Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Troisième partie. Les cultures canoniales

Chapitre VII. Des hommes derrière des institutions

Texte intégral

1Deux domaines semblent particulièrement intéressants pour mettre en évidence l’affirmation des personnalités derrière la façade policée des institutions et la défense de leurs intérêts. D’une part, à l’intérieur des chapitres, dignitaires et chanoines n’hésitent pas à faire valoir leurs droits contre les empiétements des confrères ou des corps. Ce que l’on peut ici, à juste titre, assimiler à une certaine culture de la chicane témoigne aussi de réactions d’hommes qui ne veulent pas tout sacrifier à la logique de la compagnie. En ce sens, au travers des récits des désordres qui agitent parfois les chapitres et de leurs condamnations, les registres capitulaires mettent aussi en scène les individus et leurs préoccupations. D’autre part, à l’extérieur des chapitres, l’abandon – ancien – de la vie collective et la jouissance d’une maison individuelle ou, à défaut d’un appartement, laissent s’exprimer la sensibilité de chacun. L’aménagement et la décoration des intérieurs permettent ainsi d’aborder une première facette de la culture des chanoines. Ils permettent de découvrir le personnage privé dissimulé derrière le nom qui figure au début des délibérations capitulaires.

Une culture de la chicane

2Malgré une diminution réelle des violences physiques et verbales entre prébendés et la tendance des registres de délibérations à modérer les conflits, des dissensions internes viennent régulièrement troubler l’harmonie des compagnies. Tout en relatant les activités quotidiennes des chapitres, les registres se font l’écho des efforts déployés par leurs membres pour préserver droits et préséances. Des conflits entre dignitaires ou entre dignitaires et chapitres se produisent ainsi tout au long de la période, alors que les affrontements entre prébendés, plus rares, se produisent surtout dans la première partie du siècle.

Des dignitaires vigilants

  • 1 Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, t. II, p. 592.
  • 2 Ibid., t. I, p. 261.
  • 3 R. Naz (dir.), Dictionnaire de droit canonique contenant tous les termes du droit canonique avec u (...)
  • 4 G. Minois, « Les chanoines de Tréguier aux xviie et xviiie siècles », MSECN, t. CX, 1981, p. 89. S (...)

3Les dignitaires s’attachent à préserver un certain nombre de droits et préséances qui les distinguent du commun des chanoines. Ils ont en effet dû renoncer, sous l’effet de la spécialisation des tâches, à une grande partie de leurs attributions initiales, qui remontaient souvent au Moyen Âge. Ainsi, dans presque tous les chapitres bretons, la comptabilité revient à un receveur appointé et l’entretien du trésor de la cathédrale ainsi que de l’ensemble des ornements est confié à un chanoine « fabrique ». Le trésorier, initialement chargé de ces tâches, ne conserve, au mieux, qu’un rôle de vérificateur. À Tréguier, le collège est dirigé par un principal nommé par la communauté de ville en accord avec le chapitre. Le pouvoir du scolastique, qui s’occupe à l’origine de l’instruction des enfants destinés au service de l’Église et qui jouit « de quelques droits de juridiction ou d’inspection sur les Écoles de son Église, de la ville ou du diocèse1 » s’en trouve limité. La rétribution d’un maître de psallette dans nombre de chapitres contribue à ôter toute responsabilité à cette dignité. De même, l’emploi d’un maître de musique soulage bien souvent le chantre « du soin des chants du chœur2 ». Le doyen, qui a quant à lui vocation à être le premier dignitaire et à diriger le chapitre, ne peut y prétendre que dans trois chapitres. Initialement choisis par l’évêque pour diriger les diacres – et plus généralement le clergé – du diocèse et gérer les biens de la cathédrale, les archidiacres ont rapidement accumulé des pouvoirs jugés trop importants qui ont conduit le concile de Trente à ne leur laisser que le droit de visiter les paroisses. Enfin, le théologal, chargé en 1179 par le concile de Latran « d’instruire gratuitement les clercs de [la cathédrale] et les enfants pauvres3 », se contente le plus souvent « de prêcher à la cathédrale chaque dimanche et jour de fête4 ».

  • 5 ADF – 6G18, réponse de M. de La Villegonan, chanoine et vicaire général de Vannes (notice 65), à M (...)

4À la fin de l’Ancien Régime, pour tous ces dignitaires, l’enjeu est de taille. En effet, ils « substituent M. L’évêque dans les offices épiscopaux l’un au défaut de l’autre et précèdent les chanoines dans toutes les fonctions ecclésiastiques, à l’hôtel de ville et à l’assemblée du Clergé5 ». Leurs fonctions ecclésiastiques sont d’ailleurs bien décrites par les chanoines de Tréguier qui expliquent, à l’occasion de la contestation par certains des prérogatives attachées à la première dignité, qu’un arrêt du Parlement de Bretagne du 26 mai 1687 maintient le chantre

  • 6 ADCA – G284, lettre des chanoines de Tréguier, 25 mars 1737.

« […] à faire le service et toutes les fonctions et cérémonies aux fêtes solennelles en l’absence de l’évêque et à exercer toutes fonctions curiales sur les dignités, chanoines, bénéficiers, chapelains et autres officiers clercs de notre église et à leur administrer les sacrements de pénitence, communion et extrême-onction et après leur décès lever leur corps et les enterrer en terre sainte et en l’absence dud. Chantre pourront les autres dignités faire lesdites fonctions6 ».

  • 7 ADIV – G366, mémoire à Nos seigneurs du Parlement, 28 novembre 1703. Les relations orageuses de Cl (...)
  • 8 Par exemple, il affirme qu’il doit présider les assemblées diocésaines du clergé en l’absence de l (...)
  • 9 ADIV – G366, acte du 20 janvier 1705.
  • 10 ADF – 2G7, extrait du registre du greffe du siège présidial de Quimper. L’archidiacre dont il est (...)
  • 11 Notice 471.
  • 12 ADF – 100 J216, demande de l’archidiacre Tromelin d’entrer au chapitre, 1745.
  • 13 Notice 601.
  • 14 ADF – 100 J 218, procédure de Jean-Louis Pic de La Mirandole, chantre et chanoine, contre les chan (...)
  • 15 ADM – 52G4, mémoire de Livoys (notice 527), scolastique au Présidial de Vannes, 14-15 décembre 178 (...)

5Régulièrement, des dignitaires entrent donc en conflit avec leur compagnie pour faire respecter leurs privilèges. Par exemple, en 1703, le chantre de Dol dénonce l’attitude de ses confrères dans un mémoire adressé au Parlement de Bretagne7. Il y rappelle notamment qu’il doit établir le calendrier du service divin et le célébrer à son tour comme tous les chanoines. Il précise de surcroît qu’il jouit d’un droit de préséance sur tous les dignitaires et les chanoines dans le chœur, en chapitre et à l’occasion d’un certain nombre de manifestations en dehors de la cathédrale8. Or, dans tous ces domaines, il considère que le chapitre s’ingénie à limiter ses droits. Sa position lui semble particulièrement menacée dans quelques circonstances. Ainsi, pendant la messe de Carême 1703, les chanoines ont pris sa place pendant le sermon. L’alternative était donc simple : rester debout – intolérable « dans la personne d’un premier dignitaire » – ou s’asseoir dans le siège de l’évêque – contraire aux statuts. Le chapitre a alors osé le suspendre de toutes fonctions « pour avoir poussé les aumusses de ceux qui après s’être emparé de sa place avaient encore affecté de mettre leurs aumusses et bonnets carrés sur le prie-dieu de la chaise épiscopale… » dans laquelle il s’est assis. De plus, depuis Pâques, les chanoines l’ont empêché plus de vingt fois de présider les délibérations capitulaires en l’absence de l’évêque, l’obligeant à sortir en « lui disant que s’il en faisait difficulté ils le jetteraient dehors par force et à coups de mains et de pieds tanquam agnus inter lupos ». Par ailleurs, il proteste contre leur refus de lui attribuer une petite armoire dans la sacristie pour y déposer ses affaires, et les manœuvres entreprises, en 1702 et 1703, pour tenter de l’empêcher de porter le saint sacrement le jour de la Fête-Dieu. Le différend est finalement réglé à l’amiable en 17059. Entre 1712 et 1724, la vie du chapitre de Quimper est rythmée par des disputes régulières entre le grand archidiacre et la compagnie. Le dignitaire s’affirme victime de malveillances de la part du chapitre lors des processions. Ainsi, le jour de l’Assomption 1724, « le suppliant qui devait faire la clôture du clergé parce que c’est la place honorable et par conséquent due à celui qui en constitue la plus éminente dignité au lieu d’être précédé par le chapitre se trouva placé à la queue du bas-chœur10 ». Pendant une vingtaine d’années, au milieu du siècle, le chapitre de Léon mène la vie dure à ses dignitaires. En 1745, l’un des trois archidiacres, Le Grand de Tromelin11, ne parvient pas à faire admettre à ses confrères qu’il a le droit de prendre place en chapitre « au-dessus de tous les dits chanoines non dignités dans toutes les assemblées capitulaires qui se pourraient tenir pour le gouvernement du diocèse pendant la vacance du siège épiscopal12 ». En 1761, l’affaire n’est toujours pas réglée. Deux ans plus tard, Pic de La Mirandole13 se plaint que, depuis son arrivée en 1741, le chapitre de Saint-Pol-de-Léon « n’a pas cessé de le troubler dans la jouissance des droits, privilèges et prééminences attachées à sa dignité14 ». Il réclame alors un arrêt de la Cour qui énumère ses droits en tant que chantre. Ne le trouvant pas aux archives et devant le refus du chapitre, il consulte les anciens registres, découvre ce document daté de 1696 et porte l’affaire devant le Parlement de Bretagne. Un nouvel arrêt de la Cour demande alors l’application de celui de 1696 : le chantre doit présider les chapitres lorsqu’ils ne concernent pas la gestion de la mense capitulaire. En d’autres termes, les questions de discipline, de mœurs, les députations, la réception des évêques, les relations avec les autres corps… sont de son ressort. Pic sera cependant en conflit avec son chapitre jusqu’à sa mort. À la fin de la période, à Vannes, le scolastique défend son droit à porter le bâton cantoral lorsque le chantre ne le porte pas et demande que le chapitre soit condamné à lui verser une rétribution lorsque les chanoines le portent à sa place15.

