Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Troisième partie. Les cultures canoniales

Chapitre VIII. Un horizon intellectuel en mutation

Texte intégral

  • 1 M. Marion, Recherche sur les bibliothèques privées à Paris au milieu du xviiie siècle (1750-1759), (...)
  • 2 J. Queniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Klincksieck, (...)

1La chambre à coucher, ou une pièce adjacente, remplit donc le rôle de cœur intellectuel du logis d’un chanoine puisque c’est ici qu’il range sa bibliothèque. Plusieurs études ont d’ailleurs attiré l’attention sur la place croissante occupée par le livre dans les intérieurs des clercs, notamment chez les prébendés, détenteurs d’une solide formation théologique en particulier et intellectuelle en général. Ainsi, au milieu du siècle, près des deux tiers des ecclésiastiques parisiens possèdent une bibliothèque1. De même, à la fin du xviiie siècle, au terme d’un développement continu, les trois quarts des prêtres des villes de l’Ouest possèdent plus de cent livres – certains chanoines disposant même de très grandes bibliothèques2.

  • 3 Examinés par exemple dans J. Queniart, op. cit., p. 159-163 ou R. Chartier, Lecteurs et lectures d (...)

2L’étude de ces bibliothèques au moyen de l’inventaire après décès se heurte à plusieurs problèmes aujourd’hui bien connus3. Il faut tout d’abord identifier les livres. Or, nombre de priseurs achèvent leur inventaire en énumérant des paquets de livres non identifiés. De plus, souvent, parce que l’ouvrage est suffisamment connu, le scribe peu compétent ou pressé, les titres ou les noms d’auteurs sont écorchés ou incomplets. L’analyse du contenu des bibliothèques soulève aussi quelques difficultés. Les ouvrages possédés sont-ils des acquisitions ou des héritages ? Sont-ils tous lus ou certains constituent-ils des couches fossiles ? C’est finalement le lien entre le livre et la culture qui est difficile à comprendre. Photographie à un moment précis du contenu des bibliothèques, ces inventaires ne rendent pas compte de l’histoire de leur constitution ni de l’évolution des centres d’intérêt de leurs propriétaires. Il est d’autre part difficile de connaître l’usage qui est fait d’une lecture : est-elle à l’origine d’une évolution, du raffermissement de convictions ? Sans oublier que l’on ne peut mesurer l’ensemble des lectures d’un individu. Même un individu dépourvu de livres peut être un lecteur par le biais d’emprunts ou de la fréquentation de chambres de lecture…

3Un dernier problème – et non des moindres – complique l’analyse des bibliothèques des chanoines bretons du xviiie siècle. Elle s’appuie en effet, rappelons-le, sur un échantillon restreint de quarante-cinq inventaires. Dans ces conditions, il est hasardeux de vouloir fonder des conclusions définitives. On ne peut multiplier les conclusions chiffrées qui ne peuvent avoir valeur d’ensemble. Aussi semble-t-il préférable de privilégier la dimension qualitative et de tenter de replacer les bibliothèques canoniales bretonnes dans le processus plus large de diffusion du livre au sein du clergé.

  • 4 Les ouvrages communs – peu nombreux – se trouvent dans les archives : le terme de bibliothèque par (...)
  • 5 D. Roche, « Livres et culture. Religion et société à l’âge moderne. Quelques réflexions », Livres (...)
  • 6 J. Queniart, « L’utilisation des inventaires en histoire socioculturelle », B. Vogler (dir.), Les (...)

4Ces limites posées, l’étude de ces quelques bibliothèques n’en demeure pas moins intéressante. En l’absence de véritable bibliothèque capitulaire4, elles constituent le support le plus important de la réflexion individuelle. Les mises au point successives qu’imposent les recherches menées dans ce domaine suggèrent plusieurs pistes de travail. Au-delà de la description des contenus, la mesure du degré de professionnalisation5 et de modernité6 des bibliothèques peut aider à redonner de « l’épaisseur » à leurs propriétaires et à comprendre la manière dont ils se situent dans la société.

Présentation des bibliothèques

  • 7 S. Porcher, Les bibliothèques des chanoines d’Angers au xviiie siècle, mémoire de maîtrise, univer (...)
  • 8 J. Queniart, Culture et société…, p. 184-220.
  • 9 635 livres à Nantes ; 421 à Rennes ; 413 à Saint-Pol-de-Léon.
  • 10 G. Aubert, Le président de Robien. Gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières, PUR, 2001, (...)

5Une analyse rapide conduit à relever la très forte présence du livre chez les chanoines. Parmi les trente-neuf possesseurs de livres, rares sont ceux qui en possèdent moins d’une dizaine. En revanche, près du tiers possède plus de trois cents ouvrages, et quelques bibliothèques sont particulièrement volumineuses, cinq d’entre elles dépassant mille volumes. Les grandes bibliothèques semblent donc moins rares dans les villes bretonnes qu’à Angers7, par exemple, ou à Rouen et au Mans8. La situation n’en demeure pas moins contrastée puisque les chanoines nantais possèdent en moyenne plus de livres que ceux de Rennes et de Saint-Pol-de-Léon9. De plus les chanoines sont peu nombreux parmi les membres des élites bretonnes propriétaires de bibliothèques dépassant mille volumes10.

Graphique 10. – La répartition des chanoines en fonction du nombre de livres possédés.

Graphique 10. – La répartition des chanoines en fonction du nombre de livres possédés.
  • 11 Notice 341.
  • 12 Notice 604.
  • 13 Notice 683.
  • 14 Notice 51.
  • 15 Notice 24.
  • 16 Notice 428.
  • 17 Notice 216.
  • 18 Notice 627.
  • 19 Notice 88.

6Ces constats formulés, on ne peut sans risque proposer des explications simples à la disparité des situations. La prêtrise est sans influence sur la taille des bibliothèques. À l’exception de Jouault11 et de Pichard12, tous les chanoines étudiés sont en effet prêtres. Quelques exemples montrent que la détention d’une dignité joue quant à elle un rôle marginal. Parmi les propriétaires de grandes bibliothèques, on trouve Roy13 ou Bossard14 qui ne sont pas dignitaires, et Barrin15, chantre de Nantes. À l’opposé, parmi les détenteurs de petites bibliothèques, figurent Le Bois16, Écolasse17 et Prigent18, non-dignitaires, et Calloët19, archidiacre à Saint-Pol-de-Léon. La possession d’un grade universitaire n’a elle aussi que peu d’influence dans la mesure où la moitié des chanoines sans livres en sont pourvus. On peut cependant à ce sujet s’interroger sur une limite des inventaires : il est en effet peu probable que des chanoines gradués ne possèdent pas de livres… les bibliothèques n’ont peut-être tout simplement pas été inventoriées. Pris isolément, ces trois critères ne sont pas déterminants ; en revanche leur combinaison se révèle intéressante. On constate alors que ceux qui possèdent le moins de livres ne sont souvent ni dignitaires ni gradués. Plus décisif semble être le niveau de fortune. Dans chaque ville, les petites bibliothèques semblent appartenir aux chanoines les moins riches ; et si cette influence paraît moins décisive au niveau des grands ensembles, leurs possesseurs ne figurent jamais parmi les moins fortunés.

  • 20 322 livres entre 1726 et 1735 ; 163 entre 1746 et 1755 ; 446 entre 1766 et 1775.

7Ces observations permettent d’asseoir quelques conclusions. Tout au long du xviiie siècle, il existe des chanoines sans livres, ou possédant peu de livres, à l’image de certains prêtres ruraux. Une éventuelle influence du type de source semble devoir être rejetée puisque le constat s’appuie aussi bien sur des actes de pose de scellés que sur des inventaires. Par ailleurs, l’échantillon du milieu du siècle montre un fléchissement qui se traduit par davantage de chanoines sans livres et une diminution de la taille moyenne des bibliothèques des possesseurs de livres20. La progression de la fin du siècle est liée à la multiplication des bibliothèques supérieures à trois cents livres, qui s’imposent vraiment à cette époque. Les très grandes bibliothèques que l’on observe après 1766 appartiennent quant à elles à des chanoines qui associent place prestigieuse, aisance matérielle et culture intellectuelle. En effet, la plupart de ces personnages sont des dignitaires gradués de l’Université figurant parmi les plus riches de leur chapitre. Enfin, pour de nombreux chanoines le livre est un bien important puisque près de la moitié des bibliothèques bien inventoriées représentent au moins un cinquième de la valeur totale de l’inventaire. Il est vrai que cet indicateur peut laisser de côté des chanoines très fortunés qui possèdent de nombreux livres, mais il a le mérite de mettre en évidence l’importance que l’on accorde à la culture livresque au sein de ce moyen clergé de prébendés.

Les bibliothèques des chanoines

8Pour étudier les contours de cette culture livresque on dispose de vingt-cinq bibliothèques plus ou moins bien connues.

