Desktop versionMobile version

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Deuxième partie. Le cours de la vie

Chapitre V. La célébration de l’office divin

Full text

  • 1 ADIV – G72, ordonnance de visite de Mgr l’évêque de Saint-Malo pour le chapitre de son Église cath (...)

1Lorsqu’ils prennent possession de leur bénéfice, les nouveaux chanoines promettent de participer avec régularité et décence au culte célébré dans la cathédrale. Les chapitres généraux les rappellent d’ailleurs régulièrement à leurs devoirs en leur lisant les statuts de la compagnie. Cette fonction orante est donc vraiment le cœur et la raison d’être de l’activité capitulaire. Que deviendrait en effet le peuple de Dieu sans l’activité permanente, inlassable et perpétuelle des desservants de la cathédrale qui « doit servir de modèle aux autres Églises du diocèse1 » ?

  • 2 Saint Jean, Apocalypse, 4, TOB, Le Cerf, 1974.
  • 3 C. Daux, Les chapitres cathédraux de France, notices, costumes, sceaux, armoiries, Rocher et Chern (...)
  • 4 ADIV – G72, ordonnance de visite de Mgr l’évêque de Saint-Malo pour le chapitre de son Église cath (...)
  • 5 Idem.

2Les chanoines rappellent bien en ce sens les vingt-quatre anciens de l’Apocalypse de saint Jean qui, assis sur des trônes et vêtus de blanc, se prosternent devant l’agneau Dieu2. À leur image, les prébendés se placent – assis, debout ou appuyés à la miséricorde – dans leurs stalles à droite et à gauche du chœur, au centre duquel trône le maître autel3. Cependant, contrairement aux apparences, l’activité spirituelle des chanoines ne se limite pas à l’assistance au chœur. Il faut donc, dans un premier temps, en étudier les différentes facettes ; puis, dans un second temps, examiner les efforts permanents des prébendés pour être fidèles aux Écritures, « être les premiers observateurs des Saints Canons4 » et corriger les imperfections des cérémonies afin d’offrir un culte parfait. Enfin, il conviendra d’évaluer leur assiduité au-delà de ce que peuvent affirmer certains chanoines qui, si l’on en croit l’évêque de Saint-Malo, se contentent souvent d’« un éloge affecté de l’assiduité que l’on dit avoir à l’Office Divin5 ».

Des obligations variées

3En schématisant une réalité complexe où se juxtaposent les heures, les inhumations, les obits, les fondations, les Te Deum…, on peut dire que les chanoines des cathédrales bretonnes, comme leurs homologues des autres provinces, doivent participer à des offices réguliers, à des cérémonies exceptionnelles et à des processions.

Les offices réguliers

  • 6 ADM – 46G1, Ritus ceremoniarum Ecclesiae Venetensis ordonnés par l’évêque Yves de Pontual, 27 janv (...)
  • 7 G. Minois, Un échec de la Réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du xvie au xviiie siècl (...)
  • 8 AdR – D3, délibérations du 3 novembre 1786 et du 11 février 1789.
  • 9 P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, EEHESS, 1985, p. 264.

4Les chanoines doivent quotidiennement assister aux « grandes heures » – matines, laudes et vêpres – et aux « petites heures » – prime, tierce, none et complies. Ces offices rythment la journée de la compagnie et permettent d’imaginer son organisation. Ainsi, à Vannes, on sonne matines une heure avant le lever du soleil ; on sonne le couvre-feu entre huit et neuf heures en été, à neuf heures en hiver6. À Tréguier, l’office de matines a lieu à cinq ou six heures, la grand-messe à dix heures, vêpres à quatorze heures et complies à quatorze heures trente7. À Rennes, à la fin de l’Ancien Régime, une réforme révèle la volonté de rationaliser les horaires. Les chanoines décident en effet de se réunir à heures fixes et de célébrer les matines à six heures et demie du matin, la grand-messe à neuf heures trente et les vêpres à trois heures de l’après-midi8. Il semble bien que chaque chapitre décide de l’heure exacte de ses offices et regroupe les heures pour limiter les déplacements puisque, à Bordeaux, au chapitre métropolitain, matines, laudes et primes sont chantées à cinq ou six heures selon la saison, tierce, none et la grand-messe à neuf heures du matin, vêpres et complies à deux heures et demie de l’après-midi9.

  • 10 Respectivement : G. Minois, op. cit., t. III, p. 452 ; P. Loupes, op. cit., p. 264.
  • 11 AdR – D1, délibérations du 8 juillet et du 12 juillet 1776.
  • 12 AdR – D1, délibération du 18 octobre 1777.
  • 13 ADLA – Q33, état des fondations du chapitre de Saint-Pierre, 14 octobre 1790.

5L’activité permanente que ces cérémonies engendrent dans les cathédrales est renforcée par les nombreuses messes de fondations célébrées par les chanoines et les membres du bas-chœur. On a pu estimer à au moins 3 000 par an le nombre des messes de fondations célébrées à la fin du xviie siècle à Tréguier, comme dans la cathédrale de Bordeaux10. En 1776, à Rennes, les chanoines, qui doivent gérer la masse ubuesque de 28 222 messes non acquittées, décident, afin de mettre de l’ordre dans les comptes des messes dues dans la cathédrale, d’en supprimer un certain nombre et de n’en conserver que 2 498 par an11. Cependant, cette tâche semble toujours au-dessus des moyens du chapitre puisque, entre le 1er août 1776 et le 31 juillet 1777, on n’en a célébré que 691, dont 15 % l’ont été par des chanoines12. Une évaluation à Nantes en 1790 fait état de la célébration de 1 028 messes basses dans la cathédrale chaque année, auxquelles il faut ajouter 374 messes pour les sociétés de Saint-Jean et de Saint-Guillaume13.

Les cérémonies extraordinaires

  • 14 ADM – 47G5, délibération du 15 novembre 1720.
  • 15 La liste des cinquante-cinq Te Deum de cette nature célébrés à Rennes entre 1703 et 1749 a pu être (...)

6Ce calendrier liturgique est alourdi par un ensemble de cérémonies imprévues. Des prières publiques, ordonnées pour conjurer des événements dramatiques, ponctuent l’année capitulaire. Par exemple, en 1720, les chanoines de Vannes essayent d’« apaiser la colère de Dieu » et de préserver la Bretagne « de la peste qui afflige plusieurs provinces14 ». Les chanoines des cathédrales du royaume jouent ainsi, à l’occasion, un rôle non négligeable dans l’information de l’opinion publique. Ils doivent par ailleurs célébrer régulièrement des Te Deum pour remercier Dieu d’avoir favorisé les armes du roi de France15. Entre 1701 et 1713, pendant la guerre de Succession d’Espagne, Louis XIV ordonne plus d’une vingtaine de ces cérémonies, scrupuleusement consignées dans les registres de délibérations de Rennes, Tréguier et Vannes. Pendant la guerre de Succession d’Autriche, le chapitre de Rennes en célèbre une trentaine, surtout en 1744 (8) et en 1745 (14) ; le chapitre de Tréguier vingt-cinq, dont 11 en 1745. Par ailleurs, le début des campagnes militaires ainsi que les traités de paix sont célébrés avec faste au cours de « prières des quarante heures » avec exposition du saint sacrement.

  • 16 ADM – 47G4, délibérations des 18 septembre 1706, 21 janvier 1707 et 27 avril 1711.
  • 17 ADIV – G204, délibération du 18 septembre 1744. Leur projet sera contrarié par le vent et la pluie (...)
  • 18 G. Minois, op. cit., t. III, p. 452.

7Régulièrement informés des aléas marquants de la politique étrangère de la monarchie, les fidèles n’ignorent par ailleurs rien des événements qui rythment la vie de la famille royale. Des prières sont par exemple organisées à Vannes « pour l’heureux accouchement de Mme la duchesse de Bourgogne » en 1706, pour la naissance du duc de Bretagne en 1707, pour le « repos de l’âme de Mgr le Dauphin » en 171116. Les prières ponctuant les rétablissements des souverains jouent quant à elles le rôle de bulletins de santé, publiés avec faste. En 1744, pour célébrer la guérison de Louis XV, les chanoines de Rennes décident, outre la célébration de l’habituel Te Deum, de « faire éclater les sentiments de joie et d’allégresse dont ils sont pénétrés » en faisant un feu de joie sur la place Saint-Pierre et en illuminant les tours de la cathédrale17. Les travaux de G. Minois permettent de corriger la vue tronquée à laquelle nous condamne la méthode des sondages : il dresse en effet la liste exhaustive des dix-sept Te Deum de cette nature célébrés entre 1715 et 1766 à Tréguier18.

  • 19 ADIV – G202C, délibérations des 23 et 26 mai 1711.
  • 20 ADIV – G203, délibération du 4 novembre 1720.

8Les décès de personnages importants, comme les évêques, conduisent les prébendés à bouleverser leurs habitudes. Ainsi, le samedi 23 mai 1711, à l’annonce du décès de l’évêque de Rennes Jean-Baptiste de Beaumanoir de Lavardin, les chanoines décident de se rendre en procession chaque jour après les vêpres au palais épiscopal pour se recueillir et prier en musique sur sa dépouille jusqu’au mercredi 27, date de l’inhumation. Le dit jour, ils se rendent en corps constitué au palais et une procession, où ils précèdent « Messieurs du Parlement en bonnet suivis du président et de la communauté de l’hôtel de ville », ramène le défunt vers la cathédrale où le trésorier assure le service19. Quelques années plus tard, en 1720, un incident fortuit les oblige à nouveau à organiser des cérémonies exceptionnelles auxquelles ils se doivent d’assister en corps. Le brancard qui ramène d’Ancenis, où il est décédé après la session des États, le corps de l’évêque de Saint-Brieuc Louis de Frétat de Boissieu se brise dans les faubourgs de Rennes. Le chapitre doit alors accompagner l’évêque de Rennes à l’église de l’hôpital Saint-Yves pour prendre en charge la dépouille et l’accompagner vers la cathédrale où doit être célébré un service en grande pompe. Ensuite, ils conduisent « solennellement le corps en l’église des pères augustins pour la plus grande commodité du transport qui en doit être fait à Saint-Brieuc20 ».

