Champsavin relevait qu’Anne George n’était pas dépourvue de vertus : « Le maire de la commune a fait connaître que quelques années auparavant, elle avait eu des soins admirables pour son père et sa mère, pauvres et infirmes. Elle passait la nuit à les soigner, et le jour elle se livrait aux plus rudes travaux pour leur acheter du pain. Ses maîtres disaient qu’elle avait toujours été laborieuse et fidèle9. »

  • 10 AN/BB/20/141, F, 4e trim. 1847, Robinot Saint-Cyr, 27 octobre 1847.

21Le dossier d’Anne Bonnezec, domestique à Gouézec, âgée de 26 ans, présente de grandes similitudes avec celui d’Anne George. Lorsqu’elle épouse, en 1847, Jacques Cornec, « qui était le seul, écrit Robinot Saint-Cyr, qui ignorât le nouvel état de grossesse de sa femme », elle avait déjà fait l’objet, trois ans auparavant, d’une poursuite judiciaire pour infanticide sur des jumeaux. Cependant, malgré ses fâcheux antécédents, sa « conduite irréprochable » en prison attire en 1859 – elle est alors détenue depuis treize ans – l’attention de l’administration pénitentiaire qui la propose pour une remise de peine. Jacques Cornec est mort dans l’indigence, laissant deux filles, dont l’une est infirme, et qui sont réduites à la mendicité. Il n’est pas invraisemblable que les fonctionnaires aient envisagé, au vu de sa bonne conduite, de précipiter sa libération pour qu’elle joue, auprès de ses belles-filles, le rôle maternel qu’elle n’avait pu ou su assumer auprès de ses propres enfants10.

  • 11 AN/BB/20/93, L-I, 3e trim. 1837, Chellet, 8 octobre 1837.

22Certains mariages ne sont conclus que pour légitimer une grossesse. Marie Rousseau, cultivatrice à Guenrouet, âgée de 29 ans, appartenant à « une famille honorable », était recherchée en mariage par plusieurs prétendants. Le 31 janvier 1837, sans doute pour se plier à un arrangement négocié par ses parents, elle épouse un agriculteur du voisinage, Jacques Tillard. Elle est alors enceinte de trois mois. Cette union, qui paraît destinée avant tout à sauvegarder son honneur, n’a pas été consommée. Lorsqu’elle accouche, près de six mois plus tard, elle demeure toujours chez ses parents11.

  • 12 AD F 4U2/164, le juge de paix de Saint-Renan au procureur de Brest, 2 août 1859.

23Jacques Le Bihan, forgeron au port de Brest, âgé de 36 ans, est l’archétype du mari complaisant. Domestique pendant douze ans chez les Jourden, propriétaires-cultivateurs au Conquet, il s’est marié par deux fois pour leur venir en aide, on ne sait à quel prix. En 1848, lorsqu’il épouse sa première femme, celle-ci est enceinte de trois mois des œuvres de Jourden père qui, « sous le rapport des mœurs jouit d’une relation détestable12 ». Trois enfants sont nés des relations « coupables » entre Jourden père et la première épouse de Le Bihan. Tous trois ont été inscrits à l’état civil par les soins de celui-ci. Les deux premiers ont été déclarés mort-nés. Seul le troisième semble avoir eu la chance de conserver quelque temps la vie. En 1859, devenu veuf, Jacques Le Bihan se remarie avec Françoise Kermaïdic, âgée de 30 ans, également domestique chez Jourden. Elle est alors enceinte de quatre mois. œuvres du fils de la maison, Jean-Marie, âgé de 23 ans. L’enfant sera tué dès sa naissance par Jean-Marie Jourden et cet infanticide seul sera poursuivi. Le Bihan avouera au cours de l’instruction n’avoir jamais eu de rapports sexuels avec son épouse.

Femmes adultères

  • 13 AD M U2127, Joseph Hervoch, 61 ans, journalier, 25 mai 1843.

24Les cas d’adultère sont assez rares lorsque le mari est présent au foyer. Ils résultent surtout de mariages mal assortis. Le meilleur exemple est peut-être celui des époux Hervoch, du village de Guéric en Crach. Ils sont mariés depuis treize ans lorsque la femme, Marie-Julienne Nerhuen, accouche de jumelles adultérines qu’elle étrangle. Le mari, Joseph Hervoch, un journalier âgé de 61 ans, a 25 ans de plus que son épouse. Il ne vit pas dans une grande intimité avec elle : « Je ne savais pas que ma femme eût accouché. Je ne savais pas non plus qu’elle fût enceinte. Comme journalier, je suis toujours hors de chez moi ; j’y rentre pour coucher ; je ne couche plus avec ma femme. Cependant il y a six mois que j’ai couché avec elle et j’ai rempli le devoir conjugal13. »

  • 14 Idem, interrogatoire, 26 mai 1843.
  • 15 Id.

25Marie-Julienne Nerhuen a une très mauvaise réputation. Elle évoque avec détachement sa première grossesse qui semble pourtant résulter d’un viol : « je n’avais que quinze ans alors », indique-t-elle au magistrat. « Mon oncle, ancien militaire, me fit un enfant ; il paya pour mon accouchement à Auray et l’enfant a dû être envoyé à l’hôpital de Vannes14. » De même, elle avoue son double crime sans manifester beaucoup d’émotion : « Je levai un peu la tête du premier enfant ; je lui coupai le cordon ombilical avec des ciseaux et environ une demi-heure après avoir accouché de ce premier enfant, je le pris par le cou avec les deux mains et je l’étranglai ; je souffrais beaucoup. Je pris encore le second par le cou ou par la tête, je ne sais trop par où, car je ne savais pas ce que je faisais ; je l’ai serré et il est mort ainsi entre mes mains15. »

26Elle est mal perçue par son voisinage, qui lui attribue un autre infanticide, non seulement parce qu’elle reçoit son amant au vu et au su de tout le village, mais aussi parce qu’elle ne remplit pas correctement son devoir d’épouse nourricière. Les questions que lui adresse à ce sujet le juge de paix du canton montrent combien il partage la réprobation générale :

  • 16 Id., interrogatoire, 2 juin 1843.

« Qui trempa la soupe de votre mari le dimanche 21 mai dernier ? – Ce fut Rosalie Le Garrec. – Qui en coupa le pain, ainsi que le mardi suivant ?

Rosalie Le Garrec. – Ainsi, c’est une étrangère à votre maison, Rosalie Garrec [sic], qui avait soin de votre mari ; car vous ne l’entouriez plus, vous, des soins que vous lui deviez. Avant cette époque, étiez-vous dans l’habitude de lui couper le pain de sa soupe et de la tremper, de la tenir toute prête pour le moment de son arrivée du travail ? – Oui, cela m’est arrivé plusieurs fois. – On dit aussi que depuis longtemps vous n’avez plus de conversation avec votre mari, que vous ne lui parliez plus et cependant vous ne viviez qu’à l’appui des journées gagnées par ce mari aujourd’hui âgé de 61 ans. – Mais si, je lui parlais16. »

27Le cas de Marie-Joseph Nerhuen est cependant relativement isolé. La majorité des adultères qui ont été à l’origine de crimes sont provoqués par l’éloignement des maris.

  • 17 AD C-A 2U/735.

28Les femmes de soldats et de marins vivent séparées de leur époux pendant des périodes plus ou moins longues, qui peuvent aller jusqu’à cinq ou six ans. Comme la plupart ne savent ni lire ni écrire, elles demeurent pratiquement sans nouvelle de lui. Seule la femme Lorgeré semble recevoir de temps à autre des lettres de son mari, qui est soldat. Mais il est absent depuis six ans et elle vit pratiquement en concubinage avec le garde champêtre de la commune. Ses voisins la soupçonnent de récidive17.

  • 18 AD C-A 2U/754, 1850.

29Marie-Françoise Rivoallan, âgée de 30 ans, couturière à Lanloup, est mariée à François Rolland, « marin au service de l’État », absent depuis trois ans. L’auteur du crime paraît être son amant, François-Marie Le Bris, dont l’épouse est détenue pour vol. Au cours des trois années d’absence de son mari, Marie-Françoise Rivoallan a mis au monde un autre enfant qui a été déposé à l’hospice18.

30La majorité des femmes de marins ou de soldats poursuivies pour infanticide ont un enfant naturel dans les deux années qui suivent le départ de leur époux. Il ne faudrait pas en conclure pour autant que ces femmes soient particulièrement infidèles, car elles ne représentent qu’une faible minorité des accusées (2,1 %).

Les veuves

  • 19 AN/BB/20/182/1, F, 4e trim. 1855, Le Beschu de Champsavin, s. d.

31Les veuves sont généralement plus aisées que les autres catégories d’accusées. Plusieurs appartiennent à la classe des propriétaires-cultivatrices. Elles sont généralement déjà mères de plusieurs enfants légitimes, qui parfois sont adultes. C’est souvent le souci de préserver la tranquillité de ces enfants qui poussent les veuves au crime. Marie-Urbane La Parc, une cultivatrice aisée de Plozévet, âgée de 42 ans, est veuve depuis dix ans lorsqu’elle met au monde un enfant naturel. Sa conduite avait été jusque là « exempte de reproches ». C’est selon toute vraisemblance pour cacher la naissance d’un bâtard à son fils aîné, qui est marié, et éviter que son propre déshonneur rejaillisse sur lui, qu’elle se résout à tuer son nouveau-né19.

32Elles sont nombreuses à avoir l’expérience de la mort précoce d’un ou de plusieurs enfants. La Vve Guimard, journalière à Roc Saint-André, âgée de 30 ans, a perdu cinq de ses six enfants légitimes. La Vve Le Trou, mère de douze enfants n’a pu en conserver que sept. Quatre des huit enfants de la Vve Bongré sont décédés. La mortalité infantile est telle que ces veuves peuvent être portées à envisager la mort d’un nouveau-né avec fatalisme.

  • 20 Collet D., op. cit.

33À ce fatalisme s’ajoute la difficulté à renoncer, alors qu’elles sont encore jeunes, à toute vie amoureuse. Daniel Collet20 relevait en effet que le remariage des femmes était beaucoup moins fréquent, à la campagne, que celui des hommes. Les veuves rurales devaient donc se résoudre à vivre dans la solitude et l’abstinence.

34C’est sans doute parce qu’elle éprouve quelque difficulté à supporter la solitude que la Vve Lépinay séduit l’un de ses domestiques. Renversant les rôles, c’est elle qui use, pour le conquérir, de promesses de mariage :

  • 21 AN/BB/20/41, I-V, 4e trim. 1828, Le Painteur de Normény, 30 décembre 1828.

« Parmi les 22 témoins que nous avons entendus, il s’en est trouvé 2 qui ont jetté [sic] le plus grand jour sur cette affaire : le premier, en déclarant qu’il avait été l’année dernière domestique de l’accusée qui, vers le mois d’août, lui avait proposé de l’épouser : que dans l’espoir d’un mariage aussi avantageux pour lui (qui n’avait aucune fortune, tandis qu’elle jouit entr’elle et son enfant d’un revenu de plus de 200 francs), il s’était prêté au commerce criminel qu’elle sollicitait avec instances ; qu’enfin, elle lui avait avoué depuis, être enceinte de ses œuvres, sans vouloir toutefois réaliser la promesse précédemment faite21. »

  • 22 AD I-V 42U/715, p.-v. de gendarmerie, 3 novembre 1839.

35Tout comme le célibat, le veuvage rend les femmes vulnérables aux entreprises de séduction de leur entourage. Outre Jeanne Thominet, au moins trois autres veuves ont succombé aux charmes de leurs beaux-frères. Rose Bouillaux, fileuse à Janzé, dit avoir résisté « avec courage, pendant longtemps », aux avances de son beau-frère, « mais obsédée par sa recherche, par ses transports violents, j’ai dû me résigner à mon sort, quoique ce soit contre ma volonté et n’osant pas crier de crainte de scandale ». Comme Jeanne Thominet, elle prétendra ne lui avoir cédé qu’une seule fois22. Marie Kerdal, Vve Dagorn, âgée de 42 ans, mère de cinq enfants, qui dirige une petite exploitation rurale, vit depuis six ans en concubinage avec son beau-frère, Jean Dagorn, âgé de 36 ans, qui est domestique-laboureur chez elle. Deux enfants, naîtront de cette union et seront tués de complicité par les deux amants.

  • 23 AN/BB/20/174/2, M, 1er trim. 1854, Lambert, 21 mars 1854.

36Guillemette Robino, une des rares accusées qui n’appartienne pas à la classe rurale, mère de trois enfants, vit avec son beau-frère, Jean Robino, lieutenant des douanes. Ce couple paraît être également récidiviste. Leur crime est en effet dénoncé par une lettre anonyme ainsi libellée : « M. Robino, lieutenant des douanes à Saint-Armel, avait avec lui sa belle-sœur qui était enceinte et tout a disparu du 9 au 10. Il n’y a plus rien ; faites faire des visites ou des recherches pour savoir où ça a passé [sic]. Ce n’est pas leur premier essai23. » Convoqué au parquet, Robino reconnaît sa paternité mais tente de persuader le magistrat que faute de moyens suffisants pour élever ce nouveau-né, lui et sa belle-sœur ont dû se résoudre à le déposer à l’hospice. La Vve Robino décrit, avec force détails, la manière dont cet enfant était habillé lorsqu’il a été déposé au tour. Mais tous deux, avant de se rendre au palais de justice, étaient allés demander à l’hospice si aucun enfant n’avait été abandonné dans les jours environnant le crime :

« Trois témoins, la Supérieure des Dames de charité, la tourière et l’employé de la préfecture au bureau des enfants-trouvés déclarèrent que trois heures avant leur comparution au Parquet le 29 novembre, Robino d’abord, puis Robino et sa belle-sœur, étaient allés, par trois démarches différentes, s’informer si un enfant n’aurait pas été déposé au tour à une époque correspondant à l’accouchement, quels étaient le jour et l’heure de ce dépôt, le sexe de l’enfant et les vêtements dont il était couvert. »

  • 24 Idem.

37Ce stratagème aurait pu réussir si Robino n’avait eu l’imprudence de se vanter à l’un de ses collègues d’être parvenu à berner le magistrat. Guillemette Robino finira par reconnaître le meurtre24.

38Si les relations entre beau-frère et belle-sœur sont unanimement réprouvées, celles qui, comme dans le cas de la Vve Barbin, unissent une belle-mère et son beau-fils, paraissent proprement scandaleuses. Le Meur, évoquant cette affaire, parle même de « honteux accouplement ». Cette relation est d’autant plus inacceptable qu’elle est à l’origine du suicide de Barbin, mari et père des accusés :

« Le Sieur Barbin père, veuf d’une première femme qui l’avait rendu fort heureux, père de plusieurs enfants et notamment de Jean-Marie Barbin, alors âgé de 16 ou 17 ans, épousa en secondes noces Marie-Théotiste Thuaud, jeune fille d’un tempérament ardent et de mœurs déplorables. Cette femme ne tarda pas à séduire le fils de son mari et à vivre en concubinage avec lui, à la connaissance de toute la commune, scandalisée par cette conduite infâme. Vers 1843, le malheureux Barbin père finit par découvrir ces relations incestueuses, qui n’étaient un secret que pour lui et de désespoir se donna la mort en se pendant à l’aide du licol de l’un de ses chevaux ; si l’on en croit même le bruit public, il aurait été assassiné par sa femme et son fils, surpris par lui en flagrant délit ; mais l’absence d’un témoin fort important à ce sujet, n’a pas permis d’apurer aux débats de la cour d’assises ce genre de mort, qui a été évidemment un suicide occasionné par le désespoir, sinon un assassinat. »

  • 25 AN/BB/20/128, L-I, 3e trim. 1844, Le Meur, s.d.

39Après la mort de son père, Jean-Marie Barbin demande au procureur du roi l’autorisation d’épouser sa belle-mère. Le refus du magistrat semble l’avoir déterminé à se débarrasser de l’enfant : « Marie Thuaud cacha sa grossesse, ne fit aucun préparatif [sic] pour recevoir son enfant et, à l’époque de son terme, éloigna de la maison ses domestiques et ses enfants du premier lit ; elle accoucha dans une étable, en présence de Jean-Marie Barbin, baptisa l’enfant nouveau-né, le remit à son complice, après l’avoir enveloppé dans un mouchoir, en lui disant : “Fais-en ce que tu voudras, moi je vais me coucher dans mon lit25.” »

Faibles et fortes personnalités

  • 26 Comme cela arrive parfois, il n’y a pas, d’après ce verdict, d’auteur principal du crime.

40Les domestiques, particulièrement si elles totalement dépourvues de protection familiale, sont souvent victimes de maîtres abusifs. Ainsi, Mélanie Suliac, domestique-cultivatrice, âgée de 22 ans, enfant naturel, entrée jeune au service de Pierre-Victor Samson, se laisse-t-elle suborner par celui-ci. Samson, âgé de 43 ans, cultivateur à Taden est célibataire, il avait déjà rendue mère sa précédente servante. Tous deux sont accusés de l’infanticide. Mélanie Suliac sera acquittée et Pierre-Victor Samson condamné à une peine légère, pour complicité26. Alors que le crime semble avoir été commis de concert, le jury s’est laissé émouvoir par la situation de Mélanie Suliac :

  • 27 AN/BB/20/235/2, C-N, 3e trim. 1861, Dupuy, 24 juillet 1861.

