Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Première partie. Les destinées de 752 chanoines ou dignitaires

Chapitre I. Les carrières canoniales

Texte intégral

  • 1 Notice 220.
  • 2 Notice 146.

1Pierre Fanoys, alors âgé de quinze ans, devient chanoine de Tréguier en 1649 et le reste pendant 67 ans1. Titulaire de ce seul bénéfice, il détient le record de longévité des prébendés bretons. Tout autre est le parcours d’Étienne-Jérôme Croupier de Kéraudran. En effet, il ne prend possession de son canonicat malouin qu’à 75 ans. Auparavant, il a occupé une semi-prébende à Saint-Malo après avoir successivement desservi les paroisses de Cancale et de Dinan. Décédé en 1787, il n’aura été chanoine que durant quatre ans2. Il s’agit là de deux itinéraires dans deux chapitres à deux époques différentes. Des cas extrêmes pourrait-on objecter, qui ne rendent pas compte de l’ensemble des parcours individuels de plus de 700 chanoines et dignitaires. Certes, mais cette confrontation possède une vertu : elle pose la question de la place, voire du rôle du canonicat dans une carrière ecclésiastique. Il n’a visiblement pas la même signification, le même statut chez l’un et chez l’autre et ne témoigne peut-être pas de la même démarche.

  • 3 Terme qui sera employé pour tous les chanoines même s’il « conviendrait peut-être de réserver le t (...)
  • 4 On peut obtenir un canonicat dès quatorze ans dans une cathédrale et dès dix ans dans une collégia (...)
  • 5 C’est le cas à Rennes, AdR – AIV, Antiqua statuta capituli Rhedonensis ecclesia cathedralis Sancti (...)
  • 6 B. Plongeron, La vie quotidienne du clergé français au xviiie siècle, Hachette, 1974, p. 114. En 1 (...)

2Le canonicat est en effet un bénéfice au même titre qu’une cure ou un évêché. La recherche de ce bénéfice sans charge d’âmes se trouve donc au cœur de stratégies diverses3. Perçu à travers les antiques attributions des chanoines, membres du premier corps du diocèse, conseillers de l’évêque, gardiens de l’orthodoxie, il est l’objet de l’ambition d’individus et de familles qui, pour lui, feront jouer tous les ressorts du système bénéficial. Leur mise en œuvre est d’ailleurs facilitée par la légèreté des conditions d’accès : au xviiie siècle encore, malgré les prescriptions du concile de Trente, on ne requiert, en France, ni la possession des ordres sacrés ni l’âge minimum de vingt-deux ans4. Par ailleurs, les statuts des chapitres stipulent simplement qu’ils n’accepteront que des catholiques, nés d’un mariage légitime, ni incapables ni inaptes5. Enfin, nulle part, en Bretagne, ne sont exigés des quartiers de noblesse. On est donc loin des chapitres nobles de l’Est de la France6.

3Bien des itinéraires sont donc possibles. Pour les saisir, il convient, dans la mesure du possible, de reconstituer les carrières des chanoines, puis d’en dégager une typologie. Dans cette perspective, il faut non seulement considérer la période du canonicat elle-même mais encore l’avant et l’après canonicat. Par conséquent, au-delà de l’étude des chanoines, ce travail se voudrait également une contribution à la question de la reconstitution des carrières de quelques centaines d’ecclésiastiques bretons du xviiie siècle. L’analyse s’appuiera donc sur l’examen de certaines des données qui conditionnent la carrière : la durée de la charge, l’âge à l’entrée dans le bénéfice, les conditions de rotation des canonicats et les règles du système bénéficial, les bénéfices occupés avant ou après le canonicat.

Dans le chapitre

  • 7 Ces droits très divers sont pour l’essentiel le droit de chape et diverses sommes versées pour fin (...)

4Deux étapes successives marquent l’entrée du nouveau chanoine dans la compagnie : la prise de possession et le stage probatoire que constitue la rigoureuse. Le premier donne lieu à une cérémonie codifiée de longue date. Partout, le jour dit, le récipiendaire exhibe ses lettres de collation, de provision, témoignant de la légitimité de sa prétention, ainsi que le visa c’est-à-dire l’accord de l’autorité épiscopale, évêque ou vicaire général en cas de vacance du siège épiscopal. Lorsque la compagnie assemblée a examiné ces pièces, débute la prise de possession qui regroupe la possession proprement dite et la réception. Le chapitre se prononce d’abord sur la validité des pièces produites et confirme l’admission du nouveau chanoine. Ce dernier entre alors en chapitre, promet d’observer fidèlement les statuts de la compagnie et récite sa profession de foi catholique. Accompagné en règle générale de deux chanoines assistés du greffier du chapitre, il rejoint le chœur de la cathédrale, baise le grand autel, adore le saint sacrement et va s’asseoir dans la stalle qui lui est attribuée. Il est donc ainsi vraiment installé « en la réelle, actuelle, personnelle et corporelle possession du dit canonicat ». Le nouveau chanoine rejoint alors la salle capitulaire où, après avoir reçu le baiser de paix de la part de ses confrères, il prend place au chapitre pour avoir voix délibérative. Il lui reste alors à s’acquitter de ses droits de possession7, variables selon les lieux et les époques.

  • 8 AdR – AIV, Antiqua statuta capituli Rhedonensis ecclesia cathedralis Sancti Petri, rédigés en 1415 (...)
  • 9 Idem.
  • 10 ADCA – G273, délibération du 9 novembre 1711.
  • 11 Idem.
  • 12 P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Éd. de l’EHESS, 1985, p. (...)

5Le nouveau chanoine commence alors un stage afin de se familiariser avec les devoirs de sa charge, durant lequel il ne peut toucher les gros fruits de sa prébende8. Pendant une période plus ou moins longue, six mois à Rennes, Saint-Brieuc et Saint-Pol-de-Léon, trois mois à Quimper et à Tréguier, deux mois à Vannes par exemple, il doit assister à un certain nombre d’offices. Ainsi, à Rennes, il faut « être présent dans l’église au moins à l’une des trois principales heures à savoir matines, messe ou vêpres9 » alors qu’à Tréguier il faut assister « aux heures principales de l’office du chœur savoir à matines et laudes, grand-messe et vêpres10 ». Par ailleurs, afin d’accomplir ce devoir dans les meilleures conditions, le chanoine doit résider dans la ville épiscopale. Conscient de l’importance de cette étape, il fait enregistrer avec précision la date de début et de fin de sa rigoureuse dans les registres de délibérations. À l’issue de cette période probatoire, la compagnie délègue des députés pour examiner le livre de pointes qui recense les absences aux différents offices : si son assiduité est confirmée, il obtient son certificat de rigoureuse résidence. Pleinement chanoine, il peut recevoir une maison prébendale, prendre part aux distributions, participer aux différentes charges de gestion ou de représentation du chapitre et a le droit à « tous autres droits et privilèges dus à tous les dignitaires et chanoines en vertu de leur rigoureuse résidence11 ». Ces procédures sont respectées dans toutes les cathédrales du Royaume avec parfois quelques nuances : la rigoureuse dure ainsi une année en Guyenne12.

La durée du canonicat

6En 1790, tous chapitres confondus, les chanoines occupent leur bénéfice depuis dix-sept ans en moyenne. Si l’on compare l’ancienneté des chanoines de trois des chapitres les mieux connus à quatre époques différentes, on s’aperçoit qu’à Rennes et à Tréguier elle progresse jusqu’au sondage de 1760 avant de diminuer à la veille de la suppression des institutions, alors qu’à Vannes le raccourcissement est perceptible dès le sondage de 1760.

Tableau 1. – L’ancienneté des chanoines de Vannes, Rennes et Tréguier.

Tableau 1. – L’ancienneté des chanoines de Vannes, Rennes et Tréguier.
  • 13 Ibid., p. 254.
  • 14 Calcul établi sur un échantillon de 3 043 cas dans des départements de dix provinces ecclésiastiqu (...)

7On objectera, certes avec raison, que les carrières des chanoines en poste à l’époque de la Constitution civile du clergé sont prématurément interrompues, que le rythme des sondages n’épouse qu’imparfaitement le rythme de la rotation des bénéfices et que les échantillons sont réduits. Toujours est-il que nous disposons là d’une première impression quant à la stabilité des chanoines dans leurs compagnies. En 1790, six chanoines sur dix ont plus de dix ans d’ancienneté et un tiers plus de vingt ans. C’est un peu moins que dans les chapitres de Guyenne où 70 % des chanoines des compagnies analysées ont plus de dix ans d’ancienneté13. C’est plus que chez les curés de 1791 qui sont, en moyenne, depuis un peu plus de quatorze ans seulement dans leur paroisse14.

8Le calcul de la durée moyenne de la prébende renforce ce sentiment de longévité dans le canonicat. En effet, les chanoines bretons du xviiie siècle occupent en moyenne leur canonicat pendant un peu plus de dix-neuf ans. Ce chiffre fondé sur 575 cas, soit 73 % des 782 possessions, peut être considéré comme fiable, même si les données sont inégales selon les chapitres. On remarque en outre que 21 % des chanoines le sont moins de dix ans, 39 % entre dix et vingt ans et 40 % plus de vingt ans.

  • 15 Une comparaison peut être tentée avec quatre autres compagnies extérieures à la Bretagne : à Borde (...)
  • 16 Il convient de minimiser l’impact de la coupure révolutionnaire. En effet, si on élimine de l’anal (...)
  • 17 Sur cette question de la déchristianisation-sécularisation de la société : J. Delumeau, Le catholi (...)
  • 18 T.-J.-A. Le Goff, Vannes et sa région. Ville et campagne dans la France du xviiie siècle, Salmon, (...)

9Bien évidemment, l’analyse laisse apparaître des disparités tant géographiques que chronologiques. Ainsi, on reste beaucoup moins longtemps à Dol, 15 ans, ou à Tréguier, 17 ans, qu’à Quimper, 22 ans, ou à Nantes, 23 ans. La durée moyenne d’occupation d’un canonicat est de 18 ans à Rennes, 19 ans à Saint-Brieuc, 21 ans à Saint-Malo, Saint-Pol-de-Léon et Vannes15. Par ailleurs, cette moyenne semble régresser au cours du siècle. En effet, les générations de chanoines pourvues pendant les périodes 1701-1730 et 1731-1760 occupent leurs canonicats pendant 21-22 ans, alors qu’au cours du dernier tiers du siècle cette durée tombe à dix ans16. Cette accélération de la rotation des prébendes peut traduire un désintérêt pour un bénéfice jugé peu rentable au regard des obligations qu’il impose. Mais elle peut également être un symptôme de cette lente remise en cause de l’emprise du religieux sur la société ou de mutation de cette emprise au cours du siècle17. Cette observation serait alors à rapprocher de la tendance à l’érosion de la proportion des séjours les plus longs dans les chapitres au cours du xviiie siècle et de son corollaire, la progression des séjours courts. Ce serait la traduction d’un désintérêt croissant chez certains pour des institutions jugées à l’aune des bénéfices réguliers peu utiles pour le bien de la société, alors que dans le même temps certains indices témoigneraient de la stabilisation des recteurs dans leurs cures18.

10Malgré tout, le canonicat breton au xviiie siècle est un bénéfice dans lequel on reste. Ce constat demeure valable même si, comme en Guyenne, la longévité est peut-être plus grande au xviie siècle. Il n’est pas mis en cause par la présence au sein de chaque institution de chanoines qui ne sont que de passage. En effet, partout, des prébendés abandonnent très rapidement leurs confrères : 3 % d’entre eux – 17 individus – s’éclipsent après un séjour maximum d’un an et 21 % – 101 individus – avant cinq ans.

La mobilité capitulaire

  • 19 Notice 132.
  • 20 Notice 115.
  • 21 Notice 196.

11Vingt-neuf chanoines occupent successivement plusieurs prébendes en Bretagne. L’un d’entre eux, Colin de La Biochaye appartiendra même à trois compagnies19. Un autre, Chevigné de Boischolet, effectuera un aller-retour entre deux chapitres20. Le cas de Florian du Merdy de Catuelan est plus incertain. À douze ans, en 1716, il obtient une prébende à Saint-Brieuc… dont il ne prend possession que dix-huit ans plus tard après avoir, semble-t-il, résigné un canonicat quimpérois21. Ces mouvements marginaux – ils ne concernent que 4 % des chanoines bretons – et concentrés dans le temps – plus de la moitié des mutations se concentrent entre 1740 et 1770 – n’en recèlent pas moins leur lot d’enseignements.

  • 22 Notices 52, 37, 521, 11 et 392.
  • 23 Notices 705 et 596.