Les processions

  • 21 À propos de l’espace sacré, voir : « L’espace et le sacré », Annales de Bretagne et des Pays de l’ (...)
  • 22 ADIV – G260, délibération du 14 juin 1720.
  • 23 ADF – 2G8, cérémonie de la descente du bras de saint Corentin en 1768, écrit rapporté par M. l’abb (...)

9Que ce soit pour accompagner la dépouille d’un évêque ou d’un confrère jusqu’à la cathédrale ou en préambule à la messe capitulaire, les chanoines investissent donc régulièrement le pavé des cités épiscopales. Il s’agit pour eux de marquer l’espace, de sanctifier en quelque sorte le territoire urbain qui, autour d’un centre, le chœur, s’élargit à la cathédrale, l’église mère du diocèse, au quartier de la cathédrale, et enfin à la ville entière21. Certaines processions se déroulent malgré tout à l’intérieur de la cathédrale, comme celle du 16 juin 1720 à Rennes à cause de « pluies continuelles22 ». De même, à Quimper, le 28 août 1768, « pour prier le ciel d’accorder la sérénité de l’air et un temps propre à sauver la récolte très endommagée par les pluies23 », la procession fait trois tours à l’intérieur de la cathédrale.

  • 24 Fidèle en cela à ses prédécesseurs du Moyen Âge qui, en une cinquantaine de processions, visitaien (...)
  • 25 ADIV – G260, délibération du 9 septembre 1719.

10En temps normal, chaque compagnie établit un calendrier de processions annuelles. À Rennes, le premier dimanche de chaque mois le chapitre se rend ainsi dans une des églises de la ville24. Les plus importantes se déroulent au moment des grandes fêtes chrétiennes comme la Fête-Dieu. Le rôle du chapitre est alors double : acteur majeur de la procession, il en fixe également l’itinéraire. Ces moments forts, ces appropriations ponctuelles de la ville par le corps capitulaire, peuvent également être exceptionnels. Outre les cortèges funèbres, les irrégularités climatiques sont à l’origine de bien des processions. Les registres de délibérations des chapitres de Rennes, Tréguier et Vannes mentionnent ces processions destinées à obtenir de Dieu « un temps convenable pour les biens de la terre25 ». Il ne s’agit pas ici de s’intéresser à l’histoire du climat mais de mettre en évidence ces moments forts au cours desquels on a jugé les moissons suffisamment compromises pour s’en remettre à Dieu par l’intermédiaire de Messieurs du chapitre.

  • 26 ADIV – G260, délibération du 11 mai 1716.

11Ces cérémonies pèsent particulièrement sur l’activité des chanoines au cours de quelques périodes : à Rennes pendant l’été 1709 et le printemps 1742 ; à Tréguier, pendant les étés 1720, 1741 et le printemps 1742 ; à Vannes, en juillet 1703 et en juin 1719. Cependant, fréquentes ou non, ces cérémonies sont exigeantes et accroissent la charge de la prébende. En effet, lorsque, par exemple, le chapitre de Rennes décide d’organiser une procession à cause des précipitations abondantes du printemps 1716, les prières commencent à complies, après la dernière heure. Rejoints par les pères bénédictins, les chanoines entament la litanie des saints tout en se mettant « en ordre de procession ». Arrivés à l’église Saint-Melaine, les chanoines se placent dans le chœur, chantent un motet avant que l’évêque, encadré de deux chanoines, prononce trois collectes et bénisse l’assemblée. Enfin, on regagne le chœur de la cathédrale pour achever la litanie des saints. L’évêque, flanqué des mêmes chanoines, s’avance alors, « dit les versets et les trois collectes pour la disposition du temps, et ensuite monte à l’autel et donne la bénédiction en la manière accoutumée26 ». Les prébendés regagnent par conséquent leur logement plus tard qu’à l’accoutumée.

Tableau 31. – Les processions pour raisons climatiques à Rennes, Tréguier et Vannes.

Tableau 31. – Les processions pour raisons climatiques à Rennes, Tréguier et Vannes.
  • 27 G. Minois, « Le climat, les dîmes et les prix trégorrois à travers le culte de saint Yves (xviie-x (...)

12Note 2727

  • 28 ADIV – G270, extrait des registres de délibérations, délibération du 11 avril 1738. Nouveau règlem (...)
  • 29 ADM – 46G2, supplique des chanoines de Vannes à l’évêque à propos de la récitation de l’office de (...)

13Les charges de la prébende sont donc ponctuellement accrues. Les compagnies réagissent rapidement au moyen de chapitres extraordinaires au cours desquels elles choisissent les officiants et préparent les cérémonies. La prébende n’est donc pas une sinécure. Les chanoines doivent en effet organiser la célébration de très nombreuses messes – dont ils assurent leur part – en plus de l’assistance régulière aux heures de l’office divin, et participer à de fréquentes processions. Ce sont donc de longs moments que les prébendés consacrent à l’exercice de leurs devoirs spirituels. Des moments qui peuvent se révéler particulièrement éprouvants si l’on en croit ces chanoines malouins qui affirment en 1738 que « l’office des trois jours des rogations est long et fatigant et qu’on commence aussi Matines trop tôt à neuf heures du soir la veille de Noël ce qui fatigue considérablement tous les suppôts du chœur28 ». Les Vannetais déplorent, quant à eux, les dégâts provoqués dans leurs rangs par « la pratique excessive » de l’office de la Vierge pendant le carême 1787 : selon eux, « il est impossible, avec l’obligation du jeûne de supporter une telle fatigue » et ceux qui résistent malgré tout « n’en sont redevables qu’à la force de leur tempérament et à leur bonne constitution ». Ils font donc remarquer à l’évêque qu’ils ne peuvent célébrer « avec la dignité convenable l’office canonial qui est cependant le premier et principal objet de l’institution de [son] chapitre29 ».

Œuvrer pour la magnificence du culte public

14Ces multiples cérémonies provoquent en effet de nombreux désordres dans les cathédrales. Les registres de délibérations sont truffés de remarques et de décisions qui témoignent des tentatives de correction des dérives les plus préjudiciables au service divin. Les moments privilégiés de ces véritables examens sont les chapitres généraux au cours desquels les chanoines rappellent aux membres du bas-chœur les statuts ainsi que leur souci du respect des règles élémentaires de la liturgie et de la dignité des attitudes. Véritables professionnels de la liturgie, qui est leur raison d’être, ils y affichent par ailleurs leur volonté de disposer d’une psallette et de musiciens compétents qui rehaussent la majesté du culte et contribuent à accroître le respect de l’assistance à l’égard de Dieu.

Les psallettes et les musiciens

  • 30 F. Lebrun (publié par), R. Lehoreau, Cérémonial de l’Église d’Angers (1692-1721), Klincksieck, 196 (...)
  • 31 G. Viard, Chapitre et Réforme catholique au xviie siècle : le chapitre cathédral de Langres de 161 (...)
  • 32 R. Machard, « Les musiciens de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse (1682-1790) », Annales du M (...)
  • 33 ADIV – 1Q195, déclaration de revenus des chanoines de Dol, 1790 et ADLA – Q33, déclaration de reve (...)

15De nombreux chanteurs, musiciens et enfants de chœur soutiennent les chanoines dans leur activité chorale. Regroupant de vingt à quarante personnes à la veille de la Révolution, les bas-chœurs des cathédrales bretonnes ne peuvent rivaliser avec leurs homologues d’Angers, Bordeaux et Clermont-Ferrand, qui en abritent plus de cinquante30, de Langres, qui en compte plus de cent31, ou de Toulouse32. Au sein de ces bas-chœur, les psallettes réunissent de quatre – Dol – à huit enfants – Nantes33 – sous la houlette du maître de psallette ou du maître de musique, qui doit également diriger l’ensemble des musiciens permanents ou temporaires de la cathédrale. Ainsi élargie à l’ensemble des musiciens et chanteurs, il n’est pas rare que les psallettes comportent plus d’une quinzaine de membres.

Les enfants de chœur

  • 34 Selon les lieux, selon les époques, les enfants de chœur sont confiés indifféremment aux soins de (...)
  • 35 ADLA – 36 J1, remarques proposées aux chapitres généraux, sans date (début du siècle).
  • 36 ADCA – G277, délibération du 11 juin 1745.
  • 37 ADM – 47G6, délibération du 31 janvier 1749.

16Au xviiie siècle, les chanoines sont très attachés à la qualité de la formation spirituelle, musicale et intellectuelle de leurs enfants de chœur. En effet, les contrats passés avec les maîtres de psallettes ou les maîtres de musique34 stipulent qu’ils doivent être élevés « dans l’amour et crainte de Dieu », que l’on doit leur apprendre le catéchisme, les prières, « tout ce qui convient à une éducation chrétienne », les habituer à communier à l’occasion des grandes fêtes, leur apprendre la composition, le chant et la pratique d’un instrument, les former à la lecture et à l’écriture du latin. Le maître ne doit pas hésiter à être exigeant en grammaire sinon « les enfants n’avancent point » car « pour peu qu’on voit leur esprit dur et borné, on se persuade qu’ils n’ont nul talent et on les néglige35 ». Les chanoines n’hésitent d’ailleurs pas à réprimander les enfants lorsqu’ils ne s’appliquent pas « assez exactement à leurs leçons de grammaire36 ». Le maître de psallette lui aussi subit les critiques de la compagnie lorsqu’elle s’aperçoit, comme à Vannes en 1749, « du défaut d’instruction des dits enfants de chœur pour le latin37 ».

  • 38 ADCA – G277, délibération du 23 mai 1745.
  • 39 ADM – 47G6, délibération du 26 juin 1744.
  • 40 Comme à Rennes, où le chapitre délègue le chanoine Le Bois (notice 428) « pour avoir la vue sur to (...)
  • 41 ADCA – G275, délibération du 2 octobre 1719.
  • 42 G. Minois, op. cit., p. 456.
  • 43 M.-C. Mussat, op. cit., p. 39. Ces renvois sont indépendants de la mue puisque, conformément aux s (...)

