Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Première partie. Les destinées de 752 chanoines ou dignitaires

Chapitre II. Les milieux canoniaux

Texte intégral

  • 1 J. Delumeau, Le christianisme entre Luther et Voltaire, PUF, 1971, p. 202.
  • 2 Au point que des synthèses paraissent régulièrement : depuis la parution des ouvrages initiaux de (...)
  • 3 P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Éd. de l’EHESS, 1985, p. (...)

1Le caractère largement autonome de la carrière capitulaire est donc manifeste. De là à penser qu’elle s’adresse à des hommes au profil particulier visant d’emblée la prébende, il n’y a qu’un pas. Est ainsi soulevé le problème du profil sociologique du groupe des chanoines, dont il reste à présent à brosser les contours du point de vue des origines géographiques et sociales, ainsi que de la formation intellectuelle. L’attention portée par les historiens au clergé depuis une quarantaine d’années fait que ces chantiers semblent aujourd’hui bien défrichés. Pourtant, à bien y regarder, une telle analyse n’est pas superflue. En effet, si les évêques, comme initiateurs de la réforme tridentine, les prêtres de paroisses, comme vecteurs fondamentaux de la pénétration des nouveaux idéaux dans le monde des « chrétiens quelconques1 » dont on a sondé les faits, gestes et états d’âmes, ont été l’objet de nombreux travaux2, les chanoines demeurent dans l’ombre. Trop proches des évêques, trop éloignés de l’univers paroissial, ils sont relégués dans un véritable « purgatoire historique3 ». Ni évêque potentiel ni recteur parvenu au faîte d’une carrière exemplaire, le chanoine doit pouvoir être dissocié de confrères avec lesquels il est souvent confondu. Ce sont donc les traits qui le rapprochent ou le distinguent de l’évêque et du recteur, comme du prêtre en général, qu’il faut dégager.

Les origines géographiques

2L’examen des origines géographiques des chanoines s’appuie pour l’essentiel sur les actes de prises de possession des canonicats consignés dans les registres de délibérations des différentes compagnies ou, au besoin, dans les registres d’insinuations ecclésiastiques des évêchés. Cependant, si le diocèse d’origine est souvent connu, la paroisse de naissance fait, quant à elle, bien souvent défaut. Par ailleurs, le degré de connaissance des origines géographiques reflète la disponibilité des sources. Nous connaissons ainsi l’origine diocésaine de près de 80 % des chanoines de Bretagne avec des valeurs extrêmes de 95 % à Vannes contre 50 % à Saint-Pol-de-Léon et Quimper. Aussi, malgré ces réserves, les conclusions formulées peuvent-elles être considérées comme fiables.

  • 4 Voir annexe 3.
  • 5 La répartition des 441 chanoines bretons doit être complétée avec les données suivantes : Tréguier (...)

3La carte dressée à partir de ces données4 est riche d’enseignements. En premier lieu, le chanoine des cathédrales bretonnes est avant tout un Breton. Les trois quarts des 584 individus dont on connaît le diocèse d’origine sont en effet nés dans l’un des neuf diocèses bretons. Saint-Malo et Rennes sont les plus fertiles, avec respectivement 80 et 78 chanoines, devant Nantes, 64, et Saint-Brieuc, 53. Ainsi, même si Dol ne fournit que douze chanoines, c’est bien la Haute-Bretagne qui se distingue ici5. Ce recrutement provincial est par ailleurs plus ou moins accusé selon les chapitres. En effet, on compte au moins 80 % de Bretons à Rennes, Saint-Malo, Tréguier, Quimper et Saint-Pol-de-Léon alors qu’à Dol ou Vannes la proportion n’est que de 60 %. Enfin, inégale selon les lieux, la proportion de Bretons fléchit dans le dernier tiers du xviiie siècle.

Tableau 8. – Les origines géographiques des chanoines bretons.

Tableau 8. – Les origines géographiques des chanoines bretons.

Tableau 9. – Les origines géographiques en fonction de la période de prise de possession.

Tableau 9. – Les origines géographiques en fonction de la période de prise de possession.

4La carte met d’autre part en évidence, hors de Bretagne, la bonne représentation, dans un grand quart nord-ouest du royaume, des autres diocèses de l’archevêché de Tours ou des autres diocèses voisins de la Bretagne : Le Mans fournit 13 chanoines, Coutances 9, Angers 8, Bayeux 5, Avranches 4, Luçon et Tours 3. Au-delà, quelques pôles privilégiés se dégagent en différentes régions du royaume : Paris fournit 16 chanoines, Limoges 7, Lyon 6 et un ensemble de petits diocèses du Sud-Est constitue également un réservoir pour les compagnies bretonnes. En revanche, l’absence des marges du royaume dans un recrutement qui couvre plus ou moins l’ensemble du territoire français incite à penser que les diocèses concernés participent d’un autre modèle de recrutement et regardent vers l’étranger.

5Ce poids des Bretons ne doit cependant pas occulter deux aspects du recrutement des compagnies bretonnes : le poids réel des étrangers au diocèse dans chaque compagnie ; en filigrane, la définition des aires de recrutement de chacun des chapitres.

Le poids des diocésains

  • 6 Comme à Langres au xviie siècle, G. Viard, Chapitre et Réforme catholique au xviie siècle : le cha (...)
  • 7 À Bordeaux, dans le chapitre cathédral les diocésains sont légèrement minoritaires au xviiie siècl (...)
  • 8 C. Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au xviiie siècle, PUR, 1984, p. 5 (...)

6Hormis le chapitre de Dol, partout le poids des chanoines diocésains est avéré. La proportion est particulièrement élevée à Saint-Malo : plus de 70 % des origines connues6. Elle est moins spectaculaire à Quimper, Rennes, Saint-Brieuc et Saint-Pol-de-Léon où elle est comprise entre 53 et 60 %. À Nantes, Tréguier ou Vannes, elle varie autour de 40 %. Ces trois derniers chapitres se rapprochent donc des compagnies bordelaise ou chartraine, largement ouvertes aux chanoines étrangers au diocèse7. Une rapide comparaison avec leurs confrères chargés de paroisses montre que les chanoines des cathédrales bretonnes sont plus souvent étrangers au diocèse d’implantation de leur bénéfice : en effet, les deux tiers des recteurs du diocèse de Dol et plus des trois quarts de ceux du diocèse de Rennes sont originaires du diocèse8.

7La connaissance de la paroisse de naissance des chanoines permet d’affiner l’analyse. Ces données sont peu nombreuses et incitent à privilégier les chapitres où au moins la moitié des lieux précis de naissance sont connus.

Tableau 10. – Les paroisses de naissance des chanoines nés en Bretagne.

Tableau 10. – Les paroisses de naissance des chanoines nés en Bretagne.
  • 9 N. Da Silva, « Devenir chanoine de la cathédrale de Clermont », RA, t. 111, p. 196.
  • 10 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 91-92.
  • 11 À Vannes, la cité épiscopale fournit cinq des vingt-six chanoines dont on connaît la paroisse de n (...)

8Les observations qui suivent constituent donc davantage des ordres de grandeur que des conclusions définitives. Les chapitres de Rennes et de Saint-Malo puisent une bonne part de leur effectif dans la ville épiscopale puisque respectivement la moitié et les trois quarts des chanoines dont on connaît la paroisse de naissance en sont originaires. Nous sommes ainsi proches de Clermont-Ferrand où 70 % des chanoines d’avant 1780 sont des locaux9. Dans d’autres chapitres, des données fragmentaires ont tendance à confirmer ce phénomène : à Nantes, treize des vingt et un chanoines dont la paroisse de naissance est identifiée sont natifs de la cité ; à Saint-Brieuc, treize chanoines sur vingt-cinq ; à Tréguier, cinq sur onze. À cet égard, les chanoines semblent cultiver une particularité au sein du clergé diocésain puisque, pour s’en tenir à ces deux exemples, Nantes et Rennes ne fournissent qu’un cinquième et un quart de l’ensemble des prêtres de leur diocèse10. À Saint-Pol-de-Léon et à Vannes11 les proportions sont plus faibles et seule la compagnie doloise reste réellement imperméable aux chanoines du cru.

  • 12 Dans le cadre du département du Finistère, en 1790, la part du clergé diocésain originaire des vil (...)
  • 13 Dans le diocèse de Vannes, en 1730, la moitié des recteurs originaires du diocèse sont nés dans un (...)

9Ce recrutement local fait par ailleurs d’une manière générale la part belle aux chanoines issus des villes. En effet, neuf chanoines malouins sur dix, sept Quimpérois, Rennais et Saint-Politains sur dix sont originaires d’une ville. Cette tendance s’observe également à Nantes où dix-huit des vingt et un chanoines considérés sont nés en ville, à Saint-Brieuc, seize sur vingt-cinq, à Vannes, seize sur vingt-six, ou à Tréguier, neuf sur onze. Seul, le chapitre de Dol, où moins de 30 % des chanoines sont d’origine urbaine, se distingue. Il s’agit ici d’une autre particularité du monde des chanoines au sein du clergé séculier breton. Ces ecclésiastiques semblent plus ou moins massivement originaires des villes dans une province où domine le clergé rural12 et où s’accentue la ruralisation du recrutement13.

  • 14 L’importance du noyau des chanoines diocésains « tend quelque peu à décroître au xviiie siècle, to (...)

10Breton, dans une large mesure originaire du diocèse et d’une ville, pour l’essentiel de la cité épiscopale : tel pourrait apparaître, avec bien des précautions, le chanoine doté d’une prébende dans l’une des neuf cathédrales de la province. Ce portrait, valable pour tout le siècle, ne doit cependant pas dissimuler quelques évolutions. En effet, il semble que dans plusieurs compagnies le poids des diocésains soit moindre dans le dernier tiers du xviiie siècle. Ainsi, à Nantes, alors qu’ils représentent plus de la moitié des nouveaux chanoines entre 1731 et 1760, leur part tombe à un tiers entre 1761 et 1790. À Rennes et à Tréguier, un repli du même ordre est observable. À Vannes, la chute est à la fois plus précoce et plus violente : la proportion des diocésains passe de 68 % des nouveaux chanoines entre 1701 et 1730 à 38 % entre 1731 et 1760 pour atteindre 15 % entre 1761 et 1790. On retrouve ici l’évolution des chapitres de Guyenne ou du chapitre cathédral de Béziers14.

  • 15 Alors que dans le même temps, dans le diocèse de Vannes, le nombre d’étrangers détenant des cures (...)

11Toute autre, en revanche, apparaît l’évolution des recrutements dolois, briochin et malouin. À Dol, la part des diocésains se renforce en effet tout au long du siècle. À Saint-Brieuc et à Saint-Malo, le dernier tiers du siècle voit un renforcement de la part des diocésains parmi les nouveaux chanoines. Ces évolutions contrastées se traduisent par des profils de compagnies différents. Ainsi, à des chapitres s’ouvrant sur l’extérieur comme ceux de Nantes, Rennes, Tréguier et Vannes15, s’opposent des chapitres davantage ancrés dans leur diocèse, par tradition, comme Saint-Brieuc et Saint-Malo, ou progressivement, comme Dol.

Tableau 11. – La part des diocésains dans sept chapitres.

Tableau 11. – La part des diocésains dans sept chapitres.

L’inégal recours aux étrangers

  • 16 Notice 49.
  • 17 ADCA – G444, lettre de Borie, vicaire général, 13 octobre 1780.
  • 18 À Rennes et à Vannes, le mouvement est amorcé dès le début du siècle. Entre 1701 et 1730, les étra (...)
  • 19 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 60.
  • 20 Ibid.
  • 21 T.-J.-A. Le Goff, op. cit., p. 231.
  • 22 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 91-92.

12Au quotidien, pour les chanoines, il importe peu que l’étranger soit Breton ou non. Ce qui peut se révéler source de tensions, c’est qu’il vienne d’un autre diocèse pour occuper un bénéfice local. Ainsi, en 1780, à Tréguier, le vicaire général Anne-Nicolas Borie16, qui est aussi scolastique du chapitre, remarque que « les Bretons et surtout les diocésains voient avec peine le chapitre se composer en grande partie d’étrangers. Ce n’est pas un moyen d’union dans la compagnie, ni d’encouragement dans le clergé du diocèse17 ». Il est vrai qu’il s’exprime au terme d’un processus de renforcement de la part des étrangers au diocèse dans le recrutement de son chapitre, qui passe entre les années 1731-1760 et 1761-1790 de 47 % à 66 % des nouveaux prébendés. Une évolution du même type se dessine à Nantes, Rennes et Vannes18. Par conséquent, ces compagnies présentent un profil brassé à la veille de la Révolution. À Tréguier, cinq chanoines du cru côtoient deux Limougeauds, un Périgourdin, un Briochin, deux Léonards. À Nantes, huit chanoines diocésains cohabitent avec un Tourangeau, deux Annéciens, un Rochelais, un Mayennais, un Angevin, un Ruthénois, un Bisontin, un Poitevin, un Parisien, un Trégorrois, un Léonard et un Malouin. À Vannes, le chapitre comprend, outre quatre Vannetais, un Lyonnais, un Limougeaud, un Rémois, un Parisien, un Clermontois, un Avranchin, deux Malouins, deux Nantais, un Rennais. La compagnie rennaise, quant à elle, accorde une plus grande place aux Bretons puisque s’y côtoient neuf diocésains, six chanoines originaires des autres évêchés bretons et seulement deux étrangers à la Bretagne. Cette prépondérance des clercs étrangers au diocèse d’implantation du bénéfice semble être une caractéristique du monde capitulaire. En effet, en 1790, les diocèses de Nantes19, de Rennes20 et Vannes21 ne comptent qu’environ 10 % d’étrangers, chez les recteurs comme chez les prêtres. Cette sur-représentation des étrangers parmi les chanoines s’observe également dans les compagnies où ils restent largement minoritaires : ainsi dans les diocèses de Saint-Brieuc et de Saint-Malo, 5 % des recteurs sont étrangers alors que respectivement 28 et 19 % des chanoines le sont22.

