Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Deuxième partie. Le cours de la vie

Chapitre VI. Les revenus des chanoines

Texte intégral

  • 1 J. Delumeau, Le catholicisme entre Luther et Voltaire, PUF, 1971, p. 202.

1Les tâches des chanoines, certes peu explicites et peut-être peu utiles pour le « chrétien quelconque1 », peuvent donc être lourdes. Or l’élite intellectuelle – le monde des lettrés et des juristes acquis aux Lumières – évolue dans un univers intellectuel et théologique peu enclin à l’indulgence envers une institution composée, pour l’essentiel, de prêtres jugés inutiles car non chargés d’âmes. L’heure est en effet au bon prêtre dévoué à ses paroissiens, capable de choisir pour ses ouailles les dogmes vraiment utiles et d’éviter les discours théologiques trop abstraits, auquel on demande avant tout d’être un officier de bienfaisance et un promoteur de la tolérance. L’homme de Dieu est ainsi sommé de justifier de son utilité et de faire la preuve de ses qualités de gestionnaire. N’est-ce pas ce que laissent entendre ces Combourgeois au travers de cette violente diatribe :

  • 2 Doléance des habitants de Combourg dans l’évêché de Saint-Malo en 1789. H. See et A. Lesort, Cahie (...)

« C’est ainsi que la plupart des pasteurs qui supportent le poids du travail, se sont trouvés réduits à un état approchant de la misère ; que les pauvres manquent de pain et de secours, tandis que des abbés, des moines, des chanoines et les chevaux qui traînent leur embonpoint s’engraissent de leur subsistance2… »

2Confondus avec les réguliers, les chanoines ne trouvent pas grâce à leurs yeux et font figure de profiteurs oisifs vivant avec largesse.

  • 3 B. Hours, L’Église et la vie religieuse dans la France moderne, xvie-xviiie siècle, PUF, 2000, p. (...)
  • 4 B. Plongeron, La vie quotidienne du clergé français au xviiie siècle, Hachette, 1974, p. 170-185.

3Mais qu’en est-il réellement de leur rétribution ? La question est délicate et s’inscrit plus largement dans l’examen des revenus des prêtres dont l’estimation précise demeure difficile3. On sait que, pour s’en tenir aux prêtres chargés d’âmes, la diversité prévaut : là des recteurs et des vicaires congruistes ; ici des décimateurs. Ils peuvent tous de surcroît compléter ce revenu de base par les messes fondées, le casuel – ces gratifications versées par les fidèles à l’occasion de diverses cérémonies – et par les ressources tirées de biens patrimoniaux4. Bénéficier sans charge d’âmes, le chanoine s’inscrit dans le même schéma. Il reçoit ainsi le montant de la prébende, c’est-à-dire la rétribution qui lui est due en contrepartie des obligations de son bénéfice, le canonicat. De plus, comme les recteurs, les chanoines associent ce revenu légal à d’autres sources de revenus dont l’étude permet de poursuivre l’entreprise de définition du milieu capitulaire. En effet, lorsqu’ils entrent dans leur compagnie, les chanoines ne font pas vœu de pauvreté et ne se dépouillent pas de leurs biens. Outre leur titre clérical, bon nombre d’entre eux possèdent des terres, héritées ou achetées, dont ils perçoivent les revenus, placent de l’argent… quand ils ne cumulent pas leur prébende avec des rentes ou d’autres bénéfices. Il convient donc de s’interroger sur la place de la prébende dans les revenus des chanoines et, au-delà, sur l’influence de la valeur de la prébende dans le déroulement de la carrière ecclésiastique, sur son rôle dans les stratégies des clercs et, au-delà, des élites urbaines.

La valeur de la prébende

  • 5 Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, 1761, t. 1, p. 221 (...)
  • 6 Voir annexe 2.
  • 7 AN – G8 80 1, état présenté par le chapitre cathédral de Saint-Brieuc à l’Assemblée générale du cl (...)

4Souvent, « dans l’usage, on confond le canonicat avec la prébende5 », alors qu’il s’agit juridiquement de deux notions bien distinctes : un bénéfice et le revenu qui lui est associé. S’il n’existe pas de chanoine sans prébende, des prébendes peuvent être attribuées à des laïcs, des dignitaires, des institutions6… Cette prébende se décompose en deux grandes parties : le « gros », ou « gros fruits », et les distributions. L’analyse se complique lorsque, dans un second temps, on veut en évaluer le montant. Que l’on en juge : selon la source consultée, un chanoine de Saint-Brieuc touche de 870 à plus de 2 000 livres par an7.

La structure de la prébende

5Le « gros », en général identique pour tous les prébendés, est le noyau de la prébende, versé à l’issue de l’année capitulaire. Presque toujours prélevé sur le revenu net du chapitre – sauf à Quimper où chacune des prébendes est attachée aux revenus des dîmes d’une paroisse – il est exceptionnellement versé en nature : seuls les chapitres de Tréguier, en blés, et de Vannes, en sel, procèdent ainsi. Les distributions constituent, quant à elle, la partie variable de la prébende et récompensent l’assiduité des chanoines aux heures, aux messes, aux processions, aux fondations, aux chapitres.

  • 8 On retrouve en effet la même structure avec des noms différents en Bretagne comme en Guyenne. P. L (...)
  • 9 ADIV – G197, nouveau plan de rétribution pour messieurs du haut-chœur en l’église de Rennes à comp (...)

6Les règles en matière de rétribution sont complexes et si des différences existent entre les chapitres, leur esprit ne varie pas8. Une réforme survenue à Rennes en 1772 permet d’en comprendre l’organisation9. Jusqu’à cette date, le chapitre respecte un système complexe. Début août, à la fin de l’année capitulaire, les chanoines perçoivent leurs « gros fruits » et les distributions appelées grands et petits cuilibets. Pour percevoir les premiers, il faut assister à l’office canonial 168 jours dans l’année en étant présent au moins à l’un des grands offices : matines, messe ou vêpres. Et si l’on veut bénéficier des cinquante-deux jours prévus pour se reposer ou s’occuper de ses affaires, il faut assister à 313 matines, primes, tierces, messes et vêpres. Leur montant est fixé par délibération capitulaire et les sommes non distribuées sont versées à la fabrique de la cathédrale. Les grands cuilibets rémunèrent l’assistance aux matines, à la messe, aux vêpres, aux processions et stations qui se déroulent dans la cathédrale les dimanches et fêtes, aux complies de carême, aux grands obits, ainsi qu’à l’occasion de certaines fêtes particulières. Dans certains cas, on touche une somme par présence ; dans d’autres, il faut assister un certain nombre de fois. Les petits cuilibets, enfin, rétribuent l’assistance à diverses messes de fondations. Les sommes non distribuées sont réparties entre les présents. En 1772, la carte, ou comptabilité, annuelle des « gros fruits » ne subit pas de modification. En revanche, la comptabilité des distributions, dorénavant réparties en six cartes, est modifiée afin de la simplifier et d’enrayer la diminution des sommes partagées. Les deux premières, annuelles, concernent l’assistance à l’office canonial et aux obits. Les quatre dernières concernent l’assistance à de nombreuses fêtes fondées et sont réglées par quartiers tous les trois mois. La rémunération des chanoines reste par conséquent liée à un système de pointage des absences qui demeure très complexe malgré cette volonté d’homogénéiser le contenu des différentes cartes. Ainsi, le pointeur doit, par exemple, préparer dans son cahier une colonne pour les obits dans laquelle il y aura deux cases : une pour les vêpres et le libera ; une pour le nocturne et la messe. Il effectue donc la pointe pour chacune de ces parties de l’office divin. Et son travail, sujet à bien des contestations, ne s’achève qu’après des calculs fastidieux et la rédaction des cartes, vérifiées par des chanoines.

  • 10 C’est ce que rappellent quelques chanoines en invoquant « les décrets du concile provincial tenu à (...)

7La rétribution du chanoine dépend ainsi de son assiduité, et de la santé financière des chapitres, puisque l’état des comptes conditionne à la fois les sommes affectées au paiement du « gros » et aux distributions. En définitive, pour soutenir le zèle de leurs membres, les chapitres respectent un système original et équilibré qui permet de préserver la cohésion de l’institution tout en ménageant l’initiative et la liberté des individus. Le mode de rétribution articule en effet un fixe, qui garantit l’égalité entre les prébendés et leur assure une certaine sécurité financière, et une partie variable, dépendant du zèle et de la dévotion, donc du mérite, de chacun. Reste à savoir quel niveau de revenu ce système, qui n’est jamais mis en cause, garantit aux chanoines et comment il arbitre entre la part des gros fruits et celle des distributions dans un royaume où chaque chapitre reste maître en la matière10.

Évaluation du montant de la prébende

  • 11 Au début de la Révolution, le calcul des rétributions des ecclésiastiques s’appuie sur leur ancien (...)
  • 12 Voir les déclarations de revenus des chapitres, respectivement : ADLA – Q33 ; ADM – L 865 ; ADIV – (...)
  • 13 ADF – 18L11, suppression de l’évêché et du chapitre de Quimper, traitements et pensions des chanoi (...)

8Les déclarations de revenus des chapitres et des chanoines aux autorités révolutionnaires constituent un bon point de départ. Cependant, l’esprit qui préside à l’établissement de ces documents les conduit certainement à majorer le montant des prébendes11, notamment en fondant l’évaluation des distributions sur une assiduité irréprochable. En 1790, les chanoines de Nantes, les mieux dotés, estiment ainsi leurs prébendes à 2 200 livres par an. Viennent ensuite celles de Dol à un peu plus de 2 000 livres, de Saint-Pol-de-Léon à 1983 livres, de Vannes à 1970 livres, et de Saint-Malo à près de 1 500 livres. Au bas de la hiérarchie, les Rennais perçoivent 1 070 livres et les Briochins 870 livres par an12. À Quimper, la moyenne atteint 1 600 livres par an : mais chaque prébende étant ici attachée aux dîmes d’une ou plusieurs paroisses, cette moyenne arbitraire dissimule de profondes inégalités ; six des douze chanoines dont nous connaissons la déclaration de revenu touchent moins de 1 000 livres et trois gagnent plus de 2 000 livres13.

