Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Première partie. Les destinées de 752 chanoines ou dignitaires

Chapitre III. La rupture révolutionnaire

Texte intégral

  • 1 B. Hours, L’Église et la vie religieuse dans la France moderne, xvie-xviiie siècles, PUF, 2000, p. (...)

1Pour toute une génération, l’expérience capitulaire se termine douloureusement. En effet, la Constitution civile du clergé marque « la fin d’une histoire, celle de l’Église gallicane, ouverte par le concordat de 15161 ». 151 chanoines et dignitaires bretons vivent donc la suppression des chapitres et l’abolition du système bénéficial qui régit les carrières cléricales depuis plusieurs siècles. Pour ces hommes, c’est vraiment un monde qui s’achève. Alors qu’ils vivaient à l’abri de l’institution, il leur faut dorénavant affronter seuls de nouvelles conditions de vie. Pendant plus de dix ans, ils doivent en effet composer avec les législations révolutionnaires qui leur ont ôté toute légitimité.

2Quand le Concordat napoléonien ressuscite les chapitres, cette dernière génération de chanoines d’Ancien Régime a, dans une large mesure, quitté la scène. Très peu d’entre eux s’intègrent dans le nouveau cadre administratif : effet de l’âge, marque des événements… Très vite, en effet, les hommes se dispersent : l’un quitte le royaume dès la suppression de sa compagnie, un autre se cache, un troisième retourne dans sa famille, un quatrième meurt en détention… il y a donc presque autant d’itinéraires que d’individus. Éparpillés, ces hommes auraient pu être encore plus discrets et disparaître totalement : plus de registres de délibérations, plus de registres de pointes, pas de mémoires. Or, c’est à ce moment, alors que toutes les conditions semblent réunies pour les rejeter hors de l’Histoire, que – du moins pour un certain nombre d’entre eux – ils apparaissent individuellement. Le paradoxe n’est qu’apparent puisque les autorités révolutionnaires ont multiplié les enquêtes, les listes, les dossiers, et qu’au tournant des xixe et xxe siècles une riche production hagiographique s’est intéressée aux clercs de la période révolutionnaire. Cette reconstitution des parcours individuels et des stratégies mises en œuvre s’appuie nécessairement sur une étude des derniers temps des chapitres et doit suivre étroitement la chronologie, tant les réactions dépendent des engagements que l’on exige de ceux qui ne sont plus que les ci-devant chanoines.

La fin d’un monde

  • 2 Sur les dix chanoines qui siègent parmi les 291 députés du Clergé, aucun ne vient de Bretagne.
  • 3 Seuls 1 % des 202 cahiers généraux demandent expressément la suppression des chapitres. T. Tackett(...)

3Les écrits magnifiant la figure du prêtre de paroisse publiés au cours du xviiie siècle, la faible représentation des chanoines aux États généraux2 semblent annoncer un triste avenir pour l’institution capitulaire. Pourtant, les registres de délibérations montrent que l’activité gestionnaire habituelle ne souffre pas du contexte politique particulier des derniers moments de l’Ancien Régime. On continue par ailleurs à partir séjourner à la campagne ou dans un séminaire jusqu’en août 1789 voire 1790. Les chanoines ne semblent ainsi pas vraiment s’émouvoir des événements parisiens avant le coup de tonnerre que constitue l’enregistrement de l’acte d’arrêt du culte dans les cathédrales du royaume et de suppression des chapitres, pourtant réclamée par une infime proportion des cahiers de doléances3. Pour autant, ils ne sont pas restés inactifs.

Le sursaut

  • 4 La noblesse et le haut clergé bretons sont en effet partisans de la tradition qui veut que les Éta (...)

4En avril 1789, peu de temps avant l’ouverture des États généraux, de nombreux chapitres français s’unissent derrière le chapitre cathédral de Notre-Dame de Paris afin de lutter contre les menaces censées peser sur l’existence de l’ordre canonial. Cette Union des chapitres de France conteste en effet le mode de représentation du clergé aux futurs États. Le règlement de convocation des États généraux publié le 24 janvier 1789 supprime la représentation automatique des chapitres par un député et stipule qu’ils ne pourront envoyer qu’un représentant pour dix chanoines aux assemblées chargées d’élire les députés. Même s’ils refusent, dans le sillage du haut clergé breton4, de choisir des députés, les chapitres de la province s’inquiètent des conséquences de la possibilité offerte aux recteurs de siéger personnellement aux dites assemblées. Pour eux, et pour tous leurs confrères du royaume, comme l’affirment les chanoines de Paris,

  • 5 AN – L540, n° 14, protestation du chapitre de l’Église de Paris contre le règlement fait par le ro (...)

« […] lorsque la classe inférieure des ministres de la religion se mettra sur les mêmes rangs que la classe supérieure, lorsque les subordonnés domineront par le nombre, et par conséquent, par la quantité des suffrages, sur la partie qui gouverne, dès lors la soumission qui caractérise particulièrement le gouvernement de l’Église sera entièrement anéantie5 ».

  • 6 Pour l’histoire de ce mouvement, voir P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xv (...)
  • 7 AN – L542, relevé de la correspondance des chapitres du royaume avec le chapitre de l’Église de Pa (...)
  • 8 AN – L 543, lettre de procuration adressée au chapitre de Paris par le chapitre de Saint-Pol-de-Lé (...)
  • 9 C’est le cas des chapitres de Nantes et Rennes : respectivement AN – L543, réponse du chapitre de (...)
  • 10 AN – L542, lettre du chapitre de Dol au chapitre de Paris, 7 octobre 1789.

5Il semble qu’une lettre inquiète du chapitre de Tours soit à l’origine de la réaction du chapitre parisien qui adresse en avril un mémoire intitulé Protestation du chapitre de l’Église de Paris au roi, aux ministres, aux principaux magistrats, aux évêques, aux chapitres, aux chefs d’ordres, à la Sorbonne, au collège de Navarre, aux bibliothèques publiques et à toutes les personnes influentes. Très vite les chapitres prennent position et près de soixante se rangent derrière le chapitre de Notre-Dame6. En Bretagne, quatre compagnies – Quimper, Saint-Brieuc, Tréguier et Vannes – ne répondent pas, quatre – Dol, Nantes, Saint-Malo et Rennes – se contentent de soutenir l’initiative parisienne et une – Saint-Pol-de-Léon – s’engage sans réticence en confiant des pouvoirs à leurs confrères7. Il est intéressant de rapprocher cette réponse sans ambiguïté des chanoines léonards de la position maximaliste des recteurs du diocèse, qui avaient cédé à la pression du haut-clergé en refusant de se réunir pour élire des représentants aux États généraux. Par ailleurs, la réponse ferme et tardive des Léonards est vraisemblablement liée à la mise à disposition de la nation des biens du clergé quelques jours auparavant et aux menaces qu’elle fait naître quant à l’avenir de l’institution capitulaire. Pour eux, il n’y a plus à hésiter : il faut répliquer par une action concertée et centralisée… et le chapitre parisien leur semble particulièrement bien placé pour lutter contre « une position aussi désastreuse pour la religion et ses ministres8 ». Les chapitres qui répondent plus tôt semblent encore penser que les intentions des Parisiens sont certes louables mais qu’il est du devoir de chaque institution de protester et que le nombre des protestations conduira les autorités à mettre en œuvre une politique plus favorable aux chapitres. Ces chapitres considèrent ainsi que la protestation émise au nom du clergé breton – entendons les évêques, les chanoines et les abbés – fin avril 1789 est suffisante9. Début octobre, le chapitre de Dol, particulièrement marqué par la nuit du 4 août, l’abandon des dîmes et des droits féodaux, a cependant compris qu’il doit faire plus et s’impliquer lui-même… mais pas au point de confier ses pouvoirs à d’autres10.

  • 11 Il existe des inventaires des correspondances reçues par les chapitres de Saint-Pol-de-Léon et de (...)

6Ces échanges entre chapitres à l’échelle du royaume ne sont pas nouveaux. Il existe en effet sous l’Ancien Régime une tradition de la consultation des compagnies sœurs sur les sujets les plus variés, que les fonds des chapitres de Saint-Pol-de-Léon, Saint-Malo et Tréguier11 permettent de décrire. Il ne semble cependant pas exister de sources parfaites pour étudier ces correspondances : les inventaires de lettres ne retiennent que certains sujets ; les registres de délibérations ne mentionnent pas systématiquement la réception du courrier.

Tableau 21. – Les correspondances reçues par les chapitres bretons.

Tableau 21. – Les correspondances reçues par les chapitres bretons.

