Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Deuxième partie. Le cours de la vie

Introduction

Texte intégral

  • 1 Notice 341.
  • 2 Notice 662.
  • 3 Notice 739.
  • 4 Notice 335.
  • 5 Par exemple à Rennes, AdR – AIV, Antiqua statuta capituli Rhedonensis ecclesia cathedralis Sancti (...)
  • 6 Notices 227, 506 et 209.

1Ces chanoines et ces dignitaires issus d’un milieu relativement homogène se retrouvent liés les uns aux autres, parfois pour longtemps, et doivent assurer solidairement le bon fonctionnement des chapitres. Cette proximité sociale, et aussi culturelle, devrait favoriser le partage d’une vision commune de la fonction canoniale. Il est cependant très difficile d’évoquer la conception qu’ont les prébendés de leur tâche et de mesurer le sérieux ou la légèreté avec lesquels ils s’en acquittent. Des explications données par quelques résignataires de canonicats peuvent peut-être fournir des indices. À Nantes, Jouault « malade d’infirmités continuelles depuis plusieurs années » dit ne plus pouvoir remplir ses devoirs de chanoine1 lors que Robin parle de ses infirmités qui l’empêchent d’exercer ses fonctions2. De même, « des infirmités trop réelles » obligent le Rennais Vendomois de Saint-Aubin à abandonner son canonicat à 41 ans3. Quant au Malouin Charles Jazier de La Garde, il résigne le sien en invoquant « son âge avancé et ses infirmités continuelles qui ne lui permettent pas à l’avenir de continuer ses fonctions continuelles de chanoine et d’assister régulièrement au service divin4 ». Il ne faut bien sûr pas méconnaître derrière ces justifications le souci d’intégrer les prébendes à des stratégies patrimoniales – les résignations devant intervenir suffisamment tôt afin d’assurer leur transmission dans les meilleures conditions –, mais on peut aussi y lire les scrupules d’hommes conscients que leur état de santé ne leur permet plus d’honorer convenablement les devoirs de leur charge. Cela témoigne indirectement des exigences physiques et intellectuelles du canonicat qui peuvent être lourdes surtout pour les plus âgés. Les statuts capitulaires prévoient d’ailleurs de ménager les chanoines sexagénaires en leur permettant de s’affranchir de l’assistance à certains offices5. Les Rennais Claude Ferret de La Marche et Pierre Le Prévost de Bourgerel ainsi que le Vannetais Toussaint Duchesne de Tressant font par exemple valoir ce droit et sont autorisés à s’absenter des offices de matines et de laudes6.

  • 7 P. Pierrard, La vie quotidienne du prêtre français au xixe siècle, 1801-1905, Hachette, 1986, p. 1 (...)
  • 8 P. Boutry, Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars, Cerf, 1986, p. 266. Cependant, même au xixe(...)
  • 9 Comme le dépeint Lucien Jallez, l’un des héros de Jules Romains. J. Romains, Les hommes de bonne v (...)
  • 10 ADF – 2G17, correspondance : lettres d’affaires et diverses. 1720-1788 et notice 359.
  • 11 AdR – AIV, Antiqua statuta capituli Rhedonensis ecclesia cathedralis Sancti Petri, rédigés en 1415 (...)
  • 12 ADIV – G72, ordonnance de visite de Monseigneur l’évêque de Saint-Malo pour le chapitre de son égl (...)
  • 13 ADF – 6G18, lettre de l’évêque au chapitre au sujet des « fautes qui se commettent dans la célébra (...)
  • 14 Notice 623.
  • 15 ADIV – G266, délibération du 23 novembre 1770.

