Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Première partie. Les destinées de 752 chanoines ou dignitaires

Introduction

Texte intégral

  • 1 Notice 700.

1Les chanoines des cathédrales bretonnes n’ont pas tous, loin s’en faut, marqué de leur empreinte l’histoire de France. Le futur directeur et consul Emmanuel-Joseph Sieyès, chanoine de Tréguier pendant quelques années à partir de 1779, mais qui s’y morfondait, apparaît bien à cet égard comme une anomalie1. Par ailleurs, bien peu accèdent aux charges les plus prestigieuses de l’Église de France puisque seule une minorité de chanoines devient évêque. En fait, l’écrasante majorité de ces hommes se contente de s’acquitter des obligations de son bénéfice dans sa cité et n’acquiert qu’une bien modeste notoriété locale. On comprend donc qu’en l’absence de dossiers individuels dans les archives capitulaires, la connaissance de ces individus soit bien imparfaite. Identifier avec certitude les chanoines et les dignitaires se révèle parfois un exercice très délicat. Enrober de chair et de sang le squelette que constitue le nom est donc dans bien des cas une tâche insurmontable.

2La quasi-totalité des sources mobilisées pour mener à bien cette enquête repose dans les dépôts d’archives départementaux. La lecture des registres de délibérations des compagnies offre une excellente entrée en matière puisque chaque délibération s’ouvre par l’énumération des chanoines et des dignitaires présents. Les listes ainsi établies peuvent être complétées par les conclusions capitulaires qui, mentionnant réceptions et départs des chanoines, font apparaître ceux qui, légitimement ou non, n’assistent pas aux délibérations. Le succès de cette opération dépend cependant de la disponibilité des registres ; seuls trois ensembles documentaires – ceux de Rennes, Tréguier et Vannes – peuvent laisser espérer une recension exhaustive. Les prises de possession, relatées par le menu, sont certes avant tout des actes administratifs stéréotypés qui ne présentent que très brièvement le nouveau chanoine. Cependant, les deux ou trois premières lignes du compte rendu donnent un certain nombre d’informations sur le nouveau bénéficier, telles que les nom, prénom, ordre, diocèse d’origine, bénéfice précédent, grades universitaires, mode de collation du bénéfice, nom du précédent titulaire du canonicat.

  • 2 Sur les registres d’insinuations ecclésiastiques comme source pour la connaissance et l’étude du c (...)

3La quête, tant pour étoffer la liste des chanoines bretons que pour leur donner vie, peut se poursuivre dans d’autres sources. Les cahiers de sépultures des chapitres constituent incontestablement la matière la plus riche. Ils révèlent le lieu précis de naissance, l’âge au décès, le degré atteint dans l’ordre, le grade universitaire éventuel, la date d’entrée dans le chapitre, l’exercice d’une dignité le cas échéant. Il est donc possible d’étudier l’évolution « professionnelle » et intellectuelle des chanoines en découvrant ceux qui sont devenus prêtres ou docteurs après leur entrée dans un chapitre. Malheureusement, l’intérêt de ces documents n’a d’égal que leur rareté. Les registres d’ordinations et d’insinuations ecclésiastiques sont eux aussi précieux, et permettent, comme à Dol, Nantes ou Saint-Brieuc de pallier l’absence des registres de délibérations2. À un degré moindre, les papiers issus des compagnies, fruits de l’activité des chapitres ou rédigés par les chanoines à titre personnel, et notamment les factums qui, outre des détails sur les démêlés judiciaires des corps capitulaires, mentionnent les qualités des chanoines nommés, offrent leur lot de renseignements. Enfin, précieux pour identifier l’origine sociale des individus, les registres de baptêmes imposent évidemment de connaître le lieu et la date de naissance des individus pour que la recherche soit fructueuse.

  • 3 Presque complet pour les chapitres de Dol, Rennes et Saint-Malo, ce fichier conservé aux ADIV est (...)
  • 4 Très lacunaire, il est conservé aux AdF.
  • 5 Conservé aux ADM.
  • 6 Respectivement A. Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’ancien archevêché de Rennes, Fouger (...)
  • 7 G.Minois, « Liste alphabétique et biographique des chanoines de Tréguier aux xviie et xviiie siècl (...)

4Il convient également de ne pas négliger les fichiers ou les listes dressés par des chercheurs ou des érudits. Il faut bien évidemment croiser les renseignements qu’ils fournissent avec ceux qu’offrent les documents, et recouper les informations fournies par les différentes sources. Trois fichiers peuvent ainsi être consultés : celui de Charles Berthelot du Chesnay, dressé dans le cadre de sa thèse consacrée aux prêtres séculiers de Haute-Bretagne au xviiie siècle3 ; celui de Jean-Louis Le Floc’h, ancien conservateur des Archives diocésaines du Finistère, pour les prêtres des diocèses de Cor nouaille et Léon4 ; celui du chanoine Luco qui fournit un nombre important de notices sur le personnel ecclésiastique du diocèse de Vannes5. Il existe en outre deux listes de chanoines. L’une, œuvre d’Amédée Guillotin de Corson, répertorie les chanoines rennais, l’autre, due à Joseph LeMené, énumère leurs confrères de Vannes6. Enfin, à la frontière entre les deux exercices, l’historien Georges Minois a publié une liste biographique des chanoines de Tréguier7.

  • 8 Chacun fait l’objet d’une courte notice à la fin de ce livre. Le terme « chanoine » englobe les ch (...)
  • 9 Voir annexe 2.
  • 10 Voir annexe 2.

