Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Troisième partie. Les cultures canoniales

Chapitre IX. Les chanoines et le monde

Texte intégral

  • 1 D. Julia, « Le prêtre », M. Vovelle (dir.), L’homme des Lumières, Seuil, 1996, p. 411.

1Il serait à présent facile de brosser un portrait caricatural des chanoines bretons du xviiie siècle sous le visage d’hommes du repli hors du monde. Par la formation d’abord. En effet, le séminaire leur a appris – comme à tout clerc – à se méfier du monde d’ici bas, « à s’abstraire des égarements du monde en modelant en eux gravité et modestie, extérieur d’un état intérieur qui est l’adhésion intime du prêtre au sacerdoce de Jésus-Christ, parfait adorateur de Dieu1 ». De même, les études universitaires ont fait de beaucoup d’entre eux des intellectuels aptes à manier les abstractions, les raisonnements théologiques les plus ardus, ne montrant que peu de goût pour les tâches bassement matérielles. De surcroît membres d’un corps intermédiaire de la société d’Ancien Régime, ils s’effacent derrière ses positions et s’investissent dans les devoirs spirituels et temporels de la prébende, confinés dans l’espace étroit de la cathédrale. Enfin, quand ils s’en échappent, réfugiés dans l’intimité de leur confortable logement, ils semblent encore se protéger de l’extérieur. À tous points de vue, les chanoines peuvent ainsi être des hommes en marge.

  • 2 Notice 700.

2Pourtant, leur profil est beaucoup plus complexe. Sans aller jusqu’à invoquer l’atypique Siéyès2, son goût de la chose publique et son attirance pour la capitale, nombre de chanoines ont incontestablement des horizons plus larges que les préoccupations de la prébende, l’univers du cloître et de la cité épiscopale. Certains, en qualité d’archidiacres ou de vicaires généraux accompagnent ou remplacent l’évêque dans ses visites à travers le diocèse. D’autres sont délégués par leur compagnie pour se rendre aux États de Bretagne ou aux assemblées diocésaines et provinciales du clergé. Beaucoup ont fait l’expérience parisienne du séminaire ou de l’université. À défaut, ils ont fréquenté la ville du collège ou de l’université la plus proche de leur résidence. Quelques-uns mènent quant à eux des carrières qui se déroulent à l’échelle du Royaume et se forgent ainsi une culture de la mobilité que ne connaissent pas beaucoup de leurs confrères.

3Percevant des revenus réguliers – et parfois élevés lorsqu’ils cumulent la prébende avec d’autres bénéfices ou des biens personnels –, dotés d’une formation intellectuelle de haut niveau, exerçant des tâches qui leur laissent du temps libre, certains chanoines se sentent à l’étroit dans la routine de la prébende. L’ultime étape de cette recherche des attitudes et des dispositions d’esprit d’hommes ordinaires qui n’ont laissé derrière eux que peu de documents personnels se propose donc d’étudier leur degré d’ouverture vers l’extérieur : ouverture sociale d’abord, ouverture géographique ensuite, ouverture intellectuelle enfin. Il s’agit ainsi de brosser les contours flous d’un univers qui s’étend au-delà de l’ombre de la cathédrale et de tenter d’identifier d’éventuels écarts culturels entre les membres d’un même chapitre. En effet, des conceptions différentes du devoir et des loisirs, des rapports différents au monde, des cultures intellectuelles différentes, d’où naissent amitiés et animosités, connivences et méfiances, ne sont pas sans incidences sur la vie et le travail quotidien d’un chapitre, même si les documents capitulaires ne les évoquent guère.

Une sociabilité de proximité

  • 3 On se reçoit par exemple entre chanoines de différentes compagnies. Ainsi, Goret de Villepépin de (...)
  • 4 Par exemple, les maisons de Tréguier. ADCA – 1Q1/33, P.-V. d’estimation des biens nationaux de pre (...)
  • 5 D. Roche, La France des Lumières, Fayard, 1997, p. 574.

4Même si certains ont recours aux services d’un traiteur, la plupart des chanoines disposent des moyens pour recevoir leurs confrères ou leurs amis. Vaisselle abondante et diversifiée, chaises et fauteuils très nombreux dans les chambres à coucher ou dans les pièces communes témoignent de l’importance de la réception dans le monde capitulaire3. Comme on veut recevoir dans les meilleures conditions, nombre de cuisines sont, à la veille de la Révolution, équipées d’un potager qui permet de faire mijoter les préparations et de réaliser des plats de plus en plus complexes et raffinés4. De plus, si les chanoines possèdent toujours de la vaisselle en argent – un luxe sécurisant –, ils sont de plus en plus sensibles à la porcelaine dont ils attendent « la confirmation de la curiosité d’esprit, l’intérêt esthétique, le goût du nouveau confort alimentaire, le raffinement5 ». Alors que l’on aborde le dernier tiers du xviiie siècle, elle est effectivement courante dans les intérieurs capitulaires, en particulier à Nantes où la proximité de Lorient et l’ouverture maritime l’ont fait entrer plus rapidement dans les mœurs.

Tableau 52. – Les objets en porcelaine dans les intérieurs (nombre d’intérieurs concernés).

Tableau 52. – Les objets en porcelaine dans les intérieurs (nombre d’intérieurs concernés).
  • 6 Ainsi, à Nantes, Barrin (notice 24), qui possède dès 1719 une jatte, une soucoupe, deux gobelets, (...)

5Associée à une fortune importante6, la possession de vaisselle en porcelaine, véritable marqueur social, montre que les chanoines adoptent les habitudes de consommation des catégories les plus distinguées de la société. Il semble donc intéressant d’examiner ce qu’ils offrent à leurs visiteurs, ou ce qu’ils partagent avec eux, afin de mieux cerner leur rapport aux modes et l’image qu’ils souhaitent donner d’eux-mêmes.

Café, thé et chocolat…

6Le xviiie siècle voit la diffusion dans la société d’un certain nombre d’aliments exotiques dont les sources utilisées ne donnent qu’une vue imparfaite. En effet, les actes de scellés ne mentionnent pas obligatoirement les réserves alimentaires et, entre la pose des scellés et l’inventaire, elles peuvent avoir été consommées. Leur absence ne signifie donc pas que le défunt n’en possédait pas, d’autant plus qu’il peut les avoir épuisées quelques jours avant son décès. Par conséquent, les objets témoins de leur consommation régulière ont autant d’importance que les restes de café, de thé, de chocolat ou de sucre, même si on ne peut oublier qu’un très beau cabaret « de la Chine » garni d’une théière, d’une cafetière, d’un sucrier peut n’être qu’un objet de décoration.

7Dès le début du siècle, les chanoines semblent être des consommateurs réguliers de café. Trente des quarante-cinq inventaires étudiés mentionnent du café ou des objets associés à sa consommation et, à la fin de la période, à une exception près, tous les chanoines l’apprécient.

Tableau 53. – La consommation de café (nombre de chanoines concernés).

Tableau 53. – La consommation de café (nombre de chanoines concernés).
  • 7 Notice 515.
  • 8 ADF – 23B333.
  • 9 Notice 311.
  • 10 ADIV – 4B4 893.
  • 11 J.-L. Flandrin et M. Montanari (dir.), Histoire de l’alimentation, Fayard, 1996, p. 638.
  • 12 D. Roche, op. cit., p. 571.
  • 13 Il est à noter que l’importance du thé à Saint-Pol est sans doute liée au fait que les chargements (...)

8Certains sont particulièrement bien équipés et peuvent offrir le café à leurs visiteurs dans de très bonnes conditions. Le Sparfel7 possède ainsi en 1770 deux moulins à café, six gobelets à café, dix cafetières, une boite à café et une réserve de trente-deux livres de café8 ; Hay9 un moulin à café, un brûloir, deux cafetières et six gobelets en 178510. Cette consommation leur permet de se distinguer des milieux populaires urbains, mais ils ne s’en contentent pas. Le thé, encore peu connu à la fin du xviie siècle11, associe deux avantages : boisson de riche, il véhicule un parfum d’anglophilie – donc d’ouverture, de modernité et de distinction12. Dix-huit des quarante- cinq chanoines de l’échantillon – décédés pour la plupart dans la seconde moitié du siècle – sont amateurs de thé13.

Tableau 54. – La consommation de thé (nombre de chanoines concernés).

Tableau 54. – La consommation de thé (nombre de chanoines concernés).
  • 14 D. Roche, op. cit., p. 571.
  • 15 A. Pardailhe-Galabrun, La naissance de l’intime. 3 000 foyers parisiens, xviie-xviiie siècles, PUF (...)
  • 16 ADF – 23B369 et notice 471.
  • 17 Notice 143.
  • 18 Notice 2.
  • 19 ADCA – 1Q487 et 1Q480.

9Ils possèdent en général une théière et associent sa consommation à celle du café : seuls trois inventaires de consommateurs de thé n’évoquent pas le café. Le chocolat est en revanche peu prisé des chanoines. Marqueur social associé aux catégories sociales les plus riches14, il se diffuse lentement dans la société15 et n’est adopté que par quelques prébendés de la fin du siècle. Ainsi, en 1766, le priseur découvre une boite et deux bâtons de chocolat dans la cuisine de Le Grand de Tromelin à Saint-Pol-de-Léon16. Plus tard, au début de la Révolution, on trouve « un pochon de papier d’étoupe renfermant dix petits bâtons de chocolat et une bouteille de chocolat » dans la cuisine de Coustin17 à Tréguier, « deux battoirs de chocolat » et du chocolat dans la chambre d’Accard18 à Saint-Brieuc19.

  • 20 D. Roche, op. cit., p. 572.
  • 21 P. Jarnoux, « La noblesse bretonne au xviiie siècle : les tiraillements de la modernité », J. Kerh (...)

10Amateurs de café, de plus en plus nombreux à apprécier le thé, découvrant timidement le chocolat, les chanoines confirment le schéma général de diffusion de ces produits20. Ces habitudes de consommation font des prébendés des représentants des élites sociales qui se convertissent progressivement aux pratiques des plus riches21. La mode des produits coloniaux, la consommation de ces produits parmi les plus raffinés, inscrivent les chanoines dans la fraction la plus dynamique, la plus curieuse, la plus ouverte de la société. C’est d’un véritable art de vivre – confirmé par un goût croissant pour le sucre et les confitures – qu’ils témoignent.

Tableau 55. – Sucre et confitures (nombre de chanoines concernés).

Tableau 55. – Sucre et confitures (nombre de chanoines concernés).
  • 22 C. Petitfrere, « Vies de chanoines à Tours de Louis XIV à Louis XVI », Foi, Fidélité, amitié en Eu (...)

11En adoptant ces produits, nombre de chanoines, en Bretagne comme en Touraine22, deviennent des représentants d’un bon goût gastronomique dont la possession d’une cave peut être un autre indice.

Vins et liqueurs…

  • 23 N. Lemaitre, « Les collections de bonnes bouteilles à la fin de l’Ancien Régime », La France d’Anc (...)
  • 24 Ibid., p. 382.

12Plus des trois quarts des chanoines étudiés laissent des réserves de vin. Cette consommation est donc courante et la quantité de barriques ou de bouteilles ne constitue pas à proprement parler un indice de raffinement. De même, la valeur des produits ne permet pas d’établir de véritables comparaisons car l’estimation concerne le contenu et le contenant, dont la capacité peut varier. En revanche, certaines pratiques retiennent l’attention. Par exemple, au xviiie siècle, aucun chanoine breton ne conserve de barrique dans son grenier : activer ainsi le vieillissement du vin pour le boire dans l’année n’est plus de mise23. De plus, à partir du milieu du siècle, sans abandonner les traditionnelles barriques, ils conservent de plus en plus leur vin en bouteilles. Cette « grande révolution » du début du siècle permet « la diffusion et l’achat en petites quantités, donc la comparaison et le goût de la variété24 ».

  • 25 ADLA – B9 976 et notice 744.
  • 26 Respectivement ADLA – B9 972 et B6 909/2 et notices 24 et 71.
  • 27 M. Lachiver, Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Fayard, 1988, p. 294-305.
  • 28 Qui est le principal client de Bordeaux après la Hollande au début du siècle. Ibid., p. 307.
  • 29 Notice 515.
  • 30 ADF – 23B333.

13Malheureusement, les priseurs n’indiquent que très rarement les types de vins conservés. Est-ce par manque de temps, d’intérêt, de compétence ? On ne peut évidemment écarter cette hypothèse mais il semble plus vraisemblable que les produits ne retiennent l’attention que s’ils le méritent. On apprend ainsi qu’en 1730 les barriques de Vertamon, inventoriées, « percées et goûtées, se sont trouvées toutes gâtées25 ». Il faut donc souvent se contenter de laconiques mentions de « vins rouges » et « vins blancs », qui semblent d’ailleurs moins recherchés même si certains chanoines possèdent les deux. Les vins de qualité sont avant tout des vins de Bordeaux – présents dans dix caves – dont on connaît rarement l’origine précise : Graves chez Barrin, Saint-Émilion chez Branlard à Nantes26. Il est à noter que la présence de vin de Graves n’est pas anodine chez un chanoine aisé comme Barrin : au cours du premier tiers du siècle, les Graves prennent en effet la tête du vignoble bordelais et se vendent à des prix élevés27. Un tel achat permet donc d’affirmer un statut social et une image de personnage distingué au travers d’habitudes de consommation. Cette présence massive des bordeaux dans les caves des chanoines bretons s’explique par ailleurs aisément si l’on se souvient de l’importance des expéditions des négociants bordelais vers la Bretagne à cette époque28. Si la présence du vin blanc « de Nantes » ne surprend pas, celle de vin du Languedoc est exceptionnelle. On en trouve en 1770 chez un chanoine de Saint-Pol-de-Léon à la cave bien pourvue : Le Sparfel29 possède en effet une barrique de vin rouge du Languedoc évaluée 100 livres, une barrique de vin rouge de Bordeaux évaluée 75 livres et vingt-trois bouteilles de vin d’Espagne évaluées 40 livres30. Ce vin espagnol, dont l’arrivée est facilitée par les liens entre les ports bretons et la péninsule Ibérique, domine d’ailleurs parmi les vins étrangers.