2Pour évaluer objectivement les charges des chanoines, il faut s’affranchir de l’image globalisante accolée au prébendé du xixe siècle, voire du début du xxe siècle, archétype du prêtre méritant achevant dans la léthargie au sein « d’une maison de retraite vouée à la prière publique7 » une existence entièrement consacrée à Dieu au cours de laquelle il aura su « prendre date avec la grâce épiscopale8 ». Il convient d’oublier ce chanoine chantonnant dans sa stalle et, les mains sur le bedon, pensant au dîner qui l’attend9. Mais il convient aussi de se méfier du regard des contemporains. En effet, bien des auteurs, et non des moindres, comme Nicolas Boileau, dans Le Lutrin, ou Jean de La Fontaine, dans Le conseil tenu par les rats, se plaisent à dépeindre des compagnies oisives et bien inutiles s’épuisant dans de sombres querelles et discussions sans fin. Plus prosaïquement, en 1720, un correspondant du chanoine quimpérois Maurice de Kernaflen de Kérében lui avoue qu’après avoir connu bien des épreuves il ne lui déplairait pas de vivre, comme lui, « une vie de chanoine10 ». Cette existence apparemment douce et vouée à l’ennui est décrite avec précision par les statuts. Ils rappellent ainsi que les chanoines doivent impérativement et personnellement assurer la permanence du culte dans l’église mère du diocèse et assumer la fonction de conseil de l’évêque qui se réduit en fait à la laborieuse gestion des affaires de la cathédrale, donc du chapitre. Ceci n’est bien sûr envisageable qu’à condition de respecter scrupuleusement l’une des obligations inhérentes à la fonction : la résidence11. L’importance de ces tâches est d’ailleurs rappelée aux chanoines par les évêques ou par certains prébendés zélés. Le prélat malouin Vincent-François Desmaretz stipule par exemple dans une ordonnance de 1729 que la principale obligation des chanoines est d’« offrir le Saint Sacrifice de la messe pour apaiser la colère de Dieu et obtenir miséricorde pour ceux qui ont laissé leurs biens à l’Église12 ». L’évêque de Saint-Pol-de-Léon, Jean-François de La Marche, s’adresse à ses chanoines dans des termes proches en 1775 : « L’assistance au chœur et le chant de l’office est comme vous le savez votre principal devoir13… » Quant au chanoine malouin Guillaume Pottier14, il rappelle sans ménagement à ses confrères qu’ils sont responsables devant Dieu de la gestion de la compagnie « n’y en ayant aucun qui ne réponde solidairement de la bonne administration à laquelle elle est chargée de veiller15 ». Nous sommes donc a priori bien loin de certains jugements radicaux. Mais il s’agit là évidemment de la norme. Qu’en est-il de la réalité ? Comment l’approcher sereinement ?

  • 16 P. Loupes, « Richesse des fonds capitulaires et possibilités d’exploitation », La France d’Ancien (...)
  • 17 ADM – 47G5, délibération du janvier 1715.
  • 18 1705-1720 et 1741-1750 à Tréguier.

3Deux sources en fournissent un reflet : les registres de délibérations et les registres de pointe. Les premiers sont d’épais registres dans lesquels les chanoines consignent l’ensemble des décisions prises collégialement en chapitre. Gestion des biens, relations avec les autorités ecclésiastiques et civiles ou avec des confrères d’autres chapitres, exercice de responsabilités spirituelles, mesures disciplinaires contre certains membres du haut ou du bas-chœur… « eux seuls restituent au jour le jour le train-train de la vie canoniale16 ». Les chanoines ne s’y trompent pas, qui font de ces registres « fidèles de tout ce qui se passe » et « beaucoup plus sûrs que la mémoire des hommes17 », les gardiens de leurs traditions et le recours privilégié en cas de contestation disciplinaire, fiscale ou liturgique. Malheureusement pour le lecteur, ils sont souvent rédigés d’une écriture minuscule et les mentions marginales plus ou moins claires ajoutées par les secrétaires ne font pas oublier la longueur et le caractère parfois fastidieux des dépouillements. Les registres conservés forment par ailleurs des séries plus ou moins longues et complètes. Par conséquent, seuls les registres rennais, trégorrois et vannetais font l’objet d’une étude exhaustive pour les périodes 1701-1720, 1741-1750 et 1771-179018, soit cinq sondages de dix ans. Les autres registres ne sont exploités qu’à travers quelques sujets précis liés pour la plupart d’entre eux aux problèmes disciplinaires et aux relations à l’intérieur des compagnies. L’étude réduit donc bien ici le monde capitulaire breton à trois de ses composantes mais ce parti pris ménage les dimensions comparatives et évolutives.

  • 19 En effet, les Malouins demandent à leurs homologues de la province de les informer des modalités d (...)
  • 20 ADIV – G265, délibération du 7 février 1761.

4Second reflet de l’activité des chanoines, les registres de pointes sont des documents précieux car ils mettent réellement en scène chacun des prébendés. Il s’agit de tableaux qui mentionnent jour après jour, au moyen d’un système de lettres ou de bâtons, les chanoines présents et absents aux différentes prières et célébrations de la journée. Partout, la responsabilité du pointage revient à un pointeur mais les pratiques diffèrent d’un chapitre à l’autre. Des difficultés survenues à Saint-Malo en 1760 permettent de décrire les habitudes des compagnies bretonnes19. À Tréguier, officie un pointeur stable, membre du bas-chœur. À Nantes et à Saint-Brieuc, les chanoines président la pointe à tour de rôle pendant une semaine. Cependant, c’est le secrétaire du chapitre, installé devant la stalle du chanoine concerné, seul habilité à vérifier ou corriger les tableaux, qui relève les absents. À Dol, Quimper, Rennes, Saint-Pol-de-Léon et Vannes, les chanoines pourvus des ordres sacrés, qui conservent la possibilité de déléguer cette tâche à un membre du bas-chœur posté devant leur stalle, remplissent les registres à tour de rôle. La durée de la mission varie : une semaine à Dol et Vannes ; un mois à Quimper et Rennes ; trois mois à Saint-Pol-de-Léon. À partir de 1761, les chanoines de Saint-Malo choisissent leur pointeur parmi « les chanoines dignitaires, prébendés ou semi-prébendés » pour trois ans20. L’intérêt de ces registres de pointe n’a d’égal que leur rareté. Ces registres, qui ne concernent que trois chapitres – Dol, Rennes, Tréguier – et pour de courtes périodes, ne fournissent ainsi que des éclairages ponctuels sur l’activité spirituelle des chanoines bretons, insuffisants pour autoriser des conclusions globales.