13Cette analyse des chanoines étrangers ne doit pas seulement être considérée comme le négatif de l’étude des chanoines diocésains. Il est en effet possible de distinguer les Bretons originaires des autres diocèses de la province des chanoines non bretons, d’examiner le rapport entre ces deux origines et d’identifier des profils de recrutement. Pour mener à bien cet exercice, seuls les chapitres présentant les proportions de diocésains les plus faibles à l’échelle du siècle retiennent l’attention.

Tableau 12. – Diocésains, Bretons et étrangers dans les chapitres bretons.

Tableau 12. – Diocésains, Bretons et étrangers dans les chapitres bretons.

14Pour compenser un très médiocre recrutement diocésain, le chapitre de Dol recrute près de la moitié de ses membres dans les autres évêchés bretons ; quatorze d’entre eux viennent du diocèse voisin de Saint-Malo. Dans le même temps, de nombreux clercs étrangers à la Bretagne, pour la plupart originaires de diocèses septentrionaux, sont reçus à Dol. La moitié de ces étrangers à la Bretagne – 16 sur 33 – sont originaires des diocèses proches de Coutances, Le Mans et Bayeux. Le chapitre de Nantes offre un visage différent. En effet, les étrangers à la province y étant presque aussi nombreux que les diocésains, les chanoines originaires des autres évêchés bretons y sont réduits à la portion congrue – quinze chanoines sur 89 dont l’origine géographique est connue. Les 36 étrangers à la province viennent de vingt-deux diocèses d’où se dégagent ceux, voisins, d’Angers, du Mans et de Poitiers qui fournissent un tiers du contingent. La majorité de ces diocèses relèvent d’un grand quart nord-ouest du royaume mais il ne faut pas oublier un chapelet d’évêchés méridionaux. Avec les chapitres de Tréguier et de Vannes, c’est encore un autre profil qui se dégage. Recrutement diocésain et recrutement breton s’y équilibrent au détriment des étrangers à la province qui ne représentent respectivement qu’un cinquième et un quart des effectifs. Ces chapitres ont une tradition de recrutement méridional puisque sept des douze étrangers de Tréguier et huit des dix-sept étrangers de Vannes sont nés dans un diocèse du sud de la Loire.

  • 23 Rappelons que des Bretons sont également pourvus de canonicats dans bien des chapitres éloignés de (...)
  • 24 Ainsi, en 1790, 34 % des prêtres et près de 20 % des recteurs y sont étrangers alors qu’entre 1710 (...)

15Quelle logique peut présider à l’arrivée de clercs de régions lointaines23 dans des chapitres qui font parfois figure de bout du monde – que l’on se souvienne de l’aversion du méridional Siéyès pour Tréguier sa patrie d’adoption – ? Une tradition diocésaine permet parfois de comprendre le phénomène. Le recrutement sacerdotal dolois est ainsi marqué de l’empreinte étrangère. Diocèse exigu, dont la moitié des paroisses sont enclavées dans les diocèses voisins ou en Normandie, il ne peut se passer de l’apport de clercs étrangers24. Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que près de 90 % des chanoines pourvus au cours de notre période soient étrangers au diocèse.

  • 25 Notices 307, 478 et 477.
  • 26 Notices 8 et 7.
  • 27 Notices 472 et 254.
  • 28 Notice 130, 594 et 115.

16D’autres raisons doivent être prises en compte. Le fonctionnement du système bénéficial, notamment les pratiques de la permutation et de la résignation in favorem, permet également de comprendre certaines traditions. Quelques exemples suffiront à le montrer, à défaut d’une évaluation souvent difficile à établir. En 1715, Jean-Baptiste Hallouin du diocèse de Nantes devient chanoine de Dol. Quatre ans plus tard, il permute son bénéfice avec la cure de Vallet dans le diocèse de Nantes que détenait Jacques Le Loup de La Renaudière, également clerc du diocèse de Nantes. En 1731, ce dernier résigne son canonicat dolois en Cour de Rome en faveur de Claude Le Loup de La Billais, un autre clerc du diocèse de Nantes25. Charles Audibert de Valrose, du diocèse d’Avignon, prend possession d’une stalle doloise en 1722. En 1728, il permute en Cour de Rome avec Jean-Claude Armand, prêtre du diocèse de Vaison et recteur de Crupies dans le diocèse de Valence26. René Hilarion Le Gras de Charost, né dans la paroisse Saint-Pierre-en-Saint-Georges à Rennes, résigne en 1780 en Cour de Rome le canonicat dolois qu’il possède depuis 1752 en faveur de Armand-Paul Gault de La Garmandière, originaire de la paroisse voisine de Saint-Étienne à Rennes27. À Vannes, en 1748, René de Coëtlogon, originaire du diocèse de Nantes, résigne en Cour de Rome en faveur de Auguste-Hilarion Paris de Soulanges, né dans le même diocèse, le canonicat qu’il détient depuis 1693. Ce dernier résigne de la même manière en 1776 sa dignité d’archidiacre en faveur de son neveu Hilarion-François de Chevigné de Boischolet, également originaire du diocèse de Nantes28.

  • 29 On retrouve cette même logique dans la politique menée par les archevêques bretons de Bordeaux, Ro (...)
  • 30 G. Minois, Un échec de la Réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du xvie au xviiie siècl (...)
  • 31 Notices 143 et 717.
  • 32 Notice 81.
  • 33 J. Le Mene, Histoire du diocèse de Vannes, Lafolye, 1889, t. II, p. 201-207.
  • 34 Notice 572.
  • 35 J. Le Mene, op. cit., p. 233-264.

17Enfin, rappelons le poids des relations, déjà évoqué par ailleurs, qui permet parfois de comprendre la présence de chanoines étrangers29. Certains évêques de Tréguier – on s’en souvient – amènent des compatriotes avec eux. Jean-Marc de Royère, qui avait passé sa jeunesse à Périgueux30, fait ainsi attribuer des prébendes au Limougeaud Jean Courtin de Masna dan et au Périgourdin Bertrand Testard du Val en 176831. D’autres évêques ont certainement procédé de la sorte ailleurs. La nomination de Jean-Joseph de Jumilhac au siège épiscopal de Vannes en 1742 n’est sans doute pas étrangère à l’arrivée de François Buisson32 dans le chapitre deux ans plus tard. En effet, Jumilhac a été vicaire général du diocèse de Chartres33 et a pu apprendre à apprécier les qualités du curé de Prunay. Jean-François de Moge de Pramont, originaire du diocèse de Montpellier, chanoine de Vannes en 177534, a peut-être rencontré Sébastien Amelot35, évêque de Vannes depuis un an, à l’époque où ce dernier était vicaire général dans des diocèses du Sud du royaume.

  • 36 ADF – 6G51, chapitre de Saint-Pol-de-Léon, consultation au sujet des fonctions du théologal, juill (...)
  • 37 Sur le recrutement sacerdotal en Basse-Bretagne, F. Roudaut, La prédication en langue bretonne à l (...)

18Les origines géographiques des chanoines établis en Bretagne se dégagent donc progressivement et se distinguent de celles du clergé séculier dans son ensemble et des recteurs en particulier. L’analyse nous présente un chanoine breton originaire du diocèse d’implantation de son chapitre, né dans une ville, même si, dans bien des chapitres, la place des étrangers s’affirme à la fin du siècle. Souvent, ce recrutement semble respecter la règle de la proximité géographique. Le tableau de synthèse proposé ci-dessous doit cependant être considéré avec précaution. Excluant les compagnies moins bien connues, il mêle des données d’un haut degré de précision quand il évoque les chanoines originaires des cités épiscopales et des informations moins précises quand il considère, par exemple, un certain nombre de diocésains dont on ne connaît pas le lieu précis de naissance. Quoi qu’il en soit, ces réserves formulées, le modèle suivant peut être proposé. Les chapitres bretons, au cours du xviiie siècle, recrutent massivement dans leur diocèse d’implantation et s’appuient dans la plupart des cas sur un fort noyau local. Ensuite, les chapitres drainent des ecclésiastiques des diocèses limitrophes dans une proportion comprise entre un cinquième et un quart des nouveaux chanoines, sauf à Saint-Malo. Dans ce contexte, s’agissant de la Basse-Bretagne, le particularisme linguistique ne semble donc pas déterminer le caractère de proximité du recrutement capitulaire. Et, même si, à la fin du xviie siècle, les chanoines de Saint-Pol-de-Léon reprochent à leur théologal son « défaut de la langue bretonne, qui est la langue du pays36 », les chapitres de Basse-Bretagne sont largement ouverts au monde urbain, qui, dans une large mesure, ignore ou connaît mal le breton37. Au-delà, débute l’aire du recrutement éloigné s’étendant parfois jusqu’aux confins du royaume en une nébuleuse de diocèses.

Tableau 13. – Les origines géographiques des chanoines (synthèse).

Tableau 13. – Les origines géographiques des chanoines (synthèse).

19Seul le chapitre de Dol fait exception puisque le recrutement éloigné y est prépondérant du fait de l’exiguïté de son diocèse. Ailleurs, à ce stade du travail, il est difficile de proposer des hypothèses pour expliquer le plus ou moins large degré d’ouverture géographique des chapitres.

Les origines sociales

20Aborder la question des origines sociales des chanoines de Bretagne au xviiie siècle constitue à double titre un problème épineux. C’est d’abord se heurter à deux interrogations : qui est noble ? Qui est roturier ? Les actes de prises de possession ne mentionnent en effet jamais cette qualité. Évidemment, il y a les grands noms, portés par les représentants de lignées éminentes à l’échelle locale, provinciale ou nationale. Mais, pour un La Tullaye à Nantes, un Robien à Saint-Brieuc ou à Vannes, un Magon ou un Porée à Saint-Malo, combien d’origines inconnues ?

21Il faut donc se reporter aux actes de baptêmes, quand l’opération ne demande pas trop de temps, traquer les indices dans les inventaires après décès, quand ils sont conservés, faire confiance aux patientes recherches des érudits le plus souvent. La moisson se révèle au demeurant bien décevante et les résultats devront être considérés avec prudence. Au terme de la recherche, les origines sociales de 288 chanoines sont identifiées, soit 40 % de l’ensemble, et, entre des valeurs extrêmes allant de 70 % à Rennes à 6 ou 7 % à Quimper et Saint-Pol-de-Léon, l’essentiel des données se situent entre 40 et 45 %.

22Surgit ensuite un second problème. En effet, la partition nobles/roturiers est trop réductrice dans le cadre d’une étude d’un groupe constitutif des élites ecclésiastiques en particulier et sociales en général. Dans la mesure où la réflexion sur les carrières canoniales a permis de faire émerger des relations, des ébauches de réseaux d’influence, il devient utile, dans la mesure du possible, de voir si nos chanoines sont les représentants de familles à prébendes, ou, plus largement, de familles ecclésiastiques ; de voir si le bénéfice que constitue la prébende entre dans des dispositifs, dans des stratégies familiales se développant à l’échelle locale ou provinciale ; de voir si le monde capitulaire entretient des relations avec les élites de la province incarnées par les membres du Parlement, de la Cour des comptes, des présidiaux, ou même le monde du commerce. Dans cette perspective, il faut se résoudre à travailler le plus souvent à partir d’exemples.

Chanoines, noblesse et roture

  • 38 Notice 527.
  • 39 Notice 48.
  • 40 AdV – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin. Papiers de fonction de vicaire géné (...)

23Le 5 novembre 1785, le chanoine vannetais Joseph-Marie de Livoys38 se plaint, dans une lettre adressée à son confrère Bonin de La Ville-bouquais39, d’un mémoire rédigé contre lui dans lequel le chapitre de Vannes évoque à son sujet une « distinction inespérée ». Pour lui, il ne fait aucun doute qu’on lui reproche ses origines roturières et il observe que « ce reproche est indécent dans un petit chapitre comme le nôtre. D’ailleurs, je n’y suis pas, de loin, le seul non noble40 ». La précision est intéressante. Outre l’appréciation portée sur la compagnie, elle témoigne de l’importance accordée au milieu d’origine et de la, parfois, difficile cohabitation de deux groupes de chanoines dans ce corps si uni de l’extérieur. Pourtant, n’en déplaise à Livoys, à la veille de la Révolution, les chanoines nobles semblent monopoliser les places.

Tableau 14. – La part des nobles dans sept chapitres (parmi les chanoines dont on connaît l’origine sociale).

Tableau 14. – La part des nobles dans sept chapitres (parmi les chanoines dont on connaît l’origine sociale).
  • 41 La proportion de nobles atteint un tiers des effectifs à la fin de l’Ancien Régime à Saint-André d (...)
  • 42 Le chapitre de Chartres compte 47 % de nobles en 1790. M. Vovelle, op. cit., p. 238.
  • 43 À Béziers, en 1790, moins de 60 % des chanoines sont nobles. J. Fontaine, op. cit., p. 105.

