Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Conclusion générale. Chanoines, Église et modernité

Texte intégral

1Peut-on, pour conclure, dégager les grandes caractéristiques du monde capitulaire breton de la fin de l’Ancien Régime ? Au terme de ce travail, plusieurs certitudes s’imposent. Les chapitres bretons sont modestes par rapport à beaucoup de leurs homologues. Le nombre réduit des prébendes fait de la plupart d’entre eux de petites compagnies ; leurs patrimoines souvent peu étoffés et leurs revenus peu importants les placent loin derrière les chapitres les plus prestigieux du royaume. Cependant, comme tout corps intermédiaire de la société d’Ancien Régime, ils s’efforcent de préserver biens, revenus et préséances. Cela ne les empêche pas de remplir consciencieusement leurs différentes tâches. Tout au long du siècle, ils œuvrent en effet pour améliorer la dignité du culte divin, faire progresser le niveau des psallettes… Les chanoines, si l’on en juge par les exemples étudiés, semblent quant à eux relativement assidus aux offices et, dans l’ensemble, participent régulièrement aux délibérations. Le temps des conduites incompatibles avec l’état ecclésiastique semblant de plus révolu, ils sont, comme la plupart de leurs confrères chargés d’âmes, conformes au modèle du clerc défini par le concile de Trente. Rien ici ne distingue vraiment les chapitres bretons des autres chapitres français.

  • 1 P. Saige, Le « bon prêtre » dans la littérature française d’Amadis de Gaule au Génie du christiani (...)
  • 2 Pour le premier : G.-A. Lobineau, Les vies des saints de Bretagne et des personnes d’une éminente (...)

2De plus, comme ailleurs, il reste difficile de restituer la dimension spirituelle des prébendés. Présents au chœur, peu séduits par le jansénisme, propriétaires de bibliothèques largement consacrées à la religion, tel est le portrait qui se dégage du croisement des rares sources utilisées pour étudier cette question. Si beaucoup se sont contentés d’accomplir leur tâche dans l’anonymat, quelques-uns, si l’on en croit des « vies » rédigées au xviiie siècle, méritent peut-être le qualificatif de « bon chanoine », à l’image du « bon prêtre » cher à nombre de philosophes et d’écrivains du temps1. Ce chanoine animé d’une vie intérieure très intense remplit non seulement les devoirs de sa prébende avec zèle, mais trouve le temps de soulager les fidèles des maux dont ils souffrent. Leuduger et Morel de La Motte2, rappelons-le, se distinguent ainsi tous deux par leur inlassable activité au sein de leur chapitre, leurs fonctions de missionnaire et leur action auprès des paroissiens ou des prisonniers. Ces portraits peuvent être analysés comme des réponses aux soupçons d’inutilité qui pèsent parfois sur les chanoines. Ils indiquent en quelque sorte ce que le chanoine pourrait ou devrait être : une sorte de prêtre d’élite. Plus prosaïquement, il s’agit d’un groupe de clerc singulier au sein du clergé séculier : membre d’un moyen clergé, il remplit ses devoirs dans la première église du diocèse avec la conscience d’être chargé d’une mission particulière, particulièrement visible lorsqu’il administre le diocèse en cas de vacance du siège épiscopal.

3La carrière capitulaire, distincte de celle des évêques ou des recteurs, s’adresse à des clercs formant un groupe assez homogène. Les contours de cette fraction du clergé séculier longtemps effacée dans des études générales se dégagent à présent clairement en dépit de nuances géographiques et chronologiques. Le chanoine des cathédrales bretonnes est avant tout un Breton originaire du diocèse, notamment de la ville épiscopale. Prêtre, il est doté de grades universitaires et a poursuivi ses études à Paris. Enfin, il est très souvent noble et issu des élites provinciales ou locales représentatives du monde militaire, du monde du Parlement, des Comptes, des présidiaux ou du négoce. Dans un certain nombre de familles, le canonicat est un véritable bien patrimonial que l’on s’efforce de conserver en le transmettant entre frères, entre cousins, d’oncle à neveu… La quête d’un canonicat donne donc souvent lieu à des tractations, des manœuvres plus moins visibles. Et souvent ce bénéfice est le seul bénéfice important possédé par le chanoine au cours de sa carrière. La filière capitulaire est donc largement indépendante.