9Trois sont entièrement inventoriées, une dizaine sont très bien décrites, neuf le sont au moins à moitié et seules trois ne le sont que très partiellement. Cette disparité nuit évidemment à la formulation de conclusions d’ensemble mais ne constitue pas un obstacle rédhibitoire. En effet, l’étroitesse de l’échantillon rassemblé et l’état de la recherche dans ce domaine nous conduisent à travailler sur des cas et à les replacer dans un contexte général bien connu. Le nombre ne pouvant ici pallier les insuffisances de la source, il s’agit moins de restituer la culture d’un groupe social dans toutes ses dimensions que de réfléchir à sa diversité. Dans cette perspective, petites, moyennes et grandes bibliothèques seront décrites. Enfin, afin de préciser certaines observations, des bibliothèques d’autres villes pourront être sollicitées.

Tableau 51. – Les bibliothèques des chanoines bretons.

Tableau 51. – Les bibliothèques des chanoines bretons.

Les petites bibliothèques

  • 21 Notice 720.

10Ces bibliothèques comprises entre un et cent volumes, auxquelles on pourrait ajouter les cinq composées de « quelques livres », sont au nombre de treize. La plupart de ces petites bibliothèques contiennent plus de dix volumes. Il n’est malheureusement pas possible de tenir compte de l’ensemble puisque seules cinq d’entre elles sont inventoriées. La plus ancienne, celle de Thépaut21, contient soixante-neuf volumes et est connue à 70 %. Elle ménage une très large place au secteur religieux. Outre quelques ouvrages de base comme la Bible, un Bréviaire et un Concile de Trente en latin, ce vicaire général possède un large rayon de dix-huit volumes consacré à la théologie. Cependant, on n’y trouve aucun Père et Docteur de l’Église, Thépaut se contentant pour l’essentiel d’ouvrages en vigueur dans les séminaires. Quatre ouvrages de droit ecclésiastique et de droit canon renforcent la prépondérance du secteur religieux. Enfin, seuls trois titres témoignent de l’intérêt mineur de ce chanoine pour l’univers profane : Les éléments de l’histoire ou ce qu’il faut savoir, un Dictionnaire universel français et latin et Le maître italien de Veneroni.

  • 22 Notice 730.
  • 23 Notice 604.

11Au milieu du siècle, Trémigon22 possède une bibliothèque à l’organisation similaire. Dix de ses douze livres sont en effet des ouvrages religieux. Deux Bibles, un Bréviaire, les Commentaires sur les psaumes de Bellarmin deux ouvrages liturgiques et l’Imitation de Jésus constituent l’essentiel de ses lectures. Le Traité des dîmes et la Coutume de Bretagne constituent le pauvre secteur profane de cette bibliothèque. À la même époque, celle du Léonard Pichard23 témoigne d’autres préoccupations. Parmi ses quatre-vingt-quatorze volumes très mal connus et semble-t-il « imparfaits », deux auteurs anciens – Tacite et Horace – ainsi que l’Histoire de Villars voisinent avec les ouvrages religieux, notamment de dévotion. Le fonds théologique comprend au moins La Cité de Dieu de saint Augustin et un livre – la Théologie morale – de Bonacina.

  • 24 Notice 3.
  • 25 Notice 60.

12À la fin de la période, deux bibliothèques très différentes permettent de constater permanences et inflexions. Celle d’Allain24 ne contient en 1767 que cinq livres conservés dans une armoire de la sacristie de la cathédrale : il s’agit sans surprise de cinq ouvrages religieux. En 1772, Bourreau25 détient lui aussi une large majorité de livres religieux : vingt-six sur les trente-deux volumes identifiés d’un ensemble de soixante-dix-sept livres. Il s’agit d’un ensemble diversifié dans lequel figurent bibles, bréviaires, un Concile de Trente, ouvrages de théologie, de liturgie et de dévotion personnelle. Cette petite bibliothèque, c’est la nouveauté, s’ouvre cependant, de manière limitée certes, à des préoccupations plus larges. Bourreau s’intéresse en effet à l’histoire locale et possède un Dictionnaire breton ainsi que l’Histoire de Bretagne de Lobineau. Les Comptes faits de Barrême et le Corps d’observations d’agriculture – les Observations de la société d’agriculture de Bretagne selon toute vraisemblance – contribuent aussi à faire de ce chanoine un être aux horizons moins étroits que celui de ses confrères.

  • 26 Notice 3.

13Ces petites bibliothèques présentes tout au long du siècle possèdent un certain nombre de caractéristiques communes. Souvent mal connues, elles accordent, quelle que soit l’époque, une place hégémonique aux ouvrages religieux. La curiosité intellectuelle ne semble ainsi pas être la qualité première de ces chanoines, dont les successions figurent parmi les plus faibles de leurs compagnies. Aussi faut-il peut-être tenir compte d’un certain handicap financier pour expliquer la taille restreinte de leurs bibliothèques. Leurs livres religieux ne traduisent par ailleurs pas des préoccupations de très haut niveau. Ils se contentent dans l’ensemble des ouvrages obligatoires, s’intéressent peu à la théologie, pour ainsi dire pas aux Pères et Docteurs de l’Église et pas du tout aux controverses religieuses. Ce profil traduit bien la formation de base reçue dans les séminaires : la réflexion est centrée sur quelques ouvrages doctrinaux fondamentaux. Il n’est à cet égard pas anodin que les deux Pères et Docteurs recensés soient saint Augustin et saint Thomas. Ces chanoines dépourvus de grades universitaires – à l’exception d’Allain26 – sont ainsi relativement proches de beaucoup de simples prêtres du xviiie siècle.

Les bibliothèques moyennes

  • 27 Notice 699.
  • 28 Sa bibliothèque contient deux cent quinze livres parmi lesquels les ouvrages religieux représenten (...)

14Huit bibliothèques, dont sept sont inventoriées, contiennent de cent à trois cents livres. Deux Nantais, deux Rennais et trois Léonards, à une exception près gradués de l’Université, font partie de cet ensemble en général bien connu. Sesmaisons27 possède en 1734 de très nombreux livres religieux28. Chez ce docteur en théologie formé au xviie siècle, la théologie est le domaine le mieux représenté et les Pères et Docteurs de l’Église sont présents en grand nombre. Les travaux d’Irénée, Origène, Clément, Jean Chrysostome, Ambroise, Jérôme, Augustin, Bonaventure, Thomas constituent à eux seuls une petite bibliothèque. Ce chanoine, habitué à la réflexion et au maniement des concepts, ne néglige pas non plus les commentaires des Écritures puisqu’il lit Menochius et le Père Mauduit. Une dizaine de titres de dévotion lui permettent par ailleurs de nourrir sa foi. Piètre amateur de littérature – il ne possède que les Caractères de Théophraste – il s’intéresse en revanche un peu au droit ecclésiastique, à l’histoire et à la philosophie.

  • 29 Notice 252.
  • 30 Notice 108.
  • 31 Notice 419.

15Les trois bibliothèques du milieu du siècle se caractérisent aussi par l’importance de leur secteur religieux. Celui-ci représente plus de 90 % des quatre-vingt-quatorze livres connus de Gardin29, plus de la moitié des deux cent quarante-huit livres inventoriés de Charrette30, près de la moitié des livres de Launay31. Si tous trois accordent une réelle attention à la dévotion personnelle, leur culture religieuse semble différente. Chez Launay, Pères et Docteurs de l’Église et commentaires des Écritures représentent la moitié des ouvrages religieux. Il lit Justin, Ambroise, Bernard, Grégoire, Léon, Augustin, mais aussi les œuvres de Maldonado, Estius et Canisius. Les autres aspects de la théologie ne sont pas absents, mais occupent une place secondaire dans sa bibliothèque. Charrette possède quant à lui un rayon théologique étoffé où se côtoient saint Augustin, Bonacina, Louis de Grenade ou Tournely. Quant à Gardin, s’il possède également deux ouvrages théologiques – dix volumes – il accumule les volumes des Conférences de Paris, des Conférences d’Angers – trente-trois volumes –, et les recueils de sermons de Bourdaloue et de Le Gault – douze volumes. Launay et Charrette possèdent également des ouvrages de droit qui complètent leurs connaissances théologiques et en font certainement des érudits de haut niveau aptes à défendre la religion et leur institution. De plus, ils s’intéressent à l’histoire, surtout Charrette qui possède quarante-neuf volumes pour une douzaine de titres. Histoire ecclésiastique bien sûr avec l’Histoire de l’Église gallicane, mais aussi histoire ancienne avec l’Histoire des révolutions de la République romaine de Vertot, l’histoire moderne avec l’Histoire de France de Mézeray, les Puissances de l’Europe en dix-sept volumes, sans oublier l’Histoire de Bretagne de Lobineau. La littérature se limite à des « dictionnaires latins », auxquels Launay ajoute des auteurs anciens comme Sénèque, Juvénal ou Quinte-Curce. Les seules réelles audaces de ces bibliothèques sont un livre de Ghérardi – Le Théâtre italien – chez Launay et des ouvrages de géographie chez Charrette : une Méthode de la géographie, une Introduction à la géographie, la Méthode pour apprendre facilement la géographie de Robbe. On peut y ajouter cinq livres de médecine chez Launay ainsi que les Comptes faits de Barrême, les Éléments de mathématique de Rivard et un livre d’anatomie chez Charrette.

  • 32 Notice 181.
  • 33 Notice 263.
  • 34 Notice 286.