« C’était un enfant naturel. Elle était entrée à l’âge de 16 ans au service de Pierre Samson qui, abusant de son expérience et de l’autorité que lui donnait son titre de maître, l’avait séduite et en avait fait sa concubine : cette fille loin d’avoir intérêt à détruire son enfant, qui avait ou pouvait être le lien le plus propre à déterminer Pierre Samson à l’épouser, devait désirer au contraire qu’il vécût. Ce n’est donc pas elle qui a pu concevoir la pensée du crime. Si elle n’a pas été un témoin purement passif de ce crime, si on peut lui imputer le tort d’y avoir donné son assentiment ou de n’avoir rien tenté pour s’y opposer, elle a été dominée par l’ascendant de son maître, elle a subi le joug d’une influence qui la rend excusable ou du moins irresponsable27. »

41Quelques accusées paraissent surtout victimes de leur défaut d’intelligence. Marie Piriot, domestique à Grand-Fougeray, est d’une extrême naïveté :

  • 28 AN/BB 20/168/2, I-V, 3e trim. 1853, Lambert, 19 août 1853.

« Marie Piriot, âgée de 34 ans, était depuis dix ans domestique chez les époux Filoux, laboureurs à Fougeray. Sans être idiote ni imbécile, elle était cependant regardée comme ayant un esprit très borné, et surtout des plus crédules. Aussi, comme elle désirait vivement se marier, un homme des plus mauvaises mœurs, quoique marié et père de famille, nommé Hyacinthe Cahélo, dit Cajolet, n’eut-il pas de peine à lui persuader qu’il était un enchanteur et que si elle voulait s’abandonner à lui, il ferait venir à elle le mari qu’elle désirait. Elle céda par bêtise et devint enceinte en juillet ou août 185228. »

  • 29 AD L-A 5U174/1, Luc Chagnas, marchand, adjoint de la commune de Rouans, 27 mars 1865.
  • 30 Idem, Bertho, instituteur à Rouans, 30 mars 1865.

42À l’opposé, apparaissent de fortes personnalités, aptes à se défendre, et parfois capables de retourner les rapports de force en leur faveur. Quelques-unes affichent une liberté de langage et de mœurs qui fascine autant qu’elle inquiète les hommes de leur entourage : « Thomas a une fameuse gaillarde qui n’a pas l’air d’être poltronne29 » déclare à sa femme l’adjoint de la commune de Rouans à propos de Rose Gobin, une domestique de 27 ans travaillant depuis quelques mois chez un commissionnaire nommé Jean Thomas. Cette femme a un « air étrange » et une liberté de ton qui le surprend. L’instituteur du village, qui achète ses poulets chez Thomas, est également étonné par « l’impertinence et la grossièreté de la fille Gobin envers son maître » qui, manifestement, n’est pour rien dans sa grossesse30.

43Vincente Le Gall, domestique à Naizin, se fait renvoyer en mars 1829 de chez ses maîtres en raison de la liberté, jugée excessive, de ses mœurs :

« Vincente Le Gall est entrée à mon service en qualité de gardienne de bestiaux, le 9 mai 1828, elle en est définitivement sortie le 3 mars dernier. Pendant qu’elle a demeuré chez moi, j’ai eu fréquemment à me plaindre de sa conduite. Elle était extrêmement amoureuse et courait après les hommes. Il lui est arrivé plusieurs fois de sortir de chez moi et d’aller faire des débauches avec des hommes dans les cabarets voisins. Comme j’avais entendu dire qu’elle était grosse et que j’étais persuadé que la vie qu’elle menait devait infailliblement amener un pareil résultat, je me décidai à lui en parler, un mois environ avant sa sortie de chez moi. »

  • 31 AD M U2013, Mélaine Le Dévédec, 50 ans, cultivateur, 18 mai 1829.

44Elle aime s’amuser et dissipe dans des beuveries l’argent qu’elle vole à ses maîtres : « Vers Noël dernier, Vincente Le Gall s’absenta pendant quatre jours de ma maison, qu’elle passa en débauche et pendant lesquels elle mangea deux pièces de six livres qu’elle m’avait prises. Je ne voulais plus qu’elle rentrât chez moi, mes filles me décidèrent à la reprendre, afin que par son travail, elle regagnât les deux pièces de six livres dont elle nous avait fait tort31. »

  • 32 Idem, Marguerite Pasco, 47 ans, cultivatrice, [même jour].

45Mais il n’est pas impossible que certains maîtres, pour marquer leur réprobation du meurtre, noircissent quelque peu les accusées qui partageaient leur vie quotidienne et dont ils étaient autrefois si proches. Après avoir été chassée de chez ses maîtres, Vincente Le Gall retrouve rapidement une place chez d’autres cultivateurs qui ne soupçonnent même pas son état et qui ne voient rien de répréhensible à sa conduite : « J’ignore pourquoi les soupçons se sont portés sur elle », déclare sa nouvelle maîtresse au juge d’instruction. « Elle n’a pas cessé de se bien conduire pendant le temps qu’elle a passé à mon service32. » Mais Vincente Le Gall n’a vécu qu’un mois, qui correspondait au terme de sa grossesse, chez ces agriculteurs.

  • 33 AD C-A 2U/711, Marie-Louise Duval, 12 avril 1847 : « Le 24 décembre […] vers les six heures et dem (...)
  • 34 AN/BB/20/145, C-N, 2e trim. 1848, Tiengou de Tréfériou, 3 juin 1848.

46Marie-Louise Duval est dotée, elle aussi une forte individualité. Elle réussit l’exploit de devenir enceinte alors qu’elle est détenue à Lannion. Condamnée en septembre 1846 à un an de prison pour vol, elle recueille, en avril 1847, les confidences d’une de ses codétenues, Jeanne Le Minor, qui lui avoue avoir donné son nouveau-né à dévorer à un cochon33. Marie-Louise Duval bénéficie de la protection du concierge de la prison et de son épouse. C’est elle qui est chargée de soigner les détenues. Elle dispose de suffisamment liberté pour faire des rencontres qui aboutiront à sa grossesse. À sa libération, en septembre 1847, le concierge la garde comme domestique. Elle accouche donc à la prison, en janvier 1848, d’un enfant qu’elle précipite immédiatement dans les latrines34.

  • 35 AN/BB/20/34, C-N, 2e trim. 1827, Carron, 10 juin 1827.

47Elle n’est manifestement pas la seule accusée à avoir eu des relations sexuelles en prison. Carron, dans son compte rendu relatif à Jeanne Mahé, filandière à Trédaniel, écrivait en effet : « La corruption de ses mœurs était poussée à un tel point d’abjection que, dans la prison même, elle était parvenue à nouer avec des soldats d’ignobles relations35. »

  • 36 AD I-V 2U4/614, Mélanie Leblanc, 29 ans, fille de Gilette Vallet-Duronceray, 27 décembre 1824.

48Deux femmes, parmi celles qui exercent de multiples activités et qui sont domestiques à certaines époques de leur vie, parviennent à se substituer dans la gestion de la maisonnée, à leurs maîtresses. Il s’agit de la femme Doudard, dont le mari est détenu pour vol de chevaux et qui est employée comme domestique pendant près d’un an chez Jean-Baptiste Vallet-Duronceray, officier de santé à Mellé. Les relations entre Anne Doudard et Duronceray deviennent assez rapidement insupportables à l’épouse de ce dernier. Elle s’enfuit de la maison pour se réfugier chez sa fille aînée, qui déclare : « Ce que je sais, c’est que la conduite du sieur Duronceray avec la femme Doudard devint tellement scandaleuse que ma mère, après avoir longtemps souffert, crut enfin devoir, pour elle-même et surtout pour ma jeune sœur, âgée de douze ans, qui avait les exemples les plus dangereux sous les yeux, quitter la maison conjugale, et vint se réfugier chez nous36. »

  • 37 Idem, Gillette Vallet-Duronceray, 51 ans environ, [même jour].

49La femme Duronceray, également entendue au cours de l’instruction, décrit la position humiliante dans laquelle elle s’est trouvée par rapport à cette domestique, beaucoup plus jeune qu’elle (Anne Doudard est âgée de 26 ans, alors que Gillette Duronceray a 51 ans), qui tentait d’inverser les rapports d’autorité : « Je ne sais pas comment elle s’est conduite depuis le mois de janvier dernier, que j’ai quitté la maison conjugale pour plaider ma séparation contre mon mari, mais auparavant j’avais remarqué entre eux des familiarités déplacées, et la Doudard prenait avec moi un ton de maîtresse propre à faire faire de tristes réflexions : elle s’oubliait jusqu’à porter mes chemises sans ma permission, ou plutôt contre ma volonté37. »

50Julienne Godard, qui s’est enfuie de Montours au lendemain de son crime finit, après une période d’errance, par se faire engager sous un nom d’emprunt comme domestique. Au moment de son arrestation elle habite depuis environ cinq semaines chez François Fémeril, laboureur à Louvigné-du-Désert. Elle paraît avoir, en un mois de présence dans cette maison, détrôné son épouse : « Comme elle s’est trouvée n’avoir aucun papier, écrit le juge de paix au procureur du roi, j’ai cru devoir la faire conduire, attendu d’ailleurs les violents soupçons de concubinage qui pèsent sur elle et que n’ont pu détruire dans mon esprit les dires de la femme Fémeril que je crois tout à fait réduite à la malheureuse nécessité de taire les infamies qui souillent sa maison. »

51Elle est « signalée par le bruit public comme vivant en état de concubinage avec ledit François Fémeril ». Le juge de paix n’accorde aucun crédit aux démentis de celui-ci et de son épouse, car il estime que cette dernière est terrorisée par son mari :

  • 38 AD I-V 2U4/614, le juge de paix de Louvigné-du-Désert au procureur de Fougères, 25 février 1825.

« Fémeril et sa femme ont dit aussi que tout cela n’était qu’une calomnie et la femme Fémeril en son particulier, a dit que c’était elle-même qui avait donné ses services à la Beaufils [pseudonyme utilisé par Julienne Godard], pour tout le temps qu’elle aurait voulu leur rester. Néanmoins en considérant les dires de la femme Fémeril comme l’effet de la crainte des mauvais traitements de son mari, nous avons ordonné et ordonnons que Perrine Beaufils, prévenue du délit de vagabondage, sera incessamment conduite devant M. le Procureur du Roi de Fougères38. »

Les séducteurs

  • 39 C. civ., art. 340.

52Les hommes sont généralement remarquablement absents des dossiers. La loi en interdisant la recherche de paternité les dispense en effet de toute responsabilité à l’égard de leurs enfants naturels39. Ce n’est que lorsqu’ils sont soupçonnés de complicité qu’ils sortent de leur anonymat. Parfois, également, certaines femmes indiquent, de manière plus ou moins vague, l’identité de leur séducteur. Les indications données par les accusées permettent de cerner l’identité de 118 d’entre eux (soit 20,63 %) :

  • Maîtres 43
  • Hommes du voisinage 41
  • Membres de la famille 13
  • Militaires de passage 7
  • Domestiques travaillant avec elles 6
  • Domestiques de leur famille 4
  • Ouvriers de passage 3
  • Fiancé 1
  • Total 118

53Les arguments de la séduction relèvent essentiellement, pour les domestiques, de l’abus de pouvoir, et pour les relations de voisinage, de promesses de mariage. On doit, bien entendu, supposer que l’inclination joue un rôle important dans ces amours clandestines, quelle que soit la catégorie à laquelle on tente de les rattacher. Mais les aspects romanesques ou sentimentaux des rapports amoureux ayant abouti à des infanticides sont très difficiles à déceler dans des documents judiciaires dont la fonction est purement normative. Il est donc possible qu’ils soient, de par la nature des sources utilisées, largement sous-évalués, bien que les magistrats ne soient pas totalement imperméables aux aspects humains des problèmes qu’ils ont à traiter.

Maîtres abusifs

54Dans la galerie de portraits des maîtres émergent plusieurs types : les cultivateurs ayant épousé des femmes plus âgées qu’eux, les veufs, les célibataires endurcis se réservant pour un « beau » mariage et les fils de la maisonnée. On note généralement une grande différence d’âge entre la domestique victime de la séduction et son maître : les séducteurs de domestiques se partagent en effet très inégalement entre les maîtres (33 sur 43) et leurs fils (10 sur 43).

55Les domestiques deviennent facilement la proie d’hommes qui, en raison de l’ancienneté de leur mariage, de l’âge ou des infirmités de leur épouse, n’éprouvent guère d’autre satisfaction de leur situation conjugale que celles qui relèvent des avantages économiques qu’ils ont pu en tirer. L’un des exemples les plus frappants de ces maris vénaux est celui de Jacques Le Barbier, laboureur à Saint-Gildas-de-Rhuys, auteur de la grossesse de Mélanie Mandelert, une domestique-cultivatrice âgée de 28 ans. Les raisons qui l’ont amené à délaisser son épouse et à séduire Mélanie Mandelert ressortent très clairement de l’interrogatoire que lui fait subir le juge d’instruction :

« Votre femme est plus âgée que vous ? – Oui elle a environ soixante-six ans, ce qui lui fait près de seize ans de plus que moi. – N’avez-vous pas obtenu une donation de votre femme ? – Oui, il y a longtemps, nous nous fîmes alors une donation réciproque. – N’est-ce pas dans la crainte de perdre la bienveillance de votre femme et par suite la donation qu’elle vous a faite que vous auriez fait disparaître l’enfant de Mélanie Mandelert ? – Non. »

  • 40 AN/BB/20/200/1, L-I, 2e trim. 1857, Taslé, 24 juin 1857.

56Louis Guerchet, laboureur à Malville, âgé de 66 ans, a lui aussi épousé une femme beaucoup plus âgée que lui, qui est infirme. Il jette son dévolu sur sa domestique, Marie Denigot, qui n’est âgée que de 17 ans. Au moment de ses couches il l’empêche de retourner chez sa mère et la contraint à tuer son nouveau-né. Il se montre d’une parfaite mauvaise foi devant la cour d’assises : « Forcé d’avouer ses relations intimes avec elle, il a prétendu qu’elle l’avait forcé d’assouvir ses désirs, en allant la nuit le trouver dans son lit et le menaçant de ses ciseaux, s’il ne consentait pas à jouir d’elle. Après cet aveu de leurs rapports intimes si ridiculement expliqués, il niait tout et soutenait n’avoir pas même soupçonné la grossesse de Marie Denigot40. »

  • 41 AD M U2058, Jean-Pierre Jouino, 20 ans, laboureur, 5 février 1835.

57Il n’est pas le seul maître à se déclarer victime des pulsions d’une domestique qui, pourtant, est placée dans une position de subordination économique très forte. Jean-Pierre Jouino, un laboureur de 20 ans, de Moustoir-Rémungol, reporte lui aussi toute la responsabilité des amours ancillaires qu’il a vécues avec la Vve Maho, une domestique de sa mère, sur la nature passionnée de cette femme. Cette argumentation est assez perverse car elle repose sur des arguments réels. Il est vrai que la Vve Maho est légèrement plus âgée que lui (elle a 28 ans) et qu’elle est censée, puisqu’elle a été mariée, être plus expérimentée : « La veuve Maho est venue souvent dans mon lit à m’exciter. J’étais très innocent, j’ignorais les résultats possibles de ces opérations41. »

  • 42 AN/BB/20/145, M, 3e trim. 1848, Piou, 20 juin 1849.

58Certains agriculteurs, se réservant pour un mariage avantageux, se font une spécialité, en attendant de réaliser leur objectif, de séduire leurs domestiques. Mathurin André, laboureur à Lanouée, célibataire, âgé de 36 ans, est « réputé vivre en concubinage avec ses servantes42 ». Pirault, cultivateur à Bourgneuf-en-Retz, également célibataire, « a une réputation détestable dans le pays au point de vue de ses domestiques ». Aucune ne paraît avoir échappé à ses assiduités. Il a déjà été soupçonné, antérieurement à l’affaire qui a conduit l’une d’elles – la Vve Chauvet – devant la cour d’assises en 1856, d’avoir commis ou participé à un autre infanticide :

« Il paraît notoire dans le pays que toutes les femmes qui ont servi dans sa maison ont été l’objet de ses attaques et que trois au moins sont devenues enceintes chez lui. Il y a six ou sept ans, une de ces femmes accoucha chez lui d’un enfant qui mourut peu de jours après sa naissance. À cette époque, l’attention de la justice fut éveillée, le juge de paix fit une descente chez Pirault, l’autopsie du corps de l’enfant eut lieu ; mais à la suite de cette recherche, l’affaire demeura sans suites [sic]. »

  • 43 AN/BB/20/190/2, L-I, 4e trim. 1856, Baudouin, 26 décembre 1856.

59D’abord mis en prévention dans l’affaire de la Vve Chauvet il a, une fois de plus, bénéficié d’un non-lieu qui, d’après Baudouin, peut expliquer l’acquittement de cette dernière : « Non seulement je ne fais aucun doute que la mise hors de prévention prononcée en faveur de Pirault a été la cause déterminante de l’acquittement de la femme Veuve Chauvet, mais plusieurs des jurés qui se sont prononcés pour cet acquittement, prononcé par six voix contre six, me l’ont déclaré expressément après l’audience43. »

60Selon la rumeur, Job [Joseph] Le Moing, fils aîné d’un cultivateur de Languidic, a engrossé les trois dernières servantes de son père. Outre Anne Le Goff, il semble, d’après l’interrogatoire que fait subir à celle-ci le juge d’instruction, avoir également rendues mères les deux domestiques qui l’ont précédée :

  • 44 AD M U2052, interrogatoire, 25 mars 1834.