  • 14 Notice 226.
  • 15 Notice 528.
  • 16 Deux chanoines sont en effet absents et ne touchent pas les gros fruits. AdioR – D3, délibération (...)
  • 17 Sans que l’on puisse mesurer les effets de ces choix dans la mesure où les trois chapitres qui ont (...)

9Les registres de délibérations du chapitre de Rennes, qui mentionnent chaque année le versement du gros et des distributions, permettent de mesurer l’ampleur de l’exagération des chanoines lorsqu’ils évaluent le montant de leurs prébendes. En 1790, le plus assidu, Fénieux de Pinbernard14, touche 1 015 livres alors que le moins consciencieux, le chantre Loaisel de La Villedeneu15, ne reçoit que 634 livres. Par conséquent, la déclaration de revenus aligne les revenus de chacun sur les plus fortes prébendes, alors que leur valeur moyenne est de 925 livres et que seuls quatre des quatorze chanoines qui touchent le gros gagnent plus de 1 000 livres16. La part du gros – 400 livres – ne représente ainsi que 40 % de la prébende des chanoines les mieux payés. Ce poids énorme des distributions se retrouve à Vannes et Tréguier ainsi qu’à Quimper pour de nombreuses prébendes. En revanche, ailleurs, le gros porte bien son nom puisqu’il constitue au moins les trois quarts de la valeur des prébendes. Ces arbitrages témoignent des possibilités financières des compagnies mais aussi, peut-être, d’une plus ou moins grande confiance dans la nature humaine17.

  • 18 J. Kerherve, F. Roudaut et J. Tanguy, La Bretagne en 1665 d’après le rapport de Colbert de Croissy(...)
  • 19 ADM – 47G7, délibération du 8 avril 1707.
  • 20 ADIV – G260, délibération du 2 août 1718 ; ADIV – G204, délibérations du 9 janvier 1741, du 22 avr (...)

10Le montant de la prébende n’est cependant pas fixé une fois pour toute, puisque Colbert de Croissy indique des montants inférieurs dans les chapitres des villes qu’il inspecte en 166518. Les prébendes peuvent en effet être affectées par des variations à court ou à long terme. Par exemple, si la situation financière du chapitre se dégrade, le versement des distributions est suspendu. Ainsi, en 1707, le chapitre de Vannes décide de réduire les cuilibets de moitié pendant six ans19. À l’inverse, lorsque les comptes sont excédentaires, les chanoines n’hésitent pas à se prononcer pour une augmentation de la valeur du gros. À Rennes il se monte à 93 livres au début du siècle. En 1741, il vaut 100 livres. À partir de 1746, la mense « ayant acquitté ce qu’elle devait », il est fixé à 120 livres, à 150 livres en 1747, puis à 200 livres l’année suivante. À partir de 1771, la progression reprend : 250 livres en 1771, 300 livres en 1772, 350 livres en 1778, 400 livres dans la décennie suivante20. Cette progression régulière, également observée à Nantes, Tréguier ou Vannes, apparaît comme une évolution de longue durée qui n’est pas sans rappeler la hausse de la portion congrue des recteurs.

Tableau 36. – Évolution du montant du gros au xviiie siècle (à partir des déclarations de revenus des chapitres et des délibérations).

Tableau 36. – Évolution du montant du gros au xviiie siècle (à partir des déclarations de revenus des chapitres et des délibérations).

11Dans le chapitre, comme dans les paroisses, il faut en effet faire face à la hausse du coût de la vie. Mais, il faut certainement aussi soutenir la comparaison avec les recteurs des paroisses de la ville. D’ailleurs, d’une manière générale, les sommes affectées par les compagnies aux distributions ont, elles aussi, tendance à augmenter.

Tableau 37. – Évolution des sommes consacrées aux distributions au xviiie siècle.

Tableau 37. – Évolution des sommes consacrées aux distributions au xviiie siècle.

12Il est difficile de situer les prébendes bretonnes par rapport aux autres prébendes du royaume. L’absence d’étude globale contraint à brosser un tableau impressionniste et à se contenter de les comparer avec celles de quelques autres chapitres cathédraux sans prétendre à l’exhaustivité. Loin derrière ses confrères d’Angers, Béziers, Bordeaux, Paris, Lyon ou Saint-Bertrand-de-Comminges, où les prébendes dépassent, parfois de beaucoup, 3 000 livres, le chanoine nantais se rapproche des prébendés d’Agen, Aurillac, Metz, Périgueux ou Chartres. Ses collègues bretons font, quant à eux, souvent pâle figure à côté de tous ces chanoines bien dotés.

Tableau 38. – La valeur de la prébende dans plusieurs chapitres français.

Tableau 38. – La valeur de la prébende dans plusieurs chapitres français.

13Si l’on s’en tient à l’aspect financier, les cathédrales bretonnes, malgré la hausse de la valeur des prébendes, ne figurent ainsi pas parmi les plus attractives, d’autant plus que les chiffres proposés en 1790 par les chanoines semblent surévalués. Peut-être faut-il y voir une des raisons pour lesquelles seulement un quart de leurs membres sont étrangers à la Bretagne.

La prébende dans la société

14Il est également délicat de situer les prébendes bretonnes sur une échelle des revenus provinciaux. Pourtant, le niveau de revenu du chanoine témoigne de son inscription dans la société de sa ville, de la manière dont il s’y fond ou s’y distingue. Il est donc important de voir comment le chanoine se place dans la société de son temps, en tenant compte de la spécificité de chaque chapitre.

  • 21 Les chanoines de Notre-Dame de Nantes reçoivent 657 livres par an à la fin de l’Ancien Régime, alo (...)
  • 22 C. Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers…, p. 291 et p. 287.
  • 23 A. Rebillon, La situation économique du clergé à la veille de la Révolution dans les districts de (...)
  • 24 Proportion établie à partir de D. Bernard, « Le clergé séculier dans le Finistère en 1790 : diocès (...)
  • 25 T.-J.-A. Le Goff, Vannes et sa région, ville et campagne dans la France du xviiie siècle, Salmon, (...)
  • 26 G. Minois, Un échec de la Réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du xvie au xviiie siècl (...)
  • 27 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 294.
  • 28 Ibid., p. 293.
  • 29 J. Meyer (dir.), Histoire de Rennes, Privat, 1972, p. 194.
  • 30 Ibid., p. 194.
  • 31 Notice 702.
  • 32 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 302 ; notice 522.
  • 33 Ibid., p. 653 ; notice 307. Il est vrai qu’Hallouin est originaire du diocèse de Nantes et se rapp (...)
  • 34 Notices 100 et 360.

15Si l’on comprend que les chanoines des collégiales de Nantes et de Saint-Brieuc regardent avec envie les prébendes des cathédrales21, on peut douter que les recteurs des paroisses urbaines ou des bonnes cures du diocèse soient tentés par ces bénéfices souvent moins ou à peine plus lucratifs. Dans le diocèse de Nantes on peut estimer que 137 des 242 cures ont, en 1789, un revenu brut supérieur à la prébende. En 1785, le revenu net moyen des cures du diocèse de Saint-Brieuc atteint 860 livres soit 10 livres de moins que la prébende de la cathédrale22. En 1790, dans le diocèse de Rennes, 110 des 141 cures des districts de Rennes, Fougères et Vitré ont un revenu brut supérieur à la prébende de la cathédrale23. De même, dans le Léon, près de 40 % des recteurs gagnent plus que les chanoines de la cathédrale24. Dans le diocèse de Vannes, les recteurs les mieux pourvus du Vannetais, ceux de Saint-Patern à Vannes, de Sarzeau et de Grand-Champ, reçoivent plus que les chanoines de la cathédrale avec 2 500 à 2 600 livres de revenu par an25. Dans le diocèse de Tréguier, plusieurs riches paroisses semblent réservées à des recteurs issus de la noblesse, clientèle traditionnelle du chapitre, qui gagnent beaucoup plus que les chanoines26. Dans le diocèse de Saint-Malo – où de très nombreuses paroisses sont certes à portion congrue – que vaut une prébende face à la cure de Pipriac estimée à 3 300 livres de revenus en 178927 ? À la veille de la Révolution, les recteurs de Saint-Jean-en-Saint-Pierre et Saint-Laurent à Nantes doivent toucher, – en incluant le casuel – l’équivalent de la prébende28. À Rennes, les revenus « très moyens29 » des recteurs n’en demeurent pas moins pour quatre d’entre eux – Saint-Étienne, Saint-Germain, Saint-Jean et Saint-Sauveur30 – supérieurs à la valeur de la prébende de la cathédrale. Et en définitive, les mieux dotées des prébendes bretonnes ne représentent que trois fois la portion congrue, portée à 700 livres pour un recteur en 1786, quand les moins lucratives – à Quimper, Rennes, Saint-Brieuc et certainement Tréguier – la dépassent de peu. Cette situation explique peut-être certaines carrières. En effet, quelques chanoines quittent leur cathédrale pour une paroisse susceptible de leur fournir des revenus supérieurs. Par exemple, à Rennes, Simon31 rejoint le presbytère de Saint-Germain ; à Dol, Lesquen obtient la paroisse de Bazouges-du-Désert dans le diocèse de Rennes qui procure plus de 8 000 livres de dîmes à son titulaire32 et Hallouin gagne Vallet dans le diocèse de Nantes qui rapporte plus de 4 000 livres brutes en 179033 ; à Vannes, Chalons et Keronyant34 deviennent recteurs de Sarzeau.

