Version classiqueVersion mobile

Des criminelles au village

 | 
Annick Tillier

Chapitre V. La vie quotidienne des femmes infanticides

Texte intégral

1Sur les 581 infanticides recensés dans la série BB/20 des Archives nationales, 572 impliquaient les mères des nouveau-nés. Il n’y a pas lieu de s’étonner de cette écrasante prédominance féminine. Les législations anciennes qui, comme l’édit de Henri II, visaient à éradiquer ce crime, ont toujours particulièrement concerné les mères des nouveau-nés. Et la loi de 1824, qui autorisait l’attribution de circonstances atténuantes aux seules mères, en fournit un nouvel exemple au xixe siècle. En France, l’infanticide peut d’autant plus être considéré comme un crime spécifiquement féminin que les hommes sont déchargés, par la loi qui jusqu’en 1912 interdit la recherche de paternité, de toute responsabilité à l’égard de leurs enfants naturels. Ils n’ont aucun intérêt particulier à les éliminer et peuvent se contenter d’ignorer leur existence.

Les travaux et les jours

2La grande majorité des femmes mises en accusation sont des rurales : moins d’une trentaine est issue des cités les plus importantes (Nantes, Rennes, Brest, Vannes, Quimper). Quelques villes de dimension plus modeste ou gros bourgs, tels Vitré, Pornic, Saint-Malo, Redon, Loudéac, La Guerche, Mauron, Rochefort-en-Terre, Carentoir sont assez bien représentés, avec trois à quatre affaires chacun. Mais au total, une centaine seulement de femmes infanticides est domiciliée dans des villes, quelle qu’en soit la taille, soit moins d’une sur cinq.

3Les présidents des cours d’assises s’appesantissent rarement sur les occupations professionnelles des accusées. Les données sont relativement lacunaires sur ce point mais peuvent être complétées, dans certains, cas par les dossiers de procédure. Les sources ne permettent guère que de faire émerger quelques traits généraux, d’autant que dans les zones rurales les métiers féminins ont des contours assez mouvants. De plus, la force des usages locaux est encore telle au xixe siècle que les statuts professionnels varient sensiblement d’un département à l’autre, voire d’un canton à l’autre.

Professions des mères accusées

4Le tiers des accusées (194 sur 572) appartient au monde de la domesticité rurale : 134 sont domiciliées dans des petites communes et travaillent chez des agriculteurs ; 60 sont expressément signalées comme ayant des occupations agricoles (domestiques-cultivatrices, aides-cultivatrices, filles de labour…). Si l’on ajoute à ce contingent les journalières domiciliées à la campagne (72) ou clairement définies comme attachées aux travaux de l’agriculture (18), on obtient un groupe de 315 femmes aux caractéristiques relativement homogènes, à l’origine de plus de la moitié des affaires jugées.

5Après l’agriculture viennent les métiers liés à la fabrication ou à l’entretien du linge, qui fournissent plus d’une centaine d’accusées. Ces activités sont elles-mêmes essentiellement rurales et ne relèvent qu’exceptionnellement du salariat. On observe, enfin, qu’une partie des domestiques gagées à la ville, et des couturières, tailleuses, et lingères qui y sont installées, est d’origine rurale.

Domestiques agricoles

6Les observateurs sociaux du xixe siècle ont laissé des descriptions des « foires aux domestiques », qui se tiennent dans les chefs-lieux des départements. Jean-François Brousmiche, qui est employé à la recette des contributions de Brest et parcourt le Finistère dans les années 1830 pour évaluer les biens et leur base d’imposition, décrit celle de Quimper, qui a lieu à la Saint-Corentin (12 décembre) :

  • 1 Bâtons.
  • 2 Brousmiche J.-F., Voyage dans le Finistère en 1829, 1830 et 1831, Quimper, 1977, t. 2, p. 273. Sur (...)

« Ce jour-là, vous voyez les nombreux troupeaux mâle et femelle se destinant à la domesticité se ranger sur la place-même : là, les hommes, la pipe à la bouche, appuyés sur leurs Penn-bas1, les femmes, les mains jointes et relevées sur leur giron, attendent avec un air de gravité tout particulier les propositions qui peuvent leur être adressées. […]. Si tous les renseignements sont satisfaisants, on débat ensuite les conditions du marché, le prix en argent, la nourriture qui sera donnée, le nombre de jours qui seront accordés par le maître futur au domestique pour assister aux fêtes, aux pardons, aux foires renommées ; on débat encore souvent pour l’argent du tabac, objet de première nécessité pour un Breton. À chaque fois que l’on tombe d’accord, les mains fortement frappées indiquent une conclusion, mais pour qu’elle devienne définitive, des arrhes sont données, puis au cabaret voisin l’accord se sanctionne, sans qu’il soit question d’écrit, et toujours sans cette formalité, il ressort son plein et entier effet2. »

  • 3 Limon J.-M., Usages et règlements locaux en vigueur dans le Finistère, Quimper, 1852, p. 197.
  • 4 Sébillot P., Coutumes populaires de la Haute-Bretagne, Paris, 1886, p. 77-78.
  • 5 AN/BB 20/163/1, I-V, 3e trim. 1852, Androuïn, 28 août 1852.

7D’après Limon, cette pratique est encore courante dans le Finistère, dans les années 18503. Sébillot signale en 1886 la survivance des foires de Rennes et de Lamballe4. Ce mode de recrutement n’est cependant clairement attesté que pour l’une des accusées, Anne-Marie Gauciron, âgée de 20 ans, qui a été engagée par ses maîtres en juin 1852 à la foire de Hédé5.

  • 6 Pour Sébillot, op. cit., et pour Limon, op. cit. (p. 200-201), dans certains cantons les engagemen (...)

8Selon les folkloristes, le renouvellement des gages se fait à la Saint-Jean6. Les dossiers judiciaires confirment cet usage. Mais une partie des serviteurs, tant masculins que féminins, ne sont embauchés que pour la moisson : ce sont les « gages d’été ». Les femmes mariées recourent fréquemment à ce moyen d’accroître temporairement les revenus de leur ménage. Anne Le Bourhis, de Trégunc, âgée de 26 ans, a épousé un garçon meunier qui est employé dans un autre village. Elle a pris l’habitude, dans les quatre années qui ont suivi son mariage, de louer ses services pour le temps de la moisson. C’est au cours de ces travaux d’été qu’elle a fait connaissance du père de son enfant.

9Les unions entre domestiques travaillant dans des villages différents paraissent laisser peu de place à l’intimité conjugale :

  • 7 AD F 4U2/113, Isidore Le Bourhis, 29 ans, aide-cultivateur, 27 juin 1849.

« Depuis quatre ans, explique Isidore Le Bourhis, j’étais marié à Anne Furic, cependant, j’ai continué à servir comme aide-cultivateur, tant sur la commune de Trégunc, que sur celle de Lanriec. Il y a trois ans que ma femme eut un premier enfant, dont je ne conteste point la paternité ; ma femme avait sa résidence principale au Huellou et se gageait sur la campagne en été, pour faire les récoltes. Je lui portais de temps à autre les fruits de mes économies pour l’aider à élever notre enfant. Il y avait quatorze mois que je n’avais eu de relations intimes avec ma femme lorsqu’elle est accouchée du dernier enfant dont je désavoue la paternité. J’avais bien parlé à ma femme de temps à autre que le bruit courait qu’elle était enceinte, l’ayant rencontrée à la foire de Rosporden, je l’interrogeai à cet égard. Elle nia positivement le fait en me disant qu’il ne fallait pas croire ce que disait le monde7. »

10Les servantes de ferme partagent totalement la vie de leurs maîtres. Elles sont les premières à se lever le matin, vers quatre ou cinq heures, pour préparer un repas qui se réduit habituellement à de la soupe ou bien à de la bouillie d’avoine ou de blé noir. Elles s’occupent des travaux ménagers, du soin des enfants, de l’entretien des écuries, de l’alimentation et de la garde des animaux, de la traite des vaches. Elles participent, comme les autres femmes de la maisonnée, aux travaux agraires, y compris les plus durs.

11Jean-Marie Limon décrit les obligations réciproques des maîtres et de leurs serviteurs :

  • 8 Limon J.-M., op. cit., p. 215.

« Le maître s’oblige, de par l’usage, à loger, à nourrir son domestique, à lui fournir le blanchissage, à nourrir et à payer les tailleurs employés au raccommodage des hardes du domestique, à nourrir seulement ceux qui confectionnent du neuf […]. Le maître doit ses gages à leur échéance, c’est-à-dire à la fin de l’année pour les domestiques ruraux […]. Dans la pratique, les maîtres donnent des à-comptes à leurs domestiques au fur et à mesure de leurs besoins8. »

  • 9 Ibidem, p. 221.

12Les serviteurs reçoivent, en plus de leurs gages, des vêtements, quelques mètres de toile, des coiffes, mouchoirs et sabots, au gré de la générosité de leurs maîtres. Les domestiques semblent fréquenter assez librement les foires et pardons : « Il est pour ainsi dire universellement admis que tout domestique peut y aller s’il n’est pas de première messe, c’est-à-dire gardien de la maison9. »

Journalières

  • 10 AD M U 2058, Marie Le Gallo, Vve Maho, 1835.

13En théorie, la condition des journalières diffère de celle des domestiques dans la mesure où elles ne sont pas logées et ne sont recrutées que pour des périodes courtes. En réalité, il est parfois difficile de distinguer les statuts. Plusieurs accusées se disent « domestiques-journalières » et certaines journalières sont recrutées pour des périodes plus longues que les domestiques qui se gagent pour l’été. Le seul véritable critère de distinction est apparemment celui du logement. Mais on trouve une journalière qui travaille depuis quatre mois chez un laboureur de Moustoir-Rémungol où elle est logée10. Comme les domestiques, mais peut-être encore davantage, les journalières participent aux travaux les plus difficiles : à l’ensemencement des terres, à la récolte, au battage du blé. À la morte saison, elles sont employées au filage de la laine, du chanvre ou du lin, qu’elles travaillent au rouet et à la quenouille.

  • 11 Grandes lessives aux cours desquelles on fait bouillir le linge dans un cuvier. Voir Thuillier G., (...)

14Le statut de journalière est très répandu dans les campagnes, y compris chez les femmes qui ne figurent dans les archives qu’en qualité de témoins. À la différence de la domesticité, cet état permet aux femmes mariées de se consacrer en dehors de leurs journées de travail au soin de leur propre ménage et à l’éducation de leurs enfants. Certaines ne travaillent hors de leur foyer qu’une partie de l’année, souvent chez les mêmes employeurs. Quelques-unes sont spécialisées dans les « buées », qui ne se font que trois ou quatre fois par an11.

Artisanat du textile

15Les activités liées au textile correspondent à une grande variété de professions, sans grand rapport entre elles, qui vont de la fabrication du tissu à l’entretien du linge. Ces métiers, typiquement féminins, fournissent 18 % des accusées.

Filandières et fileuses

16Dans les affaires d’infanticide, on rencontre des fileuses jusqu’en 1847 en Ille-et-Vilaine (14 sur 23) et à partir de 1854 (5 sur 23) dans les Côtes-du-Nord. Elles sont très rares dans les autres départements. Les filandières sont presque toutes localisées dans les Côtes-du-Nord et sont présentes tout au long de la période étudiée. Les dossiers ne permettent pas d’établir de véritable distinction entre filandières et fileuses et sont particulièrement muets sur leurs conditions de travail. Il n’est pas fait mention de métier à filer. Une seule fileuse, Jeanne Tanguy, est présentée comme étant employée chez un tisserand (Morbihan, 1843).

17Fileuses et filandières vivent dans le dénuement : Julienne Godard se dit « fileuse et mendiante » (Ille-et-Vilaine, 1825), Jeanne Ruffault (Ille-et-Vilaine, 1826) est indigente et dort dans une étable. Au moment de son crime, elle est journalière chez un cabaretier qui l’utilise à transporter des fagots. Il lui arrive aussi d’être employée par une agricultrice « tant à travailler la terre qu’à laver du laissive [sic] ». Marie-Françoise Le Coq (Côtes-du-Nord, 1853), également présentée comme une voleuse et une prostituée, habite dans une cabane avec son père, mendiant. Marie-Anne Garandel (Côtes-du-Nord, 1854) a été renvoyée de chez ses maîtres en raison de la cherté du pain.

  • 12 Annuaire des Côtes-du-Nord, 1836, p. 47.
  • 13 Minois G., Nouvelle histoire de la Bretagne, Paris 1992, p. 656-659. Voir aussi Vallaux C., La Bas (...)

18Le textile occupe une part importante de la main-d’œuvre des Côtes-du-Nord. L’Annuaire des Côtes-du-Nord pour 1836 indiquait que 100 000 personnes travaillaient à la fabrication des toiles de Quintin12. Fileuses et filandières ont des salaires beaucoup moins élevés que leurs homologues masculins. Elles sont, surtout si elles vivent seules, les premières victimes de la crise textile qui frappe la Bretagne au xixe siècle par suite de la mécanisation du filage du lin et du remplacement progressif du chanvre et du lin par le coton. L’artisanat textile décline fortement en Ille-et-Vilaine dès la seconde moitié du siècle. Il se maintient plus tardivement dans les Côtes-du-Nord. Mais les bastions de Quintin et de Loudéac seront, peu après l’arrivée du chemin de fer, parmi les premiers fournisseurs de ces « Bécassines » bretonnes, employées de l’agriculture et du textile pour l’essentiel, contraintes d’émigrer et de se placer comme domestiques ou nourrices à Paris et dans d’autres grandes villes13.

  • 14 Bouët A., op. cit., p. 159.
  • 15 Sébillot Paul, Coutumes populaires…, op. cit.

19Le filage du chanvre ou du lin n’est pas uniquement une occupation professionnelle. En Cornouaille, de nombreux agriculteurs ne cultivent le chanvre que pour leurs besoins domestiques. Les femmes de la ferme filent leur production, puis la portent chez un tisserand qui, pour une somme modique, la transforme en toile14. Il en va de même pour le lin dans de nombreux cantons des Côtes-du-Nord. Les jeunes filles apprennent à filer en gardant les troupeaux15. À la morte saison, les veillées sont consacrées par la population féminine au filage.

Tricoteuses

  • 16 Soit trois fois moins qu’une journalière rurale (voir infra).
  • 17 L’Ille-et-Vilaine des origines à nos jours, sous la dir. de F. Lebrun, Saint-Jean-d’Angély, 1984, (...)

20Le tricot fait également partie des activités en déclin, victimes de la mécanisation. En 1850, le préfet d’Ille-et-Vilaine estimait qu’une bonne ouvrière gagnait à peine 25 centimes par jour16, alors que les produits de son travail (bas, chaussettes, robes d’enfants), diffusés par des intermédiaires dans les grandes villes, parvenaient à y atteindre un prix élevé17. Les cinq tricoteuses dénombrées sont loin de vivre dans l’opulence. Anne-Marie Chevé (Morbihan, 1834), âgée de 32 ans, demeurant à Mohon, « bossue et contrefaite », est logée « par charité » depuis deux ans chez des boulangers qui lui ont cédé une partie de leur étable. Même en étant logée gratuitement, il n’est pas sûr qu’elle ait pu vivre de son métier de tricoteuse, puisque son dossier apprend qu’elle allait « en journée ». Une seconde accusée se dit « tricoteuse et journalière ».

Couturières et tailleuses

21Les départements d’Ille-et-Vilaine (5 couturières, 10 tailleuses) et du Finistère (9 couturières, 5 tailleuses) fournissent les plus gros effectifs. La Loire-Inférieure vient en troisième position (1 couturière, 7 tailleuses), devant les Côtes-du-Nord (2 couturières) et le Morbihan (1 couturière, 1 tailleuse). Cette forme d’artisanat peut être le signe, dans les départements où elles sont les plus nombreuses, de la relative aisance des populations des gros bourgs ou des chefs-lieux de canton où la majorité d’entre elles exercent leur activité. Quelques-unes demeurent dans des villes de quelque importance : 2 à Nantes, 3 à Saint-Malo, 1 à Douarnenez.

22Il n’est pas facile de distinguer les couturières des tailleuses. Les magistrats les classent dans la catégorie des ouvrières, mais la plupart sont employées à la journée chez des particuliers. Elles sont peu nombreuses à être installées à leur compte. Une seule accusée, Eulalie Pellerin (Loire-Inférieure, 1838) est signalée comme employée chez un maître tailleur. Mais elle est rémunérée à la journée et vit dans une impécuniosité qui la contraint à chercher d’autres ressources quand le labeur vient à manquer. Le terme de tailleuse est souvent employé pour désigner les couturières qui fabriquent des vêtements d’hommes. Plusieurs couturières sont également brodeuses.

23Parmi les célibataires, une quinzaine a déjà eu des enfants illégitimes. Il s’agit de femmes qui, ayant quitté leur village, ont échappé au contrôle familial et acquis, dans les villes ou gros bourgs où elles sont allées vivre, une liberté de mœurs qu’elles n’auraient peut-être pas eue à la campagne. Ou bien encore de filles qui ont été chassées du toit paternel en raison d’une première grossesse.

Lingères

24Le métier de lingère est lui aussi mal défini. Les lingères rurales sont proches de la misère. L’une d’elles, Yvonne Teffo (Côtes-du-Nord, 1839), âgée de 20 ans, demeurant à Bringolo a déjà été condamnée à trois mois de prison pour vol par le tribunal de Guingamp en 1835. Pratiquement toutes sont, de fait, des journalières, qui exercent leur métier chez des particuliers. Les lingères urbaines ont peut-être une position plus avantageuse. Marie-Rose Chartier, qui vit à Nantes, dit « travailler pour son compte » et habite chez ses parents, qui sont bouchers (1843). Gilette Chauveau, de Pornic, a une apprentie, mais travaille à la journée chez des particuliers (1825). Sur les 19 lingères, 5 ont déjà eu un ou plusieurs enfants naturels, et 2 sont soupçonnées de récidive.

  • 18 Corbin A., « Le Grand siècle du linge », Le Temps, le désir et l’horreur, Paris, 1991, p. 37.

25Couturières, tailleuses et lingères impliquées dans des affaires d’infanticide sont donc notablement plus nombreuses que les représentantes des autres professions à mener une vie relativement libre ou à avoir « fauté ». Cette remarque est à mettre en relation avec la réputation de petite vertu qu’ont souvent les ouvrières du linge18.

Blanchisseuses, repasseuses, laveuses et lavandières

26Une très petite proportion des accusées (6) vit de l’entretien du linge. Ce sont les blanchisseuses, repasseuses, laveuses et lavandières. Les laveuses sont chargées des lessives courantes, qui se font au battoir, dans le « doué ». Les trois blanchisseuses sont installées dans des villes. Plutôt qu’aux lavages courants, elles sont occupées aux grandes lessives. Anne-Marie Berthe, installée à Rochefort-en-Terre, possède une buanderie et emploie, de temps à autre, une journalière. La déposition de celle-ci illustre le caractère rudimentaire et artisanal de cette activité, qui exige de multiples va-et-vient entre la buanderie et le lavoir :

  • 19 AD M U 2138, Jeanne-Marie Meignet, 55 ans, journalière, 17 mai 1844.

« Le jeudi 2 de ce mois, vers les quatre heures du matin environ, la fille Anne-Marie Berthe, qu’elle [le témoin] était dans l’habitude d’aider dans ses fortes lessives, alla la prier d’aller laver pour elle ; aussitôt le témoin se leva et alla avec elle à la buanderie et de là au doué du Pont-au-Roux. La fille Berthe lui dit qu’elle était malade. Après avoir été plusieurs fois du Pont-au-Roux à sa buanderie et revenue avec des ardes [sic], elle s’assit près du témoin et de sa mère, disant toujours qu’elle était malade19. »

  • 20 Souvestre E., Le Foyer breton, Paris, 1845 ; Le Braz A., Magies de la Bretagne, Paris, 1994 (texte (...)
  • 21 Sébillot P., Traditions et superstitions de la Haute-Bretagne, Paris, 1882, t. 1, p. 248.
  • 22 Op. cit., t. 1, p. 285.