17Comme les enfants doivent contribuer à la bonne réputation de l’office divin, les chapitres se montrent très exigeants à l’heure du recrutement. En effet, après l’audition de tous les candidats, « sa voix ayant été trouvée bonne38 », ils recrutent théoriquement le meilleur puis le font examiner par un chirurgien39. Les enfants sont étroitement surveillés et les chanoines, informés par leur confrère chargé de veiller au bon fonctionnement de la psallette40, leur rappellent fréquemment le règlement ainsi que la nécessité de respecter les règles de la liturgie. Il apparaît de plus qu’au xviiie siècle la rotation des enfants est plus rapide qu’au cours du siècle précédent. Les chanoines renvoient plus fréquemment les enfants, se montrant ainsi beaucoup plus rigoureux et sensibles à l’ordre et à la discipline ainsi qu’aux qualités intrinsèques de chaque individu. En effet, à Tréguier, au xviie siècle, on ne congédiait que les cas extrêmes alors que dans les années 1730-1740 il suffit d’être « peu doué » ou d’avoir des « aptitudes insuffisantes » en musique ou en latin41. Alors qu’entre 1660 et 1675, les chanoines de Tréguier ont engagé moins de dix enfants, ils en engagent dix-sept entre 1725 et 174042. Le recrutement rennais évolue de la même manière et les cas de renvoi, de moins en moins exceptionnels, dénoncent, quand la cause est mentionnée – c’est-à-dire rarement – le défaut de voix ou l’incapacité à apprendre la musique43. Ces deux constats, absence de conduites scandaleuses d’une part et renouvellement accéléré du personnel d’autre part, dans des psallettes devenues « corps d’élite », témoigneraient de l’amélioration de la qualité des offices.

Les chantres et les musiciens

  • 44 Respectivement : ADF – 18L98, pétition des musiciens de la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon aux adm (...)
  • 45 ADF – 1Q2 473, extrait du procès-verbal des commissaires du district de Brest chargés de l’exécuti (...)
  • 46 P. Loupes, op. cit., p. 167 ; J. Queniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest a (...)
  • 47 ADM – 47G7, délibération du 18 avril 1788.
  • 48 ADIV – 1Q207, déclaration de revenus du chapitre de Rennes, 1790 et ADM – L865, déclaration de rev (...)
  • 49 Respectivement : R.Machard, op. cit., p. 304 ; P. LOUPES, op. cit., p. 167 ; F. Ducreux, Recherche (...)

18Les enfants de la psallette épaulent des chanteurs, ou chantres, qu’il n’est pas toujours facile de distinguer des véritables musiciens dans la mesure où, dans les registres de délibérations, le terme musicien désigne aussi bien un choriste qu’un instrumentiste : seule la mention de l’instrument ou de la partition chantée permet alors de les distinguer. Certains sont cependant polyvalents : Jacques Raoul est ainsi « chantre et musicien » de Saint-Polde-Léon de 1771 à 1790 ; Chabaud est quant à lui recruté comme « musicien et violoncelle » à Rennes en 174544. Les choristes accompagnent les offices de leurs voix de haute-contre, basse-contre, haute-taille ou bassetaille, soutenus par la musique du chapitre. Que l’on soit à Rennes, Saint-Malo, Saint-Pol-de-Léon, Tréguier ou Vannes, cette dernière est constituée d’un ou deux serpents accompagnés d’une basse ou d’un basson et d’un organiste. À Rennes, où l’orgue, très abîmé, a été démonté en 1732, elle est renforcée par un violon et un violoncelle ; à Saint-Pol-de-Léon, par une contrebasse, un alto, un violon, une clarinette45 ; à Tréguier, par une viole ; à Vannes, par un violon, une viole, un violoncelle et une clarinette. Rien ici de très original puisque l’on retrouve l’équivalent de Bordeaux à Rouen en passant par Le Mans46. La présence de musiciens jouant de plusieurs instruments – comme à Vannes, où les mêmes personnes jouent du serpent et du violon d’une part ; du serpent, du basson et du violoncelle d’autre part47 – ainsi que le manque de précision des documents interdisent d’assimiler systématiquement le nombre d’instruments au nombre d’instrumentistes48. Des tableaux précis, dressés en 1790, attribuent quatre instrumentistes permanents aux cathédrales de Rennes et de Vannes. Ce chiffre les rapproche de celles de Toulouse, où on en dénombre également quatre, et de Bordeaux, où il y en a cinq, mais les place devant Tulle, qui n’en compte que deux49.

Les maîtres de musique

  • 50 ADM – 47G6, délibération du 13 juin 1749.
  • 51 ADIV – G366, traité entre le chapitre de Dol et Clément Mielle, maître de musique, 31 juillet 1783
  • 52 Sur ces personnages, voir : G. Bourligueux, « Autour de Daniel Daniélis », BSPM, 1969-1970, p. 135 (...)
  • 53 M.-C. Mussat, op. cit., p. 47.
  • 54 ADCA – G277, délibération du 14 septembre 1742.

19Personnage clé du bas-chœur, le maître de musique, la plupart du temps responsable de la formation des enfants de chœur, doit diriger et faire répéter instrumentistes et choristes. Claude Hermant de Saint-Benoît, à Vannes, doit ainsi « assister au chœur tous les dimanches et fêtes doubles et [faire] battre la mesure au plain-chant50 » tandis que Clément Mielle, à Dol, fait chanter « la musique soit imprimée soit à la main toutes les fêtes et dimanches de l’année51 ». Leur recrutement répond à des logiques différentes selon les chapitres. Dépourvues de figures musicales marquantes, les compagnies bretonnes ont recours soit à des professionnels, étrangers à la Bretagne pour la plupart, si la place est soumise à un concours, soit à des personnalités locales laïques ou membres méritants du bas-chœur, s’il n’y a pas de concours. À Vannes, les concours attirent ainsi des maîtres de musique chevronnés : Daniel Daniélis est un compositeur de talent à la carrière particulièrement complexe – juste avant de venir en Bretagne, il échoue au concours pour le poste de maître de la chapelle royale de Versailles –, Langlois est maître de musique à Avignon, Charles-Joseph Le Sueur maître de chapelle à Carentan puis basse-taille à la cathédrale de Paris52. En l’absence de concours, le chapitre de Rennes place en 1772 sa musique sous la responsabilité de Nicolas Des Graviers, maître de musique en ville, frère d’un maître à danser et fils d’un joueur de viole et maître de chant53, alors que le chapitre de Tréguier la confie à un clerc qui a toujours donné satisfaction, le maître de psallette Louis-Étienne Keraudren, « capable de remplir cette place et en état de composer54 ».

  • 55 « Trois mois ou quatre-vingt-dix jours » à Rennes, par exemple. AdR – D3, délibération du 22 mars (...)
  • 56 ADM – 47G5, délibération du 6 mai 1718.
  • 57 ADIV – G366, traité entre le chapitre de Dol et Clément Mielle, maître de musique, 31 juillet 1783 (...)
  • 58 G. Minois mentionne de mystérieux manuscrits de quelques messes concertantes composées par les cha (...)
  • 59 Une partie de l’œuvre de Daniel Daniélis nous est parvenue en partie grâce à des copies du xviiie (...)
  • 60 Il s’agit de « 18 messes en musique, 50 motets, 42 Jérémiades ou leçons de ténèbres, 7 Te Deum, 11 (...)
  • 61 ADIV – G204, délibérations du 22 septembre 1747 et A. Dio. R. – D1, délibération du 28 septembre 1 (...)

20Afin qu’il puisse recopier certaines œuvres et composer, le maître de musique est autorisé à s’absenter du chœur un certain nombre de jours dans l’année55. La composition, preuve tangible de son activité, témoigne également de la qualité du service divin dans une cathédrale qui devient un foyer d’innovation. En 1718, le chapitre de Vannes exige en effet par contrat que le nouveau maître de musique compose, tous les ans, une messe, des vêpres, un Te Deum et un motet du saint sacrement56. De même, à la fin du siècle, les chanoines de Dol demandent à leur maître de musique de composer en musique les hymnes, Magnificat, Messes, Psaumes, Te Deum, Motets et Antiennes57. Ce sont par conséquent des dizaines voire des centaines d’œuvres qui ont dû être composées dans les cathédrales bretonnes au cours du xviiie siècle. Malheureusement, il ne reste que peu de traces de ces partitions, comme des plus anciennes, dont les chapitres gardent pourtant les copies, en cas de départ de l’auteur, ou les originaux, en cas de décès. Riche de créations locales58 et de copies59, le fonds musical des chapitres peut être important comme le montre la découverte en 1790, à Saint-Polde-Léon, de 231 œuvres de différentes natures dans un meuble de la maison de la psallette60. Il ne faut pas exclure, par ailleurs, les dons ou les achats de morceaux. Le chapitre de Rennes reçoit ainsi en 1747 une messe en musique composée par Madin, maître de musique à la chapelle du roi, et dédiée à l’évêque de Rennes Louis-Guy Guérapin de Vauréal et, en 1772, « un livre contenant six messes en musique imprimées et composées par le sieur Hardouin, gravées par Bignon61 ».

  • 62 L’expression est de P. Loupes, op. cit., p. 163.
  • 63 ADIV – G266, délibération du 27 novembre 1771 et M.-C. Mussat, op. cit., p. 50.
  • 64 Ce stage est évoqué lors de la réception de Baucher comme basse-contre. ADM – 47G7, délibération d (...)

