Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Introduction générale. Des hommes et des institutions bien mal connus

Texte intégral

  • 1 Elles font d’ailleurs l’objet d’une notice dans A. Croix et J.-Y. Veillard (dir.), Dictionnaire du (...)
  • 2 En effet, « derrière les traits sensibles du paysage, les outils et les machines, derrière les écr (...)

1Reconstruites ou restaurées, mais témoins d’un passé très ancien, parfois souvenir d’un prestige perdu, les cathédrales trônent au cœur des cités épiscopales bretonnes, en écrasant parfois le centre historique de leur haute stature. Visites organisées, guides touristiques, plaquettes, simples feuillets imprimés en rappellent l’histoire et en décrivent l’architecture. Leurs joyaux – stalles à Tréguier ou à Saint-Pol-de-Léon, façade à Rennes ou à Nantes, chapelle Renaissance à Vannes – sont systématiquement décrits. Les cathédrales sont ainsi intégrées au patrimoine de la Bretagne1. Mais, à bien y réfléchir, elles apparaissent souvent désincarnées. Il leur manque la vie même. Que dit-on de leurs fidèles, de leurs musiciens, de leurs évêques et… de leurs chanoines d’hier et d’aujourd’hui ? Peu de choses en réalité. N’est-ce pas privées de la chair humaine chère à l’historien2 qu’on les présente aux visiteurs ?

  • 3 Entre autres : « avoir voix au chapitre », avoir le droit de prendre part à une discussion ; « cha (...)
  • 4 Voir annexe 1.
  • 5 P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Éd. de l’EHESS, 1985, p. (...)

2Le plus souvent arrachés à l’oubli par d’énigmatiques rues « du chapitre » ou « des chanoines », comme par diverses expressions du langage courant3, les clercs qui font vivre la première église des diocèses sont en effet ignorés par la plupart. Les notices biographiques passent d’ailleurs rapidement sur la qualité de chanoine de tel ou tel : ce n’est assurément pas pour ce motif que Nicolas Copernic, Pierre Gassendi ou Emmanuel Siéyès sont passés à la postérité. Et sait-on qu’aujourd’hui encore le président de la République française est, par quelque caprice de l’histoire, chanoine de Saint-Jean-de-Latran ? Pourtant, s’ils sont aujourd’hui beaucoup moins exposés au regard des fidèles, les chanoines ont représenté jusqu’à 20-25 % du clergé séculier d’Ancien Régime. En 1789, 136 cathédrales et 526 collégiales sont ainsi desservies par ces clercs titulaires d’un bénéfice appelé le canonicat. La Bretagne, pour sa part, outre neuf chapitres cathédraux, abrite dix-neuf collégiales4. Cette province relève ainsi de ces périphéries capitulaires qui, sans ignorer le phénomène, sont loin de rivaliser avec le véritable « boulevard » capitulaire qui suit les axes de la Loire et de la Saône et les deux môles d’implantation du Midi et du nord du Bassin parisien5. Les vingt-huit compagnies bretonnes sont souvent très anciennes. Si la date de naissance des chapitres cathédraux est difficile à établir – il faut se contenter de leur première mention dans la documentation entre le viiie et le xie siècle – les collégiales, dont l’acte de fondation est précieusement conservé par les chanoines, sont plus faciles à dater : elles naissent en effet en plusieurs vagues entre le xiiie et le xvie siècle.

  • 6 Un long débat entre sécularisation et régularisation agite les cathédrales entre le viiie et le xi (...)
  • 7 P. Loupes, op. cit., p. 15.
  • 8 Par exemple, C. Daux, Les chapitres cathédraux de France, notices, costumes, sceaux, armoiries, Ro (...)