« – Pouvez-vous désigner les servantes auxquelles Le Moing passe pour avoir fait des enfants ?
– Ce sont, dit-on, les deux dernières dont je viens de vous parler, celle qui m’a précédée immédiatement et qui était avec son mari [Marie Le Gall] et [une autre servante, Anne, âgée de 37 ans]. J’ai entendu dire qu’elles avaient des enfants et qu’on ne savait pas ce qu’ils étaient devenus. J’ai entendu dire aussi qu’on les avait vues enceintes mais je ne pourrais vous désigner la personne qui m’a dit cela44. »

61Joseph Quélavoine, cultivateur à Saint-Pern, âgé de 41 ans, n’hésite pas à enterrer vivant l’enfant né de ses amours avec sa domestique, Céleste Thé, âgée de 21 ans. Il agit avec sang-froid bien qu’il prétende, après coup, en avoir éprouvé du regret : « Il lui dit [à Céleste Thé] que c’était un bel enfant, qu’il regrettait de ne pas l’avoir conservé, qu’il jettait de fameux cris, qu’il n’avait pas pu l’étouffer et qu’il pleurait encore quand il l’avait mis dans la terre. »

  • 45 AN/BB/20/128, I-V, 4e trim. 1844, Cavan, 27 novembre 1844.

62Le plus troublant cependant, se rapporte à la mort de ses enfants légitimes, décédés tous trois peu de temps après l’arrivée de Céleste Thé dans sa maison : « En 1841, Céleste Thé entra au service de Quélavoine dont la femme était enfermée dans une maison d’aliénés où elle est décédée. Dans la même année, et dans le cours espace de quatre mois, trois enfants légitimes qu’il avait moururent45. » Aucune charge n’a été retenue, ni contre Joseph Quélavoine, ni contre Céleste Thé, relativement à l’étrange mort de ces trois enfants, mais l’enquête judiciaire s’est déroulée en 1844, soit trois ans après les faits.

  • 46 AN/BB/20/145, I-V, 4e trim. 1848, Fénigan, 24 janvier 1849.

63Mathurin Fleury, laboureur à Plumaugat, veuf, âgé de 56 ans, auteur du meurtre de l’enfant de sa domestique, Françoise Yon, est également réputé très violent. La rumeur publique l’accuse d’avoir maltraité sa mère et d’avoir fait périr ses deux épouses successives : « Cet homme avait été marié deux fois et si l’on en croit la rumeur publique ses deux femmes auraient succombé à ses mauvais traitements. Un témoin est venu dire qu’on lui avait déclaré que Fleury, il y a longtemps, avait eu une discussion avec sa mère, il l’avait précipitée du haut d’un escalier et que cette malheureuse femme s’était cassé un bras dans sa chute46. »

Hommes du voisinage

64Les relations des accusées avec des hommes qui vivent dans leur voisinage, et qui contrairement à leurs maîtres, appartiennent au même milieu social qu’elles, pourraient être considérées comme le simple aboutissement d’une attirance réciproque. C’est effectivement le cas pour un certain nombre d’accusées, mais on relève le poids très important, dans les stratégies de séduction, de la promesse de mariage.

65Une dizaine de femmes prétendent en effet n’avoir cédé à leur séducteur, souvent présenté comme « un jeune homme du voisinage », que parce qu’elles espéraient l’épouser.

  • 47 AD C-A 2U/762, acte d’accusation, 28 avril 1851.

66D’après les seuls éléments de son dossier il est difficile de comprendre l’attrait qu’a pu exercer François Ropers, journalier-laboureur à Plouha, âgé de 71 ans, sur Hélène Guillou, une domestique de 20 ans. Elle n’a vraisemblablement cédé à ses avances que parce que son désir de se marier était très vif : « Depuis dix mois environ, elle avait des relations intimes avec François Ropers, qui, pour la décider à se livrer à lui, lui avait promis le mariage. Aussitôt qu’elle soupçonna sa grossesse, elle le pria d’accomplir sa promesse ; mais Ropers lui disait de se taire, ou qu’il lui serait arrivé malheur47. » En fait, Ropers, qui est veuf et père d’un enfant légitime ne tient pas à se remarier et craint peut-être de devenir, en épousant une femme de cinquante ans moins âgée que lui, un objet de risée ou d’indignation.

67Les relations entre femmes pauvres et laboureurs n’ont aucune chance d’aboutir à un mariage. Les accusées qui ont vécu ce type de relations paraissent avoir surtout servi de divertissement à des hommes qui avaient échafaudé, avec d’autres, des projets de mariage. Au moment où Julienne Godard commet son crime, Pierre Gilbert, laboureur, père présumé de ses deux enfants, est sur le point de se marier avec une domestique dont la réputation n’est sans doute pas entachée par une grossesse illégitime. C’est parce qu’il lui aurait refusé les secours promis que Julienne Godard se serait résolue à l’infanticide.

  • 48 AD M U2012, interrogatoire, 10 mars 1829.

68Marie Audié, mendiante et journalière à Saint-Martin-sur-Oust, âgée de 38 ans, se trouve exactement dans la même situation. Elle accouche le 24 février 1829, soit trois jours avant le mariage de celui qu’elle désigne comme son amant, Jean Diguet, un laboureur de 27 ans. C’est parce que Jean Diguet craignait que la naissance d’un enfant naturel ne fasse obstacle à son mariage qu’elle se détermine à suivre ses conseils et à tuer son nouveau-né : « Quand je m’apperçus de ma grossesse, j’en fis part à Diguet. Depuis, il me disait de m’éloigner de quatre à cinq lieues du pays, de revenir après avoir détruit mon enfant et que personne ne le saurait. Je lui observai que je ne m’en irai pas. Alors il me dit que j’étais bien bête48. »

69Parmi les séducteurs appartenant au voisinage des accusées figurent quelques hommes mariés. Il s’agit habituellement de très proches voisins : Jean-Marie Hamon, âgé de 53 ans, cultivateur-propriétaire à Plumaugat, marié et père de cinq enfants légitimes, entretient une liaison avec sa voisine Euphrasie Frouget, une cultivatrice de 30 ans demeurant chez ses parents. Ces relations adultérines sont parfois durables : celle qui unit François Tanguy, cultivateur à Ploudaniel, marié et père de trois enfants, à sa voisine et locataire Marie Castel, journalière, dure au moins depuis huit années avant leur mise en accusation pour infanticide en 1843. La rumeur publique leur attribue un autre crime commis en 1841.

  • 49 AN/BB/20/83, F, 3e trim. 1835, Vincent, 14 août 1835.

70Dans les campagnes, la complexité des hiérarchies sociales est telle qu’elle peut faire obstacle au mariage de deux individus qui sont attirés l’un par l’autre et qu’aucune différence de fortune ne paraît, a priori, distinguer. Isabelle Jaouen, couturière à Plourin, âgée de 28 ans, « vivait en secret » avec Yves Jégou, garçon-meunier à Ploudalmézeau, depuis suffisamment longtemps pour avoir donné le jour à deux enfants. Tous deux avaient fait de multiples démarches pour se marier mais n’étaient jamais parvenus à surmonter l’opposition des parents d’Yves Jégou. La raison de leur hostilité à ce mariage n’est pas indiquée. Elle peut tenir soit à la réputation d’Isabelle Jaouen, ternie par une première grossesse, soit à la différence, même dérisoire à nos yeux, de fortune entre les deux familles49.

  • 50 AD C-A 2U/697, interrogatoire, 11 février 1846.

71Les jeunes gens ne prennent généralement pas le risque, même quand ils sont adultes et que l’autorisation de leurs parents ne leur est plus nécessaire, de se marier sans leur assentiment. Jeanne-Marie Le Masson justifie son crime par l’opposition inflexible de son père à son projet de mariage, en dépit des pressions exercées sur lui par le maire et par différentes personnes de la commune : « C’est mon père qui est la cause de mon malheur. S’il avait voulu me laisser épouser le père de mon enfant, qui me demandait en mariage, il y a encore un mois, tout cela ne fût pas arrivé. Jamais mon père n’a voulu consentir à notre union, malgré mes instances et celles de mes parents et amis. Le maire de Trédaniel lui-même a fait tout ce qu’il a pu pour décider mon père, qui est resté inflexible50. »

  • 51 Françoise Gourroussé, veuve en premières noces de Pierre Suel (père de Perrine), et en secondes no (...)
  • 52 AN/BB/20/218/2, L-I, 1er trim. 1859, Baudouin, 4 avril 1859.

72Dans ces affaires, l’opposition des parents au mariage est absolue bien que la naissance d’un enfant soit annoncée. Rien ne semble pouvoir triompher de cette vanité qui les pousse à refuser toute alliance avec des familles dont ils jugent la condition sociale inférieure. La Vve Legendre51, journalière, âgée de 53 ans, mère de Perrine Suel, couturière à Blain, préfère tuer de ses propres mains l’enfant naturel auquel sa fille a donné le jour plutôt que de consentir à ce qu’elle épouse son amant : « Le débat a établi que la veuve Legendre, qui ne s’était point opposée aux désordres de sa fille, avait déclaré plusieurs fois que lors même que celle-ci serait enceinte, elle ne consentirait jamais à ce qu’elle épousât celui qui la fréquentait52. »

Domestiques

73Parmi les séducteurs on dénombre une dizaine de domestiques : 6 travaillent chez les mêmes maîtres que les accusées et 4 sont employés par les parents de celles-ci. Ces amours, qui naissent de la promiscuité de la vie quotidienne, sont presque toujours sans lendemain. Le mariage est en effet difficilement compatible avec la domesticité. La vie conjugale n’est guère possible que si les époux disposent des moyens nécessaires pour « sortir de condition » et construire leur propre foyer.

74Les relations entre domestiques d’une même maison ne résistent que rarement à l’épreuve du temps parce qu’elles ne sont pas tolérées par les maîtres qui finissent toujours par se débarrasser de l’un ou l’autre des protagonistes. L’employeur de Marguerite Paugam, domestique à Pleyber-Christ, juge ainsi que la relation qui s’est instaurée entre cette dernière et un garçon de ferme porte atteinte à l’image de sa maisonnée. Il finit par les congédier tous les deux :

  • 53 AD F 4U2/92, Jacques Caroff, 53 ans, cultivateur, 21 mars 1846.

« Marguerite Paugam a été à mon service pendant trente mois. Elle en est sortie dans les premiers jours du mois de décembre dernier. Pendant les deux premières années, sa conduite m’a paru régulière ; mais au bout de ce temps, je m’aperçus qu’il s’établissait entr’elle et un domestique nouvellement entré à mon service des relations beaucoup trop intimes. Je leur en fis l’observation à tous les deux. Mais leur conduite devenant un objet de scandale dans ma maison, je me décidai à congédier le garçon de ferme, dans le courant du mois d’octobre dernier. Cette mesure n’obtint pas le résultat que j’en attendais car ils s’obstinèrent tous les deux à braver la défense que je leur avais faite de se fréquenter. Je me décidai alors à congédier Marguerite Paugam. Elle était restée à mon service un mois et demi après le départ du jeune homme53. »

75Il arrive cependant que ces liaisons traduisent un attachement véritable. Ce n’est que la crainte de ne pouvoir s’établir tant qu’il n’est pas libéré des obligations militaires qui empêche Victor Clairai, un domestique de 19 ans, de réaliser immédiatement sa promesse d’épouser Marie-Louise Morinière, avec qui il a travaillé quelque temps. Sa sincérité ne paraît pas devoir être mise en doute puisque à l’audience même de la cour d’assises, il manifeste, non sans candeur, son impatience de se marier :

  • 54 AN/BB/20/218/2, I-V, 2e trim. 1859, Le Beschu de Champsavin, 5 juillet 1859.

« Victor Clairai s’est exprimé avec la plus grande franchise et même avec ingénuité. Il était vrai que l’enfant était à lui ; Marie-Louise Morinière lui avait fait connaître son état, il lui avait répondu : “Je voudrais t’épouser dès demain, mais tu sais bien que je n’ai pas mon âge [sic]. Il faut que j’aie satisfait à la loi du recrutement.” Clairai est fils aîné de veuve, et il sait bien qu’il sera exempté, mais dans nos campagnes on croit qu’un jeune homme ne peut pas se marier avant d’avoir passé au conseil de révision, et d’en avoir reçu sa libération […]. Clairai ajoutait : “Tu te retireras chez ta mère, tu y élèveras notre enfant, et nous le reconnaîtrons en nous mariant.” Ce projet était adopté, aussi Clairai disait encore : “Je ne croirai jamais qu’elle ait tué notre enfant [sic] ; je suis toujours décidé à l’épouser, je voudrais que ce fût dès demain54 ” »

  • 55 AN/BB/20/226/2, I-V, 3e trim. 1860, Dupuy, 31 août 1860.

76Dans un registre beaucoup moins romantique, on note la longévité du couple criminel constitué par Rose-Marie Fournier, dite Fournel, âgée de 34 ans, domestique-cultivatrice à Bruz et René Pégeault. Rose Fournel, mère d’un enfant naturel né en 1850, entretient des relations suivies avec René Pégeault, âgé de 44 ans, qui travaille avec elle chez la Vve Grouget. Ils sont jugés par la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine en 1860 pour trois infanticides, commis de concert, en 1854, 1858 et 1860, et motivés par la crainte de voir l’héritage de la Vve Grouget leur échapper : « Les deux inculpés, qui avaient su capter la confiance de la Vve Grouget au point d’obtenir d’elle un testament qui leur partageait la totalité des biens, avaient à craindre la révocation de ces libéralités, le jour où cette femme, à laquelle ils avaient réussi à dissimuler leur inconduite, en aurait acquis la preuve55. »

77Les relations entre filles de familles aisées et domestiques n’ont, bien entendu, aucun avenir. Elles résultent, lorsqu’il s’agit de très jeunes filles, de leur vulnérabilité face à des hommes plus âgés. Mais ces relations peuvent aussi relever du libertinage. C’est manifestement le cas de Reine Chaplais, une cultivatrice de Saint-Vincent-des-Landes, âgée de 23 ans :

  • 56 AN/BB/20/235/2, L-I, 1er trim. 1861, Taslé, 20 mars 1861.

« Reine Chaplais était recherchée en mariage par un jeune homme de la commune d’Issé, riche, mais qu’elle n’aimait pas. Séduite par Julien Jubaud, valet de son père, elle avait dissimulé sa grossesse avec le plus grand soin. Elle voulait, en effet, épouser l’homme riche qu’elle n’aimait pas, et sa mère, qui connaissait sa position, le voulait comme elle. À aucun prix, ni la mère, ni la fille n’auraient consenti à un mariage avec le valet séducteur. Il paraît certain, d’ailleurs, que Reine Chaplais dont les mœurs étaient mauvaises, n’aimait pas le père de son enfant, et ne s’était livrée à lui que par pur libertinage. De son côté, Jubaud, le valet dont j’ai parlé, ne voulait pas épouser sa maîtresse qu’il méprisait. Entre ces trois volontés, l’accord se fit facilement, pour supprimer un enfant dont la naissance attendue pouvait, devait même nécessairement, contrarier tous les désirs, tous les projets56. »

78Cependant les trois accusés, Reine Chaplais, sa mère, et Julien Jubaud, ont été acquittés, car, bien que Reine Chaplais ait avoué son accouchement, le corps du délit n’a jamais été découvert.

Amants de passage

79Les hommes de passage, qui ont souvent conservé leur anonymat, sont bien évidemment les plus insaisissables. Ce sont généralement des militaires ou des ouvriers. L’uniforme, manifestement, jouit d’un certain prestige auprès des jeunes filles. Il est sans doute évocateur de voyages et peut-être aussi de vie facile. Les militaires invitent fréquemment les jeunes filles au cabaret où ils peuvent les éblouir par des largesses peu dispendieuses.

  • 57 Voir C. Portier, « Scènes de la vie bellîloise à travers un dossier criminel », Belle-Isle histoir (...)
  • 58 AD M U1991, Cécile Brière, 36 ans, blanchisseuse, 29 juin 1826.

80C’est au Palais, ville de garnison, où elle sert comme domestique chez un officier « en non-activité », qu’Agnès Droual, âgée de 26 ans et originaire de Donnant, rencontre le militaire qui deviendra son amant et dont elle semble fortement éprise57. D’après son amie Cécile Brière, elle va même, pour le rencontrer plus facilement, jusqu’à quitter sa position de domestique : « Agnès lui dit, lorsqu’elle sortit de chez Madame Montroult, qu’elle était enceinte d’un mois et qu’elle sortait de chez Madame Montroult parce qu’elle ne pouvait pas voir son amant comme elle le désirait et qu’elle allait prendre un logement en ville58. »

  • 59 AN/BB/20/29, M, 3e trim. 1826, Le Painteur de Normény, 22 septembre 1826.

81Le pouvoir de séduction exercé par les militaires sur les jeunes filles des environs inquiète quelque peu le président de la cour d’assises qui juge utile d’accompagner la condamnation aux travaux forcés à perpétuité infligée à Agnès Droual de la peine accessoire du carcan : « Elle a donc été condamnée aux travaux forcés à perpétuité, et à être exposée et flétrie à la petite ville du Palais, chef-lieu de Belle-Isle-en-Mer, théâtre du crime. Un pareil exemple nous a paru pouvoir être de quelque utilité dans un pays où réside toujours une assez nombreuse garnison59. »

  • 60 AN/BB/20/190/2, M, 1er trim. 1856, Lambert, 9 mars 1856.