21Acteurs essentiels de la liturgie, comprise au sens de prière publique organisée, le bas-chœur et plus particulièrement les enfants de la psallette, les choristes et les instrumentistes n’échappent pas à la vigilance des chanoines. Au xviiie siècle, ces derniers exigent de leurs « dépendants de l’intérieur62 » des compétences accrues et une réelle conscience professionnelle. Ainsi, à partir de 1771, le chapitre de Saint-Malo demande à son maître de musique d’organiser des répétitions pour préparer l’exécution des nouveaux morceaux ; à partir de 1775, on exige du maître de musique rennais des répétitions et un travail de fond avant l’exécution d’une œuvre afin que les musiciens en acquièrent une maîtrise parfaite63. De plus, lors de la réception des choristes, le chapitre leur demande rarement de s’améliorer. Il s’agit certainement d’une conséquence du sérieux avec lequel sont menées les procédures de recrutement qui, comme à Vannes, après une audition, se terminent par « un mois d’épreuve64 ». En effet, à travers une musique de qualité – appréciation qui peut se discuter dans la mesure où l’exigence ne sera peut-être pas la même à Rennes, ville parlementaire, qu’à Saint-Polde-Léon – c’est la majesté et la décence du culte qui est en jeu. Le faste des cérémonies doit contribuer à faire de l’office un moment à part, un moment privilégié de communion avec Dieu.

La discipline du chœur

  • 65 Par exemple : ADF – 100 J 182, cérémonies qui s’observent aux différentes fêtes de l’année dans l’ (...)
  • 66 ADM – 47G4, délibération du 7 juillet 1713 et 47G7, délibération du 23 février 1787.
  • 67 ADIV – G266, délibération du 24 novembre 1772.
  • 68 ADCA – G274, délibération du 3 janvier 1716.

22Afin de garantir le respect des usages dans la célébration du culte, les chanoines rédigent un cérémonial très précis65. À Vannes, en 1713, on enjoint ainsi au personnel du bas-chœur de se lever pour entonner certains chants afin de respecter l’ancien usage peu à peu abandonné. À la fin du siècle, comme « depuis très longtemps l’office des jours de férie se célèbre d’une manière très indécente », on conçoit un règlement pour en rétablir les usages en se fondant sur le cérémonial66. À défaut de documents de ce type, les compagnies doivent rappeler avec régularité les usages en chapitre, comme à Saint-Malo, où on insiste, en 1772, sur la nécessité de chanter l’évangile au cours des messes de requiem67, et à Tréguier, où les cérémonies « ne sont appuyées que sur une tradition non écrite et sujettes par conséquent à bien des changements68 ».

  • 69 ADCA – G273, délibérations du 24 octobre 1707, du 7 juin et du 9 juillet 1708 ; ADM – 47G4, délibé (...)
  • 70 ADLA – 36 J 1, remarques proposées aux chapitres généraux, sans date.
  • 71 ADM – 47G4, délibération du 13 mai 1712.
  • 72 ADIV – G266, délibération du 17 juillet 1772.

23Cette volonté de garantir la dignité des cérémonies se manifeste également dans l’attention accordée au respect du silence, indispensable au recueillement, et à la régularité des chants. En revanche, au xviiie siècle, les chapitres ne luttent plus pour que les chanoines respectent l’habit ecclésiastique qui contribue à les placer en marge de la société. En effet, seuls quelques Trégorrois, Vannetais ou Nantais, au début du siècle, sont tancés pour oublis répétés de l’aumusse, de la perruque ou de l’« habit clérical69 », ou parce qu’ils s’habillent « d’une manière qui n’est point conforme aux canons ni aux ordonnances du diocèse70 ». De même, le chœur des cathédrales est maintenant un véritable sanctuaire dévolu aux seuls ecclésiastiques, une église dans l’église, un espace réellement sacré, inaccessible au commun à l’exception de quelques laïcs « de qualité vivant noblement71 ». Les rares protestations contre la présence de laïcs dans le chœur surviennent toutes avant 1720. En effet, lorsque les chanoines malouins évoquent l’attitude des laïcs en 1772, ils s’en prennent en fait à des mendiants qui déambulent dans la nef de l’église pendant les cérémonies de baptêmes et de mariages pour demander l’aumône72.

  • 73 Comme à Rennes, ADIV – G202C, délibération du 4 février 1707.
  • 74 ADIV – G265, délibération du 8 août 1760.
  • 75 ADLA – 36 J1, remarques proposées aux chapitres généraux, sans date.
  • 76 ADCA – G272, délibération du 16 juin 1710.
  • 77 ADCA – G278, délibération du 26 octobre 1750.
  • 78 ADM – 47G4, délibération du 16 mars 1714.
  • 79 ADCA – G274, délibération du 4 février 1715 et G278, délibération du 30 décembre 1748.
  • 80 ADIV – G165, règlement et réduction des anciennes et nouvelles fondations, obits et prestimonies…, (...)

24Nombreux, en revanche, sont les bruits qui perturbent le déroulement des offices canoniaux. Bien souvent, chanoines comme membres du bas-chœur laissent retomber la tablette de leur siège sans ménagement avant de s’asseoir et font claquer les petites portes des stalles lorsqu’ils « descendent et montent aux hautes chaises73 ». De plus, beaucoup de chanoines, comme ces Malouins, ne peuvent s’empêcher de bavarder avec leurs voisins pendant les célébrations… quand ils ne leur adressent pas des grimaces susceptibles de provoquer l’hilarité générale74. On dénonce également, comme à Nantes au début du siècle, les causeries fréquentes et scandaleuses qui choquent les laïcs75, quand ce ne sont pas, comme à Tréguier, des marchandages pour se procurer du tabac 76 ou des insultes proférées pendant 76une cérémonie77. Les fidèles ne sont guère plus respectueux, comme le montre la décision des chanoines de Vannes en 1714 « de faire tenir les portes du cloître et des tambours fermées78 » afin de limiter le désordre. Mais c’est certainement le grand nombre de messes célébrées dans la cathédrale qui soucie le plus les chapitres. En effet, il n’est pas rare que plusieurs messes basses se déroulent à des autels particuliers pendant la grand-messe et même, à Tréguier, à Noël 1748, pendant la messe de minuit79. Afin d’endiguer ce brouhaha permanent, les chanoines demandent aux sacristains de ne pas donner d’ornements aux prêtres qui célèbrent ces offices parallèles. Cette stratégie n’est pas très efficace puisque les chapitres généraux évoquent régulièrement cette question et que ces messes fondées doivent obligatoirement être célébrées. Il semble alors, en dernier ressort, que la suppression d’un certain nombre de services soit plus à même de corriger ce désordre. C’est ainsi qu’à Rennes, en 1721, les chanoines obtiennent de l’évêque la diminution du service de plusieurs fondations afin que l’office canonial soit célébré « avec la décence et l’assiduité prescrites par leurs saints canons80 ».

  • 81 Par exemple : à Vannes, ADM – 47G4, délibération du 28 avril 1702, 47G7, délibération du 23 janvie (...)
  • 82 ADIV – G265, délibération du 14 avril 1761.
  • 83 ADIV – G266, délibération du 9 décembre 1773.

25La décence du culte est en partie liée à la qualité du chant, objet de nombreuses remarques lors des chapitres généraux tout au long du siècle. On est, d’une part, très attentif au rythme du chant : on condamne ainsi ceux qui chantent trop lentement, comme ceux qui chantent trop vite81. En 1761, à Saint-Malo, on condamne les bacheliers du chœur qui chantent l’office « avec tant de précipitation que plusieurs Messieurs ne pouvant les suivre se trouvent obligés de réciter en particulier82 » ; en 1773, on doit encore rappeler à l’ordre un sous-chantre coupable d’avoir chanté « l’introït de la grande messe avec une précipitation scandaleuse83 ».

  • 84 ADIV – G260, délibération du 9 avril 1717. En février, déjà, ils s’étaient vus recommander de chan (...)

26On veille, d’autre part, à la clarté du chant. Les chanoines rennais expliquent en 1717 qu’il faut « garder dans le chant des psaumes et versets la médiante84 ». Les Malouins manifestent le même souci quand, en 1760, ils exhortent les membres du bas-chœur à chanter

  • 85 ADIV – G265, délibération du 8 août 1760.

« […] sans anticiper les uns sur les autres, distinctement sans syncoper et manger les mots gardant exactement les pauses convenables au milieu et à la fin de chaque verset qu’on appelle vulgairement médiantes et finales de façon qu’un côté du chœur ne commence à chanter le verset suivant qu’après que l’autre a entièrement fini de chanter le verset précédent, et qu’ils observent tous deux la pause ou cessation au milieu du même verset85 ».

  • 86 ADIV – G266, délibération du 24 novembre 1772.

27Ils rappellent en 1772 que l’officiant doit laisser le temps au chœur de réciter le Pater, l’Ave et le Crédo86.

La lutte contre les attitudes scandaleuses

28Œuvrer pour la magnificence du service divin, c’est aussi exiger des membres des chapitres une attitude irréprochable en dehors de la cathédrale afin que le comportement scandaleux de certains ne rejaillisse pas sur l’ensemble de la compagnie.

  • 87 ADM – 47G4, délibération du 15 mai 1706 et notice 583.
  • 88 ADM – 47G4, délibération du 9 décembre 1707.
  • 89 ADIV – G265, délibération du 8 août 1760 et ADIV – G72, ordonnance de visite de Mgr l’évêque de Sa (...)
  • 90 ADIV – G260, délibérations des 15, 19, 22, 29 mai 1713 et 9 décembre 1713 et notice 270.
  • 91 ADCA – G273, délibérations des 18 janvier 1709, 20 juillet et 25 novembre 1711, 8 juillet 1712, 28 (...)
  • 92 ADM – 47G4, délibérations du 29 janvier 1706.
  • 93 ADM – 47G6, délibérations du 9 août 1748 et du 29 décembre 1749.

