Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Deuxième partie. Le cours de la vie

Chapitre IV. La gestion des affaires de la cathédrale

Texte intégral

  • 1 Le concile de Trente stipule que les évêques doivent agir avec le conseil de leur chapitre mais, a (...)

1Le chapitre, ou réunion de l’ensemble des chanoines, est un observatoire privilégié pour examiner l’activité gestionnaire des compagnies. En effet, conformément aux statuts de leur compagnie, les chanoines se réunissent régulièrement afin de prendre les décisions de tous ordres censées assurer le bon fonctionnement de l’institution. Il s’agit d’un héritage de l’une de leurs anciennes attributions tombée en désuétude : le devoir de conseil de l’évêque1. Au-delà, ils doivent accomplir un certain nombre de tâches ponctuelles allant de la députation auprès d’un personnage officiel à la comptabilité de la mense capitulaire.

Le devoir de conseil : les chapitres

  • 2 Quel que soit le lieu, les chapitres généraux se tiennent à l’occasion ou à proximité des fêtes de (...)
  • 3 ADIV – G266, chapitre de Saint-Malo, délibération du 23 novembre 1770.
  • 4 ADIV – G266, délibération du 23 novembre 1770.

2Ces réunions peuvent être classées en trois catégories. Les chapitres ordinaires, à la périodicité variable selon les lieux, traitent des affaires courantes. Les chanoines rennais, trégorrois et vannetais se réunissent ainsi tous les lundis et tous les vendredis ; les Malouins, tous les lundis et mercredis ; les Briochins, tous les vendredis ; les Léonards, tous les jeudis. Le nombre de réunions traduit l’intensité de l’activité législative d’un chapitre et peut constituer un critère pour distinguer les grands chapitres des autres. Ponctuellement, les chanoines se retrouvent pour faire face à un problème imprévu dans le cadre d’un chapitre extraordinaire. En règle générale, il s’agit d’annoncer un décès, de recevoir un nouveau prébendé, d’organiser un office exceptionnel ou l’accueil d’une personnalité. Enfin, plusieurs fois dans l’année, les chanoines doivent assister aux chapitres généraux : quatre fois à Dol, Rennes et Vannes, trois fois à Tréguier, deux fois à Saint-Pol-de-Léon2. La durée de ces chapitres généraux est variable : une journée le plus souvent à Vannes, souvent une semaine à Rennes. Partout, c’est l’occasion de rappeler les statuts, les devoirs tant spirituels que temporels du bas et du haut-chœur, mais aussi de régler des problèmes majeurs en suspens. En effet, « on les regarde comme le temps, et le lieu où tous les chanoines s’occupent particulièrement de ce qui intéresse le culte de Dieu, leur propre avancement spirituel, et celui de tous les suppôts de leur église, la discipline ecclésiastique et l’administration des biens temporels3 ». Un chanoine malouin évoque en 1770 la manière dont devraient se dérouler ces temps forts de l’année capitulaire : le lundi devrait être consacré à l’expédition des affaires courantes et à rappeler les devoirs « tant au chœur qu’au chapitre » ; le mardi, au rappel des statuts ; le mercredi, à l’examen du bas-chœur et aux améliorations à apporter dans le déroulement des offices ; le jeudi, à la transmission de consignes aux membres de l’administration capitulaire ; le vendredi, à la présentation des archives, des affaires en cours, au rappel des commissions attribuées à tel ou tel4

Le cadre

  • 5 AdR – AIV, Antiqua statuta capituli Rhedonensis ecclesia cathedralis Sancti Petri, rédigés en 1415 (...)
  • 6 Ainsi, le 26 octobre 1708, à Rennes, le choix d’un sous-chantre doit être repoussé au chapitre sui (...)
  • 7 ADIV – G202C, délibération du 17 octobre 1707.
  • 8 AdR – D3, délibérations des 7 et 8 mai 1788.

3Le son de la cloche – « fait par trois fois à la manière accoutumée » – indique aux chanoines l’heure de tous les chapitres, qu’ils soient ordinaires, extraordinaires ou généraux. À Rennes, ils se réunissent « immédiatement après le coup de prime », c’est-à-dire à huit heures du matin, sauf pendant l’Avent et le Carême où le chapitre se tient après neuf heures5. Parfois – signe d’une assiduité défaillante6 ? – lors d’une réunion, on décide « que messieurs qui sont en ville seront avertis de se trouver7 » au chapitre ordinaire suivant ou au chapitre extraordinaire que l’on vient de convoquer. Cette procédure peut se révéler très efficace. Ainsi, à Rennes, les dix chanoines présents le 7 mai 1788 décident de convoquer un chapitre extraordinaire pour le lendemain et demandent au secrétaire du chapitre de prévenir les absents. Le 8 mai, dix-sept dignitaires et chanoines se réunissent dans la salle capitulaire8.

  • 9 ADM – 47G5, délibération du 10 juillet 1716.
  • 10 C’est en 1754 que l’évêque de Rennes, Louis-Guy Guérapin de Vauréal, interdit l’utilisation de la (...)
  • 11 ADIV – D2, délibération du 7 novembre 1777.

4Comme le rappellent les chanoines de Vannes en 1716, les choix de la compagnie « se doivent décider dans le lieu capitulaire et non ailleurs9 ». Partout, cette salle est un espace dont l’organisation reflète la hiérarchie qui structure le chapitre. À Rennes, avant que le culte ne soit transféré vers la chapelle de l’hôpital Saint-Yves10, le chapitre tient ses assemblées au-dessus de la sacristie : le président et les dignitaires s’assoient en face de l’entrée pendant que les autres chanoines, en fonction de leur ancienneté, prennent place à leur suite puis sur les bancs situés le long du mur de droite et sur « le banc en retour » vers l’entrée. Les semi-prébendés s’installent quant à eux le long du mur à gauche de l’entrée. Le côté gauche de la salle est réservé au secrétaire et aux personnes invitées à s’expliquer en chapitre, qui se retrouvent ainsi face à la compagnie assemblée11.

  • 12 ADIV – D2, délibération du 7 novembre 1777.
  • 13 ADIV – G265, délibération du 12 mars 1757 et G266, délibération du 23 novembre 1773.
  • 14 Comme nous l’apprend une délibération trégorroise. ADCA – G278, délibération du 9 novembre 1750.

5En théorie, rien de ce qui se dit en chapitre ne doit transpirer à l’extérieur. C’est le lieu du secret, consigné dans les registres de délibérations… que seuls les initiés doivent connaître : à Rennes, ces registres sont pieusement conservés dans une armoire « dans le coin auprès de la droite du président12 ». Cependant, certains chanoines semblent éprouver bien des difficultés pour se taire : les Malouins sont ainsi rappelés à leurs devoirs à deux reprises au moins en 1757 et 177313. « Le lieu capitulaire » est d’autre part la pièce dans laquelle doivent impérativement être décachetées les lettres adressées au chapitre : rien ne doit en effet parvenir aux oreilles des étrangers et la correspondance doit être dûment enregistrée en chapitre14.

Le déroulement

  • 15 C’est le cas à Saint-Pol-de-Léon, ADF – 100 J1 138 ; à Vannes, J. Le Mene, Évêché, chapitre, sémin (...)
  • 16 Il s’agit ici du trésorier.
  • 17 Un chapitre général est par ailleurs l’occasion de relire toutes les délibérations enregistrées de (...)
  • 18 Comme le rappelle l’évêque de Saint-Malo en 1729. ADIV – ordonnance de visite de Monseigneur l’évê (...)
  • 19 ADLA – 36 J 1, consultation en Sorbonne, 5 août 1697.
  • 20 ADIV – ordonnance de visite de Monseigneur l’évêque de Saint-Malo pour le chapitre de son église c (...)
  • 21 ADIV – G206, délibération du 11 février 1732 et notice 516.
  • 22 ADF – 6G21, arrangement entre l’évêque de Saint-Pol-de-Léon et les chanoines, 18 mars 1703.
  • 23 Ainsi, à Saint-Malo le 23 avril 1770 ; ou à Rennes le 3 juillet 1786. Respectivement : ADIV – G266 (...)