24Nous serions donc loin des compagnies bordelaise41, chartraine42, biterroise43, où, à la même époque, la présence nobiliaire est moins prégnante. Seuls, ici, les chapitres de Dol et de Saint-Malo font figure de chapitres roturiers. Cette opposition est d’ailleurs ancienne comme en témoigne la composition des chapitres à différentes époques, en dépit de données souvent fragmentaires et inégales selon les lieux. En effet, Dol et Saint-Malo semblent avoir une tradition de recrutement roturier dès le début du xviiie siècle, alors que les autres institutions accordent régulièrement une grande place à la noblesse. Certaines évolutions ne sont vraisemblablement pas à exclure puisqu’à Nantes, Saint-Brieuc, Saint-Malo ou Vannes les positions de la noblesse paraissent se renforcer. Les lacunes documentaires incitent malgré tout à demeurer prudent et expliquent en partie les difficultés éprouvées pour dégager des évolutions significatives et fiables en matière de recrutement au cours du siècle.

25Il faut donc se contenter d’une étude globale sans nuances chronologiques pour apprécier la place réelle de la noblesse dans le recrutement des chapitres en Bretagne.

Tableau 15. – Noblesse et roture dans les chapitres bretons.

Tableau 15. – Noblesse et roture dans les chapitres bretons.
  • 44 Plus de 80 % des chanoines de la cathédrale de Clermont sont recrutés dans la noblesse entre 1661 (...)
  • 45 Les dignités et chanoines prébendés « sont issus de la noblesse ou, en tous cas, de la bourgeoisie (...)
  • 46 « Rarissimes en Bordelais dans le clergé paroissial, plus nombreux en Périgord, les ecclésiastique (...)
  • 47 Diocèse de Dol : 3,5 % ; diocèse de Nantes : 3,9 % ; diocèse de Rennes : 4,2 % ; diocèse de Saint- (...)
  • 48 T. Tackett, « L’histoire sociale du clergé diocésain français au xviiie siècle », RHMC, t. XXVII, (...)

26Au cours du xviiie siècle, 70 % des chanoines dont l’origine sociale est connue sont nobles. Parmi les six chapitres retenus, la noblesse occupe une place beaucoup plus restreinte à Dol et à Saint-Malo – de l’ordre de 45 % des chanoines – qu’à Nantes, Tréguier, Rennes et Vannes où les proportions s’échelonnent de 71 à 85 %. Ces derniers se rapprocheraient ainsi du chapitre de Clermont-Ferrand alors que les premiers s’apparenteraient davantage aux compagnies du Sud-Ouest ou de Langres44. Plus près de la Bretagne, le chapitre d’Angers fait également la part belle à la noblesse45. En dépit de ces nuances, les chapitres, en Bretagne comme ailleurs46, accordent donc à la noblesse un poids qu’elle est loin de peser dans l’ensemble du clergé. En effet, seulement 3,5 à 4,5 % des prêtres sont nobles dans les diocèses de Haute-Bretagne au cours du xviiie siècle47, 1 % dans celui de Vannes entre 1776 et 178948.

  • 49 Alors que rien ne les y contraint. Nous sommes ici bien loin du chapitre de Saint-Claude qui exige (...)
  • 50 En effet, les évêques d’Ancien Régime se recrutent presque exclusivement dans la noblesse, au poin (...)
  • 51 On observe effectivement un recul généralisé de la part de la noblesse dans le recrutement sacerdo (...)

27Les chapitres bretons sont donc massivement investis par la noblesse49, se rapprochant ainsi davantage du corps épiscopal que de celui des prêtres ordinaires50. De surcroît, alors que sa part dans le recrutement sacerdotal s’érode au cours du siècle51, elle préserve sa place dans nombre de chapitres. Ainsi, plus particulièrement à Rennes et à Vannes où la proportion de nobles semble demeurer à un niveau très élevé tout au long du siècle. Mais c’est peut-être ici soulever une autre question : celle du terreau local dans lequel recrutent les compagnies.

Chanoines, chapitres et élites sociales

28Pour aborder cette question, il convient de connaître les fonctions exercées par les pères des futurs chanoines. Les observations proposées ici doivent être considérées avec prudence car elles se fondent sur un échantillon restreint de 95 cas, c’est-à-dire sur 13 % du corpus initial (752 chanoines), et sont donc très partielles. De plus, il est à nouveau difficile d’échapper à un déséquilibre entre les chapitres. À Rennes, plus du tiers, à Saint-Malo et à Vannes, respectivement un quart et un cinquième des fonctions des pères sont connues ; mais la proportion tombe au mieux à 10 % partout ailleurs. Il semble par conséquent inutile de proposer une comparaison systématique entre les compagnies.

Tableau 16. – Les fonctions des pères de chanoines.

Tableau 16. – Les fonctions des pères de chanoines.
  • 52 Ce qui rapproche les chapitres bretons de leurs homologues de Guyenne. P. Loupes, op. cit., p. 242
  • 53 Notices 524 et 695.
  • 54 Notices 149 et 558.
  • 55 Notice 460.
  • 56 Notices 216 et 340.

29Au sein de ce petit échantillon, seuls deux chanoines sont issus des couches supérieures de la paysannerie52. Jean Leuduger et Pierre Sébille sont fils de laboureurs, respectivement à Plérin dans le diocèse de Saint-Brieuc et à Roz-sur-Couesnon dans le diocèse de Dol53. La bourgeoisie urbaine est également faiblement représentée. Deux chanoines, Philippe-Marie Dagorne du Bot et Guillaume Mazéas, sont fils de notaires54. Joseph Dagorne du Bot est notaire royal à Carhaix et Mathurin Mazéas est notaire de la juridiction de Landerneau. On rencontre également un fils de maître apothicaire, le Rennais Le Gault55 ; deux fils de médecin, un autre Rennais, Escolasse, et un Malouin, Joly56. Mais l’essentiel est ailleurs. En effet, plus de la moitié de nos chanoines sont issus de la noblesse militaire ou de groupes dominants à l’échelle locale – monde militaire, milieu des cours souveraines, des présidiaux ou du négoce. Ainsi, pour nombre de familles, une place dans un chapitre cathédral est associée à d’autres fonctions éminentes dans les sociétés locales.

  • 57 J. Meyer (dir.), Histoire de Rennes, Privat, 1972, p. 248. Sur le Parlement, voir par ailleurs F. (...)
  • 58 « […] avocats et procureurs comptent parmi l’élite sociale de la ville et forment les groupes soci (...)
  • 59 A. Lespagnol (dir.), Histoire de Saint-Malo et du pays malouin, Privat, 1984, p. 151.

30On pourra certes objecter que l’échantillon utilisé est bien limité et qu’il s’avère certainement plus aisé, du fait de la documentation disponible, de retrouver les origines des chanoines issus de familles bien établies. L’on peut néanmoins observer que dans les chapitres les mieux connus cette constatation reste valable. Ainsi, à Rennes, les sept fils de parlementaires, les quatre avocats auprès du Parlement et les six fils de militaires représentent plus de la moitié des trente-trois chanoines de l’échantillon. Les membres de cette « citadelle nobiliaire57 » que constitue le Parlement et, à un degré moindre, le personnel qui en dépend58 assurent la présence des élites rennaises dans le chapitre. Il en est de même à Saint-Malo avec huit fils de négociants ou d’armateurs, deux fils de parlementaires et deux fils de militaires au sein d’un groupe de vingt-deux chanoines. Les huit premiers représentent ainsi, « dans cette ville où la fonction commerciale était essentielle », le monde complexe de la marchandise qui se trouve au sommet de la société urbaine59. À Vannes, le présidial local ne fournit que quatre chanoines mais si on leur ajoute les fils de parlementaires et d’officier du Présidial de Rennes, on atteint la même proportion.

  • 60 Elle s’appuie sur quelques-uns des schémas généalogiques fournis par les annexes 5 et 6.
  • 61 Notice 25.
  • 62 Notice 24.
  • 63 Notice 311.
  • 64 Notice 412.
  • 65 Notice 411.
  • 66 Notice 619.
  • 67 Des recherches plus succinctes semblent confirmer cette pratique. Ainsi, le chanoine vannetais, pu (...)

31Cette analyse en terme de filiation mérite d’être complétée en replaçant les chanoines dans un environnement familial plus large. Cette opération n’est malheureusement envisageable que pour quelques individus choisis dans le monde parlementaire60. Gilles Barrin de La Galissonnière61, chanoine de Rennes de 1678 à 1718, est fils, petit-fils et arrière petit-fils de conseiller au Parlement de Bretagne. Son frère aîné Henry l’est également et sa soeur aînée est l’épouse de Claude Jégou, président des enquêtes entre 1657 et 1679. Son cousin issu de germain Jean62, chantre de Nantes jusqu’en 1718, est frère cadet, oncle, fils, petit-fils et arrière-petit-fils de conseiller. Maurille-Pierre Hay de Bonteville63 devient chanoine de Rennes en 1729 puis trésorier en 1736 alors que son frère aîné est conseiller au Parlement de Bretagne depuis 1723. Du côté maternel, il a un oncle conseiller ; du côté paternel, un oncle et un cousin de son père le sont. Anne-Michel de Langle64, chanoine de Vannes, puis trésorier, de 1729 à 1743 est le frère cadet du conseiller puis président à mortier Claude-Marie de Langle. Il est par ailleurs petit-fils et arrière-petit-fils de conseiller. Son cousin Joseph-Jean-Baptiste de Langle65 est lui-même frère cadet, beau-frère, fils, petit-fils et arrière-petit-fils de conseiller. René-Joachim Porée66, chanoine et grand chantre de Saint-Malo de 1662 à 1714 est le cadet du conseiller Michel Porée du Parc. Une génération plus tôt, le père de Michel, Nicolas Porée, et son frère cadet Thomas s’inscrivaient dans le même schéma. Deux enseignements peuvent être dégagés de ces quelques exemples. D’une part, le canonicat revient à des cadets, les aînés recevant une charge de conseiller67. D’autre part, il n’entre jamais le premier dans le patrimoine des familles concernées mais vient compléter leur dispositif de notabilité et assurer leur présence simultanée au Parlement et dans le chapitre.

  • 68 En 1692, un feuillet imprimé mentionnant le nom de douze conseillers au Parlement de Bretagne mont (...)
  • 69 Nous remercions P. Jarnoux de nous avoir communiqué la « liste générale des officiers de la Chambr (...)
  • 70 Notices 215, 293, 587 et 588.

32Le lien entre les chapitres et les élites laïques, qu’elles soient locales ou provinciales, existe donc bien68. Et nul doute que, si les familles de la Chambre des comptes de Bretagne étaient mieux connues, des liens nombreux entre le chapitre de Nantes en particulier, les chapitres bretons en général et cette cour souveraine apparaîtraient. Du moins, la trentaine de patronymes communs aux comptes et aux chapitres au xviiie siècle nous incite-t-elle à le penser69. De même, dans les chapitres de Saint-Malo ou de Dol, plusieurs chanoines comme Éon de La Mettrie, Grout de La Grassinaye, Nouail de La Contrie ou Noüel portent le nom de grandes familles négociantes malouines70.

  • 71 Notice 165.
  • 72 T.-J.-A. Le Goff, op. cit., p. 82-83.
  • 73 À Angers, l’on remarque que « a profitable alternation between Church and Army was the standart me (...)

33Dans ce contexte, la prébende peut même se trouver intégrée dans des stratégies d’ascension sociale, comme le montrent plus précisément quelques exemples. Ainsi, la famille Dondel, à Vannes, doit attendre le début du xviiie siècle, peu de temps après son anoblissement, pour entrer dans le chapitre avec Jean-François Dondel, le futur évêque de Dol71. La fortune de cette famille remonte à la fin du xvie siècle avec l’armateur Yves Dondel et surtout avec ses petits-fils François, qui devient syndic d’Hennebont, et Thomas, qui obtient la ferme générale des diocèses de Quimper et de Vannes. La génération suivante donne un chapelain de la belle-sœur de Louis XIV, un sénéchal de Vannes, un trésorier général des finances de Bretagne puis de France, un sénéchal de Quimper. Au xviiie siècle, le frère du chanoine « abandonne la magistrature de second rang pour devenir militaire ». Son fils émigrera et sera fusillé en 1796. Lorsqu’en 1717, la famille Boutouillic, après bien des vicissitudes, se voit confirmer sa noblesse, une « génération de parvenus » occupe le devant de la scène avec un conseiller au Présidial de Vannes et un chanoine. La génération suivante abandonne la robe pour l’épée et à la fin du siècle on trouve des Boutouillic dans le chapitre et dans les cohortes de l’émigration72. Le commerce, la robe, la stalle, l’épée : on retrouve ainsi ces quatre attributs du pouvoir à l’échelle locale ou provinciale dans les destinées de ces deux familles. La prébende serait ainsi à introduire dans le schéma d’une progression sociale poursuivie sur plusieurs générations73.

34Il semble donc clair que la présence de ces familles dans les chapitres n’est pas le fruit du hasard. Les appuis mobilisés pour obtenir une prébende s’intègrent dans une politique raisonnée à l’échelle locale ou provinciale. Tenter de mesurer la place qu’occupent les prébendes des chapitres cathédraux bretons dans ces politiques familiales doit donc permettre de replacer ces bénéfices au cœur des convoitises dont ils peuvent être l’objet.