  • 16 Notice 473.
  • 17 ADF – 6G18, arrêt du Parlement de Bretagne entre M. Le Jacobin archidiacre et grand vicaire et M. (...)
  • 18 ADM – 52G3, contestation Douhet (notice 167) – Bossart (notice 53), sentence de monseigneur de Ber (...)
  • 19 ADIV – G207, délibérations des 24 juin et 4 juillet 1767. Le trésorier est Maurille-Pierre-Jean Ha (...)

6Les compagnies tentent donc, semble-t-il, de renforcer leur image unitaire en limitant les préséances dont jouissent leurs dignitaires dans la cathédrale et en dehors… surtout s’ils ne sont pas chanoines. Quels que soient les motifs plus profonds – jalousie de certains chanoines, refus par d’autres de l’autorité revendiquée par les plus ambitieux – l’objectif reste identique : limiter les droits et les ambitions des dignitaires. Ces derniers, quant à eux, s’efforcent de maintenir leur particularisme, adoptant la stratégie mise en œuvre par les chapitres lorsqu’ils défendent pied à pied leurs biens et leurs droits. Ils s’engagent ainsi dans une lutte individuelle puisqu’il n’existe pas de solidarité entre dignitaires. Certains tentent en effet de renforcer leur position au détriment des autres et il faut alors, comme le montrent quelques exemples, batailler afin de faire respecter ses droits. À Saint-Pol-de-Léon, en 1709, Le Jacobin de Keramprat16, archidiacre et vicaire général, a besoin d’un arrêt du Parlement de Bretagne pour faire reconnaître par le chantre son droit de procéder, en l’absence de l’évêque, à l’absoute dans la nef de la cathédrale deux fois dans l’année. Sous prétexte qu’il était la première dignité du chapitre, le chantre l’en avait dépossédé le jour des Cendres 1706 et le Jeudi saint 170717. À Vannes, à la fin des années cinquante, le chantre attaque le scolastique car ce dernier a la prétention de célébrer l’office à sa place lorsque l’évêque et les deux premières dignités du chapitre sont absents. Il faut une intervention de l’évêque en 1760 pour que les droits du chantre Léonard de Douhet soient clairement réaffirmés : il ne cède sa place que s’il n’est pas chanoine18. En 1767, le trésorier du chapitre de Rennes s’oppose au nouveau chantre et rappelle que lors des processions du saint sacrement, « marchant seul au milieu de la rue entre le haut et le bas-chœur, c’est à lui de régler l’ordre et la marche de la procession19 ». Très attaché à ce droit qui le distingue de ses confrères, il ne manque pas de préciser de surcroît que lui seul peut donner des ordres au maître des cérémonies.

Quelques chanoines chicaniers…

  • 20 Le chapitre cathédral de Tréguier est particulièrement touché par ce problème. Au cours du xviiie (...)
  • 21 Notice 730.
  • 22 Notice 252.
  • 23 ADIV – G204, délibérations des 29 mars et 1er avril 1743.

7De simples chanoines s’opposent également à leur compagnie ou à leurs confrères. Les affrontements dus à la folie de certains prébendés écartés20, quelques motifs majeurs se dégagent. Les querelles de personnes, aux raisons souvent obscures – tenant pour une part à des incompatibilités de caractères – n’épargnent pas les chapitres bretons. L’affrontement, à Rennes, entre Joseph de Trémigon21 et Godefroy Gardin22 est à cet égard particulièrement révélateur23. À l’origine, une erreur plus ou moins volontaire du second qui a noté Trémigon absent à un office alors que ce dernier l’avait prévenu de sa maladie. S’en suit une querelle où la mesquinerie le dispute au dépit : protestations et insultes sont échangées, au point que Trémigon se plaint de ne pouvoir « remplir son devoir au chœur ». Le chapitre règle le problème en adressant un blâme à Gardin.

  • 24 Notice 17.
  • 25 Cet épisode est également révélateur d’une certaine méfiance de la part du chapitre à l’égard de l (...)
  • 26 Notice 679.
  • 27 ADIV – G266, délibération du 25 juin 1773.
  • 28 Notice 490.
  • 29 ADIV – AdR – D3, délibération du 31 juillet 1786.

8Certains s’estiment par ailleurs victimes d’injustices. Claude Babin24 déplore les brimades dont il est l’objet de la part de ses confrères malouins depuis qu’il a occupé les fonctions de secrétaire de l’évêque. À leur goût trop proche du prélat, dont il a été le commensal, il ne peut s’exprimer en chapitre « sans causer le plus singulier étonnement à quelques-uns » et sans que ses paroles soient déformées25. Rousselin du Rocher26 s’étonne qu’on ne l’ait pas autorisé à donner la bénédiction du saint sacrement alors que, selon les statuts, cette tâche lui incombait. Affirmant s’être absenté de l’office suivant par « amour de la paix » et pour « éviter toute altercation », il demande que cette malheureuse affaire soit évoquée au cours du chapitre suivant27. Le dernier exemple montre à quel point les chanoines sont attachés à tous les aspects honorifiques de leur fonction : en 1786, à Rennes, l’un des frères Le Mintier28 demande à changer de stalle car, installé dans celle de « l’encoignure » au fond du chœur, il se trouve fort à l’étroit et… ne peut être vu29.

  • 30 Notice 379.
  • 31 ADCA – G273, délibérations des 5 septembre et 31 octobre 1712.
  • 32 Notice 606.
  • 33 ADIV – G260, délibération du 4 décembre 1715.
  • 34 Notice 282.
  • 35 ADIV – G260, délibération du 3 novembre 1716.

9Enfin, certains chanoines se plient parfois difficilement à la discipline du corps. L’opiniâtre Claude de La Fosse30, l’un des chanoines archidiacres – non-dignitaires – de Tréguier obtient en 1712 « par grâce et pour lui seul de faire les offices canonials [sic] en la place qu’il occupe au chœur en qualité d’archidiacre et non en celle de chanoine ». Si le chapitre compose ici avec les statuts et accepte que l’un des siens sorte du rang, il exige en revanche qu’il aille « à l’encens… dans son rang et selon sa réception de chanoine31 ». À Rennes, François Pinczon32 refuse de porter la chape lors des fêtes de Noël 171433. Il faut y voir le refus par un chanoine d’accomplir une tâche qui revient au dernier chanoine clerc pourvu, et qui le désigne aux yeux de tous comme un prébendé inférieur. Charles-Amaury de Gouyon de Matignon34 se fait quant à lui remarquer par sa longue absence : ses confrères rennais lui reprochent en effet, en 1716, de manquer à ses devoirs depuis trois ans35. Les trois exemples choisis témoignent bien de l’insatisfaction de certaines personnes face à la logique capitulaire. De plus, la présence de ce type de comportements au début de la période rappelle que le xviiie siècle est pour l’essentiel un siècle de maturité au cours duquel les chanoines sont très largement pénétrés de leurs devoirs cultuels et administratifs.

  • 36 Notice 734.
  • 37 Il s’agit d’Henri d’Aulnay (notice 12).
  • 38 ADIV – G265, délibérations des 1er et 11 octobre, du 15 décembre 1756, des 12, 16, 21 et 23 mars 1 (...)

10En témoigne d’ailleurs l’attitude de chanoines qui n’hésitent pas à s’opposer à leurs confrères afin de défendre la cohérence des décisions capitulaires. Par exemple, en octobre 1756, le Malouin Trublet36 demande au chapitre d’effacer un mémoire stipulant qu’on l’a vu « en toutes les occasions prendre parti contre la compagnie » et qu’il juge injurieux à son égard. La décision de lui donner satisfaction provoque une vive réaction de l’archidiacre de Porhoët 37 en mars 1757. Ce dernier rappelle en effet que, jadis, il a demandé l’effacement de termes blessants des registres de délibérations et que le chapitre lui a répondu : « Si nous admettions des ratures sur nos registres pourrions-nous dans la suite nous en servir dans les différentes occasions qui se présentent pour justifier nos droits et prétentions. » Le chapitre se divise alors en deux mouvances et déclare à la fin du mois de mars, afin de régler le différend, qu’il ne reconnaît pas la validité du mémoire. Comme la position du chapitre est à présent claire, Trublet exige, au grand dam de l’archidiacre, que les signataires, à titre individuel, retirent leur signature38. Cet épisode, qui n’est pas réglé en 1759, met bien aux prises les intérêts d’un chapitre et d’un chanoine indigné de ses pratiques contradictoires.