6Les chanoines se réunissent le plus souvent sous la présidence de leur doyen, c’est-à-dire du plus ancien chanoine prébendé de la compagnie15. Parfois, comme à Rennes, ce rôle entre dans les prérogatives du premier dignitaire16. Les délibérations du chapitre précédent relues17, les noms des présents relevés par le secrétaire, on peut évoquer l’ordre du jour. Conformément aux statuts, le prébendé doit assister aux chapitres jusqu’à leur terme18 et est tenu de donner son avis « selon sa conscience et toujours pour le plus grand bien du chapitre toutes choses bien considérées selon les lois de la prudence et de la justice19 ». Chacun intervient en effet « à son tour et rang, librement, sans être interrompu, sans dispute, sans querelle, avec toute l’honnêteté réciproque, et sans se dire des paroles piquantes, ni injures les uns aux autres20 ». Tous les présents ne peuvent cependant participer aux débats. En effet, pour avoir voix délibérative, il faut être « dans les saints ordres », comme le rappelle le chapitre de Rennes au clerc tonsuré Élisabeth-Théodose Le Tonnelier de Breteuil lors de sa prise de possession en 173221. Par ailleurs, un dignitaire, à condition qu’il soit autorisé à assister aux délibérations, ne peut donner son avis que s’il est chanoine prébendé. À l’heure de la décision, on enregistre les votes et, partout, les décisions sont prises à la majorité des présents. La procédure peut s’adapter ponctuellement pour ménager quelques susceptibilités. Ainsi, à Saint-Pol-de-Léon, lorsqu’il est présent, l’évêque a « le pouvoir et la faculté de colliger les voix des autres chanoines » alors que le plus ancien des chanoines a « la voix prépondérative en cas d’égalité de voix des capitulants » et signe les actes portés sur les registres de délibérations22. En règle générale, cette dernière prérogative revient au président du chapitre : il doit apposer sa signature sur le registre dans les vingt-quatre heures. C’est en effet à ce prix que les décisions prennent effet. Les chanoines sont par conséquent très attentifs et désignent rapidement un suppléant par délibération en cas d’empêchement du président23.

  • 24 N. Elias, La civilisation des moeurs, Calmann-Lévy, rééd. 1973 ; N. Elias, La dynamique de l’Occid (...)
  • 25 ADIV – G265, Saint-Malo, délibération du 28 mai 1770.

7Tous ces règlements destinés à policer les relations entre les chanoines au cours de leurs réunions, à prendre des décisions dans un climat feutré, apaisé, empreint de politesse et de respect du confrère et de sa position, semblent participer de l’idéal de civilisation des mœurs à l’œuvre dans les sociétés occidentales depuis plusieurs siècles24. Cependant, il ne faut pas oublier qu’au travers de l’appareil normatif et de registres de délibérations laconiques, c’est le plus souvent une vision édulcorée de la réalité qui nous est proposée. Combien de discussions, de réflexions, de frictions, de clivages, de disputes nés au cours des délibérations sont gommés pour ne laisser apparaître dans le résumé qu’un pâle consensus ? Combien de fois certains remarquent-ils que « le premier suffrage détermine tous les autres25 » ? Il est par conséquent difficile de mesurer les évolutions dans les comportements, dans les relations entre chanoines au cours de la période étudiée. Il est en effet impossible de faire la part entre les travers d’un individu, les manifestations d’une personnalité trop affirmée et une tendance collective. Il est certain, en revanche, que les registres ne mentionnent que très peu de troubles dans les relations entre chanoines pendant les chapitres.

Les conclusions

8Il est possible d’évaluer l’activité délibérative des chapitres au cours du xviiie siècle à partir des registres de délibérations dépouillés. En partie fixé par les statuts, le nombre de réunions varie selon les lieux : une centaine par an à Rennes et Tréguier, moins de cinquante à Vannes. Au cours de ces séances, entre 7 000 et 10 000 décisions sont prises, soit une à deux par séance.

Tableau 28. – Quelques mesures de l’activité législative des chapitres.

Tableau 28. – Quelques mesures de l’activité législative des chapitres.

9Pendant les chapitres une multitude de sujets sont évoqués. Pour la commodité de l’analyse, il est possible de rassembler les délibérations en quelques grands ensembles.

Graphique 1. – La part des différents types de sujets évoqués pendant les chapitres.

Graphique 1. – La part des différents types de sujets évoqués pendant les chapitres.

10Le propos ne vise pas à étudier les types de délibérations en tant que tels – nombre de sujets seront traités lors de développements ultérieurs –, mais plutôt à dégager quelques grandes tendances séculaires.

11Premier constat, la domination des préoccupations temporelles s’impose dans les trois chapitres tests. Les délibérations propres à l’activité purement spirituelle des chapitres, réduite à certaines de ses manifestations comme les processions ou les divers offices, ne représentent en effet que moins de 20 % de l’ensemble.

12La hiérarchie des décisions prises est par ailleurs, au cours du xviiie siècle, très proche d’un chapitre à l’autre. Partout, la gestion des biens de la compagnie est la première des préoccupations. Rentrées régulières des rentes, des dîmes, signatures de contrats, vérifications et enregistrements des comptes des receveurs sont l’objet des soins attentifs des chanoines. Suivent les questions liées aux relations avec d’autres institutions ou avec des personnes extérieures aux compagnies, à l’organisation du culte et au personnel du chapitre. Seules deux grosses anomalies, qui peuvent d’ailleurs s’expliquer très simplement, méritent d’être relevées. L’importance des relations des chanoines rennais avec l’extérieur provient de leurs devoirs à l’égard de Messieurs du Parlement ainsi que de la fréquence des députations auprès du gouverneur de la province ou de l’intendant. L’ampleur des travaux de reconstruction de la cathédrale, de diverses maisons prébendales, d’édifices en location, de construction et d’entretien de salines expliquent quant à eux la place privilégiée de la rubrique « travaux » à Vannes.

13Enfin, l’analyse par période de dépouillement se révèle décevante car la stabilité prévaut et les inflexions brutales sont rares. Le gonflement de la rubrique « gestion » à Rennes ou à Tréguier pendant la période 1711-1720 doit être rapproché de la vague de remboursement d’emprunts suivant l’effondrement du système de Law à la fin de cette période ; celui de la rubrique « travaux » à Vannes dans la décennie 1771-1780, de la décision prise par le chapitre en septembre 1770 de reconstruire entièrement le chœur de la cathédrale ; celui de la rubrique « personnel » à Rennes entre 1771 et 1780, dans une large mesure, d’une querelle entre les chanoines et les semi-prébendés.

La participation des chanoines

  • 26 ADCA – G274, délibération du 2 janvier 1713. À Rennes, quand un chanoine n’est pas diacre, il ne p (...)
  • 27 Voir par exemple : ADCA – G274, délibération du 4 juillet 1718.
  • 28 ADIV – G260, délibérations du 6 novembre et du 1er décembre 1713 et notice 194.
  • 29 ADCA – G278, délibération du 16 octobre 1750 ainsi que toutes les délibérations d’octobre à décemb (...)

14Les noms des chanoines présents figurent en tête des comptes rendus de séances consignés dans les registres de délibérations. Cependant, malgré les apparences, il n’est pas simple d’évaluer l’assiduité des prébendés et d’interpréter les données obtenues. Bien des absences sont en effet tout à fait légitimes et ne peuvent être mises sur le compte de la négligence. Certains prébendés n’ont ainsi pas le droit d’assister aux chapitres : les chanoines de Tréguier rappellent ainsi en 1713 « qu’il est contre l’usage de tous les chapitres du Royaume que les non initiés dans les ordres sacrés entrent en chapitre, excepté aux chapitres généraux et lorsqu’il s’agit de correction26 ». À Tréguier, toujours, les archidiacres ne peuvent entrer dans la salle capitulaire que s’ils y sont invités27. D’autres – en mettant de côté les défections pour indispositions passagères – bénéficient d’autorisations d’absence délivrées par le chapitre lui-même. Ainsi, en 1713, le Rennais Jacques du Mans est-il dispensé d’assistance aux chapitres pendant qu’il remplit les obligations de son office de conseiller clerc au Parlement de Paris28. De même, à Tréguier, Joseph-Paul de Kerguénech de Kericuff, désigné pour représenter le chapitre à la session des États de Bretagne d’octobre 1750, s’absente-t-il légitimement des réunions capitulaires du 26 octobre au 18 décembre29. Chaque prébendé dispose par ailleurs du droit de s’absenter un certain nombre de jours dans l’année, sous réserve de respecter certaines conditions.

15L’analyse globale des différents sondages permet de conclure à une relative stabilité des présences puisque, quel que soit le chapitre, les moyennes varient très peu au cours du xviiie siècle.

Tableau 29. – L’assiduité aux chapitres (nombre moyen de chanoines présents).

Tableau 29. – L’assiduité aux chapitres (nombre moyen de chanoines présents).

16À Rennes, les sept à neuf présents représentent 45 à 55 % de l’effectif ; à Tréguier, les six à huit présents, la moitié ou les deux tiers ; à Vannes, les cinq à huit présents, un tiers à un peu plus de la moitié. Chacune des périodes étudiées révèle cependant de violentes variations annuelles et il faut attendre les années 1771-1780 pour assister, à Rennes comme à Vannes, à une stabilisation du nombre des présents.

  • 30 P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Éd. de l’EHESS, 1985, p. (...)
  • 31 Il ne s’agit pas ici de développer les répercussions de la pénétration du jansénisme dans le diocè (...)
  • 32 Le premier est évêque de Vannes de 1717 à 1720 ; le second, de 1720 à 1742. J. Le Mene, Histoire d (...)