12Des calculs de durées moyennes de ces prébendes auraient peu de sens en raison de la taille modeste de l’échantillon. En revanche, la comparaison des durées des prébendes successives d’un même individu montre que la durée de la seconde est généralement plus longue. Le premier canonicat pourrait donc n’être qu’une simple étape en attendant mieux. D’autre part, s’il arrive que l’on quitte les chapitres les plus occidentaux pour faire carrière en Haute-Bretagne, l’inverse ne se produit quasiment jamais. Louis Bossart qui passe de Saint-Pol-de-Léon à Rennes, Jean Berthou de Kerversio qui quitte Quimper pour Nantes, Yves Lesné de Penfantan qui se rend de Quimper à Rennes, Guillaume Audren qui abandonne Tréguier pour Dol, Jean-Marie de La Méhaignerie de La Richardais qui laisse Tréguier pour Saint-Brieuc illustrent le premier mouvement22. Seuls Barnabé Sochet de Ferville, entre Dol et Tréguier, et Claude-Antoine Paulin, entre Saint-Brieuc et Tréguier se déplacent vers la Basse-Bretagne23. On ne rejoint donc jamais les chapitres les plus occidentaux. Enfin, deux chapitres polarisent particulièrement ces flux : Dol, le principal chapitre de départ et Vannes, le principal chapitre d’arrivée.

  • 24 Notices 28, 169 et 596.
  • 25 Notice 371.
  • 26 M. Peronnet, op. cit.
  • 27 Notice 300.

13Divers mobiles peuvent expliquer ces échanges. La valeur des prébendes, qui vient immédiatement à l’esprit, fera l’objet d’un examen ultérieur. Il s’agira donc ici d’évoquer le poids des origines géographiques. Quatorze chanoines s’établissent ainsi dans le chapitre de leur diocèse d’origine. D’autres développent des stratégies qui dépassent vraisemblablement la province. Ainsi en est-il pour les étrangers à la Bretagne que sont Alexandre-Joseph de Bassinet, Bertrand Doyénard, Claude-Antoine Paulin ou Pierre de La Corbière de Juvigny. Si les informations manquent pour étayer cette hypothèse dans les trois premiers cas – on sait simplement qu’ils arrivent respectivement des diocèses d’Avignon, de Bayonne et de Besançon24 – l’itinéraire du quatrième se révèle fort intéressant. En effet, entre la résignation de son bénéfice rennais et l’obtention de son archidiaconat vannetais, cet Avranchais25 occupe les fonctions de vicaire général de l’évêché de Verdun et d’aumônier d’Adélaïde de France. Voici donc assurément quelqu’un qui dispose de relais dans les hautes sphères du clergé et dont l’itinéraire, d’échelle nationale, n’est pas sans rappeler celui des évêques d’Ancien Régime26. La carrière de Pierre Guillaume de La Vieuxville, qui abandonne sa région d’origine, doit être examinée dans ce sens. Originaire du diocèse de Saint-Malo, il quitte sa prébende malouine pour Rome en 1681 où il séjourne auprès du cardinal de Forbin-Janson, chargé des affaires de France, avant de revenir comme chanoine et doyen à Nantes en 1706 et de devenir évêque de Saint-Brieuc en 172127.

  • 28 Notices 594 et 326.

14Le monde capitulaire breton n’est donc pas un univers entièrement figé. Il n’y a pas d’étanchéité entre les différents chapitres. Même si l’on reste longtemps en place, certains préfèrent le retour vers les origines à l’attachement à une compagnie, une ville, une région où ils ne sont que d’adoption. Ce choix peut être précoce comme il peut survenir sur le tard. En effet, Auguste Paris de Soulange a 26 ans quand il quitte Nantes pour Vannes alors que Jérôme Huchet de La Villechauve en a 57 lorsqu’il quitte Dol pour rejoindre Vannes28. Par ailleurs, les chapitres bretons s’intègrent dans des dispositifs dont la logique peut être d’envergure nationale. Toutes constatations qui mériteront d’être approfondies.

L’investissement extra-capitulaire

15Certains chanoines exercent des fonctions qui ont peu à voir avec les obligations de la prébende. Les renseignements qui suivent, aux origines très diverses, certainement très partiels, ne permettent pas souvent d’avancer de mesures précises. Il s’agira donc plutôt d’indications qui témoignent à leur manière de deux orientations de carrières. Certaines des fonctions exercées relèvent d’un engagement volontaire, aboutissement d’une demande personnelle ou réponse à des sollicitations de la hiérarchie. En effet, dans chaque compagnie, quelques chanoines sont sollicités pour intégrer l’administration épiscopale. 151 chanoines occupent à un moment ou un autre un poste de vicaire général, 44 un poste à l’officialité, 10 un poste de secrétaire de l’évêque. Si l’on tient compte du fait que certains cumulent deux de ces fonctions, voire les trois, ces responsabilités dans l’administration épiscopale concernent 169 personnes.

  • 29 Au xviiie siècle, la distinction entre vicaire général et grand vicaire a tendance à s’effacer. In (...)
  • 30 A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 135-136, 628-630, 463-464.
  • 31 Ibid., p. 140 et p. 465.

16Le vicaire général est un prêtre qui est investi de la confiance de l’évêque et qui exerce sa juridiction volontaire, c’est-à-dire administrative. Il est investi par des lettres qui donnent lieu à un acte notarié enregistré au greffe des insinuations ecclésiastiques. Ces lettres précisent clairement les fonctions que lui délègue l’évêque : visites de paroisses, résolution de problèmes administratifs, assistance… mais rarement les pouvoirs d’Ordre comme la collation des bénéfices29. Des dénombrements effectués par A. Guillotin de Corson permettent de préciser la place des chanoines au sein du groupe des vicaires généraux dans trois diocèses30. À Dol, 74 % des vicaires généraux sont des chanoines lors de leur nomination. À Rennes et à Saint-Malo, la proportion est de 60 %. Il s’agit là, de la part de l’évêque, d’une manière de faire perdurer, dans des conditions totalement différentes, la fonction de conseil des chanoines. Mais certains, nommés vicaires généraux d’un diocèse, n’obtiendront leur canonicat que dans un second temps. Ce bénéfice est certainement davantage à considérer dans ce cas comme un revenu attribué à des hommes plus ambitieux. Cinq personnes se trouvent dans ce cas à Rennes, trois à Saint-Malo et deux à Dol. Pour exercer leur juridiction contentieuse, les évêques disposent de l’officialité. Ce tribunal fait également la part belle aux chanoines. En effet, l’official, qui le préside, est souvent un chanoine. À Rennes, au xviiie siècle, on ne trouve pas moins de six chanoines dans une liste de huit officiaux. À Dol, six des sept officiaux identifiés par A. Guillotin de Corson sont des chanoines31.

  • 32 Notice 25.
  • 33 Notice 531.
  • 34 F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790. Répertoire alphabétique et biographique de tous (...)
  • 35 Rappelons que l’on a voulu conserver le caractère exclusivement nobiliaire de la nouvelle assemblé (...)
  • 36 Notices 194 et 688.
  • 37 Notice 655.

17D’autres fonctions témoignent d’hésitations devant un choix de carrière ou du souhait de mener une double carrière. Les conseillers clercs auprès de différents parlements incarnent cette logique. Neuf chanoines se trouvent dans cette situation. Gilles Barin de La Galissonnière, chanoine de Rennes depuis 1678 et fils de conseiller, devient conseiller au Parlement de Bretagne en 169332. Thomas L’Olivier de Tronjoly, doyen du chapitre de Saint-Brieuc depuis 1767, l’imite en 176833. D’autres suivront en 1771 : Des Cognets de Correc, chanoine de Quimper depuis 1759 ; Troërin, chanoine de Léon ; Chrestien de La Masse, chanoine de Léon depuis 1747 ; Philippe-Jean de Boutouillic de La Villegonan, chanoine de Vannes depuis 176034. Il est vrai que ces chanoines profitent d’une période exceptionnelle, marquée par l’ » affaire de Bretagne » et par la volonté royale de soumettre le Parlement, pour intégrer l’institution et donner une autre envergure à leur carrière. Semoncé à Versailles, le Parlement, qui s’oppose depuis 1762 à l’action du duc d’Aiguillon, commandant en chef de la province, démissionne en masse en mai 1765 et est remplacé par le « bailliage d’Aiguillon », d’obédience monarchique. Rappelés en 1769, les parlementaires cèdent à nouveau leur place en 1771, lors de la réforme mise en œuvre par le chancelier Maupeou, à des magistrats que la monarchie espère mieux contrôler35. Par ailleurs, deux chanoines rennais entrent au Parlement de Paris : Jacques du Mans, le 5 juillet 1713, alors qu’il est chanoine depuis 1698 ; Yves de Saint-Cristau, en 1775, alors qu’il est chanoine depuis 177436. Le chanoine malouin Nicolas de Renel de Bohonte est quant à lui conseiller au Parlement de Normandie à la fin des années cinquante37.

  • 38 Certains chanoines représentent leur compagnie aux États de Bretagne puisque chaque chapitre doit (...)

18Au-delà de cette partition engagement ecclésiastique-engagement judiciaire, apparaît une autre fracture aussi importante : elle oppose les fonctions à caractère local comme le secrétariat et l’officialité aux fonctions ouvertes vers l’extérieur comme le vicariat général, la députation aux États de Bretagne, la participation à la commission intermédiaire des États38 ou l’office de conseiller clerc auprès d’un parlement. Ces dernières permettent au petit nombre de chanoines concernés de tisser ou de faire jouer un ensemble de relations extérieures à leur ville, à leur province ou à l’univers ecclésiastique. Elles leur fournissent l’occasion de faire des investissements sur l’avenir. En effet, si l’on s’en tient aux chanoines conseillers au Parlement, ce sont des hommes relativement jeunes qui sont pourvus et qui peuvent légitimement espérer des promotions ou des bénéfices d’envergure : ils ont en moyenne 36 ans.

19Pour une très large majorité de chanoines et de dignitaires, le canonicat est donc le bénéfice dans lequel s’écoule une carrière longue et calme. Au cours de la vingtaine d’années qu’ils passent en moyenne dans leur poste, ils s’investissent peu en dehors des fonctions rassurantes, des devoirs de leur prébende. Ainsi, seulement 20 % d’entre eux prennent des responsabilités dans l’administration diocésaine et une quarantaine, c’est-à-dire 5 %, exercent des fonctions susceptibles de leur permettre de tisser ou d’entretenir des relations au-delà des cercles étroits de la ville épiscopale. Par ailleurs, seule une minorité de ces chanoines, 4 %, n’hésite pas à se remettre en cause en changeant de compagnie en Bretagne. Les différents chapitres abritent donc à la fois des individus aux ambitions bornées au cadre local ainsi qu’aux exigences de leur bénéfice et d’autres, qui aspirent à des responsabilités supérieures et qui parfois sont capables de briser les attaches.

Avant le canonicat

20Diverses questions sont inscrites en filigrane des conclusions précédentes. Ainsi, la durée du canonicat, la stabilité dans la prébende soulèvent le problème de l’âge lors de l’accès au bénéfice. L’exercice de fonctions extra capitulaires d’ampleur locale ou nationale pose, quant à lui, la question de leurs significations. Récompense-t-on une compétence, une expérience, une sagesse acquise tout au long d’une longue carrière ? C’est donc toute la carrière antérieure des chanoines qui doit faire l’objet d’investigations. Enfin, les changements de bénéfices, l’accumulation de bénéfices parfois, et les déménagements qu’ils supposent révèlent la dimension spatiale de certaines carrières ainsi que le rôle des règles d’attribution des bénéfices.

Dans l’attente d’un canonicat : jeunes et moins jeunes

21L’examen de l’âge des chanoines lors de l’entrée dans le chapitre s’appuie sur un échantillon restreint. En effet, il est tributaire de l’une des données les moins bien connues de notre étude : la date de naissance. Les évaluations ainsi que les conclusions proposées doivent donc être considérées avec précaution. Le corpus initial contient 301 chanoines dont il faut exclure les représentants des trois compagnies les moins bien représentées (Quimper, Saint-Brieuc, Saint-Pol-de-Léon). En définitive, les 252 personnes étudiées dans six chapitres ont rejoint l’institution à 33,5 ans en moyenne. Cet âge moyen varie évidemment selon les lieux.

Tableau 2. – L’âge des chanoines lors de la prise de possession des canonicats.

Tableau 2. – L’âge des chanoines lors de la prise de possession des canonicats.
  • 39 Ce qui rapprocherait le chapitre de Saint-Malo de celui de Béziers où l’âge moyen à l’entrée, calc (...)

22Note 3939

  • 40 À Vannes, les nouveaux chanoines seraient donc un peu plus jeunes que les recteurs du diocèse puis (...)