27On ne rencontre qu’une seule lavandière bien que, dans le légendaire breton les « lavandières de nuit », revenantes condamnées à châtier indéfiniment leur crime par d’épuisantes lessives nocturnes, soient les figures emblématiques des femmes infanticides20 : « En Ille-et-Vilaine, écrit Sébillot, on prétend que les lavandières de nuit sont des mères qui ont tué leurs enfants, ou bien des femmes qui ont lavé le dimanche21. » Habasque cite également cette légende comme appartenant au folklore des Côtes-du-Nord22.

28La seule lavandière recensée ainsi que les deux laveuses sont installées à Nantes. Toutes trois sont originaires d’autres départements. La profession de laveuse, comme celle de domestique, fait probablement partie des métiers qui, dépourvus d’attrait pour les populations urbaines, sont facilement accessibles aux rurales qui viennent chercher un emploi dans les grandes villes.

Autres professions

29Les autres catégories professionnelles sont relativement marginales. Parmi les trois ouvrières figurent une cordière, une ouvrière en chaussures et une jeune fille qui, au moment du crime, était occupée à filer du lin à la quenouille. La faiblesse numérique des ouvrières reflète à la fois le caractère rural du crime et la quasi-absence d’emploi féminin dans l’industrie. Hormis les poteries et les conserveries, mais celles-ci s’implantent assez tardivement, les industries traditionnelles de la Bretagne : tanneries, forges, mines, moulins à papier, n’emploient pratiquement que des hommes.

Cordières

  • 23 Voir Cambry J., Voyage dans le Finistère, Brest, 1836, p. 52. La question des cacoux a fait l’obje (...)

30Corderie et saboterie appartiennent à l’artisanat traditionnel. La profession de cordier est très dévalorisée parce qu’elle semble avoir été exercée principalement par des « cacoux » ou « caquins », mis au ban de la société parce que réputés descendre de lépreux23.

31Julienne Dubot, la seule ouvrière cordière signalée, n’appartient pas à cette catégorie d’exclus. Elle est, d’après le président de la cour d’assises, issue « d’une famille honnête » et a été « indignement trompée » par des promesses de mariage. Elle vit chez son oncle, qui possède une relative aisance puisqu’il emploie une servante.

Sabotières

  • 24 L’Ille-et-Vilaine des origines à nos jours, op. cit., p. 337.
  • 25 Vallaux C., op. cit., p. 271.

32Les deux sabotières travaillent dans l’arrondissement de Fougères où cet artisanat, très important jusqu’aux premières décennies du xixe siècle, commence à décliner notablement24. Il s’agit de Pélagie Chesnel, âgée de 25 ans, qui demeure avec ses parents à Landéan, et de Sainte Fauvel, une orpheline de 19 ans qui vit seule dans la forêt de Villecartier. Dans son étude sur la Basse-Bretagne, Vallaux classe les sabotiers et charbonniers qu’il recense dans le Vannetais, le bassin de Châteaulin et la région de Guingamp, parmi les métiers nomades. Selon lui, les sabotiers de Basse-Bretagne vont vendre leur fabrication dans toute « l’Armorique », particulièrement dans les régions où les forêts ont déjà été ravagées par ces formes particulièrement destructrices d’artisanat25.

  • 26 À propos des loges de sabotiers voir Corbin, A., Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot : sur (...)

33Ce caractère itinérant ne semble pas s’appliquer à la Haute-Bretagne, où les métiers forestiers ont peut-être déjà été sédentarisés. Tout indique que Sainte Fauvel, orpheline depuis sept ans, a continué à vivre dans la « hutte » de ses parents26.

Commerçantes

34Dans cette catégorie, outre les aubergistes et cabaretières, figurent une marchande de chiffons, une marchande de beurre, et une marchande pâtissière. Il s’agit de très petits commerces, qui n’impliquent pas nécessairement la possession d’une boutique. La pâtissière est domiciliée à Concarneau, ville qui commence à prendre de l’importance. Elle est employée chez son frère. Les cabaretières se caractérisent par leur statut matrimonial : quatre sont veuves (la plus âgée a 38 ans) et la cinquième est mariée à un soldat.

Domestiques non agricoles

  • 27 AD I-V 2U4/619, 1826.

35Les domestiques non agricoles sont femmes de chambre, femmes de journée, femmes de ménage ou cuisinières, à la ville, ou bien chez des propriétaires ruraux, des artisans ou des commerçants des gros bourgs. Elles passent indifféremment d’une profession à l’autre. Olive Gandin, domestique chez un médecin à Rennes, a précédemment servi dans deux auberges de Pontivy27.

  • 28 AD F 4U2/85, Marie-Suzanne Marein, 40 ans, restauratrice, 9 mars 1844.

36La majorité des « domestiques attachées à la personne » sont originaires de la campagne et paraissent en conserver les habitudes. La restauratrice de Brest qui emploie Annette Le Dot souligne le manque d’élégance de sa domestique, fraîchement arrivée à la ville : « Pendant son séjour à la maison, je crus m’apercevoir qu’elle avait le ventre un peu proéminent, je fis peu attention à cette circonstance, sachant combien ces filles de la campagne arrangent mal leurs vêtements28. »

Ménagères

  • 29 AD C-A 2U/772, fiche de renseignements, s. d. [1861].

37À l’exception de deux jeunes filles qui s’occupent du ménage de leur père, il s’agit de veuves ou de femmes mariées. Le qualificatif de ménagère ne fait que caractériser l’activité principale de ces femmes, qui est de s’occuper de leur foyer. Il n’exclut pas le recours temporaire à des travaux rémunérés. Pour accroître leurs revenus, plusieurs ménagères s’emploient de temps à autre comme journalières. La Vve Le Trou se loue à la journée chez des propriétaires des environs et file à son domicile. Deux de ses enfants sont en âge de travailler : son fils aîné est employé comme domestique et l’une de ses filles, âgée de 16 ans, comme filandière (Côtes-du-Nord, 1842). Véronique Poncel, de Trélivan, est parfois obligée de se livrer à la mendicité pour nourrir sa famille. La fiche de renseignements jointe à son dossier décrit ainsi ses occupations : « Elle préparait à manger à sa mère et à son enfant quand elle avait de quoi le faire. Elle gardait sa vache dans les champs et mendiait quelquefois, quand il n’y avait plus de pain chez elle29. »

Mobilité professionnelle et précarité des situations

38Excepté les métiers (couturière, tailleuse, lingère, sabotière…) qui demandent un véritable savoir-faire, ce sont leur mobilité et leur absence de spécialisation qui caractérisent les professions des femmes infanticides. Certaines déclarent d’ailleurs exercer deux métiers, parfois fort différents l’un de l’autre : couturière et cabaretière, tailleuse et bonne d’enfant, cuisinière et fileuse, fileuse et blanchisseuse.

Mobilité professionnelle et géographique

  • 30 AD I-V 2U4/614 [1825].
  • 31 AD I-V 2U4/616 [1825]. Selon A. Orain, op. cit., les « glennes » sont des fagots de genêt ou de bo (...)

39La pluralité des métiers pourrait s’appliquer à une grande partie de ces femmes. Anne Doudard se dit fileuse et domestique. En dehors des périodes où elle parvient à se gager, elle va vendre pour son propre compte son fil sur les marchés. Elle travaille également à la journée, aussi bien à coudre qu’à battre le blé30. Rosalie Hogrel, fileuse, âgée de 19 ans, est installée à Vitré depuis plusieurs mois. Elle alterne également les périodes où elle travaille comme domestique, le filage et les travaux des champs. Elle participe dans son village d’origine à l’ensemencement des chanvres, et y retourne pour les « glennes31 ».

40À cette polyvalence professionnelle s’ajoutent les fréquents changements d’employeurs et la mobilité géographique qu’explique soit la difficulté à trouver un emploi permanent, soit le licenciement pour cause de grossesse extraconjugale. Jeanne Leroux, originaire de l’arrondissement de Savenay, a servi dans quatre maisons différentes en trois ans.

  • 32 AD L-A 5U91/1, fiche de renseignement par le procureur de Savenay, 9 janvier 1836.

« [Elle a] été successivement employée […] dans la commune de Prinquiau, chez MM. Duguiny, Criaud, propriétaires et fermiers en la commune du Temple, chez le S. Marand, aubergiste, puis, depuis la fin de décembre 1834, chez le S. Gérard, propriétaire à La Chapelle-Launay, jusqu’au jour de son arrestation. Dans ces diverses maisons, elle était occupée soit au labourage ou autres travaux d’agriculteurs, soit à la garde des bestiaux32. »

  • 33 M. Segalen notait qu’il était rare que les domestiques conservent la même place plus de cinq année (...)

41Il est difficile de préjuger de la généralisation de cette pratique d’engagement des domestiques pour de courtes durées33. Dans le cas particulier des accusées, c’est souvent l’état de grossesse qui est à l’origine de leur mobilité. Même si elles servent chez les mêmes maîtres depuis plusieurs années, ceux-ci n’hésitent pas à les renvoyer dès qu’ils s’aperçoivent de leur grossesse. Certaines domestiques préfèrent partir d’elles-mêmes, avant que leur état ne devienne apparent, afin de sauvegarder leur réputation.

La mendicité

  • 34 Annuaire des Côtes-du-Nord, 1836, op. cit., p. 8.
  • 35 Du Chatellier A., Recherches statistiques sur le département du Finistère, Nantes, 1836-1837, p. 7 (...)
  • 36 L’Ille-et-Vilaine des origines à nos jours, op. cit., p. 313.

42L’importance de la mendicité est signalée dans tous les départements bretons. L’Annuaire des Côtes-du-Nord recense en 1836, 37 000 mendiants et 43 000 indigents, pour une population estimée à 598 872 habitants34. Dans ses Recherches statistiques sur le Finistère, Armand Duchatellier évalue pour l’année 1830, d’après des sources préfectorales, le nombre de mendiants à 32 041, sur une population totale de 503 256 habitants (soit 6,36 %)35. En Ille-et-Vilaine, 30 000 mendiants auraient été recensés en 1847, année de troubles frumentaires36.

  • 37 Bouët A., Breiz-Izel…, op. cit., p. 103.

43Pour Bouët, qui traite surtout du Finistère, les mendiants sont « la lèpre du pays37 ». Brousmiche voit dans les hordes qui assaillent les voyageurs se hasardant sur les routes de ce département, le signe de la paresse et de l’incurie d’une partie de la classe paysanne :

  • 38 Brousmiche J.-F., op. cit., t. 1, p. 118.

« C’est par troupe que l’on rencontre les pauvres sur les grandes routes. Ils harcèlent les voyageurs, ils les fatiguent par leurs cris, par leur importunité, ils chantent et gambadent autour des voitures publiques et souvent on éprouve la crainte de les voir écrasés sous les roues de ces colossales diligences qui sillonnent aujourd’hui nos grands chemins. On conçoit difficilement l’existence d’un aussi grand nombre de pauvres dans un pays aussi riche, et l’on ne peut qu’attribuer à l’incurie, à la paresse, l’état des gens qui pour ne pas travailler se livrent à ce honteux moyen de s’assurer l’existence38. »

44Parmi les 13 mendiantes recensées, 6 sont localisées dans les Côtes-du-Nord, 4 dans le Morbihan, 2 dans le Finistère, et 1 en Ille-et-Vilaine. Trois d’entre elles sont sans domicile fixe et mènent une vie totalement errante.

  • 39 AD C-A 2U/650 [1843].

45Marie Ollivier, de Plouzelambre, décrite comme « boëteuse », est déjà mère d’un enfant naturel que son père et sa belle-mère élèvent. Elle a été chassée de leur demeure en raison d’une nouvelle grossesse et dort dans les étables où on veut bien lui accorder l’hospitalité39.

46Quant à Jeanne-Marie Rolland, qui est originaire des Côtes-du-Nord mais vit de la charité dans le Morbihan, elle réussit, selon le président de la cour d’assises, à trouver asile dans les meilleures maisons :

  • 40 AN/BB/20/163/1, M, 2e trim. 1852, Robinot Saint-Cyr, s.d.

« Par fainéantise, et dans le but de se procurer une existence agréable, elle se livrait à la mendicité. Elle ne s’adressait qu’aux bonnes maisons, et y apportait toujours des nouvelles des parents dont on était séparé ; ces nouvelles, en tout cas, avaient toujours l’apparence d’un intérêt réel, elle a une mémoire prodigieuse, et raconte fort bien. Avec tout cela, elle feignait une espèce d’imbécillité, ce qui ne manquait pas de lui profiter40. »

L’hospitalité

47Les observateurs sociaux et les folkloristes ont relevé, en l’exagérant peut-être, l’hospitalité accordée aux mendiants par les populations bretonnes. Brousmiche décrivait, vers 1830, la générosité de l’habitant du Finistère, profondément catholique :

  • 41 Brousmiche J-F., op. cit., t. 2, p. 302.

« Il est rare qu’un mendiant ne soit pas secouru par lui. Il a sa place près du foyer commun, il couche ou dans l’étable ou dans le tas de paille qui couvre, après la moisson, l’aire où se bat le blé. L’hospitalité est offerte ou accordée à tout voyageur, il partage le repas de la famille, qui lui est proposé sans condition de paiement41. »

48De la part de celui qui est accueilli, cette hospitalité semble avoir comme seule contrepartie de contribuer à l’information de ses hôtes en rapportant les nouvelles recueillies au cours de ses pérégrinations :

  • 42 Habasque F., op. cit., t. 1, p. 289-290. Voir aussi Déguignet J.-M., Mémoires d’un paysan bas-bret (...)

« Il dîne mêlé aux gens de la maison, avec lesquels il fume ensuite et dont il se fait écouter avec intérêt, parce qu’il redit dans une ferme ce qu’il a appris dans une autre, et qu’il a presque toujours soin de recueillir dans sa course vagabonde quelque nouvelle politique dont le cultivateur est devenu singulièrement avide. Qu’y a-t-il de nouveau ? Telle est la première question que l’on vous adresse à votre entrée dans une ferme […]. Cette curiosité s’explique quand on sait que nos fermes sont éparpillées dans la campagne et non groupées en village, d’où il suit que le cultivateur vit sans communication avec ses semblables, six jours au moins sur sept. Il n’a en effet de rapport avec les autres hommes que le dimanche, lorsqu’il se rend au bourg pour la grand’messe et les vêpres42. »

  • 43 Voir Haudebourg G., Mendiants et vagabonds en Bretagne, Rennes, 1998, p. 53-60.

49Le mendiant joue donc un rôle social particulièrement important, comme colporteur de nouvelles, mais aussi de contes et chansons traditionnels43.

  • 44 AD M U 2120, interrogatoire, 9 mars 1842.
  • 45 AD M U 2088 [1838].
  • 46 AN/BB/20/182/1, M, 2e trim. 1855, Baudouin, 16 juin 1855.

50Des familles entières paraissent tirer l’essentiel de leurs ressources de la charité. Julie Le Mailloux, journalière à Ambon, âgée de 34 ans, vit avec son père et son enfant naturel. Elle recourt à la mendicité quand elle ne parvient pas à vivre du produit de son travail. C’est d’ailleurs aux inspirations de la misère qu’elle attribue son crime : « Le diable me poussait et […] dans l’état misérable où je suis, obligée de mendier mon pain, je ne savais pas comment nourrir cet enfant44. » Au moment du drame, son père et son petit garçon, âgé de cinq ans, parcourent les environs pour « mendier leur pain ». Plusieurs autres accusées vont mendier en famille, comme Jeanne Nicolle, âgée de 33 ans et sa mère Françoise, âgée de 80 ans, qui habitent une chaumière de la lande de Boulaigné45 ou encore Anne Leboucher, âgée de 29 ans et sa mère, une veuve de 53 ans46.

L’analphabétisme

  • 47 Direction des affaires criminelles et des grâces, circulaire, 3 mars 1828.

51Avant les années 1835-1840, les magistrats prennent rarement le soin d’indiquer le degré d’alphabétisation des individus qui passent en jugement, bien que cette question préoccupe la chancellerie depuis 182847. À partir de 1840, les indications sont plus fréquentes, sans pour autant devenir systématiques. Les données recueillies dans la série BB/20 des Archives nationales, bien que relativement incomplètes, permettent de faire ressortir l’importance de l’illettrisme parmi les mères infanticides.

Éléments statistiques

Degré d’alphabétisation des accusées. Répartition par département – (Source BB/20).

  • 48 L’apprentissage de la lecture est distinct de celui de l’écriture pendant la première partie du xi (...)

52L’indication du degré d’alphabétisation est disponible pour 352 accusées sur 572. L’immense majorité (82,10 %) est totalement analphabète. Seules, 63 d’entre elles savent plus ou moins lire et écrire (soit 17,90 %). Parmi celles-ci, 26 savent écrire (soit 7,38 %) mais plus ou moins parfaitement48.

  • 49 AD I-V 2U4/636, interrogatoire, 9 juin 1828.
  • 50 AN/BB/20/137, I-V, 3e trim. 1846, Robinot Saint-Cyr, 5 septembre 1846.

53On ne dispose que de deux indications relatives au mode d’apprentissage de la lecture. Toutes deux relèvent de l’entraide. L’une concerne La Vve Lépinay, cultivatrice à Bourg-des-Comptes. Elle lit un peu, mais ne sait ni écrire, ni signer. Elle dit avoir appris à lire « avec une femme qui était ma voisine, mais qui ne tenait pas d’école publique49 ». La seconde concerne Françoise Morvan, une fileuse de 17 ans, orpheline, qui « avait inspiré de l’intérêt à quelques personnes qui lui montrèrent à coudre et lui apprirent à lire50 ».

  • 51 AN/BB/20/245/2, F, 3e trim. 1862, Bernhard, conseiller, 21 août 1862.
  • 52 AD L-A 5U 119/2, fiche de renseignement par le procureur de Nantes, 22 mai 1842.

54L’alphabétisation ne semble pas avoir de rapport direct avec le statut social : la Vve Le Dû, une propriétaire-cultivatrice relativement aisée d’Edern, « sait à peine lire51 », alors que Marie-Rose Chartier, une lingère de 21 ans, née et demeurant à Nantes, « sait lire et écrire avec facilité52 ».

55Celles qui savent lire et écrire « avec facilité » sont généralement nées dans des villes : Anne-Marie Guilloux, couturière-brodeuse, élevée à l’Hospice de Vannes, demeurant à Matignon ; Séverine Lebez, tailleuse, née à Servon ; Reine Hubert, femme de chambre, née à Rennes ; Amélie Dubourg, couturière, née et demeurant à Saint-Malo ; Jeanne Evrard, tailleuse, née à Lorient, demeurant à Indret. La dernière, Dominique Tosio, marchande pâtissière à Concarneau, est née en Suisse.

56Les couturières et tailleuses constituent la catégorie la plus lettrée : 11 sur 41 savent lire plus ou moins parfaitement. Le taux d’alphabétisation varie de manière considérable selon le département d’origine : plus de la moitié de celles qui savent lire (33 sur 63) est originaire d’Ille-et-Vilaine. Le département des Côtes-du-Nord se place en seconde position (11 sur 63), puis viennent la Loire-Inférieure et le Morbihan (8 sur 63) et enfin le Finistère (2 sur 63).

57En 1850, le rapport accompagnant le Compte général de l’administration de la justice criminelle pour la période 1825-1850, soulignait la forte proportion des illettrés parmi les accusés d’infanticide. Alors que la moyenne des analphabètes parmi les personnes traduites devant les cours d’assises était évaluée à 61,2 % entre 1826 et 1830 et à 50,9 % entre 1846 à 1850, elle s’élevait chez les accusés d’infanticide, à 87 % puis à 78,8 %. Les progrès sensibles de l’alphabétisation constatés entre 1830 et 1850 ont concerné davantage les hommes que les femmes, ce qui explique la différence importante subsistant en 1850 entre les accusés d’infanticides (78,8 % d’illettrés) et les autres (50,9 %, tous crimes confondus).

  • 53 Compte général…, année 1850, op. cit., p. xxv-xxvi.

58Ce même rapport faisait également état des fortes variations selon l’origine géographique des personnes mises en accusation. Alors que certains départements de l’Est de la France connaissaient des taux très bas d’accusés ne sachant ni lire ni écrire (12 % dans le Doubs), trois des départements bretons se caractérisaient au contraire par un très fort pourcentage d’illettrés : 86 % dans les Côtes-du-Nord, 83 % dans le Finistère, 78 % dans le Morbihan53. La situation n’évoluera guère dans les décennies suivantes.