17Il est très difficile d’expliquer ces différences chronologiques, mais aussi géographiques, que l’on retrouve ailleurs30. À Vannes, on rapprochera par exemple les oscillations de l’assiduité aux chapitres des retombées de la querelle janséniste31. Le diocèse est en effet fortement marqué de l’empreinte janséniste dans le premier tiers du xviiie siècle sous les épiscopats de Jean de Caumartin et d’Antoine Fagon32. À partir de 1736-1737, apparaissent cependant les premiers signes d’une réaction anti-janséniste qui s’intensifie au lendemain de la mort de Fagon. Le chapitre, atteint par la controverse, se divise en deux tendances qui s’affrontent vigoureusement entre février et septembre 1742. L’âpreté de l’affrontement se traduit alors par une assiduité accrue. En effet, cette année-là, la moyenne des présences aux délibérations atteint neuf chanoines, soit 60 % de l’effectif, et même plus de 70 % au cours du premier trimestre. C’est par ailleurs au cours de la décennie 1741-1750, période de reprise en main du diocèse par le courant orthodoxe, que l’assiduité est la plus forte.

Graphiques 2, 3 et 4. – Les évolutions annuelles (nombre moyen de chanoines présents).

Graphiques 2, 3 et 4. – Les évolutions annuelles (nombre moyen de chanoines présents).

18À l’échelle de l’année, les variations semblent plus ordonnées et les rythmes des différents chapitres s’harmonisent même si chacun conserve sa spécificité.

Graphique 5. – Les variations saisonnières de l’assiduité aux chapitres (nombre moyen de chanoines présents par mois).

Graphique 5. – Les variations saisonnières de l’assiduité aux chapitres (nombre moyen de chanoines présents par mois).

19Ainsi, au cours de la période 1741-1750, les fléchissements correspondent aux périodes printanière et estivale, au cours desquelles les chanoines font valoir leur droit de vacances, et à l’hiver pendant lequel certains limitent peut-être les sorties. Par ailleurs, si les chapitres généraux sont traditionnellement bien fréquentés, les séances qui les suivent attirent souvent moins et contribuent à faire chuter la moyenne des présents, particulièrement à Vannes en octobre ou à Rennes d’une manière générale. Enfin, à Rennes comme à Tréguier, l’attribution des députations annuelles, respectivement en décembre et janvier, ne suscite pas un engouement particulier… à moins qu’il ne faille considérer l’absence comme une stratégie pour y échapper.

  • 33 Tout au plus peut-on noter quelques similitudes avec la collégiale Saint-Seurin de Bordeaux où les (...)

20Par conséquent, derrière ces données politico-religieuses ou administratives apparaît ce que l’on pourrait appeler le facteur proprement humain, c’est-à-dire les comportements individuels qui concourent également à donner cet aspect irrégulier à la fréquentation des chapitres. Mais il s’avère impossible de dégager des règles valables à l’échelle de la Bretagne à partir de quelques critères généraux tant l’assiduité semble dépendre de spécificités locales et très certainement aussi de la nature des décisions à prendre. Ainsi, en 1750, année témoin, ni l’âge, ni l’ancienneté, ni l’origine géographique ne semblent peser de façon déterminante sur l’assiduité : à chaque chapitre sa vérité33.

  • 34 Ibid., p. 283.

21Les chapitres fonctionnent donc, si l’on fait abstraction des absences légitimes toujours difficiles à mesurer, grâce à la moitié de leurs membres. Cette évaluation rapproche nos trois chapitres bretons de celui de la cathédrale de Bordeaux où la participation aux chapitres varie selon les époques entre 49 et 62 %34. L’engagement des chanoines dans la gestion de leur compagnie est donc indéniable, d’autant plus qu’un sondage effectué en 1750 montre que plus de la moitié des prébendés trégorrois assistent à plus des deux tiers des chapitres, qu’à Rennes, ce chiffre approche 60 % et qu’à Vannes il atteint près de 70 %.

Tableau 30. – Nombre de chanoines présents en chapitre en 1750.

Tableau 30. – Nombre de chanoines présents en chapitre en 1750.
  • 35 Notices 252, 51, 603, 495 et 668.
  • 36 Notices 461, 462 et 352.
  • 37 Notices 53 et 554.

22En revanche, il semble tout aussi évident que, dans chaque chapitre, la gestion repose sur un petit noyau d’individus particulièrement consciencieux qui participent à plus de 80 % des chapitres. À Rennes, ils sont cinq : Godefroy-Jean Gardin de La Bourdonnaye, Germain-Anne Bossard de La Rossignolière, Paul Picaud de La Pommeraye et surtout Jean Le Moyne de La Borderie et François-Ange de Rommilley35, présents à plus de neuf chapitres sur dix. À Tréguier, ils sont trois : les deux frères Le Gendre et Pierre-Mathieu de Kermel36, présents à presque toutes les réunions. À Vannes, enfin, ils sont deux : Claude-Augustin Bossard du Clos et Jean Mauduit du Plessis37. Ceci traduit-il un désengagement de représentants de l’élite locale pour la gestion prosaïque et contraignante de la compagnie, la détention de la prébende se suffisant à elle-même ? Il est malheureusement impossible de le déterminer. Cette omniprésence d’une minorité de chanoines zélés ne peut par ailleurs totalement occulter une question grave pour l’avenir des compagnies, qu’une autre des obligations de la prébende va mettre en évidence.

Députations et tâches administratives

  • 38 ADM – 47G7, délibération du 7 mars 1788.
  • 39 ADIV – G265, délibération du 28 mai 1770 et notice 385.
  • 40 ADIV – G265, délibération du 28 mai 1770.

23Derrière ces activités en apparence anodines se dissimule un souci majeur des compagnies : trouver un système satisfaisant afin que chaque chanoine se sente concerné par les soucis quotidiens de son chapitre et tenu de s’investir réellement dans leur gestion. C’est dans cette optique qu’à Vannes en 1788 une délibération charge « ces messieurs de proposer au chapitre un plan d’administration qui puisse mettre tous ses membres au fait de toutes les affaires38 ». À Saint-Malo, Mathurin-Jacques de La Grézillonais estime en 1770 que chaque chanoine devrait exercer l’office de syndic – dont la fonction consiste à présenter les différents thèmes de travail au chapitre puis à appliquer ses décisions – car « par ce moyen, il n’y aurait point de capitulant qui ne fut plus ou moins instruit, et par conséquent plus en état de délibérer sur les affaires39 ». Il s’agit de signes d’une véritable volonté de rationaliser l’administration capitulaire, de la rendre plus efficace. Notre chanoine malouin insiste d’ailleurs sur la nécessité de cette évolution qui dispenserait le chapitre de recourir « à des lumières étrangères et par là de donner quelques fois plus de connaissance de nos affaires qu’il ne convient, et de mettre notre incapacité en évidence40 ». Cependant, mieux que la connaissance, aussi précise soit-elle, des diverses affaires en cours, la participation directe à l’administration du chapitre en veillant à l’exécution des décisions, en tant que commissaire, semble de nature à renforcer le sens du dévouement des prébendés.

Impliquer les chanoines dans la bonne marche de la compagnie

  • 41 Voir par exemple : AdR – AIV, Antiqua statuta capituli Rhedonensis ecclesia cathedralis Sancti Pet (...)
  • 42 ADF – 6G25, délibération du 4 janvier 1706 et notice 346.
  • 43 ADCA – G273, délibération du 23 mai 1712 et notice 448.

24Les statuts rappellent à cet égard qu’un chanoine choisi par le chapitre pour une mission liée aux affaires de la compagnie ne peut la refuser, sauf raisons légitimes41. Ainsi, lorsque Pierre de Kerguelen décline, en 1706, le double poste de gestionnaire de la fabrique et de receveur de la mense de la cathédrale de Quimper, il explique qu’ » il est sexagénaire et incessamment incommode non seulement de la poitrine mais aussi de la vue ne pouvant quasiment lire42 ». Son collègue de Tréguier Jacques Le Dot, nommé procureur du chapitre, dit quant à lui au chapitre qu’il est « fort sujet à la goutte43 ». Cependant, tout au long du siècle, à Tréguier, Rennes ou Vannes, les chanoines semblent, en règle générale, se plier de bonne grâce à leurs obligations.

  • 44 Ainsi, à Rennes, des chanoines contrôlent la gestion de l’hôpital Saint-Yves.

25Les chanoines peuvent être désignés pour deux types de tâches : les missions annuelles ou pluriannuelles et les missions ponctuelles. Certains sont, nous l’avons vu, désignés pour remplir la tâche de syndic. D’autres peuvent se voir confier, comme receveur, la gestion des finances de la compagnie ou, comme chanoine fabrique, celle de la fabrique de la cathédrale, si ce n’est celle des maisons prébendales ou de la psallette. D’autres encore iront siéger aux délibérations de la communauté de ville ou vérifier régulièrement les comptes d’un hôpital44. Des missions très brèves échoient de surcroît régulièrement aux uns ou aux autres. Que l’évêque, le gouverneur de la province ou l’intendant soient annoncés, le chapitre désigne immédiatement deux ou trois de ses membres pour se porter à leur rencontre et leur réciter un compliment. Qu’un Te Deum soit célébré à la demande du monarque dans les cathédrales, il faut aller prévenir messieurs du Parlement ou du Présidial. Que les États de Bretagne soient convoqués, un ou deux députés sont choisis pour la durée de la session.

