Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Deuxième partie. Le cours de la vie

Conclusion. Des oisifs « dans le gras du pâturage1… » ?

Texte intégral

  • 1 Expression d’un Bordelais de la fin du xviiie siècle. P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne (...)

1Gestionnaires avisés des biens de la première église des diocèses, relais de la propagande monarchique, actifs intercesseurs des hommes auprès de Dieu, gardiens de la magnificence du service divin, acteurs majeurs du culte rendu à Dieu dans les cathédrales, les chanoines sont des ecclésiastiques aux multiples facettes. Et il semble bien qu’au cours du siècle des Lumières ils se soient montrés à la hauteur de la tâche, dans le domaine temporel comme dans le domaine spirituel, tant ils ont œuvré pour améliorer la gestion des affaires de la cathédrale afin de rendre un culte toujours plus décent et plus édifiant.

  • 2 ADIV – G260, délibération du 2 janvier 1713.

2Pour ces ecclésiastiques, la tâche est a priori lourde : tous les jours, il faut être présent au chœur ; un jour sur trois, il faut prendre part aux délibérations de la compagnie ; à cela s’ajoutent les processions, les députations… Une interrogation demeure cependant sans réponse. Comment la journée type d’un chanoine se déroule-t-elle ? Même si la présentation d’un emploi du temps peut paraître risquée, tant sont nombreuses les inconnues et certainement importantes les différences entre les époques, les institutions et… les hommes, la démarche n’est pas superflue. Car approcher le travail du chanoine, c’est aussi essayer d’évaluer le temps consacré à chaque tâche et se demander comment il peut les concilier. De bon matin, un peu avant cinq ou six heures, il lui faut donc quitter son logis et emprunter les rues étroites du quartier de la cathédrale, même lorsque « le temps s’étant trouvé fort incommode par la glace qui rendait les rues impraticables2 » l’exercice est très périlleux. Après la célébration des premières heures de l’office, il participe aux délibérations du chapitre – qui ont lieu le plus souvent après prime – puis attend la grand-messe, vers dix heures. Vers quatorze ou quinze heures, il doit à nouveau se trouver au chœur pour chanter les vêpres et complies, qui se prolongent parfois – comme les autres heures – à cause d’événements exceptionnels. Entre les différentes heures, il peut accomplir les multiples tâches de gestion qui lui incombent… et se restaurer. Ce travail peut également remplir sa soirée comme en atteste la présence dans maints inventaires après décès de documents issus des archives du chapitre et concernant les affaires temporelles.

  • 3 G. Baston, Mémoires de l’abbé Baston, chanoine de Rouen, Picard, 1897, t. I, p. 269.

3La journée se révèle donc bien remplie. On ne peut cependant sonder ni les âmes ni les cœurs et il est bien difficile d’affirmer que tous, à tous moments, s’adonnent avec la même conscience à leurs devoirs. Aussi, même si « la vie canoniale, quand on en remplit les devoirs comme il faut, absorbe la meilleure partie de la journée3 », il faut se garder de généraliser. La combinaison des registres de délibérations et de pointes au cours de l’année capitulaire 1746-1747 à Rennes permet en effet, à défaut d’autoriser des conclusions d’ensemble, de proposer une photographie de la compagnie au milieu du xviiie siècle et d’ébaucher les portraits de différents types de chanoines.

Tableau 45. – L’assiduité à Rennes au cours de l’année capitulaire 1746-1747 (Aulnette, malade, Écolasse, qui meurt en septembre 1746, et Talhouët de Bonamour, qui prend possession en février 1747, ne sont pas considérés).

Tableau 45. – L’assiduité à Rennes au cours de l’année capitulaire 1746-1747 (Aulnette, malade, Écolasse, qui meurt en septembre 1746, et Talhouët de Bonamour, qui prend possession en février 1747, ne sont pas considérés).
  • 4 Notice 181.
  • 5 ADIV – G261H, registres de pointes du haut-chœur, 1734-1759.
  • 6 P.-M. Du Breil de Pontbriand, Histoire généalogique de la famille du Breil de Pontbriand, Le Roy, (...)
  • 7 Seul Claude du Bouexic de Guichen (notice 176) semble pouvoir se prévaloir d’un motif : assistant (...)

4On y trouve une très grande majorité de chanoines consciencieux, assistant à plus de la moitié des chapitres dans l’année et à plus des deux tiers des grand-messes chaque mois. Deux d’entre eux, presque toujours présents, font figure de chanoines particulièrement zélés. Quatre autres, quoique assidus aux réunions capitulaires, semblent plus attentifs à la fréquentation de la grand-messe, présentant ainsi un profil de chanoines spirituels. Trois, enfin, moins assidus que leurs confrères à la grand-messe, laissent paraître un profil plus marqué de chanoines administrateurs. Face à ces neuf prébendés, se tient une minorité de quatre chanoines dilettantes auxquels il faut joindre le chantre Guillaume-Marie du Breil de Pontbriand4. En effet, ce dernier se distingue par son remarquable absentéisme : il n’assiste pas à un seul chapitre et n’est présent au chœur qu’aux matines des 12 octobre 1746, 13 mars et 6 juin 1747, à la grand-messe du 1er avril 1747. Une analyse rapide des registres de pointes des années 1734-1739 confirme ce désintérêt5. Pontbriand semble en fait être l’archétype du chanoine plus intéressé par les travaux intellectuels que par les devoirs de la prébende. Nous savons que le chapitre n’hésitait pas à lui confier le classement et la gestion de ses papiers et que les États de Bretagne en ont fait leur archiviste. En réalité, il a mené une double carrière de chanoine et d’intellectuel. Doté de sa prébende en 1728, il se voit confier le classement des archives des États dès 1730. Ce travail achevé, il se lance dans l’analyse des délibérations des États et entreprend la rédaction d’une Histoire générale des États de Bretagne entre 1567 et 1754, œuvre de longue haleine qu’il n’achèvera pas. Il a également trouvé le temps de rédiger les Nouvelles vues sur le système de l’univers en 1751 et un Essai de grammaire française en 1754. Ultimes témoignages de ses qualités d’administrateur, l’évêque Louis de Guérapin de Vauréal l’a nommé vicaire général en 1732 et il sera membre de la commission intermédiaire des États de Bretagne6. Les sources consultées ne fournissent malheureusement pas d’explication à l’absentéisme des autres chanoines7.

