Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Troisième partie. Les cultures canoniales

Introduction

Texte intégral

1En dépit du portrait de groupe qui en a été brossé et de l’étude de leurs conditions de vie, les 752 chanoines et dignitaires bretons restent, à quelques exceptions près, des inconnus. L’analyse précise des carrières, de la valeur des revenus ou des patrimoines et l’examen des attitudes face à la Révolution ne permettent pas vraiment de découvrir l’intimité des prébendés ou de comprendre la logique qui les anime. Ces angles d’approche mutilent donc les individus et ne rendent pas compte de leurs multiples facettes. Il est vrai que les sources ecclésiastiques en général et capitulaires en particulier sont très discrètes sur les personnalités. Elles traduisent avant tout la position des institutions et non celle de tel ou tel chanoine.

  • 1 ADM – 47G4, délibérations du 13 juillet 1703 et du 16 septembre 1712 ; 47G7, délibérations des 5 d (...)
  • 2 ADF – 2G10, état de la contestation qu’a le chapitre de Quimper avec le présidial pour la préséanc (...)
  • 3 ADIV – G202 B, délibérations des 1er octobre et 24 décembre 1706.

2On peut s’en apercevoir lorsque les chapitres s’acharnent à défendre leurs patrimoines et leurs revenus. Mais cette culture de corps apparaît également quand il faut faire face à d’autres institutions afin d’en limiter les ambitions. Des conflits de préséances marquent ainsi régulièrement la vie des compagnies. Présidiaux et communautés de ville tentent en effet d’empiéter sur leurs droits. Par exemple, le chapitre de Vannes doit contrer à plusieurs reprises les prétentions de ces corps à occuper certaines des hautes stalles les jours de grandes fêtes religieuses et de processions1. Le chapitre de Quimper se heurte quant à lui à la tentative du Présidial de déposséder ses députés de leurs droits aux séances de la communauté de ville, où ils ont voix délibérative et signent les registres les premiers2. Parfois, comme à Rennes au début du siècle3, les chapitres doivent aussi faire front contre les prétentions des recteurs des paroisses urbaines.

  • 4 Y. Durand, « Révolution individuelle », L. Bely (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, PUF, 1996 (...)
  • 5 Notice 48.

3Dans ces combats dont on pourrait multiplier les exemples, les chapitres offrent une façade unitaire. Pas de dissension, pas de réticence, chacun est conscient des enjeux ; chacun se soumet à l’intérêt commun dans la logique de corps de la société d’Ancien Régime. Pourtant, en ce siècle où « la réflexion sur l’individu est au cœur de toute réflexion politique et sociale4 », faut-il déduire de la prégnance de ces réflexes collectifs le renoncement définitif des chanoines à toute expression individuelle ? En fait, les sources utilisées faussent la perspective et la réalité est certainement moins schématique. C’est du moins ce que laisse sous-entendre un correspondant de Bonin5, chanoine de Vannes :

  • 6 AdV – AA 18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin, lettres d’amis, lettre du 18 août (...)

« Je te demande maintenant si les conversations de 25 perruques, les cagotismes de 10 mystiques superfins et les pieuses rêveries et même le jésuitisme outré de quelques autres, pourront jamais me dédommager de ce que j’ai perdu […] dis-moi si les figures de tes chanoines sont un peu géométriques ; pour celles des nôtres, je te jure qu’on en trouvera jamais l’équation ni la quadrature et à deux ou trois près le reste n’est bon ce me semble qu’à figurer avec les ostrogoths6 »

4Tout semble dit en quelques formules assassines de l’agrément qu’il trouve dans la fréquentation de ses confrères du chapitre cathédral d’Uzès en 1777. Routine, austérité, manque de curiosité, esprit obtus : le jeune abbé frais émoulu de la Sorbonne se sent franchement étranger en leur compagnie. Effet de génération certainement, mais aussi peut-être différences de culture. Les impressions de ce nouveau chanoine peuvent en effet être analysées sous deux angles. On perçoit d’une part, derrière les généralisations auxquelles il se livre, la capacité de l’institution à assimiler les nouveaux arrivants, à leur faire abandonner leurs particularités au nom d’une indispensable unité. D’autre part, on y trouve les impressions d’un nouvel arrivant qui a découvert des confrères installés dans leurs bénéfices depuis longtemps et qui, derrière l’unité apparente du groupe, en suspecte la diversité, voire les clivages. En fait, les deux appréciations sont vraisemblablement justes. Tout chanoine est en effet soumis à ce tiraillement entre l’effacement derrière les intérêts de son chapitre et la manifestation de sa propre sensibilité.