L’instruction en Bretagne

  • 54 Habasque F., op. cit., t. 1, p. 189.

59Les auteurs du xixe siècle décrivent la situation affligeante de l’enseignement en Bretagne. En 1832, Habasque, tout en soulignant les progrès accomplis depuis la Révolution, déplorait l’absence de « lumières » des habitants des Côtes-du-Nord : « Les campagnes sont plongées dans des ténèbres épaisses, mais aussi, sous la République, il n’existait que 15 écoles élémentaires dans les Côtes-du-Nord, où il y a près de 600 000 habitants et aujourd’hui l’on y compte à peine un instituteur primaire par trois communes, c’est-à-dire, 125 en tout54. »

  • 55 Loi du 28 juin 1833. Elle imposait la création d’une école de garçons par commune. L’accès à l’éco (...)
  • 56 Brousmiche J.-F., op. cit., t. 2, p. 219.

60Brousmiche brossait un tableau tout aussi sombre du Finistère des années 1830. Il déplorait le peu d’enthousiasme des conseils municipaux à appliquer la loi Guizot55 et l’absence de qualification du corps enseignant56.

  • 57 Nicolas G., L’École normale primaire de Rennes et la première génération de normaliens en Bretagne(...)
  • 58 Ibidem, p. 52.
  • 59 Désert G., « Alphabétisation et scolarisation dans le Grand Ouest au xixe siècle », The Making of (...)
  • 60 Nicolas G., op. cit, p. 8-9.

61En 1832, 952 communes bretonnes sur 1475 (soit près de 65 %), sont encore privées d’écoles, ce qui place l’académie de Rennes à l’avant-dernier rang du royaume57. La situation varie notablement d’un département à l’autre, voire d’un arrondissement à l’autre. Gilbert Nicolas établit une nette distinction entre les zones côtières et l’intérieur de la Bretagne, sous-alphabétisé58. Gabriel Désert, pour sa part, oppose les départements occidentaux (Morbihan, Finistère, Côtes-du-Nord), formant un « bloc homogène d’analphabétisme », aux départements orientaux où l’analphabétisme est moins important59. L’Ille-et-Vilaine occupe une position relativement privilégiée dans la mesure où elle est le seul département à posséder, à partir de 1831, une école normale d’instituteurs. Celle-ci, implantée à Rennes, chef-lieu de l’académie, a une vocation régionale et accueille, jusqu’en 1852 les normaliens des cinq départements bretons. Un millier de normaliens primaires y ont été formés entre 1831 et 185260.

  • 61 Du Chatellier A., L’Agriculture et les classes agricoles de la Bretagne, Paris, 1863, p. 207.
  • 62 Ogès L., L’Instruction primaire dans le Finistère sous le régime de la loi Guizot, 1833-1850, Quim (...)

62Mais les progrès de la scolarisation demeurent très lents. Armand du Châtellier écrivait encore en 1863 : « Sur cent éleveurs de nos campagnes, il n’y en a certainement pas dix qui sachent lire, peut-être pas cinq61. » Pour des raisons financières, fiscales ou culturelles, les municipalités sont en majorité hostiles à la législation sur l’instruction publique. La création d’une école implique des charges dont les conseillers municipaux ne voient pas toujours l’utilité. Dans le Finistère, les paysans aisés ont pris l’habitude d’envoyer leurs enfants dans les villes et ne sont guère disposés à payer pour la scolarisation des indigents62. Aux difficultés de la mise en place de l’institution scolaire, partagées par de nombreux départements français s’ajoute, dans les régions bretonnantes, l’hostilité du clergé qui, par crainte de perdre son hégémonie sur les populations rurales de Basse-Bretagne, s’oppose à l’enseignement du français. En outre, la dispersion de l’habitat et le mauvais état des chemins rendent problématique la fréquentation de l’école en période hivernale. À la belle saison, les enfants aident leurs parents aux travaux des champs, ce qui raccourcit d’autant l’année scolaire.

  • 63 Désert G., op. cit., p. 151.
  • 64 Ibidem, p. 154.

63L’utilité de l’instruction des enfants pauvres est encore moins évidente quand il s’agit des filles. En 1881, l’inspecteur de l’académie de Rennes témoignait encore des résistances locales à la création d’écoles publiques de filles : « On n’hésite pas à déclarer que l’instruction n’est pas nécessaire à des femmes destinées à cultiver les champs63. » L’éducation des filles n’est réglementée qu’à partir de 1850 par la loi Falloux qui impose à toutes les communes de plus de 800 habitants la création d’une école particulière. Mais, même lorsqu’elle est organisée, cette instruction est bien souvent livrée à des congréganistes, nommées par simple autorisation de l’évêque et rarement pourvues du brevet de capacité rendu obligatoire en 181664.

La vie matérielle

  • 65 C’est le cas des deux sabotières et des témoins qui exercent des métiers liés à la forêt.
  • 66 Marie-Françoise Garrec, mendiante à Rumengol, AN/BB/20/268, F, 4e trim. 1864.

64Le cadre de vie des accusées est en harmonie avec la fragilité de leur position sociale. Hormis quelques veuves dont la vie n’est pas entravée par les problèmes matériels, c’est bien la précarité qui domine la condition sociale des femmes infanticides. Mais cette situation est commune à bien des habitants des campagnes. Faiblesse des revenus, médiocrité des habitations, de l’hygiène et de l’alimentation sont largement partagées. Les archives sont emplies de notations qui attestent la pauvreté générale : maintes familles logent dans de simples huttes65, des « loges » misérables, voire de « méchantes cabanes66 ». Maints vieillards sont aveugles, infirmes, grabataires.

65Bien que la misère soit générale, toutes les accusées ne sont pas assujetties de la même manière aux contraintes qui pèsent plus particulièrement sur les femmes. Les domestiques et les femmes qui demeurent avec leur famille sont constamment placées sous le regard des autres, mais celui-ci est autant protecteur qu’inquisiteur. Celles qui vivent dans la plus parfaite solitude et, par conséquent aussi, dans le plus grand dénuement, disposent paradoxalement d’une plus grande liberté individuelle. Elles échappent plus facilement que les autres, ne serait-ce que par le vagabondage, au lourd fardeau du contrôle que les divers groupes sociaux tentent d’exercer sur leur vie privée.

L’habitat

  • 67 Voir Vallaux C., op. cit., p. 128-133.

66La plupart des habitants des campagnes vivent dans des « écarts », ou « épars67 », petits hameaux de quelques foyers, où les événements sont rares et où l’on conçoit qu’un fait dramatique comme le meurtre d’un enfant vienne bouleverser le cours ordinaire des existences. Habasque nous livre, avec son regard d’urbain passionné d’anthropologie, la description du cadre de vie d’une inculpée qui, pour exotique qu’il puisse paraître, n’est nullement exceptionnel :

  • 68 Arrondissement de Saint-Brieuc.
  • 69 Habasque F., op. cit., t. 1, p. 304-305.

« Étant allé en 1823 dans la commune de Boqueho68, pour y constater un infanticide, j’entrai pour dresser mon procès-verbal et faire procéder à l’autopsie, dans une chaumière où le greffier eut beaucoup de peine à trouver une escarbelle, qui ne valait pas mieux que celle de Baucis : une vache, des poules, deux ou trois moutons partageaient ce logis avec le propriétaire : la litière était à quatre pas du foyer, et des belettes montaient et descendaient sans cesse, le long d’un mur crevassé. On nous dit qu’elles mangeaient les œufs des poules et buvaient le lait des vaches. L’un des gendarmes qui m’accompagnaient voulut essayer d’en prendre une, mais la maîtresse de la maison s’y opposa fortement, et le gendarme feignant de persister dans son projet, elle implora mon autorité pour faire cesser ses poursuites : ses belettes portaient bonheur à sa maison, c’étaient ses Dieux lares. À l’extérieur de cette chaumière, où nous étions dévorés par des myriades d’insectes, quatre-vingt ou cent femmes attendaient la fin de notre opération. Comme cela tardait, elles m’envoyèrent demander quand je prêcherais. Elles s’imaginaient sérieusement que j’allais monter sur une barrique à la porte et exposer aux jeunes filles le danger qu’il y avait à s’abandonner à ses passions ; et ce bon adjoint ! La commune, disait-il, était déshonorée, depuis cent ans il n’en était pas arrivé autant. Il faisait sans s’en douter un bel éloge de la moralité de son pays69. »

67Les maisons rurales dans lesquelles habitent les accusées répondent aux caractéristiques des chaumières décrites par les voyageurs des xviiie et xixe siècles : petites maisons basses, au sol de terre battue, sans étage, si ce n’est parfois un grenier, à peine éclairées par d’étroites fenêtres, où étable et habitation humaine ne forment souvent qu’un seul corps de logis.

  • 70 La situation matrimoniale des accusées sera examinée au chapitre suivant.

68Le cadre de vie des femmes infanticides n’est cependant pas totalement uniforme : il dépend non seulement de leur position sociale, mais aussi des rapports qu’elles entretiennent avec leur parentèle. Les conditions de vie des accusées varient en effet notablement suivant leur degré d’inclusion dans le système de la vie familiale (comme enfant de la famille ou comme domestique) ou, au contraire, leur degré d’autonomie. Elles ne sont évidemment pas non plus sans rapport avec leur statut matrimonial, mais ne coïncident pas totalement avec celui-ci, particulièrement pour les femmes mariées dont beaucoup, parmi les accusées, sont séparées de fait de leur époux70.

69Les données concernant le mode d’habitation sont disponibles pour 402 femmes :

138 vivent chez leurs maîtres ;
136 vivent avec leurs ascendants ou collatéraux ;
16 vivent avec leur mari et éventuellement un ou plusieurs enfants ;
111 vivent seules ou avec un ou plusieurs enfants.

La vie de famille

70Compte tenu de la petite taille des habitations, les habitants des campagnes vivent dans une grande promiscuité. À moins que leur niveau de vie soit légèrement plus élevé que la moyenne des familles impliquées dans ces affaires, rares, parmi les femmes recensées, sont celles qui disposent d’une chambre particulière. La majorité des accusées sont obligées de partager leur lit soit avec leur mère, soit avec d’autres enfants de la famille.

Promiscuité

  • 71 AD L-A 5 U 100/1, p.-v. de transport du juge d’instruction de Paimboeuf, 22 octobre 1837.

71Eulalie Pellerin, tailleuse à Pornic, âgée de 28 ans, dort avec sa mère, une journalière de 48 ans et avec sa fille naturelle, âgée de 6 ans. Leur logement se compose « d’une seule petite chambre au rez-de-chaussée donnant sur une petite cour, et sans aucune latrine attenant à cette habitation71 ». Nous en possédons une description assez précise :

  • 72 Idem, 24 octobre 1837.

« Cette chambre a dix pieds de longueur sur huit de largeur. Un lit se trouve placé dans le sens de la longueur de cette chambre, il a six pieds de longueur sur quatre de largeur, au pied du lit est placée une petite armoire. La porte de cette chambre étant fermée, elle ne reçoit le jour que par deux carreaux de vitre placés dans le haut de la porte et qui sont chacun environ d’un pied carré72. »

72La famille est trop pauvre pour entretenir un feu dans le foyer, en septembre du moins, époque du crime. Lorsqu’elle veut allumer sa chandelle, Eulalie Pellerin est contrainte d’aller demander du feu à sa plus proche voisine.

  • 73 AD F 4U2/113, Marguerite Fichoux, mère naturelle de la prévenue, 21 juillet 1849.

73Il n’est pas rare que les lits, qui à cette époque sont encore souvent des lits-clos, soient occupés par deux ou trois personnes. Dans la période qui précède son accouchement, Adrienne Fichoux, blanchisseuse à Pont-Croix couche, selon son habitude, avec sa mère naturelle, une journalière de 59 ans et avec sa cousine. Mais la présence de celle-ci n’est peut-être qu’occasionnelle73.

  • 74 AD F 2U/84, Jacques Guédès, journalier, 24 janvier 1844.

74Mêmes si les accusées disposent de leur propre lit, le mode de vie familial comme l’architecture des maisons, souvent composées d’un unique rez-de-chaussée, réduisent singulièrement l’espace privé. Marguerite Guédès, journalière à Lopérec, âgée de 33 ans, déjà mère d’une fille naturelle de 7 ans, jouit en apparence d’une relative indépendance puisque son habitation est distincte de celle de son père et de sa « marâtre ». Cependant son intimité est toute relative car, comme le déclare son père : « J’entends très bien ce qui se dit chez ma fille car il n’y a qu’une faible muraille à séparer nos deux habitations74. »

75La promiscuité est plus grande encore quand il y a cohabitation entre plusieurs familles. La famille Lozach, de Saint-Conan, composée du père, un « vieillard atteint de surdité » et de sa fille Claudine, une filandière de 39 ans, partage une petite maison avec celle de Joseph Raoult, mendiant. Les deux appartements ne sont séparés que par une cloison à mi-hauteur :

« La maison où elle [Claudine Lozach] demeure est divisée en deux compartiments, celui à gauche et au levant, habité par la famille Jean Lozach, celui à droite par Joseph Raoult ; ces deux compartiments sont séparés par un muret composé de terre et de pierres d’une hauteur d’un mètre à un mètre cinquante centimètres. […] Il règne dans les deux compartiments de la maison, et surtout dans celui occupé par la famille Lozach, une grande obscurité. Au surplus le mur qui les sépare est à une hauteur qui permet de tout entendre d’un compartiment dans l’autre et lorsqu’ils seraient éclairés, de tout voir et observer de l’un à l’autre, attendu que dans certaines parties notamment sur la partie gauche de ce muret, il n’existe point une hauteur d’un mètre. »

  • 75 AD C-A 2U/686, p.-v. de transport du juge d’instruction de Guingamp, 12 février 1845.

76La surface dont dispose chaque famille est remarquablement réduite : « La maison habitée par les familles Lozach et Raoult a une longueur de 8 mètres sur une largeur de 6 et […] le compartiment occupé par la famille Lozach a depuis la porte du muret de séparation jusqu’au pignon une longueur de 3,6 m75. » En outre, cette maison n’ayant qu’une entrée, les Raoult doivent laisser aux Lozach un passage pour accéder à leur « compartiment ».

  • 76 Rez-de-chaussée.

77Quand les habitations disposent d’un grenier, celui-ci sert souvent de chambre à l’un des enfants de la maisonnée ou bien encore à un domestique. Mais il ne comporte généralement pas de plancher, et seuls des perches ou des fagots servent d’assiette. Il n’est donc pas vraiment séparé de « l’embas76 » où se tient le reste de la famille. Marie-Anne Jeannet, renvoyée successivement de trois maisons en raison de son état de grossesse est venue se réfugier chez sa sœur à Trégunc. Elle accouche de manière impromptue, dans le grenier de la maison, sous le regard stupéfait de son beau-frère :

  • 77 AD F 4U2/84, acte d’accusation, 22 mai 1844.

« Le 10 février, vers sept heures du soir, elle se plaignait d’avoir la fièvre et alla se coucher au grenier où son lit était déposé sur des branchages, qui tenaient lieu de plancher au-dessus du rez-de-chaussée de l’habitation. Le lendemain, 11 février, pendant la grand’messe, François Quittic vit tomber du grenier du sang en assez grande abondance : il exprima à sa belle-sœur, qui n’était pas descendue du grenier depuis la veille, l’opinion qu’elle venait d’accoucher, mais elle [le] nia77. »

Tensions

  • 78 AD C-A 2U/639, interrogatoire, 23 février 1842.

78Pour cacher leur grossesse, de nombreuses domestiques essaient de se refugier chez leurs parents. Mais l’accueil qui leur est réservé n’est pas toujours chaleureux, surtout si le couple parental a été défait par la mort d’un des époux et que l’époux survivant s’est remarié. Marie-Jeanne Le Tirant, une tricoteuse de 23 ans, retourne au domicile de son père à Plouvara, d’où elle avait été chassée par sa belle-mère qui, dit-elle « ne voulait pas que je vécusse avec elle ». Mais elle n’est accueillie qu’à contrecœur par son père, dont elle craint les coups, et mène chez lui une vie de recluse : « Je vivais seule et retirée dans un appartement situé au-dessus de celui où habitaient mon père et tous ses gens. Je ne mangeais même pas avec lui. J’étais quelquefois plusieurs jours sans le voir78. »

79La cohabitation entre parents et enfants est parfois source de vives tensions, qu’aggrave la promiscuité. Les relations entre Eulalie Pellerin et sa mère sont très violentes. L’une de leurs plus proches voisines est témoin de la querelle qui a éclaté entre Eulalie et sa mère le lendemain du crime et des insultes adressées par celle-ci à sa fille :

  • 79 AD L-A 5U100/1, Vve Chabot, 50 ans, journalière, 23 octobre 1837.

« Il y a quinze jours d’hier c’est-à-dire le dimanche huit de ce mois, montant l’escalier de ma chambre à celle de la veuve Prioux, qui occupe le premier étage de notre maison, j’entendis la veuve Pellerin dire à sa fille : “Sacrée vene [sic], sacrée putin averrée [sic], tu n’as point de honte de dire des choses de même ?” J’appellai la Prioux pour qu’elle vînt entendre avec moi cette conversation, mais avant qu’elle fût descendue, la veuve Pellerin ne disait plus rien ou du moins je n’entendis plus79. »

80La principale victime de ces violences familiales aiguisées par le manque d’argent est la mère d’Eulalie. La Vve Arnaud, propriétaire de la chambre qu’elles occupent, présente celle-ci sous un jour peu amène :

« Eulalie Pellerin injuriait souvent sa mère de la manière la plus grossière, se servant à son égard des termes les plus sales. Il y a environ six semaines ou deux mois, mes voisins entendirent pendant la nuit la veuve Pellerin crier à la force : “Madame Arnaud, j’ai un bras cassé.” »

81Elle décide alors d’interroger la Vve Pellerin qui lui confie ses misères :

  • 80 Idem, Marie Bodineau, Vve Arnaud, 76 ans, rentière, 24 octobre 1837.

« Elle se mit à pleurer et elle me dit que sa fille l’avait battue, que bien des fois elle lui en avait fait voir de rudes, qu’elle lui avait donné bien des coups de bâton et que souvent elle l’avait mise à la porte et forcée de coucher dehors. Le lendemain je voulus adresser quelque représentation à Eulalie Pellerin sur l’indignité de sa conduite envers sa mère, et qu’elle s’exposait, en continuant [ainsi], à être blâmée de tout le monde, elle me répondit qu’elle se foutait de ceux qui en parleraient, qu’elle en avait foutre [sic] et qu’elle en fouterait encore à cette vieille charogne qui depuis deux mois ne lui avait pas donné un liard, ou qu’elle changerait80. »

  • 81 D’après tous les observateurs du xixe siècle, le mariage en Bretagne serait surtout affaire d’inté (...)

82Les relations entre mari et femme peuvent également devenir très tendues quand le partage des biens des parents a fait l’objet de difficultés81. Ces tensions apparaissent incidemment dans l’affaire de la femme Le Bihan. Le médecin qu’elle est allée consulter pour obtenir des remèdes abortifs la confond avec une autre patiente qui avait entrepris la même démarche auprès de lui. C’est l’entrevue avec cette dernière qu’il relate au juge de paix :

  • 82 AD F 4U2/164, François-Marie Taburet, 53 ans, médecin à Saint-Renan, 20 août 1858.

« Sur mes questions, elle me dit qu’effectivement elle était enceinte. Alors que voulez-vous, lui dis-je ? “Mon mari, me répondit-elle, est très fâché de me voir grosse parce que je ne pourrai travailler pendant la récolte.” Elle ajouta qu’elle était venue pour me prier de la débarrasser de son fardeau. “Vous êtes folle, lui dis-je, puisque vous êtes mariée, vous n’avez aucun motif de détruire votre enfant, allez vous-en, et conservez-le.” Je crois qu’elle me dit encore que son mari ne la rendait pas très heureuse, parce que, dans un partage intervenu entre elle et son frère, elle n’avait pas eu tout ce qui lui avait été promis82. »

83Lorsqu’il y a cohabitation entre collatéraux, le mariage d’un des membres de la fratrie peut provoquer des dissensions, et la situation peut devenir insupportable pour l’intrus si toute la maisonnée a de bonnes raisons de penser que le mariage qui a été conclu n’est pas très avantageux pour la famille. Marie-Jeanne Le Perron a épousé, alors qu’elle était enceinte des œuvres d’un autre homme, Jean-Marie Le Bonzec, cultivateur à Gestel. Elle devient assez rapidement un objet de haine pour sa belle-mère et ses belles-sœurs qui lui font savoir que l’enfant qu’elle va mettre au monde ne sera pas le bienvenu. Elles ne lui épargnent pas les insultes :

  • 83 AD M U 1998, interrogatoire, 23 juin 1827.