  • 45 Nous renvoyons ici aux différents registres de délibérations rennais ou trégorrois. Les choix s’ef (...)
  • 46 ADCA – G272, délibération du 8 avril 1709.
  • 47 ADM – 47G4, délibération du 6 février 1702 et 47G5, délibération du 2 juillet 1717.
  • 48 ADIV – G265, délibération du 28 mai 1770 et notice 385.

26On peut penser que certaines de ces missions sont à la portée de n’importe lequel de ces personnages cultivés. C’est d’ailleurs ce que semblent considérer les compagnies lorsque, chaque année, elles attribuent certaines des responsabilités annuelles à tour de rôle à l’ensemble des chanoines45. Un différend, survenu à Tréguier en 1709, permet au chapitre de rappeler que chacun doit gérer la charge de procureur à tour de rôle46. Tous les membres, en vertu d’une certaine conception de l’égalité entre prébendés, sont donc en théorie impliqués dans l’administration des chapitres. Cette pratique n’est cependant pas sans danger. Ainsi, en 1702, le chapitre de Vannes décide de répartir la gestion des dîmes entre tous les chanoines. Chacun se voit confier une tâche : les uns doivent passer les contrats dans une ou plusieurs paroisses, les autres saisir l’avocat en cas de litiges ou transcrire les contrats de fermes sur le livre des titres… On prévoit même qu’en cas d’absence, un chanoine sera immédiatement remplacé par l’un de ses confrères. Hélas, en 1717, contrainte de rétablir l’ordre, la compagnie nomme deux chanoines, un ancien et un nouveau, pour gérer ses affaires47. À Saint-Malo, Mathurin-Jacques de La Grézillonais note que dès que « les affaires demandent quelque capacité », le chapitre doit recourir à des commissaires, c’est-à-dire des chanoines compétents mais peu nombreux, puisque « le zèle joint aux lumières est rare dans un corps où l’on ne se pique pas de les employer à cet usage de nécessité48 ». Il est donc possible de se demander si, progressivement, la volonté d’associer tous les chanoines à l’administration des affaires de leur compagnie ne se heurte pas à une réelle inquiétude née du manque de compétence patent des uns ou des autres face à certaines charges exigeant connaissances spécifiques et rigueur. La solution retenue, typique de l’Ancien Régime, consisterait à maintenir le système du partage des tâches pendant tout le siècle, en le combinant avec des désignations basées sur les qualités spécifiques de certains pour des missions très techniques.

27À ce titre, il semble intéressant d’examiner les modalités de préservation et d’administration d’un des biens les plus précieux des chapitres : leur mémoire. La gestion des archives illustre bien cette difficile alliance de la compétence et de l’égalité des prébendés devant l’administration des affaires du chapitre ; c’est également un terrain privilégié pour analyser les stratégies employées afin d’adapter, tout en ménageant la tradition, les procédures d’administration quotidiennes des affaires d’une compagnie ; elle constitue enfin la fondation sur laquelle peuvent prospérer les activités de la compagnie.

Le cœur de l’administration capitulaire : les archives

28Âpres à défendre leurs biens, soucieux de démontrer l’ancienneté de leur institution, appliqués à justifier leurs droits et leurs privilèges, les chanoines conservent pieusement l’ensemble des papiers, quittances, bulles, lettres, baux, registres… accumulés depuis des lustres et les brandissent en cas de nécessité. Encore faut-il pour cela que les archives soient convenablement conservées. Toutes ces pièces ne sont pas confiées à un archiviste permanent mais plutôt à des vacataires, chanoines ou non, qui accomplissent une tâche ponctuelle sous l’étroite surveillance de Messieurs du chapitre.

  • 49 ADF – 6G25, délibération du 5 janvier 1703.
  • 50 ADF – 6G26, délibérations du 5 septembre 1732, du 17 et du 24 avril 1733.
  • 51 ADIV – G204 1, délibération du 6 octobre 1730.
  • 52 ADIV – G265, délibération du 25 juin 1762.
  • 53 ADCA – G272, délibération du 14 août 1705.
  • 54 Respectivement : ADCA – G272, délibération du 24 février 1708 et G274, délibération du 20 novembre (...)
  • 55 Respectivement : ADM – 47G4, délibérations du 13 novembre 1702, du 8 février 1704 ; 47G6, délibéra (...)

29Il s’agit le plus souvent de mettre en ordre des archives passablement désorganisées. Ainsi, à Quimper, on déplore en 1703 que « les archives étaient en grande confusion, qu’à grande peine pouvait-on trouver les papiers dont on avait besoin49 » ; toutefois, trente ans plus tard, tout est à refaire50. À Rennes, en 1730, il faut procéder à « l’arrangement des papiers51 ». En 1762, le doyen de Saint-Malo découvre l’état des archives et observe « qu’elles formaient un chaos presque irréparable52 ». Le chapitre de Tréguier, en 1705, décide de remédier à « la difficulté qu’on a de trouver aux archives les papiers dont on a besoin pour la conservation des biens et des revenus de cette Église parce que les papiers une fois retirés n’ont plus été mis dans leur place53 ». Régulièrement, il faut recommencer : ainsi en 1708, en 1713, « les archives étant depuis longtemps extrêmement bouleversées et en confusion54 ». À Vannes, il faut classer les archives en 1702, 1704, 1740, 1778, 1779, 1781 – « le désordre où elles sont ne permettant plus de pouvoir en tirer aucun parti » – et 178855.

Les archivistes

  • 56 Notice 155.
  • 57 Notice 181.
  • 58 P.-M. Du Breil de Pontbriand, Histoire généalogique de la famille du Breil de Pontbriand, Le Roy, (...)
  • 59 ADM – 47G6, délibération du 23 septembre 1740.
  • 60 ADM – 47G7, délibérations du 8 août 1788 et du 15 juin 1788.
  • 61 ADCA – G272, délibération du 24 février 1708 ; G274, délibération du 20 novembre 1713.
  • 62 Respectivement : ADF – 6G351, comptes du procureur syndic du collège, 1745-1752 ; ADIV – G264, com (...)
  • 63 ADCA – G86, traité entre Mathurin-Claude Soubens, chanoine théologal (notice 711), au nom du chapi (...)
  • 64 ADLA – Q33, déclaration de revenus du chapitre de Nantes, 1790.
  • 65 E. Joubert, Le chapitre Saint-Géraud d’Aurillac, 1561-1790, p. 154.
  • 66 J. Choux, « Les archives du chapitre de la cathédrale de Toul », Annales de l’Est, 1958, p. 200.
  • 67 ADIV – G204 1, délibération du 6 octobre 1730 et notice 181.
  • 68 ADCA – G86, traité entre Mathias-Claude Soubens, chanoine théologal (notice 711), au nom du chapit (...)
  • 69 ADM – 47G6, délibération du 23 septembre 1740.
  • 70 ADLA – Q33, déclaration des revenus du chapitre de Nantes, 1790.

30Le choix des archivistes n’est pas innocent. En effet, lorsqu’il s’agit de chanoines, on fait confiance à des personnes aguerries à ce genre de tâche laborieuse et minutieuse. Ainsi, Jean Deloubes56 classe-t-il deux fois, à trente ans d’intervalle, les papiers quimpérois. L’artisan du classement des fonds rennais en 1730 n’est autre que Guillaume-Marie du Breil de Pontbriand57, qui vient d’être chargé par les États de Bretagne de classer leurs archives58. Le recours à des personnes extérieures semble lui aussi mûrement réfléchi. Ainsi, en 1740, à Vannes, incapables de classer durablement leurs archives, les chanoines confient le travail au père récollet Charles Mauduit et à son clerc – visiblement experts en la matière – qu’ils font venir de Pont-l’Abbé59. À la veille de la Révolution, ils s’adressent à l’archiviste Dupré, « qui est très intelligent pour remettre en ordre les archives60 ». À Tréguier, les chanoines font très vite appel à des hommes habitués à classer et à manipuler les papiers : d’abord, Le Maître, procureur fiscal de leur juridiction de Plouguiel et Plougrescant, dont ils ont déjà pu apprécier les qualités ; puis, le sieur Jagu, avocat au Parlement61. Des mentions souvent furtives de travaux d’archivistes figurent de plus dans les comptes de différentes compagnies : à Saint-Pol-de-Léon, entre 1745 et 1752 ; à Saint-Malo, en 1777-1778 ; à Dol, en 1781-178262. Les chanoines briochins font, quant à eux, appel en 1772 à Jean-Charles Guimart, notaire royal et apostolique à Saint-Brieuc63, et leurs confrères nantais, en 1776, à l’archiviste Janvier64. Ailleurs, on procède de la même manière. Ainsi, en 1755, le chapitre d’Aurillac fait-il appel au sieur Massabiau, un feudiste65. En 1756 à Toul, on emploie l’archiviste professionnel Pierre-Camille Le Moine, formé par les bénédictins de Marmoutier, pour pallier les insuffisances des chanoines66. Bien souvent, le travail requis est long. Il faut ainsi plus de deux mois à dix heures par jour à Du Breil de Pontbriand pour classer les fonds rennais67, un an à Jean-Charles Guimart pour ceux de Saint-Brieuc68, « trente mois et huit jours » à Mauduit pour ceux de Vannes69 et cinq ans à Janvier pour ceux de Nantes70. Dans ce domaine crucial, les chapitres recherchent incontestablement la compétence. La collégialité de l’administration capitulaire est seulement préservée par la désignation de chanoines pour épauler les professionnels choisis ou pour conclure les contrats. La priorité affichée est donc la qualité, la clarté et la pérennité du classement, non l’association effective à tour de rôle des prébendés dans la gestion des affaires du chapitre. Il s’agit prioritairement d’améliorer l’efficacité de la gestion des archives.