23Note40

  • 41 Notice 236.
  • 42 Notice 583.
  • 43 Notice 67.
  • 44 Notice 146.

24Bien évidemment certains sont très précoces ! Dix-neuf jeunes clercs obtiennent un canonicat avant 20 ans. Henri de France41 arrive à Dol en 1712 à douze ans, Antoine Nebout42 arrive à Vannes en 1694 à quatorze ans. D’autres, en revanche, entrent dans le chapitre très tard. Parmi les quatre cas de notre échantillon, citons Jean-Joseph de Boutouillic de Castello43 qui devient chanoine de Vannes en 1718 à l’âge respectable de 78 ans ou Étienne Croupier de Keraudran44 qui arrive à Saint-Malo à 75 ans en 1783.

  • 45 Pour l’ensemble du xviie siècle, la proportion de chanoines nommés avant vingt ans atteint 43 % ; (...)

25L’âge moyen d’accès à une prébende, malheureusement examiné à partir d’un nombre trop limité de fiches, a tendance à augmenter au cours du xviiie siècle. De trente ans pour le groupe nommé au xviie siècle, il passe à trente-deux ans pour le groupe pourvu entre 1701 et 1730 et trente-quatre ans pour les groupes nommés entre 1731 et 1760 ainsi qu’entre 1761 et 1790. La jeunesse des entrées dans les compagnies bretonnes de la fin du xviie siècle rappelle la situation du chapitre cathédral de Langres où 44 % des chanoines nommés entre 1676 et 1710 ont moins de vingt ans45. Si l’on examine l’évolution par chapitre, trois observations s’imposent. Tout d’abord, le chapitre de Saint-Malo, qui recrute des chanoines plus anciens, se distingue par la progression constante de l’âge moyen au recrutement. Par ailleurs, la jeunesse des nouveaux prébendés du xviie siècle est patente dans quatre des six compagnies retenues : Rennes, Saint-Malo, Tréguier et surtout Vannes. Enfin, dans quatre cas – Dol, Nantes, Tréguier et Vannes –, l’âge moyen au recrutement fléchit dans le dernier tiers du siècle. En définitive, deux évolutions se dégagent. Celle de Saint-Malo où débute ce vieillissement des prébendés qui culminera avec le temps des vieux chanoines méritants du xixe siècle. Celle des autres chapitres qui voient cette tendance au vieillissement remise en cause à partir des années soixante, voire avant comme à Tréguier. L’évolution de l’âge moyen des compagnies au cours du siècle, quand il est possible de le calculer, va de pair avec ce mouvement. En effet, partout, sauf à Saint-Malo, les chapitres vieillissent de 1700 à 1760 avant de se stabiliser ou de rajeunir en 1790.

Tableau 3. – L’âge moyen des chapitres.

Tableau 3. – L’âge moyen des chapitres.

26Ainsi, à la fin du Grand Siècle, de jeunes ecclésiastiques entrent dans les chapitres pour y rester. Puis, alors que l’âge moyen au recrutement progresse, les séjours se raccourcissent. Enfin, à la fin du xviiie siècle, les chanoines rajeunissent mais ils écourtent de plus en plus leur séjour. En terme de carrière, pour tous, une question se pose donc : avant d’obtenir un canonicat, ont-ils fait le choix délibéré d’attendre un bénéfice qu’ils visaient, ont-ils occupé successivement plusieurs bénéfices, ou encore, ont-ils subi l’attente ? En corollaire, se dessine l’hypothétique existence de chapitres de fin de carrière.

Dans l’attente d’un canonicat : bénéficiers et non bénéficiers

27La première difficulté consiste à rassembler la documentation. La source majeure, les actes de prises de possession, mentionne les bénéfices des nouveaux chanoines : cures, canonicats, abbayes. On peut vraisemblablement avancer que par ce biais on connaît la plupart des chanoines ayant occupé une cure ou un autre canonicat. En revanche, d’autres sources mentionnent des abbayes. De plus, les chapellenies ou les prieurés ne sont indiqués que lorsqu’il s’agit de permutations de bénéfices. Par conséquent, les données qui suivent sont davantage à considérer comme des ordres de grandeur.

Tableau 4. – Les bénéfices antérieurs des nouveaux chanoines.

Tableau 4. – Les bénéfices antérieurs des nouveaux chanoines.

28Le travail porte sur 60 % des possessions ; il exclut les chanoines de Quimper, de Saint-Pol-de-Léon, ceux qui changent de chapitre cathédral en Bretagne ainsi que ceux dont la carrière n’est pas suffisamment connue. Au sein de cet échantillon, 139, c’est-à-dire un peu moins du tiers des nouveaux chanoines possèdent une cure, un canonicat, une abbaye, un prieuré ou une chapellenie lors de leur entrée au chapitre. Si l’on ne tient pas compte des prieurés ou des chapellenies, la proportion tombe à moins du quart. En distinguant bénéfices à charge d’âmes et bénéfices sans charge d’âmes, il est possible d’identifier les chanoines ayant une expérience paroissiale auprès des fidèles.

  • 46 Notice 208.
  • 47 Notice 580.
  • 48 Notice 327.

29Plus du tiers des 139 chanoines considérés, 10 % de l’ensemble, ont été recteurs et sont sensiblement plus âgés lors de la prise de possession. Un calcul portant sur vingt-quatre des cinquante et un anciens recteurs montre qu’ils entrent dans leur compagnie à 48 ans en moyenne alors qu’en règle générale les nouveaux chanoines ont 33,5 ans. Atteint tardivement, le canonicat n’est dans ces carrières ralenties qu’une seconde étape. Certains possèdent même une solide expérience paroissiale à l’image du Vannetais Bonnaventure Duboys successivement recteur de Kervignac, de Saint-Vincent-sur-Oust, de Bignan puis de Baden46. D’autres, en revanche, ne s’éternisent pas en paroisse et semblent pressés d’obtenir un canonicat : Jean Motais n’a que 28 ans lorsqu’il abandonne la cure de Brie dans le diocèse de Rennes pour devenir chanoine de Rennes47 ; Hyacinthe Huchet de La Villechauve n’a que 31 ans quand il quitte Lantillac, dans le diocèse de Vannes, pour rejoindre le chapitre de Vannes48.

  • 49 Notice 685.
  • 50 Notice 707.

30Les deux autres tiers, 19 % de l’ensemble, ont donc occupé des bénéfices sans charge d’âmes. Parmi eux, les plus nombreux, 37 sur 88, sont titulaires de canonicats. Un mouvement ascendant semble se dessiner dans la mesure où vingt-neuf chanoines quittent une collégiale pour entrer dans une cathédrale. Cette tendance est particulièrement nette dans les villes qui abritent une cathédrale et une collégiale. Ainsi, dix des douze chanoines qui entrent dans le chapitre de Nantes sortent de la collégiale Notre-Dame de Nantes et onze des quinze nouveaux briochins arrivent de la collégiale Saint-Guillaume de Saint-Brieuc. Le passage par un autre canonicat ne semble pas avoir d’incidence sur le déroulement de leur carrière. En effet, une enquête menée sur ces vingt-sept Briochins et Nantais montre que les seize chanoines dont on connaît la date de naissance reçoivent leur stalle à la cathédrale à 35 ans en moyenne. C’est donc l’existence d’une carrière capitulaire individualisée qui se dessine avec ces changements de chapitres, puisque le passage par un autre canonicat ne ralentit pas le déroulement de carrière des clercs concernés. Ils gagnent en effet très rapidement une cathédrale. Il existe cependant de réelles exceptions comme Christophe Ruffelet qui entre dans le chapitre cathédral de Saint-Brieuc à 64 ans après avoir été chanoine de Saint-Guillaume49 pendant 18 ans, ou Pierre Sohier qui devient chanoine de Nantes à 42 ans après avoir été chanoine de Notre-Dame50.

31Pour de nombreux nouveaux chanoines, l’obtention d’une stalle impose un déménagement : vingt-sept des anciens recteurs, chanoines ou semi-prébendés proviennent d’un autre diocèse ; soixante et onze exercent dans le diocèse, dont la moitié sont déjà en poste dans la cité épiscopale. Les changements de bénéfices ne suscitent donc pas de grands déplacements. Ce sont des bénéficiers du diocèse qui accèdent aux stalles de la cathédrale.

  • 51 Notice 209.
  • 52 Selon la terminologie en vigueur dans l’Ouest de la France, « recteur » désignant le curé et « cur (...)
  • 53 D. Julia, « Le prêtre », M. Vovelle (dir.), L’Homme des Lumières, Seuil, 1996, p. 397.

32Ainsi, bien peu de chanoines ont occupé un autre bénéfice et rares sont ceux qui disposent d’une expérience pastorale. Aux cinquante et un recteurs, il convient à cet égard d’ajouter Toussaint Duchesne de Tressant qui a été prêtre habitué dans la paroisse de Caden dans le diocèse de Vannes avant d’obtenir un canonicat dolois51, ainsi que six anciens curés52. Par ailleurs, certains chapitres comme ceux de Dol, de Saint-Brieuc et de Saint-Malo accueillent des proportions plus fortes de chanoines déjà pourvus de bénéfices. Ils peuvent faire figure d’institutions d’aboutissement de carrière. Cependant, que l’on recherche un premier bénéfice ou que l’on en change, que l’on arrive d’un autre diocèse ou que l’on demeure sur place, il faut se plier aux règles du système d’attribution des bénéfices. Analyser l’incidence « des types de patronage dominants, des procédures canoniques d’accès utilisées53 » permet en effet de mieux apprécier la figure du prêtre, ici du chanoine.

Dans l’attente d’un canonicat : composer avec le système bénéficial

  • 54 Dans le royaume de France coexistent grosso modo trois systèmes de collation des bénéfices : celui (...)

33Les évêques bretons et le pape, conformément au système de l’alternative, procèdent à la collation de tous les canonicats et dignités des neuf chapitres cathédraux de Bretagne. Ce dispositif est lui-même une exception à la règle en vigueur dans les pays d’obédience pontificale dont fait partie la Bretagne. Dans cette province intégrée au royaume de France en 1532 et donc ignorée par le Concordat conclu en 1516 entre François Ier et Léon X, le pape pourvoit aux bénéfices vacants au cours des mois impairs et l’évêque aux bénéfices vacants au cours des mois pairs. Ils nomment donc les bénéficiers alternativement un mois sur deux. Il s’agit d’une dérogation en faveur des évêques à la règle dite de mensibus qui voit le pape se réserver la collation des bénéfices pendant huit mois, ne l’abandonnant aux collateurs ordinaires qu’au cours du dernier mois de chaque trimestre54.

  • 55 ADM – 47G6, délibération du 15 janvier 1748. Notices 549, 741 et 554.
  • 56 ADM – 52G8, consultation donnée par Rat, à Paris, au sujet des prétentions émises sur la prébende (...)
  • 57 A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 493. Notice 122.
  • 58 Notice 453.
  • 59 ADCA – G36, f° 63 r°-v°, 65 v°et 67 r°.
  • 60 ADCA – G37, f° 107 v°, 136 v°, 141 v°et 161 r°. Notices 464, 406, 630 et 750.

34Si la règle d’attribution des canonicats apparaît claire, codifiée, la réalité peut se révéler beaucoup plus complexe. En effet, des contestations peuvent éclater à l’occasion d’une prise de possession comme le montrent ces quelques exemples. À Vannes, en 1748, Grégoire de Marquez avait demandé à entrer en possession du canonicat d’Antoine Verdoye. Le chapitre avait dû refuser car Jean Mauduit du Plessis venait de prendre possession par l’intermédiaire de son procureur55. En 1765, une affaire secoue ce même chapitre. En effet, à la mort de François de Pressac de Lioncel, deux impétrants se présentent : Gilles de Launay, son résignataire en Cour de Rome porteur de provisions accordées par le pape le 26 août 1764, et Joachim Tranchant du Tret, nommé par l’évêque le 31 décembre de la même année. Après diverses consultations et l’engagement des procédures indispensables, les provisions pontificales seront annulées au motif que le canonicat ayant vaqué de droit « dans un mois affecté à M. l’évêque de Vannes collateur ordinaire mensibus et alternativa qui fait loi en Bretagne M. l’évêque de Vannes pouvait seul le conférer pendant ses six mois à partir du 18 août 176456 ». La situation peut devenir d’autant plus complexe qu’un troisième protagoniste peut intervenir dans le jeu des collations et brouiller les cartes. Il s’agit du roi. À Dol, en 1697, Claude de Civille, nommé par le roi, se heurte au chapitre qui conteste la conformité de ses provisions et lui oppose un clerc de Paris, Noblet, qui avait reçu des provisions romaines. Entré au chapitre en 1701, il ferraillera constamment avec ses confrères57. À Saint-Brieuc, Guillaume Le Floch de Volozaine58 se voit contester le canonicat dont il a pris possession le 18 septembre 1713 après avoir produit en chapitre le visa de l’évêque accordé en vertu d’un brevet du roi. En effet, Louis-Jean Le Floch se présente et prétend avoir été pourvu du canonicat en Cour de Rome en janvier 1713. Comme l’évêque, arguant du fait « que le lieu et place était rempli », lui refuse son visa, il entreprend des démarches jusqu’auprès de l’archevêque de Tours. Muni du précieux document, il se représente le 23 novembre 1714 devant le chapitre qui le renvoie. Il doit alors prendre possession par l’intermédiaire d’un notaire apostolique… sans succès semble-t-il puisqu’il disparaît totalement de la documentation59. Quelques années plus tard, la nomination par décision royale de Jean Le Gofvry soulève quelques difficultés. L’évêque manifeste en effet sa surprise en observant que le roi demande le canonicat de Louis de Labat de Plaineville décédé en juin 1718, mois de l’évêque, et non celui de Pierre-Yves Proffit de Catuellan mort en mai 1716, mois du pape. En représailles, l’évêque accorde ses provisions à André de Ville qui prend possession du canonicat de Labat le 7 juillet 1719 au grand dam des notaires dépêchés par Le Gofvry, qui devra attendre 1720 pour obtenir un canonicat60.