82L’illusion d’une vie plus attractive est encore plus forte quand l’amant est originaire d’une grande ville. Malgré l’opposition de sa mère, Marie-Jeanne Rozé quitte son village de Monterrein pour rejoindre un militaire à Paris. Mais l’idylle n’a qu’un temps et elle est contrainte de se réfugier, enceinte, chez sa mère. Ce retour précipité la fait soupçonner du meurtre du nouveau-né qui est découvert dans un pré à proximité de sa demeure : « Les soupçons s’arrêtèrent sur Marie-Jeanne Rozé qui, après être allée à Paris, malgré sa mère, rejoindre un militaire, était revenue malade chez elle au mois de juin dernier et qui depuis marchait toujours courbée et cherchait à éviter les regards en se cachant au fond de sa maison et ne faisait autre chose que garder, en filant, les bestiaux de la ferme, dans un pré assez voisin de la fontaine où l’enfant venait d’être trouvé immergé60. »

83Nous ne possédons qu’un seul témoignage de militaire. Il s’agit de François-Joseph Privat, fusilier et tambour au 49e de ligne, âgé de 28 ans, qui s’exprime en toute franchise sur la relation qu’il entretient depuis deux ans avec Rose Mongaret, couturière à Saint-Malo :

  • 61 AD I-V 2U4/899, François-Joseph Privat, 28 ans, fusilier et tambour, 2 mai 1863.

« Dès mon arrivée à Saint-Malo [en 1861], j’ai cherché une blanchisseuse. J’ai trouvé Rose Mongaret qui habitait alors, avec sa mère et sa sœur, la rue des Vieux-Remparts […]. J’allais fréquemment chez elle. Au bout de trois mois environ, nous avons eu des rapports intimes, tant dans son domicile, rue des Anciens remparts que rue de la Lancette [nouveau domicile de Rose Mongaret]. Il y a deux mois et demi environ que nos relations ont cessé parce que Rose disait qu’elle était enceinte de mes œuvres. D’autres militaires se faisaient blanchir par elle. Je ne saurais dire s’ils avaient des rapports intimes avec elle. J’ai aussi vu chez elle des marins. Je lui avais promis de me marier avec elle lorsque j’aurais mon congé, mais j’avoue que je n’avais pas l’intention de contracter mariage avec Rose. Je me suis engagé en avril 1861. Vers le mois de janvier 1862, j’ai reçu de mon père une somme de 300 francs. J’ai donné à Rose Mongaret deux pièces de 10 francs et deux pièces de cinq francs à diverses époques. Il y a plus de dix mois que je ne lui ai rien donné. Je ne parle pas de quelques petites sommes d’un franc que nous avons dépensées pour faire quelques repas chez elle. Rose m’avait dit qu’elle avait l’espérance d’avoir une grande fortune et qu’elle me ferait remplacer. C’est ce qui m’avait fait lui promettre le mariage61. »

  • 62 AN/BB/20/114/5, F, 4e trim. 1841, Lozach, 22 novembre 1841.

84Si les militaires exercent une incontestable séduction sur les jeunes filles, il n’est pas impossible non plus qu’on impute à ces êtres fugitifs, à la renommée quelque peu sulfureuse, la responsabilité de grossesses que leurs véritables auteurs ne tiennent pas à voir élucider. L’imprécision et la multiplicité des amants qui sont attribués à Renée Milin, une aide-cultivatrice de Cléder, âgée de 19 ans, laissent planer un doute quant à la responsabilité de son ancien maître dans sa grossesse. C’est lui, en effet, qui s’emploie à ternir sa réputation et qui la fait congédier par sa femme parce qu’elle est enceinte : « La fille Milin servait dans des fermes, jusqu’au moment où elle s’est trouvée enceinte. Jusques-là sa conduite avait été irréprochable. Son avant-dernier maître l’avait surprise avec des remplaçants militaires, il en avait mal auguré, il en avait prévenu sa femme qui, s’apercevant que sa servante n’avait plus ses évacuations menstruelles, la renvoya62. »

85Le travail en atelier qui n’est en général qu’une occupation temporaire pour les accusées d’infanticide, favorise le brassage des sexes et, par conséquent, les aventures. C’est en travaillant pendant quelques mois comme ouvrière à l’entretien des sacs et des cordages qui ont servi à la construction du môle de Morgat que Marie-Josèphe Kerdreux, cultivatrice à Crozon, rencontre l’ouvrier qui sera l’auteur de sa grossesse. Prise au dépourvu par cette future maternité qu’elle n’ose avouer à sa mère, elle songe d’abord à demander à son amant l’argent nécessaire à ses couches, qu’elle envisage de faire à Brest, où elle pense pouvoir déposer son nouveau-né mais, finalement, y renonce.

  • 63 « L’on disait qu’elle avait grande attention à faire à elle parce qu’elle aimait beaucoup les liqu (...)
  • 64 AN/BB/20/226/2, F, 2e trim. 1860, Marie-Josèphe Kerdreux, Le Meur, s. d.

86On ne peut retenir d’autre charge contre Marie-Josèphe Kerdreux que celle d’avoir omis de lier le cordon ombilical de son enfant et d’avoir accouché dans la « crèche » de sa maison, sans demander aucun secours. Cette accusée appartient à une famille relativement aisée. D’après certains témoins, qui lui supposent une grossesse antérieure que l’enquête n’a pas confirmée, sa réputation est détestable et son penchant pour les « liqueurs fortes » est à l’origine de tous ses problèmes63. Selon Le Meur, peut-être plus sensible à l’honorabilité de sa famille, sa réputation était au contraire excellente et c’est son travail en atelier, dans la proximité des hommes, qui est à l’origine de son dévergondage : « Au surplus, je dois dire que la famille de l’accusée est très honorable ; que l’accusée elle-même s’est parfaitement comportée jusqu’au moment où elle est allée travailler comme ouvrière manœuvre sur un atelier de construction, où elle a été séduite, paraît-il, par un des employés de l’atelier64. »

  • 65 AN/BB/20/200/1, L-I, 2e trim. 1857, Taslé, 24 juin 1857.

87C’est également un ouvrier de passage, Thomas, employé à la construction du chemin de fer de Nantes à Châteaulin et logeant chez son père, qui séduit Perrine Ramet, une cultivatrice de Savenay, âgée de 21 ans. Elle n’ose avouer sa position à ses parents et ne se résout qu’au dernier moment à en parler à son amant : « Ce ne fut que le 1er mars dernier, que sentant approcher son terme, elle en fit la confidence à celui-ci, en le pressant de la demander en mariage à son père. Thomas qui était séparé d’elle depuis quelque temps déjà, lui répondit qu’il n’oserait jamais faire une pareille démarche, mais qu’il était prêt à reconnaître l’enfant qu’elle portait. À son tour, elle rejeta son offre et lui dit d’aller de son côté, qu’elle irait du sien65. » C’est donc par dépit amoureux ou parce que sa grossesse lui paraît totalement inavouable qu’elle décide de cacher son infortune en tuant son enfant.

  • 66 AD L-A 5U87, interrogatoire, 26 décembre 1834.

88Les amants de passage sont également le lot d’un certain nombre de domestiques qui servent dans les grandes villes. Marie-Agathe Jamet, âgée de 24 ans, fille naturelle élevée à l’hospice de Nantes, est domestique pendant dix-huit mois chez un maître de cabotage avant son arrestation. Elle est fort appréciée de ses employeurs qui jugent sa conduite, jusqu’au crime, irréprochable. Elle se laisse séduire par un jeune homme qui occupe une chambre garnie dans la même maison et qui, lorsqu’elle s’aperçoit de sa grossesse, a quitté Nantes66.

89Jeanne-Marie Vaillant, ou Levaillant, également domestique, âgée de 23 ans, est, elle aussi vouée aux amours provisoires. Elle a servi chez divers habitants de Rennes et de Nantes avant d’être engagée en 1864 comme cuisinière au château de Friguel, à Guéméné-Penfao. Son maître, intrigué par l’odeur qui se dégageait de son armoire puis de la malle dans laquelle elle les avait dissimulés, y découvre les cadavres de deux enfants. L’un de ceux-ci est né au château, le second, qui est momifié, correspond à un accouchement qu’elle date de 1862. Elle sera acquittée du premier meurtre et condamnée, pour le second, à douze années de travaux forcés.

90Elle dévoile au magistrat instructeur, avec l’identité des pères de ses enfants, des fragments de sa vie amoureuse :

  • 67 AD L-A 5U173/1, interrogatoire, 29 février 1864.

« Pouvez-vous désigner le père de l’enfant dont vous êtes accouchée à Rennes au mois d’avril 1862 ? – Je ne le puis qu’imparfaitement car je ne l’ai connu que sous le prénom de Victor. Il était commis, autant que je puis le croire, chez un ingénieur dont je ne connais ni le nom ni la demeure, nos relations ne durèrent que quelques mois et même qu’un seul mois puisqu’il eut son changement. Pendant que nos relations ont duré, j’allais le voir dans une chambre garnie qu’il occupait au commencement de la rue Beaurepaire, du côté de la douve de la Visitation. – Pouvez-vous dire quel est le père de votre second enfant ? – C’est un domestique qui habite également Rennes, mais je ne veux dire ni son nom ni son adresse. – L’avez-vous vu ou avez-vous correspondu avec lui depuis que vous avez quitté Rennes ? – Pendant le temps que j’ai passé à Nantes il m’a écrit quelques lettres, mais notre correspondance a cessé quand je suis allée à Guéméné. Je ne l’ai plus revu depuis que j’ai cessé d’habiter Rennes. – Avez-vous eu des rapports avec d’autres hommes ? – Non. – Ces deux individus ont-ils su que vous étiez enceinte ? – Le premier ne l’a pas su, mais le second a connu ma grossesse67. »

Hommes incestueux

  • 68 Sohn, A.-M., op. cit. p. 71-111.

91Mis à part les relations entre beaux-frères et belles-sœurs, qui sont assez fréquentes, les affaires proprement incestueuses sont très rares dans les dossiers bretons. On peut en inférer soit que les couples incestueux sont demeurés clandestins, soit que les prohibitions relatives à la parenté ont été remarquablement observées en Bretagne, où l’emprise du clergé sur les conduites est forte. Ou bien encore, plus largement, que ces prohibitions sont particulièrement respectées par les populations rurales, qui fournissent le plus gros contingent des accusées d’infanticide. Dans son étude sur les attentats à la pudeur au xixe siècle, Anne-Marie Sohn note en effet que dans les affaires d’incestes, les paysans sont moins nombreux que dans les attentats à la pudeur ordinaires et en conclut « que l’interdit de l’inceste serait plus fortement enraciné dans les traditions familiales rurales68 ».

92Les affaires relevant de l’inceste concernent, outre la Vve Barbin et son beau-fils, des relations qui se sont formées entre pères et filles (au nombre de trois), entre oncle et nièce ou entre beau-père et belle-fille.

93On sait peu de choses du couple formé par Perrine Belleyme, une journalière de La Vieille-Touche, commune de Guichen, âgée de 43 ans et par son oncle, Jean Belleyme, laboureur, âgé de 57 ans. Ce dernier nous apprend que sa nièce vit chez lui depuis son enfance, mais dit tout ignorer de sa récente grossesse. Tous deux cependant reconnaissent que Perrine Belleyme a eu un premier enfant, une vingtaine d’années auparavant, et que celui-ci n’a vécu qu’une quinzaine de jours. Le 2 juin 1841, Perrine Belleyme accouche d’un nouvel enfant dont la mort est attribuée à une fracture du crâne. L’enquête judiciaire n’a porté que sur ce fait, mais la rumeur publique leur attribue deux autres crimes.

94Dans ce dossier, le juge d’instruction se montre fort peu curieux et l’accusation d’inceste, comme celle de récidive, ne reposent que sur les supputations du groupe des femmes du village voisin de La Pigeonnais, qui sont scandalisées par la relation amoureuse qu’elles imputent à Jean et à Perrine Belleyme. Pour savoir si cette dernière vient, comme elles le supposent, d’accoucher, et par crainte que « la coquine » ne fasse « encore, comme les autres années », disparaître son nouveau-né, elles envoient en reconnaissance une marchande de « chiffes ». Par son métier qui consiste à aller, de maison en maison, demander des chiffons, cette femme est toute désignée pour jouer les agents de renseignements. Elle trouve Perrine Belleyme malade et alitée :

  • 69 AD I-V, 2U4/727, Vve Gérard, 42 ans, marchande de chiffes, 2 juin, 1841.

« Pendant qu’elle était occupée à me chercher des chiffes, elle eut un étourdissement et fut obligée de s’asseoir, ce qui me confirma qu’elle était accouchée. Je la quittai alors et vins rejoindre les femmes de La Pigeonnais auxquelles je fis part de ce que j’avais vu. Elles me déclarèrent qu’on disait dans le public que c’était son quatrième enfant ; qu’elle avait dû avoir le premier pendant qu’elle habitait la commune de Goven et qu’on ignorait ce qu’il était devenu ; qu’à sa seconde couche, qui avait eu lieu pendant qu’elle habitait le village de La Pigeonnais, on l’avait forcée à avouer sa grossesse et on était ainsi parvenu à lui faire conserver son enfant qui n’avait vécu que très peu de temps ; que depuis qu’elle demeure, avec son oncle, au village de La Vieille-Touche, on avait déjà cru reconnaître une autre fois qu’elle était enceinte ; qu’on avait bien remarqué la diminution qui s’était opérée dans le volume de son ventre, mais qu’on n’a jamais sçu ce qu’était devenu le produit de la conception. Toutes ces femmes s’accordaient à penser que Jean Belleyme était le père des enfants que sa nièce a dû avoir depuis qu’elle habite avec lui69. »

  • 70 Idem, confrontation avec Joseph Ménard, 14 juin 1841.

95La mobilisation des villageoises s’explique non seulement par la réprobation morale que suscitent les relations, présumées incestueuses, entre oncle et nièce, et la multiplicité des crimes qui leur sont imputés, mais aussi par des inquiétudes d’ordre religieux puisque ces enfants, tués peu de temps après leur naissance, n’ont pas reçu le sacrement de baptême : « Le samedi qui suivit le jour de ses couches, elle [Perrine Belleyme] dit à Anne Mandron, femme de Jean Gérard, demeurant à La Pigeonnais : “Je suis damnée, je suis perdue à jamais. Cette femme lui répondit : Cela ne m’étonne pas, à faire des coups comme tu les fais. As-tu donné le baptême à tes enfants ? Non, répondit-elle, je les ai tenus environ un quart d’heure dans mon tablier, ils ne donnèrent pas signe de vie, je les ai mis dans du fumier70.” »

96L’instruction n’apprend rien sur cet inceste, sinon que l’oncle, qui dit ne pas avoir été informé de l’accouchement, est allé au petit jour chercher du cidre pour réconforter sa nièce. Aucune poursuite ne sera dirigée contre cet oncle, pas même pour complicité, et Perrine Belleyme sera seule condamnée à quinze ans de travaux forcés. L’instruction négligera les autres crimes éventuellement commis antérieurement.

97La tactique employée par Perrine Belleyme au cours de ses interrogatoires est tout à fait caractéristique des quelques cas d’inceste rencontrés en Bretagne. Elle consiste à reporter la responsabilité du crime, et par conséquent aussi de la grossesse, sur un jeune homme du voisinage totalement étranger à l’affaire :

  • 71 AN/BB/20/114/5, I-V, 3e trim. 1841, Chellet, 23 septembre 1841.

« Elle soutint que Joseph Ménard, jeune garçon âgé de 21 ans, était le père de son enfant, qu’il avait passé devant sa demeure au moment où elle venait d’accoucher, qu’elle lui avait montré l’enfant, et lui avait déclaré que dans l’impossibilité où elle était de le nourrir, elle le porterait chez ses parents, qu’alors il avait saisi l’enfant par une jambe et lui avait brisé la tête […]. Or il a été appris que ce jour-là, Joseph Ménard, chargé d’une commission extraordinaire, n’avait pu, suivant son usage, passer devant la demeure de l’accusée71. »

  • 72 AD I-V, 2U4/727, Joseph Ménard, 21 ans, carrieur, 21 juin 1841.

98Joseph Ménard proteste vigoureusement contre cette attribution abusive de paternité, qu’il considère comme une « indigne calomnie ». Il ne voit qu’un motif aux allégations de Perrine Belleyme : la vengeance. C’est en effet la mère de ce jeune homme qui a « fait connaître à la justice qu’elle [Perrine Belleyme] était accouchée et qu’on ignorait ce qu’était devenu l’enfant72 ».

  • 73 AD L-A 5U133/1, p.-v. de transport du maire de Saint-Herblain, 2 mai 1845.

99La même stratégie est employée en 1845 par Jeanne Deluen, âgée de 26 ans, cultivatrice au village de La Chasseloire, commune de Saint-Herblain, qui vit une relation incestueuse avec son père, un laboureur de 64 ans. Dans un premier temps, elle tente de faire croire au maire de la commune qui, alerté par la rumeur publique, s’est transporté sur les lieux, qu’elle a chargé une mendiante, connue sous le nom de Gueule de Cochon, de porter à l’hospice de Nantes le nouveau-né dont elle reconnaît avoir accouché73. Puis, comme personne n’a vu cette mendiante le jour désigné, elle tente de détourner les soupçons sur Louis Pineau, « l’idiot du village », qu’elle affirme être le père de son enfant. Personne dans le village, ne croît à cette hypothèse.