29Un certain nombre de chanoines fréquentent en effet des lieux jugés indécents. En 1706, Antoine Nebout est réprimandé par le chapitre de Vannes car il fréquente le jeu de paumes « lieu public et défendu à des ecclésiastiques87 ». L’année suivante, car le cas à dû se représenter, on interdit aux chanoines de fréquenter les lieux publics où l’on joue au billard, aux cartes, au jeu de paumes, aux boules « tant à cause des différents excès qui peuvent y arriver que de l’occasion où s’exposent les ecclésiastiques de rendre leurs personnes méprisables par la familiarité dont on use dans ces lieux publics avec toutes sortes de personnes88 ». En 1760, Le chapitre de Saint-Malo rappelle qu’un chanoine ne peut, conformément aux statuts, fréquenter les cabarets89. Ces mentions témoignent, quoiqu’indirectement, de l’intégration d’un certain nombre de chanoines dans la vie sociale urbaine ; on ne peut en effet imaginer qu’ils se rendent en ces lieux en tant que simples spectateurs. Mais les compagnies, peu sensibles à ces aspects de la culture des chanoines bretons, redoutent la faiblesse de certains et craignent qu’ils n’offrent en sortant des spectacles bien peu édifiants dans la rue comme dans l’église. Les cathédrales bretonnes ont certainement toutes abrité des ivrognes comme en témoignent un certain nombre de cas à Rennes, Tréguier et surtout Vannes. Le chanoine rennais Noël Gilbert est condamné en 1713 à effectuer un séjour de six mois au séminaire de Saint-Meen pour mauvaise conduite « par la voie publique90 ». Le chapitre de Tréguier a quant à lui fort à faire avec L’Abbat, l’un de ses vicaires : entre janvier 1709 et octobre 1718, ses fréquentes « ivrogneries » sont évoquées dans onze délibérations91. À Vannes, en 1706, un archiprêtre a paru plusieurs fois au chœur « espris de vin » ; un autre doit effectuer une retraite d’un mois au séminaire à cause de ses fréquentes ivresses qui l’empêchent de « chanter et même de se tenir debout92 ». En 1748, c’est le sieur Renaud, serpent, qui s’est présenté ivre au chœur et, en 1749, un diacre d’office, pendant la nuit de Noël93.

  • 94 ADCA – G273, délibérations du 15 juin 1708 et du 5 mai 1713 et notice 448.
  • 95 ADIV – G202 C, délibération du 17 août 1709 et notice 747.

30Certains individus ont en outre des mœurs totalement incompatibles avec l’état ecclésiastique. Le Trégorrois Jacques Le Dot en offre certainement l’exemple le plus abouti. En effet, en 1703, il est jugé à l’officialité car il est « convaincu d’avoir eu des commerces déréglés avec des personnes du sexe, mariées et non mariées ». Il vit d’ailleurs avec une fille dont il a un enfant. Suspendu, frappé d’une peine de séminaire, il vit toujours avec elle en 171394. À Rennes, en 1709, François Vigier doit comparaître en chapitre où on le met en demeure « de faire sortir de sa maison de petits enfants qui scandalisent le public par la trop grande familiarité qu’il a pour eux ». Ses confrères lui rappellent à cette occasion que le chapitre l’avait mis en garde « plusieurs fois depuis plusieurs années » et que le trésorier lui-même était intervenu auprès de lui « en particulier95 ».

  • 96 ADM – 47G4, délibérations des 8 et 24 avril, des 12, 19 et 20 août 1701.
  • 97 ADM – 47G4, délibération du 16 octobre 1713.

31Un chapitre peut, en dernier recours, décider de destituer un clerc qui multiplie les écarts de conduite. Ainsi, en 1701, le chapitre de Vannes « dûment instruit de la vie scandaleuse de Jean Richin », un prêtre du bas-chœur, s’en sépare et enlève son nom du livre de pointes après de fréquents rappels à l’ordre. Il est en effet coupable de nombreuses fautes graves96. On lui reproche de « murmurer à tous moments contre tout le monde… soit dans les cérémonies, soit dans le chœur, soit dans la musique… », de provoquer fréquemment des attroupements autour de lui en ville par « le statut terrible de sa voix ». Et il y a plus grave ! Il manque en effet souvent de respect aux chanoines en public. N’a-t-il pas crié, apercevant l’un d’entre eux, qu’il était « un imposteur ». Souvent, dans la rue, il embrasse les passants. Au chœur, il parle, modifie les paroles des chants, se tient mal, porte des vêtements déchirés et, parfois ivre, donne « des coups de pieds par derrière à des enfants ». Sa morale semble de plus peu en rapport avec celle que les chanoines peuvent attendre d’un membre du bas-chœur. Il profite en effet d’une indisposition passagère pour manger de la viande les vendredis et samedis et, avec l’aide d’un complice, il tente de violer la femme de son logeur à l’issue de l’une de ses nombreuses nuits d’ivresse. En 1713, ce même chapitre décide de congédier le haute-contre Molard pour « ses ivrogneries perpétuelles97 ».

  • 98 Certaines sources laissent penser que des chanoines dolois du xviie siècle recevaient des femmes c (...)

32Ces exemples témoignent donc de la volonté des compagnies de lutter contre les attitudes les plus choquantes. Cependant, presque toutes ces affaires secouent les compagnies au début du xviiie siècle, l’essentiel des efforts ayant été fournis au cours du siècle précédent98. Ce sont donc des chapitres dans l’ensemble dignes qui s’offrent au regard des citadins… même si les relations entre prébendés peuvent parfois se révéler très tendues.

33Il semble bien, avec toutes les précautions liées à la méthode de dépouillement adoptée – fondée sur une série de sondages dans trois cathédrales, complétés par quelques données ailleurs – que ce souci de la mise en place des conditions propices à un culte parfait, même si on en trouve toujours la mention, s’atténue au cours de notre période.

Tableau 32. – La part de la discipline du chœur dans les délibérations relatives au personnel capitulaire.

Tableau 32. – La part de la discipline du chœur dans les délibérations relatives au personnel capitulaire.
  • 99 G. Minois, op. cit., t. III, p. 459 p. 461 et p. 462.

34En effet, à Vannes et à Rennes, la part des délibérations relatives au personnel capitulaire concernant la discipline du chœur diminue au cours du siècle. À Tréguier, elle reste à peu près stable autour d’un gros tiers jusqu’au milieu du siècle, mais G. Minois confirme la disparition de certains problèmes comme la discipline du chant, la célébration de messes basses pendant la grand-messe ou l’absentéisme et le retard des clercs aux offices par la suite99. La comparaison met certes en évidence la spécificité de Tréguier où les problèmes liés à la discipline du chœur demeurent plus importants, mais, partout, dans la seconde moitié du siècle, l’évocation de cette question semble relever du rituel. Les registres de délibérations ne livrent par ailleurs guère d’exemples de comportements scandaleux en public dans la seconde moitié du siècle.

L’assiduité au chœur

  • 100 Comme le déplorent les chanoines de Quimper en 1702 qui décrivent « les ratures qui s’y sont trouv (...)

35L’accomplissement des multiples tâches spirituelles suppose le rassemblement fréquent de l’ensemble des membres de la compagnie. Cependant, sauf en cas de défaillance individuelle notoire, les chanoines apparaissent très rarement à titre individuel dans l’exercice de leur labeur quotidien. Seuls les registres de pointe les mettent réellement en scène mais, outre leur rareté et les motifs qui président à leur tenue, leur utilisation est difficile. En effet, il faut tout d’abord décrypter le code employé par le pointeur. Il peut être simple, comme à Tréguier où un point, puis un « P », attestent de la présence à l’office, un « E » désigne une absence excusée, un « m » une absence pour maladie dûment constatée, un « a » une absence. Il peut être plus complexe, comme à Dol où de multiples commentaires accompagnent ou remplacent le pointage : « off. » si le chanoine célèbre l’office, « N » s’il n’est jamais là… ce qui en rend la lecture ardue. Il convient d’autre part d’être attentif à l’objet de la pointe. À Rennes et Tréguier, les registres conservés permettent de mesurer l’assiduité aux matines, à la grand-messe et aux vêpres ; à Dol, ils concernent les fondations et les obits. On ne mesure donc pas la même chose. Par conséquent, afin de pouvoir envisager des comparaisons et discerner d’éventuelles évolutions, seules les premières et les dernières années des livres de pointes de Rennes et de Tréguier sont retenues dans cette analyse. Ces registres ont de plus échappé aux maux dénoncés par certains : on n’y observe pas de ratures, de « grand barbouillage », ou de désordre100.

La pointe et ses problèmes

  • 101 Déplorés à Saint-Pol-de-Léon (ADF – 6G18, extrait des registres de délibérations, 1er mars 1687) o (...)
  • 102 ADIV – G204, délibération du 14 août 1747 et notice 14.
  • 103 On le constate quand le Rennais René de Kermeno (notice 355) déclare en chapitre que désirant comm (...)
  • 104 À Saint-Malo, ADIV – G72, ordonnance de visite de Monseigneur l’évêque de Saint-Malo pour le chapi (...)
  • 105 À Dol, A. Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Fougeray-Haton, 1880, (...)

36Ces choix opérés, il reste à s’interroger sur la signification des résultats obtenus. Outre, parfois, « le peu d’exactitude de la marque101 », les limites de l’évaluation de l’assiduité à travers les registres de pointes sont de deux ordres. D’une part, certains chanoines considérés comme présents sont en réalité absents du chœur. C’est en principe le cas des malades, comme le rappelle en 1747 la plainte de Pierre-Gilles Aulnette, pointé par erreur pendant les cinq mois de son indisposition102. Les archidiacres en visite dans les paroisses dont ils ont la responsabilité bénéficient du même privilège, à condition d’avertir la compagnie de leur départ103. Les conseillers clercs aux parlements de Paris ou de Bretagne, sans oublier les plus anciens des chanoines et ceux qui poursuivent leurs études, jouissent également de cette disposition. D’autre part, des chanoines présents sont parfois « piqués » et le lecteur, en toute bonne foi, les comptabilise parmi les absents. En effet, les statuts des compagnies édictent des règles très strictes en matière d’assistance. Il est difficile de dégager une règle générale dans la mesure où chaque chapitre fixe ses règles : cependant les chanoines sont pointés, c’est-à-dire considérés absents à l’office, s’ils sont réellement absents ou s’ils arrivent après le Venite xultamus à matines, le dernier Kyrie eleison à la grand-messe et le Gloria patri du premier psaume aux vêpres104 ; le moment fatidique étant parfois repoussé à l’épître lors de la grand-messe105.