« Très fréquemment ma belle-sœur Rosalie Le Bonzec m’a dit que je n’étais qu’une charogne ; qu’il y avait assez d’enfants dans la maison et que j’en serais chassée ainsi que mon fruit, si j’étais enceinte comme elle en était sûre83. »

84Lorsque, prise de désespoir après la découverte de son crime, elle tente de se suicider en se jetant dans un puits, son autre belle-sœur, Jacquette, ne se montre guère plus charitable. Elle refuse de la veiller quand les voisins, l’ayant retirée du puits, la confient à sa garde et essaie de se décharger de cette corvée sur sa sœur :

  • 84 Idem, Vve Kerdelhué, 51 ans, journalière, 6 juillet 1827.

« Jacquette Le Bonzec, témoigne une journalière, dit alors à Rosalie : “La voilà maintenant, gardez-la si vous voulez. Moi ! s’écria Rosalie, Garder cette gone-là ! Qu’elle crève si elle veut car elle ne vaut pas la peine que je perde ma nuitée de sommeil84 !” »

La vie de domestique

  • 85 Dans la société d’Ancien Régime, le concept de famille était souvent associé à la notion de co-rés (...)
  • 86 AN/BB/20/41, I-V, 3e trim. 1828, Vincent, 25 août 1828.

85La vie des domestiques semble souvent se confondre totalement avec celle de leurs maîtres. Si bien que l’on pourrait penser, si l’on ne savait qu’on n’hésite pas à les chasser lorsqu’elles sont enceintes, qu’elles sont membres à part entière de la communauté familiale. « Le domestique de Verdier85 », écrivait par exemple Vincent dans son compte rendu du jugement de Marie Trécan, servante chez un boulanger-fournier de Saint-Méloir-des-Ondes, « se composait de lui, de sa femme, de deux enfants en bas âge, de sa belle-sœur, femme Goglin, et de Marie Trécan86 ».

  • 87 AN/BB/20/218/1, F, 2e trim. 1859, Lambert, 22 avril 1859.

86Les domestiques partagent l’intimité de leurs maîtres. Marie-Anne Yvenal, domestique chez des laboureurs de Lothey, est une des rares domestiques rurales à disposer d’une chambre personnelle. Son dossier indique qu’elle « couchait seule dans une chambre séparée par un corridor spacieux de celle de ses maîtres87 ». Cet élément de confort est moins rare pour les domestiques urbaines, encore que beaucoup dorment dans la cuisine ou avec d’autres domestiques, ou encore avec les jeunes enfants dont elles assument la surveillance.

  • 88 Selon Sébillot, le « bourgeois », la « bourgeoise » sont aussi les termes qu’emploient en Haute-Br (...)

87Curieusement, l’absence d’intimité ne semble pas gêner outre mesure l’autre élément du couple maître-domestique impliqué dans cette promiscuité : le « bourgeois » ou la « bourgeoise », comme les désignent habituellement leurs serviteurs88. Quels que soient leur degré de fortune ou de notabilité, les maîtres ne paraissent pas répugner à installer leurs domestiques dans leur propre chambre. La demoiselle Lemoine, propriétaire du château de la Mahonnière, près de Soulvache, partage pendant plusieurs mois sa chambre avec sa domestique, Louise Brochard. Elle n’est pas sans remarquer la grossesse de cette fille :

  • 89 AD L-A 5U110/1, Louise Lemoine, 48 ans, 10 décembre 1839.

« Mademoiselle Lemoine a ajouté que depuis son entrée à son service à la Saint-Jean 1839, Louise Brochard avait constamment couché chez elle d’abord dans la propre chambre d’elle, demoiselle Lemoine [sic], depuis la Saint-Jean à août 1839 […] ; ensuite dans la cuisine et dans le lit de son autre domestique, Anne Mallier. Aussi longtemps que Louise Brochard a couché dans la chambre de la demoiselle Lemoine, celle-ci s’était aperçue que cette fille avait le ventre extraordinairement gros, et les seins si fortement gonflés qu’elle l’invitait à se serrer étroitement pour ne pas scandaliser les autres domestiques89. »

88Mais la promiscuité maîtres-domestiques caractérise surtout la vie paysanne. Dans les familles de petits agriculteurs où les générations cohabitent, maîtres et serviteurs dorment souvent dans l’unique pièce du logis, qui sert aussi de cuisine. Les Colombel, habitant à Saint-Maden, qui sont pourtant qualifiés de laboureurs, ont des conditions de vie bien modestes. Parents « au 8e degré » de leur domestique, Marie Lécriou, ils dorment dans la même pièce que celle-ci, qui partage le lit de leur enfant. Seule l’aïeule possède une chambre à part :

  • 90 AD C-A 2U/641, Vve Colombel, 15 mars 1842.

« Cette fille, dit-elle, couchait chez nous dans l’embas où nous mangeons et où on fait la cuisine, dans un lit en face de celui où couchent mon fils et sa femme. Ces deux lits sont de chaque côté du foyer et moi je couche dans un appartement qui est derrière le foyer et derrière la tête des deux lits90. »

89Le jour de son accouchement, ses maîtres, qui disent avoir ignoré la nature de son mal, la soignent comme ils l’auraient fait pour l’un des leurs :

  • 91 Idem, Françoise Colombel, ménagère [même jour].

« Le lundi 3 janvier dernier, Marie Lécriou, qui couchait avec ma petite fille âgée d’environ 26 mois dans un lit en face de celui où je couche avec mon mari se leva vers quatre heures et demi [sic] du matin et alla porter à manger à nos vaches. En rentrant bientôt après, elle se plaignit d’être malade et elle se recoucha. Elle avait mal au cœur, sans pouvoir vomir, ma belle-mère qui était levée lui fit chauffer de l’eau avec du sucre et elle en but. Vers sept heures […] je lui donnai encore de l’eau sucrée et dans ce moment elle me donna un de ses cotillons pour le lui chauffer, [et] pour lui envelopper les pieds parce qu’elle se plaignait d’y avoir froid91. »

  • 92 AD C-A 2U/743, fiche de renseignements, 28 janvier 1849.

90La pudeur n’est pas exclue de cette vie de proximité. Comme le remarque le juge de paix de Matignon, les lits-clos permettent aux jeunes filles de préserver leur intimité : « Grâce à la fermeture des lits dans les campagnes, les filles ont l’habitude d’achever de se déshabiller après s’être enfermées92. »

91Mais l’absence d’intimité interdit toute pudibonderie. Dans la maison de Victor Lemercier, où elle est appelée à travailler de son état de couturière-brodeuse pour préparer le mariage de la fille aînée de la maisonnée, Anne-Marie Guilloux, venue de Matignon, est logée dans la chambre commune. Elle partage avec ses hôtes le « pot de nuit » qui est placé devant le lit des maîtres :

  • 93 Idem.

« Dans la nuit du 24 au 25, elle occupait un des quatre lits qui se trouvent dans la pièce d’habitation de la dite ferme et où couchaient les époux Lemercier dans un même lit, deux grandes filles dans le second et dans le troisième, le fils d’environ 22 ans. Dans la nuit, Annette se leva vers deux heures et urina dans le pot qui était au pied du lit des mariés, elle se releva environ 4 heures 1/2. Chacun l’entendit, elle sortit, après avoir fait deux ou trois pas elle fut obligée de s’arrêter et elle accoucha à la porte de l’écurie93. »

  • 94 « Très petits bâtiments où on loge les animaux de petite taille et surtout les porcs », Vallaux C.(...)

92La promiscuité règne non seulement entre maîtres et domestiques, mais également entre hommes et animaux. Marie-Anne Guédès, aide-cultivatrice à Brasparts, tente assez vainement, lorsqu’elle ressent les douleurs de l’accouchement de se retirer dans la « crèche94 » qui, malheureusement pour elle, n’est pas vraiment séparée de l’habitation de ses maîtres. Elle ne parvient pas à échapper à leur insistante sollicitude :

  • 95 AN/BB/20/93, F, 2e trim. 1837, Le Beschu de Champsavin, 12 juin 1837.

« La malade était sur le foyer, après avoir bu l’eau-de-vie, elle dit que sa colique durait toujours et qu’elle voulait faire ses besoins ; elle passa dans la crèche qui, suivant l’usage de la Basse-Bretagne, n’est séparée de la partie habitée que par un rang de meubles placés les uns contre les autres. Comme cette fille y restait assez longtemps, on lui disait du foyer qu’elle allait gagner froid et qu’elle ferait mieux de se mettre au lit : toutes les fois qu’on lui adressait la parole, elle répondait, et sa voix n’annonçait aucune altération95. »

La vie solitaire

93Si l’on excepte les domestiques, le mode de logement le plus fréquent des accusées qui ont cessé d’entretenir toute relation avec leur famille, que ce soit par suite de dissensions familiales, de la mort du dernier parent survivant ou du départ au bourg ou à la ville à la recherche d’un emploi, consiste à louer une chambre chez des particuliers. Les principales pourvoyeuses de ces chambres sont des veuves pour qui le montant du loyer, aussi minime soit-il, représente un complément de revenus.

94Au moment où Rosalie Hogrel commet son crime, elle est hébergée à Vitré depuis sept mois chez la Vve David, également fileuse, âgée de 70 ans. Elle partage le lit de sa logeuse pour 30 sous par mois. Dans la même chambre dort un troisième personnage, Jean Baron, décédé peu après. Rosalie Hogrel accouche « huit jours avant Carnaval » dans cette chambre commune, et dans un lit, précise-t-on, dépourvu de rideau, en présence des autres occupants de la chambre, mais, d’après la Vve David, à leur insu :

  • 96 AD I-V 2U4/616, interrogatoire, 12 mai 1825.

« J’accouchai de cet enfant, raconte Rosalie Hogrel, à huit heures du soir, chez la dite veuve David, où je demeurais lors, et cet accouchement, je pense, eut lieu un mercredi, du mois de février dernier. Lors de mon accouchement, après avoir ressenti les douleurs de l’enfantement, je me levai de mon lit sur mes genoux, où j’accouchai de cet enfant, pendant que la veuve David et Jean Baron étaient ensemble à se chauffer au foyer96. »

95Marguerite Hervé, qui a épousé un militaire, Lorgeré, absent depuis cinq ou six ans, vit avec son fils dans une chambre qui n’est séparée de celle de ses voisins que par une porte dont la partie supérieure a été enlevée. Elle est, par conséquent, placée sous le contrôle permanent de sa voisine, qui démontre sa parfaite connaissance de l’emploi du temps de Marguerite Lorgeré le soir du crime :

  • 97 AD C-A 2U/735, Marie-Yvonne Kergall, aubergiste, 24 février 1848.

« Lorsque l’inculpée s’est couchée, en l’entendant se mettre au lit, je lui ai parlé et elle m’a répondu que n’ayant pas de bois pour faire du feu, elle se mettait au lit. En rentrant de six à sept heures [sic], mon mari ne voyant pas, comme d’habitude, de lumière chez l’inculpée dit : “Marguerite Hervé est donc couchée !” “Oui, lui répondis-je, parce qu’elle n’a pas de bois.” Là-dessus, Marguerite Hervé s’adressant à mon mari, lui demanda des nouvelles de sa nièce qu’il venait de visiter. Vers neuf heures, l’inculpée m’a demandé si je n’allais pas me coucher, je lui répondis que j’étais près d’un bon feu, elle ajouta qu’elle avait tant froid aux pieds qu’elle ne pouvait dormir97. »

  • 98 AD L-A 5U87, interrogatoire, 6 février 1835.

96Il arrive assez fréquemment que des femmes seules se regroupent pour louer une chambre, un appartement ou une chaumière. Julie Mandin, âgée de 31 ans, originaire d’Ancenis et domiciliée à Nantes depuis vingt ans, « domestique sans place travaillant comme journalière », se livrant à « toutes sortes de travaux de ménage », partage une chambre en « consortage » avec une veuve98.

97La Vve Thominet, une journalière récemment installée au village de La Teïlo, à Saint-Caradec, partage une chaumière avec une autre veuve et, pendant plusieurs mois, avec une troisième femme. Ce n’est que quand celle-ci quitte la maison que la Vve Thominet peut installer ses meubles :

  • 99 AD C-A 2U/752, Marguerite Glais, filandière, 19 décembre 1849.

« Vers les deux heures de l’après-midi, je me trouvais chez Jeanne Gorvel, veuve Thominet : celle-ci était occupée à coudre une couette de balle pour son lit. Louis Thominet, son beau-frère, était là, fumant la pipe dans le coin du foyer. Il était venu monter le lit de sa belle-sœur. Celle-ci n’était à La Teïlo que depuis la Saint-Michel dernière, et elle n’avait pas encore arrangé son mobilier dans sa nouvelle habitation : je suppose que c’était parce que l’espace manquait. Une femme, que je ne puis vous désigner que sous le nom de Suzanne, occupait avec la veuve Perrigault et la veuve Thominet la petite chaumière que celle-ci était venue habiter à la Saint-Michel : elle l’y avait précédée, et ce n’est qu’à son départ que la veuve Thominet a pu mettre ses meubles99. »

98Solitude et précarité résultent parfois de la liberté qu’ont cherché à s’octroyer certaines femmes en rompant les liens qui les assujettissaient à leurs aînés.

  • 100 AN/BB/20/245/2, I-V, 1er trim. 1862, Baudouin, 22 février 1862.

99La vie d’Anne-Marie Julien, une tailleuse de 28 ans de Montreuil-sur-Ille, travaillant pour son compte, se transforme totalement lorsque, à la fin de 1859, elle décide de quitter ses parents et de louer une chambre indépendante : « La conduite de la fille Julien, alors âgée de 26 ans, avait été jusque là irréprochable ; mais elle changea presqu’immédiatement. On la vit fréquenter les cabarets en compagnie d’ouvriers du chemin de fer et s’enivrer plusieurs fois100. » Cette soif de liberté la conduit à se laisser séduire par un contremaître. Elle le reçoit dans la chambre qu’elle partage avec sa jeune apprentie, âgée de 12 ans. Mais l’idylle tourne assez rapidement court et cet homme l’abandonne, sans que le dossier permette de savoir s’il avait eu connaissance de sa grossesse.

  • 101 AD I-V 2U4/614, p.-v. de transport du juge de paix de Saint-Brice-en-Coglès, 24 septembre 1822.
  • 102 Idem, le juge de paix de Saint-Brice-en-Coglès au procureur de Fougères, 25 septembre 1822.

100Les femmes les plus démunies sont hébergées gratuitement par des voisins ou des parents charitables. Julienne Godard, âgée de 30 ans, une fileuse et mendiante de Montours, « couchait habituellement par charité » dans un fenil appartenant à Julien Rochel. Ce cultivateur l’employait de temps à autre à cultiver, cueillir ou filer le chanvre. Elle dormait sur un lit « qui ne consist[ait] que dans un mauvais drap et de la paille101 ». Après la découverte de son crime, elle parvient à s’enfuir, abandonnant « à la commune de Montours un autre enfant bâtard, âgé de 5 ans102 ».

101Elle dit avoir été encouragée à prendre la fuite par son amant, à qui elle aurait porté l’enfant :

  • 103 Id., interrogatoire, 4 mars 1825.

« Je lui demandai ce qu’il voulait en faire, il me répondit : “Fais-en ce que tu voudras, pour moi je n’y toucherai point, si la justice s’en mêlait, comme tu diras toujours que c’est moi qui te l’ai fait, je pourrais être accusé de lui avoir donné la mort, mais toi tu peux le jetter dans un coin, et quitter le pays, tu n’es pas comme un homme, tu peux voyager sans passeport et tu seras moins exposée à être recherchée103.” »

Modestie des revenus et du patrimoine

102Plus que le lit qu’elles doivent souvent partager avec d’autres, l’armoire ou la malle constituent, pour les domestiques, le refuge de l’intimité. Elles en conservent parfois jalousement la clé sur elles. C’est assez fréquemment dans leur armoire que, prises de panique après le crime, les mères coupables dissimulent le cadavre de leur enfant. C’est là seulement qu’elles peuvent tenir à l’abri du regard des autres leurs petits objets personnels, modestes souvenirs de leur passé, et y renfermer leur seule richesse qui se limite souvent à quelques « hardes ».

  • 104 AD L-A 5U100/1, p.-v. de transport du juge d’instruction de Paimboeuf, 22 octobre 1837.

103Bien peu, en effet, possèdent une véritable garde-robe. Eulalie Pellerin – mais son intérêt était d’apitoyer le magistrat instructeur – disait ne posséder que deux chemises : « Nous avons encore remarqué quelques taches de sang sur une fort mauvaise chemise que Eulalie Pellerin nous a dit être la seule qu’elle possède en outre de celle qu’elle a sur elle. Eulalie Pellerin nous a dit que ce sang provenait de ses règles et qu’il y a fort longtemps que cette chemise n’a été portée, qu’il y a si longtemps qu’elle ne pourrait nous dire s’il y a un an ou plus qu’elle l’a portée ; que quand la chemise qu’elle a sur elle était salle [sic], elle se passait de chemise lorsqu’elle la lavait104. »

  • 105 AD I-V 2U 4/616, interrogatoire, 12 mai 1825.

104La garde-robe de Rosalie Hogrel se limite aux vêtements et objets qu’elle a laissés chez sa logeuse : « J’ai laissé chez la Vve David deux chemises de toile, deux mouchoirs de coton, l’un brun et l’autre rouge, un jupon de coton et une brassière de laine brodée, un tablier brun105. »

105Les sources de revenus sont souvent dérisoires. Au lendemain de son accouchement, Marie-Anne Jeannet n’hésite pas à faire une dizaine de kilomètres, aller et retour, depuis Trégunc jusqu’à Concarneau, pour y vendre de menus produits de la ferme : du fil, du chanvre et du beurre.

  • 106 AD F 4U2/173, interrogatoire, 1er avril 1862.
  • 107 Idem, acte d’accusation, 1er mai 1862.
  • 108 Le système de transmission des biens est généralement égalitaire.
  • 109 AD F 4U2/173, Louise Rognant, cultivatrice, 29 mars 1862.

106Rares sont celles qui possèdent des biens. La plus aisée est la Vve Le Dû, d’Edern, âgée de 30 ans, qui déclare posséder, comme ses frères et sœurs, un avoir d’environ 6 000 F106. L’acte d’accusation indique qu’elle « dirige, avec son père une exploitation agricole, dont elle est en partie propriétaire107 », ce qui laisse supposer que son père a partagé ses biens entre ses quatre enfants, tout en continuant à diriger l’exploitation108. Le rôle de la Vve Le Dû dans la gestion de la ferme est difficile à saisir, l’un des témoignages peut donner à penser que son activité est uniquement concentrée sur les soins du ménage : « Je l’ai toujours vue, dit une cultivatrice, jusqu’au jour de son accouchement, vaquer à ses travaux ordinaires qui consistaient seulement à filer et à préparer les repas de la famille109. »

  • 110 AN/BB/20/268, I-V, 3e trim. 1864, Le Meur, 25 août 1864.

107Plus surprenant peut paraître le niveau de fortune de Marie-Françoise Ribillard, cuisinière à Redon. Déjà mère de deux enfants et réputée être de « mauvaises mœurs », elle a déjà « été renvoyée pour son inconduite de plusieurs maisons de Redon ». En 1863, elle se résout à tuer un nouveau-né dont elle a accouché clandestinement, parce qu’elle est sur le point d’épouser un ouvrier menuisier qui n’en est pas le père. Son crime sera sévèrement sanctionné – vingt ans de travaux forcés – parce qu’« elle ne pouvait, pour excuser son crime, invoquer ni la misère, puisqu’elle possédait 4 ou 5000 francs en argent, ni la crainte de la honte, puisque déjà elle avait eu deux enfants et que sa réputation était perdue110 ».