3Méconnus malgré leur ancienneté, chapitres cathédraux et chanoines séculiers6 d’Ancien Régime, « à la fois les oubliés et les mal-aimés de l’historiographie », sont aussi relégués dans un véritable purgatoire historique7. À vrai dire, trois périodes rythment le temps des études capitulaires. La première, le temps des érudits, le plus souvent chanoines, est une étape classique de l’histoire religieuse. C’est le temps du regard nostalgique d’une institution sur son passé à jamais disparu. Nostalgie qui se mue à la charnière des xixe et xxe siècles et au cours des deux premières décennies de ce dernier en arme idéologique au service d’une Église qui s’estime persécutée par la politique laïque de la Troisième République. Ces travaux sont l’œuvre de contempteurs de la Révolution française, chargée de tous les péchés. Ils s’assignent pour objectif de proposer aux chanoines, et plus largement aux fidèles éclairés, des tableaux grandioses des compagnies du passé : des compagnies persuadées de leur utilité, pénétrées de leurs responsabilités, mais aussi accrochées à leurs privilèges séculaires8. Il s’agit également de peindre des portraits de chanoines dignes et inflexibles dans la tourmente afin de soutenir les contemporains dans l’épreuve.

  • 9 G. Le Bras, Études de sociologie religieuse, 2 vol., PUF, 1955-1956 qui regroupe les articles prog (...)
  • 10 M. Vovelle, « Un des plus grands chapitres de France à la fin de l’Ancien Régime : le chapitre cat (...)

4La seconde, à partir de la fin des années cinquante, succède à une véritable traversée du désert. Alors que l’histoire religieuse connaît une évolution majeure sous l’influence de la sociologie religieuse et des travaux de Gabriel Le Bras9 et se consacre à l’examen de la religiosité des foules, quelques rares pionniers tentent d’attirer l’attention sur l’institution capitulaire. Le temps n’est plus à la polémique et il convient de considérer les chapitres comme des « objets historiques » à part entière, de les analyser non plus en eux-mêmes dans une quelconque perspective hagiographique mais dans leur rapport avec la société. À ce titre, l’apport le plus novateur est incontestablement celui de Michel Vovelle dans un article de 196010. Loin de privilégier le chapitre de Chartres comme institution, il l’envisage à la fois sous l’angle économique, social, idéologique et le replace dans les âpres luttes du temps en le considérant comme un acteur et un enjeu de la Révolution en province.

  • 11 G. Viard, Chapitre et Réforme catholique au xviie siècle : le chapitre cathédral de Langres de 161 (...)

5La dernière période, période du renouveau, dans la continuité de la précédente, voit naître régulièrement des études consacrées aux chapitres cathédraux. Elle est marquée par les entreprises aux objectifs bien différents de Georges Viard qui, en 1974, analyse les liens entre le chapitre cathédral de Langres et la Réforme catholique ; et de Philippe Loupès qui étudie en 1980 l’ensemble des compagnies de Guyenne et leur personnel au cours des xviie et xviiie siècles, après avoir brossé un portrait de la France capitulaire11. Au cours des années quatre-vingt-dix, quelques travaux universitaires s’attacheront à l’étude monographique de chapitres dans différentes régions.

  • 12 H. Millet, Les chanoines du chapitre cathédral de Laon (1272-1412), École française de Rome, 1982  (...)
  • 13 Respectivement « Le monde des chanoines (xie-xixe siècles) », Cahiers de Fanjeaux, n° 24, Privat, (...)

6Mais, en définitive, ce sont surtout les chapitres médiévaux qui bénéficient du renouveau historiographique. Des thèses ou des articles ont sorti de l’ombre certains grands chapitres, comme ceux de Laon, de Chartres, de Paris, de Reims ou d’Angers12, les chartistes ont multiplié les études de compagnies et des congrès se sont intéressés aux chanoines et aux chapitres du Sud-Ouest ou de Normandie13. Par ailleurs, le programme des Fasti Ecclesiae Gallicanae du CNRS, lancé en 1991 et dirigé par Hélène Millet, mobilise plusieurs dizaines de chercheurs et recense progressivement l’ensemble des évêques, dignitaires et chanoines de France entre 1200 et 1500. Aucun outil de ce type n’existe pour l’époque moderne.

  • 14 J. Queniart, « Bulletin historique : l’histoire religieuse de la Bretagne à l’époque moderne », MS (...)
  • 15 G. Minois, Un échec de la Réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du xvie au xviiie siècl (...)