  • 106 ADIV – G204 1, délibération du 29 mars 1743 ; notices 252 et 730.
  • 107 ADIV – G270, papiers, notamment extraits de délibérations, relatifs à la pointe, 1759-1761 ; G72, (...)
  • 108 ADCA – G286, livre de pointe du chapitre de Tréguier, année capitulaire 1773-1774.
  • 109 ADM – 47G5, délibération du 13 mai 1718 et notice 67.

37Une partie de la rétribution des chanoines dépendant de leur assiduité mesurée par les registres de pointes et la moindre erreur ayant des répercussions financières, on comprend donc que le pointeur se trouve au cœur de terribles tensions. Un exemple suffit à le montrer. À Rennes, en mars 1743, Joseph-François de Trémigon prend à parti et insulte son confrère Godefroy Gardin pendant l’office de none : noté absent à un office, il était en réalité malade106. Dans ces conditions, les modalités de la tenue de la pointe revêtent une importance cruciale. En 1760-1761, le chapitre de Saint-Malo se divise même en deux mouvances qui s’affrontent durement lorsqu’il s’agit de décider qui, des chanoines – à tour de rôle – ou d’un pointeur stable, enregistrera les présences. Il ne s’agit pas ici pour certains d’échapper à une tâche supplémentaire mais de définir les conditions les plus favorables à un pointage équitable. Les deux partis s’en remettront finalement à l’évêque qui se réfugiera derrière une lecture stricte de l’ordonnance de visite de son prédécesseur datée de 1729 : un chanoine assumera la fonction de pointeur stable pour trois ans107. Lorsqu’un contestataire obtient gain de cause ou que des erreurs sont constatées, les registres portent parfois la marque des corrections apportées dans les jours qui suivent. Ainsi, le 18 novembre 1773 à Tréguier, sept chanoines passent du statut d’absents à celui d’excusés, un absent devient présent et un présent devient absent108. La pratique semble d’ailleurs aller de soi. Ainsi, lorsque Jean-Joseph Boutouillic de Castello fait remarquer qu’on l’a pointé aux matines du 11 mai 1718, ses collègues vannetais s’empressent de rectifier l’erreur109.

38Il pourrait être tentant, dans ces conditions, de rechercher une source susceptible de pallier les insuffisances de ces registres. Les rétributions des chanoines, mentionnées dans les registres de délibérations, ont parfois été utilisées. Cependant, elles recèlent plusieurs pièges. La logique voudrait que, connaissant la rétribution attachée à la présence aux différents offices de la journée, on évalue l’assiduité à partir des gains de chacun. Or, tous les offices ne sont pas rémunérés de la même manière, ce qui est de nature à favoriser ceux qui assistent aux cérémonies les mieux dotées. Par exemple, parfois, afin d’inciter les chanoines à garnir le chœur de bon matin, les matines rapportent davantage que la grand-messe ou les vêpres. De plus la part des absents peut être partagée entre les présents, ce qui peut permettre à certains d’augmenter leur rétribution sans traduire une assiduité accrue. Enfin, les sommes mentionnées au titre du pain du chapitre ou des grands cuilibets sont le fruit de l’assistance à des célébrations aux gains différents, dont il faudrait pouvoir évaluer le nombre. Il est donc impossible de calculer la part qui provient de l’assistance réelle aux offices canoniaux, aux processions, aux messes de fondations… Les chiffres obtenus après calcul d’une rétribution moyenne par cérémonie et évaluation du nombre de présences théoriques ne peuvent donc constituer que des ordres de grandeur très grossiers. Par conséquent, on ne peut vraiment déduire l’assistance réelle des chanoines de leurs gains. Aussi, semble-t-il préférable de travailler à partir des registres de pointe qui permettent certainement, malgré leurs imperfections, de mieux cerner l’assiduité des chanoines. S’il est vrai que l’on s’interdit alors toute conclusion d’ensemble, les observations quant à elles gagnent en crédibilité.

La présence aux offices

  • 110 ADLA – 36 J1, remarques proposées aux chapitres généraux le 25 février et le 26, sans date.
  • 111 ADF – 6G18, lettre de Monseigneur de La Marche au chapitre de Saint-Pol-de-Léon au sujet des faute (...)
  • 112 À Béziers, la moitié des chanoines assistent régulièrement à la presque totalité des offices et de (...)

39Partout, il est facile de relever les lamentations des chapitres qui constatent la désaffection des chanoines pour tout ou partie de l’office canonial. C’est ainsi par exemple que la compagnie nantaise remarque au début du siècle « qu’on s’est trouvé quelque fois en si petit nombre à matines qu’il n’y avait pas le nombre suffisant de chanoines110 ». L’évêque de Léon déplore quant à lui en 1775 que l’office de matines « soit habituellement chanté par trois ou quatre personnes dans une cathédrale qui lorsqu’elle est complète doit être desservie par environ trente personnes111 ». Mais ne forcent-ils pas le trait afin d’atteindre l’idéal que serait la présence au cœur de tous les prébendés et, surtout, tous les chapitres se comportent-ils de la même manière ? L’activité des chanoines de Rennes et de Tréguier ne semble en effet pas confirmer ces propos alarmistes puisque les relevés effectués pour matines, la messe et les vêpres montrent qu’au moins la moitié des chanoines assistent à chacun des offices, ce qui les rapproche de leurs confrères de la cathédrale de Béziers ou de la collégiale d’Aubeterre112.

Tableau 33. – La présence au chœur à Rennes et à Tréguier.

Tableau 33. – La présence au chœur à Rennes et à Tréguier.

40De plus, à Rennes, au cours de l’année capitulaire 1736-1737, les trois quarts du chapitre en moyenne assistent chaque jour à la grand-messe et très peu de chanoines se désintéressent totalement du service divin en assistant à moins de la moitié des offices.

Tableau 34. – L’assistance aux offices en 1736-1737 à Rennes.

Tableau 34. – L’assistance aux offices en 1736-1737 à Rennes.
  • 113 G.Minois, « Les chanoines de Tréguier aux xviie et xviiie siècles », MSECN, t. CX, 1981, p. 100. O (...)

41À Rennes comme à Tréguier, matines est tout au long de l’année l’office le moins fréquenté, mais le corps capitulaire se reconstitue toujours pour la grand-messe. À l’échelle de l’année, on peut cependant observer des contrastes : Rennais et Trégorrois semblent moins assidus en été, période au cours de laquelle ils peuvent jouir de leurs vacances ; la cathédrale semble également moins fréquentée en hiver. Au-delà de ces points communs, l’assiduité évolue différemment selon le lieu. Elle décline à Rennes entre les sondages de 1737 et 1747 alors qu’elle progresse à Tréguier entre ceux de 1733 et de 1774. Ce dernier constat incite à une certaine indulgence à l’égard de chanoines trégorrois. S’ils désertent effectivement le chœur au xviie siècle, comme l’attestent les dépouillements de G. Minois, ils paraissent bien s’amender à la fin du siècle suivant113. Si l’ancienneté influe peu sur l’assiduité des chanoines rennais en 1737, l’âge, l’origine géographique et l’exercice d’une dignité semblent des facteurs déterminants : les chanoines originaires de la cité épiscopale, âgés de moins de cinquante ans et qui ne sont pas dignitaires se montrent en effet beaucoup plus assidus que les autres. Le sérieux des chanoines nés à Rennes témoignerait ainsi des obligations que crée la possession d’une prébende dans la cité familiale, et le dynamisme des plus jeunes révélerait la lourdeur de la prébende, lourdeur qui s’accuse avec les années.

Graphiques 6 et 7. – L’assiduité aux offices à Rennes (nombre moyen de chanoines présents).

Graphiques 6 et 7. – L’assiduité aux offices à Rennes (nombre moyen de chanoines présents).

Graphiques 8 et 9. – L’assiduité aux offices à Tréguier (nombre moyen de chanoines présents).

Graphiques 8 et 9. – L’assiduité aux offices à Tréguier (nombre moyen de chanoines présents).

Conclusion

42Les chanoines ont donc bien œuvré avec conscience afin d’améliorer la décence du culte et de mettre en œuvre les préceptes du concile de Trente. Dans les cathédrales comme dans les paroisses, la seconde moitié du siècle des Lumières est donc bien la période de la victoire du programme tridentin : d’une part, les chapitres, au nom de l’Église, s’efforcent de promouvoir en leur sein des attitudes en rupture avec celles du monde des laïcs ; d’autre part, ils se montrent attentifs au respect des principes de la liturgie ainsi qu’à l’instauration et à la préservation d’un espace sacralisé.

43De plus, au milieu du siècle, à la lumière des sources utilisées, chanoines de Rennes et de Tréguier semblent présents aux offices célébrés dans la cathédrale. Ils font preuve d’une assiduité, qui pour n’être point record n’en demeure pas moins tout à fait honorable. Il s’avère cependant que, comme en matière d’administration temporelle, l’activité spirituelle du chapitre repose sur quelques personnes particulièrement consciencieuses dont le zèle semble lié à la jeunesse et à la relative inexpérience dans le bénéfice. À Rennes, au cours de l’année capitulaire 1736-1737, seuls six chanoines en moyenne assistent ainsi à au moins 90 % des matines et des messes chaque mois.

Tableau 35. – Les chanoines très assidus à Rennes en 1736-1737.

Tableau 35. – Les chanoines très assidus à Rennes en 1736-1737.

Notes

1 ADIV – G72, ordonnance de visite de Mgr l’évêque de Saint-Malo pour le chapitre de son Église cathédrale, article XXVII, 23 juin 1729.