  • 35 J. Meyer (dir.), op. cit., p. 251.
  • 36 F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790, seconde édition, La Manutention, 1991, p. XLII. (...)
  • 37 A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, PUR, 1997, t. 2 (...)
  • 38 A. Lespagnol (dir.), Histoire de Saint-Malo et du pays malouin, Privat, 1984, p. 144.

16Le plus souvent, la prébende bretonne est donc un bénéfice modeste. Elle n’est pas, et de loin, le bénéfice le plus rémunérateur des diocèses. Son niveau de revenu peu élevé n’explique pas l’attraction qu’il peut exercer sur certains milieux : quant à placer un fils dans l’Église, il existe des places – certes à charges d’âmes – tout aussi sûres et plus rémunératrices ! D’autant que, parfois, la prébende ne permet pas de rivaliser avec certains représentants de l’élite locale. Quelques comparaisons, aux limites évidentes, permettent de nourrir ce constat. Puisant dans des milieux différents, elles s’appuient sur des connaissances déséquilibrées selon les cas et ne concernent parfois qu’une fraction des revenus réels. Alors que le chanoine rennais de 1790 gagne au mieux un peu plus de 1 000 livres, un avocat débutant du Parlement qui plaide environ cinquante fois dans l’année gagne plus de 2 000 livres35 ; un conseiller au Parlement peut en espérer 1 200 et un président à mortier 3 000, sans les émoluments ni les pensions36. De même, à Saint-Malo, que pèse une prébende de la cathédrale face aux fortunes des grands négociants de la place37 ? Et finalement, un capitaine qui part à la pêche à la morue, avec son pot-de-vin de 500 à 600 livres et sa part sur les prises38, fait bonne figure derrière le chanoine.

Prébende et mode de vie

  • 39 Échantillon de prêtres établi à partir de : M.-P. Cariou, Étude sur le clergé léonard au xviiie si (...)

17Cependant, par bien des aspects, les chanoines font partie des élites urbaines. Leur milieu de naissance, leur formation en attestent, nous l’avons vu ; leur mode de vie, pour peu que l’on puisse le saisir, le confirme. Ainsi, leur patrimoine, mesuré par les inventaires après décès, les rapproche incontestablement des groupes dominants. Même s’ils ne concernent que la fortune mobilière et si le seul montant de l’inventaire ne peut suffire à identifier une élite, ces documents permettent de situer, au moins approximativement, les chanoines dans les sociétés urbaines. Une première comparaison permet de les placer par rapport aux prêtres de leur diocèse. Ainsi, dans le diocèse de Saint-Pol-de-Léon, une écrasante majorité des prêtres possède moins de 2 000 livres de biens à leur mort alors que sept chanoines sur onze laissent des inventaires estimés à plus de 2 000 livres39.

Tableau 39. – Valeur exprimée en livres des inventaires des prêtres du diocèse de Léon et des chanoines de la cathédrale.

Tableau 39. – Valeur exprimée en livres des inventaires des prêtres du diocèse de Léon et des chanoines de la cathédrale.
  • 40 L’échantillon des prêtres du diocèse de Rennes a été élaboré à partir des références fournies par (...)

18Au sein d’un échantillon d’une quarantaine de prêtres du diocèse de Rennes, plus de la moitié des inventaires n’atteignent pas 2 000 livres ; mais près de la moitié de ceux d’un groupe de onze chanoines dépassent 4 000 livres, dont trois excèdent 10 000 livres40. De plus, neuf des dix inventaires supérieurs à 3 000 livres appartiennent à des recteurs ou curés de paroisses urbaines ou suburbaines ; un certain degré de richesse semble donc souvent associé à la possession d’un bénéfice rennais et les chanoines font partie de l’élite de ce clergé urbain.

Tableau 40. – Valeur exprimée en livres des inventaires des prêtres du diocèse de Rennes et des chanoines de la cathédrale.

Tableau 40. – Valeur exprimée en livres des inventaires des prêtres du diocèse de Rennes et des chanoines de la cathédrale.
  • 41 P. Jarnoux, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au xviiie siècle, (...)
  • 42 Notice 14 et ADIV – 2B588 ; ainsi que P. Jarnoux, op. cit., p. 122.
  • 43 G. Aubert, Le président de Robien. Gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières, PUR, 2001, (...)

19Au-delà du clergé, les inventaires de chanoines rennais se rapprochent de ceux du gros des artisans, des marchands détaillants, des commis et officiers subalternes pour les plus modestes, et de ceux de certains nobles parlementaires ou autres officiers, d’avocats et d’hommes de loi pour les plus riches41. Pierre-Gilles Aulnette, avec des biens mobiliers évalués à 19 143 livres, fait ainsi bonne figure derrière les parlementaires Jean-Baptiste du Plessis de Grénédan, Huchet de La Bédoyère – 25 804 et 28 843 livres42 – ou Le Gonidec – 19 418 livres43. Mais, si aucun chanoine ne laisse un inventaire de miséreux, tous ne sont pas aussi bien lotis et le monde capitulaire ne forme pas un groupe homogène.

  • 44 Dans le comté nantais, « un recteur disposait couramment de deux ou trois domestiques et parfois d (...)
  • 45 T.-J.-A. Le Goff, op. cit., p. 52.

20Tous les chanoines se doivent cependant de tenir leur rang et de mener un certain train de vie, perceptible à travers quelques indices. Fréquent dans le milieu ecclésiastique44 – et indispensable pour des célibataires qui ne travaillent pas de leurs mains – l’entretien d’un ou de plusieurs domestiques n’en est pas moins la manifestation d’une certaine aisance45. L’examen de 45 inventaires après décès de chanoines indique la présence de domestiques chez au moins onze des quinze Nantais, chez quatorze des quinze Rennais et chez neuf des quinze Léonards considérés.

Tableau 41. – Les domestiques des chanoines dans les inventaires après décès.

Tableau 41. – Les domestiques des chanoines dans les inventaires après décès.
  • 46 C. Prigent, Maîtres et domestiques pour le meilleur et pour le pire. Regards sur les relations maî (...)
  • 47 AMR – CC720, 724, 731, 741, 759, 762, 778.
  • 48 Notice 24 ; ADLA – B9 972.
  • 49 Notice 471.
  • 50 ADF – 23B369.
  • 51 Notice 320 et AMR – CC724.
  • 52 P. Loupes, op. cit., p. 309.

21À Rennes, la plupart des chanoines rémunèrent au moins deux domestiques : une cuisinière et un valet de chambre le plus souvent, ce qui leur permet de faire bonne figure à côté des nobles parlementaires et des bourgeois de la ville46. Les registres de capitation montrent par ailleurs que, tout au long du xviiie siècle, les prébendés rennais emploient en moyenne deux domestiques47. À Nantes, la plupart des inventaires ne font état que d’un domestique par chanoine, mais Jean Barin de La Galissonnière en emploie trois : un cocher, un homme de chambre et une cuisinière48. En ce domaine, les plus gros employeurs semblent être l’archidiacre de Léon, Jean-François Le Grand de Tromelin49, qui s’offre les services d’une gouvernante et de quatre « serviteurs domestiques » – il est vrai qu’il se partage entre sa maison prébendale à Saint-Pol-de-Léon et son manoir de Kerantraou50 – et le trésorier rennais Huart de Bœuvre qui emploie neuf domestiques51, rappelant en cela les dignitaires de la cathédrale de Bordeaux52. Combien coûte l’entretien de ce personnel ? Ici, nous sommes condamnés à n’évoquer que quelques exemples.

  • 53 Les montants des gages sont extraits des inventaires après décès et des dossiers de saisies révolu (...)

Tableau 42. – Gages des domestiques par rapport à la valeur de la prébende53.

Tableau 42. – Gages des domestiques par rapport à la valeur de la prébende53.

22La valeur de la prébende ne semble pas agir sur le nombre des domestiques : ainsi, les trois chanoines rennais étudiés dépensent le tiers de leur modeste prébende pour en entretenir deux ou trois ; à Dol, Nantes, Saint-Malo et Saint-Pol-de-Léon, où les prébendes sont plus importantes, l’entretien du personnel pèse beaucoup moins sur le budget des chanoines.

  • 54 ADIV – 2B597 et notice 252.
  • 55 ADIV – G205, délibération du 28 août 1750. Il gagne à peu près la même somme entre 1751 et 1755. C (...)
  • 56 Notice 2.
  • 57 ADCA – 1Q480.

23Certains d’entre eux ont, de surcroît – signe de raffinement ou moyen de se passer d’une cuisinière ? – recours aux services de traiteurs et se font livrer les repas à domicile. Ainsi, à Rennes, le sieur Mignard s’engage « à donner à dîner au sieur abbé Gardin et à souper à son laquais à raison d’une livre dix sols par jour54 ». Entre juillet 1752 et juin 1754, Godefroy-Jean Gardin de La Bourdonnaye verse 823 livres à son traiteur, soit un peu plus de 410 livres par an, soit presque l’équivalent du montant de sa prébende évalué à 415 livres en 175055. Il n’est vraisemblablement pas le seul à procéder de la sorte, mais nous ne disposons que d’une seule autre mention. En 1793, les priseurs trouvent chez son confrère briochin François Accard56 deux plats ronds appartenant selon la domestique au sieur Bazil « qui donnait à manger à Accard57 ».

  • 58 Notice 14.
  • 59 Il laisse de plus 36 livres de dette auprès d’une buandière. ADIV – 2B588. Sa prébende lui rapport (...)
  • 60 ADIV – 2B597 et notice 252.
  • 61 ADIV – 2B597 ; ADIV – G204, délibérations des 22 et 26 août 1746, du 7 août et du 15 septembre 174 (...)

