Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Première partie. Les destinées de 752 chanoines ou dignitaires

Conclusion. Unité ou diversité du monde capitulaire breton ?

Texte intégral

1L’examen des carrières de plus de 700 chanoines et dignitaires bretons du xviiie siècle nous introduit dans un univers bien particulier, celui de neuf corps intermédiaires de la société d’Ancien Régime. D’emblée un constat semble s’imposer  : entre celle du recteur et celle de l’évêque, la carrière capitulaire est autonome  : plus de la moitié des chanoines ne connaissent que ce bénéfice. Cette carrière s’adresse bien à un groupe de clercs au profil différent de celui des recteurs ou des évêques.

  • 1 G. Viard, «  Les chanoines de Langres et les Lumières  », Actes du 55e CABSS, juin 1984, 1986, p. (...)
  • 2 G. Saupin, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine, PUR, 1996, p. 181-209 ; G. D’ (...)
  • 3 F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790. Répertoire alphabétique et biographique de tous (...)

2C’est donc sous l’angle de l’unité que les chapitres doivent être envisagés. Le canonicat est un bénéfice qui échappe dans une large mesure au prêtre ordinaire. Il s’adresse certes presque exclusivement à des prêtres bretons  ; mais ils sont le plus souvent nobles et gradués de l’Université, à l’issue d’études parisiennes. Les nuances locales n’invalident pas ce constat général et les conditions d’attribution renforcent cette unité. Étroitement liés aux dispositifs de notabilité, les prébendes font en effet souvent partie du patrimoine des milieux dominants. Les chapitres sont alors des reflets des élites locales. Rien de bien original à vrai dire. On remarque le même phénomène dans bien des chapitres et dans d’autres corps intermédiaires d’Ancien Régime. Ainsi, par exemple, la bourgeoisie robine, qui domine la ville, investit le chapitre cathédral de Langres et «  le monde de la judicature et de l’écritoire  » les compagnies de Guyenne 1. De même, la Communauté de ville comme le Présidial de Nantes accueillent les notables locaux2  ; à une autre échelle le Parlement de Bretagne abrite les familles les plus prestigieuses de la province3.

  • 4 Notice 48.
  • 5 Notice 688.

3Si les chanoines de Bretagne constituent un monde relativement homogène, ils appartiennent aussi au groupe beaucoup plus vaste des chanoines des cathédrales du Royaume. Des courriers rappellent que bien des chanoines sont liés à des confrères d’autres compagnies. Un véritable effet de clan peut donc s’étendre hors de la Bretagne car le séjour parisien n’a pas pour seule vertu l’obtention de la prêtrise ou d’une licence. Le temps des études est aussi celui des connivences intellectuelles, des amitiés fortes et contribue à l’ébauche d’un tissu relationnel à l’échelle du royaume, à coup sûr utile dans toute bonne stratégie de carrière. Ces chanoines ont tout loisir, après leur dispersion dans différents chapitres, d’entretenir des relations avec d’anciens condisciples de la Sorbonne ou de Saint-Sulpice et de s’assurer des contacts dans différentes villes comme dans d’autres milieux. Ainsi, bien après son passage à la Sorbonne, le chanoine vannetais Bonin de La Ville bouquais4 entretient toujours une correspondance avec d’anciens camarades de promotion. Par exemple, Saint-Cristau5 lui écrit le jour de sa prise de possession d’un canonicat rennais, le 21 février 1774. Dièche lui annonce, en 1776, qu’il vient d’être nommé professeur à la faculté de théologie de Paris. L’abbé de Roche, devenu chanoine d’Uzès, lui rappelle en 1777 leur projet de pèlerinage à Rome. Brumauld de Beauregard, devenu vicaire général de Luçon, lui donne, en 1781, des nouvelles d’anciens camarades de licence, notamment de Roche. En 1782, l’abbé de Petet lui apprend, de Bordeaux, qu’il est «  comme tout le monde chanoine et grand vicaire  ». Cette complicité s’exprime naturellement et avant tout à travers l’évocation d’un ensemble de souvenirs communs. L’abbé de Roche écrit ainsi à Bonin de La Villebouquais  :

  • 6 AdV – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin. Papiers de fonction de vicaire géné (...)

«  Si tu savais comme je regrette notre maison où se trouvaient réunis ensemble le plaisir d’une société douce et les charmes appréciables d’une liberté plus douce encore. Tu ne t’en souviens plus de ces conversations moitié plaisantes et moitié sérieuses où les originalités d’un Rochefort, les plaisanteries d’un Réviliase, le grand sang-froid d’un Moulin, la bonne gaieté d’un Diècehe nous amusaient tour à tour. Il me semble encore voir cet imbécile de Burgurieu le cou tordu dormir dans un fauteuil comme un cochon6.  »

4Cette unité des compagnies bretonnes et plus largement du monde capitulaire laisse finalement bien peu de place aux individus. La période révolutionnaire elle-même ne doit pas faire illusion  : si elle ménage une part plus grande aux trajectoires individuelles, elle n’est vécue que par un cinquième des chanoines. On en reste donc très largement au stade d’une analyse de groupe qui, malgré le souci de mettre en évidence quelques figures emblématiques, a trop tendance à nier les particularismes des individus. L’étude prosopographique des chapitres ne peut en effet se confondre avec l’étude des chanoines. Pour entrevoir ces derniers, il faut saisir les compagnies de l’intérieur, s’efforcer de comprendre leur fonctionnement, tenter de décrire puis d’évaluer la tâche des chanoines. La plus ou moins grande ampleur des exigences de la prébende comme des revenus qui lui sont attachés – et plus largement l’ensemble des revenus des chanoines – peuvent de surcroît eux aussi éclairer les relations entre les chapitres et les élites locales.

Notes

1 G. Viard, «  Les chanoines de Langres et les Lumières  », Actes du 55e CABSS, juin 1984, 1986, p. 120 ; P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Éd. de l’EHESS, 1985, p. 241.

2 G. Saupin, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine, PUR, 1996, p. 181-209 ; G. D’Aviau du Ternay, Dictionnaire des magistrats de la chambre des comptes de Bretagne, 1995.

3 F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790. Répertoire alphabétique et biographique de tous les membres de la Cour, 2 vol., Plihon, 1902 ; G. Aubert, Le président de Robien. Gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières, PUR, 2001.

4 Notice 48.

5 Notice 688.

6 AdV – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin. Papiers de fonction de vicaire général, lettres d’amis.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search