2 Saint Jean, Apocalypse, 4, TOB, Le Cerf, 1974.

3 C. Daux, Les chapitres cathédraux de France, notices, costumes, sceaux, armoiries, Rocher et Chernowiz, 1888, p. 14.

4 ADIV – G72, ordonnance de visite de Mgr l’évêque de Saint-Malo pour le chapitre de son Église cathédrale, article XXVII, 23 juin 1729.

5 Idem.

6 ADM – 46G1, Ritus ceremoniarum Ecclesiae Venetensis ordonnés par l’évêque Yves de Pontual, 27 janvier 1451.

7 G. Minois, Un échec de la Réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du xvie au xviiie siècle, thèse dactylographiée, université Rennes 2 Haute-Bretagne, t. III, p. 453.

8 AdR – D3, délibérations du 3 novembre 1786 et du 11 février 1789.

9 P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, EEHESS, 1985, p. 264.

10 Respectivement : G. Minois, op. cit., t. III, p. 452 ; P. Loupes, op. cit., p. 264.

11 AdR – D1, délibérations du 8 juillet et du 12 juillet 1776.

12 AdR – D1, délibération du 18 octobre 1777.

13 ADLA – Q33, état des fondations du chapitre de Saint-Pierre, 14 octobre 1790.

14 ADM – 47G5, délibération du 15 novembre 1720.

15 La liste des cinquante-cinq Te Deum de cette nature célébrés à Rennes entre 1703 et 1749 a pu être dressée grâce à l’analyse des registres de délibérations de la Communauté de Ville. S. Paillat, La religion et la cité. Rennes, 1700-1750, mémoire de maîtrise, université Rennes 2 Haute-Bretagne, 2001, p. 113.

16 ADM – 47G4, délibérations des 18 septembre 1706, 21 janvier 1707 et 27 avril 1711.

17 ADIV – G204, délibération du 18 septembre 1744. Leur projet sera contrarié par le vent et la pluie et repoussé au 23 septembre, ADIV – G204, délibération du 22 septembre 1744.

18 G. Minois, op. cit., t. III, p. 452.

19 ADIV – G202C, délibérations des 23 et 26 mai 1711.

20 ADIV – G203, délibération du 4 novembre 1720.

21 À propos de l’espace sacré, voir : « L’espace et le sacré », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 90, 1983, 260 p., notamment F. Lautman, « Le territoire des reliques », p. 221-232 ; pour une synthèse sur les processions, voir : J. Delumeau, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, Fayard, 1989, chap. III et IV, p. 90-176 ; P. Martin, Les chemins du sacré. Paroisses, processions, pèlerinages en Lorraine du xvie au xixe siècle, Éditions Serpentoises, 1995.

22 ADIV – G260, délibération du 14 juin 1720.

23 ADF – 2G8, cérémonie de la descente du bras de saint Corentin en 1768, écrit rapporté par M. l’abbé de Kerraoül (notice 456) lors chanoine.

24 Fidèle en cela à ses prédécesseurs du Moyen Âge qui, en une cinquantaine de processions, visitaient tout à tour les différents sanctuaires de la cité. J.-P. Leguay, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale. 1213-1532, Éd. Ouest-France, 1982, p. 364.

25 ADIV – G260, délibération du 9 septembre 1719.

26 ADIV – G260, délibération du 11 mai 1716.

27 G. Minois, « Le climat, les dîmes et les prix trégorrois à travers le culte de saint Yves (xviie-xviiie siècle) », ABPO, t. XXXVIII, 1981, p. 96.

28 ADIV – G270, extrait des registres de délibérations, délibération du 11 avril 1738. Nouveau règlement pour l’office des rogations et de Noël dans la cathédrale de Saint-Malo.

29 ADM – 46G2, supplique des chanoines de Vannes à l’évêque à propos de la récitation de l’office de la Vierge, 1787.

30 F. Lebrun (publié par), R. Lehoreau, Cérémonial de l’Église d’Angers (1692-1721), Klincksieck, 1967, p. 41 ; P. Loupes, op. cit., p. 165 ; L.Welter, « Le chapitre cathédral de Clermont. Sa constitution, ses privilèges », RHEF, t. XLI, 1955, p. 11.

31 G. Viard, Chapitre et Réforme catholique au xviie siècle : le chapitre cathédral de Langres de 1615 à 1695, thèse dactylographiée, université de Nancy, 1974, t. 2, p. 408.

32 R. Machard, « Les musiciens de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse (1682-1790) », Annales du Midi, 1972, p. 297.

33 ADIV – 1Q195, déclaration de revenus des chanoines de Dol, 1790 et ADLA – Q33, déclaration de revenus du chapitre, 1790.

34 Selon les lieux, selon les époques, les enfants de chœur sont confiés indifféremment aux soins de l’un ou de l’autre. Parfois, la même personne remplit les deux fonctions. ADIV – G366, traité entre le chapitre de Dol et Clément Mielle, maître de musique, 31 juillet 1783. Ce dernier est à la fois maître de musique et maître de psallette. Le contrat passé avec le sieur Le May à Rennes en 1778 emploie les mêmes termes, AdR – D3, délibération du 31 juillet 1778.

35 ADLA – 36 J1, remarques proposées aux chapitres généraux, sans date (début du siècle).

36 ADCA – G277, délibération du 11 juin 1745.

37 ADM – 47G6, délibération du 31 janvier 1749.

38 ADCA – G277, délibération du 23 mai 1745.

39 ADM – 47G6, délibération du 26 juin 1744.

40 Comme à Rennes, où le chapitre délègue le chanoine Le Bois (notice 428) « pour avoir la vue sur tout ce qui se passe à la psallette », ADIV – G202 C, délibération du 18 janvier 1709 ; ou à Vannes, où Boutouillic (notice 66) doit aller à la psallette pour s’enquérir de l’entretien et « soin de propreté » des enfants, de leur nourriture, de leur éducation et de l’enseignement qu’ils reçoivent, ADM – 47G6, délibération du 10 juillet 1744.

41 ADCA – G275, délibération du 2 octobre 1719.

42 G. Minois, op. cit., p. 456.

43 M.-C. Mussat, op. cit., p. 39. Ces renvois sont indépendants de la mue puisque, conformément aux statuts, les enfants « sont gardés pendant que la voix enfantine persiste » (AdR – AIV, Antiqua statuta capituli Rhedonensis ecclesia cathedralis Sancti Petri, rédigés en 1415, recopiés au xviie siècle, f° 38 v°).

44 Respectivement : ADF – 18L98, pétition des musiciens de la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon aux administrateurs composant le directoire du district de Morlaix, 28 novembre 1790 ; ADIV – G204, délibération du 22 mars 1745.

45 ADF – 1Q2 473, extrait du procès-verbal des commissaires du district de Brest chargés de l’exécution des ordres du conseil de l’administration du département du Finistère, 3 décembre 1790.

46 P. Loupes, op. cit., p. 167 ; J. Queniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Klincksieck, 1978, p. 467 ; S. Granger, Les métiers de la musique en pays manceau et fléchois du xviie au xixe siècle (1661-1850), thèse, université du Maine, 1996, 2 vol.

47 ADM – 47G7, délibération du 18 avril 1788.

48 ADIV – 1Q207, déclaration de revenus du chapitre de Rennes, 1790 et ADM – L865, déclaration de revenus du chapitre de Vannes, 1790.

49 Respectivement : R.Machard, op. cit., p. 304 ; P. LOUPES, op. cit., p. 167 ; F. Ducreux, Recherches sur l’histoire du chapitre de Tulle aux xviie et xviiie siècles, thèse de 3e cycle, université de Poitiers, 1983, p. 37.

50 ADM – 47G6, délibération du 13 juin 1749.

51 ADIV – G366, traité entre le chapitre de Dol et Clément Mielle, maître de musique, 31 juillet 1783.

52 Sur ces personnages, voir : G. Bourligueux, « Autour de Daniel Daniélis », BSPM, 1969-1970, p. 135-136 ; G. Bourligueux, « Un maître de chapelle de Vannes au xviiie siècle : Charles-Joseph Le Sueur », BSPM, 1968-1969, p. 21-29 ; G. Bourligueux, « Claude Hermant de Saint-Benoît (1723-1802). Dernier maître de chapelle à la cathédrale de Vannes sous l’Ancien Régime », BSPM, 1967-1968, p. 71-80.

53 M.-C. Mussat, op. cit., p. 47.

54 ADCA – G277, délibération du 14 septembre 1742.

55 « Trois mois ou quatre-vingt-dix jours » à Rennes, par exemple. AdR – D3, délibération du 22 mars 1787.

56 ADM – 47G5, délibération du 6 mai 1718.

57 ADIV – G366, traité entre le chapitre de Dol et Clément Mielle, maître de musique, 31 juillet 1783. À Tréguier, on précise que le maître de musique « composera la musique nécessaire », ADCA – G272, délibération du 12 mars 1708.

58 G. Minois mentionne de mystérieux manuscrits de quelques messes concertantes composées par les chantres et les maîtres de musique de Tréguier entre 1700 et 1740… (G.Minois, op. cit., p. 457). Par ailleurs, quelques fragments d’un Pleni sunt du 29 juillet 1763, provenant de la cathédrale de Dol, sont signés par le maître de musique Clément Mielle (M.-C. Mussat, op. cit., p. 49).

59 Une partie de l’œuvre de Daniel Daniélis nous est parvenue en partie grâce à des copies du xviiie siècle. En effet, le 1er janvier 1710, le sous-chantre de la cathédrale de Vannes achève de recopier un recueil de motets qui se trouve aujourd’hui à la Bibliothèque nationale. L’année suivante, l’économe de la psallette reçoit une gratification car il copie des motets de Daniélis. Y. Bourligueux, « Autour de Daniel Daniélis », art. cit., p. 135-136 ; ADM – 47G4, délibération du 18 septembre 1711.

60 Il s’agit de « 18 messes en musique, 50 motets, 42 Jérémiades ou leçons de ténèbres, 7 Te Deum, 11 odes, Noël, Réponses, versets et autre Stabat, 28 motets de procession, 4 motets de majeurs, 22 hymnes, 35 Magnificat et Exaudiat, 14 antiennes à la Vierge » (ADF – 1Q2473, extrait du procès-verbal des commissaires du district de Brest chargés de l’exécution des ordres du conseil de l’administration du département du Finistère, 3 décembre 1790).