24Enfin, les chanoines consacrent régulièrement une partie de leurs revenus à leur habillement. Ainsi, le Rennais Pierre-Gilles Aulnette58 verse par contrat 216 livres par an au blanchissage de son linge au début des années cinquante, soit presque le montant de sa prébende à cette époque. Il doit de plus vingt et une livres pour l’achat de deux chapeaux et « huit journées d’ouvrage de tailleur59 ». Son confrère Jean-Godefroy Gardin paye près de 90 livres à sa blanchisseuse entre juillet 1752 et juin 1755, soit 30 livres par an60. D’une manière plus générale, ce même Gardin débourse 1821 livres en mai 1747 pour honorer ses dettes et pour se fournir en vêtements, meubles et boisson et payer son domestique… Or, sa prébende ne lui a rapporté que 292 livres l’année précédente, et lui en rapportera 320 dans les mois qui vont suivre61.

  • 62 AdV – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin, papiers de fonction de vicaire géné (...)
  • 63 ADLA – B9 983. Notices 646, 653, 534, 404 et 144.
  • 64 ADLA – B9 989. Notices 62 et 257.
  • 65 ADIV – 2B588. Notices 252 et 730.
  • 66 ADIV – 2B597. Notices 668, 603 et 252.
  • 67 ADF – 23B369. Notices 354, 627, 120, 168 et 471.
  • 68 ADF – 23B312. Notices 426, 445 et 354.
  • 69 J. Queniart, « Les bibliothèques ecclésiastiques à Rennes au xviiie siècle », RHEF, t. 83, janvier (...)

25Ces dépenses, qui traduisent un train de vie, sont complétées par des achats moins perceptibles mais tout aussi importants. Lettrés, bien des chanoines achètent en effet régulièrement des livres. Cette habitude est cependant difficile à cerner tant les comptes personnels sont rares. Seul celui laissé par Charles-René Bonin de La Villebouquais à Vannes, qui achète, en 1778, un Bréviaire en quatre volumes, un dictionnaire latin et le Dictionnaire français de Lallemant pour 23 livres, en témoigne62. Par conséquent, la source la plus intéressante semble être la vente qui survient après le décès d’un confrère. Il faudrait analyser toutes les ventes de bibliothèques de chanoines disponibles pour avoir une vue d’ensemble du phénomène. L’ambition est plus modeste ici : il s’agit de montrer, à travers quelques exemples, que les chanoines, certainement de manière inégale, complètent leur bibliothèque tout au long de leur vie en profitant de la possibilité de se procurer des ouvrages au moindre coût. Ainsi, à Nantes, Ramaceul achète un atlas, Regnon du Page un Concile de Trente, Lusker le Traité de l’amour de Dieu pour moins de 2 livres et Jean de La Tullaye les Lois ecclésiastiques de Héricourt pour 16 livres quand la bibliothèque de Cristi de La Masière est vendue en 175963 ; Boussineau de Maure achète un Bréviaire romain en deux volumes 16 livres lors de la vente des livres de son confrère Gauvain en 178464. À Rennes, Jean-Godefroy Gardin achète une Bible sacrée en français de la bibliothèque de son confrère Trémigon pour 7 livres et 11 sols en 175165 ; Rommilley et Picaud de La Pommeraye dépensent respectivement 24 et 41 livres lors de la vente de la bibliothèque de Gardin en 175566. À Saint-Pol-de-Léon, Yves de Kermenguy consacre plus de 50 livres, Hervé Prigent 41 livres, Jean-René Chrestien de La Masse 5 livres et Joseph-François de Dourmap de La Fosse quelques livres à l’achat de volumes de la bibliothèque de Jean-François Le Grand de Tromelin en 176767 ; Le Bihan dépense 20 livres et Honoré Le Dall de Tromelin 15 livres lors de la dispersion de celle d’Yves de Kermenguy en 177568. Ces quelques exemples montrent l’attention accordée par certains chanoines à l’enrichissement de leur bibliothèque. Les prébendés, outre leurs achats de livres neufs, comptent donc parmi les acteurs du marché du livre d’occasion, certainement essentiel sous l’Ancien Régime69. Ces investissements, dont le chiffrage demeure malheureusement souvent impossible, sont indispensables à leur statut social et culturel.

  • 70 ADLA – B6 907 et notice 450.
  • 71 Notice 252.
  • 72 ADLA – 36J1, déclaration de revenus du chapitre de la cathédrale, postérieur à 1749.

26Titulaires d’un bénéfice souvent moyennement rémunérateur, représentants des élites locales : bien des chanoines sont au cœur de cette contradiction dont ils ont conscience et qu’ils doivent surmonter. En effet, que pèse la prébende quand il faut à la fois se nourrir – 120 livres par an de pain en 1769-1770 et 132 livres de viande peu de temps avant sa mort pour le Nantais Jérôme Le Febvre de Laubrière70 –, se vêtir, rémunérer ses domestiques, recevoir, sortir, voyager, acheter des meubles, du bois de chauffage et le cas échéant verser une pension à son prédécesseur ? Pour certains, rien du tout : Jean-Godefroy Gardin71, sa modeste prébende, ses biens estimés à seulement un peu plus de 800 livres à sa mort et ses importantes dépenses nous le rappellent. Sa situation, d’ailleurs courante, témoigne de ce que vivent nombre de ses collègues rennais, et vraisemblablement bretons. Situation qui est d’ailleurs source d’inquiétude. Ainsi, au milieu du siècle, les Nantais estiment que leurs prébendes « ne peuvent aujourd’hui fournir de quoi vivre et s’entretenir honnêtement, attendu la cherté des vivres, des loyers, des habillements et de toutes sortes d’ouvrages72 ». Alors que se prépare l’augmentation de la portion congrue en 1785, leurs confrères rennais font remarquer que :

  • 73 AN – G8-79, tableau des revenus et des charges du chapitre de l’Église de Rennes, 1785.

« […] le revenu d’une prébende n’égalera pas celui de la moindre des cures portée au taux que l’on croit nécessaire pour l’entretien du curé, tandis que dans une grande ville, la cherté des loyers, le prix excessif des vivres, la nécessité de soutenir son rang exigeraient pour un chanoine beaucoup au-delà de ce qui suffirait à un curé73 ».

  • 74 AN – G8-80 1, état présenté par le chapitre cathédral de Saint-Brieuc à l’Assemblée générale du cl (...)

27En 1786, les Briochins s’indignent, quant à eux, du fait que « les chanoines n’ont que le simple nécessaire, et que l’augmentation des prestations mettra leur sort bien au-dessous de celui des curés74 ». Mais tous ces chapitres oublient de se rappeler que beaucoup de chanoines disposent d’autres ressources, mal connues, qui leur permettent de tenir le haut du pavé dans les villes épiscopales, notamment dans les plus prestigieuses d’entre elles, face aux parlementaires, aux officiers des comptes ou aux grands négociants.

Les autres revenus

  • 75 Parfois le rédacteur d’un inventaire rappelle que « les papiers jugés inutiles ont été mis en mall (...)

28Trois types de documents, trop souvent disparus, permettent d’identifier ces revenus extérieurs à la prébende : la déclaration de revenus adressée par les bénéficiers aux autorités en 1790 ; les séquestres révolutionnaires ; enfin la liste des papiers qui figure dans certains inventaires après décès. Leur degré de précision n’est pas identique : la déclaration de revenus mentionne des chiffres – dont on peut certes suspecter l’exagération – alors que les séquestres et les inventaires sont bien souvent muets à ce sujet. Quoi qu’il en soit, l’absence de mention de sources de revenus complémentaires dans la documentation ne signifie pas leur inexistence, même si l’on sait l’attention apportée à cette question dans la perspective d’une fixation de traitement, d’une vente ou de la liquidation d’un héritage75. Pour toutes ces raisons, les sources utilisées donnent une vision tronquée de la réalité. Les chiffres fournis – tant pour les gains que pour le nombre de chanoines concernés – au sujet des revenus tirés de dignités, de bénéfices et de biens patrimoniaux sont donc à considérer comme des ordres de grandeur et une ébauche de réponse à la difficile question de l’étude des revenus complémentaires des clercs.

Les dignités

  • 76 Voir annexe 2.

29Dans chaque chapitre, quelques individus ajoutent à leur prébende les rétributions que leur procure une dignité76. Si dans nombre de compagnies les statuts autorisent à devenir dignitaire sans être chanoine, dans la réalité ce cas de figure est assez rare puisqu’il concerne seulement 41 des 218 dignitaires bretons recensés au xviiie siècle. Par conséquent, 177 chanoines ont cumulé leur prébende avec une dignité au cours du siècle.

  • 77 Pour Dol, ADIV – 1Q195, état du clergé de l’église cathédrale de Dol avec l’état du revenu net de (...)
  • 78 C’est-à-dire beaucoup moins qu’à Bordeaux. P. Loupes, op. cit., p. 291.
  • 79 AdR – D3, délibération du 6 août 1790 et notice 528.
  • 80 Notice 193.

30Telles qu’elles apparaissent à travers l’étude de quatre chapitres, ces dignités, fondées pour l’essentiel sur des dîmes et des rentes77, sont d’un apport variable selon les lieux. En 1790, elles rapportent en moyenne 2 100 livres à Saint-Malo, 1 528 à Rennes, 1 236 à Quimper et 1 040 à Dol78. Ces chiffres dissimulent évidemment d’énormes différences au sein des compagnies. Ainsi, le scolastique de Rennes touche 75 livres de revenu net au titre de sa dignité quand le trésorier en perçoit 4 054. À Dol, le chantre peut compter sur 2 715 livres quand le scolastique ne dispose que de 240 livres. À Saint-Malo, enfin, l’archidiacre de Porhoët, qui ne touche presque rien, fait pâle figure face au doyen et à ses 4 108 livres. Cependant, le plus souvent un dignitaire reçoit au titre de sa dignité des sommes qui lui permettent de bien arrondir les revenus de sa prébende. Il est malheureusement impossible de dire si les dignités les mieux rémunérées sont plus recherchées que les autres. C’est fort probable dans la mesure où certaines rapportent beaucoup plus que la prébende et où la perception des fruits d’une dignité n’est pas assortie d’une obligation de résidence : la possession d’une dignité est alors la promesse d’une rétribution régulière et intégrale. Ainsi, à la fin de l’Ancien Régime, alors que la chantrerie rennaise procure près de 2 000 livres à Loaisel de La Villedeneu, son canonicat ne lui en rapporte que 63479. De même, l’archidiaconat quimpérois d’Alexandre-Hyacinthe du Laurents80 lui rapporte 2 170 livres nets contre 1 075 livres pour sa prébende.