7Cette réserve faite, l’analyse livre quelques enseignements. On remarque tout d’abord que ces courriers concernent presque exclusivement des questions de théologie, de discipline interne, de préséances. Il est vrai que l’on aborde ici des sujets vitaux pour ces corps intermédiaires de la société d’Ancien Régime et que les chapitres ont pu privilégier les lettres s’y rapportant et passer sous silence ou détruire les autres. Cette correspondance est par ailleurs avant tout une correspondance de proximité : l’essentiel provient des chapitres de Bretagne ou d’un grand Ouest allant jusqu’à Lisieux, Tours et Luçon. Enfin, rares sont les lettres envoyées par des collégiales : une à Saint-Malo, une à Saint-Pol-de-Léon, deux à Tréguier.

  • 12 Même si dans le Sud-Ouest cathédrales et collégiales semblent avoir protesté de concert. P. Loupes(...)
  • 13 De plus, des chapitres mettent en avant les institutions bretonnes afin de ne pas se lier les main (...)

8L’Union des chapitres de France qui voit une soixantaine de chapitres confier, avec plus ou moins de réserves, leurs intérêts à l’un d’entre eux se greffe donc sur une pratique ancienne et régulière. Cependant de nombreux obstacles semblent nuire à son efficacité en Bretagne. Les chapitres sont peu habitués, et certainement peu disposés, à entamer des correspondances à l’échelle du royaume : habituellement, la proximité leur suffit. La coexistence traditionnelle de deux mondes relativement étanches au sein de l’univers canonial, les cathédrales maintenant soigneusement les collégiales à distance au point que ces dernières se risquent peu à leur écrire, n’est pas de nature à fédérer les énergies12. Leurs sujets traditionnels de réflexion ne leur ont pas permis de préparer des argumentaires susceptibles d’être employés face aux nouveaux problèmes qui se posent en 1789. De plus, et la tradition des correspondances entre chapitres le montre bien, chacun est jaloux de son indépendance. Dans l’esprit capitulaire, on peut prendre conseil, on peut s’enquérir des pratiques étrangères, on peut demander une méthode pour faire face à des attaques, mais on agit seul13. Pour toutes ces raisons, et peut-être parce qu’il a été déclenché trop tard dans un monde hostile aux chanoines, ce sursaut est voué à l’échec. L’étude de la chronologie des réponses des chapitres bretons montre cependant que des réticences initiales quant à un engagement dans un mouvement défensif centralisé ne préjugent pas d’un changement d’avis ultérieur. L’une des dernières décisions rennaises et briochines témoigne de cette évolution. En effet, le 7 mai 1790, les chanoines de Rennes

  • 14 AdR – D3, délibération du 7 mai 1790.

« […] déclarent adhérer de la manière la plus formelle et la plus entière à toutes les démarches et réclamations faites par le chapitre de l’église de Paris en vertu de ses dites délibérations des 12 et 14 avril de cette année et à celles qu’il jugera à propos de faire pour le même objet, le priant à cet effet et lui donnant tout pouvoir et procuration d’agir à cet égard au nom de l’Église de Rennes comme au sien propre14… »

  • 15 J.-H. Geslin de Bourgogne et A. de Barthelemy, Les anciens évêchés de Bretagne. Évêché de Saint-Br (...)

9Les Briochins les imitent quelques jours plus tard15. Le temps a pu manquer à d’autres compagnies pour traduire ce revirement en actes.

La disparition programmée

10En un peu plus d’une année, le sort des chapitres est scellé. Lorsque, pendant la nuit du 4 août, les Constituants suppriment la dîme, dont la perception s’arrêtera en janvier 1791, et les droits seigneuriaux, ils font des clercs, et donc des chanoines, des citoyens comme les autres et enlèvent au système bénéficial une partie de ses moyens de survie. Quelques mois plus tard, en mettant les biens du clergé à la disposition de la nation, ils posent le principe de la disparition de l’ordre en le dépouillant de ses propriétés et en supprimant ses institutions financières. Se pose alors le problème de la réorganisation du clergé et de la rémunération des ministres du Culte.

  • 16 Il est à noter que les congrégations enseignantes ou charitables sont maintenues.

11La réponse ne tarde pas. La Constitution civile du clergé votée le 12 juillet 1790 ne maintient comme fonctionnaires publics rémunérés par l’État que les ministres utiles pour la population. Par conséquent, les ordres réguliers16 et les chapitres disparaissent : l’article 20 du titre premier stipule que

« […] les dignités, canonicats, prébendes, demi prébendes, chapelles, chapellenies, tant des églises cathédrales que des églises collégiales, et tous les chapitres réguliers et séculiers de l’un et l’autre sexe, sont, à compter du jour de la publication du présent décret, éteints et supprimés, sans qu’il puisse jamais en être rétablis de semblables ».

  • 17 Ailleurs, les chapitres cessent leurs fonctions et se dispersent respectivement : le 30 octobre à (...)
  • 18 ADIV – G197, extrait du registre des délibérations du chapitre de l’Église de Rennes du mardi 30 n (...)

12Quelques mois s’écoulent cependant avant que le culte cesse dans les différentes cathédrales de Bretagne : le texte est approuvé par le roi le 22 juillet, promulgué le 24 août… et les ministres retardent l’envoi des décrets. Les chanoines se réunissent donc capitulairement pour la dernière fois entre la mi-octobre, à Nantes et Saint-Malo, et début décembre 1790, à Rennes et Saint-Pol-de-Léon, sur l’injonction des autorités locales17, qui en profitent pour apposer les scellés sur les portes des armoires des archives capitulaires et des sacristies ou pour faire l’inventaire des biens des compagnies. C’est l’occasion pour chacune d’entre elles de protester avec vigueur contre ce qui est perçu comme un abus de pouvoir. On refuse ainsi aux autorités civiles le droit de modifier l’organisation de l’Église de France et on réaffirme la primauté de Rome. On condamne les dispositions de la Constitution civile du clergé : nouvelle carte des diocèses, suppression des bénéfices ecclésiastiques, élection des ministres du Culte… Et on n’oublie bien sûr pas de rappeler le rôle fondamental des chapitres, dont l’institution « remonte jusqu’aux premiers temps de l’Église18 ».

  • 19 A. Guillou et A. Rebillon, Documents relatifs à la vente des biens nationaux – district de Rennes (...)
  • 20 ADIV – 1Q430, état général et chronologique des immeubles de première origine par district dressé (...)
  • 21 M. Vovelle, « Un des plus grands chapitres de France à la fin de l’Ancien Régime : le chapitre cat (...)
  • 22 Ibid., p. 271.

13Les mois qui suivent sont consacrés à la vente des biens des anciens chapitres, « les premiers déclarés vendables19 ». L’essentiel de leur patrimoine est vendu dès 1791 : l’opération concerne vingt-neuf des trente-trois articles répertoriés dans les registres de ventes à Dol, trente et un sur quarante-deux à Rennes, vingt-quatre sur vingt-huit à Saint-Malo20. Comme en Guyenne, les biens des chapitres ne semblent pas plus recherchés que les autres biens ecclésiastiques. Même s’il est vrai que la vente des biens nationaux s’inscrit dans un contexte local et dans une problématique propre, et plus vaste, qui dépasse le cadre des seuls chapitres, quelques indices permettent d’étayer cette observation. Ainsi, avec en général quatre ou cinq enchérisseurs par bien, on est loin de « l’entrain qui prouve à quel point ils étaient enviés21 » à Chartres. De plus, dans deux cas sur trois les propriétés capitulaires ne représentent que 10 % de la valeur des ventes réalisées en 1791, alors qu’à Chartres elles en représentent un tiers22.

Tableau 22. – La valeur des biens des chapitres vendus en 1791.

Tableau 22. – La valeur des biens des chapitres vendus en 1791.

14Les biens connaissent d’ailleurs rarement de spectaculaires enchères. Leur fréquente vétusté pèse sur les estimations et doit dissuader bien des candidats à l’achat : l’on comprend donc que la vente d’une maison prébendale malouine estimée 4 522 livres pour la somme de 37 400 livres est exceptionnelle. Il est par ailleurs difficile de préciser la qualité des acheteurs.

Tableau 23. – Les acheteurs de biens capitulaires.

Tableau 23. – Les acheteurs de biens capitulaires.
  • 23 Notice 156.
  • 24 ADIV – 1Q292, procès-verbaux d’enchères et d’adjudication des biens de première origine : district (...)

15Les exemples étudiés semblent indiquer qu’il s’agit souvent d’hommes de loi et de membres des nouvelles administrations. Dans ce vaste mouvement de redistribution de la propriété, rares sont les chanoines à tenter de conserver leur demeure : très peu ont protesté contre la vente de leur habitation et seul le Dolois Gilles Déric23 participe aux enchères de sa maison prébendale, qu’il acquiert d’ailleurs après huit enchères, le 6 mai 179124.