Tableau 56. – Les bouteilles dans les caves des chanoines.

Tableau 56. – Les bouteilles dans les caves des chanoines.
  • 31 C. Petitfrere, op. cit., p. 101 ; A. Croix, « Le clergé paroissial, médiateur du changement domest (...)
  • 32 N. Lemaitre, op. cit., p. 388 ; A. Pardailhe-Galabrun, op. cit., p. 298-299 ; P. Haudrere, « Le ca (...)
  • 33 En provenance des îles Mariannes, possessions espagnoles.
  • 34 Ou vin du Cap, produit par les colons hollandais. Il s’agit vraisemblablement d’un muscat rare et (...)
  • 35 Comme les dix-huit verres et les six carafes à liqueur de Calloët à Saint-Pol-de-Léon (notice 88) (...)

14Les chanoines bretons possèdent des caves modestes et ne cherchent pas à diversifier leurs vins. Pourtant, représentatifs d’un clergé qui affiche sa distinction par la consommation de vins de qualité31, les mieux pourvus ne peuvent rivaliser avec certains représentants de la bourgeoisie et de la noblesse. Nombre de barriques, de bouteilles, diversité des crus, valeur globale des caves : tout distingue les caves des chanoines de celles des plus fortunés de leurs contemporains32. Six partagent pourtant avec eux le goût pour les vins de liqueurs dont la présence est un critère pour établir la distinction d’une cave. Ces « liqueurs de différentes qualités » sont malheureusement rarement énumérées : vins espagnols – Malaga, Alicante, Rota33 –, vin d’Afrique du Sud34, liqueur des îles semblent appréciés. À défaut de bouteilles, des services à liqueurs témoignent parfois de l’intérêt des chanoines pour ces boissons35.

15Certainement plus désireux d’imiter les modes que d’acquérir une réelle connaissance des vins et des règles de leur dégustation, les chanoines bretons ne sont pas des collectionneurs de crus. Cependant, soucieux de bien faire, beaucoup adoptent les méthodes de conservation modernes, certains s’efforcent d’acheter des vins de qualité et quelques-uns associent vins fins et liqueurs. Or, ces liqueurs, qui apparaissent chez quelques chanoines décédés après 1765, sont les indices des mutations du goût du siècle des Lumières et de son intérêt pour les produits sucrés. La présence de liqueurs dans certains inventaires de la fin du siècle montre ainsi qu’une étroite avant-garde est en train d’adopter ces produits en voie de vulgarisation.

Jeux, musique et jardinage…

  • 36 Respectivement : ADIV – 4B4 893, inventaire du 24 janvier 1785, ADLA – B6 909/2, ADF – 23B369 ; ég (...)
  • 37 Notice 257.
  • 38 ADLA – E 1 334, copies d’élégies, d’épigrammes, de devises… envoyées de Paris à l’abbé Chotard et (...)

16Café, thé, chocolat, liqueurs… autant de breuvages qui peuvent accompagner de longues parties de jeux de société. En effet, selon toute vraisemblance, les prébendés bretons ne dédaignent pas les soirées ludiques. Vingt des quarante-cinq chanoines étudiés possèdent ainsi des jeux. La proportion peut paraître faible pour des personnes qui disposent de temps libre. Mais leur intérêt s’accroît nettement au cours du siècle : quinze de ces chanoines représentent les trois quarts de l’échantillon 1766-1775. Quels jeux privilégient-ils ? La plupart possèdent au moins une table de jeu, dont un certain nombre à quadrille, qui avec le trictrac semble le jeu le plus prisé. Les jeux intellectuels comme les échecs, les dames ou les dominos sont moins fréquents. Enfin, encore plus rares sont les jeux d’exercices physiques comme les boules, le volant, les palets, pourtant très en vogue à l’époque… mais qui ne conviennent guère à la dignité ecclésiastique. Quelques chanoines les cumulent : à Rennes, Hay possède un trictrac, un jeu d’échecs et un damier ; à Nantes, Branlard un jeu d’échecs, un damier, un jeu de quadrille ; à Saint-Pol-de-Léon, Le Grand des raquettes, un damier, un jeu de quadrille36. Ce dernier associe une certaine réflexion théorique à la pratique en consultant le Traité des jeux et des divertissements, tout comme Gauvain37 avec l’Histoire de tout jouer. La bibliothèque du Léonard Le Grand met par ailleurs en évidence le goût de certains pour un autre type de jeux, ceux des paroles, des bons mots, des calembours. Il possède en effet Sorberiana ou bons mots de M. de Sorbière, L’art de ne point s’ennuyer de Deslandes, les Saillies d’esprit, La vie et les bons mots de M. de Santeuil… certainement très utiles pour briller en société. Dans le même esprit, Chotard possède un petit carnet manuscrit intitulé Récréations mathématiques dans lequel il a noté plusieurs jeux comme par exemple : pour deviner le nombre que quelqu’un aurait pensé, pour rompre un bâton dessus deux verres d’eau sans les rompre ni verser l’eau38… Les chanoines font donc preuve d’un réel goût pour le jeu, une activité gratuite indice de distinction et de raffinement. Elle est d’ailleurs probablement plus largement partagée qu’il n’y paraît, ceux qui sont dépourvus de jeux pouvant y jouer chez leurs confrères.

  • 39 ADF – 23B318 et notice 627.
  • 40 Respectivement ADCA – 1Q513 et 1Q487 ; notices 624 et 143.
  • 41 Il s’agit de Le Sparfel à Saint-Pol (notice 515) et de Roy à Nantes (notice 683). Respectivement : (...)
  • 42 Notice 48.
  • 43 Violoniste italien mort en 1770, il a écrit plusieurs ouvrages théoriques sur le violon et sur l’a (...)
  • 44 AdV – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin de La Villebouquais : papiers person (...)

17Autre loisir raffiné, la musique fait partie de l’univers de quelques chanoines. Parmi ces clercs, dont beaucoup sont initiés aux rudiments de la musique religieuse, rares sont cependant les propriétaires d’instruments de musique : à Saint-Pol-de-Léon, Prigent conserve en 1772 « quatre basses de violes dont deux avec leurs étuis39 ». À la veille de la Révolution, à Saint-Brieuc, Poulain de Mauny possède un cor de chasse et à Tréguier Coustin de Masnadau « un vieux serpent avec deux tuyaux de cuivre rouge40 ». À défaut d’instrument, deux autres se contentent d’un Recueil de chansons41. De cette maigre moisson, il ne faut cependant pas conclure au dédain des chanoines pour la musique. L’inventaire après décès est une source imparfaite qui n’aborde en effet qu’un aspect du sujet. C’est dans sa correspondance que l’on comprend que Bonin de La Villebouquais42, chanoine de Vannes de 1771 à la Révolution, est un véritable amateur. On y apprend que pendant ses études à la Sorbonne il joue déjà avec quelques condisciples et appartient à un concert. Joueur de clarinette, de clavecin et d’orgue, mais aussi théoricien, il cherche à se situer dans les débats musicaux du siècle en lisant les Éléments de musique suivant les principes de M. Rameau de d’Alembert, des mémoires sur les proportions musicales, sur le clavecin chromatique, le Mémoire sur la musique des Chinois du père Amiot, missionnaire à Pékin, et l’un des ouvrages de Giuseppe Tartini43, qui lui permettent de suivre les progrès de la réflexion sur l’acoustique musicale et l’art d’accorder les instruments. Plusieurs lettres évoquent de surcroît ses qualités de pédagogue. En 1777, un correspondant laisse entendre que Bonin lui a dispensé des conseils en matière de chant, de pratique instrumentale et de lectures spécialisées. En 1790, le neveu de son confrère Livoys lui écrit que faute de pratique il n’a plus « ni aplomb, ni lecture, ni doigté, ni embouchure » mais est convaincu que « vous voudrez bien me répéter les premiers principes que vous m’avez enseignés ». C’est ainsi un personnage aux compétences reconnues auquel on n’hésite pas à vanter les mérites d’une « flûte harmonieuse qui joue deux parties à la fois » et dont on loue les « connaissances profondes dans la théorie de la musique » qui lui permettent de comprendre un vieil ouvrage spécialement extrait « de la poussière des archives » du chapitre de Bordeaux44.

  • 45 ADCA – 1Q1/33, P.-V. d’estimation des biens nationaux de première origine – Tréguier (1791).
  • 46 ADCA – 1Q498, dossier Kerguénech de Kéricuff et notice 348.
  • 47 ADLA – B9 976 et notice 699.
  • 48 ADLA – B6 891/1 et notice 238.
  • 49 ADIV – 1Q1 111 et notice 668.
  • 50 Notice 136.
  • 51 ADIV – 2B643.
  • 52 ADIV – 2B588 et ADLA – B6 869 ; notices 14 et 341.
  • 53 ADLA – B9 972 et notice 24.
  • 54 Notice 1.
  • 55 Notice 471.
  • 56 Notice 354.
  • 57 Notice 450.
  • 58 Notice 257.

18Activité en apparence plus grossière, le jardinage semble intéresser plusieurs chanoines. Par exemple, à la veille de la Révolution, à Tréguier, presque tous les jardins sont entretenus et plantés de fruitiers en espaliers ou en buissons ainsi que de vignes45, Kerguénech y récoltant même « différents légumes, oignons, choux, petits pois46 ». Il en est de même chez ceux qui vivent dans une grande ville et y possèdent un petit jardin. À Nantes, Sesmaisons abrite ainsi dix caisses d’orangers, six potées d’éternelles et deux lauriers d’Espagne sous une tonnelle47 ; Fresneau des oignons, des asperges et des terrines de verre « propres pour les melons » dans un abri48. À Rennes, leur confrère Rommilley entretient « dix-neuf pieds d’orangers et citrons dans leurs caisses49 ». On peut certes objecter que domestiques ou jardiniers sont là pour s’en occuper et sont les véritables utilisateurs des outils de jardinage inventoriés chez nombre de défunts. L’accord conclu entre le chanoine de Rennes Cornulier50 et la personne chargée « de la culture et de l’amélioration de son jardin » ainsi que de la vente des fruits et légumes51 milite d’ailleurs en ce sens. Cependant, à l’inverse, la présence de caisses d’orangers sur une fenêtre – chez Aulnette à Rennes – ou dans une chambre – chez Jouault à Nantes – témoigne plutôt d’un loisir individuel52. De même, la découverte à Nantes de l’Instruction pour les jardins fruitiers de La Quintinie, de la Maison rustique et du Théâtre des plans et jardinages dans la bibliothèque de Barrin, ainsi que de quinze caisses d’orangers dans son jardin suggèrent une pratique raisonnée du jardinage53. Au pire, à défaut d’avoir la main verte, il s’est donné les moyens de surveiller les travaux de près et entend qu’ils soient menés selon certaines règles qui se vulgarisent doucement. Comme lui, cinq autres chanoines ont une connaissance au moins livresque du jardinage. Abrahamet54 possède Le jardin potager et les Instructions pour les fleurs, Le Grand de Tromelin55 un Traité de la culture des pêchers, l’École du potager, Les agréments de la campagne et les Observations sur le jardinage. Ils y ajoutent Le jardinier français, que possède aussi Kermenguy56. Le Febvre57 possède l’Instruction pour les jardins et Gauvain58 l’École du jardin potager.

  • 59 C. Petitfrere, op. cit., p. 100-101 ; P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xv (...)

19Ces pratiques qui rapprochent les chanoines des catégories les plus distinguées de la société sont minoritaires au sein de notre échantillon : vingt pour le jeu, quatre pour la musique et quinze pour le jardinage. Quelques chanoines pratiquant plusieurs activités, elles concernent au total vingt-sept personnes sur quarante-cinq. C’est un nouveau témoignage des écarts culturels qui existent entre prébendés en Bretagne ainsi que dans chaque compagnie. Rien d’original ici. Ces constats valent semble-t-il également pour nombre de leurs confrères de Tours ou de Guyenne59.

Des horizons plus ou moins lointains

20Au-delà du cercle étroit des loisirs distingués pratiqués avec des confrères ou des proches, les chanoines ont-ils une expérience du monde dans lequel ils vivent ? Sont-ils capables de deviser sur ce monde proche ou plus lointain ? Quelle connaissance, acquise par l’expérience ou par la réflexion, en ont-ils ?

Le monde dans l’esprit

21Pour ces grands lecteurs que sont les chanoines, le livre est le moyen le plus simple pour prendre la mesure du monde. En dépit de l’étroitesse de l’échantillon, l’examen des bibliothèques permet donc d’évaluer leur degré d’ouverture, à condition de bousculer les catégories officielles des catalogues anciens. En effet, la littérature de l’ouverture au monde concerne l’histoire, la géographie, les voyages – quelques rubriques de la catégorie histoire – comme les dictionnaires ou les grammaires de langues étrangères, les auteurs étrangers traduits ou non – qui relèvent de la catégorie belles-lettres – sans oublier tel ou tel ouvrage de sciences et arts traitant de l’étranger ou rédigé en langues étrangères. Au xviiie siècle, dix-sept des vingt-cinq bibliothèques décrites abritent des ouvrages relatifs à ces thèmes.