  • 39 P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Éd. de l’EHESS, 1985, p. (...)
  • 40 Où certains chanoines se montrent particulièrement violents, au point que l’un d’entre eux fait l’ (...)
  • 41 E. Joubert, Le chapitre Saint-Géraud d’Aurillac, 1561-1790, Imprimerie moderne, 1976.

11Dans des atmosphères parfois lourdes de ressentiment où le chanoine compte peu au regard des intérêts de la compagnie, certains comportements – révélés par des querelles ou des réprimandes – rappellent que les chapitres se caractérisent par la recherche d’un équilibre entre les intérêts des individus et ceux de la compagnie. Le caractère chicanier des chanoines d’Ancien Régime – également relevé en Guyenne39, à Tulle40 et à Aurillac41 – n’est donc pas seulement l’expression du désœuvrement de certains et de la monotonie d’une vie qui s’écoule à l’ombre d’une cathédrale. Il traduit aussi leur aspiration à être reconnus à la place qu’ils occupent dans le chapitre. Et sans qu’ils imaginent un seul instant remettre en cause l’existence même des chapitres, leur attitude est peut-être aussi l’expression discrète d’un lent mouvement qui anime la société dans son ensemble : les efforts des individus qui se dégagent progressivement de l’emprise des structures collectives.

L’espace privé : la maison du chanoine

12Ces prises de positions conduisent les compagnies à se prononcer afin de préserver leur cohésion. Punition, admonestation ou remontrance, quelle que soit la forme qu’elle revêt, la décision est notifiée à l’intéressé. S’il n’est pas présent en chapitre, le secrétaire ou le maître des cérémonies se rend à son domicile pour l’informer. Malheureusement, il ne nous dit rien de son logement. Celui-ci, dont le chanoine n’est souvent que locataire, permet d’abandonner l’espace professionnel et d’aborder l’espace privé dans lequel il évolue. Si, à la fin de l’Ancien Régime, quelques prébendés occupent entièrement leur maison, la plupart se contentent d’un appartement. Deux sources permettent de les découvrir : inventaires après décès d’une part ; descriptions et estimations des biens nationaux d’autre part. Dans la mesure où leur objet n’est pas là, aucune ne livre cependant de description parfaite des logements. Les inventaires – dévolus à l’estimation des biens du défunt – souffrent de l’instabilité ou de l’imprécision du vocabulaire – qu’est-ce qu’une chambre ? –, de l’absence de rigueur de certains rédacteurs qui passent d’une pièce à l’autre ou d’un étage à l’autre sans le signaler, qui oublient de mentionner la présence de tel ou tel corridor… Les descriptions révolutionnaires, qui justifient un prix de mise en vente, sont quant à elles parfois très succinctes. En dépit de ces limites, quelques caractéristiques se dégagent.

Des maisons imposantes

  • 42 ADCA – 1Q1/33, P.-V. d’estimation du grand archidiaconé, 17 janvier 1791.
  • 43 Comme à Luçon, par exemple. P. Praud, « Le temporel du chapitre cathédral de Luçon au xviiie siècl (...)
  • 44 « Timidités urbaines » qui semblent donc caractériser les élites rennaises. G. Aubert, Le présiden (...)
  • 45 Notons que c’est loin d’être le cas à Rennes où, à la fin de la période, les mentions de telles co (...)
  • 46 ADCA – 1Q1/33, P.-V. d’estimation de la trésorerie, 10 janvier 1791.
  • 47 ADIV – 1Q395, P.-V. d’estimation de la maison occupée par monsieur de Rommilley (notice 668), prêt (...)

13Les chanoines vivent dans de grandes maisons composées pour la plupart de plusieurs « corps de logis » dotés d’une cour fermée à laquelle on accède par une porte cochère. Souvent complétées par diverses constructions annexes – hangars, appentis, écuries, pavillons, voire chapelle42 – elles figurent parmi les belles maisons des cités épiscopales43. L’exemple rennais montre néanmoins que, par leur sobriété extérieure, elles se fondent dans le paysage des quartiers où elles sont implantées : ici l’aristocratique quartier de la cathédrale44. Les maisons attachées aux dignités semblent cependant se distinguer. Ainsi, à Tréguier – où les maisons prébendales sont construites en pierres45 –, on accède à la maison principale de la trésorerie – « construite en maçonnerie » – par un perron, après avoir traversé une cour « en parterre » ouverte sur la rue dans laquelle trône le puits. Derrière ce bâtiment, dont les extrémités de la façade sont « saillantes en forme de pavillon », une allée cailloutée et une petite cour permettent, après avoir emprunté un escalier à neuf marches, d’accéder au jardin. Cet espace, protégé par des murs mitoyens, abrite des espaliers de différentes espèces, des vignes, des arbres fruitiers et diverses plantations46. Il ne faut cependant pas se méprendre car certaines autres demeures peuvent rivaliser avec elles… le caractère bucolique en moins. À Rennes, l’hôtel de Fontainebleau, situé à proximité de la cathédrale, se compose de deux grands bâtiments couverts d’ardoises desservis « par une grande porte cochère sur la rue des dames ». L’édifice donnant sur la rue des Dames est à pans de bois, celui de la place de la Monnaie, dont la façade est ornée de balcons, associe la pierre au rez-de-chaussée et le bois aux étages. Ici, les chanoines ne disposent pas de l’agrément d’un jardin47. La structure urbaine y est pour beaucoup : quasi absents dans les grandes villes que sont Nantes et Rennes, ils sont communs à Saint-Brieuc, Tréguier ou Vannes.

  • 48 Notice 703.
  • 49 Il s’agit là de quelques-unes des observations de G. Minois, op. cit., p. 104.
  • 50 ADF – 23B369, procès-verbal de la maison prébendale de Le Dall de Tromelin (notice 471), dressé po (...)
  • 51 ADCA – 1Q1/33, P.-V. d’estimation des biens nationaux de première origine, Tréguier.
  • 52 ADCA – 1Q1/2, P.-V. d’estimation des biens nationaux de première origine, Saint-Brieuc. Ce sont le (...)
  • 53 ADLA – Q59, P.-V. de descriptions des maisons prébendales.
  • 54 Notice 315.
  • 55 Notice 180.
  • 56 Notice 668.
  • 57 Il occupe le bâtiment « construit depuis peu d’années » – les travaux débutent en 1774, A. Dio. R. (...)
  • 58 Notice 650.
  • 59 ADIV – 1Q395, P.-V. d’estimation de maison occupée par monsieur l’abbé de Boisteilleul, 7 novembre (...)
  • 60 Notice 49.
  • 61 ADCA – 1Q1/33, P.-V. d’estimation de la maison de Borie, 12 février 1791.

14Imposantes, ces propriétés sont difficiles à entretenir, et la création d’une mense particulière pour les entretenir n’a semble-t-il pas réglé le problème : tout au long du siècle, de multiples indices témoignent du mauvais état d’une grande partie d’entre elles. Ainsi, à Tréguier, à la fin du xviie siècle, les juges royaux qui inspectent les maisons prébendales constatent que dans la trésorerie les poutres du cellier sont pourries, la charpente défectueuse, le toit percé et le pignon lézardé. En 1704, le chapitre convient que la plupart des maisons prébendales sont croulantes. En 1764, la maison de Siochan48 ne tient que grâce à un étai qui soutient la moitié de la façade49. En 1767, les travaux à entreprendre dans la maison de l’archidiacre de Saint-Pol-de-Léon sont évalués à 6412 livres : volets, vitres, lambris, pavés, couvertures sont souvent à refaire, les escaliers sont à réparer et, dans toutes les pièces, les murs et les poutres sont à enduire à la chaux50. En 1791, la maison du grand archidiaconé de Tréguier est jugée « en ruine51 ». À la même époque, on estime que cinq des sept maisons prébendales occupées par des chanoines exigent des réparations de plus ou moins grande ampleur52. En revanche, à Nantes, huit des dix maisons – construites en tuffeau – étudiées semblent en bon état53. Il est vrai que certains logements sont récents comme ceux qu’occupent Julien-César de Hercé54 – une maison « bâtie à neuf depuis peu » – et Du Breil de la Bonodière55 – une maison « partie vieille, partie neuve ». À Rennes, Rommilley56 – logé dans la partie récente de l’hôtel de Fontainebleau57 – et Ravenel du Boisteilleul58 – qui a « presque construit à neuf » sa maison et son escalier59 – sont dans la même situation. À Tréguier, Anne-Nicolas Borie60 a fait « reconstruire à neuf les édifices presque en totalité61 ».

Intérieurs et individualisation

  • 62 Notice 51.
  • 63 ADIV – 4B4 817. Ne sont considérées que les pièces principales. Greniers, caves, boulangeries… son (...)
  • 64 Notice 515.
  • 65 ADF – 23B333.
  • 66 Notice 238.
  • 67 ADLA – B6 891/1.