16Le monde stable dans lequel ont évolué les chanoines a donc disparu en quelques mois. Les chapitres sont supprimés et leurs biens dispersés. Jugés inutiles les chanoines et les dignitaires sont à présent condamnés à vivre, isolés et dépouillés de leurs revenus et privilèges, de la pension que leur verse l’État.

Les destins individuels

  • 25 Dans la sous-série 1Q des archives départementales. Ces dossiers renferment notamment des certific (...)

17On a pu reconstituer 126 itinéraires, soit près de 83 % de l’échantillon. Pour beaucoup, les renseignements sont malheureusement très fragmentaires. Pour certains, les sources consultées fournissent une vue assez précise des trajectoires. Trois événements majeurs permettent de repérer ces hommes. À partir de novembre 1790, l’obligation du serment à la Constitution civile du clergé – pour les fonctionnaires publics dans un premier temps, puis pour tous les ecclésiastiques plus tard – se traduit par la constitution de listes d’assermentés et d’insermentés. Les législations de l’année 1792 – sur les biens de seconde origine à partir de mars ; sur l’exil obligatoire des ecclésiastiques réfractaires fin août – sont à l’origine de dossiers parfois complétés jusqu’à la fin du siècle25. Le Concordat, enfin, permet de voir réapparaître un certain nombre d’anciens chanoines. Un Dolois, deux Nantais et un Quimpérois, disparus précocement, ne connaîtront pas toutes ces vicissitudes. Les autres font le choix d’un engagement clair ou attendent que des lois de plus en plus dures les rejettent hors de la nation.

Tableau 24. – Les choix des chanoines en 1790-1791.

Tableau 24. – Les choix des chanoines en 1790-1791.

Les engagements précoces d’un petit nombre

  • 26 Successivement professeur de philosophie à Saint-Sulpice, professeur au séminaire d’Orléans, au co (...)
  • 27 T. Tackett, op. cit., p. 72 ; pour une analyse plus fine, à l’échelle du département ou du distric (...)
  • 28 Notice 567.
  • 29 Notice 420.
  • 30 Notice 167.
  • 31 ADM – L865, extrait des registres de délibérations du chapitre de Vannes, 29 octobre 1790.
  • 32 C. Langlois, Un diocèse breton au début du dix-neuvième siècle : Vannes, 1800-1830, Klincksieck, 1 (...)

18Quelques rares individus adhèrent au programme de réorganisation de l’Église de France mais on ne trouve pas de figure aussi marquante que celle de Pascal-Antoine Grimaud à Clermont-Ferrand26. Dans un Ouest majoritairement réfractaire27, et alors que le serment imposé le 27 novembre 1790 ne concerne que les évêques, les recteurs, les curés et les professeurs de séminaires, leur position n’en est que plus spectaculaire. Ainsi, Micault de Souleville28, archidiacre de Léon, prête serment à Lamballe, où il est né, avant d’abdiquer et de rendre ses lettres de prêtrise conformément au décret du 15 novembre 1793. Le Malouin Launay de Carheil29 prête lui aussi le serment et devient curé constitutionnel de Châteaugiron, avant de rejoindre le groupe des abdicataires. Douhet-Dupuis-Molinier30 refuse quant à lui de signer la protestation du chapitre de Vannes contre sa dissolution en 1790 en affirmant que son intention « n’a jamais été de [s’] opposer contre les décrets de l’Assemblée nationale sanctionnés par le roi auxquels [il] a fait serment d’obéir31 ». Il aurait par la suite prêté serment à la Constitution civile avant de recevoir juste après son élection le nouvel évêque, le curé d’Herbignac Le Masle, et de l’assister à l’occasion d’une messe d’action de grâce le 29 mars 1791. Présent aux réunions du club de Vannes, « il donne des signes d’évident patriotisme » mais n’entre pas dans le clergé constitutionnel32.

  • 33 Notice 723.
  • 34 Notice 385.
  • 35 Notice 613.

19La prise de position initiale n’est cependant pas toujours gage de sécurité pour l’avenir. Par exemple, bien qu’élu au siège épiscopal de Laval, Thoumin des Vauxponts33, ancien chanoine de Dol, est interné à Laval et doit quitter la France pour Jersey fin 1792. La Grézillonais34, qui quitte son canonicat malouin pour entrer dans le directoire de Saint-Malo puis dans celui du district de Rennes, est quant à lui enfermé à l’abbaye Saint-Melaine de Rennes fin 1792 ou début 1793. Louis-François Pitel35, leur confrère de Dol, est assermenté puis abdicataire en 1794, avant d’être enfermé au Mont-Saint-Michel comme réfractaire en 1796. Ces derniers destins témoignent de la position inconfortable dans laquelle se retrouvent ces prêtres qui ont pu embrasser par conviction la cause des réformes religieuses, mais se trouvent fragilisés par une législation de plus en plus intransigeante… et finalement contraints de s’en désolidariser.

  • 36 Il s’agit de Noël-François Gallery de La Tremblay (notice 247) et de Armand-Paul Gault de La Garma (...)
  • 37 Ce qui sera fait le 6 brumaire an X (28 octobre 1801). ADIV – 1Q1 096.

20S’il demeure difficile de mesurer le degré de sincérité des abdicataires dans un contexte politique particulièrement hostile aux prêtres, le choix opéré par deux chanoines de Dol36 montre que de jeunes ecclésiastiques, vivant peut-être mal le célibat, peuvent profiter des nouvelles dispositions légales pour quitter définitivement le clergé et se marier. L’un d’eux, Armand-Paul Gault, entame d’ailleurs très tôt une seconde carrière entièrement dévouée à la cause de la Révolution, connue grâce au dossier constitué par les autorités du département de l’Ille-et-Vilaine lorsqu’il a demandé à être radié de la liste des émigrés, sur laquelle il est manifestement porté par erreur, le 13 prairial an VII (mai-juin 1799)37. Retiré à Baguer-Pican, non loin de Dol, il obtient fin avril 1792 un passeport pour se rendre à Tours où réside sa famille et où il souhaite s’établir : il s’agit semble-t-il d’une simple régularisation puisqu’il y réside depuis la fin de 1790 et qu’il est, aux dires de son frère, « entré dans une maison de commerce ». Le 6 octobre 1792, il se rend de Tours à Orléans pour prêter le serment dit de Liberté-Égalité exigé par la loi du 14 août 1792. Pendant l’an II et l’an III, il appartient à l’armée de Sambre et Meuse en qualité de secrétaire du général Duchesne. L’année suivante, il rejoint Paris où il devient inspecteur des casernements. À partir de messidor an VI (juin-juillet 1798), enfin, il s’occupe du cantonnement des troupes en Belgique.

  • 38 Rappelons que souvent dès le début de 1791, à la suite de la suppression de leur siège épiscopal o (...)
  • 39 Une lettre anonyme d’août 1791 indique que « tous les chanoines de Saint-Pol ont passé en Angleter (...)
  • 40 Notice 348.
  • 41 ADCA – 1Q498.
  • 42 Notice 314.
  • 43 Notice 667.
  • 44 Évêque de Dol de 1767 à 1790, il quitte sa cité épiscopale le 1er avril 1791 pour se retirer à May (...)

21À l’opposé, quelques autres s’engagent clairement dans la Contre- Révolution. Ainsi, dix-huit chanoines bretons émigrent dès le début de la Révolution. C’est peu et seuls les léonards semblent massivement suivre leur évêque dans l’exil38 : alors que six d’entre eux quittent la France39, aucun Briochin, Malouin ou Rennais ne les imitent. Ils partent surtout à Jersey, plus rarement vers un État d’Europe continentale où Kerguénech de Kericuff40, qui évoque son intention de quitter le Brabant pour rejoindre les princes en Allemagne, paraît isolé41. À l’exception du Dolois François de Hercé42 et du Rennais Rolland du Noday43, ces chanoines attendront la pacification religieuse à l’étranger. Le premier, retiré en Angleterre, est capturé avec son frère, l’ancien évêque de Dol Urbain-René de Hercé44, lors du débarquement raté des émigrés à Quiberon en 1795 : il est fusillé en sa compagnie à Vannes. Le second, initialement réfugié à Jersey, se charge de missions sur le territoire français en 1793 et 1795, participe au débarquement de Quiberon, en réchappe, et termine son existence comme chanoine honoraire de la cathédrale de Rennes en 1837.