Tableau 57. – La littérature de l’ouverture (nombre de chanoines concernés).

Tableau 57. – La littérature de l’ouverture (nombre de chanoines concernés).

: géographie et voyage ; : histoire des pays étrangers ; : dictionnaires et grammaires étrangères, ouvrages étrangers. Il suffit de posséder un seul ouvrage relevant de l’une des catégories pour figurer dans le tableau.

22Précisons cependant que seuls deux chanoines possèdent tous les types d’ouvrages et cinq à la fois des livres de géographie, d’histoire, de grammaire et/ou de littérature étrangère. Cette ouverture intellectuelle est donc en réalité le fait d’une minorité, d’autant plus que ces thèmes n’occupent presque jamais une place importante dans les bibliothèques.

  • 60 Notice 450.
  • 61 Notice 257.
  • 62 Notice 720.
  • 63 Notices 419 et 515.
  • 64 Notice 51.
  • 65 Notice 24.
  • 66 Notices 24 et 257.
  • 67 Notice 515.
  • 68 Notice 51.
  • 69 Notice 263.

23Les chanoines manifestent peu d’intérêt pour les langues étrangères. Les quatre propriétaires de dictionnaires utilisent des dictionnaires français-italien qu’ils complètent parfois par un ouvrage de langue : Grammaire italienne pour Le Febvre60, Méthode pour la langue italienne pour Gauvain61. Thépaut62 se contente, quant à lui, du Maître italien de Veneroni. Plus largement, la culture italienne semble favorisée. Le Théâtre italien de Gherardi chez Launay et Le Sparfel63, des ouvrages d’architecture comme les Studia d’architectura civile de Dominico de Rossi chez Bossard64, des ouvrages d’art comme le Tratato della pintura de Léonard de Vinci, des ouvrages d’histoire comme la Storia de Italia de Livio Padovano chez Barrin65 figurent parmi la dizaine de titres de l’échantillon. Barrin et Gauvain66 s’intéressent de surcroît à l’Espagne : le premier au moyen du Trésor des deux langues espagnole et française et de La vie des grands hommes de Plutarque traduit en espagnol ; le second au travers de l’œuvre de Cervantès en huit volumes et quatre volumes du Théâtre espagnol. Ce dernier et quatre autres chanoines s’intéressent par ailleurs à l’Angleterre et trois des cinq titres relevés sont écrits en anglais : une Bible chez Le Sparfel67, le Mémoire des commissaires français sur l’Amérique chez Bossard68 et La navigation en pratique chez Geslin69. Le faible intérêt des chanoines pour les langues est donc un indice de leur repli, d’autant plus que l’italien, que l’on rencontre chez huit des onze prébendés concernés, peut n’être à l’origine qu’une langue utilitaire dans le cadre d’un séjour plus ou moins long à Rome, et que certains des titres relevés, héritages de l’humanisme, plaident en faveur d’un certain archaïsme. Hésitants face aux langues – qui leur sont, il est vrai, peu utiles – et aux littératures étrangères, sont-ils plus sensibles aux descriptions des régions lointaines ?

Tableau 58. – L’ouverture sur le monde dans les bibliothèques.

Tableau 58. – L’ouverture sur le monde dans les bibliothèques.
  • 70 J. Queniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Klincksieck, (...)
  • 71 Notice 51.
  • 72 J. Queniart, op. cit., p. 328.
  • 73 Notice 450.
  • 74 Notice 471.
  • 75 Italie, Espagne, Afrique du Nord, Constantinople.
  • 76 Notice 24.
  • 77 Notice 515.

24Une nouvelle fois, les chanoines restent traditionnels. L’élargissement de la vision du monde grâce à la lecture de récits de voyage, « réalisé en fait dès la première moitié du siècle70 » se concrétise en effet très mal chez eux. Seuls sept d’entre eux prêtent attention à ce type de littérature pourtant en plein essor au cours du siècle des Lumières. Mais l’éclectisme prévaut et rares sont les ouvrages cités à plusieurs reprises ; parmi la quarantaine de titres relevés, seuls le Nouveau Voyage aux îles de l’Amérique du dominicain Labat, le Voyage du Maroque et le Voyage d’Espagne apparaissent deux fois. Les collections sont au demeurant peu étoffées : la plus importante comprend trois titres pour vingt-quatre volumes et la plus diversifiée dix titres pour une quinzaine de volumes. Ouvrages anciens et récents semblent s’y côtoyer mais certains chanoines achètent les livres peu de temps après leur parution. Ainsi, Bossard71 – qui meurt en 1778 – possède neuf titres dont huit sont parus entre 1770 et 1776. Il est d’ailleurs l’un des rares ecclésiastiques de l’Ouest72 à posséder l’Histoire philosophique et politique des deux Indes de l’abbé Raynal, ce qui montre que certains sont particulièrement au fait des débats de l’époque. Au-delà d’ouvrages généraux comme l’Histoire générale des voyages que l’on trouve chez Le Febvre73 et l’Utilité des voyages de Baudelot de Dairval chez Le Grand de Tromelin74, les sept prébendés considérés s’intéressent à trois grandes régions. Avec douze titres chez cinq chanoines, la zone méditerranéenne arrive en tête75. L’Orient, de l’Inde au Japon en passant par le Siam et la Chine, concerne six titres, dont cinq chez Barrin : Ambassade de la Compagnie hollandaise des Indes d’Orient vers l’empereur du Japon, Ambassade de la Chine, les Mémoires de la Chine, les Voyages de La Boullaye (aux Indes), les Observations curieuses sur le voyage du Levant. L’Amérique, enfin, est présente chez quatre chanoines grâce aux livres de Labat, à la Relation de la Nouvelle-France par le sieur évêque de Québec et au Voyage de l’Amérique septentrionale de Chabert. Peu séduits par les récits de voyages, les chanoines bretons semblent se fier à des ouvrages généraux. En effet, douze possèdent des ouvrages géographiques généraux, dont huit appartiennent au dernier sondage. Ils se contentent cependant d’un ou deux titres. Barrin76, avec une dizaine de titres en une douzaine de volumes, et Le Sparfel77, six titres en une douzaine de volumes, font figure d’exceptions. Le Dictionnaire géographique portatif de Vosgien (recensé quatre fois), la Méthode pour apprendre facilement la géographie de Robbe (recensé deux fois) et la Géographie universelle de La Croix (recensé deux fois) sont les ouvrages les plus connus. Outre des atlas, des recueils de cartes, des « géographies » et des Méthodes géographiques de différents auteurs figurent parmi les trente-trois ouvrages de géographie relevés.

  • 78 Un onzième ne possède qu’un ouvrage général sur l’Europe.
  • 79 Qui concerne vingt-cinq des cinquante-cinq titres relevés.
  • 80 Un quart des titres.
  • 81 Notice 24.
  • 82 Sur un total de vingt titres d’histoire étrangère.
  • 83 Notice 450.
  • 84 Sur un total de quatorze titres d’histoire étrangère.
  • 85 Notice 24.
  • 86 Notice 515.
  • 87 Notices 450 et 257.
  • 88 Notice 51.

25Le domaine historique permet-il de mieux apprécier l’ouverture des prébendés sur le monde ? Dix d’entre eux78 possèdent des livres d’histoire des pays étrangers. Ils appartiennent à trois exceptions près au dernier sondage. Les titres relevés – qui excluent les ouvrages généraux – accordent une large place au monde méditerranéen79. Les nombreux titres relatifs à l’Italie, Malte, l’Orient…, relevés chez huit chanoines, révèlent certainement des habitudes de lecture traditionnelles influencées par l’humanisme et la vieille idée de croisade. Cependant, aucune bibliothèque n’ignore les préoccupations plus contemporaines. L’intérêt pour l’histoire des États du Nord de l’Europe, notamment pour l’Angleterre80, y est en effet manifeste. Par exemple, en 1719, Barrin81 possède l’Histoire des Turcs de Vignière, une Histoire d’Italie, mais aussi l’Histoire de la République de Hollande de Le Noble, les Mémoires de la Cour d’Angleterre, l’Histoire d’Henry VII, roi d’Angleterre et une Histoire d’Irlande82. En 1770, chez Le Febvre83, l’Histoire des Révolutions de Gênes et l’Histoire des rois de Sicile et de Naples côtoient une Histoire des Flandres, une Histoire de l’Allemagne, l’Histoire des Révolutions d’Angleterre du père d’Orléans et une Vie de Cromwell84. Plus rare, l’intérêt pour l’exotisme n’apparaît que chez cinq chanoines, dont quatre de la fin du siècle. Barrin85 possède l’Histoire de la conquête du Mexique d’Antonio de Saulni, Le Sparfel86 l’Histoire de la Floride de Richelet, Le Febvre et Gauvain87 une Histoire du Japon, Bossard88 un Précis des faits concernant l’Amérique et l’Histoire des guerres de l’Inde depuis 1745.

  • 89 Notice 24.
  • 90 Voir tableau 57, p. 263.
  • 91 Progression aux dépens des régions méditerranéennes que l’on retrouve chez les nobles. J. Queniart(...)
  • 92 J. Queniart, Culture et société urbaines…, p. 221-224.
  • 93 Il est difficile de dire si l’écart géographique constaté quand on ne s’intéresse qu’aux ouvrages (...)

26En définitive assez limitée, cette curiosité semble, de plus, récente puisque, à l’exception de Barrin89 à Nantes, les ensembles les plus étoffés comme les plus diversifiés sont plus fréquents en fin de période90. Avec la prudence qu’impose l’échantillon de travail, ce constat autorise à penser qu’au-delà de l’augmentation du nombre de lecteurs concernés – seulement probant pour les livres d’histoire – l’intérêt pour l’étranger est plus visible au travers de cette dimension qualitative, comme incite à le penser la progression des préoccupations pour le Nord de l’Europe91 – notamment l’Angleterre – ou l’outre-mer. Cette ouverture au monde, beaucoup moins vraie pour le clergé que pour d’autres catégories sociales92, se dessine donc, quoique tardivement, au niveau de l’élite cléricale. Cependant, ces quelques chanoines d’avant-garde demeurent minoritaires93 et doivent cohabiter avec des confrères aux préoccupations beaucoup plus prosaïques, rivés sur l’horizon indépassable de la cité épiscopale.

Le monde à domicile

27La recherche des traces de l’« ailleurs » dans les intérieurs de chanoines permet de compléter l’examen des bibliothèques. La possession de quelques objets constitue en effet un indice concret du plus ou moins grand degré d’ouverture des prébendés bretons. On perçoit à travers elle l’articulation des cultures matérielle et intellectuelle à une époque où s’affirme la curiosité pour un monde que l’on déchiffre progressivement et qui, par essor commercial interposé, est parfois à portée de main. Cependant, une fois encore, les conclusions proposées doivent être considérées avec précaution du fait de l’étroitesse de l’échantillon étudié.

  • 94 ADIV – 2B593 et notice 714.
  • 95 ADIV – 4B4 817 et notice 51.
  • 96 ADLA – B9 986 et notice 683.

28Cartes et objets exotiques ne sont pas absents des logis de chanoines. Dix d’entre eux ornent ainsi leurs murs de cartes, dont très peu sont identifiées. Trois cartes de Paris, une carte de Bretagne, une mappemonde retiennent l’attention des priseurs, qui relèvent par ailleurs vingt-huit cartes, dont huit « géographiques ». On ne peut cependant pas exclure que quelques plans soient pour certains plus un souvenir qu’un objet de réflexion : la carte de Paris de Talhouët94 à Rennes peut être une lointaine trace de ses études parisiennes. Un autre chanoine rennais occupe une place à part : Bossard95 conserve en effet dans sa bibliothèque « une collection d’environ six cents à six cent cinquante cartes géographiques et de marine, plans, vues, de différents auteurs… » et dix-sept cartes et gravures. Moins abstraites, des gravures sous verre « représentant la vue de la ville et du port » de Bordeaux et de Bayonne décorent la bibliothèque de Roy à Nantes96. Témoignant d’horizons plus lointains, mais aussi plus frivoles dans ces intérieurs d’intellectuels, quelques images « de la Chine » – deux estampes, un tableau et un cadre – complètent cette décoration chez trois chanoines. Des meubles et de la vaisselle « de la Chine » ainsi que des meubles « en bois des îles » agrémentent quelques intérieurs.

  • 97 Par exemple, au milieu du siècle, près de 38 % des représentants de ces élites possèdent du mobili (...)
  • 98 Notice 471.
  • 99 ADF – 23B369.
  • 100 ADLA – B6 908/1 et notice 60.
  • 101 ADIV – 2B661 et notice 285.
  • 102 ADIV – 4B4 817 et notice 51.
  • 103 À Rennes, Bossard se distingue par la possession d’un globe (ADIV – 4B4817 et notice 51). Il est i (...)