5Au-delà des contraintes liées aux questions de méthode et à la conservation des sources, il faut souligner que celles-ci gauchissent l’activité réelle des chanoines au profit des préoccupations temporelles. Les registres de pointe eux-mêmes ne renseignent en effet que très indirectement sur la sincérité ou sur le sentiment religieux des chanoines, puisqu’une partie de leur rétribution dépend de leur assiduité aux offices. On ne peut ainsi que déplorer le quasi-mutisme des sources à propos du spirituel et constater que seul le temporel peut être véritablement cerné. Cela ne doit cependant pas occulter les activités spirituelles, base du métier de chanoine. Mais, en définitive, n’est-ce pas l’activité même du chanoine qui est difficile à appréhender ? En effet, la plupart du temps, chaque individu se fond dans sa compagnie et son action ou sa pensée sont indissociables de celles de ses confrères. Il faut donc entreprendre un va et vient permanent entre l’individu et le collectif car aborder la tâche du chanoine revient à la débusquer derrière l’activité de sa compagnie.

Notes

1 Notice 341.

2 Notice 662.

3 Notice 739.

4 Notice 335.

5 Par exemple à Rennes, AdR – AIV, Antiqua statuta capituli Rhedonensis ecclesia cathedralis Sancti Petri, rédigés en 1415, recopiés au xviie siècle, f° 14 r°, « De privilegio sexaginta et quinque annos habentium ».

6 Notices 227, 506 et 209.

7 P. Pierrard, La vie quotidienne du prêtre français au xixe siècle, 1801-1905, Hachette, 1986, p. 135.

8 P. Boutry, Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars, Cerf, 1986, p. 266. Cependant, même au xixe siècle, la situation peut être plus complexe puisque les chapitres servent aussi « de refuge aux membres de l’administration diocésaine qui n’ont pu être nommés vicaires généraux titulaires étant donné le petit nombre de ces postes ». (J.-O. Boudon, L’épiscopat français à l’époque concordataire, 1802-1905. Origine, formation, nomination, Cerf, 1996, p. 203).

9 Comme le dépeint Lucien Jallez, l’un des héros de Jules Romains. J. Romains, Les hommes de bonne volonté, t. 3 : Les amours enfantines, rééd. Robert Laffont-Bouquins, 1988, t. 1, p. 316.

10 ADF – 2G17, correspondance : lettres d’affaires et diverses. 1720-1788 et notice 359.

11 AdR – AIV, Antiqua statuta capituli Rhedonensis ecclesia cathedralis Sancti Petri, rédigés en 1415, recopiés au XVIIe siècle ; ADM – 46G3, Statuta capituli venetensis, rédigés en 1495, recopiés au xviiie siècle ; ADF – 6G17, statuts du chapitre de Léon, 1531 ; ADCA – G257, livre des statuts du chapitre de Tréguier de Robert Guibé évêque de Tréguier, 1484 ; ADF – 100 J 179, Sequntur Statuta Speciala Canonicorum et Ministorum Ecclesiae Corisopitensis, recueil de délibérations de 1244 à 1535 pour Quimper ; pour Dol et Saint-Malo : Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Fougeray-Haton, 1880, p. 468-469 et p. 638-639.

12 ADIV – G72, ordonnance de visite de Monseigneur l’évêque de Saint-Malo pour le chapitre de son église cathédrale, 23 juin 1729.

13 ADF – 6G18, lettre de l’évêque au chapitre au sujet des « fautes qui se commettent dans la célébration de l’office canonial », 5 octobre 1775.

14 Notice 623.

15 ADIV – G266, délibération du 23 novembre 1770.

16 P. Loupes, « Richesse des fonds capitulaires et possibilités d’exploitation », La France d’Ancien Régime, études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Privat, 1984, t. 2, p. 437.

17 ADM – 47G5, délibération du janvier 1715.

18 1705-1720 et 1741-1750 à Tréguier.

19 En effet, les Malouins demandent à leurs homologues de la province de les informer des modalités du pointage dans leurs compagnies. ADIV – G270, dossier relatif à la pointe à Saint-Malo, 1759-1760.

20 ADIV – G265, délibération du 7 février 1761.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search