Chanoines et familles à prébendes

  • 74 En Guyenne, il n’est pas rare de rencontrer également plusieurs chanoines de la même famille dans (...)

35Un rapide parcours de la liste des chanoines du xviiie siècle permet de souligner l’investissement de certaines familles qui comptent plusieurs chanoines. Ce phénomène s’observe partout mais est plus visible à Saint-Malo, Tréguier, Rennes ou Nantes74.

Tableau 17. – Les patronymes dans les cathédrales bretonnes.

Tableau 17. – Les patronymes dans les cathédrales bretonnes.
  • 75 Notices 126, 127, 128 et 129.
  • 76 Notices 321, 322, 323 et 324.
  • 77 Notices 106, 107 et 108.
  • 78 Notices 32, 33 et 34.

36Quelques-unes placent trois ou quatre de leurs membres dans le même chapitre : que l’on songe, par exemple, aux quatre Coëtlogon de Quimper75, aux quatre Huchet de Tréguier76, aux trois Charette77 de Nantes, aux trois Becdelièvre78 de Saint-Brieuc. D’autres familles sont, quant à elles, présentes dans plusieurs compagnies. Mais, comme il est souvent difficile de reconstituer les liens exacts entre des individus portant le même nom, il sera plus commode de travailler à partir de quelques cas bien identifiés. De véritables familles à prébendes apparaissent ainsi à travers les listes de patronymes des chanoines. Bien souvent, ce n’est pas anodin et des mécanismes invisibles, quoique tout à fait clairs pour les contemporains, peuvent être mis à jour à partir de l’étude de quelques exemples.

Dans un chapitre79

  • 79 Voir annexe 4.

37Certaines familles monopolisent des prébendes pendant tout ou partie du siècle. Ainsi, les Boutouillic, à Vannes sont présents 72 ans, de 1718 à 1790. Les Le Prévost de Bourgerel, à Rennes, émargent dans les registres du chapitre pendant 53 ans, de 1737 à 1790, et les Goret, à Saint-Malo, pendant 52 ans, de 1738 à 1790.

  • 80 Notices 327 et 326.
  • 81 Notices 49 et 50.
  • 82 Notices 506 et 507.
  • 83 Notices 278 et 277.
  • 84 Notices 335 et 336.

38À l’analyse, seule la mise en place d’une véritable stratégie de la transmission de prébendes, via les subtilités du système bénéficial, permet cette longévité. Elle peut revêtir plusieurs visages. La prébende peut tout d’abord être transmise entre frères. C’est l’option choisie par les Huchet de La Ville-chauve à Vannes. En 1749, Hyacinthe-Marie, malade, résigne son canonicat en Cour de Rome, moyennant une pension de 500 livres, en faveur de son frère Jérôme80. Celui-ci abandonnera son canonicat dolois pour rejoindre Vannes et assurer le maintien de la prébende dans sa famille. À Tréguier, les Borie renforcent leur présence dans le chapitre quand Anne-Nicolas cède son canonicat à son frère Joseph-Louis81 en 1772. À compter de cette date, et pour une quinzaine d’années, la famille dispose en effet de deux prébendes puisque, lorsqu’il résigne son canonicat, Anne-Nicolas vient d’obtenir la dignité de scolastique. Lorsqu’un frère ne peut prendre le relais, on peut transmettre le canonicat à un neveu. C’est ainsi que procède le Rennais Pierre Le Prévost de Bourgerel lorsqu’il résigne en faveur de Simon-Jean en 176782. Les Malouins Joseph Goret de Villepépin, lorsqu’il résigne la dignité de doyen en faveur de Camille Goret de Grande-Rivière en 178883, et Charles Jazier de La Garde, lorsqu’il résigne son canonicat en faveur de Luc Jazier de La Garde en 173384, agissent de même.

  • 85 Notices 323, 321, 322.
  • 86 Notices 67, 66 et 64.
  • 87 Notice 65.

39Parfois, les stratégies se révèlent plus complexes afin d’essayer d’assurer la transmission du bénéfice au-delà de la seconde génération. À Tréguier, François Huchet de La Bédoyère, chanoine depuis 1707, résigne son canonicat en Cour de Rome en faveur de son cousin Charles-François en 1712. Celui-ci fait de même en 1715 en faveur de son frère Charles-Marie qui mourra en 174585. À Vannes, en 1741, Jean-Joseph de Boutouillic de Castello, infirme, résigne son canonicat dans les mains du pape en faveur de son neveu Vincent-Jean-Louis Boutouillic de La Villegonan. Celui-ci le transmet à son propre neveu, Jean-Louis, le fils de son frère militaire au régiment royal marine, en 178186. De 1760 à 1790, il y aura donc deux Boutouillic au sein du chapitre puisque Philippe-Jean87, frère de Vincent-Jean-Louis, a également obtenu une prébende.

  • 88 G. Viard, « Les chanoines de Langres au xviie… », art. cit., p. 104-110.
  • 89 Où la transmission peut s’étaler sur plusieurs générations et aboutir à d’étonnantes dynasties cap (...)
  • 90 M. Venard (dir.), L’âge de raison, t. IX de Histoire du christianisme, p. 273. Sur ce point, on pe (...)

40Que l’on soit donc à Langres88, à Bordeaux89 ou en Bretagne, les mêmes pratiques apparaissent. Partout « de nombreuses familles, à des degrés divers de la hiérarchie sociale, cherchent avant tout à procurer un établissement à un ou plusieurs de leurs enfants, en les plaçant dans le clergé », en l’occurrence les chapitres. Et « des pratiques comme la résignation favorisent le maintien de telles conceptions en permettant une véritable intégration des bénéfices dans les patrimoines familiaux90 ».

Dans plusieurs chapitres91

  • 91 Voir annexe 5.
  • 92 Ce qui est un schéma assez classique puisqu’à Angers, par exemple, « Tugal-François Hullin de la M (...)
  • 93 Notice 314.
  • 94 Notice 315.
  • 95 C. Robert, Urbain de Hercé, dernier évêque et comte de Dol, grand aumônier de l’Armée Catholique e (...)
  • 96 Notice 181.
  • 97 Notice 182.

41Quelques-unes des familles qui placent leurs enfants dans des chapitres différents font figures de familles à ecclésiastiques92. Ainsi en est-il de la famille Hercé, de Mayenne dans le diocèse du Mans. En effet, parmi leurs dix-neuf enfants, Jean de Hercé et Françoise Tanquerel auront un religieux, deux religieuses, un chanoine de Dol93, un chanoine de Nantes94, un archidiacre de Luçon, un évêque de Dol. De surcroît, l’un de leurs petits-fils sera évêque de Nantes au xixe siècle95. Joseph-Yves du Breil de Pontbriand aura, parmi ses dix enfants, trois filles religieuses, un fils abbé, un fils, Guillaume-Marie, chanoine de Rennes96 et un autre fils, Henri-Marie, chanoine de Saint-Malo puis évêque de Québec97.

  • 98 Notices 24 et 25.
  • 99 Notices 23, 26 et 27.

42À la charnière des xviie et xviiie siècles, les Barrin de La Galissonnière, parlementaires depuis le xvie siècle, occupent des prébendes à Nantes, avec Jean, et à Rennes, avec Gilles-André, son petit cousin98. Ils sont par ailleurs alliés aux Barrin qui se transmettent un archidiaconat à Tréguier de 1692 à 176999. Les Bossard, quant à eux, occupent des places à Rennes et à Vannes. À la fin du xviie siècle, deux fils de Jean Bossard, officier du Présidial de Rennes, sont chanoines : Jean, à Vannes, et Jacques, à Rennes. Un de ses petits-fils deviendra chanoine à Rennes et un de ses arrière-petit-fils le deviendra à Vannes. Les Le Mintier sont présents à Rennes, Saint- Brieuc et Dol dans la seconde moitié du xviiie siècle. Augustin-René-Louis, chanoine de Dol et futur évêque de Tréguier, est le petit cousin des trois frères Le Mintier de la Motte-Basse.

43Voici donc quelques familles qui étendent leur influence sur plusieurs chapitres. Cependant, l’analyse centrée sur les patronymes dissimule des constructions plus complexes, fruits de stratégies très élaborées, qui peuvent se traduire par la construction de nébuleuses familiales au sein desquelles se cumulent et se transmettent les canonicats.

Prébendes et nébuleuses familiales100

  • 100 Voir annexe 6.
  • 101 Notice 320.
  • 102 Notice 568.
  • 103 Notice 311.

44Le premier cas de figure se révèle relativement simple. L’exemple Huard/Hay de Bonteville est avant tout l’histoire d’un rapprochement entre deux familles de parlementaires. Françoise-Marguerite Huard, soeur et nièce de conseillers, épouse à la fin du xviie siècle Paul-François Hay de Bonte-ville, petit-fils et neveu de conseillers. L’un de ses oncles n’est autre que le trésorier du chapitre de Rennes. En 1690, il a transmis sa dignité à Pierre-François Huard101, fils et frère de conseillers, qui était chanoine depuis l’année précédente. Ce dernier résigne son canonicat en faveur de son neveu Pierre Michel du Fresne102 en 1723, et la trésorerie en faveur de Maurille-Pierre-Jean Hay de Bonteville103, fils de Françoise-Marguerite et Paul-François, en 1736.

  • 104 Nous remercions G. Aubert pour les renseignements fournis sur la famille Robien.
  • 105 Notice 252, 409, 412 et 411.
  • 106 Le quatrième, Joseph-Jean-Baptiste de Langle, étant décédé.
  • 107 Notice 660.

45Le second cas articule trois familles et relève également du monde parlementaire. Il permet de voir les Gardin s’arrimer à la noblesse parlementaire. En effet, par les mariages de Bonne-Thérèse Gardin et Claude-Marie de Langle – conseiller, neveu et petit-fils de conseillers – au début du xviiie siècle d’une part, de Louis-Jean-François de Langle – conseiller et fils de conseiller – et Jeanne-Marie de Robien de Kerambourg – fille de conseiller – en 1735, d’autre part, les Gardin, les de Langle et les Robien104 se trouvent alliés. Le premier mariage rapproche Godefroy-Jean Gardin de la Bourdonnaye, chanoine et archidiacre de Rennes de 1715 à 1755, d’Augustin de Langle, chanoine de Vannes de 1709 à 1729 et chantre de 1709 à 1739, Anne-Michel de Langle, qui hérite des bénéfices de son oncle en 1729 et 1739, et Joseph-Jean-Baptiste de Langle, un cousin, chanoine et scolastique de Rennes de 1726 à 1730105. Le second rapproche les trois premiers nommés106 de Jean-Gabriel de Robien, qui deviendra chanoine puis archidiacre de Saint-Brieuc en 1750 et 1754107.

  • 108 Notices 619 et 620.
  • 109 Notices 540, 536, 539 et 538.
  • 110 Année de la mort de Charles-Alain Magon de Terlaye (notice 539), le dernier prébendé de cette nébu (...)
  • 111 ADIV – fichier B. du C. et A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de (...)
  • 112 Le chanoine est Jacques-Bertrand Chotard (notice 116). Son neveu Jean-Baptiste épousera en 1743 Ma (...)
  • 113 Il s’agit de Bonaventure du Plessis de Grenedan (notice 199) et de Charles Bonin de La Ville-bouqu (...)

46Le dernier exemple, plus complexe, combine quatre familles dans trois chapitres. Il est le fruit des efforts déployés par les Porée et les Magon pour s’associer puis pour s’allier solidement à la noblesse de robe représentée par les Plessis de Grenedan et les Bonin de La Villebouquais. Cette nébuleuse abrite neuf chanoines dans les chapitres de Saint-Malo, Rennes et Vannes. Les Porée, comme les Magon, possèdent un canonicat qui se transmet de génération en génération. Thomas Porée cède son canonicat à René-Joachim, son neveu, en 1662. Celui-ci le cède à un neveu, Joseph-Joachim qui en sera le dernier titulaire, en 1714108. En 1700, Julien Magon résigne son canonicat en faveur de son frère Jacques, qui le transmet en 1746 à Charles-Alain, son dernier possesseur, lui-même neveu d’un autre chanoine, Jean Magon109. Par conséquent, après 1750110, il n’y a plus de tradition capitulaire ni chez les Magon ni chez les Porée, comme si la détention de prébendes n’avait eu de valeur que pendant la phase d’ascension de ces familles. Le fait que des frères de deux autres chanoines malouins issus des milieux du négoce, Jacques-Julien Meslé de Grandclos et Pierre-Henri Nouail de La Contrie, aient été anoblis semble peser en ce sens111. Cette stratégie semble également appliquée ailleurs. En effet, la famille Chotard place l’un de ses fils dans le chapitre de Nantes avant d’entrer dans la noblesse par le biais de l’achat d’un office de maître aux comptes à la génération suivante112. En revanche, dans les milieux de la robe, la logique semble différente. C’est en effet à la fin du siècle que les Plessis de Grenedan et les Bonin de La Villebouquais disposent de canonicats en plus de charges au Parlement de Bretagne113, confortant ainsi leur sphère d’influence. Même si tous ces chanoines ne sont pas des contemporains, cette présence constante est importante car la mémoire capitulaire et la mémoire locale conservent le souvenir des ancêtres, anciens titulaires de canonicats.

  • 114 Cette tendance à l’homogénéité du milieu capitulaire se retrouve à Béziers où les Salinhac, les Bo (...)