29Comparés aux autres élites urbaines bretonnes, les chanoines semblent donc souffrir d’un incontestable déficit d’ouverture sur le monde97, renforcé par le fait que les mêmes personnes possèdent parfois cartes, images et meubles exotiques. Ainsi, chez Le Grand de Tromelin98, à Saint-Pol-de-Léon, on trouve une table et un cadre en « bois des îles », des soucoupes et des gobelets « de la Chine »… ainsi que du thé de Chine99. Bourreau100, à Nantes, laisse une commode et un bureau « en bois des îles », des assiettes en porcelaine du Japon et deux estampes chinoises ; Gouyon101, à Rennes, un cabaret « de la Chine » avec sa vaisselle et une carte ; Bossard102 un cabaret « bois de la Chine » et de très nombreuses cartes. Cependant, si l’on trouve des cartes tout au long du siècle103, c’est dans sa seconde moitié que l’attrait pour l’exotisme se manifeste.

  • 104 Dans le sondage (élargi) 1726-1735, un chanoine sur douze est concerné ; entre 1746 et 1755, trois (...)

Graphique 15. – La pénétration de l’exotisme dans les intérieurs104.

Graphique 15. – La pénétration de l’exotisme dans les intérieurs104.
  • 105 Notice 24.
  • 106 ADLA – B9 972.
  • 107 Le Grand (notice 471), 12 190 livres ; Le Sparfel (notice 515), 7 732 livres. Valeur moyenne des i (...)

30En dépit de contacts – par leurs origines sociales – avec les autres élites, les chanoines succombent tardivement, mais de manière significative, à cette mode. On mesure bien ainsi l’originalité du Nantais Barrin105 qui, dès 1719, possède trois cabarets « façon de la Chine », un tableau sur bois « de la Chine » et une table « en forme d’écritoire de bois des îles106 ». Il est vrai qu’il vit à Nantes, grand port ouvert sur le commerce avec l’outre-mer, dont l’avance se vérifie en fin de siècle : quatre des cinq chanoines du sondage 1766-1775 possèdent en effet des objets des îles ou de Chine. Il figure de plus parmi les chanoines les plus riches de son temps avec une fortune mobilière estimée à 9 818 livres à sa mort. Cette richesse est d’ailleurs un facteur important, dont le rôle est manifeste à Saint-Pol-de-Léon pour expliquer la plus ou moins grande perméabilité à la mode. En effet, deux des trois chanoines possédant des objets exotiques – sur les neuf du sondage 1766-1775 – disposent de fortunes mobilières élevées107. Réelle à Nantes, moindre à Rennes et Saint-Pol, la pénétration de l’exotisme dans les intérieurs de chanoines semble autant liée à la géographie qu’à la fortune.

  • 108 ADIV – 1Q1 112 et notice 684.
  • 109 Notice 225.
  • 110 Notice 685.
  • 111 ADIV – 1Q1 095.
  • 112 Il possède en outre « sept figures chinoises en terre et porcelaine » et quatre tableaux « chinois (...)
  • 113 G. Aubert, op. cit., p. 197-198. Jean-Hyacinthe Colin de La Biochaye (notice 132), ancien chanoine (...)

31Quant aux objets liés à l’histoire naturelle, ils sont très rares. À quelques exceptions près, il faut attendre la fin du siècle pour trouver des ensembles d’envergure. Si Rozy, à Saint-Malo, ne possède qu’un œuf d’autruche108, Fayolle109 à Rennes et Ruffelet110 à Saint-Brieuc semblent faire preuve d’une curiosité supérieure. Le Rennais expose dans sa bibliothèque « un grand nombre de coquillages de toutes espèces » en plus de son œuf d’autruche111 ; le Briochin, « une collection de minéraux et coquillages112 ». Rien de comparable avec les 8 000 objets du président de Robien… qui semble lui-même bien isolé au sein des élites bretonnes du milieu du siècle113.

  • 114 Notice 700.

32Dans tous les chapitres, il se trouve donc des chanoines sensibles aux préoccupations de leur temps. Ils se singularisent par leur sensibilité pour les horizons plus ou moins lointains – si l’on considère avec Siéyès114 que la Bretagne est le bout du monde. Ils doivent cependant fréquenter bien des confrères qui ne partagent pas leurs goûts. Malheureusement, les sources ne permettent pas de brosser des portraits de groupes. Tout au plus peut-on observer une tendance à l’augmentation du nombre des prébendés ouverts sur le monde dans les trois compagnies étudiées.

Le monde réel

  • 115 G. Aubert, op. cit., p. 127.
  • 116 Nombreux exemples dans AdR – D3, registre de délibérations capitulaires, 1784-1790.
  • 117 Tel chanoine obtient par exemple une autorisation « pour faire un voyage dans son pays de Normandi (...)
  • 118 Le Dolois La Fosse (notice 377) meurt ainsi en août 1747 à Bourbon-l’Archambault où « il était dep (...)
  • 119 ADM – 47G5, délibération du septembre 1718 et notice 401.
  • 120 ADIV – G203, délibération du 16 septembre 1720 et notice 320 ; ADIV – G265, délibération du 20 oct (...)

33Les mois de juillet et août sont statutairement la période des vacances capitulaires. À l’image des parlementaires115, les chanoines se montrent alors moins assidus et partent quelque temps « à la campagne116 », c’est-à-dire, semble-t-il, se ressourcer en famille117 ou se refaire une santé dans une station thermale118. Pour ces hommes souvent nés non loin de la cité épiscopale, ces voyages sont souvent assez courts. Hors de cette époque privilégiée, on ne peut exclure, en dépit de sources peu loquaces sur ce sujet, les déplacements liés à la fonction, à des affaires personnelles ou à des motifs médicaux. En 1718, Jean de La Roche gagne ainsi Paris car le chapitre de Vannes y a « des affaires de conséquence qui demandent la présence de quelqu’un qui les suive avec vivacité119 ». Huart quitte Rennes « pour affaire de famille » en septembre 1720 ; le doyen de Saint-Malo Goret de Villepépin gagne quant à lui Paris en octobre 1756 « par l’avis des médecins120 ».

  • 121 Notice 71.
  • 122 ADLA – B6 909/2.
  • 123 Notice 108.
  • 124 ADLA – B6 885/1.
  • 125 Notice 471.
  • 126 ADF – 23B369, inventaire du 12 décembre 1766.
  • 127 ADLA – B6 885/1 et notice 108, ADIV – 2B523 et notice 282.
  • 128 ADLA – B9 976 et notice 744, ADF – 23B333 et notice 515, ADF – 23B369 et notice 471, ADLA – B6 885 (...)
  • 129 Celles de Gouyon (notice 282), Vertamon (notice 744) et Le Grand de Tromelin (notice 471).
  • 130 ADF – 23B369 et notice 471.

34Quelques rares prébendés possèdent une seconde résidence en plus de leur maison prébendale ou de leur habitation urbaine, dans laquelle il leur est facile de se rendre en dehors de la période officielle des vacances. Sept chanoines de Nantes, Rennes et Saint-Pol-de-Léon disposent ainsi de maisons dans des paroisses proches de la cité : Treillères ou Vigneux à Nantes, Noyal-sur-Vilaine à Rennes… L’un d’eux dispose d’une chambre chez un ami à Saint-Jean-de-Boiseau près de Nantes. À défaut d’une analyse quantitative, plusieurs indices qualitatifs montrent qu’il s’agit de véritables – quoiqu’occasionnelles – résidences des abbés. Ils y possèdent en effet leur chambre – « la chambre de l’abbé » –, y entretiennent des domestiques et tentent d’en améliorer le confort. Branlard121 y possède une pendule, trois tableaux, deux cartes de géographie et un miroir de toilette122. Charrette123 en agrémente l’intérieur de deux portraits de famille et d’un tableau de la Vierge, et dispose du nécessaire pour faire sa toilette124. Le Grand de Tromelin125 l’orne de vingt et une estampes, onze tableaux, vingt-trois cadres, sans oublier treize images et se montre aussi soucieux d’hygiène dans son manoir que dans sa maison prébendale126. De surcroît, on n’y pratique pas d’activités proprement rurales. Seuls deux chanoines entretiennent par exemple des animaux : le Nantais Charrette quatre chevaux, quatre vaches et trois cochons ; le Rennais Gouyon quatre chevaux, trois vaches, un veau, une génisse, deux cochons127. Ces maisons ne sont d’ailleurs pas des lieux de travail. En effet, personne n’y conserve de livres et on y trouve rarement des papiers. En revanche, ce sont vraisemblablement des lieux où l’on peut recevoir. Mobilier et vaisselle sont en effet abondants. Des jeux attendent parfois les visiteurs : palets chez Vertamon, boules chez Le Sparfel, damier et quadrille chez Le Grand de Tromelin, une table de jeux chez Charrette128. Plusieurs caves abritent cidres, vins et liqueurs129. Enfin, certains chanoines comme Le Grand de Tromelin, qui y consomme thé et sucre130, transposent dans leur résidence rurale d’autres habitudes de la ville. Cette double résidence, fréquente au sein des élites bretonnes, semble en définitive peu prisée des chanoines.

Tableau 59. – La double résidence au sein des élites bretonnes au xviiie siècle.

Tableau 59. – La double résidence au sein des élites bretonnes au xviiie siècle.

35Hommes de la ville par leurs activités spirituelles et administratives, ils disposent en fait officiellement de peu de temps pour lui échapper et l’on peut voir dans cette sous-représentation un indice du sérieux avec lequel les prébendés du xviiie siècle remplissent les devoirs de leur charge, l’obligation de résidence en l’occurrence.

  • 131 ADIV – 2B593, inventaire du 19 novembre 1753 et notice 714 ; ADIV – 4B4 817 et notice 51.
  • 132 ADLA – B9 972 et notice 24. Il possède un carrosse à l’intérieur de velours rouge, « un cheval en (...)
  • 133 ADIV – 2B523 et notice 282. Il possède un carrosse muni de trois glaces de Venise, de coussins et (...)
  • 134 Notice 527.
  • 135 ADIV – 1Q1 111 et notice 668.

36Les déplacements évoqués sont en général de faible envergure. S’il est difficile de connaître les destinations des chanoines et la fréquence de leurs déplacements, il semble que l’hypothèse qui fait de certains des voyageurs occasionnels soit néanmoins fondée. En effet, près des deux tiers des inventaires après décès étudiés recèlent des objets liés au voyage (malles, valises, selles, carrosses). Leur absence ne signifie cependant pas que les chanoines concernés ne voyagent pas ; de même, leur présence ne permet pas obligatoirement de conclure à une pratique encore régulière de la part de ces personnages âgés. Nombreux sont ceux – 28 sur 45 – qui possèdent des malles ou des valises et quelques-uns disposent d’objets spécialisés : à Rennes, Talhouët utilise un « miroir de voyage » et Bossard une « lampe de voyageur131 ». Comment se déplacent-ils ? Très peu entretiennent un carrosse et des chevaux – les écuries des maisons prébendales restant souvent vides –, ce qui semble indiquer que cette pratique aristocratique est au-dessus de leurs moyens et qu’ils ne sont pas de grands voyageurs. À l’exception de Barrin à Nantes132 et Gouyon à Rennes133, ils doivent donc dans leur grande majorité, à l’image de Livoys à Vannes134, privilégier la diligence. On ne peut toutefois exclure que, plus jeunes, les chanoines se soient déplacés à cheval. En effet, six conservent des selles « avec leurs fontes » en plus ou moins bon état et un possède des éperons ; au début de la Révolution, Rommilley entretient un cheval estimé à 700 livres135.

  • 136 Notice 527.
  • 137 Que l’on se souvienne de ceux qui ont par exemple séjourné à Rome.
  • 138 Notice 48.
  • 139 AdV – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin, lettres d’amis. Il s’agit de cinq l (...)
  • 140 Notices 28 et 55.
  • 141 Vraisemblablement destinée à la région marseillaise où est établie l’inspection du commerce du Lev (...)

37Les voyages longs et lointains sont certainement rares, hormis pour les affaires du chapitre à Paris par exemple. Le véritable tour de France qu’entreprend le Vannetais Livoys136 en 1785 est unique. S’il est vrai que plusieurs chanoines ont connu l’étranger avant d’entrer dans un chapitre137, Livoys semble en revanche être le seul à se rendre en Italie une fois pourvu d’une prébende. La correspondance qu’il entretient avec son confrère de Vannes Bonin de La Villebouquais138 permet de reconstituer le long périple qui le conduit jusqu’à Rome afin de régler un litige avec le chapitre au sujet de ses droits de scolastique139. Ce voyage de huit mois permet de découvrir le réseau dont il faut disposer pour traverser le royaume. Il part muni de lettres de recommandation d’ecclésiastiques vannetais, dont ses confrères Bassinet et Botherel140, qui ont des relations à Rome. Il emporte notamment une lettre du général des lazaristes pour le procureur général de la Congrégation à Rome – qui l’accueillera – et une circulaire qui doit lui ouvrir toutes les maisons de la Congrégation. Un passeport et une lettre adressée à tous les « inspecteurs du commerce141 » complètent ces pièces. À Versailles, il loge chez l’un de ses cousins ; à Avignon, chez le frère de Bassinet. Il semble également que les clans de Bretons établis dans certaines villes lui soient d’un grand secours : à Bordeaux, c’est par leur intermédiaire qu’il est introduit dans la société locale. Il est ainsi régulièrement invité à manger par quelques chanoines qui lui font oublier la solitude de la « chambre garnie » qu’il a louée. Peut-être fréquente-t-il à l’occasion Petet, l’ancien condisciple de Sorbonne de Bonin qui occupe une prébende bordelaise et correspond toujours avec ce dernier ?

