Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Troisième partie. Les cultures canoniales

Conclusion. Les chanoines bretons : citadelles du passé ?

Texte intégral

  • 1 B. Plongeron, La vie quotidienne du clergé français au xviiie siècle, Hachette, 1974, p. 113-131.

1« Citadelles du passé : les chanoines » : tel est le jugement porté par B. Plongeron sur les prébendés du royaume au xviiie siècle1. Il s’agit d’une allusion claire à l’attitude de compagnies attachées à défendre leurs prérogatives, droits, privilèges et biens ainsi qu’au caractère volontiers chicanier de nombre de prébendés. Elle signifie en somme que les institutions comme les hommes sont anachroniques dans un monde en mutation où monte la contestation des privilèges, où certains condamnent l’inutilité de clercs confinés dans la prière et le maintien d’une position acquise. C’est donc l’image de chanoines avant tout conservateurs, incapables de comprendre leur temps, aveugles aux évolutions, repliés sur eux-mêmes et sur le cadre rassurant de la salle capitulaire et du chœur qui est renvoyée.

  • 2 Ibid., p. 114.

2Or, cette image ne résiste pas à l’examen, ou doit au moins être fortement nuancée. En effet, dans ces corps d’Ancien Régime, ces collectivités au fonctionnement réglé par des principes que leurs membres doivent scrupuleusement respecter, où l’intérêt du groupe prime sur les intérêts des individus, certains chanoines n’hésitent pas à enfreindre les règles et à risquer les foudres de la compagnie afin de préserver leur position. De plus, nombre d’entre eux font preuve d’une réelle capacité à adopter les évolutions qui marquent la société tant sur le plan intellectuel que matériel. Il est donc pour le moins réducteur de leur attribuer d’emblée un esprit conservateur2. Certes, si l’on se contente d’une étude à l’échelle du chapitre crispé sur le respect de ses droits, cette image s’impose. Mais si l’on change l’angle de l’analyse, si l’on aborde le monde capitulaire non par le haut – l’institution et les sources capitulaires – mais par le bas – les hommes – l’originalité des chanoines apparaît et permet de corriger la vision tronquée que l’on a de cet univers.

  • 3 Voir notice 734.
  • 4 Et impliqué dans un certain nombre de débats et querelles de son temps. E. Badinter, Les passions (...)
  • 5 Voir notice 572.
  • 6 Voir notice 558.
  • 7 À l’image de Godefroy Gardin, voir notice 252.
  • 8 Les Bretons ne diffèrent ici en rien de leurs confrères d’Angers, Langres ou Bordeaux.
  • 9 Le fait que nous disposions de sept inventaires de chanoines membres de ce chapitre à cette date n (...)
  • 10 Voir notice 515.
  • 11 Voir notice 331.

3Bien sûr, rares sont les chanoines bretons pouvant prétendre fréquenter la République des lettres. Trublet3, membre de l’Académie française4, Moge de Pramont5, correspondant de Rousseau, Mazéas6, scientifique reconnu, sont bien seuls. En Bretagne, bien peu acquièrent l’envergure d’un Maupertuis ou, plus modestement, d’un Robien. De plus, chez chacun coexistent des aspects progressistes et des traits plus conservateurs. On peut acheter baromètres et thermomètres, mais ne pas être sensible aux « meubles des îles » et posséder une bibliothèque presque exclusivement religieuse, fermée aux sciences, à la littérature et à l’histoire moderne7. Enfin, il n’y a guère d’unanimité au sein des chapitres, tant les profils individuels peuvent être différents. Certes, pour les prébendés, l’essentiel est leur vocation et il semble exister une large unanimité à ce sujet8. Nombre de bibliothèques montrent ainsi que les chanoines sont avant tout des hommes de Dieu, sûrs de leur foi, en apparence inébranlables dans leurs certitudes comme le montre leur peu d’intérêt pour le débat philosophique. Mais, au-delà, la diversité prévaut : des chanoines manifestant une certaine curiosité à l’égard des idées de leur temps cohabitent avec d’autres qui restent repliés sur leur formation initiale. Le chapitre de Saint-Pol-de-Léon en 1770 en est l’illustration9. Si l’on prend en compte l’ouverture sur le monde – lectures, consommations alimentaires ou mobilier exotique – et l’intérêt pour la science – objets ou ouvrages –, la diversité du monde capitulaire apparaît clairement. Le Sparfel10 qui possède de nombreux volumes d’histoire des contrées étrangères, de géographie et de voyage, quelques ouvrages à teneur scientifique, un cabaret « de la Chine », plusieurs baromètres, un miroir d’optique, et consomme du café et du thé y côtoie en effet Jacob11, qui se contente de consommer du café. Entre ces deux profils, les autres chanoines associent un ou deux objets scientifiques à la consommation de boissons exotiques.