47Ces trois exemples illustrent les liens étroits qui peuvent exister entre les familles de chanoines. Leur analyse succincte autorise, à défaut de conclusions définitives, la formulation d’une hypothèse qui demanderait à être vérifiée à partir de l’étude d’autres cas. Il semble en effet que ces nébuleuses familiales permettent à des groupes dominants de renforcer leur homogénéité. L’on a bien affaire, dans une large mesure, à des nobles ou des membres des élites locales qui s’allient les uns avec les autres, ce qui contribue à faire des chanoines issus de leurs rangs des individus détenteurs d’intérêts communs capables en retour de renforcer les positions de ces familles114.

48Il existe donc bien un fort investissement capitulaire et un souci de conserver puis de transmettre les canonicats, assimilés à des biens patrimoniaux, dans un certain nombre de familles. Les canonicats bretons sont donc bien, pour une part, inscrits dans des réseaux de notabilité. Ils sont parties prenantes dans un jeu local ou provincial qui voit ces familles manœuvrer afin de s’assurer des places dans toutes les institutions qui comptent. Ces familles sont d’ailleurs représentatives d’un milieu relativement homogène qui puise dans la noblesse et/ou dans les représentants des élites locales et qui renforce son unité au moyen, semble-t-il, de politiques matrimoniales adaptées. Cela pose bien évidemment le problème de la valeur des prébendes bretonnes : valeur matérielle bien sûre ; valeur symbolique aussi, s’il est vrai que, par exemple,

  • 115 Notice 538.
  • 116 A. Lespagnol, op. cit., t. 1, p. 95.

« […] pour des cadets de grandes familles comme Jean Magon115, Vincent de La Haye ou Nicolas Porée du Parc, l’accès à des fonctions canoniales au chapitre de Saint-Malo pouvait représenter une forme enviable de réussite sociale, en même temps qu’une marque d’honneur – terrestre – et une source d’influence pour leur famille116 ».

La formation intellectuelle

  • 117 B. Plongeron, op. cit., p. 55. Pour replacer la formation des prêtres dans une perspective plus la (...)
  • 118 Cités par C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 136.

49Ces familles ont permis à leurs fils de suivre des études. En réalité, les modalités de la formation intellectuelle du chanoine ne diffèrent pas de celles des autres membres du clergé séculier. Les grandes lignes en sont aujourd’hui bien connues. Le jeune homme est conduit à suivre deux cursus : celui des études secondaires et, éventuellement, des études universitaires, pour être pourvu de grades ; celui du séminaire, pour recevoir les différents ordres. Ces cursus sont étroitement imbriqués puisque, entre les séjours successifs et brefs au séminaire qui précèdent chaque ordination, les candidats aux ordres font leurs études de philosophie ou de théologie dans un collège ou à l’université voisine117. Cette logique apparaît particulièrement bien dans les statuts du diocèse de Saint-Brieuc rédigés en 1723118. Comment les chanoines de Bretagne se situent-ils dans ce schéma ? Par souci de clarté, les deux volets de la formation des chanoines seront dissociés.

Les études universitaires

  • 119 Notices 16, 212, 688, 734, 79 et 685.
  • 120 ADCA – G4, maisons prébendales, droits du chapitre…
  • 121 A. Lespagnol, op. cit., t. 2, p. 773.
  • 122 G. Coolen, « L’épiscopat de F.-J. de Brunes de Montloüet à Saint-Omer (1755-1765) », BSAAM, 1964, (...)
  • 123 ADCA – G42, registre des insinuations ecclésiastiques, p. 387.
  • 124 P. Loupes, op. cit., p. 223 ; G. Viard, Chapitre et Réforme catholique…, p. 249.
  • 125 En l’absence d’un collège à Saint-Malo, les Trublet préfèrent envoyer le futur abbé au collège jés (...)

50Nous ne disposons pour ainsi dire pas d’indications quant aux études secondaires des chanoines. Seuls les collèges fréquentés par d’Avaugour, Durfort de Lorge, Saint-Cristau, Nicolas Trublet, Brunes de Montlouët et Ruffelet sont connus119. Le premier est, en 1725, « étudiant à Paris en seconde au collège de Beauvais120 » ; le second, originaire du diocèse de Paris, s’y trouve l’année précédente ; le troisième, né à Rennes, étudie, quant à lui, au collège de Rennes en 1758-1759 ; le quatrième, Malouin d’origine, l’y a précédé en 1710121 ; le cinquième, originaire du diocèse de Dol, achève sa philosophie au collège d’Avranches en 1731122. Le dernier étudie la théologie au collège de Saint-Brieuc123. Cependant, si la pratique en vigueur en Guyenne ou à Langres, un siècle plus tôt, se vérifie124, il est fort probable que les futurs chanoines aient massivement fréquenté les collèges de leur diocèse d’origine ou d’un diocèse voisin125. Dans ces conditions, ce sont les études universitaires qui retiendront l’attention.

  • 126 J. Fontaine, op. cit., p. 112.
  • 127 Au xviiie siècle, il semble, au regard des informations disponibles, que les chapitres de Haute-Br (...)

51À peu près 44 % des nouveaux chanoines sont pourvus de grades avec un minimum de 36 % à Nantes et un maximum de 50 % à Tréguier. On est donc loin d’un chapitre comme celui de Béziers qui surclasse le mieux doté des chapitres bretons avec près de 68 % de détenteurs de diplômes126. Plus précisément, sur plus de 260 possessions avec grades, un quart des nouveaux chanoines sont bacheliers, 36 % sont licenciés et 40 % sont docteurs127. Cependant, rien n’est figé. En effet, une fois installé dans sa compagnie, le chanoine peut poursuivre ses études.

  • 128 Notice 48.
  • 129 ADM – 47G7, délibération du 10 novembre 1773.
  • 130 Notice 226.
  • 131 AdR – D3, délibération du 17 novembre 1788.
  • 132 ADCA – G273, délibération du 5 janvier 1711.
  • 133 ADM – 47G4, délibération du 1er octobre 1706 ; voir notice 267.
  • 134 Notice 576.
  • 135 ADCA – G277, délibération du 4 octobre 1743.
  • 136 Les chapitres sont parfois contraints de prendre des mesures drastiques. Ainsi, « en 1682, le chap (...)
  • 137 Même si, au xviiie siècle, cette somme représente très peu de choses. ADM – 46G3, Statuta capituli (...)
  • 138 Notice 461.
  • 139 ADCA – G272, délibération du 8 juillet 1709. En 1713, il formule la même demande et les chanoines (...)
  • 140 Notice 635.
  • 141 « […] et ma reconnaissance est d’autant plus vive que c’est une faveur que vous n’avez encore fait (...)
  • 142 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 475. Voir notice 745.
  • 143 Qui sont semble-t-il réels si l’on en croit Quentric (notice 635) : « La licence m’épuise considér (...)
  • 144 ADIV – G207, délibération du 25 juin 1770 ; voir notice 199.
  • 145 Notice 528.
  • 146 ADIV – AdR – délibération du 31 juillet 1780.
  • 147 ADF, 6G26, lettre de Quentric au chapitre du 6 juillet 1774.

52Les rares données disponibles semblent témoigner d’une pratique courante. Il est ainsi établi qu’au moins cinq chanoines deviendront bacheliers, vingt et un obtiendront la licence, dix-neuf coifferont le bonnet de docteur et neuf poursuivront des études sans autres précisions après leur entrée dans un chapitre. Pour entreprendre ces études qui les contraignent souvent à quitter la province – au moins une vingtaine se rendent à Paris – ils doivent demander l’autorisation de leur compagnie. Ainsi, en 1773, Charles Bonin de La Villebouquais128 demande « qu’il lui fut permis d’aller à Paris continuer ses études. Ce qui lui a été accordé129 ». Il est vrai que nos chanoines ne sont pas désintéressés. En effet, une partie de leur rétribution est en jeu : en 1788, le chapitre de Rennes accorde quinze jours, pendant lesquels il sera censé présent aux offices comme aux réunions capitulaires et percevra toute la valeur de sa prébende, à Joseph de Fénieux du Pin bernard130, parti à Paris « pour prendre le bonnet de docteur131 ». Pendant leur absence, ils doivent fournir des attestations « de vie et mœurs et études132 » : en 1706, François Gicquel du Nédo est autorisé par le chapitre de Vannes à aller étudier en Sorbonne pendant cinq ans à condition d’envoyer une attestation d’études tous les ans133. Parfois d’autres conditions sont ajoutées. Le Trégorrois Jacques de Montaudouin134 « ayant demandé la permission d’aller étudier à Paris pour faire sa licence, Messieurs délibérant lui ont accordé sa demande parce que néanmoins il fera remplir sa chaire en son absence135 ». Ses confrères n’ont en effet pas oublié qu’il était théologal et qu’à ce titre il devait prêcher à la cathédrale chaque dimanche et jour de fête. Les chapitres se montrent d’autant plus vigilants qu’ils participent parfois au financement des études136. Les statuts vannetais stipulent que le chapitre verse 10 livres à ceux qui étudient la théologie137. En 1709, le père de Philibert Le Gendre138 explique aux chanoines de Tréguier « qu’il ne peut plus fournir à la dépense nécessaire à son fils […] pour rester à Paris » et leur demande de l’aider à payer sa pension. Ils acceptent « ayant égard […] aux progrès que le sieur le Gendre son fils fait dans les études, et à la bonne espérance qu’ils ont, qu’il se mettra dans son séjour à Paris en état de servir utilement cette Église139 ». En 1773, le chanoine de Saint-Pol-de-Léon Quentric140 se voit accorder un secours pour chaque thèse de sa licence et prend soin de souligner que cette procédure est exceptionnelle141. En 1785, le Rennais Joseph Vialles de La Sépouze reçoit une pension de 650 livres pour achever ses études de théologie142. Le diplôme obtenu, il ne reste plus aux chanoines qu’à déposer le fruit de leurs efforts143 dans les archives de leur compagnie. Le 25 juin 1770, le chapitre de Rennes reçoit ainsi la thèse de bachelier soutenue en Sorbonne par Bonaventure du Plessis de Grenedan144. Le 31 juillet 1780, Louis Loaisel de La Villedeneu145 présente aux chanoines de Rennes la thèse « qu’il a soutenue en Sorbonne pour le baccalauréat146 ». Quant à Quentric, le 6 juillet 1774, il assure le chapitre de Léon qu’il ne va pas tarder à lui expédier une thèse147.

  • 148 Il est vrai que le chapitre de la cathédrale de Bordeaux est le chapitre de l’archevêque. P. Loupe (...)

53En définitive, si l’on s’en tient aux docteurs, en additionnant ceux qui le sont lors de la prise de possession et ceux qui le deviennent après, on obtient le bilan suivant pour sept chapitres : Saint-Malo, 19 ; Nantes, 17 ; Rennes, Saint-Brieuc et Vannes, 16 ; Dol et Tréguier, 15. Les chapitres bretons ne peuvent donc de ce point de vue rivaliser avec le chapitre cathédral de Bordeaux, qui compte 43 docteurs dans ses rangs au cours du xviiie siècle, et se rapprochent davantage de celui de Béziers qui en compte 20148.

  • 149 P. Loupes, op. cit., p. 225 ; J. Fontaine, op. cit., p. 112.

54Ces chanoines « en poursuite d’études » fréquentent souvent la capitale. Ils imitent en cela leurs confrères entrés dans les compagnies avec des grades universitaires. En effet, 122, soit 85 %, des 143 prises de possession mentionnant le lieu des études indiquent Paris, ce qui distingue les chanoines bretons de leurs confrères de Guyenne ou de Béziers fidèles à l’université la plus proche149.

Tableau 18. – Les universités fréquentées par les futurs chanoines.

Tableau 18. – Les universités fréquentées par les futurs chanoines.
  • 150 P. Loupes, op. cit., p. 224 ; J. Fontaine, op. cit., p. 112 ; G. Viard, op. cit., p. 251.

55Ces étudiants sont massivement inscrits, 110 sur 122, à la faculté de théologie de Paris – dont au moins 53 en Sorbonne et 8 à Navarre –, les douze autres fréquentant la faculté de droit. Plus globalement, et conformément à ce que l’on observe ailleurs150, dans un échantillon de 216 prises de possession mentionnant la discipline étudiée, 66 % concernent la théologie : 33 baccalauréats, 28 licences, 82 doctorats.

  • 151 L. Bely (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, PUF, 1996, p. 611. P.-T. Durand de Maillane, Dict (...)

56Pour s’inscrire à l’examen du baccalauréat, il faut avoir 22 ans, être maître ès arts, tonsuré, et présenter un certificat baptistère. Les impétrants doivent préparer trois questions portant sur les Attributs, la Trinité et les Anges. L’examen qui porte sur deux d’entre elles est complété par la soutenance d’une thèse devant un jury de dix docteurs. Par ailleurs, ils doivent condamner fermement le jansénisme et promettre de ne rien dire qui aille contre les Écritures, l’interprétation des Écritures ou les décisions de la Faculté. Deux ans après, il est possible d’entrer en licence. Pour cela, il faut réussir deux oraux portant sur les deuxième et troisième parties de la Somme de saint Thomas d’Aquin puis sur un programme relatif à l’histoire sainte, l’histoire des conciles et l’histoire ecclésiastique. Pendant les cours, l’étudiant prend des notes puis doit interroger ou discuter du contenu des leçons avec le professeur et ses condisciples. Le futur licencié soutient trois thèses qui lui donnent l’occasion de défendre une proposition théologique face aux docteurs de la Faculté et à ses condisciples. La première, la mineure, porte sur la controverse pendant cinq heures ; la seconde, la majeure, sur l’Écriture sainte, l’histoire des conciles, l’histoire de l’Église, pendant dix heures ; la dernière, la sorbonnique, sur la théologie scolastique pendant douze heures. Le chanoine licencié est donc doté d’un solide bagage en théologie et apte à développer des argumentaires cohérents. Il a sans aucun doute suivi une formation de très haut niveau, beaucoup plus exigeante et prestigieuse que celle de nombre de ses confrères. Il lui reste alors, s’il le désire, à parachever ses études en coiffant le bonnet de docteur, une formalité coûteuse qui lui permet de faire partie du « corps doctoral de la sacratissima facultas151 ».