  • 142 Construit entre 1666 et 1681 sur ordre de Louis XIV, le canal des Deux Mers relie la mer Méditerra (...)
  • 143 Il s’agit de la liqueur de marasques, des petites cerises acides des régions méditerranéennes.
  • 144 Notice 48.
  • 145 Notice 726.
  • 146 Notice 55.

38À l’exception du mauvais temps qui l’oblige à faire étape trois jours à Toulon alors qu’il venait d’embarquer à Marseille pour Livourne, le voyage – en voiture ou en bateau, pour descendre le Rhône à l’aller ou rejoindre la Garonne au retour – semble se dérouler sans incident. Il peut ainsi laisser libre cours à sa curiosité. En effet, Livoys, tel qu’il apparaît au travers de ses lettres, est un esprit ouvert qui profite de son voyage pour se cultiver. Il se déclare par exemple « trop étourdi et émerveillé des beautés de Rome pour […] en pouvoir rien dire en détail ». Mais il ne se contente pas de cette plongée dans l’Antiquité et la Renaissance. Les splendeurs de la nature l’attirent également : il n’hésite donc pas à prolonger son séjour romain car il veut « absolument voir le mont Vésuve ». Également curieux des réalisations techniques les plus récentes, il attend quinze jours à Montpellier l’ouverture du canal de Languedoc142 qu’il ne veut « pas manquer de voir ». Il séjourne par ailleurs dans toutes les villes qu’il traverse en fonction « du plus ou moins d’agrément » qu’il y trouve. Avide de découvertes, il n’en oublie pour autant pas ses amis. Livoys apparaît en effet inscrit au cœur d’une société distinguée sachant profiter des plaisirs raffinés de la vie. Par exemple, à Florence, il achète de la « cordes à instrument » pour Bonin, dont on connaît les penchants musicaux. Soucieux de bien recevoir ses amis – « quand ils me feront le plaisir de venir trinquer avec moi » –, il expédie de Montpellier une caisse de vins et de liqueurs à Vannes. Il promet de plus deux bouteilles de marasquino de Venise143 à l’évêque, une à Bonin144, une à Tranchant du Tret145 et une à Botherel de la Bretonnière146. Cultivé, amateur des choses de l’esprit et sensible au plaisir des sens : tel apparaît ce scolastique vannetais.

  • 147 Leuduger (notice 524) y est en effet allé dans sa jeunesse afin de vénérer les tombeaux de saint P (...)
  • 148 Notice 48.
  • 149 AdR – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin, lettres d’amis, lettre de l’abbé de (...)
  • 150 On a découvert les vestiges d’Herculanum en 1709, de Pompéi en 1748 et le comte de Caylus a fait p (...)
  • 151 Notice 48.
  • 152 J.-M. Duhamel, La musique dans la ville de Lully à Rameau, PUL, 1994, p. 152-153 et 155-176 ; M. N (...)

39On ne peut bien sûr pas exclure que certains aient effectué le pèlerinage de Rome147. Bonin148 et l’un de ses condisciples de Sorbonne devenu chanoine d’Uzès l’avaient au moins projeté au cours de leurs études149. Il s’agit bien sûr d’aller « baiser la mule du pape très dévotieusement » sans négliger les richesses patrimoniales de la cité. Ici également s’affirment les préoccupations intellectuelles de ces hommes cultivés. Rien ne semble devoir leur échapper. L’abbé de Ro… (sic) lui écrit que dès qu’ils le pourront ils iront admirer « les tableaux merveilleux des Raphaël, des Corrège, des Albane » et les « restes précieux de l’Empire romain ». Ces préoccupations classiques, peut-être complétées par un attrait pour l’archéologie150, sont associées à une certaine sensibilité au débat musical contemporain. Bonin se voit en effet rappeler qu’ils avaient décidé d’aller écouter des œuvres de Piccinni. Or, c’est quand ils sont étudiants à Paris151 que la querelle entre les partisans de l’influence italienne – qui se présentent volontiers comme modernes et novateurs – et ceux du bon goût français reprend de la vigueur. Lorsque Bonin reçoit la lettre en 1777, l’opposition entre piccinnistes et gluckistes, dont les champions travaillent à Paris, est en train de prendre de l’ampleur152. « Ce débat a pourtant lieu sur des bases très ambiguës » selon A. de Baecque. En effet, l’Allemand Gluck, promu représentant de la conception française de l’opéra de tradition italienne, tente de réformer le théâtre lyrique et apparaît par certains aspects comme un « préromantique », alors que l’Italien Piccinni perpétue davantage la tradition. Pour ces deux chanoines provinciaux, manifester leur « enthousiasme ordinaire » pour Piccinni, c’est allier un certain conformisme en matière d’opéra et une prise de position – consciente ou non – dans la République des lettres, Gluck étant le protégé de Marie-Antoinette.

  • 153 P. Loupes, op. cit., p. 314.

40Le monde des chanoines bretons ne vit donc pas totalement replié sur lui même. Certes, hors des voyages utilitaires, seule une minorité de chanoines semblent s’échapper de temps à autre de la cité épiscopale pour entreprendre des voyages lointains, que peuvent pourtant faciliter les progrès du réseau routier. Dans ce domaine, les Bretons ne se distinguent en rien de certains de leurs confrères : en Guyenne aussi les déplacements de proximité sont privilégiés153.

41Longtemps, le vaste monde ne semble pas être la préoccupation majeure des chanoines. Ils en ont une connaissance livresque médiocre ; histoire et géographie des pays étrangers, récits de voyages vers des contrées lointaines leur sont dans une large mesure inconnus et leurs intérieurs reflètent ce désintérêt. À l’exception de quelques personnalités, les chanoines sont très marqués par la culture cléricale de leur temps et par la pesanteur du corps. Cependant, des indices témoignent d’une évolution dans la seconde moitié du siècle. Le milieu capitulaire fait donc progressivement preuve de perméabilité et semble en phase d’adaptation au monde qui l’entoure. Les cultures intellectuelle et matérielle des chanoines révèlent ainsi un trait de leur mentalité. Ce milieu n’est pas précurseur et les très rares démarches volontaristes d’avant-garde, d’ouverture vraiment affirmée, le montrent. Dans ce domaine il s’agit avant tout de s’adapter, comme si c’était une condition de la survie.

La curiosité intellectuelle

  • 154 ADIV – C1 318, lettre des membres de la Chambre littéraire de Saint-Brieuc à l’intendant de Bretag (...)
  • 155 D. Roche, Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Mo (...)
  • 156 C. Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au xviiie siècle, PUR, 1974, p. 5 (...)
  • 157 A. Cochin, Les sociétés de pensée et la Révolution en Bretagne (1788-1789), t. I, Champion, 1925, (...)

42Représentants d’une élite urbaine cultivée, les chanoines fréquentent-ils les institutions les plus caractéristiques de la diffusion de l’esprit des Lumières ? La Bretagne est certes dépourvue d’académie, mais elle recèle de nombreuses chambres de lecture et loges maçonniques. Dans la seconde moitié du siècle, le réseau des chambres de lecture breton est dense et la plupart des cités épiscopales en abritent une. Il semble cependant que les chanoines s’y intéressent peu. À la fin de l’Ancien Régime, seuls quatre prébendés de Saint-Brieuc font partie de la Chambre littéraire de Saint-Brieuc154, où ils se montrent assidus au cabinet de physique. En ce qui concerne la maçonnerie, la situation est encore plus éloquente. Alors qu’il n’est pas rare de compter des ecclésiastiques parmi les francs-maçons155, en Bretagne, les chanoines se détournent156 de la trentaine de loges à la veille de la Révolution157. Est-ce à dire qu’ils se désintéressent totalement des débats, des évolutions intellectuelles dont ces lieux d’échanges et de connaissances sont en partie l’expression ?

Chanoines et idées nouvelles

  • 158 ADF – 23B333 et notice 515 ; ADLA – B6 907 et notice 450.
  • 159 ADLA – B9 986 et notice 683.
  • 160 Où dans un échantillon d’une dizaine de bibliothèques de 1792-1793 il n’y a qu’un détenteur de l’E (...)
  • 161 Où aucun chanoine ne la possède. G. Viard, op. cit., p. 122-124.
  • 162 À part une œuvre d’Helvétius, on n’y trouve pas d’ouvrage des philosophes. S. Porcher, Les bibliot (...)
  • 163 M.-M. Compere, « Les chanoines de Chartres au xviiie siècle (1746-1790) », BSAEL, n° 29, 1968, p. (...)
  • 164 On peut songer à Boisbily de Quimper dont la bibliothèque a été étudiée dans J. Queniart, op. cit.(...)

43Si l’on en juge par le nombre de livres de philosophie moderne dans les bibliothèques, force est de répondre par l’affirmative : seule un peu plus d’une vingtaine de titres y figurent. Chez deux chanoines de la première moitié du siècle, la philosophie est représentée par Descartes. Malebranche et sa Recherche de la vérité figurent dans trois bibliothèques. Dans la seconde moitié du siècle, apparaissent timidement les auteurs phares des Lumières : Montesquieu chez un chanoine, Voltaire chez deux, Bayle chez trois et Rousseau chez quatre. Locke et Hobbes – une fois chacun – représentent les auteurs étrangers. Ce sont au total sept des douze bibliothèques décrites de la période 1766-1775 qui comportent de tels ouvrages : proportion respectable qui, ramenée à l’échantillon total, est en définitive assez faible. De plus, rares sont les chanoines qui semblent réellement s’intéresser au sujet : Le Sparfel lit Bayle, Rousseau et Voltaire ; Le Febvre, Voltaire, Rousseau et Locke158… Seul Roy de Nantes possède des volumes de l’Encyclopédie159. Il témoigne de l’existence d’une fraction éclairée au sein du clergé, soucieuse de conserver une vision de l’ensemble des connaissances humaines alors que s’affirme de plus en plus un véritable éclatement du savoir. Une recherche plus poussée dans plusieurs bibliothèques en 1755-1766 et après 1775 permet en effet de repérer six autres lecteurs de cet ouvrage. C’est là, semble-t-il, la seule originalité des chanoines bretons. S’ils lisent peu de livres philosophiques, ils sont plus nombreux que ceux de Guyenne160, de Langres161, d’Angers162 ou de Chartres163 à acquérir tout ou partie de l’Encyclopédie. Cependant, comme ailleurs, il faut attendre la veille de la Révolution pour voir le rayon des auteurs des Lumières s’étoffer chez quelques chanoines164.

  • 165 Fin 1784, la guérison d’une religieuse ursuline de Redon est attribuée à l’intercession de Benoît (...)

44Cette méfiance pour le contact direct avec les œuvres des auteurs des Lumières se double d’un désintérêt pour la lutte engagée contre leurs thèses, confirmé par la rareté des livres anti-philosophiques. En effet, ce type de livres ne se trouve que chez six chanoines de la période 1766-1775. Et jusque dans leur manière d’envisager la religion, ils restent fidèles à des références antérieures. Ainsi, lorsqu’ils s’intéressent aux superstitions, c’est autant en se référant à Jean-Baptiste Thiers et à son Traité des superstitions – dans son édition de 1709 en quatre volumes – qui dénonce toutes les pratiques éloignées de la religion enseignée par les prêtres, qu’à Pierre Le Brun et à son Histoire critique des pratiques superstitieuses de 1702 qui condamne la crédulité populaire au nom de la foi et de la raison dans une perspective plus proche des Lumières : chacun est en effet lu par deux chanoines. De même, en 1785, lorsque le chanoine de Vannes Grimaudet de Coëtcanton commente le « miracle de Redon », son allusion au doute méthodique mis en œuvre tant pour établir les faits que pour étudier les objections de nature médicale montre que « la raison dont il se réclame, c’est celle du siècle précédent et non celle des Lumières ». Rien de surprenant à cela, tant l’homme paraît éloigné des idéaux des Lumières : ultramontain, anti-janséniste, attaché aux reliques romaines, il a de plus une vision très pessimiste du monde165. Ces considérations ne signifient cependant pas que les chanoines bretons soient imperméables aux effets des idées nouvelles. Mais, en réalité, c’est davantage au travers de préoccupations scientifiques qu’ils semblent s’exprimer.

Chanoines et science

  • 166 D. Roche, op. cit., t. I, p. 231-232.
  • 167 J. Dhombres (dir.), La Bretagne des savants et des ingénieurs. 1750-1825, Ouest-France, p. 14.
  • 168 G. Aubert, op. cit., p. 171. Cet intérêt ne fléchit d’ailleurs pas à la veille de la Révolution : (...)

45À une époque où l’intérêt pour le savoir s’affirme dans les catégories supérieures de la société française166 et où la préoccupation pour la science et sa transmission deviennent centrales chez les Encyclopédistes167, les chanoines ne sont pas en reste. En effet, ils possèdent divers objets témoignant, à défaut de connaissances solides, d’un certain goût pour la science qui, artificiel ou non, n’est pas rare au sein d’une élite cultivée du milieu du xviiie siècle168. Présents à Nantes dès les premières décennies du siècle, des objets aussi peu indispensables que baromètres et thermomètres deviennent courants à Rennes et Saint-Pol-de-Léon en fin de siècle.

Tableau 60. – Baromètres et thermomètres dans les intérieurs de chanoines (nombre de chanoines).