Classer

  • 71 ADF – 6G232, inventaire des titres du Gouvernement de Saint-Pierre, 1704.
  • 72 ADIV – G288bis, inventaire d’archives, xviiie siècle.
  • 73 ADM – 45G4, classement des archives, xviiie siècle.
  • 74 À moins que l’on y voie des mentions d’exemptions ou de privilèges pouvant servir de précédent.
  • 75 ADIV – G176, inventaire, 1700, f° 130 r°.
  • 76 Les dîmes sont classées par paroisse : il y a donc autant de sacs de dîmes que de paroisses. ADIV (...)
  • 77 ADIV – G202B, délibération du 27 août 1703.
  • 78 ADF – 6G1, inventaire général des titres du chapitre de Léon, 1772.

31Que la salle des archives soit spécifiquement conçue ou non, le même problème se pose : celui de la conservation, du classement des documents. Un système universel se dégage alors : les chanoines regroupent leurs papiers en liasses. Les titres du Gouvernement de Saint-Pierre à Saint-Pol-de-Léon se répartissent en huit liasses comprenant entre dix et cinquante-deux titres71. Les titres concernant les différentes rentes dues à la dignité de grand-chantre de Dol en Hirel forment six liasses72. Le rédacteur du classement des archives de Vannes précise que « chaque liasse comprend les titres de Dix articles des livres de l’inventaire73 ». Le classement au sein de ces liasses se révèle pour l’observateur plus ou moins rationnel. Ainsi, si certaines recèlent des documents de même nature, liasses d’aveux, liasses de rôles de décimes ou de procédures par exemple, d’autres se révèlent très hétérogènes, comme cette liasse rennaise74 décrite en 1700 dans laquelle voisinent entre autres des lettres du duc « portant exemption aux gens de l’église de Saint-Pierre de Rennes de logement des gens de guerre du 20e mars 1421 » et des « lettres par lesquelles un chanoine allant à Rome est réputé présent en l’an 140575 ». Bien souvent, ces liasses sont placées dans des sacs. L’inventaire rennais de 1700 ne mentionne pas moins de 67 sacs. Les chanoines distinguent ainsi les documents afférents aux « maisons ou terres sur lesquelles le chapitre possède des fiefs », aux fondations, aux rentes, aux dignités, aux dîmes76… Régulièrement des pièces viennent enrichir le trésor. Ainsi, lorsque Nicolas Corvaisier, recteur de l’Hermitage, reconnaît, le 27 août 1703, la rente de 4 livres 16 sous qu’il doit au chapitre et paye six années de retard au receveur du chapitre, la transaction est immédiatement « mise au sac de l’Hermitage77 ». Ailleurs, des boîtes peuvent remplacer les sacs : l’inventaire des titres du chapitre de Léon en 1772 fait par exemple allusion à plusieurs reprises à des couvercles « sans titres78 ».

Protéger

  • 79 ADF – 6G355, comptes du procureur syndic du collège, 1767-1770.
  • 80 ADM – 45G4, ordre de classement des archives du chapitre, xviiie siècle.
  • 81 ADLA – Q33, déclaration des revenus du chapitre, 1790.
  • 82 J.-H. Geslin de Bourgogne et A. de Barthelemy, Les anciens évêchés de Bretagne. Histoire et monume (...)
  • 83 ADIV – G265, délibération du 21 octobre 1757.
  • 84 P. Loupes, « Richesse des fonds capitulaires… », p. 434.
  • 85 En effet, au début du siècle, les chanoines avaient fait installer dans la salle capitulaire des b (...)

32Ainsi conservée, la mémoire des chapitres doit être protégée dans des armoires ou des coffres fermés à clef. Le chapitre de Saint-Pol-de-Léon acquiert par exemple ses armoires entre 1767 et 177079. À Vannes, neuf armoires abritent les divers papiers du chapitre80, alors qu’à Nantes il n’en faut que quatre81. Les chanoines briochins classent eux aussi leurs documents dans des armoires « portant chacune le nom d’un des biens du fief capitulaire82 », tout comme les Malouins83. On opte parfois pour une solution moins fonctionnelle. Les chanoines de Saint-André de Bordeaux placent ainsi les sacs de procès dans de grands coffres qui servent de banquettes84. Il semble, si l’on en croit l’exemple vannetais, que ce mode de rangement ait été abandonné pour celui, plus commode, de l’armoire qui permet de mettre en œuvre les classements très élaborés des archivistes professionnels85.

33Abriter tous ces précieux témoins du passé est certes une sage mesure, mais inutile si l’on ne respecte pas un certain nombre de règles élémentaires de conservation. De même, à quoi bon classer, ranger si des lecteurs indélicats, par leurs consultations désordonnées, introduisent le désordre ? Les chanoines en sont convaincus. Les règles édictées à Vannes à la fin du xviiie siècle se révèlent très instructives à ce sujet. On rappelle aux chanoines de Saint-Pierre

« […] qu’il ne faut jamais plier un titre dans le même sens que l’écriture. Car si dans la suite des temps, il venait se couper, il vous emportera une ou plusieurs lignes de votre écrit et les plus nécessaires, souvent. Au lieu qu’en le pliant perpendiculairement, s’il venait se couper, il n’emporterait qu’une lettre de chaque mot, qui n’empêcherait pas avec le commencement et la fin du mot qui vous reste, d’entendre très bien ce que le titre veut dire et d’y suppléer. Et cette règle est à être observée partout et en toutes les occasions ».

  • 86 ADM – 45G4, ordre de classement des archives du chapitre, xviiie siècle.

34De surcroît, on précise que pour lier des papiers d’une même affaire ensemble il ne faut jamais utiliser d’épingles – « à la suite du temps, elles se laissent manger à la rouille, la rouille dévore vos titres, et vous perdez tout » – mais plutôt une aiguille et du fil de soie car « cela les conservera mieux et plus longtemps ». De plus, il faut conserver les liasses en ordre « sans passer un titre d’une liasse dans une autre. Sans quoi on ne le trouverait presque plus… ». Pratiques qui devaient être courantes. Au contraire, « il faut ouvrir la liasse, marquer par une carte, ou un morceau de papier la place d’où on le prend, pour l’y remettre après qu’on l’a lu86 ».

Consulter

  • 87 ADIV – G176, inventaire des titres, actes et papiers du chapitre de Saint-Pierre de Rennes.
  • 88 ADLA – G276, G277, G278, G279, répertoire des titres concernant les seigneuries, fiefs et juridict (...)
  • 89 ADM – 45G4, ordre de classement des archives du chapitre.

35Classées, les archives doivent néanmoins demeurer consultables. Il convient donc de dresser des inventaires garants de l’efficacité d’une recherche. L’échantillon disponible montre que ces inventaires, qui se veulent fonctionnels et donnent la clé du classement adopté, peuvent être de deux natures. Ils peuvent répondre à une sollicitation extérieure. À la fin du xviie siècle, les chanoines rennais dressent « l’inventaire de tous les titres, actes et papiers qui sont dans les archives du chapitre de Saint-Pierre de Rennes tant de la juridiction, fief, fondations, rentes de quelles natures qu’ils soient… » en respectant les ordres de la « chambre royale établie à Rennes par le roi pour la confection du nouveau terrier et réformation de son domaine à Rennes87 ». En revanche, c’est spontanément que les chanoines nantais88 et vannetais, afin de rationaliser la gestion de leurs archives et de faciliter la défense de leurs droits, dressent un inventaire à la fin du xviiie siècle : le classement des archives devient alors « un ordre d’arsenal89 ». Les prolégomènes de l’inventaire vannetais méritent d’être cités :

  • 90 ADM – 45G4, ordre de classement des archives du chapitre.

« Je regarde, après Job, la vie des hommes sur la terre comme une guerre, s’il a du bien, on lui suscitera des procès, ses armes dans ce cas sont ses titres, ses papiers, et ce qu’il doit tenir dans un arrangement à lui servir au besoin. Mais il faut observer, que la paix faite, et la guerre finie ; on ne laisse pas, dans un vaisseau, par exemple, les armes, les voiles, les ancres, les cordages, etc. Mais on les reporte chaque espèce dans son magasin particulier. La même chose est à observer ici90. »

36Le classement et l’inventaire succinct qui lui est lié répondent ainsi à un besoin vital : renforcer la capacité de défense en élaborant un outil de recherche documentaire performant.