  • 45 Bareau de Girac, un des hommes forts de la province, occupe le siège épiscopal de Rennes de 1769 à (...)
  • 46 Jean-François de La Marche est évêque de Léon de 1772 à 1790. Pour Henry, voir notice 313.
  • 47 Conen de Saint-Luc est évêque de Quimper de 1773 à 1790. Sur Thiberge et Gillard de Larchantel, vo (...)
  • 48 Voir notice 65.
  • 49 A. Cariou, La restauration religieuse du diocèse de Vannes au lendemain du concordat de 1802 (1802 (...)
  • 50 T.-J.-A. Le Goff, Vannes et sa région. Ville et campagne dans la France du xviiie siècle, Salmon, (...)
  • 51 C. Langlois, op. cit., p. 60.
  • 52 Ibid., p. 261 et 263.

22Ces chanoines ont fait un choix radicalement différent de ceux qui continuent à servir la seule Église légitime à leurs yeux dans la clandestinité. Quelques-uns assurent les fonctions de vicaires généraux des évêques désormais absents. Ainsi, à Rennes, François Bareau de Girac confie le diocèse à Benjamin de Goyon et à Joseph de Fénieux45 ; à Saint-Pol-de-Léon, Jean-François de LaMarche désigne Michel Henry46 pour épauler le principal du collège de Léon Jean Péron ; à Quimper, Toussaint-François-Joseph Conen de Saint-Luc choisit Jérôme Thiberge et Louis-Jean Gillard de Larchantel47. Dernier stade de l’engagement contre-révolutionnaire, la lutte armée dans le cadre de la chouannerie ne concerne vraisemblablement que quelques cas isolés. Philippe-Jean Boutouillic48, ancien chanoine de Vannes, en est le seul représentant avéré. Chef religieux, il dirige un groupe de prêtres qui exerce clandestinement le culte dans les maisons particulières49 ; « chef de guérilla50 », il préside le Conseil royaliste du Morbihan en 1795, dont il signe les décisions et assure l’expédition des ordres51. Personnage encombrant à l’heure de la pacification, bientôt suspecté d’appartenir à la Petite Église, il est écarté du clergé concordataire52.

  • 53 T. Tackett, op. cit., p. 55.
  • 54 Par exemple, il ne se trouve qu’un chanoine jureur sur dix-huit à Sarlat, deux sur dix-huit à Baza (...)
  • 55 Notice 142.
  • 56 ADIV – 1Q1 092.

23Ces attitudes, expression de convictions profondes, de pressions des opinions locales ou d’un opportunisme de circonstance53, restent néanmoins exceptionnelles et nombre de chanoines restent en dehors de la scène, ne s’engageant politiquement qu’en août 1792. Ici, la Bretagne ne diffère pas de la Guyenne et du reste du royaume, où les prises de position résolues et précoces contre ou en faveur de la Révolution sont minoritaires54. Cependant, si l’on en croit le testament du chanoine malouin Courte de La Blanchardière55 rédigé à Saint-Malo le 7 novembre 1792, beaucoup de ces attentistes, opposés à la marche des événements, doivent se plier à la législation tout en se réfugiant dans leur for intérieur. N’est-ce pas ce qu’il insinue lorsqu’il écrit : « Je veux que le prêtre qui sera appelé par mon exécuteur testamentaire pour mes funérailles soit du nombre de ceux qui n’ont pas prêté serment de vivre hors du sein de l’église catholique, et de ne plus lui être subordonné en matière de dogme et de discipline56. » Les adversaires potentiels de la nouvelle politique religieuse sont certainement nombreux, s’abstenant de critiquer ouvertement et s’efforçant de vivre, qui chez des amis, qui en famille, parfois loin de leur ancienne résidence.

L’engagement de la masse

  • 57 P. Pierrard, L’Église et la Révolution, 1789-1899, Nouvelle Cité, 1988, p. 89.

24Cet engagement est directement lié au durcissement de la législation dans un contexte politique incertain à partir de 1792 : menacée aux frontières, la Révolution est bientôt aux prises avec divers soulèvements politiques ou religieux intérieurs. Les prêtres, réfractaires ou constitutionnels, deviennent alors des « ennemis nés57 » de la Révolution. Déjà, le 29 novembre 1791, un décret stipule que tous les ecclésiastiques doivent prêter le serment à la Constitution civile sous peine de perdre leur traitement ou leur pension. Le 27 mai 1792, la Législative vote la déportation des prêtres insermentés dénoncés par les citoyens actifs du canton dans lequel ils résident. Le 14 août, elle impose le serment dit de Liberté-Égalité. Le 26 août 1792, elle condamne – sous peine de transfert en Guyane – les réfractaires à « se déporter » hors de France. C’est dans ce climat, alourdi par les massacres de septembre, que près d’une centaine d’anciens chanoines prennent position.

Tableau 25. – Les attentistes de 1790-1791 face à la législation de 1792.

Tableau 25. – Les attentistes de 1790-1791 face à la législation de 1792.
  • 58 Aucune originalité à cela. La logique de la proximité géographique joue à plein : les chanoines de (...)
  • 59 Notice 465.

25Plus de la moitié de ces ecclésiastiques quittent le territoire pour se rendre, massivement, à Jersey, d’ailleurs principale destination du clergé de l’Ouest. Ils y rejoignent ainsi plusieurs des évêques bretons58. Malheureusement, sur le devenir de ces chanoines, sur la manière dont ils survivent et attendent l’heure du retour, sur l’attention qu’ils portent aux événements de France… nous ne savons presque rien. Seul Jean-Gabriel Le Gofvry59, ancien chanoine de Saint-Brieuc, semble faire exception. On sait en effet qu’il consacre une partie de son temps à la rédaction de plusieurs ouvrages. En 1792, à la demande des évêques français réfugiés à Jersey, il s’intéresse par exemple à la division du clergé français ; en 1795, alors que les autorités de l’île envisagent de mobiliser les prêtres pour la défendre en cas d’attaque française, il s’y oppose dans un mémoire, où il explique néanmoins que les prêtres pourront rendre tous les services compatibles avec leurs devoirs.

  • 60 Notice 211.
  • 61 Itinéraire reconstitué à partir de ADIV – 1Q1 095 qui contient plusieurs certificats de résidence.

26Il reste par ailleurs difficile pour beaucoup de chanoines de préciser, malgré l’existence d’études anciennes, le processus qui les mène à l’étranger : départ selon leurs propres moyens, après incarcération provisoire… Quoi qu’il en soit, pour la plupart d’entre eux, le départ clôt une période d’incertitude au cours de laquelle ceux qui ont échappé aux regroupements de réfractaires du printemps 1792 ont dû errer de localité en localité. Le Malouin Durand de La Furonnière60 a par exemple vécu en pension chez sa sœur jusqu’à ce qu’une lettre des autorités du département d’Ille-et- Vilaine l’oblige, en tant que vicaire général, à quitter le département. À la demande pressante de la municipalité de Saint-Malo, il part pour Paris, où il réside du 11 mars au 15 juin 1792, au moins. De là il se rend à Rouen où il arrive le 4 juillet. Il y séjourne au moins jusqu’au 7 août. Le 9 septembre, il est à Granville, où la municipalité lui délivre un passeport pour Jersey61.

  • 62 Notice 446.
  • 63 ADCA – V535.

27Comme lui, beaucoup de chanoines reviendront en France quelques années plus tard, puisque seuls onze individus contraints de quitter le royaume en 1792 semblent décéder en terre étrangère. Les conditions de leur réinsertion sont très mal connues mais quelques témoignages en montrent toute la difficulté. Ainsi, en 1803, Sébastien-Corentin Le Dall de Tromelin62 rejoint les Côtes-du-Nord – il était chanoine de Tréguier – mais comme il n’y trouve « ni feu ni lieu ni aucun moyen de subsistance », il part pour Saint-Pol-de-Léon afin de se rapprocher de sa famille qui veut bien partager avec lui « ce qu’elle a pu conserver63 ». De retour, ils ont pu retrouver ceux qui – moins du tiers de l’échantillon – sont restés en France et, soumis aux fluctuations de la politique religieuse de la République, ont réussi à échapper à toutes les phases de persécution.

  • 64 Notice 443.
  • 65 A. Guillotin de Corson, Les confesseurs de la foi pendant la grande Révolution sur le territoire d (...)
  • 66 Notice 166.
  • 67 Notice 266.
  • 68 Notice 193.