  • 74 Idem, Louis Pineau, 24 ans, cultivateur, 26 mai 1845.

100Louis Pineau, âgé de 24 ans, que sa mère qualifie de « pauvre innocent », n’est lui-même pas dupe de cette manœuvre et proteste contre cette imputation de paternité. Il a même un avis parfaitement éclairé sur l’identité du véritable auteur de la grossesse de Jeanne Deluen : « Je connais bien Jeanne Deluen et j’ai bien été chez elle quand ma mère m’y envoyait, mais je proteste que je ne suis point l’auteur de sa grossesse et que c’est un faux bruit qu’elle a répandu. Tout le monde dit dans le village que c’est son père. Je me rappelle bien qu’étant allé de grand matin chez les Deluen, je vis bien qu’il n’y avait qu’un lit de défait et que l’autre lit indiquait que personne n’y avait couché74. »

101En fait, dans le village de La Chasseloire, tous les habitants surveillent attentivement l’évolution de la grossesse de Jeanne Deluen, parce qu’ils la soupçonnent d’avoir déjà fait disparaître un autre enfant deux ans auparavant, seule ou de concert avec son père. De plus, d’après l’une de ses voisines, sa mère, qui s’était rendue compte de l’inceste qui se commettait sous son toit, en était morte de chagrin :

  • 75 Id., Vve Terrien, 53 ans, cultivatrice, 23 mai 1845.

« Je connais parfaitement les époux Deluen, je leur affermais un petit morceau de terrain. La femme vînt un jour m’apporter trois francs, prix du fermage. Elle était bien malade, elle se mit à pleurer. Je lui dis que nous devions tous mourir et qu’elle ne devait pas s’affecter de cette maladie dont elle guérirait peut-être. Elle me répondit que c’était moins la maladie qui l’affectait qu’une autre cause ; qu’elle avait malheureusement la certitude que son mari et sa fille vivaient ensemble, sans qu’elle pût l’empêcher, que le chagrin qu’elle éprouvait hâtait ses derniers moments. Je cherchai à la consoler. Je ne l’ai pas revue depuis, elle mourut bientôt. L’événement qui vient d’avoir lieu a confirmé la confidence qui m’avait été faite par la femme Deluen75. »

  • 76 Id., Jeanne Pineau, 64 ans, cultivatrice, 20 mai 1845.
  • 77 Id., interrogatoire, 23 mai 1845.

102Deluen est présenté par les témoins comme un homme très violent : « Le père avait été fort dur envers sa défunte femme, décédée il y a bientôt trois ans. Tout le monde sait qu’il ne lui épargnait pas les coups. Il avait été aussi fort dur envers ses enfants, mais depuis la mort de sa femme, il témoignait une grande affection à sa fille Jeanne. C’est ce qui a donné lieu de supposer qu’il était le père des enfants dont elle est accouchée76. » Mais tous les voisins ont observé son changement d’attitude à l’égard de sa fille depuis la mort de sa femme. Jeanne Deluen est forcée d’en convenir : « Je protesterai jusqu’à la mort que mon père et moi n’avons jamais vécu ensemble ; que ni moi ni lui n’avons eu une pareille pensée. Ma mère n’a pu dire ce qu’on lui prête aujourd’hui. Je l’ai soignée avec tendresse pendant six ans. Durant son existence, j’ai été maltraitée par mon père, ce n’est que depuis sa mort que mon père a changé à mon égard, parce qu’il avait besoin de moi pour le soigner dans ses vieux jours77. » Elle proteste également de manière assez virulente contre l’implication de son père dans un crime dont elle tient, sans doute pour s’accrocher au déni d’inceste, à assumer l’entière responsabilité.

103Le cas de Léonie Blanchard, une jeune fille de 24 ans, de Saint-Pierre-de-Plesguen, séduite par son beau-père présente de nombreux points communs. Cette accusée tente également de faire porter la responsabilité du crime sur une tierce personne, Ange Salmon, qui reconnaît toutefois avoir eu des relations sexuelles avec elle. Son beau-père, Jacques Chevalier, a lui aussi été très dur envers elle pendant son enfance et son comportement n’a changé que lorsqu’elle a consenti à devenir sa maîtresse. Le Beschu de Champsavin le présente sous un jour peu flatteur :

« Il y a 21 ans, Jacques Blanchard, alors âgé de 23 ans, ouvrier sabotier, épousa la veuve Blanchard, âgée de 34 ans, et mère de Léonie qui n’avait que trois ans. Chevalier n’avait pour vivre que le travail de sa journée ; la femme Blanchard, veuve d’un gendarme, tenait une petite auberge qui lui donnait quelque aisance. En devenant le nouveau maître, Chevalier n’était plus astreint au travail corporel. Son mariage ne fut qu’une spéculation. Il épousait une femme qui avait onze ans de plus que lui. Pendant l’enfance de Léonie, son beau-père fut dur pour elle ; elle était devenue jeune fille, que ses traitements étaient les mêmes : un jour, dans un moment de colère contre lui, Léonie dit à une jeune femme, sa confidente ordinaire : “Il m’appelle P… Si je voulais bien être la sienne Il y a longtemps qu’il y cherche ” Depuis deux à trois ans, on remarquait que les manières de Chevalier envers sa belle-fille avaient entièrement changé ; il était devenu doux et attentif pour elle ; il la consultait sur tous les marchés ; c’était elle qui l’accompagnait aux foires. En un mot, elle avait revêtu dans la maison l’autorité qui devait appartenir à sa mère, femme d’un esprit très faible. »

  • 78 AN/BB/20/141, I-V, 4e trim. 1847, Le Beschu de Champsavin, 2 décembre 1847.

104La mère de Léonie est d’une fragile constitution et, tout comme la femme Deluen, elle se laisse dépérir lorsqu’elle prend conscience des relations incestueuses qui existent entre son mari et sa fille : « Cette femme […] était infirme et presque idiote, à la suite d’une fièvre typhoïde, elle a cru à l’innocence de Léonie jusqu’à la découverte du cadavre opérée sous ses yeux. Désabusée alors, elle est tombée dans un état difficile à décrire, a dit son médecin, elle est morte avant les débats aux assises, en maudissant sa fille et son mari qui étaient, disait-elle, aussi coupables l’un que l’autre78. »

105Deux autres couples incestueux sont recensés. L’un est formé par Désirée Noton, une journalière de La Guerche, âgée de 31 ans et par son père, René, ancien boucher, âgé de 76 ans, marié deux fois et séparé de sa deuxième épouse (Ille-et-Vilaine, 1844). Le dossier d’instruction n’ayant pas été conservé, on ignore presque toutes les circonstances de cette affaire. Le second est constitué par Reine Fahlet, âgée de 22 ans, journalière à Limerzel et par son père, Pierre, un cultivateur-journalier de 49 ans qui a chassé son épouse du domicile conjugal pour vivre avec sa fille (Morbihan, 1862).

106On ne sait dans ces affaires, ni de quel degré de coercition, voire de violence, ni de quels arguments pouvaient user ces pères incestueux pour convaincre leurs filles de se livrer à eux. Dans le cas de Reine et Pierre Fahlet, l’abus d’autorité du père est d’autant plus manifeste que sa fille était encore jeune au moment des faits :

  • 79 AN/BB/20/245/2, M, 2e trim. 1862, Le Meur, 31 juillet 1862.

« Pierre Fahlet est un misérable, d’une immoralité notoire, qui, après avoir commis un inceste avec sa propre fille, âgée seulement de 21 ans, a prémédité et exécuté la mort de l’enfant, produit par son honteux accouplement. Il n’a dû la vie qu’à l’extrême indulgence du jury. En ce qui concerne Reine Fahlet, les jurés et la Cour ont pris en considération son âge, sa bonne conduite antérieure, et les séductions mêlées probablement de violences, auxquelles elle a été en butte de la part de son propre père ; mais, dans mon opinion, elle n’a pas suffisamment résisté à son père ; elle a consenti à prendre des breuvages, dans l’intention de détruire son enfant, elle a constamment nié sa grossesse et consenti évidemment à l’infanticide, exécuté directement sans doute par Pierre Fahlet, mais avec son concours personnel79. »

107Face à la justice, l’attitude des femmes victimes d’inceste est toujours remarquablement ambiguë. Elles s’attachent avant tout à disculper leur séducteur. On ne donc peut savoir comment ces rapports incestueux ont été vécues par elles, et si elles en ont éprouvé de la culpabilité. Cependant, à voir la détermination que certaines emploient à dénier les faits, on imagine que c’est avec un grand malaise qu’elles devaient affronter la mise au jour de ces relations.

Le commerce amoureux

108Les affaires d’infanticide ne donnent qu’une image tronquée des sentiments amoureux, puisqu’elles correspondent à des relations qui ont échoué ou à des amours impossibles. De plus, ces relations souvent ancillaires et vécues dans la contrainte, ne sauraient représenter l’expression spontanée de l’émoi amoureux. Il convient cependant de souligner que le langage des populations rurales, tel qu’il transparaît dans les traces, infimes, qui ont été conservées dans les archives judiciaires, est empreint, lorsqu’il vise à traduire des émotions ou des sentiments, d’une certaine verdeur.

L’expression des sentiments

  • 80 AD M U2047, Vve Le Bourhis, 43 ans, 20 juin 1833.

109Le langage employé par les accusés et témoins se révèle même parfois d’une très grande crudité et l’expression gestuelle vient, lorsque les tensions deviennent trop vives, souligner la vigueur du propos. Mélanie Mandelert, par exemple, une domestique-cultivatrice, signalée comme ayant une bonne réputation, a recours à une gestuelle de défi pour signifier qu’elle n’a que faire des conseils qu’une voisine tente de lui donner : « Vers Noël, je lui dis : “Mélanie, tu n’as qu’à chercher du secours car on assure que tu es enceinte”, alors elle frappa sur son derrière en me disant : “Je me moque de ceux et de celles qui le disent80.” »

110L’évocation de la sexualité s’inscrit dans une pensée qui a besoin pour se formuler de recourir à des termes concrets ou à des images qui frappent l’esprit des interlocuteurs. Jeanne Le Ray, domestique et amie d’Anne Doudard, rapporte ainsi la conversation qu’elle a eue avec celle-ci à propos de ses amours avec le sieur Vallet-Duronceray, officier de santé :

  • 81 AD I-V 2U4/614, Jeanne Le Rai, domestique, 12 décembre 1824.

« Je dis alors à la prévenue : “Et vous, Nannon, ne dit-on pas que vous être grosse aussi ? Elle répondit : Si, il y a longtemps que le monde le dit, mais pour leur faire voir que je ne le suis pas, je ne quitterai point d’ici.” À l’instant je portai la main sur le ventre de la prévenue et je lui dis qu’elle l’avait bien tendu et que je pensais que Monsieur Duronceray lui avait fait reprendre de la soupe. À cela elle dit : “Eh bien Quand cela serait, il y a deux ans que nous jouons ensemble, n’est-il pas temps que cela paraisse ; mais il paraît que nous ne pouvons plus jouer, car le mâtin ne me vient plus.” Je lui répartis : “Il attend sans doute que la ruche soit essemée, car elle est actuellement trop abourée, mais quand elle aura essemé [essaimé], il y aura plus de place, et il reviendra81.” »

  • 82 AD M U2134, Mathurin Gombaud, 50 ans, meunier, 26 mars 1844.

111Le recours systématique à l’image aboutit à un mode d’expression vigoureux qui, en choquant l’interlocuteur peut aussi viser, paradoxalement, à lui assigner une certaine retenue, à le cantonner dans des limites plus strictes, voire à clore le dialogue. Mathurine Gicquel – poursuivie, on ne sait pourquoi, au lendemain de son accouchement, par la hargne des femmes du voisinage et qui peut, à juste titre, se sentir persécutée – adresse une réponse cinglante et sans appel à l’un de ses voisins venu enquêter sur l’avancement de sa grossesse : « Je lui parlai qu’au bourg de Molac on m’avait dit qu’elle était enceinte. Je l’avais appris de Jean Bosan, beau-frère de la dite Gicquel, et je lui dis que son beau-frère me l’avait dit : elle répondit : “Qu’il vienne donc, lui, me dépleinir ” Je me doutai bien ce jour-là mercredi qu’elle était accouchée82. »

112Les expressions populaires désignant la grossesse sont porteuses d’une indéniable puissance évocatrice. Elles traduisent parfois une vision étrange, effrayée peut-être, de la femme enceinte. Celle-ci est en effet souvent qualifiée de femme « puissante », « fameuse », « furieuse ». Ces termes, qui font allusion à l’imposante physionomie de la femme « grosse » évoquent, par extension, la grossesse elle-même.

  • 83 AD I-V 2U4/616, interrogatoire d’Etiennette Colombel, Vve David, 9 juin 1825.
  • 84 Idem, interrogatoire de Rosalie Hogrel [même jour].

113La Vve David, fileuse à Vitré, est inculpée de complicité avec Rosalie Hogrel parce que, partageant le même lit, elle n’a pu manquer de s’apercevoir de son état. Le juge d’instruction le lui fait remarquer à plusieurs reprises, notamment dans l’interrogatoire qu’elle subit le 9 juin 1825 : « N’avez-vous pas plusieurs fois, couchant avec ladite Hogrel, fait sentir à cette fille que vous ne doutiez pas de sa grossesse, lui répétant ces mots : “Oh Rosalie que vous êtes furieuse 83” » Rosalie Hogrel confirme indirectement l’identité des termes « furieuse » et « grosse » : « Bien des fois la dite Vve David ne cessait de lui répéter que tout le monde lui disait que j’étais bien furieuse et que sûrement j’étais grosse84. »

  • 85 Id., ordonnance de prise de corps, 29 juin 1825.

114Les magistrats ne paraissent nullement s’interroger sur le sens de ces expressions de puissance et de fureur qui, manifestement, sont d’un emploi courant. Ils les adoptent même dans l’ordonnance de prise de corps décernée contre la Vve David : « […] considérant les tergiversations de cette veuve, ses contradictions dans ses réponses lors de ses interrogatoires lorsqu’elle a maintenu […] n’avoir jamais déclaré à cette fille Hogrel qu’elle s’appercevait bien qu’elle devenait puissante85 ». Si nul ne se méprend sur l’équivalence entre puissance et grossesse, c’est que cette image renvoie à l’extraordinaire pouvoir des femmes de donner la vie.

  • 86 AD I-V 2U4/614, Thérèse Bazin, 27 ans, cultivatrice, 3 octobre 1822.

115Mais, a contrario, la femme enceinte est également parfois une femme « prise » : Julienne Godard, fatiguée des incessantes questions qui lui sont posées sur son état, rétorque à l’un des témoins, trop curieux à son goût : « qu’elle connaissait bien midi à sa porte et qu’une femme cassée comme elle n’était point capable de faire des enfants ; que d’ailleurs elle ne disait jamais son dessein à personne, ni comment elle était et qu’elle se déprendrait bien sans personne86 ».

116Cette accusée est une des rares à évoquer ouvertement le chagrin et l’humiliation engendrés par la défection de son amant. Elle a l’occasion de s’exprimer maintes fois car son voisinage n’hésite par à lui poser les questions les plus indiscrètes, sans doute parce qu’étant obligée de recourir de temps à autre à la mendicité, elle est à sa merci. Une cultivatrice témoigne ainsi :

  • 87 Idem, Jeanne Coudray, 56 ans, cultivatrice, [même jour].

« Dans le courant de juillet dernier, Julienne Godard, demeurant à Mompson, fut chez elle demander l’aumône. L’entendant se plaindre beaucoup d’être lassée, elle soupçonna qu’elle était grosse ; pourquoi elle lui demanda si le père de sa petite fille n’avait point encore été parmi elle ? Que la Godard lui répondit qu’il n’y avait point été depuis la foire Saint-Brice et que, quand il y aurait été depuis, elle n’avait rien à craindre, parce qu’elle était trop défoncée et qu’elle ne pouvait plus faire d’enfant87. »

  • 88 Id., François Fraudeboeuf, 60 ans, 24 septembre 1822.
  • 89 Id., Gabrielle Bourget, 52 ans, fileuse, 30 septembre.
  • 90 Id., Louis Macé, 46 ans, cultivateur, 3 octobre 1822.

117Elle se décrit fréquemment comme une femme « cassée », « rompue ». Au lendemain de la découverte du cadavre de son nouveau-né, elle déclare « que si toutes les femmes étaient rompues comme elle, elles ne s’amuseraient pas à faire des enfants88 » et encore « que la putain qui avait fait ce crime, ne l’avait pas fait seule, que si toutes les putains étaient aussi cassées qu’elle, elles n’en feraient point89 ». Mais ces métaphores dépréciatives sont aussi une manière d’exprimer son désarroi face à l’abandon d’un homme qui, dit-elle, « avait promis de la survenir [subvenir à ses besoins], elle et son enfant, pendant sa vie et [qui] ne voulait plus tenir ses promesses90 ».

  • 91 AD M U2103, Françoise Guillermo, cultivatrice, 4 avril 1840.

