Version classiqueVersion mobile

Du clos Saint-Lazare à la gare du Nord

 | 
Florence Bourillon
, 
Frédéric Jiméno
, 
Karen Bowie

Troisième partie. L’aménagement du quartier de la gare du Nord

Les lotissements autour de la gare du Nord

Le rôle de James de Rothschild

Pauline Prevost-Marcilhacy

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, nous renvoyons à notre étude et à la bibliographie correspondante, Prevost-Marcilhacy(...)

1Les Rothschild sont universellement connus et reconnus comme collectionneurs mais aussi comme bâtisseurs1. On sait moins que certains membres de la famille ont joué un rôle fondamental dans le développement urbain à Paris : ainsi James de Rothschild (fig. 1) fut le principal acteur du réaménagement du quartier situé autour de la gare du Nord, pendant une vingtaine d’années, dès mai 1845, avant même qu’il ne fasse l’acquisition de la Compagnie de chemin de fer du Nord (septembre 1845). Il multipliera et poursuivra sa politique d’acquisition de terrains jusqu’en 1868, année de sa mort.

  • 2 Gille Bertrand, La Maison Rothschild, Genève/Paros, Droz/Minard, 1965-1967.
  • 3 Clozier René, La Gare du Nord, thèse pour le doctorat présentée à la faculté des lettres de Paris, (...)
  • 4 Bowie Karen (dir.), Les grandes gares parisiennes du xixe siècle, Paris, Action artistique de la Vi (...)
  • 5 Gaillard Jeanne, Paris la ville 1852-1870. L’urbanisme parisien à l’heure d’Haussmann, Paris, Honor (...)

2Les ouvrages, fort nombreux consacrés aux Rothschild, en particulier celui de Bertrand Gille qui fut l’archiviste en titre de la famille, et dont la monumentale étude La Maison Rothschild sert toujours de référence, n’abordent pas la question2. René Clozier, dans sa thèse sur la gare du Nord, parue en 1940, n’attribue pas à James de Rothschild un rôle majeur dans les opérations de lotissement du quartier du Faubourg Poissonnière qui ont été rendues possibles après la construction de l’hôpital Louis-Philippe (Lariboisière) et l’agrandissement de la gare3. L’exposition sur Les Grandes Gares parisiennes du xixe siècle en 1987, et celle consacrée à l’architecte Jacques-Ignace Hittorff, la même année au musée Carnavalet, apportaient de nombreux renseignements inédits sur les étapes de la construction de la gare, mais n’abordaient pas le développement du quartier sous le Second Empire, et n’analysaient pas l’impact économique et commercial de l’édifice sur les quartiers environnants4. De même, les ouvrages consacrés à la politique des travaux sous le Second Empire ou à l’urbanisme parisien laissent-ils de côté l’aménagement de ce nouveau quartier Poissonnière pendant la période5.

Fig. 1. – Le baron James de Rothschild (1792- 1868), photographie datable vers 1860, Paris, Maison de Balzac (BAL 0440). © Maison de Balzac/Roger-Viollet.

  • 6 Bergeron Louis, Les Rothschild et les autres. La gloire des banquiers, Paris, Perrin, 1990.

3Louis Bergeron, dans son ouvrage Les Rothschild et les autres, aborde la question dans le chapitre iii intitulé « La marque du Banquier sur la ville6 ». Il insiste sur la part prise par la Haute Banque dans les opérations d’urbanisme au xixe siècle : celle-ci intervient sous le Second Empire à plusieurs niveaux, celui d’un accroissement de son emprise sur le sol, par l’édification de monuments d’une architecture triomphaliste, et par une participation à la spéculation immobilière qui cesse d’être liée directement aux besoins de la banque.

  • 7 Autin Jean, Les Frères Pereire. Le bonheur d’entreprendre, Paris, Perrin, 1983. Gotlieb Carlos, « U (...)

4L’action des frères Pereire (fig. 2) dans ce domaine, notamment à travers la fameuse Compagnie immobilière, est un fait bien connu7. Soutenus par le préfet Haussmann et par le régime impérial, les Pereire jouent un rôle essentiel dans le réaménagement de Paris sous le Second Empire : leurs interventions dans la plaine Monceau, puis dans le futur secteur de l’Opéra, leur ont permis de réaliser des opérations d’urbanisme « les plus complètes de leur règne », en créant dans le 17e, puis dans le 8e arrondissement une ville neuve, bien articulée avec les parties anciennes. À la même époque, l’action de James de Rothschild, pourtant tout aussi prestigieuse, autour de la gare du Nord et du boulevard de Magenta, n’est pas évoquée par Louis Bergeron qui attribue aux Pereire la transformation du quartier.

Les sources : fonds conservés dans les archives publiques

5L’étude de nouveaux documents trouvés dans les archives parisiennes permet de réfuter ces hypothèses et de montrer le rôle essentiel joué par James de Rothschild, à partir de 1845, dans le nouveau quartier Poissonnière. La première étape fut donc l’exploitation des fonds conservés dans les archives publiques.

Archives de la Ville de Paris

6Trois séries conservées aux Archives de Paris ont été particulièrement intéressantes pour notre recherche. Dans les calepins du cadastre, constitués pour les années 1852, 1862 et 1875, qui concernent les rues environnant la gare du Nord, sont transcrites et analysées toutes les transactions immobilières. Ces cahiers relatifs à chaque immeuble donnent les dates des nouvelles constructions ou démolitions, un descriptif succinct de l’édifice, ainsi que les noms des différents locataires, ce qui nous a permis de mettre en lumière une nouvelle typologie du quartier. James de Rothschild apparaît donc comme l’acteur principal de toutes ces transactions. La deuxième série consultée fut la série V011 (travaux, voirie et permis de construire) pour les mêmes rues, complétant les renseignements donnés par les calepins cadastraux.

Fig. 2. – Isaac et Jacob Pereire, hommes d’affaires français, fondateurs de la Société de crédit mobilier (1852). © Albert Harlingue/Roger-Viollet.

  • 8 Archives de Paris, Vbis 10D2, t. 3, 1845-1848, t. IV, 1849-1853, t. V, 1853-1862. D’autres séries o (...)

7Toutes ces informations ont été recoupées avec l’étude du sommier foncier DQ 18 conservé aux Archives de Paris pour la période 1809-1854, puis aux Archives d’Aubervilliers pour celle postérieure, qui apporta d’autres renseignements. Également dressé par rues et par immeubles, il permet de connaître les dates et l’origine des mutations et, souvent, les noms des notaires devant lesquels ont été passés les actes. Les archives du fonds des mairies (registres d’arrêtés et de décisions de la municipalité du 10e arrondissement, 1840-1864) se sont révélées contre toute attente décevantes et n’ont pas apporté les renseignements souhaités sur l’aménagement du quartier8.