16Quelques décennies plus tard, le domaine religieux est toujours prépondérant chez Du Breil de Pontbriand32, Geslin33 et Goyon34. Ces trois chanoines présentent cependant des profils différents. Pontbriand, en dépit de ses travaux d’archiviste au service de son chapitre et des États de Bretagne, semble peu s’aventurer en dehors des sentiers balisés de la culture religieuse traditionnelle et délaisse, dans une large mesure, l’érudition religieuse. Il compense l’absence de commentaires de la Bible, des Pères et Docteurs de l’Église, d’ouvrages majeurs de théologie par une vingtaine d’ouvrages de dévotion et de très nombreux recueils de sermons ou d’oraisons. Il s’agit de la bibliothèque d’un chanoine auquel les travaux archivistiques laissent peu de temps pour la lecture et dont les fonctions de théologal ont certainement guidé l’acquisition de nombreux sermonnaires. Moins monolithique, la bibliothèque de Geslin ajoute à son rayon proprement religieux les vingt-cinq volumes d’une Histoire ecclésiastique. Mais c’est celle de Goyon qui témoigne de centres d’intérêt complémentaires, toutefois pas novateurs. Ses trente et un livres de droit – avant tout ecclésiastique et canon – sont en effet certainement à relier à sa formation de licencié en droit, et son intérêt pour l’histoire se concentre avant tout sur l’histoire ecclésiastique. Point commun entre ces trois ensembles : on y trouve très peu d’ouvrages de littérature ou de science. Plutarque, Sénèque et Tite-Live constituent ainsi l’horizon littéraire classique de Pontbriand, un Dictionnaire français et latin et un Choix de poésies morales celui de Geslin, un Commentaire d’Aristote et un Dictionnaire français celui de Gouyon. Enfin, le Corps d’observations de la Société d’agriculture de Bretagne chez Pontbriand et les Entretiens physiques du père Régnault chez Geslin complètent cette timide ouverture.

  • 35 74 % des titres connus chez Sesmaisons, 56 % chez Launay, 62 % chez Charrette, 100 % chez Gardin, (...)
  • 36 J. Queniart, op. cit., p. 204.
  • 37 Rappelons qu’à une exception près ces chanoines sont pourvus de grades universitaires.

17Ces bibliothèques plus étoffées permettent de confirmer la spécialisation des bibliothèques de chanoines. D’ailleurs, si l’on ajoute droit canon, droit ecclésiastique et histoire ecclésiastique, la prépondérance de la sphère religieuse est renforcée35. En même temps, et au regard de leur taille plus importante la contradiction n’est qu’apparente, elles sont plus diversifiées. Ces ensembles restent cependant assez classiques : si le rayon histoire se gonfle, dans une large mesure grâce à l’histoire ecclésiastique, les lettres ne s’ouvrent pas aux auteurs contemporains et l’intérêt pour les sciences demeure limité. Dans le domaine religieux, il s’agit au-delà des Bibles, Bréviaires et autres Missels, de lectures de spécialistes de l’érudition religieuse à une époque où « la lecture des Pères et Docteurs de l’Église semble en nette régression36 ». Ces bibliothèques traduisent une formation supérieure37 et reflètent aussi mieux les attentes, les exigences de l’Église à l’égard de ses serviteurs. On y décèle également une réelle méfiance à l’égard du monde, un refus de toute mise en cause que traduit le faible intérêt pour les débats anciens ou contemporains, la controverse. Enfin, une bibliothèque confirme l’apparition – déjà relevée dans les petites bibliothèques – d’un intérêt timide pour les questions agronomiques en fin de période.

Les grandes bibliothèques

  • 38 Cinq à Nantes, quatre à Rennes et trois à Saint-Pol-de-Léon.
  • 39 Notice 138.
  • 40 Notice 460.
  • 41 Notice 1.
  • 42 Forte de cinquante des soixante et onze volumes du secteur historique.

18Douze bibliothèques, dans l’ensemble bien connues et réparties de façon homogène38, contiennent plus de trois cents volumes. Les plus anciennes sont massivement dominées par le secteur religieux. En 1723, celle de Coupperie39 – la moins bien inventoriée – abrite ainsi près de cent trente ouvrages de ce type dans un ensemble de cent trente-huit livres connus. Ce modèle de bibliothèque très spécialisée, où l’on trouve de nombreux ouvrages de théologie, de liturgie et de dévotion, ne peut être généralisé. En effet, certaines grandes collections témoignent d’une diversification timide mais précoce des centres d’intérêt des chanoines. Ainsi, le Rennais Le Gault40, dont les livres religieux représentent 70 % des volumes connus, s’intéresse aussi au droit et à l’histoire. Quant à Abrahamet41, à Saint-Polde-Léon, il possède, à côté de ses livres religieux – près de 60 % de l’ensemble – de riches rayons juridique, historique et littéraire. Si ses connaissances juridiques demeurent très professionnelles – les ouvrages de droit canon et ecclésiastique sont majoritaires – et ses préoccupations littéraires très classiques – les auteurs anciens dominent nettement –, son originalité est à rechercher dans le secteur historique. En effet, l’histoire ecclésiastique et l’histoire ancienne sont peu représentées, à la différence de l’histoire moderne42. Au-delà de préoccupations générales matérialisées par le Dictionnaire historique de Moreri, l’histoire de France récente l’intéresse : il lit par exemple l’Histoire de Henri IV et La monarchie française sous Louis XIV. Il complète ses connaissances de l’histoire du royaume par l’Histoire de Bretagne d’Argentré. De plus, il ne méconnaît pas l’histoire étrangère et lit l’Histoire de Guillaume III roi d’Angleterre et l’Histoire de Hollande.

  • 43 Notice 24.

19Un dernier exemple permet de brosser les contours de la culture intellectuelle des propriétaires de grandes bibliothèques du début du siècle. Il s’agit de celle de Barrin43 qui possède, en 1719, près de mille quatre cents livres, connus à 90 %. Dans cette bibliothèque diversifiée, le rayon historique est le plus étoffé, suivi du secteur religieux au sein duquel se dégage un important rayon dévolu à la patristique. Ses goûts en matière historique semblent éclectiques comme le montrent ses nombreux ouvrages d’histoire ecclésiastique, ancienne et moderne. Ce qui le distingue de ses confrères de l’époque, c’est son intérêt pour l’histoire des pays étrangers. Il connaît en effet l’histoire de l’Angleterre, de la Hollande, de l’Espagne, de l’Italie, du Portugal, du Mexique… En matière littéraire, il penche pour les auteurs classiques qui représentent la moitié de son secteur littéraire, mais n’ignore pas Boileau, Corneille, Molière, Racine ou Saint-Évremond. Ses goûts artistiques privilégient la Renaissance – Palladio et Léonard de Vinci – et ses ouvrages philosophiques portent la marque de l’Antiquité.

  • 44 Notice 714.

20Au milieu du xviiie siècle, la bibliothèque de Talhouët44, diversifiée comme celles de Barrin et d’Abrahamet, témoigne de quelques évolutions. Cet ensemble de plus de six cents livres dont quatre cent quarante-cinq sont connus ne contient que 31 % de livres religieux, essentiellement consacrés à la liturgie et à l’encadrement des fidèles. Aussi important, le secteur historique représente 30 % de l’ensemble mais est dans une large mesure dédié à l’histoire moderne de la France, dont Le siècle de Louis XIV de Voltaire, et à l’histoire étrangère. L’histoire ecclésiastique n’est présente qu’au travers de deux titres dont l’Histoire ecclésiastique de Fleury qui comprend trente-six volumes. Si le secteur littéraire est lui aussi étoffé – 20 % des livres – les auteurs modernes comme Montaigne, La Fontaine, Racine, Molière, Boileau, Corneille, La Rochefoucauld, Regnard, Crébillon, y dominent nettement les anciens comme Lucien, Lucrèce ou Cicéron. Talhouët témoigne de surcroît d’une réelle curiosité pour la philosophie puisque, à côté de Platon, Aristote et Épicure, figurent le Dictionnaire de Bayle, La recherche de la vérité de Malebranche ou l’Esprit des lois de Montesquieu. Ouvert à la peinture – trois ouvrages – et à l’économie – un Essai sur le commerce –, il s’intéresse aux sciences naturelles : il possède, et l’Histoire naturelle de Buffon, et le Spectacle de la nature de Pluche.

  • 45 Notice 257.
  • 46 Notice 471.
  • 47 Notice 51.