5Ainsi, d’une manière générale, la recherche d’une prébende ne semble pas motivée par l’aspiration à un bénéfice aux charges légères. Certes, les chanoines ne sont pas responsables de paroisse, mais l’image qui se dégage de ces ecclésiastiques est celle de bénéficiers ni plus courageux, ni plus fainéants que les autres. Par ailleurs, le caractère étriqué de la gestion de bien des compagnies n’est pas de nature à autoriser des prébendes élevées. Pour entrer dans un chapitre, mieux vaut donc être doté d’autres bénéfices ou disposer de revenus complémentaires. Dans une France capitulaire où chaque comptabilité semble être un cas particulier, les chapitres bretons font dans l’ensemble figure d’institutions modestes.

6Tout au long du xviiie siècle les chapitres cathédraux bretons, loin derrière les grandes compagnies du Bassin parisien, globalement moins fortunés que leurs homologues des provinces ecclésiastiques d’Albi, Lyon ou Narbonne, mais aussi de Guyenne ou de Normandie, semblent relever d’un Ouest capitulaire déshérité certainement bien peu attractif à l’échelle du royaume.

Tableau 46. – Les chapitres bretons et les autres à la veille de la Révolution.

Tableau 46. – Les chapitres bretons et les autres à la veille de la Révolution.
  • 8 Avec une forte nuance selon les lieux : il est en effet plus facile de « tenir son rang » à Trégui (...)

7Il est donc fort probable que, au regard de la modestie des prébendes bretonnes, l’entrée dans un chapitre renvoie dans une très large mesure à des ambitions familiales. En effet, quel intérêt peut-on avoir à gagner au pire l’équivalent de la prébende, au mieux trois à quatre fois sa valeur, pour remplir des fonctions parfois astreignantes, dans une ville où les besoins sont importants et où il faut tenir son rang8 ? Certainement pas un intérêt financier. En revanche, les ambitions de certaines familles peuvent y trouver leur compte. Après tout, on ne destine pas un fils de bonne noblesse formé dans les universités et les séminaires parisiens à une triste carrière le condamnant à se morfondre dans une paroisse rurale, à l’écart des courants culturels majeurs.

8Par conséquent, il reste à approfondir le lien entre le canonicat et un mode de vie, lié pour une part à l’origine et à la formation, différent de celui de bien des recteurs. Si les diverses tâches associées à la prébende sont prenantes et répétitives, elles ménagent quelques temps libres. Pour certains aspirants à la prébende – quel que soit leur parcours antérieur de recteur expérimenté, pour quelques-uns, ou de jeune ecclésiastique sans expérience achevant ses études, pour beaucoup – une soirée de chanoine peut ainsi être une compensation à toutes les obligations du bénéfice et le moment privilégié pour cultiver son jardin secret : se laisser aller à une saine oisiveté, s’adonner à l’étude ou au jeu, sortir en société ou encore recevoir des amis pour échanger dans sa chambre, son cabinet, ou autour d’une table. Et si l’on dispose de revenus bénéficiaux ou patrimoniaux susceptibles de pallier la modestie de la prébende, un avenir à l’ombre d’une cathédrale est de nature à apporter bien des satisfactions.

Notes

1 Expression d’un Bordelais de la fin du xviiie siècle. P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, EEHESS, 1985, p. 285.

2 ADIV – G260, délibération du 2 janvier 1713.

3 G. Baston, Mémoires de l’abbé Baston, chanoine de Rouen, Picard, 1897, t. I, p. 269.

4 Notice 181.

5 ADIV – G261H, registres de pointes du haut-chœur, 1734-1759.

6 P.-M. Du Breil de Pontbriand, Histoire généalogique de la famille du Breil de Pontbriand, Le Roy, 1889, p. 205-206 ; H. Bourde de La Rogerie, « Notes sur le traité historique des États de Bretagne de l’abbé G.-M. du Breil de Pontbriand », ABr, t. XXI, 1914, p. 99-113.

7 Seul Claude du Bouexic de Guichen (notice 176) semble pouvoir se prévaloir d’un motif : assistant de Pontbriand au cours de ses premiers travaux, il a peut-être continué à l’épauler. H. Bourde de la Rogerie, op. cit., p. 103.

8 Avec une forte nuance selon les lieux : il est en effet plus facile de « tenir son rang » à Tréguier qu’à Rennes.

Table des illustrations

Titre Tableau 45. – L’assiduité à Rennes au cours de l’année capitulaire 1746-1747 (Aulnette, malade, Écolasse, qui meurt en septembre 1746, et Talhouët de Bonamour, qui prend possession en février 1747, ne sont pas considérés).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17432/img-1.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 46. – Les chapitres bretons et les autres à la veille de la Révolution.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17432/img-2.png
Fichier image/png, 25k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search