Archives nationales : Minutier central des notaires de Paris

8Un deuxième type de recherche a été effectué au Minutier central des notaires de Paris conservé aux Archives nationales ; il demeure l’une des sources principales pour l’histoire foncière et l’étude de l’architecture privée. Les actes ont été passés devant de nombreux notaires : Me Desprez, Me Dupont, Me Criées, Me Corrard, Me Halphen, Me Fournier, Me Delorme, pour ne citer que les noms qui reviennent le plus souvent.

Revue municipale

9Le dépouillement systématique de la Revue municipale, de 1848 à 1862, a apporté de nombreuses informations concernant les difficultés rencontrées pour le percement des rues autour de la gare, et l’aménagement du quartier qui restera un terrain vague pendant une vingtaine d’années.

  • 9 Dugast Anne et Pariset Isabelle, Dictionnaire par noms d’architectes des constructions élevées à Pa (...)
  • 10 Prevost-Marcilhacy Pauline, loc. cit.

10Une autre recherche fondamentale pour notre analyse a visé à trouver le nom de l’architecte qui avait été en charge de ce lotissement. L’étude sur le terrain s’est révélée décevante, même si elle nous a permis parfois de conforter certaines de nos hypothèses, mais la plupart des maisons construites autour de 1860 ont été démolies. Les revues d’architecture dépouillées restent muettes sur les architectes qui avaient édifié ces maisons de rapport. Mais par chance, travaillant depuis longtemps sur l’architecture de la famille Rothschild, nous avons pu découvrir, par recoupement, le nom de l’architecte qui eut la direction du chantier du lotissement du quartier de la gare du Nord. Il s’agit d’Hippolyte Eugène Croiseau (mort en 1899), contrôleur en chef des travaux, architecte de la Ville de Paris9. Les renseignements le concernant sont extrêmement lacunaires et nous n’avons pu retrouver la trace, dans les revues d’architecture, des constructions qu’il aurait édifiées. Il paraît avoir été lié non seulement à la Banque Rothschild, mais à la famille elle-même (comme c’est souvent le cas) durant toute sa carrière, puisque son nom apparaît comme vérificateur de travaux dans de nombreux hôtels construits pour les Rothschild10. En 1866, il fit les plans de l’hôtel du fils de James, Salomon de Rothschild, rue de Messine, où il fut associé à l’architecte E. Petit entre 1867 et 1868.

Autour de la gare du Nord

  • 11 Pronteau Jeanne, loc. cit.

11Examinons en premier lieu la typologie du quartier et voyons de quelle importance ont été les acquisitions de James de Rothschild. Au nord de Paris, entre les rues du Faubourg Poissonnière et du Faubourg Saint-Denis s’étendaient de vastes terrains connus sous le nom de clos Saint-Charles, qui avaient appartenu jusqu’à la Révolution à l’ordre des Lazaristes : ces terrains vont faire l’objet d’une vaste opération immobilière et d’importantes spéculations sous la Restauration (1821). Pour réaliser ces projets encouragés par le préfet de la Seine, une société anonyme est constituée sous le nom de Société du Nouveau Quartier Poissonnière, dirigée par les maisons de banque André et Cottier, associées avec Jacques Laffitte et Cie. Elle est à l’origine de la création du nouveau quartier Poissonnière qui allait se former plus tard autour de l’église Saint-Vincent-de-Paul (fig. 3). Des travaux d’assainissement furent entrepris pour créer les voies nouvelles. Mais, cinq ans plus tard, de nombreux terrains n’étaient toujours pas vendus, et la société fut liquidée en 1829. Comme l’indique Jeanne Pronteau, le profit tiré des spéculations et la densification du quartier ne vinrent que beaucoup plus tard, avec la construction de la gare du Nord inaugurée en 1845 (la décision d’établir les premières installations ferroviaires sur l’ancien clos Saint-Lazare date de janvier 1843), qui fit venir de nouveaux spéculateurs comme James de Rothschild ; cependant, comme nous le verrons, le quartier ne sera définitivement aménagé que dans les années 186011.

12En 1845, le nouveau quartier Poissonnière est en plein développement, car il possède de nombreux atouts : l’implantation de l’hôpital Lariboisière, puis celle de la gare du Nord dans le clos Saint-Lazare étaient une source de plus-values pour les terrains, d’embellissement du quartier, qui apportaient un accroissement d’activité. L’utilité du prolongement de la rue La Fayette avait même été reconnue dès 1845, car elle allait permettre de désenclaver le quartier. L’administration du comte de Rambuteau avait voté cette mesure en 1847, mais la Révolution de 1848 ajourna le projet.

Fig. 3. – L’église Saint-Vincent-de-Paul en 1842, Paris, musée Carnavalet – Histoire de Paris (Ph 2441). © Musée Carnavalet/Roger-Viollet.

13James de Rothschild possédait à proximité d’immenses terrains (nos 19, 21, 23, 25, 26 et 28, rue Laffitte). Leurs jardins tenaient au nord à la rue de Provence, dont une partie deviendra la rue La Fayette (nos 13, 16, 18, 38, 40), et à l’ouest à la rue Taitbout (n° 38-40). Il était aussi propriétaire des 7 et 11, rue Rossini ; il ne pouvait qu’être séduit par la possibilité d’acquérir des terrains dans le quartier voisin.

  • 12 Il est indiqué 7 hectares 78 ares dans d’autres documents.
  • 13 AN, MC, CXVII, 1019.

14Le 14 mai 1845, James de Rothschild acquiert d’Henry Bonar (citoyen anglais, propriétaire du terrain depuis 1824) un « vaste terrain situé dans le faubourg Poissonnière, appelé Clos Saint-Charles. » Il s’agit de sa première opération immobilière d’envergure : peut-être avait-il l’idée de concurrencer les frères Pereire qui venaient de se rendre acquéreurs d’importants terrains dans la plaine Monceau ? Ce terrain était limité au nord par le chemin de ronde de Saint-Denis, à l’est par le terrain vendu à la Compagnie des Plateaux, au sud par ceux vendus à la Ville de Paris, à l’ouest par la rue du Faubourg Poissonnière et la maison de Monsieur Minoret ou de ses représentants ; sa superficie était de 65367 m2 64 cm environ12. Le montant de la transaction fut de 1500000 francs13. Ajoutons que ce terrain était situé entre l’aqueduc des eaux de l’Ourcq et le chemin de ronde de Saint-Denis.

  • 14 Alors que sous la Restauration, il y avait plusieurs sociétés immobilières en jeux, James de Rotshc (...)