  • 7 Voir notamment D. Roche, Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Aubi (...)

5Pour aborder cette question des cultures individuelles, de l’unité et de la diversité des compagnies, il est nécessaire de s’appuyer sur d’autres sources. Non pas qu’il faille totalement abandonner les sources capitulaires, mais leurs limites apparaissent rapidement. L’absence de mémoires, la quasi-absence de correspondances compliquent encore la tâche. Aussi, afin de pallier les insuffisances de ces sources, le support majeur de l’étude sera l’inventaire après décès. Les limites de cette source aujourd’hui classique, et dont aucun travail abordant les domaines culturel ou social ne peut faire l’économie, sont désormais bien connues7. Aussi nous contenterons-nous d’évoquer succinctement celles qui se dégagent de l’examen des inventaires de chanoines.

6Ignorant en partie les revenus de tous ordres des défunts, ils ne reflètent qu’une image approchée de leur fortune, ce qui ne facilite pas l’étude du niveau de vie de ces représentants des élites cléricales et urbaines. De plus, nombre d’objets ne sont que sommairement décrits : état, couleur, dimensions, place nous échappent souvent. La précision et l’exactitude des descriptions, la valeur attribuée aux objets dépendent de surcroît du niveau culturel du priseur. De nombreux sujets de tableaux sont ainsi omis, des titres de livres sont incomplets ou modifiés, la qualité ou le cru des vins ignoré, des termes descriptifs employés à mauvais escient. Des objets d’utilisation quotidienne et de faible valeur sont parfois groupés dans des lots non détaillés ; et certains peuvent être oubliés. C’est donc tout un pan des sensibilités capitulaires qui s’évanouit. Par ailleurs, les réserves alimentaires

  • 8 Même si l’inventaire n’est pas la meilleure des sources pour aborder cette question.
  • 9 A. Croix, « Le clergé paroissial, médiateur du changement domestique ? Quelques remarques méthodol (...)

7– qui seraient si précieuses pour connaître « la table » des chanoines8 – n’apparaissent que rarement. Enfin, l’inventaire ne fournit pas une description fidèle du logement. Il ne décrit pas l’aspect extérieur des maisons, ne mentionne pas toujours clairement l’existence d’étages, n’indique souvent qu’implicitement la disposition et la fonction des pièces, ne précise pas bien la place du mobilier et des objets décoratifs. Par conséquent, les inventaires ne laissent qu’» un cadre proche de la vie dans le meilleur des cas, totalement trompeur dans le pire9 ». Cependant, en dépit de ces lacunes, ils demeurent ici une source fondamentale, susceptible de permettre une étude des mutations à l’œuvre dans le monde capitulaire.

  • 10 Rappelons qu’en Bretagne des présidiaux sont établis à Nantes, Quimper, Rennes et Vannes.
  • 11 J. Queniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Klincksieck, (...)
  • 12 Réalisés aux universités de Brest, Nantes et Rennes.
  • 13 À Brest, Quimper, Saint-Brieuc et Vannes.
  • 14 Comme J. Thomas, H. Tigier et M. Cospain, Archives du Présidial de Rennes, tables d’actes d’office (...)

8En Bretagne, ces documents sont conservés dans les fonds des juridictions royales et seigneuriales. La prudence autant que la raison incitent à circonscrire le champ d’investigation et à rechercher les inventaires de chanoines dans les archives des présidiaux10 et des régaires des évêchés et des chapitres. Malheureusement, ces fonds sont volumineux et souvent dépourvus d’outil de recherche satisfaisant. La simple mention des dates limites des liasses dans les répertoires, si elles se prêtent bien à une analyse sérielle, ne facilitent guère l’analyse d’un milieu social précis. Afin de ne pas choisir des chapitres et des périodes d’étude a priori et pour réunir un nombre d’actes significatif, une démarche empirique simple a été suivie. Dans un premier temps, on s’est attaché à réunir une information la plus large possible. Les références fournies par les travaux de J. Quéniart11, de multiples mémoires de maîtrise consacrés à la culture matérielle ou à la vie quotidienne12, quelques inventaires d’archives précis13, des inventaires réalisés par des généalogistes14, des références fournies par des chercheurs au cours de leurs propres travaux permettent de retenir le chapitre de Rennes – pour lequel on dispose rapidement d’une vingtaine de dossiers – comme premier terrain d’étude. À l’inverse, faute de références suffisamment nombreuses, Dol, Quimper, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Tréguier et Vannes sont abandonnés. Le dépouillement systématique des liasses des régaires des évêchés et des chapitres de Nantes et de Saint-Pol-de-Léon à trois époques – déterminées à partir des données rennaises – se révèle quant à lui très fructueux. Afin d’homogénéiser les différents sondages, les première et troisième périodes ont été élargies, ce qui permet de disposer d’une quinzaine de dossiers convenablement répartis dans le temps par chapitre.