4Les chapitres et les chanoines se trouvent au cœur d’un monde complexe organisé en cercles concentriques. Au centre, le chœur, lieu du culte, et la cathédrale, symbole de la présence épiscopale, dont ils assurent l’entretien. Puis viennent les rues les plus proches habitées et sillonnées par les chanoines et la psallette, où le chapitre prélève des rentes et recrute nombre de ses membres. Au-delà, les autres quartiers de la ville sont aussi marqués de leur empreinte : les processions les traversent régulièrement ; les artisans, les juristes employés par les compagnies, les familles des enfants de chœur y vivent. Plus loin, on atteint les campagnes où les chapitres nomment des recteurs, lèvent des dîmes et où certains chanoines possèdent une maison ou une ferme. Enfin, c’est l’espace lointain du recrutement étranger au diocèse, des missions à Paris, des voyages… À défaut de richesse, les chapitres jouissent d’une réelle influence multiforme.

  • 3 J. Queniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Klincksieck, (...)

5Les habitudes de consommation de ces chanoines, la taille de plusieurs de leurs bibliothèques, leurs centres d’intérêt diversifiés, leurs rapports au monde rural les inscrivent résolument dans l’univers urbain. À leur manière, ils sont des représentants modestes d’un milieu « de grand savoir et de haute culture3 » présent dans des proportions variables dans les villes bretonnes. Il semble cependant qu’à de rares exceptions près les chanoines bretons ne sont pas des innovateurs. En fait, ils maintiennent l’Église au contact des évolutions du temps. Bien évidemment, on ne peut nier les écarts culturels entre les chapitres, entre les individus au sein d’un chapitre ; certes le clergé paroissial est aussi curieux des innovations matérielles. Malgré tout, cet intérêt est plus marqué chez les chanoines et la curiosité pour le monde contemporain, pour l’étranger plus fréquente et croissante. Mais ces clercs situés à un rang plus élevé en terme de prestige n’ont aussi que peu de rapports avec les fidèles et semblent bien éloignés de leurs préoccupations…

  • 4 Pour reprendre en l’élargissant à d’autres thèmes la réflexion de R. Chartier consacrée au lien en (...)

6L’étude des chapitres et des chanoines nous place en fait au cœur des tiraillements qui travaillent la société. Si l’on embrasse l’ensemble des données, nombre de chanoines associent en effet un incontestable progressisme matériel, une réelle curiosité pour les mutations de leur temps et un véritable conservatisme social et politique. Leur attention au confort, aux modes de consommation s’allie à l’intérêt pour les sciences, la connaissance du monde et à une défense farouche des droits de leur chapitre, les conduisant à refuser les projets révolutionnaires. Le comportement de cette élite cultivée montre ainsi la distance qui peut exister entre l’intérêt manifesté pour le progrès, pour le débat intellectuel, pour la connaissance et la compréhension du monde, et l’adhésion à des idées qui remettent en cause le cadre social, ecclésial et politique traditionnel4. Opposés au processus révolutionnaire, les chanoines des dernières décennies de l’Ancien Régime ne sont pour autant pas des conservateurs impénitents dans tous les domaines. Tout au long du siècle, les prébendés bretons ont d’ailleurs conscience qu’il est possible de profiter des agréments de la vie ou de combler son appétit de savoir dans un monde en mutation à condition que les moyens leur en soient donnés. Il est donc nécessaire d’y assurer la survie de l’institution, de son rôle, de ses droits, de ses ressources. L’exercice d’une certaine liberté, d’une certaine autonomie n’est en effet possible que s’il existe une garantie collective des moyens de l’exercer. Le souci de chacun de préserver ses propres droits et ceux de sa compagnie, tout en respectant les obligations collectives qu’elle impose n’en est donc que plus légitime. Cependant, le chapitre en tant que corps s’estimant à l’abri des mutations du temps, bien des chanoines doivent conjuguer deux cultures qui paraissent parfois antinomiques… que leur chapitre aussi est amené à associer. À cet égard, les efforts de rationalisation de la gestion des archives capitulaires sont symboliques : les méthodes les plus récentes et les professionnels les plus compétents sont placés au service de la préservation des droits les plus anciens. Et, dans une Bretagne où les conditions de la pénétration des Lumières sont encore mal connues, les chanoines, entre tradition et innovation, jouent leur rôle, pas comme précurseurs mais plutôt en s’adaptant progressivement à un mouvement impulsé ailleurs.

