Version classiqueVersion mobile

Chanoines de Bretagne

 | 
Olivier Charles

Préface

Texte intégral

1Les chanoines ont été longtemps victimes de leur réputation. Les chapitres ? de vénérables sénats dont l’utilité sociale, religieuse, voire spirituelle était invisible à la plupart des yeux. Les observateurs les moins bienveillants ou les plus rapides les assimilaient volontiers à des maisons de retraite pour des prêtres ayant mieux que la plupart de leurs confrères incarné les vertus sacerdotales, ou plus que d’autres bénéficié de protections, épiscopales ou autres. Le chanoine ne pouvait être qu’une silhouette chenue trottinant dès potron-minet vers la cathédrale, ou un ventre rebondi surmonté d’une face rubiconde, s’attardant plus que de raison chez les notables de préfecture. Ces poncifs alimentés par quelques plumes plus ou moins talentueuses, revigorés par l’anticléricalisme, s’inspiraient sans doute non sans malice d’un état tardif – celui du xixe siècle, de l’Église concordataire – de l’institution et des hommes. Mais qui se souciait vraiment d’eux ? S’agissant de l’Ancien Régime, ni l’histoire sociale, ni l’histoire religieuse, largement attirée au cours des dernières décennies par les questions de pastorale, n’attachaient d’intérêt à des corps, des hommes jugés inutiles, voire parasitaires. Supprimés par les révolutionnaires, les chapitres l’étaient aussi des mémoires ; négligés par la recherche, ils étaient bien, pour reprendre après Olivier Charles l’expression de Philippe Loupès qui, au début des années 1980, fut le premier à leur consacrer un travail de grande ampleur « à la fois les oubliés de l’histoire et les mal-aimés de l’historiographie ».

2C’est dans ce courant aujourd’hui largement inversé – l’abondante bibliographie qui entoure et accompagne le présent travail le prouve – que s’inscrit l’ouvrage d’Olivier Charles. Les jugements péjoratifs attachés aux chapitres n’étaient pas en Bretagne sans conséquences pour le travail du chercheur. L’histoire des sources y est scandée par une série de catastrophes archivistiques, naturelles ou non, étalées sur plusieurs siècles, qui ne laissent à l’appétit de l’historien que des informations parcellaires et hétérogènes ; ces fonds longtemps délaissés ne sont parfois accessibles que par des répertoires anciens et fautifs. Ces handicaps, ici habilement surmontés, contribuent eux aussi à expliquer le vide historiographique que ce travail vient aujourd’hui combler. Olivier Charles est, d’ailleurs, de ces chercheurs généreux qui partagent leur savoir : on en jugera par son attention à corriger ces répertoires par une description sommaire, et, plus encore, par son « Dictionnaire des chanoines », fort de quelque 750 notices, appelé à devenir un instrument de travail classique pour les historiens de la Bretagne.

3L’une des qualités de cet ouvrage, qui mène à bien à la fois l’étude des corps et celle des hommes, est de ne jamais chercher à les réduire dans un moule uniforme. C’est au contraire la diversité des individus et des corps qui, au-delà des caricatures ou des catégories juridiques, apparaît pleinement. Si on ne devient jamais chanoine sans protections, que de différences entre ceux qui font du canonicat une fin de carrière, parfois améliorée en changeant de chapitre, et ceux qui en font le tremplin d’autres ambitions ! Il y a des chanoines satisfaits, très souvent originaires du diocèse ou de la province ; il existe aussi des météores étrangers plus souvent venus dans le sillage d’un évêque ; une poignée d’entre eux le deviendra à son tour.

4Olivier Charles met aussi en évidence l’influence sur le recrutement des spécificités de la société provinciale, en particulier du poids plus ou moins fort de la noblesse. Des pages neuves et passionnantes sont consacrées aux « filiations » canoniales, qui par le jeu des résignations et des protections maintiennent durant plusieurs générations un canonicat dans la même famille, pour laquelle il constitue une sorte de bien patrimonial en même temps qu’un moment, ou l’aboutissement d’une ascension sociale. Cette étude des origines et des filiations, et les notices du dictionnaire qui les complètent et les systématisent autant que les sources le permettent, constituent une contribution notable à l’étude des élites bretonnes et de leurs réseaux, à l’histoire des familles et de leurs relations, dont la compréhension encore très incomplète est indispensable pour qui veut comprendre les particularismes politiques et sociaux de la province au xviiie siècle.

5Cette appartenance aux élites est-elle corroborée par les ressources et le train de vie des individus ? Ici encore la réponse est triplement nuancée par le patrimoine fort inégal des individus, la valeur des prébendes, et les revenus complémentaires. Les chapitres bretons ne sont grands ni par la taille, ni, malgré de sensibles différences – d’un à dix, au début du siècle, entre Nantes et Quimper – par leurs revenus. Les prébendes proprement dites sont souvent maigres, si bien que quelques chanoines abandonnent même leur stalle pour une grosse cure ; mais leurs revenus sont souvent largement accrus par des sources annexes – abbaye, chapellenie, etc. – et surtout par les « dignités » canoniales. Un chanoine sur deux dispose ainsi de recettes complémentaires, souvent plus importantes que la prébende elle-même. Leurs habitats, leur mode de vie, l’analyse de la domesticité comme celle des consommations alimentaires ou d’autres éléments de confort, montrent, malgré de fortes inégalités, que les chanoines, sans charges familiales, sont bien intégrés à ces élites urbaines, dont beaucoup étaient d’ailleurs socialement issus.

6Ils appartiennent, aussi, à l’élite culturelle. Près de la moitié d’entre eux sont gradués de l’Université, extrêmement minoritaires dans l’ensemble du clergé breton. Ces prêtres savants n’ont pas charge d’âmes : malgré les contraintes assez lourdes – du moins pour les plus consciencieux, mais une partie de leurs revenus dépend de leur assiduité – des heures et des offices canoniaux, ils ont du temps pour l’étude. Certains sont directement, ou indirectement par leurs écrits, des références théologiques. Leurs bibliothèques restent fortement marquées par leur formation et leurs fonctions ecclésiastiques. Quelques inventaires, la participation, pour quelques-uns, à diverses formes de la sociabilité savante, et plus largement de la vie intellectuelle, montrent pourtant l’existence d’une petite minorité ouverte aux curiosités, voire aux évolutions intellectuelles de son époque.

7Olivier Charles, attentif à ces hommes dont chacun lui est devenu familier, a suivi heureusement ses chanoines jusqu’aux survivants de la reconstruction concordataire. Son livre probe et minutieux constitue une contribution à la fois sûre et importante, tant pour l’histoire de la Bretagne que pour celle d’un « moyen clergé », dont l’étude est à bien des égards indispensable à notre connaissance de la société d’Ancien Régime.

8Jean Quéniart

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search