15Si chapitres et chanoines éprouvent des difficultés pour maintenir ces imposants édifices en bon état, il semble que l’intérieur fasse l’objet de beaucoup de soin. Au cours du xviiie siècle, si l’on excepte les plus petits appartements, un chanoine breton dispose au moins d’une cuisine, de chambres, d’un ou plusieurs cabinets, d’un salon et/ou d’une salle. Seuls neuf des quarante-trois chanoines léonards, nantais et rennais dont il est possible de reconstituer l’intérieur vivent dans un appartement exigu, voire dans une simple chambre. Les autres appartements, situés à Rennes, possèdent en moyenne cinq pièces. Le plus vaste, celui du Rennais Bossard de La Rossignolière62 en comporte sept : une cuisine, deux chambres, un cabinet, un salon, une bibliothèque, une pièce garde-meubles63. Si quelques maisons n’ont pas plus de pièces qu’un appartement, les autres comprennent en moyenne neuf à dix pièces. Quelques-unes sont particulièrement bien dotées : celle de Le Sparfel de Kergonvel64 à Saint-Pol-de-Léon se compose d’une cuisine, d’un office, quatre chambres, une salle, un salon, une bibliothèque, cinq cabinets65 ; celle de Fresneau66 à Nantes, d’une cuisine, d’un office, quatre chambres, une antichambre, une salle, un salon, trois cabinets67. En 1790, à Tréguier, quatre des huit maisons connues se caractérisent par la simplicité de leur plan. Elles abritent de quatre à cinq pièces principales : cuisine, chambre(s), salle, cabinet. Les autres – huit à dix pièces – sont plus complexes.

16En définitive, rares sont les chanoines qui vivent à l’étroit. Même s’ils logent plusieurs domestiques, voire des membres de leur famille, l’espace semble suffisamment vaste et compartimenté pour éviter la promiscuité. C’est assurément le privilège des strates supérieures de la société. Ce besoin croissant d’espace « à soi » – les petits appartements s’observent ainsi dans la première partie du siècle – témoigne aussi d’une certaine aspiration à l’autonomie. Ces réflexions incitent à prendre en compte le second aspect du problème. En effet, si le chanoine dispose incontestablement de place, il vit dans un espace où s’affirme la spécialisation.

  • 68 ADM – Q99, estimation des biens de première origine : commune de Vannes ; ADIV – 1Q395, P.-V. d’ex (...)
  • 69 Notice 291.
  • 70 Notice 400.
  • 71 Notice 650.
  • 72 Notice 394.
  • 73 Notice 303.

17En effet, plusieurs chanoines entreprennent des travaux afin de multiplier les lieux spécialisés. En 1790, sont indiqués les aménagements les plus récents68. Le Vannetais Grimaudet de Coëtcanton69 fait remarquer « que le cabinet nouvellement établi… également que toutes les distributions intérieures de la maison avaient été faites par lui et à ses frais ». Son confrère La Pommeraye70 a divisé une chambre en « deux appartements ». Le Rennais Ravenel du Boisteilleul71 a multiplié « distributions et cloisons » aux étages de sa maison. Le Trégorrois LaMotte-Rouge72 dispose, à l’étage, d’une pièce divisée en chambre, antichambre et cabinet « séparés par des cloisons et armoires en menuiserie » et son prédécesseur, Guino73, avait « bâti une cuisine et un cabinet ».

18Plus généralement, à l’échelle du siècle, il semble possible d’avancer, avec prudence – du fait de la modestie de l’échantillon – quelques évolutions. En premier lieu, corridors, transports, et autres passes à côté, qui permettent de desservir plusieurs pièces sans les traverser, prennent de l’importance. Certes les greffiers mentionnent rarement ces espaces lorsque l’on n’y trouve pas d’objets à inventorier, mais dans des intérieurs où dominent les pièces en enfilade, leur mention, lorsqu’ils sont vides, semble traduire une plus grande attention de la part de l’observateur à ces lieux et témoigne d’une évolution de l’aménagement des intérieurs. Ainsi, de telles allusions deviennent plus fréquentes à Rennes dans la seconde moitié du siècle. De même, note-t-on la présence des premières entrées dans quelques maisons de Saint-Pol-de-Léon et des premiers vestibules à Rennes à la fin de la période. En 1790, toutes les maisons prébendales de Tréguier disposent d’un vestibule.

19Autre indice d’un processus d’atomisation des espaces dans les intérieurs de chanoines, la différenciation des chambres, terme générique désignant une pièce. Les prébendés appartiennent bien sûr à un milieu qui, disposant de l’espace nécessaire, pratique précocement la spécialisation des pièces. Cependant, les descriptions les plus précises permettent d’entrevoir une lente évolution. Ainsi, à Nantes, seuls les inventaires de la première moitié du xviiie siècle énumèrent des chambres sans préciser leur fonction, hormis celles où dorment l’abbé ou quelque domestique. À la fin de la période, les chambres sans fonction sont rares et apparaissent celles qui servent de décharge, d’entrée, de salle. En même temps, le nombre des pièces spécifiquement dévolues à la réception s’accroît. Si les antichambres semblent rares, les salles, salons ou salons à manger, et chambres de compagnies, longtemps apanage du mode de vie aristocratique, sont nombreux. Les chanoines disposent sans nul doute depuis longtemps de pièces de réception, mais l’emploi du terme « salon » traduit des différences spatiales et chronologiques.

Tableau 48. – Occurences du terme salon dans les inventaires après décès.

Tableau 48. – Occurences du terme salon dans les inventaires après décès.
  • 74 A. Croix, « Le clergé paroissial, médiateur du changement domestique ? Quelques remarques méthodol (...)

20Peu usité à Rennes – on y préfère celui de salle ou de chambre de compagnie –, il est d’usage courant à Nantes et Saint-Pol-de-Léon. Les chanoines léonards et rennais décédés avant le milieu du siècle n’en disposent habituellement pas, contrairement à leurs confrères nantais. Ces constats formulés, le salon, ou son équivalent, semble courant dans le monde canonial de la seconde moitié du siècle, comme chez nombre de recteurs ruraux d’ailleurs74. Au début de la Révolution, le terme apparaît ainsi fréquemment sous la plume des commissaires chargés de décrire les maisons vendues comme biens nationaux.

Tableau 49. – Occurrences du terme salon dans les descriptions de biens nationaux (maisons habitées par des chanoines).

Tableau 49. – Occurrences du terme salon dans les descriptions de biens nationaux (maisons habitées par des chanoines).
  • 75 D. Roche, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation, xviie-xixe siècle, Fayard, 19 (...)
  • 76 G. Aubert, op. cit., p. 133.
  • 77 Notice 285.
  • 78 ADIV – 2B661, inventaire après décès de René-Joseph-Marie de Gouyon, 21 mars 1776.

21Par conséquent, bien des chanoines n’hésitent pas à adopter les évolutions récentes. S’ils se contentent d’un certain conformisme extérieur, la modernité de plusieurs intérieurs ne fait pas de doute. Elle traduit l’apparition, dans certains milieux, « d’un retranchement du public et du privé75 ». L’espace disponible et la dissociation des activités les rapprochent ainsi des élites urbaines. Mais un intérieur de chanoine n’est pour autant pas l’intérieur d’un hôtel particulier aristocratique : on n’y observe par exemple pas cette spécialisation des étages, indice d’une séparation de l’espace des domestiques et de l’espace privé76. À Saint-Pol-de-Léon comme à Tréguier au début de la Révolution, cuisine – univers des domestiques et de la cuisinière – salle et/ou salon – où mange et reçoit le chanoine – occupent en général le rez-de-chaussée des maisons. Le seul qui occupe ce type de logement étagé est l’abbé de Gouyon77, ancien prébendé rennais, abbé commendataire de l’abbaye de Chambons dans le diocèse de Viviers, qui n’y a accédé qu’après avoir quitté le chapitre et y avoir peut-être aspiré de longues années. Au rez-de-chaussée de son « hôtel » rennais se trouvent la cuisine et trois celliers ; le premier étage est l’espace de réception avec notamment le « salon à manger » ; le second étage abrite l’appartement de l’abbé avec sa chambre, deux petits cabinets et un « cabinet de bibliothèque78 ».

22À la fin de l’Ancien Régime, la visite de ces logements permet de découvrir une décoration d’ensemble faisant une large place au bois : cheminées boisées à Vannes ou à Tréguier, sols « parquetés » à Rennes, murs boisés « en partie » à Rennes ou « à hauteur d’appui » à Tréguier. La documentation utilisée ne permet évidemment pas de dégager une norme, mais plutôt d’approcher, au travers des descriptions les plus fournies, l’univers dans lequel évoluent les chanoines dans quelques villes. Il reste ainsi difficile de dire s’ils vivent dans des logements lumineux. Les multiples fenêtres vitrées – protégées par des volets – mentionnées à Tréguier le suggèrent, même s’il faut tenir compte de la proximité des autres demeures, de la qualité du verre et des multiples croisées. Quoi qu’il en soit, tout au long du siècle, le matériel d’éclairage est abondant dans les inventaires, et les réserves de cire ne sont pas rares. Il est en revanche certain que les chanoines possèdent des cuisines bien équipées : outre l’indispensable cheminée, on y trouve des potagers et parfois, comme à Tréguier, un « four à pâtisserie ». De même, que l’on soit à Rennes, Tréguier ou Vannes, tous les logements jouissent de cabinets d’aisance ou de latrines : dans la cour ou dans les étages selon les cas. Doté de ces quelques éléments de confort, loin d’être rudimentaire, un intérieur de chanoine se rapproche donc de celui des élites urbaines.

L’accès à l’intimité

23Même s’ils ne donnent au mieux qu’une image approchée de la réalité, les inventaires après décès permettent de constater que chambre à coucher, salle ou salon, cabinet ou bibliothèque dans quelques cas, constituent le cœur de ces logements. Ce sont à la fois les espaces les mieux décorés et les plus confortables ainsi que le cœur intellectuel et spirituel de l’habitation, ceux qui permettent le mieux d’appréhender l’intimité des prébendés, en d’autres termes les personnages privés.