  • 61 Le chapitre de Tréguier est en effet lui aussi le théâtre de telles passes d’armes. G. Minois, « L (...)

35Au-delà de ces procédures, dont nous ne fournissons qu’un bref aperçu61, quels enseignements peut-on tirer du jeu des collations de canonicats ? L’analyse porte sur six chapitres et prend en compte 528 des 782 possessions du fichier, soit 67 % de l’ensemble. 433 des modes de collation sont connus, soit plus de 80 % des cas de l’échantillon retenu. Les conclusions peuvent donc paraître relativement fiables.

  • 62 L’attribution de canonicats par le roi est une entorse à la pratique en vigueur en Bretagne qui vo (...)
  • 63 En cas de vacance d’un évêché, le roi dispose du droit d’en percevoir les revenus jusqu’à la prest (...)

36Il apparaît que les évêques bretons – avec 35 % des nominations – sont en grande partie dépossédés de la collation des canonicats de leur chapitre. Premiers collateurs dans seulement deux compagnies – Saint-Brieuc et Tréguier – ils n’attribuent jamais la moitié des prébendes et sont concurrencés par le pape et le roi. Le premier, plus gros collateur de Bretagne avec 37 % des nominations, voit son influence renforcée par les résignations in favorem qui privent l’ordinaire d’un certain nombre de collations. Ainsi, à Dol, où le pape procède à 55 % des nominations, ce ne sont pas moins de trente-trois chanoines sur les quarante-trois concernés qui cèdent leur canonicat à une connaissance. Le roi attribue quant à lui près de 30 % des canonicats au moyen de brevets de joyeux avènement62, à l’occasion de la prestation de serment de fidélité de l’évêque ou en vertu du droit de régale63.

  • 64 Notice 685.
  • 65 Notice 186. Il se voit proposer en 1775 un canonicat à Bayonne par La Ferronnays, qui quitte le si (...)
  • 66 Louis de Rohan-Guémené, grand aumônier de France.
  • 67 A. Du Bois de La Villerabel, « Le chroniqueur Ruffelet », MSACN, t. II, 1866, p. 139-143.

37Le poids des nominations royales et pontificales soulève la question des relais dont peuvent disposer certains ecclésiastiques dans l’entourage du ministre de la feuille ou à la cour pontificale. Cette question ne peut d’ailleurs pas être éludée dans le cas des nominations relevant de l’ordinaire. La stratégie mise en œuvre par les candidats au canonicat apparaît clairement dans la correspondance échangée en 1775 entre Ruffelet64 et son cousin, gendarme de la Garde du roi. Ruffelet, chanoine de la collégiale Saint-Guillaume de Saint-Brieuc, aspire à un canonicat de la cathédrale, et les rumeurs de départ de Du Fau65 l’incitent à l’optimisme. Il établit alors de bonnes relations avec lui, pendant que son cousin sollicite les membres d’un réseau auquel appartiennent le duc de Chartres, son précepteur l’abbé de Bonrepos, Soubize, capitaine-lieutenant des gendarmes de la Garde du roi. Mais c’est insuffisant et il s’inquiète : « Ce serait donc une protection auprès du cardinal66 qu’il faudrait ; mais, où la prendre ? » Du Fau lui-même répond à la question puisqu’il décide de rester à Saint-Brieuc67. Ce type d’informations est malheureusement rare et les exemples évoqués se proposent simplement de témoigner de l’influence probable de ces relais.

  • 68 Notice 300.
  • 69 Ses bulles pour l’évêché de Saint-Brieuc lui sont expédiées par son ami Clément XI. C. Nieres (dir (...)
  • 70 J. Meyer, op. cit., t. 1, p. 173. Notice 116.
  • 71 ADCA – G41, f° 58 r°. Notice 710.
  • 72 ADLA – G853, f° 200 v°. Notice 4.
  • 73 ADM – fichier Luco. Notice 421.
  • 74 ADLA – G854, f° 164 v°. Notice 691.
  • 75 ADM – 42G17, f° 246 v°. Notice 558.

38Certains ont tissé des relations à Rome. Ainsi, Pierre-Guillaume de la Vieuxville a séjourné à Rome auprès du cardinal de Forbin-Janson68. Ses neuf années romaines – au cours desquelles il se lie avec le futur Clément XI – mais aussi les relations privilégiées entretenues par son père avec Colbert et l’amitié du cardinal Dubois expliquent sa brillante carrière69. Chotard demeure, quant à lui, à Rome entre 1707 et 171170 ; Sordon de Créaux a été aumônier du duc de Saint-Aignan, ambassadeur extraordinaire du roi à Rome71 ; Allioux72 et Le Bannier73 ont été supérieurs de la communauté des prêtres de l’Église royale et nationale Saint- Louis de Rome ; Salles, « secrétaire de son Eminence Monseigneur le Cardinal Lanti » a vécu à Rome « dans son palais près l’église paroissiale St-Eustache74 » ; Mazéas a logé un temps chez « son excellence M. l’Evêque duc de Laon ambassadeur du Roy auprès du Saint-Siège rue et paroisse de Cesarini75 ».

  • 76 A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 503. Notice 657.
  • 77 ADM – fichier Luco. Notice 556.
  • 78 ADIV – G164C, f° 144 r°-v°. Notice 751.
  • 79 ADCA – G43, f° 151 r°. Notice 5.
  • 80 ADM – 52G1, bulle pontificale. Notice 594.
  • 81 ADM – fichier Luco. Notice 371.
  • 82 ADM – fichier Luco. Notice 28.
  • 83 ADCA – G51, f° 67 v°. Notice 304.

39D’autres ont pu se faire apprécier dans l’entourage de la famille royale. Rességuier76 a été chapelain de Madame, Gaston Maurice77 aumônier ordinaire du duc d’Orléans, premier prince du sang et Régent de France, Viriot78 aumônier auprès du duc de Berry, Andigné de La Chasse79 aumônier de la reine Marie Leszczynska, épouse de Louis XV. Trois Vannetais se sont succédé en tant qu’aumônier d’Adélaïde de France, troisième fille de Louis XV : Paris de Soulange80, La Corbière de Juvigny81, Bassinet82. Guillaume Guiot83 a occupé les postes d’aumônier de Monseigneur le comte d’Orléans et de prédicateur ordinaire du roi Louis XVI.

  • 84 G. Minois, op. cit., p. 106. Notice 143.
  • 85 ADCA – G281, délibération du 11 janvier 1779. Notice 700.

40Cultiver l’amitié d’un prélat ou d’un futur prélat peut aussi se révéler payant. Ainsi, Jean-Marc de Royère, originaire de Limoges, amène à Tréguier son compatriote Courtin de Masnadau auquel il procure un canonicat en 176884. De même, Siéyès ne sera pas oublié par Jean-Baptiste-Joseph de Lubersac lors de son arrivée à Tréguier85. Grimaudet de Coëtcanton, quant à lui, entretient très tôt une correspondance avec Charles-Joseph de Bertin, l’évêque de Vannes. En 1756, alors qu’il se trouve au séminaire Saint-Sulpice, il lui demande des conseils bibliographiques dans le domaine de l’Écriture sainte. Bertin ne se dérobe pas, même s’il doit rappeler Coëtcanton à ses devoirs :

  • 86 AdV – AA18, correspondance du vicaire général de Coëtcanton. Nous remercions G. Provost d’avoir at (...)

« Je vous trouve bien croustilleux en me demandant des avis… de me dire pour m’engager à vous les donner que vous oubliez ma qualité d’évêque pour ne vous souvenir que de ma qualité de votre ami ; oui assurément je suis de vos amis et pour la vie et de tout mon cœur mais sachez, mon brave Monsieur, que je ferai toujours beaucoup plus en qualité d’évêque pour contribuer à former en vous le goût de la science ecclésiastique que je ne pourrais faire par amitié particulière86… »

  • 87 ADM – 47G7, délibération du 13 juin 1770. Notice 291.
  • 88 AdioV – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin de La Villebouquais. Papiers de fo (...)
  • 89 ADIV – G204-1, f° 31 v°. Notice 516.
  • 90 C. Robert, Urbain de Hercé, dernier évêque et comte de Dol, grand aumônier de l’Armée Catholique e (...)
  • 91 ADIV – G164H, f° 10 r°. Notice 314.
  • 92 Notice 131.
  • 93 Jean-Gilles de Coëtlosquet sera abbé commendataire de Puy-Ferrand, de Saint-Philibert de Tournus, (...)

41Toujours est-il qu’il prend possession d’un canonicat à Vannes en 1770 après avoir obtenu des provisions de son ami87. Cette stratégie n’est pas propre aux Bretons et nombreux sont les ecclésiastiques qui se livrent à ce genre de calcul. L’abbé de Petet écrit ainsi en 1782 au Vannetais Bonin de La Villebouquais, son ancien camarade d’études, qu’il va se rendre à Paris pour rencontrer M. de Colbert l’évêque de Rodez, dont il est vicaire général, uniquement « pour renouveler connaissance avec lui et [s’] y attacher plus particulièrement ». En effet, c’est selon lui « un des évêques du royaume les plus aimables qui par son esprit et ses heureuses qualités peut arriver aux premières places de l’état ecclésiastique ». Voici donc de quoi « redonner quelques lueurs d’espérance pour l’avenir88 ». Parfois l’évêque appartient à la famille du candidat au canonicat. Elisabeth-Théodose Le Tonnelier de Breteuil est le cousin de l’évêque de Rennes Charles-Louis-Auguste Le Tonnelier de Breteuil. En 1732, il prend possession d’un canonicat dans le chapitre de Rennes en présence du prélat89. À Dol, Gallery de La Tremblaye est le neveu de l’évêque Urbain de Hercé qui lui accorde ses provisions en 178990. Ce même évêque a par ailleurs accordé des provisions sur la dignité de scolastique à son frère François en 176991. Le cas du Trégorrois Alain-René de Coëtlosquet92 diffère un peu puisqu’il semble bénéficier en 1738 de la position d’un frère vicaire général de l’archevêque de Bourges Frédéric de Roye de La Rochefoucauld93.

42La nomination dans les chapitres bretons échappe donc en grande partie à l’autorité diocésaine. Celle-ci se trouve coincée entre la logique de ceux qui recherchent ces bénéfices et font intervenir des réseaux de connaissances pour bénéficier de recommandations et ceux qui se les réservent par le biais des résignations in favorem, régulant à leur manière le marché des canonicats.

  • 94 Notice 291.
  • 95 Notice 481.

43Le canonicat breton s’adresse donc à des ecclésiastiques dans la force de l’âge, pour l’essentiel entre vingt et quarante ans, dont ce sera le premier bénéfice d’envergure puisque 70 % d’entre eux n’ont pas occupé de bénéfice auparavant. Certains entrent même dans l’Église à cette occasion après avoir abandonné une première orientation. Ainsi, René-Athanase de Grimaudet de Coëtcanton a mené une carrière militaire comme officier aux Gardes françaises avant d’entrer dans le chapitre de Vannes94 et François-Marie Le Maistre de La Villegourio est devenu prêtre après la mort de son épouse95. Ceci soulève la question de l’existence d’une carrière capitulaire proprement dite, indépendante des autres bénéfices où le passage par la cure, contrairement à un autre canonicat, diffère l’entrée dans une compagnie. Ce bénéfice est d’ailleurs obtenu au terme d’un processus dans lequel intervient tout un jeu de relations souterraines bien souvent au détriment de l’ordinaire.