  • 91 À Nantes, en 1776, des tables figurent à la fin de chacun des quatre volumes constituant l’inventa (...)
  • 92 Respectivement : ADCA – G257, inventaire des archives de Tréguier, xviie siècle ; ADM – 45G1, inve (...)
  • 93 ADLA – G276, 277, 278, 279.

37L’inventaire doit donc être pratique. Dans cette optique, il peut débuter ou se terminer par une « table de tous les articles » comme à Rennes à la fin du xviie siècle ou une « table alphabétique des matières », comme à Vannes à la veille de la Révolution91. Une évolution se dessine cependant à l’échelle du siècle. En effet, les inventaires du xviie ou du début du xviiie siècle comportent rarement des tables comme le montrent par exemple ceux de Tréguier ou de Vannes92. En revanche, à la fin du siècle, cet outil semble devenu indispensable. Il participe d’une volonté d’amélioration de la gestion des fonds capitulaires dans un contexte où les chanoines doivent régulièrement justifier de leurs droits. À Nantes, les tables de la fin des registres de 1776 énumèrent les pièces classées par paroisses et indiquent le numéro de la page où l’on trouvera la référence exacte de la pièce recherchée : armoire, créneau, numéro dans le créneau93. Lorsqu’il consulte un article particulier, le lecteur découvre une description précise des pièces. Ainsi, à Rennes, dans le sac de la procession du Saint-Sacrement, pouvait-on compulser en 1700 un procès-verbal

  • 94 ADIV – G176, f° 178 r°. Sac de la procession du Saint-Esprit.

« […] de la marche à la procession du très Saint-Sacrement par Monseigneur de Rennes et Messieurs du chapitre avec les places que Messieurs du chapitre occupent dans la cathédrale et Églises des Stations le jour du sacre, et celles de Messieurs du Parlement, le dit procès-verbal fait en chapitre le premier juin 163994 »…

  • 95 Idem, f° 142 v°. Sac de Saint-Germain de Rennes.

38pièce très utile en vue de se défendre des empiétements d’autres corps constitués ou personnalités et qui met en évidence toute l’importance que les chapitres comme tous les corps intermédiaires de la société d’Ancien Régime accordent aux questions de préséance. Les mentions des pièces de procédure, quant à elles, et l’on comprend pourquoi, décrivent précisément les décisions. Les chanoines de Saint-Pierre de Rennes, encore eux, conservent un arrêt de la Cour du 15 mars 1675 « qui confirme Messieurs du chapitre dans la possession où ils sont de faire la levée des corps et toutes les cérémonies où ils sont appelés, et d’enlever dans leur Église leurs confrères choristes et suppôts du chœur et serviteurs de l’Église en quelques paroisses qu’ils décèdent95 ». Il en est de même, par exemple, pour les contentieux en matière de levées de dîmes.

  • 96 Le terme « layette » désigne une boîte.
  • 97 ADM – 45G4, ordre de classement des archives du chapitre.
  • 98 ADF – 6G1, inventaire général des titres du chapitre de Saint-Pol-de-Léon, 1772.

39L’inventaire facilite donc la consultation des archives : il permet en théorie de retrouver rapidement une pièce particulière. Nous y percevons en filigrane, deux siècles plus tard, le système de cotation des pièces elles-mêmes indépendamment de la répartition en liasses, sacs et armoires. Le document vannetais de la veille de la Révolution explique que « tous les titres portent quelques lettres de l’Alphabet Majeur A B C D etc… qui en marquent le genre et un chiffre romain I II III etc… qui distingue l’espèce… » et qu’en même temps l’on voit « la place et la layette96 où l’on doit le replacer97 ». Un classement annexe énumère les paroisses dans l’ordre fixé par un procès-verbal du synode de 1613 et indique, pour chacune d’elles, dans un tableau, la cotation sous laquelle se trouveront les documents relatifs aux dîmes, aux annates, aux rentes, aux censaux… Un second classement annexe classe les paroisses par ordre alphabétique et mentionne leur référence chiffrée (1 à 167) dans le précédent. L’inventaire léonard de 1772 comporte dans sa marge une cotation par lettre de A à V sans E, I, O, Q, U mais avec K1er et 2e, L1er et 2e98. Le registre rennais, plus ancien, se révèle beaucoup moins clair puisqu’il ne fait qu’une fois allusion à une cotation de ce type lorsqu’il mentionne un « sac des semi-prébendés, et autres joint aux quatre prieurs, armoire d’en bas à la lettre V-u ».

  • 99 ADIV – G176, f° 174 v°, inventaire des titres, actes et papiers du chapitre de Saint-Pierre de Ren (...)

40Les chapitres prennent par ailleurs toutes les précautions possibles lors de la consultation de leurs précieux papiers. On garde en effet trace de tout prêt. Les chanoines de Rennes notent scrupuleusement sur leur inventaire de 1700, à propos de la résidence des chapelains, qu’il y a « plusieurs de ces pièces en communication99 ». À Saint-Pol-de-Léon,

  • 100 ADF – 6G18, lettre du chapitre à Pic… Les archives du chapitre de Vannes recèlent également un cah (...)

« […] pendant que nos archives sont ouvertes les messieurs qui sont chargés des clefs sont obligés d’y rester jusque qu’elles ne soient fermées afin que ceux qui en sont chargés puissent emporter chacun la sienne et… pour la sûreté des titres on ne délivre aucun [papier] au syndic ni à qui que ce soit du chapitre sans leur récépissé qu’ils mettent sur un cahier qui reste toujours déposé dans nos archives et dont ils n’ont de décharge que par acte capitulaire ou par les comptes qu’ils rendent aux commissaires nommés à cet effet pour être ensuite approuvé en chapitre100 ».

41L’expérience aidant, l’on tente d’éviter la sortie des originaux. Ainsi, est-il écrit à Vannes sur le classement de la fin du xviiie siècle que l’

  • 101 ADM – 45G4. Classement des archives, xviiie siècle. La suite est encore plus édifiante puisque « s (...)

« […] on a été jusqu’ici que trop prodigues à donner et communiquer les titres primordiaux du chapitre, pour les chapellenies, et on a manqué de fidélité pour les rendre. C’est pourquoi désormais, qu’on ne les produise que par copies, sur lesquelles trois chanoines signerons Nous avons l’original101 ».

  • 102 D’ailleurs, « à la fin de l’Ancien Régime, la plupart des grandes compagnies capitulaires, c’est-à (...)
  • 103 AdR, D1, délibérations du 24 septembre 1770 au 20 juillet 1778 ; D2, délibérations du 24 juillet 1 (...)
  • 104 H. Bourde de la Rogerie, « Note sur le traité historique des États de Bretagne de l’abbé G.-M. du (...)
  • 105 L. Croq, article « Bureaucratie, administration », M. Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumi (...)
  • 106 J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, SEVPEN, 1966, t. 2, p. 1118. « Netteté, précision (...)
  • 107 À ce titre, la classification à l’aide de lettres se superpose parfois au système des sacs. L’on r (...)

42La volonté d’entretenir l’esprit de corps, de préserver l’idée de l’unité de la compagnie en impliquant tous les chanoines dans le fonctionnement au quotidien de leur chapitre, se heurte donc à une exigence de compétence et d’efficacité. L’exemple des archives est instructif puisque s’y lit la rationalisation progressive de l’administration capitulaire : les chapitres ressentent en effet la nécessité de faire appel à des spécialistes. Les chanoines puis les amateurs éclairés, sollicités dès le deuxième tiers du siècle, cèdent leur place à des laïcs de l’administration capitulaire ou à des archivistes professionnels, présents dans les salles d’archives – d’après les sources exploitées – dans la seconde moitié du xviiie siècle. Ces derniers doivent réorganiser les fonds de manière rationnelle et rédiger des inventaires munis d’instruments de recherche efficaces102. Ces progrès ne sont pas isolés et s’accompagnent, par exemple, d’une présentation plus rigoureuse des registres de délibérations. Ainsi, à Rennes, entre 1770 et 1790, les notes marginales sont-elles moins lapidaires et les délibérations mieux identifiées et séparées103. Ces efforts doivent être replacés dans un contexte plus large. C’est, en effet, à partir du second tiers du siècle que les États de Bretagne, après plusieurs tentatives, font classer leurs archives par un chanoine quasi professionnel, le Rennais Guillaume-Marie du Breil de Pontbriand104. Cette volonté de rationalisation concerne également l’administration monarchique, à une époque où l’on veut mieux connaître ses ressources afin de les utiliser au mieux, et vaut plus largement pour l’ensemble des États européens105. Enfin, les nobles ne sont pas en reste puisque, si la réformation de 1668 leur a donné l’occasion de rechercher et de classer les archives familiales, c’est au xviiie siècle que « les grandes familles paient un spécialiste pour en opérer une collation complète » et leur consacrent une pièce spéciale106. Par conséquent, le classement, la gestion des archives apparaissent ainsi comme révélateurs de l’évolution d’un schéma de pensée. Les outils archivistiques des chapitres deviennent plus complexes et plus rationnels107.