  • 152 Notice 194.
  • 153 Notice 316.
  • 154 Notices 580 et 481.
  • 155 Notice 577.
  • 156 G.-A. Lobineau, La vie des Saints de Bretagne et des personnes d’une éminente piété qui ont vécu d (...)
  • 157 J.Mahuas, Le diocèse de Vannes et le jansénisme, thèse dactylographiée, université de Rennes, 1967 (...)

57La minorité de chanoines juristes ne se distingue pas vraiment des chanoines théologiens. Les données disponibles ne permettent en effet pas de relever de particularités d’origines géographiques ou de conditions sociales. La seule différence notable serait liée au milieu professionnel paternel. Une enquête menée au sein du chapitre de Rennes – favorisée par les sources en ce domaine – révèle que cinq des sept gradués en droit sont issus d’un milieu de juristes ou aspirant à le devenir. Jacques du Mans152 est le fils d’un secrétaire du roi de la chancellerie de Bretagne ; Hervagault153, d’un conseiller au Présidial de Rennes ; Mottais et Le Maistre de La Villegourio154, d’avocats au Parlement de Bretagne. Le destin de Gabriel Morel de La Motte155 est particulièrement instructif. Son père envisage, semble-t-il, de lui procurer une place de conseiller au Parlement de Bretagne, mais le jeune homme préfère s’enfuir au séminaire de Nantes. Les prêtres de Saint-Sulpice obtiennent le consentement du père qui transfère ses ambitions sur son autre fils, pourvu d’une charge de conseiller peu de temps après156. À Rennes, la petite minorité de juristes provient donc : soit d’un milieu qui semble vouloir garantir à ses enfants un avenir sûr, fondé sur des diplômes susceptibles de favoriser la reproduction de l’itinéraire paternel ; soit d’un milieu qui tente d’intégrer la plus haute élite locale. Chez les conseillers, la prébende concernant un cadet, le futur chanoine est orienté vers des études de théologie. Il est malheureusement impossible, faute de renseignements, de mettre ce genre de lien en évidence dans les autres compagnies. Il ne faut par ailleurs pas oublier que, indépendamment des milieux familiaux, des contingences politiques et des convictions religieuses peuvent influencer la formation de quelques individus. Ainsi, Jean-François Dondel quitte-t-il la Sorbonne, alors qu’il est déjà bachelier en théologie, lorsqu’elle se range dans le parti des Appelants de la bulle Unigenitus en 1717. Renonçant à la licence et au doctorat en théologie, il entreprend des études de droit qu’il couronne par la licence in utroque jure157.

  • 158 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 194.
  • 159 M. Peronnet, op. cit., p. 17-19 et 365.

58Un peu moins de la moitié des chanoines titulaires d’un canonicat dans une cathédrale bretonne possèdent donc des grades universitaires lorsqu’ils prennent possession. Si l’on ajoute ceux qui poursuivent leurs études après leur entrée dans une compagnie, il n’est pas déraisonnable d’estimer qu’au moins la moitié des chanoines de Bretagne ont été pourvus de grades au xviiie siècle. Cela les distingue nettement des prêtres diocésains dans leur ensemble même si les données concernant ces derniers sont certainement sous-évaluées. En effet, dans le diocèse de Dol, entre 1680-1690 et 1790, on ne relève que deux docteurs en théologie parmi les prêtres ordonnés alors que le chapitre en abrite au moins quinze ; dans celui de Rennes, parmi les nouveaux prêtres figurent 52 docteurs, licenciés et bacheliers – soit moins de 2 % – alors que le chapitre en accueille au moins 32 – soit près de 40 % ; dans celui de Nantes, 68 docteurs figurent parmi les nouveaux prêtres – soit près de 6 % – alors que le chapitre en compte 36 %158. Cela les distingue également nettement des évêques de la fin de l’Ancien Régime qui, à deux exceptions près, sont licenciés en théologie, même si, comme eux, nos chanoines privilégient les études parisiennes159.

Les ordres sacrés

59Les sources donnent une image assez précise de la situation des chanoines vis-à-vis des ordres sacrés.

Tableau 19. – Les nouveaux chanoines et les ordres sacrés.

Tableau 19. – Les nouveaux chanoines et les ordres sacrés.
  • 160 Ailleurs, les proportions sont également fortes. Ainsi, à Béziers, 31 des 33 chanoines pour lesque (...)

60Une première constatation s’impose : les chapitres bretons recrutent avant tout des prêtres puisque 422, soit plus de 70 %, des nouveaux chanoines le sont lors de leur arrivée dans la compagnie160.

  • 161 J. Queniart, op. cit., p. 65.

61Ce recrutement massif de prêtres laisse-t-il la place à des évolutions ? Trois observations retiennent l’attention. D’une part, tout au long du xviiie siècle la proportion de simples tonsurés a tendance à régresser. Très nombreux parmi les chanoines pourvus de leur bénéfice au xviie siècle et toujours en poste au début du siècle suivant, leur part, de 30 % parmi ceux qui sont nommés entre 1701 et 1730, chute à 10 % entre 1731 et 1760 et atteint 7 % entre 1761 et 1790. Il faut certainement voir ici la marque des préceptes du concile de Trente, du fonctionnement efficace des séminaires et de la volonté de l’Église de présenter au monde des corps homogènes, composés d’hommes proches les uns des autres par le mode de vie, les préoccupations et la mentalité, en un mot d’ » hommes séparés161. »

  • 162 Notices 14, 270 et 325.
  • 163 ADIV – G72, ordonnance de visite de Monseigneur l’évêque de Saint-Malo pour le chapitre de son égl (...)
  • 164 Notice 282.
  • 165 ADIV – G202 B, délibération du 7 février 1702.

62D’autre part, les chapitres favorisent l’accession à la prêtrise de leurs tonsurés, minorés, sous-diacres et diacres. Nous avons pu identifier un minimum de 54 chanoines devenus prêtres après leur entrée dans une compagnie, deux sous-diacres devenus diacres et un minoré devenu sous-diacre. Rares sont les exemples de chanoines demeurés simples tonsurés pendant toute leur carrière. On peut l’affirmer avec certitude pour trois d’entre eux : les Rennais Pierre-Gilles Aulnette et Noël Gilbert ; le Vannetais François-Bonaventure Huchet de La Bédoyère162. Il est vrai que, régulièrement, les évêques, à l’instar de Vincent-François Desmaretz, rappellent à leurs chanoines que l’Église souhaite qu’ils « se fassent promouvoir aux ordres sacrés et surtout à la prêtrise163 ». Les chanoines ont, au demeurant, tout intérêt à entrer dans les ordres sacrés puisque cela leur permet de bénéficier de tous leurs droits. Ainsi, ce n’est que lorsque Charles-Amaury Gouyon de Matignon164 produit ses lettres d’ordre en chapitre que la compagnie lui assigne « au chœur et en chapitre place affectée à mrs les chanoines qui sont dans les ordres sacrés165 ».

63Enfin, ces préoccupations peuvent infléchir le portrait des chapitres. En effet, il existe une mutation très nette de la physionomie des chapitres à partir de 1730. En 1700, les chapitres abritent une forte proportion de chanoines qui ne sont pas prêtres ; après 1730, ils sont très minoritaires. La tendance s’accentue d’ailleurs : en 1730, 70 % des chanoines sont prêtres ; la proportion dépasse 90 % en 1790.

64Les sources fournissent malheureusement peu d’informations sur les séminaires fréquentés par ces chanoines. Les conclusions ne pourront donc fournir qu’un ordre de grandeur puisque seuls les séminaires fréquentés par 63 individus sont connus.

Tableau 20. – Les séminaires fréquentés par les futurs chanoines.

Tableau 20. – Les séminaires fréquentés par les futurs chanoines.
  • 166 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 181 et p. 183.
  • 167 Notice 536.
  • 168 Notices 723 et 372.
  • 169 Notice 577.

65C’est sans surprise que l’on observe une écrasante suprématie parisienne, les séminaires abritant des jeunes gens qui suivent en même temps leurs études universitaires. Cette attraction parisienne apparaît encore plus forte si l’on se souvient que les diocèses de Haute-Bretagne n’envoient que 115 futurs prêtres vers Saint-Sulpice entre 1690 et 1767 et 28 vers Saint-Nicolas-du-Chardonnet entre 1711 et 1789166. Les séminaires diocésains n’apparaissent, quant à eux, qu’à quatre reprises. Jacques Magon, du diocèse de Saint-Malo, fréquente le séminaire oratorien de Saint-Méen167 ; Michel-Joseph Thoumin des Vauxponts et Claude-Elisabeth de La Corbière de Juvigny, du diocèse du Mans, fréquentent celui d’Angers168 ; Gabriel-Charles-Joseph Morel de LaMotte, du diocèse de Rennes, le séminaire sulpicien de Nantes169.

  • 170 B. Plongeron, op. cit., p. 62.

66Les familles de chanoines donnent donc une orientation très parisienne à la formation de leurs fils. Conquérir des grades universitaires à Paris et sortir du séminaire Saint-Sulpice doit permettre, dans leur esprit, d’obtenir, à défaut d’une crosse, « des charges importantes et un bénéfice substantiel170 ». Ces familles savent

  • 171 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 179.

« […] que les cures urbaines s’accordaient en principe à des prêtres pourvus de grades universitaires. Un canonicat, des fonctions à l’évêché, voire un épiscopat paraissaient réservés non seulement aux anciens étudiants des facultés de théologie, ou des droits, mais surtout aux anciens élèves des séminaires parisiens qui jouissaient en France d’un grand prestige, Saint-Sulpice et Saint-Nicolas 171 ».

  • 172 Même s’il est impossible d’évaluer la proportion de chanoines qui ont fréquenté le grand séminaire (...)

67Cette stratégie rapproche les chanoines des épiscopables du xviiie siècle172.

Conclusion

68Le monde des chapitres bretons du xviiie siècle semble donc être relativement homogène par ses origines géographiques, sociales et par la formation reçue. En effet, au-delà de différences locales dont il a été fait état, les chanoines des cathédrales bretonnes sont massivement originaires de la province et pour nombre d’entre eux issus des villes, notamment épiscopales. Beaucoup sont nés dans des familles intégrées aux élites locales ou provinciales et, prêtres dans leur immense majorité, gradués pour une moitié d’entre eux, ils ont suivi des études à Paris, à la faculté de théologie et au séminaire Saint-Sulpice. Ils présentent donc un profil, nous l’avons vu, qui les distingue des prêtres diocésains bretons dans leur ensemble, mais aussi des évêques.

  • 173 Ce qui ne signifie évidemment pas que des chanoines ne puissent pas embrasser le jansénisme. B. Pl (...)

69Leurs racines locales, les liens tissés entre nombre de familles peuvent laisser penser qu’il existe ce que l’on peut appeler une véritable caste canoniale. Cette homogénéité est renforcée par des études de haut niveau en théologie et une conception partagée du sacerdoce, inculquée par des Sulpiciens fidèles à l’esprit gallican, ni « suspects de jansénisme, comme d’autres éducateurs de clercs, ni enclins à l’ultramontanisme des Jésuites173 ». Elle ne présage cependant pas plus de leur engagement dans l’accomplissement des tâches quotidiennes exigées par la détention d’une prébende que des évolutions individuelles, des cheminements de la réflexion intellectuelle de chacun, des positions que chaque individu adoptera plus tard, notamment pendant la Révolution.

Notes

1 J. Delumeau, Le christianisme entre Luther et Voltaire, PUF, 1971, p. 202.

2 Au point que des synthèses paraissent régulièrement : depuis la parution des ouvrages initiaux de B. Plongeron, La vie quotidienne du clergé français au xviiie siècle, Hachette, 1974, de J. Queniart, Les hommes, l’Église et Dieu dans la France du xviiie siècle, Hachette, 1978 ; de synthèses plus larges comme F. Lebrun (dir.), Histoire des catholiques en France, Privat, 1980 ou la série de l’Histoire de la France religieuse, notamment P. Joutard (dir.), Du roi Très Chrétien à la laïcité républicaine, Seuil, 1991 ; jusqu’aux publications très récentes : G. Deregnaucourt et D. Poton, La vie religieuse en France aux xvie, xviie, xviiie siècles, Ophrys, 1994, M. Venard et A. Bonzon, La religion dans la France moderne, xvie-xviiie siècle, Hachette, 1998, B. Hours, L’Église et la vie religieuse dans la France moderne, xvie-xviiie siècle, PUF, 2000, sans oublier la monumentale J.-M. Mayeur, C. et L. Pietri et M. Venard (dir.), Histoire du christianisme, t. 9 : L’âge de raison (1620-1750), Desclée, 1997 et t. 10 : Les défis de la modernité (1750-1840), Desclée, 1997.