15James de Rothschild possède donc en 1845, grâce à cette acquisition, un peu plus d’un quart du clos Saint-Lazare, dont la superficie totale était de 26 hectares 84 ares 6 centiares14. Le quartier semblait promis à un riche développement. Trois grands monuments s’y élèvent : la gare du Nord, l’hôpital du Nord (fig. 4) et l’église Saint-Vincent-de-Paul (1824-1844) ; et, à proximité de l’embarcadère du chemin de fer du Nord, celui du Chemin de fer de Strasbourg.

  • 15 Revue municipale, 16 octobre 1849.
  • 16 Sur le projet de Semper, voir Jarrassé Dominique, Une histoire des synagogues françaises. Entre Ori (...)

16Plusieurs projets avaient même été évoqués dès 1840, pour la création « d’écoles primaires supérieures, dont la première devait être placée dans le clos Saint-Lazare ou les terrains avoisinants15 ». James de Rothschild avait de grands projets d’aménagement du quartier : pour des raisons évidentes, il ne participa pas à la construction de l’église Saint-Vincent-de-Paul, mais il semble avoir été largement partie prenante en 1850 dans le projet de l’architecte Gottfried Semper pour l’édification d’une très importante synagogue, à l’angle de la rue Chauchat et de la rue Pinon, non loin de ses bureaux et de son hôtel, à proximité du quartier Poissonnière16.

17En 1845, la situation de James de Rothschild est florissante : en septembre de la même année, soit quatre mois après l’achat d’une partie du clos Saint-Lazare, il fera l’acquisition de la Compagnie des chemins de fer du Nord, à laquelle il accorde une extrême importance et qui deviendra véritablement l’épine dorsale de son empire.

  • 17 AN, MC, CXVIII, 10, novembre 1854 : le terrain OPNK.
  • 18 AN, MC, CXVIII, 10 novembre 1854. AP, VOll 737 : le terrain HIJKLM. D’autres transactions ont lieu (...)

18L’année suivante, James de Rothschild peut déjà revendre une partie de ses terrains : la construction d’un nouvel hôpital au nord de Paris, futur hôpital Lariboisière, l’amène, le 12 février 1846, à céder à la Ville de Paris, à titre d’échange, 34707 m2 dans le clos Saint-Charles, tenant pour la totalité de la partie septentrionale au chemin de ronde et, de l’est au midi, aux terrains appartenant à la Ville de Paris, pour la somme de 682710 francs17, soit 60 francs le mètre. En échange, la Ville de Paris vend au baron 28732 m2 situés entre la rue du Faubourg Poissonnière et celle du Faubourg Saint-Denis18. En contrepartie, James de Rothschild devra mettre en valeur le sol par des travaux de viabilité (pavés, trottoirs, appareils au gaz, égouts…).

Fig. 4. – Entrée principale de l’hôpital Lariboisière, photographie datée de 1887, Paris, Archives de l’AP-HP. © Archives de l’AP-HP.

19Après ce démarrage rapide suivront des années difficiles de stagnation : James de Rothschild, qui espérait en acquérant ces terrains en tirer profit, est dans une situation fâcheuse, comme le souligne la Revue municipale, le 1er septembre 1849 : « Pas un acheteur, pas un constructeur ne s’est jusqu’ici présenté […] pas une entreprise industrielle, pas de spéculateurs, pas de bailleurs de fonds […]. Il a été impossible de vendre à aucun prix un seul lot acquis depuis tant d’années… »

  • 19 Loyer François, loc. cit.
  • 20 On connaît l’inimitié entre Haussmann et Hittorff à propos de la construction de la gare du Nord, m (...)
  • 21 Pour ce retournement de conjoncture lié sans doute à une volonté du pouvoir de compenser la puissan (...)

20Le nouveau quartier va être paralysé pendant de nombreuses années, jusqu’en 1855. Celles qui suivent l’acquisition de 1845, puis la vente de 1846 seront difficiles pour les Rothschild : en 1847, des tensions apparaissent dans toute l’Europe et la Révolution qui éclate en février 1848, les prendra au dépourvu. Très attachés aux Orléans, ils entretiennent des relations distantes avec Louis Napoléon Bonaparte. « Il faut absolument que vous vous affranchissiez de la tutelle des Rothschild qui règnent malgré vous », ne cesse de répéter Benoît Fould, ministre des Finances en 1849, au Prince Président. Les frères Pereire, farouches opposants des Rothschild, ont les faveurs de l’Empereur. En 1852, la création du Crédit mobilier par les Pereire, associés à Benoît Fould, libère Napoléon III de la tutelle des banques privées, en isolant les Rothschild, et entérine la rupture entre leur famille et le pouvoir en place. La nomination d’Haussmann comme préfet de la Seine va permettre aux Pereire de mener à bien et de développer leurs importantes affaires immobilières. Comme le souligne François Loyer dans son ouvrage sur le quartier de l’Opéra : « Ce n’est sans doute pas un hasard si, dès 1853, les Pereire, déjà propriétaires dans la plaine Monceau, acquièrent des terrains dans le futur secteur de l’Opéra, et en prennent rapidement le contrôle19. » Haussmann, tout acquis à leurs idées, semble bouder les projets de James de Rothschild dans le quartier du faubourg Poissonnière20. Ce qui pourrait expliquer que le quartier soit désert et resté à l’abandon pendant de longues années et que l’administration municipale ait tardé à y faire les travaux de voirie et d’aménagement. Les premières constructions datent seulement de 185721.

  • 22 Revue municipale, 16 octobre 1854.

21Cette hypothèse est en partie confirmée par Louis Lazare, rédacteur en chef de la Revue municipale, qui dénonce dans ses nombreux articles, « l’état déplorable dans lequel est laissé le clos Saint-Lazare », l’indifférence et l’indécision de l’administration municipale qui a toujours « différé, sacrifié, délaissé » ce quartier. La ville a constamment retardé les projets de reconstruction de la gare du Nord et a « ajourné pendant dix années l’exécution des clauses d’un traité passé en 1846 avec la maison de Banque Rothschild », selon lequel elle avait l’obligation « d’ouvrir à travers sa propriété et celle du banquier plusieurs voies » ; voies parmi lesquelles se trouvaient la rue du Nord et la rue de Maubeuge « dont les compléments auraient desservi le clos du côté du faubourg Poissonnière, aussi bien que du côté du faubourg Saint-Denis22 ».

  • 23 Ibidem.
  • 24 Ibidem.