Après le canonicat

  • 96 ADM – fichier Luco. Notices 421, 752 et 101.

44Pour sortir de la compagnie, l’éventail des possibilités est large. Le chanoine, comme tout bénéficier, peut résigner purement et simplement son bénéfice, le résigner en faveur d’un tiers, l’échanger, démissionner ou encore mourir en charge. Les plus malheureux peuvent même être déboutés. Ce cas de figure est suffisamment rare pour être relevé. Le Bannier, chanoine de Vannes, subit cette infortune. Pourvu de son canonicat à Rome en janvier 1756, il prend possession le 20 février. Il se heurte alors à Yviquel de Saint-Goustan qui a pris possession quelques jours plus tôt du même canonicat résigné en sa faveur par Claude de Champeaux. Yviquel le déboute et conserve le canonicat après lui avoir consenti une pension de 800 livres96.

45Si l’on exclut la génération en place en 1790, dont la carrière est interrompue précocement, et les chanoines dont on ignore le mode de sortie, 533 sorties de bénéfice peuvent faire l’objet d’une analyse soit près de 70 % de l’ensemble. Comme souvent, les données ne sont pas homogènes. En effet, les chapitres occidentaux ne peuvent rivaliser avec les autres.

Tableau 5. – Les sorties de canonicats.

Tableau 5. – Les sorties de canonicats.
  • 97 À Saint-André de Bordeaux, la moitié des chanoines meurent en charge et un tiers résignent leur bé (...)
  • 98 Sur 41 chanoines pris en compte au xviiie siècle, 25 meurent chanoines. J. Fontaine, op. cit., p. (...)

46Comme en Guyenne97 ou à Béziers98, plus de la moitié des chanoines meurent en charge, tandis qu’un tiers d’entre eux résignent leur bénéfice. Il y a des chapitres où l’on meurt, comme Nantes, Rennes, Saint-Brieuc et Saint-Malo, et d’autres d’où l’on part : à Dol, Tréguier et Vannes, les résignations, les démissions et les échanges de bénéfices représentent plus de la moitié des sorties. À l’échelon individuel, en terme de carrière, ce poids des décès en charge et des résignations signifie que le canonicat est un aboutissement pour certains et une simple étape pour d’autres.

Mourir en charge

47289 des 533 chanoines ou dignitaires étudiés, soit 54 %, meurent dans l’exercice de leurs fonctions. La proportion monte à 60 % si l’on y ajoute les trente chanoines, bien souvent malades, qui résignent peu de temps avant de mourir. L’âge moyen au décès calculé pour 124 d’entre eux, c’est-à-dire pour 43 %, est de 61 ans.

Tableau 6. – L’âge au décès des chanoines.

Tableau 6. – L’âge au décès des chanoines.
  • 99 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 64.
  • 100 D’autres observations militent en faveur de ce constat. Ainsi, à la fin du xviie siècle, les curés (...)

48Si l’on ne considère que les cinq chapitres de Haute-Bretagne, il n’atteint que 58 ans, soit trois ans de plus que l’âge moyen au décès de l’ensemble des prêtres99. En revanche, en Basse-Bretagne, il s’établit à près de 63 ans. Quoi qu’il en soit, les chanoines vivent en moyenne plus longtemps que les autres ecclésiastiques100. On peut alors se demander s’il convient d’y voir une conséquence de la sinécure que représenterait la prébende, bénéfice de nature à permettre des vieillesses prolongées et paisibles à l’ombre d’une cathédrale.

  • 101 Ainsi, à Rennes, les chanoines sont enterrés dans les recherches, c’est-à-dire les bas-côtés, de l (...)

49Partout, la compagnie accompagne le défunt vers sa dernière demeure selon un rituel bien établi. Les délibérations, très laconiques sur ce sujet, permettent de le décrire succinctement. Quand il en a la possibilité, le chapitre délègue un ou deux chanoines pour porter l’extrême-onction au mourant. Puis, dès l’annonce du décès, on prend un certain nombre de dispositions pratiques : on fait apposer les scellés sur les biens ainsi que sur la porte du logement du défunt ; on décide de faire sonner « sur-le-champ les grosses et les petites cloches », on fixe l’heure de la cérémonie, le lieu de l’inhumation101 et on choisit le chanoine qui célébrera l’office. La cérémonie, en elle-même banale, si ce n’est son caractère funèbre, ne mérite pas de figurer dans les registres des compagnies.

  • 102 P. Paris-Jallobert, Ancien Registres paroissiaux de Bretagne, Cendres, Plihon, 1900, p. 16.
  • 103 Notice 134.
  • 104 Notice 79.
  • 105 Notice 66.

50Un décès dans des circonstances particulières peut en revanche susciter un récit circonstancié. Ainsi, le 12 mars 1743, le recteur de la paroisse de Cendres note dans le registre paroissial102 que François Collet, chanoine et archidiacre de Dol103 « venu en qualité d’ami et pour célébrer l’office le jour de la fête de St-Jean-de-Dieu » est mort « surpris de maladie sans qu’on ait pu le transporter à Dol avant ni après sa mort ». Il note que François de Brunes de Montlouët104 s’est déplacé pour célébrer « en grande affluence de peuple et en présence […] de plusieurs autres personnes de distinction ». Certains aléas survenus à l’occasion de la cérémonie peuvent également inciter les rédacteurs à se montrer plus loquaces. C’est le cas lors des obsèques de Vincent de Boutouillic de La Villegonan105 à Vannes le 16 avril 1781. Comme

  • 106 ADM – 83G2, cahier d’inhumations des chanoines.

« […] au moment de la sépulture quelques personnes crurent apercevoir des signes de vie, on reporta le corps dans la chapelle St-Vincent et de là chez Monsieur le sacriste où Messieurs les juges descendirent et ordonnèrent une nouvelle visite de médecins et chirurgiens qui assurèrent la putréfaction du corps et le danger éminent de garder plus longtemps le corps106 ».

  • 107 Notice 181.
  • 108 AdR – B7, registre d’enterrements et de sépultures de Messieurs tant du chapitre de Rennes que du (...)
  • 109 Notice 577.
  • 110 AdR – B3, état du clergé du diocèse de Rennes en l’année 1762, p. 1.
  • 111 Guy-Alexis Lobineau, Les vies des saints en Bretagne et des personnes d’une éminente piété, rééd. (...)

51On enterra donc le chanoine quarante-huit heures après sa mort. La qualité du défunt influe par ailleurs sur la précision du récit. Le 7 avril 1767 est inhumé à Rennes Guillaume-Marie du Breil de Pontbriand107, chanoine de Rennes et membre des États de Bretagne car abbé de Lanvaux. La cérémonie est l’objet d’une longue description à laquelle la présence des États en ordres constitués n’est pas étrangère108. Enfin, l’ardeur du défunt dans l’exercice de ses devoirs fera de son décès un moment digne d’être retenu. Gabriel Morel de La Motte109 meurt le 10 février 1772 « d’une maladie épidémique occasionnée par le zèle avec lequel il faisait les fonctions du ministère dans la maison du dépôt des mendiants110… » et c’est l’évêque lui-même qui fait la levée du corps, « accompagné de près de deux cents ecclésiastiques, et suivi d’une foule de peuple qui par sa présence, prouvait la haute idée qu’on avait de [sa] vertu111 ».

Quitter le canonicat pour un autre bénéfice

  • 112 Voir respectivement notices 467 et 283.

52À plusieurs reprises, ont été évoquées les ambitions que pouvait nourrir tel ou tel chanoine et les carrières des vicaires généraux ou des chanoines pérégrins n’en sont que les témoignages les plus évidents. Il convient cependant de demeurer prudent. En effet, les sources restent souvent muettes sur le devenir du résignataire : elles ne livrent que 62 poursuites de carrières. Et encore faut-il exclure Le Gonidec, chanoine de Tréguier, et Claude-Hyacinthe Gouyon de Vaurouault112, chanoine de Rennes, qui abandonnent leurs canonicats pour convoler en justes noces. Des 60 chanoines étudiés, 19 deviendront évêques, 14 obtiendront une prébende hors d’une cathédrale bretonne et 27 s’établiront comme recteur de paroisse.

Pour l’épiscopat

  • 113 Notice 5.
  • 114 Notice 135.
  • 115 Notice 489.
  • 116 Notice 664.

53Toutes les compagnies fournissent des évêques : les chanoines de Quimper, Saint-Malo et Saint-Pol-de-Léon voient l’un des leurs coiffer la mitre, ceux de Rennes, Saint-Brieuc et Tréguier deux, ceux de Dol et Vannes trois, ceux de Nantes quatre. Quatre de ces hommes ont occupé un autre bénéfice avant d’être promus à l’épiscopat. Andigné de La Chasse est abbé de la Cour-Dieu et grand archidiacre de Rouen entre la résignation de son canonicat et sa promotion113. Conen de Saint-Luc est abbé de Langonnet114. LeMintier est archidiacre de la cathédrale d’Auch115. Rogier du Crévy, enfin, occupe la dignité de chefcier de la collégiale Notre-Dame de Nantes116. Bien que n’étant pas passés directement de la stalle à la mitre, ils conservent leur place ici car l’épiscopat constitue l’aboutissement de leur carrière.

Tableau 7. – Les chanoines devenus évêques.

Tableau 7. – Les chanoines devenus évêques.
  • 117 Notices 182 et 165.
  • 118 Rappelons qu’en Bretagne la durée moyenne d’un canonicat est de 19,5 ans.
  • 119 Brunes de Montlouët à Saint-Omer (notice 79) ; Crussoles d’Uzès à Blois (notice 148), Rogier du Cr (...)
  • 120 Caulet à Grenoble (notice 96) ; Fumel à Lodève (notice 241) ; Guillaume de La Vieuxville (neveu) à (...)
  • 121 Il s’agit de Du Breil de Pontbriand (notice 182).

54Ces nouveaux évêques quittent leur compagnie après avoir occupé leur stalle pendant 12,5 ans en moyenne. Certains n’y ont fait qu’un rapide passage à l’image d’Henri du Breil de Pontbriand, chanoine à Saint-Malo pendant deux ans, alors que d’autres, comme Jean-François Dondel, resté 38 ans à Vannes, y passent une part notoire de leur carrière117. Ils occupent donc leur canonicat moins longtemps en moyenne que la plupart de leurs collègues118. La moitié de ces évêques est nommée sur des sièges bretons sans qu’aucun d’entre eux n’obtienne la cathédrale dans laquelle il occupe un canonicat. L’autre moitié quitte la province : trois partent pour le Nord du royaume119, cinq pour le Sud120 et un vers le Québec121.

  • 122 Seul Farcy de Cuillé ne l’est pas (notice 222).
  • 123 P. Loupes, op. cit., p. 260.
  • 124 M. Peronnet, op. cit., t. 1, p. 139.
  • 125 Ibid.

55Neuf des dix promus en Bretagne sont bretons122. Ce sont souvent des choix régionaux qui « laissent supposer de la part du souverain ou du détenteur de la feuille des bénéfices le désir d’utiliser au mieux les connaissances locales des promus123 » et qui constituent aussi l’aboutissement de « carrières locales d’ecclésiastiques issus de familles notables de province » ayant débouché accidentellement sur l’épiscopat124. Ainsi, le Rennais Toussaint Conen de Saint-Luc serait-il resté chanoine et vicaire général de Rennes sans un ensemble de circonstances favorables. En effet, il bénéficie de l’influence politique de l’évêque de Rennes qui préside les États de Bretagne et de l’attitude de son frère aîné qui a accepté la présidence du Parlement de Bretagne en pleine crise, à la suite des réformes du chancelier Maupeou125. Ce constat peut expliquer l’âge relativement tardif auquel ces personnages accèdent à l’épiscopat : près de 45,5 ans.

  • 126 Notice 542.
  • 127 Notices 241.
  • 128 M. Peronnet, op. cit., t. 1, p. 366.

56Les autres affectations semblent davantage témoigner de carrières gérées à l’échelon du royaume conformément au portrait de l’épiscopable brossé par M. Péronnet. À l’image de Maille de La Tour Landry – né dans le diocèse du Mans, devenu chanoine de Dol, avant d’obtenir la mitre à Gap puis à Saint-Papoul126 –, de Jean-Félix de Fumel – du diocèse de Toulouse, chanoine de Vannes, puis évêque de Lodève127 –, les ecclésiastiques concernés se déplacent en effet à travers le royaume au gré des vacances de bénéfices. Preuve d’une logique de carrière tout à fait différente, ces évêques obtiennent leur promotion à 37 ans en moyenne, âge identique à celui de la nomination de la génération de 1789128 et n’occupent leur canonicat que pendant 8 ans en moyenne. Dans ces conditions, le canonicat n’est qu’une situation transitoire.