Des intérieurs classiques

  • 79 ADLA – B6 902/2 ; notice 71.
  • 80 A. Pardailhe-Galabrun, op. cit., p. 372-373 ; C. Wolff, La décoration des intérieurs rennais. 1770 (...)
  • 81 C.Wolff, op. cit., p. 80 ; S. Nedelec, La décoration des intérieurs malouins. 1780-1790, mémoire d (...)

24Ces quelques pièces sont très soignées. Revêtements muraux et rideaux, présents dans presque tous les logements, mettent en évidence, au-delà d’un souci utilitaire de conservation de la chaleur, les goûts des chanoines. L’examen de l’échantillon restreint de quarante-cinq inventaires montre ainsi qu’ils apprécient particulièrement les tapisseries de haute lice et les très courantes bergames. Les Nantais, dans une grande ville portuaire plus ouverte sur les nouveautés, semblent cependant les délaisser pour les toiles peintes dans la seconde moitié du siècle. C’est aussi à Nantes qu’est mentionné le seul papier peint : chez Branlard en 177379. Majoritairement peu sensibles à ces nouvelles matières au succès grandissant80, les chanoines confirment leur classicisme au travers des motifs des tapisseries : quatorze des seize connus sont en effet des verdures, d’ailleurs très en vogue dans plusieurs villes bretonnes à la fin de l’Ancien Régime81.

  • 82 Annexe 8.
  • 83 Pour les chanoines : calcul fondé sur deux dossiers rennais, trois léonards et trois nantais (un q (...)
  • 84 Les données sont les suivantes : chanoines rennais, neuf images en moyenne (quatre dossiers) ; éli (...)
  • 85 Notice 24.
  • 86 Notice 51.
  • 87 Au milieu du siècle, seul quatre particuliers – dans un corpus de 271 inventaires après décès des (...)
  • 88 Annexe 8.
  • 89 Huit des onze natures mortes inventoriées appartiennent au Nantais Jouault, ADLA – B6 869.
  • 90 Les natures mortes représentent une faible proportion des sujets des images des élites bretonnes a (...)
  • 91 ADLA – B6 869, ADLA – B9 989, ADF – 23B369 ; notices 341, 257 et 471.
  • 92 Valeur moyenne des inventaires à Nantes : 3 399 livres (Barrin, 9 496 ; Jouault, 5 308 ; Gauvain, (...)

25Les chanoines bretons ne méconnaissent par ailleurs pas les images82. Tableaux, estampes, cartes agrémentent en effet les trois quarts des intérieurs connus ; les chanoines de Nantes les appréciant plus que ceux de Rennes et Saint-Pol-de-Léon. Ils se distinguent pourtant des élites urbaines bretonnes par la moindre attention qu’ils semblent leur porter. Au milieu du siècle, ils possèdent en moyenne moins d’images : onze contre dix-sept83. De même, en fin de période, les chiffres rennais demeurent inférieurs84. Quelques chanoines font cependant figure de collectionneurs. Barrin85, de Nantes, et Bossart86, de Rennes, appartiennent au groupe très restreint de ceux qui possèdent plus de cent images87 ; six autres en possèdent un nombre respectable88. Il est malheureusement difficile d’en préciser les thèmes. En effet, les priseurs n’indiquent qu’un tiers des sujets des images recensées. Celles de Jouault, à Nantes, sont ainsi très bien connues, alors que celles de Le Sparfel, à Saint-Pol-de-Léon, le sont très mal. L’analyse, qui porte sur des données très limitées, montre sans surprise que les motifs religieux et les portraits – de plus en plus de famille, mais encore dans une large mesure de Cour – dominent pendant ce xviiie siècle. Les intérieurs des chanoines bretons témoignent ainsi d’une conception relativement traditionnelle de l’usage de l’image. Scènes de genre et paysages ne semblent en effet guère avoir leurs faveurs. De plus, si les chanoines paraissent délaisser les natures mortes89, ils ne font que se comporter comme leurs contemporains90. Dans un milieu conservateur, quelques-uns, à différentes époques, font cependant figure de précurseurs. À Nantes, Jouault – en 1733 – et Gauvain – en 1766 – possèdent six paysages, comme Le Grand de Tromelin à Saint-Pol-de-Léon91. Ces chanoines, comme ceux qui possèdent des collections particulièrement importantes, se situent parmi les prébendés les plus riches92. Malheureusement, la très faible proportion de thèmes connus dans les ensembles les plus étoffés empêche de conclure à une éventuelle influence de la richesse sur la curiosité et l’ouverture aux modes. Les données disponibles incitent à penser que les chanoines amateurs d’images, et qui ont les moyens de les acquérir, les multiplient dans des domaines très classiques.

  • 93 Notice 341.
  • 94 Notice 471.
  • 95 Notice 24.
  • 96 ADLA – B9 972.
  • 97 G. Aubert, op. cit., annexe 136, p. 806.

26À Rennes et Saint-Pol-de-Léon, les chanoines accrochent souvent leurs images sur les murs de pièces à vocation privée : chambre à coucher pour l’essentiel, cabinet ou bibliothèque dans une moindre mesure. On y trouve ainsi beaucoup d’images religieuses – qui remplissent aussi le rôle de support à la piété individuelle – et des portraits. Les paysages sont, en revanche, offerts à la contemplation d’éventuels visiteurs chez Jouault93 et Le Grand94. La plupart des chanoines se placent donc dans une relation individuelle à l’image. Barrin95, qui en expose trois dans sa cuisine et cent trois dans une chambre qui semble servir de salon, est un cas particulier96. Au sein d’élites urbaines où l’usage privé de l’image est largement répandu97, les chanoines bretons témoignent de cette modestie et de cette retenue attachées à la qualité d’homme de Dieu.

  • 98 P. Loupes, op. cit., p. 308.

27Ces intérieurs de chanoines bretons semblent donc ressembler à ceux « démodés et vieillots » de leurs confrères de Guyenne98. Peu audacieux en matière de décoration, les chanoines ne sont pour autant pas imperméables à toute mode. Êtres ambivalents, ils s’attachent en effet à améliorer le confort de leurs logis.

Un espace confortable

  • 99 ADIV – 1Q1 112, ADCA – 1Q514, ADIV – 1Q1 097 ; notices 679, 344 et 266.
  • 100 A. Pardailhe-Galabrun, op. cit., p. 357.
  • 101 Respectivement, chez : Louis Branlard de Launay (notice 71), ADLA – B 6 909/2 ; François-Augustin (...)

28Des objets de toilette spécialisés, à l’exclusion des bassins et cuvettes, omniprésents, sont mentionnés dans trente-six des quarante-cinq inventaires ; de nombreux chanoines semblent donc attentifs à l’hygiène corporelle. Les nécessaires à toilette les plus rudimentaires – rien ou simples miroirs de toilette – appartiennent surtout à des chanoines du début du siècle. Certains inventaires témoignent cependant très tôt de l’usage du savon, du plat à barbe, du rasoir ou du peigne. En revanche, la baignoire, longtemps apanage des élites aristocratiques, reste rare dans les intérieurs de chanoines. Au cours du xviiie siècle, elle apparaît une fois à Rennes en 1734 et deux fois à Nantes en 1771 et 1772. Sa présence dans plusieurs inventaires de la période révolutionnaire montre cependant qu’elle entre progressivement dans l’univers des chanoines dans le dernier tiers du siècle. On en trouve en effet chez le Malouin Rousselin du Rocher, le Briochin Kérangal de La Richardière et, sous la forme d’un demi-bain, chez le Rennais Gibon du Pargo99. Geste de propreté mais aussi « plaisir de riche où se mêlent tout à la fois raffinement et sensualité », la pratique du bain montre également que certains obstacles psychologiques sont vaincus : « l’immersion du corps n’est plus considérée comme néfaste à la santé100 » dans ce milieu. De même, le bidet apparaît timidement chez quelques chanoines d’avant-garde en fin de période : à Nantes en 1773, Saint-Pol-de-Léon en 1784, Saint-Brieuc et Saint-Malo au début de la Révolution101. Afin de satisfaire des besoins naturels, pots de chambre, rustres ou chaises de commodité ou encore chaises percées sont d’un usage courant à partir du milieu du siècle. La possession d’un urinoir est quant à elle plus fréquente en fin de siècle.

  • 102 Notice 60.
  • 103 ADLA – B6 908/1.
  • 104 Notice 51.
  • 105 ADIV – 4B4 817.
  • 106 Chez Aulnette (notice 14) en 1751 (ADIV – 2 B 523) et chez Bossard (notice 51) en 1778 (ADIV – 4B4 (...)
  • 107 Ce qui ne signifie évidemment pas que les chanoines les utilisent en public.
  • 108 G. Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Seuil, 1985, p. 123.