  • 111 AD F 4U2/168, Jean Tassin, cultivateur, 1er décembre 1860.
  • 112 Brousmiche J.-F., op. cit., t. 2, p. 292.

108Les dossiers sont d’ordinaire silencieux sur le montant des fermages et sur les systèmes de propriété. Ils nous apprennent cependant que Marie-Jeanne Labat, une cultivatrice demeurant à Plouarzel avec sa sœur et son beau-frère, « ne figure pas personnellement sur le bail de la ferme que nous [déclare ce dernier] tenons en commun moyennant 500 F. Mais elle possède sa part, c’est-à-dire un cinquième du mobilier d’agriculture111 ». Les biens de la famille (le matériel d’agriculture et peut-être les édifices) ont vraisemblablement été partagés entre les divers héritiers qui exploitent la ferme dans le cadre d’une communauté de type familial. Le montant du fermage, 500 F en 1861, année du crime, est supérieur à la moyenne que Brousmiche indiquait vers 1830 pour les « pays de petite culture » (300 à 400 F)112.

  • 113 AD M U 2042, François Cheval, 37 ans, lieutenant des douanes, 8 novembre 1832.

109Nous ne possédons qu’une seule indication sur le montant des gages des domestiques. Elle concerne Guillemette Amicel, domestique récemment arrivée à Damgan pour tenir le ménage de François Cheval, lieutenant des douanes, et s’occuper de son enfant. Les termes de l’engagement sont donnés par François Cheval au juge d’instruction : « Il y avait environ sept à huit semaines que Guillemette Amicel était entrée chez moi comme domestique à gages. J’étais convenu de lui donner quatre francs par mois113. » Les domestiques étant payés à l’année, les gages de Guillemette Amicel s’élèvent à 48 F par an.

  • 114 Limon J.-M., op. cit., p. 200-202.
  • 115 72 F dans l’arrondissement de Brest, 90 F dans celui de Morlaix, 69 F dans celui de Châteaulin, d’ (...)

110Ils correspondent à peu près aux indications données en 1852 par Limon, qui précisait que les salaires des domestiques pouvaient varier, selon les cantons, du simple au double. Il estimait les gages des domestiques féminines de l’agriculture à 42 F dans l’arrondissement de Brest, 63 F dans celui de Morlaix et 30 ou 33 F dans celui de Châteaulin (salaires inférieurs, d’un tiers à la moitié, à celui des hommes). La condition des domestiques attachées à la personne était beaucoup plus avantageuse, les gages des cuisinières et des bonnes pouvant atteindre jusqu’à 150 F par an114. Pour les journalières rurales, la situation était beaucoup moins favorable. Limon indiquait un salaire de « 75 centimes et la nourriture en sus en été » et de « 80 centimes y compris la nourriture » en hiver par jour. La journée de travail était évaluée à quatorze heures en été et à onze heures en hiver. En été, la charge de travail étant plus importante, la nourriture était fournie aux journalières en plus de leur salaire115.

111L’Annuaire des Côtes-du-Nord pour 1836 donnait des estimations de salaire beaucoup plus basses encore pour les fileuses qui travaillaient aux toiles de lin de Quintin, dites aussi toiles de Bretagne :

  • 116 Toiles fabriquées dans les cantons de Loudéac, Moncontour, Uzel et Quintin, Annuaire des Côtes-du- (...)

« Quant à la fileuse, elle gagne de 30 à 35 centimes par jour lorsque le lin est à 40 centimes le kilogramme : ce qui n’est pas ordinaire. Une fileuse de fil de trois aunes à la livre, en grande laize ou 3/4 ne gagne que 20 centimes par jour, celle qui file des toiles de quatre aunes : 40 centimes, et celle qui file des toiles de cinq aunes : 50 centimes ; si le lin est mélangé ou de mauvaise qualité, ces malheureuses femmes y perdent116. »

Hygiène et santé

  • 117 Voir : Léonard J., Les Médecins de l’Ouest au xixe siècle, Paris, 1978, t. 2, p. 586-587.

112Tous les observateurs du xixe siècle s’accordent sur le manque d’hygiène des campagnes bretonnes et sur la malpropreté de leurs habitants. Lits-clos, bêtes et gens dormant sous le même toit, tas de fumier à proximité des maisons, non seulement ne favorisaient guère l’hygiène, mais constituaient des facteurs de propagation des épidémies. Dysenterie, typhus, variole et diphtérie frappaient régulièrement les ruraux117. La gale, selon Cambry et Brousmiche, régnait à l’état endémique.

113Il conviendrait, bien entendu de nuancer quelque peu cette vision misérabiliste. Brousmiche, Habasque, et leurs continuateurs distinguaient en effet les villages de la Bretagne intérieure de ceux du littoral. Ils relevaient sur les côtes, surtout dans les villages de pêcheurs, un meilleur confort, une plus grande propreté des habitations et une plus grande élégance des habitants, particulièrement des femmes.

Problèmes alimentaires

114La pauvreté de l’alimentation est particulièrement frappante. Quel que soit le repas : matin, midi ou soir, il n’est question que de pain, de soupe (trempée de pain), de bouillie, de lard ou de galettes. Maîtres et serviteurs partageant les mêmes repas sont soumis au même régime. Jean-Marie Jourden, propriétaire-cultivateur au Conquet, père de l’enfant de sa domestique Françoise Le Bihan, mange de la soupe en revenant au petit matin de la « basse-messe » du dimanche, avant de reprendre ses travaux ordinaires :

  • 118 AD F 4U2/164, interrogatoire, 3 août 1859.

« Je me levai à quatre heures du matin pour travailler. Je fus à la première messe au bourg ainsi que mon domestique Colloch. Je revins aussitôt après la messe, je mangeai une souppe [sic] et montai me changer. Je redescendis immédiatement pour reprendre mes occupations d’intérieur118. »

  • 119 AD I-V 2U4/636, interrogatoire, 31 juillet 1828.

115La consommation de viande est assez rare. La Vve Lépinay, cultivatrice, a l’occasion d’expliquer au magistrat, puisque des ossements, qu’elle prétend provenir d’animaux, ont été retrouvés dans son foyer, quelle est sa consommation de viande : « Je tue un cochon chaque année, nous le mangeons dans le ménage, nous mangeons aussi parfois du veau et du mouton que j’achète avec les Bouchard119. » Elle fait donc tuer, pour la consommation de son ménage qui comprend son fils, âgé de 11 ans, sa nièce et domestique, âgée d’environ 15 ans et au moins un valet de ferme, un seul cochon par an. Elle n’est cependant pas dans la misère car elle déclare disposer, avec son fils, d’une rente annuelle de 200 F. Il n’est pratiquement pas fait allusion à la consommation de poisson.

  • 120 I-V, 4e trim. 1854, Le Beschu de Champsavin, 27 décembre 1854.

116Certaines accusées sont parfaitement conscientes d’avoir une alimentation déficiente et tentent, non sans rouerie, de mettre la mort de leur enfant, prétendu mort-né, sur le compte de leur déséquilibre alimentaire. Ainsi, Anne-Marie Berrée, une domestique-cultivatrice de 36 ans, déclare-t-elle au magistrat instructeur : « J’avais cessé de sentir l’enfant bouger deux mois avant d’accoucher ; mes parents sont pauvres, je n’avais pas d’ouvrage, et j’étais mal nourrie. Je pense que c’est à cela qu’il faut attribuer la mort de l’enfant dans mon sein120. »

  • 121 Ou Fromont.
  • 122 AD I-V 2U4/619, Vve Pannier, 63 ans, fileuse, 20 janvier 1826.

117La mère d’Angélique Frémont121, une fileuse de Gennes, âgée de 17 ans, déjà condamnée pour vol, tente de persuader ses voisines que l’épaississement de la taille de sa fille provient d’une excessive consommation de féculents, argument qui dénote une connaissance, ne serait-ce qu’empirique, des règles de la diététique. Une voisine rapporte que la mère d’Angélique lui dit un jour « qu’on répandait dans le public que sa fille Angélique était enceinte et qu’il n’y avait rien de si faux ; que seullement [sic] elle avait engraissé parce qu’elle mangeait beaucoup de châtaignes et de pommes de terre ; à quoi la déposante n’ausa [sic] rien répondre, quoique tout le public fût persuadé du contraire122 ».

118Plusieurs mendiantes disent ne pas avoir mangé depuis plusieurs jours, mais elles ont sans doute intérêt à exagérer la dureté de leurs conditions d’existence, tant pour légitimer leur recours à la charité que pour excuser leur crime.

  • 123 AD I-V 2U4/614, Marie Dauguet, 26 ans, tisserand, 30 septembre 1822.
  • 124 AD C-A 2U/650, Vve Le Jan, propriétaire, 9 septembre 1842.

119C’est précisément à l’inanition que quelques accusées, cherchant à mystifier leurs proches, attribuent les maux qu’elles ressentent au moment d’accoucher. Julienne Godard dit à une de ses voisines, au lendemain de son crime, pour justifier le dérangement de sa santé « qu’il y avait trois jours qu’elle n’avait point mangé123 ». Cette tactique n’est pas isolée. Marie Ollivier l’emploie également. Elle explique à la domestique de la maison où elle avait demandé l’hospitalité et où elle avait accouché secrètement, pendant la nuit, « [qu’]ayant été longtemps sans manger, elle se trouvait malade parce qu’elle venait de prendre de la nourriture124 ».

  • 125 AD M U 1994, Guillemette Denis, 20 ans, domestique, 2 mars 1827.
  • 126 Idem, Joseph Laurent, 23 ans, laboureur, [même jour].

120On ne peut cependant mettre en doute que ces tactiques reposent sur une expérience réelle de la faim. La petite fille de Jeanne Brunet, âgée de 10 ans, qui est présente lors de l’accouchement de sa mère et qui s’effraie de voir que cette dernière s’apprête à étouffer son nouveau-né avec une « coeffe de coton », essaie par toutes sortes d’arguments de s’opposer au crime. Selon la domestique de la maison voisine à qui cette petite fille s’est confiée : « Elle priait sa mère de ne pas tuer sa petite sœur, [lui disant] qu’elle irait plutôt chercher du pain à genoux125. » Le maître de la maison, présent lors des confidences de la petite Brunet, rapporte également que celle-ci avait proposé à sa mère « d’aller dans les villages chercher de la farine pour lui faire de la bouillie et du pain126 ».

Pratiques thérapeutiques

  • 127 AD I-V 2U4/616, Jean-Baptiste Legeard de la Diriays, 53 ans, chirurgien, 24 juin 1825.

121Il est assez rare que les accusées fassent spontanément appel aux médecins, sauf lorsqu’elles souhaitent obtenir des certificats attestant qu’elles ne sont ni enceintes, ni récemment accouchées. C’est surtout à l’instigation de leurs maîtres qu’elles entreprennent ces démarches. Mais elles ne s’y soumettent qu’avec réticence. Anne-Marie Le Breton, âgée de 24 ans, qui se déclare fileuse est, au moment de son crime, domestique chez des bouchers de Retiers. À la demande de sa maîtresse, qui s’inquiète des bruits de grossesse qui courent sur son compte, elle va consulter le chirurgien Legeard de la Diriays. Mais au cours de la consultation, elle se garde bien d’aborder la question de sa grossesse. Elle lui déclare simplement « qu’elle désirait être purgée pour enlever la rouille sur la figure, sans quoi elle l’aurait tout l’été127 ».

  • 128 AN/BB/20/83, L-I, 1er trim. 1835, Delamarre, 19 avril 1835.

122Marie-Agathe Jamet, domestique chez un capitaine de navire à Nantes, que ses maîtres, qui se sont aperçus de sa grossesse, engagent à aller consulter un médecin, s’y refuse, disant « qu’elle préfère aller chez les sœurs grises, qui lui donnent de quoi faire de la tisane, qu’elle boit pendant quelques jours128 ».

Automédication

  • 129 Voir à ce sujet, J. Léonard, op. cit.
  • 130 On ne trouve nulle trace du recours aux saints guérisseurs sur lesquels existe une abondante litté (...)

123Le faible taux de médicalisation de la Bretagne – plusieurs cantons sont particulièrement dépourvus de personnel médical – n’encourage pas le recours à la médecine officielle129. Mais le fait de s’adresser à des médecins n’appartient pas non plus à la culture des ruraux. Ceux-ci préfèrent généralement se soigner à l’aide de remèdes traditionnels, dont les vertus sont connues de tous, ou consulter des thérapeutes qui appartiennent à leur propre milieu social : matrones et guérisseurs130.

124Les habitants des campagnes gratifient les malades d’un régime spécial : pain blanc, soupe de pain blanc, soupe de lait, soupe « rousse », lait aigre. Les remèdes des maux quotidiens sont à portée de main. En premier lieu vient la soupe, qui semble constituer une panacée universelle, puis les boissons chaudes (vin, cidre, tilleul, lait, thé, café), utilisées aussi bien pour lutter contre les fièvres que contre les douleurs de tous ordres.

  • 131 Cambry J., op. cit., p. 28.

125Cambry notait, en 1794, l’usage généralisé du vin chaud comme remède contre la fièvre : « Ici l’habitant des campagnes ne connaît guère que les fièvres chaudes : une transpiration supprimée les occasionne : le seul remède qu’il emploie est le vin chaud : il y mêle un peu de sucre et dans les cas désespérés, du poivre et de l’eau-de-vie131. »

126Le vin chaud est également employé pour soulager les femmes en couches. De nombreuses femmes en réclament à leurs proches, après un accouchement qu’elles ne désespèrent cependant pas de tenir secret. Son usage, pour aider au travail de l’enfantement, est attesté comme remède traditionnel par Le Beschu de Champsavin à propos de Léonie Blanchard, enceinte des œuvres de son beau-père, Jacques Chevalier :

  • 132 AN/BB/20/141, I-V, 4e trim. 1847, Le Beschu de Champsavin, 2 décembre 1847.

« Les débats ont appris [que] la femme Chevalier [mère de Léonie] avait dit à plusieurs voisins qui lui demandaient des nouvelles de sa fille : “Elle souffre beaucoup. Ce qui me fait grand plaisir, c’est que Chevalier ne la quitte pas, et lui donne tous les soins […]. Il m’a fait faire du vin chaud pour Léonie, et il est venu le chercher.” Dans ces campagnes, ajoute Le Beschu, on donne du vin chaud aux femmes en couches pour hâter leur délivrance132. »

127L’eau de vie est parfois utilisée dans cette visée, mais plus rarement. Et, comme les accusées nient systématiquement leur grossesse, lorsqu’elles réclament de l’eau de vie, c’est, disent-elles, pour soigner des coliques ou de la dysenterie. Emplâtres et cataplasmes (de mie de pain, farine de lin, poix de Bourgogne) sont également parfois appliqués aux femmes enceintes ou en couches, mais sous le prétexte de calmer diverses douleurs : maux de tête, de ventre, de jambes…

128Les bains de pied font aussi partie des soins administrés aux femmes en couches. Lors de la naissance de son premier enfant, c’est par ce moyen que la maîtresse de Marie Trécan, alors domestique chez Raoul Ménard, à Roz-sur-Couesnon, essaie d’aider au travail de l’accouchement. Un témoin rapporte que :

  • 133 AD I-V 2U4/635, Louis Denault, 41 ans, meunier, 10 juin 1828.

« Angélique Jacob, alors femme de Raoul Ménard, décédée, crut appercevoir que sa domestique était dans la peine de l’enfantement, qu’elle lui fît même mettre les pieds à l’eau et lui fit faire d’autres traitements analogues, en lui disant qu’elle la croyait malade d’accoucher [sic], que la Trécan répondit à sa maîtresse qu’elle était une bien méchante femme de ternir ainsi sa réputation ; que néanmoins Angélique Jacob, somma la Trécan d’aller se coucher dans la chambre où elle la fit garder par feue Perrine Touquel, couturière, travaillant alors au service de ladite Jacob133. »

  • 134 AD I-V 2U4/636, Jeanne-Marie Fallais, 18 juin 1828.

129De même, c’est par des bains de pieds que la Vve Lépinay essaie de soulager les douleurs qu’elle éprouve au moment de son accouchement. Sa nièce et domestique témoigne que « quand elle est rentrée sa tante était au lit, qu’elle souffrait beaucoup, qu’elle lui dit de mettre de l’eau à chauffer, qu’elle lui mit les pieds dans l’eau, qu’après elle souffrait tellement qu’elle se roulait sur les tables et sur les bancs, qu’elle leur disait qu’elle allait mourir, qu’elle se mit un moment après dans le lit, lui dit qu’elle n’avait plus besoin d’elle et l’envoya se coucher134 ».

  • 135 Gélis J., L’Arbre et le fruit : la naissance dans l’Occident moderne, xvie-xixe siècles, Paris, 19 (...)

130Il est aussi de tradition que les femmes nouvellement accouchées se serrent le ventre. Cette pratique n’est pas particulière à la Bretagne. Elle a pour visée de prévenir une « descente de la matrice » et répond aussi, du moins dans les milieux aisés des villes, à un souci esthétique ; les accouchées s’efforçant ainsi de retrouver rapidement une taille de jeune fille135. C’est notamment parce qu’elle portait, au lendemain de ses couches, une ceinture de laine, que le président de la cour d’assises suppose que Marie-Louise David, cultivatrice, âgée de 24 ans, n’était pas seule au moment des faits :

  • 136 AN/BB/20/268, F, 3e trim. 1864, Baudouin, 20 juillet 1864.

« Les questions adressées à la fille David sur les circonstances de son accouchement donnèrent la preuve évidente qu’elle n’était pas accouchée seule ; elle ignorait absolument certains détails qu’elle eût nécessairement connus et n’eût pu oublier si elle n’eût été assistée. Une ceinture de laine appliquée sur son ventre suivant l’usage pratiqué dans le pays à l’égard des femmes récemment accouchées dénonçait aussi une intervention étrangère136. »

131C’est également parce qu’elles constatent qu’elle se serre le ventre à l’aide d’un mouchoir que les voisines de Marie-Françoise Thébaut, cultivatrice à Molac, qui la surveillent attentivement, se persuadent qu’elle a accouché :

  • 137 AD M U2127, Jeanne-Marie Audran, 27 ans, cultivatrice, 26 mai 1843.

« J’allais avec d’autres sarcler de l’avoine ; nous l’appelâmes et nous l’invitâmes de venir avec nous tirer de l’herbe pour ses bestiaux. […] En marchant, j’examinai son jupon. Pendant que j’y songeais, je vis pendre entre les jambes de la fille Thébaut un mouchoir bleu qui la gênait à marcher [sic]. Cette fille dit : “Mon jartiau tombe.” Elle portait la main à ses jambes après avoir déposé son paquet d’herbe. Ce n’était pas une jarretière, comme elle le disait, mais bien un mouchoir qui suivant moi la serrait. En la regardant je dis : “C’est fini : elle a accouché.” J’en parlai à ma voisine qui me le dit aussi137. »

132La découverte du mouchoir avec lequel Marie-Françoise Thébaut se serre le ventre motive la veille organisée au cours des deux nuits suivantes devant sa maison. Tous pensent que le cadavre de son enfant est encore chez elle et espèrent la prendre sur le fait lorsqu’elle le transportera hors de sa maison.

  • 138 AN/BB/20/133, M, 2e trim. 1845, Robinot Saint-Cyr, 6 juillet 1845.
  • 139 Nom donné dans la région de Bécherel, à une coiffe que les femmes laissent pendre en signe de deui (...)
  • 140 AD M U2143, Jeanne-Marie Danet, 27 ans, cabaretière, 1er mars 1845.