61 ADIV – G204, délibérations du 22 septembre 1747 et A. Dio. R. – D1, délibération du 28 septembre 1772.

62 L’expression est de P. Loupes, op. cit., p. 163.

63 ADIV – G266, délibération du 27 novembre 1771 et M.-C. Mussat, op. cit., p. 50.

64 Ce stage est évoqué lors de la réception de Baucher comme basse-contre. ADM – 47G7, délibération du 9 mai 1777.

65 Par exemple : ADF – 100 J 182, cérémonies qui s’observent aux différentes fêtes de l’année dans l’église cathédrale de Quimper, 1710, 37 p. ; ADM – 46G1, statuts, rituels des cérémonies, statut relatif au titre de dignitaire ou chanoine honoraire.

66 ADM – 47G4, délibération du 7 juillet 1713 et 47G7, délibération du 23 février 1787.

67 ADIV – G266, délibération du 24 novembre 1772.

68 ADCA – G274, délibération du 3 janvier 1716.

69 ADCA – G273, délibérations du 24 octobre 1707, du 7 juin et du 9 juillet 1708 ; ADM – 47G4, délibérations des 15 et 17 mai 1706.

70 ADLA – 36 J 1, remarques proposées aux chapitres généraux, sans date.

71 ADM – 47G4, délibération du 13 mai 1712.

72 ADIV – G266, délibération du 17 juillet 1772.

73 Comme à Rennes, ADIV – G202C, délibération du 4 février 1707.

74 ADIV – G265, délibération du 8 août 1760.

75 ADLA – 36 J1, remarques proposées aux chapitres généraux, sans date.

76 ADCA – G272, délibération du 16 juin 1710.

77 ADCA – G278, délibération du 26 octobre 1750.

78 ADM – 47G4, délibération du 16 mars 1714.

79 ADCA – G274, délibération du 4 février 1715 et G278, délibération du 30 décembre 1748.

80 ADIV – G165, règlement et réduction des anciennes et nouvelles fondations, obits et prestimonies…, 10 juin 1721.

81 Par exemple : à Vannes, ADM – 47G4, délibération du 28 avril 1702, 47G7, délibération du 23 janvier 1789 ; à Tréguier, ADCA – G273, délibération du 9 septembre 1712 ; à Nantes, ADLA – 36 J1, remarques proposées aux chapitres généraux, sans date.

82 ADIV – G265, délibération du 14 avril 1761.

83 ADIV – G266, délibération du 9 décembre 1773.

84 ADIV – G260, délibération du 9 avril 1717. En février, déjà, ils s’étaient vus recommander de chanter l’office divin « plus gravement et posément » et de garder « les pauses et médiations dans les versets » (G260, délibération du 5 février 1717).

85 ADIV – G265, délibération du 8 août 1760.

86 ADIV – G266, délibération du 24 novembre 1772.

87 ADM – 47G4, délibération du 15 mai 1706 et notice 583.

88 ADM – 47G4, délibération du 9 décembre 1707.

89 ADIV – G265, délibération du 8 août 1760 et ADIV – G72, ordonnance de visite de Mgr l’évêque de Saint-Malo pour le chapitre de son Église cathédrale, article XXVII, 23 juin 1729.

90 ADIV – G260, délibérations des 15, 19, 22, 29 mai 1713 et 9 décembre 1713 et notice 270.

91 ADCA – G273, délibérations des 18 janvier 1709, 20 juillet et 25 novembre 1711, 8 juillet 1712, 28 avril 1713, 8 juin 1714, 18 et 25 novembre 1715, 10 septembre 1717, 4 février, 10 et 21 octobre 1718. Il est par ailleurs accusé, ainsi que deux autres vicaires du chœur, de fumer dans les lieux publics. Il finit par être renvoyé en octobre 1718.

92 ADM – 47G4, délibérations du 29 janvier 1706.

93 ADM – 47G6, délibérations du 9 août 1748 et du 29 décembre 1749.

94 ADCA – G273, délibérations du 15 juin 1708 et du 5 mai 1713 et notice 448.

95 ADIV – G202 C, délibération du 17 août 1709 et notice 747.

96 ADM – 47G4, délibérations des 8 et 24 avril, des 12, 19 et 20 août 1701.

97 ADM – 47G4, délibération du 16 octobre 1713.

98 Certaines sources laissent penser que des chanoines dolois du xviie siècle recevaient des femmes chez eux. Dans une procédure enregistrée par l’Officialité on dit en effet d’une femme qu’elle était « putain publique et ne pouvant plus exercer son premier métier, elle s’est érigée en maquerelle, et qu’elle a servi et sert les chanoines de Dol de lingerie et autre chose que la pudeur de son caractère ne lui permet pas de nommer » (ADIV – G607, Officialité métropolitaine de Tours, établie à Rennes pour les appellations ecclésiastiques des neuf évêchés de la province de Bretagne, Jean Avril, recteur de Notre-Dame de Dol, contre le recteur d’Épiniac, promoteur de l’officialité de Dol, appel de la sentence du 13 octobre 1689). Nous remercions Bruno Restif pour ce renseignement.

99 G. Minois, op. cit., t. III, p. 459 p. 461 et p. 462.

100 Comme le déplorent les chanoines de Quimper en 1702 qui décrivent « les ratures qui s’y sont trouvées sur le livre de marque de mille sept cent un » (ADF – 6G25, délibération du 3 avril 1702) ; de Tréguier, qui veulent remédier en 1717 « au désordre qui se trouve dans le cahier de pointe depuis qu’il est entre les mains des enfants de chœur » (ADCA – G274, délibération du 18 octobre 1717) ; ou de Vannes, qui retirent en 1718 « la pointe à l’enfant de chœur à cause du grand barbouillage et le peu d’arrangement qui se trouvait sur le livre de pointe » (ADM – 47G5, délibération du 7 janvier 1718).

101 Déplorés à Saint-Pol-de-Léon (ADF – 6G18, extrait des registres de délibérations, 1er mars 1687) ou à Quimper (ADF – 6G25, délibération du 3 avril 1702).

102 ADIV – G204, délibération du 14 août 1747 et notice 14.

103 On le constate quand le Rennais René de Kermeno (notice 355) déclare en chapitre que désirant commencer à « faire ses visites de jour à autre », « il prie Messieurs de vouloir bien le censer présent pendant le cours d’icelles » ; ADIV – G260, délibération du 14 juin 1720. En 1723, Jean-Baptiste de Kermellec (notice 353) rappelle au chapitre de Quimper qu’il ne peut être question de le considérer absent pendant ses visites (ADF – 6G26, délibération du 23 avril 1723).

104 À Saint-Malo, ADIV – G72, ordonnance de visite de Monseigneur l’évêque de Saint-Malo pour le chapitre de son église cathédrale, article II, 23 juin 1729 ; ou Tréguier, ADCA – G289, mémoire sur la manière d’exécuter la pique, 1713.

105 À Dol, A. Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Fougeray-Haton, 1880, p. 468 ; Rennes, AdR – AIV, Antiqua statuta capituli Rhedonensis ecclesia cathedralis Sancti Petri, f° 13 r ; ou Vannes, ADM – 46G3, Statuta capituli venetensis, article 5.

106 ADIV – G204 1, délibération du 29 mars 1743 ; notices 252 et 730.

107 ADIV – G270, papiers, notamment extraits de délibérations, relatifs à la pointe, 1759-1761 ; G72, requête des dignitaires à l’évêque au sujet de la pointe et ordonnance de l’évêque, 1760.

108 ADCA – G286, livre de pointe du chapitre de Tréguier, année capitulaire 1773-1774.

109 ADM – 47G5, délibération du 13 mai 1718 et notice 67.

110 ADLA – 36 J1, remarques proposées aux chapitres généraux le 25 février et le 26, sans date.

111 ADF – 6G18, lettre de Monseigneur de La Marche au chapitre de Saint-Pol-de-Léon au sujet des fautes qui se commettent dans la célébration de l’office canonial, 5 octobre 1775.

112 À Béziers, la moitié des chanoines assistent régulièrement à la presque totalité des offices et deux tiers sont présents à la moitié des offices. J. Fontaine, Un chapitre cathédral en pays de Languedoc : Saint-Nazaire de Béziers, 1671-1790, TER, université Montpellier III, 1976, p. 51. 70 % des chanoines de la collégiale d’Aubeterre assistent aux offices au cours de l’année capitulaire 1710-1711. P. Loupes, op. cit., p. 283.

113 G.Minois, « Les chanoines de Tréguier aux xviie et xviiie siècles », MSECN, t. CX, 1981, p. 100. On ne peut dire, à la lumière des registres de pointes, qu’il n’y a aucune amélioration en matière d’assiduité au cours du xviiie siècle.

List of illustrations

Title Tableau 31. – Les processions pour raisons climatiques à Rennes, Tréguier et Vannes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17430/img-1.png
File image/png, 12k
Title Tableau 32. – La part de la discipline du chœur dans les délibérations relatives au personnel capitulaire.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17430/img-2.png
File image/png, 2,6k
Title Tableau 33. – La présence au chœur à Rennes et à Tréguier.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17430/img-3.png
File image/png, 3,4k
Title Tableau 34. – L’assistance aux offices en 1736-1737 à Rennes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17430/img-4.png
File image/png, 2,8k
Title Graphiques 6 et 7. – L’assiduité aux offices à Rennes (nombre moyen de chanoines présents).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17430/img-5.png
File image/png, 17k
Title Graphiques 8 et 9. – L’assiduité aux offices à Tréguier (nombre moyen de chanoines présents).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17430/img-6.png
File image/png, 15k
Title Tableau 35. – Les chanoines très assidus à Rennes en 1736-1737.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17430/img-7.png
File image/png, 4,7k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search