29Si l’on combine les deux domaines, l’attention à l’hygiène – mesurée à travers le nombre d’objets et leur diversité – est plus affirmée en fin de période. Bourreau de Maisonneuve102 laisse ainsi, en 1772, deux plats à barbe, six rasoirs, quatre boîtes à savon, un miroir de toilette, une chaise de commodité, un bassin de lit et une baignoire103 ; Bossard de La Rossignolière104, en 1778, un plat à barbe, neuf rasoirs, un peigne, une boite à savon, un miroir de toilette, six pots de chambre, trois rustres et un urinoir105. Il est difficile de dégager des différences d’ordre géographique. Notons cependant que quelques objets significatifs d’un extrême raffinement n’apparaissent que chez des chanoines rennais : un étui à cure-dents et des cure-oreilles106. Par ailleurs, à Nantes, la fréquence des rasoirs, conservés dans un étui avec leur pierre, à la fin du siècle peut traduire un abandon plus précoce qu’ailleurs du recours aux services du barbier – dans sa boutique ou à domicile –, le rasage étant effectué par le chanoine lui-même ou par un domestique. En revanche, partout, les lieux dévolus à la toilette ou à la défécation montrent bien le processus de recherche de l’intimité à l’œuvre dans la société de l’époque. Six rustres trônent encore dans des pièces de réception107 – cuisines ou salles –, mais la chambre à coucher ou un cabinet attenant sont massivement privilégiés. Rappelons de surcroît que chaque maison, à défaut de posséder des « cabinets de propreté » ou des « lieux à l’anglaise108 », est dotée de « cabinets d’aisance » ou de « cabinets de latrines ».

  • 109 Notice 51.
  • 110 ADIV – 4B4 817.
  • 111 ADIV – 2B661, ADF – 23B333 ; notices 285 et 515.

30Les chanoines semblent aussi attachés à la maîtrise du temps. Plus de la moitié d’entre eux disposent en effet d’instruments de mesure du temps et quelques-uns sont particulièrement bien équipés. Bossard de La Rossignolière109 possède ainsi deux montres et deux pendules110 ; René-Joseph-Marie de Gouyon et Pierre-Louis Le Sparfel de Kergonvel, une montre et deux pendules111. Même si des chanoines utilisent précocement montres et pendules, ce n’est qu’au cours du dernier tiers du siècle que leur usage, avec un décalage selon les lieux, se généralise vraiment. Leur possession habituelle est en effet avérée à Nantes dès le début du siècle, à Rennes au milieu de la période, à Saint-Pol-de-Léon dans son dernier tiers.

Tableau 50. – L’heure dans les intérieurs de chanoines.

Tableau 50. – L’heure dans les intérieurs de chanoines.
  • 112 ADF – 23B333 ; ADIV – 2B588 ; notices 14 et 515.
  • 113 Notice 467.
  • 114 ADCA – G367, correspondance avec les États, lettre de Le Gonidec, 15 octobre 1728.

31Disposer de « l’heure à la maison » est autant un moyen d’échapper au temps de la cathédrale que de rationaliser le déroulement de la journée : dans tous les cas cela traduit une plus grande sensibilité au temps individuel. Cette maîtrise du temps est un bon témoignage de la montée de l’individualisme dans le monde capitulaire. La présence de la pendule dans la chambre à coucher – dans plus de la moitié des cas – et la préférence accordée à la montre, que l’on porte sur soi et que l’on peut montrer en société avec ostentation le suggèrent bien. Ce simple geste, qui fait du prébendé un médiateur culturel potentiel, lui permet de mettre en évidence la sûreté de ses goûts. Certaines sont d’ailleurs de très belles pièces : celle d’Aulnette, à boite et aiguille en or et cadran en émail est estimée 200 livres ; celle de Le Sparfel, en or, 135 livres112. Il ne faut donc pas s’étonner de voir le chanoine de Tréguier Joseph Le Gonidec113 dénoncer avec virulence les « philou[s] » de Rennes qui ont « coupé la chaîne de la montre de l’abbé de la Bretonnière114 » lors des États de 1728.

  • 115 Certainement très sensible aux effets de mode. P. Jarnoux, « La noblesse bretonne au xviiie siècle (...)
  • 116 Chez le Rennais Talhouët de Bonnamour (notice 714), ADIV – 2B593 ; et le Nantais Lefèbvre de Laubr (...)

32L’étroitesse de l’échantillon interdi malheureusement les certitudes. Cependant, l’adoption précoce par certains, puis la diffusion massive tardive de ces objets témoins d’une certaine douceur de la vie semble une hypothèse plausible. Ces clercs aux intérieurs confortables, en phase avec leur temps, et qui en adoptent les innovations, représentent bien un milieu qui par sa perméabilité à l’égard des nouveautés domestiques est un vecteur de leur pénétration dans les villes bretonnes du xviiie siècle. S’il y a partout une élite restreinte de précurseurs, l’irruption des nouveaux objets est plus ou moins récente selon les lieux : dans plusieurs domaines, les chanoines nantais semblent ainsi à la pointe du progrès. Plus généralement, de nombreux prébendés doivent adopter les habitudes du milieu aristocratique dont ils sont issus115 et profiter de leurs revenus non négligeables dans biens des cas. Mais ce goût des nouveautés est curieusement sélectif. Les chanoines, représentatifs de milieux plus larges, accordent par exemple peu d’attention au progrès de la maîtrise de la température dans le logement. Comme ailleurs, le poêle reste rare116 et cheminées, écrans et paravents – dans la seconde moitié du siècle surtout –, tapisseries sont les moyens les plus utilisés pour se protéger du froid.

Le centre de la vie intellectuelle et spirituelle

  • 117 Notice 71.
  • 118 ADLA – B6 902/2.
  • 119 Notice 88.
  • 120 ADF – 23B361.
  • 121 Notice 138.
  • 122 ADLA – B9 973.
  • 123 Notice 51.
  • 124 ADIV – 4B4 817.
  • 125 ADLA – B9 973, ADLA – B6 907, ADIV – 4B4 817 ; notices 138, 450, 51.

33Les trois quarts des quarante-cinq inventaires possèdent des bibliothèques, dont vingt-cinq sont clairement situées. Disposées sur des étagères ou abritées dans des armoires, elles se trouvent, pour la plupart, dans une pièce spécifique : six dans une bibliothèque proprement dite, treize dans un cabinet particulier proche de la chambre à coucher de l’abbé. Dans les deux cas, il semble que ces pièces font, plus largement, office de bureaux. Le cabinet du Nantais Branlard de Launay117 abrite par exemple ses cent volumes, un bureau, des lunettes, une loupe118 ; celui du Léonard Calloët de Lanidy119 contient, outre les livres, une armoire « dans laquelle il y a un bureau » et trois écritoires120. La bibliothèque du Nantais Coupperie des Jonchères121 est meublée de deux bureaux et on y trouve des compas ainsi qu’ » une règle de cuivre à cadran122 » ; celle du Rennais Bossard de La Rossignolière123 abrite également un bureau124. La faible proportion de bibliothèques dans les chambres de chanoines traduit ainsi leur souhait de se ménager un espace isolé, propice à la réflexion, dédié exclusivement à l’activité intellectuelle. Ces pièces sont le plus souvent sobres et dénuées d’images : les deux « cartes géographiques » de Coupperie, les vingt-sept tableaux, la douzaine de bibelots, les seize écrans de Le Febvre de Laubrière, les « dix-sept cartes ou gravures » de Bossard sont exceptionnels125.

  • 126 Notice 685.
  • 127 ADCA – 1Q517.
  • 128 Notice 225.
  • 129 Dans une pièce voisine, qui semble être une chambre de compagnie, il expose une « machine électriq (...)
  • 130 Notice 394.
  • 131 ADCA – 1Q499.
  • 132 G. Aubert, op. cit., p. 245.
  • 133 Notice 225.
  • 134 Sur les notions de curiosité, collection, cabinet de curiosité, cabinet scientifique… : K. Pomian, (...)

34C’est ainsi l’image des chanoines comme intellectuels consacrant une partie de leur temps à l’étude qui apparaît. Cependant, il faut attendre la fin de la période pour rencontrer des chanoines à la stature de véritable curieux, associant dans une même pièce spécifique livres, images, objets liés à l’histoire naturelle ou à la physique. À Saint-Brieuc, Ruffelet126 entasse dans les deux chambres de sa bibliothèque quatre mille cent douze volumes, huit baromètres et thermomètres, soixante-deux tableaux, six médailles en terre, sept figures chinoises en terre et en porcelaine, neuf figures de bois, cinq presse-livres de marbre en forme de fruits, une sphère, une collection de minéraux et de coquillages, deux compas, une noix de coco127. Quelques autres, aux goûts moins éclectiques, font de même : le Rennais Fayolle de La Févière128 conserve dans son cabinet de bibliothèque, outre ses nombreux livres, « différents vases servant aux expériences de physique », « une machine de physique », « un grand nombre de coquillages de toutes espèces », un œuf d’autruche, des figures de terre, des cadres129 ; La Motte-Rouge130, à Tréguier, range « sa machine à électeriser [sic] » à côté de ses livres131. Ces chanoines sont minoritaires mais rappellent que ce milieu ne refuse pas les progrès de la connaissance. Sa mise en scène est cependant très classique puisqu’elle reflète les préférences de certains représentants des élites urbaines bretonnes, voire françaises, attachées au rassemblement de tout ce qui a trait à la connaissance dans l’espace clos d’un « cabinet du savoir132 ». Seul celui de Fayolle133 ressemble à un véritable cabinet scientifique ; encore faudrait-il connaître l’usage qu’il en fait134.

  • 135 22 inventaires sur les 45 étudiés en mentionnent.
  • 136 A. Pardailhe-Galabrun, op. cit., p. 439-440.
  • 137 Notice 515.
  • 138 ADF – 23B333.
  • 139 Notice 24.
  • 140 ADLA – B9 972.