133Dans de nombreux cas et particulièrement dans le Morbihan, les femmes qui sont souffrantes portent le « costume de malade », c’est-à-dire un tablier ou un mouchoir sur la tête ou, plus souvent, sur le dos, sans doute en guise de manteau. Pourtant, le port de ce costume est risqué pour les femmes qui dissimulent leur grossesse car il peut indiquer qu’elles sont sur le point ou qu’elles viennent d’accoucher. Marie Burel, qui a l’air souffrante et n’est pas allée travailler la veille, est vue dans son village le 1er février 1845 « portant le costume d’une femme malade138 ». Ses voisins y voient tout naturellement le signe de son accouchement. C’est en tout cas le pressentiment de la cabaretière de Mauron chez qui Marie Burel vient boire de l’eau de vie avec son amant Boulaire, et qui se souvient que : « Marie Burel, qui avait sur sa coëffe un entendement139 et un tablier sur le dos, paraiss[ait] avoir froid et avait mauvaise mine140. »

Empirisme et médecine officielle

  • 141 AD F 4U2/95, interrogatoire, 9 juillet 1846.
  • 142 Léonard J., op. cit, t. 2, p. 869.

134La médecine officielle n’est parfois pas très éloignée de la médecine empirique. Lorsque la Vve Lezoc, une tailleuse de Landunvez, domestique au moment de son crime, va consulter le docteur Le Gall, elle se plaint de divers maux et notamment « d’enfler ». Le médecin lui prescrit une médication qui ne diffère guère des remèdes traditionnels : « Il m’avait ordonné une tisane de tilleul coupée de vinaigre, des emplâtres de mouches aux jambes. Il m’avait en outre recommandé de me laver tous les jours les jambes et les cuisses avec de l’eau de mer141. » Pour Jacques Léonard, ce type de médication correspond au souci des praticiens ruraux de donner à leurs patients des traitements qui soient en harmonie avec leurs habitudes ou du moins qui ne les rebutent pas trop142.

135Mais, dans les affaires d’infanticide, il arrivait aussi que les médecins, pour ne pas refuser de manière trop abrupte les remèdes abortifs demandés par leurs patientes, leur prescrivent des potions inoffensives. Dans le cas de la Vve Lezoc, les emplâtres de mouches ordonnées par le médecin n’avaient pas même cette visée puisque les énergiques démentis de sa patiente l’avaient persuadé qu’elle n’était pas enceinte.

136En 1862, l’officier de santé d’Iffendic, qui ne s’est pas, lui non plus, aperçu de la grossesse de Marie-Jeanne Boixel et qui la soigne pour une hydropisie anasarque, lui délivre une ordonnance prescrivant :

  • 143 Posologie.
  • 144 AD C-A 2U/773.

« Huile de ricin : un franc, à prendre trois cuillerées par jour.
L’on prendra une pilule par jour de digitale nitre, psl143, un franc de pilules.
Tisane de tilleul et pariétaire, ajoutez sucre.
Sirop de guimauve, trois cuillerées par jour.
Sirop de viande, trois jours.
Psl à prendre trois heures en trois heures [sic] dans la mesure d’un verre de tisane avec d’anis [?]144. »

Survivance ou effritement de la tradition ?

137La vie des ruraux est rythmée par les travaux agraires, les fêtes religieuses, les foires et les pardons. La survivance de la vie traditionnelle se marque par l’observance des rituels religieux, par l’attachement aux rites initiatiques, particulièrement au sacrement de baptême, et par un système d’entraide que rendent nécessaire l’isolement géographique des hameaux et la rareté du numéraire. Mais toutes les femmes ne se sentent pas tenues à l’observance des règles communes et certaines marquent une distance très nette avec un univers qui ne laisse guère de place à la singularité et dont l’immuabilité peut paraître pesante.

Temps et rythmes agraires

  • 145 AD M, Marie-Louise Le Berre, journalière, 10 décembre 1836.
  • 146 Idem, Anne Le Trolle, 39 ans, journalière, [même jour].

138Le langage traduit un univers régi avant tout par le cycle de la nature. Les événements personnels et collectifs, surtout lorsqu’il s’agit d’évoquer des événements lointains, sont mémorisés en fonction du calendrier agraire. « L’hivernage », le temps des « batteries », de « la récolte des blés noirs » ou « des chanvres de l’année dernière » constituent des repères collectifs du temps. Les heures de la journée elles-mêmes sont volontiers exprimées par rapport au rythme de travail. L’heure à laquelle un fait s’est produit est en général parfaitement connue des accusées et des témoins, mais son expression n’est sans doute pas à leurs yeux suffisamment explicite car ils y ajoutent souvent la position du soleil : à la pointe du jour, au brun de la nuit. L’avenir lui-même paraît inscrit dans le cycle de la nature : « Le monde dit que je suis enceinte, mais quand les pommes cesseront, je ne le serai plus145 » annonce ainsi, pour tenter « d’arrêter les langues146 », Marie-Louise Merrien, fileuse au Faouët, à ses voisines qui soupçonnent sa grossesse.

139Ce langage relève d’une pensée concrète : l’évaluation des distances est souvent exprimée en termes de « portée de fusil ». Mais il relève aussi d’un univers religieux qui encadre le cours de la vie. Les témoins se souviennent du jour de la semaine au cours duquel un événement s’est produit, non seulement parce que la semaine correspond à un cycle court, mais surtout parce que ce cycle est ponctué par la grand-messe du dimanche. Certaines fêtes religieuses ont des implications concrètes dans la vie des ruraux : la Saint-Jean ou la Saint-Georges marquent le terme des engagements des domestiques, la Saint-Michel (parfois également la Saint-Georges) celui des baux ruraux et des baux d’habitation, même lorsqu’il s’agit de louer une simple chambre.

L’univers religieux

140Les principales fêtes religieuses : Pâques, la Pentecôte, la Toussaint, la Fête-Dieu, Noël, ainsi que les grands cycles religieux comme le Carême, la Passion, l’Avent, servent également de repères temporels. Mais ils sont d’ordinaire utilisés en référence à des faits moins lointains ou plus précis que ceux auxquels renvoient les travaux agraires. « Le lundi de Pâques », « le dimanche de Quasimodo » correspondent à des événements qui peuvent être très précisément datés. Cette expression du temps dénote une forte pratique religieuse qui, chez les accusées, se traduit surtout par la fréquentation régulière des offices.

La pratique

141Même les femmes qui cherchent à dissimuler leur grossesse se croient tenues de fréquenter l’église, où leur silhouette est pourtant placée en point de mire, car elles craignent que leur absence ne les fasse encore plus remarquer. La participation aux offices n’est pourtant pas sans risque, car l’église est un des lieux privilégiés d’observation des femmes enceintes. C’est à la sortie de la messe, que la femme Blandin, l’une des voisines de la Vve Lépinay parvient, en la retenant pour mieux l’examiner, à obtenir la confirmation de son état. Elle déclare que :

  • 147 AD I-V 2U4/636, Françoise Blandin, 40 ans, 11 juillet 1828.

« Le dimanche avant la Pentecôte, elle arrêta la Vve Lépinay à la sortie de la grande messe sous le porche de l’église de Bourg-des-Comptes, qu’elle causa longtemps avec elle ayant l’intention de s’assurer si cette veuve était grosse comme on le disait ; qu’elles étaient debout l’une vis à vis l’autre, qu’elle a vu bien distinctement le mouvement de l’enfant d’abord au côté droit du haut du ventre, ensuite du côté gauche et ce par trois fois. […] L’enfant, déduit-elle de cet examen, étant porté au haut du ventre, annonçait la fin de la grossesse147. »

  • 148 AD M U 2112, Jeanne Le Moigne, 46 ans, sans profession, 7 mai 1841.

142De même, c’est pendant la messe que l’on remarque l’état de souffrance de Marguerite Jehanno, une domestique de Moréac qui est sur le point d’accoucher. Une de ses voisines, qui prétend ne rien savoir de l’enfant – qui a été découvert dans un puits – et ne pas même avoir remarqué la grossesse de Marguerite Jehanno, semble pourtant l’avoir très attentivement observée pendant la messe : « J’ai vu que Marguerite Jehanno avait quelquefois l’air souffrant, et notamment il y a trois semaines ou un mois à la messe, je remarquai qu’elle fut continuellement assise et ne se leva même pas pendant l’élévation, ce qui me parut très extraordinaire et me fit penser qu’elle était malade148. »

143Certaines femmes qui veulent à tout prix cacher leur grossesse poussent le désir de se plier aux normes sociales jusqu’à communier à la messe, ce qui ne manque pas de choquer les personnes pieuses :

  • 149 AN/BB/20/174/2, M, 3e trim. 1854, Delfaut, 24 septembre 1854.

« Louise Lamour, déjà mère d’une fille naturelle âgée de sept à huit ans, présentait les symptômes d’une nouvelle grossesse quand, vers la fin du mois d’avril dernier, la femme Guillemet chez laquelle elle demeurait, la voyant disposée à approcher de la sainte table, l’interrogea sur son état, et malgré les dénégations qu’elle en reçut l’engagea, si elle était enceinte, à ne pas ajouter un sacrilège à sa faute. Louise Lamour renouvela ses dénégations et prononça ces paroles : “On n’en verra pas le résultat149.” »

  • 150 AD I-V 2U4/614, interrogatoire, 4 décembre 1824.

144À l’inverse, ne pas aller à la messe peut presque constituer, pour une femme chez laquelle on soupçonne une grossesse illégitime, une preuve d’accouchement. La première question que pose le magistrat instructeur à la femme Doudard se réfère précisément à la discontinuité observée par son voisinage dans sa pratique religieuse, à l’époque présumée de son crime : « Pour quel motif avez-vous manqué d’aller deux dimanches à la messe ? » lui demande le juge d’instruction. Comme la femme Doudard ne veut pas avouer avoir manqué la messe, car ce manquement viendrait conforter les présomptions du magistrat, elle se croit obligée de répondre : « Je ne me suis point passée de messe le dimanche, quand je n’y suis pas été à Mellé, j’y suis allée à Saint-Georges150. »

Le sentiment religieux

  • 151 Ces retraites, au cours desquelles alternaient instruction, méditation, office et prière personnel (...)
  • 152 AD I-V 2U4/616, interrogatoire, 12 mai 1825.

145De nombreuses notations font allusion à une pratique plus personnelle de la religion que la simple fréquentation de l’église, notamment aux prières du soir et à la confession. Rosalie Hogrel a même l’expérience des « retraites151 ». C’est par sa participation à une retraite organisée à Vitré, qu’elle explique au juge d’instruction le départ de son village d’origine, Louvigné-de-Bais : « Je n’ai quitté mon pays de Louvigné qu’après l’ensemencement des chanvres il y a un peu plus d’un an, je me rendis de suite à la Retraite, rue de Nantes de cette ville [Vitré] où je passai huit jours et après cette retraite terminée, j’entrai à l’hospice de Saint-Nicolas de cette ville, pour me faire guérir d’une de mes jambes152. »

  • 153 AD M U 2029, interrogatoire, 27 juillet 1831.
  • 154 AN/BB/20/58, M, 3e trim. 1831, Delamarre, 4 octobre 1831.
  • 155 AN/BB/20/226/2, M, 1er trim. 1860, Delfaut, 3 avril 1860.
  • 156 AN/BB/20/226/2, I-V, 3e trim. 1860, Dupuy, 31 août 1860.
  • 157 AN/BB/20/137, F, 4e trim. 1846, Piou, 9 mars 1847.

146Mais il n’est pas interdit de s’interroger sur la force du sentiment religieux chez les mères criminelles. On constate qu’elles ont souvent tendance à utiliser la religion pour dissimuler le caractère délictueux des faits qu’elles ont commis ou s’apprêtent à commettre. Olive Cougan, domestique à Séné, âgée de 23 ans, qui a abandonné son nouveau-né dans un champ, pousse d’ailleurs la duplicité jusqu’à déclarer au juge d’instruction qu’elle l’y a laissé « à la grâce de Dieu153 », alors qu’avant ce délaissement, elle lui a « écrasé de ses propres mains les pariétaux154 ». Plusieurs femmes dissimulent leur libertinage sous les apparences de la dévotion. Marie Hervé, domestique chez des cultivateurs de Bieuzy, « associée à une congrégation religieuse, affectant les dehors et les pratiques d’une dévotion exceptionnelle », se laisse séduire par son maître, un homme marié, père de cinq enfants155. Rose Fournel, domestique à Bruz, qui reconnaîtra trois infanticides, « entretenait depuis longtemps avec Pégeault », son complice, domestique dans la même maison, « des relations intimes, bien qu’elle prît soin d’affecter par ses pratiques extérieures des sentiments de piété156 ». La Vve Lezoc, tailleuse à Landunvez, a une telle réputation de piété qu’elle parvient à persuader le médecin qui l’examine au cours de sa grossesse qu’elle n’est pas enceinte157.

147D’autres utilisent la pratique religieuse pour justifier une absence et disposer du temps nécessaire pour détruire les preuves de leur crime. Ainsi, Marguerite Jehanno prend-elle prétexte d’aller prier dans le jardin pour se débarrasser dans un puits du cadavre de son enfant :

  • 158 AN/BB/20/114/5, M, 2e trim. 1841, Tiengou de Tréfériou, 1er août 1841.

« Marguerite Jehanno avait avec soin caché sa grossesse : entrée depuis un mois au service des époux Marc Le Roux, à Moréac, elle sortit le soir du 27 avril, sous prétexte d’aller dire ses prières dans le jardin : une demi-heure après, ses maîtres entendirent quelque chose de lourd tomber dans le puits qui est auprès de la maison. Ils demandèrent à leur servante, qui parut sur le seuil de la porte, ce que c’était ? Elle répondit que c’était apparemment une pierre qui s’était détachée du puits158. »

  • 159 La dispersion de l’habitat et le caractère étendu des paroisses expliquent sans doute cette heure (...)
  • 160 AD M U2047, Anne Lorcey, 48 ans, journalière, 19 juin 1833.

148Mélanie Mandelert, âgée de 26 ans, domestique à Saint-Gildas-de-Rhuys, enceinte des œuvres de son maître, utilise la confession pour justifier une absence qui lui permet de dissimuler son nouveau-né. C’est un dimanche, deux heures avant « la messe matine », il n’est alors que quatre heures mais plusieurs femmes du village se hâtent déjà « d’aller à confesse159 ». L’une d’elles, qui n’est pas prête quand son amie vient la chercher, lui confie même ses gants et son chapelet pour que celle-ci lui garde sa « place au confessionnal ». Dans ce village très religieux, tous les témoins s’étonnent que Mélanie Mandelert, qui n’est pas une bonne pratiquante, veuille partir de si bon matin : « Je lui observai, rapporte une journalière à qui Mélanie propose de l’accompagner, que je n’allais pas seulement à la messe, car il n’était que quatre heures et la messe ne se dit qu’à six, mais que j’allais à confesse et que si elle n’allait qu’à la messe il était trop matin pour qu’elle partît. Mélanie Mandelert me répondit : “J’aurais besoin assez de parler aussi160.” »

  • 161 AD C-A 2U/711, Marie-Louise Duval, 24 ans, sans profession, détenue à la prison de Lannion, 12 avr (...)

149On note cependant que plusieurs femmes demandent à se confesser après leur crime, notamment Jeanne Le Minor, une domestique de Plouaret qui a donné son enfant à dévorer au cochon et qui, peu après son incarcération, réclame la présence d’un prêtre161.

Un Dieu vengeur

  • 162 Delumeau J., Le Péché et la peur : la démoralisation en Occident, Paris, 1983, p. 364-528; Croix A (...)
  • 163 AD C-A 2U/686, François Serandour, 62 ans, cultivateur et adjoint de Saint-Conan, 1er mars 1845.

150C’est l’image d’un Dieu vengeur, propagée par les missions qui ont sillonné la Bretagne du xviie au xixe siècle, appuyant leur enseignement sur une « pastorale de la crainte162 » et sur des méditations sur la mort, qui semble dominer l’horizon religieux des ruraux. Il est difficile, bien entendu, de pénétrer leur conscience, mais il n’est pas interdit de s’interroger sur l’instruction religieuse qui leur a été donnée. L’enseignement du catéchisme est d’ailleurs, dans certaines petites communes, abandonné à des laïcs. C’est à un cultivateur, maire-adjoint de Saint-Conan, entendu comme témoin, qu’était confiée l’éducation religieuse de Claudine Lozach : « J’ai connu cette fille dans sa jeunesse, elle venait chez moi au catéchisme et je n’ai jamais pu le lui apprendre, quoiqu’elle l’ait suivi pendant cinq ou six ans163. »

  • 164 AD C-A 2U/697, p.-v. de transport du juge de paix de Moncontour, 9 février 1846.

151Quelques femmes avouent leur crime par crainte de la damnation éternelle ou parce qu’elles éprouvent un désir d’expiation. Jeanne-Marie Le Masson, une journalière de 29 ans, qui vit avec son père à Trédaniel, demande peu après la découverte du cadavre de son enfant, à faire des révélations au juge de paix. Celles-ci traduisent de fortes préoccupations religieuses : « Je vais vous dire toute la vérité, déclare-t-elle au magistrat, comme si j’allais comparaître devant le bon Dieu164. »

  • 165 AD M U2097, Jeanne Corfmat, 32 ans, ménagère, 24 avril 1839.

152Mais d’autres accusées, femmes endurcies ou marginalisées, semblent imperméables à tout sentiment religieux. La femme Corfmat, témoin de l’acte, mi-infanticide, mi-avortement, commis par une blanchisseuse de Vannes, la Vve Guimard, sur un fœtus de cinq à six mois, tente en vain, au lendemain du crime, d’éveiller la conscience religieuse de cette femme en évoquant la justice divine : « Je fis des reproches à la veuve Guimard et à sa fille de l’affreuse action qu’elles avaient commise et je les menaçai de la Colère Céleste, mais elles répondirent, en se moquant, que l’enfant était bien petit. Je leur répliquai qu’il avait cependant une âme, elles me répondirent : “C’est bien quelque chose que cela165.” »

Le diable

  • 166 AD M U2101, 8 janvier 1840.
  • 167 AD F 4U2/120, interrogatoire, 9 mars 1851.

153L’univers mental des accusées est également tout empreint de la présence d’un démon tentateur. De nombreuses femmes, particulièrement dans le Morbihan, disent avoir été poussées au crime par le « diable », le « démon », le « mauvais esprit », « l’esprit malin » ou encore « l’esprit tentateur ». Plusieurs, en narrant leur crime, s’expriment même de telle manière que l’on pourrait croire le diable physiquement présent au moment des faits. Lorsque le juge d’instruction demande à Anne Glais depuis combien de temps son enfant était né avant qu’elle ne l’étouffe, elle répond : « À peine une demi-heure, à trois fois je fus au moment d’appeler des voisines que je vis passer, mais le diable me poussa et je commis le crime166. » Louise Lotrus pense même avoir entendu le diable crier : « En voyant mon enfant sur le parquet, j’ai remarqué qu’il était vivant, j’ai même entendu un vagissement, poussé sans doute par le diable. Le ramassant de terre, le saisissant avec la main droite, je lui ai pressé le cou, et il a cessé d’exister167. »

154Dans plusieurs dossiers sont évoquées des superstitions liées à des figures démoniaques. Mais l’évocation du diable vise surtout ici à détourner l’attention de personnes qui pourraient devenir témoins des crimes. Le diable et la crainte des oiseaux de nuit, porteurs de mauvais présages, sont utilisés à cette fin en 1855, par la Vve Lehoisec, et par sa fille Anne Leboucher, mendiantes à Beignon. Le crime, selon toute vraisemblance, a été commis de complicité entre les deux femmes :

  • 168 AN/BB/20/182/1, M, 2e trim. 1855, Baudouin, 16 juin 1855.

« Les deux enfants de la Vve Lehoisec qui s’étaient couchés dans la chambre même où leur sœur était accouchée, déclarèrent qu’un jour, qui évidemment était celui de l’accouchement, ils avaient entendu crier un enfant derrière la maison et que leur mère d’abord avait détourné leur attention en leur faisant peur du diable, puis que leur sœur avait attribué les cris à un oiseau de nuit, les menaçant de les frapper s’ils se levaient. La Vve Lehoisec les aurait même, d’après eux, menacés de les tuer, depuis l’arrestation d’Anne Leboucher, s’ils avaient le malheur de parler168. »

155En 1864, c’est le « mauvais esprit » qu’invoque, dans une scène du même genre, la Vve David, une cultivatrice de Scaër, pour expliquer à ses autres enfants la disparition de sa fille Henriette, qui est allée accoucher secrètement dans l’étable :

  • 169 Aire à battre le blé.
  • 170 AN/BB/20/268, F, 3e trim. 1864, Baudouin, 20 juillet 1864.