118Le dépit amoureux peut aussi se traduire par des invectives proférées à l’encontre du séducteur. Ce n’est pas contre elle-même que Louise Fournard retourne l’amertume provoquée par le délaissement de son amant, mais contre celui-ci. À l’une de ses voisines, qui lui fait remarquer que « son bon ami », dont elle médite « d’abîmer la fierté », doit aller accomplir son service militaire et va l’abandonner, elle rétorque, avec violence : “Je me f… bien de lui. Que le Diable l’emporte Que le Diable le herse91 ” »

  • 92 AD C-A 2U/640, Mathurin Olivro, 47 ans, laboureur, 29 décembre 1841.

119Il est d’autant plus délicat de tenter de pénétrer les sentiments des ruraux du xixe siècle que la violence qui paraît ressortir des archives ne relève parfois que d’une simple familiarité de langage. Mathurin Olivro n’éprouve a priori aucune acrimonie à l’encontre de sa domestique Olive Belnard, avec laquelle il fréquente les cabarets. Le soir de son accouchement, alors qu’elle est fort souffrante, il lui adresse des propos qui, aussi violents qu’ils soient, ne traduisent pas forcément une véritable hostilité. Ils peuvent n’être que l’expression du désagrément qu’il subit parce que la maladie de sa domestique trouble son sommeil : « La nuit qu’elle est, dit-on, accouchée, j’étais complètement ivre. J’avouerai cependant que j’entendis la fille Belnard plaindre [sic], je ne sais à quelle heure de la nuit, toutefois je crois que c’était vers dix heures du soir du vendredi. Je lui demandai ce qu’elle avait. Elle me répondit qu’elle avait la colique. Je lui répondis brusquement : “Dommage que tu n’es pas crevée ” Je dormis le reste de la nuit92. »

  • 93 AD C-A 2U/641, Louis Mauguin, 53 ans, laboureur, 10 mars 1842.

120De même, la Vve Le Trou adresse à sa fille, pour la déterminer à garder le silence au lendemain de son accouchement, des menaces vigoureuses qui reflètent peut-être plus l’âpreté de la vie quotidienne ou la difficulté de la cohabitation entre mère et fille, que de véritables sentiments de haine : « Le fils aîné de la veuve Le Trou a dit chez moi en ma présence qu’il avait entendu sa mère, le 24 février au matin, dire à sa sœur aînée : “Ma bougresse, si tu desserres les dents, je te casserai la tête93.” »

La fréquentation amoureuse

121On sait peu de choses des modalités des rapports amoureux. Une seule accusée semble être courtisée d’une manière assez romantique pendant quelques mois avant de céder aux instances de son séducteur. Il s’agit de Séverine Lebez, une fille de cabaretiers de Servon :

  • 94 AN/BB/20/163/1, I-V, 4e trim. 1852, Lambert, 30 novembre 1852.

« En avril, mai et juin 1851, elle était l’objet de la recherche et des assiduités d’un nommé Chauvigné qui, alors, voulait fonder une pharmacie à Janzé. Le public remarquait quelques-uns de leurs rendez-vous soit à la promenade, dans la campagne, soit dans une maison tierce. Malgré quelques lettres de jalousie et de reproches auxquelles donnait lieu la coquette vie de Séverine [sic], Chauvigné paraît avoir songé sérieusement à l’épouser ; il en a même adressé la demande formelle au père Lebez qui a répondu par un refus. Leurs relations renouées par lettres sont devenues intimes à plusieurs reprises, à partir de juillet ou d’août jusqu’au mois d’octobre où elles paraissent avoir cessé94. »

  • 95 AD I-V 2U4/816, François Lebez, 45 ans, aubergiste, 18 avril 1852.
  • 96 Idem, Louis Tallon, 33 ans, boucher, 28 avril 1852.

122Une dizaine de ces lettres a été saisie dans la chambre de Séverine. Malgré l’apparente dysharmonie de leurs statuts sociaux Chauvigné l’a effectivement demandée en mariage. Mais ses parents se sont opposés à cette union pour des raisons qu’il n’est pas facile de saisir. « Je l’ai refusé parce qu’il n’avait rien dit son père95 », tandis que sa mère déclare qu’elle « n’avait pas d’argent pour marier sa fille96 ».

123Malgré ce refus, Chauvigné est resté attaché à Séverine. Au lendemain de l’infanticide dont elle a été inculpée, ne pouvant la croire coupable, il envoie une lettre anonyme pour dénoncer les époux Lebez – à tort d’après le supplément d’information auquel a donné lieu cette dénonciation – comme les véritables auteurs du crime. Mais son amour pour Séverine ne va pas jusqu’à l’abnégation. Il lui adresse à la prison une lettre d’une remarquable duplicité pour lui demander de déclarer qu’il n’est pas le père de son nouveau-né :

« Le public répand le bruit que je suis le père de ton enfant, vu qu’on sait que nous nous parlions autrefois, et comme de pareils bruits seraient de nature à perdre entièrement ma clientèle et mon avenir s’ils se perpétuaient, je viens te demander un service que tu ne saurais me refuser, et qui me placera à lieu de faire taire les mauvaises langues, pour moi, je ne te demande point quel est le père de ton enfant, c’est ton secret et je le respecte, mais je t’avais prédit ce qui t’est arrivé, et ce n’est pas faute de t’avoir donné des conseils quand je quittai le pays. »

  • 97 Id., lettre de Chauvigné à Séverine Lebez, 25 avril 1852.

124Et il termine cette lettre de trois pages par une ultime requête : « Voici le modèle de l’écrit que je te prie de m’envoyer, tu m’écriras une lettre en même temps si tu en as le loisir : “Je soussignée Séverine Lebez, détenue à la maison d’arrêt de Rennes, déclare que Monsieur Chauvigné, pharmacien à Janzé, n’est point et ne peut être le père de mon enfant97.” »

Correspondances, cadeaux et causeries

  • 98 AD M U2097, Pauline Blancho, 18 ans, brodeuse de souliers, 25 avril 1839.

125Compte tenu de la fréquence de l’illettrisme, les allusions à une correspondance entre amants, outre celle de Chauvigné et de Séverine Lebez, sont très rares. Une femme, témoin dans une affaire assez obscure d’infanticide et d’avortement jugée à Vannes en 1839, indique que Thérèse Blancho, mère de l’enfant, et son amie Marie-Renée Guimard ont essayé de la convaincre de porter les messages qu’elles destinaient à leurs amants. L’instruction apprend aussi que Thérèse Blancho rencontrait furtivement son ou ses amants, et se laissait courtiser par ceux-ci, en l’absence de sa mère : « Dans un après-midi des premiers jours du mois de mars, […] j’étais à travailler avec ma sœur qui pressait avec des carreaux assez pesants des pantalons militaires que nous faisions ensemble. Tout à coup elle se plaignit d’éprouver des douleurs dans le côté. Elle me dit que, dans l’après-midi, elle se trouvait seule avec un jeune homme dans sa chambre et assise sur ses genoux et qu’entendant venir notre mère elle s’était levée avec précipitation et un peu heurtée du côté gauche contre un des poteaux de la chaise98. »

126Jeanne-Marie Vaillant, accusée de deux infanticides, échangeait des lettres et des cadeaux avec Jean Résillé, domestique comme elle dans une maison bourgeoise de Rennes. Elle en échangera aussi avec les amants qui lui succéderont. Jean Résillé, entendu au cours de l’instruction, reste assez discret sur les relations qu’il a entretenues avec elle. Il admet seulement que dans ses lettres, Jeanne-Marie Vaillant l’invitait à venir le rejoindre à Nantes, où elle s’était d’abord installée après avoir quitté Rennes :

  • 99 AD L-A 5U173/1, Jean Résillé, 36 ans, domestique, 4 mars 1864.

« Je nie avoir eu jamais de rapports sexuels avec elle. Je reconnais seulement qu’il y a eu des projets de mariage entre nous. Elle m’a souvent fait des cadeaux et je lui en ai fait moi-même […]. Depuis que Marie Levaillant est sortie de chez Mr Stuart, j’ai reçu trois lettres d’elle, qui étaient toujours pour savoir si on parlait d’elle à Rennes et ce que Mr et Mme Stuart en disaient. J’ai brûlé ces lettres ne sachant pas lire. Je lui ai fait écrire trois lettres en réponse à celles que je recevais. Je répondis aussi dans ces lettres à ce qu’elle m’engageait à aller à Nantes en lui faisant savoir que j’attendrai encore, car j’étais bien chez Mr Stuart99. »

  • 100 AD M U2012, interrogatoire, 26 février 1829.

127L’échange de cadeaux est rare et les présents sont relativement modestes. Jean Diguet, avant son mariage, fait de temps à autre de petites libéralités à Marie Audié : « Samedi dernier, il lui avait encore donné douze sous et lui promît de lui remettre quinze jours après ses noces qui se trouvent aujourd’hui, deux pièces de six livres, qu’auparavant il lui avait donné quatorze sous et une autre fois trois livres, pour acheter le mouchoir noir à barres blanches qu’elle porte au cou100. »

128Les hommes nient généralement avoir entretenu des relations amoureuses avec les accusées. Quant à ceux qui se livrent à des confidences, ils se montrent peu loquaces. S’ils reconnaissent les avoir fréquentées, ce n’est que pour atténuer la portée de ces rencontres. C’est en catimini qu’ils vont retrouver leur maîtresse, quelquefois sous le prétexte dérisoire d’aller chercher du feu, afin de justifier aux yeux de voisins toujours attentifs à surveiller les allées et venues qui se font au domicile des femmes seules, leur commerce avec les accusées. Le jeune homme que Marie Huguet, couturière à Maure, âgée de 20 ans, désigne comme son amant, ne peut nier avoir recherché sa compagnie, mais il banalise leur relation. Il admet « qu’il était allé quelques fois chez Marie Huguet pour causer, boire et fumer mais qu’il n’avait eu de rapports intimes avec elle que pendant le mois de juillet dernier ». « Causer, boire et fumer », simples occasions de convivialité sont les motifs de rencontre les plus fréquemment invoqués par les séducteurs face aux magistrats qui cherchent à démêler le fil des événements qui ont conduit au crime.

Alcool et cabarets

  • 101 Voir à ce sujet Fillaut T., Alcool, alcoolisation et alcoolisme en Bretagne, 1852-1980. Th., Histo (...)

129Les spécialistes de la Bretagne s’accordent sur l’importance de la consommation populaire de l’alcool, en constante augmentation au cours du xixe siècle101. Les dossiers d’infanticide attestent l’ivrognerie de nombreux accusées et témoins. Plusieurs maîtres séducteurs, présents au moment des crimes, se retranchent derrière un état d’ivresse pour se disculper d’y avoir participé et ces fréquentes ébriétés, avancées comme alibi, sont en général confirmées par leur entourage.

  • 102 AN/BB/20/226/2, I-V, 3e trim. 1860, Dupuy, 31 août 1860.

130Les magistrats estiment pour une vingtaine d’accusées, parfois jeunes encore, que l’alcoolisme est à l’origine de leur « déchéance » morale. L’itinéraire de Perrine Hurel, âgée de 35 ans, rentière à Cherrueix, décrite comme s’adonnant à l’ivrognerie et au libertinage est un modèle du genre : « Cette accusée appartenait à une famille de cultivateurs honnêtes et dans l’aisance. Elle n’avait reçu au sein de cette famille que de bons exemples : mais elle avait contracté, jeune encore, des habitudes d’ivrognerie qui devaient la perdre. Son inconduite, ses désordres, lui avaient fait fermer la maison paternelle. Elle s’en était d’ailleurs éloignée sans regret, heureuse même de se soustraire à l’importunité des reproches incessants de son père et de son frère102. »

  • 103 AD I-V 2U4/882, Vve Lucas, 53 ans, ménagère, 31 mais 1860.
  • 104 Idem, Pierre Delépine, 44 ans, cantonnier, [même jour].
  • 105 Ivre.
  • 106 AD I-V 2U4/882, Interrogatoire, 1er juin 1860.

131Le portrait ainsi brossé noircit quelque peu le personnage. S’il est vrai qu’elle a quitté la maison paternelle parce son père lui fermait sa porte lorsqu’elle rentrait ivre, Perrine Hurel n’est pas présentée sous un jour aussi sombre par les témoins. Son père lui-même ne paraît pas lui tenir rigueur d’avoir eu, onze ans avant le crime, un premier enfant naturel. Les habitants de sa commune insistent sur sa générosité. Vivant dans une relative aisance (elle dispose d’une rente de 200 F), elle sait se montrer généreuse. Son entourage est unanime sur ce point : « Elle était bien charitable pour les pauvres », reconnaît une de ses voisines103 ; « elle buvait trop, mais elle était bonne pour les pauvres » déclare aussi le cantonnier104. Son « inconduite » n’est pas manifeste : sa jeune domestique de 17 ans, reconnaît l’avoir déjà vue cinq ou six fois « en ribote105 », mais affirme qu’elle n’a jamais rencontré aucun homme chez elle pendant la nuit. Cependant c’est bien à l’alcool qu’elle attribue ses problèmes : « Je m’enivre quelquefois, reconnaît-elle, et c’est là la cause de mon malheur. Si je n’avais pas été ivre, je ne me serais point livrée à un homme106. »

132L’inconduite de Renée-Marie Bongard, une domestique de Domagné, âgée de 30 ans est également attribuée à la fréquentation des cabarets :

  • 107 AN/BB/20/200/1, I-V, 1er trim. 1857, Lambert, 12 février 1857.

« Quoique d’une intelligence assez bornée, [c’]était une excellente domestique de campagne pour le travail et la fidélité ; mais sa mère s’était remariée avec un homme dur, exigeant et avide, qui lui a rendu l’existence tellement pénible qu’elle a quitté sa famille dès son jeune âge pour aller servir dans un assez grand nombre de maisons. Ainsi privée de surveillance et de l’affection de ses parents, elle a été entraînée à fréquenter le cabaret avec les jeunes gens du voisinage. Cette inconduite a déterminé sa perte107. »

  • 108 AD M U2103, Françoise Guillermo, cultivatrice, 4 avril 1840.

133Dans l’esprit des magistrats comme aux yeux des témoins l’alcool est intimement lié à l’intempérance sexuelle et à la débauche. Plusieurs accusées disent n’avoir cédé qu’une seule fois à leur séducteur, et seulement parce qu’elles étaient sous l’emprise de l’alcool, comme s’il s’agissait d’un aboutissement inéluctable. C’est parce qu’elle était ivre, déclare Louise Fournard, qu’elle a cédé aux instances du fils de ses maîtres : « Vers le mois d’octobre dernier, peu de temps après la récolte des blés noirs, je me trouvais dans notre grange avec la fille Fournard. Celle-ci me demanda si je m’étais aperçue qu’elle fût enceinte ; ce à quoi je répondis négativement : elle me déclara alors que cependant elle était grosse de quatre mois. Je lui reprochais sa conduite, elle me répliqua que quand elle avait fait cela elle était soûle108. »

  • 109 AN/BB/20/151/1, C-N, 2e trim. 1850, Le Beschu de Champsavin, 12 juin 1850.

134C’est aussi par l’effet de trop abondantes libations que Louis Thominet, amant de sa belle-sœur, explique l’aventure, fort brève selon lui, qu’il a eue avec elle : « Il avoue ses relations incestueuses avec la veuve de son frère, mais il affirme qu’elles n’ont eu lieu qu’une seule nuit, et que ce fut sa belle-sœur qui le provoqua. C’était au retour d’une assemblée voisine, on avait bu109. » On peut même s’interroger sur la nature de leurs sentiments. Thominet, qui assiste à l’accouchement de sa belle-sœur, laisse éclater son dégoût au moment où celle-ci commence à perdre les eaux. Un témoin rapporte la scène :

  • 110 AD C-A 2U/752, Marguerite Glais, filandière, 18 décembre 1849.

« Le dit Thominet lui demanda d’où provenait cette eau, si elle sortait de dessous la pierre du foyer, la dite Thominet lui dit quelque chose que je ne pus comprendre ; j’entendis Louis Thominet dire : “Va-t-elle faire comme la truie ? Elle va se coucher dans son fumier ” Comme je savais que la dite Gorvel [la Vve Thominet] était enceinte, je savais bien que l’eau ne sortait pas de dessous la pierre du foyer. Comme je suis fille [ajoute malicieusement le témoin] je ne dis rien, mais je n’en pensais pas moins110. »

135Jeanne Thominet ne paraît pas non plus éprouver une vive affection pour son beau-frère. Elle le révèle, à mots couverts, à l’une de ses voisines qui vient lui rendre visite juste après son accouchement :

  • 111 Idem, Suzanne Bréha, 60 ans, fileuse, 2 février 1850.