35Les témoignages d’une vie spirituelle privée ne présentent a priori que peu d’intérêt dans le cas d’hommes d’Église, tant elle semble aller de soi. Il n’en demeure pas moins que la faible proportion de chanoines qui agrémentent leurs intérieurs d’objets de piété135, conforme à ce que l’on a relevé ailleurs136, peut surprendre. Il est cependant vrai que ces représentants des élites cléricales évoluent chaque jour dans le décor religieux de la cathédrale et n’éprouvent peut-être pas le désir d’en doter leurs logements. L’examen des lieux où ils disposent leurs objets de piété n’en demeure pas moins instructif. En effet, crucifix et bénitiers – qui supposent un geste, une pratique et sont moins fréquents – se trouvent le plus souvent dans leur chambre à coucher. Quand ils possèdent un prie-dieu, ils le placent également dans leur chambre. À défaut, c’est dans une pièce proche, privée – cabinet attenant à la chambre, bibliothèque –, rarement la chambre de compagnie ou la salle. Certains possèdent également des figurines à caractère religieux : à Saint-Pol-de-Léon, Le Sparfel de Kergonvel137 a ainsi placé une Vierge et trois grottes dans sa chambre, une grotte avec un enfant Jésus dans son cabinet138 ; le Nantais Barrin de La Galissonnière139 a posé deux grottes de coquillage et deux petits Jésus dans sa chambre140. C’est donc principalement dans l’intimité de leur chambre, où ne pénètrent que des proches, que les chanoines se recueillent et se signent avant de prier matin et soir. Cette tendance au repli sur la pièce la plus intime traduit la dimension personnelle de cette religion vécue à la maison et la recherche d’un endroit calme pour s’y adonner.

Conclusion

  • 141 ADIV – 1Q395, procès-verbaux d’expertises et de ventes, Rennes, chapitre, 1790 et notices 668 et 4 (...)

36Le logis du chanoine est donc un lieu de vie essentiel qu’il aménage, équipe et décore avec soin, où il se réfère à un temps individuel, étroitement articulé à celui de la compagnie rythmé par les cérémonies et les réunions capitulaires. L’espace de vie quotidienne des chanoines est donc partagé entre la cathédrale, espace professionnel, et la maison, espace privé, située à proximité. C’est un espace étroit – le centre des villes épiscopales – qui permet des allées et venues fréquentes et rapides. Personnages familiers pour la population de ce quartier, les chanoines sont attachés à leur autonomie. Rares sont en effet ceux qui acceptent la promiscuité d’une vie dans la même bâtisse. À la veille de la Révolution, seuls Rommilley et Le Corsin à Rennes semblent être dans ce cas141. Ils sont de plus attentifs à l’organisation rationnelle de leurs intérieurs, dont la spécialisation des pièces et la définition d’espaces à vocation privée ou publique sont la traduction. L’investissement dans le logement, le repli sur quelques pièces qui en constituent le cœur sont donc des moyens pour échapper à l’influence du groupe et aux conflits qui le secouent, mais aussi pour se ressourcer et cultiver son particularisme.

37Partout, par l’espace dont ils disposent, l’organisation de leurs logements, leur équipement général, les chanoines s’inscrivent dans une société où la réception est une pratique de sociabilité fondamentale. Ils adoptent d’ailleurs les principales mutations du temps en ce qui concerne l’amélioration du confort intérieur, même s’ils restent longtemps attachés au caractère utilitaire des objets. Il semble ainsi qu’il faille attendre la période 1766-1775 pour que les chanoines montrent un goût réel pour le charme discret de la mode des petits bibelots, vases et autres fioles et succombent à l’agrément des miroirs. Ce n’est donc qu’en fin de siècle que ces objets purement décoratifs, qui étoffent certaines garnitures de cheminée, deviennent nombreux… et pas forcément chez les plus fortunés. Quoi qu’il en soit, les chanoines bretons, loin de refuser les évolutions de leur époque, se montrent particulièrement ouverts à la nouveauté et globalement en phase avec les comportements des élites urbaines de leur temps.

Notes

1 Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, t. II, p. 592.

2 Ibid., t. I, p. 261.

3 R. Naz (dir.), Dictionnaire de droit canonique contenant tous les termes du droit canonique avec un sommaire de l’histoire et des institutions et de l’état actuel de la discipline, Letouzez et Ané, 1942, t. III, col. 549.

4 G. Minois, « Les chanoines de Tréguier aux xviie et xviiie siècles », MSECN, t. CX, 1981, p. 89. Seul le chapitre de Tréguier possède un théologal parmi ses dignitaires. Ailleurs, la fonction est dévolue à un chanoine.

5 ADF – 6G18, réponse de M. de La Villegonan, chanoine et vicaire général de Vannes (notice 65), à M. Prigent (notice 628), chanoine théologal de Léon, à propos de la présidence aux délibérations, 18 mai 1765.

6 ADCA – G284, lettre des chanoines de Tréguier, 25 mars 1737.

7 ADIV – G366, mémoire à Nos seigneurs du Parlement, 28 novembre 1703. Les relations orageuses de Claude de Civille (notice 122) avec le chapitre semblent s’expliquer, pour une part, par les conditions de sa nomination : nommé par le roi, il prend la place d’un clerc qui avait reçu ses provisions de Rome. A. Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Fougeray et Haton, 1880, t. I, p. 493.

8 Par exemple, il affirme qu’il doit présider les assemblées diocésaines du clergé en l’absence de l’évêque, porter le saint sacrement le jour de la Fête-Dieu…

9 ADIV – G366, acte du 20 janvier 1705.

10 ADF – 2G7, extrait du registre du greffe du siège présidial de Quimper. L’archidiacre dont il est question est Guyet (notice 305).

11 Notice 471.

12 ADF – 100 J216, demande de l’archidiacre Tromelin d’entrer au chapitre, 1745.

13 Notice 601.

14 ADF – 100 J 218, procédure de Jean-Louis Pic de La Mirandole, chantre et chanoine, contre les chanoines, 1763-1764.

15 ADM – 52G4, mémoire de Livoys (notice 527), scolastique au Présidial de Vannes, 14-15 décembre 1786.

16 Notice 473.

17 ADF – 6G18, arrêt du Parlement de Bretagne entre M. Le Jacobin archidiacre et grand vicaire et M. le chantre de Léon…, 4 février 1709.

18 ADM – 52G3, contestation Douhet (notice 167) – Bossart (notice 53), sentence de monseigneur de Bertin qui met fin à cette contestation, 28 janvier 1760.

19 ADIV – G207, délibérations des 24 juin et 4 juillet 1767. Le trésorier est Maurille-Pierre-Jean Hay de Bonteville (notice 311) ; le chantre, Claude-Élisabeth de La Corbière de Juvigny (notice 372).

20 Le chapitre cathédral de Tréguier est particulièrement touché par ce problème. Au cours du xviiie siècle, plusieurs chanoines font l’objet de lettres de cachet. G. Minois, Liste alphabétique et biographique des chanoines de Tréguier aux xviie et xviiie siècles, MSECN, t. CX, 1982, p. 113-149.

21 Notice 730.

22 Notice 252.

23 ADIV – G204, délibérations des 29 mars et 1er avril 1743.

24 Notice 17.

25 Cet épisode est également révélateur d’une certaine méfiance de la part du chapitre à l’égard de l’ordinaire. ADIV – G265, délibération du 8 janvier 1762.

26 Notice 679.

27 ADIV – G266, délibération du 25 juin 1773.

28 Notice 490.

29 ADIV – AdR – D3, délibération du 31 juillet 1786.

30 Notice 379.

31 ADCA – G273, délibérations des 5 septembre et 31 octobre 1712.

32 Notice 606.

33 ADIV – G260, délibération du 4 décembre 1715.

34 Notice 282.

35 ADIV – G260, délibération du 3 novembre 1716.

36 Notice 734.

37 Il s’agit d’Henri d’Aulnay (notice 12).

38 ADIV – G265, délibérations des 1er et 11 octobre, du 15 décembre 1756, des 12, 16, 21 et 23 mars 1757, des 27 octobre, 9 et 13 décembre 1758, du 18 avril 1759.

39 P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Éd. de l’EHESS, 1985, p. 326-328.

40 Où certains chanoines se montrent particulièrement violents, au point que l’un d’entre eux fait l’objet d’un long procès pour meurtre en 1738. F. Ducreux, Recherches sur l’histoire du chapitre cathédral de Tulle aux xviie et xviiie siècles, thèse de 3e cycle, université de Poitiers, 1983, t. I, p. 289.

41 E. Joubert, Le chapitre Saint-Géraud d’Aurillac, 1561-1790, Imprimerie moderne, 1976.

42 ADCA – 1Q1/33, P.-V. d’estimation du grand archidiaconé, 17 janvier 1791.

43 Comme à Luçon, par exemple. P. Praud, « Le temporel du chapitre cathédral de Luçon au xviiie siècle », L’histoire religieuse dans le pays poitevin et charentais à l’époque moderne, Actes des journées d’études de La Rochelle (8-9 janvier 1999), Archives départementales de la Charente-Maritime, 2000, p. 94.

44 « Timidités urbaines » qui semblent donc caractériser les élites rennaises. G. Aubert, Le président de Robien, gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières, PUR, 2001, p. 134.