7En Bretagne, le constat dressé par Jean Quéniart en 198614 est toujours valable : aucun travail d’ensemble ou monographique n’est venu renouveler les écrits anciens portant le plus souvent sur des aspects particuliers, voire tout à fait anecdotiques du monde capitulaire. À tel point que les meilleurs travaux, tant sur les hommes que sur les institutions, se trouvent dans des études qui ne leur sont pas proprement consacrées. Les chanoines de la cathédrale de Tréguier apparaissent ainsi dans l’étude que Georges Minois consacre à l’application de la Réforme catholique dans le diocèse, alors que leurs confrères de Dol, Nantes, Rennes, Saint-Brieuc et Saint-Malo côtoient les autres clercs de Haute-Bretagne dans la thèse de C. Berthelot du Chesnay15.

  • 16 Dont témoigne la parution de G. Chaussinand-Nogaret, J.-M. Constant, C. Durantin et A. Jouanna, Hi (...)

8La présente étude naît donc du constat de ce vide historiographique, d’un regain d’intérêt pour les études des institutions et des élites16 ainsi que de l’existence de sources abondantes mais délaissées. En effet, les chapitres, comme nombre d’institutions, sont de grands producteurs d’écrits. Si les fonds actuels sont inégaux en volume, ils n’en occupent pas moins toujours une place considérable dans les dépôts d’archives bretons. Cependant, plus que la masse, qui en elle-même ne signifie rien, la distinction entre fonds spécialisé et fonds diversifié permet de différencier les chapitres. Celui de Dol, presque entièrement dévolu à la gestion, s’oppose ainsi à ceux de Rennes ou de Vannes qui juxtaposent statuts, délibérations, comptes, éléments sur les chanoines ou les dignitaires et documents divers… L’essentiel des pièces conservées concerne les xviie et xviiie siècles, mais, plus on remonte dans le temps, moins il est possible de travailler sur des séries homogènes.

  • 17 La présentation des fonds capitulaires fait l’objet d’une mise au point dans : P. Loupes, « Riches (...)

9La documentation bretonne peut se scinder en deux grands ensembles17. Les registres de délibérations des chapitres, les déclarations de revenus, les comptabilités, les registres de pointes constituent la matière de base. Les statuts ainsi que les liasses sur le personnel, sur les travaux, les procès… souvent moins cohérentes, sont des sources complémentaires, parfois précieuses. Cette abondante documentation issue de l’activité des chapitres peut être complétée par d’autres fonds. Ceux des communautés de villes sont par exemple susceptibles de mettre en lumière leurs relations avec d’autres institutions. Les inventaires après décès permettent quant à eux d’aller à la rencontre des individus, de leur culture, de leurs biens. Les archives révolutionnaires et les séries religieuses contemporaines, enfin, livrent parfois l’itinéraire de ces clercs pendant la Révolution et les conditions de leur réinsertion dans la société du début du xixe siècle.

10Pour des raisons pratiques un travail sur l’ensemble des compagnies à l’échelle de la Bretagne n’a pas semblé raisonnable. L’option de la monographie également écartée – si elle permet de mesurer l’intégration d’un chapitre et de ses membres dans une cité, elle interdit la comparaison – plusieurs possibilités subsistent. S’appuyant sur une certaine homogénéité culturelle, on peut étudier les chapitres de Haute-Bretagne ou de Basse-Bretagne, mais on se prive de l’observation d’éventuels écarts entre les deux grandes régions de la province. Il est aussi possible d’étudier tous les chapitres d’un diocèse et ainsi de mettre en évidence la parenté ou les différences de tous ordres entre cathédrales et collégiales, parfois dans une même ville comme à Nantes ou à Saint-Brieuc. On a préféré ne retenir que les chapitres et les chanoines cathédraux et, arguant de la nouveauté du sujet, les étudier à l’échelle de la Bretagne, posant le postulat d’une certaine unité institutionnelle d’ensemble du monde des chapitres cathédraux et de la pertinence d’une analyse comparatiste.

  • 18 Les chanoines sont alors considérés comme des clercs parmi d’autres et donc justiciables des métho (...)
  • 19 Récemment réévaluée dans J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Seui (...)
  • 20 Selon cet auteur, « de façon paradoxale, ce sont les chanoines qui sont les premiers à faire pénét (...)
  • 21 G.Minois, « Clercs et inventions techniques d’après la mémoire de l’Académie royale des sciences d (...)