21Trois des sept grandes bibliothèques de la fin du siècle présentent des profils proches. La part des ouvrages religieux est réduite chez Gauvain45, Le Grand46 et Bossard47. Le premier s’intéresse principalement à l’histoire qui constitue 36 % de sa bibliothèque. Si l’histoire ecclésiastique figure en bonne place, si l’histoire de France n’est pas ignorée, c’est l’histoire des pays étrangers qui semble l’attirer. Il fait d’ailleurs ici preuve d’éclectisme et d’un réel esprit d’ouverture dans la mesure où l’Europe du Sud côtoie l’Europe du Nord et des contrées plus exotiques. Il possède en effet une Histoire des Deux-Siciles, une Histoire d’Espagne, les Révolutions d’Espagne, mais aussi une Histoire d’Écosse, une Histoire d’Angleterre, les Révolutions de Suède, sans oublier l’Histoire du Japon. Il parfait sa connaissance des horizons lointains avec dix-huit ouvrages de géographie ou de voyages dont Robinson Crusoé de Daniel Defoe et les Voyages de l’Amérique. Dans le domaine littéraire, les auteurs modernes comme du Bellay, Corneille, Molière, Racine, Crébillon… supplantent les anciens et quelques ouvrages étrangers confirment l’ouverture intellectuelle de ce chanoine : les œuvres de Cervantès, le Théâtre espagnol et les Nuits anglaises. Cette ouverture est confirmée par la connaissance de quelques philosophes contemporains puisqu’il possède les Erreurs de Voltaire et les œuvres de Rousseau en cinq volumes. Enfin, dernière preuve d’un esprit curieux, Gauvain possède une quinzaine d’ouvrages scientifiques. L’astronomie est représentée par l’Histoire du ciel de l’abbé Pluche, les mathématiques par la Récréation mathématique d’Ozanam, les travaux de La Chapelle… les sciences physiques par un Cours de physique et la médecine par le Traité des maladies et la Médecine des pauvres. Le Grand a, quant à lui, constitué un large rayon littéraire dominé par ses nombreux volumes du Journal de Trévoux et l’importance accordée aux auteurs récents, qui relèguent les auteurs latins – héritage de la culture acquise au collège ? – à un rang secondaire. L’histoire de France domine très largement un rayon historique qui ne néglige pas l’étranger. Si Descartes et Rousseau sont les seuls indices d’un intérêt pour la philosophie, les sciences et la médecine semblent mieux loties. Le Grand possède en effet quatorze titres de mathématiques, physique, astronomie et quinze de médecine. Chez Bossard, le secteur religieux, dominé par les ouvrages de théologie, précède de peu un vaste secteur historique qui ménage une large place à l’histoire ecclésiastique. Il n’ignore pour autant pas l’histoire de France et l’histoire ou la géographie des contrées étrangères. Cependant, sa réelle originalité est l’intérêt qu’il manifeste pour l’histoire de la Bretagne. Il possède en effet une dizaine de titres, soit vingt-cinq volumes, relatifs à l’histoire ou au droit de la province : le Nobiliaire de Bretagne, l’Histoire de Bretagne d’Argentré, Histoire et mémoire pour servir à l’histoire de Bretagne de Dom Morice et Taillandier, l’Histoire de Bertrand du Guesclin de Hay du Chastelet, l’Histoire de ducs de Bretagne de l’abbé Guyot des Fontaines, la Réunion de la Bretagne à la France de l’abbé Frail, le Terrier de la partie incendiée de la ville de Rennes, le Journal des audiences du Parlement de Bretagne de Poullain du Parc, la Coutume de Bretagne de Sauvageau, la Coutume de Bretagne d’Hévin. Le droit, avant tout ecclésiastique et canon, est d’ailleurs une autre des préoccupations de ce chanoine aux goûts diversifiés qui s’intéresse aussi aux sciences et à l’architecture.

  • 48 Notice 311.
  • 49 Cet ensemble représente 95 % de ses trois cent onze livres connus.
  • 50 Notice 450.
  • 51 Notice 683.
  • 52 Notice 515.

22Ces bibliothèques diversifiées ne font pourtant pas disparaître les ensembles au contenu plus traditionnel. Par exemple, près de trois quarts des livres connus de Hay de Bonteville48 concernent le secteur religieux, notamment l’encadrement des fidèles et la liturgie. Le poids du domaine religieux est de surcroît renforcé par les livres de droit canon et d’histoire ecclésiastique49. Cependant, entre ce type de bibliothèque classique et les bibliothèques diversifiées, d’autres au sein desquelles le religieux l’emporte parfois nettement ménagent des ouvertures vers d’autres domaines et témoignent de l’évolution d’une autre catégorie de prébendés. Celle de Le Febvre de Laubrière50 est ainsi consacrée pour l’essentiel à la religion, à l’histoire et au droit. L’important en ce dernier tiers du siècle est constitué par les transferts au sein des différentes rubriques. Ainsi, dans le domaine religieux, les ouvrages de controverse sont plus nombreux. La catégorie « histoire » contient quant à elle de nombreux livres d’histoire des pays étrangers et de littérature de voyage. Dans la rubrique juridique, au sein d’un ensemble de cent quatre-vingt-onze volumes, le droit civil représente autant d’ouvrages que les droits ecclésiastique et canon. Au sein d’une rubrique littéraire moins étoffée, il possède à côté des auteurs classiques comme Cicéron, Virgile ou Horace, les œuvres de La Fontaine, Boileau, Corneille, Racine. Enfin la philosophie contemporaine ne lui est pas totalement étrangère puisqu’il lit Locke, Montesquieu et Rousseau. Son confrère Roy51 semble moins éclectique : les ouvrages religieux, d’histoire ecclésiastique, de droits ecclésiastique et canon représentent en effet près de 70 % de ses neuf cent quatre livres connus. Cependant, s’il ne s’intéresse ni à l’histoire de France, ni à celle des pays étrangers, si la géographie le laisse presque indifférent, il lit les Fables de La Fontaine, Regnard, Boileau, la Henriade de Voltaire, les Amusements littéraires de Beaumarchais, les Lettres persanes de Montesquieu, fréquente les œuvres de Rousseau, l’Encyclopédie, étudie les Erreurs de Voltaire, et se passionne pour la botanique. Certes moins diversifiée, cette bibliothèque n’en témoigne pas moins d’une réelle sensibilité aux auteurs et aux préoccupations du temps. Chez Le Sparfel52, les livres religieux dominent également. Ici aussi, on note la place secondaire dévolue à l’histoire et aux auteurs anciens. Pour autant, les préoccupations pour les débats du temps n’apparaissent pas de manière évidente et Rousseau, Fontenelle et le Dictionnaire de Bayle sont les seules traces d’une connaissance des débats philosophiques récents. En revanche, il fait preuve de curiosité à l’égard de l’étranger : quelques ouvrages de littérature étrangère côtoient huit titres d’histoire des pays étrangers – l’Angleterre, le Portugal, la Turquie, mais aussi Gênes ou la Floride – et seize titres de géographie ou de littérature de voyage.

  • 53 Abrahamet (notice 1), Barrin (notice 24), Coupperie (notice 138), Hay (notice 311), Talhouët (noti (...)

23Quels enseignements dégager de l’étude de ces grandes bibliothèques ? Tout d’abord, le poids du secteur religieux se vérifie une nouvelle fois mais seuls de rares chanoines se contentent presque exclusivement d’ouvrages religieux. Ensuite, ces bibliothèques – qui appartiennent dans la plupart des cas à des chanoines dignitaires et gradués de l’Université53 – semblent plus diversifiées et le religieux y est parfois concurrencé, notamment en fin de siècle, par les rayons historique, juridique ou littéraire. La fin de la période semble enfin être un temps de réelle ouverture aux problèmes contemporains en matières philosophique, géographique ou scientifique.

24L’examen des bibliothèques en fonction de leur taille permet donc de confirmer la grande diversité du monde capitulaire. En effet, tout au long du siècle cohabitent des chanoines aux bibliothèques plus ou moins étoffées et plus ou moins diversifiées. Cependant, quelques lignes de force apparaissent puisque ces bibliothèques semblent caractérisées par une double logique. D’une part, faut-il le rappeler, la prédominance – à quelques exceptions près – du domaine religieux, quelles que soient les époques, les lieux, la taille des bibliothèques, qui fait des chanoines de véritables professionnels de la religion. D’autre part, une ouverture croissante aux préoccupations profanes, une diversification des centres d’intérêt en fonction de la taille des bibliothèques et de la fortune de leurs propriétaires.

L’évolution des lectures des chanoines

  • 54 Chez Hay de Bonteville (notice 311) à Rennes et Le Febvre de Laubrière (notice 450) à Nantes.

25Au-delà de leurs brèves descriptions et analyses, la reconstitution des bibliothèques moyennes du début et de la fin de la période permet de mieux connaître l’évolution des lectures des chanoines. La prise en compte des titres des ouvrages, non du nombre des volumes, permet de limiter l’effet des séries. Posséder trente-sept volumes de l’Histoire ecclésiastique de Fleury et onze volumes de l’Histoire de l’Église de Choisy dans un rayon historique de cinquante-cinq volumes pour six titres ne signifie en effet pas la même chose que posséder vingt-cinq titres d’histoire de France ou des pays étrangers dans un ensemble de quarante-deux titres… mais deux cent trente-trois volumes54. Dans le premier cas, on conclura à l’intérêt pour l’histoire ecclésiastique ; dans l’autre, pour l’histoire profane récente. Ces bibliothèques moyennes, aussi commodes soient-elles, ne prétendent évidemment pas traduire avec précision les lectures des chanoines. Elles permettent cependant de dégager des tendances lourdes, des glissements, des mutations des centres d’intérêt, même si l’étroitesse des échantillons nuit à la fiabilité des conclusions. L’analyse des titres des six bibliothèques échelonnées entre 1719 et 1734 et des treize entre 1766 et 1785 montre en effet qu’en dépit d’une réelle diversité, les préoccupations du monde capitulaire breton évoluent, à l’image de celles de ses contemporains.