28Le Rennais Le Corsin du Chesne-Blanc64 en est un bon représentant. En 1792, il échappe à la déportation et est interné dans l’abbaye Saint-Melaine puis transféré au couvent de la Trinité. Il rejoint ainsi onze chanoines rennais et malouins sexagénaires non soumis à la déportation65. Ces prêtres ne connaissent pas le sort de leur confrère nantais Douaud des Rivières66, interné à Nantes et tué en plein soulèvement vendéen comme incarnation de la réaction, lors des noyades organisées fin 1793 par Carrier, véritable bras armé de la Terreur dans la ville. Le Corsin est libéré au printemps 1795 lorsque le culte est à nouveau autorisé mais doit se cacher lorsque, après Quiberon, les autorités se raidissant à nouveau et quand, à partir de 1797, on décide dans un contexte national troublé, d’arrêter et de regrouper à Rochefort tous les réfractaires aux lois de 1792-1793. Il est alors arrêté et enfermé sur l’île de Ré, puis libéré fin 1799 lorsque le Premier consul inaugure une politique de pacification religieuse. Tous n’ont pas sa chance. Gibon du Pargo67 meurt par exemple de faim dans sa cachette à Rennes où son protecteur, arrêté, l’a abandonné ; du Laurens de La Barre68 meurt à Rochefort en décembre 1798.

Les temps nouveaux

29À partir de novembre 1799, dans un contexte politique troublé, Bonaparte tente de juguler l’opposition royaliste en jouant la carte de l’apaisement religieux : il garantit la reprise du culte, le retour des ecclésiastiques déportés, la libération des internés et s’attelle à la reconstruction de l’Église en France. Le Concordat signé le 15 juillet 1801, après de longues négociations entre la France et la papauté, oblige les évêques à abandonner leur siège, exige un serment de la part de tous les ecclésiastiques et confie la rémunération du personnel ecclésiastique au gouvernement. Nous savons que 64 anciens chanoines vivent avec des fortunes diverses cette réorganisation. Ce sont sans surprise des ecclésiastiques assez jeunes qui avaient en moyenne un peu plus de 40 ans au début de la Révolution et à qui une robuste constitution… ou la chance ont permis de traverser la Révolution. Quant aux autres, 33 sont décédés depuis 1790 et 29 échappent à toute investigation. Au moins 40 % de ces anciens chanoines participent à la nouvelle organisation du clergé.

Évêques ou recteurs

  • 69 J.-O. Boudon, L’épiscopat français à l’époque concordataire, 1802-1905, Cerf, 1996, p. 285-306.

30La reconstruction doit tenir compte des différentes sensibilités qui se sont exprimées pendant la décennie révolutionnaire. À cette fin, pour attribuer les évêchés, Bonaparte respecte un dosage entre les évêques d’Ancien Régime, les évêques constitutionnels, et les prêtres du second ordre en respectant un équilibre entre constitutionnels et réfractaires69. L’Ouest participe peu à cette reconstruction au sommet opérée entre avril et octobre 1802, mais, comme partout, les ecclésiastiques nommés évêques ont la confiance du gouvernement. L’un des deux anciens prébendés bretons promus à l’épiscopat à cette époque n’est déjà plus chanoine en 1790 : Jean-Baptiste Maillé de La Tour-Landry occupe en effet à cette date le siège épiscopal de Gap. Un troisième ancien chanoine, Jean-Marie-Dominique de Poulpiquet, deviendra évêque sous la Restauration… mais en 1790, il vient d’accéder à une cure. Tous trois se sont opposés à la politique religieuse de la Révolution, mais n’en témoignent pas moins de trois itinéraires différents.

  • 70 Notice 542.
  • 71 M. Lagree, Mentalités, religion et histoire en Haute-Bretagne au xixe siècle. Le diocèse de Rennes (...)

31Jean-Baptiste Maillé de La Tour-Landry70 est originaire d’Entrammes dans le diocèse du Mans. Après une carrière de soldat, comme de nombreux futurs ecclésiastiques issus de la noblesse, il passe par le séminaire Saint-Sulpice de Paris où il entre en 1765. Devenu prêtre en 1769, il devient vicaire général du diocèse du Mans l’année suivante. En 1772, il arrive à Dol, où il occupe le poste de vicaire général avant de se voir attribuer un canonicat. Cette ascension rapide est couronnée par la mitre en 1778 : il est évêque de Gap entre 1778 et 1784, puis de Saint-Papoul jusqu’à la Révolution. Certes peu accaparé par les affaires de son petit diocèse – il passe le plus clair de son temps à Paris –, et certainement personnage peu considéré, c’est néanmoins doté d’une réelle expérience de la gestion d’un diocèse qu’il reçoit l’évêché de Rennes en 1802. Il bénéficie alors certainement de son attitude pendant la Révolution, qui lui vaut des notes élogieuses lors de la préparation des listes de candidats. En effet, quand d’autres quittent le territoire, il continue à exercer son ministère dans la clandestinité à Paris où il multiplie les ordinations. Il donne le change en prêtant le serment de fidélité aux lois de la République en 1794 et est incorporé à la Garde nationale du quartier de Passy. Arrêté et déporté à l’île de Ré en 1798, il est néanmoins « le seul évêque réfractaire à pouvoir se targuer d’avoir vécu toute la Révolution à Paris71 ».

  • 72 Notice 115.
  • 73 J.-O. Boudon, op. cit., p. 305.

32Hilarion-François de Chevigné du Boischollet72, né dans une famille noble du diocèse de Nantes en 1746, est successivement archidiacre et chanoine de Nantes (1770-1776), archidiacre de Vannes (1776-1777), chanoine de Nantes à nouveau. Il exerce également les responsabilités de vicaire général entre 1777 et 1784. Emprisonné à Paris en 1793-1794, il revient à Nantes en 1795 avec des pouvoirs de Charles-Eutrope de La Laurencie, l’évêque de Nantes qui a émigré en Angleterre dès le début de la Révolution. Il semble réussir à y vivre caché. Représentant des prêtres du second ordre lorsqu’il est promu à l’évêché de Sées en 1802, il bénéficie de son ralliement officiel au régime en l’an VIII, ralliement qui prend une valeur particulière car il survient dans une région blanche où son auteur a prôné la soumission aux prêtres de son diocèse73. Fervent partisan du régime – il devient baron de l’Empire en 1809 – il s’en éloigne en 1811 lorsqu’il prend partie pour le pape lors de ses démêlés avec Napoléon. Il doit alors quitter son évêché. Il se retire à Nantes où il meurt en 1812.

  • 74 Notice 625.
  • 75 Louis-Marie-Raymond de Poulpiquet de Brescanvel est conseiller au Parlement de Bretagne entre 1771 (...)
  • 76 M. Peronnet, Les évêques de l’ancienne France, Champion, 1977, p. 366.

33Jean-Marie-Dominique de Poulpiquet74, dont le père devient conseiller au Parlement de Bretagne75, naît quant à lui en 1759 à Plouguernau dans une famille de petite noblesse. Successivement élève du collège de Saint-Polde-Léon, du collège de Rennes, du séminaire Saint-Sulpice et de la Sorbonne à Paris, il devient prêtre en 1783 et décroche une licence de théologie. L’appui de l’évêque de Léon Jean-François de La Marche lui permet d’obtenir un canonicat de la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon en 1787 ainsi que le poste de vicaire général. En 1788, il poursuit son ascension en représentant, avec son évêque, le clergé de l’archevêché de Tours à l’Assemblée générale du clergé de France. Ce parcours, jusqu’alors proche de celui des épiscopables d’Ancien Régime76, s’en éloigne lorsque la recommandation de son oncle lui permet d’obtenir la cure de Plouguernau à la veille de la Révolution. Les événements l’incitent alors à émigrer et, en juillet 1791, il gagne Jersey puis Londres, avant de s’établir chez la duchesse de Newcastle près d’Oxford, où il dispense des leçons de grammaire française, de latin et d’italien. Il participe à l’expédition de Quiberon mais réussit à s’échapper. De retour en juin 1802 après avoir reçu son certificat d’amnistie, il est nommé dans son ancienne paroisse, devient vicaire général de l’évêché de Quimper en 1806 et milite en faveur du rétablissement de l’évêché de Saint-Pol-de-Léon. En 1823, Louis XVIII le nomme évêque de Quimper. Dernier survivant des chanoines bretons de l’Ancien Régime, il s’éteint dans sa ville épiscopale le 1er mai 1840.

  • 77 En Guyenne, les chanoines investis de responsabilités paroissiales sont également peu nombreux. P. (...)
  • 78 Notice 277.
  • 79 Notice 195.
  • 80 ADIV – 1Q1 095.
  • 81 A. Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, t. IV, Fougeray, 1885, p. 65
  • 82 ADIV – 1V38, notes confidentielles sur les prêtres résidant dans le département, an VIII-an XIII.