11Chapitres et chanoines bretons du xviiie siècle seront étudiés ici dans une double optique : sociologique18, pour définir le milieu capitulaire et en mesurer l’originalité ou non dans le clergé ; culturelle19, pour tenter de comprendre comment ces clercs assimilent les mutations de leur temps, les adaptent, les diffusent ou restent à leurs marges. Il s’agit là de poser la question de la pénétration des Lumières dans une Bretagne moins alphabétisée que d’autres provinces et dépourvue d’académie, que l’on dit souvent en retrait ou en retard, mais qui peut se prévaloir de nombreuses chambres de lecture, de sociétés littéraires, de loges maçonniques, de sociétés de musique ainsi que d’une chambre d’agriculture. Si certaines personnalités bretonnes semblent révélatrices de cette évolution culturelle – on pense à La Chalotais ou à Robien –, il est peut-être moins attendu d’envisager les chanoines comme des vecteurs de la pénétration des Lumières dans les villes bretonnes. C’est pourtant ce que G. Minois suggère à Tréguier lorsqu’il analyse certaines de leurs bibliothèques20 et lorsqu’il examine, plus généralement, le lien entre les clercs et les inventions techniques, mettant en évidence l’action de plusieurs chanoines21. Exceptions ou trait caractéristique d’un milieu canonial attentif à la nouveauté ? La question mérite d’être posée à l’échelle de la province en élargissant la palette des signes de modernité à la participation éventuelle aux travaux de diverses sociétés et aux habitudes de consommation révélées par les inventaires après décès.

12Dans cette perspective, étudier un chapitre c’est donc, en articulant l’étude d’un corps intermédiaire de l’Ancien Régime et celle d’une micro société, tenter de restituer la stature des individus derrière la façade d’une institution. Pour ce motif, le point de départ de la recherche est la constitution d’un fichier des chanoines et des dignitaires des neuf cathédrales bretonnes. Étudier un chapitre, c’est aussi se demander si la composition des institutions évolue avec le temps et ce qui amène certains clercs à se destiner aux canonicats ou certaines familles à orienter leurs fils vers eux. C’est se demander en quoi l’institution, dont la bonne administration garantit le niveau de vie de ses membres, est capable de les influencer, de peser sur leurs représentations ; mais aussi, en retour, si certains sont capables d’infléchir la politique d’un chapitre, ou si, de dépit, les chanoines associent deux cultures : celle, immémoriale, du chapitre et celle qu’ils se forgent sous l’influence de leur milieu d’origine, de leur formation, du déroulement de leur carrière, de leurs rencontres, de leurs lectures. Il s’agit ainsi pour une part de travailler sur l’articulation entre la culture de l’institution et la culture des chanoines, entre le conservatisme et le pragmatisme affichés de la première et la diversité des individus. Par ailleurs, il s’agit, tout en ménageant l’originalité de tel individu ou de telle compagnie, d’apprécier l’ancrage local du fait capitulaire et de replacer les chanoines dans les sociétés urbaines. Par conséquent, toute l’étude s’organisera autour des chanoines des chapitres cathédraux bretons, placés à l’interface entre les chapitres et les sociétés à l’époque des Lumières. Apparaîtra alors, dans sa diversité, le monde capitulaire du siècle des Lumières confronté aux assauts de la modernité.

13Quant aux bornes chronologiques de l’étude, elles resteront souples. En amont, l’entrée dans les compagnies de la première génération de chanoines en place au début du xviiie siècle permet de retenir la fin du siècle précédent, la période 1670-1680. En aval, l’adoption, le 12 juillet 1790, de la Constitution civile du clergé, marque officiellement le décès des chapitres d’Ancien Régime. Il est cependant nécessaire de suivre la dernière génération de chanoines jusqu’à sa disparition au début du xixe siècle.

  • 22 Pour reprendre le titre de la conclusion de F. Neveux, « Des édifices aux hommes qui les font vivr (...)