Tableau 47. – Les inventaires après décès utilisés.

Tableau 47. – Les inventaires après décès utilisés.

9L’étude, qui concerne seulement trois chapitres et ne retient que quarante-cinq des cinquante-six dossiers retrouvés, porte donc en définitive sur un échantillon restreint. Cette contrainte ne semble pas rédhibitoire dans la mesure où l’on peut faire appel à des inventaires de la période révolutionnaire pour prolonger la réflexion, et où l’on privilégie la diversité des situations à l’intérieur des chapitres ainsi que la comparaison avec d’autres représentants des élites bretonnes. Si les données retenues ne permettent pas de construire des modèles, elles permettent d’opposer des situations individuelles à l’intérieur de chaque institution, de comparer leurs profils et de distinguer Basse-Bretagne – représentée par un chapitre – et Haute-Bretagne – représentée par deux chapitres. Il s’agit donc de comprendre comment les chanoines tentent de s’individualiser au sein d’institutions qui privilégient la culture de corps, de voir s’ils évoluent dans un univers intellectuel figé et s’ils sont ouverts au monde qui les entoure ; en fait, d’essayer de comprendre leur rapport aux changements dans les villes bretonnes à l’époque des Lumières.

Notes

1 ADM – 47G4, délibérations du 13 juillet 1703 et du 16 septembre 1712 ; 47G7, délibérations des 5 décembre 1777, 12 et 19 juin, 14 et 21 août, 11 septembre 1778, 7 et 21 mai, 6 et 20 août, 10 septembre 1779, 14 et 28 avril, 9 juin, 7 août 1780, 26 septembre 1781, 16 août 1783… Le rôle du chapitre dans la vie municipale est abordé dans T.J.A. Le Goff, Vannes et sa région. Ville et campagne dans la France du xviiie siècle, Salmon, 1989, p. 116, 123125, 127, 129, 133, 136.

2 ADF – 2G10, état de la contestation qu’a le chapitre de Quimper avec le présidial pour la préséance à l’hôtel de ville, 1718.

3 ADIV – G202 B, délibérations des 1er octobre et 24 décembre 1706.

4 Y. Durand, « Révolution individuelle », L. Bely (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, PUF, 1996, p. 1100.

5 Notice 48.

6 AdV – AA 18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin, lettres d’amis, lettre du 18 août 1777.

7 Voir notamment D. Roche, Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Aubier, 1981, p. 5961 et A. Pardailhe-Galabrun, La naissance de l’intime. 3000 foyers parisiens, xviie-xviiie siècles, PUF, 1988, p. 26-33.

8 Même si l’inventaire n’est pas la meilleure des sources pour aborder cette question.

9 A. Croix, « Le clergé paroissial, médiateur du changement domestique ? Quelques remarques méthodologiques, quelques résultats », Clercs et changement matériel. Travail et cadre de vie, xve-xxe siècle, colloque du Centre d’histoire religieuse, université Rennes 2, 11-12 juin 1987, ABPO, t. 94, 1987, p. 459.

10 Rappelons qu’en Bretagne des présidiaux sont établis à Nantes, Quimper, Rennes et Vannes.

11 J. Queniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Klincksieck, 1978 et « Les bibliothèques ecclésiastiques à Rennes au xviiie siècle », Livres et culture du clergé à l’époque moderne, RHEF, t. 83, janvier-juin 1997, p. 203-214.

12 Réalisés aux universités de Brest, Nantes et Rennes.

13 À Brest, Quimper, Saint-Brieuc et Vannes.

14 Comme J. Thomas, H. Tigier et M. Cospain, Archives du Présidial de Rennes, tables d’actes d’office au xviiie siècle, Association Parchemin, 1988.

Table des illustrations

Titre Tableau 47. – Les inventaires après décès utilisés.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17434/img-1.png
Fichier image/png, 107k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search