22La mauvaise volonté de l’administration municipale devient évidente quand elle refuse en 1850 à de nombreux propriétaires, qui ont déjà payé les frais de pavage, d’éclairage et d’établissement de trottoirs, l’alignement pour bâtir : « Les détenteurs actuels, étant privés du droit de bâtir, ne peuvent tirer aucun parti de leurs terrains », écrit le rédacteur de la Revue municipale ; « en effet comment les aliéner, alors que les acquéreurs sérieux doivent reculer devant l’idée d’acheter des immeubles sujets à l’expropriation, et dont les contenances et les limites sont par conséquent inconnues23 ? »« La ville paralyse, anéantit le droit de propriété ; elle exproprie par anticipation, sans indemnité préalable ; elle porte le dernier coup aux propriétaires, en réduisant à rien la valeur vénale de leurs immeubles24. »

  • 25 Revue municipale, 1er janvier 1853.

23Les torts sont cependant partagés : si l’administration municipale est responsable de l’absence de développement du quartier Poissonnière pendant une dizaine d’années, la compagnie de chemin de fer fondatrice du nouveau quartier l’a également négligé. « Lorsque le débarcadère du Nord a été construit, on ne s’est pas inquiété des abords du chemin de fer. De même pour l’église Saint-Vincent-de-Paul, on a négligé son entourage, et le débarcadère et l’église sont restés sans voies de dégagements. La circulation vient de l’ouest. Or, à l’ouest du chemin de fer et de l’église, il existe un barrage25. » En effet, le principal problème de ce nouveau quartier est l’accessibilité : « Tout ce quartier neuf est comme invisible » ; les rues de Belzunce et d’Abbeville, qui auraient dû se poursuivre jusqu’au faubourg Poissonnière, sont laissées à l’état d’impasses comme la rue de Rocroy qui aurait pu être prolongée jusqu’à la rue La Fayette, laquelle ne le sera qu’en 1853. Certaines améliorations, qui ont été apportées par James de Rothschild, comme le pavage des rues entourant l’hôpital et la gare du Nord (rue du Nord et rue Denain), ne semblent pas avoir été exécutées avant 1853.

  • 26 Clozier René, loc. cit.
  • 27 Revue municipale, 16 octobre 1854.

24L’approche de l’Exposition universelle de 1855, qui promettait d’attirer de nombreux voyageurs, et les études faites au sein de la Compagnie de chemin de fer qui juge, dès 1854, la première gare du Nord insuffisante, ont permis sans doute de mettre fin au statu quo qui régnait depuis 184526 : « Le nouveau développement du réseau du Nord, le transport des voyageurs et des marchandises qui augmentent chaque jour sur cette ligne […] les arrivages extraordinaires qui auront lieu infailliblement en 1855 pour l’Exposition Universelle sont des circonstances irrésistibles qui pressent la Compagnie de se mettre à l’œuvre, qui lui imposent au nom de ses intérêts, l’obligation de faire de sa gare étroite et restreinte un véritable monument, un vaste local tout à fait en rapport avec les nombreuses exigences publiques27. »

  • 28 Revue municipale, 16 novembre 1855.
  • 29 AN, MC, CIV, 340.

25C’est en 1855 que Napoléon III décerne à l’architecte Brouty une médaille d’or, pour son projet d’un grand axe reliant le site de la gare au boulevard de Bonne-Nouvelle28. À partir de 1853, James de Rothschild reprend donc ses achats et ses transactions immobilières, qu’il avait arrêtés pendant huit années. La seconde acquisition importante de James de Rothschild, après celle de 1845, sera ainsi celle du 28 novembre 185329 : Jean-Baptiste Lafonta vend à Formont, mandataire de James de Rothschild, trois lots dans l’enceinte du nouveau quartier Poissonnière :

  • 1er lot situé rue du Nord : 1190,04 m2 ;
  • 2e lot situé rue de Denain, rue de Dunkerque, rue du Nord : 7235 m2 ;
  • 3e lot situé rue de Denain : 957,5 m2.

26En tout, le terrain était d’une contenance de 9383,03 m2 pour la somme de 657668,20 francs ; James paiera donc 70 francs le m2 (ces terrains, acquis par Lafonta en 1838, provenaient de la liquidation Laffitte).

  • 30 AN, MC, étude de Me Halphen, 25 août 1854.
  • 31 AN, MC, XIV, 340 et MC, I, 1132 : 15-17 mai 1856, échange entre la ville de Paris, la Compagnie de (...)

27Le 25 août 1854, James de Rothschild vend à la Compagnie du chemin de fer du Nord trois terrains situés faubourg Poissonnière30, pour un montant de 1748,60 francs, le premier d’une surface de 16000 m2, le second de 1101 m2, le troisième de 385 m2. Une transaction majeure a lieu le 15 et le 17 mai 1856 entre la Compagnie du Nord, James de Rothschild, la Ville de Paris et l’Assistance publique31. Le décret d’utilité publique, destiné à faciliter l’accès aux abords de l’hôpital et du chemin de fer du Nord par l’ouverture et l’élargissement de nouvelles rues est signé le 19 novembre 1855 (fig. 5) : il consistait dans l’ouverture sur 30 mètres d’une portion du boulevard du Nord, entre le faubourg Saint-Martin et la barrière Poissonnière, l’agrandissement de la place de Roubaix, la suppression de la rue Saint-Laurent et d’une partie de la rue de Saint-Quentin, l’agrandissement des dépendances de l’hôpital Lariboisière, la suppression d’une partie de la rue de Rocroy, l’élargissement de la rue Ambroise-Paré, l’ouverture de la rue partant de la rue Ambroise-Paré à l’extrémité de la nouvelle rue de Bouvines, traversant la place du Nord et aboutissant à la rue du Faubourg Poissonnière, le prolongement de la rue de Belzunce. Ces nouvelles dispositions nécessitent entre les diverses administrations et James de Rothschild plusieurs opérations et échanges de terrains de grande envergure. James de Rothschild cède à la Ville de Paris 9075 m2, à l’administration de l’Assistance publique 11970 m2, tandis que la Ville de Paris cède à James 13042 m2.

Fig. 5. – La gare du Nord et le boulevard de Denain, vers 1920. CAP/Roger-Viollet.

  • 32 Revue municipale, 20 décembre 1861.

28En contrepartie James de Rothschild doit réaliser les travaux de viabilité et, en ce qui concerne les terrains qui auront façade sur le boulevard du Nord, élever en pierre de taille les maisons qui devront « avoir la même hauteur et les mêmes lignes générales de façade ». La ville s’engage à prolonger la rue de Maubeuge jusqu’au faubourg Poissonnière, à créer le boulevard du Nord et à exécuter un certain nombre de rues dans le clos Saint-Lazare32.

  • 33 Bowie Karen, loc. cit.