3 P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Éd. de l’EHESS, 1985, p. 15.

4 Voir annexe 3.

5 La répartition des 441 chanoines bretons doit être complétée avec les données suivantes : Tréguier, 44 ; Saint-Pol-de-Léon, 39 ; Quimper, 36 ; Vannes, 35.

6 Comme à Langres au xviie siècle, G. Viard, Chapitre et Réforme catholique au xviie siècle : le chapitre cathédral de Langres de 1615 à 1695, thèse dactylographiée, université de Nancy, p. 100.

7 À Bordeaux, dans le chapitre cathédral les diocésains sont légèrement minoritaires au xviiie siècle : P. Loupes, op. cit., p. 232. À Chartres, au xviiie siècle, un tiers des chanoines sont originaires du diocèse : M. Vovelle, « Un des plus grands chapitres de France à la fin de l’Ancien Régime : le chapitre cathédral de Chartres », Actes du 85e CNSS, 1960, p. 236.

8 C. Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au xviiie siècle, PUR, 1984, p. 56.

9 N. Da Silva, « Devenir chanoine de la cathédrale de Clermont », RA, t. 111, p. 196.

10 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 91-92.

11 À Vannes, la cité épiscopale fournit cinq des vingt-six chanoines dont on connaît la paroisse de naissance.

12 Dans le cadre du département du Finistère, en 1790, la part du clergé diocésain originaire des villes est évaluée à 18 % ; dans le diocèse de Vannes, à la fin du xviiie siècle, il est estimé à 25 %. T. Tackett, « L’histoire sociale du clergé français dans la France du xviiie siècle », RHMC, t. XXVII, 1979, p. 224-225. Plus à l’est, dans les diocèses de Haute-Bretagne, les prêtres d’origine rurale sont également nombreux, même si la proportion est moins forte. J. Queniart, op. cit., p. 78.

13 Dans le diocèse de Vannes, en 1730, la moitié des recteurs originaires du diocèse sont nés dans une paroisse rurale ; en 1770, ils sont plus de 60 % ; en 1789, plus de 70 %. T.-J.-A. Le Goff, Vannes et sa région. Ville et campagne dans la France du xviiie siècle, Salmon, 1989, p. 231. En Haute-Bretagne, le fléchissement du recrutement urbain semble pouvoir être apprécié à partir de la diminution du nombre des ordinations dans un contexte d’augmentation plus ou moins forte de la population à Nantes et à Rennes. J. Queniart, op. cit., p. 305.

14 L’importance du noyau des chanoines diocésains « tend quelque peu à décroître au xviiie siècle, tout au moins dans les chapitres bordelais » : P. Loupes, op. cit., p. 232. À Béziers, 80 % des chanoines sont originaires du diocèse en 1710 alors qu’ils ne sont plus que 60 % en 1790 : J. Fontaine, Un chapitre cathédral en pays de Languedoc : Saint-Nazaire de Béziers, 1671-1790, TER, université de Montpellier, 1976, p. 102.

15 Alors que dans le même temps, dans le diocèse de Vannes, le nombre d’étrangers détenant des cures est en baisse constante : en 1730, 58 % des recteurs sont originaires du diocèse ; en 1770, 81 % ; en 1789, 89 %. T.-J.-A. Le Goff, op. cit., p. 231.

16 Notice 49.

17 ADCA – G444, lettre de Borie, vicaire général, 13 octobre 1780.

18 À Rennes et à Vannes, le mouvement est amorcé dès le début du siècle. Entre 1701 et 1730, les étrangers au diocèse y représentent respectivement 45 et 31 % des nouveaux chanoines ; entre 1731 et 1760, 50 et 62 % ; et entre 1761 et 1790, 62 et 85 %.

19 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 60.

20 Ibid.

21 T.-J.-A. Le Goff, op. cit., p. 231.

22 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 91-92.

23 Rappelons que des Bretons sont également pourvus de canonicats dans bien des chapitres éloignés de la Bretagne. « C’est ainsi que les évêchés de Saint-Pol […] ou Vannes […] ont tous une tradition de canonicats chartrains » (M. Vovelle, op. cit., p. 238).

24 Ainsi, en 1790, 34 % des prêtres et près de 20 % des recteurs y sont étrangers alors qu’entre 1710 et 1790, 34 % des recteurs nommés sont étrangers. C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 56 et 60.

25 Notices 307, 478 et 477.

26 Notices 8 et 7.

27 Notices 472 et 254.

28 Notice 130, 594 et 115.

29 On retrouve cette même logique dans la politique menée par les archevêques bretons de Bordeaux, Rohan et Champion de Cicé, à la fin de l’Ancien Régime. Ils sont en effet à l’origine de la formation, entre 1773 et 1784, d’une petite colonie de prêtres rennais dans la collégiale de Saint-Émilion. P. Loupes, op. cit., p. 234-235.

30 G. Minois, Un échec de la Réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du xvie au xviiie siècle, thèse dactylographiée, université Rennes 2 Haute-Bretagne, t. IV, p. 793-796.

31 Notices 143 et 717.

32 Notice 81.

33 J. Le Mene, Histoire du diocèse de Vannes, Lafolye, 1889, t. II, p. 201-207.

34 Notice 572.

35 J. Le Mene, op. cit., p. 233-264.

36 ADF – 6G51, chapitre de Saint-Pol-de-Léon, consultation au sujet des fonctions du théologal, juillet 1696. Ce théologal est certainement Fulgence de La Tour (notice 403). Il doit maîtriser le breton afin de composer ses sermons. En effet, le chapitre est le recteur primitif de Saint-Pol-de-Léon et un chanoine épaule les sept vicaires perpétuels – nommés par le chapitre – pour la prédication. La cathédrale remplit le rôle d’église paroissiale.

37 Sur le recrutement sacerdotal en Basse-Bretagne, F. Roudaut, La prédication en langue bretonne à la fin de l’Ancien Régime, thèse dactylographiée, université de Bretagne occidentale, t. I, p. 38-42. Notons qu’avec les progrès de la Réforme catholique, ne pas parler le breton est un handicap pour accéder à une cure de Basse-Bretagne mais n’est pas gênant pour obtenir un canonicat.

38 Notice 527.

39 Notice 48.

40 AdV – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin. Papiers de fonction de vicaire général, lettres d’amis. Le père de Joseph-Marie de Livoys est avocat à Auray (notice 527).

41 La proportion de nobles atteint un tiers des effectifs à la fin de l’Ancien Régime à Saint-André de Bordeaux. P. Loupes, op. cit., p. 237.

42 Le chapitre de Chartres compte 47 % de nobles en 1790. M. Vovelle, op. cit., p. 238.

43 À Béziers, en 1790, moins de 60 % des chanoines sont nobles. J. Fontaine, op. cit., p. 105.

44 Plus de 80 % des chanoines de la cathédrale de Clermont sont recrutés dans la noblesse entre 1661 et 1761. N. Da Silva, Le chapitre cathédral de Clermont-Ferrand aux xviie et xviiie siècles, DEA, université de Clermont-Ferrand, 1993, p. 110, cité par P. Bourdin, Le noir et le rouge. Itinéraire social, culturel et politique d’un prêtre patriote (1736-1799), Presses universitaires Blaise-Pascal, 2000, p. 117. P. Loupes, op. cit., p. 237 ; « Et l’on peut admettre comme une hypothèse vraisemblable que le tiers environ des chanoines de Langres furent au xviie siècle ou nobles (6 à 7 %) ou anoblis (25 à 26 %) » (G. Viard, op. cit., t. 1, p. 114). Au milieu du xviiie siècle, « la bourgeoisie robine de la ville continuait de fournir les plus importants contingents… » (G. Viard, « Les chanoines de Langres et les Lumières », Actes du 55e CABSS, 1986, p. 120).

45 Les dignités et chanoines prébendés « sont issus de la noblesse ou, en tous cas, de la bourgeoisie locale en marche vers l’anoblissement » (F. Lebrun [publiée par], R. Lehoreau, Cérémonial de l’Église d’Angers [1692-1721], Klincksieck, 1967, p. 42) ; « […] appointments at Saint-Maurice were regarded as rightful perquisites by noble families of Anjou in particular, and, in a widening circle, by those of Normandy, Brittany and the Vendée… » (J.Mc Manners, French ecclesiastical society under the Ancien Regime. A study of Angers in the Eighteenth century, Manchester University Press, 1968, p. 60) ; selon J.Maillard (Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, PUA, 1984, t. 1, p. 250), 80 % des places leur reviennent au cours du siècle.

46 « Rarissimes en Bordelais dans le clergé paroissial, plus nombreux en Périgord, les ecclésiastiques d’origine noble ont une attirance particulière pour les canonicats » (P. Loupes, op. cit., p. 238).

47 Diocèse de Dol : 3,5 % ; diocèse de Nantes : 3,9 % ; diocèse de Rennes : 4,2 % ; diocèse de Saint-Brieuc : 4 %. C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 101.

48 T. Tackett, « L’histoire sociale du clergé diocésain français au xviiie siècle », RHMC, t. XXVII, 1979, p. 227.

49 Alors que rien ne les y contraint. Nous sommes ici bien loin du chapitre de Saint-Claude qui exige de ses chanoines seize quartiers de noblesse. ADF – 100J214, renseignements reçus par le chapitre de Saint-Pol-de-Léon, lettre du chapitre de Saint-Claude, 23 octobre 1750.

50 En effet, les évêques d’Ancien Régime se recrutent presque exclusivement dans la noblesse, au point qu’en 1789 il n’y a qu’un évêque roturier. M. Peronnet, Les évêques de l’ancienne France, Champion, 1977, t. 1, p. 369.

51 On observe effectivement un recul généralisé de la part de la noblesse dans le recrutement sacerdotal puisque « partout ce sont les couches supérieures de la société qui, bien avant 1760, désertent partiellement l’état clérical » (J. Queniart, op. cit., p. 304).

52 Ce qui rapproche les chapitres bretons de leurs homologues de Guyenne. P. Loupes, op. cit., p. 242.

53 Notices 524 et 695.

54 Notices 149 et 558.

55 Notice 460.

56 Notices 216 et 340.

57 J. Meyer (dir.), Histoire de Rennes, Privat, 1972, p. 248. Sur le Parlement, voir par ailleurs F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790. Répertoire alphabétique et biographique de tous les membres de la Cour, Plihon, 2 vol., 1902.

58 « […] avocats et procureurs comptent parmi l’élite sociale de la ville et forment les groupes socioprofessionnels les plus nombreux, les plus soudés et les plus respectés de la cité » (P. Jarnoux, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au xviiie siècle, PUR, 1996, p. 44).

59 A. Lespagnol (dir.), Histoire de Saint-Malo et du pays malouin, Privat, 1984, p. 151.

60 Elle s’appuie sur quelques-uns des schémas généalogiques fournis par les annexes 5 et 6.

61 Notice 25.

62 Notice 24.

63 Notice 311.

64 Notice 412.

65 Notice 411.

66 Notice 619.

67 Des recherches plus succinctes semblent confirmer cette pratique. Ainsi, le chanoine vannetais, puis rennais, Julien-Olivier Gibon du Pargo (notice 266) est le frère cadet du conseiller Olivier-Anne-Marie qui avait reçu la charge paternelle. De même, le chanoine rennais Esprit-Félicien de Ravenel de Boisteilleul (notice 650) est le cadet du conseiller Théodore-Jean-Baptiste. On pourrait multiplier les exemples à l’aide de F. Saulnier, op. cit.

68 En 1692, un feuillet imprimé mentionnant le nom de douze conseillers au Parlement de Bretagne montre que l’un d’entre eux, Ferret de la Marche, a deux frères chanoines (notices 227 et 228) et que les onze autres sont parents ou alliés de trois chanoines : Aulnette (notice 14), Huard de Bœuvres (notice 320) et Rogier du Crévy (notice 664). C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 127. Par ailleurs, au xviie siècle, déjà, « à Langres comme à Beauvais ou à Limoges, le chapitre fut un reflet très fidèle de l’élite locale et les listes de chanoines rappellent très étroitement les autres listes de notables » (G. Viard, « Les chanoines de Langres au xviie siècle : recrutement, origines, fortunes », AE, t. 2, 1976, p. 111). Notons que certains indices montrent que cette relation semble valable à l’échelon inférieur de la collégiale. Ainsi, à Lamballe, Charles-Thomas Micault de Souleville, doyen du chapitre en 1770, porte le patronyme d’un maire de 1786, d’un alloué de 1748, d’un administrateur des hôpitaux de 1738. M. Giselle, La paroisse Notre-Dame et Saint-Jean de Lamballe entre 1650 et 1790. Pouvoir et religion, mémoire de maîtrise, université Rennes 2 Haute-Bretagne, 1999, p. 21.

69 Nous remercions P. Jarnoux de nous avoir communiqué la « liste générale des officiers de la Chambre des comptes de Bretagne (1364-1789) », support d’une enquête en cours.

70 Notices 215, 293, 587 et 588.

71 Notice 165.

72 T.-J.-A. Le Goff, op. cit., p. 82-83.

73 À Angers, l’on remarque que « a profitable alternation between Church and Army was the standart method of providing for younger sons of nobility, and a stall at Saint-Maurice took its place in the economy of various families » (J. Mc Manners, op. cit., p. 60).