34À l’échelon diocésain, chaque évêque doit pourvoir les cures de son diocèse en s’efforçant de faire cohabiter des prêtres dont les positions ont pu s’opposer. Cependant, le plus souvent les prélats privilégient les anciens réfractaires. Les anciens chanoines ne sont assurément pas les mieux qualifiés pour participer à l’entreprise de reprise en main des paroisses au sortir de cette période troublée. L’ordinaire ne confie d’ailleurs de responsabilités paroissiales comme recteur ou curé dans le nouveau clergé qu’à seulement douze anciens chanoines77, qui sont tous des représentants du camp réfractaire. Ce petit échantillon témoigne de l’attachement des chanoines à leur région d’origine. En effet, seul Camille-Pierre Goret de Villepépin78 est nommé hors de Bretagne : en 1811, il est curé près de Paris. Par ailleurs, sept des dix chanoines nommés en Bretagne dont on connaît l’origine géographique le sont dans leur paroisse d’origine ou dans une paroisse proche. Le chanoine dolois Du Margaro79, que l’on suit bien au cours de la période, se retire ainsi dans sa paroisse de naissance, Baguer-Pican, en 1791-1792. En septembre 1792, conformément à la loi, il part pour Saint-Malo où il s’embarque pour Jersey. De retour, il séjourne à nouveau à Baguer-Pican entre 1797 et 180080. Nommé recteur de Baguer-Pican81 où il acquiert « l’estime des habitants », il est bientôt recommandé aux autorités pour la cure de Dol car « il réunit les qualités du cœur et de l’esprit » et est chargé « du soin et de l’éducation de trois enfants mineurs sans fortune de son frère lieutenant de vaisseau mort à Paris en 179382 ». Il meurt en 1804 sans l’avoir obtenue.

Chanoines ou vicaires généraux

  • 83 Ceux de Dol et Saint-Malo disparaissent du fait de l’intégration de leurs diocèses dans le départe (...)
  • 84 Selon les statuts du chapitre cathédral de Rennes, établis par l’évêque le 1er prairial an XI (21 (...)
  • 85 A. Cariou, op. cit., p. 94.

35Les quinze chanoines d’Ancien Régime qui retrouvent une stalle au début du xixe siècle découvrent une institution bien différente de celle du passé. Les chapitres sont en effet beaucoup moins nombreux. Bonaparte voulait en limiter le nombre et le Concordat se contente d’offrir aux évêques la possibilité d’ériger un chapitre cathédral. Conformément au souhait du pape Pie VII, ils saisissent les autorités en vertu de l’article 35 des articles organiques du Concordat qui stipule que « les archevêques et évêques qui voudront user de la faculté qui leur est donnée d’établir des chapitres ne pourront le faire sans avoir rapporté l’autorisation du gouvernement, tant pour l’établissement lui-même que pour le nombre et le choix des ecclésiastiques destinés à les former ». Il y a donc désormais soixante chapitres cathédraux en France. Le découpage ecclésiastique respectant le découpage administratif, seuls cinq chapitres renaissent dans les départements bretons en 1802 : ceux de Nantes, Quimper, Rennes, Saint-Brieuc et Vannes83. Les effectifs de ces compagnies sont par ailleurs bien faibles par rapport à ceux de leurs aînées. Huit à neuf chanoines tentent de redonner tout leur lustre aux nouvelles compagnies. Ils sont rejoints par quelques chanoines honoraires – treize dans l’ensemble des chapitres bretons – que les évêques souhaitent particulièrement honorer mais ne peuvent faire entrer dans le chapitre faute de postes. Enfin, le prestige des chapitres est bien entamé. Les chanoines ne forment plus un corps particulier, s’assemblent sous la direction de l’évêque quand ce dernier le décide et pour évoquer les sujets qu’il a choisis84. Plus de culte permanent à assurer, plus de biens à gérer, plus de revenus à percevoir, plus de cures à pourvoir, plus de personnel à employer : privés de responsabilités, les chapitres ne sont plus que l’ombre de leurs homologues du xviiie siècle. Certains ne semblent cependant pas s’en plaindre, comme ces chanoines vannetais qui, en 1807, se lassent de l’office canonial quotidien. Ils réclament le même régime que leurs collègues des départements voisins qui n’officient au chœur que le dimanche et le jeudi. Ils doivent cependant attendre 1819 pour obtenir satisfaction85.

  • 86 Dans les années suivantes, d’autres chanoines d’Ancien Régime entrent dans les chapitres : Michel (...)

36Les anciens prébendés sont plus ou moins nombreux selon les chapitres. À Vannes, l’évêque n’en appelle aucun et à Quimper il n’y en a qu’un ; en revanche, à Nantes, Rennes et Saint-Brieuc, ils occupent la moitié des places86.

Tableau 26. – Les chanoines titulaires concordataires ayant été chanoines sous l’Ancien Régime.

Tableau 26. – Les chanoines titulaires concordataires ayant été chanoines sous l’Ancien Régime.
  • 87 Ainsi peut-on qualifier le conseil formé de trois anciens eudistes dont s’entoure l’évêque ; M. La (...)
  • 88 Notice 542.
  • 89 Notice 226.
  • 90 Notice 490.
  • 91 C. Langlois, op. cit., p. 122.
  • 92 Il s’agit respectivement de Pierre de La Corbière de Juvigny (notice 371) et de Jacquelot du Boisr (...)
  • 93 Y. Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne de la fin de l’Ancien Régime à 1840, Éd (...)
  • 94 Respectivement notices 271, 239, 733 et 445.
  • 95 Notice 313.

37Outre la plus ou moins grande volonté d’assurer une certaine continuité entre chapitres d’Ancien Régime et chapitres concordataires, il semble que le contexte diocésain de la réorganisation ecclésiastique joue un rôle dans ces écarts. Gérant le diocèse de Rennes à l’aide d’une véritable « machine de guerre réfractaire87 », Maille de La Tour-Landry88 nomme par exemple cinq anciens chanoines au-dessus de tout soupçon à ces postes symboliques à côté d’assermentés menés par Joseph-Elisabeth Lanjuinais, le frère de l’avocat révolutionnaire. Fénieux de Pinbernard89 a ainsi représenté François Bareau de Girac dans le diocèse pendant la Révolution et a connu les pontons de La Rochelle. Joseph-Mathurin Le Mintier90 a quant à lui été enfermé à Saint-Melaine à Rennes avant de partir pour Jersey. Dans le diocèse de Vannes, l’évêque semble privilégier les émigrés91, or le premier des deux chanoines émigrés est mort à l’étranger et le second est à Paris en 180192. Dans le diocèse de Quimper, qui a peu à peu glissé dans l’anarchie religieuse avec l’assassinat d’Yves-Marie Audrein en 1800, le retour des émigrés et la politique favorable au clergé assermenté du préfet Jean-François Rudler, le nouvel évêque, Claude André, ne nomme qu’un ancien chanoine93. En revanche, quatre d’entre eux vont occuper les postes beaucoup plus importants de vicaires généraux : Gilard de L’Arc’hantel et Frollo sont ainsi chargés de l’organisation du clergé en Cornouaille, Troérin assure cette tâche dans le Léon et Le Dall de Tromelin dans la partie trégorroise du diocèse94. Les postes clefs du diocèse de Quimper semblent donc revenir aux anciens représentants des évêques émigrés de Quimper et de Léon, impression renforcée par l’affectation de Michel Henry95 à la cure de Quimperlé, puis à un vicariat général et à un canonicat. Entre 1803 et 1830, plusieurs anciens chanoines deviennent d’ailleurs, comme vicaires généraux, les très proches collaborateurs, les hommes de confiance des évêques de Nantes (deux), Saint-Brieuc (deux) et Rennes (quatre), s’occupant de l’administration diocésaine, des mutations, des appréciations portées sur les desservants de paroisses.

Tableau 27. – Les chanoines d’Ancien Régime devenus vicaires généraux concordataires (hors diocèse de Quimper).

Tableau 27. – Les chanoines d’Ancien Régime devenus vicaires généraux concordataires (hors diocèse de Quimper).

Conclusion

38La Révolution puis le Concordat constituent donc des ruptures fortes dans l’histoire capitulaire. D’une part, les nouveaux chapitres diffèrent de leurs devanciers tant dans l’organisation que dans les finalités. D’autre part, les chanoines d’Ancien Régime semblent massivement exclus de la réorganisation concordataire. Plus de la moitié des survivants demeurent certes dans l’ombre, mais l’on peut avancer que, s’ils avaient fait partie du nouveau dispositif, les sources les auraient mentionnés.

  • 96 Notice 201.
  • 97 Respectivement notices 361 et 567.
  • 98 Notice 667.
  • 99 C. Langlois, op. cit., p. 189 et 262. La Croix-Helléan se trouve dans l’ancien diocèse de Saint-Ma (...)