45 Notons que c’est loin d’être le cas à Rennes où, à la fin de la période, les mentions de telles constructions sont rares dans les procès-verbaux d’estimation. ADCA – 1Q1/33, P.-V. d’estimation des biens nationaux de première origine, Tréguier et ADIV – 1Q395, P.-V. d’expertises et de ventes. Rennes : chapitre.

46 ADCA – 1Q1/33, P.-V. d’estimation de la trésorerie, 10 janvier 1791.

47 ADIV – 1Q395, P.-V. d’estimation de la maison occupée par monsieur de Rommilley (notice 668), prêtre, et autres locataires, 20 novembre 1790.

48 Notice 703.

49 Il s’agit là de quelques-unes des observations de G. Minois, op. cit., p. 104.

50 ADF – 23B369, procès-verbal de la maison prébendale de Le Dall de Tromelin (notice 471), dressé pour travaux, 27 mai 1767.

51 ADCA – 1Q1/33, P.-V. d’estimation des biens nationaux de première origine, Tréguier.

52 ADCA – 1Q1/2, P.-V. d’estimation des biens nationaux de première origine, Saint-Brieuc. Ce sont les maisons occupées avec certitude par des chanoines.

53 ADLA – Q59, P.-V. de descriptions des maisons prébendales.

54 Notice 315.

55 Notice 180.

56 Notice 668.

57 Il occupe le bâtiment « construit depuis peu d’années » – les travaux débutent en 1774, A. Dio. R. – D1, délibération du 29 avril 1774 – qui donne sur la place de la Monnaie. ADIV – 1Q395, P.-V. d’estimation de la maison occupée par monsieur de Rommilley, prêtre, et autres locataires, 20 novembre 1790.

58 Notice 650.

59 ADIV – 1Q395, P.-V. d’estimation de maison occupée par monsieur l’abbé de Boisteilleul, 7 novembre 1790.

60 Notice 49.

61 ADCA – 1Q1/33, P.-V. d’estimation de la maison de Borie, 12 février 1791.

62 Notice 51.

63 ADIV – 4B4 817. Ne sont considérées que les pièces principales. Greniers, caves, boulangeries… sont donc exclus.

64 Notice 515.

65 ADF – 23B333.

66 Notice 238.

67 ADLA – B6 891/1.

68 ADM – Q99, estimation des biens de première origine : commune de Vannes ; ADIV – 1Q395, P.-V. d’expertises et de ventes. Rennes : chapitre ; ADCA – 1Q1/33, P.-V. d’estimation des biens nationaux de première origine, Tréguier.

69 Notice 291.

70 Notice 400.

71 Notice 650.

72 Notice 394.

73 Notice 303.

74 A. Croix, « Le clergé paroissial, médiateur du changement domestique ? Quelques remarques méthodologiques, quelques résultats », Clercs et changement matériel. Travail et cadre de vie, xve-xxe siècle, colloque du Centre d’histoire religieuse, université Rennes 2, 11-12 juin 1987, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 94, 1987, p. 465.

75 D. Roche, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation, xviie-xixe siècle, Fayard, 1997, p. 119.

76 G. Aubert, op. cit., p. 133.

77 Notice 285.

78 ADIV – 2B661, inventaire après décès de René-Joseph-Marie de Gouyon, 21 mars 1776.

79 ADLA – B6 902/2 ; notice 71.

80 A. Pardailhe-Galabrun, op. cit., p. 372-373 ; C. Wolff, La décoration des intérieurs rennais. 1770-1790, mémoire de maîtrise, université Rennes 2 Haute-Bretagne, 1999, p. 99.

81 C.Wolff, op. cit., p. 80 ; S. Nedelec, La décoration des intérieurs malouins. 1780-1790, mémoire de maîtrise, université Rennes 2 Haute-Bretagne, 2001, p. 50.

82 Annexe 8.

83 Pour les chanoines : calcul fondé sur deux dossiers rennais, trois léonards et trois nantais (un quatrième ne mentionne pas le nombre d’images). Pour les élites : G. Aubert, La noblesse, le pouvoir et le savoir dans la Bretagne des Lumières. Le Président de Robien (1698-1756), gentilhomme et savant en son siècle, thèse dactylographiée, université Rennes 2 Haute-Bretagne, document 85, p. 753.

84 Les données sont les suivantes : chanoines rennais, neuf images en moyenne (quatre dossiers) ; élites rennaises, douze. Comparaison établie à partir de C.Wolff, op. cit., p. 109.

85 Notice 24.

86 Notice 51.

87 Au milieu du siècle, seul quatre particuliers – dans un corpus de 271 inventaires après décès des élites bretonnes – possèdent plus de cent images. G. Aubert, op. cit., p. 222.

88 Annexe 8.

89 Huit des onze natures mortes inventoriées appartiennent au Nantais Jouault, ADLA – B6 869.

90 Les natures mortes représentent une faible proportion des sujets des images des élites bretonnes au milieu comme à la fin du siècle, G. Aubert, op. cit., p. 231.

91 ADLA – B6 869, ADLA – B9 989, ADF – 23B369 ; notices 341, 257 et 471.

92 Valeur moyenne des inventaires à Nantes : 3 399 livres (Barrin, 9 496 ; Jouault, 5 308 ; Gauvain, 5 244 ; Charrette, 4 723 ; Le Febvre, 4 613). Valeur moyenne des inventaires à Saint-Pol-de-Léon : 5 175 livres (Le Grand, 12 190 ; Le Sparfel, 6 676).

93 Notice 341.

94 Notice 471.

95 Notice 24.

96 ADLA – B9 972.

97 G. Aubert, op. cit., annexe 136, p. 806.

98 P. Loupes, op. cit., p. 308.

99 ADIV – 1Q1 112, ADCA – 1Q514, ADIV – 1Q1 097 ; notices 679, 344 et 266.

100 A. Pardailhe-Galabrun, op. cit., p. 357.

101 Respectivement, chez : Louis Branlard de Launay (notice 71), ADLA – B 6 909/2 ; François-Augustin de Goyon (notice 286), ADF – 6 B 450 ; Christophe-Michel Ruffelet (notice 685), ADCA – 1Q517 ; Alexandre Rozy (notice 684), ADIV – 1Q1 112.

102 Notice 60.

103 ADLA – B6 908/1.

104 Notice 51.

105 ADIV – 4B4 817.

106 Chez Aulnette (notice 14) en 1751 (ADIV – 2 B 523) et chez Bossard (notice 51) en 1778 (ADIV – 4B4 817).

107 Ce qui ne signifie évidemment pas que les chanoines les utilisent en public.

108 G. Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Seuil, 1985, p. 123.

109 Notice 51.

110 ADIV – 4B4 817.

111 ADIV – 2B661, ADF – 23B333 ; notices 285 et 515.

112 ADF – 23B333 ; ADIV – 2B588 ; notices 14 et 515.

113 Notice 467.

114 ADCA – G367, correspondance avec les États, lettre de Le Gonidec, 15 octobre 1728.

115 Certainement très sensible aux effets de mode. P. Jarnoux, « La noblesse bretonne au xviiie siècle. Les tiraillements de la modernité », J. Kerherve (dir.), Noblesses de Bretagne du Moyen Âge à nos jours, PUR, 1999, p. 186.

116 Chez le Rennais Talhouët de Bonnamour (notice 714), ADIV – 2B593 ; et le Nantais Lefèbvre de Laubrière (notice 450), ADCA – B6 907.

117 Notice 71.

118 ADLA – B6 902/2.

119 Notice 88.

120 ADF – 23B361.

121 Notice 138.

122 ADLA – B9 973.

123 Notice 51.

124 ADIV – 4B4 817.

125 ADLA – B9 973, ADLA – B6 907, ADIV – 4B4 817 ; notices 138, 450, 51.

126 Notice 685.

127 ADCA – 1Q517.

128 Notice 225.

129 Dans une pièce voisine, qui semble être une chambre de compagnie, il expose une « machine électrique ». ADIV – 1Q1 095.

130 Notice 394.

131 ADCA – 1Q499.

132 G. Aubert, op. cit., p. 245.

133 Notice 225.

134 Sur les notions de curiosité, collection, cabinet de curiosité, cabinet scientifique… : K. Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise : xvie-xviiie siècle, Gallimard, 1987 ; A. Schnapper, Le géant, la licorne et la tulipe. Collections et collectionneurs dans la France du xviie siècle, Flammarion, 1988 ; D. Fauque, article « Cabinets scientifiques, cabinets de curiosités », M. Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, PUF, 1997, p. 177-180 ; A. Lugli, Naturalia et Mirabilia. Les cabinets de curiosités en Europe, A. Biro, 1998.

135 22 inventaires sur les 45 étudiés en mentionnent.

136 A. Pardailhe-Galabrun, op. cit., p. 439-440.

137 Notice 515.

138 ADF – 23B333.

139 Notice 24.

140 ADLA – B9 972.

141 ADIV – 1Q395, procès-verbaux d’expertises et de ventes, Rennes, chapitre, 1790 et notices 668 et 443.

Table des illustrations

Titre Tableau 48. – Occurences du terme salon dans les inventaires après décès.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17435/img-1.png
Fichier image/png, 3,0k
Titre Tableau 49. – Occurrences du terme salon dans les descriptions de biens nationaux (maisons habitées par des chanoines).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17435/img-2.png
Fichier image/png, 1,9k
Titre Tableau 50. – L’heure dans les intérieurs de chanoines.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17435/img-3.png
Fichier image/png, 3,2k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search