29La Compagnie du Nord obtient l’autorisation d’élargir la gare en 1857, mais elle ne sera inaugurée qu’en 1864 : en effet une série d’études et de plans ont été demandés en premier lieu aux architectes de la Compagnie, Lejeune et Ohnet, qui seront écartés au profit de l’architecte allemand pressenti par James de Rothschild, Jacques Ignace Hittorff (1792-1867)33.

  • 34 AN, MC, CXVIII, 1019.

30À partir de l’année 1857, les transactions se succèdent plus rapidement : James de Rothschild achète et revend de nombreux terrains dans le clos Saint-Lazare et surtout, commence à lotir. Le 15 décembre 185734 un échange intervient entre Haussmann, agissant au nom de la Ville de Paris, et James de Rothschild : le préfet de la Seine cède 9 portions de terrains d’une superficie de 13242 m2 au clos Saint-Lazare et en échange James de Rothschild abandonne à la Ville de Paris d’autres terrains ; la soulte au profit de James de Rothschild est de 770330 francs. Ainsi, peuvent être citées les transactions suivantes :

  • 12 mai 1858, vente par James de Rothschild à Louis Costil, entrepreneur, d’un terrain boulevard du Nord de 121,12 m2 pour 18600 francs35 ;
  • 5 juin 1858, vente par Louis Saigne à James de Rothschild d’un terrain ayant façade sur le boulevard du Nord et la rue de Dunkerque de 1404,96 m2 pour 20383 francs36 ;
  • 9 juin 1858, vente de James à Louis Chenet d’un terrain de 431 m2 à l’angle du boulevard du nord et de la rue de Rocroy ;
  • 10 juin 1858, vente par les héritiers Lesebe à James de Rothschild d’un terrain rue de Dunkerque/boulevard du Nord de 949,38 m2 pour 135914,93 francs37 ;
  • 22 décembre 1849, Criées notaire, 2932 m2 attenant à la gare clos Saint-Lazare, expropriés le 16 avril ;
  • 18 mars 1854, acquisition pour 52218 francs, 28 rue de Dunkerque, de 497 m2, qui seront revendus à la Compagnie du chemin de fer du Nord ;
  • 22 mai 1860, Me Dupont, vente de 525 m2 ; le terrain a été cédé par voie de commandé à monsieur de Rothschild qui l’a revendu à la Compagnie du chemin de fer du Nord ;
  • 28 juin 1860, vente par Leseble à James d’un terrain place de Roubaix, rue Saint-Quentin (31-35) et rue La Fayette d’un terrain de 1569,38 m2 (240 francs le mètre carré pour la somme de 376651 francs)38 ;
  • 2 octobre 1860, 44-46 rue de Dunkerque, acquisition de James de 527,52 m2 de terrains moyennant 310 francs le mètre carré (terrain sur lequel est construit le nouveau bâtiment de la gare)39 ;
  • 11 juillet 1862, vente par Henry Ensinger à James de Rothschild d’un terrain boulevard Denain, non encore numéroté de 470,60 m2 (correspondant au futur 10-12)40 ;
  • 26 août 1866, acquisition de 377 m2 rue Guy-Patin ;
  • 29 mars 1868, James de Rothschild vend 688 m2 à l’angle de la rue La Fayette (31-35 rue Saint-Quentin).
  • 41 Revue municipale, 1er octobre 1858.
  • 42 Revue municipale, 20 octobre 1861.

31James de Rothschild commence à élever des constructions sur certains terrains à partir de 1857 et ce, jusqu’en 1865, notamment boulevard Magenta, tirant ainsi parti de leur valeur locative. La majorité des constructions se situe entre 1860 et 1862 : « Déjà plusieurs groupes de maisons élégantes tant par le style que par la richesse de l’ornementation, s’élèvent dans la partie haute du boulevard du Nord, sur les terrains de M. le baron de Rothschild41. »« On voit s’élever au boulevard Magenta, et dans les rues adjacentes, de vastes et splendides maisons, qui sont autant de riches palais. Cet admirable quartier est placé dans le voisinage de deux chemins de fer, où M. de Rothschild a déjà dépensé en constructions 15 ou 20 millions [… ]42 » (fig. 6).

32James de Rothschild reste dans tous les cas le propriétaire du sol : mais dans quelques cas un certain Hyacinthe Lesieur, entrepreneur, est le propriétaire des constructions. Lesieur élèvera les maisons portant les numéros 147, 160, 175-177, 192-190 du boulevard Magenta. La plupart de ces bâtiments étaient des immeubles de rapport : boutiques, locations bourgeoises, magasins, dépôt de marchandises.

Fig. 6. – Photographie de la maison Neurdein frères, Le boulevard Magenta. © Neurdein/Roger-Viollet.

Détail des transactions immobilières

33Rue Ambroise-Paré :

34– N° 3, n° 7 relatif au 17, rue Saint-Vincent-de-Paul.

35– Vente de 408 m2 du baron de Rothschild à Têtard, le 3 décembre 1878, Me Aubron,

36– Vente de 458 m2 de terrain par Edmond de Rothschild à la Société anonyme des ateliers de Fécamp, le 3 mai 1880, Me Moreau notaire : 123786,90 francs.

37– Vente de 911 m2 de terrain à l’angle du boulevard de la Chapelle et de la rue Guy-Patin, et de la rue Saint-Vincent-de-Paul, par le baron Alphonse de Rothschild, 3 mai 1880, Me Bernard : 19627,50 francs.

38– Vente de 448,09 m2 de terrain par Edmond de Rothschild, le 3 mai 1880 à M. Bernard, Me Moreau.

39– Vente de 24,25 m2 de terrain rue Saint-Vincent-de-Paul et de 392 m2 à l’angle de la rue Saint-Vincent-de-Paul et de la rue Ambroise-Paré, par James de Rothschild à Cartier, le 3 mai 1880, Me Moreau.

40Rue de Compiègne :

41– N° 2 relatif au 27, rue de Dunkerque.

42Rue Denain :

43– N° 10-12, vendu à James de Rothschild le 11 juillet 1862.

44– N° 18-20, vente à James de Rothschild par Lafonta. N° 18 exproprié le 12 septembre 1859.

45– N° 14, vente à James de Rothschild, le 11 juillet 1862, vente par Henry Ensminger à James d’un terrain boulevard Denain, non encore numéroté : 470,60 m2 (139980 francs).

46Rue de Dunkerque :

47– N° 45, adjudication en 1882 à la rente foncière d’un terrain de 660 m2, relatif au 138, rue du Faubourg Poissonnière.

48Rue Guy-Patin :

49– N° 5, acquisition le 26 août 1866 de 377 m2.

50– N° 9 (construction d’un Home Israélite, en 1903, par Edmond de Rothschild), 239,68 m2 rue de Maubeuge et 74,33 m2 n° 2, rue Guy-Patin, vente par Alphonse de Rothschild à Pierre Girard le 3 mai 1880, Me Moreau.