Graphique 11. – La bibliothèque moyenne d’un chanoine en fonction des catégories classiques.

Graphique 11. – La bibliothèque moyenne d’un chanoine en fonction des catégories classiques.

Graphique 12. – La bibliothèque moyenne d’un chanoine après recomposition.

Graphique 12. – La bibliothèque moyenne d’un chanoine après recomposition.
  • 55 Comme en Guyenne à la veille de la Révolution, P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xv (...)
  • 56 S. Porcher, op. cit., p. 92-121.
  • 57 M.-M. Compere, « Les chanoines de Chartres au xviiie siècle (1746-1790) », BSAEL, n° 29, 1968, p. (...)
  • 58 J. Queniart, op. cit., p. 183.

26L’analyse la plus classique, fondée sur le classement de l’époque, permet de dégager permanences et mutations. D’une part, pendant les deux périodes, le secteur religieux domine très nettement55, suivi de loin par le rayon historique. D’autre part, les évolutions les plus notables sont le léger recul du secteur religieux et le progrès du droit. Ces observations qui rappellent celles que l’on a pu faire au sujet des chanoines d’Angers56 ou de Chartres57 méritent d’être complétées en procédant à des regroupements de rubriques appartenant à des catégories bibliographiques différentes. C’est en effet à ce prix que l’on peut approcher les catégories mentales et « décrypter les cultures qui se cachent derrière les livres58 ».

27L’examen de deux domaines compris dans une acception très large aide à saisir les mutations majeures de la culture canoniale. L’évolution de la part du religieux et de l’Antiquité dans leurs lectures – deux piliers de la formation reçue au collège, au séminaire, à l’Université – ainsi que les glissements qui s’opèrent à l’intérieur de l’une et de l’autre catégorie, permettent en effet de commencer à situer les prébendés par rapport aux mutations de leur temps. Le regroupement des ouvrages religieux proprement dits, de droit canon et ecclésiastique et d’histoire ecclésiastique, d’une part, des ouvrages d’histoire, littérature, philosophie, droit ancien, d’autre part, donne une toute autre physionomie de la culture livresque des chanoines.

Les mutations du domaine religieux

28Les ouvrages religieux demeurent très nombreux et majoritaires tout au long du siècle. Ce rayon se maintient en effet autour de 60 % des titres et son recul est léger : de cent vingt-deux par bibliothèque en moyenne dans le premier sondage à cent dix-neuf dans le second. Cette forte spécialisation dissimule en réalité des redistributions entre les rubriques. Au-delà de l’apparente stabilité de ce vaste secteur, les évolutions au sein des rubriques religion, droit et histoire témoignent des transformations qui marquent le monde capitulaire.

  • 59 Notice 699.
  • 60 Notice 354.
  • 61 Notice 354.
  • 62 Notice 515.
  • 63 J. Queniart, op. cit., p. 325.

29Entre les deux sondages, le droit canon et ecclésiastique profite incontestablement du recul des titres religieux. De 9 % des titres du secteur religieux au sens large dans la bibliothèque moyenne du début du siècle, il passe à 15 % en fin de siècle. Paradoxalement, les deux licenciés en droit canon de l’échantillon étudié possèdent peu d’ouvrages de ce type : Sesmaisons59 deux et Kermenguy60 douze. Ces rayons juridiques qui se garnissent avec le temps sont donc vraisemblablement constitués pour faire face aux nécessités de l’administration du chapitre et assurer la défense de ses intérêts temporels et spirituels. Les titres les plus courants sont le Juris canonici theoria et praxis de Cabassutius (chez six chanoines), l’Institution du droit ecclésiastique de Fleury (chez cinq chanoines) et le Traité de l’usage et pratique de la Cour de Rome de Pérard-Castel (chez quatre chanoines). Quelques chanoines associés à l’administration du diocèse, comme Kermenguy61 ou Le Sparfel62 à Saint-Pol-de-Léon, possèdent l’Arrêt des paroisses ou le Code des curés. En matière d’histoire ecclésiastique, parmi de très nombreux titres mentionnés une fois, certains sont plus courants : citons l’Histoire ecclésiastique de Fleury – « la référence essentielle du clergé cultivé63 » – ou celle de Le Nain de Tillemont que l’on rencontre toutes deux dans cinq bibliothèques. Pas moins de cinq Histoire de l’Église – de Godeau, Choisy… ou anonymes – trouvent aussi place dans les rayonnages. Autres titres cités à plusieurs reprises : les Annales ecclésiastiques de Baronius et l’Histoire du peuple de Dieu de Berruyer, trois fois chacun.

30En ce qui concerne la religion au sens étroit, plusieurs inflexions se dégagent. Tout d’abord, les Pères et Docteurs de l’Église servent de moins en moins de support à la réflexion personnelle. En effet, au début du siècle, on relève le nom de vingt-cinq d’entre eux dans les six bibliothèques étudiées ; en fin de période, il n’y en a plus que dix-sept dans treize bibliothèques. Les chanoines les plus anciens lisent surtout Ambroise et Augustin (quatre mentions chacun), Basile, Bernard, Bonaventure, Grégoire le Grand, Jean Chrysostome, Jérôme, Origène et Tertullien (trois mentions chacun). Avec le temps, Jean Chrysostome (cinq mentions), Augustin (huit mentions) et Thomas d’Aquin (huit mentions) s’imposent. Cinq prébendés sur treize possèdent les Confessions et huit la Somme théologique.

  • 64 Ils passent de 18 à 23 % des titres de la bibliothèque moyenne.
  • 65 Liturgie et encadrement représentent 16 % des titres religieux au début du siècle et 28 % à la fin

31De plus, la place occupée par les commentaires des Écritures régresse, le nombre des titres passant de onze à six par bibliothèque. Si des ouvrages des théologiens des premiers temps de la Réforme catholique comme Estius, Cornelius a Lapide ou Menochius figurent dans la moitié des bibliothèques au début du siècle, ils deviennent très rares par la suite. Alors que ces lectures de fond en matière de dogme et de spiritualité se raréfient, les titres liés à la recherche de perfection individuelle64, d’une part, à la liturgie, l’encadrement des fidèles, la pastorale, la formation, d’autre part, se multiplient65. Le plus remarquable est ici l’augmentation du nombre de sermonnaires, de recueils d’homélies et de Conférences ecclésiastiques diverses. Ce qui constitue un maximum au début du siècle – une dizaine de titres ou vingt-cinq volumes – n’est pas loin d’être le minimum quelques décennies plus tard. Au sein de cette littérature qui permet à la hiérarchie de s’assurer de l’homogénéité du clergé, les Conférences connaissent un essor indéniable.

32Au terme de cette analyse, on observe que les chanoines se comportent comme l’ensemble des prêtres. Globalement plus diplômés et dégagés des obligations pastorales, ils auraient pu s’en distinguer très nettement. Au lieu de cela, leur culture livresque semble peu originale. Même s’il n’est pas chargé d’âmes, le chanoine breton ressemble en effet à ses confrères : il est finalement conforme au modèle du prêtre défini par le concile de Trente. Comme eux, il se détache des ouvrages de recherche individuelle et adopte des types d’ouvrages garants d’une formation orthodoxe et homogène, cherche à être un modèle de foi et de vertu, et, bien que consacrant son temps à l’office divin, il se considère aussi comme un pasteur, un guide. En définitive, ce qui distingue le chanoine moyen du prêtre moyen à la fin du siècle, c’est plus le nombre de ses livres que ses centres d’intérêt.

  • 66 Notice 24.
  • 67 Notice 460.
  • 68 J. Queniart, op. cit., p. 321.

33La curiosité – limitée – pour les controverses anti-protestante et antijanséniste se maintient : trois et quatre titres par bibliothèque au début comme à la fin de la période. Au début du siècle, l’essentiel des écrits liés à la question protestante appartient au Nantais Barrin66 : il possède sept des quatorze titres recensés. Il s’agit avant tout d’ouvrages historiques comme l’Histoire du calvinisme, l’Histoire du luthéranisme, l’Histoire du grand schisme d’Occident de Maimbourg, la Critique générale de l’histoire du calvinisme de Maimbourg, les Lettres critiques contre l’histoire du calvinisme de Maimbourg, l’Histoire de la réformation de l’Église d’Angleterre, l’Histoire des révolutions arrivées en Europe en matière de religion. Seul Le Gault67, à Rennes, possède un ouvrage de fond – la Théologie de Calvin – et trois chanoines disposent de La perpétuité de la foi de l’Église catholique touchant l’Eucharistie d’Arnauld. Ce n’est par ailleurs qu’en fin de période – selon une tendance qui ne concerne pas que les prébendés68 – qu’apparaît à côté du livre d’Arnauld, au sein d’une trentaine de titres, l’importante quoique déjà ancienne Histoire des variations des Églises protestantes de Bossuet : les deux titres sont présents chacun chez trois chanoines.