5Au terme de la recherche, nous avons retenu un corpus de 752 chanoines8 dont 28 ont successivement appartenu à deux chapitres et un à trois. Il exclut les 31 évêques-chanoines de Dol, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Saint-Pol-de-Léon et Tréguier du xviiie siècle qui ne deviennent chanoines qu’en vertu de leur qualité d’évêque et seraient par conséquent plus à leur place dans une analyse consacrée aux évêques bretons. De même, ce corpus ignore délibérément les individus qui n’ont jamais pris possession et ont résigné avant de venir rencontrer leurs confrères. Enfin, ces 752 fiches laissent dans l’ombre quelques individus. Au vu de la documentation mise en œuvre, on peut raisonnablement affirmer qu’ont été identifiés tous les chanoines de Nantes, Rennes, Saint-Brieuc, Tréguier et Vannes. Ailleurs, les estimations proposées – large dans la mesure où elles ne tiennent pas compte d’éventuels chanoines mobiles supplémentaires – montrent que les pertes sont faibles. Au terme de cette analyse, 97 % des chanoines bretons sortiraient ainsi de l’ombre9. L’écart est important entre le chapitre de Dol qui a abrité près d’une centaine de chanoines et celui de Tréguier qui n’en a accueilli que 74. Apparaît ainsi en filigrane l’influence du nombre de prébendes et de canonicats offerts par des chapitres qui, avec des effectifs compris entre onze et vingt chanoines, sont de petites compagnies à l’échelle du royaume10.

  • 11 Sur ce sujet, voir les réflexions initiales de C. Nicolet, « Prosopographie et histoire sociale : (...)

6Afin d’étudier ce petit monde, l’approche prosopographique11, la biographie collective s’impose. Cependant, elle ne doit pas totalement effacer les individus derrière la sécheresse de pourcentages, de tableaux, de cartes. Tout l’enjeu, dans cette optique, réside dans l’équilibre, la relation entre données sérielles et données individuelles, entre portrait collectif et portrait individuel sans que cette dernière dimension se réduise à un faire-valoir, une simple illustration, une simple concession à une histoire « vivante », un artifice de rédaction. Il faut que ce parti pris permette de mesurer ou du moins de percevoir les relations complexes qui unissent un individu ou un groupe d’individus à une société donnée.

7En définitive, même si les données apparaîtront parfois bien maigres, il conviendra de fonder la fiabilité des résultats sur le nombre, en essayant de distinguer des degrés de certitude tout en ayant conscience des limites de certaines hypothèses ou conclusions, et d’étayer les données globales par des figures emblématiques. En articulant vues globales, analyses comparatives et études centrées sur un chapitre, en tentant de discerner la part du structurel de celle de l’évolutif en matière de formation, de recrutement, de modalités d’accès ou de départ, c’est la carrière même du chanoine qu’il s’agira de mieux cerner : le canonicat est-il au xviiie siècle en Bretagne une carrière en tant que telle, une simple étape ou un aboutissement ? En ce sens, l’étude des chanoines bretons peut prendre sa place dans la longue liste des travaux consacrés à l’étude du clergé séculier pendant l’Ancien Régime.

Notes

1 Notice 700.

2 Sur les registres d’insinuations ecclésiastiques comme source pour la connaissance et l’étude du clergé d’Ancien Régime, voir : C. Berthelot du Chesnay, « Le clergé diocésain français au xviiie siècle et les registres d’insinuations ecclésiastiques », RHMC, t. X, 1963, p. 241-269.

3 Presque complet pour les chapitres de Dol, Rennes et Saint-Malo, ce fichier conservé aux ADIV est très décevant pour ceux de Nantes et de Saint-Brieuc.

4 Très lacunaire, il est conservé aux AdF.

5 Conservé aux ADM.

6 Respectivement A. Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’ancien archevêché de Rennes, Fougeray-Haton, t. I, 1880, p. 209-228 et J. Le Mene, « Le chapitre de Vannes », BSPM, 1900, p. 231-243.

7 G.Minois, « Liste alphabétique et biographique des chanoines de Tréguier aux xviie et xviiie siècles », MSECN, t. CX, 1981, p. 89-117.

8 Chacun fait l’objet d’une courte notice à la fin de ce livre. Le terme « chanoine » englobe les chanoines des cathédrales proprement dits et les dignitaires qui ne le sont pas.

9 Voir annexe 2.

10 Voir annexe 2.

11 Sur ce sujet, voir les réflexions initiales de C. Nicolet, « Prosopographie et histoire sociale : Rome et l’Italie à l’époque républicaine », AESC, septembre-octobre 1970, p. 1209-1228. Ainsi que : C. Charle, J. Nagle, M. Perrichet, M. Richard et D. Woronoff, Prosopographie des élites françaises (xvie-xxe siècles). Guide de recherche, 1980 et J.-P. Genet et G. Lottes, L’État moderne et les élites xiiie-xviiie siècle. Apports et limites de la méthode prosopographique. Actes du colloque international CNRS-Paris I, 16-19 octobre 1991, Publications de la Sorbonne, 1996. Deux contributions de ce dernier ouvrage portent sur le monde capitulaire médiéval : E. Mornet, « Fiabilité et incertitudes de la prosopographie d’une élite sociale et intellectuelle : évêques et chanoines scandinaves à la fin du Moyen Âge » ; C. Billot, « Le collège des chanoines de la Sainte-Chapelle de Paris (1248-1550) ».

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search