51– Vente de 237,60 m2 et de 235,62 m2 rue de Maubeuge par Gustave de Rothschild à Bastoul, le 3 mai 1880, Me Moreau.

52– Vente de 388,16 m2 par Alphonse de Rotshchild à Paul Dubos, le 3 mai 1880, Me Moreau.

53Rue Saint-Vincent-de-Paul :

54– Vente de 531,50 m2 à l’angle de la rue Saint-Vincent-de-Paul, du boulevard Magenta et de la rue de Maubeuge, à Charles Louis Senta le 24 janvier 1879, Me Perard.

55– Vente d’une maison sur 170,44 m2 de terrain ci-dessus, à de Serre de Saint-Rousian, le 8 décembre 1880 et vente par Senta, d’une maison au 185, rue de Maubeuge, 12, rue Saint-Vincent-de-Paul à Georgina Bingham, le 29 janvier 1881.

56– Terrain de 6155 m2 : vente le 12 décembre 1860 à Boissoné ; vente 12 décembre 1860 à Chatelain de 103,67 m2. Ces terrains appartenaient à James de Rothschild.

57– Vente de 509,40 m2 d’un terrain au 11, rue Saint-Vincent-de-Paul à Michel Thouet, le 9 mai 1879 (76433,50 francs), Me Véron.

58– Vente par le baron de Rothschild à M. Bernard et Léon Rueff, le 3 mai 1880, de 231,25 m2 (76312,50 francs), de 39,50 m2 (193637,50 francs), 1255,77 m2 (185729 francs).

59– Vente de 1030 m2 boulevard de la Chapelle, n° 59-61, avec les constructions à la Rente Foncière : le 21 janvier 1881.

60– Vente de 716,17 m2 à l’angle de la rue Saint-Vincent-de-Paul et de la rue Ambroise-Paré par Edmond de Rothschild à Alphonse Notelet, 11 juin 1881, Me Pérard.

61En ce qui concerne le lotissement du boulevard Magenta (fig. 7), Pereire apparaît en deux occasions, mais l’ensemble des terrains est détenu par James de Rothschild :

62– 197, boulevard Magenta, vente d’E. Pereire, du 22 mai 1867 à Eugène Dumanoie (305000 francs) et 93, boulevard Magenta, E. Pereire, vente de 1588,39 m2 et 679,26 m2 par deux actes du 16 décembre 1861 au profit de Guillé Louis et de sa femme, Me Lejeune (515644 francs soit 324,63 francs le m2) et Me Fould (119938 francs soit 177 francs le m2).

63– 143, boulevard Magenta : James de Rothschild, vente le 8 avril 1862 à Louis Chéret : 1643,61 francs soit 301,17 francs le m2.

Fig. 7. – Firme Léon et Lévy, Le carrefour des rues de Maubeuge, Saint-Vincent-de-Paul et du boulevard Magenta, sans doute avant 1874, Paris, musée Carnavalet – Histoire de Paris. © Léon et Lévy/Musée Carnavalet/Roger-Viollet.

64Il est intéressant de comparer les revenus bruts entre plusieurs années :

65– 113, boulevard Magenta : revenu brut en 1861 : 2565 francs et 1868, 8950 francs.

66– 147, boulevard Magenta, 237 m2 : terrain Rothschild, constructions Lesieur, revenu brut 1860 : 585 francs, 1863 : 1750 francs. Vente par les héritiers Rothschild à CHL Serra, le 11 janvier 1869, Me Gautier (71304 francs).

67– 149 dudit boulevard, 284,07 m2 de terrain, vente par James de Rothschild à Jacques Deramey, Me Planchar.

68– 158, boulevard Magenta, vente à Louis Boisset, le 29 octobre 1862 (300 francs le mètre carré : 80235 francs).

69– 160, boulevard Magenta, vente de 366,45 m2 à Augustin Charpentier, le 3 août 1878.

70– 162-164, boulevard Magenta, vente du terrain à Hyacinthe Lesieur, de 890,63 m2, le 10 janvier 1879 (222657,50 francs).

71Rue de Saint-Quentin :

  • 43 AN, MC, LX, 866.

72– 31-33-35, vente par Leseble au baron James le 28 juin 1860 d’un terrain place de Roubaix, rue de Saint-Quentin et rue La Fayette : 1569,38 m2 (240 francs le m2 : 376651 francs)43.

73– James de Rothschild vend le 29 mars 1868, 688 m2 de terrain à Alfred Huguet, à l’angle de la rue La Fayette (n° 35-35bis).

Récapitulation des propriétés de James de Rothschild dans le quartier

74Boulevard Magenta :

75– James possédait les numéros suivants : n° 113, 115, 117, 122, 124 (nouvelle construction en 1865), 126, 130, 135, 136, 137, 138, 139 (construction terminée en 1859), 140, 142, 143, 144 (construction de 1862), 145 (id.), 146 (id.), 147 (Hyacinthe Lesieur est le propriétaire des constructions, le sol appartient à James de Rothschild), 148, 149 (construction de 1862 comme les numéros 150, 151, 152, 153, 154, 156, 158, 160), 164, 165 (construction de 1862), 166, 167 (construction de 1859), 170, 175-177, 178 (construction de 1859), 179 (construction de 1862), 180, 181, 182 à 192 (numéros pairs constructions entre 1860 et 1862), 194 et 194bis (construction de 1857).

76Rue Ambroise-Paré :

77– James de Rothschild était propriétaire des n° 3, 7, 11 (en construction en 1860).

78Rue de Compiègne :

79– des n° 2 et 4, maisons construites en 1862-1864. Il possédait aussi les n° 1 et 3, faisant l’angle avec la place de Roubaix.

80Rue Guy-Patin :

81– Les n° 5, n° 7 (nouvelle construction en 1869), n° 9, 11, 17.

82– James de Rothschild semble avoir peu vendu de son vivant, puisque l’on retrouve dans son inventaire après décès établi en 1868 un certain nombre de ces immeubles.

83Rue Denain :

84– Les n° 5, 7, 9, 10-12 (nouvelles constructions en 1862), 12bis, 14, 11-19, 18-22.

85Place de Roubaix :

86– Les n° 21, 23 (12bis, boulevard Denain), 22-24, 25 (9, boulevard Denain, et 4, rue de Compiègne), 27 (4, rue de Compiègne et 124, boulevard Magenta) ; 29 (1, rue de Compiègne), 45, 47, 49.