Tableau 60. – Baromètres et thermomètres dans les intérieurs de chanoines (nombre de chanoines).
  • 169 Respectivement : ADIV – 2 B 597 et 4 B 4893, ADF – 23 B 233. On peut ajouter Ruffelet (notice 685) (...)
  • 170 Que ce clergé soit urbain, comme à Paris (A. Pardailhe-Galabrun, op. cit., p. 149), ou rural, comm (...)

46Certains en possèdent d’ailleurs plusieurs : les Rennais Gardin et Hay de Bonteville, trois ; le Léonard Le Sparfel, quatre169. La présence dans la décoration de ces instruments météorologiques fait donc des chanoines bretons des représentants d’un univers ecclésiastique perméable aux nouveautés techniques170. Cet intérêt peut être largement partagé. L’analyse d’un modeste échantillon composé de sept des quinze dignitaires et chanoines de Saint-Pol-de-Léon en 1770 montre ainsi que cinq d’entre eux possèdent au moins un thermomètre.

47Cette curiosité intellectuelle ne conduit cependant pas à la constitution de véritables cabinets scientifiques. Au mieux, certains acquièrent des objets moins anodins qui témoignent d’un intérêt pour un sujet particulier ou de compétences plus spécialisées. Plus du tiers des chanoines étudiés – ce qui est tout de même beaucoup – possèdent ainsi des instruments d’optique ou de mathématiques, dont l’usage semble beaucoup plus fréquent en fin de siècle.

Tableau 61. – Les instruments d’optique dans les intérieurs de chanoines (nombre de chanoines).

Tableau 61. – Les instruments d’optique dans les intérieurs de chanoines (nombre de chanoines).
  • 171 Notice 51.
  • 172 ADIV – 4B4 817.
  • 173 ADF – 23B312 et notice 354.
  • 174 Notice 181.
  • 175 ADIV – 2B634.
  • 176 Notice 225.
  • 177 ADIV – 1Q1 095.
  • 178 Notice 394.
  • 179 ADCA – 1Q499.
  • 180 Notice 51.

48Pour ces chanoines, la possession de tels objets va certainement au-delà d’une simple mode et d’un simple souci décoratif. La plupart des longues vues sont en effet rangées à l’abri des regards dans une boîte, un sac ou directement dans le tiroir d’une commode, comme les étuis de mathématiques. Quelques chanoines se distinguent par la spécialisation de leurs centres d’intérêts. Non content de posséder deux longues vues, une boussole, plusieurs paires de lunettes, Bossard171, à Rennes, s’intéresse de surcroît à l’astronomie : il conserve en effet dans sa bibliothèque un recueil de cartes du ciel, et quelques ouvrages comme la Construction d’un télescope de réflexion et les Tabulae astronomicae172. Mieux équipé, son confrère de Saint-Pol-de-Léon Kermenguy possède un télescope173. La chimie et la physique ne laissent pas non plus les chanoines indifférents. Par exemple Du Breil de Pontbriand174 n’est pas seulement l’archiviste des États de Bretagne et l’auteur de l’Histoire générale des États de Bretagne entre 1567 et 1754. En plus de sa longue vue, ses compas, ses lorgnettes, il possède en effet « un carreau de marbre servant à broyer les couleurs » et une machine « de physique175 ». Plus tard, au début de la Révolution, l’inventaire des biens de Fayolle176 mentionne « différents vases servant aux expériences de physique » et « une machine de physique177 ». Ce chanoine ainsi que son confrère La Motte-Rouge178 s’intéressent de plus aux expériences menées sur l’électricité : le premier possède une machine à « électeriser [sic] », le second « une machine électrique179 ». Il est malheureusement trop souvent impossible de vérifier si les bibliothèques de ces quelques chanoines reflètent leur curiosité scientifique. Seul Bossard180 complète son intérêt pour l’astronomie par trente-quatre volumes de l’Histoire de l’Académie des sciences parus entre 1699 et 1731, et la Scientiarum academia historia de Duhamel. On peut cependant interroger l’ensemble des bibliothèques disponibles pour tenter de mesurer le degré de pénétration du goût pour la science.

  • 181 ADF – 23B369 et notice 471.
  • 182 Notice 257.
  • 183 ADLA – B9 989.
  • 184 ADIV – 2B593 et notice 714.
  • 185 ADF – 23B333 et notice 515.
  • 186 ADLA – B9 993 et notice 576.
  • 187 ADF – B368 et notice 47. Astronome et mathématicien mort en 1765, Alexis-Claude Clairaut développa (...)
  • 188 Notice 683.
  • 189 Adrien-Marie Legendre, mort en 1833, s’est notamment fait connaître par ses travaux de géométrie.
  • 190 ADCA – 1Q487.

49En comptant Bossard, une douzaine de chanoines – la moitié des propriétaires de bibliothèques et un peu plus du quart des prébendés étudiés – détiennent des ouvrages scientifiques, dont une grande majorité dans la seconde moitié du siècle. Parmi les neuf possesseurs d’ouvrages de mathématiques, six ont les très utiles et élémentaires Comptes faits de Barrême, complétés par divers livres de géométrie ou d’arithmétique. En ce qui concerne la physique, les sciences naturelles et l’astronomie, l’enseignement le plus intéressant est certainement la coexistence dans plusieurs bibliothèques de la seconde moitié du siècle d’ouvrages traditionnels et d’ouvrages scientifiques récents. Ainsi, Les entretiens physiques du Père Régnault voisinent avec La physique expérimentale de l’abbé Nollet – traduisant la confrontation des principes de Descartes et de Newton ou l’évolution des uns aux autres – dans la bibliothèque de Le Grand à Saint-Pol-de-Léon181, où l’on trouve également les œuvres de Maupertuis, l’artisan de la pénétration de la physique newtonienne en France. Si le Nantais Gauvain182 limite ses connaissances de l’astronomie à l’archaïque Histoire du ciel de l’abbé Pluche, il se montre volontiers novateur en sciences naturelles puisqu’il possède l’Histoire naturelle de Buffon ainsi que celle de Valmont de Bomard183. Le second lecteur de Buffon, le Rennais Talhoüet de Bonnamour possède également le moralisant Spectacle de la nature de l’abbé Pluche184. Le Sparfel, à Saint-Pol-de-Léon, associe quant à lui ce dernier ouvrage à l’Histoire naturelle de Jonston185. On retrouve cette association chez le chanoine de Tréguier Montaudouin avec le Spectacle de la Nature, l’Histoire du ciel et l’Histoire naturelle de Valmont de Bomare186 ; chez le Quimpérois Boisbily avec les écrits de Régnault mais aussi un livre sur Newton ainsi qu’un ouvrage de géométrie de Clairaut187. Ce sont autant d’indices d’une transition en train de s’accomplir au sein des couches supérieures du clergé breton. Certes, la possession (et même la lecture) ne vaut pas adhésion, mais elle montre que certains prébendés n’ignorent pas les acquis les plus récents de la science. D’autant plus que quelques-uns comme Roy à Nantes188 – qui lit le mathématicien Legendre189 et les Expériences de physique dans lesquelles Polinière rend compte d’expériences qui se sont déroulées à Paris – ont constitué des rayons résolument modernes et parfois très spécialisés. De même, à Tréguier, à la veille de la Révolution, une Histoire naturelle des oiseaux, une Histoire des animaux quadrupèdes en plus de l’Histoire naturelle de Buffon et d’une Table des œuvres complètes de Buffon constituent les quatre titres scientifiques de la bibliothèque de Coustin de Masnadau190.

  • 191 Notice 558.
  • 192 Nous suivons ici les études d’A.-P. Segalen, « Un savant léonard au xviiie siècle. Guillaume Mazéa (...)
  • 193 Jean-Mathurin Mazéas occupe la chaire de philosophie au collège de Navarre avant de devenir chanoi (...)
  • 194 Ce qui montre l’étendue de ses centres d’intérêt. Caylus (1692-1765) est en effet un antiquaire pa (...)
  • 195 ADM – 47G7, délibération du 12 avril 1771.
  • 196 Les six autres inventeurs, tous membres de l’Académie royale des sciences de Paris, œuvrent entre (...)

50Loin d’être imperméable aux préoccupations scientifiques, le monde des chanoines bretons n’en est pas moins très divers. Le chanoine de Saint- Pol-de-Léon Allain qui ne possède ni objet ni livre à vocation scientifique est ainsi le contemporain de l’éclectique Du Breil de Pontbriand et des passionnés Bossard ou Roy. Ces derniers montrent qu’il existe bien en Bretagne un petit cercle de chanoines férus de sciences et au fait de leurs derniers acquis. Cependant, peu acquièrent l’autorité de Guillaume Mazéas191. Ce prébendé de Vannes est en effet particulièrement actif et fait partie de l’avant-garde scientifique du clergé192. Fils de notaire et frère d’un chanoine scientifique193, né à Landerneau, licencié en théologie, il se lie avec divers savants à l’occasion de son séjour à Rome comme secrétaire de l’ambassadeur du roi auprès du Saint-Siège et entretient une correspondance avec le comte de Caylus194. En 1750, bibliothécaire de la Maison de Noailles, il s’occupe en particulier des collections scientifiques. Correspondant du physicien et naturaliste de la Royal Society de Londres Stephen Hale dès cette époque, il traduit plusieurs ouvrages de savants britanniques sur les tremblements de terre et la santé des gens de mer, contribuant ainsi à diffuser les innovations anglaises. En 1752, son récit de l’expérimentation du paratonnerre à Marly lui vaut d’être élu, à trente-deux ans, membre de la Royal Society. Il s’empresse alors, dans le climat d’euphorie de l’époque, de tester lui-même le dispositif et consacre l’été 1753 à des recherches sur l’électricité atmosphérique. « Esprit encyclopédiste, tourné vers l’utile », il s’intéresse ensuite à la médecine, la botanique, l’optique. Devenu correspondant de l’Académie royale des sciences de Paris en 1758, il consacre plusieurs communications aux procédés tinctoriaux dont ont besoin les manufacturiers, autorisés par le roi à produire des indiennes. Par la suite, à la demande de la Société d’agriculture de Bretagne, il travaille à la mise au point d’un procédé pour produire du savon à partir de plantes marines… et fabrique en fait une soude à partir des cendres de varech, de charbon et de salpêtre – invention majeure à une époque où la France consomme de plus en plus de soude espagnole pour produire du savon et du verre. En 1771, le roi le désigne « pour faire sur les côtes de Bretagne des observations utiles au bien public195 ». Un débat porte en effet depuis quelques années sur la nocivité de la combustion du varech, la date et la méthode de la récolte – arrachage ou coupe – ainsi que sur les conséquences de la récolte sur la vie des poissons. Par l’ampleur de ses recherches, Mazéas appartient donc au petit groupe de chanoines qui participent « à l’essor scientifique et technologique des Lumières196 ».

  • 197 J.-M. Moriceau, « Sociétés d’agriculture », L. Bely (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, PUF, (...)
  • 198 Notice 685.
  • 199 Notice 640.
  • 200 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 531.
  • 201 Ibid., p. 151 et notice 42.
  • 202 J. Evenou, « Un chanoine de Vannes correspondant de Jean-Jacques Rousseau », BSPM, t. 108, 1981, p (...)
  • 203 Le Febvre (ADLA – B6 907 et notice 450), Bourreau (ADLA – B6 908/1 et notice 60) et Du Breil (ADIV (...)
  • 204 Le Grand (ADF – 23B369 et notice 471).
  • 205 Roy (ADLA – B9 986 et notice 683).

51À un niveau plus modeste trois chanoines mènent des travaux dans le cadre de la Société d’agriculture de Bretagne. Première société de ce type fondée dans le royaume en 1757, elle se propose, conformément aux vœux des physiocrates, de développer les prairies artificielles, de vulgariser les méthodes culturales les plus productives, de favoriser la liberté du commerce des grains, d’encourager les défrichements197. Le chanoine de Saint-Brieuc Ruffelet en est membre198. Celui de Dol Rabec199 a donné à la Société « un recueil manuscrit des diverses façons de teindre en rouge aux Indes orientales200 » à l’époque où il était chanoine de la collégiale de Saint-Brieuc. Leur confrère de Tréguier, Hippolyte de Bizien du Lézard fait la promotion de la culture du mûrier et de l’élevage du ver à soie201. Le Vannetais Moge de Pramont correspond quant à lui avec Rousseau au sujet de questions de botanique202. Ces centres d’intérêts ne se retrouvent pas dans les bibliothèques puisque seules cinq d’entre elles élèvent leur réflexion au-delà de simples questions de jardinage au niveau de considérations scientifiques et économiques : trois avec les Observations de la Société d’agriculture de Bretagne203, une avec un Traité des étangs, des viviers, etc.204 et une avec les Éléments de l’agriculture de Duhamel205. Très spécialisée, la dernière, celle de Roy à Nantes, contient de plus treize titres de botanique, soit vingt-cinq volumes.

52L’échantillon étudié permet donc de conclure – avec toutes les réserves liées à son étroitesse – à une réelle perméabilité du monde capitulaire breton à la science. Vingt-huit chanoines sur quarante-cinq possèdent en effet au moins un livre à teneur scientifique ou un objet preuve d’intérêt, superficiel ou non, pour les nouveautés matérielles. Quel écart cependant entre celui qui se contente de paraître à la mode en accrochant à un mur un thermomètre ou un baromètre symboles de modernité et celui qui participe aux travaux d’une société scientifique ! Même s’il n’y a certainement pas unanimité au sein des chapitres, le nombre de chanoines ouverts au progrès a tendance à progresser dans les trois chapitres étudiés.