  • 5 Choisis au sein des familles à prébendes ou des nébuleuses familiales, par exemple.
  • 6 A. Du Bois de La Villerabel, « Le chroniqueur Ruffelet », MSACN, t. II, 1866, p. 139. Le camail es (...)

7Ce sont donc les liens entre les élites provinciales et les Lumières, d’une part, les élites et les chanoines, d’autre part, qui mériteraient d’être approfondis. L’étude de la transmission et de la réception des habitudes de consommation, des modes, des idées à partir de quelques exemples précis choisis dans le monde capitulaire5 est certainement de nature à améliorer la connaissance des mécanismes de diffusion de la modernité dans les villes bretonnes et plus largement dans la province. De même, dans cette perspective, les chanoines des collégiales mériteraient, à l’échelle de petites villes, d’être étudiés. Comme les liens entre collégiales et cathédrales dans les cités épiscopales, d’aucuns ayant pu suggérer qu’à Saint-Brieuc, par exemple, « le camail du chapitre de Saint-Guillaume était l’acheminement ordinaire à celui de la cathédrale, supérieur en dignité6 ».

  • 7 J.-O. Boudon, L’épiscopat français à l’époque concordataire. 1802-1905, Cerf, 1996, p. 203.
  • 8 Presbytère de la cathédrale de Rennes, Annales de l’église de Rennes (1858-1980).

8La Révolution inaugure une nouvelle époque où le canonicat n’est plus une carrière en soi mais davantage un tremplin pour quelques-uns ou un aboutissement pour beaucoup7. Que reste-t-il alors aux chanoines dans un monde où les chapitres ont perdu leurs biens et sont dépouillés de tout leur prestige ? Vraisemblablement une certaine nostalgie des temps anciens. Aussi ne faut-il pas s’étonner de les voir s’investir dans l’histoire de leurs compagnies. Ce que feront certains au tournant du siècle : que l’on songe aux Guillotin de Corson, Durville et autre Le Mené… Peut-être ont-ils d’ailleurs lu la première page d’un curieux registre tenu par un chanoine rennais à partir de 1858, sur ordre de l’évêque Godefroy Brossays-Saint-Marc, afin de conserver « tous les documents relatifs à l’histoire de l’Église de Rennes depuis l’époque du Concordat ». Il explique qu’à l’heure où l’on cherche « avec tant de soin et de zèle les chroniques des anciennes corporations, des abbayes, des cathédrales, les archives des communautés de ville, les chartes du Moyen Âge, les légendes populaires elles-mêmes, comme des éléments de l’histoire générale », il est utile de « commencer un travail qui aura plus tard une véritable importance à mesure que le temps fera oublier les événements… » Pour conclure, c’est un véritable appel qu’il lance : ce travail « sans exiger de notre part autre chose que de l’exactitude et des soins, nous donne l’occasion d’être utile en préparant des matériaux dont une main plus habile pourra un jour disposer pour une œuvre plus complète et plus difficile8 ».

Notes

1 P. Saige, Le « bon prêtre » dans la littérature française d’Amadis de Gaule au Génie du christianisme, Droz, 1951, p. 263-273 ; un exemple précis dans N.-E. Restif de La Bretonne, La vie de mon père, Taillandier, 1929, p. 204-205.

2 Pour le premier : G.-A. Lobineau, Les vies des saints de Bretagne et des personnes d’une éminente piété qui ont vécu dans la même province, 1724, p. 370-380. Pour le second : G. Carron, Modèles du clergé ou vies édifiantes, t. II, 1787, p. 196-256. Voir notice 524 et 577.

3 J. Queniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Klincksieck, 1978, p. 518.

4 Pour reprendre en l’élargissant à d’autres thèmes la réflexion de R. Chartier consacrée au lien entre livres et Révolution. R. Chartier, Les origines culturelles de la Révolution, Seuil, rééd. 2000, p. 121-124. On retrouve cette distance – analysée au seul niveau politique – chez les députés de 1789, T. Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, Albin Michel, 1997.

5 Choisis au sein des familles à prébendes ou des nébuleuses familiales, par exemple.

6 A. Du Bois de La Villerabel, « Le chroniqueur Ruffelet », MSACN, t. II, 1866, p. 139. Le camail est une courte pèlerine portée sur la soutane.

7 J.-O. Boudon, L’épiscopat français à l’époque concordataire. 1802-1905, Cerf, 1996, p. 203.

8 Presbytère de la cathédrale de Rennes, Annales de l’église de Rennes (1858-1980).

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search