Les bénéfices

  • 81 Aux dires mêmes de l’administration, ADF – 1Q2 473, extrait du registre de traitement ecclésiastiq (...)

31Si, au xviiie siècle, la figure du chanoine recteur a disparu, les chanoines peuvent légitimement cumuler leur prébende avec des bénéfices sans charge d’âmes. Nous avons d’ailleurs vu qu’un certain nombre d’entre eux possédaient des abbayes, des prieurés ou des chapellenies lors de leur prise de possession. Afin d’évaluer plus finement le nombre de ces titulaires de bénéfices complémentaires et les sommes qu’ils perçoivent, il faut se reporter aux déclarations de revenus individuelles de 1790. Malheureusement, toutes les déclarations ne sont pas parvenues aux autorités : quatre Léonards n’ont par exemple pas déclaré leurs revenus81. De plus, il est fort possible que, même parmi ceux qui se plient à la loi, certains n’aient pas déclaré aux autorités locales de petits bénéfices éloignés. Ces réserves formulées, les déclarations permettent néanmoins de travailler sur quatre chapitres : Dol, Rennes, Quimper et Saint-Pol-de-Léon.

Tableau 43. – Les bénéfices complémentaires des chanoines en 1790.

Tableau 43. – Les bénéfices complémentaires des chanoines en 1790.
  • 82 Respectivement : ADIV – 1Q195, état du clergé de l’église de Dol avec l’état du revenu net de chac (...)
  • 83 ADIV – 1Q816, arrêté du district de Dol, 1er mars 1791, fixation du traitement de Hercé et notice (...)
  • 84 ADF – 1Q2 473, domaines nationaux, biens de première origine : dossiers individuels, chapitre de L (...)
  • 85 Notices 314 et 156.
  • 86 Notices 445 et 361.
  • 87 Notice 408.
  • 88 ADIV – 1Q195, état du clergé de l’église de Dol avec l’état du revenu net de chacun de ses membres (...)

32Partout cohabitent ceux qui, comme le Dolois Nicolas Destouches, se contentent d’un bénéfice complémentaire et d’autres qui, comme son collègue rennais Fayolles, les multiplient82. Partout, on trouve des chanoines qui, à l’instar de François de Hercé – titulaire d’une abbaye, d’une chapellenie et de deux prieurés83 – associent des bénéfices très divers pendant que d’autres, comme Guillaume Hardi – doté de quatre chapellenies84 – accumulent des bénéfices de même nature. La diversité des situations fait que tous ne retirent pas les mêmes sommes de ce cumul. Dans tous les chapitres, une sorte d’aristocratie canoniale, peu nombreuse, réussit à doubler ou à tripler les revenus de la prébende. À Dol, François de Hercé ajoute ainsi près de 17 000 livres à sa prébende, Gilles Déric, un peu plus de 3 000 livres85. À Saint-Pol-de-Léon, Honoré Le Dall de Tromelin reçoit près de 3 400 livres en sus de sa prébende, Jérôme-François de Kéroulans, plus de 1 500 livres86. À Quimper, Herculin de Langan complète sa prébende avec les 7 000 livres de revenu d’une abbaye du Maine87. À Rennes, enfin, huit des douze chanoines qui ont déclaré leurs revenus reçoivent plus d’argent de leurs bénéfices complémentaires que de leur prébende. À l’opposé, quelques-uns ne touchent que des sommes dérisoires : trois chanoines bretons ne perçoivent qu’une vingtaine ou une trentaine de livres de leurs chapellenies et trois autres reçoivent moins de 200 livres. Les autres, près de la moitié, encaissent des compléments de revenus qui restent appréciables : 200 à 1 400 livres à Dol, 400 à 1 000 livres à Saint-Pol-de-Léon, 200 à 600 livres à Quimper, 200 à 700 livres à Rennes88.

  • 89 P. Loupes, op. cit., p. 299.
  • 90 ADIV – 1Q195, état du clergé de l’église de Dol avec l’état du revenu net de chacun de ses membres (...)

33À la lumière de ces quatre cas, il est possible de risquer quelques ordres de grandeur. En 1790, il ne paraît pas déraisonnable d’avancer que près de la moitié des chanoines bretons associent d’autres bénéfices au canonicat. Les chapitres cathédraux bretons seraient alors tout à fait comparables à leurs homologues de Bordeaux ou de Périgueux89. Pour certains de ces chanoines de 1790, ces bénéfices sont l’assurance d’importantes ressources, au moins équivalentes à la valeur de la prébende. Des inégalités patentes marquent cependant ce monde capitulaire que l’on a trop souvent tendance à considérer d’un seul tenant. À l’intérieur de chaque compagnie, l’écart est grand entre celui qui cumule canonicat, abbaye, prieuré et chapellenies, et celui qui doit se contenter d’une modeste chapellenie : les 17 000 livres de François de Hercé et les 24 livres de Louis-François Pitel nous le rappellent90. À l’échelle de la province, les chanoines rennais semblent par ailleurs mieux dotés que leurs confrères.

Tableau 44. – Les revenus en livres tirés des bénéfices annexes en 1790 (nombre de chanoines).

Tableau 44. – Les revenus en livres tirés des bénéfices annexes en 1790 (nombre de chanoines).
  • 91 Quatre chanoines sont effectivement titulaires d’abbayes et trois jouissent de pensions sur des ab (...)

34En 1790, le chapitre de Rennes fait en effet figure de chapitre à abbés91. Ces chanoines, dont le profil rappelle celui des épiscopables et laisse entrevoir les appuis dont ils peuvent disposer, profitent des revenus souvent importants de ces bénéfices très recherchés.

  • 92 Notice 48.
  • 93 AdV – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin de La Villebouquais, papiers personn (...)
  • 94 Ces lettres s’échelonnent du 4 mai 1785 au 8 mars 1786.
  • 95 ADM – fichier Luco. Ces 8 000 livres sont déclarées pour l’abbaye et le canonicat.

35On trouve bien évidemment des abbés, quoique dans une moindre mesure, dans les autres chapitres, et une correspondance reçue en 1785-1786 par Bonin de La Villebouquais, chanoine et vicaire général de Vannes92, met en évidence les manœuvres qui accompagnent l’attribution d’une abbaye, montrant qu’un tel bénéfice n’est pas à la portée du premier chanoine venu. Il y apparaît clairement que « les services ecclésiastiques […] le suffrage de son évêque, sa naissance, la médiocrité de sa fortune, son mérite personnel, tout se réunit pour le rendre digne des grâces du roi93 ». Mais il apparaît tout aussi clairement au fil des lettres94 qu’il a su mobiliser tout un ensemble de relations pour atteindre le centre de décision, allant de son cousin le comte de Trémargat, procureur général des États de Bretagne, au comte de Penthièvre, gouverneur de Bretagne, en passant par Hugues de Régnauld de Bellescize, évêque de Saint-Brieuc, et Sébastien-Michel Amelot, évêque de Vannes. Ces personnalités sont chargées de plaider son cas auprès de Breteuil, secrétaire d’État de la Maison du Roi, et de Marboeuf, évêque d’Autun et « ministre de la feuille ». Les démarches entreprises sont couronnées de succès puisqu’en 1787, il est pourvu par le roi de l’abbaye de Saint-Aubin-des-Bois à Plédéliac dans le diocèse de Saint-Brieuc : il peut ainsi déclarer 8 000 livres de revenus en 179095, à une époque où son canonicat est estimé à un peu moins de 2 000 livres.

Les biens patrimoniaux

36Ici encore, la faible représentativité des données rassemblées incite à la prudence. Les quelques renseignements qui suivent, impropres à fonder des conclusions d’ensemble définitives, autorisent néanmoins une hypothèse. En effet, les analyses des 45 inventaires après décès nantais, léonards et rennais échelonnés au cours du xviiie siècle et des dossiers de confiscations révolutionnaires de Rennes, Saint-Pol-de-Léon et Saint-Brieuc – qui présentent les échantillons les plus étoffés de ces dossiers constitués à partir de 1792 au détriment d’individus frappés comme ennemis de la Révolution – semblent montrer qu’un quart à un tiers des chanoines perçoivent des revenus de propriétés immobilières.

  • 96 Il s’agit du Nantais Charles de Sesmaisons, notice 699.
  • 97 René-Joseph-Marie Gouyon de Vaurouault, de Rennes (notice 285), obtient par adjudication la métair (...)
  • 98 ADF – 1Q3 120 et notice 526.
  • 99 ADLA – B6 907 et notice 450.
  • 100 ADLA – B6 869 et notice 341.
  • 101 ADIV – 2B661 et notice 285.
  • 102 ADIV – 1Q1 101 et notice 376.
  • 103 ADF – 1Q3 120 et notice 526.
  • 104 ADF – 1Q3 221 et notice 628.
  • 105 Respectivement : ADF – 1Q3 120, 1Q2 843, 1Q3 221 ; et notices 526, 309 et 628.
  • 106 ADIV – 1Q1 111 et notice 668.
  • 107 ADCA – 1Q516 et notice 660.