39Que sont-ils devenus ? Par exemple, ce François du Portail dont on perd très vite la trace. Ancien chanoine de Quimper, il réside en France – dans les Côtes-du-Nord ou à Paris – entre mai 1792 et juillet 1799, prête le serment de Liberté-Égalité en janvier 1793, n’exerce aucune fonction ecclésiastique par la suite et obtient le droit de jouir de ses biens en mars 1800 par les autorités du district de Lannion96. Que fait-il alors ? L’étude pose ici plus de questions qu’elle n’en résout. Temps d’incertitudes et de migrations, la Révolution a jeté sur les routes de nombreux ecclésiastiques et certains ne sont certainement pas revenus dans la région où ils exerçaient en 1790. D’autres – trop âgés ? exclus délibérément du nouveau clergé ? –, témoins d’une époque révolue, ont certainement végété des années durant dans une paroisse d’accueil comme les Léonards Kéroulans et Micault de Souleville97, simples prêtres après le Concordat. Rares sont en revanche ceux qui ont donné une nouvelle orientation à leur existence comme l’ancien chanoine rennais Hypolithe-Charles Rolland du Noday98, « un instant maire de la Croix-Helléan où il vivait en propriétaire », s’adonnant à l’agronomie99.

Notes

1 B. Hours, L’Église et la vie religieuse dans la France moderne, xvie-xviiie siècles, PUF, 2000, p. 364.

2 Sur les dix chanoines qui siègent parmi les 291 députés du Clergé, aucun ne vient de Bretagne.

3 Seuls 1 % des 202 cahiers généraux demandent expressément la suppression des chapitres. T. Tackett, La Révolution, l’Église, la France, Cerf, 1986, p. 28-29.

4 La noblesse et le haut clergé bretons sont en effet partisans de la tradition qui veut que les États de Bretagne, où le clergé est représenté par les évêques, les chanoines et les abbés, nomment les députés aux États généraux. Devant le refus de la Monarchie, les deux ordres privilégiés sortent du jeu politique.

5 AN – L540, n° 14, protestation du chapitre de l’Église de Paris contre le règlement fait par le roi pour l’exécution des lettres de convocation aux États généraux du 24 janvier 1789, 23 avril 1789, p. 6-7.

6 Pour l’histoire de ce mouvement, voir P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècle, Éd. de l’EHESS, p. 403-408.

7 AN – L542, relevé de la correspondance des chapitres du royaume avec le chapitre de l’Église de Paris.

8 AN – L 543, lettre de procuration adressée au chapitre de Paris par le chapitre de Saint-Pol-de-Léon, 30 novembre 1789.

9 C’est le cas des chapitres de Nantes et Rennes : respectivement AN – L543, réponse du chapitre de Nantes au chapitre de Paris ; AN – L543, réponse du chapitre de Rennes au chapitre de Paris, 8 mai 1789.

10 AN – L542, lettre du chapitre de Dol au chapitre de Paris, 7 octobre 1789.

11 Il existe des inventaires des correspondances reçues par les chapitres de Saint-Pol-de-Léon et de Tréguier conservés en ADF – 6G1, inventaire général des titres de Saint-Pol-de-Léon. Lettres, circulaires de différents chapitres d’églises cathédrales concernant les cérémonies et les usages, 1662-1765 et ADCA – G444, correspondance. Lettres des différents chapitres de France au chapitre de Tréguier, 1710-1789. Pour Saint-Malo, les lettres sont évoquées au cours des réunions capitulaires : ADIV – G265, registre des délibérations capitulaires, 1756-1762 et G266, registre des délibérations capitulaires, 1769-1773.

12 Même si dans le Sud-Ouest cathédrales et collégiales semblent avoir protesté de concert. P. Loupes, op. cit., p. 404.

13 De plus, des chapitres mettent en avant les institutions bretonnes afin de ne pas se lier les mains en s’engageant trop clairement derrière le chapitre parisien. La compagnie rennaise explique ainsi que si elle ne disconvient pas « qu’une démarche ainsi collectivement faite au nom de tous ne puisse être très efficace », elle pense cependant que la démarche ne doit « préjudicier aux droits, franchises, libertés » de la province et doit lui laisser la possibilité d’user des moyens « fondés sur la constitution bretonne… » (ADF – 6G27, lettre du chapitre de Rennes au chapitre de Saint-Pol-de-Léon, 4 décembre 1789).

14 AdR – D3, délibération du 7 mai 1790.

15 J.-H. Geslin de Bourgogne et A. de Barthelemy, Les anciens évêchés de Bretagne. Évêché de Saint-Brieuc, t. 1, Guyon Frères, 1855, p. 196.

16 Il est à noter que les congrégations enseignantes ou charitables sont maintenues.

17 Ailleurs, les chapitres cessent leurs fonctions et se dispersent respectivement : le 30 octobre à Vannes, le 27 octobre à Quimper, le 9 novembre à Saint-Brieuc, le 16 novembre à Tréguier et le 19 novembre à Dol. Il semble ainsi que le zèle des administrateurs locaux soit plus fort qu’en Guyenne où les derniers chapitres se réunissent en janvier 1791 : P. Loupes, op. cit., p. 416.

18 ADIV – G197, extrait du registre des délibérations du chapitre de l’Église de Rennes du mardi 30 novembre 1790. Voir également : ADF – 6G27, chapitre extraordinaire du jeudi 2 décembre 1790, pour Saint-Pol-de-Léon ; ADCA – 1Q144, procès-verbal de fermeture et d’inventaire du mobilier, des vases sacrés, des ornements et protestation du chapitre de la cathédrale, 16 novembre 1790, pour Tréguier ; ADM – 47G7, délibération du 8 octobre 1790, pour Vannes ; A. Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Fougeray-Haton, 1880, t. 1, p. 482-484 et p. 651-652 pour Dol et Saint-Malo ; J.-H. Geslin de Bourgogne et A. de Barthelemy, op. cit., p. 196-197 ; G. Durville, « Aperçu sur l’histoire du chapitre de Nantes du viiie siècle au Concordat », BSAN, t. XLVII, 1906, p. 306-314 pour Nantes.

19 A. Guillou et A. Rebillon, Documents relatifs à la vente des biens nationaux – district de Rennes et de Bain, Oberthur, 1911, p. XXII.

20 ADIV – 1Q430, état général et chronologique des immeubles de première origine par district dressé au xixe siècle.

21 M. Vovelle, « Un des plus grands chapitres de France à la fin de l’Ancien Régime : le chapitre cathédral de Chartres », Actes du 85e CNSS, 1961, p. 270.

22 Ibid., p. 271.

23 Notice 156.

24 ADIV – 1Q292, procès-verbaux d’enchères et d’adjudication des biens de première origine : district de Dol, un autre ecclésiastique, curé de la paroisse Notre-Dame de Dol achète une prairie au Mont-Dol quelques mois plus tard. Les chanoines se tiennent également à l’écart des ventes en Guyenne puisque seul un Sarladais tente, sans succès, de conserver sa maison : P. Loupes, op. cit., p. 417. Il semble par ailleurs que seuls un Briochin, un Léonard et quatre Vannetais aient protesté contre la mise en vente de leur maison. Respectivement : L. Dubreil, La vente des biens nationaux dans le département des Côtes-du-Nord. 1790-1830, Champion, 1912, p. 107 ; ADF – 1Q2473, lettre du chanoine de Keroulans à l’administration du district de Morlaix, 8 mai 1791 ; ADM– L865, extrait du registre de délibérations du Directoire du District de Vannes, 11 novembre 1790.

25 Dans la sous-série 1Q des archives départementales. Ces dossiers renferment notamment des certificats de résidence, émis par des municipalités, qui attestent de la présence des anciens chanoines et des procédures engagées par certains afin d’obtenir leur radiation des listes d’émigrés sur lesquelles ils avaient été enregistrés par erreur.

26 Successivement professeur de philosophie à Saint-Sulpice, professeur au séminaire d’Orléans, au collège de Clermont, au collège Louis le Grand à Paris, au collège de Tournon, il devient chanoine de la collégiale Saint-Pierre de Clermont en 1776, tout en enseignant à Clermont à partir de 1782. En 1789, il s’engage résolument dans le processus révolutionnaire, devient substitut du procureur de Clermont, vicaire constitutionnel de la cathédrale de Moulins avant de devenir un rouage essentiel du mouvement jacobin de la ville. Chargé d’appliquer les mesures de la Terreur à l’échelon local, il doit aussi participer à l’organisation de la répression contre les fédéralistes à Lyon. P. Bourdin, Le noir et le rouge. Itinéraire social, culturel et politique d’un prêtre patriote (1736-1799), Presses universitaires Blaise Pascal, 2000.

27 T. Tackett, op. cit., p. 72 ; pour une analyse plus fine, à l’échelle du département ou du district, voir R. Dupuy, De la Révolution à la chouannerie. Paysans en Bretagne, 1788-1794, Flammarion, 1988, p. 175-185. Rappelons que le taux de refus avoisine 80 % en Bretagne, alors qu’il est de 45 % à l’échelle de la France.