« Le 6 mars dernier, dans la soirée, la famille étant réunie pour le souper, la fille David ne s’assit point à la table commune, elle ne cessa de se promener dans la chambre, donnant des signes des plus vives souffrances, marchant courbée en deux et se soutenant aux meubles avec effort. Vers six heures et demie ses deux frères quittèrent la maison avec le domestique, annonçant qu’ils allaient passer la soirée dans un village distant d’un kilomètre environ. Marie-Louise David resta ainsi seule à la maison avec sa mère ; sa petite sœur, âgée de six ans, se coucha et s’endormit ; quant au père, il était allé se coucher dans le grenier, suivant son habitude. Lorsque vers dix heures et demie, les fils David et le domestique rentrèrent, un violent orage qui avait éclaté dans la soirée n’était pas encore calmé ; la femme David leur cria : “Louise n’est pas ici ! Le mauvais esprit l’aura enlevée ! Je crains qu’elle ne soit morte, qu’elle soit allée se tuer ! Cherchez-la sur l’aire169 !” Les jeunes gens appelèrent leur sœur, dont on entendit les pas précipités sur des feuilles étendues sur l’aire, mais elle ne rentra que lorsque la lumière eut été éteinte170.

  • 171 AD L-A 5U160/3, confrontation, 24 juillet 1851.

156En revanche la peur du démon évoquée par René Plantard lorsqu’il accomplit son forfait semble bien réelle. Cet homme, maître et séducteur de Mélanie Roussel, une domestique de 28 ans, pourrait pourtant apparaître comme un esprit fort. Il n’a pas craint, dans l’espoir de lui procurer un avortement, de faire subir de véritables tortures à sa domestique et s’est empressé de tuer le nouveau-né en l’étouffant dans une barrique de cendres. Mais, le lendemain du crime, lorsqu’il est allé jeter l’enfant dans la rivière, il paraît avoir éprouvé une véritable angoisse. Peut-être a-t-il pris alors conscience du caractère criminel, diabolique, de son acte. Mélanie Roussel lui rappelle cet épisode au cours d’une confrontation organisée par le juge d’instruction : « En rentrant, [après avoir jeté l’enfant dans la rivière] tu m’as dit que tu avais eu peur du Démon et que tu ne l’avais pas jeté assez loin171. »

Le sacrement de baptême

157L’attachement des ruraux au sacrement du baptême est très fort. Quand la naissance d’un enfant illégitime est découverte, le premier soin des témoins est habituellement de porter le nouveau-né au bourg pour le faire baptiser, afin d’assurer son entrée dans le monde des vivants et de préserver son avenir dans l’au-delà quitte, parfois, à mettre sa vie en danger.

  • 172 AN/BB/20/103, M, 4e trim. 1839, Poulizac, l 7 janvier 1840.

158L’enfant de Perrine Le Pipec, une domestique de Bubry, sauvé, grâce à la vigilance des voisines, d’une mort que sa mère s’apprêtait à lui donner, meurt le lendemain de sa naissance. Selon l’expert appelé à l’audience de la cour d’assises, cette mort est la conséquence d’une gastro-entérite provoquée par la conjugaison de trois facteurs : le transport du nouveau-né au bourg, son séjour à l’église et le baptême dans l’eau froide. L’absurdité de cette mort fait écrire à Poulizac : « Cette cause, Monsieur le Ministre, me conduit à former un vœu devant vous ; il serait à désirer que les prêtres consentissent à venir dans les maisons administrer le baptême avec de l’eau tiède ; cette réforme ferait honneur à celui qui l’entreprendrait et sauverait la vie à beaucoup d’enfants ; j’aime aussi à être convaincu que, dans le 19e siècle, le clergé français ne se refuserait pas à cette innovation dictée par l’humanité172. »

  • 173 AD M U 1994, interrogatoire, 26 février 1827.
  • 174 AD M U1980, Yvonne Le Garnec, interrogatoire, 28 février 1825.

159Baptiser leur enfant avant de lui donner la mort est aussi une préoccupation pour certaines mères infanticides. Jeanne Brunet, journalière à Saint-Gravé, déjà mère d’une petite fille de 10 ans, prétend même l’avoir baptisé deux fois : « Lorsque mon enfant fut né, je le baptisai en faisant le signe de la croix et en lui versant de l’eau sur le front, je le baptisai encore une seconde fois le lendemain matin173. » Mais en déclarant avoir baptisé leur enfant, les accusées reconnaissent qu’il était vivant et avouent implicitement leur crime. C’est pourquoi beaucoup entourent cette déclaration de précautions oratoires : « Je fis le signe de croix sur lui, je versai de l’eau sur sa tête en disant ces paroles en breton : au nom du père, du fils et du Saint Esprit. […] Je me servis d’eau bénite froide, telle qu’elle était dans une petite bouteille au haut de mon lit. […] J’ai pris cette précaution de le baptiser dans le doute où j’étais s’il était mort ou vivant, mais il n’a point donné de signe de vie174. »

  • 175 AN/BB/20/156/2, F, 2e trim. 1851, Le Meur, Rennes, 2 juin 1851.

160Plusieurs femmes prennent la précaution, avant d’aller accoucher dans un endroit secret, d’emporter une bouteille d’eau bénite, comme Marianne Bourbé, à propos de laquelle Le Meur écrivait : « Elle était allée accoucher clandestinement dans une étable, avant d’entrer dans ce lieu, elle avait pris un verre d’eau pour baptiser l’enfant, dans l’intention évidente de lui préparer la vie éternelle avant de lui donner la mort physique175. »

  • 176 AN/BB/20/210/1, I-V, 2e trim. 1858, Bernhard, 25 juin 1858.
  • 177 Idem

161Mais le soin pris par les accusées de baptiser leur enfant, pour autant que l’on puisse se fier à leurs déclarations, ne relève pas uniquement de préoccupations religieuses. Il correspond aussi à un souci plus personnel, celui d’atténuer l’horreur de leur crime. C’est pour amoindrir la responsabilité de leur fille que les parents de Marie-Joseph Noyalet, cultivatrice à Montreuil-sur-Ille, âgée de 28 ans, soupçonnés de complicité, cherchent dans un premier temps à faire croire que le nouveau-né a été baptisé. Ils finissent par y renoncer, parce que leur fille, prise de remords en les voyant inculpés, avoue toutes les circonstances de la mort de son enfant : « Ma mère n’a pas touché à l’enfant et ne l’a même pas vu, pas plus que personne de la maison. Personne n’a pu entendre crier l’enfant et il est faux malheureusement qu’il ait été baptisé […]. C’est moi qui ai fait tout le jeu. Puisque c’est moi qui mérite le fardeau, je ne veux pas que mon père et ma mère le portent sur leur tête. C’est moi qui dois porter la croix, je la porterai176. » Son frère, également présent au moment de l’accouchement, finit par avouer pourquoi il avait cru bon de soutenir que l’enfant avait été baptisé : « J’ai pensé en faisant ce mensonge que ma sœur serait trouvée moins coupable d’avoir détruit son enfant après qu’il avait reçu le baptême177. »

La place des traditions

162Les sources judiciaires ne s’attardent pas à l’observation de la vie collective. Cependant quelques allusions sont faites à des traditions qui ont été décrites par les folkloristes. On note, en premier lieu, la persistance des occasions de rassemblement et d’amusement que constituent les foires, les assemblées et fêtes religieuses – particulièrement les pardons – et les veillées, qui rassemblent voisins ou amis.

  • 178 Son nouveau-né, en fait.

163Les veillées des morts sont également évoquées dans deux affaires, celles de Julienne Godard et de Marie Trécan. Elles ne sont pas décrites précisément, mais elles paraissent relever presque exclusivement de la communauté des femmes. C’est en prenant prétexte d’aller veiller, avec les autres femmes du village, l’enfant « qui a été trouvé mort dans le ruisseau178 » que Julienne Godard parvient à s’enfuir de son village. Quant à Marie Trécan, elle profite de l’absence de ses maîtres pour se débarrasser de son enfant : les femmes de la maison sont allées veiller un voisin qui venait de mourir, tandis que Verdier, son maître, passait la soirée chez un ami.

  • 179 Travaux de défrichement réalisés en commun. Bouët A., op. cit, p. 184. Voir aussi Hélias P.-J., op (...)

164Il est aussi fait allusion à des fêtes destinées à remercier des services rendus dans le cadre de l’entraide villageoise. C’est au cours d’une fête de clôture de travaux d’écobuage179 que la Vve Le Dû se laisse aller à des divertissements qui aboutiront à une grossesse illégitime :

  • 180 AD F 4U2/173, Allain Le Grand, 56 ans, cultivateur, 29 mars 1862.

« Il y a environ quatre mois ma fille me déclara qu’elle était enceinte et que sa grossesse devait remonter au mois d’août 1861, époque à laquelle elle avait eu des rapports avec un homme à la suite d’un repas qui avait eu lieu à l’occasion d’une grande journée d’écobuage. Ma fille m’a déclaré spontanément sa grossesse, car je ne m’étais aperçu de rien jusqu’au jour où elle m’avait fait connaître son état ; elle paraissait confuse et pleurait souvent180. »

165Sont également mentionnés, dans les Côtes-du-Nord en 1827 et le Finistère en 1851, des « festins de boudins », repas offerts à leur famille ou à leurs amis par les agriculteurs relativement aisés qui, en général une fois par an, tuent un cochon.

Le viatique de l’enfant illégitime

  • 181 Selon Y. Knibielher et C. Fouquet, un arrêt du parlement de Bretagne aurait interdit cette pratiqu (...)

166Plusieurs femmes évoquent une tradition ancienne qui consiste à aller porter l’enfant illégitime sur le lit de son père quand ce dernier ne manifeste pas son intention de contribuer à son éducation181.

  • 182 AD I-V 2U4/614, Louis Macé, 46 ans, cultivateur, 3 octobre 1822.
  • 183 Idem, Thérèse Bazin, 27 ans, cultivatrice, [même jour].

167Julienne Godard et Anne Doudard, toutes deux originaires d’Ille-et-Vilaine, expriment publiquement leur intention de suivre cette coutume, mais dans un état d’esprit différent. Pour Anne Doudard, dont le mari est en prison et qui n’attend aucune réparation de son honneur, cette annonce est destinée à soutirer de l’argent au père de son enfant, tandis que pour Julienne Godard, cette menace vise surtout à empêcher le mariage que son amant s’apprête à contracter avec une autre femme. Elle considère que cet homme, Pierre Gilbert, déjà père de son premier enfant, qui est âgé de cinq ans « devait se contenter d’elle, sans en chercher d’autres182 ». Son objectif est de créer un scandale afin de faire porter la honte de cette grossesse illégitime sur Gilbert, qui aurait « un chapeau sur la tête qui l’empêcherait de se marier d’ici six ans183 » et sur l’ensemble de sa maisonnée.

  • 184 AD M U2103, Jean Duval, 31 ans, laboureur, 30 mars 1840.

168C’est surtout par vengeance que Louise Fournard, une domestique de La Chapelle, âgée de 29 ans, envisage la même démarche auprès de ses anciens maîtres, qui l’ont chassée après qu’elle ait été séduite par leur fils. Elle annonce à des femmes de son village « que les Duval étaient bien fiers, mais que leur fierté serait abîmée quand elle leur porterait l’enfant dont elle était enceinte des œuvres de Joseph Duval184 ».

  • 185 Voir Demars-Sion V., Femmes séduites et abandonnées au xviiie siècle…, Hellemmes, 1991.

169La participation des pères illégitimes à l’éducation de leur enfant, au moyen de secours financiers versés aux mères, courante au temps où ces questions relevaient des tribunaux religieux, notamment des officialités185, semble être tombée en désuétude. Les statistiques relatives à l’infanticide en Bretagne tendent du moins à le prouver. Rares sont les cas où les pères naturels acceptent de contribuer à l’éducation de leurs enfants.

170Trois cas d’indemnisation seulement sont signalés : deux concernent des domestiques ayant dû dédommager leurs maîtres pour avoir engrossé une de leurs filles et le dernier, un oncle qui avait abusé de sa nièce. Il s’agit donc d’hommes sur lesquels la famille de la femme séduite a été en mesure d’exercer des pressions. On apprend que les domestiques masculins de la famille de Jeanne Mahé évitent d’entretenir des rapports trop intimes avec elle parce que l’un des leurs, Jean Monvoisin, est réputé avoir dû lui verser des dommages pour une grossesse dont le fruit avait été déposé à l’hospice des enfants-trouvés. C’est du moins une rumeur qui circule parmi la gent masculine :

  • 186 AD C-A 2U/431, Jean Lucienne, 29 ans, domestique laboureur, 21 décembre 1826.

« J’ai été pendant trois ans domestique chez les père et mère de Jeanne Mahé, rapporte l’un des anciens domestiques, voici la troisième année que j’en suis sorti. Je fus averti par le frère cadet de cette dernière qu’elle avait eu, trois ou quatre ans auparavant, un enfant qui avait été déposé aux enfants perdus et pour lequel on disait que Jean Monvoisin avait payé, qu’ainsi il me fallait me défier d’elle. Je profitai de cet avis et je me tins sur mes gardes, tellement que je fus toujours en mauvais ménage avec elle186. »

  • 187 AN/BB/20/218/2, M, 4e trim. 1859, Le Beschu de Champsavin, 20 décembre 1859.

171Jeanne-Marie Guillo, une cultivatrice de Buléon, âgée de 25 ans, récemment mariée avec un homme étranger à sa grossesse, dit avoir reçu de son séducteur, lors de sa première grossesse, la somme relativement importante de 300 F. Ne reconnaissant pas le crime d’infanticide dont elle est accusée en 1859, elle prétend avoir remis 200 F à l’auteur de sa seconde grossesse pour qu’il dépose l’enfant à l’hospice : « C’était le reste des 300 F que j’avais reçus, il y a huit ans, d’un domestique de chez mon père qui m’avait rendue mère. Ce premier enfant est encore vivant et a été élevé par moi et par ma mère187. »

Les relevailles, les interdits traditionnels

  • 188 P.-J. Hélias relate celle de sa mère, Le Cheval d’orgueil, p. 51-52. Voir aussi Thuillier G., L’Im (...)
  • 189 AD M U2134, Jacques Nicolas, 65 ans, laboureur, 26 mars 1844.
  • 190 Idem, Anne-Marie Nicolas, 23 ans, fille de labour, [même jour].

172La cérémonie des relevailles, rite de « purification » de la femme nouvellement accouchée, qui se déroule à l’église, en présence de la sage-femme et de la marraine, est encore observée dans le Morbihan dans les années 1840188. C’est le prétexte dont se saisissent les voisines de Mathurine Gicquel, journalière à Larré, pour lui faire remarquer qu’elles ne sont pas dupes de ses dénégations et qu’elles sont persuadées qu’elle vient d’accoucher. Les reproches qui lui sont adressés à ce propos sont d’abord rapportés au magistrat instructeur par le père d’un des témoins de la scène : « Elle [sa fille Annette] raconta que pendant qu’elle lavait la lessive près le moulin vint à passer la fille Mathurine Gicquel portant un fagot de navets ; que les femmes lui crièrent : “Qu’as-tu fait de ton gros ventre ?” Elles commencèrent à lui dire : “Comment ! Tu vas travailler avant d’aller à la messe ? Les commères y vont [à la cérémonie des relevailles] avant de retourner à leur travail189.” » La scène, rapportée plus tard par Annette elle-même, a été particulièrement virulente, mais rien ne permet de comprendre l’origine de cette violence verbale : « Quand les femmes la virent passer, elles lui dirent : “Tu te lèves bien matin, turon. Tu devrais avoir honte, tu devrais aller à la messe auparavant, vilaine salope190.” »

173Les interdits traditionnels, prohibant certaines pratiques, en particulier les relations sexuelles, pendant les principaux cycles (Carême, Avent) ou fêtes religieuses semblent également avoir conservé toute leur vigueur.

  • 191 AD M U 2143, Isaac Coudé, 44 ans, laboureur, 1er mars 1845.

174La conduite de Marie Burel qui se livre, pratiquement en public, à des ébats sexuels le jour de la Fête-Dieu est jugée particulièrement scandaleuse. La scène, surprise par un témoin, est répandue par la rumeur dans tout le village : « Le 9 juin dernier, vers onze heures du matin, je passai près la porte de la maison habitée par Marie Burel et sa mère, je vis Joseph Gallou, du village du Fumard qui tenait Marie Burel entre ses bras et se livrait avec elle à l’action du coït. Je passai mon chemin promptement voyant avec horreur ce qu’ils faisaient un jour de fête aussi solennelle ; car c’était le dimanche de la Fête-Dieu191. »

La crémation du placenta

  • 192 AN/BB/20/133, C-N, 2e trim. 1845, Le Gall de Kerlinou, 21 juin 1845.
  • 193 Également désigné dans les dossiers, sous les termes suivants : lit, suite, délivre, délivrance, c (...)
  • 194 Gélis, op. cit., p. 285. Le placenta était généralement enterré. La crémation serait une pratique (...)

175Il est, selon Le Gall de Kerlinou, « d’usage dans le pays de brûler l’arrière-faix192 ». Mais cette coutume relative au placenta193 semble être bien peu observée par les femmes infanticides : elles se contentent de l’abandonner là où elles ont accouché, l’enterrent, afin qu’il ne soit pas dévoré par les animaux, ou le jettent à l’eau ou sur un tas de fumier. Il est possible que cette inobservance tienne à la précipitation dans laquelle se déroulent les accouchements clandestins qui sont suivis d’infanticide. Il se peut aussi que cette enveloppe protectrice de l’enfant soit vouée au même sort que lui. Il existe en effet un lien très fort entre l’enfant et le placenta qui, écrit Jacques Gélis, « n’est jamais totalement séparé de l’enfant au plan symbolique194 ».

  • 195 AD C-A 2U/686, Vve Le Lay, 55 ans, mendiante, 1er mars 1845.

176Cependant, la discussion qui se tient entre les femmes qui sont présentes quand Claudine Lozach accouche de jumeaux tend à prouver que certaines coutumes sont ignorées ou tombées en désuétude en 1845, année des faits. Le 7 février 1845, Claudine Lozach donne naissance à un enfant qu’elle s’empresse de jeter par la fenêtre de sa chaumière. Le voisin qui le découvre alerte les femmes du voisinage. Quatre d’entre elles accourent alors, « soit par curiosité, soit pour lui offrir quelque secours, écrit Le Gall de Kerlinou » et assistent, sans trop en être conscientes en raison de l’obscurité qui règne dans la chaumière, à la naissance du second enfant. L’usage qui consiste à brûler le placenta n’est connu que de la plus âgée des femmes présentes. Il s’agit d’une veuve de 55 ans qui, dit-elle, en a entendu parler par des personnes « anciennes » : « C’est moi qui ai dit à Claudine Lozach de prendre garde que le cochon ne mangeât ce qu’elle venait de rendre et qui lui dis que j’avais entendu dire à des personnes anciennes qu’on mettait l’arrière-faix derrière le feu et je l’engageai à l’y mettre195. »

177Cette affaire porte à s’interroger sur la place qu’occupe encore la tradition dans la société rurale puisqu’elle tend à démontrer qu’à l’époque précise où les coutumes sont recueillies par les folkloristes et acquièrent, dans le monde lettré, un attrait tout particulier, une partie des usages relatifs à la naissance recueillis par les ethnologues sont ignorés des populations rurales. Mais ici le contexte est relativement particulier dans la mesure où une partie des proches de Claudine Lozach (son voisin, la veuve qui lui rappelle les usages) appartient au monde relativement marginal de la mendicité.

Notes

1 Bâtons.

2 Brousmiche J.-F., Voyage dans le Finistère en 1829, 1830 et 1831, Quimper, 1977, t. 2, p. 273. Sur cet auteur, voir : Le Gallo Y., « Brousmiche père et fils », Brest et sa bourgeoisie sous la monarchie de Juillet, Paris, 1968, t. 1, p. 5-24.