Conclusion

43En définitive, les obligations de gestion du chanoine sont-elles prenantes ? La réponse, à ce stade de l’analyse, doit être prudente. En effet, si, au cours du xviiie siècle, compte tenu des divers motifs d’absence, l’assiduité aux différents chapitres semble stable et convenable, elle dissimule de réelles différences entre les individus puisque seuls quelques chanoines s’astreignent à participer très régulièrement aux délibérations. Faute de renseignements, il reste par ailleurs difficile de mesurer la durée des chapitres qui dépend du nombre et de la nature des sujets abordés. Manifestement, pour un certain nombre de prébendés, assister à trois, ou seulement une ou deux, réunions dans la semaine reste peu absorbant et laisse bien du temps libre. En revanche, les plus zélés, les plus pénétrés de leurs devoirs, qui ne représentent qu’une faible part des effectifs, consacrent certainement une bonne partie de leur temps à l’administration des affaires de la compagnie. Et que dire de ceux chez qui, dans un contexte de rationalisation et d’amélioration des procédures de gestion, la compagnie décèle des qualités à exploiter et qui, se soumettant de bonne grâce à ses requêtes, cumulent participation active aux chapitres, députations de tous ordres, missions particulières, sans oublier les obligations spirituelles de leur bénéfice, seconde facette du métier de chanoine ?

Notes

1 Le concile de Trente stipule que les évêques doivent agir avec le conseil de leur chapitre mais, au xviiie siècle, ils « gouvernent seuls leur diocèse sans la participation d’aucun chapitre » (Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, t. 1, 1761, p. 271).

2 Quel que soit le lieu, les chapitres généraux se tiennent à l’occasion ou à proximité des fêtes de Noël, de Pâques, de la Saint-Pierre-ès-Liens, de la Toussaint. Cependant, des particularismes locaux existent. Ainsi, en général, les chapitres se tiennent : à Rennes, en février, avril, août et novembre ; à Tréguier, en janvier, mai et septembre ; à Vannes, en janvier, avril, juillet et octobre.

3 ADIV – G266, chapitre de Saint-Malo, délibération du 23 novembre 1770.

4 ADIV – G266, délibération du 23 novembre 1770.

5 AdR – AIV, Antiqua statuta capituli Rhedonensis ecclesia cathedralis Sancti Petri, rédigés en 1415, recopiés au xviie siècle, f° 1 v° et Copie des statuts rédigés en 1588 concernant la célébration du service divin, article XXIII.

6 Ainsi, le 26 octobre 1708, à Rennes, le choix d’un sous-chantre doit être repoussé au chapitre suivant faute de délibérants : ils étaient cinq. ADIV – G202C, délibération du 26 octobre 1708.

7 ADIV – G202C, délibération du 17 octobre 1707.

8 AdR – D3, délibérations des 7 et 8 mai 1788.

9 ADM – 47G5, délibération du 10 juillet 1716.

10 C’est en 1754 que l’évêque de Rennes, Louis-Guy Guérapin de Vauréal, interdit l’utilisation de la cathédrale à cause de son état de délabrement avancé.

11 ADIV – D2, délibération du 7 novembre 1777.

12 ADIV – D2, délibération du 7 novembre 1777.

13 ADIV – G265, délibération du 12 mars 1757 et G266, délibération du 23 novembre 1773.

14 Comme nous l’apprend une délibération trégorroise. ADCA – G278, délibération du 9 novembre 1750.

15 C’est le cas à Saint-Pol-de-Léon, ADF – 100 J1 138 ; à Vannes, J. Le Mene, Évêché, chapitre, séminaire et collégiales du diocèse de Vannes, Galles, 1901, p. 84.

16 Il s’agit ici du trésorier.

17 Un chapitre général est par ailleurs l’occasion de relire toutes les délibérations enregistrées depuis le précédent. ADIV – G203B, délibération du 24 avril 1724.

18 Comme le rappelle l’évêque de Saint-Malo en 1729. ADIV – ordonnance de visite de Monseigneur l’évêque de Saint-Malo pour le chapitre de son église cathédrale, article XXII, 23 juin 1729. En 1770, le chanoine malouin Mathurin-Jacques de La Grézillonais (notice 385) déplore que certains de ses confrères se permettent de sortir de la salle capitulaire afin de « se dispenser d’opiner sur les affaires embarrassantes » (ADIV – G266, délibération du 28 mai 1770).

19 ADLA – 36 J 1, consultation en Sorbonne, 5 août 1697.

20 ADIV – ordonnance de visite de Monseigneur l’évêque de Saint-Malo pour le chapitre de son église cathédrale, article XXII, 23 juin 1729.

21 ADIV – G206, délibération du 11 février 1732 et notice 516.

22 ADF – 6G21, arrangement entre l’évêque de Saint-Pol-de-Léon et les chanoines, 18 mars 1703.

23 Ainsi, à Saint-Malo le 23 avril 1770 ; ou à Rennes le 3 juillet 1786. Respectivement : ADIV – G266, délibération du 23 avril 1770 et AdR – D3, délibération du 3 juillet 1786.

24 N. Elias, La civilisation des moeurs, Calmann-Lévy, rééd. 1973 ; N. Elias, La dynamique de l’Occident, Calmann-Lévy, rééd. 1975 ; R. Muchembled, La société policée. Politique et politesse en France du xvie au xxe siècle, Seuil, 1998.

25 ADIV – G265, Saint-Malo, délibération du 28 mai 1770.

26 ADCA – G274, délibération du 2 janvier 1713. À Rennes, quand un chanoine n’est pas diacre, il ne peut entrer en chapitre. A. Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Fougeray-Haton, 1880, p. 199.

27 Voir par exemple : ADCA – G274, délibération du 4 juillet 1718.

28 ADIV – G260, délibérations du 6 novembre et du 1er décembre 1713 et notice 194.

29 ADCA – G278, délibération du 16 octobre 1750 ainsi que toutes les délibérations d’octobre à décembre 1750 et notice 347.

30 P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Éd. de l’EHESS, 1985, p. 278.

31 Il ne s’agit pas ici de développer les répercussions de la pénétration du jansénisme dans le diocèse de Vannes au sein du chapitre. Le dossier de la pénétration puis du reflux du jansénisme dans le diocèse de Vannes est d’ailleurs finement analysé dans J. Mahuas, Le jansénisme et le diocèse de Vannes, thèse de 3e cycle, 2 vol., 1967.

32 Le premier est évêque de Vannes de 1717 à 1720 ; le second, de 1720 à 1742. J. Le Mene, Histoire du diocèse de Vannes, Lafolye, 1889, t. II, p. 177-199.

33 Tout au plus peut-on noter quelques similitudes avec la collégiale Saint-Seurin de Bordeaux où les locaux, comme à Rennes ou à Tréguier, assurent mieux le service de leur prébende, où les « moins de quarante ans » semblent, comme à Rennes, Tréguier et Vannes, moins assidus que les « plus de cinquante ans » (P. Loupes, op. cit., p. 282 et p. 572).

34 Ibid., p. 283.

35 Notices 252, 51, 603, 495 et 668.

36 Notices 461, 462 et 352.

37 Notices 53 et 554.

38 ADM – 47G7, délibération du 7 mars 1788.

39 ADIV – G265, délibération du 28 mai 1770 et notice 385.

40 ADIV – G265, délibération du 28 mai 1770.

41 Voir par exemple : AdR – AIV, Antiqua statuta capituli Rhedonensis ecclesia cathedralis Sancti Petri, rédigés en 1415, recopiés au xviie siècle, f° 16 v°.

42 ADF – 6G25, délibération du 4 janvier 1706 et notice 346.

43 ADCA – G273, délibération du 23 mai 1712 et notice 448.

44 Ainsi, à Rennes, des chanoines contrôlent la gestion de l’hôpital Saint-Yves.

45 Nous renvoyons ici aux différents registres de délibérations rennais ou trégorrois. Les choix s’effectuent en décembre à Rennes et en janvier à Tréguier.

46 ADCA – G272, délibération du 8 avril 1709.

47 ADM – 47G4, délibération du 6 février 1702 et 47G5, délibération du 2 juillet 1717.

48 ADIV – G265, délibération du 28 mai 1770 et notice 385.

49 ADF – 6G25, délibération du 5 janvier 1703.

50 ADF – 6G26, délibérations du 5 septembre 1732, du 17 et du 24 avril 1733.

51 ADIV – G204 1, délibération du 6 octobre 1730.

52 ADIV – G265, délibération du 25 juin 1762.

53 ADCA – G272, délibération du 14 août 1705.

54 Respectivement : ADCA – G272, délibération du 24 février 1708 et G274, délibération du 20 novembre 1713.

55 Respectivement : ADM – 47G4, délibérations du 13 novembre 1702, du 8 février 1704 ; 47G6, délibération du 23 novembre 1740 ; 47G7, délibérations du 8 mai 1778, du 12 février 1779 ; 47G7, délibérations du 9 février 1781, du 8 août 1788.