14De tous ces choix, découle le plan adopté. On s’efforcera dans un premier temps de brosser les contours du monde capitulaire breton et de comprendre ce qui amène certains milieux et certains individus à faire le choix de la prébende. Il s’agira donc de dégager la notion de carrière capitulaire et certains de ses déterminants. Une seconde partie s’intéressera – tout en poursuivant l’enquête – à l’activité des chanoines, aux devoirs de la prébende et aux revenus qu’elle leur assure. Enfin, dans la troisième partie, apparaîtront derrière la culture des institutions, les individus ou des groupes d’individus dans leur diversité et leur inscription, au-delà du chapitre, dans le clergé et les sociétés urbaines. Les conceptions théologiques, les activités intellectuelles – goûts littéraires ou musicaux, publications…– les témoignages d’une certaine sociabilité – jeux, voyages, caves, sorties en société par exemple – les traces d’une certaine intimité – logement, décoration…– constitueront ainsi autant d’éléments révélateurs de la culture des chanoines. Une culture qui subit ou accompagne les effets du changement et qui doit composer avec le bouleversement majeur que constitue la Révolution. Ainsi, passerons-nous des édifices, les cathédrales, aux hommes qui les font vivre, les chanoines22.

Notes

1 Elles font d’ailleurs l’objet d’une notice dans A. Croix et J.-Y. Veillard (dir.), Dictionnaire du patrimoine breton, Apogée, 2000, p. 202.

2 En effet, « derrière les traits sensibles du paysage, les outils et les machines, derrière les écrits en apparence les plus glacés et les institutions en apparence les plus complètement détachées de ceux qui les ont établies, ce sont les hommes que l’histoire veut saisir. […] Le bon historien, lui, ressemble à l’ogre de la légende. Là où il flaire la chair humaine, il sait que là est son gibier » (M. Bloch, Apologie pour l’histoire, ou le métier d’historien, Colin, 1941, p. 35).

3 Entre autres : « avoir voix au chapitre », avoir le droit de prendre part à une discussion ; « chapitrer », réprimander ; « être gras comme un chanoine », pouvoir vivre dans l’abondance et la paresse grâce à ses revenus…

4 Voir annexe 1.

5 P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles, Éd. de l’EHESS, 1985, p. 43.

6 Un long débat entre sécularisation et régularisation agite les cathédrales entre le viiie et le xive siècle. Il est à l’origine de la naissance de l’une des particularités du monde capitulaire : l’existence de chanoines séculiers et de chanoines réguliers. Voir A. Vauchez (dir.), Histoire du christianisme, t. 5 : Apogée de la papauté et expansion de la chrétienté (1054-1474), Desclée, 1993, p. 255-263 ; sur les chanoines réguliers en particulier, I. Brian, Messieurs de Sainte-Geneviève. Religieux et curés, de la Contre-Réforme à la Révolution, Cerf, 2001.

7 P. Loupes, op. cit., p. 15.

8 Par exemple, C. Daux, Les chapitres cathédraux de France, notices, costumes, sceaux, armoiries, Rocher et Chernoviz, 1888.

9 G. Le Bras, Études de sociologie religieuse, 2 vol., PUF, 1955-1956 qui regroupe les articles programmatiques écrits entre 1931 et 1954.

10 M. Vovelle, « Un des plus grands chapitres de France à la fin de l’Ancien Régime : le chapitre cathédral de Chartres », Actes du 85e CNSS, 1960, p. 234-278.

11 G. Viard, Chapitre et Réforme catholique au xviie siècle : le chapitre cathédral de Langres de 1615 à 1695, thèse dactylographiée, université de Nancy, 2 vol., 1974 ; P. Loupes, Chapitres et chanoines de Guyenne aux xviie et xviiie siècles – étude de compagnies ecclésiastiques sous l’Ancien Régime, thèse dactylographiée, université Paris I, 1980.