« Je trouvais la veuve Thominet debout dans le bas de sa maison, je la trouvais toute drôle. “Je viens de faire un malheur, ajouta-t-elle, c’est mon beau-frère qui en est la cause.” Je remarquai du sang sur le foyer, je me retirai aussitôt sans demander d’explication à la veuve Thominet sur ce que je venais de voir et d’entendre. Le lendemain, vers 7 heures 1/2, la veuve Thominet se présenta chez moi. Je lui demandai ce qu’elle avait eu la veille, si elle n’avait pas fait un enfant ; elle me répondit que c’était vrai. “Qu’en as-tu fait ? repris-je.” “Je l’ai porté chez le sacristain auquel j’ai payé quatre chopines de cidre pour l’enterrer, répondit-elle”, puis elle ajouta : “Je me suis laissée embêter par mon beau-frère111.” »

136Les veuves semblent assez fréquemment noyer leur chagrin dans l’alcool et les magistrats les décrivent souvent comme empruntant la pente dangereuse qui mène du cabaret à la débauche. Les cabarets et les auberges, lieux de convivialité, constituent logiquement un des lieux de prédilection de la fréquentation amoureuse. C’est là qu’une partie des amants illégitimes passent leurs dimanches. Boulaire, un laboureur de 46 ans qui est, semble-t-il, le principal amant de Marie Burel, décrit l’un de ces dimanches de beuverie qu’il a passés avec elle, peu après un crime qu’il dit ignorer :

  • 112 AD M U2143, Guillaume Boulaire, 46 ans, laboureur, 5 mars 1845.

« Le dimanche 2 février, je bus avec Marie Burel deux ou trois litres après la grand-messe, chez le nommé Foulon, cabaretier au bourg de Mauron, Marie Burel avait un entendement sur sa coëffe et un tablier sur le dos et avait le visage très pâle et blanc, comme à son ordinaire. En sortant de chez Foulon, nous fûmes chez la veuve Danet chez laquelle nous bûmes 1/8e d’eau de vie. Je la conduisis chez elle où nous arrivâmes vers six heures. La mère Burel me donna une écuellée de cidre que je bus. Je demandai à la mère Burel si elle voulait me donner sa fille en mariage, à quoi elle répondit : “Mon cher Boulaire, nous verrons cela plus tard.” J’entendais faire une plaisanterie112. »

  • 113 AD M U 2127, interrogatoire, 11 juin 1843.
  • 114 Idem, Thuriau Gouzerh, aubergiste, 10 juin 1843.

137C’est généralement l’homme qui paie la dépense. Marie-Julienne Hervoch, femme adultère, retrouve fréquemment au cabaret son amant, Bertrand Le Falher, un domestique de 28 ans. Celui-ci déclare au magistrat ne la fréquenter que « que pour boire avec elle et lui faire faire des bas pour moi et arranger mes hardes113 ». Deux jours avant l’accouchement, ils se rencontrent dans un cabaret d’Auray, où ils consomment de l’eau-de-vie : « Le dimanche matin 21 mai dernier, il n’y avait chez moi à boire la goutte que la femme Hervoch et Bertrand [Le Falher] ; celui-ci paya la dépense, il demanda même une demi-chopine d’eau de vie de plus, pour emporter avec eux, ce qui leur fut donné et payé par Bertrand ; ils causèrent beaucoup ensemble et sortirent seuls de chez moi114. »

  • 115 Id.

138Mais Bertrand Le Falher vient aussi courtiser sa maîtresse chez elle, pratiquement au nez et à la barbe de son mari. Un villageois les aurait surpris en flagrant délit d’adultère dans cette maison : « Je connais beaucoup Louis Le Garrec qui vient souvent à la maison, il m’a dit plusieurs fois qu’il avait trouvé et vu Bertrand Le Falher, son domestique, coucher dans le lit de la femme Hervoch avec elle, puis dans le grenier et ailleurs, que Louis Le Garrec avait même dit à sa femme de ne pas garder ce domestique […] que la femme Le Garrec m’a même avoué que son confesseur l’avait grondée parce qu’elle gardait ce domestique115. »

Des rencontres furtives

  • 116 AD I-V 2U4/614, Mélanie Lebouc-Hussonnais, 29 ans, 27 décembre 1824.

139Les relations qui ont abouti à des infanticides sont des relations clandestines, que les hommes semblent vivre comme des relations honteuses. Du moins tiennent-ils à les conserver secrètes. Seul le sieur Vallet-Duronceray, officier de santé, assume au grand jour ses amours adultères. Lorsqu’il fait l’objet de plaisanteries en raison de la grossesse de sa domestique, il réagit en homme flatté de sa bonne fortune : « J’ai entendu dire, mais sans me rappeler par qui, que, sur la fin de la grossesse de la femme Doudard, le sieur Duronceray ne s’en cachait nullement, et qu’un jour ayant été plaisanté à ce sujet dans un café, il répondit : “Eh bien, la femme Doudard n’est-elle pas belle femme ? Je prierai la dame Hussonnais [fille de son épouse] d’être la marraine116.” »

  • 117 AN/BB/20/156/2, I-V, 3e trim. 1851, Fénigan, s.d.
  • 118 AD LA 5U123, p.-v. de descente du juge d’instruction de Châteaubriant, 23 avril 1843.
  • 119 AN/BB/20/281/1, C-N, 4e trim. 1865, Grolleau-Villegueury, 30 octobre 1865.

140Les autres hommes s’attachent à dissimuler les relations illégitimes qu’ils entretiennent avec des femmes qu’ils ne souhaitent ou ne peuvent épouser. C’est donc la nuit qu’ils vont les rejoindre quand, pensent-ils, personne ne peut les voir. Jean Gourhaud, laboureur à Tresbœuf, âgé de 49 ans, ne fréquente Françoise Diot, Vve Robert, une journalière de 35 ans, qu’à la nuit tombée. Il niera devant le juge d’instruction toute relation avec cette femme avec laquelle il a déjà eu trois ans auparavant un enfant naturel qu’elle élève117. De même, il ressort de la confrontation entre Julien Boudet, un charpentier de Saint-Aubin-des-Châteaux, âgé de 46 ans, et Marie Lambert, accusée du meurtre de ses jumeaux, que celui-ci ne venait chez elle qu’au crépuscule : « Marie Lambert a persisté à dire que Boudet depuis les fêtes de Pâques de l’année dernière venait habituellement la nuit chez elle ou le soir fort tard, souvent plusieurs fois dans la semaine118. » Le fils de Marie Lambert, présent à la confrontation, confirme que Julien Boudet ne venait « que le soir et la nuit » chez sa mère. Laurent Cochin, cultivateur à Plédéliac, âgé de 37 ans, se fait parfois surprendre dans son lit par ses ouvriers avec sa domestique, Jeanne Masset. Mais il dispose d’une grande liberté puisqu’il a, à force de mauvais traitements, contraint sa femme à quitter le domicile conjugal et à se réfugier, avec ses deux enfants, chez ses parents119.

  • 120 AD F 4U2/168, interrogatoire, 1er décembre 1860.

141Habituellement, c’est plutôt dans la nature qu’ont lieu les ébats entre maîtres et domestiques comme les amours clandestines des époux ou épouses adultères. C’est dans un champ que Le Quinio surprend sa femme en flagrant délit d’adultère. C’est aussi dans les champs que Marie-Jeanne Labat se livre à son beau-frère, Jean Tassin. Deux enfants semblent nés de cette relation, bien qu’elle ne reconnaisse n’avoir eu avec cet homme que de rares rapports sexuels : « C’est lui seul qui a eu des relations avec moi, et cela trois fois seulement, une fois dans la maison (un dimanche) et deux autres fois dans un champ où nous étions seuls à travailler. Jamais de ma vie, je n’ai eu de rapports charnels avec un autre homme. » Mais cette euphémisation de ses relations avec son beau-frère tient peut-être à sa mauvaise conscience : « Lorsqu’il m’approchait, je lui disais qu’il avait une femme et des enfants ; mais j’avais beau me défendre, il me disait toujours qu’il ne me ferait rien, c’est-à-dire qu’il ne me ferait pas devenir enceinte120. »

  • 121 AD C-A 2U736, Joseph Lucas, 55 ans, laboureur, 24 mai 1848.

142Quand des relations illégitimes sont dévoilées, elles sont toujours imputées à l’initiative des femmes. Les hommes, tel Louis Thominet qui prétendait avoir été séduit par sa belle-sœur un soir de beuverie, n’hésitent pas à se présenter comme des victimes. C’est Marie-Joseph Rebillard, fille de mauvaises mœurs, qui est réputée avoir séduit Maurice Le Coquen et non l’inverse. Un des témoins de l’affaire affirme en effet : « J’ai ouï dire que la fille Rebillard et Maurice Louis Le Coquen se fréquentaient. D’après ce qu’on disait, c’était la fille, qui est de mauvaises mœurs, qui allait chercher Le Coquen dans sa maison du village du Bois Léhart. Cette fille demeurait dans le village de Kerdanielou, où je demeure aussi. Je n’ai jamais vu, non plus, Coquen venir l’y chercher, mais j’ignore quand elle couchait hors du village121. »

  • 122 Idem, confrontation de Maurice Le Coquen avec Marie-Joseph Rebillard, 16 mai 1848.

143Mais il faut se souvenir que le maire de Saint-Fiacre, commune où s’est déroulé le crime, expliquait que tous les habitants étaient, à un degré plus ou moins éloigné, parents de Maurice Le Coquen et donc enclins à le protéger. De son côté Marie-Joseph Rebillard présente Le Coquen dans un rôle qui n’est nullement passif : « Elle a répondu que depuis cinq ans elle avait des relations avec Maurice Coquen, qui couchait souvent avec elle, que depuis deux ans jusqu’à la Saint-Michel dernière, il ne se passait pas de jour qu’il ne jouît d’elle, qu’il le faisait même souvent plusieurs fois par jour122. »

Le dérèglement des mœurs

144Le profil psychologique de nombreuses accusées cadre mal avec la vision qui est habituellement donnée de la civilisation paysanne. Aux yeux des magistrats, les ruraux ont su préserver la pureté de leurs mœurs, les folkloristes ont tendance à les décrire comme des êtres farouchement accrochés à des croyances ou superstitions ancestrales.

145Mais, dans les affaires d’infanticide, certaines femmes paraissent au contraire surtout préoccupées de jouissance matérielle et se montrent peu soucieuses de se cantonner dans les rôles qui leur sont traditionnellement impartis dans la gestion de la vie quotidienne. Les fêtes religieuses sont pour quelques-unes une occasion d’agapes, de festins et de plaisirs. Même la Toussaint, qui est présentée par les ethnologues comme la fête bretonne par excellence, du fait de la prégnance dans l’imaginaire breton des figures de la mort, peut être prétexte à amusement. Plusieurs accusées datent en effet de la Toussaint ou de Noël le début de leur grossesse.

  • 123 AD L-A 5U66/2, interrogatoire, 5 avril 1828. Cette liberté de moeurs, tant chez les enfants que ch (...)

146L’initiation sexuelle des jeunes filles paraît dans certains cas fort précoce et reflète une liberté de relations entre garçons et filles qui contraste avec les rituels, en apparence très stricts, des fiançailles et du mariage décrits par les folkloristes. Mais le jeune âge des enfants en question, qui n’ont pas encore atteint l’âge de la puberté, peut expliquer cette relative licence. Marie Phélipeau, domestique, fait allusion aux jeux sexuels auxquels elle se livrait avec les enfants du voisinage lorsque, petite fille, elle était chargée de garder les vaches. Alors que le juge lui demande si elle a déjà eu commerce avec un homme, elle répond, avec une fausse naïveté, et pour mieux démontrer son « innocence » présente : « Lorsque j’avais neuf ou dix ans, j’ai eu commerce avec quelques enfants qui gardaient les vaches, mais depuis cette époque-là jusqu’à ce moment, je n’ai jamais connu d’homme123. »

147Plusieurs accusées paraissent s’être affranchies de toute sujétion aux règles de bienséance auxquelles les femmes sont d’ordinaire soumises. Plusieurs sont décrites comme s’adonnant à la débauche. Perrine Truet, domestique à Montreuil-sur-Ille, âgée de 30 ans, accusée d’infanticide et d’un vol de divers effets commis chez ses maîtres, est présentée comme une accusée particulièrement scandaleuse :

  • 124 AN/BB/20/245/2, I-V, 1er trim. 1862, Baudouin, 22 février 1862.

« La fille Truet se livrait à l’inconduite déjà depuis longtemps lorsqu’elle est devenue enceinte. Avant de venir comme domestique à Rennes, elle avait déjà cessé d’être honnête et pendant les deux années qu’elle y a passées, elle y a mené une vie scandaleuse, recevant des hommes chez les maîtres qu’elle servait, fréquentant des filles de mauvaise vie, admise à l’hôpital pour une maladie honteuse, ayant réussi à dissimuler sa grossesse, déjà avancée cependant, et sollicitant des soins pour une menstruation accidentellement arrêtée, disait-elle, dans l’espérance, sans aucun doute de provoquer une fausse couche124. »

148Elle n’est pas la seule accusée à recevoir des hommes chez ses maîtres. Jeanne-Marie Vaillant a la même réputation. Son ancien maître, un riche propriétaire anglais témoigne, d’ailleurs sans acrimonie excessive, de ses anciennes frasques :

  • 125 AD L-A 5U173/1, Edouard Stuart, 48 ans, propriétaire, 4 mars 1864.

« dans le mois de juin [1862], j’ai fait avec ma famille un voyage à Paris laissant ma maison à la garde de mes domestiques, Marie Levaillant et Marie Baudu. Quelques semaines après ma rentrée à Rennes, j’appris que mes domestiques avaient fait la noce chez moi avec des hommes et des femmes, qu’on avait bu mon vin et fumé mes cigares. Je voulais renvoyer mes deux domestiques, mais ma femme pensant que la plus âgée était la plus coupable, je me décidai à ne chasser que Marie Baudu qui s’en alla sans rien dire125. »

  • 126 AN/BB/20/174/2, M, 1er trim. 1854, Lambert, 21 mars 1854.
  • 127 AN/BB/20/120, C-N, 3e trim. 1842, Chellet, s. d.

149Jacquette Quélard, domestique à Marzan, âgée de 18 ans, et présentée comme totalement dépourvue d’intelligence, reconnaît au cours des débats avoir fréquenté de nombreux hommes « d’elle-même, et sans que la procédure ait vérifié ce fait de moralité, ce qui est à regretter, elle a déclaré que débauchée à l’âge de 15 ans, elle avait eu depuis de très fréquentes relations avec un assez grand nombre d’individus126 ». Marie-Louise David, cultivatrice à Scaër, est signalée comme étant de très mauvaises mœurs et a la réputation d’avoir partagé un amant avec sa mère : « Elle passait pour s’adonner à l’intempérance et on disait qu’elle se livrait à plusieurs garçons du pays. Sa mère elle-même avait eu, disait-on, l’un d’eux, Danielou, pour amant. » Quant à Marie-Jeanne Cavalan, une jeune fille de Quintin, « remarquable par ses agréments personnels », c’est sa coquetterie, son « désir extrême d’avoir une mise disproportionnée avec ses ressources pécuniaires » qui expliquent sa conduite d’abord légère puis licencieuse. Chellet sous-entend même que son extrême coquetterie la portait à monnayer ses charmes : « Elle était l’objet de quelques assiduités particulières, mais la facilité de ses mœurs était de notoriété dans la ville de Quintin127. »

  • 128 La prostitution rurale est mal connue. En 1876 le sous-préfet de Brest signale qu’en « l’absence d (...)
  • 129 AN/BB/20/281/1, M, 3e trim. 1865, Baudouin, 20 septembre 1865.

150Une dizaine d’autres accusées sont présentées comme se livrant, occasionnellement ou habituellement, à la prostitution tout en exerçant un autre métier. Mais il s’agit là de simples allusions, qui ne contiennent aucune précision sur les modalités de cette pratique vénale128. Baudouin déplore, par exemple, que malgré ses 42 ans, Mathurine Lecair, une « journalière travaillant aux champs », demeurant à Naizin, déjà mère de deux enfants naturels, n’ait pas réussi à calmer ses ardeurs et continue à se livrer à la débauche : « Je ne crois pas, écrit-il, en commentant sa condamnation, que la peine doive être réduite. La fille Lecair est une prostituée, que l’âge même n’a pas corrigé de la débauche129. »

  • 130 AD F 4U2/173, p.-v. de transport de gendarmerie de Crozon, 5 juin 1862.

151Les gendarmes de la brigade de Crozon se font l’écho, dans leur procès-verbal d’information sur le crime imputé à Geneviève Rividic, Vve Mérour, agricultrice à Argol, d’une rumeur qui l’accuse de se livrer à la pire luxure : « Les renseignements obtenus sur la moralité de Rividic, Jeanne-Geneviève sont, que depuis être restée veuve peu favorable [sic] elle a déjà eu un enfant illégitime, et a été souvent vue en compagnie de jeunes gens et même connue pour se livrer à la prostitution130. » Mais le dossier d’instruction n’en donne pas de preuves tangibles.

  • 131 Idem, Hélène Mérour, 48 ans, 11 juin 1862.
  • 132 Id., Hervé Lagadec, 27 ans, aide-cultivateur, [même jour].
  • 133 AN/BB/20/245/2, F, 3e trim. 1862, Bernhard, 21 août 1862.

152Les témoignages de moralité sont très contradictoires. Sa belle-sœur déclare que depuis qu’elle a perdu son mari, Geneviève Rividic est « d’une inconduite notoire », qu’elle « s’enivre fréquemment » et que « ses mœurs sont très déréglées131 ». Son domestique, au contraire, la présente sous un jour beaucoup plus honorable : « Je ne suis, dit-il, en juin 1862, au service de la Vve Mérour que depuis le mois de janvier et je n’ai été témoin d’aucun scandale dans la maison. Ma maîtresse est très charitable et fait beaucoup d’aumônes dans le pays132. » Quant à Bernhard, qui préside la cour d’assises, il porte lui aussi un jugement assez modéré sur sa conduite : « Cette femme est veuve depuis dix ans. Quatre ans après la mort de son mari, elle a eu un enfant naturel qu’elle a élevé. Sa fille aînée est âgée de dix-huit ans. La honte de cette nouvelle faute à l’âge de quarante ans l’a sans doute portée à ce crime, car elle est riche133. »

  • 134 AN/BB/20/226/2, I-V, 3e trim. 1860, le procureur général au garde des Sceaux, 29 août 1860.