  • 69 La bulle Unigenitus promulguée en 1713 qui condamne le jansénisme provoque de virulentes réactions (...)
  • 70 Dans le diocèse de Saint-Malo, 77 des 165 recteurs se prononcent pour l’appel ; dans celui de Nant (...)
  • 71 L.-M. Raison, « Le mouvement janséniste au diocèse de Rennes », AB, t. XLVII, p. 219-220 et notice (...)
  • 72 A. Bachelier, Le jansénisme à Nantes, Imprimerie de l’Anjou, 1934, p. 159 et notices 219 et 659.
  • 73 L.-M. Raison, « Le mouvement janséniste au diocèse de Saint-Malo », MSHAB, t. XI, 1930, p. 65-78.
  • 74 L.-M. Raison, « La réaction antijanséniste au diocèse de Saint-Malo », BMSAIV, t. LXVI, 1942, p. 2 (...)
  • 75 L.-M. Raison, « Le jansénisme à Dol au xviiie siècle », BMSAIV, t. LVI, 1930, p. 89 et notice 618.
  • 76 ADIV – G266, délibération du 17 août 1769.
  • 77 Notice 661.
  • 78 Notice 165.
  • 79 J.Mahuas, Le diocèse de Vannes et le jansénisme, 2 vol., thèse dactylographiée, université de Renn (...)
  • 80 Notice 24.
  • 81 Notice 1.
  • 82 Notice 515.
  • 83 Notice 460.
  • 84 Dont la possession peu aussi être indépendante de tout rapport au jansénisme.

34La querelle janséniste est présente au travers de seize titres dans le premier sondage et trente-sept dans le second. Les titres les plus lus sont La fréquente communion d’Arnauld (cinq mentions), la Bible de Sacy (cinq mentions), la Bibliothèque janséniste de Colonia. Il est très difficile de déduire de la possession de ces livres une quelconque adhésion de tel ou tel chanoine au jansénisme. Il est vrai que le contexte breton ne s’y prête guère si l’on en juge par le petit nombre d’appelants69 dans les diocèses de Haute-Bretagne, où ils se recrutent surtout dans ceux de Nantes et de Saint-Malo70. Les chanoines semblent donc rester massivement à l’écart de la querelle et manifester une réelle orthodoxie. En effet, rares sont ceux qui s’y impliquent : Mottais à Rennes71, Espinose et Du Moulin-Henriet à Nantes72, l’ensemble du chapitre, à la suite de son évêque, à Saint-Malo73. Deux autres ont à souffrir plus tard de leur sympathie pour la « secte ». Il s’agit de Le Large à Saint-Malo74 et Porée de La Lande à Dol75. Le premier est exilé à Quimper en 1742 après avoir révoqué son acceptation de la bulle Unigenitus, avant de s’y soumettre définitivement en 176976 ; le second est enfermé à Rouen en 1755 puis à Pontorson en 1766. Au cours de cette période, seul le chapitre de Vannes semble souffrir des effets de la querelle au point de se déchirer. Au départ, les efforts de Jacques de Robien77 en faveur d’un acte collectif d’appel se heurtent à l’opiniâtre résistance de Jean- François Dondel78. Puis, au terme d’un mouvement de diffusion du jansénisme dans l’ensemble du diocèse sous les auspices d’évêques sympathisants, les chanoines se divisent, l’intransigeance du vicaire général Dondel dans ses efforts de reprise en main rejetant plusieurs de ses confrères dans une opposition taxée de jansénisme. Il est vrai que certains de ses adversaires comme Duboys, Bossard du Clos ou Le Valloys de Séréac soutiennent les thèses jansénistes79. Aussi, dans les chapitres bretons où les jansénistes officiels sont très peu nombreux, il faut se contenter de soupçons de sympathie plus ou moins motivés, nés de la présence conjointe d’un certain nombre de livres. Ainsi, Barrin80 lit plusieurs ouvrages de saint Augustin, la Bible de Sacy, La fréquente communion et possède les Heures de Port Royal ; Abrahamet81 possède les Confessions, l’Histoire des cinq propositions de Jansénius de Dumas, les Lettres provinciales de Pascal, La fréquente communion d’Arnauld ; son confrère Le Sparfel82 lit les Confessions, La Cité de Dieu et un ouvrage sur le Nouveau Testament de saint Augustin, la Bible de Sacy parue entre 1672 et 1693, les commentaires latins des Évangiles et du Pentateuque par Jansénius, le Rituel d’Alet autrefois condamné par Clément IX, la Justification du silence respectueux de Fouillou parue en 1707 ainsi que les Instructions pastorales de M. l’archevêque de Cambrai sur le livre de Justification du silence respectueux et dispose de la Bibliothèque janséniste de Colonia qui recense les livres jansénistes ou suspectés de l’être, certainement dans sa version augmentée de 1731. Ce dernier ensemble, quoique daté, semble le plus révélateur d’une certaine affinité pour la morale janséniste en fin de siècle. Encore faut-il rester prudent : c’est certainement en vertu de ses responsabilités de théologal chargé de défendre l’orthodoxie que Le Gault83 possède les Confessions de saint Augustin84, l’Augustinus de Jansénius et le Nouveau Testament de Quesnel. Abritant peu de jansénistes convaincus, mais certainement quelques sympathisants attirés par la spiritualité janséniste, les chapitres bretons se caractérisent donc dans l’ensemble par une réelle orthodoxie doctrinale au xviiie siècle.

  • 85 Notice 1.
  • 86 Notice 263.
  • 87 Notices 257, 683 et 311.
  • 88 Notice 524.
  • 89 G.-A. Lobineau, Les vies des saints de Bretagne et des personnes d’une éminente piété qui ont vécu (...)
  • 90 Notice 577.
  • 91 G. Carron, Modèles du clergé ou vies édifiantes, 1787, t. II, p. 196-256.
  • 92 Notice 450.
  • 93 Notice 24.
  • 94 Il est l’auteur de l’Histoire ecclésiastique de Bretagne parue entre 1777 et 1788. Notice 156.
  • 95 Il a écrit l’Histoire de la seigneurie ecclésiastique en la ville de Saint-Malo et dépendances dan (...)
  • 96 On lui doit les Annales briochines ou abrégé chronologique de l’histoire ecclésiastique, civile et (...)

35Ces analyses en terme de moyennes effacent les différences entre prébendés. Pourtant, on l’a déjà dit, le monde capitulaire est divers et les livres des chanoines témoignent de sa richesse. L’exercice qui consiste à saisir les mentalités au travers des lectures n’en demeure pas moins délicat. Les grandes bibliothèques sont en effet souvent équilibrées et mettent en évidence des centres d’intérêt variés ; la pensée et le comportement d’un individu ne sont en outre pas obligatoirement conformes à ses lectures. Les bibliothèques examinées permettent cependant de distinguer avec prudence des sensibilités différentes. Ainsi, Abrahamet85, dont près du tiers des deux cent soixante-trois titres du secteur religieux au sens large concernent la théologie ou le commentaire des Écritures, fait figure de chanoine théologien. Son confrère Geslin86, dont le tiers des trente titres concerne le domaine de la spiritualité, de la dévotion, présente davantage un profil de chanoine dévot. D’autres, comme Gauvain, Roy ou Hay87 semblent particulièrement attentifs à la formation et à l’encadrement des fidèles, aux questions liturgiques. Ils nous rappellent que les chanoines ne sont pas toujours étrangers aux préoccupations pastorales. D’ailleurs, deux de leurs confrères mènent de front une double carrière de chanoine et d’encadrement des fidèles. Le premier, Jean Leuduger88 dessert plusieurs cures avant d’entrer dans le chapitre de Saint-Brieuc en 1689 en qualité de scolastique. Il est en outre devenu missionnaire très tôt et le reste jusqu’à son décès en 172289. Le second, Morel de La Motte90, jeune mais certain de sa vocation, s’enfuit de chez lui pour entrer au séminaire. À la suite du refus de son évêque de le laisser partir comme missionnaire, il entre dans le chapitre de Rennes – où il se montre particulièrement zélé – tout en prêchant, confessant, visitant et aidant malades et prisonniers91. Profil tout à fait différent, avec près de 30 % des cent quatre-vingt-quinze titres de son rayon religieux consacrés aux droits canon et ecclésiastique, Le Febvre de Laubrière92 fait preuve d’une réelle fibre juridique. Barrin93, quant à lui, s’intéresse particulièrement à l’histoire ecclésiastique : elle représente 15 % des deux cent soixante-six titres consacrés à la religion. Il est un bon exemple de ces chanoines férus d’histoire qui, pour certains d’entre eux, s’adonnent à l’écriture : c’est le cas de Déric94, de René-Joachim Porée du Parc95, de Ruffelet96.

L’affaiblissement de la référence à l’Antiquité

36Le secteur ancien de la bibliothèque moyenne subit une incontestable érosion au cours du siècle : évalué à 10 % des titres au début du siècle, il n’en représente plus que 5 quelques décennies plus tard. Les secteurs dominants demeurent la littérature et l’histoire, qui se maintiennent respectivement autour de la moitié et du tiers des titres.

  • 97 Le droit est présent dans deux bibliothèques sur six entre 1726 et 1735, dans quatre sur treize en (...)
  • 98 J. Queniart, op. cit., p. 310.
  • 99 En 1719, chez Barrin (notice 24), quarante titres (quatre-vingts volumes) ont trait à l’histoire a (...)
  • 100 Notice 24.
  • 101 Notice 515.