  • 129 40 % des évêques en poste en 1789 ont été pourvus d’une abbaye et 98 % d’entre eux ont exercé les (...)
  • 130 Notices 5, 79, 241, 300 et 429.

57Ces ambitions, qui font espérer autre chose qu’une simple prébende, se traduisent également par l’obtention, à un moment ou à un autre, d’une abbaye ainsi que de lettres de vicaire général. Huit des futurs évêques deviennent abbés. Cette proportion se rapproche de celle des évêques de 1789. Neuf sont promus vicaires généraux, ce qui est peu, rapporté à ceux de la génération de 1789129. Andigné de La Fosse, Brunes de Montlouët, Jean-Félix de Fumel, Pierre-Guillaume de La Vieuxville (oncle) et Le Borgne de Kermorvan130 cumuleront les deux en sus de leur canonicat.

  • 131 Au xviiie siècle, seuls deux chanoines de la cathédrale de Périgueux et deux chanoines de Saint-An (...)
  • 132 Notice 132.
  • 133 BMR – fonds Saulnier, dossier Sérent. Lettre du cardinal de la Roche-Aymon à Armand-Louis de Séren (...)
  • 134 Idem, lettre du marquis de Sérent à Gaultier de la Guistière, avocat au Parlement, son factotum en (...)
  • 135 Charles-Jean de Bertin, évêque de Vannes de 1746 à 1774, est remplacé en 1775 par Sébastien-Michel (...)
  • 136 Notice 661.
  • 137 P. de Robien, Histoire généalogique de la maison de Robien, vers 1740 – archives privées. Nous rem (...)

58Ainsi, seulement 3 % des chanoines bretons deviennent évêques. Ici comme en Guyenne131, l’épiscopat n’est pas le débouché naturel du chapitre. La carrière épiscopale répond à d’autres impératifs auxquels seule une minorité d’individus répond. Cela ne signifie cependant pas que certains n’aient pas fourni de réels efforts pour obtenir la mitre. Lors du décès de Charles-Jean de Bertin en 1774, Colin de la Biochaye132, chanoine de Dol, sollicite l’évêché de Vannes par l’intermédiaire d’Armand-Louis de Sérent, président des États de Bretagne. Hélas, le cardinal de la Roche-Aymon, archevêque de Reims et grand aumônier de France, laisse entendre « que Sa Majesté a déjà fait la destination de l’évêché de Vannes133 ». Sérent, quant à lui, estime que le cardinal ne lui a donné « que de l’eau bénite de cour134 » et, l’évêché semblant promis à d’autres135, recommande à Colin de la Biochaye d’accepter l’abbaye bénédictine du Tronchet dans le diocèse de Dol. Au début du siècle, Jacques-André de Robien136, chanoine de Saint-Brieuc serait également « parvenu aux hautes dignités de l’Église si son indifférence pour les Jésuites n’eût pas été un obstacle à son avancement137 ».

59Parmi ces dix-neuf évêques issus du monde capitulaire, au moins la moitié a effectué un choix de carrière au sein de laquelle la possession d’un canonicat n’est qu’une situation d’attente. L’âge précoce de leur promotion, la durée très courte de leur canonicat, leur déracinement géographique en font des représentants du groupe des épiscopables défini par M. Péronnet :

  • 138 M. Peronnet, op. cit., t. 1, p. 130.

« Nés dans un diocèse, suivant une période de formation intellectuelle et sacerdotale à Paris, exerçant des fonctions de grand vicaire dans n’importe quel diocèse où les mène un patronage, possédant ailleurs une abbaye, un canonicat… les futurs évêques suivent une carrière qui ne paraît dépendre d’aucune influence locale138. »

60Lieu de naissance, formation intellectuelle et sacerdotale parisienne : voici donc des données qui influent sur la carrière d’un ecclésiastique et qu’il conviendra d’examiner ultérieurement afin d’affiner le portrait des chanoines bretons et d’éclairer la carrière capitulaire.

Pour un autre canonicat

  • 139 L’âge moyen de leur départ, connu seulement dans quatre cas, les rapproche des évêques à profil na (...)

61Certains chanoines quittent leur compagnie pour un autre chapitre. Aux vingt-neuf chanoines déjà étudiés qui passent d’un chapitre cathédral à un autre en Bretagne, s’ajoutent les neuf qui partent vers une cathédrale plus ou moins éloignée de la province et les cinq qui obtiennent un canonicat dans une collégiale. Ces quatorze personnes abandonnent leur prébende après des séjours en moyenne plus courts que ceux des évêques : 10,5 ans139.

  • 140 Notice 585.
  • 141 Notice 174. Sur le chapitre de Lyon : A. Vachet, Les anciens chanoines comtes de Lyon, Witte, 1897 (...)
  • 142 Notice 534. Sur le chapitre de Notre-Dame de Paris : R. Gane, Étude sociale d’un groupe canonial, (...)
  • 143 Notice 442.

62Quelles raisons président à leur choix ? Quelques-uns rejoignent des chapitres très prestigieux. Nicolas quitte le chapitre de Tréguier en 1711 pour rejoindre la cathédrale de Strasbourg140. Son collègue Toussaint du Boisboissel l’imite au début des années 1780 pour devenir chanoine-comte de Lyon141. Luker, quant à lui, se sépare de son canonicat nantais en 1764 pour intégrer le chapitre de « l’église métropolitaine de Paris142 » où il rejoint Le Corgne de Launay, parti pour Paris en 1760 après avoir été chanoine de Saint-Brieuc143.

  • 144 Notices 293 et 79. Un de leurs confrères, Louis Fouques des Marais, les accompagnera après avoir r (...)
  • 145 Notice 700.

63D’autres, par fidélité ou esprit de calcul, suivent un évêque dans un nouveau poste. En 1756, Grout de La Grassinaye résigne son canonicat dolois pour accompagner son confrère Brunes de Montlouët promu à l’évêché de Saint-Omer en 1754. Brunes qui l’a ordonné prêtre en 1755 en fera son vicaire général et un chanoine et grand chantre de la cathédrale de Saint-Omer. Il s’agit certainement du résultat d’une solide amitié cultivée depuis près de vingt ans par deux hommes de la même génération, issus de localités voisines et entrés presque en même temps dans le chapitre144. Emmanuel Siéyès145, quant à lui, quitte son canonicat trégorrois pour occuper une stalle à Chartres. Il accompagne en fait son protecteur Jean-Baptiste Joseph de Lubersac transféré du siège de Tréguier vers celui de Chartres.

  • 146 Notice 145.
  • 147 Notice 355.
  • 148 Notice 158.
  • 149 Notice 676. Il semble bien, par ailleurs, que le Dolois Nicolas Viriot abandonne son canonicat en (...)
  • 150 Notice 63.

64Plusieurs se rapprochent de leur région d’origine. Par exemple, Crosnier de La Bothinière, né à Saffré, devient prévôt de la collégiale de Guérande puis chanoine de la collégiale Notre-Dame de Nantes après avoir occupé une stalle rennaise146. De même, Kermeno quitte Rennes en 1726 pour entrer dans le chapitre de la collégiale de Guérande, sa paroisse de naissance147. Desforges, chanoine de Dol, devient chanoine de Reims en 1723, ce qui le rapproche de l’évêché de Laon dont il vient148. Enfin, Roussel de Tilly résigne son bénéfice rennais pour une stalle dans la collégiale de Saint-Aignan en Berry, poste qui le rapproche d’Autun son évêché d’origine149. Des ennuis de santé peuvent parfois contraindre au départ. Ainsi, Boutin de La Touche, chanoine de Dol depuis 1716, explique lorsqu’il résigne son bénéfice « qu’attendu ses infirmités et maladies fréquentes de corps causées par la malignité de l’air de ladite ville de Dol il est obligé d’aller demeurer ailleurs150. » Il devient alors doyen de la collégiale de Saint-Aignan après un très bref passage dans la cure de la paroisse Saint-Étienne de Rennes.

65Quel qu’en soit le motif, pour tous ces chanoines, la stalle bretonne n’est qu’une étape dans la carrière. Dès que l’occasion se présente, ils partent.

Pour une cure

  • 151 Ce ne sont malheureusement que des exemples tant manquent les renseignements concernant les origin (...)
  • 152 Les trois chanoines dont l’âge de départ est connu ont au moins cinquante ans.
  • 153 P. Loupes, op. cit., p. 257.

66Ce mouvement concerne 27 chanoines dont la moitié sortent de deux chapitres : neuf de Dol ; cinq de Vannes. Ces chanoines sont restés en moyenne 13,5 ans dans leur compagnie. Cependant, ici aussi, il convient de distinguer deux grands groupes d’individus. Dix ne font qu’un bref passage dans leur chapitre et partent après avoir passé moins de cinq ans dans leur poste. Ils se distinguent, semble-t-il par leur jeune âge puisque quatre des cinq dont nous connaissons l’âge de départ ont entre 30 et 35 ans. Pour ces personnages, le canonicat n’est donc certainement pas le bénéfice visé. La rapidité avec laquelle Hallouin quitte Dol pour gagner une paroisse de son diocèse d’origine, Nantes, en témoigne, tout comme l’empressement avec lequel Poulpiquet rejoint la cure de Plouguerneau sa paroisse natale151. À l’opposé, neuf chanoines restent au moins vingt ans en poste avant de partir vers une paroisse à un âge assez avancé152. Comment interpréter leur départ dans ce cas ? « L’attrait du ministère paroissial pour des tempéraments actifs s’adaptant mal au train-train capitulaire153 » envisageable pour les plus jeunes n’y est certainement pour rien et la valeur des bénéfices doit être envisagée.

  • 154 Ibid., p. 258.

67Plus de la moitié des chanoines bretons meurent donc en poste. Parmi les résignataires et les démissionnaires, bien peu ne s’évanouissent pas totalement. Rares sont donc, au vu de la documentation, les chanoines qui recherchent un autre bénéfice après avoir occupé une stalle bretonne. Mais ces mutations, même si elles sont peu nombreuses, ont le mérite de « remettre le canonicat à sa juste place : non point l’aboutissement automatique d’un cursus ecclésiastique, la nécessaire consécration de toute une carrière, mais seulement une étape parmi d’autres154 ».

Conclusion

68Les grands traits de la carrière des chanoines bretons du xviiie siècle se dégagent à présent. Mais avant de rassembler l’ensemble des observations, de tenter une synthèse et de décrire grossièrement les carrières canoniales bretonnes, il convient de définir les données sur lesquelles se fondent les conclusions. Après avoir été contraint de redéfinir régulièrement les échantillons d’analyse en fonction du thème abordé, il est souhaitable de tenter d’embrasser un corpus le plus large possible. Les conclusions concernent donc sept des neuf chapitres puisque les compagnies léonarde et quimpéroise ne sont pas suffisamment connues. Considérant en revanche les chanoines qui occupent plusieurs canonicats en Bretagne, elles se fondent sur 78 % du corpus. Sur les 614 cas considérés, 508, soit 83 %, présentent des garanties suffisantes pour être retenus.

69Pour la plupart des chanoines bretons, le canonicat est une fin en soi puisque plus de la moitié d’entre eux n’occupent que ce seul bénéfice au cours de leur carrière. Les chanoines bretons sont par conséquent les hommes d’un seul bénéfice. Cette tendance est cependant beaucoup plus accusée à Nantes ou à Rennes – 58 % des cas – qu’à Dol – 38 %. Ils entrent par ailleurs jeunes dans leur compagnie et y meurent après un long séjour. Les autres se répartissent en trois groupes. Pour un tiers de ces 508 chanoines, le canonicat est un aboutissement. Parmi eux, 51 ont exercé des responsabilités paroissiales et 61 ont occupé une stalle dans un autre chapitre cathédral ou dans une collégiale. Ce groupe certes non négligeable, parfois très étoffé comme à Saint-Malo où il représente près de 40 % des cas, ne permet tout de même pas de décrire le canonicat comme un bénéfice que l’on atteint au terme d’un cheminement long et sans faute, conformément au déroulement d’une carrière modèle censée récompenser un ecclésiastique vertueux selon le modèle qu’instituera le xixe siècle. Pour une minorité, 10 %, ce bénéfice constitue un point de départ. Cure, autre canonicat, évêché : tels sont les bénéfices de l’avenir. Enfin, il existe un petit groupe – 5 % de l’ensemble – à la destinée plus complexe, synthèse des deux autres groupes : les chanoines pour lesquels un canonicat n’est qu’une étape entre deux autres bénéfices.