Tableau 62. – La pénétration des instruments scientifiques dans les intérieurs de chanoines (nombre de chanoines possédant au moins un baromètre, un thermomètre, une longue vue, une lorgnette, un télescope, des instruments de mathématiques ou un « étui de mathématiques »).

Tableau 62. – La pénétration des instruments scientifiques dans les intérieurs de chanoines (nombre de chanoines possédant au moins un baromètre, un thermomètre, une longue vue, une lorgnette, un télescope, des instruments de mathématiques ou un « étui de mathématiques »).

53Mais, en définitive, si beaucoup ont contribué à la diffusion d’une certaine atmosphère favorable à la science dans la société urbaine, une minorité manifeste une réelle curiosité et seuls quelques-uns prennent réellement part à l’élaboration du savoir.

Conclusion

  • 206 P. Loupes, op. cit., p. 320-321.

54S’ils semblent moins présents que d’autres dans les institutions phares des Lumières, les chanoines bretons ne méconnaissent pour autant pas les évolutions et les débats qui animent la société de leur temps. Leurs confrères de Guyenne fréquentent peut-être davantage l’Académie ou le Musée de Bordeaux, la Société académique d’Agen ou la Chambre littéraire de Péri gueux206, mais les bibliothèques et les intérieurs bretons traduisent un réel souci de connaître le monde – le comprendre dans le meilleur des cas, en suivre les modes à défaut – … pour mieux le condamner parfois. Il faut cependant se garder d’une vision trop globalisante. Le monde capitulaire n’est pas homogène et chaque compagnie semble constituer un cas particulier.

Notes

1 D. Julia, « Le prêtre », M. Vovelle (dir.), L’homme des Lumières, Seuil, 1996, p. 411.

2 Notice 700.

3 On se reçoit par exemple entre chanoines de différentes compagnies. Ainsi, Goret de Villepépin de Saint-Malo (notice 278) descend chez son ami Hay de Bonteville (notice 311) lorsqu’il séjourne à Rennes quelques années avant la Révolution. Il y a d’ailleurs laissé cinq bouteilles de vin d’Espagne et une pipe. ADIV – 4B4 893.

4 Par exemple, les maisons de Tréguier. ADCA – 1Q1/33, P.-V. d’estimation des biens nationaux de première origine – Tréguier.

5 D. Roche, La France des Lumières, Fayard, 1997, p. 574.

6 Ainsi, à Nantes, Barrin (notice 24), qui possède dès 1719 une jatte, une soucoupe, deux gobelets, quatre grands et quatre petits saladiers de porcelaine, est le plus riche chanoine de l’échantillon 1726-1735. ADLA – B9972. Ce lien entre la richesse mobilière et la possession d’objets en porcelaine se vérifie également à Nantes et Rennes en 1746-1755, à Rennes et Saint-Pol-de-Léon en 1766-1775.

7 Notice 515.

8 ADF – 23B333.

9 Notice 311.

10 ADIV – 4B4 893.

11 J.-L. Flandrin et M. Montanari (dir.), Histoire de l’alimentation, Fayard, 1996, p. 638.

12 D. Roche, op. cit., p. 571.

13 Il est à noter que l’importance du thé à Saint-Pol est sans doute liée au fait que les chargements de thé de la Compagnie des Indes partent vers l’Angleterre en passant par les ports de la côte nord.

14 D. Roche, op. cit., p. 571.

15 A. Pardailhe-Galabrun, La naissance de l’intime. 3 000 foyers parisiens, xviie-xviiie siècles, PUF, 1988, p. 301.

16 ADF – 23B369 et notice 471.

17 Notice 143.

18 Notice 2.

19 ADCA – 1Q487 et 1Q480.

20 D. Roche, op. cit., p. 572.

21 P. Jarnoux, « La noblesse bretonne au xviiie siècle : les tiraillements de la modernité », J. Kerherve (dir.), Noblesse de Bretagne du Moyen Âge à nos jours, PUR, 1999, p. 188.

22 C. Petitfrere, « Vies de chanoines à Tours de Louis XIV à Louis XVI », Foi, Fidélité, amitié en Europe à l’époque moderne. Mélanges offerts à Robert Sauzet, université de Tours, 1995, p. 101.

23 N. Lemaitre, « Les collections de bonnes bouteilles à la fin de l’Ancien Régime », La France d’Ancien Régime. Études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, t. 2, Privat, 1984, p. 383.

24 Ibid., p. 382.

25 ADLA – B9 976 et notice 744.

26 Respectivement ADLA – B9 972 et B6 909/2 et notices 24 et 71.

27 M. Lachiver, Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Fayard, 1988, p. 294-305.

28 Qui est le principal client de Bordeaux après la Hollande au début du siècle. Ibid., p. 307.

29 Notice 515.

30 ADF – 23B333.

31 C. Petitfrere, op. cit., p. 101 ; A. Croix, « Le clergé paroissial, médiateur du changement domestique. Quelques remarques méthodologiques, quelques résultats », ABPO, t. 94, 1987, p. 467.

32 N. Lemaitre, op. cit., p. 388 ; A. Pardailhe-Galabrun, op. cit., p. 298-299 ; P. Haudrere, « Le cadre de la vie quotidienne des nobles à Angers au xviiie siècle », ABPO, t. 106, 1999, n° 3, p. 93-104 ; P. Marchand, « La cave d’un bourgeois lillois. 1767-1787 », A. Croix, A. Lespagnol et G. Provost (dir.), Église, Éducation, Lumières… Histoires culturelles de la France (1500-1830). En l’honneur de Jean Quéniart, PUR, 1999, p. 317-328 ; P. Ponsot, « Les boissons d’un parlementaire bressan-bourguignon au xviiie siècle », Le vin des historiens, Actes du 1er symposium vin et histoire, Université du vin, 1990, p. 153-160.

33 En provenance des îles Mariannes, possessions espagnoles.

34 Ou vin du Cap, produit par les colons hollandais. Il s’agit vraisemblablement d’un muscat rare et cher. R. Garrier, Histoire sociale et culturelle du vin, Larousse, 2002, p. 142.

35 Comme les dix-huit verres et les six carafes à liqueur de Calloët à Saint-Pol-de-Léon (notice 88) (ADF – 23B361) ; les vingt et un verres et les quatre carafes à liqueur de Le Sparfel à Saint-Polde-Léon (notice 515) (ADF – 23B333) ; les onze verres à liqueur de Gouyon à Rennes (notice 285) (ADIV – 2B661) ; les quatre petites carafes à liqueur de Hay à Rennes (notice 311) (ADIV – 4B4 893).

36 Respectivement : ADIV – 4B4 893, inventaire du 24 janvier 1785, ADLA – B6 909/2, ADF – 23B369 ; également notices 311, 71 et 471.

37 Notice 257.

38 ADLA – E 1 334, copies d’élégies, d’épigrammes, de devises… envoyées de Paris à l’abbé Chotard et notice 116.

39 ADF – 23B318 et notice 627.

40 Respectivement ADCA – 1Q513 et 1Q487 ; notices 624 et 143.

41 Il s’agit de Le Sparfel à Saint-Pol (notice 515) et de Roy à Nantes (notice 683). Respectivement : ADF – 23B333 et ADLA – B9 986.

42 Notice 48.

43 Violoniste italien mort en 1770, il a écrit plusieurs ouvrages théoriques sur le violon et sur l’acoustique.

44 AdV – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin de La Villebouquais : papiers personnels et de famille, lettres d’amis. Onze lettres échelonnées entre 1776 et 1790 évoquent plus ou moins longuement les questions musicales.

45 ADCA – 1Q1/33, P.-V. d’estimation des biens nationaux de première origine – Tréguier (1791).

46 ADCA – 1Q498, dossier Kerguénech de Kéricuff et notice 348.

47 ADLA – B9 976 et notice 699.

48 ADLA – B6 891/1 et notice 238.

49 ADIV – 1Q1 111 et notice 668.

50 Notice 136.

51 ADIV – 2B643.

52 ADIV – 2B588 et ADLA – B6 869 ; notices 14 et 341.

53 ADLA – B9 972 et notice 24.

54 Notice 1.

55 Notice 471.

56 Notice 354.

57 Notice 450.

58 Notice 257.

59 C. Petitfrere, op. cit., p. 100-101 ; P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Éd. de l’EHESS, 1985, p. 311 et 313.

60 Notice 450.

61 Notice 257.

62 Notice 720.

63 Notices 419 et 515.

64 Notice 51.

65 Notice 24.

66 Notices 24 et 257.

67 Notice 515.

68 Notice 51.

69 Notice 263.

70 J. Queniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Klincksieck, 1978, p. 328.

71 Notice 51.

72 J. Queniart, op. cit., p. 328.

73 Notice 450.

74 Notice 471.

75 Italie, Espagne, Afrique du Nord, Constantinople.

76 Notice 24.

77 Notice 515.

78 Un onzième ne possède qu’un ouvrage général sur l’Europe.

79 Qui concerne vingt-cinq des cinquante-cinq titres relevés.

80 Un quart des titres.

81 Notice 24.

82 Sur un total de vingt titres d’histoire étrangère.

83 Notice 450.

84 Sur un total de quatorze titres d’histoire étrangère.

85 Notice 24.

86 Notice 515.

87 Notices 450 et 257.

88 Notice 51.

89 Notice 24.

90 Voir tableau 57, p. 263.

91 Progression aux dépens des régions méditerranéennes que l’on retrouve chez les nobles. J. Queniart, « Visions de l’Europe dans les bibliothèques de la noblesse française au xviiie siècle », Noblesse française, noblesse hongroise, xvie-xixe siècles, 1981, p. 121-127.

92 J. Queniart, Culture et société urbaines…, p. 221-224.

93 Il est difficile de dire si l’écart géographique constaté quand on ne s’intéresse qu’aux ouvrages d’histoire, de géographie, de voyage est réel. Les chanoines de Nantes, habitants d’une grande place commerciale en contact direct avec l’outre-mer, affichent alors une plus grande curiosité à l’égard des contrées lointaines : six d’entre eux possèdent ce type de livres, contre quatre Rennais et quatre Léonards.

94 ADIV – 2B593 et notice 714.

95 ADIV – 4B4 817 et notice 51.

96 ADLA – B9 986 et notice 683.

97 Par exemple, au milieu du siècle, près de 38 % des représentants de ces élites possèdent du mobilier « chinois » (parlementaires, 74 % ; officiers des comptes, 43 % ; négociants nantais, 30 % ; négociants malouins, 54 % ; avocats rennais, 20 %). G. Aubert, Le président de Robien. Gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières, PUR, 2001, p. 171.

98 Notice 471.

99 ADF – 23B369.

100 ADLA – B6 908/1 et notice 60.

101 ADIV – 2B661 et notice 285.

102 ADIV – 4B4 817 et notice 51.

103 À Rennes, Bossard se distingue par la possession d’un globe (ADIV – 4B4817 et notice 51). Il est imité au début de la Révolution par le Malouin Rousselin (ADIV – 1Q1 112 et notice 679) et le Briochin Ruffelet (ADCA – 1Q517 et notice 685).

104 Dans le sondage (élargi) 1726-1735, un chanoine sur douze est concerné ; entre 1746 et 1755, trois sur treize et entre 1766 et 1775 (sondage élargi), neuf sur vingt.

105 Notice 24.

106 ADLA – B9 972.

107 Le Grand (notice 471), 12 190 livres ; Le Sparfel (notice 515), 7 732 livres. Valeur moyenne des inventaires connus : 6 700 livres.

108 ADIV – 1Q1 112 et notice 684.

109 Notice 225.

110 Notice 685.

111 ADIV – 1Q1 095.

112 Il possède en outre « sept figures chinoises en terre et porcelaine » et quatre tableaux « chinois ». ADCA – 1Q517.

113 G. Aubert, op. cit., p. 197-198. Jean-Hyacinthe Colin de La Biochaye (notice 132), ancien chanoine de Vannes, Dol et Saint-Malo, possède cependant une belle collection d’histoire naturelle : « Quelques graines de l’Amérique, un nautile papiracé très bien conservé […], un poisson volant bien conservé, 3 crabes cuirassés brisés, l’éléphant scarabée, 20 coquilles communes de différentes espèces tant grandes que petites, 7 pierres calcaires, quartz et caillou de Rennes, 3 morceaux de mine de plomb, galène ordinaire […], 3 petits poissons, un gros, le hérisson, 2 œufs de marbre sur marbre d’Italie, 3 œufs d’autruche, un colibri avec son nid […], un gros morceau d’écume de mer, la pointe de l’espadon poisson, l’écaille d’une tortue de mer Quéru » (ADIV – 1Q1 091).

114 Notice 700.

115 G. Aubert, op. cit., p. 127.

116 Nombreux exemples dans AdR – D3, registre de délibérations capitulaires, 1784-1790.

117 Tel chanoine obtient par exemple une autorisation « pour faire un voyage dans son pays de Normandie alléguant qu’il y avait très longtemps qu’il n’y avait été » (ADIV – G203, délibération du 16 septembre 1720).

118 Le Dolois La Fosse (notice 377) meurt ainsi en août 1747 à Bourbon-l’Archambault où « il était depuis quelque temps pour prendre les eaux de Bourbon » (ADIV – 4B1752).

119 ADM – 47G5, délibération du septembre 1718 et notice 401.

120 ADIV – G203, délibération du 16 septembre 1720 et notice 320 ; ADIV – G265, délibération du 20 octobre 1756 et notice 278.