37Dès le début du siècle, le secteur juridique semble démodé et la désaffection se confirme par la suite97. Ce manque d’intérêt pour des ouvrages il est vrai peu utiles pour bien des chanoines s’inscrit plus largement dans un repli généralisé du droit ancien dans les bibliothèques du xviiie siècle98. On y trouve surtout les grands recueils juridiques de Justinien : les Institutes figurent par exemple chez cinq chanoines. L’évolution de la philosophie ancienne traduit également un désintérêt manifeste. Toujours peu étoffé, ce rayon se réduit au cours du siècle, tant par le nombre des titres – 13 puis 9 – que par celui des possesseurs – 3 sur 6 puis 4 sur 13. Tout au long du siècle, Aristote, avec sept titres, est le plus représenté de ces auteurs anciens dont la lecture est le fait de quelques chanoines érudits propriétaires de grandes bibliothèques. L’histoire ancienne concerne tout aussi peu de chanoines au xviiie siècle : deux puis six. En outre, à la fin du siècle, les rayons les plus importants sont beaucoup moins étoffés que ceux du début99. Les auteurs majeurs – Flavius Josèphe, Quinte-Curce, Tacite, Salluste, Suétone, Tite-Live – figurent dans les bibliothèques tout au long du siècle. Quelques titres se dégagent : l’Histoire des empereurs de Tillemont, l’Histoire romaine de Coiffeteau, l’Histoire romaine de Catrou et Rouillé, l’Histoire des Révolutions romaines de Vertot. La littérature ancienne concerne davantage de chanoines mais rares sont ceux qui en possèdent un rayon important. Quatre prébendés du premier sondage et neuf du deuxième disposent en effet des livres de littérature ancienne mais seules les collections de Barrin100 et de Le Sparfel101 se dégagent vraiment. Le premier en possède vingt-neuf titres et le second seize. En dépit d’une réelle diversité des lectures tant au début qu’à la fin de la période, quelques auteurs sont plus prisés. Ainsi, six chanoines lisent les Caractères de Théophraste, cinq chanoines lisent Virgile, quatre Cicéron et Horace.

  • 102 Notice 24.
  • 103 J. Queniart, op. cit., p. 156.

38Les deux sondages retenus nous placent en fait au cœur d’une évolution amorcée depuis quelques décennies puisque le nombre de chanoines détenteurs d’un fonds ancien significatif est par exemple déjà réduit entre 1726 et 1735. Seul Barrin102 semble en posséder un ; mais avec plus de quatre-vingts titres pour plus de cent cinquante-cinq volumes, il est, dès cette époque, une exception. Quoique plus précoce chez les chanoines, cette évolution concerne d’ailleurs le clergé dans son ensemble103.

  • 104 J. Queniart, « L’utilisation des inventaires en histoire socioculturelle », art. cit., p. 253-254.

39En fin de siècle, un fonds ancien résiduel figure donc dans nombre de bibliothèques et les préoccupations religieuses demeurent logiquement dominantes. Cependant, on assiste bien au recul plus ou moins marqué de ces deux rayons qui font écho à la formation reçue. Il est donc indispensable de se demander quels domaines bénéficient du recul de ces deux secteurs majeurs. La réponse n’est pas simple car les informations restantes sont très hétérogènes et relèvent du droit, de l’histoire, des belles-lettres et des sciences et arts, cette catégorie si hétérogène que son examen dans le détail risque de relever du catalogue et les enseignements d’être peu intéressants car fondés sur des données souvent très minces. Mais, un autre regroupement des ouvrages permet d’affiner les transformations de nature des bibliothèques entre le début et la fin du siècle. Il est ainsi possible d’examiner leur plus ou moins grande perméabilité à la modernité en opposant différents types de livres104.

Graphique 13 et 14. – Le degré de modernité des bibliothèques.

Graphique 13 et 14. – Le degré de modernité des bibliothèques.
  • 105 Notice 734. Sur le personnage, voir : A. Jacquart, L’abbé Trublet, critique et moraliste, Picard, (...)

40On observe alors une réelle érosion de l’histoire ancienne face à l’histoire française et étrangère récente, de la philosophie antique face à la philosophie et l’anti-philosophie et de la littérature antique face à la littérature française et étrangère. Cette dernière évolution rappelle d’ailleurs que certains chanoines, dont Nicolas Trublet105 est un bon représentant, s’intéressent particulièrement à la littérature de leur époque. Après la publication de ses Réflexions sur Télémaque consacrées à l’ouvrage de Fénelon en 1717, Trublet est remarqué par Houdar de La Motte, qui lui permet de rencontrer Marmontel, Marivaux ou encore Fontenelle. En 1735, il publie la première édition de ses Essais de littérature et de morale dans lesquels il porte des jugements sur les écrivains du siècle précédent, la société et la morale. Dans les années qui suivent, un poste de censeur royal dans la catégorie des belles-lettres et la rédaction des comptes rendus des ouvrages de philosophie et d’éloquence pour le Journal des savants lui permettent d’élargir considérablement sa culture. C’est donc un personnage très cultivé et curieux qui entre dans les chapitres de Nantes en 1741, puis de Saint-Malo en 1742. Il couronne cette carrière en devenant membre de l’Académie royale des sciences et belles-lettres de Berlin en 1749, puis membre de l’Académie française en 1761 après six tentatives obstinées qui lui valent bien des railleries. Déjà, en 1758, un compte rendu maladroit de la condamnation de l’Esprit d’Helvétius par l’Église lui aliène les philosophes, Voltaire en tête. Ce dernier l’attaque à nouveau de façon très virulente lorsque, deux ans plus tard, dans la sixième édition des Essais, il écrit que la Henriade aurait gagné à être rédigée en prose. L’élection de Trublet apparaît alors comme le fruit d’une campagne orchestrée contre le parti des philosophes à l’Académie. Voltaire ne s’y trompe pas lorsqu’il écrit à D’Alembert : « Mon cher archidiacre et archiennuyeux Trublet est donc de l’Académie, il compilera un beau discours des phrases de La Motte. »

Conclusion

  • 106 J. Queniart, Culture et société…, p. 224.

41Les préoccupations intellectuelles des chanoines ne sont donc pas figées. Le caractère « professionnel » constant des bibliothèques se double d’une évolution qui traduit une adaptation lente aux mutations des sensibilités de leur temps. Au sein d’un clergé dont la majorité des membres « est de plus en plus étrangère aux connaissances et aux réflexions, aux projets et aux problèmes de son époque106 », les chanoines, dégagés des responsabilités pastorales et disposant de temps pour l’étude, semblent constituer une minorité davantage en prise avec son temps. La multiplication des dictionnaires dans les bibliothèques de la fin de période confirme ce constat. Elle traduit par exemple le besoin croissant d’outils linguistiques – on passe de deux titres de dictionnaires de langue française à sept –, la volonté de liberté pour aborder l’histoire en dehors de tout système et exposé continu – le Dictionnaire historique de Moreri est rejoint en fin de période par ceux de Rochefort et de Ladvocat.

42Cette approche demeure cependant insuffisante. Elle a en effet trop tendance à considérer le monde capitulaire comme un ensemble homogène et ne rend pas compte de sa diversité. Diversité qui apparaît bien lorsque l’on s’intéresse à la taille des bibliothèques ou que l’on en parcourt les inventaires. Par ailleurs, l’évocation des ouvrages indices de modernité hors de tout contexte n’est à l’examen pas satisfaisante. Il faut les étudier en relation avec d’autres traces de modernité car les livres ne constituent que l’une des facettes de la question. Seul l’examen d’un contexte plus large permet de mesurer la plus ou moins grande imprégnation des mentalités par les changements de tous ordres à l’œuvre dans la société. Seule la mise en relation d’indices aussi différents que les lectures, les objets, les consommations, les pratiques permet vraiment d’étudier l’ouverture au monde des chanoines bretons. C’est par conséquent dans ce cadre que l’étude des ouvrages d’histoire et de littérature étrangère, des ouvrages géographiques, scientifiques, philosophiques des chanoines trouve sa place.

Notes

1 M. Marion, Recherche sur les bibliothèques privées à Paris au milieu du xviiie siècle (1750-1759), Bibliothèque nationale, 1978.

2 J. Queniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Klincksieck, 1977, p. 221.

3 Examinés par exemple dans J. Queniart, op. cit., p. 159-163 ou R. Chartier, Lecteurs et lectures dans la France d’Ancien Régime, Seuil, 1987, p. 166-167.

4 Les ouvrages communs – peu nombreux – se trouvent dans les archives : le terme de bibliothèque paraît donc excessif. À Rennes, les deux volumes de l’Histoire de Bretagne, donnés par les États y sont rangés (ADIV – G202 C, délibération du 23 décembre 1707). À Nantes, les commissaires chargés de dresser l’état des revenus et des dépenses du chapitre indiquent que les chanoines « n’ont point de bibliothèque commune, si on excepte les registres de leurs délibérations et environ une centaine de volumes de différents formats concernant l’histoire de la province, la jurisprudence et la discipline ecclésiastique », ce qui est peu (ADLA – Q33, déclaration des revenus du chapitre cathédral de Nantes, 1790). À Saint-Malo, vingt et un volumes (dix titres), dont la moitié concerne l’histoire de la Bretagne, sont conservés dans les archives (ADIV – 1Q663, procès-verbal de dépôt à la bibliothèque de livres provenant du chapitre, 9 messidor an III). À Saint-Pol-de-Léon, la situation est moins claire. En effet, en 1747, le chapitre dépêche des députés pour assister à l’inventaire des biens d’un chanoine décédé pour récupérer quelques livres « comme étant de la bibliothèque du chapitre » (ADF – 23B358, inventaire des biens de Launay, 14 avril 1747).