  • 155 Fort nombreux, ce groupe comprend notamment « les chanoines prébendés des cathédrales et des collé (...)
  • 156 Décrit par M. Peronnet, op. cit.
  • 157 D. Julia, op. cit., p. 91.
  • 158 J. Queniart, article « Clergés », M. Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, PUF, 1997, (...)
  • 159 « A canon of Angers at the end of the old regime seemed certain to remain where he was for life. H (...)

70Ce sont tous ces itinéraires qui permettent d’affirmer avec C. Berthelot du Chesnay que le monde du chapitre cathédral n’est pas un univers figé, qu’effectivement il existe ce que l’on peut appeler un mouvement incessant à l’intérieur d’une « classe moyenne » du clergé155. Cependant, la faible importance des expériences paroissiales, des promotions à l’épiscopat ainsi que le poids des chanoines pour lesquels la carrière ecclésiastique se réduit à un simple canonicat militent en faveur de l’indépendance de la filière capitulaire. Il semble bien exister une carrière épiscopale et, au sein d’un moyen-clergé, une carrière paroissiale juxtaposée à une carrière capitulaire. Entre l’itinéraire de l’évêque – ancien vicaire général, abbé, accessoirement chanoine156 – et celui du curé « en règle générale l’homme d’un seul bénéfice » pour qui « la notion de carrière se réduit donc à la conquête d’une seule cure157 », il y a donc la carrière du chanoine. Loin d’être « le tremplin d’ambitions carriéristes158 », le chapitre est pour certains un point d’arrivée et pour beaucoup une carrière qui se suffit à elle-même, à tel point que l’on a pu parler à son endroit de bénéfice « cul-de-sac159 ».

Notes

1 Notice 220.

2 Notice 146.

3 Terme qui sera employé pour tous les chanoines même s’il « conviendrait peut-être de réserver le terme de stratégie aux groupes qui, par le capital de relations et de recommandations dont ils disposent… sont susceptibles de choisir ou de refuser les postes qui leur sont offerts, peuvent préférer – ils en ont les moyens – une attente incertaine à telle cure ou tel canonicat qui ne leur convient pas » (D. Julia, « Système bénéficial et carrière ecclésiastique dans la France d’Ancien Régime », Historiens et sociologues aujourd’hui, journées d’études annuelles de la société française de sociologie, 14 et 15 juin 1984, p. 99).

4 On peut obtenir un canonicat dès quatorze ans dans une cathédrale et dès dix ans dans une collégiale… Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, 1761, t. I, p. 258. Obtenir un évêché ou une cure est par conséquent beaucoup plus ardu puisque le candidat doit obligatoirement être prêtre et avoir, au moins, vingt-sept ou vingt-cinq ans. C’est d’ailleurs respectivement entre vingt-cinq et vingt-sept ans et à vingt-six ans que M. Peronnet et C. Berthelot du Chesnay fixent l’âge de l’entrée dans la vie active des groupes qu’ils ont étudiés. M. peronnet, Les évêques de l’ancienne France, Champion, 1977, t. I, p. 35 ; C. Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute- Bretagne, PUR, 1984, p. 64. D. Julia constate quant à lui que dans le diocèse de Reims en 1774 aucun curé n’a moins de 25 ans. D. Julia, « Le clergé paroissial dans le diocèse de Reims à la fin du xviiie siècle », RHMC, t. XII, 1966, p. 199.

5 C’est le cas à Rennes, AdR – AIV, Antiqua statuta capituli Rhedonensis ecclesia cathedralis Sancti Petri, rédigés en 1415, recopiés au xviie siècle, f° 4 v° ; ainsi qu’à Vannes, ADM – 46G3, Statuta capitulivenetensis, rédigés en 1495, recopiés au xviiie siècle, article 2. Il est vrai que ces mêmes statuts, dans l’article 3, imposent le sous-diaconat.

6 B. Plongeron, La vie quotidienne du clergé français au xviiie siècle, Hachette, 1974, p. 114. En 1750, le chapitre de Saint-Pol-de-Léon reçoit une lettre « concernant les preuves de noblesse nécessaires pour être admis dans le chapitre de Saint-Claude [les mêmes preuves se font à Lyon] ». L’article I stipule que « celui qui sera présenté pour un canonicat de l’Église cathédrale sera tenu de justifier sa noblesse par seize quartiers… ». ADF – 100J214, renseignements relatifs à des chapitres extérieurs.

7 Ces droits très divers sont pour l’essentiel le droit de chape et diverses sommes versées pour financer la fabrique et la psallette, rétribuer le bas-chœur et le greffier, alimenter le pain du chapitre.

8 AdR – AIV, Antiqua statuta capituli Rhedonensis ecclesia cathedralis Sancti Petri, rédigés en 1415, recopiés au xviiie siècle, f° 8 v°.

9 Idem.

10 ADCA – G273, délibération du 9 novembre 1711.

11 Idem.

12 P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Éd. de l’EHESS, 1985, p. 221.

13 Ibid., p. 254.

14 Calcul établi sur un échantillon de 3 043 cas dans des départements de dix provinces ecclésiastiques. T. Tackett, La Révolution, l’Église, la France, Cerf, 1986, p. 101.

15 Une comparaison peut être tentée avec quatre autres compagnies extérieures à la Bretagne : à Bordeaux, le séjour moyen est de l’ordre de vingt et un ans et « à Périgueux et Bazas, la durée des séjours semble être de l’ordre de vingt et un et vingt-trois ans » (P. Loupes, op. cit., p. 254-255) ; à Béziers, l’occupation moyenne d’un canonicat est de l’ordre de vingt à vingt-cinq ans au xviiie siècle (Jacques Fontaine, Un chapitre cathédral en pays de Languedoc : St-Nazaire de Béziers,1671-1790, TER, université Montpellier III, 1976, p. 114).

16 Il convient de minimiser l’impact de la coupure révolutionnaire. En effet, si on élimine de l’analyse les chanoines dont la carrière est écourtée par la suppression des chapitres, la durée moyenne d’occupation des canonicats pour les chanoines pourvus au cours du dernier tiers du siècle tombe à huit ans. Comme les deux tiers résignent ou démissionnent – un tiers pour la génération 1731-1760 – l’objection selon laquelle la courte durée des canonicats serait due à la sur-représentation des individus les plus fragiles semble devoir être écartée.

17 Sur cette question de la déchristianisation-sécularisation de la société : J. Delumeau, Le catholicisme de Luther à Voltaire, PUF, 1971, p. 237-340 ; M. Vovelle, Piété baroque et déchristianisation. Les attitudes devant la mort en Provence au xviiie siècle, Plon, 1973 ; J. Queniart, Les hommes, l’Église et Dieu dans la France du xviiie siècle, Hachette, 1978, p. 203-306 ; P. Joutard (dir.), Histoire de la France religieuse, t. III : Du roi Très Chrétien à la laïcité républicaine, xviiie-xixe siècle, Seuil, 1991, p. 179-329 ; M. Venard, « La fin d’une époque ? », conclusion de M. Venard (dir.), Histoire du christianisme, t. IX : L’âge de raison, 1620-1750, Desclée, 1997, p. 1137-1157 ; R. Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, Seuil, 2000 (1re éd. 1990), p. 135-160.

18 T.-J.-A. Le Goff, Vannes et sa région. Ville et campagne dans la France du xviiie siècle, Salmon, 1989, p. 231.

19 Notice 132.

20 Notice 115.

21 Notice 196.

22 Notices 52, 37, 521, 11 et 392.

23 Notices 705 et 596.

24 Notices 28, 169 et 596.

25 Notice 371.

26 M. Peronnet, op. cit.

27 Notice 300.

28 Notices 594 et 326.

29 Au xviiie siècle, la distinction entre vicaire général et grand vicaire a tendance à s’effacer. Initialement, le vicaire général exerce la juridiction administrative et la juridiction contentieuse de l’évêque alors que le grand vicaire n’exerce que la première. Avec la spécialisation progressive des fonctions, la juridiction contentieuse a échu à l’official.

30 A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 135-136, 628-630, 463-464.

31 Ibid., p. 140 et p. 465.

32 Notice 25.

33 Notice 531.

34 F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790. Répertoire alphabétique et biographique de tous les membres de la Cour, Plihon, 1902, t. I, p. 19-20. Notices 157, 733, 120 et 65.

35 Rappelons que l’on a voulu conserver le caractère exclusivement nobiliaire de la nouvelle assemblée. « Mais, par la force des choses, les nouveaux membres du parlement Maupeou se sont recrutés, pour l’essentiel, parmi les cadets dénués de toute fortune importante, ou parmi les familles nobles dont la qualité n’était pas tout à fait indiscutée et dont les revenus financiers n’étaient pas illimités » (J. Meyer, La noblesse bretonne au xviiie siècle, SEVPEN, 1966, t. 2, p. 978).

36 Notices 194 et 688.

37 Notice 655.

38 Certains chanoines représentent leur compagnie aux États de Bretagne puisque chaque chapitre doit déléguer l’un de ses membres à chacune des sessions. Quelques autres siègent à la commission intermédiaire des États chargée d’assurer la gestion entre les sessions. Ce point mériterait certainement des approfondissements au moyen de recherches dans les fonds de ces institutions. Pour notre part, nous disposons de toute évidence de données très fragmentaires : une quinzaine de députés aux États et une douzaine de commissaires aux États. A. Rébillon évoque plusieurs de ces personnages : le Rennais Guillaume-Marie du Breil de Pontbriand (notice 181) – appuyé par Joseph-François de Trémigon (notice 730) – débordant d’activité aux États de 1730 et à la tête de la commission des étapes et des travaux publics ; René-Joseph Gouyon de Vaurouault (notice 285), représentant du chapitre de Rennes et membre de la commission intermédiaire de 1736 à 1758 ; François-Gabriel de La Motte-Rouge (notice 394), député du chapitre de Tréguier, observateur attentif du mécontentement des abbés et des députés des chapitres face à l’autoritarisme des évêques lors des États de 1786. A. Rebillon, Les États de Bretagne de 1661 à 1789. Leur organisation, l’évolution de leurs pouvoirs, leur administration financière, Plihon, 1932, p. 109, p. 280, p. 468.

39 Ce qui rapprocherait le chapitre de Saint-Malo de celui de Béziers où l’âge moyen à l’entrée, calculé sur 33 des 65 chanoines du xviiie siècle, est de 36 ans. J. Fontaine, op. cit., p. 114.

40 À Vannes, les nouveaux chanoines seraient donc un peu plus jeunes que les recteurs du diocèse puisqu’aucun de ceux qui sont en poste en 1789 n’a obtenu son bénéfice avant 32 ans. T.-J.-A. Le Goff, op. cit., p. 232.

41 Notice 236.

42 Notice 583.

43 Notice 67.

44 Notice 146.

45 Pour l’ensemble du xviie siècle, la proportion de chanoines nommés avant vingt ans atteint 43 % ; le calcul portant sur 75 des 217 chanoines de Langres. G. Viard, Chapitre et Réforme catholique au xviie siècle, le chapitre cathédral de Langres de 1615 à 1695, thèse dactylographiée, université de Nancy, t. 1, p. 95 et p. 201.

46 Notice 208.

47 Notice 580.

48 Notice 327.

49 Notice 685.

50 Notice 707.

51 Notice 209.

52 Selon la terminologie en vigueur dans l’Ouest de la France, « recteur » désignant le curé et « curé » le vicaire. Ces clercs sont : les Dolois Bertrand Carouges (notice 94), Pierre-Jean Sébille (notice 695) et Joseph Toullier (notice 724) ; les Rennais Claude-Michel de Cornulier (notice 136), François Le Maistre de La Villegourio (notice 481) et Auguste Tuffin de La Rouairie (notice 736).

53 D. Julia, « Le prêtre », M. Vovelle (dir.), L’Homme des Lumières, Seuil, 1996, p. 397.

54 Dans le royaume de France coexistent grosso modo trois systèmes de collation des bénéfices : celui qui concerne les anciens territoires de l’Empire que sont la Lorraine et la Franche-Comté soumis au Concordat germanique de 1448 ; celui qui concerne la patria reducta, la portion du royaume de France soumise au Concordat de 1516 ; celui en vigueur dans la patria obedientae, la portion du royaume de France restée sous l’autorité du Saint-Siège après 1516. C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 219-222 ; D. Julia, op. cit., p. 84-87.

55 ADM – 47G6, délibération du 15 janvier 1748. Notices 549, 741 et 554.

56 ADM – 52G8, consultation donnée par Rat, à Paris, au sujet des prétentions émises sur la prébende ayant appartenu à M. de Pressac… Notices 626 et 726.