87Rue de Dunkerque :

88– Les n° 21, 22, 23, 24 (nouvelles constructions en 1862), 25 (nouvelle construction en 1865). James possédait les n° 14, 18, 20 (Compagnie du chemin de fer du Nord : en 1862, logements des ingénieurs), 27, 28, 29, 32, 34bis, 36, 39 (construction en 1862), n° 45, 47, 44-46, 49 (construction en 1860). Ces terrains provenaient des acquisitions Lafonta.

89Boulevard de la Chapelle :

90– Les n° 160, James de Rothschild reste propriétaire du sol, Lesieur des constructions.

91Rue La Fayette :

92– Les n° 13 (relatif au 41, rue de Provence), 18 (relatif au 38, rue Taitbout), 38bis-40 (construction nouvelle en 1859).

93– Rue Saint-Vincent-de-Paul :

94– Les n° 12, 14, 16, 20, 22, 28.

95Rue de Maubeuge :

96– Le n° 104.

97Rue de Saint-Quentin :

98– Les n° 31-33, 35.

99Rue du Nord :

100– Les n° 25, 27, 29, 43-61, 28-46, 66-84.

  • 44 Heuberger Georg (dir.), loc. cit.

101La première constatation que nous pouvons faire à la suite de cette analyse est l’ampleur du domaine immobilier de James de Rothschild dans ce quartier. L’ensemble de ses constructions se trouvent surtout autour de l’hôpital Lariboisière (rue Ambroise-Paré, rue Guy-Patin, rue Saint-Vincent-de-Paul) et de la gare du Nord (rue Denain, rue de Saint-Quentin, rue de Dunkerque et dans le haut du boulevard de Magenta). Le Baron possédait surtout une quarantaine de numéros boulevard de Magenta, qui constitue l’axe majeur du quartier. Il n’existe pas vraiment d’unité architecturale entre ces différents immeubles. Ceux qui se trouvent autour de la gare du Nord ont été particulièrement soignés, et adoptent un type d’architecture uniforme : La transaction immobilière de 1853 stipulait, on l’a vu, que « les maisons ayant façade sur le boulevard du Nord devaient avoir la même hauteur et les mêmes lignes générales de façade ». Ils sont dus à deux architectes : Lejeune, architecte de la Compagnie des chemins de fer du Nord, aurait exécuté l’immeuble qui abrite aujourd’hui l’administration et la direction de la Région Nord de la SNCF, ainsi que l’immeuble en retour sur la rue de Maubeuge44 ; et l’architecte A. Huguet, actif également rue de Belzunce, qui a construit en 1868 tous les immeubles de la rue Saint-Quentin. Il n’a malheureusement pas été possible de trouver le nom des architectes qui ont œuvré boulevard Magenta.

*

102Cette étude donne les premiers éléments d’une histoire urbaine du 10e arrondissement et met en lumière le rôle actif de James de Rothschild considéré jusque-là comme absent des grandes opérations immobilières. Son rôle n’a été, comme on l’a vu, souligné ni par les historiens des Rothschild, ni par les historiens des chemins de fer. On voit ici s’esquisser entre James de Rothschild, la Compagnie de chemin de fer et la Ville de Paris des relations plus complexes que l’on n’a l’habitude de le penser. Mais beaucoup de questions restent sans réponse, faute notamment de sources provenant de la famille Rothschild : quel intérêt James de Rothschild avait-il d’acquérir les terrains en son nom propre et non au nom de la Compagnie du Nord, alors qu’il en était le principal actionnaire depuis 1845 ? Avait-il l’idée de construire un véritable quartier et de lui donner une unité architecturale ? La Revue municipale a beau parler « de[s] véritables palais » que James de Rothschild est en train de faire construire, l’ensemble sera beaucoup moins monumental et plus simple, contrastant avec d’autres lotissements effectués sous le Second Empire. James de Rothschild aurait-il été contrecarré dans ces projets ? Autant de questions qu’il serait intéressant de développer par de nouvelles recherches.

Notes

1 Sur ce point, nous renvoyons à notre étude et à la bibliographie correspondante, Prevost-Marcilhacy Pauline, Les Rothschild, bâtisseurs et mécènes, Paris, Flammarion, 1995 et Les Rothschils. Une dynastie de mécènes en France, Paris, Louvre éd., BnF éd., Somogy éd., 2016.

2 Gille Bertrand, La Maison Rothschild, Genève/Paros, Droz/Minard, 1965-1967.

3 Clozier René, La Gare du Nord, thèse pour le doctorat présentée à la faculté des lettres de Paris, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1940. François Caron, dans sa monumentale étude sur la Compagnie du chemin de fer du Nord, n’aborde pas ces questions : Caron François, Histoire de l’exploitation d’un grand réseau. La Compagnie du Chemin de fer du Nord 1846-1937, Paris/La Haye, Mouton, 1973.

4 Bowie Karen (dir.), Les grandes gares parisiennes du xixe siècle, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 1987.
Bruson Jean-Marie, Joest Thomas von, Vaulchier Claudine de et Westfehling Uwe (dir.), Hittorff. Un architecte du 19e siècle, Paris, musée Carnavalet, 1986.

5 Gaillard Jeanne, Paris la ville 1852-1870. L’urbanisme parisien à l’heure d’Haussmann, Paris, Honoré Champion, 1977. Girard Louis, La Politique des travaux publics du Second Empire, Paris, Armand Colin, 1952. Pronteau Jeanne, « Construction et aménagement des nouveaux quartiers de Paris (1820-1826) », Histoire des entreprises, n° 2, novembre 1958, p. 5-32.

6 Bergeron Louis, Les Rothschild et les autres. La gloire des banquiers, Paris, Perrin, 1990.

7 Autin Jean, Les Frères Pereire. Le bonheur d’entreprendre, Paris, Perrin, 1983. Gotlieb Carlos, « Un faubourg haussmannien planifié. La formation du 17e arrondissement, la Plaine Monceau », in Jacques Lucan (dir.), Paris des faubourgs. Formation et transformation, Paris, Picard/Édition du Pavillon de l’Arsenal, 1996, p. 70-81. Loyer François (dir.), Autour de l’Opéra. Naissance de la ville moderne, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 1995.

8 Archives de Paris, Vbis 10D2, t. 3, 1845-1848, t. IV, 1849-1853, t. V, 1853-1862. D’autres séries ont été également consultées aux Archives de Paris, mais là encore les résultats se sont révélés décevants pour notre étude : D6S9, gare du Nord/affaires générales (1846-1917). VONC, état des opérations de voiries 1789-1889 : VONC 1463, quartier Poissonnière ; VONC 383, boulevard Denain ; VONC 821, gare du Nord ; VONC 440, rue de Saint-Quentin ; VONC 321, abords de la gare du Nord.