37Ces propriétés sont, semble-t-il, avant tout des héritages. Pour un chanoine qui s’entend avec son frère et renonce à ses droits sur le partage des biens de ses père et mère96, trois qui acquièrent expressément une propriété97, vingt-deux disposent de « biens de patrimoine ». Il est cependant difficile de cerner les achats des chanoines et parfois de fortes présomptions incitent à penser que certains biens ne sont pas le fruit d’héritages : comment, par exemple, interpréter les terres léonardes de Louis-François de Limoges, né à Guipry dans le sud du diocèse de Rennes, mais chanoine de Saint-Pol-de-Léon, sinon par une acquisition98 ? Héritées ou achetées, il s’agit, pour l’essentiel, de propriétés rurales. Seuls Le Febvre de Laubrière, propriétaire d’une maison à Angers99, Jouault, de deux maisons à Nantes100, René-Joseph-Marie Gouyon de Vaurouault, d’une maison à Rennes101, La Croix, d’un appartement rue de Toulouse à Rennes102, Limoges, d’une maison place des Lices à Rennes103, et Jérome Prigent, de deux maisons à Lesneven et Landerneau104, disposent de biens urbains. Ces propriétés permettent, dans de nombreux cas, à leurs possesseurs de conserver un lien avec leur région d’origine. Ainsi, Limoges, de Guipry, dispose de la propriété de la Barre-Limoges dans la proche paroisse de Maure. Son confrère Hardi possède avec ses frère et sœur la métairie de Kerval en Plounéour-Trez, sa paroisse de naissance, Prigent sa maison de Landerneau, où il est né105. Le Rennais Rommilley a des propriétés à Thourie, la paroisse du sud du diocèse de Rennes dont il est originaire106. Le Briochin Jean-Gabriel de Robien dispose de terres à Glomel, sa paroisse de naissance107.

  • 108 Respectivement : ADCA – 1Q504, notices 490 et 491, ADIV – 1Q1 111 et notice 668.
  • 109 Respectivement : ADF – 1Q3 120 et notice 526, ADF – 1Q3 221 et notice 628.
  • 110 Respectivement : ADLA – B6 869 et notice 341, ADLA – B9 976 et notice 699, ADLA – B9 980 et notice (...)

38Nous connaissons encore plus rarement les revenus que procurent ces biens. Les frères Le Mintier, chanoines de Rennes, afferment leur métairie de la Chesnay en Mégrit plus de 600 livres par an à la fin de l’Ancien Régime, quand leur prébende leur rapporte autour de 900 livres. Leur collègue Rommilley perçoit 1 600 livres pour trois fermes en Thourie et Mordelles, soit deux fois plus que sa prébende qui lui procure autour de 800 livres par an108. À la même époque, Limoges reçoit 400 livres pour la Barre-Limoges en Maure, 536 livres pour des métairies situées en Bruz, Chartres et Saint-Jacques-de-la-Lande près de Rennes, et 500 livres pour ses propriétés en Plouénan près de Saint-Pol-de-Léon : soit un revenu de plus de 1 400 livres, ce qui lui permet de gagner pratiquement l’équivalent d’une seconde prébende, évaluée à 1983 livres. Son confrère Prigent ajoute près de 400 livres à sa prébende grâce à la location de ses deux maisons109. À Nantes, Jouault loue ses deux maisons nantaises pour 275 livres par an et Sesmaisons ses terres pour 700 livres par an au début des années 1730, alors que leurs prébendes sont évaluées autour de 600 livres. Binet de La Blottière, loue quant à lui sa métairie – à laquelle il faudrait ajouter les revenus de ses marais salants de Bourgneuf – pour près de 200 livres au milieu du siècle ; à la même époque, Le Febvre de Laubrière perçoit 430 livres au titre de sa maison angevine… et nous ne savons rien de ce que lui rapportent ses métairies. Rappelons que leur prébende vaut alors un peu plus de 800 livres110. Ces quelques exemples montrent bien que la prébende peut n’être qu’un élément des revenus des chanoines.

  • 111 P. Loupes, op. cit., p. 295 ; M.-P. Cariou, op. cit., p. 89.
  • 112 Respectivement : ADIV – 2B588 et notice 14, ADIV – 2B634 et notice 181.
  • 113 ADLA – B6 869 et notice 341.
  • 114 ADF – 6B450 et notice 286.
  • 115 Respectivement : ADIV – 2B661 et notice 285 ; ADIV – 2B588 et notice 14 ; ADLA – B6 869 et notice (...)
  • 116 Ainsi, le Léonard Le Sparfel de Kergonvel emprunte 4 033 livres au denier 20 en trois contrats de (...)

39Comme le clergé paroissial du Léon ou les chanoines de Guyenne111, certains d’entre eux placent par ailleurs des sommes plus ou moins importantes. Près du tiers des 45 prébendés ayant laissé un inventaire prêtent ainsi de l’argent au titre de rentes constituées ou de rentes viagères. Les sommes prêtées sont souvent importantes et, cumulées, les rentes peuvent fournir un bon complément à la prébende. Le Rennais Aulnette touche près de 1 200 livres de rentes lors de son décès en 1751, alors que sa prébende ne lui rapporte pas 300 livres. Guillaume-Marie du Breil de Pontbriand s’est assuré une rente viagère de 1 100 livres en 1735, ce qui lui permet de s’assurer des revenus lorsque, accaparé par ses travaux administratifs et historiques, il n’assiste pratiquement plus aux offices et ne reçoit presque rien au titre de sa prébende112. Le Nantais Jouault perçoit à l’heure de son décès, en 1733, 659 livres au titre de deux rentes viagères et quatre contrats de constitutions, plus qu’une prébende moyenne113. Les inventaires ne mentionnent le plus souvent que les rentes qui ne sont pas éteintes à l’heure du décès : les autres mouvements d’argent nous échappent donc en grande partie. Si l’indigence de la documentation interdit la moindre conclusion, elle a le mérite d’attirer l’attention sur un aspect de la culture canoniale : l’homme de Dieu n’hésite pas à faire fructifier l’argent dont il dispose et quelques-uns ont même pu prendre part au développement du capitalisme maritime, comme ce François-Augustin de Goyon, chanoine de Saint-Pol-de-Léon et détenteur d’une action « dans la Société formée pour la pêche de la sardine à Roscoff114 ». Le chanoine est par ailleurs une ressource pour la famille, les communautés religieuses ou les élites citadines. À Rennes, Gouyon de Vaurouault prête ainsi à quatre de ses parents et Aulnette aux Ursulines ainsi qu’à un conseiller au Parlement de Bretagne, tandis qu’à Nantes Jouault prête au président de la Chambre des comptes115. Pour certains chanoines, les sommes engagées sont le fruit d’héritages, alors que pour d’autres elles résultent d’un sens de l’épargne indéniable. Cette capacité à prêter rappelle par ailleurs l’inégalité des situations dans une compagnie ; certains, faute de moyens, en sont incapables et doivent, au contraire, emprunter parfois des sommes considérables116.

  • 117 A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo…, p. 744-754.
  • 118 Comme les Robien qui achètent encore une seigneurie au début du xviiie siècle, rationalisent la ge (...)
  • 119 En effet, au milieu du siècle, la propriété rurale de la bourgeoisie rennaise augmente « aux envir (...)

40La documentation étudiée fait donc apparaître derrière le clerc dévoué à la prière publique perpétuelle la figure moins attendue d’un propriétaire gestionnaire. Ce constat suggère deux remarques de nature à préciser le portrait du corps capitulaire breton. Hommes de la ville par leur bénéfice, certains chanoines gardent des liens avec les campagnes voisines ou les terres familiales qui leur procurent une part non négligeable de leurs revenus. Il existe donc en Bretagne un noyau de chanoines dont le train de vie s’appuie sur les revenus de propriétés rurales. Ils contribuent ainsi, à leur manière, à un transfert de richesse vers la ville, qui n’est certainement pas sans incidence sur la propension populaire à amalgamer sans nuances tous les prébendés, toute la compagnie étant jugée à l’aune de ces chanoines propriétaires. Ce goût pour les terres héritées ou achetées – certainement plus fréquentes que ne le laisse paraître la documentation – serait de surcroît un témoignage de la parenté des prébendés avec les élites, les chanoines agissant – quoique dans une moindre mesure et sans intention d’y vivre – comme certains négociants malouins117, certains parlementaires118 ou bourgeois119 rennais investissant dans la terre. Attentifs à la gestion de leurs biens fonciers – ce dont témoignent les mentions de liasses relatives aux « biens de patrimoine » dans les inventaires après décès – les chanoines, comme de nombreux urbains à des niveaux très divers de la société, se posent ainsi en intermédiaires entre un monde urbain en essor et un monde rural qui demeure source de richesse.

Conclusion

  • 120 B. Plongeron, op. cit., p. 182. Beaucoup, notamment les congruistes, ne le touchent d’ailleurs pas

41Une place dans un chapitre est-elle l’assurance de revenus confortables ? Assurément, non ! Évaluée à un peu plus de 2 000 livres à la fin de l’Ancien Régime, la mieux dotée des prébendes bretonnes est proche de ce que l’on estime être le minimum vital pour un curé de campagne de la France de 1789120 et ne peut rivaliser avec les meilleures des cures. Cependant, derrière cette honnête médiocrité, apparaît une réelle diversité des situations individuelles, née de l’articulation de l’inégalité des « gros » entre les chapitres et de la liberté laissée à chaque prébendé, dans chaque compagnie, de le compléter grâce à une assiduité plus ou moins régulière.

  • 121 AdR – D3 et notice 521.
  • 122 ADIV – 1Q207 et notice 266.
  • 123 Étant entendu que tout prêtre touche le revenu de son titre clérical, cette rente viagère constitu (...)