57 A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 493. Notice 122.

58 Notice 453.

59 ADCA – G36, f° 63 r°-v°, 65 v°et 67 r°.

60 ADCA – G37, f° 107 v°, 136 v°, 141 v°et 161 r°. Notices 464, 406, 630 et 750.

61 Le chapitre de Tréguier est en effet lui aussi le théâtre de telles passes d’armes. G. Minois, « Les chanoines de Tréguier aux xviie et xviiie siècles », MSECN, t. CX, 1981, p. 106-107.

62 L’attribution de canonicats par le roi est une entorse à la pratique en vigueur en Bretagne qui voit les évêques refuser le principe de l’expectative. L’expectative est un droit par anticipation que des ecclésiastiques possèdent sur un bénéfice donné. Lors de sa vacance, ils en deviennent les titulaires. En Bretagne, les protégés du Parlement de Paris, les indultaires, et les gradués de l’Université ne peuvent prétendre à aucun privilège particulier. En revanche, par brevet, le souverain peut attribuer la première prébende qui viendra à vaquer dans tel ou tel chapitre. C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 229-234.

63 En cas de vacance d’un évêché, le roi dispose du droit d’en percevoir les revenus jusqu’à la prestation de serment du nouvel évêque, mais aussi du droit de conférer les bénéfices qui auraient été à la disposition du prélat. M. Marion, Dictionnaire des institutions de la France, xviie-xviiie siècles, nouvelle édition, Picard, 1993, p. 475.

64 Notice 685.

65 Notice 186. Il se voit proposer en 1775 un canonicat à Bayonne par La Ferronnays, qui quitte le siège épiscopal de Saint-Brieuc pour celui de Bayonne.

66 Louis de Rohan-Guémené, grand aumônier de France.

67 A. Du Bois de La Villerabel, « Le chroniqueur Ruffelet », MSACN, t. II, 1866, p. 139-143.

68 Notice 300.

69 Ses bulles pour l’évêché de Saint-Brieuc lui sont expédiées par son ami Clément XI. C. Nieres (dir.), Histoire de Saint-Brieuc, p. 68.

70 J. Meyer, op. cit., t. 1, p. 173. Notice 116.

71 ADCA – G41, f° 58 r°. Notice 710.

72 ADLA – G853, f° 200 v°. Notice 4.

73 ADM – fichier Luco. Notice 421.

74 ADLA – G854, f° 164 v°. Notice 691.

75 ADM – 42G17, f° 246 v°. Notice 558.

76 A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 503. Notice 657.

77 ADM – fichier Luco. Notice 556.

78 ADIV – G164C, f° 144 r°-v°. Notice 751.

79 ADCA – G43, f° 151 r°. Notice 5.

80 ADM – 52G1, bulle pontificale. Notice 594.

81 ADM – fichier Luco. Notice 371.

82 ADM – fichier Luco. Notice 28.

83 ADCA – G51, f° 67 v°. Notice 304.

84 G. Minois, op. cit., p. 106. Notice 143.

85 ADCA – G281, délibération du 11 janvier 1779. Notice 700.

86 AdV – AA18, correspondance du vicaire général de Coëtcanton. Nous remercions G. Provost d’avoir attiré notre attention sur ce dossier.

87 ADM – 47G7, délibération du 13 juin 1770. Notice 291.

88 AdioV – AA18, correspondance reçue par le vicaire général Bonin de La Villebouquais. Papiers de fonction de vicaire général. Lettres d’amis. Bonin (notice 48) et Petet sont d’anciens condisciples du séminaire Saint-Sulpice et de la Sorbonne.

89 ADIV – G204-1, f° 31 v°. Notice 516.

90 C. Robert, Urbain de Hercé, dernier évêque et comte de Dol, grand aumônier de l’Armée Catholique et Royale, fusillé à Vannes en 1795, Rétaux, 1900, p. 245. Notice 247.

91 ADIV – G164H, f° 10 r°. Notice 314.

92 Notice 131.

93 Jean-Gilles de Coëtlosquet sera abbé commendataire de Puy-Ferrand, de Saint-Philibert de Tournus, de Saint-Paul de Verdun, archidiacre de Châteauroux, chancelier de l’université de Bourges, évêque de Limoges, précepteur des enfants de Louis XV, membre de l’Académie française, aumônier du comte de Provence et commandeur de l’Ordre du Saint-Esprit. Il refusera l’archevêché de Tours en 1750 puis le cardinalat. R. Kerviler, Répertoire général de biographie et de bio-bibliographie bretonne, Plihon et Hervé, 1886, t. V, p. 454.

94 Notice 291.

95 Notice 481.

96 ADM – fichier Luco. Notices 421, 752 et 101.

97 À Saint-André de Bordeaux, la moitié des chanoines meurent en charge et un tiers résignent leur bénéfice. P. Loupes, op. cit., p. 259.

98 Sur 41 chanoines pris en compte au xviiie siècle, 25 meurent chanoines. J. Fontaine, op. cit., p. 115.

99 C. Berthelot du Chesnay, op. cit., p. 64.

100 D’autres observations militent en faveur de ce constat. Ainsi, à la fin du xviie siècle, les curés du diocèse de Reims vivent en moyenne jusqu’à 52 ans. D. Julia, « Le clergé paroissial dans le diocèse de Reims sous l’épiscopat de Charles-Maurice Le Tellier. Origine et carrière », RHMC, t. XXIX, 1982, p. 560.

101 Ainsi, à Rennes, les chanoines sont enterrés dans les recherches, c’est-à-dire les bas-côtés, de la cathédrale. À Vannes, c’est dans un caveau sous le maître autel que chanoines et dignitaires sont inhumés.

102 P. Paris-Jallobert, Ancien Registres paroissiaux de Bretagne, Cendres, Plihon, 1900, p. 16.

103 Notice 134.

104 Notice 79.

105 Notice 66.

106 ADM – 83G2, cahier d’inhumations des chanoines.

107 Notice 181.

108 AdR – B7, registre d’enterrements et de sépultures de Messieurs tant du chapitre de Rennes que du bas-chœur de ladite église…, f° 7 v°et 8 r°.

109 Notice 577.

110 AdR – B3, état du clergé du diocèse de Rennes en l’année 1762, p. 1.

111 Guy-Alexis Lobineau, Les vies des saints en Bretagne et des personnes d’une éminente piété, rééd. par François-Marie Tresvaux, 1838, p. 434.

112 Voir respectivement notices 467 et 283.

113 Notice 5.

114 Notice 135.

115 Notice 489.

116 Notice 664.

117 Notices 182 et 165.

118 Rappelons qu’en Bretagne la durée moyenne d’un canonicat est de 19,5 ans.

119 Brunes de Montlouët à Saint-Omer (notice 79) ; Crussoles d’Uzès à Blois (notice 148), Rogier du Crévy au Mans (notice 664).

120 Caulet à Grenoble (notice 96) ; Fumel à Lodève (notice 241) ; Guillaume de La Vieuxville (neveu) à Bayonne (notice 299) ; Jolly de Chouin à Toulon (notice 339) ; Maille de La Tour-Landry à Gap (notice 542).

121 Il s’agit de Du Breil de Pontbriand (notice 182).

122 Seul Farcy de Cuillé ne l’est pas (notice 222).

123 P. Loupes, op. cit., p. 260.

124 M. Peronnet, op. cit., t. 1, p. 139.

125 Ibid.

126 Notice 542.

127 Notices 241.

128 M. Peronnet, op. cit., t. 1, p. 366.

129 40 % des évêques en poste en 1789 ont été pourvus d’une abbaye et 98 % d’entre eux ont exercé les responsabilités de vicaire général. Ibid., t. 1, p. 133.

130 Notices 5, 79, 241, 300 et 429.

131 Au xviiie siècle, seuls deux chanoines de la cathédrale de Périgueux et deux chanoines de Saint-André de Bordeaux deviennent évêques. P. Loupes, op. cit., p. 259-260 et p. 474.

132 Notice 132.

133 BMR – fonds Saulnier, dossier Sérent. Lettre du cardinal de la Roche-Aymon à Armand-Louis de Sérent, 4 octobre 1774. Nous remercions Xavier Ferrieu de nous avoir communiqué des notes qu’il avait prises dans ces fonds.

134 Idem, lettre du marquis de Sérent à Gaultier de la Guistière, avocat au Parlement, son factotum en Bretagne, 5 octobre 1774.

135 Charles-Jean de Bertin, évêque de Vannes de 1746 à 1774, est remplacé en 1775 par Sébastien-Michel Amelot appuyé par Monseigneur de Boisgélin. Amelot occupera ce siège jusqu’en 1791.

136 Notice 661.

137 P. de Robien, Histoire généalogique de la maison de Robien, vers 1740 – archives privées. Nous remercions G. Aubert de nous avoir fourni ce renseignement.

138 M. Peronnet, op. cit., t. 1, p. 130.

139 L’âge moyen de leur départ, connu seulement dans quatre cas, les rapproche des évêques à profil national : 38 ans.

140 Notice 585.

141 Notice 174. Sur le chapitre de Lyon : A. Vachet, Les anciens chanoines comtes de Lyon, Witte, 1897. Comme à Strasbourg, seize quartiers de noblesse sont indispensables pour entrer dans la compagnie.

142 Notice 534. Sur le chapitre de Notre-Dame de Paris : R. Gane, Étude sociale d’un groupe canonial, le chapitre de Notre-Dame de Paris au xve siècle, thèse de 3e cycle, université Paris IV ; J. Meuret, Le chapitre de Notre-Dame de Paris en 1790, Picard, 1904.

143 Notice 442.

144 Notices 293 et 79. Un de leurs confrères, Louis Fouques des Marais, les accompagnera après avoir résigné son canonicat dolois à la fin de 1755 (notice 233) et rejoindra lui aussi la curie épiscopale à Saint-Omer. Le principal du collège de Dol Gilles Déric (notice 156) a certainement été lui aussi sollicité par Brunes mais n’a pas donné suite. G. Coolen, « L’épiscopat de F.-J. de Brunes de Montlouët (1755-1765) », BTSAAM, t. XX, 1963, p. 159-160.

145 Notice 700.

146 Notice 145.

147 Notice 355.

148 Notice 158.

149 Notice 676. Il semble bien, par ailleurs, que le Dolois Nicolas Viriot abandonne son canonicat en 1734 pour se rapprocher du diocèse de Châlons, dont il est originaire, et pour donner un nouvel élan à sa carrière puisque, à cette date, il est « vicaire général de Mgr le Cardinal de Mailly archevêque de Reims », notice 751.

150 Notice 63.

151 Ce ne sont malheureusement que des exemples tant manquent les renseignements concernant les origines géographiques des chanoines concernés. Notices 307 et 625.

152 Les trois chanoines dont l’âge de départ est connu ont au moins cinquante ans.

153 P. Loupes, op. cit., p. 257.

154 Ibid., p. 258.

155 Fort nombreux, ce groupe comprend notamment « les chanoines prébendés des cathédrales et des collégiales ainsi que la plupart des curés, un grand nombre de chapelains… » (C. Berthelot du Chesnay, « Le clergé diocésain français au xviiie siècle et les registres d’insinuations ecclésiastiques », RHMC, t. X, 1963, p. 267-268).

156 Décrit par M. Peronnet, op. cit.

157 D. Julia, op. cit., p. 91.

158 J. Queniart, article « Clergés », M. Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, PUF, 1997, p. 230.

159 « A canon of Angers at the end of the old regime seemed certain to remain where he was for life. His office was not a spring-board for promotion : it was a dignified cul-de-sac in the ecclesiastical hierarchy. » (J. Mc Manners, French ecclesiastical society under the Ancien Régime. A study of Angers in the Eighteenth Century, Manchester UP, 1968, p. 62).

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – L’ancienneté des chanoines de Vannes, Rennes et Tréguier.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17423/img-1.png
Fichier image/png, 2,5k
Titre Tableau 2. – L’âge des chanoines lors de la prise de possession des canonicats.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17423/img-2.png
Fichier image/png, 2,9k
Titre Tableau 3. – L’âge moyen des chapitres.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17423/img-3.png
Fichier image/png, 3,6k
Titre Tableau 4. – Les bénéfices antérieurs des nouveaux chanoines.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17423/img-4.png
Fichier image/png, 5,2k
Titre Tableau 5. – Les sorties de canonicats.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17423/img-5.png
Fichier image/png, 1,7k
Titre Tableau 6. – L’âge au décès des chanoines.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17423/img-6.png
Fichier image/png, 4,1k
Titre Tableau 7. – Les chanoines devenus évêques.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17423/img-7.png
Fichier image/png, 18k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search