12 H. Millet, Les chanoines du chapitre cathédral de Laon (1272-1412), École française de Rome, 1982 ; J.-J. Dutrieux, Les chanoines de l’Église de Chartres, xiiie-xve siècles. Étude prosopographique d’un groupe social, thèse de doctorat, université de Tours, 1995 ; R. Gane, Étude sociale d’un groupe canonial, le chapitre cathédral de Notre-Dame de Paris au xve siècle, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1999 ; P. Desportes, « Les chanoines de la cathédrale de Reims (1200-1500) », RHEF, t. 85, juillet-décembre 1999, p. 247-273 ; J.-M. Matz, « La culture d’un groupe clérical. Les chanoines de la cathédrale d’Angers (milieu xive-début xvie siècle) », RHEF, t. 88, janvier-juin 2002, p. 21-40.

13 Respectivement « Le monde des chanoines (xie-xixe siècles) », Cahiers de Fanjeaux, n° 24, Privat, 1989 et Chapitres et cathédrales en Normandie, ANo, série des Congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Actes du xxxie congrès, Bayeux, 1996, Musée de Normandie, 1997. Ce dernier ouvrage témoigne à sa manière du déséquilibre entre Moyen Âge et Ancien Régime puisque douze des quinze contributions relatives aux chanoines traitent de l’époque médiévale.

14 J. Queniart, « Bulletin historique : l’histoire religieuse de la Bretagne à l’époque moderne », MSHAB, t. XIII, 1986, p. 267.

15 G. Minois, Un échec de la Réforme catholique en Basse-Bretagne : le Trégor du xvie au xviiie siècle, thèse dactylographiée, université Rennes 2 Haute-Bretagne, 4 vol., 1984 ; C. Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au xviiie siècle, PUR, 1984.

16 Dont témoigne la parution de G. Chaussinand-Nogaret, J.-M. Constant, C. Durantin et A. Jouanna, Histoire des élites en France du xvie au xxe siècle, Tallandier, 1991, de J.-P. Genet et G. Lottes, L’État moderne et les élites, xiiie-xviiie siècle. Apports et limites de la méthode prosopographique. Actes du colloque international CNRS-Paris I, 16-19 octobre 1991, Publications de la Sorbonne, 1996 ; et à l’échelle de la Bretagne, l’étude en cours, coordonnée par P. Jarnoux et D. Le Page, sur les conseillers à la Chambre des comptes de Bretagne – dont une première étape vient d’être marquée par P. Jarnoux et D. Le Page, « La Chambre des comptes de Bretagne », ABPO, t. 108, 2001, n° 4 – ou le travail de G. Aubert sur le président de Robien, G. Aubert, Le président de Robien. Gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières, PUR, 2001.

17 La présentation des fonds capitulaires fait l’objet d’une mise au point dans : P. Loupes, « Richesse des fonds capitulaires et possibilités d’exploitation », La France d’Ancien Régime, études réunies en l’honneur de P. Goubert, Privat, 1984, t. 2, p. 433-442.

18 Les chanoines sont alors considérés comme des clercs parmi d’autres et donc justiciables des méthodes et problématiques mises en œuvre pour étudier les curés en particulier et les prêtres en général dans les travaux consacrés au recrutement sacerdotal. Voir par exemple le travail pionnier de D. Julia, « Le clergé paroissial dans le diocèse de Reims à la fin du xviiie siècle », RHMC, t. XIII, 1966, p. 194-216 ; ou, plus récemment de G. Deregnaucourt, De Fénelon à la Révolution. Le clergé paroissial de l’Archevêché de Cambrai, PUL, 1991.

19 Récemment réévaluée dans J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Seuil, 1997, cette histoire culturelle s’assigne pour objectif d’étudier les représentations du monde qui se forment dans les groupes humains, leur gestation, leur expression, leur transmission à travers de très nombreux vecteurs, leur réception.

20 Selon cet auteur, « de façon paradoxale, ce sont les chanoines qui sont les premiers à faire pénétrer à Tréguier les idées nouvelles » (G. Minois, op. cit., t. IV, p. 811).

21 G.Minois, « Clercs et inventions techniques d’après la mémoire de l’Académie royale des sciences de Paris, 1666-1770 », ABPO, t. 94, 1987, p. 431-449.

22 Pour reprendre le titre de la conclusion de F. Neveux, « Des édifices aux hommes qui les font vivre : chapitres et cathédrales en Normandie », Chapitres et cathédrales en Normandie…, p. 655.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search