  • 12 R. Daniel, « La bibliothèque de Jacques-Louis Guino », BSAF, t. 98, 1972, p. 265-292 ; G.Minois, U (...)
  • 13 Voir notice 303.
  • 14 Voir notices 596.
  • 15 Voir notices 49 et 50.
  • 16 Voir notice 700.

4Il faut donc se garder d’une vision trop globalisante car les chapitres bretons sont hétérogènes. Incompréhensions, querelles internes, clivages ponctuels ou durables fondés sur des approches différentes de la société sont certainement fréquents. Malheureusement à l’exception des affrontements provoqués par l’affaire Guino à Tréguier12, nous ne percevons pas les débats qui naissent de ces divergences. En 1780, Guino13 confie des livres à un relieur qui est surpris par certains titres, « peu conformes à l’idée que l’on se faisait des lectures d’un ecclésiastique formé dans les rudes séminaires de l’époque ». On y relève en effet l’Ami des filles, l’Erreur des désirs, le Médecin des dames… Le scandale, énorme dans la petite ville de Tréguier, est renforcé par un conflit au sujet des mœurs dissolues du chanoine Paulin14. Le chapitre se divise alors en deux camps : les « dévots » défendent la morale, la foi, le culte austère et traditionnel ; les « éclairés » ou « libéraux » sont séduits par les philosophes. Les premiers se regroupent autour des orthodoxes frères Borie15 ; les seconds autour de Guino – lecteur de Rousseau, Voltaire et de l’Encyclopédie, mais aussi de Swift et De Foe – et Siéyès16.

  • 17 J. Queniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Klincksieck, (...)

5Dans ce monde du xviiie siècle où « l’équipage du lourd vaisseau ecclésiastique, qui continue sur sa lancée la route prise deux siècles plus tôt, n’a ni la connaissance du monde où il navigue, ni les motivations spirituelles ou théologiques qui pourraient modifier le cap17 », les chanoines bretons tentent cependant, mieux que d’autres, de garder le contact. Même s’il vaut mieux parler de cultures canoniales que d’une culture canoniale, ce qui rend risquées les considérations générales, quelques explications peuvent être avancées. Leurs origines sociales les y ont pour une part préparés. Beaucoup d’entre eux, issus d’une noblesse – elle-même hétérogène – qui adopte précocement les nouveautés, ont conservé une certaine curiosité pour les nouvelles habitudes de consommation. De plus, les revenus importants de certains facilitent les acquisitions les plus onéreuses. Enfin, leur mode de vie, où l’absence de charge pastorale laisse quelques loisirs, où la réception et la fréquentation des élites locales pour certains leur permet de connaître les dernières modes, facilite l’imitation. Si les chanoines ne sont en rien des précurseurs, les intérieurs, les consommations, les lectures de certains montrent qu’ils s’adaptent aux mutations dont ils sont témoins dans les villes épiscopales. Ils sont représentatifs d’un milieu urbain perméable aux nouveautés matérielles et au fait d’un certain nombre de débats intellectuels. Par conséquent, ouverts à des degrés divers sur le monde, les chanoines ne sont en rien des « citadelles du passé ».

Notes

1 B. Plongeron, La vie quotidienne du clergé français au xviiie siècle, Hachette, 1974, p. 113-131.

2 Ibid., p. 114.

3 Voir notice 734.

4 Et impliqué dans un certain nombre de débats et querelles de son temps. E. Badinter, Les passions intellectuelles, t. II : Exigence de dignité (1751-1762), Fayard, 2002.

5 Voir notice 572.

6 Voir notice 558.

7 À l’image de Godefroy Gardin, voir notice 252.

8 Les Bretons ne diffèrent ici en rien de leurs confrères d’Angers, Langres ou Bordeaux.

9 Le fait que nous disposions de sept inventaires de chanoines membres de ce chapitre à cette date nous a guidé dans ce choix.

10 Voir notice 515.

11 Voir notice 331.

12 R. Daniel, « La bibliothèque de Jacques-Louis Guino », BSAF, t. 98, 1972, p. 265-292 ; G.Minois, Un échec de la Réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du xvie au xviiie siècle, thèse dactylographiée, université Rennes 2, 1984, t. IV, p. 808-810.

13 Voir notice 303.

14 Voir notices 596.

15 Voir notices 49 et 50.

16 Voir notice 700.

17 J. Queniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Klincksieck, 1978, p. 224.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search