28 Notice 567.

29 Notice 420.

30 Notice 167.

31 ADM – L865, extrait des registres de délibérations du chapitre de Vannes, 29 octobre 1790.

32 C. Langlois, Un diocèse breton au début du dix-neuvième siècle : Vannes, 1800-1830, Klincksieck, 1974, p. 48.

33 Notice 723.

34 Notice 385.

35 Notice 613.

36 Il s’agit de Noël-François Gallery de La Tremblay (notice 247) et de Armand-Paul Gault de La Garmandière (notice 254).

37 Ce qui sera fait le 6 brumaire an X (28 octobre 1801). ADIV – 1Q1 096.

38 Rappelons que souvent dès le début de 1791, à la suite de la suppression de leur siège épiscopal ou à cause de leur refus de serment, les évêques bretons sortent du royaume : plusieurs se rendent à Jersey et en Angleterre ; d’autres entament une existence errante qui les mène en Russie, en Belgique, en Bohème, en Bavière ou en Suisse. J. Queniart, Le clergé déchiré. Fidèle ou rebelle ?, Ouest-France, 1988, p. 65.

39 Une lettre anonyme d’août 1791 indique que « tous les chanoines de Saint-Pol ont passé en Angleterre » et explique que « le clergé du département du Finistère est infiniment plus maltraité que celui des Côtes-du-Nord. Ici nulle grâce nul égard pour personne, on en conduit journellement à Brest au fur et à mesure qu’on les trouve, on les poursuit dans tous les endroits où ils peuvent se réfugier, on les court comme des lapins dans les blés, et sur la côte parmi les rochers… » (ADF – 1L792, lettres saisies à la poste en France dans les papiers des émigrés, suspects, condamnés…).

40 Notice 348.

41 ADCA – 1Q498.

42 Notice 314.

43 Notice 667.

44 Évêque de Dol de 1767 à 1790, il quitte sa cité épiscopale le 1er avril 1791 pour se retirer à Mayenne, où il est né, avant de rejoindre l’Angleterre en octobre 1792. C. Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au xviiie siècle, PUR, 1974, p. 640.

45 Bareau de Girac, un des hommes forts de la province, occupe le siège épiscopal de Rennes de 1769 à 1790. Au début de la Révolution, il quitte Rennes pour Bruxelles, la Bohème, Vienne puis Saint-Pétersbourg. C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 637 ; J. Queniart, op. cit., p. 65. Pour Goyon et Fénieux du Pinbernard, voir respectivement les notices 288 et 226.

46 Jean-François de La Marche est évêque de Léon de 1772 à 1790. Pour Henry, voir notice 313.

47 Conen de Saint-Luc est évêque de Quimper de 1773 à 1790. Sur Thiberge et Gillard de Larchantel, voir respectivement notices 722 et 271.

48 Voir notice 65.

49 A. Cariou, La restauration religieuse du diocèse de Vannes au lendemain du concordat de 1802 (1802-1814), thèse dactylographiée, Faculté de droit canonique de Paris, s. d., p. 51.

50 T.-J.-A. Le Goff, Vannes et sa région. Ville et campagne dans la France du xviiie siècle, Salmon, 1989, p. 83.

51 C. Langlois, op. cit., p. 60.

52 Ibid., p. 261 et 263.

53 T. Tackett, op. cit., p. 55.

54 Par exemple, il ne se trouve qu’un chanoine jureur sur dix-huit à Sarlat, deux sur dix-huit à Bazas et un sur vingt-six à Bordeaux. P. Loupes, op. cit., p. 420-430.

55 Notice 142.

56 ADIV – 1Q1 092.

57 P. Pierrard, L’Église et la Révolution, 1789-1899, Nouvelle Cité, 1988, p. 89.

58 Aucune originalité à cela. La logique de la proximité géographique joue à plein : les chanoines de Guyenne se tournent majoritairement vers l’Espagne. P. Loupes, op. cit., p. 431.

59 Notice 465.

60 Notice 211.

61 Itinéraire reconstitué à partir de ADIV – 1Q1 095 qui contient plusieurs certificats de résidence.

62 Notice 446.

63 ADCA – V535.

64 Notice 443.

65 A. Guillotin de Corson, Les confesseurs de la foi pendant la grande Révolution sur le territoire de l’archidiocèse de Rennes, Plihon, 1900, p. 158 ; A. Lemasson, Les actes des prêtres insermentés de l’archidiocèse de Rennes guillotinés en 1793, Archevêché de Rennes, 1927, p. 268-274.

66 Notice 166.

67 Notice 266.

68 Notice 193.

69 J.-O. Boudon, L’épiscopat français à l’époque concordataire, 1802-1905, Cerf, 1996, p. 285-306.

70 Notice 542.

71 M. Lagree, Mentalités, religion et histoire en Haute-Bretagne au xixe siècle. Le diocèse de Rennes, 1815-1848, Klincksieck, 1977, p. 214.

72 Notice 115.

73 J.-O. Boudon, op. cit., p. 305.

74 Notice 625.

75 Louis-Marie-Raymond de Poulpiquet de Brescanvel est conseiller au Parlement de Bretagne entre 1771 et 1790, F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790. Répertoire alphabétique et biographique de tous les membres de la Cour, t. II, Plihon, 1902, p. 726.

76 M. Peronnet, Les évêques de l’ancienne France, Champion, 1977, p. 366.

77 En Guyenne, les chanoines investis de responsabilités paroissiales sont également peu nombreux. P. Loupes, op. cit., p. 442.

78 Notice 277.

79 Notice 195.

80 ADIV – 1Q1 095.

81 A. Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, t. IV, Fougeray, 1885, p. 65.

82 ADIV – 1V38, notes confidentielles sur les prêtres résidant dans le département, an VIII-an XIII.

83 Ceux de Dol et Saint-Malo disparaissent du fait de l’intégration de leurs diocèses dans le département d’Ille-et-Vilaine ; celui de Tréguier, à cause de l’intégration de son diocèse dans le département des Côtes-du-Nord ; celui de Saint-Pol-de-Léon, du fait de l’intégration de son diocèse dans le département du Finistère.

84 Selon les statuts du chapitre cathédral de Rennes, établis par l’évêque le 1er prairial an XI (21 mai 1803) ; A. Guillotin de Corson, op. cit., I, p. 738.

85 A. Cariou, op. cit., p. 94.

86 Dans les années suivantes, d’autres chanoines d’Ancien Régime entrent dans les chapitres : Michel Henri à Quimper (notice 313) ; La Goublaye de Nantois (notice 383), LaMotte-Rouge (notice 394) et Le Dall de Tromelin (notice 446) à Saint-Brieuc ; Siochan de Kersabiec (notice 704) à Saint-Denis ; Roquecave d’Haumières (voir notice 669) à Vannes.

87 Ainsi peut-on qualifier le conseil formé de trois anciens eudistes dont s’entoure l’évêque ; M. Lagree, op. cit., p. 244.

88 Notice 542.

89 Notice 226.

90 Notice 490.

91 C. Langlois, op. cit., p. 122.

92 Il s’agit respectivement de Pierre de La Corbière de Juvigny (notice 371) et de Jacquelot du Boisrouvray (notice 332).

93 Y. Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne de la fin de l’Ancien Régime à 1840, Éditions ouvrières, 1991, p. 244. Ce chanoine est Jérôme Thiberge (notice 722).

94 Respectivement notices 271, 239, 733 et 445.

95 Notice 313.

96 Notice 201.

97 Respectivement notices 361 et 567.

98 Notice 667.

99 C. Langlois, op. cit., p. 189 et 262. La Croix-Helléan se trouve dans l’ancien diocèse de Saint-Malo, non loin de Mauron où il est né.

Table des illustrations

Titre Tableau 21. – Les correspondances reçues par les chapitres bretons.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17425/img-1.png
Fichier image/png, 3,6k
Titre Tableau 22. – La valeur des biens des chapitres vendus en 1791.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17425/img-2.png
Fichier image/png, 2,7k
Titre Tableau 23. – Les acheteurs de biens capitulaires.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17425/img-3.png
Fichier image/png, 7,3k
Titre Tableau 24. – Les choix des chanoines en 1790-1791.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17425/img-4.png
Fichier image/png, 5,2k
Titre Tableau 25. – Les attentistes de 1790-1791 face à la législation de 1792.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17425/img-5.png
Fichier image/png, 3,8k
Titre Tableau 26. – Les chanoines titulaires concordataires ayant été chanoines sous l’Ancien Régime.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17425/img-6.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 27. – Les chanoines d’Ancien Régime devenus vicaires généraux concordataires (hors diocèse de Quimper).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17425/img-7.png
Fichier image/png, 7,3k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search