5 D. Roche, « Livres et culture. Religion et société à l’âge moderne. Quelques réflexions », Livres et culture du clergé à l’époque moderne, RHEF, t. 83, 1997, p. 219-220.

6 J. Queniart, « L’utilisation des inventaires en histoire socioculturelle », B. Vogler (dir.), Les actes notariés, sources de l’histoire sociale, xvie-xixe siècles, Actes du colloque de Strasbourg, p. 241-255.

7 S. Porcher, Les bibliothèques des chanoines d’Angers au xviiie siècle, mémoire de maîtrise, université d’Angers, 1994, p. 78.

8 J. Queniart, Culture et société…, p. 184-220.

9 635 livres à Nantes ; 421 à Rennes ; 413 à Saint-Pol-de-Léon.

10 G. Aubert, Le président de Robien. Gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières, PUR, 2001, p. 309 ; J. Queniart, op. cit., p. 184-220 et 225-264.

11 Notice 341.

12 Notice 604.

13 Notice 683.

14 Notice 51.

15 Notice 24.

16 Notice 428.

17 Notice 216.

18 Notice 627.

19 Notice 88.

20 322 livres entre 1726 et 1735 ; 163 entre 1746 et 1755 ; 446 entre 1766 et 1775.

21 Notice 720.

22 Notice 730.

23 Notice 604.

24 Notice 3.

25 Notice 60.

26 Notice 3.

27 Notice 699.

28 Sa bibliothèque contient deux cent quinze livres parmi lesquels les ouvrages religieux représentent quatre-vingt-onze des cent vingt-huit titres connus.

29 Notice 252.

30 Notice 108.

31 Notice 419.

32 Notice 181.

33 Notice 263.

34 Notice 286.

35 74 % des titres connus chez Sesmaisons, 56 % chez Launay, 62 % chez Charrette, 100 % chez Gardin, 76 % chez Du Breil, 79 % chez Geslin, 95 % chez Gouyon.

36 J. Queniart, op. cit., p. 204.

37 Rappelons qu’à une exception près ces chanoines sont pourvus de grades universitaires.

38 Cinq à Nantes, quatre à Rennes et trois à Saint-Pol-de-Léon.

39 Notice 138.

40 Notice 460.

41 Notice 1.

42 Forte de cinquante des soixante et onze volumes du secteur historique.

43 Notice 24.

44 Notice 714.

45 Notice 257.

46 Notice 471.

47 Notice 51.

48 Notice 311.

49 Cet ensemble représente 95 % de ses trois cent onze livres connus.

50 Notice 450.

51 Notice 683.

52 Notice 515.

53 Abrahamet (notice 1), Barrin (notice 24), Coupperie (notice 138), Hay (notice 311), Talhouët (notice 714), Le Febvre (notice 450), Le Grand (notice 471), Le Sparfel (notice 515) le sont ; Gauvain (notice 257), Le Gault (notice 460) et Roy (notice 683) sont simplement docteurs ; seul Bossard (notice 51) déroge à la règle.

54 Chez Hay de Bonteville (notice 311) à Rennes et Le Febvre de Laubrière (notice 450) à Nantes.

55 Comme en Guyenne à la veille de la Révolution, P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Éd. de l’EHESS, 1985, p. 315.

56 S. Porcher, op. cit., p. 92-121.

57 M.-M. Compere, « Les chanoines de Chartres au xviiie siècle (1746-1790) », BSAEL, n° 29, 1968, p. 32.

58 J. Queniart, op. cit., p. 183.

59 Notice 699.

60 Notice 354.

61 Notice 354.

62 Notice 515.

63 J. Queniart, op. cit., p. 325.

64 Ils passent de 18 à 23 % des titres de la bibliothèque moyenne.

65 Liturgie et encadrement représentent 16 % des titres religieux au début du siècle et 28 % à la fin.

66 Notice 24.

67 Notice 460.

68 J. Queniart, op. cit., p. 321.

69 La bulle Unigenitus promulguée en 1713 qui condamne le jansénisme provoque de virulentes réactions dans les rangs du clergé, conduisant des évêques, des curés, des moines… à faire appel de la bulle à un concile général à partir de 1717.

70 Dans le diocèse de Saint-Malo, 77 des 165 recteurs se prononcent pour l’appel ; dans celui de Nantes, 70 prêtres se prononcent de la sorte, dont seulement 30 recteurs sur 234. C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 589-590.

71 L.-M. Raison, « Le mouvement janséniste au diocèse de Rennes », AB, t. XLVII, p. 219-220 et notice 580.

72 A. Bachelier, Le jansénisme à Nantes, Imprimerie de l’Anjou, 1934, p. 159 et notices 219 et 659.

73 L.-M. Raison, « Le mouvement janséniste au diocèse de Saint-Malo », MSHAB, t. XI, 1930, p. 65-78.

74 L.-M. Raison, « La réaction antijanséniste au diocèse de Saint-Malo », BMSAIV, t. LXVI, 1942, p. 27-36. Il est à noter que Le Large (notice 475) a obtenu son canonicat en échange de son adhésion à la bulle Unigenitus.

75 L.-M. Raison, « Le jansénisme à Dol au xviiie siècle », BMSAIV, t. LVI, 1930, p. 89 et notice 618.

76 ADIV – G266, délibération du 17 août 1769.

77 Notice 661.

78 Notice 165.

79 J.Mahuas, Le diocèse de Vannes et le jansénisme, 2 vol., thèse dactylographiée, université de Rennes, 1967, particulièrement p. 138-831 et notices 208, 53, 517.

80 Notice 24.

81 Notice 1.

82 Notice 515.

83 Notice 460.

84 Dont la possession peu aussi être indépendante de tout rapport au jansénisme.

85 Notice 1.

86 Notice 263.

87 Notices 257, 683 et 311.

88 Notice 524.

89 G.-A. Lobineau, Les vies des saints de Bretagne et des personnes d’une éminente piété qui ont vécu dans la même province, Rennes, 1725, p. 370-380.

90 Notice 577.

91 G. Carron, Modèles du clergé ou vies édifiantes, 1787, t. II, p. 196-256.

92 Notice 450.

93 Notice 24.

94 Il est l’auteur de l’Histoire ecclésiastique de Bretagne parue entre 1777 et 1788. Notice 156.

95 Il a écrit l’Histoire de la seigneurie ecclésiastique en la ville de Saint-Malo et dépendances dans la paroisse de Saint-Servan, dédiée à Monseigneur l’évêque de Saint-Malo et à MM. du chapitre en 1709. Notice 619.

96 On lui doit les Annales briochines ou abrégé chronologique de l’histoire ecclésiastique, civile et littéraire du diocèse de Saint-Brieuc parues en 1771. Notice 685.

97 Le droit est présent dans deux bibliothèques sur six entre 1726 et 1735, dans quatre sur treize entre 1766 et 1775.

98 J. Queniart, op. cit., p. 310.

99 En 1719, chez Barrin (notice 24), quarante titres (quatre-vingts volumes) ont trait à l’histoire ancienne ; à la fin du siècle, les ensembles les plus importants – ceux de Bossard (notice 51) et Le Grand (notice 471) – comprennent seulement quatorze (cinquante-sept volumes) et dix titres (quarante-trois volumes).

100 Notice 24.

101 Notice 515.

102 Notice 24.

103 J. Queniart, op. cit., p. 156.

104 J. Queniart, « L’utilisation des inventaires en histoire socioculturelle », art. cit., p. 253-254.

105 Notice 734. Sur le personnage, voir : A. Jacquart, L’abbé Trublet, critique et moraliste, Picard, 1926 ; G. Souques, « Un académicien malouin au xviiie siècle : l’abbé Trublet », ASHAASM, 1974, p. 219-231 ; P. Petout, « Tricentenaire de la naissance de Nicolas Trublet, académicien (1697-1770) », ASHAASM, 1997, p. 293-300.

106 J. Queniart, Culture et société…, p. 224.

Table des illustrations

Titre Graphique 10. – La répartition des chanoines en fonction du nombre de livres possédés.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17436/img-1.png
Fichier image/png, 2,2k
Titre Tableau 51. – Les bibliothèques des chanoines bretons.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17436/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Titre Graphique 11. – La bibliothèque moyenne d’un chanoine en fonction des catégories classiques.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17436/img-3.png
Fichier image/png, 7,7k
Titre Graphique 12. – La bibliothèque moyenne d’un chanoine après recomposition.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17436/img-4.png
Fichier image/png, 8,0k
Titre Graphique 13 et 14. – Le degré de modernité des bibliothèques.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17436/img-5.png
Fichier image/png, 15k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search