153En fait, une seule accusée, parmi celles que les magistrats présentent comme se livrant habituellement à la prostitution, appartient véritablement à un réseau organisé. Il s’agit de Marie-Jeanne Menguy, une jeune fille de 17 ans, demeurant à Saint-Lunaire. Elle a, écrit Dupuy, sombré dans la prostitution après s’être laissée suborner « par les promesses décevantes et les détestables conseils de la femme Martin ». De son côté, le procureur général de Rennes décrit la femme Martin comme « l’agent de corruption le plus habile et le plus dangereux de l’arrondissement de Saint-Malo134 ».

  • 135 AN/BB/20/226/2, I-V, 3e trim. 1860, Dupuy, 29 août 1860.

154Marie-Jeanne Menguy a abandonné son travail de journalière et quitté le domicile de ses parents pour se rapprocher de la femme Martin, qui lui faisait miroiter les attraits d’une vie facile. Elle est devenue enceinte au mois de juillet 1859. La femme Martin, qui passe pour posséder de l’habileté dans l’art de procurer des avortements, entreprend alors des manœuvres abortives sur sa protégée. Ces manœuvres n’ayant qu’à moitié réussi, conduiront Marie-Jeanne Menguy et la femme Martin à répondre devant la cour d’assises d’une double accusation d’infanticide et d’avortement. Au cours de l’enquête judiciaire, on découvre le motif du crime : « Une correspondance [établit] que la veuve Martin s’était déjà engagée à livrer comme maîtresse Marie-Jeanne Menguy à un officier d’artillerie moyennant une somme de cinquante francs ; ce qui ne pouvait avoir lieu qu’à la condition que celle-ci cesserait d’être enceinte135. »

Notes

1 Collet D., « La Population rurale du Finistère au xixe siècle (1821-1908) », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. 59, 1982, p. 83-118. M. Segalen, op. cit., p. 65, indique un âge au premier mariage beaucoup plus bas, estimé, pour les années 1820 à 18-22 ans pour les femmes.

2 AN/BB/20/235/2, C-N, 4e trim. 1861, Le Meur, 9 novembre 1861 et AD C-A 2U/772, fiche de renseignements.

3 « Dans la société traditionnelle, la femme n’a pas de statut en dehors du mariage », M. Segalen dans Mari et femme dans la société paysanne, Paris, 1980, p. 137. Voir aussi Perrot M., « En marge : célibataires et solitaires », Histoire de la vie privée, t. 4, Paris, 1987, p. 287-304.

4 Elle étrangle, précisément, son enfant à l’aide d’un chiffon (Morbihan, 1844).

5 Voir le chapitre IX.

6 AD C-A 2U/640, Mathurin Olivro, 47 ans, laboureur, 29 décembre 1841.

7 Idem, Joseph Veillé, 15 ans, pâtre chez Mathurin Olivro, [même jour].

8 AN/BB/20/141, I-V, 4e trim. 1847, Le Beschu de Champsavin, 21 décembre 1847.

9 Idem.

10 AN/BB/20/141, F, 4e trim. 1847, Robinot Saint-Cyr, 27 octobre 1847.

11 AN/BB/20/93, L-I, 3e trim. 1837, Chellet, 8 octobre 1837.

12 AD F 4U2/164, le juge de paix de Saint-Renan au procureur de Brest, 2 août 1859.

13 AD M U2127, Joseph Hervoch, 61 ans, journalier, 25 mai 1843.

14 Idem, interrogatoire, 26 mai 1843.

15 Id.

16 Id., interrogatoire, 2 juin 1843.

17 AD C-A 2U/735.

18 AD C-A 2U/754, 1850.

19 AN/BB/20/182/1, F, 4e trim. 1855, Le Beschu de Champsavin, s. d.

20 Collet D., op. cit.

21 AN/BB/20/41, I-V, 4e trim. 1828, Le Painteur de Normény, 30 décembre 1828.

22 AD I-V 42U/715, p.-v. de gendarmerie, 3 novembre 1839.

23 AN/BB/20/174/2, M, 1er trim. 1854, Lambert, 21 mars 1854.

24 Idem.

25 AN/BB/20/128, L-I, 3e trim. 1844, Le Meur, s.d.

26 Comme cela arrive parfois, il n’y a pas, d’après ce verdict, d’auteur principal du crime.

27 AN/BB/20/235/2, C-N, 3e trim. 1861, Dupuy, 24 juillet 1861.

28 AN/BB 20/168/2, I-V, 3e trim. 1853, Lambert, 19 août 1853.

29 AD L-A 5U174/1, Luc Chagnas, marchand, adjoint de la commune de Rouans, 27 mars 1865.

30 Idem, Bertho, instituteur à Rouans, 30 mars 1865.

31 AD M U2013, Mélaine Le Dévédec, 50 ans, cultivateur, 18 mai 1829.

32 Idem, Marguerite Pasco, 47 ans, cultivatrice, [même jour].

33 AD C-A 2U/711, Marie-Louise Duval, 12 avril 1847 : « Le 24 décembre […] vers les six heures et demie du soir, Jeanne Le Minor fut amenée à la prison sous l’inculpation d’infanticide ; elle se trouvait en état de maladie. Lorsqu’elle se fut chauffée à la geôle, je fus chargée par le gardien-chef de la porter à l’infirmerie et de lui donner les soins que sa position nécessitait. Vers les huit heures du soir, elle me déclara qu’elle était accouchée dans la cour, près de la crèche à porc dépendant de l’habitation de ses maîtres, qu’ayant ensuite ouvert la porte de cette crèche elle avait saisi son enfant et l’y avait jeté ; qu’en l’entendant pousser des cris au moment où le porc commençait à le dévorer, elle avait éprouvé un sentiment de regret, mais n’avait point osé essayer de le retirer, dans la crainte d’être mordue elle-même. Le lendemain, autant que je le crois, la fille Le Minor demanda un prêtre pour se confesser à lui et c’est alors que m’entretenant encore de son accouchement, elle me dit : J’ai tué mon enfant, Eh bien ! je sais ce qui me revient pour cela, c’est la mort. »

34 AN/BB/20/145, C-N, 2e trim. 1848, Tiengou de Tréfériou, 3 juin 1848.

35 AN/BB/20/34, C-N, 2e trim. 1827, Carron, 10 juin 1827.

36 AD I-V 2U4/614, Mélanie Leblanc, 29 ans, fille de Gilette Vallet-Duronceray, 27 décembre 1824.

37 Idem, Gillette Vallet-Duronceray, 51 ans environ, [même jour].

38 AD I-V 2U4/614, le juge de paix de Louvigné-du-Désert au procureur de Fougères, 25 février 1825.

39 C. civ., art. 340.

40 AN/BB/20/200/1, L-I, 2e trim. 1857, Taslé, 24 juin 1857.

41 AD M U2058, Jean-Pierre Jouino, 20 ans, laboureur, 5 février 1835.

42 AN/BB/20/145, M, 3e trim. 1848, Piou, 20 juin 1849.

43 AN/BB/20/190/2, L-I, 4e trim. 1856, Baudouin, 26 décembre 1856.

44 AD M U2052, interrogatoire, 25 mars 1834.

45 AN/BB/20/128, I-V, 4e trim. 1844, Cavan, 27 novembre 1844.

46 AN/BB/20/145, I-V, 4e trim. 1848, Fénigan, 24 janvier 1849.

47 AD C-A 2U/762, acte d’accusation, 28 avril 1851.

48 AD M U2012, interrogatoire, 10 mars 1829.

49 AN/BB/20/83, F, 3e trim. 1835, Vincent, 14 août 1835.

50 AD C-A 2U/697, interrogatoire, 11 février 1846.

51 Françoise Gourroussé, veuve en premières noces de Pierre Suel (père de Perrine), et en secondes noces de Jean Legendre.

52 AN/BB/20/218/2, L-I, 1er trim. 1859, Baudouin, 4 avril 1859.

53 AD F 4U2/92, Jacques Caroff, 53 ans, cultivateur, 21 mars 1846.

54 AN/BB/20/218/2, I-V, 2e trim. 1859, Le Beschu de Champsavin, 5 juillet 1859.

55 AN/BB/20/226/2, I-V, 3e trim. 1860, Dupuy, 31 août 1860.

56 AN/BB/20/235/2, L-I, 1er trim. 1861, Taslé, 20 mars 1861.

57 Voir C. Portier, « Scènes de la vie bellîloise à travers un dossier criminel », Belle-Isle histoire, n° 20, 1997, p. 17-24.

58 AD M U1991, Cécile Brière, 36 ans, blanchisseuse, 29 juin 1826.

59 AN/BB/20/29, M, 3e trim. 1826, Le Painteur de Normény, 22 septembre 1826.

60 AN/BB/20/190/2, M, 1er trim. 1856, Lambert, 9 mars 1856.

61 AD I-V 2U4/899, François-Joseph Privat, 28 ans, fusilier et tambour, 2 mai 1863.

62 AN/BB/20/114/5, F, 4e trim. 1841, Lozach, 22 novembre 1841.

63 « L’on disait qu’elle avait grande attention à faire à elle parce qu’elle aimait beaucoup les liqueurs fortes », Idem, Hervé Primot, 66 ans, cultivateur, 11 février 1860.

64 AN/BB/20/226/2, F, 2e trim. 1860, Marie-Josèphe Kerdreux, Le Meur, s. d.

65 AN/BB/20/200/1, L-I, 2e trim. 1857, Taslé, 24 juin 1857.

66 AD L-A 5U87, interrogatoire, 26 décembre 1834.

67 AD L-A 5U173/1, interrogatoire, 29 février 1864.

68 Sohn, A.-M., op. cit. p. 71-111.

69 AD I-V, 2U4/727, Vve Gérard, 42 ans, marchande de chiffes, 2 juin, 1841.

70 Idem, confrontation avec Joseph Ménard, 14 juin 1841.

71 AN/BB/20/114/5, I-V, 3e trim. 1841, Chellet, 23 septembre 1841.

72 AD I-V, 2U4/727, Joseph Ménard, 21 ans, carrieur, 21 juin 1841.

73 AD L-A 5U133/1, p.-v. de transport du maire de Saint-Herblain, 2 mai 1845.

74 Idem, Louis Pineau, 24 ans, cultivateur, 26 mai 1845.

75 Id., Vve Terrien, 53 ans, cultivatrice, 23 mai 1845.

76 Id., Jeanne Pineau, 64 ans, cultivatrice, 20 mai 1845.

77 Id., interrogatoire, 23 mai 1845.

78 AN/BB/20/141, I-V, 4e trim. 1847, Le Beschu de Champsavin, 2 décembre 1847.

79 AN/BB/20/245/2, M, 2e trim. 1862, Le Meur, 31 juillet 1862.

80 AD M U2047, Vve Le Bourhis, 43 ans, 20 juin 1833.

81 AD I-V 2U4/614, Jeanne Le Rai, domestique, 12 décembre 1824.

82 AD M U2134, Mathurin Gombaud, 50 ans, meunier, 26 mars 1844.

83 AD I-V 2U4/616, interrogatoire d’Etiennette Colombel, Vve David, 9 juin 1825.

84 Idem, interrogatoire de Rosalie Hogrel [même jour].

85 Id., ordonnance de prise de corps, 29 juin 1825.

86 AD I-V 2U4/614, Thérèse Bazin, 27 ans, cultivatrice, 3 octobre 1822.

87 Idem, Jeanne Coudray, 56 ans, cultivatrice, [même jour].

88 Id., François Fraudeboeuf, 60 ans, 24 septembre 1822.

89 Id., Gabrielle Bourget, 52 ans, fileuse, 30 septembre.

90 Id., Louis Macé, 46 ans, cultivateur, 3 octobre 1822.

91 AD M U2103, Françoise Guillermo, cultivatrice, 4 avril 1840.

92 AD C-A 2U/640, Mathurin Olivro, 47 ans, laboureur, 29 décembre 1841.

93 AD C-A 2U/641, Louis Mauguin, 53 ans, laboureur, 10 mars 1842.

94 AN/BB/20/163/1, I-V, 4e trim. 1852, Lambert, 30 novembre 1852.

95 AD I-V 2U4/816, François Lebez, 45 ans, aubergiste, 18 avril 1852.

96 Idem, Louis Tallon, 33 ans, boucher, 28 avril 1852.

97 Id., lettre de Chauvigné à Séverine Lebez, 25 avril 1852.

98 AD M U2097, Pauline Blancho, 18 ans, brodeuse de souliers, 25 avril 1839.

99 AD L-A 5U173/1, Jean Résillé, 36 ans, domestique, 4 mars 1864.

100 AD M U2012, interrogatoire, 26 février 1829.

101 Voir à ce sujet Fillaut T., Alcool, alcoolisation et alcoolisme en Bretagne, 1852-1980. Th., Histoire, Rennes 2, 1989. La consommation d’alcool pur par habitant passe dans le Finistère de 4 litres en 1824 à 9,5 litres en 1902. Mais cette consommation serait surtout occasionnelle : en dehors des dimanches et des occasions de beuveries que constituent les foires, marchés et pardons, les ruraux seraient particulièrement sobres.

102 AN/BB/20/226/2, I-V, 3e trim. 1860, Dupuy, 31 août 1860.

103 AD I-V 2U4/882, Vve Lucas, 53 ans, ménagère, 31 mais 1860.

104 Idem, Pierre Delépine, 44 ans, cantonnier, [même jour].

105 Ivre.

106 AD I-V 2U4/882, Interrogatoire, 1er juin 1860.

107 AN/BB/20/200/1, I-V, 1er trim. 1857, Lambert, 12 février 1857.

108 AD M U2103, Françoise Guillermo, cultivatrice, 4 avril 1840.

109 AN/BB/20/151/1, C-N, 2e trim. 1850, Le Beschu de Champsavin, 12 juin 1850.

110 AD C-A 2U/752, Marguerite Glais, filandière, 18 décembre 1849.

111 Idem, Suzanne Bréha, 60 ans, fileuse, 2 février 1850.

112 AD M U2143, Guillaume Boulaire, 46 ans, laboureur, 5 mars 1845.

113 AD M U 2127, interrogatoire, 11 juin 1843.

114 Idem, Thuriau Gouzerh, aubergiste, 10 juin 1843.

115 Id.

116 AD I-V 2U4/614, Mélanie Lebouc-Hussonnais, 29 ans, 27 décembre 1824.

117 AN/BB/20/156/2, I-V, 3e trim. 1851, Fénigan, s.d.

118 AD LA 5U123, p.-v. de descente du juge d’instruction de Châteaubriant, 23 avril 1843.

119 AN/BB/20/281/1, C-N, 4e trim. 1865, Grolleau-Villegueury, 30 octobre 1865.

120 AD F 4U2/168, interrogatoire, 1er décembre 1860.

121 AD C-A 2U736, Joseph Lucas, 55 ans, laboureur, 24 mai 1848.

122 Idem, confrontation de Maurice Le Coquen avec Marie-Joseph Rebillard, 16 mai 1848.

123 AD L-A 5U66/2, interrogatoire, 5 avril 1828. Cette liberté de moeurs, tant chez les enfants que chez les adultes ressort également des souvenirs de J.-M. Déguignet, op. cit., p. 33-35 et 87-88.

124 AN/BB/20/245/2, I-V, 1er trim. 1862, Baudouin, 22 février 1862.

125 AD L-A 5U173/1, Edouard Stuart, 48 ans, propriétaire, 4 mars 1864.

126 AN/BB/20/174/2, M, 1er trim. 1854, Lambert, 21 mars 1854.

127 AN/BB/20/120, C-N, 3e trim. 1842, Chellet, s. d.

128 La prostitution rurale est mal connue. En 1876 le sous-préfet de Brest signale qu’en « l’absence de leurs époux, les femmes de marins du Finistère se rendent parfois, en période de fenaison ou de moisson, dans les campagnes environnantes pour ce livrer à ce commerce », in : Corbin A., Les Filles de noce : misère sexuelle et prostitution (xixe siècle), Paris, 1982, p. 225. A. Corbin estime que « l’amour vénal est peu répandu dans les campagnes » (p. 226).

129 AN/BB/20/281/1, M, 3e trim. 1865, Baudouin, 20 septembre 1865.

130 AD F 4U2/173, p.-v. de transport de gendarmerie de Crozon, 5 juin 1862.

131 Idem, Hélène Mérour, 48 ans, 11 juin 1862.

132 Id., Hervé Lagadec, 27 ans, aide-cultivateur, [même jour].

133 AN/BB/20/245/2, F, 3e trim. 1862, Bernhard, 21 août 1862.

134 AN/BB/20/226/2, I-V, 3e trim. 1860, le procureur général au garde des Sceaux, 29 août 1860.

135 AN/BB/20/226/2, I-V, 3e trim. 1860, Dupuy, 29 août 1860.

Table des illustrations

Légende Âge des mères accusées – (Source : BB/20).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17460/img-1.png
Fichier image/png, 25k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search