56 Notice 155.

57 Notice 181.

58 P.-M. Du Breil de Pontbriand, Histoire généalogique de la famille du Breil de Pontbriand, Le Roy, 1889, p. 206.

59 ADM – 47G6, délibération du 23 septembre 1740.

60 ADM – 47G7, délibérations du 8 août 1788 et du 15 juin 1788.

61 ADCA – G272, délibération du 24 février 1708 ; G274, délibération du 20 novembre 1713.

62 Respectivement : ADF – 6G351, comptes du procureur syndic du collège, 1745-1752 ; ADIV – G264, comptes des Propres, 1513-1790 ; ADIV – G375F, comptes de la prévôté, 1751-1789.

63 ADCA – G86, traité entre Mathurin-Claude Soubens, chanoine théologal (notice 711), au nom du chapitre cathédral de Saint-Brieuc et Messire Jean-Charles Guimart pour la mise en ordre des titres et propriétés du dit chapitre, 20 août 1772.

64 ADLA – Q33, déclaration de revenus du chapitre de Nantes, 1790.

65 E. Joubert, Le chapitre Saint-Géraud d’Aurillac, 1561-1790, p. 154.

66 J. Choux, « Les archives du chapitre de la cathédrale de Toul », Annales de l’Est, 1958, p. 200.

67 ADIV – G204 1, délibération du 6 octobre 1730 et notice 181.

68 ADCA – G86, traité entre Mathias-Claude Soubens, chanoine théologal (notice 711), au nom du chapitre cathédral de Saint-Brieuc et Messire Jean-Charles Guimart pour la mise en ordre des titres et propriétés du dit chapitre, 20 août 1772.

69 ADM – 47G6, délibération du 23 septembre 1740.

70 ADLA – Q33, déclaration des revenus du chapitre de Nantes, 1790.

71 ADF – 6G232, inventaire des titres du Gouvernement de Saint-Pierre, 1704.

72 ADIV – G288bis, inventaire d’archives, xviiie siècle.

73 ADM – 45G4, classement des archives, xviiie siècle.

74 À moins que l’on y voie des mentions d’exemptions ou de privilèges pouvant servir de précédent.

75 ADIV – G176, inventaire, 1700, f° 130 r°.

76 Les dîmes sont classées par paroisse : il y a donc autant de sacs de dîmes que de paroisses. ADIV – G176, inventaire, 1700.

77 ADIV – G202B, délibération du 27 août 1703.

78 ADF – 6G1, inventaire général des titres du chapitre de Léon, 1772.

79 ADF – 6G355, comptes du procureur syndic du collège, 1767-1770.

80 ADM – 45G4, ordre de classement des archives du chapitre, xviiie siècle.

81 ADLA – Q33, déclaration des revenus du chapitre, 1790.

82 J.-H. Geslin de Bourgogne et A. de Barthelemy, Les anciens évêchés de Bretagne. Histoire et monuments, Guyon, 1855, p. 177.

83 ADIV – G265, délibération du 21 octobre 1757.

84 P. Loupes, « Richesse des fonds capitulaires… », p. 434.

85 En effet, au début du siècle, les chanoines avaient fait installer dans la salle capitulaire des bancs à dossier « pour y ranger avec ordre les papiers et les titres » (ADM – 47G4, délibération du 23 janvier 1702).

86 ADM – 45G4, ordre de classement des archives du chapitre, xviiie siècle.

87 ADIV – G176, inventaire des titres, actes et papiers du chapitre de Saint-Pierre de Rennes.

88 ADLA – G276, G277, G278, G279, répertoire des titres concernant les seigneuries, fiefs et juridictions des chanoines de Saint-Pierre de Nantes dressé par l’archiviste Janvier. Les chanoines de Quimper dressent également, par l’intermédiaire de l’abbé Deloubes (notice 155), « un répertoire dans un registre particulier » (ADF – 6G26, délibération du 5 septembre 1732).

89 ADM – 45G4, ordre de classement des archives du chapitre.

90 ADM – 45G4, ordre de classement des archives du chapitre.

91 À Nantes, en 1776, des tables figurent à la fin de chacun des quatre volumes constituant l’inventaire. Notons que l’inventaire de Saint-Pol-de-Léon, l’inventaire général des titres de 1772, n’en compte pas. Cet inventaire ne paraît cependant pas complet puisque le huitième chapitre, consacré aux « arrêts, règlements, décisions concernant droit d’amortissement, contrôle des insinuations laïques, tailles et fouages » ne comporte que la première section (ADF – 6G1).

92 Respectivement : ADCA – G257, inventaire des archives de Tréguier, xviie siècle ; ADM – 45G1, inventaire des titres du chapitre, 1641.

93 ADLA – G276, 277, 278, 279.

94 ADIV – G176, f° 178 r°. Sac de la procession du Saint-Esprit.

95 Idem, f° 142 v°. Sac de Saint-Germain de Rennes.

96 Le terme « layette » désigne une boîte.

97 ADM – 45G4, ordre de classement des archives du chapitre.

98 ADF – 6G1, inventaire général des titres du chapitre de Saint-Pol-de-Léon, 1772.

99 ADIV – G176, f° 174 v°, inventaire des titres, actes et papiers du chapitre de Saint-Pierre de Rennes.

100 ADF – 6G18, lettre du chapitre à Pic… Les archives du chapitre de Vannes recèlent également un cahier dans lequel sont mentionnés tous les prêts de pièces originales entre 1703 et 1788. Il s’achève lorsque l’archiviste Dupré entreprend de réformer le classement et le fonctionnement des archives. 45G7, rôle des papiers hors du chapitre. À Saint-Malo, on tient également un cahier de ce type. ADIV – G265, délibération du 7 mai 1762.

101 ADM – 45G4. Classement des archives, xviiie siècle. La suite est encore plus édifiante puisque « si dans la suite du procès la partie adverse s’obstine à demander l’original, il faudra laisser la copie ci-dessus au greffe et requérir au juge qu’aux frais de la partie incrédule, il soit décerné un compulsoire, avec l’original, partie dûment appelée, et votre raison d’en user ainsi est 1°. Que vos titres originaux sont très anciens. 2°. Que la partie adverse ne les pourra pas lire, ni trouver quelqu’un qui les lise pour elle. 3°. Qu’elle pourrait substituer dans la place de votre original quelques vieux rogatons de parchemin… ». Et, si jamais, il s’avère malgré tout nécessaire de se défaire de certaines pièces, il est précisé aux chanoines que « le meilleur est de mettre dans la liasse de laquelle vous les avez tirées une languette de papier pendante au dehors, dans laquelle vous écrivez l’ancienne marque du titre absent et vous y ajoutez chez N. procureur à Vannes… à Rennes… à Paris dans l’affaire contre N. laquelle languette pendante y demeurera jusqu’au retour du titre et marquera sa place ».

102 D’ailleurs, « à la fin de l’Ancien Régime, la plupart des grandes compagnies capitulaires, c’est-à-dire presque tous les chapitres cathédraux et bon nombre de chapitres collégiaux réputés, disposent d’un inventaire valable de leurs titres » (P. Loupes, op. cit., p. 436). Un archiviste professionnel, Pierre Le Moine, publie en 1765 ses principes de classement dans un ouvrage intitulé La diplomatique pratique ou traité de l’arrangement des archives et trésors de chartes.

103 AdR, D1, délibérations du 24 septembre 1770 au 20 juillet 1778 ; D2, délibérations du 24 juillet 1778 au 2 janvier 1784 ; D3, délibérations du 2 janvier 1784 au 3 décembre 1790.

104 H. Bourde de la Rogerie, « Note sur le traité historique des États de Bretagne de l’abbé G.-M. du Breil de Pontbriand », Abr, t. XXXII, 1914, p. 99-113 et notice 181.

105 L. Croq, article « Bureaucratie, administration », M. Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, PUF, 1997, p. 173-176.

106 J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, SEVPEN, 1966, t. 2, p. 1118. « Netteté, précision des données, présentation, tout indique que la noblesse du milieu du xviie siècle s’intéresse dans son ensemble peu à la généalogie, alors que celle du xviiie siècle y consacre une partie importante de son temps. Transmission des archives et des arbres généalogiques occupent une place grandissante dans les soucis de succession » (ibid., p. 1119).

107 À ce titre, la classification à l’aide de lettres se superpose parfois au système des sacs. L’on retrouve bien ici cette tendance de l’Ancien Régime qui réforme sans supprimer l’ancien.

Table des illustrations

Titre Tableau 28. – Quelques mesures de l’activité législative des chapitres.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17429/img-1.png
Fichier image/png, 3,0k
Titre Graphique 1. – La part des différents types de sujets évoqués pendant les chapitres.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17429/img-2.png
Fichier image/png, 5,3k
Titre Tableau 29. – L’assiduité aux chapitres (nombre moyen de chanoines présents).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17429/img-3.png
Fichier image/png, 2,0k
Titre Graphiques 2, 3 et 4. – Les évolutions annuelles (nombre moyen de chanoines présents).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17429/img-4.png
Fichier image/png, 8,7k
Titre Graphique 5. – Les variations saisonnières de l’assiduité aux chapitres (nombre moyen de chanoines présents par mois).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17429/img-5.png
Fichier image/png, 4,1k
Titre Tableau 30. – Nombre de chanoines présents en chapitre en 1750.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17429/img-6.png
Fichier image/png, 4,5k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search