9 Dugast Anne et Pariset Isabelle, Dictionnaire par noms d’architectes des constructions élevées à Paris aux xixe et xxe siècles, période 1876-1899, Paris, Commission des travaux historiques de la Ville de Paris, 1990, t. 1, p. 104, notice 1324.

10 Prevost-Marcilhacy Pauline, loc. cit.

11 Pronteau Jeanne, loc. cit.

12 Il est indiqué 7 hectares 78 ares dans d’autres documents.

13 AN, MC, CXVII, 1019.

14 Alors que sous la Restauration, il y avait plusieurs sociétés immobilières en jeux, James de Rotshchild est en 1845 le seul acquéreur.

15 Revue municipale, 16 octobre 1849.

16 Sur le projet de Semper, voir Jarrassé Dominique, Une histoire des synagogues françaises. Entre Orient et Occident, Arles, Actes Sud, 1997, p. 169.

17 AN, MC, CXVIII, 10, novembre 1854 : le terrain OPNK.

18 AN, MC, CXVIII, 10 novembre 1854. AP, VOll 737 : le terrain HIJKLM. D’autres transactions ont lieu en 1846 : le 2 décembre 1846, « le terrain situé entre la rue d’Hauteville, prolongé, la place du Nord et la rue de l’Abattoir, a été acquis par Frémont, pour le compte du baron de Rothschild auquel il ne fait que prêter son nom », AN, MC, CXVIII, 1024. Toujours le 2 décembre 1846, vente d’un terrain par Émile Frémont à Charles Demian : 766,61 m2 dans l’enclos, tenant d’un côté vers le nord à la propriété de M. de Rothschild et à une rue projetée (134,156 francs). « M. Demian a déclaré qu’il avait fait l’acquisition du terrain ci nommé pour le Baron de Rothschild. » Le projet d’établissement de l’actuel hôpital Lariboisière avait été mis à l’étude dès 1843 : voir l’ouvrage Préfecture du département de la Seine, Documents à consulter sur la création d’un hôpital de 600 lits que l’administration municipale a proposé d’établir dans le quartier nord de la ville de Paris, Paris, E.-J. Bailly, 1843.

19 Loyer François, loc. cit.

20 On connaît l’inimitié entre Haussmann et Hittorff à propos de la construction de la gare du Nord, mais nous n’avons pas retrouvé dans ses mémoires ou dans les procès-verbaux du département de la Seine d’autres éléments prouvant le désaccord entre le préfet de la Seine et les Rothschild. À ce sujet : Haussmann Georges Eugène, Mémoires du baron Haussmann (1853-1870). Grands travaux de Paris, Paris, Guy Durier, 1979 (éd. fac-similé de la 3e édition, 1893), t. II, p. 251. Commission départementale faisant fonction de conseil général du département de la Seine, Procès-verbaux, Paris 1853-1868 ; Mémoires présentés par le préfet de la Seine au conseil municipal, relatifs au budget, Paris, 1858-1862, et 1863-1867.

21 Pour ce retournement de conjoncture lié sans doute à une volonté du pouvoir de compenser la puissance des Pereire : Bowie Karen, « The Rothschilds, the Railways, and the Urban Form of 19th Century Paris », in Georg Heuberger (dir.), Die Rothschilds. Eine Europäische Familie, Francfort, Jüdischen Museum, 11 octobre 1994-27 février 1995, Francfort-sur-le-Main, J. Thorbecke Verl., 1994.

22 Revue municipale, 16 octobre 1854.

23 Ibidem.

24 Ibidem.

25 Revue municipale, 1er janvier 1853.

26 Clozier René, loc. cit.

27 Revue municipale, 16 octobre 1854.

28 Revue municipale, 16 novembre 1855.

29 AN, MC, CIV, 340.

30 AN, MC, étude de Me Halphen, 25 août 1854.

31 AN, MC, XIV, 340 et MC, I, 1132 : 15-17 mai 1856, échange entre la ville de Paris, la Compagnie de chemin de fer du Nord, James de Rothschild et vente par la Ville de Paris à l’administration de l’Assistance publique. Le terrain GHN appartient à la Compagnie du Nord comme faisant partie des 17486 m2 acquis par la compagnie (le 25 août 1854). Cette vente a été faite moyennant 100 francs le mètre carré. Les terrains IJKL, cédés par la Ville à la Compagnie du Nord : 6609 m2 ; FGHMN, terrains cédés par la Compagnie du Nord à la Ville de Paris : 3180 m2 ; ABC (4963 m2) et FG (35 m2) = 5317 m2 : terrains cédés par la Ville de Paris à l’administration générale de l’Assistance publique ; HOPQRR’SS’T (en bleu), cédés par la Ville à James de Rothschild : 13342 m2. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 (orange), terrains cédés par James de Rothschild, à la Ville de Paris : 9075 m2. PE, terrains cédés par James à la Ville de Paris pour le compte de l’administration de l’Assistance publique : 11,970 m2.

32 Revue municipale, 20 décembre 1861.

33 Bowie Karen, loc. cit.

34 AN, MC, CXVIII, 1019.

35 AN, MC, CXVIII, 1061.

36 AN, MC, CXVIII, 1062.

37 AN, MC, CXVIII, 1062.

38 AN, MC, LX, 866.

39 AN, MC, XCIII, 687.

40 AN, MC, CXVIII 1081.

41 Revue municipale, 1er octobre 1858.

42 Revue municipale, 20 octobre 1861.

43 AN, MC, LX, 866.

44 Heuberger Georg (dir.), loc. cit.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Le baron James de Rothschild (1792- 1868), photographie datable vers 1860, Paris, Maison de Balzac (BAL 0440). © Maison de Balzac/Roger-Viollet.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/174136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 2. – Isaac et Jacob Pereire, hommes d’affaires français, fondateurs de la Société de crédit mobilier (1852). © Albert Harlingue/Roger-Viollet.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/174136/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 3. – L’église Saint-Vincent-de-Paul en 1842, Paris, musée Carnavalet – Histoire de Paris (Ph 2441). © Musée Carnavalet/Roger-Viollet.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/174136/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 4. – Entrée principale de l’hôpital Lariboisière, photographie datée de 1887, Paris, Archives de l’AP-HP. © Archives de l’AP-HP.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/174136/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 5. – La gare du Nord et le boulevard de Denain, vers 1920. CAP/Roger-Viollet.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/174136/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 6. – Photographie de la maison Neurdein frères, Le boulevard Magenta. © Neurdein/Roger-Viollet.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/174136/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 7. – Firme Léon et Lévy, Le carrefour des rues de Maubeuge, Saint-Vincent-de-Paul et du boulevard Magenta, sans doute avant 1874, Paris, musée Carnavalet – Histoire de Paris. © Léon et Lévy/Musée Carnavalet/Roger-Viollet.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/174136/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search