42Cette diversité est bien sûr renforcée par la disparité des revenus patrimoniaux et bénéficiaux des chanoines qui nous échappe malheureusement – comme elle échappait aux contemporains. Seule la prise en compte de ces revenus permet de redonner de l’épaisseur aux individus à côté des institutions avec lesquelles ils sont confondus. L’examen d’un chapitre particulier peut, à cet égard, permettre de saisir la complexité de la situation. La combinaison des distributions de 1790 mentionnées dans les délibérations, des déclarations de revenus du début de la période révolutionnaire et des dossiers de saisie révolutionnaires permet en effet de dresser une ébauche de portrait économique du chapitre de Rennes. Toute la palette des situations individuelles apparaît alors : quel univers sépare Lesné de Penfantan et les 770 livres qu’il tire de sa seule prébende121 de Gibon du Pargo et les 10 390 livres que lui procurent sa dignité et son abbaye122 ! À l’intérieur de cette échelle des revenus, quatre individus au moins semblent ne disposer que de leur prébende ou de leur dignité ; cinq se contentent de compléter la prébende par divers bénéfices ; pour huit, enfin, la prébende semble bien secondaire au regard des autres bénéfices ou des propriétés. En tenant compte des limites de la documentation, ce sont donc près des trois quarts des chanoines rennais qui associent leur prébende à d’autres sources de revenus123.

43À cause d’une prébende peu élevée, de très nombreux chanoines disposent donc de revenus complémentaires. Il faudrait alors pouvoir préciser la source de revenu initiale afin de définir la stratégie mise en œuvre : complète-t-on un revenu insuffisant par des ressources bénéficiales ainsi que par des rentes, ou une fortune initiale importante permet-elle d’occuper un poste de chanoine que l’on sait mal doté ? Faute de renseignements précis, l’opération est malheureusement souvent impossible. Mais, en définitive, que l’on doive accumuler les sources de revenus ou que la prébende ne soit qu’un aimable complément de ressources, devenir chanoine suppose des appuis. Réseaux, relations et ressources patrimoniales sont indispensables pour procurer bénéfices, liquidités ou biens immobiliers au clerc doté d’une prébende.

Notes

1 J. Delumeau, Le catholicisme entre Luther et Voltaire, PUF, 1971, p. 202.

2 Doléance des habitants de Combourg dans l’évêché de Saint-Malo en 1789. H. See et A. Lesort, Cahiers de doléances de la sénéchaussée de Rennes pour les États généraux de 1789, Oberthur, t. III, 1911, p. 160-161.

3 B. Hours, L’Église et la vie religieuse dans la France moderne, xvie-xviiie siècle, PUF, 2000, p. 265.

4 B. Plongeron, La vie quotidienne du clergé français au xviiie siècle, Hachette, 1974, p. 170-185.

5 Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, 1761, t. 1, p. 221. L’Encyclopédie prend ce parti quand elle précise que « dans l’usage ordinaire, quand on parle d’un chanoine simplement, on entend un ecclésiastique qui possède un canonicat ou prébende dans une église cathédrale ou collégiale » (D. Diderot et J. d’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, éd. 1778, t. VII, p. 227).

6 Voir annexe 2.

7 AN – G8 80 1, état présenté par le chapitre cathédral de Saint-Brieuc à l’Assemblée générale du clergé de France à fins d’indemnités et de secours, 1786 ; C. Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au xviiie siècle, PUR, 1984, p. 334.

8 On retrouve en effet la même structure avec des noms différents en Bretagne comme en Guyenne. P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècle, EEHESS, 1985, p. 288.

9 ADIV – G197, nouveau plan de rétribution pour messieurs du haut-chœur en l’église de Rennes à compter du 1er août 1772.

10 C’est ce que rappellent quelques chanoines en invoquant « les décrets du concile provincial tenu à Tours depuis le concile de Trente en l’année 1583 lequel au titre 13 de capitulis dignitatibus et canonicis maintient les chanoines dans le droit de percevoir les gros fruits lorsqu’ils auront pris possession en personne et qu’ils auront assisté aux divins offices chaque année pendant le temps requis et déterminé en chaque église pour toucher les gros fruits… » (AdR – D1, délibération du 24 août 1772).

11 Au début de la Révolution, le calcul des rétributions des ecclésiastiques s’appuie sur leur ancien revenu. Ils ont donc tout intérêt à les exagérer.

12 Voir les déclarations de revenus des chapitres, respectivement : ADLA – Q33 ; ADM – L 865 ; ADIV – 1Q195 ; ADF – 1Q2473 ; ADIV – 1Q214 ; ADIV – 1Q207. Pour Saint-Brieuc, voir AN – G880 1, état présenté par le chapitre cathédral de Saint-Brieuc à l’Assemblée générale du clergé de France à fins d’indemnités et de secours, 1786.

13 ADF – 18L11, suppression de l’évêché et du chapitre de Quimper, traitements et pensions des chanoines (1790-1792).

14 Notice 226.

15 Notice 528.

16 Deux chanoines sont en effet absents et ne touchent pas les gros fruits. AdioR – D3, délibération du 6 août 1790.

17 Sans que l’on puisse mesurer les effets de ces choix dans la mesure où les trois chapitres qui ont laissé des registres de délibérations – Rennes, Vannes et Tréguier – accordent une grande importance aux distributions.

18 J. Kerherve, F. Roudaut et J. Tanguy, La Bretagne en 1665 d’après le rapport de Colbert de Croissy, Cahier de Bretagne occidentale n° 2, CRBC, 1978, p. 71, 86, 112, 135, 169, 232, 194.

19 ADM – 47G7, délibération du 8 avril 1707.

20 ADIV – G260, délibération du 2 août 1718 ; ADIV – G204, délibérations du 9 janvier 1741, du 22 avril 1746, du 9 juillet 1747, du 10 mai 1748 ; AdR – D1, délibérations du 9 août 1771, du 7 août 1772 ; AdR – D2, délibération du 3 août 1778 ; AdR – D3, délibération du 4 août 1786.

21 Les chanoines de Notre-Dame de Nantes reçoivent 657 livres par an à la fin de l’Ancien Régime, alors que ceux de Saint-Guillaume de Saint-Brieuc en perçoivent en moyenne 333. Respectivement : S. De la Nicolliere, Église royale et collégiale de Notre-Dame de Nantes, monographie historique et archéologique, Forest et Grimaud, 1865, p. 203 ; C. Nieres (dir.), Histoire de Saint-Brieuc, Privat, 1991, p. 76.

22 C. Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers…, p. 291 et p. 287.

23 A. Rebillon, La situation économique du clergé à la veille de la Révolution dans les districts de Rennes, Fougères et Vitré, Oberthur, 1913, 780 p.

24 Proportion établie à partir de D. Bernard, « Le clergé séculier dans le Finistère en 1790 : diocèse de Léon », BDHADQL, janvier-juin 1941, p. 1-104.

25 T.-J.-A. Le Goff, Vannes et sa région, ville et campagne dans la France du xviiie siècle, Salmon, 1989, p. 231.

26 G. Minois, Un échec de la Réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du xvie au xviiie siècle, thèse dactylographiée, université Rennes 2 Haute-Bretagne, 1984, t. II, p. 540-545.

27 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 294.

28 Ibid., p. 293.

29 J. Meyer (dir.), Histoire de Rennes, Privat, 1972, p. 194.

30 Ibid., p. 194.

31 Notice 702.

32 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 302 ; notice 522.

33 Ibid., p. 653 ; notice 307. Il est vrai qu’Hallouin est originaire du diocèse de Nantes et se rapproche de sa région d’origine.

34 Notices 100 et 360.

35 J. Meyer (dir.), op. cit., p. 251.

36 F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790, seconde édition, La Manutention, 1991, p. XLII. J.Meyer précise que dans la première moitié du siècle, un conseiller peut ajouter 700 à 1 400 livres d’épices. J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, SEVPEN, 1966, t. II, p. 948.

37 A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, PUR, 1997, t. 2, p. 713-732 et p. 734.

38 A. Lespagnol (dir.), Histoire de Saint-Malo et du pays malouin, Privat, 1984, p. 144.

39 Échantillon de prêtres établi à partir de : M.-P. Cariou, Étude sur le clergé léonard au xviiie siècle à travers les inventaires après décès, mémoire de maîtrise, université de Bretagne occidentale, 1981, vol. 2, 128 pages de présentation des inventaires utilisés.

40 L’échantillon des prêtres du diocèse de Rennes a été élaboré à partir des références fournies par A.-D. Riaux, Le cadre de vie du clergé séculier du diocèse de Rennes au xviiie siècle, mémoire de maîtrise, université Rennes 2 Haute-Bretagne, 1990, p. 6-7.

41 P. Jarnoux, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au xviiie siècle, PUR, 1996, p. 128.

42 Notice 14 et ADIV – 2B588 ; ainsi que P. Jarnoux, op. cit., p. 122.

43 G. Aubert, Le président de Robien. Gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières, PUR, 2001, p. 78.

44 Dans le comté nantais, « un recteur disposait couramment de deux ou trois domestiques et parfois de quatre » (C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 372).

45 T.-J.-A. Le Goff, op. cit., p. 52.

46 C. Prigent, Maîtres et domestiques pour le meilleur et pour le pire. Regards sur les relations maîtresdomestiques. Rennes, 1700-1789, mémoire de maîtrise, université Rennes 2 Haute-Bretagne, 1994, p. 33-34.

47 AMR – CC720, 724, 731, 741, 759, 762, 778.

48 Notice 24 ; ADLA – B9 972.

49 Notice 471.

50 ADF – 23B369.

51 Notice 320 et AMR – CC724.

52 P. Loupes, op. cit., p. 309.

53 Les montants des gages sont extraits des inventaires après décès et des dossiers de saisies révolutionnaires de la sous-série 1Q, qui les mentionnent lorsque des sommes sont dues aux domestiques.

54 ADIV – 2B597 et notice 252.

55 ADIV – G205, délibération du 28 août 1750. Il gagne à peu près la même somme entre 1751 et 1755. Ce, à une époque où la portion congrue d’un recteur est de 300 livres.

56 Notice 2.

57 ADCA – 1Q480.

58 Notice 14.

59 Il laisse de plus 36 livres de dette auprès d’une buandière. ADIV – 2B588. Sa prébende lui rapporte 131 livres en 1746, 177 en 1747, 270 en 1748, 265 1749, 256 en 1750. ADIV – G204, délibérations des 22 et 26 août 1746, du 7 août et du 15 septembre 1747, du 23 août 1748 et du 7 février 1749, 16 août 1749 ; G205, délibérations du 19 janvier 1750 et du 28 août 1750.