121 Notice 71.

122 ADLA – B6 909/2.

123 Notice 108.

124 ADLA – B6 885/1.

125 Notice 471.

126 ADF – 23B369, inventaire du 12 décembre 1766.

127 ADLA – B6 885/1 et notice 108, ADIV – 2B523 et notice 282.

128 ADLA – B9 976 et notice 744, ADF – 23B333 et notice 515, ADF – 23B369 et notice 471, ADLA – B6 885/1 et notice 108.

129 Celles de Gouyon (notice 282), Vertamon (notice 744) et Le Grand de Tromelin (notice 471).

130 ADF – 23B369 et notice 471.

131 ADIV – 2B593, inventaire du 19 novembre 1753 et notice 714 ; ADIV – 4B4 817 et notice 51.

132 ADLA – B9 972 et notice 24. Il possède un carrosse à l’intérieur de velours rouge, « un cheval en poil brun servant au carrosse », une bride de cuir, un licol, une brosse et une étrille.

133 ADIV – 2B523 et notice 282. Il possède un carrosse muni de trois glaces de Venise, de coussins et de rideaux, et quatre juments de carrosse.

134 Notice 527.

135 ADIV – 1Q1 111 et notice 668.

136 Notice 527.

137 Que l’on se souvienne de ceux qui ont par exemple séjourné à Rome.

138 Notice 48.

139 AdV – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin, lettres d’amis. Il s’agit de cinq lettres échelonnées entre le 17 avril et le 5 novembre 1785.

140 Notices 28 et 55.

141 Vraisemblablement destinée à la région marseillaise où est établie l’inspection du commerce du Levant, chargée de protéger le monopole de la cité phocéenne dans le commerce des Échelles du Levant.

142 Construit entre 1666 et 1681 sur ordre de Louis XIV, le canal des Deux Mers relie la mer Méditerranée à l’océan Atlantique. Ouvrage gigantesque, il mesure 250 km, comporte 62 écluses, 20 bassins et retenues d’eau et trois lacs artificiels.

143 Il s’agit de la liqueur de marasques, des petites cerises acides des régions méditerranéennes.

144 Notice 48.

145 Notice 726.

146 Notice 55.

147 Leuduger (notice 524) y est en effet allé dans sa jeunesse afin de vénérer les tombeaux de saint Pierre et saint Paul et en a profité pour se familiariser « avec tous les chef-d’œuvres de l’art ». Au retour, il passe par le Tyrol et l’Allemagne avant de traverser la France jusqu’en Anjou et au Mont-Saint-Michel, avant de regagner Plérin dans le diocèse de Saint-Brieuc, au terme d’un voyage de 13 mois. A. Du Bois de la Villerabel, Dom Jean Leuduger, fondateur de la congrégation des Filles du Saint-Esprit, Prud’homme, 1924, p. 39-44.

148 Notice 48.

149 AdR – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin, lettres d’amis, lettre de l’abbé de Ro… (sic) à Bonin, 18 août 1777.

150 On a découvert les vestiges d’Herculanum en 1709, de Pompéi en 1748 et le comte de Caylus a fait paraître son Recueil des antiquités égyptiennes, grecques, étrusques, romaines et gauloises en 1752. C’est dans ce contexte que se place le projet des deux chanoines.

151 Notice 48.

152 J.-M. Duhamel, La musique dans la ville de Lully à Rameau, PUL, 1994, p. 152-153 et 155-176 ; M. Noiray, article « Opéra », M. Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, PUF, 1997, p. 787-792 ; A. de Baecque et F. Melonio, Histoire culturelle de la France, t. 3 : Lumières et xixe siècle, Seuil, 1998, p. 67-68.

153 P. Loupes, op. cit., p. 314.

154 ADIV – C1 318, lettre des membres de la Chambre littéraire de Saint-Brieuc à l’intendant de Bretagne, 28 décembre 1787.

155 D. Roche, Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Mouton, 1978, p. 265-266. D. Ligou (dir.), Histoire des francs-maçons en France, Colin, 1981. En Bretagne pas moins de soixante-quatre ecclésiastiques font partie des loges, G.Minois, Nouvelle Histoire de la Bretagne, Fayard, 1992, p. 581.

156 C. Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au xviiie siècle, PUR, 1974, p. 533-534 ; J. Queniart, op. cit., p. 450. La présence de chanoines dans les loges varie fortement selon les lieux et dépend certainement des contextes locaux et des convictions personnelles. En Guyenne, la franc-maçonnerie recrute par exemple beaucoup plus à Agen qu’à Périgueux, P. Loupes, op. cit., p. 323. À Langres, à la fin de l’Ancien Régime, cinq des quarante-quatre chanoines sont maçons, G. Viard, « Les chanoines de Langres et les Lumières », Actes du 55e CABSS, 1986, p. 126.

157 A. Cochin, Les sociétés de pensée et la Révolution en Bretagne (1788-1789), t. I, Champion, 1925, p. 34-38, p. 264.

158 ADF – 23B333 et notice 515 ; ADLA – B6 907 et notice 450.

159 ADLA – B9 986 et notice 683.

160 Où dans un échantillon d’une dizaine de bibliothèques de 1792-1793 il n’y a qu’un détenteur de l’Encyclopédie. P. Loupes, op. cit., p. 316.

161 Où aucun chanoine ne la possède. G. Viard, op. cit., p. 122-124.

162 À part une œuvre d’Helvétius, on n’y trouve pas d’ouvrage des philosophes. S. Porcher, Les bibliothèques des chanoines d’Angers au xviiie siècle, mémoire de maîtrise, université d’Angers, 1994, p. 117.

163 M.-M. Compere, « Les chanoines de Chartres au xviiie siècle (1746-1790) », BSAEL, n° 29, 1968, p. 32.

164 On peut songer à Boisbily de Quimper dont la bibliothèque a été étudiée dans J. Queniart, op. cit., p. 217-220 (il possède vingt-sept volumes de Rousseau, des ouvrages de Voltaire, Bayle ainsi que l’Encyclopédie) ; à Guino de Tréguier, R. Daniel, « La bibliothèque de Jacques-Louis Guino », BSAF, t. 98, 1972, p. 265-292 (il possède les œuvres de Voltaire en quarante volumes, dix volumes de Rousseau et l’Encyclopédie).

165 Fin 1784, la guérison d’une religieuse ursuline de Redon est attribuée à l’intercession de Benoît Labre. L’enquête est confiée à Grimaudet en qualité de vicaire général du diocèse de Vannes et de supérieur de la communauté. Esprit rigoureux, il s’acquitte de cette tâche avec conscience. G. Provost, « “Assurément on ne dira pas que nous avons cru à l’aveugle” : l’Église et le “miracle de Redon” (1784) », A. Croix, A. Lespagnol et G. Provost, op. cit., p. 73-82.

166 D. Roche, op. cit., t. I, p. 231-232.

167 J. Dhombres (dir.), La Bretagne des savants et des ingénieurs. 1750-1825, Ouest-France, p. 14.

168 G. Aubert, op. cit., p. 171. Cet intérêt ne fléchit d’ailleurs pas à la veille de la Révolution : C. Wolff, La décoration des intérieurs rennais, 1770-1790, mémoire de maîtrise, université Rennes 2 Haute-Bretagne, p. 156-159 ; S. Nedelec, La décoration des intérieurs malouins, 1780-1790, mémoire de maîtrise, université Rennes 2 Haute-Bretagne, 2001, p. 86-89.

169 Respectivement : ADIV – 2 B 597 et 4 B 4893, ADF – 23 B 233. On peut ajouter Ruffelet (notice 685) de Saint-Brieuc qui possède « huit thermomètres et baromètres » au début de la Révolution, ADCA – 1Q517. Voir notices 252, 311, 515.

170 Que ce clergé soit urbain, comme à Paris (A. Pardailhe-Galabrun, op. cit., p. 149), ou rural, comme dans la presqu’île guérandaise (A. Croix, « Le clergé paroissial, médiateur… »).

171 Notice 51.

172 ADIV – 4B4 817.

173 ADF – 23B312 et notice 354.

174 Notice 181.

175 ADIV – 2B634.

176 Notice 225.

177 ADIV – 1Q1 095.

178 Notice 394.

179 ADCA – 1Q499.

180 Notice 51.

181 ADF – 23B369 et notice 471.

182 Notice 257.

183 ADLA – B9 989.

184 ADIV – 2B593 et notice 714.

185 ADF – 23B333 et notice 515.

186 ADLA – B9 993 et notice 576.

187 ADF – B368 et notice 47. Astronome et mathématicien mort en 1765, Alexis-Claude Clairaut développa son œuvre à partir des travaux de Newton.

188 Notice 683.

189 Adrien-Marie Legendre, mort en 1833, s’est notamment fait connaître par ses travaux de géométrie.

190 ADCA – 1Q487.

191 Notice 558.

192 Nous suivons ici les études d’A.-P. Segalen, « Un savant léonard au xviiie siècle. Guillaume Mazéas (Landerneau, 1720 – Vannes, 1775) », BSAF, 1986, p. 349-364 et G. Borvon, « Guillaume Mazéas (1720-1775) : un électricien breton à l’époque de Franklin », J. Dhombres (dir.), op. cit., p. 242-249.

193 Jean-Mathurin Mazéas occupe la chaire de philosophie au collège de Navarre avant de devenir chanoine de Notre-Dame de Paris en 1783. Il se fait connaître par des travaux d’arithmétique et de géométrie. Il est de plus correspondant de l’Académie de Berlin et de la Royal Society de Londres. P. Levot, Biographie bretonne. Recueil de tous les Bretons qui se sont fait un nom, Cauderan, 1857, t. II, p. 431.

194 Ce qui montre l’étendue de ses centres d’intérêt. Caylus (1692-1765) est en effet un antiquaire particulièrement sensible aux vestiges de la vie quotidienne, dont la collection sera léguée au Cabinet du roi. Mazéas est donc au contact des conceptions les plus modernes de l’archéologie.

195 ADM – 47G7, délibération du 12 avril 1771.

196 Les six autres inventeurs, tous membres de l’Académie royale des sciences de Paris, œuvrent entre 1721 et 1770 dans des domaines aussi variés que l’astronomie, la biologie, la chimie botanique, la médecine, les techniques agricoles… G. Minois, « Clercs et inventions techniques d’après les mémoires de l’Académie royale des sciences de Paris (1666-1770) », ABPO, 1987, p. 431-449.

197 J.-M. Moriceau, « Sociétés d’agriculture », L. Bely (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, PUF, 1996, p. 1169 ; L. De Villiers, « Histoire de la Société d’agriculture, de commerce et des arts, établie par les États de Bretagne (1757) », ABr, t. XVI, 1897, p. 312-352.

198 Notice 685.

199 Notice 640.

200 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 531.

201 Ibid., p. 151 et notice 42.

202 J. Evenou, « Un chanoine de Vannes correspondant de Jean-Jacques Rousseau », BSPM, t. 108, 1981, p. 91-92 et notice 572.

203 Le Febvre (ADLA – B6 907 et notice 450), Bourreau (ADLA – B6 908/1 et notice 60) et Du Breil (ADIV – 2B634 et notice 181).

204 Le Grand (ADF – 23B369 et notice 471).

205 Roy (ADLA – B9 986 et notice 683).

206 P. Loupes, op. cit., p. 320-321.

Table des illustrations

Titre Tableau 52. – Les objets en porcelaine dans les intérieurs (nombre d’intérieurs concernés).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17437/img-1.png
Fichier image/png, 2,3k
Titre Tableau 53. – La consommation de café (nombre de chanoines concernés).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17437/img-2.png
Fichier image/png, 3,0k
Titre Tableau 54. – La consommation de thé (nombre de chanoines concernés).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17437/img-3.png
Fichier image/png, 2,3k
Titre Tableau 55. – Sucre et confitures (nombre de chanoines concernés).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17437/img-4.png
Fichier image/png, 2,6k
Titre Tableau 56. – Les bouteilles dans les caves des chanoines.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17437/img-5.png
Fichier image/png, 4,0k
Titre Tableau 57. – La littérature de l’ouverture (nombre de chanoines concernés).
Légende : géographie et voyage ; : histoire des pays étrangers ; : dictionnaires et grammaires étrangères, ouvrages étrangers. Il suffit de posséder un seul ouvrage relevant de l’une des catégories pour figurer dans le tableau.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17437/img-6.png
Fichier image/png, 44k
Titre Tableau 58. – L’ouverture sur le monde dans les bibliothèques.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17437/img-7.png
Fichier image/png, 14k
Titre Graphique 15. – La pénétration de l’exotisme dans les intérieurs104.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17437/img-8.png
Fichier image/png, 6,9k
Titre Tableau 59. – La double résidence au sein des élites bretonnes au xviiie siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17437/img-9.png
Fichier image/png, 4,4k
Titre Tableau 60. – Baromètres et thermomètres dans les intérieurs de chanoines (nombre de chanoines).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17437/img-10.png
Fichier image/png, 2,7k
Titre Tableau 61. – Les instruments d’optique dans les intérieurs de chanoines (nombre de chanoines).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17437/img-11.png
Fichier image/png, 2,8k
Titre Tableau 62. – La pénétration des instruments scientifiques dans les intérieurs de chanoines (nombre de chanoines possédant au moins un baromètre, un thermomètre, une longue vue, une lorgnette, un télescope, des instruments de mathématiques ou un « étui de mathématiques »).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17437/img-12.png
Fichier image/png, 2,8k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search