3 Limon J.-M., Usages et règlements locaux en vigueur dans le Finistère, Quimper, 1852, p. 197.

4 Sébillot P., Coutumes populaires de la Haute-Bretagne, Paris, 1886, p. 77-78.

5 AN/BB 20/163/1, I-V, 3e trim. 1852, Androuïn, 28 août 1852.

6 Pour Sébillot, op. cit., et pour Limon, op. cit. (p. 200-201), dans certains cantons les engagements des domestiques se font à toute période de l’année.

7 AD F 4U2/113, Isidore Le Bourhis, 29 ans, aide-cultivateur, 27 juin 1849.

8 Limon J.-M., op. cit., p. 215.

9 Ibidem, p. 221.

10 AD M U 2058, Marie Le Gallo, Vve Maho, 1835.

11 Grandes lessives aux cours desquelles on fait bouillir le linge dans un cuvier. Voir Thuillier G., Pour une histoire du quotidien au xixe siècle en Nivernais, Paris, 1977 et Hélias P.-J., Le Cheval d’orgueil, Paris, 1975, p. 14-15.

12 Annuaire des Côtes-du-Nord, 1836, p. 47.

13 Minois G., Nouvelle histoire de la Bretagne, Paris 1992, p. 656-659. Voir aussi Vallaux C., La Basse-Bretagne : étude de géographie humaine, Genève, 1980, p. 267. (1re éd. 1906).

14 Bouët A., op. cit., p. 159.

15 Sébillot Paul, Coutumes populaires…, op. cit.

16 Soit trois fois moins qu’une journalière rurale (voir infra).

17 L’Ille-et-Vilaine des origines à nos jours, sous la dir. de F. Lebrun, Saint-Jean-d’Angély, 1984, p. 337.

18 Corbin A., « Le Grand siècle du linge », Le Temps, le désir et l’horreur, Paris, 1991, p. 37.

19 AD M U 2138, Jeanne-Marie Meignet, 55 ans, journalière, 17 mai 1844.

20 Souvestre E., Le Foyer breton, Paris, 1845 ; Le Braz A., Magies de la Bretagne, Paris, 1994 (textes publiés entre 1893 et 1925). Les lavandières de nuit appartiennent aussi au folklore berrichon, voir Sand G., Légendes rustiques, Paris, 1858.

21 Sébillot P., Traditions et superstitions de la Haute-Bretagne, Paris, 1882, t. 1, p. 248.

22 Op. cit., t. 1, p. 285.

23 Voir Cambry J., Voyage dans le Finistère, Brest, 1836, p. 52. La question des cacoux a fait l’objet de très nombreuses publications.

24 L’Ille-et-Vilaine des origines à nos jours, op. cit., p. 337.

25 Vallaux C., op. cit., p. 271.

26 À propos des loges de sabotiers voir Corbin, A., Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot : sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, 1998, p. 111-114.

27 AD I-V 2U4/619, 1826.

28 AD F 4U2/85, Marie-Suzanne Marein, 40 ans, restauratrice, 9 mars 1844.

29 AD C-A 2U/772, fiche de renseignements, s. d. [1861].

30 AD I-V 2U4/614 [1825].

31 AD I-V 2U4/616 [1825]. Selon A. Orain, op. cit., les « glennes » sont des fagots de genêt ou de bois destinés aux boulangers.

32 AD L-A 5U91/1, fiche de renseignement par le procureur de Savenay, 9 janvier 1836.

33 M. Segalen notait qu’il était rare que les domestiques conservent la même place plus de cinq années, Quinze générations de Bas-Bretons…, Paris, 1985, p. 259. Pour A. Burguière, la mobilité caractérise plutôt les hommes, Bretons de Plozévet, Paris, 1977, p. 109.

34 Annuaire des Côtes-du-Nord, 1836, op. cit., p. 8.

35 Du Chatellier A., Recherches statistiques sur le département du Finistère, Nantes, 1836-1837, p. 78.

36 L’Ille-et-Vilaine des origines à nos jours, op. cit., p. 313.

37 Bouët A., Breiz-Izel…, op. cit., p. 103.

38 Brousmiche J.-F., op. cit., t. 1, p. 118.

39 AD C-A 2U/650 [1843].

40 AN/BB/20/163/1, M, 2e trim. 1852, Robinot Saint-Cyr, s.d.

41 Brousmiche J-F., op. cit., t. 2, p. 302.

42 Habasque F., op. cit., t. 1, p. 289-290. Voir aussi Déguignet J.-M., Mémoires d’un paysan bas-breton, Ergué-Gabéric, 1998, p. 45.

43 Voir Haudebourg G., Mendiants et vagabonds en Bretagne, Rennes, 1998, p. 53-60.

44 AD M U 2120, interrogatoire, 9 mars 1842.

45 AD M U 2088 [1838].

46 AN/BB/20/182/1, M, 2e trim. 1855, Baudouin, 16 juin 1855.

47 Direction des affaires criminelles et des grâces, circulaire, 3 mars 1828.

48 L’apprentissage de la lecture est distinct de celui de l’écriture pendant la première partie du xixe siècle : « Avant 1850, [on] enseignait aux filles les prières, le catéchisme, la lecture, la couture, rarement autre chose », Gildea R., « L’Enseignement en Bretagne au xixe siècle : l’Ille-et-Vilaine (1800-1914) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 84, 3, 1977, p. 457-479.

49 AD I-V 2U4/636, interrogatoire, 9 juin 1828.

50 AN/BB/20/137, I-V, 3e trim. 1846, Robinot Saint-Cyr, 5 septembre 1846.

51 AN/BB/20/245/2, F, 3e trim. 1862, Bernhard, conseiller, 21 août 1862.

52 AD L-A 5U 119/2, fiche de renseignement par le procureur de Nantes, 22 mai 1842.

53 Compte général…, année 1850, op. cit., p. xxv-xxvi.

54 Habasque F., op. cit., t. 1, p. 189.

55 Loi du 28 juin 1833. Elle imposait la création d’une école de garçons par commune. L’accès à l’école était gratuit pour les enfants des familles indigentes.

56 Brousmiche J.-F., op. cit., t. 2, p. 219.

57 Nicolas G., L’École normale primaire de Rennes et la première génération de normaliens en Bretagne, Thèse d’Histoire, Paris IV, 1992, p. 13-14.

58 Ibidem, p. 52.

59 Désert G., « Alphabétisation et scolarisation dans le Grand Ouest au xixe siècle », The Making of Frenchmen : current directions in the history of education in France, 1679-1979, Waterlo, 1980, p. 145-146.

60 Nicolas G., op. cit, p. 8-9.

61 Du Chatellier A., L’Agriculture et les classes agricoles de la Bretagne, Paris, 1863, p. 207.

62 Ogès L., L’Instruction primaire dans le Finistère sous le régime de la loi Guizot, 1833-1850, Quimper, 1935, p. 17.

63 Désert G., op. cit., p. 151.

64 Ibidem, p. 154.

65 C’est le cas des deux sabotières et des témoins qui exercent des métiers liés à la forêt.

66 Marie-Françoise Garrec, mendiante à Rumengol, AN/BB/20/268, F, 4e trim. 1864.

67 Voir Vallaux C., op. cit., p. 128-133.

68 Arrondissement de Saint-Brieuc.

69 Habasque F., op. cit., t. 1, p. 304-305.

70 La situation matrimoniale des accusées sera examinée au chapitre suivant.

71 AD L-A 5 U 100/1, p.-v. de transport du juge d’instruction de Paimboeuf, 22 octobre 1837.

72 Idem, 24 octobre 1837.

73 AD F 4U2/113, Marguerite Fichoux, mère naturelle de la prévenue, 21 juillet 1849.

74 AD F 2U/84, Jacques Guédès, journalier, 24 janvier 1844.

75 AD C-A 2U/686, p.-v. de transport du juge d’instruction de Guingamp, 12 février 1845.

76 Rez-de-chaussée.

77 AD F 4U2/84, acte d’accusation, 22 mai 1844.

78 AD C-A 2U/639, interrogatoire, 23 février 1842.

79 AD L-A 5U100/1, Vve Chabot, 50 ans, journalière, 23 octobre 1837.

80 Idem, Marie Bodineau, Vve Arnaud, 76 ans, rentière, 24 octobre 1837.

81 D’après tous les observateurs du xixe siècle, le mariage en Bretagne serait surtout affaire d’intérêt.

82 AD F 4U2/164, François-Marie Taburet, 53 ans, médecin à Saint-Renan, 20 août 1858.

83 AD M U 1998, interrogatoire, 23 juin 1827.

84 Idem, Vve Kerdelhué, 51 ans, journalière, 6 juillet 1827.

85 Dans la société d’Ancien Régime, le concept de famille était souvent associé à la notion de co-résidence. Voir Flandrin J.-L., Familles, parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, 1984, p. 12.M. Segalen inclut les serviteurs dans les structures familiales, Quinze générations, op. cit., p. 70.

86 AN/BB/20/41, I-V, 3e trim. 1828, Vincent, 25 août 1828.

87 AN/BB/20/218/1, F, 2e trim. 1859, Lambert, 22 avril 1859.

88 Selon Sébillot, le « bourgeois », la « bourgeoise » sont aussi les termes qu’emploient en Haute-Bretagne les paysans pour désigner leur époux ou épouse, Coutumes populaires…, op. cit., p. 141.

89 AD L-A 5U110/1, Louise Lemoine, 48 ans, 10 décembre 1839.

90 AD C-A 2U/641, Vve Colombel, 15 mars 1842.

91 Idem, Françoise Colombel, ménagère [même jour].

92 AD C-A 2U/743, fiche de renseignements, 28 janvier 1849.

93 Idem.

94 « Très petits bâtiments où on loge les animaux de petite taille et surtout les porcs », Vallaux C., op. cit., p. 135.

95 AN/BB/20/93, F, 2e trim. 1837, Le Beschu de Champsavin, 12 juin 1837.

96 AD I-V 2U4/616, interrogatoire, 12 mai 1825.

97 AD C-A 2U/735, Marie-Yvonne Kergall, aubergiste, 24 février 1848.

98 AD L-A 5U87, interrogatoire, 6 février 1835.

99 AD C-A 2U/752, Marguerite Glais, filandière, 19 décembre 1849.

100 AN/BB/20/245/2, I-V, 1er trim. 1862, Baudouin, 22 février 1862.

101 AD I-V 2U4/614, p.-v. de transport du juge de paix de Saint-Brice-en-Coglès, 24 septembre 1822.

102 Idem, le juge de paix de Saint-Brice-en-Coglès au procureur de Fougères, 25 septembre 1822.

103 Id., interrogatoire, 4 mars 1825.

104 AD L-A 5U100/1, p.-v. de transport du juge d’instruction de Paimboeuf, 22 octobre 1837.

105 AD I-V 2U 4/616, interrogatoire, 12 mai 1825.

106 AD F 4U2/173, interrogatoire, 1er avril 1862.

107 Idem, acte d’accusation, 1er mai 1862.

108 Le système de transmission des biens est généralement égalitaire.

109 AD F 4U2/173, Louise Rognant, cultivatrice, 29 mars 1862.

110 AN/BB/20/268, I-V, 3e trim. 1864, Le Meur, 25 août 1864.

111 AD F 4U2/168, Jean Tassin, cultivateur, 1er décembre 1860.

112 Brousmiche J.-F., op. cit., t. 2, p. 292.

113 AD M U 2042, François Cheval, 37 ans, lieutenant des douanes, 8 novembre 1832.

114 Limon J.-M., op. cit., p. 200-202.

115 72 F dans l’arrondissement de Brest, 90 F dans celui de Morlaix, 69 F dans celui de Châteaulin, d’après Limon, op. cit., p. 205-206.

116 Toiles fabriquées dans les cantons de Loudéac, Moncontour, Uzel et Quintin, Annuaire des Côtes-du-Nord, 1836, op. cit., p. 48.

117 Voir : Léonard J., Les Médecins de l’Ouest au xixe siècle, Paris, 1978, t. 2, p. 586-587.

118 AD F 4U2/164, interrogatoire, 3 août 1859.

119 AD I-V 2U4/636, interrogatoire, 31 juillet 1828.

120 I-V, 4e trim. 1854, Le Beschu de Champsavin, 27 décembre 1854.

121 Ou Fromont.

122 AD I-V 2U4/619, Vve Pannier, 63 ans, fileuse, 20 janvier 1826.

123 AD I-V 2U4/614, Marie Dauguet, 26 ans, tisserand, 30 septembre 1822.

124 AD C-A 2U/650, Vve Le Jan, propriétaire, 9 septembre 1842.

125 AD M U 1994, Guillemette Denis, 20 ans, domestique, 2 mars 1827.

126 Idem, Joseph Laurent, 23 ans, laboureur, [même jour].

127 AD I-V 2U4/616, Jean-Baptiste Legeard de la Diriays, 53 ans, chirurgien, 24 juin 1825.

128 AN/BB/20/83, L-I, 1er trim. 1835, Delamarre, 19 avril 1835.

129 Voir à ce sujet, J. Léonard, op. cit.

130 On ne trouve nulle trace du recours aux saints guérisseurs sur lesquels existe une abondante littérature.

131 Cambry J., op. cit., p. 28.

132 AN/BB/20/141, I-V, 4e trim. 1847, Le Beschu de Champsavin, 2 décembre 1847.

133 AD I-V 2U4/635, Louis Denault, 41 ans, meunier, 10 juin 1828.

134 AD I-V 2U4/636, Jeanne-Marie Fallais, 18 juin 1828.

135 Gélis J., L’Arbre et le fruit : la naissance dans l’Occident moderne, xvie-xixe siècles, Paris, 1984, p. 255.

136 AN/BB/20/268, F, 3e trim. 1864, Baudouin, 20 juillet 1864.

137 AD M U2127, Jeanne-Marie Audran, 27 ans, cultivatrice, 26 mai 1843.

138 AN/BB/20/133, M, 2e trim. 1845, Robinot Saint-Cyr, 6 juillet 1845.

139 Nom donné dans la région de Bécherel, à une coiffe que les femmes laissent pendre en signe de deuil, Sébillot P., Coutumes populaires…, op. cit., p. 165.

140 AD M U2143, Jeanne-Marie Danet, 27 ans, cabaretière, 1er mars 1845.

141 AD F 4U2/95, interrogatoire, 9 juillet 1846.

142 Léonard J., op. cit, t. 2, p. 869.

143 Posologie.

144 AD C-A 2U/773.

145 AD M, Marie-Louise Le Berre, journalière, 10 décembre 1836.

146 Idem, Anne Le Trolle, 39 ans, journalière, [même jour].

147 AD I-V 2U4/636, Françoise Blandin, 40 ans, 11 juillet 1828.

148 AD M U 2112, Jeanne Le Moigne, 46 ans, sans profession, 7 mai 1841.

149 AN/BB/20/174/2, M, 3e trim. 1854, Delfaut, 24 septembre 1854.

150 AD I-V 2U4/614, interrogatoire, 4 décembre 1824.

151 Ces retraites, au cours desquelles alternaient instruction, méditation, office et prière personnelle duraient une semaine. En raison de la modicité du prix des pensions, elles étaient massivement fréquentées par les femmes rurales. La maison de Vitré, fondée au xviiie siècle, rétablie en 1819, accueillait sous la Restauration jusqu’à 800 personnes, Lagrée M., Mentalités, religion et histoire en Haute-Bretagne au xixe siècle, 1815-1848, Paris, 1977, p. 312-321.

152 AD I-V 2U4/616, interrogatoire, 12 mai 1825.

153 AD M U 2029, interrogatoire, 27 juillet 1831.

154 AN/BB/20/58, M, 3e trim. 1831, Delamarre, 4 octobre 1831.

155 AN/BB/20/226/2, M, 1er trim. 1860, Delfaut, 3 avril 1860.

156 AN/BB/20/226/2, I-V, 3e trim. 1860, Dupuy, 31 août 1860.

157 AN/BB/20/137, F, 4e trim. 1846, Piou, 9 mars 1847.

158 AN/BB/20/114/5, M, 2e trim. 1841, Tiengou de Tréfériou, 1er août 1841.

159 La dispersion de l’habitat et le caractère étendu des paroisses expliquent sans doute cette heure fort matinale, Lagrée M., op. cit., p. 31.

160 AD M U2047, Anne Lorcey, 48 ans, journalière, 19 juin 1833.

161 AD C-A 2U/711, Marie-Louise Duval, 24 ans, sans profession, détenue à la prison de Lannion, 12 avril 1847.

162 Delumeau J., Le Péché et la peur : la démoralisation en Occident, Paris, 1983, p. 364-528; Croix A. et Roudaut F., Les Bretons, la mort et Dieu, de 1600 à nos jours, Paris, 1984, p. 91.

163 AD C-A 2U/686, François Serandour, 62 ans, cultivateur et adjoint de Saint-Conan, 1er mars 1845.

164 AD C-A 2U/697, p.-v. de transport du juge de paix de Moncontour, 9 février 1846.

165 AD M U2097, Jeanne Corfmat, 32 ans, ménagère, 24 avril 1839.

166 AD M U2101, 8 janvier 1840.

167 AD F 4U2/120, interrogatoire, 9 mars 1851.

168 AN/BB/20/182/1, M, 2e trim. 1855, Baudouin, 16 juin 1855.

169 Aire à battre le blé.

170 AN/BB/20/268, F, 3e trim. 1864, Baudouin, 20 juillet 1864.

171 AD L-A 5U160/3, confrontation, 24 juillet 1851.

172 AN/BB/20/103, M, 4e trim. 1839, Poulizac, l 7 janvier 1840.

173 AD M U 1994, interrogatoire, 26 février 1827.

174 AD M U1980, Yvonne Le Garnec, interrogatoire, 28 février 1825.

175 AN/BB/20/156/2, F, 2e trim. 1851, Le Meur, Rennes, 2 juin 1851.

176 AN/BB/20/210/1, I-V, 2e trim. 1858, Bernhard, 25 juin 1858.

177 Idem

178 Son nouveau-né, en fait.

179 Travaux de défrichement réalisés en commun. Bouët A., op. cit, p. 184. Voir aussi Hélias P.-J., op. cit., p. 25-26.

180 AD F 4U2/173, Allain Le Grand, 56 ans, cultivateur, 29 mars 1862.

181 Selon Y. Knibielher et C. Fouquet, un arrêt du parlement de Bretagne aurait interdit cette pratique en 1726, Histoire des mères, Paris, 1977, p. 126.

182 AD I-V 2U4/614, Louis Macé, 46 ans, cultivateur, 3 octobre 1822.

183 Idem, Thérèse Bazin, 27 ans, cultivatrice, [même jour].

184 AD M U2103, Jean Duval, 31 ans, laboureur, 30 mars 1840.

185 Voir Demars-Sion V., Femmes séduites et abandonnées au xviiie siècle…, Hellemmes, 1991.

186 AD C-A 2U/431, Jean Lucienne, 29 ans, domestique laboureur, 21 décembre 1826.

187 AN/BB/20/218/2, M, 4e trim. 1859, Le Beschu de Champsavin, 20 décembre 1859.

188 P.-J. Hélias relate celle de sa mère, Le Cheval d’orgueil, p. 51-52. Voir aussi Thuillier G., L’Imaginaire au quotidien au xixe siècle, Paris, 1985, p. 61-67 et 145-150.

189 AD M U2134, Jacques Nicolas, 65 ans, laboureur, 26 mars 1844.

190 Idem, Anne-Marie Nicolas, 23 ans, fille de labour, [même jour].

191 AD M U 2143, Isaac Coudé, 44 ans, laboureur, 1er mars 1845.

192 AN/BB/20/133, C-N, 2e trim. 1845, Le Gall de Kerlinou, 21 juin 1845.

193 Également désigné dans les dossiers, sous les termes suivants : lit, suite, délivre, délivrance, chrysalide, arrière-faix, taie, dépêches.

194 Gélis, op. cit., p. 285. Le placenta était généralement enterré. La crémation serait une pratique assez marginale, parce que jeter le placenta au feu passe pour exposer la mère à l’inflammation.

195 AD C-A 2U/686, Vve Le Lay, 55 ans, mendiante, 1er mars 1845.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17459/img-1.png
Fichier image/png, 137k
Légende Degré d’alphabétisation des accusées. Répartition par département – (Source BB/20).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17459/img-2.png
Fichier image/png, 28k

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search