60 ADIV – 2B597 et notice 252.

61 ADIV – 2B597 ; ADIV – G204, délibérations des 22 et 26 août 1746, du 7 août et du 15 septembre 1747.

62 AdV – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin, papiers de fonction de vicaire général. Notice 48.

63 ADLA – B9 983. Notices 646, 653, 534, 404 et 144.

64 ADLA – B9 989. Notices 62 et 257.

65 ADIV – 2B588. Notices 252 et 730.

66 ADIV – 2B597. Notices 668, 603 et 252.

67 ADF – 23B369. Notices 354, 627, 120, 168 et 471.

68 ADF – 23B312. Notices 426, 445 et 354.

69 J. Queniart, « Les bibliothèques ecclésiastiques à Rennes au xviiie siècle », RHEF, t. 83, janvier-juin 1997, p. 207.

70 ADLA – B6 907 et notice 450.

71 Notice 252.

72 ADLA – 36J1, déclaration de revenus du chapitre de la cathédrale, postérieur à 1749.

73 AN – G8-79, tableau des revenus et des charges du chapitre de l’Église de Rennes, 1785.

74 AN – G8-80 1, état présenté par le chapitre cathédral de Saint-Brieuc à l’Assemblée générale du clergé de France à fins d’indemnités et de secours, 1786.

75 Parfois le rédacteur d’un inventaire rappelle que « les papiers jugés inutiles ont été mis en malle ou en poche et les papiers jugés utiles ont été inventoriés ». Par conséquent, même un inventaire détaillé des papiers d’un défunt n’est que partiel. ADLA – B 9976, inventaire après décès de Pierre de Vertamon (notice 744), 25 août 1730.

76 Voir annexe 2.

77 Pour Dol, ADIV – 1Q195, état du clergé de l’église cathédrale de Dol avec l’état du revenu net de chacun de ses membres, 18 septembre 1790 ; pour Quimper, ADF – 18L11, suppression de l’évêché et du chapitre de Quimper : traitements et pensions des chanoines (1790-1792) ; pour Rennes, ADIV – 1Q207, déclarations de revenus des chanoines de la cathédrale de Rennes, 1790 ; pour Saint-Malo, ADIV – 1Q214, déclarations de revenus des chanoines de la cathédrale, 1790.

78 C’est-à-dire beaucoup moins qu’à Bordeaux. P. Loupes, op. cit., p. 291.

79 AdR – D3, délibération du 6 août 1790 et notice 528.

80 Notice 193.

81 Aux dires mêmes de l’administration, ADF – 1Q2 473, extrait du registre de traitement ecclésiastique du district de Morlaix, 21 décembre 1790.

82 Respectivement : ADIV – 1Q195, état du clergé de l’église de Dol avec l’état du revenu net de chacun de ses membres, 1790 ; 1Q207, déclarations de revenus des chanoines de Rennes, 1790. Notices 163 et 225.

83 ADIV – 1Q816, arrêté du district de Dol, 1er mars 1791, fixation du traitement de Hercé et notice 314.

84 ADF – 1Q2 473, domaines nationaux, biens de première origine : dossiers individuels, chapitre de Léon et notice 309.

85 Notices 314 et 156.

86 Notices 445 et 361.

87 Notice 408.

88 ADIV – 1Q195, état du clergé de l’église de Dol avec l’état du revenu net de chacun de ses membres, 1790 et 1Q207, déclarations de revenus des chanoines de Rennes, 1790 ; ADF – 1Q2 473, domaines nationaux, biens de première origine : dossiers individuels, chapitre de Léon et 18L11, suppression de l’évêché et du chapitre de Quimper, traitement et pension des chanoines, 1790-1792.

89 P. Loupes, op. cit., p. 299.

90 ADIV – 1Q195, état du clergé de l’église de Dol avec l’état du revenu net de chacun de ses membres, 1790. Notices 314 et 613.

91 Quatre chanoines sont effectivement titulaires d’abbayes et trois jouissent de pensions sur des abbayes qui peuvent rapporter jusqu’à 6 000 livres pour les mieux dotées. ADIV – 1Q207, déclarations de revenus des chanoines de Rennes, 1790.

92 Notice 48.

93 AdV – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin de La Villebouquais, papiers personnels et de familles, lettre de Messieurs les députés et procureur général syndic des États de Bretagne à M. le Baron de Breteuil, 8 mars 1786.

94 Ces lettres s’échelonnent du 4 mai 1785 au 8 mars 1786.

95 ADM – fichier Luco. Ces 8 000 livres sont déclarées pour l’abbaye et le canonicat.

96 Il s’agit du Nantais Charles de Sesmaisons, notice 699.

97 René-Joseph-Marie Gouyon de Vaurouault, de Rennes (notice 285), obtient par adjudication la métairie des Hazais en Saint-Aubin-du-Cormier près de Rennes en 1773 (ADIV – 2 B 661). Le Léonard Abrahamet (notice 1) achète pour 2 000 livres, alors qu’il est recteur de Plougoulm, la maison du quartier Saint-Jean à Saint-Pol-de-Léon dans laquelle il meurt (ADF – 23B340). Le Nantais Salomon Binet de La Blottière (notice 40) achète quant à lui la métairie de la Martinais dans la paroisse de Fay le 24 septembre 1720 (ADLA – B9 980).

98 ADF – 1Q3 120 et notice 526.

99 ADLA – B6 907 et notice 450.

100 ADLA – B6 869 et notice 341.

101 ADIV – 2B661 et notice 285.

102 ADIV – 1Q1 101 et notice 376.

103 ADF – 1Q3 120 et notice 526.

104 ADF – 1Q3 221 et notice 628.

105 Respectivement : ADF – 1Q3 120, 1Q2 843, 1Q3 221 ; et notices 526, 309 et 628.

106 ADIV – 1Q1 111 et notice 668.

107 ADCA – 1Q516 et notice 660.

108 Respectivement : ADCA – 1Q504, notices 490 et 491, ADIV – 1Q1 111 et notice 668.

109 Respectivement : ADF – 1Q3 120 et notice 526, ADF – 1Q3 221 et notice 628.

110 Respectivement : ADLA – B6 869 et notice 341, ADLA – B9 976 et notice 699, ADLA – B9 980 et notice 40, ADLA – B6 907 et notice 450.

111 P. Loupes, op. cit., p. 295 ; M.-P. Cariou, op. cit., p. 89.

112 Respectivement : ADIV – 2B588 et notice 14, ADIV – 2B634 et notice 181.

113 ADLA – B6 869 et notice 341.

114 ADF – 6B450 et notice 286.

115 Respectivement : ADIV – 2B661 et notice 285 ; ADIV – 2B588 et notice 14 ; ADLA – B6 869 et notice 341.

116 Ainsi, le Léonard Le Sparfel de Kergonvel emprunte 4 033 livres au denier 20 en trois contrats de constitution entre 1748 et 1750. Il doit donc 201 livres de rentes par an. ADF – 23B333 et notice 515.

117 A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo…, p. 744-754.

118 Comme les Robien qui achètent encore une seigneurie au début du xviiie siècle, rationalisent la gestion de leurs domaines et font construire leur château près de Quintin. G. Aubert, La noblesse, le pouvoir et le savoir dans la Bretagne des Lumières. Le président de Robien (1698-1756), gentilhomme et savant en son siècle, thèse dactylographiée, université Rennes 2 Haute-Bretagne, 2000, t. 1, p. 192-194.

119 En effet, au milieu du siècle, la propriété rurale de la bourgeoisie rennaise augmente « aux environs immédiats de la ville et un peu moins ailleurs. Sur l’ensemble du diocèse, on peut estimer la hausse autour de 2 % » ; l’un des traits caractéristiques de la bourgeoisie du xviiie siècle étant « l’achat régulier d’exploitations aux dépens des nobles ou, plus encore, d’autres bourgeois ruraux ou urbains et de gros paysans » (P. Jarnoux, op. cit., p. 246 et 353).

120 B. Plongeron, op. cit., p. 182. Beaucoup, notamment les congruistes, ne le touchent d’ailleurs pas.

121 AdR – D3 et notice 521.

122 ADIV – 1Q207 et notice 266.

123 Étant entendu que tout prêtre touche le revenu de son titre clérical, cette rente viagère constituée à son profit avant son ordination.

Table des illustrations

Titre Tableau 36. – Évolution du montant du gros au xviiie siècle (à partir des déclarations de revenus des chapitres et des délibérations).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17431/img-1.png
Fichier image/png, 3,6k
Titre Tableau 37. – Évolution des sommes consacrées aux distributions au xviiie siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17431/img-2.png
Fichier image/png, 3,5k
Titre Tableau 38. – La valeur de la prébende dans plusieurs chapitres français.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17431/img-3.png
Fichier image/png, 7,9k
Titre Tableau 39. – Valeur exprimée en livres des inventaires des prêtres du diocèse de Léon et des chanoines de la cathédrale.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17431/img-4.png
Fichier image/png, 2,5k
Titre Tableau 40. – Valeur exprimée en livres des inventaires des prêtres du diocèse de Rennes et des chanoines de la cathédrale.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17431/img-5.png
Fichier image/png, 2,4k
Titre Tableau 41. – Les domestiques des chanoines dans les inventaires après décès.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17431/img-6.png
Fichier image/png, 2,7k
Titre Tableau 42. – Gages des domestiques par rapport à la valeur de la prébende53.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17431/img-7.png
Fichier image/png, 6,3k
Titre Tableau 43. – Les bénéfices complémentaires des chanoines en 1790.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17431/img-8.png
Fichier image/png, 4,3k
Titre Tableau 44. – Les revenus en livres tirés des bénéfices annexes en 1790 (nombre de chanoines).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17431/img-9.png
Fichier image/png, 3,3k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search