74 En Guyenne, il n’est pas rare de rencontrer également plusieurs chanoines de la même famille dans un chapitre. Ainsi, « en 1747, le chapitre cathédral de Sarlat regroupe trois Grezel, trois Pignol et deux Monzie, soit presque la moitié de l’effectif capitulaire » (P. Loupes, Chapitres et chanoines…, p. 243). Le même phénomène s’observe à Clermont-Ferrand où, en 1765, « figurent au nombre des chanoines un Champflour prévôt, un Champflour abbé, un Champflour baile, un Bernard primus, un Bernard secondus, un Laville primus, un Laville secundus ». Les Pélissier de Féligonde compte sept des leurs au chapitre dans la première partie du xviiie siècle. L.Welter, « Le chapitre cathédral de Clermont. Sa constitution, ses privilèges », RHEF, t. XLI, 1955, p. 27. À Lisieux, quelques « familles canoniales » constituent l’élément stable du chapitre. Y. Nedelec, « Les chanoines de Lisieux au xviiie siècle. Esquisse sociologique », Chapitres et cathédrales en Normandie, ANo, 1997, p. 283.

75 Notices 126, 127, 128 et 129.

76 Notices 321, 322, 323 et 324.

77 Notices 106, 107 et 108.

78 Notices 32, 33 et 34.

79 Voir annexe 4.

80 Notices 327 et 326.

81 Notices 49 et 50.

82 Notices 506 et 507.

83 Notices 278 et 277.

84 Notices 335 et 336.

85 Notices 323, 321, 322.

86 Notices 67, 66 et 64.

87 Notice 65.

88 G. Viard, « Les chanoines de Langres au xviie… », art. cit., p. 104-110.

89 Où la transmission peut s’étaler sur plusieurs générations et aboutir à d’étonnantes dynasties capitulaires fondées sur le népotisme. P. Loupes, op. cit., p. 244.

90 M. Venard (dir.), L’âge de raison, t. IX de Histoire du christianisme, p. 273. Sur ce point, on peut également consulter : D. Julia, « Système bénéficial et carrières ecclésiastiques dans la France d’Ancien Régime », Historiens et sociologues aujourd’hui, Journées d’études annuelles de la Société française de sociologie, 14, 15 juin 1984, CNRS, 1986, p. 88.

91 Voir annexe 5.

92 Ce qui est un schéma assez classique puisqu’à Angers, par exemple, « Tugal-François Hullin de la Maillardière had had a second cousin a canon of the cathedral before him, his sister was a nun at Beaufort, more distant relatives had taken the veil at Le Calvaire and the Ursulines of Angers, and a half-cousin was a canon of Saint-Martin » (J. Mc Manners, op. cit., p. 60).

93 Notice 314.

94 Notice 315.

95 C. Robert, Urbain de Hercé, dernier évêque et comte de Dol, grand aumônier de l’Armée Catholique et Royale, fusillé à Vannes en 1795, Rétaux, 1900.

96 Notice 181.

97 Notice 182.

98 Notices 24 et 25.

99 Notices 23, 26 et 27.

100 Voir annexe 6.

101 Notice 320.

102 Notice 568.

103 Notice 311.

104 Nous remercions G. Aubert pour les renseignements fournis sur la famille Robien.

105 Notice 252, 409, 412 et 411.

106 Le quatrième, Joseph-Jean-Baptiste de Langle, étant décédé.

107 Notice 660.

108 Notices 619 et 620.

109 Notices 540, 536, 539 et 538.

110 Année de la mort de Charles-Alain Magon de Terlaye (notice 539), le dernier prébendé de cette nébuleuse familiale.

111 ADIV – fichier B. du C. et A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, PUR, 1997, t. 2, p. 757 ; P. Paris-Jallobert et R. Chassin du Guerny, Anciens registres paroissiaux de Bretagne, Vitré. Notices 564 et 587.

112 Le chanoine est Jacques-Bertrand Chotard (notice 116). Son neveu Jean-Baptiste épousera en 1743 Marie-Françoise Trochon, issue d’une famille de négociants, et achètera deux ans plus tard une charge de maître aux comptes à la Chambre des comptes de Nantes. J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, SEVPEN, 1966, t. 1, p. 173.

113 Il s’agit de Bonaventure du Plessis de Grenedan (notice 199) et de Charles Bonin de La Ville-bouquais (notice 48).

114 Cette tendance à l’homogénéité du milieu capitulaire se retrouve à Béziers où les Salinhac, les Boussanelle, les Villerase sont liés et possèdent sept représentants en l’espace de six générations. J. Fontaine, op. cit., p. 110.

115 Notice 538.

116 A. Lespagnol, op. cit., t. 1, p. 95.

117 B. Plongeron, op. cit., p. 55. Pour replacer la formation des prêtres dans une perspective plus large : F. Lebrun, J. Queniart et M. Venard, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, t. 2 : De Gutenberg aux Lumières, Nouvelle Librairie française, 1981 ; R. Chartier, M.-M. Compere et D. Julia, L’éducation en France du xvie au xviiie siècle, SEDES, 1976.

118 Cités par C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 136.

119 Notices 16, 212, 688, 734, 79 et 685.

120 ADCA – G4, maisons prébendales, droits du chapitre…

121 A. Lespagnol, op. cit., t. 2, p. 773.

122 G. Coolen, « L’épiscopat de F.-J. de Brunes de Montloüet à Saint-Omer (1755-1765) », BSAAM, 1964, p. 131.

123 ADCA – G42, registre des insinuations ecclésiastiques, p. 387.

124 P. Loupes, op. cit., p. 223 ; G. Viard, Chapitre et Réforme catholique…, p. 249.

125 En l’absence d’un collège à Saint-Malo, les Trublet préfèrent envoyer le futur abbé au collège jésuite de Rennes, où il fréquentera les héritiers des familles de l’élite, qu’à celui beaucoup plus modeste de Dinan. Sur l’implantation des collèges, S. Bonin et C. Langlois (dir.), Atlas de la Révolution française, t. 2 ; D. Julia (dir.), L’enseignement. 1760-1815, Éd. de l’EHESS, 1987, p. 30. Sur les différents collèges, M.-M. Compere et D. Julia, Répertoire des collèges de France, xvie-xviiie siècles, t. 2 : France du Nord et de l’Ouest, CNRS, 1988. Sur les collèges de Haute-Bretagne, C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 135-153.

126 J. Fontaine, op. cit., p. 112.

127 Au xviiie siècle, il semble, au regard des informations disponibles, que les chapitres de Haute-Bretagne accueillent globalement davantage de docteurs que leurs homologues de Basse-Bretagne puisque 19 intègrent le chapitre de Saint-Malo, 15 ceux de Dol et Nantes, 13 ceux de Saint-Brieuc et Vannes, 12 celui de Rennes, 9 celui de Quimper, 8 celui de Tréguier et 4 celui de Saint-Pol-de-Léon.

128 Notice 48.

129 ADM – 47G7, délibération du 10 novembre 1773.

130 Notice 226.

131 AdR – D3, délibération du 17 novembre 1788.

132 ADCA – G273, délibération du 5 janvier 1711.

133 ADM – 47G4, délibération du 1er octobre 1706 ; voir notice 267.

134 Notice 576.

135 ADCA – G277, délibération du 4 octobre 1743.

136 Les chapitres sont parfois contraints de prendre des mesures drastiques. Ainsi, « en 1682, le chapitre ayant remarqué que les chanoines clerc-étudiants, dispensés de la résidence pendant leurs études ne paraissaient jamais à Dol et se contentaient d’envoyer quelques lettres pour réclamer leurs pensions, décida que désormais les pensions ne seraient octroyées qu’aux chanoines qui viendraient eux-mêmes à Dol résider pendant les vacances des Facultés où ils étudiaient » (A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 472).

137 Même si, au xviiie siècle, cette somme représente très peu de choses. ADM – 46G3, Statuta capituli venetensis, rédigés en 1495, recopiés au xviiie siècle, article 10.

138 Notice 461.

139 ADCA – G272, délibération du 8 juillet 1709. En 1713, il formule la même demande et les chanoines répondent favorablement pour les mêmes motifs (ADCA – G273, délibération du 7 septembre 1713).

140 Notice 635.

141 « […] et ma reconnaissance est d’autant plus vive que c’est une faveur que vous n’avez encore faite à personne » (ADF – 6G26, lettres adressées par Quentric, chanoine à Paris au collège Louis le Grand, au chapitre de Léon les 29 décembre 1773, 6 juillet 1774 et 28 décembre 1774). On ne sait malheureusement pas ce qui a pu justifier une telle exception…

142 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 475. Voir notice 745.

143 Qui sont semble-t-il réels si l’on en croit Quentric (notice 635) : « La licence m’épuise considérablement. J’ai grand empressement d’en voir la fin, et je m’accommoderai beaucoup mieux du train de vie de Saint-Pol-de-Léon… » (ADF – 6G26, lettre de Quentric au chapitre du 6 juillet 1774).

144 ADIV – G207, délibération du 25 juin 1770 ; voir notice 199.

145 Notice 528.

146 ADIV – AdR – délibération du 31 juillet 1780.

147 ADF, 6G26, lettre de Quentric au chapitre du 6 juillet 1774.

148 Il est vrai que le chapitre de la cathédrale de Bordeaux est le chapitre de l’archevêque. P. Loupes, op. cit., p. 224 ; J. Fontaine, op. cit., p. 112.

149 P. Loupes, op. cit., p. 225 ; J. Fontaine, op. cit., p. 112.

150 P. Loupes, op. cit., p. 224 ; J. Fontaine, op. cit., p. 112 ; G. Viard, op. cit., p. 251.

151 L. Bely (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, PUF, 1996, p. 611. P.-T. Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, 2e éd., 1770, t. 2, articles « Degrés d’étude » et « Gradué ».

152 Notice 194.

153 Notice 316.

154 Notices 580 et 481.

155 Notice 577.

156 G.-A. Lobineau, La vie des Saints de Bretagne et des personnes d’une éminente piété qui ont vécu dans la même province, rééd. 1838, p. 431. F. Saulnier, op. cit., t. 2, p. 658.

157 J.Mahuas, Le diocèse de Vannes et le jansénisme, thèse dactylographiée, université de Rennes, 1967, t. I, p. 148. Notice 165.

158 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 194.

159 M. Peronnet, op. cit., p. 17-19 et 365.

160 Ailleurs, les proportions sont également fortes. Ainsi, à Béziers, 31 des 33 chanoines pour lesquels on dispose de données sont prêtres lorsqu’ils intègrent le chapitre. J. Fontaine, op. cit., p. 114.

161 J. Queniart, op. cit., p. 65.

162 Notices 14, 270 et 325.

163 ADIV – G72, ordonnance de visite de Monseigneur l’évêque de Saint-Malo pour le chapitre de son église, 23 juin 1729, article IX. Pendant un chapitre général en 1585, Charles d’Épinay, évêque de Dol, avait déjà ordonné aux chanoines entrés dans les ordres sacrés de se préparer à recevoir la prêtrise dans les six mois. A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 471.

164 Notice 282.

165 ADIV – G202 B, délibération du 7 février 1702.

166 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 181 et p. 183.

167 Notice 536.

168 Notices 723 et 372.

169 Notice 577.

170 B. Plongeron, op. cit., p. 62.

171 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 179.

172 Même s’il est impossible d’évaluer la proportion de chanoines qui ont fréquenté le grand séminaire, le « séminaire des évêques ». À propos des épiscopables : M. Peronnet, op. cit., p. 366.

173 Ce qui ne signifie évidemment pas que des chanoines ne puissent pas embrasser le jansénisme. B. Plongeron, op. cit., p. 60.

Table des illustrations

Titre Tableau 8. – Les origines géographiques des chanoines bretons.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17424/img-1.png
Fichier image/png, 8,2k
Titre Tableau 9. – Les origines géographiques en fonction de la période de prise de possession.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17424/img-2.png
Fichier image/png, 4,1k
Titre Tableau 10. – Les paroisses de naissance des chanoines nés en Bretagne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17424/img-3.png
Fichier image/png, 4,1k
Titre Tableau 11. – La part des diocésains dans sept chapitres.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17424/img-4.png
Fichier image/png, 4,0k
Titre Tableau 12. – Diocésains, Bretons et étrangers dans les chapitres bretons.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17424/img-5.png
Fichier image/png, 3,0k
Titre Tableau 13. – Les origines géographiques des chanoines (synthèse).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17424/img-6.png
Fichier image/png, 6,3k
Titre Tableau 14. – La part des nobles dans sept chapitres (parmi les chanoines dont on connaît l’origine sociale).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17424/img-7.png
Fichier image/png, 3,9k
Titre Tableau 15. – Noblesse et roture dans les chapitres bretons.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17424/img-8.png
Fichier image/png, 4,6k
Titre Tableau 16. – Les fonctions des pères de chanoines.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17424/img-9.png
Fichier image/png, 6,4k
Titre Tableau 17. – Les patronymes dans les cathédrales bretonnes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17424/img-10.png
Fichier image/png, 3,1k
Titre Tableau 18. – Les universités fréquentées par les futurs chanoines.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17424/img-11.png
Fichier image/png, 3,1k
Titre Tableau 19. – Les nouveaux chanoines et les ordres sacrés.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17424/img-12.png
Fichier image/png, 5,6k
Titre Tableau 20. – Les séminaires fréquentés par les futurs chanoines.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17424/img-13.png
Fichier image/png, 4,3k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search